Deutsche Bank Research

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Deutsche Bank Research"

Transcription

1 Deutsche Bank Research Economics No. 73 MU Watch Epargne financière dans l Euroland : vers une convergence des habitudes de placement? A fin 1997, le patrimoine financier des ménages de l Euroland s élevait à un peu plus de 9 6 MdsEUR, soit 33 EUR par tête. Equivalente à plus de 17% du PIB de la zone euro, cette épargne se répartissait en moyenne à hauteur de 35% en espèces et dépôts bancaires, un peu plus de 2% en actions, 17% en contrats d assurance et fonds de pension, 12% en obligations et 9% en placements auprès des organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM). Cependant, les habitudes des épargnants restent très contrastées d un pays à l autre. Cette diversité tient tant aux évolutions différentes de l inflation, des taux d intérêt et des marchés financiers, qu aux caractéristiques propres aux systèmes de sécurité sociale (particulièrement en matière de retraite), à l imposition des produits de placement et à l offre de produits financiers. Notre modèle indique qu à fin 23, les actifs financiers des ménages européens auront progressé de plus de 5% pour atteindre 15 MdsEUR, soit 5 EUR par tête. Nous tablons par ailleurs sur une convergence des habitudes de placement dans la zone euro et sur un rapprochement des structures de portefeuille vers le modèle anglosaxon. Pour les marchés financiers, cette évolution se traduira par un afflux considérable de liquidités et une augmentation sensible de l investissement institutionnalisé qui devraient, notamment, profiter aux marchés actions (via des placements directs, mais aussi indirects au travers des OPCVM par exemple) dans un contexte de diminution progressive de l aversion au risque, manifestée par les épargnants. Bernhard Gräf, Svenja Nehls-Obégi, Date June 8, 1999 Editor: Ulrich Schröder Tel.: Technical Assistant: Tamara Kurz Tel.: Internet:

2 2 Economics

3 Epargne financière dans l Euroland : vers une convergence des habitudes de placement? La création du marché unique, l introduction de l euro et l avancée de la mondialisation représentent des transformations profondes pour les marchés financiers. Elles ont aussi une incidence sur les habitudes des ménages en matière d épargne et de placement. Ces habitudes, caractérisées jusqu ici par une culture propre à chaque pays, vont-elles maintenant s uniformiser à l intérieur de la zone euro, et la structure des patrimoines financiers va-t-elle se rapprocher du modèle anglosaxon? Nous répondons par l affirmative. En effet, depuis quelques années déjà, on observe une convergence progressive des tendances nationales en matière de placement et l avènement de la monnaie unique comme l harmonisation attendue de la fiscalité et des produits de placement vont probablement accélérer cette évolution. Par ailleurs, la réforme inéluctable des systèmes de retraite publics dans tous les pays de la zone euro va pousser les particuliers à s impliquer activement dans la préparation de leur retraite. Nous tablons donc sur une augmentation massive du recours aux véhicules d épargne institutionnels (OPCVM, assurance-vie et fonds de pension), qui aura très probablement un solide effet d entraînement sur les marchés financiers européens. La diminution progressive de l aversion au risque des épargnants bénéficiera en tout premier lieu aux marchés actions. La situation initiale Fin 1997, le patrimoine financier des ménages 1 de l Euroland s élevait à un peu plus de 9 6 MdsEUR, soit 975 MdsEUR de plus qu au Japon, mais bien moins qu aux Etats-Unis où les particuliers détenaient plus de 24 5 MdsEUR d actifs financiers. Les ménages d Allemagne, de France, d Italie et d Espagne (que nous appellerons les pays de l UEM-4 dans cette étude) concentrent plus de 8% de la richesse financière de la zone euro. 2 Toujours à fin 1997, cette richesse représentait plus de 17% du PIB de la zone euro, alors qu aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, les actifs financiers des particuliers dépassaient déjà 3% du PIB. La première explication de cet écart est la moindre générosité des systèmes de retraite publics des pays anglo-saxons, qui conduit les ménages à prendre davantage de dispositions personnelles pour assurer leur vieillesse (via l assurance-vie et, surtout, les fonds de pension). En effet, alors que les retraites publiques représentent un montant d environ 11% du PIB en Allemagne et en France, elles sont de l ordre de 4 à 4½% aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Comme le montre le graphique ci-contre, le montant du patrimoine financier des ménages est inversement proportionnel à la générosité de l Etat : plus les retraites sont élevées, moins les particuliers accumulent des actifs financiers. 1 Les séries de données disponibles sont perturbées par d importants problèmes de délimitation et de collecte concernant par exemple la définition d un ménage ou la différenciation entre particuliers et entreprises. Ces problèmes seront moindres lorsque les données s appuieront sur le Système Européen de Comptabilité (SEC 95), soit au plus tard en septembre 2. 2 L analyse qui suit, et surtout la ventilation des actifs par véhicule de placement, concernent essentiellement les pays de l UEM-4. Actifs financiers des ménages (Montant total en fin 1997) Mds EUR % du PIB Allemagne France Italie Espagne UME Autre UME Euroland Etats-Unis Royaume-Uni Japon Actifs financiers et pensions versées par l'etat 14 ALL ITA FRA 12 ESP FIN 8 AU POR 6 PB JPN 4 RU EU Patrimoine financier des particuliers en % du PIB Source: FMI Croissance des actifs financiers et du revenu disponible /1997 % p.a Actifs financiers dont actions Revenu disponible Source: OCDE, DBR Pensionss en % du PIB Economics 3

4 Une autre explication importante est la plus forte place accordée aux actions dans le portefeuille financier des ménages anglo-saxons et la vive progression des cours de bourse enregistrée ces dernières années (le Dow Jones a gagné 15% p.a. en moyenne dans les années 9 et progresse de près de 35% p.a. depuis 1995). Ainsi, ce portefeuille se compose à plus de 35% d actions mais seulement 2% pour les valeurs cotées aux Etats-Unis, tandis qu au Royaume-Uni, ces chiffres ressortent respectivement à 17½% et %. Cependant, la proportion dépasse 5% dans les deux pays si l on intègre les actions détenues indirectement via les fonds de pension et les OPCVM. Dans la zone euro en revanche, les actions détenues directement ne représentaient qu un peu plus de 2% de la richesse financière des ménages à fin 1997 et la part des placements indirects restait très basse. Ici également, les gains des marchés boursiers ont accéléré la croissance des actifs financiers totaux. Ainsi, entre 1992 et 1997, les actifs en actions ont progressé de 12% par an dans les pays de l UEM-4 plus d une fois et demie plus vite que la richesse financière totale et encore plus vite que la croissance du revenu disponible (environ 3¾% par an). Mesurée par tête d habitant, la richesse financière dans la zone euro atteignait 33 EUR à fin Ce chiffre était près de deux fois supérieur au Royaume-Uni (64 EUR), et près de trois fois aux Etats- Unis (92 EUR). La situation est aussi très contrastée à l intérieur de la zone euro : les actifs financiers avoisinaient 41 5 EUR en France, étaient proches de la moyenne européenne en Allemagne et ne dépassaient pas 17 5 EUR en Espagne. Les structures de portefeuille restent très différentes d un pays à l autre de l Euroland Fin 1997, les ménages de l UEM-4 détenaient en moyenne un peu plus d un tiers de leurs actifs financiers en espèces et dépôts bancaires, un peu plus de 2% en actions, 17% en contrats d assurance et fonds de pension, 12% en obligations et 9% en OPCVM (cf. tableau 1 en annexe). Cependant, le comportement des ménages, et donc la structure de leurs actifs, varie considérablement d un pays à l autre. Cette diversité tient en partie à l évolution différente de l inflation, des taux d intérêt et des marchés financiers, mais aussi aux particularités nationales des systèmes de retraite, de la fiscalité sur les plus-values et de la palette de produits financiers offerte. La plupart des pays de l Euroland présentent une caractéristique commune, à savoir une préférence marquée des épargnants pour la liquidité, ou pour l exprimer négativement, une nette aversion pour le risque. En effet, à fin 1997, les ménages des pays de l UEM-4 détenaient en moyenne plus de 35% de leurs actifs financiers en espèces et dépôts bancaires c est-à-dire en instruments très liquides sans risque de variation des cours, la fourchette allant d un peu plus de 3% en Italie à près de 45% en Espagne. Au Japon, la part de ce type d actifs atteignait presque 6%. Le comportement des épargnants était en revanche très différent dans les pays anglo-saxons, puisque ces placements sans risque représentaient moins de 22% au Royaume-Uni et seulement 14% aux Etats-Unis. Il faut cependant noter que le poids relatif des actifs liquides et sans risque régresse depuis quelques années dans tous les pays de l UEM- 4 et que les écarts se resserrent progressivement. Dans les pays du sud notamment, les ménages ont ajusté la structure de leur portefeuille financier aux transformations radicales de la courbe des rendements et de l environnement des marchés financiers. Face à la forte baisse Euroland UME-4 ESP ITA FRA ALL JPN RU EU Actifs financiers par tête EUR, fin UME-4: Actifs financiers des ménages (Fin 1997: 7933 Mds EUR) Assurance/ fonds de pension 16.9% OPCVM 9.4% Actions 2.7% Autres créances 5.5% Espèces, dépôts à vue 9.7% Autres dépôts 26.1% Obligations 11.8% Structure du patrimoine financier, fin 1997 % 8% 6% 4% 2% % ALL FRA ITA ESP Autres créances Assurance, fonds de pension OPCVM Actions Obligations Espèces, dépôts 4 Economics

5 des taux d intérêt et de l inflation, le comportement des particuliers des pays du sud s est rapproché de celui observé en Allemagne ou en France. Ainsi, alors qu au début des années 9, les espèces et dépôts bancaires concentraient 64% de l épargne des ménages espagnols, ils n en drainaient plus que 45% à fin 1997, soit à peine plus qu en Allemagne (41%). Outre la forte proportion des actifs sans risque et liquides, les autres formes de placement témoignent elles aussi du peu de goût des particuliers européens pour le risque. Les obligations (détenues directement et indirectement via les OPCVM et l assurance-vie) tiennent une place dominante, tandis que les placements directs et indirects en actions restent assez modestes. Ce tableau doit néanmoins être nuancé en fonction du pays. Ainsi, les placements obligataires directs jouent un rôle significatif en Allemagne (plus de 14% du total des actifs financiers à fin 1997) et surtout en Italie (22%). Ils sont en revanche secondaires (moins de 3%) en France où depuis quelques années, l assurance-vie absorbe une part considérable des placements obligataires indirects. Du fait d une fiscalité très avantageuse, la France se situe au premier rang européen par les actifs placés dans la catégorie assurance et fonds de pension (près de 22%), mais les fonds de pension y drainent encore très peu d épargne, tout comme dans la plupart des autres pays de la zone euro. Les actions forment une part importante de la richesse financière des ménages français puisque les actions détenues directement représentent plus de 32% de leurs actifs financiers, contre à peine plus de 8% en Allemagne. Il faut noter cependant que les titres cotés n en représentent pas tout à fait un quart et que la forte proportion d actions est donc davantage révélatrice de la structure et du financement des entreprises françaises que d une forte prise de risque des épargnants. UME-4: Structure du patrimoine financier Fin 1997 Fin 23 Autres créances Assurance, fonds de pension OPCVM Actions Obligations Espèces, dépôts % 8% 6% 4% 2% % Augmentation significative des actifs financiers Selon nos estimations, la richesse financière des particuliers de l Euroland devrait augmenter de plus de 5% d ici fin 23 pour dépasser plus de 15 EUR. De 33 EUR en moyenne à fin 1997, les actifs par tête dépasseraient ainsi 5 EUR. Notre modèle s appuie sur une hypothèse de progression du revenu disponible à peu près égale à la moyenne observée sur les cinq dernières années (+3.5 par an), de taux d épargne constants et d une modeste hausse des taux d intérêt. Nous retenons par ailleurs une appréciation modérée des cours de bourse (+6% par an). Nos prévisions sont particulièrement vulnérables à l évolution des places boursières. Ainsi, dans l hypothèse d une hausse plus de deux fois supérieure à celle de notre scénario de base (15% par an), les actifs financiers de l Euroland toutes choses égales par ailleurs dépasseraient 16 5 MdsEUR en 23 et la part des actions dans le portefeuille total atteindrait au moins 34%, tandis que dans notre scénario central, elle passerait d un peu moins de 21% à fin 1997 à 26.5% en et ajustements aux structures «anglo-saxonnes» Nous tablons d autre part sur une convergence progressive des habitudes d épargne et de placement au sein de la zone euro. En outre, les écarts observés entre la structure des actifs aux Etats-Unis ou au Economics 5

6 Royaume-Uni et dans l Euroland vont vraisemblablement s atténuer. Cet ajustement aux structures anglo-saxonnes devrait se manifester par : 1. une augmentation des placements à plus long terme ; 2. une moindre aversion au risque ; 3. une préférence plus marquée pour les placements indirects en produits de marchés financiers. Montée en puissance des placements institutionnalisés Au Royaume-Uni comme aux Etats-Unis, les placements directs en actions et obligations ont reculé depuis 1996 au profit des placements institutionnalisés. Dans la zone euro de la même manière, les OPCVM, l assurance et les fonds de pension devraient tout particulièrement bénéficier d importants afflux nets de capitaux dans les années à venir, de sorte que le poids des parts d OPCVM dans le total des actifs financiers devrait croître de quelque 2.5 points à 12%, et celui de l assurance et des fonds de pension de 2 points pour atteindre 18.5%. Comparativement au placement direct, le placement indirect en actions et obligations offre l avantage d une diversification des risques bien plus aisée et de coûts de transaction plus bas. Les investisseurs institutionnels auront plus de facilités pour exploiter les possibilités d investissement élargies de la monnaie unique, tandis que les particuliers devront s informer davantage, ce qui entraîne des coûts supplémentaires. C est une raison de la montée en puissance attendue des formes d investissement institutionnalisé (OPCVM, assurance-vie et fonds de pension). Ces derniers devraient eux aussi bénéficier des indispensables réformes des systèmes publics de sécurité sociale et plus particulièrement des systèmes de retraite, qui devraient aller dans le sens d un désengagement de l Etat. Les nouveaux placements et le rééquilibrage des portefeuilles des ménages devraient se faire aux dépens des placements liquides (comme les espèces et les dépôts bancaires). Pour les marchés financiers, ces évolutions ont deux implications : 1. L augmentation des placements financiers des ménages attendu dans les années qui viennent et une préférence plus grande pour les investissements à plus long terme vont générer un considérable afflux de liquidités. La croissance de l épargne institutionnalisée qui, dans l Euroland, a été jusqu ici dominée par les OPCVM et les compagnies d assurance, va probablement se poursuivre à un rythme soutenu. Ces établissements vont sans doute mettre en place des structures de type «fonds de pension» et enrichir leur offre de produits d épargne-retraite. 2. Les épargnants se montreront sans doute moins adverse au risque, du fait notamment de taux d intérêt historiquement bas et de la nécessité de préparer plus activement leur retraite, qui peut imposer un horizon de placement à très long terme. Ce changement d attitude devrait bénéficier aux marchés actions (au travers de placements directs, mais aussi tout particulièrement de placements indirects comme à travers des parts d OPCVM). L augmentation du patrimoine des ménages placé sur les marchés financiers et surtout de la proportion d actions renforceront l influence de ces marchés sur la croissance de la richesse financière dans la zone euro. Ce gain d influence recèle des opportunités (par exemple le développement d une culture d actions, une augmentation potentiellement beaucoup plus conséquente des actifs financiers, le renforcement des Etats Unis: Flux d acquisitions nettes d actifs financiers Assurance, fonds de pension Obligations (investissements directs) Actions (investissements directs) OPCVM Economics

7 marchés actions et donc de la structure financière des sociétés européennes), mais aussi des risques. En effet, les fluctuations ou tassements des marchés financiers pourraient, via un effet de richesse, avoir une incidence beaucoup plus forte sur la consommation et sur l épargne des ménages et donc un impact beaucoup plus sensible sur l économie réelle des pays de l UEM. Panorama détaillé des tendances à long terme 1. Espèces et dépôts bancaires : mutation sensible depuis quelques années Dans les pays de l UEM-4, la part des espèces et dépôts bancaires placements liquides à court terme et sans risque dans les actifs financiers des ménages, qui était légèrement inférieure à 45% au début des années 9, a été ramenée à 36% à fin C est en Espagne et en Italie qu ont été effectués les rééquilibrages les plus conséquents : en Espagne, leur part a reculé de 19.5 points entre 1991 et 1997 à 45% du total, tandis qu en Italie, elle a chuté de plus de 18 points à 3%. La baisse des taux à court terme induite par le mouvement de convergence engagé avant la mise en place de l Union monétaire et l altération de la forme des courbes de rendement ont sensiblement réduit l attrait des dépôts à court terme et des investissements sur le marché monétaire. En Italie, la forte décélération de l inflation et l alourdissement du prélèvement à la source sur les certificats de dépôt ont eux aussi contribué au report sur des placements avec un horizon d investissements plus long, tout comme le changement de stratégie de gestion de la dette opéré par l Etat italien (allongement de la durée moyenne des emprunts obligataires). Les ménages italiens ont dénoué d importantes positions sur le marché monétaire, notamment en 1996 et De même, en France et en Allemagne, l engouement des particuliers pour les placements liquides à court terme a diminué entre 1991 et 1997, mais dans une moindre mesure leur poids relatif n a reculé que de 2.5 points en France et d un peu plus de 6 points en Allemagne. Mais les différentes formes de placement ont connu une évolution différente. En Allemagne, les dépôts à terme se sont tassés probablement suite au recul marqué des taux d intérêt alors que les dépôts à préavis légal de trois mois sont restés très prisés des ménages, leur poids dans les actifs financiers restant pratiquement inchangé à un peu plus de 2%. En France, l épargne réglementée a même gagné 2 points à 2% en raison d une rémunération attrayante et de l exonération d impôt dont elle bénéficie, mais sa position dominante diminue déjà dans les placements nouveaux. La baisse des intérêts servis sur le Livret A décidée en mars 1996 (de 4,5% à 3,5%) a déclenché d importants désinvestissements. Nouvelles tendances baissières en vue Le recul des placements liquides devrait se poursuivre dans les années à venir. Dans les pays du sud de l UEM notamment, les épargnants continueront probablement à reporter leurs actifs sur des instruments à plus long terme. En France, l épargne réglementée fera vraisemblablement l objet de nouvelles réformes et les taux administrés sur certains livrets et plans d épargne sont appelés à baisser. Cette diminution accompagnée d un quasi-épuisement des exonérations fiscales de la part des ménages sur la plupart des livrets d épargne Italie: actifs financiers liquides, inflation et taux d'intéret 6 Actifs financiers 5 liquides*, % (gauche) Taux à 3M, % (droite) Inflation, % an/an (droite) * Espèces, dépôts à vue et autres dépôts UEM: actifs liquides* en % des actifs financiers Italie UME-4 France Allemagne * Espèces, dépôts à vue et autres dépôts Espagne Economics 7

