V I L L E D E B O I S - C O L O M B E S C O N S E I L M U N I C I P A L

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "V I L L E D E B O I S - C O L O M B E S ---------- C O N S E I L M U N I C I P A L ----------"

Transcription

1 V I L L E D E B O I S - C O L O M B E S C O N S E I L M U N I C I P A L PROCES-VERBAL DE LA SEANCE PUBLIQUE DU 11 DECEMBRE Le Conseil Municipal s est réuni en séance publique, à la Mairie, le 11 décembre 2001, à 20 heures, sous la présidence de Monsieur Yves REVILLON, Maire, suite aux convocations adressées les 5 novembre et 5 décembre Etaient présents : M. REVILLON, Maire ; MM. LE LAUSQUE, VINCENT, Mme LEMETRE, Mlle BIAUD, MM. JOUANOT, DANNEPOND, Mme PATROIS, M. GIRY, Mme BRENTOT, M. VIELHESCAZE, Maires Adjoints ; MM. DINANIAN, MOLIN, VIEL, Mme KIMPYNECK, M. JACOB, Mmes LEGRAVEREND, BOJU, QUENET, M. FOSSET, Mlle DRECQ, MM. AURIAULT, AUSSEDAT, Mme JOLY-CORBIN, M. LOUIS, Mme ROUSSEL, M. LEFEVRE (à partir de 20 H 20), Mmes CHANTELOUBE, JEGOU, M. VOISIN, Mme ROUSSET, MM. AUZANNET, MEILLAUD, Conseillers Municipaux. Absents excusés : Mme VENANT, Mlle DEROCQ, M. LEFEVRE (jusqu à 20 H 20), Conseillers Municipaux. Procurations : Mme VENANT a donné procuration à M. LE LAUSQUE, Mlle DEROCQ à M. VINCENT, M. LEFEVRE à Mme JEGOU (jusqu à 20 H 20). M. Pierre JACOB est désigné comme Secrétaire. M. le Maire.- Mes chers Collègues, Mesdames, Messieurs, je déclare ouverte la séance du Conseil Municipal du mardi 11 décembre Pouvoirs : Monsieur LEFEVRE a donné pouvoir à Madame JEGOU. Mademoiselle DEROCQ a donné pouvoir à Monsieur VINCENT. Madame VENANT a donné pouvoir à Monsieur LE LAUSQUE. Secrétaire de Séance. Séance. Monsieur le Maire propose au Conseil Municipal la désignation du M. le Maire.- Je vous propose Monsieur JACOB comme Secrétaire de Est-ce qu il y a d autres candidats?

2 Bois-Colombes Séance du 11 décembre Est seul candidat Monsieur Pierre JACOB, Conseiller Municipal. Municipal. Monsieur JACOB est élu Secrétaire de Séance par le Conseil 26 voix pour M. JACOB : Y. RÉVILLON, J.-P. LE LAUSQUE, H. VINCENT, A.-M. LEMETRE, F. BIAUD, M. JOUANOT, O. DANNEPOND, M. PATROIS, P. GIRY, M.-F. BRENTOT, J.-L. VIELHESCAZE, J. DINANIAN, G. MOLIN, A. VIEL, M.-C. KIMPYNECK, M.-A. LEGRAVEREND, C. BOJU, M.-T. QUENET, M. FOSSET, G. VENANT, C. DRECQ, J.-M. AURIAULT, H. AUSSEDAT, V. JOLY-CORBIN, A. LOUIS, C. DEROCQ. et 9 abstentions : P. JACOB, R. ROUSSEL, B. LEFEVRE, S. CHANTELOUBE, C. JEGOU, P. VOISIN, M. ROUSSET, P. AUZANNET, A. MEILLAUD. M. le Maire.- Je vous rappelle que vous avez dans les sous-main des feuilles pour confirmer vos votes. Monsieur le Maire soumet à l approbation des Membres de l Assemblée Communale le compte rendu sommaire de la séance publique du 23 octobre M. le Maire.- Je vais demander à Monsieur JACOB de nous donner lecture de l ordre du jour du Conseil Municipal du 23 octobre 2001 afin d approuver ensuite le compte rendu sommaire dudit Conseil. Monsieur JACOB. Monsieur JACOB donne lecture du compte rendu sommaire de la séance du 23 octobre M. JACOB.- Monsieur le Maire, j ai terminé. M. le Maire.- Merci, Monsieur JACOB. Avez-vous des observations sur le compte rendu sommaire de ladite séance? Nous passons au vote. est adopté. Le compte rendu sommaire de la séance publique du 23 octobre voix pour : Y. RÉVILLON, J.-P. LE LAUSQUE, H. VINCENT, A.-M. LEMETRE, F. BIAUD, M. JOUANOT, O. DANNEPOND, M. PATROIS, P. GIRY, M.-F. BRENTOT, J.-L. VIELHESCAZE, J. DINANIAN, G. MOLIN, A. VIEL, M.-C. KIMPYNECK, P. JACOB, M.-A. LEGRAVEREND, C. BOJU, M.-T. QUENET, M. FOSSET, G. VENANT, C. DRECQ, J.-M. AURIAULT, H. AUSSEDAT, V. JOLY-CORBIN, A. LOUIS, C. DEROCQ. 8 voix contre : R. ROUSSEL, B. LEFEVRE, S. CHANTELOUBE, C. JEGOU, P. VOISIN, M. ROUSSET, P. AUZANNET, A. MEILLAUD.

3 Bois-Colombes Séance du 11 décembre COMMUNICATIONS DIVERSES : M. le Maire.- Je vous annonce que, pendant le congé de maternité de Madame LEGRAND, la Direction Générale des Services sera assurée par Monsieur HISSBACH. L ordre du jour est ensuite abordé. ACTION SOCIALE, FAMILIALE ET LOGEMENT : Rapporteur Madame PATROIS, Maire Adjoint. Adjoint. Monsieur le Maire donne la parole à Madame PATROIS, Maire M. le Maire.- Je vais donner maintenant la parole à Madame PATROIS pour l action sociale et familiale. ASF/2001/144 - Revalorisation des participations familiales à la Halte-Garderie municipale sise 17, rue Mertens à Bois-Colombes, à compter du 1 er janvier M. le Maire.- Avez-vous des remarques? Monsieur AUZANNET. M. AUZANNET.- Monsieur le Maire, chers Collègues, nous allons avoir à délibérer ce soir sur plusieurs hausses tarifaires, notamment pour la Halte-Garderie - c est ce qui vient de nous être exposé par Madame PATROIS -, mais également les tarifs des cantines scolaires, les séjours en classes d environnement, les droits de voirie, l entraide scolaire et également les tarifs d utilisation des installations sportives municipales. Il n avait échappé à personne qu au 1 er janvier 2001, nous n avions pas constaté, à la veille des échéances électorales, d augmentations de tarifs. Les élections passées, nous avions d abord eu une augmentation du taux des impôts locaux de l ordre de 2 %, à laquelle il convient de rajouter les bases, c est-à-dire l inflation, la taxe d enlèvement des ordures ménagères, plus 10 %, si bien que Bois-Colombes est aujourd hui la deuxième Ville des Hauts-de-Seine la plus imposée. Cela avait été expliqué dans cette assemblée à partir d une étude comparative publiée par le Journal Le Parisien.

4 Bois-Colombes Séance du 11 décembre Quelques semaines plus tard, vous nous aviez proposé de nouvelles revalorisations concernant le stationnement à partir du 1 er janvier 2002, et là ce n est pas l impact de l euro, mais simplement la situation financière de la Commune. Je rappelle que le stationnement horaire augmentera de 64 %, et de 31 % pour ce qui concerne le stationnement résidentiel. Aujourd hui, arrivent toute une série de nouveaux tarifs que vous nous proposez. Le hasard de l actualité fait que vous avez certainement entendu parler aujourd hui à la radio, ou lu dans votre quotidien préféré, que l inflation, sur le dernier mois connu, est en baisse, puisque la baisse constatée est de 0,3 %, soit une hausse annuelle, sur les douze derniers mois connus, de 1,2 %. Ce sont les chiffres. Je me réfère aux indices communiqués par l I.N.S.E.E., mais qu importe... Le principe de revalorisation tarifaire fait partie d une gestion normale et il est tout à fait légitime qu il puisse y avoir des ajustements. Pour ce qui nous concerne, nous ne ferons pas d opposition systématique et nous voterons pour cette délibération, mais cela ne vous étonnera pas s il en est autrement pour certaines hausses que vous allez nous proposer tout à l heure, parce qu elles sont différenciées selon les cas. Tantôt nous avons plus 2 %, parfois 3,4 % et certaines vont jusqu à 45 %, sans que nous comprenions très bien votre stratégie en matière tarifaire. Pour ce qui nous concerne, nous considérons que la politique tarifaire d une municipalité est un moyen d effectuer de la redistribution sociale et c est pourquoi nous sommes très attachés au principe du quotient familial. Il faut tenir compte des revenus des familles pour le niveau de tarification des différents services. En tout état de cause, nous souhaitons que tous les services offerts par la Commune soient accessibles à toutes les catégories sociales de la population de Bois-Colombes. Nous avons également le sentiment que ce qui motive les différentes revalorisations proposées ce soir repose sur la nécessité impérieuse que vous avez de combler un certain nombre de déficits, tant la situation financière de la Commune est préoccupante. Donc, à chaque délibération nous donnerons une explication de vote. Je rappelle que, pour celle-ci, nous voterons pour, mais il en sera évidemment différemment pour d autres. M. le Maire.- Monsieur AUZANNET, chacun peut avoir son opinion sur les augmentations de tarifs. Vous dire que cela a été fait en fonction des échéances électorales, cela n engage que vous, mais ce n est pas le cas. Cela a souvent été proposé par les Services et nous avons pensé qu il valait mieux le faire au 1 er janvier, puisque tout passait en euros, plutôt que de relancer des tarifications en cours d année. Ensuite, je ne peux pas vous laisser dire que Bois-Colombes est la Ville la plus imposée des Hauts-de-Seine. Vous savez très bien que c est faux. Dire que nous sommes la deuxième ou la troisième concernant les taux, j ai toujours reconnu que c était tout à fait vrai, mais vous savez très bien que les taux sont hauts lorsque les bases locatives sont faibles et que, dans les Communes où les taux sont très bas, les bases locatives sont élevées. Si vous regardiez ce que la Commune reçoit par habitant avec les impôts directs, c est nous qui avons la somme la plus faible de toutes les Communes des Hautsde-Seine. Ce sont les chiffres officiels. Concernant la taxe d habitation et la taxe foncière, nous sommes souvent placés dans le milieu du tableau, si ce n est dans le bas pour les taxes foncières. En conséquence, dire que c est l une des Villes les plus imposées des Hauts-de-Seine est faux, mais chacun est libre d en penser ce qu il veut.

5 Bois-Colombes Séance du 11 décembre M. AUZANNET.- Monsieur REVILLON, ce n est pas moi qui le dis, c est un journal qui est publié dans les Hauts-de-Seine, Le Parisien, qui a fait ce tableau comparatif. Je n ai fait que rapporter les chiffres. Quant à votre argumentation de dire qu il faut intégrer les valeurs locatives, vous avez raison. Mais que, sur un bâtiment ancien, les valeurs locatives soient faibles et que le niveau d impôts soit moins élevé est logique. Il faut raisonner en termes de pression fiscale par rapport à un bien immobilier, et la comparaison est très défavorable à Bois- Colombes. Les chiffres sont imparables. M. le Maire.- Nous sommes désolés, mais nous aurions aimé que, depuis 1990, il y ait une réforme fiscale dont il a été beaucoup question. Le dernier gouvernement, qui était en charge des affaires du pays depuis cinq ans, ne s est pas lancé dans la revalorisation des bases. Nous recevons beaucoup de papiers, des comptes rendus d études des services fiscaux nationaux, mais rien n a été fait derrière. Revoir les bases relève de l Etat et non des communes, vous le savez. Cela se fait au niveau national et non commune par commune. Nous allons revenir à nos moutons. Monsieur MEILLAUD. M. MEILLAUD.- Contrairement à Monsieur AUZANNET, je vais voter contre cette proposition de délibération, d abord parce que je suis, comme lui, convaincu que nos concitoyens en ont assez de voir les impôts et les charges augmenter. Vous pouvez jouer sur le fait que ce sont les taux et non pas les bases qui sont en cause mais, malgré tout, nos concitoyens paient de plus en plus d impôts, et cela, c est tout à fait net et clair. C est publié dans Le Parisien et dans bien d autres journaux. Je vais voter contre pour cette raison, mais surtout parce que je suis tout à fait contre le principe des tranches telles qu elles sont établies. Je l ai déjà expliqué lors de la précédente mandature et je vais reprendre cette explication. En effet, ce principe des tranches est d abord peu légal parce que nous sommes en train, à partir du revenu des gens, de créer un deuxième impôt sur le revenu. Nous refaisons la loi après la loi et je ne crois pas que ce soit très républicain de procéder ainsi. Il y a d ailleurs une juridiction, je ne sais plus si c est le Conseil d Etat ou le Conseil Constitutionnel, qui a dit bien clairement que c était illégal d établir des tranches en fonction de l impôt sur le revenu. A moins que les juristes qui font partie de notre Conseil Municipal aient d autres informations à ce sujet, nous en sommes restés là. Je suis également contre cette application de tranches en fonction de l impôt sur le revenu parce que je considère que c est un calcul illogique et qui est souvent défavorable aux gens, pas forcément à ceux qui sont les moins imposés, donc qui ont le moins de revenus, mais quelquefois cela favorise des gros revenus qui ne paient pas d impôts sur le revenu. Rappelez-vous la feuille d impôt de Chaban-Delmas qui était à zéro pour cent alors qu il avait des revenus importants. Maintenant, cette situation est devenue extrêmement courante. Beaucoup de gens, grâce à des procédés de défiscalisation tout à fait reconnus par les pouvoirs publics - ces procédés ont d ailleurs été promus au cours de ces vingt dernières années -, se retrouvent à pouvoir bénéficier de la Tranche H alors qu ils ont en réalité des revenus très importants. C est un choix de critère qui ne me semble pas tout à fait logique. J ai tout à fait conscience qu il faut aider les gens dans la difficulté, c est certain, mais je pense que c est un mauvais procédé. Il vaudrait mieux apporter des aides précises aux gens, au cas par cas.

6 Bois-Colombes Séance du 11 décembre Je serais notamment partisan d aider davantage les familles nombreuses, en particulier. J observe beaucoup de jeunes couples qui, ayant trois ou quatre enfants, des revenus qui, certes, ne sont pas énormes, mais à cause de la baisse du quotient familial, que vous défendiez tout à l heure, Monsieur AUZANNET - je parle de cette baisse du quotient familial fiscal -, ces familles nombreuses avec des jeunes parents se retrouvent à pouvoir déduire beaucoup moins pour chaque enfant et leur imposition n est pas négligeable. Ils ont des revenus un peu élevés qui les mettent dans des tranches assez imposées mais, en même temps, ils ont à charge plusieurs enfants et, pour les envoyer en colonies de vacances ou dans les différentes cantines et écoles, cela leur revient anormalement cher. Merci, c est ce que je voulais dire à ce sujet. Mme PATROIS.- Nous ne prenons pas uniquement en compte l avis d imposition, mais également les bulletins de salaire et les ressources des familles. C est un élément, mais ce n est pas le seul. M. le Maire.- Je demanderais tout de même à Monsieur CHABAN- DELMAS s il avait des enfants dans les haltes-garderies au moment où on a publié sa feuille d imposition, à titre d information. M. LEFEVRE.- Je ne pense pas qu il va répondre, là où il est... sur l époque. M. le Maire.- On peut trouver tout de même des sources d information Nous passons au vote. LE CONSEIL MUNICIPAL DÉLIBÈRE Article 1 er : Le principe du règlement anticipé, à compter du 1 er janvier 2002, des participations familiales à la Halte-Garderie municipale sise 17, rue Mertens par l achat de cartes forfaitaires de 20 ou 10 heures est approuvé ; Article 2 : A compter du 1 er janvier 2002, les montants des participations familiales pour la Halte-Garderie municipale sise 17, rue Mertens sont fixés comme suit : tranches A B C D E F G H Hors Commune Carte de 10 27,30 25,70 21,50 16,10 15,60 13,70 10,90 8,10 32,30 heures en euros Carte de 20 heures en euros 54,60 51,40 43,00 32,20 31,20 27,40 21,80 16,20 64,60

7 Bois-Colombes Séance du 11 décembre Article 3 : Les recettes correspondantes seront inscrites au Budget de la Commune pour l exercice 2002, à l imputation suivante : - Chapitre 70 «Produits des services du domaine et ventes diverses» ; - Nature 7066 : «Prestations de services» ; - Fonction 64 : «Famille». Délibération adoptée par : 34 voix pour : Y. RÉVILLON, J.-P. LE LAUSQUE, H. VINCENT, A.-M. LEMETRE, F. BIAUD, M. JOUANOT, O. DANNEPOND, M. PATROIS, P. GIRY, M.-F. BRENTOT, J.-L. VIELHESCAZE, J. DINANIAN, G. MOLIN, A. VIEL, M.-C. KIMPYNECK, P. JACOB, M.-A. LEGRAVEREND, C. BOJU, M.-T. QUENET, M. FOSSET, G. VENANT, C. DRECQ, J.-M. AURIAULT, H. AUSSEDAT, V. JOLY-CORBIN, A. LOUIS, C. DEROCQ, R. ROUSSEL, B. LEFEVRE, S. CHANTELOUBE, C. JEGOU, P. VOISIN, M. ROUSSET, P. AUZANNET. 1 voix contre : A. MEILLAUD. M. le Maire.- Je vous remercie. AFFAIRES SCOLAIRES ET PERISCOLAIRES : Rapporteur Monsieur GIRY, Maire Adjoint. Monsieur le Maire donne la parole à Monsieur GIRY, Maire Adjoint. ENF/2001/145 - Revalorisation des tarifs des services proposés par la Direction des Affaires Scolaires et Périscolaires - Année M. GIRY.- Si vous le voulez bien, avant d ouvrir le débat, je donnerai quelques commentaires contextuels. Comme vous l avez vu, il s agit d une réévaluation globale des tarifs pour tenir compte de l inflation et tendre à maintenir les tarifs à franc constant. Nous devons, par ailleurs, respecter les contraintes imposées, notamment pour l évaluation des prix des repas, et c est là où vous avez les 2 %. Nous pensons qu à terme, une restructuration des tarifs permettant une lisibilité, une simplicité de mise en œuvre plus grande est souhaitable. Mais, il faut se donner le temps pour le faire. Nous avons l intention de mettre en place une commission extrascolaire pour effectuer une restructuration des tarifs vers la fin de l année Les tarifs des diverses sorties suivaient un fonctionnement de facto qu il fallait régulariser, puisqu ils n avaient pas fait l objet de délibération. Il s agit simplement d une régularisation. Merci.

8 Bois-Colombes Séance du 11 décembre M. le Maire.- Il faut corriger une ligne de la délibération, dans les tarifs : «La moitié du prix réel de la sortie au-delà de 20 Francs, par sortie et par enfant.» Il faut rectifier et mettre 40 Francs à la place de 20 Francs. Monsieur MEILLAUD. M. MEILLAUD.- Monsieur GIRY vient de nous parler de simplifier les tarifs et il nous propose de mettre 3,05 euros. Je ne suis pas sûr que cela soit très commode, lorsqu un enfant va faire une sortie, de lui rendre la monnaie sur 3,05 euros. Cela ne me paraît pas d une grande simplification. Bien sûr, je voterai contre, puisque nous retrouvons encore un système de tranches suivant les revenus. Je voudrais savoir si, lorsque vous indiquez que la sortie est en dessous de 20 Francs, c est au prix réel. Est-ce indépendant des fameuses tranches de revenus? M. GIRY.- Absolument, c est indépendant des tranches. M. le Maire.- Y a-t-il d autres observations? Monsieur VOISIN. M. VOISIN.- Monsieur le Maire, chers Collègues, nous voyons bien que, lorsque les tarifs sont encadrés par des décisions ministérielles, ils n augmentent que de 2,01 %, mais s ils sont laissés libres, ils augmentent de 3,4 %. Vous dites qu à ce jour ils n ont fait l objet d aucune révision mais, au 1 er janvier 2000, de nouveaux tarifs sont arrivés. Il y a donc bien eu révision au 1 er janvier Certes, il n y a pas eu de révision au cours de l exercice 2001, année électorale, mais au cours de 2000 nous en avons eu une. Affirmer que cela n a fait l objet d aucune révision est inexact. ans. M. GIRY.- Monsieur VOISIN, il n y a pas eu de révision depuis deux M. VOISIN.- Ce n est pas ce qui est écrit, il est indiqué qu il n y a eu aucune révision. Vous êtes d accord avec moi? Nous parlons français. Outre ce fait constaté, on peut observer, en général et de manière transverse, que lorsque vous augmentez de façon unilatérale l ensemble de ces tarifs avec un taux, vous provoquez, en fait, des différences encore plus grandes entre les tranches. Je m explique. Si on rapporte la dépense faite par les familles à leur tranche de revenus, le pourcentage d effort sur le budget annuel de la famille progresse de 5,37 % sur la Tranche A. En revanche, sur la Tranche H, il va progresser de 10,33 %. Par ce simple effet d avoir appliqué un pourcentage uniforme sur l ensemble des tranches, vous creusez l écart entre les Tranches. Les Tranches A sont finalement moins augmentées que les Tranches H. constants? M. GIRY.- Monsieur VOISIN, vous savez ce que sont les francs M. VOISIN.- Oui. francs constants. M. GIRY.- En appliquant ce principe, nous maintenons la valeur en

9 Bois-Colombes Séance du 11 décembre M. VOISIN.- Non, pas du tout, les chiffres sont là pour le prouver. L effort fait sur le budget d une famille de Tranche A va être de 5 % de plus alors qu il sera de 10 % sur la Tranche H. C est l effet mécanique d application... Je vais vous fournir les chiffres. M. GIRY.- Je ne vois pas par quel mécanisme nous pourrions obtenir une augmentation de 5 %, à partir d une augmentation de 3,4 % et de 2 %. M. VOISIN.- C est sur l ensemble des tarifs. Il n y a pas que la cantine. Je parle de l ensemble des tarifs. Une famille qui a deux enfants met ses enfants à la cantine, leur fait fréquenter le centre de loisirs, les colonies de vacances, etc. C est la conséquence d une augmentation de 3,4 % sur l ensemble de ces tarifs... M. GIRY.- J ai préparé un exemple très précis. Dans le cas d une famille de deux enfants en élémentaire, en catégorie D, c est-à-dire la catégorie du milieu. M. VOISIN.- Avec un revenu mensuel de Francs. M. GIRY.- C est un exemple. Nous avons compté les repas pour deux enfants pendant vingt jours, l accueil du matin, le séjour en centre de loisirs et l étude. Le coût par mois est de 33,52 Francs, soit une augmentation de 2,68 %. au bout du compte. autres augmentations. M. VOISIN.- En appliquant 3,4 % au départ, vous ne les obtenez pas M. GIRY.- Oui, parce que le prix des repas pèse lourd par rapport aux M. VOISIN.- Bien évidemment, cela dépend des quantités. La conséquence est de plus 5 % pour la Tranche A et plus 10 % pour la Tranche H. Je peux vous citer tous les taux : 5,37 % pour la A, 5,47 % pour la B, 5,61 % pour la C, 5,82 % pour la D, 6,14 % pour la E, 7,26 % pour la F, 8,60 % pour la G et 10,33 % pour la H. M. GIRY.- Vous m expliquerez ces mathématiques. J avoue ne pas comprendre comment vous pouvez avoir des augmentations de ce genre. M. VOISIN.- Vous venez de le démontrer vous-même! M. GIRY.- Non, j ai parlé en moins et pas en plus. M. VOISIN.- L application d un taux uniforme sur l ensemble des tranches provoque un renforcement des inégalités. M. GIRY.- En absolu, mais pas en relatif. M. VOISIN.- Certes. Le quotient familial est là pour redistribuer, corriger et permettre l accès à tous. M. GIRY.- En relatif, ce que vous dites ne peut pas être vrai.

10 Bois-Colombes Séance du 11 décembre M. VOISIN.- Ce n est pas parce que vous ne comprenez pas les chiffres que ce n est pas ainsi. M. LE LAUSQUE.- Nous ne comprenons pas vos chiffres. M. le Maire.- Chacun à la responsabilité des ses chiffres. Avez-vous d autres observations? Monsieur VINCENT. M. VINCENT.- Je trouve dommage que ces discussions n aient pas eu lieu en Commission. C est tout de même le lieu privilégié où il est possible de décortiquer tout cela, de travailler et de construire ensemble. On n en parle pas en Commission et, le jour du Conseil Municipal, on s envoie des chiffres qui sont plus ou moins stériles. Vous avez vos certitudes, nous avons les nôtres et nous ne progressons pas. Je trouve cela dommage. M. le Maire.- Madame JEGOU. Mme JEGOU.- Lorsqu on reçoit les dossiers la veille pour le jour de la Commission, je ne vois pas comment on pourrait faire des études. Cela a été encore le cas pour cette Commission des Affaires Scolaires! M. VINCENT.- Dommage... Mme JEGOU.- Oui, c est dommage. M. GIRY.- Madame JEGOU, il me semble que nous avons eu une bonne discussion lors de cette Commission. Mme JEGOU.- Oui, mais les études n ont pas pu être faites en amont. Nous avons pu les faire entre la Commission et ce Conseil et nous faisons nos comptes rendus aujourd hui. Je vous avais demandé de faire des études parce que je trouvais que la pression était trop forte pour les familles. M. le Maire.- Madame ROUSSEL. Mme ROUSSEL.- Je regarde le tableau que vous avez fait. Pour les centres de vacances, je vois des choses qui me perturbent un peu. Pour certaines des tranches c est plus cher l été que l hiver et pour d autres c est le contraire. Que ce soit plus cher l hiver, cela me paraît normal, mais ce doit être pour toutes les tranches pareil. La Tranche A est plus chère l été que l hiver, la Tranche B est au même prix été comme hiver, la Tranche C est plus chère l hiver que l été, et ainsi de suite. Ce ne sont pas des chiffres que nous avons trouvés ailleurs, ils sont sur votre document.

11 Bois-Colombes Séance du 11 décembre M. GIRY.- Il n y a eu aucune restructuration des tarifs. Nous avons appliqué des pourcentages à partir de tarifs existants. Mme ROUSSEL.- Il s agit peut-être d une erreur de transcription. Cela ne me paraît pas très normal. M. le Maire.- Avez-vous d autres observations? Nous passons au vote. LE CONSEIL MUNICIPAL DÉLIBÈRE Article 1er : Article 2 : A compter du 1 er janvier 2002, les tarifs des divers services proposés par la Direction des Affaires Scolaires et Périscolaires de la Commune sont fixés suivant tableau ci-annexé. Ces recettes seront inscrites au Budget de la Commune, aux imputations suivantes : - Chapitre 70 : Produits des services du domaine et ventes diverses ; - Nature : Redevances et droits des services à caractère de loisirs ; - Nature 7066 : Redevances et droits des services à caractère social ; - Nature 7067 : Redevances et droits des services périscolaires et d enseignement ; - Fonction 211 : Ecoles maternelles ; - Fonction 212 : Ecoles primaires ; - Fonction 251 : Hébergement et restauration scolaire ; - Fonction 255 : Classes de découverte ; - Fonction 421 : Centres de loisirs ; - Fonction 423 : Colonies de vacances. Délibération adoptée par : 27 voix pour : Y. RÉVILLON, J.-P. LE LAUSQUE, H. VINCENT, A.-M. LEMETRE, F. BIAUD, M. JOUANOT, O. DANNEPOND, M. PATROIS, P. GIRY, M.-F. BRENTOT, J.-L. VIELHESCAZE, J. DINANIAN, G. MOLIN, A. VIEL, M.-C. KIMPYNECK, P. JACOB, M.-A. LEGRAVEREND, C. BOJU, M.-T. QUENET, M. FOSSET, G. VENANT, C. DRECQ, J.-M. AURIAULT, H. AUSSEDAT, V. JOLY-CORBIN, A. LOUIS, C. DEROCQ. 8 voix contre : R. ROUSSEL, B. LEFEVRE, S. CHANTELOUBE, C. JEGOU, P. VOISIN, M. ROUSSET, P. AUZANNET, A. MEILLAUD. M. le Maire.- Je vous remercie.

12 1 euro= F A B C D E F G H W RESTAURATION MUNICIPALE AU F F F F F F 8.98 F 6.12 F F en euro ACCUEIL EN MATERNELLE AU Forfait F F F F F F F F F en euro Multi-inscriptions F F F F F F F F F en euro A la journée F F F F F F F F F en euro ACCUEIL EN ELEMENTAIRE AU Forfait F F F F F F F F F en euro Multi-inscriptions F F F F F F F F F en euro A la journée F F F F F F F F F en euro CENTRES DE LOISIRS AU Forfait Tri. ou Juillet ou Août F F F F F F F F F en euro Forfait Mercredi ou petites vac F F F F F F F F F en euro Forfait Semaine Vacances été F F F F F F F F F en euro A la journée F F F F F F F F F en euro Sorties < F. Prix réel de la sortie Sorties entre F et F F par sortie / par enfant en euro 3.05 Sorties > F la moitié du prix réel de la sortie

13 A B C D E F G H W CLASSES D'ENVIRONNEMENT AU Participation journalière F F F F F F F F F en euro Multi-inscriptions F F F F F F F F F en euro CENTRES DE VACANCES AU Eté F F F F F F F F F en euro Hiver / Printemps F F F F F F F F F en euro ETUDES DIRIGEES AU Janvier Février Mars Avril Mai Juin Septembre Octobre Novembre Décembre Plein Temps F F F F F F F F F F en euro Multi-inscriptions Plein Temps F F F F F F F F F F en euro Mi-Temps F F F F F F F F F F en euro Multi-inscriptions Mi-Temps F F F F F F F F F F en euro

14 Bois-Colombes Séance du 11 décembre URBANISME TRAVAUX ENVIRONNEMENT : Rapporteur Monsieur LE LAUSQUE, Maire Adjoint. Adjoint. Monsieur le Maire donne la parole à Monsieur LE LAUSQUE, Maire URB/2001/146 - Approbation du projet de Programme Local de l Habitat de la Commune de Bois-Colombes. M. le Maire.- Monsieur LEFEVRE. M. LEFEVRE.- Monsieur le Maire, bravo, bravo, bravo! Nous vous félicitons! Vous avez, mot à mot, appliqué notre programme. On ne peut que vous encourager. Vous avez retrouvé, dans les moindres détails - grâce à l audit fait par la SOREPA, un organisme complètement autonome -, tous les éléments que nous avions avancés pendant notre campagne électorale, à savoir la réhabilitation des locaux anciens et le minimum indispensable pour arriver à verser 20 %, comme le veut la loi. Cette recherche d application de la loi nous ravit. Franchement, au nom de tous nos camarades, nous vous disons bravo. Nous allons voter pour vous, c est certain, mais nous émettons un vœu : nous voudrions que cela se réalise, merci. M. LE LAUSQUE.- Je voudrais vous faire remarquer que, comme il est dit dans la délibération, la révision de ce P.L.H., pour pouvoir le mettre en œuvre, datait de Le premier datait de 1995 et nous y retrouvions déjà les mêmes notions. M. LEFEVRE.- C est formidable, vous êtes sur la bonne voie. M. le Maire.- Monsieur MEILLAUD. M. MEILLAUD.- Je voudrais d abord protester lorsque vous écrivez que votre révision du plan d occupation des sols de 1999 a préservé le tissu pavillonnaire. Vous avez, certes, diminué le C.O.S. sur les grandes parcelles, mais il y en a peu. Vous avez, en revanche, nettement augmenté le C.O.S. sur les petites parcelles qui sont les plus nombreuses. Nous avons déjà observé, depuis, que disparaissaient des espaces de jardins au profit de constructions. On ne peut pas appeler cela «préserver l espace pavillonnaire». Je m interroge aussi, parallèlement à ce que vient de dire Monsieur LEFEVRE, sur ce que vous avez expliqué voici quelques mois au cours de votre campagne électorale, et ce que vous annoncez maintenant. Vous avez une sorte de double langage. Où en êtes-vous exactement? Vous avez fait campagne en brandissant des tracts «Halte aux H.L.M.», et maintenant vous dites en avoir fait beaucoup et en être très content. M. LE LAUSQUE.- Comme quoi la lecture n est pas toujours bien comprise Pour ce qui concerne l espace pavillonnaire, Monsieur MEILLAUD, si nous avons décidé, sur la Commune de Bois-Colombes, d adopter des C.O.S. différenciés,

15 Bois-Colombes Séance 11 décembre c était justement pour permettre au secteur pavillonnaire dégradé, notamment sur les petites parcelles, de se rénover, voire de s agrandir quelque peu. Cela a permis à des personnes habitant dans des pavillons qui les satisfaisaient mais auxquels elles avaient besoin d ajouter 20 ou 30 mètres carrés supplémentaires, qu elle puisse le faire sans vendre ou s entasser davantage. Le C.O.S. différencié permet d arriver à un C.O.S. avoisinant 1 sur les très petites parcelles, alors que, sur les grosses parcelles, nous arrivons à 0,5, ce qui était le but recherché. Par ailleurs, je vous rappelle que, indépendamment du C.O.S., il existe d autres règles dans le Plan d Occupation des Sols, de servitudes d alignement et de servitudes d implantation qui font qu on ne peut pas faire tout et n importe quoi. Je n ai pas vu, pour ce qui me concerne, dans tous les permis de construire qui sont passés depuis que le Plan d Occupation des Sols a été modifié, de dérives telles que des espaces verts aient disparu de la région de Bois-Colombes. En fait, nous veillons exactement au contraire. Ne dites pas n importe quoi. Quant à la création de logements sociaux, je vous rappelle que nous l avions déjà indiqué, c était déjà dans le P.L.H. 20 % ne sont pas une nouveauté puisque c est une obligation de la loi. Dans le P.L.H. de 1995, la loi rappelait qu il fallait arriver à terme à 20 %, et c était déjà antérieur. Je ne vois pas comment Bois-Colombes pouvait ne pas satisfaire aux dispositions de la loi. Nous avons dit 20 %, certes, mais pas n importe comment. Nous avons fait en sorte de passer de 13,8 % en 1995 à 18 % aujourd hui et nous serons à 20 % avant la fin du mandat. Nous ferons en sorte de préserver ce qui sera construit en logements sociaux à ce moment-là. Il n en sera pas besoin de plus. M. MEILLAUD.- Il vaut mieux peut-être dire n importe quoi que faire n importe quoi. J apprécie relativement ce genre de propos. Il a beau dire tout ce qu il veut, il est bien évident que lorsqu on porte un C.O.S. à 1, on augmente la densité des constructions. Je ne crois pas dire n importe quoi en avançant cela. M. le Maire.- Monsieur AUZANNET. M. AUZANNET.- Comme l a très bien fait Bernard LEFEVRE, je me félicite véritablement de cette délibération qui met clairement en avant une contrevérité que vous avez utilisée pendant la campagne électorale. Quand j entends Monsieur LE LAUSQUE dire que les 20 % seront atteints à la fin du mandat, dans la mesure où c est exactement ce que nous proposions dans notre campagne électorale, cela renvoie sans doute à une autocritique que vous avez pu faire de notre programme et de vos intentions, mais cela relève certainement plus d une psychanalyse. Sur cette question du logement social, vous avez montré du doigt des populations qui vivent dans ces habitations, et c est tout à fait illégitime. Je voudrais vraiment que ce soir, à partir de la délibération que vous nous proposez, il y ait un peu plus de sérénité dans le débat qui porte sur une question difficile, sociale, d urbanisme et d équilibre de la Ville. Vous nous proposez de respecter la loi : c est le minimum que nous pouvons attendre d une Municipalité, et c est ce que nous avons fait pendant cette campagne électorale. Je crois qu il était bien que, ce soir, nous ayons ce débat.

16 Bois-Colombes Séance 11 décembre au vote. M. le Maire.- Bien. Avez-vous d autres observations? Nous passons LE CONSEIL MUNICIPAL DÉLIBÈRE Article 1 er : Article 2 : Le projet de Programme Local de l Habitat de la Commune de Bois- Colombes, ci-annexé, est approuvé. Monsieur le Maire est chargé de transmettre ledit Programme à Monsieur le Préfet des Hauts-de-Seine pour consultation du Conseil Départemental de l Habitat. Délibération adoptée par : 34 voix pour : Y. RÉVILLON, J.-P. LE LAUSQUE, H. VINCENT, A.-M. LEMETRE, F. BIAUD, M. JOUANOT, O. DANNEPOND, M. PATROIS, P. GIRY, M.-F. BRENTOT, J.-L. VIELHESCAZE, J. DINANIAN, G. MOLIN, A. VIEL, M.-C. KIMPYNECK, P. JACOB, M.-A. LEGRAVEREND, C. BOJU, M.-T. QUENET, M. FOSSET, G. VENANT, C. DRECQ, J.-M. AURIAULT, H. AUSSEDAT, V. JOLY-CORBIN, A. LOUIS, C. DEROCQ, R. ROUSSEL, B. LEFEVRE, S. CHANTELOUBE, C. JEGOU, P. VOISIN, M. ROUSSET, P. AUZANNET. et 1 abstention : A. MEILLAUD. URB/2001/147 - Autorisation donnée à Monsieur le Maire de signer la Convention relative à l aménagement de la RD n 11 (rue Faidherbe) à intervenir entre le Conseil Général des Hauts-de-Seine et la S.N.C. des Bruyères. M. le Maire.- Avez-vous des observations? Monsieur LEFEVRE. M. LEFEVRE.- Je voudrais une précision : est-ce que cela va coûter quelque chose à la Commune? M. le Maire.- Non. M. LEFEVRE.- Merci. Deuxième question : la première tranche des travaux doit être achevée au quatrième trimestre. Est-ce que la deuxième tranche est prévue dans la foulée?

17 Bois-Colombes Séance 11 décembre M. le Maire.- Normalement, le Conseil Général commence au deuxième semestre. Contrairement à ce qui était prévu au départ, ils vont enchaîner normalement toute la rue Faidherbe, mais cela prendra, au minimum, un an et demi, si ce n est plus. Je sais qu en 2002, ils seront au moins arrivés à la rue Birkigt, au minimum. M. LEFEVRE.- Merci. M. le Maire.- Je le sais puisque j ai rapporté le dossier ce matin pour la prochaine séance du Conseil Général. Les crédits ont été mis. Monsieur MEILLAUD. M. MEILLAUD.- Dans la convention qui a été établie avec la S.N.C. des Bruyères, il y a une phrase, en page 5, que je ne comprends pas très bien. Dans l article 3, «Planning», premier alinéa : «La Ville de Bois-Colombes et l Aménageur rappellent que le respect de cet objectif est important pour la bonne réalisation de la Z.A.C. car la première phase de construction prévoit la réalisation d immeubles commerciaux le long de cette première phase» Est-ce le «long de la voie» ou «au cours de la première phase»? Je ne sais pas ce que veut dire «le long de la première phase». première phase. M. LE LAUSQUE.- C est le long de la voie, au cours de cette M. le Maire.- On peut comprendre que l Aménageur ait besoin que la voie soit à double sens, uniquement pour le passage des camions et la construction de la zone. Au fur et à mesure, cette voie sera mise à double sens, et cela permettra d accéder plus facilement à tous les terrains de la zone. Monsieur VOISIN. M. VOISIN.- Il n est nullement fait allusion aux mesures transitoires pendant la durée du chantier. Comment cela va-t-il se passer? Comment la circulation s organisera-t-elle dans ce quartier pendant l élargissement? M. le Maire.- Lorsque nous saurons exactement comment le Conseil Général, puisque c est lui qui le réalise, le mettra en chantier, nous vous tiendrons informés de ses décisions. C est une voie départementale. Pour l instant, cela a été inscrit, les études sont en cours, mais ils n en sont pas au moment où ils indiquent la façon dont ils vont exactement le gérer. M. VOISIN.- Si vous nous dites que c est au deuxième semestre, ce n est que dans six mois. S il faut faire une concertation, il faut s y prendre maintenant. M. le Maire.- C est à l étude, je ne peux vous dire aujourd hui comment ils le règlent. Nous serons avertis. Ils vont, bien entendu, essayer de minimiser les difficultés de circulation. C est une rue à sens unique aujourd hui et ils peuvent, à mon avis, très bien commencer les travaux en laissant la circulation sur une seule voie rue Faidherbe. Je pense d ailleurs que c est ce qu ils feront. Avez-vous d autres observations? Nous passons au vote.

18 Bois-Colombes Séance 11 décembre Délibération adoptée à l unanimité. LE CONSEIL MUNICIPAL DÉLIBÈRE Article Unique : Monsieur le Maire est autorisé à signer, au nom et pour le compte de la Commune de Bois-Colombes, collectivité initiatrice de la Z.A.C. des Bruyères, la Convention à intervenir entre le Conseil Général des Hauts-de-Seine et la S.N.C. des Bruyères. M. le Maire.- Je vous remercie. URB/2001/148 - Projet de modification du Plan d Occupation des Sols de la Commune de Bois-Colombes. M. le Maire.- Y a-t-il des observations? Monsieur VOISIN? M. VOISIN.- Une petite précision technique. Lorsque vous dites : «Approbation par délibération du Conseil Municipal», il s agit bien du projet, une fois passé en enquête publique? prenons connaissance. M. LE LAUSQUE.- Oui et c est bien pour cela qu aujourd hui nous en M. le Maire.- C est finalement une information plus qu un vote, puisque c est un projet. Note d information sans vote. Article Unique : Le Conseil Municipal prend connaissance du projet de modification du Plan d Occupation des Sols de la Commune de Bois-Colombes. URB/2001/149 - Droit de Préemption Urbain Exercice Simple Exercice Renforcé du Droit de Préemption Délégation de ce droit au Maire Compte rendu des opérations réalisées ou refusées. M. le Maire.- Avez-vous des observations sur les non-préemptions? Monsieur MEILLAUD.

19 Bois-Colombes Séance 11 décembre M. MEILLAUD.- Excusez-moi, non, je n ai pas d observation. M. le Maire.- Monsieur VOISIN. M. VOISIN.- Sous le n 1280, il est cité un terrain de la Z.A.C. des Bruyères. Est-ce qu il s agit bien d un terrain qui a été repris par l Aménageur? M. le Maire.- Oui. Note d information sans vote. Article Unique : Le Conseil Municipal prend connaissance du compte rendu des opérations réalisées ou refusées par Monsieur le Maire dans le cadre de l Exercice Renforcé du Droit de Préemption Urbain pour lequel le Conseil Municipal lui a donné délégation. URBANISME TRAVAUX - ENVIRONNEMENT : Rapporteur Monsieur JACOB, Conseiller Municipal Délégué. Municipal Délégué. Monsieur le Maire donne la parole à Monsieur JACOB, Conseiller TEC/2001/150 - Rapport Annuel du Maire sur le Prix et la Qualité du Service de l Eau - Année M. le Maire.- Y a-t-il des observations? Monsieur LEFEVRE. M. LEFEVRE.- Nous avons été très intéressés à prendre connaissance de ce rapport. D une façon générale, nous sommes soucieux de voir que le seuil maximum autorisé en matière de plomb sera de 10 microgrammes par litre en 2013, c est-à-dire que les normes seront plus élevées. Le bilan qui a été fait par ce Syndicat montre que les progrès en matière de changement des tuyaux en plomb de distribution se font à un rythme intéressant. Mais l eau reste encore relativement toxique à l arrivée aux robinets des particuliers, suite, semble-t-il, - et nous en avions discuté en Commission - à ce que de nombreux pavillons possèdent encore une distribution avec des tuyaux en plomb.

20 Bois-Colombes Séance 11 décembre En temps qu élu, même si on respecte grosso modo la réglementation et que le travail est fait correctement, d après les résultats nous sommes tout de même obligés de nous poser la question : que peut-on faire pour arriver plus vite à ces 10 microgrammes, non pas en 2013 mais en 2003, par exemple? Est-il envisageable de faire une pression sur le Syndicat, puisque certains membres ici nous y représentent? Pouvons-nous faire une information spontanée, au titre de la Commune, dans le Journal municipal, en incitant les gens à le faire, voire en trouvant d autres initiatives pour que les travaux privés se fassent également. Nous serions intéressés d avoir le bilan complet de ce qui reste de tuyaux à changer sur le domaine municipal. M. JACOB.- Le Syndicat a prévu de faire des travaux échelonnés jusqu en Ils ont un certain coût et si nous faisions ces travaux dans les deux ans, nous verrions rapidement arriver la facture. Dans le cas présent, les travaux vont être effectués sans aucune augmentation de la facture de l eau, à prix constant. M. LEFEVRE.- Le choix est le suivant : est-ce que nous continuons à nous intoxiquer progressivement, ou mettons-nous les moyens pour que cela aille plus vite? C est un choix de santé publique. M. JACOB.- C est un choix gouvernemental. Le texte de 2013 devrait même être une loi européenne. Ce n est pas la Commune qui peut remettre cela en cause. M. LEFEVRE.- Je parlais d actions complémentaires. M. JACOB.- Nous pouvons inciter les Bois-Colombiens à changer leurs tuyaux en plomb à l intérieur. Nous pouvons écrire un article à ce sujet dans le journal, ce ne serait pas plus mal. Lorsque j étais Président de l Office H.L.M., chaque fois que nous avons pu changer les tuyaux de plomb par des tuyaux de cuivre, nous l avons fait, mais cela ne pourra être que des choses particulières et individuelles et nous ne pourrons pas légiférer sur ce point. M. LEFEVRE.- Il y a une mesure assez simple. Il faut dire aux gens qu avant de consommer leur eau, ils doivent faire couler la première eau. Les gens ne le savent pas. Cela fait partie des choses simples. M. JACOB.- Tout à fait, nous pouvons le faire. M. LE LAUSQUE.- La Compagnie des Eaux avait envoyé un petit opuscule avec une facture pour préciser ce point. M. le Maire.- Monsieur VINCENT. M. VINCENT.- On peut faire un dossier à ce sujet dans le Journal. Il y a un complément que vous avez pu lire dans le P.L.H., c est le plan de lutte contre le saturnisme. Vous avez un rapport sur la définition d une zone à risque d une exposition au plomb sur le Département des Hauts-de-Seine. Celui-ci a été remis au Conseil Départemental d Hygiène. Il signale sur la Commune de Bois-Colombes un cas de plombémie infantile élevé, supérieur à 100 microgrammes par litre, sur trois enfants, et dépistés entre mai 1992 et octobre Nous sommes dans des zones nettement à risque.

SEANCE PUBLIQUE DU 15 OCTOBRE 2002

SEANCE PUBLIQUE DU 15 OCTOBRE 2002 SEANCE PUBLIQUE DU 15 OCTOBRE 2002 Le Conseil Municipal s'est réuni en séance publique, à la Mairie, le 15 octobre 2002, à 20 heures, sous la présidence de Monsieur Yves REVILLON, Maire, suite aux convocations

Plus en détail

Petit éclairage sur la loi Duflot et les nouvelles mesures annoncées. Allègement de la fiscalité sur la plus-value lors de la vente d un terrain :

Petit éclairage sur la loi Duflot et les nouvelles mesures annoncées. Allègement de la fiscalité sur la plus-value lors de la vente d un terrain : Petit éclairage sur la loi Duflot et les nouvelles mesures annoncées Allègement de la fiscalité sur la plus-value lors de la vente d un terrain : Cela pourra avoir l effet inverse que celui escompté car

Plus en détail

ordre du jour ci-après :

ordre du jour ci-après : COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL du 28 MARS 2013 Séance ordinaire du 28 mars 2013 à 18 heures Sous la Présidence de Monsieur SCHWEIZER Christian, Maire Présents : MM. SCHWEIZER, LEONARD, HENRY, STIBLING,

Plus en détail

2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire

2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire 2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire ( Direction Régulation Urbaine) (BMO du 22/08/2005, p. 1395) Rapporteur : M. TETE Etienne

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR :

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Préambule du rapport n 12 Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Ce rapport vous propose d autoriser la signature d une convention de groupement de commandes entre CHAMBERY METROPOLE et la Ville de CHAMBERY afin

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Josy REIFFERS

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Josy REIFFERS Séance du lundi 16 juin 2008 DELEGATION DE M. Josy REIFFERS 305 Séance du lundi 16 juin 2008 D -20080318 Convention de partenariat entre la Ville de Bordeaux et l association Maison de l Emploi de Bordeaux.

Plus en détail

Procès-verbal du Conseil d administration. Domaine Bel-Air. Le jeudi 17 juillet 2014

Procès-verbal du Conseil d administration. Domaine Bel-Air. Le jeudi 17 juillet 2014 Procès-verbal du Conseil d administration Domaine Bel-Air Le jeudi 17 juillet 2014 Rédigé par Mélanie Turgeon le 17 juillet 2014 Étaient présents : Mesdames Holly Fortier Mélanie Turgeon Messieurs Daniel

Plus en détail

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence.

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence. Notes pour une déclaration de M. Marc Gascon, maire de la Ville de Saint-Jérôme et président de l Union des municipalités du Québec, concernant les questions d éthique et d intégrité Jeudi 11 novembre

Plus en détail

M. DESCHAMPS Yvon, rapporteur : Avis favorable de la Commission, Monsieur le Maire.

M. DESCHAMPS Yvon, rapporteur : Avis favorable de la Commission, Monsieur le Maire. 2004/3431 - Garantie sollicitée à 50 % par le Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc dans le cadre du réaménagement de sa dette pour un montant total de 62.929.277,36 et pour trois emprunts complémentaires

Plus en détail

ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 NOVEMBRE 2014 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni Rue Dimitrov

ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 NOVEMBRE 2014 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni Rue Dimitrov Direction Travaux des assemblées/affaires juridiques Service Travaux des assemblées/courrier MDT/CM ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 NOVEMBRE 2014 20h30 salle des séances 12 rue Louis Talamoni

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 MARS 2010 APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 4 MARS 2010.

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 MARS 2010 APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 4 MARS 2010. COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 MARS 2010 Le Conseil Municipal s est réuni à la Mairie le mercredi 24 mars deux mil dix sous la présidence de Monsieur Gilles SALAÜN, Maire. Présents

Plus en détail

N 17 DEMANDE D'AIDE A L'INVESTISSEMENT A LA C.A.F. DE LA SAVOIE POUR 4 EQUIPEMENTS DE LA PETITE ENFANCE. Rapport de Françoise DORNIER

N 17 DEMANDE D'AIDE A L'INVESTISSEMENT A LA C.A.F. DE LA SAVOIE POUR 4 EQUIPEMENTS DE LA PETITE ENFANCE. Rapport de Françoise DORNIER N 17 DEMANDE D'AIDE A L'INVESTISSEMENT A LA C.A.F. DE LA SAVOIE POUR 4 EQUIPEMENTS DE LA PETITE Rapport de Françoise DORNIER Les établissements d accueil de la petite enfance accueillent en 2009, 700 enfants

Plus en détail

MES-IMMOBILIERS.COM Gérer votre copropriété en toute liberté!

MES-IMMOBILIERS.COM Gérer votre copropriété en toute liberté! MES-IMMOBILIERS.COM Gérer votre copropriété en toute liberté! Version «copropriétaires gérants» Vous avez choisi de gérer vos biens immobiliers avec MES-IMMOBILIERS.COM et nous vous remercions de votre

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

COMPTE RENDU du Conseil Municipal d ABZAC du 13 octobre 2014

COMPTE RENDU du Conseil Municipal d ABZAC du 13 octobre 2014 COMPTE RENDU du Conseil Municipal d ABZAC du 13 octobre 2014 Présents : M. d ANGLADE / M. RABANIER / M. DION / M. BARATTINI / Mme PEREZ- ZIJLMANS /M. OUDENOT / Mme DUVAL / Mme DORET / M. ROUSSEAU / M.

Plus en détail

CONVOCATION AU CONSEIL MUNICIPAL

CONVOCATION AU CONSEIL MUNICIPAL CONVOCATION AU CONSEIL MUNICIPAL Le Conseil Municipal se réunira à la Mairie : le Jeudi 18 décembre 2014 à 20H30 Je vous remercie de bien vouloir assister à cette séance, et vous prie d agréer l expression

Plus en détail

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT

Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT Jeudi 2 juillet 2015 Inauguration de l Espace Information Logement d ACM HABITAT ACM HABITAT fait évoluer ses services afin d organiser de façon optimale l information et l accueil des demandeurs conformément

Plus en détail

COMPTE RENDU DES DELIBERES DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 28 mars 2014.

COMPTE RENDU DES DELIBERES DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 28 mars 2014. DEPARTEMENT DE L ESSONNE REPUBLIQUE FRANCAISE Mairie de Leudeville COMPTE RENDU DES DELIBERES DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 28 mars 2014. L an deux mil quatorze, le vingt-huit mars à vingt heures trente

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 15 DECEMBRE 2005

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 15 DECEMBRE 2005 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 15 DECEMBRE 2005 L an deux mille cinq, le jeudi 15 décembre à 20 heures 30, le Conseil Municipal, convoqué le 9 décembre, s est réuni en ses lieux habituels

Plus en détail

LA GESTION DU TEMPS J-M R. D-BTP

LA GESTION DU TEMPS J-M R. D-BTP LA GESTION DU TEMPS J-M R. D-BTP 2006 1 Décomposition du temps Gestion de son temps Priorité dans l organisation Application Méthode NERAC 2 Décomposition du temps Notre temps se décompose par notre rythme

Plus en détail

Conditions d éligibilité pour l accession à la propriété d un logement du programme accession abordable

Conditions d éligibilité pour l accession à la propriété d un logement du programme accession abordable Conditions d éligibilité pour l accession à la propriété d un logement du programme accession abordable L acquéreur dispose de ressources ne dépassant pas les plafonds de ressources retenus pour bénéficier

Plus en détail

Préavis municipal concernant la rémunération de la Municipalité, en réponse à la proposition de décision présentée par le conseiller Raymond Durussel

Préavis municipal concernant la rémunération de la Municipalité, en réponse à la proposition de décision présentée par le conseiller Raymond Durussel 1 Préavis municipal concernant la rémunération de la Municipalité, en réponse à la proposition de décision présentée par le conseiller Raymond Durussel N 33/12 août 2009 AU CONSEIL COMMUNAL DE BALLAIUGES

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 07 DECEMBRE 2006

PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 07 DECEMBRE 2006 PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 07 DECEMBRE 2006 Le Bureau de la Communauté d Agglomération du Haut Val-de-Marne, légalement convoqué le 1 er décembre 2006 s est

Plus en détail

SEANCE DU 26 MARS 2009

SEANCE DU 26 MARS 2009 SEANCE DU 26 MARS 2009 Le vingt six mars deux mil neuf, à dix huit heures trente minutes, les Membres du Conseil Municipal, légalement convoqués se sont réunis en séance publique à la Mairie sous la présidence

Plus en détail

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi anapec Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Des compétences pour l emploi des emplois pour les

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

L immobilier vu par différentes générations de Français

L immobilier vu par différentes générations de Français L immobilier vu par différentes générations de Français Septembre 2011 Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage effectué pour : I&E Consultants & ORPI Échantillon : 1000 personnes, constituant un

Plus en détail

PROCES VERBAL DE SEANCE CONSEIL MUNICIPAL DU 14 AVRIL 2015

PROCES VERBAL DE SEANCE CONSEIL MUNICIPAL DU 14 AVRIL 2015 République Française Département du Gard Commune de CORBES PROCES VERBAL DE SEANCE CONSEIL MUNICIPAL DU 14 AVRIL 2015 L an deux mille quinze le quatorze avril, le conseil municipal dument convoqué s est

Plus en détail

COMMUNE DE LADINHAC I. APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 27 FEVRIER 2015

COMMUNE DE LADINHAC I. APPROBATION DU COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU 27 FEVRIER 2015 COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 1 er AVRIL 2015 Le conseil municipal de LADINHAC s est réuni le mercredi 1 er Avril 2015 à 20H30 à la mairie de LADINHAC sur la convocation de Monsieur Clément ROUET,

Plus en détail

Compte-rendu de séance du Conseil municipal du mercredi 16 mai 2012

Compte-rendu de séance du Conseil municipal du mercredi 16 mai 2012 Compte-rendu de séance du Conseil municipal du mercredi 16 mai 2012 Le Conseil municipal, régulièrement convoqué, s est réuni en Mairie en séance publique, mercredi 16 mai 2012 à 21h sous la présidence

Plus en détail

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 29 juillet 2014

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 29 juillet 2014 REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 29 juillet 2014 L'an deux mil quatorze, le vingt-neuf juillet à 20 heures 30 minutes, Le conseil municipal de la Commune de Dolmayrac, dûment convoqué, s'est réuni

Plus en détail

Compte rendu de la réunion. de la Sous-Commission Restauration du 31 octobre 2013

Compte rendu de la réunion. de la Sous-Commission Restauration du 31 octobre 2013 COMITÉ D ÉTABLISSEMENT DES CHEMINOTS DE LA RÉGION LORRAINE 5 rue Victor Jacob 57000 METZ Tél. : 03 87 50 66 18 / 77 29 14 2 rue du Lavoir St Jean 54000 NANCY Tél. : 03 83 90 89 90 / 73 00 15 Compte rendu

Plus en détail

COMMUNE DE MOLLAU PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 28 juin 2012 ----------------------------------------------

COMMUNE DE MOLLAU PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 28 juin 2012 ---------------------------------------------- COMMUNE DE MOLLAU PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du 28 juin 2012 ---------------------------------------------- Sous la présidence de M. NICKLER Raymond, Maire Nombre de Conseillers

Plus en détail

École secondaire de la Cité. Conseil d établissement 2013-2014

École secondaire de la Cité. Conseil d établissement 2013-2014 CE 12/13 17/12/13 2. École secondaire de la Cité Conseil d établissement 2013-2014 CÉ-12-13-PV-03 PROCÈS-VERBAL de la réunion du Conseil d établissement de l école secondaire de la Cité tenue le 17 décembre

Plus en détail

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Une mère, parlant à ses enfants : Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Vous savez que papa ne se sent pas très bien et qu il a des problèmes depuis un certain temps. Eh bien, le docteur nous a dit

Plus en détail

DELEGATION DE Madame Chantal BOURRAGUE

DELEGATION DE Madame Chantal BOURRAGUE DELEGATION DE Madame Chantal BOURRAGUE 690 Séance du lundi 29 avril 2013 D-2013/248 Reprise partielle des activités du Crédit municipal de Dijon par les caisses de Crédit municipal de Bordeaux et Lyon.

Plus en détail

DEPARTEMENT DU BAS-RHIN ARRONDISSEMENT DE MOLSHEIM COMMUNE DE WISCHES

DEPARTEMENT DU BAS-RHIN ARRONDISSEMENT DE MOLSHEIM COMMUNE DE WISCHES DEPARTEMENT DU BAS-RHIN ARRONDISSEMENT DE MOLSHEIM COMMUNE DE WISCHES Conseillers élus : 19 Conseillers en fonction : 19 Conseillers présents : 17 Date de convocation : 6 février 2015 Extrait du procès-verbal

Plus en détail

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions Je veux entrer au Conseil Syndical Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12 82 Fax : 01 40 30 12

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE NORD PAS-DE-CALAIS, PICARDIE Commune de Nédonchel. Budget primitif 2012 non voté

REPUBLIQUE FRANCAISE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE NORD PAS-DE-CALAIS, PICARDIE Commune de Nédonchel. Budget primitif 2012 non voté REPUBLIQUE FRANCAISE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE NORD PAS-DE-CALAIS, PICARDIE Commune de Nédonchel 2 ème Section Département du Pas-de-Calais Budget primitif 2012 non voté N 2012-0097 Article L. 1612-2

Plus en détail

Délibération n 2013.9.1 Objet : répartition des sièges au sein de la Communauté de Communes d Auzances Bellegarde. PROCES VERBAL DU 14 DECEMBRE 2013

Délibération n 2013.9.1 Objet : répartition des sièges au sein de la Communauté de Communes d Auzances Bellegarde. PROCES VERBAL DU 14 DECEMBRE 2013 PROCES VERBAL DU 14 DECEMBRE 2013 Le Conseil Municipal de la Commune de SANNAT est convoqué en session ordinaire à la Mairie, pour le quatorze décembre deux mil treize à 20 heures 30. OBJET : Répartition

Plus en détail

InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et

InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et 1 InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et reconnus, InvestirLoiPinel.fr vous met en relation avec

Plus en détail

2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature.

2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature. Direction des Finances Direction de l Urbanisme 2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature. PROJET DE DÉLIBÉRATION

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

Le Statut Auto-Entrepreneur

Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur en 10 points http://www.declaration-auto-entrepreneur.com L auto-entrepreneur est caractérisé par différents points clés. Lorsque l ont décide de

Plus en détail

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES Mairie de DARNETS Corrèze SEPTEMBRE 2002 19300 Darnets Tél. : 05.55.93.09.91 Fax. : 05.55.93.13.06 Email : mairiededarnets@wanadoo.fr A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Compte rendu du Conseil Municipal du 26 juin 2008

Compte rendu du Conseil Municipal du 26 juin 2008 Compte rendu du Conseil Municipal du 26 juin 2008 Présents : Mesdames et Messieurs les Conseillers Municipaux en exercice, à l exception de Monsieur Etienne EFFA, absent. Secrétaire de séance : Monsieur

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ;

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 8 juillet 2008 AVIS n 08.CB.08 COMMUNE d ARGILLY Budget principal, budget annexe de la section d ANTILLY (Département de la Côte-d'Or) BUDGET PRIMITIF

Plus en détail

Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011

Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011 Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011 Etaient présents : Mme Alexandre, Mr Carlotti, Mr Champagnat, Mr Guinaudeau, Mme Janssen, Mr Joubert, Mme Pascal-Baujoin, Mme Picault, Mr Pidancier,

Plus en détail

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL 19 avril 2011

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL 19 avril 2011 REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL 19 avril 2011 L an deux mil onze, le 19 avril à 19 h 00, le Conseil Municipal s est réuni au lieu ordinaire de ses séances sous la présidence de Monsieur Bernard DE REU, Maire

Plus en détail

REUNION DU MERCREDI 26 SEPTEMBRE 2012

REUNION DU MERCREDI 26 SEPTEMBRE 2012 REUNION DU MERCREDI 26 SEPTEMBRE 2012 L an deux mil douze, le dix neuf septembre, convocation du Conseil Municipal adressée individuellement à chaque conseiller pour une réunion ordinaire qui aura lieu

Plus en détail

Hélène Moeneclaey à Lompret, une vraie assurance pour un premier mandat

Hélène Moeneclaey à Lompret, une vraie assurance pour un premier mandat Hélène Moeneclaey à Lompret, une vraie assurance pour un premier mandat Publié le 08/11/2014 PAR JEAN-CHARLES GATINEAU PHOTOS PIB Elle fait partie des rares nouveaux maires du secteur. Alors, forcément,

Plus en détail

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions Je veux entrer au Conseil Syndical Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12 82 Fax : 01 40 30 12

Plus en détail

Le Centre d excellence Sports Rousseau : une bonne affaire pour les Blainvillois! Présentation du maire 13 novembre 2012

Le Centre d excellence Sports Rousseau : une bonne affaire pour les Blainvillois! Présentation du maire 13 novembre 2012 Présentation du maire 13 novembre 2012 Mot du maire Le 23 octobre, nous adoptions les résolutions relatives à l entente de principe survenue entre les villes de Boisbriand et de Blainville, concernant

Plus en détail

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Jean Charles BRON

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Jean Charles BRON DELEGATION DE M. Jean Charles BRON 338 D -20080325 Soutien au développement du commerce, de l artisanat et des services de la Ville de Bordeaux. Action de promotion et de prospection d enseignes présentée

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 05 DECEMBRE 2013

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 05 DECEMBRE 2013 COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 05 DECEMBRE 2013 L an deux mille treize, le cinq décembre à vingt heures, le Conseil municipal de la commune de Saint Pierre Quiberon (Morbihan) dûment convoqué, s

Plus en détail

La rénovation énergétique des bâtiments : les enjeux pour les entreprises et artisans du bâtiment. Intervenants:

La rénovation énergétique des bâtiments : les enjeux pour les entreprises et artisans du bâtiment. Intervenants: La rénovation énergétique des bâtiments : les enjeux pour les entreprises et artisans du bâtiment Débats animés par Denis Cheissoux, journaliste animateur de l émission CO 2 mon amour sur France Inter

Plus en détail

Compte-rendu de réunion publique Assainissement collectif

Compte-rendu de réunion publique Assainissement collectif Compte-rendu de réunion publique Assainissement collectif Présents : Messieurs et Mesdames Vion, Vivien et Brenas Madame Davoust, Gouin, Lepineau, Bourgault, Roselyne Messieurs Bamas, Bleuse, Bourdon,

Plus en détail

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE FIN DE L ASSURANCE MALADIE PRIVEE POUR LES FRONTALIERS : Quelques explications Ce document, édité par le Groupement transfrontalier européen, a pour but de réunir toutes les informations que nous possédons

Plus en détail

Compte-rendu du conseil municipal du 14 décembre 2015

Compte-rendu du conseil municipal du 14 décembre 2015 Compte-rendu du conseil municipal du 14 décembre 2015 Ce compte rendu sommaire vous permet de connaître l'ensemble des décisions prises par le Conseil Municipal d Assieu. Approbation du procès-verbal de

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 3 MAI 2010

COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 3 MAI 2010 COMPTE RENDU DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 3 MAI 2010 L ordre du jour de la séance du Conseil Municipal du 3 MAI 2010 a été transmis aux conseillers municipaux le 26 avril 2010, publié et affiché

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICPAL SEANCE DU 11 SEPTEMBRE 2014

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICPAL SEANCE DU 11 SEPTEMBRE 2014 40/2014 EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICPAL SEANCE DU 11 SEPTEMBRE 2014 Présents Mesdames DUREN, et TOUJAS, Messieurs BIROU, CHAMBORD, ESCOFET, GRACY, HAGET, LADEBESE, MERCEUR, PEREIRA

Plus en détail

T a r. i f s. N o u v e a u x. i c i p a u x

T a r. i f s. N o u v e a u x. i c i p a u x N o u v e a u x T a r i f s M u n i c i p a u x E D I T O municipaux liés à l enfance et à la jeunesse. Le Conseil municipal a décidé d harmoniser les tarifs des services Le nouveau dispositif, applicable

Plus en détail

COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DE SAINT-BERNARD du 23 MARS 2015 à 19h30 VALANT PROCES-VERBAL

COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DE SAINT-BERNARD du 23 MARS 2015 à 19h30 VALANT PROCES-VERBAL COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DE SAINT-BERNARD du 23 MARS 2015 à 19h30 VALANT PROCES-VERBAL Etaient présents : M. Bernard REY, Maire. MMES Sandrine MAZZOTTI, Katia PERRET M. Jean BARTHOMEUF, M. Francis

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007. COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 CONCLUSION DU CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE DE DRAP DEPARTEMENT DES ALPES MARITIMES (Arrondissement de NICE) REPUBLIQUE FRANCAISE MAIRIE DE DRAP SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2007 COMPTE-RENDU DE LA SEANCE du 8 février 2007 Lecture est donnée du

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du vendredi 31 janvier 2014

Séance du Conseil Municipal du vendredi 31 janvier 2014 Séance du Conseil Municipal du vendredi 31 janvier 2014 L an deux mille quatorze et le vendredi trente et un janvier à vingt et une heures, le Conseil Municipal de la commune de Martel s est réuni sous

Plus en détail

Ville de Cerny Essonne

Ville de Cerny Essonne Ville de Cerny Essonne Procès-verbal du Conseil Municipal Séance du 23 mars 2006 L an deux mille six le 23 mars à 20 h 30, le Conseil Municipal, légalement convoqué, s est réuni au lieu ordinaire de ses

Plus en détail

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 Objet : Demande de subvention Chaufferie bois Conseil Régional du Limousin FEDER DETR Le Maire expose au Conseil Municipal qu'il

Plus en détail

3- DECISION MODIFICATIVE N 4 DU BUDGET PRINCIPAL 2014 (délibération n 2015-02)

3- DECISION MODIFICATIVE N 4 DU BUDGET PRINCIPAL 2014 (délibération n 2015-02) RÉUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE PÉAULT Compte- rendu du 20 janvier 2015 Date de la convocation : 15 janvier 2015. PRÉSENTS : Mme Lisiane Moreau, M. Gérard Commarieu, Mme Roselyne Le Du, MM. Thibaud Renaudeau,

Plus en détail

COMPTE RENDU SOMMAIRE DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL EN DATE DU 21 NOVEMBRE 2011

COMPTE RENDU SOMMAIRE DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL EN DATE DU 21 NOVEMBRE 2011 COMPTE RENDU SOMMAIRE DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL EN DATE DU 21 NOVEMBRE 2011 Après accueil par Monsieur le Maire de l ensemble des personnes présentes, Nadine KONDRATOW est désignée secrétaire

Plus en détail

Vente de la parcelle communale n 288

Vente de la parcelle communale n 288 Municipalité Direction administration générale, Préavis No 6-2008 Vente de la parcelle communale n 288 Chemin des Osches Chemin des Prouges 9 avril 2008 Table des matières 1. Objet du préavis... 1 2. Préambule...

Plus en détail

CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE

CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE N 446 CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE SESSION ORDINAIRE DE 1957-1958 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 mai 1958. PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à inviter le Gouvernement à déposer un projet de loi

Plus en détail

Conseil Municipal du 29 novembre 2011 DÉLIBÉRATIONS

Conseil Municipal du 29 novembre 2011 DÉLIBÉRATIONS Conseil Municipal du 29 novembre 2011 DÉLIBÉRATIONS N d'ordre Objet 1 Travaux appartement au 1 er étage de la Mairie Remplacement chauffe eau salle de bain 2 Conseil Général des Yvelines Programme triennal

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 6056. Comptabilité - Exercice 1994 - Transferts de crédits

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 6056. Comptabilité - Exercice 1994 - Transferts de crédits BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 6056 Comptabilité - Exercice 1994 - Transferts de crédits M. LE MAIRE, Rapporteur : Il est demandé au Conseil Municipal d autoriser les s à intervenir en dépenses

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

DECISIONS MODIFICATIVES AU BUDGET 2014

DECISIONS MODIFICATIVES AU BUDGET 2014 COMMUNE DE FOURNEVILLE SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 Juin 2014 L an deux mille quatorze, le 20 Juin 2014 à 20 H 30, le Conseil Municipal de FOURNEVILLE, régulièrement convoqué, s est réuni sous la

Plus en détail

Conseil Municipal du 19 mai 2015

Conseil Municipal du 19 mai 2015 Conseil Municipal du 19 mai 2015 Le dix-neuf mai deux mille quinze, à dix-huit heures trente, le conseil municipal, légalement convoqué, s est réuni à la mairie de Roncherolles- sur- le-vivier, sous la

Plus en détail

Parlement de la Communauté française

Parlement de la Communauté française Parlement de la Communauté française Question orale de Caroline Désir, Députée, à Jean-Marc Nollet, Ministre de la petite enfance sur «L'explosion démographique bruxelloise et l'accueil de la petite enfance»

Plus en détail

Intervention de Mme Christine BOUTIN. Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès au logement»

Intervention de Mme Christine BOUTIN. Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès au logement» Intervention de Mme Christine BOUTIN Ministre du Logement et de la Ville Conférence de presse jeudi 10 juillet 2008, 14h00 Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès

Plus en détail

MAIRIE D AIGNAN PROCES VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du lundi 17 novembre 2014 à 21 Heures.

MAIRIE D AIGNAN PROCES VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du lundi 17 novembre 2014 à 21 Heures. MAIRIE D AIGNAN PROCES VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL du lundi 17 novembre 2014 à 21 Heures. L'an deux mille quatorze, le lundi 17 novembre à 21 heures, le Conseil Municipal dûment convoqué,

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS. Du CONSEIL MUNICIPAL de la COMMUNE DE ST GENIES DE MALGOIRES. Séance du 25 novembre 2010 A 19 heures

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS. Du CONSEIL MUNICIPAL de la COMMUNE DE ST GENIES DE MALGOIRES. Séance du 25 novembre 2010 A 19 heures EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS Du CONSEIL MUNICIPAL de la COMMUNE DE ST GENIES DE MALGOIRES Séance du 25 novembre 2010 A 19 heures Le vingt cinq novembre deux mille dix à dix neuf heures, le Conseil

Plus en détail

Compte rendu du Conseil Municipal du 9 décembre 2009

Compte rendu du Conseil Municipal du 9 décembre 2009 MAIRIE DE BOURDEILLES Dordogne 24310 BOURDEILLES Tél. 05 53 03 73 13 Fax. 05 53 54 56 27 Compte rendu du Conseil Municipal du 9 décembre 2009 Etaient présents : MM. CHABREYROU O, DESPORT G, Mmes BLARDAT

Plus en détail

DELEGATION DE Monsieur Jean-Charles BRON

DELEGATION DE Monsieur Jean-Charles BRON DELEGATION DE Monsieur Jean-Charles BRON 1419 Séance du lundi 16 décembre 2013 D-2013/758 Marché des Capucins. Actualisation des tarifs des droits de place du Marché et du parc stationnement des Capucins.

Plus en détail

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent Bilan du sondage pour les trousses de l Avent PRÉPARATOIRE 1. Très satisfaisant (1) Satisfaisant (2) Amélioration 1a 9 3 0 1b 7 5 0 1c 7 5 0 1d 9 2 0 - Bravo! Une excellente trousse pour Maternelle-Jardin.

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL EN DATE DU VENDREDI 28 NOVEMBRE 2008 DATE DE CONVOCATION : 21 novembre 2008 DATE D AFFICHAGE : 21 novembre 2008 CONSEILLERS EN EXERCICE : 19 PRESENTS : 17 POUVOIRS : 2

Plus en détail

CONVENTIONS DE GROUPEMENTS DE COMMANDES

CONVENTIONS DE GROUPEMENTS DE COMMANDES DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES Délibération n 2010.01 Vu le Code Général des Collectivités Territoriales et notamment l'article L. 2312-1 faisant obligation aux communes de 3.500 habitants et plus de

Plus en détail

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire BTS CI 2 ème année CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger Sommaire 1 Introduction I/ Plan de marchéage A. Services B. Prix C. Distribution D. Communication

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE -------- Vendredi 30 Novembre 2012

PROCÈS-VERBAL DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE -------- Vendredi 30 Novembre 2012 PROCÈS-VERBAL DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE -------- Vendredi 30 Novembre 2012 Le vendredi 30 novembre de l an 2012 à 15h30, l Assemblée Générale Ordinaire de notre syndicat s est réunie à la Maison

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR RESTAURANT SCOLAIRE DE CORDON

REGLEMENT INTERIEUR RESTAURANT SCOLAIRE DE CORDON Pour toutes correspondances, Merci de nous contacter par mail cantine.cordon@orange.fr REGLEMENT INTERIEUR RESTAURANT SCOLAIRE DE CORDON Le restaurant scolaire de Cordon n est pas communal. Il est géré

Plus en détail

Compte rendu du Conseil municipal de Gourin Mardi 10 mars 2015

Compte rendu du Conseil municipal de Gourin Mardi 10 mars 2015 Compte rendu du Conseil municipal de Gourin Mardi 10 mars 2015 8 bordereaux étaient à l ordre du jour 1) Comptes administratifs 2014 M. Menguy (secrétaire général de la mairie) a présenté les comptes administratifs

Plus en détail

Sous la présidence de M. Roland SALLERIN, Maire. Secrétaire de séance : Monsieur Alain BISVAL.

Sous la présidence de M. Roland SALLERIN, Maire. Secrétaire de séance : Monsieur Alain BISVAL. RÉPUBLIQUE FRANCAISE DÉPARTEMENT DE LA MOSELLE COMMUNE de SAINT-HUBERT PROCÈS-VERBAL DE LA SÉANCE DU 12 AVRIL 2013 L an deux mil treize, le douze avril à vingt heures, les membres du Conseil Municipal

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2012-1513. 5 - SEM Micropolis - Rapport des administrateurs au Conseil Municipal - Année 2011

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2012-1513. 5 - SEM Micropolis - Rapport des administrateurs au Conseil Municipal - Année 2011 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2012-1513 5 - SEM Micropolis - Rapport des administrateurs au Conseil Municipal - Année 2011 M. FOUSSERET, Maire, Rapporteur : L article L 1524.5 (7 ème alinéa)

Plus en détail

EXTRAIT DU COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 Juillet 2015. Nombre de Conseillers : en exercice : 19 présents : 14 Votants : 19

EXTRAIT DU COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 Juillet 2015. Nombre de Conseillers : en exercice : 19 présents : 14 Votants : 19 EXTRAIT DU COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 24 Juillet 2015 Nombre de Conseillers : en exercice : 19 présents : 14 Votants : 19 1. Création d un poste d agent polyvalent des services espaces verts

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL ÉTAIENT PRÉSENTS : IL Y A QUORUM ÉTAIENT ÉGALEMENT PRÉSENTS : ABSENCE : Conseil de quartier Notre-Dame-des-Laurentides

PROCÈS-VERBAL ÉTAIENT PRÉSENTS : IL Y A QUORUM ÉTAIENT ÉGALEMENT PRÉSENTS : ABSENCE : Conseil de quartier Notre-Dame-des-Laurentides ÉTAIENT PRÉSENTS : PROCÈS-VERBAL Procès-verbal de la deuxième séance du conseil de quartier Notre-Dame-des-Laurentides, mercredi 2 février 2011, au chalet Notre-Dame-des-Laurentides, 55, rue Moïse-Verret.

Plus en détail

Source : Le Sénat, Documentation Déxia Crédit Local

Source : Le Sénat, Documentation Déxia Crédit Local Source : Le Sénat, Documentation Déxia Crédit Local Sur quoi se base-t-on pour calculer ma taxe d habitation? Quel que soit l impôt considéré, taxe d habitation et taxe foncière sur les propriétés bâties

Plus en détail