SOMMAIRE : Belgique Canaux de distribution de l assurance Chiffres 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE : Belgique Canaux de distribution de l assurance Chiffres 2008"

Transcription

1 SOMMAIRE : Europe Examen approfondi des régimes d'assurance contre les catastrophes naturelles Etude sur le marché de l assurance de détail Les 27 en faveur d une réglementation intelligente des services et des marchés financiers SOLVIT et SOC de plus en plus actifs Consultation sur la Directive fonds propres réglementaires Rapport du CEA sur des normes prudentielles excessives de fonds propres Editeur: Secrétariat du BIPAR Les présentes informations sont rassemblées avec tout le soin qui convient, mais ne sont publiées qu à titre documentaire. Le «BIPAR Presse» se contente d être le reflet des articles publiés dans la presse spécialisée, et le BIPAR ne peut donc assumer la moindre responsabilité quant à l exactitude de leur contenu. Belgique Canaux de distribution de l assurance Chiffres 2008 France Bilan du marché de l e-assurance en Assurland.com - LeLynx.fr Groupama signe un accord avec la Banque Postale Royaume-Uni L industrie britannique de l assurance reste solide International Etude sur la responsabilité civile entreprise Rapport sur le développement du recours collectif Rapport sur le partenariat public-privéprivé pour le financement des risques Résultats du rapport de l Association de Genève sur les risques systémiques en assurance Le BIPAR, la Fédération européenne des intermédiaires d assurances, est une organisation européenne à but non lucratif groupant des associations professionnelles d'intermédiaires d'assurances. Le BIPAR compte actuellement 45 associations membres, établies dans 31 pays, et représente environ agents et courtiers, qui emploient au total plus de personnes. Fondé à Paris en 1937, le BIPAR est basé à Bruxelles depuis Le BIPAR est aujourd hui le porte-parole parole reconnu et officiel des intermédiaires d'assurances auprès des institutions européennes. Av. Albert-Elisabeth 40 - B-1200 Bruxelles Tél: +32/2/ Fax: +32/2/ Le BIPAR Presse est également disponible sur (Member area/publications)

2 EUROPE Examen approfondi des régimes d'assurance contre les catastrophes naturelles Michel Barnier, Commissaire européen en charge du Marché Intérieur et des Services, a annoncé le 9 mars 2010 devant le Parlement européen à Strasbourg, que la Commission européenne procéderait à un examen approfondi des régimes d'assurance contre les risques naturels, en particulier les inondations. Cette initiative impliquera un large éventail de parties prenantes et un dialogue avec les Etats membres et les experts en assurance pour échanger les meilleures pratiques et fixer des priorités au niveau approprié. Le résultat de ce dialogue fera l'objet d'une conférence que la Commission organisera au courant de l'année prochaine. Cette annonce intervient en réponse à une question orale du parlementaire irlandais Seán Kelly faisant état de "l'incapacité du marché à fournir une couverture adéquate" contre les inondations dans certains Etats membres. La question de M. Kelly fait suite aux inondations très sévères ayant fait rage en Irlande et au Royaume-Uni en novembre et décembre Elle intervient aussi quelques jours après les violentes inondations causées par la tempête Xynthia, ayant notamment entraîné la mort de plus de 50 personnes en France les 26 et 27 février Le BIPAR suivra attentivement ce dossier. Etude sur le marché de l assurance de détail L étude sur le marché de l assurance de détail réalisée par le consultant indépendant Europe Economics Research pour la DG Marché intérieur de la Commission européenne vient d être publiée. Cette étude porte sur trois marchés : l assurance auto responsabilité civile, l assurance omnium et l assurance habitation. Elle examine, entre autres, la structure du marché, y compris l aspect distribution, les activités transfrontalières, l évolution des primes et des tarifs en assurance. L étude couvre les 27 pays de l UE et inclut des comparaisons avec les Etats-Unis ou avec six Etats américains. L étude sur le marché de l assurance de détail (d environ 400 pages) est disponible en anglais au secrétariat du BIPAR sur demande. Les 27 en faveur d une réglementation intelligente des services et des marchés financiers Suite à sa réunion du 16 février 2010, le Conseil des ministres de l UE Affaires économiques et financières demande une meilleure surveillance du marché ainsi que des initiatives de réglementations intelligentes visant à développer davantage le marché intérieur dans le cadre de la stratégie de l UE pour Le Conseil a souligné le rôle capital que joue le marché intérieur des services pour garantir des prix compétitifs, renforcer la compétitivité et augmenter le potentiel de croissance et d'emploi. Il a demandé une transposition complète de la Directive sur les services par les Etats membres qui n ont pas respecté le délai de transposition. Il a noté que les outils économiques mis au point dans le cadre de l initiative Mieux légiférer, notamment les analyses d'impact des propositions de politiques et des mesures de simplification, pourraient servir de base aux initiatives futures, qu'elles soient réglementaires ou autres. Le Commissaire chargé du marché intérieur et des services, M. Michel Barnier, 2 P a g e

