Méthodologie d acquisition d un modèle du Château de Chambord

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Méthodologie d acquisition d un modèle du Château de Chambord"

Transcription

1 Méthodologie d acquisition d un modèle du Château de Chambord Xavier Brunetaud Kévin Beck Muzahim Al-Mukhtar Ecole Polytechnique de l Université d Orléans 8 rue Léonard de Vinci, Orléans, France Centre de Recherche sur la Matière Divisée, CRMD-CNRS, Université d Orléans 1B, rue de la Férollerie Orléans Cedex 2, France. ; ; RÉSUMÉ. Le programme de recherche SACRE vise à donner aux gestionnaires de monuments historiques en pierres calcaires un outil rationnel d aide à la décision pour optimiser la planification des restaurations et ainsi maîtriser leur budget. Ce travail concerne la définition de la géométrie de l ouvrage, c est-à-dire la mise au point d un protocole de relevé topographique et de modélisation sous DAO. Grâce à l utilisation d un tachéomètre, la précision et le degré de détail retenus permettent de bien identifier les différentes pierres ainsi que les différentes orientations pouvant être à l origine d une variation de comportement face au vieillissement. Il reste cependant à améliorer l application des photographies à hautes définition sur les surfaces du modèle. ABSTRACT. The research program SACRE aims at giving managers of historic heritage a rational decision support to optimize the planning of restoration and control their budgets. This work concerns the definition of the geometry of the structure, ie the development of a protocol for mapping and CAD modelling. Through the use of a tachometer, the resulting accuracy and detail level can identify the different stones and the different directions that can cause a change in aging behaviour. However, an improvement of the implementation of high-definition pictures on the model s surfaces is still required. MOTS-CLÉS : Pierres calcaires, patrimoine, Chambord, modélisation sous DAO, projet SACRE KEYWORDS: Limestones, heritage, Chambord, CAD modelling, SACRE project 1. Introduction L importance des dépenses correspondant aux interventions de restauration du patrimoine bâti dans le budget d un ouvrage tel que Chambord conduit à ne AUGC /18 pages 1 à 14

2 2 AUGC /18 considérer que les opérations nécessaires. La nature imprévisible de ces opérations souvent urgentes rend la maîtrise de ce budget très complexe. Pour sortir de cette gestion de l urgence, le Domaine de Chambord, en accord avec l architecte en chef des monuments historiques, se fixe pour objectif de proposer une planification de ces opérations sur 12 ans. Le programme de recherche SACRE (Suivi des Altérations, Caractérisation et Restauration des monuments en pierre calcaire), financé par la région Centre, en partenariat entre le CRMD (Centre de Recherche sur la Matière Divisée), le Domaine National de Chambord, l institut PRISME (Institut Pluridisciplinaire de Recherche en Ingénierie de Systèmes Mécanique et Energétique) et le LRMH (Laboratoire de Recherche sur les Monuments Historiques) vise à donner aux gestionnaires d ouvrages un outil rationnel d aide à la décision pour optimiser la planification des restaurations et ainsi maîtriser leur budget. 1.1 Contexte de l étude C est en 1519 que François 1 er décide se constituer un vaste domaine de chasse, dans une zone marécageuse, au cœur d une forêt particulièrement giboyeuse et à quelques quinze kilomètres de Blois. Chambord, qui signifie passage sur la courbe (du celte cambos-ritos), a dû exister dès l époque gauloise, et représentait alors un habitat établi près d un gué, à la courbe d une rivière. Au début du X ème siècle, les comtes de Blois font construire de nombreuses résidences forestières dont Chambord qui est l une des plus anciennes. François 1 er, qui y fit de courtes haltes en 1519, décide de faire construire un somptueux édifice au lieu et place de Chambord. Léonard de Vinci revient bien souvent dans les nombreux écrits sur les origines du château, sans qu aucun texte ou plan ne le confirme vraiment, mais il n est pas improbable que ses dessins aient inspiré les premiers architectes de Chambord. En effet, le nom de l architecte de Chambord demeure un mystère, et depuis plusieurs siècles, les historiens tentent d apporter de nouvelles hypothèses. Le domaine de Chambord est un vaste marais insalubre à l origine. Les fondations du château ont été l objet de nombreuses interrogations et interprétations. Des textes et des comptes du XVIème siècle, ainsi que des sondages effectués en 1984 par Pierre Lebouteux semblaient conforter l hypothèse de la présence de pilotis en chêne soutenants un radeau de bois sous le soubassement en pierres (Chatenet, 2001). Or des sondages effectués plus récemment lors de la fouille de la cours à partir des années 1999 ont conduit à réviser cette hypothèse, puisque aucun radier ou pilotis en bois n a été retrouvé. En revanche, les fondations se développent sur plusieurs niveaux. Juste au dessus du substrat marneux, à 5,50 m de profondeur par rapport au niveau actuel, on retrouve une maçonnerie de blocs de pierres noyés dans un mortier, l ensemble entouré d un clayonnage en bois. Un mortier jaune recouvre l ensemble. Au dessus se développent des assises de gros blocs, toujours entourés du même mortier. A partir de 2,60 m de profondeur, se développe un autre niveau, qui correspond également à la hauteur des vestiges médiévaux arasés. Enfin, au dessus sont construites des maçonneries de petit appareil régulier et d un mortier

3 Méthodologie d acquisition d un modèle du Château de Chambord 3 moins grossier et plus oranger. Ces fondations sont continues sur l ensemble du château, ce qui permet d affirmer que l ensemble des différentes parties du château était prévu dès l origine (Bryant et al., 2007). Ensuite se développe l élévation du bâtiment. On sait que le sol n a pas toujours été au même niveau. Ainsi, au XVIème siècle, il était probablement légèrement plus bas que celui que nous connaissons actuellement. On sait aussi que jusqu au début du XXème siècle, le niveau du sol de la cours, était bien plus haut que maintenant, les soubassements en pierre de Pontijou étant totalement enfouis, les premiers parements en tuffeau étant au niveau du sol. Il est cependant difficile de dire à quelle période le niveau du sol a été élevé jusqu au bandeau de tuffeau, peut-être à l époque du roi Stanislas Leczinski (De la Saussaye, 1834). Une grande quantité de tuffeau a été retrouvé dans la cours du château, révélée par les fouilles de Ce matériau n existant pas à l état naturel sur le site de Chambord, il est probable que la taille de la pierre se faisait sur place une fois les gros blocs importés, les nombreux déchets servant alors de remblais (Aubourg- Josset, Josset, 1996) Sous Louis XIV, deux vagues de travaux sont effectuées. Entre 1664 et 1672, ce sont essentiellement des travaux dans le domaine qui sont effectués. Il fait construire les abords du château, en érigeant le village, l église, en restaurant les murs du parc, etc. Entre 1972 et 1979, le château n est plus entretenu, et les travaux reprennent en 1680, commençants par la remise en état des abords du château. Les travaux effectués par Jules Hardouin-Mansart entre 1681 et 1685 prennent une autre envergure, et ne se limitent pas à des réparations ou restaurations. Il fait construire des écuries à l ouest, des bâtiments dans l avant-cour du château autour de la place d arme. Au niveau du château en lui-même, il termine notamment les toitures de l aile de la chapelle, et fait couvrir d un étage mansardé les ailes Ouest et Sud des parties basses. La duchesse de Berry, fait exécuter des travaux de restauration des terrasses du château selon les plans et devis proposés par M. Pinault et M. de Calonne en Elle demande à ce que chaque partie du château garde les ornements propres à chaque époque, tout en revenant à l esprit du monument à l époque de François 1er. Son fils, le Comte de Chambord, suit le même dessein. Le régisseur, M. Bourcier, entama en 1830 une grande vague de travaux de restauration, en réhabilitant toutes les maisons du village, et faisant abattre les mansardes de l aile Ouest pour y reconstruire la terrasse d origine. (Merle, 1832). Sous l égide du Duc Robert de Parme commencent alors des travaux de restauration dirigés par Jules Desbois de 1882 à Les travaux commencent par la cours intérieure extrêmement humide et encombré de gravois qu il faut assainir (Desbois, 1894). Des réparations intérieures et extérieures de menuiserie ou maçonnerie suivent alors, la restauration des maçonneries pulvérulentes de la tour lanterne, constituant l action la plus importante de Jules Desbois et de ses fils qui prennent la suite (Desbois, 1894).

4 4 AUGC /18 Au XXème siècle, les restaurations se poursuivent, c est le cas des escaliers François 1er et Henri II, de la couverture des communs d Orléans, de la destruction des mansardes de l aile Sud, etc. A partir du début du XIXème siècle, les restaurations et interventions à Chambord sont bien documentées, répertoriées en trois catégories : le château, le village et les murs du parc, et séparés selon différents corps de métier : maçonnerie, charpente, couverture, serrurerie, plâtrerie, peinture, plomberie, sculpture, terrassement et fournitures. Ces informations sont minutieusement répertoriées dans des devis de restauration conservés aux archives départementales du Loir-et-Cher, de même que les plans qui les accompagnent parfois notamment pour l époque où y travaillaient les Desbois. Les principes de la restauration de l époque étaient bien différents de ceux d aujourd hui. L objectif était de rendre au monument son aspect d origine, en consolidant ce qui était abîmé, en reconstruisant les parties manquantes et en détruisant tous les ajouts modernes qui nuisent à l authenticité du monuments (De la Saussaye, 1834). Aujourd hui, chaque étape de construction a son importance et fait partie de l histoire du monument. La destruction des terrasses très endommagées de l aile Sud a posé plus d interrogations éthiques que lorsque celles de l aile Ouest ont été détruites en En effet, devait-on restaurer ces mansardes et garder ainsi une trace des vestiges du passé, ou bien les détruire et revenir à un état plus proche de celui d origine? (Paquet, 1937). 1.2 Le projet SACRE Ce projet s appuie sur le projet d établissement du Domaine de Chambord en cours de réalisation dont un des chantiers «travaux et maintenance» permet à l établissement public de récoler les plans et informations indispensables à la vie du Domaine pour préserver son patrimoine. Il constitue également une base de suivi scientifique de la restauration du monument avec un apport d information abondant le schéma directeur récemment établi par l architecte en chef des monuments historiques, pour la programmation des travaux de restauration sur le château selon les critères sanitaires et esthétiques retenus. La création d un outil de gestion original permet à terme d être un prolongement logique à ce schéma directeur. La carte d identité d un édifice constitue un élément décisif pour le gestionnaire d un bien. Les données doivent être précisément documentées, archivées afin d être disponibles plusieurs années après pour d éventuelles interventions futures. La durée de vie des monuments étant importante, il faut organiser cette traçabilité non seulement pour l histoire du monument mais aussi parce qu au cours de la vie d un édifice, les conditions environnementales et climatiques (pollution atmosphériques, modifications anthropiques) peuvent évoluer et se traduire sur une même pierre par une modification de l altération et par conséquent, un changement net des mécanismes d altération mis en jeu. L un des objectifs du programme de recherche

5 Méthodologie d acquisition d un modèle du Château de Chambord 5 consiste à établir un carnet de santé de l ouvrage permettant de référencer toutes les informations nécessaires à l établissement d un diagnostic détaillé de l état d altération de l ouvrage, de la localisation des dégradations aux conditions météorologiques, en passant par les archives historiques et architecturales. Ce programme de recherche à la fois fondamentale et appliquée se divise en 5 volets : 1. La modélisation sous DAO de l ouvrage consiste à construire un support graphique détaillé pour rassembler toutes les données acquises au long du projet. 2. La réalisation du carnet de santé de l ouvrage permettra de référencer toutes les informations nécessaires à l établissement d un diagnostic détaillé de l état d altération de l ouvrage, de la localisation des dégradations jusqu aux conditions météorologiques, en passant par les archives historiques et architecturales. 3. La simulation et la prédiction des altérations, étape la plus fondamentale, consiste à simuler sous la forme de séquences expérimentales en laboratoire et de modélisation numérique les processus d altérations, afin de comprendre leur évolution et d en estimer les cinétiques. 4. La création d un outil d aide à la décision correspond à l application de la simulation à l ouvrage, pour en estimer la vitesse de dégradation. Ajouté à cela un chiffrage des coûts unitaires, cet outil logiciel permettra de proposer un calendrier rationnel des travaux de restauration. 5. La valorisation du projet auprès du grand public se fera sous une forme vulgarisée du logiciel, présentée lors d une exposition à Chambord. Dans le cadre de cette étude, une première étape consiste à modéliser sous DAO les parties de l ouvrage qui ont été sélectionnées. Cette modélisation consiste à construire un support graphique détaillé pour rassembler toutes les données acquises au long du projet. Dans un premier temps, ce modèle servira de support pour référencer toutes les informations nécessaires à l établissement d un diagnostic détaillé de l état d altération de l ouvrage, de la localisation des dégradations jusqu aux conditions météorologiques, en passant par les archives historiques et architecturales. Toutes les données nécessaires à la description de la géométrie de l ouvrage sont relevées sur site. Ces données géométriques sont complétées par l acquisition de photographies à haute résolution, pour obtenir un modèle 3D dont les surfaces ont l aspect exact des façades de l ouvrage. Cet article présente les études d optimisation qui ont permis d établir les différents protocoles qui assurent l obtention d un résultat fiable et suffisamment détaillé.

6 6 AUGC /18 2. La modélisation sous DAO 2.1. Le domaine d étude En décidant de créer un établissement public industriel et commercial spécifiquement chargé de la gestion de l ensemble du Domaine de Chambord depuis le 1er juillet 2005, l Etat a procédé à une réforme qui permet à Chambord de retrouver une cohérence parfois perdue et de mieux valoriser, auprès d un public élargi, un lieu emblématique du génie français participant ainsi à une gestion dynamique d un ensemble patrimonial unique. Le projet SACRE se concentre sur 3 parties identifiées du domaine national de Chambord : l entrée royale (façade sud de l enceinte basse), la tour du Chaudron et les écuries du maréchal de Saxe (cf. figure 1). Ces 3 parties revêtent des intérêts particuliers : La façade sud correspond à la façade d entrée du château. Il est donc essentiel pour l image présentée au public de garder cette façade dans le meilleur état possible. La tour du chaudron a été très peu restaurée et présente un état d altération avancé. Son emplacement, notamment du fait de la proximité des douves et de l exposition aux vents dominants, en fait une zone particulièrement propice au développement d altérations. Les écuries du maréchal de Saxe ont été construites un peu plus tard que le château mais n ont jamais été restaurées. Elles sont aujourd hui principalement à l état de ruines. La datation fiable de ces pierres permet une estimation plus précise des vitesses d altération.

7 Méthodologie d acquisition d un modèle du Château de Chambord 7 Tour du chaudron N Entrée royale Ecuries du maréchal de Saxe Figure 1. Représentation des points d études au Domaine National de Chambord 2.2. Protocole d acquisition des points Tous les points nécessaires à la définition de la géométrie de l ouvrage sont relevés sur site grâce à un théodolite de marque LEICA. Tous les changements de station topographique ont été réalisés sur la base d une triangulation à 5 points afin de minimiser les erreurs de positionnement. Au final, les dispositions retenues pour le relevé de l ouvrage permet d estimer l incertitude de positionnement à quelques millimètres.

8 8 AUGC /18 Figure 2. Ensemble des points obtenus après relevé topographique de la façade sud et de la tour du Chaudron 2.3 Les choix de modélisation La modélisation sous DAO nécessite de simplifier l ouvrage de manière à ne conserver que les points essentiels à sa représentation. Il s agit alors de trouver le bon compromis entre précision des mesures et efficacité du modèle. En effet, les mesures doivent être suffisamment précises et riches de manière à représenter les principales surfaces qui serviront de support pour le carnet de santé (calque d altération, historique, lithologique, environnemental). Cependant, comme ce modèle constitue un document support et non une base de simulation numérique, il doit rester suffisamment simple pour être manipulé de manière efficace, notamment plus l implémentation des calques. Il faut donc réduire le nombre de surfaces le composant au strict nécessaire. Voici en figure 3 et 4 quelques exemples de simplifications adoptées pour la modélisation sous DAO.

9 Méthodologie d acquisition d un modèle du Château de Chambord 9 Figure 3. Simplifications adoptées pour la représentation des pilastres

10 10 AUGC /18 Figure 4. Simplifications adoptées pour la représentation des chapiteaux Dans l objectif de limiter le nombre de facettes composant le modèle, il faut représenter comme une surface plane tout ce qui s y apparente. Il faut donc rendre coplanaires tous les points bordant une même surface. Ainsi, toutes les surfaces comportant plus de 3 points (et donc la totalité des surfaces) font l objet d une correction de la profondeur. Cette correction consiste à retenir un plan médian minimisant l erreur de profondeur et à projeter tous les points sur ce plan. Au final, les points corrigés ne comportent pas d erreur supplémentaire significative dans le plan principal de l ouvrage mais peuvent subir une translation dans la profondeur allant jusqu à quelques centimètres. Pour la plus grande partie des volumes créés, le principe est de retenir un profil par exemple sur le plan (Z ; Y), cf. figure 5, et de l extruder dans la direction orthogonale, ici X. Pour la tour, cette disposition n est pas utilisable puisqu il n existe pas de système de coordonnées orthogonal fixe définissant un plan principal. La tour n étant pas parfaitement circulaire, il n est pas non possible de la générer par révolution. La solution consiste alors à générer une ligne courbe moyenne définissant sa forme directrice (SPLINE sur Autocad ) et de s en servir comme chemin d extrusion (BALAYAGE sur Autocad 2008).

11 Méthodologie d acquisition d un modèle du Château de Chambord 11 Figure 5. Représentation filaire 3D de l entrée royale et de la tour du Chaudron Figure 6. Représentation volumique de l entrée royale et de la tour du Chaudron 2.4. Photographies à haute résolution La prise de photographies à haute résolution permet de générer l habillage des surfaces créées dans la représentation 3D de l ouvrage. Ces photographies doivent permettre de situer sans ambigüité les différentes pierres afin de constituer un bon support pour tous les autres calques. La solution qui s est imposée consiste à prendre des photographies en utilisant comme dimension principale la hauteur du bâtiment et en fixant la résolution à 10 Mégapixels. Pour limiter les effets de distorsion angulaire au niveau des bords des photographies, la prise de vue est réalisée si possible à environ 110 m de distance de la cible avec un zoom optique de 12x. Cette disposition ne peut être appliquée qu à deux conditions : 1. le temps est suffisamment clair pour ne pas bruiter l image ;

12 12 AUGC /18 2. le terrain est suffisamment dégagé (absence d obstacle : bâtiments, arbres, personnes circulant dans le champ de vision). Il faut aussi s assurer que la photographie est prise précisément dans la direction orthogonale à la surface ciblée. Cette condition ne pose pas de problème particulier lorsque la façade est plane (cas de l entrée royale), mais devient assez contraignante dans le cas d une façade courbe (cas de la tour du chaudron). Dans tous les cas, l utilisation des connaissances de base de topographies permettent de définir avec précision les points d implantation des stations. Avant d appliquer les photographies sur les surfaces du modèle 3D de l ouvrage, il faut d abord les assembler. La constitution de la frise peut se faire à partir de n importe quel logiciel de traitement d images, il suffit seulement de prendre quelques précautions sur le choix des repères pour orienter correctement les photographies. En effet, il faut systématiquement redimensionner les images et les faire pivoter avant de les assembler. Ensuite, il reste à identifier sur la frise chaque surface du modèle, à les découper et à les appliquer sur le modèle. En cas de discordance entre les photographies et le modèle, c est le modèle qui est pris en référence ; la surface découpée à partir de la frise est alors redimensionnée. La première des difficultés rencontrées concerne le poids des images manipulées. En effet, le choix de la haute résolution pour les photographies engendre des tailles de frise de l ordre de 400 Mo. Hors, les logiciels habituellement utilisés pour représenter les bâtiments sont plutôt prévus pour utiliser des petites éléments comme motif de texture répétitive plutôt qu une seule photo de grande taille appliquée sur la surface entière. De fait, les temps de calculs de positionnement d image sont très longs et ne permettent pas d envisager de multiples facettes avec des orientations distinctes. L obtention de représentation finale de l ouvrage est donc conditionnée par le choix d un logiciel capable de gérer efficacement l application de photographies haute résolution sur des surfaces à orientations multiples. Une deuxième difficulté concerne la prise des photographies des surfaces orthogonales au plan principal de l ouvrage. Autant les frises permettent de fournir les données nécessaires pour reconstituer les surfaces qui peuvent se projeter sur le plan principal de l ouvrage, autant aucune information ne peut en être tirée concernant les surfaces orthogonales à ce plan. Il est donc nécessaire de réaliser des prises de photographies complémentaires, avec comme principal inconvénient de ne pouvoir presque jamais satisfaire aux bonnes conditions de prises de vues. Les images générées sont donc sujettes à des distorsions angulaires majeures. Heureusement, cette situation ne concerne que de petites surfaces, ayant donc un impact mineur sur la représentation de l ouvrage. 3. Conclusion et perspectives Le projet SACRE dans lequel ce travail s inscrit vise dans un premier temps à produire le carnet de santé d un monument historique en pierres calcaires,

13 Méthodologie d acquisition d un modèle du Château de Chambord 13 permettant de faire le point sur notre connaissance de l ouvrage : géométrie, nature et âge de la pierre, état d altération, histoire, conditions environnementales. Ce travail concerne plus particulièrement le premier point : la définition de la géométrie de l ouvrage, c est-à-dire la mise au point d un protocole de relevé topographique et de modélisation sous DAO. La modélisation 3D de l entrée royale et de la tour du chaudron atteint les objectifs en termes de précision requise et de représentativité de l ouvrage. Grâce à l utilisation d un tachéomètre, la précision et le degré de détail retenus permettent de bien identifier les différentes pierres ainsi que les différentes orientations pouvant être à l origine d une variation de comportement face au vieillissement. Il reste cependant à améliorer l application des photographies à hautes définition sur les surfaces du modèle, qui pose un double problème : la taille importante des fichiers et la souplesse de traitement de ces images par le logiciel. Ce travail sera suivit dans un premier temps par la modélisation des écuries du maréchal de Saxe, puis dans un deuxième temps par l implémentation dans le modèle des différents calques (altération, historique, lithologique, environnemental) permettant de définir le carnet de santé de l ouvrage. Une première perspective de développement de la méthode consisterait à utiliser un logiciel plus particulièrement adapté à la représentation d objets 3D complexes dont les surfaces supportent des photographies à haute résolution. Une deuxième perspective pourrait consister à utiliser un scanner laser 3D à longue portée pour représenter l ouvrage de manière plus exhaustive. Dans ce cas, le résultat serait un nuage dense de points et non un modèle comportant uniquement les facettes nécessaires à la bonne compréhension de l architecture. En raison de sa complexité, ce modèle ne pourrait servir de supports aux différents calques du carnet de santé, mais pourrait par contre servir de référence précise pour la mesure de l altération des pierres au cours du temps. 4. Remerciements Les auteurs tiennent à remercier Jennifer Rodrigues et Karl Dupe, étudiants en génie civil à l école polytechnique de l université d Orléans, pour leur active participation à la réalisation de cette modélisation 3D de Chambord, ainsi que Sarah Badosa, étudiante en Master Matériaux du Patrimoine dans leur environnement MAPE SGE Paris 12, pour son travail bibliographique sur l histoire des restaurations de Chambord. 5. Références bibliographiques M. Chatenet, 2001, Chambord, Paris, 279 p. S. Bryant, P. Ponsot, D. Hofbauer, J.-S. Caillou, 2007, Le château de Chambord (Loir-et-Cher) Un monument trop (peu) regardé, publication en ligne

14 14 AUGC /18 MM. Desbois (Père et Fils), 1894, Notice des travaux de restauration exécutés au château de 1882 à 1894, Paris, 25 p. Aubourg-Josset V., Josset D., 1996, Chambord, le château, rapport d opération de surveillance archéologique du 15/02/1996 au Juin 1996 J.-T. Merle, 1832, Chambord, Paris, 258 p. L de la Saussaye, 1834, Notice sur le domaine de Chambord, Blois, 47 p. Jarry L. 1888, Le château de Chambord, Documents inédits sur la date de sa construction et les noms de ses architectes, Orléans, M. Rautureau, Ouvrage collectif, 2000, Tendre comme la pierre, Monuments en tuffeau, guide pour la restauration et l'entretien, O. Rolland, 1999, «Les châteaux de la Loire malades du plâtre?», in Conservation et Restauration du Patrimoine Culturel, n 6, p P. Paquet, 1937, «La remise en état des communs du château de Chambord», in Les monuments Historiques de la France, p

* Université d Orléans, Centre de Recherche sur la Matière Divisée UMR 6619, 1 b rue de la Férollerie, 45071 Orléans Cedex 2, FRANCE

* Université d Orléans, Centre de Recherche sur la Matière Divisée UMR 6619, 1 b rue de la Férollerie, 45071 Orléans Cedex 2, FRANCE Elaboration d une base de données regroupant dans un modèle 3D les cartographies d altération et de datation pour la réalisation d un carnet de santé de monument Xavier Brunetaud * Livio De Luca ** Sarah

Plus en détail

Projet SACRE. Suivi des Altérations, Caractérisation et Restauration des monuments en pierre calcaire

Projet SACRE. Suivi des Altérations, Caractérisation et Restauration des monuments en pierre calcaire Projet SACRE Suivi des Altérations, Caractérisation et Restauration des monuments en pierre calcaire Définition et mise en place d une interface basée sur la plateforme NUBES spécifiquement destinée àl

Plus en détail

Le Château de Kerjean est classé monument historique

Le Château de Kerjean est classé monument historique restauration du château 7/06/06 18:13 Page 1 restauration du château 7/06/06 18:14 Page 2 Le Château de Kerjean est classé monument historique Ce classement a été effectué en 1911, lorsque le château a

Plus en détail

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive Les étapes de l archéologie préventive LE DIAGNOSTIC Lorsque l on aménage un terrain à des fins publiques ou privées (pour construire une route ou un immeuble par exemple), le sol est remanié. Bien avant

Plus en détail

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné :

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : l'assemblage de parpaings le moulage dans un coffrage donnant une forme circulaire

Plus en détail

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN I - Données Générales INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN Rivalités entre réhabilitation, restauration et rénovation Au cours des dernières années, d'importantes études ont été entreprises dans les quartiers

Plus en détail

LE LIVRE BLANC DU RELEVE DE BÂTIMENTS

LE LIVRE BLANC DU RELEVE DE BÂTIMENTS LE LIVRE BLANC DU RELEVE DE BÂTIMENTS Le Livre blanc du Relevé de Bâtiments Edition 2014 1 Sommaire Présentation... 3 Pourquoi des Relevés de Bâtiments?... 3 Les différentes missions de relevé de bâtiment...

Plus en détail

LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI

LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI À VERSAILLES Versailles a su conserver son remarquable patrimoine architectural. Chacun de nous l apprécie, le respecte et le valorise afin que notre ville conserve l

Plus en détail

Ancien prieuré. Aménagement de la maison néogothique. Projet. Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre 08/11/2013

Ancien prieuré. Aménagement de la maison néogothique. Projet. Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre 08/11/2013 Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre Ancien prieuré Aménagement de la maison néogothique Projet 08/11/2013 // Pièces écrites / Sommaire /02 Le projet / Description architecturale

Plus en détail

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 20 L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 21 Besançon : des défenses façonnées par un méandre dominé > 21 27 La citadelle Historique La position stratégique

Plus en détail

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople Considérée comme la huitième merveille du monde, la Basilique Sainte-Sophie se trouve à Istanbul en Turquie. Elle a servi de basilique pendant 916 ans et de

Plus en détail

Chambord. Séminaires & réceptions

Chambord. Séminaires & réceptions Chambord Séminaires & réceptions Emplacements des espaces de location Lille Le Mont-St-Michel Paris Strasbourg Chambord Terrasses 12 Les terrasses Bordeaux 12 Toulouse Nice Corse Sommaire Bras de croix

Plus en détail

dans la gestion technique du bâtiment :

dans la gestion technique du bâtiment : id. BAT ID.BAT : une SSII spécialisée dans la gestion technique du bâtiment : Nous pratiquons les 2 métiers : Ingénierie «informatique» 17 ans de logiciel pour les services techniques Ingénierie «bâtiment»

Plus en détail

communes du pays de brouilly. Four du hameau de Chardignon Saint-Lager

communes du pays de brouilly. Four du hameau de Chardignon Saint-Lager Schéma de restaurationvalorisation du petit patrimoine des communes du pays de brouilly. Four du hameau de Chardignon Saint-Lager SOMMAIRE 1) ÉDIFICE PRÉSENTE... 3 A) DÉNOMINATION ET POSITION GÉOGRAPHIQUE...

Plus en détail

Organiser, plannifier

Organiser, plannifier Dossier HABITAT - Organiser, plannifier Organiser, plannifier 010-011 Les métiers et l organisation Situation de départ : Les travaux de la maison vont commencer, qui doit intervenir en premier, comment

Plus en détail

Jean-Pierre Couwenbergh. guide de référence. AutoCAD 3D. et Autodesk VIZ. Éditions OEM (Groupe Eyrolles), 2003 ISBN : 2-7464-0450-8

Jean-Pierre Couwenbergh. guide de référence. AutoCAD 3D. et Autodesk VIZ. Éditions OEM (Groupe Eyrolles), 2003 ISBN : 2-7464-0450-8 Jean-Pierre Couwenbergh guide de référence AutoCAD 3D et Autodesk VIZ ISBN : 2-7464-0450-8 Table des matières Introduction : L univers 3D d AutoCAD........................................................

Plus en détail

UNE ÉQUIPE D ARTISANS LOCAUX & EXPÉRIMENTÉS CONSTRUCTION & EXTENSION RÉNOVATION & AMÉNAGEMENT CONSEIL

UNE ÉQUIPE D ARTISANS LOCAUX & EXPÉRIMENTÉS CONSTRUCTION & EXTENSION RÉNOVATION & AMÉNAGEMENT CONSEIL UNE ÉQUIPE D ARTISANS LOCAUX & EXPÉRIMENTÉS CONSTRUCTION & EXTENSION RÉNOVATION & AMÉNAGEMENT CONSEIL UNE EXTENSION UNE RÉNOVATION UNE CONSTRUCTION? MAISON COMTEMPORAINE MAISON TRADITIONNELLE Qu il s agisse

Plus en détail

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION Monument Historique Place de la République 72000 LE MANS 01 PRÉSENTATION DE LA VILLE Le Mans Paris Rennes Nantes Le Mans À seulement 50 minutes

Plus en détail

Rourétoise de rénovation SAVOIR-FAIRE - AUTHENTICITÉ - TRADITION - QUALITÉ

Rourétoise de rénovation SAVOIR-FAIRE - AUTHENTICITÉ - TRADITION - QUALITÉ Rourétoise de rénovation SAVOIR-FAIRE - AUTHENTICITÉ - TRADITION - QUALITÉ 35 ans de savoir-faire, d authenticité, de tradition pour donner vie à vos projets Artisan Maçon reconnu par 35 années d Expérience

Plus en détail

Le financement du projet

Le financement du projet Le financement du projet Comment financer mon projet? 14 Votre budget doit faire l objet d une étude approfondie. Pour vous aider à établir votre plan de financement, faites appel à l Association Départementale

Plus en détail

Maisons 2020. les cinq projets

Maisons 2020. les cinq projets D O S S I E R d e p r e s s e Maisons 2020 les cinq projets P L U R I A L L E F F O R T R É M O I S S E P R O J E T T E E N 2 0 2 0 Toujours soucieux d anticiper les évolutions à venir, Plurial L Effort

Plus en détail

CONNAISSANCE DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET URBAIN RAPPORT DE PRÉSENTATION

CONNAISSANCE DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET URBAIN RAPPORT DE PRÉSENTATION ARCHITECTURAL ET URBAIN ZPPAUP Montpellier Gambetta Clemenceau Figuerolles Rapport de présentation Juillet 2006 Page 73 Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager SECTEUR GAMBETTA

Plus en détail

REFERENT DE LA CHARTE : DIRECTION ADJOINTE DU PATRIMOINE TEL:02 38 70 33 72

REFERENT DE LA CHARTE : DIRECTION ADJOINTE DU PATRIMOINE TEL:02 38 70 33 72 REFERENT DE LA CHARTE : DIRECTION ADJOINTE DU PATRIMOINE TEL:02 38 70 33 72 1 Sommaire 1) objectif de la charte graphique patrimoniale 2) Type de fichiers 3) Propriété des travaux 4) Procédure de transmissions

Plus en détail

LES MOSAIQUES DU CREDIT AGRICOLE

LES MOSAIQUES DU CREDIT AGRICOLE LES MOSAIQUES DU CREDIT AGRICOLE Au I er siècle après Jésus-Christ, la ville romaine d Arles (photo ci-dessous) est entourée de remparts. Elle comporte de grandes rues principales appelées Cardo et Decumanus.

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Qu est-ce que l Inventaire?

Qu est-ce que l Inventaire? Qu est-ce que l Inventaire? L I.P.I.C. (ou Inventaire du Patrimoine Immobilier Culturel) est la dénomination désignant l Inventaire du patrimoine architectural de Wallonie. Depuis 2011, il fait suite à

Plus en détail

Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée

Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée Thierry Mezerette FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château - musée Localisation

Plus en détail

SCENARIOS POSSIBLES. SCENARIO 1 RESTAURATION COMPLETE (2 NIVEAUX sous comble restitué) A) Procédure administrative : ISMH / ERP

SCENARIOS POSSIBLES. SCENARIO 1 RESTAURATION COMPLETE (2 NIVEAUX sous comble restitué) A) Procédure administrative : ISMH / ERP SCENARIOS POSSIBLES SCENARIO 1 RESTAURATION COMPLETE (2 NIVEAUX sous comble restitué) A) Procédure administrative : ISMH / ERP Permis de Construire : a) Transmission de 2 exemplaires du dossier au Service

Plus en détail

Couplage d une base de données documentaire à une visualisation interactive 3D sur l Internet

Couplage d une base de données documentaire à une visualisation interactive 3D sur l Internet Couplage d une base de données documentaire à une visualisation interactive 3D sur l Internet Romain Raffin, Jean-luc REY Aix-Marseille Université Plate-forme technologique PRISM Iut d Aix-Marseille romain.raffin[at]univ-amu.fr

Plus en détail

Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest. Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises

Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest. Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises Ville de Montréal Arrondissement Sud-Ouest Direction de l aménagement urbain et des services aux entreprises Demande de démolition 106, rue Rose de Lima Comité de démolition du 26 janvier 2010 1 Ville

Plus en détail

Art Graphique & Patrimoine Savoir faire et technologie au service du patrimoine

Art Graphique & Patrimoine Savoir faire et technologie au service du patrimoine 1 Numérisation 3D monumental Géoréférencement tachéométrique Relevé photogrammétrique Relevé lasergrammétrique: Laser pulsé Laser temps de vol Laser à décalage de phase Laser et triangulation optique Laser

Plus en détail

Introduction. Diagnostic stratégique global des bâtiments communaux une expertise urbaine et architecturale et un diagnostic de l usage

Introduction. Diagnostic stratégique global des bâtiments communaux une expertise urbaine et architecturale et un diagnostic de l usage Introduction Diagnostic stratégique global des bâtiments communaux une expertise urbaine et architecturale et un diagnostic de l usage Approche globale à l Échelle d un bâtiment Exemple : réflexion sur

Plus en détail

Résumé non technique de l étude d impact

Résumé non technique de l étude d impact de l étude d impact 2 2.1 Contexte environnant 2.1.1 Faune et flore La proximité de zones artificialisées, d infrastructures routières majeures et l exploitation antérieures des terres agricoles qui constituent

Plus en détail

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois Chapitre 27 Dispositions relatives au noyau villageois Table des matières 27 DISPOSITIONS RELATIVES AU NOYAU VILLAGEOIS...27-3 27.1 CHAMPS D APPLICATION...27-3 27.2 USAGES ET ÉQUIPEMENTS PERMIS DANS LA

Plus en détail

16 IDEA 04 07 TRANSFORMATION D UNE ANCIENNE FERME À PRAZ/VULLY FR. Ferme lumineuse

16 IDEA 04 07 TRANSFORMATION D UNE ANCIENNE FERME À PRAZ/VULLY FR. Ferme lumineuse 16 IDEA 04 07 Ferme lumineuse Avec la rénovation de cette ancienne ferme située dans la région des Trois lacs de Morat, Neuchâtel et Bienne, l architecte Christophe Pulver voulait atteindre trois buts:

Plus en détail

MUSEE GUGGENHEIM de BILBAO

MUSEE GUGGENHEIM de BILBAO MUSEE GUGGENHEIM de BILBAO Présentation œuvre et artiste : Le musée Guggenheim de Bilbao (Espagne) est un musée d art moderne et contemporain. Comme son frère de New York, bâti sur les plans de Frank Lloyd

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Pour vous aider à financer les travaux de rénovation énergétique de votre logement L éco-prêt à taux zéro est un dispositif

Plus en détail

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert.

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Table des matières Table des matières... i Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des annexes... iv Liste des abréviations

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE DECENNALE 1. MAITRE DE L OUVRAGE (proposant et futur souscripteur du contrat) 1.1. Nom ou raison sociale : 1.2. Adresse précise : 1.3.

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET SCENARIOS POUR UN PROJET DE SALLE CULTURELLE en coeur de village

DIAGNOSTIC ET SCENARIOS POUR UN PROJET DE SALLE CULTURELLE en coeur de village Commune de Limogne en Quercy Diagnostic bâtiment de la halle DIAGNOSTIC ET SCENARIOS POUR UN PROJET DE SALLE CULTURELLE en coeur de village Lot Habitat partie nord rdc 41 m 2 Lot habitat partie sud rdc

Plus en détail

Institut Technique de Formation Professionnelle en Bâtiment, Travaux Publics et Génie Civil (Privé) Plan de Formation

Institut Technique de Formation Professionnelle en Bâtiment, Travaux Publics et Génie Civil (Privé) Plan de Formation Plan de Formation Adresse : 66 Rue Melouiya, 4 ème étage, plateau N 11, Agdal Rabat (angle Avenue de France et Rue Melouiya) Tel/Fax : 05 37 68 60 62 Email : contact@itechbtp.com Site : www.itechbtp.ma

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

AIDE A LA TRANSMISSION DES SAVOIR- FAIRE

AIDE A LA TRANSMISSION DES SAVOIR- FAIRE FONDATION VMF 93 rue de l Université 75007 PARIS www.fondationvmf.org PAYS : DÉPARTEMENT (si France) : RÉGION (si étranger) : AIDE A LA TRANSMISSION DES SAVOIR- FAIRE NOM DE L ORGANISME PRÉSENTÉ : xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Plus en détail

CHAPITRE 11 USAGES ET CONSTRUCTIONS TEMPORAIRES

CHAPITRE 11 USAGES ET CONSTRUCTIONS TEMPORAIRES CHAPITRE 11 USAGES ET CONSTRUCTIONS TEMPORAIRES 11.1 CONSTRUCTIONS TEMPORAIRES AUTORISÉES Sont considérés comme des constructions temporaires, les constructions pouvant être démantelées à la cessation

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD

PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD Mail : leonardlouisearchitecte@yahoo.fr Site Web : www.leonardlouisearchitecte.sitew.com BI-CURSUS, DESS, MATERIAUX POUR L ARCHITECTURE 2003-2004 École d

Plus en détail

CONSTRUCTEUR DEPUIS 1973

CONSTRUCTEUR DEPUIS 1973 CONSTRUCTEUR DEPUIS 1973 Construire le meilleur, C est avant tout une histoire d hommes Depuis 1973, nous, Maisons Levoye sommes spécialistes de la construction individuelle de standing et de l extension

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION POUR LA RENOVATION DU PATRIMOINE BATI ANCIEN

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION POUR LA RENOVATION DU PATRIMOINE BATI ANCIEN DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION POUR LA RENOVATION DU PATRIMOINE BATI ANCIEN A retourner à : Monsieur le Maire de Dannemarie 1 Place de l Hôtel-de-Ville 68210 DANNEMARIE 03 89 25 00 13 mairie@dannemarie.fr

Plus en détail

OPAH MODE D EMPLOI BOUCHES-DU-RHÔNE

OPAH MODE D EMPLOI BOUCHES-DU-RHÔNE OPAH MODE D EMPLOI BOUCHES-DU-RHÔNE Une OPAH? Qu est ce que c est? O.P.A.H = Opération Programmée d Amélioration de l Habitat. Il s'agit d'une action menée par Ouest Provence et les communes membres en

Plus en détail

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel.

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel. L Hôtel du Châtelet L Hôtel du Châtelet Dès le 18 ème siècle, l Hôtel du Châtelet est considéré comme une des plus belles demeures de Paris par les voyageurs qui en font la description à la fin du siècle.

Plus en détail

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation publique ou associative, à l exclusion des activités

Plus en détail

Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel

Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel Nature du site 1 - Un cellier en pierres de taille voûté en berceau 2 - Une cave en pierres de taille voûtée en berceau 3 - Apparition d

Plus en détail

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON Performant thermiquement, léger et travaillé en atelier avant d être rapidement monté sur chantier, le bois est le matériau idéal pour les Extensions/Surélévations.

Plus en détail

Sémiotique des Nouveaux Médias

Sémiotique des Nouveaux Médias Sémiotique des Nouveaux Médias Les Sites Web. Description Conception Spécification d une maquette Peter Stockinger Maison des Sciences de l Homme (MSH) Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM)

Plus en détail

SESP Infos rapides IPEA - ENSEMBLE DES TRAVAUX D'ENTRETIEN-AMELIORATION DE LOGEMENTS. 1er trim.05. glissementbt50 glissementipea IPEA BT50

SESP Infos rapides IPEA - ENSEMBLE DES TRAVAUX D'ENTRETIEN-AMELIORATION DE LOGEMENTS. 1er trim.05. glissementbt50 glissementipea IPEA BT50 CONSTRUCTION N 441 - Juin 2008 Légère accélération de l indice des prix des travaux d entretien-amélioration de logements au 1 er trimestre 2008 Au premier trimestre 2008, l indice des prix des travaux

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 06/2015 OPÉRATION PROGRAMMÉE D AMÉLIORATION DE L HABITAT

DOSSIER DE PRESSE 06/2015 OPÉRATION PROGRAMMÉE D AMÉLIORATION DE L HABITAT DOSSIER DE PRESSE 06/2015 OPÉRATION PROGRAMMÉE D AMÉLIORATION DE L HABITAT O.P.A.H. multisites de la CCPRO, présentation de la démarche Dans le cadre de son Programme Local de l Habitat, la CCPRO a lancé,

Plus en détail

Les outils informatiques conçus pour les bureaux d études

Les outils informatiques conçus pour les bureaux d études Les outils informatiques conçus pour les bureaux d études Phoenix Convention Center, designed by Populous. Photo (c) Christy Radecic 2009 Agenda CID Deauville 2010 La gamme des produits Autodesk Des produits

Plus en détail

Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines

Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines LES CAHIERS PRATIQUES Préambule La demande du client Ce document est réalisé sur la base d ateliers de travail rassemblant des entreprises

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation d une ancienne grange du XVIII ème siècle Localisation : 49260

Plus en détail

Version en ligne. Tiré-à-part des Actes du colloque Virtual Retrospect 2007. Pessac (France) 14, 15 et 16 novembre 2007

Version en ligne. Tiré-à-part des Actes du colloque Virtual Retrospect 2007. Pessac (France) 14, 15 et 16 novembre 2007 Version en ligne Tiré-à-part des Actes du colloque Virtual Retrospect 2007 Pessac (France) 14, 15 et 16 novembre 2007 Vergnieux R. et Delevoie C., éd. (2008), Actes du Colloque Virtual Retrospect 2007,

Plus en détail

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Intervention du 25 Juin 2015 Dans le cadre des «soirées du Bâtiment» de l Action Construction Durable Couserans Laurelyne MEUNIER,

Plus en détail

Embellir sa devanture commerciale

Embellir sa devanture commerciale C h a r t e p a y s a g e u r b a i n Embellir sa devanture commerciale Le centre-ville de Montfermeil bénéficie d un patrimoine bâti important, empreinte de cet ancien bourg agricole. Cependant, cet héritage

Plus en détail

2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts

2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts 2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts DESCRIPTION ET PLAN L église paroissiale de Cernay- La- Ville inscrite à l inventaire des Monuments

Plus en détail

Remplacer la porte de grange LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN. La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne

Remplacer la porte de grange LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN. La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne LES FAÇADES Remplacer la porte de grange 1 1 LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne Une publication de la Fondation rurale de Wallonie Assistance

Plus en détail

Couvertures en ardoises rectangulaires

Couvertures en ardoises rectangulaires Couvertures en ardoises rectangulaires Découvrez l esthétique des ardoises naturelles pour le toit et la façade. Ne soyez pas modeste, optez pour l ardoise! LES COUVERTURES EN ARDOISES RECTANGULAIRES UN

Plus en détail

Bâtiment et développement durable

Bâtiment et développement durable Bâtiment MAÇON MAÇON Le maçon construit le gros œuvre des bâtiments. Il met en place les fondations puis monte les structures porteuses : murs, poutrelles et planchers. Métier Le maçon réalise des travaux

Plus en détail

PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3

PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3 ECOLE SPECIALE DES TRAVAUX PUBLICS PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3 AUTEUR : GABILLAT Arnaud PACAUD Fabien BUSSUTIL Clothilde TAN Vincent B3 1 IMPLANTATION DU PROJET Programme : Réalisation

Plus en détail

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK Les problématiques environnementales dues à une trop grande consommation d énergie ne peuvent plus être négligées aujourd hui. La

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION. octobre 2013

DOSSIER THÉMATIQUE LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION. octobre 2013 DOSSIER THÉMATIQUE crédit photo : Prod. Numérik - Fotolia octobre 2013 LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION Pour un investissement à longue durée de vie comme un bâtiment, l approche en coût global est

Plus en détail

Page 1 sur 24. 2015 Catalogue des formations Assurées par : ROBOBAT AFRIQUE

Page 1 sur 24. 2015 Catalogue des formations Assurées par : ROBOBAT AFRIQUE Page 1 sur 24 2015 Catalogue des formations Assurées par : ROBOBAT AFRIQUE Page 2 sur 24 AutoCAD - AutoCAD 2D de base... 3 -AutoCAD 2D avancé... 4 -AutoCAD modelisation 3D...5 AutoCAD Mep...6 AutoCAD Structural

Plus en détail

Conseil d administration 322 e session, Genève, 30 octobre-13 novembre 2014 GB.322/PFA/3

Conseil d administration 322 e session, Genève, 30 octobre-13 novembre 2014 GB.322/PFA/3 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 322 e session, Genève, 30 octobre-13 novembre 2014 GB.322/PFA/3 Section du programme, du budget et de l administration Segment du programme, du

Plus en détail

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER OBJECTIFS Réaliser le dossier dans chaque domaine de diagnostique immobilier : amiante, plomb, diagnostic de performance énergétique, termites, gaz et installations intérieures électriques, mesurage des

Plus en détail

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter 1 SOMMAIRE Vues générales des toits 3 Type de charpentes, de la plus simple à la plus sophistiquée quelques coupes transversales

Plus en détail

Décret DT / DICT le Rôle du Géomètre-Expert

Décret DT / DICT le Rôle du Géomètre-Expert Décret DT / DICT le Rôle du Géomètre-Expert Expérimentation de l Observatoire Régional Midi-Pyrénées Intervenant : P Bezard-Falgas,Géomètre expert Président de la Commission Information géographique Les

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 33

Bulletin trimestriel de conjoncture n 33 M A R S 2 0 0 7 Bulletin trimestriel de conjoncture n 33 4 e trimestre 2006 Forte augmentation des prix et croissance limitée du volume de travaux d entretien-amélioration du logement Le chiffre d affaires

Plus en détail

Le Dessin Technique.

Le Dessin Technique. Jardin-Nicolas Hervé cours 1 / 9. Modélisation et représentation d un objet technique. La modélisation et la représentation d un objet sont deux formes de langage permettant de définir complètement la

Plus en détail

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes 1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] 1.1 Avantages & principes 1.2 Process de fonctionnement BIM ESQUISSE CONCEPTION EVALUATION CONSTRUCTION GESTIONS Acquisition de données Intégration logiciel

Plus en détail

JNGG 2002, 8 et 9 Octobre 2002, Nancy 1

JNGG 2002, 8 et 9 Octobre 2002, Nancy 1 JNGG 2002, 8 et 9 Octobre 2002, Nancy 1 CONFORTEMENT DE L ESCALIER MONUMENTAL A AUCH JACQUARD Catherine FUGRO Géotechnique, 12 rue des Frères Lumière, Parc d Activités Clément Ader, 34830 JACOU, fugro.se@wanadoo.fr

Plus en détail

ETAT DES LIEUX RAPPEL DE L ETAT DES LIEUX EFFECTUE EN JANVIER 1993

ETAT DES LIEUX RAPPEL DE L ETAT DES LIEUX EFFECTUE EN JANVIER 1993 ETAT DES LIEUX RAPPEL DE L ETAT DES LIEUX EFFECTUE EN JANVIER 1993 1 ETAT DES LIEUX AU PRINTEMPS 2010 Végétation Souche effondrée Végétation Parties hautes des murs effondrées Cheminées effondrées Ouverture

Plus en détail

Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT

Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT COMPTE RENDU DE VISITE ECOLE CENTRALE PARIS Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT Introduction Pour la dernière journée de notre voyage d intégration, nous avons été accueillis le vendredi

Plus en détail

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges SA LE TOIT VOSGIEN BP 31 88100 SAINT-DIE-DES-VOSGES / F. LAUSECKER ARCHITECTE /

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

Le collège André Malraux à Senones

Le collège André Malraux à Senones Le collège André Malraux à Senones 2 Le collège André Malraux à Senones 4 Le mot du Président du Conseil Général 8 Genèse d un projet 10 Organisation des volumes et fonctions 12 Démarche haute Qualité

Plus en détail

Master complémentaire Conservation Restauration Patrimoine culturel immobilier

Master complémentaire Conservation Restauration Patrimoine culturel immobilier Master complémentaire Conservation Restauration Patrimoine culturel immobilier Académie universitaire Wallonie-Bruxelles Académie universitaire Wallonie-Europe Académie universitaire Louvain Institut supérieur

Plus en détail

LA GRAND-PLACE DE BRUXELLES ET SES ABORDS UN PATRIMOINE MONDIAL

LA GRAND-PLACE DE BRUXELLES ET SES ABORDS UN PATRIMOINE MONDIAL Estrategias relativas al Patrimonio Cultural Mundial. La Salvaguarda en un Mundo Globalizado: Principios, Prácticas y Perspectivas LA GRAND-PLACE DE BRUXELLES ET SES ABORDS UN PATRIMOINE MONDIAL Pascale

Plus en détail

Communauté d agglomération du Grand-Rodez. Rodez. L immeuble Balard 14 place de la Cité. Inventaire du patrimoine

Communauté d agglomération du Grand-Rodez. Rodez. L immeuble Balard 14 place de la Cité. Inventaire du patrimoine Communauté d agglomération du Grand-Rodez Inventaire du patrimoine Rodez L immeuble Balard 14 place de la Cité Diane Joy Novembre 2010 L immeuble Balard, 14 place de la Cité L immeuble situé au n 14 place

Plus en détail

VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 1570 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT D HARMONISATION SUR L URBANISME RELATIVEMENT AUX PERMIS ET CERTIFICATS

VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 1570 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT D HARMONISATION SUR L URBANISME RELATIVEMENT AUX PERMIS ET CERTIFICATS VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 1570 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT D HARMONISATION SUR L URBANISME RELATIVEMENT AUX PERMIS ET CERTIFICATS Avis de motion donné le 18 janvier 2010 Adopté le 1 er février

Plus en détail

Résidence pour Etudiants, R+7 en bois Maison de l Inde à la Cité Universitaire Internationale de Paris

Résidence pour Etudiants, R+7 en bois Maison de l Inde à la Cité Universitaire Internationale de Paris 3 ème Forum International Bois Construction 2013 Résidence pour Etudiants R+7, Maison de l Inde à la CIUP F. Lipsky-Rollet, O. Gaujard 1 Résidence pour Etudiants, R+7 en bois Maison de l Inde à la Cité

Plus en détail

ARRA HLM Réseau des acteurs de la ville

ARRA HLM Réseau des acteurs de la ville ARRA HLM Réseau des acteurs de la ville «Des coûts de production du logement social en Rhône-Alpes aux enjeux partagés par les partenaires pour produire plus, mieux et abordable» Vendredi 26 juin 2009

Plus en détail

Evelina NASONOVA. Introduction :

Evelina NASONOVA. Introduction : MEMOIRE SCHEMA DIRECTEUR DEVELOPPEMENT DURABLE POUR UNE USINE RENAULT DANS LE MONDE SOUTENU LE 21 NOVEMBRE 2006 A L ECOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSEES Evelina NASONOVA Ce travail a été réalisé au sein

Plus en détail

LE LAVOIR DE LA MONTAGNE - RAPPORT DE PRESENTATION - DOSSIER PHOTOGRAPHIQUE

LE LAVOIR DE LA MONTAGNE - RAPPORT DE PRESENTATION - DOSSIER PHOTOGRAPHIQUE LE LAVOIR DE LA MONTAGNE - RAPPORT DE PRESENTATION - DOSSIER PHOTOGRAPHIQUE 1 La mairie de Ressons-le-Long souhaite restaurer le lavoir de la Montagne. L opération fait l objet d une souscription «Fondation

Plus en détail

Musées et paysages culturels

Musées et paysages culturels La Charte de Sienne Musées et paysages culturels Proposée par l ICOM Italie le 7 juillet 2014 à la Conférence internationale de Sienne 1. Le paysage italien Le paysage italien est le pays que nous habitons,

Plus en détail

Citadelle de Blaye. Guide Investir dans la Citadelle. mai / septembre 2015

Citadelle de Blaye. Guide Investir dans la Citadelle. mai / septembre 2015 Citadelle de Blaye Guide Investir dans la Citadelle mai / septembre 2015 Appel à projets Cahier des charges 02 Sommaire P. 03 P. 06 PRéAMBULE 1. QUE SIGNIFIE LE STATUT DE PATRIMOINE MONDIAL? P. 09 2. LA

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE REGLEMENT D APPEL A PROJETS - 1 ère EDITION 2013 - «AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DU PATRIMOINE BATI» OUVERTURE DE L APPEL A PROJETS : 1 er juillet 2013

Plus en détail

C0nstruire une mais0n. Sommaire

C0nstruire une mais0n. Sommaire Sommaire Page 2 : Le terrain Page 3 : Les raccordements Page 4 : Les fondations Page 5 : La chape Page 6 : Les murs Page 8 : Les planchers Page 9 : Le toit Page 10 : La charpente Page 12 : Les tuiles C0nstruire

Plus en détail

Étudier l histoire des arts

Étudier l histoire des arts Étudier l histoire des arts Une option de détermination en seconde Puis soit une option de spécialité en filière littéraire Soit une option facultative dans toutes les autres filières. Au lycée Fulbert

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Demande de permis de rénover et construire

Demande de permis de rénover et construire Demande de permis de rénover et construire Maison individuelle La Gibbeuse Poitiers Arnault Leroy 06'77'09'75'88 arno@ecoabita.com PCMI1 - Plan de situation 000 ET 68 N PCMI19 - A1 - Plan masse de la construction

Plus en détail