La Lettre. Actualité patrimoniale de votre Banque Privée. La Lettre de Société Générale Private Banking France. N 18 Février 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Lettre. Actualité patrimoniale de votre Banque Privée. La Lettre de Société Générale Private Banking France. N 18 Février 2011"

Transcription

1 La Lettre N 18 Février 2011 La Lettre de Société Générale Private Banking France Actualité patrimoniale de votre Banque Privée

2

3 édito Société Générale Private Banking a été élue Meilleure Banque Privée en France par Euromoney, publication de référence sur les marchés financiers et bancaires internationaux, dans le cadre de son étude annuelle Euromoney Private Banking Survey Point de conjoncture 4 Les États-Unis sont-ils sur la voie du désendettement? 5 Actualités juridiques et fiscales 6 Quel est l intérêt de la Gestion Conseil? 10 Produits structurés et contrats d option 11 Assurance vie et fonds euros 12 Comment se porte le marché immobilier français? 13 Structurer un investissement immobilier de rendement 14 Au cœur du Cercle 29 Haussmann 15 Patrick Folléa Directeur Société Générale Private Banking France L engagement du gouvernement de ramener le déficit budgétaire à 3 % du PIB en 2013 est à la fois ambitieux et très contraignant. Sans aborder ici la question du rythme de cet ajustement (avons-nous le choix dans un contexte où les investisseurs étrangers financent les 2/3 de notre dette publique?), bornons nous à constater cette évidence : dans un contexte de faible croissance, de difficulté à réduire la dépense publique et de hausse probable des taux (et donc de la charge de la dette), il faudra augmenter les impôts. L effort collectif qu il faudra fournir - nos grands voisins nous le démontrent - sera d autant mieux admis qu il sera bien compris. Or c est là que le bât blesse : notre fiscalité du patrimoine, trop complexe, est devenue illisible. On se gardera de faire de la démagogie : le sujet est ardu et la réforme annoncée. On peut toutefois regretter que la Loi de Finances pour 2011, saupoudrage de mesures partielles sans ligne directrice, n ait pas initié le mouvement. Au risque de faire un peu de fiscalité fiction, essayons donc de nous projeter au-delà de cet horizon budgétaire : vers quoi s oriente-t-on? Il y a, semble-t-il, un relatif consensus sur l idée d alourdir la fiscalité sur les revenus et les plus-values du patrimoine financier et immobilier, en contrepartie d un aménagement (voire d une suppression) de l ISF et d une disparition du Bouclier Fiscal. Une autre idée, moins consensuelle, fait également son chemin, celle de fusionner l impôt sur le revenu et les cotisations sociales (CSG). Au passage, l élargissement de l assiette s accompagnera probablement d une hausse de la fiscalité sur les plus hauts revenus. Cela suffira-t-il? Rien n est moins sûr. D autant qu il est probable que sur un autre sujet essentiel, celui du financement de la dépendance, on fasse appel à un mixte de solutions d assurance individuelle et d impôt. Il faut donc s attendre, en toute logique, à plus douloureux encore. Dans quelles directions? Les grands produits d épargne jusqu ici largement épargnés (comptes sur livrets, contrats d assurance vie) pourraient être mis à contribution. La fiscalité des successions et des donations pourrait également être revue. Et l on sait que la fiscalité indirecte, enfin, peut toujours servir de variable d ajustement. Une chose est en tout cas certaine : la stabilité des règles du jeu que beaucoup appellent de leurs vœux n est pas pour demain! Dans cet environnement en profonde mutation, l anticipation et la bonne maîtrise des outils fiscaux sont évidemment essentielles. Nous l avons pris en compte en renforçant très sensiblement nos équipes d ingénieurs patrimoniaux, de juristes et de fiscalistes. Formés au diagnostic patrimonial global et déployés depuis peu sur tout le territoire, ces professionnels sont à votre service pour vous assister au mieux, en coordination avec vos conseils habituels. La Lettre 3

4 Point de conjoncture Actualités & perspectives/janvier 2011 Les derniers mois ont été marqués par le retour d un certain optimisme sur les marchés actions. Le volontarisme exprimé par la FED au début du mois de novembre, et le fait que l administration Obama et la nouvelle majorité républicaine à la chambre des représentants soient parvenues à un compromis sur la politique fiscale, ont rassuré les investisseurs sur la croissance américaine pour Au prix d un déficit budgétaire qui sera à nouveau très élevé, le PIB des États-Unis devrait en effet progresser l an prochain de plus de 3 %. Frédéric Burguière Responsable de la Stratégie d investissement et de la Multigestion Société Générale Private Banking France La conjoncture dans les économies émergentes a été d une autre nature. Dans une situation de quasi surchauffe liée à une reprise très forte de la croissance, les tensions inflationnistes se sont accrues, en particulier du fait de la hausse des matières premières. Les banques centrales de plusieurs pays ont dû procéder à des hausses de taux d intérêt et nous devrions de ce fait assister à une décélération de la croissance dans les pays émergents au cours des prochains mois. Cette divergence de situation entre économies matures et émergentes résume le difficile contexte d ajustement dans lequel nous nous trouvons. D une part, les soutiens massifs mis en œuvre par les gouvernements occidentaux ne pourront être renouvelés de façon récurrente et la question des dettes publiques a déjà contraint les pays européens à un engagement de rigueur. D autre part, dans les phases de nette reprise, les effets pervers générés par la poussée de croissance (hausse des matières premières, tensions sur les taux longs) ont rapidement des conséquences opposées à l objectif initial. L environnement risque donc de rester volatil cette année, comme il l a été en Mais dans l immédiat les résultats publiés par les entreprises sont restés de bonne qualité, tant en Europe qu aux États-Unis. Par ailleurs, la relative stabilisation de la parité EUR/USD entre 1,30 et 1,40 depuis l automne a réduit les craintes de nouvelles tensions liées au change. Les marchés actions ont en conséquence été portés par les bonnes nouvelles du moment et ont enregistré un net mouvement de rebond. La hausse a été particulièrement spectaculaire sur le marché américain qui a progressé de plus de 10 % depuis la fin novembre. Dans le même temps, les marchés obligataires ont poursuivi leur mouvement de correction, le rendement des obligations d État américaines retrouvant un niveau de l ordre de 3,40 %. Rédigé le 21 janvier La Lettre

5 Focus Les États-Unis sont-ils sur la voie du désendettement? La question peut sembler incongrue lorsque l on sait que le débat politique des derniers mois aux États-Unis s est concentré autour de la dérive de la dette publique liée aux politiques de relance des trois dernières années. Mais elle retrouve un réel sens si l on regarde dans le détail les statistiques publiées chaque trimestre par les autorités américaines qui analysent les niveaux d endettement des différents agents économiques. Car la crise qui a débuté en 2007 n a pas eu pour origine le niveau de la dette accumulée par l État fédéral qui était plutôt raisonnable à l époque, mais celui très excessif de celle des ménages et des établissements financiers qui avait plus que doublé au cours des quinze années précédentes. Souvenons-nous que la crise des désormais fameux subprimes n était que l ultime étape d une politique de crédit abondant ayant alimenté jusqu aux ménages les moins solvables des régions les plus reculées. Il n y a que deux réponses possibles à une situation de surendettement : le remboursement de la dette ou le défaut massif des emprunteurs. La deuxième option ayant été écartée par les autorités américaines du fait de la dérive dépressive qu elle aurait pu entraîner, nous sommes entrés en 2008 dans une phase de désendettement. Mais le désendettement est un phénomène lent qui a deux conséquences négatives sur l environnement économique : d une part, il est réalisé au détriment de la consommation et pèse donc sur la demande finale ; d autre part, il est peu favorable à l investissement immobilier et limite donc en général l évolution des prix de cette classe d actifs, ce qui peut créer chez les ménages un effet de richesse négatif. Afin d éviter que le désendettement ne fragilise trop le fonctionnement de l économie, l État doit donc jouer un rôle d amortisseur en acceptant d user du déficit budgétaire pour réguler la croissance. La conséquence la plus immédiate du désendettement des agents privés est donc l accroissement de la dette publique. Nous en sommes là, et les chiffres nous indiquent que la baisse de la dette privée a été plus importante que l augmentation de la dette publique. Au global, les États-Unis se sont donc légèrement désendettés depuis Certes, la question est loin d être totalement réglée, mais l ajustement opéré chez les agents privés est néanmoins substantiel. Exprimée en points de PIB, la dette du secteur financier a baissé de plus de 25 % et celle des ménages de près de 10 % depuis 2007 (voir graphique ci-dessous). Les soutiens massifs mis en œuvre par la politique économique n ont donc pas été sans efficacité. Mais désormais, les autorités américaines vont devoir se livrer à un exercice d équilibre subtil. Si la logique de relance devait se poursuivre au prix d une augmentation trop forte de la dette publique, les risques de tension sur les taux d intérêt et de défiance à l égard du Dollar finiraient par nuire à la logique de désendettement du secteur privé. À l inverse, si la réduction de la dette de l État devait s imposer comme une contrainte politique forte, le risque d un retour de l économie en récession serait significatif. Le surendettement n est pas une réalité propre aux États-Unis et d autres pays matures sont dans une situation similaire. Le cas des pays européens, que nous analyserons dans une prochaine Lettre, est d une nature un peu différente, bien que tout aussi contraignante. Du juste dosage des politiques économiques, sur les prochaines années, dépendra donc le retour de nos économies vers un équilibre de moyen terme satisfaisant. Évolution de la dette des agents économiques aux États-Unis (en % du PIB) Secteur financier Ménages État Source : statistiques de la Réserve Fédérale américaine La Lettre 5

6 JURIDIQUE et fiscal Loi de finances pour 2011, loi de finances rectificative pour 2010 et loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 Impôt sur le revenu - Généralités Actualisation du barème et majoration des taux d imposition Les limites des tranches du barème de l impôt sur le revenu applicable aux revenus de 2010 sont revalorisées de 1,5 %. La fiscalité des revenus et du patrimoine s alourdit, les taux d imposition applicables à compter du 1 er janvier 2011 s élevant à : À compter des revenus réalisés en 2011 (sauf mention contraire), hors prélèvements sociaux Dernière tranche du barème de l IR (part du revenu supérieure à pour 1 part) Prélèvement forfaitaire libératoire (intérêts et dividendes) Plus-values de cession de valeurs mobilières et de droits sociaux 41 % (revenus 2010, taxables en 2011) 19 % 19 % Plus-values immobilières 19 % Plus-value d acquisition sur stock-options (fraction de la plus-value excédant ) 41 % Contribuables ayant élevé des enfants et vivant seuls : prorogation du dispositif Depuis l imposition des revenus de 2009, la demi-part supplémentaire prévue en faveur des contribuables célibataires, divorcés, séparés ou veufs, vivant seuls et ayant élevé des enfants, est réservée aux contribuables ayant supporté seuls la charge de l un au moins de leurs enfants pendant cinq années minimum. L avantage fiscal lié à cette demi-part est progressivement réduit, pour être définitivement supprimé à compter des revenus perçus en Suppression des déclarations d impôt sur le revenu multiples en cas de changement de la situation matrimoniale en cours d année À compter de l imposition des revenus perçus en 2011, les contribuables seront soumis au dépôt d une seule déclaration de revenus l année du mariage, de la séparation, du divorce, de la conclusion ou de la rupture d un PACS : en cas de mariage ou de conclusion d un PACS, dépôt au choix d une déclaration commune unique ou d une déclaration distincte par conjoint (comprenant les revenus personnels et la quote-part de revenus communs de l année) ; en cas de divorce ou de séparation, dépôt obligatoire d une déclaration unique distincte par ex-conjoint, comprenant leur quote-part de revenus communs du 1 er janvier jusqu à la date de séparation et leurs revenus personnels. 6 La Lettre

7 JURIDIQUE et fiscal Déclaration en cas de décès L obligation de déclaration des revenus du défunt dans les six mois du décès est supprimée ; cette déclaration peut être souscrite aux dates habituelles de dépôt des déclarations d IR. Revenus de capitaux mobiliers Le crédit d impôt sur les revenus distribués (50 % plafonné à 115 pour une personne seule ou 230 pour les couples soumis à une imposition commune) est supprimé, dès l imposition des revenus de Cet assouplissement s applique également aux plus-values professionnelles réalisées en cas de cession d entreprises individuelles ou de parts de sociétés de personnes. Stock-options et Attributions Gratuites d Actions (AGA) Les contributions salariale et patronale passent respectivement de 2,5 % à 8 % et de 10 % à 14 %. Pour les AGA, ces nouveaux taux ne s appliquent qu au-delà d un seuil fixé à pour L entrée en vigueur de cette disposition n a pas encore été précisée. Plus-values sur valeurs mobilières Suppression du seuil d imposition Les plus-values mobilières sont taxables à l IR au taux de 19 % dès le premier euro de cession, à l instar du régime applicable depuis 2010 en matière de contributions sociales. Les moinsvalues mobilières réalisées à compter du 1 er janvier 2011 sont en conséquence imputables sur les plus-values mobilières dès le premier euro de cession. Des dispositions transitoires sont prévues pour l imputation des moins-values constatées en 2010 mais non imputées, dès lors que le seuil de cession n avait pas été franchi en Cession de participations à l intérieur du groupe familial Ces plus-values demeurent exonérées sous certaines conditions mais sont désormais soumises aux prélèvements sociaux (12,3 %). Ce régime est étendu aux cessions de titres de sociétés établies dans l Union Européenne ou dans l EEE. Dirigeants de PME partant à la retraite : adaptation du dispositif Le dispositif d exonération d impôt de plus-value dont peuvent bénéficier les dirigeants de PME partant à la retraite est assoupli de manière transitoire afin de tenir compte de la réforme des retraites. Ainsi, le délai de deux ans suivant la cession accordé aux dirigeants pour faire valoir leurs droits à retraite est prolongé jusqu à la date d ouverture du droit à pension dès lors que : la cession est intervenue entre le 1 er juillet 2009 et le 10 novembre 2010 ; le cédant aurait pu faire valoir ses droits à retraite en application de l ancienne législation sur les retraites, mais ne le peut plus depuis la réforme. Prélèvements sociaux (CSG, CRDS, prélèvement social et contributions additionnelles) Majoration du taux de taxation Le taux du prélèvement social passe de 2 % à 2,2 % sur les revenus du patrimoine et les revenus de placements. Le taux global des prélèvements sociaux passe ainsi de 12,1 % à 12,3 %. Les revenus du patrimoine réalisés en 2010 mais déclarés et imposés en 2011 (tels les revenus fonciers et les plus-values sur valeurs mobilières) seront soumis au taux de 12,3 %. Contrats d assurance vie multi-supports Actuellement, les produits du fonds euros des contrats d assurance vie multi-supports ne sont soumis aux prélèvements sociaux qu à l occasion d un rachat partiel ou total du contrat ou encore lors du décès de l assuré. Ces produits seront désormais imposés au taux de 12,3 % dès leur inscription en compte, quelle que soit la date de souscription du contrat et la date de versement des primes. Cette mesure s appliquera aux intérêts inscrits en compte à partir du 1 er juillet Avantages fiscaux et réductions d impôt sur le revenu Plafond global des avantages fiscaux Les avantages fiscaux accordés au titre de dépenses payées et d investissements réalisés à compter du 1 er janvier 2011 sont désormais plafonnés à , plus 6 % du revenu imposable. La Lettre 7

8 JURIDIQUE et fiscal Loi de finances pour 2011, loi de finances rectificative pour 2010 et loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 (suite) Sont exclus de ce plafond les investissements locatifs non professionnels dans des résidences meublées, les investissements locatifs Scellier, et les investissements outre-mer initiés avant le 1 er janvier Réduction de 10 % des niches fiscales Les taux et plafonds d imputation des réductions et crédits d impôt sont réduits de 10 %. Sont notamment exclus du champ de cette réduction l aide pour emploi d un salarié à domicile, le crédit d impôt au titre des frais de garde des jeunes enfants et la réduction d impôt au titre de l investissement locatif dans le logement social outre-mer. À titre transitoire, sous certaines conditions, la réduction de 10 % ne s appliquera pas aux contribuables ayant pris l engagement de réaliser un investissement immobilier avant le 31 décembre Un décret doit intervenir pour préciser le champ d application de cette disposition. Habitation principale Le crédit d impôt accordé au titre des intérêts d emprunt afférents à l acquisition de la résidence principale est supprimé pour les opérations effectuées en 2011, sauf cas particuliers. Cette suppression est compensée par le renforcement du dispositif du prêt à taux zéro, octroyé aux seuls primoaccédants mais sans condition de ressources. Le crédit d impôt pour les dépenses d équipements photovoltaïques est réduit à 25 %, soit 22 % compte tenu de la réduction globale de 10 %. La réduction de taux concerne les dépenses payées par le contribuable à compter du 29 septembre 2010, sauf cas particuliers. Réduction d impôt : souscription directe ou indirecte via une holding au capital de PME Les conditions d application de cette réduction d impôt ont été durcies. Des conditions nouvelles, relatives notamment à la nature de l activité de la PME, le nombre de salariés et les garanties en capital, ont été posées. Ces dispositions s appliquent aux souscriptions effectuées à compter du 13 octobre 2010 (sauf exceptions). Bouclier fiscal Ne seront pas prises en compte dans le cadre de la détermination du droit à restitution, les augmentations d impôts suivantes : Dernière tranche du barème de l IR (+1 %) Prélèvement forfaitaire libératoire (+1 %) Plus-values sur valeurs mobilières (+1 %) Plus-values immobilières (+3 %) Prélèvement social (+0,2 %) Réduction globale de 10 % (exclusion du complément d IR lié à l application de cette réduction) Les produits du fonds euros des contrats d assurance vie multi-supports (cf. supra) générés à compter du 1 er juillet 2011 sont pris en compte au titre des revenus du bouclier fiscal (restitution 2013). Parallèlement, les contributions sociales sont prises en compte à hauteur seulement de 12,1 %. Successions et donations Abattements et barèmes Les abattements, les limites de tranches des barèmes de droits de donation et succession et la limite d exonération des dons familiaux de sommes d argent sont revalorisés de 1,5 %. Ainsi, pour 2011, l abattement applicable aux donations et successions entre parents et enfants s élève à L abattement applicable aux donations entre époux et partenaires PACSés s élève à ISF Seuil et barème En 2011, le seuil d imposition s élève à ; les tranches du barème sont revalorisées de 1,5 %. Fraction de la valeur nette taxable du patrimoine Taux applicable (en %) N excédant pas Comprise entre et ,55 Comprise entre et ,75 Comprise entre et Comprise entre et ,3 Comprise entre et ,65 Supérieure à ,8 8 La Lettre

9 JURIDIQUE et fiscal Revenus de capitaux mobiliers La retenue à la source applicable aux dividendes versés par des sociétés établies en France à des personnes physiques résidentes d un pays membre de l UE, autre que la France, s élève désormais à 19 % (taux de droit interne, sous réserve des conventions fiscales applicables). Réduction d ISF pour investissements dans les PME, les holdings animatrices et dans les fonds d investissement : aménagement du dispositif Le taux de réduction pour ces investissements est désormais fixé à 50 % du montant des versements. Cette réduction est plafonnée à pour les souscriptions au capital des PME et holdings animatrices et à pour les souscriptions de parts de FIP/FCPI (dans la limite globale de ). Les PME et les holdings visées doivent remplir de nouvelles conditions liées notamment à l activité de la société, l absence de garantie en capital, la nature des actifs et le nombre de salariés. L entrée en vigueur est fixée au 13 octobre 2010 pour les investissements PME et au 1 er janvier 2011 pour les FIP/FCPI. Réduction d ISF au titre des dons aux associations reconnues d utilité publique Le plafond global de la réduction est abaissé à Par ailleurs, les dons effectués au profit d associations reconnues d utilité publique ayant pour objet le financement et l accompagnement de la création et de la reprise d entreprises ouvrent désormais droit à la réduction d ISF. Plus-values immobilières À compter du 1 er janvier 2011, les personnes physiques non-résidentes de France ne peuvent céder qu un seul bien immobilier situé en France en franchise d impôt de plus-value (hors cas de l exonération pour détention de plus de 15 ans). Cette exonération, soumise à certaines conditions, pouvait porter auparavant sur deux biens. Fiscalité des entreprises : aspects patrimoniaux Régime mère-filles La quote-part de frais et charges qu une société mère doit réintégrer dans ses résultats imposables au titre des dividendes exonérés distribués par ses filiales était plafonnée au montant des frais et charges réellement engagés, sans pouvoir excéder 5 %. Désormais, le plafond est supprimé. La quote-part est fixée à 5 % quel que soit le montant de frais et charges. Cession de titres de participation détenus depuis moins de deux ans La plus ou moins-value qui résulte de la cession de titres de participation détenus depuis moins de deux ans à une entreprise liée n est pas imposée ou déduite immédiatement. Elle est placée en report d imposition ou de déduction jusqu à ce qu un événement mette fin à ce report (tel par exemple la cession à un tiers de ces mêmes titres). Fiscalité internationale Stock-options et Attribution Gratuite d Actions (AGA) Une retenue à la source sera prélevée en France sur les plusvalues d acquisition liées à la levée d options de stock-options et sur les gains d attribution issus d AGA réalisés à compter du 1 er avril 2011 par des non-résidents de France. La taxation au taux de droit commun interne s appliquera au moment de la cession des titres issus des options sur actions ou des AGA. Tous les textes relatifs aux sujets évoqués dans cette lettre sont à votre disposition sur demande auprès de votre Conseiller. La Lettre 9

10 Stratégies FINANCIÈRES Quel est l intérêt de la Gestion Conseil? Bertrand Lelardoux Responsable de la Gestion Conseil Qu est ce que la Gestion Conseil? La Gestion Conseil est un service proposé à nos clients qui souhaitent bénéficier de conseils et de l expertise d un gérant pour mettre en place leur stratégie de gestion, tout en restant maîtres de leurs décisions d investissement. À qui s adresse ce service? La Gestion Conseil est une véritable solution pour des clients exigeants en quête d une gestion spécifique, d une réactivité et d une information pertinente, leur assurant notamment une relation privilégiée avec leur gérant attitré. Mais cela requiert de leur part disponibilité et implication. Comment est organisée votre équipe? L équipe travaille sur toutes les classes d actifs (actions, taux, OPCM, produits structurés, etc.). Bien évidemment, certains gérants ont des affinités, par exemple les petites valeurs ou les certificats/trackers. Mais la richesse de l équipe est de partager ses multiples connaissances et expériences. Nous nous appuyons sur des recherches d analystes financiers et rencontrons des sociétés de gestion et des entreprises lors de présentations. Nos gérants établissent avec le client son portefeuille et assurent la rapidité d exécution et le suivi des positions. Quels sont les atouts de la Gestion Conseil? La Gestion Conseil offre une grande flexibilité. En effet, le client détermine avec nous un cahier des charges, afin de personnaliser la gestion de ses avoirs au sein des différentes enveloppes (PEA, compte titres et assurance vie). Cela nous permet de définir ensemble l allocation d actifs, le style de gestion et les supports à privilégier. Le fait de travailler avec des tables de négociations nous permet d intégrer quasiment tous les instruments de gestion, dont certains sont inaccessibles aux particuliers, comme les obligations au primaire, les négociations de blocs ou les introductions en bourse. La Gestion Conseil est ainsi totalement sur-mesure. Quelle est la valeur ajoutée de la Gestion Conseil pour les clients? Afin de garantir une disponibilité et une proactivité optimales, l équipe assure le suivi d un nombre limité de clients. Le gérant présente ses convictions et sa gestion en fonction du profil de risque et des objectifs d investissement prédéterminés avec le client, de sa situation et de son expérience financières. Ce mode de gestion de type partenariat, pouvant évoluer sans contrainte et à tout moment, favorise la communication puisque chaque opération nécessite une validation du client. Quels sont vos projets? Courant 2011, nous proposerons une offre spécifique de Gestion Conseil à base de produits structurés (offre pour laquelle Société Générale est un leader*). Nous proposerons également une offre en assurance vie permettant d investir, aux côtés des supports traditionnels de type OPCVM, dans des unités de compte représentatives d actions, instruments sur lesquels nous pourrons faire bénéficier nos clients de notre expertise. N hésitez pas à demander de plus amples informations à votre Conseiller. * 10 La Lettre

11 Stratégies financières Intérêt des produits structurés et des contrats d option dans l allocation d actifs Olivier Egot Conseiller en Gestion de Fortune Quel est l intérêt de ce type de produits pour vos clients? Face à un environnement de marché dont la lecture est délicate, il est bon d être à l écoute de solutions qui apportent une réelle valeur ajoutée dans un portefeuille. Ainsi, en complément d une exposition traditionnelle au risque action et obligataire, pour nos clients reconnus comme ayant une compétence spécifique pour ces classes d actifs, l exposition à d autres marchés sous-jacents peut s avérer pertinente. Les produits structurés et contrats d option apportent à ces clients investisseurs une meilleure visibilité dans leur prise de risque. Conjugués à un portefeuille financier classique, ils permettent une diversification intéressante du profil risque/rendement, quel que soit le scénario de marché privilégié. En pratique, comment cela fonctionne-t-il? Le produit structuré offre à nos clients une garantie en capital ou une protection partielle, associée à une stratégie de participation ou de rendement lié à l évolution de l actif sous-jacent dont la nature peut être très diverse : action, obligation, devises, matières premières, indices Le contrat d option permet, quant à lui, de se protéger contre un risque de marché ou d améliorer le rendement lié à la détention de titres et/ou d optimiser le cours d achat/ou de vente d un instrument financier coté. Dans les deux cas, le client peut être acheteur ou vendeur de volatilité en anticipant une hausse, une stabilisation ou une baisse de l actif sous-jacent. Y a-t-il des contraintes d investissement particulières? Dans le cadre de la directive européenne sur les Marchés d Instruments Financiers, dite Directive MIF, une nouvelle réglementation a été mise en œuvre le 1 er novembre Pour chaque client, il est notamment établi un profil de gestion afin que des produits adaptés à sa situation lui soient proposés. Toutefois, ces derniers doivent toujours avoir à l esprit que l évolution de l actif sous-jacent, la volatilité, les taux d intérêt (et les dividendes dans le cas d actions) sont les principaux paramètres qui impactent la valeur du produit optionnel ou structuré. En pratique, le seuil d investissement pour un produit est en général d un million d euros. Concrètement comment accompagnez-vous vos clients? Nous nous appuyons sur le centre d expertise en produits structurés et dérivés (multi sous-jacents) de la banque privée mondiale Structured Product Solutions (SPS). À travers une procédure sécurisée et auditée (Revue KPMG, 2008), conjuguant maîtrise des risques et innovation, nos spécialistes des marchés financiers conçoivent, sélectionnent et assurent le suivi de stratégies personnalisées. Nos clients bénéficient ainsi du savoir-faire hautement reconnu de la Société Générale de même que des solutions développées par d autres établissements bancaires ; ces derniers étant soumis à une procédure de sélection très stricte et à un contrôle permanent. La Lettre 11

12 Stratégies patrimoniales Assurance vie et fonds euros Dans La Lettre de juin 2010, vous annonciez une baisse de rendement des fonds euros. Qu en est-il aujourd hui? Comme prévu et comme l année précédente, les fonds euros des compagnies d assurance se sont infléchis en moyenne d environ 0,30 %. Pour la plupart des assureurs, la nette diminution des rémunérations des supports obligataires n a pas été compensée par les possibilités de plus-value sur les marchés d actions. Cécile Decomps Responsable assurance vie La baisse semble cependant maîtrisée Beaucoup d assureurs ont eu recours à la Provision pour Participation aux Excédents (PPE). Ce mécanisme permet, dans les années fastes, de conserver un peu du rendement acquis et de le reverser dans les huit années qui suivent, quand le besoin s en fait sentir. La crise des dettes souveraines impacte-t-elle les comptes des assureurs? Le rendement d un fonds euros est calculé d après les coupons d obligations, les dividendes des actions et les revenus (loyers) ou PV en vente de l immobilier. Il n est pas touché par des mouvements sur le prix de ces obligations tant qu il n y a pas de défaut. Or, pour l heure et compte tenu des mécanismes de réponse élaborés au plan européen, l hypothèse d un défaut semble assez improbable. L exposition des grands assureurs aux PIIGS* est d ailleurs généralement faible. Quel avenir voyez-vous pour les fonds euros? Malheureusement, celui d un encadrement de plus en plus strict et d une poursuite de la baisse amorcée Depuis le 1 er août 2010**, les assureurs sont contraints, pour chaque versement, de ne pas dépasser un taux déterminé réglementairement qui ne peut être octroyé pour une durée supérieure à 24 mois (année civile en cours et la suivante). Actuellement, ce taux s élève à 3,37 %. À partir du 1 er juillet 2011, les intérêts perçus chaque année sur les fonds euros seront soumis aux prélèvements sociaux au taux de 12,3 %. Jusqu à présent, les contributions sociales n étaient prélevées que lors d un rachat ou d un dénouement. Même s il ne s agit que d une anticipation de prélèvements dus, ce type de mesure complexifie le mécanisme du fonds euros et en réduit l attrait. Dans ces conditions, faut-il continuer à utiliser ce support? Bien sûr! Ces mesures réduisent mais n annulent pas, loin s en faut, l intérêt des fonds euros qui conservent un attrait évident. En revanche, il faut compléter ce matelas de sécurité par une diversification vers des unités de compte. Les outils de diversification et de recherche de rendement sont nombreux, et offrent même, pour certains d entre eux, une protection partielle ou totale du capital investi. * Acronyme désignant le Portugal, l Italie, l Irlande, la Grèce et l Espagne. ** Arrêté du 7 juillet 2010 portant modification des modalités de garanties d un taux minimum par les entreprises d assurance (JO du 30 juillet 2010). 12 La Lettre

13 Stratégies patrimoniales Comment se porte le marché immobilier français? Patrick Mercier Directeur de l offre patrimoniale Comment se porte le marché immobilier français? Il est important de noter que la crise financière n a pas remis en cause la solidité de cette classe d actifs. On constate en effet sur 10 ans une hausse des valeurs sur l immobilier de bureaux à Paris de 7,4 %* par an, et de 9 %* pour les logements sur cette même zone. En province, on assiste à un phénomène de moindre ampleur, mais de même tendance. Au cours de l année écoulée, le marché résidentiel a même connu une certaine surchauffe, notamment dans des secteurs où l offre est rare (Paris), mais aussi en matière de neuf, du fait d une production faible et de mesures fiscales incitatives liées au dispositif Scellier. L ensemble, couplé à des taux d intérêts immobiliers historiquement bas, a incité les acquéreurs et les investisseurs à profiter d un contexte qui pourrait ne pas durer. Sur le marché de l immobilier commercial (bureaux, commerces, activités ), nous avons constaté en 2010 l arrêt de la baisse du prix des loyers, des taux de vacance globalement stabilisés et d un niveau satisfaisant, et une baisse des rendements des produits prime**. Selon vous, est-il judicieux d investir dans l immobilier aujourd hui? L immobilier, en tant que placement, a montré sa bonne résistance sur le long terme et peut encore offrir des performances positives importantes couplées à une faible volatilité. Dans une perspective de long terme, le choix du type d investissement, sa qualité intrinsèque et le couple rendement/ risque sont des critères essentiels pour investir. Ainsi, dès lors que le projet est bien analysé en tenant compte de l ensemble de ces paramètres, cette classe d actifs fait partie d un patrimoine équilibré. Comment Société Générale Private Banking accompagne-t-elle ses clients? Depuis sa création en 2007, SG 29 Real Estate, la filiale immobilière dédiée aux clients de Société Générale Private Banking, a réalisé un nombre important de transactions dans l immobilier physique résidentiel et commercial. Le modèle d intervention, pour lequel SG 29 Real Estate est mandatée par son client en fonction d un cahier des charges précis, permet d assurer une réelle indépendance à l égard des vendeurs et de leurs conseils (fonds d investissements, broker, foncières, asset manager ). Société Générale Private Banking dispose également d une offre en matière d immobilier financier (SCPI, OPCI, fonds immobiliers, produits structurés ). Nous développons une large gamme de produits en architecture ouverte qui ont été sélectionnés de façon rigoureuse par les équipes spécialisées. Quelles sont vos perspectives pour 2011? Dans l immobilier commercial, notamment les bureaux, nous prévoyons une augmentation du volume de transactions, le marché devenant plus actif grâce au retour des grands investisseurs institutionnels et de projets de promotion importants. Dans ce contexte, grâce aux arbitrages prévisibles des acteurs fonciers, SG 29 Real Estate pourra proposer à ses clients des produits de qualité, dans un environnement où les rendements devraient se stabiliser. Des opportunités en province devraient aussi permettre d investir sur des produits disposant d une bonne rentabilité avec un niveau de sécurité locative satisfaisant. Il y aura également des occasions dans l immobilier de commerces (galeries commerciales, boutiques) disposant de perspectives de meilleurs rendements que ces dernières années compte tenu de la conjoncture. Enfin en résidentiel, secteur où il convient d être prudent, nous avons d ores et déjà des accords avec des promoteurs sur des produits neufs alliant qualité et sécurité locative, permettant ainsi d investir dans cette gamme avec l idée d une défense à long terme du patrimoine. Grâce à une équipe renforcée, SG 29 Real Estate devrait cette année encore accentuer sa présence sur le marché pour le compte de ses clients investisseurs. * Source IEIF à fin 2009, performance annualisée calculée en additionnant écart de prix à l entrée et à la sortie et flux revenus, frais déduits. ** Produits immobiliers dans un état d exploitation conforme aux règles d usage avec un loyer marché. La Lettre 13

14 Stratégies patrimoniales Comment structurer un investissement immobilier de rendement? Le développement d un patrimoine immobilier de rendement nécessite de s interroger tant sur le mode d acquisition que sur le mode de financement. Jean-Marie Turquais Directeur de l ingénierie patrimoniale et financière Quel financement choisir pour un tel investissement? La période actuelle est particulièrement favorable pour emprunter à long terme, eu égard au niveau actuel des taux d intérêt. Un investissement immobilier dont le rendement est par hypothèse de 6 % (immobilier commercial à usage de bureaux) peut supporter une charge de crédit sur 15 ans pour un montant représentant 60 % de la valeur du bien. C est un des principaux avantages de l investissement immobilier à usage locatif. Par ailleurs, le crédit peut faire l objet d une assurance décès, non obligatoire dans ce cas, peu coûteuse et déductible fiscalement des revenus immobiliers. En cas de décès de l assuré, la dette est éteinte et la famille peut bénéficier de revenus réguliers, sans charge de crédit à rembourser. Ce type d investissement est donc un excellent moyen de créer de la valeur tout en protégeant sa famille. L intérêt de diversifier son patrimoine en investissant dans de l immobilier est donc pertinent. Reste à déterminer comment structurer cet investissement. Le choix de la fiscalité de l investissement (IR ou IS) est crucial, tant en terme de trésorerie au cours de l opération qu en termes d incidences fiscales (plus-values), au moment de la cession. Dans le régime IR (Impôt sur le Revenu), bien que certaines charges soient déductibles des revenus, notamment les intérêts, le revenu net demeure imposable, alors qu il est largement consacré au remboursement du capital emprunté. L investisseur peut être amené à réaliser un effort d épargne supplémentaire pour payer les charges. En revanche, ce régime permet de vendre le bien au terme de 15 ans sans impôt de plus-value ni prélèvements sociaux. Il est régulièrement question d assujettir cette plus-value aux prélèvements sociaux (12,30 % actuellement). Mais restons positifs, il resterait alors plus de 87 % du gain! Dès lors que la valeur de l immobilier atteint quelques millions d euros, les investissements sont généralement réalisés au sein d une structure soumise à l impôt sur les sociétés, permettant ainsi la déduction des frais d acquisition et l amortissement du bien immobilier. La charge d IS (33,1/3 %) est supportée par la structure. Mais la plus-value dégagée lors de la vente du bien est taxée à l IS, puis de nouveau à un impôt de distribution en cas de répartition du profit aux actionnaires. Combiner les deux régimes d imposition (IR et IS), en alliant entre autres le démembrement de propriété à des schémas sociétaires, peut présenter à la fois un intérêt patrimonial et économique. Ces techniques complexes doivent toutefois être envisagées au regard des situations personnelles et s adressent plus particulièrement à des investissements immobiliers conséquents. La SCI : préparer en amont une éventuelle transmission En cas de donation de parts de SCI endettée, la valeur taxable est constituée de l actif réévalué moins les passifs éventuels. La transmission peut porter sur la seule nue-propriété, ce qui permet de conserver les revenus et un droit de regard sur la gestion de la société. Dans ce cas, c est au décès de l usufruitier que le nu-propriétaire devient plein propriétaire, sans droits de succession. N hésitez pas à demander de plus amples informations à votre Conseiller. 14 La Lettre

15 Au cœur du Cercle 29 Haussmann Manifestations du Cercle 29 Haussmann Un partenariat avec la Comédie-Française en 2011 Le Cercle 29 Haussmann rend hommage à cette grande institution française qu est la Comédie-Française, en étant mécène du spectacle L Opéra de quat sous, programmé Salle Richelieu à partir du 2 avril Fondée en 1680 par Louis XIV, la Comédie-Française réunit trois troupes de comédiens, chacun choisi par le roi pour son excellence, dans le but de rendre les représentations des comédies plus parfaites. Premier théâtre de France, elle accueille chaque saison plus de spectateurs pour un total de 800 représentations. Grâce à ce nouveau partenariat, le Cercle 29 Haussmann a le plaisir de convier ses membres, le jeudi 28 avril 2011, à une représentation exceptionnelle de L Opéra de quat sous de Bertolt Brecht et Kurt Weill, production très attendue en 2011, dans une mise en scène de Laurent Pelly. Atelier de l Esprit du 5 avril 2011 À l occasion de son prochain Atelier de l Esprit, le Cercle 29 Haussmann aura le plaisir d accueillir Jean Jouzel, co-lauréat du Prix Nobel de la paix 2007 et l un des plus grands spécialistes mondiaux de l évolution du climat. Paléoclimatologue et glaciologue, Président de l institut polaire Paul-Émile Victor et de la Société météorologique de France, il co-préside le Groupe Intergouvernemental d experts sur l Évolution du Climat (GIEC). Le 5 avril prochain, Jean Jouzel interviendra sur le thème du développement durable. Si vous êtes déjà membre du Cercle 29 Haussmann, n hésitez pas à contacter Erell Deudé au pour vous inscrire à un événement. Pour devenir membre, merci de contacter votre Conseiller. Les nouveautés fiscales 2011 Si vous n y étiez pas Le début d année est toujours l occasion, pour l École de la Gestion Privée, de faire un point sur la fiscalité. Cette année encore, notre équipe de fiscalistes, représentée par Constance Loubeyre et Gwenola Pargade, a présenté à nos clients du Cercle 29 Haussmann la loi de finances 2011 et les évolutions qui en découlent. Cet atelier s est tenu le mardi 8 février 2011 de 8 h 30 à 10 h 30 à l hôtel Le Meurice à Paris. La Lettre 15

16 Société Générale Private Banking Bordeaux Région Grand Sud-Ouest 14 rue Montesquieu Bordeaux Tél. : Société Générale Private Banking Lille Région Nord de France 8 rue Anatole France Lille Tél. : Société Générale Private Banking Lyon Région Centre Est 33 avenue Foch Lyon Tél. : Société Générale Private Banking Marseille Région Méditerranée Hôtel de Direction - Les Docks 10 place de la Joliette Marseille Tél. : Société Générale Private Banking Rennes Région Grand Ouest 14 rue Le Bastard Rennes Tél. : Société Générale Private Banking Strasbourg Région Grand Est 29 boulevard Tauler Strasbourg Tél. : Société Générale Private Banking Paris Ile-de-France Nord 29 boulevard Haussmann Paris Tél. : Société Générale Private Banking Paris Ile-de-France Sud 29 boulevard Haussmann Paris Tél. : Réf DOCUMENT NON CONTRACTUEL Réalisation Studio Société Générale CRÉDIT PHOTO : J.M. CRAS - MARTIAL LORCET - FOTOLIA FÉVRIER 2011 Société Générale Private Banking France 29 boulevard Haussmann Paris Tél. : Fax : Société Générale SA au capital social de ,75 euros RCS Paris

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

www.bredbanqueprivee.com

www.bredbanqueprivee.com www.bredbanqueprivee.com BRED Banque Populaire - Société anonyme coopérative de banque populaire régie par les articles L 512-2 et suivants du code monétaire et financier et l ensemble des textes relatifs

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier PATRIMMO COMMERCE Société Civile de Placement Immobilier INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI DANS L IMMOBILIER COMMERCIAL Patrimmo Commerce a pour objectif de constituer un patrimoine immobilier

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012

Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012 Les Jeudis du Patrimoine 10 Mai 2012 Comment orienter votre patrimoine dans le nouvel environnement économique et fiscal? Nous débuterons la conférence à 19H L épargne se construit progressivement et de

Plus en détail

Ce qui va changer pour vous en 2011. En tant que contribuable, en tant qu actionnaire et en tant qu épargnant.

Ce qui va changer pour vous en 2011. En tant que contribuable, en tant qu actionnaire et en tant qu épargnant. Ce qui va changer pour vous en 2011 En tant que contribuable, en tant qu actionnaire et en tant qu épargnant. En bref.. Déficit budgétaire 2010 152 milliards Objectif 2011 de la loi de finances : Ramener

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL GESTION PRIVÉE VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL 2013 - Particuliers - Mise à jour octobre 2013 I - IMPÔT SUR LE REVENU Barème 2013 de l impôt sur les revenus (IR) 2012 Revenu imposable (R/N)

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres mesures L IMPÔT SUR LE REVENU Nouveau barème applicable :

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE. Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine

Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE. Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine Crée en 1990 Votre déclaration d impôt! Dates Limites : Déclaration Papier 27 Mai Déclaration Internet 7 Juin Barême

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Assurance et Epargne long terme Sommaire 2009 N 1 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire I. Loi de finances pour 2009 Revalorisation des tranches du barème de l IR 2008 et des tranches du barème de l ISF

Plus en détail

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 REFORME FISCALE CALENDRIER Réforme présentée en Conseil des Ministres le 4 juillet 2012 (audit de la Cour des comptes réalisé) Date à laquelle

Plus en détail

OCTUOR. Un nouvel horizon pour votre épargne. www.generali-patrimoine.fr

OCTUOR. Un nouvel horizon pour votre épargne. www.generali-patrimoine.fr OCTUOR Un nouvel horizon pour votre épargne www.generali-patrimoine.fr Avec Octuor, donnez du sens à votre stratégie patrimoniale Octuor est un contrat d assurance vie multisupport et multigestionnaire

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013)

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Loi de finance 2013 SOMMAIRE 1. Impôt sur le revenu... 2 2. ISF... 4 3. Réforme sur l immobilier... 4 4. Autres taxes.... 7 1 1. Impôt sur le revenu 1.1 Règles

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 Lois budgétaires pour 2011 Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 1 Qui sommes nous? Service d ingénierie patrimoniale au

Plus en détail

FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE

FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE FICHE PRATIQUE ASSURANCE-VIE DEFINITION Le contrat d assurance-vie est une «enveloppe fiscale» sur laquelle on verse des fonds, destinés à un bénéficiaire uniquement en cas de décès du souscripteur. LES

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts?

7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts? 7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts? P.S. Des solutions sortant des sentiers battus! 7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE De vraies optimisations fiscales facilement applicables!

Plus en détail

Quelles sont les principales mesures contenues dans la loi de finances pour 2010 ayant un impact sur la gestion patrimoniale?

Quelles sont les principales mesures contenues dans la loi de finances pour 2010 ayant un impact sur la gestion patrimoniale? Quelles sont les principales mesures contenues dans la loi de finances pour 2010 ayant un impact sur la gestion patrimoniale? (Ce commentaire réalisé à chaud, ne présente pas un caractère exhaustif) I.

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

Sommaire Introduction 1re partie La dimension stratégie et objectifs patrimoniaux

Sommaire Introduction 1re partie La dimension stratégie et objectifs patrimoniaux Sommaire Introduction...15 Qu est-ce que le patrimoine?...15 À combien s élève le patrimoine des Français?...15 De quoi est-il composé?...16 Qu est-ce que la gestion de patrimoine?...17 Quelles sont les

Plus en détail

ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL

ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL PIERRE DE SOLEIL ADOPTER UNE STRATÉGIE PATRIMONIALE SUR MESURE AVEC PIERRE DE SOLEIL PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Accéder à une gestion financière sur mesure Optimiser la fiscalité de votre patrimoine Préparer

Plus en détail

Durée d investissement recommandée de 8 ans. SCPI à capital variable.

Durée d investissement recommandée de 8 ans. SCPI à capital variable. SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise, avec la SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Durée d investissement recommandée de 8 ans.

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES FR 52-09 LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES GROUPE DE SOCIÉTÉS : RÉGIME DES SOCIÉTÉS MÈRES ET FILIALES Suppression de la possibilité de

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

octuor capitalisation

octuor capitalisation octuor capitalisation Un nouvel horizon pour votre épargne Découvrez Octuor Capitalisation, un contrat innovant pour optimiser votre fiscalité Octuor est un contrat de capitalisation multisupports et multigestionnaires

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Février 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Investissement dans les PME & réduction ISF / IR : l administration durçit sa doctrine II Contrat d assurance vie, acceptation du bénéfice

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

espace horizon 8 Capitalisez sur l avenir

espace horizon 8 Capitalisez sur l avenir espace horizon 8 Capitalisez sur l avenir Avec Espace Horizon 8, Donnez du sens à votre stratégie patrimoniale Espace Horizon 8 est un contrat d assurance vie multisupport et multigestionnaire. Il est

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

Himalia Capitalisation

Himalia Capitalisation Generali Patrimoine Himalia Capitalisation Orchestrez votre vie avec assurance Complémentaire à un contrat d assurance vie, le contrat de capitalisation s adresse notamment aux investisseurs soucieux d

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

N e w s l e t t e r. Conseil & Gestion de Portefeuille. J. de DEMANDOLX & ASSOCIES. M a r s 2 0 0 8. Et de 8!!

N e w s l e t t e r. Conseil & Gestion de Portefeuille. J. de DEMANDOLX & ASSOCIES. M a r s 2 0 0 8. Et de 8!! M a r s 2 0 0 8 N e w s l e t t e r J. de DEMANDOLX & ASSOCIES J. de DEMANDOLX Conseil en Gestion de Patrimoine GESTION S.A. Conseil & Gestion de Portefeuille Et de 8!! C est en effet la 8ème correction

Plus en détail

Version 8.1 Mars 2013

Version 8.1 Mars 2013 Version 8.1 Mars 2013 Principales évolutions 1 Evolutions législatives... 2 1.1 Fiscalité Impôt sur le revenu... 2 1.1.1 Gel du barème 2013 appliqué aux revenus de 2012, revalorisation de la décote et

Plus en détail

Privilège Gestion Active. Assurez l avenir de votre patrimoine. Document non contractuel à caractère publicitaire

Privilège Gestion Active. Assurez l avenir de votre patrimoine. Document non contractuel à caractère publicitaire Privilège Gestion Active Assurez l avenir de votre patrimoine Vous avez des projets, Privilège Gestion Active vous accompagne Véritable outil patrimonial, Privilège Gestion Active, contrat à capital variable,

Plus en détail

PATRIMOINE ABSOLU. Visez l exception pour votre patrimoine. Découvrez une solution évolutive réservée à des clients privilégiés

PATRIMOINE ABSOLU. Visez l exception pour votre patrimoine. Découvrez une solution évolutive réservée à des clients privilégiés PATRIMOINE ABSOLU CONTRAT D ASSURANCE VIE OU DE CAPITALISATION Visez l exception pour votre patrimoine Découvrez une solution évolutive réservée à des clients privilégiés ASSUREUR DU CONTRAT AVEC PATRIMOINE

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

La patrithèque. Solution documentaire électronique sur le patrimoine. La patrithèque. www.harvest.fr

La patrithèque. Solution documentaire électronique sur le patrimoine. La patrithèque. www.harvest.fr Logo_ harvest Finalisation Logo_ harvest Finalisation www.harvest.fr 3 rue La Boétie 75008 PARIS contact@harvest.fr T : 01 53 30 28 00 F : 01 53 30 28 01 La patrithèque Solution documentaire électronique

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

SCPI Rivoli Avenir Patrimoine

SCPI Rivoli Avenir Patrimoine SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise, avec la SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Durée d investissement recommandée de 8 ans.

Plus en détail

Privilège Gestion Active. Le contrat qui s adapte à toute situation. Document non contractuel à caractère publicitaire

Privilège Gestion Active. Le contrat qui s adapte à toute situation. Document non contractuel à caractère publicitaire Privilège Gestion Active Le contrat qui s adapte à toute situation Vous avez des projets, Privilège Gestion Active vous accompagne Véritable outil patrimonial, Privilège Gestion Active, contrat à capital

Plus en détail

IFA Services. HSBC IFA Assurance

IFA Services. HSBC IFA Assurance IFA Services HSBC IFA Assurance 2 L assurance vie, pour répondre à l ensemble de vos exigences Dans tous les cas, le conseil d un professionnel est indispensable pour vous aider à faire les bons choix.

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr Avertissement - Facteurs de risques Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LES PRINCIPALES MESURES PATRIMONIALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 La présente lettre a pour

Plus en détail

NextStage. Un placement bloqué jusqu au 31/12/2019 (et au 31/12/2022 maximum sur décision de la société de gestion)

NextStage. Un placement bloqué jusqu au 31/12/2019 (et au 31/12/2022 maximum sur décision de la société de gestion) NextStage Un placement bloqué jusqu au 31/12/2019 (et au 31/12/2022 maximum sur décision de la société de gestion) FIP éligible à la réduction d ISF ou d IR Code ISIN : FR0011429505 NextStage soutient

Plus en détail

PM&A Gestion. APRIL Patrimoine. AXERIA Vie. www.april-patrimoine.fr

PM&A Gestion. APRIL Patrimoine. AXERIA Vie. www.april-patrimoine.fr APRIL Patrimoine Spécialiste de l épargne, de la retraite et de la gestion de patrimoine, APRIL Patrimoine est une société d APRIL Group. Elle conçoit ses produits, assure leur gestion administrative et

Plus en détail

La réputation de la France en matière de fiscalité n est en rien fondée, particulièrement dans le domaine de l immobilier.

La réputation de la France en matière de fiscalité n est en rien fondée, particulièrement dans le domaine de l immobilier. Etudes fiscales La mode du «french bashing» qui se développe à travers toute l Europe n épargne pas le domaine de la fiscalité. La France souffre en effet de l image assez négative que véhiculent les médias

Plus en détail

Une liste des fiches stratégiques figure pages 25 et 26 Une liste des fiches pratiques, illustrations et exemples figure pages 27 à 30

Une liste des fiches stratégiques figure pages 25 et 26 Une liste des fiches pratiques, illustrations et exemples figure pages 27 à 30 Sommaire Une liste des fiches stratégiques figure pages 25 et 26 Une liste des fiches pratiques, illustrations et exemples figure pages 27 à 30 INTRODUCTION PARTIE 1 PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L IMPÔT ET GESTION

Plus en détail

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013 PLAN Loi de Finances rectificative du 14 mars 2012 (1 ère LFR) Loi de Finances rectificative du 16 août 2012 (2 ème LFR) Loi de Finances rectificative de décembre 2012 (3 ème LFR) Doctrine et jurisprudence

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

Mécénat Comprendre les mécanismes de la fiscalité incitative Sommaire

Mécénat Comprendre les mécanismes de la fiscalité incitative Sommaire Mécénat Comprendre les mécanismes de la fiscalité incitative Mardi 15 juin 2010 Support de présentation Sommaire Introduction Différentes formes de la fiscalité incitative Principes régissant l imposition

Plus en détail

CONFIEZ A U N SPECIALISTE VOTRE ETUDE PATRIMONIALE

CONFIEZ A U N SPECIALISTE VOTRE ETUDE PATRIMONIALE - CONFIEZ A U N SPECIALISTE VOTRE ETUDE PATRIMONIALE Le savoir-faire d'un expert au profit de votre patrimoine Parce que votre patrimoine est unique, nous vous proposons d'élaborer ensemble votre stratégie

Plus en détail

Point de vue d experts

Point de vue d experts Point de vue d experts Largement médiatisée, la séquence fiscale de l automne dernier s est achevée par l adoption courant décembre de la troisième Loi de finances rectificative pour 2012 ainsi que de

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2015 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2015 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.8 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.9 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Les nouveautés fiscales de 2012

Les nouveautés fiscales de 2012 Les nouveautés fiscales de 2012 Sommaire Les dispositifs fiscaux Le plafonnement global des niches fiscales Le barème de l IR L imposition des plusvalues L imposition des revenus mobiliers Scellier Les

Plus en détail

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

UN CONTRAT A VOTRE MESURE

UN CONTRAT A VOTRE MESURE TERRE DE VIE UN CONTRAT A VOTRE MESURE PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ faire fructifier votre épargne préparer votre retraite diversifier votre patrimoine optimiser la cession de votre entreprise compléter vos

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

N 4 NOVEMBRE 2012 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS)

N 4 NOVEMBRE 2012 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) N 4 NOVEMBRE 2012 Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013) a été déposé par le gouvernement le 28 septembre 2012 à la présidence de l Assemblée nationale. Plusieurs objectifs sont poursuivis par

Plus en détail

Janvier 2012. Les fiches fiscalité

Janvier 2012. Les fiches fiscalité Janvier 2012 Les fiches fiscalité SOMMAIRE Fiscalité de l assurance vie et du contrat de capitalisation en cas de rachat...p. 1 Fiscalité de l assurance vie en cas de décès...p. 2 Fiscalité du patrimoine...p.

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2011 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2010

LOI DE FINANCES POUR 2011 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2010 LOI DE FINANCES POUR 2011 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2010 FISCALITE DES PARTICULIERS La loi de finances pour 2011 (LF) et la quatrième lois de finances rectificative pour 2010 (LFR) ont été définitivement

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 L ASSURANCE VIE, Un outil d optimisation patrimoniale Anne Marie CESARI, Filière Epargne Bernard ROY, Pôle Banque Privée La Gestion de Patrimoine au Crédit Agricole Mutuel Pyrénées

Plus en détail

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire i «L investissement t immobilier» Les SCPI François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur les SCPI SCPI Borloo Plan Processus d investissement (sélection

Plus en détail

Cardif Multi-Plus PERP CONTRAT ÉPARGNE - RETRAITE. Constituez votre retraite pas à pas

Cardif Multi-Plus PERP CONTRAT ÉPARGNE - RETRAITE. Constituez votre retraite pas à pas Cardif Multi-Plus PERP CONTRAT ÉPARGNE - RETRAITE Constituez votre retraite pas à pas BNP Paribas Cardif La référence en partenariat d assurance 90 millions de personnes dans le monde ont un point commun

Plus en détail