Livre Vert de la Commission Européenne sur: LE FINANCEMENT A LONG TERME DE L ECONOMIE EUROPEENNE. {SWD(2013) 76 final}

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Livre Vert de la Commission Européenne sur: LE FINANCEMENT A LONG TERME DE L ECONOMIE EUROPEENNE. {SWD(2013) 76 final}"

Transcription

1 Livre Vert de la Commission Européenne sur: LE FINANCEMENT A LONG TERME DE L ECONOMIE EUROPEENNE {SWD(2013) 76 final} REPONSE DE L OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE OEE - 48 rue de Provence Paris France Tél. : +33 (0) Fax : + 33 (0) Siret :

2 L OEE apporte sa contribution aux questions posées par le Livre Vert qui concernent l épargne des Européens. Question 1: Etes-vous d accord avec l analyse ci-dessus en ce qui concerne la fourniture et les caractéristiques du financement à long terme? 3 Question 2: Avez-vous un avis sur la meilleure manière de définir le financement à long terme? 6 Question 4: Comment le rôle des banques de développement nationales et multilatérales peut-il soutenir au mieux le financement de l investissement à long terme? La coordination entre ces banques pourrait-elle être améliorée aux fins des objectifs politiques de l Union? Comment les instruments financiers au titre du budget de l Union pourraient-ils être mis en œuvre afin d apporter un meilleur appui à l investissement à long terme dans la croissance durable? 7 Question 6: Dans quelle mesure et comment les investisseurs institutionnels peuvent-ils être amenés à jouer un plus grand rôle dans le paysage changeant du financement à long terme? 7 Question 10: Les réformes prudentielles en vigueur ou programmées ont-elles des effets cumulatifs sur le niveau et la cyclicité du volume total des investissements à long terme et dans l affirmative, quelle est l importance de ces effets? Comment répondre au mieux à un impact éventuel? 8 Question 15 : Quels sont les avantages et inconvénients des différents modèles d épargne disponibles dans l ensemble de l UE? Est-il possible d élaborer un modèle européen? 8 Questions 17 et 19: Quelles considérations devraient être prises en compte pour établir au niveau national les incitations adéquates à l épargne longue? En particulier, comment utiliser les incitations fiscales pour encourager l épargne à long terme de manière équilibrée? Un renforcement de la coordination fiscale dans l UE permettrait-il de favoriser le financement de l investissement de long terme? 10 Question 24 : Dans quelle mesure l intégration accrue d informations financières et non financières contribuera-telle à offrir un aperçu plus clair des performances à long terme d une entreprise et à de meilleures décisions d investissement? 11 Consultation de la Commission Européenne sur le financement à long terme Réponse de l OEE 2

3 Sources de financement à long terme et caractéristiques de l investissement à long terme Question 1: Etes-vous d accord avec l analyse ci-dessus en ce qui concerne la fourniture et les caractéristiques du financement à long terme? 1. Comme le souligne justement le Livre Vert, c est l épargne des ménages, qui assure l essentiel du financement de l économie. En 2012, l épargne nette des ménages des pays de l Union Européenne s est ainsi élevée à 440 milliards d euros, sur un total des agents résidents de ces pays de 509 milliards, soit 86%. Il convient donc de veiller à favoriser l épargne des ménages, particulièrement l épargne longue correspondant à leurs besoins, par des dispositifs fiscaux et réglementaires stables et en évitant les distorsions qui éloignent les investisseurs d une allocation optimale de leurs placements, tant dans leur intérêt que celui de l économie. 2. Il convient d analyser l épargne des ménages en détail, dans ses différentes composantes : l épargne sur une période donnée est constituée de placements financiers et de placements non financiers et elle est diminuée par la variation de l endettement. L épargne des ménages européens en 2011 En milliards d'euros En % du Revenu disponible brut (1) Investissements non financiers 690 8% (2) Placements financiers 525 6% (3) Variation de l'endettement 138 2% (4) Epargne brute: (1) +(2)-(3) % En 2011, année la plus récente pour laquelle nous disposons de statistiques pour l ensemble des pays de l Union Européenne, le poste le plus important était constitué d investissements non financiers, qui sont, dans le cas des ménages, principalement consacrés à l acquisition de logements et aux travaux dans ces logements. Consultation de la Commission Européenne sur le financement à long terme Réponse de l OEE 3

4 3. S agissant des placements financiers dirigés vers les autres agents économiques, l évolution récente est caractérisée par une baisse qui devrait susciter l inquiétude. 14% Taux de placements financiers des ménages européens (placements financiers/revenu disponible brut) 13% 12% 11% 10% 12% 10% 11% 12% 12% 12% 13% 12% 10% 9% 8% 7% 6% 8% 8% 8% % Les causes principales de ce phénomène sont les suivantes: - La baisse des prix de l immobilier qui se produit dans une majorité de pays dans un contexte de baisse de la production de crédits, diminue le volume des liquidités qui était notamment alimenté jusqu en 2008 par le réinvestissement des plus-values réalisées par les vendeurs. - Dans plusieurs pays, une part croissante de la population, en particulier les chômeurs, souffrent d une baisse de leur revenu et doivent puiser dans leurs actifs financiers pour tenter de préserver leur niveau de vie. - La faible rentabilité des placements financiers résultant de taux d intérêt très bas, voire négatifs en termes réels, conduit certains ménages à compenser la baisse de leurs revenus financiers par un prélèvement sur leur capital et en détourne d autres vers des produits financiers proposés à l étranger ou dans l immobilier de rapport. Ces phénomènes sont aggravés par un alourdissement massif de la fiscalité de l épargne dans certains pays. Consultation de la Commission Européenne sur le financement à long terme Réponse de l OEE 4

5 4. En Europe, à la différence des Etats-Unis, l intermédiation joue un rôle fondamental pour recycler l épargne des ménages vers les agents économiques qui ont des besoins de financement (entreprises et administrations publiques) et cette caractéristique est devenue encore plus marquée dans les quinze dernières années. L intermédiation financière canalise plus des quatrecinquièmes de l épargne financière des ménages. La surabondance d informations financières et la globalisation des enjeux économiques rendent très difficile la gestion en direct d un portefeuille de valeurs mobilières et les coûts de participations et de transactions sont élevés. Par ailleurs, de nombreuses erreurs d allocation ont été observées, n incitant pas à un retour vers les marchés. Dès lors, la finance directe ne se développe plus. Même s il ne faut pas décourager l actionnariat individuel de proximité ou dans les grandes sociétés cotées, il est donc essentiel de ne pas entraver l intermédiation financière, qui est particulièrement sensible aux changements du cadre réglementaire. Il convient également de renforcer la confiance des particuliers dans leur système bancaire et d assurances. Répartition des placements financiers des ménages européens en Placements financiers intermédiés 78% 86% Dont produits bancaires 39% 55% Dont produits d'assurance 38% 31% Placements financiers non intermédiés 22% 14% Dont titres de créance 16% 17% Dont actions et autres participations 6% -3% Total des placements financiers 100% 100% 5. Pour soutenir le rôle de l épargne des ménages dans le financement de l investissement de long terme, il faut d abord se placer du point de vue des épargnants, un point qui nous parait insuffisamment analysé dans le Livre Vert. Les motivations de l épargne peuvent être de court terme ou de moyen terme (l épargne de projet), ce qui impose une transformation des échéances par le système financier. Cependant, la transformation ne fait pas disparaître les risques: il n est pas possible d offrir aux épargnants des revenus garantis élevés sans risque, sauf à faire peser ce risque sur les Etats, ce qui n est aujourd hui plus possible. Ce constat vaut pour les promesses sur le niveau des retraites, et plus encore pour les produits liquides. Les risques portés par les épargnants doivent leur être présentés de manière transparente. Les garanties proposées devraient être compatibles avec la nécessité d une saine répartition des risques dans l économie, et avec le coût financier de cette assurance de portefeuille. 6. Les motivations d épargne peuvent aussi être de long terme (préparation de la retraite et protection contre les conséquences financières du risque de dépendance dans le grand âge), ce qui permet aux intermédiaires, notamment ceux qui gèrent l épargne individuelle ou collective constituée pour la préparation de la retraite, de se concentrer sur la gestion des risques et l optimisation des performances. Consultation de la Commission Européenne sur le financement à long terme Réponse de l OEE 5

6 De même, il est important d analyser de manière rigoureuse les attitudes face au risque et la préférence supposée pour les produits liquides, qui sont deux notions différentes. Il n est pas prouvé que l aversion au risque des ménages ait augmenté 1. C est plutôt leur perception du risque qui a changé à la suite des crises répétées, et ces interrogations ont d ailleurs été largement partagées par les professionnels des marchés, et par les chercheurs 2. Il n en demeure pas moins que les épargnants peuvent être sujets à certains biais de comportement comme la surestimation des faibles probabilités 3, en particulier à la suite des crises financières répétées. L éducation financière peut dans une certaine mesure compenser ces biais. L absence d éducation financière ne dissuade pas les épargnants d acheter des produits risqués, mais elle rend moins probables les déconvenues et ensuite le retrait complet du marché. La réglementation de protection de l épargne, et l offre de produits intermédiés dont la nature et le degré de risque sont clairement exposés sont donc des leviers pour que les épargnants européens participent indirectement au financement des entreprises de manière durable. 7. Enfin, L analyse des besoins de financement doit se faire pays par pays et par taille d entreprise: les taux d endettement des entreprises sont très variables d un pays à l autre, et selon leur taille. Leur efficacité opérationnelle, leur rentabilité, leur compétitivité et leur qualité de management sont aussi très variables. Cette analyse permettra de constater que tous les pays ne manquent pas de financements de long terme, voire que certains en sont même excédentaires. Il ne suffira pas d augmenter les flux de financement pour surmonter les difficultés que connaissent les entreprises dans une majorité de pays européens. Question 2: Avez-vous un avis sur la meilleure manière de définir le financement à long terme? Une économie a besoin de financements de toutes durées, courtes, moyennes ou longues, tant du côté de l offre que de la demande. Le financement de long terme met en jeu les grands enjeux des sociétés européennes: les services à fournir à une population vieillissante, le maintien des emplois en Europe, la cohésion familiale et sociale, le développement urbain, la qualité de l environnement L investissement à long terme se définit non seulement par ses emplois (actifs peu ou pas liquides dont la rentabilité nécessite un engagement dans la durée) mais aussi par ses ressources (existence de passifs suffisamment stables pour gérer le risque de liquidité des actifs sur un horizon de long terme). De ce point de vue, le financement à long terme de l économie suppose l existence d une épargne suffisamment stable, quel que soit son support. Le lien entre ces ressources et ces emplois peut être effectué par les intermédiaires financiers et par les marchés. Ce serait une erreur de croire que les marchés financiers ont nécessairement une vue à court terme: le niveau très bas des taux d intérêt actuels suffirait à démontrer le contraire. Le poids des marchés est beaucoup plus faible en Europe qu aux Etats-Unis et des marges existent pour les 1 Martin Weber, Elke U. Weber, Alen Nosic, «Who takes risks, when and why : determinants of changes in investor risk taking, Publication de l OEE, octobre Barro, R.J., (2009), Rare disasters, asset prices, and welfare costs, American Economic Review, 99, De Palma et Picard (2010) : «L impact de la crise sur l attitude face au risque», publication de l OEE Consultation de la Commission Européenne sur le financement à long terme Réponse de l OEE 6

7 développer. Cependant cette mutation ne sera pas immédiate, et il convient donc aujourd hui de préserver la capacité des intermédiaires à assurer ces financements. Le bouleversement de la structure des grandes masses de ressources et d emplois financiers ferait courir un risque systémique considérable. Question 4: Comment le rôle des banques de développement nationales et multilatérales peut-il soutenir au mieux le financement de l investissement à long terme? La coordination entre ces banques pourrait-elle être améliorée aux fins des objectifs politiques de l Union? Comment les instruments financiers au titre du budget de l Union pourraient-ils être mis en œuvre afin d apporter un meilleur appui à l investissement à long terme dans la croissance durable? Il conviendrait que de prendre en en compte l existence d une catégorie spécifique d investisseurs de long terme qui doivent être réglementés et supervisés de manière adaptée. Améliorer le financement à long terme de l économie européenne Les investisseurs institutionnels Question 6: Dans quelle mesure et comment les investisseurs institutionnels peuvent-ils être amenés à jouer un plus grand rôle dans le paysage changeant du financement à long terme? 1. Comme les épargnants individuels, les investisseurs institutionnels déterminent leur allocation d actifs en fonction de leurs contraintes propres, et plus précisément de leurs contraintes de passif. Or les déficits des organismes sociaux (en particulier les institutions de retraite) diminuent progressivement leurs réserves, ce qui a deux conséquences: o o Les montants de capitaux disponibles pour le financement de l économie diminuent La contrainte de liquidité sur la gestion institutionnelle s accroît car une grande proportion des réserves est destinée à être mobilisée dans un proche avenir pour servir des prestations. L horizon temporel se raccourcissant, les institutionnels ne peuvent plus investir en fonds propres des entreprises. Ils se concentrent sur des produits de taux d intérêt moins risqués et moins rentables. Le retour à l équilibre des administrations publiques de sécurité sociale et des institutions de retraite serait donc un facteur favorable à l investissement de long terme. 2. La contrainte de passif joue également sur les sociétés d assurance vie qui proposent des contrats garantissant une rémunération minimum à leurs clients, tout en laissant la possibilité à ces derniers de sortir à tout moment de leurs contrats. Il faut donc favoriser des contrats garantis à l échéance d une période fixe, en particulier des contrats d épargne retraite individuelle qui ne peuvent, sauf exception, être dénoués qu à l âge de la retraite. Il faut aussi favoriser les contrats d épargne longue qui favorisent la mutualisation intergénérationnelle des Consultation de la Commission Européenne sur le financement à long terme Réponse de l OEE 7

8 risques de rendement. Ceci n est possible que dans un cadre incitatif des épargnants de manière à éviter les comportements de sortie opportuniste en phase récessive. 6 Le rôle des investisseurs institutionnels sur certains compartiments du marché devrait être accru. Il en est ainsi, notamment, du capital-investissement qui souffre en Europe d une diminution du volume des levées de fonds. Mais pour que les sociétés d assurances et les fonds de pension puissent retourner vers ces placements, il faut que leur coût en fonds propres ne soit pas alourdi de manière excessive par la réglementation prudentielle (Solvabilité 2). Question 10: Les réformes prudentielles en vigueur ou programmées ont-elles des effets cumulatifs sur le niveau et la cyclicité du volume total des investissements à long terme et dans l affirmative, quelle est l importance de ces effets? Comment répondre au mieux à un impact éventuel? La conception qui a présidé à la définition des règles comptables et prudentielles des banques et des sociétés d assurances n est pas favorable aux engagements longs des intermédiaires financiers, que ce soit en actions ou en titres de créance à long terme émis par les entreprises. A ce stade, il conviendrait au moins: - que la calibration des règles de Solvabilité 2 soit modifiée afin de ne pas bloquer la titrisation des crédits, qui peut jouer un rôle utile si elle est maîtrisée 7. - De renoncer ou de profondément modifier le ratio de liquidité à long terme (Net Stable Funding Ratio). Les propositions actuelles raccourciraient considérablement l horizon de la transformation bancaire et compromettraient sérieusement le financement des investissements de long terme. Au niveau actuel des engagements, le ratio impliquerait une augmentation des emprunts des banques de 250 milliards d euros par an jusqu en 2017, un montant que le marché ne pourra pas absorber. Facteurs transversaux favorisant l épargne et le financement de long terme Question 15 : Quels sont les avantages et inconvénients des différents modèles d épargne disponibles dans l ensemble de l UE? Est-il possible d élaborer un modèle européen? Des différences existent dans les choix sociaux des Européens, par exemple dans le domaine du financement des retraites mais aussi dans les attitudes face au risque. Les modes de financement de l économie varient de ce fait d un pays à l autre. Ces différences ont un impact sur les comportements d épargne. Une étude récente réalisée pour l OEE montre par exemple que plus le taux de remplacement des revenus du système de retraite publique est élevé dans un pays, plus faible est le taux de détention d actions. La générosité des systèmes de sécurité sociale diminue l incitation à acquérir une formation financière et à investir en Bourse. 6 Gollier, C., (2008), Intergenerational risk-sharing and risk-taking of a pension fund, Journal of Public Economics, Vol 92/5-6, pp , DOI information: /j.jpubeco Le projet actuel de directive prévoit une charge en capital des produits de titrisation comprise entre 7% et 42% selon leur duration (de 1 à 6 ans), ce qui est très supérieur aux charges en capital s appliquant aux actions. Pourtant, les taux de défaut peuvent être très bas, de 007% par exemple pour des produits comme les RMBA. Consultation de la Commission Européenne sur le financement à long terme Réponse de l OEE 8

9 Il parait donc plus réaliste de mettre en place des produits européens bien définis qui pourraient progressivement s étendre en Europe, plutôt que de définir un «modèle européen» qui ne saurait s imposer par la voie réglementaire. L épargne de projet La réalisation d un projet est l une des motivations d épargne. Des études de marché bancaire ont identifié un segment de population, composé d individus qualifiés de «confiants», qui se projettent sur le moyen terme et dont les objectifs sont centrés sur la réalisation de projets 8. Cette catégorie est représentée dans l ensemble des tranches d âge, même si les moins de 35 ans sont légèrement surreprésentés. Les hommes sont mieux représentés que les femmes dans cette population, ainsi que les artisans, commerçants, chefs d entreprise et cadres moyens. Par ailleurs, selon la même source, l accession à la propriété, qui est l un des motifs privilégiés de l épargne de projet à moyen terme, reste un objectif stratégique pour un grand nombre de particuliers, même si la conjoncture économique contrarie souvent la réalisation de cet objectif. L épargne-logement est le meilleur exemple d une épargne de projet. Dans plusieurs pays européens, il existe un cadre réglementaire et fiscal de l épargne logement (Allemagne, Espagne, France ) mais cette forme d épargne ne se développe plus. Elle présente pourtant un double avantage: - Elle prépare l investissement de long terme le plus significatif pour les ménages - Etant en général constituée progressivement dans le temps en vue d un projet immobilier, c est une ressource stable dans le bilan des banques et elle donne donc à ces dernière des marges de manœuvre pour accroître leurs engagements à moyen-long terme. Une initiative coordonnée entre les Etats européens pourrait leur redonner un attrait, si les conditions de rémunération et la fiscalité étaient favorables. Les Etats qui le souhaitent pourraient faire converger leurs dispositifs nationaux et permettre l utilisation de l épargne logement pour un projet immobilier dans l ensemble des pays qui auraient passé un accord entre eux. Cette initiative favoriserait la mobilité de la main d œuvre en Europe et aurait une portée symbolique positive pour l image de l Europe et du secteur financier. Cette forme d épargne pourrait aussi être élargie à d autres projets comme: o L installation (mariage, naissance) o Le financement des études des enfants (frais de scolarité, loyers) o Les aides aux parents dépendants o Le démarrage d un projet professionnel o La disposition d un capital pour pallier une cessation temporaire d activité professionnelle et lancer une activité culturelle, civique, humanitaire ou pour acquérir une nouvelle formation. Produits d épargne rémunérés selon leur durée de conservation Il pourrait être envisagé de créer un instrument de placement européen dont la rémunération serait liée à l horizon de placement et dont la liquidité à court terme ne serait pas assurée (SICAV long terme, 8 Observatoire Caisse d Epargne, 2009 Consultation de la Commission Européenne sur le financement à long terme Réponse de l OEE 9

10 Produit européen d épargne retraite avec sortie en rente ). Cet instrument devrait être protégé d une imposition fiscale excessive. Ce produit pourrait financer des projets d infrastructures. Fiscalité Questions 17 et 19: Quelles considérations devraient être prises en compte pour établir au niveau national les incitations adéquates à l épargne longue? En particulier, comment utiliser les incitations fiscales pour encourager l épargne à long terme de manière équilibrée? Un renforcement de la coordination fiscale dans l UE permettrait-il de favoriser le financement de l investissement de long terme? Le contexte actuel de taux d intérêt historiquement au plus bas entraine une rémunération de l épargne en termes réels qui est souvent devenue négative malgré la faible inflation. S ajoute dans certains pays une fiscalité du patrimoine et des revenus de l épargne qui aura pour conséquence inéluctable de faire fondre l assiette imposable en quelques années, et ne pourra qu inciter à des comportements d évasion fiscale. Dans plusieurs pays, les Etats prélèvent des ressources sur l épargne, notamment sur l épargne retraite, pour ramener leur budget à l équilibre. La fiscalité de l épargne est parfois devenue plus lourde que celle des revenus d activité. Les institutions européennes peuvent jouer un rôle utile en rendant largement lisible par l opinion publique les différences existant entre les pays et en démontrant leur caractère nuisible au financement de l économie : Il faut reconnaître que si la libre prestation de services financiers est une réalité sur le marché professionnel, les résultats sur le marché de détail sont beaucoup plus limités à cause des différences institutionnelles et fiscales qui subsistent entre les pays. En matière de fiscalité de l épargne, il serait utile qu une «doctrine européenne» fasse converger les règles fiscales pour permettre la disparition du «biais domestique» qui limite les opportunités de diversification des placements des ménages et les opportunités de financement des entreprises. Une doctrine européenne de la fiscalité de l épargne devrait être fondée sur l intérêt des épargnants eux-mêmes en évitant de fausser la répartition de leurs placements. La fiscalité de l épargne doit être simple et stable. Les incitations devraient porter en priorité sur: Les placements en actions, en particulier de sociétés non cotées. Les actions ont en effet la meilleure performance financière à long terme et il convient de compenser les biais cognitifs qui en éloignent de nombreux épargnants. Les placements en actions à travers des fonds d investissement permettent aux épargnants de limiter leurs risques par la diversification sectorielle et géographique. L épargne salariale, qui est souvent une «épargne de projet», est un cadre privilégié car elle permet d utiliser le levier de l abondement des entreprises. Il convient cependant d éviter que les dispositifs d actionnariat salarié n amènent les ménages à se trouver surexposés aux risques de l entreprise dans laquelle ils travaillent. Les produits d épargne spécifiquement destinés à préparer la retraite ou à se protéger contre les risques de dépendance dans le grand âge. Plus la population sera préparée à la retraite, moins les finances publiques auront à être sollicitées dans le cadre de la solidarité nationale. Consultation de la Commission Européenne sur le financement à long terme Réponse de l OEE 10

11 Ces deux types de placements répondent à l intérêt des épargnants et sont de nature à permettre le financement d investissements à long terme, car ils sont eux-mêmes par nature effectués dans une perspective longue. Question 24: Dans quelle mesure l intégration accrue d informations financières et non financières contribuera-t-elle à offrir un aperçu plus clair des performances à long terme d une entreprise et à de meilleures décisions d investissement? La contribution des épargnants aux financements en fonds propres des entreprises pourrait être améliorée par des évolutions réglementaires visant à rendre le marché boursier plus compréhensible, par: - l'amélioration de la liquidité et de la profondeur du marché en mettant en place un registre centralisé des transactions comme il en existe aux Etats-Unis. - la clarification et la simplification de l'information des émetteurs lors des opérations et sur une base annuelle. - l'amélioration de l'information des émetteurs sur les opérations par une refonte de la directive "prospectus" dans le sens d'une simplification et d'une rationalisation. - l'allègement des obligations d'information permanente (information réglementée) des émetteurs, particulièrement pour les entreprises moyennes. - la simplification des règles relatives aux franchissements de seuil de participation. Consultation de la Commission Européenne sur le financement à long terme Réponse de l OEE 11

Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse de l homme et de la nature

Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse de l homme et de la nature Didier Janci Didier Janci, Caisse des Dépôts, membre du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD) Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse

Plus en détail

Didier Davydoff 19 avril 2012

Didier Davydoff 19 avril 2012 Didier Davydoff 19 avril 2012 60 50 49 51 55 40 33 30 20 20 2009 2010 2011 10 8 0 Collecte nette de l'assurance vie Collecte nette de l'épargne bancaire 2 3 4 5 6 7 Où va la fuite de cotisations d assurance

Plus en détail

PALATINE HORIZON 2015

PALATINE HORIZON 2015 PALATINE HORIZON 2015 OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE Présentation succincte : Code ISIN :

Plus en détail

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013

Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Mercredi 26 juin 2013 Conférence de presse FFSA Retour sur 2012 et premières tendances pour 2013 : l assurance française remplit ses deux missions, protéger et financer Les chiffres

Plus en détail

LITHOS Fondation de placement immobilier

LITHOS Fondation de placement immobilier LITHOS Fondation de placement immobilier La Fondation LITHOS est une fondation de placement immobilier suisse, au sens des articles 80 et suivants du Code Civil Suisse, répondant aux exigences de l Office

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LE FINANCEMENT A LONG TERME SYNTHESE DE LA REPONSE DE L AFEP

LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LE FINANCEMENT A LONG TERME SYNTHESE DE LA REPONSE DE L AFEP LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LE FINANCEMENT A LONG TERME SYNTHESE DE LA REPONSE DE L AFEP La Commission européenne (CE) a publié en mars 2013 un livre vert sur le financement à long terme

Plus en détail

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE

L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE L assurance française en 43 L ACTIVITÉ FINANCIÈRE DE L ASSURANCE GRÂCE AUX PLACEMENTS qu elle effectue en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial dans le

Plus en détail

SCPI Corum Convictions

SCPI Corum Convictions L investissement indirect dans l immobilier via une SCPI SCPI Corum Convictions Société Civile de Placement Immobilier SCPI Corum Convictions La SCPI : un placement immobilier indirect La Société Civile

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

offre non fiscale 123viager L immobilier autrement... SICAV contractuelle

offre non fiscale 123viager L immobilier autrement... SICAV contractuelle offre non fiscale viager L immobilier autrement... SICAV contractuelle de viager mutualisé viager SICAV contractuelle de viager mutualisé Un investissement SOCIALEMENT RESPONSABLE Permettre aux retraités

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance Des fiches pour mieux compren- dre l'actualité économique et les enjeux pour les PME Ce que la crise nous a appris, c est que le seul financement bancaire ne peut suffire pour assurer la pérennité des

Plus en détail

Commission financière de l AFEP. Structure de l épargne et financement des économies européennes 21 juin 2000

Commission financière de l AFEP. Structure de l épargne et financement des économies européennes 21 juin 2000 Commission financière de l AFEP Structure de l épargne et financement des économies européennes 2 juin 2000 Jacques de Larosière Président de l Observatoire de l Epargne Européenne Le bouclage classique

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux.

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Du 1 er au 12 Juin 2015 Récapitulatif: Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Mise en place d un référentiel de données en Turquie. Test de continuité

Plus en détail

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites DF / JLN / 05-032 LE 10 FEVRIER 2005 Note pour le Conseil d orientation des Retraites Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites 1. Où en est le FRR aujourd hui? Le Fonds de Réserve

Plus en détail

Les FRANCAIS. l EPARGNE ENQUETE 2012. Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali

Les FRANCAIS. l EPARGNE ENQUETE 2012. Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali ( Les FRANCAIS l EPARGNE & la RETRAITE ENQUETE Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Etudes et de Connaissances sur l Opinion Publique Jean-Pierre

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE DEVELOPPEMENT 11 mai 2011 - Paris Constats Les besoins en investissements des pays du bassin méditerranéen sont considérables tant en matière d infrastructures que de

Plus en détail

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Dans l ensemble, le secteur financier dans les pays de la région MENA continue de jouer

Plus en détail

OFFRE NON FISCALE 123VIAGER. L immobilier autrement...

OFFRE NON FISCALE 123VIAGER. L immobilier autrement... OFFRE NON FISCALE 123VIAGER L immobilier autrement... Permettre aux retraités d améliorer leur niveau de vie Permettre aux actifs de se constituer un patrimoine immobilier dans des conditions favorables

Plus en détail

Comment accéder autrement aux opportunités du marché immobilier en toute simplicité?

Comment accéder autrement aux opportunités du marché immobilier en toute simplicité? Comment accéder autrement aux opportunités du marché immobilier en toute simplicité? AXA Selectiv Immo AVERTISSEMENT L OPCI détient directement et/ou indirectement des immeubles dont la vente exige des

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

régime de retraite supplémentaire 1,24%

régime de retraite supplémentaire 1,24% rapport de gestion 2011 CCPMA Prévoyance régime de retraite supplémentaire 1,24% CCPMA Prévoyance, auprès de vous à chaque instant Le 1,24% en chiffres 271 502 5 175 cotisants entreprises adhérentes 108

Plus en détail

Bienvenue à notre réunion

Bienvenue à notre réunion Bienvenue à notre réunion Quelle Allocation d Actifs dans l environnement actuel compte tenu de la baisse inéluctable du rendement de l actif général des compagnies d assurances (fonds en ) Jean Marc DIEHL

Plus en détail

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE EN EUROPE : VERS LA CONSTRUCTION D UNE UNION PLUS COMPETITIVE, PLUS SOCIALE ET PLUS SOLIDAIRE. 15 JANVIER 2010 FAIRVALUE Corporate & Public

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

S C P I. Société Civile de Placement Immobilier VOISIN SAS

S C P I. Société Civile de Placement Immobilier VOISIN SAS Société de gestion de portefeuille, agrément Autorité des Marchés Financiers (AMF) N GP.14000026 en date du 22 juillet 2014, 15 Place Grangier, 21000 DIJON, 03 80 30 20 40, au capital de 349 400, RCS DIJON

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

YAMA OPPORTUNITES. OPCVM ACTIONS INTERNATIONALES FCP de droit français

YAMA OPPORTUNITES. OPCVM ACTIONS INTERNATIONALES FCP de droit français 01.07.07 YAMA OPPORTUNITES OPCVM ACTIONS INTERNATIONALES FCP de droit français Prospectus Simplifié Société de Gestion : ATLAS GESTION Date d agrément : 02/04/1999 Date d édition : 01/07/2007 FCP «YAMA

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Olivier GARNIER David THESMAR 2 juin 2009 Le champ du rapport Point de vue des ménages-épargnants, plutôt que celui du financement de l économie

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Directeur adjoint de la stabilité financière Banque de France 23/11/2014 1 SOMMAIRE Pourquoi amender la réglementation financière?

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

CD EURO IMMOBILIER PROSPECTUS SIMPLIFIÉ

CD EURO IMMOBILIER PROSPECTUS SIMPLIFIÉ PROSPECTUS SIMPLIFIÉ - 1 - SOMMAIRE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE I. PRESENTATION SUCCINCTE II. INFORMATIONS CONCERNANT LES PLACEMENTS ET LA GESTION III. INFORMATIONS SUR LES FRAIS, LES COMMISSIONS

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE. Gestionnaire administratif et comptable par délégation : HSBC Securities Services (France)

PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE. Gestionnaire administratif et comptable par délégation : HSBC Securities Services (France) PROSPECTUS SIMPLIFIE OPCVM conforme aux normes européennes PARTIE A STATUTAIRE Présentation succincte : Dénomination : Forme juridique : HSBC IMMOBILIER Fonds Commun de Placement (FCP) de droit français

Plus en détail

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» -------------------------------

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- 1 2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- Alain PITHON, Secrétaire général, Paris EUROPLACE Karim ZINE-EDDINE,

Plus en détail

Favoriser l épargne longue

Favoriser l épargne longue Favoriser l épargne longue Contexte et réglementations assurance 6è Forum International Economique et Financier de Paris, 6 juin 2013 Introduction générale et sommaire Allocation d actifs des assureurs

Plus en détail

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE CHAPITRE 9 L ÉPARGNE LA NOTION D EPARGNE Définition Pour Bohm-Bawerk, l épargne s analyse comme la renonciation immédiate. Pour Keynes, l épargne est un résidu de revenu quand les besoins de consommation

Plus en détail

«Toilettage des règles de gestion des SCPI» Exposé des motifs

«Toilettage des règles de gestion des SCPI» Exposé des motifs «Toilettage des règles de gestion des SCPI» Exposé des motifs Date : 16 mars 2012 Le présent document vise à exposer les objectifs poursuivis par l ASPIM en ce qui concerne les propositions de modifications

Plus en détail

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI PRÉAMBULE I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI La société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour Object l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier

Plus en détail

Comment mieux comprendre la communication financière?

Comment mieux comprendre la communication financière? Comment mieux comprendre la communication financière? AXA Group Solutions Web Shared Services/Digital Studio - Novembre 2012 Focus sur l Investor Day Contacts: Communication interne Groupe : comint@axa.com

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

Les investissements des

Les investissements des Les investissements des fonds de sécurité sociale COMMENT LIRE UN RAPPORT ACTUARIEL Cours de formation CIF/CSI-Afrique Lomé,, Togo 5-9 juillet 2010 PRINCIPE LES FONDS DE SECURITE SOCIALE SONT DES FONDS

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Comité d experts de la FEMIP Luxembourg 7-8 mars 2005 REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Zouhair CHORFI Directeur du Trésor et des Finances Extérieures 1 Introduction Secteur financier marocain à la

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1501409A Intitulé du texte : - Arrêté relatif à la rémunération du plan épargne-logement et à la commission de gestion du prêt d épargne-logement

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011

Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali A la demande du Cercle des Epargnants et de Generali, le Centre d Etudes et de Connaissances

Plus en détail

POSITION DE LA CES SUR L'AVENIR DES PENSIONS DE RETRAITE EN EUROPE DEUX ANS APRES LE LIVRE BLANC SUR LES RETRAITES

POSITION DE LA CES SUR L'AVENIR DES PENSIONS DE RETRAITE EN EUROPE DEUX ANS APRES LE LIVRE BLANC SUR LES RETRAITES POSITION DE LA CES SUR L'AVENIR DES PENSIONS DE RETRAITE EN EUROPE DEUX ANS APRES LE LIVRE BLANC SUR LES RETRAITES Adoptée par la Réunion du comité exécutif des 11-12 juin 2014 Introduction Messages-clés

Plus en détail

Société Civile de Placement Immobilier à capital variable. Murs de commerces France et zone euro CILOGER

Société Civile de Placement Immobilier à capital variable. Murs de commerces France et zone euro CILOGER Société Civile de Placement Immobilier à capital variable Murs de commerces France et zone euro CILOGER ! Avertissement L investissement en parts de la SCPI ACTIPIERRE EUROPE présente les risques suivants

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite

Les Français, l épargne et la retraite 11, boulevard Haussman. 75009 Paris 01 58 38 65 87 / 37 www.cercledesepargnants.com contact@cercledesepargnants.com Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Le Cercle des Epargnants, partenaire

Plus en détail

Agence France Locale

Agence France Locale Agence France Locale BSI Economics Résumé : L Agence France Locale (AFL) a été créée afin de permettre aux collectivités locales, même les plus petites, d obtenir des conditions de financement avantageuses.

Plus en détail

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise

Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Chapitre 2. Le financement au service du développement Réforme des retraites, marchés financiers et gouvernement d entreprise Dans le monde en développement, l Amérique latine fait figure de pionnière

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT ET AMELIORATION DE L OFFRE DE LOGEMENT» QUESTION N DL 21 Libellé de la

Plus en détail

LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LE FINANCEMENT A LONG TERME SYNTHESE DE LA REPONSE DE L AFEP

LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LE FINANCEMENT A LONG TERME SYNTHESE DE LA REPONSE DE L AFEP LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LE FINANCEMENT A LONG TERME SYNTHESE DE LA REPONSE DE L AFEP La Commission européenne (CE) a publié en mars 2013 un livre vert sur le financement à long terme

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE L AMF appelle l attention des souscripteurs sur le niveau élevé des frais directs et indirects maximum auxquels est exposé ce Fonds. La rentabilité de l investissement

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES Pilier III de Bâle II, Luxembourg, le 26 Juin 2014-1 - TABLE DES MATIERES

Plus en détail

PALATINE MONETAIRE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE

PALATINE MONETAIRE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE PALATINE MONETAIRE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE Présentation succincte : Code ISIN : FR0010137315 parts C / FR0010137323 parts D. Dénomination : PALATINE MONETAIRE Forme juridique : Fonds

Plus en détail

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L

A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L A S S O C I A T I O N L U X E M B O U R G E O I S E D E S F O N D S D E P E N S I O N, A S B L FLASH n 19 juillet 2014 LA PROCHAINE REFONTE DE LA DIRECTIVE IORP La directive 2003/41/CE a marqué une première

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Rapport Analyse Financière

Rapport Analyse Financière BLANC Michaël DEBYSER Antoine L3 Promo 2008 Groupe C Rapport Analyse Financière 1. Bilan de la société LAFIN : Le bilan décrit l état et la répartition du patrimoine de l entreprise à une date donnée.

Plus en détail

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 5. Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global. Durée : 4 heures.

EXAMENS DE CERTIFICATION CORRIGE. Unité de valeur 5. Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global. Durée : 4 heures. Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES Pilier III de Bâle III, Luxembourg, le 30 Juin 2015-1 - TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

PIERRE PLUS CILOGER. Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital variable. Immobilier d entreprise

PIERRE PLUS CILOGER. Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital variable. Immobilier d entreprise PIERRE PLUS Société Civile de Placement Immobilier classique diversifiée à capital variable Immobilier d entreprise CILOGER ! Avertissement L investissement en parts de la SCPI PIERRE PLUS présente les

Plus en détail

DIX MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEUR DE LONG TERME. 22 juin 2012

DIX MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEUR DE LONG TERME. 22 juin 2012 DIX MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEUR DE LONG TERME 22 juin 2012 1 - Recréer un cadre prudentiel explicitement adapté à l investisseur de long terme et aux établissements de crédit à long terme. Compte

Plus en détail

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013

AJAR 4 décembre 2012 Panorama fiscal 2012-2013 PLAN Loi de Finances rectificative du 14 mars 2012 (1 ère LFR) Loi de Finances rectificative du 16 août 2012 (2 ème LFR) Loi de Finances rectificative de décembre 2012 (3 ème LFR) Doctrine et jurisprudence

Plus en détail

PALATINE IMMOBILIER PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE

PALATINE IMMOBILIER PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE PALATINE IMMOBILIER OPCVM conforme aux normes européennes PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE Présentation succincte : Code ISIN : FR0000437550 Dénomination : PALATINE IMMOBILIER Forme juridique

Plus en détail

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Allianz Suisse Vie Compte d exploitation 1 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle

Plus en détail

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont :

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont : Introduction La Commission européenne impose désormais aux entreprises de l Union européenne (UE) qui recourent à l épargne publique de présenter leurs comptes selon les normes de l IASB (International

Plus en détail

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT MÉTHODE GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT 19 novembre 2013 Définitions utilisées dans le questionnaire de l enquête 2 Questionnaire de l enquête trimestrielle

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANÇAIS ET LES QUESTIONS ECONOMIQUES ET SOCIALES : RETRAITES, DEPENDANCE, FISCALITE L enquête annuelle CECOP/CSA pour le Cercle des épargnants

Plus en détail

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale

Conjuguez immobilier d entreprise et démarche environnementale L anticipation des nouvelles normes environnementales Lors de la constitution d un patrimoine immobilier à travers la création d une nouvelle SCPI, PERIAL Asset Management s efforcera de prendre en compte

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT Juillet 2014 TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT La table ronde n 4 présidée par Arnaud MONTEBOURG travaillera sur les moyens d accélérer le retour de croissance

Plus en détail

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES 1 Numéro 190, novembre 2012 Une collecte nette globale historiquement basse depuis 2000, du fait d une baisse drastique de la collecte nette en assurancevie, et malgré des excédents sur les produits bancaires

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1

Table des matières. Chapitre 1 Table des matières Chapitre 1 Les objectifs de la planification financière et les objectifs de placement 1 Les objectifs de la planification financière personnelle 1 Premier objectif: atteindre un certain

Plus en détail

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier PATRIMMO COMMERCE Société Civile de Placement Immobilier INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI DANS L IMMOBILIER COMMERCIAL Patrimmo Commerce a pour objectif de constituer un patrimoine immobilier

Plus en détail

PROSPECTUS COMPLET OCTYS

PROSPECTUS COMPLET OCTYS PROSPECTUS COMPLET OCTYS Trésorerie FONDS COMMUN DE PLACEMENT CONFORME AUX NORMES EUROPEENNES Conforme aux normes européennes PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE Code ISIN :

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail