L École nationale des pompiers du Québec. Dans le cadre de son programme de formation Pompier I

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L École nationale des pompiers du Québec. Dans le cadre de son programme de formation Pompier I"

Transcription

1 L École nationale des pompiers du Québec Dans le cadre de son programme de formation Pompier I

2 QUATRIÈME ÉDITION MANUEL DE LUTTE CONTRE L INCENDIE EXPOSÉ DU PROGRAMME D ÉTUDES POMPIER 1 SUJET 4

3 Énergie et travail Énergie = Capacité de faire un travail 15 m (50 pi) Travail = Force appliquée à un objet sur une distance donnée

4 Puissance 30 secondes 15 m (50 pi) Puissance = Quantité d énergie produite pendant une période p de temps donnée

5 Verticale Horizontale Transfert de chaleur d un objet à un autre par l intermédiaire d un matériau conducteur.

6 Transmission de la chaleur par le déplacement de liquides ou de gaz chauffés

7 Rayonnement Ondes électromagnétiques tiques circulant dans l espace l jusqu à ce qu elles touchent un objet solide.

8 Feu On appelle «feu» l oxydation rapide accompagnée de chaleur et de lumière d intensitd intensité variable Feu rapide Oxydation rapide du combustible

9 Tétraèdre du feu Chaleur Réducteur (combustible) Réaction chimique en chaîne Oxydant Oxydant Réducteur (combustible) Chaleur Réaction chimique en chaîne

10 Oxygène et combustion 21 % 18 % d oxygène d oxygène 14 % d oxygène (ne soutient pas la combustion vive ni la respiration)

11 Sources de combustibles Seuls les gaz brûlent. Matières solides + pyrolyse = gaz de combustion Matières liquides + vaporisation = gaz de combustion Matières gazeuses = gaz de combustion

12 Pyrolyse Mélange inflammable d air et de gaz combustibles Énergie thermique

13 Vaporisation Mélange inflammable de vapeurs et d air Zone de mélange vapeurs

14 Énergie thermique chimique Chaleur de combustion (ignition : état des corps en combustion) Auto-échauffement (aucune source de chaleur externe) Résine Peinture

15 Énergie thermique électrique Échauffement par une résistancer (courant circulant dans un conducteur) Fuite de courant (conducteur insuffisamment isolé) Rallonge Production d un d arc électrique Surcharge Électricité statique

16 Énergie thermique d origine mécaniquem Friction ou frottement

17 Énergie thermique nucléaire

18 Réaction chimique en chaîne 1. Le combustible chauffé dégage des vapeurs. 2. Les vapeurs se combinent pour créer de nouveaux composés. s. oxygène Nouveaux composés Vapeurs inflammables oxygène 3. Les nouveaux composés s se combinent avec l oxygl oxygène et s enflamment. Combustible chauffé

19 Développement de l incendiel Baisse de température Formation de la colonne de flammes Chaleur Formation d une couche de gaz au niveau du plafond

20 Embrasement généralisg ralisé Conditions avant un embrassement généralisg ralisé Embrasement généralisg ralisé Circulation de la fumée La température de la pièce dépasse C (900 0 F). Les gaz et toutes les surfaces combustibles brûlent.

21 Combustion généralisg ralisée Circulation de la fumée

22 Tourbillon de flammes Les vapeurs surchauffées s enflamments Progression du tourbillon de flammes au niveau du plafond

23 Stratification thermique Chaleur extrême Chaleur moyenne Chaleur faible Déséquilibre thermique

24 Signes indiquant la possibilité d une explosion de fumée Bouffée e de fumée Fumée e jaune- gris Murs trop brûlants pour qu on puisse les toucher Lueur orange terne ou aucune flamme Fenêtres noircies Fenêtres qui vibrent Verre brûlant intact

25 Explosion de fumée. Faible taux d oxygène. Chaleur intense. Feu couvant. Fortes concentrations de vapeurs combustibles Risque d explosion de fumée L introduction d oxygène peut entraîner une inflammation explosive Explosion de fumée

26 Produits de combustion Particules de carbone Dioxyde de soufre Vapeur d eau d Fumée Flammes Chaleur Lumière Vapeurs inflammables Monoxyde de carbone Cyanure d hydrogd hydrogène Dioxyde de carbone Combustible Oxygène Oxygène

27 Méthodes d extinction d Réduction de la chaleur Retrait des combustibles Suppression de l oxygène Interruption de la réactionr chimique en chaîne

28 Feux de classe A Matières : combustibles ordinaires. Bois. Papier. Caoutchouc. Plastiques Méthodes d extinction :. Refroidir à l aide de l eaul. Noyer à l aide d eau ou de mousse de classe A

29 Feux de classe B Essence Matières :. Liquides. Graisses. Gaz Méthodes d extinction :. Interruption de la réaction chimique en chaîne. Étouffement ou isolement par privation d oxygd oxygène. Retrait du combustible. Réduction de la chaleur

30 Feux de classe C Matières : Matériel électrique sous tension Méthodes d extinction :. Agent d extinctiond non conducteur (halon, poudre chimique, gaz carbonique. Couper l alimentationl des circuits sous tension et utiliser les méthodes d extinctiond pour les feux de classe A ou B

31 Feux de classe D Matières : Métaux combustibles. Magnésium. Titane. Zirconium. Potassium. Lithium. Calcium. Zinc Méthodes d extinction :. Étouffement au moyen d agentsd extincteurs en poudre sélectionnés s en fonction du combustible.

Photo tirée du site www.swissfire.ch

Photo tirée du site www.swissfire.ch Danger incendie Photo tirée du site www.swissfire.ch Introduction Tout bâtiment ou construction est vulnérable au feu, il importe donc que des mesures et des dispositions préventives soient mises en œuvre

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 TRANSPORT: Classement du produit pour le transporteur Le classement du produit Chemtane 2 pour le transporteur est le suivant:

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

SECURITE INCENDIE. prévention des incendies et de la panique

SECURITE INCENDIE. prévention des incendies et de la panique prévention des incendies et de la panique E n tant qu établissement recevant du public, un musée est soumis dès sa conception aux obligations réglementaires en matière de prévention des incendies et de

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Boeing 777-228ER immatriculé F-GSPK Date et heure 8 décembre 2010 à 6 h 10 (1) Exploitant 2 - RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES

Boeing 777-228ER immatriculé F-GSPK Date et heure 8 décembre 2010 à 6 h 10 (1) Exploitant 2 - RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES Feu en cabine en croisière (1) Sauf précision contraire, les heures figurant dans ce rapport sont exprimées en temps universel coordonné (UTC). Aéronef Boeing 777-228ER immatriculé F-GSPK Date et heure

Plus en détail

Prévention et sécurité dans les établissements hospitaliers et assimilés

Prévention et sécurité dans les établissements hospitaliers et assimilés Prévention et sécurité dans les établissements hospitaliers et assimilés Aide-mémoire Edition juin 2005 [Table des matières] Page 1 Généralités 1 2 Les mesures constructives 1 3 Les installations techniques

Plus en détail

Essais de résistance au feu

Essais de résistance au feu Essais de résistance au feu Cloisons 98-48 avec plaques de plâtre EI60 (coupe feu 1heure) DTU 25-41 Livret technique 4 - Octobre 2009 Le Service Recherche & Développement SOMMAIRE Préambule page 3 Construire

Plus en détail

Normes au feu des applications électrotechniques et électroniques :

Normes au feu des applications électrotechniques et électroniques : Normes au feu des applications électrotechniques et électroniques : Conséquences sur les mécanismes d ignifugation retenus Innov Days : Les plastiques ignifugés 7 Novembre 2013, Lyon Jean-Marie MALDJIAN

Plus en détail

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE Abscisse : dans un graphique, l abscisse est l axe parallèle au bord inférieur de la feuille ou au horizontal au tableau. On représente généralement le temps sur l abscisse. Air : l air est un mélange

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Présentation par : Mario St-Onge 14 novembre 2013

Présentation par : Mario St-Onge 14 novembre 2013 Présentation par : Mario St-Onge 14 novembre 2013 Qu'est-ce que le monoxyde de carbone? C est le produit de la combustion incomplète des combustibles. Combustibles fossiles -Gaz naturel ou en bouteille

Plus en détail

CONSIGNES DE COMPORTEMENT EN CAS D URGENCE : COMMUNES DU HAUT PLATEAU

CONSIGNES DE COMPORTEMENT EN CAS D URGENCE : COMMUNES DU HAUT PLATEAU CONSIGNES DE COMPORTEMENT EN CAS D URGENCE : COMMUNES DU HAUT PLATEAU V.2011 Incendie Classes de feu : CLASSE A CLASSE B CLASSE C CLASSE D CLASSE F Signalétique Dénomination Feux de matériaux solides Feux

Plus en détail

Quels travaux confier à un professionnel?

Quels travaux confier à un professionnel? CONSEILS AUX PARTICULIERS Travaux dangereux dans votre logement Quels travaux confier à un professionnel? Vous voulez réaliser des travaux chez vous, attention, certains présentent des risques importants!

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu Extinction Choisissez votre système d extinction Qu'est-ce qu'un système d extinction? Dans un système de protection incendie, il ne suffit pas de détecter et de mettre en sécurité. Il est souvent nécessaire

Plus en détail

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL ) Les degrés jour unifiés : Les degrés jour unifiés ou DJU permettent de réaliser des estimations de consommation d'énergie thermique pour le chauffage d un bâtiment

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?.

Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?. Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?. combustion_chaudiere.html Schéma de principe d une chaudière de production de vapeur Plan Ti d une boucle vapeur 1/9 La vapeur d eau est généralement

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGFAR/SDTE/SDC/N2005-5035 Date: 27 octobre 2005

NOTE DE SERVICE DGFAR/SDTE/SDC/N2005-5035 Date: 27 octobre 2005 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE DIRECTION GENERALE DE LA FORET ET DES AFFAIRES RURALES Sous-direction travail et emploi Sous-direction du cheval Bureau : réglementation et de la sécurité au travail

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre.

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre. PAGE : 1 Situation : Les établissements doivent être protégés contre les incendies. Suivant leur catégorie, les systèmes de sécurité incendie (SSI) à mettre en place sont plus ou moins complexes. A l issue

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Fiche de données de sécurité PARTIE 1 : IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ /DE L ENTREPRISE Nom du produit : PILES ALCALINES DURACELL Identification du produit : Piles alcaline

Plus en détail

Document Cadre Plan de Formation Sécurité incendie

Document Cadre Plan de Formation Sécurité incendie Document Cadre Plan de Formation Sécurité incendie Formation du personnel contre les risques d incendie et de panique dans un établissement de santé. Les sinistres récemment survenus dans les établissements

Plus en détail

Identifier Stocker Distribuer Transformer

Identifier Stocker Distribuer Transformer Les énergies dans les transports Stocker Distribuer Transformer JPS - MAZAMET _ACT6_Energies.pub - 1 Les différentes énergies utilisées dans les transports... Tâche 1 IDENTIFIER LES ÉNERGIES... Dans le

Plus en détail

Manipulation et entreposage sécuritaires des bouteilles de gaz comprimés

Manipulation et entreposage sécuritaires des bouteilles de gaz comprimés Un organisme paritaire en santé et sécurité du travail Manipulation et entreposage sécuritaires des bouteilles de gaz comprimés par Jean-Rémi Brabant Conseiller en prévention, ASFETM 26e Colloque en SST

Plus en détail

L ÉLECTRICITÉ C EST QUOI?

L ÉLECTRICITÉ C EST QUOI? L ÉLECTRICITÉ C EST QUOI? L électricité est le moyen de transport de l énergie! L électricité, comme l énergie, est présente dans la nature mais on ne la voit pas. Sauf quand il y a un orage! L électricité

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

Notre enquête chez les pompiers de Dottignies

Notre enquête chez les pompiers de Dottignies Notre enquête chez les pompiers de Dottignies Questions proposées pour notre enquête chez les pompiers Equipe 1 (Emilie, Laura, Arnaud, Myriem) 1. Qu est-ce que vous avez dans les bonbonnes que vous portez

Plus en détail

Installation d un poêle à bois. Préparé par la Sécurité incendie de Sept-Îles

Installation d un poêle à bois. Préparé par la Sécurité incendie de Sept-Îles Installation d un poêle à bois Préparé par la Sécurité incendie de Sept-Îles Novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1. Avant l installation... 1 2. Pendant l installation... 1 3. Après l installation... 1 4.

Plus en détail

Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement

Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Renforcer la compétitivité des entreprises françaises des secteurs forêt, bois, pâte à papier, bois construction, ameublement face à la mondialisation et à la concurrence inter-matériaux Institut technologique

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

modèle d atelier de LECTURE-ÉCRITURE

modèle d atelier de LECTURE-ÉCRITURE modèle d atelier de LECTURE-ÉCRITURE à partir du tableau SIMDUT et des fiches signalétiques Les commissions scolaires, les experts de la formation en entreprise. Durée : 3 heures Les étapes de l atelier

Plus en détail

Gaz comprimés. Gaz comprimés Page 1 sur 9

Gaz comprimés. Gaz comprimés Page 1 sur 9 Gaz comprimés Gaz comprimés Page 1 sur 9 Introduction De nombreux gaz comprimés sont utilisés dans les laboratoires et instituts de l'université. Il s agit notamment des gaz à caractère médicaux (oxygène,

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

Les immeubles résidentiels et commerciaux disposent

Les immeubles résidentiels et commerciaux disposent LES AMÉNAGEMENTS USUELS DES IMMEUBLES Les immeubles résidentiels et commerciaux disposent normalement d installations et d aménagements relativement similaires qui répondent aux normes applicables et aux

Plus en détail

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet 832.314.12 du 5 avril 1966 (Etat le 1 er mai 1966) Le Conseil

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

L ÉLECTRICITÉ, C EST QUOI?

L ÉLECTRICITÉ, C EST QUOI? L ÉLECTRICITÉ, C EST QUOI? L'électricité est le moyen de transport de l'énergie! L électricité, comme l énergie, est présente dans la nature mais on ne la voit pas. Sauf quand il y a un orage! L électricité

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships.

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships. les pneus sont sécuritaires LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Réutiliser un vieux pneu dans un Earthship, où il devient une ressource utile et passe le reste de son temps dans

Plus en détail

PROTECTION DU CORPS INfORmaTIONS TEChNIqUES

PROTECTION DU CORPS INfORmaTIONS TEChNIqUES PROTECTION DU CORPS INfORmaTIONS TEChNIqUES Destinés essentiellement à protéger contre les salissures, les vêtements de travail permettent également de valoriser l image des entreprises (personnalisation

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS

LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS F I C H E P R E V E N T I O N N 1 6 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS INTRODUCTION Dans le cadre d activités réalisées principalement par les services techniques

Plus en détail

BALAIS Moteur (charbons)

BALAIS Moteur (charbons) BALAIS Moteur (charbons) 1/ Rôle a) Pour les machines électriques comportant des bagues (alternateur moteur asynchrone) : moteur universel Les balais doivent maintenir un contact constant avec la bague

Plus en détail

1 Clean Tuesday 03-2010 26/03/2010

1 Clean Tuesday 03-2010 26/03/2010 1 Clean Tuesday 03-2010 Un jeune homme israélien de 16 ans, découvre, presque par hasard, les effets de différents alliages sur l air utilisée dans les moteurs à combustion. Deux années de recherche et

Plus en détail

Réduction de la pollution d un moteur diesel

Réduction de la pollution d un moteur diesel AUBERT Maxime SUP B Professeur accompagnateur : DELOFFRE Maximilien SUP B Mr Françcois BOIS PAGES Simon SUP E Groupe n Réduction de la pollution d un moteur diesel Introduction L Allemand Rudolf Diesel

Plus en détail

Quelle est l importance de sans huile et sans graisse dans des systèmes d oxygène

Quelle est l importance de sans huile et sans graisse dans des systèmes d oxygène Quelle est l importance de sans huile et sans graisse dans des systèmes d oxygène 1. Préface Oxygène la manipul de ce gaz vital est plus complexe que l on pourrait penser en regardant la respir journalière.

Plus en détail

Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance?

Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance? Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance? En matière d'incendie, les moyens de prévention réelle et de protection

Plus en détail

AF 2014-2015. Secteur. Titre. Comité. multimédia et récepteurs. Luminaires. nucléaires. Aspects systèmes Réseaux industriels

AF 2014-2015. Secteur. Titre. Comité. multimédia et récepteurs. Luminaires. nucléaires. Aspects systèmes Réseaux industriels Demandes approuvées au regard du CAN-P-2018 AF 2014-2015 Comité CEI/CISPR/A CEI/CISPR/I CEI/SC17A CEI/SC31G CEI/SC31J CEI/SC34D CEI/SC45A CEI/SC45B CEI/SC62A Titre Mesures des perturbations radioélectriques

Plus en détail

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 RAISON SOCIALE JOHNSONDIVERSEY FICHE DE DONNEES DE SECURITE RISQUES SPECIFIQUES NON CLASSE 1 IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE - NOM DU PRODUIT RAID PIEGES ANTI-FOURMIS

Plus en détail

CHAPITRE III : L énergie utilisée dans le fonctionnement des objets techniques

CHAPITRE III : L énergie utilisée dans le fonctionnement des objets techniques CHAPITRE III : L énergie utilisée dans le fonctionnement des objets techniques Le catamaran est un voilier. Il utilise donc une voile, qui capte le vent, pour se déplacer. Ainsi, l énergie nécessaire au

Plus en détail

déversements de pétrole? convertisseur catalytique? convertisseur catalytique? catalytique en bon état?

déversements de pétrole? convertisseur catalytique? convertisseur catalytique? catalytique en bon état? Des oxydes d azote se forment à haute température Les gaz d échappement contiennent aussi des oxydes d azote comme NO(g) et NO2(g) (section 5.1). L azote gazeux est normalement très peu réactif. Par contre,

Plus en détail

Chauffage par inertie Caladia

Chauffage par inertie Caladia www.caladia.at Chauffage par inertie Caladia Plus qu'un chauffage. Innovateur Ecologique Economique Plus qu'un chauffage. Le nouveau chauffage par inertie Caladia H12 (1500x500x80 mm, 1500 W) Detail H12

Plus en détail

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Carrefour ARRAS Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Page / 4 Site : Carrefour ARRAS Expertise Identité complète Responsable : M. Bidon Paul rue des Sachets 600 ARRAS Date d'audit : 06/05/00 Consultant

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D'AUTORISATION. BATIMENT SIS : Commune : Localité : Article cadastral : Rue et n : Affectation de l'ouvrage :

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D'AUTORISATION. BATIMENT SIS : Commune : Localité : Article cadastral : Rue et n : Affectation de l'ouvrage : Secteur prévention Etablissement cantonal d'assurance et de prévention Place de la Gare 4, Case postale, 2002 Neuchâtel Tél. 032 889 62 22 www.ecap-ne.ch Fax 032 889 62 33 ecap.prevention@ne.ch QUESTIONNAIRE

Plus en détail

Grâce à la technique à condensation, le chauffage au mazout est encore plus attractif et économique

Grâce à la technique à condensation, le chauffage au mazout est encore plus attractif et économique Le chauffage au mazout moderne Grâce à la technique à condensation, le chauffage au mazout est encore plus attractif et économique La technique à condensation Plus de puissance moins de consommation Le

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE ET DE LA SOCIÉTÉ. APPLICATION ET UTILISATION: Huile en aérosol pour contact accidentel avec la nourriture (ACIA N).

IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE ET DE LA SOCIÉTÉ. APPLICATION ET UTILISATION: Huile en aérosol pour contact accidentel avec la nourriture (ACIA N). FICHE SIGNALÉTIQUE SECTION #1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE ET DE LA SOCIÉTÉ NOM COMMERCIAL: NEVASTANE LUBE AEROSOL NOMS CHIMIQUES ET SYNONYMES: MÉLANGE NOM ET ADRESSE DU FABRICANT: TOTAL LUBRIFIANTS

Plus en détail

L INCENDIE CHEZ VOUS. Comment l éviter? Que faire s il survient? Brigade de sapeurs-pompiers de Paris

L INCENDIE CHEZ VOUS. Comment l éviter? Que faire s il survient? Brigade de sapeurs-pompiers de Paris L INCENDIE CHEZ VOUS Comment l éviter? Que faire s il survient? Brigade de sapeurs-pompiers de Paris P. 6 P. 10 P. 16 P. 17 Le risque incendie p. 4 La chambre p. 6 Le salon et sa cheminée p. 8 La cuisine

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

GUIDE D ACHAT PATRULL. Produits sécurité enfant et maison

GUIDE D ACHAT PATRULL. Produits sécurité enfant et maison GUIDE D ACHAT PATRULL Produits sécurité enfant et maison Une vie plus sûre à la maison À la maison plus que n importe où ailleurs, sécurité rime avec tranquillité. C est pourquoi nous avons développé la

Plus en détail

13 Notions sur la combustion

13 Notions sur la combustion 1 er avril 2003 Les combustibles 344 13 Dans la plupart des cycles moteurs étudiés au chapitre 9, les quantités de chaleur nécessaires au fonctionnement du cycle sont obtenues par combustion d hydrocarbures,

Plus en détail

La Sécurité d abord. www.airliquide.fr

La Sécurité d abord. www.airliquide.fr La Sécurité d abord www.airliquide.fr édition 2014 La sécurité est notre priorité Cette brochure d information vous présente les principaux risques et règles de prévention des gaz industriels et alimentaires.

Plus en détail

Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés

Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés Exercice n : (revoir la nomenclature des alcanes) question : a) Écrire les formules semi-développées des alcanes suivants : le n-hexane le -méthylpentane

Plus en détail

Normes CE Equipements de Protection Individuelle

Normes CE Equipements de Protection Individuelle E. P. I D O C U M E N T D I N F O R M A T I O N Normes CE Equipements de Protection Individuelle Normes CE EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE Définitions : E.P.I : Tout dispositif ou moyen destiné

Plus en détail

LORS DE L UTILISATION DE LA CHAUSSEE POUR DES MANIFESTATIONS PROVISOIRES À L INTERIEUR DES LOCALITES

LORS DE L UTILISATION DE LA CHAUSSEE POUR DES MANIFESTATIONS PROVISOIRES À L INTERIEUR DES LOCALITES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES LORS DE L UTILISATION DE LA CHAUSSEE POUR DES MANIFESTATIONS PROVISOIRES À L INTERIEUR DES LOCALITES 1. Base Les prescriptions de protection

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw.

Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw. Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw. A l extérieur on se bat contre les humeurs du temps pour évacuer la neige avec de gros engins. A l intérieur on s assied

Plus en détail

Qu est ce qu un gaz comprimé?

Qu est ce qu un gaz comprimé? Qu est ce qu un gaz comprimé? Il existe plusieurs produits à base de gaz ou de mélanges de gaz sous pression conservés dans des bouteilles 1. La plupart de ces gaz sont classés dans la catégorie des «gaz

Plus en détail

Chapitre 2. Combustion

Chapitre 2. Combustion Chapitre 2 Combustion 1 Nous étudierons dans ce chapitre le mode de production de chaleur le plus couramment rencontré dans l industrie. Nous nous limiterons au bilan énergétique et non aux processus de

Plus en détail

LES AVERTISSEURS DE MONOXYDE DE CARBONE

LES AVERTISSEURS DE MONOXYDE DE CARBONE Service régional de prévention incendie MRC de La Nouvelle-Beauce 700, Notre-Dame Nord, Bureau B Sainte-Marie, (Québec) G6E 2K9 Téléphone: (418) 387-3444 Télécopieur: (418) 387-7060 preventionincendie@nouvellebeauce.com

Plus en détail

Incendie et lieu de travail Prévention et lutte contre le feu

Incendie et lieu de travail Prévention et lutte contre le feu Incendie et lieu de travail Prévention et lutte contre le feu L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme

Plus en détail

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Xavier Kuborn 7 octobre 2014 Avec le support de la guidance technologique éco-construction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

guide domestiques des incendies Assurer son logement, c est obligatoire et utile

guide domestiques des incendies Assurer son logement, c est obligatoire et utile 12 Assurer son logement, c est obligatoire et utile Assurer son logement est une obligation légale. Si un dégât se déclare chez vous et que vous n êtes pas assuré, vous devrez supporter les frais de remise

Plus en détail

4.12 Résistance au feu du béton cellulaire

4.12 Résistance au feu du béton cellulaire 74 4.12 Résistance au feu du béton cellulaire Le béton cellulaire offre une résistance au feu excellente. Il ne contribue pas à la propagation du feu et ne développe pas de fumées toxiques pendant l incendie.

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 NOTICE DE SECURITE POUR LES ERP DE 5 E CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 Documents obligatoires à joindre à cette notice de sécurité pour le

Plus en détail

Dossier enseignant Laser et restaura!on d'œuvre d'art. Lycée. Service Éduca!on. avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.universcience.

Dossier enseignant Laser et restaura!on d'œuvre d'art. Lycée. Service Éduca!on. avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.universcience. Dossier enseignant Laser et restaura!on d'œuvre d'art avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.universcience.fr Lycée Service Éduca!on Chloé LAVIGNOTTE Présentation du document L activité «Laser et

Plus en détail

Aménagement. des sous-sols. Réglementation concernant l aménagement des sous-sols dans les habitations.

Aménagement. des sous-sols. Réglementation concernant l aménagement des sous-sols dans les habitations. Service de l urbanisme, des biens et de l aménagement Aménagement des sous-sols Réglementation concernant l aménagement des sous-sols dans les habitations. BUANDERIE REC CH.C. juin 2009 2table des matières

Plus en détail

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI Collaboration entre le CEA (Commissariat à l Énergie Atomique), l INES (Institut National de l Énergie Solaire) et Toyota, bénéficiant du soutien de l ADEME

Plus en détail

1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE

1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE FICHE DE DONNEES DE SECURITE ULTIMEG 2002T DATE DE RÉVISION : 03/02/2005 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE NOM DE PRODUIT ULTIMEG 2002T NO DE PRODUIT : U2002T DISTRIBUTEUR

Plus en détail

Les solvants. Entreposage. Les solvants

Les solvants. Entreposage. Les solvants Les solvants Entreposage L industrie de l imprimerie est une grande consommatrice de solvants. Que le procédé d impression utilisé soit la sérigraphie, la flexographie ou l offset, on retrouve des solvants

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Ingrédients No cas % Contrôlé par SIMDUT. Propane 74-98-6 >90 Oui Propylène 115-07-1 <5 Oui Hydrocarbures, C4+ 68476-44-8 <2.5 Oui

Ingrédients No cas % Contrôlé par SIMDUT. Propane 74-98-6 >90 Oui Propylène 115-07-1 <5 Oui Hydrocarbures, C4+ 68476-44-8 <2.5 Oui FICHE SIGNALÉTIQUE 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA COMPAGNIE NOM COMMERCIAL : PROPANE SYNONYMES : Diméthylméthane UTILISATION DU PRODUIT : Carburant NUMÉRO DE LA FS : 251-300 NOM DU FOURNISSEUR NUMÉROS

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Notice obligatoire en application de l Art. R 123-24 du Code de la Construction et de l Habitation pour les demandes de Permis de Construire dans les Etablissements Recevant

Plus en détail

comfor/tg 2009 Brûlures chimiques Etiquetage et reconnaissance des dangers

comfor/tg 2009 Brûlures chimiques Etiquetage et reconnaissance des dangers comfor/tg 2009 Brûlures chimiques Etiquetage et reconnaissance des dangers 1 Buts Etre capable de reconnaître les dangers indiqués sur une étiquette de produits dangereux. Connaître les pictogrammes du

Plus en détail

Petit traité de l électricité statique avec application aux ballons à gaz

Petit traité de l électricité statique avec application aux ballons à gaz Petit traité de l électricité statique avec application aux ballons à gaz Introduction L'électricité statique se rencontre partout: dans les résidences, les usines et la nature. Elle est générée en petite

Plus en détail

Mode d Emploi : RCB : 327 572 970 Page 1 de 9

Mode d Emploi : RCB : 327 572 970 Page 1 de 9 Mode d Emploi : A lire entièrement et à respecter avant toute utilisation de cet appareil. Ne jamais rajouter de produit d allumage si le foyer est en fonctionnement, attendez le refroidissement du foyer

Plus en détail

CHAUFFAGE DOMESTIQUE N 1

CHAUFFAGE DOMESTIQUE N 1 CHAUFFAGE DOMESTIQUE N 1 Objectif: S informer sur la mise en œuvre des procédés électriques de production de chaleur pour les locaux d'habitation Problème: La famille Durand possède une maison construite

Plus en détail

Vade-mecum Règles Pratiques

Vade-mecum Règles Pratiques Vade-mecum Règles Pratiques En matière de sécurité incendie conformément à la réglementation belge Arrêté royal (normes de base 1994-1997 - 2003-2007 - 2009) Et nouvelles annexes 1, 2, 3, 4 et 6 approuvées

Plus en détail