xv e CON'GRÈS NATIONAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "xv e CON'GRÈS NATIONAL"

Transcription

1 - - r--- ;',. l.. '.. ', 1 r:) 1 COMPTE RENDU DU xv e CON'GRÈS NATIONAL TEN Li.-\ P \HI~ Salle du Commerce, 94, fauijodrg tlu Tem}Ji4J... PRIX: :>0 CENTIMT

2 '._/. '- :.;.".. '.:.. "....;....~.:... ~, ':... ~....~.. -,', '. :-.-..,,,:'., 1 _: --:.. ~",\.:..-t,',,':~~"::~>;.f ~,-:-",.. ~,";,l:.j....,~{,t;:(;..~':':;;"~"'~z~;'~~;'f t~-;'ff::/,: ,.., " "a' <;. r- ~,~.~,....''"'.,,,--. r:" ~.' '..'. ~... ' \:.:.'./... ~"f'.:.' -. ~ -;f J.., ~!;.. ~....:(,."'".; <'.,.,.' :;: ~:,,;;';~N';;.;'gt*~;%;,~~~2~"1~~.iti:O; :'" :->,:, "-' ~~,...f""a-:'a-'~";;"''l ~~.,..".::.~r f:'-.7'.:..~5 r,'-' \..':;';0:~~t.f~/"\'!.; / ;:';;;' -::::'::'5'~~ ' :~"f~'i"-: ;,.,'..'._.~.",,~..~:~.,.. '-'~ "~~".'~~,. ~_. _.",;~.t- "".,-.!.".".f<.~,. ~'I"'""",,,,~"'7:"... è':.,,_~<,.,"i;'.... :t.",,",~ ~-~J'C:; ~,:..,o..., <;1'"'' h-'..,""' '~"";':~' ~r~""r 01'"... ~..:.",\.:..:~.; i ;:,:....\:~~~~;i~;;;'f.;;'~ '::~è~",,)';..~~~; iw: ;~~~~ :.:'(-t.:':' i'.#.~.:'!~f'....~:" ;'~.,:~;~) ~.',~"l:,;~~l!it.~;;;:;.;~.:.~:;?:;i;.:.~~~~.j;-;j:.f.-r."",:}:!;;'2~-;;"j: A-' ;.-,.:. ".. " ". '1'" ,;', '...":, ":.~,;..~"ts,,..;...-":}...,.~...(,";':;;t \;,<'!?;.....$>~.'-::.1-~~,."...'.,,' '..., :.<.-: ::- ',' ',:,,.;;<...:->':-S.,~~,~... '.._~::ê~~~~;:~:)''':r.:.:i:;r~..:-,:.~;(~~t~;.: ~ '.,.,~'. ':.~ '......,. _;.,! _.... _ :... '~'" :._.r!.'è'!,.--'"'.,..#.,.:i:~~,,~!i:'..:::- "-- ~'''N;' :-7'~~~ ~,.;J!~~~~{1~~~:.'.,",'..",,~~. ~... ~~.,... ~..?-'" ~~.~i_~''''~ ;~:~~< ~. ~ "... _,,_,' '.J: '.,.. -;;:.< ;;';'~;.;?~Y.t.;i... ~'~.,'';:::.. à,?~~"i "~!'!.~.f '. -::.:~:...!. :J~. -::..,-::..,.:..~~';i:.~;."~~i.-(.~"""";tfr.a.-vo~ê.o.;-.~~ _,.,,,. l': ~~~f. ; ",.'. '. ~....'.,./_...!::'"..",,'=''''''''... ~);_t" ~..,. C.'A'~ '-...;...:.'..'.' _:. {r,~..'.','1>. ;")"~'-':'''''i.rl';.:;c.~~..,;.,:':f'!- "'".,"'"':,-:<-t:... ~ \. ;':;.: ~~ :.:;..'/:.::)).;.;:\~~:';:;::~5?;"''''''--:'~~'''''.- '~:,~,::'.~.~~~~~' '.. _.. ~. "... '.'h'-w;,~~~.:--:n... \.:.:::..;~::,~'t~'~~ ;O""~""'''' ~.r.::~,..":.....'. ".- ':"..'"..;..-<'::=' r.:~-,.\::.;...;.:4-...:/f?:f::.7:0-'.~.;..y,r:;.-t.-:.": ~ '-~-:.... :.. iitlr/ r;;:".;.;:.,.-: "': -=, '-,.:,~~;t:,'.~.,~:o~ '''.' ~-4--:' _,~' :.~'~:;~.w..!.. ;:;;,, '~ l(;r"f,~.è;;~~4,1'."'~~..'..,.'..;.'..,.;?':r:-'.~;,;;"~,,,-,,!,""':~"~",/"-,1,çft..\,.. 1!'~'-t~,,,-,,,,,,,,;-~~~':. '.~. ~ > ';.:'-"...':~."~':.i'-<;,.,"-":. ":l'.""5~~-s;.~:-s.;:~;-ç;::x,.5,..""~i:.~..;i.~;;<l'",!!5fj.'. i ' _, 't:. ".1, _".::>_:-;...,~).:::.:".\2';:;:>o~v-<,.;"<<;:~!:.::-c~-~;.;"..:,-~\ ::.:;.~=.;,,...;.~ ~~ > 1 ~ '".:.c. ",-.~ "_',,~,~" ~.,~~~,-",~. ~-'?l..;'l~..."''.''~.- :". :.' >,.... "......;;;...,.. ~.:.. ;}:-"~"'-~.t;. ~... ~_v.~~r~...,.),-;è.~ ~~" ~ ~ :c~~~:..~.);'~:~.:'.:.:~:>.~:.;:~:~,~~~f.~'t:.::

3 , 1 PARTI OUVRIER 80 CIALISTR RÉVOLUTIONNAIRE COMPTE RENDU DU xve CONGUÈS NATIONAL TENU A PARIS SaIledn CommerCJ, 94, iaubourg du Templ~ PAInI S IJY.I:PR1:MERIE J. A.LLEMA.NE, 5'1, rue Saint-Sam"eUi',!?l (Ouvriers syndiqués en commandite) :

4 .---

5 ,,~ ORGANISATIONS ADHÉRENTES Fédérations et Syndicats nationaux Fédération des Travailleurs socialistes des Ardennes. - ouvrière de l'ameublement. nationale de la Voiture. nationale des ouvriers et ouvrières des Tabacs. Société générale des Chapeliers. Fédération ouvrière de Besançon. Bourse du Travail de Clichy. Syndic.at national des Chemins de fer (section Paris Ceinture). Fédération centrale des Chaufieurs-Condùcteurs-l\1écaniciens de France.. Unions et Syndicats locaux l\tfineurs de l'aveyron.> Fédération des Syndicats de Vienne (Isère)." Syndicat des Mineurs de Buxières-les-lYIines.- Ouvriers et ouvrières de la Poudrerie de Saint-Chamas... Association des Chapeliers de la Souterraine. Syndicat des Vignerons du Tonnerrois. - des Bûcherons de Gien. Fédération ouvrière de l'ameublement. Chambre syndicale des Cantonniers, Services réunis de la Ville de Paris. Chambre syndicale des Paveurs, Cimentiers, Bitumiers de la. Seine. Union des ouvriers Mécaniciens du département -de la Seine. Chambre sytldicale des Billardiers d'e la Seine. des Coupeurs chemisiers. des Plombiers _.. _ ~

6 -4- Ch:unln'e syndicale des Travailleurs du Gaz, ùes Biscuiliers, ëniun syndicale de!=- Menuisiers en bùtiment. Chambr~ syndicale des Passementiers à la 1Jarre. Uuion syndicale des Paveurs. Chi.lmbre syndicale des Boulangers de la Seine. Grouves corporatifs de Clichy. ClmmlJre syndicale des Forgerons et Sel'l'uriers el! voi tures. Syndicat des Terrassiers et :\lanœuvres de BesaIlçon. _ Challlure syudicale des Tapissiers. des Quvrier::: en Voitures. des Peintres en uùtiment (dite du Père-Laclmise ). Chambre syndicale. des ouvriers en Outils il dt'~couper. Chamure syndicale des Etireurs au banc. ùes Employés. de la,papeterie. des Boucheurs il l'emel'i. des Peintres en voitures. des Touneliers. Union syndicale des Coupeurs tailleurs. Cercle corporatif des ouvriers :Mécaniciens de.france. Chambre syndicale de la Cordonnerie parisienne. des Estampeurs-Découpeurs. des Manœuvres de la Fonderie de cuivl"e de Paris. Syndicat d'action ùes ouvriers M(l.réchaux. des Tourneurs en opti(lue. Chamure syndicale des Mouleurs en cdvre. des ouvriers Selliers et Mécaniciens de l'article de chasse. des Chauffeurs conducteurs du département de la Seine.. Chambre syndica.le. des Cartouchiers dujépartement de la Seine. Chambre syndicale des Représentants de COIl).merce de Marseille. Groupe corporatif des ouvriers l\iaréqhaux. Chambre syndicale des Teinturiers-Dégraisseurs. Ouvriers et ouvrière~ des Tabacs (Gros-Caillou).

7 1-5- Chambre syndicale (les Brossiers <10 Charleville. Chamln'e syndicale des 1\Iétallurgistes üe Sedan. Jes :\I~lallurgistes Je Bourg-Fidèle. _ ües :\Iouleurs de N'ouzon. - ües Verriers de Charleville. de la ::\Iétallurgie de l\lazures. des 1\louleurs de Charleville, _ Jes Métallurgistes et similair0s de Joigny. _ des Métallurgistes de Pure et environs. des ouvriers et ouvrières Métallurgisles ùe Bruux. - Groupes, Cercles d'études Le Secrétariat général du Parti. L'Union fédérative du Centre. Groupe féministe l'egalilé d'asnières. La Solidarité des femmes (Fontenay-sous-Bois). Ni Dieu ni Maître, du Havre, Groupe GU Ille. Groupe central du XIe. du X VIlle. Fédération des Groupes socialistes révolutionnaires ùe Charenton. - Groupe central du XVe. Cercle des Etudiants socialistes de Lille. Groupe -central du XX. Cercle des Travailleurs socialistes du XIIe. Groupe Les Précurseurs égalitaires de Clichy. L'Avenir des Travailleurs de Chaumont. L'Association des Travailleurs républicains socialistes de l'aveyron. Les Propagandistes de la Folie-Méricourt. Groupe central du Xe.. du X;VIIe. du Ve. Groupe socialiste bisontin. Section de Levallois-Perret.

8 -6- Cercle d'études de Nîmes. - Réveil des Lilas. Cercle des Originaires des Ardennes."- Groupe de La Chapelle. Révolutionnaires des Quatre-Chemins. Groupe de 1<1 Santé (::.vlontrouge-::\lontpû.l'nasse). Fraternité sociale du IVe. Groupe de Plaisance. de Saint-Laurent-d'Aigouze. Les Egaux de Bordeaux. - socialiste de l\lelisey. Agglomération des Groupes socialistes tonnerrois. Groupe révolutionnaire de Rennes. La Fraternité sociale du Pré-Saint-Gervais. Groupe de Saint-Denis. la Lumière de M:onthermé. l'avant-garde de Rethel. de Boulzicourt. socialiste de Fuma)'. l'eclaireur. de Revin. l'etincelle de Charleville. En AVilut de Pantin. central du XIXc. l'union socialiste d'angoulême. de Combes (Aveyron). Bibliothèque sociale (XVIIIe). Adhésions morales Syndicat jes meymisiers de Fougères. Bourse du Travail de Saint Etienne_ Chambre syndicale des Tailleurs de Tarbes. ~... :2_-

9 xv e CONGRÈS NATIONAL 1 re séance du dimanche 26 septembr t ~97 (matin) La séance est ouverte à 10 h. 112, sous la présidence du citoyen Lenormand, de Clichy; assisté du citoyen Lemoux, du XIIe, nommé secrét aire. Il est procédé à la nomination de 5 membres délégués, chargés d'examiner les mandats. Ces membres sont: Allèmane, du Xe; Alibert, des Chapeliers; Besombes, de Montrouge; Joindy, du XVIIIe; Weber t:t Descours, du XI". La séance est suspendue à 11 heures, afin' de permet tre à la Commission de verifier la validité des mandats. Ce travail terminé, et après une suspension de 25 minutes, la séance s'ouvre à nouveau à 11 h Le citoyen Descours, du XIe, donne lecture du rappot"! de la Commission de vérification annonçant la réception de 67 mandats d'organisations ouvrières, et 36 de Groupes et Cercles politiques, soit 103 mandats pour la séance d'ouverture; ces mandai s sont reconnus conformes aux règles.qui pl:ésident aux Congrès du PartI, et après avoir été mis aux voix, sont adoptés à Funanimité. Ceci fait, le citoyen.président invite les congressistes à nommer la 1 re Commission, qui sera chargée de classer les rapports concernant la première ques-

10 -8- tion mise à l'ordre du jour du Congrès, laquelle traite de la Grève générale. Cela nous permettra de commencer les travaux effectifs cet après-midi. Le.:itoyen Roche, du I\~e, croit devoir rappeler que dans un Congrès l'on ouvre d'abord la discussion, et c'est après que l'on nomme les Commissions. Le président fait remarquer que le citoyen Roche confond, car il ne s'agit nullement des Commissions de rêsolutions, mais bien de celles de classement. Un d~légué demande que la sêance soit renvoyée à 2 heures, ce qui est accepté. l\'!ais le citoyen Allemane, intervenant sur ce vote, fait remarquer qu'en agissant ainsi, nous risquons fort de perdre la séance de l'après-midi à désigner les Commissions de classement, tandis qu'en nommant immédiatemen~ les commissaires sur la première qpestion, nous pourrons utiliser notre soirée. Après que cette façon de voir est adoptée phr les délégués, sont désignés comme commissaires les citoyens Allemane, pour Rennes; Lavaud du Xe; Lejeune, du XIIe, Renaudin, de la Voiture, et Femebach, des PJombiers-zingueurs, afin de former la première Commission, chargée de classer les rapports sur la 1 re question ~ la Grève générale; ils ont en outre comme adjoint, le citoyen Lecastou, secrétaire de l'ex-commission, nommée au Xl Va Congrès national, en 11:)96. La séance est levee à 11 h. 112, Le secrétaire, LEllOUX.

11 , / ~l _ 2 C sé:\llce (lu ditnanche 26 sel}teulb.oe ts~)7 (api'es-m idi) La séance est ouverte à deux heures et demie, sous la pr~sidence du citoyen Joind)". Le secrétaire permanent du Parti rappelle que, maigre les demandes qui ont Ëté formulées, le citoyen Bernard, possesseur du compte rendu du dernier Congrès, n'a pas encore remis les pièces qui lui ont Hé confiées. Le secrétaire demand~ aux congressistes qu"il soit nommé trois secrétaires, dont un permanent, poolvant assister à toutes les seances du Congrès. Sont nommés à cet effet: Les citoyens Lavaud et Barrat. pour la séance, et Besombes pour la fonction de. secrétaire permanent. Le citoyen Lavaud donne lecture de quelques mandats de province chargeant des camarades de Psris de les représenter.' Ce sont: La Fédération ouvrière de Besançon, qui charge le camarade Allemane de la représenter au Cong'rés sur la 1 re question (la Grève générale) et lui donne toute liberté pour développer ladite question en faveur de laquelle ils se sont prononcés. La Chambre syndicale ouvrière textile de Roubaix déclare ne vouloir participer aux travaux du Congrès, parce que, dit-elle, à notre Congrès roubaisien, nous avons été surpris de l'opinion de vos delégués. Le Groupe des Lilas dépose au bureau une protestation énergique contre l'exécution du soldat Chevalier, et voue au mépris public la bande de galonnards qui, sous prétexte de Patrie, commettent de pareilles ignominies. Cette protestation est votée à l'unanimité. Un certain nombre de Syndicats et de Groupe-

12 -10 - ments socialistes demandent leur adhésion au XVo Con grès. Ce qui forme un t(\tal de cent-dix adhésions. A la suite de ce vote, la parole est au rapporteur de la Ccmmission de la Grève générale, qui est ainsi composée: Fernbach, du Syndicat des plombiers-zingueurs; Renaudin, des Forgerons en voitures; Lejeune, du Groupe d'études sociaies du XIIe; Lavaud, du Secrétariat général; J. Allemane, de la Fédération ouvrière de Besançon. La Commission a été appelée à étudier neuf rapports.. Les huit premiers préconisent l'organisation des travailleurs en vue de la Grève générale; celui du Groupe de Mélizey (Yonne), tout en étant partisan de la Grève générale, préconise également la conquête des pouvoirs publics. La Commission croit nécessaire d'engager le Congrès à entendre la lecture de ces divers rapports. Ont signé, pour la dite Commission, les délégués désignés ci-dessus. En outre, le citoyen Lecastou, secrétaire du Comité de la Gréve générale, a joint son rapport à ceux des Groupes déjà cités. * Pour la Commission: J. ALLEMANE. PREMIÈRE QUESTION Grève générale La parole est donnée au délégué du Comité de la Grève générale pour la lecture de son rapport. Il rappelle qu'à la suite d'une discussion sur la Grève générale au XIVe Congrès national, les camarades délégués décidèrent de nommer un Comité chargé de'propager ~'idée, en lui laissant toute latitude

13 , -iipour agir, en prenant tontefois l'engagement de le soutenir dans la mission délicate dont ils l'avaient chargé. Il y eut des réunions periodiques, et les procès-verbaux publiés en font foi. On décida de partager la France en six régions, ayant chacune ses correspondants. Un manifeste fui publié afin de faire connaître comment nous. entendions procéder, espé rant que cela ne.serait pas sans résultat et que les camarades de province r~pondraient à l'appel que nous leur adress.ions, mais peu ont répondu et seul lt! Comité a dû étendre sa propagande. Pendant que nous cherchions à amener à nous les militants de la province, nos élus allaient répandre l'idée de s'unir pour cette action commune. D'autre part, nous organisions des meetings à Paris et la banlieue. Malgré notre insistance à convoquer nos adversaires, aucun d'eux ne vint discuter conttadictoirement. Un point appréciable pour nous, c'est que la Grève générale n'est pl us à discuter: il faut la rép.mdre et en préparer la réussite. A cet effet, le Comité de la Grève générale demande d'inscrire à l'ordre du jour les propositions suivantes: 1 Que les délégués de province soient chargés par. le Congrès de constituer des sous-comités et de se tenir en correspondance suivie avec le Comité général; 2 Que toutes les som tnes versées pour les grèves soient frappées de pour la propagande de la Grève générale. La parole est au délégué du groupe du Xe: Ledit groupe constate qu'appelé à examiner l'idée de la Grève générale, il croit devoir faire précéder l'exposé théorique d'un court historique, car la grève générale a marqué sa place depuis de longs siècles dans le monde des spoliés. A Rome, le peuple se refusa de peiner pour les riches accaparant teutes les terres, et se retira sur le mont Aventin; il est vrai qu'il se laissa attendrir par les promesses menteuses des patriciens épouvantés de sa résolution. Il se contenta de la nomination de tribuns: c'était insuffisant. Au commencement du présent siècle, les ouvriers

14 - 12- anglais, combattant pour leur droit d'association, songèrent également à une cessation générale du travail. Après avoir établi l'ancienneté de ridée, il convient de rappeler, dit le dél':guè, qu'aux Congrès corporatifs de Marseille, de Nantes, de Limoges 'et de fours, la Grève générale a été votée à la presque unanimité des délégués., Au jourde]a victoire ouvrière par la Grève générale, c'est aux organisations ouvrières, groupées par catégories, comme par exemple celles indiquées par la Prud'homie, qu'il appartiendra de prendre possession des instruments de travail et d'assurer la satisfaction des besoins de la population. De là le groupe du xe a conclu en disant que les grandes levées d'ouvriers qui se sont produites en Europe, en Amérique, ont démonté les politiciens qui s'ingéniaient à ridiculiser la Grève générale par crainte de voir discréditer leur parlementarïsme cpé Clat, et ont impressionné les gens qui, de bonne foi, se refusaient, à ~nyisager la possibilité d'une Grève généralë:. Les principaux moteurs d... la cessation du travail sont les mineurs, les travailleurs des transports, du gaz, de l'électricité, de l'air comprimé, etc., etc. L'adhésion d'un certain nombre d'hommes appartenant à des professions spéciales, suffit pour entrainer. des milliers et des milliers d'ouvriers. Ce qui indique que c'est au sein de ces corporations que doivent se port~r les efforts des militants. La parole est au délégué des Précurseurs-'Egalitaires de Clichy. Les travailleurs, dit-il, ne pourront s'émanciper que par leul s propres efforts. Les premiers groupements ouvriers~ malgré les rigueurs des lois réussirent à obtenir le droit de défendre leur salaire par la coalition. Puis suit une statistique des grèves et de leurs résultats. Le Groupe propose au XVe Congrès les résolutions qui suivent au sujet de la Grè\'e générale: 1 Poursuivre activement la credtion de Syndicats

15 L_ ouvriers agricoles, et obtenir, par la propagande, un grand nombre d'adhérents dans les Syndicats d~jà crees; 2 Répandre l'idée et en exposer les résultats possibles, en mettant en parallèle la décevante illusion parlementaire;. 3 Obtenir du candidat la promesse, s'il est élu, de se mettre à la disposition du Comite de la Grève générale pour la propagande à faire. En cas de refus, le combattre impitoyablement; 4 Continuer la tenue des Congrès nationaux corporatifs en y maintenant la Grève générale il l'ordre du jour; 5 Modifier l(;s Congrès internationaux, 0(1. les politiciens s'entendent pour enrayer le mouvement t-conomique des travailleurs; s'en tenir à la tenue de Conférences internationales où aucune décision engageant les nationalités ne pourra Hre prise; 6 Faire revivre les Secrétariats nationaux du travail, selon le vœu du 'Congrès de Bruxelles; étendre les rapports internationaux entre les différentes Fédérations de métier, et faire pénétrer dans tous les esprits l'idée de la Grève gén'érale. La parole est donnée au délég'ué du XIIe, afin d'exposer le but, le résultat, les moyens pratiques de la Grève générale. Cette question, dit-il, a une importance capitale, car elle doit primer toutes les autres questions. N'est-ce pas là le moyen d'arriver plus promptement à l'émancipation des travailleurs. Tous les militants,mt reconnu que la future révolution ne pouvait se faire que sur un terrain économique et non plus politique. A force de lutter les énergies se fatiguent et abandonnent le tout; le sort des travailleurs ne s'est pas amélioré, et les Syndicats n'ont pas su les retirer du marasme où ils étaient plongés. Nous sommes, au point de vue politique, partisans de la décentralisation des pouvoirs publics et administratifs, mais, sur le terrain économique, nous pensons qu'en centralisant tous les moyens d'action on aboutirait à un résultat effectif.,., ; r- î, ----~-- _._--

16 Pour ce qui regarde les moyens pratiques, le groupe propose les suivants: 1 Que les travailleurs ab:l.odonnent la routine, cause de tous leurs maux: qu'ils s'organisent en corporations groupées en Syndicat général, où tous les travailleurs d'une même industrie nommeraient deux membres qui, unis aux délégués des autres industries, formeraient le Conseil syndical. 2 Qu'on réunisse dans une seule et même caisse le numéraire provellant des cotisations, ce quî constituerait une somme assez importante et pel mettrait de mener une campagne, digne des travailleurs réunis et décidés à s'émanciper. Le délégué de la section de Levallois-Perret préconise la réùrganisatiod du Secrétariat iniernational; il ajoute que la propagande doit viser surtout les mi I)eurs, les employés de chemins de fer; les bateliers, etc., etc. L'entente internationale est le point capital; il ne faut pas faire un mouvement de grève générale nationale; c'est en Europe qu'elle doit s'étendre~ Les gouvernements, forcés de disperser çà et là les soldats, seraient bientôt débordés. La besogne est grande, mais qu'importe, elle n'est pas de nature à nous faire reculer. La parole est au dèlégué du Cercle d'études sociales de Piaisance. Il rappelle que l'organisation des groupements, depuis l'internatonale jusqu'à la coopération, a été un grand pas; mais il faut faire en sorte de tirer le plus d'avantages possibles de ces différentes organisations. La Grève générale n'étant qu'une des formes de la Révolution sociale, ne pourra se décréter à heure fixe, mais il est indispensable de l'organiser en faisant une ardente propagande dans les Syndicats; en aidant à constituer.:e puissantes Fédérations internationales; de poursuivre cette tâche sur le terrain politique en exigeant des candidats l'adhésion à cette nouvelle tactique du prolétariat. Le àéléguè de La Chapelle dit que la Grève générale peut seule ~ransformer la société actuelle et amener une administration ouvrière garantissant J'in-

17 -"., dépendance et une existence convenable aux travail. leurs. Le délégué du Syndicat des plombiers-zingueurs établit que la Grève générale est une question miéconomique, mi-politique, et ajoute quïl y a lieu que les Chambres syndicales s'y intéressent simultanément, en nommant chacune un ou plusieurs dclégués pour former la Fédération locale; de même pour la Fédération départementale;' et ~etle dernière nommerait de mème des délégués pour constituer la grande Fédération ouvrière nationale, menant le double travail économique et politique. Le Réveil des Lilas s'attache à àémontrer que la Grève générale est le seul moyen d'arriver à la Révolution, mais ne peut 'dire si elle se fera pacifiquement ou violemment. Les divers Congrès ouvriers ont voté le principe de la Grève générale; il ajoute qu'à la suite des résolutions prises au Congrès régional de Paris, en 1895, en v ue de se solidariser avec les ouvriers des chemins de fer, le gouvernement retira le projet de Merlin-Trarieux. Il préconise la nécessité d'un Congrès international sur cette question capitale, et de poursuivre, en attendant, la propagande par les brochures, les journaux, etc.

18 -1G - 1 re séullce tlu lundi 27 scptclldu-c t897 (rnatir~) DEUXIÈME QUESTION Concentration capita 1 iste Les citoyens délègués : Lavaud, du Secrétariat général; Laville, de la Fédération havraise et du Groupe «Ni Dieu, ni Maitre» ; Cervin, nommés à la dernière séance membres de la Commission chargée d'élaborer Je classement sur la 2 c question,. se sont réunis à 10 heures du rnatirl, et signalent au Congrès, d"une façon spéciale, les rapports du XVIIe, du Xr et de Mélizey. Le citoyen Laville préside; les citoyens La vaud et Besombes remplissent les fonctions de secrétaires. On donne lecture de deux adhésions morales au Congrès. Les ressources pécuniaires manque.nt à ces Groupes pour envoyer leurs délégués. Les deux aàhésions, mises aux voix, sont acceptées à l'unanimité. Le Syndicat des mineurs de Decazeville (Aveyron) donne mandat au secré~rétaire du Parti de le représenter effectivement. La séance est levée à 11 heures et remise à 2 heures de l'après-midi pour l'audition des rapports. Le sec,"ëtaire, BESOMBES

19 séance tlu lundi 27 Sel}telubre (après-midi) 1 La séance est ouverte il 2 h. 1/2, sous la présidenœ du citoyen Laville; le citoyen Besombes remplit les fonctions de secretaire, et donne lecture du procèsverbal de lê. seance du matin. Le procès-verbal est adopté sans rectification. Le délégué du XIIe lit ensuite son rapport sur la concentration capitaliste et ses causes :La Révolution de 1848, dit il, donna libre cours a... x plaintes et revendications des travailleurs, l'homme de Decembre trancha la question en s'emparant du pouvoir et en poussant la nation dans le luxe et l'orgie. L'ouvrier voit augmenter son salaire, mais les choses nécessaires à l'existence doublent de valeur; quant aux revendications sérieuses~ elles son t etou ffées: il n'y a pas de droits pour les travaiileurs. La république bourgeoise n'a fait que continuer ce régime despotique et immoral. Il faut réagir par la Grève générale. Comme le délégué du XIIe, celui du XYILc jette un regard sur le passé et analyse les douloureuses étapes fournies par la classe ouvrière. Il Hablit les phases qui, à travers les âges, marquent les progrès humains depuis la pierre taillée jusqu'au machinisme d'aujourd'hui. Le travail individuel, sa valeur artistique sont mis en péril; l'outil n'est plus le patrimoine de l'artisan, le machinisme l'a remplacé; la petite boutique, le petit atelier drsparaissent devant le grand magasin et la vas'te usine: leurs possesseurs deviennent de simples salariés. L'agrkulture subira les mêmes transformations: chaque paysan verra un jour son lopin de terre aller augmenter les vastes exploitations agricoles où le machinisme jouera le même rôle que dans l'industrie. Mais les travailleurs des champs et de la ville ne

20 -18 - doivent cependant pas accuser le machinisme, car il deviendra un moyen de délivrance le jour où, au lieu d'être un instrument de profit s individuels et d'oppression, il sera transformé en propriété sociale. Le daégué du Groupe de Plaisance fait observer que, par ses côtes multiples, la ques~i0n embrasse tout le régime social. Les économistes ne nous disent pas si ce sont. les producteurs ou les improductifs qui accumulent l'épargne: ils s'en gard~nt bien, car ils y craignent de donner raison à la phrase de Prouàhon : «La propriété, c'est le vol! :. Après une étude des régimes et sociétés disparus, il envisage les conséquences du machinisme et des connaissances techniques: il dit que ces dernières sont mises de plus en plus en état d'inîeriorité. Ce qui se passe dans l'industrie se répercute dans l'agriculture, et il en conclut que le seul remède à une situation aussi alarmante est la Révolution sociale. La parole est au délégué du Xe, chargé de lire le rapport du Groupe socialiste agricole de MeUzey. Très court, mais bien explicite, le rapport de nos camarades. de la campagne prouve, par des faits, l'accaparement de la terre par une aristocratie terrienne, et la dépossession des petits propriétaires: les paysans eux-mêmes demanderont bientôt la socialisation du sol, car les gros bourgeois - et non les socialistes révolutionnaires -les auront entièrement dépouillés. Les riches font ainsi les affaires du socialisme. DISCUSSION Le délégué du Va arrondissement dit que les économistes ont l'habitude de nous adresser. des repro ches qui montrent la pauvreté de leurs arguments. On parle de tendances autoritaires, tuant toute initiative individuelle. C'est aujourd'hui que l'initiative individuelle est rendue impossible par la concentration des capitaux. La pensée qui anime les socialistes révolutionnaires n'est pas de placer dans les mains de -l'etat d'autres monopoles puisqu'ils veulent

21 -19 - supprimer ceux qui existent. Quant à l'etat lui-même les socialistes révolutionnaires feront en sorte de le faire disparaître; ce ne sont pas eux qui comptent sur les pouvoirs publics pour faire la besogne de la Révolution. Dans le Parti ouvrier socialiste révolutionnaire, on ne saurait vouloir deux classes d'individus: chacun doit travailler dans l'intérêt général, et l'égalité doit régnel' dans la société: pour ce faire, doivent disparaître les privilèges de la richesse et l'omnipotence gouvernementale. Du reste, nous avons été et serons encore la résistance à tout ce qui ne s'inspire pas de la solidarité entre tous les citoyens. Le délégué des Ardennes trouve que les groupements ont fait fausse route, car, dit-il, ce ne sont pas les revendications comme celle des huit heures, par exemple, qui doivent appeler l'attention des ouvriers: ce qu'il faut faire, c'est chercher à connaître la pensée. les moyens de défense et d'attaque du patronat. Agir 'autrement, s'occuper de revendications avant de posséder ces renseignements, c'est perdre son temps. Le délégué des Chapeliers de la Souterraine(Creuse), répond que ce langage équivaut à engager les ouvriers à renoncer au.x moyens d'action, pour se renfermer dans l'étude des ressources dont disposent les pairons. Ce serait là reculer, abandonner le terrain conquis. Nous lutterons comme nous avons lutté, pour toutes les revendications, et cela, s'il le faut, par la Grève générale; nons voulons démontrer que le Parti ouvrier socialiste révolutionnaire est un parti solide, et que rien n'entravera sa marche. Le délégué des Ardennes répond que dans les questionssociales on nerecherche pas l'impulsion ; l'homme devient plus fort quand il sait dompter sa passion. Oui, les Syndicats ont perdu leur temps en s'occupant de rechercher des a mé liora Hons mo:::nen tanées. Le délégué du XIe dit que certains rapports montrent l'attention apportée à leur rédaction; la concentration des capitaux y est examinée d'une façon scientifique; avec eux on voit le péril qui menace le prolétariat et aussi les mesures qu'il faudra prendre. Il n'est

22 - 20- pas d'avis de négliger les revendications socialistes et ouvrières pour étudier exclusivement la situation du patronat, comme le demande le délégué des Ardennes. Le délégué de la Bibliothèque sociale, dit que nous devons étudier les forces patronales, majs pour affirmer plus efficacement ce que nous désirons. Les ouvriers ne doivent pas seulement connaître les ficelles capitalistes, mais toute l'économie sociale. C'est par la force qu'on triomphera. Les Syndicats recherchent des adhérents, mais ignorent les lois de la concentration capitaliste. Le Groupe économique du ye donne raison aux Ardennes C'est dans!e mécanisme que réside le sort du prolétariat; il faut que l'œuvre des Syndicats et des Groupes consiste à étudier l~s forces dont dispose le patronat pour pouvoir un jour le détruire. Cepen Jant, la vie sociale ne réside pas dans les. Syndicats, car c'est seulement la science qui nous affranchira du régime capitaliste. Puis le délégué se plaint de l'atti- 11Ide du Congrès à son égard. Après explications, démontrant Le mal fondé de cette protestation, l'incident est clos. La séance, levée à six heures et demie, sera reprise à huit heures et demie du soir..

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

Créer un syndicat UNSA Territoriaux

Créer un syndicat UNSA Territoriaux Créer un syndicat UNSA Territoriaux Qui peut constituer le syndicat? Deux conditions : avoir une activité professionnelle, être syndiqué. Ces deux conditions sont issues du préambule de la constitution

Plus en détail

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse)

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) STATUTS DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) Chapitre premier: Nature et buts Article 1: Dénomination et siège Les associations cantonales de gérants, courtiers et experts

Plus en détail

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ARTICLE 1 Il est formé entre ceux qui adhérent aux présents statuts, une association déclarée conformément à la loi du

Plus en détail

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union RÈGLEMENTINTÉRIEUR Éditions de l Union TITRE I ADHÉRENTS Article 1 er DEMANDE D ADHÉSION 1. Toute personne physique souscrivant à l objet et aux valeurs du Mouvement peut adresser une demande d adhésion,

Plus en détail

S T A T U T S (Association loi 1901)

S T A T U T S (Association loi 1901) CERCLE DAMIEN KONDOLO (La Fraternelle de la République Démocratique du Congo en Europe) S T A T U T S (Association loi 1901) Nous, membres de diverses institutions philanthropiques, réunis en Assemblée

Plus en détail

Syndicat des Producteurs de Miel de France. STATUTS MODIFIES ( édition de janvier 2015) TITRE I (Fondation)

Syndicat des Producteurs de Miel de France. STATUTS MODIFIES ( édition de janvier 2015) TITRE I (Fondation) Syndicat des Producteurs de Miel de France SPMF Siège social et administration : SPMF - Chambre d'agriculture du Gers Route de Mirande, BP 70161, 32003 AUCH CEDEX STATUTS MODIFIES ( édition de janvier

Plus en détail

Déclaration universelle des droits de l'homme

Déclaration universelle des droits de l'homme Déclaration universelle des droits de l'homme Préambule Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue

Plus en détail

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948 Texte intégral Préambule : Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible

Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible Les fonctionnaires sont les salariés qui paient le plus lourd tribut à la réforme des retraites, qui pourtant n'apparaît que comme un deuxième

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union NOUVEAUXSTATUTS Éditions de l Union TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES ARTICLE 1 ER CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «Les Républicains»,

Plus en détail

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS

TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS STATUTS MISE A JOUR APRES LE 115EME CONGRES 5 ET 6 SEPTEMBRE 2015 TITRE I : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS Article 1 er - Le Parti Dans le cadre de l article 4 de la Constitution, le Parti républicain radical

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Commentaire de la décision n 97-388 DC du 20 mars 1997 Loi créant les plans d'épargne retraite Le Conseil constitutionnel a été saisi par soixante-dix-huit

Plus en détail

Règlement intérieur. de l Union des Démocrates et Indépendants

Règlement intérieur. de l Union des Démocrates et Indépendants Règlement intérieur de l Union des Démocrates et Indépendants TITRE I - LES ADHERENTS Article 1 : Adhésions, cotisations et dons Les demandes d adhésion sont adressées soit aux fédérations, soit aux personnes

Plus en détail

Association Européenne pour la défense des Droits de l Homme au sein de l Union Européenne

Association Européenne pour la défense des Droits de l Homme au sein de l Union Européenne Association Européenne pour la Défense des Droits de l Homme - AEDH CHARTE CONSTITUTIVE Adoptée le 4 décembre 2000 Il y a plus de 40 ans, les bases d'une entente économique en Europe de l'ouest étaient

Plus en détail

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement...

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement... Bonjour, Maintenant que vous avez compris que le principe d'unkube était de pouvoir vous créer le réseau virtuel le plus gros possible avant que la phase d'incubation ne soit terminée, voyons COMMENT ce

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

TITRE II : DES ORGANES DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DU MALI

TITRE II : DES ORGANES DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DU MALI DECRET N 98-228/P-RM Fixant l organisation et les modalités de fonctionnement de la chambre de commerce et d industrie du Mali. Le Président de la République, Vu la Constitution ; Vu la Loi n 94-009 du

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE

Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE Mr Abdeljalil ZERHOUNI SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS DU MAROC SUR LA COMMUNICATION DES ASSEMBLÉES PARLEMENTAIRES

Plus en détail

Associations, Syndicats, Ordre. Mardi 21 octobre 2014 Ecole de Pédicurie-Podologie 33000 BORDEAUX

Associations, Syndicats, Ordre. Mardi 21 octobre 2014 Ecole de Pédicurie-Podologie 33000 BORDEAUX Associations, Syndicats, Ordre Mardi 21 octobre 2014 Ecole de Pédicurie-Podologie 33000 BORDEAUX Trois systèmes complémentaires aux fonctions et missions bien définies : Associatif regroupement de personnes

Plus en détail

MANIOC. org. Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique

MANIOC. org. Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique MANIOC. org Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique MANIOC. org Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique MАNIOС. org Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique

Plus en détail

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Adopté par l'assemblée générale des Nations Unies le 17 décembre 1979 (résolution 34/169) Article premier Article 2 Les responsables de

Plus en détail

Association loi 1901 - BP 82056-25402 AUDINCOURT CEDEX // 06.13.81.96.71 - www.crmfc.fr

Association loi 1901 - BP 82056-25402 AUDINCOURT CEDEX // 06.13.81.96.71 - www.crmfc.fr 1 TITRE I CONSTITUTION, OBJET, SIEGE SOCIAL, DUREE Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les personnes physiques ou morales qui adhérent ou adhéreront aux présents statuts, une association

Plus en détail

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire Décision n 2014-246 L Nature juridique de l article L. 723-23 du code rural et de la pêche maritime Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2014 Sommaire I. Normes de référence...

Plus en détail

La mise à disposition de travailleurs aux entreprises

La mise à disposition de travailleurs aux entreprises UCvD 2010/06 La mise à disposition de travailleurs aux entreprises: état des lieux 16/03/2010 1 La mise à disposition de travailleurs aux entreprises Plan 1. Principe de l interdiction de la mise à disposition

Plus en détail

ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA

ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA Association marocaine régie par le dahir du 15 novembre 1958 Siège : Casablanca,

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DES ASSOCIATIONS

FONCTIONNEMENT DES ASSOCIATIONS FONCTIONNEMENT DES ASSOCIATIONS 1 IMPORTANT A L APPROCHE DE VOS ASSEMBLEES GENERALES PENSEZ A METTRE A JOUR VOS STATUTS OU REGLEMENT INTERIEUR SELON LE CAS Les fondateurs d'une association peuvent avoir

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Déclaration concernant la promotion parmi les jeunes des idéaux de paix, de respect mutuel et de compréhension entre les peuples (Droit des enfants et des jeunes)

Plus en détail

STATUTS-TYPES D ASSOCIATION DEPARTEMENTALE ENFANCE & FAMILLES D ADOPTION. Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS-TYPES D ASSOCIATION DEPARTEMENTALE ENFANCE & FAMILLES D ADOPTION. Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS-TYPES D ASSOCIATION DEPARTEMENTALE ENFANCE & FAMILLES D ADOPTION Titre I - BUTS ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article Premier : 1.1. Titre : Il est formé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

PROCÉDURE POUR L OUVERTURE DE LA PREMIÈRE SESSION DE LA 55 e LÉGISLATURE. Chambre de l Assemblée législative. le mardi 29 juillet 2003

PROCÉDURE POUR L OUVERTURE DE LA PREMIÈRE SESSION DE LA 55 e LÉGISLATURE. Chambre de l Assemblée législative. le mardi 29 juillet 2003 PROCÉDURE POUR L OUVERTURE DE LA PREMIÈRE SESSION DE LA 55 e LÉGISLATURE Chambre de l Assemblée législative le mardi 29 juillet 2003 1. À 15 heures, la greffière, les greffiers adjoints et le sergent d

Plus en détail

STATUT DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER. Article premier Dispositions générales SECTION 1. ORGANISATION DU TRIBUNAL. Article 2 Composition

STATUT DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER. Article premier Dispositions générales SECTION 1. ORGANISATION DU TRIBUNAL. Article 2 Composition STATUT DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Article premier Dispositions générales 1. Le Tribunal international du droit de la mer est créé et fonctionne conformément aux dispositions de la Convention

Plus en détail

Associations en France

Associations en France Associations en France 1) Association de loi 1901 1.1) Idées reçues Contrairement à ce qu'on entend souvent : une association peut se composer de deux personnes seulement ; une association n'est pas nécessairement

Plus en détail

LES ASSURANCES SOCIALES CONDITIONS QUE DOIT REMPLIR UNE RÉGLEMENTATION COMMUNE A TOUTE LA FRANCE PAR M. LE COLONEL DE VILLE, MEMBRE TITULAIRE.

LES ASSURANCES SOCIALES CONDITIONS QUE DOIT REMPLIR UNE RÉGLEMENTATION COMMUNE A TOUTE LA FRANCE PAR M. LE COLONEL DE VILLE, MEMBRE TITULAIRE. LES ASSURANCES SOCIALES CONDITIONS QUE DOIT REMPLIR UNE RÉGLEMENTATION COMMUNE A TOUTE LA FRANCE PAR M. LE COLONEL DE VILLE, MEMBRE TITULAIRE. Parmi les nombreuses questions que soulève la réintégration

Plus en détail

Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France

Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France Statuts et Règlement Intérieur de l Union des Associations Suisses de France Article 1 er : Constitution, Dénomination I DEFINITION ET OBJET L Union des Associations Suisses de France est une Union formée

Plus en détail

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales.

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. REGLEMENT INTERIEUR SUD CHIMIE Règlement INTERIEUR Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. Il a été adopté par le 5ème congrès

Plus en détail

(Enregistré sous le n 20960 à la préfecture de Paris en date du 3 juillet 2012)

(Enregistré sous le n 20960 à la préfecture de Paris en date du 3 juillet 2012) Union Nationale pour l Avenir de la podologie Syndicat National des Pédicures-podologues (Enregistré sous le n 20960 à la préfecture de Paris en date du 3 juillet 2012) REGLEMENT INTERIEUR Le Conseil d'administration

Plus en détail

Statuts de l'association loi 1901

Statuts de l'association loi 1901 Statuts de l'association loi 1901 TITRE 1 BUTS ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION ARTICLE 1.1 CONSTITUTION Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2010 MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n V 09-68.962 Rejet Arrêt n 1881 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

S T A T U T. adopté au 6ième Congrès de l'uetdc le 15 mars 1993 à KÖNIGSWINTER. modifié lors du 7ième congrès de l'uetdc le 6 septembre 1997 à Rome

S T A T U T. adopté au 6ième Congrès de l'uetdc le 15 mars 1993 à KÖNIGSWINTER. modifié lors du 7ième congrès de l'uetdc le 6 septembre 1997 à Rome S T A T U T adopté au 6ième Congrès de l'uetdc le 15 mars 1993 à KÖNIGSWINTER modifié lors du 7ième congrès de l'uetdc le 6 septembre 1997 à Rome modifié lors du 8ième congrès de l'uetdc le 26 novembre

Plus en détail

Préambule. L efficacité syndicale rend l unité syndicale nécessaire, sans a priori ni exclusive.

Préambule. L efficacité syndicale rend l unité syndicale nécessaire, sans a priori ni exclusive. Préambule Le syndicalisme a une double fonction : la défense des salariés et de leurs revendications et la transformation sociale, c est-à-dire l émancipation de l homme et de la femme pour qu ils puissent

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE Chapitre 1 - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 Il est fondé entre les adhérent-e-s aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattache pour ordre au procès-verbal de la séance du 8 juillet 1992. Enregistre a la Présidence du Senat le 28 septembre 1992. PROPOSITION DE LOI

Plus en détail

AFP Economie - Mardi 15 Janvier 2008-19:47 - Heure Paris (674 mots) ass-soc-gen

AFP Economie - Mardi 15 Janvier 2008-19:47 - Heure Paris (674 mots) ass-soc-gen AFP Economie - Mardi 15 Janvier 2008-19:47 - Heure Paris (674 mots) ass-soc-gen Mutuelle de retraite: 5.000 fonctionnaires dénoncent un "scandale de l'épargne" "C'est l'un des plus gros scandales de l'épargne

Plus en détail

RÈGLEMENT-CADRE CONCERNANT LA TENUE DES ASSEMBLÉES DÉLIBÉRANTES L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES

RÈGLEMENT-CADRE CONCERNANT LA TENUE DES ASSEMBLÉES DÉLIBÉRANTES L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES ANNEXE 2009-CA538-28-R5604 RÈGLEMENT-CADRE CONCERNANT LA TENUE DES ASSEMBLÉES DÉLIBÉRANTES À L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES Juin 2009 TABLE DES MATIÈRES ARTICLE 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES 1.1 Définitions

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux. Nos 374524,374554 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux. Nos 374524,374554 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux Nos 374524,374554 SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres Ordonnance du 5 février 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE JUGE DES RÉFÉRÉS Vu 1, sous

Plus en détail

Comment être un bon conseil syndical?

Comment être un bon conseil syndical? Comment être un bon conseil syndical? Association des Responsables de Copropriétés www.unarc.asso.fr Comment être un bon conseil syndical? 3 Introduction Nous n oublierons jamais que le député qui a introduit

Plus en détail

STATUTS. Adoptés Modifiés - par l'assemblée Générale extraordinaire du... OBJET ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION

STATUTS. Adoptés Modifiés - par l'assemblée Générale extraordinaire du... OBJET ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION STATUTS Adoptés Modifiés - par l'assemblée Générale extraordinaire du... Article 1 : constitution, dénomination, objet OBJET ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

1Q9 Projet de décret n du pris pour l'application de la loi no 20-13 relative au Conseil de la concurrence. Le Chef du gouvernement ; Pour contreseing

1Q9 Projet de décret n du pris pour l'application de la loi no 20-13 relative au Conseil de la concurrence. Le Chef du gouvernement ; Pour contreseing 1Q9 Projet de décret n du pris pour l'application de la loi no 20-13 relative au Conseil de la concurrence Pour contreseing Le Ministre Délégué auprès du Chef du gouvernement chargé des Affaires Générales

Plus en détail

UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DU COMMISSARIAT DE L'ARMEE DE TERRE

UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DU COMMISSARIAT DE L'ARMEE DE TERRE UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DU COMMISSARIAT DE L'ARMEE DE TERRE TITRE I : GENERALITES...2 Article 2 : BUT...2 Article 3 : SIEGE...2 Article 4 : COMPOSITION...2 Article 5 : RESSOURCES...3 Article 6.

Plus en détail

Chambre Professionnelle du Conseil.

Chambre Professionnelle du Conseil. NORMANDIE Chambre Professionnelle du Conseil. - STATUTS - STATUTS CPC Normandie-V3-Avril09 Page 1 sur 8 SOMMAIRE : ARTICLE 1 - Constitution et Désignation ARTICLE 2 - OBJET & DUREE ARTICLE 3 Territoire

Plus en détail

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE 25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE Fidèle aux exigences de Liberté, d Égalité et de Fraternité qui le fondent, le Grand Orient de France a pour principe essentiel la liberté absolue

Plus en détail

Accord collectif national relatif aux élections des représentants du personnel au Conseil de Discipline National. du 14 octobre 2003 du 15.04.

Accord collectif national relatif aux élections des représentants du personnel au Conseil de Discipline National. du 14 octobre 2003 du 15.04. Accord collectif national relatif aux élections des représentants du personnel au Conseil de Discipline National du 14 octobre 2003 du 15.04.03 Article I : principes généraux Les élections des représentants

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE INTRODUCTION : Les collectivités territoriales Depuis la révision constitutionnelle du 28 mars 2003, sont définies comme

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

Société française d'économie rurale

Société française d'économie rurale Article 1 : L'association dite «Société Française d'économie Rurale}} est régie par la loi du 1er juillet 1901 et par les présents statuts. Article 2 : Le siége social de la SFERest au 19 avenue du Maine,

Plus en détail

~.~ CSCA CHAMBRE SYNDICALE DES COURTIERS O'ASSURANCES CODE MORAL

~.~ CSCA CHAMBRE SYNDICALE DES COURTIERS O'ASSURANCES CODE MORAL ~.~ CHAMBRE SYNDICALE DES COURTIERS O'ASSURANCES CODE MORAL Le courtier, en raison même de l'importance des intérêts qui lui sont confiés, est tenu de se conformer scrupuleusement aux devoirs que lui imposent

Plus en détail

RÉGLEMENT INTÉRIEUR DE LA FFMKR

RÉGLEMENT INTÉRIEUR DE LA FFMKR RÉGLEMENT INTÉRIEUR DE LA FFMKR TITRE I RESSORT TERRITORIAL ARTICLE 1 - Adhésion des Professionnels Les professionnels adhèrent à leur syndicat départemental. La Fédération peut enregistrer l'adhésion

Plus en détail

Sur le rapport du ministre du travail et de la sécurité sociale, Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4 et 125 (alinéa 2);

Sur le rapport du ministre du travail et de la sécurité sociale, Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4 et 125 (alinéa 2); Décret exécutif n 2006-223 du 25 Joumada El Oula 1427 correspondant au 21 juin 2006 portant création, attributions, organisation et fonctionnement de l'organisme de prévention des risques professionnels

Plus en détail

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Quand je pense à ces nouveaux Chefs d établissement qui me disaient récemment avoir

Plus en détail

Statuts Association «Club des Parisiens de Bordeaux»

Statuts Association «Club des Parisiens de Bordeaux» Statuts Association «Club des Parisiens de Bordeaux» 1 + Présentation Article 1 - Titre Il est fondé par Annie Poussielgues et entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi

Plus en détail

I. Nom, siège, objet, durée et origine

I. Nom, siège, objet, durée et origine Statuts du CLAE Comité de Liaison des Associations d étrangers approuvés par l Assemblée Générale Extraordinaire du 10 octobre 2005 I. Nom, siège, objet, durée et origine Article 1 er Le Comité de Liaison

Plus en détail

de l'organisation Nations Unies

de l'organisation Nations Unies TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 830 Affaire No 929 : ANIH des Contre : Le Secrétaire général de l'organisation Nations Unies LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES, Composé comme suit : M. Samar

Plus en détail

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part...

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... - Collection Littérature humoristique - Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

STATUTS DU CENTRE LGBT CÔTE D AZUR

STATUTS DU CENTRE LGBT CÔTE D AZUR STATUTS DU CENTRE LGBT CÔTE D AZUR Préambule L'association CENTRE LGBT CÔTE D AZUR proclame son attachement à la Déclaration des Droits de l'homme et du Citoyen de 1789, complétée par le préambule de la

Plus en détail

Michel Magras. compte-rendu PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE L OUTRE-MER

Michel Magras. compte-rendu PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE L OUTRE-MER Michel Magras Sénateur de Saint-Barthélemy Président de la Délégation sénatoriale à l outre-mer compte-rendu (suite) Séance du vendredi 26 juin 2015 PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE -------- Vendredi 30 Novembre 2012

PROCÈS-VERBAL DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE -------- Vendredi 30 Novembre 2012 PROCÈS-VERBAL DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE -------- Vendredi 30 Novembre 2012 Le vendredi 30 novembre de l an 2012 à 15h30, l Assemblée Générale Ordinaire de notre syndicat s est réunie à la Maison

Plus en détail

Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées. N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles

Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées. N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles Chambre Professionnelle du Conseil de Midi-Pyrénées N SIRET : 411 910 649 000 10 Code APE : 911 C Organisations Professionnelles N du Répertoire Départemental : 2291 Les statuts initiaux de l association

Plus en détail

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX ARTICLE 1 er DEFINITION L'association dite Comité Départemental de Golf de est une association Loi 1901

Plus en détail

Statuts de Open Data France

Statuts de Open Data France Statuts de Open Data France Association des Collectivités engagées dans l Open Data I - Constitution, but, composition, siège Article 1 - Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DE MODIFICATION DES LOIS EN VUE DE L ADOPTION DU PROJET DE LOI 77, LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE

Plus en détail

CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE ET DEROULEMENT D UNE ASSEMBLEE GENERALE Sources : Legifrance, Mémento Lefebvre Associations, URSSAF

CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE ET DEROULEMENT D UNE ASSEMBLEE GENERALE Sources : Legifrance, Mémento Lefebvre Associations, URSSAF CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE ET DEROULEMENT D UNE ASSEMBLEE GENERALE Sources : Legifrance, Mémento Lefebvre Associations, URSSAF LA CREATION D UNE ASSOCIATION SPORTIVE Une association est définie

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

STATUTS Révisés 23 mars 2012

STATUTS Révisés 23 mars 2012 Association Nationale des Equipes Contribuant à l Action Médico-Sociale Précoce STATUTS Révisés 23 mars 2012 TITRE I - DÉNOMINATION ET BUTS Article 1 - Dénomination Il a été créé le 2 août 1982, conformément

Plus en détail

Théâtre de l'escalier des Doms en Avignon Adresse du siège social : rue de Flandre, 46 à 1000 Bruxelles N d'entreprise : 477049364.

Théâtre de l'escalier des Doms en Avignon Adresse du siège social : rue de Flandre, 46 à 1000 Bruxelles N d'entreprise : 477049364. Théâtre de l'escalier des Doms en Avignon Adresse du siège social : rue de Flandre, 46 à 1000 Bruxelles N d'entreprise : 477049364 Statuts modifiés TITRE Ier. Dénomination, siège, objet et durée Article

Plus en détail

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général.

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général. Monsieur le Président, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la version définitive des observations arrêtées le jeudi 5 février 2004 par la Chambre régionale des comptes sur la gestion de la chambre

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

A S T J ASSOCIATION SUISSE DES TRADUCTEURS-JURÉS STATUTS TITRE I. Article 1 er

A S T J ASSOCIATION SUISSE DES TRADUCTEURS-JURÉS STATUTS TITRE I. Article 1 er A S T J ASSOCIATION SUISSE DES TRADUCTEURS-JURÉS STATUTS TITRE I DÉNOMINATION - SIÈGE - DURÉE - BUT Article 1 er Sous le nom d «ASSOCIATION SUISSE DES TRADUCTEURS-JURÉS», il a été constitué une association,

Plus en détail

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration.

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration. Association loi 1901 ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant pour

Plus en détail

Statuts : Etoile Saint Amandoise.

Statuts : Etoile Saint Amandoise. Statuts : Etoile Saint Amandoise. Sommaire : Présentation But et composition Affiliation Ressources Administration et fonctionnement o Comité de direction o Le bureau o Assemblée générale Ordinaire o Assemblée

Plus en détail

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE Prise de position de la Cour Sur l'admissibilité de la demande d'avis 1 Les gouvernements irlandais et du Royaume-Uni, mais aussi les gouvernements danois

Plus en détail

STATUTS. Adoptés par l Assemblée générale du 19 juin 2013

STATUTS. Adoptés par l Assemblée générale du 19 juin 2013 membre de wohnbaugenossenschaften schweiz verband der gemeinnützigen wohnbauträger coopératives d habitation Suisse fédération des maîtres d ouvrage d utilité publique STATUTS Adoptés par l Assemblée générale

Plus en détail

Le développement cognitif selon Jean Piaget. Les stades du développement cognitif selon Piaget

Le développement cognitif selon Jean Piaget. Les stades du développement cognitif selon Piaget Le développement cognitif selon Jean Piaget Piaget (BIO) et ses collaborateurs sont sans conteste les auteurs qui ont le plus contribué à notre compréhension du développement des capacités mentales durant

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Statuts de la Fédération Suisse des Avocats

Statuts de la Fédération Suisse des Avocats Statuts de la Fédération Suisse des Avocats I. But de la Fédération Art. 1 La Fédération Suisse des Avocats (ci-après dénommée Fédération) est une association au sens des articles 60 et ss du Code civil,

Plus en détail