10, rue Manoubi Jarjar 1013 Menzeh 9A Tunis Tel : (216) Fax : (216)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "10, rue Manoubi Jarjar 1013 Menzeh 9A Tunis Tel : (216) 71 888 030 Fax : (216) 71 886 550 Email : alcor@planet.tn"

Transcription

1 ALCOR 10, rue Manoubi Jarjar 1013 Menzeh 9A Tunis Tel : (216) Fax : (216) EVALUATION DU PROGRAMME DE MICRO-CREDIT DE ENDA INTER-ARABE RAPPORT FINAL SEPTEMBRE 2001 Itermon

2 TABLE DES MATIERES 1. INTRODUCTION Rappel de l'objectif de la prestation Approche méthodologique CONTEXTE GENERAL DU MICRO-CREDIT EN TUNISIE Cadre général Cadre réglementaire PRESENTATION DE ENDA INTER ARABE ET DE SON PROGRAMME DE MICRO-CREDIT enda inter-arabe Le programme de micro-crédit: CRENDA PRODUITS ET SERVICES PROPOSES PAR ENDA Produits financiers Les services non-financiers CARACTERISATION DE LA CLIENTELE D ENDA Typologie et profils de la clientèle Profil des activités Le statut juridique Les Relations Clients - ENDA Usage du crédit ORGANISATION DU PROGRAMME Une organisation en cours de stabilisation L organisation actuelle Les insuffisances de l organisation : des postes à créer LES RESSOURCES HUMAINES ET L ACQUISITION DES COMPETENCES Les effectifs Le renforcement des capacités de l institution ANALYSE DU PROCESSUS DU MICRO-CREDIT A ENDA La phase de démarchage La phase de l élaboration du dossier de prêt La phase de traitement du dossier : le comité de crédit La phase d engagement du crédit La phase de suivi des crédits ANALYSE DES ASPECTS FINANCIERS Analyse du portefeuille Les indicateurs de performance financement du programme EVALUTATION DE L IMPACT DU PROGRAMME La création et la consolidation de l emploi L «empowerment» des femmes La contribution à l amélioration de l environnement du micro-crédit en Tunisie PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT DU PROGRAMME Les prévisions du portefeuille Les implications sur la structure SYNTHESES ET RECOMMANDATIONS...66 Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 2 / 68

3 1. INTRODUCTION 1.1. RAPPEL DE L'OBJECTIF DE LA PRESTATION L'objectif de la présente prestation est d'effectuer une évaluation du programme de micro-crédit mis en œuvre par l'ong Enda Inter-Arabe en Tunisie. L'évaluation est faite pour le compte de la Fondation Intermon (Espagne) qui a contribué au financement du programme Crenda avec l appui de l Agence espagnole de coopération internationale. Le document d évaluation présente un diagnostic des différents aspects technique, financier, socio-économique et organisationnel du programme. Il présente également quelques pistes de recommandations pour un meilleur développement futur de l activité de micro-crédit au sein d Enda APPROCHE METHODOLOGIQUE La démarche La présente évaluation est effectuée selon les étapes suivantes : 1. Etape 1: Prise de contact avec l'équipe de l'ong Cette étape vise à se familiariser avec l'équipe d Enda. Elle permettra également au consultant d'observer in situ, le fonctionnement des équipes du programme. 2. Etape 2: Collecte des données et de la documentation La documentation et les données collectées sont de trois natures : - Documentation générale relative à l'environnement global du programme: environnement institutionnel et réglementaire du micro- Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 3 / 68

4 crédit en Tunisie, contexte politique, identification des principaux acteurs du micro-crédit et leurs relations avec Enda, bailleurs de fonds, etc. - Documentation relative au fonctionnement général d'enda : rapports d'audits, documents comptables, manuels de procédures, études déjà effectuées, rapports annuels, etc. - Documentation et données relatives au programme de micro-crédit: Etats financiers, états de remboursement, engagements, rapports internes, documents de programmation et de planification des microcrédits, etc. 3. Etape 3: Analyse documentaire Le consultant procèdera ensuite à l'analyse des données et de la documentation collectées. Cette analyse vise à : - Prendre connaissance des différents aspects du programme - Dégager les premiers éléments de diagnostic et d'évaluation - Ressortir les points essentiels à compléter par les entretiens et les observations directes. 4. Etape 4: Elaboration d'un plan d'évaluation Un plan d'évaluation est ensuite proposé afin de compléter les premiers éléments de diagnostic faits sur la base de l'analyse documentaire. Ce plan sera présenté à Enda et la représentante d Intermon pour validation avant sa mise en œuvre. 5. Etape 5: Mise en œuvre du plan d'évaluation Afin de mettre en œuvre le plan ainsi élaboré, le consultant procèdera à des: Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 4 / 68

5 - entretiens avec les différentes équipes concernées d'enda : Direction, équipe administrative, superviseurs de zones, structures opérationnelles locales, agents de crédit, etc. - observations directes en accompagnant les équipes du programme durant toutes les phases du processus du crédit : Identification des porteurs de projets, collecte des données socioéconomiques, analyse des demandes de crédit, décision d octroi, accompagnement des micro-entrepreneurs, remboursement du crédit, gestion des contentieux, etc. - visites et entretiens individuels avec des micro-entrepreneurs financés par Enda 6. Etape 6: Rédaction d'un draft de rapport final Après la mise en œuvre de l'évaluation, un draft de rapport final sera présenté à Intermon et Enda. Ce rapport présentera à la fois un état diagnostic du programme de micro-crédit ainsi que des pistes de réflexion pour son amélioration. 7. Etape 8: Mise à jour et émission du rapport final En tenant compte des commentaires recueillis auprès des deux partenaires Enda et Intermon, le consultant procèdera aux modifications nécessaires du rapport Remarques préliminaires 1. Compte tenu de la limitation du budget réservé à cette prestation, l évaluation a été basée essentiellement sur une lecture critique des résultats réalisés par le programme. Cette évaluation a été effectuée notamment à partir de l analyse documentaire et des entretiens avec les différentes équipes du projet. Les enquêtes et entretiens avec les clients ont été plus limités (une dizaine de cas). Nous sommes conscient toutefois qu une évaluation approfondie des aspects relatifs à la clientèle (impact, satisfaction, mode de gestion de la Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 5 / 68

6 dette, etc.) nécessitera une démarche spécifique. Elle s appuiera en particulier sur des enquêtes et des diagnostics participatifs auprès d un large échantillon de micro-entrepreneurs. Ainsi, les recommandations émises à la fin de cette évaluation ne constitueront, en aucun cas, un plan d action opérationnel, mais uniquement des pistes de réflexion et des orientations générales pour l amélioration du programme. 2. La présente évaluation est intervenue alors que Enda en est pleine restructuration tant sur le plan des approches que sur le plan organisationnel. La dynamique de changement a rendu la tâche d évaluation plus complexe, car il a fallu à chaque fois assimiler et intégrer ces évolutions dans l étude. Ces difficultés méthodologiques expliquent, en grande partie, le retard accusé dans l achèvement de cette évaluation. 2. CONTEXTE GENERAL DU MICRO-CREDIT EN TUNISIE 2.1. CADRE GENERAL Aperçu historique La pratique du crédit par les associations de développement n est pas tout à fait nouvelle en Tunisie. Pendant une longue période, des prêts ont été octroyés par des associations tunisiennes dans le cadre de projets de développement rural financés par les bailleurs de fonds internationaux mais surtout à travers les programmes nationaux. Toutefois, ces expériences ont eu lieu dans un contexte ou primait une approche sociale. Les approches économiques basées sur les mécanismes de marché et sur des schémas de financement pérennes (auto-financement et crédits) n étaient pas encore à l ordre du jour. Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 6 / 68

7 Ce n est qu avec l explosion du phénomène de chômage 1, surtout parmi les jeunes diplômés, que la vision des acteurs - l Etat y compris a commencé à changer L effort public : les programmes nationaux d appui à la création d emploi Plusieurs programmes nationaux visant la promotion de l emploi à travers l appui à l initiative privée (petites et moyennes entreprises et auto-emploi) ont été mis en place. On en cite essentiellement : - Le Fonds National de la Promotion de l Artisanat (FONAPRA), dont l objectif est d accorder des petits crédits pour la création ou l extension des micro-entreprises hors le secteur de commerce et de l agriculture. - Le Programme Régional de Développement qui comprend également une composante création et consolidation d emploi - Le Programme de Développement Urbain Intégré qui prévoit une composante d appui à la micro-entreprise dans les zones urbaines démunies (financement de micro-projets). - L Office National de l Artisanat qui finance des projets d artisanat par un mécanisme mixte de crédits et de subventions - Le Fonds National de Solidarité (FSN ou 26-26). Ce programme mis en place en 1993 vise l amélioration des conditions de vie dans les zones rurales les plus démunies (dites zones d ombre). En plus des projets d infrastructure de base, le FSN intègre une composante d appui aux activités génératrices de revenus, par l octroi de subventions et prêts sans intérêts. Ainsi, de 1993 à 1999, plus de projets ont été financés, avec un montant total d environ 58 millions de dinars. - Le Fonds National de l Emploi (fonds 21-21). Ce fonds a été créé en 1999 avec l objectif d encourager la création d emplois par l intermédiaire de l octroi de différents types d avantages (financiers, appui technique, formation, etc.). L objectif annoncé est d aider à la création de emplois par an. 1 La taux de chômage est estimé par l INS en 1999 à 15,8%. Porte sur la tranche d âge ans. Est considéré comme chômeur toute personne n ayant pas travaillé au cours de la semaine précédent l enquête, disponible au travail et à la recherche d un emploi. Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 7 / 68

8 - L Agence Tunisienne de l Emploi (ATE). Elle intervient à travers divers programmes de formation, notamment le CEFE (Création d Entreprises et Formation d Entrepreneurs). - La Banque Tunisienne de Solidarité. Créée en 1998, avec un capital de 30 MDT (dont 62% privé), elle a pour but de permettre l accès au financement à ceux qui n ont pas accès au secteur bancaire conventionnel afin de les aider à créer leur propre emploi. En terme de financement, la BTS opère de deux manières : soit par l octroi de crédits directement aux clients (plafonné à DT par prêt), soit par la distribution à travers le financement des ONGs du domaine. Malgré le nombre important et la diversité des ces outils, les résultats réalisés restent en dessous des objectifs recherchés. Une évaluation effectuée en 1996, se pose des questions notamment sur la capacité de ces outils à toucher les couches sociales les plus démunies, tout en gardant une approche d intervention économiquement viable Les ONGs de micro-crédit Historiquement, ENDA est vraisemblablement la première ONG qui s est engagée dans le micro-crédit urbain en Tunisie (depuis 1995). Aujourd hui, quelques dizaines d associations tunisiennes se positionnent sur le créneau du micro-crédit. La grande majorité a été créée spécialement à cet effet, en réponse à la décision présidentielle du 20 mars 1999 de promouvoir le microcrédit fourni par les ONGs. Nouvellement créées, ces ONGs manquent souvent de moyens matériels et humains et ne disposent pas du savoir-faire et des compétences nécessaires à la bonne pratique du micro-crédit CADRE REGLEMENTAIRE La loi sur le micro-crédit (loi 67-99) a été promulguée le 15 juillet Elle fixe le cadre juridique de la distribution de micro-crédit par les associations. Les grandes lignes de cette loi sont les suivantes : - Le taux d intérêt est fixé à 5% (declining). Ce taux est totalement insuffisant pour couvrir les coûts réels de l octroi du micro-crédit et ne permet pas la pérennisation financière des programmes puisqu il ne Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 8 / 68

9 couvre même pas l inflation. Ceci est d autant plus vrai que la loi interdit aux ONGs de percevoir des commissions et des frais de gestion sur les clients. - Le montant du prêt est plafonné à 1000 DT, augmenté récemment à 1500 DT. - La période de remboursement doit être supérieur à 3 ans, ce qui reste en complet décalage par rapport aux bonnes pratiques connues dans le domaine. - Les associations de micro-crédit sont assujetties à l autorisation préalable délivrée par le Ministère des Finances. Une commission adhoc, constituée essentiellement de représentants des ministères des finances, des affaires sociales et de l Intérieur statue sur le demande d autorisation. A ce titre, il faut mentionner que ENDA fonctionne actuellement en marge de ce cadre du fait que les conditions pratiquées pour l octroi du crédit ne sont pas également conformes à celles définies par la loi. Bien que l ONG bénéficie actuellement d une situation de «tolérance» de la part des pouvoirs publics, le risque juridique ne peut pas être complètement écarté. 3. PRESENTATION DE ENDA INTER ARABE ET DE SON PROGRAMME DE MICRO-CREDIT 3.1. ENDA INTER-ARABE Créée à Tunis en 1990, Enda inter-arabe est une organisation non gouvernementale, dont l objet est d agir dans les différents domaines de développement communautaire. Elle est rattachée à l ONG Enda tiers-monde et possède à ce titre un statut international. Très rapidement et dès 1992, cherchant à être proche des populations ciblées par ses actions, Enda s est installée à la cité Ettadhamen. Depuis, plusieurs actions financées par différentes sources internationales ont été entreprises par l ONG dans divers domaines : Alphabétisation, éducation, santé communautaire, insertion socio-économique par la formation professionnelle et l orientation à l emploi, appuis aux initiatives économiques, etc. Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 9 / 68

10 3.2. LE PROGRAMME DE MICRO-CREDIT: CRENDA Le micro-crédit, objet de la présente évaluation, constitue aujourd hui la composante principale de l activité de Enda Inter-arabe. Une série d études 2 et de réflexions entamées dès 1992 autour de la question de la lutte contre la pauvreté dans la cité ont permis de dégager entre autres deux principales conclusions : - L existence d un certain dynamisme économique et d un esprit d entrepreneuriat parmi les populations pauvres, notamment les femmes. Témoigne de ce dynamisme la prolifération des micro-activités économiques informelles. - L identification de l accès au capital comme l un des principaux facteurs de blocage de développement de l initiative économique des populations démunies. Ainsi, un programme de micro-crédit a été lancé en 1995, grâce à des moyens financiers modestes : DT en capital, dont DT financé par Enda sur fonds propres et le reste accordé par Emmaüs international (France). En 1996, le programme a été consolidé grâce à un financement de Intermon qui s est élevé à D dont D pour le capital et D pour la gestion du projet. Ensuite, dès 1997, et devant les résultats encourageants de cette première phase pilote, différentes parties ont participé au financement du programme. Il s agit notamment de: Intermon, la Commission Européenne et deux ONG italiennes (CISS et APS), l ONG espagnole IPADE, le Ministère des Affaires de la Femme et de la Famille (MAFF, Tunisie) ainsi que diverses ambassades. Ainsi, en fin 2000, le total du capital a atteint DT dont environ DT apporté par des financements extérieurs et le reste grâce à la capitalisation des revenus générés par les crédits accordés. Malgré ces moyens relativement modestes, le programme CRENDA a réalisé jusqu ici des résultats d une performance incontestable : 2 On cite principalement l étude qui a été réalisée en 1994 par Farida Sahtout, sur l évaluation des besoins de la population démunie dans la délégation de Mnihla Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 10 / 68

11 - octroi de prêts à la fin nombre de clients actifs d environ clients - montant total des prêts accordés environ 5 millions de dinars - taux de remboursement dépassant les 99% Nous reviendrons plus loin sur l analyse de ces performances. L histoire d Enda a été également marquée par une réadaptation continue des approches dans une recherche permanente pour mieux coller aux spécificités et aux besoins de la population cible. Parmi les réadaptations majeures, nous citons l introduction dès 1998 du crédit solidaire, devenu actuellement à la fois le cheval de bataille d Enda et son distinguo par rapport aux autres opérateurs en Tunisie. Nous citons également l introduction, plus récemment, du crédit express pour répondre à des besoins ponctuels en financement, suscité par des opportunités économiques à grande marge. 4. PRODUITS ET SERVICES PROPOSES PAR ENDA Enda intervient selon une approche intégrée, en offrant à ses clients deux types de services : les services financiers et les services d appui (ou services nonfinanciers) PRODUITS FINANCIERS Principes de base régissant les produits financiers à ENDA Les produits financiers proposés par Enda sont conçus de manière à répondre à deux exigences, dont la conciliation n est pas toujours évidente : - Répondre au mieux aux besoins de la clientèle ciblée - Minimiser le risque de non-paiement Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 11 / 68

12 La minimisation des risques Afin de minimiser le risque, Enda a adopté dès le début quelques principes de base, découlant des expériences réussies dans d autres contextes internationaux : 1. Le principe de la progressivité Ce principe consiste à accorder au client plusieurs prêts selon des cycles successifs. Ces prêts commencent par des petits montants mais qui augmentent progressivement d un cycle à l autre. Cette progressivité présente plusieurs avantages : - la possibilité de la détection précoce des défaillances du client en testant sa solvabilité sur des montants faibles avant de lui accorder des crédits plus conséquents - l apprentissage progressif du client à la gestion de la dette (effet pédagogique) - une meilleure connaissance du client avant de s engager avec lui dans des crédits plus conséquents - la fidélisation de la clientèle et le développement de relations de confiance, etc. 2. Le crédit solidaire Nous revenons plus tard sur la description détaillée de ce produit. Le principe consiste simplement à constituer des groupes de clients (dits groupes solidaires) dont les membres se portent collectivement garants du crédit de chacun. Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 12 / 68

13 Cette approche permet : - Une «mutuellisation» du risque au sein de chaque groupe - Une caution morale qui comble l absence de la garantie matérielle - Une pression permanente du groupe sur chaque membre pour respecter les engagements Au-delà de la minimisation du risque, cette approche a un impact fort en terme d apprentissage d autogestion, de démocratisation à la base et de reconstitution du tissu social dans des quartiers difficiles, souvent composés de migrants ruraux venant de diverses régions Mieux répondre aux besoins de la clientèle Le souci d Enda de coller aux besoins réels de sa clientèle se traduit par une dynamique permanente d adaptation de son offre en produits financiers. Témoigne de cette dynamique ces quelques repères historiques : - En 1994, étude d identification des besoins - En 1995, démarrage de l activité de micro-crédits avec des prêts individuels et des montants relativement élevés - En 1998, introduction et généralisation du crédit solidaire - Réajustement des montants et des durées de remboursement - En 2000, réintroduction du crédit individuel pour les clients ayant passé plusieurs cycles de prêt de groupe sans retard de remboursement - Début 2001, introduction du prêt saisonnier - Mi , élargissement du produit «prêt saisonnier» et introduction du prêt express - Mi- 2001, réajustement des montants et des durées de remboursement Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 13 / 68

14 - Mi-2001 abaissement du taux d intérêt de 24% à 18% pour les prêts individuels de plus de 1000 dinars L affinement de la connaissance des besoins se fait à travers l'écoute attentive de la clientèle : - soit, directement à travers les réunions et les rencontres organisées régulièrement par Enda avec ses clients - soit, à travers les agents de crédit grâce à leurs contacts permanents avec les clients. Enfin, il est important de mentionner que les adaptations ainsi que la création de nouveaux produits se font toujours selon une démarche participative impliquant l ensemble du staff opérationnel (agents de crédit, superviseurs, gestionnaires, etc.). Les questions sont débattues lors de réunions de brainstorming organisées régulièrement Présentation des produits financiers Les produits financiers proposés par Enda résultent ainsi d un processus de réajustement et d amélioration permanent dont l objectif est de répondre au mieux à la demande de la clientèle. Fin juillet 2001, on peut inventorier trois catégories de produits : - Le crédit solidaire - Le crédit individuel - Le prêt express ou parallèle Le crédit solidaire 1. Principe Comme nous l avons déjà mentionné, derrière le concept du crédit solidaire se trouve essentiellement une motivation de réduction du risque à travers la substitution de la garantie matérielle par une caution solidaire du groupe. Les crédits sont accordés individuellement à chaque membre du groupe, mais en cas de défaillance de remboursement de l un des membres, le reste du groupe doit prendre en charge le paiement des échéances manquantes. Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 14 / 68

15 2. Modalités On distingue deux blocs de cycles de crédits dont les modalités sont différentes : - Le prêt de démarrage Il contient au maximum 5 cycles dont le montant évolue de 100 à 400 dinars. La durée de remboursement est fixée à 6 mois. Le client passe d un cycle à un autre si le remboursement s effectue sans incidents de paiement. - Le prêt de consolidation C est une deuxième série de 7 cycles de prêt qui est mise en œuvre, une fois que le client ait franchi sans incidents les cycles du prêt de démarrage. Les montants varient de 300 à 1000 dinars. La durée de remboursement est de 8 mois en moyenne mais les clients qui le souhaitent peuvent rembourser sur des périodes de 10, voire 12 mois pour les prêts de 1000 DT. Crédit solidaire: prêt de démarrage et prêt de consolidation mois 10 mois 12 mois mois mois mois mois mois 8 mois mois mois 6 mois 8 mois 6 mois Prêt de démarrage Prêt de consolidation Crédit 1 Crédit 2 Crédit 3 Crédit 4 Crédit 5 Crédit 3 Crédit 4 Crédit 5 Crédit 6 Crédit 7 Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 15 / 68

16 Le crédit individuel Le crédit individuel est accordé aux clients ayant contracté plusieurs cycles de crédits solidaires, sans incidents de paiement. Selon la même logique que précédemment, le crédit individuel est composé de deux séries de cycles de prêts : le crédit individuel 1 et 2. Le montant de ces prêts commence à 300 dinars et peut atteindre 3000 dinars. Crédit individuel: 1 et mois 12 mois mois 12 mois mois 12 mois 10 mois mois mois mois mois mois 8 mois 10 mois 12 mois Crédit individuel 1 Crédit individuel 2 Crédit 1 Crédit 2 Crédit 3 Crédit 4 Crédit 5 Crédit 6 Crédit 7 Crédit 8 Crédit Le prêt express ou parallèle Le prêt express est récemment introduit par Enda pour répondre aux besoins de financement d une opportunité immédiate dont le retour d investissement est très court (1 à 2 mois). Il s agit typiquement des activités à caractère saisonnier (mois de Ramadan, fêtes, rentrée scolaire, etc.). Le montant du prêt express varie de 300 à 1000 dinars, le remboursement se fait sur un ou deux mois mais ne doit pas dépasser les 2 mois. Le prêt express peut être accordé en parallèle à un prêt en cours, d où le nom de «prêt parallèle» souvent utilisé par les clients et les agents. Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 16 / 68

17 4.2. LES SERVICES NON-FINANCIERS Services d appui aux micro-entrepreneurs Les services non financiers regroupent l ensemble des actions de développement communautaire, hors micro-crédit. Jusqu à récemment, ces services étaient considérés comme une activité à part entière et indépendante de celle du micro-crédit. Ces actions ne sont pas, par conséquent, strictement limitées aux clients de CRENDA, mais ciblent une population plus large. Avec le développement rapide de l activité de micro-crédit et sa dominance au sein d Enda, les services non financiers sont de plus en plus perçus comme une activité complémentaire à celle du micro-crédit. Ils visent essentiellement à apporter un service d appui et d accompagnement aux micro-entrepreneurs clients d Enda afin de créer un environnement favorable au micro-crédit (augmenter l impact du micro-crédit sur la micro-entreprise et réduire le risque de non-paiement). Dans ce cadre, les services fournis par Enda sont les suivants : - Alphabétisation pour des clients analphabètes ou peu alphabétisés - Formation et suivi des clients en matière de gestion, comptabilité, marketing, fiscalité, sécurité sociale (par des formateurs et par les agents de micro-crédit lors de leurs visites de routine) - Conseils juridiques assurés par une avocate - Conseils et sensibilisation en matière de santé et d hygiène assurés par un médecin généraliste ou des spécialistes visiteurs - Encadrement technique par des formateurs spécialisés - Mise en relation et échanges entre réseau et groupes de clients - Organisation périodique de foires et expositions pour créer des occasions de commercialisation et de promotion des activités des clients Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 17 / 68

18 - Participation de quelques clientes, notamment celles ayant des activités artisanales, dans les foires organisées par le Ministère des Affaires de la Femme et de la Famille ou d autres institutions étatiques. - Divertissement des clients et leurs familles par l organisation de fêtes et d excursions et sorties - Valorisation des clients durant ces fêtes par la distribution de prix (et cadeaux), parfois sous forme de carnets d épargne, aux meilleurs clients du programme. - Invitation des meilleurs clients pour participer aux réunions organisées pour des invités de Enda (ambassadeurs, donateurs, représentants internationaux et du gouvernement ainsi que des autorités locales) et à des réunions du comité des clients pour des débats sur les produits et services du programme en vue de leur amélioration Insertion économique et sociale des jeunes En plus de ces services d appui aux micro-entrepreneurs, Enda assure également à travers son centre communautaire, l ESPACE 21, des actions d insertion économique et sociale des jeunes à travers différentes approches : - La formation professionnelle : Plus de 750 jeunes de la cité de Hay Ettadhamen ont été déjà formés dans diverses branches (coupe et couture, informatique, électricité bâtiment, menuiserie, design et décoration, mosaïque, hôtellerie, etc.) - La socialisation des jeunes : par la promotion des activités culturelles comme le théâtre, la chorale, la musique, les excursions et les débats, etc. - Le soutien scolaire: en mettant à disposition des jeunes de la cité une bibliothèque, un espace de lecture et des cours de langue Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 18 / 68

19 5. CARACTERISATION DE LA CLIENTELE D ENDA 5.1. TYPOLOGIE ET PROFILS DE LA CLIENTELE Les femmes : Cible privilégiée du programme Les femmes restent volontairement la cible privilégiée d Enda, puisqu elle exige que la composition des groupes solidaires soit majoritairement féminine. Répartition des prêts selon le genre Homme 27% Femme 73% Comme le montre le graphique précédent, 73 % des crédits accordés jusqu à la fin 2000 ont bénéficié à des femmes. Ce taux se stabilise actuellement autour de 80 %. Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 19 / 68

20 Profil d âge Le graphique suivant présente la répartition statistique des prêts selon les tranches d âge des clients. Répartition de la clientèle selon les tranches d'age 40% 38% 35% 30% 28% % de clients 25% 20% 15% 20% 10% 5% 0% 8% 5% 1% < 20 ans Tranches d'age - Les jeunes de moins de 30 ans représentent environ 33% des clients d Enda - La tranche d âge 30 à 40 ans représente la plus grande partie des clients d Enda, soit environ 38%. - La tranche de 40 à 50 ans vient en troisième place avec une part d environ 20%. Toutefois, la structure d âge est sensiblement différente entre les deux sexes, comme le montre le graphique suivant : Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 20 / 68

21 Répartition des prêts selon les tranches d'age des clients et le genre 10% 9% Hommes 15% 29% 22% Femmes 44% Moins de 30 ans 30 à 40 ans 40 à 50 ans Plus de 50 ans 40% 31% Il semble que globalement les femmes se lancent plus tardivement dans les activités indépendantes. La proportion de jeunes de moins de 30 ans représente environ 44% parmi les clients hommes alors qu elle ne dépasse pas les 30% dans le cas des femmes. En contre-partie, les clients des tranches d age ans sont proportionnellement plus prépondérants parmi la population féminine que celle masculine Etat civil La plus grande partie des clients d Enda sont mariés (76%). Les célibataires représentent 18% et le reste sont soit veufs, soit divorcés. Evaluation du programme de micro-crédit CRENDA Page 21 / 68

Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire

Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire Observatoire de la Microfinance Novembre 2011 Hay Chabab, Rue Baamrani Ain Sebaa Casablanca-Maroc Tel +212 522 739 089/ +212 522 739 124 Fax +212

Plus en détail

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé Adie et vous. Nos Missions: Des missions qui traduisent les valeurs de l ADIE fondées sur la confiance dans les capacités de chacun et le droit fondamental d entreprendre Financer les créateurs d entreprise

Plus en détail

Formation à la microfinance

Formation à la microfinance Formation à la microfinance Contexte de la formation : L'année internationale de la micro finance a été lancée en Mars 2005 et aujourd'hui le monde entier est tourné vers cet outil afin de réduire de manière

Plus en détail

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale,

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, Notre Mission 2 La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, qui s investit depuis 1996 dans l action du

Plus en détail

PROMOTION, FINANCEMENT ET ACCOMPAGNEMENT DE L AUTO ENTREPREUNARIAT DES JEUNES A YAOUNDE, PAR LA CREATION D UNE PEPINIERE D ENTREPRISES

PROMOTION, FINANCEMENT ET ACCOMPAGNEMENT DE L AUTO ENTREPREUNARIAT DES JEUNES A YAOUNDE, PAR LA CREATION D UNE PEPINIERE D ENTREPRISES PROMOTION, FINANCEMENT ET ACCOMPAGNEMENT DE L AUTO ENTREPREUNARIAT DES JEUNES A YAOUNDE, PAR LA CREATION D UNE PEPINIERE D ENTREPRISES 1 Financement EUROPAID 21.03.01 282 Durée : 3 ans Début du projet

Plus en détail

Améliorer l insertion socio-économique des familles vulnérables d Antananarivo: Microcrédit et Formation Professionnelle

Améliorer l insertion socio-économique des familles vulnérables d Antananarivo: Microcrédit et Formation Professionnelle Améliorer l insertion socio-économique des familles vulnérables d Antananarivo: Microcrédit et Formation Professionnelle Cr dit. Epargne. FORmation Depuis 2009, Madagascar est fortement marqué par la persistance

Plus en détail

La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc

La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc Mme Saadia Nouri Directeur Général Adjoint Assurances de personnes et Partenariats Axa Assurance Maroc 1 Sommaire Préambule : Micro

Plus en détail

Une institution de microfinance au service des micro-entrepreneurs des quartiers populaires

Une institution de microfinance au service des micro-entrepreneurs des quartiers populaires Une institution de microfinance au service des micro-entrepreneurs des quartiers populaires enda inter-arabe 3, rue el aâcha cité ettadhamen, 2041, Tunisie tel: (216) 71 650 690-71 650 690-71 650 754 fax:

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

Etude de satisfaction sur les produits et services de GAMIFI SA Décembre 2009

Etude de satisfaction sur les produits et services de GAMIFI SA Décembre 2009 Etude de satisfaction sur les produits et services de GAMIFI SA Décembre 2009 1 Echantillonnage 2 But de cette étude www.gamifi.org Cette étude de satisfaction préliminaire a été menée sur les clients

Plus en détail

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale Bulletin 11 Publications - Bulletins La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale A. Cissé, UCN Sénégal D. Sarr, UCN Sénégal M. Kébé,

Plus en détail

L AFD ET LA MICROFINANCE

L AFD ET LA MICROFINANCE L AFD ET LA MICROFINANCE 1988 2008 Vingt ans déjà! Paul Kabre LA MICROFINANCE, POURQUOI? Dans de nombreux pays, l immense majorité de la population n a pas accès au secteur bancaire classique : sa capacité

Plus en détail

CGAP. Note du. Août 2007. L endettement : les IMF se livrent-elles à un calcul du coût intégral de tous les types d emprunts?

CGAP. Note du. Août 2007. L endettement : les IMF se livrent-elles à un calcul du coût intégral de tous les types d emprunts? CGAP Note du Août 2007 Le processus de décision des IMF en matière de structure du capital : pour une approche plus réfléchie et plus méthodique Les institutions de microfinance (IMF) ont aujourd hui à

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère des Finances et de la Planification du Développement Economique Secteur Financier Titre du Projet 1 : Mise en œuvre du plan d actions de la Stratégie du Développement du

Plus en détail

Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs. www.cm6-microfinance.ma

Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs. www.cm6-microfinance.ma Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs au Maroc www.cm6-microfinance.ma Plan de l intervention Deux grands axes : Axe 1 : Vue d ensemble sur l offre actuelle des produits

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Micro-crédit et lien social en Hinisie. La solidarité instituée

Micro-crédit et lien social en Hinisie. La solidarité instituée Micro-crédit et lien social en Hinisie La solidarité instituée Table des matières Introduction - 11 L Le système d'acteurs et le cadre socio-territorial 23 { CHAPITRE I Le cadrctconceptuel en matière de

Plus en détail

Pour une meilleure employabilité des nouveaux diplômés: Réflexions et propositions

Pour une meilleure employabilité des nouveaux diplômés: Réflexions et propositions Communication au Colloque : L EMPLOYABILITE / ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Défi des universités Beyrouth 7 8 Mai 2014 Pour une meilleure employabilité des nouveaux diplômés: Réflexions et propositions Bessem

Plus en détail

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS Présenté par Dr Alpha AYANDE Tél. +41 79 358 26 12 Email: syfodip@gmail.com

Plus en détail

PROJET EMISE REFERENTIEL EUROPPEEN D ACTIVITES DU MANAGER DE PROJET EUROPEEN

PROJET EMISE REFERENTIEL EUROPPEEN D ACTIVITES DU MANAGER DE PROJET EUROPEEN PROJET EMISE REFERENTIEL EUROPPEEN D ACTIVITES DU MANAGER DE PROJET EUROPEEN La nécessité de définir le cadre d intervention du manager de projet pour le projet EMISE reflète des différences culturelles

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES RESULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES BESOINS DES TPE LOCALES EN MATIERE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Document réalisé par Peter Ulrich, économiste Les membres du Service de proximité aux TPE : 1 Le contexte

Plus en détail

GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES POUR LES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE

GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES POUR LES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES POUR LES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE Octobre 2007 Table des matières Préambule 4 Sommaire exécutif 5 1. La présentation de l organisme 6 1.1 L historique de l

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

30/10/2014. Thématique 2 «Je finance mon projet»

30/10/2014. Thématique 2 «Je finance mon projet» 1 Thématique 2 «Je finance mon projet» 3 2 Thématique 2 «Je finance mon projet» Le réseau Créo Vaucluse c est qui c est quoi? 30 structures spécialistes de l accompagnement des entrepreneurs (création,

Plus en détail

CREATION ET GESTION D UNE ENTREPRISE COURS DE FORMATION

CREATION ET GESTION D UNE ENTREPRISE COURS DE FORMATION CREATION ET GESTION D UNE ENTREPRISE COURS DE FORMATION Apprendre de manière simple et concrète à créer son entreprise, quelque soit son expérience et ses compétences PARTAGE ET ACTION EN SYNERGIE POUR

Plus en détail

Formation en CONTINUE EEA : Encadrant d Entreprise Artisanale niveau IV

Formation en CONTINUE EEA : Encadrant d Entreprise Artisanale niveau IV Formation en CONTINUE EEA : Encadrant d Entreprise Artisanale niveau IV Programme de Formation MODULE GESTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE D UNE ENTREPRISE ARTISANALE Durée totale : 84 heures Sur la base du

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: ALGERIE

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: ALGERIE Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: ALGERIE Un projet financé par l Union Européenne Réunion de Travail des Coordonnateurs du SBA et des Conseillers

Plus en détail

MODELE DE FINANCEMENT DES PME RURALES AU MALI : CAS DE LA BNDA. COMMUNICATION DE LA BNDA MALI Lassine COULIBALY

MODELE DE FINANCEMENT DES PME RURALES AU MALI : CAS DE LA BNDA. COMMUNICATION DE LA BNDA MALI Lassine COULIBALY MODELE DE FINANCEMENT DES PME RURALES AU MALI : CAS DE LA BNDA COMMUNICATION DE LA BNDA MALI Lassine COULIBALY Présentation sommaire BNDA La BNDA a été créée par la loi N 81-08 AN/RM du 11 février 1981.

Plus en détail

L ÉRADICATION DE LA PAUVRETÉ : MISSION POSSIBLE?

L ÉRADICATION DE LA PAUVRETÉ : MISSION POSSIBLE? Compte-rendu de l Atelier 8 Animateur : Youba SOKONA, ENDA, Sénégal Secrétaire : Hotense BADO, COPROD, Burkina Faso L ÉRADICATION DE LA PAUVRETÉ : MISSION POSSIBLE? Cet atelier a regroupé une trentaine

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FORMATION

CAHIER DES CHARGES FORMATION CAHIER DES CHARGES FORMATION 1. INTITULE (COMPLETE) DE LA FORMATION : Gestion financière, planification, suivi et évaluation des programmes/projets de 2. CONTEXTE : La stratégie actuelle de l Agence de

Plus en détail

Plaidoyer relatif à l offre de formation qualifiante de courte durée dans les Instituts Nationaux de Jeunesse et de Sports

Plaidoyer relatif à l offre de formation qualifiante de courte durée dans les Instituts Nationaux de Jeunesse et de Sports Plaidoyer relatif à l offre de formation qualifiante de courte durée dans les Instituts Nationaux de Jeunesse et de Sports 1 PRéambule 2 PRoblématique Les Instituts Nationaux de Jeunesse et de Sports ont

Plus en détail

Vous avez pas ou peu d argent : les solutions pour créer votre entreprise. Animé par : Marc DEMAISON

Vous avez pas ou peu d argent : les solutions pour créer votre entreprise. Animé par : Marc DEMAISON Vous avez pas ou peu d argent : les solutions pour créer votre entreprise Animé par : Marc DEMAISON En France, la création d entreprise se caractérise avant tout par un «entrepreneuriat populaire» - Des

Plus en détail

Promoteur de l Education Financière des Micro-entrepreneurs au Maroc

Promoteur de l Education Financière des Micro-entrepreneurs au Maroc Promoteur de l Education Financière des Micro-entrepreneurs au Maroc L Education Financière représente un enjeu de toute première importance pour le renforcement des capacités des microentrepreneurs, jeunes

Plus en détail

évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Instruments financiers

évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Instruments financiers évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Les instruments financiers cofinancés par le Fonds Social Européen sont des outils durables et efficaces pour investir dans la croissance

Plus en détail

Inauguration de la Maison Régionale des Entreprises DOSSIER DE PRESSE

Inauguration de la Maison Régionale des Entreprises DOSSIER DE PRESSE Inauguration de la Maison Régionale des Entreprises DOSSIER DE PRESSE 14 novembre 2007 Le contexte La Région Guadeloupe a mis en place son Schéma Régional de Développement Economique (S.R.D.E). Ce schéma

Plus en détail

Soutenir la microf inance. responsable

Soutenir la microf inance. responsable Soutenir la microf inance responsable L ACCÈS AU CRÉDIT POUR TOUS : UN SECTEUR PRIORITAIRE Dans de nombreux pays, la grande majorité de la population est exclue du système bancaire. L accès aux services

Plus en détail

La Banque Centrale de Tunisie. Ministère des Finances. Les Établissements de Crédit

La Banque Centrale de Tunisie. Ministère des Finances. Les Établissements de Crédit La Banque Centrale de Tunisie Secteur Monsieur Taoufik BACCAR, Gouverneur de la BCT, a tenu une conférence de presse le 23 juin 2010, au cours de laquelle, il a mis l accent sur la nécessité du renforcement

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE

DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE Royaume du Maroc DIAGNOSTIC STRATEGIQUE, FINANCIER ET PLAN DE MISE A NIVEAU 1 TERMES DE RÉFÉRENCE 1 Le rapport d un diagnostic stratégique est un rapport d expertise, il représente la synthèse des informations

Plus en détail

DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE. 320 h 24 h h h h 344 h

DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE. 320 h 24 h h h h 344 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : DROIT ECONOMIE GESTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE SOCIALE ET CULTURELLE Spécialité : Professionnelle FINANCES DES COLLEIVITES TERRITORIALES ET DES GROUPEMENTS M2

Plus en détail

EVALUATION INTERMEDIAIRE NIG/017. Appui au Programme national de Formation professionnelle et technique et d Insertion des Jeunes sortants

EVALUATION INTERMEDIAIRE NIG/017. Appui au Programme national de Formation professionnelle et technique et d Insertion des Jeunes sortants EVALUATION INTERMEDIAIRE NIG/017 Appui au Programme national de Formation professionnelle et technique et d Insertion des Jeunes sortants FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du Projet Titre court du Projet

Plus en détail

ÉTUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS AU MAROC / 2011 RAPPORT DE L ETUDE SOMMAIRE. I - Méthodologie de l étude... 2

ÉTUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS AU MAROC / 2011 RAPPORT DE L ETUDE SOMMAIRE. I - Méthodologie de l étude... 2 ÉTUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS AU MAROC / 2011 RAPPORT DE L ETUDE SOMMAIRE Page I - Méthodologie de l étude.... 2 II - Caractéristiques et attentes de la population du Microcrédit. 4 III - Thème

Plus en détail

GRAMEEN FOUNDATION NOM DU PRODUIT MIFOS 1.3 NOM DU FOURNISSEUR

GRAMEEN FOUNDATION NOM DU PRODUIT MIFOS 1.3 NOM DU FOURNISSEUR NOM DU PRODUIT MIFOS 1.3 NOM DU FOURNISSEUR GRAMEEN FOUNDATION Évaluation 2009* Achevée en décembre 2009 Évaluations précédentes Sans objet Impression générale RÉSUMÉ Mifos est une solution open source

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L INTERIEUR INSPECTION GENERALE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE MESURE DE LA PERFORMANCE DES POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE DE L ADMINISTRATION

Plus en détail

CABINET COMPTABLE ET DE GESTION

CABINET COMPTABLE ET DE GESTION CABINET COMPTABLE ET DE GESTION Audit Appui - Evaluation en microfinance, - Etude renforcement sectorielle des - Appuis capacités, et Conseils audit, - appuis Ingénierie aux projets/programme informatique

Plus en détail

BILAN 31/12/2010 31/12/2009 ETAT DES SOLDES DE GESTION COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES. TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE (en milliers MAD) 31/12/2010

BILAN 31/12/2010 31/12/2009 ETAT DES SOLDES DE GESTION COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES. TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE (en milliers MAD) 31/12/2010 BILAN ENGAGEMENTS DONNES Engagements de financement donnés en faveur d'établissements de crédit et assimilés Engagements de financement donnés en faveur de la clientèle Engagements de garantie d'ordre

Plus en détail

Guide du Tuteur Banque et Assurance

Guide du Tuteur Banque et Assurance Guide du Tuteur Banque et Assurance QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

GENERALISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) DANS L ENSEIGNEMENT AU ROYAUME DU MAROC

GENERALISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) DANS L ENSEIGNEMENT AU ROYAUME DU MAROC GENERALISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) DANS L ENSEIGNEMENT AU ROYAUME DU MAROC Dossier de présentation générale Avril 2005 Réf. : ICTEI/2/27042005 Page 1 sur 10 SOMMAIRE

Plus en détail

Campagne «Mécène Adie pour l'emploi»

Campagne «Mécène Adie pour l'emploi» Paris, 9 avril 2015 Campagne «Mécène Adie pour l'emploi» Le Fonds Adie : Le fonds de dotation de l'adie lance 3 fonds pour l emploi - Jeunes, Femmes, Microfranchise solidaire - pour un programme philanthropique

Plus en détail

Guide Tuteur Commerce et Distribution

Guide Tuteur Commerce et Distribution Guide Tuteur Commerce et Distribution QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

Nous donnons les moyens d entreprendre à ceux qui n ont pas les moyens

Nous donnons les moyens d entreprendre à ceux qui n ont pas les moyens Nous donnons les moyens d entreprendre à ceux qui n ont pas les moyens Le micro-crédit ou la finance autrement : de M. YUNUS à M. N0WAK La naissance du micro-crédit : des pays émergents vers les pays développés

Plus en détail

Direction de la Protection de la Famille de l Enfance et des personnes Agées

Direction de la Protection de la Famille de l Enfance et des personnes Agées Direction de la Protection de la Famille de l Enfance et des personnes Agées Fonds des Nations Unies pour la Population Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé d accompagner le Ministère

Plus en détail

PERFORMANCE DES IMF SOCIALE. MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance

PERFORMANCE DES IMF SOCIALE. MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance PERFORMANCE SOCIALE DES IMF MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance SOMMAIRE Performance sociale : Définition et principes Comment mesurer la performance sociale? Performance sociale en

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans COMMUNIQUÉ DE PRESSE 14,7% de la population belge sous le seuil de pauvreté 1 La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans Forte hausse des demandes de microcrédits

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES

DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES Service des communes et des relations institutionnelles Autorité cantonale de surveillance des finances communales (ASFICO) RECOMMANDATIONS EN

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

Master Domaine Droit, Économie, Gestion Mention Économie des Organisations et Gouvernance M2 Etudes et Conseil

Master Domaine Droit, Économie, Gestion Mention Économie des Organisations et Gouvernance M2 Etudes et Conseil UFR d'economie et de Gestion 10, placette Lafleur BP 2716 80027 Amiens Cedex 1 www.u-picardie.fr Objectifs Publics Débouchés Modalités d'accès Organisation Contrôle des connaissances Formation continue

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO Juillet 2011 1 SIGLES ET ABBREVIATIONS APIPAC BRS FCFA IAGU-BAU PMA PROFAUP RUAF URCPO

Plus en détail

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA EVALUATION FINALE AFR/017 Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la Zone UEMOA FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Union Economique et Monétaire Ouest

Plus en détail

PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER

PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER COLLOQUE UEMOA-CRDI OUAGADOUGOU- BURKINA FASO NOUFOU Insa, MACROECONOMISTE PLAN DE PRESENTATION Introduction et Problématique Les

Plus en détail

Vous avez peu ou pas d argent : les solutions pour créer votre entreprise

Vous avez peu ou pas d argent : les solutions pour créer votre entreprise Vous avez peu ou pas d argent : les solutions pour créer votre entreprise Animé par : Animé par : Fabienne KERZERHO, Directrice Régionale Adie Marc DEMAISON, Responsable Adie Conseil - Adie En France,

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Un projet financé par l Union Européenne Réunion de Travail des Coordonnateurs du SBA et des Conseillers

Plus en détail

Evaluation du Secteur du Microcrédit au Maroc

Evaluation du Secteur du Microcrédit au Maroc Evaluation du Secteur du Microcrédit au Maroc Ann Duval Projet de Rapport Le 28 septembre 2001 1 Résumé...1 1.1 La Méthodologie de Travail... 1 1.2 Les Conclusions Principales... 1 1.2.1 L Appui au Secteur

Plus en détail

Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré

Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré Considérations générales Ce rapport synthétique est issu de l étude d une organisation

Plus en détail

Financement shari a compatible des entreprises. Quels enseignements? Hideur Nasser Secrétaire Général Banque Al Baraka d Algérie

Financement shari a compatible des entreprises. Quels enseignements? Hideur Nasser Secrétaire Général Banque Al Baraka d Algérie Financement shari a compatible des entreprises Quels enseignements? Hideur Nasser Secrétaire Général Banque Al Baraka d Algérie 1-Une banque de détail shari a compatible est-elle viable en milieu conventionnel?

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

Termes de références. Étude de faisabilité sur le Mobile Banking

Termes de références. Étude de faisabilité sur le Mobile Banking Termes de références Étude de faisabilité sur le Mobile Banking Date limite 22/04/2013 Pays : Tunisie Institution : Secteur : Microfinance Partenaire : Union Européenne Date d émission : 10/04/2013 Date

Plus en détail

Accompagnement et financements solidaires : quels organismes?

Accompagnement et financements solidaires : quels organismes? Accompagnement et financements solidaires : quels organismes? Animé par : ADIE Association des CIGALES de Bretagne BCS BGE Ille & Vilaine Bretagne Active Les CAE d Ille & Vilaine PRESOL L AGORA, autour

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

Décentralisation, gouvernance locale et lutte contre la pauvreté. Cas de la Tunisie

Décentralisation, gouvernance locale et lutte contre la pauvreté. Cas de la Tunisie Séminaire sur la décentralisation, la gouvernance locale et la lutte contre la pauvreté Décentralisation, gouvernance locale et lutte contre la pauvreté Cas de la Tunisie Mokhtar Hammami Tanger, 27 septembre

Plus en détail

La performance sociale de l Adie

La performance sociale de l Adie adie etude impact 2012 refait ok_adie etude impact 2012 03/10/12 17:31 Page1 La performance sociale de l Adie Les services de l Adie en direction des populations en situation d exclusion évalués par l

Plus en détail

Encadré par : Mr prof HAMIOUI

Encadré par : Mr prof HAMIOUI UNIVERSITE MY ISMAIL FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES ECONOMIQUE ET SOCIAL MEKNES MASTER SPECIALISE : ECONOMIE ET STRATEGIE DES INSTITUTION FINANCIERE THEME: MICRO CREDIT AU MAROC Encadré par : Mr prof

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE SUR LES POLITIQUES ET PROGRAMMES REGIONAUX RELATIFS AUX DROITS ET ACTIVITES DES FEMMES EN AFRIQUE DE L OUEST

NOTE DE SYNTHESE SUR LES POLITIQUES ET PROGRAMMES REGIONAUX RELATIFS AUX DROITS ET ACTIVITES DES FEMMES EN AFRIQUE DE L OUEST Afrique Nourricière re NOTE DE SYNTHESE SUR LES POLITIQUES ET PROGRAMMES REGIONAUX RELATIFS AUX DROITS ET ACTIVITES DES FEMMES EN AFRIQUE DE L OUEST Secrétariat Exécutif ROPPA Atelier Collège des Femmes

Plus en détail

ANNALES. OFFICIELLES 2014 concours. ecricome. prepa ÉPREUVE ÉCRITE ÉPREUVE COMMUNE. z Langue vivante 1 / Arabe. www.ecricome.org

ANNALES. OFFICIELLES 2014 concours. ecricome. prepa ÉPREUVE ÉCRITE ÉPREUVE COMMUNE. z Langue vivante 1 / Arabe. www.ecricome.org ANNALES OFFICIELLES 2014 concours ÉPREUVE ÉCRITE ÉPREUVE COMMUNE z Langue vivante 1 / Arabe www..org esprit de l épreuve Esprit général Les épreuves de langues ont pour but de : - vérifier l existence

Plus en détail

Les rôles respectifs des acteurs et des Instances dans la conduite d un projet informatique

Les rôles respectifs des acteurs et des Instances dans la conduite d un projet informatique Les rôles respectifs des acteurs et des Instances dans la conduite d un projet informatique Conduite de projet dossier Le souci de maîtriser des projets informatiques a donné lieu à de multiples tentatives

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Conseil National du Commerce Extérieur Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Anticiper Partager Agir 2006 www.cnce.org.ma SOMMAIRE A. Vers une importante ouverture du marché marocain des produits

Plus en détail

RAPPORT D ACHEVEMENT D UNE OPERATION D ASSISTANCE TECHNIQUE

RAPPORT D ACHEVEMENT D UNE OPERATION D ASSISTANCE TECHNIQUE RAPPORT D ACHEVEMENT D UNE OPERATION D ASSISTANCE TECHNIQUE INTITULE DE L ASSISTANCE TECHNIQUE : Etude sur la maintenance des infrastructures sociales dans les pays de l UEMOA ORGANES D EXECUTION : Commission

Plus en détail

Offre d emploi ENPI/2013/320-938. Rue Froissart 123-133 1053 Les Berges du Lac Tunisie. B- 1040 Bruxelles, Belgique Téléphone: + 216 71 960 330

Offre d emploi ENPI/2013/320-938. Rue Froissart 123-133 1053 Les Berges du Lac Tunisie. B- 1040 Bruxelles, Belgique Téléphone: + 216 71 960 330 Offre d emploi Programme d Appui à la Société Civile Tunisie (PASC - Tunisie) ENPI/2013/320-938 Le Programme d Appui à la Société Civile PASC- TUNISIE est une initiative de l Union Européenne en Tunisie

Plus en détail

Microfinance pour l agriculture : l expérience de la FONG au Sénégal

Microfinance pour l agriculture : l expérience de la FONG au Sénégal Microfinance pour l agriculture : l expérience de la FONG au Sénégal Nassirou Sall, FONGS, en partenariat avec SOS Faim Belgique BIM n - 22 avril 2008 Betty WAMPFLER Nous vous avons présenté dans le BIM

Plus en détail

CADRE DE GESTION DE L OFFRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L OFFRE DE FORMATION COLLÉGIALE TECHNIQUE

CADRE DE GESTION DE L OFFRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L OFFRE DE FORMATION COLLÉGIALE TECHNIQUE CADRE DE GESTION DE L OFFRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L OFFRE DE FORMATION COLLÉGIALE TECHNIQUE Direction de l adéquation formation-emploi (cogestion) Direction générale de la formation collégiale

Plus en détail

LE CRÉDIT AGRICOLE DU MAROC, LA BANQUE VERTE.

LE CRÉDIT AGRICOLE DU MAROC, LA BANQUE VERTE. 1 2 3 LE CRÉDIT AGRICOLE DU MAROC, LA BANQUE VERTE. 4 SOMMAIRE crédit agricole du maroc, la banque solidaire 07 Fondation Ardi pour le Micro Crédit 08 Société de Financement pour le Développement Agricole

Plus en détail

Licence professionnelle Management, logistique, transport

Licence professionnelle Management, logistique, transport Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Management, logistique, transport Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

DOSSIER DE SYNTHESE DU PORTEUR DE PROJET

DOSSIER DE SYNTHESE DU PORTEUR DE PROJET Vous avez un projet de création ou de reprise d'entreprise, il est important de : - le formaliser, - de le rédiger et - de bien respecter les différentes étapes. DOSSIER DE SYNTHESE DU PORTEUR DE PROJET

Plus en détail

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation La référence pour maîtriser votre risque Guide de référence de la cotation MARS 2015 Sommaire 1. LA COTATION : UN PROCESSUS D APPRÉCIATION DE LA SITUATION FINANCIÈRE DES ENTREPRISES 1 1.1. POURQUOI LA

Plus en détail

finance en MéditerranM diterranée e Quel impact? Tunis 5 mai 2008 Vers une adaptation du cadre juridique et réglementaire

finance en MéditerranM diterranée e Quel impact? Tunis 5 mai 2008 Vers une adaptation du cadre juridique et réglementaire 4ème Conférence FEMIP : Micro finance en MéditerranM diterranée e Quel impact? Tunis 5 mai 2008 Vers une adaptation du cadre juridique et réglementaire 1 Le cadre juridique De la micro finance en TUNISIE

Plus en détail

PROMOTION, FINANCEMENT ET ACCOMPAGNEMENT DE L AUTO- ENTREPREUNARIAT DES JEUNES A YAOUNDE, PAR LA CREATION D UNE PEPINIERE D ENTREPRISES

PROMOTION, FINANCEMENT ET ACCOMPAGNEMENT DE L AUTO- ENTREPREUNARIAT DES JEUNES A YAOUNDE, PAR LA CREATION D UNE PEPINIERE D ENTREPRISES PROMOTION, FINANCEMENT ET ACCOMPAGNEMENT DE L AUTO- ENTREPREUNARIAT DES JEUNES A YAOUNDE, PAR LA CREATION D UNE PEPINIERE D ENTREPRISES 1 Début du projet : janvier 2010 Budget : environ 130 000 euros par

Plus en détail

Présenté par: M. Eric ELOUNDOU, Directeur Général ELESYST Administrateur d ECAM

Présenté par: M. Eric ELOUNDOU, Directeur Général ELESYST Administrateur d ECAM Organisé par: & Présenté par: M. Eric ELOUNDOU, Directeur Général ELESYST Administrateur d ECAM PARTIE I : COMMENT MURIR SON PROJET? COMMENT MURIR SON PROJET? Concevoir et réaliser un projet d entreprise

Plus en détail

Formation professionnelle

Formation professionnelle Formation professionnelle Décret n 406/PR/MFPTPEM du 08 septembre 2000 [NB - Décret n 406/PR/MFPTPEM du 08 septembre 2000 portant organisation et mise en œuvre de la formation professionnelle au ] Chapitre

Plus en détail

PROGRAMME DE CERTIFICATION EN MICROFINANCE

PROGRAMME DE CERTIFICATION EN MICROFINANCE PROGRAMME DE CERTIFICATION EN JUSTIFICATION ET OBJECTIFS DU PROGRAMME La micro finance ayant atteint une certaine maturité, il apparaît clairement que seules les institutions efficaces, compétentes et

Plus en détail

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Référentiel des activités professionnelles Dans le cadre de l exercice et de la promotion des droits des publics, le titulaire

Plus en détail