De l analyse des marchés de la Construction Durable au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon 2017

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De l analyse des marchés de la Construction Durable au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon 2017"

Transcription

1 De l analyse des marchés de la Construction Durable au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon 2017 Novembre

2 2

3 Le territoire d analyse correspond aux 128 communes définies par la Maison de l Emploi du Blaisois pour cette étude. Un territoire au cœur du département du Loir-et-Cher 33

4 Maison de l Emploi et Développement Durable La politique de lutte contre l effet de serre engagée par la France produira des effets quantitatifs et qualitatifs sur l emploi dans différentes filières et notamment dans les domaines de l efficacité énergétique, des énergies renouvelables en particulier dans le secteur du bâtiment. Les enjeux économiques et environnementaux, loin de s opposer, sont indissociables des enjeux sociaux. La réussite sera donc d abord une réussite humaine, car agir pour une croissance sobre en carbone, n est pas antinomique avec une croissance riche en emplois, et, qui plus est, en emplois non «délocalisables». Pour répondre aux enjeux d Energie et d Environnement (EE) et du développement des Energies Renouvelables (EnR) dans le bâtiment, il est nécessaire d identifier ces emplois et d anticiper les besoins de recrutement en renforçant la compétence des salariés en poste et en préparant les futurs salariés. Dans le cadre de sa mission d observation et d animation territoriale, la Maison de l Emploi du Blaisois s engage sur le projet «Maison de l Emploi et Développement Durable» sous l égide de l ADEME et d Alliance Villes Emploi. 4

5 Un diagnostic «sur mesure» Le diagnostic territorial prospectif «bâtiment durable» à horizon 5 ans, a été mené par la CER BTP Centre qui a mobilisé et analysé, à partir de février 2013, plus d une centaine de données. Il fait ressortir les spécificités du territoire Blaisois en connectant des problématiques marché-emploi-formation et en partant de l évolution des marchés en lien avec le Grenelle. Le réseau des CERC (Cellule Économique Régionale de la Construction) a acquis une connaissance fine et complète des enjeux dans les métiers du «bâtiment et EnR» en ayant déjà analysé sur 30 autres territoires les marchés de la construction durable. L appui des compétences de l Observatoire de l Economie et des Territoires de Loir-et-Cher a permis d associer l ensemble des données pour enrichir ce diagnostic. La démarche proposée se déroule en 5 temps : Analyse des données structurelles Analyse des données conjoncturelles et prévisionnelles sur le marché du bâtiment et sur le marché du travail Analyse de la formation dans ses différentes composantes Estimation des besoins en formation Recensement des initiatives locales Le champ de l étude concerne la mise en œuvre dans les domaines suivants : Enveloppe (gros œuvre/clos couvert) Equipements techniques Aménagement intérieur (second œuvre/finitions) Des travaux d enquêtes auprès des entreprises avec et sans salariés ont été conduits avec la coordination de la Maison de l Emploi du Blaisois. Le livrable très complet est remis fin 2013 à la MdEB. Il comprend en conclusion des éléments prospectifs qui seront autant d aide à la décision pour mener un plan d actions concret et territorialisé. Aboutir à une vision partagée L objectif de ce diagnostic est d aboutir à une vision partagée par toutes les «parties prenantes» en partant de l évolution des marchés, pour anticiper et mieux appréhender au niveau de notre territoire les conséquences en matière d emploi et de formation et les perspectives d évolution à 5 ans. Sur la base de ce diagnostic, un plan d actions sera élaboré issu d une réflexion menée avec l ensemble des partenaires et des professionnels du territoire concernés par l évolution des métiers du bâtiment. Le lancement des travaux a débuté le 7 février 2013 à travers deux instances, un comité de pilotage et un atelier prospectif participatif composé de partenaires : oinstitutionnels, oemploi insertion, oformation oéconomiques. La CAPEB et la FFB se sont engagées pour la réussite du diagnostic financé sur les fonds de la MdEB. L ADEME, la CER BTP, AVE et l Observatoire de l Economie et des Territoires de Loir-et-Cher associés à la Maison de l Emploi du Blaisois sont garants d un diagnostic complet et neutre. Le deuxième Comité de pilotage et atelier prospectif s est déroulé le 5 juin Le comité de pilotage a permis à la CER BTP de présenter les premiers résultats de l enquête et au trois groupes de donner l état d avancement de leurs travaux. Le diagnostic s est conclu par un dernier comité de pilotage le 8 Novembre 2013 avec la présentation de l'étude complète par la CER BTP Centre. 5

6 Note méthodologique Généralités Un diagnostic mené par les CERC (Cellule Économique Régionale de la Construction) dans le cadre du partenariat ADEME, AVE, Maison de l emploi mis en place en Pour mener ce diagnostic, le réseau des CERC a construit une méthodologie commune à l ensemble des 33 territoires qui ont essaimés à ce jour. Chaque CERC a ainsi appliqué le processus d analyse méthodologique sur le territoire défini par sa maison de l emploi. L objectif pour la CERC Centre était d analyser sur le territoire du blaisois, les marchés de la construction durable pour mesurer la montée en compétence dans les métiers du Bâtiment et des EnR, à l horizon Plus d une centaine de données ont été mobilisées, analysées par les CERC Par cette méthode unique, la CER BTP Centre a fait ressortir les spécificités du territoire défini par la maison de l emploi de Blois en connectant les problématiques marché-emploi-formation. complétées par un travail d enquête auprès des entreprises du Bâtiment pour faire ressortir les spécificités du territoire. Méthode Une démarche économique basée sur l analyse fine des marchés pour déterminer des besoins en formations. La démarche est notamment basée sur le postulat suivant : l évolution des marchés Bâtiment en lien avec le Grenelle est fortement influencée par les spécificités socio-économiques des territoires (poids démographique, capacité de l appareil de production Bâtiment, typologie du parc de logements, impact de la prise en compte des nouveaux enjeux en lien avec le Grenelle de l environnement). Ressources La réalisation de ce diagnostic est passée par la mise à disposition de base de données, des principaux organismes fournisseurs de données quantitatives du territoire et de la région, à savoir: INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) CRMA (Chambre régionale des Métiers et de l Artisanat) SOeS (Service de l Observation et des statistiques) ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) DREAL Centre (Direction régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement) SITADEL (Système d information et de traitements automatisé des données élémentaires sur les logements et les locaux) Filocom (Fichier des Logements par communes) SGFGAS (Société de gestion de fonds de garantie de l'accession sociale) UCF (Union des Caisses de France) DARES (Direction de l animation, de la recherche, des études et des statistiques) Pôle emploi Constructy s (OPCA de la construction) CCCA BTP (Comité de concertation et de coordination de l apprentissage du bâtiment et des travaux publics) FEEBat (Formation en économie d énergie Bâtiment) Ces spécificités socio-économiques ont permis de montrer l articulation marché-emploi-formation, avec l appui des enquêtes menées auprès des entreprises avec salariés et sans salariés. 6

7 Enquête Des travaux d enquêtes auprès des entreprises avec salariés et sans salariés ont été conduits par la Maison de l emploi avec pour objectifs de cerner les pratiques des entreprises de Bâtiment sur le territoire en matière de marché, de formation, de compétences et aussi mesurer leur volonté de développement en lien avec la performance énergétique et la qualité environnementale. Un échantillonnage par quota à été réalisé en fonction de la taille et l activité des entreprises Secteur L échantillonnage 0 salarié 1à 2 salariés 3 à 5 salariés 6 à 9 salariés 10 salariés et plus Gros œuvre - Maçonnerie générale Gros œuvre - Autres Installation Electrique Installation Eau et Gaz Peinture, Revêtement Chauffage, Génie climatique Couverture, Charpente Menuiserie métallique et serrurerie Menuiserie Bois et PVC Plâtrerie Isolation Autres TOTAL TOTAL Les données recueillies ont du être redressées afin de parvenir à une représentativité des entreprises du territoire. Plusieurs estimations ont été faites en fonction des résultats de l enquête et suivant les méthodes internes au réseau national des CERC. Ces estimations ont concerné la répartition du chiffre d affaires performance énergétique et qualité environnementale pour les différents marché Bâtiment et aussi l estimation du nombre d équivalents temps plein par segment de marché. Le nombre d équivalents temps plein est calculé à partir du chiffre d affaires lié aux travaux de performance énergétique et qualité environnementale. Prospective à horizon 2017 La prospective à l horizon 2017 nous à permis au travers de plusieurs hypothèses d estimer : l évolution du chiffre d affaires Bâtiment du territoire jusqu en 2017 ; Le montant du potentiel de travaux de rénovation énergétique du territoire par nature d ouvrage avec la part des logements individuels et collectifs, mais aussi celle des locaux avec le parc public et privé pour 2017 ; L évolution attendue des parts de la rénovation énergétique et de celle de la construction neuve à performance énergétique et qualité environnementale, au sein du secteur Bâtiment sur le territoire de la Maison de l emploi du Blaisois. Elle a aussi permis de dégager au travers de l enquête les marchés sur lesquels les entreprises souhaitent se développer à l horizon 2017, tant sur les compétences techniques, règlementaires que transverses, sans oublier les enjeux de formation en lien avec ces marchés. L impact sur l emploi en 2017 a été mesuré par l estimation du nombre d équivalents temps plein sur le marché performance énergétique et qualité environnementale dans le Bâtiment sur le territoire. Les hypothèses de prévisions : La sortie de crise avec une évolution du chiffre d affaires suivant plusieurs scénarios L estimation du potentiel de rénovation énergétique qui tient compte de la typologie du parc du territoire La part et la progression de la performance énergétique et de la qualité environnementale dans le chiffre d affaires bâtiment sur le territoire 7

8 De l analyse des marchés de la Construction Durable au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon 2017 I. Données de cadrage Repères Analyse ciblée sur le territoire de la MDEB Synthèse Forces / Faiblesses II. L évolution des marchés du Bâtiment et des ENR Repères Analyse ciblée sur le territoire de la MDEB Synthèse Forces / Faiblesses III. Emploi dans le Bâtiment et les ENR Repères Analyse ciblée sur le territoire de la MDEB Synthèse Forces / Faiblesses IV. La formation Repères Analyse ciblée sur le territoire de la MDEB Synthèse Forces / Faiblesses V. Conclusion: Prospective La relation Marché / Emploi / Formation Synthèse des forces / faiblesses Prospective Menaces / Opportunités 88

9 I. Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB (page 9 à 42) A. Démographie : Les caractéristiques du territoire définies par la MDEB B. Le secteur du Bâtiment dans l économie locale 1. L emploi dans le secteur du Bâtiment 2. L appareil de production du secteur du Bâtiment 3. Les auto-entrepreneurs 4. Focus sur les entreprises artisanales du Bâtiment C. Les caractéristiques du parc de logements et de locaux 1. Etat du parc de logements 2. Le parc locatif social 3. Estimation du parc tertiaire existant par destination des locaux 4. Nombre d'allocataires aides aux logements en fonction du type de parc D. Une approche de la précarité énergétique E. Les nouveaux objectifs du Grenelle de l environnement et les nouvelles réglementations F. Le Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Énergie (SRCAE) F. Le Bâtiment et les EnR 1. Etat des lieux de la production d énergie sur le territoire 2. Les principaux équipements EnR liés au Bâtiment Synthèse / Diagnostic 1. Analyse transversale des principaux indicateurs 2. Forces et Faiblesses II. Les marchés du Bâtiment impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale (page 43 à 83) A. Quels impacts sur le chiffre d affaires des entreprises du Bâtiment sur le territoire? 1. Structure du chiffre d affaires des entreprises sur le territoire 2. Les marchés de la performance énergétique et qualité environnementale 3. Des opérations phares B. Quels impacts sur le secteur de la construction neuve de logements et de locaux? 1. La construction neuve de logements sur le territoire 2. La construction neuve de locaux non résidentiels C. Quels impacts sur le secteur de l entretien rénovation? 1. Evolution de l activité entretien rénovation 2. L éco-ptz, un levier pour la rénovation énergétique des logements D. Une progression des signes de qualité des ouvrages réalisés 1. Recensement des ouvrages labellisés et/ou certifiés en construction neuve 2. Recensement des ouvrages labellisés et/ou certifiés en rénovation E. Les pratiques des entreprises avec salarié(s) 1. Comment se structure le chiffre d affaires des entreprises du Bâtiment sur le territoire de la MDEB? 2. Part et progression de l activité consacrée à la performance énergétique et à la qualité environnementale 3. Connaissance des réglementations, des aides et impact sur l activité des entreprises de Bâtiment 4. L offre globale est-elle un enjeu pour les entreprises du Bâtiment? F. Les pratiques des artisans seuls 1. La pénétration des chantiers ENR, de performance énergétique et de qualité environnementale dans l activité des artisans 2. Connaissance des réglementations, des aides et impact sur l activité des artisans 99

10 Synthèse / Diagnostic 1. Analyse transversale des principaux indicateurs 2. Forces et Faiblesses III. Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi du secteur Bâtiment sur le territoire (page 84 à 116) A. Les caractéristiques de l emploi salarié dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire 1. Comment se répartissent les salariés travaillant dans les entreprises de Bât. sur le territoire? 2. Les entreprises du Bâtiment du territoire de la MDEB sont-elles plus attractives? 3. Les salariés travaillant sur le territoire dans les entreprises du Bât. sont-ils plus âgés? 4. La part des salariés cadres des entreprises du Bât. de la MDEB est-elle importante? B. Les caractéristiques de l emploi ouvrier dans les entreprises de Bâtiment sur le territoire 1. Quel est le profil des ouvriers de la production employés dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire de la MDEB? 2. Quels sont les métiers Bâtiment présents sur le territoire de la MDEB? 3. La proportion d ouvriers de la production partant à la retraite d ici 2017 dans les entreprises du Bâtiment est-elle plus importante sur le territoire de la MDEB? 4. Les ouvriers de la production entrants dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire de la MDEB sont-ils différents? C. Des signes de montée en compétence des entreprises du Bâtiment 1. Point sur les labels et certifications des professionnels du Bâtiment 2. Premier recensement des entreprises labellisées et/ou certifiées D. Quelle est l évolution du travail intérimaire? E. Quels sont les besoins en recrutement des entreprises avec salariés? F. Les demandes d emploi 1. Comment évolue le nombre de demandeurs d emploi issus des entreprises de Construction? 2. Quel est le profil des demandeurs d emploi recherchant un métier BTP sur le territoire de la MDEB? G. Quelles sont les compétences maîtrisées par les entreprises avec salarié(s)? H. Les artisans seuls sont-ils prêts à répondre aux marchés de la performance énergétique et la qualité environnementale? I. Traduction de l impact en emploi par métier des marchés actuels en lien avec la performance énergétique et la qualité environnementale Synthèse / Diagnostic 1. Analyse transversale des principaux indicateurs 2. Forces et Faiblesses IV. Diagnostic de l offre actuelle de formation Bâtiment en lien avec le Grenelle de l environnement sur le territoire (page 117 à 147) A. L offre de formations initiales Bâtiment B. L offre de formation continue Bâtiment en lien avec le Grenelle de l environnement 1. La formation continue des entreprises de moins de 10 salariés 2. La formation continue des entreprises de 10 salariés et plus 3. Bilan du dispositif FEEBAT 10 10

11 C. Les pratiques actuelles et les besoins de formation continue des entreprises avec salarié(s) du Bâtiment du territoire 1. Analyse des pratiques des entreprises en termes de formation continue 2. Freins et leviers de la formation continue 3. Conséquences de la montée en compétence des entreprises D. Les pratiques actuelles et les besoins de formation continue des artisans seuls 1. Analyse des pratiques des artisans en termes de formation continue 2. Conséquences de la montée en compétence des artisans Synthèse / Diagnostic 1. Analyse transversale des principaux indicateurs 2. Forces et Faiblesses V. Conclusion: La relation Marché / Emploi / Formation: Prévision à l horizon 2017 sur le territoire (page 148 à 166) A. Les marchés du Bâtiment à l horizon Scénario prospectif sur le territoire de la MDEB 2. Potentiel de travaux de rénovation énergétique en France et en région 3. Potentiel de travaux de rénovation énergétique au niveau régional et sur le territoire de la MDEB 4. Une part croissante de la performance énergétique et de la qualité environnementale dans le chiffre d affaires Bâtiment sur le territoire B. L impact sur les besoins en emploi à l horizon Scénarios prospectifs 2017 de l emploi Bâtiment sur le territoire 2. Scénarios prospectifs 2017 de l emploi Bâtiment en lien avec la performance énergétique et la qualité environnementale sur le territoire C. L impact sur les besoins en formation à l horizon Besoins en formation en 2017 dans les métiers Bâtiment en lien avec la performance énergétique et la qualité environnementale 2. Enjeux de formation dans les métiers Bâtiment à l horizon 2017 Conclusion / Synthèse 11 11

12 Processus d analyse Attractivité du territoire Influences Typologie du parc de logements et de locaux Précarité énergétique Contexte réglementaire et objectifs du Grenelle de l environnement Capacité de l appareil de production Bâtiment sur le territoire Typologie des ménages Le secteur Bâtiment & ENR Marchés Prospective Métiers / Compétences Besoin en emploi Besoin en formation 12 12

13 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB I. Données de cadrage II. L évolution des marchés du Bâtiment et des ENR III. Emploi dans le Bâtiment et les ENR IV. La formation V. Conclusion: Prospective La relation Marché / Emploi / Formation 13 13

14 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB A- Démographie: les caractéristiques du territoire défini par la MdEB Les habitants des 128 communes du Loir-et-Cher représentent 52% des habitants du département Population 2009 Communes Nombre Part Evolution Projection Nombre MDE Blaisois ,2% 5,1% Loir-et-Cher ,6% 4,1% Région Centre ,2% 4,0% France ,7% Source: INSEE RP09 Densité de population Source: INSEE RP09 exploitation 2013 Plus de habitants résident sur le territoire de la maison d emploi de Blois pour 128 communes. Depuis le dernier recensement de 1999, la population du territoire a augmenté de 5,1%. Progression supérieure à celle du département et de la région mais néanmoins inférieure au niveau national. L augmentation de la population dans le département est sensiblement égale à celle de la région (+4,1% et +4%). La densité moyenne du territoire blaisois est de 74 habitants / km² alors qu elle est de 65 habitants / km² dans la région Centre

15 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB A- Démographie: les caractéristiques du territoire défini par la MDEB Les communes du territoire défini par la MDEB de plus de 1000 habitants en 2009 Source: INSEE RP09 exploitation 2013 Rang Commune Population 2009 Rang Commune Population 2009 Rang Commune Population Blois Saint-Georges-sur-Cher Muides-sur-Loire Vineuil Cellettes Montlivault Mer Huisseau-sur-Cosson Faverolles-sur-Cher Chaussée-Saint-Victor Chouzy-sur-Cisse Bracieux Saint-Laurent-Nouan Ouzouer-le-Marché Herbault Onzain Population du territoire de la MDEB répartie par tranche d âge Source: INSEE RP09 exploitation 2013 Saint-Sulpice-de- Pommeray Chissay-en- Touraine Montrichard Montils Saint-Dyé-sur-Loire Contres Saint-Claude-de-Diray Fresnes Saint-Gervais-la-Forêt Pontlevoy Chaumont-sur-Loire Mont-près-Chambord Suèvres Fossé Cour-Cheverny Cormeray Chitenay Villebarou Candé-sur-Beuvron Ferté-Saint-Cyr Chailles Oucques Chémery ans et plus 60 à 74 ans 45 à 59 ans 30 à 44 ans 15 à 29 ans 0 à 14 ans -14% -21% -20% -17% -19% Femmes Hommes -8% 12% 15% 21% 19% 16% 17% -30% -20% -10% 0% 10% 20% 30% Les communes les plus peuplées sont Blois (28%), Vineuil (7%) et Mer (7%). La structure de la population par sexe du territoire est identique à celle du département et de la région avec 51% de femmes et 49% d hommes. 1/3 de la population du Loir-et-Cher est retraitée contre 29% pour le territoire du blaisois Les employés sont la catégorie socioprofessionnelle la plus importante du territoire avec 17% contre 16% dans le département. 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 1% Agric exploit Répartition de la population de 15 ans ou plus par profession et catégorie socio-professionnelle Source: INSEE RP09 exploitation 2013 MDEB Loir-et-Cher Région France 3% Artis, commerc, chefs ent 13% Autres pers sans act prof 7% Cadres, prof intellec sup 17% 15% 14% 29% Employés Ouvriers Prof interméd Retraités 15 15

16 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB A- Démographie: les caractéristiques du territoire défini par la MDEB Les départements au regard des critères d âge moyen et du vieillissement attendu d ici 2030 Source: INSEE RP09 exploitation 2013 Vieillissement en 2030 (en années) 46 Moyenne régionale 45,5 45 Indre Indre-et -Loire 44,5 44 Loir-et Cher Âge moyen 43,5 Cher Loiret 43 42,5 Eure-et-Loir 42 41,5 L Indre est le département dont la moyenne d âge estimée à 43,4 est la plus forte de la région Centre. En 2030, elle devrait atteindre 45,1 ans En 2010, la moyenne d âge estimée en Loir-et-Cher est de 41,6 ans et celle estimée pour 2030 est de 43,8 ans. Le vieillissement estimé est légèrement en dessous de la moyenne régionale (44 ans). 3 départements ont une population jeune qui le sera toujours en 2030 par rapport à la moyenne régionale (Loiret / Eure-et-Loir / Indre-et-Loire) Le Loiret qui est actuellement le département le plus jeune de la région se fera dépasser en 2030 par l Eure-et-Loir et l Indre gardera sa place de département le plus vieillissant

17 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB B- Le secteur Bâtiment dans l économie locale 1. L emploi dans le secteur du Bâtiment Tous secteurs BTP salariés du Bâtiment sur le territoire de la MDEB soit 53% de ceux du département du Loir-et-Cher Nombre de salariés 2011 Bâtiment Part BTP/Tous secteurs Part Bâtiment/Tous secteurs Évolution des effectifs salariés 2011/2010 Tous secteurs BTP Bâtiment MDE Blaisois ,5% 7,0% 0,3% -0,5% -1,5% Loir-et-Cher ,6% 8,2% 0,3% -1,9% -2,8% Région Centre ,4% 7,9% -0,1% -0,7% -1,1% France ,9% 6,4% 0,7% -0,5% -0,7% Source : Acoss Urssaf 7% des salariés du territoire de la MDEB appartiennent au secteur du Bâtiment Sur le territoire du blaisois, salariés travaillent dans le secteur du Bâtiment, soit 7% de l ensemble des salariés tous secteur confondus. On a une part de salariés du bâtiment quasi identique dans le département et dans la région. 1,5% de baisse d effectif salarial entre 2010 et 2011 sur le territoire, contre 3% pour le département et 1% pour la région. Évolution des effectifs salariés des sous secteurs d activité du BTP dans la MDEB Unité : Nbre de salariés - Source: Acoss Urssaf 2011 Répartition des effectifs salariés des sous secteurs d activité du BTP en 2011 Unité : Nbre de salariés - Source: Acoss Urssaf TP 18% S.O. 59% G.O. 23% 0 G.O. S.O. TP Bâtiment 17 17

18 TP SO GO 2013 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB B- Le secteur Bâtiment dans l économie locale 1. L emploi dans le secteur du Bâtiment Nombre de salariés du BTP par activité sur le territoire de la MDEB Unité : Nbre de salariés - Source: Acoss Urssaf 2011 Travaux de maçonnerie générale et gros oeuvre 633 Construction d'autres bâtiments 165 Construction de maisons individuelles 121 Travaux de montage de structures métalliques 54 Travaux de démolition 3 Travaux d'installation électrique dans tous locaux 414 Travaux de menuiserie métallique et serrurerie 412 Travaux de peinture et vitrerie 318 Travaux de menuiserie bois et pvc 260 Travaux de couverture par éléments Travaux d'installation d'eau et de gaz en tous Travaux de charpente % des effectifs BTP proviennent du bâtiment avec 23% pour le gros œuvre et 59% pour le second œuvre Travaux d'installation d'équipements thermiques Travaux de plâtrerie Travaux de revêtement des sols et des murs Travaux d'isolation Travaux d'étanchéification Autres travaux spécialisés de construction Autres travaux de finition Autres travaux d'installation n.c.a. Agencement de lieux de vente Les travaux de maçonnerie générale et de gros œuvre sont les plus gros contributeurs en terme d emplois salariés avec 15% des effectifs BTP et 18% des effectifs Bâtiment La part des salariés TP qui est de 18% sur le territoire blaisois reste cependant supérieure au 16% observé au niveau régional Construction de routes et autoroutes 387 Travaux de terrassement courants et travaux 208 Construction de réseaux électriques et de 42 Construction d'autres ouvrages de génie civil n.c.a. 37 Construction de réseaux pour fluides 37 Forages et sondages 13 Construction d'ouvrages d'art 11 Construction d'ouvrages maritimes et fluviaux N. c. a.: Non compris ailleurs 18 18

19 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB B- Le secteur Bâtiment dans l économie locale 2. L appareil de production du secteur Bâtiment entreprises* du Bâtiment sur le territoire soit 47% de celles du département du Loir-et-Cher Nombre d'entreprises au 01/01/2012 Nombre de créations d'entreprises en 2012 Tous secteurs BTP Bâtimen t Part BTP/ Tous secteurs Part Bâtiment/ Tous secteurs Tous secteurs BTP Bâtimen t Part BTP/ Tous secteurs Part Bâtiment/ Tous secteurs MDE Blaisois % 12% % 14% Loir-et-Cher % 13% % 18% Région Centre % 13% % 16% France ,8% 9,7% ,2% 12,9% source : INSEE SIRENE 1/1/ % des entreprises du territoire sont des entreprises du bâtiment Près de 150 créations d entreprises* du Bâtiment en 2012 sur le territoire de la MDEB, soit 46% des créations départementales 10% des entreprises* du territoire de la MDEB sont des entreprises du bâtiment (part proportionnellement moins importante aussi bien dans le département qu en région Centre) Le secteur de la construction est le 3 ème secteur d activité après commerce-transport-hébergementrestauration et activité spécialisée «scientifique et technique» Répartition des entreprises* selon leur activité sur le territoire de la MDEB source : INSEE SIRENE 1/1/2012 Répartition des entreprises selon leur activité BTP sur le territoire de la MDEB Source : INSEE SIRENE 1/1/2012 Activités de services publiques 13% Activités specialisées, scientifiques et techniques 14% Activités immobilières 4% Autres activités de services 8% Construction 13% Industrie 9% Activités financières et d'assurance Commerce, 5% transports, Information et hébergement et communication restauration 2% 32% * Sont comptabilisées toutes les unités de production (établissements) rattachées à l entreprise. Travaux publics 8% Second Œuvre 71% Gros Œuvre 21% Bâtiment 19 19

20 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB B- Le secteur Bâtiment dans l économie locale 2. L appareil de production du secteur Bâtiment 60% 50% 50% Répartition des entreprises du Bâtiment sur le territoire de la MDEB par taille Source : INSEE SIRENE 1/1/2012 Loir-et-Cher MDeB RC 40% 30% 20% 21% 15% 10% 0% 0 salarié 1 ou 2 salarié 3 à 5 salariés 6% 5% 6 à 9 salariés 10 à 19 salariés 3% 20 à 49 salariés 0,6% 50 et plus entreprises du Bâtiment créées au 1 er janvier 2012 sur le territoire de la MDEB dont 2/3 de gros œuvre Sur le territoire de la MDEB, une entreprise du bâtiment sur deux n a pas de salarié (50%), proportion inférieure à celle de la région Centre (53%) et supérieure à celle du département du Loir-et-Cher (48%). Pour les entreprises qui ont des salariés, les moins de dix représentent plus de 40% des effectifs Répartition créations d entreprises* selon leur activité sur le territoire de la MDEB Source: INSEE SIRENE 2012 Répartition créations d entreprises* selon leur activité BTP sur le territoire de la MDEB Source: INSEE SIRENE 2012 Activités immobilières 5% Activités specialisées, scientifiques et techniques 13% Activités de services publiques 9% Travaux publics 7% Activités financières et d'assurance 7% Autres activités de services 6% Industrie 3% Gros Œuvre 26% Bâtiment Information et communication 2% Construction 19% Second Œuvre 67% Commerce, transports, hébergement et restauration 36% Sont comptabilisées toutes les unités de production (établissements) rattachées à l entreprise. Les créations d entreprises de 2012 comprennent les auto-entrepreneurs 20 20

21 Gros Œuvre Second Œuvre 2013 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB B- Le secteur Bâtiment dans l économie locale 2. L appareil de production du secteur Bâtiment Nombre d entreprises* par activité Bâtiment (code NAF) sur le territoire de la MDEB Source: INSEE SIRENE 01/01/ A Travaux d'installation électrique dans tous locaux 43.34Z Travaux de peinture et vitrerie 43.32A Travaux de menuiserie bois et pvc A Travaux d'installation d'eau et de gaz en tous Z Travaux de plâtrerie 43.91B Travaux de couverture par éléments 43.91A Travaux de charpente 43.33Z Travaux de revêtement des sols et des murs 43.32B Travaux de menuiserie métallique et serrurerie Z autres travaux de finition 43.22B Travaux d'installation d'équipements thermiques A Travaux d'étanchéification 43.29A Travaux d'isolation 43.99D autres travaux spécialisés de construction B autres travaux d'installation n.c.a C Agencement de lieux de vente C Travaux de maçonnerie générale et gros oeuvre A Construction de maisons individuelles B Construction d'autres bâtiments B Travaux de montage de structures métalliques 43.11Z Travaux de démolition activités concentrent 50% des entreprises du Bâtiment Travaux de maçonnerie générale et gros œuvre de bâtiment : 18% Travaux d'installation électrique dans tous locaux : 12% Travaux de peinture et vitrerie : 11% Travaux de menuiserie, bois et PVC : 10% * Sont comptabilisées toutes les unités de production (établissements) rattachées à l entreprise

22 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB B- Le secteur Bâtiment dans l économie locale 2. L appareil de production du secteur Bâtiment Répartition des entreprises* du secteur de la construction sur le territoire défini par la MDEB Source: INSEE SIRENE 01/01/2012 Les plus fortes concentrations d entreprises* du secteur de la construction sur le territoire d analyses définies par la MDEB sont les communes identifiées sur la carte * Sont comptabilisées toutes les unités de production (établissements) rattachées à l entreprise

23 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB B- Le secteur Bâtiment dans l économie locale 3. Les auto-entrepreneurs Source : INSEE 82 créations d auto-entreprises* du Bâtiment sur le territoire Soit 45% des créations du département Création d'entreprise* tous secteurs Nombre Nbre d'autoentrepreneurs Part des autoentrepreneu rs Création d'entreprise* Bâtiment Nombre Nbre d'autoentrepreneurs Part des autoentrepreneurs MDE Blaisois % % Loir-et-Cher % % Région Centre % % France % % En 2012 sur le territoire blaisois, plus d une création d entreprise sur deux est une auto-entreprise (55%). Cette proportion des créations sur le territoire est supérieure à l échelle départementale (52%) et inférieure à celle de la région (57%). Création d auto-entreprises en 2012 dans le secteur du Bâtiment sur le territoire de la MDEB selon le corps d état de l entreprise Source: INSEE 2012 Gros Œuvre 6% Second Œuvre 94% Sur le territoire de la MDEB, 94% des auto-entreprises du secteur Bâtiment créées en 2012 exercent une activité de second œuvre Avec une répartition des créations hors auto-entreprise, la part du second œuvre est ramenée à 55% Le régime de l'auto-entrepreneur a été créé par la loi de modernisation de l'économie (LME) du 4 août Il s'applique depuis le 1 er janvier 2009 aux personnes physiques qui créent ou possèdent déjà une entreprise individuelle pour exercer une activité commerciale, artisanale ou libérale (hormis certaines activités), à titre principal ou complémentaire. L'entreprise individuelle doit remplir les conditions du régime fiscal de la micro entreprise (réaliser moins de euros de chiffre d'affaires pour une activité commerciale ou moins de euros pour les prestations de services et les activités libérales). La personne physique doit opter pour exercer en franchise de TVA. Le régime de l'auto-entrepreneur offre des formalités de création d'entreprises allégées ainsi qu'un mode de calcul et de paiement simplifié des cotisations sociales et de l'impôt sur le revenu. Sylvia Pinel ministre de l'artisanat, du Commerce et du Tourisme a présenté le 12 juin 2013 un projet de réforme visant à limiter à deux années d'activité le statut d'auto-entrepreneur, ainsi qu'à en abaisser le plafond. * Sont comptabilisées toutes les unités de production (établissements) rattachées à l entreprise

24 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB B- Le secteur Bâtiment dans l économie locale 3. Les auto-entrepreneurs Part des auto-entreprises dans les créations d entreprises* sur le territoire de la MDEB en 2012 dans le secteur du Bâtiment et par code NAF Source: INSEE C Travaux de maçonnerie générale et gros oeuvre de bâtiment A Travaux d'installation électrique dans tous locaux A Travaux de charpente Z autres travaux de finition A Travaux d'installation d'eau et de gaz en tous locaux 43.32A Travaux de menuiserie bois et pvc Z Travaux de plâtrerie Z Travaux de peinture et vitrerie B Travaux de couverture par éléments A Travaux d'isolation 43.33Z Travaux de revêtement des sols et des murs 43.32B Travaux de menuiserie métallique et serrurerie B Travaux d'installation d'équipements thermiques et de climatisation 43.99A Travaux d'étanchéification 43.99D autres travaux spécialisés de construction Créations d'auto-entreprises Créations autres régimes L activité de travaux de maçonnerie représente la majorité des créations d entreprises en 2012 dans le secteur du bâtiment sur le territoire de MDEB avec 5 auto-entreprises et 27 créations classiques * Sont comptabilisées toutes les unités de production (établissements) rattachées à l entreprise

25 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB B- Le secteur du Bâtiment dans l économie locale 4. Focus sur les entreprises artisanales du Bâtiment d entreprises artisanales du Bâtiment sur le territoire de la maison d emploi du blaisois Nombre d entreprises artisanales du Bâtiment Part des entreprises de moins de 3 ans Part des chefs d entreprises de 50 ans et plus MDE Blaisois ,4% 36,1% Loir-et-Cher ,7% 35,4% Région Centre Source : Chambre Régionale de Métiers de l Artisanat (Loir-et-Cher) - Registre du métiers entreprises artisanales* du secteur de la construction ont été recensées en 2013 par la Chambre de Métiers de l Artisanat sur le territoire de la MDEB Près d un tiers d entre elles sont de très jeunes entreprises aussi bien sur le territoire que dans le département (moins de 3 ans d existence) 36% sont gérées par des entrepreneurs de plus de 50 ans sur le territoire contre 35% dans le département Répartition des entreprises artisanales du Bâtiment par ancienneté sur le territoire de la MDEB Source: CRMA - Loir-et-Cher Pyramide des âges des chefs d entreprise artisanale du Bâtiment sur le territoire de la MDEB Source: CRMA - Loir-et-Cher 35% 32% 32% 33% 34% 56 ans et plus % 25% 20% 15% 10% 12% 12% 22% 22% ans ans % 0% 0-3 ans 4-5 ans 5-10 ans 11 et plus MDEB Loir-et-Cher ans *Qui sont les entreprises artisanales? Ne pas employer plus de 10 salariés au moment de l immatriculation Exercer à titre professionnel et de manière indépendante, une activité relevant du secteur de l artisanat Le chef d entreprise doit être détenteur d un CAP ou autre diplôme équivalent; le cas échéant, la qualité d artisan est délivrée au bout de 6 ans d immatriculation au métier. Les données au 1 er janvier 2010 comptent les auto-entrepreneurs

26 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB B- Le secteur du Bâtiment dans l économie locale 4. Focus sur les entreprises artisanales du Bâtiment Répartition des entreprises artisanales du Bâtiment par activité sur le territoire de la MDEB Source: CRMA - Loir-et-Cher Aménagements, finitions 24% Instalation électricité 12% Maçonnerie 25% Couverture, Plomberie, Chauffage 12% 2 activités concernent 50% des entreprises artisanales du Bâtiment sur le territoire de la MDEB 25% des entreprises consacrent leur activité à la maçonnerie et près de 20% à l aménagement finition. Menuiserie, serrurerie 13% Terrassements, Travaux divers 14% Répartition des entreprises artisanales du Bâtiment par statut juridique sur le territoire de la MDEB Source: CRMA - Loir-et-Cher 50% 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 49% 47% Une entreprise sur deux dans le Loir-et-Cher a 41% un statut «d artisan» contre 47% sur le 38% territoire blaisois ; Par contre la représentation des «SARL» est moins importante dans le département que sur le territoire. 6% 5% 5% 5% 1% 2% 1% 1% ARTISAN SARL ART-COM EURL SAS Autres Loir-et-Cher MDEB Autres = SNC SASU - SA 26 26

27 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB B- Le secteur du Bâtiment dans l économie locale 4. Focus sur les entreprises artisanales du Bâtiment Part des chefs d entreprises de plus de 50 ans parmi les chefs d entreprises artisanales du Bâtiment Source : Chambre Régionale des Métiers de l Artisanat (Loir-et-Cher) - Registre du métiers chefs d entreprises de plus de 50 ans sur le territoire défini par la maison de l emploi du blaisois, soit 36% des chefs d entreprises artisanales du Bâtiment

28 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB C- Les caractéristiques du parc de logements et de locaux 1. L état du parc de logements logements sur le territoire de la MDEB soit 50% du parc de logements du Loir-et-Cher Parc existant de logements Nombre Part des résidences principales Construction neuve Part des résidences Logement principales commencés en de plus de ans Part de la construction neuve Construction neuve de locaux Surfaces (m²) commencées en 2012 MDE Blaisois % 65% 873 1,02% Loir-et-Cher % 61% ,83% Région Centre % 65% ,84% France % 69% ,05% Répartition du parc de résidences principales du territoire de la MDEB selon le type de logement Unité : Nbre de logements - Source : INSEE RP09 Répartition du parc de résidences principales du territoire de la MDEB selon le mode d occupation Unité : Nbre de logements - Source : INSEE RP09 Autres logements 1% Résidences secondaires 5,1% Appartements 25% Maisons 74% Résidences principales 86,4% Logements vacants 8,5% Une présence affirmée de résidences principales sur le territoire de la MDEB Plus de logements sur le parc du territoire de la MDEB avec 86% de résidences principales Une part des résidences principales identique à celle de la région 74% des résidences principales du territoire sont des maisons contre 79% pour le département et 72% pour la région Moins de 10% de résidences secondaires aussi bien dans la région, dans le département que sur le territoire du blaisois (8% - 6% - 5%) 28 28

29 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB C- Les caractéristiques du parc de logements et de locaux 1. L état du parc de logements Répartition du parc de résidences principales du territoire de la MDEB selon le type d habitation Unité : Nbre de logements - Source : INSEE RP % 19% 13% Propriétaires Locataires privés Locataires HLM Logés gratuitement 2% 2/3 des résidences principales sont habitées par leur propriétaire 66% des ménages du territoire sont propriétaires de leur logement contre 63% à l échelle régionale. Les parts de locataires du privé et du locatif HLM sont sensiblement égales pour le territoire, le département et la région. Répartition du parc de résidences principales du territoire de la MDEB selon l ancienneté du logement Unité : Nbre de logements - Source : FIlocom ,7% Un parc ancien de résidences principales ,9% 21,6% 6,4% 14,1% 35% des résidences principales ont plus de 60 ans. Ces résidences anciennes sont proportionnellement moins nombreuses que dans le département (38%) et identique à la région (35%). 0 Avant 1949 De 1949 à 1974 De 1975 à 1989 De 1990 à ,3 Après 2000 Non renseigné 29 29

30 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB C- Les caractéristiques du parc de logements et de locaux 1. L état du parc de logements Les départements au regard des critères d ancienneté du parc et de part de logements individuels Source : FILOCOM 2011 traitement CER BTP Centre 2013 Plus d individuel récent Part de l individuel 85,00% Plus d individuel ancien 80,00% Loir-et-Cher Indre Cher 75,00% MDeB Eure-et-Loir 50,00% 55,00% 60,00% 65,00% 70,00% 75,00% 70,00% Ancienneté du parc Loiret 65,00% Indre-et-Loire Moyenne régionale Plus de collectif récent 60,00% Plus de collectif ancien Source : FILOCOM 2011 traitement CER BTP Un parc de logement du territoire de la MDEB proche Centre de la 2013 moyenne régionale 3 départements ont une part de logements de plus de 35 ans, supérieure à la moyenne régionale (Indre/ Cher/ Loir-et-Cher) Le Loiret et l Indre-et-Loire ont un parc de collectifs récent plus affirmé et inversement l Indre et le Cher pour le parc individuel ancien

31 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB C- Les caractéristiques du parc de logements et de locaux sur le territoire 2. Le parc locatif social Parc existant de logements sociaux de logements dans le Loir-et-Cher Parc existant de logements sociaux Nombre de logements parc HLM Évolution Part de logements conventionnés Part des logements individuels Part des logements collectifs Loir-et-Cher % 77% 28% 72% Région Centre ,5% 93% 20% 80% France ,7% 91% 16% 84% Source : RPLS Répartition des logements par catégorie de propriétaire au 01/01/ Source : RPLS 100% 80% 60% 61,5% 39,9% Un parc important de logements HLM dans le département du Loir-et- Cher Les entreprises sociales pour l Habitat (ESH) sont les principales propriétaires de logements dans le Loir-et-Cher. 40% 20% 0% 57,6% 38,0% Loir-et-Cher Région centre OPH ESH SEM Autres Dans le Loir-et-Cher, la majorité des logements sont des 3 et 4 pièces et c est le département qui détient la part de logement vacant la plus importante (7,5%) au 1 er janvier 2012, avec un loyer moyen de 4,58 /m². Le loyer moyen ( /m²) du parc HLM par surface habitable au 01/01/ Source : RPLS Répartition des logements par nombre de pièces au 01/01/ Source : RPLS 6,00 5,00 4,00 3,00 4,85 4,70 5,03 5,56 4,58 5,48 5 pièces et plus 10% 1 pièce 4% 2 pièces 14% 2,00 1,00 0,00 Cher Eure-et-loir Indre Indre-et-loire Loir-et-cher Loiret 4 pièces 38% 3 pièces 34% 31 31

32 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB C- Les caractéristiques du parc de logements et de locaux 3. Estimation du parc tertiaire existant par destination de locaux Plus de 3 millions de m² de bâtiments non résidentiel chauffés sur le territoire de la MDEB Chauffage urbain Surfaces chauffées (m²) par source d énergie Gaz Fioul Electricité GPL Autres Total des surfaces chauffées (m²) Part des surfaces MDE Blaisois % Loir-et-Cher % Région Centre Répartition des surfaces chauffées Source : Données Energie demain exploitées dans le cadre du SRCAE 50% 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 43% 44% 34% 33% 43% 26% MDEB Loir-et-Cher Région Centre Répartition des surfaces chauffées par source d énergie sur le territoire de MDEB Source : Données Energie demain exploitées dans le cadre du SRCAE Fioul 18% Electricité 43% Gaz 34% GPL 1% Autres 1% Chauffage urbain 3% Chauffage urbain Gaz Fioul Electricité GPL Autres Les Bâtiments non résidentiels de la région Centre sont chauffés au gaz, tandis que ceux du territoire de la MDEB et du département du Loir-et-Cher sont eux chauffés à l électricité 43% des surfaces de bâtiments non résidentiel du territoire de la MDEB sont chauffés à l électricité, contre 44% dans le Loir-et-Cher et 26% en région Centre. Le Gaz arrive en tête des sources d énergie au niveau régional avec 43% de surface chauffée, contre respectivement 34% et 33% pour le territoire de la MDEB et le département du Loir-et-Cher

33 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB C- Les caractéristiques du parc de logements et de locaux 3. Estimation du parc tertiaire existant par destination de locaux Répartition des surfaces de Bâtiment non résidentiels tertiaires par catégorie sur le territoire de la MDEB Source : Données Energie demain exploitées dans le cadre du SRCAE Sante social 11% Sport Loisir Culture 8% Transport 2% Bureaux 26% HCO 7% Enseignement- Recherche 18% Commerce 22% Café-Hôtel- Restaurant 6% Près de 50% du parc de Bâtiment non résidentiels tertiaires dédié aux bureaux et aux commerces Les bureaux arrivent en tête des catégories de Bâtiment non résidentiels avec 26%, suivi des commerces 22% et de l enseignement /recherche 18%. Les transports représentent la catégorie la moins importante en terme de surface de bâtiment non résidentiel sur le territoire de la MDEB avec seulement 2% de l ensemble des surfaces

34 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB C- Les caractéristiques du parc de logements et de locaux 4. Nombre d'allocataires aides aux logements en fonction du type de parc Plus de allocataires autant pour le parc privé que pour le parc locatif social sur le territoire de la MDEB Parc locatif privé Parc locatif social Logement en accession Etablissemen t Parc inconnu MDE Blaisois nd nd Loir-et-Cher nd nd Région Centre France Total Nombre d'allocataires RSA Près de allocataires RSA sur le territoire blaisois, soit 54% du département Nb allocataires RSA Poids/ à l échelon géo. Supérieur MDE Blaisois % Loir-et-Cher % Région Centre % France Source : CNAF (Caisse nationale des allocations familiales ) Le territoire de la MDEB, c est plus de allocataires aux aides aux logements et près de le nombre d allocataires de minima sociaux (RSA) 34 34

35 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB D - Une approche de la précarité énergétique 43,3% de foyers non imposés sur le territoire de la MDEB % des foyers non imposés Ensemble des foyers Revenu net moyen imposable Foyers imposés Foyers non imposés Taux de chômage T MDE Blaisois 43,3% ,4 Loir-et-Cher 46% ,6 Région Centre 44,9% ,4 France 44,5% ,9 Qu est-ce la précarité énergétique? Selon un récent rapport (Janvier 2010) du Plan Bâtiment Grenelle, de l ANAH et de la Fondation Abbé Pierre, la précarité énergétique résulte de la combinaison de trois facteurs principaux : Des ménages vulnérables de par la faiblesse de leurs revenus La mauvaise qualité thermique des logements occupés Le coût de l énergie La définition suivante a été retenue pour inscrire la précarité énergétique dans la loi : «Est en précarité énergétique une personne qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison notamment de l inadaptation de ses ressources et de ses conditions d habitat». Évolution du taux de chômage Source : INSEE 11,0 10,0 9,0 8,0 7,0 6,0 5,0 Loir-et-Cher Région centre France T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T ,3% de foyers non imposés sur le territoire Une part de foyers non imposés sur le territoire de la MDEB plus faible qu au niveau départemental, régional et même national ; par contre, on observe un revenu net imposable des foyers non imposés plus fort. Un taux de chômage départemental moins élevé estimé au 3 ème trimestre 2012 par rapport à la région et la France

36 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB E - Les nouveaux objectifs du Grenelle de l environnement et les nouvelles réglementations Le Grenelle de l'environnement met en avant certains enjeux majeurs dans le domaine du Bâtiment : l'efficacité énergétique et l'accessibilité mais aussi la gestion des déchets de chantier du BTP ou encore l'usage du bois dans la construction et la qualité sanitaire des matériaux. Le Grenelle de l'environnement pose en particulier des objectifs ambitieux en matière d'efficacité énergétique du Bâtiment : en construction neuve, la basse consommation devenant la règle à fin 2012 dans le secteur résidentiel et en juillet 2011 dans le non résidentiel et pour les programmes situés en zone ANRU ; pour le parc existant, avec un objectif de réduire de 38% la consommation d'énergie liée à ce parc à l'horizon Par ailleurs, la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes prévoit des obligations relatives à l'accessibilité du cadre bâti pour les établissements recevant du public et les bâtiments d'habitation

37 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB F - Le Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Énergie (SRCAE) Source : SRCAE du Centre (juin 2012) Présentation et objectifs Le Schéma Régional du Climat, de l'air et de l Énergie (SRCAE) a été institué par l'article 68 de la loi n du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement, dite loi «Grenelle 2». Il constitue un nouvel outil pour mettre en œuvre les engagements nationaux et internationaux de la France. C est un document stratégique sur le moyen et long terme. Il contient des objectifs régionaux qui peuvent, le cas échéant, être déclinés à une échelle infrarégionale. Il s inscrit dans le renforcement des politiques climatiques, issues de la loi «Grenelle 2», qui a également généralisé, à toutes les collectivités de plus de habitants, les bilans de gaz à effet de serre et les plans climat énergie territoriaux. Le SRCAE est un cadre stratégique élaboré conjointement par l État et la Région, dans une large concertation. Le SRCAE définit, aux horizons 2020 et 2050, des orientations et des objectifs quantitatifs et qualitatifs, régionaux portant sur : La lutte contre la pollution atmosphérique ; La maîtrise de la demande énergétique ; Le développement des énergies renouvelables ; La réduction des émissions de gaz à effet de serre ; L'adaptation aux changements climatiques. L État et la région Centre ont élaboré conjointement le Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Energie (SRCAE) conformément à la Loi n du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l environnement, dite Loi Grenelle II. Au regard des engagements pris par la France depuis plusieurs années, à l échelle mondiale, européenne ou nationale, le SRCAE est destiné à définir les grandes orientations et objectifs régionaux, en matière de : maîtrise de la consommation énergétique, réduction des émissions de gaz à effets de serre, réduction de la pollution de l air, adaptation aux changements climatiques, valorisation du potentiel d énergies renouvelables de la région. Le Préfet de la région Centre par l arrêté préfectoral N du 28 juin 2012 a validé le SRCAE. Répartition de la consommation d énergie finale en région Centre par secteur Source : MEDDTL/CGDD-SOeS (données de juillet 2011) Résidentiel tertiaire 46% Transports 33% Industrie 17% Agriculture 4% Comparaison de la région Centre au niveau national Source : MEDDTL/CGDD-SOeS (données de juillet 2011) Le Bâtiment : 1 er secteur consommateur d énergie avec 46% des consommations régionales (31% de résidentiel et 15% de tertiaire) La comparaison de la situation de la région par rapport à la France métropolitaine met en évidence l importance en proportion de la consommation du secteur résidentiel tertiaire. A contrario, la consommation du secteur industriel apparaît moins importante. région Centre France métropolitaine Résidentiel-tertiaire 46% 41% Transport 33% 32% Industrie 17% 25% Agriculture 4% 2% 37 37

38 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB F - Le Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Énergie (SRCAE) Les orientations liées au secteur Bâtiment résidentiel et tertiaire On retrouve dans les encadrés ci-dessous les orientations que la région doit se donner pour permettre d atteindre les objectifs fixés en matière de : Réduction des consommations énergétiques, Augmentation de la part des énergies renouvelables dans la production et la consommation d énergie Réduction des missions de GES Réduction des émissions de polluants atmosphériques. Les orientations ne sont pas des actions : elles constituent des axes de réflexion et de travail dans lesquels les actions des différents plans compatibles avec le SRCAE doivent s inscrire. Ces plans peuvent être parfois plus ambitieux sur certains domaines, mais ne doivent pas a contrario être en porte à faux avec les orientations du SRCAE. Economies d énergie Axer les programmes de réhabilitation sur les logements collectifs et les maisons individuelles les plus énergivores et notamment ceux construits avant Inclure, dans la planification de constructions nouvelles ou de travaux sur les bâtiments existants (réhabilitation, isolation, ), la montée en puissance de l utilisation des éco-matériaux à cycle de vie plus économe en matières premières et en énergie, et prendre en compte la gestion des déchets (intégrer le recyclage des matériaux de démolition). Organiser une offre de conseil personnalisé accessible à tous les professionnels du bâtiment Renforcer les structures et réseaux de diffusion en conseil en économies d énergie en utilisation de matériaux plus performants. Promouvoir les regroupements entre les entreprises du bâtiment et de l électronique pour inciter à construire des logements, bâtiments tertiaires ou industriels pré-équipés de capteurs et favoriser la création d entreprises innovantes. Contribution à l amélioration de la qualité de l air Développer l installation intégrée des TIC dans tous les bâtiments neufs, de manière à faciliter le déploiement éventuel du télétravail ou des visioconférences, évitant des trajets automobiles Réduction des émissions de GES Renforcer le rôle et les dispositions des PLH (programmes locaux de l'habitat) tout en s assurant de la compatibilité et de la cohérence entre tous les documents de planification. Développer la réflexion intégrée entre projets d urbanisme et moyens de transports associés, dans la conception des quartiers d habitation et des zones d activités Promouvoir et soutenir fortement une conception globale de bâtiments sobres en énergie en développant l amélioration thermique des bâtiments existants sociaux et privés ainsi que les bâtiments publics, en privilégiant l utilisation d éco-matériaux et matériaux locaux, et l anticipation de l application de RT 2020 dans les constructions neuves Privilégier la densification des espaces urbanisés et l utilisation combinée de modes de transport doux, des aménagements de proximité dans la conception des projets de lotissements, d aménagements de zones d activités ou de zones industrielles Source : SRCAE du Centre (juin 2012) 38 38

39 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB F - Le Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Énergie (SRCAE) Quelques chiffres traduisant les ambitions du SRCAE Les ENR en région Centre Ktep = kilo tonne équivalent pétrole La consommation d'énergie en région Centre Ktep = kilo tonne équivalent pétrole Les émissions de GES en région Centre En 2008 En 2020 En 2050 Production en ktep Production en ktep Ordre de grandeur des gains en émission de GES, en ktepco2 Production en ktep Bois-énergie Méthanisation Eolien Géothermie Solaire thermique Solaire photovoltaïque 0, Hydraulique Total 434 ktep ktep ktep ~ ktep En 2008 En 2020 En 2050 Consommation en ktep Consommation en ktep Ordre de grandeur des gains en émission de GES, en kteqco2 Consommation en ktep Bâtiment Transports Economie Ktep = kilo tonne équivalent pétrole Total ktep ktep ktep ~ ktep En 2008 Objectif 2020 Objectif 2050 Emissions de GES en ktepco2 Bâtiment Transports Economie Emissions de GES, en ktepco2 Mini -38% Maxi -43% Mini - 20% Maxi -40% Mini -15% Maxi -30% Emissions de GES en ktepco Total ktepco2 Mini -22,4% ~ ktepco2 ~ Maxi -36,3% ~ ktepco2 ktepco

40 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB G- Le Bâtiment et les ENR Energies renouvelables La région Centre dispose de potentialités de production d énergies renouvelables liées à l agriculture, à l industrie forestière, à l éolien et à la géothermie basse température. Avec 13% de la puissance nationale, la région Centre est aux avant-postes dans ce mode de production d énergie et se classe troisième région éolienne en France. Alors que l équipement des plaines de la Beauce se poursuit, les projets d installation d éoliennes s étendent à présent à tous les départements de la région. La valorisation des ressources locales permettra de diversifier l offre énergétique tout en veillant à la préservation du cadre de vie des riverains, à la sensibilité des paysages et à la préservation de la faune (oiseaux et chauve-souris). Elle garantit ainsi un développement équilibré et maîtrisé, donc durable, de la production d énergie éolienne. La France s est donnée comme objectif de produire en % de sa consommation d énergie finale à partir d énergies renouvelables, soit un doublement par rapport à L éolien terrestre a été retenu comme mode prioritaire de développement des énergies renouvelables, avec un objectif de MW installés en 2020 (correspondant à environ éoliennes). Source : DREAL Centre 40 40

41 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB G- Le Bâtiment et les ENR 1. Etat des lieux en région Centre : Photovoltaïque 139 MW de puissance totale raccordée en région Centre au 4 ème trimestre 2012 dont 11,3 MW pour le Loir-et-Cher Au T Puissance total Puissance raccordée en MW dont installations de puissance < ou = 3kW Rang Nombre total d installations raccordées Nombre dont installations de puissance < ou = 3kW Cher 19,0 2,6 3 ème ème Eure-et-Loir 60,7 2,0 1 er ème Indre 15,6 2,2 4 ème ème Indre-et-Loire 21,8 5,2 2 ème er Loir-et-Cher 11,8 3,0 5 ème ème Loiret 10,2 4,1 6 ème ème Région Centre 139,0 19, Une puissance de raccordement régionale en pleine expansion L Eure-et-Loir, 1 er département en terme de puissance raccordée, mais dernier en terme de nombre d installations Le Loir-et-Cher, détient 8,4% de puissance totale raccordée en région Centre Les installations régionales de puissance < ou = 3kW représentent 14% des puissances raccordées et 84% des installations. Loir-et-Cher 8% Loiret 7% Indre-et- Loire 16% Indre 11% Rang Répartition de puissance totale raccordée par département Source : SOeS Eure-et-Loir 44% Cher 14% Évolution de puissance totale raccordée sur la région Centre Source : SOeS Puissance totale raccordée MW Petite installation MW T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T

42 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB G- Le Bâtiment et les ENR 1. Etat des lieux en région Centre : Photovoltaïque La région Centre au 10 ème rang des régions françaises en terme de puissance raccordée Situation au Puissance totale raccordée au 31 décembre 2012 Source : SOeS 42 42

43 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB G- Le Bâtiment et les ENR 1. Etat des lieux en région Centre : Éolien 686 MW de puissance totale raccordée en région Centre au 31 décembre 2012 Au T Puissance raccordée Nombre total d installations raccordées Puissance (MW) Rang Nombre Rang Cher 79,9 4 ème 8 4 ème Eure-et-Loir 350,6 1 er 31 1 ème Indre 91,0 3 ème 9 3 ème Indre-et-Loire 0,0 6 ème 8 4 er Loir-et-Cher 34,5 5 ème 6 6 ème Loiret 130,0 2 ème 13 2 ème Région Centre 686,0 75 Une puissance de raccordement régionale plutôt constante depuis le troisième trimestre 2011 En cette fin d année 2012, le département du Loir-et-Cher a une puissance de raccordement de 35 MW et se situe au 5 ème rang des départements de la région Centre. La région Centre détient 9,1% de la puissance totale raccordée sur le territoire national et 7% des installations d éolien. Elle se situe au 5 ème rang des régions françaises en terme de puissance raccordée, juste avant les pays de la Loire et après la Lorraine. Évolution des puissances totales raccordées sur la région Centre Source : SOeS T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T

44 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB G- Le Bâtiment et les ENR 1. Etat des lieux en région Centre : Éolien La région Centre au 5 ème rang des régions françaises en terme de puissance raccordée Situation au Puissance total raccordée au 31 décembre 2012 Source : SOeS 44 44

45 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB G- Le Bâtiment et les ENR 2. Les principaux équipements EnR liés au bâtiment Principaux équipements intéressant le bâtiment Chauffe eau solaire individuel Solaire thermique Panneaux solaires thermiques Système solaire combiné chauffage et eau chaude Chauffe eau solaire collectif Plancher solaire direct Autres systèmes combinés Chauffe-eau solaire collectif avec appoint individualisé Chauffe-eau solaire collectif individualisé Chauffage de l eau des piscines Solaire photovoltaïque Panneaux solaires photovoltaïques Onduleurs Vent Petit Eolien Onduleurs Cheminée à foyer ouvert Installations électriques Installations électriques Poêle à bûches Insert / foyer fermé Bois (Biomasse sèche) Chauffage domestique bois Chaudière à bûches Chaudières à combustion montante Chaudières à combustion horizontale Chaudières à combustion inversée Chaudière turbo Chaudière à plaquettes ou granulés Chaudière urbaine Chaufferies industrielles et collectives Chaudière à plaquettes ou à granulés Cuisinières Chaudière Biogaz (Biomasse humide) Production de chaleur Four Conversion en gaz naturel et injection dans le réseau public Production électrique Moteur à gaz Géothermie / Aérothermie Pompes à chaleur Géothermique Pompes à chaleur Aérothermique Modèle sol / sol Modèle sol / eau Modèle Eau glycolée / eau Modèle eau / eau Modèle Air extérieur / eau Air extérieur / air Air extrait / air Plancher chauffant basse température Radiateurs basse température Ventilo-convecteurs à eau Ventilo-convecteurs à détente directe 45 45

46 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB SYNTHESE: De l analyse des marchés de la Construction durable au diagnostic de la montée en compétence dans les marchés de la Construction métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon 2017 Démographie MDEB Région Centre Parc de logements et locaux non résidentiels. MDEB Région Centre Nb d habitants / km² Nombre de logements Attractivité du territoire (évolution ) Emploi et tissu d entreprises locales Nombre de salariés du Bâtiment Evolution du nombre de salariés Bâtiment Nombre des entreprises Bâtiment Part des entreprises Bâtiment / tous secteurs confondus Part de créations d entreprises Bât/tous secteurs confondus (dt auto-entrepreneurs) Part des chefs d entreprises de 50 ans et plus +5,1% +4,2 MDEB Région Centre ,5% -1,1% % 13% 16% 17% 36,1% 35,4% Construction neuve / parc logts 1% 0,8% Part de résidences principales 86% 86% Part de logements individuels 74% 72% Part de logements de plus de 35 ans 65% 66% Part du parc locatif social 13% 15% Précarité énergétique MDEB Région Centre Part foyers non imposés 43,3% 44,5% Taux de chômage T Installations ENR 8,4% 9,4% Loir-et- Cher Région Centre Eolien 6 75 Photovoltaïque Le secteur Bâtiment & ENR Marchés Prospective Métiers / Compétences Besoin en emploi Besoin en formation 46 46

