LA POLICE TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE SRPJ DE TOULOUSE/ SRIJ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA POLICE TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE SRPJ DE TOULOUSE/ SRIJ"

Transcription

1 LA POLICE TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE SRPJ DE TOULOUSE/ SRIJ 1

2 2

3 3

4 LES DIFFERENTES MISSIONS 1 ) l aide technique à l enquête 2 ) la recherche d éléments probants 3 ) la mémoire de la Police 4 ) la diffusion de l information 4

5 LA GESTION DE LA SCENE D INFRACTION 5

6 LA GESTION D UNE SCENE D INFRACTION Première phase : la prise en compte de la scène d infraction 6

7 7

8 1 ) la protection des lieux : -évacuation -sécurisation -protection de l intervenant -protection des traces et indices 8

9 2 ) compréhension : - observation des lieux - prises de renseignements 9

10 10

11 3 ) mesures urgentes (si nécessaire) - photos ou vidéos de sécurité - prélèvements d indices en péril 11

12 LA GESTION D UNE SCENE D INFRACTION seconde et troisième phases : Recherche et matérialisation des traces et indices Fixation des lieux 12

13 RECHERCHE ET MATERIALISATION DES TRACES ET INDICES 13

14 DETERMINATION DE LA METHODE DE TRAVAIL DEFINIR UNE METHODE RATIONNELLE DE TRAVAIL ET S Y TENIR 14

15 LA RECHERCHE VISUELLE 2 méthodes : Recherche en lumière ambiante Recherche en lumière rasante avec la longueur d onde appropriée 15

16 LA LAMPE SCHOTT Il s agit d une source de lumière blanche à laquelle est ajouté un filtre d arrêt, vert par exemple. Des lunettes de contraste sont nécessaires pour l observation. 16

17 LE CRIMESCOPE Ce modèle est une puissante boîte à lumière permettant d obtenir toutes les radiations de 300 à 500 nanomètres. 17

18 LA PHOTOLUMINESCENCE 18

19 19

20 20

21 21

22 22

23 23

24 24

25 LA MATERIALISATION DES INDICES 25

26 26

27 27

28 28

29 LA FIXATION DES LIEUX 1 la photographie 2 le plan des lieux 29

30 La photographie judiciaire Photographie objective 30

31 LE PLAN DES LIEUX 31

32 Le plan de situation 32

33 Le plan des lieux 33

34 34

35 LA GESTION D UNE SCENE D INFRACTION 4 ème phase : les prélèvements 35

36 DETERMINER L ORDRE DES PRELEVEMENTS Du plus urgent vers le moins urgent : 36

37 LE PRELEVEMENT D ODEURS - sur la scène d infraction ou objets s y rapportant - sur personnes 37

38 LES RESIDUS DE TIR EN TIRANT L ARME DEPOSE DES RESIDUS DE TIR SUR LA MAIN DU TIREUR 38

39 39

40 Pour prouver la présence de résidus de tir on recherche la présence de plomb, antimoine, baryum 40

41 LE KIT DE T.A.A. 41

42 LE KIT DE M.E.B. 42

43 Un résidu de tir grossi par le MEB 43

44 44

45 45

46 LA TRAJECTOIRE DU TIR 46

47 impact tireur Le laser permet de positionner le tireur lorsqu on possède un point d impact 47

48 48

49 49

50 FACE AUX MUNITIONS LES BALLES LES DOUILLES LES CARTOUCHES LES BOURRES 50

51 LES BALLES DETERMINATION : DU CALIBRE DU TYPE DE PROJECTILE MARQUE DE LA MUNITION 51

52 LES DOUILLES DETERMINATION : DU CALIBRE DU TYPE DE PROJECTILE MARQUE DE LA MUNITION 52

53 LES CARTOUCHES DETERMINATION : DU CALIBRE DU TYPE DE PROJECTILE MARQUE DE LA MUNITION CATEGORIE DE LA CARTOUCHE 53

54 Les différents diamètres de plomb 54

55 LES BOURRES DETERMINATION : DU CALIBRE DU TYPE DE PROJECTILE MARQUE DE LA MUNITION CATEGORIE DE LA CARTOUCHE 55

56 REMONTAGE D UN NUMERO 56

57 LES VEHICULES RECONSTITUER LES TRAJECTOIRES D APRES LES ORIFICES D ENTREE ET DE SORTIE 57

58 LES CADAVRES L ORIFICE D ENTREE DONNE UNE INDICATION SUR L ARME ET LA POSITION DU TIREUR 58

59 ANALYSE DES MUNITIONS 59

60 LE COMPARATEUR SERT A METTRE EN PARALLELE LA MUNITION DE COMPARAISON ET L INCRIMINEE 60

61 LA COMPARAISON PERMET DE METTRE EN EVIDENCE LES SIMILITUDES ENTRE LES DEUX BALLES 61

62 LES PRELEVEMENTS BIOLOGIQUES - ADN de contact - sang - sperme - phanères 62

63 L ADN DE CONTACT Se prélève par écouvillon sur objet non transportable; S extrait directement d un objet si celui-ci est transportable 63

64 PRELEVEMENT DE SANG Sang séché Sang liquide 64

65 SANG SEC 65

66 SANG LIQUIDE 66

67 LE SPERME Peut être détecté grâce aux UV Est prélevé avec écouvillon si support non transportable Est prélevé avec son support si transportable 67

68 Prélèvement du préservatif 68

69 MISE EN EVIDENCE DE L ENZYME PHOSPHATASE DANS LE LIQUIDE SEMINAL 69

70 70

71 LES PHANERES CHEVEUX POILS ONGLES 71

72 Prélèvement de cheveux ou poils 72

73 LES PRELEVEMENTS SOUS LES ONGLES En général réalisés par le médecin légiste 73

74 Le prélèvement de mégot et de chewing-gum 74

75 Conditionnement en pochette cristal 75

76 PRELEVEMENTS D HYDROCARBURE Sur les personnes Sur les lieux 76

77 77

78 PRELEVEMENTS D EXPLOSIFS ET DE SYSTEMES DE MISE A FEU 78

79 LES PEINTURES 79

80 80

81 LES FIBRES Fibre synthétique 81

82 Fibre végétale 82

83 Fibre animale 83

84 84

85 LE GAZ LACRYMOGENE 85

86 LES VERRES 86

87 Verre de lunettes vitre 87

88 LES FILAMENTS D AMPOULES 88

89 LA TERRE ET LES POLLENS 89

90 L ENTOMOLOGIE ADULTE OEUFS NYMPHE (chrysalide) LARVE (chenille) 90

91 LES DIATOMEES Les diatomées étant des algues microscopiques vivant dans l eau, elles sont présentes dans l organisme des noyés. Leur étude détaillée permet de révéler plusieurs paramètres des circonstances de la noyade 91

92 LES DIATOMÉES ET LA MÉDECINE M LÉGALE Le diagnostic de mort par noyade est toujours difficile à mettre en évidence pour la médecine légale. Les diatomées, entraînées par l eau à l intérieur de l organisme, gagnent le système sanguin, les poumons, la moelle, etc. L étude de la présence de ces algues dans ces différents tissus permet d affiner le diagnostic. Elle permet également de montrer s il y a eu déplacement ou non du corps. 92

93 DIATOMÉES 93

94 DIATOMÉES 94

95 DIATOMÉES (sur une pierre) 95

96 LES TRACES DIVERSES Les traces de pas Les traces de pneumatiques Les traces de sang 96

97 Les traces de pas De pas ou plutôt de semelles Présence systématique et recherche utile Définition de l I.A.I (Association internationale d identification) On peut retrouver deux types de traces: Les traces superficielles Les traces en creux 97

98 Les traces de pas superficielles Ces traces peuvent être visibles ou invisibles (source lumineuse). Ces traces peuvent être découvertes sur deux types de support : les supports secs les supports humides. 98

99 Les traces superficielles Les prélèvements sur les supports secs si la trace est visible elle pourra être photographiée directement. elle pourra être transférée comme une empreinte digitale (transfert). feuille carbone. Dustmark (électricité statique). 99

100 Les traces superficielles Les prélèvements sur les supports humides. Surfaces non poreuses: utilisation de poudre pour contraster la trace. Surfaces poreuses: (traces apposées par des semelles humides) Usage possible de cristaux d iode (marron clair) 100

101 LES TRACES DE PAS EN CREUX Ce type de trace comporte, en plus de la longueur et de la largeur, une troisième dimension : La profondeur. Les prélèvements: avant toute autre chose il faut des prises de vues. Ce type de trace nécessite un prélèvement spécifique : Le moulage. 101

102 Le moulage au plâtre D usage facile, le plâtre reste encore le matériau le plus utilisé pour la réalisation d un moulage d une trace en creux. 102

103 Le Moulage à la pâte élastomère Technique dont la mise en œuvre est aisée, permettant d obtenir des moulages résistants et d une grande finesse. Pâte composée d une base réactive et d un catalyseur qui se polymérise à température ambiante. 103

104 Le moulage de traces dans la neige Cas particuliers : Le moulage au soufre. Le moulage à la paraffine. 104

105 L identification des empreintes de chaussures L identification s effectue par comparaison entre les caractéristiques directement observées ou mesurées sur la trace incriminée et celles de semelles de comparaison. Ces caractéristiques peuvent être de deux types : Les caractéristiques originelles Les caractéristiques accidentelles. 105

106 L identification des empreintes de chaussures Les caractéristiques originelles La taille (pointure) La forme Le style (Circulaire. PTS/IRCG) Le dessin Les défauts de fabrication (série) Les caractéristiques accidentelles Les coupures Les déchirures Les marques d usures Les défauts de fabrication (unique). 106

107 L identification des empreintes de chaussures L identification commence par la concordance des caractéristiques originelles, puis des caractéristiques accidentelles. Pour ces dernières il peut y avoir des différences dues à des corps étrangers ou à l usure du temps. 107

108 Les traces de pneumatiques L anatomie du pneu : La bande de roulement les nervures sont constituées par des sculptures situées parallèlement sur la circonférence du pneu. Les rainures sont les sillons qui séparent les nervures. 108

109 L identification des traces de pneumatiques Les empreintes de comparaison Hypothèse de la découverte d un véhicule suspect Photographier et relever les caractéristiques du pneu repérer les indicateurs d usure et marquer leur emplacement (secteurs numérotés) relever l empreinte ( encre, graisse...) Importance du relevé des traces de pas et de pneus lors des constatations. 109

110 Les traces de pneumatiques Le relevé des traces Comme pour chaussures. Après avoir préservé les lieux, des photographies seront prises avant de procéder au(x) moulage(s) dont la longueur ne peut être inférieure à cm. 110

111 Les traces de pneumatiques Dimensions des traces: Certaines mesures peuvent servir à l identification: L empattement l écartement la largeur de la bande de Roulement L épaisseur de la bande de Roulement La circonférence du pneu le diamètre du pneu 111

112 L identification des traces de pneumatiques Comme pour les chaussures, l identification des empreintes de pneumatiques s effectue par comparaison entre caractéristiques originelles et accidentelles. Les caractéristiques originelles La sculpture à pas variable La forme des éléments le nombre des nervures la forme et profondeur des rainures l aspect des stries les indicateurs d usure 112

113 L identification des traces de pneumatiques Les caractéristiques accidentelles Après localisation, examiner les parties usées (stries, rainures, nervures, sillons...) Puis rechercher sur la bande de roulement les traces d altération accidentelles: Entailles Déchirures Élément endommagé Rétention d objet ou résidus. 113

114 LES TRACES DE SANG 114

115 Projection de sang artériel, causée par une arme blanche 115

116 Autre effusion artérielle 116

117 Épanchement caractéristique d un impact par projectile rapide 117

118 Effusion par écrasement causé par objet contondant 118

119 Effusion due à un objet contondant 119

120 120

121 Indique un mouvement après la lésion 121

122 Transfert de sang par apposition de main 122

123 Transfert par semelle 123

124 Les tâches sur le pantalon de l auteur indiquent sa position par rapport à la victime 124

125 PRELEVEMENT MIXTE Prélèvement ADN et trace papillaire par exemple 125

126 Zone préservée Zone de recherche de traces papillaires 126

127 LES TECHNIQUES DE REVELATION DES TRACES PAPILLAIRES Révélation d une trace papillaire digitale sur une soucoupe 127

128 LES TECHNIQUES DE REVELATION 1 ) pulvérulentes 2 ) physico-chimiques 128

129 LES REVELATIONS PULVERULENTES 1 ) sur support non poreux 2 ) sur support propre 3 ) pour trace récente 129

130 Quelques exemples 130

131 LES REVELATIONS PHYSICO- CHIMIQUES 1 ) principe d action 2 ) les différents supports 131

132 LE PRINCIPE D ACTION Chaque produit agit sur un élément bien précis de la transpiration : acides aminés, sebum, urée, chlorures etc. 132

133 LA NINHYDRINE La ninhydrine est utilisée comme révélateur des acides aminés qui sont colorés en pourpre de Ruhemann (λ = 570nm), 133

134 DFO 134

135 LE STICKY SIDE Le sticky side sert à révéler les traces sur les adhésifs 135

136 136

137 LE CYANOACRILATE 137

138 Browning Safari 300 Win 138

139 Lumiére blanche Après renfort 139

140 Méthode informatisée La Borne Prenez la pose! Pour la photo. Les doigts Et la paume 140

141 CES EMPREINTES FIGURENT-ELLES DANS LA BASE? Saisie des images des empreintes Contrôle qualité des relevés Résultat négatif = nouvelle fiche dans la base 141 Résultat positif = identité vérifiée

142 LA DACTYLOSCOPIE du grec dactulos : doigt et skopein: examiner) SRPJ TOULOUSE SRIJ

143 LE FICHIER AUTOMATISÉ DES EMPREINTES DIGITALES Identification des personnes Détection des emprunts d identité Identification des traces relevées sur les lieux d infraction 143

144 LE FAED EN ,8 MILLIONS DE PERSONNES traces identifiées 144

145 Un relevé d empreintes digitales Une trace papillaire digitale 145

146 LE DESSIN ÉPIDERMIQUE CARACTÉRISTIQUES RISTIQUES 146 INALTÉRABILITÉ IMMUABILITÉ EXTRÊME VARIÉTÉ

147 ZONE DISTALE LE DESSIN PAPILLAIRE DIGITAL LES ZONES ZONES MARGINALES ZONE CENTRALE ZONE BASALE 147

148 LE DESSIN PAPILLAIRE DIGITAL LES FORMES DE LA ZONE CENTRALE ARC TENTE PURE BOUCLE BOUCLES VERTICILLE EN CERCLE OU EN OVALE VERTICILLE EN SPIRALE A GAUCHE OU A DROITE DOUBLE VERTICILLE EN Z OU EN S VERTICILLE EN BESACE COMPOSITE 148

149 LA DEMONSTRATION D IDENTITE TRACE INCRIMINÉE X5 EMPREINTE DE COMPARAISON X LÉGENDE 5 : Arrêt de ligne : 1 ; 3 ; 4 ; 6 ; 7 ; 9 ; 10 ; 12 Bifurcation : 2 ; 5 ; 8 ;

150 LES STUPEFIANTS ET LA TOXICOLOGIE MEDICO-LEGALE 150

151 151

152 DROGUES DE SYNTHESES Drogues obtenues par voie de synthèse à partir de précurseurs chimiques Mode de consommation : ingéré Classification : STIMULANT Effets : entactogène et hallucinogène EXEMPLES DE SAISIE D AMPHETAMINE ET DERIVES «ICE» La MDMA (ecstasy) et l amphétamine sont les plus fréquentes. Autres dérivés : MDA, MDEA (Eve), MBDB, métamphétamine (ice), Nexus,

153 CANNABIS Drogue naturelle obtenue à partir du cannabis Mode de consommation : fumé sous forme d herbe ou de résine Classification : PERTURBATEUR Effets : perturbation de la perception de l environnement et de la réalité pouvant modifier durablement la personnalité du consommateur Cannabis sativa variété indica EXEMPLES DE SAISIE DE CANNABIS 153

154 COCAINE Drogue naturelle obtenue à partir du cocaier Mode de consommation : sniffé Classification : STIMULANT Effets : excitation, euphorie, insomnie suivie d un état de dépression et d épuisement Dépendance psychique Erythroxylum coca EXEMPLES DE SAISIE DE COCAINE 154

155 HEROINE Drogue d hémisynthèse obtenue à partir du pavot et par synthèse Mode de consommation : injecté ou sniffé Classification : DEPRESSEUR Effets : sensation de rêve, de détente et perte d inhibition Dépendance physique EXEMPLES DE SAISIE D HEROINE 155

156 L INFORMATIQUE ET LES NOUVELLES TECHNOLOGIES 1 L informatique et la cybercriminalité 2 Les cartes à puce 3 Les téléphones portables 4 La vidéo 5 L audio 156

157 LA TELEPHONIE MOBILE 157

158 DANS LE TELEPHONE MOBILE Le N international d immatriculation Le répertoire téléphonique Horloge/Alarme Liste des derniers appels Compteur d appel Agenda-bloc notes Messages courts mémorisés 158

159 DANS LA CARTE SIM Le numéro de série L opérateur Le répertoire téléphonique Les derniers numéros émis Les messages courts mémorisés 159

160 LES DOCUMENTS 160

161 LA PREUVE PAR ASSEMBLAGE 161

162 162

La recherche d'indices par fluorescence

La recherche d'indices par fluorescence La recherche d'indices par fluorescence Ces sources d éclairage à haute intensité permettent, en fluorescence, la mise en évidence d indices qui ne sont pas visibles ou peu à l oeil nu. Ex : empreintes

Plus en détail

http://addictologie.hug-ge.ch

http://addictologie.hug-ge.ch Jeudi 5 février 2015 Gerard Calzada http://addictologie.hug-ge.ch Trainspotting (1966) ASPECTS CINÉMATOGRAPHIQUES Wikipédia 2 http://addictologie.hug-ge.ch Trainspotting (1966) ASPECTS CINÉMATOGRAPHIQUES

Plus en détail

Accréditation n 1-2061 Liste des sites accrédités et portée disponibles sur www.cofrac.fr

Accréditation n 1-2061 Liste des sites accrédités et portée disponibles sur www.cofrac.fr Accréditation n 1-2061 Liste des sites accrédités et portée disponibles sur www.cofrac.fr L'Institut national de police scientifique, «INPS» a été créé par l'article 58 de la loi 2001-1062 du 15 novembre

Plus en détail

L intérêt de l analyse des cheveux

L intérêt de l analyse des cheveux L intérêt de l analyse des cheveux ChemTox est un laboratoire pionnier des investigations toxicologiques et plus particulièrement des analyses de cheveux. Son expertise, basée sur près de 20 années d expérience,

Plus en détail

Je décide: De faire réaliser aux élèves une tâche complexe. Pour cela, je cherche une situation déclenchante et une démarche d investigation.

Je décide: De faire réaliser aux élèves une tâche complexe. Pour cela, je cherche une situation déclenchante et une démarche d investigation. Je veux : Faire acquérir une connaissance : «les chromosomes sont constitués d A.D.N.» Développer des capacités : «Je ne sais pas lesquelles mais j ai envie de faire un TP, chose peu courante en 3 ème.»

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI? LA MÉTHAMPHÉTAMINE est un produit stupéfiant illicite, synthétisé à partir de substances chimiques, également connu sous le nom de «crystal» ou «crystalmet», «ice»,

Plus en détail

1. PRESENTATION GENERALE DU PRODUIT

1. PRESENTATION GENERALE DU PRODUIT 1. PRESENTATION GENERALE DU PRODUIT 1.1 Mise en situation : A quoi servent les pneus? Les pneus sont des éléments qui relient la voiture à la route. Ils doivent donc être en parfait état pour remplir leurs

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS SESSION 2014 ÉPREUVE : PHYSIQUE-CHIMIE Durée : 2 heures Coefficient : 2 La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186 du 16-11-99) est autorisée. La clarté

Plus en détail

Produits CONFORT DU SENIOR ET MAD

Produits CONFORT DU SENIOR ET MAD Produits CONFORT DU SENIOR ET MAD Aide au quotidien Ecrase comprimés - Réf. 25369 Pour faciliter la prise de comprimés (médicaments, vitamines...), équipez vous de cet écrase comprimé. Produit 2 en 1:

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Les drogues au XIX et XXémé siècle

Les drogues au XIX et XXémé siècle Les drogues au XIX et XXémé siècle Définition Une drogue est un composé chimique, biochimique ou naturel. Elle permet d'altérer une ou plusieurs activités neuronales, elle peut également perturber les

Plus en détail

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Page 1 25 octobre 2012 Journée «Contrôle non destructif et caractérisation de défauts» Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Henri Walaszek sqr@cetim.fr Tel 0344673324

Plus en détail

ASPECTS MEDICO-LEGAUX DES TRAUMATISMES SEVERES NIMES 8 JANVIER 2015. Département de médecine légale Pôle URGENCES CHU de Montpellier

ASPECTS MEDICO-LEGAUX DES TRAUMATISMES SEVERES NIMES 8 JANVIER 2015. Département de médecine légale Pôle URGENCES CHU de Montpellier ASPECTS MEDICO-LEGAUX DES TRAUMATISMES SEVERES NIMES 8 JANVIER 2015 Département de médecine légale Pôle URGENCES CHU de Montpellier REORGANISATION DE LA MEDECINE LEGALE CREATION en 2011 UNITES MEDICOJUDICIAIRES

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Contrôle Non Destructif C.N.D.

Contrôle Non Destructif C.N.D. Contrôle Non Destructif C.N.D. 16 Principales techniques Particules magnétiques Pénétrants 7% Autres 7% 6% Ultrasons 30% Objets divers Pétrochimique 15% 10% Aérospatial 25% Courants de Foucault 10% Autres

Plus en détail

Le polissage par laser

Le polissage par laser B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 Le polissage par laser Contexte Un traitement de surface est généralement réalisé dans le but d améliorer les caractéristiques

Plus en détail

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS ISO/IEC 17025 Chapitre 5 : EXIGENCES TECHNIQUES QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE Nicole GRABY PA/PH/OMCL (07)

Plus en détail

Construction. Sarnavap 5000E SA. Pare-vapeur. Description du produit. Tests

Construction. Sarnavap 5000E SA. Pare-vapeur. Description du produit. Tests Notice Produit Edition 09.2012 Identification no4794 Version no. 2012-208 Sarnavap 5000E SA Pare-vapeur Description du produit Sarnavap 5000E SA est un pare-vapeur auto-adhésif pour système en adhérence

Plus en détail

Scène de crime et indices matériels Sensibilisation du personnel non spécialisé

Scène de crime et indices matériels Sensibilisation du personnel non spécialisé Scène de crime et indices matériels Sensibilisation du personnel non spécialisé Section scientifique et du laboratoire OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne Scène de crime et indices

Plus en détail

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres?

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Textes rédigés pour le site www.mmatravodeco.com Reportage : projet de décoration Bambù, Paris 14 e Photos : Béatrice

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

AUFFRAY Guillaume PALIX Nicolas SERRE Samuel. Intégrité des serveurs

AUFFRAY Guillaume PALIX Nicolas SERRE Samuel. Intégrité des serveurs AUFFRAY Guillaume PALIX Nicolas SERRE Samuel Intégrité des serveurs Plan de la présentation Intégrité physique Construction de la salle Intégrité des sauvegardes Protection des PC portables Protection

Plus en détail

PROTECTION DEs MAINs ET DEs BRAs INfORMATIONs TEChNIquEs

PROTECTION DEs MAINs ET DEs BRAs INfORMATIONs TEChNIquEs Les accidents qui touchent les mains sont la première cause d accidents avec arrêt de tra- tuer tous les gestes de notre quotidien et sont également un outil essentiel dans notre travail. Préservons-les,

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

IR Temp 210. Thermomètre infrarouge. Des techniques sur mesure

IR Temp 210. Thermomètre infrarouge. Des techniques sur mesure IR Temp 210 Thermomètre infrarouge Contenu 1. Spécifications...26 2. Touches et affichages...28 3. Utilisation...30 4. Entretien...31 5. Elimination des piles et de l appareil...31 6. Tableau de facteur

Plus en détail

Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu

Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu Correction TP 7 : L organisation de la plante et ses relations avec le milieu (TP multiposte : groupes de 4 élèves qui se répartissent sur les 4 postes une fois chaque poste travaillé, un bilan sera établi

Plus en détail

Séquence 2. Étudiez le chapitre 4 de chimie des «Notions fondamentales»

Séquence 2. Étudiez le chapitre 4 de chimie des «Notions fondamentales» Séquence 2 Consignes de travail Étudiez les chapitres 3 de physique et de chimie des «Notions fondamentales» Physique : Ondes électromagnétiques Chimie : Classification périodique des éléments chimiques

Plus en détail

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer

Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer Ni tout noir, ni tout blanc Consignes Thème I - Observer BUT : Etudier les synthèses additives et soustractives Comprendre la notion de couleur des objets COMPETENCES : Rechercher et trier des informations

Plus en détail

db super E-spec Le pneu le plus écosensible sur terre. À l intérieur: CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES I...2 CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES II...

db super E-spec Le pneu le plus écosensible sur terre. À l intérieur: CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES I...2 CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES II... db super E-spec À l intérieur: TECHNIQUES I...2 TECHNIQUES II...3 TECHNIQUES lll...4 TECHNIQUES lv...5 VÉHICULES-CIBLES...6 SPÉCIFICATIONS...7 Le pneu le plus écosensible sur terre. TECHNIQUES l MOINS

Plus en détail

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements 7 juin 2012 Francis Peters Bien qu il n y ait pas de nano particules dans les usines qui produisent les mélanges

Plus en détail

Les prélèvements pour expertise toxicologique Docteur E. Saussereau Expert près la Cour d Appel de Rouen Laboratoire de Toxicologie Groupe Hospitalier du Havre Introduction Toxicologie médico-légale Examen

Plus en détail

LE LIVRE BLANC. Pour véhicules Légers (autos, motos et 4x4) et Utilitaires Légers (camionnettes)

LE LIVRE BLANC. Pour véhicules Légers (autos, motos et 4x4) et Utilitaires Légers (camionnettes) Pour véhicules Légers (autos, motos et 4x4) et Utilitaires Légers (camionnettes) Edition 2012 Règlements HOMOLOGATION PAR TYPE (Critères de sécurité d utilisation du pneu) Directive 92/23/CEE (31/03/92)

Plus en détail

sommaire Les métiers des collectivités Une solution pour chaque main qui travaille Nettoyage 02 Restauration Collective 03 Interventions Techniques 04

sommaire Les métiers des collectivités Une solution pour chaque main qui travaille Nettoyage 02 Restauration Collective 03 Interventions Techniques 04 Les métiers des collectivités Le secteur des collectivités comprend à la fois les collectivités locales (mairies), territoriales (départements ou régions) et les ensembles de collectivités locales (communautés

Plus en détail

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme République Démocratique du Congo Ministère de la Santé Programme National de Lutte Contre le Paludisme Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme Ces planches visent à améliorer le diagnostic

Plus en détail

documentation c a l f e u t r e m e n t s

documentation c a l f e u t r e m e n t s documentation c a l f e u t r e m e n t s Notre département calfeutrement vous propose sur toute la France, le rebouchement de vos passages de câbles ou tuyauteries afin de reconstituer le degré coupe-feu

Plus en détail

Parylène C. Parylène D. www.comelec.ch

Parylène C. Parylène D. www.comelec.ch Parylène C Parylène D www.comelec.ch Présentation du parylène, des parylènes. Voie d obtention et conséquences. Principales propriétés Matériel de prédilection pour le médical et la pharmacologie. Exemples

Plus en détail

Un système unique et sécurisé de stockage en azote liquide

Un système unique et sécurisé de stockage en azote liquide Un système unique et sécurisé de stockage en azote liquide Pour une cryopréservation des échantillons biologiques de la plus haute qualité www.cryobiosystem.com Une meilleure qualité, flexibilité, efficacité

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Par Christophe Sireix / Prothésiste Dentaire

Par Christophe Sireix / Prothésiste Dentaire ADJOINTE CAD/CAM Par Christophe Sireix / Prothésiste Dentaire 16 Tech. Dent. N 342-06/15 L ASIGA pro075 Une mini imprimante très précise L imprimante ASIGA pro075 utilisée dans notre centre est une machine

Plus en détail

La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! -10% Multifit 035 -10% (épaisseurs : de 160 à 260 mm) Primes

La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! -10% Multifit 035 -10% (épaisseurs : de 160 à 260 mm) Primes La laine de verre pour l isolation de toiture : Multifit, multi-gains! 09/2013 Multifit 032-15% Déduction fiscale de 30% (épaisseurs : 120, 140 et 160 mm) Pare-vapeur LDS et accessoires -10% Multifit 035-10%

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

VistaCam ix Des images parfaites, un excellent diagnostic de caries

VistaCam ix Des images parfaites, un excellent diagnostic de caries VistaCam ix Des images parfaites, un excellent diagnostic de caries Une caméra, de multiples possibilités AIR COMPRIMÉ ASPIRATION IMAGERIE ODONTOLOGIE CONSERVATRICE HYGIÈNE Dispositif Médical de classe

Plus en détail

ECRANS ACOUSTIQUES DURABLES

ECRANS ACOUSTIQUES DURABLES FICHE TECHNIQUE : CASSETTE ACOUSTIQUE ABSORBANTE P9507 A3/B3 (DLα 8 db/dl R 33 db) CODES P9507 : L = 0.00 3.00m P9371 : L = 3.01 4.00m (avec renforcement interne) P9372 : L = 4.01 5.00m (avec renforcement

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Objectifs. Identifier les effets différents que l on peut ressentir en observant une image

Objectifs. Identifier les effets différents que l on peut ressentir en observant une image Degré : 4P «Sous l océan» Buts Donner une intention précise à son œuvre Distinguer les couleurs chaudes des couleurs froides Appliquer les couleurs en fonction de son intention Associer un sentiment ou

Plus en détail

Linstallation d un escalier dans la. un escalier de béton à double quart tournant en kit. Construire soi-même LABEL. Label. Label D E I S O N L A

Linstallation d un escalier dans la. un escalier de béton à double quart tournant en kit. Construire soi-même LABEL. Label. Label D E I S O N L A maçonnerie Construire soi-même un escalier de béton à double quart tournant en kit Bricoler du Côté d e la M ais o n Label BRICOLER DU CÔTÉ DQUALITÉ E LA MAISON LABEL BRICOLER DU CÔTÉ DE LA MAISON Label

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

PROGRAMME DE MÉTHODES ET PRATIQUES SCIENTIFIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE

PROGRAMME DE MÉTHODES ET PRATIQUES SCIENTIFIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE PROGRAMME DE MÉTHODES ET PRATIQUES SCIENTIFIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule L enseignement d exploration «méthodes et pratiques scientifiques» permet

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1 TRAVAUX PRATIQUESDE BICHIMIE L1 PRINTEMPS 2011 Les acides aminés : chromatographie sur couche mince courbe de titrage Etude d une enzyme : la phosphatase alcaline QUELQUES RECMMANDATINS IMPRTANTES Le port

Plus en détail

Collimateur universel de réglage laser

Collimateur universel de réglage laser Collimateur universel de réglage laser Manuel de l utilisateur Réf. WG-840 Mise à jour 27.08.2013 En projetant un rayon laser dans l axe du canon de votre arme à feu, ce collimateur universel de réglage

Plus en détail

Type d événement : Mise à feu de deux bombes artisanales lors du marathon de Boston

Type d événement : Mise à feu de deux bombes artisanales lors du marathon de Boston Type d événement : Mise à feu de deux bombes artisanales lors du marathon de Boston Date de l événement : 15 avril 2013 Lieu de l événement : Près de la ligne d arrivée du marathon de Boston Pays : États-Unis

Plus en détail

Soudal Panel System SPS. La force extrême derrière vos panneaux de façade. www.soudal.com SOUDAL PANEL SYSTEM. Soudal Panel System 1 SPS SOUDAL PANEL

Soudal Panel System SPS. La force extrême derrière vos panneaux de façade. www.soudal.com SOUDAL PANEL SYSTEM. Soudal Panel System 1 SPS SOUDAL PANEL www.soudal.com Soudal Panel System La force extrême derrière vos panneaux de façade WINDOW Soudal Panel System 1 Soudal Panel System () Qu est-ce que le? Les panneaux de façade existent dans tous les modèles

Plus en détail

TP Ecriture invisible

TP Ecriture invisible TP Ecriture invisible Une feuille blanche soigneusement pliée a été retrouvée dans l agenda de la victime, Mr Boidest. On se propose de vérifier qu elle ne contient pas de message caché. Principe : Tester

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

Fiche technique Mai, 2011 Dernière version : Oct 2010. Produits transparents : SJ 3460 : non adhésif SJ 3560 : Muni d un adhésif acrylique VHB

Fiche technique Mai, 2011 Dernière version : Oct 2010. Produits transparents : SJ 3460 : non adhésif SJ 3560 : Muni d un adhésif acrylique VHB Dual Lock 250 Système de fixation ouvrable et refermable Fiche technique Mai, 2011 Dernière version : Oct 2010 Description du produit Produits transparents : SJ 3460 : non adhésif SJ 3560 : Muni d un adhésif

Plus en détail

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Notice MESURACOLOR Colorimètre à DEL Réf. 22020 Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Indicateur Etalonnage Bouton Marche/Arrêt Indicateur de sélection de la longueur d'onde Indicateur de mode chronomètre

Plus en détail

Mini projet n 1 DOSSIER DE CONCEPTION Clef USB

Mini projet n 1 DOSSIER DE CONCEPTION Clef USB Mini projet n 1 DOSSIER DE CONCEPTION Clef USB Dossier de conception 1/21 1. PRESENTATION GENERALE DU MINI PROJET 1.1 Contexte de l étude Situation existante avec un problème. Présentation de l objectif

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

Physique. interaction pneu-chaussée facteurs liés à l adhérence calcul de la distance de freinage

Physique. interaction pneu-chaussée facteurs liés à l adhérence calcul de la distance de freinage Physique 45 L adhérence des pneus objectif disciplinaire : interaction pneu-chaussée facteurs liés à l adhérence calcul de la distance de freinage objectif sécurité routière : oinformer l élève sur l importance

Plus en détail

FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM

FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM FICHE D'INVENTAIRE (Fiche pratique n 1) Les normes internationales du CIDOC/ ICOM Le Comité international pour la documentation (CIDOC) a travaillé plusieurs années au sein de l'icom pour arrêter les données

Plus en détail

Guide d installation

Guide d installation PANNEAUX POLYVALENTS EN FIBROCIMENT Guide d installation Finex : solide par nature Finex inc. est un chef de file dans le domaine de la construction en fibrociment. Finex fabrique et offre une ligne de

Plus en détail

LA PRÉFECTURE DE POLICE À LA FOIRE DE PARIS 30 AVRIL AU 12 MAI DE 10H À 19H LE 10 MAI JUSQU À 23H

LA PRÉFECTURE DE POLICE À LA FOIRE DE PARIS 30 AVRIL AU 12 MAI DE 10H À 19H LE 10 MAI JUSQU À 23H LA PRÉFECTURE DE POLICE Compétente sur Paris et les trois départements de la petite couronne, la préfecture de Police doit prévenir et agir contre une multiplicité de risques : délinquance, troubles à

Plus en détail

Ac vité pédagogique Etude d un tableau. grâce aux ondes électromagné ques Lycée Service Éduca on

Ac vité pédagogique Etude d un tableau. grâce aux ondes électromagné ques Lycée Service Éduca on avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.universcience.fr Ac vité pédagogique Etude d un tableau grâce aux ondes électromagné ques Lycée Service Éduca on Chloé LAVIGNOTTE Science et art Analyser une

Plus en détail

L accessibilité. Qui sommes-nous?

L accessibilité. Qui sommes-nous? Accessibilité Qui sommes-nous? Fondée en 1966, GRADUS est aujourd hui reconnu comme le leader dans la fabrication d accessoires et de produits de finition pour les revêtements de sols et murs. Grâce à

Plus en détail

La réglementation et les obligations qui en découlent

La réglementation et les obligations qui en découlent Accessibilité en milieu urbain La réglementation et les obligations qui en découlent Actualités : les BEV La norme Afnor NF P 98-351 relative aux caractéristiques et essais des dispositifs podotactiles

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits

Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits Les stupéfiants sont, en droit français, des substances vénéneuses dont l usage, la détention, la culture, l importation et la cession sont interdits ou réglementés. Cela concerne toutes les drogues illégales,

Plus en détail

NOTICE DE MONTAGE. (A lire attentivement et à conserver pour une consultation ultérieure) Dossier L.N.E - Numéros D120021/CQPE/7

NOTICE DE MONTAGE. (A lire attentivement et à conserver pour une consultation ultérieure) Dossier L.N.E - Numéros D120021/CQPE/7 NOTICE DE MONTAGE CONDITIONS D UTILISATION, D ENTRETIEN, DE MAINTENANCE ET DE GARANTIE (A lire attentivement et à conserver pour une consultation ultérieure) CONFORME À LA NORME Dossier L.N.E - Numéros

Plus en détail

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15 Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-03) Version CT-Q 0--5 Groupe cible Collaborateurs qui doivent effectuer des mesures EX-OX-TOX sur un terrain d exploitation, les interpréter

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

BO 11 juin 2008 Découvrir le monde Découvrir le vivant. et les cinq sens : leurs caractéristiques et leurs fonctions.

BO 11 juin 2008 Découvrir le monde Découvrir le vivant. et les cinq sens : leurs caractéristiques et leurs fonctions. BO 11 juin 2008 Découvrir le monde Découvrir le vivant Ils (les élèves) découvrent les parties du corps et les cinq sens : leurs caractéristiques et leurs fonctions. Le goût Objectifs : Reconnaitre les

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques page 1/8 Consensus Scientifique sur Source : OMS (2006) les Champs statiques Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les équipements d imagerie médicale par résonance magnétique (IRM), les trains et les

Plus en détail

La cour de récréation, terrain de jeux scientifiques Lieu d observations et d expérimentations Programmation annuelle et par périodes

La cour de récréation, terrain de jeux scientifiques Lieu d observations et d expérimentations Programmation annuelle et par périodes La cour de récréation, terrain de jeux scientifiques Lieu d observations et d expérimentations Programmation annuelle et par périodes Fixer un lieu précis de la cour avec les élèves pour observer les manifestations

Plus en détail

LES DIFFERENTS TYPES DE DROGUE ET LEURS EFFETS

LES DIFFERENTS TYPES DE DROGUE ET LEURS EFFETS REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE SERVICES DU CHEF DU GOUVERNEMENT Office National de Lutte Contre la Drogue et la Toxicomanie LES DIFFERENTS TYPES DE DROGUE ET LEURS EFFETS Présentée par

Plus en détail

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1

PHOTO PLAISIRS. La Lumière Température de couleur & Balance des blancs. Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 PHOTO PLAISIRS La Lumière Température de couleur & Balance des blancs Mars 2011 Textes et Photos de Bruno TARDY 1 Blanc Infrarouge Flash Température Lumière RVB Couleur chaude Couleur Couleur Couleur Incandescente

Plus en détail

PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F)

PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F) PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F) LIGNES DIRECTRICES POUR LE PARCOURS À OBSTACLES VERSION 4.1 CANADIENNE-FRANÇAISE Les activités d entraînement et d évaluation du WSP-F 4.1 peuvent se dérouler

Plus en détail

NOTIONS ÉLEMENTAIRES SUR LES PNEUS

NOTIONS ÉLEMENTAIRES SUR LES PNEUS CE QU IL Y A DANS UN PNEU CEINTURES BANDE DE ROULEMENT ISOLANT DE NAPPES CARCASSE À ARCEAUX DROITS GARNITURE INTÉRIEURE CARCASSE TRINGLE FLANC La GARNITURE INTÉRIEURE du pneu maintient l air dans le pneu.

Plus en détail

CODE DE LA ROUTE. Points particuliers à savoir / à retenir :

CODE DE LA ROUTE. Points particuliers à savoir / à retenir : CODE DE LA ROUTE Points particuliers à savoir / à retenir : - Distance écart avec un cycliste ou un piéton que l on double : 1,5 m en campagne, 1 m en ville. - Les lampes bleues dans un tunnel sont des

Plus en détail

Les médicaments : un médicament générique et un médicament «princeps» contiennent un même principe actif mais se différencient par leur formulation.

Les médicaments : un médicament générique et un médicament «princeps» contiennent un même principe actif mais se différencient par leur formulation. Document du professeur 1/8 Niveau 2 nde THEME : LA SANTE Physique Chimie PRINCIPE DE LA CHROMATOGRAPHIE Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 LA SANTE NOTIONS ET CONTENUS COMPETENCES ATTENDUES Les médicaments

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

ANNEXE 1: Entretien de la filie re

ANNEXE 1: Entretien de la filie re ANNEXE 1: Entretien de la filie re 1 A ) ENTRETIEN DE LA COLLECTE DES EAUX USEES : Objectif : assurer un bon écoulement des eaux usées. Vérifier le bon écoulement par les tés ou regards de visite Nettoyer

Plus en détail

ALARME DOMESTIQUE FILAIRE

ALARME DOMESTIQUE FILAIRE ALARME DOMESTIQUE FILAIRE DOSSIER RESSOURCES Académie de LYON BAC Pro Électrotechnique, Énergie, Équipements Communicants Page 1 sur 15 SOMMAIRE Introduction... page 3/15 Le sous-système : maquette alarme

Plus en détail

COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION S2. du 12 juin 2009

COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION S2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION S2 du 12 juin 2009 concernant les caractéristiques techniques de la carte européenne d assurance maladie (Texte

Plus en détail

Liquéfaction par fermentation anaérobie

Liquéfaction par fermentation anaérobie fosse septique ovoïde en polyéthylène Fabrication en polyéthylène haute densité traité anti U.V. Entrée et sortie munies d un joint souple à lèvre Ø 100 mm qui assure l emboîtement et l étanchéité du raccordement

Plus en détail

RUÉ AMANDINE FORMATION PARCOURS EXPOSITIONS COLLECTIVES EXPOSITION PERSONNELLE RÉSIDENCES PUBLICATIONS

RUÉ AMANDINE FORMATION PARCOURS EXPOSITIONS COLLECTIVES EXPOSITION PERSONNELLE RÉSIDENCES PUBLICATIONS RUÉ AMANDINE 5, place des Capucins 69001 Lyon, France 06 88 86 03 52 amand.rue@gmail.com amandine-rue.tumblr.com SÉCURITÉ SOCIALE: 279036914903192 MDA: R528212 SIRET: 503 717 373 00016 FORMATION Dnsep

Plus en détail

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement.

Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Chapitre 2 : Respiration, santé et environnement. Rappels : L air qui nous entoure contient 3 gaz principaux: 71% d azote, 21% d oxygène, 0,03 % de CO2 et quelques gaz rares. L eau de chaux se trouble

Plus en détail

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances :

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances : Fiche Technique Strengths Are Flex La gamme SAF est basée sur une technologie et des polymères méthacrylates brevetés. Ces adhésifs de nouvelle génération permettent d adhérer sur de nombreux supports

Plus en détail

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-f & P4-f - 185/180 - Standard P2-f & P4-f - 170/165 - Compact P2-f & P4-f - 200/195 - Confort MODELE H DH P2f-4f - 185/180 - Standard 340 171 P2f-4f - 170/165 - Compact

Plus en détail

A propos des pneus. Le savoir-faire Pirelli. TOUT SUR LES DIMENSIONS INTERNATIONALES. Lecture d une dimension:

A propos des pneus. Le savoir-faire Pirelli. TOUT SUR LES DIMENSIONS INTERNATIONALES. Lecture d une dimension: A propos des pneus Le savoir-faire Pirelli Pirelli c est plus de cent ans d innovation et de savoir faire technologique dans le domaine des pneumatiques. Cette expertise a permis à Pirelli de proposer

Plus en détail

ESSOURCES PÉDAGOGIQUES

ESSOURCES PÉDAGOGIQUES 2015 MATERNELLES CYCLE I / PS - MS ESSOURCES PÉDAGOGIQUES Introduction Je découvre par les sens MODULES À DÉCOUVRIR PENDANT LA VISITE La Cité des enfants de Vulcania est un lieu d éveil, de découvertes

Plus en détail

REPARATIONS PONCTUELLES PAR MANCHETTES

REPARATIONS PONCTUELLES PAR MANCHETTES REPARATIONS PONCTUELLES PAR MANCHETTES METHODOLOGIE POUR LE CHEMISAGE PARTIEL DOMAINE D EMPLOI DES MANCHETTES Ce type d intervention se fait dans des canalisations d assainissement non visitables à écoulement

Plus en détail

Marquage laser des métaux

Marquage laser des métaux 62 Colorer Marquage laser des métaux TherMark Produit à base aqueuse pour un nettoyage rapide. Appliquer une fine couche de produit sur le métal, laisser sécher moins de 2 minutes et graver au laser. L

Plus en détail

STRUCTURE D UN AVION

STRUCTURE D UN AVION STRUCTURE D UN AVION Cette partie concerne plus la technique de l avion. Elle va vous permettre de connaître le vocabulaire propre à l avion. Celui ci vous permettra de situer plus facilement telle ou

Plus en détail

En cause, un rythme biologique qui ne reçoit plus l'indicateur indispensable à sa bonne synchronisation : la lumière du jour.

En cause, un rythme biologique qui ne reçoit plus l'indicateur indispensable à sa bonne synchronisation : la lumière du jour. ORIGINES Saviez-vous que les astronautes séjournant à bord de la Station Spatiale Internationale voient le soleil se lever et se coucher toutes les 90 minutes? Oui. 16 fois par jour de quoi avoir du mal

Plus en détail

Archivistes en herbe!

Archivistes en herbe! Les archives c est quoi? Un archiviste travaille avec des archives. Oui, mais les archives c est quoi? As-tu déjà entendu ce mot? D après toi, qu est-ce qu une archive? 1. Les archives ce sont des documents

Plus en détail

FORT EN CHIMIE DEGRIPPANTS, GRAISSES ET LUBRIFIANTS

FORT EN CHIMIE DEGRIPPANTS, GRAISSES ET LUBRIFIANTS FORT EN CHIMIE DEGRIPPANTS, GRAISSES ET LUBRIFIANTS DEGRIPPANTS Dégrippant PREMIUM ICE - Art. nr. 200774 - Dégrippant puissant et rapide - Décale les éléments et raccords filetés bloqués par la rouille

Plus en détail