I Message du Président du Conseil d Administration 3. II Profil Institutionnel 7. III Environnement économique 17. IV Chiffres clés et Performances 23

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I Message du Président du Conseil d Administration 3. II Profil Institutionnel 7. III Environnement économique 17. IV Chiffres clés et Performances 23"

Transcription

1

2

3 SOMMAIRE Pages I Message du Président du Conseil d Administration 3 II Profil Institutionnel 7 III Environnement économique 17 IV Chiffres clés et Performances 23 V Activités Commerciales 27 VI Gestion des Risques 33 VII Activités Sociales 41 VIII Analyse des États Financiers 47 IX Rapport des Vérificateurs Indépendants 55 X Liste des différents Conseils d Administration ( ) 107 Rapport Annuel 2012

4 Mise en page et Graphisme : Sarah-Jane RAMEAU / Espedro NEPTUNE

5 Message du Président du Conseil d Administration

6 Mesdames, Messieurs, Voilà déjà 10 ans que le Conseil d Administration de la Banque Nationale de Crédit (BNC) a pris la décision de publier son rapport de gestion et d inscrire cette pratique, de façon irréversible, dans son plan d action annuel. Il s agit d un devoir de reddition de comptes, dans un souci de transparence et de bonne gouvernance. En octobre 2011, le Conseil d Administration s est engagé, devant le Sénat de la République, à perpétuer l œuvre de modernisation et de rentabilisation de la BNC. Cet engagement est repris dans le rapport annuel 2011 et se traduit dans les actions ciaprès, visant le renforcement de la capacité opérationnelle de la Banque à partir de l exercice fiscal : Amélioration de la qualité des produits et services à la clientèle; Développement d un portefeuille de crédit sain et adéquatement garanti ; Diversification des principales sources de revenus de la banque ; Renforcement des capacités technologiques et de communication ; Formation continue des membres du personnel et amélioration de leur qualité de vie ; Réhabilitation et redéploiement du réseau des succursales. Fidèle à la tradition, le Conseil d Administration présente son rapport de gestion Permettez que je souligne tout d abord certaines réalisations qui ont marqué l exercice et qui ont contribué à la performance de la Banque: Retour du Siège Principal de la BNC à la Rue des Miracles et réouverture de la succursale de la Rue des Miracles, le 12 janvier Les dégats causés au bas de la ville de Port-au-Prince par le séisme du 12 janvier 2010 avaient occasionné le transfert du Siège Principal à Pétion-Ville et la fermeture de la succursale pendant deux ans. La BNC a pu ainsi réunir pour la première fois depuis 2010 une grande partie de son personnel en un même endroit ; Inauguration de la succursale de la Rue Pavée, le 15 décembre 2011, portant le nombre de succursales fonctionnant à Port-au-Prince à trois (3), incluant celle de Lalue ; 4 Rapport Annuel 2012

7 Installation de la Direction des Prêts aux Particuliers incluant le programme de crédit Kay pa m en son propre local, à la Rue Pavée, le 14 février Il s agit d un acte de foi dans l avenir de ce Produit ; Nomination des deux (2) Directeurs Exécutifs Délégués prévus dans le décret du 23 novembre 2005, afin de coordonner et de renforcer les directions commerciales et techniques de la banque; Poursuite des clients récalcitrants pour la récupération des créances improductives et l amélioration de la qualité du portefeuille de prêts. Parmi les résultats les plus importants de l exercice, soulignons: Un profit de millions de gourdes, équivalant à environ dix (10) millions de dollars américains. Ce résultat est inédit dans l histoire de la BNC. Il est en hausse de 99% par rapport à celui de l exercice précédent de 215 millions de gourdes; L amélioration du rendement de l actif et des fonds propres passant respectivement de 0.72% et 13.68% en 2011 à 1.03% et 19.76% en 2012 ; L augmentation des fonds propres comptables de 344 millions de gourdes en Parallèlement, les Fonds Propres réglementaires sont passés de % au 30 septembre 2011 à 13% au 30 septembre 2012; La croissance du portefeuille de crédit de 66% et l amélioration de sa qualité ; La réduction du taux de liquidité non productive d intérêt en pourcentage des dépôts à vue de 137% à 85% ; La réduction, dans les limites standard, du taux de coefficient d exploitation de 73% en en 2011 à % en 2012 ; L amélioration du rendement des Fonds Propres de 13.68% au 30 septembre 2011 à 19.76% au 30 septembre Ces résultats sont la preuve évidente des avancées de la BNC qui s engage résolument sur la voie de la consolidation initiée par le Conseil d Administration. Néanmoins, il reste encore beaucoup de chemins à parcourir dans un contexte de défis marqué notamment par : La mise en application récente de la nouvelle loi sur les Banques; La mise en application prochaine de la loi fiscale américaine (FATCA); La lutte permanente contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme; La compensation électronique. Rapport Annuel

8 En ce qui a trait aux perspectives pour 2013, plusieurs projets en cours dans divers domaines seront finalisés, parmi lesquels : 1) La consolidation de la capacité opérationnelle de la banque par le relèvement de son capital social de 500,000,000 à 1,500,000,000 de gourdes; 2) L augmentation de l offre des produits et services à la clientèle par: - Le lancement du programme de microcrédit orienté vers la production et la la transformation, en commençant par une phase pilote à partir de janvier 2013 dans les départements du Centre, du Nord-Est, des Nippes et de la Grande Anse, pour s étendre ensuite, progressivement, sur tout le territoire national. - Le lancement d un programme de banque mobile à partir du téléphone cel - lulaire, le premier du genre en Haïti, qui offrira divers services à la clientèle comme : dépôts, retraits, transferts locaux et internationaux, paiements fournisseurs, etc.. 3) La poursuite du renforcement institutionnel par: - le réaménagement du Siège Principal et des succursales de Hinche et de Fort- Liberté; - l ouverture de deux (2) nouvelles succursales, l une à Royal OASIS et l autre à Tabarre; - l élaboration du nouvau plan de développement stratégique de la banque. Le Conseil d Administration poursuivra inlassablement le travail consistant à faire de la BNC, une Banque plus forte, plus moderne, plus performante et plus rentable, capable d apporter des solutions durables aux besoins croissants de la clientèle et d accompagner le développement de l économie nationale. Que ce gage soit pour chaque client de la BNC, une expression de gratitude pour sa confiance et sa fidélité envers la doyenne des Banques commerciales haïtiennes. Au nom du Conseil d Administration et en mon nom propre, j adresse mes félicitations et remerciements à tout le personnel pour le travail accompli au cours de l exercice La performance de la Banque s est améliorée avec la contribution de toute l équipe. Que chacun y trouve un motif de fierté et d encouragement à faire mieux! De nouveaux défis nous attendent en Dans cette perspective, le Conseil d Administration poursuivra les travaux initiés en 2012 dans le sens du renforcement continu de la capacité productive de la BNC. Je saisis cette occasion bien spéciale pour présenter les remerciements de la Banque à Monsieur Joseph Edy Dubuisson, ancien Directeur Général, parti à la retraite après 35 ans de bons et loyaux services. Qu il accepte notre reconnaissance pour ses conseils éclairés et son engagement! Qu il soit un modèle et un exemple de loyauté pour les générations futures! Merci! Jean-Philippe VIXAMAR 6 Rapport Annuel 2012

9 Profil institutionnel

10 PROFIL INSTITUTIONNEL Origines La Banque Nationale de Crédit, banque commerciale propriété de l Etat Haïtien, trouve ses origines dans la Banque Nationale de la République d Haïti (BNRH) qui a été créée en En août 1979, la BNRH s est scindée en deux institutions distinctes : la Banque de la Répu- blique d Haïti (BRH) et la Banque Nationale de Crédit (BNC). Ce qui vaut à la BNC d être considérée comme ladoyenne des banques commerciales avec plus de cent (100) ans d expérience. Mission Le décret du 23 novembre 2005, réorganisant les structures de la Banque, lui attribue la mission de banque commerciale universelle. En tant que telle, elle effectue toutes les opérations bancaires dans les limites permises par la loi. Organisation La Banque Nationale de Crédit est gérée par un Conseil d Administration de cinq (5) membres nommé par arrêté présidentiel et ratifié par le Sénat, pour une période de trois (3) ans renouvelable. La structure organisationnelle comprend également: - Les Comités; - Les Bureaux spécialisés; - Les Directions et Unités; - Le Réseau de succursales. 8 Rapport Annuel 2012

11 Le Conseil d Administration.- Il est nommé par arrêté présidentiel en date du 31 octobre 2011 et ratifié par le Sénat le 4 novembre Il est ainsi composé: Jean Philippe VIXAMAR, Président Fernand Robert PARDO, Vice-Président Angeline Renée DOMINIQUE, Directeur Général Denis CONTENT, Membre Guéla JEAN JACQUES, Membre Rapport Annuel

12 Les Comités.- Les opérations de la Banque, comme son fonctionnement, les opportunités et les risques associés, sont surveillés, analysés et évalués par les Comités constitués de Membres du Conseil d Administration et de Responsables de Bureaux, de Directions et d Unités. Ils sont au nombre de sept (7) : - Le Comité de Direction - Le Comité de Crédit - Le Comité de Trésorerie (Actif / Passif) - Le Comité d Audit - Le Comité de Planification Stratégique - Le Comité de Pilotage informatique - Le Comité de Sécurité et de Déontologie Les Bureaux spécialisés.- Ils sont deux (2), rattachés directement au Conseil d Administration. Il s agit du Bureau du Contrôleur, qui veille au respect et à l application effective des dispositifs de contrôle interne et réglementaires d une part, et du Bureau du Contentieux qui s occupe des affaires juridiques et contentieuses, d autre part. De la gauche vers la droite : Rose Bianca JEAN MARY Assistant Directeur Bureau du Contrôleur Enock MERISIER Assistant Directeur Bureau du Contrôleur Me Marie Marlaine CYRILL Directeur Bureau du Contentieux 10 Rapport Annuel 2012

13 Les Directions et Unités.- Elles sont quatorze (14) à assurer les opérations centrales et l administration de la BNC. Elles sont réparties en deux groupes coordonnés chacun par un Directeur Exécutif Délégué : neuf (9) Directions et Unités commerciales et cinq (5) Directions et Unités techniques. Les Directions et Unités commerciales comprennent : la Direction des Opérations, la Direction du Crédit, la Direction des Opérations Internationales et du Change, la Direction des Opérations de la Carte BNC, la Direction du Marketing et des Relations Publiques, la Direction de l Administration de Crédit, l Assurance BNC, l Unité des Biens Hors Exploitation, l Unité de Recouvrement. 1ère rangée, de la gauche vers la droite : Hugues BERNARD Directeur Direction Marketing et Relations Publiques Jeannine JEAN BAPTISTE Assistant Directeur Administration du Crédit Sylvain NGAMY Directeur Exécutif Délégué Commercial Emmanuelle C. JEAN-BART Directeur La Carte BNC Ivicat PIERRE Assistant Directeur Assurance BNC Myrtho MIDY LOUIS Assistant Directeur La Carte BNC 2ème rangée, de la gauche vers la droite : Roland LEGER Assistant Directeur Unité des Biens Hors Exploitation Serge RINCHERE Assistant Directeur Direction des Opérations Pathel PAUL Assistant Directeur Direction des Opérations Marie-Edouard REBU Directeur Administration du Crédit Laurence POMPEE Assistant Directeur Direction Marketing et Relations Publiques Lionel A. GUILLAUME Directeur Direction du Crédit Rapport Annuel

14 Les Directions et Unités techniques sont les suivantes : la Direction des Ressources Humaines, la Direction Administrative, la Direction Financière, la Direction de Technologie et de l Informatique, l Unité Organisation et Méthode. 1ère rangée, de la gauche vers la droite : Marie Stéline BERTRAND Assistant Directeur Direction Administrative Marie Andrée BARIL Directeur Direction Administrative Margalie DORCELLUS Assistant Directeur Unité Organisation et Méthode Marie Margaret HALABY Assistant Directeur Direction des Ressources Humaines Margareth BONHOMME Responsable Unité Organisation et Méthode Unité Recherche et Développement Lunes PIERRE JEROME Assistant Directeur Direction Financière 2ème rangée, de la gauche vers la droite : Edson Claude JEROME Assistant Directeur Direction de Technologie et Informatique Lesly AUGUSTE Assistant Directeur Direction de Technologie et Informatique Chantal S. HILAIRE Assistant Directeur Direction des Ressources Humaines Harald VALCOURT Assistant Directeur Direction de Technologie et Informatique Eric FRANCOIS Directeur Exécutif Délégué Technique Willio AUGUSTIN Directeur a.i. Direction Financière Hans Alphonse DESULME Directeur Direction de Technologie et Informatique Joseph Joucov SAINTIL Directeur Direction des Ressources Humaines 12 Rapport Annuel 2012

15 Le Réseau de succursales.- L organisation de la BNC comprend également son réseau de 31 succursales réparties sur tout le territoire national, ainsi que sa succursale virtuelle à l adresse : Ce sont : Zone Métropolitaine de Port-au-Prince Rue des Miracles / Rue Pavée / Carrefour (Côte Plage) / Carrefour (Arcachon 32)* / Pétion Ville (Rue Panaméricaine) / Pétion Ville (Place Boyer) / Pétion Ville (Choucoune Plaza)* / Lalue* / Delmas 52* / Delmas / Delmas / Parc Industriel / Croix des Missions* / Croix des Bouquets* / Villes de Province Cap-Haïtien (Rue du Quai, 13 & 14)* / Port-de-Paix (22, Angle rues Ntre Dame et Sylvain) / Fort-Liberté (Rue Saint Charles) / Ouanaminthe (Angle Rues Hispaniola et Papa Jacques) / Hinche (23, Boulevard Jean Jacques Dessalines) / Gonaïves (6, Angle Rues Anténor Firmin et Saint Jean) / Saint-Marc (284, Angle Rues Louverture et S. Laurent)* / Cabaret / * Banque du Dimanche Léogane* / Jacmel (31, Avenue de la Liberté) / Petit-Goave (3, Rue du Quai) / Miragoane (65, Grand Rue) / Fonds-des-Nègres (Route Nationale #2) / Aquin (65, Place d Armes) / Cayes I (21, Rue du Quai)* / Cayes II / Jérémie (15, Rue Destinville Martineau) / Rapport Annuel

16 Produits & Services Ils comprennent : La collecte et la gestion des dépôts de tout type, en gourdes et en dollars américains, à travers le réseau, pour compte de particuliers, d entreprises commerciales ou industrielles, d institutions financières, d organisations gouvernementales ou non gouvernementales; Le crédit traditionnel en gourdes et en dollars américains, avec ou sans décaissement de fonds, à tous les secteurs de la vie nationale suivant leurs besoins commerciaux, résidentiels et de consommation; Le programme spécial de prêt au logement «Kay pa m»; L émission de cartes de crédit et de cartes prépayées locales et internationales en gourdes et en dollars américains; L achat et la vente de devises étrangères (dollars américains, euros). Ces opérations s effectuent sous forme directe ou indirecte à travers tout le réseau de succursales, dans le respect des lois en vigueur; Les transferts de fonds dans le pays, à travers le Système de Paiement Interbancaire Haïtien (SPIH) géré en partenariat avec la Banque de la République d Haïti, et à l étranger via le réseau SWIFT; Le transport de fonds; L exécution du payroll d entreprises; La Bancassurance. La BNC est devenue, il y a quatre (4) ans, la première banque haïtienne à commercialiser des produits d assurance. 14 Rapport Annuel 2012

17 Coordonnées importantes Siège Principal # 103 angle Rue des Miracles et Rue du Quai, Port-au-Prince, Haïti. BP 1320 HT6110 Téléphones : (509) / / / SWIFT CODE : BNCHHTPPXXX Site Web : Directions & Unités Commerciales Direction du Crédit Téléphones: (509) / Direction des Opérations Téléphones: (509) / Direction des Opérations Internationales et du Change Téléphones: (509) / / Direction du Marketing et des Relations Publiques Téléphone: (509) Assurance BNC Téléphone: (509) BNC à l écoute Téléphones: (509) / Autres Unité des Biens Hors Exploitation Téléphone: (509) Bureau du Contentieux Téléphone: (509) Direction Administrative Téléphones: (509) / / Rapport Annuel

18 16 Rapport Annuel 2012

19 Environnement économique

20 ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE L analyse des principaux indicateurs macroéconomiques pour l exercice fiscal révèle une évolution mitigée de l économie haïtienne caractérisée par : Une décélération de la croissance économique passant de 5.6 % en à 2.8% en ; Un fléchissement du taux d inflation de 10.4% en 2011 à 6.5% en 2012; Une hausse significative de près de 29% du crédit au secteur privé; Une dépréciation de 3.7% du taux de change qui passe de gourdes pour un dollar américain au 30 septembre 2011 à gourdes au 30 septembre PRODUIT INTERIEUR BRUT Selon les informations publiées par l Institut Haïtien de Statistique et d Informatique (IHSI), le taux de croissance économique s est établi à 2.8% en 2012 contre 5.6% l exercice précédent. Ce taux de croissance observé en fin d exercice s est avéré nettement en dessous de la prévision de 7.8% retenue en début d exercice. L analyse des principales composantes de la demande globale permet de constater que la chute de 5.7% de la consommation globale à prix constant est à la base de ce résultat, étant donné que les deux autres composantes, investissements et exportations, se sont accrues respectivement de 6% et de 3.5%. Au niveau sectoriel, les effets des catastrophes naturelles sur le secteur primaire ont été à la base du ralentissement du rythme de croissance du PIB. En effet, la valeur ajoutée des secteurs secondaire et tertiaire a augmenté respectivement de 6.5% et 3.5%, tandis que celle du secteur primaire s est contractée de 2.2%. Evolution du Taux de croissance du PIB à prix constant de 1986/87 Période: Taux de croissance du PIB 3.35% 2.88% 5.59% 0.85% -5.42% 2.82% 2006/ / / / / /12 18 Rapport Annuel 2012

21 FINANCES PUBLIQUES Les dépenses publiques ont connu une progression notable de 21.6%, totalisant 52.1 milliards de gourdes contre 42.8 milliards l exercice précédent. Parallèlement, les recettes fiscales, d environ 42.3 milliards de gourdes, ont enregistré en 2012 une augmentation de 1.1 % par rapport à Le taux de perception des recettes, c est-à-dire le rapport des recettes sur le PIB, est estimé à 12.9% en 2012 contre 14.1% en En dépit de la faible performance des recettes fiscales, le gouvernement n a pas eu recours au financement de la Banque Centrale grâce aux financements externes disponibles pour les dépenses d investissement notamment. 60,000.0 Evolution des recettes et des dépenses de l'etat Période: , , , , , / / / / / / /12 Rece3es Budgétaires Dépenses Budgétaires NIVEAU DES PRIX Le taux d inflation en glissement annuel est passé de 10.4% en à 6.5% en La baisse des prix des produits céréaliers sur le marché international et la stabilité des prix des produits pétroliers sur le marché local ont contribué au ralentissement du rythme d évolution de l indice général des prix à la consommation Evolution de l'inflation moyen annuel Période: (4.68) 2005/ / / / / / /12 Rapport Annuel

22 COURS DE CHANGE Le taux de change de la gourde par rapport au dollar américain s est établi à gourdes à la fin du mois de septembre 2012 contre en septembre En dépit des interventions de la Banque Centrale, la tendance à la dépréciation de la gourde par rapport au dollar s est poursuivie traduisant ainsi le déséquilibre persistant entre l offre et la demande de devises sur le marché des changes. 43 Evolution du taux de Change (Gourdes/Dollars - en fin de période) / / / / / / /12 Taux de Change AGREGATS MONETAIRES La situation monétaire s est caractérisée par une forte progression du crédit accordé au secteur privé par le système bancaire, une contraction des avances de la Banque Centrale au secteur public et un ralentissement du rythme de croissance de la masse monétaire. La monnaie au sens large, M3, a ainsi crû de 7.6% pour se fixer à MG, contre 10.02% et 22.7% respectivement en 2011 et Cette croissance résulte principalement de la progression de 7.29% des dépôts en dollars. Au niveau de l agrégat M1, une accélération de l accroissement de la monnaie en circulation a été observée, soit 9.95 % pour l exercice sous-étude contre 6.47 % en Quant à la faible progression de la quasi-monnaie, elle reflète la hausse de 2.25% des dépôts d épargne alors que les dépôts à terme en gourdes ont diminué de 7.13%. Évolution des principaux agrégats monétaires (En millions de gourdes) Septembre 2010 Septembre 2011 Décembre 2011 Mars 2012 Juin 2012 Septembre 2012 Avoirs Extérieurs nets 92, , , , , ,015 Crédit intérieur net 34, ,823 29,438 29,492 33,620 Crédit public net -6,414-16,020-19,208-26,244-30,583-31,953 Crédit privé 40,585 50,526 53,031 55,682 60,075 65,573 Masse Monétaire M1 37,456 40,988 42,570 40,980 41,738 46,382 Quasi Monnaie 28,610 29,339 29,225 29,813 30,193 29,478 Dépôts en devises 60,355 68, ,336 71,183 73, Rapport Annuel 2012

23 BALANCE COMMERCIALE Au cours de cet exercice, une contraction de 9.3 % du déficit de la balance commerciale a été enregistrée. Cette situation résulte d une hausse de 2.7 % des exportations et d une diminution de 7.5 % des importations. Alors que les importations ont totalisé 3.8 milliards de dollars américains contre 4.1 milliards de dollars l exercice précédent, les exportations sont passées de 1.01 milliard à 1.05 milliard de 2011 à Rapport Annuel

24 22 Rapport Annuel 2012

25 Chiffres clés et Performances

26 LES CHIFFRES CLES AU 30 SEPTEMBRE 2012 Secteur Bancaire BNC Sources : Rapport Statistiques et Indicateurs financiers BRH 24 Rapport Annuel 2012

27 LES PERFORMANCES DE LA BNC La BNC a bouclé l exercice avec une performance financière inédite dans son histoire: la réalisation de millions de gourdes de profit, soit l équivalent de 10.1 millions de dollars américains. Ce profit est quasiment le double de celui de millions de gourdes réalisé en La performance de la BNC ne se limite pas uniquement au résultat d exploitation, c est aussi et surtout la consolidation de la Banque dans toutes ses composantes, telles que: Une meilleure composition de l actif en 2012, par rapport à 2011 : Liquidités Placements Prêts nets Autres actifs % 21.46% 10.63% 7.15% % 25.20% 15.40% 7.00% Une croissance du portefeuille de 66% et une amélioration de sa qualité. Le taux de prêts improductifs passe de 4.8% en 2011 à 2.25% en 2012; Un meilleur emploi des ressources tant en crédits accordés qu en placements des excédents de trésorerie. Le ratio de liquidités passe de 60.76% en 2011 à 52.4% en 2012 ; Un meilleur contrôle des dépenses d exploitation entrainant la réduction du coefficient d exploitation de 73% en 2011 à 65.95% en 2012 ; Une meilleure productivité par employé passant de 2.06 millions de gourdes en 2011 à millions de gourdes en 2012 ; Un meilleur rendement de l actif total passant de 0.72% en 2011 à 1.03% en 2012 ; Un meilleur rendement des Fonds Propres passant de 13.68% en 2011 à 19.76% en 2012; Le retour au respect de la norme réglementaire de 12% de Fonds propres. Le ratio Cook passe de 11.70% au 30 septembre 2011 à 13% au 30 septembre 2012 ; L augmentation substantielle des parts de marché comme présentée ci-dessous : Actif total Dépôts totaux Portefeuille de prêts Produit net bancaire % 23.45% 10.34% 11.89% % 24.94% 12.32% 14.39% Rapport Annuel

28 L augmentation du nombre de déposants. Le nombre de comptes de dépôts passent de 345,607 au 30 septembre 2011 à 352,425 au 30 septembre 2012 ; L augmentation du nombre de prêts, de 19,781 au 30 septembre 2011 à 26,043 au 30 septembre 2012 ; L augmentation des points de vente de 29 en 2011 à 31 en 2012 avec la réouverture de la succursale de la Rue des Miracles, le 12 janvier 2012, et l ouverture de la nouvelle succursale de la Rue Pavée. La BNC est au-dessus de la moyenne du secteur en terme de qualité de l actif, dans tous les aspects considérés, tels que : Plus faible taux de prêts improductifs; Meilleure couverture de provision sur les prêts improductifs; Meilleure couverture des prêts improductifs par les Fonds Propres. En termes de rendement de l actif et de rentabilité des Fonds Propres, la BNC se trouve dans les limites du secteur. Par contre, elle est en meilleure position par rapport à la moyenne du secteur pour les ratios qui suivent: Meilleure marge nette d intérêts ; Meilleur rendement moyen des prêts ; Meilleur coefficient d exploitation ; Meilleure productivité du personnel. 26 Rapport Annuel 2012

29 Activités commerciales

30 ACTIVITÉS COMMERCIALES Crédit Les activités de crédit de la BNC ont connu un rebondissement au cours de l exercice , après un certain ralentissement enregistré en La Banque a apporté une contribution soutenue à l économie en 2012 avec le décaissement d environ 2 milliards de gourdes et 53 millions de dollars américains. Il en a résulté une croissance du portefeuille de prêts de 66% comparée à 2011, performance nettement supérieure à la moyenne du secteur bancaire de 39% et une augmentation du nombre de comptes de prêts passant de 19,781 à 26,043. Répartition du portefeuille de prêts 30 septembre septembre % 9% Logement Consommation Logement 53% 37% Commerce et Industrie 60% 31% Consommation Commerce et Industrie Les prêts commerciaux ont bénéficié de la plus grande partie des décaissements, soit plus de 50%. Ces prêts sont accordés à des secteurs vitaux de l économie nationale comme : Gourdes Energie électrique 1,135,920,555 Produit pétrolier 18,788,721 Télécommunications Industrie Hôtellerie Infrastructure routière et Transport 544,557, ,084, ,372,151 16,575,425 Les prêts à la consommation ont reçu 1.5 milliard de gourdes, soit plus de 35% des décaissements. Ils sont alloués en grande partie aux Agents de la Fonction Publique dans le cadre du Programme Kredi pa m. Au cours de l exercice , la BNC a révisé à la baisse le taux d intérêt sur ces prêts, dans l objectif d améliorer les conditions de vie des bénéficiaires. Les prêts au logement ont bénéficié de moins de décaissements, soit environ 500 millions de gourdes. Ils comprennent le Programme Kay pa m, une composante très prometteuse qui commence à se développer. Au cours de l exercice , la BNC a décaissé environ 70 millions de gourdes dans le cadre de ce programme. Une évaluation réalisée au 30 septembre 2012 a révélé un intérêt grandissant du public, mais aussi des éléments de blocage qui sont liés aux titres de propriété inexistants, erronés et/ou incomplets. Convaincu du rôle que l institution est appelée à jouer dans la reconstruction du pays et des avantages offerts par le programme Kay pa m, le Conseil d Administration poursuit ses efforts en vue de trouver une alternative de mitigation des risques. 28 Rapport Annuel 2012

31 Caractéristiques du programme Kay pa m Réhabilitation d immeubles affectés par le séisme du 12 janvier 2010 Reconstruction d immeubles résidentiels détruits par le séisme du 12 janvier 2010 Activités financées Extension, aménagement ou réparation d immeuble dont le solliciteur est propriétaire Acquisition de terrain et construction d immeuble à caractère résidentiel Acquisition d immeuble à caractère résidentiel Construction de villages par l Etat Haïtien ou par des Promoteurs immobiliers. Montant du crédit alloué Taux d intérêt 85% à 100% du coût total du projet suivant le cas comme indiqué au paragraphe précédent Fixe (8% l an) sur les dix (10) premières années Délai de remboursement Charges mensuelles de remboursement Conditions premières d éligibilité Garanties Sûretés Maximum 30 années (360 mois) 40% maximum du salaire brut de l employé ou des revenus du couple Financement de la résidence principale Hypothèque conventionnelle de premier rang sur le bien, objet du financement Assurance immeuble et Assurance vie adossée au remboursement du prêt, en cas de décès Placements: En 2012, la BNC a développé un portefeuille de placements très diversifié avec des institutions financières américaines et régionales jouissant d une excellente réputation tant aux Etats Unis qu en Haïti. Ces placements sont effectués en conformité avec la politique de la Banque, privilégiant la sécurité de l investissement et la disponibilité des fonds en cascade, à court et à moyen terme. Le peu d appétit de la BNC pour les risques sur les placements n a pas favorisé une rentabilisation optimale, néanmoins, sa stratégie de trésorerie lui garantit d une part, des revenus d intérêt en couverture des coûts des fonds, d autre part des disponibilités suffisantes pour faire face à ses engagements. Rapport Annuel

32 Les principaux types de placements comprennent : Les Dépôts à terme (DAT), avec des périodes de maturité allant de 3 à 12 mois, représentant 55% du portefeuille. Ils sont placés dans une Institution financière régionale dans laquelle la BNC est actionnaire et entretient des relations d affaires, depuis plus de 30 ans. Les Bons du Trésor américain et des Agences fédérales américaines représentant 31% des placements. Ils sont notés (AAA) (AA) par les deux principales agences de notation financière des Etats Unis, Moody s et Standard and Poor s. Ces placements ont des périodes de maturité allant au-delà de 10 ans. Les certificats de dépôts (CD)garantis par la «Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC)» représentant 10% des placements. Plus de 65% de ces dépôts ont une période de maturité de 0 à 5 ans alors que le reste, soit environ 35%, arrivera à maturité à des échéances différentes allant jusqu à 10 ans. Les bons d entreprises représentent environ 2% du portefeuille. Ils sont principalement notés A par les Agences de notation financière Moody s and Standard Poor s, à plus de 70%. Leur maturité s étend sur diverses échéances allant sur 10 ans et plus. 2.16% 1.35% Placements Encaisse et marché monétaire 31% Dépôts à terme 65% Bons du Trésor & Obligations d'agences gouvernementales américaines Autres Assurance BNC L Assurance BNC représente un produit d avenir pour la BNC. Lancée en 2008, elle n a pas encore atteint sa vitesse de croisière dans la mêlée des événements malheureux survenus en 2010 et Elle continue cependant à progresser comme en témoigne sa performance en 2012, avec la vente et le renouvellement de plus de 547 polices. Les primes et commissions correspondantes sont aussi en hausse. La BNC travaillera au renforcement de ce produit pour mieux servir sa clientèle. 30 Rapport Annuel 2012

SOMMAIRE I.- Message du Président du Conseil d Administration II.- Profil institutionnel III.- Organes de Gestion IV.- Profil Financier V.

SOMMAIRE I.- Message du Président du Conseil d Administration II.- Profil institutionnel III.- Organes de Gestion IV.- Profil Financier V. SOMMAIRE I.- II.- III.- IV.- V.- VI.- VII.- VIII.- IX.- X.- XI.- XII.- XIII.- Message du Président du Conseil d Administration Profil institutionnel Organes de Gestion Profil Financier Environnement Economique

Plus en détail

Message du Vice-Président du Conseil d Administration. Résultats de la BNC sous la présidence de Guiteau Toussaint. Organisation et Fonctionnement

Message du Vice-Président du Conseil d Administration. Résultats de la BNC sous la présidence de Guiteau Toussaint. Organisation et Fonctionnement Sommaire Pages Message du Vice-Président du Conseil d Administration 3 Hommage à Guiteau Toussaint 6 I.-1 I.-2 I.-3 Un homme, un idéal, une vision Résultats de la BNC sous la présidence de Guiteau Toussaint

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

Les Politiques macro-économiques

Les Politiques macro-économiques Politique Financière Politique Monétaire Politique Fiscale Les Politiques macro-économiques Politique Budgétaire Politique de Crédit Politique Commerciale Politique d Investissement Jocelerme PRIVERT POLITIQUE

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF)

Table des Matières. 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) Finances Publiques. (sources : BRH / MEF) Table des Matières 2 Secteur monétaire et bancaire (sources : BRH) 6 Finances Publiques (sources : BRH / MEF) 7 Secteur réel (sources : IHSI / BRH / EDH) 10 Secteur externe (sources : BRH / AGD / Maison

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Manuel des Politiques du Programme de Garanties Partielles du Risque de Crédit (post-séisme)

Manuel des Politiques du Programme de Garanties Partielles du Risque de Crédit (post-séisme) 1 Manuel des Politiques du Programme de Garanties Partielles du Risque de Crédit (post-séisme) Novembre 2010 2 Table des matières Introduction... 3 Politique générale de garantie de crédit... 5 Les grandes

Plus en détail

MAE/BRH DI-002 DOCUMENT D INFORMATION. Les Banques dans l economie nationale Un apercu

MAE/BRH DI-002 DOCUMENT D INFORMATION. Les Banques dans l economie nationale Un apercu LLa Banque de la République d Haïti a le plaisir de vous présenter le second numéro de la série «Document d Information». Cette dernière a pour but d informer le public en général, et les opérateurs économiques

Plus en détail

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC POLITIQUE DE PLACEMENT RELATIVE AUX ACTIFS DU RÉGIME DE RETRAITE Février 1998 Mise à jour : Revue en septembre

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE CHANGE DE LA BCRG, FONDEMENTS ET OBJECTIFS 1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne La politique monétaire et de change

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere AVIS DES SOCIETES Etats Financiers CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere La CITIBANK N.A TUNIS publie ci-dessous, ses états financiers arrêtés au 31 décembre

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

VILLAGE DE CASSELMAN. Politique de placement

VILLAGE DE CASSELMAN. Politique de placement VILLAGE DE CASSELMAN Politique de placement Politique F3 (10/05/2005) OBJECTIF Pour s assurer que les surplus de liquidité et le portefeuille de placement sont gérés de façon prudente. DÉFINITIONS Actifs

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014 Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier 31 décembre 2014 Portée de l application Le dispositif de Bâle III fixe en matière de capitaux propres un cadre international

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 30 juillet 2015 RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 Croissance des résultats opérationnels Produit Net Bancaire : 2 929 millions d euros (+ 2.9

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 2 3 SOMMAIRE 4 L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 4 Une orientation résolument internationale 6 Une protection

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

En vigueur le 1 er juillet 2012. Frais d utilisation des services financiers pour les entreprises

En vigueur le 1 er juillet 2012. Frais d utilisation des services financiers pour les entreprises En vigueur le 1 er juillet 2012 Frais d utilisation des services financiers pour les entreprises TABLE DES MATIÈRES Tarification à la pièce 2 Opérations courantes (comptes et forfaits) Services complémentaires

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE 9.1 LE SYSTÈME BANCAIRE AMÉRICAIN Contrairement aux banques de plusieurs pays, les banques américaines ne sont ni détenues ni gérées par le gouvernement. Elles offrent des

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 COMMUNIQUÉ PREMIER TRIMESTRE 2014 La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS Novembre 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Gestion saine

Plus en détail

ORGANIGRAMME. Conseil d'administration. Administration. Caisse. Contrôle de Crédit. Monnaie et Analyse Économique. Affaires Internationales

ORGANIGRAMME. Conseil d'administration. Administration. Caisse. Contrôle de Crédit. Monnaie et Analyse Économique. Affaires Internationales ORGANIGRAMME Conseil d'administration Unité d'audit Interne Attachés à la Direction Générale Administration Ressources Humaines Comptabilité/Budget Support Informatique Affaires Juridiques Contentieux

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

En vigueur le 1 er juillet 2015 FRAIS D UTILISATION DES SERVICES FINANCIERS POUR LES ENTREPRISES

En vigueur le 1 er juillet 2015 FRAIS D UTILISATION DES SERVICES FINANCIERS POUR LES ENTREPRISES En vigueur le 1 er juillet 2015 FRAIS D UTILISATION DES SERVICES FINANCIERS POUR LES ENTREPRISES TABLE DES MATIÈRES Tarification à la pièce 1 Opérations courantes (comptes et forfaits) Services complémentaires

Plus en détail

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS ÉTATS FINANCIERS AU 31 DÉCEMBRE 2013 ÉTATS FINANCIERS TABLE DES MATIÈRES RAPPORT DE L AUDITEUR INDÉPENDANT 3 et 4 ÉTATS FINANCIERS État de la situation financière 5 État des résultats 6 État de la variation

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

Qu est-ce qu une banque?

Qu est-ce qu une banque? Qu est-ce qu une banque? Nathalie Janson 1 Financement de l Activité économique Développement des entreprises nécessite apport de fonds Les entreprises peuvent se financer de façon interne ou externe Les

Plus en détail

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Extraits sur la prévention du surendettement des clients texte original en espagnol La philosophie «Vivre la solidarité» peut s appliquer à toute notre vie.

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006

RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 RAPPORT ANNUEL Exercice 2006 1 MESSAGE DE LA PRESIDENTE Chers Membres, Honorables délégués régionaux, Ce jour marque la tenue de la 13 ème Assemblée Générale de notre Mutuelle d Epargne et de Crédit depuis

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013 États financiers de La Fondation canadienne du rein Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4 État de la situation financière... 5 État

Plus en détail

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Découvrez les avantages et désavantages des trois méthodes vous permettant d avoir accès à vos fonds.

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Japon Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002 États financiers consolidés aux 2003 et 2002 TABLE DES MATIÈRES RÉSULTATS CONSOLIDÉS 2 BILANS CONSOLIDÉS 3 COMPTE DES CONTRATS AVEC PARTICIPATION CONSOLIDÉ 4 BÉNÉFICES NON RÉPARTIS CONSOLIDÉS DES ACTIONNAIRES

Plus en détail

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Honorables invités, Mesdames et Messieurs, Discours du Gouverneur de la Banque Centrale des Comores à l occasion de la cérémonie officielle de lancement de la nouvelle pièce de 250 FC Palais du Peuple, le 02 janvier 2014 - Excellence Monsieur le

Plus en détail

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes N o 11 626 X au catalogue N o 26 ISSN 1927-548 ISBN 978--66-2984-5 Document analytique Aperçus économiques Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes par André Bernard Direction des

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME SIEGE SOCIAL : 70-72 AVENUE HABIB BOURGUIBA TUNIS

BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME SIEGE SOCIAL : 70-72 AVENUE HABIB BOURGUIBA TUNIS BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE SOCIETE ANONYME SIEGE SOCIAL : 70-72 AVENUE HABIB BOURGUIBA TUNIS La BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE publie ci dessous ses indicateurs d activité relatifs

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son patrimoine y investir? Choisir les types de support adaptés à

Plus en détail

CHAPITRE VI : INTERMEDIATION DU SECTEUR BANCAIRE

CHAPITRE VI : INTERMEDIATION DU SECTEUR BANCAIRE CHAPITRE VI : INTERMEDIATION DU SECTEUR BANCAIRE L ordonnance n 10-04 du 26 août 2010, modifiant et complétant l ordonnance n 03-11 relative à la monnaie et au crédit, stipule que la Banque d Algérie est

Plus en détail

Enquête de 2004 auprès des intermédiaires financiers de dépôts : banques à charte, sociétés de fiducie, caisses populaires et coopératives de crédit

Enquête de 2004 auprès des intermédiaires financiers de dépôts : banques à charte, sociétés de fiducie, caisses populaires et coopératives de crédit Enquête unifiée auprès des entreprises - annuelle Enquête de 2004 auprès des intermédiaires financiers de dépôts : banques à charte, sociétés de fiducie, caisses populaires et coopératives de crédit Guide

Plus en détail

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015 Rapport intermédiaire Comptes du Groupe au 30 juin 2015 2 Message des présidents En présentant de très bons résultats semestriels dans un environnement global incertain, la BCV démontre une nouvelle fois

Plus en détail

Compte à Terme Solidarité du Crédit Municipal de Paris Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Comptes à Terme Solidarité

Compte à Terme Solidarité du Crédit Municipal de Paris Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Comptes à Terme Solidarité Compte à Terme Solidarité du Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Comptes à Terme Solidarité Article 1 : DEFINITION DU COMPTE A TERME (CAT) Le Compte à Terme Solidarité du est un compte

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE Juillet 2010 ADMINISTRATION... 4 MANAGEMENT... 4 Initiation à l organisation...

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires Statistiques arrêtées à fin 2013 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 Partie I : Evolution des paiements de masse 6 I. Echanges EN INTERbancaire 7 1.

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Ministère des Finances Communiqué Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Le Plan d action économique de 2015

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

Modèle type de cotation du risque

Modèle type de cotation du risque Les meilleures pratiques en matière de prêts commerciaux Cotation du risque Modèle type de cotation du risque Printemps 2005 Modèle type de cotation du risque Introduction Pour coter le risque, il faut

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

CHAPITRE IX : POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE IX : POLITIQUE MONETAIRE CHAPITRE IX : POLITIQUE MONETAIRE L'évolution macroéconomique au cours des années 2000 à 2010 a été marquée par un excès structurel de l'épargne sur l'investissement, même si l année 2009 a enregistré

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014

ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014 ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014 Les comptes de l année 2014 sont présentés sous la même forme que ceux des années précédentes

Plus en détail

Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé. Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie

Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé. Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie République Tunisienne Ministère des Finances Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie Zouari Maher Directeur de

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail

Rapport concernant l'exercice 2014 de la Banque Cantonale du Valais

Rapport concernant l'exercice 2014 de la Banque Cantonale du Valais Rapport concernant l'exercice 2014 de la Banque Cantonale du Valais Le Conseil d'etat du canton du Valais au Grand Conseil Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Députés, Conformément à l'article

Plus en détail

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21%

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 mai 2015 Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Leader sur le marché de

Plus en détail