REVUE DE PRESSE. Semaine du 26 Mai au 1 er Juin 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REVUE DE PRESSE. Semaine du 26 Mai au 1 er Juin 2008"

Transcription

1 REVUE DE PRESSE Semaine du 26 Mai au 1 er Juin 2008 LA VIE DU MODEM... 3 Sénatoriales : 21 septembre 2008 (décret paru)... 3 Maville.com - 30 mai Le paysage des sénatoriales se précise Le télégramme - 29 mai MoDem. Michel Canévet brigue la tête de liste... 4 Convention sur l'europe du Mouvement Démocrate... 4 Interventions... 5 François Bayrou... 5 Bernard Lehideux... 5 Réactions à l actualité : Site Officiel... 6 François Bayrou... 6 Bernard Lehideux... 9 Philippe Arnaud... 9 Corinne Lepage LE MODEM DANS LES MEDIAS Enquête Mediapart - 24 mai Le Figaro Mai Hollande veut fixer les règles de l'affrontement au PS Mai Feu vert pour le discours présidentiel au Congrès Le Monde Mai Nouveau revers du gouvernement sur la parité professionnelle Le Nouvel Observateur Juin Pierre Moscovici se dit prêt à discuter avec François Bayrou Mai Bertrand Delanoë : "Oui, je suis libéral ET socialiste" France Soir mai Pétrole - Corinne Lepage : Cela va transformer notre vie quotidienne REFORME DES INSTITUTIONS Le Point - 30 mai Institutions : ce que les députés ont adopté Le Figaro - 29 mai Institutions : l'élysée à la manœuvre Le Monde - 27 mai Les ministres pourront retrouver leur place au Parlement Le Figaro - 26 mai Feu vert pour le discours présidentiel au Congrès REDECOUPAGE ELECTORAL Le Figaro - 30 mai «L'impératif» du redécoupage électoral rappelé par les Sages LE MODEM EN REGIONS Nantes Maville.com - 30 mai Une étude indépendante met à mal le projet de nouvel aéroport minutes - 30 mai Aéroport : le MoDem contre-attaque Angers Maville.com - 24 mai Françoise Le Goff, présidente du Modem Angers

2 Lyon Lyonmag - 30 mai Cantonales : Rudigoz bien placé pour gagner minutes - 30 mai Suspense autour du successeur de Havard Lyoncapitale - 28 mai Pour les élus PC, le Modem est finalement fréquentable Lyonmag - 27 mai Cantonales : la gauche derrière Rudigoz Lyonmag - 27 mai Législatives : Hervé Morin soutient Raymond Durand Lyonmag - 26 mai Cantonales : les Verts soutiennent Rudigoz LibéLyon - 26 mai Cantonale partielle : un proche de Comparini bien placé LyonMag - 26 mai Cantonale : Collomb en passe de réussir son pari minutes - 26 mai A Lyon, l'ump face à un centriste dans le 5e canton Ouest France - 26 mai Elections partielles : deux ballotage dans le Rhône Besançon MaCommune.info - 27 mai Besançon : le Modem alerte sur les risques de dérives financières Tahitipresse mai L'anniversaire de la disparition de Boris Léontieff célébré sur fond de crise au Fetia Api LE NOUVEAU CENTRE Le Figaro mai Arthuis veut rassembler tous les centristes SECRET DEFENSE Mai 2008 Libération - Secret Défense

3 LA VIE DU MODEM SENATORIALES : 21 SEPTEMBRE 2008 (DECRET PARU) MAVILLE.COM - 30 MAI LE PAYSAGE DES SENATORIALES SE PRECISE. Hier, les militants socialistes ont validé leur liste pour les sénatoriales de septembre. Dans les autres formations, on se prépare aussi. (auteur : Gilles KERDREUX) Le point de départ dans le département est d'avoir quatre sénateurs de droite mais, au regard des dernières élections, il pourrait y avoir un rééquilibrage qui permettrait à la gauche de gagner un ou deux sièges. Parti socialiste. Hier soir à 23 h 45, il manquait encore les résultats de deux sections mais la tendance était nette. Les militants ont validé à 85 % leur unique liste pour les sénatoriales. Elle comprend Edmond Hervé, ancien maire de Rennes ; Virginie Klès, maire de Châteaubourg, Jacky Le Menn (Saint-Malo), Anne Patault (Redon), Alain Yvergniaux (conseiller régional) et Annie Pivette (Ercé-près-Liffré). Les 15 % de contre peuvent en partie s'expliquer par la grogne qui a agité le parti. Elle était née de la désignation de Virginie Klès, non adhérente au PS, en deuxième position. Isabelle Thomas, de Saint-Malo, avait notamment exprimé sa colère. Parti communiste. Les discussions avec le PS se poursuivent. Pour le PCF, la meilleure solution serait une union pour avoir «une vraie dynamique de gauche», comme le dit Wilfrid Lunel, responsable du parti pour Rennes Métropole. En clair, il serait bien d'avoir un candidat, même à une place non éligible, sur une liste avec le PS. Ça leur irait d'autant mieux si, dans les Côtes-d'Armor, il avait une place éligible. UMP. La liste sera arrêtée vers la mi-juin. La discrétion est donc de rigueur. Toutefois, quand on soumet à Philippe Rouault les noms de Dominique de Legge, conseiller régional et maire du Pertre, en duo avec Catherine Jacquemin, conseillère générale et adjointe au maire de Saint-Malo, le président départemental de l'ump parle d'une «hypothèse de travail très sérieuse». Il préfère toutefois parler de «logique d'union des sensibilités de droite et centristes dans un esprit constructif». À noter aussi qu'aux dernières nouvelles Yannick Texier, sénateur UMP depuis le décès de Patrick Lassourd en 2003, est toujours intéressé. Nouveau centre. Les représentants locaux du nouveau parti du ministre Hervé Morin, comme le conseiller régional Loick Le Brun, se voient bien aussi dans une logique d'union avec l'ump. Là aussi, les équilibres trouvés dans d'autres départements bretons aideraient à valider l'union en Ille-et-Vilaine. Centristes et MoDem. Philippe Nogrix, sénateur sortant, est candidat à sa succession sous l'étiquette Union centriste, du nom de son groupe du Sénat. Il table sur la force d'un sortant et met en avant les préoccupations concrètes des grands électeurs. Grégoire Le Blond, nouveau maire MoDem de Chantepie prend d'autant plus acte de cette candidature que le MoDem n'a pas pris de décision nationalement. Il souligne toutefois qu'il serait bon de tenir compte des changements advenus depuis les sénatoriales de On peut y comprendre qu'il espère qu'on laisse de la place aux nouveaux élus MoDem. Radicaux de gauche. Ils sont partis pour faire leur propre liste comme en Sous réserve d'une validation par les instances nationales, la tête de liste pourrait être Christian Couet, maire de Pleine-Fougères et viceprésident du conseil général. Les Verts. Ils sont nationalement en contact avec le PS et dévoilent leur projet à la mi-juin. _actu.html 3

4 LE TELEGRAMME - 29 MAI MODEM. MICHEL CANEVET BRIGUE LA TETE DE LISTE Hier, Michel Canévet, conseiller général MoDem a fait part de son intention de devenir tête de liste du MoDem pour les sénatoriales dans le Finistère. «Le dépôt des listes devant les instances nationales est prévu le 7 juin, a indiqué, hier, Michel Canévet. Plusieurs personnes ont fait part de leur volonté d y apparaître». Selon le conseiller général du canton de Plogastel-Saint-Germain, le MoDem a toute sa place dans le débat finistérien. «Cela fait des années que les centristes du département ne sont pas représentés au parlement. Le nouveau mode de scrutin à la proportionnelle intégrale au premier tour nous laisse espérer un ou deux sièges». En parallèle, le MoDem travaille à sa recomposition. À l automne auront lieu des élections pour constituer des instances départementales. Le week-end dernier, trois Finistériens ont été élus au Conseil national du parti. Il s agit d Isabelle le Bal, d André Lesven, le maire de Plouguerneau, et d Erwan Balanand. CONVENTION SUR L'EUROPE DU MOUVEMENT DEMOCRATE Dimanche 8 juin de 9h30 à 14 heures à La Maison de la Chimie à Paris Marielle de Sarnez, présidente de la délégation au Parlement européen et les députés européens du MoDem vous convient à la Convention sur l'europe le dimanche 8 juin de 9H30 à 14H00 à la Maison de la Chimie à Paris. A noter, la participation de Tom Brake, député libéral-démocrate britannique, Gérard Deprez, président de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures, Jean-Luc Domenach, sinologue, Sandro Gozi, député du Parti démocrate italien, Eva Joly, conseiller spécial anti corruption et anti blanchiment au NORAD, Emmanuel Todd, historien et démographe, Jérôme Vignon, président des Semaines sociales de France. Discours de clôture de François Bayrou. Nombre de places limité. Inscription par mail: ou téléphone Téléchargez l invitation : Europe.pdf 4

5 INTERVENTIONS FRANÇOIS BAYROU Bipartisme : "Nous allons vers un système américain aggravé" Ecouter le podcast : François Bayrou était l'invité du "Rendez-vous des politiques" samedi 31 mai sur France Culture. Interrogé par Dominique Rousset, Maryvonne de Saint-Pulgent (Conseiller d'etat, maître de conférence à l'iep de Paris), Pierre-Henri Tavoillot (Maître de conférence en philosophie politique à l'université de Paris-Sorbonne - Paris IV, président du Collège de philosophie) et Eric Mandonnet (journaliste à «L'Express»), le Président du Mouvement démocrate est revenu sur les racines de son engagement dans la vie publique, la réforme des Institutions, la situation du centre en France,... Assemblée Nationale Interventions en séances : Interventions en commissions : BERNARD LEHIDEUX 22 mai Le Parlement européen doit davantage s'impliquer dans la gestion des Agences de l'ue En approuvant aujourd'hui le rapport sur la Fondation européenne pour la formation, le Parlement européen, réuni en session plénière à Strasbourg, apporte son soutien au rapporteur Bernard LEHIDEUX (MoDem, France) qui prône une plus forte implication parlementaire dans le suivi et le contrôle des Agences de l'ue. En l'occurrence, le Parlement européen souhaite disposer de représentants au sein du comité de direction de cet organisme et entend également formaliser les auditions du directeur de la Fondation devant les commissions parlementaires. "Le Parlement n'a qu'une occasion, souvent bâclée, de se pencher sur les Agences, à l'occasion de la procédure de décharge", a souligné M. Lehideux. "Cependant, même si les questions de gestion financières sont naturellement importantes, il n'est plus possible, surtout avec l'entrée en vigueur prochaine du Traité de Lisbonne, que le Parlement ne soit pas davantage impliqué sur le fond des dossiers dont traitent ces différents organismes", a-t-il poursuivi. La Fondation européenne pour la formation, dont le siège est à Turin, a été créée en 1990 pour contribuer au développement des systèmes de formation professionnelle des pays partenaires de l'ue. D'abord tournées vers les ex-candidats à l'adhésion d'europe centrale et orientale, ses actions concernent désormais les pays des Balkans occidentaux ainsi que ceux qui sont couverts par la politique de voisinage. Pour Bernard Lehideux, la Fondation doit également pouvoir intervenir au delà du cadre de la politique de voisinage ou des programmes de préadhésion, comme les pays de la zone Afrique Caraïbes Pacifique (ACP) ou d Amérique latine. 5

6 "L'Union européenne prend des décisions qui ont un impact direct sur l'économie de ses partenaires ACP. Il en a été ainsi récemment de la réforme de l Organisation commune du marché du sucre qui a contraint ces pays à entreprendre une réforme en profondeur de leur activité industrielle, voire à une diversification de leurs activités. Cette évolution a rendu nécessaire une adaptation des ressources humaines à laquelle la Fondation européenne pour la formation aurait pu utilement contribuer et pour laquelle elle pourra contribuer à l'avenir", s'est félicité M. Lehideux. Parlement Européen Interventions en séances : Interventions en commissions : REACTIONS A L ACTUALITE : SITE OFFICIEL FRANÇOIS BAYROU 30 Mai 2008 François Bayrou au déjeuner mensuel du club Valeurs Actuelles-Le Nôtre : «le chemin que j ai choisi n est pas facile» Invité au déjeuner mensuel du Club Valeurs Actuelles-Lenôtre, François Bayrou répond sans détour, et sans langue de bois, aux questions de l'équipe de Valeurs actuelles, d'un spécialiste des sondages, et de deux chefs d'entreprise. Il passe en revue l'actualité, et revenant sur sa campagne présidentielle de 2007 et ses relations avec Nicolas Sarkozy, il indique : «ce qui nous sépare, ce sont les valeurs». Retrouvez les principaux extraits... Evoquant Xavier Darcos, qui fut son directeur de cabinet, François Bayrou se souvient : «C'était un prof cultivé et très drôle.» Ce qui ne l'empêche pas de marquer sa différence sur «la méthode», aujourd'hui : «On peut faire des réformes, tout n'est pas bloqué. Mais on ne doit pas aller dans le sens de ceux qui ciblent les enseignants (...) Imagine-t-on un ministre de la Défense critiquant les militaires ou un ministre de l'intérieur s'en prenant aux policiers? Ce serait impensable.» A propos des enseignants, François Bayrou approuve quand François d'orcival affirme qu'on les a laissés «se prolétariser». «Quand vous songez que normalien, agrégé, docteur, maître de conférences, c'est à peine 2300 euros par mois avec 15 ans d'ancienneté!» (...) Selon lui, les enseignants méritent d'abord de la «considération» (...) «Il faut protéger l'education pour la réformer.» A Josée Pochat, journaliste politique à Valeurs actuelles, rappelant que la France comptait parmi les pays dispensant le plus grand nombre d'heures de cours pour des résultats souvent inférieurs aux autres, François Bayrou le confie : «moins d'heures de cours, cela ne signifie pas moins de connaissances». Mais il défend les options considérées comme rares : «pour moi, les lettres classiques, le latin, le grec, les langues européennes, cela n'appartient pas au passé. Pour juger du niveau d'un élève, poursuit-il, il suffit souvent de lui faire lire un texte». 6

7 Directeur de la rédaction de Valeurs actuelles, Eric Branca aborde la question de la réforme institutionnelle. L'occasion, pour François Bayrou, de rappeler qu'il est favorable à l'introduction d'une «dose de proportionnelle [10% des députés] corrigeant le scrutin majoritaire». «La démocratie libérale se définit par sa protection des minorités, jusqu'à l'individu qui doit être protégé face à la majorité.» «Pas hostile» à la proportionnelle intégrale, il estime que «la question centrale, aujourd'hui, c'est : la vie politique doit-elle se limiter à l'ump et au PS ou, au contraire, être pluraliste?» «Pensez-vous, l'interroge alors Eric Branca, que la réforme constitutionnelle sera votée?» «Je ne crois pas, répond-il. Le PS est contre. Il n'y a rien de substantiel qui puisse le rallier. Et l'ump est divisée.» (...) Puis Christine Clerc, éditorialiste à Valeurs actuelles, suivie par l'ensemble des participants, évoque quelques sujets plus politiques auxquels réagit François Bayrou : La chute de Sarkozy dans les sondages? «Il a de l'énergie, mais il n'incarne pas la fonction de président,contrairement à Giscard, Miterrand et même Chirac. Sa chute dans les sondages s'explique notamment par cela : les Français n'ont pas le sentiment d'avoir un président de la République à l'elysée qui les rassure et les rassemble. J'avais dit que je ne voterai par pour lui parce que je pressentais ses valeurs opposées aux miennes, sur le culte de l'argent, sur la fascination des vedettes du showbizz, sur la mise en scène de la vie privée, sur la fascination de l'amérique. Pendant longtemps, j'ai cru que la France rejetterait ces valeurs.» Les divisions au PS? «Ils sont trois à pouvoir postuler en 2012 : Royal, Delanoë et Hollande, que l'on a trop souvent tendance à ignorer.» Le recul du FN? «Les raisons de sa présence n'ont pas disparu : la pauvreté continue de progresser, les classes moyennes sont de plus en plus fragilisées.» Sur sa propre situation, François Bayrou le concède : «Je reconnais que le chemin que j'ai choisi n'est pas facile.» Il affirme cependant ne rien regretter: «J'accepte les difficultés. D'ailleurs, si j'avais voulu un chemin plus aisé, les honneurs et les ors de la République, c'était facile. Il suffisait de se rallier.» A la question : «Serez-vous à nouveau candidat en 2012?» pas de réponse, mais un large sourire mai 2008 François Bayrou défend l'équilible entre magistrats et non magistrats au Conseil supérieur de la magistrature L'Assemblée a voté jeudi, dans le cadre de la réforme des institutions, la réforme du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), qui ne sera plus présidé par le chef de l'etat. L'opposition a jugé que cette modification ne suffisait pas à renforcer son indépendance. François Bayrou a déploré "le choc symbolique" que représente selon lui "la mise en minorité volontaire des magistrats à l'intérieur du CSM". "Cela signifie une suspicion à leur endroit. Je défendrai l'idée que la parité entre les professionnels et ceux qui sont censés représenter la société au sens large est un bon équilibre à trouver." Par rapport au projet de loi, le gouvernement a ajouté un amendement qui inscrit l'existence d'une formation plénière du CSM dans la Constitution. Dans le détail, l'amendement prévoit que "le Conseil supérieur de la magistrature se réunit en formation plénière pour répondre aux demandes d'avis formulées par le président de la République". L'amendement du gouvernement modifie aussi le mode de nomination des huit personnalités extérieures qualifiées du CSM (une personne nommée par le président de la République et une par chacun des présidents des deux chambres, un conseiller d'etat, un avocat, un professeur des universités, une personne nommée par le futur défenseur des droits des citoyens et une personnalité nommée par le président du conseil économique et social). Le projet de 7

8 loi initial prévoyait que le président de la République et les présidents des deux chambres nommeraient chacun deux personnalités qualifiées. 28 mai Révision constitutionnelle : l'indépendance des médias ne sera pas inscrite dans la Constitution L'Assemblée nationale a poursuivi mardi 27 mai la discussion du projet de révision constitutionnelle. François Bayrou a défendu dans l'hémicycle l'inscription dans la Constitution de l'indépendance des médias. «La question a été évoquée pendant la campagne présidentielle et avant l'article premier. Les médias, selon la formule du Conseil national de la Résistance, doivent être protégés des influences excessives de l'état et des puissances d'argent. C'est là un principe fondateur de notre République. Mais il est souvent mis à mal, soit en raison d'une concentration excessive des intérêts capitalistiques, soit parce que des entreprises de presse sont par ailleurs bénéficiaires de marchés ou de commandes publiques. Il faut donc écrire dans la Constitution que «la loi garantit l'indépendance des médias aussi bien vis-à-vis de l'état que des intérêts économiques de leurs actionnaires. Elle les protège des conflits d'intérêt et interdit les concentrations excessives». On aurait pu le faire dans les principes généraux, mais le faire dans l'article qui définit le champ de la loi est encore très utile. Ce sera d'une lecture plus claire pour les citoyens.» Après un long débat en séance, le Gouvernement a proposé le rejet de cet amendement, qui n'a finalement été repoussé qu'à la majorité de 109 voix contre 98, sur 210 votants html 26 mai François Bayrou: "il n'est pas imaginable que le président vienne et s'en aille sans que les assemblées lui répondent." L'Assemblée a poursuivi lundi après-midi la discussion du projet de loi constitutionnelle de modernisation des institutions de la Ve République. Elle a adopté le principe de la venue du président de la République devant les parlementaires réunis en Congrès. Dans le texte adopté par l'assemblée, ce message pourra être suivi d'un débat qui aura lieu en l'absence du chef de l'etat. François Bayrou est intervenu dans l'hémicycle pour que ce débat soit obligatoire et que le président de la République y assiste. Puisque cette nouvelle procédure ne pourrait être mise en ouvre que dans des «moments particulièrement solennels de la vie de la Nation», comme le précise l'exposé des motifs du projet de loi constitutionnelle, il convenait en effet, selon le président du Mouvement Démocrate, que le chef de l'etat entende également l'expression des représentants de la Nation html 8

9 BERNARD LEHIDEUX 29 mai L'ADLE se félicite de l'ouverture complète du marché du travail français à huit nouveaux pays membres Bernard LEHIDEUX (MoDem, France*), coordinateur ADLE au sein de la commission parlementaire de l'emploi et des Affaires sociales, se félicite de la décision de la France de supprimer les restrictions à l'emploi des travailleurs ressortissants des pays huit pays de l'est de l'europe qui ont adhéré à l'ue en Pour Bernard Lehideux, "le gouvernement français a trop longtemps été traumatisé par le débat sur la directive services qui a parfois flirté avec la xénophobie et le repli sur soi. A la différence du Royaume-Uni ou de la Suède, la France a maintenu des barrières pour l'entrée des travailleurs de l'est sur son marché du travail, barrières qui ont conduit à les traiter comme des citoyens européens de seconde zone". Il souligne que cette position était devenue intenable et ne se fondait sur aucun argument économique valable. Pour lui, "il était urgent de mettre fin à cette anomalie". "J'espère que cette décision est un bon présage de la volonté de la France de faire aboutir, au cours de la présidence de l'ue qu'elle exercera à partir de juillet prochain, l'ensemble des dossiers essentiels pour les travailleurs et les entreprises européennes qui restent pour l'instant englués au Conseil des ministres" Bernard Lehideux. Parmi ces dossiers qui doivent constituer des priorités figurent la directive relative au temps de travail, ainsi que la directive relative au travail intérimaire. "C'est une très bonne nouvelle que d'ouvrir le marché du travail, et un signe de confiance, même si cette décision intervient un peu tard alors que l'heure est plutôt au retour au pays pour les jeunes polonais et non plus à l'émigration massive. C'est pourquoi, tout en me félicitant de la reconnaissance par la France du principe de la libre circulation des travailleurs, je ne m'attends pas à une invasion de plombiers polonais", a commenté *Jan Kulakowski (Partia Demokratyczna, Pologne),* membre de la commission de l'emploi et des Affaires sociales html PHILIPPE ARNAUD 30 mai Philippe Arnaud, sénateur de la Charente, défend la continuité des soins de proximité Lors de la séance de questions d'actualité, Philippe Arnaud (UC-UDF, Charente) a interpellé la Ministre de la Santé sur la continuité des soins de proximité, en particulier dans le domaine de la cancérologie. Le sénateur de la Charente a ainsi relayé le désarroi des malades et de leurs proches, après le dépôt de bilan de deux cancérologues libéraux de la clinique Sainte-Marie d'angoulême, créant ainsi «une rupture de soins, brutale et sans préavis». Philippe Arnaud a souhaité que le gouvernement apporte des assurances à tous les acteurs locaux et aux malades concernant la mise en place d'un «groupement de coopération sanitaire» entre établissements hospitaliers. Le sénateur centriste a enfin interrogé la Ministre sur les moyens dont elle disposait pour répondre à ce genre de situation si les acteurs locaux ne s'entendaient pas ou en cas de carence d'un praticien spécialisé, même au sein d'un tel groupement. Dans sa réponse, Roselyne Bachelot-Narquin a rappelé que, dans le cas d'angoulême, l'ensemble des partenaires s'étaient réunis de façon efficace dans le groupement de coopération et qu'un protocole de soins transitoire avait pu être élaboré pour 80 malades traités par chimiothérapie. Enfin, la Ministre de la Santé a salué cette coopération qui préfigurait le processus qu'elle proposera à l'automne dans un projet de loi intitulé «Santé, patients et territoires». 9

