L'Intelligence collective, la révolution invisible. Jean-François NOUBEL (Date publication : 15 novembre 2004 Révision : 24 août 2007)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'Intelligence collective, la révolution invisible. Jean-François NOUBEL (Date publication : 15 novembre 2004 Révision : 24 août 2007)"

Transcription

1 L'Intelligence collective, la révolution invisible Jean-François NOUBEL (Date publication : 15 novembre 2004 Révision : 24 août 2007) FICHE DE LECTURE David LELA LUZOLO & Maxime RAVENEL Master 2 Management Public Territorial Institut d'administration des Entreprises Année Master 2 Management Public Territorial 1

2 SOMMAIRE Sommaire...2 Biographie de l auteur...3 Postulats et hypothèses...3 Résumé de l ouvrage...4 Les intelligences collectives...4 Des intelligences collectives vers une Intelligence Collective globale...7 Une nouvelle discipline...8 Les technologies de l'intelligence Collective...11 Construire l'intelligence Collective aujourd'hui...12 Conclusion...14 Actualité de la question...14 Discussion et critique...15 Master 2 Management Public Territorial 2

3 BIOGRAPHIE DE L AUTEUR Né le 5 janvier 1964 près de Paris, Jean-François NOUBEL a été cascadeur pendant 5 ans, alpiniste et enseignant en arts martiaux. Cet aventurier, adepte du développement spirituel, a certainement, lors de ses nombreuses vies, cherché à «conquérir sa créativité et devenir un Créatif Culturel 1» 2. Cofondateur d'aol France et de la technologie Peopleto-People 3, chercheur, explorateur du vivant social, François NOUBEL a participé au développement de différentes entreprises high-tech d'avant-garde. Enseignant et consultant en Intelligence Collective, il est fondateur président d'un organisme «The Transitionner» (www.thetransitioner.org) où il milite pour une Intelligence et une Conscience Collectives qu'il considère comme l évolution inéluctable pour les organisations. Il nous invite à abandonner le «vieux Monde» pour «explorer le(s) nouveau(x) avec le concept de la «monnaie libre»». Autrement dit, nous passerions d un système basé sur la rareté à un système basé sur la suffisance (logiciels libres, solidarité,, etc.). Aujourd'hui, Jean-François NOUBEL donne aussi bien des conférences et que des cours dans des universités françaises et américaines. Il organise des programmes de recherche et de formation. Il conseille des entreprises et des gouvernements, et anime un «think tank» international. POSTULATS ET HYPOTHÈSES Jean-François NOUBEL nous explique dans son guide pratique pourquoi et comment nous sommes en train de vivre la plus extraordinaire transformation de l'homme depuis son apparition sur terre. Cette transformation est analysée dans sa dimension technologique, économique et sociale, mais aussi psychologique et spirituelle. Cet Explorateur du vivant social a constaté que tout au long de son histoire, l'humanité a inventé différentes formes d'intelligences qui structurent les groupes. Nous vivons actuellement dans l ère de l intelligence collective pyramidale. Dans ce type de structuration sociale, l information et le pouvoir appartiennent à une autorité qui se base sur la rareté pour asseoir son hégémonie. Mais il remarque que certains groupes de personnes font preuve d une capacité à collaborer «pour formuler leur propre avenir et y parvenir en contexte complexe». Pour Jean-François NOUBEL, c est le signe que nous sommes à l aube d'une nouvelle civilisation. D ailleurs, l impuissance de l Homme à traiter les grandes questions de notre société montre bien que le monde d'aujourd'hui ne peut pas continuer tel qu'il est, il s'apprête à changer. 1 Les Créatifs Culturels (terme créé par Paul RAY et Sherry ANDERSON) auraient en commun de favoriser la faible dépendance vis-à-vis des modes de consommation industrialisés, de chercher à favoriser le développement personnel et spirituel. Ils militent pour le Développement Durable. 2 Émission radio : Entretien avec Jean-François NOUBEL - intelligence collective globale, les nouvelles espèces sociales - Radio Aligre 93.1, Paris, 10 sept. 2008, 3 Une technologie universelle de mise en relation des personnes Master 2 Management Public Territorial 3

4 Dans son guide, Jean-François NOUBEL dresse une cartographie des formes d intelligences collectives en s arrêtant sur chaque strate sociale : au niveau micro social avec l intelligence collective originelle, au niveau méso social avec l intelligence en essaim, et enfin, au niveau macro social avec l intelligence collective pyramidale. Une fois ces trois paliers dépassés, à l aide des TIC et de nouvelles valeurs, nous évoluerions vers un nouveau paradigme de la gouvernance : l Intelligence Collective globale. RÉSUMÉ DE L OUVRAGE Les intelligences collectives Du niveau micro au niveau macro social de l'intelligence collective L'intelligence collective au niveau micro - social : l intelligence collective originelle On parle de «l'intelligence collective originelle» quand la proximité, spatiale, sensorielle ou symbolique, entres plusieurs individus, est assez importante pour créer une réponse de groupe. L auteur donne plusieurs exemples de cette constitution «optimale» du groupe : dans une équipe de sport : tous les joueurs mettent en commun leur expertise, en temps réel, pour une réponse globale dans un environnement en mouvement. dans un groupe de jazz : tous les musiciens jouent en interaction avec et dans le style du groupe. dans une salle de réunion: la conjugaison des singularités de chaque participant conduit à apporter une réponse globale à une problématique commune. Jean-François NOUBEL ne s arrête pas simplement sur les forme de l intelligence collective originelle il en expose également les causes et les conséquences au travers de 7 éléments : un Tout émergeant : une identité propre à l'équipe, au groupe,..., aux joueurs. un espace holoptique : une espace en commun en interaction avec chaque acteur et avec le "Tout", pour reprendre le terme de l'auteur. un contrat social : ensemble de normes, de valeurs et d'objectifs communs qui caractérisent le groupe. une architecture polymorphe : un environnement en constante évolution qui oblige à avoir des réponses adaptées et dans le respect de la culture du groupe. un objet-lien en circulation : l'action de chacun se construit autour et/ou avec "un objet commun" (physique ou symbolique) qui va servir de catalyseur pendant la construction de l'intelligence collective. une organisation apprenante : les interactions sont riches d'enseignement et entraînent des réajustements qui optimisent les échanges. une économie du don : mode d'échange où l'on tire un bénéfice individuel en retour d'une action "altruiste". Master 2 Management Public Territorial 4

5 L'intelligence collective au niveau macro - social : l intelligence collective pyramidale L'intelligence collective originelle rencontre deux limites naturelles : l une numérique, l autre spatiale. L'auteur reprend l'exemple du groupe de jazz et de l'équipe de sport pour expliquer qu au-delà d un certain nombre de joueurs il devient impossible de jouer. Ainsi, il introduit sa conception de l intelligence collective que l on peut observer à une dimension macro - sociale et qu'il qualifie de pyramidale. Ce dernier type d'architecture sociale est, selon lui, à l'origine de la "civilisation". Jean-François NOUBEL nous pousse à conclure, dans ses termes, que «l'objet-lien» peut posséder des propriétés assez importantes pour créer une intelligence collective pyramidale. Lorsque l on parcourt l Histoire de l homme, on est forcé de constater que l'écriture a joué un rôle majeur dans la naissance des civilisations. Pour Jean-François NOUBEL l'écriture représente cet «objet-lien» qui répond aux attentes spatio-temporelles et culturelles d'un groupe voire d'une civilisation. L auteur va jusqu à qualifier l écriture de "technologie de l'état" générateur de l'intelligence collective pyramidale. Cette intelligence collective va donc caractériser États et organisations vastes et moins vastes, en se basant sur quatre piliers : la division du travail : les rôles prédéfinis permettent l interchangeabilité des personnes, la division de l information, et l holoptisme est remplacé par le panoptisme 4. l'autorité : maître de l asymétrie d'information, commande et contrôle, attribue droits et prérogatives, organise le territoire (et donc la division de travail), distribue la richesse (monnaie). une monnaie rare : valeur d'échange et de réserve, elle régule le marché et l'information, sa rareté est artificiellement entretenue créant des chaînes d allégeance possédant/nécessiteux, phénomène de hiérarchisation accentué par l effet Pareto. des normes et des standards: "ils permettent l'objectivation, la circulation et l'interopérabilité des savoirs dans le collectif", le langage en est un exemple. L intelligence collective pyramidale a permis à l homme de répondre à des grands défis et d ériger la société de communication dans laquelle nous vivons. Véritable ciment social, elle optimise la collaboration et la coopération dans les grandes organisations et pour l avancée de grands chantiers tels que la conquête de l espace ou la recherche de vaccins. L intelligence collective pyramidale a indiscutablement entraîné des économies d échelle sources d innovation et de développements structurels. Bien que convaincu par la force des quatre piliers Jean-François NOUBEL pondère ses propos en s arrêtant sur leurs faiblesses : la division du travail : son architecture sociale doit à la fois faire face à l asymétrie d information mais aussi une faible capacité à s adapter à la conjoncture. l'autorité : les organes de direction ne peuvent pas prendre en compte l ensemble des attentes de la «base». l argent rare : la collaboration se trouve fragilisée quand les moyens d échange sont réduits, la dynamique à l œuvre est celle de la compétition. des normes et des standards : Ils créent des situations monopolistiques qui, sous prétexte de facilitation, cloisonnent. Ces faiblesses caractérisent notre époque. Mais au-delà de ces limites, Jean-François NOUBEL reste persuadé que quelques soient les schémas organisationnels et les sciences chargées de les maintenir ou de les faire évoluer, on retrouve systématiquement des formes qui visent à favoriser l économie d échelle. C est d ailleurs le cas du niveau d intelligence se trouvant entre l intelligence collective originelle et l intelligence collective pyramidale : «l intelligence en essaim». 4 De tous observés par tous (créant une perception collective du «tout» : l holoptisme), à tous observé par un ou quelques un (caractéristique des prisons par exemple : le panoptisme). Voir les travaux de J. Bentham à ce sujet. Master 2 Management Public Territorial 5

6 L intelligence économique au niveau méso social : l intelligence en essaim Entre le niveau micro et macro social on trouve selon Jean-François NOUBEL un type d intelligence très présent chez les sociétés insectes (fourmis, abeille, termites, ) : l intelligence en essaim. Ce type d intelligence est directement issu de réactions de différents individus en réponse aux modifications de leur environnement (température, météo, dangers, nourriture,..). Ces réponses sont génétiquement normées de sorte à harmoniser le comportement de chacun. On peut retrouver ce processus chez l humain, notamment dans le domaine économique où à partir de multiples transactions émerge un «système collectif très élaboré». Cependant, bien qu efficace, l intelligence en essaim n est pas toujours efficiente. Elle s opère parfois au détriment d une partie de ses «agents». En outre, si théoriquement, l homme représenté en tant qu Homo œconomicus est dit rationnel, dans la réalité son comportement n est pas aussi prévisible. Pour Jean-François NOUBEL l intelligence en essaim n est envisageable qu à court terme. Présente dans notre système économique, elle semble inadaptée pour répondre aux enjeux de demain. Pour l auteur de ce guide, «l Intelligence Collective» paraît plus appropriée pour accompagner notre société «vers un niveau supérieur». Comment s opère la structuration en Intelligence Collective globale? Partant du constat, que par nature, l homme est sans cesse en quête d un niveau supérieur de conscience, Jean-François NOUBEL recherche par quels moyens cet homme pourrait effectivement y accéder. Après une rétrospective sur les différentes formes d intelligences, il apparaît à l auteur que «La transition vers un niveau de conscience globale à l échelle de l humanité» ne pourrait se faire qu à partir de l intelligence collective originelle. En effet, bien que fonctionnant uniquement, avec un nombre limité d individus, l intelligence collective originelle, a un modus operendus favorable à la «Transcendance». Or la Transcendance est le principal vecteur d accès à un nouveau niveau que l auteur appelle «l Intelligence Collective globale» (plusieurs dizaines à plusieurs millions de personnes). L auteur revient alors sur les sept piliers de l intelligence collective originelle pour expliquer la faisabilité d une telle transition. Pour arriver à l Intelligence Collective globale, il faudrait tout d abord «une monnaie suffisante», c est-à-dire, disponible en temps réel. Ensuite, «les normes et les standards» qui cimentent la société ne devraient pas permettre une monopolisation du savoir, mais tout au contraire maximiser l interopérabilité afin de bâtir des ensembles fonctionnels toujours plus complexes et riches. D ailleurs, dans une société ayant abouti à l Intelligence Collective globale, le système d information profite d une telle avancée technologique qu il fait tomber les limites spatio-temporelles. Autrement dit, la multiplication d espaces holoptiques (un espace dans lequel chaque participant peut tout voir) artificiels forme un cyberespace qui ouvre les champs du possible et favorise les échanges en continu. Dans ce nouvel univers l homme connaît «un développement personnel» puisqu il s adapte. Master 2 Management Public Territorial 6

7 Des intelligences collectives vers une Intelligence Collective globale Quel est le rôle du cyberespace dans l avènement d une Intelligence Collective globale? Le citoyen et le cyberespace L avènement de la société de communication a rendu possible une multitude de types d échanges. Dans un cyberespace, la relation à soi et aux autres est rythmée pas des codes, différents de ceux du monde physique, qui, bien qu'en constant mouvement (selon l environnement), restent toujours basés sur l échange. Les interactions entre les différents participants obligent les utilisateurs des nouvelles technologies à se plonger dans un questionnement proche du «cogito cartésien». Pour Jean-François NOUBEL ce sont les jeux d acteurs et de pouvoir qui nous cantonnent aujourd hui à l intelligence collective pyramidale. Mais ce mode de gouvernance touche à sa fin, «s étouffant» luimême dans un système cloisonné. Pour sortir de cette impasse l auteur préconise une autre gouvernance favorable à l émergence d une conscience collective. Grâce au schéma ci-dessous on comprend que la condition sine qua non d une conscience collective est le cyberespace. Source :, Jean-François NOUBEL, 2004, révision en 2007 Le citoyen et le «cyber collectif» Le cyberespace fonctionne grâce à des logiciels qui facilitent les échanges directs ou différés, ce qui permet de coordonner l ensemble des actions dans un espace holoptique artificiel : le cyberspace. Le cyberspace doit sont développement au succès du logiciel libre qui n a, aujourd hui, rien à envier au payant. En effet, le «libre» s est développé grâce au travail collaboratif et coopératif tout en le facilitant. Des «cyber collectifs» se sont organisés au-delà même des logiciels et hors de la logique financière. Master 2 Management Public Territorial 7

8 Les «cyber collectifs» regroupent des personnes, sur la toile, qui échangent sur des domaines aussi différents que la paix, la santé ou même la consommation. Le fruit de leurs interactions donne lieu à une intelligence collective qui ouvre des potentialités importantes. En effet, les «cyber collectifs» créent les conditions favorables à l évolution des hommes vers des niveaux de complexité et de conscience supérieurs. Même si l Intelligence Collective Globale n en est qu à ses débuts car encore limitée par la physique, elle n en demeure pas moins une réponse face au déclin de l intelligence collective pyramidale. Une nouvelle discipline Jean-François NOUBEL définit l intelligence collective comme «la capacité d'un groupe de personnes à collaborer pour formuler son propre avenir et y parvenir en contexte complexe». Pour NOUBEL, c est même plus que ça : l Intelligence Collective est une véritable discipline, une nouvelle science, dont la finalité est l'optimisation des moyens techniques et méthodologiques d échange. D ailleurs, les valeurs de cette jeune discipline sont très proches du Développement durable et de l Intermédiation. L émergence Ce phénomène se produit lorsqu un système donne naissance à un autre système cohérent, complexe, différencié et autonome, pour NOUBEL, tout «évolue». A l image d un changement paradigmatique au sens de Thomas KUHN 5, le nouveau «Tout» transcende, et inclut sans les aliéner, les soussystèmes (ou les individus) d un niveau de complexité inférieur. Toutefois, l auteur du guide reste très prudent car certaines transformations ne permettent pas l émergence de nouveaux systèmes, mais en changent juste la forme. Ainsi, il nous donne l image d un tas de sable, qui reste un agrégat de grains de sables sans existence en tant que «Tout» autonome. La condition sine qua non de l émergence d un niveau de complexité supérieur réside, selon NOUBEL, dans l «holoptisme». L holoptisme Il représente l espace où chaque participant a instantanément accès à l ensemble de l information. A l inverse du panoptisme 6 l information y est transparente et symétrique. Les systèmes de surveillance vidéo des banques sont des milieux fondés sur le panoptisme, tantôt physiquement spatial, tantôt purement informationnel. A l inverse dans une équipe de football l ensemble des joueurs peuvent s observer et tenter de donner une réponse adéquate. Les logiciels dits relationnels créent des espaces et des moyens d échanges de plus en plus élaborés et accessibles. Souvent gratuits, ces objets-liens de l'intelligence Collective sont développés de façon à optimiser les conditions d information et d interaction. Les objets-liens de l'intelligence Collective Il ne peut y avoir d Intelligence Collective sans l objet autour duquel les efforts du groupe convergent. Tantôt physique, il est souvent symbolique comme «l objet de la réunion» qui va rythmer la matinée d un groupe de travail. Même si l objet-lien, quelque soit sa forme, ne garantit pas l harmonie, il n en demeure pas moins indispensable. Jean-François NOUBEL retient principalement trois sortes d objets : les «objets miam-miam» : Ils sont caractérisés par la rareté et représentent notre quête : l argent, la proie pour les animaux. 5 La Structure des révolutions scientifiques, Champs Flammarion, Thomas Samuel KUHN, Voir supra. Master 2 Management Public Territorial 8

9 les «objets monstres» : Ce sont les représentations qui entraînent des peurs réelles ou illusoires : le prédateur dans la nature, l'étranger ou le terroriste. Ces objets peuvent créer la cohésion du groupe de détracteurs. D ailleurs, il est souvent plus aisé de souder les populations contre quelque chose que de les aider à se construire pour quelque chose. les «objets Art» : Objets que l on crée et/ou que l on invente qui symbolise souvent notre idéal ou nos désirs : les œuvres d'art, la musique, les Droits de l'homme. Figés ou évolutifs, ils déterminent nos desseins, nous permettant de marcher dans la même direction. Les Réseaux sociaux, petits mondes et point de bascule L Intelligence Collective à tout à gagner en étudiant les réseaux sociaux. A chaque fois qu un ensemble d'entités sociales telles que des individus ou des organisations sociales se créent via la multiplication et la répétition d interactions sociales, cela donne lieu à une production collective. Cette structure sociale dynamique joue sur la «proximité», au sens large du terme, pour harmoniser l action et l Intelligence Collective. Le langage La grammaire et le vocabulaire que l on va utiliser doivent être fidèles à nos pensées pour éviter de sombrer dans le syndrome de la tour de Babel. Le langage sert donc de pont entre l individu et le groupe social. Propre à un réseau social, il détermine la qualité de l échange et, de fait, les chances qu il y ait Intelligence Collective. Le Web sémantique, sens et représentations mentales Dans son guide Jean-François NOUBEL se demande, s il ne faudrait pas inventer une «mappelangue», équivalent au niveau linguistique de la mappemonde. Le Web remplit bien ce rôle car il offre une information de masse ouverte aux internautes du monde. L homme dispose désormais d un «extraordinaire outil de gouvernance» démocratisant universellement l accès au savoir. Le principe de Pareto et la justice sociale L Intelligence Collective est une science qui se rapproche du Développement Durable en ce sens où elle n est possible que quand il y a justice sociale. La prise en compte du principe de PARETO ou même du modèle BOUCHAUD-MEZARD est donc un choix stratégique important. Selon ces lois, on retrouve dans la société au même titre que dans la nature une répartition récurrente des objets (physiques ou symboliques) de l ordre de «80% - 20%». Par exemple 80% du travail est absorbé par 20% du personnel, 10% des clients génèrent 70% des ventes dans une entreprise lambda, ou encore, 20% des hommes accaparent 80% des richesses. Ces principes nous invitent donc à la vigilance afin d éviter les inégalités dans les relations réticulaires. La monnaie L'Intelligence Collective ne répond pas à logique monétaire actuelle où l échange marchand se fait sur la rareté sans prise en compte de valeurs éthiques ou morales. «Elle a besoin de monnaies libres, ouvertes, collectives, démocratiques, décentralisées, suffisantes et partout distribuées, dont le volume et la distribution s'autorégulent en temps réel suivant les besoins de l'offre et de la demande». La croissance exponentielle du logiciel libre nous laisse penser que ce n est pas utopique. Master 2 Management Public Territorial 9

10 La question du consensus, du vote et de l'action L Intelligence Collective doit se prémunir, à l aide de principes tel que la théorie du choix social, de l idée selon laquelle les «choix collectifs établis par agrégation de choix individuels sont en conformité avec l'idéal démocratique». C est tout le contraire. Là où l Intelligence Collective innove c est qu elle se présente comme un nouveau mode de gouvernance où le passage de l idée à l action ne se fait pas sans remporter l adhésion de tous : 1. La réflexion : Dans notre cas elle passe par tous les acteurs, quelque soit le niveau hiérarchique de chacun, en encourageant le dialogue. Le savoir rassemblé compose la connaissance commune source de consensus et éclairante sur le chemin à prendre. 2. La formulation des options : Dans cette phase de réflexion élaborée, les choix s opèrent à partir des savoirs accumulés dans l étape 1, mais surtout des valeurs et de l intuition (Typologie 1). A ce niveau, on échange à bâton rompu pour abandonner les représentations qui freinent tout consensus (Typologie 2). 3. La sélection d'une option finale : Elle entérine les étapes qui la précèdent. A ce niveau les choix sont plus faciles à prendre car ils répondent de façon optimale aux aspirations de chacun. 4. L action : Elle s appuie sur les étapes précédentes pour coordonner et ajuster les acteurs vers un nouveaux processus d'intelligence collective. Elle s opère de façon cyclique car elle pose d autres questions. La démocratie Partant du constat que nos démocraties sont architecturées sur l'intelligence collective pyramidale, l auteur propose un modèle politique alternatif où les pouvoirs ne s'exercent plus de façon verticale mais horizontale. Il voit dans le vote électronique la possibilité de permettre aux citoyens de tous s exprimer ; sans intermédiaire et au moment ou ils le désirent. Sollicités sur diverses problématiques, les citoyens auraient la possibilité de déléguer leur vote aux personnes, physiques ou morales (un ami, un parent, un expert, une association,, une ONG), au moment ils le jugent opportun. Cette démocratie directe répond aux grandes lignes de l Intelligence Collective dans la mesure où elle s opère sans cloisonnement statutaire ou idéologique. Pour certains détracteurs, la démocratie directe rencontre tout de même des limites : le citoyen n est pas toujours motivé pour voter, quand bien même il le serait, son vote n est pas toujours objectif et éclairé. Jean-François NOUBEL défend avec ferveur ce moyen d expression citoyenne. Il déclare que, à partir du moment où on instaure des «garde-fous» (temps de latence ou de réflexion), où les citoyens peuvent se reposer sur des experts, ils seront motivés pour participer à la définition de l avenir de leur société. Master 2 Management Public Territorial 10

11 Les technologies de l'intelligence Collective Les technologies du web 2.0 au service de l'intelligence Collective Les Technologies de l'information et de la Communication (TIC) représentent la pierre angulaire de l'intelligence Collective en offrant des moyens sans précédent au travers du logiciel libre, de l open source et des technologies du web 2.0 : Les moteurs de recherche : Tel l'oracle, ils mettent à disposition le «savoir faire de l'humanité en quelques clics». Cela contribue à faire partie du «Tout». Les weblogs : Outils simples de publication, ils donnent l accès à une information informelle soumise aux critiques, au sens littéral du terme, des pairs. Les wikis : Ils facilitent la co-production via une interface partagée d'édition. Ouverts à tous, ils permettent par exemple de consulter, et par conséquent de modifier, la plus volumineuse encyclopédie du monde : Wikipédia. La syndication (RSS) : Elle permet de mettre en place des alertes personnalisées pour suivre automatiquement les sujets d actualité de son choix publiés sur le net. Les arbres de connaissance : ils symbolisent l ensemble des savoirs et des besoins collectifs. C est donc un Object-Art, un idéal vers lequel doit tendre l Intelligence Collective pour créer la possibilité de l'holoptisme. L identité virtuelle et l'intelligence Collective Toutes ces technologies posent les fondations d un cyberespace de plus en plus convivial. Mais l entrée dans ce nouvel écosystème social est également due aux prédispositions dont font preuve les jeunes générations. Les jeux multi-joueurs en ligne (MMOG dans le jargon Massively Multiplayer Online Game) familiarise à la vie dans les communautés virtuelles. Les informations jalonnent des univers masculins, c est-à-dire, belliqueux et compétitifs où règne la loi du talion ou de la jungle. Ces univers qui néanmoins se féminisent de plus en plus avec des valeurs comme l'empathie, la diplomatie et l humanisme. Bien que ces univers soient de plus en plus réalistes, nous sommes loin d une «existence cyber sociale». Néanmoins, pour Jean-François NOUBEL, les avancées technologiques font de plus en plus appel à d autres sens que la vue et l'ouïe. Avec les progrès réalisés dans les interfaces homme/machine les simulations sont de plus en plus réalistes. Mais ce sont surtout les «micro - technologies, logées dans nos habits, nos objets quotidiens ou dans notre corps», qui feront de nous des «cyborgs». Le développement d un écosystème virtuel est également marqué par l apparition de personnages fictifs souvent calqués sur notre personnalité ou totalement inventés. Ces «ambassadeurs virtuels», comme les appelle notre chercheur, s adaptent à leurs interlocuteurs. Autrement dit, l échange enclenche un «processus de modélisation interactive de nos savoirs» qui va être utilisé pour optimiser l interaction. Enfin, ces nombreux espaces d'échanges peuvent être utilisés de manière superposée et ubiquitaire. Il se crée alors, pour reprendre les termes de NOUBEL, une «personnalité quantique» car l espace et le temps sont abolis dans ces univers artificiels. Fort, de ces technologies «il deviendra plus aisé pour l'individu de savoir comment faire converger ses intérêts individuels avec ceux du collectif». Master 2 Management Public Territorial 11

12 L économie de l Intelligence collective Pour que nous puissions évoluer vers l organisation que dessine le Président et fondateur de «The Transitioner», il est important d avoir des garde-fous. L auteur propose de faire des évaluations holistiques, incluant des mesures qualitatives et quantitatives, menées sur l ensemble des actions collectives. A l avenir, ces outils d évaluations étant à disposition de tous, ils permettront d équilibrer le marché sans remettre en cause les principes propres au Développement Durable (éthique, social, économique et environnemental). Construire l'intelligence Collective aujourd'hui Développer l'intelligence Collective par l'action individuelle Dans ce dernier chapitre, Jean-François NOUBEL s intéresse aux ressorts de la construction de l Intelligence Collective. En effet, dans le mode de fonctionnement pyramidal de nos sociétés, la relation de collaboration est toujours approximative et souvent douloureuse. La «société du spectacle», le cursus scolaire, la rareté de l argent, la compétition ne poussent pas à une compréhension efficace des problèmes collectifs, globaux et donc complexes. Ainsi, NOUBEL dresse une liste non exhaustive des qualités que chaque citoyen doit s efforcer de développer afin de créer les conditions minimales de l émergence d un collectif intelligent : Intelligence comportementale et relationnelle (écoute, compassion, non-jugement, etc), art du dialogue (David BOHM). Modèles mentaux (qui mettent en jeu les objets-liens), projets, volonté créatrice. Pratique d'un Art (discipline, expertise, science, savoir-faire, sens critique, art ). Être tour à tour apprenant et formateur (principe des communautés apprenantes). Économie du don (quoi que l'on reçoive ou que l'on donne, c'est toujours réalisé en conscience du collectif). Développement de soi : méditation, respiration, yoga Éthique, valeurs Modèles mentaux, pensée systémique Connaissance approfondie des principes dynamiques de l'intelligence Collective Maîtriser et savoir harmoniser entre elles les technologies servant ces objectifs Développer l'intelligence Collective dans les administrations, les institutions et les entreprises Beaucoup de structures peuvent se targuer de posséder les TIC nécessaires pour fonctionner en Intelligence Collective. Dans la pratique on peut constater que certains ne sont pas encore prêts à partager le pouvoir ou à remettre en cause leurs pratiques. Les plus pessimistes pensent que l Intelligence Collective restera une utopie ne comprenant pas où trouver le temps de mettre en place cette nouvelle forme de gouvernance. D autres, hostiles au changement, pensent que l Intelligence Collective n est pas en capacité de se réaliser dans de grosses organisations. Mais l ensemble de ses idées reçues ne font pas le poids face à la réalité. Notre explorateur du vivant social, nous invite à nous arrêter sur les organisations anglo-saxonnes. Très consommateurs de logiciels libres, ils sont de moins en moins dépendants de la société marchande. On trouve dans ces entreprises des collectifs informels horizontaux, inter ou trans- Master 2 Management Public Territorial 12

13 entreprises, qui évoluent ensemble dans un système d entraide. Finalement, les organisations qui s'engagent sur la voie des communautés de pratique, y trouvent leur compte. Développer l'intelligence Collective dans l'enseignement et la formation Le système d enseignement n est pas encore adapté au travail en collectif (diplôme individuel et enseignement unilatéral). En attendant, l'apprentissage de l'intelligence Collective se fait dans les communautés virtuelles que l on peut rencontrer dans le cyberespace. Or, l'école, l'université, la formation continue, si elles veulent garder un sens, doivent dès aujourd'hui développer des formations à l'intelligence collective. NOUBEL nous dresse dans ce chapitre le profil type des futurs artisans de l'intelligence Collective Missions des futurs artisans de l'intelligence Collective Dans les entreprises et organisations : accompagner le changement, la transformation. Dans les collectivités : monter et conduire des projets nécessitant des assemblages de cultures différentes et complexes Dans la vie publique et politique : mettre en place de nouveaux systèmes de gouvernance et de participation individuelle Dans l'enseignement : catalyser des communautés apprenantes Formation des futurs artisans de l'intelligence Collective Servant leadership : littéralement, former des leaders au service des autres Développement personnel : une grande dimension intérieure est indispensable pour développer les qualités relationnelles et de coaching Intelligence relationnelle : art de la médiation et du dialogue, expression publique Éthique, valeurs Méthodes (gestion de projets, management, cahiers des charges, audit et évaluation, maîtrise d'ouvrage et maîtrise d'œuvre, tableaux de bord, plans d'affaire, approches holistiques ) Pratique d'un Art (comptabilité, médecine, musique, pédagogie, droit, etc) TIC et Internet Plates-formes classiques des grandes entreprises (RH, KM, CRM, ERP, SCM, outils décisionnels, etc) Qualité et e-qualité Veille et prospective Sociologie des organisations Animation et développement des communautés (de pratique, d'apprentissage, de savoir, etc) Les structures qui veulent être en phase avec leur temps auront à gagner à accueillir en leur sein les «experts catalyseurs de l'intelligence Collective». Développer l'intelligence Collective dans les ONG Les ONG représentent aujourd hui les structures les plus proches de l Intelligence Collective. Même si, leurs noyaux sont organisés en intelligence collective pyramidale (souvent pour des raisons juridiques), leurs structurations, leurs actions et les valeurs qu ils véhiculent, concourent à développer l Intelligence Collective. Toutefois, les ONG n ont pas toutes relevé le défit des TIC. La majorité d entre elles n ont pas perçu le formidable potentiel que leur offre les TIC, ni les innovations techniques en général. Or, c est la condition sine qua non pour réellement peser face à l insuffisance des organisations conçues sur la base d une intelligence collective pyramidale. Master 2 Management Public Territorial 13

14 Conclusion Le cyberespace a rompu avec les lois de la physique, il donne à l homme le pouvoir d ubiquité (voyages spatio-temporels via Internet ou la visioconférence). Désormais, l homme dispose de biens et services non marchands tel que les logiciels libres et ou les SEL. L idée de Développement Durable fait son chemin en s inscrivant dans nos pratiques et dans les textes de loi. De plus en plus de phénomènes nous laissent penser que le système dans lequel nous vivons arrive manifestement à sa fin. La mutation est en marche et rien ne semble l arrêter. Chaque jour des millions de nouveaux liens interpersonnels se tissent, de nouveaux collectifs émergent. L'Intelligence Collective globale est en route, NOUBEL, au travers de son guide, nous demande de nous positionner. ACTUALITÉ DE LA QUESTION En février 2008 le Ministère du Développement durable 7 a lancé dans la France entière 8 une formation, destinée à ses agents chargés d animation de réseaux collaboratifs. Ces animateurs capables de sensibiliser efficacement les collaborateurs aux enjeux du partage d'informations et de documents, sont certainement des «artisans de l'intelligence Collective» dont Jean-François NOUBEL fait l éloge. Ces agents déconcentrés de l'état apprennent dans ces formations à maîtriser les outils du travail collaboratif comme les wikis ou la syndication. D autres agents du service public ont compris l importance des logiciels collaboratifs. Les collectivités locales, d après Jean-François FERRAILLE 9, utilisent de plus en plus les logiciels libres, les moteurs de recherche et les weblogs, pour échanger avec les citoyens. Le cyberespace est devenu un véritable espace d échange où se croisent de plus en plus les pouvoirs publics, les ONG et les citoyens dans le processus créatif d une Intelligence collective global. Comme le montre Gilbert RAUST 10, c est en travaillant ensemble que les hommes peuvent relever et remporter de grands défis. Mais ce travail collaboratif et coopératif ne peut pas fonctionner, comme l a démontré Georges DHERS 11, sans prise en compte d outils d intermédiation. Jean-François NOUBEL est plus qu un visionnaire, c est un pionnier qui nous invite à sortir de «la pensée unique» 12. L Intelligence collective pyramidale a montré ses limites. L impuissance des États Nations à juguler la crise financière actuelle montre que nous ne pourrons pas traiter les problèmes qui existent aujourd'hui avec la logique qui les a créés. 7 Appel d offre du Ministère de l'ecologie, de l'energie, du Développement durable et de l'aménagement du territoire Animation de réseaux d acteurs Février Dans les villes d Aix-en-Provence, de Clermont-Ferrand, de Mâcon, de Paris, de Rouen, de Toulouse et de Tours. 9 Logiciels libres et collectivités locales, Territorial Editions, Jean-François FERRAILLE, Bordeaux - Toulouse - L'Itinéraire à Très Grand Gabarit de Gilbert RAUST, Agnès VIENOT Éditions, Pour des dispositifs d intermédiation créative au service du développement des personnes et des territoires, Thèse sur travaux, Georges DHERS, Responsabilité sociale de l'entreprise - Faut-il enchaîner Prométhée? Economica, Philippe de WOOT, Master 2 Management Public Territorial 14

15 DISCUSSION ET CRITIQUE L œuvre de J-F NOUBEL est au fond une invitation au «Management du troisième Millénaire» dans la droite lignée de Michel SALOFF-COSTE 13. Elle offre non seulement une grille de lecture qui nous permet de comprendre qu elle sera la prochaine étape de notre évolution mais elle nous indique aussi comment y participer. Si pour J-F NOUBEL, l Intelligence Collective passe inéluctablement par les TIC, on peut regretter le fait qu il n insiste pas assez sur les déviances qui accompagnent le développement du cyberespace : La fracture du numérique : inégalité face l acquisition d équipement, la maîtrise des langages informatiques,. La multiplication des tutoriaux et des forums pratiques (ex. : commentcamarche.com) témoignent des difficultés rencontrées par les utilisateurs. Les espaces holistiques artificiels doivent absolument veiller à garder des espaces privés. Le spamming, le traçage, le phishing et les intrusions mettent en danger nos données personnelles et notre vie privée. La société marchande envahit de plus en plus le libre : Facebook, offre un espace de discussion gratuit de plus en plus noyé dans la publicité, si bien que son créateur est devenu milliardaire à 24 ans 14. Mais si ces quelques exemples confortent les détracteurs de l Intelligence Collective, il reste indéniable que le «libre» se multiplie en étant de plus en plus convivial, sécurisé et surtout sans publicité. L approche de Jean-François NOUBEL est intéressante à bien des égards. Sa perception des changements nécessaires à nos sociétés est globale, à la manière des évolutions paradigmatiques des sciences telles que décrites dans l œuvre épistémologique de Thomas KUHN. Il ne fait pas table rase du passé, bien au contraire, il envisage la situation présente comme un «Tout» constitué de sous ensembles dont les relations et évolutions tant dialectiques que collaboratives vont conduire à une métamorphose du «Tout» en une entité de complexité et d intelligibilité supérieure. Mais on peut légitimement s interroger sur la justesse de cet ouvrage : Jean-François NOUBEL n utilise-t-il pas une certaine «novlangue» pour dire ce que d autres ont essayé de dire avant lui, s attirant de nombreuses critiques négatives? On peut rappeler ici le débat qui déchire depuis la fin des années 1980 les partisans d un Développement Durable et les tenants de la théorie de la Décroissance. Les premiers aspirent à un mode de développement qui traiterait sur un pied d égalité les sphères économiques, sociales et environnementales, mais les seconds rappellent que la civilisation humaine, vivant en milieu clos (la Terre) et soumise aux lois de la Thermodynamique et à l entropie, ne pourra continuer indéfiniment son processus de développement et dégrader la matière en énergie tout en connaissant une croissance démographique exponentielle sans arriver à un point où la capacité de charge de la planète sera dépassée. Ainsi, en fondant son idée de l avènement d une Intelligence Collective Globale sur les TIC, NOUBEL prône implicitement un développement à outrance de l industrie de l informatique et de la communication et suggère le caractère soutenable d un tel développement (la fabrication d un PC nécessite ½ tonne d hydrocarbures et de nombreux matériaux issus de minerais non renouvelables). 13 Le management du troisième millénaire, Guy TREDANIEL Editeur, Michel SALOFF-COSTE, Master 2 Management Public Territorial 15

16 Par ailleurs, l auteur expose des arguments discutables sur bien des points. Notamment en ce qui concerne la démocratie (nous vivons selon lui, dans nos sociétés développées, sous des régimes prédémocratiques). Il prône par exemple le vote électronique (par internet), sans évoquer le cortège de dangers de fraude qu il représente, comme on a pu le vérifier à maintes reprises aux États-Unis. Il pose également le principe d une possible délégation de voix à une personne (morale ou physique) plus éclairée, avec tout ce que ceci laisse supposer comme opportunités d achats et de trafics de votes. Pour compléter notre critique, on peut avancer, d un point de vue global sur l ouvrage de Jean- François NOUBEL, que ce dernier fait en partie abstraction des enjeux de pouvoir. Sur les questions de vote comme nous avons vu plus haut, mais également lorsqu il traite de l information. En effet, l Intelligence Collective globale suppose un partage libre de l information. Mais nous savons très bien que la maîtrise de l asymétrie d information est la première source de pouvoir. Pour toutes ces raisons, nous pouvons avancer que, comme bien des intellectuels et des théoriciens avant lui, il fonde son propos sur une humanité composée uniquement d hommes et de femmes de «bonne volonté». Une telle humanité n existe pas. D un point de vue de gestion des organisations, le propos de NOUBEL revêt un grand intérêt. Le meilleur partage des connaissances, de bons processus d intermédiations, une économie du don (à l intérieur de petits groupes bien délimités) ou encore le rapprochement vers un parfait holoptisme (toujours en petit groupe) sont les idéaux, les «objets-art», vers lesquels il faut tendre à tout prix pour aller vers toujours plus d efficience. Mais de là à atteindre, et même seulement tendre à l avènement d une Intelligence Collective globale, il y a un monde, le nôtre. Tous les doutes sont permis quand Jean-François NOUBEL lance avant le point final de son ouvrage : «tout ceci a commencé». Master 2 Management Public Territorial 16

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

SINGA LANGUES et culture

SINGA LANGUES et culture SINGA LANGUES et culture SINGA souhaite valoriser la dimension vivante de la langue française et éveiller la curiosité des apprenants. La plupart des personnes réfugiées a besoin d apprendre le français

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif 1. Définition, notions voisines et lexique de termes techniques Travail collaboratif, coopératif ou encore travail de capitalisation, autant de termes dont

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale Kigali 3rd EuroAfriCa-ICT Awareness Workshop Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale «cas de la RD CONGO» Par Benjamin MURHESA CIBALONZA IT Manager / Radio Maendemeo Bukavu DR Congo 1 Introduction

Plus en détail

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com Feel Well Work Well POUR MIEUX TRAVAILLER ensemble LE CAPITAL HUMAIN RESTE LA

Plus en détail

Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes

Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes Q UA L I T É FI E F C AC ITÉ B N SA I L I T É O Le choix ouvre sur un monde de possibilités RES P Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes L engagement de l IPPF

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques

Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques Qu est-ce que les ateliers du coaching? L ambition des ateliers du coaching est de faciliter l émergence d un leadership réticulaire pour accompagner

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Les Positions de Motivation

Les Positions de Motivation Les Positions de Motivation Cette approche originale est issue d un rapprochement de modèles ayant fait leurs preuves (ennéagramme, analyse transactionnelle, critères de motivation, modes d interaction

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

«Former les hommes, ce n'est pas remplir un vase, c'est allumer un feu». Aristophane

«Former les hommes, ce n'est pas remplir un vase, c'est allumer un feu». Aristophane Offres Coaching d équipe - Formation - Atelier «Former les hommes, ce n'est pas remplir un vase, c'est allumer un feu». Aristophane Notre mission : Inspirer Mobiliser - Fédérer Croitre - Influencer - Motiver

Plus en détail

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz Conférence d Oslo Présentation générale des premières décisions à adopter par le Comité de suivi de la convention par Marie-Françoise Glatz Le Comité de suivi va devoir, dès sa première réunion, travailler

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie»

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» JOURNEE IFRES 2014 Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» Les élèves moniteurs, piliers d une méthode pédagogique active

Plus en détail

Charte de développement durable. Version. groupe

Charte de développement durable. Version. groupe Charte de développement durable 2014 Version groupe Dès sa création en 2008, le Groupe CAPECOM a mis en place une charte qui permettait de définir les valeurs fondatrices du Groupe. Cette charte était

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise)

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Développer la communication et le travail collaboratif pour mieux servir le citoyen Thomas Coustenoble

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle Comment répondre aux nouveaux enjeux des DRH du 21 ème siècle? Besoin n 1 : innover et développer de nouveaux usages métier en décloisonnant les différents

Plus en détail

La conduite du changement

La conduite du changement point de vue stratégie et gouvernance des systèmes d'information La conduite du changement dans les projets SI 1 En préambule Devant les mutations économiques, sociales et technologiques engagées depuis

Plus en détail

Licence Gestion des ressources humaines

Licence Gestion des ressources humaines Licence Gestion des ressources humaines Objectif de la formation : La licence en Gestion des Ressources Humaines a pour objectif de former des collaborateurs en gestion des ressources humaines assurant

Plus en détail

L Accompagnement Durable

L Accompagnement Durable L Accompagnement Durable Notre objectif: contribuer à la performance de l entreprise créatrice de valeur 1 Sept 2012 L Accompagnement Durable Notre Offre Le coaching systémique global d une organisation

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL I LES OBJECTIFS DE LA FORMATION 1. Objectifs généraux La licence d histoire est un enseignement généraliste et théorique fondé sur la recherche, qui peut faire place à des

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

UNE VILLE QUI SAIT HABILITER SES CITOYENS À PARTICIPER AUX DÉCISIONS PUBLIQUES

UNE VILLE QUI SAIT HABILITER SES CITOYENS À PARTICIPER AUX DÉCISIONS PUBLIQUES MISE EN CONTEXTE: Réalisée à la bibliothèque Marc-Favreau dans le cadre de la démarche stratégique du bureau de la ville intelligente et numérique (BVIN), la causerie citoyenne du 16 novembre 2014 visait

Plus en détail

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 INITIATIVE INTERNATIONALE D ISTANBUL SUR LE VIEILLISSEMENT DOCUMENT DE REFERENCE Au cours de la dernière

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes Le 13 mars 2008 Introduction 2 Le développement de la pratique collaborative dans les entreprises et les

Plus en détail

UNIL - Faculté des Hautes Etudes Commerciales Comportement Organisationnel et Management Appliqués Syllabus Présentation Générale du Cours

UNIL - Faculté des Hautes Etudes Commerciales Comportement Organisationnel et Management Appliqués Syllabus Présentation Générale du Cours UNIL - Faculté des Hautes Etudes Commerciales Comportement Organisationnel et Management Appliqués Syllabus Présentation Générale du Cours Le cours de comportement organisationnel et management appliqué

Plus en détail

VERS DES AGORAS DE L innovation. Partie 1

VERS DES AGORAS DE L innovation. Partie 1 www.inmediats.fr 2 VERS DES AGORAS DE L innovation Partie 1 VERS DES AGORAS DE L innovation Inmédiats est un projet imaginé et construit par six centres de culture scientifique, technique et industrielle

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Le dialogue territorial : une démarche de concertation basée sur les principes de la médiation. GEYSER et DialTer www.comedie.org

Le dialogue territorial : une démarche de concertation basée sur les principes de la médiation. GEYSER et DialTer www.comedie.org Le dialogue territorial : une démarche de concertation basée sur les principes de la médiation Philippe Barret GEYSER et DialTer www.comedie.org Journée sur le SCOT Autunois-Morvan Autun 25 septembre 2013

Plus en détail

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit.

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. I - AVANT-PROPOS II - DÉFINITION DE L ÉPREUVE DU BACCALAURÉAT III - QU EST-CE QUE DÉMONTRER

Plus en détail

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol. - 1 - Conseil RH et Formation BILAN DE CARRIERE La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.fr L heure est au changement et, pour

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Newsletter Avril 2013

Newsletter Avril 2013 FORMER ET COMMUNIQUER PAR LE JEU Newsletter Avril 2013 EDITO Au cours de ces derniers mois, nos clients nous ont donné l opportunité de vérifier l efficacité de notre pédagogie sur des projets variés (formations

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com PARTENAIRES Finances Locales, société totalement indépendante sur le plan financier et commercial, est un cabinet spécialisé dans le conseil aux collectivités locales et aux établissements publics locaux.

Plus en détail

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT Préface de Xavier QUÉRAT-HÉMENT La réussite de toute entreprise, comme le savent les opérationnels au contact de clients de plus en plus exigeants et soumis à une règlementation qui s étoffe régulièrement,

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

ISCAE-CASABLANCA LISTE DES FORMATIONS DISPENSEES

ISCAE-CASABLANCA LISTE DES FORMATIONS DISPENSEES ISCAE-CASABLANCA LISTE DES FORMATIONS DISPENSEES ANNEE UNIVERSITAIRE 2014-2015 A. La Grande Ecole Les conditions d accès Le concours est ouvert aux : 1. Elèves des classes préparatoires, âgés de 22 ans

Plus en détail

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation Politique TICE UBP L université ne peut pas rester à l écart des mutations profondes qui traversent nos sociétés ; la question n est plus de savoir s il faut ou non prendre en compte l usage du numérique

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE Département de management et technologie École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal Chronique éditoriale DE L INTÉRÊT

Plus en détail

Chapitre 1 : Information et connaissance, fondements de la croissance

Chapitre 1 : Information et connaissance, fondements de la croissance Avant-propos... XI Chapitre 1 : Information et connaissance, fondements de la croissance 1 Nature de l'information et de la connaissance... 2 1.1 Données, information, connaissance, codage... 3 1.2 Systèmes

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

2015 : PARTOUT. POUR TOUS. PLAN STRATÉGIQUE QUINQUENNAL DE CBC/RADIO-CANADA

2015 : PARTOUT. POUR TOUS. PLAN STRATÉGIQUE QUINQUENNAL DE CBC/RADIO-CANADA 2015 : PARTOUT. POUR TOUS. PLAN STRATÉGIQUE QUINQUENNAL DE CBC/RADIO-CANADA La radiodiffusion publique dans un monde en évolution CBC/Radio-Canada dessert le deuxième plus grand pays du monde et l un de

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

La distribution et le marketing numériques

La distribution et le marketing numériques La distribution et le marketing numériques E-commerce : un développement solide L e-commerce transforme la manière avec laquelle les clients ont accès et achètent leurs produits. Avec, en point d orgue,

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Niveau de management Individuel Relationnel Organisationnel Accueillir l Homme dans sa globalité et capitaliser sur son hyper complexité

Niveau de management Individuel Relationnel Organisationnel Accueillir l Homme dans sa globalité et capitaliser sur son hyper complexité Chapitre 3 MANAGEMENT DANS L INCERTITUDE ET LA COMPLEXITÉ 3.1 Manager la complexité 3.1.1 Manager la complexité au niveau individuel L évolution du travail illustre le passage de l unidimensionnalité à

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail