SOMMAIRE : Belgique Canaux de distribution de l assurance Chiffres 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE : Belgique Canaux de distribution de l assurance Chiffres 2008"

Transcription

1 SOMMAIRE : Europe Examen approfondi des régimes d'assurance contre les catastrophes naturelles Etude sur le marché de l assurance de détail Les 27 en faveur d une réglementation intelligente des services et des marchés financiers SOLVIT et SOC de plus en plus actifs Consultation sur la Directive fonds propres réglementaires Rapport du CEA sur des normes prudentielles excessives de fonds propres Editeur: Secrétariat du BIPAR Les présentes informations sont rassemblées avec tout le soin qui convient, mais ne sont publiées qu à titre documentaire. Le «BIPAR Presse» se contente d être le reflet des articles publiés dans la presse spécialisée, et le BIPAR ne peut donc assumer la moindre responsabilité quant à l exactitude de leur contenu. Belgique Canaux de distribution de l assurance Chiffres 2008 France Bilan du marché de l e-assurance en Assurland.com - LeLynx.fr Groupama signe un accord avec la Banque Postale Royaume-Uni L industrie britannique de l assurance reste solide International Etude sur la responsabilité civile entreprise Rapport sur le développement du recours collectif Rapport sur le partenariat public-privéprivé pour le financement des risques Résultats du rapport de l Association de Genève sur les risques systémiques en assurance Le BIPAR, la Fédération européenne des intermédiaires d assurances, est une organisation européenne à but non lucratif groupant des associations professionnelles d'intermédiaires d'assurances. Le BIPAR compte actuellement 45 associations membres, établies dans 31 pays, et représente environ agents et courtiers, qui emploient au total plus de personnes. Fondé à Paris en 1937, le BIPAR est basé à Bruxelles depuis Le BIPAR est aujourd hui le porte-parole parole reconnu et officiel des intermédiaires d'assurances auprès des institutions européennes. Av. Albert-Elisabeth 40 - B-1200 Bruxelles Tél: +32/2/ Fax: +32/2/ Le BIPAR Presse est également disponible sur (Member area/publications)

2 EUROPE Examen approfondi des régimes d'assurance contre les catastrophes naturelles Michel Barnier, Commissaire européen en charge du Marché Intérieur et des Services, a annoncé le 9 mars 2010 devant le Parlement européen à Strasbourg, que la Commission européenne procéderait à un examen approfondi des régimes d'assurance contre les risques naturels, en particulier les inondations. Cette initiative impliquera un large éventail de parties prenantes et un dialogue avec les Etats membres et les experts en assurance pour échanger les meilleures pratiques et fixer des priorités au niveau approprié. Le résultat de ce dialogue fera l'objet d'une conférence que la Commission organisera au courant de l'année prochaine. Cette annonce intervient en réponse à une question orale du parlementaire irlandais Seán Kelly faisant état de "l'incapacité du marché à fournir une couverture adéquate" contre les inondations dans certains Etats membres. La question de M. Kelly fait suite aux inondations très sévères ayant fait rage en Irlande et au Royaume-Uni en novembre et décembre Elle intervient aussi quelques jours après les violentes inondations causées par la tempête Xynthia, ayant notamment entraîné la mort de plus de 50 personnes en France les 26 et 27 février Le BIPAR suivra attentivement ce dossier. Etude sur le marché de l assurance de détail L étude sur le marché de l assurance de détail réalisée par le consultant indépendant Europe Economics Research pour la DG Marché intérieur de la Commission européenne vient d être publiée. Cette étude porte sur trois marchés : l assurance auto responsabilité civile, l assurance omnium et l assurance habitation. Elle examine, entre autres, la structure du marché, y compris l aspect distribution, les activités transfrontalières, l évolution des primes et des tarifs en assurance. L étude couvre les 27 pays de l UE et inclut des comparaisons avec les Etats-Unis ou avec six Etats américains. L étude sur le marché de l assurance de détail (d environ 400 pages) est disponible en anglais au secrétariat du BIPAR sur demande. Les 27 en faveur d une réglementation intelligente des services et des marchés financiers Suite à sa réunion du 16 février 2010, le Conseil des ministres de l UE Affaires économiques et financières demande une meilleure surveillance du marché ainsi que des initiatives de réglementations intelligentes visant à développer davantage le marché intérieur dans le cadre de la stratégie de l UE pour Le Conseil a souligné le rôle capital que joue le marché intérieur des services pour garantir des prix compétitifs, renforcer la compétitivité et augmenter le potentiel de croissance et d'emploi. Il a demandé une transposition complète de la Directive sur les services par les Etats membres qui n ont pas respecté le délai de transposition. Il a noté que les outils économiques mis au point dans le cadre de l initiative Mieux légiférer, notamment les analyses d'impact des propositions de politiques et des mesures de simplification, pourraient servir de base aux initiatives futures, qu'elles soient réglementaires ou autres. Le Commissaire chargé du marché intérieur et des services, M. Michel Barnier, 2 P a g e

3 a également souligné qu il était indispensable d'assainir le secteur financier par une régulation intelligente et efficace qui laisse sa place à l'innovation. C est une condition essentielle pour la reprise durable de l'économie. Les conclusions du Conseil Ecofin sont disponibles en anglais et en français au secrétariat du BIPAR sur demande. SOLVIT et SOC de plus en plus actifs Il ressort de rapports annuels publiés le 1 er mars 2010 par la Commission européenne sur SOLVIT 1 et le service d'orientation pour les citoyens (SOC) que les Européens sont de plus en plus nombreux à s'adresser aux services gratuits de conseils et d'assistance de l'ue pour obtenir des réponses concrètes et des solutions rapides aux questions et aux problèmes auxquels ils sont confrontés dans le marché intérieur. En 2009, SOLVIT a aidé citoyens et entreprises ayant eu des difficultés à faire valoir leurs droits (souvent en matière de droit de résidence, de sécurité sociale et de reconnaissance des qualifications professionnelles) dans le marché intérieur auprès des administrations publiques nationales. 86 % des affaires ont été résolues dans le délai de dix semaines fixé par SOLVIT. En 2009, SOC a fourni des conseils juridiques gratuits et pratiques dans un délai de trois jours ouvrables à environ citoyens. La plupart des questions avaient trait à la sécurité sociale, au droit de résidence, au travail, aux formalités d'entrée, aux véhicules à moteur et à la fiscalité. 1 SOLVIT : réseau de résolution de problèmes en ligne: les États membres de l'ue y coopèrent pour régler, de façon pragmatique, les problèmes résultant de la mauvaise application de la législation du marché intérieur par les autorités publiques. SOLVIT : CSS : Consultation sur la Directive fonds propres réglementaires La Commission européenne a lancé le 26 février 2010 une consultation publique sur les nouvelles modifications qui pourraient être apportées à la Directive «fonds propres réglementaires» (Capital Requirements Directive, CRD) pour renforcer la résilience du secteur bancaire et du système financier dans son ensemble. Présentées sous le nom de «CRD IV», ces propositions de modifications qui font suite à deux propositions précédentes de la Commission modifiant la directive initiale, portent sur sept domaines précis et reflètent, pour la plupart, les engagements pris en 2009 par les dirigeants du G20 lors de leurs sommets. Ces engagements étaient notamment les suivants: garantir des fonds propres de grande qualité, améliorer la couverture des risques, atténuer la pro-cyclicité, dissuader le jeu sur l effet de levier, renforcer les exigences au titre du risque de liquidité et instaurer des règles de provisionnement dynamique pour les pertes de crédit. Toutes les parties intéressées sont invitées à répondre à la consultation pour le 16 avril 2010 au plus tard. La Commission a l intention d adopter et de publier, au second semestre 2010, une proposition législative traitant de certaines ou de toutes les questions soulevées dans le cadre des différentes consultations. Cette proposition sera basée sur les consultations ainsi que sur les résultats d une analyse d impact tendant à apprécier anticipativement les effets des options proposées pour atteindre les objectifs fixés. La consultation est disponible sur : 3 P a g e

4 Rapport du CEA sur des normes prudentielles excessives de fonds propres Le Comité européen des assureurs (CEA) a publié le 11 mars 2010 un rapport qui explique pourquoi les exigences excessives de fonds propres imposées aux assureurs dans le cadre du nouveau système Solvabilité II pourraient nuire à la fois aux consommateurs, à l industrie de l assurance et à l économie. Le CEA est tout à fait favorable à la Directive cadre Solvabilité II, telle qu approuvée, qui prévoit que les exigences de capital soient complétées par une supervision qualitative dans des domaines tels que la gouvernance et la structure organisationnelle. Toutefois, le CEA estime qu avec les mesures d application proposées par le CECAP (Comité européen des contrôleurs des assurances et des pensions de retraite), on pourrait en revenir à l approche dépassée et simpliste de Solvabilité I, à savoir des exigences financières excessivement prudentes. Les preneurs d assurance seraient les premiers touchés car les tarifs de nombreux produits d assurance vie et non vie augmenteraient, selon le rapport. Avec un rendement moindre sur le capital investi, les consommateurs devraient réduire le montant de leurs dépenses actuelles servant à financer leur pension. Des exigences hyper-prudentes de fonds propres limiteraient le rôle de l industrie de l assurance non seulement en tant qu absorbeur de risques mais également comme investisseur institutionnel finançant la croissance économique à long terme. Le sous-financement des pensions aurait des coûts sociaux importants. Le secteur européen de l assurance deviendrait moins compétitif et moins attrayant pour les investisseurs sur la scène internationale. Le rapport précise que le nombre d emplois dans le secteur européen de l assurance pourrait chuter, principalement en raison de l accélération de la consolidation des compagnies d assurances et de la diminution des revenus des intermédiaires. Selon le CEA, il est nécessaire de trouver un juste équilibre entre la protection des consommateurs par des exigences de capital appropriées et la garantie d une large offre de produits d assurances à des tarifs compétitifs tout en maintenant un marché de l assurance sain et compétitif. Le rapport du CEA Why excessive capital requirements harm consumers, insurers and the economy est disponible en anglais au secrétariat du BIPAR sur demande. 4 P a g e

