Actualité fiscale et patrimoniale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Actualité fiscale et patrimoniale"

Transcription

1 novembre 2014 Actualité fiscale et patrimoniale Me Pascal JULIEN SAINT-AMAND Notaire, ancien avocat fiscaliste, Docteur en Droit Réseau notarial ALTHÉMIS 79, rue Jouffroy d Abbans Paris Tél :

2 Plan I. Plus-values mobilières II. Plus-values immobilières III. Investissement immobilier et ISF IV. Règlement européen sur les successions V. Assurance-vie VI. Dutreil 2

3 I. Plus-values mobilières 3

4 I. Plus-values mobilières Le BOFIP a été modifié le 14 octobre, et pourrait l être encore suite à la consultation publique ouverte jusqu au 14 novembre sur ces modifications. prix de revient : diminution du prix de revient des titres ayant bénéficié de réductions d IR pour souscription au capital de PME. 4

5 I. Plus-values mobilières abattement pour durée de détention : pas d abattement sur les pertes issues de PEA pas d abattement sur les moins-values en cas d annulation de titres suite à liquidation judiciaire pas d abattement sur les reports de plus-values constatés avant le 1 er janvier 2013 décompte de date à date sans tempérament, même pour les comptes titres Clause d earn out : le délai pour le calcul d abattement est celui calculé au jour de la cession. 5

6 I. Plus-values mobilières Départ en retraite du dirigeant de PME fin des tempéraments en faveur des membres du groupe familial et des co-fondateurs en cas d apport à holding soumise à l IS constatant un report d imposition, la cession des titres de la holding éligible ne pourra bénéficier du régime de faveur qu en cas de cession au moins 5 ans après l apport 6

7 I. Plus-values mobilières Abattement majoré pour PME nouvelle : commentaires restrictifs à propos de la notion de restructuration et de reprise d une activité existante, incitant à considérer le champ d application comme restreint 7

8 I. Plus-values mobilières Obligations déclaratives : nécessité pour le contribuable de remplir un formulaire n 2074 dès lors que l IFU n est pas complet + pouvoir justifier les délais de détention 8

9 II. Plus-values immobilières 9

10 II. Plus-values immobilières Du 1 er septembre 2013 au 31 août 2014 L abattement pour durée de détention applicable à la plus-value brute dépendait de la nature du bien cédé : cession de biens et droits immobiliers SAUF terrains à bâtir IR : exonération après 22 ans Durée de détention De 0 à 5 ans 0 % De 6 à 21 ans 6 % 22 ans 4 % Abattement par année de détention PS : exonération après 30 ans Durée de détention De 0 à 5 ans 0 % De 6 à 21 ans 1,65 % 22 ans 1,60 % De 23 à 30 ans 9 % Abattement par année de détention 10

11 II. Plus-values immobilières Du 1 er septembre 2013 au 31 août 2014 Cession de biens et droits immobiliers SAUF terrains à bâtir Durée de détention Régime antérieur Abattement au titre de l IR et des PS Nouveau régime Abattement au titre de l IR Abattement au titre des PS Jusqu'à 5 ans 0 % 0 % 0,00 % 10 ans 10 % 30 % 8,25 % 15 ans 20 % 60 % 16,50 % 20 ans 36 % 90 % 24,75 % 21 ans 40 % 96 % 26,40 % 22 ans 44 % 100 % 28,00 % 25 ans 60 % 100 % 55,00 % 30 ans et % 100 % 100,00 % 11

12 II. Plus-values immobilières Du 1 er septembre 2013 au 31 août 2014 Cession de biens et droits immobiliers SAUF terrains à bâtir Durée de détention Taux impôt IR + PS en % de la PV avant abattement Moins de 6 ans 34,5% Entre 9 et 10 ans 28,92 % Entre 14 et 15 ans 21,94 % Entre 19 et 20 ans 14,96 % Entre 20 et 21 ans 13,56 % Entre 21 et 22 ans 12,17 % Entre 24 et 25 ans 8,37% Entre 29 et 30 ans 1,40% Hors abattement temporaire de 25% en cas de cession à un tiers Hors surtaxe de 2% à 6% si PV importante hors cession de TAB. 12

13 II. Plus-values immobilières Du 1 er septembre 2013 au 31 août 2014 Cession de biens et droits immobiliers SAUF terrains à bâtir L abattement exceptionnel Pour stimuler le marché immobilier, un abattement exceptionnel de 25 % est appliqué aux cessions antérieures au 31 août => s applique pour l IRPV, les PS et la surtaxe des PV> à euros. L'abattement ne s'applique pas aux cessions réalisées au profit : soit de son conjoint, son partenaire liés par un PACS, son concubin notoire ou un ascendant ou descendant du cédant ou de l'une de ces personnes ; soit d'une personne morale dont le cédant ou l'une des personnes citées ci-dessus serait ou deviendrait un associé à cette occasion. Il ne concerne pas non plus les cessions de parts de sociétés civiles immobilières ou de sociétés ou organismes à prépondérance immobilière ou de droits assimilés. 13

14 II. Plus-values immobilières Du 1 er septembre 2013 au 31 août 2014 Cession de terrains à bâtir (TAB). Exonération IR et PS au bout de 30 ans Abattement identique pour IR et PS Impôt sur le revenu Durée de détention Abattement De 0 à 5 ans 0% De 6 à 17 ans 2% 18 à 24 ans 4% 25 à 30 ans 8% => 12 années d abattements à 2%, puis 7 années à 4%, puis 6 à 8% 14

15 II. Plus-values immobilières Du 1 er septembre 2013 au 31 août 2014 Cession de terrains à bâtir (TAB). Années de détention Abattement annuel Abattement cumulé Fraction imposable Taux d'imposition corrigé Moins de 6 ans 0% 0% 100% 34,50% Entre 6 et 7 ans 2% 2% 98% 33,81% Entre 15 et 16 ans 2% 20% 80% 27,60% Entre 20 et 21 ans 4% 36% 64% 22,08% Entre 22 et 23 ans 4% 44% 56% 19,32% Entre 25 et 26 ans 8% 60% 40% 13,80% Plus de 30 ans 100% 0% 0,00% 15

16 II. Plus-values immobilières Depuis le 1 er septembre 2014 Uniformisation du régime des terrains à bâtir avec celui des immeubles bâtis impôt sur le revenu : abattement de 6% pour chaque année entre la 6 e et la 21 e + 4 % pour la 22 e. exonération totale après 22 ans de détention prélèvements sociaux : abattement de 1,65 % pour chaque année entre la 6 e et la 21 e + 1,60 % pour la 22 e + 9 % pour chaque année à partir de la 23 e exonération totale après 30 ans de détention 16

17 II. Plus-values immobilières Durée détention 1 à Taux global imposition (en % PV avant abattement) 34,50 33,10 31,71 30,31 28,92 27,52 26,13 24,73 23,33 Durée détention Taux global imposition (% PV avant abatt) 21,94 20,54 19,15 17,15 16,36 14,96 13,56 12,17 11,16 Durée détention Taux global imposition (% PV avant abatt) 9,77 8,37 6,98 5,58 4,19 2,79 1,

18 III. Investissement immobilier et ISF 18

19 Immobilier d entreprise et ISF Exemple 1 : Détention du bien immobilier par la société d exploitation. Pierre est dirigeant et associé à 99% de la société d exploitation, dont il tire sa rémunération principal. Exemple 1 Société d exploitation (SAS) (Détention du bien professionnel) 19

20 Immobilier d entreprise et ISF Exemple 2 : Détention du bien immobilier par la filiale de la société d exploitation Pierre est dirigeant et associé à 99% de la société d exploitation, dont il tire sa rémunération principale. Exemple 2 Société d exploitation Société immobilière (Détention du bien professionnel) 20

21 Immobilier d entreprise et ISF Exemple 3 : Détention par le dirigeant de la société d exploitation du bien immobilier donné en location à la société d exploitation. Pierre est dirigeant et associé à 99% de la société d exploitation, dont il tire sa rémunération principale et sa femme est propriétaire du bien immobilier. Pierre Femme de Pierre Société d exploitation Bail professionnel Fraction non pro. 1. Pierre détient un immeuble d'une valeur de 3 millions d'euros dont les deux tiers de la superficie sont mis exclusivement à la disposition d'une société anonyme dont il possède 60% des actions et dans laquelle il exerce les fonctions de président du conseil d'administration. L'immeuble peut être qualifié de bien professionnel à hauteur d'une fraction de sa valeur égale à 3 millions d'euros x 2/3 x 60 % = 1,2 million d'euros. 21

22 Détention dans le patrimoine privé via une société immobilière Constituent des biens professionnels les titres de sociétés immobilières (quelle que soit leur forme) qui ont pour objet, même non exclusif, la location ou la mise à disposition d'immeubles professionnels au profit d'une société d'exploitation dont les parts ou actions sont elles-mêmes des biens professionnels pour le redevable. 22

23 Sociétés immobilières Les titres ainsi détenus sont exonérés dans la limite du produit : - de la participation du redevable dans la société d'exploitation (foyer fiscal inclus) ; - par la valeur de l'ensemble des immeubles loués ou mis à disposition de cette société par la société immobilière. La même solution s'applique lorsque les immeubles sont détenus directement par les associés de la société d'exploitation. Pour chaque associé propriétaire, la valeur exonérée est égale à la valeur de l'ensemble des immeubles loués multipliée par la participation dans la société d'exploitation, dans la limite de la valeur de l'immeuble appartenant à l'intéressé (BOI-PAT-ISF n 110 à 150). 23

24 Immobilier d entreprise et ISF Exemple 4 : Détention par les associés dirigeants des parts de la société propriétaire du bien immobilier donné en location à la société d exploitation. Pierre, Isabelle et Arthur (gérants) Société d exploitation Bail professionnel Pierre, Isabelle et Arthur Société immobilière (Détention du bien professionnel) Trois associés, Pierre, Isabelle et Arthur, détiennent chacun 1/3 des droits dans une société immobilière louant son immeuble d'une valeur de 15 millions d'euros à une SARL. Pierre, Isabelle et Arthur sont gérants de cette dernière et en détiennent le capital à parts égales. Les droits dans la société immobilière sont donc de 15 millions d'euros x 1/3 = 5 millions d'euros pour chacun d'eux. L'immeuble revêt en totalité un caractère professionnel à hauteur, pour chaque associé, de 5 millions d'euros. 24

25 Immobilier d entreprise et ISF Exemple 5 : Détention par le dirigeant des parts de la société propriétaire du bien immobilier donné en location à la société d exploitation Trois associés Pierre, Isabelle et Arthur détiennent respectivement 40 %, 35 % et 25 % des droits dans une société immobilière ayant pour objet de mettre un immeuble, d'une valeur de 10 millions d'euros à la disposition d'une SARL. Pierre, Isabelle et Arthur sont gérants de cette dernière, dont ils détiennent respectivement 10 %, 25 % et 40 %. Les parts restantes sont détenues par un quatrième associé, Eve, qui n'est pas associé de la société immobilière. Société immobilière % Personnes SARL 40 Pierre Isabelle Arthur 40 - Eve 25 % 25

26 Immobilier d entreprise et ISF Exemple 5 : Détention par le dirigeant des parts de la société propriétaire du bien immobilier donné en location à la société d exploitation La participation d Arthur dans la société immobilière peut être qualifiée de bien professionnel en totalité (25% x 10 M = 2,5 M ) La participation d Isabelle ne peut l'être qu'à hauteur de 10 millions d'euros x 25 %, soit 2,5 millions d'euros. Elle est un bien privé à hauteur de 1 million d'euros. La participation de Pierre dans la société immobilière, d'une valeur de 4 millions d'euros, ne pourrait être qualifiée de bien professionnel qu'à hauteur de 10 millions d'euros x 10 %, soit 1 million d'euros, à la condition que sa participation dans la SARL ait, grâce à la notion de groupe familial, un caractère professionnel. La participation d Eve ne constitue pas un actif professionnel. 26

27 Immobilier d entreprise et ISF Exemple 6: Pierre et Paul gérants de la société d exploitation détiennent les titres de la société propriétaire du bien immobilier donné en location à la société d exploitation Pierre et Paul sont dirigeants. Pierre est associé à 60% et Paul à 40% de la société d exploitation, dont ils tirent leur rémunération principale. Pierre détient 30% et Paul 70% de la SCI qui détient le bien immobilier professionnel. Pierre 60% et Paul 40% Société d exploitation Bail professionnel Pierre 30% et Paul 70% Société immobilière (Détention du bien professionnel) 100% du bien à usage professionnel 27

28 Immobilier d entreprise et ISF Exemple 6: Détention par le dirigeant de titres de la société propriétaire du bien immobilier donné en location à la société d exploitation Fraction exonérée : les immeubles, ou la fraction de la valeur des parts de la société immobilière représentative des immeubles, donnés à bail, sont exonérés en proportion, => d'une part, des droits détenus par le redevable, son conjoint ou son concubin notoire et leurs enfants mineurs dans la société d'exploitation et, => d'autre part, de la fraction des immeubles exclusivement utilisée par la société locataire pour les besoins de son activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale. 28

29 Immobilier d entreprise et ISF Exemple 6: Détention par le dirigeant de titres de la société propriétaire du bien immobilier donné en location à la société d exploitation Fraction exonérée : Pour Pierre 30% des parts de la SC (car sa participation dans la SE est > à sa participation dans SC). Pour Paul 40% des parts de la SC (car sa participation dans la SE est < à sa participation dans SC). Pierre 60% et Paul 40% Société d exploitation Bail professionnel Pierre 30% et Paul 70% Société immobilière (Détention du bien professionnel) 100% du bien à usage professionnel 29

30 Immobilier d entreprise et ISF Exemple 7 : Détention par le dirigeant des parts de la société propriétaire des parts d une autre société propriétaire du bien immobilier donné en location à la société d exploitation Pierre 60% (dirigeant) et Isabelle 40% Société d exploitation Bail professionnel Pierre 35% et Paul 65% Société Pas d exonération Car double niveau d interposition Société immobilière (Détention du bien professionnel) 30

31 Immobilier d entreprise et ISF Exemple 8 : Détention par le dirigeant (Pierre) de la pleine propriété des parts de la société civile détenant la nue-propriété du bien immobilier dont l usufruit est détenu par la société d exploitation. Pierre 60% (dirigeant) Pierre 35% et Paul 65% et Isabelle 40% Société immobilière Société d exploitation (détention de l usufruit du bien) (Détention de la nuepropriété du bien professionnel) usufruit Nue-Propriété Taxation des parts de la société détenant la NP 31

32 Immobilier d entreprise et ISF Exemple 9 : Détention par le dirigeant de la nue-propriété du bien immobilier dont l usufruit est détenu par la société d exploitation Pierre et Isabelle Société d exploitation (détention de l usufruit du bien) Pierre et Paul Détention directe de la nue-propriété du bien professionnel usufruit Nue-Propriété Principe d exonération de la NP sauf abus de droit 32

33 Immobilier d entreprise et ISF Détention du bien immobilier par la holding animatrice qui le donne en location à sa filiale Exemple 10 Holding animatrice (Détention du bien immobilier) Société d exploitation 33

34 Immobilier d entreprise et ISF Détention du bien immobilier par une filiale de la société d exploitation qui donne le bien en location à une autre filiale. Exemple 11 Holding non animatrice Société d exploitation Bail Société immobilière (Détention du bien immobilier) 34

35 Immobilier d entreprise et ISF Détention du bien immobilier par une société qui donne le bien en location à la société éligible (filiale d une holding non animatrice). Exemple 12 Holding non animatrice Dirigeant Personne Physique Société d exploitation Bail Société immobilière (Détention du bien immobilier) 35

36 Immobilier d entreprise et ISF Détention du bien immobilier par une société qui donne le bien en location à la filiale de la holding Exemple 13 Monsieur X possède 99 % d'une SCI qui donne ses actifs à bail à une société d'exploitation B, détenue à 95 % par une holding A, elle-même détenue à 90 % par le foyer fiscal de Monsieur X. Si A est une HA et que X exerce sa fonction de direction dans A => pas d exo car location à la filiale B et que seule la holding A constitue le bien professionnel. Si X exerce une fonction de direction dans la filiale B, il devrait être exo. 36

37 Immobilier d entreprise et ISF Détention du bien immobilier par une société civile qui donne le bien en location à la filiale. Exemple 14 Si société A n'est pas une holding animatrice, les parts détenues, directement et par l'intermédiaire de la holding A (4 % en direct et 89,5 % par l'intermédiaire de la société A), par M. X dans la filiale B sont susceptibles d'être qualifiées de biens professionnels à la condition que : X exerce l'une des fonctions de direction + rémunération excédant 50 % de l'ensemble de ses revenus professionnels. 37

38 IV. Règlement européen sur les successions 38

39 IV. Règlement européen sur les successions Le règlement européen sur les successions a été adopté le 4 juillet 2012 et entrera en application le 17 août Vers une simplification du règlement des successions Choix de l unité de la loi successorale, en se référant à la seule loi de la dernière résidence habituelle du défunt. Possibilité de faire le choix de l application de sa loi nationale (professio juris). Trois pays ont exercé un «opting-out» : le Royaume-Uni, l Irlande et le Danemark. Ils ne sont donc pas liés par ce règlement. Ce règlement a vocation universelle : il se substitue à la règle de conflit des Etats membres, y compris dans les relations avec des pays extérieurs à l Union Européenne. 39

40 IV. Règlement européen sur les successions Le règlement européen a plusieurs volets essentiels : La reconnaissance et l exécution des décisions de justice L acceptation et l exécution des actes authentiques La création du certificat successoral européen La création d une règle de conflit uniforme, subsidiaire à une règle de désignation volontaire Le choix de loi applicable 40

41 IV. Règlement européen sur les successions Le certificat successoral européen ne remplace pas les actes internes du type acte de notoriété n est pas obligatoire produit ses effets dans tous les Etats membres sans procédure complémentaire Le règlement facilite aussi la circulation des actes authentiques, dont la force probante sera acceptée par les autres Etats membres. Le notaire français pourra établir un acte de notoriété ou un CSE pour déterminer la dévolution successorale. 41

42 IV. Règlement européen sur les successions L uniformisation de la règle de conflit 1 ) Détermination des juridictions compétentes 3 types de règles : Une règle générale conférant une compétence de principe aux juridictions de l'état membre de la dernière résidence habituelle du défunt. Ensuite, des critères de compétence subsidiaires donnant compétence aux juridictions du lieu de situation des biens lorsque le défunt ne résidait pas dans l'union européenne au moment de son décès. Enfin des règles dérogatoires permettant aux juridictions normalement compétentes de décliner leur compétence au profit des juridictions de l'état membre de la nationalité du de cujus lorsque ce dernier a préalablement opté pour l'application de la loi de cet État. 42

43 IV. Règlement européen sur les successions L uniformisation de la règle de conflit 2 ) Loi applicable à la succession (article 20) Application, à l ensemble de sa succession, de la loi de l Etat dans lequel le défunt avait sa résidence habituelle au moment de son décès. Vocation universelle : la loi compétente peut être loi d un Etat membre ou loi d un Etat tiers. Rattachement par principe unitaire pour l ensemble de la succession. Possibilité pour le de cujus d organiser différemment sa succession loi nationale. 43

44 IV. Règlement européen sur les successions L uniformisation de la règle de conflit 2 ) Loi applicable à la succession (article 20) a ) La compétence de principe de la loi de la résidence La nationalité n'a pas été perçue comme un facteur de rattachement exprimant suffisamment, dans un tel contexte de mobilité (considérant 23). Le règlement ne définit pas la résidence habituelle. Les considérants 23 et 24 prévoient que l autorité chargée de la succession devra procéder à une évaluation d ensemble des circonstances de la vie du défunt au cours des années précédant son décès et au moment de son décès, en prenant en compte notamment la durée et la régularité de la présence du défunt dans l Etat concerné. 44

45 IV. Règlement européen sur les successions Uniformisation de la règle de conflit 2 ) Loi applicable à la succession (article 20) a ) La compétence de principe de la loi de la résidence Un défunt travaillant dans un Etat mais ayant conservé des liens étroits et stables avec son Etat d origine pourra être considéré comme résident de ce dernier. En cas de pluralité de résidence, la nationalité ou le lieu de situation des biens pourront constituer un critère particulier. 45

46 IV. Règlement européen sur les successions L uniformisation de la règle de conflit 2 ) Loi applicable à la succession (article 20) b ) Les dérogations à loi de la résidence Liens manifestement plus étroits avec la loi d un autre Etat Quand, à titre exceptionnel, il résulte de l'ensemble des circonstances de la cause que, au moment de son décès, le défunt présentait des liens manifestement plus étroits avec un État autre que celui de sa résidence. C est la loi nationale qui restera la référence, souvent. Le renvoi La professio juris permet d éviter le renvoi. 46

47 IV. Règlement européen sur les successions Anticiper sa succession : le choix de loi applicable La règle de conflit ne s applique qu à défaut de choix effectué par le défunt (professio juris). le choix est limité à la loi de nationalité du défunt au moment du choix ou au moment du décès la loi désignée s applique à l ensemble de la succession forme du choix : forme d une disposition à cause de mort modifiable ou révocable comme un testament 47

48 IV. Règlement européen sur les successions Anticiper sa succession : le choix de loi applicable Le choix de loi peut être fait dès maintenant, mais ne pourra produire effet que si le décès survient à compter du 17 août Pour le faire, il est préférable de contacter un notaire de l Etat dont on veut choisir la loi : la validité au fond de l acte est régie par la loi choisie. Intérêt : prévisibilité de la loi successorale, permettant une meilleure anticipation. 48

49 IV. Règlement européen sur les successions Anticiper sa succession : le choix de loi applicable Les donations ne sont pas directement concernées par le règlement. Leur caractère rapportable ou réductible sera examiné au regard de la loi successorale au moment du décès. Exemple : donation-partage par un Français résident en Belgique, mais envisageant de passer sa retraite en France. Le droit belge ne connaît pas la donation-partage. Choisir la loi successorale française permet de s assurer de l application de la donation-partage en tant que telle, quel que soit le moment du décès. 49

50 V. Assurance-vie 50

51 V. Assurance-vie Le capital ou la rente stipulés payables, lors du décès de l'assuré, à un bénéficiaire déterminé ou à ses héritiers ne font pas partie de la succession de l'assuré (C. ass. art. L ). En cas de désignation d un bénéficiaire = fiscalité spécifique de l assurance vie déterminée aux articles 757 B et 990 I du CGI Cette fiscalité est elle attractive? (c.à.d.. plus attractive que la fiscalité successorale ) 51

52 V. Assurance-vie Régime de l article 757 B CGI Contrats souscrits depuis le 20 novembre 1991 et primes versées après 70 ans = droits de succession «classiques» Mais deux avantages : - Assiette des droits = uniquement les primes versées - Abattement spécifique de Avantage pour le bénéficiaire désigné en cas de capitalisation 52

53 V. Assurance-vie Régime de l article 990 I CGI Tous les contrats pour le capital correspondant aux primes versées après le 13 octobre 1998 et avant 70 ans Prélèvement spécifique calculé par bénéficiaire : De 0 à De à % Au-delà 31,25% 53

54 V. Assurance-vie Modification des taux d imposition de l art. 990 I du CGI en 2014 Pour les contrats «génération vie» après abattement de 20% Pour les autres contrats sans abattement de 20% Part revenant à chaque bénéficiaire au-delà de l abattement de Taux du prélèvement en cas de décès avant le 1 er juillet 2014 Taux du prélèvement en cas de décès à compter du 1 er juillet 2014 De 0 à % 20 % De à % Plus de % 31,25 % 54

55 V. Assurance-vie Opportunités dans la désignation des bénéficiaires dans le régime 990 I a) Multiplier le nombre d abattements. et donc de bénéficiaires b) Privilégier les tranches plus basses d imposition par rapport à la succession (patrimoines importants, bénéficiaires autres que les enfants et le conjoint ) 55

56 V. Assurance-vie Succession en ligne Prélèvement directe par part par bénéficiaire Abattement Ecart Moins de % 20 % 15 % Entre et % 20 % 10 % Entre et % 20 % 5 % Entre et % 20 % 0 % Entre et % 20 % - 10 % Entre et % 31,25 % 1,25 % Entre et % 31,25 % - 8,75 % Supérieure à % 31,25 % - 13,75 % 56

57 Place aux questions 57

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions L ISF : Un barème très élevé Seuil d imposition : 1 300 000. Tranche Taux Calcul < 800 000 0% Assiette x 0 Entre 800 000 et 1 300 000 0,50% (A x

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014

Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014 Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014 Les plus-values réalisées par les particuliers à l occasion de la cession de valeurs mobilières ou de droits sociaux sont en principe imposables à

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

Présentation. Agence SADONE mardi 7 octobre 2014

Présentation. Agence SADONE mardi 7 octobre 2014 Présentation Agence SADONE mardi 7 octobre 2014 Plus-values immobilières Assiette Ø Prix d acquisition majoré de 7,5 % pour frais d acquisition + majoration des frais de travaux (si détention supérieure

Plus en détail

Holding animatrice Club Expert Patrimoine

Holding animatrice Club Expert Patrimoine Club Expert Patrimoine 9 janvier 2014 Me Pascal JULIEN SAINT-AMAND Notaire, ancien avocat fiscaliste, Docteur en droit français, Docteur en droit européen, Chargé d enseignement à Paris-Dauphine, Chargé

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

Comment optimiser fiscalement la cession de votre entreprise. Cabinet Roche et Cie Expert-Comptable

Comment optimiser fiscalement la cession de votre entreprise. Cabinet Roche et Cie Expert-Comptable Comment optimiser fiscalement la cession de votre entreprise. Cabinet Roche et Cie Expert-Comptable Quels sont les impôts que je devrai payer lors de la cession de mon entreprise? Exclusivement une taxe

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014

PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014 ACTUALITE PLUS-VALUES MOBILIERES ET IMMOBILIERES : LES MODIFICATIONS A VENIR DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014 I. Quelle imposition pour les plus-values de cession de valeurs mobilières des particuliers

Plus en détail

Présenté par Damien Corbin Responsable Régional Gestion Privée

Présenté par Damien Corbin Responsable Régional Gestion Privée Pacte Dutreil et transmission d entreprise Aspect donation/succession ISF Novembre 2014 Présenté par Damien Corbin Responsable Régional Gestion Privée Pacte Dutreil Aspect transmission Relativement récent

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil ISF Point information Octobre 2014 ISF Point information 2 SOMMAIRE Pages RAPPEL DE QUELQUES REGLES 3 à 6 PROBLEMATIQUE LIEE AU PATRIMOINE PROFESSIONNEL 7 à 13 LES CLIGNOTANTS FISCAUX 14 ISF Point information

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes Projet de Loi de Finances 2014 Les principales réformes La fiscalité sur les plus-values immobilières C est inédit dans l histoire, la réforme sur les plus-values immobilières a été inscrite au BOFIP (donc

Plus en détail

Fiscalité de la transmission d entreprise

Fiscalité de la transmission d entreprise Fiscalité de la transmission d entreprise Salon des entrepreneurs Février 2006 Fiscalité de la transmission d entreprise Introduction 1 Introduction Existe-t-il une fiscalité de la transmission d entreprise?

Plus en détail

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 La loi de finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013 au Journal Officiel de la République Française. Nous verrons dans les développements

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

Le nouveau régime de plus-values mobilières

Le nouveau régime de plus-values mobilières Le nouveau régime de plus-values mobilières Me Pascal JULIEN SAINT-AMAND Notaire, ancien avocat fiscaliste, Docteur en droit français, Docteur en droit européen, Chargé d enseignement à Paris-Dauphine

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers

Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Lois de finances, ce qui change pour les particuliers Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières La loi de finances pour 2014 vient de modifier les modalités d impositions des plus-values

Plus en détail

Transmission d entreprise et optimisation

Transmission d entreprise et optimisation Transmission d entreprise et optimisation Intervenants: Damien Dreux Expert Comptable, Anne Lichtenstern Avocat, Alexandre Thurel Notaire, Myriam Constant Allianz. Sommaire Le Marché et les intervenants

Plus en détail

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL GESTION PRIVÉE VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL 2013 - Particuliers - Mise à jour octobre 2013 I - IMPÔT SUR LE REVENU Barème 2013 de l impôt sur les revenus (IR) 2012 Revenu imposable (R/N)

Plus en détail

Immobilier locatif : Pourquoi et Comment investir en 2014? 14 octobre 2014 GESCO Banque Populaire Atlantique

Immobilier locatif : Pourquoi et Comment investir en 2014? 14 octobre 2014 GESCO Banque Populaire Atlantique Immobilier locatif : Pourquoi et Comment investir en 2014? 14 octobre 2014 GESCO Banque Populaire Atlantique 1 Une réforme fiscale favorable à l immobilier 2 Plus values immobilières : régime antérieur

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales.

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. FRANCE DETERMINATION DU LIEU DE RESIDENCE Allemagne, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Espagne, Etats-Unis, Inde,

Plus en détail

Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise!

Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise! Lois DUTREIL I, SARKOZY, DUTREIL II Des opportunités à saisir pour transmettre ou acquérir une entreprise! Août 2005 Comité de la Transmission d entreprise du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

04/02/2015. Transmission d une entreprise : anticiper pour optimiser sa fiscalité

04/02/2015. Transmission d une entreprise : anticiper pour optimiser sa fiscalité 04/02/2015 Transmission d une entreprise : anticiper pour optimiser sa fiscalité 1 Intervenants: Laurence Gumuschian : avocate cabinet Bastille avocats Véronique Nouvel : avocate, cabinet Fidal Jérôme

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Septembre - Octobre 2012 1 SOMMAIRE Actualité patrimoniale et juridique p. 3 Les modalités d application du Trust enfin définies (BOI-PAT-ISF-30-20-30-20121016 et BOI-ENR-DMTG-30-20121016)

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance

24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance 24ème Congrès de l AMA Durabilité et croissance La gestion de patrimoine du chef d entreprise. Les options d investissements dans chaque pays. Les informations essentielles à connaitre Le 23 Octobre 2015

Plus en détail

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise

Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 1 Optimisation de la cession d une entreprise et incidences sur le patrimoine privé du chef d entreprise 2 Intervenants : Jean-Philippe Robin, Directeur Commercial Tamara Boucharé, Consultant Formateur

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION?

COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION? COMMENT OPTIMISER FISCALEMENT VOTRE CESSION? La fiscalité de la cession varie fortement selon qu il s agisse d une entreprise individuelle ou d une société, qu elle s effectue à titre onéreux ou à titre

Plus en détail

Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance.

Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance. Bâtiment Le Loubérance - 121 rue Jean Dausset BP 11530 84916 Avignon cedex 9 Tél : 04 90 31 02 59 / Fax : 04 90 88 26 31 contact@synthese-finance.com I. Impôts, crédits d impôt et taxes II. Immobilier

Plus en détail

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015).

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

LES DETENTIONS INDIRECTES

LES DETENTIONS INDIRECTES LES DETENTIONS INDIRECTES Actualisée le : 27 avril 2011 LES SCPI Concept du produit Les SCPI offrent aux épargnants la possibilité d acquérir des parts d une société qui acquière et gère elle-même des

Plus en détail

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME

Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Comment réduire son ISF grâce à l investissement dans les PME Plan du guide I- LES INVESTISSEMENTS CONCERNES a) L investissement direct dans une PME b) L investissement grâce à une société holding c) L

Plus en détail

---------------------------

--------------------------- F I S C A L I T E A P P L I C A B L E A U X D I V I D E N D E S P A Y E S P A R D E X I A Principe général : Les dividendes d actions payés par des sociétés belges à leurs actionnaires, quelque soit leur

Plus en détail

DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014

DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014 DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014 1 Pourquoi une holding? Pour geler la taxation de dividendes exigés par d autres Pour réinvestir, rapidement

Plus en détail

COLLECTIVITÉ DE SAINT-MARTIN

COLLECTIVITÉ DE SAINT-MARTIN N 2048_SM-M (07/2012) COLLECTIVITÉ DE SAINT-MARTIN DÉCLARATION DE PLUS-VALUE SUR LES CESSIONS DE PARTS DE SOCIÉTÉS À PRÉPONDÉRANCE IMMOBILIÈRE Impôt sur le revenu afférent à la plus-value immobilière (CGI

Plus en détail

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015

la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 la fiscalité des valeurs mobilières en 2015 loi de finances 2015 loi n 2014-1654 du 29 décembre 2014 web conference - 10-02-2015 1 les lois de finances 2013 et 2014 régime des plus values simplification

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

L E R É G I M E F I S C A L E T I M M O B I L I E R A U P O R T U G A L

L E R É G I M E F I S C A L E T I M M O B I L I E R A U P O R T U G A L i M a i 2013 L E R É G I M E F I S C A L E T I M M O B I L I E R A U P O R T U G A L L ACQUISITON IMT - Impôt municipal sur les transmissions d immeubles.à titre onéreux TAX & BUSINESS This Tax Information

Plus en détail

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX I. Différentes formes juridiques d exercice de son activité : L entreprise individuelle ou la Société - A :

Plus en détail

Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée. Mardi 26 février 2013. Fondation Ecole Centrale de Paris

Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée. Mardi 26 février 2013. Fondation Ecole Centrale de Paris Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée au contexte fiscal actuel Mardi 26 février 2013 Fondation Ecole Centrale de Paris Banque Transatlantique SOMMAIRE Nouveau contexte

Plus en détail

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint

Les régimes matrimoniaux et la. protection financière du Conjoint Les régimes matrimoniaux et la protection financière du Conjoint Le jeudi 28 novembre 2013 de 18h30 à 20h30, au Château de Brindos, 1 Allée du château à Anglet Pascal SOULAINE, spécialiste de la protection

Plus en détail

Les donations et libéralités dans un contexte international. Renouveau et démocratie Conseil de l Union européenne 29 novembre 2012

Les donations et libéralités dans un contexte international. Renouveau et démocratie Conseil de l Union européenne 29 novembre 2012 Les donations et libéralités dans un contexte international Renouveau et démocratie Conseil de l Union européenne 29 novembre 2012 Plan de l exposé Introduction Les règles de droit international privé

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

La Société Civile de Portefeuille (SCP) QUILVEST FAMILY OFFICE

La Société Civile de Portefeuille (SCP) QUILVEST FAMILY OFFICE La Société Civile de Portefeuille (SCP) QUILVEST FAMILY OFFICE Sommaire I. La définition de la SCP II. L intérêt de la SCP III. Le régime juridique et fiscal de la SCP QUILVEST FAMILY OFFICE - Conseiller

Plus en détail

Monsieur et Madame ARNAUD

Monsieur et Madame ARNAUD DOSSIER PATRIMONIAL Monsieur et Madame ARNAUD Etude réalisée le 02/01/2015 Situation arrêté au 02/01/2015 Par votre Consultant Patrimonial : Marc DURAND DOSSIER PATRIMONIAL INFORMATIONS GÉNÉRALES La famille

Plus en détail

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre

Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012. 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Exit tax: L expatriation présente-t-elle encore un intérêt FISCAP 2012 7 Avril 2012 Michel Collet, Avocat associé CMS Bureau Francis Lefebvre Plan I. Exit Tax II. Expatriation III. Présentation synthétique

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION

LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION LA FISCALITÉ FRANÇAISE EN MATIÈRE DE DROITS DE SUCCESSION ET DE DROITS DE DONATION Cette fiche a pour finalité de présenter de manière synthétique la fiscalité française en matière de droits de succession

Plus en détail

EXAMENS DE CERTIFICATION 2003. Unité de valeur 3. Investissement immobilier. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant

EXAMENS DE CERTIFICATION 2003. Unité de valeur 3. Investissement immobilier. Durée : 2 heures. Documents à disposition : Néant Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

ISF 2011. 1. Principe. L impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) est un impôt déclaratif.

ISF 2011. 1. Principe. L impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) est un impôt déclaratif. ISF 2011 1. Principe L impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) est un impôt déclaratif. Les psonnes physiques possédant un patrimoine d une valeur nette supérieure à 1,3 million euros au 1 janvi 2011

Plus en détail

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités La Société civile immobilière Pièges et opportunités Plan de l intervention La SCI : un outil de gestion patrimoniale Rappel des principes Fiscalité de l acquisition Gestion fiscale des revenus Plus-values

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 PREMIÈRE PARTIE LES CONSÉQUENCES FINANCIÈRES IMMÉDIATES DU DÉCÈS CHAPITRE

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF =

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF = FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME Un avantage fiscal institué par la loi TEPA afin de permettre aux redevables de l ISF de bénéficier d une réduction d ISF en investissant

Plus en détail

LES STRATEGIE DE DETENTION DE SCI. Acquisition de l'usufruit temporaire des parts de la SCI par la Société d exploitation

LES STRATEGIE DE DETENTION DE SCI. Acquisition de l'usufruit temporaire des parts de la SCI par la Société d exploitation LES STRATEGIE DE DETENTION DE SCI Acquisition de l'usufruit temporaire des parts de la SCI par la Société d exploitation DOSSIER PATRIMONIAL SIMULATION SCI Paramètres de l'étude Détail de l'évaluation

Plus en détail

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 DROITS D ENREGISTREMENT (donation, succession et ISF) 1. PRINCIPAUX ABATTEMENTS 2. TARIFS SUCCESSIONS ET DONATIONS EVALUATION DES BIENS

Plus en détail

Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France

Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France Depuis le 22 Août 2007 : un nouveau visage pour les droits de donation et de succession en France Même en tant que résident belge, vous êtes concernés par cette réforme si vous possédez des biens immobiliers

Plus en détail

Conférence. Le 22 mars 2007 Château de la Pioline Aix en Provence

Conférence. Le 22 mars 2007 Château de la Pioline Aix en Provence Conférence Le 22 mars 2007 Château de la Pioline Aix en Provence «Assurance-vie, contrat de capitalisation et optimisation patrimoniale» NOVALFI «Gestion Cardinale, réconcilier prudence et performance»

Plus en détail

Contenu. 1. Vous et votre impôt sur le revenu. 2. Vous et l immobilier. Contenu

Contenu. 1. Vous et votre impôt sur le revenu. 2. Vous et l immobilier. Contenu Contenu 1. Vous et votre impôt sur le revenu 1.1. Présentation générale........................................ 1 1.1.1. Le nouveau barème.................................... 1 1.1.2. Quelques remarques....................................

Plus en détail

Note sur la fiscalité du Fonds

Note sur la fiscalité du Fonds Note sur la fiscalité du Fonds Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers Aquitaine Pyrénées Languedoc Développement 1 (article L. 214-41-1 du code monétaire et fi

Plus en détail

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2013

NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2013 N 2074 DIR-NOT N 51171 # 08 NOTICE POUR REMPLIR LA DÉCLARATION 2074-DIR revenus 2013 Prise en compte de la durée de détention des titres ou droits cédés par les dirigeants de PME européennes partant à

Plus en détail

CONFERENCE DU 14 JUIN 2006 COMMENT OPTIMISER LA FISCALITE D UNE OPERATION DE TRANSMISSION D ENTREPRISE ---------------

CONFERENCE DU 14 JUIN 2006 COMMENT OPTIMISER LA FISCALITE D UNE OPERATION DE TRANSMISSION D ENTREPRISE --------------- ESSEC INSTITUT DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE INTERCESSIO CONFERENCE DU 14 JUIN 2006 ---------------- COMMENT OPTIMISER LA FISCALITE D UNE OPERATION DE TRANSMISSION D ENTREPRISE --------------- Agnès

Plus en détail

Principales m esures fiscales de la Loi de finances pour 2013 et de la 3 ème Loi de finances rectificative pour 2012

Principales m esures fiscales de la Loi de finances pour 2013 et de la 3 ème Loi de finances rectificative pour 2012 Principales m esures fiscales de la Loi de finances pour 2013 et de la 3 ème Loi de finances rectificative pour 2012 La loi de finances pour 2013 et la loi de finances rectificative pour 2012 ont été définitivement

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010 des revenus catégoriels dans la convention fiscale France-Isra Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal,

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX

ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX Droit de la famille Organisation et transmission patrimoniale Fiscalité Droit de l entreprise PATRIMOTHEME - MAI 2014 ISF : LES DIFFERENTS CAS D'EXONERATION DES TITRES SOCIAUX Plusieurs régimes d'exonération,

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité

Cercle Patrimonial. Débat sur la Fiscalité Cercle Patrimonial Débat sur la Fiscalité Oujda, le 10 octobre 2013 Cadre légal marocain d imposition des salariés Benchmark sur les différents modèles de la fiscalité des produits de retraite (1/4) Dans

Plus en détail

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38 Le couple SOMMAIRE 1 - Mariage, Pacs, concubinage : que choisir?... 6 2 - Choix du régime matrimonial... 7 3 - Divorce... 8 4 - Prestation compensatoire... 9 5 - Gestion des biens du mineur...10 6 - Gestion

Plus en détail

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables Sommaire La famille Le couple 1. Union 12 2. Mariage, Pacs, concubinage : que choisir? 13 La gestion des biens du couple 3. Biens meubles et immeubles 15 4. Régime primaire 17 5. Choix du régime matrimonial

Plus en détail

1- LES PRINCIPAUX LIVRETS BANCAIRES 2- L ASSURANCE VIE / LE PLACEMENT PATRIMONIAL ROI

1- LES PRINCIPAUX LIVRETS BANCAIRES 2- L ASSURANCE VIE / LE PLACEMENT PATRIMONIAL ROI «TAUX-INDICES-CHIFFRESCHIFFRES» 1- LES PRINCIPAUX LIVRETS BANCAIRES Les livrets sans impôts TAUX Livret A, Livret Bleu 2,25 % Livret de développement durable 2,25 % Livret Jeunes (pour les 12 à 25 ans)

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

INFORMATION CONCERNANT VOTRE DECLARATION DES REVENUS DE 2013 FISCALITE DES PLUS OU MOINS-VALUES DE CESSIONS DE VALEURS MOBILIERES

INFORMATION CONCERNANT VOTRE DECLARATION DES REVENUS DE 2013 FISCALITE DES PLUS OU MOINS-VALUES DE CESSIONS DE VALEURS MOBILIERES INFORMATION CONCERNANT VOTRE DECLARATION DES REVENUS DE 2013 FISCALITE DES PLUS OU MOINS-VALUES DE CESSIONS DE VALEURS MOBILIERES La Loi de Finances pour 2014, publiée au Journal Officiel de la République

Plus en détail

EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES

EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES 10/01/2014 Afin de favoriser la transmission d entreprise, la relance de l économie, différents dispositifs ont pour objet de limiter l imposition des plus-values

Plus en détail

DÉPENSE FISCALE N 400108

DÉPENSE FISCALE N 400108 DÉPENSE FISCALE N 400108 Exonération partielle d ISF des bois et forêts et des parts d intérêts détenues dans un groupement forestier, des biens ruraux loués par un bail à long terme et des parts de GFA

Plus en détail