3 a également souligné qu il était indispensable d'assainir le secteur financier par une régulation intelligente et efficace qui laisse sa place à l'innovation. C est une condition essentielle pour la reprise durable de l'économie. Les conclusions du Conseil Ecofin sont disponibles en anglais et en français au secrétariat du BIPAR sur demande. SOLVIT et SOC de plus en plus actifs Il ressort de rapports annuels publiés le 1 er mars 2010 par la Commission européenne sur SOLVIT 1 et le service d'orientation pour les citoyens (SOC) que les Européens sont de plus en plus nombreux à s'adresser aux services gratuits de conseils et d'assistance de l'ue pour obtenir des réponses concrètes et des solutions rapides aux questions et aux problèmes auxquels ils sont confrontés dans le marché intérieur. En 2009, SOLVIT a aidé citoyens et entreprises ayant eu des difficultés à faire valoir leurs droits (souvent en matière de droit de résidence, de sécurité sociale et de reconnaissance des qualifications professionnelles) dans le marché intérieur auprès des administrations publiques nationales. 86 % des affaires ont été résolues dans le délai de dix semaines fixé par SOLVIT. En 2009, SOC a fourni des conseils juridiques gratuits et pratiques dans un délai de trois jours ouvrables à environ citoyens. La plupart des questions avaient trait à la sécurité sociale, au droit de résidence, au travail, aux formalités d'entrée, aux véhicules à moteur et à la fiscalité. 1 SOLVIT : réseau de résolution de problèmes en ligne: les États membres de l'ue y coopèrent pour régler, de façon pragmatique, les problèmes résultant de la mauvaise application de la législation du marché intérieur par les autorités publiques. SOLVIT : CSS : Consultation sur la Directive fonds propres réglementaires La Commission européenne a lancé le 26 février 2010 une consultation publique sur les nouvelles modifications qui pourraient être apportées à la Directive «fonds propres réglementaires» (Capital Requirements Directive, CRD) pour renforcer la résilience du secteur bancaire et du système financier dans son ensemble. Présentées sous le nom de «CRD IV», ces propositions de modifications qui font suite à deux propositions précédentes de la Commission modifiant la directive initiale, portent sur sept domaines précis et reflètent, pour la plupart, les engagements pris en 2009 par les dirigeants du G20 lors de leurs sommets. Ces engagements étaient notamment les suivants: garantir des fonds propres de grande qualité, améliorer la couverture des risques, atténuer la pro-cyclicité, dissuader le jeu sur l effet de levier, renforcer les exigences au titre du risque de liquidité et instaurer des règles de provisionnement dynamique pour les pertes de crédit. Toutes les parties intéressées sont invitées à répondre à la consultation pour le 16 avril 2010 au plus tard. La Commission a l intention d adopter et de publier, au second semestre 2010, une proposition législative traitant de certaines ou de toutes les questions soulevées dans le cadre des différentes consultations. Cette proposition sera basée sur les consultations ainsi que sur les résultats d une analyse d impact tendant à apprécier anticipativement les effets des options proposées pour atteindre les objectifs fixés. La consultation est disponible sur : 3 P a g e

4 Rapport du CEA sur des normes prudentielles excessives de fonds propres Le Comité européen des assureurs (CEA) a publié le 11 mars 2010 un rapport qui explique pourquoi les exigences excessives de fonds propres imposées aux assureurs dans le cadre du nouveau système Solvabilité II pourraient nuire à la fois aux consommateurs, à l industrie de l assurance et à l économie. Le CEA est tout à fait favorable à la Directive cadre Solvabilité II, telle qu approuvée, qui prévoit que les exigences de capital soient complétées par une supervision qualitative dans des domaines tels que la gouvernance et la structure organisationnelle. Toutefois, le CEA estime qu avec les mesures d application proposées par le CECAP (Comité européen des contrôleurs des assurances et des pensions de retraite), on pourrait en revenir à l approche dépassée et simpliste de Solvabilité I, à savoir des exigences financières excessivement prudentes. Les preneurs d assurance seraient les premiers touchés car les tarifs de nombreux produits d assurance vie et non vie augmenteraient, selon le rapport. Avec un rendement moindre sur le capital investi, les consommateurs devraient réduire le montant de leurs dépenses actuelles servant à financer leur pension. Des exigences hyper-prudentes de fonds propres limiteraient le rôle de l industrie de l assurance non seulement en tant qu absorbeur de risques mais également comme investisseur institutionnel finançant la croissance économique à long terme. Le sous-financement des pensions aurait des coûts sociaux importants. Le secteur européen de l assurance deviendrait moins compétitif et moins attrayant pour les investisseurs sur la scène internationale. Le rapport précise que le nombre d emplois dans le secteur européen de l assurance pourrait chuter, principalement en raison de l accélération de la consolidation des compagnies d assurances et de la diminution des revenus des intermédiaires. Selon le CEA, il est nécessaire de trouver un juste équilibre entre la protection des consommateurs par des exigences de capital appropriées et la garantie d une large offre de produits d assurances à des tarifs compétitifs tout en maintenant un marché de l assurance sain et compétitif. Le rapport du CEA Why excessive capital requirements harm consumers, insurers and the economy est disponible en anglais au secrétariat du BIPAR sur demande. 4 P a g e

5 BELGIQUE Canaux de distribution de l assurance Chiffres 2008 Selon une étude menée par Assuralia (Union Professionnelle des Entreprises d Assurances), le chiffre d affaires des assureurs a connu un net recul de 6,7% en 2008 par rapport à 2007, surtout en raison de l impact de la crise financière sur les assurances vie qui représentent deux tiers de l encaissement total. Après un redressement difficile du secteur en 2007 (+5,9%), le chiffre d affaires a de nouveau chuté en 2008 pour se situer au niveau atteint en Malgré la crise, la bancassurance détenait plus de 50% des parts de marché des produits vie individuelle. Les réseaux non exclusifs d intermédiation (courtage classique) restent aujourd hui le principal canal de distribution sur le marché de l assurance non vie. Toutefois, les réseaux exclusifs (salariés de compagnies, intermédiaires liés) n ont cessé de gagner du terrain: leur part en non vie a augmenté en quatre ans de 9,96% à 10,5% en Encaissement en vie et non-vie par canal en 2008 (évolution par rapport à 2007) 11,6% 2,9% 5,9% 29,1% Courtage classique (1,7 points de pourcentage) Assurfinance (-1,6 pp) Mega brokers (0,8 pp) Agents exclusifs indépendants (0,7 pp) Bancassurance (- 1,5 pp) 30,2% 8,5% 5,4% 6,3% Source : Assuralia Mutuelles et coopératives (-0,8 pp) Vente directve (B to B) (0,3 pp) Autres canaux (0,4 pp) Le rapport complet d Assuralia est disponible en français au secrétariat du BIPAR sur demande. 5 P a g e

6 FRANCE Bilan du marché de l e-assurance en 2009 Assurland.com Assurland.com, l un des principaux comparateurs d assurances en France, a observé tout au long de l année dernière les comportements des 3,5 millions de consommateurs mensuels sur son site. L eassurance est constituée à la fois de la souscription en ligne d assurances auprès d assureurs traditionnels et d assureurs directs (acteurs purement internet). Assurland.com conclut que 50% des prospects choisissent un assureur traditionnel (tous types d assurances confondus), 70% des prospects n ont pas sélectionné l assureur le moins cher et 20% des assurés sont prêts à payer plus pour une marque connue. Selon le comparateur, le marché de l e-assurance est en expansion et comprend des assureurs directs qui vendent en ligne ainsi que des assureurs qui vendent via leurs réseaux et qui proposent des offres complexes et variées. Les critères de choix des consommateurs sont basés sur le prix, la qualité des produits et des services et la notoriété des marques. LeLynx.fr Confused.com, leader en Grande-Bretagne de la comparaison en ligne, a fait son apparition sur le marché français. Opérant sous le nom de LeLynx.fr, Confused veut se différencier de ses concurrents : plutôt que de donner les prix les plus bas, LeLynx.fr affiche tous les tarifs et toutes les garanties des assureurs auxquels il fait référence afin de permettre aux consommateurs de choisir en fonction de leurs propres critères, à savoir le prix, le niveau de garantie ou la marque. Pour le moment, le site compare huit marques provenant de sept acteurs, des courtiers en majorité. LeLynx.fr vise à étendre rapidement son éventail de produits afin de fournir aux consommateurs une vision globale du marché. Confused veut encourager les nouvelles habitudes d achat en France où seuls 5% des consommateurs utilisent un comparateur alors qu en Grande-Bretagne, un contrat auto sur deux provient d un comparateur; la vente par téléphone n a jamais décollé en France contrairement à la Grande-Bretagne où il n y a pas de renouvellement tacite, ce qui favorise le changement d assureur. Selon Inéas, premier assureur en ligne en Europe, certains comparateurs en Allemagne ou aux Pays-Bas donnent leur avis sur les contrats ou font voter les internautes et certains sont rémunérés au contrat souscrit. Groupama signe un accord avec la Banque Postale The Banque Postale, filiale bancaire de la Poste française, a signé en octobre 2009 un accord de partenariat avec Groupama, l une des plus importantes mutuelles d assurances en Europe, pour vendre des assurances dommages auto et habitation à partir de la mi La commercialisation de ces produits se fera d abord sur internet et par téléphone et ensuite via le réseau de la Banque Postale (qui représente guichets et 10 millions de clients actifs). Il résulte de ce partenariat la création d une coentreprise dont Groupama détient 35%. Les deux partenaires misent sur une distribution, une gestion et une relation client multicanaux, mais également sur une qualité de service renforcée et sur des tarifs les plus bas du marché. 6 P a g e

7 ROYAUME-UNI L industrie britannique de l assurance reste solide De nouveaux chiffres de l Association des assureurs britanniques (ABI) indiquent que l industrie britannique de l assurance résiste malgré la crise: en effet, le nombre d employés dans le secteur de l assurance a augmenté de 1,3% en 2008 par rapport à 2007 et ce secteur totalisait environ un tiers de tous les emplois liés aux services financiers au Royaume-Uni en Les encaissements nets d assurances dommages ont augmenté de 3% pour atteindre ±37,5 milliards, quant aux encaissements de primes à l étranger, ils ont connu une hausse de 13% en 2008 ( ±37,5 milliards). Selon ABI, malgré ces signes positifs, le système fiscal britannique doit être modifié, faute de quoi les assureurs pourraient se voir contraints de se redomicilier hors du Royaume-Uni. Toute réglementation future doit veiller à un juste équilibre entre une protection adéquate des consommateurs et la garantie d un secteur solide et compétitif. Ceci permettra à l industrie de continuer à innover et à proposer des produits auxquels se fient des millions de familles et d entreprises, a déclaré ABI. INTERNATIONAL Etude sur la responsabilité civile entreprise L étude Sigma 2009 de Swiss Re intitulée Responsabilité civile entreprise : un défi pour les entreprises et leurs assureurs explique pourquoi assurer les risques de responsabilité civile restent un défi pour les entreprises, leurs assureurs et réassureurs. La responsabilité civile est l un des risques les plus importants auxquels les entreprises sont soumises. L assurance RC croît rapidement dans le monde, mais est de plus en plus difficile à souscrire. Les risques émergents qui sont le résultat des développements technologiques et sociaux constituent un défi constant. Une préoccupation grandissante est l évolution rapide de la culture de l indemnisation. Différents pays de l UE ont adopté des mécanismes de recours collectifs, c.-à-d. les actions de groupe, qui pourraient aboutir à des sinistres plus importants. L étude Sigma est disponible en français, en anglais, en allemand et en espagnol au secrétariat du BIPAR sur demande. 7 P a g e

8 Rapport sur le développement du recours collectif Le rapport 2009 de Swiss Re intitulé Développement du recours collectif : conséquences pour l industrie de l assurance examine la situation actuelle à l échelle internationale en matière d actions de groupe et évalue les risques et les opportunités pour les assureurs. Le recours collectif est largement considéré comme un instrument rendant l accès au recours juridique plus facile et abordable pour tous. L UE veut l utiliser à la fois pour les indemnisations suite à des infractions aux règles de concurrence et pour améliorer les droits des consommateurs au sein et entre les Etats membres. Selon Swiss Re, c est dans l intérêt de l industrie de l assurance de participer activement au dialogue avec les gouvernements et législateurs afin de leur expliquer l impact négatif possible de systèmes de recours collectifs déséquilibrés. A titre d exemple, le système tel qu actuellement en place aux Etats-Unis a eu des conséquences secondaires qui ont entraîné une augmentation du nombre de réclamations et du montant de l indemnisation octroyée. Le rapport de Swiss Re est disponible en anglais au secrétariat du BIPAR sur demande. Rapport sur le partenariat public-privé pour le financement des risques L impact des catastrophes naturelles augmente le coût des secours et de la reconstruction pour le secteur public. De nouvelles formes de partenariats publicprivé peuvent rendre les sociétés plus résistantes en limitant l impact financier et permettre aux gouvernements, aux agences semi-gouvernementales, aux organisations humanitaires et aux ONG de gérer le coût des catastrophes plus efficacement en les finançant avant qu elles ne se produisent. Les assureurs du secteur privé ont mis au point des produits innovants de transfert de risques financiers afin de réduire l impact des catastrophes et d augmenter les fonds disponibles des entités du secteur public. Les budgets sont protégés à des coûts d opportunité moindres, garantissant ainsi des fonds plus appropriés pour les activités de secours. Le rapport de Swiss Re est disponible en anglais et en espagnol au secrétariat du BIPAR sur demande. Résultats du rapport de l Association de Genève sur les risques systémiques en assurance L Association de Genève, groupe de réflexion d'envergure internationale en matière d'assurance, a publié le 26 février 2010 un rapport spécial qui analyse le rôle de l assurance dans la stabilité financière, les rôles différents des assureurs et des banques dans le système financier mondial et leur impact sur la crise. Il ressort surtout de ce rapport que les activités principales des assureurs et des réassureurs ne posent pas de risques systémiques en raison des caractéristiques spécifiques de l industrie. Le rapport conclut que lorsque l on applique aux activités principales des assureurs et des réassureurs les critères de surveillance définis par le Conseil de stabilité financière (CSF FSB en anglais), il n y a aucun risque systémique. Le rapport souligne que les superviseurs et les décideurs devraient se pencher sur les activités lorsqu ils introduisent de nouvelles réglementations et que les systèmes futurs réglementant l assurance, comme Solvabilité II dans l UE, abordent déjà les activités d assurance de manière adéquate. Le rapport de l Association de Genève est disponible en anglais au secrétariat du BIPAR sur demande. 8 P a g e

Transparence en assurance

Transparence en assurance The European Federation of Insurance Intermediaries La Fédération européenne des intermédiaires d assurances PRINCIPES DU BIPAR Transparence en assurance Bruxelles, juin 2008 Le BIPAR, la Fédération européenne

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Luxembourg Introduction à Altraplan Luxembourg La compagnie Altraplan Luxembourg est une compagnie d assurances créée en 1996, se targuant d une expertise inégalée dans

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Conférence de presse du 3 mars 2015

Conférence de presse du 3 mars 2015 Conférence de presse du 3 mars 2015 Aperçu annuel 2014 Zoom sur les assurances dommages et catastrophes naturelles L assurance de groupe dans un contexte de taux d intérêts faibles 1 03/03/2015 Ordre du

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2004 2009 Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs 15.2.2008 DOCUMENT DE TRAVAIL sur le rapport d initiative sur certains points concernant l assurance automobile

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites?

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Point de vue européen Intro Prise en compte des intérêts des consommateurs, par les autorités publiques, n est pas récente, même si différences importantes

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-20 du 17 février 2014 relative à l affiliation de la Mutuelle Nationale des Personnels Air France à la Société de Groupe d Assurance Mutuelle Macif L Autorité de

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

L assurance-emprunteur

L assurance-emprunteur 26 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES L assurance-emprunteur présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Vendredi 24 janvier 214-1 L Observatoire

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Observations générales

Observations générales Luxembourg, le 9 décembre 2010. Objet: Projet de loi n 6216 portant : transposition, pour le secteur de l assurance, de la directive 2009/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 juin 2009 modifiant

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros dans les caisses de l'état.

Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros dans les caisses de l'état. Page 1 sur 5 COMMUNIQUE DE PRESSE Augmentation des accises du tabac : plus de revenus et moins de fumeurs Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent.

Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent. COMMUNIQUE DE PRESSE SOUS EMBARGO JUSQU AU 29-09-2014 Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent. Bruxelles, le 29 septembre 2014 Les perspectives pour les citoyens européens

Plus en détail

Bienvenue chez Private Estate Life

Bienvenue chez Private Estate Life Bienvenue chez Private Estate Life Introduction à Private Estate Life La compagnie Private Estate Life est une compagnie d assurance-vie établie à Luxembourg depuis 1991 dont l objectif est de devenir

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA Résultats exceptionnels d Argenta pour l année de crise 2011 La cinquième banque de Belgique n a pas désappris le métier du banquier de détail.

Plus en détail

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage Alerte aux investisseurs : information à l intention des clients des sociétés réglementées par l OCRCVM si jamais une société de courtage devait mettre fin à ses activités Compte tenu de la turbulence

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE

OBJECTIF DU GUIDE 1-L ENCADREMENT JURIDIQUE DES ACTIVITES D ASSURANCE OBJECTIF DU GUIDE Présenter au public et en particulier aux investisseurs, les règles de constitution et de fonctionnement des organismes d assurance. Arrêté n 2005-0773 du 14 décembre 2005 fixant les

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-156 du 24 octobre 2011 relative à la fusion par absorption des mutuelles Adrea Mutuelle (mutuelle absorbante), Adrea Mutuelle Bourgogne, Adrea Mutuelle Pays de Savoie,

Plus en détail

Legal & General (France) Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Legal & General (France) Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence (France) Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Un des plus grands groupes financiers européens...p3 en France Au service des Particuliers et des Entreprises...p4 en quelques

Plus en détail

Ageas France. Votre partenaire en assurance

Ageas France. Votre partenaire en assurance Ageas France Votre partenaire en assurance Edito Ageas France est une société d assurance française, filiale du Groupe Ageas. Ageas est un groupe d assurance international riche de plus de 180 années d

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

C o r p o r a t i o n F i n a n c i è r e C a n a d a - V i e 2007

C o r p o r a t i o n F i n a n c i è r e C a n a d a - V i e 2007 Corporation Financière Canada-Vie 2007 RAPPORT ANNUEL APERÇU DE LA COMPAGNIE La Corporation Financière Canada-Vie (la CFCV) est établie depuis 1999. Sa principale filiale, La Compagnie d Assurance du

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

Le secteur bancaire après la crise. Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction

Le secteur bancaire après la crise. Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction Le secteur bancaire après la crise Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction 1 Les cinq moteurs du secteur bancaire. Le secteur bancaire s adapte. Une banque du

Plus en détail

Chiffres-clés 2008. a s s u r a n c e s pour et par le secteur des soins de santé 30.000 25.000 20.000 15.000 10.000 5.000 2008 24.407 2006 19.

Chiffres-clés 2008. a s s u r a n c e s pour et par le secteur des soins de santé 30.000 25.000 20.000 15.000 10.000 5.000 2008 24.407 2006 19. Chiffres-clés 2008 Evolution membres-assures (societaires) 30.000 25.000 20.000 15.000 10.000 5.000 0 2002 11.873 2003 13.309 2004 14.030 2005 15.712 2006 19.727 2007 21.486 2008 24.407 2009 26.979 DEPUIS

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

Informations sur Atradius Notation

Informations sur Atradius Notation Informations sur Atradius Notation Décembre 2013 Atradius N.V. Atradius est le numéro 2 mondial de l assurance-crédit et du cautionnement, et le leader de ces solutions pour les multinationales, avec une

