Nouvelles de la société et du secteur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nouvelles de la société et du secteur"

Transcription

1 Rapports sur les initiatives de CIBC Mellon et les développements dans le secteur des valeurs mobilières Nouvelles de la société et du secteur DANS CE NUMÉRO... Un message de notre chef de la direction... 1 Par Thomas C. MacMillan président et chef de la direction, CIBC Mellon La position longue et la position courte... 2 Par Avery Shenfeld directeur général et économiste en chef, Marchés mondiaux, CIBC Le débat sur l inflation... 3 Par Richard B. Hoey économiste en chef, The Bank of New York Mellon Corporation Nous y veillons Examen initial de la responsabilité sociale d entreprise de CIBC Mellon...5 Par James Dennison vice-président, agent principal de gestion des risques et président du comité de la RSE de la société, CIBC Mellon Une entrevue avec Harry Culham: Occasions pour les investisseurs institutionnels... 6 Par Harry Culham directeur général, chef, Titres à revenu fixe, devises et distribution, CIBC Sociétés de fonds d investissement : Transition des PCGR canadiens aux NIIF... 8 Par Cely So Yao, gestionnaire principal, Services de fonds d investissement, CIBC Mellon Été 2009 Un message de notre chef de la direction À nos précieux clients, Chez CIBC Mellon, nous sommes très conscients que nous devons déployer tous les efforts possibles pour offrir le meilleur niveau de service qui soit afin de répondre à vos besoins uniques et en évolution, particulièrement dans notre environnement Thomas C. MacMillan actuel, riche en défis. Nous œuvrons avec diligence pour nous assurer de continuer à fournir à tous nos clients des solutions adaptées qui les aident à atteindre leurs buts. Je suis fier que l engagement dont nous faisons preuve envers nos clients ait récemment été reconnu dans le cadre du sondage 2009 du magazine Global Finance. Ce sondage, qui est en maintenant à sa septième année, classe CIBC Mellon meilleur sous-gardien au Canada. Le sondage reconnaît les institutions qui fournissent constamment les meilleurs services de garde dans les marchés locaux et les régions aux clients mondiaux, et accorde une attention particulière à des aspects tels que la qualité du service, les relations avec les clients et le plan de continuité des opérations. C est aussi avec plaisir que je vous informe que notre société mère américaine, The Bank of New York Mellon, a récemment célébré son 225e anniversaire un jalon majeur dans son héritage consistant à fournir un service hors pair à ses clients partout dans le monde. En fait, le maire de New York, Michael Bloomberg, a nommé le 9 juin «Jour de The Bank of New York Mellon». Le 9 juin également, The Bank of New York Mellon a annoncé qu elle figurait parmi les premières grandes banques à obtenir la permission de racheter les actions privilégiées que le gouvernement des États-Unis avait acquises en octobre dernier dans le cadre du programme TARP (Troubled Asset Relief Program). Ces nouvelles très positives au sujet de notre société mère sont vraiment tombées à point le jour de son 225e anniversaire. En faisant fond sur les capacités solides et étendues de The Bank of New York Mellon alliées au robuste modèle de service à la clientèle utilisé par notre institution au Canada j ai confiance que nous serons bien positionnés pour vous offrir le meilleur niveau de service qui soit pendant les mois et les années à venir. Je vous souhaite un bel et agréable été! Thomas C. MacMillan, président et chef de la direction, CIBC Mellon

2 Nous pourrions enregistrer un quatrième trimestre fort grâce à une reprise de la production qui a été interrompue pour réduire les inventaires, notamment si cela coïncide avec une vague de stimulants financiers. Mais certains des principaux moteurs d une croissance soutenue, y compris les consommateurs américains, sont susceptibles de rester modérés pour plusieurs trimestres encore. La position longue et la position courte Observés de très près, les marchés boursiers ont fait beaucoup de chemin au cours du printemps par rapport à ce que nous savons au sujet de l état de l économie. Bien que l Extrême-Orient semble enregistrer une reprise, il est plus difficile de trouver des indices d une situation semblable en Amérique du Nord ou en Europe. Nous pourrions enregistrer un quatrième trimestre fort grâce à une reprise de la production qui a été interrompue pour réduire les inventaires, notamment si cela coïncide avec une vague de stimulants financiers. Mais certains des principaux moteurs d une croissance soutenue, y compris les consommateurs américains, sont susceptibles de rester modérés pour plusieurs trimestres encore. Il est vrai que les marchés boursiers sont censés devancer l économie, en prévoir les variations. À l exception de 2001, lorsque les technologies ont fait baisser le marché encore plus bas même si l économie rebondissait, le TSX réussit généralement à se redresser avant la fin d une récession aux États-Unis. Mais la reprise du TSX de ce printemps a été le plus important mouvement de prérécession de l histoire en ce qui concerne le pourcentage. Et la récession n est pas terminée. Cela laisse de la place pour une correction si les marchés sont déçus au sujet du rythme initial du retour à la croissance positive en Amérique du Nord que nous espérons voir au cours de la seconde moitié de Ceci étant dit, même avec une faible reprise économique au cours de 2010, une telle correction ne pourrait pas indiquer le début d un nouveau marché à la baisse. Les mesures d évaluation à plus long terme, et les facteurs de liquidité, suggèrent la possibilité d un autre volet de reprise des actions au cours des six prochains trimestres. Au-delà des bénéfices de cette année, qui seront nettement en deçà de ceux de 2008, les actions ne sont pas à des niveaux particulièrement riches par rapport à ce que les gains franchiront au cours du prochain cycle. Les résultats de cette année ont été faibles non seulement en raison de la récession, mais aussi en raison de la dure comparaison dans le secteur des ressources par rapport aux primes gagnées lorsque les prix ont atteint des sommets en Les prix des marchandises devraient se redresser, car la production industrielle mondiale s accélère et les entreprises canadiennes ont fait du bon travail en réduisant les coûts et en conservant les liquidités au cours du repli. La politique monétaire s accélère également, et il y a un lien à plus long terme entre la croissance de la masse monétaire et le rendement subséquent des actions. Notre analyse suggère qu environ points du redressement initial du TSX sont liés à l injection de ces liquidités, et que les retards dans cette relation laissent place à d autres gains. Le secteur résidentiel canadien repose sur des avoirs en espèces qui sont supérieurs de près de 120 milliards de dollars CA à la tendance à long terme, avec un excédant qui pourrait en fin de compte aider à augmenter la valeur des actions de près de 8 pour cent de la capitalisation du marché de Toronto. Cela ne signifie pas que le trajet sera sans obstacle pour l économie ou les marchés financiers. Les risques économiques dépendent principalement de ce qui se passe après la reprise initiale. Les gouvernements et les banques centrales doivent être prudents et ne pas être trop pressés de radier les déficits ou de commencer à augmenter les taux d intérêt avant que le secteur privé n ait pu rétablir la croissance économique par lui-même. Ainsi, les taux d intérêt pourraient rester stables jusqu en 2010, et aux États-Unis, les stimulants financiers pourraient être requis jusqu en 2011 afin d éviter un resserrement trop brusque causé par une croissance qui déraille. Le secteur financier mondial, bien qu il soit en meilleur état après les efforts dynamiques investis par les gouvernements pour le redresser, a encore des défis à relever, y compris ceux qui sont reliés aux hypothèques commerciales américaines. De façon générale, toutefois, un regard à plus long terme donne aux investisseurs boursiers des raisons de rester sur le marché, même si nous devons être patients afin de retrouver tout ce qui a été perdu au cours des liquidations marquées de l année dernière. Par Avery Shenfeld, directeur général et économiste en chef, Marchés mondiaux CIBC Inc. 21 juillet

3 Le débat sur l inflation Les opinions sur l inflation, en réponse à la récente politique monétaire et à la politique monétaire attendue, sont au cœur des nombreux débats actuels sur l économie et sur les perspectives du marché. Les perspectives sur l inflation portent sur quatre aspects : 1. La croissance monétaire 2. L écart de production 3. Les attentes sur l inflation 4. L opinion publique et l aspect politique Les pessimistes s attendent à ce que l inflation s accélère fortement au cours des prochaines années en réponse à la croissance accélérée de la masse monétaire des douze derniers mois. Or, nous croyons que la situation est en réalité plus complexe. Une tendance à la baisse de la vélocité a été observée en réponse à l importante crise financière. La vélocité tend à s accélérer lorsqu il y a innovation financière expansionniste. Il y a eu cependant inversion du processus au cours de la dernière année. Nous croyons que la crise financière a été si forte que l on peut difficilement affirmer pour le moment si la croissance rapide de la masse monétaire s avère appropriée ou excessive. Nous pensons que les dernières implications inflationnistes liées à la forte croissance monétaire récemment enregistrée sont beaucoup plus incertaines et ambiguës que ce qu en disent les pessimistes. L effet combiné du resserrement procyclique de la réglementation du secteur financier et du désendettement ordonné devrait contribuer à une reprise relativement lente de la croissance du crédit dans le secteur privé et à une reprise économique sous la moyenne. Dans ce contexte, le scénario le plus plausible reste une inflation de base faible, présentant à l occasion une certaine volatilité en raison des prix volatils dans le secteur énergétique. Une autre perspective sur l inflation tient à l écart de production, mesure économique indiquant que le niveau réel de production ne correspond plus à la capacité potentielle de produire de biens et services. La sévérité de la récente récession est telle qu il est clair que le monde entier fait face à un écart de production substantiel, et que la capacité et la main-d œuvre de production sont trop élevées. Cette situation est intensifiée par le soutien continu qu accorde le gouvernement aux marchés émergents pour accroître davantage la capacité de production et la conversion continue de la main-d œuvre peu spécialisée en main-d œuvre moderne dans ces pays. Il devrait en résulter à court terme une baisse de la pression sur les prix de l indice de la consommation, partiellement compensée par des prix plus élevés dans le secteur énergétique. Dans n importe quelle prévision raisonnable sur la croissance économique mondiale, l écart de production demeurera assez élevé au moins pour plusieurs années. Il en résultera probablement une tendance à une inflation relativement faible. La troisième perspective sur l inflation a trait aux attentes à ce sujet. Il y a des moments où les attentes instables provoquent un cercle vicieux qui continue d aggraver l inflation et la déflation, cercle renforcé à l occasion par les élans majeurs sur la monnaie. À d autres moments, les attentes à long terme sur l inflation «s ancrent» près d un certain taux, réduisant ainsi la tendance qu éprouve l inflation à s écarter trop longtemps de la norme. Un comportement fiable de la banque centrale peut créer des attentes sur le fait que les politiques émises pourraient à la longue forcer le taux d inflation actuel à revenir à une moyenne stable. Les banques centrales modernes adoptent habituellement une cible d inflation ou un point d ancrage explicite ou implicite (souvent de l ordre de deux pour cent) et tentent activement d ancrer les attentes sur l inflation. Dans la mesure où ces politiques sont crédibles, les attentes des consommateurs, des entreprises et des investisseurs sur l inflation contribuent à créer des comportements qui augmentent les chances que les écarts d inflation soient temporaires. 3

4 Le débat sur l inflation (continuer) Ben Bernanke, président de la Réserve fédérale américaine, souhaitait ramener les attentes à la normale. Il y a eu, comme prévu, une hausse des attentes à ce chapitre en raison du relâchement énergique de la politique monétaire. Les attentes à long terme ne sont revenues toutefois qu à la normale, soit à deux pour cent au-dessus de zéro selon l écart sur 10 ans calculé par la Treasury Inflation Protected Securities (TIPS). Les pessimistes mettent en évidence la tendance à la hausse des attentes et ils espèrent qu elle se maintiendra. Toutefois, les partisans de la Réserve fédérale américaine font valoir que les attentes sur l inflation ne sont revenues qu à la normale, les craintes associées à une dépression déflationniste s étant calmées. Il est trop tôt pour indiquer quelle interprétation sera la bonne. Nous sommes d accord avec les optimistes : cette politique devrait soutenir la normalisation du taux d inflation plutôt qu engendrer une spirale déflationniste ou inflationniste. Nous croyons que le président Bernanke a pour objectif de stabiliser les attentes sur l inflation à près de deux pour cent. Il est moins certain cependant que la Réserve fédérale américaine jouira de la liberté nécessaire pour y arriver. La Réserve fédérale américaine sait qu il faudra à un moment donné resserrer la provision sur la liquidité et hausser les taux pour éviter une hausse excessive de l inflation. Tout cela est assujetti à la «liberté de risque»; la Réserve fédérale américaine peut décider que le moment est venu de commencer à resserrer la politique monétaire, mais subit des manœuvres politiques qui l empêchent d agir. Des préoccupations sur «la liberté de risque» ont été soulevées en raison de la détérioration du budget à long terme. Un bon nombre de pessimistes font valoir que la Réserve fédérale américaine subira des pressions pour maintenir les taux d intérêt à la baisse afin d aider le financement des déficits massifs et continus. Cette peur est plausible. Nous croyons cependant qu il y aura plutôt éviction de certaines activités économiques dans le secteur privé si les rendements réels (rendements sans inflation) demeurent relativement élevés, même dans un contexte d inflation faible, en raison d un financement élevé des déficits à mesure que le désendettement des consommateurs se poursuit. Trente années se sont écoulées depuis que les Américains ont ressenti pleinement les effets d une inflation excessive. Ils ressentent actuellement les effets d une déflation excessive, notamment dans le secteur immobilier. Dans ce contexte, combattre l inflation n est pas une priorité majeure pour bon nombre de gens. Si rien n est entrepris au sujet des déficits du budget structurel et que les marchés s aperçoivent que la Réserve fédérale américaine perd sa flexibilité en matière de politique anti-inflationniste au moment où elle s avérera le plus nécessaire, les attentes sur l inflation pourraient s en trouver déstabilisées. Nous avons bon espoir que cela puisse être évité. Pour le moment, nous croyons que la «crédibilité sur la politique monétaire» demeurera élevée, même si la «crédibilité sur la politique fiscale» est faible. Il est probable que les investisseurs attendent que des gestes politiques soient posés pour réduire le déficit structurel avant d être convaincus qu il soit réglé avec succès. Entre-temps, l écart sur l ensemble des perspectives implique qu il est probable que l inflation actuelle se maintienne à un faible niveau au cours de deux prochaines années, mais qu elle présente à l occasion une certaine volatilité en raison de la fluctuation des prix dans le secteur énergétique. Par Richard B. Hoey, économiste en chef, The Bank of New York Mellon Corporation Le 13 juillet 2009 Ce rapport comporte les perspectives économiques générales de M. Richard Hoey, économiste en chef pour The Bank of New York Mellon Corporation. Il ne constitue ni un avis d investissement, ni une prédiction de la performance future de quelconque marché. CIBC Mellon Meilleur sous-gardien au Canada Magazine Global Finance de 2009 Classé au premier rang Sondage de 2008 sur les banques agents Fournisseur de services d actifs de premier choix au Canada Sondage de 2008 auprès des gestionnaires de placement 4

5 Au cours des dernières années, nous avons élaboré un puissant programme de RSE qui nous incite à être une entreprise socialement responsable en répondant aux besoins et aux intérêts de nos intervenants, de nos collectivités et de notre environnement Nous y veillons Examen initial de la responsabilité sociale d entreprise de CIBC Mellon Le 3 juin, 2009, CIBC Mellon a publié son examen initial de la responsabilité sociale d entreprise (RSE). Intitulé de façon judicieuse Nous y veillons, le rapport fournit les détails des progrès réalisés par la société relativement aux engagements qu elle a pris en matière de RSE l année dernière et de ses objectifs pour Le programme de RSE de CIBC Mellon vise à faire ce qui est juste du point de vue économique, social et environnemental. Au cours des dernières années, nous avons élaboré un puissant programme de RSE qui nous incite à être une entreprise socialement responsable en répondant aux besoins et aux intérêts de nos intervenants, de nos collectivités et de notre environnement. Nous nous efforçons continuellement de respecter notre promesse de faire ce qui est juste tout en réalisant avec succès nos mandats d entreprise. Notre programme de RSE concrétise ces mots en actions en nous permettant : D exercer nos activités conformément aux normes de gouvernance et d éthique les plus élevées De fournir des produits et services qui répondent aux attentes croissantes de nos clients et de nos partenaires d affaires D attirer et de maintenir en poste des employés de qualité De fournir un soutien significatif à nos collectivités D améliorer les répercussions sociales et environnementales de nos pratiques commerciales et de celles de nos fournisseurs Le rapport contient les renseignements suivants : Les valeurs de base et les compétences de CIBC Mellon Un message de Thomas MacMillan, président et chef de la direction de CIBC Mellon Un aperçu de notre programme de RSE La liste et la description des cinq principaux secteurs de notre programme de RSE : - Conformité et éthique, clients et produits, employés, collectivités, durabilité de l environnement - Les objectifs de la RSE pour 2009 Téléchargez un exemplaire de l examen initial de la RSE de CIBC Mellon. Conformément aux engagements de la société en matière d environnement, 80 pour cent de ces rapports seront distribués électroniquement. Si vous avez des questions au sujet de notre rapport initial de RSE ou que vous voulez en apprendre davantage au sujet des initiatives de CIBC Mellon en matière de RSE, n hésitez pas à communiquer avec Affaires corporatives. Par James Dennison, vice-président, agent principal de gestion des risques et président du comité de la RSE de la société 5

6 Une entrevue avec Harry Culham : Occasions pour les investisseurs institutionnels Harry Culham, directeur général, chef, Titres à revenu fixe, devises et distribution du volet de services bancaires de gros de CIBC discute des défis et des occasions actuels et futurs pour les investisseurs institutionnels sur le marché canadien. Quels sont certains des grands défis auxquels sont actuellement confrontés les investisseurs institutionnels? Certains thèmes surgissent lors de nos discussions avec les promoteurs de régime et les gestionnaires d actifs. Les régimes de retraite et fondations sous-capitalisés sont au sommet de la liste. Les comités d investissement mettent en doute leurs approches d investissement passées et s ils sont sur la bonne voie. On se préoccupe également au sujet des prochains changements en comptabilité, surtout de la Norme internationale d information financière (NIIF) et sur l impact que cette transition aura sur la valeur des régimes. Pour les gestionnaires d actifs, les rachats des investisseurs ont ralenti, mais les faibles rendements et l appétit des investisseurs pour les risques moins élevés constituent de véritables défis pour faire croître les actifs sous gestion. Avec les contraintes de frais de gestion et la capacité excédentaire dans l espace de gestion d actifs qui s ajoutent à l image, les défis s accumulent. Au cours des cinq prochaines années, nous aurons tous comme priorité de comprendre les changements démographiques et leurs répercussions sur les comportements d investissement et les marchés. Un autre défi sera le cadre réglementaire auquel les investisseurs institutionnels devront s adapter mondialement. Ces défis exigent des solutions bien planifiées. Ils exigent également des plateformes de technologie de pointe pour déterminer, saisir et livrer des occasions plus rapidement. Et, c est là où CIBC entre en jeu. Les marchés aident-ils ou nuisent-ils aux clients investisseurs qui s attaquent à ces défis? Un peu des deux. Les conditions houleuses du marché font en sorte que les investisseurs sont prudents et plus au fait des risques du marché auxquels ils sont confrontés. Cependant, la volatilité crée des occasions d entrer sur les marchés à de bons niveaux et les dollars retournent dans les marchés avec une certaine mesure. Discutons de ces occasions où sont-elles? Il y a définitivement des occasions de placement sur le marché. Le défi consiste à les saisir malgré la rapidité avec laquelle les conditions du marché changent. Chez CIBC, nos groupes de distribution et de négociation travaillent ensemble pour trouver des idées d opérations dans les catégories d actifs compte tenu des conditions du marché de la journée et de les remettre entre les mains de nos clients. Nous observons de plus en plus de clients qui se lancent dans de nouveaux marchés, mais ils le font en utilisant les instruments dérivés pour limiter les risques de perte en cas de baisse. Nous observons également l intérêt accru des investisseurs pour les marchés émergents, les marchandises et les monnaies. Ces derniers auront de bons rendements lorsque la reprise économique mondiale se 6

7 Une entrevue avec Harry Culham : Occasions pour les investisseurs institutionnels (continuer) concrétisera. Les opérations spéculatives sur écart de rendement reviennent elles consistent à emprunter des devises à faible rendement comme le Yen et à investir dans des devises à rendement élevé comme le dollar australien. Dans le domaine des titres à revenu fixe, il y a encore de bons crédits et des rendements décents. Les promoteurs de régime rajustent également leurs combinaisons de placement pour mieux faire correspondre les actifs aux passifs. Ils observent de plus près les stratégies de placement axées sur les passifs. Ils travaillent également avec nous pour évaluer les répercussions de la NIIF sur l évaluation des actifs et étudient les stratégies de couverture de change pour atténuer la volatilité de la valeur d un régime. Les investisseurs prennent également le temps d évaluer leur approche de gestion d actifs et cherchent les solutions de placement à faible coût qui leur permettent de saisir une tendance de reprise. Dans certains cas, les investissements passifs et les stratégies indicielles sont adoptés. Comment CIBC intervient-elle pour aider les clients à relever ces défis et à saisir les occasions? CIBC est l une des plus puissantes banques capitalisées en Amérique du Nord. Cette position nous a permis d investir et de nous concentrer sur nos activités principales. Nous ajoutons les meilleurs talents à nos puissantes équipes en Europe, en Asie, au Canada et à New York. Nous investissons dans les solutions de commerce électronique pour réduire les coûts pour les clients et leur permettre de saisir les occasions le plus rapidement possible. CIBC Mellon est un important partenaire dans ce domaine. Également, nous travaillons de plus en plus avec les gestionnaires d actifs pour les aider à créer de nouvelles solutions de placement à offrir à leurs clients. Un autre objectif pour CIBC porte sur les FINB et l indexation. Le 1er juin, CIBC a lancé son indice composé des marchandises CIBC négociable. Cet indice donne aux investisseurs un meilleur accès aux marchés des marchandises en fonction de leurs propres intérêts en matière de placement et de leurs propres limites d exposition. Nous prévoyons lancer un autre indice négociable exclusif pour les taux d intérêt, les devises, les actions et les marchandises. Également, pour ajouter une plus grande valeur, nous sommes passés d un modèle axé sur les produits à une approche d actifs croisés axée sur les clients. Ce changement accroit l efficacité pour les clients et donne une vue plus nette à long terme des occasions qui découlent des décisions de placement que nous prenons aujourd hui. Ces efforts sont importants pour nos clients et s avèrent essentiels alors que CIBC s efforce de devenir la première banque de gros axée sur le client au Canada. Par Harry Culham, directeur général, chef, Titres à revenu fixe, devises et distribution, CIBC 7

8 Sociétés de fonds d investissement : Transition des PCGR canadiens aux NIIF Le 1er janvier 2011 est la date officielle de transition des PCGR canadiens aux Normes internationales d information financière (NIIF) pour toutes les entreprises ayant une obligation publique de rendre des comptes, y compris les sociétés de fonds d investissement. Même si les normes comptables canadiennes publiées ces dernières années, particulièrement les normes S3855, S3862 et S3863 ont rendu les rapports de fonds d investissement produits selon les PCGR canadiens beaucoup plus semblables aux NIIF, il reste encore quelques différences qui entraîneront probablement des défis pour les sociétés de fonds d investissement pendant le passage aux nouvelles normes. CIBC Mellon s engage à aider ses sociétés de fonds d investissement clientes à passer aux NIIF. À cette fin, nous avons élaboré un plan complet de transition aux NIIF. Ce plan est fondé sur la recherche, notre participation au sous-groupe consultatif en comptabilité de l Investment Fund Institute of Canada, le rapport d orientation de l ICCA sur la mise en œuvre des NIIF chez les sociétés de fonds d investissement (IFRS Implementation Guidance for Investment Funds) et la surveillance et l analyse étroites des nombreuses mises à jour diffusées par les grandes firmes d experts-comptables. Dans le cadre de notre plan de transition, nous avons établi un groupe interfonctionnel sur les NIIF pour superviser nos efforts. Ce groupe est composé de membres de nos équipes d évaluation des fonds, de déclaration de l information financière et de l imposition, ainsi que des solutions d affaires. Nous avons en outre créé des groupes de travail spécialisés s occupant des différentes questions qui devraient avoir la plus grande incidence sur les sociétés de fonds d investissement. Ces questions comprennent la consolidation, les instruments à fenêtre, la norme NIIF 7 (divulgation selon les niveaux de la norme FAS 157), l impôt sur le revenu et la méthode de détermination de l intérêt réel. La question la plus pressante relative aux NIIF porte sur les changements apportés à la norme S3862, qui exigeront une certaine divulgation selon les niveaux d établissement du prix de la norme FAS 157 pour les exercices se terminant après le 30 septembre Nous procédons actuellement à la conception et à l essai des politiques et procédures afin de mettre en place les capacités de production de rapports permettant de satisfaire à cette exigence. De plus, nous travaillons activement à créer des modèles d états financiers conformes aux NIIF et à établir l état de préparation de notre système. Nous nous engageons à rendre la transition aux NIIF transparente et harmonieuse pour tous nos clients; nous vous communiquerons au besoin les futurs changements relatifs aux NIIF qui touchent les sociétés de fonds d investissement. Si vous avez des questions au sujet des efforts que CIBC Mellon déploie pour se préparer à l entrée en vigueur des NIIF, veuillez communiquer avec votre gestionnaire des relations avec la clientèle. Par Cely So Yao, gestionnaire principal, Services de fonds d investissement Une coentreprise de BNY Mellon et CIBC SM CIBC Mellon est un utilisateur licencié des marques de commerce BNY Mellon et CIBC. Nouvelles de la société et du secteur est distribué à des fins d information générale seulement et Société de services de titres mondiaux CIBC Mellon, Compagnie Trust CIBC Mellon, CIBC, The Bank of New York Mellon Corporation et leurs sociétés affiliées ne garantissent pas l exactitude ou l exhaustivité de son contenu. Les lecteurs sont informés que le contenu de la présente publication ne devrait pas être interprété comme constituant un avis juridique, fiscal, comptable, en placement, financier ou un autre avis professionnel et qu il n a pas été rédigé pour un tel usage.

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD mai LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Faits saillants Le fait que la Banque du Canada ait récemment indiqué que les taux d intérêt pourraient

Plus en détail

La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande

La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande N o 11 626 X au catalogue N o 018 ISSN 1927-5048 ISBN 978-1-100-99873-2 Document analytique Aperçus économiques La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande par Komal Bobal, Lydia Couture

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds Pour la période de six mois close le 30 septembre 2013

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds Pour la période de six mois close le 30 septembre 2013 Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds Pour la période de six mois close le 30 septembre 2013 Le présent rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds renferme

Plus en détail

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Table des matières 1 Cœur-satellite : une méthode de placement efficace 3 Avantages d une gestion indicielle pour le cœur du portefeuille 6 La

Plus en détail

Une rente sans rachat des engagements (aussi connue sous le nom «buy-in») vise à transférer

Une rente sans rachat des engagements (aussi connue sous le nom «buy-in») vise à transférer Solutions PD Parez au risque Rente sans rachat des engagements (Assurente MC ) Transfert des risques pour régimes sous-provisionnés Une rente sans rachat des engagements (aussi connue sous le nom «buy-in»)

Plus en détail

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Le 6 décembre 2011 #dettes #hypothèque Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement Waterloo Les résultats du plus

Plus en détail

Mars 2008. Table des matières. Dans ce numéro...

Mars 2008. Table des matières. Dans ce numéro... Mars 2008 Table des matières Dans ce numéro... La prudence est de mise Croissance sans précédent du marché des changes Vérification des nouveaux avis de réaménagement de capital Un message de notre chef

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Votre Énoncé de politique de placement. exemple. Date : 21/03/10. Téléphone : (123) 456-7890. Téléphone : (123) 456-7890

Votre Énoncé de politique de placement. exemple. Date : 21/03/10. Téléphone : (123) 456-7890. Téléphone : (123) 456-7890 Votre Énoncé de politique de placement Date : 21/03/10 Préparé pour : Adresse : Province : Code postal : Jean Untel 123, rue Untel Ontario A1B 2C3 Téléphone : (123) 456-7890 Préparé par : Adresse : Province

Plus en détail

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles Quand les marchés sont volatils, il est tout à fait normal de s inquiéter de l incidence sur votre portefeuille. Et quand vous vous inquiétez, vous voulez agir. Cinq stratégies pour faire face aux marchés

Plus en détail

NE PAS DISTRIBUER LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ AUX AGENCES DE TRANSMISSION AMÉRICAINES ET NE PAS LE DIFFUSER AUX ÉTATS-UNIS

NE PAS DISTRIBUER LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ AUX AGENCES DE TRANSMISSION AMÉRICAINES ET NE PAS LE DIFFUSER AUX ÉTATS-UNIS NE PAS DISTRIBUER LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ AUX AGENCES DE TRANSMISSION AMÉRICAINES ET NE PAS LE DIFFUSER AUX ÉTATS-UNIS NEUF DES PLUS GRANDES INSTITUTIONS FINANCIÈRES ET CAISSES DE RETRAITE CANADIENNES PRÉSENTENT

Plus en détail

Transamerica Vie Canada. Principes fondamentaux en matière de placement pour votre régime vie universelle

Transamerica Vie Canada. Principes fondamentaux en matière de placement pour votre régime vie universelle Transamerica Vie Canada Principes fondamentaux en matière de placement pour votre régime vie universelle MD L assurance vie est un outil très efficace pour protéger votre famille et vos options de placement

Plus en détail

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite Vers une meilleure retraite Étude de cas n o 1 Section header 1 Section header 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 1 Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite À l intention

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Rapport trimestriel Pour le premier trimestre terminé le 31 mars 2002

Rapport trimestriel Pour le premier trimestre terminé le 31 mars 2002 Rapport trimestriel Pour le premier trimestre terminé le 31 mars 2002 Bourse Toronto : MB Actions en circulation (au 9 mai 2002) 26 808 361 actions ordinaires Faits saillants financiers (tous les montants

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Une étude menée par Vanguard 2012 Sommaire. Au cours d une étude précédente examinant diverses catégories

Plus en détail

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché un méthode différente pour contrer la volatilité des marchés Fonds à revenu stratégique Manuvie* *Aussi offert : Catégorie de revenu stratégique Manuvie Un fonds d obligations mondiales «pour tous les

Plus en détail

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous.

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie Assemblée annuelle Le 5 mai 2011 Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Je suis heureux de pouvoir m adresser à vous à l occasion de cette assemblée

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Communiqué de presse TORONTO, le 5 août 2010 INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Bénéfice net d exploitation par action en hausse de 34 % en raison de l amélioration

Plus en détail

Rapport de Russell sur la gestion active

Rapport de Russell sur la gestion active FÉVRIER 2015 La chute des prix du pétrole entraîne la plus importante variation des rendements des gestionnaires depuis 2008 : au Canada 65 % des gestionnaires canadiens à grande capitalisation ont devancé

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

FONDS DE L AVENIR DE LA SANB INC. RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE

FONDS DE L AVENIR DE LA SANB INC. RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE FONDS DE L AVENIR DE LA SANB INC. RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE PLACEMENT ET DE GESTION Adopté le 26 septembre 2009 1 RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE PLACEMENT

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

UN GUIDE POUR INVESTISSEMENTS RUSSELL Investir.

UN GUIDE POUR INVESTISSEMENTS RUSSELL Investir. UN GUIDE POUR INVESTISSEMENTS RUSSELL Investir. INVESTIR. ENSEMBLE ṂC Une approche de placement pour la conception, la construction et la gestion de portefeuilles dans le meilleur intérêt des investisseurs

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

l assurance-vie avec participation de la London Life

l assurance-vie avec participation de la London Life Votre guide de l assurance-vie avec participation de la London Life Valeur, solidité et choix Ce que vous découvrirez dans ce guide En combinant les renseignements contenus dans ce guide aux conseils professionnels

Plus en détail

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles Les processus de sélection et de surveillance des gestionnaires des portefeuilles de NEI : Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles LES FONDS COMMUNS VUS DIFFÉREMMENT..888.809.

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE VISEZ PLUS HAUT AVEC VOTRE INVESTISSEMENT Votre vie est bien remplie. Votre carrière et votre vie personnelle vous nourrissent d une multitude de

Plus en détail

COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF

COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF LE 20 NOVEMBRE 2014 Sébastien Naud, CFA, M.Sc. Conseiller principal L investissement guidé par le passif Conférenciers

Plus en détail

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme Commentaires Michael Narayan L étude de Levin, Mc Manus et Watt est un intéressant exercice théorique qui vise à extraire l information contenue dans les prix des options sur contrats à terme sur le dollar

Plus en détail

Point de vue de CGA-Canada sur l endettement des ménages canadiens

Point de vue de CGA-Canada sur l endettement des ménages canadiens Point de vue de CGA-Canada sur l endettement des ménages canadiens Un exposé du vice-président, Recherche et normalisation, de CGA-Canada, Rock Lefebvre Colloque international sur la consommation Montréal

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Fonds communs de placement de la HSBC

Fonds communs de placement de la HSBC Aucune autorité en valeurs mobilières ne s est prononcée sur la qualité des parts décrites dans le prospectus simplifié et toute personne qui donne à entendre le contraire commet une infraction. Les parts

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

Rapport de la direction

Rapport de la direction Rapport de la direction Les états financiers consolidés de Industries Lassonde inc. et les autres informations financières contenues dans ce rapport annuel sont la responsabilité de la direction et ont

Plus en détail

Découvrez TD Waterhouse. Placements et gestion de patrimoine pour chaque période de votre vie

Découvrez TD Waterhouse. Placements et gestion de patrimoine pour chaque période de votre vie Découvrez TD Waterhouse Placements et gestion de patrimoine pour chaque période de votre vie Bienvenue à TD Waterhouse Tout le personnel de TD Waterhouse* s engage à vous aider à atteindre vos objectifs

Plus en détail

Plus de un propriétaire canadien sur trois du groupe d âge des 30 à 39 ans ne sait pas que les taux d intérêt n ont presque jamais été aussi bas.

Plus de un propriétaire canadien sur trois du groupe d âge des 30 à 39 ans ne sait pas que les taux d intérêt n ont presque jamais été aussi bas. Pour publication immédiate Le 12 septembre 2011 Connaissances limitées en matière de finances : un obstacle au remboursement des dettes Selon un sondage sur l endettement mené pour la Banque Manuvie du

Plus en détail

Revoir votre stratégie d investissement. Investir dans les fonds communs de placement

Revoir votre stratégie d investissement. Investir dans les fonds communs de placement Revoir votre stratégie d investissement Investir dans les fonds communs de placement AGF INVESTMENTS Quels sont vos rêves sur le plan fi nancier? Nous avons tous des rêves différents qu il s agisse de

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds à revenu fixe Fonds d obligations ultra court terme TD Fonds d obligations à court terme TD Fonds hypothécaire TD Fonds d obligations canadiennes TD Portefeuille à revenu

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS

DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS Pour diffusion immédiate DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS MONTRÉAL (Québec), le 12 juin 2014

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

GESTION PRIVÉE RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS

GESTION PRIVÉE RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS P L A C E M E N T S M O N D I A U X S U N L I F E GESTION PRIVÉE M E T T E Z - Y D E L A L U M I È R E RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS UN REGARD NOUVEAU. UNE APPROACHE ORIGINALE. LES CLIENTS FORTUNÉS SONT À LA

Plus en détail

Vos options de placement

Vos options de placement Vos options de placement Table des matières Présentation de RBC Gestion mondiale d actifs i Une stratégie gagnante pour les clients i Pour investir, il faut connaître ses objectifs ii Certificats de placement

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

C est votre argent. Faites-le fructifier avec des placements

C est votre argent. Faites-le fructifier avec des placements C est votre argent Faites-le fructifier avec des placements C est votre argent Le CDSPI peut vous aider à le faire fructifier Vous investissez présentement dans vous-même en faisant des études en dentisterie,

Plus en détail

Aperçu des portefeuilles modèles de titres à revenu fixe ishares MD. Une judicieuse combinaison de FNB ishares

Aperçu des portefeuilles modèles de titres à revenu fixe ishares MD. Une judicieuse combinaison de FNB ishares Aperçu des portefeuilles modèles de titres à revenu fixe ishares MD Une judicieuse combinaison de FNB ishares 2 Notre but est simple : en tant que chef de file du secteur des titres à revenu fixe, nous

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Ron Hanson Chef des placements L un des principaux points à surveiller au cours des prochains mois sera la réaction

Plus en détail

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT 1. Le but premier de Golf Canada en ce qui concerne son portefeuille de placement (le «Portefeuille») est d aider Golf Canada à atteindre ses objectifs tels qu énoncés

Plus en détail

FIRST ASSET REIT INCOME FUND. Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013

FIRST ASSET REIT INCOME FUND. Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 FIRST ASSET REIT INCOME FUND Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 Fonds : First Asset REIT Income Fund Titres :, Période

Plus en détail

TOP 40 DES GESTIONNAIRES DE FONDS

TOP 40 DES GESTIONNAIRES DE FONDS TOP 40 DES GESTIONNAIRES DE FONDS Avantages vous présente son classement automnal des 40 plus importants gestionnaires de fonds de retraite au pays. VERS UNE NOUVELLE ÈRE? Après une année de rendements

Plus en détail

Prêt quand vous l êtes, quelle que soit votre situation

Prêt quand vous l êtes, quelle que soit votre situation Prêt quand vous l êtes, quelle que soit votre situation Fonds distincts Idéal Signature 2.0 La Standard Life au Canada fait maintenant partie de Manuvie www.manuvie.ca Table des matières 02 Faites d abord

Plus en détail

REER. commentaire. Investir pour l avenir Quelles sont les options qui peuvent vous faire passer au palier d épargne suivant? seulement.

REER. commentaire. Investir pour l avenir Quelles sont les options qui peuvent vous faire passer au palier d épargne suivant? seulement. Un bulletin pour les investisseurs de fonds distincts de la Canada-Vie Hiver 2014 commentaire Investir pour l avenir Quelles sont les options qui peuvent vous faire passer au palier d épargne suivant?

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Investir à long terme

Investir à long terme BMO Gestion mondiale d actifs Fonds d investissement Investir à long terme Conservez vos placements et réalisez vos objectifs Concentrez-vous sur l ENSEMBLE de la situation Le choix des bons placements

Plus en détail

FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE

FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE POLITIQUE : PLACEMENT La Fondation communautaire d Ottawa (FCO) est une fondation publique établie dans le but de subventionner un vaste éventail d activités

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre

Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Communiqué de presse TORONTO, le 2 novembre 2011 Intact Corporation financière annonce ses résultats du troisième trimestre Résultat opérationnel net par action de 0,97 $ attribuable aux résultats en assurance

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Zurich Invest Target Investment Fund

Zurich Invest Target Investment Fund Pour une constitution de patrimoine structurée et flexible Zurich Invest Target Investment Fund Le Target Investment Fund de Zurich Invest SA est une solution de placement flexible et intelligente vous

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES COMMENTAIRE Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES Dans le contexte d une diminution continue des taux d intérêt depuis le milieu des

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 214 Vol. 11.2 7 juillet 214 L enquête menée cet été fait encore ressortir des signes encourageants en ce qui concerne les perspectives

Plus en détail

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015 Association canadienne de la construction Mémoire prébudgétaire 2015 Synopsis L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises de construction non résidentielle au Canada.

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

PERSONNEL & CONFIDENTIEL Le 09 février, 2011

PERSONNEL & CONFIDENTIEL Le 09 février, 2011 1110 Finch Avenue West, Suite 210, Toronto, Ontario, Canada M3J 2T2 www.mineralfields.com TELEPHONE: (416) 665-9339 TELEFAX: (416) 665-9331 PERSONNEL & CONFIDENTIEL Le 09 février, 2011 Cher investisseur:

Plus en détail

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2009

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2009 Communiqué de presse TORONTO, le 17 février 2010 INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2009 Bénéfice net d exploitation par action en hausse de 30

Plus en détail

Conférence téléphonique du 1 er trimestre 2010

Conférence téléphonique du 1 er trimestre 2010 Conférence téléphonique du 1 er trimestre 2010 Réjean Robitaille, président et chef de la direction Michel C. Lauzon, chef de la direction financière Le 3 mars 2010 à 14 h 00 1-866-226-1792 ÉNONCÉS PRÉVISIONNELS

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Gestion de placement privée CI. Le guide du client sur la gestion d actifs de classe mondiale

Gestion de placement privée CI. Le guide du client sur la gestion d actifs de classe mondiale Gestion de placement privée CI Le guide du client sur la gestion d actifs de classe mondiale Un programme d investissement complet et sophistiqué, aussi unique que vous l êtes. Gestion de placement privée

Plus en détail

Point de la situation pour les obligations

Point de la situation pour les obligations Point de la situation pour les obligations Inform informations générales à l intention des investisseurs institutionnels 3 e trimestre 2005 Situation initiale : composantes du taux d intérêt d un emprunt

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU SECTEUR PRIVÉ EN PLEINE TRANSITION

LA COMPTABILITÉ DU SECTEUR PRIVÉ EN PLEINE TRANSITION Incidences du passage aux IFRS sur la comptabilité du secteur public PAR JIM KEATES, DIRECTEUR DE PROJETS, CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC, L INSTITUT CANADIEN DES COMPTABLES AGRÉÉS

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail