Création de la Maison de la Géologie la Balme de Rencurel - Phase APS - 07 octobre 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Création de la Maison de la Géologie la Balme de Rencurel - Phase APS - 07 octobre 2013"

Transcription

1 Projet Simon Deschamps SIMON DESCHAMPS Concepteur Lumière PROJET BBC HQE AGENCE CONTACT LIENS URBANISME plan lumière ARCHITECTURE extérieure ARCHITECTURE intérieure SCÉNOGRAPHIE extérieure SCÉNOGRAPHIE Intérieure ECLAIRAGE naturel Création de la Maison de la Géologie la Balme de Rencurel - Phase APS - 07 octobre 2013 Simon Deschamps - 32 rue rameau Clermont-Ferrand - Tél : AGENCE : 30 boulevard gambetta Grenoble - tél. +33(0) fax. +33(0) SARL au capital de 7500 euros - SIRET code NAF 7111Z - TVA intra. FR Ordre des Architectes n régional 599 n national S sur 1 29/02/12 16:27

2

3 1. INTÉGRATION URBAINE ET PAYSAGÈRE P ORGANISATION DES CONTENUS P AMÉNAGEMENT SCÉNOGRAPHIQUE P CHIFFRAGE P DESCRIPTIF TECHNIQUE P Sommaire Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 3

4 Plan masse du projet 4 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

5 1 Pour concilier la volonté d une architecture forte, qui fasse signal pour le visiteur de passage, Parti architectural et paysager avec la réutilisation d un bâtiment existant assez classique, nous avons pris le parti de revenir à la matière brute de ce dernier et de le traiter comme un matériau à travailler davantage que comme une architecture. De cette manière, le bâtiment existant rend possible l existence d une nouvelle architecture, plus forte et au caractère marqué. Le moellon de calcaire mis à nu, c est un traitement expressionniste par strates (joints marqués, joints beurrés, badigeon, enduit lisse ou gratté...) qui fait de l ancienne auberge un véritable écorché architectural et minéral. L extension contemporaine, qui se développe en fond de parcelle, surgit côté rue sous la forme d un élément signalétique évident. La matière de cette extension, qui se doit elle aussi d être brute et minérale, est un béton dont la teinte et la texture répond aux jeux de strates de l ancien bâtiment, et aux falaises environnantes. L extension est orientée de telle manière qu elle ait naturellement comme point de mire la singularité géologique de la Balme, au-dessus des toits du hameau. Projet architectural Vue d insertion du projet Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 5

6 6 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

7 2 Synthèse des axes d orientations du projet de la «Maison de la Géologie» Organisation des contenus Au regard des éléments de programme technique et scientifique, le poids des différentes composantes du projet a été discuté, notamment un des enjeux majeurs du projet son articulation avec le futur Géoparc du massif du Vercors. La «Maison de la Géologie» s inscrit comme acteur du développement local. Sa situation en fait une «Porte d entrée» privilégiée, s ouvrant sur un vaste territoire, dont la géologie particulière caractérise les paysages de manière exceptionnelle. Dix sites, choisis en raison de leurs caractéristiques géologiques exemplaires, de leurs qualités pédagogiques et de leur accessibilité, sont à mettre réseau avec la «Maison de la géologie». Répartis sur le territoire, ces sites constituent un ensemble de circuits de découverte. Véritable espace de vulgarisation scientifique, «La Maison de la Géologie» a pour ambition d être un centre d interprétation de l ensemble des sites du Vercors, un lieu vivant, surprenant et proposant une expérience originale. Une attention particulière doit être portée au public scolaire et jeune public, qui constituera un e grande partie du public. La nature et l étendue des thématiques, auxquels invite le développement du projet, nous entraînent au-delà des sciences de la terre, à la rencontre de l histoire des hommes qui ont occupé et occupent encore à ce jour le territoire. Les attentes techniques en matière de bâtiment, les contraintes du site, l organisation spatiale et la distribution des espaces qui en découle conditionnent quelque peu le circuit de visite. Ainsi la hiérarchie induite par l ensemble de ces composantes, dont l énumération n est pas exhaustive, donne le ton du projet, et participe de la construction du sens au sein de celui-ci. L identification et le développement précis des contenus sera réalisé au cours de la prochaine étape, en lien étroit avec l équipe scientifique Le fil conducteur retenu pour l exposition permanente de la «Maison de la Géologie», a pour conséquence d avoir établi, des priorités en terme progression du propos, de médiation et d acquisition des connaissances par le public, et permis l émergence d un syntaxe scénographique à forte valeur identitaire. Organisation des contenus Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 7

8 La forme narrative Le parti pris scénographique proposé pour «La «Maison de la Géologie», se constitue autour d un conducteur qui organise une distribution des contenus selon une chronologie destinée à la mise en place d une narration de caractère attractive et pédagogique. Constitué sous la forme de plusieurs séquences thématiques structurantes, le développement du propos s effectue selon une logique additionnelle. Il s agit bien là d installer un point de vue de visite, dont l objectif est d offrir les clefs d une lecture nouvelle du territoire et des paysages, une lecture dite «savante», par le biais d une approche scientifique, la géologie. Le visiteur est amené de manière progressive à s approprier une panoplie d outils conceptuels, l autorisant à porter un regard neuf, sur un environnement familier ou qui lui semble familier. Une succession de socles de connaissance est établie de manière progressive. Cet enrichissement successif des contenus permet d élaborer un propos construit de façon logique, par empilement d informations complémentaires. Ce mode de développement de la narration s adapte particulièrement bien au jeune public et au public de non-initiés. Sans pour autant devenir un spécialiste le public acquiert des éléments de compréhension sur les phénomènes géologiques. Ces éléments porteurs de sens autorisent une lecture plus attentive des paysages. Sur le terrain, ce qui semblait familier devient, grâce à la capacité d interprétation acquise, une source d étonnement. Les paysages du Vercors se prêtent à de nouveaux récits, et nous entraînent au cœur de la longue histoire de la terre, histoire qui continue chaque jour à se construire. Une symbolique identitaire forte Pour établir une symbolique identitaire de la «Maison de la Géologie» nous avons cherché un élément emblématique, autorisant une homogénéité de forme et de langage qui puisse faire sens, et assurer une cohérence d images en lien avec le propos développé, déclinable sous différentes formes et à différentes échelles, qui puisse s adapter aisément à une typologie d usages variés. À l analyse du cahier des charges et du dossier scientifique, deux notions sont apparues de manière récurrente, à chaque étape du développement du projet. Le principe de «sédimentation», la notion de «stratigraphie». Ce principe de formation des roches, qui caractérise la géologique du massif, fournit une image emblématique. C est en quelque sorte la partie de l iceberg, visible par tous. Générateur de sens, le phénomène de sédimentation s exprime par une organisation de type stratigraphique, dont l expression graphique offre un jeu de formes très variées, résultant d un ensemble des phénomènes géologiques. 8 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

9 2 Ruptures, plissements, inclinations, empilement de couches donnent à lire une histoire du massif et constituent un vocabulaire qui échappe à la géométrie humaine, les phénomènes de stratification ne produisent pas une trame orthonormée. Le système de construction stratigraphique dans son rapport d échelle, renvoie à la notion d espacetemps. Parfois quelques cm de matière minérale équivalent à des milliers d années. Le temps qui passe s accumule, lui aussi de manière stratigraphique. Une autre expression de ces deux phénomènes se retrouve dans l organisation du propos, soumis au principe d acquisition des savoirs. Les socles de connaissances s acquièrent au fur et à mesure, par accumulations successives de couches d informations et de savoirs dont la mise en lien permet la compréhension d objets complexes. C est cette logique stratigraphique qui organise le propos et hiérarchise la distribution des informations tout au long du parcours de visite. Le principe scénographique La scénographie s incrit dans le bâtiment sans intervention de décor structurel. Les murs, les sols, les plafonds sont livrés finis. Les parois murales intégrent des vitrines lorsque nécessaire. C est une architecture intérieure très épurée, qui offre le cadre d installation des médias. La scénographie s applique sur la peau intérieure du bâtiment sous forme de graphisme, installe ses dipositifs en appui des parois, installe les manips dans l espace. La scénographie se déploie sous forme de mobiliers indépendants du bâtiment. Ce parti pris, dissociant la structure scénographique de celle du bâtiment, autorise des évolutions futures de la scénographie sans interface avec le bâtiment. La scénographie peut s enrichir et évoluer aisement par de simples ajouts, déplacements ou remplacements de modules. Un vocabulaire formel Celui-ci s inspire de la notion de stratigraphie et s établit sur un design général de mobilier dont l esthétique reprend à son compte un vocabulaire de formes constituées par assemblages de couches et d inclinaisons. Installée dès l accueil cette syntaxe scénographique se déclinera tout au long du parcours. Elle qualifie l équipement et porte la notion de strates, de sédiments qui renvoient à la manifestation des grands phénomènes géologiques et également à temporalité géologique. Organisation des contenus Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 9

10 Le parcours Le parti pris scénographique proposé pour la «Maison de la Géologie» se constitue autour d un conducteur affichant un parti pris formel très contemporain. Nous proposons de créer un rythme de progression établit sur trois séquences thématiques, installant le public dans des dispositions cognitives différentes, adaptées aux propos développés. La mise en scène des espaces privilégie l efficacité des modes de médiations (ergonomie, pédagogie), et propose une distribution qui s établit sur quatre espaces. Deux temps forts rythment le parcours de visite et constituent une composante essentielle du projet de la «Maison de la Géologie». Une mise en lien des espaces est assurée par l installation de pièces minéralogiques. Il ne s agit pas de réaliser un musée de la minéralogie, mais d effectuer un saupoudrage adapté aux thématiques abordées. Des pièces, de grandes qualités esthétiques ou très emblématiques de la géologie du massif, ponctuent le parcours selon des modes de présentation divers. La collection est mise en oeuvre à la manière d une parure scénographique précieuse, sans ostentation. Elle prend place dès l accueil, et constitue un élégant fil d Ariane qui se déploie finement tout au long de la visite. 10 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

11 2 Gestion des flux Les espaces dédiés à la scénographie: peut aussi faire office d espace de convivialité La parcours autorise la prise en charge de deux groupes de visite de 25 à 30 personnes. La visite peut se dérouler selon deux parcours différents autorisant le départ simultané de deux groupes. La visite commence par l observatoire. La clef d entrée est le paysage, fruit de phénomènes multiples depuis l origine du temps. La visite se poursuit par le show immersif qui dévoile l incroyable saga géologique du massif du Vercors. Le public termine sa visite par l échelle du temps selon une chronologie descensdante qui le plonge au coeur du temps, de nos jours jusqu à ses origines. La visite commence par l échelle du temps. La clef d entrée est le temps et les processus d élaboration qui ont été à l oeuvre depuis la nuit des temps. Dans ce cas, le public suit une chronologie ascendante, il progresse dans le temps depuis les origines jusqu à nos jours. La visite se poursuit à l observatoire qui offre à découvrir le fruit du long processus du temps, sujet développé durant l ascension de l échelle du temps. Le public termine par le show immersif. Organisation des contenus Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 11

12 Principe de l espace d accueil Vue du Rdc : L échelle du temps et les espaces d accueil 12 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

13 3 Le public est accueilli par un environnement graphique qui magnifie le Massif du Vercors, le Espace 1 Accueil, billetterie, boutique, buvette «Le Vercors, sous la mer le massif» cadre est une véritable invitation à la visite et à la découverte du territoire. Une ou des images exceptionnelles sont mises en œuvre comme une véritable bande-annonce. Un propos sous forme d accroche, de quelques phrases courtes, explicite les visuels. Dans la banque d accueil dont le mobilier est déjà une allusion à la géologie, sont intégrés quelques éléments séduisants de la collection minéralogique. Le décor est dressé, c est une invitation à la découverte qui est lancée au public. Projet scénographique Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 13

14 Plan du R+1 : L échelle du temps et l exposition temporaire 14 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

15 3 Espace 2 L échelle du temps «Une histoire stupéfiante» L échelle du temps propose la mise en confrontation de trois temps, le temps géologique, le temps biologique, le temps climatique. La trémie verticale, disposée en parallèle de l escalier emprunté par le public pour accéder aux différents étages, possède les qualités formelles propices à l installation de cet élément scénographique identitaire fort. Se développant sur quatre étages, cet espace autorise l installation d un rapport d échelle à la mesure de la thématique à traiter. Espace d exposition à part entière, l échelle du temps se déploie sur trois colonnes monumentales. Elles prennent naissance à l extérieur du bâtiment et se prolongent verticalement sur toute la hauteur du bâtiment. Le public accède à la lecture de ce dispositif au niveau RC, N+1 et N+2. Les parois intérieures environnantes accueillent la collection minéralogique dans de petites niches murales enrichies des dispositifs graphiques. Chaque niveau est accessible selon les besoins du public, par un escalier ou par un ascenseur et offre une lecture détaillée au fur et à mesure que le visiteur se déplace. L échelle du temps s appréhende indifféremment selon une chronologie ascendante ou descendante, en fonction du parcours de visite emprunté. Projet scénographique Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 15

16 Vue de l échelle du temps en situation 16 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

17 Référence pour l échelle du temps 3 Projet scénographique Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 17

18 Plan du R+2 : L échelle du temps et l espace immersif 18 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

19 3 Espace 3 Salle 2, le show immersif (la naissance d un massif) Une plongée de 140 millions d année Cet espace accueille le temps fort de la visite et peut contenir une trentaine de personnes. Il est conçu pour faire vivre une véritable expérience sensorielle, à forte valeur émotionnelle. Le visiteur est dans un espace totalement immersif qui l emmène en plongée, 140 millions d années en arrière, au fond des océans. Le public va vivre et assister à la création du Vercors, en immersion totale, effectuer une remontée dans le temps au rythme des immersions et des émergences du massif et des grands bouleversements géologiques et climatiques, jusqu à l époque actuelle. Un immense écran de projection de type cyclorama, couvre les trois parois périphériques. Le show est une gigantesque cathédrale d images sonorisées, alimenté par des vidéo-projecteurs. Le développement du propos s articule autour de deux typologies de séquences d images, dont le montage par alternance, superposition, concomitance, permet de délivrer des informations de nature différente mais complémentaire en terme de contenu. Pour expliciter certains phénomènes, l usage simultané de plusieurs types d images s avère très performant. La première typologie d images s attache à illustrer la colonne vertébrale du show. Elle explicite les notions et phénomènes techniques : tectonique des plaques, phénomènes climatiques à l origine des modifications de l environnement etc Cette partie nécessite un traitement des informations sous forme d animations graphiques. Elle est animée par un intervenant, qui apparaît à l écran dans des environnements divers, puis qui disparaît de l écran pour laisser place à des séquences documentaires, mais reste toujours présent dans le show par le biais du commentaire. C est lui la voix-off du spectacle. Le comédien peut être situé dans un environnement graphique, au cœur des données, dont il manipule les éléments, tout en les commentant. Difficile de savoir, dans quelle zone de l écran il va apparaître, il nous surprend, il se déplace sur la périphérie du cyclorama, sollicite l attention des spectateurs, il peut apparaître simultanément sur plusieurs parois, sous ses doigts s anime le glissement des plaques tectoniques. La seconde typologie d images est destinée à illustrer les phénomènes et évènements géologiques aux périodes clefs. Elles apportent de l émotion, fournissent des informations réalistes de contextualisation. Ce sont des images à caractère documentaire, de type rush vidéo ou image de synthèse réaliste, ou un mélange des deux. Elles illustrent les environnements et biotopes, les types de faune et de flore qui se sont succédés durant ces 140 millions d année et que l on retrouve à ce jour sous d autres latitudes. Ces images constituent une mise en abîme spectaculaire du propos scientifique. Elles occupent toutes les surfaces lors des transitions, des ambiances et contribuent aux effets spéciaux. Projet scénographique Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 19

20 20 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

21 La salle de projection, version paysage immersif 3 Projet scénographique Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 21

22 22 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

23 La salle de projection, version immersion kaléidoscopique 3 Projet scénographique Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 23

24 Plan du R+3 : l échelle du temps et l Observatoire 24 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

25 3 Espace 2 L observatoire Un paysage à livre ouvert «Mais comment ça marche?» Il émerge en partie sommitale du toit. Signal architectural fort, il a été repéré dès l arrivée du visiteur. Le belvédère, par une très large baie panoramique dévoile le paysage. Ici s expose au regard du public le résultat du long travail du temps. Le point de vue offert est un focus sur un détail de la géologie emblématique du Vercors. C est la partie visible de l iceberg, c est ici que commence le récit sur la morphogénèse. Une aide au décryptage des indices physiques, plis, mille-feuilles sédimentaire, ruptures, nous est fourni à la manière d un calque, par une couche d informations graphiques imprimée sur le vitrage. Une bande son accueille le visiteur, l invite à prendre place devant ce panorama l entraîne à la découverte des phénomènes géologiques à l origine de ce paysage. Que voit-on? Un paysage. Que nous raconte -t-il? Quels indices peut-on relever? Quels sont les forces et les principes mécaniques qui ont été en mouvement? Soudain le familier devient mystérieux En périphérie de la baie panoramique,l espace offre un contenu graphique évoquant la particularité du territoire du Vercos, la notion de massif et l histoire de son occupation humaine. Ici le visiteur approfondit ses connaissances par le biais d expérimentations. L observatoire, enrichi de manipes associées à des supports graphiques, devient un espace d expérimentation où manipulations, maquettes sont installées à la manière de points focus. Action des plaques tectoniques, phénomènes de sédimentations présentés sur des supports graphiques sont explicités par des manipulations. La déformabilité de la croûte terrestre est testée en comparant la souplesse d une barre métallique très courte et d une barre de même section, qui, plus longue devient souple. La formation des montagnes se dévoile sur une table tactile. La formation des roches fait l objet d une animation graphique vidéo. Les phénomènes de poussées telluriques et leurs effets sont expérimentés sur une manipulation constituée d un sandwich de bandes de caoutchouc colorées, à qui l on fait subir diverses formes de pression, grâce à des vis sans fin et/ou un étau (poussée verticale, poussée horizontale, écrasement ). Projet scénographique Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 25

26 Vue intérieure de l observatoire 26 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

27 3 L ensemble des dispositifs s intègre dans des mobiliers reprenant la syntaxe récurrente de la La cyclicité des climats s exprime sur une maquette animée. stratification. Les documents graphiques associés à chaque dispositif, complètent, signalent, développent, structurent les contenus et l espace. Ces éléments sont à identifier et à développer dans le détail avec l équipe scientifique. Projet scénographique Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 27

28 Tableau des surfaces Création de la Maison de la Géologie - La Balme de Rencurel SURFACES UTILES Désignation Surfaces Utiles SHON RDC - Accueil Café Accueil du public / boutique / café / services Sanitaires Cuisine réserve Réserves Chaufferie Circulations R+1 - Mezzanine Exposition temporaire Bureau Circulations R+2 - Espace immersif Salle de projection immersive Circulations R+3 - Observatoire Salle de l'observatoire TOTAL DES SURFACES UTILES 192,00 m 243,00 m 100,00 m 28,00 m 14,00 m 15,00 m 20,00 m 15,00 m 107,00 m 152,00 m 78,00 m 12,00 m 17,00 m 146,00 m 227,00 m 131,00 m 15,00 m 46,00 m 54,00 m 46,00 m 491,00 m 676,00 m 28 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

29 Note de synthèse économique DEMOLITIONS - FONDATIONS - GROS-ŒUVRE - STRUCTURE COUVERTURE - ETANCHEITE MENUISERIES EXTERIEURES - SERRURERIE FACADES MENUISERIES INTERIEURES CLOISONS-DOUBLAGES -FAUX-PLAFONDS REVETEMENTS SOLS ET MURS ELECTRICITE COURANTS FORTS ET FAIBLES Maison de la Géologie La Balme de Rencurel DESIGNATION PLOMBERIE-SANITAIRE-CHAUFFAGE - VENTILATION MOBILIER - EQUIPEMENTS CAFETERIA APPAREILS ELEVATEURS Estimation du prix des travaux - Bâtiment APS2 Maison de la Géologie Surface utile (m ) 453 SDO (m ) 590 SHON (m2) 626 Montant en HT (valeur septembre 2013) Chiffrage SCENOGRAPHIE dont aménagement de l'accueil, échelle du temps, observatoire dont spectacle immersif TOTAL en HT APS2-Estimation 27/09/2013 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 29

30 30 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

31 Notice technique tous corps d état 5 Notice technique Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture 31

32 32 Création de la Maison de la Géologie - Phase APS - Espace Gaïa Architecture

33 Opération : Maison de la Géologie La Balme de Rencurel Notice technique APS Sommaire 1 - ENVIRONNEMENT DE L OPERATION SITUATION DESCRIPTIF SOMMAIRE DU PROJET (BATIMENT) DONNEES DE CALCUL CONTRAINTES LIEES AU RUISSEAU DE LA DOULOUCHE REGLEMENTATION INCENDIE DISPOSITIONS RELATIVES AUX HANDICAPES INSTALLATIONS DE CHANTIER TRAVAUX DE DEMOLITION TRAVAUX PREALABLES DEMOLITIONS EVACUATION DES DEBLAIS TRAVAUX DE CLOS COUVERT PRINCIPE CONSTRUCTIF GENERAL OUVRAGES EN BETON CHARPENTE BOIS FACADES COUVERTURE / ETANCHEITE MENUISERIES EXTERIEURES ET OCCULTATIONS TRAVAUX DE SECOND OEUVRE DOUBLAGE CLOISONS ET GAINES INTERIEURES REVETEMENTS DE SOLS REVETEMENTS MURAUX PLAFONDS MENUISERIES INTERIEURES SERRURERIE PLOMBERIE - CHAUFFAGE VENTILATION BASES DE CALCUL CHAUFFAGE VENTILATION PLOMBERIE ELECTRICITE COURANTS FORTS ET FAIBLES DESCRIPTION DES INSTALLATIONS ELECTRICITE COURANTS FORTS DESCRIPTION DES INSTALLATIONS ELECTRICITE COURANTS FAIBLES ASCENSEUR 27 BETEREM G.CB G APS - Rev0 27/09/2013 Page 2

34 Opération : Maison de la Géologie La Balme de Rencurel Notice technique APS 1 - ENVIRONNEMENT DE L OPERATION SITUATION La maison de la géologie est située à la Balme de Rencurel, dans le Vercors. Le projet s inscrit sur le site d un ancien bar restaurant service, à l entrée du village, en bordure de la route départementale D531. Le terrain est longé à l ouest par le ruisseau La Doulouche, avant que celui-ci ne se jette dans la Bourne. A l est, une étroite ruelle sépare la bâtisse existante de la maison voisine DESCRIPTIF SOMMAIRE DU PROJET (BATIMENT) Le projet sera constitué par un bâtiment unique construit dans l enveloppe des façades principales maçonnées du Bar Restaurant. Les trois façades principales seront donc conservées : façade sur cour côté Ouest, façade sur route départementale côté Sud, et façade sur ruelle côté Est. A l arrière, la façade pignon Nord et le garage seront entièrement démolis. Le nouveau bâtiment comprendra une partie en R+2, surmontée d un observatoire. Les structures seront réalisées en béton, et surmontées par des charpentes bois DONNEES DE CALCUL NEIGE ET VENT Les règlements en vigueur N84 donnent les contraintes suivantes : Neige : Altitude : 658 m - Région de neige 2007 : C2 - Charge de neige Eurocode 1 : - caractéristique (Sk) : 1.25 KN/m² - exceptionnelle (Sad) : 1.35 KN/m² Vent Zone de vent 2008 : 1 - Vent de référence Eurocode 1: - Vitesse de base : 22 m/s - Coefficient de direction : 1 - Coefficient de saison : 1 (avril septembre : 0, 9) CONSTRUCTION PARASISMIQUE Le bâtiment est de catégorie 2 et est classé en zone sismique de niveau 4. Accélération maximale de référence (sol de classe A): - bâtiment neuf : 1.6 m/s² - bâtiment existant : 0.96 m/s² BETEREM G.CB G APS - Rev0 27/09/2013 Page 3

35 Opération : Maison de la Géologie La Balme de Rencurel Notice technique APS Un renforcement parasismique est à envisager, selon l arrêté du 22/10/2010 : - en cas de suppression de plus de 30% de plancher sur un niveau, - en cas de création de plus de 30% de SHON sur la totalité du bâtiment, - en cas d aggravation de la situation existante (suppression de refends, augmentation de charges significatives en partie haute du bâtiment, etc ) Dans le projet, seules trois façades du bâtiment de la maison sont conservées, et celles-ci ne seront pas porteuses. Les critères parasismiques pour la construction neuve seront donc appliqués à l ensemble du projet CHARGES D EXPLOITATION Les charges d exploitation seront conformes à l Eurocode 1 Elles sont récapitulées ci après : Rez de chaussée : Accueil et espaces associés (bar, cafétéria) : 400 dan/m² Sanitaires : 250 dan/m² Zone technique : 500 dan/m² + poids des équipements spécifiques. R+1: Exposition et circulations associées : 400 dan/m² R+2: Exposition permanente et circulations associées(spectacle) : 400 dan/m² R+3: Belvédère : 400 dan/m² CONTRAINTES LIEES AU RUISSEAU DE LA DOULOUCHE Le mur en limite de propriété qui sert de berge pour le ruisseau présente un basculement prononcé vers la Doulouche. Ce mur a été renforcé par des profilés métalliques qui franchissent le ruisseau et permettent de bloquer ce basculement en prenant appui sur le mur de la rive droite. Ces dispositions ne sont pas suffisantes dans le cadre du projet, et le mur doit soit faire l objet de travaux de confortement plus importants, soit être remplacé. Ces travaux ne font pas partie du marché de travaux de construction de la Maison de la Géologie. Toutefois, ces travaux doivent être menés en parallèle et en étroite collaboration avec le projet d extension de la Maison de la Géologie, dont une partie au rez de chaussée va prolonger l emprise des anciens bâtiments jusqu au ruisseau. Le mode de fondation du bâtiment devra tenir compte du projet de renforcement (si présence de clous par exemple) et de la même façon, les contraintes du projet de la maison de la géologie, telle qu un accès pompier dans la cour devront être prises en compte dans le dimensionnement des travaux de renforcement du mur. Il est de plus prévu qu une passerelle piétonne franchisse l ouvrage et celle-ci devra être fondée. BETEREM G.CB G APS - Rev0 27/09/2013 Page 4

36 Opération : Maison de la Géologie La Balme de Rencurel Notice technique APS REGLEMENTATION INCENDIE Effectifs : L'effectif théorique du public admis est déterminé à raison d'une personne par cinq mètres carrés de la surface des salles accessibles au public. Surface des salles admissibles : 320 m² soit 64 personnes. Type d établissement, classement : La maison de la géologie est classée en ERP de type Y (Musée) de cinquième catégorie avec activités de type L (conférence), et N (restauration). Nombre de niveaux : R+3. Hauteur du plancher bas du dernier niveau : Niveau 3 : 7,70 m Accessibilité aux secours à partir de la voie publique (PE7) La cour est accessible aux engins de secours. Isolement par rapport au tiers (articles CO8 et dispositions particulières) L établissement occupe la totalité du bâtiment. Il n existe ni tiers contigus, ni superposés. Un bâtiment d habitation se trouve à moins de 8 mètres. La façade du bâtiment, face à la maison en vis-à-vis, sera PF de degré une heure, les baies éventuelles étant obturées par des éléments PF de degré une demi-heure. Résistance au feu des structures (articles PE5) Plancher bas de l'étage le plus élevé est situé à moins de 8 mètres du niveau d'accès des sapeurspompiers : pas de stabilité au feu requise. Distribution intérieure Pas de spécifications particulières à l exception des locaux à risque. Locaux à risque Local à risque important : chaufferie Local à risque moyen : réserve Les locaux à risque important doivent avoir une enveloppe CF 2 heures, les locaux à risque moyen doivent avoir leur paroi CF 1 heure. Les portes sont CF ½ H avec ferme porte ; BETEREM G.CB G APS - Rev0 27/09/2013 Page 5

DESCRIPTIF BUREAUX (BATIMENTS D ET E) NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE

DESCRIPTIF BUREAUX (BATIMENTS D ET E) NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE DESCRIPTIF BUREAUX (BATIMENTS D ET E) NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE Notice descriptive sommaire 1 1. CONCEPTION DU BATIMENT Locaux à usage de bureaux assujettis au code du Travail et ERP 5 ème catégorie

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40)

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40) Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim Dossier de demande de permis de construire Notice de Sécurité (PC40) NOTICE DE SECURITE E.R.P. Remarque : Cette notice de sécurité comprend

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL 1 NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL NOM DE L ETABLISSEMENT : Atelier 1 menuiserie, Ateliers 2, 3 et 4 non connu à ce jour NATURE DE L EXPLOITATION : Ateliers

Plus en détail

Textes généraux. Ministère de l économie, des finances et de l industrie

Textes généraux. Ministère de l économie, des finances et de l industrie J.O n 12 du 15 janvier 1998 page 623 texte n Textes généraux Ministère de l économie, des finances et de l industrie Décret no 98-28 du 8 janvier 1998 relatif à la composition du cahier des clauses techniques

Plus en détail

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN Avant d attaquer les travaux, les étapes suivantes doivent être réalisées: le terrain a été acheté. le notaire a édité tous les papiers administratifs nécessaires. les plans ont été dessinés et validés

Plus en détail

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Une maison en briques des années 1920 à Vanves avec un petit jardin. Un cadre idéal, si

Plus en détail

Département de Seine-et-Marne VILLE DE COUILLY PONT-AUX-DAMES. 46 rue Eugène Léger 77860 Couilly Pont-aux-Dames

Département de Seine-et-Marne VILLE DE COUILLY PONT-AUX-DAMES. 46 rue Eugène Léger 77860 Couilly Pont-aux-Dames Département de Seine-et-Marne VILLE DE COUILLY PONT-AUX-DAMES 46 rue Eugène Léger 77860 Couilly Pont-aux-Dames R E Q U A L I F I C A T I O N E T A G R A N D I S S E M E N T D E L A M A I R I E D E C O

Plus en détail

PATIO BAROJA. avenue de Biarritz Anglet DESCRIPTIF SOMMAIRE

PATIO BAROJA. avenue de Biarritz Anglet DESCRIPTIF SOMMAIRE PATIO BAROJA avenue de Biarritz Anglet DESCRIPTIF SOMMAIRE Le PATIO BAROJA est une résidence située avenue de Biarritz à Anglet. L immeuble compte quatre étages desservis par un ascenseur. Les parties

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

Fiche d Information - Étude Thermique

Fiche d Information - Étude Thermique Fiche d Information - Étude Thermique 7, Grande Rue 84370 BEDARRIDES Tél. : 04.90.22.85.30 Fax : 04.90.22.85.31 e-mail : new-tec@orange.fr Site : www.new-tec.fr Références constructeur ou code avantage

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Notice obligatoire en application de l Art. R 123-24 du Code de la Construction et de l Habitation pour les demandes de Permis de Construire dans les Etablissements Recevant

Plus en détail

L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude

L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude Les énergies Comment ça fonctionne Avantages Inconvénients Chauffage central - la chaleur est produite en un seul endroit : par une chaudière, des capteurs

Plus en détail

POSE OU CHANGEMENT D UNE PORTE D ENTRÉE

POSE OU CHANGEMENT D UNE PORTE D ENTRÉE 1 POSE OU CHANGEMENT D UNE PORTE D ENTRÉE L installation d une porte étanche ne doit pas perturber le renouvellement de l air. Dans de rares cas (ex : petits volumes, autres ouvrants trop petits), la forte

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE CONCERNANT LES PETITS HOTELS ET LES TRES PETITS HOTELS TEXTES REGLEMENTAIRES APPLICABLES ERP DU 1 er GROUPE ET DE 5 ème CATEGORIE Code de la construction et de l habitation

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

aspects techniques structure : Ossature bois - Poteaux poutres - Planchers en bois avec solivage traditionnel - Charpente traditionnelle

aspects techniques structure : Ossature bois - Poteaux poutres - Planchers en bois avec solivage traditionnel - Charpente traditionnelle Maître d oeuvre : Atelier d'architecture Picquet-Juen Entreprises des lots bois : Fuchs Construction Bois 05 Fuchs Etterlen Localisation : Obermorschwiller (68) Surface habitable : 110 m 2 Coût global

Plus en détail

>I En savoir plus I Thermique

>I En savoir plus I Thermique g Un peu d histoire n Choc pétrolier en 1973 Prise de conscience de notre totale dépendance au pétrole Nécessité de maîtrise de la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment n Protocole de Kyoto

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 Journée Adhérents AIDELEC 18/11/2011 Présentée par : Caroline Dreumont BE thermique EN&CO Jean-Luc Bonnot - BE Fluides RUBIN VARREON 1 Plan de présentation Le bâtiment

Plus en détail

CONFORMITE DE L OPERATION AVEC LES REGLES DE SECURITE

CONFORMITE DE L OPERATION AVEC LES REGLES DE SECURITE CONFORMITE DE L OPERATION AVEC LES REGLES DE SECURITE Maître d ouvrage : SIVU DE LA CRECHE INTERCOMMUNALE THOIRY 3 place de la Fontaine 78 770 THOIRY Adresse des travaux : Rue de la Mare Agrad 78 770 THOIRY

Plus en détail

MAITRE D OUVRAGE. BENET IMMOBILIER Syndic Copropriété Sumène (15) Le Lioran 20 bis, Rue des Frères 15000 AURILLAC OPERATION

MAITRE D OUVRAGE. BENET IMMOBILIER Syndic Copropriété Sumène (15) Le Lioran 20 bis, Rue des Frères 15000 AURILLAC OPERATION MAITRE D OUVRAGE BENET IMMOBILIER Syndic Copropriété Sumène (15) Le Lioran 20 bis, Rue des Frères 15000 AURILLAC OPERATION DESENFUMAGE DES CIRCULATIONS HORIZONTALES MISE A L AIR LIBRE DE LA CAGE D ESCALIER

Plus en détail

Aménagement cloisonné et paysagé

Aménagement cloisonné et paysagé 1 er étage Aménagement cloisonné et paysagé 02 SALLES DE RÉUNION 56 POSTES AU TOTAL Sanitaires Circulations horizontales Circulations verticales Locaux techniques Environmental immobilier L immeuble fait

Plus en détail

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Afin d améliorer le confort thermique de leur maison d après-guerre, un couple

Plus en détail

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012 NOTICE DE SÉCURITÉ concernant les ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC du 1 er groupe (1 ère à 4 ème catégorie) conformément au Code de l'aménagement de la Polynésie Française Document mis à jour le 10.05.2012

Plus en détail

diversité des options, classées en plusieurs thématiques : toitures, revêtement de façades, volumétries

diversité des options, classées en plusieurs thématiques : toitures, revêtement de façades, volumétries L OUTIL Nous avons imaginé 8 modules fonctionnels qui peuvent être assemblés de plusieurs manières et composer d innombrables maisons. Il s agit d une architecture modulaire présentant les qualités de

Plus en détail

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil

ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil EXEMPLE DE NOTICE DE SECURITE INCENDIE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC 5 ème CATEGORIE sans locaux à sommeil NOTA : Cet exemple de notice est un document simplifié. Des renseignements complémentaires

Plus en détail

La RT 2012... 2. les labels énergétiques

La RT 2012... 2. les labels énergétiques 1.2.2. RT 2012 ChapitRe Règlementation thermique 1 - Réglementation et labels - Volet pratique La RT 2012... La Rt 2012, publiée au Journal Officiel le 27 octobre 2010, intègre les conclusions du Grenelle

Plus en détail

PRÉFECTURE DES YVELINES

PRÉFECTURE DES YVELINES PRÉFECTURE DES YVELINES COMMISSION CONSULTATIVE DÉPARTEMENTALE DE LA PROTECTION CIVILE DE LA SÉCURITÉ ET DE L ACCESSIBILITÉ NOTICES DEVANT ÊTRE TRANSMISES À L APPUI D UNE DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE

Plus en détail

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012

NOTICE DE SÉCURITÉ. Document mis à jour le 10.05.2012 NOTICE DE SÉCURITÉ concernant les ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC du (5 ème catégorie) conformément au Code de l'aménagement de la Polynésie Française Document mis à jour le 10.05.2012 01 - PRÉSENTATION

Plus en détail

DESCRIPTIF TECHNIQUE DE NOS CONSTRUCTIONS CONFORME A LA RT 2012

DESCRIPTIF TECHNIQUE DE NOS CONSTRUCTIONS CONFORME A LA RT 2012 DESCRIPTIF TECHNIQUE DE NOS CONSTRUCTIONS CONFORME A LA RT 2012 PRINCIPAUX POINTS DE LA PROCEDURE 1) Calcul du coefficient «Bbiomax» (besoin bioclimatique) et mise en place des solutions techniques 2)

Plus en détail

Présentation réhabilitation Résidence TENNIS 50 logements collectifs à VILLENEUVE D ASCQ. «Logement social : rénovation en basse consommation»

Présentation réhabilitation Résidence TENNIS 50 logements collectifs à VILLENEUVE D ASCQ. «Logement social : rénovation en basse consommation» Présentation réhabilitation Résidence TENNIS 50 logements collectifs à VILLENEUVE D ASCQ Cd2e «Logement social : rénovation en basse consommation» 22 février 2012 Avant La résidence se situe à VILLENEUVE

Plus en détail

DESCRIPTIF SOMMAIRE DES TRAVAUX Version 1 du 23 septembre 2013

DESCRIPTIF SOMMAIRE DES TRAVAUX Version 1 du 23 septembre 2013 DESCRIPTIF SOMMAIRE DES TRAVAUX Version 1 du 23 septembre 2013 AMENAGEMENT TELECENTRE MELUN PHASE APS MAÎTRE D OUVRAGE ARCHITECTE C.A.M.V.S. Communauté d agglomération de Melun Val de Seine 297, rue Rousseau

Plus en détail

Le Domaine de Barbateguy

Le Domaine de Barbateguy Le Domaine de Barbateguy Chemin de Linague 64 990 URCUIT DESCRIPTIF SOMMAIRE VILLAS M1, M2, M3, M5, M6, M8 Edition du 30/04/2014 1 A)VILLAS Gros oeuvre 1) Nettoyage du terrain. 2) Fondations des bâtiments

Plus en détail

CONSULTATION DES ENTREPRISES RENOVATION ENERGETIQUE. Foyer communal

CONSULTATION DES ENTREPRISES RENOVATION ENERGETIQUE. Foyer communal CONSULTATION DES ENTREPRISES RENOVATION ENERGETIQUE Foyer communal Maitre d Ouvrage Mairie de Selommes Bureau d études Adresse BSE 10 Rue Henry Dunant 45140 INGRE Tel 02.38.70.87.00 Préambule Dans le cadre

Plus en détail

UNE DE NOS CONVICTIONS CHEZ S2T : LA CONSTRUCTION DURABLE ET DESIRABLE

UNE DE NOS CONVICTIONS CHEZ S2T : LA CONSTRUCTION DURABLE ET DESIRABLE UNE DE NOS CONVICTIONS CHEZ S2T : LA CONSTRUCTION DURABLE ET DESIRABLE PASSE PAR LE BOIS 1. UN MATERIAU ECOLOGIQUE Le bois est un matériau végétal, consommant, pour sa croissance, le gaz carbonique de

Plus en détail

Notice descriptive. CONTACT POUR LA LOCATION : ETIK-IMMO TEL : +352 621 510 609 EMAIL : contact@etik-immo.com WEB : www.etik-immo.

Notice descriptive. CONTACT POUR LA LOCATION : ETIK-IMMO TEL : +352 621 510 609 EMAIL : contact@etik-immo.com WEB : www.etik-immo. Notice descriptive CONTACT POUR LA LOCATION : ETIK-IMMO 1 Généralités: L objet, situé au 5, rue d Arlon à Ecoparc Windhof, est composé de quatre lots commerciaux nommés A,B,C et D d environ 600 m² chacun.

Plus en détail

ENSAIT. Réhabilitation du bâtiment A

ENSAIT. Réhabilitation du bâtiment A ENSAIT Réhabilitation du bâtiment A 1 Préambule Dans le cadre de la réhabilitation du bâtiment A, l ENSAIT a souhaité suivre une démarche HQE, avec des objectifs BBC, qui conditionnait une demande de subvention

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (Code de la construction et de l habitation Art. R123 à R123.55 arrêté du 22 juin 1990) S agissant d une opération en site existant, en application

Plus en détail

Table des matières générale 1

Table des matières générale 1 Table des matières générale page 1 Table des matières générale 1 0 - Clauses communes Chap. 1 - Clauses générales pour opérations à lot unique 1/1 Définition de l opération Réglementations Lots 1/2 Spécifications

Plus en détail

Les règles de l isolation

Les règles de l isolation 3 Les règles de l isolation Étape 1 : assurer une excellente isolation thermique des parois vitrées et opaques. En plus de jouer un rôle de barrière contre les déperditions thermiques, l isolation des

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 30 MAI 2009

COMPTE-RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 30 MAI 2009 COMPTE-RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 30 MAI 2009 L ordre du jour de la séance du Conseil Municipal du 14 AVRIL 2009 a été transmis aux conseillers municipaux le 25 mai 2009, publié et affiché

Plus en détail

Systèmes 3CE (Conduits collectifs pour chaudières étanches) en tirage naturel

Systèmes 3CE (Conduits collectifs pour chaudières étanches) en tirage naturel Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe Spécialisé n 14 «Installations de Génie Climatique et Installations Sanitaires» Systèmes 3CE (Conduits collectifs pour chaudières étanches) en

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE D un projet de construction d un ÉTABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Soumis : Aux dispositions générales des articles R 123-1 à R 123-55 du code de la construction et de l habitation

Plus en détail

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur Isolation UN PEU DE THÉORIE L isolation de la maison a deux fonctions : réduire les dépenses de chauffage et accroître le confort de la maison. Pour savoir quoi et comment isoler, quelques notions théoriques

Plus en détail

PC40 - NOTICE DE SECURITÉ

PC40 - NOTICE DE SECURITÉ PC40 - NOTICE DE SECURITÉ Maître d Ouvrage : Architecte : Commune de Wormhout Mr Pierre Coppe Architecte desl Monsieur le Maire 47 place du Général de Gaulle BP 60 393 59 337 Tourcoing Cedex Tél : 03 28

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

LE MERIDIEN Résidence

LE MERIDIEN Résidence LE MERIDIEN Résidence NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE 24 APPARTEMENTS ROUEN (76100) 1 SITUATION : L ensemble sur lequel est édifié le programme immobilier est situé au 93 rue Méridienne ROUEN (76100). DEFINITION

Plus en détail

FIDEGHJU, CASA È FAMIGLIA

FIDEGHJU, CASA È FAMIGLIA Dumane in casa BOC 423 FIDEGHJU, CASA È FAMIGLIA Notice Explicative Nous avons essayé, au travers de ce projet, de créer une habitation pour une famille en composant avec le paysage, pour qu il devienne

Plus en détail

SEINE PANORAMA. 12 000 m 2 au cœur du 15 Eme arrondissement DE PARIS ACCÉDER AU MENU

SEINE PANORAMA. 12 000 m 2 au cœur du 15 Eme arrondissement DE PARIS ACCÉDER AU MENU SEINE PANORAMA 12 000 m 2 au cœur du 15 Eme arrondissement DE PARIS UNE RÉHABILITATION CERTIFIÉE HQE ACCÉDER AU MENU Présentation de l immeuble Vues de l immeuble Tableau des surfaces utiles Aménagement

Plus en détail

SDH Grenoble Réhabilitation de la galerie de l'arlequin

SDH Grenoble Réhabilitation de la galerie de l'arlequin SDH Grenoble Réhabilitation de la Galerie de l Arlequin P. Berne 1 SDH Grenoble Réhabilitation de la galerie de l'arlequin Pierre Berne SAS PIERRE BERNE Architectes et Associés FR-Grenoble 2 SDH Grenoble

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2012 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

MAITRE D OUVRAGE. BENET IMMOBILIER Syndic Copropriété Sumène (15) Le Lioran 20 bis, Rue des Frères 15000 AURILLAC OPERATION

MAITRE D OUVRAGE. BENET IMMOBILIER Syndic Copropriété Sumène (15) Le Lioran 20 bis, Rue des Frères 15000 AURILLAC OPERATION MAITRE D OUVRAGE BENET IMMOBILIER Syndic Copropriété Sumène (15) Le Lioran 20 bis, Rue des Frères 15000 AURILLAC OPERATION DESENFUMAGE DES CIRCULATIONS HORIZONTALES MISE A L AIR LIBRE DE LA CAGE D ESCALIER

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP A joindre à la demande de permis de construire, déclaration de travaux ou d aménagement Cette notice n est pas exhaustive ; tous renseignements complémentaires doivent

Plus en détail

LISTE DES LOTS Descriptifs

LISTE DES LOTS Descriptifs PROJET DE TRANSFORMATION D UNE REMISE EN HABITATION 346, rue Henry REYNAYD 34400 LUNEL M. et Mme LE BOZEC Maîtrise d ouvrage 207, chemin des amandiers 34400 LUNEL M. et Mme LE BOZEC Maîtrise d œuvre 207,

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE A L USAGE DES E.R.P. (Etablissements Recevant du Public)

NOTICE DE SECURITE A L USAGE DES E.R.P. (Etablissements Recevant du Public) NOTICE DE SECURITE A L USAGE DES E.R.P. (Etablissements Recevant du Public) Notice de sécurité à l usage des E.R.P. 1 NOTICE DE SECURITE BATIMENT A PROJET : Réhabilitation et extension par construction

Plus en détail

Immeuble "Mont Noble A & B" à Sion Descriptif général de la construction Terrain - Commune de Sion. 1 Bâtiment - Terrassement - Canalisations intérieures en PE et extérieures en PVC - Béton armé, dimensions

Plus en détail

Sommaire de la Thématique en ligne Performance énergétique des bâtiments neufs et existants RÉFÉRENTIEL

Sommaire de la Thématique en ligne Performance énergétique des bâtiments neufs et existants RÉFÉRENTIEL Sommaire de la Thématique en ligne Performance énergétique des bâtiments neufs et existants RÉFÉRENTIEL 1 - Politiques climat et efficacité énergétique des bâtiments Les engagements européens L efficacité

Plus en détail

Résidence Pietra Rossa

Résidence Pietra Rossa Résidence Pietra Rossa Sur les hauteurs de Bastia, belle petite copropriété de deux immeubles de 8 appartements chacun, vue superbe. Du T2 à la villa de toit. 269.000 279.000 215.000 230.000

Plus en détail

CREATION D UN GROUPE SCOLAIRE

CREATION D UN GROUPE SCOLAIRE S.I.C.A. HABITAT RURAL DE LA SAVOIE 40, rue du Terraillet 73190 SAINT BALDOPH Tél. 04 79 33 06 94 Fax 04 79 85 69 92 E-mail : info@sica-hr.com Dossier 1918-2011 SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE ST OFFENGE CREATION

Plus en détail

Le stockage du granulé

Le stockage du granulé Le stockage du granulé Comprendre et choisir le stockage Construire le stockage PROPELLET TOUR www.propellet.fr Le stockage du granulé Comprendre et choisir le stockage Comprendre et choisir le stockage

Plus en détail

CONTEXTE PROFESSIONNEL, EXTRAIT DU CCTP DT1 PLAN DU SOUS - SOL DT2. FICHES TECHNIQUES (Plafond type «Armstrong») DT3

CONTEXTE PROFESSIONNEL, EXTRAIT DU CCTP DT1 PLAN DU SOUS - SOL DT2. FICHES TECHNIQUES (Plafond type «Armstrong») DT3 DOSSIER TECHNIQUE CONTEXTE PROFESSIONNEL, EXTRAIT DU CCTP DT1 PLAN DU SOUS - SOL FICHES TECHNIQUES (Plafond type «Armstrong») DT2 DT3 RESSOURCES (Cloison sur ossature métallique, acoustique ) DT4 Contexte

Plus en détail

Le BBC et son Label ZAC du Centre Ville Ilot Stalingrad Résidence Mosaïque Samedi 22 juin 2013 Le Label BBC - effinergie Pour les constructions neuves : c est concevoir et réaliser des bâtiments dont la

Plus en détail

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? Pour réduire les déperditions de chaleur Améliorer l efficacité énergétique Faire des économies d énergie Réduire les flux d air non maîtrisés Améliorer

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE

NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE MARINADOUR 25 Allées Marines 64100 BAYONNE NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE Bâtiment B2 Edition du 27/06/2013 Page 1 sur 9 A/ APPARTEMENTS Gros œuvre : 1) Démolition, nettoyage du terrain. 2) Fondations des

Plus en détail

Extrait du sommaire du Reef en ligne

Extrait du sommaire du Reef en ligne Extrait du sommaire du Reef en ligne Catalogue par ouvrage Maçonnerie gros œuvre Constructions métalliques Constructions en bois Atrerie - Fumisterie Façades et bardages Couvertures Etanchéité Menuiserie

Plus en détail

L article R 123-2 du Code de

L article R 123-2 du Code de ÉTANCHÉITÉ.INFO #40 décembre 2013 TECHNIQUE 29 Réglementation ERP Désenfumage des ERP : des règles générales complétées par des spécificités liées au type d exploitation Selon la taille et la nature de

Plus en détail

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 M. Delorme 1 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Marc Delorme Inter Forêt-Bois 42 FR-Saint Etienne 2 3 ème Forum

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 01 13 Le maçon à son poste de travail Partie 5 : Stabilisation des murs maçonnés en phase de construction La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les

Plus en détail

Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements. Intégration Chantier

Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements. Intégration Chantier Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements Intégration Chantier Confort et santé Entretien et gestion Consommation Analyse du cycle de vie

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Participez aussi au Prix National de la Construction Bois 2015 Inscrivez-vous directement sur : www.prixnational-boisconstruction.org Palmarès des constructions Bois de la Région

Plus en détail

Plancher chauffant avec revêtement de sol

Plancher chauffant avec revêtement de sol Équipements E.2 1/6 Plancher chauffant avec revêtement de sol Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des planchers chauffants, à eau chaude ou électriques,

Plus en détail

Sujet national pour l ensemble des centres de gestion organisateurs

Sujet national pour l ensemble des centres de gestion organisateurs Sujet national pour l ensemble des centres de gestion organisateurs TECHNICIEN TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE CONCOURS INTERNE ET TROISIEME CONCOURS SESSION 2014 Étude de cas portant sur la spécialité

Plus en détail

Ville de Cagnes-sur-Mer PATIO RENOIR - NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE. Avenue de l Hôtel de Ville / Avenue de Verdun Cagnes-sur-Mer DESCRIPTIF SOMMAIRE

Ville de Cagnes-sur-Mer PATIO RENOIR - NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE. Avenue de l Hôtel de Ville / Avenue de Verdun Cagnes-sur-Mer DESCRIPTIF SOMMAIRE page 1 sur 6 pages Avenue de l Hôtel de Ville / Avenue de Verdun Cagnes-sur-Mer DESCRIPTIF SOMMAIRE Bâtiment Basse Consommation énergétique, B B C 2005 GENERALITE page 2 sur 6 pages La construction sera

Plus en détail

L amiante c est où? 2

L amiante c est où? 2 L amiante c est où? 2 1. Toiture et étanchéité L amiante c est où? 2. Parois verticales extérieures 3. Parois verticales intérieures 4. Plafonds et faux plafonds 5. Planchers et planchers techniques 6.

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES MountEE - Efficacité énergétique et construction durable dans les communes européennes de montagne EIE/11/007/SI2.615937 BONNES PRATIQUES CONCERNANT LA CONSTRUCTION ET LA REHABILITATION DURABLE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

MUR DE FACADE EN BOIS. Module 2 Technologies courantes de construction bois

MUR DE FACADE EN BOIS. Module 2 Technologies courantes de construction bois MUR DE FACADE EN BOIS Module 2 Technologies courantes de construction bois Module 2 Technologies courantes de construction bois Murs à ossature légère Principes Matériaux Pré-dimensionnement Lisses

Plus en détail

Construction d un bâtiment industriel/tertiaire plus un logement au standard passif à Schlierbach

Construction d un bâtiment industriel/tertiaire plus un logement au standard passif à Schlierbach > Architecte / Bureau d'études Appel à projets bâtiments économes en énergie Cette fiche a été réalisée dans le cadre du deuxième appel à projets «bâtiments économes en énergie» lancé début 2009 par l

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

DESCRIPTIF SUCCINCT POUR PAVILLONS OSSATURE BOIS Caractéristiques générales

DESCRIPTIF SUCCINCT POUR PAVILLONS OSSATURE BOIS Caractéristiques générales DESCRIPTIF SUCCINCT POUR PAVILLONS OSSATURE BOIS Caractéristiques générales 1.0 GENERALITES 1.0.1 Implantation Les pavillons sont implantés sur une plateforme aménagée, décaissée de 0.20 ml mini Les pavillons

Plus en détail

Niveau de prise en compte de la cible

Niveau de prise en compte de la cible Caractéristiques environnementales du bâtiment (selon les cibles HQE) Niveau de prise en compte de la cible Objectif fixé lors de la phase de conception 1. Relation harmonieuse du bâtiment avec son environnement

Plus en détail

Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH)

Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH) 1 Notice descriptive relative à la sécurité des personnes (Article R 123.22 du CCH) Conformément à Article R*111-19-17 du CCH, la présente notice fait partie du dossier permettant de vérifier la conformité

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE. 79 Avenue du bon repos (83700 SAINT-RAPHAËL) S.C.C.V. ROYAL PALM

NOTICE DESCRIPTIVE. 79 Avenue du bon repos (83700 SAINT-RAPHAËL) S.C.C.V. ROYAL PALM NOTICE DESCRIPTIVE 79 Avenue du bon repos (83700 SAINT-RAPHAËL) S.C.C.V. ROYAL PALM NOTICE DESCRIPTIVE Résidence ROYAL PALM PERMIS DE CONSTRUIRE ET ARCHITECTURE : L Architecture a été réalisée par le Cabinet

Plus en détail

LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES

LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES C.F-S.P page 1 Pourquoi l isolation thermique? En 1973 les pays européens subissent le premier choc pétrolier.

Plus en détail

Résidence «UTOPIA» NICE UTOPIA-ECOLIFE. Réalisation d un ensemble immobilier «BBC» à NICE route de Turin DESCRIPTIF SOMMAIRE

Résidence «UTOPIA» NICE UTOPIA-ECOLIFE. Réalisation d un ensemble immobilier «BBC» à NICE route de Turin DESCRIPTIF SOMMAIRE Résidence «UTOPIA» NICE UTOPIA-ECOLIFE Réalisation d un ensemble immobilier «BBC» à NICE route de Turin DESCRIPTIF SOMMAIRE 1- GROS ŒUVRE Etanchéité Isolation: Terrassements généraux. Fondations béton

Plus en détail

Porte ouverte du 25 Janvier 2009 Maison bioclimatique Bruno Herzog

Porte ouverte du 25 Janvier 2009 Maison bioclimatique Bruno Herzog 25 Janvier 2009 PORTE OUVERTE MAISON DE BRUNO HERZOG VISITE : 24 personnes le matin (10h-12h), 28 l après midi (14h-16h). Année de construction : 2001 Surface chauffée : 280m² 1. ENVELOPPE DU BATIMENT

Plus en détail

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance 1 Contexte et objectif Maitre d ouvrage : Résidences de l Orléanais Architecte : GA Architecture AMO passif : FIABITAT Concept > 5 maisons passives mitoyennes, 3 T4 + 2 T5 508 m² shab > Réalisation Orléans

Plus en détail

«La Résidence Roland Garros» DINARD

«La Résidence Roland Garros» DINARD «La Résidence Roland Garros» DINARD Construction de 25 logements NOTICE SOMMAIRE DES TRAVAUX Maître d'ouvrage : SCCV RESIDENCE ROLAND GARROS 10, rue de la Rigourdière 35510 CESSON SEVIGNE 2 1.1. Infrastructure

Plus en détail

COUPES DES PANNEAUX PRÉFABRIQÉS

COUPES DES PANNEAUX PRÉFABRIQÉS COEFFICIENTS THERMIQUES/MODULES MURS COUPES DES PANNEAUX PRÉFABRIQÉS Panneaux de murs extérieurs avec isolation thermique de 300mm et coefficient U=0,140 W/m²K 1. Crépis décoratif 2. L entoilage en fibre

Plus en détail

ANNEXE 4-7 Les éléments non structuraux et leur dimensionnement Bâtiment à risque «normal»

ANNEXE 4-7 Les éléments non structuraux et leur dimensionnement Bâtiment à risque «normal» ANNEE 4-7 Les éléments non structuraux et leur dimensionnement Bâtiment à risque «normal» Définition des familles d éléments non structuraux du cadre bâti 1 Les éléments constitutifs du bâtiment sont

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 1 er juillet 2011

DOSSIER DE PRESSE. 1 er juillet 2011 S E R V I C E R E G I O N A L D E S P O N T S E T C H A U S S E E S A R E M I C H DOSSIER DE PRESSE 1 er juillet 2011 Historique 25 août 2006 : Projet de loi 12 janvier 2007 : Accord du Conseil de Gouvernement

Plus en détail

Construction d'un groupe de deux T3

Construction d'un groupe de deux T3 Construction d'un groupe de deux T3 DEVIS QUANTITATIF / ESTIMATIF MAÎTRE D'OUVRAGE Mr Modèle Fac-Similé Rue de la Paix 20137 Porto Vecchio MAÎTRE D'OEUVRE Lotissement Cavu-Vèrdiola Route de Cavu 20144

Plus en détail

AMENAGEMENT D UNE UNITE D HOSPITALISATION A DOMICILE EN PEDOPSYCHIATRIE CHS MONTFAVET MEMOIRE APS

AMENAGEMENT D UNE UNITE D HOSPITALISATION A DOMICILE EN PEDOPSYCHIATRIE CHS MONTFAVET MEMOIRE APS MEMOIRE I. LOTS ARCHITECTURAUX 1 - GROS-ŒUVRE - DEMOLITIONS. Démolition de faux-plafonds avec chargement et évacuation des gravois à la décharge publique ;. Démolition de cloisons non conservées avec chargement

Plus en détail

Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio)

Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio) Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio) Votre construction devra respecter au minimum les performances énoncées ci-dessous. En cas de non-respect de ces points Les sanctions pourront être civiles

Plus en détail

COMMUNE DE TOUFFLERS VILOGIA IN SITU Architectes CONSTRUCTION DE 10 LOGEMENTS ET DE SURFACES COMMERCIALES Rue des Ecoles-CCTP 12 LOT PEINTURES

COMMUNE DE TOUFFLERS VILOGIA IN SITU Architectes CONSTRUCTION DE 10 LOGEMENTS ET DE SURFACES COMMERCIALES Rue des Ecoles-CCTP 12 LOT PEINTURES COMMUNE DE TOUFFLERS VILOGIA IN SITU Architectes CONSTRUCTION DE 10 LOGEMENTS ET DE SURFACES COMMERCIALES Rue des Ecoles-CCTP 12 LOT PEINTURES 11.1 PRESCRIPTIONS GENERALES 11.1.1 CONSISTANCE DES TRAVAUX

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France RT 2012 OBJECTIF : La règlementation thermique RT 2012 a pour objectif de protéger l environnement en favorisant les économies d énergie. Inspirée du concept des bâtiments basse consommation (BBC), elle

Plus en détail