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2013. Contacts Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2013. Contacts Presse Dossier de Presse 2013 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contacts Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Caroline

Plus en détail

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne Nelly MONGOSSO O BAKANG Administrateur et Directeur Général Adjoint Allianz Cameroun Assurances Vie Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 Nouvelles contraintes, limites, mais avec quel avantage? Vincent Tattini Plan A. Les nouveautés de MIFID 2 B. Loi sur les services financiers

Plus en détail

Camille de Rocca Serra Député de la Corse-du-Sud CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE

Camille de Rocca Serra Député de la Corse-du-Sud CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE CREATION D UN FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITE SPECIFIQUE A LA CORSE DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2007 Un outil moderne haut de gamme d épargne et d investissement en faveur du financement de l économie

Plus en détail

Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS)

Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS) Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS) Le 13 février 2007, le Parlement luxembourgeois a adopté une loi introduisant le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS). Cette nouvelle loi remplace la loi du

Plus en détail

La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités

La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités La place financière luxembourgeoise : mythes et réalités Jean-Jacques Picard Secrétaire Général, Luxembourg for Finance jean-jacques.picard@lff.lu +352 27 20 21-1 Luxembourg for Finance Agence pour de

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2012 1

Résultats du premier trimestre 2012 1 Résultats du premier trimestre 1 Luxembourg, 9 mai Faits marquants Taux de fréquence 2 en matière de santé et sécurité de 1,0 au 1 er trimestre contre 0,3 au 4 ème trimestre Expéditions de 433 milliers

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Qui sommes-nous? 171 M 750 M CHIFFRES CLÉS. À propos de Nord Europe Assurances. Le Crédit Mutuel Nord Europe. Le Groupe Crédit Mutuel - CIC

Qui sommes-nous? 171 M 750 M CHIFFRES CLÉS. À propos de Nord Europe Assurances. Le Crédit Mutuel Nord Europe. Le Groupe Crédit Mutuel - CIC Qui sommes-nous? Nord Europe Life Luxembourg S.A. est une société d assurance vie luxembourgeoise créée en 2003, dont les produits sont disponibles sur le marché belge. CHIFFRES CLÉS au 31 décembre 2014

Plus en détail

"High Performance Workplace Event: People mean business"

High Performance Workplace Event: People mean business "High Performance Workplace Event: People mean business" (Cette conférence a été organisée par la Présidence britannique de l'union européenne, avec le soutien de la Commission européenne) Londres, le

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Rapport sur les examens de la conformité des maisons de courtage d hypothèques menés par la CSFO de 2010 à 2014

Rapport sur les examens de la conformité des maisons de courtage d hypothèques menés par la CSFO de 2010 à 2014 Rapport sur les examens de la conformité des maisons de courtage d hypothèques menés par la CSFO de 2010 à 2014 Commission des services financiers de l Ontario Division de la délivrance des permis et de

Plus en détail

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Conférence Régionale sur l Assurance et la Réassurance des Risques liés aux Catastrophes Naturelles en Afrique Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Présenté par Mr Abdelkrim

Plus en détail

Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances

Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux.

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Du 1 er au 12 Juin 2015 Récapitulatif: Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Mise en place d un référentiel de données en Turquie. Test de continuité

Plus en détail

UCITS IV. Ce qui va changer Bien se préparer. Octobre 2009

UCITS IV. Ce qui va changer Bien se préparer. Octobre 2009 UCITS IV Ce qui va changer Bien se préparer Octobre 2009 Introduction 1 Historique, calendrier et enjeux de la directive UCITS IV > De UCITS I à UCITS IV > Calendrier de mise en œuvre de UCITS IV > Enjeux

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Enquête APREF. KPMG Entreprises Paris Juillet 2008. KPMG Entreprises

Enquête APREF. KPMG Entreprises Paris Juillet 2008. KPMG Entreprises Enquête APREF KPMG Entreprises KPMG Entreprises Paris Juillet 2008 1 Approche qualitative sur les métiers de la réassurance en France 2 Contexte Dans le cadre de la réflexion du gouvernement sur l amélioration

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence. Legal & General. (France)

Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence. Legal & General. (France) es plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence (France) Un des plus grands groupes financiers européens en France Au service des Particuliers et des Entreprises 1836-2012 : plus de 175 ans d expertise

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Européanisation des systèmes de santé nationaux

Européanisation des systèmes de santé nationaux Européanisation des systèmes de santé nationaux Impact national et codification européenne de la jurisprudence en matière de mobilité des patients Rita Baeten Groupe de travail de la FSESP sur les services

Plus en détail

Chiffres secteur des OPC 2ème trimestre 2011

Chiffres secteur des OPC 2ème trimestre 2011 Association Belge des Asset Managers Communiqué de presse Chiffres secteur des OPC 2ème trimestre 2011 Léger redressement au cours du deuxième trimestre de 2011. Executive Summary Au cours du premier trimestre

Plus en détail

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur

F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS. sur F Planificateur financier A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/SL-EDJ/JP 717-2014 AVIS sur UN PROJET DE LOI RELATIF AU STATUT ET AU CONTRÔLE DES PLANIFICATEURS FINANCIERS INDEPENDANTS ET A LA FOURNITURE DE

Plus en détail

Introduction. 18 février 2016

Introduction. 18 février 2016 18 février 2016 Évaluation de la notification par la Belgique conformément à l article 458, paragraphe 9, du règlement (UE) n 575/2013 concernant la prorogation d une mesure nationale plus stricte pour

Plus en détail

Commission de Surveillance du Secteur Financier

Commission de Surveillance du Secteur Financier COMMUNIQUE DE PRESSE 13/20 PUBLICATION DU RAPPORT D ACTIVITES 2012 DE LA COMMISSION DE SURVEILLANCE DU SECTEUR FINANCIER (CSSF) Même si cela peut paraître surprenant par des temps aussi mouvementés, l

Plus en détail

Offre «Directive UCITS V»

Offre «Directive UCITS V» Offre «Directive UCITS V» Undertakings for the Collective Investment In Transferable Securities V Aurélie GONCALVES T : +32 (0) 499 74 83 28 @ : a.goncalves@kpdp-consulting.fr UCITS V Opportunités et défis

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Crédit hypothécaire : 2010, l'année record

Crédit hypothécaire : 2010, l'année record Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : 2010, l'année record Bruxelles, le 9 février 2011 L Union professionnelle du Crédit (UPC), membre de Febelfin, la Fédération belge

Plus en détail

Irlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Irlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Irlande Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Thème I Qu est-ce que le droit?

Thème I Qu est-ce que le droit? Objectifs du chapitre : - Identifier les sources de droit - Comprendre la hiérarchie des sources de droit Découverte 1 : les sources communautaires du droit Les femmes paieront bientôt leur assurance auto

Plus en détail

3URSRVLWLRQ UHODWLYH j OD ILVFDOLWp GH O psdujqh TXHVWLRQVVRXYHQWSRVpHV (voir aussi IP/01/1026)

3URSRVLWLRQ UHODWLYH j OD ILVFDOLWp GH O psdujqh TXHVWLRQVVRXYHQWSRVpHV (voir aussi IP/01/1026) 0(02 Bruxelles, le 18 juillet 2001 3URSRVLWLRQ UHODWLYH j OD ILVFDOLWp GH O psdujqh TXHVWLRQVVRXYHQWSRVpHV (voir aussi IP/01/1026) 3RXUTXRL OD &RPPLVVLRQ DWHOOH SUpVHQWp FHWWH SURSRVLWLRQ PRGLILpH GH GLUHFWLYH

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106)

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106) FR ECB-PUBLIC AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106) Introduction et fondement juridique Le 15 novembre 2012, la Banque centrale

Plus en détail

Recruter et animer un réseau d agents commerciaux dans l Union Européenne Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département

Recruter et animer un réseau d agents commerciaux dans l Union Européenne Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département Recruter et animer un réseau d agents commerciaux dans l Union Européenne Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département Développement International de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

Résultats annuels 2010

Résultats annuels 2010 Résultats annuels 2010 Une année charnière marquée par le succès de l offre bancaire * Plus value de dilution et dépréciation de goodwill 2009 / 2010 Croissance du produit net bancaire (PNB) : +2,0 % à

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail