Campagne de mesures sur 18 logements collectifs. Rapport d'analyse au terme d'une année de suivi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Campagne de mesures sur 18 logements collectifs. Rapport d'analyse au terme d'une année de suivi"

Transcription

1 Campagne de mesures sur 18 logements collectifs Rapport d'analyse au terme d'une année de suivi Date Le 14/11/2013 Auteur Validé par Roman NICOLAS David CHENIER 2013, Amoès Scop ARL. Toute utilisation, reproduction intégrale ou partielle, ou transmission par voie informatique du présent document, ne doit se faire sans le consentement écrit et préalable d Amoès.

2 2/22 Sommaire 1 Synthèse Présentation de l opération Bilan des consommations Les retours d expériences Instrumentation réalisée Comparaison des consommations au prévisionnel Poste «chauffage» Poste «eau chaude sanitaire» Poste «ventilation» Poste «Auxiliaires» Poste «Eclairage des communs» Production solaire thermique Confort d été ANNEXE 1 : Compte-rendu des problèmes rencontrés sur l ECS... 21

3 3/22 1 Synthèse 1.1 Présentation de l opération L opération livrée en 2011, située à Joué-Lès-Tours, se compose de 30 logements dont un bâtiment de 18 logements collectifs BBC RT2005 (3 T2 ; 11 T3 ; 4 T4), de surface SHON 1568m², répartis sur 3 niveaux. Seul le bâtiment des 18 logements collectifs a été suivi par une campagne de mesures réalisée par Amoès. Amoès fut le Bureau d Etudes Fluides et performance énergétique de l opération. Le projet se trouve en zone H2b. L objectif à atteindre pour obtenir le label BBC-EFFINERGIE est donc de 50 kwh/m² SHON.an en énergie primaire pour les postes suivants : le chauffage, le refroidissement, les auxiliaires de chauffage et ventilation, la production d eau chaude sanitaire, l éclairage (à l intérieur des logements) Prévisions des consommations calculées en phase conception Ci-dessous 2 tableaux récapitulatif des objectifs initiaux avec le calcul de répartition des consommations : Indicateur RT2005 Projet Référence Gain en % Ubat Cep [kwhep/m²/an] Poste Prévisions RT2005 Prévisions STD* + calculs physiques Chauffage ECS Ventilation Auxiliaires Eclairage commun et privatif Total *STD : Simulation Thermique Dynamique

4 4/ Résumé technique Paroi Composition Caractéristiques Menuiserie Mur extérieur courant Mur extérieur bois (niveau R+2 du collectif) Toiture Plancher bas sur terreplein Plancher du R+1 sur locaux non chauffés (collectif) Etanchéité à l air de l enveloppe Menuiserie PVC triple vitrage argon 4/12/4/12/4 classe d étanchéité à l air A4 Parpaing creux de 20 cm Isolation mixte par du polystyrène : 8 cm par l intérieur et 10 cm à l extérieur. Structure bois avec isolation par 15 cm de laine de roche entre structure en bois massif, et 6 cm complémentaires de laine de roche extérieurs sous bardage Toiture légère structure bois isolée par 30 cm de laine de roche Dalle béton isolée en sous-face par 16 cm de polystyrène Dalle béton isolée en sous-face par 15 cm de fibrastyrène xtherm (R = 4.15 m².k/w) Les résultats du test d infiltrométrie sont : Q4 = 0.2 m3/h/m2 N50 = 1 h-1 Uw = 1.1 W/m².K Facteur solaire = 50% U = 0.19 W/m².K U = 0.2 W/m².K U = 0.13 W/m².K U = 0.21 W/m².K U = 0.22 W/m².K Système Chauffage ECS Ventilation Caractéristiques Réseau de chaleur avec émission par batteries chaudes sur la ventilation double-flux (débit hygiénique) Chauffe-eau solaire collectif avec appoint réseau de chaleur Double-flux avec CTA collective en toiture et échangeurs individuels dans chaque logement Définition de la campagne de mesure Les objectifs de la campagne de mesures étaient : De fournir une assistance de dépannage et de mise au point des installations de chauffage, d ECS et de ventilation durant les premiers mois de fonctionnement. Ceci a pu être réalisé pleinement grâce à l installation une panoplie importante de capteurs communicants pour chaque système CVC. Les informations pouvaient être ainsi consultées et analysées à distance pour guider les entreprises lors des dépannages et aussi pour l affinage des réglages afin d optimiser au mieux les consommations énergétiques. Il est important de garder à l esprit qu un nouveau bâtiment, bien qu équipé de produits

5 5/22 industriel normés (chaudière ; circulateurs ; etc.), reste un prototype du fait de l assemblage particulier et quasi-unique de ces produits. C est pourquoi la phase de réglage est capitale pour tirer la meilleure performance de ces équipements. Pour mener à bien ces réglages il est indispensable de mettre en place des dispositifs d observation tels qu une campagne de mesures et/ou une GTB dans le cas des bâtiments tertiaires. De suivre les consommations réelles d énergie sur une année entière, afin de les confronter aux consommations prévisionnelles. L objectif de ce suivi est de pouvoir expliquer les éventuelles dérives, et ainsi de pouvoir : Faire évoluer les modèles théoriques utilisés pour la conception. Mettre en lumière les possibilités d améliorations dans la mise en œuvre sur chantier et dans la phase d exploitation. 1.2 Bilan des consommations En énergie primaire, les services communs du bâtiment (chauffage, ECS, ventilation, auxiliaires, éclairage et divers communs) consomment 37% de plus que la prévision, soit 69 kwh/m²shon/an au lieu de 50 kwh/m²shon/an. Sur le plan des conforts, les températures intérieures en hiver sont situées autour de 22.7 C, ce qui est plus élevé que la température prévue (19 C en consigne). Par contre, les débits de renouvellement d air sont moins élevés que prévu en raison d un non-changement des filtres. Malgré une inertie moyenne en raison d une isolation répartie sur une partie des logements, le confort estival est très satisfaisant avec des surchauffes (température supérieure à 28 C) qui ne dépassent pas 40h dans les logements. Dans le tableau ci-dessous, nous rappelons pour les postes communs (hors privatif logements) quelles sont les consommations prévisionnelles et les calculs de comparaison qui ont été effectués. Les consommations prévisionnelles considérées sont celles liées à la simulation thermique dynamique et aux calculs de consommations poste par poste. A savoir que pour les consommations de chauffage, la valeur a été adaptée pour tenir compte du triplevitrage d une part, et d autre part des infiltrations d air qui sont plus proches du BBC que du passif. Consommations prévisionnelles [kwh/m²shon.an] d énergie primaire* Consommations mesurées [kwh/m²shon.an] d énergie primaire* Ecarts aux prévisions et explications synthétiques Chauffage % Apports internes surestimés en conception. Consignes de chauffages supérieures à 19 C. Défaut de maintenance de la ventilation double-flux (non remplacement des filtres). Eau chaude sanitaire % 30% sont dus à des puisages excessifs comparés à des logements collectifs équipés d équipements hydro-économes. 5% sont dus aux pertes de distributions (prise en compte des colliers d accroches de la boucle ECS ; régulation de la température de la boucle ECS). 7% sont dus à la production solaire moins performante que prévue. Ventilation % Faible consommation due au non remplacement des filtres (réduction des débits

6 6/22 au détriment de la qualité de l air intérieur) Auxiliaires de chauffage/ecs Eclairage commun Total sur postes communs % % % Consommations de chauffages et d ECS plus importantes que prévues. Remplacement des pompes d appoint ECS par des modèles moins performants et dont la régulation n est pas opérante. La consommation enregistrée est proche des prévisions * Coefficient de conversion d énergie primaire : 1 pour le Chauffage/ECS par réseau de chaleur ; 2.58 pour les consommations électriques ; 1.3 Les retours d expériences Sur la conduite des études en conception L évaluation des apports internes a un impact très important dans le calcul des futures consommations. Au regard des mesures plus récentes et des données allemandes du PHI (Passivhaus Institut), nous avons revu sur nos projets plus récents ces hypothèses à la baisse : des apports internes de 4W/m² en moyenne semblent plus réalistes (6W/m² considéré pour ce projet). De manière générale, bien que la Simulation Thermique Dynamique ait pour but de s approcher de la réalité, elle est plus précise pour comparer des solutions techniques que pour prédire de façon exacte les besoins de chauffage. C est pourquoi il est important de prendre des marges d erreur sur les calculs STD sur les paramètres délicats à appréhender tel que les apports internes (Cf. point précédent), la température de consigne que les occupants choisiront, etc Sur le choix des systèmes techniques La ventilation double-flux avec CTA collective et échangeur de chaleur individuel (installés dans chaque logement), bien que disposant d avantages sur le papier, présente 2 inconvénients importants, voire rédhibitoires, vis-à-vis de la ventilation avec échangeur collectif : Difficultés importantes pour réaliser les opérations de maintenance courante (remplacement des filtres) qui sont nécessaires au bon fonctionnement et aux bonnes performances de l installation. Les mesures des débits aérauliques et l enregistrement de la puissance électrique de la CTA ont permis de mettre en avant ce défaut de maintenance. Les réseaux d air neuf et d air rejeté (situés entre la CTA et les échangeurs) cheminent par les gaines techniques qui traversent l enveloppe chauffée. Il a été mesuré une migration de chaleur vers ces deux réseaux. Cette migration de chaleur est une perte thermique dans la configuration présente (ventilation double-flux à échangeur individuel) (Cf. 3.1 pour les explications). Les mitigeurs de l évier et du lavabo puisent un mélange eau froide/eau chaude lorsque qu ils sont ouverts en position intermédiaire. Pourtant dans cette situation l utilisateur ne souhaite à priori pas puiser de l eau chaude. Pour supprimer cette surconsommation involontaire, il convient d avoir recours à des robinetteries de classement C3 (ECAU) qui impose qu il n y ait pas d eau chaude puisée lorsque le mitigeur est dans l axe du robinet. L offre de robinetterie classée C3 se développe. On a pu supposer la présence d une fuite sur le réseau d ECS. Cependant il est très difficile de vérifier cette hypothèse dans le cas d un bâtiment à occupation permanente. Toutefois l apparition de plusieurs fuites d eau est inévitable sur la durée de vie d un bâtiment. Malheureusement elles passent souvent inaperçues pendant plusieurs mois voire plusieurs années, ce qui s avère financièrement très couteux (un simple goute à goutte coûte environ 130 /an). Les détecteurs de fuites de type Hydrelis semble être une solution à généraliser sur les opérations futures. La régulation et le bon réglage de la température de stockage et de la température de la boucle d ECS sont des points délicats qui entrainent une augmentation des pertes de distribution. Le suivi

7 7/22 instrumenté de l installation à permis d observer qu il est souvent difficile d obtenir une régulation suffisamment précise (à 1-2 C près) afin de respecter les paramètres déterminés finement en conception. Dans le cas présent, une vanne 3 voies s avérerait plus efficace qu un mitigeur mécanique pour maintenir la boucle ECS à la bonne température Sur le suivi du chantier Les mesures de vérification des débits des robinetteries, comme celles de tous les équipements se trouvant dans les logements et qui ont un impact énergétique, doivent se faire impérativement avant l arrivée des occupants. Il est évident qu une intervention en chaufferie est plus facile qu une intervention en logements occupés. C est pourquoi il convient de porter une attention prioritaire aux équipements des logements lorsque le planning du Maître d Ouvrage est serré. Dans le cas présent, la «zone d ombre» sur le débit des douchettes aurait pu être levée avec moins de difficultés, et le remplacement de celles-ci aurait pu se faire sans encombre. Le réglage d un chauffe-eau solaire nécessite une bonne connaissance de tous les paramètres de régulation. Pour tirer le meilleur parti de l installation solaire, l ajustement des paramètres de régulation doit se faire précisément selon la configuration de l installation. C est pourquoi nous recommandons fortement de faire appel au fabricant pour la mise en service et le réglage de l installation solaire Sur l exploitation du bâtiment Suite à l analyse des enregistrements des températures ambiantes dans 3 logements témoins, on constate que le comportement des occupants tient un rôle capital pour atteindre l objectif des consommations prévisionnelles. Aujourd hui il apparaît comme indispensable de dépasser le simple «carnet d accueil» qui se révèle être inefficace dans la plupart des cas. Un réel accompagnement des occupants doit être mis en place, avec une plateforme communicante accessible à tous (locataires, maitre d ouvrage et mainteneur). Il existe plusieurs outils et stratégies d accompagnement à mettre en œuvre pour que l utilisation du bâtiment soit pérenne et énergétiquement sobre. Document à consulter pour plus de renseignements «Comportement des occupants et performance énergétique des bâtiments Bonnes pratiques européennes d accompagnement à la prise en main par les locataires en logement social» avril éd Utopies En plus du Dossier des Ouvrages Exécutés, il est primordial qu un livret de maintenance soit remis à l exploitant et au maitre d ouvrage en fin d année de parfait achèvement. Sinon l installation risque grandement d être pilotée «à vue» par l exploitant-mainteneur. L entreprise aurait en charge sa réalisation, et le BET fluides devrait le valider (si besoin accompagner sa création). Ce livret doit contenir les lois de régulation et le réglage des auxiliaires, la localisation des organes de régulation qui sont hors de la chaufferie, et les informations nécessaires aux opérations de maintenance avec une attention supplémentaire apportée aux points techniques singuliers du projet: pour exemple dans le cas présent, l opération de remplacement des filtres se décompose en 2 tâches : Remplacement des filtres sur l air extrait dans les échangeurs individuels de chaque logement. ATTENTION : ne pas mettre de filtre dans le compartiment air neuf de l échangeur. Remplacement du filtre sur l air neuf dans la CTA de soufflage située en toiture. Les problèmes rencontrés lors de la phase de mise au point on pu rapidement être identifiés grâce aux relevés à distance des capteurs temporaires installés sur les équipements CVC (exemple : Cf. ANNEXE 1). Le suivi instrumenté de la centrale de production solaire a permis de déceler un mauvais réglage des paramètres de régulation. Ils ont pu être corrigés par le plombier avec le support téléphonique du SAV fabricant. Les paramètres de régulation devront par ailleurs être consignés dans le livret de maintenance abordé dans les points précédents.

8 8/22 2 Instrumentation réalisée L instrumentation a été réalisée le 7 mars et le 3 mai Les mesureurs installés sont indiqués dans le tableau ci-dessous. Des points de mesures supplémentaires ont été mis en place, au nombre de 8. Ceci permettront notamment un meilleur suivi des pompes, des compteurs de chaleur et de l adoucisseur. Tous les capteurs sont installés pour une durée de 1 an. Type de mesureur Nombre Localisation N de capteur Départ chauffage SN435 Retour chauffage SN436 Arrivée eau froide SN437 Sonde de température de contact (pour mesurer la température dans les fluides circulant dans les conduites) 9 prévus +1 supplémentaire Entrée capteurs solaires Sortie capteurs solaires Départ échangeur vers ballon appoint Retour échangeur vers ballon appoint SN508 SN507 SN503 SN502 Amont mitigeur ECS SN505 Aval mitigeur ECS SN504 Compteur d impulsions (pour mesurer l énergie thermique ou électrique mesurée par les compteurs de chaleur) Pince ampèremétrique (associée à une prise de tension, permet de mesurer l énergie électrique consommée) 7 prévus + 4 supplémentaires 9 prévus + 4 supplémentaires Retour bouclage Compteur de chaleur chauffage kwh (borne 51) Compteur de chaleur chauffage m3 (borne 52) Compteur de chaleur solaire borne 1 Compteur de chaleur solaire borne 2 Compteur de chaleur appoint ECS borne 1 Compteur de chaleur appoint ECS borne 2 CTA Ventilateur triphasé CTA Ventilateur monophasé Batterie CTA hors gel Chaufferie Eclairage des communs Pompe primaire ECS n 1 phase L3 Pompe primaire ECS n 2 phase L3 Pompe chauffage n 1 phase L1 Pompe chauffage n 2 phase L1 Pompe bouclage phase L2 Pompe solaire phase L2 Adoucisseur phase L3 Epingle électrique ballon ECS N 1 phase L1 Epingle électrique ballon ECS N 1 phase L2 SN506 SN425 SN427 SN428 SN500 SN426 SN429 SN333 SN339 SN501 SN340 SN332 Module 2386 entrée 1 Module 2386 entrée 2 Module 2386 entrée 3 Module 2386 entrée 4 Module 2386 entrée 5 Module 2386 entrée 6 Module 2435 entrée 1 Module 2435 entrée 2 Module 2435 entrée 3

9 9/22 Sonde de température et (sauf mention) humidité de l air Concentrateur des mesures avec relais radio et module GPRS 18 prévus + 5 supplémentaires Epingle électrique ballon ECS N 1 phase L3 Epingle électrique ballon ECS N 2 phase L1 Epingle électrique ballon ECS N 2 phase L2 Epingle électrique ballon ECS N 2 phase L3 Logement T3 - (T C seulement) : Air rejeté / neuf / soufflage de l échangeur + bouche de soufflage salon Logement T3 : Chambre + Salon + Salle de bain Logement T2 : Air neuf / Soufflage / Reprise + Bouche de soufflage salon + chambre + salon Logement T4 : Air neuf / soufflage / reprise de l échangeur + chambre garçon + chambre fille + salon + bouche de soufflage chambre garçon Logement T3 : Reprise de l échangeur Sonde extérieure (toiture terrasse Est R+2 coffret descente de gaine) Aval batterie dégivrage (toiture terrasse R+3 gaine soufflage Est 2 ème trappe) 3 Armoire électrique de la chaufferie Module 2435 entrée 4 Module 2388 entrée 1 Module 2388 entrée 2 Module 2388 entrée 3 SN442/354 /443/ /25/ /33/39 /131/26/ /37/35 /27/31/ Concentrateur Relais radio SN Module GPRS IMEI

10 10/22 3 Comparaison des consommations au prévisionnel 3.1 Poste «chauffage» Consommation le prévisionnelle Consommation sur hiver er Octobre - 31 mai 22.0 MWh 43.6 MWh 14 kwhep/m²shon/an 27.8 kwhep/m²shon/an Commentaires : Les consommations de chauffage sont de 27.8 kwhep/m²shon pour l hiver 2013, au lieu de 14 kwhep/m²shon/an prévu en phase de conception, soit un dépassement de près de 100%. Impact des données climatologiques : la «rigueur» d un hiver se caractérise par les Degré Jour Unifié sur la période du 1 er octobre au 20 mai. Pour l hiver 2013, 2386 DJU ont été enregistrés à Tours. Les DJU trentenaires moyens de Tours présentent 2338 DJU. L hiver 2013 n est pas d une rigueur extrême par rapport aux normales saisonnières, la surconsommation de chauffage ne peut donc être expliquée par ce constat. Impact des hypothèses des calculs prévisionnels : Dans le calcul prévisionnel de la Simulation Thermique Dynamique (STD), le scénario qui avait été pris en compte était une période de chauffage du 15 octobre au 15 avril. Cette période n est pas suffisamment étendue pour compter les consommations en début et fin de saison de chauffage. D après les mesures de l hiver 2013, 1.1 kwhep/m²shon/an sont consommés hors de la période 15/10-15/04. Note : les consommations de chauffage après le 15 mai n ont pas été prises en compte dans le bilan en raison de leurs exceptions climatiques de l année 2013 Les apports internes considérés dans la STD nous semblent aujourd hui surestimés et, au regard des mesures plus récentes et des données allemandes du PHI (Passivhaus Institut), nous avons revu sur nos projets plus récents ces hypothèses à la baisse. D une part les réglementations européennes successives sur la performance des appareils électrodomestiques, ainsi que la sensibilisation des usagers dispensée par le maître d ouvrage et par les médias font certainement leur effet ; d autre part la configuration des logements de James Pradier fait que certainement le linge est séché à l intérieur des logements ce qui accroit les besoins de chauffage. Pour le projet James Pradier, il a été considéré 6W/m² en moyenne d apports internes. Après la mise à jour des apports internes du projet, ils seraient de 4W/m² en moyenne (bien que cette donnée n ait pu être corroborée par l analyse des factures des locataires, car nous n avons pas eu accès à ces données). Ceci entraine une consommation supplémentaire de 6 kwhep/m²shon/an par rapport aux prévisions. Impact des défauts de maintenance de la ventilation double-flux Pour rappel le système de ventilation double-flux de James Pradier se compose d une centrale d extraction et d une centrale de soufflage disposées en toiture, et d échangeur individuel pour chaque logement. Ces derniers comportent chacun 2 filtres qui préservent l échangeur de tout encrassement. Les filtres doivent être remplacés au grand minimum une fois par an juste avant la saison de chauffage. Dans le cas présent, les filtres ont été changés sur une partie des logements et ce remplacement partiel s est tenu en fin de saison. Pour rappel, les filtres sur l air extrait doivent être remplacés dans les échangeurs individuels de chaque logement, tandis que le filtre de l air neuf doit être remplacé dans la CTA en toiture. ATTENTION à ne pas mettre de filtre dans le compartiment air neuf des échangeurs individuels, sous peine d important disfonctionnement!

11 11/22 Figure 1: Filtre sale en place dans un échangeur (à gauche) - Filtre propre (à droite) La conséquence directe de ce défaut d intervention est une forte diminution du débit d air extrait (et dans une bien moindre mesure du débit d air soufflé). Ceci s explique en raison d un air intérieur pollué par les vapeurs graisseuses de la cuisine et les vapeurs d eau de la salle de bain qui colmatent les poussières sur le filtre. Lors de la dernière intervention du 16 avril 2013, il a été mesuré les débits de ventilation de 2 logements :

12 12/22 Logement T4 Logement T3 Désignation Débit théorique (m3/h) Débit mesuré (m3/h) Extraction Salle de bain 30 5 Extraction WC 30 6 Extraction Cuisine Soufflage 27 par bouche 15 par bouche Extraction Salle de bain Extraction WC Extraction Cuisine Soufflage 27 par bouche 17 par bouche On observe donc une diminution des débits d air avec de plus grande pertes sur l air extrait pour les raisons évoquées ci-dessus. Une diminution aussi importante du renouvellement d air dégrade fortement la qualité sanitaire de l air intérieur. L humidité ambiante ne peut être évacuée correctement, ce qui favorise l apparition de germes et de moisissures. Diverses études menées par l Observatoire de la Qualité de l Air Intérieur, ont montrées que les logements non ou mal ventilés, présentaient une concentration plus élevée en formaldéhyde (polluant soumis à réglementation depuis décembre 2011) que les logements correctement ventilés. Les concentrations mesurées dépassaient parfois la valeur réglementaire de 30 µg/m3. Il est nécessaire de maintenir un taux de renouvellement d air au minimum de 0.6 Vol/h pour garantir une qualité sanitaire de l air satisfaisante (pour ne pas dire «convenable»). Les conséquences de ce déséquilibre des débits sont une dégradation de l efficacité globale de la ventilation double-flux avec une diminution de la chaleur récupérée par l échangeur, et une augmentation des exfiltrations en raison d une surpression due au débit de soufflage plus important. Il est également fort probable que les occupants ont été amenés à ouvrir leurs fenêtres plus souvent pour palier au disfonctionnement de la ventilation. La figure ci-dessous (issu des DOE) présente l évolution du rendement de l échangeur en fonction du déséquilibre des débits. Figure 2: Evolution de l'efficacité de l'échangeur Aldes en fonction de l'équilibre des débits

13 13/22 D après les mesures de débits dans les logements et le graphique présenté ci-dessus, on estime sur l ensemble des logements une perte de 20% de l efficacité globale de la récupération de chaleur, soit 4 kwhep/m²shon/an. Des enregistrements de la température de l air neuf insufflé ont été réalisés en différents points du réseau aéraulique. Il en ressort que l air se réchauffe d environ C entre la toiture et le logement desservi (cf. Graphique ci-dessous). Variation de la température de l'air neuf dans le réseau aéraulique Température [ C] Air Neuf dans la gaine extérieure en toiture Air Neuf arrivant dans le logement T3 Air Neuf arrivant dans le logement T4 Commentaires : Ce phénomène s explique du fait que les réseaux d air neuf et d air rejeté (situés entre la CTA et les échangeurs) cheminement par les gaines techniques qui traversent l enveloppe chauffée. Il y a donc une migration de chaleur vers ces deux réseaux et celle-ci est équivalente à une perte thermique dans la configuration présente une ventilation double-flux à échangeur individuel (installés dans chaque logement) : L air neuf étant préchauffé avant qu il ne passe dans l échangeur, le rendement de récupération de chaleur de ce dernier est donc amoindri. L air rejeté, alors qu il a déjà traversé l échangeur et donc transféré ses calories à l air neuf, est réchauffé à nouveau avant d être rejeté à l extérieur. Dans le cas d un échangeur collectif, ces transferts parasites de chaleur ne se traduiraient pas en pertes thermiques (du moment que la CTA est située à la limite entre le volume chauffé et non chauffé, et que les conduits d air soufflé et extraits pénètrent immédiatement dans le volume chauffé). Nous pouvons conclure que la ventilation double-flux avec échangeur de chaleur individuel, bien que disposant d avantages sur le papier, présente 2 inconvénients importants (voire rédhibitoires), vis-à-vis de la ventilation avec échangeur collectif: Les pertes thermiques dues au cheminement des réseaux aéraulique d air neuf et d air rejeté dans l enveloppe chauffée Les contraintes de maintenance engendrées lorsqu il s agit de procéder au remplacement des filtres.

14 14/22 Impact des comportements des occupants : Les températures ambiantes de 3 logements ont été enregistrées durant toute la période de chauffage. Afin d observer les températures de consigne de chaque logement, il est présenté dans le tableau ci-dessous les températures nocturne de 22h à 4h du matin afin de s affranchir du soleil et des éventuels apports internes importants. Température moyenne [ C] T3 - Salon T3 - Chambre T3 - Sdb T4 - Salon T4 Chambre 1 T4 Chambre 2 T2 - Chambre T2 - Salon Octobre Novembre Décembre Janvier Février Mars Avril SAISON On remarque les températures moyennes sont très supérieures à 19 C. La moyenne de toutes ces températures est de 22.7 C pour 3 logements. Pour rappel, il a été déterminé en phase conception que l augmentation de la température de consigne de 1 C entraînerait une surconsommation de +21%. L échantillon des logements mesurés ne permet pas de tirer la conclusion que les 15 logements restants sont chauffés à 22.7 C. Cependant il est très probable que tous les logements soient chauffés au minimum à C. Ce point entraine une consommation supplémentaire de 5 kwhep/m²shon/an. 3.2 Poste «eau chaude sanitaire» Pour la production solaire thermique, voir le paragraphe 4 Poste Consommation le prévisionnelle Consommation mesurée 01/04/ /04/2013 Energie d appoint 25.7 MWh 36.6 MWh 16.4 kwhep/m²shon/an 23.3 kwhep/m²shon/an Volume ECS à 60 C 457 m3 593 m3 Commentaires : Les consommations mesurées dues à la production d ECS sont de 23.3 kwhep/m²shon/an, au lieu de 16.4 kwhep/m²shon/an prévu en phase de conception, soit un dépassement de 42%. Impact des puisages : Cet écart s explique en grande partie par la consommation importante d eau chaude sanitaire dans les logements qui est 30% supérieure aux prévisions. Le tableau suivant donne quelques indications sur les volumes d ECS typiquement rencontrés dans les logements : Source Puisages observés Commentaires James Pradier 150 l/jour/logement à 40 C AVEC appareils hydroéconomes

15 15/22 AICVF 150 l/jour/logement à 40 C Sans appareils hydroéconomes COSTIC 170 l/jour/logement à 40 C Sans appareils hydroéconomes Logements sociaux à Lyon opération Re-Start, mesures par Enertech Programme Concerto, logements de ZAC de Bonne, Grenoble, mesures par Enertech, sur 208 logements 147 l/jour/logement à 40 C Sans appareils hydroéconomes 90l/jour/logement à 40 C AVEC appareils hydroéconomes Il ressort de ces données que l opération James Pradier se situe dans la fourchette haute des logements non équipés d appareils hydroéconomes alors que le projet en est pourvu. Les explications de cette surconsommation volumétrique d ECS de 30% sont : Après vérification sur site (dans 3 logements), les douchettes ne correspondent pas aux prescriptions du CCTP. La robinetterie possède un «point dur» qui permet 2 débits de 10l/min et de 15l/min, alors qu il était exigé un débit maximum de 9l/min. Après investigation auprès du fabricant Ecoperl, il maintient que le modèle est un 10l/min alors que le débitmètre (du même fabricant) mesure 15l/min en position 2 du mitigeur. Il est difficile d évaluer si les douchettes des 15 autres logements présentes la même surconsommation. Ensuite le débit modulable de ces douchettes, 10l/min en position «éco» ou 15l/min après le point dur de la robinetterie, rend le calcul de la surconsommation engendrée très aléatoire. Les surconsommations sont estimées entre 70 et 110 m3/an soit 15 à 25%. Pour les prochaines opérations, il apparaît très clairement que la vérification des débits de puisage doit être réalisée dès la réception afin de faciliter grandement leur vérification et les interventions de remplacement si nécessaire. Les mitigeurs de l évier et du lavabo puisent un mélange eau froide/eau chaude lorsque qu ils sont ouverts en position intermédiaire (cf. figure ci-dessous). Pourtant dans cette situation l utilisateur ne souhaite à priori pas puiser de l eau chaude. Il est aujourd hui estimé une surconsommation de 2.5l/jour/personne, soit une surconsommation de 41 m3/an, soit 9%, pour l ensemble des 18 logements (45 occupants considérés). Pour information cette surconsommation involontaire est aujourd hui de plus en plus corrigée par les fabricants. Le classement C3 (ECAU) impose qu il n y ait pas d eau chaude puisée lorsque le mitigeur est dans l axe du robinet. L offre de robinetterie classée C3 se développe. Figure 3: mitigeur classique (à gauche) - mitigeur économe (au milieu et à droite) On peut supposer également la présence d une fuite sur le réseau d ECS. Cependant il est très difficile de vérifier cette hypothèse dans le cas d un bâtiment à occupation permanente. L apparition de plusieurs fuites d eau est inévitable sur la vie d un bâtiment. Malheureusement elles passent souvent inaperçues pendant plusieurs mois voire plusieurs années, ce qui s avère financièrement très couteux (un simple goute à goutte coûte environ 130 /an). Les détecteurs de fuites de type Hydrelis semble être une solution à généraliser sur les opérations futures. Impact des systèmes de production :

16 16/22 En plus des 30% de surconsommation volumétrique (en m3 d eau), il y a donc 12% de surconsommation énergétique rapport au calcul prévisionnel. Cette surconsommation est la conséquence : Des pertes de stockage et distribution qui représentent 5% de surconsommation par rapport aux prévisions (issue de la révision de l analyse du rapport intermédiaire du 11/09/2012). Les principales constituantes de cette surconsommation sont : Lors de la conception, les accroches de la boucle d ECS n ont pas été prises en compte dans le calcul des pertes thermique du réseau de distribution. Ces colliers métalliques fixés directement dans le béton constituent un pont thermique tous les 2-3 m de conduite d ECS. Ceci représente une augmentation d environ 6% des pertes thermiques de la boucle ECS. La régulation et le bon réglage de la température de stockage et de la température de la boucle d ECS sont des points délicats qui entrainent une augmentation d environ 6% des pertes de distribution. Dans la pratique, on observe qu il est souvent difficile d obtenir une régulation suffisamment précise (à 1-2 C près) afin de respecter les paramètres déterminés finement en conception. Dans le cas présent, une vanne 3 voies s avérerait plus efficace qu un mitigeur mécanique pour maintenir la boucle ECS à la bonne température. Une production d ECS solaire moins performante que prévu de 16%, soit 7% de surconsommation de l appoint ECS par rapport aux prévisions. (cf. chapitre 4) 3.3 Poste «ventilation» Consommation le prévisionnelle Consommation mesurée 01/04/ /04/ MWh 17.5 MWh 14.7 kwhep/m²shon/an 11.2 kwhep/m²shon/an Commentaires : Les consommations mesurées des centrales de traitement d air sont de 11.2 kwhep/m²shon/an, au lieu de 14.7 kwhep/m²shon/an prévu en phase de conception, soit un gain de 24%. Cette économie n est pas nécessairement une bonne nouvelle, elle confirme que les filtres des échangeurs n ont pas été remplacés à temps (cf. Maintenance du système double-flux) : Les filtres encrassés occasionnent une perte de charge plus importante que des filtres propres. La régulation des CTA, détectant cette variation de pression dans les réseaux aérauliques, diminue donc la vitesse de rotation des ventilateurs afin de maintenir une différence de pression constante telle que les lois de régulation le décrivent. Par conséquent les CTA consomment moins mais au détriment de la récupération d énergie par l échangeur double-flux et du renouvellement d air hygiénique. 3.4 Poste «Auxiliaires» Consommation le prévisionnelle Consommation mesurée 01/04/ /04/ MWh 4.9 MWh 1.9 kwhep/m²shon/an 3.1 kwhep/m²shon/an Commentaires : Les consommations mesurées des auxiliaires dépassent de 63% les prévisions. Toutefois la consommation des auxiliaires, par rapport aux autres postes de consommations RT, reste relativement faible. Les causes de ces surconsommations sont de 2 types :

