La crise des subprime offre de nouvelles opportunités

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La crise des subprime offre de nouvelles opportunités"

Transcription

1 La crise des subprime offre de nouvelles opportunités Inform informations générales pour les investisseurs institutionnels 1 er trimestre 2008

2 Swisscanto le centre de compétence des Banques Cantonales En tant que prestataire de services spécialisé des Banques Cantonales, Swisscanto se concentre sur le développement et la distribution de produits de placement et de prévoyance de haute qualité destinés aux particuliers, aux entreprises et aux institutions : fonds de placement pour les investisseurs privés et institutionnels produits de la prévoyance liée et de la prévoyance libre du 3 e pilier solutions de prévoyance du 2 e pilier des fondations collectives et de libre passage conseil et gestion de caisses de pension fortunes collectives des fondations de placement mandats de gestion de fortune pour les investisseurs institutionnels En Suisse, Swisscanto est un des principaux distributeurs de fonds et gérants de fortune. Swisscanto se positionne au deuxième rang des fondations de placement suisses. La Fondation collective Swisscanto est l un des premiers fournisseurs de services de prévoyance pour le personnel et, à ce titre, la plus importante fondation collective de banques en Suisse.

3 Crise des subprime : pour des opportunités plus sûres Il était une fois un immigré italien du nom de Charles Ponzi qui devint très célèbre aux Etats-Unis. Il promit aux investisseurs des bénéfices exceptionnellement élevés, basés sur des programmes de placement confus aux noms grandiloquents tels que «High Yield Investment Programs». En vérité, l origine des bénéfices était très difficile à établir. Aujourd hui encore, de tels systèmes boules de neige et pyramidaux de tous types sont qualifiés de «schémas de Ponzi» en anglais. Cent ans plus tard, Wall Street inventait les tranches super senior de CDO multisectoriels. Cela ne résonne-t-il pas comme un air connu à vos oreilles? Il existe entre les deux systèmes des différences et des similitudes : le schéma de Ponzi s adressait prioritairement aux particuliers alors que les CDO ont été achetées par des investisseurs institutionnels comme les banques et les assurances. Le schéma de Ponzi portait sur de petites sommes pour lesquelles il promettait une perspective de 20% de rendement sur le capital initial. Une tranche super senior d un CDO multisectoriel pouvait s élever à plusieurs centaines de millions de dollars US et rapporter au mieux le Libor +1%. Les deux promoteurs ont obtenu des capitaux qui produisaient peu ou pas de bénéfices. 1 De nombreuses tranches super senior de CDO multisectoriels adossés à des effets de faible solvabilité ont finalement été inscrites comme sans aucune valeur en comptabilité. Les deux systèmes ont exploité des erreurs d évaluation d investisseurs trop naïfs ou ne disposant pas de connaissances suffisantes. Après les premières mauvaises surprises de l été 2007, l univers financier a subi en octobre une deuxième onde de choc. Le 5 octobre 2007, Merrill Lynch annonçait des amortissements d un montant de 4,5 milliards de dollars américains sur des CDO garantis par des hypothèques. Trois semaines plus tard, les pertes étaient passées à 7,9 milliards de dollars. Citicorp ne connut pas un sort plus favorable : après une première prévision de pertes de 8 milliards de dollars, une correction à 11 milliards de dollars a suivi au quatrième trimestre Définition tirée de la version anglaise de Wikipedia (www.wikipedia.org). Comment a-t-il été possible que deux banques leader dans les opérations de gestion du risque 1) aient subi des pertes aussi importantes et 2) aient dû les corriger fortement à la hausse en à peine quelques semaines? Principalement à cause des tranches super senior de CDO multisectoriels. Dans notre numéro d Inform, nous nous interrogions sur la raison pour laquelle les banques d Amérique du Nord ont accordé pour des milliards d hypothèques de second rang (subprime) à des personnes qui n étaient en réalité pas solvables (incroyable mais vrai : 43% des hypothèques accordées entre 2005 et 2007 l ont été sans justificatif de revenus). Dans la mesure où les banques ne voulaient pas conserver des risques de ce type dans leur bilan, elles les ont transformées en titres matérialisés (residential mortgage backed securities, RMBS) revendus ensuite à des investisseurs du monde entier. Les hypothèques ont ainsi été cédées contre une taxe, vendues contre une taxe à des banques d investissement, groupées et émises moyennant une nouvelle taxe. Que sont les RMBS? Les RMBS (residential mortgage backed securities) sont des titres adossés à des créances couvertes par un portefeuille composé de crédits immobiliers. Ces titres sont émis par des sociétés à but unique (special purpose vehicles ou SPV) créées dans le but exclusif d émettre des ABS. La SPV investit dans un portefeuille de valeurs patrimoniales (par exemple des hypothèques) financées par plusieurs tranches de RMBS qui sont ensuite vendues aux investisseurs en fonction de leur catégorie de risque. Les investisseurs achetaient ces RMBS et les conservaient comme des placements directs ou, et ce fut fréquemment le cas, les structuraient dans d autres instruments de placement dénommés CDO (collateralised debt obligations), créant ainsi une «titrisation de titrisation». Par la suite, des ABS de second rang (asset-backed securities subprime) étaient structurées en montages ABS-CDO (voir graphique 1) à nouveau réorganisés en tranches de capital présentant des risques différents. Les pertes possibles étaient d abord supportées par les tranches Equity.

4 Graphique 1 : Structure de base et tranches des ABS subprime Structure de base des ABS subprime Tranche Taille Couverture de crédit AAA 80% 20% AA 10% 10% A 4% 6% BBB 4% 2% Equity 2% 0% CDO multisectoriels Portefeuille de titres hypothèques, crédits, emprunts, ABS, CDO Tranche super senior (AAA) Tranches junior (AAA AA) Tranche mezzanine (A BBB) Fonds propres 85% 10% Les tranches de capital mieux classées ne les subissaient que plus tard. Autrement dit : la tranche Equity des CDO absorbe les premiers 2% des pertes. Le domaine mezzanine les 3% suivants et la tranche junior les 10% suivants. Le domaine super senior n est touché que si les pertes dépassent 15% (2%+3%+10%). Que sont les CDO? Les CDO (collateralised debt obligations) sont de type similaire aux créances titrisées (ABS) mais sont couverts par un portefeuille de titres divers (crédits, emprunts d entreprises, ABS et même autres CDO). Les CDO sont émis par des sociétés à but unique (SPV) investies en valeurs patrimoniales et financés ensuite sur plusieurs tranches qui sont vendues aux investisseurs en fonction de leur goût du risque. La tranche supérieure de la structure de capital des CDO est dénommée super senior. 3% 2% Répartition des pertes Répartition des flux de trésorerie Les agences de notation estimaient comme faible la probabilité de pertes supérieures à 15%. Les agences de notation utilisent leurs propres modèles pour calculer la répartition des pertes et la période de survie (time to default) des valeurs sous-jacentes aux portefeuilles. Elles se servent souvent de simulations Monte-Carlo. Par exemple, elles établissent le nombre de cas de pertes sur calculs informatiques. Pour qu une tranche se voie attribuer une note AAA, elle doit par exemple chez S & P pouvoir «survivre» à un taux de perte de 30% des placements à taux fixe. 2 La tranche super senior des CDO a souvent été notée AAA, c est-à-dire nettement mieux que les emprunts individuels sous-jacents aux CDO. Cette notation AAA a permis à de nombreuses banques et assurances d acheter la tranche super senior des montages de crédit, sans violer aucune restriction ni avoir à disposer d une couverture en capital importante. Par rapport à d autres produits AAA, les CDO étaient par ailleurs extrêmement avantageux. En juin 2007, l écart moyen pour les émissions d emprunts avec une notation similaire (AAA) se présentait comme suit : Tableau 1 : Ecart de rendement entre les obligations «normales» et un CDO ABS High Grade Generic Confédération 8 ans AAA/Aaa/AAA 22 pb Generic EIB 8 ans AAA/Aaa/AAA 13 pb Generic Lettre de gage allemande 8 ans AAA/Aaa/AAA 3 pb Generic Covered Bond espagnol 8 ans AAA/Aaa/AAA +3 pb Generic General Electric 8 ans AAA/Aaa/AAA +5 pb Generic ABS CDO High Grade 8 ans AAA/Aaa/AAA +60 pb Voilà qui semble très bon marché! Oui, mais comment estil possible que, pour des évaluations effectuées par la même société de notation, on constate des différences de plus de 80pb au niveau AAA? Serait-il possible que toutes les notes AAA ne se vaillent pas? Ou, pour l exprimer autrement : comment un instrument de placement peut-il posséder des particularités miraculeuses tout en étant parfait et bon marché? En voici l explication : un portefeuille de 300 obligations avec une notation moyenne de BBB- par exemple (c està-dire neuf niveaux en dessous de la note maximale AAA) est bien mélangé et réparti en tranches. L une d entre elles est notée AAA. Logiquement, certaines des tranches devraient être évaluées nettement moins bien que la valeur 2 The Promise and Perils of Credit Derivatives : Partnoy, Skeel ; University of Pennsylvania Law School 4

5 moyenne BBB- et présenter un très fort risque de pertes. C est exactement ce qui s est produit pour les CDO couverts par des crédits subprime. Nombre d emprunts sousjacents se sont avérés tout simplement sans valeur. La tranche super senior du montage global n a jamais valu AAA. Cela a résulté du fait que les modèles des agences de notation ont été élaborés en communauté étroite avec les banquiers d investissement. Les initiateurs des CDO ont mélangé les données, les hypothèses et les sécurités jusqu à atteindre une évaluation AAA pour les tranches supersenior. Le calibrage de modèles et de portefeuilles devait assurer non seulement la notation maximale mais également un attrait très fort pour ces emprunts au moment de l émission. Comment? C est très simple : dans chaque catégorie de notation, on a toujours intégré les emprunts avantageux, indépendamment de l évaluation prévue de ces émetteurs. Un exemple : plus des trois quarts de tous les CDO émis aux Etats-Unis avant 2002 contenaient une position WorldCom d environ 1% du pool, ce titre étant avantageux par rapport à son évaluation BBB+ (de l époque). Quelques mois plus tard, WorldCom annonçait sa faillite. Suite à cette méthode, les schémas de Ponzi et autres transactions similaires se ressemblent sur bien des points. Une différence reste toutefois évidente : Ponzi n a pas perdu d argent alors que les banques d investissement ont dû assumer de lourdes pertes. Les CDO ont évolué rapidement de structures relativement simples (par exemple un pool) d emprunts d entreprises en CDO ABS et même en CDO de CDO (appelés également CDO 2 ). Les CDO multisectoriels se situent entre ces deux catégories. Comme si cet emboîtement ne suffisait pas, on a créé une différence supplémentaire : les CDO of ABS High Grade et les CDO of ABS Mezzanine. Le high grade se compose d ABS sous-jacents avec une notation généralement AAA- à AA. Ces montages peuvent toutefois être investis jusqu à 25% dans d autres CDO notés AAA- ou AA. En d autres termes : jusqu à 25% de leur structure peut être une CDO 2. En revanche, les CDO de ABS mezzanine sont composés généralement de ABS notés BBB. Que signifie mezzanine? Le «capital mezzanine» est un terme financier pour des crédits de rang subordonné ou des droits de préemption sur des valeurs d entreprises dont l antériorité est supérieure uniquement à celui des actionnaires de l entreprise. Quel est le coût de cette pagaille? Essayons maintenant d évaluer les pertes des institutions financières actives dans les opérations CDO en 2006/2007. Comme on le sait, UBS et Merrill Lynch ont dû amortir la plupart de leurs positions super senior de CDO ABS couverts par des hypothèques subprime! 3 Selon le tableau ci-dessous, la majeure partie des émissions de CDO date de 2006 et 2007, soit des deux années durant lesquelles la qualité des sous-jacents a le plus souffert en raison de la crise des subprime. Tableau 2 : Emissions de CDO de 2003 à 2007 Emissions de CDO par an (en millions de dollars américains) Total Citigroup Merrill Lynch Deutsche Bank Goldman Sachs UBS Credit Suisse JP Morgan Bear Stearns Morgan Stanley Barclays Lehman Brothers RBS La question est maintenant la suivante : Les banques disposent-elles d un capital suffisant pour couvrir de telles pertes? La société indépendante d analyse CreditSights localise la plupart des pertes attendues (voir tableau 3 : colonne amortissements modélisés) chez Citicorp, UBS et Merrill Lynch. Toutefois, si l on compare ces chiffres avec le capital social fin 2006 et les bénéfices nets de 2006, Bear Stearns, Dresdner, Merrill et UBS sont dans la plus mauvaise situation. 3 Au 11 décembre 2007, UBS a amorti 9,6 milliards de dollars américains sur 21,8 milliards de ses portefeuilles de CDO ABS super senior. Merrill Lynch a amorti 5,8 milliards de dollars américains sur 14,2 milliards. 5

6 Tableau 3 : Pertes prévues et comparaison avec 2006 : Capital social et bénéfices nets (en millions de dollars américains) Amortissements Capital 2006 Bénéfice net 2006 Amortissements/ capital Amortisse- Nbre de trimestres ments/ pour la compensation des bénéfice net pertes Citigroup (including SIV) ,62% 97,97% 3,92 UBS ,92% 111,81% 4,47 Merrill Lynch ,08% 125,35% 5,01 Goldman Sachs ,58% 53,48% 2,14 Barclays ,88% 50,23% 2,01 JP Morgan ,54% 28,39% 1,14 Lehman Brothers ,32% 97,33% 3,89 Morgan Stanley ,73% 50,86% 2,03 Société Générale ,02% 54,01% 2,16 Bear Stearns ,38% 155,79% 6,23 Crédit Agricole ,62% 47,87% 1,91 Dresdner ,45% 156,87% 6,27 RBS ,28% 17,79% 0,71 Credit Suisse ,56% 19,04% 0,76 Deutsche Bank ,38% 13,73% 0,55 Autre critère d évaluation : le nombre de trimestres qui seraient nécessaires à couvrir les pertes sur la base des résultats de La Dresdner, par exemple, aurait besoin de 6,27 résultats trimestriels, Bear Stearns de 6,23 et Merrill Lynch de 5 résultats trimestriels. La plupart des amortissements modélisés sont toujours nettement supérieurs à ceux que les banques ont déjà communiqués. CreditSights prévoit ainsi que la Société Générale annoncera encore plus de 3 milliards de dollars américains de pertes, ce qui correspond encore à presque deux trimestres de bénéfices moyens Les principales inquiétudes concernent la Dresdner pour laquelle on prévoit encore des pertes non annoncées pour un montant de 1,7 milliard de dollars ou presque cinq résultats trimestriels. Les soucis sont quelque peu apaisés par le fait que Dresdner fait partie du groupe Allianz, capable de maîtriser une telle situation grâce à sa puissance financière. Tableau 4 : Pertes attendues et comparaison avec les pertes déjà annoncées pour les CDO ABS super senior (en millions de dollars américains) Amortissements modélisés Connus Attendus Nbre de trimestres pour la compensation des pertes attendues UBS ,55 Barclays ,94 Société Générale ,96 Crédit Agricole ,13 Dresdner ,81 RBS ,24 Credit Suisse ,62 Deutsche Bank ,20 Toutes les titrisations ne sont pas mauvaises Faut-il désormais se méfier de tous les crédits titrisés? Nous pensons que non. Le déclassement indistinct de divers instruments de titrisation principalement liés à la consommation offre des opportunités aux investisseurs professionnels. Nous détaillons ci-dessous les instruments les plus fréquemment rencontrés dans l espace européen. Lettres de gage Dans les pays germanophones en tout cas, les lettres de gage sont probablement l instrument de titrisation le plus ancien. 6

7 En Suisse, la loi n autorise que deux institutions à émettre des lettres de gage : La centrale d émission des Banques Cantonales Suisses (PFZENT) et la Pfandbriefbank Schweizerischer Hypothekarinstitute (PSHYPO). La Loi sur l émission de lettres de gage adoptée dès 1930 constitue la base du système suisse des lettres de gage. Les deux institutions comptabilisent des crédits émis pour un montant de CHF 46 milliards. Les hypothèques représentent la principale valeur de gage, le taux d endettement (loan to value, LTV) étant limité à 60% de la valeur de marché. Les deux émetteurs possèdent des banques (publiques ou privées). Toutes sont notées AAA par Moody s. Conclusion : il s agit d une classe de placement extraordinairement solide qui ne crée aucune inquiétude. Les lettres de gage allemandes (ou autrichiennes) se répartissent en deux catégories : Les lettres de gage publiques sont assurées par des emprunts publics aux communes ou aux entités étatiques. Les lettres de gage hypothécaires sont assurées par les droits de gage immobiliers et des hypothèques commerciales. La lettre de gage allemande est la valeur de marché la plus importante avec plus d un milliard d euros de créances émises. Tout comme le système suisse de lettres de gage, le système allemand est réglé par une loi. Les crédits hypothécaires sont autorisés comme des garanties usuelles jusqu à seulement 60% du taux d endettement. La plupart sont notés AAA, mais Moody fait dépendre sa notation de la banque émettrice en cas d incapacité de paiement. Les crédits sont toutefois protégés contre l insolvabilité. Conclusion : les lettres de gage publiques disposent d une couverture nettement meilleure que les lettres de gage hypothécaires dans la mesure où les institutions émettrices (corporations publiques) sont généralement notées AAA. Globalement, il s agit toutefois également d une classe de placement très solide qui ne donne lieu à aucune inquiétude. 4 Exception faite des pays germanophones, le Danemark est le plus vieux marché européen de lettres de gage. Covered bonds Peu utilisé jusqu à il y a dix ans, le système de lettres de gage 4 a été rapidement repris par d autres marchés européens et a permis aux banques de titriser une grande part de leurs actifs. Mises à part certaines spécificités nationales, les lettres de gage se caractérisent généralement comme suit : Emission par des instituts financiers L émission est réglée par la législation nationale ou sur base contractuelle (comme pour les covered bonds espagnols, néerlandais et britanniques). La garantie est constituée d un pool de valeurs qui permet d assurer les covered bonds contre l insolvabilité en cas d incapacité de paiement de l émetteur. En cas d insolvabilité, les valeurs de garantie de chacun des émetteurs sont isolées. Les créances des détenteurs d emprunts sont ainsi traitées prioritairement dans la mesure où eux seuls peuvent accéder à ce pool de valeurs. Moody s applique l approche joint default qui prend en compte aussi bien la solvabilité de l émetteur que la valeur du pool de valeurs. Tant que l émetteur a un certain succès économique (flux de trésorerie stables, bénéfices solides, etc.), le modèle Moody s EL (EL = Expected Loss) ne fait apparaître aucune perte. En cas d insolvabilité de l émetteur, la perte finale est calculée sur la base de la valeur du pool de garantie. Les taux d endettement diffèrent d un pays à l autre (en général 60%, jusqu à 80% en Espagne et aux Pays- Bas). Certains pays limitent l utilisation d emprunts commerciaux (à 10% en Irlande et aux Pays-Bas). Globalement, la classe de placement est très solide. Elle constitue toutefois également une décision d investissement pour les marchés immobiliers et de nombreux petits instituts bancaires utilisent ces lettres de gage pour élargir leur bilan (voir Northern Rock, petites banques espagnoles, certaines banques irlandaises). C est la raison pour laquelle nous distinguons clairement les obligations foncières et lettres de gages françaises (très solides) et les titres néerlandais (solides) des lettres de gages britanniques, irlandaises et surtout espagnoles (faibles) qui portent sur des marchés immobiliers en surchauffe. Il faut surtout être vigilant pour les titres des petits acteurs dans ces trois derniers pays. Conclusion : il s agit ici de choisir intelligemment les bonnes valeurs. En revanche, la prudence est de mise pour les petits émetteurs espagnols et les titres britanniques à fort taux d endettement. 7

8 ABS (cartes de crédit) Les ABS (asset backed securities) de cartes de crédit sont des obligations adossées à des créances de cartes de crédit. Ces ABS se structurent différemment de la plupart des autres classes ABS dans la mesure où ils sont émis par un master trust, une société a but unique semi-permanente qui peut émettre diverses lignes de titres sur une période donnée. En d autres termes, les ABS adossés à des créances de cartes de crédit ne sont rien d autre qu une titrisation de bilans bancaires, tout comme les RMBS évoqués précédemment. Par exemple, les ABS émis par Citibank Credit Card Issuance Trust 5 sont garantis par un pool de 75 milliards de dollars américains de créances de cartes de crédit de VISA, Mastercard et AMEX, avec 43 millions de comptes présentant un solde moyen de 1750 dollars. Ces sociétés sont protégées contre l insolvabilité (bankruptcy-remote) par la notation de l émetteur. Les tranches les plus liquides sont les emprunts AAA disponibles sur le marché. Leur valeur intrinsèque dépend (à nouveau) de la qualité du pool de valeurs qui se mesure sur la base des pertes nettes et d un fonds de réserve qui est alimenté par la différence entre les paiements des clients et les coûts (pertes comprises) du trust. En principe, leur attachment point (seuil à partir duquel les AAA sont concernés par la perte de la garantie) est élevé et s établit à 12% 15%. Il existe par ailleurs un fonds de réserve supplémentaire (spread account) constitué pendant toute leur durée de vie. En conséquence, ils peuvent également couvrir des pertes importantes du pool. Conclusion : ici encore, une démarche sélective est de mise. Achetez les bons ABS (pools de cartes de crédit de Citicorp, Bank of America) et bien sûr uniquement ceux qui sont notés AAA. 5 Fitch : Citibank Credit Card Issuance Trust credit analysis, 12 octobre 2007 GIC (assurances vie) Les GIC (guaranteed investment contracts) sont des emprunts adossés à des assurances vie. Une société à but unique protégée contre l insolvabilité émet des emprunts ou des titres et utilise les bénéfices pour acheter un funding agreement sur les placements en capitaux généraux de l assureur vie. Dans la mesure où les lois d assurance de nombreux états américains prévoient expressément les mêmes priorités de paiement pour les funding agreements que pour les polices d assurance, les GIC sont assimilés aux créances de titulaires de polices (clause pari passu). Au cours des dernières années, des GIC ont été émises pour un montant d au moins USD 300 milliards. En cas d insolvabilité, les funding agreements bénéficient en conséquence d une priorité sur les autres créanciers généraux de l assureur. La valeur intrinsèque est déterminée non seulement à partir du pool GIC mais également sur la base de la solvabilité de l assureur. Il s agit d une classe de placement solide qui dépend toutefois de la notation de l assureur. En conséquence, il faut examiner celle-ci au cas par cas, pour chaque entreprise, et déterminer l exposition aux risques subprime. Le revers de la médaille : si l entreprise a des difficultés avec ses valeurs patrimoniales, la structure GIC subit également une pression. A l inverse, on remarquera que les titulaires d emprunts sont assimilés aux assurés en cas d insolvabilité et ont priorité sur les détenteurs de senior bonds. De plus, les titulaires de GIC bénéficient du flux de trésorerie opérationnel de l entreprise dans son activité principale, la vente d assurances vie. Conclusion : il faut être très sélectif pour cette classe de placement et se concentrer sur des émetteurs de très grande qualité. Perspectives : prudence et sélectivité Tout d abord, il faudrait que le système digère toutes les pertes de subprime attendues. Par rapport aux USD milliards de l économie américaine, 150 milliards ne feront pas la différence. Même si les pertes ont été engagées à au moins 50% dans des structures CDO, elles semblent pouvoir être digérées si l on considère les bénéfices des banques américaines et européennes, qui se sont élevés à USD 290 milliards en Cela ne signifie pas que nous voulons minimiser la crise actuelle. Mais elle peut être 8

9 surmontée si l on se rappelle le vaste éventail d instruments dont disposent les banques pour améliorer leurs bilans (augmentations de capital comme pour Citigroup et UBS, réduction des dividendes, vente de valeurs patrimoniales extérieures aux activités fondamentales). De plus, les banques centrales (même en Grande-Bretagne) s engagent désormais activement pour supprimer les pénuries de liquidités sur les marchés monétaires et autorisent les transactions de refinancement de divers instruments qui n auraient pas été possibles dans le passé. Aux Etats-Unis, la crise des subprime pourrait être atténuée par de fortes baisses du taux directeur (selon nous de 4,5% à 3% minimum dans les six prochains mois) : les conséquences des ajustements ARM 6 en deviendraient plus supportables pour toutes les familles qui ont été trompées par des taux d appel. Les pertes à prévoir, de même que les exécutions forcées, et donc les pertes, s en trouveraient ainsi réduites. Par ailleurs, des baisses de taux peuvent contribuer à affaiblir la pénurie toujours plus marquée sur les marchés monétaires. Les conditions plus difficiles s expliquent par le fait qu un endettement aussi important que par le passé ne sera plus possible à l avenir dans les bilans. D une part en raison des SIV qu il faut réintégrer dans les bilans (actifs supplémentaires) et d autre part en raison des pertes de capital dues aux investissements subprime et CDO (moins de capital). Les propositions du ministre américain des finances Henry Paulson (gel des crédits subprime consentis sous certaines conditions entre le 1 er janvier 2005 et le 31 juillet 2007) pourraient stabiliser quelque peu le marché hypothécaire américain. Environ un tiers des prêts pourrait être modifié rapidement et simplement. Cela aiderait les propriétaires immobiliers à éviter une insolvabilité. Naturellement, il est difficile d estimer le nombre de propriétaires qui seraient réellement insolvables et de savoir combien d entre eux bénéficieraient d un tel programme, d autant plus que les financiers hypothécaires ont déjà, pour leur part, proposé à leurs clients un ajustement de leurs crédits. Tous ces produits «poupées russes» pourraient déclencher aux Etats-Unis une vague de plaintes juridiques similaire à celle qui a suivi les scandales Enron et WorldCom. Et, comme l histoire ne fait que se répéter, nous prévoyons que le rôle des agences de notation sera également remis en question. En 2008, les produits ABS pourraient encore connaître des temps difficiles en Europe, d une part en raison d une demande plus faible pour ces valeurs et d autre part à cause de la correction prévue dans le secteur immobilier, du moins pour les marchés espagnol et irlandais en surchauffe. Nous prévoyons en conséquence que l importante volatilité sur les marchés de crédit, déjà observée au deuxième semestre 2007, se maintiendra probablement ces prochains trimestres, parallèlement à la durée du processus de désendettement du secteur financier. Enfin, nous aimerions souligner à nouveau que le choix d un instrument de crédit basé exclusivement sur la notation et les prix (comme par exemple les CDO mais également dans le passé Enron et WorldCom) s est une fois encore révélé peu fiable. Comme nous l avons déjà expliqué, toutes les opérations financières structurées ne sont pas mauvaises en soi. En périodes de grandes incertitudes et de corrections des marchés, les investisseurs peuvent parfois bénéficier de possibilités intéressantes. La décision de savoir à qui l on confiera son argent, du moins dans l univers du crédit, dépendra toujours plus de la capacité d évaluer de manière véritablement professionnelle la qualité intrinsèque et les risques réels des entreprises, instituts financiers et produits financiers structurés, plutôt que d une croyance aveugle dans des notations à la Potemkine 7. 6 Les prêts hypothécaires à taux variable sont des crédits hypothécaires dont le taux est adapté à un indice (Libor, bons du trésor américain) à intervalles réguliers. On propose un taux d intérêt initial très faible (taux d appel) et donc un remboursement extrêmement bas, ce qui permet aux emprunteurs moins solvables de s engager dans des crédits beaucoup plus élevés que leurs moyens ne leur permettent. Les ARM (adjustable rate mortgage) reposent normalement sur le modèle 2 28 selon lequel les taux d appel (Libor +1%) s ajustent aux nouvelles conditions du marché au bout de 24 mois (Libor +6%). 7 Selon cette désignation s inspire du feld-maréchal et prince Grigori Potemkine. Selon une légende moderne, le favori (et amant) de la tzarine russe Catherine II fit monter des coulisses le long des routes qui traversaient les villages avant la visite de sa maîtresse en Crimée nouvellement conquise afin de se présenter sous un jour meilleur. 9

10 Impressum Editeur Swisscanto Asset Management SA, Waisenhausstrasse 2, 8021 Zurich Rédaction Paul Winiger Auteur Mirko Santucci, gérant de portefeuille senior Graphiques, tableaux Source : Swisscanto, CreditSights, CreditFlux, Bloomberg Parution Trimestrielle Internet Cette publication est disponible en format pdf sous Abonnement et commande d exemplaires Tél ou sur Internet : Swisscanto Asset Management SA, Zurich

11 SC2 5001f 1.08

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

La crise du subprime

La crise du subprime La crise du subprime Inform informations générales pour les investisseurs institutionnels 4 e trimestre 2007 Swisscanto le centre de compétence des Banques Cantonales En tant que prestataire de services

Plus en détail

Henri Houben Université marxiste d été 20 août 2008

Henri Houben Université marxiste d été 20 août 2008 La crise des subprimes Henri Houben Université marxiste d été 20 août 2008 La crise des subprimes 1. Qu est-ce qu un subprime? 2. Le mécanisme de la crise 3. La gravité de la crise 4. Conclusions 2 La

Plus en détail

Forum ESSEC «Questionner la crise»

Forum ESSEC «Questionner la crise» Forum ESSEC «Questionner la crise» Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle Mer cr edi 17 décembr e 2008 Changement de business model des banques Quel est le business

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Point de la situation pour les obligations

Point de la situation pour les obligations Point de la situation pour les obligations Inform informations générales à l intention des investisseurs institutionnels 3 e trimestre 2005 Situation initiale : composantes du taux d intérêt d un emprunt

Plus en détail

Informations générales pour les investisseurs institutionnels 3 e trimestre 2009. Inform Les emprunts d entreprise au banc d essai

Informations générales pour les investisseurs institutionnels 3 e trimestre 2009. Inform Les emprunts d entreprise au banc d essai Informations générales pour les investisseurs institutionnels 3 e trimestre 29 Inform Les emprunts d entreprise au banc d essai Swisscanto le centre de compétence des Banques Cantonales En tant que prestataire

Plus en détail

Obligations High Yield : évaluations attrayantes

Obligations High Yield : évaluations attrayantes Obligations High Yield : évaluations attrayantes Inform informations générales pour les investisseurs institutionnels 2 e trimestre 2008 Swisscanto le centre de compétence des Banques Cantonales En tant

Plus en détail

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015 Berne, le 7 août 2015 Communiqué de presse Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile Au cours du premier semestre 2015, la Banque Cantonale Bernoise (BCBE) a développé ses cœurs

Plus en détail

Des évolutions favorables à la concentration des banques

Des évolutions favorables à la concentration des banques 8 février 8 - N 57 Des évolutions favorables à la concentration des banques RECHERCHE ECONOMIQUE Rédacteur : Patrick ARTUS Nous pensons que les évolutions récentes, étant favorables aux banques de grande

Plus en détail

Gestion de placements mixtes chez Swisscanto

Gestion de placements mixtes chez Swisscanto Gestion de placements mixtes chez Swisscanto Inform Informations générales pour les caisses de pension 1 er trimestre 2005 Gestion de placements mixtes chez Swisscanto Dans le cadre de la gestion de placements

Plus en détail

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Dans le cadre de son mécanisme permanent d octroi de liquidités, la Banque du Canada

Plus en détail

Informations financières sur le fonds de stabilisation

Informations financières sur le fonds de stabilisation Informations financières sur le fonds de stabilisation SNB StabFund Société en commandite de placements collectifs (fonds de stabilisation) constitue, avec ses filiales, un placement collectif fermé au

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Paris, le 21 novembre 2007 Communiqué de presse Standard and Poor s vient de confirmer la notation AA de CNP Assurances et n attend pas d impact de la crise des subprimes mortgages sur la solidité financière

Plus en détail

Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds

Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds Inform informations générales pour les investisseurs institutionnels 3 e trimestre 2006 Swisscanto le centre de compétence des Banques Cantonales

Plus en détail

Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie parle de la crise financière internationale : Ses origines, ses répercussions sur le plan

Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie parle de la crise financière internationale : Ses origines, ses répercussions sur le plan Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie parle de la crise financière internationale : Ses origines, ses répercussions sur le plan nationalinternational et ses enseignements I -Quelles sont les origines

Plus en détail

Swisscanto (LU) Bond Invest Global High Yield. Edition pour la Suisse, l Allemagne, l Autriche, le Liechtenstein et le Luxembourg

Swisscanto (LU) Bond Invest Global High Yield. Edition pour la Suisse, l Allemagne, l Autriche, le Liechtenstein et le Luxembourg Swisscanto (LU) Bond Invest Global High Yield Edition pour la Suisse, l Allemagne, l Autriche, le Liechtenstein et le Luxembourg Le défi : Investir dans des obligations high yield Notion La capacité d

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N O 1

TRAVAUX PRATIQUES N O 1 FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAUX PRATIQUES N O 1 Introduction aux produits dérivés Par : GHLAM Karim Professeur responsable : MORESINO Francesco Assistant : RIBON Stéphane Genève, 05.10.2012 Haute École

Plus en détail

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Le découplage du risque et des capitaux Une meilleure répartition du risque? Les enjeux pour les institutions

Plus en détail

Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses EDITION SPÉCIALE

Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses EDITION SPÉCIALE EDITION SPÉCIALE Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses L indice perd 1,83% en janvier 2015 La mauvaise performance de janvier se reflète également dans l allocation

Plus en détail

NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE M. CLAUDE BERGERON DEVANT LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES

NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE M. CLAUDE BERGERON DEVANT LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES NOTES POUR LA PRÉSENTATION DE M. CLAUDE BERGERON DEVANT LA COMMISSION DES FINANCES PUBLIQUES Québec, le 12 mai 2009 Seul le texte prononcé fait foi Monsieur le président, madame et messieurs les députés,

Plus en détail

INFORM OBLIGATIONS DE PREMIÈRE QUALITÉ ET OBLIGATIONS À HAUT RENDEMENT: AUGMENTER LE RENDEMENT ET DIMINUER LE RISQUE GRÂCE À UNE JUSTE COMBINAISON

INFORM OBLIGATIONS DE PREMIÈRE QUALITÉ ET OBLIGATIONS À HAUT RENDEMENT: AUGMENTER LE RENDEMENT ET DIMINUER LE RISQUE GRÂCE À UNE JUSTE COMBINAISON 2 2002 INFORM INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION OBLIGATIONS DE PREMIÈRE QUALITÉ ET OBLIGATIONS À HAUT RENDEMENT: AUGMENTER LE RENDEMENT ET DIMINUER LE RISQUE GRÂCE À UNE

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Introduction Une obligation structurée, également connue sous la dénomination de Structured Note, a les caractéristiques principales d une obligation : un émetteur, une durée déterminée,

Plus en détail

Covered Bonds et Titrisation

Covered Bonds et Titrisation Covered Bonds et Titrisation Marie-Agnès Nicolet Présidente et Fondatrice REGULATION PARTNERS marieagnes.nicolet@regulationpartners.com +33 (6) 58 84 77 40 / +33 (1) 46 22 65 34 02/04/2014 1 I. Obligations

Plus en détail

Dès le début des années 2000, les transferts

Dès le début des années 2000, les transferts 38-43 DriveBisCor.qxd 17/07/13 10:57 Page 38 SAVOIRS par Dominique Beudin Les dérives des dérivés de crédit Les produits dérivés permettent de transférer les risques de certaines opérations financières.

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Dans le cadre de son mécanisme permanent d octroi de liquidités, la Banque du Canada

Plus en détail

Profiter d être un investisseur de la première heure. Swisscanto (LU) Bond Invest CoCo

Profiter d être un investisseur de la première heure. Swisscanto (LU) Bond Invest CoCo Profiter d être un investisseur de la première heure Swisscanto (LU) Bond Invest CoCo Le défi : les banques ont besoin de nouveaux fonds propres Les effets de la crise financière Le traitement de la crise

Plus en détail

Prêt pour une hausse du taux Libor USD à 3 mois?

Prêt pour une hausse du taux Libor USD à 3 mois? Deutsche Bank AG (DE) (A+/Aa3) À QUOI VOUS ATTENDRE? Deutsche Bank AG (DE) est émis en dollars américains (USD) par Deutsche Bank AG et vous fait bénéficier d une hausse éventuelle des taux d intérêt à

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Une obligation pas comme les autres Sommaire Introduction 5 Nature de l investissement 7 Avantages et inconvénients 7 Mécanismes de performance 8 Avec ou sans protection du capital

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 :

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 : 26 Février 2009 Résultats 2008 : Informations financières spécifiques (basées sur les recommandations du Forum de Stabilité Financière en matière de transparence financière) Expositions sensibles basées

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

2. Une rentabilité confortée par la hausse du produit net bancaire PNB et la baisse du coût du risque

2. Une rentabilité confortée par la hausse du produit net bancaire PNB et la baisse du coût du risque . Une rentabilité confortée par la hausse du produit net bancaire PNB et la baisse du coût du risque Après une année 9 encore impactée par la crise pour certains établissements, l amélioration en 1 de

Plus en détail

L obligation foncière allemande

L obligation foncière allemande L obligation foncière allemande Présentation à l ACFAS 2012 Alexander Reimers 1 L obligation foncière Un produit de titrisation de crédits hypothécaires à la rescousse des banques allemandes touchées par

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 21 mars 2013 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

BLACKROCK GLOBAL FUNDS

BLACKROCK GLOBAL FUNDS CE DOCUMENT EST IMPORTANT ET REQUIERT VOTRE ATTENTION IMMÉDIATE. En cas de doute quant aux mesures à prendre, consultez immédiatement votre courtier, votre conseiller bancaire, votre conseiller juridique,

Plus en détail

Alternatives d investissement

Alternatives d investissement Trends 09 10.11 Alternatives d investissement Senior Loans une classe d actifs innovante Dirk Wieringa, Alternative Investments Advisory Les emprunts de premier rang également appelés Senior Loans sont

Plus en détail

Directives de placement. Helvetia Fondation de placement. Edition 2014. Votre fondation de placement suisse.

Directives de placement. Helvetia Fondation de placement. Edition 2014. Votre fondation de placement suisse. Directives de placement Helvetia Fondation de placement Edition 0 Votre fondation de placement suisse. Directives de placement Principes généraux Le conseil de fondation adopte les directives de placement

Plus en détail

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2 Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1 François Longin 2 Résumé Cet article insiste sur le changement de business model des banques qui peut constituer une explication

Plus en détail

NoventusCollect. Règlement de placement Selon les disposition de l ordonnance OPP 2

NoventusCollect. Règlement de placement Selon les disposition de l ordonnance OPP 2 NoventusCollect Règlement de placement Selon les disposition de l ordonnance OPP 2 Édition 2004 Placements en pool de type K Table des matières A Généralités 3 Art. 1 Objectifs de la politique de placement

Plus en détail

Communication sur nos fonds monétaires

Communication sur nos fonds monétaires Les marchés financiers ont reculé la semaine dernière sous l effet des publications de bénéfices de grandes banques américaines. Merrill Lynch a déprécié des actifs hypothécaires pour un montant de 7,9mds

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Question 1: Analyse et évaluation des obligations (56 points) Vous travaillez pour le département de trésorerie d une banque internationale. L établissement bénéficie d une très bonne réputation et peut

Plus en détail

La loi qui valait 300 milliards d euros

La loi qui valait 300 milliards d euros David Benamou +44 330822 03 74 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Jérôme Legras +44 330 822 03 75 Jerome.legras@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Directives de placement

Directives de placement CREDIT SUISSE FONDATION DE PLACEMENT 2E PILIER Directives de placement 1 avril 2015 Sommaire Article Page 1 Principes généraux 2 2 Portefeuilles mixtes (Balanced Portfolios) 4 2.1 CSF 2 Mixta-LPP 25 4

Plus en détail

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT ESILV UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT Vivien BRUNEL 05/12/2014 1 AGENDA INTRODUCTION LE TRANSFERT DU RISQUE DE CREDIT A. DERIVES DE CREDIT B. TITRISATION LA CRISE DES SUBPRIMES ET SES PROLONGEMENTS

Plus en détail

Obligations. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Obligations. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Qu est-ce qu une obligation? 3 Définition 3 Différences entre actions et obligations

Plus en détail

CEPII. L économie mondiale 2009

CEPII. L économie mondiale 2009 CEPII L économie mondiale 2009 PREMIÈRE PARTIE L état de l économie mondiale I / La croissance a trouvé ses limites Agnès Chevallier* La poursuite de la croissance mondiale a buté, en 2007, sur deux limites.

Plus en détail

Objectifs d investissement

Objectifs d investissement EURO RENDEMENT 2015 Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement risqué alternatif à un investissement dynamique risqué de type actions

Plus en détail

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010 Bâle II Changements en cours Janvier 2010 Sommaire Renforcer de la résistance du secteur bancaire Les raisons des changements. Les fonds propres. Risque de contrepartie. Introduction d un ratio de levier

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Menu Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Fiscalité

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 20.10.2015 COM(2015) 509 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL présenté en vertu de l article 503 du règlement (UE) nº 575/2013 Exigences

Plus en détail

Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior

Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior 1 Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior Intervenants 2 Jean-Marie Catala Groupama Asset Management Directeur du Développement Directeur Général Délégué Thibault de SAINT

Plus en détail

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT Les informations disponibles sur la présente documentation ont pour seule fin de donner une information générale à son lecteur. Elles ne constituent pas un

Plus en détail

Titrisation Analyse économique et financière

Titrisation Analyse économique et financière 1 Titrisation Analyse économique et financière Les premières opérations de titrisation furent réalisées aux Etats-Unis au début de la décennie 1970 par la Federal National Mortgage Association (Fannie

Plus en détail

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6 Placements financiers CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6 Protéger 100% du capital investi* à l'échéance tout en profitant de la hausse potentielle des taux longs. (*) Hors défaut et/ou faillite de l Émetteur.

Plus en détail

CHOIX DES MOYENS DE FINANCEMENT

CHOIX DES MOYENS DE FINANCEMENT CHOIX DES MOYENS DE FINANCEMENT Corynne Jaffeux Professeur Université Bordeaux 4 1 SOMMAIRE Les modes de financement des entreprises non cotées et des entreprises cotées La crise bancaire de 2007 et ses

Plus en détail

A la recherche de rendement. Les obligations Haut Rendement. Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit. Juin 2014

A la recherche de rendement. Les obligations Haut Rendement. Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit. Juin 2014 A la recherche de rendement Les obligations Haut Rendement Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit Juin 2014 Des taux historiquement bas Un taux allemand à 10 ans aujourd hui inférieur à 2 % < 2

Plus en détail

L he b d o Finan c e de la

L he b d o Finan c e de la - DU 24 Novembre AU 1 Décembre 2007 - Numéro 17 Dossier : Dossier : LES CO U R S Simulation d un prêt immobilier Titrisation p1-3 p-3-4 p-5-7 L he b d o Finan c e de la M A C S Ce bulletin d informations

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Emprunts

Plus en détail

HSBC SFH (France) Rapport sur la qualité des actifs au 30 Juin 2014

HSBC SFH (France) Rapport sur la qualité des actifs au 30 Juin 2014 HSBC SFH (France) Rapport sur la qualité des actifs au 30 Juin 2014 1 I. Prêts garantis 1) Répartition par catégories de créance, par types de contrepartie et par types de garantie : Date des données :

Plus en détail

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR Le présent document est une information sur la politique de meilleure exécution de Lyxor Asset Management et de Lyxor International Asset Management (ensemble

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de

Plus en détail

STATE STREET INVESTMENT ANALYTICS ANNONCE LES RÉSULTATS DE SON INDICE DES CAISSES DE PENSION SUISSES AU QUATRIÈME TRIMESTRE

STATE STREET INVESTMENT ANALYTICS ANNONCE LES RÉSULTATS DE SON INDICE DES CAISSES DE PENSION SUISSES AU QUATRIÈME TRIMESTRE STATE STREET INVESTMENT ANALYTICS ANNONCE LES RÉSULTATS DE SON INDICE DES CAISSES DE PENSION SUISSES AU QUATRIÈME TRIMESTRE L indice des caisses de pension suisses affiche un rendement en baisse de 8,79

Plus en détail

Comment mieux comprendre les agences de notation financière?

Comment mieux comprendre les agences de notation financière? Comment mieux comprendre les agences de notation financière? Document pédagogique AXA Group Solutions Web Shared Service/Digital Studio - Decembre 2012 Contact: Group Communications comint@axa.com + 33

Plus en détail

J.P. Morgan Asset Management. Obligations convertibles mondiales

J.P. Morgan Asset Management. Obligations convertibles mondiales DOCUMENT RESERVE AUX PROFESSIONNELS NE PAS DISTRIBUER AU PUBLIC J.P. Morgan Asset Management Obligations convertibles mondiales Antony Vallée, Responsable de la gestion convertibles Philosophie d investissement

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PLACEMENT

RÈGLEMENT DE PLACEMENT RÈGLEMENT DE PLACEMENT Sur la base de l article 49a OPP 2 ainsi que des articles 19 et 19a OLP, le Conseil de Fondation édicte le présent règlement de placement. Les dispositions d exécution, devant être

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E DEXIA ANNONCE LES RÉSULTATS DE LA REVUE STRATÉGIQUE DE FSA FSA QUITTE LE SECTEUR DES ABS ET SE CONCENTRE SUR LE MARCHÉ DES SERVICES FINANCIERS AU SECTEUR PUBLIC RENFORCEMENT

Plus en détail

REGLEMENT REGLEMENT RELATIF A LA CLASSIFICATION DES TYPES DE GARANTIES ET DES NANTISSEMENTS

REGLEMENT REGLEMENT RELATIF A LA CLASSIFICATION DES TYPES DE GARANTIES ET DES NANTISSEMENTS REGLEMENT RELATIF A LA CLASSIFICATION DES TYPES DE GARANTIES ET DES NANTISSEMENTS TABLE DE MATIÈRES 1. Introduction...1 2. Structure...2 2.1 Vue d'ensemble...2 2.2 Niveau 1...2 2.2.1 Règle 1...2 2.2.2

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Directives de placement

Directives de placement Directives de placement Valables dès le 1 er novembre 2014 Page 1 de 12 Directives de placement Les directives de placement suivantes sont édictées sur la base de l art. 12, al. 4 des statuts de VZ Fondation

Plus en détail

Ratio de liquidité LCR : changement de janvier 2013

Ratio de liquidité LCR : changement de janvier 2013 FORMATION RECOMMANDEE LES RATIOS DE LIQUIDITÉ BÂLE III 20 septembre et 3 décembre 2013 Connaître et comprendre les ratios de liquidité définis par Bâle III. Approfondir le contenu du ratio de liquidité

Plus en détail

Actifs gérés en extinction

Actifs gérés en extinction 15 juin 2010 Actifs gérés en extinction Des risques sous contrôle Michel Péretié Directeur de la Banque de Financement et d Investissement Actifs gérés en extinction: une analyse externe confirme le niveau

Plus en détail

Instabilité des marchés financiers : l influence des agences de notation. DOUADI Lila

Instabilité des marchés financiers : l influence des agences de notation. DOUADI Lila Instabilité des marchés financiers : l influence des agences de notation DOUADI Lila Maître Assistante A Chargée de cours : Marchés des capitaux Université de Tizi Ouzou lildouadi@yahoo.fr Résumé Le monde

Plus en détail

JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund

JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund Un placement obligataire flexible et une exposition pilotée aux taux d intérêt Insight + Process = Results Sortir de la gestion obligataire classique Après

Plus en détail

Le Groupe Société Générale a mis à jour une fraude exceptionnelle au sein d une sous-division de ses activités de marché.

Le Groupe Société Générale a mis à jour une fraude exceptionnelle au sein d une sous-division de ses activités de marché. Communiqué de Presse Le 24 janvier 2008 Pour diffusion immédiate Le Groupe Société Générale a mis à jour une fraude exceptionnelle au sein d une sous-division de ses activités de marché. Le Groupe devrait

Plus en détail

DEFINITION DE L UNIVERS D INVESTISSEMENT D UN FONDS OBLIGATAIRE OU MONETAIRE ET EXEMPLES DE PROPOSITIONS DE PHRASES A MENTIONNER DANS LE PROSPECTUS

DEFINITION DE L UNIVERS D INVESTISSEMENT D UN FONDS OBLIGATAIRE OU MONETAIRE ET EXEMPLES DE PROPOSITIONS DE PHRASES A MENTIONNER DANS LE PROSPECTUS Juillet 2014 DEFINITION DE L UNIVERS D INVESTISSEMENT D UN FONDS OBLIGATAIRE OU MONETAIRE ET EXEMPLES DE PROPOSITIONS DE PHRASES A MENTIONNER DANS LE PROSPECTUS Faisant suite à des échanges entre les professionnels

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

P ortés par la vague, ils se croyaient d habiles nageurs.» Ainsi André

P ortés par la vague, ils se croyaient d habiles nageurs.» Ainsi André L économie sociale en mouvement LA CRISE FINANCIÈRE DE L ÉTÉ 2007 : QUELQUES RÉFLEXIONS POUR LES BANQUES COOPÉRATIVES par Pierre Valentin (*) (*) Directeur financier du Crédit coopératif. Cet article analyse

Plus en détail

Le Conseil d administration de Dexia qui s est tenu le jeudi 5 février 2004 a pris connaissance du rapport d activité.

Le Conseil d administration de Dexia qui s est tenu le jeudi 5 février 2004 a pris connaissance du rapport d activité. Le 5 février 2004 COMMUNIQUE DE PRESSE Activité du groupe Dexia en 2003! Année record dans les services financiers au secteur public local! Reprise dans les services financiers de proximité! Encours de

Plus en détail

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Nous vous remercions de votre participation à cette étude d impact quantitative (EIQt n o 3), qui a pour but de recueillir de l information

Plus en détail

Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit

Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit Les modifications suivantes sont apportées au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements

Plus en détail

Brochure Commerciale. Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance 1

Brochure Commerciale. Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance 1 Brochure Commerciale DAILY 8.25 Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance DAILY 8.25 (possibilité de rappel anticipé quotidien) Produit de placement alternatif

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

La technique de la titrisation se caractérise par la combinaison de trois mécanismes :

La technique de la titrisation se caractérise par la combinaison de trois mécanismes : La technique de la titrisation La technique de la titrisation se caractérise par la combinaison de trois mécanismes : Le pooling : l assemblage par une institution financière d un portefeuille composé

Plus en détail

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 :

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : POUR DIFFUSION IMMÉDIATE CNW LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC OBTIENT UN RENDEMENT DE PREMIER DÉCILE DE 5,6 %, AJOUTANT 7,9 MILLIARDS DE DOLLARS

Plus en détail

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Parallèle entre dérivés de crédit et produits d assurance Déjeuner débat FFA Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université de Lyon, Conseiller scientifique

Plus en détail

GESTION D ACTIFS STANTON

GESTION D ACTIFS STANTON GESTION D ACTIFS STANTON REVUE DES MARCHÉS DE CRÉDIT DE SOCIÉTÉS Quatrième trimestre 214 Données de marché (Moy.) Taille Rendements Écart Durée Rendement le plus faible RENDEMENT DE LA CATÉGORIE D ACTIFS

Plus en détail

Fonds équilibré à rendement stratégique Manuvie

Fonds équilibré à rendement stratégique Manuvie Fonds équilibré à rendement stratégique Manuvie Les épargnants d aujourd hui ont deux défis à relever : se procurer un revenu malgré la faiblesse des taux d intérêt et trouver des placements pour faire

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Conférence ATEL - 11 décembre 2012 LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Marc-Antoine DOLFI, associé 1 PLAN DE PRESENTATION Le contrat de capitalisation 1. Description 2.

Plus en détail

Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre de 2011

Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre de 2011 Cote du document: EB 2011/103/R.35 Point de l ordre du jour: 12 d) Date: 10 août 2011 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre

Plus en détail

INFORM GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE)

INFORM GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE) 2 2004 INFORM INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE) Dans la gestion de portefeuilles en actions, Swissca mise

Plus en détail

Investir dans les matières premières d avenir

Investir dans les matières premières d avenir Investir dans les matières premières d avenir A riculture 2016 Performance et sécurité Perspectives de ain innovantes Les produits structurés ont aujourd hui leur place attitrée dans le portefeuille d

Plus en détail