Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet"

Transcription

1 Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar Florence Arestoff Baptiste Venet 1

2 Introduction : contexte du contrat de recherche Ce contrat de recherche fait suite à une 1 ère étude théorique réalisée en Objectif phase 1 : présenter différentes méthodes d évaluation d impact applicables aux services Orange Money. 2

3 Introduction : périmètre de l étude Services Orange Money déployés à Madagascar depuis septembre 2010, Enquête réalisée dans la ville d Antananarivo en mars 2012 Échantillon : 598 clients Orange 3

4 Introduction : objectif et problématique Objectif : Mettre à jour les différences de comportement entre les utilisateurs Orange Money et les non utilisateurs. Problématique : L utilisation des services de m-paiement a-t-elle eu une influence sur les comportements d épargne et de transferts d argent des clients Orange Money? 4

5 Pourquoi Madagascar? D après les données 2011 du «Financial Access Survey» (FMI), Madagascar compte seulement 1,43 agence bancaire pour habitants (contre 41,58 en France). Services de m-paiement Orange Money déployés depuis septembre Enquête restreinte à Antananarivo (zone urbaine) à la demande d Orange. 5

6 Populations étudiées (1) 196 clients Orange qui utilisent régulièrement (c est-à-dire au moins une fois par mois) l un ou plusieurs des services Orange Money et qui ont souscrit l abonnement aux services depuis au moins un an avant la réalisation de l enquête. 402 clients Orange non-utilisateurs (ou utilisateurs irréguliers) des services Orange Money et clients depuis au moins 1 an. 6

7 Populations étudiées (2) Les 196 clients Orange Money constituent le groupe de traitement. Les 402 clients Orange non-utilisateurs (ou utilisateurs irréguliers) constituent le groupe de contrôle. Différences de comportement entre les deux groupes sont étudiées en utilisant la méthode de l appariement (matching) 7

8 I - Études récentes Études principalement menées en Afrique et, plus précisément, au Ghana (Frempong, 2009), en Afrique du Sud (Ivatury et Pickens, 2006), en Ouganda (Ndiwalana et al., 2011), mais surtout au Kenya (Morawczynski et Pickens, 2009, Jack et Suri, 2011, Mbiti et Weil, 2011, Demombynes et Thegeya, 2012). 8

9 I-1. Études récentes Modifications potentielles des comportements des utilisateurs : Sécurisation de la détention de monnaie et facilitation des transferts de fonds Développement possible du commerce ; Incitation à l épargne (détention de monnaie de manière sécurisée) et meilleure allocation de cette dernière dans l économie ; Incitation à l investissement (quantité et qualité). 9

10 I-2. Études récentes 2 catégories d études : Études subjectives ou qualitatives (Jack et Suri, 2011 par exemple) ; Études quantitatives ou économétriques (Mbiti et Weil, 2011, ou Demombynes et Thegeya, 2012 par exemple) 10

11 I-3. Études récentes Étude subjective (sur M-PESA au Kenya) : Jack et Suri, 2011 Les utilisateurs des services de M-paiement sont plus éduqués et plus riches que les non-utilisateurs mais les différences ont tendance à s estomper avec le temps; Les ménages utilisateurs de M-PESA envoient de l argent plus fréquemment que les non- utilisateurs; Les ménages utilisateurs de M-PESA sont plus nombreux à épargner et la tendance se renforce dans le temps; Ils épargnent davantage sur leur compte bancaire mais continuent à utiliser les circuits d épargne informelle. 11

12 I-4. Études récentes Études économétriques (sur M-PESA) : Mbiti et Weil (2011) : Utilisation de la méthode des variables instrumentales pour corriger les biais d estimation liés aux caractéristiques individuelles non-observables ; Existence d une relation positive et significative entre le fait d utiliser M-PESA et la fréquence des envois de fonds (pas de relation significative pour les réceptions de fonds) ; Les utilisateurs de M-PESA privilégient les canaux d épargne formels au détriment des canaux informels ; Relation positive entre le fait d utiliser M-PESA et le fait d être titulaire d un compte bancaire. 12

13 I-5. Études récentes Demombynes et Thegeya (2012) : Utilisation de la méthode des MCO. Être client de M-PESA influence positivement et significativement l épargne moyenne mensuelle individuelle ; Mais la relation devient non significative lorsqu ils utilisent la méthode des variables instrumentales pour corriger les biais d estimation. Les résultats des études quantitatives récentes sont peu concluants. 13

14 II Impact d Orange Money : présentation des données Questionnaire Population enquêtée : Clients Orange qui utilisent les services Orange Money Clients Orange ne les utilisant pas (ou pas régulièrement). 14

15 II-1. Caractéristiques générales de la population Clients Orange Money Clients Orange standards Hommes (en %) 57,1 51,7 Age moyen (en années) Mariés (en %) Nombre de membres du ménage 38,8 66,3 4, ,4 4,6 Religion (en %) - Catholique - Protestant 44,4 39,8 Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs 34,3 51,7 15

16 Niveau d éducation En % Clients Orange Money Clients Orange standard Sans éducation Primaire Secondaire Supérieur 0 6,1 41,8 52,1 0,3 8,7 45,5 45,5 Total Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs 16

17 Activité professionnelle En % Clients Orange Money Clients Orange standard Agriculture ou élevage Artisanat Commerce Services Autre secteur 0,6 4,6 26,1 62,8 5,9 1,9 6,1 24,3 62,9 4,8 Total Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs 17

18 Catégories socio-professionnelles En % Clients Orange Money Clients Orange standard Cadre et assimilés Employé, ouvrier Manœuvre Patron Travailleur à son propre compte Apprenti, aide familial 36 28,1 1, ,6 33,2 23,6 0, ,5 Total Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs 0 18

19 Revenu mensuel moyen (activité principale) En % Clients Orange Money Clients Orange standard Moins de ariary Entre et ariary Entre et ariary Entre et ariary Entre et ariary Entre et ariary Plus de ariary 9,4 20,3 14, ,4 11,6 5,8 8 12,7 11,6 23,9 19,2 16,6 8 Total Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs 19

20 II-2. Utilisation des services Orange Money Services utilisés et service le plus souvent utilisé En % Services utilisés Service le plus utilisé Transfert d argent 55,6 25,51 Paiement marchand 27 14,80 Dépôt d argent 76,5 41,33 Retrait d argent 44,9 18,37 Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs Les trois quarts des clients Orange Money utilisent le service «Dépôt d argent» et 41,3% le considèrent comme le service le plus utilisé. 20

21 Utilisation des services Orange Money Utilisation d Orange Money Personnelle Professionnelle Les deux En % 75,5 4,6 19,9 Total Utilisation essentiellement à des fins personnelles. 100 Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs 21

22 Utilisation des services Orange Money Pourquoi ne pas utiliser régulièrement les services Orange Money (402 clients OS)? N a pas besoin de ces services Trop compliqués à utiliser Cela coûte trop cher Les contacts n ont pas de compte Orange Money Pas confiance dans ce type de services Utilisation de ces services chez un opérateur concurrent En % 61,4 30,1 9,5 18,2 4,2 3,5 Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs Les clients OS qui n utilisent pas régulièrement les services Orange Money estiment majoritairement qu ils n en ont pas besoin. 22

23 II-3. Epargne Comptes épargne formelle ou épargne informelle En % Population totale Clients Orange Money Clients Orange standard Compte(s) d épargne formelle Epargne informelle 54 5,9 56,6 Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs 9,7 52,7 4 Fréquence des versements sur les comptes d épargne formelle En % Population totale Clients Orange Money Clients Orange standard Moins d une fois par mois Une seule fois par mois Entre 2 et 4 fois par mois Plus de 4 fois par mois 39, ,6 2,8 34,6 49,1 12,7 3,6 Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs 42,3 42,8 12,5 2,4 23

24 II-4. Transferts de fonds Envois et réceptions d argent uniquement à destination et en provenance de Madagascar 60,2% des 196 clients Orange Money et 31,9% des clients Orange ont envoyé des fonds durant les 3 mois précédant l enquête. 57,6% des clients Orange Money ont reçu de l argent contre 72,1% des clients Orange sur la même période. Destinataires des fonds sont majoritairement des membres de la famille. 24

25 Modes de transferts Principaux modes d envois d argent En % Clients OM Clients OS - Service «Transferts» Orange Money - Remise en mains propres - Western Union, Money Gram, etc. - Virement bancaire - Service transfert d un autre opérateur Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs 4, Principaux modes de réception d argent En % - Service «Transferts» Orange Money - Remise en mains propres - Western Union, Money Gram, etc. - Virement bancaire - Service transfert d un autre opérateur Clients Orange Money 88,7 10,6 4,4 10,6 6,2 Source : Enquête Orange/Madagascar2012, calculs des auteurs Clients Orange standard 7,1 53, ,9 10,7 25

26 Transferts avec Orange Money Fréquences d utilisation du service «Transfert d argent» En % Services utilisés 1 fois par mois 53,2 2 fois par mois 22 3 fois par mois 10,1 4 fois par mois et plus 14,7 Nombre d observations 109 Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs 26

27 Changements ressentis de comportement En % Plus de transferts 55,1 Moins de transferts 7,3 Moindre utilisation des autres moyens de transferts 8,3 Augmentation de l épargne 27,5 Diminution de l épargne 5,5 Augmentation de l investissement 3,7 Ouverture d un compte bancaire 0,9 Plus de facilité à demander un crédit 15,6 Autres modifications de comportement 6,4 Nombre d observations 109 Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs 27

28 II-5. Dépôts et retraits d argent Fréquences d utilisation du service «Dépôt d argent» En % Services utilisés Fréquences cumulées 1 fois par mois 51,3 51,3 2 fois par mois 21,3 72, 7 3 fois par mois 9, fois par mois et plus Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs Fréquences d utilisation du service «Retrait d argent» En % Services utilisés Fréquences cumulées 1 fois par mois 35,2 35,2 2 fois par mois 22, fois par mois 22,7 80,7 4 fois par mois et plus 19,3 100 Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs 28

29 Changements ressentis de comportement Modifications des comportements financiers liées au service «Dépôt d argent» En% Augmentation de l épargne 62,7 Diminution de l épargne 6 Augmentation de l investissement 3,3 Ouverture d un compte bancaire 2 Plus de facilité à demander un crédit 38,7 Autres modifications de comportement 3,3 Pas de modification du comportement Nombre d observations 8,7 150 Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs Modifications des comportements financiers liées au service «Retrait d argent» En % Augmentation de l épargne 47,7 Diminution de l épargne 15,9 Augmentation de l investissement 9,1 Ouverture d un compte bancaire 0 Plus de facilité à demander un crédit 22,7 Autres modifications de comportement 4,6 Nombre d observations 88 Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs 29

30 III Étude d impact d Orange Money : méthode du matching Objectif : analyser l impact de l utilisation des services Orange Money sur différentes variables de résultat : l épargne, les transferts envoyés, les transferts reçus. Constate-t-on une différence de comportement significative entre les clients OM et les clients OS (Orange Standard)? 30

31 III-1. Principes du matching (Rubin, 1977; Rosenbaum et Rubin, 1983; Heckman et al., 1997) Procédure en 2 temps : 1) Associer à chaque individu traité, un individu non-traité dont les caractéristiques individuelles observables sont identiques à celles de l individu traité. 2) Estimer l effet moyen du traitement dans le groupe des individus qui bénéficient du programme. 31

32 Intérêt de la méthode du matching Permet de remédier à l existence de biais de sélection sur les caractéristiques observables. Idée : Si les individus traités et les individus non traités présentent des caractéristiques intrinsèques différentes, leur comportement (en termes d épargne par exemple) n est pas comparable. 32

33 Construction d un contrefactuel 1) Considérer un vecteur de variables individuelles X qui caractérisent l individu indépendamment du fait d avoir accès au traitement ou pas. => Conditionnellement à X, le fait d être un client OM devient aléatoire. 2) Utiliser les informations disponibles sur les individus non traités pour construire, pour chaque individu traité, un contrefactuel, c est-à-dire une estimation de ce qu aurait été sa situation s il n avait pas été traité. 33

34 III-2. Appariement sur le score de propension (Rosenbaum & Rubin, 1983) Appariement sur le vecteur X compliqué car : Plus la dimension du vecteur X est fine et meilleur sera l appariement. Mais plus X est grand, plus il est difficile de trouver pour chaque observation traitée, une observation non traitée présentant exactement les mêmes caractéristiques. Rosenbaum et Rubin (1983) proposent d apparier les individus sur la base d un score de propension (propensity score), fonction des caractéristiques X. 34

35 Estimation du score de propension Correspond à la probabilité, pour un individu de caractéristiques X données, d appartenir au groupe des personnes traitées Estimation effectuée sur l ensemble de la population. Les coefficients obtenus permettent de calculer le score de propension de chaque individu. 35

36 Comment apparier les individus? Exceptionnel de trouver dans le groupe des individus traités et dans celui des non-traités deux personnes ayant exactement la même valeur du score de propension. Deux techniques d appariement font consensus : l appariement par le plus proche voisin (nearest neighbor) l appariement par le noyau (kernel matching). 36

37 Méthode du voisin le plus proche Il s agit d apparier chaque individu traité avec le non traité ayant la valeur du score de propension la plus proche de la sienne. Or, risque de mauvais appariement si les scores de propension sont relativement éloignés => Intérêt d adopter un support commun. 37

38 Méthode du noyau (Heckman et al., 1997, 1998) Individu traité est apparié à l ensemble des individus non traités, ceux-ci ayant un poids inversement proportionnel à la distance entre leur score de propension et celui de l individu traité. les appariements les plus exacts ont un poids important alors que les appariements moins exacts ont un moindre poids. 38

39 III-3. Appariement des clients OM et OS Plusieurs étapes : 1- Probabilité d être utilisateur OM 2- Calcul du score de propension 3- Restriction au support commun 4- Tests de la propriété d équilibrage. 39

40 1 ère étape : Être utilisateur Orange Money (modèle Probit) Constante Sexe Homme Femme Age Age au carré Religion Protestant Autre religion Lieu de naissance Antananarivo Autre région ou pays Situation familiale Marié Non marié Nombre de ans dans le ménage Niveau d études Supérieur Autre niveau d études Revenus Revenus faibles Revenus moyens Revenus élevés Modèle 1 Modèle 2 3,94 *** (1,10) 3,98 *** (1,09) 0,03 (0,14) Ref -0,19 *** (0,05) 0,002 *** (0,00) 0,08 (0,14) Ref -0,34 ** (0,14) Ref 0,09 (0,20) Ref 0,12 * (0,06) 0,16 (0,15) Ref Ref -0,31 ** (0,16) -0,44 ** (0,20) -0,19 *** (0,05) 0,002 *** (0,00) -0,31 ** (0,14) Ref 0,12 * (0,06) Ref -0,26 * (0,15) -0,35 * (0,19) Nombre d observations Pseudo R² 397 6,6% 397 5,9% Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs Note : Ref = variable indicatrice de référence Seuils de significativité : *** 1%, ** 5%, * 10%. Les écarts-types sont notés entre parenthèses. 40

41 2 ème étape : Calcul du score de propension Variables incluses dans le vecteur X sont : Age et son carré, lieu de naissance, nombre de membres du ménage âgés de 15 à 25 ans, revenus. Permettent de calculer la probabilité d être utilisateur des services Orange Money pour l ensemble des individus de l échantillon. De cette probabilité se déduit le score de propension qui va rendre l appariement possible entre OM et OS. 41

42 3 ème étape : Restriction au support commun Population appariée réduite au support commun en imposant la condition minimamaxima. Consiste à supprimer les observations du groupe de traitement (OM) dont le score de propension est supérieur au maximum ou inférieur au minimum du score de propension du groupe de contrôle (OS). 5 observations parmi 397 utilisées pour le calcul du score de propension sont retirées, soit 1,3% des observations. 42

43 4 ème étape : Tests de la propriété d équilibrage (1) Consiste à s assurer que l appariement à l aide du score de propension conduit à constituer un groupe de contrôle semblable au groupe de traitement du point de vue de la distribution des variables X retenues. Deux tests possibles (Rosembaum et Rubin,1983) : Test d égalité des moyennes Test des différences standardisées. 43

44 4 ème étape : Tests de la propriété d équilibrage (2) Test d égalité des moyennes : pas de différence significative de moyenne entre les deux groupes d individus si appariement correct. Test des différences standardisées détermine la réduction du biais induite par l appariement. Mauvais appariement si différence standardisée supérieure à 20 en valeur absolue (Rosembaum et Rubin, 1983). 44

45 4 ème étape : Tests de la propriété d équilibrage (3) Voisin le plus proche Noyau t-test : égalité des moyennes Différences standardisées t-test : égalité des moyennes Différences standardisées Age Age au carré Lieu de naissance Nombre de ans dans le ménage Revenu moyen Revenu élevé Ns Ns Ns Ns ** Ns < 20 < 20 < 20 < 20 > 20 < 20 Ns Ns Ns Ns Ns Ns < 20 < 20 < 20 < 20 < 20 < 20 Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs Seuils de significativité : Ns non significatif, *** 1%, ** 5%, * 10%. Appariement par la méthode du voisin le plus proche : différences de Revenu moyen significatives entre les deux populations. Appariement par la méthode du noyau : propriété d équilibrage vérifiée pour toutes les variables sans exceptions => Appariement correct. 45

46 III-4.Impact de l utilisation des services Orange Money L effet moyen global de l utilisation des services Orange Money ( ATT) correspond à la moyenne des écarts de résultats entre chaque utilisateur OM et son contrefactuel. 5 comportements étudiés. 46

47 Estimation de ATT Montant d épargne Population traitée (OM) Population contrefactuelle (OS) Appariement par la méthode du voisin le plus proche ΔATT = Appariement par la méthode du noyau ΔATT = Nombre de transferts d argent envoyés Population traitée (OM) Population contrefactuelle (OS) ΔATT = 3.18** ΔATT = 2.98** Montant des transferts d argent envoyés Population traitée (OM) Population contrefactuelle (OS) Nombre de transferts d argent reçus Population traitée (OM) Population contrefactuelle (OS) ΔATT = ΔATT = 2.99** ΔATT = ΔATT = 2.69** Montant des transferts d argent reçus Population traitée (OM) Population contrefactuelle (OS) ΔATT = Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs Seuil de significativité : ** 5%. ΔATT =

48 Analyse des effets (1) Résultats sur le nombre d envois et de réceptions de fonds corroborent : les conclusions de Jack et Suri (2011) sur les effets de M-Pesa au Kenya. L analyse subjective : 55% des utilisateurs déclarent qu Orange Money leur a permis de réaliser plus de transferts. Probablement l effet le plus immédiat car utiliser les transferts par mobile est à la fois simple, sûr mais aussi moins coûteux que les canaux existants.

49 Analyse des effets (2) Autres modifications de comportements peuvent prendre plus de temps. Cas des montants transférés et épargnés qui nécessitent : Une amélioration préalable de la situation économique (revenu, consommation, emploi, etc.). Un processus d apprentissage et de confiance dans le système => Effets de plus LT. Or, contradiction avec l analyse subjective : 69% des utilisateurs du service «Dépôt d argent» considèrent qu Orange Money a modifié leur comportement d épargne. Idem pour 63% des utilisateurs du service «Retrait d argent».

50 Conclusion Une simple analyse subjective aurait conduit à surestimer les effets d Orange Money. Intérêt d une méthodologie plus quantitative que qualitative. Limites de la méthode du matching : elle ne permet de corriger que l hétérogénéité observable entre les individus.

51 Annexe 1 : Estimateur «naïf» : différences de résultats entre les deux groupes de population non appariées Moyenne, en ariary Clients Orange Money Clients standard Orange Test de Student Montant d épargne Nombre de transferts envoyés Montant des transferts envoyés Nombre de transferts reçus Montant des transferts reçus , , , , ns ** * *** ns Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs Seuils de significativité : *** 1%, ** 5%, * 10%. Les écarts-types sont notés entre parenthèses. 51

52 Annexe 2 : Estimation par des MCO de l impact de l utilisation d Orange Money Variable à expliquer Epargne Transferts envoyés (nombre) Transferts envoyés (montant) Transferts reçus (nombre) Transferts reçus (montant) Constante Orange Orange Money Orange standard Age Age au carré Lieu de naissance Antananarivo Autre région ou pays Nombre de ans dans le ménage Revenus Revenus faibles Revenus moyens Revenus élevés Ref Ref Ref *** 41,18*** 1,61 Ref -1,72*** 0,02*** 0,39 Ref 1,2** Ref -0,67 0, Ref Ref Ref ,7*** 1,98* Ref -1,05*** 0,01** 0,30 Ref 1,36*** Ref 1,47 1, Ref Ref Ref * ** Observations R² 215 9,8% ,9% 166 3,7% ,5% 137 5,4% Source : Enquête Orange/Madagascar 2012, calculs des auteurs Note : Ref = variable indicatrice de référence Seuils de significativité : *** 1%, ** 5%, * 10%. Les écarts-types sont notés entre parenthèses. 52

LE MOBILE BANKING EST-IL

LE MOBILE BANKING EST-IL THE 2ND INTERNATIONAL CONFERENCE ON INSTITUTIONAL AND TECHNOLOGICAL ENVIRONMENT FOR MICROFINANCE LE MOBILE BANKING EST-IL EFFICACE POUR OFFRIR DES SERVICES FINANCIERS AUX NON- BANCARISÉS? Djamchid Assadi

Plus en détail

Services Financiers Mobiles et Inclusion Financière en Tunisie. Partie I. Etude de marché

Services Financiers Mobiles et Inclusion Financière en Tunisie. Partie I. Etude de marché Services Financiers Mobiles et Inclusion Financière en Tunisie Partie I Etude de marché Rapport de la mission Amarante Novembre 2014/Mars 2015 Glossaire 2 Résumé Exécutif 3 A. Introduction et méthodologie

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

DISTINGUER LES EFFETS DE SELECTION ET DE MESURE. Céreq, 10 Place de la Joliette, BP 21321, 13567 Marseille cedex 02, dzikowski@cereq.

DISTINGUER LES EFFETS DE SELECTION ET DE MESURE. Céreq, 10 Place de la Joliette, BP 21321, 13567 Marseille cedex 02, dzikowski@cereq. COMPARAISON DES MODES DE COLLECTE PAR TELEPHONE ET PAR INTERNET DANS LE CADRE DE L ENQUETE GENERATION DU CEREQ. ANALYSE DES ABANDONS EN COURS ET TENTATIVE POUR DISTINGUER LES EFFETS DE SELECTION ET DE

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

Session B2: Assurance

Session B2: Assurance 33 èmes Journées des Économistes de la Santé Français 1 er et 2 décembre 2011 Session B2: Assurance Auteurs: Sophie Guthmuller et Jérôme Wittwer, Université Paris-Dauphine Référé: Aurore Pélissier, CERDI,

Plus en détail

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière?

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière? L autopartage en trace directe : quelle alternative à la particulière? Résultats de la première enquête sur l impact d un service d autopartage en trace directe (le cas d Autolib ) Cette étude réalisée

Plus en détail

Mobile Paiement: perspectives et axes de développement

Mobile Paiement: perspectives et axes de développement 1 Mobile Paiement: perspectives et axes de développement Intervenants : Laurent Marie KIBA Directeur Mobile Payments Orange - Sonatel Bertrand MARTIN Directeur Marketing Orange Money Groupe France Télécom

Plus en détail

Etats des lieux et perspectives des TIC et du e-commerce à Madagascar

Etats des lieux et perspectives des TIC et du e-commerce à Madagascar CCIA GOTICOM Gil RAZAFINTSALAMA Etats des lieux et perspectives des TIC et Plan de la présentation Le Goticom L Infrastructure des TIC La réglementation sur les télécommunications Etats des lieux de l

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

Caractéristiques des transferts des migrants internationaux et des ménages récipiendaires dakarois

Caractéristiques des transferts des migrants internationaux et des ménages récipiendaires dakarois Caractéristiques des transferts des migrants internationaux et des ménages récipiendaires dakarois Lucie Bertille MOTUIN IPDSR, UCAD Symposium international de l IPDSR, 18-20 novembre 2009 Dakar, Sénégal

Plus en détail

Promoting innovative remittance markets and empowering migrant workers and their families

Promoting innovative remittance markets and empowering migrant workers and their families Promoting innovative remittance markets and empowering migrant workers and their families Mécanisme de financement pour l envoi de fonds (FFR) Marché des transferts de fonds au Sénégal Enseignements retirés

Plus en détail

4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale»

4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale» 4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale» Université Alioune DIOP de Bambey, 19 juin 2013 Mansa OUALY Economiste, Expert senior Microfinance,

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Dans la plupart des enquêtes de santé, les estimations de prévalences se rapportent en général aux déclarations des

Dans la plupart des enquêtes de santé, les estimations de prévalences se rapportent en général aux déclarations des Écarts entre morbidité déclarée et morbidité mesurée À travers l enquête décennale santé Dans la plupart des enquêtes de santé, les estimations de prévalences se rapportent en général aux déclarations

Plus en détail

FM/SA N 19299. Tél : 01 45 84 14 44 Tél : 01 30 67 04 16. pour

FM/SA N 19299. Tél : 01 45 84 14 44 Tél : 01 30 67 04 16. pour FM/SA N 19299 Contacts Ifop : Frédéric Micheau / Sarah Alby Contact Wincor Nixdorf : Mike Hadjadj Tél : 01 45 84 14 44 Tél : 01 30 67 04 16 frederic.micheau@ifop.com mike.hadjadj@wincor-nixdorf.com pour

Plus en détail

PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER

PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER COLLOQUE UEMOA-CRDI OUAGADOUGOU- BURKINA FASO NOUFOU Insa, MACROECONOMISTE PLAN DE PRESENTATION Introduction et Problématique Les

Plus en détail

Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique

Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique dossier de presse 24 novembre 2011 Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique Conférence de presse «Orange Money» - 24 novembre 2011-1 Partie 1 L Afrique, un enjeu

Plus en détail

Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire

Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire Observatoire de la Microfinance Novembre 2011 Hay Chabab, Rue Baamrani Ain Sebaa Casablanca-Maroc Tel +212 522 739 089/ +212 522 739 124 Fax +212

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

CHAPITRE 2. Population, ménages et familles

CHAPITRE 2. Population, ménages et familles CHAPITRE 2 Population, ménages et familles Les faits saillants Enquête sur les conditions de vie en Haïti Distribution spatiale, structure par âge et par sexe de la population Le taux d urbanisation de

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite

Les Français, l épargne et la retraite Les Français, l épargne et la retraite 2015 Rapport d étude de l institut CSA Vos contacts chez CSA : Estelle Thomas -Directrice du département Banque Assurance Finance -01 57 00 58 83 Matthieu Guimbert

Plus en détail

Mobilité géographique et mobilité professionnelle

Mobilité géographique et mobilité professionnelle Mobilité géographique et mobilité professionnelle Jean-François Royer CREST-INSEE Plan 1. Le sujet : les changements de résidence liés aux changements d emploi ou dans l emploi 2. Les sources 3. Quelques

Plus en détail

«Les Français et les inégalités salariales»

«Les Français et les inégalités salariales» «Les Français et les inégalités salariales» CSA pour M6 Avril 2013 Fiche technique Sondage exclusif CSA / M6-Capital réalisé par Internet du 26 au 28 mars 2012. Echantillon national représentatif de 1012

Plus en détail

Sondage soir du vote : Vote au second tour de l élection présidentielle de 2012 selon l appartenance et la pratique religieuses

Sondage soir du vote : Vote au second tour de l élection présidentielle de 2012 selon l appartenance et la pratique religieuses Sondage soir du vote : Vote au second tour de l élection présidentielle de 2012 selon l appartenance et la pratique religieuses Harris Interactive 06/05/2012 Sommaire Méthodologie d enquête 03 Le vote

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Baromètre - Les Français et leur pouvoir d achat

Baromètre - Les Français et leur pouvoir d achat Baromètre - Les Français et leur pouvoir d achat - Vague 4 - Sondage CSA pour COFIDIS Août 2015 Titre du projet Sommaire Fiche technique du sondage 3 1 2 3 L état du pouvoir d achat des Français: toujours

Plus en détail

L impact du travail salarié des étudiants sur la réussite et la poursuite des études universitaires

L impact du travail salarié des étudiants sur la réussite et la poursuite des études universitaires TRAVAIL - EMPLOI L impact du travail salarié des étudiants sur la réussite et la poursuite des études universitaires Magali Beffy*, Denis Fougère** et Arnaud Maurel*** Cet article est consacré à l estimation

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

LA MIGRATION DES FEMMES ET LES TRANSFERTS DE FONDS : CAS DU CAP VERT, DE LA CÔTE D IVOIRE, DU MAROC ET DU SENEGAL

LA MIGRATION DES FEMMES ET LES TRANSFERTS DE FONDS : CAS DU CAP VERT, DE LA CÔTE D IVOIRE, DU MAROC ET DU SENEGAL LA MIGRATION DES FEMMES ET LES TRANSFERTS DE FONDS : CAS DU CAP VERT, DE LA CÔTE D IVOIRE, DU MAROC ET DU SENEGAL 1. INTRODUCTION Depuis la nuit des temps, les peuples ont immigré d un espace vers un autre.

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

SONDAGE LES FRANCAIS ET LES SPORTS MECANIQUES. Nobody s Unpredictable

SONDAGE LES FRANCAIS ET LES SPORTS MECANIQUES. Nobody s Unpredictable SONDAGE LES FRANCAIS ET LES SPORTS MECANIQUES Nobody s Unpredictable Méthodologie Cible : Individus âgés de 15 ans et plus Taille d échantillon : Réalisation d une vague d omnibus soit un échantillon de

Plus en détail

Gestion de comptes. - Rapport d étude. Auteur Pôle Banque Finance et Assurance. N étude 1400127. Février 2014. Gestion de comptes

Gestion de comptes. - Rapport d étude. Auteur Pôle Banque Finance et Assurance. N étude 1400127. Février 2014. Gestion de comptes Gestion de comptes - Rapport d étude Auteur Pôle Banque Finance et Assurance N étude 1400127 Février 2014 1 Gestion de comptes Sommaire 1. La méthodologie 3 2. Les résultats de l étude 6 3. Annexes 12

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Les internautes et les comparateurs de prix

Les internautes et les comparateurs de prix FM N 19410 Contact L Atelier : Sandra Edouard Baraud Tél : 01 43 16 90 22 sandra.edouardbaraud@atelier.net, Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour Les internautes

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP repères Premier ministre 20 institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Janvier 2013 n Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

Chacune des valeurs d une variable en est une modalité particulière.

Chacune des valeurs d une variable en est une modalité particulière. Psychologie générale Jean Paschoud STATISTIQUE Sommaire Rôle de la statistique Variables Échelles de mesure Résumer, décrire Comparer Rôle de la statistique La statistique est avant tout un outil permettant

Plus en détail

Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année Septembre 2002. Conclusions d enquête

Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année Septembre 2002. Conclusions d enquête Cécile RIOU Assistante de Recherche (CEVIPOF / IEP) Vincent TIBERJ Chargé de Recherche (CEVIPOF / FNSP) Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite CECOP Centre d études et de connaissances sur l opinion publique Les Français, leur épargne et leur retraite FD/EP N 113015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Esteban Pratviel Département Opinion et Stratégies

Plus en détail

Enquête EPCI 2014 : l appropriation des TIC par les intercommunalités bretonnes

Enquête EPCI 2014 : l appropriation des TIC par les intercommunalités bretonnes Enquête EPCI 2014 : l appropriation des TIC par les intercommunalités bretonnes Nicolas Deporte & Margot Beauchamps Observatoire du GIS M@rsouin Prenant en compte le rôle croissant de l échelon intercommunal

Plus en détail

PLAN DE LA PRÉSENTATION

PLAN DE LA PRÉSENTATION DES OUTILS POUR FAVORISER LE TRANSFERT DE FERME : RAPPORT D ÉTUDE Par Marie-Eve Bourdeau Colloque sur l établissement et le retrait en agriculture Le 18 mars 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. Contexte 2.

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures Sondage Ifop pour la Fédération nationale de la presse spécialisée Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume

Plus en détail

Le déploiement du THD : enjeux et perspectives au regard des usages. Une approche quantitative. Michaël Bourgatte

Le déploiement du THD : enjeux et perspectives au regard des usages. Une approche quantitative. Michaël Bourgatte Le déploiement du THD : enjeux et perspectives au regard des usages. Une approche quantitative. Michaël Bourgatte Composition de l échantillon : 1 ère vague de recrutement : 1004 foyers, soit 2440 individus

Plus en détail

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Département Évaluation des Politiques Sociales Garanties et services : les attentes des et des entreprises Mars 2014 Synthèse des résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour

Plus en détail

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Résultats du Baromètre santé Inpes 2014 CONTACTS PRESSE Inpes : Vanessa Lemoine Tél : 01 49 33 22 42 Email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr

Plus en détail

Comment Randomiser (II)

Comment Randomiser (II) Comment Randomiser (II) William Parienté J-PAL povertyactionlab.org Plan du cours Méthodes de randomisation (récapitulatif) Unités de randomisation et d observation Stratification Comment randomiser en

Plus en détail

Projet de mise en place de l Enquête Emploi du temps en Algérie

Projet de mise en place de l Enquête Emploi du temps en Algérie Projet de mise en place de l Enquête Emploi du temps en Algérie Mechti samia, Mokri samia, Roggaz Nacera Direction de la Population et de l Emploi, ONS Objectif L enquête Nationale sur l Emploi du temps

Plus en détail

Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants

Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants Dossier Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants Bertrand Garbinti, Pierre Lamarche, Laurianne Salembier* Le patrimoine d un ménage est constitué par la somme de tous les biens qu il

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES. STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre. Fiche N 7.

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES. STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre. Fiche N 7. UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre Fiche N 7 (avec corrigé) L objet de ce TD est de vous initier à la démarche et à quelques

Plus en détail

Les vacances des enfants et des jeunes aujourd hui en France

Les vacances des enfants et des jeunes aujourd hui en France Dossier de presse Conférence 2 avril 2012 Les vacances des enfants et des jeunes aujourd hui en France UNE INJUSTICE SOCIALE Ovlej Association constituée de La Jeunesse au Plein Air (La JPA) et de l Union

Plus en détail

Internet est-il l avenir des enquêtes Génération?

Internet est-il l avenir des enquêtes Génération? Établissement public sous double tutelle des ministères de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la Recherche du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue

Plus en détail

Les modes de garde des enfants de moins de 3 ans des agents de la fonction publique en 2013

Les modes de garde des enfants de moins de 3 ans des agents de la fonction publique en 2013 MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE POINT STAT Les modes de garde des enfants de moins de 3 ans des agents de la fonction publique en 213 Pierre-Antoine ROBERT Décembre 215 % STATISTIQUES

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

L entrepreneuriat en France

L entrepreneuriat en France Centre d analyse stratégique Économie Finances Octobre 2012 L entrepreneuriat en France Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque des créateurs d entreprises? ANNEXES Centre d analyse stratégique

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire. Septembre 2013

Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire. Septembre 2013 Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire Septembre 2013 1 Note méthodologique Etude réalisée pour : Wincor Nixdorf Echantillon : Echantillon de 1001 personnes, représentatif de la population

Plus en détail

Baromètre européen du rapport aux paiements - Vague 1

Baromètre européen du rapport aux paiements - Vague 1 Baromètre européen du rapport aux paiements - Vague Des pratiques uniformisées en Europe? Septembre 04 Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Marine Rey, Chargée

Plus en détail

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés BIM n - 19 février 2008 Ce BIM est réalisé en partenariat avec le Portail francophone de la microfinance : www.lamicrofinance.org.

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES RETRAITES DE L ARTISANAT ET DE LEURS CONJOINTS. Partenaire media

OBSERVATOIRE DES RETRAITES DE L ARTISANAT ET DE LEURS CONJOINTS. Partenaire media OBSERVATOIRE DES RETRAITES DE L ARTISANAT ET DE LEURS CONJOINTS Partenaire media 2 I. PRESENTATION DE L ETUDE Objectifs et méthodologie Objectifs Dans le cadre du partenariat noué entre la MNRA et la FENARA,

Plus en détail

Observatoire des loisirs des Français

Observatoire des loisirs des Français Observatoire des loisirs des Français 8 e édition Rapport d étude TNS 2014 Sommaire 1 Présentation de l étude 3 2 Principaux enseignements 5 3 Résultats 8 TNS 2014 2 1 Présentation de l étude TNS 2014

Plus en détail

7 èmes journées scientifiques du réseau «Analyse Economique et Développement de l AUF»

7 èmes journées scientifiques du réseau «Analyse Economique et Développement de l AUF» Unité de Recherche 047 de l'ird Réseau de Recherche sur les Politiques Economiques et Pauvreté 7 èmes journées scientifiques du réseau «Analyse Economique et Développement de l AUF» Thème des journées

Plus en détail

Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement 80 e Congrès de l ACFAS, Montréal, 7 mai 2012

Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement 80 e Congrès de l ACFAS, Montréal, 7 mai 2012 Les différences entre les sexes dans la prise de décision en matière d épargne et d investissement : résultats tirés de l ECCF de 2 0 0 9 Carole Vincent Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement

Plus en détail

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING SÉLECTION DES RISQUES PRÉVISION DES DÉFAUTS SUIVI ET CONTRÔLE Pierre-Louis GONZALEZ Différents types de

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

q u estions Hommes 28 % 22 % 21 % 18 % *Voir l encadré «indicateurs d état de santé utilisés», p. 2 Source : Enquête décennale santé 2002-2003

q u estions Hommes 28 % 22 % 21 % 18 % *Voir l encadré «indicateurs d état de santé utilisés», p. 2 Source : Enquête décennale santé 2002-2003 Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé résultats Repères Créées par la loi d orientation pour l aménagement et le développement territorial du 4 février 1995,

Plus en détail

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 183 Juillet 2014

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 183 Juillet 2014 Document d études direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 183 Juillet 2014 L activité réduite : quel impact sur le retour à l emploi et sa qualité? Une étude à partir

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne Rapport d étude réalisé pour monabanq. Décembre 2010 CREDOC / 17 mai 2011 1 Synthèse 1 Internet a modifié la relation des Français avec leurs banques en s imposant comme

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Rapport réalisé par le CRÉDOC pour le Comité consultatif du secteur financier Département Évaluation des politiques

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

LES PRÊTS ACCESSION ET TRAVAUX VERSÉS AUX MÉNAGES AU TITRE DE LA PEEC EN 2008

LES PRÊTS ACCESSION ET TRAVAUX VERSÉS AUX MÉNAGES AU TITRE DE LA PEEC EN 2008 Agence Nationale pour la Participation des Employeurs à l effort de Construction LES PRÊTS ACCESSION ET TRAVAUX VERSÉS AUX MÉNAGES AU TITRE DE LA PEEC EN 2008 Mai 2010 GMV Conseil 25 rue Titon F- 75011

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Les jeunes actifs et la retraite

CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Les jeunes actifs et la retraite CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Les jeunes actifs et la retraite 1er juillet 2008 Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres FICHE TECHNIQUE Étude réalisée pour CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT

Plus en détail

Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine des ménages retraités

Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine des ménages retraités CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de Sainte-Jeanne d Arc (C-16) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Rapport réalisé par le CRÉDOC pour le Comité consultatif du secteur financier Département Évaluation des politiques

Plus en détail

Cartographie de la demande et de l utilisation des services financiers par les populations à bas revenus

Cartographie de la demande et de l utilisation des services financiers par les populations à bas revenus Cartographie de la demande et de l utilisation des services financiers par les populations à bas revenus Présentation à l industrie Sénégal 5 Juillet 03 Contextes et objectifs de l étude Contexte Une offre

Plus en détail

L endettement privé des ménages début 2010

L endettement privé des ménages début 2010 Dossier L endettement privé des ménages début 2010 Pierre Lamarche, Laurianne Salembier* Début 2010, 46 % des ménages sont endettés pour un motif privé, c est-à-dire sans lien avec l activité professionnelle,

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France

L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France L équivalent patrimonial des droits à la retraite en France Christophe Daniel (GRANEM, Université d Angers), Anne Lavigne (LEO, Université d Orléans), Stéphane Mottet(GRIEF, Université de Poitiers), Jésus-HerellNzeObame(GRANEM,

Plus en détail

Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée?

Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée? Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée? Contexte Empruntis intervient sur le crédit depuis 15 ans 370 000 ménages nous sollicitent chaque année pour leur besoin en crédit à la consommation

Plus en détail

Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement. Jeudi 10 Novembre 2011

Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement. Jeudi 10 Novembre 2011 Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement Jeudi 10 Novembre 2011 L Observatoire du Financement du Logement de CSA en quelques

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

ANIL HABITAT ACTUALITE. Avril ETUDE. Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS)

ANIL HABITAT ACTUALITE. Avril ETUDE. Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS) Avril ANIL 2001 HABITAT ACTUALITE ETUDE Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS) PRET A 0 % : UN BILAN APRES CINQ ANS D EXISTENCE MARIELLE THOMAS,

Plus en détail

DRAAF de Basse-Normandie. Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie. Situation en 2012 et évolution depuis 1984.

DRAAF de Basse-Normandie. Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie. Situation en 2012 et évolution depuis 1984. DRAAF de Basse-Normandie Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie Situation en 2012 et évolution depuis 1984 Rapport final Biomasse Normandie 19, Quai de Juillet - 14000 CAEN Tél. : 02 31 34

Plus en détail

La nouvelle planification de l échantillonnage

La nouvelle planification de l échantillonnage La nouvelle planification de l échantillonnage Pierre-Arnaud Pendoli Division Sondages Plan de la présentation Rappel sur le Recensement de la population (RP) en continu Description de la base de sondage

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

Indicateur n 14 : Pension moyenne

Indicateur n 14 : Pension moyenne Programme «Retraites» 47 Indicateur n 14 : Pension moyenne Sous-indicateur n 14-1 : de l ensemble des retraités Les évolutions des pensions moyennes (avantage principal de droit direct) brutes en euros

Plus en détail

Image de la carte bancaire auprès des porteurs - France

Image de la carte bancaire auprès des porteurs - France Image de la carte bancaire auprès des porteurs - France Rapport d étude 7 novembre 2005 Contacts TNS SOFRES : Florence de MARIEN 01.40.92.45.59 Benjamine DUROUCHOUX 01.40.92.45.14 BDX R_42GV07_01 Département

Plus en détail

éclairages Le Contrat de sécurisation professionnelle LICENCIÉS ÉCONOMIQUES ET CSP : ANALYSE COMPARÉE PROFIL DES BÉNÉFICIAIRES ET SORTIE DU DISPOSITIF

éclairages Le Contrat de sécurisation professionnelle LICENCIÉS ÉCONOMIQUES ET CSP : ANALYSE COMPARÉE PROFIL DES BÉNÉFICIAIRES ET SORTIE DU DISPOSITIF éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 10 AVRIL 2015 LICENCIÉS ÉCONOMIQUES ET CSP : ANALYSE COMPARÉE PROFIL DES BÉNÉFICIAIRES ET SORTIE DU DISPOSITIF Parmi les licenciés économiques, ceux qui ont bénéficié du

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES USAGERS DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE

ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES USAGERS DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------------- MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES ---------------------- OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DES SERVICES FINANCIERS ENQUETE DE SATISFACTION

Plus en détail

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015

Nombre d enfants à charge des retraités : simulations en projection. Fanny Godet, note INSEE n 22 / DG75-G210 pour le COR, novembre 2015 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 04 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ----------------

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ---------------- REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ---------------- DECRET N 2009-048 Fixant les modalités d application de la loi n 2006-008

Plus en détail

FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com. pour

FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com. pour FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com pour Les Français et leur de santé Résultats détaillés Février 2010 Sommaire - 1 - La méthodologie...

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail