La colonne vertébrale (organisation générale et bases biomécaniques)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La colonne vertébrale (organisation générale et bases biomécaniques)"

Transcription

1 FICHE 1 La colonne vertébrale (organisation générale et bases biomécaniques) La colonne vertébrale est un axe souple, composé de vertèbres étagées les unes au dessus des autres, articulées entre elles et permettant les mouvements de grande amplitude. Les mouvements seront toujours pluri segmentaires. L organisation de la colonne vertébrale repose sur une double finalité avec la stabilité nécessitant une musculature puissante et la mobilité de grande amplitude avec un jeu articulaire adapté. L ensemble du programme fait appel à une régulation automatique qui doit coordonner 26 pièces osseuses (occipital, 7 vertèbres cervicales, 12 vertèbres thoraciques, 5 vertèbres lombaires et le sacrum). Courbures de la colonne vertébrale Rôle des courbures de la colonne vertébrale Il existe des courbures dites physiologiques. Quel est donc le rôle normal des courbures de la colonne vertébrale? On dit qu elles donnent une plus grande résistance à la colonne ce qui est vrai, mais l on a exagéré en leur appliquant les lois qui régissent les colonnes élastiques à courbure alternante. Testut et Latarjet trouvent excessifs d établir une relation stricte dans le domaine variable des corps vivants. La densité des os, la puissance des muscles et des ligaments interviennent dans la solidité de la colonne vertébrale tout autant que le nombre des courbures. Certaines vertèbres ont une position spéciale par rapport à ces courbures ; ce sont les clés de voûte de la colonne vertébrale, des vertèbres neutres et passives lors des mouvements ; il en est de même des vertèbres situées à la jonction entre les différentes courbures. La clé de voûte au niveau de la colonne vertébrale cervicale est en C5 ou C6. Par contre, les clés de voûte thoracique et lombaire sont en place normale, en T7 et L3. Organisation générale La colonne vertébrale s organise sous la forme d un trépied. Le corps vertébral est préposé à la transmission des pressions, il doit avant tout être solide. Au contraire l arc neural forme à la fois un étui protecteur de la moelle et la partie mobile de la colonne vertébrale, par l existence de ses facettes articulaires 1

2 ORGANISATION GÉNÉRALE ET BASES BIOMÉCANIQUES 2 et ses insertions des muscles moteurs. On a schématisé ces différences en disant que le corps vertébral représente l élément statique de la colonne vertébrale tandis que l arc neural est l élément dynamique ou mécanique. Cette dissociation est excessive car le corps vertébral permet les mouvements et même il conditionne l étendue du mouvement. Par contre l arc neural dirige et oriente les mouvements. La vertèbre possède deux autres propriétés avec son rôle de protection de la moëlle épinière et celle d organe hématopoiétique. Corps vertébral Les vertèbres augmentent de volume de haut en bas, et sont bien adaptées aux supports des pressions du corps lesquelles augmentent dans le même sens. L architecture interne du corps vertébral est très démonstrative. Elle est constituée des travées disposées horizontalement, de façon radiaire, de travées verticales qui se prolongent d une vertèbre à l autre et correspond bien à la transmission des pressions, et de faisceaux obliques, l un provenant de l le processus articulaire supérieure, l autre de la lame et de l le processus articulaire inférieure. La forme du corps vertébral permet des déductions mécaniques importantes. Les vertèbres cervicales ont un corps rectangulaire. Les vertèbres thoraciques l ont presque circulaire. Les vertèbres lombaires ont un corps réniforme, tendant vers la forme rectangulaire des cervicales. Cervicale, dorsale et lombaire L arc neural L arc neural est constitué par des pédicules, des processus articulaires, des lames, un processus épineux et des processus transverses. Etage cervical Les pédicules se projettent au milieu des massifs articulaires à égale distance des facettes se dirigeant en avant et en dedans de 40. Les processus articulaires supérieurs regardent en haut et en arrière, et les processus articulaires inférieurs en bas et en avant, leur inclinaison est de 45 par rapport au plan horizontal. Les lames sont quadrilatères avec un axe transversal plus grand que l axe vertical. Le ligament jaune est tendu de la face antérieure d une lame au bord supérieur de la lame sous jacente. Il est orienté dans un plan oblique en bas et en arrière et distinct de la capsule. Sa hauteur va en croissant de 5 à 7 mm à partir de C2 - C3 jusqu à 9 à 10 mm en C6 - C7. Les processus épineux de C3 à C6 sont bien développés horizontaux et bifides. Le processus épi-

3 ORGANISATION GÉNÉRALE ET BASES BIOMÉCANIQUES neux de C7 est plus incliné vers le bas et particulièrement longue. A l étage cervical supérieur le processus épineux se projette au niveau du disque intervertébral correspondant, à l étage cervical inférieur le processus épineux se projette en regard du disque intervertébral sous jaçent. Les processus transverses de C3 à C6 sont perforées dans le sens longitudinal par un trou transversaire ovalaire qui livre passage a l artère vertébrale (C 6 tubercule de Chassaignac). Le trou transversaire se situe à la base de processus transverse et livre passage à l artère vertébrale et à un plexus veineux et nerveux. Le trou transversaire est ovalaire à grand axe oblique en avant et en dehors. D après Minne (1971), le diamètre antéro postérieur moyen diminue légèrement de C6 à C3 de 6,4 mm à 5,6 mm à droite et 6,5 mm à 5,7 mm à gauche, et le diamètre transverse moyen est de 6,9 mm. Le diamètre moyen de l artère vertébrale est de 4,5 mm. Il existe souvent un orifice transversaire secondaire qui livre passage aux rameaux communicants du nerf vertébral destinés au 6 e, 5 e et 4 e nerfs cervicaux. Etage thoracique Les pédicules obliques en arrière et en dehors possèdent une échancrure inférieure plus accentuée que l échancrure supérieure. La lame de forme rectangulaire est plus haute que large. Les processus articulaires par leur forme aplatie et leur direction en arrière et très légèrement en dehors, permettent des mouvements de flexion extension et de latéralité. Cependant l appui des côtes limite grandement l amplitude du mouvement. Le processus épineux se caractérise par sa longueur et sa forte obliquité en bas, en arrière et tend à devenir verticale. Le processus transverse est oblique en dehors et en arrière et sert de relais par l intermédiaire de sa facette articulaire antérieure à la côte. Le foramen intervertébral est ovalaire avec un axe orienté en bas et en avant. Etage lombaire Le pédicule présente un grand axe antéro-postérieur dirigé en avant dans le plan horizontal et sagittal perpendiculaire. Le diamètre transversal oscille entre 0,5 cm et 1,7 cm et le diamètre vertical entre 1,7 cm et 1,3 cm (Saillant). La projection postérieure du pédicule représente un point essentiel dans les ostéosynthèses rachidiennes. Dans le plan frontal, il est au niveau de l interligne articulaire, sus-jacent à l aplomb de la pointe de l articulaire inférieure de la vertèbre ou 1 mm au dessous. L innervation est assurée par des collatérales de la branche postérieure d émergence du nerf rachidien. Cette branche postérieure contourne la face antéro externe du processus articulaire supérieure et en arrière du muscle inter transversaire se divise en une branche terminale externe et une branche terminale interne. Les rapports de proximité de cette branche nerveuse peuvent expliquer qu au cours d un traumatisme violent avec entorse ou subluxation l oedème ou l hématome péri articulaire la comprime. L ostéophytose marginale postérieure peut être responsable d une compression nerveuse. 3 Disque intervertébral Le disque intervertébral est l élément essentiel de l amphiarthrose inter vertébrale, c est un fibro cartilage en forme de lentilles biconvexes interposées entre les corps vertébraux. La hauteur des

