Distribution limitée FEM. 3 ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Distribution limitée FEM. 3 ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE"

Transcription

1 Distribution limitée FEM. 3 ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE M» L*"INFORMEL", LES FEMMES. ET LA PLANIFICATION DU DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE par Philippe HUGON Professeur de Sciences Economiques PARIS X Nanterre Avec la collaboration de Caroline Farrugia Les vues exprimées dans le présent document, la sélection des faits et l'interprétation qui en est donnée engagent la seule responsabilité de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement l'opinion de 1'Unesco. 3H3-89/V3-7

2 L'"informel", les femmes et la planification du développement en Afrique. Philippe Hugon Professeur de Sciences Economiques Paris X Nanterre Avec la colaboration de Caroline Farrugia 7

3 LES FEMMES, L,n INFORMEL" ET LA PLANIFICATION DU DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE. (Ph. Hugon) Introduction : - La crise de la planification - La prise en compte de l'informel - Les acteurs et le rôle des femmes 1. L'informel aux marges ou au coeur des sociétés africaines? 1.1. Un objet difficile à cerner, (critères, définitions, méthodes d'investigation...) 1.2. Des activités dynamiques en voie de croissance (résultats des principales enquêtes et recherches en Afrique depuis 1970) 1.3. Des réseaux urbains difficiles à démêler (liens entre les activités et le milieu socio-culturel) 1.4. Un rôle stratégique des femmes (exemple de la filière agro-alimentaire, de la parcelle à la préparation des repas. Présentations des autres activités féminines). 2. Que faire? 2.1. Eléments de débats de. politiques incitatives (concurrence et liens avec le secteur moderne, emploi ou productivité, action sur l'offre ou la demande, intervention sur l'informel ou son environnement, réformes du cadre juridique ou adaptation du droit...) 2.2. Les politiques d'appui et les incidences des politiques d'ajustement en cours (effets de substitution et de complémentarité vis-à-vis du secteur moderne) 2.3. La prise en compte de l'informel dans la planification du développement (limites de l'interventionnisme et dangers du laisser faire, réformes de la planification et politiques incitatives) 2.4. Agir sur les groupes stratégiques : l'appui aux femmes (expériences de réussite de politiques d'appui aux femmes et propositions Conclusion Vers une réforme de la planification du développement en situation de de l'afrique. - rupture f

4 I - Introduction/Résumé.: La planification du développement est en crise.si l'économie officielle connnaît dans un contexte d'endettement une régression économique, les activités non officielles jouent un rôle d'amortisseurs. L'importance du rôle régulateur joué par le "secteur informel" dans les économies africaines et le parti que les Etats pourraient en tirer en le prenant en compte n'est plus à démontrer. Néanmoins, les stratégies de développement prenant appui sur le secteur, informel ne peuvent être suivies d'effets positifs que si l'accent est mis sur les spécificités des acteurs. Or, toutes les enquêtes de terrain montrent que les femmes sont très présentes dans le secteur informel des villes africaines et qu'elles constituent même la majeure partie des commerces et des services ; elles sont généralement majoritaires dans les associations ou sociétés d'épargne informelles. En effet, les raisons culturelles, le manque de formation des femmes et les contraintes d'organisation du travail domestique (éducation des enfants, préparation des repas, etc) excluent largement les femmes des emplois salariés qui demeurent essentiellement masculins. Dans la mesure où, dans un contexte d'endettement, de déséquilibres financiers et de régression économique, l'afrique tend à connaître une stagnation de l'emploi salarié et un décalage croissant entre l'offre et la demande de travail, le rôle du secteur endogène (informel plus PME) semble stratégique et les politiques d'appui aux femmes sont au coeur d'un processus de planification du développement accompagnant- les dynamiques endogènes. 3

5 La crise de la planification africaine. La planification du développement en Afrique est en crise. Les raisons macro-économigues, notamment le poids des déséquilibres financiers et de la contrainte extérieure, constituent des facteurs essentiels de cette crise. L'absence de prise en compte des économies non officielles, des petites activités, domestiques ou informelles et plus spécialement des activités féminines, constituent également des éléments importants de distorsions entre le cadrage de la politique de développement et les dynamiques repérables au niveau des acteurs de la société civile. "L'Afrique est un cimetière de plans morts-nés". La crise économique et financière connue par la quasi-totalité des pays africains, la montée des incertitudes et des instabilités extérieurs, le poids des contraintes financières liées notamment à l'explosion du service de la dette conduisent privilégier le rétablissement des équilibres financiers, la réhabilitation à de la gestion des appareils de production en place, le pilotage de l'économie à court terme et à donner la priorité aux politiques de stabilisation, d'ajustement et de régulation conjoncturelle. Plusieurs facteurs interviennent pour expliquer cet échec relatif : nous en privilégions cinq : -L'insuffisance des systèmes d'information l La statistique étymologiquement est liée à l'etat. Or, beaucoup d'information échappent à l'appréhension au niveau étatique : De nombreuses activités "du bas", soit sont non légales et non enregistrées comptablement, soit renvoient à des modes de régulation non 1. Cf Anson Heyer

6 5 marchande. Le secteur dit informel ou les économies non 'officiel les échappent ainsi largement à l'enregistrement statistique. De nombreux flux commerciaux, financiers ou technologiques extérieurs ne sont pas enregistrés. Les échanges non officiels extérieurs entre les différents pays africains sont au moins deux fois plus élevés que les échanges officiels. L'endettement extérieur, certaines aides interventionnistes notamment militaires, les fuites de capitaux sont connus avec des marges d'erreurs très élevés. Enfin de nombreuses informations au niveau des systèmes productifs sont très peu fiables. Les statistiques de production agricole, les mécanismes de répartition des revenus sont parmi les plus incertains. Les insuffisances des systèmes d'information peuvent s'expliquer à plusieurs niveaux : -celui de l'organisation de l'information : les systèmes d'information normalisés (recensement des activités productives, comptes nationaux...) apparaissent peu adaptés à décrire les réalités économiques des pays africains. De nombreuses catégories - notamment ce 1 les de la comptabilité nationale - ne reflètent que très imparfaitement la diversité des structures de production et leur articulation. -celui de l'accès et de la maîtrise de l'information. Les pays à statistiques déficientes disposent d'un mauvais appareil statistique. Aux difficultés de la collecte de l'information s'ajoutent celles concernant se centralisation, son triage, son classement, son archivage et son traitement. D'une façon général l'information est cloisonnée, opaque et circule mal. Du fait de ces contraintes, les compte nationaux et les recensements agricoles et démographiques sont publiés très irrégulièrement. Leur faible fiabilité obère la qualité des travaux de prévision qui les utilisent largement.

7 -celui, enfin, de la qualité de l'information. Pour de nombreuses raisons, notamment politiques, certaines informations sont falsifiées et "construites pour les besoins de la cause". -L'instabilité croissante du système international Les économies africaines sont étroitement liées à l'espace économique international et leur croissance dépend en grande partie de leur commerce extérieur. Dans les années 80, les exportations des pays d'afrique sub saharienne contribuaient pour 23X en moyenne à la formation de leur produit intérieur brut. Or, les indicateurs d'instabilité des recettes d'exportation ont doublé au cours de la décennie 70 par" rapport à la décennie 60. Les fluctuations des taux de change, les mouvement erratiques des monnaies, les fortes variations des prix internationaux, les mouvements conjoncturels des capitaux ont contribué à accroître les fluctuations des recettes extérieurs. Or, celles-ci déterminent directement ou. indirectement les importations, les recettes de l'etat et les niveaux d'épargne privée et publique et les taux d'investissement inducteurs des rythmes de croissance. -La montée des contraintes extérieures Les déséquilibres financiers intérieurs et extérieurs ont conduit à une=écañoraie d'endettement généralisée obligeant les économies africaines à pratiquer des politiques d'ajustement et de stabilisation afin de rétablir les grands équi1ibres financiers. Pour l'ensemble des pays de l'afrique sub saharienne, l'encours décaissé de la dette publique garantie par le secteur public est passé (dollars courant entre 1970 et 1988 de 5,4 milliards de dollars à plus de 130 mi 11iards,öoit un coefficient multiplicateur de 20. Le service de la dette de 450 millions de dollars en 1970 atteignait 5,5 milliards de dollars en 1983 et 6

8 13 milliards en 1988 coefficient multiplicateur de 30. Le ratio du service de la dette par rapport aux exportations atteint aujourd'hui environ 30%, il y a autonomisation du service de la dette. Face à cette explosion de l'encours de la dette et surtout du service de la dette, de nombreux pays ont négocié des accords de rééchelonnement et signé des accords avec le FMI garant et catalyseur de l'accès aux liquidités internationales. Or, les politiques de stabilisation et les accords de rééchelonnement se font dans des cadres annuels. Le poids des contraintes financières conduit ainsi à privilégier le court terme et les grands équilibres financiers aux dépens des objectifs du développement?-. Dana l'ensemble, il n'existe pas de mécanismes institutionnels permettant de coordonner les activités liées à la gestion financière à court terme avec l'analyse des politiques^ d'investissements à long terme. Les dysfonctionnements des systèmes de production Face au dysfonctionnement des systèmes de production existants, l'accent est mis davantage sur les problèmes de gestion, de maintenance, de prise en compte des amortissements : il y a prévalence du court terme et des questions de gestion. Durant la décennie 70, il y a eu dans de nombreux pays africains sur-investissements par rapport aux capacités d'absorption internes et apparition de "cathédrales-dans le désert". Or, de nombreux projets sont aujourd'hui en dysfonctionnement. Selon une étude de l'institut de l'entreprise sur 3A5 projets industriels étudiés en 1984, 280 étaient en dysfonctionnement. Les facteurs étaient multiples : problèmes de gestion, 7 Cf Hugon

9 projets surdlmensionnés, et mal localisés, difficultés d'approvisionnement ou de débouchés, environnement international. Il en résulte une priorité aux questions de maintenance, de réhabilitation la prise en compte des charges récurrentes, aux problèmes de gestion et de savoir-faire par rapport aux choix de nouveaux projets permettant de définir de nouvelles orientations. Les contraintes de devises, l'arrêt de nouveaux projets et les efforts pour faire fonctionner une partie de l'appareil mis en place aboutissent à privilégier les problèmes de gestion de court terme aux dépens des choix structurels de longue période. -La dynamique des économies non officielles et parallèles La planification privilégiant le secteur moderne et officiel néglige le secteur Informel ou encore résiduel. Face à l'épuisement des systèmes officiels, à la crise du secteur moderne, au dysfonctionnement et aux difficultés du secteur public, se développent des activités non officielles au niveau interne et extérieur qui constituent des réponses et sont des modes de régulation des sociétés africaines souvent efficaces mais qui se développent hors de tout cadre de la planification. L'essentiel des satisfactions des besoins urbains de nourriture, de logement, de transports échappe ainsi à la planification et est assuré hors des plans directeurs d'urbanisme ou d'une véritable prévision. 11 s'agit d'activités caractérisées par une grande flexibilité, par la non-officialité, permettant une réponse rapidement adaptée de l'offre par rapport à la demande. Or ces activités rentrent mal dans le.cadre des procédures lourdes de la planification. Entre le moment où le plan est élaboré J Kisekka (HNI, Igbuzurike 1986) S

10 et l'horizon de fin de plan, certaines villes africaines ont doublé de population. c La planification semble inadaptée à aborder les dynamiques qui apparaissent au niveau des micro-sociétés, les effets de fuite par rapport aux systèmes officiels ou les liaisons complexes villes/campagnes. 2-Prise de conscience de l'informel et évolution des problématiques La prise de conscience de l'importance des petites activités et de la dynamique du secteur informel en Afrique est antérieure à la crise économique et financière et à la mise en oeuvre des politiques d'ajustement début des années 80. Celles-ci ont toutefois révélé et accentué l'importance stratégique des petites activités tant sur le plan de la production des biens et services satisfaisant les besoins essentiels, que sur celui des revenus distribués, des emplois créés ou des formations et qualifications acquises Le secteur informel et là question de 1'emploi, durant la décennie Durant les années 1960 et 1970, malgré le décalage entre offre et demande de travail, le chômage apparent ou déguisé_n'a pas augmenté aussi rapidement que le laisserait supposer le rythme d'exode rural. Il fallait donc expliquer comment les "chômeurs" pouvaient subsister en ville ; les explications traditionnelles par le parasitisme (un travaileur fait vivre des non-travailleurs) ou par les transferts de la campagne vers la ville se sont généralement trouvées infirmées. Il est apparu, et les experts du BIT ont contribué à mettre le phénomène en évidence, qu'il existait un secteur non structuré ou informel mal connu qui jouait un rôle essentiel d'absorption des migrants (secteur transitionnel), de création d'emplois, de circulation des / Cf BIT (1976), Debl/Hugon (1982), Enerij (1974), Fields (1988) 9

11 flux réels et financiers dans les villes. Les enquêtes réalisées depuis 1969, notamment dans le cadre du programme mondial de l'emploi du BIT estiment que les activités de ce secteur non structuré représentent dans la plupart des villes du Tiers Monde entre 20 à 30X des emplois. Selon les définitions, l'emploi dans le secteur non structuré représente de 1/3 à 2/3 de l'emploi asiatique. Les emplois regroupent les auto-eraplois, les travailleurs non payés. Le paradigme de l'emploi salarié est en défaut (CfCfv.Bernard) ; il y a des vrais et des faux salariés (J.Hagaud) : apprentis, aides familiaux, assimilés, salariat à temps partiel, quasi-salariat, multiactivités, métayage urbain... A la limite le salariat n'existe que dans l'administration et pour certains effectifs du secteur moderne. Les analyses dualistes ont été ainsi inversées ; au lieu de.considérer que le secteur traditionnel a un râle passif de fournisseur de main-d'oeuvre à un taux de salaire déterminé par le revenu de subsistance, il est analysé dans son dynamisme propre et son rôle positif. Les organisations internationales et les économistes ont intériorisé le discours humaniste des années 60 (satisfaction des besoins essentiels ou non-couverture des coûts de l'homme) tout en développant une approche de type keynesien (insuffisance des revenus). Selon cette conception, au lieu de parler de chômage déguisé ou de traiter le chômage en terme de surplus de main d'oeuvre, il faut l'appréhender en terme d'activités insuffisamment rémunérées. L'emploi peut être défini en valeur comme une "situation dans laquelle un individu est susceptible d'obtenir une rémunération en monnaie en contrepartie d'une contribution d'activités personnelle et directe à l'effort de production, cette contribution étant motivée principalement par le désir d'obtenir cette rémunération". A la dichotomie ancienne secteur moderne/secteur traditionnel a été substituée ainsi l'opposition formel/informel (Hart), structuré/non structuré (Weeks, Sethuraman), moderne/transitionnel (Bugnicourt, Lachaud, Penouil),' 70

12 circuit supérieur/inférieur (Santos), économie d'entreprise et de bazar (Geertz). Le secteur informel et la dynamique des micro-entreprises durant la décennie 80 Si les questions initialement posées à propos de l'informel concernaient l'emploi, la pauvreté et les besoins essentiels, la focalisation s'est déplacée durant la décennie 1980 vers le financement, l'ai location optimale des ressources et l'inadaptation des réglementations. Dans un contexte de crise financière et d'économie d'endettement, de dysfonctionnement des appareils productifs et de rigidité des économies administrées, de nombreuses analyses, notamment réalisées par les Institutions de Washington, ont vu dans l'informel une pépinière d'entrepreneurs, une réponse spontanée aux distorsions créées par l'etat -et un secteur de micro-entreprises réalisant une allocation optimale des ressources et capables de mobiliser l'épargne interne. Dans le contexte de la crise économique et financière de la décennie 80 et de la généralisation des politiques d'ajustement, de la dérégulation et de la déréglementation le secteur informel est apparu aux yeux de certains comme un remède miracle. La question posée par les organisations internationales s'est en partie déplacée de la pauvreté-et de l'emploi vers l'émergence de micro-entreprises et du relai que celles-ci peuvent jouer visà-vis du secteur public et des grandes industries. Dans un contexte de contrainte financière, face à 1'inefficience des grandes organisations, à l'échec des grands projets et aux éléphants blancs, certains voient dans ce secteur la panacée ou un modèle alternatif de développement image de la réussite du marché contre l'etat ou de la beauté du petit. De nombreux auteurs ont montré le rôle des économies parallèles non officielles "out law" et les "dysfonctionnements" de la réglementation. 77

13 Depuis le début de la décénie 80, le secteur informel apparaît non seulement comme un régulateur du chômage mais il est présenté comme un substitut face à la défaillance du secteur moderne et du secteur publique voire comme un modèle a 1ternatif montrant la voie endogène du développement. Dans le contexte du mise en place des politiques d'ajustement caractérisées par la privatisation le démentèlement des entreprises publiques, on observe une baisse des emplois du secteur moderne. Face à 1'informaiisation du secteur formel, à l'échec des modèles étatistes. à l'absence de greffe du système industriel et à la montée des déséquilibres financiers, le secteur informel apparaît la panacée et une des alternatives. A titre exemplaire le rapport de la Banque Mondiale sur l'afrique Sub-Saharienne de 1989 souligne le rôle du secteur endogène, (en y incluant les PME et le secteur informel) et l'apport des politiques d'appui en supprimant les obstacles réglementaires au développement en élargissant le majrché et en proposant un appui direct au crédit. Il y a conscience que l'essentiel se joue hors des circuits institutionalises. Il y a également volonté de faire émerger des microentreprises ainsi que de lutter contre la pauvreté. 3-Les acteurs et le rôle des femmes. Il y a parallélisme entre l'occultation du rôle économique joué par les femmes et par le secteur informel. Dans l'ensemble, si l'informel est oublié des politiques officielles de développement, les femmes sont largement exclues des politiques incititatives menées vis à vis de l'informel (exemple : prêts ou formation). Or il est bien connu que les femmes jouent un rôle déterminant dans le développement, tant au niveau de la production des biens et services que de la reproduction des agents dans le secteur officiel et non officiel. Les statistiques officielles ne prennent pas en compte les activités non enregistrées qu'elles soient domestiques ou marchandes. Il existe une économie domestique ayant ses propres modes de fonctionnement par rapport aux 72

14 économies socialisées marchandes et non marchandes'. Plus fondamentalement, les sociétés africaines sont caractérisées par une pluralité des unités de décisions (maisonnées, segment de lignage,...) ne rendant pas la cellule des ménages significative. Les femmes appartiennent à des communautés caractérisées par des droits et par des obiigations ; elles ont le plus souvent des gestions propres de leur budget, participent à des associations d'épargne et à des groupements au niveau de la production. Privées de l'accès aux moyens de production, reléguées dans les secteurs précaires les moins rémunérées, exclues des systèmes éducatifs, les femmes participent à la production de subsistance vivrière, au travail domestique mais également aux petites activités marchandes. De nombreuses enquêtes en milieu rural montrent que le temps de travail féminin est de 20% supérieur à celui des.hommes (Burkina, Burundi, Bostwana). La contribution au revenu est supérieur à celui des hommes si gn inclut le revenu domestique. Il faut toutefois intégrer les obligations quant aux contraintes du temps et rappeler que le travail peut revêtir une autre signification que celui des sociétés industrielles et donc relativiser les résultats des enquêtes budgétants. On estime que 2/3 à 3/4 du petit commerce de l'afrique de l'ouest sont aux mains des femmes ; les principaux problèmes sont ceux du manque de capital et de liquiditées malgré l'organisation de système de crédit tournant (esusu) ou des banquiers ambulants ou des gardes-monnaies. Par contre dans d'autres régions, comme l'afrique de l'est, les femmes n'ont pas d'activités de commerce. Là encore il faut tenir compte de la grande diversité des situations et des 2 formes différentes de la division sexuelle du travail. On estime que plus de 50 millions de femmes, soit 1/3 de la population active totale, sont engagées dans une activité économique agricole, î Cf Garabaghi (1983) 2 Cf ßoserup E. Women's role in Econonic Developnent - Londre Allen and Unwin

15 commerciale ou de services à l'extérieur ou à l'intérieur de la cellule domestique. Si le travai1- féminin en milieu rural est bien connu (production agricole, vivrière, activités domestiques, corvée de bois, etc...), il apparaît que l'essentiel des activités dites informelles en milieu urbain sont occupées par des femmes : services domestiques, commerce de microdétail, notamment alimentaire, préparation des repas, etc.. "Epouse, mère et travailleuse" 'Ch. Oppang), la femme africaine continue de subir une "profonde ségrégation dans l'accès à l'éducation et à l'emploi". Une analyse fine du secteur informel et un repérage des acteurs montrent que les femmes jouent un rôle central dans la dynamique des petites activités. Dans l'ensemble, au- delà des grandes divergeances nationales et régionales, les femmes ont des tâches réclamant un niveau de formation inférieur, plus ingrates et moins rémunérées que les hommes. L'essentiel de leurs activités se nouent autour :. des filières agro-alimentaires : production vivrière, petit commerce agro-alimentaire, production d'aliments et de boissons, restauration, etc... - des activités artisanales : d'art, vannerie, poterie - des activités textiles : couturière - des services et du commerce de distribution. Au delà de ces généralités, il importe de prendre en compte les différences de statut des femmes selon les sociétés africaines et d'analyser les relations existantes entre les agents individuels et leurs groupes d'appartenance. Selon les systèmes de parenté et les divers modes d'organisation socio-économiques, les femmes ont un rôle plus ou moins déterminant. Les communautés auxquelles participent les agents font que les comportements et les analyses économiques ne peuvent être réduites à une étude 14

16 des ménages et de la place qu'occupent les femmes au sein de ceux-ci. Une analyse anthropologique est ainsi nécessaire. Nous voudrions dans cette étude montrer les interdépendances existantes entre les unités domestiques où le travail féminin est essentiel, les petites activités marchandes "informel les" et 1'Etat acteur et régulateur au niveau de la planification du développement. Nous différencierons : 1ère partie : La dynamique de 1'"informel" et le. rôle stratégique loué par les femmes (l'informel aux marges ou au coeur des sociétés africaines?) 2ème partie : Les politiques d'appui au secteur "informel" et le rôle de la planification du développement (Que faire?).

17 Première partie L'informel : aux marges ou au coeur des sociétés africaines. 16

18 Le secteur Informel peut être défini statistiquement comme l'ensemble des activités échappant aux moyens d'investigation empirique : producteurs travaillant sans emplacement fixe, ne payant pas de patente ou d'impôt, exclus des réglementations sociales ou n'ayant pas de comptabilité. Or l'appréhension montre que ces activités en pleine expansion contribuent à la majorité des emplois urbains, elles fournissent des biens et services essentiels aux modes de vie des agents, elles distribuent des revenus supérieurs à celui du monde rural et souvent comparables à ceux du secteur moderne, elles satisfont les besoins du plus grand nombre : se nourir, se vêtir, se déplacer ou se distraire. Au-delà de ces éléments, il importe de prendre en compte la très grande rétérogénéité des petites activités, d'étudier leurs dynamiques différenciées selon les sociétés et de rattacher leurs logiques de fonctionnement aux rapports de parenté et aux systèmes socio-culturels. Le travail féminin est notamment au coeur des relations qui se nouent entre les unités domestiques et les petites activités marchandes. 17

19 n 1.1. Un objet difficile à cerner Si "l'importance de l'informel est aujourd'hui reconnue stratégique, sa définition fait, depuis plus de 15 ans, l'objet d'un débat que nous résumerons en opposant : - les définitions opératoires à.partir de critères ex ante - les décompositions analytiques en typologies et filières 1-1 kes_imijnjtji?ns_opér.a.t^ices Les critères proposés pour définir le secteur informel ou non structuré peuvent se placer au niveau :. - du.cep.é.ra3e sia.tj^.tlaue. Le secteur informel échappe aux moyens d'investigation empiriques, producteurs, travaillant sans emplacement fixe, ne payant pas de patente ou d'impôt, exclus des réglementations sociales, n'ayant pas de comptabilité.^.; - de l'unité de production.. Les critères les plus souvent retenus depuis le fameux rapport Kenya sont la facilité d'accès aux activités, le recours aux ressources locales, la propriété familiale des entreprises, l'échelle restreinte des opérations, les techniques à forte intensité de main-d'oeuvre et adaptée, les qualifications qui s'acquièrent en dehors du système scolaire officiel, des marchés échappant à tout règlement et ouverts à la concurrence ( 1 ) ; - des neyenus. HART distingue les sources de revenus formelles (salaires et allocations diverses) et informelles selon le critère du salaire et de 1'auto-emploi; celles-ci peuvent être légitimes ou illégitimes (services : réel, usure, trafic de drogue, prostitution, corruption, contrebande; transferts : vols, détournement de fonds, escroquerie, jeux de hasard); (1 ) ILO/KENYA, 1972

20 i n - du tr.ay.ail. L'emploi informel regroupe généralement aussi bien les emplois familiaux dans le secteur artisanal et les petits métiers que les activités occasionnelles ou temporaires à l'intérieur du secteur moderne (tâcherons du bâtiment, journaliers des docks, volant de main d'oeuvre flottant...); - de JJ!Jnte.oai1^..c^pltali.s_tiqy.e. Plusieurs études, notamment celles de STEEL (1980) utilisent le critère de l'intensité capitalistique qui est en corrélation avec la dimension de la firme; le secteur moderne utilise du capital fixe qui constitue une barrière à l'entrée pour les entrepreneurs individuels alors que le secteur intermédiaire a un capital fixe réduit : la barrière à l'entrée conduisant à une productivité marginale positive. Le critère de l'intensité capitalistique permet délier la question des barrières à l'entrée pour les producteurs avec celle de l'accès aux marchés financiers; - de l'organisation sociale et juridique. Mazumdar (10 définit un marché du travail non protégé sans systèmes d'assurances sociales ou un marché des produits concurrentiels et non réglementé qui délimitent le champ des activités non structurées. Weeks fonde la dichotomie SS/SNS sur les caractéristiques des rapports d'échanges et la position économique de l'etat. - des conditions de vie. Les marginaux ou infra-urbains sont des exclus du système; la marginalité se traduit par des indices économiques, tels que la faiblesse et l'irrégularité des revenus, l'habitat dans les taudis, mais plus fondamentalement par des traits psychologiques et sociaux tels que l'errance, l'anomie, le manque d'identité spatiale ou culturelle Les groupes vulnérables et la pauvreté, concernent des agents dont les revenus des diverses activités sont insuffisants pour subvenir aux besoins les plus essentiels. La misère, non satisfaction des besoins primaires, peut être différenciée de la pauvreté, impossibilité d'achats de biens autres qu'alimentaires. D'autres critères peuvent être retenus tels l'exclusion des réseaux d'infra-solidarité à base parentale ou de sécurité publique. - Selon SETHURAMAN (1976), les critères retenus sont l'emploi de 10 personnes au plus, la non application des règles légales et administratives, l'emploi des aides familiaux, l'absence d'horaires ou de jours fixes de travail, l'inexistence des crédits institutionnels, une formation scolaire des travailleurs inférieure à 6 ans. En outre l'absence d'énergie mécanique et électrique et le caractère ambulant ou semi permanent des activités sont applicables pour certains métiers. Ces débats sur la définition d'un champ, permettant de construire des enquêtes ou d'analyser la dynamique des petites activités, n'est pas seulement académique; ils renvoient à la très grande hétérogénéité des objets et des méthodes. Il semble ainsi nécessaire de retenir une pluralité de critères qui ne se recoupent que très imparfaitement et qui permettent de définir des objets différents : légalité, pauvreté, taille, enregistrement, technologie, organisation, précarité (7 )MAZUMDAR, 1974; WEEKS, 1975 (2 ) IDEP, 1974; OUIJANO, 1974; VERHIERE, 1973; NUN, 1969;

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE. Annexe

SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE. Annexe SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE A. du 1-7- 2002. JO du 10-7-2002 NOR : MENE0201542A RLR : 524-5 MEN - DESCO A4 Vu code de l'éducation, not. art. L. 311-1

Plus en détail

Union Economique et monétaire Ouest Africaine!"#$ $% &

Union Economique et monétaire Ouest Africaine!#$ $% & Union Economique et monétaire Ouest Africaine!"#$ $% & '( L enquête 1-2-3 dans les Etats membres de l UEMOA Le Programme régional d'appui statistique à la surveillance multilatérale des pays de l'uemoa

Plus en détail

TRAVAIL ET GESTION DE L EMPLOI?

TRAVAIL ET GESTION DE L EMPLOI? INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES E n s e l i m i t a n t à u n e présentation graphique simple et en insistant sur les déterminants de l'offre et de la demande, on expliquera l'analyse néoclassique du fonctionnement

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

LE COMMERCE ELECTRONIQUE OPPORTUNITES ECONOMIQUES ET SOCIALES

LE COMMERCE ELECTRONIQUE OPPORTUNITES ECONOMIQUES ET SOCIALES LE COMMERCE ELECTRONIQUE OPPORTUNITES ECONOMIQUES ET SOCIALES François Ossama Prix RFI NET AFRIQUE 2006 du Meilleur site Internet Africain Chef de la Cellule Informatique du MINDUH Président du Réseau

Plus en détail

Monnaie, chômage et capitalisme

Monnaie, chômage et capitalisme Franck Van de Velde Monnaie, chômage et capitalisme Presses Universitaires du Septentrion internet : www.septentrion.com Sommaire Introduction Générale 7 1. Monnaie 7 2. Monnaie et capitalisme 10 3. Monnaie,

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Annexe C. Éléments d'analyse financière 143 ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Résumé Cette annexe présente quelques éléments comptables qui peuvent servir à l'analyse financière des entreprises.

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Les pôles commerciaux et leurs magasins

Les pôles commerciaux et leurs magasins Les pôles commerciaux et leurs magasins Julien Fraichard* Pour les commerçants, l'implantation de leur établissement dans le tissu urbain est primordiale. Certains types de commerces, comme les magasins

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI. Note de problématiques

REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI. Note de problématiques 12/10/2007 REUNION PARITAIRE DU 12 OCTOBRE 2007 SUR LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL LE RETOUR A L'EMPLOI Note de problématiques Les travaux des groupes paritaires de la délibération sociale ont fait

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D OCCASION

COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D OCCASION COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D OCCASION SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D OCCASION... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D OCCASION... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL

Plus en détail

Thème 5. Proposition d'une activité d'exploration élève : Micro-trottoir «Qu'est-ce qu'une entreprise?»

Thème 5. Proposition d'une activité d'exploration élève : Micro-trottoir «Qu'est-ce qu'une entreprise?» Thème 5. Proposition d'une activité d'exploration élève : Micro-trottoir «Qu'est-ce qu'une entreprise?» Propriétés Description Intitulé court Proposition d'une activité d'exploration élève de type Micro-trottoir

Plus en détail

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Analyse et exploitation des données du rapport du PNUD sur le développement humain Novembre 1995 Document de travail n 02 Analyse et

Plus en détail

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre INTRODUCTION Il y a 20 ans, toute l attention de l entreprise se portait sur la diminution des coûts et la maîtrise des filières de production autour des produits standardisés. Dans les années 1990, le

Plus en détail

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/1

26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/1 26.6.2013 FR Journal officiel de l Union européenne L 174/1 INTRODUCTION CHAPITRE 19 LES COMPTES EUROPÉENS 19.1 Le processus d'intégration européenne a dicté la nécessité d'établir une séquence complète

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES ET DE CLIMATISATION... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS THERMIQUES

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Micro-crédit et lien social en Hinisie. La solidarité instituée

Micro-crédit et lien social en Hinisie. La solidarité instituée Micro-crédit et lien social en Hinisie La solidarité instituée Table des matières Introduction - 11 L Le système d'acteurs et le cadre socio-territorial 23 { CHAPITRE I Le cadrctconceptuel en matière de

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

LES PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION DES ENTREPRISES EN 2007 : des formules hybrides tant pour les cadres que pour les non-cadres

LES PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION DES ENTREPRISES EN 2007 : des formules hybrides tant pour les cadres que pour les non-cadres Février 2010 - N 008 LES PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION DES ENTREPRISES EN 2007 : des formules hybrides tant pour les cadres que pour les non-cadres En 2007, 86 % des entreprises de 10 salariés ou plus des

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

TRAVAUX DE SERRURERIE

TRAVAUX DE SERRURERIE TRAVAUX DE SERRURERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE SERRURERIE... 8 LES POINTS DE VIGILANCE DES TRAVAUX DE

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

Risques et sécurité des paiements

Risques et sécurité des paiements Dans le commerce intérieur, les partenaires commerciaux se reposent sur les lois et les règlements nationaux. En cas de non-paiement, des poursuites peuvent être entamées. L'économie bénéficie également

Plus en détail

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Raphaël Pradeau (Académie de Nice) et Julien Scolaro (Académie de Poitiers) Programme : NOTIONS : Demande globale, inflation,

Plus en détail

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES.

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. Une approche commune et des engagements des Associations de solidarité internationale et des Syndicats. 2010 Sommaire Préambule, p.2 Le contexte, p.3 Pourquoi

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

La décentralisation et la mise en œuvre de stratégies participatives de développement rural au Maroc

La décentralisation et la mise en œuvre de stratégies participatives de développement rural au Maroc Les notes d analyse du CIHEAM N 27 Novembre 2007 La décentralisation et la mise en œuvre de stratégies participatives de développement rural au Maroc Mohammed BAJEDDI Expert international en développement

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Etape 2 Diagnostic stratégique. Facteurs clés de succès (FCS) Profil de l'entreprise

Etape 2 Diagnostic stratégique. Facteurs clés de succès (FCS) Profil de l'entreprise 1. INTRODUCTION Chapitre 2 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE D UNE ACTIVITE Une fois la segmentation stratégique conduite et les segments identifiés, la démarche de l analyse stratégique passe à sa deuxième

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 Activités juridiques, comptables,

Plus en détail

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Instructions aux Candidats Les présentes Lignes directrices sont fournies à titre indicatif pour l'élaboration et la soumission

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques :

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques : LES BANQUES I. Les différents services proposés par les banques : Les services bancaires représentent l ensemble des produits proposés par une banque. Les services bancaires les plus connus sont : Epargne

Plus en détail

La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014

La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014 La mise en oeuvre de la coopération renforcée dans le domaine de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) 23 Janvier 2014 Les mesures préparatoires et procédurales entre 2010 et 2013 10.2010 Communication

Plus en détail

LOCATION DE VOITURES. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

LOCATION DE VOITURES. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 LOCATION DE VOITURES SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA LOCATION DE VOITURES... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA LOCATION DE VOITURES... 4 L'ACTIVITÉ DE LA LOCATION DE VOITURES... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA LOCATION

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

Bulletin Economique CIRCUIT ET AGENTS ECONOMIQUES APPLIQUES A LA HAUSSE DES SALAIRES. «Théorie & Analyse économique» - 15 Juin 2015 -

Bulletin Economique CIRCUIT ET AGENTS ECONOMIQUES APPLIQUES A LA HAUSSE DES SALAIRES. «Théorie & Analyse économique» - 15 Juin 2015 - Bulletin Economique CIRCUIT ET AGENTS ECONOMIQUES APPLIQUES A LA HAUSSE DES SALAIRES «Théorie & Analyse économique» - 15 Juin 2015 - L'ECONOMISTE France Tel: +33.(6).98.70.49.15 - Fax: +33.(8).26.99.74.01

Plus en détail

Que reste-t-il de la French Connection? Thierry Colombié Docteur es sciences économiques (Ehess)

Que reste-t-il de la French Connection? Thierry Colombié Docteur es sciences économiques (Ehess) Que reste-t-il de la French Connection? Thierry Colombié Docteur es sciences économiques (Ehess) Les bases de la French Connection Un trafic d héroïne planétaire (Liban, Pakistan, France, USA) de 1935

Plus en détail

Accès des populations rurales au capital en Agroland

Accès des populations rurales au capital en Agroland PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Liste des promesses tenues*

Liste des promesses tenues* 331 Culture Démocratiser l'accès au multimédia. I. CHANGEONS LA VIE QUOTIDIENNE DES FRANÇAIS.7. Assurer notre rayonnement culturel.nous porterons le budget de la culture à 1% du budget de l'etat. Nous

Plus en détail

ALLOCATIONS POUR FRAIS D'EMPLOI

ALLOCATIONS POUR FRAIS D'EMPLOI 2041 GP N 50688#14 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. ALLOCATIONS

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Fixer son prix à l export

Fixer son prix à l export Fixer son prix à l export Commerce extérieur Juin 2009 Politique de prix Dans le cadre de votre stratégie internationale, vous devez fixer un prix de vente pour vos marchés d exportation. La politique

Plus en détail

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org LABORATOIRE D'ECONOMIE ET DE SOCIOLOGIE DU TRAVAIL Unité Mixte de Recherche 6123 35 Avenue Jules Ferry - 13626 Aix-en-Provence Cedex http://www.univ-aix.fr/lest ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION

Plus en détail

1. Le service Commercial

1. Le service Commercial La fonction Commerciale Sommaire 1. Le service Commercial... 1 2. Les enjeux :... 1 3. La technique de vente :... 2 4. La gestion de la force de vente :... 2 5. Les principales fonctions commerciales :...

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES - 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES Objectif(s) : o o Pré-requis : o Modalités : Relation Besoin en Fonds de Roulement (B.F.R.) et Chiffre d'affaires (C.A.), Eléments variables

Plus en détail

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 8 LES POINTS DE VIGILEANCE DES TRAVAUX DE PLOMBERIE...

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/102 DÉLIBÉRATION N 09/055 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises?

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? a) L entrepreneur individuel trepreneur individuel Nombre de propriétaires = 1 seul Responsabilité sur ses biens propres = illimitée Activités

Plus en détail

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011 Dossier de presse Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales Du 18 au 25 novembre 2011 2 Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales - 18 au 25 novembre 2011

Plus en détail

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE

INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INSTALLATION D ÉQUIPEMENTS D ÉNERGIE RENOUVELABLE...

Plus en détail

La Nouvelle politique de la monnaie et de crédit de la Banque Centrale de Etats de l Afrique de l Ouest

La Nouvelle politique de la monnaie et de crédit de la Banque Centrale de Etats de l Afrique de l Ouest La Nouvelle politique de la monnaie et de crédit de la Banque Centrale de Etats de l Afrique de l Ouest Par : Union Monétaire Ouest Africaine Publication : Octobre 1989 17 pages Depuis le 1er juillet 1975,

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés BIM n - 19 février 2008 Ce BIM est réalisé en partenariat avec le Portail francophone de la microfinance : www.lamicrofinance.org.

Plus en détail

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014

Evolution des formes d emploi et politiques publiques. Emmanuelle Wargon. Conseil d Orientation pour l Emploi. Jeudi 23 janvier 2014 Evolution des formes d emploi et politiques publiques Emmanuelle Wargon Déléguée Générale à l Emploi et à la Formation Professionnelle Conseil d Orientation pour l Emploi Jeudi 23 janvier 2014 Plan de

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL 1 sur 6 12.11.2010 16:41 JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL LOI D ORIENTATION n 2008-29 du 28 juillet 2008 LOI D ORIENTATION n 2008-29 du 28 juillet 2008 relative à la promotion et au développement des petites

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

INTÉGRATION DE TABLEAUX STATISTIQUES QUI ÉTAIENT PUBLIÉS ANTÉRIEUREMENT PAR LA COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIÈRE ET DES ASSURANCES

INTÉGRATION DE TABLEAUX STATISTIQUES QUI ÉTAIENT PUBLIÉS ANTÉRIEUREMENT PAR LA COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIÈRE ET DES ASSURANCES Version intégrale INTÉGRATION DE TABLEAUX STATISTIQUES QUI ÉTAIENT PUBLIÉS ANTÉRIEUREMENT PAR LA COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIÈRE ET DES ASSURANCES INTRODUCTION A partir de la présente édition du Bulletin

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE

RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE Comité économique et social européen RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE Des représentants des acteurs économiques et sociaux de l'union

Plus en détail

La création d entreprise en milieu rural

La création d entreprise en milieu rural La création d entreprise en milieu rural Une définition du milieu rural Définir le monde rural à partir de la taille des communes nous paraît insuffisant. En effet, il est important de prendre en compte

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES

COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL D ÉQUIPEMENTS AUTOMOBILES... 5 L'ACTIVITÉ DU

Plus en détail

Management partie 2 : Marketing

Management partie 2 : Marketing Management partie 2 : Marketing Marketing 1. L'approche marketing S'est le contexte économique qui a induit la fonction marketing. Elle est née des contraintes que rencontre l'entreprise sur son marché,

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

L État et la TVA SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE

L État et la TVA SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE L État et la TVA 25 C H A P I T R E8 SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE La TVA représente plus de 40 % des recettes de l État. Son importance justifie l étude de son fonctionnement pour lequel les entreprises jouent

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

2.2 Etablir un diagnostic stratégique. Documents annexes au PowerPoint

2.2 Etablir un diagnostic stratégique. Documents annexes au PowerPoint 1 2.2 Etablir un diagnostic stratégique Documents annexes au PowerPoint Document 1 Domaines concernés Exemples Facteurs politiques Politiques fiscales, budgétaire, monétaire, sociale Allègement exceptionnel

Plus en détail

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente)

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente) COURS N 4 : LA POLITIQUE DE DISTRIBUTION COURS DE MARKETING / Cours n 4 : La politique de distribution --> MSG / IAE --> Novembre 2005 1 --> Introduction --> Les fonctions de la distribution --> Canal

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

CONVENTION CADRE NATIONALE DE PARTENARIAT SUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE DES APPRENTIS DU BÂTIMENT

CONVENTION CADRE NATIONALE DE PARTENARIAT SUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE DES APPRENTIS DU BÂTIMENT PREMIER MINISTRE CONVENTION CADRE NATIONALE DE PARTENARIAT SUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE DES APPRENTIS DU BÂTIMENT conclue entre l'état, la Caisse Nationale d'assurance Maladie des Travailleurs Salariés

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail