Déchiffrer les marchés et les placements à long terme. 30 juin 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Déchiffrer les marchés et les placements à long terme. 30 juin 2015"

Transcription

1 Déchiffrer les marchés et les placements à long terme 30 juin 2015

2 L histoire derrière les graphiques L avantage des journaux, du point de vue d un éditeur, c est qu ils créent une dépendance. Les histoires qu ils contiennent ne sont pas livrées d un seul coup, comme un roman, mais elles prennent corps, petit à petit, au fil des jours. Ainsi, on est toujours obligé d acheter le journal du lendemain. Il en est ainsi de l histoire des marchés et des placements individuels que présentent les divers médias. Tous les jours, on reçoit des bribes d informations décousues, mais, pour une raison ou une autre, elles arrivent rarement à déboucher sur un principe de placement pratique, comme la diversification. La plupart du temps, elles ne font que susciter des émotions. Les graphiques qui suivent résultent, par opposition, de l accumulation de données recueillies au cours de nombreuses années. Ils rendent compte de comportements des marchés favorables et défavorables sur une période prolongée. Ils établissent le fondement de la compréhension des risques et des rendements. Ils préparent le terrain pour une discussion rationnelle sur la répartition de l actif et les placements individuels. Nous les avons regroupés ici parce que ce qui nous intéresse, ce n est pas de vendre des journaux, mais bien d accroître le patrimoine des investisseurs sur le long terme. 2

3 3 Il est difficile de prédire le gagnant

4 40 ans et 46 fois votre placement Indice composé S&P/TSX ( ) Valeur de 1 $ (échelle logarithmique) $100 $ $10$ +195 % +44 % +253 % -20 % -25 % +109 % +203 % +16 % -38 % -21 % -27 % +168 % -43 % +115 % 46,26 $ 30 juin ,526 % rendement cumulatif (10,0 % annualisé) = 46 fois votre placement initial $1 1 $ -39 % $0 0 $ Juin Jun Juin Jun Juin Jun Juin Jun Juin Jun Sources : Bloomberg et Placements Mackenzie. Données fondées sur l indice composé S&P/TSX RT, y compris le réinvestissement des dividendes, entre le 30 juin 1975 et le 30 juin

5 Période d un an Progression boursière solide (malgré un recul) Indice composé S&P/TSX -1,2 % Rendement global sur 1 an au 30 juin Pour les investisseurs axés sur le long terme, le recours à des stratégies de placement fondamentales, la gestion des attentes et des émotions et la volonté de garder le cap ont porté fruit. A clôturé à juin A clôturé à juin Juin 14 Juill. 14 Août 14 Sept. 14 Oct. 14 Nov. 14 Déc. 14 Janv. 15 Févr. 15 Mars 15 Avr. 15 Mai 15 Juin 15 Indices des marchés mondiaux Rendement sur 1 an au 30 juin* : S&P/TSX S&P 500 Zone euro Japon Marchés émerg. Chine Monde -1,2 % +7,4 % +7,0 % +30,8 % +6,2 % +24,6 % +8,4 % Source : Bloomberg pour la courbe, indices MSCI sauf avis contraire, au 30 juin 2015; * rendement total, monnaie nationale ME 5

6 CUM 2015 en un clin d œil Indice composé S&P/TSX +0,9 % Rendement total CUM 2015 Les taux de la Fed et de la Banque du Canada frôlent leurs plus bas niveaux historiques 0 % - 0,25 % (pendant 2T) 0,50 % 15 juillet et après Source : Bloomberg, au 30 juin Poursuite de la croissance mondiale mais elle est inégale et soumise à des tensions La croissance économique américaine s est essoufflée au 1T Possibilité de hausse de taux, mais incertitude quant au moment Perturbations des 59 $ le baril (30 juin 2015) $ l once (30 juin 2015) Bref aperçu : Le $US à bondi par rapport à la plupart des devises Le huard a piqué du nez au 1T Rebond au 2T mais la faiblesse se poursuit 0,80 $US (30 juin 2015) La croissance mondiale a ralenti au début de 2015, surtout aux États-Unis et en Chine. Selon de récents indicateurs, on pourrait assister à une reprise de l économie américaine au cours du second semestre de cette année. Par contre, la croissance en Chine ralentit, mais un processus de rééquilibrage continu a été mis en place pour qu elle revienne sur la voie de la croissance durable. Cette situation a contribué à la baisse des prix de nombreuses ressources naturelles. La situation financière des grandes économies reste très accommodante et continue de fournir un soutien essentiel à l activité économique. La croissance mondiale devrait se renforcer pendant la deuxième moitié de 2015, et s accélérer en 2016 et ** devises, instabilité des taux de change et rendements négatifs challenge La zone euro connaît à nouveau une croissance positive. La Chine et les marchés émergents continuent d être mis à l épreuve Le prix de l or continue de perdre de son lustre Baisse du prix du brut Rebond au 2T mais la faiblesse se poursuit Janvier Février Mars Avril Mai Juin Chaos en Grèce Mais renflouement en vue Liquidation des actions chinoises Après un important rebond au cours de la dernière année 6 * Source de l illustration : Reuters; ** Extraits tirés du rapport sur les politiques monétaires de la Banque du Canada et des Perspectives de l'économie mondiale du FMI (juillet 2015).

7 Du sommet de juin 2008 juin 2015 Indice composé S&P/TSX (30 mai juin 2015) Sommet précédent juin % du creux à juin 2015 A clôturé à juin % du sommet au creux A touché le fond à mars 2009 Mur de préoccupations L appétit/l aversion pour le risque se poursuit. Optimisme prudent, mais incertitude accrue La croissance s intensifie dans la zone euro, soutenue par des mesures de relance, des échanges et des économies d énergie mais la Grèce a un impact. Les sociétés gardent leur résilience, mais subissent des pressions. La croissance du PIB est paralysée au 1T, mais solides prévisions de reprise. Poursuite de la croissance mondiale; elle est inégale et soumise à des tensions. De nombreux facteurs entrent en jeu. Le «pire des scénarios» n a pas eu lieu Moins pire que prévu (des améliorations voient le jour) Les marchés progressent la reprise se confirme, mais beaucoup d économies et de consommateurs continuent à être mis à l épreuve Le redressement mondial se maintient Des difficultés liées au budget et à la croissance demeurent. La voie de la reprise demeure cahoteuse Source : Bloomberg, au 30 juin 2015; rendements de l indice des prix, monnaie nationale. Source de l image : The Wall Street Journal. 7

8 Examinons le S&P/TSX de plus près Rendements du S&P/TSX en CUM 2015 (et en 2014) Indice composé S&P/TSX Soins de santé Consomm. discrétionnaire Consomm. courante Services télécoms Technologie de l information Matériaux Services financiers Services publics Énergie Produits industriels Du 1 er janvier au 30 juin ,9 % 10,6 % 58,3 % 30,3 % 7,8 % 29,1 % 3,2 % 49,1 % 2,6 % 15,5 % 1,8 % 35,1 % 0,8 % -2,6 % -0,3 % 13,8 % -4,5 % 16,1 % -5,4 % -4,8 % -8,1 % 21,9 % -15 % -10 % -5 % 0 % 5 % 10 % 15 % 20 % 25 % Source : Bloomberg, S&P/TSX : indice composé S&P/TSX y compris les dividendes réinvestis, données CUM 2015, au 30 juin 2015; données 2014 : du 1 er janvier au 31 décembre

9 À surveiller Devise la différence cachée Rendements de CUM 2015 en monnaie nationale et en dollars canadiens Canada É.-U. Zone euro Japan Marchés émerg. Chine Monde Bourses des valeurs Rendements en monnaie locale Rendements en $ CA EM +0,9 % +1,2 % +7,2 % +16,0 % +5,6 % +14,6 % +4,1 % +0,9 % +8,8 % +11,6 % +22,1 % +10,6 % +23,2 % +10,3 % Remarque : Rendements totaux. (Canada : indice composé S&P/TSX; États-Unis : indice S&P 500; Zone euro : indice MSCI Europe; Japon : indice MSCI Japon; Marchés émergents : indice MSCI Marchés émergents; Chine : indice MSCI Chine; Monde : indice MSCI Monde). Source : Bloomberg, au 30 juin

10 La prochaine stratégie ne sera peut-être pas évidente Indice composé S&P/TSX A clôturé à le 30 juin A clôturé à le 31 déc.? A clôturé à le 9 mars Janv Janv Janv Janv Janv Janv Janv Juin 2015 Source : Bloomberg, au 30 juin 2015; Source de l image : Barron s, 13 juillet

11 Un regard sur le passé pour mieux comprendre ce qui pourrait arriver Le redressement des marchés de pourrait être révélateur Indice Dow Jones des valeurs industrielles depuis la Seconde Guerre mondiale (jusqu au 30 juin 2015) Baissier / Haussier / Montagnes russes (2 oct janv. 1983) 1,200 1,100 1, O-72 O-73 O-74 O-75 O-76 O-77 O-78 O-79 O-80 O-81 O Guerre du Vietnam / Crise du pétrole / Fin de l étalon-or Source du concept : MarketWatch 11

12 Cycles du marché : Les placements et les émotions ne font pas bon ménage Indice composé S&P/TSX (du 31 décembre 1994 au 30 juin 2015) 31 déc Excellent, le prix monte! Optimisme Je vais en acheter PLUS! Confiance Capitulation Pas la peine de s inquiéter, j investis à long terme! Euphorie Soulagement Déni de la réalité Panique Optimisme Je vends TOUT DE SUITE! Je vends TOUT DE SUITE! 30 juin CUM-15 Ventes de fonds communs (ventes nettes en milliards $) 35,4 $ 17,7 $ 21,8 $ 28,9 $ 2,5 $ (1,4 $) 14,3 $ 22,6 $ 20,8 $ 34,9 $ 0,1 $ 1,5 $ 12,0 $ 21,2 $ 30,4 $ 41,9 $ 57,8 $ 41,2 $ Sources : Bloomberg (indice) au 30 juin 2015 et IFIC (ventes nettes de fonds communs), au 30 juin

13 N oubliez pas : c est cyclique Cycle du marché boursier par rapport au cycle économique... chacun présente ses propres caractéristiques Cycle du marché boursier Cycle économique Pic Sommet Fin du marché haussier Début d un marché baissier Début d un marché haussier Milieu de la reprise Milieu de la récession Plancher Creux Fin du marché baissier À titre d illustration seulement. Source : Placements Mackenzie. 13

14 Marchés haussiers et baissiers Indice composé S&P/TSX jusqu en juin 2015 Les faits sur les marchés haussiers et baissiers* Gain moyen lors d un marché haussier : +126 % Durée moyenne d un marché haussier : 50 mois Perte moyenne lors d un marché baissier : -28 % Durée moyenne d un marché baissier : 9 mois * Selon les données depuis Voir la page 2 pour plus de détails. Variation en % (échelle logarithmique) % % % 80% 80 60% 40% 20% 0% 0-20% % -60% -80% -26 % 17 mois 85 % 48 mois -17 % 6 mois 81 % 43 mois 63 % 32 mois -15 % 8 mois -25 % 13 mois 82 % 40 mois 288 % 81 mois 253 % 61 mois -35 % 11 mois -39 % 12 mois 44 % 25 mois -25 % 4 mois -20 % 10 mois 203 % 90 mois 109 % 24 mois -28 % 4 mois 16 % 6 mois -38 % 13 mois -21 % 6 mois 168 % 68 mois -43 % 9 mois 115 % 76 mois Source : Placements Mackenzie (Bloomberg : points de données de fin de mois au 30 juin 2015; rendement global, monnaie nationale). 14

15 Marchés haussiers et baissiers : S&P/TSX Les risques et récompenses associés aux placements : Ce graphique représente les marchés haussiers et baissiers qu a connus l indice composé S&P/TSX depuis1956. Toutes les barres se trouvant au-dessus de la ligne représentent des marchés haussiers, alors que celles qui se trouvent en dessous représentent des marchés baissiers. Aux fins de cette illustration, un marché haussier (baissier) est défini comme un mouvement positif (négatif) de plus de 15 % et qui a duré au moins 3 mois. La première barre représente un marché baissier d une durée de 17 mois qui, à son point le plus bas, avait chuté de 26 %. S en est suivi d un marché haussier d une durée de 48 mois affichant une hausse de 85 %. Depuis 1956, il y a eu 12 marchés haussiers et 12 marchés baissiers. Vous constaterez que les marchés haussiers, en règle générale, durent plus longtemps et affichent un pourcentage de changement plus important. Au cours de cette période, les marchés baissiers ont affiché un rendement moyen de -28 % et ont duré seulement 9 mois. Les marchés haussiers, quant à eux, ont affiché un rendement moyen de 126 % et ont duré 50 mois. Le fait d accepter le risque inhérent aux marchés baissiers a ses avantages. Le comportement des investisseurs : Le graphique permet de constater que les marchés passent plus de temps en territoire positif (marché haussier) que négatif (marché baissier). En moyenne, les marchés haussiers durent plus longtemps et sont plus prononcés, montrant un pourcentage de changement plus important. Les marchés baissiers, quant à eux, durent généralement moins longtemps, mais entraînent malgré tout la crainte. C est pendant ces périodes que de nombreuses occasions de placement «bon marché» se présentent. Il est primordial que les investisseurs fassent preuve de discipline pendant les périodes de marchés baissiers. 15

16 Marchés haussiers et baissiers Indice S&P 500 jusqu en juin 2015 Les faits sur les marchés haussiers et baissiers* Gain moyen lors d un marché haussier : +155 % Durée moyenne d un marché haussier : 50 mois Perte moyenne lors d un marché baissier : -27 % Durée moyenne d un marché baissier : 14 mois * Selon les données depuis Voir la page 2 pour plus de détails. Variation en % (échelle logarithmique) % % 60% 80 10% 0-40% % 104 % 48 mois 90 % 43 mois -15 % 17 mois -22 % 6 mois -16 % 8 mois 52 % 26 mois -29 % 19 mois 76 % 30 mois -43 % 21 mois 86 % 27 mois -15 % 14 mois 87 % 33 mois -17 % 20 mois 280 % 61 mois 72 % 30 mois 526 % 118 mois % 3 mois -15 % 5 mois -45 % 25 mois 108 % 61 mois -51 % 16 mois 221 % 76 mois Source : Placements Mackenzie (Bloomberg : points de données de fin de mois au 30 juin 2015; rendement global, monnaie nationale). 16

17 Marchés haussiers et baissiers : S&P 500 Les risques et récompenses associés aux placements : Ce graphique représente les marchés haussiers et baissiers qu a connus l indice composé de rendement total Indice composé S&P 500 depuis1956. Toutes les barres se trouvant au-dessus de la ligne représentent des marchés haussiers, alors que celles qui se trouvent en dessous représentent des marchés baissiers. Aux fins de cette illustration, un marché haussier (baissier) est défini comme un mouvement positif (négatif) de plus de 15 % et qui a duré au moins 3 mois. La première barre représente un marché baissier d une durée de 17 mois qui, à son point le plus bas, avait chuté de 15 %. S en est suivi d un marché haussier d une durée de 48 mois affichant une hausse de 104 %. Depuis 1956, il y a eu 11 marchés haussiers et 11 marchés baissiers. Vous constaterez que les marchés haussiers, en règle générale, durent plus longtemps et affichent un pourcentage de changement plus important. Au cours de cette période, les marchés baissiers ont affiché un rendement moyen de -27 % et ont duré seulement 14 mois. Les marchés haussiers, quant à eux, ont affiché un rendement moyen de 155 % et ont duré 50 mois. Le fait d accepter le risque inhérent aux marchés baissiers a ses avantages. Le comportement des investisseurs : Le graphique permet de constater que les marchés passent plus de temps en territoire positif (marché haussier) que négatif (marché baissier). En moyenne, les marchés haussiers durent plus longtemps et sont plus prononcés, montrant un pourcentage de changement plus important. Les marchés baissiers, quant à eux, durent généralement moins longtemps, mais entraînent malgré tout la crainte. C est pendant ces périodes que de nombreuses occasions de placement «bon marché» se présentent. Il est primordial que les investisseurs fassent preuve de discipline pendant les périodes de marchés baissiers. 17

18 Pertes du S&P/TSX supérieures à 30 % Mois Valeur Valeur Période du pic Rendement des cours (depuis le creux) au pic au creux Date du sommet Date du creux Perte au creux 3 mois 1 an 10 ans 2 sept er juin ,61 64,20-80, ,8 % 79,2 % 37,9 % 3 juill déc ,67 432,11-30,0 17 5,8 % 26,8 % 108,1 % 1 er oct sept ,28 832,98-37,3 11 1,4 % 17,2 % 186,5 % 28 nov juill , ,35-44, ,2 % 84,1 % 153,7 % 13 août oct , ,79-31,0 3 7,9 % 20,0 % 137,4 % 22 avr oct , ,15-31,8 6 24,8 % 31,0 % 102,5 % 1 er sept oct , ,33-50, ,9 % 33,5 % s.o. 18 juin mars , ,94-49,8 9 39,4 % s.o. s.o. Exclusion faite de la crise de 1929 : Moyenne : -43, ,7 % 41,7 % 121,0 % -37, ,2 % 35,4 % 137,6 % Rendement des cours annualisé (dividendes exclus) Moyenne : 8,0 % Exclusion faite de la crise de 1929 : 9,0 % Source : Datastream, pour la période allant du 2 septembre 1929 au 9 mars

19 Décisions en période de marché baissier Valeur d un placement de $ effectué dans le S&P 500 ($ US) le 31 janvier 1973 : 3 mois plus tard $ 6 mois plus tard $ 9 mois plus tard $ 12 mois plus tard $ 1 an, 8 mois plus tard (creux, sept. 1974) $ À quel moment pensez-vous que la plupart des investisseurs auraient jeté l éponge? Si les $ avaient été retirés du marché et réinvestis dans un certificat de dépôt portant intérêt à un taux de 10,5 % : 6 mois plus tard $ 12 mois plus tard $ 2 ans plus tard $ 5 ans plus tard $ 10 ans plus tard $ (après réinvestissement en septembre 1979 pour 5 ans au taux d alors, de 11 %) Source : Bloomberg, pour la période allant du 31 janvier 1973 au 30 septembre

20 Décisions en période de marché baissier Et si vous aviez laissé les $ dans le S&P 500 ($ US) au lieu de les convertir en liquidités le 30 septembre 1974? 10 ans plus tard $ 5 ans plus tard $ 2 ans plus tard $ 12 mois plus tard $ 6 mois plus tard $ Ça donne à réfléchir. Source : Bloomberg, pour la période allant du 30 septembre 1974 au 30 septembre

21 Décisions en période de marché baissier Et si vous aviez investi $ de plus dans le S&P 500 ($ US) au lieu d avoir converti votre placement en liquidités le 30 septembre 1974? 10 ans plus tard $ 5 ans plus tard $ 2 ans plus tard $ 12 mois plus tard $ 6 mois plus tard $ Ça donne à réfléchir. Source : Bloomberg, pour la période allant du 30 septembre 1974 au 30 septembre

22 Décisions en période de marché baissier Valeur d un placement de $ effectué dans le S&P 500 ($ US) le 31 août 2000 : 3 mois plus tard $ 6 mois plus tard $ 9 mois plus tard $ 12 mois plus tard $ 2 ans, 1 mois plus tard (creux, sept. 2002) $ À quel moment pensez-vous que la plupart des investisseurs auraient jeté l éponge? Si les $ avaient été retirés du marché et réinvestis dans un certificat de placement garanti de 5 ans à un taux de 3,28 % : 12 mois plus tard $ 2 ans plus tard $ 3 ans plus tard $ 5 ans plus tard $ Source : Bloomberg, pour la période allant du 31 août 2000 au 30 septembre

23 Décisions en période de marché baissier Et si vous avez laissé les $ dans le S&P 500 ($ US) au lieu de les convertir en liquidités le 30 septembre 2002? 5 ans plus tard $ 3 ans plus tard $ 2 ans plus tard $ 12 mois plus tard $ 6 mois plus tard $ Ça donne à réfléchir. Source : Bloomberg, pour la période allant du 30 septembre 2002 au 30 septembre

24 Décisions en période de marché baissier Et si vous aviez investi $ de plus dans le S&P 500 ($ US) au lieu d avoir converti votre placement en liquidités le 30 septembre 2002? 5 ans plus tard $ 3 ans plus tard $ 2 ans plus tard $ 12 mois plus tard $ 6 mois plus tard $ Ça donne à réfléchir. Source : Bloomberg, pour la période allant du 30 septembre 2002 au 30 septembre

25 Décisions en période de marché baissier Valeur d un placement de $ effectué dans le S&P 500 ($ US) le 31 janvier 2007 : 3 mois plus tard $ 6 mois plus tard $ 9 mois plus tard $ 12 mois plus tard $ 2 ans, 2 mois plus tard (creux, mars 2009) $ À quel moment pensez-vous que la plupart des investisseurs auraient jeté l éponge? Si les $ avaient été retirés du marché et réinvestis dans un certificat de placement garanti de 5 ans à un taux de 1,96 % : 6 mois plus tard $ 12 mois plus tard $ 2 ans plus tard $ 3 ans plus tard $ 6 ans, 3 mois plus tard (en juin 2015) $ Source : Bloomberg, pour la période allant du 31 janvier 2007 au 30 juin

26 Décisions en période de marché baissier Et si vous aviez laissé les $ dans le S&P 500 ($ US) au lieu de les convertir en liquidités le 31 mars 2009? 6 ans, 3 mois plus tard $ 3 ans plus tard $ 2 ans plus tard $ 12 mois plus tard $ 6 mois plus tard $ Ça donne à réfléchir. Source : Bloomberg, pour la période allant du 31 mars 2009 au 30 juin

27 Décisions en période de marché baissier Et si vous aviez investi $ de plus dans le S&P 500 ($ US) au lieu d avoir converti votre placement en liquidités le 31 mars 2009? 6 ans, 3 mois plus tard $ 3 ans plus tard $ 2 ans plus tard $ 12 mois plus tard $ 6 mois plus tard $ Ça donne à réfléchir. Source : Bloomberg, pour la période allant du 31 mars 2009 au 30 juin

28 Conserver ses placements peut améliorer les rendements Crise Creux du marché 1 an plus tard 2 ans plus tard Guerre de Corée 13/07/ ,8 % 39,3 % Crise des missiles de Cuba 23/10/ ,8 % 57,3 % Assassinat de JFK 23/11/ ,0 % 33,0 % Recul du marché de 1969 à /05/ ,6 % 53,9 % Recul du marché de 1973 à /12/ ,2 % 66,5 % Crise du pétrole de 1979 à /03/ ,9 % 5,9 % Krach boursier de /10/ ,9 % 54,3 % Opération Tempête du désert 11/10/ ,1 % 30,2 % Échec du coup d État en Union soviétique 19/08/ ,1 % 21,2 % Crise financière asiatique 02/04/ ,3 % 76,2 % Éclatement de la technobulle/ 11 sept. / Enron 09/10/ ,7 % 44,8 % Invasion de l Iraq 11/03/ ,2 % 50,6 % Essai des missiles de la Corée du Nord 17/07/ ,5 % 2,1 % Crise des hypothèques à risque 09/03/ , 6 % 95,1 % Appréciation moyenne 33,7 % 45,0 % Survol des événements internationaux négatifs de 1950 à mars 2009 et des variations subséquentes de la valeur du marché, allant du creux du marché boursier au cours de l année en question jusqu à un et deux ans plus tard. Source : Datastream. Indice de référence : S&P 500, rendement en $ US. 28

29 Rendement réel d un CPG 20% % 15% % Rendement d un CPG à 1 an 1 Yr GIC Re turns Rendement d un CPG à 1 an après l application 1 du Yr GIC taux After d imposition 40% Marginal marginal Tax de 40 % 1 Rendement Yr GIC Real Return réel d un (After CPG Inflation) à 1 an (après inflation) Rendement total (%) 10% % 5% % 0% % -5%% Déc Déc Déc Déc Déc Déc Déc Déc Juin 2015 Source : Bloomberg, au 30 juin

30 Rendement réel d un placement de $ $ $ $ Rendement réel du S&P 500 : $ Rendement réel du MSCI Monde : $ Rendement réel du S&P/TSX : $ Rendement réel du CPG 1 an : $ Valeur de marché $ $ $ $ $ $ 0 $0$ Source : Bloomberg, au 31 décembre Remarque : le «rendement réel» correspond au rendement nominal moins l impôt au taux d imposition marginal de 40 % et moins l inflation. 30

31 20 ans du S&P/TSX Il est coûteux de rater les meilleures semaines Valeur d un placement de $ de juin 1995 à juin $ $ $ $ $ $ $ $ 6,1 % 5,4 % 3,5 % 1,8 % 0 $ Fully Toutes invested les semaines depuis all le weeks début Missed Sans best la meilleure semaine 1 week Sans les 5 Missed meilleures best semaines 5 weeks Sans les 10 Missed meilleures best semaines 10 weeks Sources : Bloomberg et Placements Mackenzie, indice composé des prix S&P/TSX, du 30 juin 1995 au 30 juin

32 20 ans du S&P/TSX Les gains boursiers sont souvent rapides et imprévisibles. Les investisseurs qui se dégagent du marché, ne fût-ce que pendant de brèves périodes, ratent souvent d excellentes occasions. Ce graphique suppose qu un investisseur a investi $ dans l indice composé S&P/TSX il y a 20 ans (le 30 juin 1995). Sur cette période, l indice a affiché un taux de rendement annuel moyen de 6,1 %. Ce qui arrive aux investisseurs qui essaient de spéculer n est guère surprenant. Celui qui aurait gardé ses placements pendant 20 ans aurait maintenant un portefeuille d une valeur de $, tandis que celui qui aurait raté les 10 meilleures semaines n aurait que $. Sans la meilleure semaine : Imaginons qu un investisseur, jugeant la cote trop élevée, ait décidé de racheter ses placements, ratant ainsi la meilleure semaine. Le rendement de ses placements baisse de 6,1 % à 5,4 %. Sans les cinq meilleures semaines : Le rendement tombe à 3,5 %. Sans les 10 meilleures semaines : Le rendement tombe à 1,8 %. Étant donné qu il y a semaines dans 20 ans 10 semaines ne représentent que moins de 1 % de cette période rater ces semaines réduit le gain de l investisseur de plus de $, soit plus de la moitié du rendement total! 32

33 20 ans du S&P 500 Il est coûteux de rater les meilleures semaines Valeur d un placement de $ de juin 1995 à juin $ $ $ $ $ $ $ $ 0 $ 6,4 % 5,9 % 4,3 % 2,7 % Toutes les semaines depuis le début Sans la meilleure semaine Sans les 5 meilleures semaines Sans les 10 meilleures semaines Sources : Bloomberg et Placements Mackenzie, indice des prix S&P 500 ($ CA); du 30 juin 1995 au 30 juin

34 20 ans du S&P 500 Les gains boursiers sont souvent rapides et imprévisibles. Les investisseurs qui se dégagent du marché, ne fût-ce que pendant de brèves périodes, ratent souvent d excellentes occasions. Ce graphique suppose qu un investisseur a investi $ dans l indice S&P 500 il y a 20 ans (le 30 juin 1995). Sur cette période, l indice a affiché un taux de rendement annuel moyen de 6,4 % ($ CA). Ce qui arrive aux investisseurs qui essaient de spéculer n est guère surprenant. Celui qui aurait gardé ses placements pendant 20 ans aurait maintenant un portefeuille d une valeur de $, tandis que celui qui aurait raté les 10 meilleures semaines n aurait que $. Sans la meilleure semaine : Imaginons qu un investisseur, jugeant la cote trop élevée, ait décidé de racheter ses placements, ratant ainsi la meilleure semaine. Le rendement de ses placements baisse de 6,4 % à 5,9 %. Sans les cinq meilleures semaines : Le rendement tombe à 4,3 %. Sans les 10 meilleures semaines : Le rendement tombe à 2,7 %. Étant donné qu il y a semaines dans 20 ans, 10 semaines ne représentent que moins de 1 % de cette période rater ces semaines réduit le gain de l investisseur de plus de $, soit plus de la moitié du rendement total! 34

35 Conservez vos placements : La patience a ses récompenses Rendements annuels moyens composés sur des périodes continues de 5 ans (S&P 500 RT) Seulement sept périodes négatives (depuis 1954) 30% % 25% % 20% % 15% % Rendements annuels moyens sur 5 ans Valeur Date MEILLEUR 28,6 % 1999 MOYEN 11,1 % MÉDIAN 12,8 % PIRE -2,4 % % % 5% % 0% % -5%% Crise des missiles de Cuba Source : Bloomberg, au 31 décembre Guerre du Vietnam Embargo pétrolier Prix de l or 850 $ l once Lundi noir Chute du mur de Berlin Crise asiatique Technobulle Crise financière mondiale Crise de la dette souveraine en Europe 35

36 Les attentes des investisseurs Observations Depuis 1954, il y a eu 54 périodes de 5 ans au cours desquelles les investisseurs ont gagné de l argent sur leurs placements (sur les 61 périodes du graphique). Pendant ce temps-là, il n y a eu que 7 périodes de 5 ans au cours desquelles les investisseurs ont perdu de l argent sur leurs placements. Le pire rendement était de -2,4 % ( ). En moyenne, le taux de rendement sur 5 ans a été de 11,1 %. Implications Jetez un coup d œil sur la première barre du graphique. Si vous aviez placé de l argent au début de 1949, votre portefeuille aurait réalisé une croissance annuelle de 24 % à la fin de Les stratèges et les professionnels en placement mettent constamment les investisseurs en garde contre certaines variables économiques importantes, telles que les taux d intérêt, l inflation, une dépréciation de la devise, une hausse des prix du pétrole et même les élections présidentielles. Il est souvent recommandé aux investisseurs d attendre que la certitude s installe autour d une variable déterminée avant d investir. Néanmoins, l incertitude restera toujours une des caractéristiques du marché. Conclusions Lorsqu une perspective à long terme a été adoptée, les périodes d incertitude ou de crise n ont pas nui au rendement. Attendre que l incertitude disparaisse peut signifier une occasion d investissement manquée. 36

37 Rendement global annuel du marché boursier américain sur 190 ans Années positives : 135 (71 %) Années négatives : 55 (29 %) Sources : Universal Economics et Bloomberg. -50 à à à à à 0 0 à à à à à à 60 Indice S&P 500 Rendement total en $ US. Fourchettes de rendement annuel (%) 37

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles Quand les marchés sont volatils, il est tout à fait normal de s inquiéter de l incidence sur votre portefeuille. Et quand vous vous inquiétez, vous voulez agir. Cinq stratégies pour faire face aux marchés

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

OUESSANT. Vivienne investissement. Printemps-été 2015. Rapport de gestion. L analyse quantitative au service de la gestion active

OUESSANT. Vivienne investissement. Printemps-été 2015. Rapport de gestion. L analyse quantitative au service de la gestion active Ce document est destiné à des investisseurs professionnels uniquement Vivienne investissement L analyse quantitative au service de la gestion active OUESSANT Rapport de gestion Printemps-été 2015 Vivienne

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Investir à long terme

Investir à long terme BMO Gestion mondiale d actifs Fonds d investissement Investir à long terme Conservez vos placements et réalisez vos objectifs Concentrez-vous sur l ENSEMBLE de la situation Le choix des bons placements

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret

Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret Chapitre 5 Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret Achetez de bonnes actions et gardez-les jusqu à ce qu elles augmentent, ensuite vendez-les. Si elles n augmentent pas,

Plus en détail

LE GUIDE DE L INVESTISSEUR

LE GUIDE DE L INVESTISSEUR LE GUIDE DE L INVESTISSEUR Nous avons élaboré un guide des principes de base en investissement. Si vous les comprenez bien et les respectez, vous obtiendrez plus de succès dans vos investissements et par

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines 5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines Avec toute la volatilité qui règne sur les marchés ces derniers temps, nombreux sont les investisseurs qui cherchent à diversifier leur portefeuille.

Plus en détail

La Banque nationale suisse surprend les marchés

La Banque nationale suisse surprend les marchés La Banque nationale suisse surprend les marchés 16 janvier 2015 Faits saillants États-Unis : baisse décevante des ventes au détail en décembre. États-Unis : les prix de l essence font diminuer l inflation,

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Prospérer dans un contexte de faibles taux

Prospérer dans un contexte de faibles taux LEADERSHIP DE LA PENSÉE perspectives AGF Prospérer dans un contexte de faibles taux Comment ajouter de la valeur dans ce contexte difficile pour les titres à revenu fixe Par David Stonehouse, B. Sc. Eng.,

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2014

Perspective des marchés financiers en 2014 Perspective des marchés financiers en 2014 21/01/2014 13 ième édition 1 Outil d aide à la décision : The Screener OUTIL D AIDE À LA DÉCISION : THESCREENER Des analyses sur les valeurs boursières Disponible

Plus en détail

FONDS D ACTIONS BAROMETER DISCIPLINED LEADERSHIP

FONDS D ACTIONS BAROMETER DISCIPLINED LEADERSHIP RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS Pour le semestre clos le 30 juin 2015 FONDS D ACTIONS BAROMETER DISCIPLINED LEADERSHIP BAROMETER CAPITAL MANAGEMENT INC. VOTRE GESTION DE

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Marchés émergents Misez sur le potentiel de croissance des économies émergentes avec la HSBC

Marchés émergents Misez sur le potentiel de croissance des économies émergentes avec la HSBC Marchés émergents Misez sur le potentiel de croissance des économies émergentes avec la HSBC Sommaire La nouvelle locomotive de la croissance mondiale Pourquoi investir dans les marchés émergents? La montée

Plus en détail

L instabilité politique en Ukraine et en Grèce sont aussi des éléments qui peuvent continuer à perturber les marchés.

L instabilité politique en Ukraine et en Grèce sont aussi des éléments qui peuvent continuer à perturber les marchés. L année 2014 s achève, pour l indice boursier français, au niveau où elle a commencé, le CAC 40 a perdu - 0,5% sur l année, l indice européen (l Eurostoxx 50) a lui gagné + 2,82%, alors que l indice américain

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 30-06-2015 COMMENTAIRE DE 1 er SEMESTRE 2015 Le premier semestre 2015 a été caractérisé par le

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Leadership financier dans une période incertaine. Restaurer et regagner la confiance et rebâtir la richesse

Leadership financier dans une période incertaine. Restaurer et regagner la confiance et rebâtir la richesse Leadership financier dans une période incertaine Restaurer et regagner la confiance et rebâtir la richesse Ordre du jour Le besoin de leadership Cadre du leadership financier Restaurer la confiance Regagner

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

Bulletin trimestriel sur les marchés T1 2015

Bulletin trimestriel sur les marchés T1 2015 Bulletin trimestriel sur les marchés T1 2015 Message du chef de la direction des placements Je suis heureux de présenter la première édition du Bulletin trimestriel sur les marchés. Remplaçant notre publication

Plus en détail

La dette des ménages canadiens demeure très élevée

La dette des ménages canadiens demeure très élevée 12 septembre 2014 La dette des ménages canadiens demeure très élevée Faits saillants États Unis : accélération bienvenue des ventes au détail. Forte hausse du crédit à la consommation en juillet aux États

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

COMPRENDRE LES OPTIONS BINAIRES - LEÇON 1

COMPRENDRE LES OPTIONS BINAIRES - LEÇON 1 COMPRENDRE LES OPTIONS BINAIRES - LEÇON 1 Qu est ce que sont les options binaires? Le trading d options binaires, parfois connu sous le nom des options numériques ou ORF (options de retour fixe), est une

Plus en détail

Le CAC vu de Nouillorque (Sem 10, 6 mars. 15) Hemve 31

Le CAC vu de Nouillorque (Sem 10, 6 mars. 15) Hemve 31 Le CAC vu de Nouillorque (Sem 10, 6 mars. 15) Hemve 31 Le bulletin hebdomadaire, sur votre site http://hemve.eklablog.com/ La BCE et l emploi US font chuter l euro, Le Cac peut-il s affranchir de Wall

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

Letko, Brosseau & Associés Inc.

Letko, Brosseau & Associés Inc. Letko, Brosseau & Associés Inc. Perspectives sur la conjoncture économique et les marchés financiers Letko, Brosseau & Associés Inc. 1800 avenue McGill College Bureau 2510 Montréal, Québec H3A 3J6 Canada

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015

GENERALI INVESTMENTS EUROPE GF FIDELITE FR0010113894 15 juin 2015 Sur la période 11 mai 2015 au 10 juin 2015, la performance du fonds est en retrait de -1.04% par rapport à son indicateur de référence*. Néanmoins, depuis le début d année, GF Fidélité surperforme son

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. iii

TABLE DES MATIERES. iii RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE N 1/2014 ii TABLE DES MATIERES LISTE DES ACRONYMES... iv RESUME ANALYTIQUE... v 1. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL... 1 1.1. Croissance du PIB mondial...

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Fonds Fidelity Revenu élevé tactique Devises neutres

Fonds Fidelity Revenu élevé tactique Devises neutres Fonds Fidelity Revenu élevé tactique Devises neutres Rapport semestriel de la direction sur le rendement du Fonds 30 septembre 2014 Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs Certaines parties de

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Contexte pétrolier 2010 et tendances

Contexte pétrolier 2010 et tendances Contexte pétrolier 21 et tendances L incertitude du contexte économique, en particulier dans les pays occidentaux, est à l origine d une fluctuation marquée du prix du pétrole en 21 : minimum de 67 $/b

Plus en détail

Protégez vous contre l inflation

Protégez vous contre l inflation Credit Suisse (A+/Aa) À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Inflation Booster 0 Credit Suisse Inflation Booster 0 est un titre de dette structuré. Le produit est émis par Credit Suisse AG et vous donne droit à un coupon

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

TURBOS Votre effet de levier sur mesure

TURBOS Votre effet de levier sur mesure TURBOS Votre effet de levier sur mesure Société Générale attire l attention du public sur le fait que ces produits, de par leur nature optionnelle, sont susceptibles de connaître de fortes fluctuations,

Plus en détail

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut LE DOLLAR règne en maître, par défaut Les arrangements monétaires internationaux sont examinés à la loupe depuis la crise financière mondiale Eswar Prasad LE DOLLAR a été la principale monnaie mondiale

Plus en détail

Les divergences dominent le marché

Les divergences dominent le marché Les divergences dominent le marché L euro a continué de glisser, pour la sixième semaine consécutive, face au dollar américain. Et cette baisse devrait continuer de s accentuer dans les prochains jours,

Plus en détail

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Communiqué de presse TORONTO, le 5 août 2010 INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Bénéfice net d exploitation par action en hausse de 34 % en raison de l amélioration

Plus en détail

La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande

La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande N o 11 626 X au catalogue N o 018 ISSN 1927-5048 ISBN 978-1-100-99873-2 Document analytique Aperçus économiques La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande par Komal Bobal, Lydia Couture

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de

Plus en détail

TARGET ACTION TOTAL MARS 2015

TARGET ACTION TOTAL MARS 2015 TARGET ACTION TOTAL MARS 2015 Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance 1 Durée d investissement conseillée : 8 ans (hors cas de remboursement automatique

Plus en détail

Votre coupon augmente avec la hausse des taux d intérêt. Crédit Agricole CIB (AA- / Aa3) Interest Evolution 2018 STRATÉGIE P. 2. DURÉE p.

Votre coupon augmente avec la hausse des taux d intérêt. Crédit Agricole CIB (AA- / Aa3) Interest Evolution 2018 STRATÉGIE P. 2. DURÉE p. Crédit Agricole CIB (AA- / Aa3) STRATÉGIE P. 2 Crédit Agricole CIB - fait bénéficier l investisseur d un coupon brut annuel intéressant pendant 8 ans. Concrètement, le calcul du coupon s opère sur la base

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 Sommaire I - Le rôle prépondérant des marchés financiers I.1 - Financiarisation de l'économie mondiale I.2 Lien avec l'entreprise

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

RENDEMENT ACTION BOUYGUES JUILLET 2015

RENDEMENT ACTION BOUYGUES JUILLET 2015 RENDEMENT ACTION BOUYGUES JUILLET 2015 Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance 1 Durée d investissement conseillée : 8 ans (hors cas de remboursement

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

FIRST ASSET REIT INCOME FUND. Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013

FIRST ASSET REIT INCOME FUND. Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 FIRST ASSET REIT INCOME FUND Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 Fonds : First Asset REIT Income Fund Titres :, Période

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

Marché mondial de l automobile

Marché mondial de l automobile Carlos Gomes 1..73 carlos.gomes@scotiabank.com En route vers des ventes mondiales records en 1 Les marchés développés mènent le bal Les ventes mondiales de voitures ont progressé de % pendant le premier

Plus en détail

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 PERSPECTIVES La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 Depuis le début de l année 2015, de nombreuses banques centrales à travers le monde ont abaissé leur taux d intérêt ou pris d autres

Plus en détail

LES ELUCUBRATIONS DE L' INVESTISSEUR

LES ELUCUBRATIONS DE L' INVESTISSEUR LES ELUCUBRATIONS DE L' INVESTISSEUR L analyse fondamentale cherche à dresser un portrait le plus exact possible d une société. Deux approches complémentaires sont utilisées : on examine l entreprise

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

Mardi 23 octobre 2007. Séminaire. Schumann-bourse

Mardi 23 octobre 2007. Séminaire. Schumann-bourse Mardi 23 octobre 2007 Séminaire Schumann-bourse La Bourse : environnement économique et monétaire Définition de la bourse et de son rôle dans l'économie Influence des taux d'intérêts Déterminer les cycles

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD mai LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Faits saillants Le fait que la Banque du Canada ait récemment indiqué que les taux d intérêt pourraient

Plus en détail

Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance (1)

Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance (1) alpha privilège Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Durée d investissement conseillée : 5 ans (hors cas de remboursement automatique

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Letko, Brosseau & Associés Inc.

Letko, Brosseau & Associés Inc. Letko, Brosseau & Associés Inc. Perspectives sur la conjoncture économique et les marchés financiers Sommaire L amélioration progressive de la conjoncture économique dans les pays développés, menée par

Plus en détail

Le rôle des actions privilégiées dans votre portefeuille

Le rôle des actions privilégiées dans votre portefeuille Le rôle des actions privilégiées dans votre portefeuille Les risques et les avantages des actions privilégiées canadiennes Raymond Kerzérho, MBA, CFA Directeur de la recherche PWL CAPITAL INC. Dan Bortolotti

Plus en détail

6 conseils indispensables pour bien

6 conseils indispensables pour bien Copyright (c) 2013-2014 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés. Offert par Comment bien analyser les indicateurs économiques, l ambiance du marché, et profiter de la psychologie de marché 6 conseils

Plus en détail

Rapport de Russell sur la gestion active

Rapport de Russell sur la gestion active FÉVRIER 2015 La chute des prix du pétrole entraîne la plus importante variation des rendements des gestionnaires depuis 2008 : au Canada 65 % des gestionnaires canadiens à grande capitalisation ont devancé

Plus en détail

Stratégies boursières des portefeuilles de FNB BMO

Stratégies boursières des portefeuilles de FNB BMO Stratégies boursières des portefeuilles de FNB BMO Troisième trimestre de 2015 FONDS NÉGOCIABLES EN BOURSE BMO Une tragédie grecque Alfred Lee, CFA, CMT, GSPD Alfred Vice-président, Lee, CFA, FNB CMT,

Plus en détail

Stratégie de vente d options d achat couvertes

Stratégie de vente d options d achat couvertes Stratégie de vente d options d achat couvertes La stratégie de vente d options d achat couvertes, également connue sous le nom de stratégie d achat-vente, est mise en œuvre par la vente d un contrat d

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Économie américaine : est-ce grave?

Économie américaine : est-ce grave? Université d été 28 - CÉRIUM Montréal, 4 juillet 28 Économie américaine : est-ce grave? Francis Généreux Économiste senior L économie gâche la fête! 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure

Plus en détail

Deutsche Bank AG (DE) (A+/A2) BRL 6,15% 2018. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien. A quoi vous attendre?

Deutsche Bank AG (DE) (A+/A2) BRL 6,15% 2018. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien. A quoi vous attendre? Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien Type d investissement Ce produit est une obligation. En souscrivant à cette obligation, vous prêtez de l argent à l émetteur qui s engage

Plus en détail

Septembre 2013. Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse

Septembre 2013. Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Septembre 2013 Baromètre bancaire 2013 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Baromètre bancaire 2013 Executive summary 3 1 Evolution économique globale 1.1 Economie internationale 1.2 Suisse

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Notions: déflation, récession, inflation, taux d'intérêt réel, BCE, credit crunch, taux de change

Notions: déflation, récession, inflation, taux d'intérêt réel, BCE, credit crunch, taux de change TRAVAILLER SUR UN TEXTE Faire un bilan collectif à partir d'un texte sur les acquis des chapitres sur la croissance (fluctuations et crises) et mondialisation et intégration européenne Notions: déflation,

Plus en détail

La faiblesse du huard va persister

La faiblesse du huard va persister Septembre 215 La faiblesse du huard va persister L élargissement de la bande de flottement du yuan et la dévaluation subséquente d autres monnaies des marchés émergents ont propulsé l USD pondéré des échanges

Plus en détail

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE 26 février 2015 Résultats de l exercice 2014 Groupe SEB : Des performances opérationnelles solides Des devises pénalisantes 1 Ventes de 4 253 M en croissance organique* de + 4,6 % Croissance organique*

Plus en détail

Secteur de la construction au Canada

Secteur de la construction au Canada PIB en G$ CAD Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada Principaux développements T2/214 214 Le PIB réel a atteint un sommet de 1 69 millions de dollars canadiens en novembre

Plus en détail

Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3

Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3 Semaine du 20/04/2015 au 24/04/2015 Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3 Sur le plan international - Etats-Unis : Croissance de 2,7% attendue Sur le plan national -

Plus en détail