DIVISION DU TRAVAIL ET MOBILISATION QUOTIDIENNE DE LA MAIN-D OEUVRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIVISION DU TRAVAIL ET MOBILISATION QUOTIDIENNE DE LA MAIN-D OEUVRE"

Transcription

1 DIVISION DU TRAVAIL ET MOBILISATION QUOTIDIENNE DE LA MAIN-D OEUVRE Les cas Renault et Fiat Volume 1 Michel FREYSSENET 1979 CENTRE DE SOCIOLOGIE URBAINE Équipe de Recherche Associée, CNRS, n Rue de la Tombe Issoire 75014, Paris, Tél

2 Le présent document constitue le rapport scientifique d une recherche financée par la DGRST. Décision d'aide n A.T.P. Socio-Économie des Transports. Composition et mise en page, Lucette R. MORCH

3 2 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. LES CONDITIONS GÉNÉRALES 2.1. Quels sont les travailleurs à mobiliser quotidiennement, combien et quand? 2.2. L'évolution des catégories de main-d oeuvre 2.3. Le volume de l'emploi et son mode de variation 2.4. Les horaires de travail 2.5. L'exactitude et l'horaires flexible 3. LES CONDITIONS PARTICULIÈRES 3.1. Nombre, localisation et taille des établissements, types de main-d oeuvre et étendue des aires de recrutement 3.2. La division spatiale du travail à la RNUR de 1945 à Les sources utilisées Perspectives 3.3. La division spatiale du travail à la Fiat de 1945 à Les développements de Turin et de Fiat La formation de la population, des classes sociales et de la structure urbaine de Turin Le nombre, la taille et la structure des établissements 3.5. L'étendue de l'aire de recrutement 4. LES CONDITIONS CONCRÈTES 4.1. Les flux quotidiens de travailleurs, les moyens de mobilisation, et la stade actuel de la division du travail dans les entreprises étudiées 4.2. Les conditions concrètes de déplacement domicile-travail Temps de déplacement, horaires postés et retards La place du ramassage par car parmi les moyens de transports utilises Le confort des cars Le prix du transport 4.3. Le ramassage ouvrier à Flins, Cléon, Sandouville et Billancourt

4 Les déplacements domicile-travail des salariés Fiat et des autres salariés dans la région turinoise 5. LES REVENDICATIONS ET LES LUTTES SUR LES TRANSPORTS 5.1. La prise de conscience collective de la relation de dépendance entre organisation du travail et conditions de transports 5.2. Les revendications et les luttes en matière de transport domicile-travail à la RNUR jusqu'en La lutte sur les transports à Usinor-Dunkerque de novembre 1972 à mars Les revendications et les luttes à la Fiat et à Turin 6. CONCLUSION 7. ANNEXES - Cartes des communes de résidence des salariés de quatre établissements Renault selon leur catégorie et leur nationalité, en Carte des communes de résidence des travailleurs de Renault Billancourt en LISTE DES TABLEAUX, GRAPHIQUES, CARTES, ENCADRÉS, PLAN ET PHOTO

5 4 1. INTRODUCTION

6 5 Le projet d'étudier les relations entre la division du travail, la localisation industrielle, la mobilisation quotidienne des différentes catégories de main-d oeuvre et les conflits de transport est né d'une «demande sociale» et d'une série de constatations faites sur la période précédant La «demande sociale», exprimée par le Ministère des transports par l'intermédiaire de «l Action Thématique Programmée Socio-Économie des Transports», était d'analyser les facteurs d'évolution des flux quotidiens de main-d oeuvre et des moyens de transport utilisés. Les constatations faites concernaient les grandes entreprises, notamment dans l'industrie automobile, et leurs grands établissements industriels. On pouvait y observer la multiplication des revendications en matière de transport, et même l apparition d'une revendication radicale, à savoir le paiement de tout ou partie du temps de transport en temps de travail. Les conflits en matière de transport se déplaçaient du terrain local à celui de l'entreprise, notamment en France et en Italie. Les moyens de transport domicile-travail utilisés étaient en revanche très différents entre ces deux pays : «cars de ramassage» organisés par l'employeur dans le cas de la France, services publics et moyens privés en Italie. De même, les politiques menées par les grandes entreprises en matière de localisation des nouveaux établissements industriels étaient à l opposé les unes des autres au moins jusqu en 1970 : extension décentralisée dans les zones rurales ou en reconversion industrielle en France, croissance sur place en Italie, Renault et Fiat étant les représentants typiques de ces politiques opposées. Ces constatations permettaient de toucher à des points éminemment pratiques : conflits, moyens de transport, personnes transportées, générateurs de trafic; et de poser quelques questions théoriques : y a-t-il un lien entre les conflits d'un type nouveau observé en matière de transport quotidien de main-d oeuvre et l'évolution de l'organisation du travail qui caractérise les entreprises considérées? En d'autres termes, est-ce qu'à partir d'un processus social, considéré comme essentiel, on peut rendre compte d'un phénomène particulier : l'apparition d'un nouveau type de conflit? Plus précisément, est-ce que la tendance au déplacement de la revendication «transport» du terrain local au terrain de l'entreprise, est-ce que la revendication du paiement du temps de transport en temps de travail sont les signes d'une emprise croissante, et de la conscience croissante de cette emprise, de l'organisation du travail sur la vie hors travail? Est-ce que le fort développement des luttes «transport» en Italie préfigurait ce qui risquait de se développer en France, le décalage dans le temps entre les deux pays n'étant dû qu'à la

7 moindre capacité des organisations syndicales françaises de se saisir des revendications nouvelles? Si oui, quelles sont les raisons de cette moindre capacité? Si non, y a-t-il en Italie des facteurs matériels d'extension et d'amplification de ces revendications? Est-ce que le ramassage par car organisé par l'employeur est rendu nécessaire, en l'absence de moyens publics ou privés de transport adéquats, par les formes nouvelles d'utilisation de la main-d oeuvre (travail posté, établissement «décentralisé», maind oeuvre non qualifiée nombreuse..), liées au stade actuel de la division du travail, et à la répartition spatiale de cette division? S'il en est ainsi, pourquoi le phénomène n'a pas la même ampleur en Italie, dans des entreprises de même type, se situant au même niveau de développement? Est-ce dû à des contextes régionaux et urbains différents, à des initiatives publiques ou privées plus adéquates, à une capacité des employeurs à imposer à leurs salariés des conditions plus difficiles d'emploi? Est-ce que l'extension décentralisée pratiquée par de nombreuses entreprises en France, tout particulièrement dans le secteur automobile, brisant un processus de concentration urbaine indéfinie, a été rendue possible par l'évolution de l'organisation du travail, et nécessaire économiquement et socialement, ou bien n'est-ce que le produit de contraintes de l'élévation des prix fonciers, de la possibilité d'exploiter la main-d oeuvre rurale, des avantages financiers accordés, etc.? En d'autres termes, y a-t-il un lien entre division du travail et division spatiale du travail? Si oui, pourquoi en Italie, l'extension décentralisée des entreprises n'est apparue que depuis le début des années 1970, et en reste à un niveau modeste? Ce décalage et cette différence entre la France et l'italie, sont-ils les produits directs des efficacités très différentes des politiques étatiques italiennes et françaises en matière d'aménagement du territoire? Au cours de la recherche, le travail s'est progressivement centré sur deux cas : Renault pour la France, Fiat pour l'italie, parce que, tout en présentant le maximum de différences sur les phénomènes à étudier (conflits, moyens de transports, flux de maind oeuvre, politiques de localisation industrielle), ils ont un grand nombre de caractéristiques communes : grandes entreprises de l'automobile, ayant connu une forte expansion depuis 1945, la même évolution de la division du travail en leur sein, et constituant des lieux importants de l'histoire ouvrière de leurs pays respectifs. Ces deux cas étaient donc susceptibles de permettre de faire apparaître la nature du lien entre la division du travail et la mobilisation quotidienne de la main-d oeuvre, si lien il y a. L'enquête montra rapidement en effet que plusieurs conditions et modalités de la mobilisation quotidienne de la main-d oeuvre chez Fiat et chez Renault n'ont pas été et ne sont pas les mêmes. Au sein de ces deux entreprises, on observe également des différences importantes entre usines. Les deux cas retenus donnaient donc les moyens de trouver ce qui dans les conditions de mobilisation relève directement du processus social de la division du travail, ce qui est susceptible de variations et pourquoi. La démarche adoptée pour traiter les questions précédentes est historique. Elle consiste à rechercher ce qui a conduit les directions d'entreprises et d'usines à mettre en oeuvre telle ou telle politique de mobilisation. La présentation du document patronal (textes, circulaires, entretiens, etc.) qui permettrait d'affirmer que c'est bien pour telle ou telle raison que telle politique a été choisie n'est pas toujours possible soit que le document n'est pas disponible (refus de communication en raison du caractère récent des phénomènes étudiés), soit qu'il n'existe tout simplement pas (tout n'étant pas mis sous une forme transmissible, ou bien les raisons de leurs actions échappant souvent à la conscience des acteurs). La reconstitution historique permet cependant de réduire le 6

8 nombre des interrogations qui restent ouvertes, d'étayer solidement des hypothèses et dans certains cas de parvenir à des conclusions. L'objectif a-t-il été atteint? Comme nous allons le voir l'analyse de l'évolution des conditions de mobilisation quotidienne de la main-d oeuvre conduit à effectuer un travail considérable de traitements de données qui ne peut prétendre être aussi précis sur tous les points, compte tenu du temps disponible pour le faire. Je précise jusqu'où il a été possible d'aller dans l'analyse, en introduction de chaque chapitre. Trois catégories de conditions de mobilisation de la main-d oeuvre sont distinguées : les conditions générales, les conditions particulières, les conditions concrètes. Elles permettent de répondre aux questions : qui doit être mobilisé? combien? quand? d'où vers où? comment? et à quel prix? Les conditions générales sont les catégories de main-d oeuvre à mobiliser quotidiennement, leur volume respectif, le mode de croissance ou de régression de l'effectif de chacune de ces catégories, et le type d'horaire de travail. Pourquoi les qualifier de générales? Parce que pour un stade donné dominant de division du travail dans les entreprises concernées, on observe, quel que soit par ailleurs le contexte social et national (le mode de production capitaliste étant dominant), les mêmes catégories de main-d oeuvre, le même mode de croissance ou de diminution des effectifs, les mêmes types d'horaire. Pour le stade de la mécanisation généralisée qui est celui des entreprises étudiées, les catégories de main-d'oeuvre sont les OS de fabrication, les ouvriers qualifiés d'entretien et d'outillage, les techniciens et les ingénieurs. Le mode de croissance ou de diminution des effectifs est un mode «par bond» et non un mode régulier. L'horaire de travail est celui des 2x8 pour les secteurs de fabrication et du traitement informatique, et l'horaire "normal" pour les secteur d'entretien, d'outillage et pour les bureaux. Les catégories (qualification) de main-d oeuvre à mobiliser, leur volume, et les heures de mobilisation découlent donc du stade dominant de division du travail dans l'entreprise. Mais l'on observe simultanément que le passage au stade considéré, (de même qu'aux stades antérieurs coopération, manufacture, machinisme) ne s'est fait qu'à travers des luttes sociales intenses et une résistance quotidienne. Il est arrivé que les travailleurs fassent obstacle efficacement à l'accentuation de la division du travail, donc à la transformation de la composition de la main-d oeuvre et à l'accroissement de la productivité, jusqu'au jour où la modernisation est devenue une nécessité de survie de l'entreprise qui les emploie sous le coup de la concurrence des autres entreprises ayant pu, elles, imposer une division du travail accrue à leurs travailleurs. Donc, même pour les «conditions générales» de mobilisation, l'histoire sociale est au coeur de leur détermination. Cependant, le passage au stade suivant de la division du travail étant une nécessité pour la perpétuation du capital qui achète la force de travail dans un système économique qui continue à être par ailleurs de type capitaliste, les travailleurs sont finalement contraints de céder, à moins d'être capable de modifier les règles de fonctionnement du système économique. Ils peuvent au maximum obtenir que le passage d'un stade à un autre se fasse pour eux dans les moins mauvaises conditions. On pourra voir des exemples de ce qui précède dans l'histoire de Renault et de Fiat. Viennent ensuite les «conditions particulières» : localisation industrielle, types de main-d oeuvre pour une qualification donnée, taille des établissements et des bassins de main-d oeuvre. Pourquoi «particulières»? Parce que pour un même stade de division du travail, on observe que ces conditions varient dans la forme. Renault applique dès la Libération un modèle de développement spatial éclaté au niveau national (extension décentralisée, sous-traitance), alors que Fiat concentre toutes ses activités automobiles 7

9 dans l'aire urbaine turinoise jusqu'en Renault utilise comme OS, selon ses usines, des immigrés, des ruraux, des jeunes, des femmes, alors que Fiat fait appel exclusivement à la main-d oeuvre nationale masculine du sud de l'italie. Renault tend à fractionner son procès de travail en établissements de salariés au maximum et à les spécialiser, alors que Fiat jusqu'en 1970 concentre toute sa production automobile dans trois usines seulement : Lingotto, Mirafiori, Rivalta. On peut constater donc des politiques franchement opposées. Cependant, ces politiques, bien que différentes, ne sont pas contradictoires avec les «conditions générales». Elles visent toutes, mais chacune à leur manière, à recruter des OS en grand nombre acceptant de travailler en 2x8. Elles sont donc liées au stade dominant de division du travail, sans que celui-ci en détermine leurs formes précises. Ces formes varient dans la limite où elles restent des réponses compatibles avec les "conditions générales". Bien plus, le stade dominant de division du travail rend possible certaines formes «particulières» de mobilisation quotidienne qui ne l'étaient pas auparavant. On verra que ce n'est qu'à partir du moment où le travail de fabrication a pu être réalisé par de la main-d oeuvre sans qualification que l'implantation en région rurale ou en reconversion industrielle est devenue possible. À l'intérieur des limites fixées par les «conditions générales», qu'est-ce qui fait varier les «conditions particulières»? D'après les cas étudiées, ce sont le mode de déroulement de la lutte sociale au moment du passage à la mécanisation généralisée et les leçons tirées par les employeurs, le patronat en général et l'etat, qui ont conduit au choix de tel ou tel modèle de développement spatial. Après la déroute complète du mouvement ouvrier à la Fiat ( ), la direction a crû pouvoir imposer un modèle hyper concentré en faisant venir massivement de la main-d oeuvre du sud sans se préoccuper de ses conditions d'habitat, et parvenir ainsi aux économies maximales d'échelle. Par contre, la Direction de la RNUR tirant les leçons des grèves de 1947, inspirée par une idéologie réformiste qui estimait que le «malaise» ouvrier tenait à ses conditions de travail et de vie et non à l'état de salarié, a d'emblée considéré que la concentration était à terme néfaste malgré les surcoûts entraînés à court terme par les échanges inter-usines, les infrastructures faisant double emploi, etc. Elle a estimé également qu'il fallait diversifier les types de main-d oeuvre pour une même catégorie, particulièrement pour les OS ; et qu'enfin la limitation de la taille des établissements était une mesure prudente. Il est hors de doute que le choix de localisation précise par la RNUR a fait intervenir de nombreux autres facteurs (incitations étatiques, réseau de transports, etc.) classiquement évoqués. Par contre, il semble que le choix d'un modèle de développement spatial relève de la stratégie sociale. La révolte contre le travail parcellisé des années , et les leçons nouvelles tirées par le patronat, chez Fiat comme chez Renault (adoption du modèle éclaté par Fiat, réduction de la taille des établissements, spécialisation, duplication, etc.) confirment ce point de vue. Enfin, les «conditions concrètes» regroupent le salaire, le logement, les moyens de transport, le temps de transport, le prix du transport. Pourquoi? Parce que pour une même entreprise, elles se différencient selon les usines et pour une même usine selon les catégories et les types de main-d oeuvre. Elles sont donc le produit du rapport social le plus visible, le plus immédiat, celui des conditions d'emploi que le salarié accepte au moment de son embauche. «Conditions concrètes» enfin, parce que ce sont celles que vivent quotidiennement les travailleurs. Comme les «conditions particulières», les «conditions concrètes» varient dans certaines limites que fixent les «conditions générales» et les «conditions particulières». 8

10 Au stade de la mécanisation généralisée, elles doivent permettre d'assurer deux types de flux : le flux massif des travailleurs postés sans qualification au rythme des 2x8, le flux des travailleurs de la «normale» (journée continue de jour) composé de catégories diversifiées (ouvriers qualifiés, employés, techniciens, cadres), vers des établissements, dont les plus petits dépassent encore à l'heure actuelle les salariés (sauf exception), à partir d'un bassin de main-d oeuvre d'autant plus large que le turn over l'absentéisme, la concurrence sur le marché du travail sont importants. La négociation entre salariés et employeur sur les conditions concrètes de mobilisation (salaire, logement, modalités de transports) se fait alors d'une part sur la base de la position que confère la place dans la division du travail (un travailleur hautement qualifié a d'emblée un pouvoir de négociations plus grand qu'un OS parfaitement substituable à un autre) et des acquis obtenus par la catégorie d'appartenance sur cette même base, d'autre part en fonction du marché local de l'emploi pour la catégorie concernée. Il est toujours théoriquement possible d'imposer aux travailleurs des conditions telles, que l'entreprise peut ne pas se soucier de leur logement et de leur déplacement, tout en étant assurée d'être pourvue chaque jour du nombre de travailleurs nécessaires. Il en a été ainsi pour la Fiat jusqu'en Il est toujours théoriquement possible que les travailleurs parviennent à imposer des conditions optimales de logement et de transport. Et effectivement, des cas semblables s'observent. Fondamentalement donc, les conditions concrètes de mobilisation quotidienne de chaque type ou de chaque catégorie de maind oeuvre dépendent du rapport concret, local, des travailleurs de ce type ou de cette catégorie avec la direction de l'établissement concerné, rapport qui est la résultante d'un état du marché de l'emploi, du niveau de qualification, du niveau d'équipement local de logement et de transport auquel peuvent accéder ces travailleurs, du degré de leur organisation et de leur unité. L'existence du «ramassage» en car par l'entreprise de tout ou partie de ses salariés ne découle obligatoirement ni de l'éloignement de la main-d oeuvre, ni du manque de moyen individuel de transport, ni de l'absence d'un réseau public de transport, ni d'un manque de logements à proximité de l'usine, ni du travail en équipe, ni d'une branche d'activité, ni d'une taille d'usine, ni d'un type de main-d oeuvre (femmes, immigrés, ruraux, jeunes, etc.), ni d'une catégorie de main-d oeuvre (ouvriers professionnels, OS, employés, etc.), ni d'un stade de la division du travail, etc., mais du rapport concret entre travailleurs et direction. Il reste cependant que, compte tenu d'un état du rapport de force social général où ni le pire ni l'optimal n'est possible pour les travailleurs comme pour le patronat, certains moyens de mobilisation sont adoptés plus que d'autres, parce qu'ils répondent, au meilleur coût social et financier, dans ce contexte, aux exigences de conditions de mobilisation du stade dominant de division du travail. Ainsi le ramassage par car se révèle en France la formule «socialement la plus adaptée» dans le contexte actuel, pour mobiliser massivement à des heures précises en un point donné des travailleurs postés dispersés dans une aire large, dont ou souhaite qu'ils conservent les mêmes conditions de vie, et dont on peut être amené à accroître brusquement le recrutement lorsque la "chaîne" de production est doublée. Nous sommes face à un cas intéressant sur le plan théorique, d'un lien structurel entre un processus social fondamental (la division du travail au stade de la mécanisation généralisée) et l'extension considérable d'un phénomène particulier (la mobilisation quotidienne d'une catégorie de main-d oeuvre au moyen de cars de ramassage), sans qu'il y 9

11 ait lien obligatoire, mécanique, parce que d'autres moyens de mobilisation sont toujours possibles selon le rapport de force social. Le déplacement des revendications «transport» du terrain local au terrain de l'entreprise, dans le type d'entreprise étudié, l'apparition de la revendication "paiement en temps de travail du temps de transport" sont clairement le résultat, comme nous le verrons, de la prise de conscience de l'emprise croissante de l'organisation du travail sur la vie hors de travail, et de l'impossibilité d'améliorer substantiellement les conditions de transport sans transformation de l'organisation du travail. Les conflits en matière de transport domicile-travail ont eu une extension beaucoup plus grande à la Fiat qu'à Renault pour deux raisons. La première est que la Fiat avait réussi à imposer des conditions concrètes de mobilisation (salaires, logements, transports) nettement plus mauvaises que celles de la RNUR. La révolte a été à la hauteur de l'accumulation des motifs de mécontentement. La deuxième raison est que le mouvement social général à la Fiat a été de 1968 à 1974 plus profond, plus généralisé qu'il ne l'a été à Renault, et que les organisations syndicales y ont été plus transformées dans leur mode de fonctionnement et de recrutement, et par conséquent y ont été plus réceptives aux revendications et aux formes d'actions nouvelles. 10

12 11 2. LES CONDITIONS GÉNÉRALES

13 QUELS SONT LES TRAVAILLEURS À MOBILISER QUOTIDIEN- NEMENT, COMBIEN ET QUAND? Ce sont les trois questions concrètes auxquelles tente de répondre ce chapitre en établissant un lien entre d une part les caractéristiques de la mobilisation quotidienne de la main-d œuvre et d autre part la nature du rapport social qui régit les relations entre employeurs et salariés et le type de division du travail propre à ce rapport. Les réponses qui sont détaillées dans les sections 2.2 à 2.5. sont résumées ici par une série ordonnée de propositions. - À partir du moment où le travailleur ne peut vivre qu'en vendant sa force de travail et où le capital ne peut s'accumuler qu'en achetant celle-ci, c'est-à-dire à partir du moment où il y a séparation du capital et du travail, un rapport de force s'instaure que chaque partie tente de modifier à son profit, dans certaines limites, pour fixer les conditions d'achat et de vente de la force de travail. - Le capital et le travail sont chacun constitués de fractions qui n'ont pas les mêmes stratégies. Ces fractions peuvent entrer en concurrence, et telle ou telle d'entre elles peut en profiter. - Le rapport de force capital-travail, la concurrence intercapitaliste et la «consommation de masse» font que les conditions les plus mauvaises de mobilisation ne peuvent être que ponctuellement appliqués. Pour mobiliser la main-d oeuvre nécessaire, l'employeur utilise une gamme de moyens dont les principaux sont le niveau de salaire, les plus ou moins grandes facilités de logement, et les moyens de transport. - Le nombre de ces moyens utilisés et leur niveau ne sont pas les mêmes suivant la catégorie de main-d oeuvre visée. On ne peut mobiliser de la même façon un ouvrier de métier, un ouvrier qualifié d'entretien, et un OS, un employé et un technicien. Le rapport de force de chacune de ces catégories avec l'employeur est en effet différent : compte tenu de leur pouvoir différent dans la production (niveau de qualification), de leur plus ou moins grands substituabilité, de leur degré de rareté sur le marché du travail, de leur niveau d'organisation revendicative.

14 - Les catégories de main-d oeuvre évoluent, ainsi que leur volume et leur rapport de force. Elles évoluent en fonction de la division capitaliste du travail. La division capitaliste du travail se développe à des rythmes différents selon les branches d'activités; pour une même branche d'activité, selon les phases du procès de travail; pour une même phase, selon les opérations. - Dans l'industrie automobile, quatre étapes de la division du travail peuvent être distingués, auxquels correspondent quatre compositions différentes de la main-d oeuvre a) un ingénieur-inventeur, deux ou trois dessinateurs, des employés d'écriture, des ouvriers de métier et leurs apprentis, des manoeuvres. b) Ingénieurs, dessinateurs, employés, des chefs d'équipe-contremaîtres, des ouvriers de métier, rectifieurs et finisseurs, des ouvriers sur machines (tourneurs...), des ouvriers qualifiés d'entretien (mécaniciens, électriciens), des apprentis, des manoeuvres. c) Ingénieurs, techniciens, dessinateurs, employés, contremaîtres, OS de fabrication, ouvriers qualifiés d'entretien et d'outillage. d) Ingénieurs-cadres, analystes programmeurs, employés d'enregistrement de données, surveillants de fabrication, OS d'entretien, techniciens d'entretien et d'outillage. - Ces stades ne se substituent pas brutalement. Ils co-existent dans des volumes différents pendant de longues périodes, rendant plus complexe l'analyse des conditions de mobilisation. Le stade de la division du travail auquel appartient chaque catégorie de main-d oeuvre constitue la base sur laquelle se forme son rapport de force avec l'employeur. Le rythme de la division du travail dépend de la concurrence intercapitaliste, des capitaux disponibles, du niveau de combativité ou de résistance ouvrière. Même pour comprendre des phénomènes aussi "techniques" que le déplacement quotidien de main-d œuvre, l'histoire sociale ne peut être évacuée. Nous verrons qu'elle apparaît à tous les niveaux. - Cette combativité, ou bien cette résistance peut amener à prendre préventivement ou peut contraindre postérieurement l'employeur à prendre des mesures touchant aux conditions "particulières" et "concrètes" de mobilisation quotidienne, visant à faciliter socialement le passage d'un stade à un autre de la division du travail : localisation industrielle, type d'usine, recours à de nouveaux types de main-d oeuvre pour une même catégorie de main-d oeuvre 1, etc. - À un instant donné, le volume nécessaire de chaque catégorie de main-d oeuvre, donc le volume des flux de personnel générés par une entreprise, dépend de la proportion des différents stades de division du travail présents dans cette entreprise. Pour chaque catégorie de ce "volume nécessaire" varie manière spécifique. Plus la division du travail est poussée et généralisée, plus ce volume varie par "bond" important, aussi bien en progression qu'en régression, suivant la situation économique. À situation économique constante, plus le travail est parcellisé, vidé de toute activité intellectuelle, plus le turn 13 1 Par catégorie de main-d oeuvre, on entend ici la différenciation de la main-d oeuvre selon sa qualification. Par type de main-d oeuvre, on veut parler de la différenciation de la maind oeuvre selon des critères «sociaux» : immigrés, femmes, ruraux, jeunes, etc..

15 over et l'absentéisme sont élevés, plus donc le "volume nécessaire" doit être affecté d'un coefficient correcteur. - Cette croissance ou cette diminution par bond, le turn over, l'absentéisme ont d'évidents effets sur les flux de travailleurs et leur orientation, et supposent des bassins de main-d oeuvre de capacité et d'élasticité en proportion. - Le passage au stade de la mécanisation généralisée du travail a entraîné la formation de deux types d'horaires de flux de travailleurs totalement distincts : les flux des travailleurs postés, sans qualification, au rythme des 2x8, les flux des travailleurs de la 'normale' (journée continue de jour) : ouvriers qualifiés de l'entretien et de l'outillage, employés, cadres La possibilité de rendre flexible l'horaire de travail, donc de diversifier les flux dépend, elle aussi, du stade de la division du travail. Moins la production est segmentée, c'est-à-dire plus les différentes phases sont mécaniquement dépendantes l'une de l'autre, plus les travailleurs doivent se mettre au travail exactement à la même heure. Le temps m'a manqué pour analyser, en plus de l'évolution de la composition de la main-d oeuvre au fur et à mesure que Fiat et Renault passent d'un stade de division du travail à un autre, les processus sociaux qui amènent ou qui retardent une division du travail toujours plus poussée, notamment la concurrence intercapitaliste et la résistance des travailleurs. J'esquisse seulement ici l'étude de ces processus, espérant pouvoir la développer plus tard dans d'autres publications. De même, la reconstitution précise des conditions de mobilisation de chaque catégorie de main-d oeuvre à chaque stade de la division du travail reste à faire, par l'analyse des contrats de travail, des accords d'entreprises, des documents patronaux concernant le personnel, des textes syndicaux, des témoignages ouvriers. Une présentation historique des conditions de mobilisation aurait été très instructive. Je n'ai pu commencer à les étudier que pour la période récente L'ÉVOLUTION DES CATÉGORIES DE MAIN-D OEUVRE La simplification des tâches pour le plus grand nombre et la concentration l activité qualifiée sur un petit nombre Depuis la fin du siècle dernier qui voit naître l'industrie automobile, la part de la maind oeuvre mobilisée par cette industrie n'a fait que croître jusqu'à aujourd'hui. L'augmentation considérable de l'effectif employé pour la construction automobile ne s'est pas faite par l'embauche de travailleurs identiques à ceux qui avaient été embauchés précédemment. Elle s'est faite à travers et grâce à la division du travail de construction automobile qui a permis de passer d'un stade où tous les travailleurs étaient des ouvriers de métier et étaient dépositaires chacun d'un savoir-faire et de connaissances indispensables pour parvenir au produit fini, au stade actuel où la grande masse de travailleurs est affectée à des tâchesparcellaires manuelles ou de surveillance, et où la conception du produit et des machines, et l'organisation et la préparation du travail est concentrée sur un petit nombre. Les conditions pour mobiliser un mécanicien de métier, un ajusteur

établir; v) débouchés et bonnes voies de communications. - 317 -

établir; v) débouchés et bonnes voies de communications. - 317 - Rapport régional 6 L'ARTISANAT AU JAPON (Sommaire du texte anglais) par Satsuo Nagata, Chef adjoint, Section de formation, Bureau de la formation professionnelle, ministère du Travail, Tokyo - Japon 1.

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Le dernier rapport sur les prix des véhicules automobiles montre que la nouvelle exemption par catégories ne produit pas encore d'effets positifs

Le dernier rapport sur les prix des véhicules automobiles montre que la nouvelle exemption par catégories ne produit pas encore d'effets positifs IP/03/1117 Bruxelles, le 25 juillet 2003 Le dernier rapport sur les prix des véhicules automobiles montre que la nouvelle exemption par catégories ne produit pas encore d'effets positifs Le dernier rapport

Plus en détail

Convention collective nationale des avocats et de leur personnel du 20 février 1979. Avenant n 50 du 14 février 1997 relatif à la classification

Convention collective nationale des avocats et de leur personnel du 20 février 1979. Avenant n 50 du 14 février 1997 relatif à la classification Convention collective nationale des avocats et de leur personnel du 20 février 1979 Source : www.legifrance.gouv.fr Avenant n 50 du 14 février 1997 relatif à la classification Article 1er Les partenaires

Plus en détail

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire?

Travail à faire. 2. Construire le compte de surplus réel (formation et répartition) pour N. Que peut-on en déduire? Cas NACRAY S.A. La société anonyme NACRAY a été créée, il y a plus de vingt ans, par un entrepreneur qui venait de déposer un brevet pour un nouveau type de mobilier de rangement, destiné aussi bien aux

Plus en détail

3.3.2. La concurrence monopolistique 1

3.3.2. La concurrence monopolistique 1 3.3.2. La concurrence monopolistique 1 La concurrence monopolistique offre l'avantage d'expliquer simultanément les trois faits majeurs des échanges contemporains. Elle explique l'apparition d'un commerce

Plus en détail

Impact de la durée du travail et des concepts de salaire sur le bas de la distribution des salaires

Impact de la durée du travail et des concepts de salaire sur le bas de la distribution des salaires Distr. GENERALE CES/SEM.41/12 1er mars 2000 ORIGINAL: FRANCAIS COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTÉS

Plus en détail

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012 Vitro Paris Cas en comptabilité Place à la jeunesse 2012 Nous sommes le 1 er octobre 2012 et vous êtes à votre deuxième semaine de travail chez Vitro Paris. La fin d'année est le 31 juillet 2012 de ce

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions Représentant/représentante en véhicules (14322 ) Informations sur le groupe de métiers Les métiers du groupe Agent de location de véhicules.......................................

Plus en détail

A quoi sert un brevet?

A quoi sert un brevet? A quoi sert un brevet? C'est une bonne question à se poser lorsque l'on a l'impression que l'on est en face d'une innovation qui mérite d'être protégée. Cette question revient souvent car la protection

Plus en détail

P R O C O M. Dossier Le secteur de l'industrie graphique

P R O C O M. Dossier Le secteur de l'industrie graphique P R O C O M E T U D E S S O N D A G E S Dossier Le secteur de l'industrie graphique Novembre 2000 PROCOM, 1, place des Cordeliers 69002 LYON Tel.:04.78.38.27.25 Fax. 04.72.41.86.01 Email : procom@wanadoo.fr

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

ZONES FRANCHES URBAINES (ZFU)

ZONES FRANCHES URBAINES (ZFU) NOTICE D INFORMATION Pour tout renseignement, contacter : Tél. : 01 44 90 20 62 Fax : 01 44 90 20 68 cotisation@crpcen.fr ZONES FRANCHES URBAINES (ZFU) Les entreprises situées dans les zones franches urbaines

Plus en détail

MYTHES SUR LA CONSOMMATION DE CARBURANT ET LA CONDUITE

MYTHES SUR LA CONSOMMATION DE CARBURANT ET LA CONDUITE MYTHES SUR LA CONSOMMATION DE CARBURANT ET LA CONDUITE Les Canadiens cherchent à réduire la consommation de carburant de leur véhicule pour protéger l environnement et réaliser des économies. Plusieurs

Plus en détail

AUTOMOBILE. ! Le jeu se joue de 3 à 5 joueurs et devrait durer entre 2 à 3 heures. ! Les cubes R&D sont les cubes Reasearch & Development

AUTOMOBILE. ! Le jeu se joue de 3 à 5 joueurs et devrait durer entre 2 à 3 heures. ! Les cubes R&D sont les cubes Reasearch & Development AUTOMOBILE! Comme dans le monde de l"industrie automobile, votre but est d"avoir le plus d"argent en produisant et en vendant des voitures. Vous commencez avec 2000 $ et vous aurez la possibilité de contracter

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

LES MUTATIONS INDUSTRIELLES EN PICARDIE

LES MUTATIONS INDUSTRIELLES EN PICARDIE LES MUTATIONS INUSTRIELLES EN PICARIE Niveau concerné : troisième Place dans la programmation : quatrième partie du programme : la France Ce que disent les instructions officielles : Histoire La France

Plus en détail

LE FORFAIT JOURS DANS TOUS SES ETATS INTRODUCTION : LES AUTRES FORFAITS

LE FORFAIT JOURS DANS TOUS SES ETATS INTRODUCTION : LES AUTRES FORFAITS LE FORFAIT JOURS DANS TOUS SES ETATS INTRODUCTION : LES AUTRES FORFAITS Il paraît opportun de mettre en perspective du sujet central de l intervention le forfait jours les autres catégories de forfaits

Plus en détail

1/6. Septembre 2007. Préambule

1/6. Septembre 2007. Préambule Contribution de l'association des Utilisateurs de Free (AdUF) à l'appel à commentaire sur la consultation publique sur les enjeux liés aux nouvelles fréquences pour les réseaux d'accès aux services de

Plus en détail

Changer de logement dans le même environnement

Changer de logement dans le même environnement 6 Changer de logement dans le même environnement Christelle Minodier* Les parcours résidentiels sont en grande partie rythmés par les événements familiaux et dans une moindre mesure par les changements

Plus en détail

Les principales mesures de la loi Pinel en matière de bail commercial

Les principales mesures de la loi Pinel en matière de bail commercial Les principales mesures de la loi Pinel en matière de bail commercial Article juridique publié le 13/03/2015, vu 1511 fois, Auteur : Avocat David MICHEL La loi relative à l'artisanat, aux commerces et

Plus en détail

4 grandes fiches à compléter portant sur les thèmes suivants : Voiture et Histoire, Voiture te Technologie, Voiture et Société, Voiture et Course.

4 grandes fiches à compléter portant sur les thèmes suivants : Voiture et Histoire, Voiture te Technologie, Voiture et Société, Voiture et Course. Nom : Prénom : Date : A la découverte du Musée des 24 Heures Feuille de route 4 ème 3 ème Dans ce livret, tu trouveras : 4 grandes fiches à compléter portant sur les thèmes suivants : Voiture et Histoire,

Plus en détail

Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE

Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Mai 2007 Les congés payés en 2007 Thème d actualité à l approche de l été, les congés payés restent un sujet d interrogation et de possibles

Plus en détail

PLAN DE RÉMUNÉRATION DES EMPLOYÉS AGRICOLES DE LA PRODUCTION PORCINE

PLAN DE RÉMUNÉRATION DES EMPLOYÉS AGRICOLES DE LA PRODUCTION PORCINE PLAN DE RÉMUNÉRATION DES EMPLOYÉS AGRICOLES DE LA PRODUCTION PORCINE Mars 2004 Ce document a été réalisé par le Comité sectoriel de main-d'œuvre de la production agricole grâce à la contribution financière

Plus en détail

TEMPS CHOISI. COMPTE EPARGNE - TEMPS ENTREPRISES DE 20 SALARIES ET MOINS

TEMPS CHOISI. COMPTE EPARGNE - TEMPS ENTREPRISES DE 20 SALARIES ET MOINS SOCIAL N 73 SOCIAL N 39 En ligne sur le site www.fntp.fr / le 24 mai 2005 ISSN 1769-4000 TEMPS CHOISI. COMPTE EPARGNE - TEMPS ENTREPRISES DE 20 SALARIES ET MOINS La loi du 31 mars 2005 portant réforme

Plus en détail

Qualification. Niveau technique requis par le poste de travail

Qualification. Niveau technique requis par le poste de travail 22 L'EMPLOI EST-IL DE PLUS EN PLUS QUALIFIE? A Qu'est-ce que la qualification de l'emploi? a) Définitions 1. La qualification peut se définir comme l'ensemble des aptitudes acquises par l'individu ou requises

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

BUREAU D'ÉTUDES DE LA CFTC. I sabelle ANTAL

BUREAU D'ÉTUDES DE LA CFTC. I sabelle ANTAL BUREAU D'ÉTUDES DE LA CFTC I sabelle ANTAL Avant-propos a réduction du temps de travail, sujet qui a fait couler beaucoup d'encre ses dernières années, ne cesse de susciter le débat public. Enjeu majeur

Plus en détail

EXTENSION DU RESEAU T.G.V. ET EVOLUTION DU TRAFIC MULTIMODAL OLIVIER MORELLET, PHILIPPE MARCHAL INRETS

EXTENSION DU RESEAU T.G.V. ET EVOLUTION DU TRAFIC MULTIMODAL OLIVIER MORELLET, PHILIPPE MARCHAL INRETS les Cahiers Scientifiques du Transport N 32/1997 - Pages 27-34 Olivier Morellet, Philippe Marchal Extension du réseau TGV et évolution du trafic multimodal EXTENSION DU RESEAU T.G.V. ET EVOLUTION DU TRAFIC

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Chap 3 La Gestion des stocks

Chap 3 La Gestion des stocks 1 Chap 3 La Gestion des stocks I LA VALORISATION DES STOCKS...2 A) LA VALORISATION DES ENTRÉES... 2 B) LA VALORISATION DES SORTIES... 3 soit on détermine le coût unitaire de sortie en temps réel par :...3

Plus en détail

Décembre 2011. Nord-du-Québec

Décembre 2011. Nord-du-Québec Enquête sur les besoins de main-d œuvre et de formation des entreprises du secteur de l industrie de l information, de l industrie culturelle, des finances, des assurances, des services immobiliers et

Plus en détail

Travail des métaux Mécanique générale

Travail des métaux Mécanique générale Profil du domaine professionnel Travail des métaux Mécanique générale 65 Profil du domaine professionnel Travail des métaux - Mécanique générale Emploi et marché du travail Idées-forces Ce domaine professionnel

Plus en détail

PLAN DE RÉMUNÉRATION DES EMPLOYÉS AGRICOLES DE LA PRODUCTION LAITIÈRE

PLAN DE RÉMUNÉRATION DES EMPLOYÉS AGRICOLES DE LA PRODUCTION LAITIÈRE PLAN DE RÉMUNÉRATION DES EMPLOYÉS AGRICOLES DE LA PRODUCTION LAITIÈRE Mars 2004 Ce document a été réalisé par le Comité sectoriel de main-d'œuvre de la production agricole grâce à la contribution financière

Plus en détail

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Instructions aux Candidats Les présentes Lignes directrices sont fournies à titre indicatif pour l'élaboration et la soumission

Plus en détail

Exercice I. On considère un monopole sur un marché caractérisé par les données suivantes:

Exercice I. On considère un monopole sur un marché caractérisé par les données suivantes: TD n 7 OLIGOPOLE, STRATEGIES CONCURRENTIELLES ET THEORIE DES JEUX. Lecture obligatoire: Pindyck et Rubinfeld Chapitre pp. 493-56 et Chapitre 3 pp. 535-57 Exercice I. On considère un monopole sur un marché

Plus en détail

LES MISSIONS DES DELEGUES DU PERSONNEL

LES MISSIONS DES DELEGUES DU PERSONNEL LES MISSIONS DES DELEGUES DU PERSONNEL Les délégués du personnel sont les interlocuteurs privilégiés de l'employeur. Elus dans toutes les entreprises de 11 salariés et plus, les délégués du personnel exercent

Plus en détail

LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS

LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS Nelly GOUIDER En, chaque personne résidant sur le territoire métropolitain a effectué en moyenne près de six voyages à plus de kilomètres de son domicile au cours

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

ACCORD DE POLITIQUE SALARIALE 2011. INTEV A Products France

ACCORD DE POLITIQUE SALARIALE 2011. INTEV A Products France 1. ACCORD DE POLITIQUE SALARIALE 2011 INTEV A Products France Le présent accord est conclu pour l'année 2011 entre, d'une part, la Société INTEVA Products France, représentée par Mme Michèle Regnier Abrial,

Plus en détail

Mathématiques et histoire des transports Cycle 3. Activité de découverte

Mathématiques et histoire des transports Cycle 3. Activité de découverte Mathématiques et histoire des transports Activité de découverte «Petite» histoire de l automobile Texte extrait d un document enseignant de la Sarthe Mathématiques et histoire des transports Cycle 3 Activité

Plus en détail

La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme

La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme La métallurgie suisse et la fabrication de machines en pleine forme Environ 5% de la population active vit de la métallurgie et de la fabrication de machines, ce qui classe ces branches parmi les principaux

Plus en détail

Communiqué de presse - 1 -

Communiqué de presse - 1 - Communiqué de presse - 1 - Nouvelle étude internationale de Continental : Les véhicules hybrides et électriques sont de mieux en mieux considérés par les automobilistes du monde entier Continental, grand

Plus en détail

Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales

Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales Proposition de mise en œuvre des nouveaux programmes de troisième Partie I : Un siècle de transformations scientifiques, technologiques et sociales Thème 2 : L évolution du système de production et ses

Plus en détail

Date : 17/06/2014 Pays : FRANCE Page(s) : 73,74,75,76,77 Rubrique : OPINIONS Diffusion : (78703) Périodicité : Quotidien Surface : 348 % Opinions

Date : 17/06/2014 Pays : FRANCE Page(s) : 73,74,75,76,77 Rubrique : OPINIONS Diffusion : (78703) Périodicité : Quotidien Surface : 348 % Opinions Opinions Complémentaires santé: le défi de l'ultra-concurrence Date : 17/06/2014 OPINIONS > Alors que le marché de l assurance santé est en pleine mutation, ses acteurs sont-ils prêts à relever le défi

Plus en détail

Investir dans notre avenir

Investir dans notre avenir Investir dans notre avenir Consultations sur le budget fédéral 2013-14 Analyse et recommandations Association canadienne du transport urbain 1 er novembre 2012 1 Investir dans notre avenir Au cours de

Plus en détail

AVANTAGES DU PERSONNEL

AVANTAGES DU PERSONNEL I H E C Carthage CES DE REVISION COMPTABLE NORMES COMPTABLES AVANTAGES DU PERSONNEL (IAS 19) 1. Champ d application I. INTRODUCTION La norme IAS 19 traite de la comptabilisation des retraites et de tous

Plus en détail

Règles du jeu officielles du Monopoly

Règles du jeu officielles du Monopoly Règles du jeu officielles du Monopoly Garanties presque sans erreurs BUT DU JEU : Etre le dernier joueur à rester en jeu, c'est-à-dire le dernier joueur n'ayant pas fait faillite. PREPARATION 1. Prenez

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES

ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES PREAMBULE Les organisations signataires veulent par le présent accord, préciser la situation des

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS D'EMPLOI 1 (adoptée

Plus en détail

Partie 2 Entreprises et production

Partie 2 Entreprises et production CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Partie 2 Entreprises et production Introduction La production est réalisée par des organisations de nature très différente et aux objectifs très variés, mais toutes

Plus en détail

Modèle de contrat de travail à temps partiel et à durée indéterminée

Modèle de contrat de travail à temps partiel et à durée indéterminée Modèle de contrat de travail à temps partiel et à durée indéterminée Le contrat doit être transmis au salarié, au plus tard dans les deux jours suivant l'embauche (article L122-3-1 du code du travail).

Plus en détail

Techniques de Vente et Fidélisation de la Clientèle. Démarche marketing de:

Techniques de Vente et Fidélisation de la Clientèle. Démarche marketing de: Techniques de Vente et Fidélisation de la Clientèle Démarche marketing de: Introduction PLAN Etude de marché Segmentation Positionnement Marketing Mix Evaluation Conclusion Toyota est un constructeur automobile,

Plus en détail

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE.

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. Jacques Picard School of Business Administration, Netanya Academic College École des Sciences de la Gestion, Université du Québec à Montréal I Introduction.

Plus en détail

ICE - FAGIOLI & PARTENAIRES

ICE - FAGIOLI & PARTENAIRES ICE - FAGIOLI & PARTENAIRES MANAGEMENT RELATIONS HUMAINES ENTREPRENEURSHIP Place St-François 12bis, 1002 Lausanne Téléphone : 021 12 70 6 mail@icefagioli.ch - www.icefagioli.ch - www.moncoach.ch ENQUÊTE

Plus en détail

Extracto de la entrevista del Señor Louis Schweitzer a propósito del proceso de

Extracto de la entrevista del Señor Louis Schweitzer a propósito del proceso de Anexo 2 Extracto de la entrevista del Señor Louis Schweitzer a propósito del proceso de alianza con Nissan. Fuente: http://www.medefparis.fr/itw_schweitzer.html Louis SCHWEITZER Président de Renault Renault

Plus en détail

Tutoriel Industry. Table des matières. Rédigé par Jacques Celere.

Tutoriel Industry. Table des matières. Rédigé par Jacques Celere. Tutoriel Industry Rédigé par Jacques Celere. Table des matières 1.Introduction... 2 2.Quelques écrans importants...2 3.Comment bien commencer?... 3 4.Les caractéristiques de chaque activité...5 5.Les caractéristiques

Plus en détail

Quels sont les bénéficiaires de ce contrat?

Quels sont les bénéficiaires de ce contrat? Quels sont les bénéficiaires de ce contrat? Quelles employeurs peuvent bénéficier de ce dispositif? Forme et contenu du contrat Rémunération minimale du salarié Formation Avantages pour l'employeur Comment

Plus en détail

Leçon n 2 : «L évolution du système de production et ses conséquences sociales»

Leçon n 2 : «L évolution du système de production et ses conséquences sociales» Leçon n 2 : «L évolution du système de production et ses conséquences sociales» Introduction : Au XXè siècle, le monde de l entreprise a profondément changé tant dans ses structures que dans ses méthodes

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS

UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS CONFÉRENCE MONDIALE DE DÉVELOPPEMENT DES TÉLÉCOMMUNICATIONS (CMDT-98) La Valette, Malte, 23 mars - 1 avril 1998

Plus en détail

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise La répartition de l'échantillon par taille est assez intéressante dans la mesure où elle fait apparaître autant d'actifs

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE L'UTILISATION DU LOGICIEL «EQUATIONS»

COMPTE-RENDU DE L'UTILISATION DU LOGICIEL «EQUATIONS» 233 COMPTE-RENDU DE L'UTILISATION DU LOGICIEL «EQUATIONS» Auteur du logiciel : Jean-Louis SIRIEIX INTRODUCTION Ce compte-rendu relate l'utilisation d'un logiciel élaboré par Jean Louis SIRIEIX, professeur

Plus en détail

Institut d Informatique FUNDP - Namur

Institut d Informatique FUNDP - Namur Institut d Informatique FUNDP - Namur Bilan-micro-01 v1.01.doc, version du 28/01/1999 Table des matières INTRODUCTION... 3 L'ÉCHANTILLON... 3 TECHNIQUE UTILISÉE... 4 ANALYSE DES RÉSULTATS... 5 EN FONCTION

Plus en détail

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre INTRODUCTION Il y a 20 ans, toute l attention de l entreprise se portait sur la diminution des coûts et la maîtrise des filières de production autour des produits standardisés. Dans les années 1990, le

Plus en détail

FICHE de SYNTHESE Les salariés à temps partiel

FICHE de SYNTHESE Les salariés à temps partiel L FICHE de SYNTHESE Les salariés à temps partiel Site Internet : www.propaye.net Une paie particulière : celle des salariés à temps partiel Quel employeur ne compte pas de salariés à temps partiel? Presque

Plus en détail

L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse

L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse L impact de la libre circulation des personnes sur les salaires en Suisse L accord sur la libre circulation des personnes (ALCP) avec les États de l UE et de l AELE, entré en vigueur en juin, marque un

Plus en détail

Pensions moyennes de 2010 et 2011 (détail par catégorie C, B et A pour les nouveaux pensionnés de 2011)

Pensions moyennes de 2010 et 2011 (détail par catégorie C, B et A pour les nouveaux pensionnés de 2011) Argumentaire CGT Fonction publique L arnaque du calcul de la pension des fonctionnaires sur une référence de plusieurs années La commission «Moreau», d experts devant explorer diverses hypothèses de réforme

Plus en détail

L industrie automobile au Maroc

L industrie automobile au Maroc المملكة المغربية Royaume du Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs L industrie automobile au Maroc -Performance à l export- -Décembre 203- Introduction L ouverture commerciale et la

Plus en détail

1 Chapitre 5 Comment produire et combien produire? Objectifs du chapitre:

1 Chapitre 5 Comment produire et combien produire? Objectifs du chapitre: 1 Chapitre 5 Comment produire et combien produire? Objectifs du chapitre: A la fin de cette séquence dʼapprentissage, les élèves devront être capables de définir et caractériser les notions suivantes:

Plus en détail

Les opérations sur biens et services

Les opérations sur biens et services Les opérations sur biens et services Le compte de biens et services Lorsque l'on considère l'économie globalement, les principales opérations sont : la production qui correspond à la création de biens

Plus en détail

Données sociales 2002. Juin 2003

Données sociales 2002. Juin 2003 Données sociales 2002 Juin 2003 asf - Données sociales 2002-2 - Sommaire Pages Avant-propos : La conjoncture économique... 4 Données sociales : Eléments de synthèse... 5 La situation de l emploi au 31

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

Proposition de motions présentées par la CJC pour la Coordination Nationale des Jeunes Chercheurs du 20 mars 2009 à l Université Paris VIII

Proposition de motions présentées par la CJC pour la Coordination Nationale des Jeunes Chercheurs du 20 mars 2009 à l Université Paris VIII Proposition de motions présentées par la CJC pour la Coordination Nationale des Jeunes Chercheurs du 20 mars 2009 à l Université Paris VIII Présentation de la CJC La Confédération des jeunes chercheurs

Plus en détail

SESSION 2015 UE 3 DROIT SOCIAL

SESSION 2015 UE 3 DROIT SOCIAL 151003 DCG SESSION 2015 UE 3 DROIT SOCIAL Durée de l'épreuve : 3 heures Coefficient : 1 DCG 2015 UE3 Droit social Page 1/6 151003 DCG SESSION 2015 UE 3 DROIT SOCIAL Durée de l épreuve : 3 heures - Coefficient

Plus en détail

PERS. 259 DIRECTION DU PERSONNEL Manuel Pratique : 441 Suite Pers. 264, 306 20 décembre 1954

PERS. 259 DIRECTION DU PERSONNEL Manuel Pratique : 441 Suite Pers. 264, 306 20 décembre 1954 ELECTRICITE DE FRANCE GAZ DE FRANCE DIRECTION DU PERSONNEL Manuel Pratique : 441 Suite Pers. 264, 306 20 décembre 1954 Objet : Régime des voitures de liaison Les circulaires Pers. 96, Pers. 122, Pers.

Plus en détail

PCS du père AG ACCE PICS PI E O Total

PCS du père AG ACCE PICS PI E O Total Groupe socioprofessionnel du fils en fonction de celui du père en France en 2003 PCS du AG ACCE PICS PI E O Total fils Agriculteur 252 6 2 2 3 20 285 Artisan, Commerçant 72 182 37 60 43 225 619 Cadre supérieur

Plus en détail

*Diplômés sortants, non réinscrits en 2008-2009, de nationalité Française, âgés de moins de 33 ans.

*Diplômés sortants, non réinscrits en 2008-2009, de nationalité Française, âgés de moins de 33 ans. ina Lendrin Juin 2009 Enquête Situation au 1er décembre 2008 des Diplômés* 2007-2008 de Master 2-6 mois après leur sortie. *Diplômés sortants, non réinscrits en 2008-2009, de nationalité Française, âgés

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

2.2.1. La croissance et le commerce international

2.2.1. La croissance et le commerce international 2.2.1. La croissance et le commerce international Il existe une certaine interdépendance entre l'évolution des termes de l échange et la croissance des économies ouvertes. Cependant, les résultats de l'analyse

Plus en détail

Groupe opérationnel n 2 «Services de mobilité» Appel à propositions. Accessibilité

Groupe opérationnel n 2 «Services de mobilité» Appel à propositions. Accessibilité Groupe opérationnel n 2 «Services de mobilité» *** Appel à propositions Accessibilité Cet appel à propositions est émis par le groupe 2 du Predit, programme de recherche et d innovation dans les transports

Plus en détail

TD N 3 LA PRODUCTIVITE DU TRAVAIL

TD N 3 LA PRODUCTIVITE DU TRAVAIL TD N 3 LA PRODUCTIVITE DU TRAVAIL 1 PRODUCTIVITE PHYSIQUE ET PRODUCTIVITE APPARENTE DU TRAVAIL 1 L entreprise Andros produit des pots de confiture. Pour leur fabrication, elle a acheté, pour l année 2009,

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Observatoire de la métallurgie. Baromètre national intentions d embauche Deuxième vague UIMM Auvergne Juillet 2015

Observatoire de la métallurgie. Baromètre national intentions d embauche Deuxième vague UIMM Auvergne Juillet 2015 Observatoire de la métallurgie Baromètre national intentions d embauche Deuxième vague UIMM Auvergne Juillet 2015 Méthodologie adoptée et questionnaires récoltés Champ de l'enquête Commanditée par l'observatoire

Plus en détail

La dissémination interne des innovations de terrain

La dissémination interne des innovations de terrain La dissémination interne des innovations de terrain Par Isabelle Jacob, 2002. Contrairement à ce que l'on croit au premier abord, l'un des aspects les plus difficiles dans le Management de l'innovation,

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

Rhône-Alpes. Céreq, avril 2003. 1

Rhône-Alpes. Céreq, avril 2003. 1 Rhône-Alpes En Rhône-Alpes, l industrie joue toujours un rôle moteur dans l économie régionale. Composé de filières très diversifiées qui se sont constituées sur un socle d industries lourdes, ce tissu

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Les leçons de ce document La a attiré l'attention d'entreprises à la recherche de compétitivité dans un contexte

Plus en détail

Améliorer la performance des ressources de la production par la TPM

Améliorer la performance des ressources de la production par la TPM Dossier paru dans la tribune de l'industrie des Editions WEKA N 29 Mars 2006 Améliorer la performance des ressources de la production par la TPM La mise en place d'une démarche TPM nécessite plusieurs

Plus en détail

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur.

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Découpage des activités (et donc des responsabilités) par fonctions, par unités de

Plus en détail

Introduction. Figure 1 L effondrement du taux d emploi. Source : enquête «Emploi» (calcul de l auteur).

Introduction. Figure 1 L effondrement du taux d emploi. Source : enquête «Emploi» (calcul de l auteur). Introduction Contrairement à une idée répandue, la préretraite a encore cours en France aujourd hui : non sous la forme des préretraites publiques peu à peu disparues depuis le début des années 2000, mais

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

Le point sur l accord national interprofessionnel du 14 décembre 2013 relatif à la formation professionnelle

Le point sur l accord national interprofessionnel du 14 décembre 2013 relatif à la formation professionnelle Le point sur l accord national interprofessionnel du 14 décembre 2013 relatif à la formation professionnelle 08/01/2014 La négociation nationale sur la formation professionnelle engagée entre les organisations

Plus en détail

Exposé assurance : prime de risque

Exposé assurance : prime de risque Exposé assurance : prime de risque Introduction L'assurance est un mécanisme financier permettant de répondre aux exigences de protection des patrimoines contre les risques de perte de toute nature. Elle

Plus en détail

[L INDUSTRIE AUTOMOBILE

[L INDUSTRIE AUTOMOBILE CCIR 2011 Fotolia.com LA CCIR VOUS INFORME SYNTHÈSE [L INDUSTRIE AUTOMOBILE EN HAUTE-NORMANDIE Contexte économique mondial, comparaison nationale et pistes de développement ] Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement

Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement Chapitre 17 Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement Introduction L'objectif de ce chapitre est de faire comprendre aux élèves qu'une analyse pertinente du compte de résultat

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail