aquassistance 9 PORTRAIT DE BENEVOLE Michel Dumont solidarité eau environnement printemps 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "aquassistance 9 PORTRAIT DE BENEVOLE Michel Dumont www.aquassistancenet.org solidarité eau environnement printemps 2009"

Transcription

1 solidarité eau environnement actions aquassistance printemps ÉDITO Nous engager en connaissance de cause 3 RÉPUBLIQUE DU BENIN Une ville africaine (trop) riche en eau 4 AFRIQUE De la gestion des déchets en Afrique 5 NEPAL Un schéma directeur en eau potable 6 MADAGASCAR Des kiosques à eau pour rendre viable un réseau 7 ANGOLA Mise en eau réussie pour trois réseaux dans la région d Uige 8 TERRITOIRES PALESTINIENS A Beit Sira, aux côtés de la Ville de Montreuil 9 PORTRAIT DE BENEVOLE Michel Dumont 10 SENEGAL Des latrines toutes neuves : rigueur et professionnalisme au rendez-vous 11 BRÈVES 12 AQUASSISTANCE REMERCIE DERNIÈRE MINUTE Urgence Aila Bangladesh 3

2 édito Par Jean-François Bost Nous engager en connaissance de cause Nous recevons de nombreuses demandes d intervention d associations, de collectivités locales ou des membres de l association. Nous nous sommes fixés des critères pour les analyser mais ce n est pas toujours simple, à la lecture d un dossier, de répondre par oui ou par non. Une fois le projet accepté, nous constatons très souvent un décalage entre le projet et la réalité sur le terrain. Cela peut aller jusqu à découvrir que le projet ou une partie de celui-ci a été réalisé entre temps ou bien que le village a été intégré dans un projet plus vaste sans nous en informer. Avant de nous engager définitivement, nous effectuons toujours une première mission d expertise pour mieux évaluer la situation hydrologique, les besoins et les attentes des populations, l engagement des partenaires. Nous prenons contact avec les autorités locales pour vérifier la conformité du projet avec la législation du pays et avec sa stratégie. Ce n est qu à l issue de cette première mission que nous proposerons à nos partenaires une convention qui précisera le projet technique et définira les responsabilités techniques et financières de chacun. Il arrive que nous nous limitions à cette seule mission d expertise et que nous ne passions jamais au deuxième stade. Je voudrais enfin insister sur la nécessité, quand vous proposez un projet, de bien connaître vos partenaires, leurs motivations, leurs références et, s il s agit d associations, vous procurer leurs derniers rapports financiers et moraux. Il vous faut aussi apprécier la qualité de leurs relations avec les populations et leur capacité à s engager sur la durée du projet. Ce n est pas facile, j en conviens, mais la réussite du projet en dépend. actions aquassistance été 2009 Bulletin trimestriel de l association Aquassistance ISSN Directeur de publication : Jean-François Bost Coordination : Délia Moulin Maquette : Maïka Créations Aquassistance Association (loi 1901) des personnels du Groupe GDF SUEZ volontaires pour une aide dans les domaines de l eau, de l environnement et des déchets 11, Place Edouard VII Paris Tél / Fax I actions aquassistance I été 2009 menu

3 République du Benin Zogbodomey UNE VILLE AFRICAINE (TROP) RICHE EN EAU Par Maylis Carrère Le nouveau conseil municipal de la commune de Zogbodomey, élu début 2009, a souhaité mettre en place un plan de gestion intégré de toutes les eaux présentes sur sa commune. Ce plan vise à optimiser l approvisionnement en eau potable et la gestion des ouvrages et à valoriser les eaux superficielles A Forage artheśien jaillissant. L a Municipalité s est donc tournée vers l AIMF (Association Interna tionale des Maires Francophones) pour mener à bien son projet. Celle-ci a ensuite contacté Aquassistance. Une mission s est organisée mi mars 2009 pour faire un état des lieux des problèmes hydrauliques rencontrés par la Commune. Jean-Marie Battarel et moimême avons été accueillis par l adjoint du Maire et le responsable hydraulique qui nous ont accompagnés tout au long de la mission. Une réunion avec l ensemble du conseil municipal a permis de présenter les problèmes existants. Il en ressort que ce n est pas la ressource en eau qui manque : l eau des forages artésiens jaillissants (non entretenus), l eau pluviale un canal a été creusé à Bohicon, au nord de Zogbodomey, mais il s est comblé inondant champs et villages, enfin l eau des zones humides basses. La municipalité est consciente de cette richesse et voudrait mieux l utiliser. En effet il faudrait améliorer l approvisionnement de certaines zones, dont Zogbodomey Centre, qui connaissent une expansion démographique, éviter le gaspillage à travers les forages jaillissant jour et nuit. D autres projets de politique environnementale et même de développement touristique comptent parmi les priorités de la mairie : valorisation des zones humides, entre autres par la pisciculture, aménagement de la rivière pour les loisirs, avec aire de pick-nick et parcours de canoë. La mission a consisté à visiter chaque site. Des réunions avec les villageois ont été organisées pour savoir comment chaque village s organise en association et pour connaître leurs attentes réelles. Nous avons aussi rencontré les services de l Etat pour qu ils nous fournissent des documents, plans et études et qu ils nous précisent les diffé - rents projets en cours de réalisation. Ceci nous a permis de dresser un état des lieux de tous les problèmes d eau rencontrés sur l ensemble de la commune et de hiérarchiser les projets à réaliser. Cette hiérarchisation a été définie en concertation avec le conseil municipal. Aquassistance s est engagée à proposer des solutions dans le domaine de l approvisionnement en eau potable et à les mener à bien. Elle indiquera aussi la démarche à suivre pour les autres problématiques. Une seconde mission est à organiser pour définir un avantprojet précis des priorités. A suivre Notre partenaire sur ce projet, l AIMF L Association Internationale des Maires Francophones a été créée en 1979 à l initiative des maires de Paris et de Québec. C est un réseau de villes où le français est la langue officielle ou couramment utilisée, basé sur la solidarité entre membres, qui mène des actions concrètes pour aider les municipalités. Ses domaines d intervention vont de la gouvernance locale à la santé, l éducation, la défense du patrimoine et le développement durable. 3 I actions aquassistance I été 2009 menu

4 Afrique DE LA GESTION DES DÉCHETS EN AFRIQUE Par Sylvain Planchon D A g. : Cloaque a Rosso. D A dr. : Apre s travaux de remblaiement. Les missions dans le domaine des déchets et de l environnement ont commencé pour Aquassistance en En moyenne, sur la soixantaine de missions annuelles, seulement quatre ou cinq concernent la gestion des déchets. Il y a peu de demandes. C ompte tenu de mes expériences en Afrique subsaharienne francophone (je ne parlerai pas des grandes villes), la raison m en paraît simple. L élimination des déchets n est pas une préoccupation des populations. Ce n est pas une urgence. Pouvoir nourrir sa famille chaque jour et avoir un accès à l eau potable, voilà les préoccupations des familles. Mais ne nous trompons pas. Les maisons sont propres. Tous les déchets récupérables sont utilisés mais les autres sont, bien souvent, jetés au plus près, certains directement dans la rue, d autres ramassés par des charretiers ou les véhicules de la commune mais déposés n importe où. L Afrique est envahie de décharges sauvages. Que les rues soient sales, que les enfants jouent sur les tas de déchets, que les animaux mangent les sacs en plastique, ce n est pas considéré comme grave, sauf exception. Néanmoins, on commence à ressentir une sensibilisation aux questions environnementales des pouvoirs publics et de quelques maires. La volonté de faire peut exister mais les compétences et les moyens humains et financiers manquent pour mettre en œuvre de vrais programmes d élimination des déchets. Aquassistance a donc un rôle à jouer. Les demandes de missions viennent très rarement des populations. Elles sont venues de l AIMF (Rosso et Kaedi en Mauritanie), des Volontaires des Nations Unies (hôpital central de Niamey au Niger, Sangha au Mali, Ziguinchor au Sénégal), d associations françaises (Ambohimangakely à Madagascar, N Gaparu au Sénégal, Atar en Mauritanie), d associations de ressortissants (Kinshasa en RDC, Dschang au Cameroun) ou en complément de missions dans le domaine de l eau (Maata Moulana en Mauritanie, Gabu en Guinée Bissau ). Nous sommes intervenus pour faire des audits et proposer des solutions de collecte ou de traitement, pour étudier des projets de compost, pour créer des décharges contrôlées et même fournir du matériel de collecte. Ces missions sont toujours intéressantes car elles permettent de sensibiliser élus et populations mais elles ne débouchent pas toujours sur des actions concrètes et pérennes. Je retiendrai deux freins majeurs. Le principal est la difficulté de changer les habitudes de la population et du personnel communal : tout programme de gestion des déchets devrait être accompagné d un volet formation et sensibilisation, à poursuivre dans le temps, sinon les habitudes antérieures reprennent vite le dessus. Ensuite on constate quelle satisfaction quand, les femmes d un quartier de la ville sont venues nous remercier d avoir éliminé un véritable cloaque plein de déchets que l absence d encadrement compétent ne permet pas d assurer l entretien du matériel et la continuité des services. L exemple de Rosso est typique. Grâce à la volonté du maire de faire bouger les choses, au budget important apporté par l AIMF et à l implication des associations locales, nous avons pu réaliser de gros travaux d enfouissement, créer une décharge contrôlée et fournir du matériel de collecte. Mais l absence, derrière le maire, d un responsable technique compétent a entraîné un mauvais entretien des véhicules et un non-respect des règles de vidage sur la décharge par les chauffeurs de la commune. Un an après, nous avons dû faire une nouvelle mission de mise à niveau et de travaux, mission que nous avions subordonnée à l embauche d un véritable responsable des services techniques. Ce qui a été fait par le maire. Le candidat nous a paru sérieux et compétent. Nous irons faire le point dans quelques mois. C est parfois désespérant de devoir recommencer ce que l on a réalisé. Mais quelle satisfaction quand, par exemple, à Rosso, les femmes d un quartier de la ville sont venues nous remercier d avoir éliminé un véritable cloaque plein de déchets au milieu des habitations. Malgré toutes les difficultés, j espère qu il y aura de plus en plus de demandes pour collecter et éliminer les déchets. Il y a du boulot à faire! 4 I actions aquassistance I été 2009 menu

5 Nepal Pharping UN SCHÉMA DIRECTEUR EN EAU POTABLE Par Jean-Paul Dunand C est à la demande de l «Association Médicale Toit du Monde» (AMTM), engagée dans le suivi médical de réfugiés tibétains au Népal que nous sommes intervenus à Pharping. Dans cette petite ville de habitants située à 25 kilomètres au sud de Katmandu, AMTM implantait un nouvel «hôpital» pour lequel elle souhaitait sécuriser l alimentation et la qualité de l eau. Mais notre réflexion s est vite étendue à l ensemble de la ville. eux premières missions conduites avec l assistance de Jean-Marie Battarel ont permis de faire le point sur la ressource en eau et les capacités de distribution. Aujourd hui l eau n est à disposition que quelques heures par jour, la contrainte majeure étant la disponibilité de l électricité. Nous nous sommes rapidement rendu compte que la région bénéficiait d une multitude de petites sources, pour la plupart assez bien alimentées, mais pas du tout gérées. De plus, Pharping même se situe dans une zone au profil assez difficile (vallées multiples, forts dénivelés) et doit faire face à un urbanisme anarchique avec par exemple l implantation de grands monastères bouddhistes juste au-dessus des sources. Notre conviction était qu avec un aménagement et une gestion correcte des sources et l adjonction d une ressource complémentaire nous serions capables d assurer une distribution quasi permanente de la ville de Pharping. A Ci-dessus : File d'attente a la fontaine A En haut : Reúnion sur le projet eau D Une recherche géophysique a confirmé la possibilité de réaliser de nouveaux forages dans un des vallons au-dessus de Pharping. Avant de réaliser des travaux importants, une donnée majeure restait à évaluer : quel serait le développement de Pharping dans les dix ans à venir et où l implantation de nouveaux équipements tels que les monastères peut-elle s envisager? C était l objet de la dernière mission, avec l assistance de Benoite Ringo, que de lancer la réalisation d un schéma directeur, avec l aide d un ingénieur conseil local. Cette étude et les premiers investissements d aménagement des réseaux seront réalisés grâce à la participation financière que le «Comité des Usagers de l Eau de la Communauté Urbaine de Bordeaux» a accordée à Aquassistance. Localement nous bénéficions d un élément favorable qui est la création d une nouvelle société de gestion de l eau pour la vallée de Katmandu (K.U.K.) avec laquelle nous avons établi d excellentes relations. Par contre le climat politique est devenu plus difficile. Mais une dernière réunion publique nous a rassurés sur la pérennité du projet et son acceptation enthousiaste par la population. 5 I actions aquassistance I été 2009 menu

6 Madagascar Ambalanirana Par Claude Renault DES KIOSQUES À EAU POUR RENDRE VIABLE UN RÉSEAU A Ambalanirana un réseau d eau de seulement dix ans a été laissé à l abandon. Grâce à Aquassistance et au cofinancement de l Agence de l Eau Loire Bretagne il est désormais réhabilité. Et il a toutes les chances de perdurer grâce au système des kiosques à eau. D Kiosque à eau A En haut : Pose de canalisations. A mbalanirana, habitants, est située sur les Hautes Terres de Madagascar, à 200 kilomètres à l'ouest d'antananarivo. On y accède par la Route Nationale 1 puis une piste difficile d'environ 50 kilomètres. Un projet est mené par Aquassistance à la demande de la Mairie de Mespaul et en partenariat avec Agriculteurs Français et Développement International (AFDI) Bretagne et le Syndicat Mixte de Production et de Transport d Eau de l Horn, pour rétablir le réseau d eau à Ambalanirana. Cette commune avait été alimentée L'objectif de la mission suivante a été de rechercher de nouvelles sources et de remettre en service la canalisation, opération ardue en raison des nombreuses fuites et de la disparition de grands tronçons, déterrés et volés ; le plus difficile a été de retrouver les extrémités de canalisation dans la brousse ou les rizières. La conduite ainsi remise en état a permis d'alimenter à nouveau le réservoir existant et d'installer deux bornes à proximité de celui-ci. La distribution de l'eau avec paiement au seau à été mise en place immédiatement. En 2008 nous avons sous-traité à une entreprise locale la réalisation d un réservoir surélevé 50 m 3, d un réseau de distribution et de 11 bornes-fontaines ; les bornes en forme de kiosque permettent au fontainier d'avoir un petit commerce en plus de la vente d'eau. Le seau de 12 litres est vendu 10 Ariary* (6 pour le Comité de l'eau et 4 pour le fontainier). Le mètre cube coûte donc 0,332. Pour le réseau nous avons formé le personnel de l'entreprise ainsi que l'agent d'entretien du Comité de l Eau. Lors de la réception des travaux, le directeur de l'entreprise nous a remerciés pour la rigueur que nous lui avions imposée. L'entretien des installations est assuré par une personne payée par le comité de l'eau. Le résultat du début de l'année 2009 montre un bilan positif. Un deuxième agent doit être embauché pour réparer les fuites survenues sur la conduite d amenée dans les meilleurs délais et éviter ainsi les coupures d'eau....en mars 2006 il ne restait en eau par Caritas en 1996, mais lors plus de trace des bornes-fontaines de notre expertise en mars 2006 il ne de l époque... restait plus de trace des bornes-fontaines de l époque, sans que nous ayons pu connaître la raison de cette destruction. La prise d'eau et le réservoir étaient encore en bon état, par contre entre les deux ouvrages, la conduite d'amenée ne fonctionnait plus. 6 I actions aquassistance I été 2009 * 10 Ariary = 0,004 Euros. menu

7 Angola Quitoqué - Camoncoco - Dambi MISE EN EAU RÉUSSIE DE TROIS RÉSEAUX DANS LA RÉGION D UIGE Par Dominique Chenille J A g. : Pose de conduites en acier galvanise. J A dr. : L'eau coule a la borne-fontaine de Dambi. Le Comité d Aide Médicale (CAM) est implanté depuis plusieurs années à Uige, province isolée de l Angola, où il améliore l accès aux soins des communautés et organise des formations sur la prévention des maladies à travers une éducation à l hygiène. C AM avait demandé l aide technique d Aquassistance pour concevoir et suivre un projet, qui comprend quatre réseaux d eau pour huit villages, soit habitants. Le financement ( Euros) est assuré par l Union Européenne et l Agence Française de Développement. 25 kilomètres de canalisations devaient être posés, les villageois creusant les tranchées. Quatre réservoirs ont été réalisés, avec une alimentation gravitaire depuis les captages. Pour la quatrième mission en Angola, je suis parti avec Francis Pujau, Patrice Bécogné de Bordeaux et Giovanni Rocca de Cannes. Nous nous installons à Dambi, ce qui nous permet de bien travailler. Nous étions debout à 6 heures et faisions la journée continue, avec un sandwich. Nous parcourions 5-10 km à pied chaque jour. Les résultats de cette mission sont positifs : mise en service des réseaux de Quitoqué (1.000 habitants) avec le raccordement des bornes-fontaines et une réunion pour mettre au point la gestion, et de Camoncoco (1.600 habitants), avec pose de ventouses manuelles sur la conduite gravitaire et réparation de fuites. A Dambi (8.100 habitants) le réseau, qui alimente trois villages, a été mis en eau. La conduite gravitaire, de 6 km, n était pas terminée. Il restait à poser m en amont. Giovanni a aidé Marcel, un ingénieur angolais, à terminer ce travail sur un terrain escarpé, avec passages de vallons. Nous étions en fin de saison des pluies. Pendant les orages Marcel arrêtait le travail à cause des décharges électriques dans la conduite galva. Mais, étonnamment, ces «châ- taignes» se produisaient aussi quand il ne pleuvait plus et qu il y avait quelques coups de tonnerre au loin Un jour j ai parcouru les six km de la conduite gravitaire entre le barrage à m d altitude et le réservoir. J ai constaté avec surprise que 3 km de tranchées n étaient pas ou mal remblayées Cela aurait dû être fait depuis longtemps par les villageois. En plus il y avait une traversée de marécage. La conduite PVC 110 mm flottait et ne pouvait pas être remblayée. Puis il y avait un passage pentu sans remblai Cela posait un gros problème car la pression serait trop forte dans ces deux secteurs. Patrice, notre spécialiste en génie civil, est devenu spécialiste des sacs de riz Avec les villageois, il a fixé la conduite par des fourches en bois. Ensuite ils ont posé des sacs de riz remplis de terre tous les 2 m sur la conduite. Malgré nos inquiétudes il n y a pas eu de déboitements de tuyaux lors de la mise en eau. Ouf! Le temps alloué à cette mission ne permettait pas de finaliser les travaux de Katambi. Mais impossible d abandonner les habitants, d autant plus qu ils avaient creusé m de tranchées. Une cinquième mission est donc programmée cet été, la dernière à Uige. 7 I actions aquassistance I été 2009 menu

8 Territoires Palestiniens Beit Sira A BEIT SIRA, AUX CÔTÉS DE LA VILLE DE MONTREUIL Par Alain Gentil Depuis 2005, la Ville de Montreuil (93) a développé des liens de solidarité avec le village palestinien de Beit Sira dans le cadre de la loi sur la coopération décentralisée. Montreuil a accepté d intervenir comme assistant à maîtrise d ouvrage et co-financeur sur un projet de réhabilitation du réseau d eau et a demandé à Aquassistance de l accompagner dans cette démarche. La mission d expertise a eu lieu en mai Premier bilan! GCi-dessous : En bas : Accueil de la mission - le conseil local (le maire et ses adjoints), 2 petites Palestiniennes, Maite Gerschwitz et Jeanne-Astrid Foueǵue. G En bas : 40 degreś a l ombre. Coupe d une canalisation. Le plombier, son aide et Alain Gentil. L es objectifs fixés à la mission étaient de réaliser un diagnostic du réseau d alimentation en eau de Beit Sira, puis d établir un schéma directeur de la réhabilitation du réseau. La mission comprenait Maïté Gerschwitz, chargée de mission à la Ville de Montreuil, Jeanne-Astrid Fouégué, ingénieure d Aquassistance et Alain Gentil, retraité de Lyonnaise des Eaux. Samedi matin, 23 mai, le Président du Conseil local, Ali Abusafia, nous reçoit avec ses principaux adjoints et deux petites Palestiniennes en costume traditionnel. Pour l occasion, l immeuble est pavoisé aux couleurs palestiniennes et françaises. Tous les membres de la mission garderont le souvenir de la qualité de l accueil qu ils ont reçu de la part du Conseil local et de la population, leur disponibilité et leur empressement. Qu ils en soient à nouveau remerciés! Beit Sira est un village de Cisjordanie situé à une vingtaine de kilomètres à l ouest de Ramallah, siège actuel de l Autorité Palestinienne. Il est bâti sur une colline rocheuse ; les constructions s étagent sur une centaine de mètres entre le sommet de cette colline et la plaine. La population est aujourd hui d environ 3500 habitants. Le mur construit par Israël à la frontière des Territoires Palestiniens longe le village dans sa limite ouest. L économie du village a beaucoup souffert de la situation politique de la région dans ces dix dernières années. Beit Sira est alimenté en eau depuis un piquage sur une canalisation gérée par la société nationale israélienne Mekorot. Une conduite d adduction de 4" en acier et un réseau de distribution desservent la totalité du village ; les canalisations sont en acier et en acier galvanisé. Il n y a pas de réservoir de stockage mais la plupart des maisons ont un réservoir sur la terrasse pour pallier les défaillances du réseau. La distribution de l eau à Beit Sira est relativement satisfaisante en dehors de la période estivale. Mais dès les premières chaleurs, le réseau n est plus en capacité d alimenter pendant la journée, les zones hautes du village, soit 30% de la population. Afin de préciser l état et les perfor - mances des installations actuelles, la mission a procédé à diverses mesures de pression et de débit sur le point de livraison de l eau en gros, à des coupes de tronçons de canalisations et à divers prélèvements d échantillons d eau pour analyse. Reste maintenant à finaliser le projet et, surtout, à le réaliser. De cela, bien sûr, vous serez tenus au courant. Aquassistance préconise : k La construction d un réservoir de stockage de 500 m 3 k le remplacement de la totalité du réseau, en raison du très mauvais état des canalisations en acier galvanisé, fortement corrodées k le remplacement des branchements en acier galvanisé k une aide à la gestion des installations via la fourniture d équipements d intervention, la formation complémentaire du plombier et le développement d actions de sensibilisation de la population à l utilisation de l eau et à son économie. 8 I actions aquassistance I été 2009 menu

9 bénévole portrait MICHEL DUMONT de retour d Haïti Michel Dumont, retraité de Lyonnaise des Eaux Bordeaux, est l homme des longues missions. Enthousiaste et dévoué, il n hésite pas à suivre des projets sur site pendant plusieurs mois, en vivant avec la population. Depuis douze ans, il a œuvré en Roumanie, au Sénégal, Cameroun et Haïti, sans oublier une mission d urgence au Bangladesh, en A Michel et ses coe quipiers des Hauts de St Marc. A En haut à dr.: Michel Dumont met en marche l'aquachoc au Bangladesh en 2007 suite au syclone Sidr. Les gens sont sympathiques dans tous les pays. J aime vivre comme eux... Zoom sur... LE PROJET DES HAUTS DE ST. MARC (HAÏTI) Réalisations : captage, réseau, réservoir, 17 bornes-fontaines, protection des berges contre les inondations Habitants concernés : Durée des travaux : 6 ans Coût total : Financement : Ville de Paris, Fondation Suez-Environnement-Eau pour tous, Aquassistance Nombre de bénévoles Aquassistance impliqués : 13 Jours passés par Michel Dumont sur place : 240 Qu est-ce qui vous motive? Le fait d apporter une aide à des gens déshérités bien sûr et aussi le travail en luimême qui correspond à mes compétences hydrauliques et électromécaniques. Je ne fais pas ça par goût du voyage. Par contre quand les gens participent aux travaux, cela me motive encore plus. En Haïti j ai été comblé, car les villageois se sont beaucoup impliqués. Vous accomplissez des missions qui durent plusieurs semaines, voire plusieurs mois, ce qui est rare chez Aquassistance. Pourquoi? Faire du coup par coup ne m intéresse pas, quand il s agit de projets de longue durée. Si on revient en France, il y a une coupure et au retour sur place on est obligé de remettre les installations à niveau. Si les partenaires s intéressent au travail, il vaut mieux continuer et aller jusqu au bout. En Haïti j ai travaillé sur toute l installation, de l exécution des tranchées au génie civil et jusqu aux équipements hydrauliques et électriques. Rester plus longtemps permet aussi de minimiser les coûts de transport. Quels sont vos meilleurs souvenirs? A Thiès au Sénégal, où nous avons alimenté en eau une école, nous avons été très bien accueillis par la communauté religieuse qui l administrait. De plus, grâce à la mission d évaluation cinq ans après la fin des travaux, j ai eu la joie d apprendre que les installations étaient encore en état et que quelqu un assurait leur maintenance. Vous préférez toujours adopter le mode de vie des habitants des villages où vous logez. Il faut dire que je suis plutôt dur dans la vie et j ai l expérience du vélo, une des mes passions, où le physique autant que le mental comptent. Les gens sont sympathiques dans tous les pays. J aime vivre comme eux et j accepte ce qu il y a à manger. En Haïti, on mangeait un déjeuner avec très peu de viande, puis le soir on ne mangeait pas du tout. Par contre, il me faut toujours un bon petit déjeuner. Comment avez-vous vécu la mission d urgence au Bangladesh en 2007 à la suite du cyclone Sidr? Vous partez rapidement et vous devez développer à fond les connaissances acquises lors du stage de formation d Aquassistance au montage des stations de traitement d eau. Nous avons été dirigés par l armée bangladaise. Je revois encore les files d attente interminables pour prendre de l eau aux rampes de distribution. Mais j avoue que les contacts avec les politiques et les journalistes ne sont pas mon fort et je préfère la continuité des projets d aide au développement. N est-ce pas trop difficile de concilier votre vie familiale et tous ces départs pour Aquassistance, plus votre travail aux magasins humanitaires de Bordeaux et Nanterre? Cela a été difficile début 2009 quand la tempête dans le Sud-ouest a causé des dégâts à ma propre maison juste avant mon départ pour Haïti. Avec ma femme et mon fils nous avons installé un groupe électrogène en urgence. Une anecdote, une remarque en guise de conclusion? Je remercie toute l équipe d Aquassistance qui est aux petits soins pour m appuyer dans mon travail, celle du magasin humanitaire, avec laquelle j ai travaillé plus d une fois et celle du Siège, chargée de l organisation des missions. Tant que je pourrai, je continuerai à mener mes activités tambour battant. 9 I actions aquassistance I été 2009 menu

10 Senegal Gouloumbou DES LATRINES TOUTES NEUVES : RIGUEUR ET PROFESSIONNALISME AU RENDEZ-VOUS Par Jeanne-Astrid Fouégué J Visite de contro le de latrine VIP double fosse de l'ećole. Entre 2003 et 2008, nous avons travaillé sur l alimentation en eau à Gouloumbou, un village de la région de Tambacounda, au bord du fleuve Gambie. En 2008 et 2009, nous avons poursuivi avec le volet assainissement. Lors de la mission de mars 2009, nous avons rencontré des acteurs locaux dont le professionnalisme et la rigueur nous ont impressionnés. LA BRIGADE RÉGIONALE DE L HYGIÈNE DE TAMBACOUNDA : DES ACTEURS LOCAUX COMPÉTENTS ET PROFESSIONNELS L état des lieux réalisé en février 2008, avait montré que 75% des foyers étaient déjà équipés de latrines simples privées. Le projet s est donc limité à la construction de quatre latrines à l école publique pour renforcer la seule existante pour les 280 élèves et d une nouvelle latrine au dispensaire public du village. La Brigade Régionale de l Hygiène de Tambacounda (BRH) s est chargée de conce - J Seánce de sensibilisation. voir des latrines améliorées de type VIP à doubles fosses alternantes, de les faire construire par trois maçons locaux à partir de matériaux locaux et de sensibiliser les populations à l hygiène. La BRH a su avec professionnalisme concilier le contexte local et les normes sanitaires sénégalaises. Les points forts de cette prestation sont la qualité de la formation des maçons locaux, dorénavant à même de reproduire ce type de latrines améliorées et de les entretenir (manuel à l appui) et l efficacité de la sensibilisation de la population et des méthodes participatives utilisées. LE CONSEILLER RÉGIONAL TECHNIQUE DE TAMBACOUNDA : UN CONTRÔLE RIGOUREUX ET PEUT- ÊTRE BIENTÔT INCONTOURNABLE Au programme de la mission Aquassistance de mars 2009 figurait aussi la réception définitive des latrines construites par la BRH. Tous les acteurs concernés étaient là : les maîtres d ouvrage (Directeur d école et Infirmier chef), le maître d œuvre (la BRH), leur assistant technique (Aquassistance), les autorités locales (le Médecin Chef du District Sanitaire et l Inspecteur Départemental de l Education Nationale) et les chefs de villages. L Inspecteur de l Education Nationale a demandé à un acteur privé, le Conseiller Technique Régional (CTR) d approuver la réalisation technique des latrines avant d en autoriser la mise en service. Au final, le verdict du CTR a été un peu plus exigeant que celui d Aquassistance ; il a suspendu la réception définitive en la conditionnant à la réalisation de quelques travaux supplémentaires tels que la pose d enduits et la peinture des murs pour empêcher leur effritement. Un coût de construction plus élevé certes, mais raisonnable et pour une pérennité améliorée! Un professionnalisme et une rigueur à pren - dre en exemple par les ONG travaillant sur les projets de développement! Ce projet a été financé par l Agence de l Eau Seine-Normandie. * Latrine VIP double fosse alternante : le «Ventilated Improved Pit» permet une nette réduction des odeurs et la double fosse alternante permet l utilisation d une fosse pendant la vidange de l autre fosse pleine 10 I actions aquassistance I été 2009 menu

11 Des casquettes au logo d Aquassistance Pour acheter des casquettes au prix de 5 l unité, indiquez le nombre voulu et votre adresse sur : L ÉQUIPE D ANIMATION CEN- TRALE D AQUASSISTANCE, EN APPUI AUX PROJETS De gauche à droite : Jean-Claude Clermont (délégué général), Jean-François Bost (président), Maria Tomaz (assistante de direction), Jean-Louis Devallez (chargé des matériels), Délia Moulin (adjointe administrative), Brice Etchemendy (chargé d opérations), Jasmine Lefebvre (comptable), Jeanne-Astrid Fouégué (ingénieure études et opérations) Graines de Goûteurs Début juin, le magasin humanitaire a accueilli huit classes de CM1 et CM2 de Colombes pour une visite des installations de traitement d urgence et une sensibilisation aux problèmes de l eau dans le monde. Comme chaque année, cette opération était menée en partenariat avec Eau et Force : pendant qu une moitié de classe s informait sur Aquassistance, l autre moitié visitait le site de l entreprise. Merci aux bénévoles qui ont guidé les enfants : Jean-Claude Jutel, Christian Rodier et sa femme, Monique, Maria Tomaz et Victoria Owusu, notre stagiaire. es brèves Aquassistance à l école St. Martin de Mougins La Ville de Mougins a lancé des rencontres entre des élèves et des acteurs de l eau, sur le thème «Eau source de vie et d énergie». Devant une case africaine, Antoine Lecuona, Agnès Darizcuren, Christian Sanguinet et Virginie Serve de la section Aquassistance Mougins ont parlé de l action d Aquassistance au Burkina Faso et ailleurs. actu brèves brèves brèves br Formation aux urgences Ce sont six nouveaux adhérents qui ont suivi une journée de formation, pour grossir les rangs du groupe des urgentistes, capables de monter des stations mobiles de traitement en situation d urgence. Pour deux autres cette formation était une piqûre de rappel. La session comprenait bien entendu des exercices pratiques d assemblage et mise en service des mini-stations, mais aussi une préparation plus large au contexte des urgences humanitaires. Le hasard a fait qu une intervention d urgence était déclenchée juste après, à la demande de l ONG bangladaise GK pour venir en aide à la population du Sud du Bangladesh, touchée par des inondations dues au cyclone Aila. 11 I actions aquassistance I été 2009 menu

12 Aquassistance remercie vivement pour : LE DON DE MATERIELS DIVERS > Eau et Force Nanterre > LdE Vigneux sur Seine > LdE Loire Auvergne > Degrémont de Croissy sur Seine LEUR TRAVAIL BENEVOLE > Pierre Noguera (appui logistique) > Christian Rodier et Daniel Kéruzoré (transport de marchandises) DES VENTES EN FAVEUR D AQUASSISTANCE > Le CE de Lyonnaise des Eaux (vente de livres) > LdE Ile de France Sud (vente de matériel sur site) LEURS DONS SUITE A LA VENTE DE METAUX (PLOMB, FERRAILLE) > LdE Landes Pays Basque > LdE Yvelines > LdE Dijon Auxois Champagne > LdE Val de Loire > AXEO la Roquette > Le Syndicat des Eaux Durance Ventoux et SDEI Rhône Provence > Eau et Force Nanterre A. Daligant, A. Pollux, M. Malki, C. Moura Teixera, T. Sissoko, A. Konate, O. Silva, D. Hoko, Y. Ouchani, E. Durimel et C. Brenière dernière minute URGENCE AILA BANGLADESH A Analyse de la qualité d une eau de forage sur une pirogue transformée en laboratoire Le 3 juillet, une équipe Aquassistance composée de Claude Boucher, Christian Rodier et Jeanne-Astrid Fouégué est envoyée à Satkhira District du Sud Bangladesh après le passage dévastateur du cyclone Aila, pour renforcer le processus de production et la distribution d eau potable mis en place mi-juin par deux ONG bangladaises, Gonoshasthaya Kendra et Jubo. Tout commence par une expertise hors du commun menée à partir d une pirogue servant non seulement de moyen de transport entre les presqu îles inondées par les eaux de mer mais aussi de laboratoire d analyse pour évaluer la qualité d eau des forages perdus sur des îlots. Finalement résolue à exploiter deux sources en eau sur la terre ferme, l équipe se retrouve face à elle-même sans les équipements, restés bloqués en douane. A un moment où elle n y croit plus, elle voit arriver les équipements et installe en un temps record deux stations parallèles, qui depuis le 15 juillet assurent une production supplémentaire d eau potable de 100 m 3 / jour. 12 I actions aquassistance I été 2009 menu

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Salle d accouchement. Le second point d eau de la salle d accouchement réclame un bon nettoyage

Salle d accouchement. Le second point d eau de la salle d accouchement réclame un bon nettoyage Un nouveau panneau solaire apparaît sur le toit alors que l ancien panneau encore en bon état est toujours présent, plutôt que de faire réparer l ancienne installation qui avait certainement ses batteries

Plus en détail

Evaluation du Projet «Pour un service d hydraulique pérenne» dans l Atacora au Bénin

Evaluation du Projet «Pour un service d hydraulique pérenne» dans l Atacora au Bénin Evaluation réalisée avec l appui du F3E pour ELECTRICIENS SANS FRONTIERES (257 Ev) Evaluation du Projet «Pour un service d hydraulique pérenne» dans l Atacora au Bénin Date : Mai 2008 Auteur : Daniel THIEBA

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2011-1427

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2011-1427 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2011-1427 14 - Relations Internationales - Coopération avec Aqabat Jabr - Bilan du premier programme de coopération relatif à la rénovation du réseau d eau -

Plus en détail

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE 15/01/10-08:01 - Page 1/3 Ref. Doc. : 2500-4318690-8 A : Service de presse / VEOLIA ENVIRONNEMENT Mot-Clé : VEOLIA BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA

Plus en détail

PROJET MODEAB. Volet eau potable

PROJET MODEAB. Volet eau potable PROJET MODEAB Appui à la Maîtrise d ouvrage durable dans les secteurs de l eau et de l assainissement dans la commune de Bangangté au Cameroun. Edito Lettre trimestrielle n 6 Sep. Déc. 2012 Après les villages

Plus en détail

QUELS FINANCEMENTS POUR LA FILIERE ASSAINISSEMENT?

QUELS FINANCEMENTS POUR LA FILIERE ASSAINISSEMENT? QUELS FINANCEMENTS POUR LA FILIERE ASSAINISSEMENT? Christian HOUDUS Eau Vive 5ièmes Assises de la coopération décentralisée et de la solidarité internationale Yvelines - Conseil général Marly-le-Roi 12

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Territoire concerné >> Ville des Mureaux (78) Date de mise

Plus en détail

SYTEPOL Syndicat de Transport d Eau Potable de l Ouest de Limoges

SYTEPOL Syndicat de Transport d Eau Potable de l Ouest de Limoges SYTEPOL Syndicat de Transport d Eau Potable de l Ouest de Limoges Origine du projet et création du SYTEPOL Face à des difficultés d approvisionnement en eau potable constatées sur le Sud- Ouest du Département

Plus en détail

PRESENTATION SYNOPTIQUE DE COOPERATION DECENTRALISEE CCFG/TERA

PRESENTATION SYNOPTIQUE DE COOPERATION DECENTRALISEE CCFG/TERA Réseau d Appui aux Initiatives Locales BP 11 468 Tél. : 00 227 96 29 18 55 Fax: 00 227 09 75 29 66 Niamey NIGER Email: railniger@yahoo.fr PRESENTATION SYNOPTIQUE DE COOPERATION DECENTRALISEE CCFG/TERA

Plus en détail

Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES

Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES PRESENTATION Séminaire au centre Tadjabone LES ENERGIES RENOUVELABLES Organisé avec France Volontaires 24/05/2014 1 ORGANISATION DE LA JOURNEE 10H30 // 11H00 // 11H30 // Accueil et arrivée des participants

Plus en détail

PROGRAMME WOP AFRICA ATELIER DE PRESENTATION DES RESULTATS DU PROJET FAE/BAD-AAE:

PROGRAMME WOP AFRICA ATELIER DE PRESENTATION DES RESULTATS DU PROJET FAE/BAD-AAE: PROGRAMME WOP AFRICA ATELIER DE PRESENTATION DES RESULTATS DU PROJET FAE/BAD-AAE: apprentissage par paire et évaluation des performances des opérateurs d eau en Afrique Présenté par SYLLA Soualiho, Maire

Plus en détail

Energies Sans Frontières A TANGHIN BURKINA FASO

Energies Sans Frontières A TANGHIN BURKINA FASO Energies Sans Frontières A TANGHIN BURKINA FASO Présentation de la mission de réalisation du 16 Octobre au 10 Décembre 2010 Electrification des écoles et formation au métier d électricien en installations

Plus en détail

MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL.

MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL. MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL. PROGRAMME DE FORMATION AU MASTER EN «DECENTRALISATION ET INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT LOCAL» DE BAMAKO 2009-2010 Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Plus en détail

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau GUIDE PRATIQUE Individualisation de votre contrat de fourniture d eau Édition 2015 1 1 - L ESSENTIEL Vous souhaitez réaliser une demande d individualisation SOMMAIRE Bienvenue chez Eau de Paris! 1 L essentiel

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

Page 02 Page 05 Page 08 Page 11 Page 13 Page 15 Page 17 Page 20 Page 28 Page 32 Page 34 Page 36 Page 37

Page 02 Page 05 Page 08 Page 11 Page 13 Page 15 Page 17 Page 20 Page 28 Page 32 Page 34 Page 36 Page 37 Livret pour l Assainissement en Milieu Rural ²²² Communes de Ngogom et de Gainte Kaye Plan du livret Page 02 Présentation du projet Page 05 La mise en œuvre du service public d assainissement Page 08 L

Plus en détail

GUIDE POUR LA REALISATION D UN BRANCHEMENT «EAUX USEES» AU RESEAU PUBLIC D ASSAINISSEMENT

GUIDE POUR LA REALISATION D UN BRANCHEMENT «EAUX USEES» AU RESEAU PUBLIC D ASSAINISSEMENT GUIDE POUR LA REALISATION D UN BRANCHEMENT «EAUX USEES» AU RESEAU PUBLIC D ASSAINISSEMENT PREAMBULE Le principe de l assainissement collectif est d organiser la collecte des eaux usées depuis les logements

Plus en détail

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Renforcer l'autonomie des populations et la protection de leur environnement le partenariat continu pour apporter un

Plus en détail

AVEC VOUS pour un assainissement autonome de qualité

AVEC VOUS pour un assainissement autonome de qualité AVEC VOUS pour un assainissement autonome de qualité Intervenants Communes : Mr ou Mme le Maire de la commune Communauté de communes: Mr le Président : M. DURET Chargée de mission : Mme BEAL Entreprises

Plus en détail

EXTRAIT DU COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 6 FEVRIER 2015

EXTRAIT DU COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 6 FEVRIER 2015 EXTRAIT DU COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 6 FEVRIER 2015 Le compte-rendu de la réunion précédente est lu et approuvé. Désignation des délégués à Evolis 23 Le Maire rappelle au Conseil Municipal que

Plus en détail

Le marketing de l assainissement en pratique! Paris 16/06/2015

Le marketing de l assainissement en pratique! Paris 16/06/2015 Le marketing de l assainissement en pratique! Paris 16/06/2015 Le marketing de l assainissement 2 1. Le Gret et les projets d eau et d assainissement 2. Le marketing, c est quoi? 3. Le marketing de l assainissement

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

Grand atelier éco-citoyen le samedi 19 janvier

Grand atelier éco-citoyen le samedi 19 janvier Samedi 19 janvier 2008 Communiqué de presse Grand atelier éco-citoyen le samedi 19 janvier La Ville de Bordeaux a adopté, fin janvier 2007, une charte d écologie urbaine et de développement durable. Elle

Plus en détail

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Au sens des fiches de définition des indicateurs de performance : 1. Parties prenantes Autorité organisatrice

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

Activité 45 : La responsabilité de l Homme sur son environnement géologique

Activité 45 : La responsabilité de l Homme sur son environnement géologique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : Géologie externe, évolution des paysages (16 heures) Notions. contenus Compétences Exemples d activités L procure à l Homme des ressources. [Thèmes : Environnement,

Plus en détail

BÂTIMENTS / TRAVAUX PUBLICS TRANSPORT, SERVICES ET COMMERCE INTERNATIONAL

BÂTIMENTS / TRAVAUX PUBLICS TRANSPORT, SERVICES ET COMMERCE INTERNATIONAL BÂTIMENTS / TRAVAUX PUBLICS TRANSPORT, SERVICES ET COMMERCE INTERNATIONAL A. PRÉSENTATION : BEST ENTREPRISE SARL est une société de droit sénégalais qui intervient dans les Bâtiments/Travaux Publics, le

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 REGIE DES EAUX DE VENELLES Service de l Eau Potable Année 2006 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU Etabli par Max

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10 Rapport d avancement des travaux de lla Commiissiion Localle de ll Eau du bassiin du Loiiret ANNÉE 2004 INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES...

Plus en détail

ACTED. Bien que les guerres soient officiellement terminées, il persiste des conflits localisés à l Est du territoire.

ACTED. Bien que les guerres soient officiellement terminées, il persiste des conflits localisés à l Est du territoire. Chargé de Logistique RDC Closing date: 04 Sep 2015 I. ACTED ACTED ACTED est une association de solidarité internationale française qui a pour vocation de soutenir les populations vulnérables de par le

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES SUR LES ENSEIGNEMENTS DES INONDATIONS DE 2010 SUR LE LITTORAL ATLANTIQUE (XYNTHIA) ET DANS LE VAR La Cour des comptes et les trois chambres régionales

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE

DISTRIBUTION D EAU POTABLE Département du LOT SYNDICAT D ADDUCTION D EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT DE SARRAZAC CRESSENSAC S/Préfecture de GOURDON Mairie de SARRAZAC 466OO DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL PRIX QUALITE TRANSPARENCE

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Projet pilote du programme de soutien de PAH au système pharmaceutique malgache Février-Juillet 2012

Projet pilote du programme de soutien de PAH au système pharmaceutique malgache Février-Juillet 2012 Projet pilote du programme de soutien de PAH au système pharmaceutique malgache Février-Juillet 2012 Notre mission à Madagascar s inscrit dans le cadre du projet pilote du programme de soutien de l association

Plus en détail

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT DE L ARMANÇON Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau Année 2009 Adopté en séance plénière le 25 mai 2010 Siège de la Commission

Plus en détail

Code Rural - Recueil des textes Edition 2013

Code Rural - Recueil des textes Edition 2013 REPUBLIQUE DU NIGER CONSEIL SUPREME POUR LA RESTAURATION DE LA DEMOCRATIE MINISTERE DE L EAU, DE L ENVIRONNEMENTET DE LA LUTTE CONTRE LA DESERTIFICATION Arrêté n 0122/MEE/LCD/DGH/DL du 18 octobre 2010

Plus en détail

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités SAGE DVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités BOCAGE RIVIERE ZONES HUMIDES TRAIT DE CÔTE D66 Réaliser des diagnostics partagés du fonctionnement hydraulique D67 Mettre

Plus en détail

PRÉAVIS N 53 AU CONSEIL COMMUNAL

PRÉAVIS N 53 AU CONSEIL COMMUNAL PRÉAVIS N 53 AU CONSEIL COMMUNAL Patrimoine immobilier communal Demande d un crédit de CHF 892 000.- TTC pour l établissement d une expertise technique systématique Délégué municipal : M. Claude Uldry

Plus en détail

TABLEAU À POCHES SUIVI ET GESTION

TABLEAU À POCHES SUIVI ET GESTION FICHE ANIMATION OBJECTIF > Entretien, gestion et suivi TABLEAU À POCHES SUIVI ET GESTION Définir les responsabilités concernant chacune des tâches de gestion et d entretien du système construit. Relever

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite Dossier de Presse,,,, Une école indépendante, laïque et gratuite Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole K Une nouvelle chance pour des enfants de pouvoir apprendre dans les meilleures conditions. Ecole

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER Mars 2011 GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER 2/10 SOMMAIRE I. PRÉAMBULE...3 II. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT ET COMPOSITION

Plus en détail

DEC accéléré en Soins infirmiers

DEC accéléré en Soins infirmiers P O R T R A I T S D É T U D I A N T E S I M M I G R A N T E S P A R C O U R S I N S P I R A N T S Nous vous présentons des personnes immigrantes dont le parcours de vie, professionnel et scolaire est à

Plus en détail

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques 1. Contexte et enjeux de l enquête L état des lieux des collectifs d agriculteurs en PACA (Trame / FRGEDA PACA - 2010) Intérêt grandissant

Plus en détail

de nettoyage de véhicules à la main, en mobilité et sans eau

de nettoyage de véhicules à la main, en mobilité et sans eau COORACE journée entreprendre solidaire Paris, 16 décembre 2014 de nettoyage de véhicules à la main, en mobilité et sans eau Document confidentiel : toute reproduction, copie ou utilisation sans l'autorisation

Plus en détail

Programme d Application de la Réforme du système de gestion des infrastructures d alimentation en eau potable en milieux rural et semi urbain

Programme d Application de la Réforme du système de gestion des infrastructures d alimentation en eau potable en milieux rural et semi urbain CONVENTION DE DELEGATION DE GESTION DES POMPES A MOTRICITE HUMAINE (PMH) ENTRE UNE COMMUNE ET UNE ASSOCIATION DES USAGERS DE L EAU ENTRE D UNE PART, La Commune de... (province de..) Représentée par le

Plus en détail

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010 n 1 Bulletin d information Eté 2010 Site Natura 2000 Tunnels à Bulletin d information Bulletin d information chiroptères Monts du matin Monts du matin Edito Le patrimoine naturel constitue aujourd hui

Plus en détail

La mutualisation du stationnement

La mutualisation du stationnement La mutualisation du stationnement Eric GANTELET, Président SARECO SARECO est un bureau d études spécialisé sur les questions de stationnement qui conseille les collectivités territoriales depuis la définition

Plus en détail

Comité d Orientation et de Programmation (COP) Eau et Assainissement. 11 Mars 2013 Salle du Conseil du Grand Chalon

Comité d Orientation et de Programmation (COP) Eau et Assainissement. 11 Mars 2013 Salle du Conseil du Grand Chalon Comité d Orientation et de Programmation (COP) Eau et Assainissement 11 Mars 2013 Salle du Conseil du Grand Chalon 1 Ordre du Jour Limites de compétences 1 - Eau potable et Assainissement 2 Eaux Pluviales

Plus en détail

Chers confrères, mesdames, messieurs, Du 14 novembre 2014 au 10 janvier 2015, un détachement de l Unité d Instruction et d Intervention de la

Chers confrères, mesdames, messieurs, Du 14 novembre 2014 au 10 janvier 2015, un détachement de l Unité d Instruction et d Intervention de la 1 Chers confrères, mesdames, messieurs, Du 14 novembre 2014 au 10 janvier 2015, un détachement de l Unité d Instruction et d Intervention de la Sécurité Civile N 7 de Brignoles a rempli une mission inhabituelle

Plus en détail

Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique

Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique Extrait de Un Aperçu de la Situation de l Eau Potable et de l'assainissement en Afrique Une perspective régionale s'appuyant sur des données récentes

Plus en détail

Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est :

Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est : 1 Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est : POSTE DE REFOULEMENT RESEAU D ASSAINISSEMENT - 6150 mètres de tuyau gravitaire en grès - 1600 mètres de tuyau de refoulement

Plus en détail

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE L intervention d urgence Au 29 juin, CARE continue de concentrer ses activités d urgence sur trois secteurs géographiques: Pétion-ville, Carrefour,

Plus en détail

Le SPANC. Communauté de communes des Versants d Aime

Le SPANC. Communauté de communes des Versants d Aime Le SPANC Communauté de communes des Versants d Aime Créé en 2012, le Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) de la communauté de communes des Versants d Aime est un service industriel et

Plus en détail

Le Plan Départemental de l Eau

Le Plan Départemental de l Eau de l Eau CG1/PIADDT/DAE/MD-LS-9/05/009 de l Eau Son organisation schématique va s appuyer sur : 1. Les infrastructures existantes d intérêt départemental,. Les schémas directeurs territoriaux, 3. Des maillages

Plus en détail

CULTURE ECONOMIE. Ass. S.E.F. INTERLOCUTEURS FRANCO MALGACHE

CULTURE ECONOMIE. Ass. S.E.F. INTERLOCUTEURS FRANCO MALGACHE Siège social Ass. S.E.F. INTERLOCUTEURS FRANCO MALGACHE FAITES PARTIE DES INTERLOCUTEURS EN ADHÉRANT à l'ass. S.E.F. Franco-Malgache Le Poitou-Charentes avec Madagascar 79 320 Moncoutant FRANCOPHONIE CULTURE

Plus en détail

Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008

Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008 Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008 Ce soir, nous inaugurons un nouveau lieu pour un nouveau service mis à la disposition

Plus en détail

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation Présenté par l'ars de Poitou-Charentes UFC Que Choisir le 17 février 2011 L évolution de la société et la volonté d assurer un haut niveau

Plus en détail

La BOULANGERIE. Rapport de mission n 1. Georges Gestionnaire Fondation Haïtienne pour le Relèvement et le Développement (FHRD) Adresse : HAÏTI

La BOULANGERIE. Rapport de mission n 1. Georges Gestionnaire Fondation Haïtienne pour le Relèvement et le Développement (FHRD) Adresse : HAÏTI Georges Gestionnaire Fondation Haïtienne pour le Relèvement et le Développement (FHRD) 91 boulevard Auguste Blanqui 75013 Paris - France Tél.: +33 (0)1 58 10 74 80 Courriel : contact@fidesco.fr www.fidesco-international.org

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 La SEVESC assure les services de l eau et de l assainissement de collectivités des départements

Plus en détail

Ce document constitue une base de discussion pour la commune Les textes encadrés sont des commentaires sur les différents articles

Ce document constitue une base de discussion pour la commune Les textes encadrés sont des commentaires sur les différents articles Ce document constitue une base de discussion pour la commune Les textes encadrés sont des commentaires sur les différents articles Exemple de CONTRAT D'AFFERMAGE OPTION COMMUNE / ACEP (option applicable

Plus en détail

Les 9, 10 et 11 octobre 2014

Les 9, 10 et 11 octobre 2014 Les 9, 10 et 11 octobre 2014 PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Sommaire 1. QU EST CE QUE LE BATIMENT?... 3 Qu entend on concrètement par «Bâtiment»? Erreur! Signet non défini. Bâtiment ou

Plus en détail

COMMUNE de CORMERAY (Commune de l Agglomération Blaisoise) Compte-rendu du Conseil Municipal du 12 Juillet 2012

COMMUNE de CORMERAY (Commune de l Agglomération Blaisoise) Compte-rendu du Conseil Municipal du 12 Juillet 2012 COMMUNE de CORMERAY (Commune de l Agglomération Blaisoise) Compte-rendu du Conseil Municipal du 12 Juillet 2012 L an deux mille Douze, le douze du mois de juillet à 19 heures 30 minutes, le Conseil Municipal

Plus en détail

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR DEPARTEMENT DE LA GIRONDE COMMUNE DE BORDEAUX Enquête publique du 1 er juillet 2013 au 31 juillet 2013 inclus : Demande de permis de construire déposée à la mairie de Bordeaux et concernant le projet d

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE

CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 13 SEPTEMBRE 2005 A 18h30 NOTE DE SYNTHESE En préalable, Mr Mély donne lecture des actes et contrats signés lors des derniers mois A remarquer un nombre de transactions toujours

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

LES EAUX : LOIS, NORMES ET DTU

LES EAUX : LOIS, NORMES ET DTU Roger Cadiergues MémoCad ns02.a LES EAUX : LOIS, RéGLEMENTS, NORMES ET DTU SOMMAIRE ns02.1. Les cadres réglementaires et normatifs ns02.2. Lois et règlements fondamentaux ns02.3. Equipements sanitaires

Plus en détail

Parrainez une fille, investissez dans son avenir.

Parrainez une fille, investissez dans son avenir. photos - Roger Job - Plan Comme Marie Gillain, parrainez une fille avec PLAN! «Grâce à ma filleule, j ai été le témoin privilégié des actions de PLAN sur le terrain. À travers ses yeux, j ai réalisé que

Plus en détail

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage»

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité des constructions. Il a été rédigé

Plus en détail

Présentation du programme ANO et de la démarche de capitalisation

Présentation du programme ANO et de la démarche de capitalisation Présentation du programme ANO et de la démarche de capitalisation Le programme ANO (Assainissement Nord Ouest) a été mis en œuvre par un consortium de trois associations : o Action contre la Faim (ACF),

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

Protection du personnel

Protection du personnel PROTOCOLE POUR L EVACUATION DES EXCRETAS PAR LES ENTREPRISES DE VIDANGE/NETTOYAGE ET LES ONG s (Version 1.0, 23 décembre 2010) Sommaire I. Objectifs du protocole II. Protection du personnel III. Aspects

Plus en détail

Questionnaire eevm. échange école ville montagne. www.parc-du-vercors.fr/eevm/

Questionnaire eevm. échange école ville montagne. www.parc-du-vercors.fr/eevm/ Questionnaire eevm échange école ville montagne www.parc-du-vercors.fr/eevm/ Répondre aux questions. Il y a 3 types de réponses en fonction des types de questions. - Questions fermées à réponse unique

Plus en détail

COMPTE RENDU DE REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

COMPTE RENDU DE REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION COMPTE RENDU DE REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION Vendredi 8 octobre 2010 de 14h à 17h Salle de réunion Château MORARD Les Arcs Ordre du jour : - Point sur le dossier. - Préparation de la concertation

Plus en détail

Les branchements d assainissement sur l agglomération Vésulienne

Les branchements d assainissement sur l agglomération Vésulienne Les branchements d assainissement sur l agglomération Vésulienne Les branchements et le Code de la Santé Publique Les articles que nous utilisons le plus dans notre relation avec les abonnés sont les suivants

Plus en détail

Panorama des missions de bénévolat

Panorama des missions de bénévolat Panorama des missions de bénévolat de compétences Bénévolat de Compétences et Solidarité (BCS) MicroFinance Sans Frontières (MFSF) Février 2015 CONTACTS contact@microfinancesansfrontieres.org bcs@bnpparibas.com

Plus en détail

ETUDE DES BRANCHEMENTS AU RESEAU COLLECTIF. Syndicat Intercommunal d' Assainissement du Haut des Rangs (S.I.A.H.R.)

ETUDE DES BRANCHEMENTS AU RESEAU COLLECTIF. Syndicat Intercommunal d' Assainissement du Haut des Rangs (S.I.A.H.R.) ETUDE DES BRANCHEMENTS AU RESEAU COLLECTIF Syndicat Intercommunal d' Assainissement du Haut des Rangs (S.I.A.H.R.) PROGRAMME DE LA REUNION Objectifs de cette étude Moyens mis en œuvre Programme Coûts Et

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA PREMIÈRE SÉANCE ATELIER

COMPTE RENDU DE LA PREMIÈRE SÉANCE ATELIER DOCUMENT 1.4. COMPTE RENDU DE LA PREMIÈRE SÉANCE ATELIER d'après les notes de séance de Janina FORKASIEWICZ et de Marc LAKHDARI Chargés de Mission au CEFIGRE CRM - S - 09 - FORKASIEWICZ et LAKHDARI 97

Plus en détail

PROJET NIGER-LOIRE : «Culture et Gouvernance»

PROJET NIGER-LOIRE : «Culture et Gouvernance» PROJET NIGER-LOIRE : «Culture et Gouvernance» Composante 4 : «Actions pilotes» Commune Urbaine de MOPTI PORT de MOPTI : Réhabilitation du port de pêche ; Travaux de restauration des quais maçonnés RAPPORT

Plus en détail

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT Le Plomb dans l eau De quoi s agit-il? De quoi parle-t-on? Où le trouve-t-on? Quelle est son origine? Responsabilités Quels sont les effets néfastes du plomb dans l eau sur la santé? Comment les détecter?

Plus en détail

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 EAU ET MILIEUX AQUATIQUES Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 Janvier 2007 9 es 2007-2012 programmes des agences de l eau «L Europe s est dotée d un cadre communautaire pour

Plus en détail

58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05

58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05 Informations Régie des Eaux Renseignements Accueil Téléphonique ipale des eaux siège de la Régie munic et de l Assainissement 58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05 8h00 à 12h30 vendredi de Bureau ouvert

Plus en détail

Réalisation d une adduction d eau potable à pompage solaire

Réalisation d une adduction d eau potable à pompage solaire Réalisation d une adduction d eau potable à pompage solaire Village de Lakoulé, Commune rurale de Koréra-Koré, Cercle de Nioro-du-Sahel, Mali Rapport d avancement n 4 au 20/08/2013 Ce rapport conclut la

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE. Février 2012 ETALAGISTE. NOM prénom classe

RAPPORT DE STAGE. Février 2012 ETALAGISTE. NOM prénom classe RAPPORT DE STAGE Février 2012 ETALAGISTE NOM prénom classe 2 SOMMAIRE I Présenter l entreprise page 2 A Identification B Environnement II Le travail page 3 à 4 A Nature du métier B Condition de travail

Plus en détail

P.M. Si on commençait cette rencontre par des souvenirs plus anciens que les souvenirs professionnels?

P.M. Si on commençait cette rencontre par des souvenirs plus anciens que les souvenirs professionnels? , vol. 26, no. 1, 2005 RENCONTRE AVEC Guy FOURNIER (1925-2005) Guy Fournier raconte d abord sa «rencontre» avec la psychologie en la personne du père Mailloux. Ses souvenirs portent ensuite sur son travail

Plus en détail

MODÈLE D IMPRIMES CONTROLE DE L ÉXÉCUTION DES TRAVAUX FILIÈRE COMPACTE

MODÈLE D IMPRIMES CONTROLE DE L ÉXÉCUTION DES TRAVAUX FILIÈRE COMPACTE MODÈLE D IMPRIMES Code : 5.1.4 MOD7 CONTROLE DE L ÉXÉCUTION DES TRAVAUX Version : mardi 10 septembre 2013 Version finale Note aux lecteurs Les prescriptions techniques générales s appliquent aux opérations

Plus en détail

CONTRôLES DE RéCEPTION DES TRAVAUX DE RéALISATION DE LA PARTIE PRIVATIVE DES BRANCHEMENTS PARTICULIERS

CONTRôLES DE RéCEPTION DES TRAVAUX DE RéALISATION DE LA PARTIE PRIVATIVE DES BRANCHEMENTS PARTICULIERS L agence de l eau Seine-Normandie est un établissement public du Ministère de l Ecologie, de l Energie et du Développement durable et de la mer. Sa mission est de financer les ouvrages et les actions qui

Plus en détail

L Edito du Maire d Annecy

L Edito du Maire d Annecy L Edito du Maire d Annecy 1 Cette année démarre sous de favorables auspices, après une superbe saison 2008-2009, au terme de laquelle l US Annecy a brillamment atteint l objectif qu elle s était fixé,

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 On sait avec certitude que des dizaines de milliers de familles vivant dans la partie ouest du Sahel sont en situation d extrême détresse à cause

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITÉ DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITÉ DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Brette-les-Pins Challes Changé Parigné-l Évêque Saint-Mars-d Outillé RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITÉ DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ANNÉE 2OO6 rue des Écoles - BP 15-72250 Parigné-l

Plus en détail

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers

PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Livret destiné aux collégiens et lycéens visitant les chantiers et ateliers Rendez-vous le 11 octobre 2012 pour visiter le chantier GROUPE SCOLAIRE ILOT DE

Plus en détail

COUP DE POUCE POUR L ENVIRONNEMENT

COUP DE POUCE POUR L ENVIRONNEMENT Chers parents, Plus vite, plus haut, plus fort! L année 2014-2015 réserve assurément de beaux défis aux élèves, aux parents et à l ensemble du personnel de l école. Notre première mission sera de développer

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail