La campagne 2004/05 a vu des livraisons globalement stables:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La campagne 2004/05 a vu des livraisons globalement stables:"

Transcription

1 Conférence de presse UNIFA - 23 septembre 2005 Sommaire Le marché des engrais : campagne La hausse des prix de l énergie pèse sur la nouvelle campagne Le contexte réglementaire : la nouvelle transposition SEVESO Agronomie et environnement : bioénergies, fertilité des sols et nitrates INTRODUCTION Mesdames, Messieurs, Nous tenons à vous remercier de votre présence et de l écho que vous donnez généralement à nos informations. Cette rentrée est placée sous le signe de l envolée des prix de l énergie et des matières premières alors que notre industrie après des décennies de restructurations et de fermetures de capacités a retrouvé une certaine stabilité sur le plan de ses entreprises, de son marché et de ses débouchés. La pression réglementaire continue de s exercer mais avec de nouveaux textes plus adaptés, et nous l espérons, plus souples dans leur application, aussi bien pour les produits que pour les installations industrielles. Résultats économiques Les résultats économiques du marché en 2004 sont en amélioration, et pour la première fois depuis longtemps le chiffre d affaires a augmenté de 4%, malgré une très légère baisse des volumes. Cette progression du chiffre d affaires (au stade de la production) des entreprises à 1,71 milliards d uro, résulte de la hausse de toutes les matières premières depuis fin Ces hausses ont pu être en partie répercutées par les fabricants accompagnant un marché mondial très tendu, à partir du début de la campagne 2004/2005, et ont contribué à l amélioration des marges des entreprises. Pour l année 2004, la rentabilité, mesurée par le bénéfice net, est en effet apparue positive alors que les années antérieures avaient vu les résultats moyens du secteur dans le rouge. Les résultats des entreprises ont aussi été favorisés par l absence de coûts de restructuration, puisque cette année 2004 n a pas connu d opération de fermetures d usines ou de capacités en France, et en Europe. La campagne 2004/05 a vu des livraisons globalement stables: Tout d abord les volumes ont été, pour la troisième année consécutive, relativement stables, avec kt exactement. Nous avons déjà évoqué au cours des deux années passées, que ce seuil de kt semble constituer un palier, qui correspond à la fois à une surface cultivée stable (malgré les variations de la jachère autorisée) et à une utilisation plus optimale de la fertilisation raisonnée. Cependant, les 3 éléments N, P2O5 et K2O subissent des évolutions différentes : l azote progresse de 1%, essentiellement sous forme d engrais simple, les éléments P2O5 et K2O accentuent leur baisse avec -5% pour le phosphate et -4 % pour la potasse. Dans ce contexte de stabilité des volumes, les adhérents de l UNIFA, producteurs français et européens, représentent 78% des tonnages commercialisés en France. Ils ont encore amélioré leurs positions au détriment des importations des pays tiers, Conférence de Presse UNIFA 23 septembre 2005 page 1/6

2 principalement Russie Ukraine, Moyen Orient. L élargissement a eu pour conséquence d améliorer le degré d autosuffisance de l agriculture européenne : les principales progressions à l importation depuis quelques années étaient le fait de quelques uns des nouveaux pays de l UE. Ils doivent maintenant respecter les règles du marché unique, faisant disparaître les pratiques de dumping et de concurrence déloyale. L UNIFA continue de défendre ce secteur de la production d engrais, stratégique pour notre agriculture : en 2004, 52% des besoins de fertilisants du marché français ont été fournis à partir du territoire national. Notre industrie se redresse avec des perspectives plutôt positives, malgré les augmentations fortes et répétées des matières premières, qui seront difficiles à répercuter dans un contexte agricole morose. Hausse du prix de l énergie : une influence directe sur le marché des engrais La campagne des engrais a débuté en juin, et comme l année passée, encore plus que l année passée peut être, elle a commencé sur une hausse des prix importante, puisque la plupart des produits azotés a déjà augmenté de 25%. A titre d exemple, le prix franco vrac de l ammonitrate 33.5% au début de la dernière campagne - juillet était aux environs de 140, alors qu en juillet 2005 il était à 175. Les engrais azotés sont fabriqués à partir de gaz naturel, et les cours de cette matière première suivent les cours du pétrole avec un décalage de 6 à 9 mois environ. Une différence essentielle du comportement des marchés entre ces deux sources d énergie est le fait que le marché du gaz est moins «fluctuant» que celui du pétrole : en effet, les gazoducs sont les points de passage obligés, les contrats sont la règle, et le marché spot ne fonctionne que sur une faible partie des échanges, il réagit donc plus vivement mais avec retard. Sur ces 12 mois, de juillet 2004 à 2005, le prix du pétrole est passé de 23 à 56 $ le baril, le prix du gaz est passé de 2.2 à plus de 6 $ le million de btu, soit plus de 150% d augmentation. Les producteurs sont donc dans l obligation de répercuter progressivement ces coûts à leurs clients, le gaz représentant près de la moitié du prix de l ammonitrate. En ce qui concerne le marché français, cette situation se traduit en 2005 par une tension sur les prix qui reflète les prix mondiaux de l énergie et des matières premières, les hausses sont donc à nouveau la règle pour ce début de campagne, mais ceci conduit également et sans doute de façon un peu plus forte que lors de la dernière campagne, à une anticipation des commandes et des demandes de livraison. Les clients essayent d éviter les hausses prévisibles des prochains mois, hausses qui semblent inévitables avec des prix de pétrole et de gaz qui continuent d être très élevés. La production française et européenne est donc indispensable car elle permet d amortir les fortes variations de prix et de garantir les approvisionnements face à la volatilité du marché mondial. Conférence de Presse UNIFA 23 septembre 2005 page 2/6

3 Réglementation : la transcription de la directive SEVESO II bis prend en compte les risques de façon plus précise et modulée en fonction des produits. Depuis la publication au JOCE de cette directive, nous sommes en contact étroit avec les services du MEDD pour élaborer une transposition française avec deux objectifs : - traduire les éléments nouveaux introduits dans la directive tels que la création de la rubrique 1332 qui fixe des seuils de stockage très bas pour les produits «déclassés», à risque plus élevé. - rapprocher la réglementation française de la réglementation européenne, en introduisant un traitement particulier pour chacune des catégories de risques, comme le prévoit déjà la réglementation européenne. Sur la base des connaissances de la profession, encore renforcées par l étude TECHNIP cofinancée par le MEDD et l UNIFA, la FFCAT et la FNA, nous avons dans de très larges proportions, rempli ces deux objectifs et sommes donc satisfaits de ce décret de transposition paru le 13 août dernier. Les principaux éléments de ce texte sont : - Un seuil de déclaration pour le stockage des ammonitrates a été créé à des niveaux de 500 tonnes pour les ammonitrates 33,5 en sac et les ammonitrates 27 en vrac et sac, le seuil de déclaration pour les ammonitrates 33,5 en vrac étant fixé à un niveau plus bas, 250 tonnes, mais le seuil d autorisation de la rubrique 1331 reste inchangé à 1250 tonnes. - une nouvelle catégorie a été intégrée pour les engrais composés non susceptibles de décomposition autoentretenue, dont le régime est plus souple, puisqu ils passent du régime d autorisation dans le précédent décret à un régime de déclaration au delà de 1250 tonnes stockées. Les adhérents de l UNIFA fournissent d ores et déjà que des engrais de ce type. Les conséquences ont été envisagées en détail par les acteurs de la filière, producteurs et distributeurs : en ce qui concerne les restrictions pour les engrais à base de nitrate d ammonium, catégories 1331 I et II, de nombreux sites de stockages vont demander à bénéficier du régime d antériorité pour pouvoir continuer à exploiter les installations existantes, en les adaptant. Les assouplissements qui concernent la catégorie des engrais composés non DAE vont probablement permettre de libérer des capacités de stockage. Nous sommes maintenant en présence d une réglementation plus fine, plus précise, et nous allons accompagner ce nouveau décret en portant une attention toute particulière à la rédaction des arrêtés attendus pour la fin de l année. La profession, avec l appui de l administration, finalise la rédaction d un référentiel professionnel destiné à aider les exploitants à atteindre efficacement les objectifs de sécurité et protection de l environnement définis dans ces arrêtés. Conférence de Presse UNIFA 23 septembre 2005 page 3/6

4 L agronomie et la protection de l environnement 1- Gagner en efficacité avec l azote minéral L UNIFA est membre fondateur du COMIFER (Comité français d étude et de développement de la fertilisation raisonnée) qui va fêter ses 25 ans à Blois les 15 et 16 novembre prochains. C est dire notre engagement en faveur de la fertilisation raisonnée et d une utilisation plus économe et plus efficace de nos engrais. Pour cela notre industrie a développé des services de conseils agronomiques et a investi pour mettre à disposition des agriculteurs et de leurs conseillers des outils de pilotage permettant d ajuster l azote en fonction du besoin mesuré sur la culture elle même. Ces efforts commencent à payer. La stabilisation des teneurs en nitrate, la baisse observée depuis 1998 dans les régions les plus touchées laissent espérer une poursuite généralisée de l amélioration dans les années à venir. L étude publiée le 8 septembre 2005 par le Ministère de la Santé montre que, «s agissant des nitrates, 98% des débits d eau mise en distribution en 2002 étaient conformes à la limite de qualité réglementaire de 50mg/L». Cette norme, fixée en 1962 par l OMS, indique que la dose journalière admissible sans aucun risque pour un adulte est de 250 mg. Compte tenu de la présence importante de nitrates dans les légumes (plus de 1000 mg/kg dans la salade, les épinards, la betterave, le radis, le navet), les experts ont calculé une limite de précaution de 50mg/l dans l eau de boisson pour protéger les personnes sensibles comme les femmes enceintes et les nourrissons. Depuis, les connaissances scientifiques ont évolué et les recherches les plus récentes mettent en évidence l innocuité des nitrates dans notre alimentation. On peut heureusement continuer de manger des légumes et de boire de l eau du robinet sans avoir peur des nitrates. Si l agriculture est souvent montrée du doigt lorsqu on parle de nitrates, elle contribue par bien d autres aspects à préserver l environnement et à produire des ressources renouvelables. Fournir des ressources renouvelables et gérer l environnement, un nouveau défi pour l agriculture Le monde vit avec un stock de céréales qui n excède pas 3 mois de consommation. Chaque année depuis des siècles, l agriculture produit et renouvelle ce stock pour nourrir l humanité et donne la preuve qu elle est «durable». Aujourd hui elle doit produire de plus en plus pour satisfaire d autres besoins vitaux : de l énergie, des fibres, des lubrifiants, des biomatériaux qui viendront se substituer à des ressources fossiles en voie d épuisement. Les plantes fixent le CO2 de l air pour en faire de la biomasse ou des biocarburants, c est pourquoi leur utilisation ne compte pas dans l émission de ce gaz à effet de serre. Un hectare de blé fixe ainsi 26 tonnes de gaz carbonique en une année sous forme de biomasse soit les émissions de 8 voitures. L industrie de la fertilisation contribue à l amélioration du bilan environnemental global de la production agricole de deux façons : - en amont elle accroît la performance énergétique de ses usines pour produire des engrais plus économes. Grâce à la technologie la plus avancée 1 tonne Conférence de Presse UNIFA 23 septembre 2005 page 4/6

5 d azote N, fixé à partir de l air, ne coûte plus aujourd hui en gaz naturel que 0.8 tep (tonne équivalent pétrole) produite sous forme d ammonitrate. - en aval, l industrie développe aussi en partenariat, des outils de raisonnement permettant aux agriculteurs d ajuster précisément la fertilisation aux besoins des plantes pour protéger l environnement. 2 - Une fertilisation plus efficace et plus précise L apport d environ 170 kg de N /ha sur le blé utilisé en moyenne en France, permet de plus que doubler le rendement de cette culture. Le bilan énergétique de l utilisation de l azote minéral est donc très favorable car il augmente la capacité de la photosynthèse à fixer l énergie solaire. Ceci signifie que l investissement d une unité d énergie dépensée pour produire l engrais azoté permet de produire 7 unités d énergie solaire de plus que la plante fixe dans son grain. Avec 12% d azote minéral épandu en moins qu en 1990, l agriculture française a produit en 2004, 29% de plus de céréales et d oléagineux. Cela veut dire que l azote est mieux utilisé par les plantes. Il a été possible de réduire de façon importante les pertes d azote vers l eau ou l air inévitables dans le cycle très ouvert de cet élément. Un ensemble de progrès y ont contribué : la généralisation du calcul prévisionnel, obligatoire depuis 2005 au titre de la conditionnalité, le fractionnement des apports, l ajustement des doses aux besoins observés ou mesurés des cultures, l épandage précis d engrais sous des formes limitant le risque de volatilisation. L UNIFA considère que ces progrès réalisés ensemble par la recherche, les instituts techniques, les distributeurs et les agriculteurs méritent d être reconnus et encouragés. 3 - La future politique européenne sur les sols devrait inciter à entretenir leur fertilité A la suite des conclusions d un vaste travail d expertise remis à la Commission européenne fin 2004, la DG Environnement a entrepris une large consultation publique sur les menaces pesant sur les sols qui se clôturera le 26 septembre Elle est ouverte aux associations, aux organismes économiques, scientifiques et à tous les citoyens. La fertilité y est abordée sous l angle du maintien de la matière organique mais rien n est dit sur l action des agriculteurs pour entretenir les réserves des sols en éléments nutritifs et améliorer les propriétés du sol par les amendements basiques. Pourtant l UNIFA constate sur ce plan que les nouvelles baisses des apports minéraux de 5% pour les phosphates et de 4% pour la potasse pour la campagne portent la chute de ces éléments à plus de 50% depuis Ce sont en 2004, 8 régions à dominante céréales et grandes cultures qui sont en solde négatif pour le bilan (Total des apports- Exportations des récoltes) tant pour P que pour K. Certaines de ces régions le sont depuis plus de 5 campagnes successives. Les raisons en sont plus économiques qu agronomiques. Les agriculteurs préfèrent reporter à plus tard les apports de fumure de fond nécessaires pour compenser les exportations des récoltes afin de sauver à court terme un peu de marge et cela d autant plus que les prix de céréales diminuent alors que ceux des intrants augmentent. Conférence de Presse UNIFA 23 septembre 2005 page 5/6