8 défiscalisés vont très probablement réduire l attrait de ces formes de placements. C est ce que suggèrent d ailleurs de récentes enquêtes de la Banque de France sur le comportement des épargnants. Notre modèle indique que, les espèces et dépôts bancaires ne représenteront sans doute pas plus de 27% du patrimoine financier des ménages à fin 23 dans les pays de l UEM-4. Ce chiffre se rapproche des taux observés au Royaume-Uni et aux Etats-Unis tout en restant sensiblement supérieur. Ce type de placement devrait encore drainer pendant un certain temps une part significative des actifs financiers des particuliers de la zone euro. En effet, une fiscalité avantageuse proposée par quelques certains pays, une rémunération attrayante de certains dépôts d épargne (notamment en France et en Belgique) et un faible coût d opportunité pour les avoirs très liquides au regard du bas niveau des taux d intérêt laissent à penser que la diminution de la part des actifs liquides ne sera pas plus prononcée que dans notre hypothèse centrale. Par ailleurs, la part plus conséquente des actifs financiers à plus long terme et une gestion de portefeuille plus active pourraient freiner en proportion le recul de la part des actifs liquides. Ainsi avec des placements liquides dans le portefeuille (sous forme de dépôts par exemple), le risque de devoir dénouer des positions en cas de baisse du marché est moindre. Ainsi, l an dernier en France, les dépôts à vue et les OPCVM monétaires ont augmenté perceptiblement malgré la faiblesse des taux à court terme. Le comportement des ménages japonais en apporte un autre exemple. Dans un contexte de taux bas et de performances boursières très décevantes, les Japonais concentrent une très forte proportion de leur épargne en actifs liquides près de 6% du patrimoine financier depuis plusieurs années. Actifs liquides* en % des actifs financiers UME-4 Japon Royaume-Uni Etats-Unis * Espèces, dépôts à vue et autres dépôts Obligations : statu quo De 1992 à 1997, le montant total des obligations détenues directement par les particuliers des pays de l UEM-4 a fortement augmenté, passant de 617 MdsEUR à 933 MdsEUR. Cependant, en pourcentage du patrimoine financier, ces actifs n ont enregistré qu une progression marginale, de 11,3% à 11,8%. Après un pic de près de 13% en 1995, ils affichent même depuis quelques années un modeste recul qui devrait se poursuivre, pour ne représenter que 11% à fin 23. Une tendance similaire est à l œuvre aux Etats-Unis et au Royaume- Uni où les ménages sont vendeurs nets d obligations depuis A fin 1997, la part de ces titres dans leurs actifs financiers n atteignait plus que 6,6% aux Etats-Unis (9,6% à fin 1992) et seulement,9% au Royaume-Uni (4%). Cette évolution tient probablement au bas niveau des rendements à long terme et, plus encore, à une préférence croissante pour les placements indirects que ce soit en obligations ou en actions via les OPCVM, les fonds de pension ou l assurancevie. En effet, il est plus facile de répartir les risques en investissant dans des fonds ou dans l assurance. D autre part, les coûts de transaction sont généralement plus bas que ceux liés au placement direct, surtout dans le cadre d une gestion de portefeuille active. Cependant si l UEM offre une palette élargie de choix offerts aux particuliers, ceux-ci auront plus de difficulté à se tenir informés et à prendre des décisions d investissement. Nous pensons qu ils continueront dans ce contexte à préférer davantage les placements indirects. Obligations ALL FRA ITA ESP UME-4 RU JPN EU En % des actifs financiers, Economics

9 Pondération obligataire plus forte en Italie... La part des obligations dans les actifs financiers des ménages varie considérablement d un pays à l autre de l Euroland. Parmi les pays de l UEM-4, c est en Italie qu elle est la plus forte à fin En fait, elle a fortement progressé, de 16,8% à fin 1992 à près de 23% (fin 1996), avant de se tasser légèrement. Ces dernières années, les ménages italiens ont quelque peu modifié leurs comportement au regard des placements obligataires : d une part, ils investissent moins en obligations émises par l Etat italien depuis 1993 ils étaient même vendeurs nets en 1997 ; d autre part, ils placent davantage dans d autres obligations italiennes (particulièrement les obligations bancaires) et étrangères à la suite de la hausse du prélèvement à la source sur les intérêts des certificats de dépôt à plus long terme. En Allemagne, les obligations drainent 14-15% des actifs financiers des particuliers depuis quelques années. La faiblesse de l inflation et le système de gestion de la dette de l Etat (les épargnants peuvent par exemple détenir gratuitement des obligations émises par l Etat allemand auprès de la Bundeschuldenverwaltung) ont œuvré en faveur du marché obligataire. En outre, les placements à taux fixe ont sans nul doute été encouragés par le développement et la profondeur du marché des Pfandbriefe.... basse en France Allemagne: Obligations En % des actifs financiers En France, l Etat a longtemps ciblé la gestion de sa dette sur les investisseurs institutionnels, ce qui n a pas contribué à populariser les placements obligataires parmi les ménages. A cet égard, le «Grand Emprunt» émis en 1993, conçu tout particulièrement pour les particuliers, fait figure d exception. De fait, après son remboursement à l été 1997, la part des obligations dans les actifs financiers des ménages français est tombée à un niveau historiquement bas de 2,7%. L émission des OAT particuliers n a pas interrompu la tendance baissière, en raison de commissions élevées, équivalentes à 2% du prix de vente, qui les accompagnent. En fait, les ménages français ont préféré très tôt effectuer des investissements indirectement en achetant des parts d OPCVM (dont le succès précoce tient en partie aux avantages fiscaux) et de l assurance-vie (les assureurs ont investi de leurs côtés une part importante des primes encaissées environ 8% sur le marché obligataire). En Espagne, les obligations tenaient une part encore plus modeste qu en France (2%) à fin Plusieurs explications peuvent être avancées: d une part, le faible développement du marché obligataire jusqu aux années 9, et d autre part, la préférence manifeste des particuliers pour le placement indirect, surtout via les OPCVM. 3. Investissement direct en actions : un attrait croissant Fin 1997, le portefeuille financier des ménages des pays de l UEM-4 comptait près de 21% d actions détenues directement, c est-à-dire hors OPCVM (environ 17% au début des années 9). Ce chiffre restait cependant très inférieur à celui des Etats-Unis (35%) et une part importante de l augmentation était due aux performances boursières très favorables (comme aux Etats-Unis), surtout dans les dernières années. Après un repli en-dessous de 15% en 1995, la part des actions détenues directement est remontée à près de 21% fin En 1996 et 1997, les nouveaux placements en actions ont eux aussi enregistré France: Obligations En % des actifs financiers Economics 9

10 une augmentation sensible, sans doute encouragés par l important volume des privatisations dans la zone euro, en multipliant le nombre de petits porteurs. Les actions sont appelées à revêtir un attrait croissant dans les années qui viennent mais nous pensons que comme pour les obligations, les ménages manifesteront une certaine préférence pour les placements indirects. Les placements directs en actions devraient néanmoins progresser et atteindre un peu moins de 27% dans les pays de l UEM- 4 à fin 23. Notons que l ampleur de cette augmentation dépendra beaucoup de l évolution du marché boursier. Nos prévisions s appuient sur une hypothèse prudente d appréciation de 6% annuelle sur la période. Toutes choses égales par ailleurs, une hausse annuelle de % porterait le chiffre à près de 3%, tandis que des gains annuels de 15% le hisseraient à 34%. Pondération des actions plus forte en France Parmi les pays de l UEM-4, c est en France que la part des actions dans le total des actifs financiers est la plus forte, à 32%. Il faut néanmoins replacer ce chiffre dans son contexte, car l essentiel de ces actifs concerne des titres de sociétés détenues par des familles et de petites sociétés non cotées. La situation est comparable dans d autres pays de l UEM-4 comme l Italie et aussi aux Etats-Unis où les actions non cotées comptent pour plus de 4% des placements directs en actions. La part importante des actions en France est donc plus révélatrice de participations croisées et de structures de financement particulières aux sociétés françaises que du goût du risque des épargnants français. A fin 1997, les actions cotées ne représentaient que 5% des actifs financiers des particuliers, mais elles sont, à notre avis, appelées à devenir plus attrayantes. Notons toutefois que l expérience du plan d épargne en actions (PEA), orientée sur une durée de placement minimal de cinq ans et exonéré d impôt, indique jusqu ici que les OPCVM absorbent une forte proportion des placements en actions. Ainsi, à fin 1998, la valeur boursière des PEA s élevait à 56 MdsEUR, dont près de 55% en OPCVM actions. Selon nos prévisions, les placements directs en actions concentreront plus de 38% des actifs financiers des ménages français à la fin 23. L Italie se classe au deuxième rang des pays analysés dans ce document, avec un taux un peu supérieur à 25%, où comme en France, les actions non cotées sont prépondérantes. Il n en reste pas moins que les privatisations et les bonnes performances du marché actions italien depuis 1996 ont conduit à une augmentation des placements en actions cotées et ont incité les particuliers italiens à prendre davantage de risques. Depuis quelques années, les placements en actions représentent généralement plus de % de l acquisition nette d actifs financiers, à l exception de 1996, caractérisée par un retrait net de fonds sur le marché actions (sans doute en réaction à la baisse des cours enregistrée sur les deux années précédentes). A fin 23, la part des actions en Italie pourrait dépasser 35%, légèrement inférieure à celle de la France. En Allemagne, après être restée proche de 5.5% pendant plusieurs années, la part des placements directs en actions dans le portefeuille financier des particuliers a augmenté de 3 points entre 1995 et fin 1997 pour atteindre 8,3%. En dépit de cette augmentation, elle reste assez faible comparativement à d autres pays et n augmentera sans doute que modérément dans les années à venir en raison, notamment, d un resserrement de la réglementation fiscale (désormais, les plus-values ne sont exonérées d impôt que si les actions ont été conservées ALL FRA ITA ESP UME-4 RU JPN EU Investissements directs en actions En % des actifs financiers, Investissements directs en actions En % des actifs financiers UME-4 ESP ITA FRA ALL Economics

11 12 mois, contre 6 mois précédemment). Le poids des actions devrait donc rester plus faible en Allemagne que dans les autres pays de l UEM- 4 et, atteindre 12.5% à fin 23. Au Royaume-Uni, et à l opposé d un lieu commun a priori, le patrimoine financier des particuliers n accorde pas une place exceptionnellement élevée aux participations directes (17.5% fin 1997) et près de 4% des actions ne sont pas cotées. L appréciation du marché boursier et la conversion des «building societies» ont été à l origine de l augmentation observée en Traditionnellement les ménages britanniques investissent surtout indirectement en actions, à travers d important volumes détenus auprès des fonds de pension. 4. OPCVM : essor continu En moyenne, les parts d OPCVM représentent près de % du patrimoine financier des ménages des pays de l UEM-4, soit près de 3 points de plus qu en La situation est assez contrastée d un pays à l autre, avec une fourchette de 7.5% à 2.5%, mais la tendance est fortement haussière partout. Dans les pays du sud notamment, les OPCVM connaissent une très forte expansion depuis fin 1995, et profitent largement des arbitrages opérés par les épargnants. Ainsi, en Italie, le poids des OPCVM dans les actifs financiers des ménages a plus que doublé entre 1995 et 1997, tiré par le montant très élevé des nouveaux placements et, ici comme ailleurs, par les excellentes performances du marché financier. Sur les quatre pays, c est l Espagne qui se situe au premier rang (2.5%) ; entre 199 et 1997, la part des OPCVM a été quasiment multipliée par quatre et en 1996 et 1997, les achats de parts d OPCVM ont concentré plus de 8% de l acquisition nette d actifs financiers. En Allemagne, l afflux net de capitaux vers les OPCVM a connu une nouvelle accélération depuis 1997, due avant tout à une vive hausse des achats de parts de fonds d investissement en actions. Les autres pays de la zone euro comme le Portugal et la Belgique ont eux aussi enregistré d importants afflux nets de fonds. La situation est différente en France, où les OPCVM ont souffert des nouvelles mesures fiscales et de la concurrence de l épargne réglementée. Après avoir vivement augmenté depuis 1983 et atteint un pic de plus de 15% des actifs financiers des ménages en 1994, cette progression s est depuis ralentie. Les données disponibles pour 1998 suggèrent qu en France également, la tendance est de nouveau positive, c est-à-dire que les flux nets de capitaux vers les OPCVM sont en sensible augmentation. A fin septembre 1998, le poids des fonds investis en actions dans l activité totale des OPCVM restait toujours plus faible dans la zone euro (22%) qu au Royaume-Uni (plus de 8%) et aux Etats-Unis (plus de 5%). La part de marché des fonds en actions et des fonds mixtes (qui investissent habituellement davantage en actions) est en nette progression. Dans les prochaines années, les OPCVM devraient continuer de bénéficier des deux avantages qu ils offrent aux particuliers grande facilité de répartition, et donc de diminution, des risques, et coûts bien inférieurs à ceux des transactions directes pour constituer environ 12% du patrimoine financier des ménages à fin 23. OPCVM 25 En % des actifs financiers ALL FRA ITA ESP UME-4 OPCVM 25 En % des actifs financiers 2 Espagne 15 Italie Espagne: Flux d acquisitions nettes d actifs financiers Mds EUR Total dont OPCVM Economics 11

12 5. Assurance-vie et fonds de pension : potentiel considérable L assurance-vie et les fonds de pension sont le troisième instrument de placement des ménages des pays de l UEM-4 (près de 17% de l actif financier total) derrière les dépôts d épargne et les actions. Il est clair que l assurance-vie est prépondérante car dans la zone euro, les fonds de pension ne jouent aujourd hui un rôle significatif qu aux Pays- Bas et en Irlande. Cependant, les récentes réformes intervenues en Italie et en Espagne devraient favoriser leur développement dans ces pays. Le niveau des actifs détenus en assurance-vie dans les différents pays est bien sûr lié aux avantages fiscaux (en France et en Allemagne par exemple), mais il reflète avant tout la politique de l Etat en matière de retraite. Ainsi, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, où les systèmes publics de retraite sont moins généreux qu en Europe continentale, les contrats d assurance et les fonds de pension concentrent à eux deux respectivement 53% et 3% du patrimoine financier des ménages à fin 1997 (soit plus de 16% et près de % du PIB). Les chiffres correspondants dans la zone euro sont très inférieurs : seulement 18.7% en Allemagne, par exemple, et 21.6% en France (soit 28% et 42% du PIB). Au vu des avantages offerts par les régimes de retraite publics, ces différences n étonnent guère. Une étude du FMI montre en effet que la retraite moyenne versée par l Etat représente entre 5 et 6% du salaire brut moyen en Allemagne et en France, mais moins de 4% aux Etats-Unis et moins de 2% au Royaume-Uni. Les ménages britanniques et américains se sont donc tournés très tôt vers l assurance-vie et les fonds de pension pour compléter leurs futurs revenus. Les pays de la zone Euro devraient connaître une évolution comparable car les systèmes publics de retraite de nombreux pays rencontrent des difficultés d équilibré financier et doivent être réformés pour laisser sans doute plus de place à l initiative personnelle. Le développement progressif de nouveaux produits d épargne-retraite par les OPCVM, les compagnies d assurance et les fonds de pension devrait peu à peu augmenter la part des actions détenues indirectement par les ménages de la zone euro. Contrairement aux fonds de pensions aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, une part importante des réserves des compagnies d assurance est investie en obligations (en raison notamment de la forte proportion de contrats à rendement garanti). On observe néanmoins une augmentation du poids des actions due, entre autres, à la forte croissance des contrats d assurance-vie en unités de compte. Niveau des retraites des systèmes publics Pension moyenne versée en % du salaire brut ALL FRA ITA EU RU JPN Source: FMI, DBR Assurances & fonds de pension France Développement encouragé par la fiscalité en France Parmi les pays de l UEM-4, c est en France que l assurance-vie et les fonds de pension pèsent le plus lourd dans le patrimoine financier des ménages à fin 1997 (21.6%). C est également dans ce secteur que leur croissance en valeur absolue a été la plus forte dans les années 9 17% par an de 1991 à 1997 aidée sans aucun doute par les généreuses incitations fiscales offertes jusqu ici. Leur part relative a quant à elle gagné plus de 8.5% sur cette période. Près de la moitié des ménages ont un contrat d assurance-vie. En 1997, les placements d assurancevie représentent à peu près deux tiers de leurs acquisitions nettes d actifs financiers. L excellente pénétration de l assurance et la réduction des avantages fiscaux (un prélèvement à la source de 7,5% a été Allemagne En % des actifs financiers Economics

13 introduit, les nouveaux contrats ne sont plus totalement exonérées de droits de succession à la sortie) vont sans doute freiner cette croissance dans les années à venir. Le secteur de l assurance et les fonds de pension devraient toutefois absorber près de 25% des actifs financiers des ménages français à fin 23. L Allemagne se classait au deuxième rang des pays de l UEM-4 à fin 1997 (18¾%) mais la progression a été à peine supérieure à 1% depuis le début des années 9. Il faut cependant noter qu en 1997, l assurance représentait environ un tiers de l acquisition nette d actifs financiers, contre 2% en En Italie, sa part relative a progressé un peu plus vite (2 points à.5% du patrimoine financier total des ménages), tandis qu en Espagne, elle a augmenté de 4 points sur la même période pour atteindre 13%. A fin 1997, le poids de l assurancevie (qui représente environ la moitié des montants drainés par l assurance, toutes catégories confondues) était de 6,4% plus de deux fois et demie le niveau de 199, tandis que celui des fonds de pension est passé de,9% à 3,3% sur la même période. Du fait d une caractéristique propre au système italien, environ la moitié des actifs des particuliers placés en assurance et en fonds de pension (soit approximativement 5% des actifs financiers des ménages) se compose d indemnités financées par l employeur ouvrant droit au versement d un capital au départ en retraite ou de la société (TFR trattamento di fine rapporto). La réforme du système de retraite professionnelle prévoit l intégration à moyen terme de ces indemnités dans les fonds de pension. L assurance a concentré un peu plus d un quart des fonds épargnés par les ménages italiens en L assurancevie offre l attrait d avantages fiscaux (par exemple, les primes sont déductibles des impôts ; les sorties de contrat après ans sont peu taxées), mais les fréquentes modifications de la fiscalité ont freiné son développement. Sa pénétration est faible seulement 4% du patrimoine financier total des particuliers, mais le corollaire est qu elle offre un potentiel élevé. Bernhard Gräf, Svenja Nehls-Obégi, Economics 13

14 Tableau 1: Actifs financiers des ménages de l'uem-4 UME-4 Montant total en fin d'année, en MdsEUR Espèces, dépôts à vue Autres dépôts 1,661 1,768 1,889 1,933 2,94 2,5 2,7 2,449 Obligations ,373 Actions ,8 1, ,265 1,639 3,276 OPCVM ,48 Assurance, fonds de pension ,52 1,192 1,343 2,32 Autres créances Total 5,3 5,458 6,37 6,21 6,556 7,175 7,933 12,343 UME-4 Répartition (% du total) Espèces, dépôts à vue Autres dépôts Obligations Actions OPCVM Assurance, fonds de pension Autres créances Total 14 Economics

15 Tableau 2: Actifs financiers des ménages des pays de l'uem-4 Allemagne Fin 1997 Parts 1992/97 Fin 23 Parts 1998/3 Mds DEM en % % p.a. Mds DEM en % % p.a. Espèces, dépôts à vue Autres dépôts 1, , Obligations , Actions , OPCVM , Assurance, fonds de pension 1, , Autres créances Total 5, , France Fin 1997 Parts 1992/97 Fin 23 Parts 1998/3 Mds FRF en % % p.a. Mds FRF en % % p.a. Espèces, dépôts à vue 1, , Autres dépôts* 3, , Obligations Actions 5, , OPCVM 1, , Assurance, fonds de pension 3, , Autres créances Total 15, , *) y.c. actifs du marché monétaire Italie Fin 1997 Parts 1992/97 Fin 23 Parts 1998/3 Mds ITL en % % p.a. MdsITL en % % p.a. Espèces, dépôts à vue Autres dépôts* Obligations , Actions 1, , OPCVM Assurance, fonds de pension Autres créances Total 4, , *) y.c. actifs du marché monétaire Espagne Fin 1997 Parts 1992/97 Fin 23 Parts 1998/3 Mds ESP en % % p.a. Mds ESP en % % p.a. Espèces, dépôts à vue 14, , Autres dépôts* 36, , Obligations 2, , Actions 16, , OPCVM 23, , Assurance, fonds de pension 14, , Autres créances 6, , Total 113, , *) y.c. actifs du marché monétaire Economics 15

16 Tableau 3: Pour comparaison Royaume-Uni Fin 1997 Parts 1992/97 Mds GBP en % % p.a. Espèces, dépôts à vue Autres dépôts* Obligations Actions OPCVM Assurance, fonds de pension Autres créances Total *) y.c. actifs du marché monétaire Etats-Unis Fin 1997 Parts 1992/97 Mds USD en % % p.a. Espèces, dépôts à vue Autres dépôts* 3, Obligations 1, Actions 9, OPCVM 2, Assurance, fonds de pension 8, Autres créances 1, Total 27,2 8.5 *) y.c. actifs du marché monétaire Japon Fin 1997 Parts 1992/97 Mds JPY en % % p.a. Espèces, dépôts à vue Autres dépôts Obligations Actions OPCVM Assurance, fonds de pension Autres créances Total 1, Publisher: Deutsche Bank AG, DB Research, D-6272 Frankfurt am Main, Federal Republic of Germany, editor and publisher, all rights reserved. When quoting please cite Deutsche Bank Research. The information contained in this publication is derived from carefully selected public sources we believe are reasonable. We do not guarantee its accuracy or completeness, and nothing in this report shall be construed to be a representation of such a guarantee. Any opinions expressed reflect the current judgement of the author, and do not necessarily reflect the opinion of Deutsche Bank AG or any of its subsidiaries and affiliates. The opinions presented are subject to change without notice. Neither Deutsche Bank AG nor its subsidiaries/affiliates accept any responsibility for liabilities arising from use of this document or its contents. Deutsche Bank Securities Inc. has accepted responsibility for the distribution of this report in the United States under applicable requirements. Deutsche Bank AG London and Morgan Grenfell & Co., Limited, both being regulated by the Securities and Futures Authority, have respectively, as designated, accepted responsibility for the distribution of this report in the United Kingdom under applicable requirements. Printed by: HST Offsetdruck GmbH, Dieburg. 16 Economics

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Olivier GARNIER David THESMAR 2 juin 2009 Le champ du rapport Point de vue des ménages-épargnants, plutôt que celui du financement de l économie

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2014 DYNAMISME CONFIRME MALGRE LA FAIBLESSE CHRONIQUE DE L EPARGNE LONGUE EN ACTIONS 1 En France, les encours globaux sous gestion (mandats et OPC)

Plus en détail

Document de recherche n 1 (GP, EF)

Document de recherche n 1 (GP, EF) Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 1 (GP, EF) Taxation de l épargne monétaire en France : une fiscalité potentiellement confiscatoire Professeur Didier

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation.

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation. Présentation Optimiser la gestion d un portefeuille obligataire Dans un contexte de rendements historiquement bas, RMG propose une stratégie de gestion de portefeuilles obligataires permettant d améliorer

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

Un choix fiscalement avantageux

Un choix fiscalement avantageux LES SOLUTIONS CATÉGORIES DE SOCIÉTÉ RUSSELL Un choix fiscalement avantageux Nos solutions catégories de société offrent des occasions de placement fiscalement avantageuses pour que vous ayez plus d argent

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

Inflation + 2020. Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur

Inflation + 2020. Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur Inflation + 2020 Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur L investisseur supporte le risque de crédit de l émetteur, Crédit Agricole CIB Un horizon de placement

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

Floored Floater. Cette solution de produit lui offre les avantages suivants:

Floored Floater. Cette solution de produit lui offre les avantages suivants: sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «Sony» sur le taux d intérêt EURIBOR EUR à trois mois avec emprunt de référence «Sony» Dans l environnement actuel caractérisé par

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Les placements des organismes d assurance à fin 2012

Les placements des organismes d assurance à fin 2012 Les placements des organismes d assurance à fin 212 Gaël HAUTON Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution Direction des Études Omar BIROUK et Alain Nicolas BOULOUX Direction

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

Livret d epargne SaLariaLe

Livret d epargne SaLariaLe Livret d Epargne Salariale Chère collaboratrice, Cher collaborateur, En tant que salarié(e) de PAGE PERSONNEL, vous bénéficiez de l accord de participation en vigueur dans l entreprise. En complément de

Plus en détail

ING Turbos Infinis. Avantages des Turbos Infinis Potentiel de rendement élevé. Pas d impact de la volatilité. La transparence du prix

ING Turbos Infinis. Avantages des Turbos Infinis Potentiel de rendement élevé. Pas d impact de la volatilité. La transparence du prix ING Turbos Infinis Produit présentant un risque de perte en capital et à effet de levier. Les Turbos sont émis par ING Bank N.V. et sont soumis au risque de défaut de l émetteur. ING Turbos Infinis Les

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT...

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... Sommaire 1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... 3 6. DESCRIPTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE... 3 Date

Plus en détail

Secure Advantage Revenus Garantis

Secure Advantage Revenus Garantis GUIDE QUESTIONS / REPONSES DOCUMENT NON CONTRACTUEL RÉSERVÉ À L USAGE EXCLUSIF DES CONSEILLERS FINANCIERS Avril 2015 Secure Advantage Revenus Garantis Pour envisager l avenir en toute sérénité, assurez-vous

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt

Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Stratégies relatives au compte d épargne libre d impôt Le gouvernement du Canada a annoncé la création du compte d épargne libre d impôt (CELI) à l occasion de son budget de 2008, puis a procédé à son

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emétteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI INVESTIR

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Les ménages et le crédit

Les ménages et le crédit Les ménages et le crédit Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Etat des lieux : Endettement et surendettement Bien souscrire son crédit immobilier

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 15 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 15 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu des pertes accumulées face

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI

Plus en détail

Allianz Invest 1. Type d'assurance-vie. Public cible. Rendement. Garanties. Fonds

Allianz Invest 1. Type d'assurance-vie. Public cible. Rendement. Garanties. Fonds Fiche Info Financière Assurance-Vie branches 21 et 23 Allianz Invest 1 Type d'assurance-vie Allianz Invest est une assurance-vie combinant : Un rendement garanti de 0% par la compagnie d assurances et

Plus en détail

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité Quote-part fiscale de la Suisse : des apparences trompeuses dossierpolitique 21 février 2011 Numéro 2 Quote-part fiscale. Dans la statistique annuelle de l OCDE, la Suisse affiche une quote-part fiscale

Plus en détail

Introduction des. comptes d épargne libre d impôt

Introduction des. comptes d épargne libre d impôt Introduction des comptes d épargne libre d impôt Comptes d épargne libre d impôt Une nouvelle façon d épargner Les comptes d épargne libre d impôt ont été introduits par le gouvernement fédéral dans le

Plus en détail

SCPI Corum Convictions

SCPI Corum Convictions L investissement indirect dans l immobilier via une SCPI SCPI Corum Convictions Société Civile de Placement Immobilier SCPI Corum Convictions La SCPI : un placement immobilier indirect La Société Civile

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 29 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 22 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu les pertes accumulées face

Plus en détail

Point de la situation pour les obligations

Point de la situation pour les obligations Point de la situation pour les obligations Inform informations générales à l intention des investisseurs institutionnels 3 e trimestre 2005 Situation initiale : composantes du taux d intérêt d un emprunt

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

Floored Floater sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation»

Floored Floater sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation» sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation» Dans l environnement actuel caractérisé par des taux bas, les placements obligataires traditionnels

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 3 : Les taux d intérêt Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Février 2012 Préambule «Le taux d intérêt est la rémunération de l

Plus en détail

Incidence du bas niveau des taux d intérêt sur le comportement financier des ménages

Incidence du bas niveau des taux d intérêt sur le comportement financier des ménages Incidence du bas niveau des taux d intérêt sur le comportement financier des ménages P. Stinglhamber Ch. Van Nieuwenhuyze M.-D. Zachary Introduction Le présent article analyse, au moyen des comptes financiers

Plus en détail

TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015

TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015 TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015 I. Organismes de Placements Collectifs 1. SICAV émises par la BCEE Sous réserve d exceptions éventuelles prévues dans le prospectus d émission,

Plus en détail

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1)

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Page 1 sur 5 Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Le Plan d Epargne en Actions (PEA) est une enveloppe fiscale destinée à recevoir des placements en actions européennes. Il n impose

Plus en détail

PEA Performance 2. Faites passer votre épargne à l action!

PEA Performance 2. Faites passer votre épargne à l action! PEA Performance 2 Faites passer votre épargne à l action! Avec le PEA PERFORMANCE 2, Le Plan d Épargne en Actions (PEA) est un placement plébiscité par les épargnants, plus de 7 millions de Français en

Plus en détail

Seuls 37 % des. investisseurs sont. confiants sur. leur capacité. à financer une. retraite confortable.

Seuls 37 % des. investisseurs sont. confiants sur. leur capacité. à financer une. retraite confortable. «Seuls 37 % des investisseurs sont confiants sur leur capacité à financer une retraite confortable.» WHY BLACKROCK BlackRock helps millions of people, as well as the world s largest institutions and governments,

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit 2. LES RACHATS PAR LES ENTREPRISES DE LEURS PROPRES ACTIONS : QUELLES LEÇONS PEUT-ON TIRER UN AN APRES LA REFORME? QUEL IMPACT POUR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT COTES? Patrick Branthomme et Dominique Marchal

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail