10, rue Manoubi Jarjar 1013 Menzeh 9A Tunis Tel : (216) Fax : (216)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "10, rue Manoubi Jarjar 1013 Menzeh 9A Tunis Tel : (216) 71 888 030 Fax : (216) 71 886 550 Email : alcor@planet.tn"

Transcription

1 ALCOR 10, rue Manoubi Jarjar 1013 Menzeh 9A Tunis Tel : (216) Fax : (216) EVALUATION DU PROGRAMME DE MICRO-CREDIT DE ENDA INTER-ARABE RAPPORT FINAL SEPTEMBRE 2001 Itermon

2 TABLE DES MATIERES 1. INTRODUCTION Rappel de l'objectif de la prestation Approche méthodologique CONTEXTE GENERAL DU MICRO-CREDIT EN TUNISIE Cadre général Cadre réglementaire PRESENTATION DE ENDA INTER ARABE ET DE SON PROGRAMME DE MICRO-CREDIT enda inter-arabe Le programme de micro-crédit: CRENDA PRODUITS ET SERVICES PROPOSES PAR ENDA Produits financiers Les services non-financiers CARACTERISATION DE LA CLIENTELE D ENDA Typologie et profils de la clientèle Profil des activités Le statut juridique Les Relations Clients - ENDA Usage du crédit ORGANISATION DU PROGRAMME Une organisation en cours de stabilisation L organisation actuelle Les insuffisances de l organisation : des postes à créer LES RESSOURCES HUMAINES ET L ACQUISITION DES COMPETENCES Les effectifs Le renforcement des capacités de l institution ANALYSE DU PROCESSUS DU MICRO-CREDIT A ENDA La phase de démarchage La phase de l élaboration du dossier de prêt La phase de traitement du dossier : le comité de crédit La phase d engagement du crédit La phase de suivi des crédits ANALYSE DES ASPECTS FINANCIERS Analyse du portefeuille Les indicateurs de performance financement du programme EVALUTATION DE L IMPACT DU PROGRAMME La création et la consolidation de l emploi L «empowerment» des femmes La contribution à l amélioration de l environnement du micro-crédit en Tunisie PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DU PROGRAMME Les prévisions du portefeuille Les implications sur la structure SYNTHESES ET RECOMMANDATIONS...66 Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 2 / 68

3 1. INTRODUCTION 1.1. RAPPEL DE L'OBJECTIF DE LA PRESTATION L'objectif de la présente prestation est d'effectuer une évaluation du programme de micro-crédit mis en œuvre par l'ong Enda Inter-Arabe en Tunisie. L'évaluation est faite pour le compte de la Fondation Intermon (Espagne) qui a contribué au financement du programme Crenda avec l appui de l Agence espagnole de coopération internationale. Le document d évaluation présente un diagnostic des différents aspects technique, financier, socio-économique et organisationnel du programme. Il présente également quelques pistes de recommandations pour un meilleur développement futur de l activité de micro-crédit au sein d Enda APPROCHE METHODOLOGIQUE La démarche La présente évaluation est effectuée selon les étapes suivantes : 1. Etape 1: Prise de contact avec l'équipe de l'ong Cette étape vise à se familiariser avec l'équipe d Enda. Elle permettra également au consultant d'observer in situ, le fonctionnement des équipes du programme. 2. Etape 2: Collecte des données et de la documentation La documentation et les données collectées sont de trois natures : - Documentation générale relative à l'environnement global du programme: environnement institutionnel et réglementaire du micro- Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 3 / 68

4 crédit en Tunisie, contexte politique, identification des principaux acteurs du micro-crédit et leurs relations avec Enda, bailleurs de fonds, etc. - Documentation relative au fonctionnement général d'enda : rapports d'audits, documents comptables, manuels de procédures, études déjà effectuées, rapports annuels, etc. - Documentation et données relatives au programme de micro-crédit: Etats financiers, états de remboursement, engagements, rapports internes, documents de programmation et de planification des microcrédits, etc. 3. Etape 3: Analyse documentaire Le consultant procèdera ensuite à l'analyse des données et de la documentation collectées. Cette analyse vise à : - Prendre connaissance des différents aspects du programme - Dégager les premiers éléments de diagnostic et d'évaluation - Ressortir les points essentiels à compléter par les entretiens et les observations directes. 4. Etape 4: Elaboration d'un plan d'évaluation Un plan d'évaluation est ensuite proposé afin de compléter les premiers éléments de diagnostic faits sur la base de l'analyse documentaire. Ce plan sera présenté à Enda et la représentante d Intermon pour validation avant sa mise en œuvre. 5. Etape 5: Mise en œuvre du plan d'évaluation Afin de mettre en œuvre le plan ainsi élaboré, le consultant procèdera à des: Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 4 / 68

5 - entretiens avec les différentes équipes concernées d'enda : Direction, équipe administrative, superviseurs de zones, structures opérationnelles locales, agents de crédit, etc. - observations directes en accompagnant les équipes du programme durant toutes les phases du processus du crédit : Identification des porteurs de projets, collecte des données socioéconomiques, analyse des demandes de crédit, décision d octroi, accompagnement des micro-entrepreneurs, remboursement du crédit, gestion des contentieux, etc. - visites et entretiens individuels avec des micro-entrepreneurs financés par Enda 6. Etape 6: Rédaction d'un draft de rapport final Après la mise en œuvre de l'évaluation, un draft de rapport final sera présenté à Intermon et Enda. Ce rapport présentera à la fois un état diagnostic du programme de micro-crédit ainsi que des pistes de réflexion pour son amélioration. 7. Etape 8: Mise à jour et émission du rapport final En tenant compte des commentaires recueillis auprès des deux partenaires Enda et Intermon, le consultant procèdera aux modifications nécessaires du rapport Remarques préliminaires 1. Compte tenu de la limitation du budget réservé à cette prestation, l évaluation a été basée essentiellement sur une lecture critique des résultats réalisés par le programme. Cette évaluation a été effectuée notamment à partir de l analyse documentaire et des entretiens avec les différentes équipes du projet. Les enquêtes et entretiens avec les clients ont été plus limités (une dizaine de cas). Nous sommes conscient toutefois qu une évaluation approfondie des aspects relatifs à la clientèle (impact, satisfaction, mode de gestion de la Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 5 / 68

6 dette, etc.) nécessitera une démarche spécifique. Elle s appuiera en particulier sur des enquêtes et des diagnostics participatifs auprès d un large échantillon de micro-entrepreneurs. Ainsi, les recommandations émises à la fin de cette évaluation ne constitueront, en aucun cas, un plan d action opérationnel, mais uniquement des pistes de réflexion et des orientations générales pour l amélioration du programme. 2. La présente évaluation est intervenue alors que Enda en est pleine restructuration tant sur le plan des approches que sur le plan organisationnel. La dynamique de changement a rendu la tâche d évaluation plus complexe, car il a fallu à chaque fois assimiler et intégrer ces évolutions dans l étude. Ces difficultés méthodologiques expliquent, en grande partie, le retard accusé dans l achèvement de cette évaluation. 2. CONTEXTE GENERAL DU MICRO-CREDIT EN TUNISIE 2.1. CADRE GENERAL Aperçu historique La pratique du crédit par les associations de développement n est pas tout à fait nouvelle en Tunisie. Pendant une longue période, des prêts ont été octroyés par des associations tunisiennes dans le cadre de projets de développement rural financés par les bailleurs de fonds internationaux mais surtout à travers les programmes nationaux. Toutefois, ces expériences ont eu lieu dans un contexte ou primait une approche sociale. Les approches économiques basées sur les mécanismes de marché et sur des schémas de financement pérennes (auto-financement et crédits) n étaient pas encore à l ordre du jour. Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 6 / 68

7 Ce n est qu avec l explosion du phénomène de chômage 1, surtout parmi les jeunes diplômés, que la vision des acteurs - l Etat y compris a commencé à changer L effort public : les programmes nationaux d appui à la création d emploi Plusieurs programmes nationaux visant la promotion de l emploi à travers l appui à l initiative privée (petites et moyennes entreprises et auto-emploi) ont été mis en place. On en cite essentiellement : - Le Fonds National de la Promotion de l Artisanat (FONAPRA), dont l objectif est d accorder des petits crédits pour la création ou l extension des micro-entreprises hors le secteur de commerce et de l agriculture. - Le Programme Régional de Développement qui comprend également une composante création et consolidation d emploi - Le Programme de Développement Urbain Intégré qui prévoit une composante d appui à la micro-entreprise dans les zones urbaines démunies (financement de micro-projets). - L Office National de l Artisanat qui finance des projets d artisanat par un mécanisme mixte de crédits et de subventions - Le Fonds National de Solidarité (FSN ou 26-26). Ce programme mis en place en 1993 vise l amélioration des conditions de vie dans les zones rurales les plus démunies (dites zones d ombre). En plus des projets d infrastructure de base, le FSN intègre une composante d appui aux activités génératrices de revenus, par l octroi de subventions et prêts sans intérêts. Ainsi, de 1993 à 1999, plus de projets ont été financés, avec un montant total d environ 58 millions de dinars. - Le Fonds National de l Emploi (fonds 21-21). Ce fonds a été créé en 1999 avec l objectif d encourager la création d emplois par l intermédiaire de l octroi de différents types d avantages (financiers, appui technique, formation, etc.). L objectif annoncé est d aider à la création de emplois par an. 1 La taux de chômage est estimé par l INS en 1999 à 15,8%. Porte sur la tranche d âge ans. Est considéré comme chômeur toute personne n ayant pas travaillé au cours de la semaine précédent l enquête, disponible au travail et à la recherche d un emploi. Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 7 / 68

8 - L Agence Tunisienne de l Emploi (ATE). Elle intervient à travers divers programmes de formation, notamment le CEFE (Création d Entreprises et Formation d Entrepreneurs). - La Banque Tunisienne de Solidarité. Créée en 1998, avec un capital de 30 MDT (dont 62% privé), elle a pour but de permettre l accès au financement à ceux qui n ont pas accès au secteur bancaire conventionnel afin de les aider à créer leur propre emploi. En terme de financement, la BTS opère de deux manières : soit par l octroi de crédits directement aux clients (plafonné à DT par prêt), soit par la distribution à travers le financement des ONGs du domaine. Malgré le nombre important et la diversité des ces outils, les résultats réalisés restent en dessous des objectifs recherchés. Une évaluation effectuée en 1996, se pose des questions notamment sur la capacité de ces outils à toucher les couches sociales les plus démunies, tout en gardant une approche d intervention économiquement viable Les ONGs de micro-crédit Historiquement, ENDA est vraisemblablement la première ONG qui s est engagée dans le micro-crédit urbain en Tunisie (depuis 1995). Aujourd hui, quelques dizaines d associations tunisiennes se positionnent sur le créneau du micro-crédit. La grande majorité a été créée spécialement à cet effet, en réponse à la décision présidentielle du 20 mars 1999 de promouvoir le microcrédit fourni par les ONGs. Nouvellement créées, ces ONGs manquent souvent de moyens matériels et humains et ne disposent pas du savoir-faire et des compétences nécessaires à la bonne pratique du micro-crédit CADRE REGLEMENTAIRE La loi sur le micro-crédit (loi 67-99) a été promulguée le 15 juillet Elle fixe le cadre juridique de la distribution de micro-crédit par les associations. Les grandes lignes de cette loi sont les suivantes : - Le taux d intérêt est fixé à 5% (declining). Ce taux est totalement insuffisant pour couvrir les coûts réels de l octroi du micro-crédit et ne permet pas la pérennisation financière des programmes puisqu il ne Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 8 / 68

9 couvre même pas l inflation. Ceci est d autant plus vrai que la loi interdit aux ONGs de percevoir des commissions et des frais de gestion sur les clients. - Le montant du prêt est plafonné à 1000 DT, augmenté récemment à 1500 DT. - La période de remboursement doit être supérieur à 3 ans, ce qui reste en complet décalage par rapport aux bonnes pratiques connues dans le domaine. - Les associations de micro-crédit sont assujetties à l autorisation préalable délivrée par le Ministère des Finances. Une commission adhoc, constituée essentiellement de représentants des ministères des finances, des affaires sociales et de l Intérieur statue sur le demande d autorisation. A ce titre, il faut mentionner que ENDA fonctionne actuellement en marge de ce cadre du fait que les conditions pratiquées pour l octroi du crédit ne sont pas également conformes à celles définies par la loi. Bien que l ONG bénéficie actuellement d une situation de «tolérance» de la part des pouvoirs publics, le risque juridique ne peut pas être complètement écarté. 3. PRESENTATION DE ENDA INTER ARABE ET DE SON PROGRAMME DE MICRO-CREDIT 3.1. ENDA INTER-ARABE Créée à Tunis en 1990, Enda inter-arabe est une organisation non gouvernementale, dont l objet est d agir dans les différents domaines de développement communautaire. Elle est rattachée à l ONG Enda tiers-monde et possède à ce titre un statut international. Très rapidement et dès 1992, cherchant à être proche des populations ciblées par ses actions, Enda s est installée à la cité Ettadhamen. Depuis, plusieurs actions financées par différentes sources internationales ont été entreprises par l ONG dans divers domaines : Alphabétisation, éducation, santé communautaire, insertion socio-économique par la formation professionnelle et l orientation à l emploi, appuis aux initiatives économiques, etc. Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 9 / 68

10 3.2. LE PROGRAMME DE MICRO-CREDIT: CRENDA Le micro-crédit, objet de la présente évaluation, constitue aujourd hui la composante principale de l activité de Enda Inter-arabe. Une série d études 2 et de réflexions entamées dès 1992 autour de la question de la lutte contre la pauvreté dans la cité ont permis de dégager entre autres deux principales conclusions : - L existence d un certain dynamisme économique et d un esprit d entrepreneuriat parmi les populations pauvres, notamment les femmes. Témoigne de ce dynamisme la prolifération des micro-activités économiques informelles. - L identification de l accès au capital comme l un des principaux facteurs de blocage de développement de l initiative économique des populations démunies. Ainsi, un programme de micro-crédit a été lancé en 1995, grâce à des moyens financiers modestes : DT en capital, dont DT financé par Enda sur fonds propres et le reste accordé par Emmaüs international (France). En 1996, le programme a été consolidé grâce à un financement de Intermon qui s est élevé à D dont D pour le capital et D pour la gestion du projet. Ensuite, dès 1997, et devant les résultats encourageants de cette première phase pilote, différentes parties ont participé au financement du programme. Il s agit notamment de: Intermon, la Commission Européenne et deux ONG italiennes (CISS et APS), l ONG espagnole IPADE, le Ministère des Affaires de la Femme et de la Famille (MAFF, Tunisie) ainsi que diverses ambassades. Ainsi, en fin 2000, le total du capital a atteint DT dont environ DT apporté par des financements extérieurs et le reste grâce à la capitalisation des revenus générés par les crédits accordés. Malgré ces moyens relativement modestes, le programme CRENDA a réalisé jusqu ici des résultats d une performance incontestable : 2 On cite principalement l étude qui a été réalisée en 1994 par Farida Sahtout, sur l évaluation des besoins de la population démunie dans la délégation de Mnihla Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 10 / 68

11 - octroi de prêts à la fin nombre de clients actifs d environ clients - montant total des prêts accordés environ 5 millions de dinars - taux de remboursement dépassant les 99% Nous reviendrons plus loin sur l analyse de ces performances. L histoire d Enda a été également marquée par une réadaptation continue des approches dans une recherche permanente pour mieux coller aux spécificités et aux besoins de la population cible. Parmi les réadaptations majeures, nous citons l introduction dès 1998 du crédit solidaire, devenu actuellement à la fois le cheval de bataille d Enda et son distinguo par rapport aux autres opérateurs en Tunisie. Nous citons également l introduction, plus récemment, du crédit express pour répondre à des besoins ponctuels en financement, suscité par des opportunités économiques à grande marge. 4. PRODUITS ET SERVICES PROPOSES PAR ENDA Enda intervient selon une approche intégrée, en offrant à ses clients deux types de services : les services financiers et les services d appui (ou services nonfinanciers) PRODUITS FINANCIERS Principes de base régissant les produits financiers à ENDA Les produits financiers proposés par Enda sont conçus de manière à répondre à deux exigences, dont la conciliation n est pas toujours évidente : - Répondre au mieux aux besoins de la clientèle ciblée - Minimiser le risque de non-paiement Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 11 / 68

12 La minimisation des risques Afin de minimiser le risque, Enda a adopté dès le début quelques principes de base, découlant des expériences réussies dans d autres contextes internationaux : 1. Le principe de la progressivité Ce principe consiste à accorder au client plusieurs prêts selon des cycles successifs. Ces prêts commencent par des petits montants mais qui augmentent progressivement d un cycle à l autre. Cette progressivité présente plusieurs avantages : - la possibilité de la détection précoce des défaillances du client en testant sa solvabilité sur des montants faibles avant de lui accorder des crédits plus conséquents - l apprentissage progressif du client à la gestion de la dette (effet pédagogique) - une meilleure connaissance du client avant de s engager avec lui dans des crédits plus conséquents - la fidélisation de la clientèle et le développement de relations de confiance, etc. 2. Le crédit solidaire Nous revenons plus tard sur la description détaillée de ce produit. Le principe consiste simplement à constituer des groupes de clients (dits groupes solidaires) dont les membres se portent collectivement garants du crédit de chacun. Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 12 / 68

13 Cette approche permet : - Une «mutuellisation» du risque au sein de chaque groupe - Une caution morale qui comble l absence de la garantie matérielle - Une pression permanente du groupe sur chaque membre pour respecter les engagements Au-delà de la minimisation du risque, cette approche a un impact fort en terme d apprentissage d autogestion, de démocratisation à la base et de reconstitution du tissu social dans des quartiers difficiles, souvent composés de migrants ruraux venant de diverses régions Mieux répondre aux besoins de la clientèle Le souci d Enda de coller aux besoins réels de sa clientèle se traduit par une dynamique permanente d adaptation de son offre en produits financiers. Témoigne de cette dynamique ces quelques repères historiques : - En 1994, étude d identification des besoins - En 1995, démarrage de l activité de micro-crédits avec des prêts individuels et des montants relativement élevés - En 1998, introduction et généralisation du crédit solidaire - Réajustement des montants et des durées de remboursement - En 2000, réintroduction du crédit individuel pour les clients ayant passé plusieurs cycles de prêt de groupe sans retard de remboursement - Début 2001, introduction du prêt saisonnier - Mi , élargissement du produit «prêt saisonnier» et introduction du prêt express - Mi- 2001, réajustement des montants et des durées de remboursement Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 13 / 68

14 - Mi-2001 abaissement du taux d intérêt de 24% à 18% pour les prêts individuels de plus de 1000 dinars L affinement de la connaissance des besoins se fait à travers l'écoute attentive de la clientèle : - soit, directement à travers les réunions et les rencontres organisées régulièrement par Enda avec ses clients - soit, à travers les agents de crédit grâce à leurs contacts permanents avec les clients. Enfin, il est important de mentionner que les adaptations ainsi que la création de nouveaux produits se font toujours selon une démarche participative impliquant l ensemble du staff opérationnel (agents de crédit, superviseurs, gestionnaires, etc.). Les questions sont débattues lors de réunions de brainstorming organisées régulièrement Présentation des produits financiers Les produits financiers proposés par Enda résultent ainsi d un processus de réajustement et d amélioration permanent dont l objectif est de répondre au mieux à la demande de la clientèle. Fin juillet 2001, on peut inventorier trois catégories de produits : - Le crédit solidaire - Le crédit individuel - Le prêt express ou parallèle Le crédit solidaire 1. Principe Comme nous l avons déjà mentionné, derrière le concept du crédit solidaire se trouve essentiellement une motivation de réduction du risque à travers la substitution de la garantie matérielle par une caution solidaire du groupe. Les crédits sont accordés individuellement à chaque membre du groupe, mais en cas de défaillance de remboursement de l un des membres, le reste du groupe doit prendre en charge le paiement des échéances manquantes. Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 14 / 68

15 2. Modalités On distingue deux blocs de cycles de crédits dont les modalités sont différentes : - Le prêt de démarrage Il contient au maximum 5 cycles dont le montant évolue de 100 à 400 dinars. La durée de remboursement est fixée à 6 mois. Le client passe d un cycle à un autre si le remboursement s effectue sans incidents de paiement. - Le prêt de consolidation C est une deuxième série de 7 cycles de prêt qui est mise en œuvre, une fois que le client ait franchi sans incidents les cycles du prêt de démarrage. Les montants varient de 300 à 1000 dinars. La durée de remboursement est de 8 mois en moyenne mais les clients qui le souhaitent peuvent rembourser sur des périodes de 10, voire 12 mois pour les prêts de 1000 DT. Crédit solidaire: prêt de démarrage et prêt de consolidation mois 10 mois 12 mois mois mois mois mois mois 8 mois mois mois 6 mois 8 mois 6 mois Prêt de démarrage Prêt de consolidation Crédit 1 Crédit 2 Crédit 3 Crédit 4 Crédit 5 Crédit 3 Crédit 4 Crédit 5 Crédit 6 Crédit 7 Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 15 / 68

16 Le crédit individuel Le crédit individuel est accordé aux clients ayant contracté plusieurs cycles de crédits solidaires, sans incidents de paiement. Selon la même logique que précédemment, le crédit individuel est composé de deux séries de cycles de prêts : le crédit individuel 1 et 2. Le montant de ces prêts commence à 300 dinars et peut atteindre 3000 dinars. Crédit individuel: 1 et mois 12 mois mois 12 mois mois 12 mois 10 mois mois mois mois mois mois 8 mois 10 mois 12 mois Crédit individuel 1 Crédit individuel 2 Crédit 1 Crédit 2 Crédit 3 Crédit 4 Crédit 5 Crédit 6 Crédit 7 Crédit 8 Crédit Le prêt express ou parallèle Le prêt express est récemment introduit par Enda pour répondre aux besoins de financement d une opportunité immédiate dont le retour d investissement est très court (1 à 2 mois). Il s agit typiquement des activités à caractère saisonnier (mois de Ramadan, fêtes, rentrée scolaire, etc.). Le montant du prêt express varie de 300 à 1000 dinars, le remboursement se fait sur un ou deux mois mais ne doit pas dépasser les 2 mois. Le prêt express peut être accordé en parallèle à un prêt en cours, d où le nom de «prêt parallèle» souvent utilisé par les clients et les agents. Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 16 / 68

17 4.2. LES SERVICES NON-FINANCIERS Services d appui aux micro-entrepreneurs Les services non financiers regroupent l ensemble des actions de développement communautaire, hors micro-crédit. Jusqu à récemment, ces services étaient considérés comme une activité à part entière et indépendante de celle du micro-crédit. Ces actions ne sont pas, par conséquent, strictement limitées aux clients de CRENDA, mais ciblent une population plus large. Avec le développement rapide de l activité de micro-crédit et sa dominance au sein d Enda, les services non financiers sont de plus en plus perçus comme une activité complémentaire à celle du micro-crédit. Ils visent essentiellement à apporter un service d appui et d accompagnement aux micro-entrepreneurs clients d Enda afin de créer un environnement favorable au micro-crédit (augmenter l impact du micro-crédit sur la micro-entreprise et réduire le risque de non-paiement). Dans ce cadre, les services fournis par Enda sont les suivants : - Alphabétisation pour des clients analphabètes ou peu alphabétisés - Formation et suivi des clients en matière de gestion, comptabilité, marketing, fiscalité, sécurité sociale (par des formateurs et par les agents de micro-crédit lors de leurs visites de routine) - Conseils juridiques assurés par une avocate - Conseils et sensibilisation en matière de santé et d hygiène assurés par un médecin généraliste ou des spécialistes visiteurs - Encadrement technique par des formateurs spécialisés - Mise en relation et échanges entre réseau et groupes de clients - Organisation périodique de foires et expositions pour créer des occasions de commercialisation et de promotion des activités des clients Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 17 / 68

18 - Participation de quelques clientes, notamment celles ayant des activités artisanales, dans les foires organisées par le Ministère des Affaires de la Femme et de la Famille ou d autres institutions étatiques. - Divertissement des clients et leurs familles par l organisation de fêtes et d excursions et sorties - Valorisation des clients durant ces fêtes par la distribution de prix (et cadeaux), parfois sous forme de carnets d épargne, aux meilleurs clients du programme. - Invitation des meilleurs clients pour participer aux réunions organisées pour des invités de Enda (ambassadeurs, donateurs, représentants internationaux et du gouvernement ainsi que des autorités locales) et à des réunions du comité des clients pour des débats sur les produits et services du programme en vue de leur amélioration Insertion économique et sociale des jeunes En plus de ces services d appui aux micro-entrepreneurs, Enda assure également à travers son centre communautaire, l ESPACE 21, des actions d insertion économique et sociale des jeunes à travers différentes approches : - La formation professionnelle : Plus de 750 jeunes de la cité de Hay Ettadhamen ont été déjà formés dans diverses branches (coupe et couture, informatique, électricité bâtiment, menuiserie, design et décoration, mosaïque, hôtellerie, etc.) - La socialisation des jeunes : par la promotion des activités culturelles comme le théâtre, la chorale, la musique, les excursions et les débats, etc. - Le soutien scolaire: en mettant à disposition des jeunes de la cité une bibliothèque, un espace de lecture et des cours de langue Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 18 / 68

19 5. CARACTERISATION DE LA CLIENTELE D ENDA 5.1. TYPOLOGIE ET PROFILS DE LA CLIENTELE Les femmes : Cible privilégiée du programme Les femmes restent volontairement la cible privilégiée d Enda, puisqu elle exige que la composition des groupes solidaires soit majoritairement féminine. Répartition des prêts selon le genre Homme 27% Femme 73% Comme le montre le graphique précédent, 73 % des crédits accordés jusqu à la fin 2000 ont bénéficié à des femmes. Ce taux se stabilise actuellement autour de 80 %. Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 19 / 68

20 Profil d âge Le graphique suivant présente la répartition statistique des prêts selon les tranches d âge des clients. Répartition de la clientèle selon les tranches d'age 40% 38% 35% 30% 28% % de clients 25% 20% 15% 20% 10% 5% 0% 8% 5% 1% < 20 ans Tranches d'age - Les jeunes de moins de 30 ans représentent environ 33% des clients d Enda - La tranche d âge 30 à 40 ans représente la plus grande partie des clients d Enda, soit environ 38%. - La tranche de 40 à 50 ans vient en troisième place avec une part d environ 20%. Toutefois, la structure d âge est sensiblement différente entre les deux sexes, comme le montre le graphique suivant : Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 20 / 68

21 Répartition des prêts selon les tranches d'age des clients et le genre 10% 9% Hommes 15% 29% 22% Femmes 44% Moins de 30 ans 30 à 40 ans 40 à 50 ans Plus de 50 ans 40% 31% Il semble que globalement les femmes se lancent plus tardivement dans les activités indépendantes. La proportion de jeunes de moins de 30 ans représente environ 44% parmi les clients hommes alors qu elle ne dépasse pas les 30% dans le cas des femmes. En contre-partie, les clients des tranches d age ans sont proportionnellement plus prépondérants parmi la population féminine que celle masculine Etat civil La plus grande partie des clients d Enda sont mariés (76%). Les célibataires représentent 18% et le reste sont soit veufs, soit divorcés. Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 21 / 68

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale,

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, Notre Mission 2 La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, qui s investit depuis 1996 dans l action du

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FORMATION

CAHIER DES CHARGES FORMATION CAHIER DES CHARGES FORMATION 1. INTITULE (COMPLETE) DE LA FORMATION : Gestion financière, planification, suivi et évaluation des programmes/projets de 2. CONTEXTE : La stratégie actuelle de l Agence de

Plus en détail

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé Adie et vous. Nos Missions: Des missions qui traduisent les valeurs de l ADIE fondées sur la confiance dans les capacités de chacun et le droit fondamental d entreprendre Financer les créateurs d entreprise

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs. www.cm6-microfinance.ma

Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs. www.cm6-microfinance.ma Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs au Maroc www.cm6-microfinance.ma Plan de l intervention Deux grands axes : Axe 1 : Vue d ensemble sur l offre actuelle des produits

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Un projet financé par l Union Européenne Réunion de Travail des Coordonnateurs du SBA et des Conseillers

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE. 320 h 24 h h h h 344 h

DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE. 320 h 24 h h h h 344 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE Spécialité : Professionnelle FINANCES DES COLLEIVITES TERRITORIALES ET DES GROUPEMENTS M2

Plus en détail

Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels. Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011

Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels. Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011 Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011 1 Sommaire - Management des RH : orientations et principes - Management des RH : réalisations

Plus en détail

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Mai 2007 Fiche entreprise Société Générale Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Présentation de l entreprise - Secteur d activité : Banque-Finance - Statut : Société Anonyme - Effectif

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME Par A. AIT-AIDER. Directeur Régional de la BNA. L Entreprise, la Banque : voilà deux acteurs centraux de l environnement économique dont le destin est

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 570 CIDR Tous droits de reproduction réservés Référentiel de compétences Entreprises de Services et Organisations de Producteurs

Plus en détail

Colloque Rabat : 9-10 décembre 2013 Mohamed KAANICHE

Colloque Rabat : 9-10 décembre 2013 Mohamed KAANICHE La Micro finance au Maghreb,quelles perspectives pour le développement économique et social et la lutte contre le chômage des jeunes Colloque Rabat : 9-10 décembre 2013 Mohamed KAANICHE Le rôle de la BTS

Plus en détail

finance en MéditerranM diterranée e Quel impact? Tunis 5 mai 2008 Vers une adaptation du cadre juridique et réglementaire

finance en MéditerranM diterranée e Quel impact? Tunis 5 mai 2008 Vers une adaptation du cadre juridique et réglementaire 4ème Conférence FEMIP : Micro finance en MéditerranM diterranée e Quel impact? Tunis 5 mai 2008 Vers une adaptation du cadre juridique et réglementaire 1 Le cadre juridique De la micro finance en TUNISIE

Plus en détail

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil.

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil. 1. PRÉSENTATION DE CECA RATING SARL CECA Rating est une société à responsabilité limitée (SARL) créée en décembre 2012 avec un capital de FCFA 1.000.000. La création de CECA Rating est le fruit d une réflexion

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

Formation à la microfinance

Formation à la microfinance Formation à la microfinance Contexte de la formation : L'année internationale de la micro finance a été lancée en Mars 2005 et aujourd'hui le monde entier est tourné vers cet outil afin de réduire de manière

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Comptabilité et Gestion des Organisations est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire, au sein des services administratifs,

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

PROJET EMISE REFERENTIEL EUROPPEEN D ACTIVITES DU MANAGER DE PROJET EUROPEEN

PROJET EMISE REFERENTIEL EUROPPEEN D ACTIVITES DU MANAGER DE PROJET EUROPEEN PROJET EMISE REFERENTIEL EUROPPEEN D ACTIVITES DU MANAGER DE PROJET EUROPEEN La nécessité de définir le cadre d intervention du manager de projet pour le projet EMISE reflète des différences culturelles

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD 2015 1 ORDRE DU JOUR Rapport d activité 2014 Les comptes 2014 Orientations & Budget prévisionnel 2015 Questions diverses 2 LE TERRITOIRE DE COMPETENCES 3 RAPPORT D'ACTIVITE

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL

CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT LOCAL ADL- Rabat CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL Octobre 2006 ADL, B.P. 6447, Rabat-Madinat Al Irfane 10.100, Al Massira III, Avenue Al Majd, Imb 14, Apt

Plus en détail

Dossier de presse. 100 000ème Prêt à la Création d Entreprise. 14 avril 2008 1

Dossier de presse. 100 000ème Prêt à la Création d Entreprise. 14 avril 2008 1 Dossier de presse 100 000ème Prêt à la Création d Entreprise 14 avril 2008 1 OSEO ET LA CREATION D ENTREPRISE..3 PRET A LA CREATION D ENTREPRISE....4 L objectif.. 4 Caractéristiques....4 PREMIERE ETUDE

Plus en détail

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie)

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Composante géré par EPD Introduction Le Programme d'appui à la Société Civile en Tunisie (PASC

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION 2013

CATALOGUE DE FORMATION 2013 GROUP WEST AFRICA MICROFINANCE CONSULTING COMPANY WA MCC CIFOMBE CIFOMCI ARIMANE CATALOGUE DE FORMATION 2013 CENTRES INTERNATIONAUX DE FORMATION EN MICROFINANCE CIFOMBE - BENIN & CIFOMCI - COTE D IVOIRE

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Janvier 2013. Un point culminant en 2009

Janvier 2013. Un point culminant en 2009 Janvier 2013 Claude MALLEMANCHE Depuis janvier 2009, près de dix mille demandes d immatriculation d auto-entreprise ont été déposées en Limousin. Trois créateurs sur quatre déclarent qu ils n auraient

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

N 362. Votre Revue de Presse Du 24/ 03 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015

N 362. Votre Revue de Presse Du 24/ 03 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 N 362 By Votre Revue de Presse Du 24/ 03 /2015 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 Création d entreprises Nouveaux promoteursle parcours d obstacles Les jeunes promoteurs

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée DEFIS ET OPPORTUNITES DE LA MICROASSURANCE AU SENEGAL La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée Présenté par Mme Aida Djigo Wane AMSA Assurances

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE Bureau sous-régional, Afrique de l Ouest et du Centre. ASRO-WACA Dakar RAPPORT ANNUEL 2011 D ACTIVITES DU PROJET

Plus en détail

ZONE DE L AFRIQUE DE L OUEST

ZONE DE L AFRIQUE DE L OUEST ZONE DE L AFRIQUE DE L OUEST SECTION DU BENIN DOCUMENT DE PROJET A L ECOUTE DES FEMMES DEMUNIES "FED" Octobre 2010 I- IDENTIFICATION DU PROJET TITRE : "A l Ecoute des Femmes Démunies" «FED» Organisme d

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

BACHELOR EN MARKETING ET COMMUNICATION OBJECTIFS STATUTS SUP COMMUNICATION. Rythme saisonnier. Développement d un savoir-être professionnel

BACHELOR EN MARKETING ET COMMUNICATION OBJECTIFS STATUTS SUP COMMUNICATION. Rythme saisonnier. Développement d un savoir-être professionnel SUP COMMUNICATION LUÇON BACHELOR EN MARKETING ET COMMUNICATION Formation initiale et continue OBJECTIFS Former de futurs collaborateurs opérationnels dans tous les secteurs de la communication Notre approche

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Du 11 au 13 juin 2008

Du 11 au 13 juin 2008 CENTRE DE FORMATION CONTINUE RAPPORT DE FORMATION MESURE ET CONTRÔLE DES IMPAYÉS Du 11 au 13 juin 2008 RAPPORT DE FORMATION I # 3 T3 JUILLET 2008 INTRODUCTION TI Sur demande des membres, l ANIMH a organisé

Plus en détail

Le partenaire responsable du projet

Le partenaire responsable du projet FICHE PROJET POUR UN CHARGE DE PROJET Le partenaire responsable du projet 1- Nom et coordonnées de la structure partenaire responsable de la mise en oeuvre du projet sur le terrain et nom et fonction du

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

Al Amana Microfinance

Al Amana Microfinance 1 Secteur de la Microfinance au Maroc Depuis sa création : Plus de 40 milliards de DH de micro crédits accordés 4,55 millions de bénéficiaires dont : 55,28% de femmes 36,57% dans le rural 6 000 emplois

Plus en détail

Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire. CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1

Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire. CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1 Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1 A. Background information Definition des concepts La Micro finance La microfinance est un mécanisme

Plus en détail

Les Jeudis de la Reprise. Programme de Formation

Les Jeudis de la Reprise. Programme de Formation Les Jeudis de la Reprise Programme de Formation 1. Les objectifs : L'objectif fondamental de ce dispositif est d'aider un repreneur potentiel à reprendre une. Ce dispositif s'engage à accroître la capacité

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP)

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) Le projet d Intervention Panafricaine dans le domaine Coopératif (INPACOOP) est un projet qui émanait de la volonté du gouvernement du Canada

Plus en détail

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC Partie 1 : Évaluer le marché (21 points) 1. Établir un diagnostic de ces deux segments de marché. Conclure. (11 points) Diagnostic : 8 points. Marché du bâtiment

Plus en détail

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne»

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne» «accelerateur de croissance de l economie tunisienne» Note conceptuelle LE MOT DU PRESIDENT Le Capital-Investissement - ou Private Equity - est un des moteurs du financement de l économie réelle et du

Plus en détail

Enquête de satisfaction et de suivi des bénéficiaires du Projet Emploi Jeune et Développement des compétences (PEJEDEC)

Enquête de satisfaction et de suivi des bénéficiaires du Projet Emploi Jeune et Développement des compétences (PEJEDEC) CONTEXTE & OBJECTIFS Enquête de satisfaction et de suivi des bénéficiaires du Projet Emploi Jeune et Développement des compétences (PEJEDEC) Rapport de synthèse Janvier 2015 Au sortir de deux décennies

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 Les 12 recommandations de la Cour des comptes ont été approuvées. Actuellement

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

Licence professionnelle Commercialisation des produits touristiques

Licence professionnelle Commercialisation des produits touristiques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commercialisation des produits touristiques Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour

Plus en détail

Le Microcrédit Relance

Le Microcrédit Relance La Ministre Céline Fremault soutient une nouvelle aide pour favoriser la relance des petites entreprises bruxelloises Le Microcrédit Relance Un partenariat CEd Crédal Conférence de presse du 17 décembre

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités Association Maison Rurale d Education et d Action de DEveloppement BP : 10 Badou Wawa Tél : (+228) 832 10 78 Siège social Tomégbé E-mail : info@asmeradetogo.org Site web : www.asmeradetogo.org Caisse d

Plus en détail

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Diffusion Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef

Plus en détail

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Reporting corporate governance Bruxelles, le 18 novembre 1999 Madame, Monsieur La Commission bancaire et financière et Brussels Exchanges

Plus en détail

POUR LA SELECTION D UN CONSULTANT EN VUE DE LA REALISATION

POUR LA SELECTION D UN CONSULTANT EN VUE DE LA REALISATION SSOCIATION ROFESSIONNELLE DES YSTEMES INANCIERS ECENTRALISES DU BURKINA FASO (APSFD-BF) 01 BP 5386 Ouagadougou 01 Burkina Faso Tel.: (00226) 50 36 13 78 Fax: (00226) 50 36 13 78 E-mail: apsfdbf@fasonet.bf

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL

PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL Thème N 2 "Des ressources pour quelle demande?" «Politique de composition du capital» PASI Côte d'ivoire Séminaire MAIN Les leviers de la pérennité financière Etude de cas PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L INTERIEUR INSPECTION GENERALE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE MESURE DE LA PERFORMANCE DES POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE DE L ADMINISTRATION

Plus en détail