DIVISION DU TRAVAIL ET MOBILISATION QUOTIDIENNE DE LA MAIN-D OEUVRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIVISION DU TRAVAIL ET MOBILISATION QUOTIDIENNE DE LA MAIN-D OEUVRE"

Transcription

1 DIVISION DU TRAVAIL ET MOBILISATION QUOTIDIENNE DE LA MAIN-D OEUVRE Les cas Renault et Fiat Volume 1 Michel FREYSSENET 1979 CENTRE DE SOCIOLOGIE URBAINE Équipe de Recherche Associée, CNRS, n Rue de la Tombe Issoire 75014, Paris, Tél

2 Le présent document constitue le rapport scientifique d une recherche financée par la DGRST. Décision d'aide n A.T.P. Socio-Économie des Transports. Composition et mise en page, Lucette R. MORCH

3 2 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. LES CONDITIONS GÉNÉRALES 2.1. Quels sont les travailleurs à mobiliser quotidiennement, combien et quand? 2.2. L'évolution des catégories de main-d oeuvre 2.3. Le volume de l'emploi et son mode de variation 2.4. Les horaires de travail 2.5. L'exactitude et l'horaires flexible 3. LES CONDITIONS PARTICULIÈRES 3.1. Nombre, localisation et taille des établissements, types de main-d oeuvre et étendue des aires de recrutement 3.2. La division spatiale du travail à la RNUR de 1945 à Les sources utilisées Perspectives 3.3. La division spatiale du travail à la Fiat de 1945 à Les développements de Turin et de Fiat La formation de la population, des classes sociales et de la structure urbaine de Turin Le nombre, la taille et la structure des établissements 3.5. L'étendue de l'aire de recrutement 4. LES CONDITIONS CONCRÈTES 4.1. Les flux quotidiens de travailleurs, les moyens de mobilisation, et la stade actuel de la division du travail dans les entreprises étudiées 4.2. Les conditions concrètes de déplacement domicile-travail Temps de déplacement, horaires postés et retards La place du ramassage par car parmi les moyens de transports utilises Le confort des cars Le prix du transport 4.3. Le ramassage ouvrier à Flins, Cléon, Sandouville et Billancourt

4 Les déplacements domicile-travail des salariés Fiat et des autres salariés dans la région turinoise 5. LES REVENDICATIONS ET LES LUTTES SUR LES TRANSPORTS 5.1. La prise de conscience collective de la relation de dépendance entre organisation du travail et conditions de transports 5.2. Les revendications et les luttes en matière de transport domicile-travail à la RNUR jusqu'en La lutte sur les transports à Usinor-Dunkerque de novembre 1972 à mars Les revendications et les luttes à la Fiat et à Turin 6. CONCLUSION 7. ANNEXES - Cartes des communes de résidence des salariés de quatre établissements Renault selon leur catégorie et leur nationalité, en Carte des communes de résidence des travailleurs de Renault Billancourt en LISTE DES TABLEAUX, GRAPHIQUES, CARTES, ENCADRÉS, PLAN ET PHOTO

5 4 1. INTRODUCTION

6 5 Le projet d'étudier les relations entre la division du travail, la localisation industrielle, la mobilisation quotidienne des différentes catégories de main-d oeuvre et les conflits de transport est né d'une «demande sociale» et d'une série de constatations faites sur la période précédant La «demande sociale», exprimée par le Ministère des transports par l'intermédiaire de «l Action Thématique Programmée Socio-Économie des Transports», était d'analyser les facteurs d'évolution des flux quotidiens de main-d oeuvre et des moyens de transport utilisés. Les constatations faites concernaient les grandes entreprises, notamment dans l'industrie automobile, et leurs grands établissements industriels. On pouvait y observer la multiplication des revendications en matière de transport, et même l apparition d'une revendication radicale, à savoir le paiement de tout ou partie du temps de transport en temps de travail. Les conflits en matière de transport se déplaçaient du terrain local à celui de l'entreprise, notamment en France et en Italie. Les moyens de transport domicile-travail utilisés étaient en revanche très différents entre ces deux pays : «cars de ramassage» organisés par l'employeur dans le cas de la France, services publics et moyens privés en Italie. De même, les politiques menées par les grandes entreprises en matière de localisation des nouveaux établissements industriels étaient à l opposé les unes des autres au moins jusqu en 1970 : extension décentralisée dans les zones rurales ou en reconversion industrielle en France, croissance sur place en Italie, Renault et Fiat étant les représentants typiques de ces politiques opposées. Ces constatations permettaient de toucher à des points éminemment pratiques : conflits, moyens de transport, personnes transportées, générateurs de trafic; et de poser quelques questions théoriques : y a-t-il un lien entre les conflits d'un type nouveau observé en matière de transport quotidien de main-d oeuvre et l'évolution de l'organisation du travail qui caractérise les entreprises considérées? En d'autres termes, est-ce qu'à partir d'un processus social, considéré comme essentiel, on peut rendre compte d'un phénomène particulier : l'apparition d'un nouveau type de conflit? Plus précisément, est-ce que la tendance au déplacement de la revendication «transport» du terrain local au terrain de l'entreprise, est-ce que la revendication du paiement du temps de transport en temps de travail sont les signes d'une emprise croissante, et de la conscience croissante de cette emprise, de l'organisation du travail sur la vie hors travail? Est-ce que le fort développement des luttes «transport» en Italie préfigurait ce qui risquait de se développer en France, le décalage dans le temps entre les deux pays n'étant dû qu'à la

7 moindre capacité des organisations syndicales françaises de se saisir des revendications nouvelles? Si oui, quelles sont les raisons de cette moindre capacité? Si non, y a-t-il en Italie des facteurs matériels d'extension et d'amplification de ces revendications? Est-ce que le ramassage par car organisé par l'employeur est rendu nécessaire, en l'absence de moyens publics ou privés de transport adéquats, par les formes nouvelles d'utilisation de la main-d oeuvre (travail posté, établissement «décentralisé», maind oeuvre non qualifiée nombreuse..), liées au stade actuel de la division du travail, et à la répartition spatiale de cette division? S'il en est ainsi, pourquoi le phénomène n'a pas la même ampleur en Italie, dans des entreprises de même type, se situant au même niveau de développement? Est-ce dû à des contextes régionaux et urbains différents, à des initiatives publiques ou privées plus adéquates, à une capacité des employeurs à imposer à leurs salariés des conditions plus difficiles d'emploi? Est-ce que l'extension décentralisée pratiquée par de nombreuses entreprises en France, tout particulièrement dans le secteur automobile, brisant un processus de concentration urbaine indéfinie, a été rendue possible par l'évolution de l'organisation du travail, et nécessaire économiquement et socialement, ou bien n'est-ce que le produit de contraintes de l'élévation des prix fonciers, de la possibilité d'exploiter la main-d oeuvre rurale, des avantages financiers accordés, etc.? En d'autres termes, y a-t-il un lien entre division du travail et division spatiale du travail? Si oui, pourquoi en Italie, l'extension décentralisée des entreprises n'est apparue que depuis le début des années 1970, et en reste à un niveau modeste? Ce décalage et cette différence entre la France et l'italie, sont-ils les produits directs des efficacités très différentes des politiques étatiques italiennes et françaises en matière d'aménagement du territoire? Au cours de la recherche, le travail s'est progressivement centré sur deux cas : Renault pour la France, Fiat pour l'italie, parce que, tout en présentant le maximum de différences sur les phénomènes à étudier (conflits, moyens de transports, flux de maind oeuvre, politiques de localisation industrielle), ils ont un grand nombre de caractéristiques communes : grandes entreprises de l'automobile, ayant connu une forte expansion depuis 1945, la même évolution de la division du travail en leur sein, et constituant des lieux importants de l'histoire ouvrière de leurs pays respectifs. Ces deux cas étaient donc susceptibles de permettre de faire apparaître la nature du lien entre la division du travail et la mobilisation quotidienne de la main-d oeuvre, si lien il y a. L'enquête montra rapidement en effet que plusieurs conditions et modalités de la mobilisation quotidienne de la main-d oeuvre chez Fiat et chez Renault n'ont pas été et ne sont pas les mêmes. Au sein de ces deux entreprises, on observe également des différences importantes entre usines. Les deux cas retenus donnaient donc les moyens de trouver ce qui dans les conditions de mobilisation relève directement du processus social de la division du travail, ce qui est susceptible de variations et pourquoi. La démarche adoptée pour traiter les questions précédentes est historique. Elle consiste à rechercher ce qui a conduit les directions d'entreprises et d'usines à mettre en oeuvre telle ou telle politique de mobilisation. La présentation du document patronal (textes, circulaires, entretiens, etc.) qui permettrait d'affirmer que c'est bien pour telle ou telle raison que telle politique a été choisie n'est pas toujours possible soit que le document n'est pas disponible (refus de communication en raison du caractère récent des phénomènes étudiés), soit qu'il n'existe tout simplement pas (tout n'étant pas mis sous une forme transmissible, ou bien les raisons de leurs actions échappant souvent à la conscience des acteurs). La reconstitution historique permet cependant de réduire le 6

8 nombre des interrogations qui restent ouvertes, d'étayer solidement des hypothèses et dans certains cas de parvenir à des conclusions. L'objectif a-t-il été atteint? Comme nous allons le voir l'analyse de l'évolution des conditions de mobilisation quotidienne de la main-d oeuvre conduit à effectuer un travail considérable de traitements de données qui ne peut prétendre être aussi précis sur tous les points, compte tenu du temps disponible pour le faire. Je précise jusqu'où il a été possible d'aller dans l'analyse, en introduction de chaque chapitre. Trois catégories de conditions de mobilisation de la main-d oeuvre sont distinguées : les conditions générales, les conditions particulières, les conditions concrètes. Elles permettent de répondre aux questions : qui doit être mobilisé? combien? quand? d'où vers où? comment? et à quel prix? Les conditions générales sont les catégories de main-d oeuvre à mobiliser quotidiennement, leur volume respectif, le mode de croissance ou de régression de l'effectif de chacune de ces catégories, et le type d'horaire de travail. Pourquoi les qualifier de générales? Parce que pour un stade donné dominant de division du travail dans les entreprises concernées, on observe, quel que soit par ailleurs le contexte social et national (le mode de production capitaliste étant dominant), les mêmes catégories de main-d oeuvre, le même mode de croissance ou de diminution des effectifs, les mêmes types d'horaire. Pour le stade de la mécanisation généralisée qui est celui des entreprises étudiées, les catégories de main-d'oeuvre sont les OS de fabrication, les ouvriers qualifiés d'entretien et d'outillage, les techniciens et les ingénieurs. Le mode de croissance ou de diminution des effectifs est un mode «par bond» et non un mode régulier. L'horaire de travail est celui des 2x8 pour les secteurs de fabrication et du traitement informatique, et l'horaire "normal" pour les secteur d'entretien, d'outillage et pour les bureaux. Les catégories (qualification) de main-d oeuvre à mobiliser, leur volume, et les heures de mobilisation découlent donc du stade dominant de division du travail dans l'entreprise. Mais l'on observe simultanément que le passage au stade considéré, (de même qu'aux stades antérieurs coopération, manufacture, machinisme) ne s'est fait qu'à travers des luttes sociales intenses et une résistance quotidienne. Il est arrivé que les travailleurs fassent obstacle efficacement à l'accentuation de la division du travail, donc à la transformation de la composition de la main-d oeuvre et à l'accroissement de la productivité, jusqu'au jour où la modernisation est devenue une nécessité de survie de l'entreprise qui les emploie sous le coup de la concurrence des autres entreprises ayant pu, elles, imposer une division du travail accrue à leurs travailleurs. Donc, même pour les «conditions générales» de mobilisation, l'histoire sociale est au coeur de leur détermination. Cependant, le passage au stade suivant de la division du travail étant une nécessité pour la perpétuation du capital qui achète la force de travail dans un système économique qui continue à être par ailleurs de type capitaliste, les travailleurs sont finalement contraints de céder, à moins d'être capable de modifier les règles de fonctionnement du système économique. Ils peuvent au maximum obtenir que le passage d'un stade à un autre se fasse pour eux dans les moins mauvaises conditions. On pourra voir des exemples de ce qui précède dans l'histoire de Renault et de Fiat. Viennent ensuite les «conditions particulières» : localisation industrielle, types de main-d oeuvre pour une qualification donnée, taille des établissements et des bassins de main-d oeuvre. Pourquoi «particulières»? Parce que pour un même stade de division du travail, on observe que ces conditions varient dans la forme. Renault applique dès la Libération un modèle de développement spatial éclaté au niveau national (extension décentralisée, sous-traitance), alors que Fiat concentre toutes ses activités automobiles 7

9 dans l'aire urbaine turinoise jusqu'en Renault utilise comme OS, selon ses usines, des immigrés, des ruraux, des jeunes, des femmes, alors que Fiat fait appel exclusivement à la main-d oeuvre nationale masculine du sud de l'italie. Renault tend à fractionner son procès de travail en établissements de salariés au maximum et à les spécialiser, alors que Fiat jusqu'en 1970 concentre toute sa production automobile dans trois usines seulement : Lingotto, Mirafiori, Rivalta. On peut constater donc des politiques franchement opposées. Cependant, ces politiques, bien que différentes, ne sont pas contradictoires avec les «conditions générales». Elles visent toutes, mais chacune à leur manière, à recruter des OS en grand nombre acceptant de travailler en 2x8. Elles sont donc liées au stade dominant de division du travail, sans que celui-ci en détermine leurs formes précises. Ces formes varient dans la limite où elles restent des réponses compatibles avec les "conditions générales". Bien plus, le stade dominant de division du travail rend possible certaines formes «particulières» de mobilisation quotidienne qui ne l'étaient pas auparavant. On verra que ce n'est qu'à partir du moment où le travail de fabrication a pu être réalisé par de la main-d oeuvre sans qualification que l'implantation en région rurale ou en reconversion industrielle est devenue possible. À l'intérieur des limites fixées par les «conditions générales», qu'est-ce qui fait varier les «conditions particulières»? D'après les cas étudiées, ce sont le mode de déroulement de la lutte sociale au moment du passage à la mécanisation généralisée et les leçons tirées par les employeurs, le patronat en général et l'etat, qui ont conduit au choix de tel ou tel modèle de développement spatial. Après la déroute complète du mouvement ouvrier à la Fiat ( ), la direction a crû pouvoir imposer un modèle hyper concentré en faisant venir massivement de la main-d oeuvre du sud sans se préoccuper de ses conditions d'habitat, et parvenir ainsi aux économies maximales d'échelle. Par contre, la Direction de la RNUR tirant les leçons des grèves de 1947, inspirée par une idéologie réformiste qui estimait que le «malaise» ouvrier tenait à ses conditions de travail et de vie et non à l'état de salarié, a d'emblée considéré que la concentration était à terme néfaste malgré les surcoûts entraînés à court terme par les échanges inter-usines, les infrastructures faisant double emploi, etc. Elle a estimé également qu'il fallait diversifier les types de main-d oeuvre pour une même catégorie, particulièrement pour les OS ; et qu'enfin la limitation de la taille des établissements était une mesure prudente. Il est hors de doute que le choix de localisation précise par la RNUR a fait intervenir de nombreux autres facteurs (incitations étatiques, réseau de transports, etc.) classiquement évoqués. Par contre, il semble que le choix d'un modèle de développement spatial relève de la stratégie sociale. La révolte contre le travail parcellisé des années , et les leçons nouvelles tirées par le patronat, chez Fiat comme chez Renault (adoption du modèle éclaté par Fiat, réduction de la taille des établissements, spécialisation, duplication, etc.) confirment ce point de vue. Enfin, les «conditions concrètes» regroupent le salaire, le logement, les moyens de transport, le temps de transport, le prix du transport. Pourquoi? Parce que pour une même entreprise, elles se différencient selon les usines et pour une même usine selon les catégories et les types de main-d oeuvre. Elles sont donc le produit du rapport social le plus visible, le plus immédiat, celui des conditions d'emploi que le salarié accepte au moment de son embauche. «Conditions concrètes» enfin, parce que ce sont celles que vivent quotidiennement les travailleurs. Comme les «conditions particulières», les «conditions concrètes» varient dans certaines limites que fixent les «conditions générales» et les «conditions particulières». 8

10 Au stade de la mécanisation généralisée, elles doivent permettre d'assurer deux types de flux : le flux massif des travailleurs postés sans qualification au rythme des 2x8, le flux des travailleurs de la «normale» (journée continue de jour) composé de catégories diversifiées (ouvriers qualifiés, employés, techniciens, cadres), vers des établissements, dont les plus petits dépassent encore à l'heure actuelle les salariés (sauf exception), à partir d'un bassin de main-d oeuvre d'autant plus large que le turn over l'absentéisme, la concurrence sur le marché du travail sont importants. La négociation entre salariés et employeur sur les conditions concrètes de mobilisation (salaire, logement, modalités de transports) se fait alors d'une part sur la base de la position que confère la place dans la division du travail (un travailleur hautement qualifié a d'emblée un pouvoir de négociations plus grand qu'un OS parfaitement substituable à un autre) et des acquis obtenus par la catégorie d'appartenance sur cette même base, d'autre part en fonction du marché local de l'emploi pour la catégorie concernée. Il est toujours théoriquement possible d'imposer aux travailleurs des conditions telles, que l'entreprise peut ne pas se soucier de leur logement et de leur déplacement, tout en étant assurée d'être pourvue chaque jour du nombre de travailleurs nécessaires. Il en a été ainsi pour la Fiat jusqu'en Il est toujours théoriquement possible que les travailleurs parviennent à imposer des conditions optimales de logement et de transport. Et effectivement, des cas semblables s'observent. Fondamentalement donc, les conditions concrètes de mobilisation quotidienne de chaque type ou de chaque catégorie de maind oeuvre dépendent du rapport concret, local, des travailleurs de ce type ou de cette catégorie avec la direction de l'établissement concerné, rapport qui est la résultante d'un état du marché de l'emploi, du niveau de qualification, du niveau d'équipement local de logement et de transport auquel peuvent accéder ces travailleurs, du degré de leur organisation et de leur unité. L'existence du «ramassage» en car par l'entreprise de tout ou partie de ses salariés ne découle obligatoirement ni de l'éloignement de la main-d oeuvre, ni du manque de moyen individuel de transport, ni de l'absence d'un réseau public de transport, ni d'un manque de logements à proximité de l'usine, ni du travail en équipe, ni d'une branche d'activité, ni d'une taille d'usine, ni d'un type de main-d oeuvre (femmes, immigrés, ruraux, jeunes, etc.), ni d'une catégorie de main-d oeuvre (ouvriers professionnels, OS, employés, etc.), ni d'un stade de la division du travail, etc., mais du rapport concret entre travailleurs et direction. Il reste cependant que, compte tenu d'un état du rapport de force social général où ni le pire ni l'optimal n'est possible pour les travailleurs comme pour le patronat, certains moyens de mobilisation sont adoptés plus que d'autres, parce qu'ils répondent, au meilleur coût social et financier, dans ce contexte, aux exigences de conditions de mobilisation du stade dominant de division du travail. Ainsi le ramassage par car se révèle en France la formule «socialement la plus adaptée» dans le contexte actuel, pour mobiliser massivement à des heures précises en un point donné des travailleurs postés dispersés dans une aire large, dont ou souhaite qu'ils conservent les mêmes conditions de vie, et dont on peut être amené à accroître brusquement le recrutement lorsque la "chaîne" de production est doublée. Nous sommes face à un cas intéressant sur le plan théorique, d'un lien structurel entre un processus social fondamental (la division du travail au stade de la mécanisation généralisée) et l'extension considérable d'un phénomène particulier (la mobilisation quotidienne d'une catégorie de main-d oeuvre au moyen de cars de ramassage), sans qu'il y 9

11 ait lien obligatoire, mécanique, parce que d'autres moyens de mobilisation sont toujours possibles selon le rapport de force social. Le déplacement des revendications «transport» du terrain local au terrain de l'entreprise, dans le type d'entreprise étudié, l'apparition de la revendication "paiement en temps de travail du temps de transport" sont clairement le résultat, comme nous le verrons, de la prise de conscience de l'emprise croissante de l'organisation du travail sur la vie hors de travail, et de l'impossibilité d'améliorer substantiellement les conditions de transport sans transformation de l'organisation du travail. Les conflits en matière de transport domicile-travail ont eu une extension beaucoup plus grande à la Fiat qu'à Renault pour deux raisons. La première est que la Fiat avait réussi à imposer des conditions concrètes de mobilisation (salaires, logements, transports) nettement plus mauvaises que celles de la RNUR. La révolte a été à la hauteur de l'accumulation des motifs de mécontentement. La deuxième raison est que le mouvement social général à la Fiat a été de 1968 à 1974 plus profond, plus généralisé qu'il ne l'a été à Renault, et que les organisations syndicales y ont été plus transformées dans leur mode de fonctionnement et de recrutement, et par conséquent y ont été plus réceptives aux revendications et aux formes d'actions nouvelles. 10

12 11 2. LES CONDITIONS GÉNÉRALES

13 QUELS SONT LES TRAVAILLEURS À MOBILISER QUOTIDIEN- NEMENT, COMBIEN ET QUAND? Ce sont les trois questions concrètes auxquelles tente de répondre ce chapitre en établissant un lien entre d une part les caractéristiques de la mobilisation quotidienne de la main-d œuvre et d autre part la nature du rapport social qui régit les relations entre employeurs et salariés et le type de division du travail propre à ce rapport. Les réponses qui sont détaillées dans les sections 2.2 à 2.5. sont résumées ici par une série ordonnée de propositions. - À partir du moment où le travailleur ne peut vivre qu'en vendant sa force de travail et où le capital ne peut s'accumuler qu'en achetant celle-ci, c'est-à-dire à partir du moment où il y a séparation du capital et du travail, un rapport de force s'instaure que chaque partie tente de modifier à son profit, dans certaines limites, pour fixer les conditions d'achat et de vente de la force de travail. - Le capital et le travail sont chacun constitués de fractions qui n'ont pas les mêmes stratégies. Ces fractions peuvent entrer en concurrence, et telle ou telle d'entre elles peut en profiter. - Le rapport de force capital-travail, la concurrence intercapitaliste et la «consommation de masse» font que les conditions les plus mauvaises de mobilisation ne peuvent être que ponctuellement appliqués. Pour mobiliser la main-d oeuvre nécessaire, l'employeur utilise une gamme de moyens dont les principaux sont le niveau de salaire, les plus ou moins grandes facilités de logement, et les moyens de transport. - Le nombre de ces moyens utilisés et leur niveau ne sont pas les mêmes suivant la catégorie de main-d oeuvre visée. On ne peut mobiliser de la même façon un ouvrier de métier, un ouvrier qualifié d'entretien, et un OS, un employé et un technicien. Le rapport de force de chacune de ces catégories avec l'employeur est en effet différent : compte tenu de leur pouvoir différent dans la production (niveau de qualification), de leur plus ou moins grands substituabilité, de leur degré de rareté sur le marché du travail, de leur niveau d'organisation revendicative.

14 - Les catégories de main-d oeuvre évoluent, ainsi que leur volume et leur rapport de force. Elles évoluent en fonction de la division capitaliste du travail. La division capitaliste du travail se développe à des rythmes différents selon les branches d'activités; pour une même branche d'activité, selon les phases du procès de travail; pour une même phase, selon les opérations. - Dans l'industrie automobile, quatre étapes de la division du travail peuvent être distingués, auxquels correspondent quatre compositions différentes de la main-d oeuvre a) un ingénieur-inventeur, deux ou trois dessinateurs, des employés d'écriture, des ouvriers de métier et leurs apprentis, des manoeuvres. b) Ingénieurs, dessinateurs, employés, des chefs d'équipe-contremaîtres, des ouvriers de métier, rectifieurs et finisseurs, des ouvriers sur machines (tourneurs...), des ouvriers qualifiés d'entretien (mécaniciens, électriciens), des apprentis, des manoeuvres. c) Ingénieurs, techniciens, dessinateurs, employés, contremaîtres, OS de fabrication, ouvriers qualifiés d'entretien et d'outillage. d) Ingénieurs-cadres, analystes programmeurs, employés d'enregistrement de données, surveillants de fabrication, OS d'entretien, techniciens d'entretien et d'outillage. - Ces stades ne se substituent pas brutalement. Ils co-existent dans des volumes différents pendant de longues périodes, rendant plus complexe l'analyse des conditions de mobilisation. Le stade de la division du travail auquel appartient chaque catégorie de main-d oeuvre constitue la base sur laquelle se forme son rapport de force avec l'employeur. Le rythme de la division du travail dépend de la concurrence intercapitaliste, des capitaux disponibles, du niveau de combativité ou de résistance ouvrière. Même pour comprendre des phénomènes aussi "techniques" que le déplacement quotidien de main-d œuvre, l'histoire sociale ne peut être évacuée. Nous verrons qu'elle apparaît à tous les niveaux. - Cette combativité, ou bien cette résistance peut amener à prendre préventivement ou peut contraindre postérieurement l'employeur à prendre des mesures touchant aux conditions "particulières" et "concrètes" de mobilisation quotidienne, visant à faciliter socialement le passage d'un stade à un autre de la division du travail : localisation industrielle, type d'usine, recours à de nouveaux types de main-d oeuvre pour une même catégorie de main-d oeuvre 1, etc. - À un instant donné, le volume nécessaire de chaque catégorie de main-d oeuvre, donc le volume des flux de personnel générés par une entreprise, dépend de la proportion des différents stades de division du travail présents dans cette entreprise. Pour chaque catégorie de ce "volume nécessaire" varie manière spécifique. Plus la division du travail est poussée et généralisée, plus ce volume varie par "bond" important, aussi bien en progression qu'en régression, suivant la situation économique. À situation économique constante, plus le travail est parcellisé, vidé de toute activité intellectuelle, plus le turn 13 1 Par catégorie de main-d oeuvre, on entend ici la différenciation de la main-d oeuvre selon sa qualification. Par type de main-d oeuvre, on veut parler de la différenciation de la maind oeuvre selon des critères «sociaux» : immigrés, femmes, ruraux, jeunes, etc..

15 over et l'absentéisme sont élevés, plus donc le "volume nécessaire" doit être affecté d'un coefficient correcteur. - Cette croissance ou cette diminution par bond, le turn over, l'absentéisme ont d'évidents effets sur les flux de travailleurs et leur orientation, et supposent des bassins de main-d oeuvre de capacité et d'élasticité en proportion. - Le passage au stade de la mécanisation généralisée du travail a entraîné la formation de deux types d'horaires de flux de travailleurs totalement distincts : les flux des travailleurs postés, sans qualification, au rythme des 2x8, les flux des travailleurs de la 'normale' (journée continue de jour) : ouvriers qualifiés de l'entretien et de l'outillage, employés, cadres La possibilité de rendre flexible l'horaire de travail, donc de diversifier les flux dépend, elle aussi, du stade de la division du travail. Moins la production est segmentée, c'est-à-dire plus les différentes phases sont mécaniquement dépendantes l'une de l'autre, plus les travailleurs doivent se mettre au travail exactement à la même heure. Le temps m'a manqué pour analyser, en plus de l'évolution de la composition de la main-d oeuvre au fur et à mesure que Fiat et Renault passent d'un stade de division du travail à un autre, les processus sociaux qui amènent ou qui retardent une division du travail toujours plus poussée, notamment la concurrence intercapitaliste et la résistance des travailleurs. J'esquisse seulement ici l'étude de ces processus, espérant pouvoir la développer plus tard dans d'autres publications. De même, la reconstitution précise des conditions de mobilisation de chaque catégorie de main-d oeuvre à chaque stade de la division du travail reste à faire, par l'analyse des contrats de travail, des accords d'entreprises, des documents patronaux concernant le personnel, des textes syndicaux, des témoignages ouvriers. Une présentation historique des conditions de mobilisation aurait été très instructive. Je n'ai pu commencer à les étudier que pour la période récente L'ÉVOLUTION DES CATÉGORIES DE MAIN-D OEUVRE La simplification des tâches pour le plus grand nombre et la concentration l activité qualifiée sur un petit nombre Depuis la fin du siècle dernier qui voit naître l'industrie automobile, la part de la maind oeuvre mobilisée par cette industrie n'a fait que croître jusqu'à aujourd'hui. L'augmentation considérable de l'effectif employé pour la construction automobile ne s'est pas faite par l'embauche de travailleurs identiques à ceux qui avaient été embauchés précédemment. Elle s'est faite à travers et grâce à la division du travail de construction automobile qui a permis de passer d'un stade où tous les travailleurs étaient des ouvriers de métier et étaient dépositaires chacun d'un savoir-faire et de connaissances indispensables pour parvenir au produit fini, au stade actuel où la grande masse de travailleurs est affectée à des tâchesparcellaires manuelles ou de surveillance, et où la conception du produit et des machines, et l'organisation et la préparation du travail est concentrée sur un petit nombre. Les conditions pour mobiliser un mécanicien de métier, un ajusteur

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

A quoi sert un brevet?

A quoi sert un brevet? A quoi sert un brevet? C'est une bonne question à se poser lorsque l'on a l'impression que l'on est en face d'une innovation qui mérite d'être protégée. Cette question revient souvent car la protection

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

ZONES FRANCHES URBAINES (ZFU)

ZONES FRANCHES URBAINES (ZFU) NOTICE D INFORMATION Pour tout renseignement, contacter : Tél. : 01 44 90 20 62 Fax : 01 44 90 20 68 cotisation@crpcen.fr ZONES FRANCHES URBAINES (ZFU) Les entreprises situées dans les zones franches urbaines

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES

ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES PREAMBULE Les organisations signataires veulent par le présent accord, préciser la situation des

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

ACCORD DE POLITIQUE SALARIALE 2011. INTEV A Products France

ACCORD DE POLITIQUE SALARIALE 2011. INTEV A Products France 1. ACCORD DE POLITIQUE SALARIALE 2011 INTEV A Products France Le présent accord est conclu pour l'année 2011 entre, d'une part, la Société INTEVA Products France, représentée par Mme Michèle Regnier Abrial,

Plus en détail

LES MUTATIONS INDUSTRIELLES EN PICARDIE

LES MUTATIONS INDUSTRIELLES EN PICARDIE LES MUTATIONS INUSTRIELLES EN PICARIE Niveau concerné : troisième Place dans la programmation : quatrième partie du programme : la France Ce que disent les instructions officielles : Histoire La France

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre INTRODUCTION Il y a 20 ans, toute l attention de l entreprise se portait sur la diminution des coûts et la maîtrise des filières de production autour des produits standardisés. Dans les années 1990, le

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales

Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales Proposition de mise en œuvre des nouveaux programmes de troisième Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales Thème 2 : L évolution du système de production et ses

Plus en détail

Extracto de la entrevista del Señor Louis Schweitzer a propósito del proceso de

Extracto de la entrevista del Señor Louis Schweitzer a propósito del proceso de Anexo 2 Extracto de la entrevista del Señor Louis Schweitzer a propósito del proceso de alianza con Nissan. Fuente: http://www.medefparis.fr/itw_schweitzer.html Louis SCHWEITZER Président de Renault Renault

Plus en détail

Date : 17/06/2014 Pays : FRANCE Page(s) : 73,74,75,76,77 Rubrique : OPINIONS Diffusion : (78703) Périodicité : Quotidien Surface : 348 % Opinions

Date : 17/06/2014 Pays : FRANCE Page(s) : 73,74,75,76,77 Rubrique : OPINIONS Diffusion : (78703) Périodicité : Quotidien Surface : 348 % Opinions Opinions Complémentaires santé: le défi de l'ultra-concurrence Date : 17/06/2014 OPINIONS > Alors que le marché de l assurance santé est en pleine mutation, ses acteurs sont-ils prêts à relever le défi

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

La convention des partenaires sociaux en faveur de la stabilité de l'emploi: l'évaluation espagnole

La convention des partenaires sociaux en faveur de la stabilité de l'emploi: l'évaluation espagnole La convention des partenaires sociaux en faveur de la stabilité de l'emploi: l'évaluation espagnole 1 Introduction L'évaluation espagnole a porté sur la convention de 1997 conclue entre les partenaires

Plus en détail

Histoire. Chapitre n.. L évolution du système de production et ses conséquences sociales

Histoire. Chapitre n.. L évolution du système de production et ses conséquences sociales Histoire Chapitre n.. L évolution du système de production et ses conséquences sociales L exemple de l entreprise Renault Problématique : En quoi l entreprise Renault est caractéristique des mutations

Plus en détail

Étude de marché sur les possibilités d utilisation de l aluminium dans les ponts routiers

Étude de marché sur les possibilités d utilisation de l aluminium dans les ponts routiers Étude de marché sur les possibilités d utilisation de l aluminium dans les ponts routiers SOMMAIRE Préparé pour: Étude réalisée par : Viami International Inc. et The Technology Strategies Group Le 24 mai

Plus en détail

Quels sont les bénéficiaires de ce contrat?

Quels sont les bénéficiaires de ce contrat? Quels sont les bénéficiaires de ce contrat? Quelles employeurs peuvent bénéficier de ce dispositif? Forme et contenu du contrat Rémunération minimale du salarié Formation Avantages pour l'employeur Comment

Plus en détail

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Les leçons de ce document La a attiré l'attention d'entreprises à la recherche de compétitivité dans un contexte

Plus en détail

Décembre 2011. Nord-du-Québec

Décembre 2011. Nord-du-Québec Enquête sur les besoins de main-d œuvre et de formation des entreprises du secteur de l industrie de l information, de l industrie culturelle, des finances, des assurances, des services immobiliers et

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Instructions aux Candidats Les présentes Lignes directrices sont fournies à titre indicatif pour l'élaboration et la soumission

Plus en détail

Améliorer la performance des ressources de la production par la TPM

Améliorer la performance des ressources de la production par la TPM Dossier paru dans la tribune de l'industrie des Editions WEKA N 29 Mars 2006 Améliorer la performance des ressources de la production par la TPM La mise en place d'une démarche TPM nécessite plusieurs

Plus en détail

PCS du père AG ACCE PICS PI E O Total

PCS du père AG ACCE PICS PI E O Total Groupe socioprofessionnel du fils en fonction de celui du père en France en 2003 PCS du AG ACCE PICS PI E O Total fils Agriculteur 252 6 2 2 3 20 285 Artisan, Commerçant 72 182 37 60 43 225 619 Cadre supérieur

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur.

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Découpage des activités (et donc des responsabilités) par fonctions, par unités de

Plus en détail

Observatoire de la métallurgie. Baromètre national intentions d embauche Deuxième vague UIMM Auvergne Juillet 2015

Observatoire de la métallurgie. Baromètre national intentions d embauche Deuxième vague UIMM Auvergne Juillet 2015 Observatoire de la métallurgie Baromètre national intentions d embauche Deuxième vague UIMM Auvergne Juillet 2015 Méthodologie adoptée et questionnaires récoltés Champ de l'enquête Commanditée par l'observatoire

Plus en détail

PEUT-ON PARVENIR A UNE DÉFINITION UNIQUE DE LA QUALIFICATION? Michel Freyssenet Centre de sociologie urbaine

PEUT-ON PARVENIR A UNE DÉFINITION UNIQUE DE LA QUALIFICATION? Michel Freyssenet Centre de sociologie urbaine 1 PEUT-ON PARVENIR A UNE DÉFINITION UNIQUE DE LA QUALIFICATION? Michel Freyssenet Centre de sociologie urbaine L'article d'a. d'iribarne et de M. de Virville et celui de M. Vernières soulèvent, entre autres,

Plus en détail

Les ressources humaines dans le secteur canadien de l acier Rapport final March 2011

Les ressources humaines dans le secteur canadien de l acier Rapport final March 2011 Les ressources humaines dans le secteur canadien de l acier Rapport final March 2011 Résumé http://www.cstec.ca Les ressources humaines dans le secteur canadien de l acier Résumé Mars 2011 Prism Economics

Plus en détail

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE La logistique représentait traditionnellement l activité allant de la mise à disposition des produits finis par l usine ou le négociant jusqu à la

Plus en détail

Dossier documentaire

Dossier documentaire DCL FLE annale 2012 Dossier documentaire Page 1 sur 6 DCL FLE Diplôme de Compétence en Langue Session du mercredi 23 mai 2012 Dossier documentaire Support de la phase 1 Document 1 Bulletin Mensuel d Informations

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

2 LE PROJET PERSONNEL. Avant tout. il y a vous

2 LE PROJET PERSONNEL. Avant tout. il y a vous Avant tout il y a vous POUR METTRE TOUTES LES CHANCES DE VOTRE CÔTÉ, IL CONVIENT DE VÉRIFIER LA COHÉRENCE DE VOTRE PROJET DE CRÉATION D'ENTREPRISE AVEC VOTRE PROJET PERSONNEL : QUELLE VIE VOULEZ-VOUS AVOIR?

Plus en détail

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat Le logement dans tous ses états 17/10/ 2012 Définition : le logement et l'habitat Le logement est un produit : une maison, un appartement, un type 3, un duplex L'habitat est un service : l'espace produit

Plus en détail

Le rôle croissant de la mobilité au travail

Le rôle croissant de la mobilité au travail Un profil du choix de technologie personnalisée commandé par Cisco Systems Février 2012 Les initiatives liées à la mobilité des entreprises se développent Les employés sont de plus en plus mobiles et une

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

DEMANDE D'AUTORISATION DE TRAVAIL POUR UN SALARIÉ ÉTRANGER - CONTRAT DE TRAVAIL SIMPLIFIÉ art. L.5221-1 et suiv et R.5221-1 et suiv du code du travail

DEMANDE D'AUTORISATION DE TRAVAIL POUR UN SALARIÉ ÉTRANGER - CONTRAT DE TRAVAIL SIMPLIFIÉ art. L.5221-1 et suiv et R.5221-1 et suiv du code du travail Demande d'autorisation de travail tendant la délivrance : d'une d'une d'une de jeune fille Né(e) le de la personne contacter bre de salariés avant l'embauche Type de contrat de travail durée indéterminée

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS

UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS CONFÉRENCE MONDIALE DE DÉVELOPPEMENT DES TÉLÉCOMMUNICATIONS (CMDT-98) La Valette, Malte, 23 mars - 1 avril 1998

Plus en détail

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm Notez que vous trouverez les fiches citées à chaque étape sur le site (Normalement, les liens ont été conservés et fonctionnent) Reste

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

Organisation et fonctionnement de l'entreprise Séance 1 : la conception scientifique des organisations

Organisation et fonctionnement de l'entreprise Séance 1 : la conception scientifique des organisations Organisation et fonctionnement de l'entreprise Séance 1 : la conception scientifique des organisations Régis Meissonier Maître de Conférences École Polytechnique Université Montpellier II regis.meissonier@univ-montp2.fr

Plus en détail

Building on BIM. Comment les maîtres d'oeuvre améliorent la rentabilité en passant à la vitesse supérieure avec le BIM

Building on BIM. Comment les maîtres d'oeuvre améliorent la rentabilité en passant à la vitesse supérieure avec le BIM Building on BIM Comment les maîtres d'oeuvre améliorent la rentabilité en passant à la vitesse supérieure avec le BIM Productivité de la construction Le secteur de la construction vient de traverser une

Plus en détail

Partie 2 : Les impératifs de croissance obligent à concentrer l'activité sur le personnel des points de vente/service

Partie 2 : Les impératifs de croissance obligent à concentrer l'activité sur le personnel des points de vente/service Un rapport Thought Leadership Paper élaboré par Forrester Consulting à la demande de Lexmark. Partie 2 : Les impératifs de croissance obligent à concentrer l'activité sur le personnel des points de vente/service

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS D'EMPLOI 1 (adoptée

Plus en détail

client. ECOUTE, SIMPLICITE, SERVICE... Pour ELCIA, l'accompagnement est la clé de la satisfaction ELCIA, le savoir-faire et l'écoute

client. ECOUTE, SIMPLICITE, SERVICE... Pour ELCIA, l'accompagnement est la clé de la satisfaction ELCIA, le savoir-faire et l'écoute Communiqué de presse Octobre 2007 ECOUTE, SIMPLICITE, SERVICE... Pour, l'accompagnement est la clé de la satisfaction client. «Gagner du temps, être plus réactif» «Hyper convivialité et souplesse d utilisation»

Plus en détail

TITRE V : RÉMUNÉRATION

TITRE V : RÉMUNÉRATION TITRE V : RÉMUNÉRATION 18 Article V.1. - Égalité professionnelle TITRE V : RÉMUNÉRATION Tout employeur est tenu d'assurer, pour un même travail ou pour un travail de valeur égale, l'égalité de rémunération

Plus en détail

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org LABORATOIRE D'ECONOMIE ET DE SOCIOLOGIE DU TRAVAIL Unité Mixte de Recherche 6123 35 Avenue Jules Ferry - 13626 Aix-en-Provence Cedex http://www.univ-aix.fr/lest ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION

Plus en détail

Les indicateurs RH et d'activité

Les indicateurs RH et d'activité Les indicateurs RH et d'activité Boîte à outils Les indicateurs RH et tableaux de bord d'activité Pourquoi travailler sur les indicateurs? Mieux suivre et anticiper la situation sociale de votre structure

Plus en détail

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne)

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne) REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne) Réf. : n 2010-61 PARTIE A INFORMATIONS ESSENTIELLES 1 RÉSUMÉ La motorisation individuelle, qui a presque 150 ans d histoire, a donné naissance

Plus en détail

Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales

Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales En clair COMPLÉMENTAIRES SANTÉ / PRÉVOYANCE Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales Quand la Prévoyance vous appartient. Sommaire Exonération des cotisations Sociales...

Plus en détail

Les titres-services : aussi un enjeu de société?

Les titres-services : aussi un enjeu de société? Les titres-services : aussi un enjeu de société? Depuis 2004, l'état fédéral s'est lancé dans une transformation majeure dans le secteur des services en créant le système de titres-services. Le principe

Plus en détail

Que pouvons-nous faire en ce sens sans entraîner des dépenses extravagantes?

Que pouvons-nous faire en ce sens sans entraîner des dépenses extravagantes? L'ÉQUILIBRE TRAVAIL-FAMILLE : UNE UTOPIE DANS UN MILIEU COMME LE NÔTRE? Julie Gamache, directrice des ressources humaines, Robinson Sheppard Shapiro (RSS) Quel défi pour les professionnels des ressources

Plus en détail

L'âge industriel (XIXème siècle).

L'âge industriel (XIXème siècle). L'âge industriel (XIXème siècle). Introduction : A partir de la fin du XVIIIème siècle, un certain nombre de pays ont connu la plus profonde mutation que les sociétés humaines ont expérimenté : la révolution

Plus en détail

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Une étude personnalisée commandée par Cisco Systems Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Juillet 2013 Déploiement d'une large gamme

Plus en détail

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Le facteur fiscal = Un coût inhérent à l'activité de l'entreprise qu'il

Plus en détail

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

Distinguer entre «Enregistrer» et «Sauvegarder»

Distinguer entre «Enregistrer» et «Sauvegarder» Compétence D1.4 IV - : Pérenniser ses données IV Assurer une sauvegarde 33 Compresser / Décompresser un fichier ou un ensemble de fichiers / dossiers 35 A. Assurer une sauvegarde Distinguer entre «Enregistrer»

Plus en détail

Supply chain management NESTLE. Les Rois de la Supply Chain 2010

Supply chain management NESTLE. Les Rois de la Supply Chain 2010 áå ΩINSTITUT SUPERIEUR DU MANAGEMENT Supply chain management NESTLE Les Rois de la Supply Chain 2010 Cabinet ISM Abidjan, Cocody,Bvd F. Mitterand, Riviera Bonoumin, Immeuble La Paix 22 BP 876 Abidjan 22

Plus en détail

Travail des métaux Mécanique générale

Travail des métaux Mécanique générale Profil du domaine professionnel Travail des métaux Mécanique générale 65 Profil du domaine professionnel Travail des métaux - Mécanique générale Emploi et marché du travail Idées-forces Ce domaine professionnel

Plus en détail

TECHNIQUES STATISTIQUES ET COMMERCE INTERNATIONAL

TECHNIQUES STATISTIQUES ET COMMERCE INTERNATIONAL TECHNIQUES STATISTIQUES ET COMMERCE INTERNATIONAL par W. Edwards Deming Bureau du Budget et Université de New-York Courrier de la Normalisation N 109 Janvier-Février 1953 Le Dr Deming, célèbre mathématicien

Plus en détail

Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition. «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» ANACT QVT

Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition. «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» ANACT QVT Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» Julie.coquille@tns-sofres.com / 01 40 92 66 03 Mathilde.tommy-martin@tns-sofres.com 01

Plus en détail

Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 68,661

Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 68,661 Initulé de poste et classe : Avis de vacance de poste n : Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 5027FE-RE Date limite de dépôt des candidatures : 10.06.2015 Unité administrative

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE 1996-11-20

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE 1996-11-20 CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE 1996-11-20 Convention collective nationale des cabinets ou entreprises d'expertises en automobiles du 20 novembre 1996 Etendue par arrêté du 8 avril 1998 JORF 24 avril 1998.

Plus en détail

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES...

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... Tellement à la mode depuis quelques années, le mot de créativité est peut-être déjà démodé. La publicité, la médiatisation,

Plus en détail

Par jugement en date du 15 juin 1999, le tribunal de grande insrtance de NANTERRE s'est déclaré incompétent au profit de la présente juridiction.

Par jugement en date du 15 juin 1999, le tribunal de grande insrtance de NANTERRE s'est déclaré incompétent au profit de la présente juridiction. FAITS ET PROCEDURE Par acte du 3 décembre 1998, Mèmeric THIBIERGE a assigné devant le Tribunal de grande instance de NANTERRE la société ARJO WIGGINS pour entendre : -Dire et juger que l'invention de M.THIBIERGE

Plus en détail

Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21

Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21 Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21 octobre 2002 Au vu des raisons évoquées ci-après, la Commission

Plus en détail

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Titre : Tangram en carré Numéro de la dernière page : 14 Degrés : 1 e 4 e du Collège Durée : 90 minutes Résumé : Le jeu de Tangram (appelé en chinois les sept planches

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Des économies dans les transports avec l écologie

Des économies dans les transports avec l écologie Première Partie Des économies dans les transports avec l écologie Le secteur des transports (passagers et marchandises) consomme déjà plus d un tiers de l énergie en France. La propension à consommer de

Plus en détail

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements Paris le, Le ministre de l'intérieur, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie et la ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg QA3169.08 Question La crise du marché financier, dont l origine se trouve aux Etats-Unis,

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

Silence, on meurt! 1

Silence, on meurt! 1 Silence, on meurt! 1 Quatre-vingt-quinze pour cent des personnes infectées par le VIH sont toujours privées de traitement 1. Chaque année, lors de la Journée mondiale du sida, il nous faut regarder les

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE TERRITORIALE DE LA METALLURGIE DU BAS-RHIN AVENANT OUVRIERS, EMPLOYES, TECHNICIEN AGENTS DE MAÎTRISE

CONVENTION COLLECTIVE TERRITORIALE DE LA METALLURGIE DU BAS-RHIN AVENANT OUVRIERS, EMPLOYES, TECHNICIEN AGENTS DE MAÎTRISE CONVENTION COLLECTIVE TERRITORIALE DE LA METALLURGIE DU BAS-RHIN AVENANT OUVRIERS, EMPLOYES, TECHNICIEN AGENTS DE MAÎTRISE 1 CONVENTION COLLECTIVE DE L INDUSTRIE DES METAUX DU BAS-RHIN CLAUSES COMMUNES

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN 1. Introduction Le règlement (UE) n 610/2013 du 26 juin 2013 a modifié la convention d'application de l'accord de Schengen,

Plus en détail

Règle du CIF. Qu'est-ce que le Congé Individuel de Formation (CIF)? Cette formation vous permet. Conditions pour en bénéficier

Règle du CIF. Qu'est-ce que le Congé Individuel de Formation (CIF)? Cette formation vous permet. Conditions pour en bénéficier Qu'est-ce que le Congé Individuel de Formation (CIF)? Règle du CIF C'est un droit d'absence de l'entreprise, financé par le Fongecif, accordé sous certaines conditions, vous permettant de suivre la formation

Plus en détail

Agenda annuel des informations / consultations du CE

Agenda annuel des informations / consultations du CE La question du DRH Agenda annuel des informations / consultations du CE Un certain nombre d informations et/ou consultations annuelles ou trimestrielles obligatoires doivent être mises en œuvre par l employeur,

Plus en détail

1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION

1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION 1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION L'innovation, étymologiquement, signifie «renouveler». L'innovation caractérise l'acte de déploiement du potentiel économique d'un résultat produit dans le champ de la connaissance

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

Précision. Rigueur. Estimation du risque

Précision. Rigueur. Estimation du risque Savez-vous lesquels de ces conducteurs représentent le plus grand risque pour votre entreprise? Nous le savons. Estimation du risque ApSTAT Technologies offre une gamme complète de solutions robustes de

Plus en détail

MISSION LOCALE Passation du 30/10/2014 à 14:04 Page: 20

MISSION LOCALE Passation du 30/10/2014 à 14:04 Page: 20 Page: 20 Fiche-métier Au service du bon fonctionnement quotidien de bâtiments à usage collectif L'agent de maintenance des bâtiments entretient des locaux à usage collectif. Vérifications, manutention,

Plus en détail

Heures supplémentaires

Heures supplémentaires Heures supplémentaires Présentation et évolutions des allégements Tepa La loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat a créé au 1er octobre 2007, une exonération d impôt

Plus en détail

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels»

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Le présent rapport a pour objet de donner une appréciation générale

Plus en détail

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP L intérim dans le secteur du BTP Septembre 2005 Sommaire Introduction page 3 I Données de cadrage du secteur du BTP page 4 A) Evolution du nombre de intérimaires et du taux de recours à l intérim pages

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Faut-il reculer l âge de la retraite? Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Entretien avec

Plus en détail

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles?

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 7 mai 2015 à 13:59 Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? Introduction Regards croisés? car apports de la science économique (économie de la firme)

Plus en détail