La gestion moderne du risque de crédit et le rôle des Crédit Bureaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La gestion moderne du risque de crédit et le rôle des Crédit Bureaux"

Transcription

1 Elargir l accès au crédit, réduire les créances douteuses, renforcer le rôle des institutions financières et des consommateurs La gestion moderne du risque de crédit et le rôle des Crédit Bureaux OSCAR MADEDDU - Rabat - 22 Septembre, /MRTR/BAM/PRESS/v4.0

2 Sommaire Le partage des données de crédit : pourquoi?....1 Les bénéfices Meilleures pratiques internationales.... 3

3 Histoire d une PME Le tee-shirt avec une fausse ceinture imprimée vendus quelques millions

4 La source de tous les problèmes? L accès au crédit Dans le monde : - 56% -58% des TPME desservies dans les marchés en développement - $ 3.1 à $ 3.8 trillions le manque de crédit estimé (ou bien l opportunité pour les banques!) - de 420 to 510 millions le nombre estimé de TPME qui nécessiteraient un crédit En MENA: mn TPME mn n ont pas de crédit - $165 - $200 milliards la demande de crédit non satisfaite En Afrique: mn TPME mn n ont pas de crédit - $140 - $170 milliards la demande de crédit non satisfaite

5 Les causes? L opacité des PME et l asymétrie des données Les 3 problèmes sont liés et peuvent être redimensionnés grâce aux systèmes de credit reporting (Credit Bureaux et Centrales des Risques) L absence de systèmes efficaces de partage des données de crédit est l un des 3 problèmes fondamentaux pour l accès au crédit des PME dans la région MENA Le problème est jugé important / très important par 92% des banques (GCC) et 82% (non-gcc) 93% - 98% des banques jugent que le manque de transparence des PME est également un problème majeur (asymétrie des informations) Le 3ème problème détecté par la majorité des banques est la garantie (défaut, coût, enregistrement, exécution, temps, etc.) Source: World Bank - Union of Arab Banks survey

6 Africa East Asia ECA Latin America South Asia Sur la garantie ou le serpent qui se mord la queue En cause, des garanties demandées en excès, que la PME ne peut pas fournir Pays Prêts qui nécessitent des garanties (%) Algérie 79 Egypte 84.4 Jordanie 97.6 Liban 67.5 Maroc 90 Oman 73.8 West Bank/Gaza 84.5 Source: WB Enterprise Surveys % - 75% des demandes de prêts sont refusées 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Credit Application Rejected - Insufficient Collateral Demande de crédit rejetée en raison de garanties insuffisantes Puis, la disparité entre actifs détenus et garanties exigées décourage la demande de prêts Actifs d une société 22% 34% 44% Vehicles/machinery /equipment Véhicules, matériels - 44% Créances, stocks - 22% Hypothèques (foncier) 34% Sûretés acceptés (banques) 27% 73% Land / Real Estate Meubles - 27% Immeubles / foncier - 73% Source: World Bank Enterprise Surveys Ne demandent pas un prêt - garanties trop élevées ou différents et pensent que la demande sera rejetée 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% Did Not Apply: Collateral Requirements too High Africa East Asia ECA Latin America South Asia

7 Une corrélation incontestable et préoccupante! Les pays où l accès au crédit est le plus difficile, limité, et fastidieux sont les mêmes que les pays sans Credit Bureaus privés (CB) L Afrique et le Moyen Orient restent les régions avec le plus faible taux de pénétration (accès au crédit et existence d un Credit Bureau)

8 Par exemple : Les banques accepteraient-elles un client comme celui là? Profil du demandeur Montant du prêt demandé à la banque : U$ Petit entrepreneur Secteur textile Nouveau client Ventes annuelles US$ employés (patron inclus) Pas de compte dans cette banque Peu d informations sur l entreprise Pas de déclaration d impôts Pas de garanties réelles à offrir Questions Lui ctroyeriez-vous un crédit de $ 10,500? Si oui, sous quel délai? Solliciteriez-vous de la documentation? Solliciteriez-vous des garanties? Combien de services engagés? Prise de décision? Quel serait le coût de la transaction? NON (90%) 3-8 semaines OUI OUI 4-8 Comité de crédit $

9 Et pourtant, certaines banques le font En 1994 Wells Fargo créa Business Direct (totalement dédiée au crédit à la PME) Profil type du client : Ventes annuelles US$ max 5 employés Prêt moyen US$ (prêt maximum US$ ) Résultats : Portefeuille : 1999 US$ 9.9 MD; en 2003 US$ 15 MD En 2002, WF nommée Banque n 1 pour la PME aux USA Facteurs de succès? Pas de garanties (94% des prêts sans aucune garantie) Pas de déclaration d impôt Pas de déclarations de revenus/bilans 70% des décisions totalement automatisées Décisions : info crédit bureau + bureau scores + scoring Données utilisées : prêt personnel du propriétaire Coût opérationnel : US$ 30 en moyenne Délai de décision : 15 minutes Demandes par Internet, téléphone, courrier (mais agence aussi)

10 Voici donc le «Global Credit Bureau Program» d IFC IFC et la Banque Mondiale sont très favorables au développement des Credit Bureaus car ils contribuent significativement à faciliter l accès au crédit et à réduire le taux des mauvaises créances Amérique Latine & Caraïbes Argentine Barbade Chili Guyane Jamaïque OECS (**) Trinidad & T Afrique du Nord & Moyen-Orient Afghanistan Algérie Djibouti Egypte Jordanie Liban Libye Irak Maroc Oman Palestine Syrie Tunisie U.A.E. Yémen Europe de l Est & Asie Centrale Azerbaïdjan Kyrgyzstan Tadjikistan Ouzbékistan Mongolie Moldavie, Kossovo Afrique Subsaharienne Cap Vert RDC Ethiopie Ghana Maurice Mozambique Nigeria Rwanda Sénégal Tanzanie UEMOA (*) CEMAC ( ***) (*) Union Economique et Monétaire Ouest Africaine - 8 pays (**) Organization of Eastern Caribbean States - 7 pays (***) Union Economique et Monétaire Afrique Centrale - 6 pays Asie & Pacifique Bangladesh Cambodge Inde Laos Népal Iles du Pacifique

11 Qu est-ce qu un Credit Bureau Privé (PCB)? Les PCB ne sont pas des institutions financières, mais des entreprises de technologie de niche Leurs activités sont réglementées (loi, ou réglementation, ou Code de conduite) Ils sont supervisés (ex. Autorité Protection Données Pers. / Banque Centrale) Les fournisseurs de données et utilisateurs sont les mêmes Les consommateurs ont des avantages et droits reconnus 1. ASSEMBLE toutes les données de crédit réalisé (positives et négatives), partagées par toutes les institutions de crédit (supervisées et non) concernant tous les clients de tout type de crédit TRAITE les données avec des techniques sophistiquées en ajoutant de la valeur prédictive aux données, et en créant d autres services d information de crédit DISTRIBUE (vend) aux institutions de crédit (utilisateurs) ces informations, sous la forme de rapports de solvabilité ainsi que d autres services à valeur ajoutée (bureau scores, systèmes anti fraude) 11

12 Les PCB sont en constante progression Nombre de pays avec PCB : 102 Nombre total de crédit bureaus privés existants : 166

13 Sommaire Le partage des données de crédit : pourquoi?....1 Les bénéfices Meilleures pratiques internationales.... 3

14 Bénéfices : Equateur Augmentation des prêts et diminution des impayés

15 Bénéfices : Egypte Augmentation des prêts et diminution des impayés Egypte : PCB existe depuis juin 2008 Malgré une année catastrophique, 2011 (révolution) : - Plus de volume : LE 89 md à 105 md) - Moins de créances en souffrance :: -40% Sub-standard loans % (30-90 DPD) Doubtful loans % (90 DPD) Average 2009 % Average 2010 % Average 2011 % 0 Average 2009 % Average 2010 % Average 2011 %

16 Bénéfices : diminution du surendettement et prêts croisés Etude de cas : Egypte PROBLÈME : Banques obligées de partager et consulter le CB Les IMF n étaient pas régulées et ne partageaient pas leurs données avec le PCB (I-Score) IFC a proposé un test : comparaison des portefeuilles des 3 grandes IMF avec celui du PCB Objectif : vérifier si les clients des IMF avaient aussi des prêts bancaires 21% Score distribution 6% 2% 22% RÉSULTATS (échantillon) : 15% ont des prêts aussi avec les banques Ni les banques, ni les IMF ne sont au courant Cylindre bleu = volume prêts accordés par les 3 IMF Cylindre rouge = volume prêts accordés par les banques aux mêmes clients Cylindre vert = prêts accordés par les autres IMF Prêts avec banques = 3 fois ceux des IMF 30% 19% 1-DEFAULTING ( ) 2-HIGH RISK ( ) 3-GOOD ( ) 4-VERY GOOD ( ) 5-OUTSTANDING (751-HIG) 6-SCORE IS NOT AVAILABLE

17 Et au Maroc? MFI Xyz 27% des clients ont aussi des comptes dans d autres IMF, banques, sociétés financières! MFI XYZ 17

18 Bénéfices : PME - crédit plus important et sans garantie Etude de cas : Turquie GARANTI BANKASI : 2ème banque / 856 agences 96% du territoire couvert Réseau POS : En 2007, lance le prêt POS/SME OFFRE : Prêts PME $ 1,200 / $ 5,000 pour 3/12 mois Approuvés en 5 mn par le système POS + Credit Bureau + scoring Pas de garanties, pas de papiers, pas de délais RÉSULTATS : Prêts PME : + 38% (US$ 12.9 MD) Créances douteuses : 3.3% (autres 7.5%) Clients PME : 1,27 million Nouveaux clients 2010 : 157K (US$ 4.3 MD)

19 Bénéfices : moins de discrimination pour les femmes!! Etude de cas : Colombie Le poids des données positives utilisées par les banques dans l évaluation du risque-client réduit la discrimination et augmente la qualité du portefeuille hommes femmes Source: PERC / Infopolicy - information sharing in Colombia

20 Bénéfices : diminution du coût des prêts pour les bons payeurs Taux d intérêt differents basés sur le risque réel et individuel BUREAU SCORE Prêt Découvert Stock Carte de crédit 19.50% 17.50% 16.50% 15.50% 18.50% 16.50% 15.50% 14.50% 17.50% 15.50% 14.50% 13.50% 14.50% 12.50% 11.50% 10.50% 13% 13.50% 12.00% 9.50%

21 Bénéfices : responsabilité sociale renforcée Etude de cas : Guatemala % Prêts avec paiements en retard Quand les clients connaissent l existence d un rapport de crédit, ils améliorent radicalement leur comportement de paiement Exemple Genesis Empresarial - Guatemala (clients des Groupes Solidaires de microcrédit) 25% 20% 15% 10% 5% 0% 20.00% Avant la formation des clients Chute des impayés - 51% 9.78% Après la formation des clients Source: Janvry, Alain de, Craig McIntosh, and Elisabeth Sadoulet, The Supply and Demand Side Impacts of Credit Market Information, June 2007.

22 Bénéfices : responsabilité sociale renforcée Etude de cas : Inde Les clients d une IMF en Inde donnaient de fausses déclarations sur leur prêts avec les autres IMF L IMF a commencé à informer les clients que tous les détails de leur prêts étaient disponibles sur le rapport de crédit 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Clients denying loans accounts with other MFIS 92% Before training borrowers 7% After training borrowers false declarations Au bout de quelques mois, les fausses déclarations ont chutées de 92% à 7%

23 Comment «démocratiser» le crédit? Comment formaliser les informels? Les cercles vicieux : «pour créer un historique de crédit, il faut obtenir du crédit mais pour obtenir du crédit, il faut avoir un historique de crédit! «Les inconnus» CdR / Rapport de crédit Garantie

24 Étude de cas : WATER SCORE LA QUESTION Est ce qu une bonne performance de paiement des factures d eau peut remplacer les données de crédit pour permettre aux micro-entrepreneurs, économie informelle, pauvres de démarrer un historique de crédit? L OBJECTIF Développer un système de scoring avec ce type de données pour augmenter l accès au crédit des TPME et aux exclus du système bancaire en créant un historique de crédit LES ACTEURS Démarré par une administration régionale (Puglia) La Compagnie des Eaux (publique) fournit les données historiques sur les factures d eau CRIF, le crédit bureau qui a développé le scoring L ÉCHANTILLON Période : factures de 2006 à 2008 Population avalisée clients dont: avec historique de crédit avec le PCB sans historique de crédit avec le PCB

25 Étude de cas Water Score : Résultats La réponse : OUI le modèle de scoring développé avec les seules données sur les factures d eau permet de bien discriminer le risque des demandeurs Notamment clients (83%) parmi ceux qui n ont pas un historique de crédit obtiennent un bon scoring et peuvent être acceptés par les banques En conclusion:

26 Etude de cas Philippines : Devenir «bancarisable» grâce aux données du téléphone mobile 1. LA QUESTION Un système de scoring développé avec les seules données sur les téléphones mobiles pré-payés peut-il évaluer de manière fiable le risque sur les prêts de petite taille? Source: CGAP LES ACTEURS Experian MA - a développé le scoring SMART - leader téléphonie mobile (68%) Banques utilisatrices partenaires SMART 3. L OBJECTIF Développer un modèle de scoring qui permette aux banques d offrir des prêts sans garanties aux «informels» 4. DONNEES UTILISEES Données sur les téléphones mobiles prépayés uniquement (pas de données de crédit) Pratiquement utilisable pour toute la population adulte Fournies par SMART (de forme anonyme) Inclus : utilisation du mobile (tel. / SMS), nombre / valeur des appels, nombre de recharges, montant des recharges, autres transactions «financières»

27 Etude de cas : Philippines Résultats Le scoring est fortement prédictif Les clients de SMART demandent les prêts via leurs mobiles Si score positif, le prêt est octroyé Prêts initiaux : Euro 50/200 (basés sur le score) Augmentés automatiquement (bons payeurs) Approbation: instantanée Pas de garanties demandées Pas de papiers financiers requis Pas de déclarations (ex. impôts) Créances douteuses très faibles Coût de la transaction négligeable Banques peuvent finalement cibler un nouveau segment très rentable SMART augmente le nombre de transactions et sa rentabilité Millions de philippins créent leur propre «garantie de réputation» / historique de crédit

28 Les opportunités pour améliorer l accès au crédit grâce au données partagées sont aujourd hui illimitées!

29 Sommaire Le partage des données de crédit : pourquoi?....1 Les bénéfices Meilleures pratiques internationales.... 3

30 Source: World Bank s Doing Business in 2010 Comment sont classés les PCB dans le monde? La Banque Mondiale et IFC classent annuellement la qualité du partage de l information Le classement est réalisé pour 185 pays (Doing Business Report) Le classement est basé sur 6 paramètres. 1 point est attribué pour chaque paramètre acquis Score maximum 6 doingbusiness.org Garantit les droits des consommateurs ( visualisation / rectification de leurs données ) Contient tous les crédits majeurs de l 1% de revenu pro-capita Contient 2 ou plus d années d historique des informations Contient des informations des banques et autres institutions (Société financières, commerce de détail, services, téléphonie, etc.) Contient des information sur les particuliers et les entreprises Contient des informations positives et négatives

31 La qualité du partage au Maroc Maroc : le classement du Maroc est l un des plus élevé de la région MENA Classement 2014 : 5 points sur 6 le modèle marocain de partage des informations est l un des modèles standards pour la région et même au-delà Beaucoup de pays adoptent de plus en plus le même modèle La BAM est devenue le point de référence et formation dans les régions Africaine et Arabe Le cadre légal est clair et simple La BAM exerce sa responsabilité de SPV Les consommateurs ont des droits reconnus : Voir leur propre rapport / données Contester les informations Rectifier les informations erronées gratuitement

32 La base est un cadre légal solide Quelles sont les solutions disponibles? 1. CONSENTEMENT DU CONSOMMATEUR (ex. Suisse, Arabie Saoudite, Bahreïn, Taiwan) Le consommateur peut décider / permettre le partage de ses propres informations Souvent supporté par un Code de Conduite approuvé par le Superviseur et signé par BIC et Inst. Fin. Recommandé comme une solution pour un démarrage rapide et efficace N a pas besoin d une législation de soutien (mais normalement, c est l étape suivante) 2. RÉGLEMENTATION ÉMISE PAR LE SUPERVISEUR BANCAIRE ( ex. Nicaragua, Maroc, Égypte) Ce n est pas une loi mais contient les mêmes normes Combine un processus légal très rapide avec une solidité légale reconnue 3. LOI SPÉCIFIQUE POUR LES BUREAUX DE CREDIT (ex. Jordanie, Ghana, Afrique Sud, UEMOA) Solution spécifique, prévient réticences et fausses interprétations sur la faisabilité du partage Etablit sans ambigüité les droits des consommateurs et permet un développement robuste du partage 4. LOI SUR LA CONFIDENTIALITÉ DES DONNÉES PERSONNELLES (ex. Sénégal, UE, Cap Vert) Législation générique (régit tous les flux de données personnelles dans le pays) Donc régit aussi les informations de crédit et l activité des Crédit Bureau privés

33 Source: Doing Business 2012 Cadre légal : les solutions les plus adoptées Les solutions les plus adoptées (56%) sont : Loi Bancaire généralement liée aux Centrales des Risques Loi sur la confidentialité des données surtout pour les BIC Le Maroc est bien équipé, avec : Loi Bancaire Règlementations BAM Loi sur la confidentialité des données personnelles Législation utilisée (plus de choix dans le même pays)

34 Droits des consommateurs : Nicaragua Nicaragua CB Regulation: consumers rights Consumers may request own report at any moment (free once a year) Consum ers right to dispute and correct inform ation is prescribed (Art 14 ) The procedure is the following (Art 15.) : Consumers may send request for c orr ec tion to the CB Within 5 da ys fr om r equest r ec eption CB must c ontac t us er s for amending r ecor d User must c omply with r equest and answer to CB w ithin 10 days If user s ac c epts to c orr ec t the infor mation fully or even par tially, a new am ended r ecor d must be sent to the CB CB mus t subsequently deli ver new c orr ec ted r epor t to the c onsumer If the c onsumer is not fully sa tis fied he mus t highlight his/her disagr eement to the CB and has the r ight to inc or por ate an aler t mess age (o f limi ted length ) in the r epor t sta ting the r easons for disagr eement. If user s do not c ontinue c orr ec tion pr oc edur es within the e stablished deadl ine the CB mus t er ase the r ec or d fr om the Cr edit Repor t until a final solution ( pr ivate agr eement or c our t sentenc e) is r eac hed.

35 MERCI

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES Voici trois tableaux présentant la concurrence sur les ARV dans les pays pauvres : Tableau 1 : Ratio et taux de concurrence

Plus en détail

Benchmarking & Analyse de la Microfinance au Maroc

Benchmarking & Analyse de la Microfinance au Maroc Colloque national : «Contribution de la Microfinance au développement humain au Maroc Bilan & perspectives» Vendredi 2 mars 215 Benchmarking & Analyse de la Microfinance au Maroc Youssef ERRAMI y.errami@cmsms.org.ma

Plus en détail

Durée du congé de maternité

Durée du congé de maternité Durée du congé de maternité Source: Toutes les données contenues dans les graphiques sont issues de la Base de donnée sur les lois des conditions de travail et d emploi du BIT Protection de la maternité":

Plus en détail

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1.

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale et pays dont les ressortissants en sont exemptés A. Liste des pays tiers dont les ressortissants

Plus en détail

Le Mexique est un pays situé sur le continent américain. À l Est du Mexique se trouve le golfe du Mexique et au sud le Guatemala.

Le Mexique est un pays situé sur le continent américain. À l Est du Mexique se trouve le golfe du Mexique et au sud le Guatemala. Le Canada est un pays situé dans l hémisphère Nord. Il fait partie du continent américain. C est le plus grand pays au monde. Son voisin du sud sont les États-Unis. Les États-Unis est un pays situé sur

Plus en détail

A) Liste des pays tiers dont les ressortissants sont soumis à l'obligation de visa pour franchir les frontières extérieures. 1.

A) Liste des pays tiers dont les ressortissants sont soumis à l'obligation de visa pour franchir les frontières extérieures. 1. Lists of third countries whose nationals must be in possession of visas when crossing the external borders and of those whose nationals are exempt from that requirement A) Liste des pays tiers dont les

Plus en détail

5th Financial Infrastructure & Risk Management Training

5th Financial Infrastructure & Risk Management Training 5th Financial Infrastructure & Risk Management Training Modèles de Credit Bureau Cas du Maroc 22 Septembre 2014 par : M. Abdelmajid BENALI - Bank Al- Maghrib Session 2B Sommaire I. Caractéristiques du

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION 2013

NOTE D ORIENTATION 2013 NOTE D ORIENTATION 2013 Introduction 1. Le Fonds de l OIM pour le développement, créé en 2001, vient en aide aux Etats Membres en développement et à ceux dont l économie est en transition en vue de l élaboration

Plus en détail

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO Le rôle des Crédit Bureaux pour l accès au crédit des PME 2009 Agenda L activité des Crédit Bureaux Sujets critiques pour les PME Crédit Bureaux: quels avantages pour les PME? Exemple d évaluation Conclusion

Plus en détail

Réduire le Risque de Crédit grâce au partage de l information

Réduire le Risque de Crédit grâce au partage de l information 1 Réduire le Risque de Crédit grâce au partage de l information Comme les outils de gestion des risques élargissent l accès au crédit, améliorent la croissance économique et renforcent le role des consommateurs.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL Arrêté du 10 avril 2014 fixant les temps de séjour ouvrant droit à prise en charge des

Plus en détail

SAEGIS SUR SERION DES BASES DE DONNÉES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. THOMSON COMPUMARK. Registre international.

SAEGIS SUR SERION DES BASES DE DONNÉES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. THOMSON COMPUMARK. Registre international. DES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. REUTERS/ANDY GAO Registre international Registre international Amérique du Nord Bermudes Canada Mexique États-Unis : Marques fédérales, Marques d État Amérique

Plus en détail

CAP EXPORT : La réponse gouvernementale aux difficultés en matière d assurance-crédit export court terme

CAP EXPORT : La réponse gouvernementale aux difficultés en matière d assurance-crédit export court terme CAP EXPORT : La réponse gouvernementale aux difficultés en matière d assurance-crédit export court terme Depuis la fin de l été 2008, le Gouvernement a pris de nombreuses mesures pour soutenir les grands

Plus en détail

Garanties ARIZ. La sécurisation du crédit au cœur du développement des PME. Février 2010

Garanties ARIZ. La sécurisation du crédit au cœur du développement des PME. Février 2010 Garanties ARIZ La sécurisation du crédit au cœur du développement des PME Février 2010 Obstacles au crédit aux PME dans les pays en développement Le prêt aux PME est une activité émergente que les banques

Plus en détail

COOPÉRATION SUD-SUD DANS LE DOMAINE DES ACCORDS INTERNATIONAUX D'INVESTISSEMENT

COOPÉRATION SUD-SUD DANS LE DOMAINE DES ACCORDS INTERNATIONAUX D'INVESTISSEMENT UNCTAD/ITE/IIT/2005/3 CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT Genève COOPÉRATION SUD-SUD DANS LE DOMAINE DES ACCORDS INTERNATIONAUX D'INVESTISSEMENT Études de la CNUCED sur les

Plus en détail

DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE

DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE STR DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE Directives pour l Amérique du Nord et les Caraïbes Nombre minimum de propriétés Les groupes de compétiteurs doivent inclure

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

DROIT DES SURETES ET ACCES AU CREDIT

DROIT DES SURETES ET ACCES AU CREDIT DROIT DES SURETES ET ACCES AU CREDIT =-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-= BENCHMARK DES EXPERIENCES DANS LA REGION MENA ET PISTES POTENTIELLES DE REFORMES Par Mouloud HEDIR 1 2 Pas d économie performante

Plus en détail

ANNEXE État des ratifications au 1 er janvier 2015

ANNEXE État des ratifications au 1 er janvier 2015 ANNEXE État des ratifications au 1 er janvier 2015 A. Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l enseignement (Paris, le 14 décembre 1960) Groupe I (Parties à la Convention

Plus en détail

LISTE DE PRIX TÉLÉCOMMUNICATIONS VoIP Etat septembre 2014 (en CHF inclus TVA)

LISTE DE PRIX TÉLÉCOMMUNICATIONS VoIP Etat septembre 2014 (en CHF inclus TVA) Page 1 de 5 Suisse Sous réserve d'erreurs ou d'omissions Witecom à Witecom 0.00 00 Arrondi du prix final au centime supérieur CH Fixe 0.03 CH Swisscom Mobile 0.25 Pas de frais d'établissement de la CH

Plus en détail

Reconnue comme l un des pays les plus sûrs à visiter, la Zambie abrite un peuple qui vit en paix et en harmonie. Documents de voyage

Reconnue comme l un des pays les plus sûrs à visiter, la Zambie abrite un peuple qui vit en paix et en harmonie. Documents de voyage Zambie Présentation du pays & informations utiles Cartes & localisations des adresses sélectionnées Classement des adresses selon nos yeux perçants et indépendants Statistiques météorologiques et meilleures

Plus en détail

Créer un Plan de Développement du Sport Automobile Fédération Internationale de l Automobile

Créer un Plan de Développement du Sport Automobile Fédération Internationale de l Automobile Créer un Plan de Développement du Sport Automobile Fédération Internationale de l Automobile Comment une ASN peut-elle développer et promouvoir le sport automobile? 25 juin, Conférence Annuelle de la FIA,

Plus en détail

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile ANNEXE 1 Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile Pays Pays où il y a un Pays exigeant Pays exigeant risque de transmission la vaccination

Plus en détail

POLITIQUE DE BOURSE POUR LES STAGES NON RÉMUNÉRÉS

POLITIQUE DE BOURSE POUR LES STAGES NON RÉMUNÉRÉS POLITIQUE DE BOURSE POUR LES STAGES NON RÉMUNÉRÉS Préambule L AEENAP a pour mission de soutenir ses membres dans la réalisation de leur projet d études. La bourse pour stage non-rémunéré a été instituée

Plus en détail

Personnel de santé, infrastructures sanitaires et médicaments essentiels

Personnel de santé, infrastructures sanitaires et médicaments essentiels Personnel de santé, infrastructures sanitaires et médicaments essentiels Les Etats doivent absolument avoir accès à des données sur les ressources à la disposition des systèmes de santé pour déterminer

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 14 du 26 mars 2015 TEXTE SIGNALE

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 14 du 26 mars 2015 TEXTE SIGNALE BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 14 du 26 mars 2015 TEXTE SIGNALE ARRÊTÉ fixant les temps de séjour ouvrant droit à prise en charge des frais occasionnés par un voyage de congé annuel

Plus en détail

Développer les compétences interculturelles

Développer les compétences interculturelles Développer les compétences interculturelles Europe Arab Bank Europe Arab Bank (EAB) est une banque qui offre à ses clients un accès privilégié à des projets d investissement en Europe, en Amérique du Nord,

Plus en détail

THE ISLAMIC CORPORATION FOR THE INSURANCE OF INVESTMENT AND EXPORT CREDIT

THE ISLAMIC CORPORATION FOR THE INSURANCE OF INVESTMENT AND EXPORT CREDIT 1 Agenda Présentation de l ICIEC Activités de l ICIEC Exemples d opérations de l ICIEC Exemples d opérations de l ICIEC en Afrique 2 Filales du Groupe BID 3 Présentation de l ICIEC Membre du Groupe de

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES LA FABRIQUE DES CINEMAS DU MONDE EDITION 2012

APPEL A CANDIDATURES LA FABRIQUE DES CINEMAS DU MONDE EDITION 2012 APPEL A CANDIDATURES LA FABRIQUE DES CINEMAS DU MONDE EDITION 2012 1) LA FABRIQUE DES CINEMAS DU MONDE 1. PRESENTATION DU PROGRAMME 08/11/2011 La Fabrique des Cinémas du Monde est composée de jeunes talents

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARTICIPANTS

RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARTICIPANTS CBD CONVENTION SUR LA DIVERSITÉ BIOLOGIQUE Distr. GÉNÉRALE 10 mars 1999 ORIGINAL : FRANÇAIS ORGANE SUBSIDIAIRE CHARGÉ DE FOURNIR DES AVIS SCIENTIFIQUES, TECHNIQUES ET TECHNOLOGIQUES (SBSTTA) Quatrième

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Provisions 25 50 Départ personnel, congé, mauvaise créance Autres 5 9 Divers Total 345 459

Provisions 25 50 Départ personnel, congé, mauvaise créance Autres 5 9 Divers Total 345 459 CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 49 e Réunion du Comité permanent Punta del Este, Uruguay, 1 er juin 2015 SC49 03 Surplus de fonds administratifs 2014, état du financement des délégués

Plus en détail

PROGRAMME CAP MONDE. Année Universitaire 2009-2010

PROGRAMME CAP MONDE. Année Universitaire 2009-2010 Aider les étudiants qui sont obligés de partir à l étranger pendant 4 mois au minimum Cette fiche technique est destinée à tous les étudiants sauf ceux inscrits à l université de Rennes 1 ou Rennes 2 (cf

Plus en détail

ARIZ. Assurance pour le Risque des Investissements

ARIZ. Assurance pour le Risque des Investissements ARIZ Assurance pour le Risque des Investissements L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT propose un dispositif de garantie destiné à faciliter l accès aux financements pour les entreprises privées et les

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry *

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * 1) Base de données 2) Sources et définitions * Alix de Saint Vaulry est économiste au CEPII, responsable de la production de la base de données

Plus en détail

w w w. a i l e s. c h

w w w. a i l e s. c h Croisière The Oberoi Vrinda L'Oberoi Motor Vessel Vrinda vous emporte dans un merveilleux voyage le long des eaux tranquilles du «God s Own country». Laissez-vous bercer au fil de l eau à mesure que le

Plus en détail

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Dans l ensemble, le secteur financier dans les pays de la région MENA continue de jouer

Plus en détail

Grand Hyatt Shanghai. La démesure de Shanghai!

Grand Hyatt Shanghai. La démesure de Shanghai! Grand Hyatt Shanghai À seulement 40 kilomètres de l'aéroport de Pudong, 25 kilomètres de l'aéroport international de Hongqiao et 12 kilomètres de la gare centrale, le Grand Hyatt Shanghai occupe la tour

Plus en détail

GENERALITES SUR LES BUREAUX D'INFOMATION SUR LE CREDIT ET PRINCIPALES ORIENTATIONS DU PROJET DE L'UMOA

GENERALITES SUR LES BUREAUX D'INFOMATION SUR LE CREDIT ET PRINCIPALES ORIENTATIONS DU PROJET DE L'UMOA Séances de sensibilisation et d'information des principaux acteurs impliqués dans le projet de promotion des Bureaux d'information sur le Crédit dans l'umoa THEME N 1 : GENERALITES SUR LES BUREAUX D'INFOMATION

Plus en détail

Réunion d actionnaires. Lyon 19 mai 2011. Jean Régis CAROF

Réunion d actionnaires. Lyon 19 mai 2011. Jean Régis CAROF Réunion d actionnaires Lyon 19 mai 2011 Jean Régis CAROF Ordre du jour 1. Chiffres-Clés 2010 et 1 er Trimestre 2011 2. Le marché cosmétique 3. Les 4 orientations stratégiques et Perspectives 4. L Oréal

Plus en détail

Fiche de synthèse sur Le Protocole de Montréal (mise à jour effectuée le 8 août 2005)

Fiche de synthèse sur Le Protocole de Montréal (mise à jour effectuée le 8 août 2005) INSTITUT INTERNATIONAL DU FROID Organisation intergouvernementale pour le développement du froid INTERNATIONAL INSTITUTE OF REFRIGERATION Intergovernmental organization for the development of refrigeration

Plus en détail

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal)

Classement Doing Business (Les performances du Sénégal) Classement Doing Business (Les performances du ) Secrétariat du Conseil Présidentiel de l Investissement 52-54, rue Mohamed V, BP 430, CP 18524, Dakar Tél. (221) 338.49.05.55 - Fax (221) 338.23.94.89 Email

Plus en détail

Le concept d affacturage. Évolution Développements actuels Défis

Le concept d affacturage. Évolution Développements actuels Défis Le concept d affacturage Évolution Développements actuels Défis Peter Brinsley, Directeur de Point Forward Séminaire Afreximbank, Lusaka, novembre 2014 Concept Recouvrement de créances Dettes commerciales

Plus en détail

Présentation des résultats du rapport Mondial sur la compétitivité 2007-2008. WEF. IACE 31 Octobre 2007

Présentation des résultats du rapport Mondial sur la compétitivité 2007-2008. WEF. IACE 31 Octobre 2007 Présentation des résultats du rapport Mondial sur la compétitivité 2007-2008. WEF IACE 31 Octobre 2007 SOMMAIRE Présentation du nouveau mode de calcul du modèle du WEF Le classement 2006-2007 révisé selon

Plus en détail

Moyens de locomotion Les bébés En vacance Les sports

Moyens de locomotion Les bébés En vacance Les sports Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 L alphabet L alphabet Quelques sons Les chiffres en lettres +, -, x, : Tableau vierge

Plus en détail

IN PARTNERSHIP WITH OUR DONORS

IN PARTNERSHIP WITH OUR DONORS IN PARTNERSHIP WITH OUR DONORS Société financière internationale 2012. Tous droits réservés. 2121 Pennsylvania Avenue, N.W. Washington, D.C. 20433 www.ifc.org Le contenu de cette publication fait l objet

Plus en détail

Chiffres clés Les engagements volontaires et solidaires à l international en 2014

Chiffres clés Les engagements volontaires et solidaires à l international en 2014 Chiffres clés Les engagements volontaires et solidaires à l international en 2014 1 L année 2014 a été marquée par une avancée historique en matière de reconnaissance du volontariat et de sa contribution

Plus en détail

4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international

4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international PERFORMANCE EXPORT Développement à l'international V 4 prestations essentielles pour vous accompagner à l international Si on en parlait? Vous recherchez de nouveaux débouchés à l international? Vous entretenez

Plus en détail

La centralisation des risques : une nécessité pour la microfinance?

La centralisation des risques : une nécessité pour la microfinance? La centralisation des risques : une nécessité pour la microfinance? BIM - 16 novembre 2004 Betty WAMPFLER La maîtrise des risques est au cœur de la problématique de pérennisation de la microfinance. Le

Plus en détail

«ANNEXE 25 FRAIS DE TRANSPORT AÉRIEN À INCORPORER DANS LA VALEUR EN DOUANE. a) des pays tiers regroupés selon les continents et zones 1 (colonne 1);

«ANNEXE 25 FRAIS DE TRANSPORT AÉRIEN À INCORPORER DANS LA VALEUR EN DOUANE. a) des pays tiers regroupés selon les continents et zones 1 (colonne 1); «ANNEXE 25 FRAIS DE TRANSPORT AÉRIEN À INCORPORER DANS LA VALEUR EN DOUANE 1. Le tableau ci-après contient la désignation: a) des pays tiers regroupés selon les continents et zones 1 (colonne 1); b) des

Plus en détail

Tableau récapitulant au 10 octobre 2014 l'état de la Convention et des accords y relatifs

Tableau récapitulant au 10 octobre 2014 l'état de la Convention et des accords y relatifs Information concernant l état de la Convention, de l'accord relatif à l'application de la Partie XI de la Convention et de l Accord aux fins de l'application des dispositions de la Convention relatives

Plus en détail

Annexe : Classification des catégories de Morningstar Canada

Annexe : Classification des catégories de Morningstar Canada Annexe : Classification des catégories de Morningstar Canada (pour les portefeuilles en vente au Canada) Compte rendu sur la méthodologie Morningstar 21 septembre 2006 Table des matières Processus de catégorisation

Plus en détail

Affacturage : concept, évolution et défis. Peter Brinsley Directeur, POINT FORWARD LTD

Affacturage : concept, évolution et défis. Peter Brinsley Directeur, POINT FORWARD LTD Affacturage : concept, évolution et défis Peter Brinsley Directeur, POINT FORWARD LTD Evolution - Les débuts de l affacturage Initialement utilisé pour le commerce international. Les affactureurs agissent

Plus en détail

Les Jeunes du Monde. Informer Autonomiser Progresser www.prb.org

Les Jeunes du Monde. Informer Autonomiser Progresser www.prb.org Population Reference Bureau Les Jeunes du Monde FICHE DE DONNÉES 20 Informer Autonomiser Progresser www.prb.org Les Jeunes du Monde 20 La grossesse et l accouchement chez les adolescentes Proportion d

Plus en détail

Une croisière au cœur d un océan vert

Une croisière au cœur d un océan vert Cette croisière fluviale hors du commun de 3, 4 ou 7 jours vous emmènera à travers l Amazonie en amont de la ville Iquitos, à environ 1h30 de vol de Lima. Le tout nouveau bateau M/V Aqua, le navire amiral

Plus en détail

(13-4875) Page: 1/6 DOCUMENT DE TRAVAIL DE BASE ÉTABLI PAR LE SECRÉTARIAT

(13-4875) Page: 1/6 DOCUMENT DE TRAVAIL DE BASE ÉTABLI PAR LE SECRÉTARIAT 16 septembre 2013 (13-4875) Page: 1/6 Comité de l'évaluation en douane DIX-NEUVIÈME EXAMEN ANNUEL DE LA MISE EN ŒUVRE ET DU FONCTIONNEMENT DE L'ACCORD SUR LA MISE EN ŒUVRE DE L'ARTICLE VII DE L'ACCORD

Plus en détail

Attrait des marchés frontières

Attrait des marchés frontières CONFÉRENCE OFI INNOVATIONS ET RECOMMANDATIONS 2015 OFI ASSET MANAGEMENT Attrait des marchés frontières Zin BEKKALI CEO and Group CIO, SILK INVEST 2 Silk Invest, spécialiste reconnu des marchés frontières

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES. Détails techniques de la couverture d'assurance à fournir

SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES. Détails techniques de la couverture d'assurance à fournir Annexe 1 SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES Détails techniques de la couverture d'assurance à fournir Garantie 1 L'assureur garantit la couverture des valeurs mentionnées au point 3 du Cahier des charges dans les

Plus en détail

Exploitation d une ressource cachée: Économies d énergie Moyen-Orient et Afrique du Nord

Exploitation d une ressource cachée: Économies d énergie Moyen-Orient et Afrique du Nord Exploitation d une ressource cachée: Économies d énergie Moyen-Orient et Afrique du Nord Silvia Pariente-David Banque mondiale Conference Ener@aia Climat, énergie et développement durable en Méditerranée:

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL Arrêté du 28 septembre 2015 fixant par pays et par groupe les taux de l indemnité d expatriation,

Plus en détail

5 EME EDITION DU SEMINAIRE SUR LES INFRASTRUCTURES FINANCIERES ET LA GESTION DU RISQUE CREDIT. Rabat, du 22 au 25 septembre 2014

5 EME EDITION DU SEMINAIRE SUR LES INFRASTRUCTURES FINANCIERES ET LA GESTION DU RISQUE CREDIT. Rabat, du 22 au 25 septembre 2014 5 EME EDITION DU SEMINAIRE SUR LES INFRASTRUCTURES FINANCIERES ET LA GESTION DU RISQUE CREDIT Rabat, du 22 au 25 septembre 2014 ------------------------ ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR LE WALI DE BANK

Plus en détail

Myamar express. Cet itinéraire est un exemple pouvant être modifié selon vos envies

Myamar express. Cet itinéraire est un exemple pouvant être modifié selon vos envies Myamar express Cet itinéraire est un exemple pouvant être modifié selon vos envies www.ailes.ch Myanmar Express 1 er jour Rangoun Ce «voyage express» à travers les 3 sites les plus importants de la Birmanie

Plus en détail

Microcrédit Les risques de la gestion des risques

Microcrédit Les risques de la gestion des risques Microcrédit Les risques de la gestion des risques Ou comment une certaine gestion des risques pourrait détruire le microcrédit 2009 «Comment capitaliser et bénéficier de l apport des sciences cindyniques?»

Plus en détail

[ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE

[ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE [ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE NOUVELLES DONNÉES SOULIGNENT LES DÉFIS PERSISTANTS Cette fiche d information présente de nouvelles données relatives à l année scolaire qui s est achevée en sur le nombre d

Plus en détail

Au cœur du Masaï Mara

Au cœur du Masaï Mara Installé à l ombre de grands arbres longeant les rives de la rivière Talek, affluent de la fameuse rivière Mara, Naibor est l exemple parfait d un luxueux camp de safaris avec ses magnifiques tentes de

Plus en détail

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1 APREF juin 2011 1 Pourquoi la micro-assurance? Lien fort et évident entre pauvreté et vulnérabilité Si quelqu un est protégé contre les risques de base pour lui et sa famille, il est plus enclin à prendre

Plus en détail

Appel à propositions 2015 Programme Erasmus+

Appel à propositions 2015 Programme Erasmus+ Appel à propositions 2015 Programme Erasmus+ Dispositions financières applicables au Luxembourg dans le cadre de l appel 2015 Le «Guide 2015 du Programme Erasmus +» définit les dispositions financières

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Chapitre 32 : CARTE DIPLOMATIQUE DU CAMEROUN

Chapitre 32 : CARTE DIPLOMATIQUE DU CAMEROUN Chapitre 32 : CARTE DIPLOMATIQUE DU CAMEROUN SOMMAIRE I. LISTE DES TABLEAUX... 434 II. LISTE DES GRAPHIQUES... 434 III. PRESENTATION... 435 IV. METHODOLOGIE... 435 V. SOURCE DE DOCUMENTATION... 435 Chapitre

Plus en détail

Les anciennes Capitales. Cet itinéraire est un exemple pouvant être modifié selon vos envies

Les anciennes Capitales. Cet itinéraire est un exemple pouvant être modifié selon vos envies Les anciennes Capitales Cet itinéraire est un exemple pouvant être modifié selon vos envies www.ailes.ch Les anciennes Capitales 1 er jour Rangoun Ce «voyage express» à la découverte des anciennes de la

Plus en détail

w w w. a i l e s. c h

w w w. a i l e s. c h Tagomago Island Ibiza Baleares - Espagne Tagomago est l'une des rares et des plus belles îles privées d'espagne. Ce paradis est idéalement situé à seulement 900 mètres de la côte de l'île jetset d'ibiza

Plus en détail

La finance durable a-elle un avenir durable?

La finance durable a-elle un avenir durable? La finance durable a-elle un avenir durable? La perspective du microcrédit Emmanuelle Javoy 1 L exclusion bancaire Les bénéficiaires Le client type des services de microfinance est une «personne à faibles

Plus en détail

Une Oasis omani en bord de mer

Une Oasis omani en bord de mer Situé à 15 minutes de l aéroport et 20 minutes au nord du centre-ville de Muscat, la Capitale de Oman, The Chedi Muscat est un bel hôtel exclusif offrant des services de toute première classe. Dessiné

Plus en détail

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial Liste des tableaux I. Évolution du commerce mondial 1. Aperçu général Tableau I.1 Croissance du volume des exportations et de la production mondiales de marchandises, 2005-2013 21 Tableau I.2 Croissance

Plus en détail

w w w. a i l e s. c h

w w w. a i l e s. c h Georges V Des terrasses privées surplombant Paris, des infrastructures luxueuses ornées de tapisseries du XVIIè, une atmosphère unique, un équipement high-tech... À deux pas des Champs-Élysées, le Four

Plus en détail

Le factoring dans le monde. Challenges and opportunities to enhancing access to finance for SMEs through factoring

Le factoring dans le monde. Challenges and opportunities to enhancing access to finance for SMEs through factoring Seminar on Finance and Business development Services for Entrepreneurship Development Le factoring dans le monde Challenges and opportunities to enhancing access to finance for SMEs through factoring Abdeljabar

Plus en détail

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement.

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement. Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement Xavier Reille Responsable département "Accès aux Services Financiers" de

Plus en détail

Destination Tarifs Fixe Tarifs mobile Exception

Destination Tarifs Fixe Tarifs mobile Exception Tarifs Téléphonique (26/12/2013) - Page 1/5 Acores 0 /mn 0,22 /mn Afghanistan 0,49 /mn 0,49 /mn Afrique du Sud 0 /mn 0,34 /mn Alaska 0 /mn 0 /mn Albanie 0 /mn 0,34 /mn Algérie 0 /mn 0,64 /mn Au delà de

Plus en détail

Pour les enfants, une crèche supervisée est disponible 24h/24h.

Pour les enfants, une crèche supervisée est disponible 24h/24h. Avec ses 90 mètres de long (296 pieds), Lauren L est l un des plus grands yachts de luxe privé que l on peut s offrir en location. Construit en Allemagne selon les plus hauts standards de sécurité et de

Plus en détail

- 9-3. Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques

- 9-3. Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques - 9-3. de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques ) Situation le 27 novembre 2015 Date à laquelle l Acte 1 de la le plus récent Afrique du Sud... 3 octobre 1928 Bruxelles: 1 er août

Plus en détail

Hightech Payment Systems en bref

Hightech Payment Systems en bref Hightech Payment Systems en bref Mission Fourniture de solutions de paiement électronique multi-canal Quelques Chiffres +100 collaborateurs dont 85 Ingénieurs et Consultants +50 sites installés et 150

Plus en détail

0.10 1.99. Prix du fournisseur Prix du fournisseur 1.00 1.20. incl. 8% TVA. Frais uniques. chf

0.10 1.99. Prix du fournisseur Prix du fournisseur 1.00 1.20. incl. 8% TVA. Frais uniques. chf incl. 8% TVA Frais uniques Frais de location Internet-Box Frais de location TV-Box Frais d envoi par commande 49.- 29.- 9.- Tarifs Fix (par minute) En Suisse À l international Groupe 1 Groupe 2 Groupe

Plus en détail

PASS-MONDE France vers Monde Montant à choisir à la caisse (entre 10 et 200 )

PASS-MONDE France vers Monde Montant à choisir à la caisse (entre 10 et 200 ) PASS-MONDE France vers Monde Montant à choisir à la caisse (entre 10 et 200 ) Crédit valable 60 jours Communications depuis la France métropolitaine vers le monde entier (hormis vers la France métropolitaine)

Plus en détail

ANIMA Réseau Euroméditerranéen d Agences de Promotion des Investissements Euromediterranean Network of Investment Promotion Agencies

ANIMA Réseau Euroméditerranéen d Agences de Promotion des Investissements Euromediterranean Network of Investment Promotion Agencies Marketing Territorial & Promotion de l Investissement Introduction Séminaire Offres territoriales Bénédict de Saint-Laurent, AFII Juin 2003 ANIMA Réseau Euroméditerranéen d Agences de Promotion des Investissements

Plus en détail

Groupements géographiques 1

Groupements géographiques 1 ANNEXE 2 Groupements de pays utilisés dans cette évaluation Groupements géographiques 1 Continent Région Sous-région Pays et territoires inclus dans cette évaluation Afrique Afrique du Sud, Algérie, Angola,

Plus en détail

Combi 1 Combi 2 Combi 3 Internet. À la souscription d un abonnement M-Budget Mobile (excepté Mobile One) Frais de location TV-Box (valeur : Fr. 99.

Combi 1 Combi 2 Combi 3 Internet. À la souscription d un abonnement M-Budget Mobile (excepté Mobile One) Frais de location TV-Box (valeur : Fr. 99. M-Budget Internet / TV / téléphonie fixe Offres combinées M-Budget Combi 1 Combi 2 Combi 3 Internet Vitesse max. en download 2 Mbit/s 10 Mbit/s 20 Mbit/s Vitesse max. en upload 0.2 Mbit/s 1 Mbit/s 2 Mbit/s

Plus en détail

Prix des appels à l international (après mise en relation de 0,10 par appel)

Prix des appels à l international (après mise en relation de 0,10 par appel) Prix des appels en France métropolitaine : Vers des portables 0,19 0,19 / min Vers la messagerie (1 2 3) Vers les numéros d'urgence (15, 112, 119, 115, 17 & 18) Prix des appels à l international (après

Plus en détail

L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada

L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada Congrès annuel de l Association des économistes québécois Glen Hodgson Premier vice-président et économiste en chef Conference Board

Plus en détail

MultiPass - N français + N suisse

MultiPass - N français + N suisse Fiche tarifaire MultiPass - N français + N suisse +33 +41 + Votre carte SIM avec 2 numéros de téléphone : N français + N suisse Tous vos appels toujours reçus sur vos 2 lignes, avec un changement de ligne

Plus en détail

Récapitulatif: Du 04 au 15 Mai 2015. Rapport 2014 de l ECSDA. Développements du CSD du Ghana. Rapport de l OICV sur la fraude d investissement.

Récapitulatif: Du 04 au 15 Mai 2015. Rapport 2014 de l ECSDA. Développements du CSD du Ghana. Rapport de l OICV sur la fraude d investissement. Du 04 au 15 Mai 2015 Récapitulatif: Rapport 2014 de l ECSDA. Développements du CSD du Ghana. Rapport de l OICV sur la fraude d investissement. Report du lancement de la plateforme T2S. Agrément de 10 CCP

Plus en détail

Exportations de grain canadien et de farine de blé

Exportations de grain canadien et de farine de blé Commission canadienne des grains Canadian Grain Commission MARS CAMPAGNE AGRICOLE 2011- Exportations de grain canadien et de farine de blé 2011- À Tonnes (millions) 10.0 7.0 9.0 6.5 6.0 8.0 5.5 7.0 5.0

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options. Lahcen Achy. Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options. Lahcen Achy. Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010 Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options stratégiques Lahcen Achy Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010 Point de départ Le Maroc a enregistré une baisse significative

Plus en détail

FICHE TARIFAIRE Novembre 2015

FICHE TARIFAIRE Novembre 2015 FICHE TARIFAIRE Novembre 2015 Offre réservée aux particuliers exclusivement ZEOP SAS 39 rue Pierre Brossolette 97420 LE PORT - capital de 500 000 - RCS SAINT DENIS 531 379 295 Les prix sont exprimés en

Plus en détail