5 BELGIQUE Canaux de distribution de l assurance Chiffres 2008 Selon une étude menée par Assuralia (Union Professionnelle des Entreprises d Assurances), le chiffre d affaires des assureurs a connu un net recul de 6,7% en 2008 par rapport à 2007, surtout en raison de l impact de la crise financière sur les assurances vie qui représentent deux tiers de l encaissement total. Après un redressement difficile du secteur en 2007 (+5,9%), le chiffre d affaires a de nouveau chuté en 2008 pour se situer au niveau atteint en Malgré la crise, la bancassurance détenait plus de 50% des parts de marché des produits vie individuelle. Les réseaux non exclusifs d intermédiation (courtage classique) restent aujourd hui le principal canal de distribution sur le marché de l assurance non vie. Toutefois, les réseaux exclusifs (salariés de compagnies, intermédiaires liés) n ont cessé de gagner du terrain: leur part en non vie a augmenté en quatre ans de 9,96% à 10,5% en Encaissement en vie et non-vie par canal en 2008 (évolution par rapport à 2007) 11,6% 2,9% 5,9% 29,1% Courtage classique (1,7 points de pourcentage) Assurfinance (-1,6 pp) Mega brokers (0,8 pp) Agents exclusifs indépendants (0,7 pp) Bancassurance (- 1,5 pp) 30,2% 8,5% 5,4% 6,3% Source : Assuralia Mutuelles et coopératives (-0,8 pp) Vente directve (B to B) (0,3 pp) Autres canaux (0,4 pp) Le rapport complet d Assuralia est disponible en français au secrétariat du BIPAR sur demande. 5 P a g e

6 FRANCE Bilan du marché de l e-assurance en 2009 Assurland.com Assurland.com, l un des principaux comparateurs d assurances en France, a observé tout au long de l année dernière les comportements des 3,5 millions de consommateurs mensuels sur son site. L eassurance est constituée à la fois de la souscription en ligne d assurances auprès d assureurs traditionnels et d assureurs directs (acteurs purement internet). Assurland.com conclut que 50% des prospects choisissent un assureur traditionnel (tous types d assurances confondus), 70% des prospects n ont pas sélectionné l assureur le moins cher et 20% des assurés sont prêts à payer plus pour une marque connue. Selon le comparateur, le marché de l e-assurance est en expansion et comprend des assureurs directs qui vendent en ligne ainsi que des assureurs qui vendent via leurs réseaux et qui proposent des offres complexes et variées. Les critères de choix des consommateurs sont basés sur le prix, la qualité des produits et des services et la notoriété des marques. LeLynx.fr Confused.com, leader en Grande-Bretagne de la comparaison en ligne, a fait son apparition sur le marché français. Opérant sous le nom de LeLynx.fr, Confused veut se différencier de ses concurrents : plutôt que de donner les prix les plus bas, LeLynx.fr affiche tous les tarifs et toutes les garanties des assureurs auxquels il fait référence afin de permettre aux consommateurs de choisir en fonction de leurs propres critères, à savoir le prix, le niveau de garantie ou la marque. Pour le moment, le site compare huit marques provenant de sept acteurs, des courtiers en majorité. LeLynx.fr vise à étendre rapidement son éventail de produits afin de fournir aux consommateurs une vision globale du marché. Confused veut encourager les nouvelles habitudes d achat en France où seuls 5% des consommateurs utilisent un comparateur alors qu en Grande-Bretagne, un contrat auto sur deux provient d un comparateur; la vente par téléphone n a jamais décollé en France contrairement à la Grande-Bretagne où il n y a pas de renouvellement tacite, ce qui favorise le changement d assureur. Selon Inéas, premier assureur en ligne en Europe, certains comparateurs en Allemagne ou aux Pays-Bas donnent leur avis sur les contrats ou font voter les internautes et certains sont rémunérés au contrat souscrit. Groupama signe un accord avec la Banque Postale The Banque Postale, filiale bancaire de la Poste française, a signé en octobre 2009 un accord de partenariat avec Groupama, l une des plus importantes mutuelles d assurances en Europe, pour vendre des assurances dommages auto et habitation à partir de la mi La commercialisation de ces produits se fera d abord sur internet et par téléphone et ensuite via le réseau de la Banque Postale (qui représente guichets et 10 millions de clients actifs). Il résulte de ce partenariat la création d une coentreprise dont Groupama détient 35%. Les deux partenaires misent sur une distribution, une gestion et une relation client multicanaux, mais également sur une qualité de service renforcée et sur des tarifs les plus bas du marché. 6 P a g e

7 ROYAUME-UNI L industrie britannique de l assurance reste solide De nouveaux chiffres de l Association des assureurs britanniques (ABI) indiquent que l industrie britannique de l assurance résiste malgré la crise: en effet, le nombre d employés dans le secteur de l assurance a augmenté de 1,3% en 2008 par rapport à 2007 et ce secteur totalisait environ un tiers de tous les emplois liés aux services financiers au Royaume-Uni en Les encaissements nets d assurances dommages ont augmenté de 3% pour atteindre ±37,5 milliards, quant aux encaissements de primes à l étranger, ils ont connu une hausse de 13% en 2008 ( ±37,5 milliards). Selon ABI, malgré ces signes positifs, le système fiscal britannique doit être modifié, faute de quoi les assureurs pourraient se voir contraints de se redomicilier hors du Royaume-Uni. Toute réglementation future doit veiller à un juste équilibre entre une protection adéquate des consommateurs et la garantie d un secteur solide et compétitif. Ceci permettra à l industrie de continuer à innover et à proposer des produits auxquels se fient des millions de familles et d entreprises, a déclaré ABI. INTERNATIONAL Etude sur la responsabilité civile entreprise L étude Sigma 2009 de Swiss Re intitulée Responsabilité civile entreprise : un défi pour les entreprises et leurs assureurs explique pourquoi assurer les risques de responsabilité civile restent un défi pour les entreprises, leurs assureurs et réassureurs. La responsabilité civile est l un des risques les plus importants auxquels les entreprises sont soumises. L assurance RC croît rapidement dans le monde, mais est de plus en plus difficile à souscrire. Les risques émergents qui sont le résultat des développements technologiques et sociaux constituent un défi constant. Une préoccupation grandissante est l évolution rapide de la culture de l indemnisation. Différents pays de l UE ont adopté des mécanismes de recours collectifs, c.-à-d. les actions de groupe, qui pourraient aboutir à des sinistres plus importants. L étude Sigma est disponible en français, en anglais, en allemand et en espagnol au secrétariat du BIPAR sur demande. 7 P a g e

8 Rapport sur le développement du recours collectif Le rapport 2009 de Swiss Re intitulé Développement du recours collectif : conséquences pour l industrie de l assurance examine la situation actuelle à l échelle internationale en matière d actions de groupe et évalue les risques et les opportunités pour les assureurs. Le recours collectif est largement considéré comme un instrument rendant l accès au recours juridique plus facile et abordable pour tous. L UE veut l utiliser à la fois pour les indemnisations suite à des infractions aux règles de concurrence et pour améliorer les droits des consommateurs au sein et entre les Etats membres. Selon Swiss Re, c est dans l intérêt de l industrie de l assurance de participer activement au dialogue avec les gouvernements et législateurs afin de leur expliquer l impact négatif possible de systèmes de recours collectifs déséquilibrés. A titre d exemple, le système tel qu actuellement en place aux Etats-Unis a eu des conséquences secondaires qui ont entraîné une augmentation du nombre de réclamations et du montant de l indemnisation octroyée. Le rapport de Swiss Re est disponible en anglais au secrétariat du BIPAR sur demande. Rapport sur le partenariat public-privé pour le financement des risques L impact des catastrophes naturelles augmente le coût des secours et de la reconstruction pour le secteur public. De nouvelles formes de partenariats publicprivé peuvent rendre les sociétés plus résistantes en limitant l impact financier et permettre aux gouvernements, aux agences semi-gouvernementales, aux organisations humanitaires et aux ONG de gérer le coût des catastrophes plus efficacement en les finançant avant qu elles ne se produisent. Les assureurs du secteur privé ont mis au point des produits innovants de transfert de risques financiers afin de réduire l impact des catastrophes et d augmenter les fonds disponibles des entités du secteur public. Les budgets sont protégés à des coûts d opportunité moindres, garantissant ainsi des fonds plus appropriés pour les activités de secours. Le rapport de Swiss Re est disponible en anglais et en espagnol au secrétariat du BIPAR sur demande. Résultats du rapport de l Association de Genève sur les risques systémiques en assurance L Association de Genève, groupe de réflexion d'envergure internationale en matière d'assurance, a publié le 26 février 2010 un rapport spécial qui analyse le rôle de l assurance dans la stabilité financière, les rôles différents des assureurs et des banques dans le système financier mondial et leur impact sur la crise. Il ressort surtout de ce rapport que les activités principales des assureurs et des réassureurs ne posent pas de risques systémiques en raison des caractéristiques spécifiques de l industrie. Le rapport conclut que lorsque l on applique aux activités principales des assureurs et des réassureurs les critères de surveillance définis par le Conseil de stabilité financière (CSF FSB en anglais), il n y a aucun risque systémique. Le rapport souligne que les superviseurs et les décideurs devraient se pencher sur les activités lorsqu ils introduisent de nouvelles réglementations et que les systèmes futurs réglementant l assurance, comme Solvabilité II dans l UE, abordent déjà les activités d assurance de manière adéquate. Le rapport de l Association de Genève est disponible en anglais au secrétariat du BIPAR sur demande. 8 P a g e

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle

Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle DIRECTION GÉNÉRALE DES POLITIQUES INTERNES DÉPARTEMENT THÉMATIQUE A: POLITIQUES ÉCONOMIQUES ET SCIENTIFIQUES EMPLOI ET AFFAIRES SOCIALES Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle Résumé ÉTUDE Les

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E DEXIA ANNONCE LES RÉSULTATS DE LA REVUE STRATÉGIQUE DE FSA FSA QUITTE LE SECTEUR DES ABS ET SE CONCENTRE SUR LE MARCHÉ DES SERVICES FINANCIERS AU SECTEUR PUBLIC RENFORCEMENT

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

Experts for Finality and Run-off

Experts for Finality and Run-off Profil d entreprise Experts for Finality and Run-off Une activité de pionnier DARAG, Deutsche Versicherungs- und Rückversicherungs-AG est une compagnie d assurance spécialisée dans le Run-off. Nous sommes

Plus en détail

L acquisition de JEVCO Intact est sur la bonne voie pour devenir un assureur de dommages de calibre mondial

L acquisition de JEVCO Intact est sur la bonne voie pour devenir un assureur de dommages de calibre mondial Intact Corporation financière (TSX : IFC) L acquisition de JEVCO Intact est sur la bonne voie pour devenir un assureur de dommages de calibre mondial 2 mai 2012 Énoncés prospectifs et mise en garde Certains

Plus en détail

Informations sur Atradius Notation

Informations sur Atradius Notation Informations sur Atradius Notation Décembre 2013 Atradius N.V. Atradius est le numéro 2 mondial de l assurance-crédit et du cautionnement, et le leader de ces solutions pour les multinationales, avec une

Plus en détail

Commission de Surveillance du Secteur Financier

Commission de Surveillance du Secteur Financier COMMUNIQUE DE PRESSE 13/20 PUBLICATION DU RAPPORT D ACTIVITES 2012 DE LA COMMISSION DE SURVEILLANCE DU SECTEUR FINANCIER (CSSF) Même si cela peut paraître surprenant par des temps aussi mouvementés, l

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2015-378 du 2 avril 2015 transposant la directive

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

happy family règlement client

happy family règlement client happy family règlement client Article 1. Cadre général Happy Family est un programme qui permet d offrir des avantages aux membres d une famille qui détient des produits Auto, Habitation et Vie Privée

Plus en détail

Conférence sur les métiers du

Conférence sur les métiers du Conférence sur les métiers du courtage Alger, le 24 avril 2007 Gras Savoye Algérie Services 1 Sommaire Normes Européennes. Le métier de courtier au regard de la loi en France Usages professionnels du courtage

Plus en détail

SCIAN Canada Cliquez ici pour retourner à indexf.pdf Descriptions

SCIAN Canada Cliquez ici pour retourner à indexf.pdf Descriptions Cliquez ici pour retourner à indexf.pdf 514210 Services de traitement des données Voir la description de la classe 51421 ci-dessus. 52 Finance et assurances Ce secteur comprend les établissements dont

Plus en détail

Conférence de presse du 3 mars 2015

Conférence de presse du 3 mars 2015 Conférence de presse du 3 mars 2015 Aperçu annuel 2014 Zoom sur les assurances dommages et catastrophes naturelles L assurance de groupe dans un contexte de taux d intérêts faibles 1 03/03/2015 Ordre du

Plus en détail

travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 < Picture to go here >

travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 < Picture to go here > < Picture to go here > travailler avec le marché du Lloyd s Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché Paris, le 13 juin 2013 Gloria Rolland, Responsable développement & Relations de marché, Lloyd s

Plus en détail

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L impact de la crise financière récente sur le secteur financier et les économies a été extrêmement

Plus en détail

Réforme bancaire : ce que dit le

Réforme bancaire : ce que dit le Réforme bancaire : ce que dit le projet de loi Le Monde.fr 27.11.2012 à 19h15 Mis à jour le 28.11.2012 à 07h13 Par Anne Michel Le projet de loi vise à "remédier à certaines carences du dispositif de régulation

Plus en détail

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises 1 Sommaire : Situation Assurance et Réassurance Crédit Evolution de l Assurance Crédit Evolution de la Réassurance Crédit Evolution des

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2013. Contacts Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2013. Contacts Presse Dossier de Presse 2013 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contacts Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Caroline

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document:

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: COMMISSION EUROPÉENNE Strasbourg, le 3.7.2012 SWD(2012) 192 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN

Plus en détail

L environnement juridique et fiscal

L environnement juridique et fiscal L assurance française en 2009 Rapport annuel 2009 65 L environnement juridique et fiscal Nombre de sujets de toute première importance, touchant à l organisation et à l environnement réglementaire du secteur

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

Information Le secteur des services financiers canadien

Information Le secteur des services financiers canadien Les assurances multirisques au Canada Aperçu Information Le secteur des services financiers canadien L industrie canadienne des assurances multirisques couvre les risques de toutes les branches d assurance,

Plus en détail

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE OBJECTIF DU GUIDE Présenter au public et en particulier aux investisseurs, les règles de constitution et de fonctionnement des organismes d assurance. Arrêté n 2005-0773 du 14 décembre 2005 fixant les

Plus en détail

«Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes

«Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes «Solvabilité 2 Courtage 2» : Les conséquences de Solvabilité 2 pour les courtiers, les délégataires de gestion et les grossistes Résultats du sondage Caroline ALBANET-SAROCCHI Associé et Directeur Général

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités

La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités Jean-Jacques Picard Secrétaire Général, Luxembourg for Finance jean-jacques.picard@lff.lu +352 27 20 21-1 Luxembourg for Finance Agence pour de

Plus en détail

Le Marché de l Assurance au LIBAN

Le Marché de l Assurance au LIBAN Le Marché de l Assurance au LIBAN Monsieur Assaad Mirza Président de l ACAL 1 Première partie : Evolution du Marché A) Genèse et essor Les premiers contrats d assurance ont été introduits par le développement

Plus en détail

Chiffres-clés 2008. a s s u r a n c e s pour et par le secteur des soins de santé 30.000 25.000 20.000 15.000 10.000 5.000 2008 24.407 2006 19.

Chiffres-clés 2008. a s s u r a n c e s pour et par le secteur des soins de santé 30.000 25.000 20.000 15.000 10.000 5.000 2008 24.407 2006 19. Chiffres-clés 2008 Evolution membres-assures (societaires) 30.000 25.000 20.000 15.000 10.000 5.000 0 2002 11.873 2003 13.309 2004 14.030 2005 15.712 2006 19.727 2007 21.486 2008 24.407 2009 26.979 DEPUIS

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du quatrième trimestre et de l exercice 2011

Intact Corporation financière annonce ses résultats du quatrième trimestre et de l exercice 2011 Communiqué de presse TORONTO, le 8 février 2012 Intact Corporation financière annonce ses résultats du quatrième trimestre et de l exercice 2011 Croissance des primes de près de 50 % au quatrième trimestre,

Plus en détail

BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION

BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION 1 1. INTRODUCTION Le présent document constitue la politique générale de rémunération de Banque Degroof SA (la Politique de Rémunération). 1.1 Champ d application

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009 IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE SOMMAIRE 1- Préambule /Contexte 2- Macro analyse d impact sur l épargne 3- Transition vers

Plus en détail

Rapport Annuel 2010. Présentation du Groupe CMNE. 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants. 8 Organigramme financier. 9 Organisation du Groupe

Rapport Annuel 2010. Présentation du Groupe CMNE. 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants. 8 Organigramme financier. 9 Organisation du Groupe Rapport Annuel 2010 2 Sommaire Rapport Annuel 2010 Présentation du Groupe CMNE 5 Éditorial 6 Profil, Chiffres clés et Faits marquants 7 Implantation 8 Organigramme financier 9 Organisation du Groupe Rapport

Plus en détail

Lydian Webinar. La nouvelle Loi sur les Assurances

Lydian Webinar. La nouvelle Loi sur les Assurances Lydian Webinar La nouvelle Loi sur les Assurances Hugo Keulers & Anne Catteau 12 juin 2014 Aperçu 1. Contexte 2. Champ d application 3. Nouvelles dispositions 4. Entrée en vigueur 2 1. Contexte Nouveau

Plus en détail

Avis du Comité consultatif du secteur financier pour renforcer la transparence

Avis du Comité consultatif du secteur financier pour renforcer la transparence 26 mars 2013 Avis du Comité consultatif du secteur financier pour renforcer la transparence et la qualité des comparateurs d assurances complémentaires santé sur Internet Le 10 mai 2012, le Comité consultatif

Plus en détail

GREAT-WEST LIFECO 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % [2]

GREAT-WEST LIFECO 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % [2] GREAT-WEST LIFECO Great-West Lifeco Inc. est une société de portefeuille internationale spécialisée dans les services financiers ayant des participations dans l assurance-vie, l assurance-maladie, les

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Edition 2012 Toute publication, même partielle de cette étude, est soumise à autorisation de la part d APRIL Courtage Contactez Nathalie RAVET nravet@april.fr

Plus en détail

Canaux de distribution de l assurance Chiffres 2010

Canaux de distribution de l assurance Chiffres 2010 N 6 Bulletin hebdomadaire du 16 février 2012 Canaux de distribution de l assurance Chiffres 2010 Introduction 2 1. Objectif, méthodologie et définitions 3 2. Résultats de l étude 2.1 Représentativité et

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 2 bis du 2 avril 2009 C2008-77 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 28 octobre

Plus en détail

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC Faits et statistiques Les assurances de personnes au QUÉBEC Édition 2008 Association canadienne des compagnies d assurances de personnes inc. Canadian Life and Health Insurance Association Inc. Les assurances

Plus en détail

La gestion du risque chez AXA

La gestion du risque chez AXA Séminaire International de la Presse Suduiraut 21 & 22 juin 2006 La gestion du risque chez AXA François Robinet Chief Risk officer Groupe AXA Sommaire I. La Gestion du Risque : Définition D II. III. La

Plus en détail

6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité

6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité 6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité Comité consultatif du secteur financier Rapport 2010-2011 77 Au cours des années 2010 et 2011, le CCSF a porté

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 Fortis AG - Vos assurances chez votre courtier Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 1 Cette fiche d information financière décrit les modalités du produit qui sont d application

Plus en détail

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Conférence ActuariaCnam Présentation 3 1 / 0 5 / 2 0 1 2 Julien Chartier, Actuaire Manager AGENDA Introduction Partie 1 - L arrêt «Test-Achats»

Plus en détail

L externalisation réglementée

L externalisation réglementée L externalisation réglementée SOMMAIRE 3 LA PLACE FINANCIÈRE LUXEMBOURGEOISE 4 L EXTERNALISATION DANS LE SECTEUR FINANCIER 5 LE STATUT DE PSF DE SUPPORT 7 L OFFRE DE SERVICES 9 POURQUOI TRAVAILLER AVEC

Plus en détail

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle (Juin 1998) Introduction Le Comité de Bâle n a pas publié de recommandations sur les systèmes de protection des dépôts en ce qui

Plus en détail

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU)

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) 1. Le MSU est l un des piliers de l Union bancaire européenne 2. La mise en œuvre opérationnelle

Plus en détail

PROJET PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L OCTROI DE PRÊTS HYPOTHÉCAIRES RÉSIDENTIELS

PROJET PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L OCTROI DE PRÊTS HYPOTHÉCAIRES RÉSIDENTIELS PROJET LIGNE DIRECTRICE SUR L OCTROI DE PRÊTS HYPOTHÉCAIRES RÉSIDENTIELS Août 2012 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à

Plus en détail

C o r p o r a t i o n F i n a n c i è r e C a n a d a - V i e 2007

C o r p o r a t i o n F i n a n c i è r e C a n a d a - V i e 2007 Corporation Financière Canada-Vie 2007 RAPPORT ANNUEL APERÇU DE LA COMPAGNIE La Corporation Financière Canada-Vie (la CFCV) est établie depuis 1999. Sa principale filiale, La Compagnie d Assurance du

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

Revue de la performance du T2-2014

Revue de la performance du T2-2014 Revue de la performance du T2-2014 Intact Corporation financière (TSX : IFC) Le mercredi 30 juillet 2014 Intact Corporation financière Charles Brindamour Chef de la direction Intact Corporation financière

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS Novembre 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Gestion saine

Plus en détail

Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc

Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc Une innovation majeure dans le secteur de l assurance santé au Maroc Une couverture exceptionnelle pour les particuliers au Maroc ASSUR-PLUS Santé International est un contrat d assurance santé international

Plus en détail

PRODUITS DE PREVOYANCE IMPERIO. Ce document ne peut être ni communiqué ni distribué, sans l accord exprès d IMPERIO.

PRODUITS DE PREVOYANCE IMPERIO. Ce document ne peut être ni communiqué ni distribué, sans l accord exprès d IMPERIO. PRODUITS DE PREVOYANCE IMPERIO Ce document ne peut être ni communiqué ni distribué, sans l accord exprès d IMPERIO. 1 GAMME DE SOLUTIONS PREVOYANCE IMPERIO PRECISO HOSPITALIS EDUCALIA SERENITE Plus ASSURANCE

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Auto / Habitation assurance franchise

CONDITIONS GENERALES Auto / Habitation assurance franchise CONDITIONS GENERALES Auto / Habitation assurance franchise Table des matières Table des matières 2 Introduction 3 DSA Europe 3 Assureur 3 En quoi consiste cette police? 3 Limites monétaires 3 Période de

Plus en détail

Comité de la réglementation des assurance de l AAI Le rôle de l actuaire dans le contrôle prudentiel des sociétés d assurances

Comité de la réglementation des assurance de l AAI Le rôle de l actuaire dans le contrôle prudentiel des sociétés d assurances Le rôle de l actuaire dans le contrôle prudentiel Introduction Cette note a pour but d établir la position de l AAI sur le rôle que les actuaires devraient jouer dans le contrôle prudentiel des sociétés

Plus en détail

Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel

Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel ASF Formation 10 février 2015 Sommaire 1. Introduction 2. Focus sur le nouvel arrêté relatif au contrôle interne 3. Les principales mesures de transposition

Plus en détail

Situation du secteur des assurances en Haïti et les perspectives d avenir

Situation du secteur des assurances en Haïti et les perspectives d avenir MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES (MEF) UNITE DE CONTRÔLE ET DE SUPERVISION DES ASSURANCES (UCSA) Situation du secteur des assurances en Haïti et les perspectives d avenir Présenté par : Raoul TRIBIE

Plus en détail

Demande d ouverture de l épargne pension Save Plan

Demande d ouverture de l épargne pension Save Plan Demande d ouverture de l épargne pension Save Plan A compléter en majuscules et à renvoyer signée à FORTUNEO BANK rue des Colonies 11-1000 Bruxelles POUR FACILITER L OUVERTURE DE VOTRE EPARGNE-PENSION:

Plus en détail

PROPOSITION D ASSURANCE GAMME DE PRODUITS POUR LE PARTICULIER ET SA FAMILLE

PROPOSITION D ASSURANCE GAMME DE PRODUITS POUR LE PARTICULIER ET SA FAMILLE PROPOSITION D ASSURANCE GAMME DE PRODUITS POUR LE PARTICULIER ET SA FAMILLE Nouvelle affaire Date d effet / / Prise d effet : début au plus tôt à 0.00H. le lendemain de la date du cachet de réception à

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 2 novembre 2011 Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Résultat opérationnel net par action de 0,97 $ attribuable aux résultats en assurance

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

L adaptation aux risques météorologiques et l assurance de dommages

L adaptation aux risques météorologiques et l assurance de dommages L adaptation aux risques météorologiques et l assurance de dommages Pierre Babinsky Directeur des communications et des affaires publiques École d été de l UQÀM 2015 La réduction des impacts et la communication

Plus en détail

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 En bref L arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne des entreprises

Plus en détail

MES CRÉDITS. Dans ce chapitre. u Les bonnes questions à se poser avant d emprunter u Les crédits à la consommation u Les crédits immobiliers

MES CRÉDITS. Dans ce chapitre. u Les bonnes questions à se poser avant d emprunter u Les crédits à la consommation u Les crédits immobiliers MES CRÉDITS Vous avez de nombreux projets en tête à la suite de votre entrée dans la vie active : équipement de votre logement, achat d une voiture, voyages Et aussi, pourquoi pas, acquisition de votre

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES

RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES 3 AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances ont souscrit à l égard de leurs nombreux interlocuteurs:

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 30 janvier 2009 8h55 Dexia met en œuvre son plan de transformation pour consolider son redressement et devrait enregistrer

Plus en détail

l eri Communication à caractère promotionnel

l eri Communication à caractère promotionnel l eri Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance. L investisseur supporte le risque de crédit de NATIXIS (Moody s : A2 / Fitch : A / Standard & Poor s :

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Le 8 mars 2010, la Ministre de l Economie de l Industrie et de l Emploi Christine Lagarde a installé la nouvelle Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).

Plus en détail

Secure Advantage Revenus Garantis

Secure Advantage Revenus Garantis GUIDE QUESTIONS / REPONSES DOCUMENT NON CONTRACTUEL RÉSERVÉ À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS FINANCIERS Avril 2015 Secure Advantage Revenus Garantis Pour envisager l avenir en toute sérénité, assurez-vous

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS RELATIVES À LA RESPONSABILITÉ EN CAS DE PREMIER APPEL PUBLIC À L ÉPARGNE

CONSIDÉRATIONS RELATIVES À LA RESPONSABILITÉ EN CAS DE PREMIER APPEL PUBLIC À L ÉPARGNE FINPRO Practice NUMÉRO DE 2015 : CONSIDÉRATIONS RELATIVES À LA RESPONSABILITÉ EN CAS DE PREMIER APPEL PUBLIC À L ÉPARGNE CONTENT: 3 RISQUES LIÉS AU PREMIER APPEL PUBLIC À L ÉPARGNE : RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

Plus en détail

Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011

Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011 Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011 Véronique Brionne Marilyn Faugas Karine Paul Jean-Christophe Boccon-Gibod Sommaire 1. Pourquoi avons-nous choisi Progressive?

Plus en détail

La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation

La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation La supervision des banques et des assurances par l Autorité de contrôle prudentiel : Défis et opportunités dans un environnement en mutation Danièle NOUY, Secrétaire général de l Autorité de contrôle prudentiel

Plus en détail

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Livre blanc IDC réalisé pour Ricoh Septembre 2012 Synthèse Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Angèle Boyd // Joseph Pucciarelli

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse Dossier de Presse 2011 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contact Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Sommaire

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 29 juillet 2015 Intact Corporation financière annonce ses résultats du deuxième trimestre Résultat opérationnel net par action de 1,56 $ avec un ratio combiné de 91,6 %.

Plus en détail

Communiqué de presse du 28.04.2015

Communiqué de presse du 28.04.2015 Luxembourg, le 28 avril 2015 Communiqué de presse du 28.04.2015 Sommaire I. Les chiffres clefs pour l année 2014 : évolution générale du secteur II. La Charte de Qualité 2.0. III. Le défi du vieillissement

Plus en détail

3URSRVLWLRQ UHODWLYH j OD ILVFDOLWp GH O psdujqh TXHVWLRQVVRXYHQWSRVpHV (voir aussi IP/01/1026)

3URSRVLWLRQ UHODWLYH j OD ILVFDOLWp GH O psdujqh TXHVWLRQVVRXYHQWSRVpHV (voir aussi IP/01/1026) 0(02 Bruxelles, le 18 juillet 2001 3URSRVLWLRQ UHODWLYH j OD ILVFDOLWp GH O psdujqh TXHVWLRQVVRXYHQWSRVpHV (voir aussi IP/01/1026) 3RXUTXRL OD &RPPLVVLRQ DWHOOH SUpVHQWp FHWWH SURSRVLWLRQ PRGLILpH GH GLUHFWLYH

Plus en détail

Demande de devis RC PRO FINANCE ET PATRIMOINE

Demande de devis RC PRO FINANCE ET PATRIMOINE Demande de devis RC PRO FINANCE ET PATRIMOINE Responsabilité Civile Professionnelle des Conseillers en Gestion de Patrimoine (CGP), Conseil en Investissement Financier (CIF), Démarcheurs Bancaires et Financiers

Plus en détail

PERP Gaipare Zen. Prévoir le meilleur pour votre retraite

PERP Gaipare Zen. Prévoir le meilleur pour votre retraite PERP Gaipare Zen Prévoir le meilleur pour votre retraite On a tous une bonne raison d épargner pour sa retraite Composante de votre avenir, la retraite s envisage comme une nouvelle vie, synonyme de liberté.

Plus en détail

Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement.

Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement. Présentation de XL Catlin Nos cinq atouts pour vous soutenir dans votre développement. Avant même leur rapprochement, XL et Catlin étaient deux sociétés solides, très innovantes. Ensemble, nous sommes

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

UNE PROTECTION OPTIMALE POUR VOTRE ENTREPRISE

UNE PROTECTION OPTIMALE POUR VOTRE ENTREPRISE Assurances pour entreprises UNE PROTECTION OPTIMALE POUR VOTRE ENTREPRISE 30.00.005/00 10/14 ASSURANCES POUR ENTREPRISES Une protection optimale pour votre entreprise Entreprendre, c est accepter d assumer

Plus en détail

Supervision des banques marocaines panafricaines

Supervision des banques marocaines panafricaines Supervision des banques marocaines panafricaines Mme Hiba ZAHOUI, Directeur Adjoint de la Supervision Bancaire Conférence Banque de France FERDI : Réussir l intégration financière en Afrique - 27 Mai 2014

Plus en détail

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF

Analyse Financière. Tunis Re en Bourse. En toute Ré Assurance. Souscrire à l OPF Analyse Financière Tunis Re en Bourse En toute Ré Assurance Souscrire à l OPF Mars 2010 2A n a l y s e F i n a n c i è r e I n t r o d u c t i o n e n b o u r s e : O f f r e à p r i x f e r m e Secteur

Plus en détail

> Opportunité Zen. Assurance Vie & Capitalisation. Mai 2013

> Opportunité Zen. Assurance Vie & Capitalisation. Mai 2013 Assurance Vie & Capitalisation > Opportunité Zen Mai 2013 Titre de créance à capital garanti, support en unités de compte d un contrat d assurance vie ou de capitalisation, d une durée de 8 ans. Offre

Plus en détail

Règlement grand-ducal du 18 décembre 2009 relatif aux taxes à percevoir par la Commission de surveillance du secteur financier.

Règlement grand-ducal du 18 décembre 2009 relatif aux taxes à percevoir par la Commission de surveillance du secteur financier. Ce texte a été élaboré par la CSSF à des fins d information ; seul le texte publié au Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg fait foi. Règlement grand-ducal du 18 décembre 2009 relatif aux taxes

Plus en détail