La monnaie, les banques et les taux d intérêt

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La monnaie, les banques et les taux d intérêt"

Transcription

1 Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires financiers Décrire les innovations dans le secteur financier au cours des années 80 et 90 Expliquer comment les banques créent la monnaie 2 Objectifs (suite) Expliquer les déterminants de la demande de monnaie Expliquer comment les taux d intérêt sont déterminés Expliquer comment les taux d intérêt affectent les dépenses planifiées 3

2 Objectif: Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions La monnaie est toute marchandise durable qui est généralement acceptée comme moyen de paiement dans une économie. 4 Qu est-ce que la monnaie? Un moyen de paiement est un mécanisme qui permet de régler une dette. Les trois autres fonctions ou rôles de la monnaie consistent en: Instrument d échange Unité de compte Réservoir de valeur 5 L instrument d échange Un instrument d échange est tout ce qui est généralement accepté en contrepartie de biens et de services. Dans un monde sans monnaie, les gens seraient contraints d échanger directement des biens contre d autres biens; processus connu sous le nom de troc. 6

3 L unité de compte Une unité de compte est une mesure reconnue pour évaluer les prix des biens et des services. Une unité de compte facilite les comparaisons des valeurs et le calcul des coûts d opportunité car tous les prix sont exprimés d après une mesure uniforme. 7 La fonction d unité de compte de monnaie simplifie les comparaisons entre les prix Prix en Prix en unités Bien unités monétaires d autres biens Cinéma 6,00 $ l entrée 2 cartons de six cola Cola 3,00 $ par carton 2 cornets de crème de six glacée Crème glacée 1,50 $ le cornet 3 paquets de bonbons Bonbons 0,50 $ le paquet 2 tasses de café Café 0,25 $ la tasse 1 appel téléphonique local 8 Le réservoir de valeur Un réservoir de valeur est toute marchandise qui peut être conservée dans le but d être échangée ultérieurement contre des biens et des services. Plus une marchandise a une valeur stable, plus elle est apte à jouer le rôle de réservoir de valeur, et plus elle est est utile comme monnaie. En période d inflation, la valeur de la monnaie diminue. 9

4 La masse monétaire actuelle du Canada Aujourd hui, au Canada, la masse monétaire se compose: du numéraire (de billet) des dépôts dans les banques et les institutions financières 10 La masse monétaire actuelle du Canada Le numéraire est l ensemble des billets de banque et des pièces métalliques actuellement en circulation. Le numéraire est de la monnaie car le gouvernement en a décidé ainsi. Par ailleurs, sur chaque billet de la Banque du Canada se trouve la mention : CE BILLET A COURS LÉGAL THIS NOTE IS LEGAL TENDER. Les dépôts sont de la monnaie car ils peuvent être convertis en numéraire et peuvent servir à acquitter les dettes. 11 La masse monétaire actuelle du Canada Les dépôts sont de la monnaie, les chèques n en sont pas : un chèque n est rien d autre qu une autorisation écrite donnée à une banque pour qu elle transfère de la monnaie déposée dans un compte, vers un autre compte. Les cartes de débit ne sont pas de la monnaie. Une carte de débit s utilise essentiellement comme un chèque. Les cartes de crédit ne sont pas de la monnaie. Elles ne sont pas non plus un moyen de paiement mais servent plutôt de pièces d identité pour emprunter une somme d argent au moment d un achat (donc pour des emprunts instantanés ) 12

5 Les mesures officielles de la monnaie Il n existe pas de mesure unique de la monnaie. Actuellement au Canada, les deux principales mesures sont M1 et M2+. M1correspond au numéraire hors banques plus les dépôts à vue (ou à demande) détenus par les particuliers et les entreprises dans les banques à charte. M1 ne comprend pas le numéraire détenu par les banques, ni le numéraire et les dépôts bancaires du gouvernement du Canada. 13 La masse monétaire actuelle au Canada M2+ comprend M1 plus les dépôts d épargne personnelle et les dépôts à préavis autres que ceux des particuliers détenus dans les banques à charte plus tous les autres types de dépôts dans les sociétés de fiducie (les trust ) ou de prêts hypothécaires, les caisses d économie (les credit unions ), les caisses populaires ou autres institutions financières. 14 Deux mesures de la masse monétaire 15

6 M1 et M2+ sont-elles réellement de la monnaie? Pour savoir si un actif est de la monnaie, il faut déterminer s il sert ou non de moyen de paiement. Le numéraire correspond assez bien à cette définition. Le dépôt à vue est de la monnaie transférable d une personne à une autre par chèque. Donc M1 est de la monnaie. 16 M1 et M2+ sont-elles réellement de la monnaie? Certains dépôts d épargne peuvent servir de moyens de paiement. D autres dépôts ne sont pas des moyens de paiement mais constituent des actifs liquides. La liquidité est la propriété qui résume le degré avec laquelle un élément d actif peut être converti instantanément en moyen de paiement sans perte importante de valeur. Le fonctionnement des actifs liquides est semblable à celui de M1, cependant ils ne constituent pas des moyens de paiement. 17 Objectif: Expliquer les fonctions économiques des banques et des autres intermédiaires financiers Un intermédiaire financier est une entreprise dont l activité principale consiste à utiliser les dépôts des ménages et des entreprises pour octroyer des prêts à d autres ménages ou entreprises. 18

7 Les intermédiaires financiers Il en existe trois principaux types: Les banques à charte Les caisses d économie et les caisses populaires Les sociétés de fiducie et de prêt hypothécaire 19 Les banques à charte Une banque à charte est une entreprise privée ayant obtenu, en vertu de la Loi sur les banques de 1992, une charte qui l autorise à recevoir des dépôts et à accorder des prêts. En 1998, onze banque s canadiennes et quarante-trois banques étrangères avaient l autorisation d exercer leurs activités au Canada. La totalité des dépôts auprès des banques à charte était de 500 milliards de dollars. 20 Les banques à charte Le bilan d une banque (ou d une entreprise) dresse la liste des éléments d actif, et de passif et indique la valeur nette comptable. L actif représente ce que la banque possède. Le passif représente ce que la banque doit. La valeur nette comptable correspond à la différence entre l actif et le passif c est la valeur que la banque représente pour ses actionnaires. Passif + Valeur nette comptable = Actif 21

8 Profits et prudence : une question d équilibre Les banques visent à optimiser leur valeur nette comptable, c.-à-d. leur valeur pour les actionnaires. Le taux d intérêt pour les prêts qu elles octroient est supérieur à celui qu elles paient sur les dépôts. Mais prêter comporte des risques : plus une banque immobilise ses dépôts dans des prêts à haut risque et à taux d intérêt élevé, plus elle aura de la difficulté à rembourser les déposants. Les banques se doivent donc d être prudentes si elles veulent attirer et retenir les dépôts. 22 Les réserves et les prêts Pour garantir la sécurité à leurs déposants, les banques divisent leurs fonds en deux catégories : les réserves et les prêts. Les réserves d une banque représentent la somme du numéraire qu elle détient dans son coffre et de ses dépôts à la Banque du Canada. Seulement une petite partie des fonds est gardée en réserve. 23 Les réserves et les prêts Les banques détiennent trois types d actif. Les liquidités qui comprennent des bons du Trésor du gouvernement canadien, des effets commerciaux et des prêts à court terme octroyés aux autres intermédiaires financiers. Les titres d investissement qui comprennent les obligations à long terme du gouvernement canadien et d autres types d obligations. Les prêts qui sont des engagements de montants fixes de monnaie sur des périodes qui ont fait l objet d entente. 24

9 Les caisses d économie et les caisses populaires Une caisse d économie est un organisme coopératif dont les opérations sont régies par la Loi de 1992 sur l Association coopérative de crédit et qui accepte des dépôts de ses membres et leur octroie des prêts. Les caisses populaires sont des institutions similaires dont les opérations se font principalement au Québec. 25 Les sociétés de fiducie et de prêts hypothécaires Une société de fiducie et de prêt hypothécaire est une institution de dépôt de droit privé dont les opérations sont régies par la Loi de 1992 sur les sociétés de fiducie et de prêt hypothécaire. Elle accepte des dépôts et octroie des prêts, en plus d agir à titre de fiduciaire pour l administration de fonds de pension et de successions. 26 La réglementation financière Les fonctions économiques de tous les intermédiaires financiers ont évolué au point de devenir de plus en plus semblables. En 1999, le gouvernement du Canada a annoncé un nouveau cadre stratégique pour les intermédiaires financiers, les banques étrangères et les compagnies d assurance. Quatre principes caractérisent ce nouveau cadre : flexibilité, concurrence, protection du consommateur et allègrement de la réglementation. 27

10 Les fonctions économiques des institutions financières Les intermédiaires financiers offrent quatre services que les gens acceptent de payer pour : Créer des liquidités Réduire au minimum le coût des emprunts Réduire au minimum le coût de surveillance des emprunteurs Mettre les risques en commun 28 Objectif: Expliquer comment les banques créent de la monnaie Les banques créent de la monnaie et non du numéraire (le numéraire est utile pour de petites créances ou pour des articles à prix modiques) En prêtant, les banques créent des dépôts, lesquels sont de la monnaie car ils sont directement convertibles en numéraires (les dépôts sont utiles pour des créances ou l achat d articles importants). Toutefois, la création des dépôts dépend ellemême des réserves. Le coefficient de réserve est le pourcentage des dépôts totaux que les banques détiennent sous forme de réserves. Le coefficient de réserve désiré est la fraction des dépôts que les banques jugent nécessaires de détenir pour faire face à la demande des clients. 29 Comment les banques créent de la monnaie Les réserves désirées d une banque sont égales aux dépôts qu elle détient multipliés par le coefficient de réserve désiré. La différence entre les réserves effectives d une banque et ses réserves désirées s appelle les réserves excédentaires. chaque fois qu une banque possède des réserves excédentaires, elle peut créer de la monnaie. 30

11 Création de dépôts par les prêts dans une économie à plusieurs banques Les agents de prêts des banques ne se voient pas comme créant de la monnaie : ils/elles se voient prêtant ce que re çoit la banque. Mais le système bancaire crée de la monnaie. 31 La création de monnaie par l octroi de prêts bancaires La séquence des opérations Dépôt $ Total à chacune des étapes Réserves Prêts Dépôts Réserves $ Prêt $ $ $ $ $ Dépôt $ Réserves Prêt $ $ $ $ $ 32 La création de monnaie par l octroi de prêts bancaires La séquence des opérations Total à chacune des étapes Dépôt $ Réserves Prêts Dépôts $ $ $ Réserves $ Prêt $ $ $ $ Dépôt $ Réserves $ Prêt $ $ $ $ 33

12 La création de monnaie par l octroi de prêts bancaires La séquence des opérations Réserves $ Prêt $ Total à chacune des étapes Réserves Prêts Dépôts $ $ $ et ainsi de suite $ $ $ 34 Le multiplicateur de dépôts Le multiplicateur de dépôts est le nombre par lequel il faut multiplier le changement des réserves des banques pour déterminer le changement des dépôts bancaires. Multiplica teur des dépôts? Variation des dépôts bancaires Variation des réserves des banques Il existe également un lien entre le multiplicateur des dépôts et le coefficient de réserve désiré : 1 Multiplica teur de dépôts? Coefficien t de réserve désiré 35 Le multiplicateur de dépôts au Canada Actuellement, le multiplicateur de dépôts au Canada fonctionne de la même façon que le multiplicateur de dépôts d un modèle à plusieurs banques avec cependant deux différences : Le coefficient de réserve désiré des banques canadiennes est inférieur à 25% (et donc le multiplicateur de dépôts est plus élevé que dans notre exemple). Tous les prêts consentis par les banques ne reviennent pas sous forme de réserves : une partie demeure à l extérieur des banques sous forme de monnaie hors banques (ce qui réduit le multiplicateur). 36

13 Objectif : Expliquer les déterminants de la demande de monnaie La quantité de monnaie que les gens désirent détenir dépend des quatre facteurs suivants : Le niveau des prix Le taux d intérêt Le PIB réel Les innovations financières 37 Le niveau des prix La quantité de monnaie évaluée en dollars courants est appelée quantité de monnaie nominale. La quantité demandée de monnaie nominale est proportionnelle au niveau des prix. La quantité de monnaie évaluée en dollars constants est appelée quantité de monnaie réelle. La quantité de monnaie réelle est indépendante du niveau des prix. 38 Le taux d intérêt Plus le coût d opportunité lié à la détention de monnaie est élevé, plus faible sera la quantité demandée de monnaie réelle. Le coût d opportunité lié à la détention de monnaie correspond au taux d intérêt qu auraient pu nous apporter d autres actifs (moins le taux d intérêt que rapporte la détention de monnaie). Une inflation plus élevée fait augmenter les taux d intérêt. 39

14 Le PIB réel À mesure que le PIB réel augmente, les dépenses agrégées augmentent elles aussi. Il nous faut donc un montant plus élevé de monnaie pour financer le volume plus élevé de dépenses. 40 L innovation financière Le progrès technologique et les produits financiers nouveaux modifient la quantité de monnaie détenue. Les principales innovations financières sont: Les comptes chèques à intérêt quotidien Les virements automatiques entre les dépôts à vue et les dépôts d épargne Les guichets automatiques Les cartes de crédit et les cartes de débit 41 La courbe de demande de monnaie La courbe de demande de monnaie est la relation entre la quantité demandée de monnaie réelle et le taux d intérêt, lorsque tous les facteurs qui influent sur la quantité que les gens désirent détenir demeurent inchangés. Une variation du taux d intérêt entraîne un mouvement le long de la courbe de demande de monnaie. 42

15 La demande de monnaie Taux d intérêt (en pourcentage annuel) Effet d une diminution du taux d intérêt Effet d une augmentation du taux d intérêt DM Monnaie réelle (en milliards de dollars de 1992) 43 Les variations de la demande de monnaie Taux d intérêt (en pourcentage annuel) Effet d une diminution du PIB réel DM 1 Effet d une augmentation du PIB réel DM Monnaie réelle (en milliards de dollars de 1992) DM 2 44 La demande de monnaie au Canada Taux d intérêt (% par année) Effet de la hausse du PIB réel Les innovations financières ont contrecarré la hausse dans le PIB réel et la demande de M1 n a pas changé Effet de la hausse du PIB réel durant les années 90 DM70 DM80 DM98 Demande de M1 DM réelle M1 (milliards de $ de 1992) 45

16 La demande de monnaie au Canada Taux d intérêt (% par année) La hausse du PIB réel a entraîné une hausse de la demande de M2+, les innovations financières ont augmenté durant les années 80 entraînant une hausse de la demande DM70 DM80 DM98 Demande de M2+ DM réelle M2+ (milliards de $ de 1992) 46 Objectif : Expliquer comment les taux d intérêt sont déterminés Le taux d intérêt est le montant payé par l emprunteur au prêteur, exprimé en pourcentage du prêt. Une obligation est une promesse d effectuer une série de paiements. Une rente perpétuelle est une obligation qui garantit un montant annuel fixe à perpétuité. 47 La détermination du taux d intérêt La formule qui traduit la relation entre le taux d intérêt d une rente à perpétuité et le prix de l obligation est relativement simple : Montant fixe en dollars par année Taux d' interêt?? 100 Prix de l' obligation Cette formule indique qu à mesure le prix de l obligation augmente, toutes choses restant égales par ailleurs, le taux d intérêt diminue. 48

17 L équilibre du marché monétaire L offre et la demande de monnaie déterminent le taux d intérêt. À n importe quel jour donné : La quantité offerte de monnaie nominale est fixe Il existe un niveau du prix spécifique Il s ensuit que l offre de monnaie réelle est fixe. Le taux d intérêt s ajuste pour permettre l atteinte de l équilibre: DM = OM. 49 L équilibre du marché monétaire Taux d intérêt (en pourcentage annuel) La quantité demandée est plus grande que la quantité offerte de monnaie. Les gens achètent des obligations et le taux d intérêt augmente. OM La quantité offerte est plus grande que la quantité demandée de monnaie. Les gens achètent des obligations et le taux d intérêt diminue. DM Monnaie réelle (en milliards de dollars de 1992) 50 Les variations du taux d intérêt Pour faire varier le taux d intérêt, la Banque du Canada change la quantité de monnaie dans l économie. Une augmentation de la quantité réelle de monnaie entraîne une diminution du taux d intérêt. Une diminution de la quantité réelle de monnaie entraîne une hausse du taux d intérêt. 51

18 Les variations du taux d intérêt Taux d intérêt (en pourcentage annuel) OM OM 0 OM Une augmentation 7 de l offre de monnaie 6 provoque une baisse du taux 5 Une d intérêt diminution 4 de l offre 3 de monnaie provoque 2 une hausse du 1 taux d intérêt DM Monnaie réelle (en milliards de dollars de 1992) 52 Les variations du taux de change Le taux de change est le prix auquel le dollar canadien est échangé contre une autre devise. Le taux d intérêt qui peut être gagné au Canada est un élément determinant de la demande de dollars canadiens. Toutes choses restant égales par ailleurs, une augmentation du taux d intérêt entraîne une hausse du taux de change. 53 Objectif : Expliquer comment les taux d intérêt affectent les dépenses planifiées Le taux d intérêt qui affecte notre décision de détenir de la monnaie n est pas le même que le taux d intérêt qui affecte notre décision de dépenser. Le taux d'intérêt nominal est le rendement en pourcentage d un actif telle une obligation exprimé en termes monétaires. 54

19 Taux d intérêt réel et nominal Le taux d intérêt réel est le rendement en pourcentage d un actif, exprimé en termes de ce que la monnaie permet d acheter. Le taux d intérêt réel correspond à peu près au taux d intérêt nominal moins le taux d inflation. Le taux d intérêt nominal est le coût d opportunité de détenir de la monnaie. Le taux d intérêt réel est le coût d opportunité de dépenser. 55 Dépenses de consommation Toutes choses restant égales par ailleurs, plus faible est le taux d intérêt réel, plus élevées seront les dépenses de consommation et plus faible sera le montant épargné. L impact du taux d intérêt réel sur les dépenses de consommation n est probablement pas élevé. 56 Investissement Toutes choses restant égales par ailleurs, plus faible est le taux d intérêt réel, plus élevé sera le niveau de l investissement. Pour décider d investir dans du nouveau capital, les firmes comparent le taux d intérêt réel avec le profit attendu de l investissement. Plus élevé est le taux d intérêt réel, moins de projets vaudront la peine d être entrepris, et par conséquent l investissement sera plus faible. 57

20 Les exportations nettes et le taux d intérêt Les exportations nettes varient lorsque le taux d intérêt change car, ceteris paribus, une variation du taux d intérêt affecte le taux de change. Toutes choses étant égales par ailleurs, une hausse du taux d intérêt réduit les exportations nettes. 58 La courbe des dépenses sensibles au taux d intérêt La courbe des dépenses sensibles au taux d intérêt (la courbe DPI) indique la relation entre les dépenses planifiées agrégées et le taux d intérêt réel, lorsque tous les autres facteurs qui influent sur les dépenses planifiées demeurent inchangés. 59 Le taux d intérêt et les dépenses planifiées Taux d intérêt (en pourcentage annuel) C I XN 3 2 DPI 1 DC DC + DI Monnaie réelle (en milliards de dollars de 1992) 60

21 Le taux d intérêt et les dépenses planifiées Taux d intérêt (en pourcentage annuel) Monnaie réelle (en milliards de dollars de 1992) Toutes choses restant égales par ailleurs, une variation du taux d intérêt réel entraîne un déplacement le long de la courbe DPI DPI 61 FIN 62

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions La monnaie, les banques et les taux Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires financiers

Plus en détail

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE Chapitre 4 MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE SECTION 1 : Qu'est ce que la monnaie? I Definition Deux definitions sont communement admises : - La monnaie est définie comme l ensemble

Plus en détail

La monnaie Numéraire (base monétaire) 1 = Pièces de monnaie + Billets

La monnaie Numéraire (base monétaire) 1 = Pièces de monnaie + Billets La monnaie Numéraire (base monétaire) 1 = Pièces de monnaie + Billets La monnaie scripturale (deposit money) est la monnaie qui a une existence totalement immatérielle, c est-à-dire qu elle n a pas de

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits.

convention acceptée par tout le monde. Ce multiplication des biens et des acteurs de permet l échange de 2 produits. Thème : Monnaie et création monétaire Le troc Pour que l échange se réalise, il faut une convention acceptée par tout le monde. Ce fut tout d abord le troc qui, devant la multiplication des biens et des

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

La monnaie et les prix

La monnaie et les prix La monnaie et les prix Le long terme et les variables nominales ECO 2400 Université du Québec à Montréal Germain Belzile et Département des sciences économiques 2 Qu est-ce que la monnaie? La monnaie a

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Les instruments de la politique monétaire

Les instruments de la politique monétaire Chapitre 4 Les instruments de la politique monétaire Introduction (1/3) Distinguer aspects stratégiques et aspects tactiques de la politique monétaire Aspects stratégiques : la BC détermine le niveau des

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

Chapter 4: Monnaie et inflation. On s intéresse au long-terme. On s intéresse aux composants de la demande et l offre de monnaie.

Chapter 4: Monnaie et inflation. On s intéresse au long-terme. On s intéresse aux composants de la demande et l offre de monnaie. Chapter 4: Monnaie et inflation On s intéresse au long-terme. On s intéresse aux composants de la demande et l offre de monnaie. 1 Question: Qu est-ce que la monnaie? Qu est-ce qui caractérise la monnaie?

Plus en détail

Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie.

Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie. Cours Page 1 Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. mardi 14 septembre 2010 13:02 Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie. Chapitre 2 : La création monétaire. Chapitre 3 :

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

Journal d inventaire de la succession

Journal d inventaire de la succession Journal d inventaire de la succession Introduction L une des principales responsabilités du liquidateur d une succession consiste à dresser la liste des biens et des dettes de la personne décédée. C est

Plus en détail

Partie II. Economie monétaire

Partie II. Economie monétaire Partie II Economie monétaire Partie II - Chapitre 3 L offre de monnaie II-3.a) Introduction Structure d économie monétaire hiérarchisée II-3.a) Introduction Modes de création monétaire Modes de création

Plus en détail

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4)

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4) RELEVÉ DES PRÊTS (NOUVEAUX ET EXISTANTS) OBJET Le présent relevé a pour objet de fournir de l information sur les taux d intérêt imputés et les fonds avancés à l égard des nouveaux prêts comptabilisés

Plus en détail

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer un courriel expliquant le motif ou les points que vous

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

6. Introduction à la macro-économie

6. Introduction à la macro-économie 6. Introduction à la macro-économie Les 5 premiers chapitres ont analysé des concepts de micro-économie. On a tenté de comprendre la problématique d organisation des échanges, se centrant pour cela sur

Plus en détail

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Monnaie Fonction de la monnaie Moyen de paiement: troc incompatible avec une forte division du travail acceptation

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

abri fiscal placement ou autre mécanisme financier qui vous permet de protéger une partie de vos gains de l impôt pendant une certaine période

abri fiscal placement ou autre mécanisme financier qui vous permet de protéger une partie de vos gains de l impôt pendant une certaine période Voici les définitions de quelques mots clés utilisés dans le cadre du programme Connaissances financières de base. Ces mots peuvent avoir des sens différents ou refléter des notions distinctes dans d autres

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Chapitre 2 : l économie monétaire

Chapitre 2 : l économie monétaire Chapitre 2 : l économie monétaire Controverse sur la monnaie entre courants de pensée : neutre ou active Peut-on se servir de la monnaie pour absorber les déséquilibres de l économie réelle? Dématérialisation

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Turquie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Turquie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Turquie Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr États-Unis Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 30 septembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 30 septembre 2015 (en millions

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

15. Une théorie macroéconomique de l économie

15. Une théorie macroéconomique de l économie 15. Une théorie macroéconomique de l économie S = I + INE Epargne nationale, investissement et investissement net à l étranger en % du PIB aux Etats-Unis Année S I INE 1960 19,4 18,7 0,7 1970 18,4 18,1

Plus en détail

Énoncé de la politique régissant l acquisition et la gestion des actifs financiers pour les besoins du bilan de la Banque du Canada

Énoncé de la politique régissant l acquisition et la gestion des actifs financiers pour les besoins du bilan de la Banque du Canada 1 er octobre 2015 Énoncé de la politique régissant l acquisition et la gestion des actifs financiers pour les besoins du bilan de la Banque du Canada 1 Table des matières 1. Objet de la politique 2. Objectifs

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise japonaise des années 1990 1980-1991 1991-2002 Taux de croissance annuel moyen du PIB par

Plus en détail

Opérations bancaires et investissements

Opérations bancaires et investissements Opérations bancaires et Publication : 1 avril 2003 Révision : TABLE DES MATIÈRES But et portée... 1 Principes... 1 Glossaire... 2 Directive exécutoire... 3 Résumé des responsabilités... 4 Collèges... 4

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Danemark Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Statistique Canada répartit les adultes de ménages en 3 catégories:

Statistique Canada répartit les adultes de ménages en 3 catégories: CHAPITRE 9 : Le chômage et son taux naturel Statistique Canada répartit les adultes de ménages en 3 catégories: - Occupés ou en emploi - En chômage - Inactif Personne est employée si elle a eu un emploi

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE

STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE STRATÉGIE DE GESTION DE LA DETTE 2007-2008 Stratégie de gestion de la dette 2007-2008 Objet L objet de la Stratégie de gestion de la dette est d énoncer les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement

Plus en détail

Les institutions financières : Première partie : La monnaie

Les institutions financières : Première partie : La monnaie Les institutions financières : Première partie : La monnaie 1. La monnaie : Définition. La monnaie (ou la masse monétaire) est l ensemble des moyens de payements dont disposent les agents économiques pour

Plus en détail

Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca. Bulletin de l ACFM. Politique

Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca. Bulletin de l ACFM. Politique Personne-ressource : Paige Ward Directrice, Politiques et affaires réglementaires Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca Bulletin de l ACFM BULLETIN N o 0494 P Le 3 octobre 2011 Politique Aux

Plus en détail

Énoncé des objectifs et principes de placement, des attentes en matière de rendement et des procédures de gestion des risques pour le portefeuille de

Énoncé des objectifs et principes de placement, des attentes en matière de rendement et des procédures de gestion des risques pour le portefeuille de Énoncé des objectifs et principes de placement, des attentes en matière de rendement et des procédures de gestion des risques pour le portefeuille de placement du Régime de pensions du Canada 27 mars 2015

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

Rapport financier trimestriel. 30 septembre 2014 Non audité

Rapport financier trimestriel. 30 septembre 2014 Non audité Rapport financier trimestriel 30 septembre 2014 Non audité Rapport financier du troisième trimestre de 2014 Banque du Canada 2 Table des matières Contexte du rapport financier trimestriel... 3 Résultats

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers du premier exercice de neuf mois Accompagnés du rapport des vérificateurs

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF)

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF) Table des Matières 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) 6 Finances Publiques (sources : BRH / MEF) 7 Secteur réel (sources : IHSI / BRH / EDH) 10 Secteur externe (sources : BRH / AGD / Maison

Plus en détail

SCIAN Canada Cliquez ici pour retourner à indexf.pdf Descriptions

SCIAN Canada Cliquez ici pour retourner à indexf.pdf Descriptions Cliquez ici pour retourner à indexf.pdf 514210 Services de traitement des données Voir la description de la classe 51421 ci-dessus. 52 Finance et assurances Ce secteur comprend les établissements dont

Plus en détail

Les fonds propres de la société (en millions de dollars) déterminés selon les exigences de Bâle III sont :

Les fonds propres de la société (en millions de dollars) déterminés selon les exigences de Bâle III sont : Divulgation du 3 e pilier de Bâle au 30 juin 2015 Introduction L Industrielle Alliance, Fiducie inc. («IA Fiducie» ou «la société») est une société de fiducie et de prêt assujettie à la Loi sur les sociétés

Plus en détail

6. MONNAIE, CRÉDIT ET DETTE

6. MONNAIE, CRÉDIT ET DETTE 6. MONNAIE, CRÉDIT ET DETTE INTRODUCTION 280. Le présent chapitre passe en revue les principales questions que pose aux pays la définition des agrégats de la monnaie, du crédit et de la dette. Il sert

Plus en détail

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise.

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Lexique financier Actif Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Actif circulant Partie de l actif du bilan qui comprend des actifs temporaires induits par l

Plus en détail

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié)

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) (Tous les montants sont exprimés en milliers de dollars.) 30 juin 2009 31 décembre 2008 Actif Actif

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 30 juin 2015 Table des matières 1. Champ d application... 2 Entité faisant la déclaration... 2 Cadre de travail pour la gestion

Plus en détail

Article : XX ( ) C.E. ( X ) C.C. Date : 20 janvier 2015

Article : XX ( ) C.E. ( X ) C.C. Date : 20 janvier 2015 Article : XX ( ) C.E. ( X ) C.C. Date : 20 janvier 2015 PROJET DE RÉSOLUTION ORIGINE SERVICE DES RESSOURCES FINANCIÈRES SUJET Emprunt long terme n excédant pas 3 735 000$ (X) Décision ( ) Information (

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 9

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 9 Mise à jour 2006-2008 1 Chapitre 9 RSC/MAJ 2008 MGLBD Page 266 Les principales caractéristiques des travaux mis à jour Question de révision N o 14 Exercices 11. La comptabilisation des créances 19. La

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES

CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES Objectif(s) : o o o Evaluation des créances et dettes libellées en monnaies étrangères, Traitements comptables : facturation, fin d'exercice, règlement, Conséquences

Plus en détail

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé.

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. 1 Plan du cours I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. II. Les échanges interbancaires. III. La création monétaire et les échanges interbancaires dans un système bancaire hiérarchisé.

Plus en détail

SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES. Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN

SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES. Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN Université d Auvergne, Clermont I Faculté de Sciences économiques et de gestion 2 ème année de DEUG Cours de Mr Diemer Arnaud SYSTEMES FINANCIERS ET MONETAIRES Chapitre II : LE MARCHE DE LA MONNAIE PLAN

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS

LA BALANCE DES PAIEMENTS LA BALANCE DES PAIEMENTS Définition : Document statistique qui enregistre toutes les transactions économiques effectuées pendant une période donnée entre les résidents d un pays (région, union) et le reste

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers Accompagnés du rapport des vérificateurs Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE M. CLAUDE BERGERON DEVANT LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES

NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE M. CLAUDE BERGERON DEVANT LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE M. CLAUDE BERGERON DEVANT LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES Québec, le 12 mai 2009 Seul le texte prononcé fait foi Monsieur le président, madame et messieurs les députés,

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

SADC Document de référence

SADC Document de référence SADC Document de référence Protection des épargnes Donnez à vos clients toutes les pièces du casse-tête En donnant à vos clients toutes les pièces du cassetête concernant l assurance-dépôts de la SADC,

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE PREMIÈRE SECTION : VRAI OU FAUX Question 1.1 Si le taux d intérêt canadien augmente, la demande d actifs canadiens diminue. Question 1.2 Si le dollar canadien s

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

FINANCEMENT-QUÉBEC 2012-2013 ÉTATS FINANCIERS DE L EXERCICE TERMINÉ LE 31 MARS 2013

FINANCEMENT-QUÉBEC 2012-2013 ÉTATS FINANCIERS DE L EXERCICE TERMINÉ LE 31 MARS 2013 FINANCEMENT-QUÉBEC 2012-2013 ÉTATS FINANCIERS DE L EXERCICE TERMINÉ LE 31 MARS 2013 2012-2013 États financiers de l exercice terminé le 31 mars 2013 TABLE DES MATIÈRES RAPPORT DE LA DIRECTION... 3 RAPPORT

Plus en détail

Dossier 1 - Augmentation de capital

Dossier 1 - Augmentation de capital DCG session 2013 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif Dossier 1 - Augmentation de capital 1. Indiquer les critères de fixation du prix d émission. Le prix d émission est situé entre la valeur

Plus en détail

PROTECTION DE VOS DÉPÔTS. De 1 $ jusqu à 100 000 $

PROTECTION DE VOS DÉPÔTS. De 1 $ jusqu à 100 000 $ PROTECTION DE VOS DÉPÔTS De 1 jusqu à 100 000 La Société d assurance-dépôts du Canada (SADC) est une société d État fédérale créée en 1967 pour protéger l argent que vous déposez dans les institutions

Plus en détail

États financiers de Société de recherche sur le cancer/cancer Research Society

États financiers de Société de recherche sur le cancer/cancer Research Society États financiers de Société de recherche sur le cancer/cancer Research Society 31 août 2015 Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4

Plus en détail

Annexe 31-103A1 Calcul de l excédent du fonds de roulement

Annexe 31-103A1 Calcul de l excédent du fonds de roulement Annexe 31-103A1 Calcul de l excédent du fonds de roulement Nom de la société Calcul de l excédent du fonds de roulement (au, par comparaison au ) Élément Période en cours Période antérieure 1. Actif courant

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail