Pile ou Face. Bulletin d information de l ACEF du Grand-Portage

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pile ou Face. Bulletin d information de l ACEF du Grand-Portage"

Transcription

1 Pile ou Face Bulletin d information de l ACEF du Grand-Portage No. 28 printemps 2006 Regroupement de consommateurs - 5, Iberville, Rivière-du-Loup (Québec) G5R 1G5 Tél.: (418) Téléc.: (418) Courriel: Site Web: Bonjour Monsieur le Printemps Tout le monde se rappelle la chanson : «Ce matin, un petit bonhomme est arrivé dans le jardin, avec son bel habit vert pomme...». Encore une fois, le miracle du renouveau printanier vient nous émerveiller : le soleil nous chauffe la couenne, les oiseaux nous réveillent à 5 heures du matin..., les arbres se laissent pousser des rallonges, tout le monde a le grand sourire. Mais, souvent, au printemps, l envie de dépenser nous prend tout d un coup et souvent très très fort! C est là que les marchands de bonheur nous attendent avec leur offre de rutilantes bagnoles, leurs meubles de jardin in-dis-pen-sa-bles, leurs projets de décoration «c est en plein ça que je veux», leurs promotions «achetez maintenant, payez trop tard», etc. ALARME!!! En effet, trop souvent, nous compensons les longs mois d hiver, les frustrations du quotidien, les sautes d humeur du patron par un besoin de se faire plaisir. On veut se gâter en se payant un petit quelque chose de spécial, qui nous sort de la routine. Mais, la plupart du temps, nous n avons que dépensé notre argent, comme si ce qui devait nous rendre si heureuse ou heureux n était finalement qu un autre objet qui nous demande qu on en prenne soin, qu on le lave, le répare, l entretienne, le range, etc, une autre bébelle quoi! Heureusement, ce n est pas toujours le cas, mais, quoi qu il en soit, au printemps, nous avons souvent une forte tendance à dépenser pour rien. Au fond, ce qu on veut, c est être heureux ou heureuse et penser à soi, pour une fois. Alors, au lieu de le faire en cédant à une envie de dépenser, d avoir quelque chose, pourquoi ne pas prendre du temps juste pour soi, ou avec son conjoint ou sa conjointe, ou encore, pourquoi ne pas faire quelque chose qu on remet depuis longtemps et que «ça ferait donc du bien que ce soit fait». Il y en a qui conjuguent avoir et être. L ACEF du Grand- Portage vous suggère plutôt «faire pour être». Joyeux printemps! Un prix pour l ACEF :...p. 2 Le prix de l essence :...p. 3 Pratiques publicitaires douteuses :.p. 4 Les droits des victimes d accident : p. 6 Dette et développement durable :...p. 7 Campagne de cartes postales :...p. 8

2 Page 2 BRAVO À TOUTES LES ACEF Un texte de Dominique Bard. Le 15 mars 2006, journée mondiale des droits des consommateurs, l Association coopérative d économie familiale du Grand-Portage de Rivière-du-Loup, l ACEF du Grand-Portage, ainsi que les 20 autres ACEF de la province recevaient le prix annuel de l Office de la protection du consommateur. Ce prix a été remis en main propre par le Ministre de la justice et responsable de l Office de la protection du consommateur, M. Yvon Marcoux, en présence du président de l Office de la protection du consommateur, M. Yvan Turcotte (à gauche) au magnifique Hôtel du Parlement de Québec. Dominique Bard ( au centre) représentait votre ACEF. Le prix a été décerné aux ACEF pour souligner leur engagement indéfectible à la protection des consommateurs du Québec et à une plus grande justice sociale. Il y a d ailleurs plus de 40 ans que des hommes et surtout des femmes dans ces organismes se dévouent, au Québec, pour la protection et la défense des droits des familles en matière de budget, d endettement et de consommation. Rappelons également que les ACEF ont travaillé entre autres au niveau de la santé, de l accès à la justice sociale, de l environnement et de la dénonciation des hausses de prix à la consommation. C est encourageant de voir que ce travail est souligné. Les artisans travaillent souvent dans l ombre et dans des conditions précaires. Une récompense comme celle-là vient rappeler aux citoyens et aux organismes que les ACEF existent et qu elles rendent des services dont les familles, surtout les plus démunies, ont grandement besoin. C est un très bon encouragement pour L ACEF du Grand-Portage à poursuivre son travail commencé il y a déjà 15 ans. L ACEF couvre les MRC de Rivière-du-Loup, Kamouraska, Témiscouata et des Basques.

3 Page 3 La Hausse des prix de l essence et du mazout À chaque saison, presqu à chaque mois, certainement à chaque hausse importante du prix de l essence ou du mazout, on nous ramène divers moyens de lutter contre ces hausses, notamment le boycott de certaines bannières de compagnie de distribution. D après notre conseillère Dominique Bard, un tel boycott est inutile en plus d être nuisible aux petits détaillants, déjà aux prises avec des marges de profit très minces ; plusieurs propriétaires de station d'essence ne font que quelques cents le litre vendu. Et ils ont aussi des employés à payer. Des étudiants souvent, mais aussi beaucoup de personnes qui sont à temps plein régulier et qui n'ont pas d'autres endroits où aller travailler. De plus, ces petits détaillants doivent souvent supporter une concurrence féroce des gros distributeurs, qui veulent les remplacer par des libre-service. On veut mettre les grosses compagnies au pied du mur, mais ce sont d'abord les petits commerçants qui écopent. Inutile, le boycott, parce que l essence qu on n achète pas à un endroit, on l achète ailleurs et qu au bout du compte, c est la même quantité d essence qui est achetée. Selon la loi de l offre et de la demande, si la demande demeure la même, le prix demeure le même... De toutes façons, pour mettre une compagnie de pétrole à terre, il faudrait plus qu un boycott de quelques jours par plus que les quelques citoyens d une province qui sont prêts à suivre. Les seuls changements majeurs survenus dans l industrie pétrolière ces dernières années ont été le fruit de transactions entre les géants de l industrie. Alors, qu est-ce qui fait soudain monter les prix au détail de l essence et du mazout? Les hausses récentes sont dues à la hausse du prix du brut, qui flotte présentement allègrement au-dessus du 60$ le baril. Et la hausse du prix du brut est elle-même due aux fluctuations du marché engendré par l instabilité réelle ou appréhendée des approvisionnements : les menaces terroristes contre les champs pétrolifères, les guerres dans les pays producteurs, le naufrage des plate-forme d extraction ou les avaries majeures aux centres de raffinage, comme au Texas, l été dernier, etc. Bref, rien sur quoi le consommateur moyen n a de pouvoir. Alors, encore une fois, on fait quoi? On peut agir réellement sur la demande, en diminuant notre consommation et notre dépendance de ces énergies non-renouvelables. Tout citoyen peut réduire ses dépenses de 10, sinon 20% relativement facilement, simplement en roulant moins vite ; le simple fait de respecter les limites de vitesse à la lettre, rouler 70 kmh dans une zone de 70, et 100 kmh dans une zone de 100, permet d économiser environ 10% d essence ; ou s assurer d un entretien rigoureux de son automobile, enlever les objets pesants et inutiles de son coffre à bagage, ou retirer son support à ski ou à vélo quand il n est plus de saison, etc... La liste est encore longue. Si tout ce qu on veut, c est payer moins cher mais continuer de gaspiller, une simple revendication de baisse des prix apparaît immature, dans un contexte de pénurie certaine des sources d énergie provenant des hydrocarbures. Ces sources d énergie sont épuisables à plus ou moins long terme et leur rareté les rend déjà de plus en plus précieuses. D un autre côté, leur facilité d exploitation a permis le développement économique fulgurant des pays industrialisés au 19 ème et 20 ème siècle et il faudrait en laisser aux pays en voie de développement et non se dépêcher de les dépenser avant qu il n y en ait plus. Faut-il ajouter que leur consommation contribue grandement à la pollution et à la hausse des gaz à effet de serre?!? En conclusion, si vous ragez contre les hausses de prix de l essence et du mazout, dites-vous que vous êtes bien chanceux et chanceuses d en avoir encore à votre disposition. Et faites pression sur votre député pour que votre gouvernement se dote d une véritable politique de l énergie, qui aille dans le sens du développement durable et qui fasse en sorte que les raffineurs réinvestissent leurs immenses profits dans le renouvellement des sources d énergie.

4 Page 4 Pratiques publicitaires douteuses L ACEF du Grand-Portage adresse une mise en garde à tous les consommateurs et consommatrices concernant les pratiques publicitaires de certains commerçants. En effet, certains d entre eux semblent avoir oublié qu il est important d afficher le plein prix d un produit dont on fait la promotion, dans les cas où on mentionne les mensualités du crédit dans une annonce. Avec l arrivée du printemps, 0$ comptant, 5.90$/jour, vraiment pas cher. Profitez-en, elle va partir vite la fièvre des achats se fait souvent sentir et pour s attirer des acheteurs, certains commerçants de la région ont fait paraître des messages publicitaires qui ne respectent pas la Loi de protection du consommateur. «Aucun commerçant, (...) ne peut, par quelque moyen que ce soit, divulguer, dans un message publicitaire, le montant des paiements périodiques à faire pour l acquisition d un bien ou l obtention d un service sans divulguer également le prix total du bien ou du service ni le faire ressortir d une façon plus évidente» (article 224 de la Loi de protection du consommateur, paragraphe b). La loi est très claire à cet effet. Il y a en outre un règlement de la loi de protection du consommateur qui précise qu un commerçant ne peut mentionner un des éléments d un contrat de crédit pour acheter un bien sans mentionner toutes les modalités du crédit. Il y a huit mentions dans le règlement, dont le total des frais de crédit, l obligation totale du consommateur, etc (Règlement d application de la loi, art. 86). Également, on rappelle qu il est important de retrouver l identité du commerçant dans un message publicitaire. Un numéro de téléphone ne suffit pas. (article 242 de la loi) De toutes façons, on se demande pourquoi un commerçant aurait peur d afficher son nom dans ses publicités... On voit également, de plus en plus, des messages publicitaires concernant des automobiles neuves ou usagées à vendre qui mentionnent la disponibilité de crédit sans respecter le règlement de la Loi de la protection du consommateur. Des expressions comme «2 ème chance au crédit» ne peuvent

5 Page 5 être utilisées pour faire connaître la disponibilité du crédit. Il faudrait plutôt utiliser des expressions comme «crédit offert», crédit accepté» ou «possibilité de crédit». Mais, au-delà des règles à suivre, il y a l esprit de la loi : la protection du consommateur. À l ACEF du Grand-Portage, nous croyons qu un commerçant ne peut pas et ne doit pas faire n importe quoi pour attirer le client, encore moins utiliser l appât du crédit facile. Une offre de crédit incomplète fait miroiter à l acheteur potentiel la possibilité de s offrir un bien, une auto, par exemple, sans qu on l informe du coût total de son achat, intérêts compris. Mettre l accent sur un petit paiement hebdomadaire, c est cacher une information essentielle pour l acheteur : combien lui coûtera son achat! Et éventuellement, c est le mettre dans le trouble! Nous condamnons donc les pratiques publicitaires qui informent mal le consommateur, qui lui cachent des informations essentielles à sa prise de décision ou qui pourraient l induire en erreur. Les commerçants fautifs risquent d être poursuivis en vertu de la Loi de protection du consommateur.

6 Page 6 LA DÉFENSE DES DROITS DES VICTIMES D ACCIDENT DU TRAVAIL OU DE LA ROUTE. Compte tenu du nombre et de la gravité des dossiers de consultation budgétaire liés à des problèmes vécus avec la CSST, l équipe de travail de l ACEF du Grand-Portage a décidé de promouvoir la défense collective des droits des victimes d accident du travail ou de la route. Ces travailleurs et travailleuses impliqué(e)s dans un accident de travail et ces autres personnes impliquées dans des accidents de la route deviennent alors très vulnérables et perdent souvent tout ce qu elles ont ; c est ainsi qu on les retrouve à L ACEF, totalement démuni(e)s au point de vue économique. Il semble certain qu ils et elles sont également démuni(e)s dans la défense de leurs droits, face à des machines administratives extrêmement puissantes, à cause d un accident qui leur est arrivé et à propos duquel ils et elles n y sont généralement pour rien. Nous croyons que ces personnes sont souvent victimes d injustices graves, en plus d avoir été victimes d un accident de la route ou du travail. Nous ne pouvons que constater que très peu de ressources sont disponibles pour les aider à défendre leur cause. En tant qu organisme voué en majeure partie à la défense collective des droits, l ACEF du Grand-Portage ne peut demeurer insensible à cette situation qui ne fait qu accroître le nombre de personnes dont la condition socioéconomique, pour ne mentionner que celle-là, se détériore gravement et dramatiquement. Nous voulons contribuer, par différentes actions, à ce que soient mis à leur disposition des outils pour qu ils et elles puissent se défendre, faire valoir leurs droits et protéger et recouvrer leur dignité. Nous nous interrogeons sur la moralité de certaines des actions posées par la machine administrative chargée de «régler leur dossier» et nous voulons que lumière soit faite sur ces pratiques. Nous entendons ainsi collaborer avec tout organisme ou personne du KRTB et d ailleurs au Québec qui s engage à poursuivre les mêmes objectifs. Cependant, nous ne voulons pas remplacer les organismes existants. Il leur est déjà très difficile d obtenir l aide financière et les ressources nécessaires pour défendre ces personnes et nous n entendons pas leur mettre des bâtons dans les roues. Nous allons plutôt collaborer à faire en sorte que cette aide financière et ces ressources soient haussées à un niveau acceptable, qui compense en partie le déséquilibre des forces en présence. Nous invitons donc toutes personnes ou organismes intéressés à cette problématique à communiquer avec nous afin que nous puissions mettre sur pied un processus d identification et renforcement des ressources à la disposition des victimes d accident du travail ou de la route.

7 Page 7 Niveau de vie, responsabilité, développement durable Fort de l appui du groupe des «lucides», notre gouvernement libéral nous interpelle sur la question de la dette. D autre part, il nous lance sur la voie du développement durable. Ces deux questions relèvent de ce qu'on appelle "la morale de la responsabilité". Selon cette morale, si nous avons du pouvoir, nous devons intervenir en faveur des personnes qui sont dans une situation vulnérable et qui dépendent de nous ou sont dans notre sphère d influence. Ici, ce sont les générations futures qui sont vulnérables, en ce qui concerne le fardeau fiscal dans le 1er cas, et en ce qui concerne la viabilité du milieu, dans le 2 ème, et nous, les générations présentes, aurions du pouvoir à cet effet. On ne peut que se réjouir de la sensibilité et de la profondeur de vue de notre gouvernement concernant ces questions. Mais, au nom de la responsabilité, n y a-t-il pas d importantes questions à se poser concernant ce qui semble de grossières évidences. Prenons la question du niveau de vie, le nôtre, au Québec, nous classant parmi les 25 % plus bas (moins riches) du continent Nous présumons que la lourdeur de notre dette gouvernementale constitue un frein sérieux à notre développement économique et que c est une des raisons majeures pour lesquelles il faut s y attaquer. Mais posons-nous la question à savoir quel est le seuil au-delà duquel le niveau de vie, de richesse, est satisfaisant et «soutenable» pour l environnement et les générations à venir? À partir de quel point est-on assez riche? A-t-on déjà entendu un gestionnaire d entreprise ou un dirigeant d état «libéral» dire : «Voilà, nous sommes riches, c est assez». Faut-il être le plus riche? pourquoi faut-il être si riche? Ce qui nous apparaît dangereux pour l avenir, ce n est pas de ne pas être le plus riche ou de ne pas s en approcher, c est de viser à une production et une consommation de plus en plus grandes, indicateurs de mesure de toute hausse du niveau de vie. Pourquoi est-ce dangereux? Voyons voir... Comme on se compare aux autres pour mesurer notre niveau de vie, poussons la comparaison plus loin et imaginons qu un jour, tous les citoyens de tous les états du monde atteignent notre niveau de consommation actuel ; si nous désirons pour nous-mêmes un haut niveau de vie, nous ne pouvons pas ne pas le vouloir pour les autres. Est-ce cet idéal de consommation planétaire qu il faut préserver? et d ici à ce que les plus pauvres d aujourd hui atteignent notre niveau de vie actuel, nous aurons encore progressé ; c est bien ça qu il faut préserver? On voit bien que ça ne tient pas debout tout simplement parce que ça nous prendrait deux ou trois planètes de rechange pour fournir! On comprend que ce qui est le plus dangereux pour les générations futures, c est d augmenter indéfiniment notre niveau de vie et de consommation, à moins qu on ne veuille garder les pays pauvres (et les personnes sous le seuil de pauvreté d ici!) dans leur état de pauvreté actuel. Un jour il faudra bien comprendre que le «niveau de vie», c est autre chose que le niveau de consommation, et que le développement durable, ce n est pas juste un slogan à la mode...

8 Page 8 États généraux de l agriculture, de l alimentation et du territoire du Québec. Vous trouverez, inséré dans votre PILE OU FACE un dépliant avec une carte postale pré-affranchie détachable destinée au premier ministre du Québec, Jean Charest. Nul besoin de faire un grand discours sur le contenu du dépliant, il parle par lui-même. Par ailleurs, ici, en région, un groupe d agriculteurs membres de l UPA s est engagé dans une lutte similaire pour obtenir une Commission nationale sur l agriculture au Québec. Le Collectif pour la Sauvegarde des Fermes Familiales à Dimension Humaine du Bas-St-laurent fête ce printemps son premier anniversaire. La commission nationale demandée, organisée par le gouvernement du Québec, réunirait des partenaires de tous les milieux : agriculteurs, citoyens, politiciens, fonctionnaires, syndicalistes, coopérateurs, sages, financiers, agronomes, vétérinaires, environnementalistes. Elle aurait pour mandat la mise en commun d idées et de solutions pour permettre la mise en place de politiques agricoles sérieuses, justes et durables, qui soutiennent les fermes familiales, la valorisation des aliments produits au Québec, la mise en pratique de stratégies agro-environnementales allant dans le sens du développement durable, une aide à l innovation, à l entreprenariat et à l occupation du territoire. Le Collectif a réussi à faire adopter par l UPA Bas-St-Laurent, forte de ses membres, une résolution allant dans ce sens. On peut voir que, mis à part le nom choisi pour demander une réflexion sur l agriculture au Québec, le Collectif et les autres organisations qui appuient la campagne de cartes postales ont des objectifs quasi identiques. Si tant de gens concernés sentent le besoin pressant de se réunir pour parler d agriculture, d alimentation et d aménagement du territoire, il faut agir. De toutes façons, il s agit de ce que nous mangeons, n est-ce pas, et ça devrait nous préoccuper! Ce que nous vous demandons, c est tout simplement de poster votre carte pré-affranchie le plus tôt possible. Elles iront rejoindre les autres cartes postées d un peu partout au Québec et leur accumulation sur le bureau du premier ministre sera un incitatif de plus pour que soient organisés des États généraux sur la question. Merci de votre collaboration.

9 Page 9 Votre conseil d administration Président : Jean-Philippe Nadeau Trésorière : Régine Veilleux Secrétaire : Marie-Claude Bérubé Administrateurs : Yvan Charette Louise Dallaire Ginette Huard. DEVENEZ MEMBRE DE L ACEF DU GRAND-PORTAGE CONDITIONS D ADMISSION Membre individuel Adhésion 10 $ Renouvellement 5 $ /an Organisme sans but lucratif Adhésion 10 $ Renouvellement 5 $ /an Membre auxiliaire Adhésion 50 $ Renouvellement 25 $ /an Chaque membre profite d un escompte de 20 % sur la documentation offerte par l ACEF. Nom: Adresse:... Code postal:... Téléphone:... Ci-joint un chèque de... $ payable à l ordre de: L ACEF DU GRAND-PORTAGE 5, rue Iberville Rivière-du-Loup (Québec) G5R 1G5 Textes et recherches pour ce numéro : François Genest, conseiller en consommation

Proposition en vue de la préparation du budget (2015)

Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Préparé pour : le Comité permanent des finances de la Chambre des communes Préparé par : La Canadian Independent Petroleum Marketers Association Sommaire

Plus en détail

La Coalition des associations de consommateurs du Québec

La Coalition des associations de consommateurs du Québec La Coalition des associations de consommateurs du Québec Lauréate du prix 2009 de l Office de la protection du consommateur pour sa campagne de sensibilisation au crédit et à l endettement «Dans la marge

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

Présenté à. La Commission des transports et de l environnement

Présenté à. La Commission des transports et de l environnement La sécurité routière au Québec : les cellulaires au volant, la vitesse excessive, les motocyclistes et les conditions hivernales Mémoire Présenté à La Commission des transports et de l environnement Février

Plus en détail

Un crédit d impôt pour l avenir du Québec

Un crédit d impôt pour l avenir du Québec Un crédit d impôt pour l avenir du Québec Mémoire présenté à la Commission d examen sur la fiscalité québécoise Par l Association canadienne de l enseignement coopératif, comité Québec (ACDEC-Québec) En

Plus en détail

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 A. Examen Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 En mai 2011, le président de l Assemblée législative du Nouveau-Brunswick a officiellement chargé

Plus en détail

Les agriculteurs seront forcés d absorber entièrement le coût de la taxe sur le carbone car le marché dicte le prix de leurs produits; ils ne peuvent

Les agriculteurs seront forcés d absorber entièrement le coût de la taxe sur le carbone car le marché dicte le prix de leurs produits; ils ne peuvent Tournant vert Le Parti libéral du Canada a publié récemment de l information plus détaillée sur son plan pour un Tournant vert. La Fédération canadienne de l agriculture (FCA) constate avec plaisir que

Plus en détail

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital Vente de la ferme et l exonération des gains en capital RBC Banque Royale Vente de la ferme et l exonération des gains en capital 2 L article suivant a été écrit par Services de gestion de patrimoine RBC.

Plus en détail

Le portrait budgétaire

Le portrait budgétaire ACEF du Haut-Saint-Laurent 340 boul. du Havre, bur. 203 Salaberry-de-Valleyfield, Québec J6S 1S6 Téléphone : 450-371-3470 Courriel : acefhsl@hotmail.com Page web : www.acefhsl.org Les bureaux de l ACEF

Plus en détail

Le travail continue! Message du président

Le travail continue! Message du président Bulletin / avril 2014 Section Télébec Message du président Le travail continue! L hiver est maintenant derrière nous et les beaux jours du printemps sont à notre porte. Enfin, diront certains. Mais, quelle

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

*** La clé de l éco conduite ***

*** La clé de l éco conduite *** *** La clé de l éco conduite *** LE CARBURANT EST CHER ET POLLUANT!! GRATUIT > > > TOUS LES CONSEILS POUR DIMINUER VOTRE CONSOMMATION DE CARBURANT!! Par souci écologique, de sécurité routière et pour le

Plus en détail

Se refaire un nom grâce à FCI Financière crédit? Une offre à décliner

Se refaire un nom grâce à FCI Financière crédit? Une offre à décliner SE REFAIRE UN NOM GRÂCE À FCI FINANCIÈRE CREDIT? UNE OFFRE À DÉCLINER Montréal, le 28 avril 2004 Nous vous présentons aujourd hui les résultats d une enquête menée entre janvier et mars dernier sur FCI

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique 484, route 277, Saint-Léon-de-Standon,

Plus en détail

Tout d abord, nous espérons que la saison touristique 2015 s est bien passée pour vous.

Tout d abord, nous espérons que la saison touristique 2015 s est bien passée pour vous. Saint-Lunaire, le 25 août 2015 Objet : appel à cotisation 2016 insertion publicitaire guide touristique Chère Madame, Cher Monsieur, Tout d abord, nous espérons que la saison touristique 2015 s est bien

Plus en détail

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus La retraite n est pas un privilège! Fascicule 1 Avantpropos Depuis plusieurs mois déjà, de grands médias tirent à boulets rouges sur les régimes

Plus en détail

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DE MODIFICATION DES LOIS EN VUE DE L ADOPTION DU PROJET DE LOI 77, LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

Loi 10. ARGUMENTAIRE CONTRE LE PROJET de. démantèlement FICHE 1 AUCUNE SOLUTION POUR AMÉLIORER LES SERVICES EN ACTION CONTRE LE

Loi 10. ARGUMENTAIRE CONTRE LE PROJET de. démantèlement FICHE 1 AUCUNE SOLUTION POUR AMÉLIORER LES SERVICES EN ACTION CONTRE LE ARGUMENTAIRE CONTRE LE PROJET de Loi 10 FICHE 1 AUCUNE SOLUTION POUR AMÉLIORER LES SERVICES À LA POPULATION DANS LE PROJET DE LOI 10 DU MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX, GAÉTAN BARRETTE, BIEN

Plus en détail

Des solutions efficaces, économiques, écologiques. Les professionnels de la mobilité durable

Des solutions efficaces, économiques, écologiques. Les professionnels de la mobilité durable Des solutions efficaces, économiques, écologiques Les professionnels de la mobilité durable Mobili-T et la gestion des déplacements Mobili-T, le Centre de gestion des déplacements du Québec métropolitain,

Plus en détail

Examen de la Loi sur les parcs du Nouveau-Brunswick Réponse du public 2013

Examen de la Loi sur les parcs du Nouveau-Brunswick Réponse du public 2013 Examen de la Loi sur les parcs du Nouveau-Brunswick Réponse du public 2013 Rochers Hopewell Rocks Au départ, tous les parcs provinciaux ont été créés à l intention des gens de la province et d ailleurs,

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier

à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier 30 trucs et astuces à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier Par Olivier Seban, auteur de : TOUT LE MONDE MERITE D ETRE RICHE Ou tout ce que vous n avez jamais appris à l école à propos

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007.

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007. NOTE AU LECTEUR Fondée en 1961, l Association provinciale des constructeurs d habitations du Québec (APCHQ) est une référence en matière de construction et de rénovation résidentielles. Regroupant quelque

Plus en détail

7 ASTUCES POUR L ACHAT DE VOTRE FUTURE VOITURE. Présenté par Transpoco

7 ASTUCES POUR L ACHAT DE VOTRE FUTURE VOITURE. Présenté par Transpoco 7 ASTUCES POUR L ACHAT DE VOTRE FUTURE VOITURE Présenté par Transpoco Après un énième passage chez le garagiste en moins de deux mois, vous avez décidez qu il était temps de vous séparer de votre vieille

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

Pile ou Face. Bulletin d information de l ACEF du Grand-Portage. Numéro 29 Automne 2006

Pile ou Face. Bulletin d information de l ACEF du Grand-Portage. Numéro 29 Automne 2006 Pile ou Face Bulletin d information de l ACEF du Grand-Portage Numéro 29 Automne 2006 Regroupement de consommateurs - 5, Iberville, Rivière-du-Loup (Québec) G5R 1G5 Tél.: (418) 867-8545 - Téléc.: (418)

Plus en détail

S endetter pour redevenir solvable, c est ce que FCI offre à ses clients. Un grand nombre d entre eux risquent d y perdre leur chemise.

S endetter pour redevenir solvable, c est ce que FCI offre à ses clients. Un grand nombre d entre eux risquent d y perdre leur chemise. www.option-consommateurs.org Une offre à décliner Par Claire Harvey S endetter pour redevenir solvable, c est ce que FCI offre à ses clients. Un grand nombre d entre eux risquent d y perdre leur chemise.

Plus en détail

Projet de politique d habitation de la Ville de Québec. Commentaires et recommandations dans le cadre de la consultation publique

Projet de politique d habitation de la Ville de Québec. Commentaires et recommandations dans le cadre de la consultation publique Comité des citoyens et des citoyennes du quartier Saint-Sauveur 301, rue de Carillon, Québec, Qc, G1K 5B3 Tél.:529-6158 courriel: cccqss@bellnet.ca Projet de politique d habitation de la Ville de Québec

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION CDC MRC DE L ASSOMPTION

POLITIQUE DE COMMUNICATION CDC MRC DE L ASSOMPTION 1 Politique de communication Corporation de développement communautaire MRC de L Assomption Introduction Mise en contexte Issue de la Table de concertation des organismes communautaires MRC de L Assomption,

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

Génération 2.0. Félicitations! Journée des professionnelles

Génération 2.0. Félicitations! Journée des professionnelles 4 e édition Génération 2.0 Dernièrement, en lisant un article dans L Actualité du mois de mars concernant les 18-30 ans, j ai constaté qu en général, les jeunes d aujourd hui sont conscients de leur rareté

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

De vous familiarisez avec les concepts liés aux droits des consommateurs.

De vous familiarisez avec les concepts liés aux droits des consommateurs. Soyez prudent! De vous familiarisez avec les concepts liés aux droits des consommateurs. vol et fraude d identité fraude par carte de débit fraude par carte de crédit hameçonnage et hameçonnage verbal

Plus en détail

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

Que faire en cas d incendie?

Que faire en cas d incendie? URGENCE 911 À l AMCQ Que faire en cas d incendie? Développé en collaboration Avec M. Alain Raymond 2009 AVANT PROPOS Vous trouverez ci-joint un document qui, lorsque complété, pourra vous être d une grande

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

QUEL EXEMPLE DONNEZ-VOUS À VOS ENFANTS?

QUEL EXEMPLE DONNEZ-VOUS À VOS ENFANTS? manifester d intérêt à l égard de l argent. Vous devez donc faire en sorte que le sujet soit pertinent pour eux, en profitant des moments propices offerts par la vie quotidienne. Vous n avez pas à prévoir

Plus en détail

INVESTIR INTELLIGEMMENT Lettre financière PDJ (publiée le 22 décembre 2004) Éditeur Paul Dontigny Jr, M.Sc., CFA

INVESTIR INTELLIGEMMENT Lettre financière PDJ (publiée le 22 décembre 2004) Éditeur Paul Dontigny Jr, M.Sc., CFA INVESTIR INTELLIGEMMENT Lettre financière PDJ (publiée le 22 décembre 2004) Éditeur Paul Dontigny Jr, M.Sc., CFA ATTENTION! Ceci est la dernière lettre gratuite que nous publions. Si vous n avez pas déjà

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Présenté par : Services financiers Elavon. Yves Delisle Vice président adjoint Ventes au secteur public. 2012 Elavon Financial Services

Présenté par : Services financiers Elavon. Yves Delisle Vice président adjoint Ventes au secteur public. 2012 Elavon Financial Services Payez moins cher, sauver des arbres : Comment l automatisation des paiements peut assurer la survie de votre entreprise tout en assurant celle de la planète 2010 Présenté par : Services financiers Elavon

Plus en détail

15 Les Fonds Petroliers

15 Les Fonds Petroliers CHAPTER IV OIL POLICY IN THE GULF OF GUINEA 15 Les Fonds Petroliers By Albert Yama Nkounga I. Introduction 1. La vulnérabilité des économies des pays producteurs de pétrole aux fluctuations à la baisse

Plus en détail

LES SECRETS DU SUCCÈS

LES SECRETS DU SUCCÈS Investir - Pour un Québec résolument moderne et innovateur Colloque organisé par le Conseil du patronat du Québec Montréal, le jeudi 11 novembre 2004 POINTS SAILLANTS DU COLLOQUE LES SECRETS DU SUCCÈS

Plus en détail

Contexte: Mesurer l empreinte carbone de l essence et du diesel

Contexte: Mesurer l empreinte carbone de l essence et du diesel Avril 2012 Briefing Carburants à faible intensité carbone: coûts administratifs modestes, bénéfices significatifs Contexte: Mesurer l empreinte carbone de l essence et du diesel Dans le cadre de l article

Plus en détail

carte PETRO-POINTS MC CIBC MasterCard MD

carte PETRO-POINTS MC CIBC MasterCard MD VOTRE TROUSSE DE BIENVENUE Voici votre carte PETRO-POINTS MC CIBC MasterCard MD LE GUIDE DE VOS AVANTAGES Aperçu des avantages Voici votre carte PETRO-POINTS CIBC MasterCard 1 Économies instantanées sur

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada

Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada Aperçu du programme Juin 2015 À propos du programme FundScrip FundScrip est un programme de levée de fonds pancanadien qui fait en sorte

Plus en détail

Bâtissez-vous un avenir certain

Bâtissez-vous un avenir certain 1 1 Etape 1 Etape 2 Bâtissez-vous un avenir certain AUTEUR LEADER SYDNEY Adresse email imygpc@gmail.com Contact téléphonique +225 41 52 92 06 2 Bâtissez-vous un avenir certain Vous en avez rêvé, créer

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE

FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE FAIRE COMPTER LES VOTES DANS NOS MILIEUX DE VIE Que vous puissiez voter ou non, vous pouvez contribuer à façonner l avenir de notre pays : Dites aux autres pourquoi il est important de voter. Organisez

Plus en détail

Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel

Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel Combien de cell-packs ai-je vendus au printemps dernier et quel a été mon prix moyen? À qui ai-je vendu des poinsettias roses et combien chacun de

Plus en détail

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications 2009-2010 Rapport sur les plans et les priorités L honorable Peter Gordon MacKay, C.P., député Ministre de la Défense nationale TABLE

Plus en détail

Faites le plein et allez de l avant avec les cartes Esso pour parcs automobiles.

Faites le plein et allez de l avant avec les cartes Esso pour parcs automobiles. Faites le plein et allez de l avant avec les cartes Esso pour parcs automobiles. Les cartes Esso pour parcs automobiles permettent à votre entreprise d aller de l avant. Inscrivez-vous dès maintenant.

Plus en détail

I M P O R T A N T. VOLUME 1, numéro 1, mars 2012. Dans l édition printanière vous retrouverez:

I M P O R T A N T. VOLUME 1, numéro 1, mars 2012. Dans l édition printanière vous retrouverez: VOLUME 1, numéro 1, mars 2012 Chers membres, L équipe du Service budgétaire a décidé de baptiser son envoi aux membres L Antidote. Nous cherchions un nom représentatif aux couleurs de notre organisme.

Plus en détail

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»?

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Neuf questions pour les partis politiques : les réponses du Parti Québécois QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Depuis 2009, l immense majorité des contribuables québécois doivent

Plus en détail

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2 Comment avoir une banque sans banque Tome 2 Bonjour, Philippe Hodiquet à votre service. Je vous avais promis de mettre dans votre bibliothèque d'ebooks, un système économique fou furieux: une banque sans

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique PROJET DE REDÉVELOPPEMENT DU SITE DES ANCIENS ATELIERS DU CN Mémoire déposé par le Club populaire des consommateurs de Pointe-Saint-Charles dans le cadre des consultations publique

Plus en détail

Une conduite souple, rationnelle et sécuritaire pour le bien des usagers, de leur véhicule et de notre environnement

Une conduite souple, rationnelle et sécuritaire pour le bien des usagers, de leur véhicule et de notre environnement Une conduite souple, rationnelle et sécuritaire pour le bien des usagers, de leur véhicule et de notre environnement Quelle voiture achetée? Carburation : les nouveaux diesel sont plus «propres» que les

Plus en détail

Politique de location de salles

Politique de location de salles Politique de location de salles Municipalité d Upton Adoptée le 1 avril 2014 Résolution numéro 094-04-2014 POLITIQUE DE LOCATION DE SALLES DE LA MUNICIPALITÉ D UPTON Préambule Nos salles municipales servent

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Mémoire présenté. Comité de l Assemblée législative pour un régime d assurance automobile public abordable, équitable et accessible

Mémoire présenté. Comité de l Assemblée législative pour un régime d assurance automobile public abordable, équitable et accessible Mémoire présenté au Comité de l Assemblée législative pour un régime d assurance automobile public abordable, équitable et accessible par la Société des enseignantes et des enseignants retraités francophones

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Le programme numéro un au Canada de collecte de fonds par la vente de cartescadeaux. Aperçu du programme

Le programme numéro un au Canada de collecte de fonds par la vente de cartescadeaux. Aperçu du programme Le programme numéro un au Canada de collecte de fonds par la vente de cartescadeaux Aperçu du programme mars 2014 Comment fonctionne FundScrip? Aucun don Pas besoin de demander à la famille, aux amis,

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

L importance de l épargne et des investissements hors ferme pour favoriser le transfert des entreprises agricoles

L importance de l épargne et des investissements hors ferme pour favoriser le transfert des entreprises agricoles Colloque gestion et établissement Succombez à la tentation de gérer! 2 et 3 novembre 2009 L importance de l épargne et des investissements hors ferme pour favoriser le transfert des entreprises agricoles

Plus en détail

«LIBRE CHOIX DU REPARATEUR» Partenariat Familles de France, La Ligue Des Droits de l Assuré et FFC Réparateurs DOSSIER DE PRESSE.

«LIBRE CHOIX DU REPARATEUR» Partenariat Familles de France, La Ligue Des Droits de l Assuré et FFC Réparateurs DOSSIER DE PRESSE. «LIBRE CHOIX DU REPARATEUR» Partenariat Familles de France, La Ligue Des Droits de l Assuré et FFC Réparateurs DOSSIER DE PRESSE «SAUVONS LA LIBERTE DE CHOIX DU CONSOMMATEUR» 22 Octobre 2014 Contacts Familles

Plus en détail

Édition de mars 2015

Édition de mars 2015 À la recherche de la clé de la réussite! Édition de mars 2015 Conseil d établissement: 25 mars à 19:00 Journée pédagogique: 25 mars 2015 Dates en mars Si l école n a pas été fermée d ici le 25 mars pour

Plus en détail

CI-APRÈS DÉSIGNÉ LE «MINISTÈRE»,

CI-APRÈS DÉSIGNÉ LE «MINISTÈRE», CONVENTION DE PARTICIPATION AU PROGRAMME DE PRISE EN CHARGE DU DOSSIER DE SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL POUR LES S D ÉCONOMIE SOCIALE EN AIDE DOMESTIQUE ENTRE : LE MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX,

Plus en détail

Éducation permanente obligatoire pour le secteur des courtiers en hypothèques de l Ontario : Une proposition pour consultation

Éducation permanente obligatoire pour le secteur des courtiers en hypothèques de l Ontario : Une proposition pour consultation Éducation permanente obligatoire pour le secteur des courtiers en hypothèques de l Ontario : Une proposition pour consultation Commission des services financiers de l Ontario Le 17 décembre 2010 Table

Plus en détail

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant :

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant : Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur Identification du requérant Nom, prénom ou raison sociale du requérant : (ci-après appelé le «requérant») Nom du commerce ou de

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme public Juin 2015 1 INTRODUCTION... 4 À QUI S ADRESSE

Plus en détail

Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire?

Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire? Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire? Les entreprises d'économie sociale placent encore souvent leurs réserves dans des banques classiques. Aujourd hui, la crise financière

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

L e m o t d u p r é s i d e n t

L e m o t d u p r é s i d e n t Hi ver 2015 L e m o t d u p r é s i d e n t Au nom de mes collègues du Conseil d administration de l ACGL, je vous souhaite une belle et heureuse année 2015. C est avec enthousiasme que notre association

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Puisque ce numéro de la Revue, tout comme celui de janvier 2004, est consacré à l assurance automobile, j ai choisi

Plus en détail

CHAPITRE III : L énergie utilisée dans le fonctionnement des objets techniques

CHAPITRE III : L énergie utilisée dans le fonctionnement des objets techniques CHAPITRE III : L énergie utilisée dans le fonctionnement des objets techniques Le catamaran est un voilier. Il utilise donc une voile, qui capte le vent, pour se déplacer. Ainsi, l énergie nécessaire au

Plus en détail

JOURNAL GÉNÉRAL Page : 89

JOURNAL GÉNÉRAL Page : 89 112 Il ne faut pas oublier que les coûts réels de garantie doivent être appliqués contre la provision. Ainsi, lorsque des coûts sont engagés afin d honorer la garantie offerte à des clients, ils ne sont

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

Que faire quand on embauche un entrepreneur?

Que faire quand on embauche un entrepreneur? Que faire quand on embauche un entrepreneur? De nombreux entrepreneurs expérimentés et fiables travaillent dans votre région, des professionnels hautement qualifiés, qui font des affaires selon les règles.

Plus en détail

RAPPORT SUR LE MARCHÉ IMMOBILIER

RAPPORT SUR LE MARCHÉ IMMOBILIER MAJ AÔUT 2015 PM405 - ME PREMIÈRE PARTIE RAPPORT SUR LE MARCHÉ IMMOBILIER DES MAISONS À ÉTAGES (ME) ET DES MAISONS PLAIN-PIED (PP) DE LA VILLE DE REPENTIGNY AU 31 JUILLET 2015 Si dans les mois qui viennent,

Plus en détail

lautorite.qc.ca Comment faire le point sur vos finances personnelles?

lautorite.qc.ca Comment faire le point sur vos finances personnelles? lautorite.qc.ca Comment faire le point sur vos finances personnelles? Qui sommes-nous? L Autorité des marchés financiers est l organisme de réglementation et d encadrement du secteur financier au Québec.

Plus en détail

Contact Personnel. Personal Contact. Chers partenaires,

Contact Personnel. Personal Contact. Chers partenaires, Édition du printemps 2012 Bulletin d information pour les partenaires de La Personnelle Chers partenaires, Comme annoncé en novembre dernier, notre équipe de la commercialisation a travaillé, au cours

Plus en détail

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER?

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? Résumé des trois enjeux présentés lors de l Assemblée publique du comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles

Plus en détail

Mémoire de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) présenté à la Commission des affaires sociales concernant la

Mémoire de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) présenté à la Commission des affaires sociales concernant la Mémoire de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) présenté à la Commission des affaires sociales concernant la Loi sur l assurance parentale et le projet de règlement sur l assurance

Plus en détail

Commission des transports du Québec. Plan d action de développement durable 2009-2013

Commission des transports du Québec. Plan d action de développement durable 2009-2013 Commission des transports du Québec Plan d action de développement durable 2009-2013 gé n o l o Pr n 2015 e jusqu MOT DU PRÉSIDENT La Loi sur le développement durable, adoptée en avril 2006, vise à mettre

Plus en détail

Situation: 01.08.2012

Situation: 01.08.2012 Conditions pour l exécution de travaux sur des véhicules automobiles, des remorques, des agrégats et sur leurs pièces constitutives ainsi que sur des fauteuils roulants et sur leurs pièces constitutives

Plus en détail

PRÉPARÉ PAR : PAGE 1

PRÉPARÉ PAR :   PAGE 1 (Nom de l entreprise) PRÉPARÉ PAR : (Nom du ou des promoteurs) (Mois et année) PAGE 1 POURQUOI UN PLAN D AFFAIRES? Le plan d affaires vous permet de faire une réflexion sur tous les aspects de l entreprise

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2010-2011

RAPPORT ANNUEL 2010-2011 RAPPORT ANNUEL 2010-2011 8 juin 2011 TABLE DES MATIÈRES Mission... 3 Rapport du président... 4 Conseil d'administration 2010-2011... 7 Rapport du trésorier... 8 Rapport de la vérificatrice... 9 Rapport

Plus en détail