Lettre d information du réseau des sociétés coopératives et participatives UNION SOCIALE FINANCEMENT DE SOCODEN & CCI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lettre d information du réseau des sociétés coopératives et participatives UNION SOCIALE FINANCEMENT DE SOCODEN & CCI"

Transcription

1 JURIDIQUE page 3 à page 9 n 1 > 14 janvier 2011 La réduction d impôt pour souscription au capital des PME Réduction d ISF pour souscription au capital des PME Modification d un contrat d émission d obligations SARL: modification des seuils pour l intervention d un commissaire aux apports Indice de la construction Comptes annuels: relèvement des seuils permettant d adopter des comptes simplifiés Saisies sur rémunérations: barème 2011 Contribution Apec Lettre d information du réseau des sociétés coopératives et participatives CONSEIL NATIONAL DES 9 ET 10 DÉCEMBRE 2010 Le président Gérald Ryser a réuni le Conseil national les 9 et 10 décembre 2010 avec un ordre du jour particulièrement riche dont, notamment, un débat d actualité. LE MOUVEMENT FACE À L ACTUALITÉ Après avoir salué l assemblée, le président Gérald Ryser souligne que le Mouvement, quoique parfaitement intégré au sein de la famille de l économie sociale et solidaire, n a peut-être pas suffisamment pris position sur les sujets sociétaux qui font l actualité. Ce thème de réflexion sera l objet de la conférence débat, «Les Scop et les enjeux sociétaux, quelle stratégie pour prendre notre place dans ce XXI e siècle?». CONGRÈS 2012 Le prochain congrès du Mouvement se tiendra à Marseille, les 15 et 16 novembre UNION SOCIALE La situation constatée à mi-année ne s est pas améliorée et aucune nouvelle Scop adhérente ne cotise à l Union sociale. Le sujet devra être traité par la commission cotisations en concertation avec les instances dirigeantes de l Union sociale. FINANCEMENT DE SOCODEN & CCI Le Conseil national a approuvé la suppression des CCI et la réintégration des montants correspondants dans les cotisations de la CG Scop. Il mandate la Direction nationale pour proposer les modalités de versement à la Socoden à présenter au prochain Conseil national de juin FORMATION L équipe de Les Scop info vous adresse ses meilleurs vœux pour 2011 Après présentation par le vice-président de la Confédération Jacques Cottereau, le Conseil national a approuvé la mise en œuvre des orientations générales adoptées lors du précédent Conseil national en matière de formation des élus, des permanents, des cadres et des dirigeants de Scop et de Scic. Le Conseil national approuve en particulier l offre nationale destinée aux cadres et dirigeants de Scop et de Scic et sa déclinaison donnant lieu à deux partenariats avec l École de l entrepreneuriat de l économie sociale pour la formation «Accompagnement de gérants» et avec l université de Paris-Dauphine pour la formation «Parcours dirigeants». LES SCOP DANS LES ENJEUX SOCIÉTAUX Présenté par Henri Noguès, économiste, professeur émérite des universités de Nantes et de Picardie, le thème «le vieillissement de la population française : quels défis pour l économie sociale?» a ensuite été élargi par le Conseil national aux Scop et à leur positionnement dans les débats sociétaux du XXI e siècle. DÉPART À LA RETRAITE DE LILIANE BLONDEAU À l occasion de son départ à la retraite, Lilian Blondeau, responsable des moyens généraux et de la liste ministère à la CG Scop, a reçu la médaille de la coopération et des cadeaux en reconnaissance de son dévouement pendant les 29 années passées à la Confédération. COTISATIONS À l issue du test mené en partenariat avec l Union régionale Nord - Pas-de-Calais - Picardie, les modifications du régime des cotisations seront communiquées aux adhérents par courrier et dans Les Scop Info, dès janvier Les principaux changements porteront sur le principe de l appel de cotisation et l instauration d un forfait de 600 euros. L extension du test conduit sur l année 2010 au sein de l UR Nord aux UR de Languedoc Roussillon, de Paca, de Poitou-Charentes et d Auvergne s effectuera dans le courant du premier semestre 2011, après la mise en place d un nouvel outil de gestion informatique. LABEL ESS Le Conseil national, très attaché au statut et à l objet social des entreprises de l ESS, exprime sa plus grande réserve vis-à-vis d un éventuel label qui permettrait à des sociétés de capitaux ou à leurs fondations de s attribuer abusivement la qualité d entreprise de l ESS. LISTE MINISTÈRE La nouvelle liste ministère est parue au Journal officiel du 4 janvier Elle est consultable sur l espace membres réservé aux coopératives. les scop info est édité par Scop Édit 37, rue Jean-Leclaire, Paris. Tél Fax Rédacteur en chef : Pierre Liret ISSN Réalisation :

2 ACTUALITÉ J -10 > Derniers jours avant la première campagne de publicité pour les Scop Le lancement de la campagne de publicité se rapproche puisque c est à partir du 24 janvier prochain et jusqu au 6 février, que les Scop ont rendez-vous avec la première campagne de communication de leur histoire. Cette campagne s inscrit dans la mise en œuvre des décisions du Congrès national de 2008 pour répondre à l attente des Scop et de leurs élus de faire connaître et reconnaître leur modèle d entreprise : création en février 2010 d une nouvelle identité de marque et de l appellation «les Scop», du déroulé «société coopérative et participative», de la signature «la démocratie nous réussit», assorties d une nouvelle identité visuelle et de la création d un label pour permettre aux Scop d afficher leurs valeurs coopératives. Cette nouvelle identité a été ensuite mise en place dans le réseau des Unions régionales et des Fédérations. Dans le cadre de la campagne de publicité, six Scop seront mises en scène dans la presse écrite nationale et régionale pour montrer la marque et présenter les Scop dans leur réalité et leur diversité. La radio permettra de sensibiliser un public large, incluant les salariés au-delà des seules cibles professionnelles de cadres dirigeants d entreprise, décideurs économiques et politiques. La campagne sera également déclinée sur Internet et dans les réseaux sociaux sur lesquels les Scop sont déjà présentes. Toutes les Scop recevront en avant-première à partir du 17 janvier une brochure dédiée qui présente chaque visuel de la campagne et détaille le plan média. La campagne sera renforcée et doublée d une action de relations presse. SALON > Les Scop présentes au Salon des Entrepreneurs Comme l année précédente, et pour renforcer la campagne de communication, la Cg Scop disposera d un stand au Salon des Entrepreneurs les 2 et 3 février prochain au Village 2 pour accueillir les visiteurs souhaitant connaître les solutions d'accompagnement pour la création, reprise et transmission d'entreprises en Scop. Une conférence sur le thème «Réussir la reprise d'entreprise par ses salariés», avec notamment les interventions de Pascal Marsaleix, Directeur général d'etetp (installations électriques, 66), Gérard Agon, ancien directeur d'impressions digitales (93), Dominique de Margerie (Esfin-Ides), Eric Thouvenel (KPMG) aura lieu le 2 février à 11h30 et sera animée par Pascal Trideau, directeur général de la Cg Scop. OFFRES D EMPLOI Retrouvez les offres d emploi détaillées sur: Espace «emploi» Contact: Françoise Pallarès - Chargé de mission-étude Pôle Surdité H/F - (31) Ce poste, qui s inscrit dans le cadre d un CDD de 3 mois, requiert des compétences avérées dans les domaines de gestion de projet, d ingénierie socio-économique et financière et de lobbying AGENDA Paris, 17 janvier Université annuelle du CJDES (Centre des jeunes dirigeants de l économie sociale) sur le thème «Favoriser le développement de l économie sociale et solidaire par l émergence d une nouvelle génération.» Contact: Nantes, 19 janvier 2 e Congrès national des chambres régionales de l économie sociale et solidaire organisé par la CRESS Pays de la Loire et le CNCRESS sur le thème «L ESS: une solution face à la crise? État des lieux et pistes d action pour une autre performance démocratique, économique, environnementale et sociale». Renseignements: RHÔNE-ALPES > Animascope à l honneur Issue du laboratoire TIMC-IMAG de Grenoble et spécialisée en imagerie préclinique, la Scop Anismascope a été distinguée aux Trophées de l entreprise coopérative comme société innovante sous statut Scop. Source: 16 décembre 2010 CINÉMA-DVD > Le film Entre nos mains en DVD le 16 février Pour sauver leur emploi, des femmes décident de reprendre le pouvoir dans leur entreprise de lingerie en créant une coopérative. Au gré des épreuves et des rebondissements, elles découvrent avec bonheur et humour la force du collectif, de la solidarité et une nouvelle liberté. Tel est l argument du film de Mariana Otéro sorti en salles en octobre dernier et disponible en DVD dès le 16 février prochain. Tarif spécial coopérative: 15,50 TTC hors frais de port (soit 12,95 HT). Pour commander: (en indiquant que vous êtes adhérent de la CG Scop). Au-delà de 100 exemplaires, contactez Olivier Geslin BTP > L Aquitaine dynamise l emploi par une convention Quatre signataires, la direction régionale de Pôle emploi, la Fédération régionale des travaux publics, la Fédération Aquitaine des Scop du BTP et l AREF-BTP Aquitaine signeront une convention de collaboration pour favoriser le recrutement de jeunes et de demandeurs d emploi en se fixant pour objectif 115 nouveaux contrats en Les Scop info > n 1 > 14 janvier 2011

3 ACTUALITÉ CONCOURS > Quatrième édition du concours EKILIBRE La Direction générale de la cohésion sociale (DGCS), entourée de ses partenaires, lance la quatrième édition du concours EKILIBRE, Concours national du commerce équitable et du commerce solidaire. Ce concours concerne les porteurs d un projet de création d entreprise, d association ou de fondation, ainsi que les structures créées depuis le 1 er janvier 2008, dont l activité principale est inscrite dans une démarche d innovation sociale liée au commerce équitable ou au commerce solidaire. Modalités et règlement du concours, dossiers de candidature: APPEL À PROJETS > Appel à projets de la Fondation de France La Fondation de France reconduit l appel à projets Initiatives solidaires, territoires et emploi pour soutenir les initiatives collectives qui contribuent à diminuer les inégalités sociales et territoriales tout en favorisant l emploi. En savoir plus: HOMMAGE > La pomme du sculpteur Franck Scurti en hommage à Charles Fourier La pomme du sculpteur Franck Scurti en hommage à Charles Fourier, inventeur du phalanstère et inspirateur des premières coopératives de producteurs sur le modèle de sa devise «capital, travail, talent» a été dévoilée le lundi 10 janvier sur le terre-plein du boulevard de Clichy (18 e ardt.-paris). Une statue représentant Fourier méditant assis avait été érigée en 1899 au même endroit puis, en 1941, déboulonnée et fondue pour être transformée en canons allemands. Le socle est resté vide plus de soixante ans jusqu à ce qu un collectif d artistes y installe sans autorisation une œuvre ressemblant à une cabine téléphonique. La pomme, en aluminium et gravée d une carte du monde, fait référence directement aux propos de Charles Fourier : «Le progrès de l humanité est jalonné par quatre pommes. Celle qu Ève offrit à Adam, celle que Pâris offrit à Aphrodite, celle que Newton reçut sur la tête et la mienne, qui révèle la malveillance des intermédiaires, la féodalité mercantile, l ampleur de l imposture commerciale». Pour mémoire, c est pour récupérer les marges prélevées indûment par les intermédiaires et les patrons que se créèrent les premières coopératives. DISPARITION > Décès de Nicole Morel, ancienne secrétaire générale de la Fédération parisienne des Scop du BTP Entrée en 1960 à la Fédération nationale des Scop du BTP en qualité de secrétaire de direction, elle devient, DANS LES MÉDIAS La Tribune (11 janvier) - «Acome met beaucoup d espoirs dans le plan très haut débit» titre le quotidien économique qui consacre un article au premier groupe industriel coopératif français. Le Journal du Palais de Bourgogne (3-9 janvier) - L hebdomadaire s intéresse au consortium créé par les deux imprimeries bourguignonnes Laballary et Chevillon. France 5 (5 janvier) - Diffusion d un reportage sur les Scop dans l émission «C est notre affaire» sur le thème «Devenez votre propre patron», avec les interviews du P-DG Gérard Moulin, des Charpentiers de Paris dans les locaux de la Scop, et de Pascal Trideau, directeur général de la CG Scop. Les Échos Entrepreneur (3 janvier) - Focus sur les Sociétés coopératives et participatives sous le titre «Connaissez-vous les Scop?». Arte (2 janvier) - Diffusion d un reportage sur l entreprise de bâtiment UTB, située en région parisienne, dans le JT de 19 heures. L Entreprise (janvier) - Les Transports Montagnards (Auvergne) ont fait l objet d une pleine page dans le cadre d un dossier sur la transmission d entreprise à ses salariés. Acteurs de l économie Rhône-Alpes (janvier) - Coup de projecteur sur la coopérative d activités Elycoop (Rhône) qui a tout juste dix ans. Territoires (janvier) - Portrait de la coopérative d activités Oxalis basée à Bellecombe-en-Bauges, en Savoie. CMP Bois (décembre-janvier) - Le bimestriel consacre quatre pages à la Scop bretonne MCA (menuiserie, charpente, agencement). Libération, numéro spécial (24 décembre) - Portrait de la coopérative d activités et d emploi parisienne Coopaname et de la Scic Ôkhra, conservatoire des ocres et pigments appliqués, située dans le Lubéron. Interview de Bruno Lebuhotel, président de l UR Scop Rhône-Alpes, et du fonds de capital-risque Transméa. Actions Limoges et de la Haute-Vienne (décembre) - Présentation du réseau des Scop en Limousin met au niveau national: les spécificités du statut, les outils et les chiffres clés. en 1975, secrétaire générale ajointe puis, en 1980, secrétaire générale de la Fédération parisienne des Scop du BTP. Rompue à la grande technicité des évolutions réglementaires et législatives spécifiques aux professions du BTP, elle a créé le renseignement téléphonique au bénéfice des Scop du BTP sur les questions sociales, emploi et formation à l échelon national avec la Division nationale SEF (social, emploi, formation) devenue, en 2008, Direction des affaires sociales et de la formation, démontrant ainsi l importance de ce service réservé aux Scop. Femme de conviction, pétrie d humanisme, qui voua sa carrière aux valeurs coopératives, Nicole Morel a effectué un parcours professionnel exemplaire au service du BTP en général, et des Scop du BTP en particulier. Les Scop info > n 1 > 14 janvier

4 DROIT FISCAL La réduction d impôt pour souscription au capital des PME La souscription au capital d une PME, lors de la création ou d une augmentation de capital, ouvre droit à une réduction d impôt (article 199-0A terdecies du CGI). Le dispositif est applicable aux souscriptions réalisées jusqu au 31 décembre Les articles 36 et 38 de la loi de finances pour 2011 limitent la portée des réductions d impôt sur le revenu pour souscription au capital des PME. Les modifications apportées sont, sauf indication contraire, applicables aux souscriptions effectuées à compter du 13 octobre La réduction d impôt pour souscription au capital des PME est également visée par la réduction de 10% de certains avantages fiscaux. Souscription directe au capital d une PME Conditions relatives aux sociétés bénéficiaires La société bénéficiaire doit toujours répondre à la définition communautaire des PME (moins de 250 salariés, chiffre d affaires annuel inférieur à 50 millions d euros ou total de bilan inférieur à 43 millions d euros, capital détenu à 25% au plus par des sociétés ne répondant pas aux critères de la PME communautaire), avoir son siège social dans un État membre de la Communauté européenne, ne pas être cotée, être soumise à l impôt sur les sociétés. Activité La société doit exercer une activité soit commerciale, soit industrielle, soit artisanale, soit libérale, soit agricole, à l exception de certaines activités expressément exigées. Les activités exclues sont étendues aux activités suivantes: L ensemble des activités financières (prêts, crédits, etc.) et des activités immobilières (gestion par une société de son propre patrimoine immobilier, activité de gestion ou de location immobilière, promotion, marchand de biens, etc.). Activité procurant des revenus garantis en raison de l existence d un tarif réglementé de rachat ou de production. Les activités de production d électricité éolienne ou photovoltaïque sont principalement visées. Activité de production d électricité utilisant l énergie radiative du soleil, applicable aux souscriptions réalisées à compter du 29 septembre Les entreprises solidaires au sens de l article L du Code du travail sont désormais tenues au respect de la condition tenant à la nature de l activité. Il leur est toutefois possible d exercer une activité immobilière ou financière. La disposition tenant à la composition du capital des PME leur devient désormais applicable. Nombre minimal de salariés de la société Une nouvelle condition s applique aux souscriptions réalisées à compter du 1 er janvier À la clôture de son premier exercice, la société bénéficiaire doit comporter au minimum deux salariés ou un si elle est tenue de s inscrire à la chambre de métiers et de l artisanat. Cette nouvelle disposition ne devrait pas poser de difficultés aux Scop puisque le sociétariat est constitué au minimum par deux associés salariés, mais elle peut en poser aux Scic dans lesquelles aucun nombre minimal d associés salariés, et a fortiori de salariés, n est imposé par la loi. Nature des actifs Les actifs des PME bénéficiaires ne doivent pas être constitués de façon prépondérante de métaux précieux, d œuvres d art, d objets de collection, etc. Droits conférés par la souscription Les souscriptions n ouvrent droit à la réduction d impôt que si les droits des associés sont uniquement ceux qui sont liés à cette qualité. Exclusion des garanties en capital La société bénéficiaire ne doit accorder aucune garantie en capital à ses associés en contrepartie de leur souscription. Exclusion des souscriptions donnant lieu à des contreparties Les contreparties visées peuvent prendre notamment la forme de tarifs préférentiels, d accès prioritaires aux biens produits ou aux services rendus. Ni les Scop ni les Scic ne consentent de garantie en capital ou n attribuent de contreparties liées à la souscription de capital. 4 Les Scop info > n 1 > 14 janvier 2011

5 Souscriptions indirectes Le bénéfice de la réduction d impôt est également accordé en cas de souscription par l intermédiaire d une société holding. Cette société doit remplir certaines conditions, elles aussi durcies par la présente loi pour les souscriptions effectuées à compter du 13 octobre La holding doit remplir les mêmes conditions que celles exigées des PME bénéficiaires, à l exception de celles tenant à son activité. Le nombre des associés de la holding est limité à 50. Les mandataires sociaux ne peuvent être que des personnes physiques. Assiette de la réduction d impôt Il est précisé que l assiette de la réduction d impôt est constituée par des versements au titre des souscriptions au capital. La réduction d impôt ne peut porter que sur la partie effectivement libérée du capital social et non sur l intégralité du capital souscrit. La position de la CG Scop a toujours été de considérer que l utilisation de la réserve spéciale de participation pour la souscription de parts sociales de la coopérative ouvrait droit à la réduction d impôt. Cette nouvelle rédaction ne remet pas en cause cette position. Nous attirons votre attention sur le fait que la souscription de parts sociales par l intermédiaire d un plan d épargne d entreprise n ouvre pas droit à réduction d impôt car elle est expressément exclue. À compter du 1 er janvier 2013, les souscriptions directes de parts sociales par utilisation des droits à participation ne seront plus possibles pour les Scop quelle que soit la date de conclusion de leur accord de participation (Scop Info, n 19 du 26 novembre 2010). Montant de la réduction d impôt Le taux de la réduction d impôt fixé à 25% est affecté de la réduction de 10% de certains avantages fiscaux et est donc réduit à 22%. Les versements sont retenus dans la limite de euros pour les contribuables célibataires, veufs ou divorcés, ou de euros pour les contribuables mariés soumis à imposition commune. La fraction d une année excédant, le cas échéant, les limites mentionnées au premier alinéa ouvre droit à la réduction d impôt dans les mêmes conditions au titre des quatre années suivantes. Ces plafonds sont portés respectivement à et à euros en cas de souscription au capital de petites entreprises en phase d amorçage, de démarrage ou d expansion remplissant certaines conditions. Durée de conservation des titres et reprise de la réduction d impôt La loi de finances est plus restrictive en ce qui concerne le remboursement d apports et allonge la durée du délai minimal de détention. Remboursements d apports précédant une nouvelle souscription Le contribuable ne peut pas bénéficier de la réduction d impôt au titre d une nouvelle souscription lorsqu il a bénéficié d un remboursement total ou partiel d apports antérieurs dans les 12 mois précédant la nouvelle souscription. Durée de conservation des titres et reprise de la réduction d impôt Le remboursement aux souscripteurs avant le 31 décembre de la 10 e année qui suit celle de la souscription donne lieu à reprise de la réduction d impôt. Ce délai était précédemment de cinq ans. Cette disposition a été motivée par la nécessité pour les PME de conserver leurs fonds propres. La cession de parts reste possible à compter du 31 décembre de la 5 e année qui suit celle de la souscription. Les associés des coopératives dans lesquelles les cessions de parts sont peu pratiquées sont pénalisés par cet allongement du délai de remboursement. La durée de conservation porte sur les titres euxmêmes et non sur leur contrepartie qui pourrait être placée en compte courant. Ainsi des droits à participation utilisés à la souscription de parts sociales de l entreprise déblocables à l issue d un délai de 5 ans ne devront pas faire l objet d un remboursement et devront rester bloqués encore 5 ans, sauf à ce que l avantage fiscal soit remis en cause. Les Scop info > n 1 > 14 janvier

6 À l issue de ces 10 ans, commence à courir le délai de remboursement statutaire de 5 ans. L indisponibilité totale serait donc de 15 ans. L associé salarié devra arbitrer entre l avantage fiscal et la durée de conservation des titres. Les coopératives peuvent par ailleurs réfléchir à l opportunité de prévoir un délai de remboursement inférieur à 5 ans. Exception au principe de la reprise Aux exceptions déjà existantes décès ou invalidité relevant de la 2 e ou 3 e catégorie prévue par l article L du Code de la Sécurité sociale, licenciement du contribuable (ou l un des époux ou partenaires d un Pacs soumis à imposition commune) deux exceptions au principe de la reprise de la réduction sont ajoutées : la liquidation judiciaire de la société bénéficiaire de la réduction d impôt, la donation des titres, si le donataire prend l engagement de conserver les titres transmis. Cette dispense cesse de s appliquer si le donataire est remboursé des apports avant le 31 décembre de la dixième année suivant celle de la souscription. Dans ce cas, la reprise sera effectuée au nom du donateur. Non-cumul avec d autres avantages fiscaux À la liste des avantages qui ne peuvent être cumulés est ajoutée la déduction des intérêts d emprunts contractés pour souscrire au capital d une Scop visée à l article 83, 2 quinquies du CGI, c est-à-dire dans le cadre d une transformation. Le cumul avec la déduction des intérêts des emprunts contractés pour une création est également exclu. Les modalités d appréciation du non-cumul sont précisées. Les règles de non-cumul s appliquent à la fraction des versements effectués au titre d une souscription ouvrant droit à avantage fiscal. Encadrement communautaire des aides de l État Les versements au titre de souscription à leur capital reçus par les sociétés présentent le caractère d aide d État au sens de la réglementation européenne alors que, jusqu à présent, ils n y étaient pas expressément soumis. Le non-respect par la société de ces règles d encadrement est sans conséquence pour le contribuable ayant bénéficié de la réduction d impôt sur le revenu, seule la société ayant bénéficié des souscriptions est tenue de reverser les avantages excédentaires. Les souscriptions effectuées dans les sociétés à compter du 13 octobre 2010 et les souscriptions effectuées dans les fonds d investissements à compter du 1 er janvier 2011 sont soumises aux règles communautaires du capital investissements et des minimis. Plafonds des minimis Les PME non agricoles peuvent recevoir jusqu à de souscription sur trois exercices fiscaux. Pour les PME agricoles, le plafond est fixé à Plafonds majorés pour les PME en phase d amorçage, de démarrage ou d expansion Si la société bénéficiaire: est en phase d amorçage (société en phase de formation), de démarrage (entreprise juridiquement constituée mais qui n a encore commercialisé aucun produit ou service) ou d expansion (entreprise déjà constituée qui a commencé à commercialiser des produits ou des services et qui, par exemple, développe une activité nouvelle ou investit dans de nouveaux outils de production ; société holding animatrice de son groupe qui utilise les versements reçus pour l acquisition de participations nouvelles), n est pas qualifiable d entreprise en difficulté, ne relève pas des secteurs de la construction navale, de l industrie houillère ou de la sidérurgie, elle peut recevoir des versements dans la limite du plafond autorisé par la Commission européenne s agissant des aides d État visant à promouvoir les investissements en capital dans les PME et les entreprises innovantes. Ce plafond étant fixé par décret. Le plafond s apprécie sur une période glissante de 12 mois. Le plafond européen a été fixé par la Commission européenne à 2,5 millions d euros, à partir du 1 er janvier Les Scop info > n 1 > 14 janvier 2011

7 Réduction d ISF pour souscription au capital des PME ou souscription de titres participatifs dans les coopératives Les redevables de l ISF qui investissent dans le capital d une PME ou dans la souscription de titres participatifs émis par une coopérative directement ou par l intermédiaire d une holding bénéficient d une réduction d impôt. Des aménagements ont été apportés aux dispositions en vigueur par l article 38 de la loi de finances. Ces aménagements s appliqueront aux souscriptions réalisées dans les sociétés à compter du 13 octobre 2010 et à compter du 29 septembre 2010 en ce qui concerne les souscriptions au capital de sociétés produisant de l électricité en utilisant l énergie radiative du soleil. Conditions à remplir par la société bénéficiaire Les aménagements apportés sont identiques à ceux apportés par la loi de finances pour la souscription au capital des PME et concernent l activité des sociétés bénéficiaires, la nature de leurs actifs, l absence de garantie en capital et de contrepartie, le nombre minimal d associés salariés, l allongement du délai de conservation, le non-remboursement dans les douze mois précédant un nouvel apport. Souscription au capital d une holding animatrice Une holding animatrice est une société qui, outre la gestion d un portefeuille de participations, participe activement à la conduite de la politique de son groupe et au contrôle de ses filiales et rend, le cas échéant et à titre purement interne, des services spécifiques, administratifs, juridiques comptables, financiers et immobiliers. Les souscriptions à leur capital ouvrent droit à réduction d impôt dans les conditions applicables aux investissements directs si deux conditions sont réunies: la holding a été constituée depuis au moins douze mois ; elle contrôle au moins une filiale depuis au moins douze mois. Les Scop n ont pas vocation à être des holdings animatrices mais des coopératives et des Scic peuvent se trouver concernées. Montant de la réduction d ISF Le taux de la réduction d ISF qui était de 75 % du montant des versements est réduit à 50%. Le plafond annuel de la réduction est diminué. Il était fixé à euros et passe à Le comité juridique de l Association nationale des sociétés par actions (ANSA) a apporté des précisions concernant l organe compétent pour proposer la modification d un contrat d émission d obligations. Le comité estime que la direction générale de la société émettrice d obligations est compétente pour proposer à l assemblée générale des obligataires les modifications du contrat d émission d obligations dans la mesure où il s agit d un acte d administration. DROIT DES AFFAIRES Modification d un contrat d émission d obligations Organe compétent Le principe du parallélisme des formes qui voudrait que seul l organe ayant décidé l émission puisse proposer la modification du contrat d émission ne s impose pas dans tous les cas. Le plus souvent, la proposition de modification ne vise qu à restructurer la dette de la société émettrice. Il s agit d un acte d administration qui relève de la compétence de la direction générale (directeur général, président du directoire). Ce n est que si la modification proposée ne relève pas d un acte d administration (modification du montant du capital) que l organe compétent pour faire cette proposition est celui qui a décidé l émission. > ANSA, comité juridique, 8 sept. 2010, n Les Scop info > n 1 > 14 janvier

8 DROIT DES AFFAIRES (SUITE) Société à responsabilité limitée Modification des seuils pour l intervention d un commissaire aux apports Le capital social correspond à des apports en numéraires et, le cas échéant, à des apports en nature (matériel, marque, créance, etc.) En principe, la valeur des apports en nature doit être déterminée au vu d un rapport établi par un commissaire aux apports et annexé aux statuts. Les associés d une SARL peuvent toutefois décider à l unanimité de ne pas recourir à un commissaire aux apports si: aucun apport en nature n a une valeur supérieure à 7500 euros, la valeur totale des apports en nature ne dépasse pas la moitié du capital social. Ce seuil de euros vient d être relevé à euros. Dès lors qu un apport excède euros l intervention d un commissaire aux apports est obligatoire, y compris pour les apports ne dépassant pas ce montant. La nomination d un commissaire aux apports reste obligatoire pour tous les apports en nature faits à une société anonyme et pour les apports faits à une SARL dans le cadre d une augmentation de capital, quelle que soit la valeur des apports. > Décret n du 29 décembre INDICE DE LA CONSTRUCTION L indice de la construction du 3 e trimestre 2010 est fixé à Comptes annuels Relèvement des seuils permettant d adopter des comptes simplifiés Un règlement émanant de l Autorité des normes comptables, pris en application de l article L du code de commerce pour la détermination des conditions d adoption d une présentation simplifiée des comptes annuels, a été homologué par arrêté. Il augmente les seuils en dessous desquels les personnes physiques ou morales peuvent adopter une présentation simplifiée de leur bilan et de leur compte de résultat. Les commerçants, personnes physiques ou morales, peuvent adopter une présentation simplifiée de leur bilan et compte de résultat lorsqu ils ne dépassent pas, à la clôture de l exercice, deux des critères suivants: total de leur bilan : euros (contre euros); Montant net de leur chiffre d affaires: euros (contre euros); nombre moyen de salariés permanents employés au cours de l exercice: 20. Les seuils applicables à la présentation simplifiée de l annexe ne sont pas modifiés. Une présentation simplifiée de l annexe peut être adoptée lorsque ne sont pas dépassés, à la clôture de l exercice, deux des critères suivants: total du bilan : euros ; montant net de chiffre d affaires: euros; nombre moyen de salariés permanents employés au cours de l exercice: 50. Pour l application de ces dispositions, le total du bilan est égal à la somme des montants nets des éléments d actif. Le montant net du chiffre d affaires est égal au montant des ventes de produits et services liés à l activité courante, diminué des réductions sur ventes, de la taxe sur la valeur ajoutée et des taxes assimilées. Le nombre moyen de salariés permanents employés au cours de l exercice est égal à la moyenne arithmétique des effectifs à la fin de chaque trimestre de l année civile, ou de l exercice comptable lorsque celui-ci ne coïncide pas avec l année civile, liés à l entreprise par un contrat de travail à durée indéterminée. > ANC, règlement du 7 octobre 2010, arrêté du 28 décembre Les Scop info > n 1 > 14 janvier 2011

9 DROIT SOCIAL Saisies sur rémunérations Barème 2011 La saisie sur rémunération ou sur salaire permet à l employeur de retenir, dans certaines limites, une partie des rémunérations d un débiteur salarié. La fraction saisissable est calculée sur le montant des rémunérations nettes annuelles (sauf remboursement de frais et allocations pour charge de famille) des 12 mois précédant la notification de la saisie. Les proportions saisissables ou cessibles des rémunérations annuelles sont les suivantes pour l année Rémunération annuelle Tranche de rémunération inférieure ou égale à 3510 (contre 3460 auparavant) Tranche de rémunération supérieure à 3510 et inférieure ou égale à 6880 (contre 6790 ) Tranche de rémunération supérieure à 6880 et inférieure ou égale à (contre ) Tranche de rémunération supérieure à et inférieure ou égale à (contre ) Tranche de rémunération supérieure à et inférieure ou égale à (contre ) Tranche de rémunération supérieure à et inférieure ou égale à (contre ) Tranche de rémunération supérieure à Part saisissable 1/20 e 1/10 e 1/5 e 1/4 1/3 2/3 Totalité Montant maximal mensuel saisissable (par tranche) Montant maximal mensuel saisissable (cumulé) 14,63 14,63 28,08 42,71 56,83 99,54 70,21 169,75 93,89 263,64 190,56 454,20 Intégralité des revenus 454,20 + la totalité des sommes au-delà de Ces tranches de rémunérations sont majorées de 1330 (au lieu de 1310 en 2010) par personne à charge sur présentation de justificatifs. Les personnes à charge sont le conjoint, le partenaire lié par un Pacs civil de solidarité et le concubin dont les ressources personnelles sont inférieures au montant du RSA, les enfants à charge au sens des prestations familiales et l ascendant dont les ressources personnelles sont inférieures au montant forfaitaire du RSA et qui soit habitent avec le débiteur soit reçoivent de lui une pension alimentaire. > Décret n du 15 décembre Contribution Apec Les règles de calcul de la cotisation mensuelle à l Association pour l emploi des cadres (Apec), versée par les salariés inscrits au régime de prévoyance et de retraite des cadres (régime Agirc) et leurs employeurs, sont modifiées à partir du 1 er janvier Jusqu au 31 décembre 2010, la cotisation était composée de 2 parts : une part forfaitaire, appliquée sur la tranche A de la rémunération du cotisant, c est-à-dire sur la part de salaire située en deçà du plafond de la Sécurité sociale (soit 2885 en 2010), une part variable, fixée à 0,06% (0,036% part employeur + 0,024% part salarié), calculée sur la tranche B du salaire, à compter du premier euro (part de la rémunération comprise entre 1 et 4 fois le plafond de la Sécurité sociale, soit entre 2885 et par mois en 2010). À compter du 1 er janvier 2011, la cotisation forfaitaire disparaît. La contribution Apec est maintenant calculée à hauteur de 0,06% sur la totalité du salaire, dans la limite du plafond B. L assiette de la cotisation comprend donc la tranche A, qui n était jusqu alors pas concernée par la partie variable mais seulement par la part forfaitaire. La répartition entre la charge de l employeur (0,036%) et la charge du cadre (0,024%) est maintenue. Cette cotisation Apec proportionnelle est recouvrée par les institutions de retraite des cadres en même temps et selon les mêmes modalités que les cotisations de retraite. > Circulaire AGIRC n DF du 29 juillet Les Scop info > n 1 > 14 janvier

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

Note sur la fiscalité du Fonds

Note sur la fiscalité du Fonds Note sur la fiscalité du Fonds Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers Aquitaine Pyrénées Languedoc Développement 1 (article L. 214-41-1 du code monétaire et fi

Plus en détail

FIP ixo Développement N 9

FIP ixo Développement N 9 FIP ixo Développement N 9 NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers (article L. 214-31 du Code Monétaire et Financier) Fonds d Investissement

Plus en détail

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers (Article L. 214-31 du Code Monétaire et Financier) Société de

Plus en détail

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE La présente note fiscale (la Note Fiscale ) doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds Commun de Placement dans l Innovation

Plus en détail

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015 Nouvelles mesures Plus d informations sur www.apce.com Loi de finances pour 2016 Loi n 20151785 du 29 décembre 2015, Journal officiel du 30 décembre 2015 Loi de finances rectificative pour 2015 Loi n 20151786

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 07.14 23/01/2014 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2014 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS

NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS Société de Gestion ixo PRIVATE EQUITY 34, rue de Metz 31 0 00 Toulouse Site : www.ixope.fr Dépositaire Réalisation : ixo Private Equity Illustration : Ronald Curchod Graphisme

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF =

FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME La règle «de minimis» Calcul de la réduction d ISF : Réduction d ISF = FCPI et FIP ISF Réduction d ISF en faveur de l investissement dans les PME Un avantage fiscal institué par la loi TEPA afin de permettre aux redevables de l ISF de bénéficier d une réduction d ISF en investissant

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs n 7 > 4 avril 2014 info Sommaire > Droit fiscal : déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 - opérations particulières concernant les coopérateurs ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration

Plus en détail

La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Editorial

La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Editorial La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Taxe professionnelle 2 Impôt de solidarité sur la fortune 4 Editorial Le cabinet Simon Associés s agrandit et développe un pôle fiscal en accueillant Pierrick

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR A l origine, la Société par Actions Simplifiée (SAS) a été créée (par la loi n 94-1 du 13 novembre

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF I - RETRAITE ET REPRISE D ACTIVITE La loi subordonne le versement d une pension de retraite par le régime général à la cessation

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

FIP ALLIANCE 2015. Soutenez le développement des PME françaises et diversifiez votre patrimoine financier à long terme.

FIP ALLIANCE 2015. Soutenez le développement des PME françaises et diversifiez votre patrimoine financier à long terme. BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE FIP ALLIANCE 2015 Soutenez le développement des PME françaises et diversifiez votre patrimoine financier à long terme. DOCUMENT À CARACTÈRE PROMOTIONNEL SOUTENEZ LE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES Les Chèques-Vacances, institués par l ordonnance n 82-283 du 26 mars 1982, sont des titres, de 10 et 20 euros,

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT Il faut considérer la présente note comme un descriptif des caractéristiques fiscales (en vigueur à ce jour) du Fonds d Investissement

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION DU FCPI INNOVERIS

NOTICE D INFORMATION DU FCPI INNOVERIS NOTICE D INFORMATION DU FCPI INNOVERIS * * * AVERTISSEMENT 1. «La Commission des opérations de bourse appelle l attention des souscripteurs sur les risques spécifiques qui s attachent aux FCPI ( fonds

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3271 Convention collective nationale IDCC : 1631. HÔTELLERIE DE PLEIN AIR (5 e édition. Novembre 2004) ACCORD

Plus en détail

Nouvelles conditions relatives à l investissement dans les PME. A s s o c i a t i o n d é c l a r é e Créée le 07/04/2010

Nouvelles conditions relatives à l investissement dans les PME. A s s o c i a t i o n d é c l a r é e Créée le 07/04/2010 Nouvelles conditions relatives à l investissement dans les PME A s s o c i a t i o n d é c l a r é e Créée le 07/04/2010 Investissements directs et via les holdings : nouvelles caractéristiques de la cible

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 9. Majorations pour enfants et retraite complémentaire

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 9. Majorations pour enfants et retraite complémentaire Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points Guide salariés n o 9 avril 2014 Majorations pour enfants et retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés...

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 64 DU 29 JUIN 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 4 A-10-09 INSTRUCTION DU 25 JUIN 2009 CREDIT D IMPOT POUR DEPENSES DE PROSPECTION COMMERCIALE (C.G.I., art. 244

Plus en détail

FIP ECUREUIL N 10 IR 2014 ISF 2014 SOUTENEZ LE DÉVELOPPEMENT DES PME FRANÇAISES ET DIVERSIFIEZ VOTRE PATRIMOINE FINANCIER À LONG TERME

FIP ECUREUIL N 10 IR 2014 ISF 2014 SOUTENEZ LE DÉVELOPPEMENT DES PME FRANÇAISES ET DIVERSIFIEZ VOTRE PATRIMOINE FINANCIER À LONG TERME ligible à une réduction ISF 2014 ÉÉligible à une réduction ligible à une réduction IR 2014 ÉÉligible à une réduction FIP ECUREUIL N 10 SOUTENEZ LE DÉVELOPPEMENT DES PME FRANÇAISES ET DIVERSIFIEZ VOTRE

Plus en détail

Flash fiscal. Impôts 2014 sur revenus 2013

Flash fiscal. Impôts 2014 sur revenus 2013 Flash fiscal Impôts 2014 sur revenus 2013 France Angels Mars 2014 Déclaration impôts sur le revenu (impôts payé en 2014 sur revenus 2013) Dates de limite d envoi de la déclaration : Le 20 mai si vous l

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP ARKEON Pré-cotation

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

Note d information Loi de Finances 2010

Note d information Loi de Finances 2010 Note d information Loi de Finances 2010 I - IMPOT SUR LE REVENU 1- Souscription au capital de PME : Réductions «Madelin» et «Super-Madelin» Une réduction d'impôt est accordée aux contribuables qui effectuent

Plus en détail

Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit

Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit Le RSA vise à améliorer les revenus d activité en les complétant jusqu à atteindre un niveau de revenu garanti

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

FIP ALLIANCE 2014. Soutenez le développement des PME françaises et diversifiez votre patrimoine financier à long terme.

FIP ALLIANCE 2014. Soutenez le développement des PME françaises et diversifiez votre patrimoine financier à long terme. BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE FIP ALLIANCE 2014 Soutenez le développement des PME françaises et diversifiez votre patrimoine financier à long terme. DOCUMENT À CARACTÈRE PROMOTIONNEL SOUTENEZ LE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

INFORMATIONS RELATIVES À LA TAXE D APPRENTISSAGE

INFORMATIONS RELATIVES À LA TAXE D APPRENTISSAGE INFORMATIONS RELATIVES À LA TAXE D APPRENTISSAGE Ces informations prennent en compte la refonte de la taxe d apprentissage à compter de la campagne 2015, suite à la loi du 5 mars 2014. Les principaux changements

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 %

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % devant être publiée au Bulletin Officiel du ministère chargé du Logement La loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement

Plus en détail

Date d application : attributions consenties à compter du 16 octobre 2007.

Date d application : attributions consenties à compter du 16 octobre 2007. Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-091

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-091 Montreuil, le 08/12/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-091 OBJET : Exonération de cotisations patronales de Sécurité sociale applicable par

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville SCPI «Scellier BBC Intermédiaire*» L immobilier en centre ville Mise à jour - 31 janvier 2012 *Le dispositif fiscal «Scellier BBC Intermédiaire» offre au souscripteur une réduction d impôt en contrepartie

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information de la SCPI URBAN PATRIMOINE 2 a reçu le visa de l AMF n 11-37 en date du 18/10/2011 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée à :

Plus en détail

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX

FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX FLASH INFO JURIDIQUE FORMES JURIDIQUES D EXERCICE TRANSMISSIONS D ENTREPRISE BAUX COMMERCIAUX I. Différentes formes juridiques d exercice de son activité : L entreprise individuelle ou la Société - A :

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300

Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300 Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300 Massy 06 51 65 38 80 Eléments importants de la loi de

Plus en détail

RETRAITE. Microentrepreneur PRÉVOYANCE

RETRAITE. Microentrepreneur PRÉVOYANCE RETRAITE Microentrepreneur PRÉVOYANCE 2 micro-entrepreneur vous avez choisi d adhérer au régime du micro-entrepreneur, institué par la Loi de modernisation de l économie n 2008-776 du 4 août 2008 et entré

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse VOTRE GUIDE AUTO ENTREPRENEUR

Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse VOTRE GUIDE AUTO ENTREPRENEUR Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d Assurance Vieillesse VOTRE GUIDE AUTO ENTREPRENEUR 2010 Vous avez choisi d adhérer au régime de l auto-entrepreneur, institué par la Loi de Modernisation

Plus en détail

Emmanuel Jacques Almosnino

Emmanuel Jacques Almosnino Emmanuel Jacques Almosnino LE NOUVEAU REGIME DES COTISATIONS ET PRELEVEMENTS SOCIAUX SUR LES REMUNERATIONS La loi n 2012-1404 du 17 décembre 2012 de financement de la sécurité sociale pour 2013 augmente

Plus en détail

Fédération Française de Karaté Service Juridique

Fédération Française de Karaté Service Juridique Fédération Française de Karaté Service Juridique NOTE D INFORMATION N 001 La ffrranchiise de cottiisattiion L assiietttte fforrffaiittaiirre Le rrembourrsementt de ffrraiis prroffessiionnells Le rrembourrsementt

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité

hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité hexagone convertibles Fonds d Investissement de Proximité Article L214-41-1 du Code monétaire et financier Agrément AMF du 24 août 2010 Le FIP

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul...

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul... Nouvelles Mesures Loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 Plus d informations sur www.apce.com Loi n 20121404 du 17 décembre 2012 SOMMAIRE Mesures relatives aux travailleurs indépendants...

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

PhiTrust Impact FCPI PHITRUST INNOVATION. Investors

PhiTrust Impact FCPI PHITRUST INNOVATION. Investors PhiTrust Impact Investors FCPI PHITRUST INNOVATION Le FCPI présente un risque de perte en capital et de liquidité ; une part importante des actifs est investie dans des sociétés innovantes non cotées et

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3265 Convention collective nationale IDCC : 1672. SOCIÉTÉS D ASSURANCES (6 e édition. Juillet 2003) Brochure

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. votre CaissE Édition : Caisse nationale du RSI - Mise à jour : Parimage - Dépôt légal : février

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-PAT-ISF-40-40-20-20140616 DGFIP PAT - ISF - Calcul de l'impôt - Réduction

Plus en détail

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi Programme TAEHIL Deux Mesures concrètes pour le programme TAEHIL Formation contractualisée pour l emploi Formation qualifiante ou de reconversion Objectif FCE: Formation contractualisée pour l emploi La

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1239 du 6 octobre 2015 relatif à l aide à la réinsertion familiale et

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, industriels, commerçants Le statut de votre conjoint Édition février 2015 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut et quels droits pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Dossier pour réunion 6 avril 2007

Dossier pour réunion 6 avril 2007 Définition / objectif Option Capital / Rente Option Rente Produit de retraite de type «rente différée» à échéance 65 ans, Adhésion facultative 2 options à la souscription du contrat Option capital/rente

Plus en détail

Vous êtes retraité au titre d une activité salariée ou assimilée salariée (régime général)

Vous êtes retraité au titre d une activité salariée ou assimilée salariée (régime général) Vous êtes à la retraite et vous souhaitez créer une entreprise, les conséquences sur le versement de votre pension et sur votre protection sociale Si vous créez une entreprise, vous serez affilié et cotiserez

Plus en détail

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME

Les incitations fiscales à l investissement dans les PME Les incitations fiscales à l investissement dans les PME avril 2012 1 De grandes réformes en 2011 La Loi de finances pour 2011 a apporté des modifications substantielles aux systèmes d'incitations fiscales

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012 Société anonyme avec Conseil d Administration Au capital social de 7 097 879 Siège social : 155 avenue de la Rochelle, 79000 Niort B 025 580 143 RCS Niort RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

FCPI Idinvest Patrimoine N 5

FCPI Idinvest Patrimoine N 5 FCPI Idinvest Patrimoine N 5 Profitez d une expertise de premier plan avec Idinvest Partners Un acteur de longue date De nombreuses institutions financières, classées parmi les premières en Europe, font

Plus en détail

AVENANT N 32 DU 14 MAI 2014

AVENANT N 32 DU 14 MAI 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3107 Accords collectifs nationaux BÂTIMENT ET TRAVAUX PUBLICS AVENANT N 32 DU

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 49 DU 3 JUIN 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 F-11-11 INSTRUCTION DU 25 MAI 2011 CONTRIBUTION SALARIALE SUR LES GAINS DE LEVEE D OPTIONS SUR TITRES ET D ACQUISITION

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-1 : CREATION REPRISE PAR LA CREATION D ACTIVITES D ENTREPRISES. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-1 : CREATION REPRISE PAR LA CREATION D ACTIVITES D ENTREPRISES. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI PAR LA CREATION D ACTIVITES FICHE THEMATIQUE 6-1 : CREATION REPRISE D ENTREPRISES Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 Priorité d investissement 8.3 : promotion d emplois pérennes

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs

Plus en détail

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2014

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2014 Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 16 décembre 2013 l échéancier de paiement de leurs cotisations et

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

Nouvelles mesures fiscales

Nouvelles mesures fiscales Nouvelles mesures fiscales Le 21 décembre 2012, le Parlement luxembourgeois a adopté une loi (la «Loi») contenant de nouvelles mesures fiscales applicables aux personnes physiques et aux sociétés à compter

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière

Plus en détail

A U D I K A G R O U P E

A U D I K A G R O U P E Page 1 sur 8 A U D I K A G R O U P E Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 58 avenue Hoche 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Ordre du jour de l assemblée générale ordinaire et

Plus en détail

Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010

Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010 Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010 Préambule : La mise en œuvre du compte épargne-temps correspond à l application de l article 1 er du décret 2004-878

Plus en détail