Principales mesures pour les particuliers et pour les entreprises

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Principales mesures pour les particuliers et pour les entreprises"

Transcription

1 Lettre d information aux adhérents CERFRANCE ADHEO Association de Gestion et de Comptabilité ADHEO 109 Janv Les lois de finances ont été définitivement adoptées par l Assemblée nationale. Nous vous présentons les principales mesures susceptibles de vous intéresser. Nous attirons tout particulièrement votre attention sur la révision des valeurs locatives des locaux professionnels, c est-à-dire les locaux commerciaux (magasin, ateliers de stockages ), bureaux et locaux utilisés par les professions libérales. Cette révision a été prévue par la 4 e loi de finances rectificative pour Initialement prévue le 1 er janvier 2012, elle a été reportée à Nous rappelons que les valeurs locatives servent de base notamment à la CFE. Ces valeurs locatives révisées seront prises en compte pour la 1 ère fois en En vue de préparer cette révision, l administration fiscale vient d indiquer qu une déclaration pré-identifiée (modèle 6660-REV) va être adressée aux propriétaires pour chaque local concerné, à la mi-février Cette déclaration devra être renvoyée à l administration fiscale pour le 8 avril 2013 (précisions en page 7). Un service de télédéclaration sera accessible à tous les propriétaires dès le 12 février Le défaut ou le retard de déclaration entraînera l application d une amende de 150. Par ailleurs, chaque omission ou inexactitude dans la déclaration sera sanctionnée d une amende de 15, sans que le montant total de cette amende puisse être inférieur à 60, ni supérieur à 150. Important : vous êtes concernés par cette déclaration quelle que soit votre qualité de propriétaire (SCI, agriculteur, propriétaire à titre personnel, commerçant sous louant des locaux ), dès l instant où vous louez un bien à usage professionnel ou que ce bien est mis à disposition gratuitement. Les collaborateurs de CERFRANCE ADHEO sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches. Gérard RODICQ Expert-comptable Directeur général CERFRANCE ADHEO numéro spécial loi de finances 2013, 2 e et 3 e lois de finances rectificatives 2012 Principales mesures pour les particuliers et pour les entreprises 2-5 / Mesures pour les particuliers 6-10 / Mesures pour les entreprises et les dirigeants 11 / Mesures diverses 12 / Chiffres clés / Agenda

2 Mesures pour les particuliers loi de finances 2013 mesures pour les particuliers impôt sur le revenu (IR) : barème, décote, plafonds... Création d une tranche supplémentaire d imposition au taux de 45 % Pour l imposition des revenus de 2012, une tranche supplémentaire d imposition est créée au taux de 45 % pour la fraction de revenus supérieure à Incidences de la création de cette tranche supplémentaire à 45 % : Un couple marié sans enfant = 2 parts de quotient familial. Revenus nets imposables en 2012 = Imposition supplémentaire en 2012 (comparée à 2011) = ( x 2) = x (45 % - 41 %) = pour le foyer Gel du barème Aucune actualisation n est opérée pour les tranches existantes du barème d imposition des revenus perçus en À l exception de la nouvelle tranche taxée à 45 %, le barème applicable pour l imposition des revenus perçus en 2012 est identique à celui appliqué pour l imposition des revenus perçus en Par conséquent, si les revenus déclarés au titre de 2012 sont identiques à ceux de 2011, alors l impôt 2012 est égal à celui de En revanche, si le revenu 2012 est revalorisé à hauteur de l inflation, alors l impôt sera plus élevé car le barème de l IR n a pas été indexé sur l inflation. Revalorisation de la décote d impôt sur le revenu de 2 % Le montant de la décote applicable à l impôt sur le revenu est porté à 480. Pour l imposition des revenus perçus en 2012, la décote bénéficie aux contribuables dont l impôt résultant du barème, avant application des éventuelles réductions d impôt, est inférieur à 960. Revalorisation des plafonds de ressources des contribuables de condition modeste et des personnes âgées et invalides Certains plafonds de revenus sont revalorisés du montant prévisionnel de l inflation. Ainsi, pour l imposition des revenus perçus en 2012, le montant de l abattement sur le revenu net global en faveur des personnes âgées et invalides est égal à : si leur revenu net global n excède pas (au lieu de ) ; si leur revenu net global est compris entre et (au lieu de et ). Les limites d exonération d impôt sur le revenu sont également relevées pour l imposition des revenus de 2012 : pour les contribuables âgés de 65 ans ou moins (au lieu de ) ; pour les contribuables âgés de plus de 65 ans (au lieu de ). Réduction de l avantage en impôt procuré par le quotient familial L économie d impôt résultant de la prise en compte d une personne à charge passe de à Ce plafonnement s applique à partir d un certain niveau de revenus nets imposables : pour un couple marié avec un enfant, pour un couple marié avec 2 enfants. Conséquences de cette réduction : Pour un couple avec 2 enfants ayant de revenu imposable Impôt supplémentaire = ( ) x 2 = 672 Instauration d une contribution exceptionnelle sur les «très hauts revenus d activité» censurée par le Conseil constitutionnel Cette contribution de 75 % sur la fraction des revenus d activité professionnelle qui excède devait concerner les revenus d activité perçus en 2012 et C était une contribution exceptionnelle de 18 % qui, ajoutée au taux d imposition de 45 %, à la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus de 4 % et aux prélèvements sociaux sur les revenus d activité de 8 %, aboutissait à une taxation globale de 75 %. Le Conseil constitutionnel a censuré ce dispositif car la contribution était assise sur les revenus de chaque personne physique alors que l impôt sur le revenu pesant sur les mêmes revenus, ainsi que la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus de 4 %, sont prélevés par foyer. Ainsi, deux foyers fiscaux bénéficiant du même niveau de revenu issu de l activité professionnelle pouvaient se voir assujettis à la contribution exceptionnelle de solidarité de 18 % ou au contraire en être exonérés selon la répartition des revenus entre les contribuables composant ce foyer. Abaissement du plafond des niches fiscales à et suppression de la part proportionnelle La réduction du plafonnement global des niches fiscales à par foyer et par an concerne les investissements Sont exclus de ce nouveau plafond certains dispositifs comme les investissements outre-mer et les SOFICA qui conserveront en 2013 le plafonnement global de (la part proportionnelle qui devait initialement s ajouter aux a été supprimée par le Conseil constitutionnel). Le dispositif Malraux se trouve exclu du plafonnement global des niches fiscales à compter des investissements réalisés à partir du 01/01/2013. Rappel : plafond de % du revenu imposable en 2009, et 8 % en 2010, et 6 % en 2011, en Traitements et salaires : limitation du plafond de la déduction forfaitaire de 10 % pour frais professionnels et modification du régime de déduction des frais réels À compter de l imposition des revenus de l année 2012, le plafond de la déduction forfaitaire de 10 % pour frais professionnels est abaissé à (au lieu de ). La possibilité pour les salariés déduisant leurs frais réels de recourir à un barème forfaitaire / Spécial Novembre LDF Janvier 2013

3 kilométrique des frais de véhicule est légalisée. Ce barème est toutefois plafonné à 7 CV. Conséquences de ce plafonnement : Un salarié effectue kms/an avec un véhicule de 11 CV. Barème 2012 : kms x 0,396 (limitation à 7 CV) = au lieu de kms x 0,478 = Revenu imposable supplémentaire : Ce plafonnement à 7 CV aurait également une incidence sur les frais de déplacements remboursés aux dirigeants de sociétés dans le cadre des frais professionnels lorsque la puissance du véhicule dépasse 7 CV (en attente du décret d application). Compte tenu des nouvelles règles, les remboursements de frais de voiture continueraient à être exonérés dans la limite de 7 CV. En revanche, les remboursements de frais dépassant ce plafond seraient à inclure dans la rémunération imposable. CSG : baisse de la fraction déductible La fraction déductible de la CSG sur certains revenus du capital est ramenée à 5,1 % (au lieu de 5,8 %) à compter des revenus de Sont concernés les revenus imposés selon le barème progressif de l impôt sur le revenu (les revenus fonciers, rentes viagères, revenus de capitaux mobiliers ). élargissement de la composition du Revenu Fiscal de Référence (RFR) La liste des éléments devant être intégrés au revenu fiscal de référence est élargie : - dès 2012, à l abattement pour durée de détention sur les plus-values des dirigeants de PME partant à la retraite, - à compter de 2013, à l abattement pour durée de détention nouvellement institué sur les plusvalues de cession de valeurs mobilières désormais soumises au barème progressif. Conséquences de cette mesure : élargissement de l assiette de la contribution exceptionnelle de 4 % sur les très hauts revenus. Rappel : le revenu fiscal de référence est le montant des revenus à retenir pour l application des abattements, exonérations et dégrèvements prévus en matière d impôts locaux. Il est calculé à partir du revenu net imposable tel que défini sur la déclaration de l IR. Il est corrigé de certaines exonérations et déductions. Il intègre des revenus imposés sous d autres formes (revenus subissant un prélèvement libératoire, bénéficiant d une convention pour éviter les doubles impositions...). Revenus de capitaux mobiliers Imposition au barème progressif de l impôt sur le revenu des dividendes et des produits de placement à revenu fixe (intérêts, coupons obligataires ) L option pour le Prélèvement Forfaitaire Libératoire (PFL) est supprimée, les intérêts et dividendes sont imposés selon le barème progressif de l IR à compter du 1 er janvier Remarque : l application rétroactive de cette mesure pour l année 2012 a été invalidée par le Conseil constitutionnel (le principe du PFL demeure donc effectif pour l année 2012). Dispense d acompte selon le Revenu Fiscal de Référence (RFR) : - pour les produits de placement à revenu fixe : une dispense d acompte peut être demandée pour les célibataires dont le RFR est inférieur à ( pour les couples) - pour les dividendes : une dispense d acompte peut être demandée pour les célibataires dont le RFR est inférieur à ( pour les couples) à noter : la demande de dispense d acompte (attestation sur l honneur) en fonction du RFR de l avant dernière année doit être formulée au plus tard le 30 novembre de l année précédant celle du paiement des revenus. Par ailleurs, les contribuables ayant perçu moins de d intérêts (coupons ou assimilés) dans l année pourront demander lors du dépôt de la déclaration de revenus qu ils soient imposés à un taux forfaitaire de 24 %. Suppression de l abattement fixe sur les revenus de dividendes L abattement fixe annuel de ou selon la situation familiale est supprimé à compter des revenus 2012, tandis que l abattement de 40 % est maintenu. Conséquences de cette suppression : Un couple encaisse de dividendes En 2011 Abattement forfaitaire = % = Abattement fixe = Dividendes imposables = 550 En 2012 suppression de l abattement de Dividendes imposables = D où un revenu imposable supplémentaire de plus-values immobilières Maintien du régime d imposition applicable en 2012 aux plus-values immobilières Le Conseil constitutionnel a censuré cet article, car il avait pour conséquence de porter, avec toutes les autres impositions, à 82 % l imposition marginale des plus-values sur terrains à bâtir. Il a jugé que ce nouveau système d imposition faisait peser une charge excessive sur les contribuables au regard de leurs capacités contributives, ce qui est contraire au principe d égalité devant les charges publiques. C est ainsi tout l article concerné qui n entrera donc pas en vigueur. L article 15 de la loi de finances prévoyait deux modifications en matière de taxation des plus-values immobilières : 1. Une réforme en deux temps pour les terrains à bâtir : - suppression de l abattement pour durée de détention à compter de 2013 (avec toutefois un régime transitoire lorsqu une promesse de vente avait été signée en 2012), - puis intégration des plus-values dans le revenu global soumis au barème progressif de l impôt sur le revenu à compter de 2015 (et non plus une taxation forfaitaire). 2. Un abattement exceptionnel de 20 % sur la plus-value soumise à l impôt sur le revenu pour les cessions d immeubles autres que les terrains à bâtir cédés en Maintien du régime d imposition applicable en 2012 aux plus-values immobilières Les plus-values de cession d immeubles autres que des terrains à bâtir, réalisées par les particuliers à compter du 1 er janvier 2013 et supérieures à , sont assujetties à une taxe, dont le taux varie en fonction du niveau de la plus-value (de 2 % jusqu à une plus-value de , à 6 % pour une plus-value de plus de ). La taxe est due par le cédant au moment de la cession. Les ventes ayant acquis date certaine avant le 07/12/12 en sont toutefois exclues. / Novembre Spécial LDF Janvier 2013

4 Mesures pour les particuliers plus-values mobilières Réforme de l imposition des plus-values sur valeurs mobilières et droits sociaux Les gains nets de cession de valeurs mobilières et droits sociaux réalisés par les particuliers à compter du 1 er janvier 2013 sont soumis au barème progressif de l impôt sur le revenu. à titre transitoire et pour les gains réalisés en 2012, une imposition forfaitaire est pratiquée au taux de 24 %. Pour 2013 est instauré un abattement pour durée de détention tenant compte de la durée réelle de détention des titres : - 20 % pour les titres détenus depuis plus de 2 ans et moins de 4 ans ; - 30 % pour les titres détenus depuis plus de 4 ans et moins de 6 ans ; - 40 % pour les titres détenus depuis plus de 6 ans. Est maintenu mais aménagée la condition de réinvestissement du produit de la cession exigée pour le bénéfice du report d imposition des plusvalues. Les abattements ci-dessus ne sont pas pris en compte pour calculer les prélèvements sociaux et le revenu fiscal de référence. Concrètement en 2013 : Qui est concerné et sur quelles plus-values? Il s agit de plus-values privées des : - associés non exploitants d une société civile agricole à l IR ou d une société à l IS (imposition au «taux marginal d imposition» après abattement pour durée de détention) - associés exploitants des sociétés à l IS (imposition au TMI après abattement pour durée de détention ou PFL à 19 % sur option sans abattement pour durée de détention)- voir ci-après Ne sont pas concernés : les associés exploitants des sociétés civiles à l IR (GAEC, EARL, SCEA), des SARL à l IR Il s agit de plus-values professionnelles. Exemple d imposition d un associé non exploitant : Un associé non exploitant, célibataire, cède en 2013 ses parts détenues depuis 10 ans et réalise une plus-value nette de , sa TMI étant de 30 %. En 2013 : imposition au TMI (tranche inchangée) - abattement pour durée de détention de 40 % (plus de 6 ans) - reste à imposer x 30 % + (15,5 % de prélèvements sociaux sur ) = En 2012 : imposition = x 24 % + 15,5 % = En 2011 : imposition = x 19 % + 12,3 % prélèvements sociaux = Plus-values réalisées par les entrepreneurs : instauration d un régime d imposition forfaitaire à 19 % Pour 2012, les plus-values sont taxées au taux de 24 % (comme indiqué précédemment) ou sur option à 19 % sous conditions énumérées ci-après. à partir de 2013, les plus-values sont imposées au barème de l impôt sur le revenu après abattement pour durée de détention ou sur option au taux de 19 % sans abattement pour durée de détention sous les conditions suivantes : - les titres doivent avoir été détenus de manière continue au cours des 5 années précédant la cession ; ces mêmes titres doivent, d une part, avoir représenté, de manière continue pendant au moins 2 ans au cours des 10 années précédant la cession des titres, au moins 10 % des droits de vote de la société dont les titres sont cédés, et, d autre part, représenter au moins 2 % des droits de vote à la date de la cession ; - le cédant doit avoir exercé dans la société dont les titres sont cédés une activité salariée ou dirigeante de manière effective et continue au cours des 5 années précédant la cession ; - la société dont les titres sont cédés doit exercer une activité opérationnelle ou être une holding animatrice. Rappel : les activités à contrats garantis (exemples : photovoltaïque, éolien) et les activités immobilières et financières sont exclues. Plus-values des dirigeants de sociétés à l IS partant en retraite : poursuite du dispositif transitoire d abattement pour durée de détention Le dispositif transitoire d abattement sur les plus-values de cessions de titres de sociétés (abattement part 1/3 à compter de la 6 e année de détention) réalisées par des dirigeants de PME partant à la retraite, qui ne devait s appliquer que jusqu au 31 décembre 2013, est prorogé jusqu au 31 décembre Réductions et crédits d impôts Reconduction de la réduction d impôt pour souscription au capital de PME non cotées La réduction d impôt pour souscription au capital de PME non cotées est prorogée jusqu au 31 décembre Extinction du dispositif Scellier et naissance du dispositif Duflot Un nouveau dispositif Duflot est institué en faveur des investissements locatifs réalisés dans le secteur intermédiaire à compter du 1 er janvier 2013 et jusqu au 31 décembre Ce nouveau dispositif prend le relais du dispositif Scellier qui s éteint au 1 er janvier 2013, sous réserve d une période de maintien transitoire. Les contribuables domiciliés en France qui acquièrent ou font construire des logements neufs, situés en métropole ou en outre-mer, et qui s engagent à les donner en location nue à usage d habitation principale pour une durée minimale de 9 ans, peuvent bénéficier d une nouvelle réduction d impôt. L engagement de location doit comporter une mention prévoyant que le loyer et les ressources du locataire ne peuvent pas excéder certains plafonds fixés par décret. Au titre d une même année d imposition, deux logements maximum par contribuable peuvent ouvrir droit à l avantage fiscal. Les logements doivent être situés dans les communes se caractérisant par un déséquilibre entre l offre et la demande de logements. Il s agit des logements situés dans les communes des zones A, A bis et B1. Les investissements afférents à des logements situés dans les communes de la zone B2 seront éligibles : - sans condition jusqu au 30 juin 2013 ; - et sous condition d agrément par le préfet de région, pour les acquisitions et les demandes de permis de construire déposées après cette date. Les logements devront, par ailleurs, respecter un niveau de performance énergétique globale variable en fonction du type de logement concerné, qui sera déterminé par décret. Un quota de logements éligibles au sein d un même immeuble est instauré, afin qu au sein d un même immeuble neuf comportant au moins 5 logements, au minimum 20 % des logements ne donnent pas droit à la réduction d impôt. La réduction d impôt s applique également aux souscriptions de parts de SCPI. La souscription doit être affectée à hauteur de 95 % au financement d un logement éligible à la réduction d impôt.

5 La réduction d impôt est calculée sur le prix de revient du logement ou sur la base de 95 % du montant des souscriptions, dans la limite annuelle de par contribuable. Son taux est fixé à : - 18 % pour les investissements réalisés en métropole ; - 29 % pour ceux réalisés dans les départements et collectivités d outre-mer. Dans le cas où le montant de la réduction d impôt excède celui de l impôt brut, la fraction non imputée de cette réduction ne peut pas donner lieu à un report sur l impôt dû au titre des années suivantes. La réduction d impôt Scellier s éteint, en métropole comme en outre-mer, le 31 décembre Une mesure transitoire prévoit toutefois le maintien de la réduction d impôt pour les acquisitions réalisées au plus tard le 31 mars 2013, lorsque le contribuable justifie qu il a pris l engagement de réaliser un investissement immobilier au plus tard le 31 décembre Cet engagement peut prendre la forme d une réservation, à condition qu elle soit enregistrée chez un notaire ou au service des impôts au plus tard le 31 décembre 2012 et que l acte authentique soit passé au plus tard le 31 mars Renouvellement du dispositif Censi- Bouvard La réduction d impôt accordée au titre d investissement en Location Meublée Non Professionnelle (LMNP), dite Censi-Bouvard, permet de bénéficier d une réduction d impôt de 11 % de l investissement de départ ( maximum) étalée sur 9 ans. Ce dispositif concerne les investissements en résidences avec services (de tourisme, d affaires, Ehpad, seniors et étudiants) gérées par un exploitant avec lequel l investisseur signe un bail commercial. Contrairement au dispositif Scellier, il est possible de faire plus d un investissement en Censi-Bouvard au cours d une année. De plus, l achat s effectue hors taxes car l investisseur peut récupérer la TVA à 19,6 %. Le dispositif Censi-Bouvard devait disparaître en fin d année 2012 mais a été renouvelé jusqu au 31 décembre cession d usufruit temporaire Jusqu à présent, les cessions à titre onéreux d usufruits temporaires relevaient du régime des plus-values des particuliers (immobilières ou mobilières) ou des plus-values professionnelles. Pour la première cession d un usufruit réalisée à compter du 14 novembre 2012, le produit est imposé au barème progressif de l impôt dans la catégorie de revenus correspondante. Ainsi, une cession d usufruit temporaire : - de parts de GFA ou de SCI sera taxée dans la catégorie des revenus fonciers lorsque le GFA ou la SCI est à l IR ; - de parts de SARL ou EARL à l IS sera taxée dans la catégorie des revenus de capitaux mobiliers. mesures sociales Suppression du mécanisme de l assiette forfaitaire pour l emploi d un salarié à domicile À compter du 1 er janvier 2013, les particuliers employeurs ne pourront plus opter pour la base forfaitaire de calcul des cotisations et contributions sociales au titre des rémunérations des salariés qu ils emploient à leur domicile. Le calcul s effectuera sur le salaire réel. En compensation, est instituée une déduction forfaitaire de la cotisation patronale due au titre des assurances sociales, calculée en fonction du nombre d heures travaillées par le salarié employé à domicile. Le montant de la déduction applicable aux cotisations serait de 0,75 par heure travaillée. Cette déduction forfaitaire ne sera cumulable avec aucune exonération de cotisations sociales, ni avec l application de taux ou d assiettes spécifiques, ou de montants forfaitaires de cotisations. impôt sur la fortune (isf) Un nouveau barème inspiré du barème 2011 a été voté. Barème 2013 Un mécanisme de lissage est prévu pour les patrimoines nets taxables compris entre et On notera : - un seuil de déclenchement qui reste fixé à , - la suppression de la réduction de 300 par personne à charge, - un passif déductible plus encadré : la déduction se limitera aux seules dettes se rapportant à des actifs taxables. Ne seront pas pris en compte les dettes contractées sur des biens non inclus dans l assiette de l ISF ou qui en sont exonérés, - un plafonnement de l ISF. Le montant global de l impôt est plafonné à 75 % des revenus. Sont désormais notamment pris en compte au titre des revenus, la variation, entre le 1 er janvier et le 31 décembre de l année précédente, de la valeur de rachat des contrats de capitalisation, y compris assurance-vie, ainsi que les revenus des instruments financiers de capitalisation de toute nature. - le seuil du patrimoine net taxable en dessous duquel les redevables de l ISF ne sont tenus qu à une déclaration simplifiée est abaissé à

6 Mesures pour les entreprises et les dirigeants loi de finances 2013 mesures pour les entreprises et les dirigeants bénéfices non commerciaux Application du nouveau barème kilométrique des salariés aux titulaires de revenus non commerciaux À compter de l imposition des revenus de l année 2012, les titulaires de bénéfices non commerciaux qui optent pour l évaluation forfaitaire de leurs frais de véhicules seront soumis au nouveau barème kilométrique défini pour les salariés. Ce barème forfaitaire d évaluation des frais de voiture sera fixé par arrêté et la puissance fiscale maximale des véhicules prise en compte sera de 7 CV, au lieu de 13 CV actuellement. La loi prévoit par ailleurs la nature des frais non couverts par le barème forfaitaire, lequel est censé couvrir la totalité des frais liés au véhicule par un salarié, à l exception : - des frais de péage, de garage ou de parking ; - des intérêts annuels afférents à l achat à crédit du véhicule utilisé. Lorsque les salariés ne font pas application du barème forfaitaire, les frais autres que les frais de péage, de garage ou de parking et d intérêts annuels afférents à l achat à crédit du véhicule utilisé sont soumis à un plafonnement. Le plafond de déduction des frais réels est égal au montant qui serait admis en déduction en application du barème forfaitaire, à distance parcourue identique, pour un véhicule de 7 CV. Ces nouvelles dispositions s appliquent pour la détermination du résultat de l année 2012 et des années suivantes. Augmentation de la cotisation d assurance vieillesse de base des professions libérales À compter du 1 er janvier 2013, les taux de cotisation du régime d assurance vieillesse de base des professions libérales assis sur le revenu d activité non salarié sont relevés. En 2013, le taux de la cotisation sera de : - 9,75 % sur la part des revenus inférieure ou égale à 85 % du Plafond Annuel de la Sécurité Sociale (PASS) (soit sur la part des revenus inférieure ou égale à , sur la base du plafond annuel 2013 fixé, sous réserve de la publication de l arrêté ministériel, à ) ; - 1,81 % sur la part des revenus supérieure à 85 % du PASS dans la limite de 5 fois ce plafond (soit entre et dans la limite de , sur la base du PASS précité). Ces taux seront à nouveau relevés en 2014 et portés respectivement à 10,1 % et 1,87 %. bénéfices industriels et commerciaux Instauration d une contribution additionnelle de 3 % sur les dividendes La deuxième loi de finances rectificative pour 2012 a introduit une contribution égale à 3 % des sommes distribuées par les sociétés passibles de l impôt sur les sociétés IS. Cette contribution additionnelle de 3 % est due par les sociétés et organismes français ou étrangers passibles de l IS de plein droit ou sur option (même s ils en sont exonérés), au titre des montants distribués depuis le 17 août Ne sont pas concernées les PME au sens communautaire, c est-à-dire les sociétés qui emploient moins de 250 salariés et dont le chiffre d affaires annuel n excède pas 50 millions d euros ou dont le total du bilan annuel n excède pas 43 millions d euros. Les entreprises entrant dans la définition communautaire sont celles qui exercent une activité économique. Compte tenu de cette précision, il est à craindre que les distributions réalisées par les sociétés ayant un objectif purement patrimonial (SCI à l IS) ainsi que des sociétés holdings dites «passives» soient soumises à cette contribution de 3 %. Limitation de la déduction des charges financières pour certaines sociétés Deux mécanismes de plafonnement des charges financières ont été instaurés par les lois de finances 2012 et Le premier dispositif limite la déduction des charges financières liées à l acquisition de titre de participation lorsque la société qui les acquière n exerce pas de pouvoir de décision concernant les décisions prises sur ces titres. Ainsi, les sociétés dont l activité est la prise de participations financières dans d autres sans exercer de contrôle sur les titres détenus sont soumises à cette limitation des charges financières. Le second dispositif concerne les sociétés soumises à l impôt sur les sociétés dont le montant des charges financières nettes atteint au moins 3 M. Ces sociétés ne peuvent déduire que 85 % de ces charges pour la détermination des résultats des exercices clos à compter du 31 décembre 2012, puis 75 % seulement pour les exercices ouverts à compter du 1 er janvier Plafonnement des déficits reportables Les déficits constatés au titre des exercices clos depuis le 21 septembre 2011, ainsi que ceux restant à reporter à la clôture de l exercice précédant, sont soumis à une règle de plafonnement instaurée par la seconde loi de finances rectificative pour L imputation de déficits antérieurs sur le bénéfice constaté au titre d un exercice n est possible qu à hauteur d un plafond égal à un 1 M majoré d un montant égal à 60 % du bénéfice imposable de l exercice. La loi de finances diminue le taux de 60 % à 50 %. Cette disposition s applique aux exercices clos à compter du 31 décembre 2012.! Important Groupe de sociétés Le seuil de 3 M est apprécié au niveau du groupe et la réintégration est opérée dans le résultat d ensemble par la société mère. Contrat de location et de crédit bail Les charges financières incluent une part des loyers des biens pris en crédit bail. Cette part est censée représenter la part de charges financières que le bailleur facture au locataire. / Novembre Spécial LDF Janvier 2013

7 pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Mise en place d un crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi La loi de finances rectificative instaure un crédit d impôt calculé en pourcentage de la masse salariale pour favoriser la compétitivité des entreprises. Peuvent bénéficier de ce dispositif les entreprises relevant du bénéfice réel et imposées à l impôt sur le revenu ou l impôt sur les sociétés. Ce crédit d impôt est de 4 % en 2013 et de 6 % pour les années suivantes. Il est calculé sur la masse salariale brute comprise entre 1 fois et 2,5 fois le SMIC. Les rémunérations prises en compte sont celles déductibles pour la détermination du résultat imposable de l entreprise. Les rémunérations des dirigeants majoritaires et des exploitants sont exclues. Concernant les rémunérations des associés dirigeants minoritaires salariés et des associés non exploitants salariés, le décret d application devra apporter des précisions. En effet, la rédaction actuelle du texte conduit à un traitement différent selon que la société relève de l IS ou de l IR, compte tenu de la non déduction des salaires des associés et dirigeants salariés minoritaires dans les sociétés à l IR. Le calcul du crédit d impôt est basé sur les rémunérations de l année civile. Il est imputable sur l IR ou l IS dû au titre de l année au cours de laquelle les rémunérations prises en compte pour le calcul ont été versées. L excédent, non remboursé, est imputable sur les 3 années suivantes sauf exception (cas des PME, entreprises nouvelles et entreprises en difficultés). Le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi ne peut ni financer une distribution de résultat, ni servir à augmenter les rémunérations des dirigeants. Il doit financer l amélioration de la compétitivité (notamment à travers l investissement, la recherche, la formation ). Cette dernière précision soulève certaines difficultés. Enfin, ce crédit d impôt sera financé en partie par des hausses de TVA. Il s imputera sur l IS ou l IR en Cotisation foncière des entreprises et IFER Aménagement de la CFE en faveur des petites entreprises Les bases minimum de la cotisation foncière des entreprises sont aménagées afin d alléger l imposition des petites entreprises. Pour moduler la hausse significative de la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) constatée en 2012 et éviter qu elle ne se reproduise à l avenir, la 3 e loi de finances rectificative pour 2012 prévoit plusieurs dispositifs : - un allègement de la cotisation Les collectivités ont jusqu au 21 janvier 2013 Réforme des taux de TVA au 1 er janvier 2014 à compter du 1 er janvier 2014, les trois principaux taux seront modifiés comme suit : - le taux réduit de 5,5 % sera ramené à 5 % ; - le taux réduit de 7 % sera porté à 10 % ; - le taux normal sera relevé à 20 %. Le champ d application de ces taux sera, en principe, inchangé. Les biens et services actuellement soumis aux taux de 5,5 %, 7 % ou 19,6 % relèveront donc, à compter du 1 er janvier 2014, respectivement des taux de 5 %, 10 % et 20 %. pour revenir sur les délibérations prises en 2011 et prendre en charge tout ou partie de la cotisation correspondant à une augmentation de la base minimum. à cette date, elles devront également avoir revu la base de calcul de la cotisation minimum due au titre de 2013 ; - une nouvelle tranche complémentaire d imposition est instituée pour la détermination du montant minimum de CFE. Lancement de la campagne de révision des valeurs locatives des locaux professionnels en février 2013 (cf. édito page 1) Dans le cadre de la généralisation de la révision des valeurs locatives des locaux professionnels sur l ensemble du territoire, l administration précise les obligations déclaratives des propriétaires de locaux professionnels en 2013 (locaux commerciaux, bureaux, locaux occupés par les professions libérales, etc.). Les propriétaires de locaux professionnels recevront mi-février 2013 une déclaration n 6660-REV, pré-identifiée, à remplir pour chaque local qu ils possèdent. La date limite de dépôt de cette déclaration est fixée au lundi 8 avril Des délais supplémentaires seront toutefois accordés aux télédéclarants en fonction du nombre de locaux détenus, la date limite de dépôt étant ainsi fixée au : - 22 avril 2013 pour les propriétaires de 1 à 10 locaux ; - 29 avril 2013 pour les propriétaires de 11 à 100 locaux ; - 6 mai 2013 pour les propriétaires de plus de 100 locaux. Un service de télédéclaration sera ainsi proposé à compter de mi-février. Pour les propriétaires de plus de 20 locaux, une procédure de dépôt par échange de fichiers permettra d effectuer le dépôt des déclarations de manière globale pour l ensemble des locaux. Indexation des tarifs de l IFER (Imposition Forfaitaire des Entreprises de Réseau) La loi instaure une indexation annuelle des tarifs. Elle prévoit que les montants de l IFER soient revalorisés chaque année comme le taux prévisionnel d évolution des prix à la consommation des ménages, hors tabac, pour la même année, prévu dans le projet de loi de finances de l année. Rappel : sont imposées à l IFER les activités de production d électricité photovoltaïque ou éolienne par exemple. Cette nouvelle disposition devrait s appliquer à compter des impositions dues au titre de 2013.

8 Mesures pour les entreprises et les dirigeants bénéfices agricoles Prolongement de 2 ans du crédit d impôt en faveur de l agriculture biologique La 3 e loi de finances rectificative pour 2012 prolonge pour 2 ans, soit jusqu en 2014, le crédit d impôt de accordé aux exploitations dont au moins 40 % des recettes proviennent d activités relevant du mode de production biologique (conformément aux règles fixées dans le règlement (CE) n 834/2007 du Conseil du 28 juin 2007). Reconduction pour 4 ans du crédit d impôt pour remplacement La loi de finances pour 2013 proroge jusqu au 31 décembre 2016 le crédit d impôt égal à 50 % des dépenses engagées par l exploitant en vue de son remplacement pour congés (maladie, accident, vacances) dans la limite annuelle de 14 jours. Rappelons que le bénéfice de ce crédit d impôt est subordonné au respect du règlement (CE) n 1535/2007 du 20 décembre 2007 (aides de minimis). Par conséquent, le montant total des aides accordées à l exploitant ne peut excéder sur une période de 3 exercices fiscaux. Rappel : ce crédit concerne les exploitants agricoles dont la présence quotidienne est indispensable tout au long de l année. Les dépenses sont retenues dans la limite de 42 x taux horaire minimum garanti (3,44) x nb de jours limités à 14, soit un crédit d impôt maximum de 50 % du montant, soit Aménagement de la TVA sur les activités équestres Actuellement, toutes les activités équestres et les ventes de chevaux sont imposées à la TVA au taux de 7 % à l exception des chevaux vendus aux particuliers taxés au taux de 2,10 %. Suite à la mise en demeure de la Commission européenne (mars 2012), la loi de finances modifie l application du taux réduit en deux temps avec une incertitude sur la TVA à appliquer aux activités équestres dans un cadre sportif. Champ d application Taux 2012 Taux 2013 Taux 2014 Aménagement des dispositifs DPI et DPA Les conditions de constitution et d utilisation de la DPA sont assouplies et l utilisation de la DPI pour l acquisition d immobilisations amortissables est supprimée. Un plafond commun de déduction fixé à est instauré. Il sera utilisé, au choix, au titre de la DPI ou de la DPA. Comme auparavant, il est possible de constater une déduction complémentaire au titre de la DPA de 500 par salarié équivalent temps plein dans certaines conditions. La déduction maximale pratiquée au titre de la DPI et DPA sur le bénéfice de chaque exercice est plafonné au plus faible des trois montants suivants : - le montant du bénéfice, - le montant de pour un exercice de 12 mois majoré le cas échéant, du complément de DPA, - la différence positive entre et le montant des DPA et DPI pratiquées au titre des exercices antérieurs et non encore rapporté au résultat, majoré des intérêts capitalisés non soumis à l impôt. Pour les GAEC et EARL relevant de l IR : le plafond annuel de déduction (y compris complément de DPA) est multiplié par le nombre des associés exploitants dans la limite de trois. (1) Sous réserve d un décret pris en ce sens, ce taux serait porté à 20 %. Ce taux sera automatiquement applicable après le 31 décembre 2014.

9 Aménagement de la DPI (Déduction Pour Investissement) Les DPI pratiquées au titre des exercices clos le 31 décembre 2012 et suivants ne pourront plus être utilisées pour l acquisition d immobilisations amortissables. Elles pourront uniquement être utilisées pour l acquisition de stocks à rotation lente (stocks de vins et spiritueux ou d animaux) et pour l achat de parts sociales de coopératives. La durée de 5 ans pour l imputation reste inchangée. Aménagement de la DPA (Déduction Pour Aléas) La condition d assurance a été supprimée. Le blocage sur un compte bancaire spécifique est limité à 50 % de la déduction pratiquée, les sommes bloquées ne doivent plus obligatoirement provenir des recettes de l exploitation. Une mesure de dispense d épargne est instituée en cas d un accroissement du stock de fourrage destiné à être consommé par les animaux de l exploitation par rapport à la valeur moyenne du stock fin calculée sur les 3 derniers exercices. Cet accroissement pourra être considéré comme bloqué sur le compte d affectation. La DPA conserve les mêmes utilisations qu antérieurement dans un délai de 7 ans au lieu de 10 ans. Compte tenu de la suppression de la condition d assurance, en l absence d aléa, l utilisation de la DPA n est plus limitée à la liste des contrats d assurance à souscrire pour pratiquer la DPA. La DPA peut aussi être utilisée : - au titre de l exercice de survenance d un incendie ou d un dommage aux cultures ou de perte du bétail assuré, dans la limite des franchises, pour le règlement des dépenses en résultant ; - au titre de chaque exercice, pour l acquisition de fourrages destinés à être consommés par les animaux de l exploitation dans les 6 mois qui précèdent ou qui suivent la reconnaissance du caractère de calamité agricole sur le canton de l exploitation ou les cantons limitrophes. à noter... Les sommes déduites au titre de la DPI et DPA pour les exercices clos avant le 31 décembre 2012, peuvent être utilisées ou doivent être rapportées, selon les modalités prévues antérieurement à cette date. Par ailleurs, l indemnité destinée à couvrir les dommages causés aux récoltes par des événements d origine climatique, qui est acquise au titre d un exercice, mais couvre une perte effectivement subie au titre d un exercice ultérieur, est imposable au titre de l exercice de constatation de cette perte. Exemple Un éleveur clôture ses comptes au 30 septembre L état des DPI restant à imputer au 30/09/2012 s élève à Année de déduction DPI pratiquées DPA pratiquées Utilisation DPI Montant à utiliser au plus tard à la clôture Année Montant /09/ /09/ /09/ /09/ /09/ /09/ à la clôture (30/09/2013), des investissements sont réalisés (tracteur, silo ) et de DPI sont imputés. Il choisit au titre de ce même exercice de déduire une DPA de qu il devra utiliser avant le 30/09/2020. La moitié de cette somme, soit 7 500, doit être placée sur un compte DPA. Si son stock de fourrage au 30/09/2013 est de et que la moyenne des stocks de fourrages des exercices était de , l accroissement du stock est de La somme devant être placée sur le compte DPA peut être limitée à ( ).

10 Mesures pour les entreprises et les dirigeants mesures sociales Assiette sociale des travailleurs indépendants non agricoles, associés ou gérants de sociétés à l IS, étendue aux dividendes Les dividendes versés aux gérants majoritaires de sociétés à l IS qui excédent 10 % du capital social majoré des primes d émission et des sommes laissées en compte courant sont désormais réintégrées dans le revenu d activité non salarié servant au calcul des charges sociales. Cette mesure s applique aux cotisations et contributions sociales dues au titre des périodes courant à compter du 1 er janvier Suppression de l abattement de 10 % pour frais des gérants et associés Jusqu à présent, l assiette des cotisations sociales dues par les gérants et associés correspondait au montant net des rémunérations déclarées pour le calcul de l impôt sur le revenu, déduction faite des frais professionnels pris en compte pour leur montant réel ou par la déduction forfaitaire de 10 %. Depuis le 1 er janvier 2013, l abattement de 10 % est supprimé. Déplafonnement de la cotisation d assurance maladie des travailleurs indépendants Depuis le 1 er janvier 2013, le taux des cotisations de 6,5 % s applique à la totalité du revenu. Jusqu au 31 décembre 2012, la cotisation était calculée dans la limite maximale de 5 plafonds. En outre, dans le but d améliorer l équité et la proportionnalité du prélèvement des cotisants indépendants les plus modestes, un mécanisme de réduction dégressive de la cotisation minimale d assurance maladie en deçà d un certain plafond de revenu d activité est instauré. La cotisation minimale exigible évoluera entre 638 et 945, selon le revenu d activité. Lorsque le revenu d activité sera négatif ou nul, la réduction de cotisation sera maximale. La cotisation sera de 307 (soit 30 % de la cotisation minimale). Pour les revenus d activité positifs, la réduction décroîtra linéairement jusqu à s annuler à un niveau de revenu égal à 40 % du plafond annuel de la sécurité sociale ( en 2012 et en 2013). à ce niveau, la cotisation minimale sera à son montant normal de 945. Alignement des cotisations sociales des auto-entrepreneurs sur celles des travailleurs indépendants Les taux de cotisations dues par les auto-entrepreneurs sont relevés afin de les rapprocher des taux de cotisations des autres travailleurs indépendants. Ainsi, le taux applicable aux auto-entrepreneurs est désormais le suivant : - 14 % (au lieu de 12 % antérieurement) pour les artisans et commerçants ayant une activité de vente de marchandises (chiffre d affaires inférieur à ) - 24,6 % (au lieu de 21,3 %) pour les artisans et commerçants ayant une activité de prestations de services (chiffre d affaires inférieur à ), - et 21,3 % (au lieu de 18,3 %) pour les activités libérales relevant de la Cipav (recettes inférieures à ). Assujettissement des indemnités liées à la rupture conventionnelle du contrat de travail au forfait social L assiette du forfait social est élargie aux indemnités de rupture conventionnelle homologuée d un contrat de travail à durée indéterminée et aux indemnités versées à l occasion de la cessation du mandat social, à compter du 1 er janvier L employeur est ainsi redevable du forfait social, au taux de 20 %, sur la part de ces indemnités exclue de l assiette des cotisations sociales, soit dans la limite de 2 fois le Plafond Annuel de la Sécurité Sociale (PASS). Les indemnités dont le montant est supérieur à 10 PASS, soumises à cotisations et contributions sociales dès le 1 er euro, demeurent exclues du champ du forfait social. Aménagement du régime de protection sociale des exploitants agricoles Le régime des indemnités journalières est étendu aux maladies et accidents de la vie privée. Une cotisation forfaitaire annuelle de 170 sera appelée par la MSA. Aménagement du régime de retraite des exploitants agricoles Des points gratuits seront attribués aux exploitants qui ont dû cesser leur activité suite à maladie ou infirmité : 23 points pour les chefs d exploitation, 16 points pour les collaborateurs et aides familiaux. Renforcement du dispositif de lutte contre les fraudes sociales Le dispositif de lutte contre les fraudes sociales, notamment les fraudes aux cotisations sociales, est à nouveau renforcé par : - l extension de la portée du dispositif d annulation des exonérations sociales en cas de sous-traitance à l égard des donneurs d ordre ; - l instauration d une majoration des redressements de cotisations sociales en cas d absence de mise en conformité par l employeur à la suite d un contrôle Urssaf ayant révélé des pratiques illégales en matière de déclaration sociale ; - le renforcement du dispositif de sanction applicable en cas de travail dissimulé.! attention Le plan de lutte détermine les secteurs d activités prioritaires à contrôler. Il s agit de secteurs à fort besoin en main d œuvre, notamment le BTP, les hôtels-cafés-restaurants, le commerce de détail, le spectacle vivant mais aussi l agriculture. En effet, compte tenu des travaux saisonniers, l agriculture figure parmi les secteurs prioritaires à surveiller. Une coopération entre l inspection du travail, l Urssaf et la MSA doit permettre d optimiser les contrôles. Les diverses formes de travail dissimulé sont les suivantes : - recours abusif aux statuts particuliers, - fraudes de structures éphémères, - déclarations frauduleuses (sous-déclaration du travail effectivement réalisé), - emploi d un salarié sous un faux statut : faux bénévoles, faux travailleurs indépendants, faux gérants, faux mandataires. Le procédé est identique pour les faux stagiaires. Ces détournements visent à échapper aux règles applicables au salariat et sont caractéristiques du travail dissimulé par dissimulation de salariés. Là encore le secteur agricole est concerné par la pratique de ces faux statuts.

11 Travailleurs occasionnels agricoles : recentrage de l exonération de cotisations patronales sur les bas salaires La loi recentre sur les bas salaires l exonération de cotisations patronales dues au titre des assurances sociales pour l emploi de travailleurs occasionnels agricoles. L exonération, calculée en fonction du salaire, est désormais totale pour une rémunération mensuelle inférieure ou égale à 1,25 fois le SMIC, au lieu de 2,5 fois le SMIC jusqu à présent, et devient nulle pour une rémunération mensuelle égale ou supérieure à 1,5 fois le SMIC au lieu de 3 fois le SMIC jusqu à présent. Cette mesure s applique aux cotisations dues au titre des rémunérations versées à compter du 1 er janvier Mesures diverses facturation Les textes prévoient la transposition en interne des règles de facturation concernant les points suivants : 1. Le champ territorial des règles de facturation Principe : facturation selon les règles françaises pour les opérations réputées se situer en France quelle que soit le lieu d établissement du fournisseur ou du prestataire. Les règles de facturation concernent ainsi : les opérations situées en France réalisées par un assujetti établi dans un autre état membre pour lesquelles la TVA est autoliquidée en France application des règles de facturation françaises si mandat du fournisseur au client ; les opérations réalisées par un assujetti établi en France, situées dans un autre état membre dont la TVA est autoliquidée par le client application des règles de facturation françaises si mandat du client au fournisseur ; les opérations réalisées par un assujetti établi en France et dont le lieu est situé dans un pays tiers. 2. Les règles applicables en matière de facturation électronique - 2 méthodes jusqu à présent : EDI ou signature électronique. - élargissement à d autres procédures 3. Dispense de facture : pour les acomptes versés concernant les livraisons intracommunautaires de biens exonérés 4. Mentions obligatoires sur les factures, allégement concernant les opérations d autoliquidation : la référence à l article du CGI n est plus nécessaire. Seule la mention autoliquidation doit être indiquée. Aménagement du délai de reprise de l administration fiscale Le délai spécial de reprise de 10 ans, applicable jusqu à présent à l impôt sur le revenu, l impôt sur les sociétés et taxes assimilées, est étendu à l ensemble des impôts. Sont ainsi visés la TVA, les impôts locaux, les droits d enregistrement et l ISF. Sont concernées les omissions ou insuffisances d imposition révélées par : - une instance juridictionnelle, - une réclamation contentieuse. Cette mesure s applique aux délais de reprise venant à expiration à compter du 31 décembre cerfrance adheo, à vos côtés toute l année pour mieux comprendre la législation Dès que nécessaire, cerfrance adheo vous informe des évolutions règlementaires qui vous concernent. Pour être au plus près de l actualité et cibler au mieux l information, un groupe d experts (économiques, juridiques, fiscaux, sociaux, patrimoniaux) se réunit une fois par semaine afin de traîter et de sélectionner les sujets qui impacteront à plus ou moins long terme votre gestion d entreprise. Ces informations vous sont ensuite relayées par les moyens jugés les plus pertinents : courrier, appel téléphonique de votre interlocuteur habituel, Buro en ligne, via les lettres d information CERFRANCE Infos. Vous n êtes pas encore destinataire des CERFRANCE Infos? Parlez-en à votre interlocuteur ADHEO! Il vous suffit simplement de lui transmettre votre adresse . En plus d activer l envoi de cette newsletter, vous obtiendrez vos codes d accès pour vous connecter à votre Buro en ligne. Ce site Extranet vous permettra d accéder directement à vos documents comptables, ainsi qu à une mine d informations et autres outils pratiques (calcul d emprunt, simulation de placement, calcul des frais kilométriques, devis facturier, etc.).

12 Les chiffres clés Plafond de la sécurité sociale depuis le 1 er janvier 2013 Annuel semaine 712 Trimestriel jour 170 Mensuel heure 23 Quinzaine SMIC Date d effet Horaire Mensuel (35 heures) Minimum garanti 01/01/2012 9, ,37 3,44 01/07/2012 9, ,67 3,49 01/01/2013 9, ,22 3,49 Comptes courants d associés Taux maximal des intérêts déductibles (exercice de 12 mois clos du 28/02/2013 au 30/03/2013) 3,22 % Indice national du fermage pour ,95 (base 100 en 2009) Indice du coût de la construction Base 100 au 4 e trimestre e trimestre er trimestre e trimestre e trimestre e trimestre e trimestre Indice de référence des loyers d habitation 3 e trimestre ,95 2 e trimestre ,96 4 e trimestre ,68 3 e trimestre ,55 1 er trimestre ,37 4 e trimestre ,97 Barème kilométrique 2011 Puissance fiscale Jusqu à km De à km Au-delà de km 3 CV d x 0,405 (d x 0,242) d x 0,283 4 CV d x 0,487 (d x 0,274) d x 0,327 5 CV d x 0,536 (d x 0,300) d x 0,359 6 CV d x 0,561 (d x 0,316) d x 0,377 7 CV d x 0,587 (d x 0,332) d x 0,396 8 CV d x 0,619 (d x 0,352) d x 0,419 9 CV d x 0,635 (d x 0,368) d x 0, CV d x 0,668 (d x 0,391) d x 0, CV d x 0,681 (d x 0,410) d x 0, CV d x 0,717 (d x 0,426) d x 0, CV et plus d x 0,729 (d x 0,444) d x 0,515 Frais de repas pour aller plus loin formation COMPRENDRE l actualité patrimoniale pour faire les bons choix Bar-le-Duc : 5 février 2013 Briey : 19 février 2013 Belleville-sur-Meuse : 12 février 2013 Commercy : 31 janvier 2013 Laxou : 7 février 2013 Lunéville : 26 février 2013 La fiche décrivant le contenu de la formation, ainsi que le bulletin d inscription, sont disponibles sur votre Buro en ligne rubrique Vous former. Agenda à noter dès-à-présent dans votre agenda! assemblée générale adheo 109 La prochaine Assemblée Générale de l Association de Gestion et de Comptabilité ADHEO 109 aura lieu le jeudi 30 mai 2013 en fin de journée, à la salle Montrichard de Pont-à-Mousson. Un rendez-vous à ne pas manquer! Valeur du repas pris à domicile Montant au-delà duquel la dépense professionnelle est considérée comme excessive 4,45 TTC 17,70 TTC Ensemble, en 2013, Faisons grandir vos projets La revue ECHOS 109 est éditée par l Association de Gestion et de Comptabilité ADHEO 109 Siège social : 5 rue de la Vologne, LAXOU Tél Directeur de la publication : Gérard RODICQ Impression en exemplaires par l imprimerie AGM (55) certifiée Imprim vert Papier 100 % recyclé - ISSN en cours

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

N 4 NOVEMBRE 2012 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS)

N 4 NOVEMBRE 2012 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) N 4 NOVEMBRE 2012 Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013) a été déposé par le gouvernement le 28 septembre 2012 à la présidence de l Assemblée nationale. Plusieurs objectifs sont poursuivis par

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

Les changements qui peuvent pour intéresser. nouvelles mesures fiscales la fiscalité du patrimoine

Les changements qui peuvent pour intéresser. nouvelles mesures fiscales la fiscalité du patrimoine Les changements qui peuvent pour intéresser. nouvelles mesures fiscales la fiscalité du patrimoine Pour tout renseignement complémentaire, veuillez vous rapprocher de votre cabinet comptable. 1 éléments

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

LES NOUVEAUTES 2013. - Impôt sur le revenu : ENTREE EN VIGUEUR. Barème progressif sur l impôt sur le revenu : Impôt sur le revenu 2013 (revenus 2012)

LES NOUVEAUTES 2013. - Impôt sur le revenu : ENTREE EN VIGUEUR. Barème progressif sur l impôt sur le revenu : Impôt sur le revenu 2013 (revenus 2012) LES NOUVEAUTES 2013 La loi de finances pour 2013, la troisième loi de finances rectificative pour 2012 et la loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 sont désormais publiées au Journal officiel.

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013)

Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Lettre Tecnic Patrimoine n 20 (Avril 2013) Loi de finance 2013 SOMMAIRE 1. Impôt sur le revenu... 2 2. ISF... 4 3. Réforme sur l immobilier... 4 4. Autres taxes.... 7 1 1. Impôt sur le revenu 1.1 Règles

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES

DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES SUPPLEMENT JANVIER 2012 DUO A REALISE POUR VOUS UNE SELECTION DES MESURES IMPORTANTES DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C., I.S. ET AGRICOLE) DATE DE DEPOT DES DECLARATIONS FISCALES

Plus en détail

Point de vue d experts

Point de vue d experts Point de vue d experts Largement médiatisée, la séquence fiscale de l automne dernier s est achevée par l adoption courant décembre de la troisième Loi de finances rectificative pour 2012 ainsi que de

Plus en détail

www.bredbanqueprivee.com

www.bredbanqueprivee.com www.bredbanqueprivee.com BRED Banque Populaire - Société anonyme coopérative de banque populaire régie par les articles L 512-2 et suivants du code monétaire et financier et l ensemble des textes relatifs

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

FLASH SPECIAL. Décembre 2012

FLASH SPECIAL. Décembre 2012 FLASH SPECIAL Décembre 2012 LOIS DE FINANCES DE FIN D ANNEE 2012 La fin d année 2012 aura été riche en actualité fiscale: Une loi de finances pour 2013 dont les vifs débats avaient commencé dès l été 2012

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LES PRINCIPALES MESURES PATRIMONIALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 La présente lettre a pour

Plus en détail

FISCAL ET DOUANIER. Actualité fiscale post-électorale. Commission ouverte. Jeudi 25 octobre 2012

FISCAL ET DOUANIER. Actualité fiscale post-électorale. Commission ouverte. Jeudi 25 octobre 2012 Commission ouverte FISCAL ET DOUANIER Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer Jeudi 25 octobre 2012 Actualité fiscale post-électorale 1 LA FISCALITÉ DU PATRIMOINE - ISF ISF 2012 CE ISF

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Assurance et Epargne long terme Sommaire 2009 N 1 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire I. Loi de finances pour 2009 Revalorisation des tranches du barème de l IR 2008 et des tranches du barème de l ISF

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012

Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 Les principales dispositions de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 du 29 décembre 2012 FISCALITÉ IMMOBILIÈRE Taxe sur certaines plusvalues immobilières CGI. art. 1609 nonies G Instauration

Plus en détail

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul...

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul... Nouvelles Mesures Loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 Plus d informations sur www.apce.com Loi n 20121404 du 17 décembre 2012 SOMMAIRE Mesures relatives aux travailleurs indépendants...

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

Version 8.1 Mars 2013

Version 8.1 Mars 2013 Version 8.1 Mars 2013 Principales évolutions 1 Evolutions législatives... 2 1.1 Fiscalité Impôt sur le revenu... 2 1.1.1 Gel du barème 2013 appliqué aux revenus de 2012, revalorisation de la décote et

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 La loi de finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013 au Journal Officiel de la République Française. Nous verrons dans les développements

Plus en détail

N 5 JANVIER 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) La LF prévoit :

N 5 JANVIER 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) La LF prévoit : La loi de finances pour 2013 (LF) a été publiée au Journal Officiel du 30 décembre 2012 après avoir été examinée par le Conseil Constitutionnel. Ce dernier a partiellement censuré la LF telle qu elle avait

Plus en détail

Supplément spécial Loi de Finances

Supplément spécial Loi de Finances La Lettre #Supplément de janvier 2016 Supplément spécial Loi de Finances Pour vous, DUO Solutions a sélectionné dans la Loi de Finances pour 2016 et dans la Loi de Finances rectificative pour 2015 les

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

30/01/2013. Actualité fiscale et sociale: Les conséquences des lois de finances

30/01/2013. Actualité fiscale et sociale: Les conséquences des lois de finances 30/01/2013 Actualité fiscale et sociale: Les conséquences des lois de finances 1.Fiscalité des particuliers 2. Fiscalité des entreprises 3. Actualité sociale 1.Fiscalité des particuliers 1/ Réforme du

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013 PLAN Loi de Finances rectificative du 14 mars 2012 (1 ère LFR) Loi de Finances rectificative du 16 août 2012 (2 ème LFR) Loi de Finances rectificative de décembre 2012 (3 ème LFR) Doctrine et jurisprudence

Plus en détail

SPECIALEMENT POUR VOUS DUO A SELECTIONNE DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014 LES MESURES QUI VOUS CONCERNENT

SPECIALEMENT POUR VOUS DUO A SELECTIONNE DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014 LES MESURES QUI VOUS CONCERNENT SUPPLEMENT LOI DE FINANCES 2014 SPECIALEMENT POUR VOUS DUO A SELECTIONNE DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2014 LES MESURES QUI VOUS CONCERNENT DISPOSITIONS FISCALES CONCERNANT LES ENTREPRISES (B.I.C. ET I.S.)

Plus en détail

Actualités Juridiques Avril 2011

Actualités Juridiques Avril 2011 . Actualités Juridiques Avril 2011 FISCALITE : La loi de finances rectificative pour 2012 : Principales dispositions TVA relèvement du taux normal L article 2V de la Loi prévoit à compter du premier octobre

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent :

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : - la simplification du régime des micro-entreprises, - les droits de mutation

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL

VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL GESTION PRIVÉE VOUS ACCOMPAGNER AVEC L AIDE MÉMOIRE FISCAL 2013 - Particuliers - Mise à jour octobre 2013 I - IMPÔT SUR LE REVENU Barème 2013 de l impôt sur les revenus (IR) 2012 Revenu imposable (R/N)

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

LES LOIS FISCALES POUR 2013

LES LOIS FISCALES POUR 2013 LES LOIS FISCALES POUR 2013 { Alain THEIMER Avocat au Barreau de Paris Président de la commission de Droit fiscal de l Ordre des Avocats au Barreau de Paris ISF 2012 CE ISF 2012 ISF 2013 Redevables Au

Plus en détail

Projet de loi de finances rectificative pour 2014

Projet de loi de finances rectificative pour 2014 Note d information du mois de Décembre 2014 Le cabinet sera fermé du 24/12/2014 au soir au 05/01/2015 au matin Projet de loi de finances rectificative pour 2014 Le projet de deuxième loi de finances rectificative

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur :

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1 PREAMBULE Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1. Le «quasi salarié» : Le dirigeant de SA et de SAS ou le gérant minoritaire de SARL. Sa rémunération relève des traitements et salaires. Il peut

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Parallèlement, il est instauré, à compter de 2013, un acompte, prélevé à la source, au taux de :

Parallèlement, il est instauré, à compter de 2013, un acompte, prélevé à la source, au taux de : Principales mesures fiscales de la loi de finances pour 2013 Pour lire ce texte cliquez ici (sous reverse de la décision du Conseil constitutionnel) Imposition au barème progressif de l impôt sur le revenu

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

A P A I 11 mars 2013. Loi de finances 2013 et Lois de finances rectificatives (LFR) de l année 2012

A P A I 11 mars 2013. Loi de finances 2013 et Lois de finances rectificatives (LFR) de l année 2012 Jacques GUÉNOT Avocat à la Cour Spécialiste en Droit Fiscal et en Droit des Sociétés Maître de Conférences Associé à l Université de Lorraine Loi de finances 2013 et Lois de finances rectificatives (LFR)

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

LA REFORME FISCALE 2013 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES. 18 février 2013 CGPME AIN

LA REFORME FISCALE 2013 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES. 18 février 2013 CGPME AIN LA REFORME FISCALE 2013 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES 18 février 2013 CGPME AIN 1 La réforme fiscale 2013 Application pratique 8 aux chefs d entreprises Jacques - Vincent PIROUX Expert -

Plus en détail

Fiscalité personnelle

Fiscalité personnelle Date de mise à jour : janvier 2013 Fiscalité personnelle Augmentation de l impôt sur le revenu - La taxation des particuliers sensiblement alourdie. Barème de l impôt sur le revenu La loi de finances pour

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

La lettre de votre Expert-comptable

La lettre de votre Expert-comptable CABINET Marc Emmanuel PAQUET MARTINIQUE COMPTA FINANCE SARL La lettre de votre Expert-comptable Au sommaire : SOCIAL - ce qui a changé au 1 er janvier 2014 FISCALITE - ce qui a changé au 1 er janvier 2014

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES LA FISCALITÉ DES LOCATIONS EN MEUBLES Article juridique publié le 21/03/2013, vu 10039 fois, Auteur : ASCENCIO Jacques LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES I - L IMPOT SUR LE REVENU A la différence

Plus en détail

Circulaire n 145. III Forfait social sur l indemnité de rupture conventionnelle

Circulaire n 145. III Forfait social sur l indemnité de rupture conventionnelle C A B I N E T D E X P E R T I S E C O M P T A B L E C O U T U R I E R J ANVIER 2013 Circulaire n 145 I Plafond Sécurité Sociale SMIC Cotisations sociales Le plafond de la Sécurité Sociale est fixé, pour

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 n 2012-1509 du 29 Décembre 2012 - JO du 30/12/2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 n 2012-1509 du 29 Décembre 2012 - JO du 30/12/2012 RÉSUMÉ LOI DE FINANCES POUR 2013 n 2012-1509 du 29 Décembre 2012 - JO du 30/12/2012 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 N 2 n 2012-958 du 16 Août 2012 - JO du 17/08/2012 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2015 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2014

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2015 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2014 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2015 publiée au Journal officiel le 30 décembre IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Plafonnement des effets du quotient

Plus en détail

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours)

L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) L impôt de solidarité sur la fortune ISF (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Le champ d application de l ISF... 4 Les personnes imposables... 4 Les biens concernés par

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

CGAHDF PRESENTATION DE LA LOI DE FINANCES 2009

CGAHDF PRESENTATION DE LA LOI DE FINANCES 2009 CGAHDF PRESENTATION DE - LA LOI DE FINANCES 2009 16 Février 2009 Yves Granier - Martine Villers 1 IMPOT SUR LE REVENU Limites et seuils : Modifications Relèvement de 2,9 % des tranches Limite d exonération

Plus en détail

FISCAL ET DOUANIER. Commission ouverte. Jeudi 18 avril 2013 ACTUALITES IR ET ISF. Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer

FISCAL ET DOUANIER. Commission ouverte. Jeudi 18 avril 2013 ACTUALITES IR ET ISF. Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer Commission ouverte FISCAL ET DOUANIER Co-responsables : Louis-marie bourgeois et alain theimer Jeudi 18 avril 2013 ACTUALITES IR ET ISF Animée par : et Louis-Marie Bourgeois, Avocats à la Cour Commission

Plus en détail

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres mesures L IMPÔT SUR LE REVENU Nouveau barème applicable :

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES POUR 2011

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES POUR 2011 Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie FISCAL Date : 21/01/2011 N : 01.11 LOI DE FINANCES POUR 2011 La loi de Finances pour 2011 a été définitivement adoptée le 15 décembre 2010 et publiée

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2015 n 2014-1654 du 29 Décembre 2014 - JO du 30/12/2014

LOI DE FINANCES POUR 2015 n 2014-1654 du 29 Décembre 2014 - JO du 30/12/2014 RÉSUMÉ LOI DE FINANCES POUR 2015 n 2014-1654 du 29 Décembre 2014 - JO du 30/12/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2014 n 2014-1655 du 29 Décembre 2014 - JO du 30/12/2014 BP 8 83560 RIANS Tél : 04

Plus en détail

ISF 2012. Règles d imposition : la territorialité En France : imposition sur l ensemble des biens situés en France et hors de France.

ISF 2012. Règles d imposition : la territorialité En France : imposition sur l ensemble des biens situés en France et hors de France. ISF 2012 I. Principe L impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) est un impôt déclaratif. Les personnes physiques possédant un patrimoine d une valeur nette supérieure à 1,3 million euros au 1 janvier 2012

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

COUP DE PROJECTEUR SUR LES REFORMES RECENTES DANS L IMMOBILIER

COUP DE PROJECTEUR SUR LES REFORMES RECENTES DANS L IMMOBILIER COUP DE PROJECTEUR SUR LES REFORMES RECENTES DANS L IMMOBILIER PREAMBULE INFLATION DES REFORMES CES DERNIERES ANNEES et INSTABILITE DES STRATEGIES D INVESTISSEMENT - Loi du 9 mars 2010 portant réforme

Plus en détail

N 6 OCTOBRE 2013 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) www.racine.eu

N 6 OCTOBRE 2013 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) www.racine.eu N 6 OCTOBRE 2013 Le projet de loi de finances pour 2014 (PLF) a été présenté le 25 septembre 2013 en Conseil des ministres. Sont exposées ci-après les principales mesures de ce texte. PROJET DE LOI DE

Plus en détail

1 Évolutions législatives... 3

1 Évolutions législatives... 3 Version 8.0 Décembre 2012 Dernières évolutions 1 Évolutions législatives... 3 1.1 Projet de Loi de Finances 2013 Impacts edixit... 3 1.1.1 Impôt sur le revenu... 3 1.1.2 Immobilier... 4 1.1.3 Valeurs mobilières...

Plus en détail

Quelles sont les principales mesures contenues dans la loi de finances pour 2010 ayant un impact sur la gestion patrimoniale?

Quelles sont les principales mesures contenues dans la loi de finances pour 2010 ayant un impact sur la gestion patrimoniale? Quelles sont les principales mesures contenues dans la loi de finances pour 2010 ayant un impact sur la gestion patrimoniale? (Ce commentaire réalisé à chaud, ne présente pas un caractère exhaustif) I.

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE EXTRAITS DU N 48 MARS 2012 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Question de bateaux IR : un barème gelé A noter Du crédit pour le bio Page 3 A table! Trois ans de plus Taxi

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU COURS DE FISCALITE DES PERSONNES PHYSIQUES PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU PLAN 1.Définition et caractéristiques 2. la territorialité 3.Les revenus imposables 31 Les revenus

Plus en détail