L année immobilière 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L année immobilière 2014"

Transcription

1 www. creditfoncier. com L année immobilière 2014 vue par le Crédit Foncier MARS 2015

2 synthèse Lors de sa traditionnelle conférence annuelle Les Marchés Immobiliers le 5 février 2015, le Crédit Foncier a présenté l analyse des marchés immobiliers résidentiels et tertiaires en 2014, réalisée par la Direction des études de Crédit Foncier Immobilier. Ce document reprend les principales caractéristiques et tendances de l année immobilière Le marché résidentiel a poursuivi sa baisse en 2014 : logements neufs ont été construits en 2014, soit un repli de 11 % sur 1 an et de 14 % sur 4 ans. Cette baisse est renforcée sur le segment de l accession, avec -18 % en 2014 et -17 % depuis Dans l ancien, transactions ont été enregistrées en 2014, soit une baisse de 3 % par rapport à Ce chiffre est en deçà de 15 % des niveaux d avant-crise ( transactions environ par an). Pourtant, les conditions de taux n ont jamais été aussi favorables à l acquisition de logement. Les taux ont poursuivi leur baisse pour s établir à un niveau moyen de 2,38 % au dernier trimestre 2014, du jamais vu depuis 70 ans. Le montant des crédits à l habitat a atteint 119 milliards d euros en 2014, en baisse annuelle de 8 %, à des niveaux très proches des plus bas enregistrés en 2009, puis en Cette diminution des taux a accompagné une baisse relativement modérée des prix dans l ancien en 2014, pouvant aller jusqu à 3 % en Ile-de-France et dans les métropoles régionales, mais plus accentuée sur le marché secondaire avec de fortes disparités régionales. En 2014, la baisse des loyers du marché des bureaux s est poursuivie, alors même que le marché de l investissement en immobilier d entreprise affiche une santé impressionnante : - Les loyers réels des bureaux ont continué à baisser, la différence s accentuant entre loyers faciaux et loyers réels, avec des écarts pouvant atteindre jusqu à -30 % à La Défense. - La hausse de 50 % de l investissement en immobilier d entreprise en 2014 (22,5 milliards d euros) a été portée par une abondance de liquidités à placer et une prime de risque immobilier (par rapport au rendement des Emprunts d Etat) qui bondit pour les produits core : 283 points de base fin 2014 à comparer à 76 points de base en moyenne en SOMMAIRE 1 ère partie : Marché résidentiel Le financement Le neuf Le résidentiel ancien 07 2 ème partie : Marché tertiaire Le marché locatif L investissement immobilier 10 Crédit Foncier 1

3 1 ère partie : Marché résidentiel 1.1 LE FINANCEMENT Un volume de crédits immobiliers (crédits engagés) qui reste sur des niveaux historiquement bas Le volume de crédits à l habitat (neuf, ancien, travaux, hors rachats et renégociations de crédits) est resté en 2014 sur des niveaux historiquement bas (119 milliards d euros), à l identique des années 2009 et Ce montant est globalement inférieur de 30 % au niveau observé avant-crise (2006). En Md % entre 2013 et Depuis 3 ans (2012, 2013, 2014), les volumes engagés connaissent une décrue qui reflète la morosité du marché résidentiel et l attentisme des accédants Source : Crédit Foncier immobilier La baisse de la durée des crédits est-elle stoppée? Durée moyenne des prêts en mois 18 ans et 9 mois 225 T3-07 T4-07 Source : Crédit Logement/CSA T1-08 T2-08 T3-08 T4-08 T1-09 T2-09 T3-09 T4-09 T1-10 T2-10 T3-10 T T1-11 T2-11 T3-11 T4-11 T1-12 T2-12 T3-12 T4-12 T1-13 T2-13 T3-13 T4-13 T1-14 T2-14 T3-14 T4-14 Depuis 2007, la durée des crédits immobiliers ne cesse de décroître, passant de 225 mois (18 ans et 9 mois) fin 2007 à 205 mois début 2014 (17 ans et 1 mois). Depuis le printemps 2014, cette baisse semble s être enrayée, la durée remontant même d un semestre (211 mois au 4 ème trimestre 2014). L allongement de la durée des crédits est favorable aux primo-accédants, en ce qu elle contribue à la solvabilisation des emprunteurs aux revenus modestes et intermédiaires ans et 7 mois Crédit Foncier 2

4 Des taux d intérêt qui n ont jamais été aussi bas depuis 70 ans 5 - Ensemble du marché 5,1 4, ,3 2,9 2,9 3,6 2, l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l Source : Crédit Logement/CSA n Taux d intérêt moyen trimestriel en % L année 2014 a surtout été marquée par une baisse continue des taux d intérêt qui atteignent des niveaux jamais observés depuis la seconde guerre mondiale. Les taux sont passés de 5,1 % fin 2008 à 2,4 % fin Par exemple, pour un financement réalisé avec une durée de 18 ans et une mensualité strictement identique, un particulier empruntait fin 2014 (taux moyen au 4 ème trimestre 2014 égal à 2,38 %) un montant supérieur de 24 % à celui emprunté 6 ans plus tôt fin 2008 (taux moyen au 4 ème trimestre 2008 de 5,07 % et toutes choses égales par ailleurs). Mais cette baisse est relative compte tenu de l inflation. En effet, si l on tient compte de l inflation constatée sur l année 2014, le taux déflaté de l emprunt tend en réalité à remonter légèrement depuis 3 ans. Ce dernier est ainsi passé de 1,4 % au 4 ème trimestre 2011 à 2,3 % au 4 ème trimestre Pour illustrer l aspect solvabilisateur de la baisse des taux, il faut tenir compte du coût global d une opération immobilière, étant entendu que la majorité d entre elles sont financées avec un crédit. Coût global (achat + coût du crédit) fin 2014 pour un logement ancien en Ile-de-France Montant des intérêts sur la durée du prêt % ,12% Jan 12 Fév 12 Mar 12 Avr 12 Mai 12 Juin 12 Juill 12 Aoû 12 Sept 12 Oct 12 Nov 12 Déc 12 Jan 13 Fév 13 Mar 13 Avr 13 Mai 13 Juin 13 Juill 13 Aoû 13 Sept 13 Oct 13 Nov 13 Déc 13 Jan 14 Fév 14 Mar 14 Avr 14 Mai 14 Juin 14 Juill 14 Aoû 14 Sept 14 Oct 14 Nov 14 Déc 14 T1-04 T2-04 T3-04 T4-04 T1-05 T2-05 T3-05 T4-05 T1-06 T2-06 T3-06 T4-06 T1-07 T2-07 T3-07 T4-07 T1-08 T2-08 T3-08 T4-08 T1-09 T2-09 T3-09 T4-09 T1-10 T2-10 T3-10 T4-10 T1-11 T2-11 T3-11 T4-11 T1-12 T2-12 T3-12 T4-12 T1-13 T2-13 T3-13 T4-13 T1-14 T2-14 T3-14 T4-14 Source : Crédit Logement/CSA, Crédit Foncier Immobilier Observatoire LPI (Les Prix Immobiliers), janvier 2015 / évolution du prix moyen sur 12 mois glissants. n Montant de l acquisition n Montant des intérêts sur la durée du prêt La diminution du coût global d acquisition est plus significative si l on considère la somme totale (capital + intérêts) qu acquittent les acquéreurs. Sur une période de 3 ans (début 2012 à fin 2014), un logement dont le prix aurait baissé de 2 % et financé dans sa totalité sur 18 ans revient ainsi au global 12,5 % moins cher du fait de la chute des intérêts d emprunt (-44 %). Si les taux n avaient pas autant baissé, les prix auraient probablement subi une plus forte récession. En effet, la baisse des taux de crédits a ainsi masqué la baisse des prix réels. Crédit Foncier 3

5 1.2 LE NEUF Activité de promotion : la production au plus bas Nombre de logements cumulés (en milliers d unités) % -11% n Permis de construire n Logements commencés Sources : SOeS, (janv.2015), Crédit Foncier Immobilier Depuis 3 ans, l appareil productif tourne au ralenti. En 2014, le nombre de permis de construire a baissé de 10 % par rapport à Les mises en chantier, pour leur part, sont tombées à logements, soit un retrait de 11 % sur un an. En 2014, logements ont été construits En milliers d unités n Total logements n Accession n Locatif social et intermédiaire n Locatif privé Sources : Panorama du financement/crédit Foncier Immobilier, Sitadel II, DAEI/SES/AEREL, modèle Fanie Avec un total de logements construits, l année 2014 s inscrit en baisse de 11 % sur 1 an et de 14 % sur 4 ans (2010/2014). La baisse est particulièrement sévère pour le segment de l accession avec constructions en 2014, soit une baisse de 18 % sur l année et de 17 % depuis Le marché du locatif social et intermédiaire ( logements construits) est en légère hausse (+3 % par rapport à 2013). Toutefois, la construction de logements destinés au locatif social et intermédiaire est très en deçà de l objectif de logements fixé par les pouvoirs publics pour Avec constructions, le locatif privé est en recul de 10 % par rapport à Le repli est de 25 % par rapport à Crédit Foncier 4

6 Le volume de stocks de logements neufs s alourdit , Stock en volume ,5 T2-08 T3-08 T4-08 T1-09 T2-09 T3-09 T4-09 T1-10 T2-10 Sources : ECLN, Crédit Foncier Immobilier 6, l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l T3-10 T4-10 T1-11 T2-11 T3-11 T4-11 T1-12 T2-12 T3-12 T4-12 T1-13 T2-13 T3-13 T4-13 T1-14 T2-14 T3-14 T Grâce à un bon 4 ème trimestre, le volume de logements neufs en stock revient à un peu plus de logements, stable par rapport à 2013, se rapprochant des niveaux de Il correspond désormais à près de 13 mois de commercialisation. 7,1 13,0 Stock en mois de commercialisation Le segment des maisons individuelles est très affecté Evolution des ventes de maisons individuelles en secteur diffus % entre 2012 et ,5% entre 2013 et Sources : Crédit Foncier Immobilier, Markemetron La contraction du marché de la maison individuelle en secteur diffus, particulièrement significative en 2013 (-20 % par rapport à 2012), se ralentit progressivement (-3,5 % en 2014). En 2014, le repli a affecté surtout l Ouest et le Sud-Est, mais a épargné le Nord, l Ile-de-France et l Est. Crédit Foncier 5

7 Malgré tout, les prix du neuf restent élevés et amplifient la crise de la demande Evolution des prix de vente des logements neufs (prix moyen à la réservation) Les prix des maisons en secteur groupé ont baissé de 2 % en 2014 par rapport à Les prix moyens des appartements, quant à eux, sont quasi-stables en 2014 (-0,8 % par rapport à 2013). Cette relative stabilité ne doit pas cacher une progression forte des prix entre 2005 et La résistance des prix dans le neuf en 2014 s explique en particulier par les niveaux élevés des prix du foncier, surtout en ville, et des coûts de construction. Par ailleurs, pour encourager la demande à revenir vers le marché du neuf, les promoteurs ont eu tendance à multiplier les avantages commerciaux pour réaliser des ventes devenues de plus en plus difficiles Prix de vente des maisons en secteur groupé l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l /m 2 T T T T T T T T T T T T T T T T T T T ,8 % ,0 % Prix de vente des appartements T T Crédit Foncier 6

8 1.3 RÉSIDENTIEL ANCIEN Le niveau de transactions dans l ancien en dessous des niveaux d avant-crise transactions* ont été enregistrées en 2014 : - soit une correction de 3 % du volume d activité par rapport à 2013 ; - mais une activité inférieure de 15 % par rapport à la moyenne observée dans les années d'avant-crise (aux alentours de transactions par an) * Le niveau de transactions est resté à peu près stable depuis 3 ans, dans un climat économique et psychologique défavorable, aggravé en 2014 par le contrecoup du choc fiscal qui a frappé les ménages en capacité d acheter un logement. Le marché a donc tourné au ralenti avec des acheteurs de plus en plus regardants sur la qualité et le prix Source : Notaires/INSEE * Chiffre provisoire Les prix poursuivent leur érosion dans l immobilier ancien IMMOBILIER ANCIEN Prix moyen Variation Variation des prix à fin décembre 2014 à fin décembre 2014 sur 12 mois 6 6 = 6 = PARIS appartements ,1% GRANDE COURONNE appartements ,9% GRANDE COURONNE maisons ,1% PROVINCE appartements nd -2,7% PROVINCE maisons nd -2,1% Sources : Crédit Foncier Immobilier, Notaires IdF, Notaires de France Le recul des prix dans l ancien se généralise : -2,9 % en grande couronne parisienne pour les appartements et -2,1 % à Paris pour les appartements, avec des écarts plus marqués d un quartier à l autre ; en province, -2,7 % pour les appartements et -2,1 % pour les maisons. Seuls les produits de bonne qualité et raisonnablement liquides se sont vendus en On peut supposer que les logements de qualité inférieure (par leur situation ou leurs qualités propres) sont sortis du marché. C est aussi le cas pour beaucoup de logements résidentiels de grande taille, qui peinent aujourd hui à se placer compte tenu de leurs prix unitaires et qui nécessitent des décotes importantes (jusqu à 20 %) pour les commercialiser. Crédit Foncier 7

9 Mais de très fortes disparités régionales persistent Rennes Nantes Le Havre Le Mans Angers Lille Paris Reims Dijon Strasbourg Bordeaux Toulouse Clermont-Ferrand Saint-Etienne Montpellier Marseille Lyon Grenoble Nîmes Toulon Nice Evolution sur 12 mois relevée sur les mutations récentes d un appartement de 3 pièces. Prix à fin 2014 au m 2 d un appartement T3 ancien ou récent : n + 3% et au-delà n 0% à + 3% n 0% à - 3% n - 3% et au-delà La carte ci-dessus renseigne sur le prix dominant d un appartement de trois pièces en bonne situation à fin On constate des variations de prix parfois très sensibles d une ville à l autre sur ce produit très courant : - Une progression des prix sur Bordeaux et Nice (+3 % et au-delà). - Une stabilité marquée sur Lyon et Montpellier (0 % à + 3 %). - Une érosion des prix faible sur Lille, Nantes, Toulouse ou Paris (0 % à -3 %). - Des baisses sensibles dans des villes comme Clermont-Ferrand, Marseille ou Angers (-3 % et au-delà). Crédit Foncier 8

10 2 ème partie : Marché tertiaire 2.1 MARCHÉ LOCATIF Le marché locatif tertiaire se redresse en volume En millions de m 2 placés par an 3 2,5 2 1,5 1,6 2,0 2,1 2,3 2,8 2,9 2,4 1,9 2,2 2,5 2,3 1,8 2,1 Moyenne décennale 2,3 M/m 2 1 0, a été une année satisfaisante, avec le retour des grandes transactions locatives. L activité tertiaire tend, en effet, à se redresser en volume, comme en atteste la demande placée en Ile-de-France qui s est élevée à 2,1 millions de m² en 2014, soit 15 % de plus qu en 2013 ; mais elle reste encore en deçà de 9 % de la moyenne décennale de 2,3 millions de m². Sur le segment de très grandes surfaces, le marché de La Défense redécolle enfin avec m² loués, soit 120 % de plus sur 1 an, après plusieurs années d atonie. Une soixantaine de transactions de plus de m² ont généré 40 % de l activité en Ce segment avait été le plus touché en 2013, alors qu il a pu peser jusqu à 60 % de l activité les années fastes. Le dynamisme de ce marché tient davantage à la volonté de rationalisation et de réduction des coûts de la part des grands utilisateurs, qui recherchent de très grandes surfaces neuves et labellisées, qu à la création d emplois tertiaires dans un contexte de crise. Mais le stock tertiaire francilien atteint un niveau historiquement élevé Le stock tertiaire francilien, d un montant de 4,02 millions de m 2 à fin 2014, a progressé de 2,5 % sur 1 an, soit +27 % par rapport à la moyenne décennale ( : 3,16 millions de m 2 ), et représente désormais près de 2 années de placement locatif. Au moins les trois quarts du stock d Ile-de- France se composent d immeubles tertiaires anciens en inadéquation avec la demande des utilisateurs. Dans le cas de la 2 ème Couronne s y ajoute bien souvent une mauvaise desserte, critère qui revient aujourd hui au centre des préoccupations des utilisateurs. 4,5 4 3,5 3 2,5 2 2,9 4,02 2,5 l l l l l l l l l l l l l T4 T4 T4 T4 T4 T4 T4 T4 T4 T4 T4 T4 T4 2,4 3,6 La production neuve reste importante en Ile-de-France avec un volume annuel de livraisons de l ordre de m², pré-commercialisés aux deux tiers. Mais la prise à bail de surfaces neuves et un marché de transfert créent des libérations d immeubles anciens qui sont très difficiles à replacer et viennent grossir le stock. Crédit Foncier 9

11 Si les loyers faciaux restent globalement stables, l écart entre loyers faciaux et loyers réels s accentue fortement Les loyers faciaux tendent à rester relativement stables sur l ensemble de l Ile-de-France avec une variation symboliquement positive de 1 % environ. Il s agit en revanche d une stabilité en trompe-l œil : certains secteurs à la peine en 2014 voient leur loyer de présentation (ou loyer facial) se réajuster à la baisse : -5 % dans le Croissant Ouest, -1,35 % en 1 ère Couronne. LILLE -6% à -25% Ile-de-France -6% à -30% PARIS -12% à -17% GRAND EST -3% à -13% Pour ce qui concerne les loyers réels, la baisse s est encore propagée en 2014, sous l effet de mesures d accompagnement systématiques et généralisées. Les bailleurs exigent des loyers faciaux forts, tandis que les loyers réels peuvent accuser une décote par rapport aux loyers faciaux* de -6 à -30 % en Ile-de-France et de -8 à -22 % à Lyon. LYON -8% à -22% MARSEILLE -7% à -16% * Loyer facial : loyer de base inscrit dans le bail commercial, avant conditions d aménagement particulières. Analyse statistique des baux tertiaires les plus récents étudiés par Crédit Foncier Expertise (Bureaux >1 000 m 2 ), fin INVESTISSEMENT IMMOBILIER L écart de taux est de plus en plus favorable à l investissement en immobilier d entreprise 6 5,5 5 4,5 4 3,5 3 2,5 2 1,5 1 0,5 0 1,65 1,09 0,51 Ecart en BP Taux OAT TEC à 10 ans, moyenne calculée à partir des taux quotidiens (données : sources AFT, BDF) Taux de rendement prime Paris Q.C.A. () -0,51 0,76 1,85 1,63 1,39 1,71 2,05 Evolution de spread (taux en %) OAT 10 ans et taux de rendement immobilier prime Paris Q.C.A. l l l l l l l l l l l l l l T1 T2 T3 T4 Dans un contexte d abondance de liquidités à placer et avec un taux obligataire historiquement bas, la prime de risque immobilier représentée sur ce graphique par l écart de taux entre l OAT et le taux de rendement, ne cesse d augmenter. En dépit d une pression baissière sur les taux de rendement, la prime de risque immobilier est significative : de 76 points de base (0,76 %) en 2008 à 283 points de base (2,83 %) au 4 ème trimestre 2014, pour les produits core. Ce contexte est à la fois inédit et favorise l appétence à investir dans des produits sécurisés. 1,99 2,11 2,56 3,75% 2,83% Crédit Foncier 10

12 Fort rebond de l investissement en immobilier d entreprise banalisé *: +50 % En Md 28,5 24,4 22,5 11,1 9,7 12,2 17,5 13 8,5 11, ,5 15 Moyenne décennale 16 Md * bureaux, commerces, entrepôts, locaux d activité L activité d investissement en immobilier d entreprise banalisé (bureaux, commerces, entrepôts et locaux d activité) s inscrit en très forte progression en France sur l année 2014 : 22,5 milliards d euros, soit +50 % par rapport à Ce volume est même supérieur de 41 % par rapport à la moyenne décennale de 16 milliards d euros. On s approche des records des années exceptionnelles de 2006 et 2007, dans un contexte et des conditions toutefois très différents avec beaucoup d investissements financés par les sociétés foncières et de grosses opérations de cessions de portefeuilles non prime. Cette hausse de l investissement profite à tous les marchés En Md Si l investissement immobilier se concentre traditionnellement en Ile-de-France (les trois quarts), cet engouement a concerné également la province dont le montant investi progresse de près de 60 % en ,1 2,4 3,9 6,2 Ce score a pu être atteint grâce à de gros tickets mis sur le marché : les dix transactions phares de 2014 pèsent ensemble 8 milliards d euros, soit 36 % du total investi. 11,9 12,1 11,1 16, n Régions + 59% n n Ile-de-France + 47% Crédit Foncier 11

13 Quelles allocations d actifs en 2014? La forte hausse des volumes d investissement est portée en grande partie par les commerces qui pèsent pour près d un tiers de l investissement global (32 %), contre un recul de la logistique et des activités (4 % de l investissement global) et une stabilisation des volumes de bureaux qui pèsent pour 64 % en % 64% % 32% % % 2014 Bureaux Commerces Logistique/Activités Taux de rendement planchers sur l immobilier prime BUREAUX PARIS QCA 5,50% 4,75% 4,70% 4,25% 4,25% 3,75% : r RÉGIONS 7,25% 6,50% 6,00% 6,00% 5,75% 5,50% COMMERCES PARIS BOUTIQUES 5,25% 4,85% 4,50% 4,00% 4,00% 3,75% CENTRES COMMERCIAUX* 5,50% 4,75% 4,75% 5,00% 5,00% 4,50% RETAILS PARK 7,00% 6,50% 6,25% 6,25% 6,00% 5,50% * Hors centres régionaux Sources : Foncier Immobilier Ce tableau indique les taux de rendement planchers sur l immobilier prime pour les deux grandes classes d actifs, bureaux et commerces. Globalement, la pression baissière a été régulière depuis 2009 pour les meilleurs produits, quelle que soit la classe d actifs. Quelques transactions isolées se sont même conclues en dessous de ces seuils en 2014, en fonction de la stratégie de détention de l investisseur. En revanche, le marché 2014 est resté bipolaire, avec des primes de risque immobilier très significatives pour les actifs secondaires, l écart de taux pouvant aller jusqu à 300 points de base sur un même secteur tertiaire entre un actif neuf loué et bien situé, et des produits secondaires non labellisés. Crédit Foncier 12

14 La Direction des études de Crédit Foncier Immobilier publie des notes de conjoncture trimestrielle sur les marchés immobiliers (logement, bureaux, investissement). Vous pouvez les consulter sur creditfoncierimmobilier.fr/fr/pages/recherche-publications.aspx

15 Contacts Presse Crédit Foncier Nicolas Pécourt Kayoum Seraly Directeur Communication externe et RSE Responsable Communication Presse et Externe Tél. : Tél. :

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Marchés immobiliers en régions. Marseille 9 avril 2015

Marchés immobiliers en régions. Marseille 9 avril 2015 Marchés immobiliers en régions Marseille 9 avril 2015 Le tour de France de l immobilier par le Crédit Foncier Plan de la présentation Le baromètre Crédit Foncier/CSA sur le moral des professionnels de

Plus en détail

Conférence de presse : les marchés immobiliers à mi-année. Bruno Deletré, Directeur Général du Crédit Foncier

Conférence de presse : les marchés immobiliers à mi-année. Bruno Deletré, Directeur Général du Crédit Foncier Conférence de presse : les marchés immobiliers à mi-année Bruno Deletré, Directeur Général du Crédit Foncier 8 juillet 2015 Un environnement immobilier plus favorable qu en 2014 2 59 % des professionnels

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 2 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif L INÉVITABLE REPLI D ACTIVITÉ

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Octobre 2014 Direction des Études Point de conjoncture logement SUR FOND DE MOROSITÉ, LES FRAGILITÉS DU MARCHÉ RÉSIDENTIEL S ACCENTUENT Alors que la France

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 1 er trimestre 213 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 BILAN 2013 ET PERSPECTIVES 2014 Avec la participation de A Jean-François INTRODUCTION BUET, Président FNAIM BASE DE DONNEES FNAIM 2 millions de logements 1

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 2013 : UN BON DEUXIÈME SEMESTRE EN PERSPECTIVE 2 e trimestre 2014 Direction des Études Point de conjoncture bureaux Marché locatif Île-de-France UN MARCHÉ

Plus en détail

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives 2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives Après un semestre d activité, Empruntis dresse le portrait d un marché de l acquisition en nette reprise. 1 Contexte

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 3 JUILLET 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 3 JUILLET 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 3 JUILLET 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER AU 1 er SEMESTRE 2014 «Réalité et pragmatisme» Avec la participation de A CONJONCTURE ÉCONOMIQUE Jean-François BUET, Président FNAIM ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Pas si mal. DTZ Research PROPERTY TIMES. Ile-de-France T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Pas si mal. DTZ Research PROPERTY TIMES. Ile-de-France T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Pas si mal Ile-de-France T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée 3 Valeurs locatives 4 Offre immédiate 5 Offre future 6 Définitions 7 Dans un climat

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 3 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif FORTE DÉCÉLÉRATION SUR LES GRANDES

Plus en détail

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR

OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR COMMUNIQUE DE PRESSE - Mercredi 1 er octobre 2014 OBSERVATOIRE IMMOBILIER DE PROVENCE LA CONJONCTURE IMMOBILIERE AU 1 ER SEMESTRE 2014 DANS LE VAR Présidée depuis mars 2014 par Jean- Michel LAVEDRINE,

Plus en détail

Le marché immobilier en France

Le marché immobilier en France Le marché immobilier en France Immobilier d entreprise, logement, immobilier de loisirs Jean-Claude GINISTY Notaire à Paris Juin 2013 1 L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS 2 L immobilier d entreprise

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 4 e trimestre 13 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché locatif Île-de-France 13 : le levier des

Plus en détail

Fiches thématiques. Patrimoine

Fiches thématiques. Patrimoine Fiches thématiques Patrimoine 2.1 Performance des placements à rendements réglementés Les actifs financiers les plus couramment détenus par les ménages sont les comptes ou livrets d épargne dont les revenus

Plus en détail

Baisse des prix modérée dans l ancien. Amélioration de l activité dans le neuf en 2015?

Baisse des prix modérée dans l ancien. Amélioration de l activité dans le neuf en 2015? MARKETVIEW Résidentiel France, Janvier 215 Baisse des prix modérée dans l ancien. Amélioration de l activité dans le neuf en 215? Ventes dans l ancien + 4 % Prix dans l ancien - 1 % Mises en chantier -

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Effet «La Marseillaise»

Effet «La Marseillaise» DTZ Research PROPERTY TIMES Effet «La Marseillaise» Marseille Bureaux T4 214 1 Février 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre 4 Définitions 5 Le marché marseillais

Plus en détail

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant

Property Times La Défense Bureaux T1 2012 Un début d année encourageant 21 24 212 Un début d année encourageant 11 Avril 212 Sommaire Executive summary 1 Contexte économique 2-3 Demande placée et valeurs locatives 4 Carte et principales transactions 5 Offre 6 Définitions 7

Plus en détail

Mercredi 9 février 2011 Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010

Mercredi 9 février 2011 Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010 Mercredi Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010 Contact presse : Catherine Zou - 01 47 05 44 36 c.zou@fpifrance.fr www.fpifrance.fr Sommaire Observatoire de la FPI

Plus en détail

COUP DE FREIN SUR LE MARCHE FRANÇAIS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Le bilan de Cushman & Wakefield à la fin du 3 e trimestre 2012

COUP DE FREIN SUR LE MARCHE FRANÇAIS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Le bilan de Cushman & Wakefield à la fin du 3 e trimestre 2012 COUP DE FREIN SUR LE MARCHE FRANÇAIS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Le bilan de Cushman & Wakefield à la fin du 3 e trimestre 2012 «Avec 1 510 015 m² de bureaux loués ou vendus aux utilisateurs en Ile-de-

Plus en détail

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france

performance environnementale Synthèse Décembre 2013 Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Étude réalisée en partenariat avec Immobilier tertiaire et performance environnementale Analyse de la demande de bureaux «verts» EN ile-de-france Synthèse Décembre 2013 Ce document synthétise les principaux

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions

Les clés du marché Ile-de-France Bureaux T2 2012 Fort recul des grandes transactions Fort recul des grandes transactions 5 juillet 2012 Contents Executive summary 1 Carte de synthèse 2 Demande placée et taux de rotation 3 Offre immédiate et taux de vacance 4 Loyers moyens 5 Définitions

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 213 : UN BON DEUXIÈME SEMESTRE EN PERSPECTIVE 3 e trimestre 214 Direction des Études Point de conjoncture bureaux Marché locatif Île-de-France COUP DE FREIN

Plus en détail

Département Econome. Indicateur de Conjoncture

Département Econome. Indicateur de Conjoncture Département Econome Indicateur de Conjoncture Septembre 211 Conjoncture Economique Sommaire SOMMAIRE... 2 1. CREATIONS D ENTREPRISES... 4 2. CONSOMMATION... 4 3. TOURISME... 5 4. BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS...

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison?

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? 2013 : scénarios pour l économie française Scénario central 80% de probabilité

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

LE MARCHÉ DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE

LE MARCHÉ DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE CB RICHARD ELLIS Market View Conjoncture immobilière ILE-DE-FRANCE / FRANCE 3 ème trimestre 2010 TENDANCES Investissements France entière Engagements Taux «prime» bureaux Bureaux Ile-de-France Demande

Plus en détail

note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 2013

note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 2013 Juillet 13 note de conjoncture immobilier d entreprise Bilan du 1 er semestre 13 Chiffres-clés 1 er semestre 13 Investissement France Engagements Bureaux Île-de-France Offres 5 3 m² Placement 833 m² Locaux

Plus en détail

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES 14 NOVEMBRE 2012 1 ère PARTIE LES LOYERS DES COMMERCES 1 UN CONTEXTE ECONOMIQUE INCERTAIN Situation économique difficile depuis de 2eme semestre 2008. Stagnation de la

Plus en détail

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON

LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON LE MARCHE LOCATIF DES BUREAUX FRANCILIENS IL FAUT SAVOIR GARDER RAISON Un vent d optimisme nouveau commence à souffler sur le marché francilien de la location de bureaux. Le volume des transactions s est

Plus en détail

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research

#Club Pierre. Marché des bureaux en Ile-de-France. 9 Juillet 2015 DTZ Research #Club Pierre Marché des bureaux en Ile-de-France 9 Juillet 2015 DTZ Research Un 2 ème trimestre meilleur que le 1 er.. Demande placée de bureaux en Ile-de-France, en milliers de m² 3 000 2 500 2 000 1

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier 2013 : UN BON DEUXIÈME SEMESTRE EN PERSPECTIVE 3 e trimestre 2013 Direction des Études Point de conjoncture bureaux marché de l investissement 2013 : TOUJOURS

Plus en détail

L immobilier au service de l épargne

L immobilier au service de l épargne Corporate au service de l épargne La performance durable au service de l épargne 14 15 Dans un marché de l immobilier d entreprise particulièrement concurrentiel, la construction d un patrimoine de qualité

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Marché immobilier en Ile-de-France

Marché immobilier en Ile-de-France Marché immobilier en Ile-de-France Contexte des marchés locatifs et de l investissement Virginie Houzé Directeur Etudes et Recherche France 18 juin 2015 Paris? Liquidité & Risque Liquidité & risque 10

Plus en détail

Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 n 34 septembre 2014

Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 n 34 septembre 2014 n 34 septembre 2014 Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 SOMMAIRE 1 LES MARCHÉS DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER EN 2013 5 1.1 Le marché de l'immobilier

Plus en détail

Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique. Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015

Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique. Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015 Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015 Logements neufs / logements d occasion 7 700 logements d occasion vendus en 2013 dans l aire urbaine

Plus en détail

Record battu! DTZ Research PROPERTY TIMES. La Défense T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts

Record battu! DTZ Research PROPERTY TIMES. La Défense T4 2014. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Record battu! La Défense T4 214 8 Janvier 215 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée 3 Valeurs locatives 3 Offre immédiate 4 Offre future 4 Définitions 5 Auteur Nora

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise

Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise Bureaux Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise Cet observatoire dresse un bilan rapide de l année écoulée et permet de mettre en évidence les tendances de l année 2015. L offre neuve est désormais

Plus en détail

Démarrage en trombe. DTZ Research INVESTMENT MARKET UPDATE. France T1 2015. Sommaire. Auteur

Démarrage en trombe. DTZ Research INVESTMENT MARKET UPDATE. France T1 2015. Sommaire. Auteur DTZ Research INVESTMENT MARKET UPDATE Démarrage en trombe France T1 27 Avril Sommaire Le marché de l investissement démarre l année en trombe, avec près de 5,6 milliards d euros enregistrés au cours du

Plus en détail

SCPI Laffitte Pierre. Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine

SCPI Laffitte Pierre. Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine SCPI Laffitte Pierre Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine CONJONCTURE Immobilier d entreprise* Avec près de 12 milliards d euros investis, le marché de l investissement

Plus en détail

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013

Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Perspectives Entreprises Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Les faits marquants de l année 2013 Offre de bureaux disponibles : 1. Le choix de bureaux ne cesse de s accroître L offre a augmenté de 9% en

Plus en détail

Résultats annuels 2014 23 janvier 2015

Résultats annuels 2014 23 janvier 2015 Sommaire Points clés Résultats financiers 2014 Marché et perspectives 2 Points clés Résultats 2014 en ligne avec les objectifs annoncés «chiffre d affaires sensiblement comparable à celui de 2013 et marge

Plus en détail

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011

DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 2011 AT A GLANCE LES BUREAUX EN ÎLE-DE-FRANCE JANVIER 212 DYNAMIQUE DES TRANSACTIONS DE TRÈS GRANDES SURFACES EN 211 Avec 2 442 m² placés en 211 contre 2 149 m² en 21, le marché des bureaux franciliens connaît

Plus en détail

Panorama bureaux Lyon. On Point 1 er trimestre 2014

Panorama bureaux Lyon. On Point 1 er trimestre 2014 Panorama bureaux Lyon On Point 1 er trimestre 2014 L immobilier tertiaire a souffert du manque de grandes demandes L agglomération a bénéficié d une éclaircie économique confirmée par l INSEE. L environnement

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE

ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE DOSSIER DE PRESSE 18 AOÛT 2014 ENQUÊTE SUR LE COÛT DE LA VIE ETUDIANTE CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr 2 Rentrée 2014 SOMMAIRE Les principaux chiffres 5 Edito

Plus en détail

CREDIT FONCIER IMMOBILIER CONSEIL - EXPERTISE - COMMERCIALISATION

CREDIT FONCIER IMMOBILIER CONSEIL - EXPERTISE - COMMERCIALISATION CREDIT FONCIER IMMOBILIER CONSEIL - EXPERTISE - COMMERCIALISATION 250 collaborateurs Plus de 800 ventes actées en 2011 15 implantations régionales 72 % d'actifs expertisés en tertiaire, 28% en résidentiel

Plus en détail

Activité du 1 er trimestre 2014 : chiffre d affaires en hausse de 15%

Activité du 1 er trimestre 2014 : chiffre d affaires en hausse de 15% Communiqué de presse Paris, le 29 avril 2014 Activité du 1 er trimestre 2014 : chiffre d affaires en hausse de 15% Hausse des revenus locatifs de la Foncière de 41,7 % à périmètre courant (- 0,8 % à périmètre

Plus en détail

FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2015-2016

FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2015-2016 Trimestriel n /231 17 juillet 2 FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2-216 Reprise ou stabilisation? Des signaux de reprise du marché sont apparus ces derniers mois. Il ne

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France

French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France French Lease Events Etude sur le comportement des locataires de bureaux en France Immobilier Janvier 2011 Préambule Les échéances triennales et l expiration du bail commercial constituent des fenêtres

Plus en détail

Le marché des bureaux dans le pays de Lorient en 2013

Le marché des bureaux dans le pays de Lorient en 2013 n 65 juin 2014 Le marché des bureaux dans le pays de Lorient en 2013 Observatoire n 4 Contact : Gilles Poupard 02 97 12 06 31 Sommaire Rappel de la démarche 5 Principaux résultats 2013 7 1. Le marché des

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Faut-il acheter ou louer son logement?

Faut-il acheter ou louer son logement? Janvier 2013 Faut-il acheter ou louer son logement? Etude réalisée par Asterès pour Meilleurtaux.com «Les petits-déjeuners des experts» Mardi 29 janvier 2013 Contacts : Meilleurtaux.com Sandrine Allonier

Plus en détail

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie 52 5 L immobilier d entreprise allemand et les investisseurs Par Marcus Cieleback, directeur de recherche, PATRIZIA Immobilien AG. 5.1/ SITUATION GÉNÉRALE Cinq ans après le début de la crise financière,

Plus en détail

CONSEIL EXPERTISE COMMERCIALISATION

CONSEIL EXPERTISE COMMERCIALISATION CONSEIL EXPERTISE COMMERCIALISATION «Multiplier les points de vue pour voir la situation sous le meilleur angle». Au contact de ses clients Crédit Foncier Immobilier s est forgé la conviction que ses

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier UN MARCHÉ LOCATIF QUI TOURNE AU RALENTI 1 er trimestre 2014 Direction des Études Point de conjoncture bureaux Marché de l investissement OPPORTUNISME DES

Plus en détail

Un bon début d année. 6 mai 2014. Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité. Solides performances opérationnelles

Un bon début d année. 6 mai 2014. Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité. Solides performances opérationnelles Chiffre d affaires 3M 2014 Le Patio, Le Patio, Lyon Lyon - - Villeurbanne CB 21, La Défense Un bon début d année 6 mai 2014 Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité 7 000 m² loués à La Défense

Plus en détail

Panorama bureaux Ile-de-France. On Point 1 er trimestre 2014

Panorama bureaux Ile-de-France. On Point 1 er trimestre 2014 Panorama bureaux Ile-de-France On Point 1 er trimestre 2014 «Cœur Défense», la cession est finalisée! Après bon nombre d informations divergentes depuis quelques mois, l acquisition de la structure de

Plus en détail

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Analyse des résultats du questionnaire mensuel Les résultats présentés ici sont issus des réponses au questionnaire envoyé

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 Contact presse Isabelle Muller 06 73 79 49 34 1 Sommaire Les tendances du marché de la maison individuelle - La crise s aggrave,

Plus en détail

Pourquoi faire le choix de construire sa maison?

Pourquoi faire le choix de construire sa maison? GUIDE PRATIQUE : CONSTRUIRE SA MAISON Pourquoi faire le choix de construire sa maison? Construire, ou faire construire son habitation sur un terrain que l on a soi-même choisi ne se fait pas par hasard.

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Le marché immobilier en France

Le marché immobilier en France Le marché immobilier en France Immobilier d entreprise, logement, immobilier de loisirs Notaires de Paris www.paris.notaires.fr Juin 2013 1 L immobilier d entreprise dans le GRAND PARIS 2 L immobilier

Plus en détail

Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE

Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE Edissimmo SCPI CLASSIQUE DIVERSIFIÉE Valorisez votre patrimoine avec de l immobilier d entreprise de qualité en investissant dans la SCPI Edissimmo - Durée recommandée : 8 ans Augmentation de capital ouverte

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

Parc et statut d occupation

Parc et statut d occupation Parc et statut d occupation Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques 7 1.1 - PARC DE LOGEMENTS Le parc de logement est constitué de 33,5 millions de logements

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

EDISSIMMO. Durée d investissement recommandée de 8 ans Comporte un risque de perte en capital

EDISSIMMO. Durée d investissement recommandée de 8 ans Comporte un risque de perte en capital juillet 2015 EDISSIMMO SCPI DE BUREAUX à capital variable Durée d investissement recommandée de 8 ans Comporte un risque de perte en capital Avertissement Lorsque vous investissez dans une SCPI, vous devez

Plus en détail

Gare à la variable fiscale. Sommaire du dossier > Immobilier : les vrais prix dans 800 villes, comment investir, notre dossier exclusif

Gare à la variable fiscale. Sommaire du dossier > Immobilier : les vrais prix dans 800 villes, comment investir, notre dossier exclusif 1 sur 6 26/09/2014 15:01 Sommaire du dossier > Immobilier : les vrais prix dans 800 villes, comment investir, notre dossier exclusif Immobilier : les vrais prix dans 800 villes, comment investir, notre

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Edissimmo. Amundi Immobilier ÉDITORIAL. Situation du capital au 30 septembre 2011. Évolution récente d Edissimmo. Bulletin d information N 2011-03

Edissimmo. Amundi Immobilier ÉDITORIAL. Situation du capital au 30 septembre 2011. Évolution récente d Edissimmo. Bulletin d information N 2011-03 Amundi Immobilier Bulletin d information N 2011-03 31 Edissimmo Valable du : 1 er octobre 2011 au 31 décembre 2011 Période analysée : du 1 er juillet 2011 au 30 septembre 2011 Situation du capital au 30

Plus en détail

Sur-offre de seconde main

Sur-offre de seconde main DTZ Research PROPERTY TIMES Sur-offre de seconde main Bordeaux Bureaux T4 14 24 Février 15 Sommaire Contexte économique 2 Demande placée et valeurs locatives 3 Offre immédiate et future 4 Définitions 5

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Dans le 2,99 % Achat immobilier : le bon moment. billet

Dans le 2,99 % Achat immobilier : le bon moment. billet TODAY HORS SÉRIE 2014 Achat immobilier : le bon moment La stabilité des prix de l immobilier, le bas coût de l argent, font que la période est plutôt propice à l achat. Si vos revenus sont suffisants,

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Note de méthode

L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Note de méthode L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Note de méthode La place qu occupe Crédit Logement dans le marché des crédits immobiliers (hors les rachats de

Plus en détail

Performances contrastées entre les marchés locatif et d investissement

Performances contrastées entre les marchés locatif et d investissement . Panorama bureaux Ile-de-France 4 ème trimestre 2013 Performances contrastées entre les marchés locatif et d investissement Pénalisé par l environnement économique, fiscal et règlementaire, le marché

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Edissimmo. Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo

Edissimmo. Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo Edissimmo SCPI Immobilier d Entreprise classique diversifiée à capital variable Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise avec la SCPI Edissimmo Comporte

Plus en détail

Conjoncture bâtiment à la fin juin 2014

Conjoncture bâtiment à la fin juin 2014 Paris, le 25 juin 2014 Conjoncture bâtiment à la fin juin 2014 Les informations disponibles sur le début 2014 affichent des tendances contradictoires, qui témoignent des difficultés dans lesquelles se

Plus en détail

L autre façon d investir dans la pierre. Allianz Pierre Valor. SCPI investie majoritairement en bureaux.

L autre façon d investir dans la pierre. Allianz Pierre Valor. SCPI investie majoritairement en bureaux. L autre façon d investir dans la pierre. Allianz Pierre Valor SCPI investie majoritairement en bureaux. La SCPI Allianz Pierre Valor La SCPI est une société qui a pour objet exclusif l acquisition et la

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise ÉTUDE EN BREF Octobre 2011 L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise Pour les investisseurs, l Europe de l immobilier de bureaux n est pas celle qui est délimitée par les accords

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

Le marché locatif privé sur Lille et la métropole lilloise Les loyers de marché à fin novembre 2014

Le marché locatif privé sur Lille et la métropole lilloise Les loyers de marché à fin novembre 2014 Le marché locatif privé sur Lille et la métropole lilloise Les loyers de marché à fin novembre 214 par Michel MOUILLART, Professeur d'economie à l'université Paris Ouest, FRICS CLAMEUR analyse chaque année

Plus en détail