Le besoin d épargne retraite en Europe

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le besoin d épargne retraite en Europe"

Transcription

1 À propos d Aviva Aviva est le 6e assureur mondial*, avec plus de 5 millions de clients répartis en Europe, en Amérique du Nord et dans la zone Asie-Pacifique. Les principaux métiers du groupe Aviva sont l assurance vie et l épargne à long terme, la gestion d actifs et l assurance dommages, avec un chiffre d affaires total de 51, milliards d et 426 milliards d d actifs sous gestion au 1 décembre Aviva est le plus important assureur au Royaume-Uni et l un des premiers assureurs vie et épargne retraite en Europe. En Europe, Aviva exerce ses activités au travers d une stratégie reposant sur deux axes visant à saisir les opportunités considérables qu offrent cette zone géographique. D une part, le programme de transformation des activités européennes «Saut Quantique» («Quantum Leap») a été mis en place avec la création d Aviva Europe (Aviva Europe SE) pour accroître son efficacité et son efficience (Espagne, France, Hongrie, Italie, Irlande, Lituanie, Pologne, République tchèque, Roumanie, Russie, Turquie et Moyen-Orient). D autre part, le développement stratégique de l activité de la filiale à hauteur de 58 %, Delta Lloyd (Allemagne, Belgique et Pays-Bas), suite à son introduction en bourse en Novembre En 2009, Aviva Europe a réalisé plus de 16, milliards de livres sterling de collecte (6 % du total des ventes du groupe) à travers la vente de détail et la bancassurance. Cela a fortement contribué à créer de la valeur et a permis de réaliser un bénéfice opérationnel IFRS de 797 millions de livres sterling (9 % du total du groupe). * sur la base des primes brutes mondiales au 1 décembre 2009 Pour de plus amples informations, Contact presse : Jon Bunn, Directeur de la communication et des affaires publiques, Aviva Europe +44 (0) Contact affaires publiques : Ian Beggs, Responsable des Relations publiques européennes et internationales +44 (0) Le besoin d épargne retraite en Europe Septembre /2010 Aviva plc

2 Sommaire Synthèse 1. Introduction 5 2. Le déficit d épargne pour la retraite en Europe 6. Le déficit d épargne pour la retraite des particuliers Comportement des consommateurs face à l épargne Conclusions 6. Recommandations 7. Données techniques 16 2 Chiffrage du déficit d épargne retraite en Europe

3 Synthèse de l étude Introduction Les tensions croissantes que connaissent les systèmes de retraite des pays européens du fait du vieillissement de la population constituent un problème largement reconnu, le rapport retraités / population active ne pouvant que s accroître. La présente étude examine l adéquation des futures allocations de retraite en chiffrant systématiquement le «déficit des retraites» en Europe. Le déficit ou besoin d épargne retraite correspond à la différence entre, d une part, les prestations dont les Européens partant à la retraite entre 2011 et 2051 auront besoin pour bénéficier d un niveau de vie suffisant à la retraite et, d autre part, les prestations qu ils peuvent espérer actuellement. Le but de cette étude est d analyser le niveau des actifs détenus non liés à la retraite et d examiner de près les comportements des Européens face à cette dernière. Le déficit d épargne retraite en Europe Dans l Union Européenne, le déficit ou besoin d épargne retraite annuel s élève à milliards d euros, soit environ 19 % du PIB pour Cela signifie qu en moyenne les Européens ont besoin de 70 % de leur revenu avant retraite pour disposer d un niveau de vie suffisant ensuite et les fonds de pension d un retour sur investissement de 5 %. Une analyse approfondie révèle qu aucune mesure unique ne peut à elle seule combler totalement ce déficit : - l accroissement du taux de rendement de 5 % à 8 % laisse encore un déficit de milliards d euros. - un accroissement de 10 % des cotisations des retraites publiques laisse encore un déficit de milliards d euros. - verser seulement 50 % du revenu avant retraite laisse un déficit de 669 milliards d euros. - un relèvement de l âge légal de départ à la retraite de 10 ans laisse un déficit d épargne retraite de 841 milliards d euros. Les actifs non liés à la retraite ne pourraient financer que 20 % du besoin d épargne. Le déficit d épargne retraite pour les particuliers Au niveau individuel, les personnes devront accroître leur épargne de euros en moyenne chaque année pour combler totalement leur besoin de financement retraite personnel. Les personnes plus âgées devront recourir à plusieurs stratégies de financement afin de générer suffisamment de revenus pour leur retraite, ou bien de travailler plus longtemps, alors que les plus jeunes disposent de plus de temps pour accroître leur niveaux annuels d épargne retraite. Ce sont les classes moyennes qui souffriront certainement le plus du déficit d épargne retraite. Comportement des consommateurs face à l épargne Bien que les inquiétudes liées à la retraite sont courantes, les attentes en matière de niveaux de revenu à la retraite ne diminuent pas. Pour les citoyens européens, c est toujours le régime public qui financera l essentiel de leur retraite. Conclusions Au niveau de l Europe : - Le déficit d épargne pour la retraite est important et ne peut que s accroître, si des mesures urgentes ne sont pas prises. - Ces mesures devront être assorties d une combinaison de réformes et de modifications de comportement chez les consommateurs. - Il est indispensable que les Européens prennent conscience de la nécessité d épargner le plus tôt et le plus possible. Au niveau des individus : - Les Européens doivent être davantage responsables de leurs retraites. - Le facteur influant le plus sur la capacité d un individu à maintenir son niveau de vie pendant la retraite est le montant de son épargne qui doit correspondre à ses attentes en matière de confort de vie. - Les actifs non directement liés à la retraite d une personne, tels que les biens immobiliers, ne constituent qu une partie d une stratégie plus ample visant à assurer ses besoins lors de la fin de sa vie active. Recommandations d action Pour répondre au déficit d épargne pour la retraite et afin d inciter à adopter des niveaux d épargne plus élevés, Aviva demande : - à la Commission européenne de créer une norme européenne de qualité pour les retraites, afin de restaurer la confiance dans les instruments d épargne retraite et d établir et suivre un objectif européen d épargne retraite. Les gouvernements nationaux seraient ainsi encouragés à rééquilibrer leurs systèmes de retraite avec des régimes mieux financés - aux gouvernements nationaux de s employer à tenir leurs citoyens régulièrement informés de leur système de retraite. Ces derniers pourraient alors connaître les prestations qu ils recevraient, réfléchir aux incitations à épargner et découvrir qu il est toujours profitable d être prévoyant pour sa retraite

4 «Nous ne pouvons pas ignorer le fait que l allongement de l espérance de vie s accompagne de défis pour les gouvernements, les particuliers et le secteur. Toutes les parties intéressées doivent s attacher à ce que la vie ne soit pas seulement plus longue, mais plus riche dans tous les sens du terme.»

5 1 Introduction Les tendances démographiques des 20 dernières années montrent le vieillissement des populations européennes : il est prévu que le ratio retraités / actifs passera de un pour quatre en 2010 à un pour deux vers Nous ne pouvons ignorer que l allongement de l espérance de vie, due aux découvertes scientifiques et médicales récentes -qui doivent être reconnues pour avoir augmenté la longévité conjuguées à la chute des naissances, présentent de nouveaux défis pour les gouvernements, les individus et le secteur de l assurance. Toutes les parties intéressées doivent s attacher à ce que la vie ne soit pas seulement plus longue, mais plus riche dans tous les sens du terme. Les politiques adoptées par les gouvernements nationaux pour relever ce défi vont d un relèvement modeste de l âge légal de départ à la retraite, à un changement de cap vers des régimes à cotisations définies, jusqu à l introduction de régimes de retraite obligatoires ou volontaires pour tous les salariés. Ces mesures représentent une avancée, mais les gouvernements doivent encore faire face aux tensions croissantes sur les prestations de retraite dans le secteur public. Cette situation a été encore exacerbée par la récente crise financière et signifie que les particuliers devront assumer des responsabilités accrues en vue d assurer leur propre avenir. À ce jour, les efforts visant à comprendre l ampleur de l insuffisance potentielle des allocations de retraite en l Europe ont été sporadiques et axés sur le niveau national. Dans cette étude, Aviva cherche à introduire la perspective du consommateur dans le débat, en examinant la différence entre la prestation de retraite nécessaire pour s assurer un niveau de vie convenable à la retraite et le montant des prestations de retraite qu ils peuvent espérer actuellement. Nous avons travaillé avec Deloitte pour chiffrer ce différentiel entre les attentes et la réalité ce que nous avons appelé le «déficit d épargne retraite». À partir du résultat de cette analyse, nous nous sommes interrogés sur les actifs dont disposent les personnes en dehors de leurs prestations de retraite et sur ce qu ils pensent de leurs perspectives financières pour la retraite. Pour nous pencher sur ces questions, nous avons examiné le niveau d actifs non liés à la retraite dont disposent les citoyens européens, et, conjointement avec The Futures Company, nous avons enquêté sur les comportements du grand public face à la retraite. Ce rapport vous guide à travers les conclusions d une analyse qui, je l espère, fournit un instantané incitant à la réflexion sur l épargne sur le continent européen. Nous nous sommes délibérément intéressés à l aspect «besoin de financement» du débat par l examen de questions du type «Qui disposera de quoi?», «De quoi auront-ils besoin?» et «D où cela proviendra-t-il?» afin d offrir aux gouvernements et aux citoyens de l UE un point de vue sur ce que nous réserve l avenir et sur ses conséquences. J espère que ce rapport contribuera au débat en mettant en évidence la dimension du problème et ses manifestations diverses en l Europe. Il représente le début de l engagement à long terme d Aviva consistant à examiner et prendre en charge ces enjeux en partenariat avec les consommateurs, les gouvernements et les autorités de réglementation, tant sur le plan national que sur le plan européen. Andrea Moneta, Directeur général, Aviva EMEA 1 EU27 forecast old age dependency ratio ( ), Eurostat (prévisions pour les 27 pays de l UE concernant le ratio de dépendance des personnes âgées) aviva.co.uk 5

6 Le déficit d épargne retraite en Europe 2.1 Dans l Union européenne, le déficit annuel d épargne retraite s élève à milliards d euros Il existe actuellement un écart entre le niveau de prestations de retraite que les personnes doivent normalement percevoir et celui de la prestation dont elles auront besoin. Aviva a chiffré ce «déficit d épargne retraite» en examinant les montants annuels supplémentaires que les citoyens partant à la retraite entre 2011 et 2051 auraient besoin d épargner en plus de leur revenu anticipé d un régime de retraite du secteur privé ou du secteur public afin d avoir un niveau de vie suffisant à la retraite. Dans le contexte qui nous intéresse, «suffisant» est défini comme un revenu moyen de retraite correspondant à 70 % du revenu avant retraite niveau utilisé par l Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) et conformément à nos propres études sur les consommateurs (cf section 7 pour de plus amples détails). Selon cette approche et en observant exclusivement les actifs liés aux prestations de retraite, les études d Aviva montrent que les citoyens européens doivent trouver chaque année un montant supplémentaire d épargne de milliards d euros pour combler totalement le déficit d épargne retraite. Ce montant, équivalent à 19 % du PIB pour 2010, est supérieur au coût estimé de la récente crise économique 2. Le déficit d épargne retraite correspond à la différence entre, d une part, les prestations dont les actifs partant à la retraite entre 2011 et 2051 auront besoin pour bénéficier d un niveau de vie adéquat à la retraite et, d autre part, les prestations qu ils peuvent espérer actuellement en montant annuel , ,0 468,8 74,0 401, ,0 9,5 20,2 25, 40,2 68,8 97,6 170,5 24,5 91,0 LT HU IE CZ RO PL IT ES FR DE milliards d euros par an UK Autres pays 27 pays de l UE RUS TK Figure 1 : Déficit total annuel de l épargne-retraite dans l UE pour les personnes partant à la retraite entre 2011 et Conséquences budgétaires de la crise financière mondiale, (FMI, 2009 ) Fiscal implications of the Global Economic and Global Crisis (IMF, 2009) Le déficit d épargne retraite a par ailleurs été chiffré pour la Russie et la Turquie. Voir Données techniques (section 7). 6 Richesse Chiffrage de du la déficit retraite d épargne ou pauvreté retraite du retraité en Europe?

7 Le déficit ou besoin d épargne retraite varie sensiblement selon les pays. En termes absolus, c est dans les économies de l Europe de l Ouest, Royaume-Uni, France, Allemagne et Espagne, que l on peut observer les insuffisances les plus importantes. Ces pays ont des populations importantes et, en conséquence, verront un nombre croissant d actifs partir à la retraite. Ces pays ont également certains des revenus avant retraite les plus élevés de toute l Europe, ce qui implique que les niveaux de revenus estimés dont leurs citoyens ont besoin pour leur retraite sont plus élevés que sur d autres marchés. Le chiffrage du déficit d épargne destinée à la retraite annuel dans les pays d Europe centrale et d Europe de l Est a induit une réflexion supplémentaire sur ce qui influe sur ce déficit et sur ce que l avenir réserve. Dans bon nombre de ces pays, le déficit est inférieur à celui de leurs homologues d Europe de l Ouest, ce qui semblerait indiquer l effet des réformes récentes sur leurs systèmes de retraite visant spécifiquement à traiter les enjeux d adéquation et de viabilité. Les hypothèses formulées autour de l inflation salariale et des revenus du secteur informel de l économie influencent notablement l ampleur du déficit dans les pays d Europe centrale et d Europe de l Est. Aviva a retenu comme hypothèse que les salaires pratiqués dans ces économies finiront par s aligner, à la longue, sur ceux des économies de l Europe de l Ouest, mais, en revanche, exclu les revenus du secteur informel de l analyse. Si l on y ajoutait les estimations sur les revenus du secteur informel, le déficit d épargne retraite serait supérieur de près de 60 %. Conséquence : Malgré l existence en Europe de systèmes de retraite publics comparativement bien développés, il existe un important déficit d épargne retraite qui ne peut que se creuser à mesure que se poursuit le vieillissement des populations. Pour les consommateurs, la réduction du niveau de vie à la retraite pourrait être écartée par un niveau d épargne plus élevé ou l acceptation de l allongement de la durée de la vie active. 7

8 2.2 Aucune réforme unique ne peut combler totalement le déficit à elle seule Bien que ce rapport porte essentiellement sur la notion d adéquation, nous devons également nous pencher brièvement sur la question de la viabilité. 20 Il est tout à fait possible que les budgets de nombreux pays ne puissent tout simplement pas continuer à financer les populations vieillissantes au taux actuel. Le rapport 2009 sur le vieillissement publié par la Commission européenne montre l ampleur de l accroissement des dépenses publiques pour les retraites d ici à 2050, en pourcentage du PIB prévu ,1 % 8,4 % 8,2 % 0,7 % 14,0 % 6,6 % 1,2 % 1,0 % 2, % 10,9 % 1,9 % 10,4 % Niveau actuel (pensions gouvernementales en % du PIB) Surcroît de dépense (pensions gouvernementales en % du PIB) 2,1 % 11,6 %,6 % 2,4 % 10, % 2,6 % 7,8 % 1,5 % 4,0 % 6,8 % 6,8 % 6,6 % 4,0 % 0 Surcroît de dépense ES (en milliards 199,5 d euros) RO 27,5 IT 22,8 FR 59, HU 5,7 DE 87, LT 2,4 CZ 7,6 SK,8-2,5 % PL -18,2 UK 90,4 IE 25,6 Total 51,9 Figure 2 : Accroissement des dépenses publiques pour les retraites d ici à 2050 (en pourcentage du PIB prévu) Source : Rapport 2009 sur le vieillissement (Commission européenne, 2008) Pour s attaquer au déficit d épargne retraite, il incombera aux gouvernements d envisager une série d options. Accroître le taux de l épargneretraite fournirait une base solide, et les statistiques indiquent que les taux d épargne ont légèrement augmenté au cours des dernières années ; en revanche, des facteurs tels que l aptitude ou la propension des individus à épargner joueront toujours un rôle à cet égard, de même que milliers l encours de la dette à rembourser. Surcroît de dépense (pensions gouvernementales en % du PIB) % 12% 10,8% % 1,6% Taux d épargne brute (en %) 1 Prêts aux ménages (en milliers de milliards d euros) 2 1 Taux d épargne brut des 27 pays de l UE (épargne brute des ménages/ revenu disponible brut des ménages, non désaisonnalisé). Source : Eurostat Emprunts des ménages pour les 27 pays de l UE (sorties nettes des emprunts des ménages, c.-à-d. les remboursements de prêts). Source : ECB % Figure : Taux d épargne brute et prêts aux ménages en Europe Source : Taux d épargne des ménages (Base de données statistiques Eurostat 2010) Richesse Chiffrage de du la déficit retraite d épargne ou pauvreté retraite du retraité en Europe?

9 Aviva a étudié une série de moyens d action potentiels en vue de traiter le déficit d épargne retraite par la modification et l étalonnage des données d entrée essentielles dans son modèle de déficit d épargne retraite annuel. Cette analyse apporte des perspectives importantes sur l ampleur et la nature du besoin financier ainsi qu un éclairage sur les défis de taille auxquels sont confrontés les responsables politiques en Europe. milliards d euros par an 2000 Retour sur investissement de 8 % pour les caisses de retraite Accroissement de 10 % des cotisations de retraite publiques Vivant sur 50 % du revenu avant retraite Relèvement de 10 ans de l âge de départ à la retraite (sur le plan national) 0 Voici ce que révèle notre analyse : Figure 4 : Déficit total annuel d épargne retraite dans l UE pour les personnes partant à la retraite entre 2011 et 2051, compte tenu de conditions économiques variables ou de mesures de politique publique Le montant de l épargne compte davantage que son rendement : l amélioration du rendement de l épargne investie dans une caisse de retraite a un impact limité sur le déficit notre modèle retient l hypothèse d un taux de rendement de 5 %, mais même avec un rendement de 8 %, le déficit est encore de milliards d euros Accroître le niveau des retraites publiques ne ferait que réduire le déficit d un sixième : une hausse de 10 % des cotisations de retraites publiques ne ferait baisser le déficit qu au niveau de milliards d euros et, dans tous les cas, il n est guère envisageable d augmenter les cotisations des retraites publiques dans le contexte actuel de l économie et de la pression sur les finances publiques. Vivre avec un montant de retraite inférieur réduit le déficit de deux tiers : vivre sur seulement 50 % des revenus d avant retraite se traduit par un déficit d épargne retraite de 669 milliards d euros (toutefois, ce chiffre est inférieur à ce dont les individus pensent avoir besoin pour vivre à l abri du besoin durant la retraite voir section 4). Un relèvement important de l âge de la retraite sur le plan national serait efficace mais loin de faire l unanimité : un relèvement de l âge de la retraite de 10 ans ferait baisser le déficit au niveau de 841 milliards d euros, mais il ne pourrait être introduit que sur une longue période pour répondre aux perceptions et aux attentes du public en matière d accroissement de la longévité. Conséquence : beaucoup de gouvernements ont récemment introduit plusieurs de ces options, ou sont en train d en débattre. Cependant, ils reconnaissent qu il n existe pas une mesure unique prise par les pouvoirs publics qui soit à elle seule susceptible de combler totalement le besoin d épargne retraite. Les réformes gouvernementales devront envisager une combinaison de mesures, allant de l encouragement à épargner davantage au relèvement de l âge légal de départ à la retraite, en passant par une meilleure collaboration avec des prestataires privés en vue de mettre au point des solutions de retraite répondant aux besoins des consommateurs. 9

10 2. Les actifs non liés à la retraite ne pourraient financer que 20 % du déficit d épargne retraite Dans le cadre de leurs réflexions pour une retraite à l abri du besoin, la plupart des Européens envisagent d autres actifs, au-delà de ceux qui sont investis dans les caisses de retraite. Toutefois, dans quelle mesure des actifs non liés à la retraite, tels que des biens immobiliers, peuvent-ils être transformés en revenus de retraite pour répondre à l insuffisance de ces derniers? La contribution de la partie du patrimoine non liée à la retraite pour combler le déficit d épargne retraite dépend des hypothèses retenues relatives aux legs de biens personnels (c.-à-d. combien les personnes laissent-elles à leur famille, amis et autrui) et de la consommation (qui est liée aux incertitudes des personnes concernant la durée de leur vie et, par conséquent, à la mesure dans laquelle ils peuvent puiser dans leurs actifs pendant la retraite). Il est essentiel que la société et les particuliers réfléchissent à la façon d utiliser leurs actifs pour couvrir certains coûts, par exemple ceux des soins à long terme, et à la façon dont les modèles de transmission du patrimoine aux générations suivantes se transformeront. L incertitude quant à la capacité de la partie du patrimoine non liée à la retraite à être disponible pour financer le revenu de retraite aura pour conséquence des variations considérables dans les estimations. Sur la base de scénarios simples, Aviva estime que, annuellement, les Européens disposeront d un montant situé entre 20 % du déficit d épargne retraite et 60 % du déficit d épargne retraite en actifs non liés à la retraite dans lesquels ils pourront puiser pendant leur retraite. Déficit annuel d épargne retraite (en milliards d euros) Contribution des actifs non liés à la retraite Avec des legs de biens personnels/autres dépenses de 100 % de la valeur du logement et 50 % d actifs non-vie Pas de legs de biens personnels ou autres dépenses, autres que 100 % de la valeur du logement Pas de déductions à l exception de la déduction fiscale France 24,5 0 % 40 % 80 % République tchèque 25, 10 % % 45 % Allemagne 468,8 20 % 0 % 55 % Hongrie 9,5 20 % 5 % 1 % Irlande 20,2 0 % 45 % 90 % Italie 97,6 55 % 85 % 220 % Lituanie 5 20 % 5 % 50 % Pologne 68,8 % 0 % 65 % Roumanie 40,2 5 % 10 % 25 % Espagne 170,5 % 25 % 85 % Royaume-Uni 79 % 25 % 50 % Russie 401,7 5 % 5 % 10 % Turquie 91 5 % 10 % % Total 17 % 27 % 60 % Figure 5 : Utilisation au niveau du pays d actifs non liés aux prestations de retraite pour contribuer à combler le déficit d épargne retraite Il est clair que la partie du patrimoine non liée à la retraite ne peuvent pas, à eux seuls, combler le déficit d épargne retraite, ceci même en supposant que les futurs retraités ont été en mesure de (ou ont été prêts à) dépenser la totalité de ce patrimoine pendant leur retraite. Conséquence : au niveau macroéconomique, la partie du patrimoine non liée à la retraite ne sera pas suffisante pour combler intégralement le déficit d épargne retraite. Les niveaux actuels de ces actifs patrimoniaux devraient par conséquent être considérés comme étant seulement l un des éléments d une stratégie d épargne de plus grande ampleur pour la retraite. 10 Richesse Chiffrage de du la déficit retraite d épargne ou pauvreté retraite du retraité en Europe?

11 Le déficit d épargne retraite des particuliers.1 Il faudrait que certains citoyens accroissent leur épargne de euros en moyenne chaque année pour combler totalement le déficit d épargne retraite En raison du déficit d épargne retraite à un niveau national, il peut s avérer difficile d en saisir les conséquences pour les particuliers. Le tableau ci-dessous indique le montant moyen que chaque personne partant à la retraite entre 2011 et 2051 aurait à épargner par an en vue de combler totalement son déficit d épargne retraite ,6 12, 9 9,1 milliers d euros par an ,6 7,0 7,9 5, ,9,0,1,4,7 2,4 1 0 HU LT IT PL RO CZ Figure 6 : Déficit annuel moyen de l épargne-retraite par personne pour une personne partant à la retraite entre 2011 et 2051 (en euros) ES FR IE DE UK RUS TK.2 Les personnes plus âgées devront recourir à plusieurs stratégies afin de générer suffisamment de revenus de retraite, ou bien travailler pendant plus longtemps, tandis que les personnes plus jeunes disposeront de plus de temps pour accroître leurs niveaux annuels d épargne pour la retraite Une analyse plus détaillée révèle qu une part importante du déficit d épargne retraite est générée par des revenus de retraite inadéquats pour ceux qui se rapprochent du départ à la retraite (dans les 10 dernières années précédant l âge du départ à la retraite). Ces personnes n auront pas le temps d accumuler suffisamment d épargne pour combler le déficit d épargne retraite avant de partir à la retraite et il leur faudra envisager de puiser dans leurs actifs non liés à la retraite, de travailler plus longtemps ou de revoir leurs attentes à la baisse à l âge de la retraite. En revanche, les personnes plus jeunes disposeront de plus de temps pour financer ce déficit par un accroissement de l épargne : il est encore temps de s employer à résoudre ce problème.. Ce sont les classes moyennes qui souffriront certainement le plus du besoin d épargne retraite Pour ceux qui se rapprochent du départ à la retraite, le recours à des actifs non liés à la retraite pourrait représenter l un des éléments d une stratégie diversifiée visant à combler leur déficit d épargne retraite. Pour les particuliers fortunés disposant d importants actifs patrimoniaux non liés à la retraite, ce ne devrait pas être un problème. En revanche, pour les 80 % restants de la population (c est-à-dire quatre Européens sur cinq), les actifs non liés à la retraite ne représenteront qu entre 420 et 1 00 euros par an de revenu complémentaire, et, là encore, tout dépend des hypothèses sur les legs de biens personnels. Alors que les tranches à faible revenu seront vraisemblablement prises en charge par les systèmes de retraite et d aide sociale publics, ce sont les salariés à revenu moyen qui seront certainement les plus exposés. Conséquence : chaque Européen devra adopter une attitude plus responsable face à son besoin d épargner pour la retraite et le faire plus tôt. Chacun devra surveiller et réfléchir à sa situation financière actuelle et future. Ceux qui ne peuvent pas augmenter le rythme de leur épargne, ou ceux qui choisissent de ne pas investir à long terme devront, en toute probabilité, travailler plus longtemps (et prendre leur retraite plus tard), ou bien accepter une réduction de leur niveau de vie durant la retraite. 11

12 4Comportement des consommateurs face à l épargne Le chiffrage du déficit d épargne retraite a mis en évidence le fait que les gens ont besoin d épargner davantage lorsqu ils en ont la possibilité. Comment les citoyens réagissent-ils à cette nécessité et quelles sont leurs attentes actuelles en matière de retraite? Une étude récente réalisée pour Aviva par The Futures Company a étudié les comportements et les attentes des consommateurs d âge actif en matière de retraite. 4.1 Les inquiétudes liées à la retraite sont courantes, mais les attentes en matière de niveaux de revenu à la retraite ne diminuent pas pour autant La plupart des personnes, dans chaque pays étudié, s inquiète de ne pas avoir suffisamment d argent durant la retraite pour s assurer un niveau de vie suffisant. Les deux tiers des personnes interrogées ont estimé qu ils auraient besoin de la moitié (50 %) au moins de leur revenu d avant retraite uniquement pour subvenir à leurs besoins élémentaires durant la retraite. La plupart préfèrerait disposer d au moins trois quarts (75 %) de leur revenu mensuel. Royaume-Uni Irlande France 100 % Enviro Enviro Enviro Tous les c Italie Espagne Pologne Figure 7 : De quelle proportion de votre revenu total mensuel probable avant retraite pensez-vous avoir besoin pour une retraite aisée? % de mon revenu mensuel Moins de 1/4 de mon revenu mensuel Environ /4 de mon revenu mensuel Je n'ai pas réfléchi au revenu dont j aurais besoin Environ 1/2 de mon revenu mensuel Ne sait pas Environ 1/4 de mon revenu mensuel Tous les chiffres des graphiques sont exprimés en pourcentages 12 Richesse Chiffrage de du la déficit retraite d épargne ou pauvreté retraite du retraité en Europe?

13 4.2 Pour les citoyens européens c est toujours le régime public qui financera l essentiel de leur retraite Pour au moins deux personnes interrogées sur dix c est le régime public qui financera la partie la plus importante de leur revenu de retraite. Cette proportion s élevant à quatre personnes sur dix dans des pays tels que l Espagne ou la Pologne. Parmi les autres éléments importants de la retraite, figurent les prestations de la retraite, l épargne, les placements en biens immobiliers, ou simplement le fait de travailler plus longtemps. Royaume-Uni Irlande France Une retrait Épargne-re Régime de Travailler a Tous les chiffr 2 0 Italie Espagne Pologne Figure 8 : Quel sera l élément le plus important du financement de votre retraite? 18 Une retraite publique Épargne-retraite régulière Régime de retraite d un prestataire financier Travailler au-delà de l âge de départ à la retraite Votre résidence Biens immobiliers autres que votre résidence principale Argent fourni par votre famille Objets de valeur que vous comptez vendre 28 Tous les chiffres des graphiques sont exprimés en pourcentages 45 1

14 Lorsqu on leur pose la question directement. Il est surprenant de voir qu un nombre élevé d Européens accepte l idée de devoir travailler au-delà de l âge normal de la retraite. Quatre personnes sur dix dans des pays tels que l Espagne et la Pologne ont même accueilli favorablement cette idée (et même cinq personnes sur dix en Irlande), ce qui peut être considéré comme une réflexion sur la longévité et les améliorations apportées à la santé. Naturellement, cette décision s accompagne de nouveaux défis : les employeurs devront s adapter à une main d œuvre plus âgée et les employés pourraient rechercher des opportunités d emploi alternatives à mesure qu ils deviennent plus âgés. Royaume-Uni Irlande France Tout à Assez Tous les ch Italie Espagne Pologne Figure 9 : «Je voudrais travailler, soit à plein temps, soit à temps partiel, après l âge habituel de départ à la retraite» Tout à fait d accord Assez d accord Ni d accord, ni pas d accord Pas vraiment d accord Pas du tout d accord Ne sait pas 18 Tous les chiffres des graphiques sont exprimés en pourcentages Conséquence : même si les consommateurs commencent à prendre conscience de leur déficit personnel d épargne retraite, les gouvernements et les prestataires privés doivent faire des efforts supplémentaires afin de pouvoir communiquer avec eux sur leurs besoins et leurs options en matière de retraite. Compter simplement sur l État pour que celui-ci procure un revenu de retraite n est plus une option, car de fortes pressions sont exercées sur les systèmes de retraite publics par des populations vieillissantes vivant plus longtemps. Une mobilisation supplémentaire est nécessaire pour aider les consommateurs à comprendre la contribution que les actifs non liés à la retraite pourront apporter à leurs besoins en matière de retraite. Il sera extrêmement important de trouver de nouvelles façons d encourager l épargne. À mesure que les gouvernements cherchent à réduire la dépendance à l égard des retraites publiques et à encourager les consommateurs à épargner, la combinaison d incitations claires et attractives et d instruments d épargne sera sans aucun doute un outil puissant pour encourager une plus grande autonomie dans les années de retraite. Parallèlement, il appartient aux prestataires privés de proposer des produits simples, clairs et fiables. 14 Chiffrage du déficit d épargne retraite en Europe

15 5 Conclusions Le déficit d épargne retraite soulève des difficultés notables en Europe. Bien que la nature de ces difficultés et des solutions potentielles puissent varier en fonction de la structure des prestations existantes dans chaque pays et des conditions sociales et culturelles dans lesquelles ces éléments fonctionnent, Aviva a tiré les conclusions suivantes qui s appliquent à l ensemble de la région : Conclusions pour les gouvernements Le déficit d épargne retraite est important et ne peut que s accroître, si des mesures urgentes ne sont pas prises. En réalité, il n existe pas de mesure unique qui puisse être mise en place pour combler totalement le déficit d épargne retraite. Les gouvernements devront combiner diverses mesures, telles que décider le relèvement de l âge du départ à la retraite ou bien offrir de meilleures incitations à l épargne dans le cadre d un régime de retraite privé, en particulier pour les salariés à revenu moyen. Il est indispensable que les gens comprennent la nécessité d épargner davantage et plus tôt. Conclusions pour les particuliers Les particuliers doivent assumer davantage de responsabilités en vue d assurer leur propre retraite. Ce qui influe sur la capacité d un individu à maintenir son niveau de vie est le montant de son épargne durant sa vie active. Les actifs patrimoniaux non liés à la retraite d une personne, tels que les biens immobiliers, ne peuvent constituer qu une partie d une stratégie plus ample visant à assurer ses besoins en matière de retraite. 6 Recommandations Pour réduire le déficit d épargne retraite et inciter à l adoption de niveaux d épargne plus élevés, Aviva recommande : Au niveau de l Europe La création d une norme européenne de qualité pour les retraites : permettre aux prestataires de faire la preuve de la qualité et de la sécurité de leurs produits, faciliter la comparabilité et renforcer la confiance du consommateur. L établissement d un objectif européen d épargne retraite : variable par pays, et calculé en pourcentage du PIB et / ou par répartition dans chaque pilier. Un objectif d épargne retraite encouragerait les gouvernements nationaux à faciliter une meilleure culture de l épargne dans leur pays et à aller dans la direction d un plus grand pourcentage de plans de retraite financés. Au niveau national La publication d informations régulières sur les retraites à tous les citoyens : les consommateurs seraient ainsi encouragés à considérer la retraite publique comme un simple élément d une stratégie diversifiée visant à subvenir à leurs besoins dans le futur. Ils seraient incités à prendre des mesures dictées par une compréhension claire des avantages dont ils pourraient profiter à leur retraite. Un examen des mesures nationales visant à encourager l épargne : il permettrait d analyser, d une part, l efficacité des plans incitatifs existants en matière d épargne retraite, leur impact et leur visibilité et, d autre part, de vérifier si ces mesures correspondent bien à l objectif d inciter les personnes qui ont le plus besoin d être encouragées à épargner à modifier leur comportement.

16 Données techniques

17 7Données techniques 7.1 Chiffrage du déficit d épargne retraite Méthodologie La méthodologie employée pour chiffrer le déficit ou besoin d épargne retraite est basée sur une analyse ascendante des pays suivants : République tchèque, Allemagne, Espagne, France, Hongrie, Irlande, Italie, Pologne, Roumanie et Royaume-Uni. Par ailleurs, le déficit d épargne retraite a été chiffré pour la Russie et la Turquie des pays dans lesquels Aviva exerce des activités pour permettre la comparaison et l analyse par rapport aux pays non membres des 27 pays de l UE. Dans chaque cas, une analyse détaillée a été effectuée pour chiffrer le déficit annuel des revenus de retraite et l insuffisance de capital à l âge de la retraite afin d établir un chiffre pour l épargne supplémentaire nécessaire pour répondre à cette insuffisance. L hétérogénéité des systèmes de retraite dans l ensemble des États membres de l UE rend nécessaire une certaine simplification afin de permettre une analyse comparative entre les pays. Trois catégories ont été identifiées : Les retraites publiques Les retraites à prestations déterminées obligatoires et volontaires du secteur privé Les retraites à cotisations déterminées obligatoires et volontaires du secteur privé Les produits non liés à la retraite qui sont seulement utilisés pour fournir un revenu de retraite sont également inclus dans l analyse sous la catégorie «retraite à cotisations déterminées». Seuls les deux exemples suivants ont été identifiés : En Hongrie, où les comptes de retraite individuels volontaires sont gérés par les banques et les sociétés de bourse En Allemagne et en Espagne, où les contrats d assurance sont spécifiquement utilisés pour fournir un revenu de retraite Données Les données de cette analyse sont basées sur un programme de recherche secondaire dirigé par Deloitte et sur des séances d étude avec des experts nationaux d Aviva. L analyse initiale a couvert dix États-membres de l UE, représentant près de 80 % de la population de l UE. Les résultats ont ensuite été extrapolés pour évaluer le déficit d épargne retraite à l échelle de toute l UE. Scénario de référence Les hypothèses du scénario de référence utilisées aux fins de cette analyse se présentent comme suit : Variable Hypothèse Taux de remplacement Faible revenu : 90 % ; revenu moyen : 65 % ; revenu élevé : 55 % Rendement de l épargne Âge du départ à la retraite 5 % p.a. Âge moyen du départ à la retraite par pays Les sensibilités utilisées afin d essayer des scénarios alternatifs sont des variations sur les hypothèses du scénario de référence. 17

18 7.2 Calcul des niveaux actifs non liés à la retraite Champ d application et données Les données utilisées pour déterminer l importance des actifs non liés à la retraite ont été obtenues à partir d un modèle global d actifs financiers personnels développé par Aviva conjointement avec Oliver Wyman. Bien que des différences existent dans la période couverte par ce modèle et dans les travaux de Deloitte, dans les deux cas un chiffre annualisé peut être calculé pour établir une comparaison directe entre les montants que les personnes ont besoin d épargner pour combler leur déficit d épargne retraite et les montants épargnés annuellement dans des actifs non liés à la retraite. Le chiffrage des actifs patrimoniaux non liés à la retraite dépend fortement des hypothèses retenues concernant les déductions c est-à-dire les incidences fiscales sur la vente des actifs non liés à la retraite et le degré auquel ces actifs financeront des exigences à long terme en matière de soins de santé, ou bien feront partie d un legs de biens personnels à des membres de la famille ou à des amis. Dans tous les cas, nous avons utilisé un taux d imposition de 10 % sur les revenus réalisés sur tous les actifs. L analyse effectuée par Aviva des actifs non liés aux prestations de retraite a utilisé trois scénarios : 1. Les retraités bénéficient d un revenu de 100 % des actifs prévus pour la retraite, 50 % d autres actifs liquides mais ne bénéficiant d aucun revenu issu du logement (les autres actifs sont soit légués à la génération suivante soit utilisés pour couvrir d autres coûts imprévus, par ex., soins de santé / soins à long terme, etc.) ; 2. Les retraités bénéficient d un revenu de tous les actifs, à l exception de leur logement ;. Les retraités bénéficient d un revenu de tous leurs actifs, y compris de leur logement (bien que cela soit improbable et nécessiterait des prédictions exactes concernant la durée de vie!). Les niveaux de contribution, qui proviennent d actifs non liés à la retraite, et qui ont une incidence sur le déficit d épargne retraite, sont arrondis au 5 % le plus proche afin de refléter l exactitude probable et l incertitude à propos de la quantité de ces actifs qui serait réellement disponible pour financer la retraite. De ces scénarios, le premier est le plus proche de la situation actuelle, bien que des données cohérentes dans toute la région sont rares sur les coûts imprévus et le niveau des legs de biens personnels. Le scénario est tout à fait optimiste. Non seulement il nécessite une réalisation efficace des actifs et également l existence d individus faisant des prédictions précises sur la durée de leur vie, mais encore il ne tient pas compte de l impact d une réduction des actifs légués reçus par les cohortes ultérieures dans le modèle. 7. Enquête sur le comportement des consommateurs face à l épargne Enquête sur le comportement du consommateur L enquête sur le comportement des consommateurs face à l épargne, à présent dans sa septième année, est une étude quantitative globale du comportement du consommateur à l égard de sujets tels que le risque, les conseils, l investissement et la retraite, effectuée pour le compte d Aviva par The Futures Company. Il s agit d une enquête représentative sur le plan national d adultes âgés d au moins 18 ans pour déterminer et suivre le comportement des consommateurs par rapport à l épargne, et fournir une évaluation de niveau élevé des enjeux relatifs au consommateur dans chaque pays. L enquête Aviva 2010 couvre six marchés européens : Le Royaume-Uni, la France, l Italie, l Espagne, la Pologne et l Irlande. Mille personnes ont été interrogées dans chaque marché. 18 Chiffrage du déficit d épargne retraite en Europe

Le besoin d épargne retraite en France. Septembre 2010. EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46

Le besoin d épargne retraite en France. Septembre 2010. EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46 Le besoin d épargne retraite en France Septembre 2010 EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46 A propos d Aviva France Aviva est le 6 e assureur mondial*, avec plus de 5 millions de clients répartis

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Trois solutions au paradoxe des retraites

Trois solutions au paradoxe des retraites Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Trois solutions au paradoxe

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

En 1999-2000, 57 % des prestations de pension provenaient de l État et 43 % du secteur privé.

En 1999-2000, 57 % des prestations de pension provenaient de l État et 43 % du secteur privé. ROYAUME-UNI Les grandes caractéristiques du système des pensions Le premier pilier du régime de pensions britannique comprend une pension forfaitaire de base et une pension complémentaire liée aux salaires

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Le rapport d Amours revisité

Le rapport d Amours revisité Le rapport d Amours revisité Selon le rapport D Amours, plus de 1 700 000 travailleurs québécois ne participent à aucun régime d épargne collective. Un travailleur sur deux n a donc comme protection en

Plus en détail

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE Dreyfus Louyebo Fortune et patrimoine guide de l investissement en France Essai Editions Persée Consultez notre site internet Editions Persée,

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Tendances en matière de

Plus en détail

MeDirect. Gestion de patrimoine en ligne, sur mesure et accessible à tous. Comment créer un revenu complémentaire de retraite?

MeDirect. Gestion de patrimoine en ligne, sur mesure et accessible à tous. Comment créer un revenu complémentaire de retraite? MeDirect Gestion de patrimoine en ligne, sur mesure et accessible à tous Comment créer un revenu complémentaire de retraite? Bonjour Chez MeDirect nous pensons que chacun devrait être capable d obtenir

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

INTRODUCTION 2 BLACKROCK GLOBAL INVESTOR PULSE

INTRODUCTION 2 BLACKROCK GLOBAL INVESTOR PULSE FRANCE INTRODUCTION Nous avons le plaisir de vous présenter la quatrième édition de l enquête Investor Pulse de BlackRock, l une des plus vastes études au monde sur le comportement des investisseurs. Sur

Plus en détail

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Le Défi des retraites S. PARIS-HORVITZ - 26/04/2006 1 Sommaire Le défi démographique Le défi des

Plus en détail

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE Donnez de l assurance à votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas Cardif assure

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Développement des ressources humaines

Développement des ressources humaines Développement des ressources humaines Comme il a été dit plus haut, la compétitivité d une économie dépend non seulement de son capital matériel mais aussi des connaissances que possèdent ses entrepreneurs

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

ARGUS DE L ASSURANCE ASSURANCE RETRAITE DEPENDANCE. 30 mars 2010

ARGUS DE L ASSURANCE ASSURANCE RETRAITE DEPENDANCE. 30 mars 2010 ARGUS DE L ASSURANCE ASSURANCE RETRAITE DEPENDANCE 30 mars 2010 Le poids de l histoire La France se distingue par l hégémonie de la répartition qui assure 85 % des revenus des retraités et par la faiblesse

Plus en détail

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Écarts entre les salaires : les politiques peuvent et doivent agir Daniel Lampart, économiste en chef et premier secrétaire de l USS/fq

Plus en détail

Système de revenu de retraite du Canada

Système de revenu de retraite du Canada Au Canada, nous jouissons de l un des meilleurs systèmes de retraite au monde. D après une évaluation basée sur l adéquation, la viabilité et l intégrité, le système de s est classé au cinquième rang mondial

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE FIN DE L ASSURANCE MALADIE PRIVEE POUR LES FRONTALIERS : Quelques explications Ce document, édité par le Groupement transfrontalier européen, a pour but de réunir toutes les informations que nous possédons

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Pour un avenir de classe Conçu pour vous aider à financer des études postsecondaires à temps plein ou à temps partiel, le REEE vous donne

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française?

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? Comparaison dans 8 pays européens Pour un couple avec 2 enfants Pour un célibataire 12 septembre 2014 METHODOLOGIE Objectif Evaluer la pression des

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Bruxelles, 18 juin 2014 2 Une cellule de réflexion composée d experts

Plus en détail

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs.

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. En tant qu investisseur, vous êtes unique. Vos objectifs financiers, votre situation financière actuelle, votre expérience en matière de placement et

Plus en détail

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Stratégie de gestion financière Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Communication des résultats / 1 La Stratégie de gestion financière annuelle de la Province du Manitoba

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA)

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) 15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) Le revenu de solidarité active (RSA), mis en place depuis le 1 er juin 29 en métropole, remplace les dispositifs de minima sociaux allocation de parent isolé (API)

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

LA RETRAITE. Enjeux financiers et fiscaux. Présentation par Marie BOUDE BATLLE (Nancy 2006) Agent général d assurances

LA RETRAITE. Enjeux financiers et fiscaux. Présentation par Marie BOUDE BATLLE (Nancy 2006) Agent général d assurances LA RETRAITE Enjeux financiers et fiscaux Présentation par Marie BOUDE BATLLE (Nancy 2006) Agent général d assurances 5 quai Voltaire, Paris 6 ème 29 septembre 2014 2/30 Sommaire I. LA RETRAITE EN FRANCE

Plus en détail

Baromètre 2013 du Club de l Épargne Salariale Octobre 2013. Baromètre 2013. Club de l Epargne Salariale / Harris interactive. Harris Interactive

Baromètre 2013 du Club de l Épargne Salariale Octobre 2013. Baromètre 2013. Club de l Epargne Salariale / Harris interactive. Harris Interactive Baromètre 2013 Club de l Epargne Salariale / Harris interactive Toute diffusion de résultats tirés de cette étude doit être accompagnée de la mention suivante : "Baromètre 2013 du Club de l'epargne Salariale

Plus en détail

Flavien Neuvy Responsable de L Observatoire Cetelem

Flavien Neuvy Responsable de L Observatoire Cetelem 1 Flavien Neuvy Responsable de L Observatoire Cetelem 2 Méthodologie Enquête réalisée par TNS Sofres : interrogation par Internet d échantillons représentatifs des populations nationales (18 ans et plus)

Plus en détail

Préparez la retraite que vous voulez

Préparez la retraite que vous voulez Préparez la retraite que vous voulez Vous méritez une retraite agréable La retraite est l un des événements les plus importants de votre vie. Elle marque le passage vers une nouvelle étape merveilleuse

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

LE PERP retraite et protection

LE PERP retraite et protection LE PERP retraite et protection Benoit Rama http://www.imaf.fr Le PERP (Plan d Épargne Retraite Populaire) est une mesure d encouragement à la préparation de la retraite destinée aux salariés. Il copie

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

Prêts pour l avenir. Dans vos propres murs. Devenir propriétaire: les clés pour réaliser son rêve.

Prêts pour l avenir. Dans vos propres murs. Devenir propriétaire: les clés pour réaliser son rêve. Prêts pour l avenir. Dans vos propres murs. Devenir propriétaire: les clés pour réaliser son rêve. Prêts pour l avenir. Etre propriétaire est un rêve aussi vieux que le monde. Acquérir un logement, ce

Plus en détail

Journée Portes ouvertes de l ASDEQ Finances Canada 1er novembre 2010

Journée Portes ouvertes de l ASDEQ Finances Canada 1er novembre 2010 Journée Portes ouvertes de l ASDEQ Finances Canada 1er novembre 2010 Le système canadien de revenu de retraite appuyé par l État PILIER 1 PILIER 2 PILIER 3 Sécurité de la vieillesse (SV) Supplément de

Plus en détail

6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS

6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS 6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS Le coût du travail est un élément décisif de la compétitivité. Mais il n

Plus en détail

Prêts hypothécaires résidentiels BSI. Solutions flexibles et avantageuses réservées à nos clients

Prêts hypothécaires résidentiels BSI. Solutions flexibles et avantageuses réservées à nos clients Prêts hypothécaires résidentiels BSI Solutions flexibles et avantageuses réservées à nos clients 3 BSI, VOTRE PARTENAIRE DE CONFIANCE Depuis plus d un siècle, BSI met un point d honneur à proposer à ses

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

LE MANQUE DE PRÉPARATION À LA RETRAITE LAISSE PRÉSAGER UNE CATASTROPHE, SELON UNE ÉTUDE DE HSBC ASSURANCES

LE MANQUE DE PRÉPARATION À LA RETRAITE LAISSE PRÉSAGER UNE CATASTROPHE, SELON UNE ÉTUDE DE HSBC ASSURANCES abc Le 10 juin 2009 LE MANQUE DE PRÉPARATION À LA RETRAITE LAISSE PRÉSAGER UNE CATASTROPHE, SELON UNE ÉTUDE DE HSBC ASSURANCES Une conjonction parfaite de facteurs démographiques, individuels et financiers

Plus en détail

économie La composition du patrimoine des ménages entre 1997 et 2003.

économie La composition du patrimoine des ménages entre 1997 et 2003. Pauline GIRARDOT Responsable de l enquête à l INSEE Attachée de l INSEE Diplômée de l ENSAI Denis MARIONNET Adjoint de direction à la Banque de France Magistère d Economie et Finance Internationales (Université

Plus en détail

Enthousiasme? «J envisage l avenir avec sérénité.»

Enthousiasme? «J envisage l avenir avec sérénité.» Enthousiasme? «J envisage l avenir avec sérénité.» De bonnes perspectives avec la Prévoyance privée. Quels que soient vos projets, nous sommes à vos côtés. Votre assureur suisse. 1/7 Helvetia PV-Prospectus

Plus en détail

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Indices des prix à la consommation

Plus en détail

Avenir des régimes complémentaires de retraite. Mettre la table pour une réflexion éclairée

Avenir des régimes complémentaires de retraite. Mettre la table pour une réflexion éclairée Avenir des régimes complémentaires de retraite Mettre la table pour une réflexion éclairée Présentation à la Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec Georges Langis Bureau de l actuaire

Plus en détail

AMUNDI Les Jeunes actifs et la retraite - Vague 3-2010

AMUNDI Les Jeunes actifs et la retraite - Vague 3-2010 AMUNDI Les Jeunes actifs et la retraite - Vague 3-2010 Résultats de l étude TNS Sofres / Présentation Frédéric Chassagne 7 juin 2010 FICHE TECHNIQUE Étude barométrique réalisée pour AMUNDI Échantillon

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

Avec la récente crise qui a débuté en 2007/08, les dépenses sociales ont atteint en moyenne en 2009

Avec la récente crise qui a débuté en 2007/08, les dépenses sociales ont atteint en moyenne en 2009 ECOLE DES DIRIGEANTS DE LA PROTECTION SOCIALE Les dépenses sociales des pays de l OCDE pendant la crise Maxime Ladaique, Responsable de l information statistique à la division des politiques sociales à

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Argent : ce qu il faut faire

Argent : ce qu il faut faire GÉRARD HUGUENIN Argent : ce qu il faut faire Et que vous ne savez pas Éditions Eyrolles, 2005 ISBN : 2-7081-3082-X 2 Économiser L essentiel 1. Constituer son épargne progressivement et sans efforts. 2.

Plus en détail

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005

Banque de France. CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Septembre 2005 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.15 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 Banque de France 1.

Plus en détail

Perspectiva La prévoyance professionnelle clairvoyante. Fondation collective pour la prévoyance professionnelle

Perspectiva La prévoyance professionnelle clairvoyante. Fondation collective pour la prévoyance professionnelle Perspectiva La prévoyance professionnelle clairvoyante Fondation collective pour la prévoyance professionnelle Un futur radieux grâce à Perspectiva Exploiter les opportunités, limiter les risques Perspectiva

Plus en détail

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES Aidez vos clients à protéger leur entreprise contre les frais imprévus.

Plus en détail

LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES. Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires

LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES. Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES Sous-thème II Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires Document de discussion élaboré par le groupe de travail sous-thème II National Audit Office,

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux Bureau du surintendant des institutions financières Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Des régimes de retraite mieux financés dans un système équilibré

Plus en détail

Division de la Population Départment des Affaires Économiques et Sociales Nations Unies New York

Division de la Population Départment des Affaires Économiques et Sociales Nations Unies New York Division de la Population Départment des Affaires Économiques et Sociales Nations Unies New York LES MIGRATIONS DE REMPLACEMENT : S'AGIT-IL D'UNE SOLUTION AU DÉCLIN ET AU VIEILLISSEMENT DES POPULATIONS?

Plus en détail

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne Nelly MONGOSSO O BAKANG Administrateur et Directeur Général Adjoint Allianz Cameroun Assurances Vie Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Le tableau de bord de l Union de l innovation pour la recherche et l innovation Synthèse Version FR Entreprises et industrie Synthèse Tableau de bord de

Plus en détail

EBOOK. Francesco Sgroi. OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève

EBOOK. Francesco Sgroi. OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève EBOOK Francesco Sgroi OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève Table des matières 1.1 Préambule du Conseil Patrimonial 1.2 Principe rendement/risque 1.3 Rendement 1.4 Risque 1.5 Tip 1 2.1 La Fiscalité

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

L assainissement des finances publiques luxembourgeoises - Alain Steichen - Professeur associé à l Université de Luxembourg

L assainissement des finances publiques luxembourgeoises - Alain Steichen - Professeur associé à l Université de Luxembourg L assainissement des finances publiques luxembourgeoises - Alain Steichen - Professeur associé à l Université de Luxembourg Un cycle de conférences Le «mur» des pensions La réforme fiscale Une vue d ensemble

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant 38 Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant Sous-indicateur n 9-1 : nombre de consultations de médecins par habitant (omnipraticiens et spécialistes, y compris consultations

Plus en détail

Livre vert sur les retraites. Le vieillissement démographique s accentue: 2008 et 2060. Jung Lichtenberger Unité Assurance et Pension

Livre vert sur les retraites. Le vieillissement démographique s accentue: 2008 et 2060. Jung Lichtenberger Unité Assurance et Pension Livre vert sur les retraites Colloque Assuralia, «L Europe et le vieillissement: l avenir de nos pensions» Bruxelles, le 26 octobre 2010 Jung Lichtenberger Unité Assurance et Pension Le vieillissement

Plus en détail

L âge de la retraite un facteur déterminant

L âge de la retraite un facteur déterminant L âge de la retraite un facteur déterminant L Institut Info-Patrimoine offre de l information et propose des stratégies relatives à la planification du patrimoine et aux décisions financières afin de mieux

Plus en détail

Cent dixième session. Rome, 19-23 septembre 2005. Coûts des régimes d assurance maladie. I. Introduction

Cent dixième session. Rome, 19-23 septembre 2005. Coûts des régimes d assurance maladie. I. Introduction Août 2005 F COMITE FINANCIER Cent dixième session Rome, 19-23 septembre 2005 Coûts des régimes d assurance maladie I. Introduction 1. À sa cent quatrième session, le Comité financier a examiné trois questions

Plus en détail