47 I-Données de cadrage : le secteur du Bâtiment et des ENR au cœur de l économie du territoire de la MDEB SYNTHESE : Données de cadrage Forces et faiblesses des données de cadrage du territoire de la MDEB Forces Une dynamique démographique supérieure à la moyenne régionale Une croissance de la population du territoire supérieure à la moyenne régionale à l horizon 2030 Un poids dans le département du 41 qui se renforce Une proportion de la population employés, ouvriers, professions intermédiaires en capacité de travail supérieure à la moyenne nationale Un vieillissement de la population inéluctable mais reste dans la moyenne régionale : 41.6 ans à 43, 8 ans Un appareil de production développé composé de plus de 1000 entreprises dont la moitié avec salariés (3400) Une capacité à entreprendre réelle, avec un taux de création d entreprises élevé Un revenu net imposable des ménages un peu supérieur à la moyenne nationale Un rythme élevé de création d entreprises Faiblesses Une population de moins de 30 ans relativement faible : 33% Un peu plus d une résidence principale sur trois a moins de 50 ans Un poids important de logements vacants : 8% Un appareil de production atomisé avec un taux élevé d entreprises sans salarié 47 47

48 II-Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale I. Données de cadrage II. L évolution des marchés du Bâtiment et des ENR III. Emploi dans le Bâtiment et les ENR IV. La formation V. Conclusion Prospective La relation Marché/ Emploi/Formation 48 48

49 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale A Quels impacts sur le chiffre d affaires des entreprises du Bâtiment sur le territoire? 1. Structure du chiffre d affaires des entreprises CA Bâtiment 2012 (HT) M Poids/ à l échelon géo. Supérieur CA Construction neuve M CA Entretienrénovation M MDE Blaisois % Loir-et-Cher % Région Centre M de CA sur le territoire porté par l activité entretien-amélioration à hauteur de 55% Le chiffre d affaires des entreprises du territoire de la MDEB est estimé à 375 M en 2012, soit 52% du chiffre d affaires des entreprises du département du Loir-et-Cher. Le chiffre d affaires de l entretien-rénovation reste supérieur à celui de la construction neuve et la part qu il représente est sensiblement égale à celle du département et de la région. Répartition par nature d ouvrage du chiffre d affaires 2012 des entreprises de Bâtiment sur le territoire de la MDEB Source : Estimation CER BTP Centre Évolution du chiffre d affaires des entreprises de Bâtiment sur le territoire de la MDEB Source : Estimation CER BTP Centre Logement entretienamélioration 18% Logement neuf 23% Locaux neuf 22% Locaux entretienamélioration 37% Répartition du chiffre d affaires des entreprises de Bâtiment en 2012 sur le territoire de la MDEB Source: Estimation CER BTP Centre (à partir des résultats de l enquête MDEB) Bâtiment 375 M Construction Neuve : 168 M Construction à performance énergétique et à qualité environnementale: 14 M Logements 86 M Bâtiments non résidentiels 82 M 10 M 4 M Performance énergétique et Qualité environnementale 53 M soit 14% Entretien amélioration : 207 M Rénovation énergétique: 39M Logements 140 M Bâtiments non résidentiels 67 M 25 M 14 M 49 49

50 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale A Quels impacts sur le chiffre d affaires des entreprises du Bâtiment sur le territoire? 2. Les marchés de la performance énergétique et de la qualité environnementale Evolution du chiffre d'affaires Bâtiment en lien avec la performance énergétique et la qualité environnementale dans le chiffre d'affaires Bâtiment sur les 4 dernières années sur le territoire de la MDEB Unité : millions d'euros - Source : Estimation CER BTP Centre (à partir des résultats de l enquête MDEB) CA Bâtiment Hors performance énergétique et la qualité environnementale CA performance énergétique et la qualité environnementale Le chiffre d affaires performance énergétique et qualité environnementale progresse modérément ces dernières années contrairement au chiffre d affaires Bâtiment. Plus de la moitié (55%) du chiffre d affaires des entreprises du territoire provient de l entretien amélioration, sans doute dû à l ancienneté du parc de logements du territoire. L isolation des parois opaques et des ouvertures fait partie des chiffres d affaires les plus importants des marchés de l efficacité énergétique. Pour les ENR c est la ventilation et la pose d équipement énergie solaire. Répartition du chiffre d affaires performance énergétique et qualité environnementale dans les différents marchés en 2012 Unité : millions d'euros - Source : Estimation CER BTP Centre (à partir des résultats de l enquête MDEB) Efficacité énergétique Equipements ENR 12,0 10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 12M 7,6M 1,1M 8,5M 3,7M 5,2M 1,1M 3,0M 4,8M 1,4M 1,7M 2,4M 0,

51 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale A Quels impacts sur le chiffre d affaires des entreprises du Bâtiment sur le territoire? 2. Les marchés de la performance énergétique et de la qualité environnementale Répartition du chiffre d'affaires performance énergétique et qualité environnementale dans les différents marchés en 2012 sur le territoire Source : Estimation CEBTP Centre (à partir des résultats de l enquête CERC) 27% 21% 52% Enveloppe Equipement technique Aménagement intérieur 52% des travaux de performance énergétique et qualité environnementale sont des travaux d enveloppe L isolation par extérieur et la rupture de pont thermique génèrent les chiffres d affaires les plus importants. Zoom sur le chiffre d affaires des marchés en lien avec la performance énergétique et qualité environnementale Bâtiment en 2012 sur le territoire de la MDEB, par ordre décroissant pour chaque nature de travaux Source : Estimation CEBTP Centre (à partir des résultats de l enquête CERC) CA 2012 Enveloppe (Gros Œuvre / Clos couvert) en M Isolation par l'extérieur 7,60 Rupture ponts thermiques 5,00 Enduits de type chaux, chanvre, terre 4,70 Techniques de pose d'huisseries (ponts thermiques, performance thermique, acoustique...) 3,60 Etanchéité à l'air 2,60 Panneaux bois, bardage bois 1,20 Mise en œuvre de matériaux de gros œuvre de type terre, paille, pisé, torchis... 1,10 Ossature bois, poteaux poutres 1,10 Toiture végétalisée 0,40 Total Enveloppe 27 Equipement technique Ventilation 4,8 Chauffage bois 3,0 Mise en place de dispositifs d'autocontrôle 2,1 Confort été, rafraichissement 1,7 Aérothermie-Géothermie 1,4 Panneaux photovoltaïques 1,1 Autres 0,3 Total Equipement tecnhique 14 Aménagement intérieur (Second Œuvre / Finitions) Peintures, colles, solvants à la chaux, caséine, huile de lin,... 5,2 Vitrages à isolation renforcée (TH>8) 4,9 Mise en œuvre de matériaux d'isolation intérieure de type chanvre, laine de bois, ouate de cellulose 0,7 Total Aménagement intérieur 10,8 Chiffre d affaires total performance énergétique et qualité environnementale

52 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale A Quels impacts sur le chiffre d affaires des entreprises du Bâtiment sur le territoire? 3. Les grands projets de l ADEME Bilan des APP Bâtiments performants (projets ayant fait l objet d une décision d aide) AAP PREBAT visait initialement des bâtiments neufs BBC et des réhabilitations thermiques performantes et exemplaires. Au fil du temps et de l'évolution de la législation (RT 2012), l'ademe et le Conseil Régional se sont recentrés que sur les réhabilitations énergétiques qui sont le grand enjeu du secteur du bâtiment en matière d'économie d'énergie. CPER : Contrats de projets État Région Dans le cadre du CPER l'ademe et le Conseil Régional aident les études d'économie d'énergie et les études de faisabilité relatives à l'utilisation d'énergies renouvelables. Essentiellement, l'utilisation de géothermie assistée par PAC, l'utilisation de chaudières bois à alimentation automatique et le développement du solaire thermique. Ces sujets sont susceptibles de bénéficier de subvention. Depuis 2009, l'ademe bénéficie pour cela de budget du Fonds Chaleur qui permet de soutenir les dossiers les plus gros. (+ 100 TEP/an pour le bois, + 25 m2 de panneaux pour le solaire thermique, et à partir d'une certaine puissance et désormais d'une certaine consommation, suivant la technique de géothermie utilisé- sur sondes, sur nappe profonde ou non, sur eaux usées). Pour les dossiers n'entrant pas dans le champs du Fonds Chaleur, il y a alors une possibilité d'aide du CPER. Ces aides sont délivrées sous réserve que le bâti soit performant et que le temps de retour du surcoût de la solution choisie par rapport à une solution classique avec un combustible (GN ou FOD) soit compris entre 5 et 30 ans pour l'existant et 5 et 40 ans pour le neuf. Un suivi des consommations est exigé sur au moins une année. Fond Chaleur L Etat a lancé en décembre 2008 un plan de 50 mesures en faveur des énergies renouvelables (EnR). Ce plan prévoyait notamment la mise en place d un fonds chaleur renouvelable destiné à soutenir le développement de la production de chaleur de source renouvelable (biomasse, géothermie, solaire,) en incitant au remplacement d installations existantes ou à la mise en place de nouveaux équipements. La production de chaleur représente la moitié de nos consommations d énergie. Elle repose encore principalement sur les combustibles fossiles alors même que notre pays ne manque pas d alternatives. Doté de 1,2 milliard d euros pour la période 2009/2013, le Fonds Chaleur contribue aux objectifs du Paquet européen climaténergie consistant à porter la part des EnR à 23% dans la consommation énergétique nationale d ici Le fonds chaleur devrait permettre la production supplémentaire de 5,47 millions de tep* de chaleur renouvelable et de récupération à l horizon «PRAXIBAT» L'ADEME au niveau national a lancé dès 2009 PRAXIBAT compte tenu des enjeux en terme d'économie d'énergie (43 % de la consommation totale nationale), de formation (RT 2012,...) et d'emploi. PRAXIBAT est un programme de développement de plate-forme de formation sur 7 thématiques: parois opaques (isolation) - la ventilation - l'éclairage - les PAC géothermales - le solaire thermique - le solaire photovoltaïque - le bois énergie En , le service de formation externe de l ADEME a élaboré des kits de formation à l'usage des formateurs exerçant sur des plateaux PRAXIBAT existants ou à venir. Ceci sur les thématiques "parois opaques", "ventilation" et "éclairage", les autres thématiques étant couvertes par QUALIT'EnR. * Tep = tonne équivalent pétrole Source : ADEME 52 52

53 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale A Quels impacts sur le chiffre d affaires des entreprises du Bâtiment sur le territoire? 3. Les grands projets de l ADEME Bilan des APP Bâtiments performants (projets ayant fait l objet d une décision d aide) 51 bâtiments, soit m² et ce pour un montant total d aides de M (ADEME : 1,421 M - Région : 3,361M ) Source : ADEME Centre social (CG18) à St Amand Montrond Asso Services solidaires du Cher France Loire à St Doulchard CERIB à Epernon SCI Oxygène à Mainvilliers Ecole primaire d Unverre OPH Eurélien Béguines à Lucé Commune du Magny Bâtiment Espaces verts de la vile de Châteauroux GESEC-COTENO à St Avertin SCI du Château d eau à Chargé ICF Atlantique à La Riche (2) Val Touraine Habitat James Pradier à Joué les Tours (2) OPAC de Tours Jacques Brel à Tours ARTPROM La Nef à Tours OPAC de Tours- Fontaine Pottier à Tours Restaurant scolaire de Fondettes Groupe scolaire à Rochecorbon CNAV à Tours FFB 37 à Tours Touraine Logement ESH à La Riche Touraine Logement ESH à St Pierre des Corps Val Touraine Habitat à St Pierre des Corps Val Touraine Habitat à Chinon Commune de Vendôme Mairie de Lamotte- Beuvron PACT du Loir et Cher à Blois Salle polyvalente de Fossé Bâtiment communal à Millançay Terres de Loire Habitat à Romorantin SA Jacques Gabriel à Blois (4) Wirecom à Olivet Ecole Olympia Cormier à Orléans HAMOVAL à Bellegarde HAMOVAL à Briare ICF Atlantique à Fleury les Aubrais (3) HAMOVAL à Pannes HLM Nouveau Logis à St Jean de Braye Espace scénique de la commune de St Jean le Blanc Ecole maternelle de St Hilaire St Mesmin Maison de l enfance à Malesherbes HAMOVAL Montargis Groupe scolaire de Châlette sur Loing BRGM à Orléans En noir : neuf ou mixte ; en rouge : réhabilitation ; (x) : nombre de bâtiments différents sur le même site 53 53

54 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale A Quels impacts sur le chiffre d affaires des entreprises du Bâtiment sur le territoire? 3 Les grands projets de l ADEME Bilan 2007 mi 2013 des interventions CPER (Contrat de projets État Région) «énergies renouvelables» Source : ADEME MDEB Loir-et- Cher Indre Eure-et- Loir Cher Indre-et- Loire Loiret Région centre Nouveaux réseaux de chaleur Chaudières bois (de 80 kw à 16 MW) Equipements plateforme bois Opérations solaires Opérations géothermie Opérations biogaz-méthanisation Total contrats de projets État Région sur le territoire de la MDEB, soit 9% des contrats en région Centre et 48% des contrats du Loir-et-Cher 180 contrats de projets État Région en région Centre de 2007 à mi 2013 dont 33 dans le département du Loiret-Cher. Près de 50% des interventions CPER du Loir-et-Cher ont eu lieu sur le territoire de la MDEB 32% des interventions CPER de la région concernent les opérations solaires, contre 24% dans le Loir-et-Cher et 31% sur le territoire. L Indre-et-Loire et le Loiret regroupent à eux deux plus de 50% des contrats de projets État Région, avec une prédominance pour l Indre-et-Loire (32%) Répartition du nombre de CPER par type d interventions en Région centre Source : ADEME Répartition du nombre CPER par départements Source : ADEME Opérations solaires Chaudières bois (de 80 kw à 16 MW) Loiret 24% Loir-et- Cher 18% Opérations géothermie 46 Indre 10% Equipements plateforme bois 9 Nouveaux réseaux de chaleur Opérations biogaz-méthanisation 7 9 Indre-et- Loir 32% Cher 11% Eure-et- Loire 5%

55 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale A Quels impacts sur le chiffre d affaires des entreprises du Bâtiment sur le territoire? 3. Les grands projets de l ADEME Bilan des interventions ADEME dans le cadre du «Fond Chaleur» Source : ADEME MDEB Loiret- Cher Indre Eure-et- Loir Cher Indreet-Loire Loiret région Centre Réseaux de chaleur (3création et 4 extensions) Chaufferies «bois» Solaire thermique Géothermie (PAC) Total Répartition du nombre d interventions ADEME dans le cadre des du Fond Chaleur par type d interventions en région centre Source : ADEME Répartition du nombre d interventions ADEME dans le cadre des du Fond Chaleur par départements Source : ADEME Solaire thermique 20 Loiret 31% Loir-et- 18% Géothermie (PAC) 12 Indre 10% chaufferies «bois» 10 Réseaux de chaleur 7 Indre-et-Loire 21% Cher 10% Eure-et- 10% interventions de l ADEME entre 2007 et 2012 en région Centre dans la cadre du Fond Chaleur 6 interventions dans le cadre du Fond Chaleur sur le territoire de la MDEB, soit 12% des interventions régionales et 2/3 de celles du Loir-et-Cher 55 55

56 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale A Quels impacts sur le chiffre d affaires des entreprises du Bâtiment sur le territoire? «PRAXIBAT en région Centre» 3. Les grands projets de l ADEME Sur 2012 et 2013, 22 formateurs auront été formés à l'utilisation du kit PRAXIBAT de l' ADEME en région Centre, sur la plate-forme du GRETA de Châteauroux au lycée Blaise Pascal. Indre 2 formateurs Répartition des formateurs PRAXIBAT par département Eure-et-Loir Cher Indre-et-Loire Loir-et-Cher 3 formateurs 6 formateurs 4 formateurs 2 formateurs Tous les formateurs du Loir-et-Cher sont du CFA BTP donc tous sur le territoire de la MDEB Loiret 5 formateurs 56 56

57 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale B Quels impacts sur le secteur de la construction neuve de logements et de locaux? 1. La construction neuve de logements Construction neuve de logement Logements commencés en 2012 Évolution 2012 Evolution MDE Blaisois ,2% -21,9% Loir-et-Cher ,1% -22% Région Centre % -0,3% France % 4,4% Évolution du nombre de logements commencés par type de logements sur le territoire de la MDEB Unité : Sitadel2 Répartition 2012 du nombre de logements commencés par type de logements sur le territoire de la MDEB Unité : Sitadel2 Logements en résidence 9% Logements collectifs 14% Moyenne de 10 dernières années : Logements individuels Logements collectifs Logements en résidence Logements individuels 77% Baisse des mises en chantier de logements en 2012 Avec une moyenne de logements mis en chantier sur ces dix dernières années, le territoire de la MDEB connaît une baisse de 25% de ses constructions neuves en 2012 avec 873 logements neufs. La reprise observée en 2011, après deux années de baisse consécutives, ne s est pas inscrite dans une véritable consolidation et semble avoir été de courte durée. En 2012, la baisse est plus importante sur le territoire que dans le département (-18%) mais reste égale à celle de la région (25%). Sur ces dix dernières années, la baisse des mises en chantier de logements neufs sur le territoire est identique à celle du département du Loir-et- Cher. La Région quant à elle ne semble pas connaitre de variation considérable avec - 0,3% de baisse entre 2012 et 2002 Près de 8 logements sur 10 mis en chantier sur le territoire sont des logements individuels 57 57

58 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale B Quels impacts sur le secteur de la construction neuve de logements et de locaux? 1. La construction neuve de logements Nombre de logements commencés sur le territoire de la MDEB Moyenne sur les 10 dernières années Unité : Sitadel

59 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale B Quels impacts sur le secteur de la construction neuve de logements et de locaux? La construction neuve de locaux non résidentiels Construction neuve de locaux non résidentiels Surface (m²) de locaux commencés en 2011 Évolution 2011 Evolution MDE Blaisois ,8% +5,2% Loir-et-Cher ,7% -7,1% Région Centre ,1% -34,2% France ,3% 30,3% Évolution des surfaces de locaux commencés par type de logements sur le territoire de la MDEB Unité : Sitadel2 - - SHON commencée : Estimation CER Centre Répartition 2011 des surfaces de locaux commencés par type de logements sur le territoire de la MDEB Unité : Sitadel2 - SHON commencée Service public 18% Moyenne de 10 dernières années : m² Hébergement hôtelier 1% Une moyenne de m² de locaux mis en chantier sur ces 10 dernières années L année 2011 se situe en dessous du seuil moyen de locaux mis en chantier sur ces 10 dernières années sur le territoire de la MDEB malgré la hausse de 41%. Cette augmentation en 2011 est supérieure à celle observée à l échelle départementale (+38%) et surtout régionale (-7%). Information : Le passage de la SHON à la surface de plancher pour les permis de construire déposés ou modifiés depuis le 1er mars 2012 introduit une rupture dans les séries de surface de construction publiées. Ces ruptures commencent à apparaître avec les résultats de juin Les surfaces en niveau sont néanmoins diffusées sur le site Internet mais les observations récentes ne doivent pas être comparées à celles de périodes antérieures à cette évolution réglementaire. Pour ces raisons, la surface de locaux non résidentiel a été estimée pour l année Commerce 14% Bureaux 7% Entrepôt 29% Industriels 21% Artisanat 1% Sur le territoire de la MDEB (sur ces 10 dernières années), près de 40% des surfaces de locaux mis en chantier ont concerné les locaux industriels (21%) et les entrepôts (29%), Agricoles 9% 59 59

60 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale B Quels impacts sur le secteur de la construction neuve de logements et de locaux? 2. La construction neuve de locaux non résidentiels Nombre de locaux commencés sur le territoire de la MDEB Moyenne sur les 10 dernières années Unité : Sitadel

61 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale C Quels impacts sur le secteur de l entretien - rénovation? 1. Evolution de l activité entretien rénovation Qu est-ce que le baromètre entretien rénovation? Le baromètre a pour vocation de suivre trimestriellement l évolution de l activité des entreprises du bâtiment en travaux d entretien rénovation de logements et de bâtiments non résidentiels (l autoproduction est donc exclue). Il est réalisé à partir d un échantillon de entreprises sur l ensemble de la France. Cet échantillon regroupe des entreprises de bâtiments, artisans, PME et grandes entreprises. Il tient compte de trois niveaux de stratification : taille d entreprises, région et corps de métiers. Il s agit des moyennes dans l échantillon des évolutions de l activité entretien rénovation de logements et de bâtiments non résidentiels par rapport au même trimestre de l année précédente, pondérées par la taille des entreprises. Les courbes concernant les soldes d opinions ne traduisent pas une mesure statistique, mais la situation telle qu elle est appréciée par les chefs d entreprises. La ligne «0» matérialise le niveau jugé normal Évolution de l activité entretien-rénovation du logement Unité : solde d opinion Source : Baromètre de l entretien-rénovation du Bâtiment Centre France T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T Un niveau d activité de l entretien-rénovation en dégradation depuis la fin du 1 er semestre 2011 Après un début d année 2011 en nette progression, l entretien-amélioration connaît une dégradation de son niveau d activité dès la fin du 1 er semestre. Cette tendance suit globalement le niveau d activité nationale. Avec -28, la région Centre atteint son niveau le plus bas depuis 2006 avec des carnets de commandes de plus en plus réduits. Une dégradation moins importante pour l activité entretien-rénovation Bâtiments non résidentiels L activité entretien-rénovation Bâtiments non résidentiels semble beaucoup moins dégradé que l entretien rénovation. On observe une année 2012 en quasi stabilité excepté le dernier trimestre qui affiche une baisse plus importante. Malgré la baisse prononcée d activité en ce dernier trimestre, les nombre de carnet de commandes passe néanmoins de -27 à

62 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale C Quels impacts sur le secteur de l entretien - rénovation? Les données du baromètre entretien - rénovation Evolution de l activité entretien rénovation Évolution du jugement sur les carnets de commandes en entretien-rénovation du logement Unité : solde d opinion Source : Baromètre de l entretien-rénovation du Bâtiment Centre T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T France Évolution de l activité entretien-rénovation Bâtiment non résidentiels Unité : solde d opinion Source : Baromètre de l entretien-rénovation du Bâtiment Centre France T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T Évolution du jugement sur les carnets de commandes entretien-rénovation Bâtiment non résidentiels Unité : solde d opinion Source : Baromètre de l entretien-rénovation du Bâtiment Centre France T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T

63 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale C Quels impacts sur le secteur de l entretien - rénovation? 2. L éco-ptz, un levier pour la rénovation énergétique des logements L éco-prêt à taux zéro: Il permet de financer les travaux d économies d énergie et les éventuels frais induits par ces travaux afin de rendre le logement plus économe en énergie, plus confortable et moins émetteur de gaz à effet de serre. Il est entré en application le 1 er mars 2009 et prendra fin le 31 Décembre Conditions d attribution: être propriétaire, occupant ou bailleur le logement doit être une résidence principale construite avant le 1 er janvier en copropriété, chaque copropriétaire peut faire individuellement une demande d éco-prêt à taux zéro pour les travaux réalisés par la copropriété. Mais cette démarche n est possible qu une fois par logement. les travaux doivent être menés par des professionnels pour le compte du demandeur. T à T Loir-et-Cher région Centre Nombre d éco-ptz Montant total des travaux Montant total prêté Montant moyen des travaux Montant moyen prêté Source : SGFGAS (montants moyens) Estimation CER BTP Centre montants totaux 27 millions d Euros de travaux générés par les l éco-ptz dans le Loir-et-Cher depuis la mise en place du dispositif en 2009 Après une montée en puissance en , le nombre d éco-ptz accordés connaît un ralentissement au cours de l année Néanmoins, le second trimestre 2012 présente une hausse des prêts accordés. Le département du Loir-et-Cher a généré plus de 27 millions d uros de travaux pour éco-ptz depuis la mise en place du dispositif en Evolution du nombre d éco-ptz depuis la mise en place du dispositif en 2009 dans le Loir-et-Cher Unité : Nombre de prêts accordés Source : SGFGAS T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T

64 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale C Quels impacts sur le secteur de l entretien - rénovation? 2. L éco-ptz, un levier pour la rénovation énergétique des logements Densité et nombre d éco-ptz accordés du 1 er mars 2011 au 30 septembre 2012 ainsi que le volume de travaux concernés Unité : Nombre d éco-ptz et Montant des travaux en millions d euros Source : SGFGAS, cumul T au T éco-ptz accordés en région Centre depuis la mise en place du dispositif. Le département du Loir-et-Cher se situe au 4 ème rang des départements de la région avec éco-prêts. Densité des éco-ptz rapporté aux nombre de logements éligibles et au nombre d habitants Une densité relativement faible des éco-ptz 12,4 logements sur 1000 ont bénéficié de l éco-ptz dans le département du Loir-et-Cher contre 10,3 en région. Néanmoins, la densité des éco-ptz est la plus importante dans le Loir-et-Cher aussi bien pour les logements que par habitants (12,4 pour 1000 logements et 4,4 pour 1000 habitants ) et ce par rapport aux autres départements de la région. Densité pour 1000 logements Densité pour 1000 Habitants Cher 9,3 3,7 Eure-et-Loir 10,6 3,7 Indre 9,4 3,7 Indre-et-Loire 9,7 3,4 Loir-et-Cher 12,4 4,4 Loiret 10,6 3,6 Région Centre 10,3 3,

65 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale C Quels impacts sur le secteur de l entretien - rénovation? 2. L éco-ptz, un levier pour la rénovation énergétique des logements 50% 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 45% Répartition des Eco-PTZ par ancienneté du logement depuis le 1 er mars 2009 Source : SGFGAS, 40% 30% 30% 27% 28% Avant 1949 Entre 1949 et 1974 Entre 1975 et 1989 Loir-et-Cher Région Centre 45% des éco-ptz accordés dans le Loir-et-Cher, concernent les logements achevés avant 1949 contre 40% en région 93% des prêts sont accordés à des propriétaires contre 97% en région 99% des prêts concernent la maison individuelle pour 95% au niveau régional Répartition des Eco-PTZ accordés dans le Loir-et- Cher depuis le 1 er mars 2009 statut d occupation Source : SGFGAS, Répartition des Eco-PTZ accordés dans le Loir-et- Cher depuis le 1 er mars 2009 par type de logements Source : SGFGAS, Locataire 7% Appartement 1% Propriétaire 93% Maison individuelle 99% 65 65

66 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale C Quels impacts sur le secteur de l entretien - rénovation? 2. L éco-ptz, un levier pour la rénovation énergétique des logements Caractéristiques techniques des travaux éligibles Les travaux à effectuer pour en bénéficier doivent correspondre a minima à un de ces trois titres : «Bouquet de travaux» d économie d énergie (au moins deux types de travaux : toiture, murs extérieurs, fenêtres, porte, chauffage, etc.) Atteindre un niveau de «performance énergétique globale» minimale du logement Réhabilitation d un système d assainissement non collectif par des dispositifs ne consommant pas d énergie. Répartition des Eco-PTZ par type de travaux dans le Loir-et-Cher depuis le 1 er mars 2009 Unité : Nbre de prêts accordés Source : SGFGAS, Assainissement non collectif 4% Répartition des Eco-PTZ accordés dans le Loir-et-Cher par catégorie de travaux définie dans les bouquets depuis le 1 er mars 2009 Unité : Nbre de prêts accordés Source : SGFGAS, Système de chauffage utilisant une source d'enr 10% Système de production d'ecs utilisant une source d'enr 4% Bouquet de 2 travaux 68% Système de chauffage ou d'ecs 19% Isolation thermique des toitures 23% Bouquet de 3 travaux 28% Isolation thermique des parois vitrées et portes 32% Isolation thermique des murs 12% Isolation thermique des toitures Montant moyen de travaux défini dans les bouquets depuis le 1 er mars 2009 Source : SGFGAS, Région Centre Isolation thermique des murs Loir-et-Cher Isolation thermique des parois vitrées et portes Système de chauffage ou d'ecs Système de chauffage utilisant une source d'enr Système de production d'ecs utilisant une source d'enr La répartition des Eco-PTZ accordés dans le Loir-et-Cher par catégorie de travaux définie dans les bouquets, montre que 3 actions concentrent plus des 2/3 de l ensemble des travaux définis. Isolation thermique des parois vitrées et portes 32% Isolation thermique des toitures 23% Système de chauffage ou d'ecs 19% Les travaux les plus onéreux en moyenne sont ceux relatifs aux Système de chauffage ou d'ecs19, aussi dans le département qu en région Centre 66 66

67 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale D Une progression des signes de qualité des ouvrages réalisés 1. Recensement des ouvrages labellisés et/ou certifiés en construction neuve 1. 1 Rappel des objectifs Objectifs Pour les constructions neuves, la loi n du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l environnement a fixé comme objectif la généralisation des bâtiments basse consommation (BBC) d ici 2012 et des bâtiments à énergie positive à l horizon La réglementation thermique en vigueur sera renforcée afin que toutes les constructions neuves présentent une consommation d énergie primaire inférieure à un seuil de 50 kwh/m²/an (niveau de performance énergétique équivalent au label BBC): A partir du 1er janvier 2011 pour les bâtiments publics et les bâtiments tertiaires, ainsi que pour les constructions réalisées dans le cadre du programme national de rénovation urbaine. A partir du 1 er janvier 2013 pour tous les bâtiments résidentiels Ce seuil fera l objet d une modulation en fonction des émissions de gaz à effet de serre générées par les énergies utilisées, des usages des bâtiments, de leurs caractéristiques et de la localisation géographique

68 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale D Une progression des signes de qualité des ouvrages réalisés 1. Recensement des ouvrages labellisés et/ou certifiés en construction neuve Les labels Dans le cadre de l application de la réglementation thermique 2005, il a été conservé le principe du label «haute performance énergétique». L'arrêté du 3 mai 2007, publié au journal officiel du 15 mai 2007, définit le contenu et les conditions d'attribution de ce label. Les labels de «haute performance énergétique» peuvent être délivrés uniquement à des bâtiments ayant par ailleurs fait l'objet d'une certification multicritères. Dans le cadre de l élaboration de la future RT 2012, pour valoriser des bâtiments très peu consommateurs d énergie voire des bâtiments passifs, une définition d un futur label "BEPOS" (Bâtiments à énergie positive) est en cours. Par ailleurs, des travaux sont en cours sur l élaboration d un nouveau référentiel HQEE (Haute Qualité Energie et Environnement), qui intègrera les exigences énergétiques dans un ensemble d'exigences environnementales portant notamment sur l'eau, les émissions de CO2 et de polluants, la qualité de l'air intérieur ou la production de déchets, conformément à l article 1 du projet de loi portant Engagement national pour l Environnement (Grenelle II) Les opérations labellisées BBC Maisons individuelles 2012 Part Échelon géo. Sup. Maisons individuelles groupées 2012 Part Échelon géo. Sup Total maisons individuelles Les labellisations accordées Source: Effinergie (cumul de chaque année) - Unités : Nombre de logements 2012 Rang 2012 Logements collectifs Part Échelon géo. Sup2 Rang 2012 Tertiaire (en m²) Loir-et-Cher % 21 7,6% ème ,6% 4 ème 0 - Région Centre 852 4,2% 273 2,8% ème ,2% 13 ème 7 - Part Échelon géo. Sup France % La région Centre au 12 ème rang des régions françaises en terme de labellisations accordées 63% des labellisations accordées en région concernent les logements collectifs 15% des labellisations accordées en région Centre ont été faites dans le Loir-et-Cher pour les maisons individuelles, contre 11% pour les logements collectifs. Les parts de la région au niveau national sont respectivement de 4,2% et de 2,2%. On note très peu de labellisations dans le tertiaire en région Centre

69 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale D Une progression des signes de qualité des ouvrages réalisés 1. Recensement des ouvrages labellisés et/ou certifiés en construction neuve Bilan des labellisés BBC Effinergie accordés dans le neuf Unité: Nombre de logements cumulés Source: Effinergie 69 69

70 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale D Une progression des signes de qualité des ouvrages réalisés 1. Recensement des ouvrages labellisés et/ou certifiés en construction neuve Le label BBC-Effinergie La Réglementation Thermique (RT 2012) prévoit d imposer la construction de Bâtiments Basse Consommation (BBC) à partir du 1 er Juillet 2011 pour les bâtiments tertiaires publics et du 1 er Janvier 2013 pour toutes les constructions neuves. Ce niveau de performance énergétique est déjà visé dans certaines constructions et permet l attribution de la certification BBC-Effinergie par l un des 4 organismes certificateurs. Il concerne les logements neufs consommant au maximum 50 kwhep/m²/an (ajusté d un coefficient climatique) et les bâtiments tertiaires dont la consommation est inférieure à 50 % de la consommation de référence imposée par la réglementation thermique actuellement en vigueur (RT 2005). Le délai moyen entre la demande de labellisation et l obtention du label BBC-Effinergie est de 24 mois (estimation Effinergie) Les demandes de labellisation BBC enregistrées Les demandes de labellisation Source: Effinergie (cumul de chaque année) - Unités : Nombre de logements Maisons individuelles Maisons individuelles groupées Total maisons individuelles Logements collectifs Tertiaire 2012 Part Échelon géo. Sup 2012 Part Échelon géo. Sup 2012 Rang 2012 Part Échelon géo. Sup Rang 2012 Part Échelon géo. Sup Loir-et-Cher % 140 7,9% % 1 5,8% Région Centre ,7% ,9% ème % 13 ème 17 2% France La région Centre au 12 ème rang des régions françaises en terme de demande de labellisation 50% des demandes de labellisation faites dans le département du Loir-et-Cher concernent les logements collectifs, contre 70% au niveau régional. On observe cependant très peu de demandes de labellisation BBC pour le tertiaire Le délais moyen entre la demande de labellisation et l obtention du label BBC-Effinergie est estimé par Effinergie à 24 mois 70 70

71 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale D Une progression des signes de qualité des ouvrages réalisés 2. Recensement des ouvrages labellisés et/ou certifiés en rénovation 2. 1 Rappel des objectifs Les Bâtiments publics L objectif figurant dans la loi de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l Environnement (Grenelle I) est une réduction d'au moins 40% des consommations d énergie et d au moins 50 % des émissions de gaz à effet de serre dans un délai de 8 ans. Sont concernés les bâtiments de l Etat (50 millions de m2) et ses principaux établissements publics (70 millions de m²). L'engagement n 5 du Grenelle de l Environnement y ajoute le respect de l'obligation de mise en accessibilité d'ici 2015 au plus tard. Logement social La loi n du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l environnement fixe un programme de réhabilitation des logements sociaux en commençant par les les plus consommateurs qui avant 2020 devront ramener leur consommation d énergie sous les 150 kwh/m².an. Sur les deux premières années du programme débutant en 2009, ce sont logements sociaux qui devront être rénovés. Bâtiment tertiaire privé Pour tenir compte de cette spécificité, le projet de loi Grenelle 2 prévoit pour les bâtiments tertiaires des obligations de travaux d amélioration de leur performance énergétique dans un délai de huit ans à compter du 1er janvier Logement privé La loi de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l Environnement fixe un objectif de diminution de 38 % des consommations d énergie du parc de bâtiments existants à l horizon A cet effet il est prévu d encourager les rénovations lourdes de logements existants, afin d atteindre rénovations importantes par an à compter de

72 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale D Une progression des signes de qualité des ouvrages réalisés 2. Recensement des ouvrages labellisés et/ou certifiés en rénovation 2. 2 Les opérations de labellisation BBC rénovation Maisons individuelles (nombre de logements) Maisons individuelles groupées (nombre de logements) Cumul au 31/12/2012 Logements collectifs (en nombre de logements) Tertiaire (nombre d opérations) Loir-et-Cher Région Centre France Source: Effinergie 2. 3 Les demandes de labellisation BBC rénovation Maisons individuelles (nombre de logements) Maisons individuelles groupées (nombre de logements) Cumul au 31/12/2012 Logements collectifs (en nombre de logements) Tertiaire (nombre d opérations) Loir-et-Cher Région Centre France Source: Effinergie Au 31 décembre 2012, le Loir-et-Cher ne compte aucune demande de labellisation BBC rénovation et par conséquent aucune opération labellisée 72 72

73 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale E Pratiques des entreprises avec salariés(s) 1. Structure du chiffre d affaires des entreprises du Bâtiment sur le territoire de la MDEB Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Sur le territoire de la MDE du Blaisois, l activité des entreprises de Bâtiment ayant répondu à l enquête est majoritairement constituée par la construction neuve avec 54% de chiffre d affaires. La rénovation représente quant à elle 46 %. Le logement constitue la moitié du chiffre d affaires. Les marchés privés alimentent majoritairement les plans de charge (71%) et les marchés publics, moins d un tiers du chiffre d affaires des entreprises interrogées. Note méthodologique : Ces données sont issues d une enquête réalisée par la MDEB pour ce diagnostic entre Avril et juin Elles portent sur les réponses de 43 entreprises avec salarié(s) de Bâtiment représentatives des entreprises du territoire de la MDE du Blaisois selon l activité et selon leur taille

74 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale E Pratiques des entreprises avec salariés(s) 1. Structure du chiffre d affaires des entreprises du Bâtiment sur le territoire de la MDEB Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Concernant le chiffre d affaires, le jugement sur l activité 2012 est relativement contrasté. En effet tandis qu un tiers des entreprises déclarent avoir une stabilité de leur activité, 43% ont enregistré une baisse. Seule une entreprise sur cinq estime son activité en augmentation. Pour les perspectives à venir, le pessimisme semble s être installé car 60% des entreprises interrogées prévoient une activité en dégradation. Néanmoins, 27% estiment que leur activité connaîtra une amélioration

75 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale E pratiques des entreprises avec salariés(s) 2. Part et progression de l activité consacrée à la performance énergétique et à la qualité environnementale Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Locaux rénovés Logements neufs 40% 35% 30% 25% 20% 14% 15% 10% 5% 20% 0% 6% Locaux neufs 35% Logements rénovés Le marché de la performance énergétique et la qualité environnementale représente 35% du chiffre d affaires du marché des logements rénovés et 14% pour le neuf. Le chiffre d affaires du marché des locaux rénovés comprend 20% de performance énergétique et qualité environnementale et 7% pour les locaux neufs. L essor de performance énergétique et qualité environnementale est plus marqué sur le créneau de la rénovation de logement avec un pourcentage fort significatif (corrélation avec l ancienneté du parc de logements du territoire) Cette part de rénovation de logement continuera de progresser avec notamment la règlementation en vigueur et les mesures incitatives sur le secteur de l entretien 75 75

76 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale E pratiques des entreprises avec salariés(s) 2. Part et progression de l activité consacrée à la performance énergétique et à la qualité environnementale Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Part de l'activité liée à la performance énergétique et à la qualité environnementale (PEQE) par tranche d'effectif 100% 80% 60% 88% 90% 94% 86% Hors PEQE 40% PEQE 20% 0% 12% 10% 6% 14% 1 à 2 sal. 3 à 5 sal. 6 à 9 sal. 10 sal. et + Hormis les entreprises de 6 à 9 salariés, la part de la performance énergétique et la qualité environnementale est supérieure à 10% pour les autres strates. Les entreprises de plus de 10 salariés avoisinent les 15% d activités liées à ce domaine. 100% 80% Part de l'activité liée à la performance énergétique et à la qualité environnementale (PEQE) par activité 60% 40% 20% 0% 94% 86% 88% 90% 6% 14% 12% 10% Aménagement finition / métal Bois Equipements techniques Gros oeuvre Hors PEQE PEQE Par activité, les entreprises spécialisées dans le Bois (menuiserie bois, charpente), dans les équipements techniques (pompe à chaleur, solaire ) et dans le gros œuvre semble plus impactées par le marché de la performance énergétique et la qualité environnementale, tandis que l aménagement finition beaucoup moins

77 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale E pratiques des entreprises avec salariés(s) 3. Connaissance des réglementations, des aides et impact sur l activité des entreprises du Bâtiment Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Vous estimez-vous suffisamment informés sur les réglementations thermiques (RT RT 2012) et sur les normes BBC (Bâtiment Basse Consommation) BEPOS (Bâtiment à énergie positive): 50% Non réponse Oui, assez bien Non, pas du tout 33% 13% Oui, très bien Non, peu 2% 2% Plus de 80% des entreprises du territoire déclarent être suffisamment informées sur les normes et les réglementations thermiques Comparativement à toutes entreprises, ce sont celles de 3 à 5 et celles de plus de 10 salariés qui se sentent peu ou pas assez informées avec respectivement 18% et 23% Les entreprises d équipements techniques arrivent en tête de celles qui estiment être très bien ou assez bien informées sur les réglementations thermiques et les normes. Elles sont 9 sur 10 dans ce cas (92%), alors que l on en dénombre 75 % au sein des professionnels de la peinture et de la finition qui déclarent être assez bien informés

78 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale E pratiques des entreprises avec salariés(s) 3. Connaissance des réglementations, des aides et impact sur l activité des entreprises du Bâtiment Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre La réglementation thermique (RT RT 2012) ou la norme BBC (Bâtiment Basse Consommation) a-t-elle une influence positive sur votre activité? Non réponse Oui, un peu Je ne sais pas, ne connais pas 42% 4% 41% 11% Oui, beaucoup Non, pas du tout 2% La réglementation thermique ou la norme BBC ont un impact positif pour un peu plus d une entreprise sur deux. Elles sont 11 % à les juger particulièrement déterminantes. Les entreprises de plus de 10 salariés sont celles qui connaissent le moins les réglementations. Par activité, les entreprises de gros œuvre estiment être les plus impactées 75%), suivi de l aménagement finition. Au regard de cette influence positive sur l activité, les entreprises d équipement techniques se montrent plus circonspectes avec 75% d entre elles qui ne déclarent aucune influence positive

79 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale E pratiques des entreprises avec salariés(s) 3. Connaissance des réglementations, des aides et impact sur l activité des entreprises du Bâtiment Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Les aides financières pour les travaux de performance énergétique (crédit d impôt, éco-ptz, éco-subvention, chèque énergie ) ont-elles une influence positive sur votre activité? 48% 36% 5% 9% 2% Les aides financières pour travaux de performance énergétique influencent positivement près d une entreprise du territoire sur deux. En effet 48% déclarent avoir perçu un changement positif sur l activité suite à la mise en place des aides financières. Néanmoins plus d un tiers précisent aucun changement. Non réponse Oui, un peu Je ne sais pas, ne connais pas Oui, beaucoup Non, pas du tout Les grandes entreprises sont plus sceptiques sur une quelconque influence de ces aides sur leur activité, tout comme les professionnels de l aménagement

80 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale E pratiques des entreprises avec salariés(s) 4. L enjeu de l offre globale pour les entreprises du Bâtiment Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Avez-vous développé une offre globale pour réaliser des chantiers d amélioration énergétique? L offre globale pour la réalisation de chantier d amélioration énergétique reste à développer pour 2/3 des entreprises. Une entreprise sur cinq déclare avoir développé une offre globale Il s'agit en particulier des entreprises de plus de 10 salariés Selon les résultats de l enquête, aucune entreprise de gros œuvre n a à ce jour développé une offre globale de réalisation Cette offre globale concerne généralement le marché des logements et très peu celui des locaux Percevez-vous au sein de votre clientèle, une augmentation de la demande d offre globale de travaux en relation avec la performance énergétique? 80 80

81 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale E pratiques des entreprises avec salariés(s) Par quels moyens? 4. L enjeu de l offre globale pour les entreprises du Bâtiment Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Pour quelles raisons? Le mode principal mis en œuvre pour les entreprises ayant déjà développé une offre globale et pour celles qui souhaitent le faire est l intégration ou la création d un groupement d entreprises informel (44%), suivi de l élargissement des compétences notamment par l embauche (39%) Les motivations visant à développer une offre globale sont multiples. Celle qui arrive en tête est la mise en place d une démarche de progrès pour satisfaire des exigences de qualité, sans oublier l élargissement et l intégration de nouvelles compétences métiers 81 81

82 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale F pratiques des artisans seuls 1. La pénétration des chantiers ENR, de performance énergétique et de qualité environnementale Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Évolution du chiffre d affaires des entreprises du Bâtiment 2012 par rapport à 2011 Perspectives d évolution du chiffre d affaires 2013 par rapport à 2012 Les artisans travaillant seuls portent un jugement en demi-teinte sur l évolution de 2011/2012 de leur activité. Près de quatre entreprises sur dix (37%) ont enregistré une baisse de leur activité, contre 18% une hausse. Pour les perspectives 2013, les artisans semblent plus optimistes avec 30% qui prévoient une hausse d activité et seulement 11% un recul. Les chantiers de rénovation énergétique prédominent (51%) parmi les activités de PEQE (performance énergétique et qualité environnementale) exercées par les artisans du territoire de la MDEB. La part de la PEQE apparaît plus mesurée en ce qui concerne les chantiers de construction neuve avec un label de performance énergétique (12%). Cependant, elles est moins importante que celle relative aux travaux de mise en œuvre d énergies renouvelables Part des artisans qui travaillent sur : Des chantiers avec mise en oeuvre d'énergies renouvelables 6% 20% 71% 3% Des chantiers de rénovation énergétique 6% 51% 43% Des chantiers en construction neuve avec un label de performance énergétique 12% 79% 9% Non réponse Oui Non Ne sait pas Note méthodologique : Ces données sont issues d une enquête réalisée par la MDEB pour ce diagnostic entre Avril et juin Elles portent sur 23 artisans seuls du Bâtiment du territoire de la MDE du Blaisois selon l activité et selon leur taille

83 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale F pratiques des artisans seuls 1. La pénétration des chantiers ENR, de performance énergétique et de qualité environnementale Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Part des artisans qui travaillent sur : Gros œuvre Equipement techniques Les marchés de la performance énergétique et de la qualité environnementale sont Bois Aménagement finition/métal Construction neuve avec un label de perf. Énergétique 0% 11% 25% 0% Rénovation 0% 56% 50% 100% Energies renouvelables 0% 33% 25% 0% Moins de 36 ans ans ans Plus de 55 ans Construction neuve 11% 22% 0% 0% Rénovation 56% 56% 100% 0% Energies renouvelables 33% 22% 0% 0% Sur la construction neuve avec label performance, la part des artisans travaillant seul est plus marquée au sein des entreprises de bois. C est parmi les artisans spécialisés dans les équipements techniques et l aménagement que la proportion de professionnels travaillant sur la rénovation énergétique est la plus élevée. La part des artisans œuvrant sur la mise en œuvre d énergies renouvelables apparaît plus marquée chez les équipementiers techniques et les professionnels du bois. Ces trois domaines sont pratiqués en majorité par des artisans de moins de 45 ans. 3/4 des artisans estiment ces travaux comme étant une opportunité de développer des nouveaux marchés. plus d 1/3 estime en réalité que cette évolution n est que le prolongement de leur activité de base. Quant à l effet de mode, les avis sont assez partagés

84 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale F pratiques des artisans seuls 2. Connaissance des réglementations, des aides et impact sur l activité des artisans du Bâtiment Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Vous estimez-vous suffisamment informés sur la réglementation thermique (RT 2005 RT 2012) et sur les normes BBC (Bâtiment basse consommation) et BEPOS (Bâtiment à énergie positive)? Plus de 80% des artisans travaillant seuls semblent peu ou pas du tout informés sur la réglementation thermique et sur les normes C est parmi les artisans de l équipement technique que l information est la mieux passée. Un artisan sur cinq œuvrant sur ce créneau juge être suffisamment informé. À l inverse, les autres professionnels estiment ne pas être suffisamment informés. Vous estimez-vous suffisamment informés sur la réglementation thermique (RT 2005 RT 2012) et sur les normes BBC (Bâtiment basse consommation) et BEPOS (Bâtiment à énergie positive )? 84 84

85 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale F pratiques des artisans seuls 2. Connaissance des réglementations, des aides et impact sur l activité des artisans du Bâtiment Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre La réglementation thermique (RT 2005 RT 2012) ou la norme BBC (Bâtiment basse consommation) influent elles positivement votre activité? Près de 2/3 des artisans jugent que la réglementation thermique ou la norme BBC n a aucune influence positive sur le niveau d activité. Les équipementiers techniques et les professionnels du bois sont ceux qui portent un jugement de satisfaction sur les bienfaits de la RT ou de la norme BBC. La réglementation thermique (RT 2005 RT 2012) ou la norme BBC (Bâtiment basse consommation) influent-elles positivement votre activité? 85 85

86 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale F pratiques des artisans seuls 2. Connaissance des réglementations, des aides et impact sur l activité des artisans du Bâtiment Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Les aides financières pour les travaux de performance énergétique (crédit d impôt, Éco PTZ, éco subvention, chèque énergie ) ont-elles une influence positive sur votre activité? Les aides financières pour les travaux de performance énergétique ont une influence positive et très positive pour 1/3 des artisans. Cela dit, l impact des aides est jugé plus significative chez les artisans du secteur des équipements techniques avec pas loin de 90% de jugement positif ou très positif. Les aides financières pour les travaux de performance énergétique (crédit d impôt, Éco PTZ, éco subvention, chèque énergie ) ont-elles une influence positive sur votre activité? Percevez-vous au sein de votre clientèle une augmentation de la demande de l offre globale de travaux en relation avec la performance énergétique? Près d un artisan sur cinq perçoit une augmentation de la demande de l offre globale de travaux en lien avec la performance énergétique 86 86

87 2010 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale SYNTHESE: De l analyse des marchés de la Construction durable au diagnostic de la montée en compétence dans les marchés de la Construction métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon 2017 Influences Le secteur Bâtiment & ENR Marchés Bâtiment & ENR Chiffre d affaires 2012 MDEB Loir-et- Cher Région Chiffre d affaires total Bâtiment HT 375 M 715 M M Construction neuve MDEB Loir-et- Cher Région Entretien - Rénovation MDEB Loir-et- Cher Région Chiffre d affaires 2012 HT 172 M MISES EN CHANTIER LOGEMENTS 425 M M Nombre Evolution ,2% -18,1% -25 MISES EN CHANTIER LOCAUX Surface 2012 (en m²) (estimation CER centre) Evolution % -28% -16% Nb de labellisations BBC accordées (au 31/12/2012) ND Chiffre d affaires 2009 HT ECO-PRÊT A TAUX ZERO Nombre d éco-ptz (depuis le début du dispositif) Principal type de travaux Isolation parois vitrées et porte Isolation thermique des toiture Système de chauffage et d ECS 203 M 290 M M ND ND. 32% 23% 19% 32% 22% 19% Parc logements éligibles ND Nombre d éco-ptz sur logements éligibles Montant moyen des travaux Volume de travaux générés ND. 12,4 10,3 ND ND. 27 M 164 M Nombre de labellisations BBC rénov. accordées (au 20 Mai 2010) ND Besoin en emploi audit des bât. de l Etat Nombre de bât. audités Prospective Métiers / Compétences Besoin en formation ND

88 2010 II- Les marchés du Bâtiment du territoire impactés par les objectifs de performance énergétique et par la qualité environnementale SYNTHESE : les marchés du Bâtiment et des ENR Forces et faiblesses de l analyse des marchés du Bâtiment du territoire de la MDEB Forces Une dynamique d activités autour des chantiers d amélioration-rénovation qui se confirme (en montants de travaux) Un marché sur le volet performance énergétique et performance environnementale en développement Une demande de labellisation BBC de logements qui progresse jusqu à fin 2012 Une tendance à la hausse du nombre d Eco-PTZ accordés mais qui reste à confirmer Faiblesses Un ralentissement de la construction neuve de logements Une activité bâtiments non résidentiels localisée pour l essentiel sur l agglomération de Blois et de Mer Une montée en puissance des travaux de rénovation énergétique difficilement perceptible chez les entrepreneurs (enquête d opinion) Une densité des éco-ptz relativement faible au niveau départemental (12,4 / 1000) mais néanmoins supérieure à la densité régionale (10,3) 88 88

89 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire I. Données de cadrage II. L évolution des marchés du Bâtiment et des ENR III. Emploi dans le Bâtiment et les ENR IV. La formation V. Conclusion: Prospective La relation Marché/ Emploi/Formation 89 89

90 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire A Les caractéristiques de l emploi salarié dans les entreprises de Bâtiment sur le territoire Nb de salariés des entreprises du Bâtiment Age moyen des salariés entreprises du Bâtiment Taux d'entrants en 2011* MdEB ,4 22% Loir-et-Cher ,5 22% Centre ,9 23% France ,9 27% Source : UCF au 15 mars 2011 y compris apprentis 1. Comment se répartissent les salariés travaillant dans les entreprises de Bâtiment sur le territoire de la MDEB? L emploi salarié est concentré autour des grandes villes de la MDEB Répartition des salariés des entreprises de Bâtiment de la MDEB Taux d entrants : Rapport entre le nombre d entrants sur l année 2011 et le stock au 15 mars

91 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire A Les caractéristiques de l emploi salarié dans les entreprises de Bâtiment sur le territoire 2. Les entreprises du Bâtiment du territoire de la MDEB sont-elles plus attractives? Le mouvement des salariés à l intérieur du secteur Mouvement des salariés dans les entreprises de Bâtiment (y compris apprentis) Nombre de salariés Nombre d'entrants Taux d'entrants Nombre de sorties Taux de sorties Taux de rotation * ensemble des salariés des moins de 25 ans MdEB % % 18% 30% Loir-et-Cher % % 18% 30% Centre % % 18% 33% France % % 21% 38% 672 salariés entrants dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire de la MDEB 672 salariés entrants en 2011 soit 525 salariés (hors apprentis) dont 20% de moins de 25 ans et 147 apprentis 17 % des salariés (hors apprentis) sortis d une entreprise du Bâtiment ont moins de 25 ans 425 salariés sortis en 2011 soit 388 salariés (hors apprentis) dont 17% de moins de 25 ans et 37 apprentis Entrants : il s agit des salariés entrés dans le secteur, l année en cours et ayant eu éventuellement un emploi préalable dans le secteur. Cet indicateur comprend les 1er entrants et les salariés mobiles. Ne correspond pas à la totalité des recrutements car les mouvements à l intérieur d une année ne sont pas comptés. * Taux de rotation : indicateur du mouvement des salariés à l intérieur du secteur (taux de rotation = (taux de sortie + taux d entrée) / 2) 91 91

92 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire A Les caractéristiques de l emploi salarié dans les entreprises de Bâtiment sur le territoire 3. Les salariés travaillant sur le territoire dans les entreprises du Bâtiment sont-ils plus âgés? L âge moyen des salariés travaillant dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire de la MDEB est de 37,4 ans Age moyen des salariés du Bâtiment (y compris apprentis) travaillant sur le territoire de la MDEF Age moyen Part des moins de 25 ans Part des plus de 55 ans MdEB 37,4 19% 10% Loir-et-Cher 37,5 19% 10% Centre 37,9 17% 11% France 37,9 15% 10% Source : UCF au 15 mars 2011 y compris apprentis La pyramide des âges des salariés est fortement impactée par les mouvements économiques Pyramide des âges des salariés du Bâtiment travaillant sur le territoire de la MDEB Unité : Nombre de salariés (y compris apprentis) Source : UCF au 15 mars Crise du début des années 90 Vague de recrutement suite à de nombreux départs à la retraite (2003 Loi Fillon) 92 92

93 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire A Les caractéristiques de l emploi salarié dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire 3. Les salariés travaillant sur le territoire dans les entreprises du Bâtiment sont-ils plus âgés? (suite) Des différences d âges sont présentes sur le territoire de la MDEB selon la fonction Répartition des salariés du Bâtiment travaillant sur le territoire de la MDEB par âge et métier Source : UCF au 15 mars 2011 y compris apprentis Moins de 25 ans 25% 60 ans et plus De 55 à 59 ans 20% 15% 10% 5% 0% De 25 à 29 ans De 30 à 34 ans Personnel administratif et commercial Personnel de la production De 50 à 54 ans De 35 à 39 ans Personnel technique et d'encadrement de chantier De 45 à 49 ans De 40 à 44 ans Peu de différences d âge selon les territoires. Répartition des salariés du Bâtiment travaillant par âge et territoire Source : UCF au 15 mars 2011 y compris apprentis 60 ans et plus Moins de 25 ans 20% 15% De 25 à 29 ans 10% De 55 à 59 ans 5% 0% De 30 à 34 ans MDEF MDEB Loir-et-Cher Centre France De 50 à 54 ans De 35 à 39 ans De 45 à 49 ans De 40 à 44 ans 93 93

94 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire A Les caractéristiques de l emploi salarié dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire 4. La part des salariés cadres des entreprises du Bâtiment de la MDEB est-elle importante? 4 % des salariés des entreprises du Bâtiment de la MDEB sont des cadres Répartition des salariés (y compris apprentis) travaillant dans les Répartition des salariés (y compris apprentis) travaillant dans les entreprises du Bâtiment par catégorie professionnelle entreprises de Bâtiment par catégorie professionnelle IAC ETAM Ouvrier Ensemble MdEB 4% 17% 79% 100% Loir-et-Cher 3% 15% 82% 100% Centre 5% 20% 75% 100% France 7% 19% 74% 100% Source : UCF au 15 mars 2011 y compris apprentis L âge moyen des cadres est de 44,6 ans Age moyen des salariés (y compris apprentis) travaillant dans les entreprises du Bâtiment par catégorie professionnelle IAC ETAM Ouvrier Age moyen Part 55 ans et + Age moyen Part 55 ans et + Age moyen Part 55 ans et + MdEB 44,6 20% 42,1 14% 36,0 9% Loir-et-Cher 45,6 22% 42,6 15% 36,3 9% Centre 46,0 23% 41,7 14% 36,4 9% France 44,5 20% 41,1 13% 36,5 9% La part des femmes IAC sur le territoire de la MDEB est de 14,3 % Source : UCF au 15 mars 2011 y compris apprentis Répartition des IAC des entreprises du Bâtiment sur le territoire de la MDEB Unité : Nombre de salariés - Source : UCF (y compris apprentis) au 15 mars ,7% 14,3% Hommes Femmes Note : IAC : Ingénieurs assimilés cadres ; ETAM : Employés, Techniciens et Agents de Maîtrise 94 94

95 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire B Les caractéristiques de l emploi ouvrier dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire Nb d'ouvriers des entreprises du Bâtiment Part ouvriers prod. / tous salariés Age moyen des ouvriers des entrep. du Bâtiment Taux d'ouvriers entrants en 2011 MdEB % 36,0 23% Loir-et-Cher % 36,3 24% Centre % 36,5 25% France % 36,5 27% Source : UCF au 15 mars 2011 y compris apprentis 1. Quel est le profil des ouvriers de la production employés dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire de la MDEB? La densité des ouvriers de la production du Bâtiment est hétérogène sur le territoire Répartition des ouvriers des entreprises du Bâtiment de la MDEB 100% 78% à 99% 50% à 77% 0% à 49% Note : IAC : Ingénieurs assimilés cadres ; ETAM : Employés, Techniciens et Agents de Maîtrise 95 95

96 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire B Les caractéristiques de l emploi ouvrier dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire 1. Quel est le profil des ouvriers de la production employés dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire de la MDEB? (suite) Les ouvriers de la production travaillant dans les entreprises du Bâtiment ont le même profil sur le territoire de la MDEB et sur les autres territoires. Profil des ouvriers de la production (y compris apprentis) travaillant dans une entreprise du Bâtiment sur le territoire de la MDEF MDEB Age moyen des ouvriers Part des apprentis Part des femmes MdEB 36,0 12% 2% Loir-et-Cher 36,3 11% 2% Centre 36,4 9% 2% France 36,5 7% 2% Source : UCF au 15 mars 2011 y compris apprentis Répartition des ouvriers du Bâtiment ( y compris apprentis) travaillant sur leur qualification* Source : UCF au 15 mars 2011 MdEB Loir-et-Cher Ouvriers peu qualifiés Ouvriers qualifiés Centre Ouvriers très qualifiés Qualification inconnue France % 50% 100% * : La qualification des ouvriers est établie en fonction des coefficients des conventions collectives : Ouvrier peu qualifiés : Bât ( ) TP ( ) ; ouvriers qualifiés : Bât ( ) TP ( ) ; ouvriers très qualifiés : Bât ( ) TP ( ) 96 96

97 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire B Les caractéristiques de l emploi ouvrier dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire 2. Quels sont les métiers Bâtiment présents sur le territoire de la MDEB? 25,4% des ouvriers Bâtiment sur le territoire de la MDEB sont des maçons Répartition des ouvriers du Bâtiment ( y compris apprentis) travaillant sur le territoire de la MDEB Source : UCF au 15 mars 2011 Maçon 536 Peintre Electricien Couvreur Plombier Métallier Menuisier Plâtrier Charpentier Carreleur 85 Chauffagiste 44 Préparateur en démolition 5 Répartition similaire sur les différents territoires 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% MdEB France Centre Note : sont considérés, dans ce point (B. 2), les ouvriers ayant un métier Bâtiment, quelque soit l activité de l entreprise (Bâtiment, Travaux Publics ou Autres)

98 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire B Les caractéristiques de l emploi ouvrier dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire 2. Quels sont les métiers Bâtiment présents sur le territoire de la MDEB? (suite) La présence des jeunes est plus marquée dans certains métiers Maçon Peintre Electricien Couvreur Plombier Métallier Menuisier Plâtrier Charpentier Carreleur Chauffagiste Age moyen des ouvriers du Bâtiment Part des moins de 25 ans Part des plus de 55 ans 37,9 16% 12% 37,1 26% 13% 33,7 30% 6% 32,6 33% 5% 33,1 37% 8% 39,8 13% 8% 35,7 23% 8% 35,9 25% 9% 33,6 25% 4% 34,3 31% 6% 36,7 30% 16% Source : UCF au 15 mars 2011 y compris apprentis Pyramide d âge par métier des ouvriers travaillant dans le Bâtiment sur le territoire de la MDEB Source : UCF au 15 mars 2011 y compris apprentis Maçon Peintre Electricien 60 ans et plus De 55 à 59 ans De 50 à 54 ans De 45 à 49 ans De 40 à 44 ans De 35 à 39 ans De 30 à 34 ans De 25 à 29 ans Moins de 25 ans 3% 9% 9% 11% 12% 16% 9% 15% 16% 60 ans et plus De 55 à 59 ans De 50 à 54 ans De 45 à 49 ans De 40 à 44 ans De 35 à 39 ans De 30 à 34 ans De 25 à 29 ans Moins de 25 ans 1% 12% 8% 12% 14% 10% 8% 10% 26% 60 ans et plus De 55 à 59 ans De 50 à 54 ans De 45 à 49 ans De 40 à 44 ans De 35 à 39 ans De 30 à 34 ans De 25 à 29 ans Moins de 25 ans 0% 6% 7% 10% 11% 11% 11% 14% 30% Couvreur Plombier Métallier 60 ans et plus De 55 à 59 ans De 50 à 54 ans De 45 à 49 ans De 40 à 44 ans De 35 à 39 ans De 30 à 34 ans De 25 à 29 ans Moins de 25 ans 1% 4% 9% 9% 7% 7% 14% 17% 33% 60 ans et plus De 55 à 59 ans De 50 à 54 ans De 45 à 49 ans De 40 à 44 ans De 35 à 39 ans De 30 à 34 ans De 25 à 29 ans Moins de 25 ans 2% 6% 9% 3% 11% 7% 11% 13% 37% 60 ans et plus De 55 à 59 ans De 50 à 54 ans De 45 à 49 ans De 40 à 44 ans De 35 à 39 ans De 30 à 34 ans De 25 à 29 ans Moins de 25 ans 1% 7% 13% 18% 17% 15% 9% 8% 13% 98 98

99 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire B Les caractéristiques de l emploi ouvrier dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire 2. Quels sont les métiers Bâtiment présents sur le territoire de la MDEB? (suite) Pyramide d âge par métier des ouvriers travaillant dans le Bâtiment sur le territoire de la MDEB Source : UCF au 15 mars 2011 y compris apprentis Menuisier Plâtrier 60 ans et plus De 55 à 59 ans De 50 à 54 ans 1% 7% 10% 60 ans et plus De 55 à 59 ans De 50 à 54 ans 4% 6% 13% De 45 à 49 ans De 40 à 44 ans De 35 à 39 ans De 30 à 34 ans De 25 à 29 ans Moins de 25 ans 60 ans et plus De 55 à 59 ans De 50 à 54 ans De 45 à 49 ans De 40 à 44 ans De 35 à 39 ans De 30 à 34 ans De 25 à 29 ans Moins de 25 ans Charpentier 10% 11% 9% 11% 17% 23% 1% 3% 9% 13% 7% 9% 11% 23% 25% De 45 à 49 ans De 40 à 44 ans De 35 à 39 ans De 30 à 34 ans De 25 à 29 ans Moins de 25 ans 60 ans et plus De 55 à 59 ans De 50 à 54 ans De 45 à 49 ans De 40 à 44 ans De 35 à 39 ans De 30 à 34 ans De 25 à 29 ans Moins de 25 ans Carreleur 6% 12% 9% 13% 13% 0% 6% 7% 9% 15% 11% 11% 11% 25% 31% Chauffagiste 60 ans et plus De 55 à 59 ans De 50 à 54 ans De 45 à 49 ans De 40 à 44 ans De 35 à 39 ans De 30 à 34 ans De 25 à 29 ans Moins de 25 ans 2% 14% 14% 5% 7% 9% 7% 14% 30% 99 99

100 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire B Les caractéristiques de l emploi ouvrier dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire 2. Quels sont les métiers Bâtiment présents sur le territoire de la MDEB? (suite) Différences peu prononcées entre les métiers du Bâtiment Répartition des ouvriers de la production du Bâtiment travaillant sur le territoire de la MDEB par qualification et âge Unité : Nombre de salariés (y compris apprentis) - Source : UCF au 15 mars 2011 Ouvriers jeunes qualifiés % d'ouvriers qualifiés et très qualifiés 75% Ouvriers plus âgés qualifiés 70% Menuisier Electricien Carreleur 65% Peintre Métallier Plombier 60% Maçon Moyenne d'âges des ouvriers Couvreur Charpentier 55% Plâtrier Chauffagiste Moyenne tous métiers de la production du Bâtiment sur le territoire de la MDEB ; âge moyen : 35,8 ans ; 62% d ouvriers qualifiés et très qualifiés. Ouvriers jeunes moins qualifiés 50% Ouvriers plus âgés moins qualifiés

101 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire B Les caractéristiques de l emploi ouvrier dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire 2. Quels sont les métiers Bâtiment présents sur le territoire de la MDEB? (suite) Concentration des ouvriers par métier du Bâtiment selon l activité de l entreprise Répartition des ouvriers de la production du Bâtiment (y compris apprentis) par activité de l'entreprise et par métier Maçon Peintre Electricien Couvreur Plombier Métallier Menuisier Plâtrier Charpentier Carreleur Chauffagiste Préparateur en démolition Ensemble des ouvriers du Bâtiment Equipement Aménagement, Gros œuvre Bois Métal Travaux Publics Autres technique finitions Ensemble des entreprises 97% 1% 1% - 1% 0% 0% 100% 2% 0% 0% - 96% 1% - 100% 2% 2% 3% 53% 1% 37% 3% 100% 2% 77% - 20% 0% % 2% 1% - 95% - 2% - 100% 1% 7% 90% - 1% - 1% 100% 2% 83% 10% - 5% - 1% 100% 9% 1% - 6% 84% - 1% 100% 2% 86% 4% 5% 3% % 27% 1% - 1% 71% % % 2% - 5% 100% 60% % - 20% - 100% 28% 20% 8% 18% 21% 4% 1% 100% Lecture : 97% des maçons travaillent dans une entreprise de gros œuvre 96% des peintres travaillent dans une entreprise d aménagement, finitions Diversification du métier des ouvriers par entreprise du Bâtiment selon l activité. Répartition Répartition des des ouvriers ouvriers (y compris (y compris apprentis) apprentis) travaillant travaillant dans une dans entreprise une entreprise de Bâtiment du Bâtiment par métier par et métier et activité activité de l'entreprise de l entreprise sur le sur territoire le territoire de la MDEB MDEF de la MDEB Gros œuvre Bois Métal Equipement technique Aménagement, finitions Maçon 73,4% 0,9% 0,9% - 1,1% 21,9% Peintre 0,7% 0,2% 0,3% - 45,1% 10,0% Couvreur 0,7% 34,9% - 10,3% 0,2% 8,6% Plombier 0,4% 0,2% - 39,3% - 6,9% Métallier 0,3% 2,4% 43,8% - 0,2% 6,4% Menuisier 0,4% 27,5% 4,7% - 1,3% 6,2% Plâtrier 1,8% 0,2% - 1,9% 22,7% 5,8% Electricien 0,7% 1,1% 1,9% 29,0% 0,6% 5,8% Charpentier 0,3% 23,9% 1,6% 1,7% 0,8% 5,3% Carreleur 3,2% 0,2% - 0,2% 11,4% 3,5% Chauffagiste ,8% 0,2% 1,7% Préparateur en démolition 0,4% 0,0% 0,0% 0,2% 0,0% 0,2% Métiers production TP 1,1% ,3% Autres métiers production BTP 16,4% 8,5% 46,9% 7,4% 16,4% Ensemble des entreprises du Bât. Ensemble des ouvriers 100,0% 100,0% 100,0% 100,0% 100,0% 100,0% 17,4% Lecture : 34,9% des ouvriers des entreprises de bois sont des couvreurs, 27,5% sont des menuisiers, 23,9% sont des charpentiers

102 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire B Les caractéristiques de l emploi ouvrier dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire 3. La proportion d ouvriers de la production partant à la retraite d ici 2017 dans les entreprises de Bâtiment est-elle plus importante sur le territoire de la MDEB? L âge des ouvriers de la production est comparable sur les différents territoires Répartition des ouvriers des entreprises du Bâtiment par âge et territoire Source : UCF au 15 mars 2011 y compris apprentis Moins de 25 ans 20% 60 ans et plus 15% De 25 à 29 ans De 55 à 59 ans 10% 5% 0% De 30 à 34 ans MdEB Loir-et-Cher Centre De 50 à 54 ans De 35 à 39 ans France De 45 à 49 ans De 40 à 44 ans Le taux de départ en retraite* est du même ordre sur la MDEB et les autres territoires. Taux Taux de de départs départs en en retraite retraite des des ouvriers ouvriers (y (y compris apprentis) des entreprises du compris apprentis) des entreprises de Bâtiment d ici à 2017 Bâtiment d'ici 2017 Age moyen Part des ouvriers de 55 ans et plus Taux de départ en retraite * MDeB 36,0 9% 8% Loir-et-Cher 36,3 9% 8% Centre 36,5 9% 7% France 36,5 9% 7% Source : UCF au 15 mars 2011 y compris apprentis * Taux de départ en retraite : rapport entre le nombre de départs à la retraite estimé et le stock des ouvriers au 15 mars

103 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire B Les caractéristiques de l emploi ouvrier dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire 4. Les ouvriers de la production entrants dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire de la MDEB sont-ils différents? 568 ouvriers de la production sont entrés dans les entreprises du Bâtiment du territoire de la MDEB Taux Taux d'ouvriers d ouvriers entrants dans les entreprises du de Bâtiment Bâtiment (y compris apprentis) (y compris apprentis) Nombre d'ouvriers Nb d'ouvriers entrants Taux d'ouvriers entrants % femmes MdEB % 3% Loir-et-Cher % 3% Centre % 2% France % 2% Source : UCF au 15 mars 2011 y compris apprentis Les ouvriers entrants dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire de la MDEB sont plus qualifiés que les autres territoires Age Age des des ouvriers entrants dans les entreprises du de Bâtiment (y (y compris apprentis) Age moyen Part des moins de 25 ans part des ouvriers qualifiés et très qualifiés MdEB 30,3 41% 55,4% Loir-et-Cher 30,8 40% 46,7% Centre 30,6 40% 43,2% France 31,2 35% 41,1% Source : UCF au 15 mars 2011 y compris apprentis Répartition des ouvriers (y compris apprentis) entrants dans les entreprises du Bâtiment selon leur qualification Source : UCF au 15 mars 2011 y compris apprentis MdEB 45% 37% 18% Loir-et-Cher 53% 35% 12% Centre 57% 31% 13% France 59% 29% 12% Ouvriers peu qualifiés Ouvriers qualifiés Ouvriers très qualifiés

104 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire B Les caractéristiques de l emploi ouvrier dans les entreprises de Bâtiment sur le territoire 4. Les ouvriers de la production entrants dans les entreprises du Bâtiment sur le territoire de la MDEB sont-ils différents? (suite) 25% des ouvriers Bâtiment entrés dans les entreprises du territoire de la MDEB sont des maçons Répartition des ouvriers du Bâtiment (y compris apprentis) entrants par territoire et par métier Source : UCF au 15 mars 2011 y compris apprentis 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% MdEB Centre France Poids des ouvriers entrants dans le Bâtiment (y compris apprentis) rapporté aux effectifs sur le territoire de la MDEB Source : UCF au 15 mars 2011 y compris apprentis Maçon 22% Peintre 27% Electricien 19% Couvreur 25% Plombier 22% Métallier 15% Menuisier Plâtrier 20% 18% Charpentier 23% Carreleur 27% Chauffagiste les ouvriers du Bâtiment sont entrés dans des entreprises différentes selon le territoire. 20% Répartition des ouvriers Bâtiment entrants (y compris apprentis) par activité de l'entreprise MdEB Loir-et-Cher Centre France Gros œuvre Bois Métal Equipement technique Aménagement, finitions Travaux Publics Autres Ensemble des entreprises 30% 20% 5% 19% 22% 3% 0% 100% 34% 21% 5% 18% 19% 2% 1% 100% 31% 17% 4% 28% 18% 2% 1% 100% 32% 13% 4% 28% 21% 1% 1% 100% Source : UCF au 15 mars 2011 y compris apprentis Note : sont considérés, ici, les ouvriers des métiers du Bâtiment, quelque soit l activité de l entreprise (Bâtiment, Travaux Publics ou Autres)

105 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire C Des signes de montée en compétence des entreprises de Bâtiment 1. Point sur les labels et certifications des professionnels du Bâtiment ECO Artisan : Environ 100 en région Centre (situation 2012) marque déposée par la CAPEB (Confédération de l Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment) et destinée aux entreprises artisanales du bâtiment qui ont fait le choix de s impliquer dans l amélioration de la performance énergétique des logements. La marque est délivrée par QUALIBAT, choisi comme organisme gestionnaire, et attribuée pour 3 ans renouvelables aux artisans qui s engagent à respecter l intégralité des «engagements Qualité» figurant dans le référentiel de la marque. Un ECO Artisan doit notamment disposer de toutes les assurances professionnelles nécessaires en cours de validité, s engager à utiliser un logiciel professionnel pour la réalisation de l évaluation thermique des logements, conseiller des solutions performantes qui répondent aux attentes de sa clientèle. Il aura été au préalable soumis à un examen d évaluation (QCM) de ses compétences dans le domaine de la performance énergétique. Des audits sur chantier et en entreprise sont périodiquement réalisés afin de vérifier le respect des engagements de l ECO Artisan. Cette marque a été officiellement lancée le 17 avril 2009 par une convention signée entre le MEEDDM (Ministère de l Ecologie, l Environnement, le Développement durable et la Mer) et la CAPEB. Pro de la Performance Energétique : marque déposée par la FFB (Fédération Française du Bâtiment) et destinée à accompagner les professionnels adhérents à atteindre les objectifs fixés par le Grenelle de l Environnement. Pour bénéficier de l usage de cette marque, l entreprise doit avoir signé la charte «Bâtir avec l environnement», lancée en octobre 2008 par la Fédération auprès de ses adhérents, justifier d une qualification professionnelle assortie d une mention «économie d énergie» ou d une certification «rénovation énergétique, attribuées par les organismes Qualibat ou Qualifelec (association technique et professionnelle de qualification des entreprises d électricité). Cette marque officiellement lancée le 4 novembre 2009 par une convention signée entre le MEEDDM, l ADEME et la FFB, est gérée par QUALIBAT depuis le 1 er octobre QUALIBAT : Environ en région Centre et 220 dans le Loir-et-Cher (situation 2012) organisme certificateur indépendant créé en 1949, spécialisé dans le bâtiment et accrédité par le COFRAC (Comité Français d Accréditation). Cet organisme a développé plusieurs nouvelles certifications métiers liées aux EnR ; elles concernent la rénovation énergétique, les installations photovoltaïques, les installations solaires thermiques, les installations géothermiques et les installations thermiques bois énergie. Sont par ailleurs, prévues des qualifications «Etanchéité à l air» et «Murs végétalisés». A noter qu une mention «économie d énergie» peut désormais être attribuée aux entreprises qualifiées ayant formé au moins 10 % de leur personnel aux modules FEE Bat. Enfin, une nouvelle certification «Rénovateur global» est annoncée pour fin Qualit ENR : Environ 325 en région Centre et 48 dans le Loir-et-Cher (situation 2012) Association fondée en 2006, regroupant les principaux installateurs d énergies renouvelables pour promouvoir la qualité d installation des systèmes à énergie renouvelable. Elle gère 4 appellations (labels) : Quali Sol (pour eau chaude solaire et chauffage solaire), Quali PV (pour électricité solaire), Quali Bois (pour chauffage Bois Energie) et Quali PAC (Chauffage aérothermie et géothermie). Pour obtenir ces appellations, l entreprise doit avoir installé précédemment l un des équipements concernés (chaudière bois, pompe à chaleur,.) ; réaliser une formation agréé par Qualit ENR ; effectuer une VAE ou une formation d au moins 350h dans les métiers considérés et réussir un questionnaire de validation organisé par Qualit ENR

106 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire C Des signes de montée en compétence des entreprises du Bâtiment 2. Recensement des entreprises labellisées et/ou certifiées 48 entreprises titulaires d une appellation Qualit ENR dans le Loir-et-Cher en avril 2013, soit 15% de la région Centre Situation Appellations Qualibois QualiPV Qualisol QualiPAC avril 2013 QualitEnR Cher Eure et Loir Indre Indre et Loire Loir et Cher Loiret région Centre Répartition des labellisation Qualit ENR par type de labellisation Source : Qualit ENR situation avril % 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 30% 29% Région Centre Loir et Cher 25% 25% 25% 23% 21% 22% QualiPV QualiPAC Qualibois Qualisol Le département du Loir-et-Cher localise pas loin de 50 entreprises titulaires de l appellation Qualit ENR, soit 15% des qualifications régionales. L offre de service est plus développée sur l appellation QualiPAC avec 29% du total des entreprises du département du Loir-et-Cher. A noter que le Loiret ne détient pas loin du 1/3 des qualifications régionales Loiret 30% Répartition départementale des entreprises titulaires d une appellation Qualit ENR Loir et Cher 15% Source : Qualit ENR situation avril 2013 Cher 11% Eure et Loir 12% Indre 13% Indre et Loire 19%

107 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire C Des signes de montée en compétence des entreprises du Bâtiment 2. Recensement des entreprises labellisées et/ou certifiées Nombre Situation avril 2013 d entreprises qualifiées Cher 166 Eure et Loir 233 Indre 125 Indre et Loire 327 Loir et Cher 220 Loiret 430 Région Centre entreprises titulaires d une appellation Qualibat dans le Loir-et-Cher en avril 2013, soit 15% de la région Centre 1500 entreprises en région Centre ont la certification Qualibat. Parmi elles, 220 sont issues du Loir-et-Cher, soit 15% de la région Centre Répartition départementale des entreprises titulaires d une appellation Qualibat Source : Qualibat situation avril 2013 Loiret 29% Cher 11% Eure-et-Loir 15% Loir-et-Cher 15% Indre-et-Loire 22% Indre 8%

108 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire D Quelle est l évolution du travail intérimaire? 308 emplois équivalent temps plein au 3 ème trimestre 2012, soit une augmentation de 19% par rapport au 3 ème trimestre 2011 GO Nombre Equivalent Temps Plein T SO Total BAT Évolution sur 1 an Loir-et-Cher ,9% Région Centre ,8% Le gros œuvre augmente de 3,3% et le second œuvre de 22% dans le Loir-et-Cher Evolution trimestrielle du nombre d intérimaires en Equivalent Temps plein Indice base 100 au 1 er Trimestre 2002 Source : DARES T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T Loir-et-Cher Région Centre France

109 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire E - Quels sont les besoins de recrutement des entreprises avec salarié(s)? 177 projets de recrutement dans les métiers de la construction du Bâtiment sur le bassin d emploi de Blois Projets de recrutement Difficulté de recrutement Emplois saisonniers BTP Tous secteurs part BTP BTP Tous secteurs BTP Tous secteurs MDE Blaisois ,5% 90,6% 41,1% 14,1% 42,8% Loir-et-Cher ,6% 77% 43,1% 12,6% 39,4% Région Centre ,6% 56,2% 41% 8,4% 32,7% Répartition des projets de recrutement dans le secteur du Bâtiment par métier sur le bassin d emploi de Blois Source : Enquête sur les besoins de mains d oeuvre 2013 Pôle emploi Ouvriers non qualifiés du second oeuvre du bâtiment Plombiers, chauffagistes projets de recrutement sur le bassin blaisois Ouvriers qualifiés des travaux publics, du béton et de l'extraction Menuisiers et ouvriers de l'agencement et de l'isolation Ouvriers non qualifiés du gros oeuvre du bâtiment Couvreurs Conducteurs d'engins du bâtiment et des travaux publics et d'engins lourds Charpentiers (bois) Maçons Professionnels du travail de la pierre et des matériaux associés Ouvriers qualifiés de la peinture et de la finition du bâtiment Ouvriers non qualifiés des travaux publics, du béton et de l'extraction Sur le bassin d emploi de Blois, les ouvriers non qualifiés du second œuvre du bâtiment sont les plus porteurs de projets de recrutement avec 16% des intentions de recrutement dans le secteur de la construction du Bâtiment, suivi des plombiers, chauffagiste (14%). Par contre, les métiers d ouvriers non qualifiés des travaux publics, du béton et de l'extraction, les électriciens du bâtiment et les charpentiers (métal) n ont quant à eux déclarés aucun projet de recrutement Électriciens du bâtiment 0 Charpentiers (métal)

110 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire E - Quels sont les besoins de recrutement des entreprises avec salarié(s)? Répartition de la part des difficultés à recruter dans le secteur du Bâtiment par métier sur le bassin d emploi de Blois Source : Enquête sur les besoins de mains d oeuvre 2013 Pôle emploi Professionnels du travail de la pierre et des matériaux associés 100 % Plombiers, chauffagistes 100 % Ouvriers qualifiés de la peinture et de la finition du bâtiment Ouvriers non qualifiés du gros oeuvre du bâtiment 100 % 100 % Maçons 100 % Couvreurs 100 % Conducteurs d'engins du bâtiment et des travaux publics et d'engins lourds 100 % Charpentiers (bois) 100 % Ouvriers non qualifiés du second oeuvre du bâtiment Ouvriers qualifiés des travaux publics, du béton et de l'extraction Menuisiers et ouvriers de l'agencement et de l'isolation Ouvriers non qualifiés des travaux publics, du béton et de l'extraction 0 % 56% 87 % 83 % Électriciens du bâtiment 0 % Charpentiers (métal) 0 % métiers du Bâtiment rencontrent entièrement des difficultés (100%) à recruter et 3 métiers ne rencontrent aucune difficulté à embaucher

111 Janv Avr Juil Oct Janv Avr Juil Oct Janv Avr Juil Oct Janv Avr Juil Oct Janv Avr Juil Oct III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire F Le marché du travail sur le territoire : les demandes et offres d emploi 1. Comment évolue le nombre de demandeurs d emploi issus des entreprises de Construction? Nb DEFM issus des entreprises de Construction Poids / à l'échelon géo supérieur Part Construction / tous secteurs Evolution déc / déc MDE du Blaisois % 8% + 15,8% Loir-et-Cher % 8% + 13,5% Centre % 8% + 13,2% France % + 11,7% DEFM : demandeurs d emploi en fin de mois Source : DARES à fin déc Evolution marquée des demandeurs d emploi en fin de mois sur le territoire de la maison de l emploi Evolution du nombre de DEFM issus d'une entreprises de Construction sur le territoire de la MDEF MDEB Unité : Nombre de DEFM - Source : DARES Le territoire de la maison d emploi du blaisois avec plus de 1000 DEFM issus des entreprises de la construction à la fin décembre 2012, représente 53% des demandeurs d emploi du département. La croissance du nombre de DEFM résidant sur le territoire est très marquée depuis quelques années. Entre décembre 2011 et décembre 2012, ce sont 16% de personnes supplémentaires issues des entreprises de Construction inscrites sur les listes de demandeurs d emploi. Evolution Evolution au au mois mois de de janvier Janvier du du nombre nombre de de DEFM DEFM issus issus des d'une entreprises de Construction sur le territoire de la MDEB entreprises de Construction sur le territoire de la MDEF MDEB Unité : Nombre de DEFM au 31 décembre - Source : DARES 30% 20% 10% 0% -10% 2008/ / 2010 MDE du Blaisois Loir-et-Cher Centre France 2010/ / 2012 Evolution du nombre de DEFM base 100 en décembre 2008 sur le territoire de la MDEF MDEB 150 Unité : Nombre de DEFM - Source : DARES DEFM issus du secteur Construction DEFM ensemble de l'activité Déc Déc Déc Déc Déc DEFM: Demandeurs d emploi en fin de mois Sont considérés ici les demandeurs d emploi en fin de mois des catégories A, B et C, c est-à-dire les demandeurs d emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d emploi, sans emploi ou ayant une activité réduite, dont le précédent employeur était une entreprise appartenant au secteur Construction

112 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire F Le marché du travail sur le territoire : les demandes et offres d emploi 2. Quel est le profil des demandeurs d emploi recherchant un métier BTP sur le territoire de la MDEB? Nb DEFM recherchant un métier BTP Poids / à l'échelon géo supérieur Part des DEFM de moins de 25 ans Part des DEFM qualifiés MDE du Blaisois % 21% 79% 70% Loir-et-Cher % 22% 78% 71% Centre % 24% 76% 67% France % 79% 66% Répartition des DEFM recherchant un métier BTP à fin décembre 2012 Part des DEFM inscrits depuis moins d'un an Source : DARES à fin déc Environ personnes domiciliées sur le territoire de la maison de l emploi recherchaient un emploi dans le secteur du BTP à fin décembre Sont considérés dans ce point les demandeurs d emploi en fin de mois des catégories A, B et C, c est-à-dire les demandeurs d emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d emploi, sans emploi ou ayant une activité réduite, recherchant un métier dans le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics

113 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire F Le marché du travail sur le territoire : les demandes et offres d emploi Répartition par âge des DEFM recherchant un métier BTP MDE du Blaisois Loir-et-Cher Centre France DEFM de moins de 25 ans DEFM de 25 à 34 ans DEFM de 35 à 49 ans DEFM de 50 ans et plus 21% 22% 24% 21% 28% 28% 29% 30% 35% 34% 32% 34% 15% 16% 15% 16% Répartition des DEFM recherchant un métier BTP par sexe Unité : Nombre de DEFM - Source : DARES à fin décembre 2012 MDE du Blaisois Loir-et-Cher Centre France Hommes Femmes Répartition des DEFM recherchant un métier BTP selon l'ancienneté de leur inscription Unité : Nombre de DEFM - Source : DARES à fin décembre % 12% 14% 16% 16% 17% 19% 19% 17% 18% 19% 19% 53% 53% 48% 47% 24 mois et plus de 12 à 23 mois de 6 mois à 11 mois Moins de 6 mois MDE du Blaisois Loir-et-Cher Centre France Des demandeurs d emploi plus jeunes sur le territoire de la MDEB 21% des DEFM domiciliés sur le territoire recherchant un métier BTP ont moins de 25 ans. Ce sont principalement des hommes qui recherchent ce type d emploi : 97% ; L ancienneté des demandes d emploi est similaire sur les différents territoires étudiés : autour de 65% des demandes datent de moins d un an

114 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire F Le marché du travail sur le territoire : les demandes et offres d emploi Répartition des DEFM recherchant un métier BTP selon les 15 métiers les plus demandés Unité : Nombre de DEFM - Source : DARES à fin novembre 2012 Maçonnerie Préparation du gros œuvre et des travaux publics Peinture en bâtiment Électricité bâtiment 7% 11% 16% 14% MDE du Blaisois Centre Installation d'équipements sanitaires et thermiques 7% France Conduite d'engins de terrassement et de carrière Montage d'agencements Pose de fermetures menuisées Pose de revêtements rigides Pose et restauration de couvertures Construction en béton 3% 3% 3% 3% 6% 5% 5 métiers concentrent plus de la moitié des DEFM recherchant un métier BTP La maçonnerie, la préparation du gros œuvre et des TP, la peinture, l électricité et l installation d équipements sanitairesthermiques concentrent 55% des DEFM recherchant un métier BTP. Conduite de travaux du BTP Construction de routes et voies Réalisation et restauration de façades Ingénierie et études du BTP 3% 2% 2% 2% La qualification des DEFM est similaire quel que soit le territoire : environ 80% des demandeurs d emploi dans le BTP à fin décembre 2012 sont qualifiés. 0% 5% 10% 15% 20% Répartition par qualification des DEFM recherchant un métier BTP Manœuvres et employés non qualifiés Ouvriers spécialisés et qualifiés Employés qualifiés, techniciens et agents de maîtrise Ingénieurs et cadres MDE du Blaisois Loir-et-Cher Centre France 17% 17% 18% 18% 67% 66% 63% 60% 13% 14% 17% 19% 3% 2% 2% 3% Source : DARES à fin déc

115 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire G Quelles sont les compétences maîtrisées par les entreprises avec salarié(s) Part des entreprises qui maîtrisent les compétences techniques parmi celles qui souhaitent se développer sur ces domaines Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Autre Techniques de pose d'huisseries (ponts thermiques, Peintures, colles, solvants à la chaux, caséine, huile Vitrages à isolation renforcée (TH>8) Mise en place de dispositifs d'autocontrôle Mise en œuvre de matériaux de gros œuvre de type Etanchéité à l'air Ventilation Géothermie 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% 100% Isolation par l'extérieur Rupture ponts thermiques 80% 86% Toiture végétalisée Chauffage bois Confort été, rafraichissement Panneaux bois, bardage bois Mise en œuvre de matériaux d'isolation intérieure Solaire thermique Mise en œuvre de matériaux de gros œuvre de type 67% 67% 67% 60% 57% 50% 50% Enduits de type chaux, chanvre, terre Ossature bois, poteaux poutres 33% 33% 0% 20% 40% 60% 80% 100% La majorité des entreprises dit maîtriser les compétences techniques sur lesquelles elle souhaite se développer. La moitié des compétences proposées dans le questionnaire semble maîtrisée par la totalité des entreprises voulant se développer. Les enduits de type chaux, chanvre, terre et ossature bois, poteaux, poutres constituent les domaines sur lequel l acquisition de compétences apparaît moins manifeste d après le jugement des professionnels interrogés

116 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire G Quelles sont les compétences maîtrisées par les entreprises avec salarié(s) Part des entreprises qui maîtrise les compétences réglementaires parmi celles qui souhaitent se développer sur ces domaines Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Règlementation sécurité incendie Règlementation thermique Règlementation accessibilité (adaptation au handicap) 63% 80% 79% 0% 50% 100% Les entreprises désireuses de développer leur activité en lien avec des aspects réglementaires estiment, à plus de 75 % d entre elles, maîtriser les compétences pour le faire. Néanmoins, au regard du constat établi précédemment sur les volets techniques, aucun des items n enregistre une maîtrise à 100 %. Même la réglementation thermique, malgré l information et les formations mises en place, fait apparaître encore un besoin d acquisition de compétences. Part des entreprises maîtrisant les compétences parmi celles souhaitant se développer sur les domaines transversaux Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Informatique, utilisation d'internet Conception et réalisation de bâtiments La coordination de chantier Gestion, tri et recyclage des déchets de Outils d'évaluation des travaux Approche globale des travaux de Connaissance du bâti ancien 100% 100% 100% 100% 100% 89% 80% Approche globale de l'enveloppe du bâti 60% Bâtir une offre commerciale en Dispositifs d'aide aux travaux : crédit 45% 40% Autre 0% 0% 50% 100% Sur les volets transversaux, pour 11 items proposés, 7 recueillent une proportion, à plus de 80%

117 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire H Les artisans seuls sont-ils prêts à répondre aux marchés de la performance énergétique et la qualité environnementale? Vous sentez-vous prêts à répondre aux marchés de travaux liés à l amélioration de la performance énergétique? Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre 40% des artisans sont prêts à répondre aux marchés de travaux liés à l amélioration de la performance énergétique et dans le même temps 1/4 ne maîtrisent pas encore les compétences requises par ces marchés. Pour y répondre, êtes-vous prêts à : Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre 27% artisans sont prêts à se former pour répondre aux marchés de la performance énergétique et la qualité environnementale. Les autres ne sont pas concernés par ce type de marchés (aucune demande client) et ne prévoient donc pas de faire évoluer leur offre dans ce domaine

118 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire I Traduction de l impact en emploi des marchés actuels en lien avec la performance énergétique et la qualité environnementale Nombre d équivalents temps plein sur le marché de la performance énergétique et de la qualité environnementale dans le Bâtiment en 2012 sur le territoire de la MDEB Source : Estimation CER BTP Centre C.A. Bâtiment : 375 M actifs équivalents Bâtiment temps plein Autres travaux 86% Travaux PEQE 14% 585 équivalents temps plein concernés par la construction neuve de bâtiments à performance énergétique et qualité environnementale et la rénovation énergétique Chiffre d affaires et nombre d équivalents temps plein concernés par les marchés de la performance énergétique et de la qualité environnementale dans le Bâtiment en 2012 sur le territoire de la MDEB Source: Estimation CER BTP Centre Construction Neuve à Performance Energétique et Qualité Environnementale 14 millions d euros 152 ETP* concernés Dont ENR 26 millions d'euros 287 ETP* concernés Rénovation Energétique 39 millions d euros 433 ETP* concernés ETP* = d équivalents temps plein

119 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire I Traduction de l impact en emploi des marchés actuels en lien avec la performance énergétique et la qualité environnementale Répartition des d équivalents temps plein sur le marché de la performance énergétique et de la qualité environnementale dans le Bâtiment en 2012 sur le territoire de la MDEB Source : Estimation CER BTP Centre (à partir des résultats de l enquête MDEB) Efficacité énergétique Equipements ENR Répartition des équivalents temps plein par métier par nature de travaux performance énergétique et de la qualité environnementale en 2012 sur le territoire de la MDEB Source : Estimation CER BTP Centre (à partir des résultats de l enquête MDEB) Travaux d'enveloppe «Performance Energétique et Qualité Environnementale» Travaux d équipement technique «Performance Energétique et Qualité Environnementale» Travaux d aménagement intérieur «Performance Energétique et Qualité Environnementale» 301 ETP* concernés 163 ETP* concernés 121 ETP* concernés 180 Maçons 108 Menuisiers 8 Electriciens 5 Charpentiers 72 Electriciens 55 Maçons 57 Peintres 55 Menuisiers 19 Menuisiers 5 Charpentiers 17 Charpentiers 4 Maçons Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre ETP* = d équivalents temps plein

120 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire SYNTHESE: De l analyse des marchés de la Construction durable au diagnostic de la montée en compétence dans les marchés de la Construction métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon 2014 Influences Marchés Bâtiment & ENR Le secteur Bâtiment & ENR Besoin en emploi Besoin en formation Salariés Bâtiment MDEB Loir-et- Cher Nb de salariés Bâtiment Demandes d emploi en fin de mois Nb de demandeurs Construction en 12/2012 MDE B Loir-et- Cher Région Âge moyen 37,4 37,5 37,9 Taux d entrants % 22% 23% Besoin de recrutement Projets de recrutement BTP 2012 MDEB Loir-et- Cher Région Dont projets difficiles 90 % 77 % 6,2 % Dont permanents 14 % 12,6 % 8,4 % Travail intérimaire MDEB Loir-et- Cher Nombre d ETP (31/12/2012) Région ND Evolution sur un an ND +18,9% -7,8% Région Gisement des métiers ouvriers Nb d ouvriers des entreprises de Bâtiment Part ouvriers prod. / tous salariés. Âge moyen ouvriers des entreprises de Bâtiment Taux d ouvriers entrants 2008 MDEB Loir-et- Cher Région % 82% 75% 36 36,3 36,5 23% 24% 25% Taux départ à la retraite 8% 8% 7% Part ouvriers qualifiés et très qualifiés 55,4% 46,7% 43,2% Marchés de la performance énergétique et de la qualité environnementale MDEB Nb ETP perf. énerg. et qualité env. 585 Dt enveloppe (Gros œuvre, clos couvert) 301 Dt équipement technique 163 Dt aménagement intérieur 121 Evolution 12/12 12/11 +15,8 % +13,5% 13,2% Qualification MDE B Loir-et- Cher Régio n Nb d entreprises titulaires d une appellation Qualit ENR Nb d entreprises titulaires d une appellation Qualibat ND ND Prospective Métiers / Compétences

121 III- Performance énergétique et qualité environnementale: un impact sur l emploi dans le secteur du Bâtiment sur le territoire SYNTHESE : Emploi Bâtiment et des ENR Forces et faiblesses de l emploi Bâtiment et des ENR du territoire de la MDEB Forces Un âge moyen des salariés qui s est réduit au cours des dernières années Des ouvriers très qualifiés proportionnellement plus importants Un rajeunissement des salariés ouvriers sur les métiers de couvreurs, charpentiers, plombiers, électriciens avec des besoins d évolution de qualifications Les entreprises spécialisées dans le bois, intègrent proportionnellement plus d entrées Faiblesses Un taux d encadrement (IAC ETAM) inférieur aux moyennes régionale et nationale Un renouvellement rapide de la main d œuvre qui semble traduire une relative fragilité des emplois Des salariés sur les métiers de peinture, de maçonnerie et de métalliers vieillissants

122 IV- la formation sur le territoire de MDEB I. Données de cadrage II. L évolution des marchés du Bâtiment et des ENR III. Emploi dans le Bâtiment et les ENR IV. La formation V. Conclusion: Prospective La relation Marché/ Emploi/Formation 122

123 IV- la formation sur le territoire de la MDEB A- L offre de formation initiale Bâtiment Carte des formations initiales en région Centre Source: Rectorat, CCCA-BTP

124 IV- la formation sur le territoire de la MDEB A- L offre de formation initiale Bâtiment 663 jeunes en formation initiale en sur le territoire de la MDEB, soit la quasi totalité des effectifs en formation initiale du département Effectifs en formation initiale Poids / à l échelon géo.supérieur Apprentissag e Voie scolaire Total Apprentissag e Voie scolaire Total MDE Blaisois ,5% - 85,8% Loir-et-Cher ,2% 3,9% 11,3% Région Centre Répartition des effectifs en formation initiale sur le territoire de la MDEB par mode de formation et niveau de diplôme Unité: Nb de jeunes en formation initiale - Source : Rectorat, CCCA-BTP - 31 mars 2012 MDEB Loir-et-Cher Niveau V Niveau IV Total CAP MC BAC PRO BP Apprentissage Voie scolaire Apprentissage Voie scolaire MC : mention complémentaire BP : brevet professionnel CAP: Certificat d aptitude professionnelle Répartition des effectifs en formation initiale sur le territoire de la MDEB selon le niveau de formation Unité: Nb de jeunes en formation initiale - Source : Rectorat, CCCA-BTP mars 2012 L apprentissage : une voie de formation très ancrée sur le territoire du blaisois, avec 90% des jeunes préparant un diplôme de niveau V dont 94% de CAP. Niveau V 90% Niveau IV 10%

125 IV- la formation sur le territoire de la MDEB A- L offre de formation initiale Bâtiment Le BTP CFA de Blois 692 jeunes en formation initiale au 31 décembre 2012 dans le CFA de Blois Effectifs total au 31 décembre 08/09 09/10 10/11 11/12 12/13 Évolution 2012/2013 Évolution 4 ans avant Pré-apprentissage CPA ,0% 3,6% Niveau V CAP ,0% -16,6% MC ,0% 23,3% Niveau IV BP ,5% -9,5% BAC PRO Total ,2% -12,1% Évolution des effectifs en formation initiale dans le CFA de Blois par niveau de formation Source : BTP CFA Loir-et-Cher / / / / / / /2013 Pré-apprentissage Niveau V Niveau IV Sensible baisse des effectifs de jeunes en formation Les effectifs en formation initiale baissent sensiblement chaque année. Une baisse liée à la conjoncture mais qui reste très faible comparativement aux évolutions des effectifs dans les BTP CFA au niveau régional et national. Pour l année scolaire en cours, on observe une baisse de -2,2%. Sur quatre ans le BTP CFA a perdu 12% de ses effectifs A noter que pour la première fois au BTP CFA de Blois, 12 jeunes sont inscrits en BAC PRO cette année

126 IV- la formation sur le territoire de la MDEB A- L offre de formation initiale Bâtiment Le BTP CFA de Blois Répartition par diplôme préparé des jeunes apprentis en Bâtiment le territoire de la MDEB Source : BTP CFA Loir-et-Cher CPA 4% BAC PRO 2% Près de 80% des jeunes du BP 10% CAP 79% territoire préparent un CAP. (Proportion plutôt stable depuis plusieurs années). MC 5% Pourcentage des effectifs féminins accueillis au CFA de Blois Source : BTP CFA Loir-et-Cher 2012/2013 1,16 % 2011/ /2011 1,72 % 1,83 % 0 0,5 1 1,5 2 Très peu de filles en formation bâtiment. Au fil des années leur nombre augmente faiblement par rapport à l effectif total qui lui continue de diminuer

127 IV- la formation sur le territoire de la MDEB A- L offre de formation initiale Bâtiment Le BTP CFA de Blois Répartition des effectifs 2012 / 2013 par métier Source : BTP CFA Loir-et-Cher / effectifs au 31 décembre 2012 Niveau du diplôme Diplôme Libellé de la spécialité Code spécialité Effectif total au 31 déc. % de l'effectif total Pré-apprentissage CPA CPA : pas de spécialité définie 0CPA 29 4,19% Niveau V CAP Carreleur mosaïste CAR 16 2,31% Niveau V CAP Charpentier bois CHB 36 5,20% Niveau V CAP Constructeur bois COB 8 1,16% Niveau V CAP Couvreur CV 82 11,85% Niveau V CAP Installateur sanitaire IS 52 7,51% Niveau V CAP Installateur thermique IT 24 3,47% Niveau V CAP Maçon MACON 74 10,69% Niveau V CAP Menuisier fabricant de menuiserie, mobilier et agencement MEF 33 4,77% Niveau V CAP Menuisier installateur MEI 1 0,14% Niveau V CAP Peintre-applicateur de revêtements PAR 58 8,38% Niveau V CAP Plâtrier-plaquiste PLAQ 78 11,27% Niveau V CAP Préparation et réalisation d'ouvrages électriques PROEL 50 7,23% Niveau V CAP Serrurier métallier SEM 35 5,06% Niveau V MC Plaquiste Q 10 1,45% Niveau V MC Zinguerie Z 27 3,90% Niveau IV BP Charpentier CHB4 8 1,16% Niveau IV BP Couvreur C4 25 3,61% Niveau IV BP Plâtrerie-plaque P4 12 1,73% Niveau IV BP Serrurerie métallerie M4 22 3,18% Niveau IV BAC PRO Interventions sur le patrimoine bâti INTPB 12 1,73% EFFECTIF TOTAL ,00%

128 IV- la formation sur le territoire de la MDEB A- L offre de formation initiale Bâtiment Le BTP CFA de Blois Répartition des jeunes en formation initiale dans le CFA de Blois par spécialités Source : BTP CFA Loir-et-Cher / effectifs au 31 décembre 2012 Couvreur Plâtrier-plaquiste Maçon Peintre-applicateur de revêtements 58 Serrurier métallier Installateur sanitaire Préparartion et réalisation d'ouvrages électriques Charpentier bois 36 8 Menuisier fabrican Pré apprentissage (CPA) Zinguerie Installateur thermique Carreleur mosaïste Intervention sur le patrimoine bâti Plaquiste Constructeur bois CPA CAP MC BP BAC PRO Menuisier installateur Trois formations regroupent 40% des effectifs en formation initiale, avec quatre jeunes sur dix qui suivent ces formations (Couvreur, Plâtrier-plaquiste ou Maçon)

129 IV- la formation sur le territoire de la MDEB A- L offre de formation initiale Bâtiment Le BTP CFA de Blois C A P Évolution des résultats aux examens par niveau de formation Source : BTP CFA Loir-et-Cher CFA Moyenne régionale Moyenne nationale B P CFA Moyenne régionale Moyenne nationale B A C - P R O Moyenne régionale Moyenne nationale

130 IV- la formation sur le territoire de la MDEB A- L offre de formation initiale Bâtiment Le BTP CFA de Blois L offre de formation continue au CFA de Blois La formation continue au CFA de Blois Source : BTP CFA Loir-et-Cher FINANCEURS EFFECTIFS FONGECIF 3 CONSTRUCTYS 2 Autres OPCA 1 CONSEIL REGIONAL CENTRE PÔLE EMPLOI 2 AUTO FINANCEMENT 3 / Total 11 METIERS EFFECTIFS Installateur Sanitaire 4 Serrurier Métallier 2 Menuisier Fabricant 2 Construction Bois 1 Plâtrier 1 Maçon 1 Total

131 IV- la formation sur le territoire de la MDEB A- L offre de formation initiale Bâtiment Le BTP CFA de Blois Les atouts et les faiblesses du BTP CFA de Blois L ensemble des métiers du bâtiment sont présents dans l offre de formation du BTP CFA 41, y compris des «sections régionales» (CAP & BP Plâtrier-Plaquiste, MC Plaquiste, MC Zinguerie, BP Couverture, CAP Constructeur Bois, BP Charpente, CAP Ferronnerie & BP Serrurerie Métallerie) ; Une dynamique de développement de l offre de formation et d élévation des niveaux de qualification à travers la reconstruction totale du BTP CFA 41 (ouverture Sept.2016) ; Ouverture de 3 Bac Pro : Intervention Patrimoine bâti (sept 2012) Ouvrage du Bâtiment/Métallerie (2014) Technicien Constructeur Bois (2015) Ouverture de 3 BTS : Enveloppe/Etanchéité des façades Charpente/Couverture Systèmes Constructif Bois Une reconstruction du BTP CFA 41 qui intègre le développement de l offre de formation «formation continue» (plateaux dédiés, hébergement adapté ) L offre formation continue (artisans & salariés) est encore limitée sur le territoire ; La demande de formation continue (artisans & salariés) reste à développer ; Manque de lisibilité de l offre de formation initiale & continue ; Peu de formation de niveau IV au CFA (4 Brevet Professionnels + 1 Bac Pro) Pas de niveau III (à ce jour ) L orientation vers le secteur du BTP et dans une formation en alternance reste encore à mobiliser. La priorité du CFA est d assurer une formation et une certification de qualité, seule garante de l employabilité réelle et durable des jeunes

132 IV- la formation sur le territoire de la MDEB B- L offre de formation continue Bâtiment en lien avec le Grenelle de l environnement 1. La formation continue des entreprises de moins de 10 salariés stagiaires et 97 contrats de professionnalisation en formation continue BTP sur la région Centre Stagiaires Contrats de professionnalisation Nombre Nombre d heure de formation Engagements financiers ( ) Nombre Nombre d heure de formation Engagements financiers ( ) Loir-et-Cher Région Centre Source: Constructys Centre données 2012 Répartition 2012 par statut du nombre de stagiaires en formation continue en région Centre Source: Constructys Centre données 2012 IAC 3,5% Etam - Technicien 7% Employés - Ouvriers 89,5% Entreprises de moins de 10 salariés stagiaires en formation continue en région Centre en ont été engagés pour les stagiaires de la région formés en % de l engagement financier en région Centre pour les contrats de professionnalisation ont concerné le département du Loir-et-Cher 9 stagiaires sur 10 en région sont des employés ou des ouvriers

133 IV- la formation sur le territoire de la MDEB B- L offre de formation continue Bâtiment en lien avec le Grenelle de l environnement 1. La formation continue des entreprises de moins de 10 salariés Nombre de contrats de professionnalisation en région Centre par domaine de formation Source: Constructys Centre données 2012 COUVERTURE ETANCHEITE 17 ACHAT MARKETING COMMERCIAL 13 MENUISERIE BOIS PLASTIQUE ET AGENCEMENT 12 FINITIONS REVETEMENTS SOLS ET MURS 11 INSTALLATION THERMIQUE ET GENIE CLIMATIQUE 10 ADMINISTRATIF COMPTA PAIE INSTALLATION SANITAIRE GAZ 6 6 PLATRE STAFF 5 CHARPENTE BOIS 4 TRAVAUX PUBLICS GENIE CIVIL MACONNERIE GROS ŒUVRE 3 3 CONDUITE D'ENGINS METALLERIE CONSTRUCTION METALLIQUE 2 2 CARRELAGE FAIENCE ELECTRICITE BATIMENT TAILLE DE PIERRE contrats de professionnalisation en région Centre Près d un tiers des salariés d entreprises de moins de 10 salariés en contrat de professionnalisation viennent du domaine «couverture étanchéité» et «achat marketing commercial»

134 IV- la formation sur le territoire de la MDEB B- L offre de formation continue Bâtiment en lien avec le Grenelle de l environnement 2. La formation continue des entreprises de 10 salariés et plus stagiaires et 341 contrats de professionnalisation en formation continue BTP sur la région Centre Stagiaires Contrats de professionnalisation Nombre Nombre d heure de formation Engagements financiers ( ) Nombre Nombre d heure de formation Engagements financiers ( ) Loir-et-Cher Région Centre Source: Constructys Centre données 2012 Répartition 2012 par statut du nombre de stagiaires en formation continue en région Centre Source: Constructys Centre données 2012 IAC 11,2% Etam - Technicien 16,3% Employés - Ouvriers 72,5% Entreprises de 10 salariés et plus stagiaires en formation continue en région Centre en ont été engagés pour les stagiaires de la région formés en % de l engagement financier en région Centre pour les contrats de professionnalisation ont concerné le département du Loir-et-Cher 73% des stagiaires de la région sont des employés ou des ouvriers

135 IV- la formation sur le territoire de la MDEB B- L offre de formation continue Bâtiment en lien avec le Grenelle de l environnement 2. La formation continue des entreprises de 10 salariés et plus Nombre de contrats de professionnalisation en région Centre par domaine de formation Source: Constructys Centre données 2012 MACONNERIE GROS ŒUVRE CHARPENTE BOIS INSTALLATION THERMIQUE ET GENIE CLIMATIQUE ELECTRICITE BATIMENT MENUISERIE BOIS PLASTIQUE ET AGENCEMENT AUTRES FORMATIONS TECHNIQUES BTP TRAVAUX PUBLICS GENIE CIVIL COUVERTURE ETANCHEITE METALLERIE CONSTRUCTION METALLIQUE FINITIONS REVETEMENTS SOLS ET MURS TAILLE DE PIERRE ORGANISATION DE PRODUCTION COORDINATION DE PLATRE STAFF INSTALLATION SANITAIRE GAZ ACHAT COMMERCIAL MARKETING MENUISERIE BOIS PLASTIQUE ET AGENCEMENT ADMINISTRATIF COMPTA PAIE VRD CANALISATION GESTION D'ENTREPRISE ELECTRICITE TRAVAUX PUBLICS RESEAUX INFORMATIQUE DE PRODUCTION SECURITE BTP ROUTES ENROBES TERRASSEMENT RESSOURCES HUMAINES COMMUNICATION CARRELAGE FAIENCE AUTRES FORMATIONS SECURITE HORS BTP - AMIANTE - NUCLEAIRE contrats de professionnalisation en région Centre 24% des salariés d entreprises de plus de 10 salariés en contrat de professionnalisation concernent «la maçonnerie gros œuvre»

136 IV- la formation sur le territoire de la MDEB B- L offre de formation continue Bâtiment en lien avec le Grenelle de l environnement 3. Bilan de dispositif FEEBAT Nombres de sessions et de personnes formées dans le cadre du dispositif FEEBAT de 2008 à 2012 Source: Cellule FEEBAT Nombre de sessions Cumul Nombre de stagiaires Loir-et-Cher Région Centre Cumul France personnes ont été formées dans le Loir-et-Cher de 2008 à 2012, soit 8,3% des formations régionales Qu est-ce que le dispositif FEEBAT? La Formation aux économies d énergie des entreprises et des artisans du Bâtiment développe et systématise la prise en compte de la dimension énergétique dans l ensemble des travaux de rénovation des bâtiments, en les appuyant sur des technologies performantes et des solutions innovantes. Module 1 Module 2 Module 3 Module 4 Module 5 à partir de septembre 2011 Identifier les éléments clés d une offre globale d amélioration énergétique des bâtiments. Maîtriser les logiciels pour mettre en œuvre une offre globale d amélioration énergétique des bâtiments. Connaître, maîtriser et mettre en œuvre les technologies performantes d amélioration énergétique des bâtiments. Exploiter l évaluation thermique et vendre l offre globale d amélioration énergétique des bâtiments résidentiels. S organiser pour porter juridiquement l offre globale d amélioration énergétique des bâtiments résidentiels. Gérer les interfaces d un chantier en résidentiel basse consommation : RT2012 perméabilité à l air Mettre en œuvre des bâtiments en résidentiel basse consommation : RT2012 perméabilité à l air Le module 1 Tertiaire a pour but d élaborer et de proposer des offres de travaux d amélioration énergétique adaptées aux petits et moyens bâtiments tertiaires. Le nouveau module 3 a pour but de mettre en œuvre des solutions d amélioration énergétique des bâtiments tertiaires

137 IV- la formation sur le territoire de la MDEB B- L offre de formation continue Bâtiment en lien avec le Grenelle de l environnement 3. Bilan de dispositif FEEBAT Répartition du nombre de stagiaires formés de 2008 à 2012 en région Centre selon le module Source: Cellule FEEBAT Module 5 1% Module 3 20% Module 2 32% Nouveau Module 3 0% Module 1 42% Module 1 tertiaire 5% Bilan des stagiaires formés au 31 décembre 2012 Unité : Nb de stagiaires - Source: organisme de formation stagiaires formés en région Centre de 2008 à % des stagiaires ont suivi les modules de formation 1, 2 et 3. Le module le plus suivi reste le module 1 avec 42%. Toujours aucune cession du module 4 et du nouveau module 3 en région Centre La région Centre au 10 ième rang des régions françaises en nombre de stagiaires formés

138 IV- la formation sur le territoire de la MDEB C- Les pratiques actuelles et les besoins de formation continue des entreprises avec salarié(s) 1. Analyse des pratiques des entreprises en terme de formation continue Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Entreprises ayant formé ou prêtes à former leurs salariés pour monter en compétences sur les techniques réglementation et sur les EnR Au cours des 2 dernières années, une ou plusieurs personnes de votre entreprise a t elle suivi des formations en construction ou rénovation durable? Des formations pour votre entreprise sontelles prévues en 2013 en construction ou rénovation durable? Formation suivie ou en projet Plus de 2/3 des entreprises du territoire ont déclaré avoir envoyé un ou plusieurs salariés en formation construction/rénovation durable au cours de ces deux dernières années. Inversement pour l année 2013, seulement 1/3 prévoit de le faire. Une entreprise sur trois n a pas fait de plan de formation et ne prévoit pas de le faire ; dans le même temps, 27% ont fait des formations et vont en faire cette année

139 IV- la formation sur le territoire de la MDEB C- Les pratiques actuelles et les besoins de formation continue des entreprises avec salarié(s) 1. Analyse des pratiques des entreprises en terme de formation continue Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre 1.1 Quels types d entreprises se sont formées ou vont se former? La capacité de suivre ou de programmer des formations s exprime davantage au sein des entreprises de petite taille (1 à 2 salariés) et aussi au sein de celles de plus de 10 salariés. Sur l ensemble des entreprises, ce sont celles de gros œuvre et de technique du Bâtiment qui en ont fait bénéficier le plus à leur salarié

140 IV- la formation sur le territoire de la MDEB C- Les pratiques actuelles et les besoins de formation continue des entreprises avec salarié(s) 1. Analyse des pratiques des entreprises en terme de formation continue Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre 1.2 Quelles sont les formations suivies par les entreprises? Les formations suivies par les salariés de Gros Œuvre reposent surtout sur les matériaux et les normes réglementaires ; les formations du secteur technique sont basées sur les modules FEEBat; celles du bois, sur les mesures financières et celles de l aménagement/finition sur le technologique et aussi sur les mesures financières 1.3 Quelles sont les formations prévues par les entreprises? Part des entreprises enquêtées prévoyant des formations sur les technologies Part des entreprises enquêtées prévoyant des formations sur les normes et réglementations Isolation par l'extérieur Etanchéité à l'air Ossature bois, poteaux poutres Ventilation Rupture ponts thermiques Menuiseries (vitrages et Panneaux bois, bardage bois Isolation par l'intérieur Toiture Autre 39% 27% 26% 22% 20% 18% 18% 14% 12% 0% 0% 20% 40% 60% Thermique 41% Accessibilité 9% Qualité de l'air intérieur 5% Sécurité incendie 5% Autre 0% Acoustique 0% 0% 10% 20% 30% 40% 50% La thermique prédomine largement au sein des thèmes de formation touchant au volet réglementaire. Cette préoccupation est 4 fois plus importante que celle touchant à l accessibilité. Concernant les formations portant sur la technologie, les besoins sont plus diffus, néanmoins l isolation par extérieur se détache

141 IV- la formation sur le territoire de la MDEB C- Les pratiques actuelles et les besoins de formation continue des entreprises avec salarié(s) 1. Analyse des pratiques des entreprises en terme de formation continue Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre 1.3 Quelles sont les formations prévues par les entreprises? Part des entreprises enquêtées prévoyant des formations sur les énergies renouvelables Part des entreprises enquêtées prévoyant des formations sur les modules FEEBAT Chauffage bois Géothermie 0% 21% Module 2 28,8% Photovoltaïque 0% Module 1 27,4% Autre 0% Module 3 13,2% Petit éolien 0% Solaire thermique 0% 0% 5% 10% 15% 20% 25% Module 4 5,4% 0,0% 20,0% 40,0% Part des entreprises enquêtées prévoyant des formations sur les matériaux Matériaux d'isolation de type chanvre, laine de bois, ouate de cellulose 14% Matériaux de gros œuvre d'origine de type terre, paille, pisé, torchis 14% Autre 8% Matériaux de gros œuvre d'origine de type brique, mono mur, béton cellulaire 0% 0% 5% 10% 15% Les formations prévues sur les énergies renouvelables apparaissent très modestes aussi bien au niveau des thèmes traités que de l intensité des besoins exprimés. En effet, la seule énergie renouvelable sur laquelle veulent se former les entreprises est le «chauffage bois». Les formations FEEBAT sont relativement bien représentées. En tout état de cause, des besoins sont exprimés quel que soit le module considéré. Les modules 1 et 2 se détachent toutefois. Sur les matériaux, les besoins qui se détachent concerne l utilisation des matériaux d isolation de type chanvre, laine de bois, ouate de cellulose et aussi ceux de gros œuvre d origine de type terre, paille pisé, torchis

142 IV- la formation sur le territoire de la MDEB C- Les pratiques actuelles et les besoins de formation continue des entreprises avec salarié(s) 1. Analyse des pratiques des entreprises en terme de formation continue Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre 1. 4 Les principaux modes de formation Quel est le mode de formation principal? 6% 16% 28% 14% 36% Par la Chambre de Métiers (ou autres organismes consulaires) Par un Centre de formation (AFPA, GRETA, GREFAB, CEREF,.) Par un Syndicat professionnel Par un Fabricant sur chantiers Ne sait pas encore Par une structure privée indépendante Par un négociant Non réponse Les entreprises du territoire mobilisent de la formation aux travers de divers vecteurs. L image qui se dégage, toutefois, des réponses traitées est celle d un dispositif encadré largement que par les structures professionnelles (36%) mais aussi par les centres de formation (28%). La part des formations réalisées par un fabricant sur un chantier apparaît ici inexistante

143 IV- la formation sur le territoire de la MDEB C- Les pratiques actuelles et les besoins de formation continue des entreprises avec salarié(s) 2. Freins et leviers de la formation continue Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre 2. 1 Difficultés à former De manière générale, est-ce difficile pour vous ou le personnel de l entreprise de suivre des formations Les difficultés de formation sont assez diverses car on compte quasi autant d entreprises qui font part de difficultés que d autres exprimant le jugement inverse (48% contre 42%). L impossibilité à dégager du temps ou du personnel constitue le frein principal à la formation pour les entreprises éprouvant des difficultés à former, suivi dans une moindre mesure du coût financier qu elles jugent parfois trop élevé. Quelle est la raison principale liée aux difficultés de formation? parmi les entreprises éprouvant des difficultés

144 IV- la formation sur le territoire de la MDEB C- Les pratiques actuelles et les besoins de formation continue des entreprises avec salarié(s) 2. Freins et leviers de la formation continue Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre 2. 2 Les leviers pour développer la formation continue Selon vous, quelles actions devraient développer les acteurs de l emploi-formation pour vous aider à former votre personnel? Non Non réponse 56% Des formation Des formations moins éloignées moins éloignées de mon de entreprise mon entreprise Meilleurs visibilité de l'offre de formation (dispositifs financiers, offre Meilleure visibilité de l offre de formation (dispositifs financiers, offres) 34% 32% Des formations basées sur des outils tels qu'internet, formation sur Des formations basées sur des outils tels qu internet, formation sur chantier, tutorat 20% Autre(s) 7% Plus de la moitié des entreprises n a pas su quoi répondre quant aux actions à développer par les acteurs de l emploi-formation. Les formations moins éloignées des entreprises arrivent en tête des actions à développer avec 34% des répondants qui le souhaitent, suivies d une meilleure visibilité de l offre de formation (32%). 1 sur 5 souhaite des formations basées sur les outils tel qu internet, formation du chantier, tutorat

145 IV- la formation sur le territoire de la MDEB C- Les pratiques actuelles et les besoins de formation continue des entreprises avec salarié(s) 3. Conséquences de la montée en compétence des entreprises Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Est ce que vous avez fait les démarches pour obtenir un label de qualification reconnu Grenelle de l Environnement comme «Eco-artisan» (CAPEB) ou «Pro de la performance énergétique» (FFB) ou une qualification QUALIBAT/QUALIFELEC/QUALIT ENR spécifique? 18% 4% 36% 42% des entreprises n ont pas fait de démarches pour obtenir un label, car certaines ont invoqué la difficulté à les obtenir, d autres, un manque de chantier construction/rénovation durable. Néanmoins, plus d un tiers (36%) ont déjà un label. 42% Il est toutefois important de noter que le nombre d entreprises qui comptent engager des démarches pour obtenir un label en 2013 est quasi inexistante. Non réponse Oui Non Non, mais je vais le faire en 2013 Je ne connais pas ces labels Savez-vous qu à partir du 1 er janvier 2014, l État s est engagé à mettre en œuvre une éco-conditionnalité de ses aides (Crédit d impôt développement durable, éco-ptz ) à la réalisation de travaux par des entreprises ayant un signe de qualité «Reconnu grenelle Environnement» L éco-conditionnalité des aides de l Etat, mise en œuvre à partir du 1er janvier 2014, est connue par pas loin de la moitié des entreprises du territoire de la MDEB

146 IV- la formation sur le territoire de la MDEB D- Les pratiques actuelles et les besoins de formation continue des artisans seuls 1. Analyse des pratiques des artisans en terme de formation continue Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre 1.1 Artisans ayant été formés ou prêts à être formé pour monter en compétence sur les techniques réglementation et sur les EnR 9% 7% Formation suivie ou formation prévue 57% 27% Formation suivie et en projet Formation suivie sans projet Pas de formation suivie et projet Pas de formation suivie sans projet La formation est un domaine qui n est pas suffisamment exploré par les artisans travaillant seuls, car le cumul de ceux qui en ont bénéficié et de ceux qui ont projet de le faire ne représente que 16% des artisans ayant répondu à l enquête. Les professionnels du gros œuvre et de l aménagement finition/métal sont ceux qui se forment le moins car aucun d entre eux ne s est formé ou envisage le faire. A l inverse, on retrouve les professionnels du bois avec 1 sur 2. Aucun artisan de plus de 55 ans ne s est formé ou prévoit de le faire. La formation reste l apanage des artisans les moins âgés

147 IV- la formation sur le territoire de la MDEB D- Les pratiques actuelles et les besoins de formation continue des artisans seuls 1. Analyse des pratiques des artisans en terme de formation continue Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre 1. 2 Formations réalisées par les artisans Répartition des artisans seuls selon les formations réalisées ces deux dernières années Autres types de formation 100% Énergies renouvelables (Solaire, 70% Normes réglementaire (RT 2012, BBC, 49% FEEBAT 10% Mesures financières d'aide au travaux 10% Matériaux (Eco-matériaux à base de 10% Technologies (Isolation exterieure, 10% Au cours de ces deux dernières années, la thématique des énergies renouvelables arrive en tête dans la hiérarchie des formations ayant bénéficié aux artisans, suivi des normes réglementaires 1. 3 Formations prévues par les artisans Part des artisans enquêtés prévoyant des formations sur les normes et réglementations Part des artisans enquêtés prévoyant des formations sur les technologies Isolation par l'extérieur 23,0% Thermique Autre Accessibilité 0% 23% 77% Rupture ponts thermiques Toiture Etanchéité à l'air Autre 23,0% 23,0% 22,9% 22,9% Qualité de l'air intérieur 0% Ossature bois, poteaux poutres 0% Sécurité incendie 0% Ventilation 0% Acoustique 0% 0% 50% 100% Menuiseries (vitrages et huisseries) Panneaux bois, bardage bois Isolation par l'intérieur 0% 0% 0% 0% 20% 40% Près de deux artisans sur dix souhaitent bénéficier d une formation «thermique». Ce volet arrive largement en tête des formations prévues en lien avec les normes et les réglementations. Concernant les formations technologiques, les artisans souhaitent se former sur plusieurs thématiques, à savoir l isolation par extérieur; rupture ponts thermiques; toiture; étanchéité à l air

148 IV- la formation sur le territoire de la MDEB D- Les pratiques actuelles et les besoins de formation continue des artisans seuls 1. Analyse des pratiques des artisans en terme de formation continue Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre 1. 3 Formations prévues par les artisans Part des artisans enquêtés prévoyant des formations sur les énergies renouvelables Part des artisans enquêtés prévoyant des formations sur les matériaux Chauffage bois 31% Solaire thermique 31% Géothermie 0% Photovoltaïque 0% Autre 0% Petit éolien 0% 0% 10% 20% 30% 40% Matériaux d'isolation de type chanvre, laine de Matériaux de gros œuvre d'origine de type terre, Autre Matériaux de gros œuvre d'origine de type brique, 0% 23% 23% 46% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 6 artisans sur dix envisagent une formation sur la thématique des énergies renouvelables, principalement sur le chauffage bois et le solaire thermique. Les autres thématiques à savoir la géothermie, le photovoltaïque et le petit éolien ne font pas pour le moment partie des priorités des artisans interrogés. Concernant les matériaux, 46% des artisans souhaitent se former sur les matériaux d isolation de type chanvre, laine de bois, ouate de cellulose Les principaux modes de formation des artisans Quel est le mode de formation principal? 19% La majorité des artisans seuls, se forme par les syndicats professionnels (63%)

149 IV- la formation sur le territoire de la MDEB D- Les pratiques actuelles et les besoins de formation continue des artisans seuls 2. Conséquences de la montée en compétence des artisans Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Vous sentez-vous prêts à répondre aux marchés de travaux liés à l amélioration de la performance énergétique? Quatre artisans sur dix s estiment en capacité à accéder aux marchés de travaux liés à l amélioration de la performance énergétique. Pour y répondre, êtes-vous prêts à.? Pour y répondre, le levier clairement identifié est la formation avec 27% d entre eux qui sont prêts à se former

150 IV- la formation sur le territoire de la MDEB D- Les pratiques actuelles et les besoins de formation continue des artisans seuls 2. Conséquences de la montée en compétence des artisans Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Est-ce que vous avez fait les démarches pour obtenir un label «Eco-artisan» (CAPEB), «Pro de la performance énergétique (FFB) ou une qualification QUALIBAT spécifique? Seul 20% des artisans ont fait la démarche pour obtenir un label en 2012 et 1% prévoit le faire en Savez-vous qu à partir du 1er janvier 2014, l Etat s est engagé à mettre en oeuvre une éco-conditionnalité de ses aides (Crédits d impôts développement durable, eco-ptz ) à la réalisation de travaux par des entreprises ayant un signe de qualité «Reconnu Grenelle de l Environnement»? La totalité des artisans interrogés ne semble pas être au courant de l écoconditionnalité des aides mise en place par l Etat d ici le 1er janvier

151 IV- la formation sur le territoire de la MDEB SYNTHESE: De l analyse des marchés de la Construction durable au diagnostic de la montée en compétence dans les marchés de la Construction métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon 2017 Influences Marchés Bâtiment & ENR Le secteur Bâtiment & ENR Besoin en emploi Besoin en formation Formation initiale MDEB Loir-et- Cher Nb de jeunes en formation initiale Région Dont apprentissage Pratiques des entreprises avec salarié(s) et artisans seuls sur la formation performance énergétique et qualité environnementale ENTREPRISES AVEC SALARIE(S) Part des entreprises qui ont suivi et/ou qui vont suivre une formation MDEB 29% Formation continue MDEB Loir-et- Cher Nb d apprenants en formation continue en 2012 (entreprises de moins de 10) Nb d apprenants en formation continue en 2012 (entreprises de 10 et plus) Région Part des entreprises qui ont fait ou vont faire les démarches pour être labellisée 22% Part des entreprises qui ont connaissance de la mise en oeuvre de l éco conditionnalité des aides de l Etat ARTISANS SEULS Part des artisans qui ont suivi et/ou qui vont suivre une formation 0% 40% Part des entreprises qui ont fait ou vont faire les démarches pour être labellisée 22% Nb de formés FEEBAT Part des entreprises qui ont connaissance de la mise en oeuvre de l éco conditionnalité des aides de l Etat 22% Prospective Métiers / Compétences

152 IV- la formation sur le territoire de la MDEB SYNTHESE Forces et faiblesses de la formation Bâtiment et des ENR du territoire de la MDEB Forces la quasi-totalité des effectifs en formation initiale Bâtiment dans le Loir-et-Cher est sur le territoire de la MDEB Des apprentis en grand nombre (l apprentissage représente 100% des voies de formation) Faiblesses Des métiers à très faible nombre (chauffagiste et carreleur) Aucune formation en niveau III sur le territoire Un dispositif FEEBAT loin d avoir atteint ses objectifs avec un nombre de stagiaires en chute en 2012* Un recours à la formation continue envisagé par à peine 8% des artisans travaillant seul *les organisations professionnelles du bâtiment ont signé en Mai dernier officiellement la convention reconduisant le dispositif FEE Bat pour l année Ce nouvel élan du dispositif a impulsé le nombre de stagiaires au cours de l année 2013 avec une hausse des effectifs

153 V- Conclusion La relation Marché/ Emploi/Formation I. Données de cadrage II. L évolution des marchés du Bâtiment et des ENR III. Emploi dans le Bâtiment et les ENR IV. La formation V. Conclusion: Prospective La relation Marché/ Emploi/Formation 153

154 V- Conclusion La relation Marché/ Emploi/Formation A- Les marchés du Bâtiment à l horizon Scénario prospectif sur le territoire de la MDEB Les prévisions à horizon 2017 reposent sur plusieurs hypothèses : Sortie de crise L évolution globale de l activité du secteur Bâtiment sur le territoire intégrant notamment plusieurs hypothèses sur la sortie de crise Potentiel de rénovation énergétique L estimation du potentiel de travaux de rénovation énergétique sur le territoire : estimation qui tient compte notamment de la typologie du parc et de bouquets de travaux «type» Part et progression de la performance énergétique et qualité environnementale Des hypothèses sur la part de la performance énergétique et de la qualité environnementale dans le chiffre d affaires Bâtiment sur le territoire Le chiffre d affaires 2012 Bâtiment du territoire de la MDEB est estimé à 375 Millions d euros. Répartition du chiffre d affaires Bâtiment 2012 du territoire de la MDEB Source : *Estimation CER BTP Centre Chiffres d'affaires 2012* en M sur le territoire de la MDEB Neuf entretien- Amélioration Total Logement 86 M 140 M 226 M Locaux 82M 67 M 149 M Total 168 M 207 M 375 M La part du chiffre d affaires consacrée aux logements est de 60%. L activité d Entretien-Amélioration représente 55% du chiffre d affaires. 154

155 V- Conclusion La relation Marché/ Emploi/Formation A- Les marchés du Bâtiment à l horizon Scénario prospectif sur le territoire de la MDEB Variables influençant l activité Bâtiment et leur évolution probable au niveau du territoire de la MDE du Blaisois Variables clés Évolution probable Impact sur l'activité bâtiment Croissance démographique Favorable Besoins en logements Défavorable Vieillissement du parc de logements Favorable Précarité sociale et énergétique Défavorable Parc des logements vacants Défavorable Solvabilité des ménages Défavorable Réglementation thermique Favorable Aides au particulier Favorable Coût de la construction lié aux normes Défavorable Le repli de l activité enregistré en 2012 continuera à perturber le segment de la construction neuve de logements. L activité entretien/amélioration qui, certes résiste mieux, ne saurait à elle seule compenser l absence de dynamique de la construction neuve. La prévision médiane prévoit une stagnation du chiffre d affaires et une légère reprise à partir de Évolution du chiffre d affaires Bâtiment sur le territoire de la MDEB Source : Estimation CER BTP Centre CA MDEB Scénario haut scénario Médian Scénario Bas 155

156 V- Conclusion La relation Marché/ Emploi/Formation A- Les marchés du Bâtiment à l horizon Potentiel de travaux de rénovation énergétique en France et en Région Cadrage national : le Plan de Rénovation Énergétique de l Habitat (PREH) Annoncé en mars 2013, le plan d investissement pour le logement comprend plusieurs mesures pour rénover massivement les logements. Le PREH ainsi définit comprend 3 volets : Enclencher la décision de lancer des travaux notamment par la création d un «guichet unique». Cet outil doit simplifier les démarches des particuliers et permettre aux ménages de bénéficier des aides auxquelles ils peuvent prétendre. Financer les travaux en optimisant les dispositifs existants (crédit d impôt, éco PTZ) dans le cas de rénovations lourdes, en renforçant les moyens de l ANAH pour lutter contre la précarité énergétique, en octroyant une prime exceptionnelle de en plus des autres aides, en mettant en place un dispositif de tiers-financement destiné à suppléer les subventions publiques à compter de 2015 pour atteindre en vitesse de croisière rénovations lourdes chaque année dans le parc privé. Développer la filière en préservant ou créant emplois et en créant un groupe de travail chargé d examiner les questions fiscales et comptables, de normes, de formation, de concurrence et de lutte contre le travail illégal. Objectifs du Grenelle de l environnement et nouvelles réglementations Précarité énergétique Solvabilité des ménages Aides aux particuliers (éco-ptz, crédits d impôts, etc.) Typologie du parc de logements Evolution de la demande des clients Hausse du budget des collectivités territoriales Soutien du plan de relance Activité Bâtiment visant la performance énergétique Maîtrise des nouvelles compétences pour les entreprises Objectifs du PREH Dès 2014 : logements rénovés dont privés (ménages précaires et non précaires) et logements sociaux. En 2017 : logements rénovés dont dans le parc privé (dont précaires) et dans le parc social. 156

157 V- Conclusion La relation Marché/ Emploi/Formation A- Les marchés du Bâtiment à l horizon Potentiel de travaux de rénovation énergétique en région et sur le territoire de la MDEB Répartition par nature d ouvrage du montant potentiel de travaux de rénovation énergétique en région Centre Source : estimation CER BTP Centre Parc tertiaire public M 4% parc tertiaire privé M 19% Logements individuels M 52% Logements collectifs M 25% Montant potentiel total 30 Milliards Le montant de travaux de rénovation énergétique du parc de la région est estimé à près de 30 milliards d euros Ce marché concernera principalement les logements individuels, suivi par le parc tertiaire privé. 68% des dépenses potentielles de travaux dans les logements devraient concerner les maisons. 80% des montants de travaux potentiels dans le BNR devraient se situer dans le privé. Montant du potentiel de travaux de rénovation énergétique sur le territoire de la MDEB Source : estimation CER BTP Centre *BNR : Bâtiment non résidentiel parc tertiaire privé 497 M 24% Parc tertiaire public 103 M 5% Logements individuels M 49% Logements collectifs 462 M 22% Le montant des travaux de rénovation énergétique du parc du territoire de la MDEB est estimé à 2,1 milliards d euros soit 7% du potentiel de travaux de la région. Ce marché concernera à 71% les logements et à 29% les bâtiments non résidentiels tertiaires. Les dépenses potentielles de travaux pour les maisons représentent 69% du montant potentiel de l ensemble des logements. Montant potentiel total 2,1 Milliards La part concernant le parc privé dans les travaux de BNR est de 82%. 157

158 V- Conclusion La relation Marché/ Emploi/Formation A- Les marchés du Bâtiment à l horizon Une part croissante de la performance énergétique et de la qualité environnementale dans le chiffre d affaires Bâtiment Évolution attendue des parts de la rénovation énergétique et de la construction neuve à performance énergétique et qualité environnementale au sein du Bâtiment sur le territoire de la MDEB Source : estimation CER BTP Centre Construction neuve PEQE Rénovation Energétique CA Bâtiment Avertissement Ces prévisions se basent sur un scénario quasi-idéal en terme de montée en compétence dans l emploi sur la période sur le territoire. En effet, cette hausse d activité des marchés à performance énergétique et qualité environnementale doit s accompagner d une hausse en quantité et en qualification de l emploi sur ces marchés. Elle suppose également que l appareil de production du territoire est capable de répondre à cette hausse. Prévisions à l horizon 2017 : hausse constante de l activité performance énergétique et qualité environnementale sur la période Dans la construction neuve, la RT 2012 prévoit que tous les nouveaux logements soient «basse consommation» depuis le 1er janvier Cela devrait entraîner une forte augmentation du chiffre d affaires construction neuve à performance énergétique et qualité environnementale entre 2012 et Dans l entretien-rénovation, le Plan de Rénovation Énergétique de l Habitat fixe comme objectif de rénover logements à l horizon 2017 au niveau national. Toutefois, l expérience montre que ces objectifs ambitieux ne se vérifient pas forcément sur le terrain. Au niveau du territoire de la MDE du blaisois, l augmentation prévue du chiffre d affaires rénovation énergétique est de l ordre de 31% entre 2012 et 2017 soit un rythme inférieur à celui envisagé sur le créneau de la construction neuve. En 2017, le chiffre d affaires consacré à ces activités représentera près de 31% du chiffre d affaires Bâtiment, soit 117M. 158

159 V- Conclusion La relation Marché/ Emploi/Formation A- Les marchés du Bâtiment à l horizon Une part croissante de la performance énergétique et de la qualité environnementale dans le chiffre d affaires Bâtiment Evolution des chiffres d affaires performance énergétique et qualité Environnementale dans les différents marchés en 2017 sur le territoire Source : estimation CER BTP Centre (à partir des résultats de l enquête MDEB) Efficacité énergétique Equipements ENR M 10M 2M 12M 6M 7M 3M 4M 7M 2M 3M 2M Prévisions à l horizon 2017 La plupart des marchés en lien avec la performance énergétique et la qualité environnementale devrait connaître un essor entre 2012 et D ici 2017, les entreprises aspirent à se développer autour d activités dominantes comme l isolation des parois opaques et l isolation des ouvertures. Les problématiques liées à l isolation par l extérieur ou encore la ventilation sont également au cœur des préoccupations des professionnels. Avec un très léger recul, l enveloppe reste le créneau d activité dominant avec 50%. Chiffres d affaires attendu des différents marchés performance énergétique et qualité environnementale sur le territoire de la MDEB Source : estimation CER BTP Centre (à partir des résultats de l enquête MDEB) 29% 21% Enveloppe 50% Equipement technique Aménagement intérieur 159

160 V- Conclusion La relation Marché/ Emploi/Formation A- Les marchés du Bâtiment à l horizon Une part croissante de la performance énergétique et de la qualité environnementale dans le chiffre d affaires Bâtiment Chiffre d affaires prévisionnel 2017 des différents marchés performance énergétique et qualité environnementale sur le territoire de la MDEB Source : estimation CER BTP Centre (à partir des résultats de l enquête MDEB) Enveloppe (Gros Œuvre / Clos couvert) CA 2012 en M CA 2017 en M Évolution 2017/2012 Isolation par l'extérieur 7,60 10,1 +++ Rupture ponts thermiques 5,00 7,1 ++ Enduits de type chaux, chanvre, terre 4,70 6,7 ++ Techniques de pose d'huisseries (ponts thermiques, performance thermique, acoustique...) 3,60 5,0 ++ Etanchéité à l'air 2,60 3,6 ++ Panneaux bois, bardage bois 1,20 1,7 + Mise en œuvre de matériaux de gros œuvre de type terre, paille, pisé, torchis... 1,10 1,5 + Ossature bois, poteaux poutres 1,10 1,7 + Toiture végétalisée 0,40 0,5 + Total Enveloppe Equipement technique Ventilation 4,8 6,9 ++ Chauffage bois 3,0 4,3 + Mise en place de dispositifs d'autocontrôle 2,1 3,0 + Confort été, rafraichissement 1,7 2,5 + Aérothermie-Géothermie 1,4 2,5 + Panneaux photovoltaïques 1,1 3,0 + Autres 0,3 0,4 + Total Equipement tecnhique Aménagement intérieur (Second Œuvre / Finitions) Peintures, colles, solvants à la chaux, caséine, huile de lin,... 5,2 7,4 ++ Vitrages à isolation renforcée (TH>8) 4,9 7,0 ++ Mise en œuvre de matériaux d'isolation intérieure de type chanvre, laine de bois, ouate de cellulose 0,7 1,1 + Total Aménagement intérieur 10, Chiffre d affaires total performance énergétique et qualité environnementale

161 V- Conclusion La relation Marché/ Emploi/Formation A- Les marchés du Bâtiment à l horizon Une part croissante de la performance énergétique et de la qualité environnementale dans le chiffre d affaires Bâtiment Volonté de développement des marchés des entreprises de Bâtiment du territoire de la MDEB Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre 4.1 Sur quels marchés les entreprises vont-elles se développer? Les entreprises souhaitent à 81 % s appuyer sur de la formation pour développer des marchés. Le choix des formations envisagées est large. Aucune des thématiques proposées ne recueille moins de 50 % des réponses des chefs d entreprises interrogés. Les entreprises d aménagement finition/métal et d équipement technique expriment davantage de besoins. Part des entreprises souhaitant développer leur activité sur des compétences techniques Part des entreprises souhaitant développer leur activité sur des compétences réglementaires Part des entreprises souhaitant développer leur activité sur des compétences transversales 161

162 V- Conclusion La relation Marché/ Emploi/Formation A- Les marchés du Bâtiment à l horizon Une part croissante de la performance énergétique et de la qualité environnementale dans le chiffre d affaires Bâtiment Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre 4.1 Sur quels marchés les entreprises vont-elles se développer? Part des entreprises souhaitant se développer sur une compétence technique en performance énergétique et en qualité environnementale Isolation par l'extérieur Etanchéité à l'air Mise en œuvre de matériaux d'isolation Confort été, rafraichissement Ossature bois, poteaux poutres Techniques et équipements d'économies Rupture ponts thermiques Ventilation Mise en place de dispositifs d'autocontrôle Panneaux bois, bardage bois Peintures, colles, solvants à la chaux, Récupérateurs d'eaux pluviales Toiture végétalisée Mise en œuvre de matériaux de gros œuvre Techniques de pose d'huisseries (ponts Chauffage bois Enduits de type chaux, chanvre, terre Mise en œuvre de matériaux de gros œuvre Solaire thermique Vitrages à isolation renforcée (TH>8) Panneaux photovoltaïques 2% 5% 4% 8% 8% 8% 7% 7% 7% 7% 14% 14% 13% 12% 12% 11% 11% 11% 17% 17% 17% Part des entreprises souhaitant se développer sur une compétence réglementaire en performance énergétique et en qualité environnementale Règlementation thermique Règlementation accessibilité (adaptation Règlementation sécurité incendie 12% 18% 44% Part des entreprises souhaitant se développer sur une «autre» compétence en performance énergétique et en qualité environnementale Bâtir une offre commerciale en 26% Connaissance du bâti ancien 24% Dispositifs d'aide aux travaux : crédit 23% Approche globale des travaux de rénovation 21% Gestion, tri et recyclage des déchets de 16% Approche globale de l'enveloppe du bâti en 13% Outils d'évaluation des travaux 12% La coordination de chantier 10% Informatique, utilisation d'internet 7% Autre 4% Conception et réalisation de bâtiments BBC 3% 162

163 V- Conclusion La relation Marché/ Emploi/Formation B. L impact sur les besoins en emploi à l horizon 2017 Nombre d équivalents temps plein prévisionnel sur le marché de la performance énergétique et de la qualité environnementale dans le Bâtiment en 2017 sur le territoire de la MDEB Source : estimation CER BTP Centre C.A. Bâtiment : 375 M Autres travaux 69% Travaux PEQE 31% équivalents temps plein Bâtiment équivalents temps plein concernés par la construction neuve de bâtiments à performance énergétique et qualité environnementale et la rénovation énergétique Chiffre d affaires et nombre d équivalents temps plein concernés par les marchés de la performance énergétique et de la qualité environnementale dans le Bâtiment en 2014 sur le territoire de la MDEB Source: Estimation CER BTP Centre Construction Neuve à Performance Energétique et Qualité Environnementale 75 M 840 ETP* concernés Dont ENR 32 M 358 ETP* concernés Rénovation Energétique 42 M 470 ETP* concernés ETP* = d équivalents temps plein Ces chiffres ne représentent pas des créations d emploi mais le nombre d équivalents temps plein concernés pour les travaux à performance énergétique et qualité environnementale dans le Bâtiment en

164 V- Conclusion La relation Marché/ Emploi/Formation B. L impact sur les besoins en emploi à l horizon 2017 Répartition des équivalents temps plein concernés par l activité performance énergétique et qualité environnementale du Bâtiment dans les différents marchés en 2017 Source : estimation CER BTP Centre (à partir des résultats de l enquête MDEB) Efficacité énergétique Equipements ENR Répartition prévisionnelle des équivalents temps plein par métier par nature de travaux performance énergétique et de la qualité environnementale en 2017 sur le territoire de la MDEB Source : Estimation CER BTP Centre (à partir des résultats de l enquête MDEB) Travaux d'enveloppe «Performance Energétique et Qualité Environnementale» Travaux d équipement technique «Performance Energétique et Qualité Environnementale» Travaux d aménagement intérieur «Performance Energétique et Qualité Environnementale» 676 ETP* concernés 363 ETP* concernés 271 ETP* concernés 277 Menuisiers 275 Maçons 75 Charpentiers 139 Electriciens 85 Maçons 63 Menuisiers 128 Peintres 100 Menuisiers 33 Charpentiers 28 Electriciens 51 Couvreurs 5 Maçons 21 Couvreurs 25 Charpentiers 5 Couvreurs Ces chiffres ne représentent pas des créations d emploi mais le nombre d équivalents temps plein concernés pour les travaux à performance énergétique et qualité environnementale dans le Bâtiment en ETP* = d équivalents temps plein 164

165 V- Conclusion La relation Marché/ Emploi/Formation B. L impact sur les besoins en emploi à l horizon 2017 Répartition des équivalents temps plein concernés par l activité performance énergétique et qualité environnementale du Bâtiment dans les différents marchés en 2012 et en 2017 Source : estimation CER BTP Centre (à partir des résultats de l enquête MDEB) Nbre d ETP concernés en 2012 Nbre d ETP concernés en 2017 Enveloppe (Gros Œuvre / Clos couvert) Isolation par l'extérieur Rupture ponts thermiques Enduits de type chaux, chanvre, terre Techniques de pose d'huisseries (ponts thermiques, performance thermique, acoustique...) Etanchéité à l'air Ossature bois, poteaux poutres Panneaux bois, bardage bois Mise en œuvre de matériaux de gros œuvre de type terre, paille, pisé, torchis Toiture végétalisée 4 9 Total Enveloppe Equipement technique Ventilation Chauffage bois Mise en place de dispositifs d'autocontrôle Confort été, rafraichissement Aérothermie-Géothermie Panneaux photovoltaïques Autres 3 7 Récupérateurs d'eaux pluviales 0 0 Petit éolien Techniques et équipements d'économies d'eau (économiseurs d'eau, récupération eaux grises) Total Equipement tecnhique Aménagement intérieur (Second Œuvre / Finitions) Peintures, colles, solvants à la chaux, caséine, huile de lin, Vitrages à isolation renforcée (TH>8) Mise en œuvre de matériaux d'isolation intérieure de type chanvre, laine de bois, ouate de cellulose 9 19 Total Aménagement intérieur Total des actifs Répartition 2012 et 2017 par métier des équivalents temps plein concernés par les travaux de performance énergétique et qualité environnementale du Bâtiment sur le territoire de la MDEB Source : Estimation CER BTP Centre (à partir des résultats de l enquête MDEB) Nombre d ETP Nombre d ETP en 2012 en 2017 Maçons Menuisiers Electriciens Peintres Charpentiers-Couvreurs

166 V- Conclusion La relation Marché/ Emploi/Formation C. L impact sur les besoins en formation à l horizon Besoins en formation en 2017 dans les métiers du Bâtiment en lien avec la performance énergétique et la qualité environnementale Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Des activités techniques à développer en priorité GROS OEUVRE EQUIPEMENTS TECHNIQUES NS BOIS AMENAGEMENT - FINITION - METAL 166

167 V- Conclusion La relation Marché/ Emploi/Formation C. L impact sur les besoins en formation à l horizon Besoins en formation en 2017 dans les métiers du Bâtiment en lien avec la performance énergétique et la qualité environnementale Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Des activités règlementaires à développer en priorité GROS OEUVRE EQUIPEMENTS TECHNIQUES NS BOIS AMENAGEMENT - FINITION - METAL 167

168 V- Conclusion La relation Marché/ Emploi/Formation C. L impact sur les besoins en formation à l horizon Besoins en formation en 2017 dans les métiers du Bâtiment en lien avec la performance énergétique et la qualité environnementale Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre Des activités transversales à développer en priorité GROS OEUVRE EQUIPEMENTS TECHNIQUES NS NS BOIS AMENAGEMENT - FINITION - METAL NS 168

169 V- Conclusion La relation Marché/ Emploi/Formation C. L impact sur les besoins en formation à l horizon Enjeux de formation dans les métiers du Bâtiment à l horizon 2017 Volontés de se développer et compétences maîtrisées sur les domaines techniques de la part des entreprises du Bâtiment du territoire de la MDE du Blaisois Source : estimation CER BTP Centre à partir des résultats de l enquête MDEB Compétences maîtrisées 8% Isolation par l'extérieur Chauffage bois 6% Rupture ponts thermiques; 4% Confort été, rafraichissement Mise en œuvre de matériaux d'isolation intérieure de type chanvre, laine de bois, ouate de cellulose Vitrages à isolation renforcée (TH>8) Ventilation Volonté de développement 2% 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 0% Récupérateurs d'eaux pluviales -2% Enjeu de formation Compétence avec une volonté forte de développement mais qui reste à acquérir Sur le volet technique, les principaux axes de développement portent sur des domaines touchant à l enveloppe du bâti. Une forte volonté de développement sur l isolation extérieure, sur la mise en œuvre de matériaux d isolation intérieure, le confort été rafraichissement, la ventilation et la rupture de pont thermique. En terme de volonté de développement, les créneaux de marché en lien avec les énergies renouvelables souffrent de la comparaison avec les domaines précités ci-dessus. Le développement des compétences liés aux vitrages à isolation renforcée, au chauffage bois et au récupérateurs d eaux pluviales, est souhaité par peu d entreprises car elles disent les maîtriser. Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre 169

170 V- Conclusion La relation Marché/ Emploi/Formation C. L impact sur les besoins en formation à l horizon Enjeux de formation dans les métiers du Bâtiment à l horizon 2017 Volontés de se développer et compétences maîtrisées sur les domaines réglementaires de la part des entreprises du bâtiment du territoire de la MDE du Blaisois Source : estimation CER BTP Centre à partir des résultats de l enquête MDEB Compétences maîtrisées 70% 60% 50% Règlementation thermique 40% Règlementation sécurité incendie Règlementation accessibilité 30% (adaptation au handicap) 20% 10% Enjeu de formation Compétence avec une volonté forte de développement mais qui reste à acquérir Volonté de développement 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% 0% Une forte volonté de développement liée à la réglementation thermique La réglementation thermique arrive largement en tête des volontés de développement pour les chefs d entreprises. Le désir de développement en lien avec la réglementation accessibilité apparaît plus contenu et s accompagne d une maîtrise des compétences moins importante que la réglementation thermique. Seulement 15% des entreprises souhaitent se développer sur le volet sécurité incendie. Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre 170

171 V- Conclusion La relation Marché/ Emploi/Formation C. L impact sur les besoins en formation à l horizon Enjeux de formation dans les métiers du Bâtiment à l horizon 2017 Volontés de se développer et compétences maîtrisées sur les domaines transverses de la part des entreprises du Bâtiment du territoire de la MDE du Blaisois Source : estimation CER BTP Centre à partir des résultats de l enquête MDEB Compétences maîtrisées 40% 35% Bâtir une offre commerciale en amélioration et performance énergétique 30% Conception et réalisation de bâtiments BBC 25% Connaissance du bâti ancien Informatique, utilisation d internet 20% 15% Dispositifs d'aide aux travaux Volonté de développement -5% 5% 15% 10% 25% 35% 45% 5% La coordination de chantier 0% -5% Enjeu de formation Compétence avec une volonté forte de développement mais qui reste à acquérir Connaissance du bâti ancien ; dispositifs d aide aux travaux; bâtir une offre commerciale en amélioration et performance énergétique, des domaines à forte volonté de développement pour les chefs d entreprises Une entreprise sur quatre souhaitent développer son activité sur la connaissance du bâti ancien. L informatique, l utilisation d internet, la conception et la réalisation de bâtiment BBC ou en encore la coordination de chantier sont des domaines que maîtrise la plupart des chefs d entreprises interrogés. Sources: Enquête Maison de l Emploi / CER BTP Centre 171

Maison de l emploi. de la Meuse

Maison de l emploi. de la Meuse Maison de l emploi de la Meuse De l analyse des marchés de la Construction Durable au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon 2014 Étude Cellule Lorraine

Plus en détail

Chiffres clés du BTP en Aquitaine

Chiffres clés du BTP en Aquitaine Collection «études» Mars 2015 Chiffres clés du BTP en Aquitaine La filière BTP présentée dans ce document est composée de l ensemble des entreprises des secteurs d activité indiqués dans le tableau ci

Plus en détail

Maison de l emploi du Grand Nancy

Maison de l emploi du Grand Nancy De l analyse des marchés de la Construction Durable au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du bâtiment et des ENRà l horizon 2017 Maison de l emploi du Grand GIE Réseau Cellules des

Plus en détail

- Maison de l emploi en Cambrésis -

- Maison de l emploi en Cambrésis - De l analyse des marchés de la Construction Durable au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du bâtiment et des ENR à l horizon 2017 - Maison de l emploi en Cambrésis - Réseau national

Plus en détail

Maison de l emploi et de la formation. - Ardèche Méridionale -

Maison de l emploi et de la formation. - Ardèche Méridionale - Maison de l emploi et de la formation - Ardèche - De l analyse des marchés de la Construction Durable au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon 2014 Etude

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

C R C MIDI PYRÉNÉES. Midi-Quercy

C R C MIDI PYRÉNÉES. Midi-Quercy C R C MIDI PYRÉNÉES Maison de l emploi Développement durable De l analyse des marchés de la Construction Durable au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon

Plus en détail

Maison de l Emploi et de la Formation du Cotentin

Maison de l Emploi et de la Formation du Cotentin Maison de l Emploi et de la Formation du Cotentin Territoire de la Maison de l emploi : le Pays du Cotentin De l analyse des marchés de la Construction Durable au diagnostic de la montée en compétence

Plus en détail

Auto-entrepreneurs du BTP

Auto-entrepreneurs du BTP du BTP Situation en Midi-Pyrénées CRC MIDI PYRÉNÉES À la fin du mois de septembre 2010, la région Midi-Pyrénées comptait 4 957 auto-entrepreneurs dans le secteur du Bâtiment. Ce régime s adresse aux personnes

Plus en détail

- Maison de l Emploi Lille Métropole

- Maison de l Emploi Lille Métropole De l analyse des marchés de la Construction Durable au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du bâtiment et des ENR à l horizon 2017 - Maison de l Emploi Lille Métropole Réseau national

Plus en détail

Maison de l Emploi de. Valenciennes Métropole

Maison de l Emploi de. Valenciennes Métropole Maison de l Emploi de De l analyse des marchés de la Construction Durable au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon 2014 Comité de Pilotage Atelier de

Plus en détail

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011 Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011 S SECTORIELLES Les partenaires professionnels des contrats d objectifs bretons ont contribué à la préparation du CPRDF.

Plus en détail

Maison de l Emploi de

Maison de l Emploi de de De l analyse des marchés de la Construction Durable au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon 2014 Comité de Pilotage Atelier de Prospective Partagé

Plus en détail

Enquête éco-construction. Bilan et résultats

Enquête éco-construction. Bilan et résultats Enquête éco-construction Bilan et résultats Introduction Lancée sur l ensemble de la région Rhône-Alpes en juin 29 par le réseau des Chambres de Métiers et de l Artisanat de Rhône-Alpes et en partenariat

Plus en détail

Entreprises de construction : résultats de l EAE 2007

Entreprises de construction : résultats de l EAE 2007 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 58 Août 2009 Entreprises de construction : résultats de l EAE 2007 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION Le chiffre d affaires net de sous-traitance

Plus en détail

Édition avril 2014. Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS. Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France!

Édition avril 2014. Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS. Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France! Édition avril 2014 Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS 2014 Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France! éditorial L artisanat du bâtiment demeure cette année encore

Plus en détail

LE PROJET «MAISONS DE L EMPLOI ET DEVELOPPEMENT DURABLE» FILIERE «BATIMENT ET ENR»

LE PROJET «MAISONS DE L EMPLOI ET DEVELOPPEMENT DURABLE» FILIERE «BATIMENT ET ENR» LE PROJET «MAISONS DE L EMPLOI ET DEVELOPPEMENT DURABLE» FILIERE «BATIMENT ET ENR» Les bâtiments existants Ils sont très hétérogènes. Ils émettent dans leur ensemble 25% des émissions françaises de gaz

Plus en détail

La construction et les TP en Indre et Loire

La construction et les TP en Indre et Loire Les Collections de l OE2T Collection : Touraine au Jardin des Chiffres Edition Août 2013 La construction et les TP en Indre et Loire Chiffres Clés Sommaire 1 Etablissements par secteurs d activités et

Plus en détail

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois Avril 2013 1. Carte d identité du territoire et chiffres-clefs Nombre d habitants SCOT (2012) : 139 345 Nombre de communes

Plus en détail

Synthèse. Avril 2011

Synthèse. Avril 2011 De l analyse des marchés de la Construction Durable (performance énergétique et qualité environnementale) au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon 2014

Plus en détail

Nombre total d établissements au 1/1/14 (INSEE SIRENE) : 4 162. Etablissements employeurs privés au 31/12/14 (URSSAF) :

Nombre total d établissements au 1/1/14 (INSEE SIRENE) : 4 162. Etablissements employeurs privés au 31/12/14 (URSSAF) : 4 bis, rue Jules Favre BP 41028 37010 Tours Cedex 1 Tél : 02.47.47.20.45 Fax : 02.47.66.41.54 www.economie-touraine.com Collection : Touraine au Jardin des Chiffres Edition Août 2015 CONSTRUCTION ET TP

Plus en détail

Formations FEEBAT. Analyse des formations en Midi-Pyrénées C R C MIDI PYRÉNÉES

Formations FEEBAT. Analyse des formations en Midi-Pyrénées C R C MIDI PYRÉNÉES Formations FEEBAT Analyse des formations en Midi-Pyrénées C R C MIDI PYRÉNÉES Présentation du dispositif Qu est ce que le dispositif FEEBAT? La Formation aux Economies d Energie dans le Bâtiment a été

Plus en détail

Le Secteur du Logement en France 2013 : Activité et Données de Cadrage. Dernières tendances et perspectives

Le Secteur du Logement en France 2013 : Activité et Données de Cadrage. Dernières tendances et perspectives Le Secteur du Logement en France : Activité et Données de Cadrage Dernières tendances et perspectives Septembre Depuis le début de l année, l activité immobilière se dégrade progressivement, et ce tant

Plus en détail

Maison de l emploi et de la formation - Lyon -

Maison de l emploi et de la formation - Lyon - Maison de l emploi et de la formation - Lyon - De l analyse des marchés de la Construction Durable au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon 2014 Etude

Plus en détail

DES OUTILS POUR SUIVRE ET ANTICIPER LES ÉVOLUTIONS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS EN RHÔNE-ALPES

DES OUTILS POUR SUIVRE ET ANTICIPER LES ÉVOLUTIONS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS EN RHÔNE-ALPES Rapport d activité 2011 CERA DES OUTILS POUR SUIVRE ET ANTICIPER LES ÉVOLUTIONS DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS EN RHÔNE-ALPES Version janvier 2012 ghkhkj h 2 CERA Observatoire régional du BTP Rapport

Plus en détail

Version 06-01-2011. Edition Octobre 2009 1

Version 06-01-2011. Edition Octobre 2009 1 Version 06-01-2011 Edition Octobre 2009 1 Tableau de bord prospectif emploi/formation Bâtiment Travaux Publics Rhône-Alpes 2 Données clés du tableau de bord BTP Situation actuelle Mise en perspective à

Plus en détail

LES METIERS DU BTP. Construction de maisons individuelles Construction de bâtiments divers

LES METIERS DU BTP. Construction de maisons individuelles Construction de bâtiments divers LES METIERS DU BTP Gros œuvre: Réalisation de couvertures par éléments Travaux d'étanchéification Travaux de charpente Autres travaux spécialisés de construction Travaux de maçonnerie générale Levage,

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

Aide à l isolation de l habitat

Aide à l isolation de l habitat Aide à l isolation de l habitat Dans le cadre de l élaboration du Schéma Régional Climat Air Energie dit SRCAE, l état des lieux énergétique a mis en évidence la part du secteur du bâtiment dans le bilan

Plus en détail

Maison de l emploi et de la formation de Saint-Quentin-en-Yvelines

Maison de l emploi et de la formation de Saint-Quentin-en-Yvelines Maison de l emploi et de la formation de Saint-Quentin-en-Yvelines De l analyse des marchés de la construction durable au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du bâtiment et des EnR à

Plus en détail

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie : propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie Les ateliers régionaux de l orientation tout au long de la vie Amiens, le 23 novembre 2010 Sommaire Le diagnostic territorial, de quoi parle-t-on?

Plus en détail

Cette étude est cofinancée par le Fonds social européen et l ADEME

Cette étude est cofinancée par le Fonds social européen et l ADEME Eléments de comparaisons territoriales liés à la mise en place du Grenelle dans le secteur du Bâtiment De l analyse des marchés de la Construction Durable au diagnostic de la montée en compétence dans

Plus en détail

Objectif. La capacité de l appareil de production à répondre à la demande. La demande client en matière d éco-rénovation.

Objectif. La capacité de l appareil de production à répondre à la demande. La demande client en matière d éco-rénovation. Objectif Définir les stratégies les plus adéquates pour dynamiser rapidement le marché de l éco-rénovation au regard de : la demande client en matière d éco-rénovation l état du parc et de la thermique

Plus en détail

SRCAE Midi Pyrénées Bâtiment. Document de travail

SRCAE Midi Pyrénées Bâtiment. Document de travail SRCAE Midi Pyrénées Bâtiment Document de travail Portée du document: Le présent document est envoyé aux personnes inscrites pour participer à l'atelier bâtiment dans le cadre de l'élaboration du SRCAE

Plus en détail

Sommaire. Les femmes dans l économie régionale. L effectif féminin du Bâtiment et des Travaux Publics en Rhône-Alpes

Sommaire. Les femmes dans l économie régionale. L effectif féminin du Bâtiment et des Travaux Publics en Rhône-Alpes LES FEMMES DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Sommaire Les femmes dans l économie régionale L effectif féminin du Bâtiment et des en RhôneAlpes L effectif féminin du Bâtiment et des par

Plus en détail

Observatoire de la MEF

Observatoire de la MEF 2013 Observatoire de la MEF Cité des métiers du Grand Beauvaisis 36, Avenue Salvador Allende Village Mykonos Bâtiment G 60000 Beauvais 03 60 56 60 60 www.mef-beauvaisis.fr SOMMAIRE 1/Définition du secteur

Plus en détail

Eléments de comparaisons territoriales liés à la mise en place du Grenelle dans le secteur du Bâtiment

Eléments de comparaisons territoriales liés à la mise en place du Grenelle dans le secteur du Bâtiment Cette étude est cofinancée par le Fonds social européen et l ADEME Eléments de comparaisons territoriales liés à la mise en place du Grenelle dans le secteur du Bâtiment De l analyse des marchés de la

Plus en détail

Objectif. La capacité de l appareil de production à répondre à la demande. La demande client en matière d éco-rénovation.

Objectif. La capacité de l appareil de production à répondre à la demande. La demande client en matière d éco-rénovation. CERA Février 2011 Objectif Définir les stratégies les plus adéquates pour dynamiser rapidement le marché de l éco-rénovation au regard de : la demande client en matière d éco-rénovation l état du parc

Plus en détail

CONSTRUCTION DURABLE

CONSTRUCTION DURABLE CONSTRUCTION DURABLE Baromètre semestriel - - Mars 20131 N 1 EnrésumésurleGrandLyon 22 835 demandes de labellisations BBC Situation au 31 décembre 2012 Dont 2 531 Soit +7% nouvelles demandes au cours

Plus en détail

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Direction du patrimoine Le 12/12/2014 SNI - 125 avenue de Lodève - CS 70007-34074 Montpellier Cedex 3 Tél. : 04 67 75 96 40 - www.groupesni.fr Siège social

Plus en détail

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 «Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 Septembre 2009 Introduction Le Greffe du tribunal de commerce de Paris a réalisé à la

Plus en détail

Portrait économique du secteur des activités immobilières

Portrait économique du secteur des activités immobilières Portrait économique du secteur des activités immobilières Branche professionnelle de l immobilier Service Observatoires AGEFOS PME 187, quai de Valmy 75010 PARIS agefos-pme.com Portrait économique de la

Plus en détail

Grenelle de l Environnement ; Êtes-vous prêts? Résultats de l étude menée par ARCENE et l Observatoire du BTP Basse-Normandie

Grenelle de l Environnement ; Êtes-vous prêts? Résultats de l étude menée par ARCENE et l Observatoire du BTP Basse-Normandie Grenelle de l Environnement ; Êtes-vous prêts? Résultats de l étude menée par ARCENE et l Observatoire du BTP Basse-Normandie Octobre 0 Généralités Objectifs de l étude Les orientations du Grenelle de

Plus en détail

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013 Sommaire Les enjeux Les engagements Le constat énergétique Efficacité du parc de bâtiments tertiaires Le cadre réglementaire test pied de page 2 bâtiment tertiaire- les enjeux Triple enjeux de la transition

Plus en détail

Elaboration du PLH 2013-2019

Elaboration du PLH 2013-2019 Elaboration du PLH 2013-2019 Présentation du projet de PLH2 Communauté de Communes du Genevois Mars 2013 Programme Le PLH : qu est-ce que c est? Principales conclusions du diagnostic Objectifs quantitatifs

Plus en détail

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc Activité Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc PNR Monts d Ardèche 1-Dynamique du marché Caractéristiques du secteur d activité et perspectives (au niveau national)

Plus en détail

Le BTP sur l arrondissement de Vitryle-François

Le BTP sur l arrondissement de Vitryle-François Le BTP sur l arrondissement de Vitryle-François Le poids de la construction sur le bassin vitryat Services 37% Répartition par secteur des salariés privés sur l arrondissement de Vitry-le-François en 2012

Plus en détail

Synthèse Territoire du Grand Lyon

Synthèse Territoire du Grand Lyon De l analyse des marchés de la Construction Durable (performance énergétique et qualité environnementale) au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon 2014

Plus en détail

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Cahier des charges «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Avertissement : les méthodes et ratios utilisés dans ce cahier des charges

Plus en détail

La création d entreprises dans le Centre en 2009

La création d entreprises dans le Centre en 2009 La création d entreprises dans le Centre en 2009 17 655 créations d entreprises en 2009 dans la région Centre Comme dans l ensemble des régions de France, le Centre a enregistré un nombre record de créations

Plus en détail

Solutions Adaptées pour la Performance Environnementale en Rénovation des Logements Ouvriers

Solutions Adaptées pour la Performance Environnementale en Rénovation des Logements Ouvriers projet de recherche «Changement climatique, habitat, urbanisme et services urbains» Solutions Adaptées pour la Performance Environnementale en Rénovation des Logements Ouvriers Mercredi de l information

Plus en détail

Plan Départemental de l Habitat de l Eure

Plan Départemental de l Habitat de l Eure Département de l Eure Direction du Développement Economique et de l'aménagement du Territoire Plan Départemental de l Habitat de l Eure Fiche territoriale SCOT de la CA Seine Eure - Forêt de Bord SCOT

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro en Pays-de-la-Loire

L éco-prêt à taux zéro en Pays-de-la-Loire L éco-prêt à taux zéro en Pays-de-la-Loire 999 éco-ptz accordés au 4 ème trimestre 2013 et 3 120 en 2013, soit un repli annuel de 5,5 % service connaissance des territoires et évaluation Avril 2014 999

Plus en détail

Plan départemental bâtiment durable

Plan départemental bâtiment durable Une démarche fédératrice Depuis 2012, le Conseil général de la Mayenne et la Maison départementale de l emploi ont impulsé une stratégie départementale fédératrice afin d amplifier l engagement concret

Plus en détail

La création et la reprise d entreprises en Indre et Loire en 2011

La création et la reprise d entreprises en Indre et Loire en 2011 La création et la reprise d entreprises en Indre et Loire en 2011 Laure BERTHELEMY Septembre 2012 1 / 27 Propos introductifs de méthodologie : La création et la reprise d entreprises sont des indicateurs

Plus en détail

«La réhabilitation du patrimoine immobilier des collectivités : enjeux, démarches et opportunités» Agir sur son patrimoine

«La réhabilitation du patrimoine immobilier des collectivités : enjeux, démarches et opportunités» Agir sur son patrimoine «La réhabilitation du patrimoine immobilier des collectivités : enjeux, démarches et opportunités» Agir sur son patrimoine Jérôme Gatier, directeur Plan Bâtiment Grenelle Plan Bâtiment Grenelle 1 Sommaire

Plus en détail

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T Diagnostic 11 DIAGNOSTIC 2500 2000 1500 1000 500 0 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 Production neuve : nombre de logements par an entre 1999 et 2005 (point mort de production à 1 100 logements)

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 861 452 934 499 995 498 1 52 183 1 134 493 1 266 358 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Y:\AVE 2010\Jou... Nationale...

Y:\AVE 2010\Jou... Nationale... De l analyse des marchés de la Construction Durable au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du Bâtiment et des ENR à l horizon 2014 sur 30 territoires 13 es Assises de l énergie Dunkerque

Plus en détail

Comité de pilotage départemental 12 novembre 2013

Comité de pilotage départemental 12 novembre 2013 PLAN DE RENOVATION ENERGETIQUE DE L HABITAT (PREH) Comité de pilotage départemental 12 novembre 2013 La rénovation de l habitat : un triple enjeu Environnement Réduire les consommations d énergie pour

Plus en détail

Intégrez les enjeux énergie-climat dans vos documents d'urbanisme

Intégrez les enjeux énergie-climat dans vos documents d'urbanisme Intégrez les enjeux énergie-climat dans vos documents d'urbanisme PCET, SRCAE, précarité énergétique, PLH, évaluation environnementale SCOT et PLU, étude pré-opérationnelle OPAH BGP280/122 1 L'énergie

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

CELLULE ÉCONOMIQUE RÉGIONALE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU CENTRE ACTIVITÉ ENTREPRISES JEUNES SALARIÉS INTERIMAIRES DEMANDEURS D EMPLOI

CELLULE ÉCONOMIQUE RÉGIONALE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU CENTRE ACTIVITÉ ENTREPRISES JEUNES SALARIÉS INTERIMAIRES DEMANDEURS D EMPLOI CELLULE ÉCONOMIQUE RÉGIONALE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU CENTRE ACTIVITÉ ENTREPRISES JEUNES SALARIÉS INTERIMAIRES DEMANDEURS D EMPLOI Tableau de bord prospectif Emploi-Formation du Bâtiment et

Plus en détail

Réduction des émissions de gaz à effet de serre et efficience énergétique dans les bâtiments : les dimensions économiques et financières

Réduction des émissions de gaz à effet de serre et efficience énergétique dans les bâtiments : les dimensions économiques et financières Appel à candidatures Avril 2007 Réduction des émissions de gaz à effet de serre et efficience énergétique dans les bâtiments : les dimensions économiques et financières Remise des déclarations : 22 juin

Plus en détail

COMMENT DEVENIR RGE RECONNU GARANT DE L ENVIRONNEMENT?

COMMENT DEVENIR RGE RECONNU GARANT DE L ENVIRONNEMENT? GUIDE POUR LES ENTREPRISES DU BÂTIMENT JUILLET 2015 COMMENT DEVENIR RGE RECONNU GARANT DE L ENVIRONNEMENT? SOMMAIRE 1. QU EST-CE QUE LA MENTION RGE? 2. POURQUOI OBTENIR LA MENTION RGE? Page 04 Page 06

Plus en détail

Aides en faveur du développement de l offre de logements locatifs sociaux en région Nord Pas-de-Calais Bilan 2011

Aides en faveur du développement de l offre de logements locatifs sociaux en région Nord Pas-de-Calais Bilan 2011 Aides en faveur du développement de l offre de logements locatifs sociaux en région Nord Pas-de-Calais Bilan 2011 Ministère de l'écologie, Liberté Égalité du Développement Fraternité RÉPUBLIQUE durable,

Plus en détail

Transition Énergétique pour la croissance verte : quelques éléments pour MidiPyrénées

Transition Énergétique pour la croissance verte : quelques éléments pour MidiPyrénées Transition Énergétique pour la croissance verte : quelques éléments pour MidiPyrénées Yann DEFFIN : chargé de mission économie verte DREAL www.developpement-durable.gouv.fr SOMMAIRE SRCAE Économie verte

Plus en détail

La construction. en Franche-Comté. état des lieux du secteur décembre 2009 mise à jour : octobre 2010. Franche-Comté. emploi formation insertion

La construction. en Franche-Comté. état des lieux du secteur décembre 2009 mise à jour : octobre 2010. Franche-Comté. emploi formation insertion La en Franche-Comté état des lieux du secteur décembre 2009 mise à jour : octobre 2010 emploi formation insertion Franche-Comté 1 - septembre 2010 - Efigip Composition du secteur NAF 700 (1) correspondant

Plus en détail

Travaux Publics Bâtiment Matériaux de Construction

Travaux Publics Bâtiment Matériaux de Construction Travaux Publics Bâtiment Matériaux de Construction en Champagne-Ardenne 25 avril 2008 Observatoire Permanent de l Evolution des Qualifications L Emploi salarié Travaux Publics Bâtiment Matériaux de Construction

Plus en détail

Bâtiment second œuvre

Bâtiment second œuvre Campagnes 2008-2009 et 2009-2010 Les ruptures d apprentissage du Bâtiment second œuvre 2 980 établissements employeurs 4 570 d apprentissage 4 250 apprentis Principales activités du secteur Travaux de

Plus en détail

DRAAF de Basse-Normandie. Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie. Situation en 2012 et évolution depuis 1984.

DRAAF de Basse-Normandie. Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie. Situation en 2012 et évolution depuis 1984. DRAAF de Basse-Normandie Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie Situation en 2012 et évolution depuis 1984 Rapport final Biomasse Normandie 19, Quai de Juillet - 14000 CAEN Tél. : 02 31 34

Plus en détail

JOURNEE CHANGEMENT CLIMATIQUE ET AMENAGEMENT LA TRANSITION ENERGETIQUE. Concept, paradigme et dispositif national

JOURNEE CHANGEMENT CLIMATIQUE ET AMENAGEMENT LA TRANSITION ENERGETIQUE. Concept, paradigme et dispositif national JOURNEE CHANGEMENT CLIMATIQUE ET AMENAGEMENT LA TRANSITION ENERGETIQUE Concept, paradigme et dispositif national Christian LABIE - RAEE (Rhônalpénergie-Environnement) Bron, Jeudi 20 février 2014 A l origine

Plus en détail

Transition énergétique

Transition énergétique MARDI 8 DECEMBRE 2015 Transition énergétique L habitat au cœur des enjeux L ATTENUATION ET L ADAPTATION AU CHANGEMENT CLIMATIQUE : UN DEFI MAJEUR DANS LES TERRITOIRES La 21ème conférence des Nations Unies

Plus en détail

Accompagnement du Pays Loire Nature sur la thématique des matériaux biosourcés Etat des lieux des connaissances des professionnels du bâtiment

Accompagnement du Pays Loire Nature sur la thématique des matériaux biosourcés Etat des lieux des connaissances des professionnels du bâtiment Accompagnement du Pays Loire Nature sur la thématique des matériaux biosourcés Etat des lieux des connaissances des professionnels du bâtiment CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT D INDRE-ET-LOIRE 36/42

Plus en détail

Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2013

Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2013 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2007-T4 2008-T1 2008-T2 2008-T3 2008-T4 2009-T1 2009-T2 2009-T3 2009-T4 2010-T1 2010-T2 2010-T3 2010-T4 2011-T1 2011-T2 2011-T3 2011-T4 2012-T1 2012-T2 2012-T3

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 55 364 569 81 571 852 559 413 544 891 554 72 Densité moyenne (hab/km2) 64,2 66,5

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 2 418 847 2 511 478 2 52 526 2 531 855 2 554 449 2 571 94 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Évolution et structure de la population

Évolution et structure de la population POP T1M - Population Évolution et structure de la population Mise à jour le 28 juin 212 1968 1975 1982 199 1999 Population 1 397 99 1 42 295 1 412 413 1 433 23 1 441 422 1 461 257 Densité moyenne (hab/km2)

Plus en détail

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Bassin de vie De Nailloux Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Diagnostic et enjeux septembre 2011 Sommaire Evolutions démographiques et économiques Dynamiques démographiques et économiques Mobilités domicile-travail

Plus en détail

Stratégie régionale de rénovation énergétique du bâti privé

Stratégie régionale de rénovation énergétique du bâti privé Stratégie régionale de rénovation énergétique du bâti privé COPIL du Plan de Rénovation Energétique de l Habitat Réunion du 20 janvier 2015 - Auxerre Un enjeu énergétique et environnemental Le résidentiel,

Plus en détail

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra CEP CONSTRUCTION Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction Septembre 2006 Jean-Louis Reboul Sandrine Aboubadra Siège social 89, rue du Faubourg Saint Antoine 75011 PARIS Tel : 33

Plus en détail

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Contexte et enjeux Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Afin de lutter contre le changement climatique et s adapter au contexte de raréfaction des ressources fossiles, des engagements

Plus en détail

TABLEAU DE BORD PROSPECTIF. Emploi & Formation Bâtiment et Travaux Publics de Basse-Normandie

TABLEAU DE BORD PROSPECTIF. Emploi & Formation Bâtiment et Travaux Publics de Basse-Normandie TABLEAU DE BORD PROSPECTIF Emploi & Formation Bâtiment et Travaux Publics de Basse-Normandie Édition 2 Avant-propos L traduit, au niveau régional, la volonté de l Observatoire Prospectif des Métiers et

Plus en détail

Les indicateurs du Bâtiment et des Travaux Publics en Basse-Normandie

Les indicateurs du Bâtiment et des Travaux Publics en Basse-Normandie Avant-propos L traduit, au niveau régional, la volonté de l Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications (créé par les Commissions Paritaires Nationales de l Emploi conjointes du Bâtiment

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Sommaire Communiqué de presse... 3 Le Nord-Pas de Calais se mobilise pour réussir la transition écologique de son économie. 5 Economie verte : définition... 5 Economie verte : la région Nord-Pas de Calais,

Plus en détail

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Synthèse - Septembre 2012 Une étude pour anticiper les besoins en compétences à horizon 2015-2020 Contexte économique et opportunités

Plus en détail

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011 L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme Visite de progrès du 21 mars 2011 Développement durable «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

Le Guide de l Auto-Entrepreneur

Le Guide de l Auto-Entrepreneur Le Guide de l Auto-Entrepreneur Le statut d auto-entrepreneur en bref Créé en 2009, le statut d auto-entrepreneur permet la création d une entreprise simplifiée (régime social et fiscal, formalités, exonération

Plus en détail

La rénovation thermique des logements privés. Le 13 novembre 2014

La rénovation thermique des logements privés. Le 13 novembre 2014 La rénovation thermique des logements privés Le 13 novembre 2014 Présentation de l Anah Etablissement public national de l Etat Créé en 1971 Mission : amélioration de l habitat privé Aide aux travaux sous

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION ET DE GESTION DES DECHETS ISSUS DE CHANTIERS DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DE LA HAUTE-SAVOIE. Version définitive

PLAN DE PREVENTION ET DE GESTION DES DECHETS ISSUS DE CHANTIERS DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DE LA HAUTE-SAVOIE. Version définitive PLAN DE PREVENTION ET DE GESTION DES DECHETS ISSUS DE CHANTIERS DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DE LA HAUTE-SAVOIE Version définitive SOMMAIRE TABLE DES ILLUSTRATIONS... 6 PARTIE 1 : CADRAGE... 9 1.

Plus en détail

Maison de l emploi du territoire de Plaine Commune

Maison de l emploi du territoire de Plaine Commune Maison de l emploi du territoire de Plaine Commune De l analyse des marchés de la construction durable au diagnostic de la montée en compétence dans les métiers du bâtiment et des EnR à l horizon 2014

Plus en détail

Avis du Conseil Economique, Social et Environnemental Régional Aquitaine URBANISME ET HABITAT DURABLE

Avis du Conseil Economique, Social et Environnemental Régional Aquitaine URBANISME ET HABITAT DURABLE Séance Plénière 27 février 2014 Avis du Conseil Economique, Social et Environnemental Régional Aquitaine URBANISME ET HABITAT DURABLE Vu les rapports transmis par Monsieur le Président du Conseil régional

Plus en détail

Près de 1.000 entreprises supplémentaires, plus de 1.000 emplois nouveaux

Près de 1.000 entreprises supplémentaires, plus de 1.000 emplois nouveaux Artiscope Région Centre Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat (1 er semestre 2011) Près de 1.000 entreprises supplémentaires, plus de 1.000 emplois nouveaux Données clés : avec 991 entreprises

Plus en détail

ÉDITORIAL. Chiffres Clés. 29% des emplois. 11% des établissements employeurs de la région

ÉDITORIAL. Chiffres Clés. 29% des emplois. 11% des établissements employeurs de la région ÉDITORIAL Les mutations environnementales, économiques et sociales n ont de cesse et depuis quelques années nous ressentons que cette vitesse d évolution tend à devenir exponentielle Que sera demain? Cette

Plus en détail

Les emplois verts : où en sommes-nous? Présentation d une déclinaison régionale avec les travaux de l OREF

Les emplois verts : où en sommes-nous? Présentation d une déclinaison régionale avec les travaux de l OREF Les emplois verts : où en sommes-nous? Présentation d une déclinaison régionale avec les travaux de l OREF Sophie SELLIER PIVER 25/10/2012 : une réflexion prospective pour les besoins en emplois 1 L OREF

Plus en détail

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Analyse stratégique de la filière I. Description de la filière Les bâtiments résidentiels et tertiaires sont les plus consommateurs d'énergie en France (44 %) et la

Plus en détail

PROJET DE PLAN DE PREVENTION ET DE GESTION DES DECHETS ISSUS DE CHANTIERS DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DE L ISERE

PROJET DE PLAN DE PREVENTION ET DE GESTION DES DECHETS ISSUS DE CHANTIERS DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DE L ISERE PROJET DE PLAN DE PREVENTION ET DE GESTION DES DECHETS ISSUS DE CHANTIERS DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DE L ISERE Version soumise à enquête publique SOMMAIRE TABLE DES ILLUSTRATIONS... 7 PARTIE

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail