LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 LOI SUR LA FRAUDE FISCALE DU 6 DÉCEMBRE 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 LOI SUR LA FRAUDE FISCALE DU 6 DÉCEMBRE 2013"

Transcription

1 LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 LOI SUR LA FRAUDE FISCALE DU 6 DÉCEMBRE 2013 LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE POUR 2014 Ce dcument présente les principales mesures fiscales : - de la li de finances initiale pur 2014 du 29 décembre 2013 (LFI) ; - de la li de finances rectificative pur 2013 du 29 décembre 2013 (LFR) ; - de la li sur la fraude fiscale du 6 décembre 2013 (LFF) ; et - de la li de financement de la sécurité sciale pur 2014 du 23 décembre 2013 (LFSS). Les dévelppements qui suivent snt à jur des décisins du Cnseil cnstitutinnel n DC et DC du 29 décembre 2013, de la décisin n DC du 4 décembre 2013 ainsi que de la décisin n DC en date du 19 décembre 2013.

2 1 ÈRE PARTIE.FISCALITEDESPARTICULIERS 1. IMPOSITION DU REVENU GLOBAL Indexatin du barème de l impôt sur le revenu de l année 2014 (art. 2 LFI) Abaissement du plafnd de l'avantage prcuré par le qutient familial (art. 3 LFI) Crédit d impôt relatif aux dépenses en faveur de la qualité envirnnementale de l habitatin principale (art. 74 LFI) Réductin IR PME (réductin «Madelin» - art. 18 LFR) 2. TRAITEMENTS ET SALAIRES 3.PEA Relèvement du plafnd du PEA (art. 70 LFI) Institutin du PEA «PME-ETI» (art. 70 LFI) Mesures anti-abus relatives au PEA classique et au PEA «PME-ETI» (art.13 LFR et art. 53 LFI) 4. ASSURANCE-VIE Nuveaux cntrats d assurance-vie (article 9 LFR) Impôt sur le revenu Prélèvements sciaux Relèvement du taux du prélèvement sur les capitaux décès ISF (art. 11 LFR) Renfrcement des bligatins déclaratives à la charge des assureurs et des suscripteurs (art. 10 LFR) 5. PLUS-VALUES SUR VALEURS MOBILIÈRES ET DROITS SOCIAUX Aménagement du régime d impsitin de drit cmmun (art. 17 LFI) Plus-values des nn-résidents (art. 17 LFI) Aménagement de l exit tax (art. 42 LFR) 6. PLUS-VALUES SUR BIENS MEUBLES Aménagement du taux d abattement (art. 18 LFI) 7. PLUS-VALUES IMMOBILIÈRES Cessins de biens autres que les terrains à bâtir Cessins de terrains à bâtir Abattement exceptinnel de 25% Plus-values immbilières des nn-résidents (art. 28 LFI) 8. DROITS D ENREGISTREMENT Relèvement du plafnd du taux du drit départemental de vente d'immeuble (art. 77 LFI) Transmissins par décès d'immeubles sans titre de prpriété (art. 11 LFI) 9. IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE Elargissement du périmètre des revenus pris en cmpte pur le calcul du plafnnement de l ISF (art. 13 LFI, censuré) Cntrats d assurance-vie nn rachetables (art. 11 LFR) Réductin ISF PME (art. 18 LFR) Sanctin du défaut de déclaratin d avirs détenus à l étranger (art. 60 LFF) 2

3 2 ÈME PARTIE.FISCALITÉDESENTREPRISES 10. LIMITATION DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIERES Durcissement des cnditins de déductin des intérêts d'emprunts versés à des sciétés liées (art. 22 LFI) Aménagement de la limitatin générale de la déductibilité des charges financières (art. 37 LFR) 11. TAXE EXCEPTIONNELLE SUR LES HAUTES RÉMUNÉRATIONS VERSÉES PAR LES ENTREPRISES Entreprises redevables Rémunératins cncernées Assiette de la taxe Fait générateur de la taxe Liquidatin de la taxe Exigibilité, déclaratin et paiement Déductibilité de la taxe 12. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE Relèvement du taux de la cntributin exceptinnelle sur l'is (art. 16 LFI) 13. RECHERCHE ET INNOVATION Crédit d'impôt recherche (art. 71 LFI et art. 35 LFR) Jeunes entreprises innvantes (JEI) (art. 131 LFI) Amrtissement exceptinnel des investissements des entreprises dans les PME innvantes (art. 15 LFR) Amrtissement exceptinnel des rbts acquis u créés par les PME (art. 20 LFI) 14. TVA Mdificatin des taux de TVA Instauratin d un mécanisme d aut-liquidatin dans le secteur du bâtiment (art. 25 LFI) Mécanisme de réactin rapide en cas de fraude «carrusel» à la TVA (art. 25 LFI et art.10 LFF) Renfrcement des puvirs de cntrôle de l administratin fiscale (art. 10 LFF) 15. PRIX DE TRANSFERT Renfrcement des bligatins en matière dcumentaire Cntrôle des prix de cessin de "fnctins" et "risques" entre entreprises liées (art. 106 LFI, censuré) 3

4 3 ÈME PARTIE. CONTROLE ET CONTENTIEUX 16. DROIT DE COMMUNICATION, ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS Transmissin d infrmatins financières à l administratin fiscale (art. 52 LFF) Echange de renseignements entre administratins (art. 20 LFR) Cpératin administrative aves les Etats membres de l Unin eurpéenne (art. 72 LFR) Utilisatin de renseignements d rigine illicite (art. 37 LFF) Examen des cmptes bancaires (art. 58 LFF) Obligatin de déclaratin des schémas d ptimisatin fiscale (art. 96 LFI, censuré) 17. OBLIGATIONS DÉCLARATIVES DES CONTRIBUABLES Déclaratin des trusts (art. 11 et 12 LFF) Prix de transfert 18. CONTROLE Durée de la vérificatin en cas d activité cculte (art. 50 LFI) Mise à dispsitin de la cmptabilité analytique et des cmptes cnslidés des entreprises vérifiées (art. 99 LFI) Emprt de fichiers infrmatiques en cas de cntrôle inpiné (art. 14 LFF) Prise de cpies de dcuments cnsultés lrs d un cntrôle fiscal (art. 44 LFF) Extensin du délai de reprise en cas de demande d assistance administrative internatinale (art. 59 LFF) Délai de répnse aux bservatins présentées par les sciétés hldings (art. 51 LFF) Mdificatin de la définitin de l'abus de drit (art. 100 LFI, censuré) Renfrcement des puvirs de cntrôle de l administratin fiscale 19. CONTENTIEUX Suppressin de l effet suspensif des prcédures amiables (art. 101 LFI) Actins fndées sur une décisin juridictinnelle de nn-cnfrmité à une nrme supérieur (art. 48 LFF) Transactins fiscales (art. 15 LFF) 4

5 LISTE DES ACRONYMES UTILISÉS ACP AMF BIC CGI EEE ETI ETNC FCP FCPI FCPR FICOVIE FIP FPCI IR IS ISF JEI LFF LFI LFR LFSS LPF OPCVM PEA PME SCR SICAV TVA Autrité de Cntrôle Prudentiel Autrité des Marchés Financiers Bénéfices Industriels et Cmmerciaux Cde Général des Impôts Espace Ecnmique Eurpéen Entreprise de Taille Intermédiaire Etat u Territire Nn Cpératif Fnds Cmmun de Placement Fnds Cmmun de Placement dans l Innvatin Fnds Cmmun de Placement à Risque Fichier central des cntrats d assurance-vie Fnds d Investissement de Prximité Fnds Prfessinnel de Capital Investissement Impôt sur le Revenu Impôt sur les Sciétés Impôt de Slidarité sur la Frtune Jeune Entreprise Innvante Li sur la Fraude Fiscale Li de Finances Initiale Li de Finances Rectificative Li de Financement de la Sécurité Sciale Livre des Prcédures Fiscales Organisme de Placement Cllectif en Valeurs Mbilières Plan d Epargne en Actins Petites et Myennes Entreprises Sciété de Capital Risque Sciété d Investissement à Capital Variable Taxe sur la Valeur Ajutée 5

6 1 ÈRE PARTIE. FISCALITE DES PARTICULIERS 6

7 1. IMPOSITION DU REVENU GLOBAL Indexatindubarèmedel'impôtsurlerevenudel année2014 (LFI,article2) Après deux années de gel, les limites des tranches de revenus du barème prgressif de l'ir snt revalrisées à hauteur de 0,8 %. Le nuveau barème est dnc le suivant : Fractin du revenu impsable (pur une part) Taux N excédant pas % De à ,5 % De à % De à % De à % Supérieure à % Abaissement du plafnd de l avantage prcuré par le qutient familial(lfi, article 3) Le plafnd du qutient familial, anciennement de eurs, est abaissé à 1500eurs pur chaque demipart supplémentaire au delà de la deuxième. Le plafnd de la part attachée au premier enfant à charge des persnnes célibataires u divrcées vivant seules est également abaissé et passe de à eurs. Les autres plafnds spécifiques demeurent inchangés. Ces mesures s appliquernt à cmpter de l impsitin des revenus de

8 Crédit d'impôt relatif aux dépenses en faveur de la qualité envirnnementale de l'habitatin principale(lfi, article 74) Le crédit d'impôt relatif aux dépenses en faveur de l'améliratin de la qualité envirnnementale du lgement est aménagé sur les pints suivants : Exclusin de certaines dépenses dépenses de tute nature réalisées par les bailleurs ; dépenses relatives aux panneaux phtvltaïques ; dépenses relatives aux équipements de récupératin et de traitement des eaux pluviales. Dépenses expsées dans le cadre d'un buquet de travaux : les cntribuables devrnt désrmais réaliser dans leurs lgements des dépenses relevant d'au mins deux des catégries suivantes pur bénéficier du crédit d'impôt, qui s'applique alrs au taux de 25 % : acquisitin de matériaux d'islatin thermique des paris vitrées ; acquisitin et pse de matériaux d'islatin thermique des paris paques en vue de l'islatin des murs ; acquisitin et pse de matériaux d'islatin thermique des paris paques en vue de l'islatin des titures ; acquisitin de chaudières u d'équipements de chauffage u de prductin d'eau chaude fnctinnant au bis u autres bimasses ; acquisitin d'équipements de prductin d'eau chaude sanitaire utilisant une surce d'énergie renuvelable ; acquisitin de chaudières à cndensatin, de chaudières à micrcgénératin gaz et d'équipements de prductin d'énergie utilisant une surce d'énergie renuvelable u de pmpes à chaleur, à l'exceptin de celles visées aux deux alinéas précédents. Les cntribuables de cnditin mdeste ne snt pas astreints à cette cnditin de réaliser des dépenses relevant d'au mins deux des catégries susvisées. Ils purrnt ainsi bénéficier du crédit d'impôt au taux de 15 % s'ils réalisent des travaux relevant d'une seule catégrie (à l'exclusin des dépenses de matériaux d'islatin thermique des paris vitrées effectuées dans une maisn individuelle). RéductinIRPME(Réductin«Madelin»-LFR,article18) cf. 9. ISF 8

9 2. TRAITEMENTS ET SALAIRES Les articles 4 et 5 de la LFI sumettent à l'impôt sur le revenu les smmes suivantes qui en étaient jusqu'à présent exnérées : - le cmplément de rémunératin cnstitué par la prise en charge par l'emplyeur de certaines ctisatins aux cntrats cmplémentaires santé de leurs salariés (maladie, maternité, accident) ; et - les majratins de retraite u de pensin pur charges de famille. Ces mesures s'appliquent à cmpter de l'impsitin des revenus de

10 3. PEA RelèvementduplafndduPEA(LFI,article70) Le plafnd du PEA passe de eurs à eurs (sit eurs pur un cuple, pacsé u marié, dnt chaque membre est titulaire d'un PEA) à cmpter du 1 er janvier InstitutinduPEA«PME ETI»(LFI,article70) Un nuveau PEA, destiné à financer les PME et les ETI est institué à cmpter du 1 er janvier Il peut être uvert seul u se cumuler avec un PEA classique. PlafndduPEA«PME ETI»: eurs par titulaire ( eurs pur un cuple). Titres éligibles Emetteurs : les PME et les ETI (entreprises emplyant mins de persnnes et dnt le chiffre d affaires annuel est inférieur à M u dnt le ttal du bilan est inférieur à M ) ayant leur siège dans un Etat de l Unin eurpéenne, en Islande, en Nrvège u au Lichtenstein et sumises à l IS u à un impôt équivalent. Nature des titres : actins, certificats d investissements, parts de SARL u de sciétés dtées d un statut équivalent. Snt également éligibles les parts de fnds cmmun de placement (FCP, FCPR, FCPI, etc.), de sciétés d investissement à capital variable (SICAV) et d OPCVM dnt l actif est cnstitué à plus de 50 % d actins, parts u certificats d investissement de PME u ETI. Titres exclus:de la même manière que pur le PEA classique, snt exclus du PEA «PME-ETI» : les titres ayant uvert drit au dispsitif de réductin d IR u d ISF dit «Madelin» ; les participatins dans une sciété supérieures à 25 % ; les bns au drit de suscriptin attachés aux titres éligibles (cf. ci-dessus) ; et les actins de préférence (cf. ci-dessus). Régime fiscal du PEA «PME ETI» : il dispse des mêmes avantages fiscaux que le PEA classique (exnératin d IR des prduits et plus-values) et fnctinne seln les mêmes mdalités. Mesuresanti-abusrelativesauPEAclassiqueetauPEA«PME ETI» Assuplissement de la mesure anti-abus visant les titres nn ctés(lfi, article 53): n rappelle que pendant la durée du plan, les prduits des titres nn ctés sur un marché règlementé ne snt exnérés d IR qu à hauteur de 10 % du mntant de ces placements. La LFI étend l exclusin de cette limitatin aux titres admis sur un système multilatéral de négciatin, tel qu Alternext. Interdictin de placement de certains titres(lfr, article 13): La LFI prévyait que les bns u drits de suscriptin attachés aux titres éligibles puvaient également figurer dans un PEA «PME ETI». Tutefis, la LFR est revenue sur cette dispsitin en interdisant, à cmpter du 1 er janvier 2014, l inscriptin sur un PEA classique u un PEA «PME ETI» de tels bns u drits de suscriptin ainsi que des actins de préférence. De tels titres déjà inscrits sur un PEA au 31 décembre 2013 demeurent tutefis éligibles au régime de faveur. 10

11 4. ASSURANCE-VIE Nuveaux cntrats d assurance-vie(lfr, article 9) Du fait de la créatin de deux nuveaux cntrats d assurance-vie, le cntrat eur-crissance et le cntrat vie-génératin, la LFR met en place, pur chacun de ces prduits, des dispsitins fiscales spécifiques. Le cntrat«eur-crissance» Le cntrat «eur-crissance» est un cntrat dnt la ttalité (cntrats mn-supprt) u une partie des primes (cntrats multi-supprts) est affectée à la cnstitutin d'une prvisin de diversificatin destinée à des investissements plus risqués (actins, financement d entreprises). Ce cntrat n ffre un capital (u une rente) garanti à l'épargnant qu au terme de huit ans de détentin. La LFI prévit que les cntrats en curs peuvent être transfrmés en cntrats eurcrissance sans perte d'antéririté fiscale. La transfrmatin échappe également aux cnséquences d un dénuement de cntrat au regard de l IR et des prélèvements sciaux lrsque les cnditins suivantes snt réunies : le cntrat n a pas fait l bjet, dans les six mis précédant la transfrmatin, d une cnversin d engagements en eurs en engagements exprimés en unités de cmpte ; la transfrmatin dnne lieu à la cnversin d au mins 10 % des engagements en eurs. Le cntrat«vie-génératin» Le cntrat «vie-génératin» est un cntrat en unités de cmpte dnt les actifs snt investis en partie dans le lgement scial u intermédiaire, l écnmie sciale et slidaire, le capital-risque u encre les ETI. Ce cntrat bénéficie d'un avantage fiscal spécifique cnsistant en un abattement de 20 % pur l applicatin du prélèvement dû sur les capitaux décès. Ce nuvel abattement est applicable aux cntrats dénués à cmpter du 1 er juillet Suppressin des cntrats«nsk» La LFI supprime la pssibilité, à cmpter du 1 er janvier 2014, de cnclure de nuveaux cntrats NSK qui permettaient de bénéficier d une exnératin ttale d IR des prduits des primes versées au terme de huit années de détentin. Impôtsurlerevenu Les prduits réalisés dans le cadre des deux nuveaux cntrats susvisés snt sumis à l IR seln les mêmes mdalités que les cntrats existants (i.e. prélèvement libératire de 7,5 % après 8 ans de détentin). 11

12 Prélèvements sciaux Le régime des prélèvements sciaux est mdifié sur les pints suivants : - Taxatin des cntrats eur-crissance lrs de l atteinte de la garantie La spécificité du cntrat eur-crissance (atteinte de la garantie au but de huit ans) a bligé le législateur à instituer un nuveau fait générateur d impsitin aux prélèvements sciaux. L impsitin aux prélèvements sciaux s effectue dnc seln le calendrier suivant : lrs de l inscriptin en cmpte pur les prduits des cmpartiments en eurs ; lrs de l atteinte de la garantie (au terme de huit années d ancienneté du cntrat) pur les prduits des cmpartiments des engagements dnnant lieu à la cnstitutin de la prvisin de diversificatin ; lrs du dénuement u du décès (déductin faite des prduits visés ci-dessus ayant déjà supprté les prélèvements sciaux). - Suppressin du régime des«taux histriques» (LFSS, article 8) Avant la LFSS, les prduits des cntrats d assurance-vie (et de manière générale, des cntrats de capitalisatin) exnérés d IR (cnclus avant le 26 septembre 1997) et qui n étaient sumis aux prélèvements sciaux qu au dénuement du cntrat, bénéficiaient du régime dit des «taux histriques» : seln ce régime, les gains réalisés en curs de cntrat bénéficiaient de l applicatin du taux des prélèvements sciaux en vigueur au mment de leur réalisatin (et nn au dénuement du cntrat). La LFSS supprime ce régime et sumet les gains réalisés sur ces cntrats aux prélèvements sciaux au taux en vigueur au mment du dénuement du cntrat (sit 15,5 % pur un dénuement en 2014). Snt en pratique cncernés par la suppressin des «taux histriques», et dnc assujettis aux prélèvements sciaux au taux de 15,5 % : les prduits des primes versées avant le 26 septembre 1997 sur des cntrats d'assurance-vie en unités de cmpte ; et les intérêts inscrits avant le 1 er juillet 2011 sur les cmpartiments eurs (u devises) des cntrats multi-supprts relatifs à des primes versées avant le 26 septembre Le Cnseil cnstitutinnel a tutefis émis une réserve d'interprétatin quant à l applicatin de cette dispsitin : les prduits des cntrats d'assurance-vie suscrits entre le 1 er janvier 1990 et le 25 septembre 1997 et réalisés pendant les huit premières années du cntrat divent cntinuer à bénéficier des «taux histriques». Ces gains snt dnc exclus de l'applicatin du taux unique de 15,5 % (Décisin DC du 19 décembre 2013). 12

13 Relèvement du taux du prélèvement sur les capitaux décès Les capitaux décès snt sumis à un prélèvement spécifique sur la part revenant à chaque bénéficiaire, après applicatin d un abattement fixe de eurs, de : - 20 % pur sa fractin inférieure u égale à eurs ; et - 25 % au-delà. La LFI relève le taux de 25 % à31,25 % et en abaisse le seuil d applicatin de eurs à eurs. Ce durcissement aura ntamment pur effet de maintenir à sn niveau actuel (25 %) le taux du prélèvement supprté par les bénéficiaires des nuveaux cntrats vie-génératin et cmpensera dnc l'effet favrable prcuré par la créatin de l'abattement de 20 %. L'entrée en vigueur du taux de 31,25 % sera différée de six mis, sit au 1 er juillet ISF(LFR,article11) La créance résultant des cntrats d'assurance-vie cmprtant une clause de nn-rachat u d'indispnibilité tempraire est désrmais incluse dans le patrimine taxable à l'isf du suscripteur. Snt cependant exclus de cette sumissin à l ISF les assurances tempraires en cas de décès, les assurances de capitaux de survie et de rente de survie, les assurances en cas de vie sans cntre-assurance, et les cntrats d'assurance de grupe en cas de vie dnt les prestatins snt liées à la cessatin d'activité prfessinnelle. Cette mesure est applicable à cmpter de l'isf Le Cnseil cnstitutinnel a censuré les dispsitins de l'article 13 de la LFI qui prévyaient d intrduire dans le revenu de référence servant au calcul du plafnnement de l'isf les revenus des bns u cntrats de capitalisatin et des placements de même nature, ntamment des cntrats d'assurance-vie (cf. 9. ISF). Renfrcement des bligatins déclaratives à la charge des assureurs et des suscripteurs (LFR, article 10) Créatin d'un fichier central des cntrats d'assurance-vie : un système de fichier central des cntrats d'assurance-vie (Ficvie), inspiré du fichier des cmptes bancaires, sera créé. Durcissement des bligatins déclaratives au titre des cntrats d assurance-vie : les bligatins déclaratives des assureurs établis en France et des suscripteurs établis en France à raisn des cntrats cnclus avec des assureurs établis hrs de France snt renfrcées. 13

14 5. PLUS-VALUES SUR VALEURS MOBILIÈRES ET DROITS SOCIAUX Aménagement du régime d'impsitin de drit cmmun(lfi, article 17) L article 17 de la LFI substitue aux différents régimes d impsitin institués par la li de finances pur 2013 un nuveau régime, repsant sur (i) un abattement pur durée de détentin de drit cmmun et (ii) un abattement majré dans certaines situatins, afin de cmpenser la disparitin des régimes de faveur antérieurement applicables. - Règles d assiette : La LFI n a pas apprté de mdificatins relatives aux règles de déterminatin de l assiette de la plus-value nette impsable, exceptin faite des plus-values réalisées par les persnnes physiques ayant bénéficié de réductins d impôts au titre d investissements réalisés dans le capital de PME (dispsitif dit «Madelin» - art. 199 terdecies-0 A du CGI). Pur ces derniers, le prix d acquisitin des titres dit être diminué des réductins d impôt Madelin effectivement btenues, ce qui a pur effet d entrainer une augmentatin de l assiette de la plus-value impsable prenant en cmpte le gain réel réalisé. Cette mesure interdit ainsi le cumul réductin d impôt Madelin / abattement pur durée de détentin. Institutin de nuveaux abattements : l'abattement pur durée de détentin est mdifié seln les taux suivants : Régime général (article D, 1 ter du CGI) : l'abattement pur durée de détentin, applicable à la généralité des plus-values sans autre cnditin, est calculé seln les taux suivants : 50 % en cas de détentin des titres entre 2 et 8 ans ; 65 % au-delà de 8 ans. Le régime général est applicable aux cessins intervenues à cmpter du 1 er janvier Il s applique à la généralité des gains nets de cessin d actins u parts de sciétés et également aux gains et prduits suivants réalisés au travers d OPCVM : gains nets de cessin u de rachat de parts u actins d OPCVM, u entités étrangères de même nature, à cnditin qu ils respectent un quta d investissement en parts u actins de sciétés supérieur à 75 % ; le respect de ce quta n est tutefis pas exigé s agissant : des parts de FCPR, FIP, FCPI et FPCI ; des parts u actins de carried interest ; distributins de plus-values nettes de cessin d éléments d actifs effectués par les OPCVM et les entités étrangères de même nature respectent le quta de 75 % susvisé ; le respect de ce quta n est tutefis pas exigé s agissant des FCPR et des FPCI ; distributins de plus-values nettes de cessin de titres effectuées par les SCR et les FPI ; distributins d une fractin des actifs d un FCPR u d un FPCI. Régime incitatif (article D, 1 quater du CGI) : l abattement est majré pur être prté aux taux suivants : 50 % en cas de détentin des titres entre 1 et 4 ans ; 65 % en cas de détentin des titres entre 4 et 8 ans ; 85 % au-delà de 8 ans. 14

15 Le régime incitatif s applique aux cessins intervenues à cmpter du 1 er janvier 2013 : s agissant des plus-values de cessin de titres de PME (i) créées depuis mins de 10 ans au mment de leur acquisitin, (ii) qui ne snt pas issues d une cncentratin, restructuratin, extensin u reprise d une activité préexistante et (iii) qui exercent une activité industrielle, cmmerciale, artisanale, agricle u libérale, à l exceptin de la gestin de leur prpre patrimine mbilier u immbilier (les titres d une sciété hlding animatrice snt cependant cncernés). Le régime incitatif s applique aux cessins intervenues à cmpter du 1 er janvier 2014, s agissant : des plus-values de cessins de titres au sein d'un grupe familial ; des plus-values de cessins de titres des dirigeants de PME partant à la retraite. Instauratin d'un abattement fixe : à cmpter du 1 er janvier 2014, les dirigeants partant à la retraite bénéficiernt en utre d un abattement fixe de eurs sur le mntant de la plus-value impsable, avant applicatin de l abattement majré. Ces abattements ne s'appliquent que pur l'assiette de l'ir et nn pur celle des prélèvements sciaux et de la cntributin exceptinnelle sur les hauts revenus, qui restent liquidés sur 100 % du mntant de la plus-value. La réfrme du régime de l abattement pur durée de détentin est illustrée par le tableau ci-après : * hypthèse d un taux marginal d IR de 45 % appliqué à une assiette dnt est retranchée la CSG déductible (5,1 %) + 15,5 % de prélèvements sciaux + 4 % de cntributin exceptinnelle sur les hauts revenus, appliqués à la même assiette ** exemple de calcul : le taux de 32,76 % crrespndant dnc à 13,46 % [((100 x 0.35) -5.1) x 0.45] + 15,5 % + 3,8 % (après déductin de la fractin de CSG déductible) *** Sans prise en cmpte de l abattement spécifique de eurs pur les dirigeants de PME partant à la retraite Surce : Extrait du rapprt de l Assemblée natinale n

16 - Suppressin de régimes dérgatires la mise en place du régime incitatif s accmpagne de la suppressin à cmpter du 1 er janvier 2013 du régime d impsitin des plus-values au taux frfaitaire de 19 % (article 200 A, 2 bis du CGI) et, à cmpter du 1 er janvier 2014, des régimes dérgatires d exnératin relatifs (i) aux plus-values de cessins de titres de dirigeants partant à la retraite (article D ter du CGI), (ii) aux plus-values de cessins de titres de jeunes entreprises innvantes (article A, III-7 du CGI) (iii) ainsi qu'aux plus-values de cessins à l intérieur du grupe familial (article A, I-3 du CGI). Plus-values des nn-résidents(lfi, article 17) - Répartitins d actifs des FCPR et plus-values distribuées par les OPCVM Les répartitins d actifs réalisées par les FCPR et les distributins de plus-values de cessins d actifs par les OPCVM snt impsables en France dans les cnditins suivantes lrsque les actifs répartis u cédés snt situés en France : au taux de 45 %, après applicatin éventuelle de l abattement pur durée de détentin lrsque le bénéficiaire, qui n est ni dmicilié, ni établi dans un Etat u Territire Nn Cpératif (ETNC), détient une participatin de plus de 25 % dans l entité versante ; le cntribuable peut tutefis bénéficier d une restitutin de ce prélèvement à hauteur de la part qui excède l impôt sur le revenu crrespndant ; au taux de 75 % lrsque le bénéficiaire est dmicilié u établi dans un ETNC. - Distributin de plus-values effectuées par les SCR La retenue à la surce sur les distributins de plus-values nettes réalisées par les SCR est abaissée à 30 % (au lieu de 45 %). Le cntribuable peut également, s il y a lieu, btenir le rembursement de l excédent du prélèvement seln les mdalités décrites précédemment. Aménagement de l'exit tax(lfr, article 42) Champ d applicatin : le champ d applicatin de l exit tax est mdifié ; celle-ci s applique désrmais aux participatins qui : représentent au mins 50 % des bénéfices sciaux d'une sciété ; u nt une valeur glbale excédant eurs. Les titres d OPCVM, jusqu à présent exclus de l assiette de l exit tax, y snt intégrés. Expiratin du sursis de paiement La LFR précise que l apprt de titres grevés d une plus-value latente à une sciété cntrôlée par l apprteur (apprt entrant dans le champ d applicatin du reprt d impsitin prévu à l article B ter du CGI) n entraîne pas l expiratin du sursis de paiement de l impôt crrespndant : le sursis de paiement est en effet prrgé jusqu à la réalisatin d un évènement mettant un terme au reprt d impsitin, tel que prévu à l article B ter du CGI. 16

17 Dégrèvement de l exit tax Dnatin de titres ayant bénéficié d un sursis de paiement de l exit tax : seln le texte initial, la dnatin de titres grevés d une plus-value latente et ayant bénéficié d un sursis de paiement de l exit tax n entrainait le dégrèvement de l impsitin que si le cntribuable démntrait que la dnatin n avait pas un but exclusivement fiscal. La LFI supprime cette exigence, à la suite d un arrêt du Cnseil d Etat qui l avait jugée cntraire au drit cmmunautaire. Ainsi désrmais, en cas de dnatin de titres ayant bénéficié du sursis autmatique de paiement de l exit tax (cntribuables ayant transféré leur dmicile fiscal dans un Etat membre de l Unin eurpéenne, en Islande u en Nrvège), l impsitin est dégrevée, quel que sit le but de la dnatin. Les autres cntribuables divent en revanche apprter la preuve que la dnatin n a pas pur mtif principal d éluder l impôt. Dégrèvement par l éculement du temps : la durée de dmiciliatin à l'étranger dnnant drit à un dégrèvement d'ffice u à une restitutin d impôt sur le revenu est prtée de 8 à 15 ans. Le dégrèvement u la restitutin prte également sur les prélèvements sciaux pur les départs de France intervenus depuis le 1 er janvier Imputatin des mins-values Les mdalités d imputatin des mins-values réalisées par les cntribuables ayant transféré leur dmicile fiscal dans un Etat de l Unin eurpéenne, en Islande u en Nrvège snt aménagées. La mins-value est désrmais imputable au titre de l année de cessin et les dix années suivantes sur : les plus-values de cessin de titres grevés d une plus-value latente ; les plus-values impsables en applicatin de l article 244 bis B du CGI (plus-values de cessins de participatins substantielles dans des sciétés françaises) ; et les plus-values impsables dans les cnditins de drit cmmun en cas de retur du cntribuable en France. Symétriquement, les mins-values réalisées en applicatin du drit cmmun u en applicatin de l article 244 bis B du CGI snt imputables, au titre de l année de la cessin et des dix années suivantes, sur les plus-values réalisées lrs de la cessin de titres grevés d une plus-value latente. Eliminatin des dubles impsitins L impôt éventuellement acquitté par le cntribuable dans sn nuvel Etat de résidence est imputable dans la limite de l impôt définitif dû en France : en premier lieu, sur les prélèvements sciaux dus sur la plus-value latente ; en secnd lieu, en cas d excédent, sur l IR. 17

18 6. PLUS-VALUES SUR BIENS MEUBLES Les plus-values de cessin de biens meubles autres que les meubles meublants, les appareils ménagers et les vitures autmbiles (à mins qu ils cnstituent des bjets d'art, de cllectin u d'antiquité) ainsi que les meubles, autres que les métaux précieux, dnt le prix de cessin est inférieur u égal à eurs (i.e. en pratique les bateaux de plaisances, les chevaux de curse, les vins, alcls et les métaux nn précieux) snt sumis à l impôt sur le revenu au taux de 19 % et aux prélèvements sciaux au taux de 15,5 %. Aménagement du taux d'abattement(lfi, article 18) Le taux annuel d'abattement pur durée de détentin sur les plus-values de cessin de biens meubles prévu à l'article 150 VC, I-5 du CGI est ramené de 10 % à5%. Il en résulte un allngement de la durée de détentin requise pur bénéficier de l'exnératin ttale de ces plus-values de 12 à 22 ans. 18

19 7. PLUS VALUES IMMOBILIÈRES Les plus-values immbilières réalisées par les particuliers snt impsées à l impôt sur le revenu au taux frfaitaire de 19 % auquel s'ajutent les prélèvements sciaux au taux de 15,5 % ainsi qu'une taxe prgressive sur la fractin du mntant de la plus-value excédant eurs (cette dernière taxe n étant tutefis pas applicable aux terrains à bâtir). L assiette de ces impsitins est calculée en tenant cmpte d'abattements pur durée de détentin, qui abutissent à une exnératin ttale d'impsitin de la plusvalue après 30 ans de détentin du bien cédé. L'article 27 de la LFI, partiellement censuré par le Cnseil cnstitutinnel, réfrme les mdalités de calcul des plus-values impsables. L article 28 mdifie par ailleurs les cnditins d exnératin des plus-values immbilières des nn-résidents. Cessinsdebiensautresquelesterrainsàbâtir Abattements applicables en matière d impôt sur le revenu 6 % pur chaque année de détentin au-delà de la 5 ème et jusqu'à la 21 ème ; 4 % pur la 22 ème année de détentin. L'exnératin d'ir de la plus-value réalisée est dnc acquise à l issue de la 22 ème année de détentin du bien. Abattements applicables en matière de prélèvements sciaux 1,65 % pur chaque année de détentin au-delà de la 5 ème et jusqu'à la 21 ème ; 1,60 % pur la 22 ème année de détentin ; et 9 % pur chaque année au-delà de la 22 ème année de détentin. L'exnératin de prélèvements sciaux de la plus-value réalisée est dnc acquise à l issue de la 30 ème année de détentin du bien. Ces mesures snt applicables aux cessins intervenues à cmpter du 1 er septembre 2013, l article 27 de la LFI légalisant la dctrine administrative applicable à cmpter de cette date. Cessinsdeterrainsàbâtir Le Cnseil cnstitutinnel a censuré le A du IV de l'article 27 de la LFI qui prévyait la suppressin de tut abattement pur durée de détentin pur les plus-values de cessin de terrains à bâtir. Ces plus-values cntinuent dnc à bénéficier de l abattement applicable jusqu à présent, identique pur l'ir et pur les prélèvements sciaux : 2 % pur chaque année de détentin au-delà de la 6 ème et jusqu'à la 17 ème ; 4 % pur chaque année de détentin au-delà de la 18 ème et jusqu'à la 24 ème ; 8 % pur chaque année au-delà de la 24 ème année de détentin. Ainsi, elles demeurent ttalement exnérées au but de 30 ans de détentin. 19

20 Abattement exceptinnel de 25% L abattement exceptinnel de 25 % institué par vie dctrinale est légalisé. Il s applique aux cessins d'immeubles, u de drits s'y rapprtant, autres que les terrains à bâtir, intervenues entre le 1 er septembre 2013 et le 31 aût Cet abattement est calculé sur l'assiette nette impsable des plus-values immbilières ; il s ajute dnc à l'abattement pur durée de détentin. Il ne s applique pas aux cessins réalisées à l intérieur du grupe familial. Plus-values immbilières des nn-résidents(lfi, article 28) Les plus-values immbilières des nn-résidents snt sumises à l IR et aux prélèvements sciaux. Elles snt tutefis exnérées lrsqu elles prtent sur l habitatin en France du cédant et que ce dernier (i) est un ressrtissant de l EEE u peut se prévalir d une clause de nn discriminatin, (ii) a été fiscalement dmicilié en France de manière cntinue depuis au mins deux ans à un mment quelcnque avant la cessin et (iii) a la libre dispsitin du lgement cédé depuis le 1 er janvier de l année précédant celle de la cessin. L article 28 de la LFI aménage ce dispsitif sur deux pints : - le bénéfice de l exnératin est étendu aux lgements dnt le cédant n a pas la libre dispsitin lrsque (i) ce dernier remplit la cnditin de résidence en France pendant deux ans et (ii) la cessin intervient au plus tard le 31 décembre de la cinquième année suivant celle du transfert de sn dmicile hrs de France. - le mntant de l exnératin est désrmais limité à eurs. Seule la fractin de la plus-value excédant ce mntant est sumise aux prélèvements bligatires. Cmme dans le régime antérieur, cette cnditin s applique dans la limite d un lgement par cntribuable. 20

L essentiel LOI DE FINANCES POUR 2009 ET LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

L essentiel LOI DE FINANCES POUR 2009 ET LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 N 25 FISCAL n 3 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 23 janvier 2009 ISSN 1769-4000 LOI DE FINANCES POUR 2009 ET LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 L essentiel La présente infrmatin cmmente

Plus en détail

Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie

Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie Principes de fiscalité de l assurance de persnnes Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans

Plus en détail

LA VEILLE FISCALE. Edito. PLF 2014 N 11 2 décembre 2013. L Assemblée Nationale a adopté en première lecture le projet de loi de finances pour 2014.

LA VEILLE FISCALE. Edito. PLF 2014 N 11 2 décembre 2013. L Assemblée Nationale a adopté en première lecture le projet de loi de finances pour 2014. 14, bulevard du Général Leclerc 92527 Neuilly-sur-Seine Tél. : 01 47 38 54 00 Fax : 01 47 38 54 99 www.fidal.fr LA VEILLE FISCALE Edit PLF 2014 N 11 2 décembre 2013 L Assemblée Natinale a adpté en première

Plus en détail

Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux avant 2015

Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux avant 2015 23 février 2015 Impôt des persnnes physiques - Habitatin prpre et avantages fiscaux avant 2015 Bernard Mariscal, Benefits Expert, Delitte Belgium Publié dans : Lettre d'inf Actualités Fiscales n 7, 23.02.2015,

Plus en détail

Dons des entreprises. Objet. Forme. Conditions

Dons des entreprises. Objet. Forme. Conditions Dns des entreprises Vus êtes une entreprise, relevant de l IS (impôt sur les sciétés) u de l IR (impôt sur le revenu)? Vus puvez apprter un sutien matériel à une assciatin u une fndatin à travers des pératins

Plus en détail

LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2015 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2014 LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE POUR 2015

LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2015 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2014 LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE POUR 2015 L actualité fiscale Janvier 2015 LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2015 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2014 LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE POUR 2015 Ce dcument présente les principales mesures

Plus en détail

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004 Nte de transitin - Impact du passage aux nuvelles nrmes cmptables sur le bilan cnslidé au 1er janvier 2004 Cette nte a pur bjectif d expliquer les effets de la transitin des nrmes cmptables belges aux

Plus en détail

L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES. Approfondir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan comptable.

L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES. Approfondir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan comptable. L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES Objectif(s) : Pré-requis : Apprfndir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan cmptable. Principes d'analyse du bilan financier : Mdalités :

Plus en détail

SUCCESSION : DROITS ET FRAIS QUI PAIE QUOI?

SUCCESSION : DROITS ET FRAIS QUI PAIE QUOI? Cnférence-débat du jeudi 11 septembre 2014 SUCCESSION : DROITS ET FRAIS QUI PAIE QUOI? Lrs d un décès, il est nécessaire de régler la successin du défunt afin que sn patrimine puisse être transmis à ses

Plus en détail

LES PROVISIONS TABLE DES MATIERES

LES PROVISIONS TABLE DES MATIERES LES PROVISIONS Objectif(s) : Pré-requis : Mdalités : Distinctin et classificatin des différentes prvisins, Objectif des prvisins pur risques et charges, Caractéristiques et traitements cmptables. Classificatin

Plus en détail

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES?

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? 12 février 2013 Marie-Agnès NICOLET Regulatin Partners Présidente fndatrice 35, Bulevard

Plus en détail

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d rdre actuariel Jurnées d études du SACEI et de l IA Deauville, jeudi 20 septembre 2012 Nrbert Gautrn ngautrn@galea-asscies.eu Smmaire 1.

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION «EXPERTS COMPTABLES ET AVOCATS»

CATALOGUE DE FORMATION «EXPERTS COMPTABLES ET AVOCATS» CATALOGUE DE FORMATION «EXPERTS COMPTABLES ET AVOCATS» APS Frmatin 15 Rue de Ngent 51100 REIMS Tel : 03.26.82.84.84 / Fax : 03.26.82.58.23 www.apscnsult.fr CONTEXTE Dans l Entreprise, le rôle de l Expert-Cmptable

Plus en détail

INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCES

INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCES INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCES 1.1. Qualificatin juridique En applicatin de la directive eurpéenne 2002/92/CE du 9 décembre 2002 sur l intermédiatin en assurance (dite DIA), l article L. 511-1 I du Cde des

Plus en détail

VDI Vendeur à Domicile Indépendant

VDI Vendeur à Domicile Indépendant VDI Vendeur à Dmicile Indépendant Nte liminaire L'activité de vendeur à dmicile indépendant (VDI) désigne une frme de distributin réalisée auprès de particuliers, à leur dmicile u sur leur lieu de travail

Plus en détail

Cadre d intervention des aides versées aux employeurs d apprentis : Création d une aide au recrutement à compter du 1 er juillet 2014

Cadre d intervention des aides versées aux employeurs d apprentis : Création d une aide au recrutement à compter du 1 er juillet 2014 Cadre d interventin des aides versées aux emplyeurs d apprentis : Créatin d une aide au recrutement à cmpter du 1 er juillet 2014 Adpté par délibératin 15.03.21.19 du 20.03.2015 et abrgeant les délibératins

Plus en détail

Les dossiers de FO RÉSIDENCE PRINCIPALE. Prêts soumis à conditions de revenus : o Critères d attribution :

Les dossiers de FO RÉSIDENCE PRINCIPALE. Prêts soumis à conditions de revenus : o Critères d attribution : Les dssiers de FO Maj septembre 2013 RÉSIDENCE PRINCIPALE Prêts sumis à cnditins de revenus : Critères d attributin : Salarié sus cntrat à durée indéterminée dnt l'ancienneté minimale est de 1 an, en vue

Plus en détail

POLITIQUE DE REMUNERATION

POLITIQUE DE REMUNERATION ASSET MANAGEMENT POLITIQUE DE REMUNERATION (UCITS ET AIF) INTRODUCTION En applicatin avec les textes suivants : En tant que sciété de gestin de fnds UCITS Règlement CSSF 10-4 prtant transpsitin de la directive

Plus en détail

Ville de Bordeaux. Prix de l Innovation Associative. Règlement de participation

Ville de Bordeaux. Prix de l Innovation Associative. Règlement de participation Ville de Brdeaux Prix de l Innvatin Assciative Règlement de participatin Article 1 : Cnditins d admissin Peuvent faire acte de candidature les assciatins dmiciliées à Brdeaux u tut autre assciatin dnt

Plus en détail

Obligations des employeurs par seuils d effectifs de l entreprise. Toutes entreprises confondues

Obligations des employeurs par seuils d effectifs de l entreprise. Toutes entreprises confondues Obligatins des emplyeurs par seuils d effectifs de l entreprise Tutes entreprises cnfndues Affichages bligatires Déclaratin et cmmunicatin à caractère péridique : Déclaratins et cmmunicatins à caractère

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission

Addendum belge au prospectus d émission Addendum belge au prspectus d émissin ADDENDUM DE JUILLET 2010 AU PROSPECTUS D AVRIL 2010 ABERDEEN GLOBAL Sciété d investissement à capital variable de drit luxemburgeis à cmpartiments multiples cnfrme

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

Guide technique sur la participation des employeurs territoriaux aux garanties de protection sociale complémentaire

Guide technique sur la participation des employeurs territoriaux aux garanties de protection sociale complémentaire Guide technique sur la participatin des emplyeurs territriaux aux garanties de prtectin sciale cmplémentaire PLAN 1 ère PARTIE : LES BASES JURIDIQUES DE LA PARTICIPATION FINANCIERE DE L'EMPLOYEUR PUBLIC

Plus en détail

Plan comptable France

Plan comptable France Plan cmptable France Le plan cmptable u plan cmptable général (PCG), appelé parfis cadre cmptable, est un standard français de classificatin des événements écnmiques qui mdifient le patrimine de l'entreprise.

Plus en détail

CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES. Exposés des principes liés aux participations et aux contrôles des sociétés, Exercices corrigés, Synthèse.

CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES. Exposés des principes liés aux participations et aux contrôles des sociétés, Exercices corrigés, Synthèse. CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES Objectif(s) : Présentatin des principes écnmiques et juridiques relatifs à la cnslidatin des cmptes dans les grupes de sciétés, Ntins : périmètre de cnslidatin, purcentage

Plus en détail

LE RVER EN UN COUP D ŒIL

LE RVER EN UN COUP D ŒIL LE RVER EN UN COUP D ŒIL Le terme RVER est l acrnyme pur Régime Vlntaire d Epargne-Retraite. C est un nuveau régime de retraite régi par la Li sur les régimes vlntaires d'épargneretraite (Li sur les RVER)

Plus en détail

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ;

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ; Chapitre 3 : Analyse de la trésrerie 1 Intrductin La gestin de la trésrerie est indispensable à tute entreprise puisqu elle lui permet d assurer sa slvabilité. Le rôle du gestinnaire de trésrerie demande

Plus en détail

Master en alternance dans l enseignement supérieur. Vade-mecum à destination des étudiants

Master en alternance dans l enseignement supérieur. Vade-mecum à destination des étudiants Master en alternance dans l enseignement supérieur Vade-mecum à destinatin des étudiants Préambule Ce dcument ne préjuge pas de l évlutin des législatins ni de l indexatin et /u des mdificatins des mntants

Plus en détail

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS Rapprt Final préparé par le Cmité Technique de Revue des Titres et Cnventins Miniers de la République de Guinée cncernant la cnstructin et l'explitatin

Plus en détail

Retour à la rentabilité opérationnelle et résultat net de 4,4 M

Retour à la rentabilité opérationnelle et résultat net de 4,4 M Retur à la rentabilité pératinnelle et résultat net de 4,4 M 28-02-2007 Retur à la rentabilité pératinnelle et résultat net de 4,4 M Chiffre d affaires : 36,3 M en hausse de 71% Résultat net de 12% du

Plus en détail

Financement des investissements Page 1 sur 6

Financement des investissements Page 1 sur 6 Financement des investissements Page 1 sur 6 Une UC a tujurs besin d investir que ce sit pur : - Remplacer du matériel bslète (ex : investir dans l util infrmatique) - Augmenter sa capacité de vente (ex

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DE LA FORMULE QUIETUDE PLUS

NOTE DE PRESENTATION DE LA FORMULE QUIETUDE PLUS NOTE DE PRESENTATION DE LA FORMULE QUIETUDE PLUS Buygues immbilier est un acteur majeur de l immbilier neuf. Nus smmes à vs côtés pur vus guider dans vtre chix d investissement tut en respectant vs prirités.

Plus en détail

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015 Vente de Capacités de Stckage de gaz Prduit & Quantité Prpsée SEDIANE NORD 120 90 JUIN 2015 1 TWh sur le Grupement Sediane Nrd. Type de prduit Capacité Nminale de Stckage : vlume dnnant drit à des capacités

Plus en détail

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services Cnventin de Services Applicatins Managées Qualité de service Business Tgether with Micrsft Online Services La présente annexe spécifie les engagements de qualité de service applicables au service «Business

Plus en détail

LES AMORTISSEMENTS : PRINCIPES GENERAUX AMORTISSEMENT ECONOMIQUE LINEAIRE

LES AMORTISSEMENTS : PRINCIPES GENERAUX AMORTISSEMENT ECONOMIQUE LINEAIRE LES AMORTISSEMENTS : PRINCIPES GENERAUX AMORTISSEMENT ECONOMIQUE LINEAIRE Objectif(s) : Evaluatin et traitement cmptable des dépréciatins irréversibles des immbilisatins : amrtissements. Pré-requis : Classificatin

Plus en détail

01/07/2013, : MPKIG016,

01/07/2013, : MPKIG016, 1. OBJET DES CGU Les présentes CGU nt pur bjet de préciser le cntenu et les mdalités d utilisatin des Certificats de signature délivrés par l AC «ALMERYS USER SIGNING CA NB» d Almerys ainsi que les engagements

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 1.0-28/10/2009 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

CONTRAT DE SYNDIC (classique)

CONTRAT DE SYNDIC (classique) PARTIES : ENTRE LES SOUSSIGNES CONTRAT DE SYNDIC (classique) LE SYNDICAT DES COPROPRIETAIRES L'immeuble RESIDENCE XXX sis : XXX 65000 TARBES cmprtant XXX lts principaux. Représenté par le Président de

Plus en détail

Formulaire d'inscription aux Services Marchand Skrill

Formulaire d'inscription aux Services Marchand Skrill Frmulaire d'inscriptin aux Services Marchand Skrill Le frmulaire d'inscriptin aux services Marchand Skrill (l'«inscriptin») dit être signé par le Marchand u pur sn cmpte. Très imprtant : le Marchand dit

Plus en détail

Groupe ERAMET. MODIFICATION CGT - Rajouter avenant 1 et 2 Paris le 18 octobre 2012. Préambule. 1. Salariés bénéficiaires

Groupe ERAMET. MODIFICATION CGT - Rajouter avenant 1 et 2 Paris le 18 octobre 2012. Préambule. 1. Salariés bénéficiaires Grupe ERAMET Accrd Cmpte Epargne Temps Grupe MODIFICATION CGT - Rajuter avenant 1 et 2 Paris le 18 ctbre 2012 Préambule La Directin du Grupe ERAMET et les Organisatins Syndicales nt suhaité cmpléter les

Plus en détail

RÈGLEMENT MUTUALISTE

RÈGLEMENT MUTUALISTE Mutuelle d Entreprises Schneider Electric SIREN n 390 820 058, Mutuelle sumise aux dispsitins du livre II du Cde de la Mutualité. RÈGLEMENT MUTUALISTE Appruvé par l Assemblée Générale du 24 avril 2014

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 3-1/7/2011 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

Développement Durable et Énergies Renouvelables

Développement Durable et Énergies Renouvelables Dévelppement Durable et Énergies Renuvelables Vus êtes artisan, cmmerçant, prfessin libérale, rganisme de lgements sciaux, cllectivité lcale, assciatin, entreprise, agriculteur, prpriétaire de lcaux prfessinnels

Plus en détail

2 ) LA RESIDENCE URBAINE DE FRANCE

2 ) LA RESIDENCE URBAINE DE FRANCE CHARTE de REFERENCEMENT Bureaux d études techniques Sciétés et adresses : IMMOBILIERE 3F : 159, rue Natinale 75638 Paris Cedex 13 RSF : 3, allée de la Seine 94200 Ivry sur Seine RUF : 32 curs du Danube

Plus en détail

PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE

PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE AVEC LE FONDS SÉCURITÉ PIERRE EURO : >> un investissement en immbilier avec une garantie permanente en capital, assrtie d une perspective de rendement particulièrement

Plus en détail

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties Avis sur les règles Appel à cmmentaires Règles des curtiers membres Persnne-ressurce : Richard J. Crner Vice-président à la plitique de réglementatin des membres 416 943-6908 rcrner@iirc.ca Destinataires

Plus en détail

Annexe Conditions d hébergement

Annexe Conditions d hébergement Annexe Cnditins d hébergement 1 Avant-prps DENTALVIA-MEDILOR recurt, pur la furniture de sn service e.cdentist à ses Clients, à un hébergement agréé de dnnées de santé à caractère persnnel auprès de :

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

Délibération n 01/2014

Délibération n 01/2014 Délibératin n 01/2014 instituant un régime de licence pur la pêche prfessinnelle autur des Dispsitifs Cncentrateurs de Pissns ancrés dans les eaux du département de la Réunin. Vu le règlement (CE) n 2371/2002

Plus en détail

L Association sans but lucratif, asbl

L Association sans but lucratif, asbl L Assciatin sans but lucratif, asbl 1. Intrductin Lrsque deux u plusieurs persnnes s'asscient pur mettre des activités u des biens en cmmun, cette cllabratin est qualifiée, du pint de vue juridique, de

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LE DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES ÉLECTRONIQUES INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT POUR LE DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES ÉLECTRONIQUES INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT POUR LE DÉVELOPPEMENT DES AFFAIRES ÉLECTRONIQUES INVESTISSEMENT QUÉBEC Directin des mesures fiscales TABLE DES MATIÈRES Nature de l aide fiscale... 3 Sciété admissible... 3 Attestatin de

Plus en détail

Protection Complémentaire Santé

Protection Complémentaire Santé Nus smmes là pur vus aider Prtectin Cmplémentaire Santé Cuverture Maladie Universelle et Déductin sur les ctisatins u primes de prtectin cmplémentaire santé Vus truverez dans ce dssier tut ce dnt vus avez

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Directin générale de l ffre de sins Sus-directin de la régulatin de l ffre de sins Bureau du premier recurs (R2) Jcelyn Vidn-Buthin Tél. 01 40 56 64 86 jcelyn.vidn-buthin@sante.guv.fr

Plus en détail

DECLARATION A L IMPÔT DES PERSONNES PHYSIQUES REVENUS DE L ANNEE 2014 EXERCICE D IMPOSITION 2015

DECLARATION A L IMPÔT DES PERSONNES PHYSIQUES REVENUS DE L ANNEE 2014 EXERCICE D IMPOSITION 2015 DECLARATION A L IMPÔT DES PERSONNES PHYSIQUES REVENUS DE L ANNEE 2014 EXERCICE D IMPOSITION 2015 INTRODUCTION 1. Cmme vus le savez, la li fiscale cnnait de très nmbreuses mdificatins depuis plusieurs mis.

Plus en détail

Titre II / Chapitre 1I : Faciliter l accès au soins de premier recours

Titre II / Chapitre 1I : Faciliter l accès au soins de premier recours Titre II / Chapitre 1I : Faciliter l accès au sins de premier recurs Article 18 : Généralisatin du tiers-payant Cmmuniqué du Ministère Purqui le Guvernement prend-il cette mesure? De nmbreux Français renncent

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

Article I - Objet. Article II - Conditions d'utilisation de la eboutique

Article I - Objet. Article II - Conditions d'utilisation de la eboutique Identificatin du prestataire de service Nm et adresse : TransGirnde Tel : 0974 500 033 Fax : S.A.S. au capital de RCS Siret : - APE : E-mail : Site web : transgirnde.fr Ci-après dénmmée : TransGirnde Cnditins

Plus en détail

Avenir des GAEC Agrément et transparence

Avenir des GAEC Agrément et transparence Analyse/résumé Janvier 2015 PAC 2014-2020 Avenir des GAEC Agrément et transparence Pôle réginal Écnmie & Prspective La France a btenu dans la négciatin cmmunautaire sur la PAC de faire inscrire juridiquement

Plus en détail

Chap I : Economie d'entreprises

Chap I : Economie d'entreprises Chap I : Ecnmie d'entreprises Au sens large, le terme entreprise s'utilise pur des prjets uniques mais d'apparence risquée u difficile (par exemple, un grand vyage u une recherche scientifique), car il

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES "COOPÉRATIVES CITOYENNES"

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES COOPÉRATIVES CITOYENNES RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES "COOPÉRATIVES CITOYENNES" L'Agence pur l'entreprise et l'innvatin (AEI) met en œuvre un nuveau dispsitif de sutien aux prjets de cpératives cityennes. Dès septembre

Plus en détail

DEMANDE D AIDE D INVESTISSEMENT POUR LES LIEUX DE VIE COLLECTIFS

DEMANDE D AIDE D INVESTISSEMENT POUR LES LIEUX DE VIE COLLECTIFS Ce dcument est une aide à la cnstitutin du dssier de demande d aide financière et cmplète les circulaires qui définissent le champ d applicatin des prjets financés par la Carsat Sud-Est : - CNAV N 2010-45

Plus en détail

Déroulement de la certification énergétique PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification énergétique PEB de votre bâtiment Dérulement de la certificatin énergétique PEB de vtre bâtiment La certificatin énergétique de vtre habitatin se dérulera en 2 étapes : visite de vtre habitatin et relevé de ses caractéristiques ensuite,

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

Règlement de consultation

Règlement de consultation Mairie de Salaise sur Sanne BP 20318 19 rue Avit Niclas 38150 SALAISE SUR SANNE Tel : 04.74.29.00.80 Marché de prestatins de services divers Règlement de cnsultatin Objet du marché à bns de cmmande Vidé

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE article 1 : Objet...2 article 2 : Les titres de transprt...2 article 3 : La tarificatin...4 article 4 : L achat du titre de transprt...4 Article 4.1 L achat a brd des cars...4

Plus en détail

SECURITE FINANCIERE DU PROPRIETAIRE NON OCCUPANT

SECURITE FINANCIERE DU PROPRIETAIRE NON OCCUPANT CONDITIONS SPECIALES SECURITE FINANCIERE DU PROPRIETAIRE NON OCCUPANT L bjet du présent dcument est de décrire les cnditins d assurance de L assurance «Sécurité financière du prpriétaire nn ccupant» Ce

Plus en détail

Crédit Habitation Souple

Crédit Habitation Souple Crédit Habitatin Suple Annexe Syllabus crédit habitatin BNP Paribas Frtis Last update : 12/08/2014 Erik Haezebruck 1 Cntenu Table des matières Page Descriptin 3 I. Suplesse au début du crédit 1. Le taux

Plus en détail

Les primes d'assurance sont-elles déductibles d'impôt?

Les primes d'assurance sont-elles déductibles d'impôt? Les primes d'assurance snt-elles déductibles d'impôt? Aût 2014 Est-ce que je peux déduire les primes? C'est une questin que l'n vus pse très prbablement lrsque vus abrdez le sujet de l'assurance. Malheureusement,

Plus en détail

FOCUS: LA PARTICIPATION A LA PERMANENCE DES SOINS EST- ELLE TOUJOURS VOLONTAIRE?

FOCUS: LA PARTICIPATION A LA PERMANENCE DES SOINS EST- ELLE TOUJOURS VOLONTAIRE? FOCUS: LA PARTICIPATION A LA PERMANENCE DES SOINS EST- ELLE TOUJOURS VOLONTAIRE? Plusieurs d entre vus se snt plaints du fait que, malgré le fait qu ils sient nn vlntaires pur participer à la permanence

Plus en détail

GUIDE DU PROGRAMME DE VÉRIFICATION DE LA CONFORMITÉ ET DE L UTILISATION DES DONNÉES DU FICHIER CENTRAL DES SINISTRES AUTOMOBILES

GUIDE DU PROGRAMME DE VÉRIFICATION DE LA CONFORMITÉ ET DE L UTILISATION DES DONNÉES DU FICHIER CENTRAL DES SINISTRES AUTOMOBILES GUIDE DU PROGRAMME DE VÉRIFICATION DE LA CONFORMITÉ ET DE L UTILISATION DES DONNÉES DU FICHIER CENTRAL DES SINISTRES AUTOMOBILES Nvembre 2009 Table des matières Intrductin...1 1. Règles de cnfrmité...3

Plus en détail

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE

P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE P A T R I C K M I C H A U D C A B I N E T D ' A V O C A T S ANCIEN MEMBRE DU CONSEIL DE L'ORDRE PLUS VALUES DE CESSIONS D ACTIONS Contribuables fiscalement domiciliés en France Régime 2013/2014 Art. 17

Plus en détail

Ville de Pierrefitte-sur-Seine Centre Technique Municipal

Ville de Pierrefitte-sur-Seine Centre Technique Municipal Ville de Pierrefitte-sur-Seine Centre Technique Municipal MARCHE de Service REGLEMENT PARTICULIER DE LA CONSULTATION R. P. C. n 074 B 037/05 Mde de cnsultatin : marché passé en la frme d une prcédure adaptée

Plus en détail

Appel à projets régional. «100 rénovations de logements basse énergie 2009 2010» MODALITES

Appel à projets régional. «100 rénovations de logements basse énergie 2009 2010» MODALITES 1/ Cntexte et bjectif Appel à prjets réginal «100 rénvatins de lgements basse énergie 2009 2010» MODALITES En matière de lgement, le gisement d écnmies d énergies étant principalement dans l habitat existant,

Plus en détail

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS.

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS. 13 juin 2012 Register f Interest Representatives: 78787381113-69 PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS

Plus en détail

Annexe 2 Annexe technique de la convention individuelle d habilitation «professionnel de l automobile»

Annexe 2 Annexe technique de la convention individuelle d habilitation «professionnel de l automobile» Annexe 2 Annexe technique de la cnventin individuelle d habilitatin «prfessinnel de l autmbile» 1 Ntice explicative... 2 1.1 Préambule...2 1.2 Principe général de l habilitatin... 3 1.3 L habilitatin «prfessinnel

Plus en détail

Comment s impliquer dans un projet éolien?

Comment s impliquer dans un projet éolien? Cmment s impliquer dans un prjet élien? Implicatin lcale dans l'élien - Attert 1 élien participatif : implicatin des cityens Cmment s impliquer? S infrmer : Le plus en amnt pssible RIP, enquête publique,

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des rganismes de frmatin assurant la frmatin préparatire à l habilitatin électrique Le présent dcument a été rédigé par une cmmissin inter-ctr et appruvé par les

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

LOGICIELS ET BASES DE DONNÉES PROTECTION ET VALORISATION

LOGICIELS ET BASES DE DONNÉES PROTECTION ET VALORISATION LOGICIELS ET BASES DE DONNÉES PROTECTION ET VALORISATION LA PROTECTION DES LOGICIELS CADRE LÉGISLATIF Li du 3 juillet 1985 : recnnaissance du lgiciel cmme œuvre de l esprit Directive cmmunautaire du 14

Plus en détail

Accueil des participants et collation. Ouverture du séminaire et tour de table

Accueil des participants et collation. Ouverture du séminaire et tour de table Jeudi 18 ctbre 2012 a/c 12h30 : 14h00 : 14h30-15h30 : Accueil des participants et cllatin Ouverture du séminaire et tur de table La rémunératin, dimensin incnturnable d une mbilité réussie Le package de

Plus en détail

MISSIONS COMMERCIALES

MISSIONS COMMERCIALES DEVELOPPEMENT ET OBJECTIFS MISSIONS COMMERCIALES Prcédure et bjectifs Le but d'une missin cmmerciale est de distribuer et prmuvir les prduits u services d'une entreprise. Les démarches à suivre snt les

Plus en détail

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital Résumé du mdule 6 : Cût et structure du capital Ce mdule explique tut d abrd cmment une sciété établit sn cût du capital. Vus apprenez cmment calculer la pndératin des cmpsantes et les cûts du capital

Plus en détail

REGLEMENT COMPLET «3D World Koksijde»

REGLEMENT COMPLET «3D World Koksijde» REGLEMENT COMPLET «3D Wrld Kksijde» ARTICLE 1 Sciété rganisatrice ASSA ABLOY, situé au Heide 9, 1780 Wemmel, rganise du 03/07/2015 au 31/07/2015 inclus un jeu natinal avec bligatin d achat appelé «Yale

Plus en détail

BOURSE EXPLO RA SUP (Région Rhône-Alpes) Toutes destinations-séjour académique et stage

BOURSE EXPLO RA SUP (Région Rhône-Alpes) Toutes destinations-séjour académique et stage BOURSE EXPLO RA SUP (Régin Rhône-Alpes) Tutes destinatins-séjur académique et stage A/Demande de burse Expl RA Sup 1/Eligibilité La mbilité (stage u séjur académique) dit être validée par des crédits ECTS

Plus en détail

Constat. Solution proposée par la HES-SO Valais. Tâches et atouts d'un Webmaster, points forts. Public cible, prérequis

Constat. Solution proposée par la HES-SO Valais. Tâches et atouts d'un Webmaster, points forts. Public cible, prérequis Cnstat Désrmais, tutes les entreprises, même les plus petites, se divent d'être présentes sur Internet. La créatin de sites demeure cûteuse, particulièrement en termes de maintenance. Le marché manque

Plus en détail

Annexe 1 Annexe technique de la convention d habilitation «expert en automobile»

Annexe 1 Annexe technique de la convention d habilitation «expert en automobile» Annexe 1 Annexe technique de la cnventin d habilitatin «expert en autmbile» «Expert en autmbile indépendant» (cnventin cmplète) 1 Ntice explicative... 2 1.1 Préambule...2 Principe général de l habilitatin...2

Plus en détail

Vu le code Général des Collectivités Territoriales, et notamment les articles L.5214-27 et L.5721-1 et suivant,

Vu le code Général des Collectivités Territoriales, et notamment les articles L.5214-27 et L.5721-1 et suivant, REPUBLIQUE FRANÇAISE -------------------------- DEPARTEMENT LANDES EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE D YCHOUX NOMBRE DE MEMBRES Afférents au Cnseil Municipal En exercice

Plus en détail

Présentation de la SCHL Canada

Présentation de la SCHL Canada Habitatin Présentatin de la SCHL Canada André Asselin Habitatin Habitatin Crissance cntinue du crédit hypthécaire à l habitatin $1 400 $1 200 Sciétés de titrisatin spécialisées TH. LNH Autres cies. sans

Plus en détail

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger Fiche sur les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger Préambule Cette fiche cncerne les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger. En effet, Éducatin internatinale cnsidère maintenant

Plus en détail

Les assurances automobiles

Les assurances automobiles Les assurances autmbiles I. Les différentes assurances a) L assurance au tiers est une bligatin légale Cette assurance au tiers que l n peut qualifier de base cuvre uniquement les dmmages causés à un tiers.

Plus en détail

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché INTRODUCTION I) Cmptabilité analytique et cntrôle de gestin A qui peut servir la cmptabilité analytique? a) Pur aider à fixer un prix de vente Exemple Quel prix fixer? : : cmptabilité analytique. Cmpliquns

Plus en détail

COMMUNIQUE DE LANCEMENT. Sage 100 Trésorerie

COMMUNIQUE DE LANCEMENT. Sage 100 Trésorerie COMMUNIQUE DE LANCEMENT Sage 100 Trésrerie Sage 100 Trésrerie Ce qu il faut retenir Sage présente Sage 100 Trésrerie, sn nuveau mdule de gestin de trésrerie dispnible à la vente à partir du 15 janvier

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Ne pas publier, diffuser ou distribuer directement ou indirectement aux Etats-Unis d Amérique, au Canada, en Australie ou au Japon.

Ne pas publier, diffuser ou distribuer directement ou indirectement aux Etats-Unis d Amérique, au Canada, en Australie ou au Japon. Ne pas publier, diffuser u distribuer directement u indirectement aux Etats-Unis d Amérique, au Canada, en Australie u au Japn. EURO DISNEY S.C.A. Eur Disney S.C.A. annnce une prpsitin glbale, sutenue

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information) DOD-CENTER RFI Demande d infrmatin ESOP Réf. : RFI_ESOP_DemandeInfrmatin.dcx Page 1/6 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request Fr Infrmatin) RFI20120001 SOMMAIRE 1. OBJET DE LA DEMANDE D INFORMATION... 3 1.1.

Plus en détail

Présentation de Mindjet on-premise

Présentation de Mindjet on-premise Présentatin de Mindjet n-premise Mindjet Crpratin Numér gratuit : 877- Mindjet 1160 Battery Street East San Francisc CA 94111 États- Unis Téléphne : 415-229-4200 Fax : 415-229-4201 www.mindjet.cm 2012

Plus en détail

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE Le Préfet de l Ardèche, Le Prcureur de la République près

Plus en détail