La réadaptation prime la rente

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La réadaptation prime la rente"

Transcription

1 La réadaptation professionnelle des personnes handicapées : un tremplin vers l emploi M. Alain Zumbrunnen Directeur du centre de formation professionnelle Oriph de Morges «Dans mon intervention, je vais tenter de vous apporter un éclairage sur l un des aspects de l assurance invalidité, à savoir : la réadaptation professionnelle. Permettez-moi, dans un premier temps, de vous présenter brièvement l Oriph, «Organisation Romande pour l Intégration professionnelle des Personnes handicapées». L association Oriph a été créée en 1948 à Lausanne par le Professeur Placide Nicod. Ce qui avait été fait, pendant la guerre, pour les enfants étrangers victimes des hostilités devait l être aussi pour les enfants suisses atteints à la naissance d un handicap. M. Nicod, médecin, ainsi que d autres personnalités ont fondé ce qui s appelait à l époque le «Centre d observation professionnelle pour infirmes». Les spécialistes des assurances sociales constateront que la naissance de l Oriph est antérieure à l assurance invalidité, qui est entrée en vigueur en 1960 seulement! En étroite collaboration avec les Offices de l assurance invalidité de Suisse Romande, l Oriph a pour mission de créer et gérer des structures adaptées à la population prise en charge et répondant aux mandats des services placeurs d offrir des prestations d observation et/ou d orientation professionnelle de dispenser des formations de qualité répondant aux besoins des entreprises et enfin de favoriser l intégration professionnelle et collaborer étroitement avec l économie. Tout en répondant aux besoins de toute la Suisse Romande, l association Oriph est active dans les cantons de Vaud, du Valais et du Jura. Plus précisément : à Morges pour le reclassement d adultes dans le domaine secondaire nous y reviendrons par la suite à Pomy sur Yverdon pour le reclassement de jeunes adultes et d adultes dans le domaine tertiaire commerce, secrétariat, informatique, chimie, etc à Sion pour des jeunes en formation professionnelle initiale à Delémont pour le reclassement d adultes en mécanique de précision et enfin à Yverdon pour des expertises, soit de déterminer si des chances de réadaptation sont envisageables ou si l assuré s achemine vers une rente de l assurance invalidité en raison de son état de santé. Ce dernier élément me permet de rappeler un objectif essentiel de l assurance invalidité à savoir que La réadaptation prime la rente En d autres termes empruntés à la loi AI : la rente doit céder le pas aux mesures de réadaptation qui visent à rétablir, à développer ou à sauvegarder la capacité de gain. Le droit à la rente revêt ainsi un caractère subsidiaire dans la mesure où elle ne peut être allouée que si la réadaptation n est pas possible ou ne l est que d une manière insuffisante Les Offices AI ont donc pour mission, entre autres, de déterminer si l assuré va être au bénéfice d une rente ou si un projet de réadaptation est envisageable. Dans le deuxième des cas, le collaborateur de l assurance invalidité favorisera une réadaptation professionnelle directement avec les entreprises ou alors fera appel à un centre de formation professionnelle.

2 A cette étape du projet de réadaptation, lorsque l Office AI sollicite les services d un centre de formation professionnelle, il y a fort à parier que l assuré n est pas en mesure de réinsérer professionnellement sans une aide extérieure. Les raisons sont multiples : Une trop longue durée d inactivité professionnelle L incertitude quant à la réussite d un projet de réadaptation d où le besoin d une phase initiale d observation Le besoin d effectuer une orientation professionnelle avant de débuter une formation en centre ou en entreprise La nécessité d un encadrement social pour une période limitée dans le temps Un ré-entraînement au travail dans un milieu adapté Et d autres raisons encore Je vais aborder maintenant les prestations offertes par le centre Oriph de Morges, prestations que vous trouverez également dans les autres centres Oriph, ainsi que dans les centres de formation spécialisée tels que Le Requis à Grandson ou encore le CIP «Centre d Intégration Professionnelle» à Genève. Les différences entre les centres se situent au niveau de la population accueillie, du choix des prestations de base - observation, orientation, formation - ou encore des métiers dispensés. A l Oriph de Morges, plus de 90 places de stages sont à disposition des assurés. Ces derniers proviennent de toute la Suisse Romande bien qu en majorité du canton de Vaud. La moitié environ sont de nationalité Suisse, l autre moitié du bassin méditerranéen dont un pourcentage important de Portugais. En fait, la nationalité suit très souvent les mouvements migratoires. La moyenne d âge est de 35 à 37 ans, des hommes en très grande majorité. Environ 50% des assurés souffrent de problèmes lombaires et un tiers de problèmes à un membre inférieur ou supérieur. Il n est pas rare qu un handicap ajouté, reconnu ou pas par l AI, à caractère psy ou pas, soit également présent. Un point commun qui n a pas frontière, pas d âge et pas de sexe, relie presque tous les assurés. Il s agit de la douleur. Pour les personnes accueillies, le centre Oriph de Morges peut offrir la palette complète des prestations de réadaptation. A savoir : Une observation professionnelle qui a pour but d évaluer les compétences et les acquis de l assuré. De découvrir et d exploiter ses capacités résiduelles de travail. Et surtout de pratiquer une ou plusieurs activités professionnelles dans un domaine technique. Nous dispensons également des prestations d orientation professionnelle qui doivent déboucher sur le choix d un métier adapté au handicap, à l intérêt et aux compétences de l assuré. Par une mise en situation pratique, ce dernier effectue des stages internes dans le centre et/ou externes dans des entreprises. Un autre volet essentiel de la réadaptation est la formation professionnelle. Plusieurs métiers répondant aux critères économiques sont dispensés dans le centre : nous formons des mécaniciens, des dessinateurs, des gestionnaires en logistique, des monteurs de tableaux électriques, des soudeurs - serruriers et des concierges -. Dans la suite de l exposé, je reviendrai sur quelques éléments en lien avec la formation. Enfin, la dernière des prestations et sans doute la plus importante concerne l intégration professionnelle des assurés. Il est à relever qu il n est pas officiellement du ressort des centres, selon le mandat des Offices AI, de favoriser le placement d une personne réadaptée dans une entreprise. Mais c est le choix éthique et stratégique de la majorité des centres de formation. Avec un assuré acteur de son projet de réadaptation, il est de notre responsabilité de tout mettre en œuvre pour qu un emploi soit l aboutissement de notre travail. Les formateurs, l encadrement social et le service d intégration professionnelle œuvrent dans ce sens. Mais revenons à la formation dispensée dans le centre. Afin de répondre aux besoins de chaque stagiaire adulte et de prendre en compte les particularités de chacun, un cadre général de formation est défini, à l intérieur duquel un programme individualisé est établi, basé sur le projet de réadaptation. De ce fait, nous sommes en mesure d accueillir des nouveaux stagiaires toutes les semaines. La durée des mesures, soit les mandats des Offices AI, s étendent de 3 semaines pour un stage probatoire à environ 24 mois pour une formation Oriph. Les stages d observation et d orientation sont de 3 mois. La durée des stages est devenue le maillon faible de la réadaptation. Je m explique : la loi AI est basée sur une notion d équivalence. C est à dire qu une personne au bénéfice d un CFC certificat fédéral de capacité - obtenu après 4 ans de formation aura la possibilité d acquérir un nouveau CFC d une même durée et dans un métier adapté à son problème de santé. La notion 12

3 d équivalence concerne également les revenus : un salaire de CHF par mois permettra une réadaptation de longue durée afin que l assuré gagne, à terme, un salaire identique. Situation à la sortie du centre Toutes durées confondues (125 assurés en 2003) 37 assurés 20 assurés Emploi, stage en vue d un emploi CFC entreprise et formation centre 30 % %% 16 % 18 assurés Recherche d un emploi 14 % 38 assurés Réorientation 30 % 12 assurés Stage probatoire, incapacité, divers 10 % Afin d assurer au mieux notre rôle de tremplin entre le centre et les entreprises, plusieurs types de formation sont proposés en fonction des compétences acquises et du projet professionnel de l apprenant : des formations en centre avec un statut d externe ou d interne selon le lieu de provenance des formations en entreprises organisées sous la responsabilité socioprofessionnelle et administrative du centre des formations mixtes, à savoir 4 jours en entreprise pour la pratique et 1 jour en centre pour les cours théoriques. Abordons maintenant un autre aspect du travail de réadaptation, à savoir les certifications. Comme je l ai déjà indiqué, une approche individualisée est pratiquée dans le centre. Il en résulte des certifications différenciées. Le titre le plus élevé est le CFC. Pour favoriser la réinsertion de l assuré et limiter les frais de réadaptation, nous réalisons la première année d apprentissage en centre et les 2 ou 3 suivantes directement en entreprise. Un certificat Oriph est décerné aux assurés après une formation de 18 à 24 mois selon les métiers après examens. Sur une durée légèrement plus courte, un certificat Oriph de praticien peut être délivré pour les personnes limitées au niveau théorique Enfin, deux types d attestations sont également remis. L attestation de compétence pour les stages d environ une année qui n aboutissent pas à une certification et les attestations de stage pour les courtes durées. Enfin, je terminerai cette partie consacrée à la formation par des prestations parallèles offertes aux assurés. Ces services annexes à la formation revêtent une grande importance afin d aboutir à un reclassement. Une petite équipe de travailleurs sociaux a pour mission d accompagner les assurés et de répondre à leurs besoins en qualité de ressource. Trop souvent, des facteurs extérieurs peuvent interférer dans leur formation, comme : un endettement, la compréhension et la gestion de leur situation dans la jungle des assurances sociales, des tensions familiales, de grandes difficultés à gérer leur douleur ou encore faire le deuil de leur ancien métier. Le service social apporte également sa contribution dans le cadre de bilan, de cours de technique de recherche d emploi, c est-à-dire la rédaction d un CV ainsi que des entretiens de recrutement fictifs. L aspect santé est pris en compte mais nous veillons à ne pas nous substituer au médecin. Le service santé apporte des conseils quant à la posture sur la place de travail, l utilisation de moyens auxiliaires et surtout un encouragement à reprendre des activités physiques adaptées au problème de santé. Sur la base de quelques statistiques situation à la sortie du centre -, je vais aborder quelques résultats de notre action dans le cadre du reclassement de personnes handicapées, de notre rôle de tremplin entre le centre et les entreprises. A noter que ce transparent présente toutes les sorties de l année 2003, soit les stages probatoires de 3 semaines, les stages d observation ou d orientation de courte durée, tout comme les formations plus longues. 13

4 Tout d abord, de nombreux facteurs doivent être favorables pour que nous puissions considérer notre objectif comme atteint : soit l acquisition d un nouveau métier et/ou un emploi dans une entreprise. Parmi les facteurs négatifs qui peuvent porter préjudice au projet de réadaptation, je mentionnerai : Une trop longue période d inactivité avant le début de la réadaptation Un niveau scolaire insuffisant et une progression trop faible Une durée de réadaptation trop courte - notion d équivalence Un manque de motivation et de volonté de l assuré Ou encore, ce qui est malheureusement trop souvent le cas, un état de santé trop péjoré pour qu un espoir de réadaptation soit envisageable. Ces éléments, ainsi que le type de mandat donné par l Office AI observation professionnelle par exemple peuvent expliquer le nombre important de personnes figurant sous la rubrique «réorientation». Par contre, les résultats peuvent être considérés comme positifs pour 46% des assurés sortis en 2003 car le projet de reclassement a abouti à un emploi ou à la poursuite de la formation en entreprise. A noter enfin qu un assuré sur six était à la recherche d un emploi à sa sortie du centre. Parmi ceux-ci se trouvaient des personnes qui avaient bénéficié de très courtes mesures de réadaptation d où la difficulté de trouver un emploi. Reprenons les mêmes éléments statistiques, mais en ne considérant que les assurés qui ont effectué un stage de 10 mois ou plus dans le centre, donc le temps nécessaire minimum pour entreprendre une formation et envisager un projet de réadaptation. Dans un premier temps, nous constatons que le nombre de sorties lors de l année écoulée a passé de 125 à 38. Ce qui veut dire que moins d un assuré sur trois bénéficie d une mesure pouvant être considérée comme de «moyennee durée». Dans ce cas de figure, 58 % des assurés ont transité du centre à une entreprise, avec un emploi ou une poursuite de formation à la clé. Ce résultat peut être considéré comme très bon vu la morosité du marché du travail et la réticence de certains employeurs à engager des personnes réadaptées mais tout de même handicapées! A noter également qu une personne sur quatre était encore à la recherche d emploi le jour de sa sortie du centre. Mais un complément d enquête effectué pour les sorties de l année 2001 a démontré que la grande majorité des personnes réadaptées ont obtenu un emploi dans les 3 mois suivant leur départ du centre. Soyons donc optimistes et confiants! Utopie ou Avenir? Entreprises partenaires Réimporter des emplois simples Développer les entreprises sociales Politiciens engagés Ces quelques éléments statistiques, forts semblables d année en année, démontrent deux évidences : 1) que l important investissement financier lié à un projet de réadaptation porte généralement ses fruits. Au lieu d une rente à vie, l assuré devient travailleur et l Office AI peut classer le dossier; 2) que l investissement financier doit se faire sur une durée raisonnable si l on veut s assurer un taux de réinsertion plus important. Nos chiffres et notre expérience le prouvent chaque année. Au-delà du grand débat actuel sur les finances de l assurance invalidité, il est encourageant de voir que la 4 ème et le projet de 5 ème révision de la loi sur l assurance invalidité veulent favoriser la réadaptation afin de limiter les rentes. Que ces perspectives deviennent réalité, c est mon vœu le plus cher, mais n oublions pas qu une réadaptation professionnelle a aussi un coût. Des économies dans ce domaine seront à coup sûr contre productives! En tenant compte de tous les efforts qui sont faits par les Offices AI et les centres de formation professionnelle, un nombre trop important de personnes restent sur le carreau. Malgré toute leur bonne volonté et leur envie d être actif, le marché du travail leur est fermé car ils ne répondent plus à toutes les exigences actuelles des employeurs. Que faire face à ce sombre avenir? 14

5 Comme il me reste encore quelques minutes, et partant de l hypothèse que je n ai pas à vous prouver la nécessité d être actif professionnellement, je me permets de proposer quelques stratégies, peut-être utopiques, afin d améliorer la situation actuelle. Car, à mon avis, le nombre de personnes inactives sera un drame du XXI ème siècle. Sans les entreprises, la réadaptation professionnelle n est pas possible. Alors, arrêtons de culpabiliser les entrepreneurs en invoquant leur responsabilité sociale. N utilisons pas la pénalisation, comme en France, pour favoriser l engagement de personnes handicapées. Mais encourageons, par des défalcations fiscales «officielles» ou autres soutiens financiers, les PME et les multinationales à employer des personnes reconnues comme moins performantes. J ai la certitude qu un encouragement sous cette forme sera plus productif qu une pénalisation. Les emplois simples et aux actions répétitives de ces dernières années ont été automatisés ou exportés sous des cieux financièrement plus avantageux. Pourquoi ne pas réimporter ces emplois dans les entreprises helvétiques? Et ensuite proposer ces fonctions à des personnes atteintes dans leur santé et au rendement diminué. Et une fois encore, il faudra trouver des arrangements financiers entre le gouvernement et les entreprises afin que ces dernières trouvent un intérêt à modifier leur stratégie de production. Par ailleurs, en raison d un rendement trop faible ou la nécessité de s allonger deux fois 30 minutes par journée, le marché de l emploi est bouché pour une catégorie de personnes, Rentières ou pas. Comme nous savons déjà le faire avec les produits Max Havelaar, favorisons la création d entreprises sociales et surtout l acquisition de biens portant le label «réalisé dans une entreprise sociale». Même rentière (quart, demi ou trois-quarts de rente), une personne active sera reconnue dans notre société et coûtera certainement moins cher à la collectivité! Cet argument manque de noblesse mais il est de notre réalité. Enfin, il faudra faire un choix de société et ceci est du ressort de nos politiciens. Dans les années à venir, il y aura de plus en plus de personnes âgées. Et il y aura de moins en moins de jeunes. Et il y aura de plus en plus de personnes exclues du monde du travail. Sur quoi pouvons-nous agir? Nous n allons pas forcer nos femmes et nos filles à enfanter pour le bien de la collectivité : Nous n allons pas nous séparer de nos aînés sous prétexte de rentabilité et d économie! Par contre, nous pouvons agir pour que l hémorragie des exclus du travail diminue et, rêvons encore, s arrête un jour! Réadaptation à l Oriph : Passer du statut de «bénéficiaire de mesures de l assurance invalidité» à celui de «travailleur» Centre de Morges 15

UNISSONS NOS COMPETENCES

UNISSONS NOS COMPETENCES Office AI du canton de Neuchâtel Espacité 4-5 2300 La Chaux-de-Fonds Tél. 032 910 71 00 Fax 032 910 71 99 Office AI du canton du Valais Av. de la Gare 15 1951 Sion Tél. 027 324 96 11 Fax 027 324 96 21

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

4.09 Etat au 1 er janvier 2012

4.09 Etat au 1 er janvier 2012 4.09 Etat au 1 er janvier 2012 Mesures de réadaptation d ordre professionnel de l AI Généralités 1 Selon le principe fondamental de l'ai «la réadaptation prime la rente», les personnes assurées suivent

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Service de Formation à la Vie Autonome

Service de Formation à la Vie Autonome Service de Formation à la Vie Autonome Une formation qui s adresse à des jeunes adultes ayant une déficience intellectuelle, qui souhaitent apprendre à vivre de manière plus autonome au quotidien Pro infirmis

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

Job Service. Une vue d ensemble des prestations. Pour les jeunes et les entreprises de manière individuelle et/ou collective

Job Service. Une vue d ensemble des prestations. Pour les jeunes et les entreprises de manière individuelle et/ou collective Job Service Une vue d ensemble des prestations Pour les jeunes et les entreprises de manière individuelle et/ou collective Des compétences et des outils de qualité sans cesse renouvelés et certifiés Programmes

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée. Votre formation en enseignement spécialisé

Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée. Votre formation en enseignement spécialisé Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée Votre formation en enseignement spécialisé La HEP Vaud vous prépare au Master of Arts et Diplôme dans le domaine de la pédagogie

Plus en détail

O S P ORIENTATION VAUD SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE ARTICLE 32 ET VALIDATION DES ACQUIS. Une formation pour les adultes

O S P ORIENTATION VAUD SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE ARTICLE 32 ET VALIDATION DES ACQUIS. Une formation pour les adultes O S P ORIENTATION VAUD SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE C O L L E C T I O N " Q U E S T I O N S " ARTICLE 32 ET VALIDATION DES ACQUIS Une formation pour les adultes ARTICLE 32 INFORMATIONS SUR LES PROCÉDURES

Plus en détail

Finance Comptabilité. Brevet Fédéral de Spécialiste en Finance et Comptabilité (BF FC) COURS PRÉPARATOIRES

Finance Comptabilité. Brevet Fédéral de Spécialiste en Finance et Comptabilité (BF FC) COURS PRÉPARATOIRES Finance Comptabilité Brevet Fédéral de Spécialiste en Finance et Comptabilité (BF FC) COURS PRÉPARATOIRES LE MOT DU CENTRE PATRONAL Donnez un coup d accélérateur à votre carrière! A u service des entreprises

Plus en détail

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.»

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Assistant(e) d assurance. Un excellent tremplin pour les titulaires d une maturité. Quels que soient vos projets, nous sommes

Plus en détail

L emploi et la formation des jeunes à Bruxelles : Les résultats en chiffres

L emploi et la formation des jeunes à Bruxelles : Les résultats en chiffres L emploi et la formation des jeunes à Bruxelles : Les résultats en chiffres A. Introduction L emploi et la formation des jeunes bruxellois est un des défis majeurs du Gouvernement. Notre objectif ultime

Plus en détail

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES SEPTEMBRE 2015 N 17 SOMMAIRE P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP P.3 6 PERSONNES

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées?

Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées? Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées? Conférence-débat n 2 Bernadette MOREAU, Directrice de la Compensation à la CNSA ; Professeur Alain DOMONT, Professeur à l Hôpital Corentin

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE ENSEIGNANTS STAGIAIRES IUFM CIRCONSCRIPTIONS DIRECTEURS D ECOLE Cadre de référence : Arrêté du 19/12/2006 ( BOEN n 1 du 04 janvier

Plus en détail

Et le gagnant est : Yves Zaugg, 20 ans, employé de bureau au Groupe Mutuel (Fribourg)

Et le gagnant est : Yves Zaugg, 20 ans, employé de bureau au Groupe Mutuel (Fribourg) Et le gagnant est : Yves Zaugg, 20 ans, employé de bureau au Groupe Mutuel (Fribourg) «J étais vraiment surpris de gagner le Prix de la réadaptation professionnelle! Ce prix est une bonne chose, il peut

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Résultats de l enquête auprès des semestres de motivation en Suisse

Résultats de l enquête auprès des semestres de motivation en Suisse Résultats de l enquête auprès des semestres de motivation en Suisse Période : 2014/15 Simone Villiger Collaboratrice scientifique Sarah Rabhi-Sidler Collaboratrice scientifique (traduction de l allemand)

Plus en détail

Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sociologie Université de Bordeaux Sciences Po Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sociologie Université de Bordeaux Sciences Po Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sociologie Université de Bordeaux Sciences Po Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Juin 2015. Un management, un encadrement socio-professionnel et des cursus de formation continue adaptés à chaque fonction

Juin 2015. Un management, un encadrement socio-professionnel et des cursus de formation continue adaptés à chaque fonction Juin 2015 Un management, un encadrement socio-professionnel et des cursus de formation continue adaptés à chaque fonction Contexte socioprofessionnel Contexte sociale Moins de collaborateurs en emploi

Plus en détail

Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels. Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011

Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels. Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011 Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011 1 Sommaire - Management des RH : orientations et principes - Management des RH : réalisations

Plus en détail

Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale

Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale Dossier de presse Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale Avec plus de 700 entreprises partenaires et un

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise

Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise Connaissances, objectifs et exigences Lieu, Date Zurich, 19 Août 2014 Projet

Plus en détail

En date du 17 mai 2013, le Grand Conseil a renvoyé au Conseil d Etat une question écrite urgente qui a la teneur suivante :

En date du 17 mai 2013, le Grand Conseil a renvoyé au Conseil d Etat une question écrite urgente qui a la teneur suivante : Secrétariat du Grand Conseil QUE 85-A Date de dépôt : 30 mai 2013 Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de M me Anne Emery-Torracinta : Une personne ayant obtenu un permis F peut-elle

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

Directive 05_63 portant sur le Complément d études en sciences de l éducation pour le DAS PIRACEF (CESED) du 26 janvier 2016

Directive 05_63 portant sur le Complément d études en sciences de l éducation pour le DAS PIRACEF (CESED) du 26 janvier 2016 Avenue de Cour CH 0 Lausanne Directives du Chapitre 0 : Filières de formation Directive 0_6 portant sur le Complément d études en sciences de l éducation pour le DAS PIRACEF (CESED) du 6 janvier 06 Le

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Learning by doing. Les entreprises de pratique commerciale. L efficacité d un réseau.

Learning by doing. Les entreprises de pratique commerciale. L efficacité d un réseau. Learning by doing Les entreprises de pratique commerciale L efficacité d un réseau. Une epco c est quoi? L entreprise de pratique commerciale (epco) permet la formation par la pratique dans les domaines

Plus en détail

donateurs actualité et enquêtes de L engagement bénévole des seniors Innovation Bénévolat Engagement seniors Fundraising tendance Image société pour

donateurs actualité et enquêtes de L engagement bénévole des seniors Innovation Bénévolat Engagement seniors Fundraising tendance Image société pour donateurs enquêtes de société pour des expertises Innovation Bénévolat Engagement seniors études et opi Comportement associations Fundraising méthodologie L engagement bénévole des seniors -de 50 à 65

Plus en détail

Résultats de l enquête auprès des semestres de motivation en Suisse

Résultats de l enquête auprès des semestres de motivation en Suisse Résultats de l enquête auprès des semestres de motivation en Suisse Période : 2012/13 Susanne Aeschbach Formatrice et directrice de projets Simone Villiger Collaboratrice scientifique Natalie Benelli Formatrice

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale Ordonnance sur la formation professionnelle initiale du 8 décembre 2004 71100 Assistante du commerce de détail/ Assistant du commerce de détail Detailhandelsassistentin/Detailhandelsassistent Assistente

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG Le CNG contribue au développement professionnel des praticiens hospitaliers et des directeurs de la Fonction Publique Hospitalière dans un objectif

Plus en détail

sortir l assurance invalidité du piège de la dette

sortir l assurance invalidité du piège de la dette 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : ASSURANCE INVALIDITE sortir l assurance invalidité du piège de la dette Au cours des 20 dernières années, l assurance invalidité suisse (AI) s est inexorablement enfoncée

Plus en détail

Présentation du 3 juin 2014

Présentation du 3 juin 2014 DATE Émetteur rappel du titre général de la présentation Présentation du 3 juin 2014 Programme d accompagnement des victimes d accidents du travail complexes 1 Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing

Plus en détail

L ENTREPRISE SOCIALE DE TRAVAIL ADAPTÉ OU L ART DE CONJUGUER FINALITÉ SOCIALE ET FINALITÉ ÉCONOMIQUE

L ENTREPRISE SOCIALE DE TRAVAIL ADAPTÉ OU L ART DE CONJUGUER FINALITÉ SOCIALE ET FINALITÉ ÉCONOMIQUE L ENTREPRISE SOCIALE DE TRAVAIL ADAPTÉ OU L ART DE CONJUGUER FINALITÉ SOCIALE ET FINALITÉ ÉCONOMIQUE Gregorio Avilés, Domenico Ferrari Scuola Universitaria Professionale della Svizzera Italiana Dipartimento

Plus en détail

Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Enseignement primaire. Vous souhaitez enseigner à des élèves de 4 à 12 ans?

Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Enseignement primaire. Vous souhaitez enseigner à des élèves de 4 à 12 ans? Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Enseignement primaire Vous souhaitez enseigner à des élèves de 4 à 12 ans? La HEP Vaud vous prépare au Bachelor of Arts et Diplôme d enseignement pour

Plus en détail

Thème: Innovations en matière de financement des SPE. Expérience africaine innovante (cas de l ANPE du Niger)

Thème: Innovations en matière de financement des SPE. Expérience africaine innovante (cas de l ANPE du Niger) Thème: Innovations en matière de financement des SPE Expérience africaine innovante (cas de l ANPE du Niger) Présentée par: Monsieur Chégou Kochi MAINA Directeur Général Dakar, Sénégal du 16 au 18 Septembre

Plus en détail

Directive 05_59 du programme de formation menant au Certificate of Advanced Studies en "Didactique du français langue seconde"

Directive 05_59 du programme de formation menant au Certificate of Advanced Studies en Didactique du français langue seconde Avenue de Cour 33 CH 04 Lausanne Directives du Chapitre 05 : Filières de formation Directive 05_59 du programme de formation menant au Certificate of Advanced Studies en "Didactique du français langue

Plus en détail

2014 Rapport. Office de l assurance invalidité. Partie V. annuel

2014 Rapport. Office de l assurance invalidité. Partie V. annuel 2014 Rapport annuel Office de l assurance invalidité Partie V Caisse de compensation du Jura 1. Activité de l office L'Office de l'assurance invalidité du Jura assume les tâches suivantes : met en œuvre

Plus en détail

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2 CHECK-LIST du label Valais excellence PHASE 2 La check-list Valais excellence a pour objectif de compléter les exigences ISO 9001 et ISO 14001 par celles 1) de la création de richesse en Valais 2) correspondantes

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir!

Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir! DOSSIER DE PRESSE Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir! 11 novembre 1934 11 novembre 2014 80 ans

Plus en détail

brevet fédéral d informaticien de gestion ... pour booster sa carrière

brevet fédéral d informaticien de gestion ... pour booster sa carrière brevet fédéral d informaticien de gestion... pour booster sa carrière formation continue...clé du succès 25 milliards C est en CHF. le PIB engendré par les TIC en Suisse. Entreprendre pour conduire son

Plus en détail

Gestion des âges en entreprise: quels enjeux pour la santé des travailleurs?

Gestion des âges en entreprise: quels enjeux pour la santé des travailleurs? Gestion des âges en entreprise: quels enjeux pour la santé des travailleurs? Anne-Marie Dieu, CESEP En collaboration avec Annie Cornet, Professeure, EgiD Hec-Ulg EGiD-Hec-Ulg / Génération +, projet financé

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015 1 Introduction Au début de l année 2015, l EHPAD La Vasselière a réalisé une enquête de satisfaction auprès des résidents et des familles. Celle-ci s est articulée autour de 6 thèmes : Situation personnelle

Plus en détail

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs Solutions Assurances Agriculteurs Complément de retraite Préparer sa retraite, c est essentiel. Votre retraite, c est à vous d en décider. Plus tôt vous la préparez, plus vous mettez d atouts de votre

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.»

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Apprentissage de commerce. Pour bien démarrer dans la vie professionnelle. Quels que soient vos projets, nous sommes à vos

Plus en détail

NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE. Session 2013-2016. Une formation novatrice et. articulée autour d une base

NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE. Session 2013-2016. Une formation novatrice et. articulée autour d une base WWW.IREF.CH INFO@IREF.CH FAX 021/671 30 26 TEL 021/671 30 25 1020 RENENS AV. DES BAUMETTES 11 NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE Une formation novatrice et Session 2013-2016

Plus en détail

Année propédeutique santé Présentation générale du programme

Année propédeutique santé Présentation générale du programme Année propédeutique Sante 2014-2015 DCA/sbe révision Août 2014 Année propédeutique santé s Présentation générale du programme Introduction et finalités de l année propédeutique santés L objectif de cette

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel

Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion et administration du personnel Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

Intermédiaire d assurance AFA

Intermédiaire d assurance AFA ACADEMY FOR FINANCE & INSURANCE SERVICES Préparation à l examen pour Intermédiaire d assurance AFA de septembre 2014 à mars 2015 Votre partenaire pour votre formation professionnelle Quel sont les objectifs

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

Management - Direction. Diplôme fédéral d Economiste d entreprise dans les arts et métiers

Management - Direction. Diplôme fédéral d Economiste d entreprise dans les arts et métiers - Direction Diplôme fédéral d Economiste d entreprise dans les arts et métiers Diplôme fédéral d Economiste d entreprise dans les arts et métiers La Formation en bref Titre obtenu: Economiste d entreprise

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN

GUIDE POUR L ENTRETIEN GUIDE POUR L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 1 Ce guide s inscrit dans le cadre du décret du 17 septembre 2007 : il vise à faciliter la réalisation de l entretien professionnel, à la fois pour les agents et pour

Plus en détail

Master en Sciences de l éducation Règlement du stage

Master en Sciences de l éducation Règlement du stage Master en Sciences de l éducation Règlement du stage adopté par le Conseil de Département des Sciences de l éducation, dans sa séance du 26.03.2015 1. Contexte Le module «Développement professionnel» du

Plus en détail

Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées. Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1

Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées. Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1 Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1 Prestations financières pour adultes handicapés Prestation financière

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

s engage pour l emploi Les marchés publics : un pari gagnant pour l emploi La clause d accès à l emploi en 10 questions

s engage pour l emploi Les marchés publics : un pari gagnant pour l emploi La clause d accès à l emploi en 10 questions s engage pour l emploi Les marchés publics : un pari gagnant pour l emploi La clause d accès à l emploi en 10 questions édito Le Conseil général du Gard s est engagé à travers sa politique d achat dans

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail

Action tutorale. Validation des Acquis de l Expérience & Compétences Clés. Livret de. suivi

Action tutorale. Validation des Acquis de l Expérience & Compétences Clés. Livret de. suivi Action tutorale Validation des Acquis de l Expérience & Compétences Clés Livret de suivi Candidat : Préambule Ce livret a été élaboré par des tuteurs d organismes de formation dans le cadre d un projet

Plus en détail

ASSURANCE-INVALIDITE Notions de bases

ASSURANCE-INVALIDITE Notions de bases L Assurance-Invalidité (LAI) ASSURANCE-INVALIDITE Notions de bases 1. Quelques principes importants de l AI 2. La 5 ème révision de l AI (01.01.2008) service social 1 service social 2 L Assurance-Invalidité

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Economiste - juriste d entreprise Business Law BACHELOR OF SCIENCE

Economiste - juriste d entreprise Business Law BACHELOR OF SCIENCE Economiste - juriste d entreprise Business Law BACHELOR OF SCIENCE LES HAUTES ÉCOLES SPÉCIALISÉES Les Hautes écoles spécialisées (HES), dénommées aussi University of Applied Sciences, constituent un élément

Plus en détail

GUIDE DE L UTISATEUR POUR L AGREMENT

GUIDE DE L UTISATEUR POUR L AGREMENT GUIDE DE L UTISATEUR POUR L AGREMENT PAR BRUXELLES FORMATION D UN PLAN / PROGRAMME DE CIP Quels sont les documents nécessaires à l introduction d un dossier d agrément de plan / programme de CIP auprès

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

Commentaire des articles

Commentaire des articles - 1 - Luxembourg, le 25 septembre 2013 Objet : Projets de règlements grands-ducaux - portant sur l élaboration et l application du plan de développement scolaire - portant sur l accompagnement des élèves

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Tableau récapitulatif Stages Insertion pour jeunes dès 15 ans

Tableau récapitulatif Stages Insertion pour jeunes dès 15 ans Tableau récapitulatif Stages Insertion pour jeunes dès 15 ans 1/5 Prestataire de 1 Stage «Préparation à une» Phase d essai en entreprise en lien direct avec le projet professionnelet acclimatation à avant

Plus en détail

Réforme «Spécialiste du commerce de détail»

Réforme «Spécialiste du commerce de détail» Réforme «Spécialiste du commerce de détail» Directives relatives au déroulement des examens de validation des modules pour les futurs spécialistes du commerce de détail (Les dénominations de personnes

Plus en détail

Rapport. d'activité 2001. GETAC Gestion des emplois temporaires au sein de l'administration cantonale. Caisse publique cantonale valaisanne de chômage

Rapport. d'activité 2001. GETAC Gestion des emplois temporaires au sein de l'administration cantonale. Caisse publique cantonale valaisanne de chômage Caisse publique cantonale valaisanne de chômage GETAC Gestion des emplois temporaires au sein de l'administration cantonale Rapport d'activité 2001 Membre de l'association des caisses publiques de chômage

Plus en détail

Expériences du Service de gestion de dettes et désendettement de Caritas Fribourg

Expériences du Service de gestion de dettes et désendettement de Caritas Fribourg Table ronde L endettement des jeunes en pratiques : sensibilisation et intervention Expériences du Service de gestion de dettes et désendettement de Caritas Fribourg Nicolas von Muhlenen Carrel Assistant

Plus en détail

Technique. Brevet fédéral de Tôlier en carrosserie

Technique. Brevet fédéral de Tôlier en carrosserie Technique Brevet fédéral de Tôlier en carrosserie Brevet fédéral de Tôlier en carrosserie La Formation en bref Titre obtenu: Tôlier en carrosserie avec brevet fédéral Durée de la formation: 22 mois (630

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Agence Tunisienne de la Formation Professionnelle

Agence Tunisienne de la Formation Professionnelle République Tunisienne Ministère de la Formation Professionnelle et de l Emploi Agence Tunisienne de la Formation Professionnelle MISSIONS Crée en 1999 par le Ministère de la formation Professionnelle et

Plus en détail

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION CONNAISSANCES

Plus en détail

Les centres de réadaptation

Les centres de réadaptation Les centres en déficience physique et en déficience intellectuelle ont pour mission d'offrir des services d'adaptation ou de réadaptation et d'intégration sociale à des personnes qui ont des besoins particuliers

Plus en détail