10 CORINNE LEPAGE Chronique France Culture 26 mai Corinne Lepage: les marins-pêcheurs victimes des temps modernes Dans une conférence qui s'était tenue le 4 mars 1989, Michel Serres avait rappelé le rôle et la force de symbole des marins : "Deux hommes jadis vivaient dans le temps extérieur des intempéries : le paysan et le marin, dont l'emploi du temps dépendait, heure par heure, de l'état du ciel et des saisons ; nous avons perdu toute mémoire de ce que nous devons à ces deux types d'hommes, des techniques les plus rudimentaires à la plus haute culture..or ces deux populations disparaissent progressivement de la surface de la terre occidentale ; excédents agricoles, vaisseaux de fort tonnage transforment la mer et le sol en désert.(ne vivant plus qu'à l'intérieur, plongés exclusivement dans le premier temps, nos contemporains, n'habitant plus que les villes, ne se servent ni de pelle, ni de rame, pis, jamais n'en virent. Indifférents au climat, sauf pendant leurs vacances, où ils retrouvent, de façon arcadienne et pataude, le monde, ils polluent, naïfs, ce qu'ils ne connaissent pas, qui rarement les blesse et jamais ne les concerne.)" Ne nous y trompons pas. Le drame des marins-pêcheurs est notre tragédie : celui d un mode de développement qui s'effondre, faute de ressources naturelles et du retour en force de la soumission aux contraintes extérieures que nous avons nous-mêmes déréglées, sans être à ce jour moindrement capable d'en limiter les effets. Les marins-pêcheurs ne sont que les premières victimes des temps modernes, au même titre que les premiers réfugiés climatiques. Le secteur de la pêche est dans une impasse dans laquelle l Etat porte une très lourde responsabilité : mauvais choix industriels favorisant les chalutiers de haute mer, opposition à tout effort organisé de réduction des capacités de pêche, l'interventionnisme pointilleux et inefficace. Pour acheter la paix sociale en attendant la prochaine crise, les plans d'urgence se sont succédé en France sans aucune vision stratégique du rôle de la pêche. Notre capacité de pêche a augmenté de 30 % en 10 ans et l Etat n'a cessé de privilégier le chalut particulièrement coûteux en termes de carburants et source de gaspillage avec un taux de rejet de poissons élevés alors qu'il existe des solutions pour mettre en oeuvre des politiques de préservation de ressources et susceptible d'assurer la viabilité des pêcheries. Nous ne sommes malheureusement pas les seuls à avoir choisi cette voie. Les trois quarts des subventions au niveau mondial n'ont servi qu'à augmenter les capacités de pêche alors que les ressources ne cessent de diminuer. Mais, si le mouvement de protestation est plus puissant en France que dans les pays voisins, c'est que nos voisins mettent en oeuvre des politiques différentes notamment des programmes de rachat de navires et prônent une pêche beaucoup plus respectueuse de la ressource. N'oublions pas que c'est toujours la France qui s'oppose aux mesures proposées par l'union européenne pour réduire les quotas pêche. Nous n échapperons cependant pas à l'interdiction de la pêche du thon rouge en Méditerranée et à de nouvelles mesures de protection La hausse du prix du fioul, qui en France représentent 40 % du coût d un bateau ne fait qu acccélérer une chute inévitable. C'est à une réorganisation totale de la filière qu'il faut s'attaquer avec des techniques économes en énergie fossile et permettant de réduire de 60 % les taux de rejet et uen véritable politique sociale à l égard de la professions. La chute des stocks de poissons et l'augmentation du fioul ne sont pas de courte durée. Les mesures annoncées équivalent à mettre des rustines sur la coque du Titanic. Le temps est donc venu de changer radicalement de politique. Ce qui se passe pour le poisson se passera, si nous continuons, pour la production alimentaire du fait de l'épuisement des sols et du manque d'eau. Nous ne pouvons pas poursuivre des politiques qui mélangent cynisme,hypocrisie et incompétence en laissant supposer que nous traversons seulement une crise passagère, qui peut être gérée avec des subventions que nous n'avons même plus les moyens de verser. Il va de soi que la solidarité nationale doit jouer en faveur en particulier de ceux, agriculteurs et marins, qui sont à la base de la satisfaction de besoins alimentaires à la condition bien évidemment que leurs techniques soient en adéquation avec nos besoins de moyen et long terme. Or, en matière de lutte contre la pollution des mers, les marins ont joué un rôle essentiel au cours du XXe siècle en s'opposant comme ils le pouvaient à la volonté de nombreuses industries de transformer les mers en poubelle. Il ne faudrait évidemment pas que les efforts d de reconstitution de la ressource se traduisent finalement en liberté 10

11 de polluer sans limites En réalité, dans ce domaine comme dans la plupart des activités économiques du XXe siècle, c'est à une véritable reconversion que nous sommes appelés. De même que la deuxième partie du XXe siècle a vu la reconversion industrielle, en particulier du nord et de l'est de la France, abandonnant les mines, la sidérurgie et le textile, nous allons assister ou plutôt nous allons devoir procéder à une véritable reconversion de notre économie pour l'adapter à un monde pauvre en ressources naturelles et économe en eau et en énergie. Aux délocalisations vont s'ajouter des phénomènes de relocalisation, permettant aux bassins de consommation de pouvoir trouver, à proximité, c'est-à-dire sans coûts de transport important, les produits nécessaires à la vie. Une nouvelle géographie économique dont il ne faut pas se dissimuler qu elle aura ses propres gagnants et ses propres perdants se met en place. Outre les richesses initiales et le positionnement par rapport aux effets du changement climatique, nul ne peut aujourd'hui nier que la capacité d'anticipation et de gestion concertée avec tous les acteurs concernés sera un des atouts majeurs. Il serait souhaitable d en prendre rapidement conscience. LE MODEM DANS LES MEDIAS Le 24 mai 2007, un mois après sa défaite au premier tour de l'élection présidentielle, François Bayrou organisait un grand meeting au Zénith entouré de militants survoltés. Il s agissait alors de donner le coup d'envoi de la campagne pour les législatives, mais surtout, comme le résumait ce soir-là le député de la Loire, Gilles Artigues, de venir en nombre pour qu on ne puisse plus «dire que François Bayrou est seul». «Ceci est un moment rare parce que c est un moment fondateur», avait annoncé d'entrée le président du nouveau MoDem, avant de promettre: «Ce n est pas une œuvre solitaire qui commence. J ai voulu un nouveau mouvement mais il n est pas le mien, je le porterai avec une équipe». Un an après, où en est le mouvement dans sa construction? Il est d abord au cœur d un certain paradoxe. D un côté, adhérents, près de 7 millions de voix recueillies à la dernière présidentielle (18,57% des suffrages contre 6,84% en 2002), plus de conseillers municipaux et 39% des Français qui font de Bayrou leur favori pour occuper Matignon, selon un sondage CSA-Le Parisien d'avril. De l autre, seulement trois députés à l Assemblée nationale, onze sénateurs, huit députés européens, 300 maires et une seule élue au Conseil de Paris. Des électeurs, mais pas d élus, comment expliquer une telle contradiction? Pour le MoDem, la raison en est simple : «C est le mode de scrutin majoritaire brutal qui explique notre faible nombre d élus. Avec notre score aux législatives, on devrait avoir 50 députés!» insiste Olivier Henno, à la tête du mouvement dans le Nord. «C est le fonctionnement des institutions françaises, dénonce l'ancien chef des Verts rallié au MoDem, Jean-Luc Benhamias. C'est pareil chez les Verts qui font seulement 3% à la présidentielle et qui réussissent à prendre la mairie de Montreuil!» Pour d autres, c est la stratégie électorale de François Bayrou qui est en cause. «Le mercredi après le premier tour de la présidentielle, le bureau exécutif de l UDF avait décidé qu on ne donnerait aucune consigne de vote et que notre président, s il était interrogé, dirait qu il votait blanc. Au lieu de ça, François Bayrou déclare qu il sait déjà pour qui il ne votera pas. Là, on perd tous les députés de centre droit. Une semaine plus tard, il dit qu il ne votera pas Sarkozy, et là, le centre, la maison mère, se barrent! Résultat: 7,28% aux législatives.» Même constat chez l ancien bras droit de Bayrou, le président exécutif du Nouveau centre, Jean-Christophe Lagarde : «J ai eu le sentiment d être trahi lors de l entre-deux-tours, puisque Bayrou est revenu sur notre décision de ne pas prendre position. Il voulait être le leader de l opposition à Sarkozy, pour ça il est devenu le 11

12 leader de la gauche.» Le président du MoDem, lui, dément. «Ils avaient déjà rallié Sarkozy quand j'ai exprimé mon choix, à deux jours du second tour», nous a-t-il affirmé. Bernard Lehideux, député européen fraîchement nommé directeur de cabinet de François Bayrou, reconnaît que le MoDem «a connu un à-coup aux législatives quand François Bayrou a dit qu il ne voterait pas Sarkozy. Mais pendant les municipales, les gens venaient me voir sur les marchés en disant "il avait peut-être raison". Le sondage Opinionway de mai, qui accorde 16% des voix à Bayrou si la présidentielle avait lieu aujourd hui, le prouve». «Bayrou n est pas seul, il a juste pris un coup» Entendre que François Bayrou est seul en énerve plus d un au MoDem. «Ça me révolte, c est comme si on n existait pas! s insurge Jean-Luc Benhamias. C est oublier qu il a derrière lui des sénateurs, des députés nationaux et européens, et des gens comme moi qui sont arrivés comme co-fondateurs.» «Il n est pas seul, il a juste pris un coup», estime son directeur de cabinet, Bernard Lehideux. Une allusion à l hémorragie des leaders centristes, qui a débuté en 2002 avec la création de l UMP, a connu un pic en 2007 avec la perte d une vingtaine de députés et s est poursuivie ces derniers mois avec le départ de grandes figures, comme le député européen Jean-Marie Cavada ou le sénateur de la Mayenne, Jean Arthuis. «Bayrou s est enfermé dans une stratégie d indépendance qui est en fait l isolement. C est le tout ou rien, et ça n aboutit à rien! raille Jean-Christophe Lagarde. Il ne pèse sur rien, il ne sait plus dire oui quand c est bien, comme sur la règle d'or budgétaire, les droits du Parlement, le référendum d'initiative populaire, des combats qui étaient les siens et que nous menons actuellement.» «On n'a plus que trois députés, un de Mayotte et deux qui viennent du même département, quelle représentation du territoire!, déplore Thierry Cornillet. Il faut être lucide, on a un scrutin majoritaire à deux tours, donc il faut bien s allier. Mais Bayrou se fiche du parti et des autres, il ne regarde que sa chimère présidentielle, rien ne compte hormis 2012!» Interrogé par Mediapart sur cette contestation de sa stratégie, François Bayrou a dénoncé «une manœuvre télécommandée par qui l'on sait pour obtenir le retour du Centre à la soumission de l'ump», avant d'évoquer sa «longue marche» pour laquelle «il faut du courage et du désintéressement», à l'image des traversées du désert du général de Gaulle et de Pierre Mendès France. Pour Jean-Luc Benhamias, «ce qui pollue le débat, c est la non-reconnaissance du MoDem comme structure politique importante, avec plusieurs dizaines de milliers d adhérents, et le fait que les quelques-uns qui s expriment (Lagarde, Arthuis, Cornillet, etc.), le font comme s ils étaient le centre. C était vrai, mais à l époque de l UDF!» Des voix s élèvent pourtant au groupe "Union centriste" du Sénat, où ils sont cinq élus à envisager leur départ : Thierry Cornillet, Philippe Nogrix, Yves Détraigne, Catherine Morin-Desailly, Françoise Ferat. Ceux-là mêmes qui, avec Jean Arthuis, lors du bureau exécutif de l UDF du 24 avril, avaient voté en faveur d un retour à l UDF et qui souhaitent «garder [leurs] alliés traditionnels pour que l électorat se concrétise». Thierry Cornillet affirme pour l instant «assumer [sa] position minoritaire» et «[ne pas vouloir] quitter le parti». Et pour cause : «Je considère que ce n est pas moi qui me fourvoie. Il n y a jamais eu autant de centres que depuis que Bayrou, qui se veut le champion des centres, est président! Mon parti, c est l UDF depuis 1978, pas le Nouveau centre.» Il n exclut pourtant pas de partir : «C est possible, ça dépendra du débat qu on va avoir et du calendrier.» Au MoDem, ils sont nombreux à ne pas retenir les dissidents. «Si vous voulez une alliance avec l UMP, allez au Nouveau centre, Monsieur!» lançait une adhérente à Thierry Cornillet, à la sortie du Conseil national, le 14 mai. Pour le député des Pyrénées-Atlantiques, Jean Lassalle, «ceux qui veulent partir devraient le faire tous ensemble plutôt que les uns après les autres!». «Nous sommes en démocratie, si certains ne veulent pas construire le MoDem, qu ils ne le construisent pas, s ils veulent rejoindre le Nouveau centre, qu ils y aillent!» explique Jean-Luc Benhamias. D autant que le Nouveau centre leur tend les bras. «Les gens qui pensent la même chose ont vocation à se retrouver, assure Jean-Christophe Lagarde. Ils sont nombreux, notamment parmi les sénateurs centristes, à comprendre l impasse électorale dans laquelle Bayrou les a mis, donc nous mènerons la réflexion avec eux pour reconstruire l UDF.» 12

13 Bernard Lehideux estime lui qu il est normal qu «il y ait une minorité interne, comme dans tout parti. Mais pour ne pas laisser planer le doute, François Bayrou a décidé d organiser une consultation des adhérents avec un vote des motions. Nous présenterons un texte similaire à celui de Villepinte, rappelant notre ligne d indépendance, celle d un parti libre de dire oui ou non à un texte de gauche ou de droite, de présenter son candidat ou de s allier aux élections. Thierry Cornillet présentera aussi sa motion et il y aura un vote». Une consultation qui aura lieu fin juin, dans le cadre de la Conférence nationale, mais dont le résultat ne fait aucun doute. «Le but est de relégitimer la ligne de Bayrou puisque certains la remettent en cause», analyse Jean-Luc Benhamias, quand Thierry Cornillet accuse le leader du MoDem de rechercher «un plébiscite». «Un moment de discrétion» à l'assemblée Mal représenté à l Assemblée nationale, le MoDem y est aussi peu visible du fait du manque d assiduité de son chef au Palais-Bourbon. Depuis le début de la XIIIe législature, en juillet 2007, le député des Pyrénées- Atlantiques n est en effet intervenu qu à quatre reprises en séance publique. Jusqu'au 21 mai, sa dernière intervention en séance remontait au 24 octobre 2007, il n avait posé qu une question, n était à l origine d aucun rapport et n était pas intervenu en commission. «Il est dans les non-inscrits, il ne peut que très peu intervenir, rétorque Jean-Luc Benhamias. Et puis il est contraint de faire des allers-retours entre l assemblée et le siège. Construire un mouvement parallèlement à la vie politique continue est d une complexité gigantesque!» En effet, les non-inscrits (six députés) se partagent les miettes de temps de parole restant après l intervention du rapporteur et des présidents de groupes. Mais il existe d autres possibilités d'expression pour les députés : déposer un amendement, intervenir dans la deuxième partie de la discussion générale, ainsi que dans la mini-discussion générale qui précède l examen d un texte. Pour l'enseignant-chercheur Julien Fretel, spécialiste du MoDem et auteur d'une thèse sur l UDF, «depuis que le mouvement se construit, Bayrou est toujours au front. L organisation est encore très artisanale, avec une bureaucratie très faible, le siège est dépourvu de ressources administratives, le personnel est multifonction et assiste également les élus, donc il assume parfois lui-même des tâches de secrétariat.» Mais le directeur de cabinet du chef du MoDem l'assure, «la première phase de construction du mouvement est achevée, de nombreux cadres sont en train d être nommés, François Bayrou va enfin pouvoir déléguer et se consacrer à nouveau à l expression publique». «Je peux prendre du temps de parole [à l'assemblée], mais je parle peu, je déblatère peu, répond le principal intéressé. J'estime que je m'exprime suffisamment ailleurs. J'ai fait un moment de discrétion[à l'assemblée].» Un «moment de discrétion» qui avait déjà commencé sous la précédente législature, puisque, entre janvier 2004 et juin 2007, le président du MoDem n est intervenu qu à 43 reprises, contre 236 fois pour Jean-Marc Ayrault, président du groupe socialiste à l assemblée, 183 fois pour Bernard Accoyer, son homologue de l UMP, et 98 fois pour le patron du PS, François Hollande. Avec le débat sur la réforme des institutions, François Bayrou serait-il de retour à l'assemblée? (voir notre entretien vidéo). Jeudi 22 mai, il a défendu plusieurs amendements, notamment sur l introduction d une dose de proportionnelle aux élections, pour laquelle il bataille depuis des années, et sur le pluralisme des médias, l'un de ses thèmes de prédilection. Membre de la commission des affaires étrangères, le député des Pyrénées- Atlantiques s'est récemment inscrit à la commission des lois, en prenant la place de son collègue de Mayotte, Adboulatifou Aly. «On a perdu tout notre réseau d élus locaux» Faible à l'assemblée, l'ancrage du MoDem est assez inégal à l'échelon local : beaucoup de conseillers municipaux et généraux (entre et selon Eric Azières, spécialiste des élections au MoDem), mais une faible présence aux postes décisionnels (seulement 300 maires encartés au MoDem). «Au lieu de dire "on n a pas d élus, il faut des alliés", on est parti dans un délire "on est les plus forts, les plus indépendants", regrette Thierry Cornillet. Sur les 56 maires du Rhône qui ont parrainé Bayrou en 2007, il n en 13

14 reste que 11, sur les 12 de la Drôme, il en reste 2. On a perdu tout notre réseau d élus locaux!» Le député européen déplore une stratégie du "et droite et gauche", alors qu on prétend faire du "ni droite ni gauche". Aux municipales, on a eu des élus avec Guérini [candidat PS] et Gaudin [maire sortant UMP] à Marseille, Rebsamen à Dijon, Juppé à Bordeaux, les communistes à Aubagne, ce n était pas lisible!». «Où sont les victoires nouvelles du MoDem, s'interroge Jean-Christophe Lagarde. A Pau, Bayrou a échoué face à deux poids plumes, à Toulouse, le MoDem n a pas joué le rôle d arbitre, à Marseille il a perdu avec les socialistes, à Paris, il s est pris une veste monumentale, il n'a même plus de groupe au conseil!» Pour Adboulatifou Aly, député MoDem de Mayotte, on présente à tort les municipales et les cantonales comme un échec. «On a au contraire eu beaucoup d élus, mais des nouvelles têtes, des gens qui n ont jamais fait de politique sur la scène nationale, et qui sont convaincus par l idée d un centre indépendant, par l ouverture, mal réalisée par Nicolas Sarkozy.». Olivier Henno reconnaît que les municipales sont arrivées «extrêmement tôt» pour le MoDem. «Le mouvement avait été créé seulement trois mois avant, donc les équipes étaient mal préparées, la distribution des investitures s est faite rapidement. Dans ces conditions, le résultat est prodigieux. Dans mon département, on a doublé le nombre de conseillers municipaux», explique-t-il, tout en admettant que «l alliance à Aubagne n était peut-être pas ce qu il y avait de plus judicieux» et qu «il aurait fallu davantage d explications». Mais pour lui, la politique du MoDem en matière d alliances est claire : «Lors des élections locales, on se détermine sur les projets locaux. Et on considère qu un électorat qui se positionne au centre de la vie politique peut travailler avec la droite ou la gauche social-démocrate.» Le député Jean Lassalle évoque quant à lui «un échec au plan national. Il aurait fallu, là où nous étions mal placés, laisser le choix aux électeurs puisque nous n avions pas une ligne très claire. On aurait gagné en lisibilité», estime-t-il. «Mais il y a eu une grande complicité entre l UMP et le PS pour nous étouffer, comme à Pau.» Bernard Lehideux, à la tête du MoDem dans les Hauts-de-Seine, déplore surtout «qu on ne parle pas de l échec des maires UDF, élus il y a sept ans qui ont perdu avec la majorité à Strasbourg, Toulouse, Rouen, Blois, Amiens, Saint-Etienne, Saint-Louis de la Réunion. Avec le MoDem, on a fait entre 15 et 17% au premier tour dans les villes de plus de habitants. Dans mon département, on est présent dans 33 des 36 communes, on a participé à la chute d Aeschlimann à Asnières, on a fait 20% à Nanterre». François Bayrou assume quant à lui la responsabilité de l'«image confuse» donnée par le MoDem à ces élections. «Je n'ai pas eu le temps nécessaire pour expliquer ce que nous faisions. (...) C'est de ma faute en partie, j'étais très pris par l'élection à Pau. (...) Mais nous avons fait apparaître des équipes nouvelles, sans l'auréole du notable», nous a-t-il expliqué (voir notre entretien vidéo). Et si cet affaiblissement en termes d élus était en réalité une force à court terme? C est l opinion du chercheur Julien Fretel. «Aujourd hui, Bayrou a les mains plus libres, il n a pas à gérer la dissidence permanente de certains élus, notamment au Parlement, et peut au contraire jouer sur les élus intermédiaires et les nombreux adhérents.» Pour le président du MoDem, «les réseaux d'élus peuvent parfois être paralysants. (...) Ce changement de culture est une chance, et probablement la seule d'un mouvement politique nouveau. Il fallait qu'il apparaisse clairement aux yeux des Français que nous avions réellement changé de nature.» Restent les adhérents, dont Thierry Cornillet doute qu ils soient aussi nombreux que le prétend Bayrou. «On nous fait croire que nous sommes envahis de nouveaux adhérents, mais les , c est du flan! Les adhérents internet sont repartis, comme ceux du PS. Et l important, c est quand même les idées!» «Lorsque j étais à l UDF, on en annonçait déjà alors qu on en avait », ironise Jean-Christophe Lagarde. «On avait adhérents à l UDF avant la présidentielle, pendant, et on a eu un pic à lors du lancement au Zénith, avec les adhésions par Internet. On fera le point en septembre lors de nos élections départementales, on ne va pas appeler chaque adhérent pour savoir s il compte renouveler sa carte!» s exclame Bernard Lehideux. 14

15 Deux grands chantiers Les élections départementales internes de septembre, c est précisément la prochaine étape du MoDem. «Désormais, le mouvement est en ordre de marche, déclarait François Bayrou le 14 mai, à l issue du premier conseil national (l assemblée du mouvement, composée de 300 délégués). Nous avons adopté les statuts et le règlement intérieur du MoDem à la quasi-unanimité. La phase du lancement est achevée, nous avons maintenant une phase de construction et de maillage du territoire.» L objectif : remettre sur pied d'ici l'automne les 95 fédérations départementales. Mais vers quelle organisation le MoDem s oriente-t-il? «Une question cruciale», estime le chercheur Julien Fretel, qui note déjà «une plus grande ouverture, beaucoup de débats, une large place réservée aux adhérents, qui peuvent par exemple déposer des amendements, et dont les liens avec les leaders sont nombreux.» Ce qui n empêche pas un certain choc culturel entre certains élus issus de l ancienne UDF et de nouveaux adhérents qui entendent bien jouer le rôle actif prôné par leur chef. «Il y a une opposition entre d un côté des élus qui trouvent qu il y a trop de procédures, qui méprisent parfois les interventions des militants, souligne Julien Fretel, et, de l autre, des nouveaux adhérents des milieux associatifs, novices en politique, qui arrivent avec un certain idéal démocratique, qui veillent au cumul des mandats dans le mouvement, et qui sont favorables aux alliances hors clivages.» Pour François Bayrou, «c'est dans le monde des élus que c'est plus difficile de faire accepter l'indépendance, le "mode d'être" du mouvement. Dans le monde des adhérents, notamment urbain, ça a été une traînée de poudre! (...) C'est la transition de l'ancien à un nouveau monde». Jean-Luc Benhamias s étonne quant à lui de l harmonie du mouvement malgré sa diversité : «Ce qui est très surprenant, c est de voir alors qu on commence juste à avoir de grandes discussions de fond, qu'il n y a aucune contradiction dans nos discours, on est très largement en phase sur l analyse de la société, la résolution de ses problèmes, la lucidité sur la justice sociale, les valeurs entreprenariales. Et il y a une grande écoute des anciens UDF sur le développement durable.» «Notre organisation est le fruit de la confrontation de plusieurs cultures, analyse l ancien patron des Verts. Les nouveaux adhérents, qui aspirent à la politique autrement, François Bayrou et Marielle de Sarnez qui ne veulent pas reproduire ce qu ils vivaient à l UDF, et ceux, comme moi, qui veulent éviter le pire, la "démocratouille" des Verts. Au MoDem, on a opté pour un système semi-proportionnel, on a des allers-retours entre la base et le sommet et les militants votent les instances.» «On a essayé de prendre en compte un état d esprit nouveau en créant une collégialité», explique Bernard Lehideux. Il ne s agira donc plus d élire un président à la tête de chaque fédération départementale, mais une équipe menée par une tête de liste. Autre chantier : la préparation des prochaines échéances électorales, les régionales de 2010 et surtout les européennes de «Nous sommes la seule formation politique à être en accord sur l Europe. Nous devons mettre à jour notre projet sur les grandes thématiques européennes en prenant en compte de nouveaux éléments, comme le traité de Lisbonne, les problèmes de défense, etc. Ce sera l objet d un large colloque, le 8 juin», explique Bernard Lehideux. En 2004, aux précédentes européennes, l UDF avait recueilli onze sièges. Le MoDem espère faire «au moins aussi bien». Selon Julien Fretel, «la conjoncture est plutôt favorable au MoDem. Le PS fait face à des problèmes de leadership, Nicolas Sarkozy est délégitimé, et les élections à venir sont traditionnellement favorables aux centristes. Tout dépend maintenant de leur travail de terrain. Il faut élargir la base, il y a eu une adhésion massive à la présidentielle, maintenant il faut des adhésions de fond et un renforcement du siège, sur lequel les fédérations s appuieront». 15

16 Vidéos de l interview : 1_news?from=rss 3_news?from=rss LE FIGARO 29 MAI HOLLANDE VEUT FIXER LES REGLES DE L'AFFRONTEMENT AU PS Samuel Laurent «Les socialistes ne peuvent à l'occasion de leur congrès, en rester aux pétitions de principe ou à une bataille de mots. Ils doivent savoir poser les légitimes décisions de personnes et de leadership au terme d'un débat et non à son commencement». Dans une tribune au Monde, François Hollande annonce la couleur : alors que la bataille pour sa succession s'engage, il faudra compter sur son arbitrage. Voire sa participation active. Revenant sur les dix ans qu'il a passé à la tête du parti, Hollande explique qu'il a su maintenir «l'unité», un «combat, tant la propension aux querelles parfois tactiquement entretenues est récurrente». Et une qualité qu'il estime indispensable à son successeur, «sur la base d'une ligne politique cohérente présentée par une majorité regroupant, autour d'un contrat, ceux qui pensent tout simplement la même chose». Car si Hollande se dit fier de «son» parti socialiste, il évoque également ses fragilités : «individualisme des comportements au sommet, étroitesse sociologique de sa base, vulnérabilité de son assise électorale». Dix propositions Le premier secrétaire du PS demande donc aux compétiteurs d'élever le débat. Et même d'engager «une offensive idéologique» au nom de la gauche, qui doit porter «ses valeurs, ses propositions, ses méthodes» auprès des «couches populaires et moyennes» de la société. Une phrase qui ressemble fort à une future motion Hollande au Congrès. Pour François Hollande, «la gauche n'a pas simplement à préparer une victoire électorale». Mais à s'interroger sur ses idées. Et le premier secrétaire sortant de demander aux socialistes de réfléchir à dix questions de fond : mondialisation, répartition des richesses, vieillissement, «mutation énergétique», immigration, institutions, Europe, fonctionnement du PS, rassemblement de la gauche et alliances. A chacune de ces questions, le premier secrétaire apporte des débuts de réponse, cadre, voire propose. Une démarche étonnante, pour quelqu'un qui ne prétend pas à sa propre succession. Mais qui montre bien qu'il 16

17 compte peser dans la bataille. Il évoque ainsi un «pacte de croissance et de compétitivité associant Etat, partenaires sociaux et collectivités locales» ou encore «une réforme fiscale qui harmonise les impositions entre le travail et le capital». «Légitimité» Quant aux alliances électorales, s'il refuse toujours toute négociation avec le Modem «soumis à l'ambition présidentielle de François Bayrou», de même qu'avec la LCR, qui vise selon lui la «coupure» avec le PS, il évoque en revanche «un rassemblement de la gauche de gouvernement dans une structure fédérative», au sein de laquelle serait désigné le candidat d'union pour la présidentielle. Une chose semble certaine à la lecture de cette tribune : François Hollande a bien l'intention de s'impliquer dans la course à sa succession en posant les termes du débat. Il trace d'ailleurs dans son texte un portrait de son successeur idéal : «le prochain premier secrétaire doit avoir l'autorité, la légitimité et la majorité lui permettant de donner de la force à l'expression du PS». Une légitimité que lui-même a parfois cherchée. 26 MAI FEU VERT POUR LE DISCOURS PRESIDENTIEL AU CONGRES Guillaume Perrault Les députés ont supprimé lundi la grâce collective du 14 Juillet. Ce fut un plaisir rare pour les députés : l'assemblée a passé au scalpel les pouvoirs du président de la République, lundi, dans le cadre de l'examen du projet de loi sur la réforme des institutions. Et certains députés de droite ont rejoint leurs collègues de l'opposition pour critiquer le souhait de Nicolas Sarkozy d'autoriser le président à s'exprimer devant le Parlement «dans les moments particulièrement solennels de la vie de la nation». «Je ne vois pas l'utilité de cette réforme, a asséné Bernard Debré (UMP, Paris). Si le président prend la place du premier ministre, il serait normal que son temps de parole dans les médias soit comptabilité avec celui de la majorité, comme le réclame la gauche», a-t-il argumenté. Pascal Clément (UMP, Loire) a émis la crainte que le président soit exposé à «du chahut et des quolibets» pendant son allocution. Hervé de Charette (UMP, Maineet-Loire) a prédit au contraire «un succédané de séance de l'académie française». Réjoui par ces renforts venus de l'ump, André Vallini (PS, Isère) a vu dans le souhait de Nicolas Sarkozy «une infantilisation du Parlement». Intervenant dans cette ambiance de club anglais les échanges ont été, sauf exception, courtois, François Bayrou (MoDem, Pyrénées-Atlantiques) a réclamé que le président assiste au débat sans vote qui suivrait sa déclaration, au lieu de se retirer une fois son discours terminé comme le prévoit le projet de loi. En accord avec le gouvernement, le rapporteur Jean-Luc Warsmann (UMP, Ardennes) prévoyait de faire adopter par la majorité un amendement de compromis précisant que le droit d'expression du président devant les parlementaires ne pourra s'exercer qu'une fois par an, devant le Congrès réuni à Versailles. Une disposition que les députés ont adoptée dans la soirée, la gauche votant contre. Le Conseil constitutionnel en recours à l'article 16 17

18 Plus tôt dans l'après-midi, l'assemblée a entériné plusieurs mesures du projet de loi encadrant les pouvoirs du président. Si le chef de l'état met en œuvre l'article 16 de la Constitution sur les pouvoirs exceptionnels, 60 parlementaires pourront saisir le Conseil constitutionnel après un mois. La haute juridiction appréciera alors si les conditions justifiant cet état d'exception sont toujours réunies et pourra, le cas échéant, mettre un terme à l'utilisation de l'article 16. Les députés ont également supprimé l'usage des grâces collectives du 14 Juillet, qui servaient de «soupape de sécurité» pour limiter la surpopulation carcérale, en dépit de l'opposition de l'ancien garde des Sceaux Pascal Clément. L'Assemblée a conservé le droit de grâce individuel du président, mais une commission donnera un avis consultatif sur les requêtes adressées au chef de l'état. Les Verts et les communistes ont défendu en vain la suppression pure et simple du droit de grâce. Le président du groupe UMP à l'assemblée, Jean-François Copé, a écrit à ses troupes pour inciter les indécis à voter pour le projet de loi. «Une telle occasion ne se représentera jamais», a-t-il fait valoir. Le vote solennel sur l'ensemble du texte est prévu demain. 29 MAI NOUVEAU REVERS DU GOUVERNEMENT SUR LA PARITE PROFESSIONNELLE Article paru dans l'édition du 'est sous les applaudissements de la gauche qu'un amendement inscrivant le principe de la parité professionnelle dans la Constitution, défendu par Marie-Jo Zimmermann (UMP, Moselle), a été adopté, mardi 27 mai, à l'assemblée nationale. L'amendement dit que «la loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux responsabilités professionnelles et sociales». Il vise à permettre une future législation en la matière alors que le Conseil constitutionnel avait censuré, en mars 2006, plusieurs articles de la loi sur l'égalité salariale visant à encourager une représentation équilibrée des femmes et des hommes dans les entreprises. L'amendement s'est heurté à l'opposition de Rachida Dati, qui a insisté pour qu'il soit retiré. La ministre de la justice préférait que la discussion ait lieu dans le cadre d'une future révision du préambule de la Constitution. Elle a été désavouée. L'amendement a été adopté par 126 voix (27 UMP, 73 PS, 6 PCF, 19 Nouveau Centre et 1 non-inscrit, François Bayrou) contre 88 (86 UMP et 2 NC). «On avance», s'est réjouie Mme Zimmermann. TopNews Reuters 2 JUIN PIERRE MOSCOVICI SE DIT PRET A DISCUTER AVEC FRANÇOIS BAYROU PARIS (Reuters) - Le socialiste Pierre Moscovici se déclare prêt à discuter de sujets "de gauche" avec le président du Mouvement démocrate (MoDem), François Bayrou. 18

19 "Nos alliances sont à gauche, avec les Verts, avec les communistes, mais en même temps on doit discuter avec François Bayrou", a déclaré le député du Doubs sur Europe 1. "Le problème c'est où est François Bayrou", a ajouté l'élu. "Il est dans l'opposition à Nicolas Sarkozy, manifestement. S'il est prêt à discuter sur un certain nombre de thèmes de gauche, ou sur des thèmes économiques et sociaux avec nous, pourquoi ne pas le faire?" "Ne soyons pas dans le changement d'alliance, ne soyons pas non plus dans la fermeture", a ajouté Pierre Moscovici, candidat déclaré à la direction du PS. Il ne voit en revanche aucun rapprochement possible avec la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) d'olivier Besancenot qui, à la différence du PS, ne souhaite pas gouverner. "Je les respecte, mais l'alliance, bien sûr, il n'en est pas question", a-t-il dit. Interrogé sur les deux favoris à la succession de François Hollande à la tête du PS, Pierre Moscovici s'est dit en désaccord avec les "ni-ni", qui refusent à la fois la candidature de l'ancienne candidate à la présidentielle Ségolène Royal et celle du maire de Paris Bertrand Delanoë. "Moi je serais plutôt pour le 'et-et', je pense que nous ne devons pas abîmer nos présidentiables", a-t-il estimé. "Je ne suis pas un 'royaliste', je ne suis pas un partisan de Bertrand Delanoë, mais je ne veux pas faire un congrès 'tout sauf Royal' ou 'tout sauf Delanoë'", a-t-il expliqué. "Un congrès qui se construit contre des personnes qui peuvent représenter l'avenir demain et combattre Nicolas Sarkozy est un mauvais congrès", a-t-il poursuivi. "Je ne suis pas pour les petites phrases, pour le dénigrement des camarades". Elizabeth Pineau 27 MAI BERTRAND DELANOË : "OUI, JE SUIS LIBERAL ET SOCIALISTE" Dans ses entretiens avec Laurent Joffrin, Bertrand Delanoë dessine les contours d une gauche réconciliée avec son temps. Héritier sans complexe de la pensée libérale, il plaide pour un PS qui soit enfin "un parti de manager". Et surtout, dit ses craintes sur Sarkozy et ses doutes sur la grande rivale, Ségolène Royal, sa passion pour l écologie et sa vision d une France fidèle à son passé. Extrait d un livre choc (*) qui sonne comme une entrée en campagne. Extrait 4 et ce que j ai détesté Après le premier tour de la présidentielle, vous pensiez que l échec de la gauche était déjà inscrit dans les résultats? Je l ai craint. Certes, la victoire n était pas impossible. Mais il eût fallu, entre les deux tours, des initiatives de Ségolène extrêmement audacieuses pour inverser la tendance. D ailleurs elle l a senti, puisqu elle a été très offensive dans ses rapports avec le centre. J ai approuvé son débat public avec Bayrou. Sur le fond, c était de 19

20 bonne qualité. En revanche, ses balancements entre lui et Strauss-Kahn pour le poste de Premier ministre ne m ont pas semblé de nature à renforcer sa crédibilité. Il faut toujours revenir aux fondamentaux. Je n ai jamais vu un candidat à la présidence de la République annoncer à l avance son Premier ministre. Plus exactement, un seul l a fait : Gaston Defferre, qui a formé un tandem avec Pierre Mendès-France. On a vu le résultat : 5% à eux deux. Pourtant ils ne manquaient ni de talent ni d expérience. Ce qu elle nous a révélé depuis à propos de sa démarche nocturne auprès de François Bayrou me conforte dans le fait qu il ne suffit pas d avoir l intuition d un problème pour le résoudre. Ne fallait-il pas élargir les alliances du PS? Au moins, elle a fait preuve d esprit de décision. L esprit de décision y était. Mais la décision était mauvaise. On pouvait s adresser aux électeurs de Bayrou du premier tour, montrer dans la transparence, lors du débat, les points d accord et de désaccord. Mais renverser les alliances, c est autre chose. C est d ailleurs un problème qui nous est posé aujourd hui. Est-ce bien sérieux de concevoir une alliance allant du centre à l extrême gauche? C est sympathique. Mais il faut un minimum de cohérence. Quelle est la base politique et programmatique d une telle coalition? Est-elle crédible auprès des électeurs? Le centre existe-t-il? Jusqu à présent, il était un faux nez de la droite. Le centre tombait toujours du côté conservateur. Bayrou est différent. Mais quel est son projet, sinon prendre la place du PS comme principal opposant? Et quelle est sa force réelle? Tout cela demande une réflexion sérieuse, qui ne peut venir qu après une redéfinition de l identité et de la stratégie des socialistes. Avez-vous pensé être candidat vous-même? Un certain nombre de personnes m ont demandé d y penser. Mais je n étais pas en situation. On ne doit jamais être candidat pour soi, mais seulement quand on est l homme ou la femme du moment. Et puis l hypothèse Jospin existait. Lionel est un homme d Etat qui aurait été utile au pays : je ne devais pas l affaiblir. Toute l interview : 24 MAI PETROLE - CORINNE LEPAGE : CELA VA TRANSFORMER NOTRE VIE QUOTIDIENNE Thomas de Rochechouart Pour l ancienne ministre de l Environnement, le pétrole cher va contraindre à vivre de manière plus saine. FRANCE-SOIR. Quelle vont être les conséquences, selon vous, de l incroyable hausse des cours du brut? CORINNE LEPAGE. Pour le moment, soyons clair, il n y a pas de véritable solution alternative. Nous allons donc être contraints de réduire notre consommation énergétique, ce qui devrait entraîner une transformation de nos comportements et de notre vie quotidienne. Tout d abord dans le domaine des transports. La voiture et l essence sont devenues des produits de luxe et nous allons être conduits à les utiliser de moins en moins, par le développement du covoiturage ou l utilisation des transports en commun. Dans le domaine de l alimentation également : le coût des transports et celui des engrais, directement liés au pétrole, contribuent à la hausse des prix. Cela aura pour conséquence un rapprochement entre consommateurs et producteurs, un retour à une agriculture raisonnée et de saison, notamment par le développement des Amap (associations pour le maintien d une agriculture paysanne). Enfin, c est sûr, les recours aux énergies éoliennes, solaires, thermiques, géothermiques vont se multiplier, surtout grâce aux avantages fiscaux dont ils bénéficient. 20

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

La rénovation Texte soumis au vote du Conseil national du 8 juin 2010

La rénovation Texte soumis au vote du Conseil national du 8 juin 2010 La rénovation Texte soumis au vote du Conseil national du 8 juin 2010 Volontaires et exemplaires pour rénover notre parti et réveiller la démocratie En 2012, les socialistes veulent offrir bien plus, bien

Plus en détail

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union NOUVEAUXSTATUTS Éditions de l Union TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES ARTICLE 1 ER CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «Les Républicains»,

Plus en détail

Profils des dix eurodéputés de la circonscription Sud Ouest élus le 25 mai 2014

Profils des dix eurodéputés de la circonscription Sud Ouest élus le 25 mai 2014 Profils des dix eurodéputés de la circonscription Sud Ouest élus le 25 mai 2014 Louis Aliot (FN- Non-inscrit dans un groupe politique au Parlement européen) Né le 4 septembre 1969 à Toulouse. Docteur en

Plus en détail

Guide. Les Modes de Scrutin et la PARITÉ entre les FEMMES et les HOMMES

Guide. Les Modes de Scrutin et la PARITÉ entre les FEMMES et les HOMMES Guide Les Modes de Scrutin et la PARITÉ entre les FEMMES et les HOMMES Juin 212 L Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes vous propose à travers ce guide de revenir sur les différents

Plus en détail

Statuts de l association dénommée. Union Rhône-Alpes des Fédérations de centres sociaux

Statuts de l association dénommée. Union Rhône-Alpes des Fédérations de centres sociaux Statuts de l association dénommée Union Rhône-Alpes des Fédérations de centres sociaux Préambule : D'après la Charte nationale, les centres sociaux entendent être «des foyers d'initiatives porté par des

Plus en détail

Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS. Mardi 8 juillet 2014

Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS. Mardi 8 juillet 2014 A Paris, le 17 juillet 2014 Compte-rendu REUNION DU CONSEIL DES ELUS Mardi 8 juillet 2014 I / INTRODUCTION Monsieur DAUBIGNY, Préfet de la région d Ile-de-France, Préfet de Paris, Président de la mission

Plus en détail

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattache pour ordre au procès-verbal de la séance du 8 juillet 1992. Enregistre a la Présidence du Senat le 28 septembre 1992. PROPOSITION DE LOI

Plus en détail

Un nouveau départ pour servir l économie nationale

Un nouveau départ pour servir l économie nationale LA PROFESSION COMPTABLE ALGERIENNE : LA LOI 10/01 DU 29 JUIN 2010 Un nouveau départ pour servir l économie nationale Ali MAZOUZ, Expert Comptable et Commissaire aux Comptes. La loi sur la profession comptable

Plus en détail

POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES

POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES VADEMECUM - JUIN 2015 Le bicamérisme est indispensable à l'équilibre des institutions de la République, car c'est plus de

Plus en détail

Le vote des musulmans à l élection présidentielle.

Le vote des musulmans à l élection présidentielle. Le vote des musulmans à l élection présidentielle. L islam constitue aujourd hui la seconde religion de France et ses fidèles représentent environ 5 % du corps électoral français 1. Alors que la question

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

Sondage Jour du vote : Motivations de vote et d abstention au premier tour des élections municipales de 2014

Sondage Jour du vote : Motivations de vote et d abstention au premier tour des élections municipales de 2014 Sondage Jour du vote : Motivations de vote et d abstention au premier tour des élections municipales de 2014 Harris Interactive 23/03/2014 Sommaire Méthodologie de l enquête P.3 1. Intérêt et attitude

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR PRÉAMBULE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR PRÉAMBULE PRÉAMBULE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Le présent règlement intérieur a pour objet de préciser les modalités de fonctionnement du conseil des sages et de déterminer les obligations de ses membres. Il fait référence

Plus en détail

Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne

Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne présentation à l École nationale d'administration publique du Québec 28 octobre 2009 Christian Gsodam Les

Plus en détail

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport Présenté par M. Pascal Terrasse Député de la République française Secrétaire général parlementaire Berne (Suisse) ( 6 juillet 2015 I/ Le programme,

Plus en détail

HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012

HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012 Ifop Fiducial / Europe 1 Bilan de l action de François Hollande un an après l élection présidentielle de 2012 BILAN DE L ACTION DE FRANÇOIS HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012 La méthodologie

Plus en détail

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union RÈGLEMENTINTÉRIEUR Éditions de l Union TITRE I ADHÉRENTS Article 1 er DEMANDE D ADHÉSION 1. Toute personne physique souscrivant à l objet et aux valeurs du Mouvement peut adresser une demande d adhésion,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne *

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * 42 La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * Inger V. Johansen Membre du comité des affaires européennes de l Alliance rouge-verte danoise intégration

Plus en détail

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Monsieur le Président du Conseil du commerce de France ;

Plus en détail

FONDEMENTS JURIDIQUES

FONDEMENTS JURIDIQUES PREFECTURE DE L ALLIER DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES Bureau du Conseil et du contrôle de légalité LA COMMISSION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC (CDSP) élection, constitution,

Plus en détail

ÉLECTIONS EUROPÉENNES 25 MAI 2014. Notre équipe pour l Europe

ÉLECTIONS EUROPÉENNES 25 MAI 2014. Notre équipe pour l Europe ÉLECTIONS EUROPÉENNES 25 MAI 2014 Notre équipe pour l Europe Dans 80 jours, les Français voteront pour l avenir de l Europe. Cette élection engagera notre destin. C est rassemblés que nous porterons le

Plus en détail

ASSOCIATION NATIONALE DES CONSEILS D ENFANTS ET DE JEUNES, ANACEJ

ASSOCIATION NATIONALE DES CONSEILS D ENFANTS ET DE JEUNES, ANACEJ Statuts de l Anacej Préambule La diversité au cœur de l Anacej L Anacej est née d une volonté d élus locaux, et de militants des fédérations d éducation populaire, de professionnels des collectivités locales

Plus en détail

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité Document n 4 Statuts de la Communauté d universités et établissements Université Sorbonne Paris Cité Version 1-4 de travail du 10/03/2014 Post-CCOU du 06/03/2014 1 L Université Sorbonne Paris Cité regroupe

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG. Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités

Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG. Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités Projet de loi relatif à l élection des conseillers départementaux,

Plus en détail

Troisième saison -Vague 9. 30 octobre 2008

Troisième saison -Vague 9. 30 octobre 2008 Le Politoscope Troisième saison -Vague 9 30 octobre 2008 Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon de 976 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans

Plus en détail

N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 13 février 2006 N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 8 février 2006. RAPPORT

Plus en détail

Le Manifeste du ME-F

Le Manifeste du ME-F 1 Mouvement Européen-France Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents Juillet - aout 2013 Rapport de dépouillement 11/08/2013 2 Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents. Juillet aout 2013

Plus en détail

Règlement intérieur. de l Union des Démocrates et Indépendants

Règlement intérieur. de l Union des Démocrates et Indépendants Règlement intérieur de l Union des Démocrates et Indépendants TITRE I - LES ADHERENTS Article 1 : Adhésions, cotisations et dons Les demandes d adhésion sont adressées soit aux fédérations, soit aux personnes

Plus en détail

QUELLE EST LA COMPOSITION DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL?

QUELLE EST LA COMPOSITION DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL? Plaquette_citoyenne.qxd:Avril_2009-BAT 9/04/09 20:20 Page 1 QU EST-CE QUE LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL? Le Conseil constitutionnel est l institution indépendante chargée de veiller au respect de la Constitution,

Plus en détail

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Supplément spécial ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Mairie-conseils décrypte pour vous les principaux changements apportés par la loi électorale du 17 mai 2013 : abaissement du seuil du scrutin

Plus en détail

N 40 SÉNAT PROJET DE LOI. portant réorganisation. du Conseil de gouvernement. de la Nouvelle-Calédonie. ( Urgence déclarée.) (Texte définitif.

N 40 SÉNAT PROJET DE LOI. portant réorganisation. du Conseil de gouvernement. de la Nouvelle-Calédonie. ( Urgence déclarée.) (Texte définitif. PROJET DE LOI adopté i 13 décembre 1963. N 40 SÉNAT 1 " SESSION ORDINAIRE DE 1963-1964 PROJET DE LOI portant réorganisation du Conseil de gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. ( Urgence déclarée.) (Texte

Plus en détail

SIMULATION ELECTORALE

SIMULATION ELECTORALE SIMULATION ELECTORALE COMMUNICATION - PROGIS - JOURNALISME IEP Grenoble - Présidentielle 2012 SIMULATION ELECTORALE PRÉSIDENTIELLE 2012 A l initiative de l Association des Diplômés, cette simulation du

Plus en détail

LA SITUATION POLITIQUE A BORDEAUX. - Résultats d ensemble - Sondage publié dans LIBERATION le 19 novembre 2013

LA SITUATION POLITIQUE A BORDEAUX. - Résultats d ensemble - Sondage publié dans LIBERATION le 19 novembre 2013 Jérôme Sainte-Marie Études et conseil LA SITUATION POLITIQUE A BORDEAUX - Résultats d ensemble - Sondage publié dans LIBERATION le 19 novembre 2013 EMBARGO : lundi 18 novembre à 21 heures SOMMAIRE Présentation

Plus en détail

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS STATUTS MISE A JOUR APRES LE 115EME CONGRES 5 ET 6 SEPTEMBRE 2015 TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS Article 1 er - Le Parti Dans le cadre de l article 4 de la Constitution, le Parti républicain radical

Plus en détail

Baromètre des élections municipales de 2014

Baromètre des élections municipales de 2014 Baromètre des élections municipales de 014 La situation électorale à Amiens pour Page 1 Sommaire 1 - La méthodologie - Les principaux enseignements 3 - Les résultats de l étude A L intention de vote au

Plus en détail

(Ce document, purement indicatif, est susceptible de modifications en fonction de la détermination de l ordre du jour)

(Ce document, purement indicatif, est susceptible de modifications en fonction de la détermination de l ordre du jour) R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E COMMISSION DU DÉVELOPPEMENT DURABLE CALENDRIER PRÉVISIONNEL DES TRAVAUX DE LA COMMISSION DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES INFRASTRUCTURES, DE L ÉQUIPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT

Plus en détail

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE INTRODUCTION : Les collectivités territoriales Depuis la révision constitutionnelle du 28 mars 2003, sont définies comme

Plus en détail

Les Français et le libéralisme

Les Français et le libéralisme Les Français et le libéralisme Vague 2 Sondage Ifop pour L Opinion/Génération Libre/i>TELE Mai 2015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume Marchal Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-326 QPC du 5 juillet 2013. M. Jean-Louis M. (Inéligibilités au mandat de conseiller municipal)

Commentaire. Décision n 2013-326 QPC du 5 juillet 2013. M. Jean-Louis M. (Inéligibilités au mandat de conseiller municipal) Commentaire Décision n 2013-326 QPC du 5 juillet 2013 M. Jean-Louis M. (Inéligibilités au mandat de conseiller municipal) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel le 17 avril 2013 (décision

Plus en détail

LILIANE MAURY PASQUIER et ROBERT CRAMER. Conférence de presse jeudi 29 septembre à 15h. Bilan de la députation genevoise au Conseil des Etats

LILIANE MAURY PASQUIER et ROBERT CRAMER. Conférence de presse jeudi 29 septembre à 15h. Bilan de la députation genevoise au Conseil des Etats LILIANE MAURY PASQUIER et ROBERT CRAMER Conférence de presse jeudi 29 septembre à 15h Bilan de la députation genevoise au Conseil des Etats 1 L élection au Conseil des Etats Le système majoritaire favorise

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL D ORIENTATION Compte rendu de la séance du 20 mai 2015

CONSEIL REGIONAL D ORIENTATION Compte rendu de la séance du 20 mai 2015 Flamand CONSEIL REGIONAL D ORIENTATION Compte rendu de la séance du 20 mai 2015 Etaient présents : Michel Désiré, Délégué régional, Maire de Passavant-La-Rochère, Bernard Amiens, titulaire, Maire d Arbois,

Plus en détail

N 616 SÉNAT TROISIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1993-1994

N 616 SÉNAT TROISIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1993-1994 N 616 SÉNAT TROISIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1993-1994 Rattaché pour ordre au procès-verbal de la séance du 13 juillet 1994. Enregistré à la Présidence du Sénat le 14 septembre 1994. PROPOSITION DE

Plus en détail

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire Décision n 2010 621 DC Résolution tendant à adapter le chapitre XI bis du règlement du Sénat aux stipulations du traité de Lisbonne concernant les parlements nationaux Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

Projet. Institutionnel 2014-2019. Union Départementale des Associations Familiales. «Maison pour les Familles»

Projet. Institutionnel 2014-2019. Union Départementale des Associations Familiales. «Maison pour les Familles» Projet Institutionnel 2014-2019 Union Départementale des Associations Familiales «Maison pour les Familles» Adopté par l Assemblée Générale de l UDAF53 du 22 mai 2014 EDITO - SOMMAIRE L Union des Associations

Plus en détail

Droit constitutionnel de la Vème République

Droit constitutionnel de la Vème République Droit constitutionnel de la Vème République Auteur(s) : Bertrand Mathieu et Michel Verpeaux Présentation(s) : Professeurs à l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne Leçon 1 : La mise en place de la 5ème

Plus en détail

Projet de loi portant Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRE) Note d explication 15/07/2015

Projet de loi portant Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRE) Note d explication 15/07/2015 Plan Projet de loi portant Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRE) Note d explication 15/07/2015 Introduction générale I. La région II. Le département III. Le bloc local Introduction

Plus en détail

DÉONTOLOGIE. Loi du 6 janvier 2014 portant création d'une Commission fédérale de déontologie 1. Article 1 er TITRE 2. DÉFINITIONS. Art.

DÉONTOLOGIE. Loi du 6 janvier 2014 portant création d'une Commission fédérale de déontologie 1. Article 1 er TITRE 2. DÉFINITIONS. Art. DÉONTOLOGIE Loi du 6 janvier 2014 portant création d'une Commission fédérale de déontologie 1 TITRE 1 ER. DISPOSITION GÉNÉRALE Article 1 er La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la

Plus en détail

REVUE DE PRESSE DU 31 MAI AU 6 JUIN 2015

REVUE DE PRESSE DU 31 MAI AU 6 JUIN 2015 REVUE DE PRESSE DU 31 MAI AU 6 JUIN 2015 Service du secrétariat général et des communications www.csp.qc.ca Actualités / Société 4 juin 2015-08:52 Le Syndicat de Champlain affirme que la CSP minimise les

Plus en détail

Conseils de quartiers Règlement intérieur

Conseils de quartiers Règlement intérieur Conseils de quartiers Règlement intérieur caen.fr I Les principes fondateurs Règlement intérieur des conseils ARTICLE 1 Création des conseils de quartiers citoyens Les conseils de quartiers citoyens sont

Plus en détail

LA TRIBUNE FO INFORMATION-EXPRESS

LA TRIBUNE FO INFORMATION-EXPRESS LA TRIBUNE FO DES SERVICES PUBLICS ET DES SERVICES DE SANTÉ ORGANE DE LA FÉDÉRATION DES PERSONNELS DES SERVICES PUBLICS ET DES SERVICES DE SANTÉ - 153 RUE DE ROME 75017 PARIS - PUBLICATION TRIMESTRIELLE

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE. Séance du jeudi 31 octobre 2013

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE. Séance du jeudi 31 octobre 2013 C O N S E I L D ' E T A T 1 Section de l'intérieur N 388.003 M. LE ROY, Rapporteur EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE Séance du jeudi 31 octobre 2013 AVIS sur les modalités d

Plus en détail

Nantes le 12 mars 2010

Nantes le 12 mars 2010 Nantes le 12 mars 2010 Bonjour à toutes et à tous, Par courrier postal, Bretagne Réunie a posé la question suivante aux candidtat(e)s aux élections régionales : Pour les candidats de la région administrative

Plus en détail

Rapport de force aux élections départementales

Rapport de force aux élections départementales Rapport de force aux élections départementales Sondage réalisé par pour Publié le lundi 2 mars 2015 Levée d embargo le dimanche 1 er mars 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon

Plus en détail

AUTORISATIONS D'ABSENCE

AUTORISATIONS D'ABSENCE AUTORISATIONS D'ABSENCE AUTORISATIONS D'ABSENCE DE DROIT MOTIF DUREE JUSTIFICATIFS TRAITEMENT TEXTES DE REFERENCE OBSERVATIONS DECISION Participation aux travaux d'une assemblée publique élective (Mis

Plus en détail

LES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE

LES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE LES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE Introduction générale Qu est ce qu une Constitution? Les Institutions de la République Française Introduction : Rappels sur l histoire constitutionnelle de la

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI PRÉSENTÉE

PROPOSITION DE LOI PRÉSENTÉE 24/03/09 PROPOSITION DE LOI tendant à créer un Observatoire parlementaire des fichiers et à rendre public les avis de la Commission nationale de l'informatique et des libertés sur les projets de loi, de

Plus en détail

Les citoyens face aux défis et enjeux de l'europe

Les citoyens face aux défis et enjeux de l'europe Les citoyens face aux défis et enjeux de l'europe Forum citoyens Alsace 23 mai 2013 Synthèse Paris, le 30 mai 2013 Dans le cadre de son action "une région-un trimestre" en Alsace, le Bureau d'information

Plus en détail

Réunion avec les maires du Territoire de Belfort - 14 novembre 2013. La nouvelle carte cantonale du Territoire de Belfort

Réunion avec les maires du Territoire de Belfort - 14 novembre 2013. La nouvelle carte cantonale du Territoire de Belfort Réunion avec les maires du Territoire de Belfort - La nouvelle carte cantonale du Territoire de Belfort I Le contexte général L acte III de la Décentralisation : engagement de campagne de François Hollande.

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 12 mars 2009 Séance de 10 heures. Commission des Finances, de l économie générale et du Plan

Compte rendu. Jeudi 12 mars 2009 Séance de 10 heures. Commission des Finances, de l économie générale et du Plan Compte rendu Commission des Finances, de l économie générale et du Plan Examen de la proposition de résolution sur le renforcement de la régulation financière (n 1512)...2 Information relative à la Commission...7

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF (PROJET DE LOI ORGANIQUE)

TABLEAU COMPARATIF (PROJET DE LOI ORGANIQUE) - 67 - TABLEAU COMPARATIF (PROJET DE LOI ORGANIQUE) Texte en vigueur Texte du projet de loi organique Texte adopté par l Assemblée nationale Texte élaboré par la commission en vue de l examen en Projet

Plus en détail

Charte des Partenariats - p1 -

Charte des Partenariats - p1 - Charte des partenariats de Nature & Société Depuis sa création dans le milieu des années soixante-dix Nature & Société n a cessé de favoriser, en Ile-de-France, l'information du citoyen et l'éducation

Plus en détail

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1-2 - Les principaux enseignements... 4-3 - Les résultats de l'étude... 7

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1-2 - Les principaux enseignements... 4-3 - Les résultats de l'étude... 7 JF/JPD N 111965 Contacts Ifop : Jérôme Fourquet / Jean-Philippe Dubrulle Département Opinion et Stratégies d'entreprise Tél : 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com pour Les Français et l interruption volontaire

Plus en détail

FD/MH N 1-6920 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Mayeul l Huillier Tél : 01 45 84 14 44 mayeul.lhuillier@ifop.com. pour

FD/MH N 1-6920 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Mayeul l Huillier Tél : 01 45 84 14 44 mayeul.lhuillier@ifop.com. pour FD/MH N 1-6920 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Mayeul l Huillier Tél : 01 45 84 14 44 mayeul.lhuillier@ifop.com pour Le climat électoral dans le 5ème arrondissement de Paris Résultats détaillés Le 4 mars

Plus en détail

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE 1 LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE Feuille officielle numéro 47, du 29 juin 2001 Délai référendaire: 20 août 2001 Loi promulguée par le Conseil d'etat le 22 août 2001 Entrée en vigueur

Plus en détail

La CARMF va annoncer la cessation de paiement de son régime de base et la FFMKR annonce

La CARMF va annoncer la cessation de paiement de son régime de base et la FFMKR annonce 3 octobre 2012 La CARMF va annoncer la cessation de paiement de son régime de base et la FFMKR annonce Communiqué Lu sur EGORA le 26/09/2012 : «la CARMF va annoncer la cessation de paiement de son régime

Plus en détail

Statuts et règlement intérieur du PS

Statuts et règlement intérieur du PS Statuts et règlement intérieur du PS Présentation du travail de codification statutaire Le Conseil national du 18 juillet 2012 a donné mandat à un groupe de travail, composé à la proportionnelle des sensibilités

Plus en détail

Journée des Présidents de Section. Le 5 juin 2014

Journée des Présidents de Section. Le 5 juin 2014 Journée des Présidents de Section Le 5 juin 2014 Journée des présidents de sections 5 Juin 2014 9h30 Accueil des participants. 10h00 Ouverture de la journée Simon FORTEL, coordinateur National Accueil

Plus en détail

CHAPITRE 3 : L AIDE A L EXERCICE DU MANDAT. Section 1 : Les moyens financiers et matériels. Paragraphe 1 : L indemnité parlementaire

CHAPITRE 3 : L AIDE A L EXERCICE DU MANDAT. Section 1 : Les moyens financiers et matériels. Paragraphe 1 : L indemnité parlementaire CHAPITRE 3 : L AIDE A L EXERCICE DU MANDAT Section 1 : Les moyens financiers et matériels Paragraphe 1 : L indemnité parlementaire L indemnité parlementaire prévue à l article 37 de la Constitution a pour

Plus en détail

Au fil des ans, l association a organisé des expositions : 2003 : «Une ville, des hommes : Petites histoires Jarnacaises».

Au fil des ans, l association a organisé des expositions : 2003 : «Une ville, des hommes : Petites histoires Jarnacaises». 1 Historique Depuis les élections municipales de 2014, les critiques ont fusé de toutes parts pour fustiger la gestion de l ancienne équipe de Jérôme Royer et plus particulièrement la cession de la Maison

Plus en détail

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI Professeur à l'université Paris-II Je tiens d abord à vous remercier de cette invitation et de la thématique de ce colloque qui je partage

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, Mesdames et Messieurs, J ai accepté avec plaisir d intervenir ici, pour les 10 ans de Planète PME, devant les entreprises et leurs principaux partenaires publics de financement. Nous partageons tous je

Plus en détail

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE)

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) DU SAGE DE LA DOLLER - * REGLES DE FONCTIONNEMENT * - ADOPTE PAR LA CLE LE JOUR MOIS ANNEE MODIFIEE LE Remarque préliminaire : le décret d application de la Loi sur l Eau

Plus en détail

SOCIETE DE MEDECINE ET SANTE AU TRAVAIL DE LYON STATUTS

SOCIETE DE MEDECINE ET SANTE AU TRAVAIL DE LYON STATUTS SOCIETE DE MEDECINE ET SANTE AU TRAVAIL DE LYON STATUTS TITRE I CONSTITUTION-DENOMINATION-DUREE-SIEGE-OBJET Article 1 : Constitution et Dénomination Il est formé entre les personnes qui ont adhéré ou qui

Plus en détail

«2014, le match des municipales à Paris» L état d esprit des Parisiens et leurs intentions de vote

«2014, le match des municipales à Paris» L état d esprit des Parisiens et leurs intentions de vote «14, le match des municipales à Paris» L état d esprit des Parisiens et leurs intentions de vote Institut CSA pour BFMTV, LE FIGARO et ORANGE Janvier 14 Sommaire Fiche technique du sondage 1. Les principaux

Plus en détail

Statuts de Open Data France

Statuts de Open Data France Statuts de Open Data France Association des Collectivités engagées dans l Open Data I - Constitution, but, composition, siège Article 1 - Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI visant a réformer la Caisse des Français de l étranger,

PROPOSITION DE LOI visant a réformer la Caisse des Français de l étranger, SEŃAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2014-2015 PROPOSITION DE LOI visant a réformer la Caisse des Français de l étranger, PREŚENTEÉ Par Jean-Yves Leconte, Hélène Conway-Mouret, Claudine Lepage et Richard Yung

Plus en détail

1958-1962, une nouvelle république

1958-1962, une nouvelle république Première S, histoire LMA, 2011-2012 Thème 5 Les Français et la République Question 1 La République, trois républiques Cours 3 1958-1962, une nouvelle république I La fin de la IV e République et l adoption

Plus en détail

Document!Exclusif!l Opinion!!!! Synthèse de la Commission des statuts UMP Séance plénière du 10/02/2015 Questionnaire "Adhérents

Document!Exclusif!l Opinion!!!! Synthèse de la Commission des statuts UMP Séance plénière du 10/02/2015 Questionnaire Adhérents ! Document!Exclusif!l Opinion!!!!! Synthèse de la Commission des statuts UMP Séance plénière du 10/02/2015 Questionnaire "Adhérents!! Chère Amie, Cher Ami, Au lendemain de son élection à la présidence

Plus en détail

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery - 1 - Réunion du mardi 24 mai 2011 Justice et affaires intérieures Contrôle parlementaire d Europol Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery M. Denis Badré, vice-président

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

Après la Grèce, l Italie doit désigner son nouveau président de la République

Après la Grèce, l Italie doit désigner son nouveau président de la République PRÉSIDENTIELLE EN ITALIE 29 janvier 2015 Observatoire des Élections en Europe Après la Grèce, l Italie doit désigner son nouveau président de la République Corinne Deloy Analyse Résumé : Le président de

Plus en détail

NEWSLETTER Septembre 2010. L'UIHJ partenaire des institutions européennes...

NEWSLETTER Septembre 2010. L'UIHJ partenaire des institutions européennes... Le mot du président L'UIHJ partenaire des institutions européennes... Ma chère consœur, mon cher confrère, Le destin de notre profession ne se forge plus depuis longtemps au seul sein des organes représentatifs

Plus en détail

DIXIEME FORUM INTERNATIONAL SUR LA DEONTOLOGIE ET LES BONNES PRATIQUES Paris 19-21 mai 2011

DIXIEME FORUM INTERNATIONAL SUR LA DEONTOLOGIE ET LES BONNES PRATIQUES Paris 19-21 mai 2011 DIXIEME FORUM INTERNATIONAL SUR LA DEONTOLOGIE ET LES BONNES PRATIQUES Paris 19-21 mai 2011 Patrick Martowicz, Magistrat, Ministère de la justice et des libertés, Direction des affaires civiles et du Sceau,

Plus en détail

Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers

Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers Quelques mois après la mise en place de la réforme hospitalière de juillet 1991, une enquête permet d évaluer les réactions des professionnels

Plus en détail

Statuts de la Société vaudoise de médecine

Statuts de la Société vaudoise de médecine Statuts de la Société vaudoise de médecine Date d entrée en vigueur : 1 er février 2008 Statuts acceptés par votation générale de janvier 2008, suite à leur adoption aux Assemblées des délégués des 25

Plus en détail

OBJET : Organisation des élections cantonales et municipales partielles.

OBJET : Organisation des élections cantonales et municipales partielles. Secrétariat général DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE Sous-direction des affaires politiques et de la vie associative Bureau des élections et des études politiques CIRCULAIRE N

Plus en détail

STATUTS DE L OBSERVATOIRE REGIONAL DES URGENCES DE CHAMPAGNE-ARDENNE

STATUTS DE L OBSERVATOIRE REGIONAL DES URGENCES DE CHAMPAGNE-ARDENNE STATUTS DE L OBSERVATOIRE REGIONAL DES URGENCES DE CHAMPAGNE-ARDENNE VU la Loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d association ; VU le Décret du 16 août 1901 pris pour l exécution de la Loi du 1er

Plus en détail

15 avril 2014. Projet de statuts de la COMUE Université de Lyon Document de travail

15 avril 2014. Projet de statuts de la COMUE Université de Lyon Document de travail Projet de statuts de la COMUE Université de Lyon Document de travail CHAPITRE I - Dispositions générales Article 1er Objet La Communauté d'universités et Etablissements "Université de Lyon " de Lyon Saint-Etienne

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

L UNAF LA DEMI-PART FISCALE

L UNAF LA DEMI-PART FISCALE L UNAF et LA DEMI-PART FISCALE Union nationale des associations familiales 28 place Saint-Georges 75009 PARIS Tél : 01 49 95 36 00 Fax : 01 40 16 12 76 www.unaf.fr 1/11 L'UNAF et la suppression de la demi-part

Plus en détail

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Un sondage Anacej / Ifop L Anacej a lancé en novembre 2011 la campagne 2012, je vote pour inciter les jeunes à vérifier leur inscription

Plus en détail

29 mai 2005, un paysage dynamité

29 mai 2005, un paysage dynamité 29 2005, un paysage dynamité Par Dominique Reynié, Professeur des Universités à l Institut d études politiques de Paris L exercice démocratique du 29 2005 confirme amplement que le référendum demeure un

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

Observatoire des personnalités politiques BVA - Le Figaro - LCI : Dominique Strauss-Kahn. L image du Parti socialiste. Perception de Ségolène Royal

Observatoire des personnalités politiques BVA - Le Figaro - LCI : Dominique Strauss-Kahn. L image du Parti socialiste. Perception de Ségolène Royal Politique Juin 2006 Observatoire des personnalités politiques BVA - Le Figaro - LCI : Dominique Strauss-Kahn Questions d actualité : L image du Parti socialiste Perception de Ségolène Royal Ce sondage

Plus en détail

STATUTS Institut Universitaire de Technologie d'angers-cholet

STATUTS Institut Universitaire de Technologie d'angers-cholet STATUTS Institut Universitaire de Technologie d'angers-cholet Institut universitaire de technologie l www.iut.univ-angers.fr 4 boulevard Lavoisier BP 42018 l 49016 ANGERS cedex l Tél. 02 44 68 87 00 l

Plus en détail