17 17/22 Les surconsommations enregistrées pour le chauffage et l ECS entraînent irrémédiablement une importante augmentation du temps de fonctionnement des auxiliaires. Les défauts de réglage des pompes (position «manuelle» au lieu de «vitesse variable») et pour certaine (2 d entres elles), leur remplacement par des modèles de moins bonne classe énergétique (intervention du mainteneur sur les 2 pompes d appoint ECS). Par ailleurs, lors de leur remplacement, ces 2 pompes en parallèles n ont certainement pas dues être raccordées à la régulation, ou alors les lois de régulation ont été modifiées, car les pompes fonctionnent à 90% du temps non-stop alors que la température ballon atteint parfois 63 C! Il est donc important que la régulation de ces pompes se fasse conformément à ce qui a été défini en conception. Pompe d origine avec régulation de vitesse Classe A Pompe de remplacement sans variation de vitesse Classe B Calorifugeage de la pompe non remis car il ne s adapte pas au modèle de pompe de remplacement. Pompe de remplacement réglée sur la plus grande vitesse la plus consommatrice. Figure 4: Pompes d'appoint ECS remplacées par un modèle de classe énergétique inférieure 3.5 Poste «Eclairage des communs» Consommation le prévisionnelle Consommation mesurée 01/04/ /04/ MWh 5.2 MWh 2.9 kwhep/m²shon/an 3.3 kwhep/m²shon/an Commentaires : Les consommations mesurées de l éclairage des communs sont équivalentes aux prévisions.

18 18/22 4 Production solaire thermique La production d eau chaude solaire a été analysée sur la période d avril à novembre 2012 (suite à des problèmes d instrumentation, la période décembre2012-avril2013 n a pu être étudiée). Le tableau ci-dessous compare la production d ECS solaire mesurée à la production d ECS calculée en phase de conception. ECS solaire Production mesurée [kwh] Production calculée phase conception [kwh] Ecart production solaire mesurée / production solaire calculée [%] Avril Mai Juin Juillet Août Sept. Octobre Nov. TOTAL % 1% -16% 0% 0% -11% -56% -48% -20% La production d ECS mesurée est inférieure de 20% à celle calculée lors de la conception pour la période considérée. Afin de comprendre au mieux cet écart, il convient en premier lieu de comparer l ensoleillement de l été 2012 à celui du fichier météo utilisé pour le calcul prévisionnel : D après les données d ensoleillement de 2012, on peut conclure que le taux d ensoleillement de la période mesurée est inférieur de 5% à celui utilisé pour le calcul prévisionnel. Cette perte d irradiation par rapport aux normales saisonnière entraine une baisse de 3 à 5% de la production solaire par rapport aux prévisions. Ensoleillement moyen [h/j] Avril Mai Juin Juillet Août Sept. Octobre Nov. Calcul prévisionnel Année Ecart [%] -17% +18% -20% -16% +19% +7% -23% -19% Ecart production solaire mesurée / production solaire calculée [%] -26% 1% -16% 0% 0% -11% -56% -48%

19 19/22 Calcul du taux de couverture le: Malgré les problèmes d instrumentation du chauffe-eau solaire sur la période décembre 2012 mars 2013, le taux de couverture a pu être calculé grâce aux relevés de compteurs. La production d ECS solaire à couvert 43% des besoins au lieu de 66% annoncés en conception, et 28% des consommations (besoins + pertes stockages et bouclage). L écart entre les calculs prévisionnels et les consommations réelles s explique : par une surconsommation d ECS de 30% (cf. 3.2), soit une baisse de 13% du taux de couverture. par le fait d une production solaire le inférieure de 16% aux prévisions, soit une baisse de 10% du taux de couverture, ce qui peut être imputé à : Une modélisation en phase conception sous Simsol trop optimiste (les modélisations refaites sous Transol à l occasion de l analyse des mesures montrent une production prévisionnelle plus modérée). Les capteurs solaires installés correspondent à ceux prescrits dans le CCTP sauf pour le rendement optique qui est inférieur de 6% à celui prescrit (79.4% au lieu de 85.4%) et pour l isolation thermique qui est moins performante (a1 = 3.8 W/m².K au lieu de 3.4 W/m².K). Lors de la validation des matériels proposés par l entreprise, il a été exigé qu un capteur soit rajouté à l installation des 9 capteurs envisagés de sorte de compenser cette baisse de rendement. Après modélisation de la nouvelle configuration, il en résulte une perte de 5% de production solaire par rapport au calcul prévisionnel. Le réglage du différentiel de température «entrée capteur/sortie capteur» qui détermine la mise en marche et l arrêt de la pompe solaire semble incorrect. Le réglage du différentiel de température doit être 8 C/3 C alors qu il semble être de 12 C/9 C actuellement (incertitude de nos mesures à vérifier sur site). Conséquence : un gain de 2-3% sur la productivité solaire. Réglage corrigé par l entreprise de plomberie avec le support SAV de Wagner en octobre Le réglage de la température de consigne du ballon d appoint d ECS doit être de 55 C pour concilier performance énergétique et respect de la réglementation anti-légionellose. Actuellement, la température de production d appoint ECS est de 60 C. Ceci induit une plus forte probabilité de solliciter l appoint (car l eau chaude du ballon solaire est plus fréquemment à 55 C ou plus, qu à 60 C ou plus). Nous n avons pas quantifié pour l heure l impact sur le taux de couverture de la production solaire, par contre il est clair que changer le réglage peut avoir un impact bénéfique. Réglage corrigé par l entreprise de plomberie en octobre 2012.

20 20/22 5 Confort d été Le confort estival a été étudié dans les 3 logements instrumentés. Les critères d analyse sont le nombre d heures durant lesquelles la température intérieure dépasse 28 C et la température maximale. Les résultats sont présentés ci-dessous : T3 - Salon T3 - Chambre T4 - Salon T4 - Ch garçon T4 - Ch fille T2 - Chambre T2 - Salon Mois T > 28 C T max T > 28 C T max T > 28 C T max T > 28 C T max T > 28 C T max T > 28 C T max T > 28 C T max Juin h 27.9 C 0 h 26.3 C 0 h 25.6 C 0 h 26.0 C 0 h 27.8 C 6 h 28.5 C Juillet h 28.0 C 4 h 28.4 C 1 h 28.2 C 0 h 27.3 C 48 h 30.0 C 47 h 30.3 C Août h 29.3 C 4 h 30.6 C 0 h 27.8 C 0 h 27.8 C 85 h 32.4 C 96 h 31.5 C Septembre 5 h 29.3 C 2 h 30.3 C 7 h 28.9 C 0 h 25.8 C 0 h 27.0 C 0 h 26.1 C 0 h 26.4 C Commentaires : Les surchauffes enregistrées sont très satisfaisantes dans les logements T4 et T3. En revanche le logement T2 présente 145h de surchauffe. Ceci s explique en partie par le fait qu il se situe au dernier étage et qu il présente peu d espace exposé Nord (type T2). Mais la principale raison de ces surchauffes est l absence du seul occupant pendant de longues périodes (confirmation de sa part) : les calories des apports solaires sont stockées de jour en jour dans le logement car ils ne peuvent pas être déchargés par ouverture des fenêtres.

Rénovation et Transition Energétique

Rénovation et Transition Energétique 1 Rénovation et Transition Energétique Phase Exploitation: Leçons d une année d instrumentation PLAN 2 1. Présentation d AMOES 2. Présentation de l opération 3. Instrumentation et présentation des résultats

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE Didier ROSPIDE - Sandra RIPEAU 15/03/12 Présentation Bâtiments passifs CCI Plan de la conférence Présentation du concept Passif Le 1ère

Plus en détail

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Partie concernant les bâtiments de logements Thermique et Scénarios de rénovation 10, rue des Bluets 75011 Paris Tél : 01 55 43 97 07 37-39 Avenue

Plus en détail

BILAN ENERGIE FONCIA

BILAN ENERGIE FONCIA BILAN ENERGIE FONCIA (Immeuble collectif) Ce document vous présente le résultat du bilan énergie réalisé sur votre immeuble. Il a pour objectif de vous faire connaître simplement le comportement énergétique

Plus en détail

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Retours d expériences: le suivi de bureaux Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Sommaire 2 L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

INDICATIONS DE CORRECTION

INDICATIONS DE CORRECTION SUJET NATIONAL POUR L ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS Technicien principal territorial de 2 ème classe Examen professionnel de promotion interne Examen professionnel d avancement de grade

Plus en détail

Grenoble ZAC de Bonne

Grenoble ZAC de Bonne Grenoble Evaluation énergétique 2010/2011/2012 Séminaire, directeurs de coopératives d HLM janvier 2014 4 rue Voltaire, 38000 Grenoble 04 76 00 19 09 www.alec-grenoble.org Association créée en 1998 En

Plus en détail

Retours d expérience sur la Zac de Bonne Jeudi de l ALEC le 8 Sept 2011

Retours d expérience sur la Zac de Bonne Jeudi de l ALEC le 8 Sept 2011 Retours d expérience sur la Zac de Bonne Jeudi de l ALEC le 8 Sept 2011 4 rue Voltaire, 38000 Grenoble 04 76 00 19 09 www.alec-grenoble.org Programme Présentation des bâtiments concernés par le suivi Bilan

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL

AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL Montreuil, le 10 mars 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL Réunion Intermédiaire Florent LOUSSOUARN DES TEXTES RÉGLEMENTAIRES Bâtiments avant 1974 1 er choc pétrolier RT 74 Décret affichage

Plus en détail

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES MountEE - Efficacité énergétique et construction durable dans les communes européennes de montagne EIE/11/007/SI2.615937 BONNES PRATIQUES CONCERNANT LA CONSTRUCTION ET LA REHABILITATION DURABLE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

Filtration. Schéma de principe de la filtration

Filtration. Schéma de principe de la filtration Filtration textes : R. Gregori, service gestion des fluides Photos/S. Elmosnino panneau 1 Le traitement de l eau est une des parties techniques parmi les plus importantes pour le bon fonctionnement d une

Plus en détail

Construction d un bâtiment industriel/tertiaire plus un logement au standard passif à Schlierbach

Construction d un bâtiment industriel/tertiaire plus un logement au standard passif à Schlierbach > Architecte / Bureau d'études Appel à projets bâtiments économes en énergie Cette fiche a été réalisée dans le cadre du deuxième appel à projets «bâtiments économes en énergie» lancé début 2009 par l

Plus en détail

Le BBC et son Label ZAC du Centre Ville Ilot Stalingrad Résidence Mosaïque Samedi 22 juin 2013 Le Label BBC - effinergie Pour les constructions neuves : c est concevoir et réaliser des bâtiments dont la

Plus en détail

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Une maison en briques des années 1920 à Vanves avec un petit jardin. Un cadre idéal, si

Plus en détail

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous!

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous! Remboursez nous! Marre d avoir froid Énergie trop chère Isolons nous! Isoler plus pour dépenser moins LA RT 2012 OU COMMENT RÉDUIRE MES DÉPENSES ÉNERGÉTIQUES EN CONSTRUISANT MA MAISON DANS LE RESPECT DE

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

Note technique. Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe

Note technique. Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe Note technique Consommation électrique d'un poêle à granulés à émission directe Version / Date Version 1.0 du 06/02/2012 Auteur David Chénier 2012, Amoès SAS. Toute utilisation, reproduction intégrale

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 Journée Adhérents AIDELEC 18/11/2011 Présentée par : Caroline Dreumont BE thermique EN&CO Jean-Luc Bonnot - BE Fluides RUBIN VARREON 1 Plan de présentation Le bâtiment

Plus en détail

Quels travaux pour atteindre les cibles énergétiques?

Quels travaux pour atteindre les cibles énergétiques? RECHERCHE DE SOLUTIONS THERMIQUES OPTIMALES Quels travaux pour atteindre les cibles énergétiques? Bertrand MILLS (Enerconcept) Jean-Marc JICQUEL (EDF R&D - département EnerBAT) RECHERCHE DE SOLUTIONS THERMIQUES

Plus en détail

Réglementation thermique 2012. 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1

Réglementation thermique 2012. 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1 Réglementation thermique 2012 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1 La règlementation thermique 2012 (RT2012) - Plan 1 RT2012 : Généralisation des principes

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Les règles de l isolation

Les règles de l isolation 3 Les règles de l isolation Étape 1 : assurer une excellente isolation thermique des parois vitrées et opaques. En plus de jouer un rôle de barrière contre les déperditions thermiques, l isolation des

Plus en détail

Consultation CQFD LOGEMENTS OPTIMISES : COUTS, QUALITE, FIABILITE, DELAIS. NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE

Consultation CQFD LOGEMENTS OPTIMISES : COUTS, QUALITE, FIABILITE, DELAIS. NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE A- UNE CONCEPTION BIOCLIMATIQUE DU PROJET (Confort dans les espaces extérieurs et dans le bâtiment) Choix morphologique du bâtiment La conception du bâtiment de logements

Plus en détail

La RT2012 Présenté par Y.FAGON Constructions durables à la DDTM du Finistère

La RT2012 Présenté par Y.FAGON Constructions durables à la DDTM du Finistère La RT2012 Présenté par Y.FAGON Constructions durables à la DDTM du Finistère Conférence sur le thème 27de septembre 2010 l'étanchéité à l'air des bâtiments Ministère de l'écologie, du Développement Durable,

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

La RT 2012... 2. les labels énergétiques

La RT 2012... 2. les labels énergétiques 1.2.2. RT 2012 ChapitRe Règlementation thermique 1 - Réglementation et labels - Volet pratique La RT 2012... La Rt 2012, publiée au Journal Officiel le 27 octobre 2010, intègre les conclusions du Grenelle

Plus en détail

SOMMAIRE 1- PRESENTATION SOMMAIRE DE L OPERATION 2- LES SYSTEMES DE VENTILATION DIT «CLASSIQUES» 3- LES SYSTEMES INNOVANTS AUTOUR DU PATIO

SOMMAIRE 1- PRESENTATION SOMMAIRE DE L OPERATION 2- LES SYSTEMES DE VENTILATION DIT «CLASSIQUES» 3- LES SYSTEMES INNOVANTS AUTOUR DU PATIO SOMMAIRE 1- PRESENTATION SOMMAIRE DE L OPERATION 2- LES SYSTEMES DE VENTILATION DIT «CLASSIQUES» 3- LES SYSTEMES INNOVANTS AUTOUR DU PATIO PRESENTATION DE L OPERATION L OPERATION EN QUELQUES CHIFFRES:

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI)

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) CESI signifie Chauffe-eau Solaire Individuel. L offre CESI est adaptée à tous les bâtiments qui ont des besoins en eau chaude sanitaire. L installation

Plus en détail

Le défi des Familles Eco-Engagées. Engagées. Guide de la ventilation l étanchéité à l air

Le défi des Familles Eco-Engagées. Engagées. Guide de la ventilation l étanchéité à l air Le défi des Familles Eco-Engagées Engagées Guide de la ventilation ventilation et de l étanchéité à l air La ventilation d un bâtiment permet : - d évacuer l air vicié, chargé en humidité et en polluants

Plus en détail

ENERGETIQUE DU BATIMENT

ENERGETIQUE DU BATIMENT LP MIE Module UE2 2B-CEE Energétique du bâtiment I. INTRODUCTION : ENERGETIQUE DU BATIMENT Prenons l exemple d un bâtiment en hiver pour lequel on souhaiterait obtenir une température intérieure de 18

Plus en détail

une maison économe Construire Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance

une maison économe Construire Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance Construire une maison économe Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance Les consommations d énergie par m 2 ont été divisées par 6 depuis 1974 : 1 re réglementation thermique

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014 Fiche d application du Titre V Système RT2012 Validé le 1 er décembre 2014 Xiros EAU - 100 L - 150 L Cylia EAU - 200 L - 300 L 1. Le PRINCIPE Les chauffe-eau thermodynamiques Xiros EAU et Cylia EAU, captent

Plus en détail

LABEL RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE

LABEL RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE LABEL PROMOTELEC RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE Retour d expérience LABEL RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE Édition 215 LOGEMENTS COLLECTIFS - MAISONS INDIVIDUELLES Sommaire Préambule 4 1 - ANALYSE DU MARCHÉ DE LA LABELLISATION

Plus en détail

Newsletter Label Promotelec Performance

Newsletter Label Promotelec Performance OCTOBRE 2013 Certification, visites sur site et écarts récurrents sur les installations de VMC 1. Certification, visites sur site et écarts récurrents Fort de 130000 logements neufs visités à ce jour,

Plus en détail

SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse

SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse Connaissance des performances et du comportement thermique de bâtiments types du centre ancien de Bayonne, SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse VILLE DE BAYONNE/ADEME Le contexte

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Projet soutenu par. 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be

Projet soutenu par. 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be Projet soutenu par 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be L équipe de recherche BEMS Le concept de maison E+ VallEnergie : action 3 simulation de maisons à énergie

Plus en détail

Quelles solutions mettre en œuvre dans un bâtiment pour une rénovation énergétique performante

Quelles solutions mettre en œuvre dans un bâtiment pour une rénovation énergétique performante Bureau d Etudes ENR CONCEPT Votre partenaire dans la Maîtrise de l Energie et les Energies Renouvelables Club Energie 34 CCI de l Hérault - Cémater 1/12/2011 à Pézenas Les clés de la rénovation des bâtiments

Plus en détail

PROJET. berrand. - Page 1/10 - 87430 VERNEUIL SUR VIENNE. Commentaires divers : Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier 87430 VERNEUIL SUR VIENNE

PROJET. berrand. - Page 1/10 - 87430 VERNEUIL SUR VIENNE. Commentaires divers : Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier 87430 VERNEUIL SUR VIENNE Logiciel référencé par la marque PROJET berrand 87430 VERNEUIL SUR VIENNE Date de l'étude : Commentaires divers : ARTISAN BERRAND SARL 24/02/2012 perso CLIENT Guy Berrand Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier

Plus en détail

Méthodologie de suivi et d analyse. Myriam Humbert, CETE de l Ouest

Méthodologie de suivi et d analyse. Myriam Humbert, CETE de l Ouest Méthodologie de suivi et d analyse Myriam Humbert, CETE de l Ouest BÂTIMENTS EXEMPLAIRES BASSE CONSOMMATION : QUELLES PERFORMANCES RÉELLES? - PARIS, LE 29 NOVEMBRE 2013 Sommaire 2 Objectif de l analyse

Plus en détail

Rapport chiffré sur le fonctionnement et le rendement d un chauffe-eau solaire

Rapport chiffré sur le fonctionnement et le rendement d un chauffe-eau solaire Rapport chiffré sur le fonctionnement et le rendement d un chauffe-eau solaire Introduction Afin de pallier le problème de réchauffement climatique, la Région Wallonne encourage les particuliers à installer

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

Maison passive et à énergie positive à Issy-les-Moulineaux

Maison passive et à énergie positive à Issy-les-Moulineaux Bâtiments Matériaux Opérations Installations Maison passive et à énergie positive à Issy-les-Moulineaux B ÂTIMENTS L atelier d architecture Pascal Gontier a construit une maison passive à Issy-les-Moulineaux.

Plus en détail

Energéticien Consultant Formateur

Energéticien Consultant Formateur 1 Energéticien Consultant Formateur 2 Cas 1 : maison contemporaine Maison individuelle 1972 Façade avant entrée Pignon jardin Façade arrière jardin 3 Description Présentation générale état initial 2 niveaux

Plus en détail

LES SOLUTIONS ATLANTIC RT 2012

LES SOLUTIONS ATLANTIC RT 2012 www.atlantic-prescription.fr Un espace dédié à la prescription : Actualités Informations Téléchargement de documentation LES SOLUTIONS ATLANTIC RT 2012 Réglementation La RT 2012 Nouvelle réglementation

Plus en détail

Complément 5. label promotelec performance évolutions & mises à jour du cahier des prescriptions techniques PRO 1248-10 (septembre 2012)

Complément 5. label promotelec performance évolutions & mises à jour du cahier des prescriptions techniques PRO 1248-10 (septembre 2012) Sommaire des mises à jour Mise à jour du processus d attribution...3 Mise à jour de la surface de référence pour les calculs thermiques en construction...3 Mise à jour pour tous système...4 Mise à jour

Plus en détail

RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL. en 8 points

RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL. en 8 points RÉGLEMENTATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS NEUFS RT 2005 L'ESSENTIEL en 8 points La réglementation thermique RT 2005 s inscrit dans la continuité de la RT 2000 avec des performances requises en termes de consommation

Plus en détail

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012 Réglementation thermique Avec Maison Hibou Avec Maisons CTVL MAISON HIBOU FOUSSE INDUSTRIES

Plus en détail

La maison basse consommation. Dossier. Guide d information à destination du particulier BBC. Hiver 2009 LEXIQUE

La maison basse consommation. Dossier. Guide d information à destination du particulier BBC. Hiver 2009 LEXIQUE Dossier BBC La maison basse consommation Guide d information à destination du particulier Hiver 2009 LEXIQUE BBC : Bâtiment Basse Consommation PAC : Pompe A Chaleur CV : Compacité Volumétrique PassivHaus

Plus en détail

aéraulix 2 Aides ventilez * Financières produit conforme rt 2012 Des économies d énergie en toutes saisons Un confort optimal Une intégration simple

aéraulix 2 Aides ventilez * Financières produit conforme rt 2012 Des économies d énergie en toutes saisons Un confort optimal Une intégration simple chauffe-eau thermodynamique sur air extrait : ventilation et eau chaude aéraulix BÉNÉFICES produit conforme rt 0 Des économies d énergie en toutes saisons Un confort optimal Une intégration simple ventilez

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

ENSAIT. Réhabilitation du bâtiment A

ENSAIT. Réhabilitation du bâtiment A ENSAIT Réhabilitation du bâtiment A 1 Préambule Dans le cadre de la réhabilitation du bâtiment A, l ENSAIT a souhaité suivre une démarche HQE, avec des objectifs BBC, qui conditionnait une demande de subvention

Plus en détail

LA CONCEPTION ARCHITECTURALE

LA CONCEPTION ARCHITECTURALE LA CONCEPTION ARCHITECTURALE Associer efficacement qualité architecturale performance énergétique logique économique respect du programme de l opération BECICE Bureau d études techniques L EQUILIBRE THERMIQUE

Plus en détail

ventilez chauffez votre eau CRÉDIT D IMPÔTS* vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix 2 facilité d intégration

ventilez chauffez votre eau CRÉDIT D IMPÔTS* vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix 2 facilité d intégration vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix Les P r o d u i t s facilité d intégration facilité d installation gains énergétiques renforcés : rendement stable quelle que soit la température

Plus en détail

SYNOPTIQUE GTB Architecture Générale

SYNOPTIQUE GTB Architecture Générale STATION METEO TERMINAL EXPLOITATION (local technique) POSTE SUPERVISION (local pôle maintenance) AFFICHAGE PEDAGOGIQUE (Accueil) ACCES WEB GESTION CVC LOCAL TECHNIQUE GESTION EAU GESTION SERRE GESTION

Plus en détail

Maison à ossature bois BBC Effinergie à Issy-les-Moulineaux

Maison à ossature bois BBC Effinergie à Issy-les-Moulineaux Bâtiments Matériaux Opérations Installations Maison à ossature bois BBC Effinergie à Issy-les-Moulineaux B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, tout en limitant ses impacts

Plus en détail

F i c h e c o m m e r c i a l e. Chauffage / ECS. système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température

F i c h e c o m m e r c i a l e. Chauffage / ECS. système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température F i c h e c o m m e r c i a l e Chauffage / ECS système de production ecs avec capteur solaire et pompe à chaleur électrique haute température 2 chauffage / ECS > logements collectifs > production d ECS

Plus en détail

LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel»

LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel» ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DE L ENERGIE SOLAIRE LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel» Contexte : La

Plus en détail

Version n 3 du 11 décembre 2009

Version n 3 du 11 décembre 2009 SYNTHESE de l étude thermique Projet de Maison Individuelle Basse Consommation Maîtres d ouvrage : M. et Mme Enjolras Lieu : La Bâtie Divisin (38) Version n 3 du 11 décembre 2009 SOMMAIRE : 1. Hypothèses

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE 1. Introduction Une installation de climatisation centralisée est constituée d un ensemble de matériels ayant les fonctions suivantes

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Chauffage et eau chaude sanitaire: conception et régulation Bruxelles Environnement Flux énergétiques dans le système de chauffage/ecs sur base de trois exemples Jonathan FRONHOFFS

Plus en détail

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur.

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur. La ventilation en rénovation r : Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur Octobre 2010 Introduction Il s agit de présenter ici le point de vue d un maître

Plus en détail

Commission technique du CRH des Pays de la Loire

Commission technique du CRH des Pays de la Loire Commission technique du CRH des Pays de la Loire Le Mans, le 21 septembre 2010 Evaluation scientifique de la Résidence Salvatierra à Rennes Laboratoire de Génie Civil et Génie Mécanique Equipe Matériaux

Plus en détail

LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE LE BESOIN BIOCLIMATIQUE

LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE LE BESOIN BIOCLIMATIQUE LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE Des équipements performants pour une consommation d énergie réduite Ventilation performante (naturelle, naturelle assistée, simple flux, double flux...) Energies

Plus en détail

1) Campagnes de mesures

1) Campagnes de mesures campagnes de mesures 1) Campagnes de mesures P.1... - Mesures sur 1 an et 3 mois d assistance à la mise au point des installations CVC sur 30 logement à Joues les Tours (37) P.2... - Mesures sur 3 mois

Plus en détail

Les conseils utiles pour votre logement

Les conseils utiles pour votre logement Les conseils utiles pour votre logement Habitat Nord Deux-Sèvres 7 rue Claude Debussy - 79 100 THOUARS w w w. h a b i t a t - n o r d 7 9. f r Aujourd hui, vous prenez possession de votre nouvelle habitation.

Plus en détail

>I En savoir plus I Thermique

>I En savoir plus I Thermique g Un peu d histoire n Choc pétrolier en 1973 Prise de conscience de notre totale dépendance au pétrole Nécessité de maîtrise de la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment n Protocole de Kyoto

Plus en détail

Label Bâtiment Basse Consommation

Label Bâtiment Basse Consommation JUMELAGE Eco-Construction Label Bâtiment Basse Consommation CETE Mediterranée Nicolas Cabassud Bruno Cornen TUNIS 30-31 Janvier 2012 SOMMAIRE 1 Présentation du label Bâtiment Basse Consommation 2 Maitrise

Plus en détail

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX.

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. source Helios Le puits canadien ou provençal, comme la ventilation mécanique double flux, s inscrivent dans la nouvelle politique de construction. Le premier est très

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique - Logement ( 6

Diagnostic de performance énergétique - Logement ( 6 Diagnostic de performance énergétique N : 12.08.094 Valable jusqu au : 29/08/2022 Type de bâtiment : Maison individuelle Année de construction : >2001 Surface habitable : 240,00 m² - Logement ( 66-1 )

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Les équipements performants dans l habitat

Les équipements performants dans l habitat Les équipements performants dans l habitat Ventilation performante La ventilation mécanique contrôlée (VMC) Pour une maison performante et saine, il est indispensable d opter pour une VMC. Le principe

Plus en détail

en maison individuelle et immeuble de bureaux

en maison individuelle et immeuble de bureaux Annexe I Influence de l inertie en maison individuelle et immeuble de bureaux A - Préliminaire B - Hypothèses C - Simulations Étude réalisée pour CIMBÉTON par le cabinet TRIBU Énergie (06) 35 Sommaire

Plus en détail

lieu) : Nom : Estimation des émissions :

lieu) : Nom : Estimation des émissions : N : D2013 Douffet Bois d Amont Valable jusqu au : 30/07/2023 Type de bâtiment : Maison individuelle des années 1900 ; Travaux de réhabilitation à partir de 2003 Surface habitable : environ 110 m 2 Adresse

Plus en détail

Les ponts thermiques dans la construction bois

Les ponts thermiques dans la construction bois Les ponts thermiques dans la construction bois Enjeux, impacts, solutions et perspectives Stéphanie DECKER Responsable du pôle Efficacité Energétique 14 décembre 2011, Congrès et Salon National du Bâtiment

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air

Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air Depuis de nombreux mois, nous avons parcouru ensemble pas à pas les différents aspects qui permettent d isoler au mieux un bâtiment. Nous avons ainsi analysé

Plus en détail

Audit Energétique En Maison Individuelle

Audit Energétique En Maison Individuelle INOVEHA Bureau d Etudes Thermiques 5, rue Jean Marie Tullou 35740 PACE Tél : 02 99 85 16 45 Fax : 02 99 85 57 83 RCS : 494 300 619 Compagnie d assurance : GROUPAMA n 7950376/409 Audit Energétique En Maison

Plus en détail

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Les chocs pétroliers des années 70 nous ont fait réaliser que si nos logements étaient confortables, c était au prix d une utilisation

Plus en détail

L'innovation certifiée depuis 1892

L'innovation certifiée depuis 1892 ffe m o dy r e th u a -e namiques Ch a u L'innovation certifiée depuis 1892 Reconnu par la profession comme les meilleurs chauffe-eau thermodynamiques! APPAREILS CONÇUS, DÉVELOPPÉS ET FABRIQUÉS DANS NOS

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Arrêté du 28 février 2013 relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR

Plus en détail

Reproduction interdite. Propriété de BBC-EXPERTISE. Rénovation BBC Immeuble 10 lots 38 E [BBC-EXPERTISE] Labellisation BBC Effinergie

Reproduction interdite. Propriété de BBC-EXPERTISE. Rénovation BBC Immeuble 10 lots 38 E [BBC-EXPERTISE] Labellisation BBC Effinergie [BBC-EXPERTISE] Labellisation BBC Effinergie Rénovation BBC Immeuble 10 lots 38 E BBC-EXPERTISE Expert en Rénovation Enérgétique Certifié 1 Présentation Prestations [BBC-EXPERTISE] CHANGEMENT DE DESTINATION

Plus en détail

DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Mercredi de l info du Mercredi 25 Mars 2009 «PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BATIMENT A BASSE CONSOMMATION D ENERGIE» Le point sur les réglementations,

Plus en détail

Suivi d une crèche à Redon. Constance LANCELLE Dter Ouest / DLRCA

Suivi d une crèche à Redon. Constance LANCELLE Dter Ouest / DLRCA Suivi d une crèche à Redon Constance LANCELLE Dter Ouest / DLRCA 22 Avril 2014 Sommaire Présentation de l opération Le chantier et l instrumentation Résultats Consommations brutes et recalculées Confort

Plus en détail

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Afin d améliorer le confort thermique de leur maison d après-guerre, un couple

Plus en détail

RT 2012, Vous vous la trouvez compliquée... On va vous aider à y voir plus clair!

RT 2012, Vous vous la trouvez compliquée... On va vous aider à y voir plus clair! RT 2012, Vous vous la trouvez compliquée... On va vous aider à y voir plus clair! CH UN EXEMPLE DE MAISON CONFORME À LA RT 2012 ISOLATION ÉQUIPEMENTS Laine de verre entre fermettes λ35 200 mm R = 5,70

Plus en détail

«Chèque énergies Haute- Normandie» Audit énergétique des maisons individuelles Cahier des charges

«Chèque énergies Haute- Normandie» Audit énergétique des maisons individuelles Cahier des charges «Chèque énergies Haute- Normandie» Audit énergétique des maisons individuelles Cahier des charges Sommaire Préambule...3 1. Objectifs de l audit...4 2. Les compétences du prestataire...4 3. Description

Plus en détail

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies 2 Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies La facture annuelle de chauffage représente 900 en moyenne par ménage, avec de grandes disparités (de 250 pour une maison basse consommation

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC)

Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC) Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC) Cette fiche décrit la façon de renseigner dans Clima-Win les éléments constitutifs d une installation solaire collective de production d ECS. Date 1 3/ 12/2012

Plus en détail

Ville de RICHEBOURG rue du bas Chemin CONSTRUCTION D UN GROUPE SCOLAIRE. PHASE DCE. Notice Environnementale Annexe STD Simulation Thermique Dynamique

Ville de RICHEBOURG rue du bas Chemin CONSTRUCTION D UN GROUPE SCOLAIRE. PHASE DCE. Notice Environnementale Annexe STD Simulation Thermique Dynamique Ville de RICHEBOURG rue du bas Chemin CONSTRUCTION D UN GROUPE SCOLAIRE PHASE DCE. Notice Environnementale Annexe STD Simulation Thermique Dynamique MAITRE D OUVRAGE : Mairie de Richebourg 3, Place du

Plus en détail

Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2

Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2 Menuiserie : Double vitrage bois 4/12/4 + 2 Velux 4/8/4 + 2 "lucarnes" de toiture. Murs Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2 Brique rouge alvéolaire 25cm + 7,5cm laine de verre + 7cm brique

Plus en détail