Déchiffrer les marchés et les placements à long terme. 30 juin 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Déchiffrer les marchés et les placements à long terme. 30 juin 2015"

Transcription

1 Déchiffrer les marchés et les placements à long terme 30 juin 2015

2 L histoire derrière les graphiques L avantage des journaux, du point de vue d un éditeur, c est qu ils créent une dépendance. Les histoires qu ils contiennent ne sont pas livrées d un seul coup, comme un roman, mais elles prennent corps, petit à petit, au fil des jours. Ainsi, on est toujours obligé d acheter le journal du lendemain. Il en est ainsi de l histoire des marchés et des placements individuels que présentent les divers médias. Tous les jours, on reçoit des bribes d informations décousues, mais, pour une raison ou une autre, elles arrivent rarement à déboucher sur un principe de placement pratique, comme la diversification. La plupart du temps, elles ne font que susciter des émotions. Les graphiques qui suivent résultent, par opposition, de l accumulation de données recueillies au cours de nombreuses années. Ils rendent compte de comportements des marchés favorables et défavorables sur une période prolongée. Ils établissent le fondement de la compréhension des risques et des rendements. Ils préparent le terrain pour une discussion rationnelle sur la répartition de l actif et les placements individuels. Nous les avons regroupés ici parce que ce qui nous intéresse, ce n est pas de vendre des journaux, mais bien d accroître le patrimoine des investisseurs sur le long terme. 2

3 3 Il est difficile de prédire le gagnant

4 40 ans et 46 fois votre placement Indice composé S&P/TSX ( ) Valeur de 1 $ (échelle logarithmique) $100 $ $10$ +195 % +44 % +253 % -20 % -25 % +109 % +203 % +16 % -38 % -21 % -27 % +168 % -43 % +115 % 46,26 $ 30 juin ,526 % rendement cumulatif (10,0 % annualisé) = 46 fois votre placement initial $1 1 $ -39 % $0 0 $ Juin Jun Juin Jun Juin Jun Juin Jun Juin Jun Sources : Bloomberg et Placements Mackenzie. Données fondées sur l indice composé S&P/TSX RT, y compris le réinvestissement des dividendes, entre le 30 juin 1975 et le 30 juin

5 Période d un an Progression boursière solide (malgré un recul) Indice composé S&P/TSX -1,2 % Rendement global sur 1 an au 30 juin Pour les investisseurs axés sur le long terme, le recours à des stratégies de placement fondamentales, la gestion des attentes et des émotions et la volonté de garder le cap ont porté fruit. A clôturé à juin A clôturé à juin Juin 14 Juill. 14 Août 14 Sept. 14 Oct. 14 Nov. 14 Déc. 14 Janv. 15 Févr. 15 Mars 15 Avr. 15 Mai 15 Juin 15 Indices des marchés mondiaux Rendement sur 1 an au 30 juin* : S&P/TSX S&P 500 Zone euro Japon Marchés émerg. Chine Monde -1,2 % +7,4 % +7,0 % +30,8 % +6,2 % +24,6 % +8,4 % Source : Bloomberg pour la courbe, indices MSCI sauf avis contraire, au 30 juin 2015; * rendement total, monnaie nationale ME 5

6 CUM 2015 en un clin d œil Indice composé S&P/TSX +0,9 % Rendement total CUM 2015 Les taux de la Fed et de la Banque du Canada frôlent leurs plus bas niveaux historiques 0 % - 0,25 % (pendant 2T) 0,50 % 15 juillet et après Source : Bloomberg, au 30 juin Poursuite de la croissance mondiale mais elle est inégale et soumise à des tensions La croissance économique américaine s est essoufflée au 1T Possibilité de hausse de taux, mais incertitude quant au moment Perturbations des 59 $ le baril (30 juin 2015) $ l once (30 juin 2015) Bref aperçu : Le $US à bondi par rapport à la plupart des devises Le huard a piqué du nez au 1T Rebond au 2T mais la faiblesse se poursuit 0,80 $US (30 juin 2015) La croissance mondiale a ralenti au début de 2015, surtout aux États-Unis et en Chine. Selon de récents indicateurs, on pourrait assister à une reprise de l économie américaine au cours du second semestre de cette année. Par contre, la croissance en Chine ralentit, mais un processus de rééquilibrage continu a été mis en place pour qu elle revienne sur la voie de la croissance durable. Cette situation a contribué à la baisse des prix de nombreuses ressources naturelles. La situation financière des grandes économies reste très accommodante et continue de fournir un soutien essentiel à l activité économique. La croissance mondiale devrait se renforcer pendant la deuxième moitié de 2015, et s accélérer en 2016 et ** devises, instabilité des taux de change et rendements négatifs challenge La zone euro connaît à nouveau une croissance positive. La Chine et les marchés émergents continuent d être mis à l épreuve Le prix de l or continue de perdre de son lustre Baisse du prix du brut Rebond au 2T mais la faiblesse se poursuit Janvier Février Mars Avril Mai Juin Chaos en Grèce Mais renflouement en vue Liquidation des actions chinoises Après un important rebond au cours de la dernière année 6 * Source de l illustration : Reuters; ** Extraits tirés du rapport sur les politiques monétaires de la Banque du Canada et des Perspectives de l'économie mondiale du FMI (juillet 2015).

7 Du sommet de juin 2008 juin 2015 Indice composé S&P/TSX (30 mai juin 2015) Sommet précédent juin % du creux à juin 2015 A clôturé à juin % du sommet au creux A touché le fond à mars 2009 Mur de préoccupations L appétit/l aversion pour le risque se poursuit. Optimisme prudent, mais incertitude accrue La croissance s intensifie dans la zone euro, soutenue par des mesures de relance, des échanges et des économies d énergie mais la Grèce a un impact. Les sociétés gardent leur résilience, mais subissent des pressions. La croissance du PIB est paralysée au 1T, mais solides prévisions de reprise. Poursuite de la croissance mondiale; elle est inégale et soumise à des tensions. De nombreux facteurs entrent en jeu. Le «pire des scénarios» n a pas eu lieu Moins pire que prévu (des améliorations voient le jour) Les marchés progressent la reprise se confirme, mais beaucoup d économies et de consommateurs continuent à être mis à l épreuve Le redressement mondial se maintient Des difficultés liées au budget et à la croissance demeurent. La voie de la reprise demeure cahoteuse Source : Bloomberg, au 30 juin 2015; rendements de l indice des prix, monnaie nationale. Source de l image : The Wall Street Journal. 7

8 Examinons le S&P/TSX de plus près Rendements du S&P/TSX en CUM 2015 (et en 2014) Indice composé S&P/TSX Soins de santé Consomm. discrétionnaire Consomm. courante Services télécoms Technologie de l information Matériaux Services financiers Services publics Énergie Produits industriels Du 1 er janvier au 30 juin ,9 % 10,6 % 58,3 % 30,3 % 7,8 % 29,1 % 3,2 % 49,1 % 2,6 % 15,5 % 1,8 % 35,1 % 0,8 % -2,6 % -0,3 % 13,8 % -4,5 % 16,1 % -5,4 % -4,8 % -8,1 % 21,9 % -15 % -10 % -5 % 0 % 5 % 10 % 15 % 20 % 25 % Source : Bloomberg, S&P/TSX : indice composé S&P/TSX y compris les dividendes réinvestis, données CUM 2015, au 30 juin 2015; données 2014 : du 1 er janvier au 31 décembre

9 À surveiller Devise la différence cachée Rendements de CUM 2015 en monnaie nationale et en dollars canadiens Canada É.-U. Zone euro Japan Marchés émerg. Chine Monde Bourses des valeurs Rendements en monnaie locale Rendements en $ CA EM +0,9 % +1,2 % +7,2 % +16,0 % +5,6 % +14,6 % +4,1 % +0,9 % +8,8 % +11,6 % +22,1 % +10,6 % +23,2 % +10,3 % Remarque : Rendements totaux. (Canada : indice composé S&P/TSX; États-Unis : indice S&P 500; Zone euro : indice MSCI Europe; Japon : indice MSCI Japon; Marchés émergents : indice MSCI Marchés émergents; Chine : indice MSCI Chine; Monde : indice MSCI Monde). Source : Bloomberg, au 30 juin

10 La prochaine stratégie ne sera peut-être pas évidente Indice composé S&P/TSX A clôturé à le 30 juin A clôturé à le 31 déc.? A clôturé à le 9 mars Janv Janv Janv Janv Janv Janv Janv Juin 2015 Source : Bloomberg, au 30 juin 2015; Source de l image : Barron s, 13 juillet

11 Un regard sur le passé pour mieux comprendre ce qui pourrait arriver Le redressement des marchés de pourrait être révélateur Indice Dow Jones des valeurs industrielles depuis la Seconde Guerre mondiale (jusqu au 30 juin 2015) Baissier / Haussier / Montagnes russes (2 oct janv. 1983) 1,200 1,100 1, O-72 O-73 O-74 O-75 O-76 O-77 O-78 O-79 O-80 O-81 O Guerre du Vietnam / Crise du pétrole / Fin de l étalon-or Source du concept : MarketWatch 11

12 Cycles du marché : Les placements et les émotions ne font pas bon ménage Indice composé S&P/TSX (du 31 décembre 1994 au 30 juin 2015) 31 déc Excellent, le prix monte! Optimisme Je vais en acheter PLUS! Confiance Capitulation Pas la peine de s inquiéter, j investis à long terme! Euphorie Soulagement Déni de la réalité Panique Optimisme Je vends TOUT DE SUITE! Je vends TOUT DE SUITE! 30 juin CUM-15 Ventes de fonds communs (ventes nettes en milliards $) 35,4 $ 17,7 $ 21,8 $ 28,9 $ 2,5 $ (1,4 $) 14,3 $ 22,6 $ 20,8 $ 34,9 $ 0,1 $ 1,5 $ 12,0 $ 21,2 $ 30,4 $ 41,9 $ 57,8 $ 41,2 $ Sources : Bloomberg (indice) au 30 juin 2015 et IFIC (ventes nettes de fonds communs), au 30 juin

13 N oubliez pas : c est cyclique Cycle du marché boursier par rapport au cycle économique... chacun présente ses propres caractéristiques Cycle du marché boursier Cycle économique Pic Sommet Fin du marché haussier Début d un marché baissier Début d un marché haussier Milieu de la reprise Milieu de la récession Plancher Creux Fin du marché baissier À titre d illustration seulement. Source : Placements Mackenzie. 13

14 Marchés haussiers et baissiers Indice composé S&P/TSX jusqu en juin 2015 Les faits sur les marchés haussiers et baissiers* Gain moyen lors d un marché haussier : +126 % Durée moyenne d un marché haussier : 50 mois Perte moyenne lors d un marché baissier : -28 % Durée moyenne d un marché baissier : 9 mois * Selon les données depuis Voir la page 2 pour plus de détails. Variation en % (échelle logarithmique) % % % 80% 80 60% 40% 20% 0% 0-20% % -60% -80% -26 % 17 mois 85 % 48 mois -17 % 6 mois 81 % 43 mois 63 % 32 mois -15 % 8 mois -25 % 13 mois 82 % 40 mois 288 % 81 mois 253 % 61 mois -35 % 11 mois -39 % 12 mois 44 % 25 mois -25 % 4 mois -20 % 10 mois 203 % 90 mois 109 % 24 mois -28 % 4 mois 16 % 6 mois -38 % 13 mois -21 % 6 mois 168 % 68 mois -43 % 9 mois 115 % 76 mois Source : Placements Mackenzie (Bloomberg : points de données de fin de mois au 30 juin 2015; rendement global, monnaie nationale). 14

15 Marchés haussiers et baissiers : S&P/TSX Les risques et récompenses associés aux placements : Ce graphique représente les marchés haussiers et baissiers qu a connus l indice composé S&P/TSX depuis1956. Toutes les barres se trouvant au-dessus de la ligne représentent des marchés haussiers, alors que celles qui se trouvent en dessous représentent des marchés baissiers. Aux fins de cette illustration, un marché haussier (baissier) est défini comme un mouvement positif (négatif) de plus de 15 % et qui a duré au moins 3 mois. La première barre représente un marché baissier d une durée de 17 mois qui, à son point le plus bas, avait chuté de 26 %. S en est suivi d un marché haussier d une durée de 48 mois affichant une hausse de 85 %. Depuis 1956, il y a eu 12 marchés haussiers et 12 marchés baissiers. Vous constaterez que les marchés haussiers, en règle générale, durent plus longtemps et affichent un pourcentage de changement plus important. Au cours de cette période, les marchés baissiers ont affiché un rendement moyen de -28 % et ont duré seulement 9 mois. Les marchés haussiers, quant à eux, ont affiché un rendement moyen de 126 % et ont duré 50 mois. Le fait d accepter le risque inhérent aux marchés baissiers a ses avantages. Le comportement des investisseurs : Le graphique permet de constater que les marchés passent plus de temps en territoire positif (marché haussier) que négatif (marché baissier). En moyenne, les marchés haussiers durent plus longtemps et sont plus prononcés, montrant un pourcentage de changement plus important. Les marchés baissiers, quant à eux, durent généralement moins longtemps, mais entraînent malgré tout la crainte. C est pendant ces périodes que de nombreuses occasions de placement «bon marché» se présentent. Il est primordial que les investisseurs fassent preuve de discipline pendant les périodes de marchés baissiers. 15

16 Marchés haussiers et baissiers Indice S&P 500 jusqu en juin 2015 Les faits sur les marchés haussiers et baissiers* Gain moyen lors d un marché haussier : +155 % Durée moyenne d un marché haussier : 50 mois Perte moyenne lors d un marché baissier : -27 % Durée moyenne d un marché baissier : 14 mois * Selon les données depuis Voir la page 2 pour plus de détails. Variation en % (échelle logarithmique) % % 60% 80 10% 0-40% % 104 % 48 mois 90 % 43 mois -15 % 17 mois -22 % 6 mois -16 % 8 mois 52 % 26 mois -29 % 19 mois 76 % 30 mois -43 % 21 mois 86 % 27 mois -15 % 14 mois 87 % 33 mois -17 % 20 mois 280 % 61 mois 72 % 30 mois 526 % 118 mois % 3 mois -15 % 5 mois -45 % 25 mois 108 % 61 mois -51 % 16 mois 221 % 76 mois Source : Placements Mackenzie (Bloomberg : points de données de fin de mois au 30 juin 2015; rendement global, monnaie nationale). 16

17 Marchés haussiers et baissiers : S&P 500 Les risques et récompenses associés aux placements : Ce graphique représente les marchés haussiers et baissiers qu a connus l indice composé de rendement total Indice composé S&P 500 depuis1956. Toutes les barres se trouvant au-dessus de la ligne représentent des marchés haussiers, alors que celles qui se trouvent en dessous représentent des marchés baissiers. Aux fins de cette illustration, un marché haussier (baissier) est défini comme un mouvement positif (négatif) de plus de 15 % et qui a duré au moins 3 mois. La première barre représente un marché baissier d une durée de 17 mois qui, à son point le plus bas, avait chuté de 15 %. S en est suivi d un marché haussier d une durée de 48 mois affichant une hausse de 104 %. Depuis 1956, il y a eu 11 marchés haussiers et 11 marchés baissiers. Vous constaterez que les marchés haussiers, en règle générale, durent plus longtemps et affichent un pourcentage de changement plus important. Au cours de cette période, les marchés baissiers ont affiché un rendement moyen de -27 % et ont duré seulement 14 mois. Les marchés haussiers, quant à eux, ont affiché un rendement moyen de 155 % et ont duré 50 mois. Le fait d accepter le risque inhérent aux marchés baissiers a ses avantages. Le comportement des investisseurs : Le graphique permet de constater que les marchés passent plus de temps en territoire positif (marché haussier) que négatif (marché baissier). En moyenne, les marchés haussiers durent plus longtemps et sont plus prononcés, montrant un pourcentage de changement plus important. Les marchés baissiers, quant à eux, durent généralement moins longtemps, mais entraînent malgré tout la crainte. C est pendant ces périodes que de nombreuses occasions de placement «bon marché» se présentent. Il est primordial que les investisseurs fassent preuve de discipline pendant les périodes de marchés baissiers. 17

18 Pertes du S&P/TSX supérieures à 30 % Mois Valeur Valeur Période du pic Rendement des cours (depuis le creux) au pic au creux Date du sommet Date du creux Perte au creux 3 mois 1 an 10 ans 2 sept er juin ,61 64,20-80, ,8 % 79,2 % 37,9 % 3 juill déc ,67 432,11-30,0 17 5,8 % 26,8 % 108,1 % 1 er oct sept ,28 832,98-37,3 11 1,4 % 17,2 % 186,5 % 28 nov juill , ,35-44, ,2 % 84,1 % 153,7 % 13 août oct , ,79-31,0 3 7,9 % 20,0 % 137,4 % 22 avr oct , ,15-31,8 6 24,8 % 31,0 % 102,5 % 1 er sept oct , ,33-50, ,9 % 33,5 % s.o. 18 juin mars , ,94-49,8 9 39,4 % s.o. s.o. Exclusion faite de la crise de 1929 : Moyenne : -43, ,7 % 41,7 % 121,0 % -37, ,2 % 35,4 % 137,6 % Rendement des cours annualisé (dividendes exclus) Moyenne : 8,0 % Exclusion faite de la crise de 1929 : 9,0 % Source : Datastream, pour la période allant du 2 septembre 1929 au 9 mars

19 Décisions en période de marché baissier Valeur d un placement de $ effectué dans le S&P 500 ($ US) le 31 janvier 1973 : 3 mois plus tard $ 6 mois plus tard $ 9 mois plus tard $ 12 mois plus tard $ 1 an, 8 mois plus tard (creux, sept. 1974) $ À quel moment pensez-vous que la plupart des investisseurs auraient jeté l éponge? Si les $ avaient été retirés du marché et réinvestis dans un certificat de dépôt portant intérêt à un taux de 10,5 % : 6 mois plus tard $ 12 mois plus tard $ 2 ans plus tard $ 5 ans plus tard $ 10 ans plus tard $ (après réinvestissement en septembre 1979 pour 5 ans au taux d alors, de 11 %) Source : Bloomberg, pour la période allant du 31 janvier 1973 au 30 septembre

20 Décisions en période de marché baissier Et si vous aviez laissé les $ dans le S&P 500 ($ US) au lieu de les convertir en liquidités le 30 septembre 1974? 10 ans plus tard $ 5 ans plus tard $ 2 ans plus tard $ 12 mois plus tard $ 6 mois plus tard $ Ça donne à réfléchir. Source : Bloomberg, pour la période allant du 30 septembre 1974 au 30 septembre

21 Décisions en période de marché baissier Et si vous aviez investi $ de plus dans le S&P 500 ($ US) au lieu d avoir converti votre placement en liquidités le 30 septembre 1974? 10 ans plus tard $ 5 ans plus tard $ 2 ans plus tard $ 12 mois plus tard $ 6 mois plus tard $ Ça donne à réfléchir. Source : Bloomberg, pour la période allant du 30 septembre 1974 au 30 septembre

22 Décisions en période de marché baissier Valeur d un placement de $ effectué dans le S&P 500 ($ US) le 31 août 2000 : 3 mois plus tard $ 6 mois plus tard $ 9 mois plus tard $ 12 mois plus tard $ 2 ans, 1 mois plus tard (creux, sept. 2002) $ À quel moment pensez-vous que la plupart des investisseurs auraient jeté l éponge? Si les $ avaient été retirés du marché et réinvestis dans un certificat de placement garanti de 5 ans à un taux de 3,28 % : 12 mois plus tard $ 2 ans plus tard $ 3 ans plus tard $ 5 ans plus tard $ Source : Bloomberg, pour la période allant du 31 août 2000 au 30 septembre

23 Décisions en période de marché baissier Et si vous avez laissé les $ dans le S&P 500 ($ US) au lieu de les convertir en liquidités le 30 septembre 2002? 5 ans plus tard $ 3 ans plus tard $ 2 ans plus tard $ 12 mois plus tard $ 6 mois plus tard $ Ça donne à réfléchir. Source : Bloomberg, pour la période allant du 30 septembre 2002 au 30 septembre

24 Décisions en période de marché baissier Et si vous aviez investi $ de plus dans le S&P 500 ($ US) au lieu d avoir converti votre placement en liquidités le 30 septembre 2002? 5 ans plus tard $ 3 ans plus tard $ 2 ans plus tard $ 12 mois plus tard $ 6 mois plus tard $ Ça donne à réfléchir. Source : Bloomberg, pour la période allant du 30 septembre 2002 au 30 septembre

25 Décisions en période de marché baissier Valeur d un placement de $ effectué dans le S&P 500 ($ US) le 31 janvier 2007 : 3 mois plus tard $ 6 mois plus tard $ 9 mois plus tard $ 12 mois plus tard $ 2 ans, 2 mois plus tard (creux, mars 2009) $ À quel moment pensez-vous que la plupart des investisseurs auraient jeté l éponge? Si les $ avaient été retirés du marché et réinvestis dans un certificat de placement garanti de 5 ans à un taux de 1,96 % : 6 mois plus tard $ 12 mois plus tard $ 2 ans plus tard $ 3 ans plus tard $ 6 ans, 3 mois plus tard (en juin 2015) $ Source : Bloomberg, pour la période allant du 31 janvier 2007 au 30 juin

26 Décisions en période de marché baissier Et si vous aviez laissé les $ dans le S&P 500 ($ US) au lieu de les convertir en liquidités le 31 mars 2009? 6 ans, 3 mois plus tard $ 3 ans plus tard $ 2 ans plus tard $ 12 mois plus tard $ 6 mois plus tard $ Ça donne à réfléchir. Source : Bloomberg, pour la période allant du 31 mars 2009 au 30 juin

27 Décisions en période de marché baissier Et si vous aviez investi $ de plus dans le S&P 500 ($ US) au lieu d avoir converti votre placement en liquidités le 31 mars 2009? 6 ans, 3 mois plus tard $ 3 ans plus tard $ 2 ans plus tard $ 12 mois plus tard $ 6 mois plus tard $ Ça donne à réfléchir. Source : Bloomberg, pour la période allant du 31 mars 2009 au 30 juin

28 Conserver ses placements peut améliorer les rendements Crise Creux du marché 1 an plus tard 2 ans plus tard Guerre de Corée 13/07/ ,8 % 39,3 % Crise des missiles de Cuba 23/10/ ,8 % 57,3 % Assassinat de JFK 23/11/ ,0 % 33,0 % Recul du marché de 1969 à /05/ ,6 % 53,9 % Recul du marché de 1973 à /12/ ,2 % 66,5 % Crise du pétrole de 1979 à /03/ ,9 % 5,9 % Krach boursier de /10/ ,9 % 54,3 % Opération Tempête du désert 11/10/ ,1 % 30,2 % Échec du coup d État en Union soviétique 19/08/ ,1 % 21,2 % Crise financière asiatique 02/04/ ,3 % 76,2 % Éclatement de la technobulle/ 11 sept. / Enron 09/10/ ,7 % 44,8 % Invasion de l Iraq 11/03/ ,2 % 50,6 % Essai des missiles de la Corée du Nord 17/07/ ,5 % 2,1 % Crise des hypothèques à risque 09/03/ , 6 % 95,1 % Appréciation moyenne 33,7 % 45,0 % Survol des événements internationaux négatifs de 1950 à mars 2009 et des variations subséquentes de la valeur du marché, allant du creux du marché boursier au cours de l année en question jusqu à un et deux ans plus tard. Source : Datastream. Indice de référence : S&P 500, rendement en $ US. 28

29 Rendement réel d un CPG 20% % 15% % Rendement d un CPG à 1 an 1 Yr GIC Re turns Rendement d un CPG à 1 an après l application 1 du Yr GIC taux After d imposition 40% Marginal marginal Tax de 40 % 1 Rendement Yr GIC Real Return réel d un (After CPG Inflation) à 1 an (après inflation) Rendement total (%) 10% % 5% % 0% % -5%% Déc Déc Déc Déc Déc Déc Déc Déc Juin 2015 Source : Bloomberg, au 30 juin

30 Rendement réel d un placement de $ $ $ $ Rendement réel du S&P 500 : $ Rendement réel du MSCI Monde : $ Rendement réel du S&P/TSX : $ Rendement réel du CPG 1 an : $ Valeur de marché $ $ $ $ $ $ 0 $0$ Source : Bloomberg, au 31 décembre Remarque : le «rendement réel» correspond au rendement nominal moins l impôt au taux d imposition marginal de 40 % et moins l inflation. 30

31 20 ans du S&P/TSX Il est coûteux de rater les meilleures semaines Valeur d un placement de $ de juin 1995 à juin $ $ $ $ $ $ $ $ 6,1 % 5,4 % 3,5 % 1,8 % 0 $ Fully Toutes invested les semaines depuis all le weeks début Missed Sans best la meilleure semaine 1 week Sans les 5 Missed meilleures best semaines 5 weeks Sans les 10 Missed meilleures best semaines 10 weeks Sources : Bloomberg et Placements Mackenzie, indice composé des prix S&P/TSX, du 30 juin 1995 au 30 juin

32 20 ans du S&P/TSX Les gains boursiers sont souvent rapides et imprévisibles. Les investisseurs qui se dégagent du marché, ne fût-ce que pendant de brèves périodes, ratent souvent d excellentes occasions. Ce graphique suppose qu un investisseur a investi $ dans l indice composé S&P/TSX il y a 20 ans (le 30 juin 1995). Sur cette période, l indice a affiché un taux de rendement annuel moyen de 6,1 %. Ce qui arrive aux investisseurs qui essaient de spéculer n est guère surprenant. Celui qui aurait gardé ses placements pendant 20 ans aurait maintenant un portefeuille d une valeur de $, tandis que celui qui aurait raté les 10 meilleures semaines n aurait que $. Sans la meilleure semaine : Imaginons qu un investisseur, jugeant la cote trop élevée, ait décidé de racheter ses placements, ratant ainsi la meilleure semaine. Le rendement de ses placements baisse de 6,1 % à 5,4 %. Sans les cinq meilleures semaines : Le rendement tombe à 3,5 %. Sans les 10 meilleures semaines : Le rendement tombe à 1,8 %. Étant donné qu il y a semaines dans 20 ans 10 semaines ne représentent que moins de 1 % de cette période rater ces semaines réduit le gain de l investisseur de plus de $, soit plus de la moitié du rendement total! 32

33 20 ans du S&P 500 Il est coûteux de rater les meilleures semaines Valeur d un placement de $ de juin 1995 à juin $ $ $ $ $ $ $ $ 0 $ 6,4 % 5,9 % 4,3 % 2,7 % Toutes les semaines depuis le début Sans la meilleure semaine Sans les 5 meilleures semaines Sans les 10 meilleures semaines Sources : Bloomberg et Placements Mackenzie, indice des prix S&P 500 ($ CA); du 30 juin 1995 au 30 juin

34 20 ans du S&P 500 Les gains boursiers sont souvent rapides et imprévisibles. Les investisseurs qui se dégagent du marché, ne fût-ce que pendant de brèves périodes, ratent souvent d excellentes occasions. Ce graphique suppose qu un investisseur a investi $ dans l indice S&P 500 il y a 20 ans (le 30 juin 1995). Sur cette période, l indice a affiché un taux de rendement annuel moyen de 6,4 % ($ CA). Ce qui arrive aux investisseurs qui essaient de spéculer n est guère surprenant. Celui qui aurait gardé ses placements pendant 20 ans aurait maintenant un portefeuille d une valeur de $, tandis que celui qui aurait raté les 10 meilleures semaines n aurait que $. Sans la meilleure semaine : Imaginons qu un investisseur, jugeant la cote trop élevée, ait décidé de racheter ses placements, ratant ainsi la meilleure semaine. Le rendement de ses placements baisse de 6,4 % à 5,9 %. Sans les cinq meilleures semaines : Le rendement tombe à 4,3 %. Sans les 10 meilleures semaines : Le rendement tombe à 2,7 %. Étant donné qu il y a semaines dans 20 ans, 10 semaines ne représentent que moins de 1 % de cette période rater ces semaines réduit le gain de l investisseur de plus de $, soit plus de la moitié du rendement total! 34

35 Conservez vos placements : La patience a ses récompenses Rendements annuels moyens composés sur des périodes continues de 5 ans (S&P 500 RT) Seulement sept périodes négatives (depuis 1954) 30% % 25% % 20% % 15% % Rendements annuels moyens sur 5 ans Valeur Date MEILLEUR 28,6 % 1999 MOYEN 11,1 % MÉDIAN 12,8 % PIRE -2,4 % % % 5% % 0% % -5%% Crise des missiles de Cuba Source : Bloomberg, au 31 décembre Guerre du Vietnam Embargo pétrolier Prix de l or 850 $ l once Lundi noir Chute du mur de Berlin Crise asiatique Technobulle Crise financière mondiale Crise de la dette souveraine en Europe 35

36 Les attentes des investisseurs Observations Depuis 1954, il y a eu 54 périodes de 5 ans au cours desquelles les investisseurs ont gagné de l argent sur leurs placements (sur les 61 périodes du graphique). Pendant ce temps-là, il n y a eu que 7 périodes de 5 ans au cours desquelles les investisseurs ont perdu de l argent sur leurs placements. Le pire rendement était de -2,4 % ( ). En moyenne, le taux de rendement sur 5 ans a été de 11,1 %. Implications Jetez un coup d œil sur la première barre du graphique. Si vous aviez placé de l argent au début de 1949, votre portefeuille aurait réalisé une croissance annuelle de 24 % à la fin de Les stratèges et les professionnels en placement mettent constamment les investisseurs en garde contre certaines variables économiques importantes, telles que les taux d intérêt, l inflation, une dépréciation de la devise, une hausse des prix du pétrole et même les élections présidentielles. Il est souvent recommandé aux investisseurs d attendre que la certitude s installe autour d une variable déterminée avant d investir. Néanmoins, l incertitude restera toujours une des caractéristiques du marché. Conclusions Lorsqu une perspective à long terme a été adoptée, les périodes d incertitude ou de crise n ont pas nui au rendement. Attendre que l incertitude disparaisse peut signifier une occasion d investissement manquée. 36

37 Rendement global annuel du marché boursier américain sur 190 ans Années positives : 135 (71 %) Années négatives : 55 (29 %) Sources : Universal Economics et Bloomberg. -50 à à à à à 0 0 à à à à à à 60 Indice S&P 500 Rendement total en $ US. Fourchettes de rendement annuel (%) 37

Caisse de retraite Université de Sherbrooke. Rendements au 31 décembre 2008. Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009

Caisse de retraite Université de Sherbrooke. Rendements au 31 décembre 2008. Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009 Caisse de retraite Université de Sherbrooke Rendements au 31 décembre 2008 Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009 Plan de la présentation Rétrospective 2008 Contexte économique

Plus en détail

La grande déception. Krishen Rangasamy, économiste. Novembre 2010

La grande déception. Krishen Rangasamy, économiste. Novembre 2010 La grande déception Krishen Rangasamy, économiste Novembre 21 La grande déception 6 Croissance annuelle mondiale du PIB réel 5 5 % +4,4 % +3,9 % 4 +3,6 % 3 2 4 ans avant la récession 21 211 212 Prévision

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles Quand les marchés sont volatils, il est tout à fait normal de s inquiéter de l incidence sur votre portefeuille. Et quand vous vous inquiétez, vous voulez agir. Cinq stratégies pour faire face aux marchés

Plus en détail

Cinq stratégies pour tempérer l effet de la volatilité des marchés

Cinq stratégies pour tempérer l effet de la volatilité des marchés INVESTIR Cinq stratégies pour tempérer l effet de la volatilité des marchés Nous traversons présentement une période de grande volatilité, c est-à-dire une période où les cours des marchés boursiers varient

Plus en détail

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale L année 2015, qui s'est amorcée deux semaines auparavant, s avère déjà mouvementée. Le pétrole a poursuivi sa chute brusque

Plus en détail

Un hiver plus favorable aux emprunteurs qu à l activité économique

Un hiver plus favorable aux emprunteurs qu à l activité économique 18 mars 1 Un hiver plus favorable aux emprunteurs qu à l activité économique Faits saillants Les conditions météorologiques difficiles affectent les statistiques économiques nord-américaines. L environnement

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire) Royaume du Maroc N 04/08- avril 2008 DENI/SCI Synthèse En matière de politique monétaire, la Fed, a baissé son taux directeur de 75 pb pour le ramener à 2,25%, lors de sa réunion du 18 mars 2008, dans

Plus en détail

Regarder dans le pare-brise et non dans le rétroviseur pour assurer la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées. Maurice N.

Regarder dans le pare-brise et non dans le rétroviseur pour assurer la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées. Maurice N. Regarder dans le pare-brise et non dans le rétroviseur pour assurer la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées Maurice N. Marchon Plan de la présentation Mise en situation Enseignements

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Revoir votre stratégie d investissement. Investir dans les fonds communs de placement

Revoir votre stratégie d investissement. Investir dans les fonds communs de placement Revoir votre stratégie d investissement Investir dans les fonds communs de placement AGF INVESTMENTS Quels sont vos rêves sur le plan fi nancier? Nous avons tous des rêves différents qu il s agisse de

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

PERSPECTIVES d avenir

PERSPECTIVES d avenir PERSPECTIVES d avenir Les rôles changeants des titres à revenu fixe et des actions Bruce Cooper, CFA Vice-président, Actions, Gestion de Placements TD Coprésident, Comité de répartition des actifs de Gestion

Plus en détail

METAL ARGENT (Millions onces)

METAL ARGENT (Millions onces) R2D2 - Concours d'analyse matières premières 30 Avril 2013 ANALYSE FONDAMENTALE LA PART DE L'ARGENT INDUSTRIEL L industrie absorbe une part substantielle de la production du métal argent; 1200 1000 800

Plus en détail

Variation des actifs détenus par les banques centrales par rapport au PIB de leurs pays respectifs

Variation des actifs détenus par les banques centrales par rapport au PIB de leurs pays respectifs Graphique 1 Certaines banques centrales se sont engagées à procéder à un nouvel assouplissement monétaire substantiel en recourant à des mesures non traditionnelles Variation des actifs détenus par les

Plus en détail

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %.

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %. LE RAPPORTEUR PERSPECTIVES 2015 Le jeu des prévisions est inévitable et toujours très captivant. Toutefois, avec les années, nous avons appris à les mettre en perspective, particulièrement les prévisions

Plus en détail

Épargne et placements

Épargne et placements Épargne et placements Sélecteur de profil Le Sélecteur de profil est un outil qui permet de : définir le type d investisseur que vous êtes ; déterminer la répartition de votre portefeuille parmi les différentes

Plus en détail

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance REVUE DES FONDS, T1 2015 - Opinions au 7 avril 2015 POINTS SAILLANTS SOCIÉTÉ DE GESTION Placements mondiaux Sun Life inc. GESTIONNAIRES

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines 5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines Avec toute la volatilité qui règne sur les marchés ces derniers temps, nombreux sont les investisseurs qui cherchent à diversifier leur portefeuille.

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse février La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse Faits saillants L année a débuté dans un environnement difficile, favorisant de nouvelles baisses des taux d intérêt.

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

Crainte de récession et baisse des taux directeurs au Canada

Crainte de récession et baisse des taux directeurs au Canada août 1 Crainte de récession et baisse des taux directeurs au Canada Faits saillants Le Canada semble connaître une récession technique. Après avoir abaissé ses taux directeurs, la Banque du Canada devrait

Plus en détail

2 e TRIMESTRE : Survol du marché de l habitation de la Canada Guaranty AVRIL À JUIN 2010

2 e TRIMESTRE : Survol du marché de l habitation de la Canada Guaranty AVRIL À JUIN 2010 2 e TRIMESTRE : Survol du marché de l habitation de la Canada Guaranty AVRIL À JUIN 21 L économie mondiale continue d exercer une tension sur la reprise nord américaine, puisque les préoccupations liées

Plus en détail

commentaires trimestriels

commentaires trimestriels commentaires trimestriels Sécuritaire boursier L Europe s est encore retrouvée à l avant plan de la scène économique et financière durant le dernier trimestre de 2011. Les problèmes reliés à la perte de

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE Dashboard Economique de la zone Euro Notre tableau de bord vise à aider les investisseurs à comprendre l état de santé économique de la zone Euro. Ce document ne saurait et n a pas vocation à prédire la

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

LE GUIDE DE L INVESTISSEUR

LE GUIDE DE L INVESTISSEUR LE GUIDE DE L INVESTISSEUR Nous avons élaboré un guide des principes de base en investissement. Si vous les comprenez bien et les respectez, vous obtiendrez plus de succès dans vos investissements et par

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret

Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret Chapitre 5 Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret Achetez de bonnes actions et gardez-les jusqu à ce qu elles augmentent, ensuite vendez-les. Si elles n augmentent pas,

Plus en détail

Perspectives économiques du Canada :

Perspectives économiques du Canada : Perspectives économiques du Canada : 2015 une année remplie d incertitude Pedro Antunes Économiste en chef adjoint, Le Conference Board du Canada Le 22 septembre 2015 conferenceboard.ca Perspectives mondiales

Plus en détail

Les taux d intérêt demeureront relativement bas

Les taux d intérêt demeureront relativement bas juin Les taux d intérêt demeureront relativement bas Faits saillants Après un hiver à oublier, l économie américaine envoie des signaux encourageants. L inflation se replace, mais la Banque du Canada demeure

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Commentaire mensuel sur les marchés

Commentaire mensuel sur les marchés Commentaire mensuel sur les marchés Perturbations, inquiétude et confusion sur les marchés Une gestion méthodique est essentielle pour garder son calme et maintenir le cap L intérêt d une méthode de gestion

Plus en détail

CADRE D INTERPRÉTATION

CADRE D INTERPRÉTATION GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer janvier 8 - N Patrick ARTUS patrick.artus@natixis.com Crise des marchés : choses que les investisseurs semblent ignorer La chute des marchés (crédit, actions) au début de 8 est justifiée dans certains

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Menu Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Fiscalité

Plus en détail

Aperçu du Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD

Aperçu du Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD Deuxième trimestre de 2013 Aperçu du Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine TD Le Comité de répartition des actifs de Gestion de patrimoine reste d avis que nous sommes dans une période

Plus en détail

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

La puissance des dividendes

La puissance des dividendes La puissance Investir dans des sociétés mondiales qui versent Les dividendes : solides, constants et prévisibles Rien n est garanti, n est-ce pas? revenu Les modes dans le domaine des placements passent

Plus en détail

Comment investir dans une conjoncture volatile?

Comment investir dans une conjoncture volatile? Erwan MARREC, Responsable de la Gestion Quantitative et de l'ingénierie Financière, Federal Finance Gestion Federal Finance 4 lignes métier Gestion Collective Gestion Institutionnelle Gestion Privée Épargne

Plus en détail

FLASH MARCHE - POINT SUR LA CHINE

FLASH MARCHE - POINT SUR LA CHINE FLASH MARCHE - POINT SUR LA CHINE RAPPEL DU CONTEXTE La baisse du marché actions chinois entamée depuis juin dernier a connu son plus violent épisode durant la journée de lundi et s est notamment propagée

Plus en détail

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance REVUE DES FONDS, T3 2015 - Opinions au 7 octobre 2015 POINTS SAILLANTS SOCIÉTÉ DE GESTION Placements mondiaux Sun Life Les Fonds

Plus en détail

Fonds équilibré à rendement stratégique Manuvie

Fonds équilibré à rendement stratégique Manuvie Fonds équilibré à rendement stratégique Manuvie Les épargnants d aujourd hui ont deux défis à relever : se procurer un revenu malgré la faiblesse des taux d intérêt et trouver des placements pour faire

Plus en détail

Environnement Economique

Environnement Economique (Fond Commun de placement) Rapport semestriel (27 juin 2014-29 décembre 2014) Environnement Economique L année 2014 aura été une nouvelle année économiquement contrastée pendant laquelle les Etats-Unis

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Résultats des portefeuilles Chorus II au 31 mars 2013

Résultats des portefeuilles Chorus II au 31 mars 2013 Résultats des portefeuilles Chorus II au 31 mars 2013 Revue des marchés Rendement des indices en 2013 Rendement (base 100) 114 110 +12,85 % +9,67 % 106 102 98 Janv. Fevr. Mars +3,34 % +0,69 % TSX S&P 500

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Métaux industriels. Pétrole

Métaux industriels. Pétrole Nous sous-pondérons les matières premières les plus cycliques (métaux industriels et pétrole). Mais nous considérons toujours l or et les autres métaux précieux comme des valeurs refuge. Les matières premières

Plus en détail

Un nouveau répit pour les emprunteurs

Un nouveau répit pour les emprunteurs février Un nouveau répit pour les emprunteurs Faits saillants Nouvelles inquiétudes concernant les pays émergents. Les perspectives de croissance économique demeurent favorables. Le discours de la Banque

Plus en détail

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1 L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 10 1.1 L environnement macroéconomique

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle mondiale? Plus

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Le premier trimestre 2015 a été marqué par plusieurs faits saillants importants :

Le premier trimestre 2015 a été marqué par plusieurs faits saillants importants : Groupe Ouellet Bolduc CONSEILLERS EN PLACEMENT LE RAPPORTEUR LE RAPPORTEUR PREMIER TRIMESTRE DE 2015 Le premier trimestre 2015 a été marqué par plusieurs faits saillants importants : Des variations rapides

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

L OBSERVATEUR FINANCIER

L OBSERVATEUR FINANCIER L OBSERVATEUR FINANCIER Services économiques TD TURBULENCES SUR LES MARCHÉS ÉMERGENTS: POSSIBLE REPORT DU RELÈVEMENT DU TAUX DIRECTEUR DE LA FED Faits saillants Pour un deuxième mois consécutif, les mouvements

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

30 SEPTEMBRE 2012 COMMENTAIRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. 3 e trimestre

30 SEPTEMBRE 2012 COMMENTAIRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. 3 e trimestre Les marchés boursiers ont rebondi de façon marquée au cours du troisième trimestre, réagissant aux politiques accommodantes annoncées par les principales banques centrales dans le monde et au progrès dans

Plus en détail

RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE

RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE 2 0 1 5 RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE 2 Le premier rapport sur la confiance des investisseurs (fondé sur un sondage mené auprès de 1 502 Canadiens ayant au

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE)

QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) QUESTIONS SUR LA POLITIQUE MONÉTAIRE CANADIENNE (PREMIÈRE PARTIE) 1. En temps normal, lorsque le taux d intérêt à un jour s approche du taux d escompte, la Banque du Canada: a) retire des fonds déposés

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque.

Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. Crédit Agricole (A+ / Aa3) Une opportunité de diversification et des coupons élevés en livre turque. À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Crédit Agricole CIB est une obligation émise en livre turque (TRY) par Crédit

Plus en détail

Rapport de Russell sur la gestion active

Rapport de Russell sur la gestion active FÉVRIER 2015 La chute des prix du pétrole entraîne la plus importante variation des rendements des gestionnaires depuis 2008 : au Canada 65 % des gestionnaires canadiens à grande capitalisation ont devancé

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles J'ai le plaisir de vous faire parvenir votre énoncé de la politique de placement pour la Série Portefeuilles de revenu. Celui-ci vous servira

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Mise à jour économique 01 Décembre 2009

Mise à jour économique 01 Décembre 2009 Mise à jour économique 01 Décembre 2009 USD Index, Un scénario en 2 phases À la crise économique De la crise financière La somme de deux crises = 0» Depuis le début de la crise jusqu à aujourd hui, l USD

Plus en détail

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées Grâce aux Portefeuilles sélect RBC, vous pouvez dormir en paix, en sachant que RBC Gestion mondiale d actifs gère vos placements

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2014

Perspective des marchés financiers en 2014 Perspective des marchés financiers en 2014 21/01/2014 13 ième édition 1 Outil d aide à la décision : The Screener OUTIL D AIDE À LA DÉCISION : THESCREENER Des analyses sur les valeurs boursières Disponible

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

2013 : la grande rotation des actifs?

2013 : la grande rotation des actifs? 1 janvier 213 213 : la grande rotation des actifs? MARTIN LEFEBVRE Stratège Placement et répartition de l actif 514 871-799 martin.lefebvre@bnc.ca Revue annuelle En dépit des nombreuses incertitudes, le

Plus en détail

CONJONCTURE INTERNATIONALE

CONJONCTURE INTERNATIONALE CONJONCTURE INTERNATIONALE Chute des cours des matières premières Le marché boursier chinois a plongé de façon spectaculaire ces dernières semaines. Cette correction fait suite à plusieurs trimestres d

Plus en détail

Investir à long terme

Investir à long terme BMO Gestion mondiale d actifs Fonds d investissement Investir à long terme Conservez vos placements et réalisez vos objectifs Concentrez-vous sur l ENSEMBLE de la situation Le choix des bons placements

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique Investissements En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Premier trimestre 20X1

Premier trimestre 20X1 FIGURE 10.1 La diversification d un portefeuille de fonds communs de placement Premier trimestre 20X1 Investisseur prudent 15 % 45 % Investisseur équilibré 5 % 35 % Investisseur axé sur la croissance 5

Plus en détail

Le Mois en Bref. Dans cette édition. Les Conservateurs proposent. une bonification volontaire du RPC Actualités géopolitiques

Le Mois en Bref. Dans cette édition. Les Conservateurs proposent. une bonification volontaire du RPC Actualités géopolitiques Aon Hewitt Le Mois en Bref Mai 2015 Dans cette édition Les Conservateurs proposent une bonification volontaire du RPC 1 Actualités géopolitiques 2 Actualités économiques 2 Actualités financières 2 Marchés

Plus en détail

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Avril 2016 Banque Nationale du Canada Strictement privé et confidentiel Agenda Contenu de la présentation:

Plus en détail

Le CAC vu de Nouillorque,

Le CAC vu de Nouillorque, Le CAC vu de Nouillorque, (Sem 34, 24 aout 12) Hemve 31 Le bulletin hebdomadaire, sur votre site http://hemve.eklablog.com/ La FED sème le doute Fin de l apesanteur euphorique Le pétrole mène la danse

Plus en détail