Loi de Finances pour 2006 Loi de Finances rectificative pour 2005 :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Loi de Finances pour 2006 Loi de Finances rectificative pour 2005 :"

Transcription

1 Loi de Finances pour 2006 Loi de Finances rectificative pour 2005 : Mesures fiscales intéressant les personnes physiques Jérôme Barré, Avocat Associé Département Patrimoine et Entreprises familiales MEMBRE DU RÉSEAU ERNST & YOUNG

2 Sommaire Mesures relatives à l ISF page 3 Mesures relatives aux droits d enregistrement page 12 Mesures relatives à la réforme de l impôt sur le revenu page 21 Mesures diverses relatives à l impôt sur le revenu page 38 Réforme des plus-values des particuliers page 43 Mesures diverses page 53 Actualité page 56 2

3 MEMBRE DU RÉSEAU ERNST & YOUNG Mesures relatives à l ISF

4 L ISF en Europe ISF Taux marginal d imposition 2.50% 1.10% 1.50% 0.75% 1.80% MEMBRE DU RÉSEAU ERNST & YOUNG

5 Impôt sur la fortune en Europe Seuil et taux d imposition marginal Taux d imposition 2,50% E 2,00% 1,50% S F 1,00% 0,50% N CH 0,00% Seuil 5

6 Impôt sur la fortune en Europe Taux d imposition Seuil et taux d imposition minimal 1,50% S 1,20% 0,90% N 0,60% CH F 0,30% E 0,00% Seuil 6

7 Nouveau barème de l ISF Jusqu à (anciennement ) 0% De à ,55% De à ,75% De à % De à ,30% De à ,65% Au-delà de ,80% 7

8 Bénéficier d une exonération au titre des biens professionnels (rappel) Si les conditions permettant de bénéficier d une exonération au titre des biens professionnels ne sont pas réunies, il est néanmoins possible de bénéficier d un dispositif plus souple issu de la loi Dutreil du 21 juillet 2003, ou «pacte Dutreil» (Instructions 7 S-3-04 du 23/02/04 sur les conditions d application et 7 S-6-05 du 07/07/05 sur les obligations déclaratives) Ce mécanisme consiste à exonérer d ISF, à concurrence de la moitié de leur valeur (sans limitation de montant), les parts ou actions de la société faisant l objet d un engagement collectif de conservation d une durée minimale de six ans Un certain nombre de conditions supplémentaires, énoncées à l article 885 I bis du CGI, doivent être respectées pour bénéficier de ce dispositif 8

9 ISF Loi de Finances pour 2006 Exonération d ISF des parts ou actions détenues par les salariés ou cadres d une société, à concurrence de 75% de leur valeur, sous réserve de leur conservation pendant au moins 6 ans Ce taux est transposé pour les pactes Dutreil en cours (i.e. passage de 50 à 75%) 9

10 ISF Loi de Finances pour 2006 Exonération de 75% des parts et actions détenues par les salariés et mandataires sociaux Conditions : Activité Le propriétaire des titres doit exercer son activité principale comme salarié ou mandataire social : Dans la société dont il détient les titres ou dans une société qui a des liens de dépendance (art ) avec la société dont il détient les titres Extension à la fraction des parts de FCPE et SICAVAS représentatives de la valeur des titres dans lequel le titulaire exerce son activité 10

11 ISF Loi de Finances pour 2006 Exonération de 75% des parts et actions détenues par les salariés et mandataires Exonération en cas de départ à la retraite, si les titres ont été détenus pendant 3 ans avant la cessation d'activité Si détention de titres dans plusieurs sociétés, l'activité doit être exercée dans chaque société + sociétés doivent avoir une activité similaire ou connexe et complémentaire Engagement de conservation pendant 6 ans 11

12 Mesures relatives aux droits d enregistrement MEMBRE DU RÉSEAU ERNST & YOUNG

13 Pays envisagés : OCDE Allemagne (D) Australie (AUS) Autriche (A) Belgique (B) Canada (C) Corée du Sud (KOR) Danemark (DK) Espagne (E) États-Unis (USA) Finlande (FIN) France (F) Grèce (GR) Hongrie (H) Irlande (IRL) Italie (I) Japon (J) Luxembourg (L) Mexique (MEX) Norvège (N) Nouvelle-Zélande (NZ) Pays-Bas (NL) Pologne (PL) Portugal (P) République slovaque (SK) République tchèque (CZ) Royaume-Uni (UK) Suède (S) Suisse (CH) Turquie (TR) 13

14 Droits de succession en ligne directe et abattements Abattement USA KOR Taux 60% 50% 40% KOR J USA J UK F E F UK IRL E H D FIN B GR A PL NL N DK TR CH L NL D H B N IRL FIN GR Montant de l abattement Taux d imposition maximum Taux d imposition minimum TR A DK CH PL S S L MEX CZ C SK AUS P I NZ 30% 20% 10% 0%

15 Droits de donation en ligne directe et abattements Abattement Taux 60% KOR IRL 50% 40% J KOR J USA F* F* USA E D E D NL H GR B NZ N TR A CH FIN CZ PL L DK S NL B H NZ N IRL FIN GR DK TR A CH PL L CZ UK S AUS MEX C SK P I 30% 20% 10% 0% 15 Montant de l abattement Taux d imposition maximum Taux d imposition minimum * France : réduction de 50% des droits entre 2003 et 2005 *France: réduction de 50% des droits entre 2003 et 2005

16 Donations et successions Réduction de dix à six ans du délai du rappel fiscal des donations antérieures Création d'un abattement de : En cas de donation et succession entre frères et sœurs En cas de donation au profit de neveux et nièces En cas de donation au profit des arrières petits-enfants 16

17 Donations et successions Aménagement du régime des réductions de droits applicables aux donations Ancien dispositif Âge du donateur (apprécié à la date de l acte) Nouveau dispositif Pleine Propriété Usufruit Nue Propriété Moins de 65 ans Moins de 70 ans 50% 50% 35% entre 65 et 75 ans Entre 70 ans et 80 ans 30% 30% 10% Plus de 75 ans Plus de 80 ans

18 Changement de Régime Matrimonial La loi de Finances pour 2004 exonérait de droits d enregistrement les actes portant sur le changement de régime matrimonial passés entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2005 en vue de l adoption d un régime communautaire (communauté légale ou communauté universelle) Cette exonération temporaire, à l origine, devient permanente 18

19 Transmission de parts ou actions ayant fait l objet d un engagement de conservation Actuellement, exonération de 75% des droits de donation/succession dus en cas de transmission d actions ou parts ayant fait l objet d un engagement de conservation de 6 ans de la part de l héritier/donataire Cette exonération ne serait pas remise en cause en cas d apport des titres à une holding dont le patrimoine consiste exclusivement en une participation dans la société dont les titres ont été transmis Cette exonération est désormais applicable même aux donations avec réserve d usufruit. 19

20 Transmission de parts ou actions ayant fait l objet d un engagement de conservation Exemple : Monsieur X, 62 ans, donne à son fils, en s en réservant l usufruit, titres d une SA dont la valeur vénale unitaire est de 100. Liquidation des droits : Donation de (valeur de la nue-propriété = 60% de Pleine Propriété), Base imposable à hauteur de 25% : Imputation de l abattement de Base des droits de donation = Droits dus = Attention : pas d application de la réduction de droits de 35% (normalement applicable en cas de donation de la nue-propriété)! 20

21 Mesures relatives à la réforme de l impôt sur le revenu 21

22 Pays envisagés : OCDE Allemagne (D) Australie (AUS) Autriche (A) Belgique (B) Canada (C) Corée du Sud (KOR) Danemark (DK) Espagne (E) États-Unis (USA) Finlande (FIN) France (F) Grèce (GR) Hongrie (H) Irlande (IRL) Italie (I) Japon (J) Luxembourg (L) Mexique (MEX) Norvège (N) Nouvelle-Zélande (NZ) Pays-Bas (NL) Pologne (PL) Portugal (P) République slovaque (SK) République tchèque (CZ) Royaume-Uni (UK) Suède (S) Suisse (CH) Turquie (TR) 22

23 Comparatif des taux marginaux d'impôt sur le revenu 60% DK S B NL A 50% JAUS C I E D IRL P CH* NPL FGRUKNZ L KORH 40% TRUSA FINCZMEX 30% 20% SK 10% 0% DK S NL B A J AUS C E I D IRL P CH* PL N F GR UK L NZ KOR H TR USA CZ FIN ME SK * Dans le canton de Genève Dans le canton de Genève 23

24 Intégration de l abattement de 20% dans les taux du barème de l impôt sur le revenu Diminution des taux du barème Augmentation des limites de chaque tranche Nouveau barème (5 tranches) Revenus de 2005 Revenus de 2006 Tranche Taux Tranche Taux < % < % De à ,83% De à ,5% De à ,14% De à % De à ,26% De à ,38% De à % De à ,62% > ,09% > % Ajustement Activité non salariée, non adhérents à un centre de gestion agrée : revenus multipliés par 1,25 Dividendes Réduction de l abattement de 50% à 40% Augmentation des abattements forfaitaires Distributions occultes multipliées par 1,25 Revenus fonciers Micro foncier: réduction de l abattement de 40% à 30% Suppression de la déduction forfaitaire de 14% Traitements et salaires Suppression de l abattement de 20% 24

25 Conséquences de l intégration de l abattement de 20% dans le barème Salaires, pensions, rentes viagères Suppression de l abattement de 20% Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC), Bénéfices non commerciaux (BNC), Bénéfices Agricoles (BA) Suppression de l abattement de 20% pour adhésion à un Centre de Gestion Agréé et majoration de 25% du bénéfice pour les non-adhérents Majoration de 25% du bénéfice pour le forfait agricole Pour le micro-bic : abattement forfaitaire pour charges réduit de 72% et 52% à respectivement 68% et 45% Revenus mobiliers Abattement de 50% réduit à 40% Abattements fixes de et portés à et Pour les revenus réputés distribués et les distributions occultes : Majoration de 25% 25

26 Conséquences de l intégration de l abattement de 20% dans le barème Revenus fonciers Suppression de la CRL (Contribution sur les Revenus Locatifs) à compter de 2006 Régime réel Suppression de la déduction forfaitaire pour charges de 14% Micro-foncier Abattement forfaitaire pour frais réduit de 40% à 30% Régimes spéciaux Robien (ordinaire), Périssol, Besson (neuf) et résidences de tourisme en zone rurale : suppression de la déduction forfaitaire pour charges de 6% Robien social et ZRR et Besson ancien : abattement forfaitaire pour frais réduit de 40% à 26% Lienemann : Réduction forfaitaire pour charges réduite de 60% à 46% 26

27 Constat sur les transferts de résidence Top 4 des destinations d expatriation? 27

28 Constat sur les transferts de résidence Environ 350 contribuables significatifs par an quittent la France pour des raisons fiscales (flux constant depuis 1997) Pertes en base imposable = 10 milliards / an L instauration de l exit tax en 2000 n a pas impacté ces chiffres Sur les 6 dernières années, contribuables délocalisés (environ 1% des redevables de l ISF) Typologie des partants : Les contribuables de ans, relativement fortunés (patrimoine moyen de M ) partent vers la Suisse ou la Belgique ; Les contribuables plus jeunes (45 ans), moins fortunés (2,8 à 3,8 M ) partent vers le Royaume-Uni ou les Etats-Unis. NB : Le Royaume-Uni et les Etats-Unis sont des destinations qui s inscrivent davantage dans le cadre de la mobilité professionnelle que dans le cadre d un vrai choix. 28

29 Les efforts de la France pour faire revenir les personnes fortunées : le bouclier fiscal Principe : plafonnement des impositions directes de l année N à 60% des revenus de l année N-1 Impôts directs: IRPP, ISF, TF et TH relatives à la résidence principale IR + ISF + TF + TH 60% des revenus Soit pour 2006 : IR 2005, ISF 2006, TF et TH 2006 TF et TH : taxe foncière et taxe d habitation 29

30 Bouclier fiscal Impôts à prendre en compte : IR calculé au barème progressif et selon le taux proportionnel de 16% (incluant donc les impôts sur Plus-values mobilières et immobilières) après application des crédits et réductions d impôt, ISF après application de la réduction pour charge de famille et du mécanisme du plafonnement. 30

31 Bouclier fiscal Impôts exclus du mécanisme : Les prélèvements sociaux Les impôts locaux relatifs aux résidences secondaires, La redevance audiovisuelle, La taxe sur les logements vacants, L impôt sur le revenu ou l ISF payés à l étranger, L impôt sur le revenu ou l ISF qui n ont pas été régulièrement déclarés (= pas de prise en compte de l IR ou ISF payés à la suite d une procédure de rectification). La CRL (Contribution sur les Revenus Locatifs) (payée pour la dernière fois en 2006, au titre des revenus 2005, car supprimée au titre des revenus 2006). 31

32 Bouclier fiscal Revenus à prendre en compte Revenus de l année N-1 Revenus perçus par le contribuable exonérés ou non d IR, à l exception de certains revenus Revenus nets de frais professionnels Traitements et salaires retenus après déduction forfaitaire de 10% ou des frais réels, Pensions et rentes viagères retenues après application de l abattement de 10%, BIC, BNC, BA retenus pour leur montant net. 32

33 Bouclier fiscal Revenus à prendre en compte 33 Revenus diminués des déficits catégoriels imputables sur le revenu global (ex : déficits BIC/BNC), des pensions alimentaires et, des cotisations ou primes versées aux PERP ou dans le cadre de certains régimes de retraite supplémentaire Produits soumis à prélèvements libératoires (ex : produits d obligations, de créances, bons de caisse, etc.) Revenus exonérés d IR (sauf plus-values immobilières exonérées, prestations familiales, allocations logements et APL, RMI) et, Revenus réalisés sur certains placements non encore dénoués (CEL, PEP, Bons et contrats de capitalisation en euros, contrats d assurance vie en euros avec faculté de rachat).

34 Bouclier fiscal Revenus exclus Plus-values immobilières exonérées, Plus-values mobilières non imposables (cessions < ) Prestations familiales, Allocations logements et APL, RMI Etc. 34

35 REVENUS Plafonnement (IR + ISF 85% R) Bouclier (IR+ISF+TH+TF < 60% R) PV IMMO EXO OUI NON PV MOBIL EXO(< seuil 15 K ) Revenus soumis au PFL OUI OUI NON (on ne tient pas compte de l abattement pour durée de détention) OUI Produits de PEL, PEP, Assurance vie en IMPOTS IR et ISF étrangers Prélèvements sociaux CRL Prélèvement Forfaitaire Libératoire NON OUI OUI OUI OUI OUI NON NON NON OUI 35

36 Bouclier fiscal Exercice du droit à restitution Sur demande du contribuable déposée avant le 31 décembre de l année au cours de laquelle le droit à restitution a été acquis Pour les impôts payés en 2006 : plafonnement calculé d après les revenus 2005 demande de restitution jusqu au 31/12/2007 Un décret à paraître viendra préciser les obligations déclaratives et les modalités d instruction de la demande de restitution 36

37 Plafonnement des avantages fiscaux : Mesure invalidée par le Conseil Constitutionnel Plafonnement à par foyer augmenté de par enfant Le Conseil constitutionnel estimant que l'article 78 de la loi de Finances 2006 instaurant ce plafonnement des avantages fiscaux était d'une «excessive complexité, qu'aucun motif d'intérêt général ne suffisait à justifier», a censuré cet article. Nouveau texte à l étude, selon le Ministère de l Economie et des Finances. 37

38 Mesures diverses relatives à l impôt sur le revenu 38

39 Investissements locatifs dans des locations de tourisme Rappel : la loi du 23 février 2005 a institué une réduction d impôt pour les travaux de reconstruction, d agrandissement, de réparation ou d amélioration réalisés entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2010 dans un logement faisant partie d une résidence de tourisme. La loi prévoyait que la réduction est accordée en une seule fois au titre de l année d achèvement des travaux. La Loi de Finances pour 2006 prévoit que la réduction d impôt sera accordée l année du paiement de tout ou partie des dépenses 39

40 Amélioration du régime des non résidents Assouplissement du régime d'exonération des plus-values réalisées par les non résidents sur leur habitation en France Exonération applicable aux 2 premières cessions (au lieu d une seule actuellement) Exonération applicable à la seconde cession si : Pas d'autre propriété en France au jour de la 2ème cession 2 ème cession intervient plus de 5 ans après la 1 ère Rappel : un certain coût demeure : 1% dû au titre de la représentation fiscale ou de la réalisation de la transaction Obligation de recourir à un notaire 40

41 Exit tax Rappel : Loi de Finances pour 2005 avait abrogé à compter du 1er janvier 2005 le 1 bis de l article 167 bis relatif à l exit tax prévoyant l imposition immédiate des plus-values en report en cas de transfert du domicile hors de France La Loi de Finances rectificative pour 2005 envisage le cas des contribuables qui ont transféré leur domicile fiscal hors de France avant le 1er janvier 2005 et qui ont été imposés au titre des plus-values en report : Dégrèvement d'office des plus-values sur titres toujours détenus au 1er janvier 2006 par les contribuables ayant transféré leur domicile : avant le 1er janvier 2005 dans un État de l'ue + Norvège et Islande Rétablissement de plein droit des reports d'imposition sur les titres correspondants à la date du transfert de domicile. 41

42 Intérêts de prêts consentis aux enfants et petits-enfants Exonération d IR et de prélèvements sociaux au titre des intérêts perçus en échange de prêts à un descendant. Conditions : Durée maximale du prêt : 10 ans Prêt consenti entre le 1er janvier 2006 et le 31 décembre 2007 dans la limite de 50 K L emprunteur doit utiliser les sommes dans les 6 mois pour financer l achat de son habitation principale 42

43 Réforme des plus-values des particuliers 43

44 Pays envisagés : OCDE Allemagne (D) Australie (AUS) Autriche (A) Belgique (B) Canada (C) Corée du Sud (KOR) Danemark (DK) Espagne (E) États-Unis (USA) Finlande (FIN) France (F) Grèce (GR) Hongrie (H) Irlande (IRL) Italie (I) Japon (J) Luxembourg (L) Mexique (MEX) Norvège (N) Nouvelle-Zélande (NZ) Pays-Bas (NL) Pologne (PL) Portugal (P) République slovaque (SK) République tchèque (CZ) Royaume-Uni (UK) Suède (S) Suisse (CH) Turquie (TR) 44

45 Comparatif des plus-values sur valeurs mobilières Régime soumis à conditions particulières (taux de détention, durée, nationalité, réinvestissement ) 40% UK N 35% 30% 25% 20% 15% S C E USA PL IRL FIN AUS H F I 10% 5% 0% SK TR CH CZ P NZ MEX L DK KOR B D A GR NL J I C E USA PL IRL FIN AUS H F S N UK 45

46 Réforme des plus-values mobilières des particuliers Création d'un abattement d'1/3 à compter de la 6 ème année de détention des titres Attention, abattement non applicable aux prélèvements sociaux les prélèvements sociaux sont calculés sur la base de la plus-value totale 46

47 Réforme des plus-values mobilières des particuliers Titres concernés : Titres de société passible de l'is (ou soumise sur option) Titres de société ayant une activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale, agricole ou financière, (à l exception de la gestion de son propre patrimoine mobilier ou immobilier) ou ayant pour objet social exclusif de détenir des participations dans des sociétés exerçant l une de ces activités Exercice d une des activités susmentionnées de façon continue pendant les 5 ans précédant la cession Ayant son siège social dans l'ue + Islande et Norvège Les titres doivent avoir été détenus de façon continue par le contribuable à compter du 1 er janvier

48 Réforme des plus-values mobilières des particuliers Titres exclus : Plus-values sur titres de sociétés de personnes, Plus-values d'acquisition de stock-options, Plus-values sur SOFICA et SOFIPECHE, Plus-values sur sociétés d'investissement en valeurs mobilières, de sociétés des développement régional (SDR), de sociétés de capitalrisque (SCR) et de sociétés unipersonnelles d investissement à risque (SUIR), Plus-values sur SICAV et FCP. 48

49 Réforme des plus-values mobilières des particuliers Durée de détention Appréciation à partir du 1 er janvier de leur année d acquisition (i.e. appréciation de la durée de détention par année civile, et non de date à date) les titres acquis en cours d'année sont réputés acquis au 1er janvier Ex : un contribuable acquiert 10 actions A le 10/01/06, 20 actions A le 30/03/06, 50 actions A le 25/07/06 80 actions A réputées acquises le 1 er janvier

50 Réforme des plus-values mobilières des particuliers Lorsque les titres ont été acquis à des dates ou pour des prix différents : Détermination classique du prix d acquisition en retenant la règle du PUMP (Prix Unitaire Moyen Pondéré) Répartition des quantités cédées en fonction de leur durée de détention en appliquant la règle FIFO (règle du premier entré, premier sorti) Exemple : 100 actions X acquises en 2006 pour 12 et 200 actions acquises en 2007 pour 15. Cession en 2008 de 50 actions X pour 20. PUMP = (100 X X 15) / ( ) = 14 PV nette = 50 X (20 14 ) = 300 Les 50 actions cédées correspondent aux actions acquises en

51 Réforme des plus-values mobilières des particuliers Point de départ du délai de détention : 1er janvier 2006 : exonération effective à compter de 2014 (5 ans + 3 ans) Exemple : 100 actions X acquises en 2006 pour 12 et 200 actions acquises en 2007 pour actions X déjà cédées en Cession de 80 actions X en 2013 pour 30. Cession en 2013 : PV = 80 X (30 - PUMP fixé à 14 ) = Sur les 80 actions cédées, 50 actions ont été acquises en 2006 et 30 actions en PV 1 = 50 X (30 14 ) = 800 Abattement de 2/3 (7 années de détention) = 2/3 x 800 = 533 Impôt de PV = (16%% X 267 ) + (11% x 800 ) = 131 PV 2 = 30 X (30-14 ) = 480 Abattement de 1/3 (6 années de détention) = 1/3 x 480 = 160 Impôt de PV = (16% x 320 ) + (11% x 480 ) =

52 Réforme des plus-values mobilières des particuliers Point de départ du délai de détention : Exception Date d'acquisition pour les cessions de titres réalisées par les dirigeants de PME à l'occasion de leur départ à la retraite à compter du 1 er janvier 2006 Conditions : a) Cession de titres de PME CA < 50 M ou bilan < 43 M, Moins de 250 salariés, Absence de détention de 25% ou plus de la société cédée par une ou plusieurs sociétés ne répondant pas aux 2 conditions susvisées) b) Dirigeant au sens ISF et détention continue > 25% des droits de vote ou des droits dans les bénéfices pendant 5 ans c) Absence de participation du dirigeant dans l'entreprise cessionnaire 52

53 Mesures diverses 53

54 Mesures diverses Plafond de déductibilité de la réduction d impôt au titre des dons aux organismes d aide aux personnes en difficulté porté à 479 Plafond de déduction des pensions alimentaires versées à des enfants majeurs porté à Taux minimum d imposition pour les non-résidents ayant des revenus de source française réduit de 25% à 20% (revenus 2006) Pensions alimentaires versées en application d une décision de justice devenue définitive avant le 1er janvier 2006 : majoration de 25% du montant déductible 54

55 Mesures diverses Les réductions d impôt prévues en faveur des souscripteurs des FCPI ou FIP sont prorogées jusqu au 31 décembre 2010 Le taux du crédit d impôt accordé au titre des frais de garde de jeunes enfants est porté de 25% à 50% (revenus 2006) Imposition à l IR des intérêts des PEL>12 ans (revenus 2006) 55

56 Actualité Donation et stock-options : où en est-on? Holdings animatrices de groupe Trésorerie dans une société qualifiée de bien professionnel exonéré Donations indirectes : société civile démembrée 56

57 La donation des stock-options Rappel de la position de l Administration : A notre connaissance, l Administration semble abandonner en phase précontentieuse ou en tout début de contentieux Lors du colloque IACF en juin 2005 sur les Attributions Gratuites d Actions, l Administration a laissé entendre que la plus-value pourrait être purgée (dans le cas de stock-options seulement) Néanmoins, toujours en attente d une position officielle de l Administration (peut-être dans le cadre de la future instruction sur les AGA) Des précontentieux sont en cours. 57

58 Holdings animatrices de groupe Rappel : Une société dont l activité principale est la gestion de son propre patrimoine mobilier ou immobilier ne peut être considérée comme exerçant une activité professionnelle Les titres de «holdings pures» ne sont pas exonérés En revanche, les titres d une société holding exerçant un rôle d animatrice effective de ses filiales peuvent bénéficier de l exonération (holdings dites «animatrices» de groupe) 58

59 Holdings animatrices de groupe Les critères de l animation : Critères de l administration La holding doit participer activement à la conduite de la politique du groupe et au contrôle des filiales et rendre, le cas échéant, à titre purement interne, des services spécifiques, administratifs, juridiques, comptables, financiers, immobiliers (D. adm. 7 S-3323 du 01/10/1999) La holding doit assurer la gestion de la trésorerie du groupe, effectuer au profit des filiales des prestations de service correspondant à des fonctions de direction, de gestion, de coordination et de contrôle et se livrer, le cas échéant, à des activités de recherche et développement au profit du groupe (Rép. Ministérielle Dejoie du 19/01/1995) 59

60 Holding animatrices de groupe Les critères de l animation : Critères jurisprudentiels récemment précisés (Cass. Com. 08/02/2005 n et Cass. Com 27 septembre 2005 n ) La politique générale du groupe et la stratégie de celui-ci sont définies exclusivement par la holding (rôle moteur) L activité de la holding doit dépasser la fourniture au groupe de services spécifiques administratifs, juridiques, comptables, financiers ou immobiliers Il appartient à la société holding d apporter la preuve de son rôle d animatrice par des contrats ou des éléments matériels concrets L identité de dirigeants de la holding et de ses filiales et la détention de la quasi-totalité du capital des filiales par la holding ne suffisent pas à caractériser le rôle d animatrice L importance des moyens mis en œuvre par la holding pour animer le groupe importe peu : l essentiel est que ces services soient effectivement rendus aux filiales, ce qu il sera possible de démontrer par tout élément de fait 60

61 Liquidités dans un bien professionnel exonéré Principe : la trésorerie non nécessaire à l exercice de l activité professionnelle ne peut pas être considérée comme exonérée d ISF Position antérieure : les liquidités supérieures au passif à court terme peuvent être taxables à l ISF Assouplissement : Instruction administrative du 12 janvier 2005 (7S-1-05) Confirmation que la trésorerie doit être nécessaire à l activité, Les liquidités sont présumées constituer des actifs nécessaires (Cour d Appel de Paris du 28 novembre 2002) 61

62 Donations indirectes : société civile démembrée Principe : Dans une société civile dont les parts sociales sont démembrées, le résultat de l exercice revient en principe à l usufruitier (distribution de dividendes). Quand le résultat de l exercice est affecté en réserve et non distribué, cette affectation en réserve du résultat est présumée constituer une donation indirecte au profit du nu-propriétaire, selon l Administration. 62

63 Questions Y a-t-il un ISF au Portugal? Pour son ISF, un salarié peut il bénéficier d une exonération des parts qu il détient dans la SARL où il travaille à hauteur de 75% de leur valeur? M. X a procédé à une donation au profit de son fils le 28 décembre M. X. décède le 2 février 2006, cette donation est-elle rapportable à la succession? M. Y, 65 ans, passe d un régime de séparation de biens à une communauté universelle. Paiera-t-il des droits d enregistrement? A compter de l imposition des revenus 2006, un contribuable pourra-t-il voir sa charge d impôt limitée à 65% de ses revenus? M. Z fait l objet d une procédure de redressement au titre de son ISF, pourra-t-il bénéficier du mécanisme du bouclier fiscal? 63

64 Questions M. T. réalise une plus-value sur SICAV le 3 mars 2012, pourra-t-il bénéficier d une exonération de cette plus-value? M. S., 61 ans, dirige la société A depuis 15 ans et envisage de céder sa participation et de liquider ses droits à la retraite, pourra-t-il bénéficier d un régime fiscal avantageux dans le cadre de cette cession? M. et Mme M. ont fait l objet d un redressement de leur ISF 2002 le 28 décembre A ce titre, on leur réclame en sus du principal des intérêts de retard courant sur la période 1 er juillet 2003 au 31 décembre 2005 à un taux de 0,75%. Est-ce correct? 64

65 Contacts 1 Associé Jérôme BARRE ( Managers Laurent GABAUD ( Marion CAPELE ( Jérôme KAPPE ( Alain GUEDJ (

FISCAL ET DOUANIER. Actualité fiscale post-électorale. Commission ouverte. Jeudi 25 octobre 2012

FISCAL ET DOUANIER. Actualité fiscale post-électorale. Commission ouverte. Jeudi 25 octobre 2012 Commission ouverte FISCAL ET DOUANIER Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer Jeudi 25 octobre 2012 Actualité fiscale post-électorale 1 LA FISCALITÉ DU PATRIMOINE - ISF ISF 2012 CE ISF

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Mécénat Comprendre les mécanismes de la fiscalité incitative Sommaire

Mécénat Comprendre les mécanismes de la fiscalité incitative Sommaire Mécénat Comprendre les mécanismes de la fiscalité incitative Mardi 15 juin 2010 Support de présentation Sommaire Introduction Différentes formes de la fiscalité incitative Principes régissant l imposition

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

LES LOIS FISCALES POUR 2013

LES LOIS FISCALES POUR 2013 LES LOIS FISCALES POUR 2013 { Alain THEIMER Avocat au Barreau de Paris Président de la commission de Droit fiscal de l Ordre des Avocats au Barreau de Paris ISF 2012 CE ISF 2012 ISF 2013 Redevables Au

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Comprendre les mécanismes

Comprendre les mécanismes Mécénat Comprendre les mécanismes de la fiscalité incitative it ti Mardi 15 juin 2010 Support de présentation Sommaire Introduction Différentes formes de la fiscalité incitative Principes régissant l imposition

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

L IMPOT SUR LE REVENU ET L ISF EN 2015. Avoir les bons réflexes pour améliorer sa situation patrimoniale

L IMPOT SUR LE REVENU ET L ISF EN 2015. Avoir les bons réflexes pour améliorer sa situation patrimoniale Claire Valérie L IMPOT SUR LE REVENU ET L ISF EN 2015 Avoir les bons réflexes pour améliorer sa situation patrimoniale LE SOMMAIRE 1. Que faire pour diminuer son IR 2. Maîtriser son ISF L IMPOT SUR LE

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL GESTION PRIVÉE VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL 2013 - Particuliers - Mise à jour octobre 2013 I - IMPÔT SUR LE REVENU Barème 2013 de l impôt sur les revenus (IR) 2012 Revenu imposable (R/N)

Plus en détail

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil ISF Point information Octobre 2014 ISF Point information 2 SOMMAIRE Pages RAPPEL DE QUELQUES REGLES 3 à 6 PROBLEMATIQUE LIEE AU PATRIMOINE PROFESSIONNEL 7 à 13 LES CLIGNOTANTS FISCAUX 14 ISF Point information

Plus en détail

FLASH SPECIAL. Décembre 2012

FLASH SPECIAL. Décembre 2012 FLASH SPECIAL Décembre 2012 LOIS DE FINANCES DE FIN D ANNEE 2012 La fin d année 2012 aura été riche en actualité fiscale: Une loi de finances pour 2013 dont les vifs débats avaient commencé dès l été 2012

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Estimation de votre impôt sur les revenus 2007

Estimation de votre impôt sur les revenus 2007 Estimation de votre impôt sur les revenus 27 21/12/27 Synthèse des données et résultats Données de votre simulation Nombre de parts 1 Revenus net catégoriels Traitements et salaires, pensions et rentes

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières La loi de finances pour 2014 vient de modifier les modalités d impositions des plus-values

Plus en détail

Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale

Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Plus en détail

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011

NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 NOUVELLES MESURES APPORTEES PAR LA LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE POUR 2011 La loi de finance rectificative pour 2011, dite «réforme de la fiscalité du patrimoine», a été adoptée par le Parlement le 6 juillet

Plus en détail

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013)

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Loi de finance 2013 SOMMAIRE 1. Impôt sur le revenu... 2 2. ISF... 4 3. Réforme sur l immobilier... 4 4. Autres taxes.... 7 1 1. Impôt sur le revenu 1.1 Règles

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

LES NOUVEAUTES 2013. - Impôt sur le revenu : ENTREE EN VIGUEUR. Barème progressif sur l impôt sur le revenu : Impôt sur le revenu 2013 (revenus 2012)

LES NOUVEAUTES 2013. - Impôt sur le revenu : ENTREE EN VIGUEUR. Barème progressif sur l impôt sur le revenu : Impôt sur le revenu 2013 (revenus 2012) LES NOUVEAUTES 2013 La loi de finances pour 2013, la troisième loi de finances rectificative pour 2012 et la loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 sont désormais publiées au Journal officiel.

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Assurance et Epargne long terme Sommaire 2009 N 1 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire I. Loi de finances pour 2009 Revalorisation des tranches du barème de l IR 2008 et des tranches du barème de l ISF

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours)

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Le champ d application de l ISF... 4 Les personnes imposables... 4 Les biens concernés par

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

Fiscalité, placements. réductions d impôt

Fiscalité, placements. réductions d impôt Fiscabanque Fiscalité, placements & réductions d impôt À jour des dispositions de la loi de finances 2011 2014 Actualisé sur Internet Gervais Morel avec la participation de David Ecochard Sommaire I Sommaire

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Le barème reste inchangé, le seuil d imposition pour l ISF reste donc fixé à 790 000.

Le barème reste inchangé, le seuil d imposition pour l ISF reste donc fixé à 790 000. Lettre Tecnic patrimoine n 15 (Janvier 2010) Loi de Finances 2010 La loi n 2009-1673 de finances pour 2010 a été publiée au Journal officiel du 31 décembre 2009 et est entrée en vigueur le 1er janvier

Plus en détail

FISCAL ET DOUANIER. Commission ouverte. Jeudi 18 avril 2013 ACTUALITES IR ET ISF. Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer

FISCAL ET DOUANIER. Commission ouverte. Jeudi 18 avril 2013 ACTUALITES IR ET ISF. Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer Commission ouverte FISCAL ET DOUANIER Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer Jeudi 18 avril 2013 ACTUALITES IR ET ISF Animée par : et Louis-Marie Bourgeois, Avocats à la Cour Commission

Plus en détail

Nouvelles dispositions en matière

Nouvelles dispositions en matière Nouvelles dispositions en matière de fiscalité du patrimoine Mise à jour Août 2011 Gérard DORIER, Inspecteur principal des impôts Gwenael SAINTILAN, Avocat 1 SOMMAIRE 2 I. Impôt sur le revenu 1. Souscription

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2011 La loi de finances rectificative pour 2011 a été définitivement adoptée le 6 juillet dernier et devrait, sauf recours constitutionnel, être prochainement publiée

Plus en détail

Fiscalité, placements. réductions d impôt

Fiscalité, placements. réductions d impôt Fiscabanque Fiscalité, placements & réductions d impôt À jour des dispositions de la loi de finances 2012 2015 Actualisé sur Internet Gervais Morel avec la participation de David Ecochard I Sommaire Introduction

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions L ISF : Un barème très élevé Seuil d imposition : 1 300 000. Tranche Taux Calcul < 800 000 0% Assiette x 0 Entre 800 000 et 1 300 000 0,50% (A x

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

www.bredbanqueprivee.com

www.bredbanqueprivee.com www.bredbanqueprivee.com BRED Banque Populaire - Société anonyme coopérative de banque populaire régie par les articles L 512-2 et suivants du code monétaire et financier et l ensemble des textes relatifs

Plus en détail

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables Sommaire La famille Le couple 1. Union 12 2. Mariage, Pacs, concubinage : que choisir? 13 La gestion des biens du couple 3. Biens meubles et immeubles 15 4. Régime primaire 17 5. Choix du régime matrimonial

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LES PRINCIPALES MESURES PATRIMONIALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 La présente lettre a pour

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Plan I. Exit Tax II. Expatriation III. Présentation synthétique

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

La réforme de la fiscalité du patrimoine : la loi de finances rectificative du 29 juillet 2011

La réforme de la fiscalité du patrimoine : la loi de finances rectificative du 29 juillet 2011 L A LETTRE DROIT FISCAL La réforme de la fiscalité du patrimoine : la loi de finances rectificative du 29 juillet 2011 Cette année, la date limite de dépôt des déclarations d impôt de solidarité sur la

Plus en détail

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38 Le couple SOMMAIRE 1 - Mariage, Pacs, concubinage : que choisir?... 6 2 - Choix du régime matrimonial... 7 3 - Divorce... 8 4 - Prestation compensatoire... 9 5 - Gestion des biens du mineur...10 6 - Gestion

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 Lois budgétaires pour 2011 Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 1 Qui sommes nous? Service d ingénierie patrimoniale au

Plus en détail

Une liste des fiches stratégiques figure pages 25 et 26 Une liste des fiches pratiques, illustrations et exemples figure pages 27 à 30

Une liste des fiches stratégiques figure pages 25 et 26 Une liste des fiches pratiques, illustrations et exemples figure pages 27 à 30 Sommaire Une liste des fiches stratégiques figure pages 25 et 26 Une liste des fiches pratiques, illustrations et exemples figure pages 27 à 30 INTRODUCTION PARTIE 1 PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L IMPÔT ET GESTION

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2015 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2015 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.8 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.9 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 REFORME FISCALE CALENDRIER Réforme présentée en Conseil des Ministres le 4 juillet 2012 (audit de la Cour des comptes réalisé) Date à laquelle

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

Présentation. Agence SADONE mardi 7 octobre 2014

Présentation. Agence SADONE mardi 7 octobre 2014 Présentation Agence SADONE mardi 7 octobre 2014 Plus-values immobilières Assiette Ø Prix d acquisition majoré de 7,5 % pour frais d acquisition + majoration des frais de travaux (si détention supérieure

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

Fiscalité de la transmission d entreprise

Fiscalité de la transmission d entreprise Fiscalité de la transmission d entreprise Salon des entrepreneurs Février 2006 Fiscalité de la transmission d entreprise Introduction 1 Introduction Existe-t-il une fiscalité de la transmission d entreprise?

Plus en détail

CONFERENCE DU 14 JUIN 2006 COMMENT OPTIMISER LA FISCALITE D UNE OPERATION DE TRANSMISSION D ENTREPRISE ---------------

CONFERENCE DU 14 JUIN 2006 COMMENT OPTIMISER LA FISCALITE D UNE OPERATION DE TRANSMISSION D ENTREPRISE --------------- ESSEC INSTITUT DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE INTERCESSIO CONFERENCE DU 14 JUIN 2006 ---------------- COMMENT OPTIMISER LA FISCALITE D UNE OPERATION DE TRANSMISSION D ENTREPRISE --------------- Agnès

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales.

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. FRANCE DETERMINATION DU LIEU DE RESIDENCE Allemagne, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Espagne, Etats-Unis, Inde,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 13 A-1-08 N 83 du 26 AOÛT 2008 DROIT A RESTITUTION DES IMPOSITIONS EN FONCTION DU REVENU. ABAISSEMENT DU SEUIL DE PLAFONNEMENT A 50

Plus en détail

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010 des revenus catégoriels dans la convention fiscale France-Isra Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal,

Plus en détail

CGAHDF PRESENTATION DE LA LOI DE FINANCES 2009

CGAHDF PRESENTATION DE LA LOI DE FINANCES 2009 CGAHDF PRESENTATION DE - LA LOI DE FINANCES 2009 16 Février 2009 Yves Granier - Martine Villers 1 IMPOT SUR LE REVENU Limites et seuils : Modifications Relèvement de 2,9 % des tranches Limite d exonération

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

Ce qui va changer pour vous en 2011. En tant que contribuable, en tant qu actionnaire et en tant qu épargnant.

Ce qui va changer pour vous en 2011. En tant que contribuable, en tant qu actionnaire et en tant qu épargnant. Ce qui va changer pour vous en 2011 En tant que contribuable, en tant qu actionnaire et en tant qu épargnant. En bref.. Déficit budgétaire 2010 152 milliards Objectif 2011 de la loi de finances : Ramener

Plus en détail

A - Aménagement de la réduction d impôt sur le revenu en faveur de l investissement locatif intermédiaire «dispositif Pinel»

A - Aménagement de la réduction d impôt sur le revenu en faveur de l investissement locatif intermédiaire «dispositif Pinel» Synthèse des évolutions fiscales 2015 > Sommaire I II Impôt sur le revenu Réduction et crédit d impôt A - Aménagement de la réduction d impôt sur le revenu en faveur de l investissement locatif intermédiaire

Plus en détail

Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance.

Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance. Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance.com I. Impôts, crédits d impôt et taxes II. Immobilier

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes Projet de Loi de Finances 2014 Les principales réformes La fiscalité sur les plus-values immobilières C est inédit dans l histoire, la réforme sur les plus-values immobilières a été inscrite au BOFIP (donc

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Conférence Association des savoirs à Dunkerque

Conférence Association des savoirs à Dunkerque Conférence Association des savoirs à Dunkerque 1 Allianz parmi les leaders mondiaux Chiffres clés 2012 Allianz 1er assureur européen par sa capitalisation boursière Allianz SE : 58,6 M. AXA : 44,3 M Zürich

Plus en détail

Janvier 2012. Les fiches fiscalité

Janvier 2012. Les fiches fiscalité Janvier 2012 Les fiches fiscalité SOMMAIRE Fiscalité de l assurance vie et du contrat de capitalisation en cas de rachat...p. 1 Fiscalité de l assurance vie en cas de décès...p. 2 Fiscalité du patrimoine...p.

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF)

L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) L Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Plus en détail

ISF 2012. Règles d imposition : la territorialité En France : imposition sur l ensemble des biens situés en France et hors de France.

ISF 2012. Règles d imposition : la territorialité En France : imposition sur l ensemble des biens situés en France et hors de France. ISF 2012 I. Principe L impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) est un impôt déclaratif. Les personnes physiques possédant un patrimoine d une valeur nette supérieure à 1,3 million euros au 1 janvier 2012

Plus en détail