Rapport 2012 sur la situation de la ville de Nanterre en matière de développement durable

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport 2012 sur la situation de la ville de Nanterre en matière de développement durable"

Transcription

1 MAIRIE DE NANTERRE 12 février 2013 Rapport 2012 sur la situation de la ville de Nanterre en matière de développement durable 1

2 2

3 SOMMAIRE Préambule/Introduction... 4 Première partie Nanterre durable : bilan des politiques publiques, des orientations et des programmes mis en œuvre sur le territoire nanterrien I- La politique publique «Citoyenneté» au regard du développement durable II- La politique publique «Toutes les solidarités» au regard du développement durable III- La politique publique «Logement pour tous» au regard du développement durable IV- La politique publique «Prévention» au regard du développement durable V- La politique publique «Education» au regard du développement durable VI- La politique publique «Epanouissement de tous» au regard du développement durable VII- La politique publique «Préservation des ressources et des milieux» au regard du développement durable VIII- La politique publique «Qualité de l espace public» au regard du développement durable IX- La politique publique «Mobilité et déplacements» au regard du développement durable X- La politique publique «Développement urbain harmonieux» au regard du développement durable XI- La politique publique «Gestion efficace du service public communal» au regard du développement durable Deuxième partie : La collectivité exemplaire et responsable : bilan des actions conduites au titre de la gestion interne du patrimoine, du fonctionnement et des activités internes de la collectivité I- La gestion durable du patrimoine II- La commande publique éco-responsable III- L éco-responsabilité des élus et des agents IV- La responsabilité sociétale de la collectivité

4 Préambule/Introduction I- Pourquoi un rapport sur le développement durable A- Rappel sur ce que dit la réglementation Dans les communes de plus de habitants, préalablement aux débats sur le projet de budget, le maire présente un rapport sur la situation en matière de développement durable intéressant le fonctionnement de la collectivité, les politiques qu elle mène sur son territoire et les orientations et programmes de nature à améliorer cette situation. Le contenu de ce rapport et, si nécessaire, les modalités de son élaboration sont fixés par décret. (Article L du CGCT et 255 de la loi du 12 juillet 2010). Le rapport décrit, sous forme de synthèse, la situation en matière de développement durable de la collectivité à partir des évaluations, documents et bilans produits par la commune sur une base volontaire ou prévus par un texte législatif ou réglementaire. Il comporte, au regard des cinq finalités du développement durable mentionnées au III de l article L du code de l environnement : - le bilan des actions conduites au titre de la gestion du patrimoine, du fonctionnement et des activités internes de la collectivité ; - le bilan des politiques publiques, des orientations et des programmes mis en œuvre sur son territoire. Ces bilans comportent en outre une analyse des modalités d élaboration, de mise en œuvre et d évaluation des actions, politiques publiques et programmes. Il est précisé dans la circulaire que cette analyse peut s organiser sur la base des cinq éléments de la démarche du «cadre de référence pour les projets territoriaux de développement durable et agendas 21 locaux». B- L importance de ce rapport pour les collectivités territoriales 1- Transparence et information à destination des citoyens Selon la circulaire, «le rapport des collectivités s inscrit dans un contexte général de transparence et d informations à destination des citoyens dans le sens d une plus grande intégration du développement durable à tous les niveaux.» 2- Mise en cohérence et synergie des politiques publiques et programmes entre eux pour élaborer une vision prospective du territoire Le rapport développement durable est un outil permettant d avoir un regard nouveau sur les actions et projets de la collectivité. En effet, il permet : - de dégager les atouts et les limites de la collectivité au regard du développement durable, et d en déduire les impacts. Il en résulte également la nécessité de s interroger durablement sur des pistes d amélioration à mettre en œuvre. - de dégager la cohérence de l ensemble des politiques menées par la collectivité et montrer en quoi elles concourent à construire un territoire durable. 3- Une obligation réglementaire permettant de territorialiser le Grenelle de l environnement Le rapport constitue un moyen de territorialiser concrètement les obligations réglementaires élaborées par les lois Grenelle 1 et 2. Il doit être présenté préalablement au débat sur le projet de budget. Si le budget est adopté sans qu ait été présenté le rapport, ou si le contenu de ce rapport n est pas conforme aux prescriptions réglementaires, la délibération sur le projet de budget pourrait faire l objet d un recours ou d une annulation. 4

5 II- Qu est-ce que le développement durable? A- Contexte réglementaire Ce rapport est rédigé selon la structuration du cadre de référence pour les projets territoriaux de développement durable et agenda 21 locaux, méthodologie élaborée par le MEEDDAT (Ministère de l'ecologie, de l'energie, du Développement Durable et de l'aménagement du Territoire) en 2006, et présenté comme guide d analyse par le décret du 17 juin 2011 en application de l article 255 de la loi Grenelle 2. L article L110-1 du code de l environnement précise que : L'objectif de développement durable, répond, de façon concomitante et cohérente, à cinq finalités : 1) la lutte contre le changement climatique ; 2) la préservation de la biodiversité, des milieux et des ressources ; 3) la cohésion sociale et la solidarité entre les territoires et les générations ; 4) l épanouissement de tous les êtres humains ; 5) une dynamique de développement suivant des modes de production et de consommation responsables. Le cadre de référence, qui avait initialement définit ces 5 finalités, retient aussi cinq éléments déterminants concernant la démarche à conduire pour de tels projets : - la stratégie d amélioration continue ; - la participation ; - l organisation du pilotage ; - la transversalité des approches ; - l évaluation partagée. Voici la définition de chaque finalité et de chaque élément de démarche du développement durable. B- Rappel des définitions des 5 finalités du développement durable Finalité A : Lutte contre le changement climatique et la protection de l atmosphère La lutte contre le dérèglement climatique d origine anthropique constitue un enjeu majeur de solidarité entre hommes, entre territoires et entre générations. La collectivité joue un rôle important dans de nombreuses décisions influant sur l énergie et le climat : dans les décisions d équipement (aménagement, urbanisme, transport) ; au titre du patrimoine (bâtiment, éclairage publique, flottes de véhicules..) et du fait de ses activités pour lesquelles elle assure une compétence de service public (transports, déchets, distribution d énergie). La crise écologique planétaire nous impose de repenser la ville d aujourd hui et de demain. Parce que les collectivités locales interviennent sur plus de 12% des émissions nationales de gaz à effet de serre, la ville de Nanterre s est engagée depuis de nombreuses années dans des politiques environnementales ambitieuses. Elles peuvent être regroupées sous trois grands thèmes pour en faciliter la lecture : I- Participer à la lutte contre le dérèglement climatique - Mettre en œuvre un plan climat territorial - Maîtriser les consommations et la demande en énergie - Promouvoir les énergies renouvelables II- Encourager une mobilité durable - Donner la priorité à des modes de transport moins émetteurs en gaz à effet de serre - Proposer une offre de transport de qualité, diversifiée et adaptée aux besoins III- Encourager un urbanisme durable - Prendre en compte l objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans l urbanisme et la construction. 5

6 Finalité B : Préservation de la biodiversité, protection des milieux et des ressources La biodiversité est une composante majeure de la durabilité des écosystèmes, dont dépendent, directement ou indirectement, toutes les sociétés humaines. Les biens et services apportés par la biodiversité (aliments, matières premières, substances actives, capacité d autoépuration...) sont en effet innombrables et pour la plupart irremplaçables. De même, le caractère vital des milieux et des ressources qui composent l environnement planétaire (eau, air, sols...) fait évidemment de leur préservation une condition fondamentale du développement humain. Ayant des compétences dans le domaine de la gestion des ressources naturelles, la collectivité est au cœur de ces questions pour mettre en œuvre une gestion raisonnées des milieux, des ressources naturelles. Les actions mises en œuvre par la ville dans ce domaine peuvent être regroupées en 3 thèmes : I- La ville agit en faveur de la biodiversité Préserver la diversité des habitats écologiques et des paysages Préserver la diversité génétique II- La ville agit pour la préservation des ressources - Gérer de façon écologique et rationnelle les déchets et les eaux usées - Gérer de façon rationnelle les ressources naturelles III- La ville agit pour préserver son environnement - Lutter contre les pollutions des milieux (eau, air sols) - Donner accès à tous à un environnement de qualité Finalité C : Epanouissement de tous les êtres humains Cette finalité répond à l article 1 de la déclaration de Rio : «les êtres humains sont au centre de préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature». La collectivité a un rôle important à jouer dans la poursuite de cette finalité. Elle doit permettre aux Nanterriens d accéder à l éducation et à la connaissance de leur environnement dans les meilleures conditions, tout en les accompagnant dans l expression de leurs intérêts. Les actions mises en œuvre par la ville dans ce domaine peuvent être présentées en 4 grandes thématiques : I- Une ville très sociale - Lutter contre la pauvreté - lutter contre toute forme d exclusion - Etre vigilant au regard de la santé des populations II- Le projet éducatif de la ville - Eduquer et former tout au long de la vie - Permettre l accès de chacun à une éducation de qualité III- Des loisirs pour tous - Permettre l accès et la participation de chacun à une production culturelle de qualité - Permettre l accès à des pratiques sportives et de loisirs adaptés à tous les publics IV- Nanterre citoyenne - La gouvernance et la démocratie participative - La participation des habitants et des usagers - Un accueil individualisé sur le territoire et une administration de proximité Finalité D : Cohésion sociale et solidarité entre territoires et générations Cette finalité rappelle qu il s agit de bien recréer ou de renforcer les liens entre les êtres humains, entre les sociétés et entre les territoires afin de s assurer que le partage des richesses ne se fait pas au détriment des plus démunis, ni à celui des générations futures, ni au détriment des territoires voisins ou lointains. Cette finalité est complémentaire de celle visant l épanouissement humain et les deux doivent être poursuivies de manières concomitantes : l épanouissement de chacun facilite la sociabilité, source de solidarité. 6

7 Les actions de la ville dans ce domaine sont peuvent être présentées en 3 grands thèmes : I- Des politiques sociales fortes pour faire reculer les inégalités - Permettre l inclusion sociale et l accès à l emploi pour tous - Réduire les inégalités d accès aux soins de santé - Permettre un accès égal à la justice - Coopération décentralisée : Nanterre ouverte sur le monde II- Le défi d une ville qui bouge, se transforme et veut rester populaire - Le logement et la politique foncière - L urbanisme, la cadre de vie et la rénovation urbaine III- Sécurité et prévention des risques technologiques et sociaux sur le territoire - Assurer la sécurité et prévenir les risques (naturels et technologiques) - Prévenir l incivilité et l insécurité sociale Finalité E : Dynamique de développement suivant des modes de production et de consommation responsables C est pour une grande part le mode de développement, fondé notamment sur une augmentation massive de la production et de la consommation de biens matériels, adopté depuis plusieurs décennies par l ensemble des pays industrialisés, qui est à l origine des principaux dommages causés à la planète. La recherche de la rentabilité à court terme, de la production à moindres coûts, l incitation à la consommation de masse, ont conduit à négliger les impacts négatifs et les effets induits des activités productives et de la consommation de biens : qu il s agisse de pollution des milieux, d érosion de la biodiversité, d épuisement de ressources naturelles non renouvelables, de changement climatique, ces atteintes à la planète ont toutes des répercussions sur la santé des hommes, sur les sociétés et sur l économie elle-même. Le rôle de la collectivité découle de sa proximité avec les acteurs de la production et de la consommation qui vivent, produisent et consomment sur son territoire. Les actions de la ville dans ce domaine sont regroupées en deux grands thèmes : I- La ville promeut la consommation responsable - L éco responsabilité des services publics et le développement d une politique d achats responsable - Les actions visant la modification des comportements de consommation II- La ville agit en faveur de la dynamique économique locale - Les actions favorisant le recours à l emploi local - Promouvoir l économie sociale et solidaire - Développer le tissu local commercial et son attractivité - Une fiscalité modérée C- Définition des 5 éléments de démarche du développement durable Le développement durable correspond avant tout à un processus : véritable changement culturel, il implique, au sein de la collectivité, de nouvelles méthodes de travail, plus collectives, plus transversales, et la mise en place d une nouvelle organisation qui rende possible la coproduction, la mise en œuvre et l évolution, au cours du temps, d une stratégie d amélioration continue. Les échanges et les témoignages de multiples acteurs des territoires ayant déjà entrepris un projet territorial de développement durable, conduisent à focaliser l analyse de la démarche de développement durable d un territoire sur cinq éléments déterminants : - la stratégie d amélioration continue - la transversalité de la démarche - la participation des acteurs locaux et de la population - l organisation du pilotage - l évaluation partagée 1- La stratégie d amélioration continue Une stratégie d amélioration continue consiste à apporter une amélioration à la situation initiale au regard des finalités du développement durable et, dans le même temps, améliorer les méthodes de travail pour les rendre plus ouvertes, plus transversales, plus participatives. 7

8 L amélioration doit être continue. Il s agit de se fixer des objectifs clairs et engageants respectant les capacités de faire des acteurs, de se donner des rendez-vous périodiques pour poursuivre la démarche en tenant compte des progrès réalisés, et pour s en fixer de nouveaux. La mesure des progrès doit être l occasion d un partage avec les différentes parties prenantes du projet, y compris les habitants. 2- La transversalité du questionnement et des réponses Le développement durable est souvent décrit comme la recherche concomitante de l efficacité économique, du progrès social et de la protection de l environnement. La transversalité permet à la fois l intégration et l articulation des aspects équitables (juste socialement et efficace économiquement), viables (efficace économiquement tout en protégeant l environnement) et vivables (conciliant aspects sociaux et environnementaux) du développement durable. Les méthodes de travail doivent s organiser, voire se transformer pour faciliter la mise en commun des connaissances et des compétences, la mise en cohérence des politiques, la recherche des partenariats et la mise en évidence des contradictions. Le diagnostic et l évaluation sont, du point de vue de la transversalité, des moments privilégiés, en permettant l émergence des enjeux transversaux et en donnant ainsi du sens à l action de chacun. Des moyens de coordination en interne, entre les services, mais aussi à l extérieur avec les partenaires publics ou privés ayant des compétences variées (interdisciplinarité) et agissant à des échelles diverses, sont à organiser. L équipe chargée de développer l approche multidimensionnelle des thèmes, des acteurs, des échelles doit être légitime à travailler avec l ensemble des directions et partenaires extérieurs et placée sous l autorité politique et technique (DGS). Elle est relayée par des référents situés dans les autres directions, les autres organismes associés, qui mettent en relation les données, les projets et qui pointent les croisements. 3- La participation des acteurs locaux et de la population La participation des habitants et des usagers aux projets et aux politiques menées sur le territoire constitue un élément déterminant dans la conduite d une démarche de développement durable parce qu elle permet de rendre compte de la complexité des systèmes locaux et globaux qui intéressent un territoire. La participation repose sur la mobilisation et l intérêt des acteurs au devenir du territoire et aux projets qui en découlent. Habitants et usagers, ces acteurs participent significativement à ce devenir, par leurs demandes ou leurs projets propres. Ainsi, un projet local de développement durable ne sera viable que si les acteurs et habitants se l approprient, interrogent leurs actes, prennent leurs responsabilités et concourent à l élaboration des choix faits sur le ou les territoires qu ils utilisent ou qu ils habitent. La participation suppose : - l information, voire la formation préalable, qui met à égalité les acteurs ; - la consultation, qui renseigne sur leurs perceptions ; - la concertation, qui les associe au processus décisionnel ; - et la communication qui restitue réussites et difficultés. 4- Organisation du pilotage Depuis la décision de le mettre en œuvre, jusqu à la réalisation du plan d actions et son évaluation, un projet durable, doit être piloté par l association d acteurs multiples à ce pilotage. On peut alors parler de coproduction, le porteur du projet ne prenant pas les décisions ni les responsabilités sans s appuyer sur la consultation des acteurs du territoire. Piloter le projet suppose d assurer la cohérence et la complémentarité entre les politiques et les projets menés sur le territoire, tout en organisant la représentation ou la participation des différents intérêts présents, et en assurant également les arbitrages nécessaires. Le pilotage du projet se construit en interne, mais aussi avec les partenaires institutionnels et financiers. Il ne peut être pensé et mis en place de façon immédiate et demande du temps. Il doit s adapter au temps de chacun, celui des politiques, des acteurs institutionnels, sociaux et professionnels associés, et celui de la population. La mise en œuvre du développement durable étant d abord un choix politique, l une des conditions pour bien organiser le pilotage réside dans la présence d un portage politique fort. 8

9 5- L évaluation partagée L évaluation fait partie du diagnostic de territoire. Elle permet d apprécier la cohérence des politiques et des actions en cours ou en projets avec les finalités et les principes d action du développement durable. L évaluation contribue à rendre la démarche transparente et transversale. Elle peut et doit provoquer une transformation et/ou une adaptation des pratiques, des procédures et des comportements des différents acteurs, en interne comme en externe. Le but de l évaluation est d expliciter ces changements, d en mesurer l ampleur et d apporter les éléments nécessaires à leur appréciation. C est également un moyen pour la collectivité de rendre compte régulièrement, auprès des différents acteurs du territoire, des avancées du projet et des difficultés rencontrées. III- Comment est rédigé ce rapport A- Mesure de l impact des politiques publiques au regard du développement durable selon le MEDDE Le travail réalisé en 2012 est différent de celui mené en 2011 car il cherche à se rapprocher des préconisations réalisées par le ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie sous la forme d un document méthodologique paru en juin 2012 : «Premier éléments méthodologiques pour l élaboration du rapport sur la situation en matière de développement durable à l usage des collectivités territoriales et EPCI à fiscalité propre de plus de habitants. Par ce document, le ministère précise qu il souhaite que le rapport intègre la mesure de l impact des politiques publiques menées au regard des 5 finalités du développement durable. C est pourquoi la structure de ce rapport 2012 est différente de celle de 2011 car elle présente une analyse de l impact global de chaque politique publique au regard des finalités de développement durable. Une analyse par politique publique des éléments de démarche du développement durable est également proposée. Enfin, en seconde partie sont regroupées les actions au titre de la gestion interne, en tant que collectivité exemplaire. B- Un travail interservices Le travail méthodologique mené en 2012 pour le recueil des informations permettant de renseigner ce rapport a été engagé mi-septembre, en même temps que l engagement de la préparation budgétaire, le rapport étant, comme en 2011, en grande partie adossé sur le bilan annuel du budget par activité. Il a ainsi été demandé à chaque service de réaliser sa propre analyse et son propre bilan 2012 de ses actions au regard du développement durable sous la forme d un tableau à l échelle de chaque objectif de politique publique (structuration du budget par activité). Ce travail de recueil interservices avait plusieurs objectifs : - renseigner au mieux le rapport, chaque service étant le mieux placé pour analyser les actions dont il et porteur ; - sensibiliser les services sur le développement durable et notamment leur faire prendre conscience de la dimension durable ou non de leurs actions. 9

10 10

11 Première partie Nanterre durable : bilan des politiques publiques, des orientations et des programmes mis en œuvre sur le territoire nanterrien Il s agit dans cette partie d analyser de façon globale et transversale pour chaque politique publique menée : - sa prise en compte et son impact sur les 5 finalités du développement durable qui sont : A- la lutte contre le changement climatique et la protection de l atmosphère B- La préservation de la biodiversité, la protection des milieux et des ressources C- L épanouissement de tous les êtres humains D- La cohésion sociale et la solidarité entre territoires et entre générations E- les dynamiques de développement suivant des modes de production et de consommation responsable - sa méthodologie de mise en œuvre au regard des 5 éléments de démarche du développement durable qui sont : 1- l inscription dans une dynamique d amélioration continue 2- la transversalité et la globalité dans les modes de travail 3- la participation des acteurs locaux et de la population 4- l organisation du pilotage 5- le dispositif d évaluation partagé Les onze politiques publiques nanterriennes qui constituent la structure du Budget par activité sont donc analysées : I - Citoyenneté II - Toutes les solidarités III - Logement pour tous IV - Prévention V - Education VI - Epanouissement de tous VII - Préservation des ressources et des milieux VIII - Qualité de l espace public IX - Mobilité et déplacement X - Développement urbain harmonieux XI - Gestion efficace du service public communal 11

12 12

13 I- La politique publique «Citoyenneté» au regard du développement durable En matière de citoyenneté, un grand nombre d actions ont été réalisées ou sont bien engagées. Les projets menés à Nanterre ne sauraient se décider sans concertation avec les habitants, nombreux à donner leur avis lors des débats publics ou des consultations. La politique publique «Citoyenneté» se décline en 10 objectifs qui traitent globalement de la participation citoyenne et de la démocratie participative, de la citoyenneté et de l accès aux droits : 1 : développer la participation citoyenne 2 : poursuivre et diversifier notre soutien aux projets internationaux 3 : favoriser la vie associative 4 : informer et communiquer 5 : accéder à la citoyenneté 6 : accompagner les élus dans l exercice de leur mandat 7 : favoriser l accès au droit 8 : permettre l accès aux archives et à la documentation 9 : valoriser l image de la ville 10 : s attacher à accueillir en permanence l usager-citoyen dans une démarche de qualité A- Une politique publique, des actions et des programmes qui répondent aux finalités du développement durable 1- Impacts et bilan de la politique publique, de ces actions et programmes au regard de la préservation de la biodiversité, des ressources et des milieux Le recours aux e-services se développe, avec 30 % des demandes effectuées par internet pour les demandes d inscription sur les listes électorales, ce qui permet d éviter des déplacements générateurs de gaz à effet de serre. 2- Impacts et bilan de la politique publique, de ces actions et programmes au regard de l épanouissement de tous les êtres humains Les grands fondements de la citoyenneté qui caractérisent cette finalité que sont : la gouvernance et la démocratie participative, la participation des habitants et des usagers et, l accueil individualisé sur le territoire et l administration de proximité, sont pleinement développés dans la politique publique «citoyenneté». L accueil individualisé sur le territoire et d administration de proximité sont assurés à Nanterre. En effet, afin que les habitants aient accès à leurs droits plus facilement, les services municipaux sont déconcentrés dans les mairies de quartier, des permanences d information juridiques ou sociales sont en place dans différents espaces municipaux et un centre d appel à numéro unique répond aux habitants ; plus de appels reçus chaque années depuis L objectif 01 de cette politique publique, développer la participation citoyenne, vise à recueillir les points de vue des citoyens pour tous les domaines. A Nanterre, cette participation citoyenne s appuie sur de nombreux dispositifs dont notamment l Agora et les conseils de quartiers. L Agora regroupe de nombreuses fonctions : un lieu de rencontres et de débat, un centre de ressources pour la vie associative et un pôle numérique. L Agora a ainsi cumulé plus de visites et plus de 400 initiatives sur l année La consultation et la concertation passent aussi par des modes d intervention diversifiés avec d une part, des Assises, des sites dédiés, etc., et d autre part, la mise en place d un comité d aide au projet des jeunes, l implication des habitants du quartier dans les projets de renouvellement urbain, le développement d une bourse au bénévolat A l automne 2012, trois rendez-vous ont été pris avec la population, déclinés en 3 visites inédites pour réfléchir et agir ensemble sur le devenir de la ville : les bords de Seine, la Boule et les Groues. 13

14 La participation des habitants et des usagers, donc l association des citoyens, passe aussi par l information. Le site de la ville et le magazine «Nanterre Info» sont les deux vecteurs de communication de la municipalité et participent à la démocratie locale. L objectif 03 de cette politique publique, favoriser la vie associative, participe pleinement à cette finalité puisque favoriser la vie associative permet de favoriser d une part la participation des habitants et usagers et, d autre part, l expression et la valorisation des cultures et des savoirs locaux. Nanterre compte près de 700 associations, dont environ 200 se réunissent chaque année lors de la Fête de la vie associative. Elles disposent en outre d une maison des associations. En valorisant leurs actions, en renforçant la complémentarité avec les services municipaux et en les mettant en réseau, la ville permet à de nouvelles formes de solidarité d émerger. L aspect formation tout au long de la vie a été également pris en compte avec la mise en place au centre ressource de l Agora d un cycle de formations TIC (Technologies de l Information et de la Communication) en 2012 proposés aux associations. Quelques chiffres : En 2012, 823 associations ont été recensées sur le territoire 370 prêts de salle par semaine ont été réalisés en moyenne 2.1 Millions d de subventions ont été versées L objectif 07 de cette politique publique, favoriser l accès au droit, répond également à l épanouissement de tous les êtres humains en allant vers un accueil individualisé sur le territoire et une administration de proximité qui s est traduit en 2012 par un travail sur la mise en place d un PIMMS (point d information et de médiation multiservices) dont l objectif est de faciliter l utilisation des services publics par les citoyens. 3- Impacts et bilan de la politique publique, de ces actions et programmes au regard de la cohésion sociale et la solidarité entre les territoires et les générations Cette finalité du développement durable est également fortement intégrée dans la politique publique citoyenneté qui présente donc un impact très fortement positif. L objectif 01 de cette politique publique, développer la participation citoyenne, se décline sur les territoires, pour plus d équité : implication des habitants dans les projets de quartier, des ateliers, Exemples 2012 : - suivi des 192 propositions au Parc ; - initiations informatiques mensuelles gratuites à l Agora pour un public intergénérationnel. - dans le cadre de la poursuite du projet social de territoire, 2012 aura permis sur le quartier du Petit Nanterre de consolider un important travail de mémoire. L Ecomusée artistique temporaire a rassemblé et valorisé pendant plusieurs mois les différents projets autour de la mémoire portés par les acteurs du Quartier. L objectif 02 de cette politique publique, Poursuivre et diversifier notre soutien aux projets internationnaux, cherche à renforcer l investissement de la ville sur le champ de l ouverture au monde et de la coopération internationale. La ville de Nanterre coordonne le réseau des villes de banlieue autour de leur place et leur rôle dans la construction métropolitaine (réseau du Forum des Autorités Locales de Périphéries FALP). Par son action au sein de ce réseau, Nanterre participe à la réflexion pour impliquer le citoyen dans le débat local. Plus largement, elle affiche le droit à la ville pour toutes et tous dans le monde. De plus, la ville préside la commission «villes de périphérie» au sein de l organisation des pouvoirs locaux Cités et Gouvernements. Ces espaces d échanges d expériences ont permis la mise œuvre en 2012 de conventions de coopération avec les villes d Aizaria (Palestine) et de Moron (Argentine). Cette finalité du développement durable constitue l objet même de l objectif 03 de cette politique publique, favoriser la vie associative. Pour illustration, le Séminaire de la vie associative qui est un projet basé sur la coopération des hommes et des territoires et auquel une centaine d associations ont participé. 14

15 De plus, la vie associative soutient les associations œuvrant dans les champs de la cohésion et de l action sociale. Quelques chiffres : 27 formations aux associations ont été proposées et réalisées en 2012 auprès de 12 associations et 150 participants sur 12 séances. 2.1M de subventions, dont sur la Politique Publique n 2 Toutes les solidarités. A Nanterre, il s agit d un enjeu essentiel que de permettre aux habitants d accéder à leurs droits, quelle que soit leur nationalité. Cela permet de reconnaître la place de chacun dans la société. C est pourquoi 2 politiques publiques sont consacrées à cette thématique. L objectif 07 de cette politique publique, favoriser l accès au droit, impacte également très positivement cette finalité en allant vers un accès égal à la justice, grâce à ces actions 2012 : - la mise à jour et la diffusion des guides d accès au droit à l usage des Nanterriens et des professionnels afin de faciliter l accès aux permanences juridiques ; - le maintien des permanences d accès au droit ; - le développement d outils de communication du réseau d accès au droit ; L impact positif sur la finalité reste supposé (les services ne disposant pas d indicateur d impact) mais les indicateurs d activité relatifs au nombre de permanences d accès au droit financées par la ville ainsi qu au nombre de personnes reçues dans le cadre de ces permanences sont significatifs : - 18 permanences dans des domaines juridiques diversifiés personnes reçues dans ces permanences de quartiers auxquels il faut ajouter 2029 personnes reçues dans le cadre des permanences à vocation départementale de la préfecture et du TGI (Droit des femmes et de la famille) L accès aux droits se traduit également par la politique publique «accéder à la citoyenneté» (objectif 05). Les services municipaux, sont engagés dans une démarche d'amélioration de leur fonction accueil dans le cadre du projet accueil. Ce projet a un impact direct pour les usagers : réduction des délais d attente, qualité croissante des réponses apportées, relations avec la mairie facilitées par un plus large choix de prestations délivrées sur Internet. Ainsi, le temps moyen passé dans le service par usager (secteur Carte Nationale d Identité et Passeports uniquement) à été réduit à 8 mn 40 en 2012 au lieu de 18 mn en Un plus grand nombre d usagers a donc pu être accueilli : en 2012 au lieu de en B- Modalités d élaboration, de mise en œuvre et d évaluation de la politique publique, de ces actions et programmes au regard de la démarche de développement durable 1- L inscription de la politique publique, de ces actions et programmes dans une dynamique d amélioration continue L inscription dans une dynamique d amélioration continue est intégrée à la mise en œuvre de la politique publique «citoyenneté». Pour exemple : - concernant l objectif 01 : développer la participation citoyenne, la méthodologie de projet est utilisée pour la plupart des projets transversaux : concertations diverses, conseils de quartiers, sites dédiés, cycles associatifs, etc. - concernant l objectif 07 : favoriser l accès au droit, il est prévu pour 2013 une évaluation des permanences juridiques et un travail sur la complémentarité avec l aide aux démarches. 2- La transversalité/globalité de la politique publique, de ces actions et programmes La transversalité est également intégrée à la mise en œuvre de la politique publique «citoyenneté». Pour exemple : 15

16 - concernant l objectif 01 : développer la participation citoyenne, la transversalité est le mode de travail principal de la vie citoyenne. Ex. projet transversal : Pilotage du réseau des acteurs du multimédia - concernant l objectif 02 : Poursuivre et diversifier notre soutien aux projets intercommunaux, la mise en place de projets s effectue en lien avec les services municipaux (handicap, développement local, développement culturel, missions de quartier, vie associative, ). Les projets s inscrivent notamment autour des thématiques du handicap, de l économie sociale et solidaire (Ferme Géante) ou encore autour de l accès à la lecture (médiathèques) avec la ville de Moron (Argentine). 3- La participation des acteurs et de la population à l élaboration, à la mise en œuvre et au suivi de la politique publique, de ces actions et programmes A Nanterre, les formes de concertation sont multiples, pour répondre aux attentes des habitants dans leur diversité : conseils de quartier, sites Internet dédiés pour les concertations de certains projets, Assises pour la ville, enquêtes participatives, blogs jeunesse, «chat» en ligne La participation des acteurs et des habitants est donc l objet même de la politique publique «citoyenneté» et de la Direction de la vie citoyenne qui l encouragent et l accompagnent. Pour exemple : - Le service Relations et coopérations avec le Monde promeut l engagement citoyen et associatif pour l action internationale. Ce service coordonne l organisation de la Semaine de la Solidarité Internationale. Cette initiative réunit les acteurs locaux porteurs de projets internationaux. Un collectif d organisation réunissant 50 partenaires (associations, centres sociaux, ONG, syndicats) a permis de discuter du sens de la démarche et de la construction de l évènement. Ce processus participatif a abouti à l élaboration d un programme collectif où sont prévues 25 manifestations durant une semaine. - La vie associative est en elle-même un cadre de participation. 4- L organisation du pilotage de la politique publique, de ces actions et programmes L organisation du pilotage dans la mise en œuvre de la politique publique «citoyenneté» s illustre bien par le copilotage et l association d acteurs multiples intégrés au fonctionnement du secteur de la vie associative avec pour exemple le comité d organisation de la fête des associations, le déroulement du séminaire de la vie associative et le travail sur l histoire du mouvement associatif. 5- Un dispositif d évaluation partagée de la politique publique, de ces actions et programmes L évaluation partagée constitue la base de toute action du secteur de la vie associative (cf. ex. précédents). Autres exemple, dans le cadre de l objectif 07 : favorisé l accès au droit, est mis en place une évaluation partagée ville/associations des permanences d accès au droit financées dans le cadre du CUCS. 16

17 II- La politique publique «Toutes les solidarités» au regard du développement durable La solidarité est une valeur majeure pour l équipe municipale et le fil conducteur de son action. Nanterre développe des actions de solidarités innovantes pour favoriser le bien-être local et accompagner les habitants confrontés à la crise. Ces actions s affirment dans les domaines aussi concrets que la santé, l emploi, le handicap, la vieillesse et plus largement l action sociale. Vivre ensemble à Nanterre c est permettre à tous et à toutes d avoir accès à tous les droits. La politique publique «toutes les solidarités» se décline en 6 objectifs qui traitent globalement de la lutte contre toutes formes d exclusion des personnes âgées dépendantes, des personnes handicapées ou à mobilité réduite et plus généralement des personnes défavorisées ou en difficulté : 1 : Lutter contre les inégalités de l offre de soin 2 : Accompagner et aider les personnes en difficulté 3 : Favoriser l emploi, la formation et l insertion professionnelle 4 : Favoriser l intégration des personnes en situation de handicap 5 : Améliorer les conditions de vie des personnes âgées dépendantes 6 : Développer les solidarités et le vivre ensemble A- Une politique publique, des actions et des programmes qui répondent aux finalités du développement durable 1- Impacts et bilan de la politique publique, de ces actions et programmes au regard de l épanouissement de tous les êtres humains La politique publique «toutes les solidarités» présente un impact fort sur cette finalité car elle décline sous de nombreuses formes d actions la lutte contre toutes formes d exclusion des publics fragiles : personnes âgées, personnes touchées par un handicap ou personnes défavorisées. Voici les principales actions menées dans ce domaine et leur bilan pour l année 2012 : Nanterre mène de nombreuses actions pour lutter contre l exclusion liée au handicap grâce à sa politique «favoriser l intégration des personnes en situation de handicap» (objectif 04). L objectif est la prise en compte du handicap dans les différents services municipaux et se traduit par la réalisation de travaux de mise en accessibilité des locaux, la sensibilisation des agents ou de collègues à l accueil du public en situation de handicap, l accueil des enfants et jeunes sur les activités de loisirs, la participation des personnes handicapées aux manifestations de la ville, etc. Exemple d actions menées en 2012 : Sensibilisation de la population et communication sur le handicap, via les apr info de la Mission Handicap et le parcours «grandir ensemble» en milieu scolaire Quelques chiffres dans ce domaine : Accès et maintien des salariés handicapés en Mairie > 6% 144 enfants handicapés accueillis en centre de loisirs, structures jeunesse, centres de vacances en Personnes handicapées accueillies par la Mission Handicap en 2011 Nanterre lutte également contre l exclusion liée au vieillissement grâce à sa politique publique «améliorer les conditions de vie des personnes âgées dépendantes» (objectif 05). L objectif est de favoriser le maintien à domicile et de préserver l autonomie de la personne âgée en proposant une palette de services grâce au CLIC (Centre Local d Information et de Coordination), au service de Maintien à Domicile, au Club Amitié et Loisirs des Séniors et aux restaurants : - Depuis1998 un lieu de ressources est proposé pour les seniors à travers le CLIC. C est un guichet unique d accueil, d information, d orientation et d accompagnement des seniors et de leur entourage. Le CLIC propose des séances collectives d information sur la nutrition ou le sommeil par exemple. Il assure la coordination de tous les acteurs concourant à la prise en 17

18 charge du vieillissement sur le territoire. Il a également une vocation d observatoire des besoins en gérontologie. En 2011 : Le CLIC a suivi 1139 personnes âgées - Le service de Maintien à Domicile qui a plus de 20 ans d existence propose l aide et l assistance d une aide à domicile. Une prestation de portage de repas à domicile est également proposée aux personnes âgées en perte d autonomie. Depuis de nombreuses années, la prestation courses/accompagnement délivrée par le service de Maintien à Domicile permet à une personne âgée de conserver une vie sociale en bénéficiant d un accompagnement individualisé pour faire ses courses ou être accompagnée chez le médecin, chez le coiffeur Le Service de Maintien à Domicile a bénéficié à 753 personnes âgées en Pour éviter les risques d isolement en favorisant l accès aux loisirs et aux festivités des retraités, la ville a signé une convention d objectifs avec le Club Amitié et Loisirs des seniors, et le CCAS pour s adresser à la diversité des publics et des territoires en L objectif est de favoriser la convivialité grâce à des initiatives festives en direction de tous les retraités avec une priorité aux bénéficiaires de l aide sociale. Nombre de participants aux ateliers du Club en 2011 (sport, activités artistiques) Disciplines sportives = 1249 Sorties = 3099 Festivités = 2250 Nombre d adhérents : Les restaurants seniors (3 restaurants dédiés) offrent une prestation de repas servis en salle aux retraités. Ils ont renforcé en 2012 leur rôle de structure de proximité en favorisant le lien social et la lutte contre l isolement grâce à un programme d animations. Nanterre lutte également contre la pauvreté et les exclusions en : - luttant contre les inégalités de l offre de soin à travers son objectifs n 01 qui porte le même nom. Il permet de lutter contre les effets de la précarité sur la santé et contribue en articulation avec la prévention au bien être de la population. En 2012, 36% des patients qui ont fréquenté les centres de santé sont bénéficiaires de la couverture médicale universelle. En accompagnant et aidant les personnes en difficulté (obj 02) : Les prestations allouées contribuent à répondre aux besoins sociaux des habitants dans le respect de leur dignité. Les Aides sociales municipales notamment sont délivrées à partir du quotient de la carte famille sans autre justificatif ou démarche. L accueil et l accompagnement social des différents publics (jeunes, familles, locataires ) visent à lutter contre les processus d exclusion. Cet accompagnement social proposé privilégie l écoute, l empathie, la restauration de l image de soi, la valorisation des potentiels, bref une réponse sociale soucieuse du développement personnel. Enfin, la politique publique favoriser l emploi, la formation et l insertion professionnelle (objectif 03) a pour but la lutte contre l exclusion liée à l emploi. Quelques exemples pour illustrer cette politique : - Actions contre les discriminations en matière d'emploi et de formation avec des événementiels sur la cité des métiers pour faciliter les recrutements de Nanterriens ; - Développement d une stratégie à l encontre du chômage des femmes et des jeunes avec la création d actions spécifiques pour ces publics à la MEF et à la Cité des Métiers. 2- Impacts et bilan de la politique publique, de ces actions et programmes au regard de la cohésion sociale et la solidarité entre les territoires et les générations Cette finalité du développement durable se décline dans la politique publique «toutes les solidarités» principalement à travers : - l inclusion sociale et l accès à l emploi pour tous - le logement pour tous 18

19 - la réduction des inégalités d accès au soin de santé - le soutien des projets sociaux de territoire en direction de tout public L inclusion sociale et l accès à l emploi pour tous mise en place par la politique «favoriser l emploi, la formation et l insertion professionnelle» (obj 03) se traduit notamment de la façon suivante : - Réservation pour les Nanterriens de 5 à 10% des heures de travail sur les chantiers de construction et de réhabilitation ainsi que dans les futurs équipements publics dans les quartiers en rénovation urbaine ; - Appui sur les richesses locales avec la création d une interface entre les entreprises et les acteurs de l insertion ; - Mise en place des dispositifs en faveur de l emploi dans les ZUS grâce au soutien aux associations dans le cadre du CUCS ; - Facilitation de l accès à l emploi pour tous par le soutien de la Ville aux dispositifs tel que le plan local pluriannuel pour l'insertion et l'emploi (PLIE). Le «logement pour tous» mis en œuvre par la politique «améliorer les conditions de vie des personnes âgées dépendantes» a pour but d assurer l inclusion sociale grâce au maintien de la personne âgée dans son milieu de vie habituel et d éviter des ruptures dans le parcours de vie des personnes vieillissantes. Pour cela, la ville offre des résidences et logements non stigmatisants et intégrés au quartier dans un habitat diffus. Le CCAS gère ainsi trois résidences pour seniors autonomes dans les quartiers du Parc, du Petit Nanterre et du centre ville, soit 48 logements du parc social municipal réservés exclusivement à la location des personnes âgées. Lutter contre les inégalités de l offre de soins (intitulé de l objectif 01) répond également à cette finalité en assurant une solidarité sur le territoire. Ceci se traduit par la mise en place des relations avec l agence régionale de santé, le développement de l éducation thérapeutique du patient, l informatisation du tiers-payant et du dossier médical qui permettent d assurer la pérennité des centres de santé de la ville et d améliorer la prise en charge des patients. Ceci répond en effet à un fort besoin : 2085 patients supplémentaires ont sollicité ce service entre 2010 et La politique municipale de solidarités (objectif 02) vise à permettre un accès équitable au service public. La réforme de la politique tarifaire limite les risques d endettement des ménages les plus modestes. Les actions de solidarité municipale s adressent à toutes les générations, des enfants, aux seniors en passant par les familles et les isolés. Des prestations sociales répondent à la diversité des publics sur tout le territoire (aides à la rentrée scolaire, allocation trimestrielle pour les seniors ). L accompagnement social proposé s adresse aux enfants d âges maternelle et primaire et à leurs parents, aux jeunes de 16 à 25 ans, à tous types de ménages en procédure d expulsion ou accédant à un nouveau logement. Enfin, la ville soutient les projets sociaux de territoire en direction de tous publics par le biais de conventions d objectifs avec les centres sociaux dans le cadre du CUCS. Ceci permet un soutien des associations œuvrant en matière de lien social et alloue aux centres sociaux une subvention équivalente aux financements de la CAF. La ville a ainsi soutenu financièrement les centres sociaux en 2011 à hauteur de Impacts et bilan de la politique publique, de ces actions et programmes au regard d une dynamique de développement suivant des modes de production et de consommation responsable Dans le cadre de l objectif 5 : améliorer les conditions de vie des personnes âgées dépendantes et depuis juillet 2012, une convention a été signée entre les restaurants seniors et l association nanterienne «La soupe aux cailloux». Une table d hôte est ainsi organisée bi mensuellement et est proposée aux convives et personnes âgées du quartier ainsi qu à leur entourage mais également aux habitants du quartier et aux membres de l association. On compte en moyenne entre 15 et 20 convives à ces tables d hôtes. 19

20 B- Modalités d élaboration, de mise en œuvre et d évaluation de la politique publique, de ces actions et programmes au regard de la démarche de développement durable 1- L inscription de la politique publique, de ces actions et programmes dans une dynamique d amélioration continue La politique publique «toutes les solidarités» intègre la démarche d amélioration continue sous différentes formes. En appliquant la réglementation, tout d abord, qui régit certaines activités : - Le centre communal d action sociale, conformément au code de l action sociale et des familles, est tenu de réaliser chaque année une analyse des besoins pour veiller à une constante adaptation de la réponse sociale sur le territoire, il est donc pleinement inscrit dans une dynamique d amélioration continue. (Obj 02) - La loi du 02/01/2002 rénovant l action sociale et médico-sociale impose aux établissements sociaux et médicaux sociaux de s inscrire dans une démarche qualité. Deux objectifs : améliorer la qualité des prestations délivrées (ex : enquêtes de satisfaction, conseil de la vie sociale) et obtenir le renouvellement des autorisations des organismes de tutelle. Pour cela, une évaluation externe réglementaire est réalisée pour l obtention d un agrément qualité pour 5 ans. En 2012 le service de Maintien à Domicile a obtenu le renouvellement de son agrément pour la prestation d aide à domicile. Et de façon volontaire également : - Le choix du travail sous forme de charte avec la charte Ville-Handicap a été actualisée suite à l enquête publique sur les besoins des administrés en situation de handicap réalisée en Le choix de réaliser une étude : afin de déterminer les orientations des services municipaux en direction des séniors dans une vision prospective permettant de répondre aux besoins actuels et à venir, la municipalité a décidé de faire le point sur les dispositifs en place au moyen d une étude. Finalisée en décembre 2011, cette étude sur les besoins en gérontologie amène à repenser la place et le rôle dans l évolution des pratiques d animation. En conséquence, a été lancée depuis novembre 2012 (jusqu en juillet 2013) une démarche de formation de l équipe de salariés du club séniors avec une orientation développement social local. 2- La transversalité/globalité de la politique publique, de ces actions et programmes La transversalité est une démarche fortement présente dans cette politique publique et mise en œuvre notamment dans le cadre : - de la politique en faveur de l emploi, de la formation et l insertion professionnelle : avec une transversalité des dispositifs, des décisions et des actions : Ville, Etat, MEF, Cité des Métiers, Pôle emploi, associations et autres réseaux d acteurs en faveur de l emploi et de l insertion - de la politique d amélioration des conditions de vie des personnes âgées : à travers le CLIC qui organise des instances d informations, d échanges et de concertation sous la forme de réunions de synthèse et de concertation entre les intervenants du champ médico-social (afin d améliorer la prise en charge des personnes âgées dont la situation est complexe, refus d aide par exemple) et de partenariales : rencontres trimestrielles avec les acteurs locaux (réunions thématiques à destination des partenaires). - de la politique de développement des solidarités et du vivre ensemble au sein de laquelle une Convention de partenariat a été signée en 2011 et reconduite en 2012 avec les Etablissements d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) de la ville pour l organisation de sorties mutualisées grâce à la mise à disposition d un car 4 fois par an. Depuis il est prévu de repenser le programme d actions du club sur chaque territoire en lien avec les différents acteurs du quartier. Ce travail a débuté en 2012 et se poursuit en

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région Agenda 21 Île-de-France Le référentiel de l Eco-Région Un Agenda 21 pour renforcer l'eco-région 2008 Forum de lancement de l Agenda 21 Île-de-France Le choix d un agenda 21 interne : périmètre de l institution

Plus en détail

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011 L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme Visite de progrès du 21 mars 2011 Développement durable «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014

Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014 DE L AUDE RESEAU D ÉCOUTE, D APPUI ET D ACCOMPAGNEMENT DES PARENTS Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014 Depuis la mise en œuvre dans l Aude, en 2001, du réseau

Plus en détail

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX ANALYSE des BESOINS SOCIAUX d.soufflard-antony@laposte.net Commune de ROUSSET (13) Présentation aux Elus 29 septembre 2011 Préalable la commune de ROUSSET (13) 2 Diplômes Master² en Consultation des Organisations

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

Axes stratégiques ANNEXE 2

Axes stratégiques ANNEXE 2 Contrat de Ville de l agglomération Bergeracoise Axes stratégiques ANNEXE 2 Validés par le Comité de Pilotage du 29 janvier 2015 1 PILIER DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET EMPLOI ORIENTATIONS STRATÉGIQUES Orientation

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 novembre 2009 Les partenaires Rectorat de l Académie de la Guadeloupe Direction de l Agriculture et de la Forêt

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE L EDUCATION - ENJEU ET LEVIER FONDAMENTAL DANS LA CITE - DROIT POUR TOUS LES ENFANTS un engagement à contribuer au - DEVELOPPEMENT DES POTENTIALITES DE L ENFANT

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement d Aurillac autour du VIVRE ENSEMBLE à la Préfecture d Aurillac Vendredi 17 octobre

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

Guide sur les thématiques liées au développement durable

Guide sur les thématiques liées au développement durable Guide sur les thématiques liées au développement durable De manière spontanée, les organisations de l ESS doivent s interroger, d une part sur la finalité poursuivie et d autre part sur les moyens, actions,

Plus en détail

Enjeux du développement durable. Faire reculer la pauvreté et rompre avec la précarité

Enjeux du développement durable. Faire reculer la pauvreté et rompre avec la précarité 4 Action sociale Fiche Axe 3 Garantir la cohésion sociale, l'accès à la ville pour tous, intégrer les habitants et améliorer la qualité de vie Enjeux du développement durable Faire reculer la pauvreté

Plus en détail

L EHPAD du Mas Rome : Des réponses adaptées à la dépendance psychique

L EHPAD du Mas Rome : Des réponses adaptées à la dépendance psychique L EHPAD du Mas Rome : Des réponses adaptées à la dépendance psychique 1 Le Centre Communal d Action Sociale Un établissement public communal chargé de la mise en œuvre de la politique de développement

Plus en détail

Rendez-vous à Lille les 18 et 19 novembre 2014!

Rendez-vous à Lille les 18 et 19 novembre 2014! vous invitent aux Rendez-vous à Lille les 18 et 19 novembre 2014! Les premières Rencontres Nationales de la Démocratie Participative, organisées par le Département du Val de Marne en 2011, ont rassemblé

Plus en détail

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 La conscience qu il faut agir autrement? Une conscience inscrite dans le projet de la nouvelle équipe municipale Un acte fondateur avec la délibération

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Rapport sur la situation en matière de développement durable

Rapport sur la situation en matière de développement durable Rapport sur la situation en matière de développement durable des collectivités territoriales et EPCI à fiscalité propre, de plus de 50 000 habitants Des pratiques différenciées & des évolutions méthodologiques

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE Entre : Le Département de Loire-Atlantique, domicilié à l hôtel du département, 3 quai Ceineray- 44041 Nantes cedex 01, représenté

Plus en détail

VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE

VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE Formations 2014 Soucieux de s inscrire dans une démarche de prise en compte des préoccupations de qualité environnementale et de développement durable dans le bâti et dans

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

L AGENDA 21 CHU DE BREST

L AGENDA 21 CHU DE BREST L AGENDA 21 CHU DE BREST Une démarche stratégique : pour quels objectifs? comment et avec qui? pour quels résultats? LE CONTEXTE NATIONAL Une démarche hospitalière brestoise qui respecte : L engagement

Plus en détail

Les politiques de développement durable dans les collectivités : Agenda 21

Les politiques de développement durable dans les collectivités : Agenda 21 Les politiques de développement durable dans les collectivités : Agenda 21 Master 1 Science du Management «Gestion des Ressources Humaines» Exposé Management des organisations publiques 23 juin 2014 Groupe

Plus en détail

SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET EDUQUER DURABLE

SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET EDUQUER DURABLE 2008-2009 SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET A L ECO-CITOYENNETE EDUQUER POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE { Le Conseil général vous soutient pour conduire } un projet de classe ou de collège sur le temps scolaire

Plus en détail

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Avec le soutien de Lignes directrices pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Le Comité français de l UICN (Union Internationale pour la Conservation de la

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011 CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 7 novembre 20 «L Association des Maisons de quartier de Reims a pour objet le développement, le

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Territoire concerné >> Ville des Mureaux (78) Date de mise

Plus en détail

APPEL A PROJET. «Grandir avec son enfant» QUINZAINE DE LA PARENTALITE. du 04 mars 2016 au 21 mars 2016

APPEL A PROJET. «Grandir avec son enfant» QUINZAINE DE LA PARENTALITE. du 04 mars 2016 au 21 mars 2016 CAF TOURAINE ACTION SOCIALE Service Développement territorial TSA 47444-37929 TOURS Cedex 9 APPEL A PROJET QUINZAINE DE LA PARENTALITE 2016 du 04 mars 2016 au 21 mars 2016 «Grandir avec son enfant» http://caftouraine.eklablog.com

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement de Saint- Flour autour du VIVRE ENSEMBLE au lycée agricole Louis MALLET Mardi 21 octobre

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

La démarche d. développement durable à Bourg-la

La démarche d. développement durable à Bourg-la La démarche d développement d durable à Bourg-la la-reine 8 février f 2010 Ordre du jour La démarche développement durable à Bourg-la-Reine Convention des Maires Bilan carbone Agenda 21 Bilan Carbone :

Plus en détail

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX DE QUARTIER Charte de fonctionnement 03 Sommaire PRÉAMBULE... 05 TITRE I - Les acteurs des instances participatives... 05 ARTICLE 1 // L élu référent de quartier... 05 ARTICLE

Plus en détail

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble STRATÉGIE PATRIMONIALE DE MISE EN ACCESSIBILITÉ DES ERP Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble COTITA 30-01-15-1 Contexte La Ville de Grenoble : 300 équipements

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT

COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT AP - Rapport n 3 3 1/10 3 PROPOSITION ASSEMBLEE PLENIERE 13 DECEMBRE 2013 RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL Intégration de critères

Plus en détail

Centre Communal d Action Sociale Ville de Lannion RÉGLEMENT INTÉRIEUR. OFFICE des RETRAITÉS. CCAS de LANNION

Centre Communal d Action Sociale Ville de Lannion RÉGLEMENT INTÉRIEUR. OFFICE des RETRAITÉS. CCAS de LANNION Centre Communal d Action Sociale Ville de Lannion RÉGLEMENT INTÉRIEUR OFFICE des RETRAITÉS CCAS de LANNION CCAS 11 Bd Louis Guilloux 22300 lannion tél 02 96 46 13 22 fax 02 96 46 13 23 L office des retraités

Plus en détail

Ministère des sports. Le ministre des sports

Ministère des sports. Le ministre des sports Ministère des sports Direction des sports Mission sport et développement durable Personnes chargées du dossier : Arnaud JEAN Tél. : 01 40 45 96 74 Mel: arnaud.jean@jeunesse-sports.gouv.fr Fabienne COBLENCE

Plus en détail

SOMMAIRE. Projet Éducatif Local 2010-2014 5 Ville de Bourg-en-Bresse

SOMMAIRE. Projet Éducatif Local 2010-2014 5 Ville de Bourg-en-Bresse SOMMAIRE Préambule...2 Principes...6 Finalités et valeurs éducatives...7 Axes de développement...10 Synthèse du diagnostic PEL mené en 2009...10 4 axes de développement pour 2010-2014...11 Instances de

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

La Région, c est votre espace!

La Région, c est votre espace! La Région, c est votre espace! Jacques Auxiette inaugure l Espace Régional du Mans Jeudi 25 janvier 2007 Communiqué de presse L Espace Régional du Mans en bref Plaquette «La Région c est votre Espace!»

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Un AGENDA 21 pour Allonnes. Bureau municipal du 17 mars 2010

Un AGENDA 21 pour Allonnes. Bureau municipal du 17 mars 2010 Un AGENDA 21 pour Allonnes Bureau municipal du 17 mars 2010 Sommaire Définition et schémas du développement durable Contexte international, européen et national Définition d un Agenda 21 local Les finalités

Plus en détail

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Juin 2015 Ce document a pour vocation à recenser les principaux services et aides proposés dans le cadre de la lutte contre l isolement il

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) Éléments de cadrage sur les politiques éducatives enfance - jeunesse

Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) Éléments de cadrage sur les politiques éducatives enfance - jeunesse départementale de la cohésion sociale (DDCS) Éléments de cadrage sur les politiques éducatives enfance - jeunesse Les politiques éducatives locales enfance, jeunesse Les accueils de loisirs sans hébergement

Plus en détail

Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans

Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans Julien Roissé Chargé du SCoT du Pays du Mans Référent technique Grand Ouest de la Fédération Nationale des SCoT Séminaire SCoT Energie Bordeaux 04 novembre 2014

Plus en détail

Maisons Régionales de la Santé CADRE D INTERVENTION

Maisons Régionales de la Santé CADRE D INTERVENTION Maisons Régionales de la Santé CADRE D INTERVENTION 1 LES MAISONS REGIONALES DE LA SANTE MRS (programme 2) Enjeux et objectifs Le dispositif des «Maisons Régionales de la Santé» voté en 2010 incarne de

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

BIPESS 2.0 format pdf - 2014

BIPESS 2.0 format pdf - 2014 1. Fiche d identité du référent BIPESS et du groupe évaluateur Le statut du référent BIPESS (1 personne) de votre structure : Veuillez choisir toutes les réponses qui conviennent : Salarié Dirigeant Administrateur

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail