Méthodologie d acquisition d un modèle du Château de Chambord

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Méthodologie d acquisition d un modèle du Château de Chambord"

Transcription

1 Méthodologie d acquisition d un modèle du Château de Chambord Xavier Brunetaud Kévin Beck Muzahim Al-Mukhtar Ecole Polytechnique de l Université d Orléans 8 rue Léonard de Vinci, Orléans, France Centre de Recherche sur la Matière Divisée, CRMD-CNRS, Université d Orléans 1B, rue de la Férollerie Orléans Cedex 2, France. ; ; RÉSUMÉ. Le programme de recherche SACRE vise à donner aux gestionnaires de monuments historiques en pierres calcaires un outil rationnel d aide à la décision pour optimiser la planification des restaurations et ainsi maîtriser leur budget. Ce travail concerne la définition de la géométrie de l ouvrage, c est-à-dire la mise au point d un protocole de relevé topographique et de modélisation sous DAO. Grâce à l utilisation d un tachéomètre, la précision et le degré de détail retenus permettent de bien identifier les différentes pierres ainsi que les différentes orientations pouvant être à l origine d une variation de comportement face au vieillissement. Il reste cependant à améliorer l application des photographies à hautes définition sur les surfaces du modèle. ABSTRACT. The research program SACRE aims at giving managers of historic heritage a rational decision support to optimize the planning of restoration and control their budgets. This work concerns the definition of the geometry of the structure, ie the development of a protocol for mapping and CAD modelling. Through the use of a tachometer, the resulting accuracy and detail level can identify the different stones and the different directions that can cause a change in aging behaviour. However, an improvement of the implementation of high-definition pictures on the model s surfaces is still required. MOTS-CLÉS : Pierres calcaires, patrimoine, Chambord, modélisation sous DAO, projet SACRE KEYWORDS: Limestones, heritage, Chambord, CAD modelling, SACRE project 1. Introduction L importance des dépenses correspondant aux interventions de restauration du patrimoine bâti dans le budget d un ouvrage tel que Chambord conduit à ne AUGC /18 pages 1 à 14

2 2 AUGC /18 considérer que les opérations nécessaires. La nature imprévisible de ces opérations souvent urgentes rend la maîtrise de ce budget très complexe. Pour sortir de cette gestion de l urgence, le Domaine de Chambord, en accord avec l architecte en chef des monuments historiques, se fixe pour objectif de proposer une planification de ces opérations sur 12 ans. Le programme de recherche SACRE (Suivi des Altérations, Caractérisation et Restauration des monuments en pierre calcaire), financé par la région Centre, en partenariat entre le CRMD (Centre de Recherche sur la Matière Divisée), le Domaine National de Chambord, l institut PRISME (Institut Pluridisciplinaire de Recherche en Ingénierie de Systèmes Mécanique et Energétique) et le LRMH (Laboratoire de Recherche sur les Monuments Historiques) vise à donner aux gestionnaires d ouvrages un outil rationnel d aide à la décision pour optimiser la planification des restaurations et ainsi maîtriser leur budget. 1.1 Contexte de l étude C est en 1519 que François 1 er décide se constituer un vaste domaine de chasse, dans une zone marécageuse, au cœur d une forêt particulièrement giboyeuse et à quelques quinze kilomètres de Blois. Chambord, qui signifie passage sur la courbe (du celte cambos-ritos), a dû exister dès l époque gauloise, et représentait alors un habitat établi près d un gué, à la courbe d une rivière. Au début du X ème siècle, les comtes de Blois font construire de nombreuses résidences forestières dont Chambord qui est l une des plus anciennes. François 1 er, qui y fit de courtes haltes en 1519, décide de faire construire un somptueux édifice au lieu et place de Chambord. Léonard de Vinci revient bien souvent dans les nombreux écrits sur les origines du château, sans qu aucun texte ou plan ne le confirme vraiment, mais il n est pas improbable que ses dessins aient inspiré les premiers architectes de Chambord. En effet, le nom de l architecte de Chambord demeure un mystère, et depuis plusieurs siècles, les historiens tentent d apporter de nouvelles hypothèses. Le domaine de Chambord est un vaste marais insalubre à l origine. Les fondations du château ont été l objet de nombreuses interrogations et interprétations. Des textes et des comptes du XVIème siècle, ainsi que des sondages effectués en 1984 par Pierre Lebouteux semblaient conforter l hypothèse de la présence de pilotis en chêne soutenants un radeau de bois sous le soubassement en pierres (Chatenet, 2001). Or des sondages effectués plus récemment lors de la fouille de la cours à partir des années 1999 ont conduit à réviser cette hypothèse, puisque aucun radier ou pilotis en bois n a été retrouvé. En revanche, les fondations se développent sur plusieurs niveaux. Juste au dessus du substrat marneux, à 5,50 m de profondeur par rapport au niveau actuel, on retrouve une maçonnerie de blocs de pierres noyés dans un mortier, l ensemble entouré d un clayonnage en bois. Un mortier jaune recouvre l ensemble. Au dessus se développent des assises de gros blocs, toujours entourés du même mortier. A partir de 2,60 m de profondeur, se développe un autre niveau, qui correspond également à la hauteur des vestiges médiévaux arasés. Enfin, au dessus sont construites des maçonneries de petit appareil régulier et d un mortier

3 Méthodologie d acquisition d un modèle du Château de Chambord 3 moins grossier et plus oranger. Ces fondations sont continues sur l ensemble du château, ce qui permet d affirmer que l ensemble des différentes parties du château était prévu dès l origine (Bryant et al., 2007). Ensuite se développe l élévation du bâtiment. On sait que le sol n a pas toujours été au même niveau. Ainsi, au XVIème siècle, il était probablement légèrement plus bas que celui que nous connaissons actuellement. On sait aussi que jusqu au début du XXème siècle, le niveau du sol de la cours, était bien plus haut que maintenant, les soubassements en pierre de Pontijou étant totalement enfouis, les premiers parements en tuffeau étant au niveau du sol. Il est cependant difficile de dire à quelle période le niveau du sol a été élevé jusqu au bandeau de tuffeau, peut-être à l époque du roi Stanislas Leczinski (De la Saussaye, 1834). Une grande quantité de tuffeau a été retrouvé dans la cours du château, révélée par les fouilles de Ce matériau n existant pas à l état naturel sur le site de Chambord, il est probable que la taille de la pierre se faisait sur place une fois les gros blocs importés, les nombreux déchets servant alors de remblais (Aubourg- Josset, Josset, 1996) Sous Louis XIV, deux vagues de travaux sont effectuées. Entre 1664 et 1672, ce sont essentiellement des travaux dans le domaine qui sont effectués. Il fait construire les abords du château, en érigeant le village, l église, en restaurant les murs du parc, etc. Entre 1972 et 1979, le château n est plus entretenu, et les travaux reprennent en 1680, commençants par la remise en état des abords du château. Les travaux effectués par Jules Hardouin-Mansart entre 1681 et 1685 prennent une autre envergure, et ne se limitent pas à des réparations ou restaurations. Il fait construire des écuries à l ouest, des bâtiments dans l avant-cour du château autour de la place d arme. Au niveau du château en lui-même, il termine notamment les toitures de l aile de la chapelle, et fait couvrir d un étage mansardé les ailes Ouest et Sud des parties basses. La duchesse de Berry, fait exécuter des travaux de restauration des terrasses du château selon les plans et devis proposés par M. Pinault et M. de Calonne en Elle demande à ce que chaque partie du château garde les ornements propres à chaque époque, tout en revenant à l esprit du monument à l époque de François 1er. Son fils, le Comte de Chambord, suit le même dessein. Le régisseur, M. Bourcier, entama en 1830 une grande vague de travaux de restauration, en réhabilitant toutes les maisons du village, et faisant abattre les mansardes de l aile Ouest pour y reconstruire la terrasse d origine. (Merle, 1832). Sous l égide du Duc Robert de Parme commencent alors des travaux de restauration dirigés par Jules Desbois de 1882 à Les travaux commencent par la cours intérieure extrêmement humide et encombré de gravois qu il faut assainir (Desbois, 1894). Des réparations intérieures et extérieures de menuiserie ou maçonnerie suivent alors, la restauration des maçonneries pulvérulentes de la tour lanterne, constituant l action la plus importante de Jules Desbois et de ses fils qui prennent la suite (Desbois, 1894).

4 4 AUGC /18 Au XXème siècle, les restaurations se poursuivent, c est le cas des escaliers François 1er et Henri II, de la couverture des communs d Orléans, de la destruction des mansardes de l aile Sud, etc. A partir du début du XIXème siècle, les restaurations et interventions à Chambord sont bien documentées, répertoriées en trois catégories : le château, le village et les murs du parc, et séparés selon différents corps de métier : maçonnerie, charpente, couverture, serrurerie, plâtrerie, peinture, plomberie, sculpture, terrassement et fournitures. Ces informations sont minutieusement répertoriées dans des devis de restauration conservés aux archives départementales du Loir-et-Cher, de même que les plans qui les accompagnent parfois notamment pour l époque où y travaillaient les Desbois. Les principes de la restauration de l époque étaient bien différents de ceux d aujourd hui. L objectif était de rendre au monument son aspect d origine, en consolidant ce qui était abîmé, en reconstruisant les parties manquantes et en détruisant tous les ajouts modernes qui nuisent à l authenticité du monuments (De la Saussaye, 1834). Aujourd hui, chaque étape de construction a son importance et fait partie de l histoire du monument. La destruction des terrasses très endommagées de l aile Sud a posé plus d interrogations éthiques que lorsque celles de l aile Ouest ont été détruites en En effet, devait-on restaurer ces mansardes et garder ainsi une trace des vestiges du passé, ou bien les détruire et revenir à un état plus proche de celui d origine? (Paquet, 1937). 1.2 Le projet SACRE Ce projet s appuie sur le projet d établissement du Domaine de Chambord en cours de réalisation dont un des chantiers «travaux et maintenance» permet à l établissement public de récoler les plans et informations indispensables à la vie du Domaine pour préserver son patrimoine. Il constitue également une base de suivi scientifique de la restauration du monument avec un apport d information abondant le schéma directeur récemment établi par l architecte en chef des monuments historiques, pour la programmation des travaux de restauration sur le château selon les critères sanitaires et esthétiques retenus. La création d un outil de gestion original permet à terme d être un prolongement logique à ce schéma directeur. La carte d identité d un édifice constitue un élément décisif pour le gestionnaire d un bien. Les données doivent être précisément documentées, archivées afin d être disponibles plusieurs années après pour d éventuelles interventions futures. La durée de vie des monuments étant importante, il faut organiser cette traçabilité non seulement pour l histoire du monument mais aussi parce qu au cours de la vie d un édifice, les conditions environnementales et climatiques (pollution atmosphériques, modifications anthropiques) peuvent évoluer et se traduire sur une même pierre par une modification de l altération et par conséquent, un changement net des mécanismes d altération mis en jeu. L un des objectifs du programme de recherche

5 Méthodologie d acquisition d un modèle du Château de Chambord 5 consiste à établir un carnet de santé de l ouvrage permettant de référencer toutes les informations nécessaires à l établissement d un diagnostic détaillé de l état d altération de l ouvrage, de la localisation des dégradations aux conditions météorologiques, en passant par les archives historiques et architecturales. Ce programme de recherche à la fois fondamentale et appliquée se divise en 5 volets : 1. La modélisation sous DAO de l ouvrage consiste à construire un support graphique détaillé pour rassembler toutes les données acquises au long du projet. 2. La réalisation du carnet de santé de l ouvrage permettra de référencer toutes les informations nécessaires à l établissement d un diagnostic détaillé de l état d altération de l ouvrage, de la localisation des dégradations jusqu aux conditions météorologiques, en passant par les archives historiques et architecturales. 3. La simulation et la prédiction des altérations, étape la plus fondamentale, consiste à simuler sous la forme de séquences expérimentales en laboratoire et de modélisation numérique les processus d altérations, afin de comprendre leur évolution et d en estimer les cinétiques. 4. La création d un outil d aide à la décision correspond à l application de la simulation à l ouvrage, pour en estimer la vitesse de dégradation. Ajouté à cela un chiffrage des coûts unitaires, cet outil logiciel permettra de proposer un calendrier rationnel des travaux de restauration. 5. La valorisation du projet auprès du grand public se fera sous une forme vulgarisée du logiciel, présentée lors d une exposition à Chambord. Dans le cadre de cette étude, une première étape consiste à modéliser sous DAO les parties de l ouvrage qui ont été sélectionnées. Cette modélisation consiste à construire un support graphique détaillé pour rassembler toutes les données acquises au long du projet. Dans un premier temps, ce modèle servira de support pour référencer toutes les informations nécessaires à l établissement d un diagnostic détaillé de l état d altération de l ouvrage, de la localisation des dégradations jusqu aux conditions météorologiques, en passant par les archives historiques et architecturales. Toutes les données nécessaires à la description de la géométrie de l ouvrage sont relevées sur site. Ces données géométriques sont complétées par l acquisition de photographies à haute résolution, pour obtenir un modèle 3D dont les surfaces ont l aspect exact des façades de l ouvrage. Cet article présente les études d optimisation qui ont permis d établir les différents protocoles qui assurent l obtention d un résultat fiable et suffisamment détaillé.

6 6 AUGC /18 2. La modélisation sous DAO 2.1. Le domaine d étude En décidant de créer un établissement public industriel et commercial spécifiquement chargé de la gestion de l ensemble du Domaine de Chambord depuis le 1er juillet 2005, l Etat a procédé à une réforme qui permet à Chambord de retrouver une cohérence parfois perdue et de mieux valoriser, auprès d un public élargi, un lieu emblématique du génie français participant ainsi à une gestion dynamique d un ensemble patrimonial unique. Le projet SACRE se concentre sur 3 parties identifiées du domaine national de Chambord : l entrée royale (façade sud de l enceinte basse), la tour du Chaudron et les écuries du maréchal de Saxe (cf. figure 1). Ces 3 parties revêtent des intérêts particuliers : La façade sud correspond à la façade d entrée du château. Il est donc essentiel pour l image présentée au public de garder cette façade dans le meilleur état possible. La tour du chaudron a été très peu restaurée et présente un état d altération avancé. Son emplacement, notamment du fait de la proximité des douves et de l exposition aux vents dominants, en fait une zone particulièrement propice au développement d altérations. Les écuries du maréchal de Saxe ont été construites un peu plus tard que le château mais n ont jamais été restaurées. Elles sont aujourd hui principalement à l état de ruines. La datation fiable de ces pierres permet une estimation plus précise des vitesses d altération.

7 Méthodologie d acquisition d un modèle du Château de Chambord 7 Tour du chaudron N Entrée royale Ecuries du maréchal de Saxe Figure 1. Représentation des points d études au Domaine National de Chambord 2.2. Protocole d acquisition des points Tous les points nécessaires à la définition de la géométrie de l ouvrage sont relevés sur site grâce à un théodolite de marque LEICA. Tous les changements de station topographique ont été réalisés sur la base d une triangulation à 5 points afin de minimiser les erreurs de positionnement. Au final, les dispositions retenues pour le relevé de l ouvrage permet d estimer l incertitude de positionnement à quelques millimètres.

8 8 AUGC /18 Figure 2. Ensemble des points obtenus après relevé topographique de la façade sud et de la tour du Chaudron 2.3 Les choix de modélisation La modélisation sous DAO nécessite de simplifier l ouvrage de manière à ne conserver que les points essentiels à sa représentation. Il s agit alors de trouver le bon compromis entre précision des mesures et efficacité du modèle. En effet, les mesures doivent être suffisamment précises et riches de manière à représenter les principales surfaces qui serviront de support pour le carnet de santé (calque d altération, historique, lithologique, environnemental). Cependant, comme ce modèle constitue un document support et non une base de simulation numérique, il doit rester suffisamment simple pour être manipulé de manière efficace, notamment plus l implémentation des calques. Il faut donc réduire le nombre de surfaces le composant au strict nécessaire. Voici en figure 3 et 4 quelques exemples de simplifications adoptées pour la modélisation sous DAO.

9 Méthodologie d acquisition d un modèle du Château de Chambord 9 Figure 3. Simplifications adoptées pour la représentation des pilastres

10 10 AUGC /18 Figure 4. Simplifications adoptées pour la représentation des chapiteaux Dans l objectif de limiter le nombre de facettes composant le modèle, il faut représenter comme une surface plane tout ce qui s y apparente. Il faut donc rendre coplanaires tous les points bordant une même surface. Ainsi, toutes les surfaces comportant plus de 3 points (et donc la totalité des surfaces) font l objet d une correction de la profondeur. Cette correction consiste à retenir un plan médian minimisant l erreur de profondeur et à projeter tous les points sur ce plan. Au final, les points corrigés ne comportent pas d erreur supplémentaire significative dans le plan principal de l ouvrage mais peuvent subir une translation dans la profondeur allant jusqu à quelques centimètres. Pour la plus grande partie des volumes créés, le principe est de retenir un profil par exemple sur le plan (Z ; Y), cf. figure 5, et de l extruder dans la direction orthogonale, ici X. Pour la tour, cette disposition n est pas utilisable puisqu il n existe pas de système de coordonnées orthogonal fixe définissant un plan principal. La tour n étant pas parfaitement circulaire, il n est pas non possible de la générer par révolution. La solution consiste alors à générer une ligne courbe moyenne définissant sa forme directrice (SPLINE sur Autocad ) et de s en servir comme chemin d extrusion (BALAYAGE sur Autocad 2008).

11 Méthodologie d acquisition d un modèle du Château de Chambord 11 Figure 5. Représentation filaire 3D de l entrée royale et de la tour du Chaudron Figure 6. Représentation volumique de l entrée royale et de la tour du Chaudron 2.4. Photographies à haute résolution La prise de photographies à haute résolution permet de générer l habillage des surfaces créées dans la représentation 3D de l ouvrage. Ces photographies doivent permettre de situer sans ambigüité les différentes pierres afin de constituer un bon support pour tous les autres calques. La solution qui s est imposée consiste à prendre des photographies en utilisant comme dimension principale la hauteur du bâtiment et en fixant la résolution à 10 Mégapixels. Pour limiter les effets de distorsion angulaire au niveau des bords des photographies, la prise de vue est réalisée si possible à environ 110 m de distance de la cible avec un zoom optique de 12x. Cette disposition ne peut être appliquée qu à deux conditions : 1. le temps est suffisamment clair pour ne pas bruiter l image ;

12 12 AUGC /18 2. le terrain est suffisamment dégagé (absence d obstacle : bâtiments, arbres, personnes circulant dans le champ de vision). Il faut aussi s assurer que la photographie est prise précisément dans la direction orthogonale à la surface ciblée. Cette condition ne pose pas de problème particulier lorsque la façade est plane (cas de l entrée royale), mais devient assez contraignante dans le cas d une façade courbe (cas de la tour du chaudron). Dans tous les cas, l utilisation des connaissances de base de topographies permettent de définir avec précision les points d implantation des stations. Avant d appliquer les photographies sur les surfaces du modèle 3D de l ouvrage, il faut d abord les assembler. La constitution de la frise peut se faire à partir de n importe quel logiciel de traitement d images, il suffit seulement de prendre quelques précautions sur le choix des repères pour orienter correctement les photographies. En effet, il faut systématiquement redimensionner les images et les faire pivoter avant de les assembler. Ensuite, il reste à identifier sur la frise chaque surface du modèle, à les découper et à les appliquer sur le modèle. En cas de discordance entre les photographies et le modèle, c est le modèle qui est pris en référence ; la surface découpée à partir de la frise est alors redimensionnée. La première des difficultés rencontrées concerne le poids des images manipulées. En effet, le choix de la haute résolution pour les photographies engendre des tailles de frise de l ordre de 400 Mo. Hors, les logiciels habituellement utilisés pour représenter les bâtiments sont plutôt prévus pour utiliser des petites éléments comme motif de texture répétitive plutôt qu une seule photo de grande taille appliquée sur la surface entière. De fait, les temps de calculs de positionnement d image sont très longs et ne permettent pas d envisager de multiples facettes avec des orientations distinctes. L obtention de représentation finale de l ouvrage est donc conditionnée par le choix d un logiciel capable de gérer efficacement l application de photographies haute résolution sur des surfaces à orientations multiples. Une deuxième difficulté concerne la prise des photographies des surfaces orthogonales au plan principal de l ouvrage. Autant les frises permettent de fournir les données nécessaires pour reconstituer les surfaces qui peuvent se projeter sur le plan principal de l ouvrage, autant aucune information ne peut en être tirée concernant les surfaces orthogonales à ce plan. Il est donc nécessaire de réaliser des prises de photographies complémentaires, avec comme principal inconvénient de ne pouvoir presque jamais satisfaire aux bonnes conditions de prises de vues. Les images générées sont donc sujettes à des distorsions angulaires majeures. Heureusement, cette situation ne concerne que de petites surfaces, ayant donc un impact mineur sur la représentation de l ouvrage. 3. Conclusion et perspectives Le projet SACRE dans lequel ce travail s inscrit vise dans un premier temps à produire le carnet de santé d un monument historique en pierres calcaires,

13 Méthodologie d acquisition d un modèle du Château de Chambord 13 permettant de faire le point sur notre connaissance de l ouvrage : géométrie, nature et âge de la pierre, état d altération, histoire, conditions environnementales. Ce travail concerne plus particulièrement le premier point : la définition de la géométrie de l ouvrage, c est-à-dire la mise au point d un protocole de relevé topographique et de modélisation sous DAO. La modélisation 3D de l entrée royale et de la tour du chaudron atteint les objectifs en termes de précision requise et de représentativité de l ouvrage. Grâce à l utilisation d un tachéomètre, la précision et le degré de détail retenus permettent de bien identifier les différentes pierres ainsi que les différentes orientations pouvant être à l origine d une variation de comportement face au vieillissement. Il reste cependant à améliorer l application des photographies à hautes définition sur les surfaces du modèle, qui pose un double problème : la taille importante des fichiers et la souplesse de traitement de ces images par le logiciel. Ce travail sera suivit dans un premier temps par la modélisation des écuries du maréchal de Saxe, puis dans un deuxième temps par l implémentation dans le modèle des différents calques (altération, historique, lithologique, environnemental) permettant de définir le carnet de santé de l ouvrage. Une première perspective de développement de la méthode consisterait à utiliser un logiciel plus particulièrement adapté à la représentation d objets 3D complexes dont les surfaces supportent des photographies à haute résolution. Une deuxième perspective pourrait consister à utiliser un scanner laser 3D à longue portée pour représenter l ouvrage de manière plus exhaustive. Dans ce cas, le résultat serait un nuage dense de points et non un modèle comportant uniquement les facettes nécessaires à la bonne compréhension de l architecture. En raison de sa complexité, ce modèle ne pourrait servir de supports aux différents calques du carnet de santé, mais pourrait par contre servir de référence précise pour la mesure de l altération des pierres au cours du temps. 4. Remerciements Les auteurs tiennent à remercier Jennifer Rodrigues et Karl Dupe, étudiants en génie civil à l école polytechnique de l université d Orléans, pour leur active participation à la réalisation de cette modélisation 3D de Chambord, ainsi que Sarah Badosa, étudiante en Master Matériaux du Patrimoine dans leur environnement MAPE SGE Paris 12, pour son travail bibliographique sur l histoire des restaurations de Chambord. 5. Références bibliographiques M. Chatenet, 2001, Chambord, Paris, 279 p. S. Bryant, P. Ponsot, D. Hofbauer, J.-S. Caillou, 2007, Le château de Chambord (Loir-et-Cher) Un monument trop (peu) regardé, publication en ligne

14 14 AUGC /18 MM. Desbois (Père et Fils), 1894, Notice des travaux de restauration exécutés au château de 1882 à 1894, Paris, 25 p. Aubourg-Josset V., Josset D., 1996, Chambord, le château, rapport d opération de surveillance archéologique du 15/02/1996 au Juin 1996 J.-T. Merle, 1832, Chambord, Paris, 258 p. L de la Saussaye, 1834, Notice sur le domaine de Chambord, Blois, 47 p. Jarry L. 1888, Le château de Chambord, Documents inédits sur la date de sa construction et les noms de ses architectes, Orléans, M. Rautureau, Ouvrage collectif, 2000, Tendre comme la pierre, Monuments en tuffeau, guide pour la restauration et l'entretien, O. Rolland, 1999, «Les châteaux de la Loire malades du plâtre?», in Conservation et Restauration du Patrimoine Culturel, n 6, p P. Paquet, 1937, «La remise en état des communs du château de Chambord», in Les monuments Historiques de la France, p

* Université d Orléans, Centre de Recherche sur la Matière Divisée UMR 6619, 1 b rue de la Férollerie, 45071 Orléans Cedex 2, FRANCE

* Université d Orléans, Centre de Recherche sur la Matière Divisée UMR 6619, 1 b rue de la Férollerie, 45071 Orléans Cedex 2, FRANCE Elaboration d une base de données regroupant dans un modèle 3D les cartographies d altération et de datation pour la réalisation d un carnet de santé de monument Xavier Brunetaud * Livio De Luca ** Sarah

Plus en détail

Projet SACRE. Suivi des Altérations, Caractérisation et Restauration des monuments en pierre calcaire

Projet SACRE. Suivi des Altérations, Caractérisation et Restauration des monuments en pierre calcaire Projet SACRE Suivi des Altérations, Caractérisation et Restauration des monuments en pierre calcaire Définition et mise en place d une interface basée sur la plateforme NUBES spécifiquement destinée àl

Plus en détail

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et recommandations Le Pont des Trous constitue un des rares exemples

Plus en détail

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN Avant d attaquer les travaux, les étapes suivantes doivent être réalisées: le terrain a été acheté. le notaire a édité tous les papiers administratifs nécessaires. les plans ont été dessinés et validés

Plus en détail

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château centre d interprétation de l architecture et du patrimoine Localisation

Plus en détail

COMMUNE de CIVRIEUX D AZERGUES LE NUANCIER

COMMUNE de CIVRIEUX D AZERGUES LE NUANCIER COMMUNE de CIVRIEUX D AZERGUES LE NUANCIER Les façades Le fond de façade appartient à une famille colorée dominante : les neutres et quelques ocrés (ocre jaune et ocre orangé). Les teintes seront choisies

Plus en détail

Drones et supercalculateurs : un nouveau champ d investigation pour la photogrammétrie.

Drones et supercalculateurs : un nouveau champ d investigation pour la photogrammétrie. 1 Drones et supercalculateurs : un nouveau champ d investigation pour la photogrammétrie. Montée en puissance des applications et des performances. Introduction... p. 2 Archéologie... p. 3 Patrimoine en

Plus en détail

Patrimoine Architectural et Archéologique

Patrimoine Architectural et Archéologique Patrimoine Architectural et Archéologique Université de Strasbourg / Master 2 Couleur, Architecture - Espace Recherche et analyse de la coloration historique et architecturale Adresse du site: 3 rue du

Plus en détail

Frédéric Blanc. 200 Infographie d architecture

Frédéric Blanc. 200 Infographie d architecture 200 Infographie d architecture Frédéric Blanc Frédéric Blanc a occupé, sept années durant, le poste de Product Manager Graphic & Design au sein d Abvent, distributeur français de SketchUp et éditeur d

Plus en détail

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné :

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : l'assemblage de parpaings le moulage dans un coffrage donnant une forme circulaire

Plus en détail

Le Dessin Technique.

Le Dessin Technique. Jardin-Nicolas Hervé cours 1 / 9. Modélisation et représentation d un objet technique. La modélisation et la représentation d un objet sont deux formes de langage permettant de définir complètement la

Plus en détail

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique Fiche 6 : approche scientifique et technique, du projet à la réalisation par le plan Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture

Plus en détail

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc Bâtiment d une surface de 1030 m² créé dans l enceinte du lycée Jean ZAY. Ascenseur à créer Bandeau béton Elévation Façade Nord Bardage bois vertical Bardage cassette aluminium laqué RAL7016 Menuiseries

Plus en détail

Projet MITECH. Séminaire des contractants 23 mars 2011

Projet MITECH. Séminaire des contractants 23 mars 2011 Projet MITECH Séminaire des contractants 23 mars 2011 Attendus initiaux et réalisations du projet de recherche Etudes préalables Expériment ations Etudes Outils d application Travaux d accompag enement

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

SUPPORT DE COURS AUTOCAD 2007 NIVEAU 2 : 3d et rendu SOMMAIRE

SUPPORT DE COURS AUTOCAD 2007 NIVEAU 2 : 3d et rendu SOMMAIRE SOMMAIRE 1. METHODOLOGIE / INTERFACE DE TRAVAIL...3 2. BIEN REGLER AUTOCAD 2007...4 3. TRAVAIL EN 3D : CREER LES OBJETS...5 4. LES OPERATIONS BOOLEENNES...6 5. MODIFIER et MANIPULER LES OBJETS EN 3D...7

Plus en détail

C.C.T.P. (Cahier des Clauses Techniques Particulières) «Diagnostic Monuments Historiques des bâtiments classés»

C.C.T.P. (Cahier des Clauses Techniques Particulières) «Diagnostic Monuments Historiques des bâtiments classés» «Etude et maîtrise d œuvre de réhabilitation des bâtiments classés Monuments Historiques» C.C.T.P. (Cahier des Clauses Techniques Particulières) «Diagnostic Monuments Historiques des bâtiments classés»

Plus en détail

LE LIVRE BLANC DU RELEVE DE BÂTIMENTS

LE LIVRE BLANC DU RELEVE DE BÂTIMENTS LE LIVRE BLANC DU RELEVE DE BÂTIMENTS Le Livre blanc du Relevé de Bâtiments Edition 2012 1 Sommaire Présentation... 3 Pourquoi des Relevés de Bâtiments?... 3 Les différentes missions de relevé de bâtiment...

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation d une maison du XV ème siècle Localisation : La Maison des

Plus en détail

Rapport de Diagnostic Technique de l état physique. «La Maison du contrôleur»

Rapport de Diagnostic Technique de l état physique. «La Maison du contrôleur» Référence dossier : Z0907035-OG Rapport de Diagnostic Technique de l état physique «La Maison du contrôleur» Maître d ouvrage Voies Navigables de France Direction Interrégionale de VNF Sud Ouest 2 Port

Plus en détail

ATELIER D ARCHITECTURE JCBA Sarl

ATELIER D ARCHITECTURE JCBA Sarl ATELIER D ARCHITECTURE JCBA Sarl 22, RUE LA FAYETTE 67100 STRASBOURG TEL : 03.88.43.35.74 MEL : contact@jcba.fr Objet : Projet de réhabilitation d'un immeuble situé aux n 28, 30 et 31 rue Dietrich à OBERNAI.

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

DESSINS D ARCHITECTURE

DESSINS D ARCHITECTURE Les dessins d architecture Page 1 DESSINS D ARCHITECTURE Objectifs : - Connaitre à partir d une application les différents plans réalisés dans le domaine de la construction, et plus particulièrement les

Plus en détail

DU SCAN AU DIAG. Le BIM en REHABILITATION LES OUTILS LES VALEURS A OBTENIR CAHIER DES CHARGES PRECIS COMPLETER LA MAQUETTE PAR LES RELEVES ET SONDAGES

DU SCAN AU DIAG. Le BIM en REHABILITATION LES OUTILS LES VALEURS A OBTENIR CAHIER DES CHARGES PRECIS COMPLETER LA MAQUETTE PAR LES RELEVES ET SONDAGES Le BIM en REHABILITATION LES OUTILS LES VALEURS A OBTENIR CAHIER DES CHARGES PRECIS COMPLETER LA MAQUETTE PAR LES RELEVES ET SONDAGES LES RELEVES Relevé laser scanner 3D Mise en place d un plan d exécution

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Couplage d une base de données documentaire à une visualisation interactive 3D sur l Internet

Couplage d une base de données documentaire à une visualisation interactive 3D sur l Internet Couplage d une base de données documentaire à une visualisation interactive 3D sur l Internet Romain Raffin, Jean-luc REY Aix-Marseille Université Plate-forme technologique PRISM Iut d Aix-Marseille romain.raffin[at]univ-amu.fr

Plus en détail

Home Passive Home. La rénovation passive, basse et très basse énergie des maisons bruxelloises Bruxelles Environnement

Home Passive Home. La rénovation passive, basse et très basse énergie des maisons bruxelloises Bruxelles Environnement 1 Home Passive Home La rénovation passive, basse et très basse énergie des maisons bruxelloises Bruxelles Environnement Les valeurs patrimoniales des maisons bruxelloises Atouts et contraintes pour une

Plus en détail

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE Projet de Fin d Etudes réalisé à Apave Liban Par Corentin Demolder Encadré par Bassam Habre Tuteur

Plus en détail

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO LE BESOIN D UN PLAN DE GESTION Le patrimoine culturel et naturel fait partie des biens inestimables et irremplaçables non seulement de chaque pays mais de toute

Plus en détail

TRAVAUX TOPOGRAPHIQUES LIDAR SCANNER EXTERNALISATION INGENIERIES INFRASTRUCTURES SIG / MODELISATION 3D

TRAVAUX TOPOGRAPHIQUES LIDAR SCANNER EXTERNALISATION INGENIERIES INFRASTRUCTURES SIG / MODELISATION 3D TRAVAUX TOPOGRAPHIQUES LIDAR SCANNER EXTERNALISATION INGENIERIES INFRASTRUCTURES SIG / MODELISATION 3D QUI SOMMES NOUS? FUTURMAP est une société internationale spécialisée dans la topographie, la cartographie

Plus en détail

M3O Initiation 3DSmax

M3O Initiation 3DSmax M3O Initiation 3DSmax Partie 1 Présentation des possibles 1h30 Partie 2 Formation à l outil 6h Partie 3 Conception pratique 7h30 (plus travail personnel) -Phase de discussion autour des connaissances des

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE. Guide des pièces à fournir. Gagnons du temps! www.ressonslelong.fr

PERMIS DE CONSTRUIRE. Guide des pièces à fournir. Gagnons du temps! www.ressonslelong.fr PERMIS DE CONSTRUIRE Gagnons du temps! Guide des pièces à fournir www.ressonslelong.fr SOMMAIRE LE PERMIS DE CONSTRUIRE? :... 03 PC1 : LE PLAN DE SITUATION... 04 PC2 : LE PLAN DE MASSE... 05-06 PC3 : LE

Plus en détail

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Dossier de presse Le 5 avril 2012 CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Le Conseil général des Hauts-de-Seine et la Ville de Saint-Cloud présentent le projet de valorisation du site Dossier de presse Contacts presse

Plus en détail

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois Chapitre 27 Dispositions relatives au noyau villageois Table des matières 27 DISPOSITIONS RELATIVES AU NOYAU VILLAGEOIS...27-3 27.1 CHAMPS D APPLICATION...27-3 27.2 USAGES ET ÉQUIPEMENTS PERMIS DANS LA

Plus en détail

Fiche Préconisation Création d ascenseur

Fiche Préconisation Création d ascenseur Page : 1 1- Constat Impossibilité d accéder à un ou plusieurs niveaux du bâtiment par un moyen de transport vertical Rappel réglementaire : Un ascenseur est obligatoire 1- Si l effectif admis aux étages

Plus en détail

LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI

LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI LES TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE BÂTI À VERSAILLES Versailles a su conserver son remarquable patrimoine architectural. Chacun de nous l apprécie, le respecte et le valorise afin que notre ville conserve l

Plus en détail

Préparer un ravalement de façade MODE D'EMPLOI

Préparer un ravalement de façade MODE D'EMPLOI Préparer un ravalement de façade MODE D'EMPLOI zinguerie menuiserie pierre de taille ferronnerie élément de décor soubassement Angers est reconnue bien au-delà de ses frontières pour la qualité de son

Plus en détail

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes 1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] 1.1 Avantages & principes 1.2 Process de fonctionnement BIM ESQUISSE CONCEPTION EVALUATION CONSTRUCTION GESTIONS Acquisition de données Intégration logiciel

Plus en détail

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE DOSSIER : CHARIOT PORTE PALAN INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE ATELIER CATIA V5: GENERATIVE STRUCTURAL ANALYSIS OBJECTIFS : L objectif de cette étude consiste

Plus en détail

CONCEPTION ET PROCEDES DE FABRICATION

CONCEPTION ET PROCEDES DE FABRICATION Dessin technique 1 CONCEPTION ET PROCEDES DE FABRICATION OBJECTIFS DU MODULE Dans la première partie qui traite la conception I et éléments de machines, l étudiant doit être capable à la fin du cours de

Plus en détail

Organiser, plannifier

Organiser, plannifier Dossier HABITAT - Organiser, plannifier Organiser, plannifier 010-011 Les métiers et l organisation Situation de départ : Les travaux de la maison vont commencer, qui doit intervenir en premier, comment

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

Manufacture nationale des Gobelins, Mobilier national, Paris

Manufacture nationale des Gobelins, Mobilier national, Paris Manufacture nationale des Gobelins, Mobilier national, Paris Depuis le 17 ème siècle, l histoire du Mobilier National et celle de la Manufacture Nationales des Gobelins sont indissociables, bien qu étant

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

VISUBAT Votre partenaire BIM

VISUBAT Votre partenaire BIM VISUBAT Votre partenaire BIM MODÉLISATION BIM - AUDIT DE STRUCTURE - BIM MANAGER - BIM COORDINATEUR - AMO BIM - ACCOMPAGNEMENT des entreprises - MISE À NIVEAU de projets - SERVICE D ANALYSE du modele BIM

Plus en détail

LES CENTRALES EOLIENNES

LES CENTRALES EOLIENNES LES CENTRALES EOLIENNES FONCTIONNEMENT Les éoliennes utilisent l énergie cinétique du vent (énergie éolienne) pour la transformer en énergie électrique. Elles produisent une énergie renouvelable (et même

Plus en détail

www.imprimermonlivre.com

www.imprimermonlivre.com 0 www.imprimermonlivre.com Composition d une couverture avec Word L objectif de ce guide est de vous proposer un mode opératoire pour créer une couverture avec Word. Nous vous rappelons toutefois que Word

Plus en détail

Esiee 2008 Buzer. Guide d utilisation. Scanner LPX-600

Esiee 2008 Buzer. Guide d utilisation. Scanner LPX-600 Esiee 2008 Buzer Guide d utilisation Scanner LPX-600 Principes de base Scan à balayage rotatif L objet est placé sur un plateau rotatif. Le système de mesure se déplace uniquement en hauteur. L objet va

Plus en détail

D onnées topographiques. Les profils en long. Les profils des grandes forces hydrauliques

D onnées topographiques. Les profils en long. Les profils des grandes forces hydrauliques D onnées topographiques L identifier, voire quantifier les processus d incision ou d exhaussement. Malheureusement, les données topographiques anciennes sont moins fréquentes, moins homogènes à l échelle

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

Ensemble de maisons jumelées à. Fentange

Ensemble de maisons jumelées à. Fentange Ensemble de maisons jumelées à Fentange Ensemble de maisons jumelées à Fentange Une maison à 5 km du centre ville de Luxembourg Ce rêve pourrait se réaliser grâce à ces futures nouvelles constructions

Plus en détail

PROFESSIONNEL DU BÂTIMENT, NOUS DÉVELOPPONS VOTRE PROJET SUR MESURE. INTERLOCUTEUR UNIQUE, NOUS VOUS OFFRONS DU CLEF EN MAIN.

PROFESSIONNEL DU BÂTIMENT, NOUS DÉVELOPPONS VOTRE PROJET SUR MESURE. INTERLOCUTEUR UNIQUE, NOUS VOUS OFFRONS DU CLEF EN MAIN. PROFESSIONNEL DU BÂTIMENT, NOUS DÉVELOPPONS VOTRE PROJET SUR MESURE. INTERLOCUTEUR UNIQUE, NOUS VOUS OFFRONS DU CLEF EN MAIN. GESTIONNAIRE AVISÉ, NOUS NOUS ENGAGEONS SUR DES GARANTIES. Nécessaire à l enrichissement

Plus en détail

Animation d un robot

Animation d un robot nimation d un robot IFT3355 : Infographie - TP #1 Jérémie Dumas Baptiste De La Robertie 3 février 2010 Université de Montréal Table des matières Introduction au problème 2 1 Transformations 2 1.1 Passage

Plus en détail

Pièces à joindre à une demande de PERMIS DE CONSTRUIRE pour une maison individuelle

Pièces à joindre à une demande de PERMIS DE CONSTRUIRE pour une maison individuelle page 1/5 1) Pièces obligatoires pour tous les dossiers PCMI1. Un plan de situation du terrain [Art. R. 431-7 a) du code de l urbanisme] Le plan de situation permet de Vous devez indiquer sur le plan son

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE Une précision liminaire : les édifices désignés comme monuments historiques dans la présente fiche sont ceux, inscrits ou classés, protégés par la loi du

Plus en détail

Le réglage mécanique virtuel

Le réglage mécanique virtuel Le réglage mécanique virtuel Didier LE PAPE [1] Un réglage mécanique est une modification de la configuration d un mécanisme, sans changement de la définition des pièces, réalisée afin de satisfaire une

Plus en détail

Le palais des ducs et des États de Bourgogne

Le palais des ducs et des États de Bourgogne Le palais des ducs et des États de Bourgogne Aux origines du palais Le palais s est développé au nord-ouest du castrum (1), la muraille édifiée au III e siècle. Il semble que le centre du pouvoir politique

Plus en détail

CHAPITRE 4 LE PERMIS DE CONSTRUCTION

CHAPITRE 4 LE PERMIS DE CONSTRUCTION CHAPITRE 4 LE PERMIS DE CONSTRUCTION [Loi sur l aménagement et l urbanisme, article 119, article 120 et article 237] 4.1 Nécessité du permis de construction Tout projet de construction, de transformation,

Plus en détail

Exemple découpe laser.

Exemple découpe laser. ATELIER DES MAQUETTES GUIDE POUR LA CRÉATION DES FICHIERS DE DÉCOUPE Exemple découpe laser. façade sud Pour de très petites pièces tel que piliers ou escaliers dessiner une gravure en vert clair et libérer

Plus en détail

MARCHE DE MAITRISE D OEUVRE ------------ PROGRAMME

MARCHE DE MAITRISE D OEUVRE ------------ PROGRAMME MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DU DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL --- AMBASSADE DE FRANCE AU ROYAUME UNI DE GRANDE BRETAGNE ET D IRLANDE DU NORD --- Antenne immobilière de Londres --- MARCHE DE MAITRISE

Plus en détail

Document 1 : modélisation d un appareil photographique

Document 1 : modélisation d un appareil photographique PCSI1-Lycée Michelet 2014-2015 APPROCHE DOCUMENTAIRE : appareil photo numérique Extrait du programme : en comparant des images produites par un appareil photographique numérique, discuter l influence de

Plus en détail

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont BBC RT2012 Passive Tenir compte de matériaux et procédés innovants Recherche de performance à anticiper en amont Obligations de résultats Eviter l apparition de nouveaux désordres Constat : aggravation

Plus en détail

Réussir. construire. sa demande de permis de. Brice Fèvre et Jean-Marc Chailloux. Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-11573-4

Réussir. construire. sa demande de permis de. Brice Fèvre et Jean-Marc Chailloux. Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-11573-4 Réussir sa demande de permis de construire Brice Fèvre et Jean-Marc Chailloux Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-11573-4 Sommaire Avant-propos... 1 1 Historique du permis de construire... 2 1.1 Esthétisme

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional OCTOBRE 2014

Rapport pour la commission permanente du conseil régional OCTOBRE 2014 Rapport pour la commission permanente du conseil régional OCTOBRE 2014 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france CPER 2007-2013 UNIVERSITE DE PARIS OUEST NANTERRE LA DEFENSE

Plus en détail

FORMULAIRE TYPE FACULTATIF DE SAISINE POUR MEDIATION INDICATIONS POUR RENSEIGNER LE FORMULAIRE

FORMULAIRE TYPE FACULTATIF DE SAISINE POUR MEDIATION INDICATIONS POUR RENSEIGNER LE FORMULAIRE FORMULAIRE TYPE FACULTATIF DE SAISINE POUR MEDIATION Secrétariat Général de l ICOM Maison de l UNESCO, 1 rue Miollis 75732 Cedex 51 Paris France secretariat@icom.museum INDICATIONS POUR RENSEIGNER LE FORMULAIRE

Plus en détail

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive Les étapes de l archéologie préventive LE DIAGNOSTIC Lorsque l on aménage un terrain à des fins publiques ou privées (pour construire une route ou un immeuble par exemple), le sol est remanié. Bien avant

Plus en détail

Maison n 2: Haret Essoura

Maison n 2: Haret Essoura Maison n 2: Haret Essoura Équipe: structure et équipement État des lieux Adresse: Hart soura, derb Derkaoua, n 5, Marrakech Ancienne Zaouia, avec coupole Conception de la maison Accessibilité difficile

Plus en détail

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN I - Données Générales INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN Rivalités entre réhabilitation, restauration et rénovation Au cours des dernières années, d'importantes études ont été entreprises dans les quartiers

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE Guide pratique du particulier Envie de vous lancer dans un projet de construction neuve? Envie d aménager vos locaux ou de modifier votre façade? Vous êtes

Plus en détail

La problématique de la. Réalisation d une maquette géospatiale urbaine 3D pour la gestion du vieux bâti

La problématique de la. Réalisation d une maquette géospatiale urbaine 3D pour la gestion du vieux bâti Réalisation d une maquette géospatiale urbaine 3D pour la gestion du vieux bâti Le cas du quartier El Amir, ville d Oran (Algérie) Madina Asmaa Missoumi, Ingénieur d État en aménagement du territoire Département

Plus en détail

destination des constructions, la surface hors oeuvre nette...

destination des constructions, la surface hors oeuvre nette... Les pièces à joindre à un dossier de permis de construire NOTICE EXPLICATIVE Vous trouverez ci-dessous la nature et le détail d établissement des 8 pièces du formulaire nécessaire à l établissement du

Plus en détail

Entrepreneur de construction

Entrepreneur de construction Profil des compétences professionnelles Programme-cadre et détail du programme des examens relatifs aux modules des cours de technologie, théorie professionnelle Organisation pratique, lieux d organisation

Plus en détail

LES DOCUMENTS ESSENTIELS

LES DOCUMENTS ESSENTIELS LES DOCUMENTS ESSENTIELS ARV 1052 Typologie des archives Définition Assurer la survie de l organisation o Catastrophes naturelles o Catastrophes «à causes humaines» Plan des mesures d urgence o Évaluation

Plus en détail

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 CODATU XI Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 MODELE DE SIMULATION DE FLUX DE VOYAGEURS POUR L ETUDE ET L EXPLOITATION DES STATIONS DE TRAMWAY ET DE BUS ET DE LEURS EQUIPEMENTS COMPORTEMENT DES

Plus en détail

ruines du château, parc, douves et abords

ruines du château, parc, douves et abords FICHE 14 Sagonne : ruines du château, parc, douves et abords Commune : Sagonne Statut : site inscrit le 10 janvier 1947 Superficie : 6 hectares Monuments Historiques à l intérieur du site : - Ruines du

Plus en détail

Chapitre 1A, Québec, une ville patrimoniale (p.266 à p. 277)

Chapitre 1A, Québec, une ville patrimoniale (p.266 à p. 277) Chapitre 1A, Québec, une ville patrimoniale (p.266 à p. 277) Section 1 : Définition de Patrimoine (p.266) _ Patrimoine : Exemple : Toutes choses connectées à l histoire, l héritage, et la culture d un

Plus en détail

LE LIVRE BLANC DU RELEVE DE BÂTIMENTS

LE LIVRE BLANC DU RELEVE DE BÂTIMENTS LE LIVRE BLANC DU RELEVE DE BÂTIMENTS Le Livre blanc du Relevé de Bâtiments Edition 2014 1 Sommaire Présentation... 3 Pourquoi des Relevés de Bâtiments?... 3 Les différentes missions de relevé de bâtiment...

Plus en détail

Entretien de bâtiments en pisé à Succieu, Isère Chantier participatif 4,5 et 6 avril 2014. Synthèse des interventions

Entretien de bâtiments en pisé à Succieu, Isère Chantier participatif 4,5 et 6 avril 2014. Synthèse des interventions Entretien de bâtiments en pisé à Succieu, Isère Chantier participatif 4,5 et 6 avril 2014 Synthèse des interventions 1 Objectifs du chantier Le contexte Par le biais de l entreprise Formaterre contactée

Plus en détail

Nombre de crédits ECTS : construction et connaissance des matériaux Nombre de périodes : 80 Code : N UF 115 DESCRIPTION

Nombre de crédits ECTS : construction et connaissance des matériaux Nombre de périodes : 80 Code : N UF 115 DESCRIPTION IDENTIFICATION Intitulé de l Unité de formation : TECHNOLOGIE, MÉTRÉS ET Niveau d études : A B C - D SCIENCES DE LA TERRE Intitulé du cours : Notions de technologie de la Nombre de crédits ECTS : construction

Plus en détail

Eglise Saint Goulven. 29770 Goulien. État sanitaire. Sarl Le Ber

Eglise Saint Goulven. 29770 Goulien. État sanitaire. Sarl Le Ber Eglise Saint Goulven 29770 Goulien État sanitaire Kerfeos 29450 SIZUN Charpente Restauration Patrimoine Q 2393 Menuiserie Restauration MH Q 4393 Certificat QUALIBAT N 50834 www.ateliersleber.fr Juin 2015

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/52 Point 23.2 de l ordre du jour provisoire 6 mai 2014 Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

Usages des données 3D urbaines pour les villes de Genève et Lausanne

Usages des données 3D urbaines pour les villes de Genève et Lausanne Usages des données 3D urbaines pour les villes de Genève et Lausanne Rencontres SIG La Lettre : Le Grand Boom de la 3D Claudio Carneiro Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) Laboratoire de Systèmes

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail

Présentation CRESITT Industrie Orléans, le 5 novembre 2015

Présentation CRESITT Industrie Orléans, le 5 novembre 2015 Présentation CRESITT Industrie Orléans, le 5 novembre 2015 Contexte La valorisation des patrimoines naturels et culturels représente un enjeu stratégique pour la Région Centre-Val de Loire dans sa stratégie

Plus en détail

Rapport de diagnostic Technique Canal des Deux Mers

Rapport de diagnostic Technique Canal des Deux Mers BUREAU VERITAS Agence : 12 Rue Michel Labrousse BP 64797 31047 Toulouse cedex 1 Tél : 05 61 31 57 89 Fax : 05 61 31 57 14 N affaire : 2099686 N rapport : / Rev.0 Rapport établi le : 25/01/2010 Par l intervenant

Plus en détail

Evelina NASONOVA. Introduction :

Evelina NASONOVA. Introduction : MEMOIRE SCHEMA DIRECTEUR DEVELOPPEMENT DURABLE POUR UNE USINE RENAULT DANS LE MONDE SOUTENU LE 21 NOVEMBRE 2006 A L ECOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSEES Evelina NASONOVA Ce travail a été réalisé au sein

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 1 bis du 25 janvier 2008 C2007-132 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l emploi du 15 novembre

Plus en détail

ARTILLERIE ET PHYSIQUE DANS UN JEU VIDÉO

ARTILLERIE ET PHYSIQUE DANS UN JEU VIDÉO ARTILLERIE ET PHYSIQUE DANS UN JEU VIDÉO Stranger, Niavok 29 octobre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 Un peu de contexte 7 3 L artillerie antiaérienne à l époque des guerres mondiales 9 4 16.7ms

Plus en détail

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople Considérée comme la huitième merveille du monde, la Basilique Sainte-Sophie se trouve à Istanbul en Turquie. Elle a servi de basilique pendant 916 ans et de

Plus en détail

Rapport de Stage. Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees. (15 janvier - 15juillet 2006

Rapport de Stage. Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees. (15 janvier - 15juillet 2006 Rapport de Stage Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees (15 janvier - 15juillet 2006 15 avril - 15 juillet 2007) Effectué au sein du laboratoire MAP-ARIA

Plus en détail

Dossier d autorisation du droit des sols

Dossier d autorisation du droit des sols Dossier d autorisation du droit des sols» Permis de Construire» Permis de Démolir» Déclaration Préalable L imprimé CERFA Il existe plusieurs imprimés CERFA selon le type de demande d autorisation : Édito

Plus en détail

Politique de gestion des archives. Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479)

Politique de gestion des archives. Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479) Politique de gestion des archives Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479) TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE... 3 2.

Plus en détail

Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales

Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales Catalogue des bonnes pratiques de gestion des eaux pluviales et de conservation des sols Atelier pour l élaboration d un catalogue

Plus en détail

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS Méthode de tests MODE D EMPLOI Cette première partie est destinée à ceux qui débutent en tests et permet une approche progressive et simple de la méthodologie des tests. L introduction vous aura permis

Plus en détail

DECLARATION PREALABLE DE TRAVAUX OU PERMIS DE CONSTRUIRE?

DECLARATION PREALABLE DE TRAVAUX OU PERMIS DE CONSTRUIRE? DECLARATION PREALABLE DE TRAVAUX OU PERMIS DE CONSTRUIRE? QUELLES DEMARCHES administratives POUR REALISER VOs travaux? SOMMAIRE LA DEMARCHE A SUIVRE Travaux soumis au permis de construire : PC Travaux

Plus en détail

Technicien d Études du Bâtiment comportant

Technicien d Études du Bâtiment comportant Création d une option de «collaborateur d architecte» à un diplôme professionnel existant Le Baccalauréat Professionnel Technicien du bâtiment : Études et Économie A la rentrée 2008 Le bac pro Technicien

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail