SOMMAIRE : Belgique Canaux de distribution de l assurance Chiffres 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE : Belgique Canaux de distribution de l assurance Chiffres 2008"

Transcription

1 SOMMAIRE : Europe Examen approfondi des régimes d'assurance contre les catastrophes naturelles Etude sur le marché de l assurance de détail Les 27 en faveur d une réglementation intelligente des services et des marchés financiers SOLVIT et SOC de plus en plus actifs Consultation sur la Directive fonds propres réglementaires Rapport du CEA sur des normes prudentielles excessives de fonds propres Editeur: Secrétariat du BIPAR Les présentes informations sont rassemblées avec tout le soin qui convient, mais ne sont publiées qu à titre documentaire. Le «BIPAR Presse» se contente d être le reflet des articles publiés dans la presse spécialisée, et le BIPAR ne peut donc assumer la moindre responsabilité quant à l exactitude de leur contenu. Belgique Canaux de distribution de l assurance Chiffres 2008 France Bilan du marché de l e-assurance en Assurland.com - LeLynx.fr Groupama signe un accord avec la Banque Postale Royaume-Uni L industrie britannique de l assurance reste solide International Etude sur la responsabilité civile entreprise Rapport sur le développement du recours collectif Rapport sur le partenariat public-privéprivé pour le financement des risques Résultats du rapport de l Association de Genève sur les risques systémiques en assurance Le BIPAR, la Fédération européenne des intermédiaires d assurances, est une organisation européenne à but non lucratif groupant des associations professionnelles d'intermédiaires d'assurances. Le BIPAR compte actuellement 45 associations membres, établies dans 31 pays, et représente environ agents et courtiers, qui emploient au total plus de personnes. Fondé à Paris en 1937, le BIPAR est basé à Bruxelles depuis Le BIPAR est aujourd hui le porte-parole parole reconnu et officiel des intermédiaires d'assurances auprès des institutions européennes. Av. Albert-Elisabeth 40 - B-1200 Bruxelles Tél: +32/2/ Fax: +32/2/ Le BIPAR Presse est également disponible sur (Member area/publications)

2 EUROPE Examen approfondi des régimes d'assurance contre les catastrophes naturelles Michel Barnier, Commissaire européen en charge du Marché Intérieur et des Services, a annoncé le 9 mars 2010 devant le Parlement européen à Strasbourg, que la Commission européenne procéderait à un examen approfondi des régimes d'assurance contre les risques naturels, en particulier les inondations. Cette initiative impliquera un large éventail de parties prenantes et un dialogue avec les Etats membres et les experts en assurance pour échanger les meilleures pratiques et fixer des priorités au niveau approprié. Le résultat de ce dialogue fera l'objet d'une conférence que la Commission organisera au courant de l'année prochaine. Cette annonce intervient en réponse à une question orale du parlementaire irlandais Seán Kelly faisant état de "l'incapacité du marché à fournir une couverture adéquate" contre les inondations dans certains Etats membres. La question de M. Kelly fait suite aux inondations très sévères ayant fait rage en Irlande et au Royaume-Uni en novembre et décembre Elle intervient aussi quelques jours après les violentes inondations causées par la tempête Xynthia, ayant notamment entraîné la mort de plus de 50 personnes en France les 26 et 27 février Le BIPAR suivra attentivement ce dossier. Etude sur le marché de l assurance de détail L étude sur le marché de l assurance de détail réalisée par le consultant indépendant Europe Economics Research pour la DG Marché intérieur de la Commission européenne vient d être publiée. Cette étude porte sur trois marchés : l assurance auto responsabilité civile, l assurance omnium et l assurance habitation. Elle examine, entre autres, la structure du marché, y compris l aspect distribution, les activités transfrontalières, l évolution des primes et des tarifs en assurance. L étude couvre les 27 pays de l UE et inclut des comparaisons avec les Etats-Unis ou avec six Etats américains. L étude sur le marché de l assurance de détail (d environ 400 pages) est disponible en anglais au secrétariat du BIPAR sur demande. Les 27 en faveur d une réglementation intelligente des services et des marchés financiers Suite à sa réunion du 16 février 2010, le Conseil des ministres de l UE Affaires économiques et financières demande une meilleure surveillance du marché ainsi que des initiatives de réglementations intelligentes visant à développer davantage le marché intérieur dans le cadre de la stratégie de l UE pour Le Conseil a souligné le rôle capital que joue le marché intérieur des services pour garantir des prix compétitifs, renforcer la compétitivité et augmenter le potentiel de croissance et d'emploi. Il a demandé une transposition complète de la Directive sur les services par les Etats membres qui n ont pas respecté le délai de transposition. Il a noté que les outils économiques mis au point dans le cadre de l initiative Mieux légiférer, notamment les analyses d'impact des propositions de politiques et des mesures de simplification, pourraient servir de base aux initiatives futures, qu'elles soient réglementaires ou autres. Le Commissaire chargé du marché intérieur et des services, M. Michel Barnier, 2 P a g e

3 a également souligné qu il était indispensable d'assainir le secteur financier par une régulation intelligente et efficace qui laisse sa place à l'innovation. C est une condition essentielle pour la reprise durable de l'économie. Les conclusions du Conseil Ecofin sont disponibles en anglais et en français au secrétariat du BIPAR sur demande. SOLVIT et SOC de plus en plus actifs Il ressort de rapports annuels publiés le 1 er mars 2010 par la Commission européenne sur SOLVIT 1 et le service d'orientation pour les citoyens (SOC) que les Européens sont de plus en plus nombreux à s'adresser aux services gratuits de conseils et d'assistance de l'ue pour obtenir des réponses concrètes et des solutions rapides aux questions et aux problèmes auxquels ils sont confrontés dans le marché intérieur. En 2009, SOLVIT a aidé citoyens et entreprises ayant eu des difficultés à faire valoir leurs droits (souvent en matière de droit de résidence, de sécurité sociale et de reconnaissance des qualifications professionnelles) dans le marché intérieur auprès des administrations publiques nationales. 86 % des affaires ont été résolues dans le délai de dix semaines fixé par SOLVIT. En 2009, SOC a fourni des conseils juridiques gratuits et pratiques dans un délai de trois jours ouvrables à environ citoyens. La plupart des questions avaient trait à la sécurité sociale, au droit de résidence, au travail, aux formalités d'entrée, aux véhicules à moteur et à la fiscalité. 1 SOLVIT : réseau de résolution de problèmes en ligne: les États membres de l'ue y coopèrent pour régler, de façon pragmatique, les problèmes résultant de la mauvaise application de la législation du marché intérieur par les autorités publiques. SOLVIT : CSS : Consultation sur la Directive fonds propres réglementaires La Commission européenne a lancé le 26 février 2010 une consultation publique sur les nouvelles modifications qui pourraient être apportées à la Directive «fonds propres réglementaires» (Capital Requirements Directive, CRD) pour renforcer la résilience du secteur bancaire et du système financier dans son ensemble. Présentées sous le nom de «CRD IV», ces propositions de modifications qui font suite à deux propositions précédentes de la Commission modifiant la directive initiale, portent sur sept domaines précis et reflètent, pour la plupart, les engagements pris en 2009 par les dirigeants du G20 lors de leurs sommets. Ces engagements étaient notamment les suivants: garantir des fonds propres de grande qualité, améliorer la couverture des risques, atténuer la pro-cyclicité, dissuader le jeu sur l effet de levier, renforcer les exigences au titre du risque de liquidité et instaurer des règles de provisionnement dynamique pour les pertes de crédit. Toutes les parties intéressées sont invitées à répondre à la consultation pour le 16 avril 2010 au plus tard. La Commission a l intention d adopter et de publier, au second semestre 2010, une proposition législative traitant de certaines ou de toutes les questions soulevées dans le cadre des différentes consultations. Cette proposition sera basée sur les consultations ainsi que sur les résultats d une analyse d impact tendant à apprécier anticipativement les effets des options proposées pour atteindre les objectifs fixés. La consultation est disponible sur : 3 P a g e

4 Rapport du CEA sur des normes prudentielles excessives de fonds propres Le Comité européen des assureurs (CEA) a publié le 11 mars 2010 un rapport qui explique pourquoi les exigences excessives de fonds propres imposées aux assureurs dans le cadre du nouveau système Solvabilité II pourraient nuire à la fois aux consommateurs, à l industrie de l assurance et à l économie. Le CEA est tout à fait favorable à la Directive cadre Solvabilité II, telle qu approuvée, qui prévoit que les exigences de capital soient complétées par une supervision qualitative dans des domaines tels que la gouvernance et la structure organisationnelle. Toutefois, le CEA estime qu avec les mesures d application proposées par le CECAP (Comité européen des contrôleurs des assurances et des pensions de retraite), on pourrait en revenir à l approche dépassée et simpliste de Solvabilité I, à savoir des exigences financières excessivement prudentes. Les preneurs d assurance seraient les premiers touchés car les tarifs de nombreux produits d assurance vie et non vie augmenteraient, selon le rapport. Avec un rendement moindre sur le capital investi, les consommateurs devraient réduire le montant de leurs dépenses actuelles servant à financer leur pension. Des exigences hyper-prudentes de fonds propres limiteraient le rôle de l industrie de l assurance non seulement en tant qu absorbeur de risques mais également comme investisseur institutionnel finançant la croissance économique à long terme. Le sous-financement des pensions aurait des coûts sociaux importants. Le secteur européen de l assurance deviendrait moins compétitif et moins attrayant pour les investisseurs sur la scène internationale. Le rapport précise que le nombre d emplois dans le secteur européen de l assurance pourrait chuter, principalement en raison de l accélération de la consolidation des compagnies d assurances et de la diminution des revenus des intermédiaires. Selon le CEA, il est nécessaire de trouver un juste équilibre entre la protection des consommateurs par des exigences de capital appropriées et la garantie d une large offre de produits d assurances à des tarifs compétitifs tout en maintenant un marché de l assurance sain et compétitif. Le rapport du CEA Why excessive capital requirements harm consumers, insurers and the economy est disponible en anglais au secrétariat du BIPAR sur demande. 4 P a g e

5 BELGIQUE Canaux de distribution de l assurance Chiffres 2008 Selon une étude menée par Assuralia (Union Professionnelle des Entreprises d Assurances), le chiffre d affaires des assureurs a connu un net recul de 6,7% en 2008 par rapport à 2007, surtout en raison de l impact de la crise financière sur les assurances vie qui représentent deux tiers de l encaissement total. Après un redressement difficile du secteur en 2007 (+5,9%), le chiffre d affaires a de nouveau chuté en 2008 pour se situer au niveau atteint en Malgré la crise, la bancassurance détenait plus de 50% des parts de marché des produits vie individuelle. Les réseaux non exclusifs d intermédiation (courtage classique) restent aujourd hui le principal canal de distribution sur le marché de l assurance non vie. Toutefois, les réseaux exclusifs (salariés de compagnies, intermédiaires liés) n ont cessé de gagner du terrain: leur part en non vie a augmenté en quatre ans de 9,96% à 10,5% en Encaissement en vie et non-vie par canal en 2008 (évolution par rapport à 2007) 11,6% 2,9% 5,9% 29,1% Courtage classique (1,7 points de pourcentage) Assurfinance (-1,6 pp) Mega brokers (0,8 pp) Agents exclusifs indépendants (0,7 pp) Bancassurance (- 1,5 pp) 30,2% 8,5% 5,4% 6,3% Source : Assuralia Mutuelles et coopératives (-0,8 pp) Vente directve (B to B) (0,3 pp) Autres canaux (0,4 pp) Le rapport complet d Assuralia est disponible en français au secrétariat du BIPAR sur demande. 5 P a g e

6 FRANCE Bilan du marché de l e-assurance en 2009 Assurland.com Assurland.com, l un des principaux comparateurs d assurances en France, a observé tout au long de l année dernière les comportements des 3,5 millions de consommateurs mensuels sur son site. L eassurance est constituée à la fois de la souscription en ligne d assurances auprès d assureurs traditionnels et d assureurs directs (acteurs purement internet). Assurland.com conclut que 50% des prospects choisissent un assureur traditionnel (tous types d assurances confondus), 70% des prospects n ont pas sélectionné l assureur le moins cher et 20% des assurés sont prêts à payer plus pour une marque connue. Selon le comparateur, le marché de l e-assurance est en expansion et comprend des assureurs directs qui vendent en ligne ainsi que des assureurs qui vendent via leurs réseaux et qui proposent des offres complexes et variées. Les critères de choix des consommateurs sont basés sur le prix, la qualité des produits et des services et la notoriété des marques. LeLynx.fr Confused.com, leader en Grande-Bretagne de la comparaison en ligne, a fait son apparition sur le marché français. Opérant sous le nom de LeLynx.fr, Confused veut se différencier de ses concurrents : plutôt que de donner les prix les plus bas, LeLynx.fr affiche tous les tarifs et toutes les garanties des assureurs auxquels il fait référence afin de permettre aux consommateurs de choisir en fonction de leurs propres critères, à savoir le prix, le niveau de garantie ou la marque. Pour le moment, le site compare huit marques provenant de sept acteurs, des courtiers en majorité. LeLynx.fr vise à étendre rapidement son éventail de produits afin de fournir aux consommateurs une vision globale du marché. Confused veut encourager les nouvelles habitudes d achat en France où seuls 5% des consommateurs utilisent un comparateur alors qu en Grande-Bretagne, un contrat auto sur deux provient d un comparateur; la vente par téléphone n a jamais décollé en France contrairement à la Grande-Bretagne où il n y a pas de renouvellement tacite, ce qui favorise le changement d assureur. Selon Inéas, premier assureur en ligne en Europe, certains comparateurs en Allemagne ou aux Pays-Bas donnent leur avis sur les contrats ou font voter les internautes et certains sont rémunérés au contrat souscrit. Groupama signe un accord avec la Banque Postale The Banque Postale, filiale bancaire de la Poste française, a signé en octobre 2009 un accord de partenariat avec Groupama, l une des plus importantes mutuelles d assurances en Europe, pour vendre des assurances dommages auto et habitation à partir de la mi La commercialisation de ces produits se fera d abord sur internet et par téléphone et ensuite via le réseau de la Banque Postale (qui représente guichets et 10 millions de clients actifs). Il résulte de ce partenariat la création d une coentreprise dont Groupama détient 35%. Les deux partenaires misent sur une distribution, une gestion et une relation client multicanaux, mais également sur une qualité de service renforcée et sur des tarifs les plus bas du marché. 6 P a g e

7 ROYAUME-UNI L industrie britannique de l assurance reste solide De nouveaux chiffres de l Association des assureurs britanniques (ABI) indiquent que l industrie britannique de l assurance résiste malgré la crise: en effet, le nombre d employés dans le secteur de l assurance a augmenté de 1,3% en 2008 par rapport à 2007 et ce secteur totalisait environ un tiers de tous les emplois liés aux services financiers au Royaume-Uni en Les encaissements nets d assurances dommages ont augmenté de 3% pour atteindre ±37,5 milliards, quant aux encaissements de primes à l étranger, ils ont connu une hausse de 13% en 2008 ( ±37,5 milliards). Selon ABI, malgré ces signes positifs, le système fiscal britannique doit être modifié, faute de quoi les assureurs pourraient se voir contraints de se redomicilier hors du Royaume-Uni. Toute réglementation future doit veiller à un juste équilibre entre une protection adéquate des consommateurs et la garantie d un secteur solide et compétitif. Ceci permettra à l industrie de continuer à innover et à proposer des produits auxquels se fient des millions de familles et d entreprises, a déclaré ABI. INTERNATIONAL Etude sur la responsabilité civile entreprise L étude Sigma 2009 de Swiss Re intitulée Responsabilité civile entreprise : un défi pour les entreprises et leurs assureurs explique pourquoi assurer les risques de responsabilité civile restent un défi pour les entreprises, leurs assureurs et réassureurs. La responsabilité civile est l un des risques les plus importants auxquels les entreprises sont soumises. L assurance RC croît rapidement dans le monde, mais est de plus en plus difficile à souscrire. Les risques émergents qui sont le résultat des développements technologiques et sociaux constituent un défi constant. Une préoccupation grandissante est l évolution rapide de la culture de l indemnisation. Différents pays de l UE ont adopté des mécanismes de recours collectifs, c.-à-d. les actions de groupe, qui pourraient aboutir à des sinistres plus importants. L étude Sigma est disponible en français, en anglais, en allemand et en espagnol au secrétariat du BIPAR sur demande. 7 P a g e

8 Rapport sur le développement du recours collectif Le rapport 2009 de Swiss Re intitulé Développement du recours collectif : conséquences pour l industrie de l assurance examine la situation actuelle à l échelle internationale en matière d actions de groupe et évalue les risques et les opportunités pour les assureurs. Le recours collectif est largement considéré comme un instrument rendant l accès au recours juridique plus facile et abordable pour tous. L UE veut l utiliser à la fois pour les indemnisations suite à des infractions aux règles de concurrence et pour améliorer les droits des consommateurs au sein et entre les Etats membres. Selon Swiss Re, c est dans l intérêt de l industrie de l assurance de participer activement au dialogue avec les gouvernements et législateurs afin de leur expliquer l impact négatif possible de systèmes de recours collectifs déséquilibrés. A titre d exemple, le système tel qu actuellement en place aux Etats-Unis a eu des conséquences secondaires qui ont entraîné une augmentation du nombre de réclamations et du montant de l indemnisation octroyée. Le rapport de Swiss Re est disponible en anglais au secrétariat du BIPAR sur demande. Rapport sur le partenariat public-privé pour le financement des risques L impact des catastrophes naturelles augmente le coût des secours et de la reconstruction pour le secteur public. De nouvelles formes de partenariats publicprivé peuvent rendre les sociétés plus résistantes en limitant l impact financier et permettre aux gouvernements, aux agences semi-gouvernementales, aux organisations humanitaires et aux ONG de gérer le coût des catastrophes plus efficacement en les finançant avant qu elles ne se produisent. Les assureurs du secteur privé ont mis au point des produits innovants de transfert de risques financiers afin de réduire l impact des catastrophes et d augmenter les fonds disponibles des entités du secteur public. Les budgets sont protégés à des coûts d opportunité moindres, garantissant ainsi des fonds plus appropriés pour les activités de secours. Le rapport de Swiss Re est disponible en anglais et en espagnol au secrétariat du BIPAR sur demande. Résultats du rapport de l Association de Genève sur les risques systémiques en assurance L Association de Genève, groupe de réflexion d'envergure internationale en matière d'assurance, a publié le 26 février 2010 un rapport spécial qui analyse le rôle de l assurance dans la stabilité financière, les rôles différents des assureurs et des banques dans le système financier mondial et leur impact sur la crise. Il ressort surtout de ce rapport que les activités principales des assureurs et des réassureurs ne posent pas de risques systémiques en raison des caractéristiques spécifiques de l industrie. Le rapport conclut que lorsque l on applique aux activités principales des assureurs et des réassureurs les critères de surveillance définis par le Conseil de stabilité financière (CSF FSB en anglais), il n y a aucun risque systémique. Le rapport souligne que les superviseurs et les décideurs devraient se pencher sur les activités lorsqu ils introduisent de nouvelles réglementations et que les systèmes futurs réglementant l assurance, comme Solvabilité II dans l UE, abordent déjà les activités d assurance de manière adéquate. Le rapport de l Association de Genève est disponible en anglais au secrétariat du BIPAR sur demande. 8 P a g e

Transparence en assurance

Transparence en assurance The European Federation of Insurance Intermediaries La Fédération européenne des intermédiaires d assurances PRINCIPES DU BIPAR Transparence en assurance Bruxelles, juin 2008 Le BIPAR, la Fédération européenne

Plus en détail

Ce document a été rédigé à la demande de la commission de l emploi et des affaires sociales du Parlement européen.

Ce document a été rédigé à la demande de la commission de l emploi et des affaires sociales du Parlement européen. DIRECTION GÉNÉRALE DES POLITIQUES INTERNES DÉPARTEMENT THÉMATIQUE A: POLITIQUES ÉCONOMIQUES ET SCIENTIFIQUES EMPLOI ET AFFAIRES SOCIALES Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle Résumé ÉTUDE Les

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ

COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ COMITÉ DE HAUT NIVEAU POUR UNE NOUVELLE ARCHITECTURE FINANCIÈRE RAPPORT FINAL RÉSUMÉ 16 JUIN 2009 RÉSUMÉ La Belgique est une petite économie ouverte dont le système financier, suite à la crise en cours,

Plus en détail

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Luxembourg Introduction à Altraplan Luxembourg La compagnie Altraplan Luxembourg est une compagnie d assurances créée en 1996, se targuant d une expertise inégalée dans

Plus en détail

Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle

Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle DIRECTION GÉNÉRALE DES POLITIQUES INTERNES DÉPARTEMENT THÉMATIQUE A: POLITIQUES ÉCONOMIQUES ET SCIENTIFIQUES EMPLOI ET AFFAIRES SOCIALES Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle Résumé ÉTUDE Les

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Marseille 7 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020

REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020 REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020 La MACIF est inscrite au Registre des Représentants d Intérêt de la Commission européenne sous le numéro

Plus en détail

Experts for Finality and Run-off

Experts for Finality and Run-off Profil d entreprise Experts for Finality and Run-off Une activité de pionnier DARAG, Deutsche Versicherungs- und Rückversicherungs-AG est une compagnie d assurance spécialisée dans le Run-off. Nous sommes

Plus en détail

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Retour sur 2012 et premières tendances pour 2013 : l assurance française remplit ses deux missions, protéger et financer Les chiffres

Plus en détail

La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 -

La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 - La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 - LA BANQUE POSTALE, UNE BANQUE UNIQUE ET SINGULIERE Un peu d histoire Groupe La Banque Postale UNIQUE POUR RELEVER DES DEFIS MULTIPLES Activités

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Ordonnance n o 2015-378 du 2 avril 2015 transposant la directive 2009/138/CE du Parlement européen et du Conseil

Plus en détail

Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance. Partenaire officiel

Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance. Partenaire officiel Le rendez-vous mensuel des professionnels de la banque et de la finance Partenaire officiel Le Club Banque a pour vocation d informer, de former et de débattre des enjeux stratégiques de la profession.

Plus en détail

Commission de Surveillance du Secteur Financier

Commission de Surveillance du Secteur Financier COMMUNIQUE DE PRESSE 13/20 PUBLICATION DU RAPPORT D ACTIVITES 2012 DE LA COMMISSION DE SURVEILLANCE DU SECTEUR FINANCIER (CSSF) Même si cela peut paraître surprenant par des temps aussi mouvementés, l

Plus en détail

PARLEMENT COMMUNAUTÉ FRANÇAISE

PARLEMENT COMMUNAUTÉ FRANÇAISE 161 (2014-2015) N o 1 161 (2014-2015) N o 1 PARLEMENT DE LA COMMUNAUTÉ FRANÇAISE Session 2014-2015 17 JUILLET 2015 PROPOSITION DE RÉSOLUTION VISANT LE SOUTIEN ET LE DÉVELOPPEMENT DU CROWDFUNDING EN FÉDÉRATION

Plus en détail

I. Le secteur des assurances en 2010 : un bon cru mais des nuages à l horizon

I. Le secteur des assurances en 2010 : un bon cru mais des nuages à l horizon Communiqué de presse Luxembourg-Bertrange, le 22 juin 2011 I. Le secteur des assurances en 2010 : un bon cru mais des nuages à l horizon a) Encaissement des primes En 2010 les primes émises par les membres

Plus en détail

UCITS IV. Ce qui va changer Bien se préparer. Octobre 2009

UCITS IV. Ce qui va changer Bien se préparer. Octobre 2009 UCITS IV Ce qui va changer Bien se préparer Octobre 2009 Introduction 1 Historique, calendrier et enjeux de la directive UCITS IV > De UCITS I à UCITS IV > Calendrier de mise en œuvre de UCITS IV > Enjeux

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E DEXIA ANNONCE LES RÉSULTATS DE LA REVUE STRATÉGIQUE DE FSA FSA QUITTE LE SECTEUR DES ABS ET SE CONCENTRE SUR LE MARCHÉ DES SERVICES FINANCIERS AU SECTEUR PUBLIC RENFORCEMENT

Plus en détail

Conférence de presse du 3 mars 2015

Conférence de presse du 3 mars 2015 Conférence de presse du 3 mars 2015 Aperçu annuel 2014 Zoom sur les assurances dommages et catastrophes naturelles L assurance de groupe dans un contexte de taux d intérêts faibles 1 03/03/2015 Ordre du

Plus en détail

Rapport sur les examens de la conformité des maisons de courtage d hypothèques menés par la CSFO de 2010 à 2014

Rapport sur les examens de la conformité des maisons de courtage d hypothèques menés par la CSFO de 2010 à 2014 Rapport sur les examens de la conformité des maisons de courtage d hypothèques menés par la CSFO de 2010 à 2014 Commission des services financiers de l Ontario Division de la délivrance des permis et de

Plus en détail

COMMENT LES FINANCES INFLUENCENT-ELLES LES ACTIVITÉS D UNE MUTUELLE?

COMMENT LES FINANCES INFLUENCENT-ELLES LES ACTIVITÉS D UNE MUTUELLE? COMMENT LES FINANCES INFLUENCENT-ELLES LES ACTIVITÉS D UNE MUTUELLE? Présenté au Cercle finance du Québec Par Sylvain Fauchon, FCAS, FICA Chef de la direction Le 1 er octobre 2014 PROMUTUEL ASSURANCE 1852

Plus en détail

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux.

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Du 1 er au 12 Juin 2015 Récapitulatif: Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Mise en place d un référentiel de données en Turquie. Test de continuité

Plus en détail

I. Les entreprises concernées

I. Les entreprises concernées RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-12 du 1 er février 2011 relative à la création d une Union Mutualiste de Groupe par les groupes MGEN, MNH, la MNT, la MGET et la MAEE L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités

La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités Jean-Jacques Picard Secrétaire Général, Luxembourg for Finance jean-jacques.picard@lff.lu +352 27 20 21-1 Luxembourg for Finance Agence pour de

Plus en détail

Réforme bancaire : ce que dit le

Réforme bancaire : ce que dit le Réforme bancaire : ce que dit le projet de loi Le Monde.fr 27.11.2012 à 19h15 Mis à jour le 28.11.2012 à 07h13 Par Anne Michel Le projet de loi vise à "remédier à certaines carences du dispositif de régulation

Plus en détail

Informations sur Atradius Notation

Informations sur Atradius Notation Informations sur Atradius Notation Décembre 2013 Atradius N.V. Atradius est le numéro 2 mondial de l assurance-crédit et du cautionnement, et le leader de ces solutions pour les multinationales, avec une

Plus en détail

6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité

6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité 6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité Comité consultatif du secteur financier Rapport 2010-2011 77 Au cours des années 2010 et 2011, le CCSF a porté

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Le Marché de l Assurance au LIBAN

Le Marché de l Assurance au LIBAN Le Marché de l Assurance au LIBAN Monsieur Assaad Mirza Président de l ACAL 1 Première partie : Evolution du Marché A) Genèse et essor Les premiers contrats d assurance ont été introduits par le développement

Plus en détail

I. Le secteur des assurances en 2009 : une évolution contrastée selon l activité

I. Le secteur des assurances en 2009 : une évolution contrastée selon l activité Communiqué de presse Luxembourg-Bertrange, le 17 juin 2010 I. Le secteur des assurances en 2009 : une évolution contrastée selon l activité a) Encaissement des primes En 2009 les primes émises par les

Plus en détail

BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION

BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION 1 1. INTRODUCTION Le présent document constitue la politique générale de rémunération de Banque Degroof SA (la Politique de Rémunération). 1.1 Champ d application

Plus en détail

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle (Juin 1998) Introduction Le Comité de Bâle n a pas publié de recommandations sur les systèmes de protection des dépôts en ce qui

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Négociations commerciales et Assurance: Etude de cas de la CIMA

Négociations commerciales et Assurance: Etude de cas de la CIMA Négociations commerciales et Assurance: Etude de cas de la CIMA Sékou F. Doumbouya, Programme Officer, ILEAP Présentation basée sur Doumbouya, Sékou et Nana, François (2009), Négociations commerciales

Plus en détail

Troisième Forum parlementaire sur la société de l information

Troisième Forum parlementaire sur la société de l information Troisième Forum parlementaire sur la société de l information «Les TIC et la crise économique mondiale : situation actuelle et perspectives futures» 3-5 mai 2010 Salle B Tour de l UIT Union internationale

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée

Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée Direction de l amélioration de la performance et de la conformité Ministère de la Santé et

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Réglementation parasismique: intérêts pour l assureur

Réglementation parasismique: intérêts pour l assureur Réglementation parasismique: intérêts pour l assureur CFMS, demi-journée technique du 4 octobre 2006 (14h-18h30) ENPC rue des Saints Pères (Amphi Caquot) Guillaume Pousse Assurer contre une catastrophe

Plus en détail

Réunion Actionnaires. Nantes 14 septembre 2009. Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris

Réunion Actionnaires. Nantes 14 septembre 2009. Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris Réunion Actionnaires Nantes 14 septembre 2009 1 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Encourager les systèmes de pensions complémentaires

Encourager les systèmes de pensions complémentaires Conférence de presse Luxembourg, le 25 septembre 2013 Le secteur financier constitue la pierre angulaire de l économie luxembourgeoise. Il doit cependant faire face à de nombreux défis. Par conséquent,

Plus en détail

avis Cce 2015-2000 Les commissions d interchange pour les opérations de paiement liées à une carte

avis Cce 2015-2000 Les commissions d interchange pour les opérations de paiement liées à une carte avis Cce 2015-2000 Les commissions d interchange pour les opérations de paiement liées à une carte COMMISSIE VOOR DE EDINGING COMMISSION DE LA CONCURRENCE CCE 2015-2000 DEF Avis relatif aux commissions

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 2 bis du 2 avril 2009 C2008-77 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 28 octobre

Plus en détail

Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers

Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers par le Bureau d assurance du Canada Le 20 janvier 2012 Le Bureau

Plus en détail

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009 IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE SOMMAIRE 1- Préambule /Contexte 2- Macro analyse d impact sur l épargne 3- Transition vers

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Attirer les travailleurs ressortissants de pays tiers hautement qualifiés et qualifiés au Luxembourg

Attirer les travailleurs ressortissants de pays tiers hautement qualifiés et qualifiés au Luxembourg European Migration Network National Contact Point Luxembourg (LU EMN NCP) Attirer les travailleurs ressortissants de pays tiers hautement qualifiés et qualifiés au Luxembourg European Migration Network

Plus en détail

SCIAN Canada Cliquez ici pour retourner à indexf.pdf Descriptions

SCIAN Canada Cliquez ici pour retourner à indexf.pdf Descriptions Cliquez ici pour retourner à indexf.pdf 514210 Services de traitement des données Voir la description de la classe 51421 ci-dessus. 52 Finance et assurances Ce secteur comprend les établissements dont

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2015-378 du 2 avril 2015 transposant la directive

Plus en détail

Supervision des banques marocaines panafricaines

Supervision des banques marocaines panafricaines Supervision des banques marocaines panafricaines Mme Hiba ZAHOUI, Directeur Adjoint de la Supervision Bancaire Conférence Banque de France FERDI : Réussir l intégration financière en Afrique - 27 Mai 2014

Plus en détail

Considérations générales

Considérations générales Luxembourg, le 31 janvier 2013 Objet: Projet de loi n 6456 sur le secteur des assurances. (4008ZCH) Saisine : Ministre des Finances (25 juillet 2012) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE L objet du présent projet

Plus en détail

Le Club de Gestion. Le prêt participatif. www.club-gestion.fr. Le prêt participatif

Le Club de Gestion. Le prêt participatif. www.club-gestion.fr. Le prêt participatif J ai récemment rencontré Jérôme PRIGENT, Responsable de la région grand ouest de la société ISODEV ; il nous présente, dans ce dossier thématique, le prêt participatif. SOMMAIRE : Partie 1 : Description

Plus en détail

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE OBJECTIF DU GUIDE Présenter au public et en particulier aux investisseurs, les règles de constitution et de fonctionnement des organismes d assurance. Arrêté n 2005-0773 du 14 décembre 2005 fixant les

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L impact de la crise financière récente sur le secteur financier et les économies a été extrêmement

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada

Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada Juin 2008 L Association des banquiers canadiens (ABC) apprécie d avoir l occasion de participer à

Plus en détail

Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses EDITION SPÉCIALE

Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses EDITION SPÉCIALE EDITION SPÉCIALE Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses L indice perd 1,83% en janvier 2015 La mauvaise performance de janvier se reflète également dans l allocation

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

Observations générales

Observations générales Luxembourg, le 9 décembre 2010. Objet: Projet de loi n 6216 portant : transposition, pour le secteur de l assurance, de la directive 2009/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 juin 2009 modifiant

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Ageas France. Votre partenaire en assurance

Ageas France. Votre partenaire en assurance Ageas France Votre partenaire en assurance Edito Ageas France est une société d assurance française, filiale du Groupe Ageas. Ageas est un groupe d assurance international riche de plus de 180 années d

Plus en détail

Une performance solide, un bilan renforcé

Une performance solide, un bilan renforcé 5 mars 2014 Le groupe Crédit Mutuel en 2013 1 Une performance solide, un bilan renforcé Un résultat net (2 651 M, soit + 23,3 %), destiné principalement à être réinvesti dans le groupe, au service de ses

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 13 février 2006 N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 8 février 2006. RAPPORT

Plus en détail

PRODUITS DE PREVOYANCE IMPERIO. Ce document ne peut être ni communiqué ni distribué, sans l accord exprès d IMPERIO.

PRODUITS DE PREVOYANCE IMPERIO. Ce document ne peut être ni communiqué ni distribué, sans l accord exprès d IMPERIO. PRODUITS DE PREVOYANCE IMPERIO Ce document ne peut être ni communiqué ni distribué, sans l accord exprès d IMPERIO. 1 GAMME DE SOLUTIONS PREVOYANCE IMPERIO PRECISO HOSPITALIS EDUCALIA SERENITE Plus ASSURANCE

Plus en détail

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Chapitre 2. Le financement au service du développement Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Dans le monde en développement, l Amérique latine fait figure de pionnière

Plus en détail

Conférence sur les métiers du

Conférence sur les métiers du Conférence sur les métiers du courtage Alger, le 24 avril 2007 Gras Savoye Algérie Services 1 Sommaire Normes Européennes. Le métier de courtier au regard de la loi en France Usages professionnels du courtage

Plus en détail

Bruxelles. Lille. Luxembourg. Paris

Bruxelles. Lille. Luxembourg. Paris Lille Bruxelles Luxembourg Paris Rapport Annuel 2011 4 Présentation du Groupe CMNE 5 Éditorial 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants 7 Implantation 8 Organigramme financier 9 Organisation du Groupe

Plus en détail

travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 < Picture to go here >

travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 < Picture to go here > < Picture to go here > travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 Gloria Rolland, Responsable développement & Relations de marché, Lloyd s

Plus en détail

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Conférence Régionale sur l Assurance et la Réassurance des Risques liés aux Catastrophes Naturelles en Afrique Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Présenté par Mr Abdelkrim

Plus en détail

Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre

Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre Toronto, ONTARIO (Le 30 juillet 2009) Genworth MI Canada Inc. (TSX : MIC) a présenté aujourd hui des résultats solides

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Allianz Suisse Vie Compte d exploitation 1 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

Paris, place de réassurance

Paris, place de réassurance Paris, place de réassurance Mars 2008 Introduction Paris est encore dans les 7 premières places de réassurance du monde, mais perd des places et pourrait passer sous la taille critique si la délocalisation

Plus en détail

happy family règlement client

happy family règlement client happy family règlement client Article 1. Cadre général Happy Family est un programme qui permet d offrir des avantages aux membres d une famille qui détient des produits Auto, Habitation et Vie Privée

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 20.10.2015 COM(2015) 509 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL présenté en vertu de l article 503 du règlement (UE) nº 575/2013 Exigences

Plus en détail

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 2 3 SOMMAIRE 4 L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 4 Une orientation résolument internationale 6 Une protection

Plus en détail

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 En bref L arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne des entreprises

Plus en détail

Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée

Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée Paris, le 26 février 2015 Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée Résultats au 31 décembre 2014 Produit net bancaire 4 410 M Un PNB stable 1 (-0,8%) Résultat net comptable

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique IP/97/507 Bruxelles, 10 juin 1997 La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique Un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique a été

Plus en détail

Un partenariat de bancassurance unique en Europe Centrale et Orientale

Un partenariat de bancassurance unique en Europe Centrale et Orientale Un partenariat de bancassurance unique en Europe Centrale et Orientale OTP Bank et Groupama forment un partenariat stratégique en assurance en Europe Centrale et Orientale 11 février 2008 1 Dr Sándor Csányi

Plus en détail

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne Solvabilité II: Bilan et enjeux pour l investissement de long terme Conférence EIFR; Paris, 7 avril 2011 Benoît Hugonin Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services,

Plus en détail

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT Introduction Remarque préliminaire: Le document suivant a été élaboré par les services

Plus en détail

L externalisation réglementée

L externalisation réglementée L externalisation réglementée SOMMAIRE 3 LA PLACE FINANCIÈRE LUXEMBOURGEOISE 4 L EXTERNALISATION DANS LE SECTEUR FINANCIER 5 LE STATUT DE PSF DE SUPPORT 7 L OFFRE DE SERVICES 9 POURQUOI TRAVAILLER AVEC

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

Galenica affiche à nouveau un chiffre d affaires 2014 en hausse et confirme la 19 e hausse consécutive de son bénéfice

Galenica affiche à nouveau un chiffre d affaires 2014 en hausse et confirme la 19 e hausse consécutive de son bénéfice ZABC COMMUNIQUÉ DE PRESSE Date Contact Investor Relations: Julien Vignot, Responsable des Relations avec les investisseurs, Groupe Galenica Media Relations: Christina Hertig, Responsable de la Communication

Plus en détail

Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 Groupe Vaudoise Assurances

Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 Groupe Vaudoise Assurances Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 Groupe Vaudoise Assurances Groupe Vaudoise Assurances Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 3 Siège social Vaudoise Assurances Place de Milan Case postale 120 1001

Plus en détail

Lydian Webinar. La nouvelle Loi sur les Assurances

Lydian Webinar. La nouvelle Loi sur les Assurances Lydian Webinar La nouvelle Loi sur les Assurances Hugo Keulers & Anne Catteau 12 juin 2014 Aperçu 1. Contexte 2. Champ d application 3. Nouvelles dispositions 4. Entrée en vigueur 2 1. Contexte Nouveau

Plus en détail

Examen par les pairs: l économie sociale préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels

Examen par les pairs: l économie sociale préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels Add title 2 préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels L examen par les pairs tenu à Paris (France) les 10 et 11 décembre 2012 était organisé par la Direction générale française

Plus en détail