Etude relative à l'analyse du secteur de l'industrie des matériaux de construction SOMMAIRE I. RAPPEL DE L OBJECTIF ET DES PHASES DE L ETUDE...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude relative à l'analyse du secteur de l'industrie des matériaux de construction SOMMAIRE I. RAPPEL DE L OBJECTIF ET DES PHASES DE L ETUDE..."

Transcription

1 ETUDE RELATIVE A L ANALYSE DU SECTEUR DE L INDUSTRIE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION SOMMAIRE I. RAPPEL DE L OBJECTIF ET DES PHASES DE L ETUDE II. ANALYSE DU SECTEUR DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION... 5 II.1 Analyse globale du secteur II.2 Description et analyse des matériaux de construction II.2.1 CIMENT 18 II.2.2 ACIER 26 II.2.3 TERRE CUITE 32 II.2.4 PRODUIS ISSUS DES MINERAUX 38 II.2.5 CHAUX 44 II.2.6 BETON PRET A L EMPLOI 49 II.2.7 AGGLOMERES ET ARTICLES EN CIMENT 52 II.2.8 MATERIAUX DE CONSTRUCTION EN CERAMIQUE 58 II.2.9 PRODUITS EN MARBRE ET EN ARDOISE 69 II.2.10 PLATRE, 76 II.2.11 ETANCHEITE 78 II.2.12 BOIS 82 II.2.13 PLASTIQUE 90 II.2.14 PEINTURE 93 II.2.15 VERRE PLAT 97 III. IDENTIFICATION DES PROBLEMES DU SECTEUR DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION. 103 III.1 Forces III.2 Faiblesses III.3 Opportunités III.4 Menaces III.5 Synthèse des Forces/Faiblesses/Menaces/Opportunités IV. EVALUATION QUANTITATIVE ET QUALITATIVE DES RESSOURCES ET DES BESOINS EN PRODUITS DE CARRIERES, EN PRODUITS INDUSTRIELS ET SEMI - INDUSTRIELS DESTINES AU SECTEUR DE LA CONSTRUCTION IV.1 Matières premières utilisées dans la fabrication des MC IV.1 Produits industriels et semi industriels V. DETERMINATION DE L IMPACT DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION SUR LES COUTS DE LA CONSTRUCTION AU MAROC ET L ELABORATION DE MESURES VISANT A REDUIRE L IMPORTANCE DE CET IMPACT VI. STRATEGIE D ACTIONS ET PROPOSITION DE MESURES POUR RATIONALISER ET REGULER LES AJUSTEMENTS ENTRE L OFFRE ET LA DEMANDE DE MATERIAUX DE CONSTRUCTION, INDUSTRIALISATION ET OPTIMISATION ANNEXE : MATRICES DES COEFFICIENTS TECHNIQUES 1

2 I. RAPPEL DE L OBJECTIF ET DES PHASES DE L ETUDE L habitat est un des secteurs prioritaires dans le développement du pays, il reste en outre un des instruments de régulation et de gestion économique, sociale et politique fondamentale : - Economique, parce qu il a pour objectif d intégrer l homme dans les meilleures conditions de développement et de production de la nation ; - sociale, parce que chaque famille, doit accéder à un logement décent ; - politique, parce que sans la sécurité matérielle des personnes, il est vain d espérer en leur adhésion à l effort commun de développement. C est dans cet esprit que le Ministère Chargé de l Habitat et de l Urbanisme a commandité un nombre important d études qui consistent à cerner les caractéristiques et les conditions de production de l habitat. Les matériaux de construction s inscrivent dans le cadre de cette vision globale, ils constituent un des créneaux à suivre de près, afin de satisfaire l une des préoccupations du Ministère à savoir la promotion d un logement décent et de répondre aux besoins croissants et au déficit en logements. L étude relative à l analyse du secteur de l industrie des matériaux de construction vise à : - Mettre à jour les données relatives au système de suivi des matériaux de construction (prix et indices d évolution des prix, des volumes de production et de distribution) pour 2003 et 2004 ; - analyser le secteur des matériaux de construction dans sa globalité ; - identifier les problèmes et les goulots d étranglement du secteur ; - proposer une stratégie d intervention et des actions concrètes à mettre en uvre en matière législative et réglementaire afin d assurer la disponibilité des différents matériaux dans les meilleurs conditions ; - évaluer l impact des prix des matériaux de construction sur les coûts de la construction et proposer des mesures à même de réduire ces coûts ; - présenter pour chaque matériau les perspectives d avenir. L étude constitue le prolongement et l actualisation des données de l étude de structure sur le secteur, réalisée par le Ministère Délégué Chargé de l Habitat et de l Urbanisme en 1998 / Elle a permis la mise en place d un système de suivi des matériaux de construction basé sur la collecte périodique de l information auprès d un échantillon de producteurs, de distributeurs et d importateurs des matériaux de construction intervenants dans le secteur. 2

3 L étude est programmée en trois phases : Phase 1 : La mise à jour des données relatives aux prix des matériaux de construction pour l année 2003 Cette phase a consisté en la mise à jour des données relatives au système mis en place au niveau de l Observatoire de l Habitat (aux niveaux des 16 villes sièges des Directions Régionales de l Habitat et de l Urbanisme et au niveau central) : - La collecte des prix des matériaux de construction pour le deuxième semestre 2003, la saisie et le traitement des données ; - Le calcul des indices des prix annuels des matériaux de construction pour 2003 ; - L agrégation des données avec le calcul des indices des prix annuels des matériaux de construction pour 2003 au niveau national ; - La collecte, la saisie et le traitement des informations concernant les volumes de production et de distribution des matériaux de construction concernant l année 2003 ; - La production des indices relatifs aux volumes de production et de distribution des matériaux de construction pour l année 2003 avec analyse de leur évolution ; - La mise à jour et l élaboration de la plaquette périodique sur les matériaux de construction. Phase 2 : Elaboration des données actualisées sur l industrie des matériaux de construction Cette phase, objet du présent rapport, consiste en l élaboration et l actualisation des données existantes sur l industrie des matériaux de construction. - L analyse du secteur dans sa globalité ; - L identification des problèmes du secteur des matériaux de construction ; - L évaluation quantitative et qualitative des ressources et des besoins en produits de carrières, en produits industriels et semi-industriels destinés au secteur de la construction ; - L élaboration d une stratégie d actions et de propositions de mesures pour rationaliser et réguler les ajustements entre l offre et la demande de matériaux de construction, produits industriels et semi-industriels ; - La détermination de l impact des matériaux de construction sur les coûts de la construction au Maroc et l élaboration de mesures visant à réduire l importance de cet impact. Phase 3 : Mise à jour des données relatives aux prix des matériaux de construction pour l année 2004 Cette phase consiste en la mise à jour des données relatives au système de suivi des matériaux de construction, aux niveaux des 16 villes sièges des Directions Régionales de l Habitat et de l Urbanisme et au niveau central, à travers la collecte et le traitement des informations relatives aux prix des matériaux de construction et aux volumes de la production et de la distribution des matériaux de construction pour l année

4 - Actualisation des répertoires des unités de production et de distribution des matériaux de construction ; - Collecte, saisie et traitement des données relatives aux prix des matériaux de construction pour l année 2004 ; - Calcul des indices des prix annuels des matériaux de construction pour 2004 aux niveaux des 16 villes concernées par la mise à jour des données ; - Agrégation des données avec calcul des indices des prix annuels des matériaux de construction au niveau national ; - Collecte, saisie et traitement des informations concernant les volumes de production et de distribution des matériaux de construction concernant l année 2004 ; - Production des indices relatifs aux volumes de production et de distribution des matériaux de construction pour l année 2004 avec analyse de leur évolution ; - Mise à jour et élaboration de la plaquette périodique. 4

5 II. ANALYSE DU SECTEUR DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION II.1. ANALYSE GLOBALE DU SECTEUR Malgré les efforts importants de l Etat en matière de viabilisation des terrains, à travers sa politique d aménagement et de développement urbain initiée dès les années 1970, la production de logements en milieu urbain, approchée par les statistiques sur les autorisations de construire, oscille depuis plusieurs années entre et logements par an, à l exception de l année 1996 qui a connu un essor avec le lancement du projet de Sala Al Jadida ( logements). Ce n'est qu'à partir de 2002 que la relance du secteur a commencé à s'affermir, en dépassant ainsi le seuil de logements (toutes typologies autorisées) en 2003, grâce : - Aux incitations fiscales mises en place par les pouvoirs publics dont notamment la défiscalisation des grands programmes d'habitat social (dispositif de l'article 19 de la loi de finances 1999 / 2000) ; - à la mobilisation à grande échelle du foncier public pour la réalisation de programmes de résorption de l'habitat insalubre et pour la promotion de l'habitat social de faible valeur immobilière totale (entre et H). Tableau 1 : Nombre d autorisations de construire, nombre de logements, surface de planchers et valeur prévue Désignation Nombre d autorisations de construire Nombre de logements autorisés Surface de planchers (1000 m²) Valeur prévue (millions de Dirhams) Source : Direction de la Statistique L'évolution des statistiques de la construction dénote, par ailleurs, une évolution ascendante mais sans augurer d'un chamboulement du processus de production ou de la morphologie du parc urbain. Pour illustrer ces propos, on peut avancer les quelques éléments suivants : - La prédominance de la typologie maison marocaine dans la structure des autorisations délivrées par les municipalités n'est pas encore sérieusement remise en cause, car le nombre moyen de logements par autorisation reste encore très bas, entre 2 et 2,3 logements durant la période ; - La superficie moyenne de planchers par logement continue paradoxalement de croître en passant de 137 m² en 1997 à 171 m² en 2003 ; - Le coût moyen du m² de plancher (à l'exclusion du prix du terrain) est également en progression en s'alourdissant chaque année de 2 à 3%, ce qui est légèrement supérieur au taux d'inflation. 5

6 Evolution du coût moyen du m² de plancher Dirhams/m² Sous l'impulsion donnée par les pouvoirs publics aux secteurs d'infrastructures et de l'habitat, le secteur BTP a connu une évolution ascendante que reflète l'évolution de plusieurs indicateurs dont notamment la progression de la production et des ventes du ciment, un des principaux inputs de ce secteur, cette progression s'est opérée au rythme moyen de 7% par an durant la période (7,4% par an durant la période ). Elle s'explique en partie par la dynamique enclenchée par les pouvoirs publics au secteur du logement. Tableau 2 : Ventes locales du ciment entre 1997 et 2004 (En milliers de Tonnes) Année Ventes Variation - -0,4% 1,1% 3,4% 7,7% 5,3% 9,3% 5,6% Source : Direction de la Statistique et Association Professionnelle des Cimentiers Comme conséquence globale de cette évolution, on note l'amélioration de l'indicateur structurel "consommation de ciment par habitant" qui est passé de 263 Kg / hab. en 1997 à 327 Kg/hab. en 2004, soit une augmentation de près de 25%. 6

7 Evolution des ventes locales du ciment en milliers de DH Tableau 3 : Evolution de la consommation de ciment au Maroc (kg/habitant) Maroc Source: Association Professionnelle des Cimentiers Néanmoins au regard de la situation d'autres pays, où ce ratio varie entre 500 et 1000 Kg/hab., l'on mesure l'ampleur et le potentiel de développement que recèle encore le secteur du BTP. Evolution de la consommation de ciment au Maroc (kg/habitant) Tableau 3bis : Consommation de ciment dans certains pays en 2001 (kg/habitant) Pays Maroc Algérie Turquie Tunisie Espagne Portugal Kg/hab Source: Association Professionnelle des Cimentiers 7

8 Consommation de ciment dans certains pays en 2001 Portugal Espagne 1060 kg/habitant 960 kg/habitant Tunisie 560 kg/habitant Turquie 490 kg/habitant Algérie 310 kg/habitant Maroc 280 kg/habitant Importance du secteur matériaux de construction dans le tissu industriel La branche de transformation des matériaux de carrière (branche 26), qui constitue une composante de base des matériaux de construction, se place en terme de production, parmi les 23 branches constituant le tissu industriel, au 5 ème rang en 2002 et au 4 ème rang en 2003, soit respectivement 7,1% et 7,5% de la production industrielle totale de ces deux années. En 2003, cette branche a dégagé un chiffre d affaires de 15,2 milliards de dirhams, soit 7,6 % du chiffre d'affaires global de l'ensemble des industries de transformation qui s'élève à 198,7 milliards de dirhams. La branche a ainsi enregistré un taux de croissance de 6,6% en 2003 par rapport à 2002, ce qui représente le double de la performance moyenne du secteur des industries de transformation (+ 3,4%). Il faut noter cependant que si cette branche fournit quasi-exclusivement des inputs de la construction, d'autres branches en fournissent partiellement, et elles sont au moins au nombre de cinq 1, si bien que l'ensemble des six branches produisant, totalement ou partiellement, des produits destinés à l'activité de construction représente près du tiers de la production industrielle pour les deux années 2002 et Ces branches sont: Branche 20 : Travail du bois et fabrication d articles en bois; Branche 24 : Industrie chimique; Branche 27 : Métallurgie; Branche 28 : Travail des métaux Branche 31 : Machines et appareils électriques 8

9 Structure du CA des branches industrielles en 2002 et ,8% 65,50% 24,8% 26,90% 7,4% 7,60% Branche 26 5 Branche MC Restes des Branches Source : Ministère du Commerce et de l Industrie Tableau 4 : Principales grandeurs par secteur en 2002 ( Valeur en millions de DH) Désignation Nombre d'établissements Effectif total Chiffre d'affaires Production Exportation Investissement Valeur Ajoutée INDUSTRIES ALIMENTAIRES INDUSTRIE CHIMIQUE COKEFACTION, RAFFINAGE, INDUSTRIES NUCLEAIRES INDUSTRIE DE L'HABILLEMENT ET DES FOURRURES FABRICATION D'AUTRES PRODUITS MINERAUX NON METALLIQUES INDUSTRIE TEXTILE FABRICATION DE MACHINES ET APPAREILS ELECTRIQUES INDUSTRIE DU PAPIER ET DU CARTON INDUSTRIE DU TABAC TRAVAIL DES METAUX METALLURGIE INDUSTRIE DU CAOUTCHOUC ET DES PLASTIQUES INDUSTRIE AUTOMOBILE TRAVAIL DU BOIS ET FABRICATION D'ARTICLES EN BOIS INDUSTRIE DU CUIR ET DE LA CHAUSSURE EDITION, IMPRIMERIE, REPRODUCTION FABRICATION DE MACHINES ET EQUIPEMENTS FABRICATION DE MEUBLES, INDUSTRIES DIVERSES FABRICATION D'EQUIPEMENTS DE RADIO, TELEVISION ET COMMUNICATION FABRICATION D'AUTRES MATERIELS DE TRANSPORT FABRICATION D'INSTRUMENTS MEDICAUX,DE PRECISION D'OPTIQUE RECUPERATION FABRICATION DE MACHINES DE BUREAU ET DE MATERIEL INFORMATIQUE Total Source : Ministère du Commerce et de l Industrie 9

10 Tableau 5 : Principales grandeurs par secteur en 2003 (Valeur en millions de DH) Désignation Nombre d'établissements Effectif total Chiffre d'affaires Production Exportation Investissement Valeur Ajoutée INDUSTRIES ALIMENTAIRES INDUSTRIE DU TABAC INDUSTRIE TEXTILE INDUSTRIE DE L'HABILLEMENT ET DES FOURRURES INDUSTRIE DU CUIR ET DE LA CHAUSSURE TRAVAIL DU BOIS ET FABRICATION D'ARTICLES EN BOIS INDUSTRIE DU PAPIER ET DU CARTON EDITION, IMPRIMERIE, REPRODUCTION COKEFACTION, RAFFINAGE, INDUSTRIES NUCLEAIRES INDUSTRIE CHIMIQUE INDUSTRIE DU CAOUTCHOUC ET DES PLASTIQUES FABRICATION D'AUTRES PRODUITS MINERAUX NON METALLIQUES METALLURGIE TRAVAIL DES METAUX FABRICATION DE MACHINES ET EQUIPEMENTS FABRICATION DE MACHINES DE BUREAU ET DE MATERIEL INFORMATIQUE FABRICATION DE MACHINES ET APPAREILS ELECTRIQUES FABRICATION D'EQUIPEMENTS DE RADIO, TELEVISION ET COMMUNICATION FABRICATION D'INSTRUMENTS MEDICAUX,DE PRECISION D'OPTIQUE INDUSTRIE AUTOMOBILE FABRICATION D'AUTRES MATERIELS DE TRANSPORT FABRICATION DE MEUBLES, INDUSTRIES DIVERSES RECUPERATION Total Source : Ministère du Commerce et de l Industrie En 2003, les branches qui fournissent partiellement ou quasi-exclusivement des inputs de la construction ont employé plus de personnes en équivalents permanents, soit près de 19% des effectifs de l ensemble des industries de transformation. Ces branches ont contribué aux créations de près de emplois nouveaux en 2003, soit près du tiers de l ensemble des emplois créées par les industries de transformation. 10

11 Ces branches, qui comptent établissements industriels, ont réalisé un chiffre d affaires de l ordre de 59 milliards de DH, enregistrant une augmentation de 8,9% par rapport à 2002, au moment où l accroissement moyen pour l ensemble des industries de transformation n a été que de 3,4%. En revanche, les exportations réalisées par ces branches ont connu une baisse de 3,7% par rapport à 2002, contre une augmentation de 2,8% pour l ensemble des industries de transformation. Parmi l ensemble de ces branches qui fournissent des inputs de la construction, seule la branche de transformation des matériaux de carrière (branche 26) a amélioré son chiffre d affaires à l exportation, passant de 421 millions de DH en 2002 à 603 millions de DH en 2003, soit un accroissement annuel de plus de 43%. Par ailleurs, ces branches ont réalisé en 2003 des investissements d un montant global de 3,7 milliards de DH, soit pratiquement le tiers des 11,2 milliards de DH d investissement réalisés par l ensemble des industries de transformation. En ce qui concerne la valeur ajoutée générée par ces branches, elle a atteint 18 milliards de DH en 2003, en augmentation de 3,3% par rapport à 2002, alors que la valeur ajoutée du secteur des industries de transformation a enregistré une baisse de 4,3% par rapport à La plupart de ces indicateurs montrent que les banches qui ont des débouchés dans la construction ont réalisé, en moyenne, des performances meilleures que le reste des branches industrielles. 11

12 II.2 DESCRIPTION ET ANALYSE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Le secteur des matériaux de construction est composé aujourd hui d un nombre important d unités de production et de façonnage couvrant la plupart des produits de base «grands matériaux» et ceux de finition ou technique. Parallèlement à une production importante et variée, s ajoute une importation très diversifiée et compétitive faisant du secteur l un des vecteurs de développement économique du pays. L ensemble des branches étant représentées : - Pour le gros uvre : ciment, matériaux de construction en terre cuite, produits préfabriqués à base de ciment, béton prêt à l emploi (BPE), chaux et fer à béton ; - pour le second uvre : un nombre considérable de produits sont soit fabriqués, soit importés, la qualité restant le facteur préoccupant (appareillage sanitaire, électrique, chauffage, menuiserie, quincaillerie ). Cependant, le pays reste désormais ouvert à toutes les gammes de produits sans système de protection laissant ainsi place à une forme d anarchie basée sur une compétitivité agressive au détriment de la notion de qualité. L absence de suivi d un système de normalisation et de certification laisse la porte ouverte à toute contrefaçon mettant ainsi le secteur du bâtiment dans une forme de sous normalisation, et ce malgré les efforts importants exercés par les hommes de l art et les bureaux d études techniques et de contrôle. Par ailleurs, les sociétés productrices de matériaux de construction restent localisées essentiellement entre Casablanca et Rabat. Les autres régions interviennent également mais dans une moindre mesure, sauf les centres de relais tels que Agadir, Fès, Tanger, etc. Mais, dans l ensemble, les unités de production et de distribution des matériaux de construction couvrent la plus grande partie du territoire national, avec une relative concentration dans les grandes agglomérations urbaines. Les importants programmes de logements sociaux et les chantiers des infrastructures portuaires, autoroutiers et autres, sont à la base aujourd hui d un essor économique remarquable qui a stimulé la production et l importation de matériaux de construction diversifiés selon les besoins exprimés, tant au niveau national que régional et local. En définitive, il est à relever que le secteur des matériaux de construction est de plus en plus développé au Maroc : - La majorité des matériaux de construction est produite localement, à l exception des ciments spéciaux, du bois (en grande partie) et du verre ; - les matériaux de gros uvre sont relativement abondants sur le plan national et régional et connaissent une forte concurrence, parfois entachée de contrefaçon ; - les matériaux de second uvre, en partie produits localement, subissent une forte concurrence par rapport aux produits importés d Europe et, depuis quelque temps, des pays asiatiques souvent à des prix défiant toute concurrence et en l absence de référentiel de qualité. 12

13 Processus de production du logement et description des différents corps d état et matériaux Le processus de production du bâtiment est un système organisé, structuré dans lequel prennent part plusieurs intervenants et acteurs, chacun dans un corps spécialisé, s organisant selon une planification et une coordination scientifique pour faire aboutir un ouvrage à son état final. La description des matériaux de construction passe nécessairement par la définition des différents corps de métiers qui les intègrent dans le cadre du processus de production. La production du logement, et du bâtiment de manière générale passe par différentes phases d'étude et de réalisation. Chacune de ces phases fait l'objet d'un respect strict de règles et de dispositions ; un ensemble de prescriptions normatives devrant accompagner toutes les tâches à réaliser, qu'elles aient trait aux études ou à l'exécution des travaux. Bien plus large que le cadre précis de ce chapitre qui se veut de traiter des matériaux de construction et des corps de métiers, nous avons préféré donner ci-après une vision plus large, une description détaillée du cadre général de la production du logement dans ses différentes étapes et phases de réalisation. Elle aidera à mieux assimiler le matériau et sa mise en uvre dans le processus global. Phasage et processus de production de l'habitat : 1- Acquisition du terrain : formalités juridiques et d'acquisition ; 2- Etude de sol : sondage et résultat de la nature géologique du sol par un laboratoire agréé. La détermination des strates constitutives du sol définit la résistance optimale du sol qui sert d'assise à la construction. 3- Etude du lotissement : étape de conception et d'aménagement du projet de lotissement par le concepteur, dans le respect des normes urbaines et des règles techniques en vigueur. 4- Etude architecturale : étape de conception architecturale du projet avec respect des normes urbaines, des règles de construction (règlement général de la construction) et des normes techniques en vigueur. 5- Etablissement des études techniques de VRD du lotissement : Etude des voiries principales, secondaires et des dessertes, avec la définition des prescriptions relatives au terrassement, couches de fondation, de base et type de revêtement et de trottoirs. - Etude d'assainissement ; - Etude d'eau potable ; - Etude d'électrification publique et de distribution ; - Etude des lignes téléphoniques. 13

14 6- Etablissement des études techniques et de contrôle. - Etude des structures : elles concernent les études béton armé et maçonnerie, en référence aux règles générales des études béton armé ; - Etudes techniques : elles sont relatives à l'installation électrique, la distribution sanitaire, le détail de menuiserie, le descriptif technique de la peinture, etc ; - Contrôle des études de structures et lots secondaires : par un bureau de contrôle agréé par l'etat. Ce contrôle est une obligation contractuelle régit par les règles de l'art. La généralisation de ce type de contrôle à tous les niveaux et les étapes de l'ouvrage constitue le garant du respect des normes et des règles de sécurité et de pérennité de l'ouvrage étudié. 7- Elaboration des dossiers d'appel d'offres et des marchés par lot : Conformément aux règlements en vigueur dans les marchés publics, les dossiers d'appel d'offres sont constitués de quatre parties distinctes et complémentaires : - Le cahier des prescriptions spéciales (C.P.S.) ; - Le cahier des prescriptions techniques (C.P.T.) ; - Le descriptif des ouvrages (D.O.) ; - Le bordereau des prix et détail estimatif (B.P.), évalue conformément à la description des ouvrages les prestations détaillées, élabore les prix et définit une offre. 8- Planification et ordonnancement des travaux : Le processus de production de l'habitat nécessite en dehors de la définition et de la maîtrise de toutes prestations techniques, l'organisation et l'ordonnancement des méthodes et tâches dans le processus de réalisation de l'ouvrage. 9- Exécution des travaux : Réalisation des travaux respectifs par lots successifs suivant les règles de l'art : Voiries et réseaux divers - Exécution des voiries ; - Mise en place des réseaux d'assainissement ; - Alimentation et distribution en eau potable ; - Réalisation de l'électrification et l'éclairage public ; - Réalisation des lignes téléphoniques. Construction par corps d'état - Gros uvre : c est l ensemble de matériaux mis en uvre qui assurent la solidité, la pérennité et la stabilité de l ouvrage. Il comprend les structures et les ossatures (les poteaux, les poutres, les dalles), les murs, les enduits extérieurs et intérieurs et toutes les prestations diverses liées au gros uvre. Dans ce corps de métier, interviennent principalement les matériaux suivants : le ciment, l acier, le sable, les graviers et toutes sortes d agrégats, la brique en terre cuite, les produits céramiques et autres composantes de ces matières premières tels que les agglomérés, les buses, les hourdis, etc. 14

15 - Etanchéité : il s agit de l ensemble des produits et des prestations qui permettent de rendre un bâtiment imperméable à l eau et à l humidité. Ce corps de métier fait intervenir principalement les matériaux suivants : le bitume, le goudron et les feutres cartonnés de différentes qualités et caractéristiques ( granu-minérale, aluminium, cuivre, etc.), et les enduits d application à froid ou à chaud. - Revêtement : c est l ensemble des produits et articles qui assurent le traitement des supports horizontaux et verticaux. Revêtement horizontal (de sol) : granitos, carreaux en gré, en ciment, marbres, parquet en bois, plastique (élastomère), etc. Revêtement vertical (de mur) : Carreau de faïence, de gré, composé minéral. Le plâtre peut être conçu parmi les revêtements dans le cas de faux plafonds, malgré son caractère particulier. - Menuiserie : il s agit de l ensemble des articles réalisés pour permettre les ouvertures et les fermetures de toutes les parties du bâtiment. La menuiserie est confectionnée généralement en matériaux divers et différents : le bois, l aluminium, le métal, etc. aluminium : il suit des prescriptions de réalisation des profilés extrudés et de dimensions différentes en fonction des ouvertures. Elles sont variables selon les types de fenêtres : coulissantes, ouvrantes à la Française, basculantes, pivotantes, fixes, etc. Le bois : Généralement, les bois utilisés sont : le sapin blanc et le sapin rouge, mais l ensemble des essences sont employées dans le bâtiment, les bois résineux, les bois feuillus et les bois exotiques. La menuiserie métallique : Elle est réalisée pratiquement de la même manière que pour la menuiserie aluminium, sauf qu elle a comme matière première le métal sous forme de profilé d encadrement et d ouvrant métallique et de la ferronnerie sous forme de grilles de protection. Son traitement est nécessaire pour éviter toutes formes de désordre et de corrosion. - Plomberie sanitaire : est constituée de l ensemble des articles qui permettent l alimentation, la distribution et l évacuation des eaux usées du logement. Il s agit notamment de : Canalisations d alimentation d eau potable, d évacuation des eaux usées : tubes en fer galvanisé, en PVC, en fonte, en cuivre, en ré tube, etc. Appareils sanitaires : lavabo, vasque, bidet, baignoire, W.C. évier, bac à laver, urinoir, etc. Robinetterie : Robinet simple, mélangeur, mitigeur, etc. - Electricité : c est l ensemble des produits et articles qui permettent d assurer l éclairage nécessaire dans un bâtiment. L installation électrique suit un certain nombre de règles, de normes et de labels de confort. 15

16 L électricité est constituée de trois grands volets : Le tubage iso ronge : généralement de section différentes en fonction de sa capacité et son emploi ; La filerie : également de section différentes en fonction de l intensité du courant électrique porté ; appareillage : divers et multiple, sa production au Maroc est de plus en plus assurée grâce aux efforts soutenus des fabricants marocains. - Peinture : C est le mode de traitement des supports intérieurs et extérieurs de la construction. Elle utilise trois familles de produits correspondant à des prestations différentes et complémentaires dans la construction : Enduit tout prêt, premier traitement des supports à l état brut ; Peinture vinylique, mat essence, produits les plus couramment utilisés ; Peinture laquée ou glycérophtalique, pour le traitement en général des supports verticaux des pièces humides du logement. - Vitrerie : elle s associe parfois dans le corps d état peinture, mais son origine est différente. La vitrerie est une technique particulière de coulage du verre de natures et qualités variées. Elle est en quasi-totalité importée. Au Maroc, il existe principalement des importateurs, des grossistes qui découpent le verre en fonction de sa taille, sa nature, et son épaisseur. Il existe sur le marché une gamme de verre très variée. 10- Contrôle des travaux par les différents intervenants : - Architecte ; - BET ; - Bureau de contrôle. 11- Réception provisoire et définitive des travaux par lot et globale 12- Certification des garanties décennales pour les parties structures et des lots techniques. Le processus de production de l'habitat montre l'importance et la complexité des différentes tâches successives intervenant dans l'acte de bâtir. Chacune des tâches relève d'un procès auquel la réglementation marocaine en terme de normalisation est appelée à cadrer et à maîtriser. Dans ce qui suit, est présentée une analyse des matériaux les plus usités dans la construction, mettant en valeur, leurs procédés de fabrication, l identification des producteurs et circuits de distribution, l évolution du secteur, l étude de prix, les goulots d étranglement et les perspectives d avenir. L analyse concerne, conformément aux termes de référence de l étude, les matériaux suivants : - Le ciment ; - l acier ; 16

17 - la terre cuite ; - les produits issus des minéraux (sable et gravier) ; - la chaux ; - le béton et les dérivés du béton ; - les agglomérés et articles en ciment ; - les matériaux de construction en céramique ; - les produits en marbre et en ardoise ; - le plâtre, le gypse et les produits du plâtre ; - l étanchéité ; - le bois ; - le plastique ; - la peinture ; et - le verre plat. 17

18 II.2.1 LE CIMENT Présentation du matériau : Le ciment est l un des composants clé de la construction moderne. Utilisé essentiellement dans le gros oeuvre, son emploi dans la réalisation des revêtements et de l étanchéité n est pas moins important. Grand consommateur d énergie thermique, il demeure relativement bon marché eu égard au manque de substitut de ce liant. L industrie cimentière réalise 51% du chiffre d affaires de l industrie des matériaux de construction. Ce secteur reste le mieux structurés au Maroc. Procédé de fabrication : Le ciment est une poudre minérale faisant partie de la famille des liants hydrauliques permettant : - d agglomérer du sable pour avoir le mortier et ; - d agglomérer du sable avec des granulats pour obtenir du béton. Il existe deux modes de fabrication de ciment : par voie sèche et par voie humide. Les unités de production procèdent à la fabrication par voie sèche, plus économe en énergie. En général, le ciment est fabriqué dans des unités classiques équipées d un four tournant. Le processus de fabrication de ciment comporte trois étapes : - Fabrication du clinker: cette phase comprend l extraction, le transport, le broyage et l homogénéisation des matières premières : carbonate de calcium, silice, alumine, oxyde ferrique, elle aboutit à l élaboration d une poudre de composition chimique précise ; - Cuisson : le mélange obtenu est introduit dans des fours rotatifs chauffés au voisinage de 1450, provoquant la combinaison du calcaire et de l argile : le clinker qui est refroidi et stocké ; - Fabrication du ciment : le clinker est repris et finement broyé à l aide de broyeurs à boulets. Suivant le broyage, une faible quantité de gypse (environ 5 %) et adjuvants est incorporée. Différentes qualités de ciment sont fabriquées : - CM 25 (ciment à maçonner), il s agit d un ciment d une faible résistance destiné seulement à la confection des enduits ; 18

19 - CPJ 35 (Ciment Portland Composé) produit par toutes les cimenteries. C est le ciment le plus utilisé au Maroc ; - CPJ 45 (Ciment Portland Composé) produit par toutes les cimenteries, il s agit de la meilleure qualité utilisée pour la fabrication du béton prêt à l emploi ; - CPA 55 (Ciment Portland Artificiel) qui est un ciment haut de gamme fabriqué en très faibles quantités. Pour le ciment blanc, les besoins sont essentiellement couverts par des importations. Identification des producteurs et circuits de distribution Au Maroc, l industrie cimentière est ancienne, la première unité de production fût ouverte en 1913 à Casablanca. L industrie cimentière est l une des activités industrielles les mieux structurées et les mieux réparties sur le territoire national. Elle se caractérise aussi par la modernité de ses installations et par l ouverture de son capital à l investissement privé national et étranger. En effet, elle réalise près de 45% de la valeur de la production et près de 50% de la valeur ajoutée du secteur des matériaux de construction ; alors qu elle représente seulement 1% des établissements industriels intervenant dans le secteur et le taux d embauche ne dépasse guère 1%. Actuellement, le secteur cimentier marocain compte 4 grandes sociétés, filiales de multinationales, disposant de 10 unités industrielles de production couvrant l ensemble du territoire national, dont une est spécialisée dans l importation du ciment blanc. La capacité de production du ciment est évaluée à 10,55 millions de tonnes et la capacité de broyage du clinker est de 12,13 millions de tonnes. Lafarge Maroc, filiale du groupe international Lafarge et du groupe ONA, exploite quatre usines à Casablanca, Meknès, Tanger et Tétouan. La capacité de production globale de ces usines est de 4 millions de tonnes. Une nouvelle usine à Tétouan, d une capacité de production de 1 million de tonnes, a démarré en 2003 ; cette unité se caractérise par une consommation énergétique produite en grande partie par une centrale éolienne. Lafarge Maroc revendique une part de marché de 41,5% et assure 37% de la production nationale. Ciments du Maroc, filiale du cimentier français Ciments Français (lui-même contrôlé par Italcementi Group), possède trois usines à Agadir, Marrakech et Safi ainsi qu un centre d ensachage à Jorf Lasfar et un centre de broyage à Laâyoune. La capacité de production globale de cette cimenterie est de 3 millions de tonnes. Cette cimenterie détient 27,8% du marché et assure 31% de la production nationale. 19

20 Holcim (Maroc), ex CIOR, filiale du groupe cimentier suisse Holcim, exploite deux usines l une à Oujda et l autre à Fès ainsi que deux centres d ensachage et de broyage l un à Fès et l autre à Nador et un centre d ensachage à Casablanca. La capacité de production globale de cette cimenterie est de 2,2 millions de tonnes. Une nouvelle usine, d une capacité de production de 1 million de tonnes, est prévue à Settat vers Cette cimenterie détient 21,7% du marché et assure 20,4% de la production nationale. Un nouveau broyeur utilisant une nouvelle technique de broyage (pour un investissement de 400 millions de DH) est entré en service fin 2004 dans l usine de Fès ; la production de cette unité passerait alors de à tonnes. Asment-Témara, reprise par le groupe cimentier portugais Cimpor (depuis 1996), exploite une usine à Aïn Atig qui peut produire de tonnes de ciment par an. Cette cimenterie détient 9% du marché et assure 11,6% de la production nationale. Par ailleurs, le marché national est bien partagé entre les différents acteurs, la répartition géographique des usines fait ressortir une dominance de : - Lafarge dans le Nord-Ouest ; - Ciments du Maroc dans le Sud ; - Holcim dans le Nord-Est. Le tableau suivant donne la localisation géographique des unités de production du ciment avec leur potentiel de production et les zones couvertes par les différentes firmes. Tableau 6 : Localisation et capacité de production des cimenteries en 2004 Unités de production Localisation Capacité de production (T/an) Part du marché Part dans la production nationale Lafarge Maroc Bouskoura, Meknès, Tanger et Tétouan ,5% 37,0% Ciments du Maroc Agadir, Marrakech et Safi ,8% 31,0% Holcim Maroc Oujda, Fès, Nador et Casablanca ,7% 20,4% Asment-Témara Aïn Atig ,0% 11,6% Ensemble ,0% 100,0% Source : Ministère du Commerce et de l Industrie Le graphique suivant illustre la répartition du marché entre les différentes cimenteries et la structure de la production au niveau national. 20

EVOLUTION DES INDICES DES PRIX DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION AU NIVEAU 2005-2012

EVOLUTION DES INDICES DES PRIX DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION AU NIVEAU 2005-2012 ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE INSPECTION REGIONALE DE SOUSS MASSA DRAA EVOLUTION DES INDICES DES PRIX DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION AU NIVEAU DE

Plus en détail

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN Avant d attaquer les travaux, les étapes suivantes doivent être réalisées: le terrain a été acheté. le notaire a édité tous les papiers administratifs nécessaires. les plans ont été dessinés et validés

Plus en détail

CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION CONTEXTE GÉNERAL L optimisation de la logistique des flux de matériaux de construction est une

Plus en détail

Table des matières générale 1

Table des matières générale 1 Table des matières générale page 1 Table des matières générale 1 0 - Clauses communes Chap. 1 - Clauses générales pour opérations à lot unique 1/1 Définition de l opération Réglementations Lots 1/2 Spécifications

Plus en détail

Profil Cimenterie d Oujda

Profil Cimenterie d Oujda Profil Cimenterie d Oujda Plus proches de nos clients. Broyage La cimenterie d Oujda Mise en service en 1978, la cimenterie est située à 45 km à l'ouest de la ville d'oujda, sur la nationale Oujda - Casablanca.

Plus en détail

Textes généraux. Ministère de l économie, des finances et de l industrie

Textes généraux. Ministère de l économie, des finances et de l industrie J.O n 12 du 15 janvier 1998 page 623 texte n Textes généraux Ministère de l économie, des finances et de l industrie Décret no 98-28 du 8 janvier 1998 relatif à la composition du cahier des clauses techniques

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité 1 Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité RTE est le responsable du réseau de transport d électricité français. Opérateur de service public, il a pour mission l exploitation, la maintenance

Plus en détail

Chapitre 17 : INDUSTRIES

Chapitre 17 : INDUSTRIES Chapitre 17 : INDUSTRIES 1. Présentation... 2. Méthodologie... 3. Sources de documentation... 4. Graphiques... 5. Tableaux... LISTE DES TABLEAUX Tableau 17. 1: Indice de la production industrielle (base

Plus en détail

INSTITUT SCIENTIFIQUE - RABAT

INSTITUT SCIENTIFIQUE - RABAT 1 BORDEREAU DES DETAIL ESTIMATIF (B.P.D.E) INSTITUT SCIENTIFIQUE - RABAT Travaux de construction de trois salles d exposition et d un foyer à l Institut Scientifique Rabat LOT UNIQUE Prix total 1. DEMOLITION

Plus en détail

Lafarge Maroc. Rencontre avec les Médias et les Analystes Financiers

Lafarge Maroc. Rencontre avec les Médias et les Analystes Financiers Lafarge Maroc Rencontre avec les Médias et les Analystes Financiers > Le 13 mai 2014 Notre matinée d échanges Résultats de l exercice 2013 Projets d avenir de Lafarge Maroc Construire des villes meilleures

Plus en détail

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours NOTE RELATIVE A L ENQUETE SUR LES CREDITS IMMOBILIERS Le secteur immobilier connait un essor important sous l impulsion conjuguée des actions des pouvoirs publics et d une politique d offre de crédit plus

Plus en détail

ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale

ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale GRANDS AXES DE LA POLITIQUE ENERGÉTIQUE DU MAROC Le renforcement de la sécurité d approvisionnement en energies à travers la diversification des sources et ressources,

Plus en détail

1.3 Caractéristiques et emplois des ciments

1.3 Caractéristiques et emplois des ciments 1.3 Caractéristiques et emplois des ciments L industrie cimentière met aujourd hui à la disposition de l utilisateur un grand nombre de ciments qui présentent des caractéristiques bien définies et adaptées

Plus en détail

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Version intégrale 2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Par rapport aux séries 2 publiées l'année précédente sur le stock de capital (SDC) et les amortissements, trois adaptations méthodologiques ont été pratiquées

Plus en détail

UTILISATION DE PLANS ET DEVIS MODULE 5

UTILISATION DE PLANS ET DEVIS MODULE 5 UTILISATION DE PLANS ET DEVIS MODULE 5 Les précisions d éléments de contenu A. Repérer des éléments sur des plans : d installations électriques; d architecture; de climatisation; de plomberie. Les dessins

Plus en détail

D O S S I E R D E P R E S S E

D O S S I E R D E P R E S S E Une plateforme industrielle intégrée de nouvelle génération pour renforcer l attraction régionale de Nouaceur Sommaire 1. Lancement par Sa Majesté le Roi de la plateforme industrielle intégrée de nouvelle

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 «Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 Septembre 2009 Introduction Le Greffe du tribunal de commerce de Paris a réalisé à la

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

Côté 7ème. Côté 7ème

Côté 7ème. Côté 7ème Côté 7ème Marseille 7ème - 9/11/13 rue Joël Recher Notice descriptive - Bureaux 1 / 5 28/08/2013 Sommaire : 1. Le Bâtiment 1.1. Gros œuvre 1.2. Façades 1.3. Couverture 2. Les aménagements extérieurs 2.1.

Plus en détail

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc Activité Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc PNR Monts d Ardèche 1-Dynamique du marché Caractéristiques du secteur d activité et perspectives (au niveau national)

Plus en détail

Chapitre II ; Le ciment Portland 2011

Chapitre II ; Le ciment Portland 2011 CHPITRE II LE CIMENT 2.1 Définitions a. Liant hydraulique : des poudres finement brayées qui avec le contact d eau font prise et durcissent sous des processus physico-chimiques complexes. b. Ciment : Le

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE CHALET

FICHE TECHNIQUE CHALET Chalet FICHE TECHNIQUE CHALET I- DESCRIPTION ET UTILITE DU PRODUIT : C est une construction préfabriquée modulaire, à multiple usages (Habitation, Bureau, Réfectoire, Sanitaire, ), Cette diversité de modules

Plus en détail

Mur extérieur «mur PAMAflex»

Mur extérieur «mur PAMAflex» A 1. Description Elément préfabriqué hautement isolé composé d une paroi portante en béton de 14 cm d épaisseur, d une couche d isolation de 27 cm de polyuréthane, épaisseur totale du mur de 41 cm. Un

Plus en détail

Besoins en investissement de transport public urbain à l échelle nationale

Besoins en investissement de transport public urbain à l échelle nationale Journées Nationales du Transport Urbain Session 3 24 septembre 2013 Besoins en investissement de transport public urbain à l échelle nationale M. Nour-Eddine Boutayeb, Wali Secrétaire Général du Ministère

Plus en détail

Rénovation d une grange en deux logements sociaux Et un bureau de poste

Rénovation d une grange en deux logements sociaux Et un bureau de poste Maître de l ouvrage : Commune de GRILLY Opération : Rénovation d une grange en deux logements sociaux Et un bureau de poste 34, chemin Jacques Belay 01 220 GRILLY Cahier des Clauses Techniques Particulières

Plus en détail

D A K A R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Dakar

D A K A R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Dakar D A K REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

Ilot 3 - ESPACE MEDITERRANEE PERPIGNAN

Ilot 3 - ESPACE MEDITERRANEE PERPIGNAN DESCRIPTIF DE VENTE Ilot 3 - ESPACE MEDITERRANEE PERPIGNAN GROS ŒUVRE Terrassements généraux. Fondations par pieux selon l étude de sol et le calcul du Bureau d Etude Technique (BET). Ossature générale

Plus en détail

TRAITEMENT DES DÉCHETS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

TRAITEMENT DES DÉCHETS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS TRAITEMENT DES DÉCHETS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS UN CHANTIER D AVENIR Direction Départementale de l Equipement de la Sarthe Décembre 2002 DÉCHETS DU BTP : DE NOUVEAUX COMPORTEMENTS A ADOPTER Le

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment

matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment matériaux, innovation, éco-conception et bâtiment Renaud Caplain Maître de conférences CNAM Paris vendredi 30 janvier 2009 1 Les matériaux dans le bâtiment Trois grandes catégories et, très vite, une quatrième.

Plus en détail

Devis Estimatif - Projet de maisons en bois - Estimatif des trvaux de maçonnerie et de second oeuvre

Devis Estimatif - Projet de maisons en bois - Estimatif des trvaux de maçonnerie et de second oeuvre L'estimation ci-après est établie suivant les plans du modèle "ANCA". Les prix sont donnés à titre indicatif et représentent le marché moyen en Ile de France à ce jour. Ils ne peuvent représenter une valeur

Plus en détail

Commune de Chambly RENOVATION PARTIELLE DE LA COUVERTURE AUX TENNIS COUVERTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P)

Commune de Chambly RENOVATION PARTIELLE DE LA COUVERTURE AUX TENNIS COUVERTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) Commune de Chambly RENOVATION PARTIELLE DE LA COUVERTURE AUX TENNIS COUVERTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) 1 SOMMAIRE GENERALITES...3 1.1 OBJET DU MARCHE...3 1.2 INTERVENANTS...3

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

Indice des prix à la production et à l importation

Indice des prix à la production et à l importation 05 Prix 982-1100 Indice des prix à la production et à l importation Neuchâtel, 2011 Qu est-ce que l indice des prix à la production et à l importation? L indice des prix à la production (IPP) mesure l

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Indications pour la conception, la construction et la mise en place de dalle de toilettes

FICHE TECHNIQUE. Indications pour la conception, la construction et la mise en place de dalle de toilettes FICHE TECHNIQUE Indications pour la conception, la construction et la mise en place de dalle de toilettes 2.1.1. FIT1 Date de rédaction de la 1 ière version : vendredi 1er juin 2012 Version : vendredi

Plus en détail

ACHEVEMENT DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION D'UNE UNITE DE PRODUCTION A KSAR EL BOUIYA C.R ARABE SEBAH GHRIS ARFOUD PROVINCE ERRACHUDIA

ACHEVEMENT DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION D'UNE UNITE DE PRODUCTION A KSAR EL BOUIYA C.R ARABE SEBAH GHRIS ARFOUD PROVINCE ERRACHUDIA ACHEVEMENT DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION D'UNE UNITE DE PRODUCTION A KSAR EL BOUIYA C.R ARABE SEBAH GHRIS ARFOUD PROVINCE ERRACHUDIA N DESIGNATION DES OUVRAGES A.1 Sol en Granito Poli A-REVETEMENT Le mètre

Plus en détail

CONTAINER HABITABLE CONTAINERS SOLUTIONS

CONTAINER HABITABLE CONTAINERS SOLUTIONS CONTAINER HABITABLE CONTAINERS SOLUTIONS Route du Camp d aviation Z.I. Sud Estuaire, 44320 Saint-Viaud - France www.container-habitable.fr Tel: +33 698 721 937 // +33 604 190 553 mail: contact@container-habitable.fr

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

DES COUTS DES FACTEURS COMPETITIFS

DES COUTS DES FACTEURS COMPETITIFS DES COUTS DES FACTEURS COMPETITIFS Depuis la dévaluation du franc CFA en janvier 1994, les coûts des facteurs sont devenus encore plus compétitifs. Néanmoins, le Gouvernement ivoirien s est engagé à poursuivre

Plus en détail

Conférence Nationale Villes et Energies Durables BILAN ET PROGRAMME NATIONAL D ÉFFICACITE ENERGETIQUE À L HORIZON 2030

Conférence Nationale Villes et Energies Durables BILAN ET PROGRAMME NATIONAL D ÉFFICACITE ENERGETIQUE À L HORIZON 2030 MINISTERE DE L ENERGIE Agence Nationale pour la Promotion et la Rationalisation de l Utilisation de l Energie Conférence Nationale Villes et Energies Durables BILAN ET PROGRAMME NATIONAL D ÉFFICACITE ENERGETIQUE

Plus en détail

Prix Unitaires en (DH) Prix Total. Désignation des Prestations U Qté. (hors T.V.A.) 1.0 DEMOLITIONS ET DEPOSES

Prix Unitaires en (DH) Prix Total. Désignation des Prestations U Qté. (hors T.V.A.) 1.0 DEMOLITIONS ET DEPOSES TRAVAUX D AMENAGEMENT ET D INSTALLATION DU SIEGE DE LA FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES ECONOMIQUES ET SOCIALES RABAT AGDAL ET DE L ANNEXE DU GRAND MAGHREB N 1.0 DEMOLITIONS ET DEPOSES 1.0.1 Démolition

Plus en détail

Construction d'un groupe de deux T3

Construction d'un groupe de deux T3 Construction d'un groupe de deux T3 DEVIS QUANTITATIF / ESTIMATIF MAÎTRE D'OUVRAGE Mr Modèle Fac-Similé Rue de la Paix 20137 Porto Vecchio MAÎTRE D'OEUVRE Lotissement Cavu-Vèrdiola Route de Cavu 20144

Plus en détail

Avenue des Frênes 77 411 MONTEVRAIN NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE IMMOBILIER

Avenue des Frênes 77 411 MONTEVRAIN NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE IMMOBILIER Avenue des Frênes 77 411 MONTEVRAIN NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE IMMOBILIER 1/6 LE NEST PARTIES COMMUNES CLOS COUVERT GROS OEUVRE : Fondations suivant étude géotechnique, Dallage béton armé, Réalisation

Plus en détail

>I Introduction I. Quelques chiffres. La maison individuelle en France. 55 % de maisons individuelles. Individuel isolé 181 500

>I Introduction I. Quelques chiffres. La maison individuelle en France. 55 % de maisons individuelles. Individuel isolé 181 500 La maison individuelle en France g En 2006, sur 421 000 logements construits 55 % de maisons individuelles g Le parc actuel 17,2 millions de maisons individuelles, dont 14,1 de résidences principales Individuel

Plus en détail

L industrie automobile au Maroc

L industrie automobile au Maroc المملكة المغربية Royaume du Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs L industrie automobile au Maroc -Performance à l export- -Décembre 203- Introduction L ouverture commerciale et la

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

1 ER APPLICATEUR DE CHAPES DANS LA GRANDE RÉGION NORD UNE CHAPE ADAPTÉE À VOTRE CHANTIER. solutions de ravoirage (léger, classique, isolant)

1 ER APPLICATEUR DE CHAPES DANS LA GRANDE RÉGION NORD UNE CHAPE ADAPTÉE À VOTRE CHANTIER. solutions de ravoirage (léger, classique, isolant) 1 ER APPLICATEUR DE CHAPES DANS LA GRANDE RÉGION NORD Spécialisé dans l application de chapes depuis une dizaine d années, Piazza est devenu un référent en la matière. L entreprise allie savoir-faire et

Plus en détail

DESCRIPTIF SOMMAIRE DES TRAVAUX

DESCRIPTIF SOMMAIRE DES TRAVAUX DESCRIPTIF SOMMAIRE DES TRAVAUX CARACTERISTIQUES TECHNIQUES GENERALES DE L IMMEUBLE INFRASTRUCTURE ET FONDATIONS - Les fondations seront renforcées si nécessaire suivant l étude de l ingénieur structure

Plus en détail

Lafarge France et l économie circulaire

Lafarge France et l économie circulaire Lafarge France et l économie circulaire Zoom sur l écologie industrielle Mai 2013 Les activités de Lafarge Le Groupe La France est le berceau historique du Groupe depuis 1833 Le Groupe Lafarge est leader

Plus en détail

S O M M A I R E SYNTHESE DE L ACTIVITE PORTUAIRE...1 TRAFICS GLOBAUX...3 STATISTIQUES PAR PORT.. 7 TRAFIC PAR MODE DE CONDITIONNEMENT...

S O M M A I R E SYNTHESE DE L ACTIVITE PORTUAIRE...1 TRAFICS GLOBAUX...3 STATISTIQUES PAR PORT.. 7 TRAFIC PAR MODE DE CONDITIONNEMENT... S O M M A I R E SYNTHESE DE L ACTIVITE PORTUAIRE...1 TRAFICS GLOBAUX.....3 STATISTIQUES PAR PORT.. 7 TRAFIC PAR MODE DE CONDITIONNEMENT...... 11 TRAFICS SPECIFIQUES....19 PRINCIPAUX PRODUITS PAR PORT...33

Plus en détail

Lafarge Maroc : Activités et implantation

Lafarge Maroc : Activités et implantation Lafarge Maroc : Activités et implantation Ciment : 4 usines à Bouskoura, Meknès, Tanger et Tétouan BPE : 10 centrales à béton situées à Casablanca, Berrechid, Rabat, Salé, Meknès, Larache et Tanger Granulats

Plus en détail

Castel Clara. L Exigence de l Expérience au Service de la Qualité. Notice Descriptive Sommaire

Castel Clara. L Exigence de l Expérience au Service de la Qualité. Notice Descriptive Sommaire Castel Clara L Exigence de l Expérience au Service de la Qualité Notice Descriptive Sommaire 1.Caractéristiques générales des maisons Murs de façade composés de l extérieur vers l intérieur d un mur en

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 1 bis du 25 janvier 2008 C2007-132 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l emploi du 15 novembre

Plus en détail

L organisation d un projet de Construction et les différents acteurs

L organisation d un projet de Construction et les différents acteurs L organisation d un projet de Construction et les différents acteurs L organisation d un projet de construction et les acteurs Dans un projet de bâtiment ou de travaux publics, la construction est le fait

Plus en détail

F1106 - Ingénierie et études du BTP

F1106 - Ingénierie et études du BTP Appellations (Construction / Génie Civil - Bâtiment - Gros œuvre) F1106 - Ingénierie et études du BTP Chargé / Chargée d'affaires BTP Conseiller / Conseillère technique habitat écologique Ingénieur / Ingénieure

Plus en détail

Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires. Les ciments, liants hydrauliques

Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires. Les ciments, liants hydrauliques Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires Les ciments, liants hydrauliques Définition Norme NF P 15-301 de 1994 : «Le ciment est un liant hydraulique, c est-à-dire une matière

Plus en détail

F1106 - Ingénierie et études du BTP

F1106 - Ingénierie et études du BTP Appellations Acousticien / Acousticienne BTP Chargé / Chargée d'affaires BTP Chargé / Chargée d'affaires BTP en génie climatique et énergétique Chargé / Chargée d'affaires de la construction Chargé / Chargée

Plus en détail

Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France

Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France C. Piquet 1 Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France Christian Piquet France Bois

Plus en détail

Projet de Loi de finances 2013

Projet de Loi de finances 2013 Projet de Loi de finances 2013 Crédit d impôt développement durable article 200 quater applicable à l acquisition des matériaux d isolation thermique des parois vitrées, des volets isolants et des portes

Plus en détail

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Conseil National du Commerce Extérieur L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Anticiper Partager Agir 2005 www.cnce.org.ma CHAPITRE I : Sommaire LES INDICATEURS DE

Plus en détail

«VILLA COSY» REALISATION DE 28 LOGEMENTS COLLECTIFS. 4, rocade de la croix St Georges, 77600 Bussy saint Georges

«VILLA COSY» REALISATION DE 28 LOGEMENTS COLLECTIFS. 4, rocade de la croix St Georges, 77600 Bussy saint Georges «VILLA COSY» REALISATION DE 28 LOGEMENTS COLLECTIFS. 4, rocade de la croix St Georges, 77600 Bussy saint Georges NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE DES EQUIPEMENTS ET PRESTATIONS INTERIEURS MAITRE D OUVRAGE SCCV

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

BATIPRO distribution. Le 1 er réseau de distribution de matériaux de construction au maroc

BATIPRO distribution. Le 1 er réseau de distribution de matériaux de construction au maroc BATIPRO distribution Le 1 er réseau de distribution de matériaux de construction au maroc Batipro Distribution Le Maroc évolue et son commerce de proximité doit aujourd hui se moderniser sous peine de

Plus en détail

POSE DES OUVRAGES. «Etanchéité des menuiseries»

POSE DES OUVRAGES. «Etanchéité des menuiseries» 1/10 POSE DES OUVRAGES. «Etanchéité des menuiseries» S5.4: MATERIAUX COMPOSANTS DU SECTEUR PROFESSIONNEL. C1.1: Décoder, analyser les données de définition. C4.5: Conduire les opérations de pose sur chantier.

Plus en détail

Le Kubismo Résidence de 14 logements Angle Jean Crespon / Bd Pompidou

Le Kubismo Résidence de 14 logements Angle Jean Crespon / Bd Pompidou Le Kubismo Résidence de 14 logements Angle Jean Crespon / Bd Pompidou 30000 NÎMES NOTICE DESCRIPTIVE Descriptif sommaire Immeuble BBC de 5 étages comprenant 14 appartements 5 P2 et 8P3. et 1 P4 Parking

Plus en détail

COMPÉTITIVITÉ DES PRODUITS PVC

COMPÉTITIVITÉ DES PRODUITS PVC COMPÉTITIVITÉ DES PRODUITS PVC Une approche du coût total de possession Prof. Alessandro Marangoni Présentation de l'étude Bruxelles, 8 novembre 2011 Sommaire 1. Objectifs et description 2. La méthodologie

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION. octobre 2013

DOSSIER THÉMATIQUE LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION. octobre 2013 DOSSIER THÉMATIQUE crédit photo : Prod. Numérik - Fotolia octobre 2013 LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION Pour un investissement à longue durée de vie comme un bâtiment, l approche en coût global est

Plus en détail

II- PRESENTATION DU PROGRAMME DE BUREAUX

II- PRESENTATION DU PROGRAMME DE BUREAUX SOMMAIRE I- LES GRANDES TERRES II- PRESENTATION DU PROGRAMME DE BUREAUX II-1 LE PROJET : HIGH TECH OFFICE II-2 PLAN MASSE II-3 PLANS ET DESCRIPTIF SOMMAIRE II-4 PLANS DES FACADES II-5 TABLEAU DES SURFACES

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Août 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc?

Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc? Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc? Au cours de la dernière décennie, la politique des grands chantiers initiée et conduite par SA MAJESTE LE ROI MOHAMMED VI que dieu l assiste a permis de développer

Plus en détail

L emploi scientifique dans le secteur privé

L emploi scientifique dans le secteur privé L emploi scientifique dans le secteur privé LES CHERCHEURS DANS LE SECTEUR PRIVE L évolution des effectifs de chercheurs dans les entreprises En 2004, les entreprises emploient plus de 105 000 chercheurs

Plus en détail

Mieux connaître le secteur du bâtiment

Mieux connaître le secteur du bâtiment iche d animation Compétence B3 Mieux connaître le secteur du bâtiment Objectif Permettre aux élèves de découvrir la diversité des métiers du bâtiment et les caractéristiques de ce secteur. Matériel nécessaire

Plus en détail

Travaux de Maçonnerie

Travaux de Maçonnerie Commune d Allonnes Cahier des charges techniques particulières Aménagement extérieur du clos des jardinets Travaux de Maçonnerie Clos des jardinets - 1-7 SOMMAIRE Généralités...- 3 - Installations de chantier...-

Plus en détail

LOT N 03 SERRURERIE SOMMAIRE

LOT N 03 SERRURERIE SOMMAIRE CONSEIL GENERAL de la SOMME Transfert de l imprimerie située au 40 rue de la République vers le 10 rue des Louvels 80000 AMIENS 3.1 LOT N 03 SERRURERIE SOMMAIRE 3.1 ETENDUE DES TRAVAUX REGLEMENTATIONS

Plus en détail

www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances?

www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances? www.hdgdev.com Eco matériaux Quelles performances, quelles assurances? 1 Contexte L effet de serre un phénomène naturel Contexte Le changement climatique en chiffres 2 Contexte Contexte Le climat en 2100

Plus en détail

R.E.Pos la Roulotte à Energie POSitive

R.E.Pos la Roulotte à Energie POSitive R.E.Pos la Roulotte à Energie POSitive 1 PRESENTATION DE R.E.POS ( ROULOTTE A ENERGIE POSITIVE) Née de l association des compétences des Sociétés Leroux Gonssard et Lignobat, la roulotte à énergie positive

Plus en détail

Vu le décret n 2-94-830 du 18 chaabane 1415 (20 janvier 1995) relatif aux attributions et à l'organisation du ministère de l'habitat ;

Vu le décret n 2-94-830 du 18 chaabane 1415 (20 janvier 1995) relatif aux attributions et à l'organisation du ministère de l'habitat ; Arrêté du secrétaire d'etat auprès du ministre chargé de l'aménagement du territoire, de l'environnement, de l'urbanisme et de l'habitat, chargé de l'habitat n 934-99 du 5 safar 1420 (21/05/1999) étendant

Plus en détail

PRESENTATION DE L AGENCE NATIONALE DES PORTS. Avril 2011

PRESENTATION DE L AGENCE NATIONALE DES PORTS. Avril 2011 PRESENTATION DE L AGENCE NATIONALE DES PORTS Avril 2011 1 Mise en place d un cadre législatif et réglementaire L instauration par la Loi 15-02 de: l obligation d exercice des activités portuaires dans

Plus en détail

IMPORTEURS - EXPORTATEURS

IMPORTEURS - EXPORTATEURS Août 2013 IMPORTEURS - EXPORTATEURS Service Etudes CCI Indre Importateurs - Exportateurs Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE Page LES OPERATEURS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

DETAIL ESTIMATIF CABINET ARCHITECTURE AMENAGEMENT BOUBAD SAID AGENCE DE TAROUDANNT. Prix unitaires en hors T.V.A.

DETAIL ESTIMATIF CABINET ARCHITECTURE AMENAGEMENT BOUBAD SAID AGENCE DE TAROUDANNT. Prix unitaires en hors T.V.A. AGENCE DE TAROUDANNT DETAIL ESTIMATIF N Désignations des prestations U Quant 100- GROS ŒUVRE 100.01 Démolution des ouvrages existants Forfait F 1 100.02 Cloisons en briques creuses de 6 trous le métre

Plus en détail

CREATION D UN GROUPE SCOLAIRE

CREATION D UN GROUPE SCOLAIRE S.I.C.A. HABITAT RURAL DE LA SAVOIE 40, rue du Terraillet 73190 SAINT BALDOPH Tél. 04 79 33 06 94 Fax 04 79 85 69 92 E-mail : info@sica-hr.com Dossier 1918-2011 SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE ST OFFENGE CREATION

Plus en détail

Résistance au feu des produits de construction

Résistance au feu des produits de construction Résistance au feu des produits de construction Un recueil sur CD-ROM Référence : 3132131 CD ISBN : 978-2-12-132131-8 Année d édition : 2015 Analyse Résistance au feu des produits de construction présente

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Le groupe GICA c est: 12 sociétés des ciments: capacité totale: 11 500 000 tonnes production réalisée en 2012: 11 102 557 tonnes soit un η de 96 % 02 sociétés

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres

Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres Les Certificats d économies d énergie Bâtiments et Collectivités locales Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres Charbonnier Sylvie Opérations élémentaires Isolation Sommaire : Opérations

Plus en détail

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France RT 2012 OBJECTIF : La règlementation thermique RT 2012 a pour objectif de protéger l environnement en favorisant les économies d énergie. Inspirée du concept des bâtiments basse consommation (BBC), elle

Plus en détail

NOUVELLE STRATEGIE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA COMPETITIVITE LOGISTIQUE DU MAROC

NOUVELLE STRATEGIE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA COMPETITIVITE LOGISTIQUE DU MAROC NOUVELLE STRATEGIE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA COMPETITIVITE LOGISTIQUE DU MAROC Marrakech, 19 mai 2011 Stratégie logistique : Cadre général Développement de la logistique = priorité stratégique pour renforcer

Plus en détail

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Cahier des charges «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Avertissement : les méthodes et ratios utilisés dans ce cahier des charges

Plus en détail

Résultat du commerce extérieur

Résultat du commerce extérieur Publication Statistique P 0104 Résultat du commerce extérieur Octobre 2012 Prochaine publication Novembre 2012 06 Décembre 2012 Date prévue de parution Pour plus de détails, contacter l unité information

Plus en détail

Inauguration de la première maison «premium» construite en France une maison bois performante et économique en Touraine

Inauguration de la première maison «premium» construite en France une maison bois performante et économique en Touraine 4 ème Forum International Bois Construction 2014 Inauguration de la première maison «premium» construite en France P. Bouyer 1 Inauguration de la première maison «premium» construite en France une maison

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE. SESSION 2012 Certificat d Aptitude Professionnelle PLATRIER PLAQUISTE

DOSSIER TECHNIQUE. SESSION 2012 Certificat d Aptitude Professionnelle PLATRIER PLAQUISTE SESSION 2012 Certificat d ptitude Professionnelle PLTRIER PLQUISTE Épreuve EP1 - Unité UP1 nalyse d une situation professionnelle DOSSIER TECHNIQUE Contenu du dossier Page de garde... DT 1 Plan de masse...

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Parc naturel régional L o i r e -A n j o u -T o u r a i n e Patrimoine bâti Les fiches techniques du Parc Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation d une grange semi-troglodytique Localisation

Plus en détail

Présentation du concept

Présentation du concept Label THPE RT 2005 2 niveaux d isolation disponibles Maisons INOV en clos couvert avec garantie décennale Version B du 11 mail 2009 SOMMAIRE Présentation du concept... 3 Descriptif du clos couvert des

Plus en détail

INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS

INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS N 20 TENDANCE GLOBALE DU MARCHÉ IMMOBILIER AU 3 ème TRIMESTRE 2014 1. Tendance globale du marché immobilier au cours du 3 ème trimestre 2014 En glissement trimestriel,

Plus en détail

INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI)

INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI) Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI) Méthodologie et lien avec l indice de la production industrielle (IPI) Atelier sur les

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Ville de Cagnes-sur-Mer PATIO RENOIR - NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE. Avenue de l Hôtel de Ville / Avenue de Verdun Cagnes-sur-Mer DESCRIPTIF SOMMAIRE

Ville de Cagnes-sur-Mer PATIO RENOIR - NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE. Avenue de l Hôtel de Ville / Avenue de Verdun Cagnes-sur-Mer DESCRIPTIF SOMMAIRE page 1 sur 6 pages Avenue de l Hôtel de Ville / Avenue de Verdun Cagnes-sur-Mer DESCRIPTIF SOMMAIRE Bâtiment Basse Consommation énergétique, B B C 2005 GENERALITE page 2 sur 6 pages La construction sera

Plus en détail

Panneaux de particules et panneaux de fibres

Panneaux de particules et panneaux de fibres de particules et panneaux de fibres De création récente puisque la première usine de fabrication de panneaux de particules a été construite en France en 1953, cette industrie a connu un essor remarquable.

Plus en détail