Le Président de la République en Assaba Un grand intérêt pour les prestations socioéducatives à Barkéol,Leeweissi et Boumdeid

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Président de la République en Assaba Un grand intérêt pour les prestations socioéducatives à Barkéol,Leeweissi et Boumdeid"

Transcription

1 Une mission technique chinoise visite le complexe olympique Lire page 5 HORIZONS Lire Trarza : Démarrage d'une campagne de lutte contre les moustiques page 4 QUOTIDIEN NATIONAL D INFORMATIONS - ÉDITÉ PAR L AGENCE MAURITANIENNE D INFORMATION - N 6499 DU JEUDI 23 AVRIL 2015 PRIX : 100 UM Le Président de la République en Assaba Un grand intérêt pour les prestations socioéducatives à Barkéol,Leeweissi et Boumdeid Un souci réel de rapprocher les services publics des citoyens Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz est arrivé, hier en début d'après-midi, à Boumdeïd, dans le cadre de la visite de prise de contact et d'information qu'il effectue actuellement en Assaba. Sur place, le Chef de l Etat a visité une école, un centre de santé pour se rendre, ensuite, sur le site du barrage de Boumdeid. Le Président de la République avait quitté, hier matin, Barkéol pour se rendre à Leweissi où il a visité le collège, récemment construit, et l'école fondamentale. Auparavant, le Président de la République avait visité, dans la matinée, l'école fondamentale '' El Vowz '' à Barkéol, prenant le temps d assister à des cours pour mieux s'informer sur les niveaux d'étude des élèves. Il s est également enquis des efforts déployés par le personnel d'encadrement visant à atteindre les objectifs de 2015, année de l'enseignement. Dans la même journée il a visité le centre de santé ''type B '' de Barkéol, s est renseigné sur la nature des équipements et sur les prestations qu il offre aux populations ainsi que sa contribution à l'amélioration de la couverture sanitaire au niveau de la moughataa. À Leeweissi et à Barkéol, sur tous les sites visités et le long du trajet, le Chef de l'etat avait été accueilli par des foules en liesses qui ont tenu à lui témoigner leur estime et leur soutien tout comme elles lui ont manifesté leur reconnaissance pour les réalisations accomplies ces dernières années et qui leur valent aujourd hui d être dans de meilleures conditions, particulièrement en matière d accès aux services de base. Lire page 3 Le Président de la République adresse ses condoléances à son homologue éthiopien Le Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a adressé, mercredi, un message de condoléances à Monsieur Mulatu Teshome, Président de la République fédérale démocratique d'ethiopie, suite à l'assassinat de citoyens éthiopiens commis en Libye. Ce message est ainsi libellé: " Monsieur le Président et cher frère, Nous avons appris avec une profonde tristesse l'assassinat d'un groupe de citoyens éthiopiens commis par un groupe terroriste en Libye. En cette douloureuse occasion, nous vous exprimons, et à travers vous au peuple et au gouvernement éthiopiens frères et aux familles des victimes, nos plus sincères condoléances. Nous dénonçons, par ailleurs, cet acte terroriste atroce et contraire aux enseignements de toutes les religions et aux valeurs humaines. Veuillez agréer, Monsieur le Président et cher frère, l'expression de ma très haute considération. Votre frère Mohamed Ould Lancement de la compétition internationale de plaidoirie en matière de droits de l'homme La troisième édition de la compétition internationale de plaidoirie, organisée par l'ordre national des avocats avec l'appui de l'ambassade de France à Nouakchott et la collaboration de l'institut international des droits de l'homme et de la paix, a été ouverte, hier matin, à Nouakchott. Cette manifestation verra la présentation de neuf plaidoiries, traitant de cas spécifiques de violation des droits de l'homme, réels ou virtuels, à travers le monde. Ces plaidoiries sont présentées respectivement par des avocats venant de la Mauritanie, du Maroc, de la Tunisie, de la Palestine, du Liban, de la Suisse, du Burkina Faso et de la France. Lire page 4

2 ANNONCES Page 2 ADRESSES UTILES Police Secours 17 Sapeurs Pompiers 18 Brigade Maritime Brigade Mixte SOMELEC (Dépannage) SNDE Météo Avis aux Employeurs COMMISSARIATS DE POLICE Commissariat TZ Commissariat TZ Commissariat Ksar Commissariat Ksar Commissariat El Mina Commissariat El Mina Commissariat Sebkha Commissariat Sebkha Commissariat Riadh Commissariat Riadh Commissariat Arafat Commissariat Toujounine Commissariat Dar Naïm Commissariat Dar Naïm Commissariat Teyarett Commissariat Teyarett Commissariat Spécial Aéroport Commissariat Voie publique Direction Régionale de la Sûreté Police Judiciaire HÔPITAUX Centre Hospitalier National Hôpital Cheikh Zayed Polyclinique PMI Pilote PMI Ksar PMI Teyarett CLINIQUES Clinique Moulaty Clinique Najar Clinique Kissi Clinique Dr. Moumine Clinique Makam Ibrahim Clinique Ben Sina Clinique Tisram Clinique Clinique El Qods Clinique Adama Diani Clinique Bien-être Clinique Chiva BANQUES BAMIS BADH BMCI BNM BCI BACIM BANK CHINGUETTI BANK GBM SOCIETE GENERALE MAURITANIE ATTIJARIBANK MAURITANIE Le Directeur Général de la CNSS informe l'ensemble des employeurs affiliés à la Sécurité Sociale qu'au terme de l'arrêté n 561/MFPTMA du 7 avril 2015, les déclarations sont désormais trimestrielles et doivent être déposées à la Caisse avec le règlement correspondant, dans les 15 premiers jours de chaque trimestre civil, pour les cotisations du trimestre civil précédent. Les employeurs occupant plus de 19 travailleurs ne sont plus tenus de déposer des déclarations mensuelles, HORIZONS QUOTIDIEN NATIONAL D INFORMATION ÉDITÉ PAR L AGENCE MAURITANIENNE D INFORMATION DIRECTEUR DE PUBLICATION, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L AGENCE MAURITANIENNE D INFORMATION: Yarba Ould Sghaïr DIRECTEUR DE LA RÉDACTION : Le Directeur Général Mohamed Aly DEDEW Mohamed Saleh Ould Chighaly AMI FAX: B P: 371/ 467 Direction des Ressources: Siège: / RÉDACTEUR EN CHEF : SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA RÉDACTION : Diagana Babouna Baba Dianfa Traoré RESPONSABLE DE LA MAQUETTE : Elhadrami Ould Ahmedou TIRAGE : IMPRIMERIE NATIONALE

3 Page 3 ACTUALITE Le Président de la République en Assaba Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz est arrivé, hier en début d'après-midi, à Boumdeïd, cinquième étape de la visite de prise de contact et d'information qu'il effectue en Assaba. Il y a visité, dès son arrivée, le centre médical, classé dans la catégorie B de la pyramide sanitaire de la Mauritanie. Dans tous les services du centre où il s'est rendu, il a écouté des explications présentées par le médecin chef sur les prestations dispensées au profit des populations, à savoir les vaccinations, les consultations, la nutrition, etc. Á l'école II de Boumdeïd dans laquelle il s est, ensuite, rendu, le Chef de l État a suivi le déroulement des cours, et a été édifié par le directeur de l'établissement sur le niveau des élèves et sur les méthodes pédagogiques suivies par le corps d'enseignant. En début de soirée, le Chef de l Etat a visité le barrage de Boumdeid situé près de la ville. Cet ouvrage qui a été édifié en 1934, et dont la superficie est de 500 hectares, est le deuxième plus grand barrage du pays après celui de Foum Gleita. La majorité de la population de la moughataa de Boumdeid profite de cet ouvrage qui offre de nombreuses opportunités d'emplois durant la saison hivernale. Le Président de la République s était, auparavant, rendu, hier matin, à Leweissi où il a visité le nouveau collège. Sur place, il a visité les classes et a écouté des explications sur l'importance de cet établissement éducatif qui offre l'accès à l'enseignement à un grand nombre d'élèves de l'arrondissement de Un grand intérêt pour les prestations socioéducatives à Barkéol,Leeweissi et Boumdeid Un souci réel de rapprocher les services publics des citoyens Leeweissi. Le collège est construit par l'agence nationale Tadamoun, dans le cadre de l'exécution de son programme de densification des infrastructures dans les zones vulnérables. Le Président de la République a visité, aussi, hier matin, l'école fondamentale de Leweissi qui est financée par l'agence nationale Tadamoun pour l'eradication des Séquelles de l'esclavage, l Insertion et la Lutte contre la Pauvreté. Sur place, il a suivi un exposé détaillé présenté par le directeur général de l'agence sur les conditions de construction de l établissement scolaire et son opérationnalité. Dans les classes, le Président de la République a pris connaissance du niveau des élèves et des difficultés que rencontre le personnel d'encadrement de l'établissement. Dans la même localité de Leeweissi, le Chef de l Etat a également visité, hier matin, le centre de Santé de type B Là aussi, il s'est informé sur les problèmes rencontrés par le personnel ainsi que sur la qualité des services fournis par le centre aux citoyens. L'arrondissement de Leeweissi, formé par les communes de Guelleir, Leb'heir et leweissi, dispose de huit postes de santé en plus d un centre. Auparavant, le Président de la République, avait visité, dans la matinée, l'école fondamentale '' El Vowz '' à Barkéol, prenant le temps d assister à des cours pour mieux s'informer sur le niveau des élèves. Il s est enquis des efforts déployés par le personnel d'encadrement visant à atteindre les objectifs de 2015, année de l'enseignement. Dans la même journée, il a visité le centre de santé ''type B '' de Barkéol, s est renseigné sur la nature des équipements et sur les prestations que le centre offre aux populations, ainsi que sur sa contribution à l'amélioration de la couverture sanitaire de la moughataa. Le Chef de l'etat avait été accueilli à, Boumdeid, à Barkéol, à Leeweissi, sur tous les sites visités et le long du trajet, par des foules en liesse, qui ont tenu à lui témoigner leur estime et leur soutien, tout comme elles lui ont manifesté leur reconnaissance pour les réalisations accomplies ces dernières années et qui leur valent aujourd hui d être dans de meilleures conditions, particulièrement en matière d accès aux services de base.

4 ACTUALITE Page 4 Lancement de la compétition internationale de plaidoirie en matière de droits de l'homme Rencontre des ministres mauritaniens et marocains en charge de l emploi La troisième édition de la compétition internationale de plaidoirie, organisée par l'ordre national des avocats, avec l'appui de l'ambassade de France en Mauritanie, et la collaboration de l'institut international des Droits de l'homme et de la Paix, a été ouverte, hier matin, à Nouakchott. Cette manifestation verra la présentation de neuf plaidoiries, traitant de cas spécifiques de violation des droits de l'homme, réels ou virtuels, à travers le monde. Ces plaidoiries sont présentées respectivement par des avocats venant de la Mauritanie, du Maroc, de la Tunisie, de la Palestine, du Liban, de la Suisse, du Burkina Faso et de la France. Á l'ouverture de la rencontre, le ministre de la Justice a souligné le rôle et la pertinence des plaidoiries pour les victimes en termes de protection de leurs droits. Il a ajouté que cette manifestation mérite appui et soutien, du fait qu'elle s'inscrit en harmonie avec les objectifs du gouvernement mauritanien, s'agissant de la sensibilisation systématique autour de la nécessité du respect des droits de l'homme et des valeurs citoyennes. Le ministre a également précisé que la thématique des droits humains occupe une place importante dans les préoccupations des pouvoirs publics, et constitue un outil régulateur du progrès et de l'ancrage de la démocratie en tant que système de gestion du peuple par le peuple. M. Sidi Ould Zeine a ajouté que le Président de la République, conscient de l'importance de la promotion des droits de l'homme et de la préservation des droits et libertés en tant que fondement de la sécurité, de la paix sociale et du développement, a instruit le gouvernement pour protéger et promouvoir les droits de l'homme dans notre pays. Pour sa part, l'ambassadeur de France en Mauritanie, SEM. Joël Meyer, a indiqué que cette compétition témoigne du rôle important joué par les avocats en tant que voix des opprimés et démontre leur courage et leur force en acceptant d'être en position de lutte contre les violations des droits de l'homme. Le bâtonnier de l'ordre national des avocats, Me Cheikh Ould Hendy, a mis en relief l'importance de cette compétition pour édifier les juristes et avocats mauritaniens sur les expériences internationales en matière de plaidoiries, à travers l'apport de leurs collègues venus des autres pays participant à ce concours. Il a rappelé que la plaidoirie est une construction de l'esprit, qui permet aux avocats de faire émerger la vérité et réhabiliter les victimes dans leurs droits. Le directeur de l'institut des Droits de l'homme et de la Paix en France, M. Jonas Pacht, a, quant à lui, précisé que les avocats prouveront, à travers ces plaidoiries, que les pratiques inhumaines sont désormais révolues dans l'etat de droit, soulignant le rôle prépondérant de l'avocat dans la défense des droits de l'homme. La cérémonie d'ouverture de la compétition s'est déroulée en présence du président de la Cour suprême et du commissaire adjoint aux Droits de l Homme et à l'action humanitaire et du représentant du haut commissariat aux Droits de l'homme à Nouakchott. M. Seyidna Ali Ould Mohamed Khouna, ministre de la Fonction Publique, du Travail et de la Modernisation de l'administration a rencontré, mardi, en marge des travaux de la 42e conférence arabe du travail qui se tient actuellement au Koweït, le ministre marocain de l'emploi et des affaires sociales, M. Abdel Selam Sidighi. La rencontre était l'occasion pour les deux parties d'examiner les voies et moyens susceptibles de développer La ministre de la Culture et de l'artisanat, Mme Hindou Mint Aïnina a reçu en audience, à Nouakchott, l'ambassadeur du Soudan accrédité en Mauritanie, SEM. Gharib Allah Khadar Ali. Le renforcement des différents volets de la coopération entre la Mauritanie et le Soudan et les moyens de la promouvoir, en particulier dans le domaine de la culture et de l'artisanat étaient au menu de l'entrevue les relations de coopération existant entre la Mauritanie et le Maroc dans les domaines de la sécurité sociale, de la sécurité professionnelle, de l'emploi et des relations professionnelles. La rencontre s'est déroulée en présence de l'ambassadeur de Mauritanie au Koweït, M. Hamed Ould Hamouni et de l'inspecteur général au ministère de la Fonction publique, M. El Bekaye Ould Abdel Kader. La ministre de la Culture et de l'artisanat reçoit l'ambassadeur du Soudan Trarza : Démarrage d'une campagne de lutte contre les moustiques Une campagne de lutte contre les moustiques, organisée conjointement par les départements de la santé et de l'agriculture, a débuté mardi au Trarza. L'opération, dont le coup d'envoi a été donné à partir de Rosso, vise la lutte contre les moustiques au niveau des agglomérations de Rosso, de Keur-Macène, de Tékane, de R Kiz et de Nebaghiya par la pulvérisation d insecticides pour l'hygiène et la lutte contre les vecteurs de la maladie. Elle cible les poubelles, les latrines et les canaux d'évacuation des eaux usées. Commentant l'opération, qui durera quatre jours, le directeur de l Hygiène publique au ministère de la Santé, M. Abdallahi Ould Lehbib, a souligné que cette campagne s'inscrit dans le cadre des efforts entrepris par les pouvoirs publics pour promouvoir la santé des populations dans les zones endémiques. Abondant dans le même sens, le DRAS du Trarza, Dr. Mohamed Ould Cheikh, a souligné que toutes les dispositions avaient été prises pour garantir le succès de l'opération. Réputé par ses périmètres rizicoles et ses cultures maraichères, le Trarza reste parmi les zones du pays les plus exposées aux maladies comme la malaria et les diarrhées.

5 ACTUALITE Page 5 La commissaire aux Droits de l'homme et à l'action humanitaire «La Mauritanie est fière de sa collaboration avec la commission africaine des Droits de l'homme» La commissaire aux Droits de l'homme et à l'action humanitaire, Mme Aîchettou Mint M'Hayham, a prononcé mardi un discours devant la 56ème session de la commission africaine des Droits de l'homme et des peuples(cadhp), qui se tient actuellement à Banjul. Elle a, d'emblée, salué les efforts entrepris par la commission au service des Droits de l'homme en Afrique et réitéré l'exemplarité de la coopération qu'entretient la Mauritanie avec la CADHP et ses instruments spéciaux. ''Je tiens à réaffirmer la détermination de la Mauritanie d'aller de l'avant dans l'application de ses engagements en matière des Droits de l'homme et sa disponibilité à coopérer davantage ave cette institution et tous ses démembrements'', souligne-t-elle. La commissaire a rappelé, par la suite, que la Mauritanie a ratifié tout dernièrement, toutes les conventions de l'ua dans le domaine des droits de l'homme et qu'elle va présenter son rapport sur l'exécution des clauses de la charte africaine en la matière et son protocole facultatif relatif aux droits de la femme en Afrique. Pour parvenir à cet objectif, la commissaire a indiqué qu'un comité technique ministériel a été créé et chargé d'élaborer et de rédiger tous les rapports destinés à la commission africaines et les autres instances internationales, tout comme elle veillera au suivi de l'application des résolutions émanant de celles-ci. Elle a ajouté que la Mauritanie applique, depuis l'accession de Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz au pouvoir, un mode de gouvernance fondé sur la concertation, le dialogue et la parfaite collaboration avec tous les organismes internationaux des droits de l'homme. La commissaire a, enfin, détaillé les différents acquis réalisés en Mauritanie ces dernières années aux plans des droits de l'homme et de l'action humanitaire. Météo : Hausse des températures sur le Guidimakha, le Gorgol, le Brakna et l'assaba Les travaux de la journée de partage des résultats de la recherche sur le paludisme, organisée sous le thème "investir dans la recherche pour vaincre le paludisme", ont débuté, hier matin, à Nouakchott. Cette journée, organisée par l'unité de recherche sur le génome et le milieux du département de biologie de la faculté des sciences et des techniques de l'université des sciences, des technologies et de médecine de Nouakchott, a été marquée par la présentation des exposés des participants. Ces exposés portent sur les résultats des enquêtes effectuées sur cette maladie, sa typologie, ses foyers et les causes de sa prolifération. Le directeur de la Recherche scientifique au ministère de l'enseignement supérieur et à la Recherche scientifique, M. Ali Ould Boukhary, a souligné que l'axe de Journée de partage des résultats de recherches sur le paludisme recherche sur le paludisme en milieu saharo-sahélien, développé au sein de son unité de recherche, a connu un développement rapide grâce à la collaboration et au soutien indéfectible du ministère de la Santé à travers le Plan national de lutte contre le paludisme. De même, la collaboration des structures de recherche de France (IRD, l'irba), du Sénégal (UCAD), de Suisse (Suiss TPH) et du Maroc (UCAM) a été particulièrement précieuse à ce sujet. "Notre équipe, a-t-il ajouté, mène depuis 2007 des travaux de recherche sur le paludisme en Mauritanie, sanctionnés par de nombreuses publications et des partenariats avec des structures de recherches nationales et internationales", relevant que le moment est venu de partager les principaux résultats dans un objectif de meilleure prise de conscience de l'importance de la recherche pour vaincre la maladie. Dans son intervention, le président de l'université des Sciences, des Technologies et de Médecine, M. Ahmedou Ould Haouba, a mis en exergue l'importance de ces recherches et leur rôle dans la réduction des risques consécutifs à la contamination paludéenne. Il a souligné que les équipes de recherche à l'université mènent de nombreuses investigations dans l'intérêt général, précisant que son établissement compte ouvrir des départements doctorant dans les diverses spécialités pour renforcer ces recherches et optimiser leurs impacts économiques et sociaux. L événement scientifique coïncide avec la commémoration de la journée mondiale de lutte contre le paludisme, célébrée le 25 avril de chaque année. Une mission technique chinoise visite le complexe olympique de Nouakchott La situation météorologique en Mauritanie sera caractérisée au cours des prochaines 24 heures par des vents faibles à modérés de Nord- Est à Est avec une légère pénétration d'air humide maritime. Par contre, le long du littoral, les vents seront de Nord-Ouest à Nord- Est. La visibilité sera légèrement affectée par sable sur les deux Hodhs, le Tagant, l'assabe et le Brakna. Voici les températures prévues pour le 22 avril 2015: Villes Températures minimales Températures maximales: Bir Moghrein 18 degrés 34 degrés Zouerate 21 "" 38 "" Chinguitti 24 "" 39 "" Atar 27 "" 41 "" Ouadane 26 "" 41 "" Akjoujt 26 "" 42 "" Nouadhibou 17 "" 25 "" Nouakchott 21 "" 30 "" Boutilimit 26 "" 44 "" Aleg 29 "" 45 "" Rosso 23 "" 44 "" Kaédi 30 "" 45 "" Sélibaby 32 "" 45 "" Kiffa 28 "" 45 "" Tidjikja 26 "" 42 "" Tichit 26 "" 41 "" Aïoun 27 "" 43 "" Néma 26 "" 43 "" Oualata 25 "" 42 "" Météorologie marine: Cap-Blanc et Cap-Timiris: la mer sera peu agitée à agitée au large. La houle sera de direction Nord-ouest. La hauteur des vagues variera de 1,25 à 3 mètres. Une mission technique chinoise a visité, hier matin, le complexe olympique de Nouakchott. La mission, qui était accompagnée par le secrétaire général du ministère de la Jeunesse et des Sports, M. M'Bareck Ould M'Beyrouk, s'est informée sur la situation de la tribune, des salles omnisports, de la pelouse, du pourtour et de l horloge du stade, en plus des bâtiments. La visite de la mission chinoise dans notre pays s'inscrit dans le cadre du renforcement de la coopération mauritano-chinoise, particulièrement dans les domaines de la réhabilitation et de la maintenance des infrastructures, sportives afin qu'elles répondent aux normes internationales.

6 ENVIRONNEMENT Page 6 Gestion des ordures ménagères Faire de l assainissement un devoir La croissance économique, si elle s accompagne d une exploitation accélérée des ressources naturelles, son corollaire, la production des déchets est par définition inévitable. Plus qu une question théorique, cela pose un énorme problème logistique et économique aux administrateurs des villes surtout dans les pays en développement. La production des déchets solides ménagers (DSM) augmente partout dans le monde à cause des modifications des modes de vie. Ces déchets, dérivés de l industrialisation à travers l incitation à la consommation ou encore des emballages des produits, ont des effets dangereux sur la santé des humains, de la faune et de la flore. A juste titre, l explosion démographique, l accroissement des activités urbaines, l insuffisance des ressources financières des pouvoirs publics au niveau local et la pauvreté de la population sont autant de facteurs qui expliquent la présence des déchets le long des grandes artères de la majorité de nos villes. La valorisation énergétique participe au développement des énergies renouvelables en permettant la production d électricité et de chaleur à partir des déchets. Elle consiste à transformer les déchets en électricité et/ou en chaleur. Elle est aujourd hui la troisième source de production d électricité alternative après l hydraulique et l éolien et la quatrième source de chaleur renouvelable après le bois, les biocarburants et les pompes à chaleur. Elle permet à la fois de réaliser des économies de combustibles de matières premières et de diminuer de 20% le prix du traitement des déchets urbains. Aujourd hui, les métiers des déchets s orientent vers plus de valorisation et moins d élimination. Cette tendance est due à la pression cumulée de la raréfaction des ressources en matières premières, de la lutte contre le changement climatique et de la réglementation qui se durcit, suite à une prise de conscience environnementale des opinions publiques. En 2010, 65% de l énergie produite à partir des déchets, au niveau mondial, provenaient des unités d incinération contre 31% des centres de stockage des déchets et 4% des stations d épuration. L'incinération des déchets ménagers, industriels et agricoles doit seulement être utilisée après le tri sélectif permettant le recyclage et la méthanisation, lorsqu'il ne pollue pas l'environnement et dans le but de produire de l'eau chaude, du chauffage et de l'énergie. Tout le problème du recyclage et de la méthanisation réside dans le tri des déchets et la séparation des différentes matières rentrant dans la composition des produits de consommation. L'incinération doit être le dernier maillon de la chaine, après le recyclage et la méthanisation (associé entre autre à la photolyse appelé aussi photodécomposition permettant de produire de l'hydrogène). Valorisation énergétique par incinération Quand elle est produite par l incinération des déchets non recyclables, l électricité et/ou la chaleur permet à des unités de traitement et de valorisation des déchets nouvelle génération de devenir énergétiquement autonomes et de revendre leur surplus au réseau électrique national. Selon un organisme spécialisé en énergies renouvelables, le premier producteur européen d électricité à partir de la combustion de déchets est l Allemagne. Elle devance la France, l Italie, les Pays-Bas et la Suède. En ce qui concerne la production de chaleur à partir de la combustion de déchets, l Allemagne tient également le haut du pavé devant la Suède, le Danemark, la France et les Pays-Bas. Dans ce cadre, le leadership de l Allemagne s explique par la volonté du pays de «privilégier le recyclage et l incinération». Suivant cette voie, l Angleterre entend à son tour développer la valorisation énergétique par incinération. Présentant un équilibre entre les différentes formes de traitement, la France figure en bonne position dans ces classements. Sur les 48 unités d incinération des déchets non dangereux gérées dans l Hexagone, 45 ont la faculté de produire de l énergie et fournissent l équivalent de l électricité consommée par 2,8 millions d habitants et le chauffage de habitants. Allant eux aussi vers davantage de valorisation énergétique par incinération, les Pays-Bas ont réalisé un pas décisif en ce sens avec la construction de l usine de valorisation énergétique des déchets. Celle-ci est d une capacité de traitement de tonnes de déchets par an, soit la production de 1,9 million d habitants par an. Valorisation du biogaz: une autre façon de produire de l énergie Sur les installations de stockage de déchets, c est la récupération du biogaz issu de la fermentation des déchets organiques qui permet de produire électricité et chaleur. Collecté dans les installations de stockage et les stations d épuration, ce biogaz contient de 40 à 60% de méthane, ce qui lui confère un important potentiel énergétique. Au niveau européen, l Allemagne est le leader de la production d électricité à partir du biogaz devant le Royaume-Uni qui a culturellement longtemps préféré le stockage. On retrouve ensuite l Italie, les Pays Bas et la France. En ce qui concerne la production de chaleur à partir du biogaz, l Allemagne maintient son leadership devant deux pays du nord de l Europe, le Danemark et la Finlande. Viennent ensuite la Pologne et l Italie. Mais les associations environnementales restent mobilisées sur la question des mâchefers, ces résidus solides de la combustion. Trois millions de tonnes de mâchefers sont générées en France chaque année. Après traitement ou vérification de la stabilité des polluants qu'ils pourraient contenir, deux millions de tonnes sont réutilisées dans les travaux publics, comme remblais. Un usage que les associations veulent restreindre ou mieux contrôler. Remettre à plat la gestion des déchets Trier davantage, et mieux, est une voie de progrès. Avec une trentaine de projets en cours de maturation dans certains pays européens, le tri mécanobiologique (TMB) emporte actuellement l'adhésion, souvent dans des communes où les projets d'incinération sont tombés à l'eau. L'idée séduisante du TMB est d'obtenir des flux homogènes de déchets (fermentescibles, plastique, métaux...) à partir de masses de déchets non triés. C'est notamment un moyen de récupérer les déchets verts (issus des jardins) et organiques sans imposer un tri de plus aux citoyens. Atout mis en avant : les déchets organiques peuvent produire de l'énergie par méthanisation et les déchets verts peuvent être compostés. Mais l'efficacité énergétique doit être améliorée et les déchets non triés compliquent l'obtention de compost de qualité. L'inconvénient majeur reste que 40 à 60 % du tonnage entrant dans ces unités être enfouis ou incinérés. Finalement, tout le monde semble d'accord pour mieux trier et davantage valoriser. Actuellement, on estime que 30 % des déchets collectés ne sont pas valorisables. On devrait pouvoir atteindre 5 % en améliorant les tris existants (plastiques, autres déchets...) et en développant de nouvelles technologies. Baba D. Traoré

7 MAGASINE Page 7 Hygiène de vie Notre civilisation est à un tournant. Deux choix sont possibles en matière de consommation quand il s agit de s alimenter. Celui des aliments issus de l industrialisation à outrance avec l agriculture productiviste qui produit pas cher avec des rendements énormes. Celui des aliments issus d une agriculture progressivement raisonnable évoluant vers le bio, la biodynamie, produisant plus cher avec des rendements faibles. Si je ne vous en dis pas plus, il est fort probable que beaucoup d entre vous optiez pour le premier choix. Pourtant, des différences essentielles apparaissent chaque jour plus nettement. Elles concernent d abord les moyens mis en œuvre. Le premier choix a besoin d une mécanisation intensive et crée peu d emplois. Le laboureur est soit masqué et casqué, soit dans une cabine isolée (parce qu il ne veut pas respirer ce qu il donne à la terre), climatisée, informatisée, avec une machine qui marchera bientôt sans pilote. C est le progrès me direzvous. Le deuxième choix crée des emplois qu il faut bien rémunérer, ce qui se répercute logiquement sur le produit fini. L idéal est de le vendre à proximité pour éviter les nombreux intermédiaires qui prennent leur pourcentage au passage. C est archaïque, me direz-vous. Curieusement, les super et hypermarchés développent des rayons BIO, mais il est difficile de les conseiller quand on voit des miels bio de Chine ou des figues bio de Turquie achetés à des prix défiants toute concurrence, et dont la qualité bio est surtout sur l étiquette Une grande différence est que l agriculture productiviste utilise des phytosanitaires qui ne sont autres que des chemicals, des produits chimiques, pesticides-insecticides-fungicides dangereux pour la santé humaine. Evidemment, les industriels ne vous le diront pas, ils vous diront même l inverse en affirmant que le choix N 1 est la seule façon de réduire la faim dans le monde. Belle générosité si elle n était pas orientée d abord vers leurs poches, avec l aide de la bourse. On se moque de nous en prenant les consommateurs pour des cobayes. Les scientifiques se réveillent quand ils ont vraiment la parole libre. C est le cas de nombreux ingénieurs agronomes arrivés à la retraite, comme j ai pu le constater après le Grenelle de l Environnement auquel j ai participé. Mon collègue britannique le Pr. John Beddington (nous avons le même âge), spécialiste de la gestion des ressources naturelles et «conseiller scientifique en chef» du gouvernement Anglais, a sonné le tocsin. Ni consomateurs, ni cobayes Dans un discours officiel il estimait: «le monde, sans de profonds et rapides changements de comportements individuels et collectifs, va vers un collapsus écologique et économique global qu'il compare à un ouragan parfait (économique, social et environnemental), qui se concrétisera vers 2030, donc dans 15 ans. Ce scénario associe conjointement une crise alimentaire, sanitaire et sociale, une crise énergétique et une crise écologique majeure caractérisées par un effondrement brutal des écosystèmes, à l'échelle de la biosphère, c'est-à-dire de la planète toute entière, et dépassant les capacités de résilience écologique de la biosphère (à court, moyen ou long terme).» Il ajoute : «Cette situation explosive représente la plus grande menace pour la stabilité et la paix mondiale qui ait jamais existé. Des centaines de millions d hommes et de femmes vivent dans les régions les plus exposées et n auront pas d autre choix que de partir pour tenter de survivre ailleurs. Les sources de conflits, d épidémies, de guerres seront innombrables et jusqu à présent l humanité n a encore jamais apporté la preuve qu elle savait gérer ce genre de situation.» Que faire? Attendre 15 ans les bras croisés ou réveiller les consommateurs exploités? Attendre de voir plus de cancers chez des sujets jeunes c est le cas déjà aujourd hui en annonçant aux familles qu on ne connaît pas les causes et qu on les cherche sans les chercher vraiment? Avec le tout-génétique, on a voulu faire mieux que la nature et cela dans tous les domaines de l humain. La déconstruction de tous les modèles rationnels qui consiste à tout détruire, pensée par les philosophes brillants Dérida, Foucault, Deleuze et bien d autres perturbés dans leur vie intime, obsédés par la mort, valorisés par des médias philosophiquement incompétents pour suivre la mode, conduit l humanité au suicide. Les pesticides de Monsanto et autres lobbies très puissants ravagent notre santé et notre planète. Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) basé à Lyon, agence de l Organisation mondiale de la santé (OMS), vient enfin de classer cinq pesticides dont le fameux Roundup, via son principe actif le glyphosate, comme cancérogènes «probables» ou «possibles». La prudence exige de minimiser les risques puisque ces produits sont largement utilisés et répandus dans les environnements agricoles. On qualifie de probable et de possible quand c est certain. Pour ne «pas faire peur». «Le glyphosate, présent notamment dans le Roundup, est classé cancérogène probable chez l homme (groupe 2A), même si les preuves sont limitées en ce qui concerne la survenue d un lymphome non Hodgkinien ou d un cancer de la prostate», souligne le CIRC. Les études d exposition des agriculteurs menées aux États-Unis, au Canada ou en Suède, publiées depuis 2001, sont enfin suffisantes pour modifier la classification, établie en 1991, où le Roundup a été sorti de la catégorie des cancérogènes pour l homme (en 1985, une première évaluation l avait placé dans les «cancérogènes possibles»). Il fallait attendre des catastrophes de santé pour oser le dire! La production et la vente de Roundup ont explosé depuis l introduction de cultures génétiquement modifiées (AGM = Aliments génétiquement modifiés). En plus de l agriculture, ce produit fortement toxique est utilisé dans les forêts et chez les particuliers dans leur jardin pour qu ils n aient pas à se baisser pour supprimer quelques mauvaises herbes. Le glyphosate a été retrouvé dans l air, dans l eau et dans la nourriture, selon le CIRC qui précise que la population est notamment exposée lorsqu elle habite à côté de zones traitées, même si les niveaux d exposition observés sont «généralement bas». Cette nouvelle classification prend aussi en compte des études expérimentales chez l animal. Le Roundup est le «désherbant le plus utilisé au monde», souligne l association Générations futures qui se félicite de cette évaluation «qui reconnaît la dangerosité avérée du glyphosate». Les quatre autres sont les insecticides tels que le malathion, le diazinon, le tetrachlorvinphos et le parathion. Les deux premiers sont classés dans le groupe 2A des cancérogènes probables avec, comme pour le glyphosate, des «preuves limitées» dans la survenue des lymphomes non hodgkiniens et des cancers de la prostate pour le premier, du poumon pour le second. Les insecticides tetrachlorvinphos et parathion, qui font déjà l objet d interdictions ou de restrictions dans de nombreux pays, ont été classés dans le groupe 2B des cancérogènes «possibles» au vu des données chez l animal. Fin mars de cette année, la revue très reconnue Human Reproduction affirmait que les pesticides réduisent de plus de 50 % le nombre de spermatozoïdes (86 millions par éjaculat contre 171 millions). Tout ceci vient enrichir la longue liste des produits démontrés dangereux pour notre santé : La saccharine, édulcorant artificiel, officiellement cancérogène pour la vessie qui a été largement et longuement utilisée dans les sodas et cocas light. Les PCB (polychlorobiphényles) fluides de refroidissement pour les transformateurs électriques, les condensateurs et les moteurs électriques, vrais cancérogènes chez les animaux et l homme, des maladies du foie, des troubles neurologiques, (l autisme) et le cancer. Le polystyrène, largement utilisé dans les emballages alimentaires dont la production génère d énormes déchets. Le DDT, l insecticide pour lutter contre les moustiques vecteurs du paludisme, perturbateur endocrinien interdit dans tous les États-Unis. La dioxine, l un des précurseurs de l agent Orange s accumule dans la chaîne alimentaire, principalement dans les tissus adipeux des animaux et des hommes. L Agent Orange, herbicide défoliant largement utilisé pendant la guerre du Vietnam ( personnes tuées ou mutilées, enfants nés avec malformation et impact sur la santé de 3 millions de soldats américains et leurs familles). La formule de Monsanto avait des niveaux de dioxine bien supérieurs à l Agent Orange produit par Dow Chemicals, l autre fabricant. L engrais à base de pétrole, qui tue les micro-organismes bénéfiques à la terre. Le Roundup, herbicide puissant qui éradique les mauvaises herbes du jour au lendemain, rapidement adopté par les agriculteurs qui réduisaient ainsi leur main-d œuvre trop coûteuse. L utilisation a augmenté quand Monsanto a introduit le «Roundup Ready» (résistant au glyphosate) pour les cultures, permettant aux agriculteurs de saturer tout le champ en désherbant sans tuer les cultures. Il est retrouvé dans les nappes phréatiques, les sols, les cours d eau et même l air et de plus en plus dans les aliments. Il a largement tué les papillons et de très nombreux cheptels d abeilles. L aspartame, commercialisé sous le nom de NutraSweet, faux sucre dangereux à la longue pour les reins, le foie et même le cerveau, fortement présent dans tous les produits dits light. L hormone bovine de croissance (rbgh = Somatotropin = Hormone de croissance), injectée aux vaches laitières dopées pour produire plus de lait. Ainsi elles développent des pis gonflés, des mammites dont le pus se mélange au lait, imposant l utilisation des antibiotiques. Les laits contenant les rbgh sont largement suspectés d être en cause, chez l humain, dans l apparition de cancers du sein, de la prostate et du côlon. Les cultures/ogm génétiquement modifiés, avec les graines conçues pour résister au Roundup. Monsanto attaque évidemment toutes les études scientifiques en inondant jamais gratuitement les médias avec des demandes reconventionnelles d organismes «indépendants», des scientifiques, des associations industrielles, des blogs, des médias sociaux parrainés, et des articles d entreprises de relations publiques «privées» toutes créées, financées et dirigées par la multinationale. J ai été fort étonné de voir récemment la Ligue contre le Cancer valoriser les pesticides pour la santé. Je m interroge quant à l origine de tels écrits pour une organisation très riche qui en est encore au tabac parmi les facteurs de risques de cancer. Les semences Terminator, destinées à produire des graines stériles, ce qui impose d en racheter chaque année. Cette semence n est pas vendue sur le marché, mais Monsanto demande aux agriculteurs de signer un contrat pour ne pas conserver ou vendre les semences d une année sur l autre, ce qui les oblige à acheter de nouvelles semences. Selon Organic Consumers Association : «Il y a une corrélation directe entre notre approvisionnement en produits génétiquement modifiés et les 2 milliards de dollars que les États-Unis dépensent chaque année pour les soins médicaux, à savoir une épidémie de maladies chroniques liées à l alimentation. À la place des fruits, légumes, graines et animaux nourris à l herbe bons pour la santé, les élevages industriels américains et les transformateurs alimentaires produisent une surabondance de malbouffe génétiquement modifiée qui provoque des maladies cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux, le diabète et le cancer, soutenus par des subventions d Etat, tandis que les agriculteurs biologiques ne reçoivent pas de telles subventions.» La science manipulée n est pas synonyme de bien commun, sauf pour les lobbies milliardaires, aux dépens d une population manipulée, exploitée. L excellent film produit en France par Jupiter La Santé dans l assiette doit entrer dans toutes les familles. J ai plusieurs fois animé des soirées après la projection de ce film et me suis rendu compte de l impact majeur des informations qu il apporte. Il est urgent de trouver des solutions alternatives écologiques et de santé Ces solutions existent. Elles sont créatrices d emplois pour les jeunes, qui resteront en bonne santé. De plus en plus de jeunes couples s installent et développent des produits d une agriculture menée de manière écologique, biologique, biodynamique et développent de plus en plus la permaculture. Ils mettent leurs produits sur les marchés de proximité, créent des contacts fructueux en termes humains et économiques. Le pouvoir des plantes Contre les aggressions du quotidien, les plantes apaisent, soignent, soulagent. Les traditions ancestrales sont validées par la recherche scientifique et de nouvelles vertus sont découvertes chaque jour... rendez-vous ici pour en savoir plus. Nul doute que nous ne pouvons plus nous laisser faire et manipuler par des exploiteurs qui pénètrent le monde des décideurs politiques dans les ministères, des représentants que nous avons élus de gauche comme de droite, à Paris et de plus en plus à Bruxelles. Ils ne sont pas au service du bien commun, de la collectivité. Consommateurs, pas cobayes! Nous voulons la transparence concernant les OGM et AGM, que les produits soient étiquetés clairement et pas en caractères illisibles sans une loupe qui devrait être exigée à l entrée des supermarchés. Faudra-t-il confier l enquête à Médiapart? Pourquoi pas! Agir ensemble et autour de soi est devenu déterminant pour l avenir! Mes prochaines conférences sur ces sujets auront lieu à Toulon et Nice respectivement, les 4 et 5 juin prochain. Sidi Moustapha Ould BELLALI Source : Professeur Henri Joyeux

8 ECONOMIE Page 8 Industrie minière La dernière édition de Secteur privé et développement, la revue de Proparco, institution financière de développement française, s'interroge sur la contribution du secteur minier au développement du continent africain. Gary McMahon, de la Banque mondiale, se penche sur les impacts de la libéralisation du secteur minier africain engagée dans les années 90, pour attirer les investissements étrangers. Gary McMahon, de la Banque mondiale, se penche sur les impacts de la libéralisation du secteur minier africain engagée dans les années 90, pour attirer les investissements étrangers. Le rôle macroéconomique du secteur minier en Afrique n'a jamais été aussi important qu'aujourd'hui, du fait de la hausse du prix des minerais, depuis le début des années 2000, mais surtout grâce au succès des réformes du secteur qui ont été menées à la fin des années 1980 et De nombreux pays africains considèrent aujourd'hui les mines comme un possible moteur de leur développement économique ; ils souhaitent décloisonner les projets miniers et mieux les relier à d'autres pans de l'économie, soit directement, soit en assurant une meilleure intégration des infrastructures associées. Ils veulent également percevoir une plus grande part des revenus générés par le secteur, en particulier lorsque les prix des revenus sont élevés. Après la phase de nationalisation des années 1960 et 1970, la tendance s'est inversée dans les années 1980 en raison de la libéralisation des marchés et de la mauvaise performance des compagnies minières publiques africaines. Dans le cadre des programmes d'ajustement structurel, la Banque mondiale a participé à cette époque à la définition de politiques et de réglementations minières destinées à attirer des investissements étrangers directs. À cette époque, le prix des minerais était très bas, depuis près de 20 ans et allait le rester pour encore 15 ans. Les réformes des années 1990 visaient essentiellement à revitaliser le secteur minier, le contrôle de l'état ayant découragé tout nouveau projet de développement ou d'exploration. Les compagnies publiques souffraient d'un manque d'investissements, leurs profits étant réinjectés dans les recettes fiscales du pays. La révision des lois et des réglementations du secteur a été l'un des principaux éléments de ces réformes. Des procédures transparentes et non discrétionnaires ont été mises en place pour l'allocation des droits d'exploration et de production. Les droits d'exploration ont été attribués sur la base du principe du " premier venu, premier servi ", tout en étant soumis à des conditions de travail minimum, les découvreurs ont pu bénéficier des droits d'exploitation et ont été autorisés à les vendre. Ces réformes L'Afrique a-t-elle profité de la privatisation de ses mines? ont été complétées par la mise en place d'un régime fiscal stable pour la durée de l'opération ou pour une période définie, de droits de propriété clairement définis et par l'abandon des expropriations. Réforme minière, investissement et croissance L'évolution des investissements privés dans le secteur minier de plusieurs pays africains ayant entrepris des réformes avec le soutien de la Banque mondiale est spectaculaire. Ces investissements ont entraîné une importante hausse de la croissance du PIB dans plusieurs pays d'afrique. Le taux de croissance moyen de 12 pays africains dépendant du secteur minier est passé de 0,3 % dans les années 1990 à 5,7 % dans les années Bien entendu, la réforme du secteur minier n'est qu'une des grandes réformes parmi celles entreprises par ces pays, néanmoins, ce secteur est celui qui a le plus contribué à la croissance de ces pays. Ces rebonds de croissance, aussi importants soient-ils, se traduiront-ils par une orientation durable à la hausse? Les réformes étant récentes, il est difficile de distinguer leurs effets de celui de la hausse des prix de ces dernières années. Quoi qu'il en soit, la contribution du secteur minier devra être évaluée sur sa capacité à favoriser un développement à la fois économique, social et environnemental. Croissance à long terme e t développement durable Un secteur minier important peut jouer un rôle essentiel pour le développement durable d'un pays, premièrement en étant un moteur de la croissance, à travers la création d'entreprises et d'activités industrielles secondaires, mais aussi à travers les opportunités qu'offrent des infrastructures dédiées, comme les routes, les chemins de fer, les ports et les centrales électriques ; et deuxièmement en utilisant les revenus fiscaux générés par le capital naturel pour produire d'autres formes de capital. Pour de nombreux pays d'afrique, le secteur minier est le seul secteur à même de relancer l'économie et de générer des revenus fiscaux conséquents. C'est notamment le cas pour le charbon ou pour les métaux de base, comme le cuivre et le minerai de fer, qui demandent des infrastructures importantes pouvant être utilisées pour d'autres activités. Ces infrastructures sont souvent construites, en Afrique, aux frais des compagnies minières privées. Les nouveaux contrats négociés entre les gouvernements et les grandes compagnies minières mettent de plus en plus l'accent sur l'apport en infrastructures - c'est le cas au Mozambique, à Madagascar, en Guinée, en République démocratique du Congo, au Sierra Leone et au Liberia. Les compagnies privées doivent aussi proposer des formations aux populations - afin d'augmenter la proportion de travailleurs locaux impliqués ou bénéficiant indirectement des opérations minières - et de renforcer les capacités des PME locales. Un grand nombre de compagnies se soumettent volontairement à ces exigences, pour développer et maintenir de bonnes relations avec les communautés qui les accueillent et qui bénéficient de ce type de programme. Il est encore trop tôt pour déterminer si les revenus ou les créations d'emplois associés à la croissance du secteur minier ont un impact significatif sur la pauvreté dans les pays africains. Néanmoins, on note une nette amélioration (18 % d'augmentation en moyenne) de l'indice de développement humain (IDH) calculé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) au cours des années 2000 pour un grand nombre de pays. Cela implique que les avantages liés au boom du secteur minier sont sans doute plus importants que ce qui est communément admis. La question du régime fiscal Les revenus miniers devraient permettre aux États, s'ils étaient suffisants, d'assurer eux mêmes la formation des populations et la construction d'infrastructures. Or, les taux d'imposition (y compris les royalties) ne sont pas assez importants pour maximiser les revenus des gouvernements issus des ressources naturelles. S'il semble possible de relever les taux d'imposition sans nuire au secteur, il convient d'apporter quelques nuances à cette affirmation. En effet, les taux d'imposition bas s'expliquent historiquement par le faible prix des métaux couplé à des risques politiques élevés - risques qui sont toujours bien réels dans beaucoup de pays d'afrique. Une hausse importante des taxes entraînerait un recul de l'exploration et des investissements. Par ailleurs, certains des nouveaux instruments fiscaux proposés - tels que les taxes sur les " super profits " - seraient difficiles à gérer pour de nombreux États africains. La plupart d'entre eux préfèrent l'apport en infrastructures et la mise en place de services communautaires plutôt que la hausse des taxes, ce qui en outre permet de surmonter leurs problèmes de gouvernance. Alors existe-t-il un régime fiscal idéal pour le secteur minier? Le régime à taux fixe n'est certainement pas optimal : il entraîne des renégociations de contrats et des effets d'entraînement négatifs pour les investissements futurs, voire des troubles civils dans les zones des opérations minières et même des mouvements de nationalisation. Si les régimes flexibles sont préférables, ils doivent être stables pour que les investisseurs potentiels puissent prévoir les variations de taux en fonction des prix et/ou des profits. L'impôt sur le revenu est la méthode de taxation privilégiée ; les royalties, calculées sur la production mais ne tenant pas compte de la santé d'une entreprise, peuvent entraîner des fermetures. Toutefois, la majeure partie de la production minière étant exportée et devant traverser les frontières, il est plus facile pour les gouvernements de déterminer la valeur de la production plutôt que la rentabilité des opérations. Perspectives d'avenir Plusieurs données indiquent que l'essor récent du secteur minier a eu un impact positif sur la croissance et la réduction de la pauvreté dans les pays d'afrique riches en minerais. Mais existe-t-il un régime juridique, réglementaire et fiscal optimal pour le secteur minier, susceptible de favoriser la croissance et la réduction de la pauvreté? Et dans quelles circonstances ces résultats pourraientils être pérennisés? Pour produire un régime optimal, la législation, les institutions et la fiscalité doivent être suffisamment intéressantes pour attirer les investisseurs. Le cadre réglementaire doit par ailleurs être clair et complet, avec des capacités de suivi et d'exécution suffisantes. En outre, les recettes fiscales doivent être collectées de manière transparente et efficace. L'Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) a été le principal outil de gouvernance utilisé ces dernières années pour renforcer la transparence fiscale. Les gouvernements doivent gérer et allouer les recettes fiscales de manière à contribuer au développement ; ils doivent renforcer la capacité de gestion de ces recettes en augmentation, et éviter que les ressources soient détournées. Enfin, il faut parvenir à lier davantage le secteur minier et les autres pans de l'économie, tandis qu'une partie du capital naturel devrait être transformé en infrastructures grâce aux développements miniers. Si d'importants progrès ont été réalisés, la plupart des pays ne disposent pourtant pas encore de la capacité à gérer la performance environnementale et sociale du secteur minier. Ils peinent à promouvoir les investissements durables et à créer les conditions favorables au développement d'autres secteurs. Si les sociétés, les régulateurs, les collectivités locales et d'autres parties prenantes sont responsables de la viabilité sociale et environnementale des opérations minières, la pérennisation des bénéfices économiques relève principalement d'une amélioration de la gouvernance. Les États doivent donc renforcer les synergies, en planifiant le développement au niveau régional : optimisation de l'utilisation des infrastructures, renforcement des capacités des travailleurs, des PME et des collectivités locales. Ils doivent aussi s'assurer que le capital généré par les recettes fiscales est bien converti en capital renouvelable. Car si ces recettes sont de nouveau une source de revenus pour l'élite politique, il y a de fortes chances pour que les régions minières, après leur fermeture, retombent dans " Cent ans de solitude ". À l'inverse, un secteur minier performant a la capacité d'influencer le pouvoir central pour le faire évoluer. De nouvelles parties prenantes et de nouveaux groupes d'intérêt voient le jour, porteurs d'une autre façon d'envisager le développement ; ils pourraient fort bien avoir un impact décisif sur la vie politique d'un pays. La société civile, les collectivités locales et les agences internationales ont-elles aussi un rôle important à jouer. Des programmes innovants - tels que l'itie - sont également essentiels pour modifier les méthodes de gestion et de gouvernance des ressources minières. Ces entreprises et ces activités industrielles sont variées, allant des entreprises de restauration aux agences de sécurité, aux magasins d'outils et à la production de tuyaux, en passant par la fabrication de machineries d'exploitation très spécialisées et de camions de très grande taille. L'ITIE est une coalition d'états, d'entreprises, de groupes de la société civile, d'investisseurs et d'organisations internationales. Elle établit une norme internationale de transparence pour les secteurs du pétrole, du gaz et de l'exploitation minière. Dans ce cadre, les compagnies et les gouvernements communiquent à des auditeurs indépendants les montants versés et collectés

9 ANNONCES Page 9 Ministére de la Fonction Publique du Travail et de la Modernisation de l Administration Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) Avis rectificatif De l 'Avis d'appel d'offres AAO N 01/CNSS/CPMSACC/l5 Paru Ie 15 avril 2015 dans le journal «Horizons» N Dans le cadre de son plan d action au titre de l'année 2015, la Caisse nationale de Sécurité sociale (CNSS) envisage acquérir, sur fonds propres, du matériel informatique en un lot unique. 2. la CNSS sollicite des offres sous pli fermé de la part de candidats éligibles et répondant aux qualifications requises pour la fourniture demandée conformément aux spécifications contenues dans le cahier des clauses techniques du présent marché. Modification 7. Les offres remises en retard ne seront pas acceptées. Les offres doivent comprendre une garantie de soumission d'un montant de trois cent mille Ouguiyas ( UM) valable. au moins 120 jours :'t compter de' la date limite de dépôt 8. les offres devront demeurer \valides pendant une durée de quatre vingt dix jours (90 jours) à compter de la date limite de dépôt. LE DIRECTUR GENERAL MOHAMED ALI OULD DEDEW RECTIFICATIF Relatif à l'avis d'appel d'offres n 43/CPMPSSouv/2015 publié le Mardi 21 Avril 2015 dans le journal HORIZONS n 6497 Projet Pilote de Moyens de Subsistance Durables pour les Rapatriés et les Communautés d'accueil dans la Vallée du Fleuve Sénégal apporte les modifications suivantes: Date et heure du dépôt et ouverture des offres sont rectifiés comme suit: Les offres doivent être transmises, sous peine de forclusion, au plus tard le 27/05/2015 à 10 heures TU en quatre (4) exemplaires dont un (1) original marqué comme tel et trois (3) copies. Les plis contenant les soumissions seront ouverts, en séance publique, le 27/05/2015 à 10 heures TU, par la Commission de Passation des Marchés Publics des Secteurs de Souveraineté (Ilot D, lot n? 13 ; Tel: ) en présence des soumissionnaires qui souhaitent y assister. La Coordinatrice

10 ANNONCES Page 10 Ministère des Affaires Economiques et du Développement Direction des Projets Education- Formation Commission de Passation des Marchés PROCES VERBAL N 21/CPMP/DPEF/15 Rrmargues: Oui 1 : UDf.UeHaiWo de Clpaciti d'autofinancement présentée. Oui2 : Une seule nution et une seule.1tf':slaiîon de capacilé d'autofinancement prèsentêe. NP : Natur"e des prh ncu préc::uh PS : Il est accordé aux soumissionnaires un délai de 5 jours pour compléter les attestations administratives manquantes. L'ordre du jour étant épuisé, la séan e a été levée à 15 H 10 mn, le jour, mois et an que dessus. Ont signé :

11 ANNONCES Page 11 Ministère des Affaires Economiques et du Développement Direction des Projets Education- Formation Commission de Passation des Marchés PROCES VERBAL N 21/CPMP/DPEF/15 L'AN DEUX MILLE QUI NZE, le Mercredi Huit Avril à Dix heures TU, la Commission de Passations des Marchés de la DPEF, sous la présidence de Mr Moharned Ou Id Si di Moharned, son président, a procédé à l'ouverture des offres reçues dans le cadre de l'appel d'offre relatif au marché dont les caractéristiques sont les suivantes: Désignation du marché: DAO N0 144/DPEF/PNDSE/2014, relatif à la construction en 4 lots de 4 collèges dans les wilayas du Gorgol et du Brakna. Nombre de lots: 4 (quatre). Prestations objet du marché : Construction des collèges de Foum Gleita et Coundel (Gorgol) ; Ould Birem et El vareae (Brakna). Mode de passation: Appel d'offres ational Date de publication: 05 mars 20] 5 Date limite fixée pour la remise des plis: 08 avril 2015 à 10 heures TU. Cette séance s'est déroulée en présence de 28 (Vingt Huit) représentants des candidats. Après avoir vérifié que les plis reçus correspondent à ceux inscrits au registre spécial, la commission a procédé à leur ouverture conformément aux dispositions du DAO. Les constats suivants ont été faits: -Nombre total de plis reçus avant l'heure limite de dépôt des offres: 28 (Vingt Huit) -Nombre de plis retirés conformément à la procédure prévue dans le DAO: Néant. -Nombre de plis substitués: Néant. -Nombre d'offres modifiées: Néant. -Nombre de plis reçus après l'heure limite de dépôt des offres est de: Néant. La Commission a donc procédé à l'ouverture de 28 (Vingt Huit) offres et eile a lu à haute voix les informations consignées dans le tableau qui suit:

12 SP RTS Sidi - Brahim dit Dieng Page 12 Ligue Nationale de Football Remaniement du calendrier DI La Ligue Nationale de Football a décidé un remaniement du calendrier des compétitions du championnat national de football, le 20 avril courant, au cous de la réunion de concertation tenue par la Ligue nationale de Football, sous la présidence de Pape Amghar Dieng, avec les clubs de première division. La décision de la LNF trouve sa justification dans la participation des équipes nationales aux éliminatoires du Championnat national des nations (CHAN 2016), ceux de la Coupe d Afrique des nations (CAN 2017) et des Jeux Olympiques dont le calendrier est établi par la Confédération Africaine de Football. A cause de ces échéances, la LNF a décidé d avancer la date de la 21ème journée DI laquelle devait se jouer le week-end prochain. De même, la 26ème journée, la dernière de la phase retour, sera est programmée pour les 19 et 20 mai Dans le même ordre d idées, les demi-finales de la Coupe nationale de Football seront jouées le 3 juin 2015 ; quant à la finale, elle sera disputée le 7 juin. En CAN 2017, la Mauritanie est dans le Groupe M qui comprend, en même temps que lui, le Cameroun, l Afrique du Sud et la Gambie. Quant au CHAN 2016, la Mauritanie est dans la Zone Ouest A où il y aura deux qualifiés. La Mauritanie jouera le tour préliminaire avec la Gambie, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Liberia, le Mali, le Sénégal et la Sierra Leone. Les matchs aller sont prévus entre le 19,20 ou 21 juin. Les matchs retour se dérouleront entre le 3, 4 ou 5 juillet prochain. Sidy-Brahim Nigeria Stephen Keshi redevient encore sélectionneur Stephen Keshi a signé un contrat de deux ans en tant que sélectionneur de l équipe du Nigeria. L entraîneur, champion d Afrique 2013 avec les Super Eagles, a connu des relations tumultueuses avec la Fédération nigériane depuis presqu un an. La relation d amour-haine entre Stephen Keshi et le football nigérian va se poursuivre encore deux ans. L entraîneur de 53 ans, sacré champion d Afrique en 2013 avec les Super Eagles, a paraphé un nouveau contrat, ce 21 avril Une issue étonnante vu les relations médiocres qu entretient Stephen Keshi avec la Fédération nigériane (NFF), depuis presqu un an. Après l élimination du Nigeria en huitième de finale de la Coupe du monde 2014, l intéressé avait quitté son poste, poussé vers la sortie. S en était suivi un jeu de dupe durant les éliminatoires de la Coupe d Afrique des nations Stephen Keshi était régulièrement rappelé au secours pour gérer les matches les uns après les autres. Le tout s était achevé sur une piteuse non-qualification du Nigeria pour la CAN En février 2015, la Fédération nigériane avait pourtant offert un nouveau bail à Stephen Keshi. Un mauvais contrat s'était lamenté l entraîneur en ajoutant : laisser le passé derrière nous. Après avoir paraphé un contrat plus à son goût, Stephen Keshi a lâché, ce 21 avril : «Je vous prie tous de bien vouloir laisser le passé derrière nous pour qu on prenne un nouveau départ.» De son côté, Felix Anyansi-Agwu, membre de la NFF, a déclaré : «L ensemble de la direction a une confiance totale dans la capacité de Stephen Keshi de mener les Super Eagles vers de nouveaux sommets.» La tâche principale de Stephen Keshi sera de qualifier la sélection nigériane pour la CAN Les Nigérians figurent dans le groupe G des éliminatoires avec l Egypte, la Tanzanie et le Tchad. Athlétisme L'IAAF demande une suspension plus lourde pour Jeptoo La marathonienne Rita Jeptoo (g) arrive à la Fédération kényane d'athlétisme avec son avocate le 15 janvier 2015 à Nairobi. La Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) a demandé que la suspension pour dopage de la Kényane Rita Jeptoo, l'une des meilleures marathoniennes du monde, soit augmentée de deux à quatre ans, a annoncé le Tribunal arbitral du sport (TAS). L'IAAF, qui a fait appel de la sanction initiale devant le TAS, estime qu'il existe des "circonstances aggravantes qui justifient d'étendre la période de suspension", a indiqué le TAS dans un communiqué, sans donner plus de détails. Selon le TAS, Rita Jeptoo a elle aussi fait appel et demande l'annulation de sa suspension. Elle réclame en outre que sa sanction soit suspendue pendant le temps que durera l'instruction du dossier par le TAS, afin de pouvoir s'entraîner et participer aux compétitions de l'iaaf. "Les deux procédures d'appel sont actuellement en cours", a conclu le TAS. Jeptoo a été suspendue fin janvier par la Fédération kényane pour dopage à l'epo. L'athlète de 34 ans, trois fois victorieuse du marathon de Boston (2006, 2013 et 2014) et deux fois de celui de Chicago (2013, 2014), avait subi un contrôle positif hors compétition en septembre dernier. Elle sera suspendue jusqu'au 29 octobre La suspension de deux ans était la sanction minimale prévue par les instances internationales de l'athlétisme dans les cas de dopage antérieurs au 1er janvier Cette durée a depuis été portée à quatre ans. Jeptoo est l'athlète kényane de plus haut niveau à avoir été contrôlée positive et sanctionnée pour dopage. La Fédération kényane d'athlétisme, dont les coureurs dominent le fond et le demi-fond mondial depuis des décennies, s'est retrouvée dans le collimateur de l'iaaf et de l'agence mondiale antidopage (AMA) après le contrôle positif de Jeptoo. Elle a promis de prendre des mesures et d'instaurer un programme éducatif. Le Jeudi Littéraire De quelques aspects de la littérature pulaar (Suite) 2. Odes à Cheikh-Tidiane et Cheikh Oumar La Tidianiya est une confrérie qui tire son nom de Cheikh-Tidiane. Cette voie de l Islam est la mieux représentée en pays pulaar pour ne pas dire la seule. Son précurseur était aussi bien connu pour sa piété que pour son charisme.. Des poèmes véhiculent à son égard des miracles qu il pourrait réaliser : Oh! Allah! pardonne nos péchés! (Grâce à toi Cheikh, mon Cheikh!) Oh! le Compatissant qui (seul) peut assurer Notre salut! Notre vie (terrestre), notre voisinage, nos biens et nos familles! La voix douce qui s élève, ainsi c est celle de Amada Le terme «Amada» toujours en tant que rime fonctionnait comme une syllepse sémantique pouvant désigner le prophète Mohamed (psl), Cheikh Tidiane autrement dit Cheikh Ahmed Tidiane, «Amada» étant dérivé de Ahmed. Cheikh Oumar est, quant à lui, un disciple de Cheikh Tidiane et surtout «un fils du terroir» d où son surnom de Cheikh Oumar el foutiyou (le foutanké). En tant que tel, des chants panégyriques à son égard sont les plus nombreux et les plus connus. L homme s est distingué par sa lutte contre le colonialisme et son combat pour le jihad, la conquête islamique. Les poèmes épiques qui lui sont consacrés montrent qu il s agit d un homme hors pair, doué des qualités extraordinaires : Cheikh Oumar! C est du Fouta Toro Qu il tire son origine, benjamin De Adama Aïssé, Tu es le meilleur des torobbé Il n y a pas plus grand honneur (pour un homme) Que le don de partir (le matin) de Alwar et de Diriger le même jour la prière à la Mecque. Certes, nous nous limitons à ces formes, mais il va de soi que d autres poèmes à caractère religieux existent chez les Haalpulaar notamment chez les «almoubés ngay». Cependant, ces étudiants en théologie sortent du cadre orthodoxe de la production littéraire religieuse. Leurs chants consistaient à vanter ou insulter leurs hôtes selon l accueil qui leur est réservé. A l issue de cette brève présentation de l univers littéraire pulaar, force est de constater que le répertoire présenté ici est loin d être exhaustif. Outre ces chants que nous avons appelés du terroir et ces poèmes religieux, il existe des nombreuses productions saisonnières, anonymes ; des contes, légendes, proverbes bref un imaginaire riche et varié. Mais dans le cadre précis de cette rubrique, il s agissait seulement de donner un aspect de cette littérature. Et par là même, il est à remarquer que nous avons emprunté nombre de nos illustrations à Tène Youssouf Guèye, un des écrivains mauritaniens de langue française le plus connu, mais aussi le seul qui a pratiqué les différents genres : poésie, théâtre, roman, nouvelles. C est dire l influence que cette littérature, dite abusivement traditionnelle, a sur les auteurs francophones donc dits modernes. Ce n est donc nullement un hasard si d autres écrivains mauritaniens sont des fins connaisseurs de leur littérature orale, c est le cas de Oumar Bâ et de Ousmane Moussa Diagana. Dr. M bouh Seta Diagana, Maître de conférences, Facultés des Lettres, Université de Nouakchott

Le Président de la République reçoit les opérateurs de la pêche industrielle

Le Président de la République reçoit les opérateurs de la pêche industrielle Du poisson aux populations de Kaédi Lire page 3 HORIZONS Imsakiya Lundi 19 Ramadan Ftour :...19 h 44 Imsak:...4 h 56 Mardi 20 Ramadan Ftour :...19 h 44 Imsak:... 4 h 57 QUOTIDIEN NATIONAL D INFORMATIONS

Plus en détail

Des politiques meilleures pour une vie meilleure. La mission de l OCDE depuis 50 ans

Des politiques meilleures pour une vie meilleure. La mission de l OCDE depuis 50 ans Des politiques meilleures pour une vie meilleure La mission de l OCDE depuis 50 ans Crédits graphiques : Page 24 OCDE (2011), Panorama des statistiques de l OCDE 2010 : Économie, environnement et société,

Plus en détail

Dans une liberté plus grande : développement, sécurité et respect des droits de l homme pour tous

Dans une liberté plus grande : développement, sécurité et respect des droits de l homme pour tous Nations Unies A/59/2005* Assemblée générale Distr. générale 24 mars 2005 Français Original: anglais Cinquante-neuvième session Points 45 et 55 de l ordre du jour Application et suivi intégrés et coordonnés

Plus en détail

Rapport Brundtland - Avant-propos

Rapport Brundtland - Avant-propos Rapport Brundtland - Avant-propos Notre avenir à tous Avant-propos de la présidente «Un programme global de changement», c est ce qu'on a demandé à la Commission mondiale sur l environnement et le développement

Plus en détail

PROGRAMME D'ACTIONS POUR LES TEMPS QUI VIENNENT. vivre. mieux. vers la société écologique

PROGRAMME D'ACTIONS POUR LES TEMPS QUI VIENNENT. vivre. mieux. vers la société écologique PROGRAMME D'ACTIONS POUR LES TEMPS QUI VIENNENT vivre mieux vers la société écologique PROGRAMME D'ACTIONS POUR LES TEMPS QUI VIENNENT les écologistes proposent Table des matières UN FUTUR SOUTENABLE :

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Mes Chers Compatriotes!

AVANT-PROPOS. Mes Chers Compatriotes! AVANT-PROPOS Mes Chers Compatriotes! Le changement tant rêve pour le Congo est en marche. Ensemble, nous lui avons offert une perspective réelle par la mise en œuvre de la «Nouvelle Esperance» projet de

Plus en détail

LES ENFANTS D HAÏTI : DEUX ANS APRÈS. Qu est-ce qui change? Qui participe au changement?

LES ENFANTS D HAÏTI : DEUX ANS APRÈS. Qu est-ce qui change? Qui participe au changement? LES ENFANTS D HAÏTI : DEUX ANS APRÈS Qu est-ce qui change? Qui participe au changement? Children of Haiti: Two Years After What is changing? Who is making the change? 1 Avant-propos Sa ou plante se sa

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 27.2.2013 COM(2013) 92 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS UNE VIE

Plus en détail

OCDE NOURRIR DEMAIN. perspectives à long terme du secteur agro-alimentaire

OCDE NOURRIR DEMAIN. perspectives à long terme du secteur agro-alimentaire OCDE SE NOURRIR DEMAIN perspectives à long terme du secteur agro-alimentaire OCDE, 1998 Logiciel, 1987-1996, Acrobat, marque d epos ee d ADOBE. Tous droits du producteur et du propri etaire de ce produit

Plus en détail

Plan Santé au travail

Plan Santé au travail Plan Santé au travail 2005-2009 Plan Santé au travail 2005-2009 Le plan santé au travail est issu d un travail collectif. Il a été élaboré, sous l autorité du Ministre délégué aux relations du travail,

Plus en détail

CAP vers la RSE. Faire de la responsabilité sociétale de l entreprise un levier de performance. Pratique

CAP vers la RSE. Faire de la responsabilité sociétale de l entreprise un levier de performance. Pratique CAP vers la RSE Faire de la responsabilité sociétale de l entreprise un levier de performance Pratique Le MEDEF remercie les personnes qui ont contribué par leur expertise à la rédaction de ce guide :

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMENCE PAR L ÉDUCATION. Comment l éducation peut contribuer à la réalisation des objectifs proposés pour l après 2015

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMENCE PAR L ÉDUCATION. Comment l éducation peut contribuer à la réalisation des objectifs proposés pour l après 2015 LE DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMENCE PAR L ÉDUCATION Comment l éducation peut contribuer à la réalisation des objectifs proposés pour l après 2015 UNESCO/Karel Prinsloo/ARETE «L éducation est un droit fondamental

Plus en détail

Le droit à une vie meilleure

Le droit à une vie meilleure Le droit à une vie meilleure La stratégie du Danemark pour la coopération au développement Droits De L homme et Démocratie stabilité et protection Lutter contre La pauvreté DéfenDre Les Droits De L homme

Plus en détail

L Afrique peut-elle revendiquer sa place dans le 21 ème siècle

L Afrique peut-elle revendiquer sa place dans le 21 ème siècle L Afrique peut-elle revendiquer sa place dans le 21 ème siècle Résumé analytique Banque mondiale Washington, D.C. Avis au lecteur Cette brochure contient le résumé analytique du rapport intitulé L Afrique

Plus en détail

Première partie Le paysage des services publics en France... 19

Première partie Le paysage des services publics en France... 19 Sommaire Sommaire Avant-propos... 9 Introduction générale... 13 Première partie Le paysage des services publics en France... 19 Secteur public, service public, collectivités publiques, fonction publique

Plus en détail

Education pour Tous d ici 2015

Education pour Tous d ici 2015 A N A L Y S E d e l I E Education pour Tous d ici 2015 La réponse de l Internationale de l Education au Rapport mondial de suivi 2008 Développer la protection et l éducation de la petite enfance Rendre

Plus en détail

RAPPORT DE LA CONFINTEA VI

RAPPORT DE LA CONFINTEA VI ? COMITE MONDIAL POUR L EDUCATION ET LA FORMATION TOUT AU LONG DE LA VIE www.wcfel.org RAPPORT DE LA CONFINTEA VI 6 ème Conférence internationale de l éducation des adultes UNESCO Belém - Brésil 1-4 Décembre

Plus en détail

PASCAL BRINDEAU DEPUTE DE LOIR-ET-CHER

PASCAL BRINDEAU DEPUTE DE LOIR-ET-CHER LA GESTION DES ÂGES DE LA VIE DANS LA FONCTION PUBLIQUE : POUR UNE ADMINISTRATION MODERNE ET EFFICACE Rapport au Premier ministre PASCAL BRINDEAU DEPUTE DE LOIR-ET-CHER Janviierr 2012 1 SOMMAIRE I. ETAT

Plus en détail

Orientations politiques. Discours d ouverture

Orientations politiques. Discours d ouverture Un nouvel élan pour l Europe: Mon programme pour l Emploi, la Croissance, l Équité et le Changement démocratique Orientations politiques pour la prochaine Commission européenne Discours d ouverture de

Plus en détail

L'OMC... POURQUOI ELLE EST IMPORTANTE

L'OMC... POURQUOI ELLE EST IMPORTANTE L'OMC... POURQUOI ELLE EST IMPORTANTE GUIDE À L'USAGE DES FONCTIONNAIRES, DES LÉGISLATEURS, DE LA SOCIÉTÉ CIVILE ET DE TOUS CEUX QUI S'INTÉRESSENT AU COMMERCE INTERNATIONAL ET À LA GOUVERNANCE MONDIALE.

Plus en détail

Energies renouvelables : comparaison entre le droit des Etats-Unis et de l Union européenne

Energies renouvelables : comparaison entre le droit des Etats-Unis et de l Union européenne BANQUE DES MEMOIRES Master de droit européen comparé Dirigé par Louis Vogel 2010 Energies renouvelables : comparaison entre le droit des Etats-Unis et de l Union européenne Claire Febvre Sous la direction

Plus en détail

12 leçons sur l Europe

12 leçons sur l Europe COMPRENDRE LES POLITIQUES DE L UNION EUROPÉENNE 12 leçons sur l Europe par Pascal Fontaine Union européenne COMPRENDRE LES POLITIQUES DE L UNION EUROPÉENNE Cette brochure fait partie de la série «Comprendre

Plus en détail

CONSOMMATION DURABLE. Quel rôle pour le consommateur? CONSOMMATION DURABLE

CONSOMMATION DURABLE. Quel rôle pour le consommateur? CONSOMMATION DURABLE iv u n l fg oa r i ms e r CONSOMMATION DURABLE CONSOMMATION DURABLE Synthèse des recherches menées dans le cluster consommation durable du PADD II Quel rôle pour le consommateur? D/2007/1191/13 Publié

Plus en détail

UN PRINCIPE ET SEPT AMBITIONS POUR L INNOVATION

UN PRINCIPE ET SEPT AMBITIONS POUR L INNOVATION UN PRINCIPE ET SEPT AMBITIONS POUR L INNOVATION Commission sous la présidence d Anne Lauvergeon 2 TABLE DES MATIÈRES _ - SYNTHÈSE INTRODUCTION 1. 2025, UN CONTEXTE MONDIAL 2. FORCES ET FAIBLESSES DE LA

Plus en détail

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE SUIVI DE LA PERFORMANCE

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE SUIVI DE LA PERFORMANCE ROYAUME DU MAROC PROGRAMME DE RÉFORME DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE GUIDE MÉTHODOLOGIQUE DU SUIVI DE LA PERFORMANCE NOVEMBRE 2006 Préparé par : Gérald Collange, Pierre Demangel, Robert Poinsard SOMMAIRE

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMMERCE ÉQUITABLE

TOUT SAVOIR SUR LE COMMERCE ÉQUITABLE TOUT SAVOIR SUR LE COMMERCE ÉQUITABLE SOMMAIRE Pourquoi y a-t-il un commerce équitable? Historique du commerce équitable Les engagements du commerce équitable Quels sont les impacts du commerce équitable?

Plus en détail

Q uel est l'état de n o tre planète? Demain ne ser a-t-il p a s trop tard?

Q uel est l'état de n o tre planète? Demain ne ser a-t-il p a s trop tard? 1 2005 2006 Q uel est l'état de n o tre planète? Demain ne ser a-t-il p a s trop tard? ------------------------------------------------------------ Synthèse des travaux menés durant l'année scolaire 2005-2006

Plus en détail

12 leçons sur l Europe

12 leçons sur l Europe 12 leçons sur l Europe par Pascal Fontaine Union européenne Vous trouverez cette brochure, ainsi que beaucoup d autres renseignements clairs et concis sur l Union européenne, sur le site ec.europa.eu/publications/

Plus en détail

Mettre fin aux conflits et consolider la paix en Afrique : Un appel à l action Groupe de haut niveau sur les États fragiles

Mettre fin aux conflits et consolider la paix en Afrique : Un appel à l action Groupe de haut niveau sur les États fragiles Mettre fin aux conflits et consolider la paix en Afrique : Un appel à l action Groupe de haut niveau sur les États fragiles Remerciements Les membres du Groupe de haut niveau sur les États fragiles souhaitent

Plus en détail