L intégration de critères relatifs à la quantification des émissions de gaz à effet de serre dans les marchés publics. Document de synthèse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L intégration de critères relatifs à la quantification des émissions de gaz à effet de serre dans les marchés publics. Document de synthèse"

Transcription

1 Document de synthèse Février 2008 L intégration de critères relatifs à la quantification des émissions de gaz à effet de serre dans les marchés publics

2 Sommaire 1 - Introduction page Enjeux page Contexte juridique et technique page Limitation des émissions de gaz à effet de serre et textes applicables Les possibilités d intégration de critères relatifs aux émissions de gaz à effet de serre dans la commande publique 4 - Retours d expériences page Fiches retours d expériences Fiche n 1 : Véhicules et fournitures associées (Vil le de Rennes) Fiche n 2 : Formation à la conduite (Région Poitou- Charentes) Fiche n 3 : Fournitures courantes (Région Poitou-Ch arentes) Bilan des limites rencontrées et des pistes d actions identifiées 5 - Conclusion et perspectives page Annexes page 24 1

3 Ce document est la synthèse des travaux du groupe «Intégration de critères relatifs à la quantification des émissions de gaz à effet de serre dans les marchés publics» du RGO. Le contexte étant en constante évolution, il est important de rappeler que ce recueil d informations date de fin début 2008 et que les retours d expériences présentés n engagent que les collectivités qui les ont mis en œuvre. L objectif recherché est d accompagner l acheteur public dans sa démarche. Il ne s agit pas de présenter une marche à suivre mais d identifier des possibilités et d expérimenter la faisabilité de certaines d entre elles. Ont participé à la rédaction de ce document : - Jean-Yves Le Turdu, Conseiller régional Poitou-Charentes - Dominique Gaudin, Chef du service conseil juridique de la Région Poitou-Charentes - Josic Maignan, Chef de service aux moyens généraux de la Région Poitou-Charentes - Sophie Biojoux, Chargée de mission au service formation de la Région Poitou-Charentes - Anna Wachowiak-Behar, Chargée de mission excellence environnementale de la Région Poitou- Charentes - Philippe Denis, Responsable du service Parc Auto de la Ville de Rennes - Audrey Trevisiol, Ingénieur à l OREGES - Emmanuelle Albert, Animatrice du RGO Le RGO tient à remercier : - les collectivités qui ont participé activement au groupe de travail «Intégration de critères relatifs à la quantification des émissions de gaz à effet de serre dans les marchés publics» (Région Poitou- Charentes, Région Limousin, Communauté d Agglomération de Poitiers, Communauté d Agglomération de La Rochelle et Ville de Rennes), - L Observatoire Régional de l Energie et des Gaz à Effet de Serre (OREGES) et la délégation régionale de l agence de l environnement et de la maîtrise de l énergie (ADEME) Poitou-Charentes, - l Espace interrégional européen Bretagne - Pays de la Loire - Poitou-Charentes, - la Communauté Urbaine de Dunkerque (Yannick Leroy, Acheteur-Référent développement durable), - la Ville de Nanterre (Paul Dolcerocca et Stéphanie Moncomble, Direction des services de l environnement) - et les membres de l inter-réseau national «commande publique et développement durable», notamment Antoine Bonsch, Pôle Territoires Durables et Consommation Responsable de la délégation régionale de l ADEME Aquitaine. 2

4 1 - Introduction Un des objectif du Réseau Grand Ouest commande publique et développement durable est la mutualisation des pratiques et des expérimentations dans différents champs de la commande publique. Ainsi une des activités proposées par le RGO est la mise en place de groupes de travail thématiques. (Pour en savoir plus sur le RGO et ses activités, voir La mission de ces groupes de travail est de : définir les enjeux de la filière concernée en termes de développement durable, clarifier le contexte législatif et technique, recenser les expériences en cours, identifier les effets freins et les leviers, établir un état des lieux de l offre et dialoguer avec les fournisseurs, tester l intégration de clauses dans des marchés test organiser une restitution des travaux du groupe à l ensemble du RGO (document de capitalisation et demi-journée d échange). En janvier 2007, un groupe de travail a été créé autour de la thématique de «l intégration de critères relatifs à la quantification des émissions de gaz à effet de serre dans les marchés publics». Ce groupe a été piloté par la Région Poitou-Charentes. La Ville de Rennes, les communautés d agglomération de Poitiers et de La Rochelle ainsi que la Région Limousin y ont participé. L Observatoire Régional de l Energie et des Gaz à Effet de Serre (OREGES) et la délégation régionale de l agence de l environnement et de la maîtrise de l énergie (ADEME) Poitou-Charentes ont apporté leur soutien technique aux travaux du groupe. Les objectifs de ce groupe de travail sont les suivants : Sensibiliser les acheteurs publics et les fournisseurs aux enjeux relatifs au changement climatique, au protocole de Kyoto et à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) Déterminer dans quelle mesure la commande publique peut être utilisée comme un levier pour la réduction des émissions de GES Déterminer comment et à quelles conditions il est éventuellement possible d intégrer des clauses relatives à la quantification des émissions de GES des soumissionnaires dans le cadre des marchés publics Les travaux de ce groupe se sont principalement articulés autour : trois réunions de travail du groupe (entre janvier et juillet 2007), d échanges avec différents acteurs : ADEME, Mission Interministérielle de l Effet de Serre (MIES), Délégation Interministérielle à l Aménagement et la Compétitivité des Territoires (DIACT), Espace interrégional européen Bretagne - Pays de la Loire - Poitou-Charentes, collectivités territoriales de la mise en place de deux «marchés tests». 3

5 Ce document présente la synthèse des travaux du groupe «Intégration de critères relatifs à la quantification des émissions de gaz à effet de serre dans les marchés publics» et intègre quelques remarques échangées à l occasion d une demi-journée technique de restitution organisée le 16/01/08 à Poitiers. Il s agit du premier document élaboré sur cette thématique dans le cadre du RGO et très peu de travaux ont été menés en France et en Europe sur ce sujet. Cette première contribution est donc à prendre comme telle dans ce contexte et sera sans doute rapidement complétée par d autres. 4

6 2 - Enjeux Le phénomène d effet de serre est naturel : certains gaz présents dans l atmosphère permettent d absorber d une partie des rayonnements infrarouge réfléchis par la Terre. Le réchauffement de l atmosphère ainsi engendré permet la vie sur Terre. Sans lui, la température de notre planète serait de -18 C, contre une moyenne a ctuelle de 15 C. Néanmoins, les activités humaines émettant des gaz à effet de serre accélèrent ce phénomène ce qui menace l équilibre de la planète : réchauffement climatique, fonte des glaciers, multiplication des tempêtes, changement des rythmes naturels Le graphique n 1 ci-dessous montre la concentration en gaz à effet de serre supplémentaire par rapport à la référence de l année Il est mesuré en ppm (partie par million) équivalent CO 2. Les concentrations en gaz à effet de serre dans l atmosphère ont augmenté de 170 ppm éq. CO 2 en 2000 par rapport à 1750 (Source : Groupe intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC), 2001 via le Réseau Action Climat France). Graphique n 1 Concentration de gaz à effet de serre supplémentaire par rapport à la référence de l année 1990 (Source GIEC) En France, la répartition des émissions de gaz à effet de serre en 2004 est la suivante (source Ministère de l Ecologie et du Développement durable - MEDD / Centre Interprofessionnel Technique d Etudes sur la Pollution Atmosphérique - CITEPA), voir graphiques n 2 et n 3 ci-dessous et 5

7 Emissions de gaz à effet de serre par secteur en France* en % 25% 20% 19% 19% 20% 26% 15% 13% 10% 5% 0% 3% Traitements des déchets Industrie de l'énergie Agriculture et sylviculture Résidentiel, tertiaire, institutionnel et commercial Industrie manufacturière Transports Source (MEDD- CITEPA) * France : métropole, Dom Tom, CT Graphique n 2 Evolution de la part relative des émissions de gaz à effet de serre en France entre 1990 et 2004 Graphique n 3 Le réchauffement climatique de la planète et le fait que cette situation est en partie due aux activités humaines sont devenus inéluctables. En ratifiant le protocole de Kyoto, la France s est engagée à stabiliser ses émissions de gaz à effet de serre en 2010 à leur niveau de 1990 (564 MteCO 2 ), c'est-à-dire à économiser au minimum 54 MteCO 2 par an à l horizon Afin de s inscrire dans une vision à plus long terme, c'est-à-dire la division par 4 des émissions d ici 2050, la France a élaboré un Plan Climat (2004) dont la mise en œuvre devrait permettre de dépasser cet objectif et d afficher une réduction totale de 73 MteCO 2. 6

8 Dès lors, toutes les parties prenantes, dont les pouvoirs publics, sont appelées à mettre en œuvre des politiques de limitation des émissions de gaz à effet de serre. Nos modes de consommation ont des impacts en termes d émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, dans le domaine de la commande publique, des élus et acheteurs aimeraient pouvoir agir et intégrer dans les marchés publics des critères relatifs à la quantité de gaz à effet de serre émise pour produire, acheminer et utiliser les marchandises achetées par leur collectivité. Or, peu de retour d expériences sont connus, des interrogations subsistent sur les limites juridiques de la mise en place d une telle démarche, notamment concernant le lien avec l objet du marché et des difficultés techniques liées à la quantification des émissions de gaz à effet de serre induites persistent encore. Par ailleurs, une certaine confusion est parfois faite entre le fait de vouloir limiter les émissions de gaz à effet de serre engendrées par les achats effectués et le fait de vouloir acheter «local». Or, le code des marchés publics interdit tout «localisme» et une production locale n induit pas forcément une réduction des émissions de gaz à effet de serre (une bonne organisation des processus de production et de commercialisation s avère souvent plus efficace). Ainsi, ce document tente d exposer le contexte juridique et technique relatif à la problématique de l intégration de critères relatifs aux émissions de gaz à effet de serre dans les marchés publics et s interroge sur les actions qui peuvent être menées par une personne publique qui souhaite limiter l impact «carbone» de ses achats. 7

9 3 - Contexte juridique et technique La prise en compte des gaz à effet de serre fait l'objet d'une insertion pour le moins nuancée dans le droit de la commande publique Limitation des émissions de gaz à effet de serre et textes applicables Un ensemble de textes non contraignant, à objectif incitatif De nombreux textes internationaux, européens et nationaux mentionnent des objectifs en termes de limitation d'émission de gaz à effet de serre. 1 - Sur le plan international la convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques (1992), le protocole de Kyoto (1997), l'accord de Bonn et la Conférence des Parties au protocole de Marrakech (2001) la directive européenne 2003/83 relative aux permis d'émission et au système d'échange de ces permis (2003), la directive européenne relative à l'utilisation des mécanismes de flexibilité (2004), l'engagement de l'union Européenne à réduire les émissions de gaz à effet de serre d'au moins 20 % d'ici 2020 par rapport à 1990, la conférence de Bali (2007). S'y ajoutent une multitude d'autres textes qui sont tous dépourvus d'effets contraignants. NB : Voir annexe 1 «Extraits de textes officiels relatifs aux émissions de gaz à effet de serre» 2 - Sur le plan national La France a adopté un plan climat en 2004 (actualisé en 2006) Si ce plan mentionne la possibilité d'inclure des critères écologiques relatifs aux émissions de gaz à effet de serre dans la politique d'achats durables et y incite, il n'a pas d'effet contraignant. NB : Voir annexe 1 «Extraits de textes officiels relatifs aux émissions de gaz à effet de serre» La France a encore adopté une charte de l'environnement, annexée à la constitution par une loi constitutionnelle du 1er mars

10 Cette charte ne donne pas en soi intérêt à agir à toute personne qui souhaite contester la légalité d'une décision prise dans le domaine de l'environnement (Ordonnance du Tribunal Administratif Orléans n ). La méc onnaissance de la charte peut être invoquée pour obtenir l'annulation d'un acte. Le gouvernement français a encore élaboré, en novembre 2006, un plan national d'action pour des achats durables, mais ce plan est également dépourvu d'effets contraignants. De la sorte, les textes mentionnant des engagements en termes de limitation des gaz à effet de serre ne sont pas des textes ayant valeur législative ou réglementaire Un code des marchés publics «ouvert» mais à manier avec précaution Le code des marchés publics 2006 rend obligatoire la prise en compte d'objectifs de développement durable (article 5) : «La nature et l étendue des besoins à satisfaire sont déterminées avec précision ( ) en prenant en compte des objectifs de développement durable». Si par ailleurs, les articles 6, 14 et 53 renforcent les possibilités d'intégration de critères environnementaux et sociaux dans la commande publique, le code en lui-même ne mentionne pas explicitement la prise en compte de critères relatifs aux émissions de gaz à effet de serre. Une telle prise en compte ne peut donc s'effectuer qu'au regard des principes généraux des marchés publics. Ainsi, le pouvoir adjudicateur est libre de faire figurer au nombre des critères de sélection des offres «les performances en matière de protection de l'environnement». Il doit veiller à ce que ces critères n'aient pas un effet discriminatoire et qu'ils soient liés à l'objet du marché, c'est à dire qu'ils lui permettent de déterminer l'offre économiquement la plus avantageuse (Cours Européenne commune de Toulouse n ), le pouvoir adjudicateur devant fournir aux candidats des indications suffisantes sur ses attentes afin que sa liberté de choix ne soit pas discrétionnaire (Cours Européenne commune de Toulouse précité). De plus, les critères liés à l'implantation géographique des candidats sont interdits (Cours Européenne commune de Ventenac en Minervois n ) sauf si leur proximité du lieu d'exécution du marché est une condition de la bonne exécution des prestations (CAA Marseille Préfet des Hautes-Alpes n 04MA 02218) Il apparaît donc possible d'intégrer des critères relatifs aux émissions de gaz à effet de serre dans la commande publique, tant en ce qui concerne le processus de fabrication qu'en ce qui concerne le transport, sous les réserves suivantes. 9

11 3.2 - Les possibilités d intégration de critères relatifs aux émissions de gaz à effet de serre à la commande publique Gaz à effet de serre et processus de production Sous le bénéfice des observations précédentes, il est possible d'apprécier l'offre à partir des caractéristiques environnementales telles la prise en compte d'exigences concernant le processus de fabrication des produits... Pour pouvoir intégrer de telles clauses, il est nécessaire de disposer de méthodes de quantification communes à tous les prestataires potentiels. De plus, la méthode retenue devra être relativement simple afin que chaque prestataire puisse évaluer le critère gaz à effet de serre associé à son offre. Des règles et des méthodes pour quantifier les émissions de GES existent : norme ISO ; méthodes de calcul proposées par la décision de la Commission de l'union Européenne du 29 janvier 2004 concernant l'adoption de lignes directrices pour la surveillance et la déclaration des gaz à effet de serre ; recommandation du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) ; le Greenhouse Gas Protocol ; l'inventaire du Centre interprofessionnel technique d'études sur la pollution atmosphérique ; la méthode Bilan Carbone proposée par l'ademe. NB : Voir annexe 2 «Les méthodes de quantification des émissions de gaz à effet de serre et leur utilisation possible pour intégrer des clauses relatives à cette quantification dans la commande publique» Pour autant, si un marché public peut retenir un critère lié à l'émission des gaz à effet de serre lors du processus de production du bien ou service objet de l'achat, il faut bien reconnaître qu'un tel critère n'est pas d'une utilisation aisée, d'autant qu'on peut craindre que peu d'entreprises choisissent de s'investir dans une telle démarche de quantification pour les produits ou services Gaz à effet de serre et transports de marchandises Ainsi qu'il a déjà été souligné, le juge administratif s'oppose à tout localisme. Pour autant, il semble que le critère de l'émission des gaz à effet de serre lors du transport des marchandises puisse être inséré au marché sous les deux formes suivantes : 1 - Localisation des entreprises Ainsi qu'il a été noté, la localisation des entreprises et leur proximité du lieu d'exécution du marché peuvent ne pas constituer un critère illégal d'attribution lorsque la proximité de l'entreprise constitue une condition de la bonne réalisation des prestations (cas notamment de l acheminement des produits frais). 10

12 Dès lors, de manière indirecte, mais incontestable, la proximité du prestataire par rapport au lieu d'exécution du contrat est une manière de réduire l'émission des gaz à effet de serre. Il est cependant important de préciser que ceci n est valable qu à moyen de transport équivalent et pour un fabricant. En effet, une grande distance parcourue avec un moyen de transport peu émissif en gaz à effet de serre pourra être moins dommageable qu une plus petite distance parcourue avec un moyen de transport fortement émissif. De la même manière, un distributeur peut être situé à proximité du lieu d exécution du contrat mais se fournir en marchandises fabriquées à l autre bout du monde. 2 - Emissions de gaz à effet de serre liées aux transports de marchandises Dans la mesure où il apparaît possible de retenir comme critère de sélection la quantité de gaz à effet de serre émis lors du transport. Pour effectuer cette quantification, les informations et données suivantes sont nécessaires : - le mode de transport utilisé, - le kilométrage parcouru, - le tonnage transporté, - le nombre de livraisons nécessaires pour acheminer l'ensemble des marchandises. NB : Voir annexe 2 «Les méthodes de quantification des émissions de gaz à effet de serre et leur utilisation possible pour intégrer des clauses relatives à cette quantification dans la commande publique» Pour exemple, dans le cas d'une commande publique de produits d'hygiène de la Région Poitou-Charentes, le critère gaz à effet de serre défini a été la quantité de gaz à effet de serre due au transport des marchandises (voir fiche retour d expérience page 18). La méthode proposée pour comptabiliser ces émissions a consisté à multiplier les kilomètres parcourus pour chaque livraison de marchandises par les tonnes transportées par livraison, puis à multiplier ce produit par les factures d'émission adéquates selon le mode de transport (routier, ferroviaire, fluvial, maritime, avion) et par le nombre de livraisons nécessaires pour le transport de l'ensemble de marchandises commandées (utilisation de la méthode Bilan Carbone de l'ademe ou équivalent). Observations : - le critère ainsi formulé ne doit pas faire état d'une quelconque préférence locale, mais se borner à relever la quantité de gaz à effet de serre émis pour le transport de marchandises, - le critère gaz à effet de serre doit rester un critère additionnel affecté d'un faible coefficient, - la prise en compte des gaz à effet de serre n'est qu'un aspect, somme toute limité, d'une politique globale d'achats publics durable, - ce volet vient s'ajouter aux autres outils (éco-labels ; référentiels ; prise en compte des cycles de vie des produits...) qui eux aussi contribuent, de façon plus indirecte mais non négligeable, à la réduction des émissions de gaz à effet de serre induites. 11

13 4 - Retours d expériences Fiches de retours d expériences Les recherches effectuées ont confirmé que, pour l instant, très peu d expériences ont été menées par les collectivités en matière d intégration de critères relatifs aux émissions de gaz à effet de serre dans les marchés publics. Quelques retours d expérience ont néanmoins été identifiés. - La Ville de Nanterre En 2006, la Ville de Nanterre accepte de tester l outil «Bilan Carbone» de l ADEME avec 12 autres collectivités en France. En parallèle, de ce test et de l élaboration d un Plan Climat Territorial, la Ville de Nanterre décide de s interroger sur la possibilité d intégrer des critères concernant les émissions de gaz à effet de serre dans ses commandes publiques. Au départ, la Ville de Nanterre a cherché à intégrer des critères concernant les émissions de gaz à effet de serre dans tous ses marchés mais, dans un premier temps, elle y a renoncé. L option retenue est la suivante : commencer par intégrer un critère concernant les émissions de GES dues à l acheminement des marchandises dans les marchés de produits pas ou peu manufacturés (produits qui ne nécessitent pas d apport énergétique anthropique, par exemple les végétaux comme les arbres et les arbustes mais pas les fleurs coupées qui sont souvent produites sous serre ). Ce critère est intégré et pondéré en tant que critère de jugement des offres. Les facteurs d'émission de l'ensemble des moyens de transport existants : la route, le fer, l'eau et l'air transmis par l ADEME dans la méthode Bilan carbone et des outils pour déterminer les distances à parcourir sont fournis aux candidats dans le règlement de consultation. Une dizaine de marchés ont ainsi été passés (marchés à procédure adaptée). Au départ les fournisseurs étaient réticents mais ils ont finalement tous rempli le tableau de décompte des émissions de GES annexé. Pour que l intégration d un critère concernant les émissions de GES ne soit pas contestée, la quantification des GES émis lors du transport du produit doit être très précise et nécessite la mise en place d une analyse fine. Pour la Ville de Nanterre, l intégration d un critère concernant les émissions de GES dans les marchés de produits pas ou peu manufacturés ne privilégie pas les achats locaux mais les fournisseurs qui utilisent des transports propres pour acheminer leur marchandise. Ce critère ne bénéficie cependant que d un faible pourcentage de pondération. L annexe 3 apporte des précisions sur le retour d expériences de la Ville de Nanterre (2007). 12

14 - Communauté Urbaine de Dunkerque (CUD) La CUD est engagée depuis déjà plusieurs années dans des politiques de développement durable via notamment la mise en œuvre de son Contrat d'agglomération. L intégration de critères développement durable dans la commande publique est un des axes d actions développés. Depuis 2004, un questionnaire concernant les émissions de GES occasionnées par le transport des fournitures achetées par la CUD est intégré dans tous les marchés afin de sensibiliser les fournisseurs à cette problématique. Ce questionnaire ne constitue pas une pièce contractuelle. Il a un rôle pédagogique vis-à-vis des fournisseurs et n est pour l instant pas utilisé pour analyser les offres. Ce questionnaire est régulièrement actualisé suite aux évolutions réglementaires et techniques constatées et est travaillé avec l ADEME Nord-Pas-de-Calais. La troisième version de ce questionnaire, actuellement utilisé par la CUD (novembre 2008), est présenté en annexe 4 de ce document. Pour l instant, seuls les achats de véhicules intègrent de plus en plus fréquemment de tels critères. Ceci ne pose aucun problème puisque dans ce cas les émissions de gaz à effet de serre induites sont en partie dues à l utilisation future du produit donc à l objet du marché. Les participants au groupe de travail «Intégration de critères relatifs aux émissions de GES dans les marchés publics» du RGO ont également des retours d expériences à faire partager. Ils sont présentés dans les trois fiches suivantes : - Fiche n 1 : Achat de véhicules et fournitures ass ociées (Ville de Rennes) - Fiche n 2 : Formation à la conduite (Région Poito u-charentes) - Fiche n 3 : Achat de fournitures courantes (Régio n Poitou-Charentes) Pour toute recherche de retour d expériences, n oubliez pas de consulter la plate-forme nationale d échange de documents : 13

15 FICHE N 1 - ACHAT DE VEHICULES ET FOURNITURES ASSOC IEES Nom de la Collectivité : Ville de Rennes Personne(s) responsable(s) et fonctions : - Philippe Denis (Chef de service Parc auto), - Maryvonne Limon (Responsable du Pôle achat), - Pascale Girardot (Correspondante environnement du service Parc auto) Domaine d intervention du marché (travaux, fournitures, services) : Fournitures véhicules, engins, carburants, lubrifiants, pneumatiques (services "traitement des déchets") 1. Description synthétique du marché (objet, montant, principales caractéristiques, critères d attribution) - Marchés acquisition de matériels transport et techniques (Appel d Offre européen 700 K /an) - intégration du critère émissions de CO 2 en critère de choix de l offre (AO 2008) - intégration d'une formation à la conduite économique pour les poids lourds (AO 2007) - Marché de fourniture de lubrifiants (AO européen 200 K sur 4 ans) - intégration d'une gamme bio dans le CCTP (AO 2007) - Marché de fourniture de carburants (AO européen K sur 2 ans) - ouverture sur le Diester (AO en cours) - Marché de fourniture de pneumatiques (< 90 K sur 4 ans) - intégration d'une gamme de pneumatiques économes en énergie (AO en cours) 2. Calendrier du marché - Marché acquisition de matériels transport et techniques : 2 appels d'offres en préparation, Conseil Municipal du 14 janvier Marché de lubrifiants : consultation lancée en octobre 2006, réponses le 21 novembre 2006, notifié le 22 février Marché de carburants : consultation lancée en novembre 2007, réponses le 24 décembre Le marché ne sera notifié qu'en février Marché de pneumatiques : lancement consultation prévue début Prise en compte / intégration des problématiques relatives aux émissions de gaz à effet de serre (lien avec l objet du marché? quels critères? comment ont-ils été intégrés au marché? documents fournis) - Intégration d un préambule à tous les marchés, mentionnant la possibilité pour les fournisseurs de proposer des produits plus performants du point de vue environnemental - Critère relatif aux émissions CO 2 intégré dans les sous/critères de choix de l offre pour les AO "Matériels transports" (l'émission de CO 2 est intégrée comme sous-critère dans l'ao la cotation de ce sous-critère est de 2/10 au sein des critères techniques qui sont pondérés à hauteur de 60% pour le choix de l offre) 14

16 - Réalisation d une formation à la conduite économique en énergie intégrée comme condition d exécution dans le CCTP pour l'ao "Matériels transports" - Gamme bio-lubrifiants intégrée dans les bordereaux des prix pour l'ao "Lubrifiants" - Ouverture sur le Diester prévue sur le bordereau des prix pour l'ao "Carburants" - Ouverture sur les pneumatiques économes en énergie prévue dans le CCTP pour l'ao "Pneumatiques" 4. Résultats (nombre et qualité des réponses, perception, prise en compte par les prestataires, compréhension de la problématique, accueil/questions éventuelles) - Concernant les AO "matériels transports", les offres 2007 ont été correctement renseignées pour les émissions CO 2 et l'analyse a pu être faite sans difficulté. - Concernant les formations à la conduite économique, la livraison du véhicule n'a pas encore été effectuée mais a priori le fournisseur est en mesure de dispenser cette prestation - Concernant les lubrifiants, un seul fournisseur a répondu en proposant une gamme bio - Concernant les autres marchés les fournisseurs n'ont pas posé de question mais les réponses sont pour certaines difficiles à exploiter (ex : émissions de CO 2 des engins techniques) 5. Bilans de l expérimentation (difficultés rencontrées, facteurs facilitant et pistes d amélioration) - Le bilan est positif pour l'ao "transports" : les réponses sont satisfaisantes et les critères relatifs aux émissions de CO 2 ont permis de réaliser des choix pertinents - Concernant l'ao "matériels techniques" : les offres, en 2007, n'ont pas permis d'avoir d'indications vérifiables et comparables pour les émissions de CO 2 (cet aspect reste cependant un élément pris en compte dans le jugement des offres parmi l'ensemble des autres caractéristiques techniques et apprécié au cas par cas) - Concernant la fourniture de lubrifiants : la gamme bio a, semble t-il, créé une contrainte supplémentaire sur un CCTP déjà très sélectif pour la qualité des produits - Une seule réponse a été enregistrée (le CCTP était donc peut être trop fermé) - Concernant le préambule intégré à tous les marchés laissant une ouverture aux fournisseurs pour proposer des produits plus performants du point de vue environnemental : aucun n'a exploité cette possibilité jusqu'à présent - Concernant l'ao "pneumatiques" : il est actuellement en cours Difficulté générale à établir des critères pertinents pour juger des offres : comment prendre en compte les émissions de CO 2 du «puits à la roue» (et non pas uniquement à l échappement) pour le choix des carburants et véhicules? ; comment considérer les filières bio-carburants? 6. Perspectives de développement (nouveaux marchés potentiellement concernés, volonté ou non de poursuivre) - Un AO "traitement des déchets" qui prendra en compte le mode de valorisation des déchets industriels spéciaux dans le bordereau doit prochainement être lancé. - Une extension du sous-critère émission de CO 2 est prévue pour les engins techniques dés que les offres des fournisseurs permettront de juger cet aspect 15

17 FICHE N 2 - FORMATION A LA CONDUITE Nom de la Collectivité : Région Poitou-Charentes Personne(s) responsable(s) et fonctions : - Sophie Biojoux, Chargée de mission service formation professionnelle continue - Katia Amette, Assistante de mission service formation professionnelle continue Domaine d intervention du marché : Prestation de services relative à la formation à la conduite 1. Description synthétique du marché (objet, montant, principales caractéristiques, critères d attribution) Objet : sélectionner des prestataires de services chargés de l animation et de la mise en œuvre d actions de formation permettant à des demandeurs d emploi de se qualifier dans les secteurs du transport. 4 lots (un par département) concernent la préparation aux permis de conduire poids lourds (C, EC, FIMO, FCOS) et transport en commun (D, FIMO). Nature du marché : marchés de prestation de services à bons de commande multi-attributaires ne comportant pas de montants minimum et maximum passés en application des articles 10, 30 et 77 du Code des marchés publics Critères de choix des offres : - cohérence entre objectifs, contenu proposé et modalités de mise en œuvre notamment les modalités d individualisation (40 %) - moyens mobilisés : qualifications et compétences des intervenants (administratifs et pédagogiques), expérience de l organisme et résultats déjà obtenus dans des actions similaires, intégration de l organisme dans son environnement économique et social (20%) - moyens logistiques : conditions et capacités d accueil, équipements et ressources mobilisés (20 %) - modalités d évaluation, suivi de l action et des stagiaires (15 %) - coût (10 %) - prise en compte du développement durable : niveau de consommation de carburant des véhicules de la flotte mise à disposition pour la formation (en litres/100km), sensibilisation à la conduite économe (5%) 2. Calendrier du marché - Publication de l avis d appel public à la concurrence le 6 avril Réception des offres le 21 mai Marchés en cours d exécution 3. Prise en compte / intégration des problématiques relatives aux émissions de gaz à effet de serre (lien avec l objet du marché? quels critères? comment ont-ils été intégrés au marché? documents fournis) Il a été annexé au dossier de consultation un tableau à remplir par les candidats pour préciser la consommation moyenne de carburant en litres aux 100 km par les véhicules utilisés dans le cadre de la formation. En utilisant le tableau de référence fourni par l ADEME via l outil bilan Carbone, il était possible de déduire le volume de CO 2 émis en g par km en fonction du modèle de véhicule. Dans la fiche technique au niveau des contenus et des spécificités de la formation, le cahier des charges précisait : «Il est vivement souhaité que la formation prenne en compte les enjeux environnementaux en veillant notamment à développer chez les stagiaires des modes de conduite souples et économes en consommation de carburant. Le candidat détaillera dans son offre la méthode envisagée à ce niveau.» Le critère de sélection des offres relatif aux gaz à effet de serre et à la conduite économe représentait 5 % de la note. 16

18 4. Résultats (nombre et qualité des réponses, perception, prise en compte par les prestataires, compréhension de la problématique, accueil/questions éventuelles) - 13 réponses représentant 6 organismes différents : Lot 5 (Charente), 3 réponses ; Lot 6 (Charente-Maritime), 3 réponses ; Lot 7 (Deux-sèvres), 4 réponses ; Lot 8 (Vienne), 3 réponses - Tous ont renseigné la fiche d émission de CO 2 mais de manière inégale. L appel à projets nécessite l utilisation de véhicules écoles (camions avec ou sans remorques, bus et autocar) et le tableau n était pas adapté pour prendre en compte des véhicules différents. - Tous ont cité dans le contenu la formation à la conduite économe et écologique sans expliciter précisément les actions qu ils mettraient en place pour atteindre cet objectif. - Pas de question sur ce thème pendant la procédure 5. Bilans de l expérimentation (difficultés rencontrées, facteurs facilitant et pistes d amélioration) Il s agit d une première expérience et la Région n a pas écrit précisément ses attentes dans son cahier des charges. Il est pour l instant difficile pour la Région de définir d avantage sa commande. Des questions sont posées : - Est-ce que le moment de l apprentissage à la conduite est le plus propice pour développer une conduite économe alors que les stagiaires ne maîtrisent déjà pas le véhicule donc risquent de surconsommer du carburant? Il serait peut être plus intéressant pour la Région de former à la conduite souple des salariés déjà en poste? - Est-ce déjà prévu dans les formations initiales minimum obligatoires (FIMO)? Les soumissionnaires n ont pas semblé surpris par cette démarche car le secteur est déjà sensibilisé. Peu de choses ont été précisé dans les réponses des prestataires mais il est difficile de dire si c est parce que c est quelque chose de déjà inscrit dans leurs habitudes de travail (notamment dans la FIMO) ou si c est parce qu ils ont été surpris et ne savent pas encore répondre à ce type de question. Difficultés : - Le service formation professionnelle n est pas formé à la lecture de ces éléments et ne dispose pas de repères permettant la comparaison. - La grille d analyse fournie par l ADEME n est pas forcément adaptée : les véhicules écoles roulent en partie sur piste et ne sont pas chargés. - Il est difficile de suivre l exécution du critère «émissions de gaz à effet de serre des véhicules utilisés» durant l exécution du marché. 6. Perspectives de développement (nouveaux marchés potentiellement concernés, volonté ou non de poursuivre) D autres marchés sont concernés par la prise en compte du développement durable mais elle se situe directement au niveau des critères d exécution du cahier des charges et non pas dans les critères de choix de l offre. Il s agit notamment des formations relevant du secteur du bâtiment dans lesquelles il est prévu dans les cahiers des charges : - pour la formation plombier chauffagiste : un module sur les installations solaires, - pour la formation complémentaire : utiliser les matériaux naturels dans les constructions (chanvre ). 17

19 FICHE N 3 - ACHAT DE FOURNITURES COURANTES Nom de la Collectivité : Région Poitou-Charentes Personne(s) responsable(s) et fonctions : Josic Maignan, Chef de service administration et gestion Domaine d intervention du marché (travaux, fournitures, services) : Fournitures courantes 1. Description synthétique du marché (objet, montant, principales caractéristiques, critères d attribution) - Marché à bons de commande avec un maximum de HT (MAPA) pour la fourniture de produits d entretien et de consommables d hygiène (détergents, liquide vaisselle, papier WC, etc ). - Les prestataires devaient proposer une gamme de produits «verts» (éco-labellisés) (10 items minimum). - La pondération des critères de choix de l offre était la suivante : Prix 40% Qualité dont respect des normes environnementales 30% Délai de livraison 25% Emission des gaz à effet de serre 5% 2. Calendrier du marché La consultation a été lancée en avril 2007, réponse début mai Le marché est en cours d exécution. 3. Prise en compte / intégration des problématiques relatives aux gaz à effet de serre (lien avec l objet du marché? quels critères? comment ont-ils été intégrés au marché? documents fournis) - Sur deux produits, représentant près de 50 % des commandes (papier WC et essuies-mains éco-labellisés), il a été demandé aux prestataires de calculer les émissions de gaz à effet de serre pour la quantité commandée annuellement, pour la distance : lieu de production (usine) entrepôt lieu de livraison final. - Les entreprises devaient indiquer dans une annexe les quantités de gaz à effet de serre rejetées. Pour répondre, elles disposaient d une notice synthétique de l ADEME jointe au DCE permettant de calculer le coût carbone (tableau excel permettant d aboutir au calcul des émissions en indiquant juste le type de mode de transport et de véhicule utilisé ainsi que le nombre de kilomètre parcouru) - Voir annexe 5. - Le critère d analyse relatif aux gaz à effet de serre (GES) était pondéré à 5% en choix des offres. 18

20 4. Résultats (nombre et qualité des réponses, perception, prise en compte par les prestataires, compréhension de la problématique, accueil/questions éventuelles) - 5 réponses de prestataires - 2 seulement ont correctement rempli l annexe sur les gaz à effet de serre, 2 candidats déjà dans une démarche d achats responsables. - Pas de question pendant la consultation sur les aspects GES. - Certains prestataires ne semblent pas voir compris ce qui était demandé. 5. Bilans de l expérimentation (difficultés rencontrées, facteurs facilitant et pistes d amélioration) Difficultés : - Un effort important de pédagogie doit être mené auprès des prestataires potentiels (problématique nouvelle évolution à long terme), avec notamment une notice plus détaillée et plus explicative. - Manque de repères et de comparaison dans l analyse - Difficulté de suivi et d évaluation dans l exécution du marché Facteurs facilitateurs : - Produits et fournitures se prêtant à ce type de calcul (produits standardisés) - Importance d un domaine où le réflexe environnemental existe déjà (plus grande chance de compréhension de la problématique) - Faible pondération du critère ou caractère facultatif (ne pas effrayer les prestataires) - Pour être plus juste, nécessité notamment de préciser le nombre de trajet estimatifs 6. Perspectives de développement (nouveaux marchés potentiellement concernés, volonté ou non de poursuivre) - Depuis 2007, intégration des caractéristiques de rejet (CO 2, etc ) dans les critères de choix lors d achats de voitures de service. - Potentiellement à développer sur d autres fournitures courantes (ex : consommables et/ou petit outillage) 19

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

L'information CO 2 des prestations de transport

L'information CO 2 des prestations de transport L'information CO 2 des prestations de transport EcoTransIT World 3 avril 2013 Pascal CHAMBON - MEDDE Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Bilan 2011 des émissions de gaz à effet de serre de l Université Joseph Fourier

Bilan 2011 des émissions de gaz à effet de serre de l Université Joseph Fourier 23/05/2013 Bilan 2011 des émissions de gaz à effet de serre de l Université Joseph Fourier L université Joseph Fourier s est engagée dans la réalisation de son propre Bilan des Emissions de Gaz à Effet

Plus en détail

RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES

RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES RAPPORT 2011-2012 Bilan des Emissions de GES Elior Restauration Entreprises Responsable du suivi : Vincent Cossac Fonction : Responsable Développement Durable Adresse : 46/52 rue Albert 75013 Paris : 01

Plus en détail

Passons à l action! Pour aller plus loin, compensez! http://www.actioncarbone.org/calculateur

Passons à l action! Pour aller plus loin, compensez! http://www.actioncarbone.org/calculateur Le coût des énergies augmente et les ressources fossiles (gaz, pétrole) se font rares. Or dans la plupart de nos actions quotidiennes, nous utilisons de l énergie et émettons des gaz à effet de serre qui

Plus en détail

APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE. Programme Opérationnel FEDER 2014 2020

APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE. Programme Opérationnel FEDER 2014 2020 APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE Programme Opérationnel FEDER 2014 2020 Axe 3 «conduire la transition énergétique en Région Nord Pas de Calais» Investissement Prioritaire 4e «en

Plus en détail

LE CODE DES MARCHÉS PUBLICS COMMENT ORIENTER, DYNAMISER L'ACHAT PUBLIC LOCAL

LE CODE DES MARCHÉS PUBLICS COMMENT ORIENTER, DYNAMISER L'ACHAT PUBLIC LOCAL LE CODE DES MARCHÉS PUBLICS COMMENT ORIENTER, DYNAMISER L'ACHAT PUBLIC LOCAL Septembre 2013 SOMMAIRE Rappel des principes généraux 4 Marché public inférieur à 15 000 HT..... 5 Marché public supérieur

Plus en détail

PORTANT ORGANISATION DES PROCEDURES DE MARCHES PUBLICS DE LA VILLE DE JARGEAU

PORTANT ORGANISATION DES PROCEDURES DE MARCHES PUBLICS DE LA VILLE DE JARGEAU PORTANT ORGANISATION DES PROCEDURES DE MARCHES PUBLICS DE LA VILLE DE JARGEAU Annexe de la délibération n 75-2015DEL du Conseil Municipal du 9 juillet 2015 PREAMBULE Issus de la transposition des directives

Plus en détail

CONVENTION D APPLICATION DU CONTRAT DE PLAN

CONVENTION D APPLICATION DU CONTRAT DE PLAN CONVENTION D APPLICATION Contrat de Plan Etat Région Centre-Val de Loire 2015-2020 Version validée par le comité de programmation du 16/06/2015 CONVENTION D APPLICATION DU CONTRAT DE PLAN Entre L Etat,

Plus en détail

Que dit la nouvelle directive communautaire sur le «coût de cycle de vie»?

Que dit la nouvelle directive communautaire sur le «coût de cycle de vie»? 1 DIRECTIVES MARCHÉS : MAÎTRISER LES NOUVELLES RÈGLES en matière de coût de cycle de vie Une nouvelle directive Marchés Publics vient d être adoptée : quels changements en perspectives? 10 ans après l

Plus en détail

PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL

PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL Validation du bilan de GES et approbation des orientations stratégiques du programme d'actions Rapport n 404 au CONSEIL GENERAL du 21 décembre 2012 L'ENGAGEMENT DU CONSEIL

Plus en détail

Législation française et belge relative aux marchés publics : les éléments utiles au développement des entreprises adaptées.

Législation française et belge relative aux marchés publics : les éléments utiles au développement des entreprises adaptées. Législation française et belge relative aux marchés publics : les éléments utiles au développement des entreprises adaptées. Les seuils de publicité européenne sont ceux à partir des quels les marchés

Plus en détail

Acheter mieux, respecter l avenir

Acheter mieux, respecter l avenir Le guide de l achat éthique et responsable Acheter mieux, respecter l avenir c est Édito Depuis de nombreuses années, Villeurbanne EST HABITAT prend des engagements forts en matière de développement durable.

Plus en détail

DIRECTIVE 1999/94/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 1999/94/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL L 12/16 FR Journal officiel des Communautés européennes 18. 1. 2000 DIRECTIVE 1999/94/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 décembre 1999 concernant la disponibilité d'informations sur la consommation

Plus en détail

RAPPORT DE BILAN DE GAZ A EFFET DE SERRE AYME ET FILS SA

RAPPORT DE BILAN DE GAZ A EFFET DE SERRE AYME ET FILS SA RAPPORT DE BILAN DE GAZ A EFFET DE SERRE AYME ET FILS SA Avec la collaboration de RLC Lyon Par la méthode Bilan Carbone Année de référence : 1/1/211 31/12/211 Année de reporting : 1/1/211 31/12/211 Claude

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE BILAN GAZ A EFFET DE SERRE DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE Année de référence : 2014 Edition 2015 LE BILAN GES DE L ULCO Dans le cadre de la législation, le Pôle de Recherche et d Enseignement

Plus en détail

Bilan Carbone de la Caisse Régionale Toulouse 31

Bilan Carbone de la Caisse Régionale Toulouse 31 Bilan Carbone de la Caisse Régionale Toulouse 31 Rappel des enjeux du changement climatique, résultats du Bilan Carbone et pistes d action de réduction Quels enjeux en termes de climat et d énergie? Un

Plus en détail

Utiliser les circuits courts en restauration collective 20 Juin 2013 CNFPT Rhône-Alpes Grenoble

Utiliser les circuits courts en restauration collective 20 Juin 2013 CNFPT Rhône-Alpes Grenoble Utiliser les circuits courts en restauration collective 20 Juin 2013 CNFPT Rhône-Alpes Grenoble Acheter local & rédiger un cahier des charges techniques dans le respect de la réglementation des marchés

Plus en détail

Bilan Carbone. P. Faucher. Sept. 2009

Bilan Carbone. P. Faucher. Sept. 2009 Bilan Carbone P. Faucher Sept. 2009 / La méthode Bilan Carbone, Plan Climat et Agenda 21 >Des démarches complémentaires Le Bilan Carbone permet de faire un diagnostic des émissions de gaz de serre Le Plan

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION Année de référence : 211 Page : 1 / 12 SOMMAIRE I. GENERALITES... 3 A. INTRODUCTION 3 B. OBJECTIFS 3 II. LA METHODE BILAN CARBONE... 4 A.

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

Bilan Carbone 2009-2010

Bilan Carbone 2009-2010 Bilan Carbone 2009-2010 Dauphin Subaquatique Club 6, rue Mansart 75009 PARIS dsc.asso.fr Introduction 1 Changement climatique : l'urgence d'un état des lieux 1 La méthode Bilan Carbone 1 Quels chiffres

Plus en détail

Pour un approvisionnement de proximité et de qualité en restauration collective

Pour un approvisionnement de proximité et de qualité en restauration collective PRÉFET DE LA RÉGION Pour un approvisionnement de proximité et de qualité en restauration collective ORGANOM 4 avril 2012 Favoriser l approvisionnement de proximité et de qualité, y compris en marchés publics

Plus en détail

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 JCDecaux France Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Novembre 2015 PRESENTATION DU CADRE DU REPORTING 1 Description de la

Plus en détail

N 25 juin 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/6

N 25 juin 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/6 N 25 juin 2015 Secrétariat de la CCMOSS 1/6 ACTUALITES 10 conseils pour simplifier l achat public...... 3 D E F I N I T I O N Qu est-ce que le PNAAPD?...3 R E G L E M E N T A T I O N Sur qui porte l obligation

Plus en détail

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET 1) Contexte Constatant les difficultés rencontrées par les collectivités pour

Plus en détail

BILAN CARBONE 2009 SYNTHESE. cadet international groupe setec

BILAN CARBONE 2009 SYNTHESE. cadet international groupe setec BILAN CARBONE 2009 SYNTHESE cadet international groupe setec Juillet 2010 Sommaire I. Contexte et enjeux... 3 II. Périmètre du Bilan Carbone... 4 III. Résultats... 5 Déplacements... 6 Immobilisations /

Plus en détail

SOLUTIONS ENTREPRISES Le BILAN CARBONE

SOLUTIONS ENTREPRISES Le BILAN CARBONE SOLUTIONS ENTREPRISES Le BILAN CARBONE Le BILAN CARBONE Toute activité industrielle, tertiaire et agricole émet, directement ou indirectement, des gaz à effet de serre ayant pour conséquence de contribuer

Plus en détail

Le climat dans les marchés publics. 26 novembre 2015

Le climat dans les marchés publics. 26 novembre 2015 Le climat dans les marchés publics 26 novembre 2015 SOMMAIRE 1. Maximilien, Portail et réseau francilien des achats responsables 2. Les Groupes d études marchés publics 3. Le guide commande publique et

Plus en détail

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010

JCDecaux France. Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 JCDecaux France Bilan d émissions de Gaz à effet de Serre obligatoire défini par l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Novembre 2012 PRESENTATION DU CADRE DU REPORTING 1 Description de la

Plus en détail

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Direction du patrimoine Le 12/12/2014 SNI - 125 avenue de Lodève - CS 70007-34074 Montpellier Cedex 3 Tél. : 04 67 75 96 40 - www.groupesni.fr Siège social

Plus en détail

Le site Internet du ministère des Transports du Québec sur les changements climatiques

Le site Internet du ministère des Transports du Québec sur les changements climatiques Le site Internet du ministère des Transports du Québec sur les changements climatiques Présenté à : L Association des transports du Canada Présenté par : Le ministère des Transports du Québec PRIX DE RÉALISATION

Plus en détail

Traduction du Résumé de l étude de CE DELFT* : «L électricité verte pour les voitures électriques»

Traduction du Résumé de l étude de CE DELFT* : «L électricité verte pour les voitures électriques» Traduction du Résumé de l étude de CE DELFT* : «L électricité verte pour les voitures électriques» * Bureau d études Néerlandais indépendant spécialisé dans les questions environnementales et la recherche

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE FLOTTE AUTOMOBILE L EXEMPLE DE LA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DE MONTAUBAN TROIS RIVIÈRES 1

DIAGNOSTIC DE FLOTTE AUTOMOBILE L EXEMPLE DE LA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DE MONTAUBAN TROIS RIVIÈRES 1 DIAGNOSTIC DE FLOTTE AUTOMOBILE L EXEMPLE DE LA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DE MONTAUBAN TROIS RIVIÈRES 1 PRÉSENTATION DU TERRITOIRE Territoire: La Communauté d Agglomération de Montauban Trois Rivières

Plus en détail

Guide juridique de la commande publique de produits locaux de qualité pour la restauration scolaire

Guide juridique de la commande publique de produits locaux de qualité pour la restauration scolaire Guide juridique de la commande publique de produits locaux de qualité pour la restauration scolaire Janvier 2014 Objectifs du Guide Une convention-cadre de partenariat «restauration collective et produits

Plus en détail

Rapport BEGES. Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre. Année 2011 sur les activités 2010. Scope I et 2. Direction ABBOTT - HSE

Rapport BEGES. Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre. Année 2011 sur les activités 2010. Scope I et 2. Direction ABBOTT - HSE Rapport BEGES Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre Année 2011 sur les activités 2010 Scope I et 2 Direction ABBOTT - HSE Conformité avec l Art.75 de la Loi N 2010-788 du 12 Juillet 2010 Portant Engagement

Plus en détail

C H A R T E D E L É C O A T T I T U D E. Un outil pour développer les bonnes pratiques...

C H A R T E D E L É C O A T T I T U D E. Un outil pour développer les bonnes pratiques... C H A R T E D E L É C O A T T I T U D E Un outil pour développer les bonnes pratiques... Notre ambition : transformer nos convictions en actions Comment utiliser ce document? Véritable guide des gestes

Plus en détail

2 des PST : méthode de calcul du CO2 2 des PST : Méthode de calcul du CO2 Dimension normative et règlementaire Dimension normative et réglementaire Plan de la présentation Le Cycle de Vie Dimension normative

Plus en détail

POLE CONSEIL EN ACHATS ET MARCHES - UCANSS

POLE CONSEIL EN ACHATS ET MARCHES - UCANSS N 14 janvier 2013 POLE CONSEIL EN ACHATS ET MARCHES - UCANSS 1/6 ACTUALITES Publication du nouveau guide sur la dématérialisation des marchés publics...3 D E F I N I T I O N Qu est-ce qu un plan de déplacements

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

DATAVANCE. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

DATAVANCE. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 DATAVANCE Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES DATAVANCE 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une serre, des gaz

Plus en détail

Politique climatique et énergétique 2014-2018

Politique climatique et énergétique 2014-2018 La politique énergétique d'yverdon-les-bains fournit le cadre qui permettra de réduire les besoins en énergie de la Ville et d'augmenter la production d'énergies renouvelables. Il est important que cette

Plus en détail

APPEL A PROJETS FEDER CONSTRUCTION A «ENERGIE POSITIVE»

APPEL A PROJETS FEDER CONSTRUCTION A «ENERGIE POSITIVE» APPEL A PROJETS FEDER CONSTRUCTION A «ENERGIE POSITIVE» A destination des acteurs publics de la Région Nord Pas de Calais Programme Opérationnel FEDER 2014 2020 Axe 3 «conduire la transition énergétique

Plus en détail

Résumé de l étude réalisée par CO 2 logic pour le compte de la STIB

Résumé de l étude réalisée par CO 2 logic pour le compte de la STIB Comparaison des émissions de CO 2 par mode de transport en Région de Bruxelles-Capitale Résumé de l étude réalisée par CO 2 logic pour le compte de la STIB 100% Papier recyclé Janvier 2008 Résumé Déplacer

Plus en détail

La prise en compte des enjeux climatiques et énergétiques à l échelle des agglomérations

La prise en compte des enjeux climatiques et énergétiques à l échelle des agglomérations La prise en compte des enjeux climatiques et énergétiques à l échelle des agglomérations L exemple du PCET et de son articulation avec le SCOT de l agglomération bisontine 8 Plate-Forme internationale

Plus en détail

Le plan régional pour le climat et son articulation avec l Agenda21. METROPOLIS 15 décembre 2010

Le plan régional pour le climat et son articulation avec l Agenda21. METROPOLIS 15 décembre 2010 Le plan régional pour le climat et son articulation avec l Agenda21 METROPOLIS 15 décembre 2010 Vue d ensemble de la démarche Plan Climat 2 Livre Vert Etat des lieux des enjeux Information et implication

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER - FSE MAYOTTE 2014-2020

PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER - FSE MAYOTTE 2014-2020 PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER - FSE MAYOTTE 014-00 AXE 4 : ACCROITRE LA PART DES ENERGIES RENOUVELABLES DANS LE MIX ENERGETIQUE POUR UNE PLUS GRANDE INDEPENDANCE ENERGETIQUE DE L ILE ET INCITER A UNE CONSOMMATION

Plus en détail

Gouvernance locale et mode de gestion des ressources naturelles et énergétiques

Gouvernance locale et mode de gestion des ressources naturelles et énergétiques Gouvernance locale et mode de gestion des ressources naturelles et énergétiques Atelier organisé par le Centre d études des régulations publiques des espaces, de l économie et de l environnement (CERP)

Plus en détail

Appel à Projet Mobilité électrique durable

Appel à Projet Mobilité électrique durable Appel à Projet Mobilité électrique durable 1 1 Objet de l appel à projet La problématique des modes de déplacements basés sur la prépondérance du véhicule individuel couplée à un mix électrique très carboné,

Plus en détail

Contribution nationale de la Principauté de Monaco. Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques. - 29 juillet 2015 -

Contribution nationale de la Principauté de Monaco. Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques. - 29 juillet 2015 - Contribution nationale de la Principauté de Monaco Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques - 29 juillet 2015-1. Préambule... 3 2. Engagements de la Principauté de Monaco dans

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011 Bilan des émissions de gaz à effet de serre 21-211 Méthode Bilan Carbone - Rapport final - février 212 II. DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE Page 6 Sommaire I. CONTEXTE III. ANNÉE DE REPORTING ET ANNÉE

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

«Démarche collective de management environnemental des hébergements touristiques dans le PNR de Camargue»

«Démarche collective de management environnemental des hébergements touristiques dans le PNR de Camargue» «Démarche collective de management environnemental des hébergements touristiques dans le PNR de Camargue» Mission d expertises de management environnemental CAHIER DES CHARGES Maître d ouvrage : Syndicat

Plus en détail

AJILON ENGINEERING. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

AJILON ENGINEERING. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 AJILON ENGINEERING Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES Ajilon Engineering 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une

Plus en détail

MODULE 6 : Mobilité. Inciter les collectivités à mettre en accessibilité aux personnes à mobilité réduite leur patrimoine

MODULE 6 : Mobilité. Inciter les collectivités à mettre en accessibilité aux personnes à mobilité réduite leur patrimoine MODULE 6 : Mobilité Quelques éléments de contexte Se déplacer, un «droit» fondamental pour accéder aux besoins essentiels : s éduquer, se soigner, travailler, consommer, se divertir... Désormais, la mobilité

Plus en détail

BILAN CARBONE TM TRANSPORT JEUX OLYMPIQUES ET PARALYMPIQUES PELVOUX ECRINS 2018

BILAN CARBONE TM TRANSPORT JEUX OLYMPIQUES ET PARALYMPIQUES PELVOUX ECRINS 2018 BILAN CARBONE TM TRANSPORT JEUX OLYMPIQUES ET PARALYMPIQUES PELVOUX ECRINS 2018 Évaluation des émissions de gaz à effet de serre : En 2008 : Bilan Carbone TM Actuel Transports touristiques sur les sites

Plus en détail

Réduction des gaz à effet de serre liés aux transports: viser juste. Atteindre le facteur 4 en 2050 est un objectif ambitieux

Réduction des gaz à effet de serre liés aux transports: viser juste. Atteindre le facteur 4 en 2050 est un objectif ambitieux Certu M o b i l i t é s e t t r a n s p o r t s Le point sur 17 Réduction des gaz à effet de serre liés aux transports: viser juste La prise en compte des émissions de gaz à effet de serre dans les politiques

Plus en détail

Synthèse du bilan carbone

Synthèse du bilan carbone Synthèse du bilan carbone patrimoine et services ville de CANNES Ce projet est co-financé par l Union europénne. Projet sélectionné dans le cadre du programme opérationnel FEDER PACA 27-213. Année de référence

Plus en détail

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE Décembre 2012 Bilan GES BRENNTAG SA Page 1 sur 14 BRENNTAG BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE ANNEE 2011 Décembre 2012 Bilan GES BRENNTAG SA Page 2 sur 14 TABLE DES MATIERES Table des matières...

Plus en détail

Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre Carsat Centre-Val de Loire

Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre Carsat Centre-Val de Loire Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre Carsat Centre-Val de Loire Rapport réglementaire 2015 Bilan des émissions de GES - Carsat Centre-Val de Loire 1 Table des matières 1 Description de la personne

Plus en détail

Développement durable et marchés publics de produits de santé ------ Le guide des Achats durables de produits de santé

Développement durable et marchés publics de produits de santé ------ Le guide des Achats durables de produits de santé Développement durable et marchés publics de produits de santé ------ Le guide des Achats durables de produits de santé Principes / Hôpitaux 34e congrès de la FIH (1) Nice 2005 «l hôpital a par sa vocation,

Plus en détail

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise Association Régionale pour l Amélioration des Conditions de Travail en Haute-Normandie / sommaire p.2 - Développement des pratiques de formation : l exemple de deux secteurs en pleine mutation économique

Plus en détail

OBJET : Mise en œuvre du décret n 2004-1144 du 26 octobre 2004 relatif à l'exécution des marchés publics par carte d'achat.

OBJET : Mise en œuvre du décret n 2004-1144 du 26 octobre 2004 relatif à l'exécution des marchés publics par carte d'achat. Secrétariat général DIRECTION DE L'EVALUATION DE LA PERFORMANCE, ET DES AFFAIRES FINANCIERES ET IMMOBILIERES SOUS-DIRECTION DES AFFAIRES IMMOBILIERES SLAC/N AFFAIRE SUIVIE PAR : Pierre AZZOPARDI Tél :

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/ENERGY/2012/4 Distr. générale 13 septembre 2012 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Vingt et unième

Plus en détail

Présentation du cadre réglementaire des audits énergétiques

Présentation du cadre réglementaire des audits énergétiques Présentation du cadre réglementaire des audits énergétiques Jean-Pierre ROPTIN DREAL Basse-Normandie Division Energie-Air-Climat du 8 septembre 2009 Séminaire Document de stratégie régional du MEEDDM 1

Plus en détail

COMMUNAUTE DE L AGGLOMERATION TROYENNE

COMMUNAUTE DE L AGGLOMERATION TROYENNE COMMUNAUTE DE L AGGLOMERATION TROYENNE La mise en place d une démarche intégrée en vue de favoriser l accès à l emploi et à la formation des habitants du quartier prioritaire Chantereigne-Montvilliers

Plus en détail

Bilan carbone réglementaire [Version n 1-2012]

Bilan carbone réglementaire [Version n 1-2012] bilan-ges-idf@developpement-durable.gouv.fr Bilan carbone réglementaire [Version n 1-2012] Secrétariat général Le 20 décembre 2012 Annexe 1 : Carte périmètre OSICA Annexe 2 : Tableau des volumes de GES

Plus en détail

Chronopost, pionnière de la livraison propre en centre ville

Chronopost, pionnière de la livraison propre en centre ville Dossier de presse Chronopost, pionnière de la livraison propre en centre ville Novembre 2006 Pour toute information complémentaire, veuillez contacter : Marion Cocherel (marion.cocherel@porternovelli.fr)

Plus en détail

Plan de Déplacements Inter-Entreprises. se mobiliser, tous ensemble

Plan de Déplacements Inter-Entreprises. se mobiliser, tous ensemble Plan de Déplacements Inter-Entreprises IT COVO E URAG se mobiliser, tous ensemble Contexte Depuis un demi-siècle, l extension spatiale des villes en France s est effectuée principalement dans les couronnes

Plus en détail

Structuration en restauration collective. Eating City

Structuration en restauration collective. Eating City Structuration en restauration collective Eating City William Mairesse (Organisation Professionnelle de l Agriculture Biologique en Alsace) 7 Novembre 2012 L OPABA Définition : Syndicat des producteurs

Plus en détail

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7.1. Méthodologie 7.1.1. Calcul des coûts socio-économiques L intérêt du projet de prolongement de la ligne T1 vers Val de Fontenay est évalué

Plus en détail

Encourager. une démarche. Ecochantier. en Travaux Publics. Illustrator eps / CMJN / Eco Maires en Noir. GUIDE-ECOCHANTIER/BAT.indd 1 19/11/10 12:12

Encourager. une démarche. Ecochantier. en Travaux Publics. Illustrator eps / CMJN / Eco Maires en Noir. GUIDE-ECOCHANTIER/BAT.indd 1 19/11/10 12:12 Illustrator eps / CMJN / Eco Maires en Noir Encourager une démarche Ecochantier en Travaux Publics GUIDE-ECOCHANTIER/BAT.indd 1 19/11/10 12:12 Chapitre 1. GUIDE-ECOCHANTIER/BAT.indd 2 19/11/10 12:12 Guide

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE EN STATION SAINT MARTIN DE BELLEVILLE (LES MENUIRES, VAL THORENS)

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE EN STATION SAINT MARTIN DE BELLEVILLE (LES MENUIRES, VAL THORENS) BILAN GAZ A EFFET DE SERRE EN STATION SAINT MARTIN DE BELLEVILLE (LES MENUIRES, VAL THORENS) Étude menée en partenariat avec : Agence De l Environnement et de la Maîtrise de l Energie (ADEME) Commune de

Plus en détail

La Taxe Kilométrique Poids Lourds en France. Vers une réelle prise en compte des coûts routiers du transport de marchandises.

La Taxe Kilométrique Poids Lourds en France. Vers une réelle prise en compte des coûts routiers du transport de marchandises. La Taxe Kilométrique Poids Lourds en France Vers une réelle prise en compte des coûts routiers du transport de marchandises. Présentation de FNE France Nature Environnement : une Fédération de plus de

Plus en détail

RENCONTRES ACADÉMIQUES DE L ÉDUCATION AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

RENCONTRES ACADÉMIQUES DE L ÉDUCATION AU DÉVELOPPEMENT DURABLE RENCONTRES ACADÉMIQUES DE L ÉDUCATION AU DÉVELOPPEMENT DURABLE TABLE RONDE sur la TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 6 décembre 2013 UNE PROBLEMATIQUE QUI REPOSE SUR UN CONSTAT TERRITORIAL ET EN INTERNE (2009)

Plus en détail

Bilan Carbone Informatique CDC

Bilan Carbone Informatique CDC Bilan Carbone Informatique CDC Abdelfattah Bekkali Département Logistique Générale - Développement Durable Sommaire : I. BILAN CARBONE LES OBJECTIFS... 3 Pourquoi un bilan carbone à Informatique CDC...

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER - FSE MAYOTTE 2014-2020

PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER - FSE MAYOTTE 2014-2020 PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER - FSE MAYOTTE 014-00 AXE 4 : ACCROITRE LA PART DES ENERGIES RENOUVELABLES DANS LE MIX ENERGETIQUE POUR UNE PLUS GRANDE INDEPENDANCE ENERGETIQUE DE L ILE ET INCITER A UNE CONSOMMATION

Plus en détail

DECRYPTAGE LES AUDITS ENERGETIQUES OBLIGATOIRES POUR LES GRANDES ENTREPRISES. Version 0.6 06/02/2015

DECRYPTAGE LES AUDITS ENERGETIQUES OBLIGATOIRES POUR LES GRANDES ENTREPRISES. Version 0.6 06/02/2015 DECRYPTAGE LES AUDITS ENERGETIQUES OBLIGATOIRES POUR LES GRANDES ENTREPRISES 1 Version 0.6 06/02/2015 2 PARTIE I : DÉCRYPTAGE RÉGLEMENTAIRE Cadre réglementaire et normatif Les entreprises concernées Objectifs

Plus en détail

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LE CONTEXTE Un marché de l énergie fortement questionné Un marché de l énergie durablement haussier qui entraîne une perception nouvelle de l énergie l énergie est

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET B I L A N D E BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE PLACOPLATRE ANNEE 2011 G A Z A E F F E T PRESTATAIRE : CITEPA 7, Cité Paradis 75010 Paris Tél : 01 44 83 68 83 Octobre 2012 D E S E R R E TABLE

Plus en détail

N 24 avril 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/7

N 24 avril 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/7 N 24 avril 2015 Secrétariat de la CCMOSS 1/7 ACTUALITES Publication d un «mode d emploi sur les achats socialement responsables»..... 3 D E F I N I T I O N Qu est-ce que le système de management environnemental

Plus en détail

Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires

Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires Mise en place d un affichage environnemental sur les produits alimentaires Corinne MERCADIE Direction Qualité Responsable Environnement Emballages cmercadie@groupe-casino.fr Gabrielle ADAM Direction Qualité

Plus en détail

STEM PROPRETE BILAN CARBONE 2013

STEM PROPRETE BILAN CARBONE 2013 STEM PROPRETE BILAN CARBONE 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS...2 a) PRESENTATION DE L ENTREPRISE...2 b) OBJECTIFS DE CE RAPPORT :...2 c) PERIMETRE DE L ETUDE :...2 2. RESULTAT ET PRECONISATIONS

Plus en détail

Bilan d'émissions de GES

Bilan d'émissions de GES 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : Code NAF : Code SIREN : Adresse : Nespresso France 1, Boulevard Pasteur 75015 PARIS Bilan d'émissions de GES Nespresso France SA Nombre de

Plus en détail

Rapport méthodologique de Inventaire de Référence des Émissions (IRE) Inventaire de contrôle des Emissions (ICE)

Rapport méthodologique de Inventaire de Référence des Émissions (IRE) Inventaire de contrôle des Emissions (ICE) Rapport méthodologique de Inventaire de Référence des Émissions (IRE) Inventaire de contrôle des Emissions (ICE) Page 1 PREAMBULE La ville de Lambersart a fait réaliser un Bilan Carbone.en 2010 sur l'année

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Sommaire Communiqué de presse... 3 Le Nord-Pas de Calais se mobilise pour réussir la transition écologique de son économie. 5 Economie verte : définition... 5 Economie verte : la région Nord-Pas de Calais,

Plus en détail

LE PROGRAMME ARTISANAT ENERGIE 17. Sophie BAGAGEM Conseillère environnement

LE PROGRAMME ARTISANAT ENERGIE 17. Sophie BAGAGEM Conseillère environnement LE PROGRAMME ARTISANAT ENERGIE 17 Sophie BAGAGEM Conseillère environnement Le contexte Toutes activités confondues en France, les émissions de gaz à effet de serre des entreprises artisanales sont estimées

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

L Indice Carbone Casino, le premier étiquetage environnemental complet en France

L Indice Carbone Casino, le premier étiquetage environnemental complet en France - Communiqué de presse - 11 juin 2008 L Indice Carbone Casino, le premier étiquetage environnemental complet en France Casino poursuit son engagement en faveur du développement durable en lançant le premier

Plus en détail

REGLEMENT D ACHAT DE L INP DE TOULOUSE DOCUMENT APPROUVE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DANS SA SEANCE DU 12 DECEMBRE 2013.

REGLEMENT D ACHAT DE L INP DE TOULOUSE DOCUMENT APPROUVE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DANS SA SEANCE DU 12 DECEMBRE 2013. REGLEMENT D ACHAT DE L INP DE TOULOUSE DOCUMENT APPROUVE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DANS SA SEANCE DU 12 DECEMBRE 2013. 1 CODE DES MARCHES PUBLICS (CMP) décret N 2006-975 d u 1er août 2006, entré

Plus en détail

Boîte à outils pour les entreprises

Boîte à outils pour les entreprises Boîte à outils pour les entreprises A chacun de s en saisir Je suis spécialisé dans le secteur du bâtiment 1. Secteur du bâtiment stimulé par la rénovation énergétique Les règles d'urbanisme sont simplifiées

Plus en détail

Paris, le 04 novembre 2013. Page 1 sur 8

Paris, le 04 novembre 2013. Page 1 sur 8 Charte d Engagement des industries des produits entrant dans la construction pour le développement des formations aux économies d énergie dans le bâtiment et la promotion de la mention RGE «Reconnu Garant

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 125 Mai 2012 ECONOMIE ET EVALUATION DÉVELOPPEMENT DURABLE Expérimentation de l affichage environnemental sur les produits agro-alimentaires Premier retour

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DE LA VILLE D EPINAY-SUR-SEINE. Rapport de diagnostic

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DE LA VILLE D EPINAY-SUR-SEINE. Rapport de diagnostic BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DE LA VILLE D EPINAY-SUR-SEINE Rapport de diagnostic Rédaction Approbation Validation Bertille BALLUFFIER Bertille BALLUFFIER Nicolas CAILLEAU Ind. Date Modification

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation 1 Pourquoi intégrer le développement durable dans les achats publics? 2 Zoom sur l article 6 de la directive efficacité énergétique 3 Les leviers pour intégrer le développement

Plus en détail

Consommation et alimentation responsable. 17 novembre 2010 à l Agora

Consommation et alimentation responsable. 17 novembre 2010 à l Agora 5 e RDV Citoyen Consommation et alimentation responsable 17 novembre 2010 à l Agora Les marchés publics de la ville de Nanterre Mme Ghislaine JUBLIN Responsable du service achats - approvisionnements Sommaire

Plus en détail

APPEL À MANIFESTATION D INTERET (AMI)

APPEL À MANIFESTATION D INTERET (AMI) APPEL À MANIFESTATION D INTERET (AMI) ouvert aux entreprises œuvrant sur la rénovation énergétique dans le cadre du déploiement de la Plateforme locale de rénovation énergétique «mur mur 2» portée par

Plus en détail

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations

UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL UNIVERSITÉ BLAISE PASCAL Charte de l évaluation des formations www.univ-bpclermont.fr 1 Charte de l évaluation des formations L évaluation des formations inscrit l Université Blaise

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS

CATALOGUE DES FORMATIONS CATALOGUE DES FORMATIONS Sollis organise des sessions de formations en INTER et INTRA entreprise sur les métiers de l énergie. Elles contribuent à développer de nouvelles compétences, acquérir en peu de

Plus en détail