Pile ou Face. Bulletin d information de l ACEF du Grand-Portage

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pile ou Face. Bulletin d information de l ACEF du Grand-Portage"

Transcription

1 Pile ou Face Bulletin d information de l ACEF du Grand-Portage No. 28 printemps 2006 Regroupement de consommateurs - 5, Iberville, Rivière-du-Loup (Québec) G5R 1G5 Tél.: (418) Téléc.: (418) Courriel: Site Web: Bonjour Monsieur le Printemps Tout le monde se rappelle la chanson : «Ce matin, un petit bonhomme est arrivé dans le jardin, avec son bel habit vert pomme...». Encore une fois, le miracle du renouveau printanier vient nous émerveiller : le soleil nous chauffe la couenne, les oiseaux nous réveillent à 5 heures du matin..., les arbres se laissent pousser des rallonges, tout le monde a le grand sourire. Mais, souvent, au printemps, l envie de dépenser nous prend tout d un coup et souvent très très fort! C est là que les marchands de bonheur nous attendent avec leur offre de rutilantes bagnoles, leurs meubles de jardin in-dis-pen-sa-bles, leurs projets de décoration «c est en plein ça que je veux», leurs promotions «achetez maintenant, payez trop tard», etc. ALARME!!! En effet, trop souvent, nous compensons les longs mois d hiver, les frustrations du quotidien, les sautes d humeur du patron par un besoin de se faire plaisir. On veut se gâter en se payant un petit quelque chose de spécial, qui nous sort de la routine. Mais, la plupart du temps, nous n avons que dépensé notre argent, comme si ce qui devait nous rendre si heureuse ou heureux n était finalement qu un autre objet qui nous demande qu on en prenne soin, qu on le lave, le répare, l entretienne, le range, etc, une autre bébelle quoi! Heureusement, ce n est pas toujours le cas, mais, quoi qu il en soit, au printemps, nous avons souvent une forte tendance à dépenser pour rien. Au fond, ce qu on veut, c est être heureux ou heureuse et penser à soi, pour une fois. Alors, au lieu de le faire en cédant à une envie de dépenser, d avoir quelque chose, pourquoi ne pas prendre du temps juste pour soi, ou avec son conjoint ou sa conjointe, ou encore, pourquoi ne pas faire quelque chose qu on remet depuis longtemps et que «ça ferait donc du bien que ce soit fait». Il y en a qui conjuguent avoir et être. L ACEF du Grand- Portage vous suggère plutôt «faire pour être». Joyeux printemps! Un prix pour l ACEF :...p. 2 Le prix de l essence :...p. 3 Pratiques publicitaires douteuses :.p. 4 Les droits des victimes d accident : p. 6 Dette et développement durable :...p. 7 Campagne de cartes postales :...p. 8

2 Page 2 BRAVO À TOUTES LES ACEF Un texte de Dominique Bard. Le 15 mars 2006, journée mondiale des droits des consommateurs, l Association coopérative d économie familiale du Grand-Portage de Rivière-du-Loup, l ACEF du Grand-Portage, ainsi que les 20 autres ACEF de la province recevaient le prix annuel de l Office de la protection du consommateur. Ce prix a été remis en main propre par le Ministre de la justice et responsable de l Office de la protection du consommateur, M. Yvon Marcoux, en présence du président de l Office de la protection du consommateur, M. Yvan Turcotte (à gauche) au magnifique Hôtel du Parlement de Québec. Dominique Bard ( au centre) représentait votre ACEF. Le prix a été décerné aux ACEF pour souligner leur engagement indéfectible à la protection des consommateurs du Québec et à une plus grande justice sociale. Il y a d ailleurs plus de 40 ans que des hommes et surtout des femmes dans ces organismes se dévouent, au Québec, pour la protection et la défense des droits des familles en matière de budget, d endettement et de consommation. Rappelons également que les ACEF ont travaillé entre autres au niveau de la santé, de l accès à la justice sociale, de l environnement et de la dénonciation des hausses de prix à la consommation. C est encourageant de voir que ce travail est souligné. Les artisans travaillent souvent dans l ombre et dans des conditions précaires. Une récompense comme celle-là vient rappeler aux citoyens et aux organismes que les ACEF existent et qu elles rendent des services dont les familles, surtout les plus démunies, ont grandement besoin. C est un très bon encouragement pour L ACEF du Grand-Portage à poursuivre son travail commencé il y a déjà 15 ans. L ACEF couvre les MRC de Rivière-du-Loup, Kamouraska, Témiscouata et des Basques.

3 Page 3 La Hausse des prix de l essence et du mazout À chaque saison, presqu à chaque mois, certainement à chaque hausse importante du prix de l essence ou du mazout, on nous ramène divers moyens de lutter contre ces hausses, notamment le boycott de certaines bannières de compagnie de distribution. D après notre conseillère Dominique Bard, un tel boycott est inutile en plus d être nuisible aux petits détaillants, déjà aux prises avec des marges de profit très minces ; plusieurs propriétaires de station d'essence ne font que quelques cents le litre vendu. Et ils ont aussi des employés à payer. Des étudiants souvent, mais aussi beaucoup de personnes qui sont à temps plein régulier et qui n'ont pas d'autres endroits où aller travailler. De plus, ces petits détaillants doivent souvent supporter une concurrence féroce des gros distributeurs, qui veulent les remplacer par des libre-service. On veut mettre les grosses compagnies au pied du mur, mais ce sont d'abord les petits commerçants qui écopent. Inutile, le boycott, parce que l essence qu on n achète pas à un endroit, on l achète ailleurs et qu au bout du compte, c est la même quantité d essence qui est achetée. Selon la loi de l offre et de la demande, si la demande demeure la même, le prix demeure le même... De toutes façons, pour mettre une compagnie de pétrole à terre, il faudrait plus qu un boycott de quelques jours par plus que les quelques citoyens d une province qui sont prêts à suivre. Les seuls changements majeurs survenus dans l industrie pétrolière ces dernières années ont été le fruit de transactions entre les géants de l industrie. Alors, qu est-ce qui fait soudain monter les prix au détail de l essence et du mazout? Les hausses récentes sont dues à la hausse du prix du brut, qui flotte présentement allègrement au-dessus du 60$ le baril. Et la hausse du prix du brut est elle-même due aux fluctuations du marché engendré par l instabilité réelle ou appréhendée des approvisionnements : les menaces terroristes contre les champs pétrolifères, les guerres dans les pays producteurs, le naufrage des plate-forme d extraction ou les avaries majeures aux centres de raffinage, comme au Texas, l été dernier, etc. Bref, rien sur quoi le consommateur moyen n a de pouvoir. Alors, encore une fois, on fait quoi? On peut agir réellement sur la demande, en diminuant notre consommation et notre dépendance de ces énergies non-renouvelables. Tout citoyen peut réduire ses dépenses de 10, sinon 20% relativement facilement, simplement en roulant moins vite ; le simple fait de respecter les limites de vitesse à la lettre, rouler 70 kmh dans une zone de 70, et 100 kmh dans une zone de 100, permet d économiser environ 10% d essence ; ou s assurer d un entretien rigoureux de son automobile, enlever les objets pesants et inutiles de son coffre à bagage, ou retirer son support à ski ou à vélo quand il n est plus de saison, etc... La liste est encore longue. Si tout ce qu on veut, c est payer moins cher mais continuer de gaspiller, une simple revendication de baisse des prix apparaît immature, dans un contexte de pénurie certaine des sources d énergie provenant des hydrocarbures. Ces sources d énergie sont épuisables à plus ou moins long terme et leur rareté les rend déjà de plus en plus précieuses. D un autre côté, leur facilité d exploitation a permis le développement économique fulgurant des pays industrialisés au 19 ème et 20 ème siècle et il faudrait en laisser aux pays en voie de développement et non se dépêcher de les dépenser avant qu il n y en ait plus. Faut-il ajouter que leur consommation contribue grandement à la pollution et à la hausse des gaz à effet de serre?!? En conclusion, si vous ragez contre les hausses de prix de l essence et du mazout, dites-vous que vous êtes bien chanceux et chanceuses d en avoir encore à votre disposition. Et faites pression sur votre député pour que votre gouvernement se dote d une véritable politique de l énergie, qui aille dans le sens du développement durable et qui fasse en sorte que les raffineurs réinvestissent leurs immenses profits dans le renouvellement des sources d énergie.

4 Page 4 Pratiques publicitaires douteuses L ACEF du Grand-Portage adresse une mise en garde à tous les consommateurs et consommatrices concernant les pratiques publicitaires de certains commerçants. En effet, certains d entre eux semblent avoir oublié qu il est important d afficher le plein prix d un produit dont on fait la promotion, dans les cas où on mentionne les mensualités du crédit dans une annonce. Avec l arrivée du printemps, 0$ comptant, 5.90$/jour, vraiment pas cher. Profitez-en, elle va partir vite la fièvre des achats se fait souvent sentir et pour s attirer des acheteurs, certains commerçants de la région ont fait paraître des messages publicitaires qui ne respectent pas la Loi de protection du consommateur. «Aucun commerçant, (...) ne peut, par quelque moyen que ce soit, divulguer, dans un message publicitaire, le montant des paiements périodiques à faire pour l acquisition d un bien ou l obtention d un service sans divulguer également le prix total du bien ou du service ni le faire ressortir d une façon plus évidente» (article 224 de la Loi de protection du consommateur, paragraphe b). La loi est très claire à cet effet. Il y a en outre un règlement de la loi de protection du consommateur qui précise qu un commerçant ne peut mentionner un des éléments d un contrat de crédit pour acheter un bien sans mentionner toutes les modalités du crédit. Il y a huit mentions dans le règlement, dont le total des frais de crédit, l obligation totale du consommateur, etc (Règlement d application de la loi, art. 86). Également, on rappelle qu il est important de retrouver l identité du commerçant dans un message publicitaire. Un numéro de téléphone ne suffit pas. (article 242 de la loi) De toutes façons, on se demande pourquoi un commerçant aurait peur d afficher son nom dans ses publicités... On voit également, de plus en plus, des messages publicitaires concernant des automobiles neuves ou usagées à vendre qui mentionnent la disponibilité de crédit sans respecter le règlement de la Loi de la protection du consommateur. Des expressions comme «2 ème chance au crédit» ne peuvent

5 Page 5 être utilisées pour faire connaître la disponibilité du crédit. Il faudrait plutôt utiliser des expressions comme «crédit offert», crédit accepté» ou «possibilité de crédit». Mais, au-delà des règles à suivre, il y a l esprit de la loi : la protection du consommateur. À l ACEF du Grand-Portage, nous croyons qu un commerçant ne peut pas et ne doit pas faire n importe quoi pour attirer le client, encore moins utiliser l appât du crédit facile. Une offre de crédit incomplète fait miroiter à l acheteur potentiel la possibilité de s offrir un bien, une auto, par exemple, sans qu on l informe du coût total de son achat, intérêts compris. Mettre l accent sur un petit paiement hebdomadaire, c est cacher une information essentielle pour l acheteur : combien lui coûtera son achat! Et éventuellement, c est le mettre dans le trouble! Nous condamnons donc les pratiques publicitaires qui informent mal le consommateur, qui lui cachent des informations essentielles à sa prise de décision ou qui pourraient l induire en erreur. Les commerçants fautifs risquent d être poursuivis en vertu de la Loi de protection du consommateur.

6 Page 6 LA DÉFENSE DES DROITS DES VICTIMES D ACCIDENT DU TRAVAIL OU DE LA ROUTE. Compte tenu du nombre et de la gravité des dossiers de consultation budgétaire liés à des problèmes vécus avec la CSST, l équipe de travail de l ACEF du Grand-Portage a décidé de promouvoir la défense collective des droits des victimes d accident du travail ou de la route. Ces travailleurs et travailleuses impliqué(e)s dans un accident de travail et ces autres personnes impliquées dans des accidents de la route deviennent alors très vulnérables et perdent souvent tout ce qu elles ont ; c est ainsi qu on les retrouve à L ACEF, totalement démuni(e)s au point de vue économique. Il semble certain qu ils et elles sont également démuni(e)s dans la défense de leurs droits, face à des machines administratives extrêmement puissantes, à cause d un accident qui leur est arrivé et à propos duquel ils et elles n y sont généralement pour rien. Nous croyons que ces personnes sont souvent victimes d injustices graves, en plus d avoir été victimes d un accident de la route ou du travail. Nous ne pouvons que constater que très peu de ressources sont disponibles pour les aider à défendre leur cause. En tant qu organisme voué en majeure partie à la défense collective des droits, l ACEF du Grand-Portage ne peut demeurer insensible à cette situation qui ne fait qu accroître le nombre de personnes dont la condition socioéconomique, pour ne mentionner que celle-là, se détériore gravement et dramatiquement. Nous voulons contribuer, par différentes actions, à ce que soient mis à leur disposition des outils pour qu ils et elles puissent se défendre, faire valoir leurs droits et protéger et recouvrer leur dignité. Nous nous interrogeons sur la moralité de certaines des actions posées par la machine administrative chargée de «régler leur dossier» et nous voulons que lumière soit faite sur ces pratiques. Nous entendons ainsi collaborer avec tout organisme ou personne du KRTB et d ailleurs au Québec qui s engage à poursuivre les mêmes objectifs. Cependant, nous ne voulons pas remplacer les organismes existants. Il leur est déjà très difficile d obtenir l aide financière et les ressources nécessaires pour défendre ces personnes et nous n entendons pas leur mettre des bâtons dans les roues. Nous allons plutôt collaborer à faire en sorte que cette aide financière et ces ressources soient haussées à un niveau acceptable, qui compense en partie le déséquilibre des forces en présence. Nous invitons donc toutes personnes ou organismes intéressés à cette problématique à communiquer avec nous afin que nous puissions mettre sur pied un processus d identification et renforcement des ressources à la disposition des victimes d accident du travail ou de la route.

7 Page 7 Niveau de vie, responsabilité, développement durable Fort de l appui du groupe des «lucides», notre gouvernement libéral nous interpelle sur la question de la dette. D autre part, il nous lance sur la voie du développement durable. Ces deux questions relèvent de ce qu'on appelle "la morale de la responsabilité". Selon cette morale, si nous avons du pouvoir, nous devons intervenir en faveur des personnes qui sont dans une situation vulnérable et qui dépendent de nous ou sont dans notre sphère d influence. Ici, ce sont les générations futures qui sont vulnérables, en ce qui concerne le fardeau fiscal dans le 1er cas, et en ce qui concerne la viabilité du milieu, dans le 2 ème, et nous, les générations présentes, aurions du pouvoir à cet effet. On ne peut que se réjouir de la sensibilité et de la profondeur de vue de notre gouvernement concernant ces questions. Mais, au nom de la responsabilité, n y a-t-il pas d importantes questions à se poser concernant ce qui semble de grossières évidences. Prenons la question du niveau de vie, le nôtre, au Québec, nous classant parmi les 25 % plus bas (moins riches) du continent Nous présumons que la lourdeur de notre dette gouvernementale constitue un frein sérieux à notre développement économique et que c est une des raisons majeures pour lesquelles il faut s y attaquer. Mais posons-nous la question à savoir quel est le seuil au-delà duquel le niveau de vie, de richesse, est satisfaisant et «soutenable» pour l environnement et les générations à venir? À partir de quel point est-on assez riche? A-t-on déjà entendu un gestionnaire d entreprise ou un dirigeant d état «libéral» dire : «Voilà, nous sommes riches, c est assez». Faut-il être le plus riche? pourquoi faut-il être si riche? Ce qui nous apparaît dangereux pour l avenir, ce n est pas de ne pas être le plus riche ou de ne pas s en approcher, c est de viser à une production et une consommation de plus en plus grandes, indicateurs de mesure de toute hausse du niveau de vie. Pourquoi est-ce dangereux? Voyons voir... Comme on se compare aux autres pour mesurer notre niveau de vie, poussons la comparaison plus loin et imaginons qu un jour, tous les citoyens de tous les états du monde atteignent notre niveau de consommation actuel ; si nous désirons pour nous-mêmes un haut niveau de vie, nous ne pouvons pas ne pas le vouloir pour les autres. Est-ce cet idéal de consommation planétaire qu il faut préserver? et d ici à ce que les plus pauvres d aujourd hui atteignent notre niveau de vie actuel, nous aurons encore progressé ; c est bien ça qu il faut préserver? On voit bien que ça ne tient pas debout tout simplement parce que ça nous prendrait deux ou trois planètes de rechange pour fournir! On comprend que ce qui est le plus dangereux pour les générations futures, c est d augmenter indéfiniment notre niveau de vie et de consommation, à moins qu on ne veuille garder les pays pauvres (et les personnes sous le seuil de pauvreté d ici!) dans leur état de pauvreté actuel. Un jour il faudra bien comprendre que le «niveau de vie», c est autre chose que le niveau de consommation, et que le développement durable, ce n est pas juste un slogan à la mode...

8 Page 8 États généraux de l agriculture, de l alimentation et du territoire du Québec. Vous trouverez, inséré dans votre PILE OU FACE un dépliant avec une carte postale pré-affranchie détachable destinée au premier ministre du Québec, Jean Charest. Nul besoin de faire un grand discours sur le contenu du dépliant, il parle par lui-même. Par ailleurs, ici, en région, un groupe d agriculteurs membres de l UPA s est engagé dans une lutte similaire pour obtenir une Commission nationale sur l agriculture au Québec. Le Collectif pour la Sauvegarde des Fermes Familiales à Dimension Humaine du Bas-St-laurent fête ce printemps son premier anniversaire. La commission nationale demandée, organisée par le gouvernement du Québec, réunirait des partenaires de tous les milieux : agriculteurs, citoyens, politiciens, fonctionnaires, syndicalistes, coopérateurs, sages, financiers, agronomes, vétérinaires, environnementalistes. Elle aurait pour mandat la mise en commun d idées et de solutions pour permettre la mise en place de politiques agricoles sérieuses, justes et durables, qui soutiennent les fermes familiales, la valorisation des aliments produits au Québec, la mise en pratique de stratégies agro-environnementales allant dans le sens du développement durable, une aide à l innovation, à l entreprenariat et à l occupation du territoire. Le Collectif a réussi à faire adopter par l UPA Bas-St-Laurent, forte de ses membres, une résolution allant dans ce sens. On peut voir que, mis à part le nom choisi pour demander une réflexion sur l agriculture au Québec, le Collectif et les autres organisations qui appuient la campagne de cartes postales ont des objectifs quasi identiques. Si tant de gens concernés sentent le besoin pressant de se réunir pour parler d agriculture, d alimentation et d aménagement du territoire, il faut agir. De toutes façons, il s agit de ce que nous mangeons, n est-ce pas, et ça devrait nous préoccuper! Ce que nous vous demandons, c est tout simplement de poster votre carte pré-affranchie le plus tôt possible. Elles iront rejoindre les autres cartes postées d un peu partout au Québec et leur accumulation sur le bureau du premier ministre sera un incitatif de plus pour que soient organisés des États généraux sur la question. Merci de votre collaboration.

9 Page 9 Votre conseil d administration Président : Jean-Philippe Nadeau Trésorière : Régine Veilleux Secrétaire : Marie-Claude Bérubé Administrateurs : Yvan Charette Louise Dallaire Ginette Huard. DEVENEZ MEMBRE DE L ACEF DU GRAND-PORTAGE CONDITIONS D ADMISSION Membre individuel Adhésion 10 $ Renouvellement 5 $ /an Organisme sans but lucratif Adhésion 10 $ Renouvellement 5 $ /an Membre auxiliaire Adhésion 50 $ Renouvellement 25 $ /an Chaque membre profite d un escompte de 20 % sur la documentation offerte par l ACEF. Nom: Adresse:... Code postal:... Téléphone:... Ci-joint un chèque de... $ payable à l ordre de: L ACEF DU GRAND-PORTAGE 5, rue Iberville Rivière-du-Loup (Québec) G5R 1G5 Textes et recherches pour ce numéro : François Genest, conseiller en consommation

L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État

L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État Avis présenté dans le cadre des consultations de la Commission de révision permanente des programmes Par la Fédération de la santé du

Plus en détail

Livre vert pour une politique bioalimentaire Commentaires et observations de la Quebec Farmers s Association (QFA)

Livre vert pour une politique bioalimentaire Commentaires et observations de la Quebec Farmers s Association (QFA) Livre vert pour une politique bioalimentaire Commentaires et observations de la Quebec Farmers s Association (QFA) Introduction Les producteurs agricoles anglophones travaillent au Québec depuis leur établissement

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget (2015)

Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Proposition en vue de la préparation du budget (2015) Préparé pour : le Comité permanent des finances de la Chambre des communes Préparé par : La Canadian Independent Petroleum Marketers Association Sommaire

Plus en détail

É c l a i r STATIONNEMENT: UNE AUGMENTATION DE 40% SUR TROIS ANS! UNE VISION DE LOGIQUE COMPTABLE! Une hausse de 40%... SOMMAIRE

É c l a i r STATIONNEMENT: UNE AUGMENTATION DE 40% SUR TROIS ANS! UNE VISION DE LOGIQUE COMPTABLE! Une hausse de 40%... SOMMAIRE É c l a i r SYNDICAT DES CHARGÉES ET CHARGÉS DE COURS DE L UNIVERSITÉ LAVAL (SCCCUL) STATIONNEMENT: UNE AUGMENTATION DE 40% SUR TROIS ANS! UNE VISION DE LOGIQUE COMPTABLE! SOMMAIRE 4 Point de vue 5 Collecte

Plus en détail

Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux. présenté à la Commission de l économie et du travail dans le cadre des consultations sur

Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux. présenté à la Commission de l économie et du travail dans le cadre des consultations sur Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux présenté à la Commission de l économie et du travail dans le cadre des consultations sur Le prix de l essence et ses effets sur l économie du Québec

Plus en détail

La Coalition des associations de consommateurs du Québec

La Coalition des associations de consommateurs du Québec La Coalition des associations de consommateurs du Québec Lauréate du prix 2009 de l Office de la protection du consommateur pour sa campagne de sensibilisation au crédit et à l endettement «Dans la marge

Plus en détail

Les agriculteurs seront forcés d absorber entièrement le coût de la taxe sur le carbone car le marché dicte le prix de leurs produits; ils ne peuvent

Les agriculteurs seront forcés d absorber entièrement le coût de la taxe sur le carbone car le marché dicte le prix de leurs produits; ils ne peuvent Tournant vert Le Parti libéral du Canada a publié récemment de l information plus détaillée sur son plan pour un Tournant vert. La Fédération canadienne de l agriculture (FCA) constate avec plaisir que

Plus en détail

QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX. Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada?

QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX. Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada? QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada? 31 mars 2011 0 À l annonce du déclenchement des élections fédérales 2011, le Réseau FADOQ se fait la voix des aînés

Plus en détail

Un crédit d impôt pour l avenir du Québec

Un crédit d impôt pour l avenir du Québec Un crédit d impôt pour l avenir du Québec Mémoire présenté à la Commission d examen sur la fiscalité québécoise Par l Association canadienne de l enseignement coopératif, comité Québec (ACDEC-Québec) En

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique 484, route 277, Saint-Léon-de-Standon,

Plus en détail

Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs

Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs Avis du Comité consultatif sur le rapport de la Commission nationale sur la participation au marché du travail des travailleuses et travailleurs expérimentés de 55 ans et plus Novembre 2011 Introduction

Plus en détail

Position de Mobilité électrique Canada sur les incitatifs financiers pour favoriser le transport électrique.

Position de Mobilité électrique Canada sur les incitatifs financiers pour favoriser le transport électrique. Position de Mobilité électrique Canada sur les incitatifs financiers pour favoriser le transport électrique. Document approuvé par le Conseil d administration Mobilité électrique Canada 1 Mars 2014 Le

Plus en détail

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital Vente de la ferme et l exonération des gains en capital RBC Banque Royale Vente de la ferme et l exonération des gains en capital 2 L article suivant a été écrit par Services de gestion de patrimoine RBC.

Plus en détail

UNE LISTE DE CONTRÔLES POUR VOTRE EXPOSITION

UNE LISTE DE CONTRÔLES POUR VOTRE EXPOSITION CHAPITRE 13 UNE LISTE DE CONTRÔLES POUR VOTRE EXPOSITION Ce que vous allez apprendre dans ce chapitre Etudiez votre exposition VO : les zones clés Passe en voiture devant votre site par toutes les directions

Plus en détail

DE COMBIEN FAUT-IL DIMINUER LE PRIX DE VOTRE MAISON POUR VENDRE

DE COMBIEN FAUT-IL DIMINUER LE PRIX DE VOTRE MAISON POUR VENDRE DE COMBIEN FAUT-IL DIMINUER LE PRIX DE VOTRE MAISON POUR VENDRE AOÛT 2014 PM96 Est-ce que vous devez diminuer de 5,000 $, 10,000 $, 20,000 $ ou bien de 5%, de 10% ou plus, ou connaissez-vous une manière

Plus en détail

Info-Carburant. Comprendre les différents aspects du marché de l essence au Canada et les facteurs économiques qui influencent les prix

Info-Carburant. Comprendre les différents aspects du marché de l essence au Canada et les facteurs économiques qui influencent les prix Info-Carburant Comprendre les différents aspects du marché de l essence au Canada et les facteurs économiques qui influencent les prix Bulletin 2 Volume 9 Le 21 février 14 Exemplaires disponibles gratuitement

Plus en détail

Ensemble contre l intimidation à l école

Ensemble contre l intimidation à l école Ensemble contre l intimidation à l école Mémoire présenté à madame Francine Charbonneau, ministre de la Famille et ministre responsable des Aînés et ministre responsable de la Lutte contre l intimidation

Plus en détail

La campagne Generation Squeeze

La campagne Generation Squeeze La campagne La campagne est menée par un vaste réseau de partenaires déterminés à faire en sorte que les jeunes générations aient la possibilité de faire face à divers enjeux, comme les salaires plus bas,

Plus en détail

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON 14-10-14 CD/12 1161 répondants 1098 OUI 31 NON Une convention établie sur 5 ans plutôt que sur 3 ans pourrait être proposée. Cette demande est raisonnable et on y tient (pas trop négocier à la baisse).

Plus en détail

Le Canada rural, ça compte

Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte 1 Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte Les régions rurales du Canada sont importantes pour la santé et la prospérité du pays. Malheureusement, les habitants

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles.

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. ONG AIP-Togo Assistance aux Initiatives Privées FICHE SYNOPTIQUE TITRE DU PROJET : Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. LOCALISATION : Cantons de KPELE et AKATA

Plus en détail

financement public des écoles privées. http://www.csq.qc.net/educat/publique/financement_prive_public.pdf

financement public des écoles privées. http://www.csq.qc.net/educat/publique/financement_prive_public.pdf Financement public des écoles privées : le collégial est-il également touché? Réflexion sur le financement public des collèges privés suite à la déclaration du Regroupement pour la défense et la promotion

Plus en détail

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Discours du Président de la République lors du Sommet des maires pour le climat Publié le 26 Mars 2015 Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Madame la Maire de Paris, chère Anne HILDALGO, Je voulais

Plus en détail

Table des matières. Message du maire p. 3. Message des conseillers responsables pour les familles et pour les personnes aînées p.

Table des matières. Message du maire p. 3. Message des conseillers responsables pour les familles et pour les personnes aînées p. Politique pour les famillles et pour les personnes aînées de Sainte-Anne-de-la-Pocatière www.ste-anne-de-la-pocatiere.com Table des matières Message du maire p. 3 Message des conseillers responsables pour

Plus en détail

6. Offre, demande et politiques publiques

6. Offre, demande et politiques publiques 6. ffre, demande et politiques publiques Nous avons vu comment : L offre et la demande déterminent le prix d un bien et les quantités échangées à l équilibre. Divers événements déplacent les courbes d

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

Bonjour, Vous trouverez ensuite une lettre que j ai envoyée à certains politiciens fédéraux en 2008, pour leur demander d examiner cette idée.

Bonjour, Vous trouverez ensuite une lettre que j ai envoyée à certains politiciens fédéraux en 2008, pour leur demander d examiner cette idée. De : Bill Strautman Date : Le 12 août 2011 5:28 PM Pour : ~Finance/Finances Cc : Sujet : LA POPULATION CANADIENNE EST INVITÉE À FAIRE CONNAÎTRE SES PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL 2012 Bonjour, On a porté

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

Rapport financier 2013

Rapport financier 2013 Rapport financier 2013 Salaberry-de-Valleyfield, le 17 juin 2014 Madame la Conseillère et Messieurs les Conseillers, Chères Concitoyennes, Chers Concitoyens, Conformément à l exigence de la Loi sur les

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

Le projet de loi n o 107 Loi sur l Agence du revenu du Québec

Le projet de loi n o 107 Loi sur l Agence du revenu du Québec Le projet de loi n o 107 Loi sur l Agence du revenu du Québec Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des finances publiques de l Assemblée nationale Septembre 2010 Le Conseil

Plus en détail

LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE

LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE LES CHOIX BUDGÉTAIRES 2005-2006 LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE Mémoire présenté par le CHANTIER DE L ÉCONOMIE SOCIALE au ministre des Finances, monsieur Michel Audet Dans

Plus en détail

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 A. Examen Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 En mai 2011, le président de l Assemblée législative du Nouveau-Brunswick a officiellement chargé

Plus en détail

Quels sont nos besoins en énergie?

Quels sont nos besoins en énergie? Quels sont nos besoins en énergie? 1) Qu est-ce ce que l énergie? A quoi sert-elle? 2) Dessine plusieurs énergies utilisées dans la vie quotidienne en nommant chacune d entre elles. Pour bien comprendre...

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Seul le prononcé fait foi Paris, le vendredi 14 novembre DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation

Plus en détail

PRÉSENTATION DU DEVANT LE COMITÉ SÉNATORIAL DES TRANSPORTS ET DES COMMUNICATIONS

PRÉSENTATION DU DEVANT LE COMITÉ SÉNATORIAL DES TRANSPORTS ET DES COMMUNICATIONS PRÉSENTATION DU DEVANT LE COMITÉ SÉNATORIAL DES TRANSPORTS ET DES COMMUNICATIONS DANS LE CADRE DE L EXAMEN DES DÉFIS QUE DOIT RELEVER LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA EN MATIÈRE D ÉVOLUTION DU MILIEU DE LA RADIODIFFUSION

Plus en détail

Présenté à. La Commission des transports et de l environnement

Présenté à. La Commission des transports et de l environnement La sécurité routière au Québec : les cellulaires au volant, la vitesse excessive, les motocyclistes et les conditions hivernales Mémoire Présenté à La Commission des transports et de l environnement Février

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. TABLE DES MATIÈRES... ii. PRÉSENTATION DE L UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC...iii INTRODUCTION... 1

TABLE DES MATIÈRES. TABLE DES MATIÈRES... ii. PRÉSENTATION DE L UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC...iii INTRODUCTION... 1 MÉMOIRE Consultations sur le rétablissement de l équilibre fiscal au Canada Consultations sur le soutien financier immédiat et à long terme pour l infrastructure Présenté au Ministre des Finances et au

Plus en détail

Se refaire un nom grâce à FCI Financière crédit? Une offre à décliner

Se refaire un nom grâce à FCI Financière crédit? Une offre à décliner SE REFAIRE UN NOM GRÂCE À FCI FINANCIÈRE CREDIT? UNE OFFRE À DÉCLINER Montréal, le 28 avril 2004 Nous vous présentons aujourd hui les résultats d une enquête menée entre janvier et mars dernier sur FCI

Plus en détail

UNE LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE POUR UN NOUVEAU-BRUNSWICK PLUS ÉQUITABLE

UNE LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE POUR UN NOUVEAU-BRUNSWICK PLUS ÉQUITABLE UNE LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE POUR UN NOUVEAU-BRUNSWICK PLUS ÉQUITABLE Mémoire présenté par la Coalition pour l'équité salariale au Comité de modification des lois, le 18 novembre 2004, sur le projet

Plus en détail

inventaire des mesures existantes définition de la famille

inventaire des mesures existantes définition de la famille 2 POLITIQUE FAMILIALE 3 4 5 6 7 8 8 9 mot du maire mot de la conseillère déléguée à la famille introduction inventaire des mesures existantes portraits de famille mission générale de la politique générale

Plus en détail

Demande de concession Atelier et unité mobile

Demande de concession Atelier et unité mobile Demande de concession Atelier et unité mobile Soudure Plastique Québec : un leader en fusion des matières plastiques. Il y a quelques années, Soudure Plastique Québec a développé et peaufiné une technique

Plus en détail

un grand bond vers l avant Manifeste pour un Canada fondé sur le souci de la planète et la sollicitude des uns envers les autres.

un grand bond vers l avant Manifeste pour un Canada fondé sur le souci de la planète et la sollicitude des uns envers les autres. un grand bond vers l avant Manifeste pour un Canada fondé sur le souci de la planète et la sollicitude des uns envers les autres. Nous partons du constat que le Canada et le Québec traversent aujourd hui

Plus en détail

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif?

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Les récentes émeutes de la faim à Maputo, au Mozambique, ont servi à rappeler brutalement que les augmentations

Plus en détail

Le développement durable

Le développement durable Le développement durable Le développement durable Les être humains sont au cœur des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature

Plus en détail

Règles des paiements de débit sans NIP Les modifications doivent se faire en respectant les intérêts des consommateurs

Règles des paiements de débit sans NIP Les modifications doivent se faire en respectant les intérêts des consommateurs Règles des paiements de débit sans NIP Les modifications doivent se faire en respectant les intérêts des consommateurs présentés à l Association canadienne des paiements à la suite de la publication de

Plus en détail

l'association féminine d'éducation et d'action sociale (AFEAS)

l'association féminine d'éducation et d'action sociale (AFEAS) ÛFEflS Présentation de l'association féminine d'éducation et d'action sociale (AFEAS) aux Consultations particulières et aux Auditions publiques sur le projet ôe loi no 144, Loi sur [es prestations familiales

Plus en détail

Excellences, Mesdames, Messieurs

Excellences, Mesdames, Messieurs Excellences, Mesdames, Messieurs Permettez-moi d abord de vous présenter les salutations chaleureuses de Son Excellence Paul BIYA,Président de la République du Cameroun, qui aurait tant voulu prendre personnellement

Plus en détail

Ensemble, faisons de Blainville un modèle. Compte de taxes

Ensemble, faisons de Blainville un modèle. Compte de taxes Ensemble, faisons de Blainville un modèle Compte de taxes 2014 Faisons de Blainville un modèle! Déposé et adopté le 14 janvier dernier, le budget 2014, le premier de mon Administration, est l illustration

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

Le portrait budgétaire

Le portrait budgétaire ACEF du Haut-Saint-Laurent 340 boul. du Havre, bur. 203 Salaberry-de-Valleyfield, Québec J6S 1S6 Téléphone : 450-371-3470 Courriel : acefhsl@hotmail.com Page web : www.acefhsl.org Les bureaux de l ACEF

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

PLAN D AcTION 2013-2015

PLAN D AcTION 2013-2015 PLAN D AcTION 2013-2015 Politique de l activité physique et du sport Photo: Multi Photos Introduction En février 2011, le Conseil municipal de la adoptait la Politique de l activité physique et du sport.

Plus en détail

Le travail continue! Message du président

Le travail continue! Message du président Bulletin / avril 2014 Section Télébec Message du président Le travail continue! L hiver est maintenant derrière nous et les beaux jours du printemps sont à notre porte. Enfin, diront certains. Mais, quelle

Plus en détail

Leçon 3 : Perspectives politiques et priorités budgétaires

Leçon 3 : Perspectives politiques et priorités budgétaires Leçon 3 : Perspectives politiques et priorités budgétaires OBJECTIFS Les élèves découvriront comment les opinions politiques et les priorités se répercutent sur l établissement du budget fédéral. MOTS

Plus en détail

Soudure Plastique Québec : un leader en fusion des matières plastiques.

Soudure Plastique Québec : un leader en fusion des matières plastiques. Soudure Plastique Québec : un leader en fusion des matières plastiques. Il y a quelques années, Soudure Plastique Québec a développé et peaufiné une technique permettant de fusionner le plastique. Les

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

Intervention générale

Intervention générale PROPOSITION DE LOI N 909 PORTANT DEBLOCAGE EXCEPTIONNEL DE LA PARTICIPATION ET DE L INTERESSEMENT Intervention générale Monsieur le Président, Monsieur le rapporteur, Chers collègues, Nous sommes appelés

Plus en détail

L Ambassadeur Salim Ahmed Salim, Le Président du Conseil d Administration de la Fondation Mwalimu Nyerere.

L Ambassadeur Salim Ahmed Salim, Le Président du Conseil d Administration de la Fondation Mwalimu Nyerere. DISCOURS DE L INVITE D HONNEUR, SON EXCELLENCE, JAKAYA MRISHO KIKWETE, LE PRESIDENT DE LA REPUBIQUE-UNIE DE LA TANZANIE LORS DE L OUVERTURE OFFICIELLE DE LA 36è CONFERENCE ANNUELLE ET L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

Mémoire au. Comité parlementaire permanent des finances. Étude sur les incitatifs fiscaux pour les dons de bienfaisance. Janvier 2012.

Mémoire au. Comité parlementaire permanent des finances. Étude sur les incitatifs fiscaux pour les dons de bienfaisance. Janvier 2012. Mémoire au Comité parlementaire permanent des finances Étude sur les incitatifs fiscaux pour les dons de bienfaisance Présenté par The Canadian Association of Gift Planners/ Association canadienne des

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

carte PETRO-POINTS MC CIBC MasterCard MD

carte PETRO-POINTS MC CIBC MasterCard MD VOTRE TROUSSE DE BIENVENUE Voici votre carte PETRO-POINTS MC CIBC MasterCard MD LE GUIDE DE VOS AVANTAGES Aperçu des avantages Voici votre carte PETRO-POINTS CIBC MasterCard 1 Économies instantanées sur

Plus en détail

MANIFESTE POUR UNE STRATÉGIE QUÉBÉCOISE DE L AGROALIMENTAIRE

MANIFESTE POUR UNE STRATÉGIE QUÉBÉCOISE DE L AGROALIMENTAIRE MANIFESTE POUR UNE STRATÉGIE QUÉBÉCOISE DE L AGROALIMENTAIRE Le 30 novembre 2015 Alors que la demande alimentaire est en forte croissance à l échelle de la planète, propulsée par le développement social

Plus en détail

4450 rue St-Hubert, local 328, Montréal (Québec) H2J 2W9 Téléphone : (514) 527-3495 Télécopieur : (514) 527-6653 Courriel : clplateau@yahoo.

4450 rue St-Hubert, local 328, Montréal (Québec) H2J 2W9 Téléphone : (514) 527-3495 Télécopieur : (514) 527-6653 Courriel : clplateau@yahoo. 4450 rue St-Hubert, local 328, Montréal (Québec) H2J 2W9 Téléphone : (514) 527-3495 Télécopieur : (514) 527-6653 Courriel : clplateau@yahoo.ca Mémoire sur le Programme particulier d urbanisme (PPU) Du

Plus en détail

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9 MÉMOIRE DÉPOSÉ AUPRÈS DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PORTANT SUR LA SUPPRESSION PROGRESSIVE DES CRÉDITS D IMPÔT ATTACHÉS AUX FONDS DE TRAVAILLEURS CAP finance appuie les fonds

Plus en détail

ASPECTS LÉGAUX RELATIFS À LA SOLLICITATION COMMERCIALE DANS LES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT

ASPECTS LÉGAUX RELATIFS À LA SOLLICITATION COMMERCIALE DANS LES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT ASPECTS LÉGAUX RELATIFS À LA SOLLICITATION COMMERCIALE DANS LES ÉTABLISSEMENTS Le 10 décembre 2003 TABLE DES MATIÈRES Page INTRODUCTION...3 1. FONDEMENT LÉGAL Loi sur l Instruction publique...3 Loi sur

Plus en détail

MAINTENIR SON ÉPARGNE MALGRÉ UNE HAUSSE DE LOYER

MAINTENIR SON ÉPARGNE MALGRÉ UNE HAUSSE DE LOYER MAINTENIR SON ÉPARGNE MALGRÉ UNE HAUSSE DE LOYER MÉLISSA PROULXCOLLABORATION SPÉCIALE «J ai toujours été économe, mais jusqu à récemment, je n avais jamais élaboré de budget et je n avais rien de prévu

Plus en détail

Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec

Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec 584, rue Guizot Est Montréal (Québec), H2P

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Charte du transport actif des enfants et des jeunes du Canada

Charte du transport actif des enfants et des jeunes du Canada Charte du transport actif des enfants et des jeunes du Canada Aménager des collectivités saines et durables où le transport actif est la norme pour les enfants et les jeunes Nous, soussignés, reconnaissons

Plus en détail

HAUT COMMISSARIAT DE L AUSTRALIE EN AFRIQUE DU SUD

HAUT COMMISSARIAT DE L AUSTRALIE EN AFRIQUE DU SUD HAUT COMMISSARIAT DE L AUSTRALIE EN AFRIQUE DU SUD Conférence sur l investissement dans le secteur minier africain Déjeuner de ministres et ambassadeurs mardi 7 Février 2012 Discours prononcé par Madame

Plus en détail

Association des comptables généraux accrédités du Canada

Association des comptables généraux accrédités du Canada Association des comptables généraux accrédités du Canada Exposé présenté devant le Comité permanent de l industrie, des ressources naturelles, des sciences et de la technologie de la Chambre des communes

Plus en détail

Retirement Income Coalition

Retirement Income Coalition Retirement Income Coalition PAR COURRIEL ET PAR LA POSTE Comité permanent des finances a/s Richard Dupuis, greffier Pièce 673, Édifice Wellington Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6 Monsieur,

Plus en détail

Le fruit d importantes luttes syndicales. But : protéger les travailleurs et les travailleuses contre des évènements imprévus

Le fruit d importantes luttes syndicales. But : protéger les travailleurs et les travailleuses contre des évènements imprévus Colin L Ériger, stagiaire au service de l éducation de la FTQ Le fruit d importantes luttes syndicales But : protéger les travailleurs et les travailleuses contre des évènements imprévus À cause de l augmentation

Plus en détail

Mémoire sur le projet de loi-cadre n o 27, Loi sur l économie sociale

Mémoire sur le projet de loi-cadre n o 27, Loi sur l économie sociale 2013 Mémoire sur le projet de loi-cadre n o 27, Loi sur l économie sociale Présenté à la Commission de l aménagement du territoire, de l Assemblée nationale du Québec Présenté le 21 mai 2013 1 Avant-propos

Plus en détail

Réforme de la Politique agricole commune. www.verts-ale.eu J A M A I S

Réforme de la Politique agricole commune. www.verts-ale.eu J A M A I S Réforme de la Politique agricole commune M A I N T E N A N T www.verts-ale.eu ou J A M A I S LES VERTS au Parlement européen appellent à: UNE PAC PLUS JUSTE 20% des exploitations agricoles accaparent 80%

Plus en détail

à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier

à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier 30 trucs et astuces à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier Par Olivier Seban, auteur de : TOUT LE MONDE MERITE D ETRE RICHE Ou tout ce que vous n avez jamais appris à l école à propos

Plus en détail

Services Financiers Dominique Leblanc inc.

Services Financiers Dominique Leblanc inc. OFFRE DE SERVICES POUR LES PERSONNES EN AFFAIRES S il y a un élément pour lequel vous vous êtes investis au maximum, c est bien l entreprise que vous dirigez aujourd hui. Nos solutions peuvent vous aider

Plus en détail

Gerald Guilmet. 16 avril 2013

Gerald Guilmet. 16 avril 2013 Gerald Guilmet De: Cristina Cerqueira Envoyé: 16 avril 201314:23 À: Gerald Guilmet Objet: InfoAdmin AGP - 16 avril 2013 16 avril 2013 Le printemps arrive enfin! La nature

Plus en détail

SENSIBILISATION. A l ECO-CONDUITE

SENSIBILISATION. A l ECO-CONDUITE SENSIBILISATION A l ECO-CONDUITE Plan I. Qu est-ce que l éco-conduite?...p. 6 II. Quel est l intérêt de l éco-conduite?...p. 7 III. Les cinq règles de l éco-conduite...p. 9 IV. Les principes fondamentaux

Plus en détail

Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada

Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada Le meilleur programme de financement par cartes-cadeaux au Canada Aperçu du programme Juin 2015 À propos du programme FundScrip FundScrip est un programme de levée de fonds pancanadien qui fait en sorte

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant :

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant : Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur Identification du requérant Nom, prénom ou raison sociale du requérant : (ci-après appelé le «requérant») Nom du commerce ou de

Plus en détail

% % % % % % % L index: ce qu il est et ce qu il n est pas

% % % % % % % L index: ce qu il est et ce qu il n est pas Vérités et mensonges sur l index L index: ce qu il est et ce qu il n est pas L indexation automatique des salaires (depuis 1975) a comme but la sauvegarde du pouvoir d achat par le biais d une compensation

Plus en détail

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DE MODIFICATION DES LOIS EN VUE DE L ADOPTION DU PROJET DE LOI 77, LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE

Plus en détail

Le programme numéro un au Canada de collecte de fonds par la vente de cartescadeaux. Aperçu du programme

Le programme numéro un au Canada de collecte de fonds par la vente de cartescadeaux. Aperçu du programme Le programme numéro un au Canada de collecte de fonds par la vente de cartescadeaux Aperçu du programme mars 2014 Comment fonctionne FundScrip? Aucun don Pas besoin de demander à la famille, aux amis,

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

RÈGLEMENT PORTANT SUR LA GESTION FINANCIÈRE

RÈGLEMENT PORTANT SUR LA GESTION FINANCIÈRE RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES RÈGLEMENT PORTANT SUR LA GESTION FINANCIÈRE PRÉAMBULE Le présent règlement précise les règles de gestion budgétaire et financière du Collège ainsi que les pouvoirs et les

Plus en détail

Pourquoi les prix de l électricité deviennent-ils négatifs, à certains moments, en Europe? Les conséquences et les solutions possibles

Pourquoi les prix de l électricité deviennent-ils négatifs, à certains moments, en Europe? Les conséquences et les solutions possibles Pourquoi les prix de l électricité deviennent-ils négatifs, à certains moments, en Europe? Les conséquences et les solutions possibles Par moment, la situation devient paradoxale en Europe avec l apparition

Plus en détail

Mémoire de l Association des Fournisseurs de Services Pétroliers et Gaziers du Québec (AFSPG)

Mémoire de l Association des Fournisseurs de Services Pétroliers et Gaziers du Québec (AFSPG) Mémoire de l Association des Fournisseurs de Services Pétroliers et Gaziers du Québec (AFSPG) Déposé dans le cadre des consultations publiques au sujet des évaluations environnementales stratégiques sur

Plus en détail

LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL. Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie

LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL. Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie Allocution de M. Yvon Bolduc, Président-directeur général Fonds de solidarité FTQ Montréal, le lundi

Plus en détail

L austérité néolibérale. Petit guide pour mieux comprendre l idéologie néolibérale qui se cache derrière l austérité

L austérité néolibérale. Petit guide pour mieux comprendre l idéologie néolibérale qui se cache derrière l austérité L austérité néolibérale Petit guide pour mieux comprendre l idéologie néolibérale qui se cache derrière l austérité Le MÉPACQ, qui sommes-nous? Fondé en 1981, le Mouvement d éducation populaire et d action

Plus en détail

Des solutions efficaces, économiques, écologiques. Les professionnels de la mobilité durable

Des solutions efficaces, économiques, écologiques. Les professionnels de la mobilité durable Des solutions efficaces, économiques, écologiques Les professionnels de la mobilité durable Mobili-T et la gestion des déplacements Mobili-T, le Centre de gestion des déplacements du Québec métropolitain,

Plus en détail

J aime aller vite dans les virages! Le saviez-vous?

J aime aller vite dans les virages! Le saviez-vous? La vitesse et ses limites Pour certains, rouler vite est source de plaisir ou synonyme de liberté. Pour d autres, cela permet de ne2pas gaspiller du temps. Cependant, la vitesse peut être un piège mortel.

Plus en détail

4. L élasticité et ses applications

4. L élasticité et ses applications Le chapitre précédent nous a montré que : Demande = fonction {prix (-), revenus (+/-), prix produits comparables (+/-), goûts (+), anticipations (+/-), nombre de consommateurs (+)}. Offre = fonction {prix

Plus en détail

Questions et réponses sur la réforme du permis de conduire

Questions et réponses sur la réforme du permis de conduire Questions et réponses sur la réforme du permis de conduire La réforme du permis : quels objectifs? «La réforme du permis de conduire vise à réduire les délais d attente et le coût du permis pour les jeunes.»

Plus en détail