Création de la Maison de la Géologie la Balme de Rencurel - Phase APS - 07 octobre 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Création de la Maison de la Géologie la Balme de Rencurel - Phase APS - 07 octobre 2013"

Transcription

1 Projet Simon Deschamps SIMON DESCHAMPS Concepteur Lumière PROJET BBC HQE AGENCE CONTACT LIENS URBANISME plan lumière ARCHITECTURE extérieure ARCHITECTURE intérieure SCÉNOGRAPHIE extérieure SCÉNOGRAPHIE Intérieure ECLAIRAGE naturel Création de la Maison de la Géologie la Balme de Rencurel - Phase APS - 07 octobre 2013 Simon Deschamps - 32 rue rameau Clermont-Ferrand - Tél : AGENCE : 30 boulevard gambetta Grenoble - tél. +33(0) fax. +33(0) SARL au capital de 7500 euros - SIRET code NAF 7111Z - TVA intra. FR Ordre des Architectes n régional 599 n national S sur 1 29/02/12 16:27

2

3 1. INTÉGRATION URBAINE ET PAYSAGÈRE P ORGANISATION DES CONTENUS P AMÉNAGEMENT SCÉNOGRAPHIQUE P CHIFFRAGE P DESCRIPTIF TECHNIQUE P Sommaire Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 3

4 Plan masse du projet 4 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

5 1 Pour concilier la volonté d une architecture forte, qui fasse signal pour le visiteur de passage, Parti architectural et paysager avec la réutilisation d un bâtiment existant assez classique, nous avons pris le parti de revenir à la matière brute de ce dernier et de le traiter comme un matériau à travailler davantage que comme une architecture. De cette manière, le bâtiment existant rend possible l existence d une nouvelle architecture, plus forte et au caractère marqué. Le moellon de calcaire mis à nu, c est un traitement expressionniste par strates (joints marqués, joints beurrés, badigeon, enduit lisse ou gratté...) qui fait de l ancienne auberge un véritable écorché architectural et minéral. L extension contemporaine, qui se développe en fond de parcelle, surgit côté rue sous la forme d un élément signalétique évident. La matière de cette extension, qui se doit elle aussi d être brute et minérale, est un béton dont la teinte et la texture répond aux jeux de strates de l ancien bâtiment, et aux falaises environnantes. L extension est orientée de telle manière qu elle ait naturellement comme point de mire la singularité géologique de la Balme, au-dessus des toits du hameau. Projet architectural Vue d insertion du projet Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 5

6 6 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

7 2 Synthèse des axes d orientations du projet de la «Maison de la Géologie» Organisation des contenus Au regard des éléments de programme technique et scientifique, le poids des différentes composantes du projet a été discuté, notamment un des enjeux majeurs du projet son articulation avec le futur Géoparc du massif du Vercors. La «Maison de la Géologie» s inscrit comme acteur du développement local. Sa situation en fait une «Porte d entrée» privilégiée, s ouvrant sur un vaste territoire, dont la géologie particulière caractérise les paysages de manière exceptionnelle. Dix sites, choisis en raison de leurs caractéristiques géologiques exemplaires, de leurs qualités pédagogiques et de leur accessibilité, sont à mettre réseau avec la «Maison de la géologie». Répartis sur le territoire, ces sites constituent un ensemble de circuits de découverte. Véritable espace de vulgarisation scientifique, «La Maison de la Géologie» a pour ambition d être un centre d interprétation de l ensemble des sites du Vercors, un lieu vivant, surprenant et proposant une expérience originale. Une attention particulière doit être portée au public scolaire et jeune public, qui constituera un e grande partie du public. La nature et l étendue des thématiques, auxquels invite le développement du projet, nous entraînent au-delà des sciences de la terre, à la rencontre de l histoire des hommes qui ont occupé et occupent encore à ce jour le territoire. Les attentes techniques en matière de bâtiment, les contraintes du site, l organisation spatiale et la distribution des espaces qui en découle conditionnent quelque peu le circuit de visite. Ainsi la hiérarchie induite par l ensemble de ces composantes, dont l énumération n est pas exhaustive, donne le ton du projet, et participe de la construction du sens au sein de celui-ci. L identification et le développement précis des contenus sera réalisé au cours de la prochaine étape, en lien étroit avec l équipe scientifique Le fil conducteur retenu pour l exposition permanente de la «Maison de la Géologie», a pour conséquence d avoir établi, des priorités en terme progression du propos, de médiation et d acquisition des connaissances par le public, et permis l émergence d un syntaxe scénographique à forte valeur identitaire. Organisation des contenus Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 7

8 La forme narrative Le parti pris scénographique proposé pour «La «Maison de la Géologie», se constitue autour d un conducteur qui organise une distribution des contenus selon une chronologie destinée à la mise en place d une narration de caractère attractive et pédagogique. Constitué sous la forme de plusieurs séquences thématiques structurantes, le développement du propos s effectue selon une logique additionnelle. Il s agit bien là d installer un point de vue de visite, dont l objectif est d offrir les clefs d une lecture nouvelle du territoire et des paysages, une lecture dite «savante», par le biais d une approche scientifique, la géologie. Le visiteur est amené de manière progressive à s approprier une panoplie d outils conceptuels, l autorisant à porter un regard neuf, sur un environnement familier ou qui lui semble familier. Une succession de socles de connaissance est établie de manière progressive. Cet enrichissement successif des contenus permet d élaborer un propos construit de façon logique, par empilement d informations complémentaires. Ce mode de développement de la narration s adapte particulièrement bien au jeune public et au public de non-initiés. Sans pour autant devenir un spécialiste le public acquiert des éléments de compréhension sur les phénomènes géologiques. Ces éléments porteurs de sens autorisent une lecture plus attentive des paysages. Sur le terrain, ce qui semblait familier devient, grâce à la capacité d interprétation acquise, une source d étonnement. Les paysages du Vercors se prêtent à de nouveaux récits, et nous entraînent au cœur de la longue histoire de la terre, histoire qui continue chaque jour à se construire. Une symbolique identitaire forte Pour établir une symbolique identitaire de la «Maison de la Géologie» nous avons cherché un élément emblématique, autorisant une homogénéité de forme et de langage qui puisse faire sens, et assurer une cohérence d images en lien avec le propos développé, déclinable sous différentes formes et à différentes échelles, qui puisse s adapter aisément à une typologie d usages variés. À l analyse du cahier des charges et du dossier scientifique, deux notions sont apparues de manière récurrente, à chaque étape du développement du projet. Le principe de «sédimentation», la notion de «stratigraphie». Ce principe de formation des roches, qui caractérise la géologique du massif, fournit une image emblématique. C est en quelque sorte la partie de l iceberg, visible par tous. Générateur de sens, le phénomène de sédimentation s exprime par une organisation de type stratigraphique, dont l expression graphique offre un jeu de formes très variées, résultant d un ensemble des phénomènes géologiques. 8 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

9 2 Ruptures, plissements, inclinations, empilement de couches donnent à lire une histoire du massif et constituent un vocabulaire qui échappe à la géométrie humaine, les phénomènes de stratification ne produisent pas une trame orthonormée. Le système de construction stratigraphique dans son rapport d échelle, renvoie à la notion d espacetemps. Parfois quelques cm de matière minérale équivalent à des milliers d années. Le temps qui passe s accumule, lui aussi de manière stratigraphique. Une autre expression de ces deux phénomènes se retrouve dans l organisation du propos, soumis au principe d acquisition des savoirs. Les socles de connaissances s acquièrent au fur et à mesure, par accumulations successives de couches d informations et de savoirs dont la mise en lien permet la compréhension d objets complexes. C est cette logique stratigraphique qui organise le propos et hiérarchise la distribution des informations tout au long du parcours de visite. Le principe scénographique La scénographie s incrit dans le bâtiment sans intervention de décor structurel. Les murs, les sols, les plafonds sont livrés finis. Les parois murales intégrent des vitrines lorsque nécessaire. C est une architecture intérieure très épurée, qui offre le cadre d installation des médias. La scénographie s applique sur la peau intérieure du bâtiment sous forme de graphisme, installe ses dipositifs en appui des parois, installe les manips dans l espace. La scénographie se déploie sous forme de mobiliers indépendants du bâtiment. Ce parti pris, dissociant la structure scénographique de celle du bâtiment, autorise des évolutions futures de la scénographie sans interface avec le bâtiment. La scénographie peut s enrichir et évoluer aisement par de simples ajouts, déplacements ou remplacements de modules. Un vocabulaire formel Celui-ci s inspire de la notion de stratigraphie et s établit sur un design général de mobilier dont l esthétique reprend à son compte un vocabulaire de formes constituées par assemblages de couches et d inclinaisons. Installée dès l accueil cette syntaxe scénographique se déclinera tout au long du parcours. Elle qualifie l équipement et porte la notion de strates, de sédiments qui renvoient à la manifestation des grands phénomènes géologiques et également à temporalité géologique. Organisation des contenus Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 9

10 Le parcours Le parti pris scénographique proposé pour la «Maison de la Géologie» se constitue autour d un conducteur affichant un parti pris formel très contemporain. Nous proposons de créer un rythme de progression établit sur trois séquences thématiques, installant le public dans des dispositions cognitives différentes, adaptées aux propos développés. La mise en scène des espaces privilégie l efficacité des modes de médiations (ergonomie, pédagogie), et propose une distribution qui s établit sur quatre espaces. Deux temps forts rythment le parcours de visite et constituent une composante essentielle du projet de la «Maison de la Géologie». Une mise en lien des espaces est assurée par l installation de pièces minéralogiques. Il ne s agit pas de réaliser un musée de la minéralogie, mais d effectuer un saupoudrage adapté aux thématiques abordées. Des pièces, de grandes qualités esthétiques ou très emblématiques de la géologie du massif, ponctuent le parcours selon des modes de présentation divers. La collection est mise en oeuvre à la manière d une parure scénographique précieuse, sans ostentation. Elle prend place dès l accueil, et constitue un élégant fil d Ariane qui se déploie finement tout au long de la visite. 10 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

11 2 Gestion des flux Les espaces dédiés à la scénographie: peut aussi faire office d espace de convivialité La parcours autorise la prise en charge de deux groupes de visite de 25 à 30 personnes. La visite peut se dérouler selon deux parcours différents autorisant le départ simultané de deux groupes. La visite commence par l observatoire. La clef d entrée est le paysage, fruit de phénomènes multiples depuis l origine du temps. La visite se poursuit par le show immersif qui dévoile l incroyable saga géologique du massif du Vercors. Le public termine sa visite par l échelle du temps selon une chronologie descensdante qui le plonge au coeur du temps, de nos jours jusqu à ses origines. La visite commence par l échelle du temps. La clef d entrée est le temps et les processus d élaboration qui ont été à l oeuvre depuis la nuit des temps. Dans ce cas, le public suit une chronologie ascendante, il progresse dans le temps depuis les origines jusqu à nos jours. La visite se poursuit à l observatoire qui offre à découvrir le fruit du long processus du temps, sujet développé durant l ascension de l échelle du temps. Le public termine par le show immersif. Organisation des contenus Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 11

12 Principe de l espace d accueil Vue du Rdc : L échelle du temps et les espaces d accueil 12 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

13 3 Le public est accueilli par un environnement graphique qui magnifie le Massif du Vercors, le Espace 1 Accueil, billetterie, boutique, buvette «Le Vercors, sous la mer le massif» cadre est une véritable invitation à la visite et à la découverte du territoire. Une ou des images exceptionnelles sont mises en œuvre comme une véritable bande-annonce. Un propos sous forme d accroche, de quelques phrases courtes, explicite les visuels. Dans la banque d accueil dont le mobilier est déjà une allusion à la géologie, sont intégrés quelques éléments séduisants de la collection minéralogique. Le décor est dressé, c est une invitation à la découverte qui est lancée au public. Projet scénographique Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 13

14 Plan du R+1 : L échelle du temps et l exposition temporaire 14 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

15 3 Espace 2 L échelle du temps «Une histoire stupéfiante» L échelle du temps propose la mise en confrontation de trois temps, le temps géologique, le temps biologique, le temps climatique. La trémie verticale, disposée en parallèle de l escalier emprunté par le public pour accéder aux différents étages, possède les qualités formelles propices à l installation de cet élément scénographique identitaire fort. Se développant sur quatre étages, cet espace autorise l installation d un rapport d échelle à la mesure de la thématique à traiter. Espace d exposition à part entière, l échelle du temps se déploie sur trois colonnes monumentales. Elles prennent naissance à l extérieur du bâtiment et se prolongent verticalement sur toute la hauteur du bâtiment. Le public accède à la lecture de ce dispositif au niveau RC, N+1 et N+2. Les parois intérieures environnantes accueillent la collection minéralogique dans de petites niches murales enrichies des dispositifs graphiques. Chaque niveau est accessible selon les besoins du public, par un escalier ou par un ascenseur et offre une lecture détaillée au fur et à mesure que le visiteur se déplace. L échelle du temps s appréhende indifféremment selon une chronologie ascendante ou descendante, en fonction du parcours de visite emprunté. Projet scénographique Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 15

16 Vue de l échelle du temps en situation 16 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

17 Référence pour l échelle du temps 3 Projet scénographique Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 17

18 Plan du R+2 : L échelle du temps et l espace immersif 18 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

19 3 Espace 3 Salle 2, le show immersif (la naissance d un massif) Une plongée de 140 millions d année Cet espace accueille le temps fort de la visite et peut contenir une trentaine de personnes. Il est conçu pour faire vivre une véritable expérience sensorielle, à forte valeur émotionnelle. Le visiteur est dans un espace totalement immersif qui l emmène en plongée, 140 millions d années en arrière, au fond des océans. Le public va vivre et assister à la création du Vercors, en immersion totale, effectuer une remontée dans le temps au rythme des immersions et des émergences du massif et des grands bouleversements géologiques et climatiques, jusqu à l époque actuelle. Un immense écran de projection de type cyclorama, couvre les trois parois périphériques. Le show est une gigantesque cathédrale d images sonorisées, alimenté par des vidéo-projecteurs. Le développement du propos s articule autour de deux typologies de séquences d images, dont le montage par alternance, superposition, concomitance, permet de délivrer des informations de nature différente mais complémentaire en terme de contenu. Pour expliciter certains phénomènes, l usage simultané de plusieurs types d images s avère très performant. La première typologie d images s attache à illustrer la colonne vertébrale du show. Elle explicite les notions et phénomènes techniques : tectonique des plaques, phénomènes climatiques à l origine des modifications de l environnement etc Cette partie nécessite un traitement des informations sous forme d animations graphiques. Elle est animée par un intervenant, qui apparaît à l écran dans des environnements divers, puis qui disparaît de l écran pour laisser place à des séquences documentaires, mais reste toujours présent dans le show par le biais du commentaire. C est lui la voix-off du spectacle. Le comédien peut être situé dans un environnement graphique, au cœur des données, dont il manipule les éléments, tout en les commentant. Difficile de savoir, dans quelle zone de l écran il va apparaître, il nous surprend, il se déplace sur la périphérie du cyclorama, sollicite l attention des spectateurs, il peut apparaître simultanément sur plusieurs parois, sous ses doigts s anime le glissement des plaques tectoniques. La seconde typologie d images est destinée à illustrer les phénomènes et évènements géologiques aux périodes clefs. Elles apportent de l émotion, fournissent des informations réalistes de contextualisation. Ce sont des images à caractère documentaire, de type rush vidéo ou image de synthèse réaliste, ou un mélange des deux. Elles illustrent les environnements et biotopes, les types de faune et de flore qui se sont succédés durant ces 140 millions d année et que l on retrouve à ce jour sous d autres latitudes. Ces images constituent une mise en abîme spectaculaire du propos scientifique. Elles occupent toutes les surfaces lors des transitions, des ambiances et contribuent aux effets spéciaux. Projet scénographique Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 19

20 20 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

21 La salle de projection, version paysage immersif 3 Projet scénographique Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 21

22 22 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

23 La salle de projection, version immersion kaléidoscopique 3 Projet scénographique Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 23

24 Plan du R+3 : l échelle du temps et l Observatoire 24 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

25 3 Espace 2 L observatoire Un paysage à livre ouvert «Mais comment ça marche?» Il émerge en partie sommitale du toit. Signal architectural fort, il a été repéré dès l arrivée du visiteur. Le belvédère, par une très large baie panoramique dévoile le paysage. Ici s expose au regard du public le résultat du long travail du temps. Le point de vue offert est un focus sur un détail de la géologie emblématique du Vercors. C est la partie visible de l iceberg, c est ici que commence le récit sur la morphogénèse. Une aide au décryptage des indices physiques, plis, mille-feuilles sédimentaire, ruptures, nous est fourni à la manière d un calque, par une couche d informations graphiques imprimée sur le vitrage. Une bande son accueille le visiteur, l invite à prendre place devant ce panorama l entraîne à la découverte des phénomènes géologiques à l origine de ce paysage. Que voit-on? Un paysage. Que nous raconte -t-il? Quels indices peut-on relever? Quels sont les forces et les principes mécaniques qui ont été en mouvement? Soudain le familier devient mystérieux En périphérie de la baie panoramique,l espace offre un contenu graphique évoquant la particularité du territoire du Vercos, la notion de massif et l histoire de son occupation humaine. Ici le visiteur approfondit ses connaissances par le biais d expérimentations. L observatoire, enrichi de manipes associées à des supports graphiques, devient un espace d expérimentation où manipulations, maquettes sont installées à la manière de points focus. Action des plaques tectoniques, phénomènes de sédimentations présentés sur des supports graphiques sont explicités par des manipulations. La déformabilité de la croûte terrestre est testée en comparant la souplesse d une barre métallique très courte et d une barre de même section, qui, plus longue devient souple. La formation des montagnes se dévoile sur une table tactile. La formation des roches fait l objet d une animation graphique vidéo. Les phénomènes de poussées telluriques et leurs effets sont expérimentés sur une manipulation constituée d un sandwich de bandes de caoutchouc colorées, à qui l on fait subir diverses formes de pression, grâce à des vis sans fin et/ou un étau (poussée verticale, poussée horizontale, écrasement ). Projet scénographique Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 25

26 Vue intérieure de l observatoire 26 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

27 3 L ensemble des dispositifs s intègre dans des mobiliers reprenant la syntaxe récurrente de la La cyclicité des climats s exprime sur une maquette animée. stratification. Les documents graphiques associés à chaque dispositif, complètent, signalent, développent, structurent les contenus et l espace. Ces éléments sont à identifier et à développer dans le détail avec l équipe scientifique. Projet scénographique Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 27

28 Tableau des surfaces Création de la Maison de la Géologie - La Balme de Rencurel SURFACES UTILES Désignation Surfaces Utiles SHON RDC - Accueil Café Accueil du public / boutique / café / services Sanitaires Cuisine réserve Réserves Chaufferie Circulations R+1 - Mezzanine Exposition temporaire Bureau Circulations R+2 - Espace immersif Salle de projection immersive Circulations R+3 - Observatoire Salle de l'observatoire TOTAL DES SURFACES UTILES 192,00 m 243,00 m 100,00 m 28,00 m 14,00 m 15,00 m 20,00 m 15,00 m 107,00 m 152,00 m 78,00 m 12,00 m 17,00 m 146,00 m 227,00 m 131,00 m 15,00 m 46,00 m 54,00 m 46,00 m 491,00 m 676,00 m 28 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

29 Note de synthèse économique DEMOLITIONS - FONDATIONS - GROS-ŒUVRE - STRUCTURE COUVERTURE - ETANCHEITE MENUISERIES EXTERIEURES - SERRURERIE FACADES MENUISERIES INTERIEURES CLOISONS-DOUBLAGES -FAUX-PLAFONDS REVETEMENTS SOLS ET MURS ELECTRICITE COURANTS FORTS ET FAIBLES Maison de la Géologie La Balme de Rencurel DESIGNATION PLOMBERIE-SANITAIRE-CHAUFFAGE - VENTILATION MOBILIER - EQUIPEMENTS CAFETERIA APPAREILS ELEVATEURS Estimation du prix des travaux - Bâtiment APS2 Maison de la Géologie Surface utile (m ) 453 SDO (m ) 590 SHON (m2) 626 Montant en HT (valeur septembre 2013) Chiffrage SCENOGRAPHIE dont aménagement de l'accueil, échelle du temps, observatoire dont spectacle immersif TOTAL en HT APS2-Estimation 27/09/2013 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 29

30 30 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

31 Notice technique tous corps d état 5 Notice technique Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 31

32 32 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

33 Opération : Maison de la Géologie La Balme de Rencurel Notice technique APS Sommaire 1 - ENVIRONNEMENT DE L OPERATION SITUATION DESCRIPTIF SOMMAIRE DU PROJET (BATIMENT) DONNEES DE CALCUL CONTRAINTES LIEES AU RUISSEAU DE LA DOULOUCHE REGLEMENTATION INCENDIE DISPOSITIONS RELATIVES AUX HANDICAPES INSTALLATIONS DE CHANTIER TRAVAUX DE DEMOLITION TRAVAUX PREALABLES DEMOLITIONS EVACUATION DES DEBLAIS TRAVAUX DE CLOS COUVERT PRINCIPE CONSTRUCTIF GENERAL OUVRAGES EN BETON CHARPENTE BOIS FACADES COUVERTURE / ETANCHEITE MENUISERIES EXTERIEURES ET OCCULTATIONS TRAVAUX DE SECOND OEUVRE DOUBLAGE CLOISONS ET GAINES INTERIEURES REVETEMENTS DE SOLS REVETEMENTS MURAUX PLAFONDS MENUISERIES INTERIEURES SERRURERIE PLOMBERIE - CHAUFFAGE VENTILATION BASES DE CALCUL CHAUFFAGE VENTILATION PLOMBERIE ELECTRICITE COURANTS FORTS ET FAIBLES DESCRIPTION DES INSTALLATIONS ELECTRICITE COURANTS FORTS DESCRIPTION DES INSTALLATIONS ELECTRICITE COURANTS FAIBLES ASCENSEUR 27 BETEREM G.CB G APS - Rev0 27/09/2013 Page 2

34 Opération : Maison de la Géologie La Balme de Rencurel Notice technique APS 1 - ENVIRONNEMENT DE L OPERATION SITUATION La maison de la géologie est située à la Balme de Rencurel, dans le Vercors. Le projet s inscrit sur le site d un ancien bar restaurant service, à l entrée du village, en bordure de la route départementale D531. Le terrain est longé à l ouest par le ruisseau La Doulouche, avant que celui-ci ne se jette dans la Bourne. A l est, une étroite ruelle sépare la bâtisse existante de la maison voisine DESCRIPTIF SOMMAIRE DU PROJET (BATIMENT) Le projet sera constitué par un bâtiment unique construit dans l enveloppe des façades principales maçonnées du Bar Restaurant. Les trois façades principales seront donc conservées : façade sur cour côté Ouest, façade sur route départementale côté Sud, et façade sur ruelle côté Est. A l arrière, la façade pignon Nord et le garage seront entièrement démolis. Le nouveau bâtiment comprendra une partie en R+2, surmontée d un observatoire. Les structures seront réalisées en béton, et surmontées par des charpentes bois DONNEES DE CALCUL NEIGE ET VENT Les règlements en vigueur N84 donnent les contraintes suivantes : Neige : Altitude : 658 m - Région de neige 2007 : C2 - Charge de neige Eurocode 1 : - caractéristique (Sk) : 1.25 KN/m² - exceptionnelle (Sad) : 1.35 KN/m² Vent Zone de vent 2008 : 1 - Vent de référence Eurocode 1: - Vitesse de base : 22 m/s - Coefficient de direction : 1 - Coefficient de saison : 1 (avril septembre : 0, 9) CONSTRUCTION PARASISMIQUE Le bâtiment est de catégorie 2 et est classé en zone sismique de niveau 4. Accélération maximale de référence (sol de classe A): - bâtiment neuf : 1.6 m/s² - bâtiment existant : 0.96 m/s² BETEREM G.CB G APS - Rev0 27/09/2013 Page 3

35 Opération : Maison de la Géologie La Balme de Rencurel Notice technique APS Un renforcement parasismique est à envisager, selon l arrêté du 22/10/2010 : - en cas de suppression de plus de 30% de plancher sur un niveau, - en cas de création de plus de 30% de SHON sur la totalité du bâtiment, - en cas d aggravation de la situation existante (suppression de refends, augmentation de charges significatives en partie haute du bâtiment, etc ) Dans le projet, seules trois façades du bâtiment de la maison sont conservées, et celles-ci ne seront pas porteuses. Les critères parasismiques pour la construction neuve seront donc appliqués à l ensemble du projet CHARGES D EXPLOITATION Les charges d exploitation seront conformes à l Eurocode 1 Elles sont récapitulées ci après : Rez de chaussée : Accueil et espaces associés (bar, cafétéria) : 400 dan/m² Sanitaires : 250 dan/m² Zone technique : 500 dan/m² + poids des équipements spécifiques. R+1: Exposition et circulations associées : 400 dan/m² R+2: Exposition permanente et circulations associées(spectacle) : 400 dan/m² R+3: Belvédère : 400 dan/m² CONTRAINTES LIEES AU RUISSEAU DE LA DOULOUCHE Le mur en limite de propriété qui sert de berge pour le ruisseau présente un basculement prononcé vers la Doulouche. Ce mur a été renforcé par des profilés métalliques qui franchissent le ruisseau et permettent de bloquer ce basculement en prenant appui sur le mur de la rive droite. Ces dispositions ne sont pas suffisantes dans le cadre du projet, et le mur doit soit faire l objet de travaux de confortement plus importants, soit être remplacé. Ces travaux ne font pas partie du marché de travaux de construction de la Maison de la Géologie. Toutefois, ces travaux doivent être menés en parallèle et en étroite collaboration avec le projet d extension de la Maison de la Géologie, dont une partie au rez de chaussée va prolonger l emprise des anciens bâtiments jusqu au ruisseau. Le mode de fondation du bâtiment devra tenir compte du projet de renforcement (si présence de clous par exemple) et de la même façon, les contraintes du projet de la maison de la géologie, telle qu un accès pompier dans la cour devront être prises en compte dans le dimensionnement des travaux de renforcement du mur. Il est de plus prévu qu une passerelle piétonne franchisse l ouvrage et celle-ci devra être fondée. BETEREM G.CB G APS - Rev0 27/09/2013 Page 4

36 Opération : Maison de la Géologie La Balme de Rencurel Notice technique APS REGLEMENTATION INCENDIE Effectifs : L'effectif théorique du public admis est déterminé à raison d'une personne par cinq mètres carrés de la surface des salles accessibles au public. Surface des salles admissibles : 320 m² soit 64 personnes. Type d établissement, classement : La maison de la géologie est classée en ERP de type Y (Musée) de cinquième catégorie avec activités de type L (conférence), et N (restauration). Nombre de niveaux : R+3. Hauteur du plancher bas du dernier niveau : Niveau 3 : 7,70 m Accessibilité aux secours à partir de la voie publique (PE7) La cour est accessible aux engins de secours. Isolement par rapport au tiers (articles CO8 et dispositions particulières) L établissement occupe la totalité du bâtiment. Il n existe ni tiers contigus, ni superposés. Un bâtiment d habitation se trouve à moins de 8 mètres. La façade du bâtiment, face à la maison en vis-à-vis, sera PF de degré une heure, les baies éventuelles étant obturées par des éléments PF de degré une demi-heure. Résistance au feu des structures (articles PE5) Plancher bas de l'étage le plus élevé est situé à moins de 8 mètres du niveau d'accès des sapeurspompiers : pas de stabilité au feu requise. Distribution intérieure Pas de spécifications particulières à l exception des locaux à risque. Locaux à risque Local à risque important : chaufferie Local à risque moyen : réserve Les locaux à risque important doivent avoir une enveloppe CF 2 heures, les locaux à risque moyen doivent avoir leur paroi CF 1 heure. Les portes sont CF ½ H avec ferme porte ; BETEREM G.CB G APS - Rev0 27/09/2013 Page 5

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL 1 NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL NOM DE L ETABLISSEMENT : Atelier 1 menuiserie, Ateliers 2, 3 et 4 non connu à ce jour NATURE DE L EXPLOITATION : Ateliers

Plus en détail

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40)

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40) Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim Dossier de demande de permis de construire Notice de Sécurité (PC40) NOTICE DE SECURITE E.R.P. Remarque : Cette notice de sécurité comprend

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Notice obligatoire en application de l Art. R 123-24 du Code de la Construction et de l Habitation pour les demandes de Permis de Construire dans les Etablissements Recevant

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE

NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE MARINADOUR 25 Allées Marines 64100 BAYONNE NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE Bâtiment B2 Edition du 27/06/2013 Page 1 sur 9 A/ APPARTEMENTS Gros œuvre : 1) Démolition, nettoyage du terrain. 2) Fondations des

Plus en détail

CREATION D UN GROUPE SCOLAIRE

CREATION D UN GROUPE SCOLAIRE S.I.C.A. HABITAT RURAL DE LA SAVOIE 40, rue du Terraillet 73190 SAINT BALDOPH Tél. 04 79 33 06 94 Fax 04 79 85 69 92 E-mail : info@sica-hr.com Dossier 1918-2011 SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE ST OFFENGE CREATION

Plus en détail

Le stockage du granulé

Le stockage du granulé Le stockage du granulé Comprendre et choisir le stockage Construire le stockage PROPELLET TOUR www.propellet.fr Le stockage du granulé Comprendre et choisir le stockage Comprendre et choisir le stockage

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET SCENARIOS POUR UN PROJET DE SALLE CULTURELLE en coeur de village

DIAGNOSTIC ET SCENARIOS POUR UN PROJET DE SALLE CULTURELLE en coeur de village Commune de Limogne en Quercy Diagnostic bâtiment de la halle DIAGNOSTIC ET SCENARIOS POUR UN PROJET DE SALLE CULTURELLE en coeur de village Lot Habitat partie nord rdc 41 m 2 Lot habitat partie sud rdc

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

L utilisation du chanvre dans l habitat n est pas systématiquement synonyme de béton de chanvre (fiches 1 à 4).

L utilisation du chanvre dans l habitat n est pas systématiquement synonyme de béton de chanvre (fiches 1 à 4). F5 FICHE TECHNIQUE MISE EN ŒUVRE DU CHANVRE EN VRAC PAR VOIE SECHE (sans liant) Groupement des producteurs de chanvre en Luberon L utilisation du chanvre dans l habitat n est pas systématiquement synonyme

Plus en détail

Plancher chauffant avec revêtement de sol

Plancher chauffant avec revêtement de sol Équipements E.2 1/6 Plancher chauffant avec revêtement de sol Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des planchers chauffants, à eau chaude ou électriques,

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m²

Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m² Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m² Cahier de charge NON définitif. Adaptations possibles selon l arrivée de nouveaux matériaux bois ou la mise en œuvre de techniques

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail

De La Terre Au Soleil

De La Terre Au Soleil De La Terre Au Soleil Atelier d Architecture S. Anwoir Architecte Les motivations Respect environnemental et investissement à long terme: Participation au développement durable (protéger notre environnement,

Plus en détail

C.C.T.P. Construction d une crèche associative «Lei minòts» Lot n 4 Cloisons - Plâtrerie - Faux plafonds

C.C.T.P. Construction d une crèche associative «Lei minòts» Lot n 4 Cloisons - Plâtrerie - Faux plafonds Construction d une crèche associative «Lei minòts» M.I.N. d Avignon Maitre d ouvrage : association Les Maisons du Monde C.C.T.P. Lot n 4 Cloisons - Plâtrerie - Faux plafonds Décembre 2010 Lot n 4 Cloisons

Plus en détail

L article R 123-2 du Code de

L article R 123-2 du Code de ÉTANCHÉITÉ.INFO #40 décembre 2013 TECHNIQUE 29 Réglementation ERP Désenfumage des ERP : des règles générales complétées par des spécificités liées au type d exploitation Selon la taille et la nature de

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

A- CLASSEMENT DE L ETABLISSEMENT Il s agit d un établissement de Type U «Etablissement de soins sans hébergement»

A- CLASSEMENT DE L ETABLISSEMENT Il s agit d un établissement de Type U «Etablissement de soins sans hébergement» MAITRE D OUVRAGE COMMUNAUTE DE COMMUNES DES PLAINES ET VALLEES DUNOISES Mairie de Donnemain Saint Mamès 28200 Donnemain Saint Mamès Objet : Permis de construire «POLE SANTE D EQUILIBRE» Construction d

Plus en détail

Chape sèche FERMACELL

Chape sèche FERMACELL Chape sèche Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. Descriptif : Chape sèche de haute qualité adaptée à divers domaines d utilisation,

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Procédure ADAPTEE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.T.P. MAIRIE - BOESCHEPE (59299) (DEPARTEMENT DU NORD)

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Procédure ADAPTEE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.T.P. MAIRIE - BOESCHEPE (59299) (DEPARTEMENT DU NORD) MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Procédure ADAPTEE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.T.P. Maître de l Ouvrage : MAIRIE - BOESCHEPE (59299) (DEPARTEMENT DU NORD) Objet du marché : RENOVATION D UN

Plus en détail

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant te c que hni Règlementation Thermique (RT) Fiche 1 - Définitions et principes Depuis 2007, la Réglementation Thermique touche aussi le parc immobilier existant. Elle concerne 31,5 millions de logements

Plus en détail

Cure de Puy Sanières. Puy Sanières (05) HC-R - Phase Réalisation Niveau OR (86pts)

Cure de Puy Sanières. Puy Sanières (05) HC-R - Phase Réalisation Niveau OR (86pts) Mur mitoyen église - BA13 - ITE laine de verre (ép. 10cm) - Mur en pierre ép60cm Toit - BA13 - Laine de verre (ép. 24cm) - OSB+lame d air -Couverture en ardoise Mur MOB - OSB - Fibre de bois HD (ép. 12cm)

Plus en détail

3 0La maison BBC, une réalité

3 0La maison BBC, une réalité 3 0La maison BBC, une réalité Dès le 1 er janvier 2013, la maison BBC sera la maison de référence. Innover pour le plus grand nombre Pour tous les futurs propriétaires de maisons individuelles neuves,

Plus en détail

Isoler les gaines techniques

Isoler les gaines techniques ROCKplak - rockcalm est un complexe isolé en laine de roche mono densité rigide collé à 2 parements en plaque de plâtre 12,5 mm hydrofugé à bords amincis. ROCKCALM est un panneau de laine de roche mono

Plus en détail

Conseils techniques. L'isolant doit disposer de numéros de certification ACERMI et CE en cours de validité. R 5,5m²K/w

Conseils techniques. L'isolant doit disposer de numéros de certification ACERMI et CE en cours de validité. R 5,5m²K/w Conseils techniques Pour bénéficier du «Micro crédit régional 0 % Energie verte en Poitou-Charentes», le programme impose l utilisation de matériaux répondant à des niveaux de performances minimales. Pour

Plus en détail

AGENCE D'URBANISME ET DE DEVELOPPEMENT DU PAYS DE MONTBELIARD

AGENCE D'URBANISME ET DE DEVELOPPEMENT DU PAYS DE MONTBELIARD AGENCE D'URBANISME ET DE DEVELOPPEMENT DU PAYS DE MONTBELIARD V I L L E V ' t T U P E S Etude/ c\&fr cx^cu^ltéfr de/ réaaxxli^xttorv IMAGE & CALCUL Document édité le 08/02/94 'A D M a s s e» ovsnaxnaa

Plus en détail

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier Les mots de l escalier L escalier :ouvrage constitué d une suite régulière de plans horizontaux (marches et paliers) permettant, dans une construction, de passer à pied d un étage à un autre. L emmarchement

Plus en détail

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON Performant thermiquement, léger et travaillé en atelier avant d être rapidement monté sur chantier, le bois est le matériau idéal pour les Extensions/Surélévations.

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

Dossier de Consultation des Entreprises

Dossier de Consultation des Entreprises CCTP LOT 09 : PLATRERIE ISOLATION Dossier de Consultation des Entreprises AVRIL 2009 MODIFICATION JUILLET 2009 09-007.PRO.CCTP.24.04.2009 Plâtrerie - Isolation - 1 / 12 9 LOT 09 PLATRERIE ISOLATION 9.1

Plus en détail

JCS DCE. Construction de 26 logements individuels & intermédiaires. JCS architectes

JCS DCE. Construction de 26 logements individuels & intermédiaires. JCS architectes JCS ARCHITECTES Commune de Jarville - Meurthe & Moselle Construction de 26 logements individuels & intermédiaires Rue Joseph Piroux date : 04/03/2011 format : éch : Lot 05 Plâtrerie - Isolation Maîtrise

Plus en détail

HOTEL D ENTREPRISES. 6 ATELIERS (de 246 m² à 497 m²) 8 BUREAUX (de 35 m² à 113 m²) A LOUER

HOTEL D ENTREPRISES. 6 ATELIERS (de 246 m² à 497 m²) 8 BUREAUX (de 35 m² à 113 m²) A LOUER HOTEL D ENTREPRISES 6 ATELIERS (de 246 m² à 497 m²) ET 8 BUREAUX (de 35 m² à 113 m²) A LOUER PARC D ACTIVITES DES 6 MARIANNE ESCAUDAIN (59) Zone Franche Urbaine Permis de construire obtenu le 10 avril

Plus en détail

«La Palmeraie» 1279 avenue de la Résistance 83000 TOULON. Descriptif commercial sommaire

«La Palmeraie» 1279 avenue de la Résistance 83000 TOULON. Descriptif commercial sommaire «La Palmeraie» 1279 avenue de la Résistance 83000 TOULON Descriptif commercial sommaire A) CARACTERISTIQUES GENERALES 1. Gros Œuvre Infrastructure : - Implantation. - Fouilles en rigoles pour fondations.

Plus en détail

PROGRAMME D INVESTISSEMENT * * *

PROGRAMME D INVESTISSEMENT * * * PROGRAMME D INVESTISSEMENT * * * PALAIS ACROPOLIS 1 PRESENTATION DU PROGRAMME Généralités : Le programme d investissement concerne la réalisation de travaux permettant de garantir la pérennité des ouvrages,

Plus en détail

Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment

Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment Réglementations Thermique Acoustique Aération Fiche d application Acoustique Départements d Outre-Mer Version 1.1 Protection contre les bruits intérieurs au bâtiment BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS Ministère

Plus en détail

Centre international d études pédagogiques

Centre international d études pédagogiques Centre international d études pédagogiques 1, avenue Léon-Journault 92318 Sèvres Cedex Tél. : 33 (0)1 45 07 60 22 - Fax : 33 (0)1 45 07 60 31 Site Internet : www.ciep.fr MARCHE DE TRAVAUX D AMENAGEMENT

Plus en détail

Le Domaine les Moulins NOTICE DESCRIPTIVE

Le Domaine les Moulins NOTICE DESCRIPTIVE Le Domaine les Moulins 46, rue Paul Valéry - 75116 Paris NOTICE DESCRIPTIVE (Prévue par l article R 261.13 du CCH suivant l arrêté du 10 mai 1968) SAINTE-MAXIME «LE DOMAINE LES MOULINS» ENSEMBLE IMMOBILIER

Plus en détail

Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson

Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson Principaux symboles d appareils thermiques utilisés pour différents schémas Page 1/11 I) Les radiateurs

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.3 Les murs 12.3.1 Le mur extérieur en béton armé 12.3.2 Le mur extérieur en maçonnerie traditionnelle 12.3.3 Le mur extérieur

Plus en détail

Résidence Les chemins de Berroueta

Résidence Les chemins de Berroueta Résidence Les chemins de Berroueta Quartier Berroueta 64122 URRUGNE DESCRIPTIF SOMMAIRE DU COLLECTIF Edition du 20/03/2014 1 A)APPARTEMENTS Gros oeuvre 1) Démolition, nettoyage du terrain. 2) Fondations

Plus en détail

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges SA LE TOIT VOSGIEN BP 31 88100 SAINT-DIE-DES-VOSGES / F. LAUSECKER ARCHITECTE /

Plus en détail

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT Chapitre 1 : NOTIONS DE BASE Chapitre 2 : LES SOURCES DE BRUIT Chapitre 3 : ISOLATION ACOUSTIQUE DES PAROIS Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE Chapitre

Plus en détail

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3.

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3. NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Pour tous les ERP du 1er groupe et les ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) Avec locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) La présente

Plus en détail

La REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

La REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 La REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 La réglementation thermique en vigueur, la RT 2012, s applique à tous les projets de bâtiments neufs des secteurs résidentiels, dont le dépôt de demande de permis de construire

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE MODELE N 2 Document disponible sur http://www.auvergne.pref.gouv.fr/protection_civile/etablissements _recevant_public/sec_incendie_erp/procedure.php NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE Etablissement Recevant

Plus en détail

COMMUNEAUTE DE COMMUNES DU PAYS DES COULEURS BATIMENT ARTISANS D ART 38510 - MORESTEL. Cahier des Clauses Techniques et Particulières CCTP.

COMMUNEAUTE DE COMMUNES DU PAYS DES COULEURS BATIMENT ARTISANS D ART 38510 - MORESTEL. Cahier des Clauses Techniques et Particulières CCTP. 1 COMMUNEAUTE DE COMMUNES DU PAYS DES COULEURS BATIMENT ARTISANS D ART 38510 - MORESTEL Cahier des Clauses Techniques et Particulières CCTP Lot 3 MENUISERIES BOIS Février 2013 ATÉCO Economiste de la Construction

Plus en détail

protection incendie Ouvrant de façade : Orcades

protection incendie Ouvrant de façade : Orcades protection incendie Ouvrant de façade : Orcades FTE 502 130 D Mai 2011 Orcades ouvrant de façade d amenée d air Avantages Esthétique soignée (grille Cyclades en façade intérieure en option). Bonne isolation

Plus en détail

Isolation... d une maison ancienne

Isolation... d une maison ancienne Photo F.Chevallereau Isolation...... d une maison ancienne comment s y prendre? L État : RT 2012? mais on est en 2014? Mes amis : Y a qu à mettre de la laine de verre! Mon voisin : Le polystyrène c est

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux Ce document présente : Date d édition : 1 septembre 2014 Les qualifications et certifications «RGE»

Plus en détail

NOTICE D EQUIPEMENT. Résidence «L Anaphore» 3/3Bis rue Clément & 4/ rue du Dauphiné 38000 GRENOBLE

NOTICE D EQUIPEMENT. Résidence «L Anaphore» 3/3Bis rue Clément & 4/ rue du Dauphiné 38000 GRENOBLE NOTICE D EQUIPEMENT Résidence «L Anaphore» 3/3Bis rue Clément & 4/ rue du Dauphiné 38000 GRENOBLE MAITRE D OUVRAGE SAS DAUPHINE et CLEMENT c/o COGECO IMMOBILIER Le Temporis ZAC de Champfeuillet BP 96 38503

Plus en détail

LOCAUX COMMUNS CREATION D'UNE PEPINIERE D'ENTREPRISES ESQUISSE N 2 RDC R+1 R+2 R+3 TOTAL Accueil 47 473 m2 Bureau administration 15 Local repro/archives 12 Petite salle de réunion 35 Salle de conférence

Plus en détail

La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois

La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois Forum Bois Construction Beaune 2011 La Règue verte - 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois B. Dayraut 1 La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature

Plus en détail

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires les fenêtres aluminium MILLET & la rt 0 la réponse aux exigences réglementaires La Réglementation Thermique 0 s applique d ores et déjà pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, public et les bâtiments

Plus en détail

Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne

Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne Avant rénovation La maison comporte un rez de chaussée et un étage sous combles (mansardé). Elle se compose d'une partie ancienne et d'une partie nouvelle

Plus en détail

Solutions durables et innovantes pour maisons bois

Solutions durables et innovantes pour maisons bois Concept Solutions durables et innovantes pour maisons bois Des solutions techniques et performantes pour l univers de la construction Construire plus naturellement, c est concevoir des maisons saines et

Plus en détail

8.5 Les murs coupe-feu en béton

8.5 Les murs coupe-feu en béton 8.5 Les murs coupe-feu en béton bâtiments d activité de commerce et de stockage Entrepôt de stockage de matières plastiques dans l Ain. Un mur séparatif coupe-feu aurait permis d arrêt de la propagation

Plus en détail

Carnet photos. Visite commentée des travaux

Carnet photos. Visite commentée des travaux Carnet photos Visite commentée des travaux Marais du Vigueirat Life PROMESSE 2003-2007 Sommaire Chaufferie bois et plateforme de stockage... 3 Cuves de récupération des eaux pluviales... 7 Lit planté de

Plus en détail

Bâtiment SHS - Université Paris Ouest Nanterre la Défense

Bâtiment SHS - Université Paris Ouest Nanterre la Défense 5 ème Forum International Bois Construction FBC 2015 Bâtiment SHS - Université Paris Ouest Nanterre la Défense P. Gontier 1 Bâtiment SHS - Université Paris Ouest Nanterre la Défense Pascal Gontier Architecte

Plus en détail

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES NOUVELLES RÈGLES SOMMAIRES POUR LE STOCKAGE DES PRODUITS PÉTROLIERS Depuis septembre 2006, suivant le décret de Juillet 2004 STOCKAGE AU REZ-DE-CHAUSSEE OU EN SOUS-SOL D'UN BATIMENT Les réservoirs et équipements

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation d une ancienne grange du XVIII ème siècle Localisation : 49260

Plus en détail

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS ACOUSTIQUE REGLEMENTATION Dans les exigences réglementaires, on distingue l isolement aux bruits aériens (voix, télévision, chaîne-hifi...) et l isolement aux bruits d impact (chocs). ISOLEMENT AUX BRUITS

Plus en détail

LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE

LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE Habitat, bureaux, commerces : le W conjugue les trois fondamentaux de l urbain. Dans cet esprit, Vauban Immobilier, Scharf Immobilier, GIPA et Rive Gauche CB Richard

Plus en détail

Mégaplac 25. Répondre à la sécurité incendie? La nouvelle solution pour bâtiments de stockage

Mégaplac 25. Répondre à la sécurité incendie? La nouvelle solution pour bâtiments de stockage Janv. 2007 code : F 3943 Répondre à la sécurité incendie? RÉPOND AUX EXIGENCES DE L ARRÊTÉ 1510 Mégaplac 25 La nouvelle solution pour bâtiments de stockage Solution Placoplatre pour murs extérieurs et

Plus en détail

Consultation CQFD LOGEMENTS OPTIMISES : COUTS, QUALITE, FIABILITE, DELAIS. NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE

Consultation CQFD LOGEMENTS OPTIMISES : COUTS, QUALITE, FIABILITE, DELAIS. NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE A- UNE CONCEPTION BIOCLIMATIQUE DU PROJET (Confort dans les espaces extérieurs et dans le bâtiment) Choix morphologique du bâtiment La conception du bâtiment de logements

Plus en détail

LE PROJET SITE ADMINISTRATIF DU CREDIT AGRICOLE CENTRE FRANCE A AURILLAC. IMMEUBLE A ENERGIE POSITIVE TOUS USAGES: SHON 6100 m²

LE PROJET SITE ADMINISTRATIF DU CREDIT AGRICOLE CENTRE FRANCE A AURILLAC. IMMEUBLE A ENERGIE POSITIVE TOUS USAGES: SHON 6100 m² SITE ADMINISTRATIF DU CREDIT AGRICOLE CENTRE FRANCE A AURILLAC IMMEUBLE A ENERGIE POSITIVE TOUS USAGES: SHON 6100 m² BATIMENT A OSSATURE BOIS: 1300 m3 de bois UN JARDIN D HIVER DE 700 M² OUVERT SUR LE

Plus en détail

Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT

Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT COMPTE RENDU DE VISITE ECOLE CENTRALE PARIS Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT Introduction Pour la dernière journée de notre voyage d intégration, nous avons été accueillis le vendredi

Plus en détail

Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse

Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse 60 Tarif Public H.T. (réservé aux professionnels) Verre cellulaire FOAMGLAS T4+ FOAMGLAS S3 FOAMGLAS F FOAMGLAS TAPERED FOAMGLAS BOARD PANNEAU READY

Plus en détail

DOSSIER RESSOURCES. Dossier RESSOURCES. Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 12. 1406-TIS T Session 2014

DOSSIER RESSOURCES. Dossier RESSOURCES. Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 12. 1406-TIS T Session 2014 DOSSIER Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 12 1 Synoptique de principe Chaufferie 8 7 5 2 6 3 4 Durée : 4h Coefficient : 3 Page 2 / 12 Plan d implantation Conduits de ventilation et de chauffage. Durée

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL Remarque préliminaire Cette notice a été élaborée à votre attention dans le but de faciliter votre

Plus en détail

Ecole Montessori d Avignon, (84)

Ecole Montessori d Avignon, (84) Commission d évaluation : Réalisation/Fonctionnement du 14 octobre 2014 V1 Ecole Montessori d Avignon, (84) 1 Ce projet contraint par l aspect économique (financement du projet par l association) permet

Plus en détail

ISOLATION TOITS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

ISOLATION TOITS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES La rénovation domiciliaire éconergétique ISOLATION DES TOITS CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES AVANT DE COMMENCER Vérifiez l état du recouvrement de la toiture ainsi que de ses composantes structurales. Si ceux-ci

Plus en détail

16 IDEA 04 07 TRANSFORMATION D UNE ANCIENNE FERME À PRAZ/VULLY FR. Ferme lumineuse

16 IDEA 04 07 TRANSFORMATION D UNE ANCIENNE FERME À PRAZ/VULLY FR. Ferme lumineuse 16 IDEA 04 07 Ferme lumineuse Avec la rénovation de cette ancienne ferme située dans la région des Trois lacs de Morat, Neuchâtel et Bienne, l architecte Christophe Pulver voulait atteindre trois buts:

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

L isolation extérieure dès le gros œuvre

L isolation extérieure dès le gros œuvre L isolation extérieure dès le gros œuvre L ISOLATION PAR L EXTERIEUR : SA SUPERIORITE SUR L ISOLATION PAR L INTERIEUR RTh est un nouveau procédé de maçonnerie spécialement conçu pour l isolation par l

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

FINE & LÉGÈRE Texto / /

FINE & LÉGÈRE Texto / / 2 Finesse, lignes épurées et sobriété esthétique caractérisent le nouveau concept de cloison Texto. Innovante et performante, Texto est simple et rapide à mettre en oeuvre. Elle offre de multiples finitions

Plus en détail

Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009. Document d information non contractuel

Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009. Document d information non contractuel Les travaux subventionnables par l Anah LA LISTE ÉTABLIE AU 1 ER JANVIER 2009 Document d information non contractuel L Anah, Agence nationale de l habitat, attribue des aides financières aux propriétaires

Plus en détail

Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe

Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe Préambule La notice de sécurité est fournie pour permettre à la commission de sécurité de rendre un avis sur les conditions

Plus en détail

Introduction. Diagnostic stratégique global des bâtiments communaux une expertise urbaine et architecturale et un diagnostic de l usage

Introduction. Diagnostic stratégique global des bâtiments communaux une expertise urbaine et architecturale et un diagnostic de l usage Introduction Diagnostic stratégique global des bâtiments communaux une expertise urbaine et architecturale et un diagnostic de l usage Approche globale à l Échelle d un bâtiment Exemple : réflexion sur

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux Date d édition : Janvier 2014 Ce document présente la liste des qualifications et certifications«rge» classées par domaine

Plus en détail

Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative

Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative Arrêté Royal du 7 juillet 1994 fixant les normes de base en matière de prévention contre l incendie et l explosion : Notice explicative A n n e x e 1 Annexe 1 1.2.1 hauteur d un bâtiment La hauteur h d'un

Plus en détail

Isolation Thermique par l Extérieur

Isolation Thermique par l Extérieur Isolation Thermique par l Extérieur Protéger le présent, préserver l avenir Pourquoi isoler? Les origines des fuites s d un immeuble ou d une maison sont connues. Provenant d une isolation absente ou faible,

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 NOTICE DE SECURITE POUR LES ERP DE 5 E CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 Documents obligatoires à joindre à cette notice de sécurité pour le

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014 «RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014 Ce document présente la liste des qualifications et certifications «RGE» classées par domaine de travaux liés

Plus en détail

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation menée avec ARCHIWIZARD Contexte de l étude Mr et Mme LE LOUSTIC viennent d acquérir une maison se situant à Hennebont (56). Peu de travaux

Plus en détail

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Détails 1. Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Crochet type mur sec Mortier Membrane d'étanchéite Chaînage béton Brique

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

04-001-B-rp02 Etude de faisabilité pour application du système DOREAN à des bâtiments collectifs

04-001-B-rp02 Etude de faisabilité pour application du système DOREAN à des bâtiments collectifs RAPPORT D ETUDE Référence projet: 04-001-B N de document: 04-001-rp02 Diagnostic DOREAN Date: 20-01-2005 Nombre de page: 8 Annexe(s): 0 04-001-B-rp02 Etude de faisabilité pour application du système DOREAN

Plus en détail

Mur Hybride, bien plus qu un simple mur

Mur Hybride, bien plus qu un simple mur Mur Hybride, bien plus qu un simple mur Correction des ponts thermiques Maçonnerie de type a RT 2012 Mur Hybride R = 1,45 Pose rapide Porotherm GF R20 Th+ Mur Hybride énergie économie écologie émotion

Plus en détail