Économie américaine : est-ce grave?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Économie américaine : est-ce grave?"

Transcription

1 Université d été 28 - CÉRIUM Montréal, 4 juillet 28 Économie américaine : est-ce grave? Francis Généreux Économiste senior

2 L économie gâche la fête!

3 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure de l économie américaine II. Comparaisons internationales 2. La crise I. Causes i. Marché immobilier, crise du crédit et crise financière ii. Prix du pétrole II. Conséquences III. Une récession? IV. Solutions 3. La suite I. Prévisions II. Les défis Économie américaine : est-ce grave? Le plan

4 Économie américaine : est-ce grave? Un portrait Produit intérieur brut (PIB) des États-Unis $ US (T1 28) Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

5 Une économie axée sur les services Composition du PIB par industrie (27) Services privés Culture, loisirs, restauration et tourisme 3,7% Santé et services sociaux 6,9% Éducation,9% Autres services privés 2,3% Gouvernement 12,6% Agriculture 1,2% Mines 2,% Services publics 2,1% Construction 4,1% Fabrication 11,7% Biens 21,1 % 66,4 % Services professionnels 12,2% Commerce 12,2% Immobilier 12,6% Finance 8,% Information 4,7% Transports 2,9% Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

6 L économie américaine s est transformée dans la deuxième moitié du XX e siècle En % du produit intérieur brut En % du produit intérieur brut Gouvernement Production privée de biens Production privée de services Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

7 Les récessions se font plus rares aux États-Unis En % 2 Variation annuelle du produit intérieur brut réel (ajusté pour l inflation) En % (5) (5) (1) (1) (15) Récessions (15) Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

8 En % 3,5 Les cycles économiques américains sont maintenant moins volatils Évolution de l écart type de la croissance du PIB réel aux États-Unis En % 3,5 3, 2,5 2, Depuis le milieu des années 8, l amplitude des cycles économiques est plus faible. 3, 2,5 2, 1,5 1,5 1, 1,,5,5, , Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

9 En % 2 La production de services est de plus en plus importante et aussi plus stable Variation annuelle du produit intérieur brut réel (ajusté pour l inflation) En % (5) (5) (1) Récessions Production de biens* Production de services* * Moyenne mobile un an. Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques (1)

10 La demande provient surtout de la consommation des ménages Importations : 1 965,4 Composition du PIB en G$ US (27) Consommation de biens durables : 1 65,5 Consommation de biens non durables : 2 949,9 Exportations : 1 49,9 États et localités : 1 82,2 Consommation 7 % Gouvernement fédéral hors défense : 326,5 Gouvernement fédéral - défense : 696,8 Consommation de services : 6 38,2 Investissement non résidentiel : 1 529,1 Investissement résidentiel : 54,2 Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

11 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure de l économie américaine II. Comparaisons internationales 2. La crise I. Causes i. Marché immobilier, crise du crédit et crise financière ii. Prix du pétrole II. Conséquences III. Une récession? IV. Solutions 3. La suite I. Prévisions II. Les défis Économie américaine : est-ce grave? Le plan

12 Le poids des pays développés (et des États-Unis) est moindre si l on utilise une mesure plus appropriée Composition du PIB mondial poids selon la parité des pouvoirs d achats (26) États-Unis 21,8% Zone euro 16,3% Pays en développ. 46,9 % Autres pays en développement 11,2% Europe de l'est 7,2% Amérique latine 7,6% Autres pays asiatiques en développement 6,3% Inde 4,5% Chine 1,1% Royaume-Uni 3,3% Canada 2,% Autres pays développés 3,% Japon 6,7% Pays développés 53,1 % Sources : Banque mondiale et Desjardins, Études économiques

13 Le poids de l économie américaine dans le monde stagne En % du produit intérieur brut mondial En % du produit intérieur brut mondial Selon la parité du pouvoir d achat États-Unis Japon Canada Zone euro Chine Inde Sources : Banque mondiale et Desjardins, Études économiques

14 L importance des États-Unis une autre carte du monde (1) Le monde géographique Source : Worldmapper

15 L importance des États-Unis une autre carte du monde (2) Le monde démographique Source : Worldmapper

16 L importance des États-Unis une autre carte du monde (4) Le monde économique (parité des pouvoirs d achat) Source : Worldmapper

17 L importance des États-Unis une autre carte des États Source : The Big Picture

18 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure de l économie américaine II. Comparaisons internationales 2. La crise I. Causes II. III. IV. i. Marché immobilier, crise du crédit et crise financière ii. Prix du pétrole Conséquences Une récession? Solutions 3. La suite I. Prévisions II. Les défis Économie américaine : est-ce grave? Le plan

19 La progression du marché immobilier a été appuyée par l essor des produits hypothécaires «exotiques» En % Sources : Census Bureau, Mortgage Bankers Association et Desjardins, Études économiques -36 % Proportion des prêts subprime variables/prêts totaux (droite) Proportion des prêts subprime fixes/prêts totaux (droite) Ventes de maisons En milliers

20 Les prêts subprime se sont avérés plus coûteux qu attendu En % En % 8 Hausse des taux d intérêt En G$ US 5 4 Renouvellement des prêts variables 27 : 467,5 G$ US 28 : 383,1 G$ US 29 : 279,2 G$ US En G$ US Taux des fonds fédéraux Taux hypothécaires variables un an Prêts à risque (subprime) Non documentés Option Non titrisés Agences fédérales Prêts de qualité (prime) Sources : Datastream, Moody s Economy.com, First American LP, Mortgage Bankers Association et Desjardins, Études économiques

21 Les prêts de moindre qualité à taux variable sont les plus à risque En % En % Taux de délinquance sur les prêts hypothécaires Total Prime à taux fixe Prime à taux variable Subprime à taux variable Sources : Mortgage Bankers Association et Desjardins, Études économiques Subprime à taux fixe

22 Économie américaine : est-ce grave? Marché immobilier, crise du crédit et crise financière Augmentation de la délinquance sur les prêts Augmentation des saisies ou abandons Resserrement des conditions de crédit bancaire Hausse du nombre de maisons à vendre Baisse du nombre d acheteurs potentiels Baisse de la valeur des maisons Détérioration du bilan financier des ménages

23 Certains États (Californie, Nevada, Floride, ) sont particulièrement touchés par la crise immobilière Sources : RealtyTrac et Desjardins, Études économiques

24 La baisse du prix des maisons existantes est généralisée Var. en % depuis le sommet (2) (4) (6) (8) (1) (12) (14) (16) (18) (2) (22) (24) (26) (28) (3) BOSTON CHICAGO Indice S&P/Case-Shiller du prix des maisons existantes Moyenne nationale -17,8 % WASHINGTON DENVER LOS ANGELES LAS VEGAS MIAMI NEW YORK SAN DIEGO SAN FRANCISCO ATLANTA CLEVELAND CHARLOTTE Sources : Standard and Poor s, Bloomberg et Desjardins, Études économiques Var. en % depuis le sommet DALLAS DETROIT MINNEAPOLIS PHOENIX PORTLAND, OR SEATTLE TAMPA (2) (4) (6) (8) (1) (12) (14) (16) (18) (2) (22) (24) (26) (28) (3)

25 Un résumé de la vigueur du marché de l habitation!

26 Les problèmes du marché immobilier ne sont pas terminés Les conditions de crédit sont encore très serrées (aussi pour les prêts de bonne qualité). Les taux hypothécaires demeurent élevés, notamment pour les prêts à taux variable. Il y a encore une forte abondance du nombre de maisons à vendre. Les retards sur les paiements hypothécaires et les saisies restent nombreux. Le prix des maisons diminuera encore (baisse totale prévue de 22,8 %)

27 Prix des maisons : un risque 189 = Prix des maisons existantes ajusté pour l inflation 189 = Sources : Robert J. Shiller et Desjardins, Études économiques?

28 Le bilan des ménages s est détérioré au cours des derniers trimestres En % Valeur nette = Valeur nette des ménages en % du revenu disponible + actifs tangibles (immobilier) + actifs financiers - dettes (hypothèques ) En % Perte de G$ US au cours des deux derniers trimestres Sources : Federal Reserve Board et Desjardins, Études économiques

29 Les ménages américains sont endettés,mais pas beaucoup plus que dans les autres grands pays industrialisés En % 2 Endettement des ménages en % du revenu disponible En % France Allemagne Japon Royaume-Uni États-Unis Canada Sources : Organisation de coopération et de développement économiques et Desjardins, Études économiques

30 Les banques dans l épicentre de la crise financière Pertes des banques Monde : Amériques : Europe : Asie : 48,3 G$ US 178, G$ US 24, G$ US 21,2 G$ US

31 (1) (2) Les conditions de crédit bancaire sont de plus en plus difficiles % de banques resserrant les conditions de crédit moins % de banques les assouplissant En % Ménages Récessions Prêts hypothécaires Cartes de crédit Autres prêts à la consommation En % (1) (2) En % (1) (2) (3) Entreprises Récessions Moyennes et grandes entreprises Petites entreprises Immobilier commercial En % (1) (2) (3) Sources : Federal Reserve Board et Desjardins, Études économiques

32 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure de l économie américaine II. Comparaisons internationales 2. La crise I. Causes i. Marché immobilier, crise du crédit et crise financière II. III. IV. ii. Prix du pétrole Conséquences Une récession? Solutions 3. La suite I. Prévisions II. Les défis Économie américaine : est-ce grave? Le plan

33 En MB/J* 7, 6, Depuis 23, la croissance de la consommation de pétrole provient surtout des pays émergents Croissance cumulative de la consommation de brut depuis 23 En MB/J* 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1,, (1,) , 4, 3, 2, 1,, (1,) États-Unis Autres pays de l'ocde** Chine Reste du monde Millions de barils par jour. ** Organisation de coopération et de développement économiques. Sources : Energy Information Administration et Desjardins, Études économiques

34 Les prix du pétrole sont nettement surestimés par rapport à l évolution des variables fondamentales $ US/baril $ US/baril Prix selon les variables fondamentales (offre, demande, stocks, croissance économique) Prix mensuel du pétrole WTI* Prime de 4 à 6 $ : Risques géopolitiques (Iran, Israël...) 8 6 Ouragans et risques géopolitiques 8 6 Faiblesse anticipée du billet vert 4 Guerre du Koweït 4 Spéculation (peak oil...) * West Texas Intermediate. Sources : Datastream et Desjardins, Études économiques

35 Le prix de l essence est demeuré modeste tout au long des années 9 US le gallon Prix de l essence à la pompe 2 = (environ 1,6 $ CAN) Sources : Energy Information Administration et Desjardins, Études économiques

36 La consommation d essence demeure pratiquement stable malgré la forte augmentation du prix US le gallon En G$ US Augmentation du prix d un bien très inélastique : équivaut à une taxe sur le revenu Prix de l'essence (gauche) Consommation nominale d'essence (droite) Consommation réelle d'essence ($ de 2) (droite) Sources : Bureau of Economic Analysis, Energy Information Administration et Desjardins, Études économiques

37 Une plus grande part du revenu est consacrée à l énergie En % En % Dépenses en essence, mazout, gaz et électricité en % du revenu disponible 8, 7,5 7, 6,5 6, 5,5 5, 4,5 4, 3,5 3, , 7,5 7, 6,5 6, 5,5 5, 4,5 4, 3,5 3, Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

38 Les automobiles américaines sont les plus énergivores

39 Certains signes de ralentissement de la demande de pétrole se manifestent En milliards de milles parcourus Var. ann. en % Distance parcourue par les véhicules aux États-Unis Récessions (1) (2) Sources : Federal Highway Administration et Desjardins, Études économiques

40 En millions d unités La hausse du prix de l essence accélère la restructuration du secteur automobile Ventes d automobiles Plus faible depuis 1993 En millions d unités Source : Bureau of Economic Analysis, Energy Information Administration et Desjardins, Études économiques En US le gallon (inv.) En % Les camions les plus populaires sont des modèles américains. Les autos les plus populaires sont des modèles étrangers Prix de l'essence (gauche) Part des camions légers dans les ventes d'automobiles (droite)

41 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure de l économie américaine II. Évolution III. Comparaisons internationales 2. La crise I. Causes II. III. IV. i. Marché immobilier, crise du crédit et crise financière ii. Prix du pétrole Conséquences Une récession? Solutions 3. La suite I. Prévisions II. Les défis Économie américaine : est-ce grave? Le plan

42 Économie américaine : est-ce grave? Les conséquences Baisse du prix des maisons et détérioration du bilan Augmentation des prix de l énergie Diminution de la confiance des ménages Ralentissement des dépenses de consommation

43 Indice Le principal risque : la chute de la confiance des consommateurs Plus faible depuis le début de la série en Confiance des consommateurs anticipations (gauche) Sources : Conference Board, Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

44 La baisse de la confiance est compatible avec une récession Indice Récessions Confiance des consommateurs anticipations (gauche) Sources : Conference Board, Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

45 La chute de la confiance annonce clairement une faiblesse de la consommation réelle des ménages Indice Var. ann. en % (1) 4 (2) 3 (3) Récessions Confiance des consommateurs anticipations (gauche) Consommation réelle (droite) Sources : Conference Board, Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

46 Les mises à pied s accumulent et le taux de chômage augmente En milliers (5) (15) (25) Variation mensuelle de l emploi (gauche) Taux de chômage (droite) En % 6,4 6,2 6, 5,8 5,6 5,4 5,2 5, 4,8 4,6 4,4 4,2 4, Sources : Bureau of Labor Statistics et Desjardins, Études économiques

47 Une croissance économique anémique En % En % Variation trimestrielle annualisée (1) (1) (2) (2) (3) (3) (4) (4) Produit intérieur brut Demande intérieure finale Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

48 États-Unis Les difficultés économiques s étendent Janvier 28 Indice coïncident de l activité économique de la Fed de Philadelphie Mai 28 Variation trois mois en % Sous -1, % entre -,6 % et -1, % entre -,1 % et -,5 % inchangé entre,1 % et,5 % entre,6 % et 1, % plus de 1, % Sources : Réserve fédérale de Philadelphie et Desjardins, Études économiques

49 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure de l économie américaine II. Comparaisons internationales 2. La crise I. Causes II. i. Marché immobilier, crise du crédit et crise financière ii. Prix du pétrole Conséquences III. Une récession? IV. Solutions 3. La suite I. Prévisions II. Les défis Économie américaine : est-ce grave? Le plan

50 Définitions d une récession Classique : Minimum de deux trimestres consécutifs de décroissance du produit intérieur brut ajusté pour l inflation (PIB réel) Usuelle : Période de contraction de l économie telle que définie par le National Bureau of Economic Research (NBER) Officialise les récessions depuis 1929 Datation mensuelle Ne se base pas que sur le PIB réel, mais aussi sur d autres variables

51 Déjà en récession? Ventes réelles Production industrielle En M$ US de En M$ US de = 1 113, 22 = 1 113, ,5 112,3 112,3 112,4 112,5 112, janv ier juillet janv ier , % Ventes : en baisse , 111,5 111, 11,5 11, 19,5 19,8 11,5 11,4 111, 111, 111,4 112, 112, 111,8 111,8 111,9-1,4 % 111,1 11,9 Production : en baisse janv ier juillet janv ier , 111,5 111, 11,5 11, 19,5 Source : Desjardins, Études économiques Source : Desjardins, Études économiques Emploi Revenu réel moins transferts En m illiers ,32 % janv ier juillet janv ier Emploi : légère baisse En m illiers En G$ US de 2 En G$ US de ,36 % janv ier juillet janv ier ,8 846,7 8439,9 8419,1 8411,2 8441,7 8469,9 854,4 8522, 8544,2 8534,7 8541,5 8522,9 8527,2 8523, 8515,3 8513,2 Revenu : légère baisse Source : Desjardins, Études économiques Source : Desjardins, Études économiques

52 Probabilités d être en récession selon les quatre variables analysées par le NBER En % En % Récessions Probabilités estimées* * On utilise la variation trois mois en pourcentage de l emploi, de la production, du revenu et des ventes totales. Source : Desjardins, Études économiques

53 Le recul des variables analysées par le NBER demeure assez modeste Écart en pourcentage entre le creux et le sommet Variables analysées par le NBER Emploi Production Ventes Revenu Récessions 196 (1,8) (8,6) (6,2) (1,2) 197 (1,2) (7,) (5,6) (,2) 1973 (2,8) (12,9) (12,9) (5,3) 198 (1,3) (6,6) (6,8) (2,6) 1981 (3,1) (8,8) (8,1) (,9) 199 (1,5) (3,9) (5,1) (2,5) 21 (2,) (6,2) (3,9) (1,8) 28 (,32) (1,4) (2,) (,36) Moyenne (1,9) (7,7) (6,9) (2,1) Médiane (1,8) (7,) (6,2) (1,8) Min (1,2) (3,9) (3,9) (,2) Max (3,1) (12,9) (12,9) (5,3) Source : Desjardins, Études économiques

54 En milliers La diminution de l emploi est bien plus faible que lors des précédentes récessions Variation mensuelle de l emploi non agricole En milliers (5) (1) (15) (438) (2) (25) (774) (3) (982) (35) (1 37) Sources : Bureau of Labor Statistics et Desjardins, Études économiques

55 Depuis la récession de 21, la croissance de l emploi a été assez faible. Le «ménage» est moins nécessaire En milliers Emplois non agricoles Tendance Récessions En milliers Sources : Bureau of Labor Statistics et Desjardins, Études économiques

56 Indice D autres statistiques incitent à penser qu une récession traditionnelle est encore évitable Indice ISM manufacturier (Enquête auprès des directeurs des achats) 38,2 39,2 46, Indice 54 5, Var. ann. en % Var. ann. en % Indice S&P (2) (4) (6) (8) (1) (12) (14) (16) (18) (2) (22) (24) (26) (28) (3) (11,8) (4,3) (28,8) (14,9) (2) (4) (6) (8) (1) (12) (14) (16) (18) (2) (22) (24) (26) (28) (3) Sources : Institute for Supply Management, Datastream et Desjardins, Études économiques

57 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure de l économie américaine II. Comparaisons internationales 2. La crise I. Causes II. III. i. Marché immobilier, crise du crédit et crise financière ii. Prix du pétrole Conséquences Une récession? IV. Solutions (politique fiscale, monétaire et mouvements de devise) 3. La suite I. Prévisions II. Les défis Économie américaine : est-ce grave? Le plan

58 Le plan fiscal de stimulation économique Economic Stimulus Act of 28 Entente bipartisane (McCain a voté pour, Obama n a pas voté) Signé par le président le 13 février Particuliers Rabais fiscal de 16,7 G$ US 3 $ à 6 $ par particulier gagnant plus de 3 $ 3 $ supplémentaires par enfant à charge Dépôts bancaires d avril à mai Envoi des chèques de la mi-mai à la mi-juillet Entreprises Rabais fiscal de 44,8 G$ US 5, G$ US ont déjà été perçus par les ménages (mai et avril). Accélération de la déduction fiscale sur les dépenses d investissement

59 Jusqu à maintenant, les rabais d impôts ont été à peine dépensés En G$ de À rythme annualisé En G$ de Janvier Avril Juillet Octobre Janvier Avril Revenu +5,3 % Consommation +,4 % Revenu personnel disponible réel (gauche) Consommation réelle (droite) Sources : Bureau of Economic analysis et Desjardins, Études économiques

60 La hausse des prix de l essence et la baisse de confiance annuleront en partie l effet du plan fiscal En G$ US de 2 En G$ US de Consommation réelle 28 Baisse de la confiance des consommateurs Augmentation des prix de l essence Plan fiscal (épargne et consommation) 44 Consommation réelle 28 (nouveau scénario) G$ US = 83 G$ US de ,3 % p/r à G$ US si essence reste à 4 $ le gallon (+1,1 % p/r à 27) +1,4 % p/r à Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

61 Une aide supplémentaire Un autre projet de loi est présentement à l étude au Congrès : Aide aux ménages ne pouvant payer leur hypothèque Possibilité de refinancement du prêt par la Federal Housing Agency si l institution financière consent à réévaluer à la baisse le solde du prêt Crédit d impôt pour les acheteurs d une première propriété Assistance pour les communautés très touchées par les saisies Réglementation accrue pour les agences de financement hypothécaire Il n y a pas encore d accord entre le Sénat et la Chambre des représentants, et la Maison-Blanche menace d imposer le veto du président

62 La marge de manœuvre budgétaire est limitée En G$ US (1) (2) (3) (4) Retour du déficit vers les 4 G$ US (baisse des revenus et croissance des dépenses) Risque : prévision très optimiste de croissance du PIB réel (+2,7 % en 28) En G$ US (1) (2) (3) (4) (5) (5) Soldes budgétaires réalisés Effet plan stimulation économique Guerre Prévisions du CBO (budget - mars) Extension AMT Sources : U.S. Treasury, Office of Management and Budget, Congressional Budget Office et Desjardins, Études économiques

63 En % Janvier La Réserve fédérale tente d éviter la récession Mars Mai Début de la crise financière Juillet Septembre Novembre Janvier Prêts aux institutions (incluant repos, prêts au taux d'escompte, TAF, TSLF, etc.) (droite) Taux d'escompte (gauche) Taux des fonds fédéraux (gauche) Baisse surprise de taux (-75 pts) Sauvetage de Bear Stearns Mars Mai En G$ US Sources : Datastream, Federal Reserve Board et Desjardins, Études économiques

64 Les taux d intérêt de détail ont peu diminué, la Fed n a pu qu éviter une hausse En % En % Taux d intérêt hypothécaires 7,5 7,5 7, 6,5 6, 5,5 5, 4,5 7, 6,5 6, 5,5 5, 4,5 4, 4, Janv. Avril Juill. Oct. Janv. Avril Juill. Oct. Janv. Avril Taux hypothécaire variable Taux hypothécaire fixe 15 ans Taux hypothécaire fixe 3 ans Sources : Datastream et Desjardins, Études économiques

65 L inflation limite la possibilité d actions additionnelles de la Fed En % 5, 4,5 4, 3,5 3, 2,5 2, 1,5 1,,5, Indice des prix à la consommation Total Excluant les aliments et l'énergie En % 5, 4,5 4, 3,5 3, 2,5 2, 1,5 1,,5, En % 5,5 5, 4,5 4, 3,5 3, 2,5 2, 1,5 1,,5, Anticipations inflationnistes des ménages Court terme (un an) Long terme (cinq ans) En % 5,5 5, 4,5 4, 3,5 3, 2,5 2, 1,5 1,,5, Sources : Bureau of Labor Statistics, Université du Michigan et Desjardins, Études économiques

66 1973 = Le dollar américain a atteint de nouveaux creux Dollar américain effectif (contre principales devises) En % Sources : Federal Reserve Board, Datastream et Desjardins, Études économiques (1) (2) (3) (4) (5) (6) Baisse du dollar US (depuis sommet de chaque devise) -42,9-48, -34,9-27,7-16,2-38,1 % 1973 = 1-5, $ canadien Euro 1985 Livre Yen 1991 Yuan $ australien

67 En G$ US (2) (25) (3) (35) (4) (45) (5) (55) (6) (65) La balance commerciale commence à s améliorer Exportations moins importations de biens et services En G$ US (2) (25) (3) (35) (4) (45) (5) (55) (6) (65) (7) Déficit commercial en dollars courants Déficit commercial en dollars constants Déficit commercial en dollars constants excluant le pétrole (7) Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

68 En G$ US 3 La Chine a dépassé le Canada comme principal exportateur vers les États-Unis Importations de biens des États-Unis En G$ US Chine Canada Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

69 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure de l économie américaine II. Comparaisons internationales 2. La crise I. Causes i. Marché immobilier, crise du crédit et crise financière ii. Prix du pétrole II. Conséquences III. Une récession? IV. Solutions 3. La suite I. Prévisions II. Les défis Économie américaine : est-ce grave? Le plan

70 Une récession «intérieure» Var. trim. ann. en % Var. trim. ann. en % 8 8 Prévisions (1) (1) «W» (2) (2) PIB réel Demande intérieure Le marché immobilier demeure un frein important pour la croissance. Les mises en chantier ne se stabiliseront pas avant 29. Le resserrement des conditions de crédit limitera les dépenses des ménages et des entreprises. Le marché immobilier non résidentiel risque de se détériorer. La hausse du prix de l essence et la baisse de confiance contrebalanceront en partie l effet du plan de stimulation économique. Les mises à pied s accumuleront (environ 8 emplois). Le secteur extérieur continuera de contribuer positivement à la croissance de l économie. Prévisions de croissance du PIB réel : 28 : 1,2 % 29 : 1,3 % Sources : Bureau of Economic Analysis et Desjardins, Études économiques

71 Var. ann. en % 6, 5,5 5, 4,5 4, 3,5 3, 2,5 2, 1,5 1,,5 L inflation totale retraitera et l inflation de base restera contenue Indice des prix à la consommation (IPC) Prévisions Var. ann. en % Si le pétrole demeure à 135 $ US , 5,5 5, 4,5 4, 3,5 3, 2,5 2, 1,5 1,,5 IPC total IPC de base* * Exclut les aliments et l énergie. Sources : Bureau of Labor Statistics et Desjardins, Études économiques

72 Est-ce grave? Économie américaine : est-ce grave? La réponse Oui Une maison sur 483 était en processus de saisie en mai La valeur de l actif immobilier des ménages a diminué de 2,6 % La valeur de l actif financier des ménages a baissé de 2 % 438 travailleurs ont perdu leur emploi Le nombre de faillites d entreprises a augmenté de 26 % depuis un an Ajusté pour l inflation, le revenu hebdomadaire a diminué de 1,6 % depuis le début de 27 Non La progression de l économie demeure jusqu à maintenant positive Les pertes d emplois sont modestes Les entreprises semblent encore assez confiantes Le pire de la crise financière semble être passé Risques Nouvelle vague d instabilité financière Marché immobilier loin de l équilibre Récession de la consommation possible Coût de l énergie très élevé; augmentation des prix des importations et des aliments

73 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure de l économie américaine II. Comparaisons internationales 2. La crise I. Causes i. Marché immobilier, crise du crédit et crise financière ii. Prix du pétrole II. Conséquences III. Une récession? IV. Solutions 3. La suite I. Prévisions II. Les défis Économie américaine : est-ce grave? Le plan

74 Les défis : la pollution Millions de tonnes 6 Quantités émises de CO2 Millions de tonnes Chine (droite) Russie (droite) États-Unis (droite) Canada Japon Royaume-Uni Sources : Organisation des Nations unies et Desjardins, Études économiques

75 Les défis : le vieillissement de la population En % Population de 65 ans et plus en % de la population de 2 à 65 ans Prévisions En % Inde Japon Royaume-Uni États-Unis Canada Chine France Allemagne Sources : Census Bureau et Desjardins, Études économiques

76 Les défis : le financement des programmes sociaux En % du PIB 6 Dépenses et revenus du gouvernement américain En % du PIB Autres dépenses publiques Sécurité sociale Programme Medicare Programme Medicaid Revenus Sources : Congressional Budget Office et Desjardins, Études économiques

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Présenté par Caroline Charest Économiste / directrice principale KPMG-SECOR Une accélération de la croissance mondiale

Plus en détail

Perspectives économiques du Canada :

Perspectives économiques du Canada : Perspectives économiques du Canada : 2015 une année remplie d incertitude Pedro Antunes Économiste en chef adjoint, Le Conference Board du Canada Le 22 septembre 2015 conferenceboard.ca Perspectives mondiales

Plus en détail

La faible croissance économique au Québec fera place à un contexte plus favorable en 2014

La faible croissance économique au Québec fera place à un contexte plus favorable en 2014 PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES Québec, 16 janvier 214 La faible croissance économique au Québec fera place à un contexte plus favorable en 214 Hélène Bégin Économiste principale 11 18 16 14 12 Québec La province

Plus en détail

Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu :

Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu : Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu : un contexte difficile pour faire face au choc du vieillissement de la population 39 e Congrès de l ASDEQ Ottawa 15 mai 2014 François

Plus en détail

La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale

La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale 19 novembre 2015 La croissance de l emploi et des salaires ravive les possibilités d une hausse des taux de la Réserve fédérale Faits saillants Aux États Unis, la croissance du PIB réel a été de 1,5 %

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

Les enjeux économiques des élections américaines de 2008

Les enjeux économiques des élections américaines de 2008 ASDEQ - Outaouais Ottawa, 16 octobre 28 Les enjeux économiques des élections américaines de 28 Francis Généreux Économiste senior Les enjeux économiques des élections américaines de 28 Le bilan des années

Plus en détail

La grande déception. Krishen Rangasamy, économiste. Novembre 2010

La grande déception. Krishen Rangasamy, économiste. Novembre 2010 La grande déception Krishen Rangasamy, économiste Novembre 21 La grande déception 6 Croissance annuelle mondiale du PIB réel 5 5 % +4,4 % +3,9 % 4 +3,6 % 3 2 4 ans avant la récession 21 211 212 Prévision

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Le Québec en quête de croissance

Le Québec en quête de croissance ASDEQ Conjoncture et perspectives économiques 2014 Le Québec en quête de croissance Montréal 29 novembre 2013 Yves St-Maurice Directeur principal et économiste en chef adjoint Mouvement Desjardins Contexte

Plus en détail

CADRE D INTERPRÉTATION

CADRE D INTERPRÉTATION GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013

Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013 Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013 Daniel Denis kpmg.ca L environnement externe ÉCONOMIE CONSOMMATEUR TECHNOLOGIE DÉMOGRAPHIE Secteur de l assurance

Plus en détail

La meilleure tenue de l emploi aux États-Unis supporte la hausse des taux obligataires

La meilleure tenue de l emploi aux États-Unis supporte la hausse des taux obligataires 5 juin 2015 La meilleure tenue de l emploi aux États-Unis supporte la hausse des taux obligataires Faits saillants États-Unis : la croissance de l emploi revient sur une tendance plus forte. États-Unis

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation Les facteurs fondamentaux Les prévisions pour 2014 Les intentions à moyen terme Les principaux risques Vers un autre resserrement hypothécaire? Plan de la présentation Les facteurs

Plus en détail

Variation des actifs détenus par les banques centrales par rapport au PIB de leurs pays respectifs

Variation des actifs détenus par les banques centrales par rapport au PIB de leurs pays respectifs Graphique 1 Certaines banques centrales se sont engagées à procéder à un nouvel assouplissement monétaire substantiel en recourant à des mesures non traditionnelles Variation des actifs détenus par les

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Perspectives 2015 du marché de la revente

Perspectives 2015 du marché de la revente HORIZON immobilier 2015 Perspectives 2015 du marché de la revente Par Paul Cardinal Directeur, Analyse du marché Fédération des chambres immobilières du Québec Plan de la présentation 1 2 3 4 Facteurs

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Les marchés financiers sont déçus par certaines statistiques américaines

Les marchés financiers sont déçus par certaines statistiques américaines Les marchés financiers sont déçus par certaines statistiques américaines 2 octobre 2015 Faits saillants États-Unis : une autre décevante création d emplois. États-Unis : l ISM manufacturier s approche

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Prévisions économiques 2011. Yanick Desnoyers

Prévisions économiques 2011. Yanick Desnoyers Prévisions économiques 2011 Yanick Desnoyers ÀNOTER ÀVOTRE AGENDA 16 novembre 2010 8 mars 2011 POUR ALLER PLUS LOIN Consultez le dossier complet sur la rémunération à l adresse suivante : www.portailrh.org/previsions

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

La Banque du Canada conserve le statu quo alors que l inflation tendancielle progresse plus rapidement

La Banque du Canada conserve le statu quo alors que l inflation tendancielle progresse plus rapidement 17 avril 2015 La Banque du Canada conserve le statu quo alors que l inflation tendancielle progresse plus rapidement Faits saillants États-Unis : enfin une meilleure croissance des ventes au détail. L

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

La dette des ménages canadiens demeure très élevée

La dette des ménages canadiens demeure très élevée 12 septembre 2014 La dette des ménages canadiens demeure très élevée Faits saillants États Unis : accélération bienvenue des ventes au détail. Forte hausse du crédit à la consommation en juillet aux États

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt DÉCEMBRE JANVIER 211 économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 211? Au passage d une année à l autre, il est de mise de s interroger sur ce que nous réserve la nouvelle année. Après la solide

Plus en détail

La Banque centrale européenne ouvre la porte à un nouvel assouplissement monétaire

La Banque centrale européenne ouvre la porte à un nouvel assouplissement monétaire 23 octobre 2015 La Banque centrale européenne ouvre la porte à un nouvel assouplissement monétaire Faits saillants États-Unis : forte hausse des mises en chantier en septembre. La Banque du Canada a laissé

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

Les entreprises de l Ouest de Montréal dans le contexte économique actuel

Les entreprises de l Ouest de Montréal dans le contexte économique actuel Desjardins, Capital régional et coopératif Ouest de Montréal 16 septembre 2015 Les entreprises de l Ouest de Montréal dans le contexte économique actuel Jimmy Jean Économiste principal Mouvement Desjardins

Plus en détail

Tourisme en bref. Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires. Juin 2010 Volume 6, numéro 6. www.canada.travel/entreprise

Tourisme en bref. Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires. Juin 2010 Volume 6, numéro 6. www.canada.travel/entreprise Tourisme en bref Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires www.canada.travel/entreprise Juin Volume 6, numéro 6 Points saillants Grâce à une croissance économique soutenue, le nombre de voyageurs

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE ECONOMIQUE? 30 Min INSIDE 6 Avril 2011 Plan de la présentation 1) L évolution des cours: faits stylisés et explications 2) Impact économiques

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE PREMIÈRE SECTION : VRAI OU FAUX Question 1.1 Si le taux d intérêt canadien augmente, la demande d actifs canadiens diminue. Question 1.2 Si le dollar canadien s

Plus en détail

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer janvier 8 - N Patrick ARTUS patrick.artus@natixis.com Crise des marchés : choses que les investisseurs semblent ignorer La chute des marchés (crédit, actions) au début de 8 est justifiée dans certains

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

Perspectives économiques de la construction et de la rénovation en Amérique du Nord

Perspectives économiques de la construction et de la rénovation en Amérique du Nord Perspectives économiques de la construction et de la rénovation en Amérique du Nord Valorisation du bois Chaudière-Appalaches 11 février 215 Michel Vincent Ing.f., économiste Directeur services économiques

Plus en détail

La promotion de la prospérité économique et financière du Canada

La promotion de la prospérité économique et financière du Canada La promotion de la prospérité économique et financière du Canada Exposé présenté devant la Chambre de commerce de Lévis Lévis (Québec) Le 8 février 2010 Pierre Duguay Sous-gouverneur Mandat Aux termes

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

B) La problématique à court et moyen terme

B) La problématique à court et moyen terme Atelier 1B «La globalisation des marchés financiers, tendances et enjeux pour le Canada» Sujet : La marginalisation du Canada sur les scènes économique et financière mondiales. Ses conséquences probables

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les principaux indicateurs économiques Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif.

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux

Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux AMBASSADE DE FRANCE AUX ETATS-UNIS MISSION FINANCIÈRE FRENCH TREASURY OFFICE 11 RESERVOIR ROAD, NW WASHINGTON D.C. 7 TEL : () 9-33, FAX : () 9-39 E - M A I L : afny@missioneco.org 1 SEVENTH AVENUE, 3 TH

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale

L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale L évolution à long terme des prix des logements : une perspective internationale Association canadienne de science économique des affaires Kingston (Ontario) 25 août 2015 Lawrence Schembri Sous-gouverneur

Plus en détail

Mise à jour économique et financière

Mise à jour économique et financière 2010-2011 Mise à jour économique et financière L hon. Blaine Higgs Ministre des Finances Le 26 novembre 2010 Mise à jour économique et financière 2010-2011 Publié par : Ministère des Finances Province

Plus en détail

Les perspectives économiques : La récession mondiale pèse lourd sur le Québec

Les perspectives économiques : La récession mondiale pèse lourd sur le Québec Les perspectives économiques : La récession mondiale pèse lourd sur le Québec Webémission des perspectives d affaires du Québec Lundi 19 janvier 2009 Pedro Antunes Directeur des prévisions nationales et

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

Tendances conjoncturelles Octobre 2013

Tendances conjoncturelles Octobre 2013 Tendances conjoncturelles Octobre 2013 Les illustrations et les tableaux du présent jeu de transparents sont issus de la publication du SECO «Tendances conjoncturelles, automne 2013» Pour toute question

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

Caisse de retraite Université de Sherbrooke. Rendements au 31 décembre 2008. Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009

Caisse de retraite Université de Sherbrooke. Rendements au 31 décembre 2008. Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009 Caisse de retraite Université de Sherbrooke Rendements au 31 décembre 2008 Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009 Plan de la présentation Rétrospective 2008 Contexte économique

Plus en détail

Regarder dans le pare-brise et non dans le rétroviseur pour assurer la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées. Maurice N.

Regarder dans le pare-brise et non dans le rétroviseur pour assurer la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées. Maurice N. Regarder dans le pare-brise et non dans le rétroviseur pour assurer la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées Maurice N. Marchon Plan de la présentation Mise en situation Enseignements

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

La Banque nationale suisse surprend les marchés

La Banque nationale suisse surprend les marchés La Banque nationale suisse surprend les marchés 16 janvier 2015 Faits saillants États-Unis : baisse décevante des ventes au détail en décembre. États-Unis : les prix de l essence font diminuer l inflation,

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater?

La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater? La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater? Maurice N. Marchon Professeur, Institut d économie appliquée HEC Montréal 29 septembre 2008 Toute reproduction

Plus en détail

Fiscalité/ Investissement immobilier aux Etats-Unis

Fiscalité/ Investissement immobilier aux Etats-Unis Fiscalité/ Investissement immobilier aux Etats-Unis Investir aux Etats-Unis procure une rentabilité globale nette deux fois plus intéressante qu'en France! 1 SOMMAIRE I. LE MARCHÉ IMMOBILIER AMÉRICAIN

Plus en détail

Germain Belzile. Institut économique de Montréal

Germain Belzile. Institut économique de Montréal La situation économique Germain Belzile Directeur de la recherche Institut économique de Montréal L ÉTAT LÉTAT DE LA SITUATION 2 1.5 1 0.5 0 0.5 0 1 1.5 2 La croissance Canada USA Canada U.S. 2001 2001

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010 ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS janvier 21 PRIX À LA CONSOMMATION Évolutions sectorielles 2 variation sur 12 mois en % 7 15 1 5 Énergie (7,3 % du total) 6

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse février La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse Faits saillants L année a débuté dans un environnement difficile, favorisant de nouvelles baisses des taux d intérêt.

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Hausse du prix des hydrocarbures

Hausse du prix des hydrocarbures ISSN 1715-2682 Volume 1, numéro 2 17 août 2005 Hausse du prix des hydrocarbures Impact sur les équilibres financiers du Québec Sommaire 1. L augmentation du prix de l essence à la pompe depuis 1999 s explique

Plus en détail

La forte appréciation du billet vert et les inquiétudes sur la Chine font mal

La forte appréciation du billet vert et les inquiétudes sur la Chine font mal 7 octobre 214 La forte appréciation du billet vert et les inquiétudes sur la Chine font mal Le recul des prix des matières premières observé au début de l été s est poursuivi au cours des derniers mois

Plus en détail

La chute des prix du pétrole affecte les marchés financiers et stimule plusieurs économies

La chute des prix du pétrole affecte les marchés financiers et stimule plusieurs économies Spécial : perspectives 2-216 22 décembre 214 La chute des prix du pétrole affecte les marchés financiers et stimule plusieurs économies Faits saillants L économie mondiale devrait profiter de la baisse

Plus en détail

Un leadership fort. Un Canada meilleur.

Un leadership fort. Un Canada meilleur. Un leadership fort. Un Canada meilleur. Énoncé économique Le 30 octobre 2007 Note préliminaire Dans la présente publication, les symboles suivants sont utilisés pour représenter des sommes d argent : M$

Plus en détail

14 Pour dévaluer sa devise la banque centrale du pays peut acheter des dollars étrangers.

14 Pour dévaluer sa devise la banque centrale du pays peut acheter des dollars étrangers. Exercices sur le marché des changes Q1- Le marché des changes à court terme - Noircir la case appropriée (Vrai ou Faux) 1 Une politique protectionniste peut initialement avoir pour but de diminuer le taux

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

La Banque du Canada rehausse ses prévisions d inflation

La Banque du Canada rehausse ses prévisions d inflation 17 avril 2014 La Banque du Canada rehausse ses prévisions d inflation Faits saillants Les ventes au détail bondissent plus que prévu aux États Unis. États Unis : La hausse des mises en chantier en mars

Plus en détail

PROFIL DE LA PROVINCE

PROFIL DE LA PROVINCE PROFIL DE LA PROVINCE Économie de l Ontario en 2013 Produit intérieur brut (PIB) : 695,7 milliards de dollars PIB par habitant : 51 300 $ Population : 13,6 millions d habitants Exportations et importations

Plus en détail