La Lettre d information de l Iris

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Lettre d information de l Iris"

Transcription

1 La Lettre d information de l Iris Invitation colloque NOUVEAU La Fondation Safadi, l'iris et l'institut du Monde Arabe ont le plaisir de vous convier au colloque : LE LIBAN DANS L'UNION POUR LA MÉDITERRANÉE Institut du Monde Arabe, Mardi 27 janvier 2009 ENTRÉE GRATUITRE - INSCRIPTION OBLIGATOIRE SUR PROGRAMME PAGE 10 - Observatoire des élections israéliennes L IRIS lance un Observatoire des élections israéliennes. Retrouvez régulièrement des analyses sur le scrutin, des sondages d opinions, des éditos parus dans la presse israélienne et internationale ainsi que des analyses de chercheurs. La Russie et l offensive israélienne dans la bande de Gaza - par Laure DELCOUR, Directrice de recherche à l'iris - 02/01/2009 La guerre dans la bande de Gaza : Est-ce si compliqué de la comprendre? - par Barry RUBIN - 02/01/2009 Où va la société israélienne? - par Jean-Yves CAMUS, chercheur à l IRIS - 02/01/2009 Le besoin d une stratégie pour contrer le Hamas - par Ely KARMON - 02/01/2009 Gaza un bilan déjà lourd : humainement pour les Palestiniens et politiquement pour les Israéliens - par Pascal BONIFACE, directeur de l IRIS - 02/01/2009 Entre Gaza et Huntington : nouvel échec annoncé pour la stratégie israélienne - Barah MIKAÏL, chercheur à l IRIS - 02/01/2009 Sur affaires-strategiques.info Retrouvez les points de vue des chercheurs et des invités du site d information de l Iris : Quelle place pour l action de la France dans le conflit israélo-palestinien? - par Didier BILLION, Directeur adjoint de l'iris, 5 janvier La Guinée : les risques de coup d Etat militaire après le décès du général Lansina Conté - par Philippe HUGON, Directeur de recherche à l'iris, 5 janvier Présidence française de l Union européenne : personnification, politisation, étatisation - par Béligh NABLI, chercheur associé à l'iris, 15 décembre N 279 / Mercredi 7 janvier 2009 Parution Détails page 11 Formation professionnelle DÉCOUVREZ LES PROGRAMMES DE FORMATION 2008/2009 > ENTRE JANVIER À FÉVRIER > module «COMPRENDRE LE MOYEN- ORIENT» > module «GÉOPOLITIQUE DE L UNION EUROPÉENNE» > ENTRE MARS ET AVRIL > module «QUESTIONS AFRICAINES» > module «QUESTIONS DE DÉFENSE» > ENTRE MAI ET JUIN > module «STRATÉGIE, INFLUENCE ET INTELLIGENCE ÉCONOMIQUES» > module «GÉOPOLITIQUE DE L EAU» Détails sur Politique intérieure : le bilan de 8 années de présidence républicaine 8 ans de diplomatie Bush - par Barthélémy COURMONT, chercheur à l'iris, 24 et 26 décembre États-Unis : vers une normalisation de la politique cubaine? - par Nicolas MARTIN-LALANDE, collaborateur parlementaire, spécialiste de la politique étrangère et de sécurité nationale américaine, ancien étudiant à l IRIS, 26 décembre Les nouveaux penchants européens de la Grande-Bretagne? - par Robert CHAOUAD, chercheur à l'iris, 24 décembre Quel bilan de la présidence française de l UE? par Michel FOUCHER, Géographe et diplomate, auteur de «L obsession des frontières», 22 décembre par Tommaso PADOA-SCHIOPPA, Président de Notre Europe, ancien ministre des Finances italien, 19 décembre Le Nigéria : un géant aux pieds d argile - par Philippe HUGON, Directeur de recherche à l'iris, 22 décembre Iran : une «parlementarisation» en trompe-l œil du régime? - par Igor SAFAVI, diplômé de l IPRIS, spécialiste de l Iran et des questions pétrolières, 22 décembre Pakistan/Afghanistan : une situation inexorablement liée? - par Sara DANIEL, grand reporter au Nouvel Observateur, 18 décembre DOSSIER BILAN ET PERSPECTIVES DE L ANNÉE 2008 Par les chercheurs de l IRIS / 7 janvier Dire que l année 2008 a été positive sur le plan international serait sans doute exagérément optimiste. Depuis le début du millénaire, à l heure de tirer des bilans stratégiques, la colonne des mauvaises nouvelles l emporte, hélas, régulièrement sur celle des bonnes nouvelles. Médias CHAQUE VENDREDI À 8H06, PASCAL BONIFA- CE DÉCRYPTE L'ACTUA- LITÉ INTERNATIONALE POUR LES AUDITEURS DE FRANCE MUSIQUE. > TÉLÉVISION Obama et Moyen-Orient Didier Billion par Public Sénat (07/01) Le conflit israélo-palestinien > Didier Billion par Canal Algérie (06/01) > Pascal Boniface par - C dans l air, Yves Calvi (France 5, 02/01 et 05/01)) - Fabrice Angotti (I-Télé, 02/01) > Barah Mikaïl par - C dans l air, Yves Calvi (France 5, 06/01) - William Irigoyen (Arte Info, 29/12) Sarkozy, l'ue et le Proche-Orient Barah Mikaïl par Public Sénat (05/01)

2 INSTITUT DE RELATIONS INTERNATIONALES ET STRATÉGIQUES - Tél : Rédactrice en chef : Gwenaëlle SAUZET / Directeur de la publication : Pascal BONIFACE Dans la presse EN 2009 ENCORE, LA RÉSOLUTION DU CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN DEVRA RESTER LA PRIORITÉ Pascal Boniface par Jean Piel / RFI / 6 janvier La première mission de Barack Obama est presque remplie du seul fait de son élection, à savoir réconcilier les Etats-Unis avec le reste du monde. Il doit redorer l image du pays, extrêmement dégradée par la présidence de George Bush. Sa victoire électorale, le 4 novembre, a été accueillie avec satisfaction presque partout dans le monde ; c est une première étape, qu il reste à concrétiser par une politique. SUITE PAGE 3 OBAMA NE CHANGERA PAS LA POLITIQUE AMÉRICAINE" Barah Mikaïl par Fabrice Aubert / LCI.fr / 6 janvier Depuis 1967, les Etats-Unis font en effet la part belle aux Israéliens et à leurs demandes. Evidemment, cela ne veut pas dire qu'il ne puisse pas y avoir d'exception. Mais la configuration politique américaine fait que Barack Obama aura du mal à se différencier de son et ses prédécesseurs et de se dégager des constantes stratégiques des Etats-Unis. SUITE PAGE 5 ON ASSISTE À UNE SORTE DE RÉPÉTITION DES ÉVÉNEMENTS DE 2006 Pascal Boniface par Adrien Cadorel / Métro / 4 janvier Lorsque le Hamas a eu de nouveau recours à des tirs de roquettes, brisant ainsi la trêve qui avait été indirectement conclue avec Israël, les combats ont immédiatement repris. On assiste à une sorte de répétition des événements qui se sont déroulés au Liban en SUITE PAGE 6 LA NON-POLITIQUE IRANIENNE DE LA FRANCE Thierry Coville / Mediapart / 2 janvier Face aux situations inextricables que les Iraniens rencontrent, la sagesse populaire dans ce pays a deux dictons qui permettent de faire face. Le premier est que «ce sont les 100 premières années qui sont difficiles, après, cela va mieux...». Le second est la traduction persane de Allah Akbar, «Khôdo bozorgeh», qui signifie «Dieu est grand» mais aussi, souvent, selon l'intonation, «On trouvera bien un moyen de s'en sortir». SUITE PAGE 7 REGARDS SUR 2008 : L'ANNÉE DE LA CRISE ET DE L'ESPOIR Karim Bitar / L ENA Hors les murs / décembre L'irruption d'une crise économique systémique de grande ampleur et l'élection de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis d'amérique sont deux événements qui permettent de dire que 2008 rentrera dans l'histoire comme une année charnière, rejoignant ainsi dans le calendrier historique les années 1914, 1929, 1939, 1968 et SUITE PAGE 8 Manifestation > MANIFESTATIONS À VENIR ADHÉRENT TAÏWAN, DE L'AUTRE CÔTE DU DÉTROIT, UNE ÎLE EN QUÊTE D'IDENTITÉS 13 janvier / 18h30 / Espace Kiron - Paris Conférence-débat autour de Barthélémy Courmont, chercheur à l'iris. À l'occasion de la parution de son ouvrage "Taïwan, de l'autre côté du détroit, une île en quête d'identités" (Ed. du Félin). Réservée aux adhérents de l IRIS - Renseignements et inscription : ADHÉRENT MOURIR POUR L'AFGHANISTAN 20 janvier / 18h30 / Espace Kiron - Paris Conférence-débat autour de Jean-Dominique Merchet, journaliste à Libération. À l'occasion de la parution de son ouvrage "Mourir pour l'afghanistan". Réservée aux adhérents de l IRIS - Renseignements et inscription : PUBLIC COLLOQUE "BILAN DE LA PRÉSIDENCE FRANÇAISE DE L UNION EUROPÉENNE" Samedi 7 février 2009 / Enghien-les-Bains Premiers Entretiens Européens d Enghien. Colloque organisé par l IRIS et la Ville d Enghien-les-Bains Inscriptions à venir > RADIO Médias Tensions indo-pakistanaises Olivier Guillard par Médi 1 et la RCF (05/01 et 06/01) Le conflit israélo-palestinien > Didier Billion par - RMC-Info (31/12 et 06/01)) - Médi 1 (31/12) - Radio Atlantique (31/12) - Radio classique (28/12) > Le débat du jour, Karim Bitar par RFI (29/12) > Pascal Boniface par - 8H, France culture (06/01) - 12H et 18H, Radio Orient (05/01) - RFI (05/01) - 7H, France Inter (31/12) - Et pourtant elle tourne, France Inter (30/12) - Radio suisse romande (29/12) - C est arrivé demain, Emmanuel Faux (Europe 1, 28/12) - RTBF (27/12 et 28/12) > Barah Mikaïl par - Forum débat, Beur FM (06/01) - BBC World (05/01) - RMC info (30/12) - L'invité, France Info (30/12) - Medi1 (30/12) - Beur FM (30/12) - Radio Free Europe (29/12) - Radio Orient (29/12) Sarkozy et Européens au Proche- Orient Barah Mikaïl par - RMC Info (05/01) - BBC Afrique (05/01) Crise du gaz russo-ukrainienne Laure Delcour par Radio Orient (05/01) Perspectives du Maghreb en 2009 Kader Abderrahim par France Info (31/12) Bilan de l année 2008 Jean-Pierre Maulny par BFM (29/12) > PRESSE ÉCRITE Turquie et situation à Gaza Didier Billion par Ech-Chourouk - Algérie (08/01) Crise du gaz russo-ukrainienne Laure Delcour par le JDD.fr, Le Figaro, le Parisien et Euractiv (07/01) UPM et Gaza Didier Billion par Euractiv (07/01) Présidence tchèque de l UE Fabio Liberti par la Voix du Nord (05/01) Sarkozy et Européens au Proche- Orient Barah Mikaïl par - 20 Minutes (05/01) - LeParisien.fr (05/01) Le conflit israélo-palestinien > Didier Billion par Myriam Ezzakhrajy (Menara - Maroc, 02/01) > Karim Bitar Al-Watan et Christian Science Monitor (04/01) et (05/01) > Barah Mikaïl par AFP et Afrik.com(06/01) ; 20 Minutes et Témoignage Chrétien (05/01) ; El- Watan (04/01) ; Associated Press, Lefigaro.fr,Pèlerin Magazine (30/12); La Vie, Mediapart (29/12) ; Sud-Ouest Dimanche (27/12) Bilan des années Bush Article de Karim Bitar dans An Nahar (31/12) Abonnement Désinscription sur simple demande à :

3 EN 2009 ENCORE, LA RÉSOLUTION DU CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN DEVRA RESTER LA PRIORITÉ Pascal Boniface par Jean Piel / RFI / 6 janvier Pascal Boniface est directeur de l Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). Selon lui, l élection de Barack Obama permet d espérer des relations moins conflictuelles entre les Etats-Unis et le reste du monde. Même si le nouveau président américain a pour mission de défendre les intérêts de son pays et non des autres. Mais pour assurer une plus grande stabilité de la planète, la priorité reste la résolution du conflit israélo-palestinien. Barack Obama sera investi le 20 janvier. Peut-on attendre du nouveau président américain de réels changements en politique étrangère? La première mission de Barack Obama est presque remplie du seul fait de son élection, à savoir réconcilier les Etats-Unis avec le reste du monde. Il doit redorer l image du pays, extrêmement dégradée par la présidence de George Bush. Sa victoire électorale, le 4 novembre, a été accueillie avec satisfaction presque partout dans le monde ; c est une première étape, qu il reste à concrétiser par une politique. Mais, aussi populaire soit-il, Barack Obama ne peut pas faire de miracles. Les taches qui l attendent tant au plan économique que diplomatique sont très lourdes. Je pense à la situation en Afghanistan, au départ des troupes américaines d Irak, au conflit du Proche-Orient, aux relations indo-pakistanaises Les difficultés sont énormes, et la grâce de son élection ne permettra pas de les résoudre comme par enchantement. En outre, il ne faut pas oublier que Barack Obama a été élu président des Etats-Unis, pas des Nations unies. Son rôle sera de défendre les intérêts américains, pas ceux des autres pays. Certes, il peut avoir une vision des intérêts des Etats-Unis qui ne soit pas en conflit avec les attentes des autres nations. On peut même raisonnablement penser que Barack Obama aura une vision moins agressive de la défense des intérêts américains que ne l avait George Bush. Reste que la diplomatie d un pays, a fortiori celle des Etats-Unis, ne peut pas être radicalement transformée du jour au lendemain. L unilatéralisme que l on reproche à la politique étrangère américaine a certes été aggravé par George Bush, mais n a pas été créé par lui. Ceux qui s attendent à ce que Barack Obama défende les intérêts de tous et de chacun, et non les intérêts américains, seront déçus. Il défendra avant tout son pays ; c est pour cela qu il a été élu et c est légitime. On peut, par contre, espérer qu il aura une vision moins étroite des affaires du monde que son prédécesseur. Il ne faut donc pas s attendre à l émergence d un monde multipolaire après l investiture de Barack Obama? Un monde multipolaire ne se décrète pas. C est l évolution des rapports de force entre les Etats qui, éventuellement, peut aboutir à l émergence d un monde multipolaire. Ces dernières années, on assiste à une montée en puissance de la Russie, de la Chine, de plusieurs pays du Sud. Il y a incontestablement une redistribution des cartes au plan géopolitique. Mais c est une évolution lente et il ne faut pas se bercer d illusions : les Etats-Unis sont la première puissance mondiale, et le resteront longtemps. Ce que l on est en droit d espérer, par contre, c est une gestion des affaires de la planète davantage multilatérale. Tout en restant la première puissance mondiale, les Etats-Unis peuvent choisir d adopter une diplomatie plus respectueuse des intérêts et des attentes des autres pays. Davantage tenir compte des opinions des autres capitales est d ailleurs, pour les Etats-Unis, le meilleur moyen de conforter leur leadership. Des élections législatives auront lieu en février en Israël. Peut-on attendre de ce scrutin une résolution du conflit israélo-palestinien? La certitude est qu en 2009 encore, la résolution du conflit israélopalestinien devra rester la priorité. De ce dossier dépend la solution de beaucoup d autres au Proche-Orient. C est sur ce sujet que des progrès doivent être obtenus le plus rapidement possible. Quant aux élections législatives en Israël, deux scénarii sont envisageables. Si le Likoud qui s est nettement droitisé ces derniers temps remporte le scrutin, c en est fini pour longtemps de toute perspective d avancée sur le dossier palestinien. Par contre, si l actuelle ministre des Affaires étrangères, Tzipi Livni, s impose et renforce ainsi sa légitimité personnelle, elle pourrait, avec le soutien de Barack Obama, relancer les négociations avec l Autorité palestinienne. L intérêt à long terme de l Etat hébreu est évidemment de conclure la paix avec les Palestiniens. Le fait que Tzipi Livni vienne de la droite dure, qu elle ait été intransigeante dans le passé, ne signifie pas qu elle ne puisse pas faire preuve d ouverture aujourd hui. Ce second scénario permet d être optimiste ; le premier l interdit. Mais au-delà des élections israéliennes, reste la question de la division des Palestiniens entre Hamas et Fatah, qui constitue un autre facteur de blocage sera aussi une année électorale en Iran, alors que le pays entend avoir une influence croissante dans la région. Pensez-vous possible un assouplissement du régime de Téhéran? Pour l instant, Mahmoud Ahmadinejad semble bien parti pour conserver son poste de président de la République. Mais rien n est encore sûr, et l issue du scrutin dépend pour partie de Washington. Si l on assiste à l ouverture d un vrai dialogue entre l Iran et les Etats-Unis, dans lequel les Américains affichent leur fermeté contre le programme nucléaire iranien tout en montrant que leur but n est pas de renverser le régime en place à Téhéran, alors des avancées sont possibles. Un tel dialogue en effet desservirait Mahmoud Ahmadinejad et les conservateurs, qui ont besoin d un adversaire pour exister, qui jouent la stratégie de la tension, qui ont besoin pour être élus de s autodésigner comme les remparts contre «l agresseur» américain. Au demeurant, la politique étrangère provocatrice menée par George Bush a été l une des raisons de l élection de Mahmoud Ahmadinejad en Si la tension baissait entre Washington et Téhéran, les modérés pourraient plus facilement faire entendre leur voix à Téhéran, ce qui correspond largement aux attentes de la population iranienne, notamment de la jeunesse. En fait, Mahmoud Ahmadinejad n a pas personnellement intérêt à la reprise du dialogue avec les Etats-Unis, mais l Iran en tant que pays y a intérêt. L Iran est la puissance émergente dans la région, celle qui a le plus augmenté son influence devrait voir l Irak affirmer de façon croissante sa souveraineté. C est un facteur de stabilisation pour le Proche-Orient? Certainement. Ce sera un abcès de fixation en moins, une guerre en moins. Cependant, une situation apaisée en Irak ne légitime en rien le conflit passé. Ce retour au calme ne signifie pas que la guerre a été un succès, ni que son bilan est positif. La situation sécuritaire devrait s améliorer en 2009, mais le traumatisme de la guerre sera long à se (suite page précédente)

4 refermer, dans les pays musulmans mais aussi aux Etats-Unis. On aura du mal à effacer des mémoires collectives les combats, les attentats, les morts, les violences inter-communautaires, le scandale de la prison d Abou-Ghraib, les abus à Guantanamo. Le conflit en Afghanistan s envenime. En Inde, Bombay a été frappé par des attentats attribués à des groupes islamistes pakistanais. Ne pensez-vous pas qu en 2009, le principal foyer d instabilité viendra de cette partie du monde? Cette région est sans aucun doute plus problématique que l Irak. La partie qui se joue en Afghanistan est bien plus incertaine que celle qui se joue à Bagdad. La guerre n est pas finie dans l ancienne Mésopotamie, mais on peut imaginer, sans crainte de trop se tromper, les grandes lignes du futur. A contrario, l avenir en Afghanistan est difficilement prévisible, et il n est pas impossible que les Occidentaux subissent encore de mauvaises surprises dans ce pays. Une partie de la solution du conflit afghan se trouve au Pakistan. Le président Asif Ali Zardari se présente comme l allié des Etats-Unis. C est certainement un avantage au plan international, beaucoup moins au plan national vue l hostilité de la population pakistanaise à l encontre de Washington. La légitimité d Asif Ali Zardari pose aussi question; il a été emprisonné pour corruption, il doit largement son élection au fait d être le veuf de Benazir Bhutto. Cette moindre légitimité fragilise son pouvoir et sa capacité d action. émeutes que la Grèce a connues au mois de décembre 2008 peuvent être interprétées comme un premier avertissement, même si le contexte politique grec est spécifique. Mais la défiance de la jeunesse envers les dirigeants, l inquiétude face à l avenir, sont des données que l on retrouve à Athènes comme partout en Europe. On ne peut donc pas exclure un effet contagion dans les prochains mois. Cette crise économique ne pourrait-elle pas avoir des conséquences politiques en Chine? Ce n est pas impossible, et il s agit là d une menace bien plus tangible pour Pékin que la crise tibétaine. Pour les dirigeants chinois, le Tibet ne constitue un problème qu en termes d image de la Chine dans le monde. Sinon, les Chinois sont peu nombreux à contester l appartenance de la province himalayenne à leur pays, et le dalaï-lama n est guère populaire dans l Empire du Milieu. Par contre, le gouvernement chinois achète la paix sociale grâce à la croissance économique ; il achète la non-satisfaction des besoins des citoyens par la satisfaction des besoins de consommateurs. Si la croissance venait à trop faiblir, les autorités chinoises pourraient faire face à une crise de légitimité, cette dernière ne venant que des performances économiques du pays. Selon vous, 2008 a plutôt été une bonne année pour les relations internationales? Au Venezuela, Hugo Chavez semble voir sa popularité décliner. Ne pourrait-il pas profiter des scrutins qui doivent avoir lieu dans quatre pays sud-américains cette année pour, à nouveau, essayer de s imposer comme le leader régional? Il n y aurait pas intérêt. L exemple du Pérou montre que, lorsqu il s investit trop dans une élection, il fait perdre le candidat qu il soutient. Les électeurs latino-américains n acceptent pas plus les ingérences d Hugo Chavez que celles des Etats-Unis. Ils ne déterminent pas leur vote en fonction de ce que dit un leader étranger, mais en fonction de ce qu ils pensent eux-mêmes. Plus Hugo Chavez interviendra dans les affaires politiques de pays voisins, plus il suscitera la méfiance à son encontre. En est-il conscient? Saura-t-il résister à la tentation de la provocation? Ce n est pas certain. La crise économique et financière que traverse la planète pourrait-elle avoir des conséquences politiques? C est peu probable. Cette crise n est pas aussi profonde que celle de 1929 ; il ne faut donc pas imaginer l arrivée au pouvoir de régimes totalitaires, d autant qu il existe aujourd hui des garde-fous qui n existaient pas à l époque. La crise économique aura peut-être des conséquences en termes de désaffection des citoyens pour la classe politique, de divorce croissant entre la population et les élites. La confiance des électeurs envers le «système» pourrait être mise à mal, alors qu elle est déjà mince. Le sentiment se généralise que ce sont les citoyens lambda qui paient pour les erreurs des dirigeants, lesquels dirigeants ne se soucieraient guère du sort de leurs administrés. Les élites gardent pour eux les profits lorsqu ils existent, mais exigent que les pertes soient partagées. Que ce sentiment ait des conséquences politiques, c est beaucoup moins sûr. Une certaine vigilance s impose néanmoins. Les Il y a rarement eu de bonnes années en relations internationales depuis le début de ce siècle. Mais il y a eu des années pires que Si l on doit faire un bilan, l élection de Barack Obama donne plus de facteurs d espoir que de facteurs de crainte pour les mois à venir. De façon très imagée, on pourrait dire que la victoire du candidat démocrate est comme un sourire sur les relations internationales. Mais 2008 a aussi eu son lot de mauvaises nouvelles, notamment au Proche-Orient et en Asie. On ne peut pas non plus oublier la crise armée entre la Géorgie et la Russie. Comme 2007 s était achevé par l assassinat de Benazir Bhutto au Pakistan, 2008 se termine par les attentats de Bombay, des émeutes en Grèce et l offensive israélienne contre la bande de Gaza. Autant d éléments lourds d interrogations pour l avenir. Est-ce que l élection de Barack Obama répondra à toutes les attentes placées dans le nouveau président américain? Il est trop tôt pour le dire. Imaginons néanmoins un scénario extrêmement optimiste : Tzipi Livni remporte les élections en Israël et, avec le soutien de Barack Obama, s attaque sérieusement à la question palestinienne. On peut alors imaginer les prémices d un accord de paix qui soit acceptable pour tous les acteurs. Dans un tel cas, on aura privé Al-Qaeda d une grande partie de son argumentation. Le cours de l Histoire s en trouvera changé et la planète sera plus sure. Si on ajoute que le nouveau président américain engage un vrai dialogue avec l Iran qui conduise à un assouplissement du régime de Téhéran et à un apaisement des relations de celui-ci avec ses voisins, alors tous les espoirs seront permis. Mais il ne s agit là que d hypothèses. Malheureusement, en relations internationales, les catastrophes annoncées se réalisent souvent alors que les espoirs s envolent généralement face au choc de la réalité.

5 OBAMA NE CHANGERA PAS LA POLITIQUE AMÉRICAINE" Barah Mikaïl par Fabrice Aubert / LCI.fr / 6 janvier Barah Mikaïl est chercheur à l'institut des relations internationales et stratégiques. Il a notamment publié La politique américaine au Moyen-Orient (Editions Dalloz-Sirey). Les présidents américains sont traditionnellement proisraéliens. Obama peut-il se démarquer de la politique étrangère de la Maison-Blanche sur ce sujet? Depuis 1967, les Etats-Unis font en effet la part belle aux Israéliens et à leurs demandes. Evidemment, cela ne veut pas dire qu'il ne puisse pas y avoir d'exception. Mais la configuration politique américaine fait que Barack Obama aura du mal à se différencier de son et ses prédécesseurs et de se dégager des constantes stratégiques des Etats-Unis. Pour l'instant, il est bien sûr difficile de faire la part des choses entre Obama-candidat et Obama-président. Il y aura évidemment un décalage entre les deux. Lors de la campagne, sa déclaration la plus forte sur le conflit a porté sur Jérusalem comme capitale unifiée d'israël (cliquez ici pour relire notre article). Il s'agit d'un parti pris pro-israélien. Il rejoint d'ailleurs une ancienne déclaration d'hillary Clinton, future ministre des Affaires étrangères. Elle avait proposé il y a quelques années de transférer l'ambassade des Etats- Unis de Tel-Aviv à Jérusalem. Tout ceci laisse a priori penser qu'obama n'a pas de raison de vouloir changer l'attitude américaine vis-à-vis du conflit et de son évolution. Reste une inconnue : sera-t-il rattrapé par l'agenda international? Contrairement à ce qu'il a annoncé, va-t-il se consacrer au conflit israélo-palestinien en priorité par rapport à l'irak et à l'afghanistan? Outre la raison officielle de la période de transition, pourquoi est-il quasiment muet sur le conflit? que Bush, contrairement à McCain. Avec Obama, le monde espère autre chose. Reste à savoir si on aura autre chose sur tout. Cette nuance est importante. Pour le Proche-Orient, il va sûrement déléguer à son entourage. Dans ce contexte, cela laisse peu de place à des convictions personnelles ou morales. Bref, dans ses discours et dans la méthode, Obama sera bien sûr plus nuancé que Bush. Mais dans l'aboutissement, il sera difficile de voir une différence sur le fond. Il y a donc de fortes chances que le rapport de force actuel continuera. D'ailleurs, il faut remarquer que malgré la période de transition, il s'est exprimé sur l'économie, sur l'irak, sur l'afghanistan. Mais sur le conflit israélo-palestinien, il a botté en touche. Néanmoins, on imagine que des discussions ont lieu avec son équipe de politique étrangère, notamment Hillary Clinton. Que pourrait-il annoncer après le 20 janvier si la situation perdure? S'il y a une solution, elle viendra, comme en 2006 au Liban, d'une résolution onusienne qui avait été votée après une longue série de bras-de-fer. Obama donnera-t-il les impulsions au Conseil de sécurité? On ne peut pas l'exclure. Mais il restera dans la conception actuelle de la politique américaine, qui donne la primauté à la sécurité d'israël. En soi, l'argument n'est pas à blâmer. Mais les Etats-Unis offrent toute latitude à Israël pour juger de cette sécurité. Tant que ce rapport de forces et que les alliances stratégiques seront les mêmes, Obama serait coincé même s'il voulait aller à contre-courant. De toute façon, c'est loin d'être le cas. Il a par exemple annoncé vouloir changer les relations avec Cuba ou briser les tabous en Irak. Pour le conflit israélo-palestinien, il n'a rien dit de tel. Au-delà du souci d'éviter toute ingérence, dans les faits, il ne veut pas prendre parti dans un contexte où la donne israélopalestinienne est envenimée. Il préfère attendre d'avoir accès à la présidence et d'avoir des éléments concrets pour s'engager dans un sens précis. Son élection a créé de grandes attentes en Europe et même au Moyen-Orient. La déception pourrait être grande s'il ne change pas de ligne sur le sujet. Tout à fait. Je trouve qu'on a exagéré, voire fantasmé, le changement annoncé par Obama. La raison en était simple : la plupart des gens estiment qu'il ne pourra pas être pire

6 ON ASSISTE À UNE SORTE DE RÉPÉTITION DES ÉVÉNEMENTS DE 2006 Pascal Boniface par Adrien Cadorel / Métro / 4 janvier Comment analysez-vous l offensive israélienne dans la bande de Gaza? Lorsque le Hamas a eu de nouveau recours à des tirs de roquettes, brisant ainsi la trêve qui avait été indirectement conclue avec Israël, les combats ont immédiatement repris. On assiste à une sorte de répétition des événements qui se sont déroulés au Liban en Là encore, Israël a employé la force d une manière jugée excessive par les différentes opinions publiques. Pourquoi maintenant? On peut avancer plusieurs facteurs. D une part, la fin de la trêve entre Israël et les Palestiniens. D autre part, la vacance du pouvoir au Etats-Unis, puisque Georges Bush est un président en fin de mandat, tandis que Barack Obama n est toujours pas officiellement investi. A cela s ajoute la perspective d élections en Israël le 10 février prochain où les différents candidats au poste de Premier ministre souhaitent prendre une posture de force face à un électorat qui privilégie l action militaire. Comment expliquer l absence de consensus au sein de la communauté internationale sur cette question? C est assez traditionnel, car depuis 2000 et la destruction des acquis du processus d Oslo, nous ne sommes jamais parvenus à un consensus. Les Etats-Unis seront toujours du côté d Israël, quelque soit la position adoptée par l Etat Hébreu. La Russie, la Chine et les pays arabes sont davantage enclins à condamner Israël, tandis que l Europe est elle dans une position relativement médiane. Donc, il n y a pas de consensus de la part de la communauté internationale, et lorsque cela se produit ce ne sont que des déclarations platoniques qui ne sont pas suivies d effets. N est-ce pas déjà le cas? Il est vrai que ce conflit est latent sur le territoire. De plus, les relations intercommunautaires et le débat français sont assez souvent indexés sur la situation au Proche-Orient. En France, les rapports se sont très fortement dégradés entre 2000 et 2003, suite à la reprise de l Intifada. En 2005, les choses s étaient un peu calmées car il régnait un calme relatif au Proche-Orient. Compte tenu de ce qui se passe actuellement, nous avons des raisons d être inquiets. Comment prévenir ces tensions? Il est important que des voix s élèvent pour appeler au calme et souligner un facteur déterminant : on peut être en désaccord sur ce qui se passe au Proche-Orient mais cela ne doit pas se traduire soit par des accusations croisées d islamophobie ou d antisémitisme, soit par des actes violents. Il faudrait réunir les communautés et dire : soyons d accord sur nos désaccords. N enfermons pas les gens dans des cases communautaires. Plus on soulignera rapidement que cette affaire est d abord un désaccord politique et non ethnique ou religieux, plus on limitera peut-être rapidement les effets négatifs de ce conflit. Nicolas Sarkozy part lundi en tournée au Proche-Orient. Que peut-on attendre de ce déplacement? C est compliqué car il arrive alors que l offensive terrestre est déjà lancée. Il a reçu vendredi dernier la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, sans grand résultat. Les miracles, y compris en Terre Sainte, peuvent toujours survenir mais il ne faut pas forcément en attendre de la visite du président Sarkozy. Au niveau français, doit-on craindre une radicalisation des positions et des actes entre les deux communautés? C est un vrai risque. Nous avons vu ce week-end deux défilés distincts alors que l idéal aurait été une manifestation commune pour demander un cessez-le-feu. A la place, nous avons assisté à deux défilés dont on peut penser qu ils étaient hostiles l une envers l autre. Dans ces conditions, il est vrai que l on peut craindre une importation du conflit sur le territoire français.

7 LA NON-POLITIQUE IRANIENNE DE LA FRANCE Thierry Coville / Mediapart / 2 janvier Face aux situations inextricables que les Iraniens rencontrent, la sagesse populaire dans ce pays a deux dictons qui permettent de faire face. Le premier est que «ce sont les 100 premières années qui sont difficiles, après, cela va mieux...». Le second est la traduction persane de Allah Akbar, «Khôdo bozorgeh», qui signifie «Dieu est grand» mais aussi, souvent, selon l'intonation, «On trouvera bien un moyen de s'en sortir». Dans le cas de la politique iranienne de la France, j'espère que le deuxième dicton est le plus approprié. Et pourtant. Lors du 60e anniversaire des droits de l'homme, Nicolas Sarkozy a répété qu'il ne serrerait jamais la main d'ahmadinejad, actuel président de l'iran, ce dernier ayant nié l'holocauste. Quelques jours après, le ministre des affaires étrangères iraniens qui devait participer à Paris à une conférence sur l'afghanistan s'est désisté. En fait, depuis quelques mois, les relations entre la France et l'iran se sont considérablement dégradées. Le gouvernement français a été en pointe de la politique occidentale qui, à travers une politique de sanctions économiques, veut que l'iran arrête son programme d'enrichissement de l'uranium. De plus, les autorités françaises ont décidé de mener une politique systématique d'opposition au régime iranien à travers notamment une réduction dramatique du nombre de visas accordés. Evidemment, les Iraniens répliquent de manière symétrique, ce qui a conduit à un recul sensible des échanges politiques, économiques et scientifiques entre les deux pays. Or, est-il rationnel de mener une telle politique d'opposition face à l'iran quand on veut également : 1) stabiliser l'afghanistan 2) stabiliser l'irak 3) stabiliser le Liban 4) régler le problème palestinien ; 5) lutter efficacement contre Al-Qaida. Accessoirement, compte tenu de notre engagement militaire en Afghanistan, il serait également utile de pouvoir bénéficier de la coopération des services de renseignement iraniens qui ne sont pas les plus mauvais de la région. Est-il rationnel de se priver de toute passerelle de communication avec l'iran, disposant des quatrième réserves de pétrole et les deuxième réserves de gaz du monde alors que la question de la diversification de l'approvisionnement en énergie de l'europe reste posée? Est-il rationnel, dans le contexte actuel de crise, de sacrifier les intérêts économiques des entreprises françaises sur ce marché alors que nos concurrents chinois, indiens, russes et même italiens sont en train de profiter de notre attentisme? Est-il rationnel de refuser de déclarer ouvertement que l'on préfèrerait discuter avec un autre président en Iran? L'histoire de l'iran démontre que tous les mouvements internes qui ont été soutenus par l'étranger ont perdu leur légitimité auprès de la population. Il suffit de se rappeler du soutien occidental au régime du Shah. Et la politique qui a consisté à soutenir un groupe plutôt qu'un autre en Iran, outre son caractère néo-colonialiste, a toujours échoué. Ahmadinejad est ce qu'il est et les atteintes aux droits de l'homme sont nombreuses en Iran. Mais cette politique d'isolement et de pression sur l'iran est aussi ressentie par la population iranienne comme une attaque directe. C'est se tromper complètement d'analyse que de croire qu'il est facile de séparer en Iran un «méchant» régime d'une «gentille» société. La société iranienne est en pleine transformation et le régime en est bien conscient. Or, la politique actuelle de la France va dans le sens de ceux qui, en Iran, veulent que ce pays se ferme le plus possible, ce qui faciliterait l'épuisement de ce mouvement de modernisation? Est-il rationnel d'isoler l'iran alors que l'on est beaucoup plus amical vis-à-vis des pays beaucoup moins démocratiques que ce soit au Maghreb ou dans le reste du Proche et du Moyen-Orient? Est-il rationnel de mener une politique de sanctions économiques vis-à-vis de l'iran alors que cette même politique en Irak a été un échec absolu. Le programme nucléaire iranien est un des rares points où il existe un consensus entre la population et le régime. Et il est clair que la politique actuelle des pays occidentaux de sanctions tant que l'iran n'a pas arrêté son programme d'enrichissement d'uranium ne donne aucun résultat. Est-il rationnel de refuser de discuter avec l'iran alors que le nouveau président américain a courageusement annoncé qu'il allait entamer des négociations avec l'iran. Pourquoi les Etats-Unis, dont le contentieux avec l'iran est beaucoup plus lourd que celui de la France font-ils évoluer leur politique iranienne? Que se passera-t-il si ces négociations donnent des résultats et si Ahmadinejad est réélu? Les entreprises françaises devront-elles alors s'allier avec des entreprises américaines pour pénétrer le marché iranien et les chercheurs français demander un visa pour l'iran à partir de Washington? Evidemment, face à tous ces faits, l'argument répété à satiété est que l'iran veut la bombe nucléaire et que son président veut détruire Israël. Le rapport des services de sécurité américains estimait que les Iraniens avaient abandonné leur projet militaire en Par ailleurs, il est aussi possible qu'ils veulent atteindre un seuil technologique qui leur permette d'obtenir éventuellement l'arme atomique en quelques mois (comme le Japon). Enfin, contrairement à ce qui est souvent dit, un pays pétrolier et gazier a aussi intérêt à développer une industrie nucléaire civile. Il ne s'agit pas de nier les risques qu'entraînerait une prolifération nucléaire dans la région. Néanmoins, on peut aussi se demander si la tactique actuelle qui consiste à dire à l'iran «On ne veut pas vous parler et faites ce qu'on vous dit (arrêtez l'enrichissement d'uranium) sinon on aggrave les sanctions» est véritablement efficace, tant elle contribue plutôt à faire de cette question une cause nationale en Iran. Enfin, on le sait, la meilleure manière de faire échouer une négociation est de se baser sur les supposés arrières-pensées de l'autre partie («ils veulent la bombe!). Quant aux déclarations de Ahamadinejad vis-à-vis d'israël, il est malhonnête de les lier à la question du nucléaire. Or, c'est pourtant ce qu'ont fait des chercheurs connaissant peu l'iran mais pour qui, la «bombe islamique» est aussi un bon plan marketing. Le régime iranien a prouvé depuis sa naissance sa rationalité (arrêt de la guerre avec l'irak, neutralité durant les guerres du Golfe, participation aux négociations ayant conduit à un nouveau gouvernement afghan après la chute des Talibans, etc.). Ahmadinejad ne représente qu'une partie du pouvoir iranien et plusieurs personnalités politiques en Iran ont condamné ses propos sur Israël. La télévision publique a diffusé une série en Iran faisant explicitement référence à l'holocauste. Et on rappellera quand même que l'iran est le seul pays du Proche et du Moyen-orient (avec la Turquie) où vit et prie une communauté juive. Il y a moins d'actes antisémites en Iran qu'en France. Face à toute cette irrationalité, on peut toujours espérer que la France commence à mener une vraie politique iranienne qui vise, sans privilégier un camp plutôt qu'un autre, à réinsérer l'iran dans le concert des nations. C'est la meilleure manière de favoriser une issue heureuse pour les évolutions sociales et politique sen cours en Iran. Il serait également souhaitable que la France et l'europe travaillent à un rapprochement de ce pays avec les Etats-Unis qui ne consiste pas pour le pouvoir américain à faire de l'iran son nouvel allié dans la région mais un pays normalement intégré dans la région et dans le monde. Thierry Coville est enseignant-chercheur à Negocia (centre international de formation vente et négociation commerciale, dépendant de la chambre de commerce et d'industrie de Paris) et chercheur associé à l'iris. Il a publié L'Iran : la révolution invisible à La Découverte en 2007.

8 REGARDS SUR 2008 : L'ANNÉE DE LA CRISE ET DE L'ESPOIR Karim Bitar / L ENA Hors les murs / décembre / Points de vue Ce texte a servi d'article introductif au dossier Regards sur 2008, paru dans L'ENA hors les murs, no 387, décembre L'irruption d'une crise économique systémique de grande ampleur et l'élection de Barack Obama à la présidence des Etats- Unis d'amérique sont deux événements qui permettent de dire que 2008 rentrera dans l'histoire comme une année charnière, rejoignant ainsi dans le calendrier historique les années 1914, 1929, 1939, 1968 et L'année fut en outre marquée par le fracassant retour de la Russie sur la scène internationale, à la faveur d'une intervention musclée en Géorgie, et par le succès des Jeux Olympiques organisés par la Chine. Ces deux faits saillants, intervenus simultanément au début du mois d'août, viennent appuyer les thèses de ceux qui estiment que nous assistons à l'émergence d'un monde " post-américain ", ou encore à la fin de la " séquence occidentale " de l'histoire universelle, séquence qui perdure depuis quatre siècles. Il est tentant, dans ce contexte, de se souvenir de la célèbre phrase de Gramsci : " Le vieux monde se meurt, le monde nouveau tarde à paraître, et dans ce clair obscur, les monstres surgissent. Le monde face à la crise crise semblent en effet énergiques, mais parfois confuses et désordonnées. Les sommes investies dans les projets de relance sont faramineuses, mais elles n'ont pas réussi à rassurer les marchés boursiers ou à empêcher les vagues de licenciements. Le secrétaire américain au Trésor Henry Paulson reconnaît luimême que son plan de sauvetage de $ 700 milliards n'aura pas les effets initialement escomptés. La Chine, quand à elle, a pris les devants et lancé un véritable " New Deal ", puisque son plan de relance de $ 586 milliards équivaut à 16 % de son PIB. Pour Paul Jorion, l'objectif de ce New Deal chinois est de maintenir un taux de croissance annuel au moins égal à 8 %. Dans une Europe frappée par la concurrence chinoise, de plus en plus de voix s'élèvent, qui soulignent qu'à défaut de pouvoir construire dans l'immédiat ce nouvel ordre économique mondial, il faudrait envisager un retour au protectionnisme européen, qu'elles estiment seul capable de relâcher la pression sur les salaires et de relancer la demande intérieure. Cette vision est toutefois contestée par plusieurs écoles d'économistes. Nous aurons l'occasion de revenir en mars sur ce débat dans un numéro entier que nous consacrerons à la crise mondiale et aux politiques économiques. Un homme, un espoir Et c'est bien à une crise " monstrueuse " que nous sommes aujourd'hui confrontés. Après avoir entraîné l'effondrement des marchés boursiers, elle commence à faire des ravages dans ce qu'on appelle " l'économie réelle ", et toute l'année 2009 sera probablement rythmée par les licenciements massifs et autres conséquences de cet effondrement du système économique en vigueur depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Cette crise n'était pas imprévisible, loin de là. Il ne s'agissait pas à proprement parler d'un " cygne noir ". Certains esprits lucides et courageux avaient mis en garde contre la financiarisation excessive de l'économie et contre le triomphe de la spéculation. Certains avaient même décrit dans le détail les mécanismes pervers nés dans le secteur immobilier et qui allaient entraîner l'éclatement de la bulle. Mais ces hommes là n'ont guère été écoutés. Longtemps, des personnalités comme l'irano-américain Nouriel Roubini, le belge Paul Jorion, l'américain Peter Schiff et le britannique Martin Wolf ont été dénoncées comme étant des oiseaux de mauvais augure, des Cassandre, des catastrophistes. Comme s'il fallait brûler les messagers plutôt que d'avoir le courage de regarder en face les dysfonctionnements du système et de tenter de construire une nouvelle architecture économique mondiale. Maintenant que les faits sont venus donner raison aux plus alarmistes, il ne s'agit pas uniquement de réhabiliter les Cassandre, mais de réfléchir, éventuellement avec eux, aux meilleurs moyens de limiter les dégâts, à court terme, et surtout, de construire sur le long terme un système qui ne reposerait plus sur la prédation, la spéculation et l'esbroufe. Or, rares sont les responsables politiques qui ont pris leur téléphone pour solliciter l'avis des quelques hommes ayant eu raison avant les autres. Les premières réactions des gouvernements occidentaux à la Année de la crise sans nul doute, 2008 fut aussi l'année de l'espoir. L'espoir, comme la crise, est venu d'amérique, cette Amérique dont Tocqueville nous a expliqué que " (s)a grandeur ne consiste pas à être plus éclairée que les autres nations, mais plutôt en sa capacité à réparer ses fautes." Cherchant à réparer les fautes majeures commises durant les huit dernières années, notamment la guerre d'irak, une majorité d'américains a élu Barack Obama à la présidence la République. Rarement dans l'histoire de l'humanité autant d'espoir aura été placé en un seul homme. Si la situation des Etats-Unis, et de la planète, n'était pas aussi grave, on pourrait être tenté de sourire, et de rappeler, cyniquement, une évidence quasi mathématique : autant d'espoir ne pourra que susciter de grandes désillusions, car quelles que soient les qualités intellectuelles et humaines du président élu, et elles sont indéniables, il ne pourra relever tous les défis qui se posent à lui. Enrayer la crise économique et relancer la croissance, se dépêtrer des bourbiers irakien et afghan, fermer la page déshonorante de Guantanamo et des dérives de l'anti-terrorisme, établir un système de santé qui permettrait enfin aux 43 millions d'américains privés de couverture médicale d'être couverts, relancer le dialogue israélo-palestinien, entamer des négociations avec l'iran, établir un nouveau partenariat avec la Russie, permettre aux Etats-Unis de sortir de leur dépendance énergétique envers les monarchies pétrolières du monde arabe, convaincre les Chinois de ne pas perdre confiance en la capacité de l'amérique à leur rembourser sa dette, restaurer un minimum de prestige moral à un pays qui a perdu beaucoup de son soft power, prendre enfin des mesures permettant de lutter contre le réchauffement climatique, ce ne sont là que quelques uns des travaux d'hercule que Barack Obama devra accomplir, sous peine de voir l'amérique décliner durablement et perdre son statut.

9 Mais quelle que soit la difficulté des tâches à accomplir, elle ne doit pas nous conduire au cynisme, et il n'y a aucune raison de ne pas se réjouir des résultats de cette élection, qui constituent l'une des très rares bonnes nouvelles à l'échelle internationale depuis Suite à l'effondrement du mur de Berlin et à la réunification de l'europe, Vaclav Havel avait eu cette heureuse formule : " novembre 1989, dit-il alors, marque la réconciliation de la morale et de l'histoire. " Si Havel, ami de longue date de John McCain, a néanmoins tenu à apporter officiellement son soutien à Barack Obama et à le soutenir activement durant sa campagne, c'est probablement parce qu'il ressentait que l'élection de ce dernier permettrait à l'histoire des Etats-Unis, marquée par la tâche indélébile qu'a constitué l'esclavage, de se réconcilier à son tour avec la morale. Enfin, " un vent frais va souffler dans l'air de Washington ", s'écria avec soulagement Havel le 4 novembre Les prises de position de Vaclav Havel avaient pourtant dérouté certains de ses admirateurs durant les dernières années. Au nom de la fidélité envers les Etats-Unis, il avait soutenu les guerres déclenchées par George W. Bush durant son premier mandat, mettant ainsi son prestige moral au service de causes dont il n'était point entièrement convaincu. Le fait majeur qui a conduit Havel, et qui a conduit les personnes les mieux disposées à l'égard de l'amérique, à prendre leurs distances avec une administration devenue indéfendable, c'est sans doute cette insolente légitimation morale, politique et intellectuelle de la torture à laquelle nous avons assisté durant les dernières années. C'est notamment grâce à l'un de ses amis proches, le psychologue Philip Zimbardo, qu'havel a été amené à réévaluer ses positions. Et ce désenchantement d'un ami fidèle des Etats- Unis en dit long sur la faillite de l'administration sortante. Mais l'espoir incarné par Barack Obama ne repose pas uniquement sur un rejet des pratiques des huit dernières années. Obama n'est pas uniquement l'anti-bush. Il est aussi un homme d'une très grande culture et d'une envergure intellectuelle qui rappelle celle de certaines des plus grandes figures de l'histoire des Etats-Unis. Les Rêves de mon père, le livre publié par Obama après sa sortie de Harvard est un ouvrage remarquablement bien écrit et tissé de réflexions passionnantes sur la question des identités multiples, problématique centrale dans le monde d'aujourd'hui. Du simple point de vue de la politique politicienne, et sans même que nous n'abordions les questions de fond, Obama a réussi une campagne qui restera dans les annales, en venant à bout, avec un calme olympien, des deux machines électorales réputées les plus vicieuses de la terre : celles des époux Clinton durant les primaires, puis celle des républicains et de Karl Rove. Non seulement elles n'ont pas réussi à le broyer, mais il en est sorti renforcé. Les attaques qu'a du affronter Obama au sujet de ses origines ne sont pas sans rappeler les campagnes antisémites menées naguère en France contre Léon Blum, Georges Mandel ou Pierre Mendès France. Et le candidat a réussi à surmonter tous ces obstacles sans jamais avoir recours aux bas instincts. A aucun moment, il ne provoqua des clivages, cherchant au contraire à toujours les surmonter et à faire émerger des synthèses porteuses d'espoir. Il ne désigna aucun bouc émissaire, et jeta la rancune à la rivière avant même d'être élu. Il n'y a donc pas de doute, le personnage est historique dans tous les sens du terme, et l'espoir qu'il incarne, quand bien même il se dissiperait très vite, et quand bien même il serait suivi de cuisantes désillusions, n'est pas pour autant un espoir mal placé. Car l'échec de Barack Obama ne serait pas celui des démocrates américains, mais serait celui de la démocratie elle-même. Pareil échec laisserait le champ libre à ce qu'il y a de pire, et dont nous avons eu un avant goût durant la campagne : l'émergence d'un néo-maccarthysme, d'un populisme autoritaire, d'un anti-intellectualisme et d'un antiélitisme primaires incarnés par des figures aussi caricaturales que Sarah Palin ou par le recours à " Joe le plombier ". Sans même parler du " backlash " sur les questions raciales, ce retour de bâton auquel on peut s'attendre. A tout moment, les vieux démons peuvent resurgir. Quelques regards sur 2008 Comme à l'accoutumée, ce n'est pas un exhaustif bilan de 2008 que nous vous proposons en ce dernier numéro de l'année, mais plutôt quelques regards personnels et subjectifs sur l'année écoulée, qui permettent d'ouvrir des pistes de réflexion. Le ministre des Affaires Etrangères, Bernard Kouchner, dresse un bilan de l'année internationale, et souligne que 2008 fut l'année du renouveau européen. Charlotte Lepri, spécialiste des Etats-Unis, revient sur l'année américaine, qui fut celle des grandes mutations. Paul Jorion, l'homme qui avait prévu cette grande crise, en établit le bilan accablant. Olivier Ferrand, président de la fondation Terra Nova nous offre une stimulante réflexion sur la crise, et préconise une politique progressiste de " compétitivité-qualité ", qui permettrait de sortir de la crise " par le haut ". Arthur Goldhammer, chercheur associé au Center for European Studies de Harvard et francophile invétéré, porte un regard caustique sur l'année de la politique intérieure française. Nicolas Tenzer, directeur du Banquet et président du CERAP, s'inquiète de certaines évolutions ou tentations de la société française. Le bilan de l'année du cinéma est établi par la scénariste et critique Sandra Mézière, celui de l'année de l'audiovisuel français par la productrice Simone Halberstadt Harari, et celui de l'année littéraire par l'écrivain et journaliste François Broche. Finalement, le directeur de l'ena, Bernard Boucault, revient sur quelques moments clés dans la vie d'une école toujours en mouvement.

10 La Fondation Safadi, l'iris et l'institut du Monde Arabe ont le plaisir de vous convier au colloque : LE LIBAN DANS L'UNION POUR LA MÉDITERRANÉE Mardi 27 janvier Institut du Monde Arabe (1 rue des Fossés Saint-Bernard - Paris 5e) 14H00 - ALLOCUTIONS DE BIENVENUE Dominique Baudis, Président de l'institut du Monde Arabe Mohammed Safadi, Ministre de l'économie et du Commerce du Liban Message de M. le Président de la République, Nicolas Sarkozy 14H45 - L'ÉCONOMIE LIBANAISE DANS L'ÉCONOMIE DES PAYS ARABES MÉDITERRANÉENS OUVERTURE DE LA SÉANCE : Christine Lagarde, Ministre de l'économie, de l'industrie et de l'emploi PRÉSIDENT : Pascal Boniface, Directeur, IRIS Hervé de Charette, Député, Président de la Chambre de Commerce Franco-Arabe, ancien ministre Jean-Pierre Chevènement, Sénateur du Territoire de Belfort, Président du Mouvement Républicain et Citoyen et de la Fondation Res Publica, ancien ministre Toufic K. Gaspard, Économiste Nicolas Sarkis, Directeur du Centre arabe des études pétrolières à Paris 16H30 - LE LIBAN, CARREFOUR DES AUTOROUTES TERRESTRES ET MARITIMES PRÉSIDENT : Antoine Sfeir, Écrivain et journaliste, Directeur des Cahiers de l'orient Gilles de Robien, ancien ministre de l'équipement, des Transports, du Logement, du Tourisme et de la Mer Jacques R. Saadé, Président de la Chambre de Commerce Franco-Libanaise, Fondateur et Président du Directoire du groupe CMA CGM Un représentant français Un représentant libanais 18h00 - ALLOCUTIONS DE CLÔTURE Serge Telle*, Ambassadeur chargé du processus euroméditerranéen Mohammed Safadi, Ministre de l'économie et du Commerce du Liban *sous réserve de confirmation ENTRÉE GRATUITE - INSCRIPTION OBLIGATOIRE sur

11 / Parution L ÉCONOMIE DU DÉVELOPPEMENT ET LA PENSÉE FRANCOPHONE de Philippe HUGON Editions des archives contemporaines - nov pp euros Est-il légitime de parler de pensée (s) francophone (s)? Les théories scientifiques sont universelles. Comment éviter la subjectivité voire le provincialisme ou le nombrilisme visant à privilégier un courant défini par sa langue et par sa culture et dont la seule originalité serait, à la limite, d'ignorer les travaux non francophones? La pensée développementaliste est largement forgée dans les institutions internationales ou les universités où se côtoient des originaires de cultures différentes. Les débats théoriques et doctrinaux se font entre écoles néoclassiques, keynésiennes, institutionnalistes, dépendantistes ou structuralistes, beaucoup plus qu'entre traditions linguistiques. Cet ouvrage présente l'évolution de l'économie du développement et la situation de la ou (des) pensée (s) francophone (s) et plus spécialement française (s). Philippe Hugon est professeur émérite d'économie à Paris-X - Nanterre/ EconorniX. Il est directeur de recherche à l'iris et consultant international. li a écrit plus de quinze ouvrages sur l'économie du développement et l'économie politique internationale. Il a été membre du HCCI. Il est docteur honoris causa de l'université d'arequipa (Pérou). EN VENTE EN LIBRAIRIE

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

COMPRENDRE LES ENJEUX DE LA VISITE DU PAPE FRANÇOIS EN AMÉRIQUE

COMPRENDRE LES ENJEUX DE LA VISITE DU PAPE FRANÇOIS EN AMÉRIQUE OBSERVATOIRE GÉOPOLITIQUE DU RELIGIEUX COMPRENDRE LES ENJEUX DE LA VISITE DU PAPE FRANÇOIS EN AMÉRIQUE PAR FRANÇOIS MABILLE Professeur de Sciences politiques au sein de la Faculté Libre de Droit septembre

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama

Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama Paris, le 24 Octobre 2008 Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama Un sondage exclusif de l institut Harris Interactive, en partenariat avec la chaîne d information

Plus en détail

Le concept de leadership

Le concept de leadership Le concept de leadership Qu est ce qu un leadership? Le leadership d'un individu est, au sein d'un groupe ou d'une collectivité, la relation de confiance qui s'établit entre lui et la majorité des membres

Plus en détail

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO COMMUNIQUE DE PRESSE PRESS RELEASE "Ebola constitue une menace pour toutes les entreprises: il nous faut donc soutenir la lutte contre le virus Ebola" N 241/2014 Abuja, le 12 Decembre 2014 OUVERTURE A

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

Candidature des participants. PEJ-France Caen

Candidature des participants. PEJ-France Caen Candidature des participants PEJ-France Caen Du 29 mai au 8 juin 2014 2 Le mot du président Malo MOFAKHAMI Président du PEJ-France Chers participants, En 2014, le Parlement Européen des Jeunes - France

Plus en détail

FRANCE ETATS-UNIS : REGARDS CROISES

FRANCE ETATS-UNIS : REGARDS CROISES FRANCE ETATS-UNIS : REGARDS CROISES - Synthèse de l Institut CSA - 0700559 Mai 2007 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 CSA Opinion-Corporate Tél. (33) 01 44 94 59 10 / 11 Fax. (33) 01 44

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université de Montréal Contexte

Plus en détail

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Allocution prononcée le dimanche 1 er juin 2008 par Son Excellence Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, lors

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

Genève 2: l'unité de façade de l'opposition syrienne

Genève 2: l'unité de façade de l'opposition syrienne POURPARLERS DE PAIX Genève 2: l'unité de façade de l'opposition syrienne 15.11.2013, Jol Press (France) http://www.jolpress.com/geneve-2-syrie-opposition-syrienne-assad-lakhdar-brahimi-article- 822923.html

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2 Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE page Audition de M. Yves Doutriaux, Ambassadeur de France auprès de l

Plus en détail

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?»

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» «Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» Michael Jabara Carley Professeur au département d histoire de l Université de Montréal, auteur de 1939: l'alliance de la dernière

Plus en détail

La pratique des décisions dans les affaires

La pratique des décisions dans les affaires Association Française Edwards Deming Une philosophie de l action pour le XXIème siècle Conférence annuelle, Paris, 8 juin 1999 Jean-Marie Gogue, Président de l AFED La pratique des décisions dans les affaires

Plus en détail

Le think tank Fondation Centrafricaine Pour la Paix et la Démocratie Fini Sêse («terre nouvelle») présente une CONFERENCE-DEBAT

Le think tank Fondation Centrafricaine Pour la Paix et la Démocratie Fini Sêse («terre nouvelle») présente une CONFERENCE-DEBAT Le think tank Fondation Centrafricaine Pour la Paix et la Démocratie Fini Sêse («terre nouvelle») présente une CONFERENCE-DEBAT «La pensée politique de Barthélémy Boganda peut elle contribuer à la résolution

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II Bruxelles, le 1 er mars 2011 A propos des conclusions définitives de la mission d information de Didier REYNDERS

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Défis planétaires et «Développement humain durable»

Défis planétaires et «Développement humain durable» Défis planétaires et «Développement humain durable» Etat des lieux Misère du «SUD» Crise économique mondiale Crise énergétique Réchauffement climatique Misère du «Sud» La moitié de la population mondiale

Plus en détail

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès?

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? D un côté, les intéressés n ont pas toujours bonne presse et de l autre, les employeurs peuvent parfois voir d un œil des plus suspicieux

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION. «Préparer le Sommet Afrique-Europe d avril 2014»

NOTE D ORIENTATION. «Préparer le Sommet Afrique-Europe d avril 2014» NOTE D ORIENTATION Les «Vendredis de la Commission» sur le Dialogue Afrique UE Première session organisée conjointement par l Union africaine et l ECDPM (Centre européen de gestion des politiques de développement)

Plus en détail

Israël et la nouvelle carte du monde

Israël et la nouvelle carte du monde Israël et la nouvelle carte du monde Emmanuel Navon CRIF Marseille, 29 janvier 2012 Au début du processus d Oslo, il y a de cela 18 ans, Shimon Pérès publia un livre intitulé «Le Nouveau Proche Orient.»

Plus en détail

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève COMPTE-RENDU Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève SYNTHÈSE GÉNÉRALE En vue de préparer sa participation à la 29 e session du Conseil des droits de l Homme

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

PROJET LIBERTÉ- NATION

PROJET LIBERTÉ- NATION 15 OCTOBRE 2014 L AN 2030 LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE DU QUÉBEC PROJET LIBERTÉ- NATION POLITIQUE FICTION? Synopsis Me Guy Bertrand Promotion du produit (le Pays québécois : RFQ) : par un Plan de marketing et

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Allant encore plus loin, le président ajoute :

Allant encore plus loin, le président ajoute : Introduction La fin du communisme et du collectivisme a pu donner à penser que la loi du marché allait s imposer à l ensemble de l économie de la planète. Recherche de valeur pour l actionnaire, exigence

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE Travailler- en- Suisse.ch ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE A lire absolument si vous voulez avoir une approche professionnelle sur le marché

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

DISCOURS DE MME JUSTINE GREENING, MINISTRE DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL, AU NOM DU GOUVERNEMENT DU ROYAUME-UNI

DISCOURS DE MME JUSTINE GREENING, MINISTRE DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL, AU NOM DU GOUVERNEMENT DU ROYAUME-UNI DISCOURS DE MME JUSTINE GREENING, MINISTRE DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL, AU NOM DU GOUVERNEMENT DU ROYAUME-UNI AM100f-X 1 Discours de Mme Justine Greening, ministre du Développement international, gouvernement

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise

Allocution de monsieur Ali HADDAD Président du Forum des Chefs d Entreprise CONFERENCE SUR LES OPPORTUNITES D ECHANGES ET D INVESTISSEMENT ALGERIE USA Organisé par le Conseil d Affaires Algérie-USA (USABC) Et le Forum des Chefs d Entreprise (FCE) à Alger, le 2 Mars 2015 **********************************************

Plus en détail

République centrafricaine: Séance d'information au Conseil de sécurité. Par

République centrafricaine: Séance d'information au Conseil de sécurité. Par NATIONS UNIES Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine MINUSCA UNITED NATIONS United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Avis à l opinion Public

Avis à l opinion Public Avis à l opinion Public La Syrie était le berceau de la civilisation humaine où toutes les civilisations ont né et se sont épanouies. La Syrie a une situation géographique et stratégique très importante

Plus en détail

KATHIMERINI. mardi 3 mars 2015, page 8. traduction, page 2

KATHIMERINI. mardi 3 mars 2015, page 8. traduction, page 2 KATHIMERINI mardi 3 mars 2015, page 8 traduction, page 2 2 Questions du quotidien KATHIMERINI pour le Secrétaire d Etat aux Affaires européennes, M. Harlem Désir (Journaliste : Petros Papakontantinou)

Plus en détail

Un régime d assurance? Si oui, lequel?

Un régime d assurance? Si oui, lequel? Un régime d assurance? Si oui, lequel? AFESH-UQAM 20 novembre 2013 Résumé Ce texte présente quelques pistes de réflexion concernant le régime d assurance collective de l AFESH-UQAM. Il s agit d un document

Plus en détail

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS».

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS». 1 LA BREVETABILITÉ DES «BUSINESS METHODS» INTRODUCTION: a) La question qui sera traitée dans le cadre de mon exposé c est le problème de la protection en Europe, c est-à-dire dans les pays du brevet européen

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre?

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre? N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15 Que s est-il passé le 13 novembre? Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Qu est-ce que ça change dans le quotidien? Et maintenant, que va-t-il se passer? Pour

Plus en détail

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique.

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique. Mesdames, Messieurs, C est pour moi un grand plaisir de pouvoir présenter aujourd hui la coopération japonaise en Afrique aux différents partenaires qui ont répondu à mon invitation à cette soirée de rencontre.

Plus en détail

L avenir du commerce est en ligne

L avenir du commerce est en ligne chapitre 1 L avenir du commerce est en ligne A llons-nous perdre l habitude «d aller» faire nos courses? Succomberons-nous plus facilement à l achat d impulsion au hasard de notre navigation sur le Web

Plus en détail

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Témoignage de Joëlle Gerber, coordinatrice au Conseil municipal des enfants de Schiltigheim. La commission «Respect de l autre» 2007-2010 du Conseil

Plus en détail

Discours de S.E. M. Renato Brunetta Ministre de l Administration Publique et de l Innovation, Italie. Conférence Ministérielle MENA-OCDE 2009

Discours de S.E. M. Renato Brunetta Ministre de l Administration Publique et de l Innovation, Italie. Conférence Ministérielle MENA-OCDE 2009 Discours de S.E. M. Renato Brunetta Ministre de l Administration Publique et de l Innovation, Italie Conférence Ministérielle MENA-OCDE 2009 Marrakech, 22-23 Novembre 2009 Une gouvernance efficace garantissant

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Histoire. Chapitre n.. Le monde depuis le début des années 1990

Histoire. Chapitre n.. Le monde depuis le début des années 1990 Histoire Chapitre n.. Le monde depuis le début des années 1990 I) Mutations en Europe de l Est Problématique : Que deviennent les anciens régimes communistes de l Europe de l Est? En 1989-1991, le bloc

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE MASTER 2 PROFESSIONNEL «ETUDES INTERNATIONALES», SPECIALITE : «ETUDES LATINO-AMERICAINES» Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE Le mémoire de Master 2 Professionnel n'est pas un

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL E1 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE SUJET

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL E1 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE SUJET SESSION 2013 Métropole - Antilles - Guyane - Réunion - Mayotte Toutes options BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL E1 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE Durée : 2 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : Aucun Les candidats

Plus en détail

Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne

Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne Intervention de Monsieur l Ambassadeur Norbert Frick Porte parole AELE pour les négociations de l Accord de Libre-échange AELE-Algérie Monsieur

Plus en détail

de présenter une optique commune de solutions aux problèmes de développement qui se posent dans ces pays.

de présenter une optique commune de solutions aux problèmes de développement qui se posent dans ces pays. PLAN DU SÉMINAIRE Guide de bonnes pratiques en matière de développement dans les pays les plus défavorisés de l environnement Euro méditerranéen Education, Egalité entre hommes et femmes et Etat de droit

Plus en détail

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale)

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) Pouvez-vous vous présenter? Je suis Philip English, économiste en chef pour 5 pays, notamment le Sénégal, la Gambie, la Mauritanie,

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains? Note d information n 85 NOUVELLES SUR LE COTON 12 avril 2010 L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

Plus en détail

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar?

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? LETTRE DE PROSPECTIVE MAI 2009 - NUMERO 15 L ors du récent sommet du G20, les autorités chinoises ont

Plus en détail

Créée par Peter McOwan et Paul Curzon, de l'université Queen Mary de Londres en collaboration avec Google et l EPSRC

Créée par Peter McOwan et Paul Curzon, de l'université Queen Mary de Londres en collaboration avec Google et l EPSRC La feuille de papier intelligente Créée par Peter McOwan et Paul Curzon, de l'université Queen Mary de Londres en collaboration avec Google et l EPSRC La feuille de papier intelligente Créée par Peter

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS DE PAIEMENT DES ENTREPRISES RESULTATS DE LA 12 EME EDITION L Association Française des Credit Managers et Conseils présente la 12 ème édition de son enquête annuelle.

Plus en détail

Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE

Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE Mr Abdeljalil ZERHOUNI SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS DU MAROC SUR LA COMMUNICATION DES ASSEMBLÉES PARLEMENTAIRES

Plus en détail

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Discours du Président de la République lors du Sommet des maires pour le climat Publié le 26 Mars 2015 Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Madame la Maire de Paris, chère Anne HILDALGO, Je voulais

Plus en détail

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager!

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager! La gestion d une équipe vie scolaire Quelques petits conseils pour être un super manager! Les facteurs de stress Dans une équipe, on peut repérer différents facteurs de stress Une direction trop autoritaire

Plus en détail

Printemps arabes : quelles conséquences sur l investissement étranger?

Printemps arabes : quelles conséquences sur l investissement étranger? Annuaire IEMed. de la Méditerranée 213 27 Printemps arabes : quelles conséquences sur l investissement étranger? Emmanuel Noutary Délégué général ANIMA Investment Network, Marseille Zoé Luçon Chef de projet,

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

REGLEMENTATIONS et PRECISIONS CONCERNANT L ENCADREMENT DES JEUNES (COACHING)

REGLEMENTATIONS et PRECISIONS CONCERNANT L ENCADREMENT DES JEUNES (COACHING) FEDERATION FRANÇAISE DE PETANQUE ET JEU PROVENÇAL DIRECTION TECHNIQUE NATIONALE 13 Rue Trigance, 13002 MARSEILLE REGLEMENTATIONS et PRECISIONS CONCERNANT L ENCADREMENT DES JEUNES (COACHING) A la demande

Plus en détail

Géographie Thème 1 : Des cartes pour comprendre un monde complexe en basculement

Géographie Thème 1 : Des cartes pour comprendre un monde complexe en basculement Géographie Thème 1 : Des cartes pour comprendre un monde complexe en basculement Introduction : - un monde qui change En quoi ce dessin indique-t-il un bouleversement profond du monde au tournant des XXe

Plus en détail

«Questions d Europe»

«Questions d Europe» Compte rendu de la conférence d Alain Juppé du 28.03 à Sciences Po. «Questions d Europe» Introduction : Le budget pluriannuel européen est en baisse par la cause de compromis nationalistes. Le Parlement

Plus en détail

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs?

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? Fournir du personnel intérimaire spécialisé dans le domaine de la comptabilité et des finances, c est notre métier. Mais

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) PARTI COMMUNISTE ALGERIEN COMITE CENTRAL Le 12 juillet 1956 à la Direction du Front de Libération Nationale Chers Frères, Au cours

Plus en détail

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES 5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES Qu est est-ce que la DG Trésor? La direction générale du Trésor est au service du ministre pour lui proposer et conduire sous son autorité la politique

Plus en détail

N 1 1 er trimestre 2011

N 1 1 er trimestre 2011 SUPPORT DU DÉBAT L article du débat «En 2013, ton emploi du temps risque de changer!» En 2013, ta semaine d école passera peut-être de quatre jours à quatre jours et demi, et tes vacances d été seront

Plus en détail

I- Qu'est-ce que la Constante Macabre?

I- Qu'est-ce que la Constante Macabre? De la constante macabre à l évaluation par contrat de confiance Conférence d André ANTIBI le mercredi 28 novembre 2012 I- Qu'est-ce que la Constante Macabre? Situation de science-fiction : Un nouveau professeur

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé liminaire du Premier ministre Charles Konan Banny Je me

Plus en détail

DÉCLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE INTERVENTION DE ROGER-GÉRARD SCHWARTZENBERG PRÉSIDENT DU GROUPE RRDP ASSEMBLÉE NATIONALE, 8 AVRIL 2014

DÉCLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE INTERVENTION DE ROGER-GÉRARD SCHWARTZENBERG PRÉSIDENT DU GROUPE RRDP ASSEMBLÉE NATIONALE, 8 AVRIL 2014 8 avril 2014 DÉCLARATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE INTERVENTION DE ROGER-GÉRARD SCHWARTZENBERG PRÉSIDENT DU GROUPE RRDP ASSEMBLÉE NATIONALE, 8 AVRIL 2014 Monsieur le Premier ministre, Nous avons naturellement

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 11 mars 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-septième session Vienne, 10-12 mai 2010

Plus en détail

RECADRER UN COLLABORATEUR

RECADRER UN COLLABORATEUR RECADRER UN COLLABORATEUR Le recadrage du collaborateur s effectue en entretien individuel. Ses objectifs sont nombreux : Il permet au manager d exprimer son désaccord afin de faire évoluer positivement

Plus en détail