4 ORGANISATION GÉNÉRALE ET BASES BIOMÉCANIQUES disques conditionne la grandeur des mouvements, il s agit de la hauteur relative à la hauteur vertébrale. Les disques cervicaux sont plus épais en avant qu en arrière. Les disques thoraciques sont plus épais en arrière qu en avant. Les disques lombaires sont plus épais en avant qu en arrière. Les courbures rachidiennes sont dûes en bonne part à ces différences de forme. Aussi peut on dire que dans l ensemble la courbure cervicale est produite par les disques, celle de la région thoracique est surtout corporéale. 4 Etage cervical Au niveau du rachis cervical les disques mesurent de 4 à 6 mm et représentent le tiers de la colonne cervicale. Le disque intervertébral cervical intervenant dans la détermination de la courbure est plus épais en avant qu en arrière. Par ailleurs, la mobilité étant proportionnelle à l épaisseur du disque il ressort que le rachis cervical a le rapport diamètre épaisseur le plus faible. Etage thoracique Au niveau de la colonne vertébrale thoracique, la hauteur du disque est variable, elle est minimum de 3 à 4 mm de la 2ème à la 6ème vertèbres thoraciques, là où justement l indice pondéral vertébro rachidien présente un déclin traduisant la réduction fonctionnelle au dessus de T2, et surtout au dessous de T6 les disques prennent une importance plus grande. Dans l ensemble, ils représentent le cinquième ou le sixième de la colonne vertébrale thoracique. Etage lombaire Au niveau de la colonne vertébrale lombaire, les disques sont très hauts. Il en résulte ces trois fractions 1/3, 1/6 et 1/3, que le de la colonne vertébrale thoracique sera le moins mobile (Fig. 3). L angle sacrovertébral antérieur (formé par la face antérieure du corps de L5 et par celle du corps de Sl - S2) peut se présenter selon trois types. Le type disco discal (32 %) où la face antérieure du disque est convexe en avant, dont la direction est intermédiaire entre celle du corps de L5 et de S1. Le type sacro discal (52 %), oblique en bas et en avant

5 ORGANISATION GÉNÉRALE ET BASES BIOMÉCANIQUES prolongeant la face antérieure du corps vertébral de L5. Le type disco lombaire (16 %) où la face antérieure du disque se continue avec celle de S1. L angle sacro vertébral postérieur a un aspect morphologique généralement univoque. Quant à l angle sacrovertébral moyen en position debout, il est de 136 chez l homme et de 131 chez la femme ; il augmente en position couchée à 138 chez l homme et à 132 chez la femme. Biomécanique La structure des disques intervertébraux est mécaniquement très importante ; chaque disque comprend une zone périphérique formée de lamelles fibrocartilagineuses concentriques ; la zone centrale est formée par une masse gélatineuse molle, le nucleus pulposus. Le nucleus pulposus est mobile, déformable, incompressible. Les ligaments longitudinaux antérieur et postérieur (ou vertébral commun antérieur et postérieur), doivent être considérés comme les représentants de la capsule d une articulation uniquement composée d un ligament inter osseux, le disque étant considéré comme frein et moyen d union. Le disque est fait pour supporter les effets tangentiels. Lorsqu un disque est mis en charge, une force agissant dans une direction de 5, augmente les effets tangentiels. L hydratation du disque conditionne sa résistance. Les forces de torsion demandées pour produire l atteinte d un disque intervertébral normal sont relativement basses. Tous les travaux faits suggèrent que le disque intervertébral peut soutenir des contraintes de torsion pour un degré de rotation de 2 à 5. Il ressort également que la nature a pourvu le disque intervertébral avec une grande marge de sécurité et que l activité normale n est utilisée qu à 25 % de ses capacités effectives. Le disque intervertébral doit être considéré comme absorbeur de contraintes extrêmement important. 5 Pression interne dans le disque normal Certains auteurs ont montré que la pression interne augmente parallèlement à la charge appliquée axialement et que cette pression est environ 50 % plus élevée que la force verticale externe appliquée par unité de surface. La force de tension tangentielle sur la partie postérieure plus étroite de l annulus est égale a 4 ou 5 fois la charge externe appliquée par unité de surface. Ainsi, pour une charge axiale de 10 kg/cm 2, la force tangentielle est de 40 à 50 kg/cm 2. Dans un disque sain, les forces verticales qui agissent sur l annulus sont relativement faibles, la valeur la plus élevée étant de 91 kg/cm 2, cependant que 1es forces tangentielles dans la partie postérieure de l annulus sont élevées, la valeur maximale étant de 73 kg/cm 2 (sujet assis, penché en avant et soulevant un poids). Pression interne dans le disque dégénéré Lorsqu il est possible de la mesurer, elle montre des chiffres globalement plus faibles d environ 30 %. Dans un disque dégénéré, il existe une augmentation de 100 % de la charge verticale sur l annulus fibrosus et aussi, une diminution de pression de 50 % de la force tangentielle dans la partie postérieure de l annulus. Ces modifications sont propres à accélérer une involution chondroïde de l annulus. En torsion, le disque supporte, avant rupture, une tension maximale d environ 40 kg/cm 2 s il est associé aux autres éléments du trépied articulaire et de 21 kg/cm 2 s il est seul. Lors de la compression axiale, le comportement du disque est typique de celui d un matériel visco élastique.

6 ORGANISATION GÉNÉRALE ET BASES BIOMÉCANIQUES Méninges 6 La moëlle épinière est tapissée par une membrane très mince : la pie mère. Le tissu nerveux est toujours recouvert de la couche piale en relation avec les pieds astrocytaires de la limitans glia. Les vaisseaux sont entourés de cellules leptoméningées. Ainsi, entre ces deux éléments persiste un espace qui serait en liaison avec les espaces sous arachnoidiens. A distance, au contact de la face interne de la dure mère, l arachnoide est relièe à la pie mère par un connectif très lâche délimitant un espace sous arachnoidien dans lequel circule le liquide céphalo rachidien. Sur le plan histologique, la leptoméninge (pie-mère et arachnoide) est composée de fibres collagènes et tapissée de cellules aux dénominations multiples (endothélium, arachnothélium). Une différence fondamentale existe entre l arachnoïde pauvre en vaisseaux alors que la pie mère est très richement vascularisée, l assimilant à une lame porte vaisseaux. Dans cet espace, le ligament dentelé situé dans un plan frontal reliant la moëlle à la dure mère contribue à maintenir en place l axe neural. La dure mère, élément le plus externe et le plus résistant des méninges, est séparée des parois du canal vertébral par un espace épidural. L espace épidural limité par les parois ostéo disco ligamentaires et la dure mère mesure dans sa partie antérieure 1 à 2 mm au niveau de L2-L3 et 6 à 12 mm en L5 S1 Dans cet espace épidural constitué de tissu cellulo graisseux lâche cheminent les plexus veineux intra rachidiens, formés de veines longitudinales antérieures et postérieures réunies entre elles par des veines transversales. A la partie inférieure, le fourreau dural se rétrécit et se termine sous la forme d un cul de sac à hauteur de la deuxième vertèbre sacrée (S2). Ce fourreau dural triangulaire à base supérieure mesure 13 à 15 cm de hauteur, 30 à 35 mm en largeur et représente en volume 15 à 23 cc. L ensemble osseux et musculaire lombaire représente une poutre d égale contrainte dont la moëlle épinière serait la fibre neutre qui sur le plan mécanique conserve une longueur constante. Cependant, la moëlle subit un allongement égal au dixième de sa longueur et le cône terminal descend de 10,6 mm en moyenne.

7 ORGANISATION GÉNÉRALE ET BASES BIOMÉCANIQUES Dynamique des éléments nerveux L ensemble osseux et musculaire lombaire représente une poutre d égale contrainte dont la moëlle épinière serait la fibre neutre qui sur le plan mécanique conserve une longueur constante. Cependant d après les travaux de Louis la moëlle subit un allongement égal au dixième de sa longueur et le cône terminal descend de 10,6 mm en moyenne, les racines sus jacentes à L4 en hyperflexion se détendent, alors que celles situées au dessous se tendent. Facteurs de stabilisation En dehors des facteurs osseux, la stabilisation de la colonne vertébrale est assurée par des structures passives ligamentaires et actives musculaires. Structures ligamentaires L organisation des ligaments est à l image de la segmentation de la colonne vertébrale. On distingue des éléments de stabilisation monosegmentaire dans le disque intervertébral, les ligaments jaunes unissant les lames vertébrales, les ligaments inter-épineux entre les processus épineux et les ligaments entre les processus articulaires. Selon les niveaux, on trouve des ligaments inter-transversaires (étage cervical). Parmi les éléments de stabilisation pluri-segmentaires on distingue le ligament longitudinal antérieur situé en avant de tous les corps vertébraux et le ligament longitudinal postérieur à la face postérieure du corps vertébral ainsi que le ligament supra-épineux qui ponte une à une les apophyses épineuses. 7 Impératifs mécaniques statiques et dynamiques musculaires Les éléments musculaires vont assurer la stabilisation de la colonne vertébrale, problème le plus complexe de ce segment, d où des impératifs de travail importants pour les muscles, qui bien que muscles striés, ont un mode de contrôle automatique par l intermédiaire du système extrapyramidal. Chaque pièce vertébrale est positionnée statiquement et dynamiquement, non seulement par rapport à ses voisines, par le jeu des muscles intersegmentaires courts placés dans la profondeur de la gouttière vertébrale, mais également par rapport à l ensemble de la colonne vertébrale par l action des muscles longs superficiels, ce qui suppose des attaches musculaires complexes.

8 ORGANISATION GÉNÉRALE ET BASES BIOMÉCANIQUES 8 Le deuxième problème est le maintien d une symétrie, avec un ajustement rigoureux des tractions et tensions musculo-ligamentaires. Tout déséquilibre à ce niveau entraîne une déviation de la colonne vertébrale facilement vérifiable en mettant une cale sous un pied, créant ainsi une asymétrie de longueur des membres inférieurs, la colonne vertébrale réagit alors par une déviation scoliotique. Ces muscles se répartissent en deux groupes : les muscles postérieurs ou muscles des gouttières vertébrales et les muscles latéro vertébraux, qui ont pour la plupart une direction oblique entraînant la rotation des vertèbres en cas de déviation, sans oublier l importance des muscles antérieurs qui, bien qu ayant peu d attache sur la colonne vertébrale lombaire, sont en association fonctionnelle avec les muscles postérieurs. Ce plan antérieur de flexion est représenté par un système profond uniquement à l étage cervical (long du cou, droit antérieur ) et par un système superficiel représenté par un ensemble continu de la tête au bassin (sternocléido mastoïdien, sternum, grand droit de l abdomen) d où leur importance dans la posture de la colonne vertébrale lombaire. Leur systématisation générale est basée sur la direction de leurs faisceaux charnus, ce qui a permis de les classer en différents groupes au niveau lombaire : groupe sacro transversaire : muscle ilio costal et long dorsal, groupe transverso spinal : muscle transversaire épineux avec différents chevrons, long lamellaire, court épineux et long épineux, groupe interspinal : muscle interépineux : 7 paires et groupe inter transversaire : muscles intertransversaires : 7 paires.

9 FICHE 2 Douleurs vertébrales C est une des causes les plus fréquentes de consultation en rhumatologie quelle que soit sa localisation lombaire, dorsale ou cervicale. Leur étiologie et leur prise en charge peuvent varier selon la localisation. Il est habituel d opposer les douleurs plutôt de type mécanique, conséquences d un dysfonctionnement de l espace de mobilité vertébrale : disque, articulaires postérieurs, système ligamentaire et tendino-musculaire et les douleurs, conséquences de l évolution vertébrale d une pathologie générale (inflammatoire, infectieuse, tumorale, métabolique, etc). Les douleurs vertébrales mécaniques ont en commun l absence de corrélation anatomo-clinique. Beaucoup d arthroses vertébrales sont asymptomatiques et inversement beaucoup de douleurs vertébrales mécaniques ne s accompagnent pas de lésions de l espace de mobilité vertébrale (discopathie, arthrose apophysaire postérieure). Le rôle du terrain et du contexte psycho-socio-professionnel est souvent important et doit toujours être recherché. Signes d alertes («Red Flags») selon le groupe CostB13 [2,3] Âge du début des symptômes inférieur à 20 ans ou de plus de 55 ans Antécédent récent de traumatisme violent Douleur permanente, progressivement croissante Douleur non mécanique (non soulagée par le repos au lit, douleur supérieure le matin par rapport au soir) Douleur thoracique Antécédents médicaux de tumeur maligne Utilisation prolongée de corticoïdes Toxicomanie, immunosuppression, infection HIV Altération de l état général Perte de poids inexpliquée Syndromes neurologiques diffus (incluant le syndrome de la queue de cheval) Déformation rachidienne importante Fièvre Dans les formes mécaniques, la recherche d un trouble statique (cyphose, lordose, scoliose) ou d une anomalie congénitale (anatomie transitionnelle) ou post-traumatique ou de surmenage sportif ou professionnel doit toujours être pris en compte. Les douleurs fonctionnelles, psychosomatiques ou professionnelles sont surtout fréquentes au niveau dorsal. La symptomatologie est assez diverse, plus ou moins intense et parfois compliquée. Les formes mécaniques peuvent être banales, aigues ou chroniques et parfois compliquées de symptomatologie radiculaire particulière selon l étage intéresse en particulier cervical et lombaire (névralgie cervico-brachiale et lombo-sciatique). Dans les formes mécaniques, la douleur est aggravée par l effort, l activité physique et calmée par le repos. Le bilan biologique (VS et FN) est normal. Prendre en compte les signes d alerte (Red Flag). Ces douleurs vertébrales dites secondaires ou symptomatiques doivent être connues, repérées et écartées avant tout traitement. 1

10 DOULEURS VERTÉBRALES Le bilan clinique, biologique et surtout l imagerie doit pouvoir nous orienter. En cas de doute, l imagerie de deuxième intention doit être proposée (IRM, TDM parfois scintigraphie). Les formes secondaires surtout chez le sujet trop jeune ou trop âgé, avec des douleurs non mécaniques, une altération de l état général, des douleurs nocturnes, une perte de poids inexpliquée peuvent relever de plusieurs étiologies. 2 Les pathologies inflammatoires : Polyarthrite rhumatoïde surtout à l étage cervical, spondylarthrite ankylosante parfois associée à un psoriasis, à un syndrome urétro-oculosynovial, à une pathologie digestive (rectocolite, hémorragique, maladie de Crohn, maladie de Whipple). L atteinte sacro-iliaque est très évocatrice. Le contexte général et le bilan biologique sont déterminants. Les pathologies infectieuses : Les spondylodiscites infectieuses peuvent être aiguës ou chroniques. La douleur est permanente, l état général altéré. Le bilan radiographique et biologique oriente le diagnostic L origine de ces spondylodiscites est tuberculeuse, staphylococcique ou brucelliennes. Ces localisations peuvent être secondaires à une septicémie ou à une bactériémie. Les pathologies tumorales : Il faut avoir en mémoire les métastases osseuses avec un aspect soit lytique, soit condensant ou mixte. Par ordre de fréquence, la lésion initiale siège au niveau du sein, de la prostate, du poumon, du rein, du tube digestif ou de la thyroïde. Il reste méconnu dans 20 % des cas. L imagerie et le bilan biologique orientent le diagnostic (VS, FN et bilan P/CA). Une biopsie peut être nécessaire. D autres ostéopathies malignes doivent être écartées : le myélome

11 DOULEURS VERTÉBRALES ou d autres ostéopathies décalcifiantes et certaines tumeurs primitives bénignes (angiome) ou maligne, maladie de Hodgkin, etc. Les douleurs liées à une pathologie métabolique, en particulier l ostéoporose, ne sont pas rares chez le sujet de plus de 60 ans. Elle peut s accompagner de tassements vertébraux avec transparence osseuse et déformation plutôt qu en cyphose. Le contexte est évocateur et l étiologie le plus repérée par DMO en tenant compte du contexte. Doivent être également évoquées les douleurs vertébrales d origine viscérale. Elles dépendent de la topographie douloureuse, cervicale, dorsale ou lombaire. Il peut s agir d une pathologie cardio-pulmonaire à l étage thoracique, d une pathologie rénale digestive, voir gynécologique ou aortique au niveau abdominal. Au total, devant toute douleur rachidienne, il faut éliminer les douleurs secondaires à un processus qui n est pas lié à un dysfonctionnement de l espace de mobilité vertébrale, tendinomusculaire, c est-à-dire qui n est pas mécanique et approcher le contexte psychosomatique pour écarter les rachialgies fonctionnelles psychosomatiques observées surtout chez le sujet jeune de sexe féminin avec une disproportion entre l intensité de la douleur déclarée et le résultat de l examen clinique et radiographique. Le facteur professionnel est souvent en cause. Le plus souvent ces rachialgies psychosomatiques sont dorsales. La stratégie thérapeutique devant une douleur vertébrale quelle que soit la localisation est complexe. Il faut prendre en compte la part nociceptive, neurogène et psychogène de cette douleur par une juste évaluation. Cela est parfois complexe et impose une prise en charge parfois multidisciplinaire. Il faut être en mesure d éliminer les lombalgies secondaires et d évaluer le risque de passage à la chronicité. Le plan thérapeutique à trois niveaux selon la qualité du résultat, nécessite : - la prise en charge de la douleur - la restauration de la fonction - un accompagnement psychologique et un projet de réinsertion professionnelle. Cela ne se conçoit parfois que dans une structure multidisciplinaire. Deux approches sont souvent nécessaires après un bilan clinique et une imagerie adaptée, soit symptomatique, c est-àdire traiter la douleur et ses conséquences fonctionnelles sans objectif biomécanique particulier, soit étiopathogénique en ciblant la structure anatomique, le mécanisme responsable, afin d associer au traitement général un traitement local. 3

12 DOULEURS VERTÉBRALES 4

13 FICHE 3 PRINCIPAUX TRAITEMENTS L objectif du traitement dans la pathologie ostéo-articulaire, en particulier vertébral, est de permettre en particulier de contrôler et de gérer sa douleur, d améliorer sa fonction et de favoriser sa réinsertion sociale et professionnelle dans les meilleurs délais. La douleur ostéo-articulaire au niveau vertébral est complexe, elle est surtout nociceptive mais avec une participation neuropathique par irritation des structures nerveuses de voisinage et psychogène plus ou moins importante selon le terrain et le contexte socio-professionnel. Le traitement devra s adapter en fonction de l intensité douloureuse, de ces caractéristiques et du terrain. TRAITEMENTS MÉDICAMENTEUX Par voie générale Antalgiques de palier I Le paracétamol reste l antalgique de première intention. Il doit être prescrit à dose efficace (1 à 4 g/j) en 1 à 3 prises. Son rapport bénéfice/risque est intéressant. Il faut cependant se méfier chez certains patients de son hépato-toxicité. Il peut être utilisé per os et en perfusion. Les AINS et l acide acétyl-salicylique peuvent être utilisés en complément ou en association en tenant compte des effets secondaires digestifs. Le traitement doit être de courte durée avec une protection gastrique (prescription d I.P.P.). Ces trois molécules sont assimilées comme des antalgiques périphériques. Antalgiques de palier II Ils sont considérés comme des antalgiques centraux (opioïdes faibles). Ils comprennent surtout la codéïne et plus accessoirement dans cette indication le Tramadol, la Buprénorphine et le Néfopam. Malgré leur efficacité, ces molécules en particulier le Tramadol, doivent être utilisées avec prudence dans le traitement prolongé, chez des sujets âgés polymédicamentés. Les effets 1

14 PRINCIPAUX TRAITEMENTS 2 secondaires ne sont pas rares. L association paracétamol codéïne est particulière utilisé en rhumatologie dans les douleurs persistantes. La durée d action est de l ordre de 5 heures pour les deux molécules. Cette association dans les traitements au long cours semble la plus judicieuse, la plus efficace et la mieux tolérée. Antalgiques de palier III (opioïdes forts) Ils ont très peu d indications dans les douleurs vertébrales chroniques. Le chef de file reste la morphine. De nombreux analogues morphiniques entrent dans ce groupe (agonistes purs). Les effets secondaires ne doivent pas être méconnus (constipation, euphorie, myosis, dépression respiratoire). La durée du traitement doit être limitée dans cette indication avec un arrêt progressif. Myorelaxants Ils peuvent être proposés dans les formes récidivantes chroniques pendant une courte période, maximum 15 jours. (Le Tétrazépam est le plus utilisé). Antidépresseurs Ils peuvent utilisés sur certains terrains. Il faut bien évaluer le bénéfice/risque. Les inhibiteurs sélectifs, type IRSS et IRSNA semblent les plus utilisés. Par voie locale Les infiltrations de corticoïdes représentent une possibilité de deuxième intention. Elles peuvent être épidurales ou dans les articulaires postérieurs. C est un traitement de seconde intention dont les effets secondaires ne doivent pas être méconnus. Les topiques à base d AINS traversent facilement la barrière cutanée avec une efficacité reconnue et une absence d effets secondaires observés per os. TRAITEMENTS NON MÉDICAMENTEUX Non invasifs - Repos au lit (peu recommandé) - Physiokinésithérapie : complément indispensable au traitement médical - Exercices physiques, tractions et manipulations vertébrales peuvent être proposés après un examen clinique complet. - Les résultats sont patient et manipulateur dépendant. - Stimulation électrique transcutanée (TENS) a un effet antalgique incontestable surtout dans les syndromes myofasciaux. - La balnéothérapie est utile pour son effet antalgique, décontracturant et de bien-être toujours très apprécié. - Le thermalisme peut être proposé dans un contexte de lombalgie chronique. - Les écoles du dos. Les thérapies comportementales sont utiles dans un certain contexte. La

15 PRINCIPAUX TRAITEMENTS prise en charge multidisciplinaire associant éducation, exercices physiques adaptés, prise en charge psychologique est consultée avant une reprise d activité physique ou professionnelle surtout en cas de travail pénible. - L information des patients, leur éducation restent une priorité indispensable devant toute pathologie douloureuse chronique vertébrale (perte de poids, niveau d activité physique, économie articulaire, etc ). Invasifs - La thermo-coagulation, en particulier au niveau lombaire de la branche médiale du rameau dorsal postérieur du nerf spinal a un effet antalgique à court et moyen terme. - L indication chirurgicale qu elle soit discale, ostéo-articulaire (arthrodèse, arthroplastie ) doit rester exceptionnelle dans ce contexte de douleurs vertébrales chroniques. Suivi et adaptation du traitement (tableau d équianalgésie opioïdes/morphione orale) Analgésiques Équivalents posologiques Rapport d analgésie Codéine 60 mg = 10 mg de morphine orale 1/6 Tramadol 60 mg = 10 mg de morphine orale 1/5 Morphine orale Référence étalon 1 Morphine IV 3,3 mg = 10 mg de morphine orale 3 Morphine (SC) 5 mg = 10 mg de morphine orale 2 Hydromorphone 4 mg = 30 mg de morphine orale 7,5 Buprénorphine 0,2 mg = 6 mg de morphine orale 30 Nalbuphine (SC) 5 mg = 10 mg de morphine orale 2 Fentanyl transdermique 25 µg/h = 60 mg de morphine orale 100 à Modalités de prescription dans les douleurs chroniques : - dans les douleurs chroniques, les traitements antalgiques doivent être administrés à heures fixes (en fonction de l horaire des douleurs et de la durée de l effet antalgique), de manière à éviter l anxiété de la reprise douloureuse, facteur de mauvaise adaptation posologique et de passage à la chronicité. - le schéma et les horaires sont définis tous les 2 ou 3 jours à la suite d une réévaluation de l efficacité ; Recommandations et pratique 1 re édition, VIDAL.

16 PRINCIPAUX TRAITEMENTS STRATÉGIE THÉRAPEUTIQUE Evaluation de la douleur (classer) Bilan radio-clinique standard Eliminer les douleurs secondaires 4 Succès Surveillance Succès Surveillance Traitement antalgique physiokinésithérapie ECHEC Revoir le traitement antalgique Niveau 2 ± décontracturants Antidépresseurs Physiokinésithérapie ECHEC 1 er niveau 2 e niveau Evaluation douleur Psycho-social Professionnel Imagerie : structure anatomique - Traitement médical - Infiltration - Physiokinésithérapie - Chirurgie Analyse des lésions : 3 e niveau Disque Articulaires postérieurs Troubles statiques Etc. ANTALGIQUES «abolir la douleur sans entraîner de perturbation de la conscience» ANTALGIQUES PÉRIPHÉRIQUES (ou de palier I) - paracétamol - AINS et acide acétyl salicylique ANTALGIQUES CENTRAUX : selon leur puissance et leur mode d action - Opioïdes faibles niveau II Codéïne, Tramadol, Néfopam - Opiodes forts niveau III - Agonistes partiels : Buprénorphine - Agonistes antagonistes Nalbuphine, Pentazocine - Agonistes purs Morphine, Fentanyl, etc.

17 FICHE 4 Examen clinique vertébral d une scoliose vraie avec rotation vertébrale ou d une simple attitude scoliotique. La déviation scoliotique peut être dorsale, combinée, lombaire, dorso-lombaire ou cervico-dorsale. La palpation du rachis doit être vertébral sur la ligne des épineuses et para-vertébrales, il faut rechercher une saillie des épineuses. Debout de face pour rechercher des déviations, de la hauteur des épaules, des épines iliaques antéro-supérieures, une asymétrie thoracique. Examen physique du rachis En principe il n y a pas d examen clinique du rachis sans examen neurologique (moteur sensitif réflexe). Il doit être examiné : Debout de dos Les principaux repères osseux doivent être notés (ligne des épineuses, omoplates, épines iliaques postéro-supérieures). Il faut rechercher une déviation latérale du rachis (scoliose) et essayer de préciser s il s agit 1

18 EXAMEN VERTÉBRAL CLINIQUE Courbures antéro-postérieures De profil : Il faut apprécier les trois courbures physiologiques (lordose cervicale, cyphose dorsale et lordose lombaire) et pouvoir juger de leur importance surtout hyper lordose lombaire, cyphose dorsale. L état des muscles abdominaux avec proéminence souvent en rapport avec une hyper lordose lombaire. 2 L étude de la mobilité au niveau du rachis cervical et dorsalo-lombaire. Rachis cervical : - flexion extension - rotation - inclinaison latérale Rachis dorso-lombaire : - flexion, extension - rotation droite, gauche - inclinaison latérale - recherche du signe de Schöber : trait sur L5 (épineux)/trait à 10 cm au-dessus. Lors de la flexion en avant, la distance entre les deux traits doit augmenter de 5 cm. Cet allongement permet d évaluer le degré de raideur. Position couchée Le décubitus dorsal permet de juger de l état de la musculature et de faire un examen neurologique qui doit être moteur, réflexe (membre supérieur et inférieur), sensitif. Il doit apprécier l existence d une atrophie musculaire. Différentes manœuvres existent au niveau du membre supérieur et inférieur pour préciser la nature lésionnelle, en particulier dans les névralgies cervico-brachiales et lombo-sciatiques. Au total, cet examen clinique doit permettre d orienter le bilan d imagerie et les différents examens (électromyographie). Il permet surtout d orienter la compréhension de la douleur vertébrale et d obéir aux différents impératifs fondamentaux : - comprendre la douleur - évaluer la douleur (échelles) - classer la douleur - mise en place de propositions thérapeutiques adaptées au mieux en fonction du contexte. Ce traitement doit être adapté en séparant bien la prise en charge d une douleur aigüe et d une douleur chronique dans le choix des différents antalgiques en tenant compte du rapport bénéfice/risque, de l âge du patient, des autres traitements.

19 EXAMEN VERTÉBRAL CLINIQUE 3 0 Flexion 60 Flexion 70 0 Flexion-extension du rachis cervical 0 Inclinaison droite 45 Inclinaison gauche 45 Rotation gauche 80 Rotation droite 80 Inclinaison latérale du rachis cervical Rotation du rachis cervical

20 EXAMEN VERTÉBRAL CLINIQUE 4 Cervical Dorsal Lombaire Total Flexion Extension Rotation D + G Inclinaison D + G

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER I : INTRODUCTION Dans le cadre de la Semaine Européenne de la Construction il est utile de se remémorer ou de prendre simplement conscience que notre

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke

Les lombalgies : Un aperçu. Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Les lombalgies : Un aperçu Dr Patrick Liang, M.D. Service de rhumatologie CHU Sherbrooke Cas No 1: Homme, mécanicien, 52 ans, 3 ans de douleur stable, sans irradiation, pire en fin de journée, réponse

Plus en détail

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!!

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! LES LEVÉES DE TENSION Principe Obtenir un relâchement musculaire en pratiquant une contraction musculaire de 6 secondes puis un étirement lors du relâchement

Plus en détail

Table des matières. Remerciements...v. Préface... vii. Avant-propos... xi. Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv

Table des matières. Remerciements...v. Préface... vii. Avant-propos... xi. Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv Remerciements...v Préface... vii Avant-propos... xi Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv Nomenclature française traditionnelle et terminologie anatomique officielle...xvii Table des matières...

Plus en détail

LES COURBURES DE LA COLONNE VERTEBRALE

LES COURBURES DE LA COLONNE VERTEBRALE LES COURBURES DE LA COLONNE VERTEBRALE La colonne vertébrale présente des courbures normales (physiologiques) : lordoses et cyphoses qu'il convient de différencier de courbures pathologiques (cyphose accentuée,

Plus en détail

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire Chivoret Nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur RAPPELS ANATOMIQUES LA VERTEBRE LOMBAIRE Le corps vertébral L arc postérieur - l apophyse épineuse

Plus en détail

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse Dr David GONNELLI ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES La structure osseuse ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Les articulations ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Le muscle

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

Athénée Royal d Evere

Athénée Royal d Evere Athénée Royal d Evere Prévention des hernies discales en milieu scolaire et dans la vie de tous les jours Présenté par Didier Vanlancker LEVAGE DE CHARGES POSITION INITIALE Levage de charges Jambes légèrement

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

w w w. m e d i c u s. c a

w w w. m e d i c u s. c a www.medicus.ca En appelant la colonne vertébrale «arbre de vie» ou «fleuve sacré qui irrigue tout le corps», les Anciens voyaient juste. De tout temps considéré comme fragile, cet axe du corps se révèle

Plus en détail

Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat

Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat rappeler l examen clinique du rachis Reconnaître les signes d alertes(red flags) Distinguer la lombalgie commune d une lombalgie

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l'attention du patient HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée ; il faudrait

Plus en détail

Démembrement des lombalgies des sportifs

Démembrement des lombalgies des sportifs Démembrement des lombalgies des sportifs Docteur Rhumatologue INSEP Les rhumatologues ont été malheureusement surpris d apprendre après études multicentriques à grande échelle que la plupart des traitements

Plus en détail

J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie)

J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie) J AI MAL AU GENOU. Que dois-je faire? Dr Norbert TEISSEIRE- Rhumatologue-MMO (médecine manuelle ostéopathie) Le diagnostic d une douleur du genou est sans doute l un des plus délicats à poser, si l on

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques Introduction Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche Caractère inadapté de la hanche aux fonctions vitales et cérébrales? = prévalence de la coxarthrose 1.3% à 80 ans incidence 80/100 000 par an

Plus en détail

Pathologie Lombaire Mécanique

Pathologie Lombaire Mécanique Pathologie Lombaire Mécanique 10 fiches pour Authentifier Éliminer Classer Connaître Évaluer Traiter Présentation de Christian Mansat BIOMÉCANIQUE VERTÉBRALE - FICHE 1 BIOMÉCANIQUE VERTÉBRALE La compréhension

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

Item 215 : Rachialgies

Item 215 : Rachialgies Item 215 : Rachialgies COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...5 SPECIFIQUE :...5 I Cervicalgies... 6 I.1 Quand faut-il

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Service de Chirurgie orthopédique et Traumatologique Hôpital Beaujon 100, boulevard du général Leclerc 92110 CLICHY Accueil : 01 40 87 52 53 Consultation : 01 40 87 59 22 Feuillet d information complémentaire

Plus en détail

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie J ai mal à la hanche : 9/10 ce n est pas la hanche, en tout cas pas la coxo-fémorale! Le plus souvent douleur en regard du grand trochanter

Plus en détail

www.innoprev.com Gestes et Postures www.innoprev.com À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps...

www.innoprev.com Gestes et Postures www.innoprev.com À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps... Gestes et Postures À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps... INTRODUCTION La compétence que vous avez développé pendant ce stage et qui s affinera avec le temps s inscrit dans le cadre

Plus en détail

La sciatique par hernie discale Description médicale :

La sciatique par hernie discale Description médicale : La sciatique par hernie discale Description médicale : Le terme hernie est utilisé pour décrire la saillie d un disque intervertébral le plus souvent au contact d une racine nerveuse. Entre chacune des

Plus en détail

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION Parfois sous estimées, les orthèses de compression contention augmentent le niveau de vigilance par leur mécanisme de «rappel à l ordre», préviennent les récidives

Plus en détail

RACHIS et MALADIE de PARKINSON Dr Christine Guillet Consultation Rachis Service de Rééducation Hôpital Le Vésinet RACHIS et MALADIE de PARKINSON Glossaire Rachis : colonne vertébrale Extrapyramidal : système

Plus en détail

Echographie et Ceinture Pelvienne

Echographie et Ceinture Pelvienne Echographie et Ceinture Pelvienne Centre d imagerie ostéo-articulaire Clinique du sport de Mérignac Philippe MEYER avril 2005 Echographie et Ceinture Pelvienne En complément du bilan radiographique Bilatérale

Plus en détail

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial

Définition. remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial Arthrose Définition n Dégradation du cartilage associée à des remaniements de l os sous chondral, à la production d ostéophytes, et à des épisodes d inflammation du liquide synovial n Touche tous les éléments

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Pr Luc Defebvre Service de Neurologie et Pathologie du Mouvement, CNRS 3291, CHRU, Lille Janvier 2010 Place

Plus en détail

Comment examiner un trouble de la statique rachidienne?

Comment examiner un trouble de la statique rachidienne? Société Française de Rhumatologie Les Publications sélectionnées Revue du Rhumatisme 71 (2004) 137-144 Comment examiner un trouble de la statique rachidienne? Catherine Marty Service de neuro-orthopédie,

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE RAKOTOMALALA Hoby Nomena RALANDISON Stéphane La Rhumatologie au Quotidien, mars 2014 Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar (APR) 1 Introduction Hanche: ceinture

Plus en détail

Les douleurs projetées d origine cervicale 1

Les douleurs projetées d origine cervicale 1 Les douleurs projetées d origine cervicale 1 Les douleurs provenant du rachis cervical se caractérisent par la fréquence avec laquelle elles s associent à des projections dans des territoires à distance

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus)

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus) Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Elle est composée du cotyle et de la tête fémorale. Le cotyle fait partie de l os iliaque, qui est l os du bassin. La tête fémorale est située à la partie

Plus en détail

Une explication des rachialgies lombaires communes Réunion d algologie du 26/08/10

Une explication des rachialgies lombaires communes Réunion d algologie du 26/08/10 Une explication des rachialgies lombaires communes Réunion d algologie du 26/08/10 Nerf rachidien Branche antérieure Plexus Lombaire Nerf rachidien N P&G abdogen N genito-crural DERMATOME L1 (branche antérieure)

Plus en détail

MON DOS AU QUOTIDIEN COMPRENDRE, ÉVITER ET SOULAGER LE MAL DE DOS

MON DOS AU QUOTIDIEN COMPRENDRE, ÉVITER ET SOULAGER LE MAL DE DOS MON DOS AU QUOTIDIEN COMPRENDRE, ÉVITER ET SOULAGER LE MAL DE DOS COMPRENDRE, ÉVITER ET SOULAGER LE MAL DE DOS Le mal de dos? Nous sommes pratiquement tous concernés! En effet, plus de 80% de la population

Plus en détail

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture 148 l e x a m e n m u s c u l o s q u e l e t t i q u e I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Faites l effort de maintenir une

Plus en détail

Rachialgies de l enfant

Rachialgies de l enfant 1 Rachialgies de l enfant Cottalorda Jérôme 1, Chadli Lamine 2 Service d'orthopédie infantile - Hôpital Lapeyronie - 34295 Montpellier Cedex 5 Item n 92 : Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie Argumenter

Plus en détail

Rééducation Posturale Globale

Rééducation Posturale Globale Rééducation Posturale Globale R.P.G. Créateur de la méthode : Philippe E. SOUCHARD France Petit guide à l attention de nos patients La Rééducation Posturale Globale est apparue en 1980 à la suite de plus

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Atteintes vertébrales : troubles statiques

Atteintes vertébrales : troubles statiques Le 9/12/2013 LAVIER Clémence D1 Appareil locomoteur Professeur P. Tropiano Relecteur 7 14 pages Atteintes vertébrales : troubles statiques Plan A. Généralités B. Troubles statiques dans le plan sagittal

Plus en détail

Syndromes Canalaires du Bassin

Syndromes Canalaires du Bassin Syndromes Canalaires du Bassin Philippe MEYER Pascal Huot Maryse Moinard- Marie-Hélène Moreau-Durieux Gérald Paris Eric Pelé - Lionel Pesquer Alain Silvestre CAFCIM 29 septembre 2012 Syndrome du Piriforme

Plus en détail

Vignette clinique 1. Femme, 26 ans; caissière. RC : Dorsalgie depuis 18 mois. ATCD : Tabagisme 20 paquets/année; pas de maladies chroniques HMA :

Vignette clinique 1. Femme, 26 ans; caissière. RC : Dorsalgie depuis 18 mois. ATCD : Tabagisme 20 paquets/année; pas de maladies chroniques HMA : Vignette clinique 1 Femme, 26 ans; caissière RC : Dorsalgie depuis 18 mois. ATCD : Tabagisme 20 paquets/année; pas de maladies chroniques HMA : Depuis 6 mois, douleurs dorsales à caractère inflammatoire

Plus en détail

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Les blessures communes au baseball Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Objectifs Présentation de 3 types de blessures fréquemment rencontrées au baseball Épaule Coude Dos Savoir reconnaître les signes

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE Diagnostic de l ostéoporose en rhumatologie chez les femmes ménopausées Juillet 2004 I. PROMOTEURS Société de rhumatologie de l'ouest (SRO) Société

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

Ménagez. votre dos! Mutualités

Ménagez. votre dos! Mutualités Ménagez votre dos! votre Mutualités L i b r e s I nterrogez un groupe et constatez combien de personnes ont déjà éprouvé des maux de dos Chacun devra, un jour ou l autre, faire face à des problèmes lombaires

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Le mal de dos est décrit par de nombreux auteurs

Le mal de dos est décrit par de nombreux auteurs Carrière et mal de dos, la nécessaire prévention Les professionnels des métiers de la petite enfance sont particulièrement confrontés au fléau social qu est le mal de dos. Touchant près de 80 % de la population

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS

LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS Dr Guillaume LEVAVASSEUR Institut régional de médecine du sport Le tennis Sport complet Force Endurance Souplesse Traumatologie Préventive Curative Le coude lien avec

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015

DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015 DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015 La chiropraxie pour les seniors : Pathologies, prévention et traitement Avec une espérance de vie qui ne cesse de croître, les chiropracteurs sont de plus en plus confrontés

Plus en détail

Biomécanique de la marche. Douleurs du pied en pratique clinique. Dr. Thierry Fulpius Consultation du pied. Service de rhumatologie / HUG

Biomécanique de la marche. Douleurs du pied en pratique clinique. Dr. Thierry Fulpius Consultation du pied. Service de rhumatologie / HUG Douleurs du pied en pratique clinique Dr. Thierry Fulpius Consultation du pied Service de rhumatologie / HUG Le pied : sujet complexe!? Anatomie... Biomécanique... Chaussure... 16 septembre 2009 Douleur

Plus en détail

Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique

Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique Des métatarsalgies statiques aux pathologies de l avant-pied: Démembrement clinique 1980 2004 P. ABOUKRAT Consultation de podologie. CHU Hôpital Lapeyronie - Montpellier Diagnostic aisé, l origine reste

Plus en détail

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations SEMESTRE 4 UE 2.7.S4 Défaillances organiques et processus dégénératifs 7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations Etude de l'appareil locomoteur (articulations, os, muscles, tendons) Douleur en

Plus en détail

les chaînes musculaires Selon L.Busquet

les chaînes musculaires Selon L.Busquet les chaînes musculaires Selon L.Busquet Les chaînes musculaires L BUSQUET Circuit en continuité de direction et de plan à travers lesquels se propagent les forces organisatrices du corps 28/12/04 J.Casali

Plus en détail

HERNIE DISCALE CERVICALE (Apropos de 56 cas)

HERNIE DISCALE CERVICALE (Apropos de 56 cas) UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE FES UNIVERSITESIDIMOHAMMED BEN ABDELLAH FES Année 2010 Thèse N 023/ 10 HERNIE DISCALE CERVICALE (Apropos de 56 cas) THESE PRESENTEE

Plus en détail

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l attention du patient LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée, il faudrait

Plus en détail

WIECZOREK Valérie Le 18 juin 2011 - Oignies AMPR Nord-Picardie

WIECZOREK Valérie Le 18 juin 2011 - Oignies AMPR Nord-Picardie L EPAULE DU DU SPORTIF WIECZOREK Valérie Le 18 juin 2011 - Oignies AMPR Nord-Picardie GENERALITES 0 Epaule = mobilité + stabilité 0 3 articulations : Gléno-humérale, acromio et sternoclaviculaire 0 2 plans

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008 SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Spondylarthrites Décembre 2008 OBJECTIFS - Mieux identifier les patients atteints de spondylarthrite afin de raccourcir le délai entre l apparition des symptômes

Plus en détail

Douleur au cou, au dos et hernie: solutions en physiothérapie.

Douleur au cou, au dos et hernie: solutions en physiothérapie. www.cliniquephysioplus.com Une solution naturelle pour vous aider à vous rétablir : la physiothérapie Douleur au cou, au dos et hernie: solutions en physiothérapie. ÉRIC GUY PHYSIOTHERAPEUTE EST : par

Plus en détail

Gonarthrose prise en charge. Dr M.Baba aissa Rhumatologue Paris EL MENIAA 2009

Gonarthrose prise en charge. Dr M.Baba aissa Rhumatologue Paris EL MENIAA 2009 Gonarthrose prise en charge Dr M.Baba aissa Rhumatologue Paris EL MENIAA 2009 Définition La gonarthrose est une maladie articulaire chronique du genou caractérisée par une dégradation cartilage. Primitive:

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

dos La qualité au service de votre santé Avenue Vinet 30 1004 Lausanne - Suisse p r e n d r e s o i n d e s o n

dos La qualité au service de votre santé Avenue Vinet 30 1004 Lausanne - Suisse p r e n d r e s o i n d e s o n dos p r e n d r e s o i n d e s o n Avenue Vinet 30 1004 Lausanne - Suisse La qualité au service de votre santé Cette information, éditée par l Institut de physiothérapie de la Clinique de La Source, vous

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie

Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie 4 Item 53 Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie et l orthophonie Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Argumenter les principes d'utilisation

Plus en détail

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Service de chirurgie orthopédique et de traumatologie du sport. CHU de Grenoble, hôpital sud. Introduction Entorses de la cheville -> très fréquentes

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES ENTORSES DE CHEVILLE DE L ADULTE AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE DES ENTORSES DE CHEVILLE DE L ADULTE AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE DES ENTORSES DE CHEVILLE DE L ADULTE AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 111 Version n 1 Créé le 01-10-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJ ET DEFINITIONS Organiser

Plus en détail

CHAPITRE 9 LES LOMBALGIES STRATEGIE D EVALUATION ET PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE. Bénédicte Jamard Arnaud Constantin et Yolande Esquirol

CHAPITRE 9 LES LOMBALGIES STRATEGIE D EVALUATION ET PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE. Bénédicte Jamard Arnaud Constantin et Yolande Esquirol CHAPITRE 9 LES LOMBALGIES STRATEGIE D EVALUATION ET PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE Bénédicte Jamard Arnaud Constantin et Yolande Esquirol Plan du Chapitre A Stratégie d évaluation et prise en charge thérapeutique

Plus en détail

RACHIS ET PAROI ABDOMINALE

RACHIS ET PAROI ABDOMINALE RACHIS ET PAROI ABDOMINALE 1. ANATOMIE Le rachis, ou colonne vertébrale, est constitué de vertèbres issues du mésoderme entourant la corde dorsale (axe de symétrie cartilagineux des premiers vertébrés

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos

Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos des instruments ayant une très faible efficacité. Le Nubax Trio est maintenant soutenu par de nombreux brevets et distributeurs à travers le monde. Cet appareil

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE MAIS AUSSI. Les douleurs référées et irradiées

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE MAIS AUSSI. Les douleurs référées et irradiées EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE «Les pièges et difficultés» Quand le patient décrit sa douleur de hanche, il évoque une région douloureuse et non l articulation coxo-fémorale La souffrance de la coxo-fémorale

Plus en détail

DEMI SQUAT & SQUAT, EPAULE JETE, DEVELOPPE COUCHE

DEMI SQUAT & SQUAT, EPAULE JETE, DEVELOPPE COUCHE DEMI SQUAT & SQUAT, EPAULE JETE, DEVELOPPE COUCHE Pascal Canciani, Philippe Couture, Pierre Grenet Novembre 2006 DEMI SQUAT ET SQUAT 1. Demi squat et squat complet bras tendus 1. Position de départ 2.

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM

FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM Résumé de la soirée et conclusions du Dr Brigitte CHAPOT par rapport aux pathologies traitées

Plus en détail

Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant

Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3

Plus en détail

Le cliché thoracique

Le cliché thoracique Le cliché thoracique Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Nomenclature radiologique... 1 2 Le cliché thoracique de face... 2 2. 1 Qualité du cliché... 1 2. 2

Plus en détail

Fiches de musculation du kayakiste et céiste

Fiches de musculation du kayakiste et céiste Fiches de musculation du kayakiste et céiste 3. Les deltoïdes Deltoïdes Roudneff Le deltoïde est un muscle mobilisateur de l épaule, il se compose de trois faisceaux mobilisant le bras en flexion, extension,

Plus en détail

COMPRESSION DU NERF ULNAIRE AU COUDE. Aurore DEBET-MEJEAN Hôpital Saint Antoine, Paris

COMPRESSION DU NERF ULNAIRE AU COUDE. Aurore DEBET-MEJEAN Hôpital Saint Antoine, Paris COMPRESSION DU NERF ULNAIRE AU COUDE Aurore DEBET-MEJEAN Hôpital Saint Antoine, Paris COMPRESSION DU NERF ULNAIRE AU COUDE 2ième en fréquence Libération du nerf ulnaire pratiquée depuis le XIXème Nerf

Plus en détail

Diagnostic différentiel des infections ostéoarticulaires

Diagnostic différentiel des infections ostéoarticulaires Diagnostic différentiel des infections ostéoarticulaires Emmanuelle Vignot Hôpital Edouard Herriot, Lyon Unité Inserm UMR1033 Lyon emmanuelle.vignot@chu-lyon.fr Arthrite septique (1) 1/ Monoarthrite :

Plus en détail

9e Colloque SST Sherbrooke, 14 mai 2014. ASFETM Ergonomie - TMS - Prévention des maux de dos

9e Colloque SST Sherbrooke, 14 mai 2014. ASFETM Ergonomie - TMS - Prévention des maux de dos 9e Colloque SST Sherbrooke, 14 mai 2014 ASFETM Ergonomie - TMS - Prévention des maux de dos par Charbel Mawad, M.Sc. Hygiéniste industriel / Ergonome ASFETM Association sectorielle - Fabrication d équipement

Plus en détail

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant 40 Item 299 Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant ENC Insérer les T1 Objectifs pédagogiques Devant une boiterie ou un trouble de la démarche chez l enfant, argumenter les principales hypothèses

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE

OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE Jurgita Bruzaite,, Monique Boukobza,, Guillaume Lot* Services de Neuroradiologie et de Neurochirurgie

Plus en détail

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 1 28/07/2011 08:28:01 & BONNES S TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES Le guide Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 2 28/07/2011 08:28:02 SOULEVER UN OBJET LOURD OU UNE PERSONNE

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail