CORPORATE ET DROIT DES SOCIETES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CORPORATE ET DROIT DES SOCIETES"

Transcription

1 LETTRE DES SOMMAIR LA LETTRE DU CABINET Janvier 2014 PARIS 47 rue de Monceau PARIS Cedex 08 Tél LYON 7 rue de Bonnel LYON Tél NANTES 4 rue Maurice Sibille NANTES Tél MONTPELLIER 33 bis rue du Faubourg Saint Jaumes MONTPELLIER Tél BRESIL* CHINE* LUXEMBOURG* *Convention Organique Internationale Actualité SIMON ASSOCIÉS Page 12 SOMMAIRE CORPORATE ET DROIT DES SOCIETES : Holding animatrice de groupe : attention à la notion fiscale Cass. com., 10 décembre 2013, pourvoi n Sort du cautionnement dans le cadre d une fusion-absorption Cass. com., 7 janvier 2014, pourvoi n ENTREPRISES EN DIFFICULTE : Les procédures collectives, seule voie ouverte à l associé en nom personnellement insolvable Cass. civ. 2 ème, 5 décembre 2013, pourvoi n Règlement communautaire et information du créancier d avoir à déclarer sa créance Cass. com., 17 décembre 2013, pourvoi n CONTRATS CIVILS ET COMMERCIAUX : Démarchage à domicile et nullité du contrat CA Aix-en-Provence, 14 janvier 2014, RG n 12/04821 Action en garantie des vices cachés CA Bastia, 15 janvier 2014, RG n 12/00762 CONCURRENCE ET DISTRIBUTION : Exécution du préavis et rupture brutale des relations commerciales CA Nancy, 8 janvier 2014, RG n 10/03346 Résiliation unilatérale d un contrat de distribution sélective CA Paris, 15 janvier 2014, RG n 12/13845 SOCIAL ET RESSOURCES HUMAINES : Validité des clauses de recommandation dans les accords de protection sociale complémentaire Cons. constit., 19 décembre 2013, décision n DC Calcul du rappel de salaire pour heures supplémentaires Cass. soc., 4 décembre 2003, pourvois n , n , n , n IMMOBILIER : De la validité des exclusions de garantie d une police dommages-ouvrage Cass. civ. 3 ème, 18 décembre 2013, pourvoi n De l exercice du droit d option Cass. civ. 3 ème, 11 décembre 2013, pourvoi n PROPRIETE INTELLECTUELLE : Comme la marque, le droit d auteur n a pas d odeur Cass. com., 10 décembre 2013, pourvoi n Gare aux preuves d usage de la marque pour éviter la déchéance CA Paris, 17 janvier 2014, RG n 12/22114 DROIT DE LA SANTE : Cassation de l arrêt de relaxe dans l affaire de l hormone de croissance Cass. crim., 7 janvier 2014, pourvoi n Hospitalisation d office et point de départ de la prescription quadriennale Cass. civ 1 ère, 18 décembre 2013, pourvoi n PROCEDURE CIVILE ET VOIES D EXECUTION : Nécessité d une audience pour mettre fin à la mission d un médiateur Cass. soc., 14 janvier 2014, pourvoi n L abus du créancier poursuivant l accessoire d une décision sans poursuivre le principal Cass. civ. 2 ème, 9 janvier 2014, pourvoi n INTERNATIONAL : EUROPE ASIE Flash Actualités p.2 p.2 p.3 p.3 p.4 p.4 p.5 p.5 p.6 p.6 p.7 p.7 p.8 p.8 p.9 p.9 p.10 p.10 p.11

2 La Lettre du Cabinet - L actualité juridique (Janvier 2014) 2 CORPORATE ET DROIT DES SOCIETES Holding animatrice de groupe : attention à la notion fiscale Cass. com., 10 décembre 2013, pourvoi n C est un arrêt particulièrement intéressant qui est rendu par la Chambre commerciale sur la notion fiscale de holding animatrice de groupe, notion qui a vocation à être appliquée notamment en matière d impôt de solidarité sur la fortune (ISF). En effet, les titres de société peuvent constituer un bien professionnel, y compris les titres détenus dans une société holding qui n exercerait pas directement une activité professionnelle. Pour que les titres puissent être considérés comme des biens professionnels, la holding animatrice doit être active. Une holding animatrice est selon l article 885 O bis du code général des impôts une société qui «participe activement à la conduite de sa politique et au contrôle des filiales et rend, le cas échéant et à titre purement interne au groupe, des services spécifiques administratifs, juridiques, comptables, financiers ou immobiliers». Cet arrêt porte sur la charge de la preuve de l animation effective qui repose sur le contribuable qui entend se prévaloir de la qualification de bien professionnel. Dans cette espèce, un contrat de prestations de services avait été conclu entre la société holding et une filiale qui prévoyait notamment que la holding aurait en charge la «détermination des orientations stratégiques du groupe», le «positionnement de la société par rapport à la concurrence» et la «recherche de nouveaux marchés». La holding devait donc être animatrice. Or, le demandeur n avait produit ni le contrat de prestation de services, ni la facturation de la prestation de services de la holding à sa filiale. Par ailleurs, il ne ressortait pas des procès-verbaux des réunions du conseil d administration de la société holding qu elle «participait activement à la gestion des sociétés du groupe en prenant des décisions de politique commerciale ou d orientation stratégiques». Dès lors, la société holding se bornait à exercer son rôle et ses prérogatives d actionnaires. Par conséquent, les titres de cette holding «passive» ne pouvaient en conséquence pas être qualifiés de biens professionnels et entraient de ce fait dans l assiette de calcul de l ISF. Sort du cautionnement dans le cadre d une fusion-absorption Cass. com., 7 janvier 2014, pourvoi n Cet arrêt, très largement diffusé, traite la question largement débattue du sort du cautionnement souscrit par une société qui fait par la suite l objet d une fusion-absorption. En l espèce, un établissement de crédit avait cautionné la dette d un débitant de tabac auprès de son fournisseur. Par la suite, une réorganisation de l établissement de crédit avait conduit à la fusion-absorption de l entité qui avait consenti le cautionnement avec une autre entité du groupe. Une telle opération soulève une difficulté portant sur le sort des dettes cautionnées nées antérieurement et postérieurement à l opération de fusion-absorption. Pour ce qui est des dettes antérieures, il est admis depuis longtemps que la société absorbante est tenue du cautionnement consenti par la société absorbée. La Cour a toutefois été saisie du sort des dettes cautionnées nées postérieurement à l opération de fusion. L absorbante doit-elle les honorer? Pour répondre à cette question, la Cour précise qu une opération de fusion entraîne une dissolution sans liquidation de la société qui disparaît et la transmission universelle de son patrimoine à la société bénéficiaire, dans l état où il se trouve à la date de réalisation définitive de l opération. Dans ces conditions, la Cour continue en indiquant «qu il s ensuit qu en cas d absorption par une société ayant souscrit un engagement de [caution], la société absorbante est tenue d exécuter cet engagement dans les termes de celui-ci». En conséquence, et vu que le contrat de cautionnement avait été conclu antérieurement à l opération de fusion, la société caution était tenue de l exécuter y compris s agissant de dettes survenues postérieurement à l opération de fusion-absorption. Cette solution constitue une application rationnelle du principe de transmission universelle du patrimoine de la société absorbée à l absorbante.

3 La Lettre du Cabinet - L actualité juridique (Janvier 2014) 3 ENTREPRISES EN DIFFICULTE Les procédures collectives, seule voie ouverte à l associé en nom personnellement insolvable Cass. civ. 2 ème, 5 décembre 2013, pourvoi n Depuis l ordonnance du 18 décembre 2008, la seule qualité de commerçant ne rend plus à elle seule éligible à une procédure collective. Plus que d une qualité, c est de l exercice d une activité commerciale qu il faut aujourd hui justifier (art. L.620-2, L et L du C. com.). Or, les associés d une société en nom collectif (SNC) étant commerçants de droit (art. L du C. consom.), un doute est apparu quant à la procédure devant leur être appliquée. Doute d autant plus persistant que, parallèlement à cette modification, la procédure de surendettement a vu son champ d application considérablement croître, au point d englober les personnes physiques cautions ou coobligées solidaires d une dette sociale (art. L du C. com.). Tel était précisément le cas en l espèce, puisque deux associés s étaient portés cautions solidaires d un prêt consenti à la SNC dont ils étaient gérants. Ne pouvant par la suite faire face à leurs engagements respectifs de cautions, ils décidèrent de saisir une commission de surendettement aux fins de traitement de leur situation d insolvabilité. Dans un attendu de principe limpide, la deuxième Chambre civile de la Cour de cassation, s alignant sur un avis rendu quelques mois auparavant par la Chambre commerciale (Cass. com., 9 juillet 2013, avis n 9003), retient que les associés d une SNC ayant de droit la qualité de commerçants sont dès lors réputés exercer une activité commerciale, de sorte que le bénéfice d une procédure de surendettement ne peut leur être octroyée. Cette solution surprend, présumant l activité commerciale de la simple qualité de commerçant, la Cour de cassation rend de facto les associés de SNC éligibles aux seules procédures collectives. Partant, sa démonstration se situe en marge de l évolution d un droit commercial résolument tourné vers une appréhension pragmatique de situations économiques de plus en plus complexes. Reste alors à se demander si, par cet arrêt, la Haute Juridiction ne chercherait-elle pas à provoquer le législateur afin qu il procède enfin à la réforme du statut des associés des SNC que tant d auteurs appellent, et leur fasse enfin perdre cette qualité «de droit». Règlement communautaire et information du créancier d avoir à déclarer sa créance Cass. com., 17 décembre 2013, pourvoi n Au visa des articles 40 et 42 1 du règlement communautaire n 1346/2000 du 29 mai 2000, relatif aux procédures d insolvabilité, la Chambre commerciale de la Cour de cassation rappelle que, dans le cadre d une procédure d insolvabilité au sens du droit de l Union européenne, le créancier domicilié dans un autre Etat membre que celui de l Etat d ouverture de la procédure collective doit être personnellement informé de son obligation d avoir à déclarer dans les formes prescrites par le règlement susvisé. A défaut, la Cour de cassation indique que, dans le silence du règlement européen, il revient à l Etat d ouverture de déterminer les conséquences d un défaut d information du créancier défaillant. La Haute juridiction en déduit qu «en France seule la voie du relevé de forclusion est ouverte». Il appartient donc au créancier mal informé qui aurait omis de déclarer sa créance dans les temps de solliciter un relevé de forclusion conformément aux dispositions de l article L du code de commerce. Au regard des faits de l espèce, il apparaît que cette dernière demande ne peut aboutir qu à la condition que la défaillance du créancier ne soit pas due à son fait ou qu elle soit due à l omission volontaire du débiteur lors de l établissement de la liste des créanciers. En effet, en l espèce, le débiteur avait délibérément omis de mentionner le créancier défaillant sur la liste des créanciers, de telle sorte que le mandataire judiciaire n avait pu l informer de son obligation d avoir à déclarer sa créance par l envoi du formulaire prévu par le règlement communautaire. En conséquence, la Cour de cassation en déduit que c est à bon droit que la Cour d appel avait relevé de forclusion le créancier défaillant et que la connaissance par ce dernier de l ouverture de la procédure collective à l encontre du débiteur était indifférente.

4 La Lettre du Cabinet - L actualité juridique (Janvier 2014) 4 CONTRATS CIVILS ET COMMERCIAUX Démarchage à domicile et nullité du contrat CA Aix-en-Provence, 14 janvier 2014, RG n 12/04821 L article L du code de la consommation réglemente le démarchage effectué au domicile d une personne physique, à sa résidence ou à son lieu de travail, même à sa demande, afin de lui proposer l achat, la vente, la location, la locationvente ou la location avec option d achat de biens ou la fourniture de services, ainsi que le démarchage effectué dans les lieux non destinés à la commercialisation du bien ou du service proposé, et notamment l organisation par un commerçant ou à son profit des réunions ou d excursions afin de réaliser l une des opérations visées ci-dessus. L article L du code de la consommation précise que le type d opérations visé à l article L doit faire l objet d un contrat dont un exemplaire est remis au client et doit comporter un certain nombre de mentions obligatoires, notamment la faculté de renonciation dont dispose le client et les conditions d exercice de cette dernière, sous peine de nullité du contrat. Le contrat doit à ce titre comprendre un formulaire détachable afin de faciliter l exercice de cette faculté de renonciation. En l espèce, un contrat a été conclu entre Mme M. et la société E., dans l établissement de cette dernière, suite au démarchage téléphonique de la cliente effectué la veille par la société E. Ce contrat était donc soumis au respect de la réglementation sur le démarchage à domicile. Les juges du fond ont relevé que «les seuls inobservations ( ) des mentions requises sur la faculté de renonciation, de l annexion du formulaire détachable d exercice de cette renonciation et de l interdiction de tout paiement pendant le délai de réflexion, suffisent à entraîner la sanction de la nullité du contrat». L annulation du contrat devait donc entraîner la restitution, par la société E., des sommes déjà perçues. Action en garantie des vices cachés CA Bastia, 15 janvier 2014, RG n 12/00762 Une société passe une commande de matériel, puis, conformément à sa demande, le matériel commandé est remplacé par du matériel dont les dimensions sont différentes. L acquéreur fait constater le non-fonctionnement du matériel par procès-verbal d huissier ; en effet, le matériel livré n était pas adapté du point de vue dimensionnel à l emplacement prévu pour le recevoir, ce qui avait pour conséquence de rendre le matériel impropre à sa destination. Le vendeur estime que l erreur est imputable à l acheteur qui aurait commandé un matériel dont les dimensions étaient inadaptées. L acheteur prétend quant à lui que l erreur commise dans le calcul des dimensions du matériel est entièrement imputable au vendeur qui s est lui-même rendu sur place pour effectuer les mesures nécessaires. Cette affaire concerne l application de la garantie des vices cachés. La non-conformité de la chose à sa destination normale relève en effet de la garantie des vices cachés qui incombe au vendeur en application de l article 1641 du code civil qui dispose «Le vendeur est tenu de la garantie à raison des défauts cachés de la chose vendue qui la rendent impropre à l usage auquel on la destine, ou qui diminuent tellement cet usage que l acheteur ne l aurait pas acquise, ou n en aurait donné qu un moindre prix, s il les avait connus». L article 1648 du code civil précise que l action résultant des vices rédhibitoires doit être intentée dans le délai de deux ans à compter de la découverte du vice. En l espèce, le défaut affectant le matériel vendu n était pas apparent car seul le rapport d expertise avait permis de l identifier et l action en garantie avait été intentée dans le délai de deux ans prévu par l article 1648 du code civil. La résolution de la vente aux torts du vendeur a donc été prononcée. Le vendeur a été condamné à la reprise du matériel à ses frais et à la restitution du prix de vente du matériel. En revanche, le vendeur n a pas été condamné au versement de dommages et intérêts : l acheteur ne démontre pas l existence d un préjudice subi en raison du vice affectant le matériel vendu, pas plus que le fait que le vendeur aurait eu connaissance du vice caché lors de la vente.

5 La Lettre du Cabinet - L actualité juridique (Janvier 2014) 5 CONCURRENCE ET DISTRIBUTION Exécution du préavis et rupture brutale des relations commerciales CA Nancy, 8 janvier 2014, RG n 10/03346 Un distributeur de produits alimentaires vendus sur catalogue avait confié, depuis 1995, la réalisation des travaux de conception et de réalisation du catalogue mensuel de vente par correspondance de ses produits à un prestataire. Après 13 années de relations contractuelles, le distributeur de produits alimentaires a rompu le contrat qui le liait avec la société conceptrice du catalogue de vente par correspondance, ce avec un préavis de 10 mois, ensuite allongé à 12 mois. Dans son courrier de résiliation, le distributeur précisait que le prestataire était dispensé de l'exécution du préavis et qu il serait indemnisé ; cette indemnité a par la suite été fixée à euros en tenant compte de la marge brute réalisée dans ce secteur d activité. Le prestataire a pourtant assigné son cocontractant, estimant brutale la rupture de leur relation. Plus précisément, le prestataire soutenait notamment que la rupture de leurs relations commerciales, initiée par le distributeur, était brutale en ce que la dispense d exécution de préavis équivalait à une absence de préavis dans la mesure où les commandes avaient immédiatement cessé. Les juges du fond n ont cependant pas suivi une telle argumentation. La Cour d appel souligne en effet que «si les dispositions de l'article L I 5 du Code de commerce ont pour but de permettre au fournisseur bénéficiant de relations commerciales établies avec un client de réorienter son activité consécutivement à la cessation de ces relations, elles n'imposent pas la poursuite des relations durant la durée de préavis dans la mesure où le client compense la perte relative à cette rupture». En l'espèce, les juges relèvent que le préavis de 12 mois qui a été accordé était suffisant, tout comme l'indemnité effectivement payée au prestataire. Résiliation unilatérale d un contrat de distribution sélective CA Paris, 15 janvier 2014, RG n 12/13845 L arrêt commenté présente l intérêt d analyser la résiliation effectuée par un concédant au vu des différents fondements invoqués par le distributeur. En l espèce, le réseau du concédant était composé de concessionnaires répondant à des critères de qualité et devant procéder régulièrement à des investissements. Le contrat liant les parties était un contrat à durée indéterminée et contenait une clause de résiliation prévoyant un préavis de deux ans ainsi que l énoncé de la cause de la résiliation. Le concédant avait revu la stratégie de positionnement d une de ses marques et demandé à ses concessionnaires des modifications architecturales afin de mettre leurs locaux en adéquation avec cette nouvelle image de marque. Le concessionnaire ne soumettant pas de projet conforme aux exigences du concédant, ce dernier avait résilié le contrat avec un préavis de 24 mois. Les parties s étant ensuite accordées sur un compromis, le concédant avait suspendu la résiliation pendant deux ans, temps accordé au concessionnaire pour effectuer les travaux nécessaires. Le concessionnaire n ayant cependant pas procédé aux travaux convenus, la résiliation a produit ses effets. Le concessionnaire invoquait tout d abord l irrégularité de la résiliation. Cependant, la Cour relève que le concédant a respecté les conditions de délai et de fond de la résiliation (qui n était au demeurant pas soumise à la condition d une faute). La Cour relève en particulier qu il importait peu, au regard de la régularité de la résiliation, qu elle ne soit pas fondée sur la méconnaissance des critères de sélection des distributeurs qui, elle, aurait donné lieu à une résiliation sans préavis. Le traitement égal du réseau, appuyé par la faveur accordée au concessionnaire par l octroi d un délai supplémentaire, écarte ensuite les griefs tenant à la discrimination et à la mauvaise foi. Par ailleurs, la bilatéralité de la clause de résiliation écarte le grief tenant au déséquilibre significatif.

6 La Lettre du Cabinet - L actualité juridique (Janvier 2014) 6 SOCIAL ET RESSOURCES HUMAINES Validité des clauses de recommandation dans les accords de protection sociale complémentaire Cons. constit., 19 décembre 2013, décision n DC La loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit la généralisation de la couverture des frais de santé à tous les salariés à compter du 1 er janvier Le Conseil constitutionnel n a pas validé les clauses de désignation des organismes assureurs prévues dans le projet de loi adopté le 14 mai Le gouvernement a introduit dans l article 14 du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014, des clauses de recommandation d un organisme complémentaire de santé et de prévoyance assorties d un taux de forfait social non majoré pour les entreprises qui s y conforment. Aux termes de sa décision du 19 décembre 2013, le Conseil constitutionnel a admis la validité des clauses de recommandation qui figurent dans le projet de loi. Il a estimé que la faculté d organiser la couverture des risques en recommandant un ou plusieurs organismes assureurs, sans imposer la désignation de l un d entre eux, ne méconnaît pas l autorité qui s attache aux décisions du Conseil constitutionnel et notamment à sa décision du 13 juin Il a considéré que le législateur a, dans un but d intérêt général, entendu «faciliter l accès de toutes les entreprises d une même branche à une protection complémentaire et assurer un régime de mutualisation des risques». En revanche, il a considéré, que le dispositif fiscal de modulation du forfait social tel qu il est prévu dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale aurait des conséquences très importantes pour les entreprises ne choisissant pas l organisme recommandé et qu il serait contraire au principe d égalité devant les charges publiques. Calcul du rappel de salaire pour heures supplémentaires Cass. soc., 4 décembre 2003, pourvois n , n , n , n Dans quatre affaires distinctes, les cours d appel ont rendu des décisions condamnant des employeurs à verser à leurs salariés, un rappel de salaire pour heures supplémentaires, sans indiquer les méthodes de calcul appliquées, ni le nombre d heures retenu pour fixer le montant de la condamnation. Elles indiquaient simplement avoir statué au regard des éléments chiffrés apportés par les parties. Les entreprises ont toutes saisi la Cour de cassation, reprochant aux Cours d appel d avoir évalué arbitrairement et forfaitairement le montant du rappel de salaire. Le salarié qui réclame un rappel de salaire au titre des heures supplémentaires effectuées doit apporter des éléments suffisamment précis quant aux horaires effectivement réalisés, à charge pour l employeur d y répondre en versant aux débats ses propres éléments, afin de permettre au juge de former sa conviction. La Cour de cassation considérait que les juges du fond devaient mentionner le nombre exact d heures supplémentaires et indiquer le mode de calcul retenu. Opérant un revirement, la Haute Juridiction a décidé qu «après avoir apprécié l ensemble des éléments de preuve qui lui étaient soumis, la Cour d appel qui n a pas procédé à une évaluation forfaitaire, a, sans être tenue de préciser le détail du calcul appliqué, souverainement évalué l importance des heures supplémentaires et fixé en conséquence, les créances salariales s y rapportant». Aux termes de ces arrêts, la Cour de cassation donne aux juges du fond un pouvoir souverain pour la fixation du montant du rappel de salaire pour heures supplémentaires. Les conseils de prud hommes et les cours d appel n ont plus à préciser les modes d évaluation ou de calcul qu ils ont appliqués ; il leur suffit d indiquer qu ils ont examiné les éléments versés aux débats par les parties.

7 La Lettre du Cabinet - L actualité juridique (Janvier 2014) 7 IMMOBILIER De la validité des exclusions de garantie d une police dommages-ouvrage Cass. civ. 3 ème, 18 décembre 2013, pourvoi n Un maître d ouvrage a fait édifier une villa avec piscine et avait souscrit une assurance dommagesouvrage. Les travaux ont été réceptionnés avec réserves et des désordres sont apparus. Une expertise a été ordonnée à l issue de laquelle le maître d ouvrage a notamment demandé l indemnisation de ses préjudices à l assureur dommages-ouvrage. Celui-ci entendait échapper à sa garantie, faisant valoir qu une clause de la police souscrite excluait expressément de la garantie les matériels et équipements de filtration, de traitement de l eau et de traitement hydraulique. La Cour d appel avait validé cette exclusion, considérant qu elle était conforme à l article L du code des assurances qui admet la licéité d une exclusion dès lors qu elle est formelle et limitée. La Cour de cassation casse l arrêt sur ce point. Elle estime qu une police dommages-ouvrage ne peut exclure de la garantie les éléments d équipement pouvant, en cas de désordres les affectant, entraîner la responsabilité décennale des constructeurs. La Cour de cassation vise les articles L et A du code des assurances relatifs à l assurance de dommages obligatoire. L assurance dommages-ouvrage garantit en effet le paiement de la totalité des travaux de réparation des dommages de nature décennale, notamment ceux rendant l ouvrage impropre à sa destination. Par conséquent, les polices d assurance dommages-ouvrage ne peuvent pas prévoir une restriction de garantie qui ne serait pas expressément prévue par les clauses types telles que celles envisagées par le code des assurances. La clause d exclusion ne pouvait qu être invalidée dès lors qu elle diminuait la garantie, faisant ainsi échec aux dispositions d ordre public. De l exercice du droit d option Cass. civ. 3 ème, 11 décembre 2013, pourvoi n Le droit d option, prévu à l article L du code de commerce, est ouvert tant au bailleur qu au preneur. Il permet au preneur de renoncer au renouvellement après l avoir accepté et au bailleur de refuser le renouvellement après l avoir offert. En l espèce, un bailleur, après avoir interjeté appel du jugement fixant le prix du loyer du bail renouvelé, a notifié son droit d option au preneur. La Cour d appel de Paris a déclaré sa demande irrecevable comme étant prématurée, considérant que la signification de la décision définitive, faisant courir le délai d un mois permettant aux parties de faire appel ou notifier leur droit d option, s entend de la signification de la décision des premiers juges fixant les conditions du nouveau bail. Les juges d appel ont considéré que la voie de l appel ne pouvait ouvrir un nouveau délai d option qu à compter de la signification de l arrêt. La Cour de cassation casse l arrêt d appel rappelant que le droit d option peut s exercer à tout moment au cours de l instance en fixation de loyer et en dernier lieu dans le délai d un mois à compter de la signification de la décision devenue définitive. Le délai d un mois prévu par le texte est donc le délai ultime dans lequel l option peut intervenir. Cependant, les parties peuvent l exercer plus tôt en cours d instance et même avant l introduction de toute procédure. N étant pas d ordre public, les parties peuvent donc déroger contractuellement au droit d option.

8 La Lettre du Cabinet - L actualité juridique (Janvier 2014) 8 PROPRIETE INTELLECTUELLE Comme la marque, le droit d auteur n a pas d odeur Cass. com., 10 décembre 2013, pourvoi n Un fabricant de parfums a assigné en contrefaçon un vendeur de flacons de parfum dont le contenu constituait selon lui une contrefaçon de son droit d auteur sur la fragrance de son plus célèbre parfum. Le parfumeur, débouté de ses demandes en ce sens par les juges du fond, faisait valoir devant la Cour de cassation l apport créatif et l originalité du parfum, rappelant que l article L du code de la propriété intellectuelle protège «toutes les œuvres de l esprit, quels qu en soient le genre, la forme d expression, le mérite ou la destination». Dans son arrêt du 10 décembre 2013, la Cour de cassation rappelle que les créations olfactives ne constituent pas des œuvres de l esprit protégeables au sens du droit d auteur. La liste des œuvres protégeables au sens de l article L du CPI n est pourtant pas exhaustive et une protection des fragrances ne paraît pas devoir être exclue de ce point de vue. Ce sont en fait les difficultés de fixation de l œuvre qui sont fatales à la protection par le droit d auteur des fragrances (comme des créations gustatives), la Cour de cassation prenant soin de justifier sa décision en rappelant que «le droit d'auteur ne protège les créations dans leur forme sensible, qu'autant que celle-ci est identifiable avec une précision suffisante pour permettre sa communication ; ( ) la fragrance d'un parfum, qui, hors son procédé d'élaboration, lequel n'est pas lui-même une œuvre de l'esprit, ne revêt pas une forme présentant cette caractéristique, ne peut dès lors bénéficier de la protection par le droit d'auteur». On rappellera en outre que la fragrance, pour des raisons sensiblement similaires, n est pas plus protégeable sous l angle du droit des marques, «les exigences de la représentation graphique n étant pas remplies par une formule chimique, par une description au moyen de mots écrits, par le dépôt d'un échantillon d'une odeur ou par la combinaison de ces éléments» (CJCE, 12 décembre 2002, aff. C-273/00, Siekmann). Gare aux preuves d usage de la marque pour éviter la déchéance CA Paris, 17 janvier 2014, RG n 12/22114 Avant d agir en contrefaçon, il est essentiel de s assurer que la marque ne peut pas faire l objet d une remise en cause. En effet, un moyen de défense fréquent consiste à contester l usage sérieux et à solliciter la déchéance de la marque pour défaut d exploitation sur le fondement de l article L du code de la propriété intellectuelle. Tel était le cas dans cette espèce opposant le titulaire d une marque semi-figurative déposée pour désigner notamment le pain et les services de boulangerie, à une société fournissant aux professionnels du secteur de la boulangerie une offre de produits surgelés finis et semi-finis. En défense à l action en contrefaçon, cette dernière soulevait la déchéance de la marque prétendument contrefaite. Tant en première instance qu en appel, les juges ont considéré que les preuves d usage fournies n étaient pas suffisantes et ont prononcé la déchéance de la marque. Le titulaire de la marque indiquait pourtant que chaque produit était vendu dans une feuille de papier comportant la représentation de la marque et/ou dans un sac comportant également cette représentation, ajoutant que la marque était représentée en façade de magasin, sur les documents publicitaires et promotionnels. Or, la Cour considère que les pièces versées aux débats ne sont pas datées ou ne comportent pas une date certaine, reproduisent la partie verbale de la marque sans l élément figuratif et, ne désignant pas les pains mais le magasin, ne révèlent pas une utilisation à titre de marque c est-à-dire pour désigner des produits ou services, et constituent des documents internes. Par conséquent, ces éléments n ont pas permis de justifier d un usage sérieux pendant une période ininterrompue de cinq ans tant dans la période précédant la demande de déchéance que dans celle suivant l enregistrement de la marque. On le comprend, s il est essentiel d exploiter la marque, il l est tout autant de pouvoir le prouver ce qu illustre cette décision.

9 La Lettre du Cabinet - L actualité juridique (Janvier 2014) 9 DROIT DE LA SANTE Cassation de l arrêt de relaxe dans l affaire de l hormone de croissance Cass. crim., 7 janvier 2014, pourvoi n Dans l affaire dite de l hormone de croissance, les victimes ont été contaminées par la maladie de Creutzfeldt-Jakob, à la suite d un traitement par hormone de croissance d origine humaine. Le directeur du laboratoire de l Institut Pasteur où était extraite et purifiée l hormone de croissance en vue de son utilisation médicamenteuse et un médecin chargé de la collecte des hypophyses ont été poursuivis pour avoir, entre 1980 et 1986, par négligence ou imprudence caractérisée, involontairement causé la mort, en contribuant à la situation qui a permis la réalisation du dommage, ou en ne prenant pas les mesures permettant de l éviter, par la commission d une accumulation de fautes constitutives d une faute caractérisée et qui exposait les victimes à un risque d une particulière gravité. Sur l action publique, le Tribunal correctionnel a relaxé le directeur du laboratoire et le médecin. Sur l action civile, ils ont été condamnés solidairement au paiement de dommages et intérêts aux parties civiles. Néanmoins, la Cour d appel de Paris a, sur l action publique, confirmé le jugement de relaxe et sur l action civile, l a infirmé. Les juges du fond ont écarté les qualifications d homicide involontaire et de tromperie aggravée en affirmant que l extraction et la purification de l hormone de croissance ne constituant pas la préparation d un médicament, les prévenus n avaient pas à se soumettre aux règles contraignantes du code de la santé publique. La Chambre criminelle de la Cour de cassation a cassé l arrêt d appel en rappelant dans un attendu du principe que «relève du monopole pharmaceutique la préparation des médicaments destinés à l usage de la médecine humaine, notamment de tout produit pouvant être administré à l homme en vue de restaurer, corriger ou modifier ses fonctions organiques». Ainsi, pour la Haute Juridiction l extraction et la purification de l hormone de croissance d origine humaine entraient dans la préparation du produit pouvant être administré à l homme et relevaient en conséquence du monopole pharmaceutique. Hospitalisation d office et point de départ de la prescription quadriennale Cass. civ 1 ère, 18 décembre 2013, pourvoi n Une personne a fait l objet d une mesure d hospitalisation d office sur le fondement de l article L du code de la santé publique. Elle a déposé une plainte avec constitution de partie civile pour faire établir les responsabilités dans cette mesure d hospitalisation dont elle se plaignait. Néanmoins, après une ordonnance de refus d informer confirmée par un arrêt de la chambre d instruction, cette personne a assigné la commune et l hôpital pour les voir déclarer responsables et obtenir la réparation de son préjudice. Elle reproche à l arrêt d appel de déclarer son action irrecevable comme étant prescrite. Selon elle, le délai de prescription quadriennale n aurait pas commencé à courir au motif que les arrêtés d hospitalisation d office ne lui auraient pas été personnellement notifiés. La Cour de cassation, approuvant le raisonnement des juges du fond, a considéré que la plainte avec constitution de partie civile ayant fait l objet d une décision définitive de refus d informer, l interruption de la prescription qu elle avait entraînée devait être regardée comme non avenue. Par ailleurs, elle a estimé que l absence de notification d un arrêté d hospitalisation d office est sans influence, ni sur sa légalité, ni sur le point de départ du délai de la déchéance quadriennale qui est fixé à la date de la fin des mesures d internement. Par conséquent, la Haute Juridiction en a conclu que, dans la mesure où la demanderesse était parfaitement informée à la date de sa mainlevée, de la mesure dont elle avait fait l objet et, par làmême, admis qu elle n avait pas été dans l impossibilité d agir, les juges du fond en ont exactement déduit que le point de départ du délai de la prescription quadriennale devait être fixé à la date à laquelle la mesure d internement avait pris fin.

10 La Lettre du Cabinet - L actualité juridique (Janvier 2014) 10 PROCEDURE CIVILE ET VOIES D EXECUTION Nécessité d une audience pour mettre fin à la mission d un médiateur Cass. soc., 14 janvier 2014, pourvoi n La médiation a actuellement le vent en poupe devant les juridictions françaises. Depuis maintenant de nombreuses années, les juges encouragent les parties à la médiation. Pour autant, bien que la procédure de médiation soit de plus en plus fréquente, rares sont les décisions de principe rendues sur le fondement des articles et suivants du code de procédure civile. L arrêt rendu par la Chambre sociale de la Cour de cassation le 14 janvier 2014 a donc un réel intérêt. Dans cette affaire, un salarié avait fait l objet d un licenciement économique, qu il avait contesté en saisissant un conseil de prud hommes. Le Conseil a jugé le licenciement sans cause réelle et sérieuse. L employeur a interjeté appel de la décision et le magistrat chargé d instruire l affaire a orienté les parties vers une médiation. Une ordonnance du 6 juillet 2012 a ainsi désigné un médiateur, fixé la durée de sa mission à trois mois, et a rappelé le dossier à l audience du 20 septembre 2012 à défaut d accord entre les parties. La Cour a ensuite rendu un arrêt tranchant le fond du litige à cette date du 20 septembre D emblée, on peut constater une certaine incohérence dans l ordonnance. Il est en effet paradoxal de prévoir que la mission du médiateur a une durée de trois mois (ce qui est la durée initiale maximale, cf. art du code de procédure civile), tout en prévoyant de rappeler le dossier à une audience moins de trois mois après l ordonnance. Surtout, la Cour ne pouvait pas rendre sa décision au fond sans avoir préalablement mis fin à la mission du médiateur. En effet, quand bien même la médiation ne dessaisit pas le juge du litige (art du CPC), le juge ne peut pas poursuivre l instance sans avoir convoqué les parties à une audience par LRAR, ni avoir mis fin à la médiation au cours de cette audience (art du CPC). Dans sa décision du 14 janvier 2014, la Cour de cassation marque toute l importance qu elle attache à cette formalité, car le seul défaut de convocation justifie à lui seul la cassation de l arrêt. En définitive, la médiation ne doit pas être un accélérateur de procédure. Elle est au contraire une parenthèse dans la procédure, une parenthèse à ouvrir, mais aussi une parenthèse à refermer. L abus du créancier poursuivant l accessoire d une décision sans poursuivre le principal Cass. civ. 2 ème, 9 janvier 2014, pourvoi n Depuis la création du code des procédures civiles d exécution, le juge de l exécution dispose d un pouvoir général pour ordonner la mainlevée d une saisie qui apparaît abusive. L arrêt rendu par la deuxième Chambre civile de la Cour de cassation le 9 janvier 2014 en est une illustration. Dans cette affaire, un litige commercial avait fait l objet d une instance arbitrale. La sentence arbitrale a ordonné à une des parties de céder à l autre diverses parts sociales moyennant un prix fixé dans la sentence. Au surplus, le Tribunal arbitral a condamné la partie succombant à indemniser l autre partie des frais raisonnables de défense et du coût de l arbitrage. La sentence arbitrale a fait l objet d un exéquatur et est donc revêtue de la force exécutoire. La partie ayant obtenu gain de cause a alors fait exécuter la décision, non pas dans ses dispositions principales (la cession forcée des parts sociales), mais dans ses dispositions accessoires (les indemnités au titre des frais de défense et frais d arbitrage). C est ainsi qu elle a diligenté une procédure de saisie-attribution pour obtenir le paiement. La Cour de cassation a alors approuvé la Cour d appel de Paris d avoir ordonné la mainlevée de la saisie en application de l article L du code des procédures civiles d exécution. Cette saisie est considérée comme abusive car, selon les magistrats, poursuivre l accessoire d une décision sans poursuivre le principal crée «un déséquilibre incompatible avec la nature et le sens de la décision arbitrale». C est ce déséquilibre qui fait dégénérer la saisie en abus et qui justifie la mainlevée. De manière plus générale, il faut en conclure que la loi impose aux parties d être cohérentes dans leur stratégie procédurale, et que l abus pourra être caractérisé chaque fois qu un manque de cohérence est constaté.

11 La Lettre du Cabinet - L actualité juridique (Janvier 2014) 11 INTERNATIONAL EUROPE ASIE Flash Actualités EUROPE - Règlement SEPA n 260/2012 / Entrée en vigueur au 1 er février Période transitoire jusqu au 1 er août Alors que l entrée en vigueur des virements et prélèvements, dans le cadre de l espace unique de paiement en euros Single Euro Payments Area (SEPA), reste fixée au 1 er février 2014, une période de transition supplémentaire vient d être annoncée par la Commission européenne. C est donc seulement à partir du 1 er août 2014 que les opérations SEPA remplaceront définitivement les transferts de fonds en euros au format national, pour les paiements nationaux et transfrontaliers (intra-européens ou internationaux). Attention, à partir du 1 er août 2014, les opérations de paiement non conformes à la norme SEPA seront rejetées par les banques. Cette migration des normes de paiement, nouvelle étape de l intégration européenne en matière financière, sera effective dans l ensemble des pays de l Espace économique européen (Union européenne, Islande, Liechtenstein, Norvège), Andorre, Monaco et la Suisse. La migration prévue au 1 er février 2014 concerne les 18 pays dont la monnaie est l euro, les autres pays disposent d un délai supplémentaire jusqu au 31 octobre Pour la France, les départements et régions d'outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion et Mayotte) et les territoires de Saint-Pierre-et- Miquelon, Saint-Barthélemy et la partie française de Saint-Martin font partie de l'espace SEPA. Des dispositions sont prévues pour les territoires situés dans le Pacifique. Cela concerne aussi bien le versement des salaires, le prélèvement de clients que le paiement des fournisseurs ou le remboursement d emprunt. EUROPE - SPG révisé de l'ue / Entrée en vigueur le 1 er janvier Le Schéma de Préférences Généralisées (SPG) à l importation en faveur des pays en développement les plus nécessiteux, révisé par l Union Européenne, est entré en vigueur au 1 er janvier En accord avec le Conseil et le Parlement européen, cette publication comprend les préférences tarifaires spécifiques accordées au titre du SPG sous la forme de taux de droit réduits ou nuls, ainsi que les critères finaux au regard desquels les pays en développement seront bénéficiaires. Afin que le nouveau schéma ait davantage d impact sur les pays les plus nécessiteux, il se concentrera sur 89 pays bénéficiaires. Ce système permet aux pays les plus pauvres du monde de bénéficier d'un accès préférentiel au marché de l'ue, qui compte 500 millions de consommateurs. INDE - Emission de valeurs mobilières au profit de non résidents. Le 30 décembre 2013, la Banque Centrale Indienne a notifié au Foreign Exchange Management la possibilité pour les sociétés indiennes d émettre des actions ou des dettes convertibles (avec option d achat/option de vente) au profit d investisseurs étrangers (i.e. non résidents en Inde, à l exception des ressortissants du Bangladesh et du Paksitan)). Cette décision grandement attendue par le monde des affaires en Inde, nécessite des clarifications quant à la mise en œuvre des notifications requises s agissant plus particulièrement de sociétés non cotées. CHINE - 50 ème anniversaire de la relation diplomatique. L année 2014 verra plusieurs centaines d événements organisés en France et en Chine dans tous les domaines à l occasion du 50 ème anniversaire de l établissement de la relation diplomatique (27 janvier 1964/27 janvier 2014). Cet anniversaire devrait ainsi être célébré autour de deux temps forts : 1/ l'ouverture de la saison mémorielle le 27 janvier 2014 par l'inauguration d'une grande exposition consacrée aux «50 ans de relations France-Chine» au Musée national de Chine à Pékin, et la venue d'une importante délégation officielle conduite par la Fondation Charles de Gaulle ; une exposition identique, sera également présentée à l'opéra de Shanghai le 28 janvier 2014 ; 2/ la visite d Etat du président XI Jinping au printemps Pour l'année 2014, l objectif d'une croissance de 7,5% en Chine a été adopté lors d'une réunion sur la stratégie et les réformes économiques prioritaires en 2014 qui s'est tenue en décembre. Les principaux objectifs économiques pour 2014 seront annoncés par le gouvernement à l'occasion de la session annuelle du parlement programmée en mars.

12 La Lettre du Cabinet - L actualité juridique (Janvier 2014) 12 ACTUALITÉ SIMON ASSOCIÉS ÉVÈNEMENTS Dans le cadre des «Rencontres de Simon Associés» aura lieu le 13 février prochain, une Conférence-débat sur le thème : «Dynamiser la croissance par la reprise d un réseau in bonis ou en difficulté». Pour en savoir plus et s inscrire SIMON ASSOCIÉS a organisé, le 30 janvier 2014, dans ses locaux de Nantes, un petitdéjeuner sur le thème : «La reprise à la barre du tribunal, une opération de croissance externe opportune?». Pour en savoir plus Dans le cadre des «Rencontres de Simon Associés» a eu lieu le 9 janvier dernier, une conférence-débat sur le thème : «Commerce, Retail, Franchise : comment intégrer contraintes juridiques et études au process commercial». Pour en savoir plus Jean-Charles SIMON, Avocat Associé du Cabinet SIMON ASSOCIÉS a donné une Interview sur le thème «Doper sa croissance à l international» API, Revue du Grand Ouest et des Pays de Loire (Janvier 2014). Pour en savoir plus INAUGURATION SIMON ASSOCIÉS a inauguré, le 30 janvier, son nouveau site internet «La Lettre des Réseaux» (http://www.lettredesreseaux.com), dédié à l actualité juridique et économique des réseaux de distribution. Pour en savoir plus Cette liste des évènements n est pas exhaustive. Vous pouvez consulter notre site internet pour prendre connaissance des évènements, actualités et publications du Cabinet Simon Associés.

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 22 OCTOBRE 2012 S.11.0087.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0087.F Y. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Huguette Geinger, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 10/04/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 mars 2014 N de pourvoi: 12-21136 ECLI:FR:CCASS:2014:SO00660 Publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Lacabarats (président),

Plus en détail

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 12 mai 2010 N de pourvoi: 09-10620 Non publié au bulletin Cassation M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent,

Plus en détail

M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de président), président. Me Ricard, SCP Bénabent et Jéhannin, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de président), président. Me Ricard, SCP Bénabent et Jéhannin, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) Cour de cassation Chambre civile 1 Audience publique du 2 juillet 2014 N de pourvoi: 13-10076 ECLI:FR:CCASS:2014:C100808 Non publié au bulletin Cassation M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-11575 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 4 juillet 2012 N de pourvoi: 11-18840 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats, président Mme Grivel, conseiller apporteur M. Legoux,

Plus en détail

L essentiel de l Officiel

L essentiel de l Officiel LA FIN DE L «AUTOLICENCIEMENT» Décision de la Cour de cassation Cour de cassation Chambre sociale Décisions n 01-42-335, n 01-43-578, n 01-42-679, 01-40-235, n 01.41-150 Arrêts n 1780, n 1782, n 1783,

Plus en détail

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 9 février 2012 N de pourvoi: 11-10270 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et

Plus en détail

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E SOC. PRUD'HOMMES JL COUR DE CASSATION Audience publique du 20 octobre 2010 Cassation partielle sans renvoi Mme MAZARS, conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n Y 08-70.433 Arrêt n 2025

Plus en détail

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 Jurisprudence Cour de cassation Chambre commerciale 30 mars 2010 n 09-14.287 Sommaire : Texte intégral : Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 République française

Plus en détail

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Présidente : Mme ANDRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 27 mars 2012 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : Mme

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 08LY00138 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. du BESSET, président Mme Camille VINET, rapporteur Mme GONDOUIN, commissaire du gouvernement SCP

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 septembre 2014 N de pourvoi: 12-25943 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00750 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP Baraduc,

Plus en détail

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 FAUTE LOURDE Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 Constitue une faute lourde le fait pour le salarié d'un hôtel de supprimer les comptes Facebook et Twitter de l'établissement, l'impossibilité

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B CIV. 2 CM COUR DE CASSATION Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président Pourvoi n o J 13-10.134 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Fabiani et Luc-Thaler, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Fabiani et Luc-Thaler, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 02/12/2014 Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 novembre 2014 N de pourvoi: 13-22300 ECLI:FR:CCASS:2014:C201714 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION INC document JURISPRUDENCE LE CRÉDIT À LA CONSOMMATION Malgré l existence des dispositions protectrices du code de la consommation, le contentieux reste abondant en matière de crédit à la consommation.

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 17/09/2014 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 14 février 2012 N de pourvoi: 10-30872 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Didier et Pinet, SCP

Plus en détail

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS Décembre 2013 CONCURRENCE VOTRE CONCURRENT NE RESPECTE PAS LES REGLES? ATTENTION AU DENIGREMENT 3 LA SIMPLE FAUTE DEONTOLOGIQUE NE SUFFIT PLUS A CARACTERISER UN ACTE DE CONCURRENCE DELOYALE 3 PROCEDURE

Plus en détail

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS LEGAL FLASH I BUREAU DE PARÍS Décembre 2014 SOMMAIRE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ENTREE EN VIGUEUR LE 1ER OCTOBRE 2014 DU DECRET N 2014-917 DU 19 AOUT 2014 (ARTICLE D.411-1-3 CPI) 3 ORDONNANCE 2014-1348 DU

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 2 avril 2014 N de pourvoi: 13-11025 ECLI:FR:CCASS:2014:C100359 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/11/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 28 octobre 2010 N de pourvoi: 09-13864 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Tiffreau

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze. N 17 / 12. du 22.3.2012. Numéro 2954 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/07/2014 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 20 mai 2014 N de pourvoi: 13-17041 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00494 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 04/03/2009 Cour d appel de Paris ct0151 Audience publique du 7 décembre 2007 N de RG: 07/06272 Publié par le service de documentation de la Cour de cassation REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 Art. L. 1224-1 du Code du travail En bref Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS Mai 2014 DROIT COMMUN DES SOCIETES IMPOSSIBILITE DE CONFIRMER LA CESSION DE PARTS SOCIALES D UNE SARL DONT LE PROJET N A PAS ETE NOTIFIE 3 UN CONTRAT DE DISTRIBUTION DEPOURVU DE CLAUSE D INTUITU PERSONAE

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2010 En bref Art. L. 1224-1 du Code du travail Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA,

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA, TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 06/00232 Président : M. THIBAULT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 20 Avril 2007 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : -

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 29 octobre 2014 Cassation Mme BATUT, président. Arrêt n o 1260 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 29 octobre 2014 Cassation Mme BATUT, président. Arrêt n o 1260 F-P+B CIV. 1 CB COUR DE CASSATION Audience publique du 29 octobre 2014 Cassation Mme BATUT, président Pourvoi n o U 13-23.506 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 10-11628 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 23/08/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 12 juillet 2011 N de pourvoi: 10-16911 Publié au bulletin M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président), président

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009.

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Rendue le mardi, 10 février 2009 par Nous, Marie MACKEL, juge de paix, siégeant comme Présidente du tribunal du travail de et à LUXEMBOURG, assistée

Plus en détail

Le recours à ce progiciel est destiné aux syndics de copropriété et aux syndicats de copropriété.

Le recours à ce progiciel est destiné aux syndics de copropriété et aux syndicats de copropriété. CONVENTION D ASSISTANCE ADMINISTRATIVE, INFORMATIQUE, TECHNIQUE ET FINANCIERE SOUMISE A L ASSEMBLEE GENERALE DES COPROPRIETAIRES, EN CAS DE CHARGES IMPAYEES, APRES MISE EN DEMEURE PAR LE SYNDIC ARTICLE

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE1 INTRODUCTION AU DROIT - session 2014 Proposition de CORRIGÉ - 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 COMMENTAIRE DE DOCUMENT - 4 points

Plus en détail

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents

Plus en détail

E n t r e : appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 14 août 2009,

E n t r e : appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 14 août 2009, Exempt - appel en matière de droit du travail. Audience publique du dix-sept juin deux mille dix. Numéro 35143 du rôle Présents: Edmond GERARD, président de chambre, Charles NEU, premier conseiller, Ria

Plus en détail

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993 Loi Neiertz La loi Neiertz a été instaurée pour définir les conditions inhérentes à la situation de surendettement d un foyer, c est-à-dire l incapacité à faire face à l ensemble des dettes non professionnelles

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 septembre 2011 N de pourvoi: 10-23837 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Le Prado, SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/02/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 17 décembre 2014 N de pourvoi: 13-23645 ECLI:FR:CCASS:2014:SO02387 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Lambremon (conseiller

Plus en détail

L INFORMATION DU CREANCIER MUNI DE SURETE... 2

L INFORMATION DU CREANCIER MUNI DE SURETE... 2 Fiche à jour au 20 mars 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE diplôme : Master 1 Matière : Droit des sûretés Web-tuteur : Catherine Bernardin-Rabsztyn SEANCE N 2 - ASSURANCE DE CHOSE ET CREANCIIER MUNII

Plus en détail

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/04/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 21 janvier 2015 N de pourvoi: 13-25759 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00093 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Goasguen (conseiller

Plus en détail

Lettre d'information SOMMAIRE. Petit rappel des nouveautés en matière de portabilité de la prévoyance depuis le 1 er juin 2015 : I.

Lettre d'information SOMMAIRE. Petit rappel des nouveautés en matière de portabilité de la prévoyance depuis le 1 er juin 2015 : I. Lettre d'information en JUILLET droit 2015 social SOMMAIRE I LES REFORMES - Portabilité de la prévoyance : Nouvelles règles applicables depuis le 1 er juin 2015 - Le portage salarial II EN BREF - Charge

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Edito A l occasion de la rentrée, le pôle Assurances de Lefèvre Pelletier & Associés vous propose un panorama de l actualité juridique du deuxième trimestre 2008, enrichi de décisions parues au cours de

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 6 janvier 2011 N de pourvoi: 09-70651 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Vincent et

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Mlle C c/ Polynésie française Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire

Plus en détail

ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT

ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT ACCES A LA PROFESSION D AVOCAT Chargé de cours 1 ère chambre AS, 8 avril 2015 RG 14/07853 L article 98 2 du décret du 27 novembre 1991 dispense de la formation théorique et pratique et du certificat d

Plus en détail

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle La responsabilité contractuelle est la sanction de l inexécution ou de la mauvaise exécution du contrat. Elle est prévue par l article

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

LA VENTE ET SES CONDITIONS

LA VENTE ET SES CONDITIONS LA VENTE ET SES CONDITIONS I - LES PRINCIPES GENERAUX Le refus de vente au consommateur (article L. 122-1 du Code de la consommation) A- Le principe Lorsqu un consommateur demande des produits ou des services

Plus en détail

PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE»

PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE» PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE» La procédure de sauvegarde est ouverte à tout débiteur qui, sans être en état de cessation des paiements, justifie de difficultés qu il n est

Plus en détail

CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE

CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE Association agréée pour la fourniture de services aux personnes : SAP/N 377891759 N de Siret: 37789175900054 CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE Mme/Mr ------------------------------------------,-----------------------------------------------------

Plus en détail

M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 4 février 2014 N de pourvoi: 13-10630 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00153 Publié au bulletin M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE Grosses délivrées aux parties le : REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR D APPEL DE PARIS ARRET DU 21 MAI 2013 (n 354, 8 pages) Numéro d inscription au répertoire général : 12/19429 Décision

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ASSURANCE CHANGE EXPORT OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ENVI TYPE 15-01 CONTRAT CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule page 04 Chapitre I - Définitions page 05 Chapitre II - Principes généraux

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4 Formation droit social Les modalités de rupture du contrat de travail en quelques mots SÉVERINE DEVOIZE A V O C A T A S S O C I É GILLES PRIETZ C O N S E I L L E R P R U D H O M M E S M E R C R E D I 2

Plus en détail

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES BAREME INDICATIF DES HONORAIRES Tarifs applicables à compter du 01/01/2014 Maitre MAIRET Christophe Avocat 1 Sommaire Notice du barème p.03 Consultations et postulations p.04 Droit Civil p.05 Droit du

Plus en détail

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/11/2011 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 10 avril 1997 N de pourvoi: 96-83152 Publié au bulletin Rejet Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction.,

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre civile 2. Audience publique du 13 novembre 2014. N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726. Publié au bulletin

Cour de cassation. Chambre civile 2. Audience publique du 13 novembre 2014. N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726. Publié au bulletin Cour de cassation Chambre civile 2 Audience publique du 13 novembre 2014 N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Garreau, Bauer-Violas

Plus en détail

SENTENCE ARBITRALE DU COLLEGE ARBITRAL DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES

SENTENCE ARBITRALE DU COLLEGE ARBITRAL DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES SENTENCE ARBITRALE DU COLLEGE ARBITRAL DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES AUDIENCE DU 17 juin 2008 En cause de : Monsieur A et Madame B, domiciliés à xxx, Demandeurs absents à l audience, mais dûment

Plus en détail

Décision de la Chambre de Résolution des Litiges

Décision de la Chambre de Résolution des Litiges Décision de la Chambre de Résolution des Litiges ayant siégé le 10 août 2007, à Zurich, Suisse dans la composition suivante: Slim Aloulou (Tunisie), Président Mick McGuire (Angleterre), membre Michele

Plus en détail

Action directe et prescription:

Action directe et prescription: Atelier A N 09 Action directe et prescription: les nouvelles règles du jeu Intervenants Pierre CARRICANO Directeur Indemnisation pierre.carricano@fr.qbe.com com Annie DALION Directeur Pôle Indemnisation

Plus en détail

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS Mars 2014 DROIT CIVIL LE DROIT D OPTION DU BAILLEUR OU DU LOCATAIRE COMMERCIAL LORS DE LA PROCEDURE DE RENOUVELLEMENT PEUT ETRE EXERCE A TOUT MOMENT 3 LE SORT DU CONTRAT DE CAUTIONNEMENT EN CAS D ABSORPTION

Plus en détail

Tribunal de commerce Nanterre Chambre 2. 2 mai 2014. Pharmodel c/ Tamaya Telecom Patrick L.

Tribunal de commerce Nanterre Chambre 2. 2 mai 2014. Pharmodel c/ Tamaya Telecom Patrick L. Tribunal de commerce Nanterre Chambre 2 2 mai 2014 Pharmodel c/ Tamaya Telecom Patrick L. Références de publication : - http://www.legalis.net La décision : La société Pharmodel est un groupement d officines

Plus en détail

COUR DE CASSATION R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E. Audience publique du 21 septembre 2011 Rejet M. LACABARATS, président. Arrêt n o 1054 FS-P+B

COUR DE CASSATION R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E. Audience publique du 21 septembre 2011 Rejet M. LACABARATS, président. Arrêt n o 1054 FS-P+B CIV.3 FB COUR DE CASSATION Audience publique du 21 septembre 2011 Rejet M. LACABARATS, président Pourvoi n o M 10-21.900 Arrêt n o FS-P+B R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

(OSAss 1 ) I. Assurance contre les dommages. du 10 mai 1910 (Etat le 1 er janvier 1997)

(OSAss 1 ) I. Assurance contre les dommages. du 10 mai 1910 (Etat le 1 er janvier 1997) Ordonnance concernant la saisie, le séquestre et la réalisation des droits découlant d assurances d après la loi fédérale du 2 avril 1908 sur le contrat d assurance (OSAss 1 ) du 10 mai 1910 (Etat le 1

Plus en détail

ASSURANCE : DÉFINITION***

ASSURANCE : DÉFINITION*** ASSURANCE : DÉFINITION*** Opération d assurance Garantie panne mécanique des véhicules d occasion - Garantie octroyée par un opérateur indépendant du revendeur - Paiement d une somme forfaitaire - Articles

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. N 66 / 11. du 1.12.2011. Numéro 2897 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-13095 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE Procédure de mise en œuvre de la garantie Conséquence du non respect par l assureur 1 ère A2, 9 janvier 2007 RG 06.563 Il se déduit des dispositions de l article L. 242-1, alinéa

Plus en détail

Le contrat d agence. (Extrait du cours de droit commercial 2002/2003) Bruxelles, le

Le contrat d agence. (Extrait du cours de droit commercial 2002/2003) Bruxelles, le Le contrat d agence (Extrait du cours de droit commercial 2002/2003) Bruxelles, le Johan VANDEN EYNDE Avocat Vanden Eynde Legal Avenue de la Toison d'or, 77 1060 Bruxelles Tél : + 32 / (0)2.290.04.00 Fax

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1 ) Définitions CONDITIONS GENERALES DE VENTE Les termes ci-après définis auront dans les présentes Conditions Générales de Vente les significations suivantes : Vendeur : la société 37DEUX, société à responsabilité

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 18 septembre 013 N de pourvoi: 11-1077 ECLI:FR:CCASS:013:SO01380 Non publié au bulletin M. Blatman (conseiller le plus ancien faisant fonction de

Plus en détail

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010.

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010. DROIT CIVIL 64/2012 LA VENTE D IMMEUBLE PAR UN PROPRIÉTAIRE SURENDETTÉ Jusqu à présent, même admis au bénéfice du surendettement, le débiteur conservait la possibilité de consentir valablement un acte

Plus en détail

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps GENERALI assurances Société Anonyme d Assurances Au capital de 53 193 775 EUR Entièrement versé. Entreprise régie par le code des Assurances Siège social : 7, boulevard Haussmann 75456 Paris Cedex 09 552

Plus en détail

Barème indicatif des honoraires

Barème indicatif des honoraires Barème indicatif des honoraires Tarifs applicables à compter du 01/01/2010 MARC TELLO-SOLER Avocat 160 Gde Rue St. Michel 31400 Toulouse www.mts-avocat.net tello-soler@mts-avocat.net Sommaire Notice du

Plus en détail