6 La préservation de la fertilité des sols repose à notre avis autant sur l entretien des réserves en éléments minéraux que sur la prévention de l érosion, la matière organique, ou d autres menaces. Il n est pas envisageable longtemps de retirer du sol des éléments minéraux avec les récoltes en pérennisant l impasse. C est pourquoi le raisonnement agronomique devrait revenir au premier plan et guider la politique d apport pour une agriculture durable. Les outils de ce raisonnement sont bien connus, ils combinent le bilan des éléments sur la rotation avec l analyse de terre. L UNIFA poursuit en 2005 et 2006 ainsi sa communication sur ce thème et met à disposition un nouvel indicateur constitué par les bilans régionaux pour P2O5 et K2O analysé sur une tendance longue depuis CONCLUSION Les conclusions de cette conférence sont multiples et globalement positives : Tout d abord, la situation de l industrie est meilleure cette année que ces dernières années. Notre environnement a évolué vers une professionnalisation accrue, et des engagements plus forts de nos entreprises pour la gestion responsable des produits à tous les stades de la production et de l utilisation des engrais ont véritablement vu le jour. Certains sujets d actualité n ont d ailleurs pas été traités dans cette conférence, et je peux simplement les évoquer ici. Notre industrie participe activement au plan Kyoto pour la France, elle s est déjà vue allouer des quotas d émission de CO2, elle a demandé à inclure les émissions de N2O dans le calcul des quotas, et pourra ainsi contribuer à une réduction importante de ce gaz à effet de serre qui a un potentiel de réchauffement très élevé. De façon générale nos entreprises sont devenues proactives sur les sujets environnementaux, après avoir du affronter les turbulences économiques de ces dernières décennies. Nous sommes maintenant dans une situation stabilisée, avec un grand marché européen, une distribution qui s est adaptée aux contraintes réglementaires et qui a progressé en efficacité. L agriculture elle-même comme sur les autres plans a amélioré son efficacité économique et agronomique pour l utilisation des engrais. Elle produit de façon encore plus respectueuse de l environnement pour satisfaire des besoins qui vont très au delà de la seule autosuffisance alimentaire. La filière agricole, et notre industrie prendront part à toutes ces missions, produire des denrées alimentaires de haute qualité sanitaire, protéger l environnement, préserver les paysages, améliorer la biodiversité, produire de l énergie renouvelable et des biomatériaux performants et cette liste n est sans doute pas définitive. Les seules incertitudes portent sur la situation financière de nos clients finaux, les agriculteurs, et sur l évolution à la hausse encore prévisible de toutes nos matières premières. Dans ce contexte, la mission de l UNIFA est encore plus évidente : préserver la présence en France d une industrie compétitive, fournisseur important de la filière agricole et agro-alimentaire stratégique pour notre pays. Conférence de Presse UNIFA 23 septembre 2005 page 6/6

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux?

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Avec la participation i de l Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Philippe EVEILLARD UNIFA Union des Industries de la Fertilisation Le développement durable et l agriculture :

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

N-Tester. Le pilotage de l azote tout simplement

N-Tester. Le pilotage de l azote tout simplement N-Tester Le pilotage de l azote tout simplement La fertilisation azotée : Une approche globale Réconcilier rendement et environnement Il est scientifiquement établi depuis fort longtemps que le risque

Plus en détail

Nos arguments en faveur du bioéthanol

Nos arguments en faveur du bioéthanol Nos arguments en faveur du bioéthanol France Betteraves Passion Céréales SNPAA Le 13 novembre 2007 P 1 / 10 Fiche ENERGIE EN BREF Une part raisonnable de 10 % dans le bouquet énergétique Le bilan énergétique

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles Février 2015

Observatoire des prix et des marges Produits agricoles Février 2015 Service du soutien au réseau (SR) Sous-direction de la communication, programmation et veille économique () Bureau de la veille économique et des prix (B) Observatoire des prix et des marges Produits agricoles

Plus en détail

Atelier 3. Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité

Atelier 3. Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité Atelier 3 Filières industrielles alimentaires et enjeux de durabilité Quelques traits importants de l évolution du système industriel alimentaire Objectif premier : conserver et préserver les nutriments

Plus en détail

L OFFRE DE FORMATION. carbone 4

L OFFRE DE FORMATION. carbone 4 L OFFRE DE FORMATION carbone 4 Changement climatique, raréfaction des ressources énergétiques la contrainte carbone s intensifie et les acteurs publics et privés doivent s adapter rapidement. Or, la meilleure

Plus en détail

L agriculture, un secteur moderne

L agriculture, un secteur moderne L agriculture, un secteur moderne La modernisation de son agriculture a permis à la France de se propulser au rang de premier producteur européen et de premier exportateur mondial de produits agroalimentaires

Plus en détail

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt La hausse des prix des céréales et des oléagineux constatée sur les marchés mondiaux ces derniers

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

Une brève histoire du lait et de ses quotas

Une brève histoire du lait et de ses quotas Note du service d études d ECOLO 03/2015 Une brève histoire du lait et de ses quotas Le 31 mars 2015 marquera la fin de 31 années de quotas laitiers. Une véritable révolution dans le monde agricole européen,

Plus en détail

Comité Interprofessionnel du Bois Energie

Comité Interprofessionnel du Bois Energie Impact d une écotaxe sur la rentabilité des projets bois-énergie La combustion des énergies fossiles conventionnelles génère des émissions de CO 2 dans l atmosphère. La lutte contre le réchauffement climatique

Plus en détail

La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture?

La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture? La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture? Jean-Christophe Debar Fondation pour l agriculture et la ruralité dans le monde Les mercredis du Pavillon

Plus en détail

Vers une gestion durable des ressources en eau

Vers une gestion durable des ressources en eau Vers une gestion durable des ressources en eau Carrefours de l innovation agronomique Productions végétales et sécheresse Toulouse - 6 juin 2008 Nelly LE CORRE-GABENS Responsable du Service Agronomie-Environnement

Plus en détail

CHARTE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA FILIERE SUPERETHANOL E85 EN FRANCE

CHARTE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA FILIERE SUPERETHANOL E85 EN FRANCE CHARTE POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA FILIERE SUPERETHANOL E85 EN FRANCE ASSOCIANT : La Fédération nationale des syndicats d exploitants agricoles (FNSEA), Les Jeunes agriculteurs (JA), L Association générale

Plus en détail

Le bioéthanol. Le bioéthanol

Le bioéthanol. Le bioéthanol Le bioéthanol Le bioéthanol À VOS PLEINS, PRÊTS, ROULEZ!!! À VOS PLEINS, PRÊTS, ROULEZ!!! www.bioethanolcarburant.com Dossier de presse FÉVRIER 2015 Le bioéthanol en quelques mots De l énergie végétale

Plus en détail

Information au marché. Résultats du 1 er Trimestre (avril-juin) 2015/16 (Chiffres non audités) Chiffres clés. Développements opérationnels clés

Information au marché. Résultats du 1 er Trimestre (avril-juin) 2015/16 (Chiffres non audités) Chiffres clés. Développements opérationnels clés Information au marché Lille, le 7 août 2015 Résultats du 1 er Trimestre (avril-juin) 2015/16 (Chiffres non audités) Chiffres clés Chiffre d'affaires de 960 millions d'euros, vs. 1 055 millions au premier

Plus en détail

Economie mondiale des engrais

Economie mondiale des engrais Economie mondiale des engrais Le centre de gravité s est déplacé vers les pays émergents Du fait de leur croissance économique et du développement parallèle de leur agriculture, le centre de gravité du

Plus en détail

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse?

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? 1 Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation,

Plus en détail

Santé & Environnement

Santé & Environnement ferti-pratiques Santé & Environnement Etiquettes et FDS des fertilisants s enrichissent fiche n 22 Nouvelles règlementations européennes REACH et CLP pour une meilleure information Les nouvelles règlementations

Plus en détail

Recommandations pour finir la campagne 2012

Recommandations pour finir la campagne 2012 La Lettre n 17 10 Juillet 2012 Voici quelques informations pour vous aider à clôturer la campagne 2012 et à bien débuter la campagne 2013 : vérifications sur le cahier d épandage, saisie de la récolte,

Plus en détail

Les marchés de production et de consommation et les prix des biocarburants dans l Union européenne et le monde

Les marchés de production et de consommation et les prix des biocarburants dans l Union européenne et le monde N 9 Décembre 2012 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Les marchés de production et de consommation

Plus en détail

le Brésil et les biocarburants

le Brésil et les biocarburants le Brésil et les biocarburants Le Brésil est le 1 er exportateur au monde de biocarburants et le 2 e producteur. Si l'éthanol brésilien a un bon bilan écologique par rapport à un carburant fossile, il

Plus en détail

La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile.

La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile. La fédération professionnelle des Distributeurs-Grossistes en boissons* * également appelés distributeurs conseils hors domicile. Les spécificités de la profession & de son environnement Les Distributeurs-Grossistes

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

«Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat»

«Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat» «Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat» Catherine Geslain-Laneelle Ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt de France L agriculture fait aujourd

Plus en détail

Principales conclusions de l Analyse du Cycle de Vie du sac à déchets

Principales conclusions de l Analyse du Cycle de Vie du sac à déchets Principales conclusions de l Analyse du Cycle de Vie du sac à déchets Introduction Investi depuis de nombreuses années dans la réduction de l impact environnemental de ses activités, le groupe SPhere développe

Plus en détail

Perspective d un producteur laitier sur les projets d atténuation des gaz à effet de serre Ron Maynard Producteurs laitiers du Canada

Perspective d un producteur laitier sur les projets d atténuation des gaz à effet de serre Ron Maynard Producteurs laitiers du Canada Perspective d un producteur laitier sur les projets d atténuation des gaz à effet de serre Ron Maynard Producteurs laitiers du Canada Congrès et atelier de la FIL Canada sur le développement durable du

Plus en détail

Quelles sont les réponses de l analyse économique au développement durable? Conf Inside, Rennes 1 Marie-Hélène HUBERT 02 Février 2011

Quelles sont les réponses de l analyse économique au développement durable? Conf Inside, Rennes 1 Marie-Hélène HUBERT 02 Février 2011 Quelles sont les réponses de l analyse économique au développement durable? Conf Inside, Rennes 1 Marie-Hélène HUBERT 02 Février 2011 Plan de la présentation La notion de développement durable L économie

Plus en détail

Stratégies scientifiques de secteur d AAC

Stratégies scientifiques de secteur d AAC Stratégies scientifiques de secteur d AAC Présentation à la TRCV du secteur des semences 18 et 19 février 2014 Contexte Les travaux de recherche de la Direction générale des sciences et de la technologie

Plus en détail

Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude

Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude www.pwc.fr Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude 3 e journée européenne des coopératives agricoles Septembre 01 édito PwC publie le premier

Plus en détail

ENGRAIS AVEC REGULATEUR DE NITRIFICATION

ENGRAIS AVEC REGULATEUR DE NITRIFICATION ENGRAIS AVEC REGULATEUR DE NITRIFICATION EUROCHEM AGRO FRANCE SAS 49, av. Georges Pompidou 92593 LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél. : 01 49 64 54 10 Fax : 01 49 64 52 52 Web : www.eurochemagro.com = marque déposée

Plus en détail

FBI? Les agrocarburants. (Fausse Bonne Idée)

FBI? Les agrocarburants. (Fausse Bonne Idée) Les agrocarburants FBI? (Fausse Bonne Idée) Le déclin annoncé des énergies fossiles comme le pétrole et le gaz, la lutte contre les émissions de CO 2, le développement des sources d énergies renouvelables,

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

4 pour 1 000. rejoignez L initiative. Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat

4 pour 1 000. rejoignez L initiative. Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat rejoignez L initiative 4 pour 1 000 Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat En s appuyant sur une documentation scientifique solide et des actions concrètes sur le terrain, l initiative «4 pour

Plus en détail

LES MARCHES CARACTERISES PAR LA VOLATILITE DES PRIX

LES MARCHES CARACTERISES PAR LA VOLATILITE DES PRIX DECOUVRIR le marché à terme céréales et oléagineux LA SECURISATION DES PRIX est un enjeu fort. Pourquoi? La décision de produire ne peut aujourd hui être indépendante de la capacité de vendre. Les produits

Plus en détail

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

Association nationale de la meunerie française

Association nationale de la meunerie française Association nationale de la meunerie française LA MEUNERIE FRANCAISE : ses entreprises, ses marchés t tla t structure des entreprises de la meunerie française La meunerie française est composée de 373

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

le groupe soufflet s engage...

le groupe soufflet s engage... maîtrise des risques matières premières le groupe soufflet s engage... www.soufflet.com Face à la grande fragilité de l équilibre entre l offre et la demande mondiale de céréales? Valorisation des productions

Plus en détail

Le développement des effacements

Le développement des effacements Le développement des effacements LA CAPACITE, OU COMMENT GARANTIR LA SECURITE D APPROVISIONNEMENT Afin d assurer la sécurité d alimentation en électricité, l UFE milite depuis plusieurs années pour la

Plus en détail

La crise mondiale des revenus agricoles

La crise mondiale des revenus agricoles Le marché a perdu la clé des champs André D Beaudoin Secrétaire Général UPA DI La crise mondiale des revenus agricoles Forum Souveraineté alimentaire Niamey/ novembre 2006 Depuis plus de quatre décennies:

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail

PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées

PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementaux et climatiques Version du 3 février 2015 1. Description du

Plus en détail

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE Konrad Schreiber Institut de l Agriculture Durable 1 2 LA MISE À NU DES SOLS POSE D ÉNORMES PROBLÈMES ENVIRONNEMENTAUX

Plus en détail

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars

Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Forum Territorial PCET de l U.C.C.S.A Session du 23 mars Agriculture et industrie Consommations d énergie finale et émissions de GES Industrie : ¼ des consommations d énergie Plus de 30% si l on cumule

Plus en détail

Quel contexte. pour l électricité en 2020-30?

Quel contexte. pour l électricité en 2020-30? Page précédente 15 2 Quel contexte pour l électricité en 2020-30? Page précédente 15 Page précédente 16 @ 2 - Quel contexte pour l électricité en 2020-30? L Agence Internationale de l Energie prévoit une

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014.

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. -------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Mise en place d une démarche collective de Management Environnemental en agriculture

Mise en place d une démarche collective de Management Environnemental en agriculture Mise en place d une démarche collective de Management Environnemental en agriculture Dubin B, Cariglia A., Sommer M. CERFRANCE, 23, Chemin Piton Défaud, BP 148 97863 Saint-Paul La Réunion benoit.dubin@974.cerfrance.fr,

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

FORMATIONS CATALOGUE 2015 GESTION PAR L'ANALYSE DU SOL ET DU VÉGÉTAL CONDUITE DE LA NUTRITION EN CULTURES PÉRENNES

FORMATIONS CATALOGUE 2015 GESTION PAR L'ANALYSE DU SOL ET DU VÉGÉTAL CONDUITE DE LA NUTRITION EN CULTURES PÉRENNES FORMATIONS CATALOGUE 2015 GESTION PAR L'ANALYSE DU SOL ET DU VÉGÉTAL CONDUITE DE LA NUTRITION EN CULTURES PÉRENNES VALORISATION DES ANALYSES DE SOL EN CULTURES PLEIN CHAMP RÉGLEMENTATION ET RELIQUATS AZOTÉS

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs?

Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs? Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs? CARTRYSSE Christine, APPO (1), Centre Pilote CePiCOP (2) Unité de Phytotechnie des Régions Tempérées, ULG-Gembloux Agro-Bio

Plus en détail

growing with joy. FE RT ILIZER TECHNICAL N PRODUCTS N-PILOT la fertilisation maîtrisée

growing with joy. FE RT ILIZER TECHNICAL N PRODUCTS N-PILOT la fertilisation maîtrisée FE RT ILIZER TECHNICAL N PRODUCTS growing with joy. N-PILOT la fertilisation maîtrisée N-PILOT L ajustement de la fertilisation en cours de végétation offre la possibilité de moduler les derniers apports

Plus en détail

Manifeste en faveur des forêts de plantation en France

Manifeste en faveur des forêts de plantation en France Manifeste en faveur des forêts de plantation en France Vers une nouvelle conception de la politique forestière française Henry CHAPERON Qu est ce qu une forêt de plantation? La forêt de plantation se positionne

Plus en détail

La politique énergétique européenne

La politique énergétique européenne La politique énergétique européenne Résolution adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion des 14-15 mars 2006 à Bruxelles 170.EC Préambule Le Livre vert sur l énergie jette les bases d

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats L environnement, une opportunité Etat, perspectives et enjeux du marché des engrais Principaux résultats Lundi 28 juin 2010 Pierre Cazeneuve, Directeur GCL DD p.cazeneuve@gcl.tm.fr CONTEXTE GENERAL DE

Plus en détail

Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique. Utiliser davantage de bois pour sauver la planète

Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique. Utiliser davantage de bois pour sauver la planète Les produits à base de bois dans la lutte contre le changement climatique Utiliser davantage de bois pour sauver la planète Les responsables politiques cherchent à réduire les émissions de gaz à effet

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7.1. Méthodologie 7.1.1. Calcul des coûts socio-économiques L intérêt du projet de prolongement de la ligne T1 vers Val de Fontenay est évalué

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Page 1 Marrakech, Jeudi 28 octobre 2010 Sommaire Le contexte Les risques du métier en Agriculture

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir!

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! Les principaux objectifs et avantages L agronomie En étudiant scientifiquement les critères biologiques, physiques et chimiques, elle joue un rôle

Plus en détail

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Philippe Lehrmann, PhD Axéréal Axéréal: structuration en Business Units Groupe coopératif agro-industriel, leader

Plus en détail

Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter

Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter En 2007, un groupe d experts réunis par l Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (FAO) a publié un rapport soulignant

Plus en détail

Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air

Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air Débat national sur la transition énergétique Cahier de participation Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air Objectifs Produire de l énergie verte à partir de sous-produits agricoles pour une

Plus en détail

ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES

ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES Principaux types de gel communautaires Les différents types

Plus en détail

Des menaces sur la cogénération gaz

Des menaces sur la cogénération gaz Des menaces sur la cogénération gaz ; Rappel des enjeux : La puissance de 3 EPR 1,7 Mtep/an économisées Près de 10 Mt de CO 2 /an évitées 30 000 emplois industriels concernés Préserver des actifs performants

Plus en détail

Mars 2012. Les biocarburants, ou agrocarburants, sont des carburants liquides produits à partir de matières premières végétales.

Mars 2012. Les biocarburants, ou agrocarburants, sont des carburants liquides produits à partir de matières premières végétales. LES BIOCARBURANTS Définition Les biocarburants, ou agrocarburants, sont des carburants liquides produits à partir de matières premières végétales. Il existe deux types de biocarburants : L'Union Européenne

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES DE CUISINE

COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES DE CUISINE COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES DE CUISINE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES DE CUISINE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES DE CUISINE... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2 Initiative du CICM Proposition au Sommet de la GR "Green Deal en vue d une politique énergétique et climatique efficiente dans la GR en coopération avec les PME de l artisanat" L Artisanat de la Grande

Plus en détail

Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT

Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT Le défi du changement climatique Glaciers en fonte, élévation du niveau de la mer, diminution des ressources

Plus en détail

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS.

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Baptiste Boitier 1, Lionel Lemiale 2, Arnaud Fougeyrollas 3, Pierre Le Mouël 4

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

Recherche. & Développement ; Innovation. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014

Recherche. & Développement ; Innovation. Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 46 Vivadour RAPPORT AUX ASSOCIES 2013/2014 Recherche & Développement ; Innovation La Recherche et Développement dans le Groupe VIVADOUR est une démarche engagée il y a plusieurs années dans le but d apporter

Plus en détail

9. Évolution du marché mondial du blé au cours des cinquante dernières années

9. Évolution du marché mondial du blé au cours des cinquante dernières années 9. Évolution du marché mondial du blé au cours des cinquante dernières années Fr. Terrones Gavira 1 et Ph. Burny 2 1 Introduction... 2 2 Production... 3 3 La consommation... 4 3.1 Utilisation... 4 3.2

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

: énergie, conversion photovoltaïque, solaire

: énergie, conversion photovoltaïque, solaire Ambassade de France au Japon Service pour la Science et la Technologie 4-11-44, Minami-Azabu, Minato-ku, Tokyo, 106-8514, Japon Tél. : 81-3-5798-6034 Fax : 81-3-5798-6050 http://www.ambafrance-jp.org Domaine

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 Ph. Burny 1 2 1 Production céréalière mondiale...2 1.1 Production mondiale de céréales en 2010/2011... 2 1.2 Production mondiale de froment en

Plus en détail

AAF Sections Economie & Politique Sciences humaines & Sociales

AAF Sections Economie & Politique Sciences humaines & Sociales AAF Sections Economie & Politique Sciences humaines & Sociales 18 mars 2015 Pierre Pagesse Président de momagri 1 Le constat momagri : l'exploitation agricole est au cœur de la mondialisation Constat historique

Plus en détail

Pic Mondial de production du Pétrole et du Gaz

Pic Mondial de production du Pétrole et du Gaz Pic Mondial de production du Pétrole et du Gaz Analyser la problématique, Penser l avenir Construire et proposer une Stratégie pour anticiper et atténuer la crise en perspective Conférence X-ENS-UPS 11

Plus en détail

Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre

Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre www.supagro.fr Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre Sophie Thoyer thoyer@supagro.inra.fr Centre international d études supérieures en sciences agronomiques Objectifs des politiques

Plus en détail

LE CHAUFFAGE DE BÂTIMENTS AU BOIS ÉNERGIE DE SAULE : LA SOLUTION DURABLE À VOS BESOINS ÉNERGÉTIQUES

LE CHAUFFAGE DE BÂTIMENTS AU BOIS ÉNERGIE DE SAULE : LA SOLUTION DURABLE À VOS BESOINS ÉNERGÉTIQUES LE CHAUFFAGE DE BÂTIMENTS AU BOIS ÉNERGIE DE SAULE : LA SOLUTION DURABLE À VOS BESOINS ÉNERGÉTIQUES CULTIVER AUJOURD HUI L ÉNERGIE DE DEMAIN Chauffer à la biomasse : une solution économique, propre et

Plus en détail

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés Agreste Champagne-Ardenne n 5- Octobre 2015 Analyse des comptes de l agriculture champardennaise en 2014 En 2014, le revenu net d exploitation par actif non salarié baisse de 13,3 % en valeur courante

Plus en détail

III. LE RISQUE SANITAIRE

III. LE RISQUE SANITAIRE III. LE RISQUE SANITAIRE Le risque sanitaire renvoie à la question de la prolifération de virus et de maladies au sein de cheptels d animaux. L ESB (Encéphalopatie spongiforme bovine), la fièvre aphteuse,

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

METHANISATION Éléments de réflexion

METHANISATION Éléments de réflexion METHANISATION Éléments de réflexion Anne-Sophie BOILEAU LA METHANISATION Le principe Les substrats Les techniques La typologie des projets Méthanisation éléments de réflexion 2 La méthanisation : le principe

Plus en détail

La biomasse, source d énergie?

La biomasse, source d énergie? Paul MATHIS mathis.paul@orange.fr Editions Quae Dijon Le 11 octobre 2012 L énergie, c est quoi? L énergie, c est ce qui permet : de se chauffer, de cuire les aliments, de se déplacer, de faire marcher

Plus en détail

Quelle place pour les biocarburants parmi les carburants fossiles?

Quelle place pour les biocarburants parmi les carburants fossiles? Quelle place pour les biocarburants parmi les carburants fossiles? Journée Biocarburants 22 Janvier 2008 Benoit Engelen 3 objectifs majeurs Renforcer l indépendance énergétique du pays Réduire les gaz

Plus en détail