LA POLICE TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE SRPJ DE TOULOUSE/ SRIJ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA POLICE TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE SRPJ DE TOULOUSE/ SRIJ"

Transcription

1 LA POLICE TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE SRPJ DE TOULOUSE/ SRIJ 1

2 2

3 3

4 LES DIFFERENTES MISSIONS 1 ) l aide technique à l enquête 2 ) la recherche d éléments probants 3 ) la mémoire de la Police 4 ) la diffusion de l information 4

5 LA GESTION DE LA SCENE D INFRACTION 5

6 LA GESTION D UNE SCENE D INFRACTION Première phase : la prise en compte de la scène d infraction 6

7 7

8 1 ) la protection des lieux : -évacuation -sécurisation -protection de l intervenant -protection des traces et indices 8

9 2 ) compréhension : - observation des lieux - prises de renseignements 9

10 10

11 3 ) mesures urgentes (si nécessaire) - photos ou vidéos de sécurité - prélèvements d indices en péril 11

12 LA GESTION D UNE SCENE D INFRACTION seconde et troisième phases : Recherche et matérialisation des traces et indices Fixation des lieux 12

13 RECHERCHE ET MATERIALISATION DES TRACES ET INDICES 13

14 DETERMINATION DE LA METHODE DE TRAVAIL DEFINIR UNE METHODE RATIONNELLE DE TRAVAIL ET S Y TENIR 14

15 LA RECHERCHE VISUELLE 2 méthodes : Recherche en lumière ambiante Recherche en lumière rasante avec la longueur d onde appropriée 15

16 LA LAMPE SCHOTT Il s agit d une source de lumière blanche à laquelle est ajouté un filtre d arrêt, vert par exemple. Des lunettes de contraste sont nécessaires pour l observation. 16

17 LE CRIMESCOPE Ce modèle est une puissante boîte à lumière permettant d obtenir toutes les radiations de 300 à 500 nanomètres. 17

18 LA PHOTOLUMINESCENCE 18

19 19

20 20

21 21

22 22

23 23

24 24

25 LA MATERIALISATION DES INDICES 25

26 26

27 27

28 28

29 LA FIXATION DES LIEUX 1 la photographie 2 le plan des lieux 29

30 La photographie judiciaire Photographie objective 30

31 LE PLAN DES LIEUX 31

32 Le plan de situation 32

33 Le plan des lieux 33

34 34

35 LA GESTION D UNE SCENE D INFRACTION 4 ème phase : les prélèvements 35

36 DETERMINER L ORDRE DES PRELEVEMENTS Du plus urgent vers le moins urgent : 36

37 LE PRELEVEMENT D ODEURS - sur la scène d infraction ou objets s y rapportant - sur personnes 37

38 LES RESIDUS DE TIR EN TIRANT L ARME DEPOSE DES RESIDUS DE TIR SUR LA MAIN DU TIREUR 38

39 39

40 Pour prouver la présence de résidus de tir on recherche la présence de plomb, antimoine, baryum 40

41 LE KIT DE T.A.A. 41

42 LE KIT DE M.E.B. 42

43 Un résidu de tir grossi par le MEB 43

44 44

45 45

46 LA TRAJECTOIRE DU TIR 46

47 impact tireur Le laser permet de positionner le tireur lorsqu on possède un point d impact 47

48 48

49 49

50 FACE AUX MUNITIONS LES BALLES LES DOUILLES LES CARTOUCHES LES BOURRES 50

51 LES BALLES DETERMINATION : DU CALIBRE DU TYPE DE PROJECTILE MARQUE DE LA MUNITION 51

52 LES DOUILLES DETERMINATION : DU CALIBRE DU TYPE DE PROJECTILE MARQUE DE LA MUNITION 52

53 LES CARTOUCHES DETERMINATION : DU CALIBRE DU TYPE DE PROJECTILE MARQUE DE LA MUNITION CATEGORIE DE LA CARTOUCHE 53

54 Les différents diamètres de plomb 54

55 LES BOURRES DETERMINATION : DU CALIBRE DU TYPE DE PROJECTILE MARQUE DE LA MUNITION CATEGORIE DE LA CARTOUCHE 55

56 REMONTAGE D UN NUMERO 56

57 LES VEHICULES RECONSTITUER LES TRAJECTOIRES D APRES LES ORIFICES D ENTREE ET DE SORTIE 57

58 LES CADAVRES L ORIFICE D ENTREE DONNE UNE INDICATION SUR L ARME ET LA POSITION DU TIREUR 58

59 ANALYSE DES MUNITIONS 59

60 LE COMPARATEUR SERT A METTRE EN PARALLELE LA MUNITION DE COMPARAISON ET L INCRIMINEE 60

61 LA COMPARAISON PERMET DE METTRE EN EVIDENCE LES SIMILITUDES ENTRE LES DEUX BALLES 61

62 LES PRELEVEMENTS BIOLOGIQUES - ADN de contact - sang - sperme - phanères 62

63 L ADN DE CONTACT Se prélève par écouvillon sur objet non transportable; S extrait directement d un objet si celui-ci est transportable 63

64 PRELEVEMENT DE SANG Sang séché Sang liquide 64

65 SANG SEC 65

66 SANG LIQUIDE 66

67 LE SPERME Peut être détecté grâce aux UV Est prélevé avec écouvillon si support non transportable Est prélevé avec son support si transportable 67

68 Prélèvement du préservatif 68

69 MISE EN EVIDENCE DE L ENZYME PHOSPHATASE DANS LE LIQUIDE SEMINAL 69

70 70

71 LES PHANERES CHEVEUX POILS ONGLES 71

72 Prélèvement de cheveux ou poils 72

73 LES PRELEVEMENTS SOUS LES ONGLES En général réalisés par le médecin légiste 73

74 Le prélèvement de mégot et de chewing-gum 74

75 Conditionnement en pochette cristal 75

76 PRELEVEMENTS D HYDROCARBURE Sur les personnes Sur les lieux 76

77 77

78 PRELEVEMENTS D EXPLOSIFS ET DE SYSTEMES DE MISE A FEU 78

79 LES PEINTURES 79

80 80

81 LES FIBRES Fibre synthétique 81

82 Fibre végétale 82

83 Fibre animale 83

84 84

85 LE GAZ LACRYMOGENE 85

86 LES VERRES 86

87 Verre de lunettes vitre 87

88 LES FILAMENTS D AMPOULES 88

89 LA TERRE ET LES POLLENS 89

90 L ENTOMOLOGIE ADULTE OEUFS NYMPHE (chrysalide) LARVE (chenille) 90

91 LES DIATOMEES Les diatomées étant des algues microscopiques vivant dans l eau, elles sont présentes dans l organisme des noyés. Leur étude détaillée permet de révéler plusieurs paramètres des circonstances de la noyade 91

92 LES DIATOMÉES ET LA MÉDECINE M LÉGALE Le diagnostic de mort par noyade est toujours difficile à mettre en évidence pour la médecine légale. Les diatomées, entraînées par l eau à l intérieur de l organisme, gagnent le système sanguin, les poumons, la moelle, etc. L étude de la présence de ces algues dans ces différents tissus permet d affiner le diagnostic. Elle permet également de montrer s il y a eu déplacement ou non du corps. 92

93 DIATOMÉES 93

94 DIATOMÉES 94

95 DIATOMÉES (sur une pierre) 95

96 LES TRACES DIVERSES Les traces de pas Les traces de pneumatiques Les traces de sang 96

97 Les traces de pas De pas ou plutôt de semelles Présence systématique et recherche utile Définition de l I.A.I (Association internationale d identification) On peut retrouver deux types de traces: Les traces superficielles Les traces en creux 97

98 Les traces de pas superficielles Ces traces peuvent être visibles ou invisibles (source lumineuse). Ces traces peuvent être découvertes sur deux types de support : les supports secs les supports humides. 98

99 Les traces superficielles Les prélèvements sur les supports secs si la trace est visible elle pourra être photographiée directement. elle pourra être transférée comme une empreinte digitale (transfert). feuille carbone. Dustmark (électricité statique). 99

100 Les traces superficielles Les prélèvements sur les supports humides. Surfaces non poreuses: utilisation de poudre pour contraster la trace. Surfaces poreuses: (traces apposées par des semelles humides) Usage possible de cristaux d iode (marron clair) 100

101 LES TRACES DE PAS EN CREUX Ce type de trace comporte, en plus de la longueur et de la largeur, une troisième dimension : La profondeur. Les prélèvements: avant toute autre chose il faut des prises de vues. Ce type de trace nécessite un prélèvement spécifique : Le moulage. 101

102 Le moulage au plâtre D usage facile, le plâtre reste encore le matériau le plus utilisé pour la réalisation d un moulage d une trace en creux. 102

103 Le Moulage à la pâte élastomère Technique dont la mise en œuvre est aisée, permettant d obtenir des moulages résistants et d une grande finesse. Pâte composée d une base réactive et d un catalyseur qui se polymérise à température ambiante. 103

104 Le moulage de traces dans la neige Cas particuliers : Le moulage au soufre. Le moulage à la paraffine. 104

105 L identification des empreintes de chaussures L identification s effectue par comparaison entre les caractéristiques directement observées ou mesurées sur la trace incriminée et celles de semelles de comparaison. Ces caractéristiques peuvent être de deux types : Les caractéristiques originelles Les caractéristiques accidentelles. 105

106 L identification des empreintes de chaussures Les caractéristiques originelles La taille (pointure) La forme Le style (Circulaire. PTS/IRCG) Le dessin Les défauts de fabrication (série) Les caractéristiques accidentelles Les coupures Les déchirures Les marques d usures Les défauts de fabrication (unique). 106

107 L identification des empreintes de chaussures L identification commence par la concordance des caractéristiques originelles, puis des caractéristiques accidentelles. Pour ces dernières il peut y avoir des différences dues à des corps étrangers ou à l usure du temps. 107

108 Les traces de pneumatiques L anatomie du pneu : La bande de roulement les nervures sont constituées par des sculptures situées parallèlement sur la circonférence du pneu. Les rainures sont les sillons qui séparent les nervures. 108

109 L identification des traces de pneumatiques Les empreintes de comparaison Hypothèse de la découverte d un véhicule suspect Photographier et relever les caractéristiques du pneu repérer les indicateurs d usure et marquer leur emplacement (secteurs numérotés) relever l empreinte ( encre, graisse...) Importance du relevé des traces de pas et de pneus lors des constatations. 109

110 Les traces de pneumatiques Le relevé des traces Comme pour chaussures. Après avoir préservé les lieux, des photographies seront prises avant de procéder au(x) moulage(s) dont la longueur ne peut être inférieure à cm. 110

111 Les traces de pneumatiques Dimensions des traces: Certaines mesures peuvent servir à l identification: L empattement l écartement la largeur de la bande de Roulement L épaisseur de la bande de Roulement La circonférence du pneu le diamètre du pneu 111

112 L identification des traces de pneumatiques Comme pour les chaussures, l identification des empreintes de pneumatiques s effectue par comparaison entre caractéristiques originelles et accidentelles. Les caractéristiques originelles La sculpture à pas variable La forme des éléments le nombre des nervures la forme et profondeur des rainures l aspect des stries les indicateurs d usure 112

113 L identification des traces de pneumatiques Les caractéristiques accidentelles Après localisation, examiner les parties usées (stries, rainures, nervures, sillons...) Puis rechercher sur la bande de roulement les traces d altération accidentelles: Entailles Déchirures Élément endommagé Rétention d objet ou résidus. 113

114 LES TRACES DE SANG 114

115 Projection de sang artériel, causée par une arme blanche 115

116 Autre effusion artérielle 116

117 Épanchement caractéristique d un impact par projectile rapide 117

118 Effusion par écrasement causé par objet contondant 118

119 Effusion due à un objet contondant 119

120 120

121 Indique un mouvement après la lésion 121

122 Transfert de sang par apposition de main 122

123 Transfert par semelle 123

124 Les tâches sur le pantalon de l auteur indiquent sa position par rapport à la victime 124

125 PRELEVEMENT MIXTE Prélèvement ADN et trace papillaire par exemple 125

126 Zone préservée Zone de recherche de traces papillaires 126

127 LES TECHNIQUES DE REVELATION DES TRACES PAPILLAIRES Révélation d une trace papillaire digitale sur une soucoupe 127

128 LES TECHNIQUES DE REVELATION 1 ) pulvérulentes 2 ) physico-chimiques 128

129 LES REVELATIONS PULVERULENTES 1 ) sur support non poreux 2 ) sur support propre 3 ) pour trace récente 129

130 Quelques exemples 130

131 LES REVELATIONS PHYSICO- CHIMIQUES 1 ) principe d action 2 ) les différents supports 131

132 LE PRINCIPE D ACTION Chaque produit agit sur un élément bien précis de la transpiration : acides aminés, sebum, urée, chlorures etc. 132

133 LA NINHYDRINE La ninhydrine est utilisée comme révélateur des acides aminés qui sont colorés en pourpre de Ruhemann (λ = 570nm), 133

134 DFO 134

135 LE STICKY SIDE Le sticky side sert à révéler les traces sur les adhésifs 135

136 136

137 LE CYANOACRILATE 137

138 Browning Safari 300 Win 138

139 Lumiére blanche Après renfort 139

140 Méthode informatisée La Borne Prenez la pose! Pour la photo. Les doigts Et la paume 140

141 CES EMPREINTES FIGURENT-ELLES DANS LA BASE? Saisie des images des empreintes Contrôle qualité des relevés Résultat négatif = nouvelle fiche dans la base 141 Résultat positif = identité vérifiée

142 LA DACTYLOSCOPIE du grec dactulos : doigt et skopein: examiner) SRPJ TOULOUSE SRIJ

143 LE FICHIER AUTOMATISÉ DES EMPREINTES DIGITALES Identification des personnes Détection des emprunts d identité Identification des traces relevées sur les lieux d infraction 143

144 LE FAED EN ,8 MILLIONS DE PERSONNES traces identifiées 144

145 Un relevé d empreintes digitales Une trace papillaire digitale 145

146 LE DESSIN ÉPIDERMIQUE CARACTÉRISTIQUES RISTIQUES 146 INALTÉRABILITÉ IMMUABILITÉ EXTRÊME VARIÉTÉ

147 ZONE DISTALE LE DESSIN PAPILLAIRE DIGITAL LES ZONES ZONES MARGINALES ZONE CENTRALE ZONE BASALE 147

148 LE DESSIN PAPILLAIRE DIGITAL LES FORMES DE LA ZONE CENTRALE ARC TENTE PURE BOUCLE BOUCLES VERTICILLE EN CERCLE OU EN OVALE VERTICILLE EN SPIRALE A GAUCHE OU A DROITE DOUBLE VERTICILLE EN Z OU EN S VERTICILLE EN BESACE COMPOSITE 148

149 LA DEMONSTRATION D IDENTITE TRACE INCRIMINÉE X5 EMPREINTE DE COMPARAISON X LÉGENDE 5 : Arrêt de ligne : 1 ; 3 ; 4 ; 6 ; 7 ; 9 ; 10 ; 12 Bifurcation : 2 ; 5 ; 8 ;

150 LES STUPEFIANTS ET LA TOXICOLOGIE MEDICO-LEGALE 150

151 151

152 DROGUES DE SYNTHESES Drogues obtenues par voie de synthèse à partir de précurseurs chimiques Mode de consommation : ingéré Classification : STIMULANT Effets : entactogène et hallucinogène EXEMPLES DE SAISIE D AMPHETAMINE ET DERIVES «ICE» La MDMA (ecstasy) et l amphétamine sont les plus fréquentes. Autres dérivés : MDA, MDEA (Eve), MBDB, métamphétamine (ice), Nexus,

153 CANNABIS Drogue naturelle obtenue à partir du cannabis Mode de consommation : fumé sous forme d herbe ou de résine Classification : PERTURBATEUR Effets : perturbation de la perception de l environnement et de la réalité pouvant modifier durablement la personnalité du consommateur Cannabis sativa variété indica EXEMPLES DE SAISIE DE CANNABIS 153

154 COCAINE Drogue naturelle obtenue à partir du cocaier Mode de consommation : sniffé Classification : STIMULANT Effets : excitation, euphorie, insomnie suivie d un état de dépression et d épuisement Dépendance psychique Erythroxylum coca EXEMPLES DE SAISIE DE COCAINE 154

155 HEROINE Drogue d hémisynthèse obtenue à partir du pavot et par synthèse Mode de consommation : injecté ou sniffé Classification : DEPRESSEUR Effets : sensation de rêve, de détente et perte d inhibition Dépendance physique EXEMPLES DE SAISIE D HEROINE 155

156 L INFORMATIQUE ET LES NOUVELLES TECHNOLOGIES 1 L informatique et la cybercriminalité 2 Les cartes à puce 3 Les téléphones portables 4 La vidéo 5 L audio 156

157 LA TELEPHONIE MOBILE 157

158 DANS LE TELEPHONE MOBILE Le N international d immatriculation Le répertoire téléphonique Horloge/Alarme Liste des derniers appels Compteur d appel Agenda-bloc notes Messages courts mémorisés 158

159 DANS LA CARTE SIM Le numéro de série L opérateur Le répertoire téléphonique Les derniers numéros émis Les messages courts mémorisés 159

160 LES DOCUMENTS 160

161 LA PREUVE PAR ASSEMBLAGE 161

162 162

POLICE TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE. de Rouen

POLICE TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE. de Rouen POLICE TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE Service Régional d Identité Judiciaire de Rouen Positionnement des services d Identité Judiciaire Direction Générale de la Police Nationale Direction Centrale de la Sécurité

Plus en détail

Méthodes et Pratiques Scientifiques «Science et investigation policière»

Méthodes et Pratiques Scientifiques «Science et investigation policière» Méthodes et Pratiques Scientifiques «Science et investigation policière» Manipulations envisageables Patrice Lansiaux 2 Gel des lieux TRACES ET INDICES CADAVRE Traces poussiéreuses: identification TEMOIN(S)

Plus en détail

LABORATOIRE DE POLICE SCIENTIFIQUE DE MARSEILLE

LABORATOIRE DE POLICE SCIENTIFIQUE DE MARSEILLE LABORATOIRE DE POLICE SCIENTIFIQUE DE MARSEILLE 97, Boulevard Camille Flammarion 13 245 MARSEILLE Cedex 04 Tél : 04 91 62 85 00 Fax : 04 91 62 97 70 SON STATUT : Créé en 1943, puis modernisé en 1985, le

Plus en détail

Zoom sur la police scientifi que. Questionnaire. 1/ En Scène de crime! 2/ Diatomées, les traceurs aquatiques. 3/ Entomologie criminelle

Zoom sur la police scientifi que. Questionnaire. 1/ En Scène de crime! 2/ Diatomées, les traceurs aquatiques. 3/ Entomologie criminelle 1/ En Scène de crime! QUESTION : Le prélèvement de traces et indices est-il réalisable par un enquêteur? Le prélèvement est par un scientifi que de la police technique et scientifi que (un Agent Spécialisé

Plus en détail

mars 2014 Institut National de Criminalistique et de Criminologie Recherches forensiques et de soutien aux politiques publiques

mars 2014 Institut National de Criminalistique et de Criminologie Recherches forensiques et de soutien aux politiques publiques mars 2014 Institut National de Criminalistique et de Criminologie Recherches forensiques et de soutien aux politiques publiques 2 L INCC À LA LOUPE L INCC obtient beaucoup à partir de peu, littéralement.

Plus en détail

Kit de recherche criminel C-9940

Kit de recherche criminel C-9940 Kit de recherche criminel C9940 Recherche et l'analyse des empreintes digitales est le travail le plus connu de la science médicolégale. Quand une personne touche un objet, il ne restera un peu de sueur

Plus en détail

La recherche d'indices par fluorescence

La recherche d'indices par fluorescence La recherche d'indices par fluorescence Ces sources d éclairage à haute intensité permettent, en fluorescence, la mise en évidence d indices qui ne sont pas visibles ou peu à l oeil nu. Ex : empreintes

Plus en détail

POUDRES MAGNETIQUE - MAGNETIQUE FLUO - BI-CHROMATIC - MAGNETIQUE NOIR RUBIS - MAGNETIQUE EMERALD

POUDRES MAGNETIQUE - MAGNETIQUE FLUO - BI-CHROMATIC - MAGNETIQUE NOIR RUBIS - MAGNETIQUE EMERALD POUDRES MAGNETIQUE - MAGNETIQUE FLUO - BI-CHROMATIC - MAGNETIQUE NOIR RUBIS - MAGNETIQUE EMERALD A POUDRE MAGNÉTIQUE 0 g, 00 g, kg POUR SUPPORT NON POREUX, DE PRÉFÉRENCE SURFACE PLASTIFIÉE OU GRANULEUSE,

Plus en détail

-l exécution d un protocole de prélèvement et de transfert de salive sur témoin(s) et/ou suspect (s)

-l exécution d un protocole de prélèvement et de transfert de salive sur témoin(s) et/ou suspect (s) Cet atelier doit particulièrement s adapter aux connaissances et compétences des élèves de classe de seconde. Dans le cadre d une procédure de recherche de profil ADN, on peut concevoir: -l exécution d

Plus en détail

MILAN RAIL DE GUIDAGE SYSTÈME DE CHEMINEMENT INTÉRIEUR & EXTÉRIEUR SOLUTION EN VOIRIE ET ERP

MILAN RAIL DE GUIDAGE SYSTÈME DE CHEMINEMENT INTÉRIEUR & EXTÉRIEUR SOLUTION EN VOIRIE ET ERP SYSTÈME DE CHEMINEMENT SOLUTION EN VOIRIE ET ERP RAIL DE GUIDAGE INTÉRIEUR & EXTÉRIEUR Ce dispositif permet de se diriger d un point A à un point B. Les personnes en détectent les cannelures et les nervures

Plus en détail

Le WOW Lab présente. Préparation

Le WOW Lab présente. Préparation Élémentaire, mon cher Watson Ce document explique comment préparer de la scène de crime ainsi que chacune des six stations d analyse : Analyse de la fibre, Analyse des empreintes digitales, Analyse des

Plus en détail

gellifters Prélevez vos indices au plus haut niveau Prélever des empreintes sans risques Un seul produit, de nombreuses applications

gellifters Prélevez vos indices au plus haut niveau Prélever des empreintes sans risques Un seul produit, de nombreuses applications BVDA INTERNATIONAL Prélevez vos indices au plus haut niveau gellifters Prélever des empreintes sans risques Utilisation facile Prélever des empreintes sur presque toutes les surfaces Pas de bulles d air

Plus en détail

La psychiatrie dans le cinéma

La psychiatrie dans le cinéma La psychiatrie dans le cinéma Plaisir de voir, plaisir de critiquer, plaisir de débattre Prof Daniele Zullino Dr Gerard Calzada Hallucinogènes Classification des substances!! Dépresseurs du SNC Stimulants

Plus en détail

PORTÉE D'ACCRÉDITATION

PORTÉE D'ACCRÉDITATION PORTÉE D'ACCRÉDITATION LABORATOIRE DE SCIENCES JUDICIAIRES ET DE MÉDECINE LÉGALE 1701, rue Parthenais Montréal, QC H2K 3S7 Laboratoire accrédité n 694 (Est conforme aux exigences de CAN-P-1578, CAN-P-4E

Plus en détail

http://addictologie.hug-ge.ch

http://addictologie.hug-ge.ch Jeudi 5 février 2015 Gerard Calzada http://addictologie.hug-ge.ch Trainspotting (1966) ASPECTS CINÉMATOGRAPHIQUES Wikipédia 2 http://addictologie.hug-ge.ch Trainspotting (1966) ASPECTS CINÉMATOGRAPHIQUES

Plus en détail

Les Addictions sans produit

Les Addictions sans produit Les Addictions sans produit C est l impossibilité de contrôler son comportement vis-à-vis de l activité de prédilection telles que : le sport, le sexe, le jeu (en ligne, d argent, vidéo), les achats compulsifs,

Plus en détail

Le ciel et la Terre : lumière et ombres.

Le ciel et la Terre : lumière et ombres. Fiche De Préparation Séance Discipline : SCIENCES / Le ciel et la Terre : lumière et ombres. Niveau : Cycle 3 / CM1. Séance 1 Durée : 1h. Pour l enseignant : OBJECTIFS Prise de représentations sur la lumière

Plus en détail

Contrôle Non Destructif C.N.D.

Contrôle Non Destructif C.N.D. Contrôle Non Destructif C.N.D. 16 Principales techniques Particules magnétiques Pénétrants 7% Autres 7% 6% Ultrasons 30% Objets divers Pétrochimique 15% 10% Aérospatial 25% Courants de Foucault 10% Autres

Plus en détail

TP Exploitation des empreintes digitales

TP Exploitation des empreintes digitales TP Exploitation des empreintes digitales Sur la scène de crime, de nombreuses empreintes digitales ont pu être relevées. Elles ont été laissées là par les individus qui ont fréquenté ce lieu. On se propose

Plus en détail

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Page 1 25 octobre 2012 Journée «Contrôle non destructif et caractérisation de défauts» Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Henri Walaszek sqr@cetim.fr Tel 0344673324

Plus en détail

Cannabis: Cannabis indica

Cannabis: Cannabis indica Cannabis: Cannabis indica Classification CERTIFIED Risque Risque élevé = Risque moyen = Risque faible = Produits Alcool, Benzodiazépines; Cannabis + Alcool Cocaïne; Cannabis, Amphétamines; Opiacés, Méthadone,

Plus en détail

Accréditation n 1-2061 Liste des sites accrédités et portée disponibles sur www.cofrac.fr

Accréditation n 1-2061 Liste des sites accrédités et portée disponibles sur www.cofrac.fr Accréditation n 1-2061 Liste des sites accrédités et portée disponibles sur www.cofrac.fr L'Institut national de police scientifique, «INPS» a été créé par l'article 58 de la loi 2001-1062 du 15 novembre

Plus en détail

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Les substances psychoactives (alcool, cannabis, héroïne ) agissent sur le cerveau mais aussi sur les sensations du corps. Cela va avoir

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

Les révélateurs chimiques

Les révélateurs chimiques Les révélateurs chimiques La Ninhydrine Ce révélateur chimique réagit aux acides aminés, colorant les empreintes en violet pourpre "Rhuemann". Il est utilisable uniquement sur des surfaces poreuses, le

Plus en détail

Je décide: De faire réaliser aux élèves une tâche complexe. Pour cela, je cherche une situation déclenchante et une démarche d investigation.

Je décide: De faire réaliser aux élèves une tâche complexe. Pour cela, je cherche une situation déclenchante et une démarche d investigation. Je veux : Faire acquérir une connaissance : «les chromosomes sont constitués d A.D.N.» Développer des capacités : «Je ne sais pas lesquelles mais j ai envie de faire un TP, chose peu courante en 3 ème.»

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

Dôme- Structure Gonflable. Description technique

Dôme- Structure Gonflable. Description technique Dôme- Structure Gonflable Description technique Description générale Les structures gonflables, ou dômes gonflables, permettent de couvrir des enceintes sportives de façon temporaire ou permanente, quelle

Plus en détail

Les personnels de la police technique et scientifique

Les personnels de la police technique et scientifique Les personnels de la police technique et scientifique LA POLICE TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE - PTS La création, en 1985, de la sous-direction de la police technique et scientifique (SDPTS), au sein de la

Plus en détail

LES DROGUES. Action des drogues sur le cerveau. Substance par substance: les effets sur le cerveau

LES DROGUES. Action des drogues sur le cerveau. Substance par substance: les effets sur le cerveau LES DROGUES Introduction Action des drogues sur le cerveau Substance par substance: les effets sur le cerveau Les principaux produits: * Le cannabis * la cocaïne * L ecstasy et les drogues d aujourd hui

Plus en détail

Un traitement efficace contre l humidité ascensionnelle

Un traitement efficace contre l humidité ascensionnelle WILLCO Dry Wall Un traitement efficace contre l humidité ascensionnelle RAPIDE Pas de forages multiples, pas de temps d attente jusqu à saturation pendant l injection forage et injection en une seule opération!

Plus en détail

Incapacité de conduire et sanctions

Incapacité de conduire et sanctions Incapacité de conduire et sanctions Nouvelles réglementations légales au 1er janvier 2005 Conférence de presse du 23 novembre 2004 «0,5 pour mille dès 05» M. Rudolf Dieterle, Directeur Office fédéral des

Plus en détail

VISUALISATION DES MARQUES DE SÉCURITÉ ESSENTIELLES, COMPARAISON ET DOCUMENTATION DANS UN PROCESSUS AUTOMATIQUE

VISUALISATION DES MARQUES DE SÉCURITÉ ESSENTIELLES, COMPARAISON ET DOCUMENTATION DANS UN PROCESSUS AUTOMATIQUE VISUALISATION DES MARQUES DE SÉCURITÉ ESSENTIELLES, COMPARAISON ET DOCUMENTATION DANS UN PROCESSUS AUTOMATIQUE DOCUCENTER NIRVIS répond à tous les désirs. Un volume de performance extraordinaire pour l

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

RFID : résistance et compatibilité des matériaux

RFID : résistance et compatibilité des matériaux RFID : résistance et compatibilité des matériaux Le système RFID, semble être à première vue, la solution aux problèmes de gestion de stocks et de suivi d objets déplacés. Il semble tout adapté aux opérations

Plus en détail

9762B : BALANCE DE PRÉCISION GRADUATION 1g À 6 kg, TARE AUTOMATIQU E, DIMENSIONS 180 X 180 4 PILES (NO N FOURNIES) OU ADAPTATEUR.

9762B : BALANCE DE PRÉCISION GRADUATION 1g À 6 kg, TARE AUTOMATIQU E, DIMENSIONS 180 X 180 4 PILES (NO N FOURNIES) OU ADAPTATEUR. DÉCAMÈTRE Stupefiants R HOUSSE OU MALLETTE TEST STUPÉFIANTS 959S : HOUSSE DE TRANSPORT AVEC 0 TEST S A, D, E, G, I, J, O, R, U, W 969S : MAL LETTE PVC AVEC 0 TESTS DONT DEUX TESTS A, B, C, D, E, G, J,

Plus en détail

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Document illusions d optique Les illusions d'optique nous montrent que l'image que nous percevons ne correspond pas toujours à la réalité. En fait, l'œil reçoit les

Plus en détail

Détection et analyse de faux documents

Détection et analyse de faux documents Détection et analyse de faux documents Les lampes U.V. Incontournable pour tous contrôles de documents d identité ou monétaires, les lampes U.V. permettent de vérifier la fluorescence du papier et la présence

Plus en détail

FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES

FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES Conserver et gérer des documents photographiques INTÉRÊT DES PHOTOGRAPHIES Miroir du passé et du présent Environnement familier dans notre société de l image 1 CONSERVER

Plus en détail

Alcool, stupéfiants et sécurité routière

Alcool, stupéfiants et sécurité routière L organisation de manifestations sur le territoire de la commune Vinça 13 décembre 2012 Alcool, stupéfiants et sécurité routière Didier DELAITRE Médecin enquêteur - BEA et Colonel Bruno MERCIER Médecin

Plus en détail

Détection de traces de sang par la fluorescéine

Détection de traces de sang par la fluorescéine Détection de traces de sang par la fluorescéine La fluorescéine est un réactif permettant la recherche de traces de sang. Les gouttes de sang entières éteignent apparemment la fluorescence et la fluorescéine

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS SESSION 2014 ÉPREUVE : PHYSIQUE-CHIMIE Durée : 2 heures Coefficient : 2 La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186 du 16-11-99) est autorisée. La clarté

Plus en détail

L intérêt de l analyse des cheveux

L intérêt de l analyse des cheveux L intérêt de l analyse des cheveux ChemTox est un laboratoire pionnier des investigations toxicologiques et plus particulièrement des analyses de cheveux. Son expertise, basée sur près de 20 années d expérience,

Plus en détail

Recettes d artistes à propos du Liant

Recettes d artistes à propos du Liant En 2003, des artistes-étudiants en école d arts, ainsi que quelques artistes professionnels ont participé à l élaboration du Liant Lefranc & Bourgeois, vous trouverez ici une illustration des pistes créatives

Plus en détail

Le matériel en compétition de ski-alpinisme

Le matériel en compétition de ski-alpinisme Le matériel en compétition de ski-alpinisme extrait des règles du jeu des compétitions de ski-alpinisme Pour en savoir plus : 2 MATERIELS ET EQUIPEMENTS Le matériel listé ci-dessous est exigé pour toutes

Plus en détail

DEVELOPED BY INSTALL KEYCODE

DEVELOPED BY INSTALL KEYCODE DEVELOPED BY INSTALL KEYCODE SOMMAIRE DÉMARRAGE... 2 COMMANDES... 3 INTRODUCTION... 3 LE JEU... 4 SUPPORT TECHNIQUE... 13 GARANTIE... 14 1 DÉMARRAGE Installation Installation de Les Experts : Crime Scene

Plus en détail

Science. «N avance rien que tu ne sois capable de prouver.» La Science. au service de la Justice! LABORATOIRE DE SCIENCES JUDICIAIRES ET DE MÉDECINE

Science. «N avance rien que tu ne sois capable de prouver.» La Science. au service de la Justice! LABORATOIRE DE SCIENCES JUDICIAIRES ET DE MÉDECINE LABORATOIRE DE SCIENCES JUDICIAIRES ET DE MÉDECINE LÉGALE Science au service de la Justice! La Science «N avance rien que tu ne sois capable de prouver.» Dr Wilfrid Derome (1877 1931) Médecin légiste et

Plus en détail

Fait du jour : France : chasse à l'homme

Fait du jour : France : chasse à l'homme Fait du jour : France : chasse à l'homme Exercices 1 Où, quoi, pourquoi? Cochez la bonne réponse en fonction de ce que vous entendez. Où a lieu cette chasse à l'homme? à Paris dans le quartier de la Défense

Plus en détail

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya 3. Identification du sol. 3.1. Généralités. On a procédé à faire une identification du sol en ce qui concerne ses propriétés, indices et son état initial. Ceci pour identifier, sur un profil de 5 m de

Plus en détail

Crache Test. Dr. Sc. Pharm. Sarah Wille INCC

Crache Test. Dr. Sc. Pharm. Sarah Wille INCC Crache Test Dr. Sc. Pharm. Sarah Wille INCC Présentation générale Pourquoi détecter des drogues dans la salive? Quelle est l'utilité d'une analyse complémentaire en laboratoire? Quels sont les premiers

Plus en détail

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI? LA MÉTHAMPHÉTAMINE est un produit stupéfiant illicite, synthétisé à partir de substances chimiques, également connu sous le nom de «crystal» ou «crystalmet», «ice»,

Plus en détail

Produits CONFORT DU SENIOR ET MAD

Produits CONFORT DU SENIOR ET MAD Produits CONFORT DU SENIOR ET MAD Aide au quotidien Ecrase comprimés - Réf. 25369 Pour faciliter la prise de comprimés (médicaments, vitamines...), équipez vous de cet écrase comprimé. Produit 2 en 1:

Plus en détail

d- A l aide de la relation de grandissement et de la relation de Chasles OA = OA + AA, retrouver la

d- A l aide de la relation de grandissement et de la relation de Chasles OA = OA + AA, retrouver la DEVOIR SURVEILLÉ SCIENCES PHYSIQUES PREMIÈRE S THÈME : OBSERVER VISION IMAGE COULEUR DS 0 A 0 NOM :... PRÉNOM :... CLASSE :... DATE :... On prendra soin tout au long du devoir de justifier et de rédiger

Plus en détail

Le mind mappind, un outil transversal de visualisation et d exploitation de l information au service des professionnels de l I&D

Le mind mappind, un outil transversal de visualisation et d exploitation de l information au service des professionnels de l I&D Le mind mappind, un outil transversal de visualisation et d exploitation de l information au service des professionnels de l I&D 2 Le mind mapping : un outil au service 1. De la Gestion de l information

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

Peau et soleil. Prévention et comportement. Syndicat National des Dermato-Vénéréologues avec le soutien des Laboratoires Vichy

Peau et soleil. Prévention et comportement. Syndicat National des Dermato-Vénéréologues avec le soutien des Laboratoires Vichy Peau et soleil Prévention et comportement La peau : un organe vital La Peau en chiffres Organe le plus lourd du corps humain : 4,5 kilos Surface : 2 m 2 Nombre de poils sur le corps : 200 000 à 1 million

Plus en détail

D où viennent les couleurs de l arc en ciel?

D où viennent les couleurs de l arc en ciel? Matériel : Lampe lumière blanche, prisme, lentille convergente, moteur, disque de Newton. Playmobil de différentes couleurs, lampe et filtres colorés. D où viennent les couleurs de l arc en ciel? 1. Observations

Plus en détail

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS ISO/IEC 17025 Chapitre 5 : EXIGENCES TECHNIQUES QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE Nicole GRABY PA/PH/OMCL (07)

Plus en détail

Preuve en matière pénale et progrès technique et scientifique

Preuve en matière pénale et progrès technique et scientifique Preuve en matière pénale et progrès technique et scientifique réf.: PEN-045 Public-cible La formation est obligatoire pour : Les magistrats du parquet de première instance qui ont été nommés après le 1

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Le polissage par laser

Le polissage par laser B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 Le polissage par laser Contexte Un traitement de surface est généralement réalisé dans le but d améliorer les caractéristiques

Plus en détail

Etablis un constat de l expérience et essaie d expliquer le phénomène :

Etablis un constat de l expérience et essaie d expliquer le phénomène : Défi : La lumière est-elle blanche? un disque compact, une lampe de poche 1. Eclaire le CD. Ton hypothèse s est-elle vérifiée? 1 Défi : La lumière est-elle blanche? un miroir, une cuvette, de l eau, une

Plus en détail

CONTROLE DES EQUIPEMENTS D UN VEHICULE ELECTRIQUE OU HYBRIDE SOMMAIRE 1 OBJET ET DOMAINE D APPLICATION... 2

CONTROLE DES EQUIPEMENTS D UN VEHICULE ELECTRIQUE OU HYBRIDE SOMMAIRE 1 OBJET ET DOMAINE D APPLICATION... 2 Transports INSTRUCTION TECHNIQUE A 1/13 SOMMAIRE 1 OBJET ET DOMAINE D APPLICATION... 2 2 REFERENCES NORMATIVES ET REGLEMENTAIRES... 2 3 DEFINITIONS ET ABREVIATIONS... 2 4 PRESCRIPTIONS... 5 4.1 TESTS DE

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

BP Génie Climatique Le brûleur fuel à air soufflé C.F.A.B REIMS

BP Génie Climatique Le brûleur fuel à air soufflé C.F.A.B REIMS BP Génie Climatique Le brûleur fuel à air soufflé C.F.A.B REIMS Stockage non enterré Capacité maximale de 2 500 litres Le stockage peut être implanté en rez-de-chaussée ou en sous-sol. Le local doit être

Plus en détail

STAIRDESIGNER : pour plus d information sur StairDesigner et notre service StairFile visitez notre site Internet : www.stairdesigner.

STAIRDESIGNER : pour plus d information sur StairDesigner et notre service StairFile visitez notre site Internet : www.stairdesigner. Le service StairFile Ce service vous permet d avoir l ensemble des fichiers pour construire votre escalier à partir d un plan d escalier conçu avec StairDesigner. Ce service comprend deux aspects : La

Plus en détail

1. PRESENTATION GENERALE DU PRODUIT

1. PRESENTATION GENERALE DU PRODUIT 1. PRESENTATION GENERALE DU PRODUIT 1.1 Mise en situation : A quoi servent les pneus? Les pneus sont des éléments qui relient la voiture à la route. Ils doivent donc être en parfait état pour remplir leurs

Plus en détail

Référence CNRFID : AO 006. Cahier des charges Démonstrateur pour la traçabilité de matériaux composites - V5 du 4 avril 2011 -

Référence CNRFID : AO 006. Cahier des charges Démonstrateur pour la traçabilité de matériaux composites - V5 du 4 avril 2011 - Référence CNRFID : AO 006 Cahier des charges Démonstrateur pour la traçabilité de matériaux composites - V5 du 4 avril 2011 - Table des Matières 1. Introduction... 3 2. Synthèse du besoin... 3 2.1 Suivi

Plus en détail

Étude de validation du Bluestar Forensic

Étude de validation du Bluestar Forensic Étude de validation du Bluestar Forensic I. Matériels et matières utilisés II. des tests 2.1. Détermination du seuil de sensibilité du kit Bluestar 2.2. Détermination de taches en fonction de leur volume

Plus en détail

EVALUATION CLINIQUE DE L EFFICACITE D UN TRAITEMENT DES VERGETURES PAR EXPOSITION À DES SOURCES LUMINEUSES MONOCHROMATIQUES (Medica Light System )

EVALUATION CLINIQUE DE L EFFICACITE D UN TRAITEMENT DES VERGETURES PAR EXPOSITION À DES SOURCES LUMINEUSES MONOCHROMATIQUES (Medica Light System ) EVALUATION CLINIQUE DE L EFFICACITE D UN TRAITEMENT DES VERGETURES PAR EXPOSITION À DES SOURCES LUMINEUSES MONOCHROMATIQUES (Medica Light System ) Dr S. Boisnic, Dr L. Bénichou, M.C. Branchet. Hôpital

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

Rolux 5G. L alliance du design et de la performance

Rolux 5G. L alliance du design et de la performance Rolux 5G L alliance du design et de la performance LE ROLUX 5G, UN SYSTÈME INNOVANT D ÉVACUATION DES FUMÉES Vous souhaitez un système permettant d allier performance et esthétisme? C est désormais possible

Plus en détail

Par Christophe Sireix / Prothésiste Dentaire

Par Christophe Sireix / Prothésiste Dentaire ADJOINTE CAD/CAM Par Christophe Sireix / Prothésiste Dentaire 16 Tech. Dent. N 342-06/15 L ASIGA pro075 Une mini imprimante très précise L imprimante ASIGA pro075 utilisée dans notre centre est une machine

Plus en détail

COCAÏNE crack ou free base

COCAÏNE crack ou free base COCAÏNE crack ou free base QU EST-CE QUE C EST? C La cocaïne est une substance psychoactive d'origine végétale, extraite des feuilles de cocaïer. C Une fois transformée par un procédé chimique, elle devient

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 4 Les lampes au quotidien Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus Différentes sources de lumière : étoiles, lampes variées, laser, DEL,

Plus en détail

Thermique. Le désherbage. repères

Thermique. Le désherbage. repères Thermique thermique est une spécificité des systèmes biologiques qui trouve sa place dans des systèmes légumiers. Elle représente un coût important pour l exploitation qui justifie une fiche spécifique

Plus en détail

1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS)

1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS) 1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS) La sensibilité de ce système est 10 fois supérieure à celle des détecteurs ponctuels. Surface couverte par détecteur Page 1

Plus en détail

OPTIQUE 2 La couleur des objets

OPTIQUE 2 La couleur des objets OPTIQUE 2 La couleur des objets ACTIVITES Activité 1 : Comprendre l origine de la couleur des objets Expérience A : Éclairer des écrans en lumière blanche Réponses aux questions 1. Le seul écran qui diffuse

Plus en détail

Les drogues au XIX et XXémé siècle

Les drogues au XIX et XXémé siècle Les drogues au XIX et XXémé siècle Définition Une drogue est un composé chimique, biochimique ou naturel. Elle permet d'altérer une ou plusieurs activités neuronales, elle peut également perturber les

Plus en détail

Microscopie électronique en biologie

Microscopie électronique en biologie Microscopie électronique en biologie Objectif de la microscopie en biologie Imager des structures, Co-localiser les protéines ou certaines molécules Acquisition In vivo A haute résolution Microscopie électronique

Plus en détail

DETECTION DE VOL / PIEGEAGE

DETECTION DE VOL / PIEGEAGE R1 POUDRES DE DETECTION INVISIBLE UVA201 DETECTION INVISIBLE : POUDRES DE DETECTION INVISIBLES FLUORESCENTES : Ces poudres fluorescentes brillantes, disponibles en 7 couleurs naturelles, s'allient avec

Plus en détail

ASPECTS MEDICO-LEGAUX DES TRAUMATISMES SEVERES NIMES 8 JANVIER 2015. Département de médecine légale Pôle URGENCES CHU de Montpellier

ASPECTS MEDICO-LEGAUX DES TRAUMATISMES SEVERES NIMES 8 JANVIER 2015. Département de médecine légale Pôle URGENCES CHU de Montpellier ASPECTS MEDICO-LEGAUX DES TRAUMATISMES SEVERES NIMES 8 JANVIER 2015 Département de médecine légale Pôle URGENCES CHU de Montpellier REORGANISATION DE LA MEDECINE LEGALE CREATION en 2011 UNITES MEDICOJUDICIAIRES

Plus en détail

Le Papier, un Patrimoine fragile. Thomas Wierzbinski Conservateur des musées de Montélimar Restaurateur d oeuvres graphiques

Le Papier, un Patrimoine fragile. Thomas Wierzbinski Conservateur des musées de Montélimar Restaurateur d oeuvres graphiques Le Papier, un Patrimoine fragile Thomas Wierzbinski Conservateur des musées de Montélimar Restaurateur d oeuvres graphiques Les papiers Chiffon de lin vergé De 1336 à nos jours Fabrication artisanale Pâte

Plus en détail

BROCHURE TECHNIQUE. Cout et Mode D emploi pour : MURS INTERIEURS MURS EXTERIEURS TOIT TOIT COUVERT. Par kit de produits et par Mètre carré

BROCHURE TECHNIQUE. Cout et Mode D emploi pour : MURS INTERIEURS MURS EXTERIEURS TOIT TOIT COUVERT. Par kit de produits et par Mètre carré BROCHURE TECHNIQUE Cout et Mode D emploi pour : MURS INTERIEURS MURS EXTERIEURS TOIT TOIT COUVERT Par kit de produits et par Mètre carré Dépliant technique TIXOS - Mortier thixotropique thermo-réfringent

Plus en détail

Guide pratique sur Utilisation du matériel de présentation pédagogique

Guide pratique sur Utilisation du matériel de présentation pédagogique Guide pratique sur Utilisation du matériel de présentation pédagogique Sommaire 1 Introduction 3 2 Tableau Blanc 3 3 Tableau papier 4 4 Rétroprojecteur 5 5 Projecteur de diapositives 6 5.1 Le matériel

Plus en détail

AUFFRAY Guillaume PALIX Nicolas SERRE Samuel. Intégrité des serveurs

AUFFRAY Guillaume PALIX Nicolas SERRE Samuel. Intégrité des serveurs AUFFRAY Guillaume PALIX Nicolas SERRE Samuel Intégrité des serveurs Plan de la présentation Intégrité physique Construction de la salle Intégrité des sauvegardes Protection des PC portables Protection

Plus en détail

TNKID. Code: FTS 1007 026 Description: siège opérationnel de tout usage

TNKID. Code: FTS 1007 026 Description: siège opérationnel de tout usage Code: Description: siège opérationnel de tout usage PIEDS DESCRIPTION Dossier en resille en Polypropylène (P.P.) et 0 % de fibre de verre injecté avec une épaisseur entre mm minimum et de 0 maximum sur

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies PREMIERE SESSION 2012-2013 Épreuve de Biotechnologies-Chimie Biochimie Sciences du vivant Durée :

Plus en détail

Scène de crime et indices matériels Sensibilisation du personnel non spécialisé

Scène de crime et indices matériels Sensibilisation du personnel non spécialisé Scène de crime et indices matériels Sensibilisation du personnel non spécialisé Section scientifique et du laboratoire OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne Scène de crime et indices

Plus en détail

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 100 S.T. 1.1 Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique 2015-05-14 (révision 4) Comment fonctionne

Plus en détail

Les prélèvements pour expertise toxicologique Docteur E. Saussereau Expert près la Cour d Appel de Rouen Laboratoire de Toxicologie Groupe Hospitalier du Havre Introduction Toxicologie médico-légale Examen

Plus en détail

Gravure et la Découpe Laser

Gravure et la Découpe Laser Manuel pour la Gravure et la Découpe Laser www.troteclaser.com Trucs et Astuces pour travailler avec une machine laser Trotec Table des matières 3 Introduction 3 Que peut faire un laser? 4 Les sources

Plus en détail

Le dessin technique. Le dessin technique doit être compris par tous. Pour cela, il doit y quelques règles de présentation.

Le dessin technique. Le dessin technique doit être compris par tous. Pour cela, il doit y quelques règles de présentation. 1/5 Le dessin technique ou dessin industriel est un élément essentiel de la communication technique. Il s agit d un ensemble de conventions de représentation des objets qui assurent que l objet produit

Plus en détail

RIEN QUE POUR VOS YEUX

RIEN QUE POUR VOS YEUX RIEN QUE POUR VOS YEUX Ceux qui ne regardent pas bien ne voient pas les dangers qui les entourent. Presque chaque jour, les travailleurs sont confrontés sur leur lieu de travail à un large éventail de

Plus en détail

What s in the experiment bag?

What s in the experiment bag? What s in the experiment bag? Dans votre kit d expériences, vous trouverez Un laser pointeur violet (405 nm) sans pile (Utilisez deux piles crayon AAA ; le côté + à placer dans le fond du capuchon.) Un

Plus en détail

traitement efficace de l'humidité ascensionnelle www.dryzone.fr rapide simple efficace respecte l'environnement

traitement efficace de l'humidité ascensionnelle www.dryzone.fr rapide simple efficace respecte l'environnement traitement efficace de l'humidité ascensionnelle www.dryzone.fr rapide simple efficace respecte l'environnement L humidité ascensionnelle Les conséquences de l humidité ascensionnelle se manifestent sous

Plus en détail

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme République Démocratique du Congo Ministère de la Santé Programme National de Lutte Contre le Paludisme Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme Ces planches visent à améliorer le diagnostic

Plus en détail

La thermographie infrarouge

La thermographie infrarouge La thermographie infrarouge Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction Définition 1 Le rayonnement électromagnétique

Plus en détail