Point sur l évolution de la réglementation ATEX - Changement de la directive ATEX «produit» 2014/34/UE en remplacement de la directive 94/9/CE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Point sur l évolution de la réglementation ATEX - Changement de la directive ATEX «produit» 2014/34/UE en remplacement de la directive 94/9/CE"

Transcription

1 Point sur l évolution de la réglementation ATEX - Changement de la directive ATEX «produit» 2014/34/UE en remplacement de la directive 94/9/CE

2 La révision de la «nouvelle approche» En 2008, il a été décidé de réviser un certain nombre de directives «produit», du fait : d une perte de confiance du marquage CE, de désavantage concurrentiel pour ceux qui respecte la règlementation, de différence de traitement en ce qui concerne les produits non conforme en raison des pratiques différentes des différentes autorités, de pratiques différentes appliquées par les autorités nationales pour la désignation des organismes d évaluation de la conformité, de problèmes qualitatifs dans le cas de certains organismes notifiés.

3 Le nouveau cadre législatif européen Un nouveau cadre réglementaire a de ce fait été proposé comportant deux parties : Règlement (CE) n 765/2008 relatif à l accréditation et à la surveillance du marché et Décision n 768/2008/CE relative à un cadre commun pour la commercialisation des produits.

4 Alignement de la directive ATEX Le texte de la directive ATEX a été approuvé par le Parlement européen le 5 février La nouvelle directive ATEX est datée du 26 février 2014 et a été publiée le 29 mars 2014 sous la référence : Directive ATEX 2014/34/UE Elle est entrée en vigueur le 20 avril Elle sera applicable dans sa totalité le 20 avril 2016

5 Autres directives européennes concernées Directives 2014/28/UE 2014/29/UE 2014/30/UE 2014/31/UE 2014/32/UE 2014/33/UE 2014/34/UE 2014/35/UE Domaines Explosif à usage civil Récipients à pression simples Compatibilité électromagnétique Instruments de pesage à fonctionnement non automatique Instruments de mesure Ascenseurs et composants de sécurité pour ascenseurs Appareils et système de protection à fonction autonomes destinés à être utilisés en atmosphères explosibles Matériel électrique destiné à être employé dans certaines limites de tension

6 Changements introduits par la directive 2014/34/UE Les modifications concernent : la manière de notifier les organismes, la manière de mettre en œuvre les relations entre les États membres et la responsabilisation de tous les acteurs économiques Mais aussi quelques termes, du fait que nous sommes dans l Union Européenne et non plus dans la Communauté Européenne : Le fabricant rédigera un déclaration UE de conformité L ON émettra une attestation d examen UE de type Ce texte définit aussi plus précisément l usage de la marque de conformité

7 Que doit-il être fait pendant la période transitoire? La directive 2014/34/UE sera applicable dans sa totalité le 20 avril Pendant la période transitoire qui est de 2 ans : Chaque État membre devra transposer la directive en droit national Chaque État membre devra notifier les organismes qu il aura préalablement habilités (sous condition d accréditation). Chaque fabricant devra mettre à jour sa documentation : faire référence à nouvelle directive dans la notice d instructions rédiger une déclaration UE

8 Déclaration de conformité à la directive 2014/34/UE Afin de déclarer la conformité à la directive 2014/34/UE, le fabricant pourra utiliser les documents officiels qu il a obtenu précédemment conformément à la directive 94/9/CE Par exemple, afin de déclarer la conformité d un matériel de catégorie 1 à la directive 2014/34/UE, le fabricant pourra se servir : de l attestation d examen CE de type de la notification de système qualité qu il a obtenus précédemment. Attention, pour autant que : le matériel ne soit pas modifié ou impacté par une modification majeure introduite par une nouvelle norme harmonisée.

9 Évolution du produit Dans le cas où le fabricant décide de faire évoluer son produit, il aura besoin de mettre à jour son dossier technique de preuve de la conformité en suivant la procédure d évaluation adéquate. Deux cas se présentent : Avant le 19 avril 2016, la directive 94/9/CE sera toujours utilisable. Il sera possible comme aujourd hui d émettre un complément à une attestation d examen CE de type. Après le 20 avril 2016, la directive 94/9/CE sera abrogée. Il ne sera alors plus possible d émettre un complément à une attestation d examen CE de type. Une nouvelle attestation devra être émise : une attestation d examen UE de type

10 Marquage CE des produits et déclaration UE Attention à ne pas confondre le sigle CE (qui signifie Communauté Européenne) qui est remplacé par le sigle UE (Union Européenne) comme dans la directive 2014/34/UE, l attestation d examen UE de type, la déclaration UE de conformité et la marque de conformité CE signifiant Conformité Européenne On ne devrait alors pas voir de : Déclaration de conformité ou de marquage sur les produits mais Déclaration UE de conformité et le marquage sur les produits

11 Nouvelles dispositions de la directive ATEX 2014/34/UE 1. La mise à disposition sur le marché de produits conformes incombe à l ensemble des opérateurs économiques. 2. Le fabricant, en raison de la connaissance détaillée qu il a de la conception et du processus de production, est le mieux placé pour accomplir intégralement la procédure d évaluation de la conformité. 3. L importateur devra veiller que les produits originaires de pays tiers qui entrent sur le marché de l Union soient conformes aux exigences de la présente directive 4. Le distributeur mettant un produit à disposition sur le marché après qu il a été mis sur le marché par le fabricant ou par l importateur et doit agir avec la diligence requise pour garantir que la façon dont il manipule le produit ne porte pas préjudice à la conformité de celui-ci.

12 Nouvelles dispositions de la directive ATEX 2014/34/UE 5. Lors de la mise d un produit sur le marché, chaque importateur devrait indiquer sur celui-ci son nom (ou sa marque commerciale) et l adresse à laquelle il peut être contacté. 6. Tout opérateur économique qui met un produit sur le marché sous son nom ou sa marque propre ou qui modifie un produit de telle manière que sa conformité aux exigences de la présente directive risque d en être affectée devrait être considéré comme étant le fabricant et, donc, assumer les obligations incombant à celui-ci.

13 Obligations des distributeurs 1. Lorsqu'ils mettent un produit à disposition sur le marché, les distributeurs agissent avec la diligence requise en ce qui concerne les exigences de la présente directive. 2. Avant de mettre un produit à disposition sur le marché, les distributeurs vérifient qu'il porte le marquage CE, le cas échéant, qu'il est accompagné de la déclaration UE de conformité ou de l'attestation de conformité et des documents requis ainsi que des instructions et informations de sécurité rédigées dans une langue aisément compréhensible par les utilisateurs finals de l'état membre dans lequel le produit doit être mis à disposition sur le marché et que le fabricant et l'importateur se sont respectivement conformés aux exigences relatifs aux marquages (Ann. II identification du fabricant et de l importateur le cas échéant)

14 Obligations des distributeurs 2. (suite) Lorsqu'un distributeur considère ou a des raisons de croire qu'un produit n'est pas conforme aux exigences essentielles de santé et de sécurité énoncées à l'annexe II, il ne met ce produit à disposition sur le marché qu'après qu'il a été mis en conformité. En outre, si le produit présente un risque, le distributeur en informe le fabricant ou l'importateur ainsi que les autorités de surveillance du marché. 3. Les distributeurs s'assurent que, tant qu'un produit est sous leur responsabilité, ses conditions de stockage ou de transport ne compromettent pas sa conformité avec les exigences essentielles de sécurité et de santé énoncées à l'annexe II.

15 Obligations des distributeurs 4. Les distributeurs qui considèrent ou ont des raisons de croire qu'un produit qu'ils ont mis à disposition sur le marché n'est pas conforme à la présente directive veillent à ce que soient prises les mesures correctives nécessaires pour le mettre en conformité, le retirer ou le rappeler, si nécessaire. En outre, si le produit présente un risque, les distributeurs en informent immédiatement les autorités nationales compétentes des États membres dans lesquels ils ont mis ce produit à disposition sur le marché, en fournissant des précisions, notamment, sur la nonconformité et toute mesure corrective adoptée.

16 Obligations des distributeurs 5. Sur requête motivée d'une autorité nationale compétente, les distributeurs lui communiquent toutes les informations et tous les documents nécessaires sur support papier ou par voie électronique pour démontrer la conformité d'un produit. Ils coopèrent avec cette autorité, à sa demande, à toute mesure adoptée en vue d'éliminer les risques présentés par des produits qu'ils ont mis à disposition sur le marché.

17 Merci de votre attention Thierry HOUEIX Délégué Certification & Référent Technique ATEX Direction de la Certification Parc Technologique ALATA - B.P. 2 F Verneuil-en-Halatte

18 REX EN MATIERE DE FORMATIONS ATEX Caroline VILLARD Yoan LLORET Formateurs certifiés ISM-ATEX 18

19 L aboutissement d un stage 2002 à Un an avant l entrée en vigueur des directives ATEX, tour d horizon d un éventail représentatif d entreprises afin de déterminer leur avancement sur la mise en œuvre à Création du stage EX à Certification ISM ATEX Elec Niveau 3 et création des stages ATEX 0, 1 et 2 Electrique 2011 à Certification ISM ATEX Elec & Méca Niveau 3 et création des stages ATEX 0, 1 et 2 Electrique et Mécanique

20 Un contenu type : Les généralités sur les Atmosphères Explosives Les grandeurs caractéristiques vis-à-vis du risque d explosion (gaz, vapeurs, brouillards ) Les grandeurs caractéristiques vis-à-vis du risque d explosion (poussières) Les sources d inflammation Les mécanismes d inflammation (matériel mécanique) La directive 1999/92/CE La directive 94/9/CE 20

21 Un contenu type : Les modes de protection des matériels électriques Mode de protection «d» Mode de protection «e» Mode de protection «p» Mode de protection «n» Mode de protection «i» Matériel poussières Inspection et entretien des installations électriques Adéquation Zones /matériels Electriques existants 21

22 Un contenu type : Les modes de protection des matériels mécaniques Mode de protection «fr» Mode de protection «d» Mode de protection «c» Mode de protection «b» Mode de protection «k» Installation et maintenance des matériels non-électriques Adéquation Zones / Matériels non électriques Règles d intervention en zone ATEX Marquages 22

23 POUR PLANTER LE DECOR La question pour débuter les stages ATEX : Quelle est la différence entre une norme et une directive? Réponse de 90 % des stagiaires : En France, la norme est obligatoire et la directive est un conseil, un guide, une orientation PERDU!!!!!!!!!!! 23

24 REX : Les généralités sur les Atmosphères Explosives Les grandeurs caractéristiques vis-à-vis du risque d explosion (gaz, vapeurs, brouillards ) Les grandeurs caractéristiques vis-à-vis du risque d explosion (poussières) - Triangle du feu/explosion, LIE/LES, TAI, Point éclair : OK - Groupe de Gaz / Poussières, EMI : Très rarement connu 24

25 REX : Les sources d inflammation - Etincelles d origine électrique ou mécanique : OK - Electricité statique : Le danger qu apporte l électricité statique est connu mais l origine est mal maîtrisée. Une remarque classique : Je n ai pas les équipements nécessaires pour éviter l électricité statique. 25

26 REX : Les mécanismes d inflammation (matériel mécanique) Frottement (friction de pièces métalliques) Echauffement (importance de surveiller et maintenir régulièrement les lubrifiants, points chauds ) Impact Electricité statique 26

27 REX : La directive 1999/92/CE La directive 94/9/CE - Mesure organisationnelle - Zones ATEX : 0, 1, 2 et 20, 21, 22 L anecdote : de toute façon c est n importe quoi, sur mon site les zones sont délimitées par un grillage. Comme s il allait arrêter le gaz!!! - DRPCE, Plan de zone, Adéquation zone matériel 27

28 REX : Les modes de protection des matériels électriques Mode de protection «d» Mode de protection «e» Mode de protection «p» Mode de protection «n» Mode de protection «i» - Généralement bien maîtrisés car anciens 28

29 REX : Les modes de protection des matériels mécaniques Mode de protection «fr» Mode de protection «d» Mode de protection «c» Mode de protection «b» Mode de protection «k» - Rarement conscient qu un bon entretien et une bonne maintenance du matériel mécanique est la première règle de protection en ATEX (joints, lubrifiants, protection corrosion, mise en place de mesures de température adaptées ) 29

30 REX: Installation et maintenance des matériels électriques et non-électriques - Aujourd hui, les dangers liés aux matériels électriques personnels sont maîtrisés mais peu les matériels mécaniques. - Ne connaissent pas les entreprises Saqr-ATEX - Je ne peux pas réparer un matériel ATEX. - Je n ai pas les outils, équipements adéquats - Je n ai pas d explosimètre à ma disposition donc j appelle un pompier qui fait une prise gaz en début d intervention 30

31 REX : Adéquation zone / matériel Marquage 31 Un flou artistique!!!

32 Conclusion : Points forts : - Conscience des dangers dus aux ATEX, - Bonne gestion des mesures organisationnelles, - Bonne gestion des intervenants, - Bonne gestion au moment de la conception. Points d améliorations : - Mise à disposition des «documents» ( DRPCE, Plan de zones, Procédures ), - Gestion et utilisation des outils, - Montage, - Exploitation du marquage. 32

33 06/2014_ Conférence «ATEX-FOUDRE retour d expérience» Le risque ATEX Attentes de l Inspection du travail Retour d expérience

34 Sommaire Partie 1 : Réglementation applicable - Réglementation européenne et nationale : Partie 2 : Les attentes de l IT Appareils ATEX et sécurité santé des travailleurs, conception des locaux, marquages des appareils et installations de matériels électriques en ATEX - Quelle démarche de l employeur? Dangers et évaluation des risques Mesures pour éviter une ATEX et limiter ses effets Formation Documentation - Que contrôle l IT? Partie 3 : Le Retour d expérience - Quelques exemples d accidents et résultats d une campagne locale - ATEX vs Réglementation des ICPE

35 Directives européennes et textes nationaux Directive 94/9/CE : appareils et les systèmes de protection destinés à être utilisés en ATEX Directive ATEX 2014/34/EU, du 26/02/2014 applicable le 20 avril 2016, harmonisant la législation des EM Directive 1999/92/CE : prescriptions minimales en sécurité et santé des travailleurs exposés au risque ATEX Guide de bonne pratique du 26/09/2003 Décret n modifié par le décret Arr. du 3 mars 1997 : modèle de déclaration CE Arr. du 21 août 2000 : compétences, composition et aux conditions de fonctionnement des équipements destinés à être utilisés en ATEX Décret n et Décret n : Prévention explosion sur les lieux de travail (R à 57 du CT) Et notamment par les MOA, en conception (R du CT) Arr. du 8 juillet 2003 : prescriptions minimales en ATEX Arr. du 28 juillet 2003, cadrant notamment : La définition des zones, L installation des matériels électriques et non électriques en ATEX; Mesures organisationnelles (formation, instructions écrites, système d autorisation de travaux dangereux, co-activité) La rédaction d un document relatif au risque ATEX Arr. du 8 juillet 2003 : signalisation des zones ATEX Circulaire DRT n 11 du 06 août 2003 : conditions d installations des matériels électriques en ATEX

36 Quelle démarche attendu de l employeur? Quel Zonage ATEX? Dangers? Risques? informations Source de danger? gaz, liquide, poussières organiques et métalliques Evaluation des risques? (zone gaz et poussières) 1) Identifier les ATEX potentielles : process émissifs, stockage, sources d ignition, phase de travail, équipements de travail, co-activité, 2) Détermination des zones à risques Quels Moyens pour EVITER la formation d une ATEX Quels Moyens pour EVITER L INFLAMMATION d une ATEX Quels Moyens pour REDUIRE LES EFFETS d une ATEX Quelles mesures de prévention? Supprimer limiter le risque Quelles mesures de protection? Mesures techniques & organisationnelles? Equipements adaptés, Conformités des install.; Contrôle process, Mise à la terre; EPI adaptés, Stockages Ventilation (dossier install.) Inertage Détections, contrôles et procédures, FORMATION, autorisation de travail, Plan de prévention, accès Atténuer les effets : où agir? - sur le confinement (évents, ), la configuration des locaux (compartimentage, résistance matériaux, ) - sur le choix des appareils (résistant à la surpression); - sur la propagation de l explosion (vannes, cheminées de dégagement, mise en place d extincteurs déclenchés, )

37 Quelle démarche attendu de l employeur? Quel Zonage ATEX? Quels Moyens pour EVITER la formation d une ATEX Quels Moyens pour EVITER L INFLAMMATION d une ATEX Dangers? Risques? Quelles mesures de prévention? Source de danger? gaz, liquide, poussières organiques et métalliques Evaluation des risques? (zone gaz et poussières) 1) Identifier les ATEX potentielles : process émissifs, stockage, sources d ignition, phase de travail, équipements de travail, co-activité, 2) Détermination des zones à risques informations Document relatif à la prévention contre les explosions (DRPE) Annexé Supprimer/limiter le risque Mesures techniques & organisationnelles? au Document Unique (DUER) Equipements adaptés, Conformités des install.; Contrôle process, Mise à la terre; EPI adaptés, Stockage correct Ventilation (dossier install.) Inertage Détections, contrôles et procédures, FORMATION, autorisation de travail, Plan de prévention, accès Quels Moyens pour REDUIRE LES EFFETS d une ATEX Quelles mesures de protection? Atténuer les effets : où agir? - sur le confinement (évents, ), la configuration des locaux (compartimentage, résistance matériaux, ) - sur le choix des appareils (résistant à la surpression); - sur la propagation de l explosion (vannes, cheminées de dégagement, mise en place d extincteurs déclenchés, )

38 L inspection du travail pourra contrôler Quel Zonage ATEX? Quels Moyens pour EVITER la formation d une ATEX Dangers? Risques? informations Quelles mesures de prévention? Supprimer/limiter le risque Source de danger/évaluation des risques/zonage : Le risque ATEX est-il mentionné dans le DU (R )? Rédaction d un DRPE et contenu attendu (R )? Moyens d éviter la formation d ATEX : Conditions de stockage (R & 18)? Ventilation suffisante et contrôlée? = dossier d installation (Arr.08/10/87) à notice d instruction du MOA (R ) ou dossier de valeurs de référence + consigne d utilisation, carnet de maintenance (R ) +contrôle périodique (R ); Détection? (gaz et/ou explosimètre asservi à un système de ventilation forcée/d inertage ou de suppression des sources d énergies (électriques); Cuves, bassins et réservoirs de produits inflammables construits, installés et protégés des agressions externes (R , R , R & 26)? Application des procédures et consignes internes?

39 L inspection du travail pourra contrôler Moyens d éviter l Inflammation d ATEX : Identification des sources d énergies? (Y compris celles apportées lors de la maintenance et de l entretien) Quels Moyens pour EVITER L INFLAMMATION d une ATEX Quels Moyens pour REDUIRE LES EFFETS d une ATEX Quelles mesures de protection? Quelles mesures de prévention? Equipements adaptés dans les zones ATEX? (avant 2003 : analyse de risque selon section II de l Arr. 08/07/2003 sinon marquage ATEX selon de Déc ) Vérification périodique et registre de sécurité (R & 25), carnet de maintenance (R à 21) Installation électrique vérifiée annuellement (Déc & Arr.10/10/2000) et suivi des non conformités; Autorisation (R ) ex: permis feu; Formation (R ), instruction écrite (R ) Signalisation des zones ATEX (R ) Prise en compte des zones ATEX dans le plan de prévention (R )

40 L inspection du travail pourra contrôler Quels Moyens pour EVITER L INFLAMMATION d une ATEX Quels Moyens pour REDUIRE LES EFFETS d une ATEX Quelles mesures de prévention? Quelles mesures de protection? Moyens pour atténuer l effet d une explosion : Events sur cuves/réservoirs; Autres moyens de protections (merlons, disques de ruptures, protection par éloignement, ); Détection avec alarme des concentrations dangereuses de gaz et susceptibles de créer une ATEX; Système d alarme sonore (R à 36); Exercice d évacuation (R ) et/ou POI (art. 17 du Déc obligatoire et testé tous les 3 ans pour les AS et possible dans les IC sur demande du préfet); Registre de sécurité (L et suivants, D & 3);

41 L inspection du travail pourra contrôler Quel Zonage ATEX? Quels Moyens pour EVITER la formation d une ATEX Quels Moyens pour EVITER L INFLAMMATION d une ATEX Dangers? Risques? informations Quelles mesures de prévention? Supprimer/limiter le risque Le CHSCT ou à défaut le DP : Participe à la préparation de la formation (R ) Donne son avis sur le rapport et programme annuel dont la démarche ATEX (R , L ); DU à leurs dispositions comprenant l EvR ATEX (R ) Le Médecin du travail : Est associé à l élaboration des actions de formations (R ); Ayant une voie consultative au CHSCT (L ), donne son avis le rapport et programme annuel, donc notamment à la mise en œuvre de la démarché ATEX (R ), L ) Quels Moyens pour REDUIRE LES EFFETS d une ATEX Quelles mesures de protection?

42 L inspection du travail pourra contrôler Contenu DRPE, intégré au DU, selon le R : 1. Evaluation des risques d'explosion ; 2. Mesures prises ; 3. Classification en zones des emplacements des ATEX possibles ; 4. Prescriptions minimales pour la protection des travailleurs prévues à ces emplacements ; 5. Liste des travaux devant être accomplis selon les instructions écrites de l'employeur ou dont l'exécution est subordonnée à la délivrance d'une autorisation par l'employeur ou par une personne habilitée par celui-ci ; 6. Modalités et les règles selon lesquelles les lieux et les équipements de travail, dispositifs d'alarme, sont conçus, utilisés et entretenus pour assurer la sécurité ; 7. Nature des dispositions prises pour l'utilisation sûre des équipements de travail soit sûre, conformément aux dispositions prévues au livre III du CT «Equipements de travail et moyens de protection» Devrait y figurer : La démarche d EvR retenue et le programme de mise en œuvre des mesures de prévention ainsi que la validation de leurs efficacités ; Le contenu de la formation des salariés; Les procédures à appliquer et les instructions écrites à établir avant l exécution de travaux en zone; La liste des matériels adaptés présents dans chaque zone et les informations de contrôles et de maintenance à Voir ED 945 de l INRS

43 Retour d expérience : Action IT-CARSAT-SST Secteur parfumerie & arômes alimentaires du Bassin Grassois Ecarts entre le réel et le prescrit Etude ATEX, DU & ventilation : L étude ATEX permet une mise à jour sérieuse du DUER; Rub. 2 : danger Rub. 7 : manip et stockage Rub. 8 : VLEP/DNEL/PNEC? Rub. 9 : physico-chimie Etude ATEX réalisée par un prestataire extérieur mais cahier des charges peu précis et non prise en compte de la ventilation comme mesure de prévention; Ecart entre le réel et le prescrit Mise en avant du coût élevé de mise à niveau Importance de la formation/d un référent thématique

44 Retour d expérience IT : Ecarts couramment constatés Ecarts sur la documentation : Absence de DRPE ou réalisée par un prestataire extérieur sans prise en compte des remarques écrites; Non prise en compte des informations des FDS; Zonage globale de certaines parties du site (ex: zone 2) d une activité sans justification; Difficultés à obtenir le plan de zonage; Difficultés à obtenir la liste des matériels adaptés par zone : Nécessité d un contrôle visuel (plaques, notice, ); Les rapports de contrôles électriques ne sont souvent pas lu; Responsabilités très diffuses concernant le suivi de la documentation et sur le suivi des plans d actions Problématique matériel : Pour les matériels qui n étaient pas évalués avant 2003, absence des analyses de risques sur ces derniers; Plaques sur matériels souvent illisibles ; Système de ventilation sous dimensionnée et/ou mal utilisés (boa, pertes de charges sur les extractions, entretiens des gaines, confinement des locaux, ); Défaut Information/formation : Défaut de formation aux risques chimiques et à la réglementation ATEX; Absence de notice de poste (R ); Accès difficile aux FDS, au DU, au DRPE; Signalisation ATEX absente ou partielle; Le respect des VLEP régl., DNEL, PNEC (REACH) permet d éviter de se retrouver dans une zone ATEX

45 Retour d expérience IT : Accidents survenus dans des petites structures Pour les accidents survenus sur des sites industriels et sur route : Accident sur TOULON : Explosion d un bateau entièrement en aluminium suite au perçage de la coque : gaz propulseur de mousse polyuréthane en mélange avec l air présent dans la coque + poussière d aluminium Explosion d un bateau de plaisance au cours d une opération de maintenance dans le compartiment moteur d un bateau de plaisance : travaux de soudage en présence d un mélange de vapeurs d essence et d air Accident sur Marseille : Inflammation d un nuage de mélange d essence et d air lors de l intervention d un mécanicien sur la jauge électronique d une Roll Royce

46 ATEX vs Réglementation des ICPE (inspiré de la présentation INERIS- CCI 2004) Réglementation ATEX (CT) Réglementation IC (CE+ autres) Protection des travailleurs exposés aux effets des explosions Objectifs différents Protection de l environnement exposé à différents phénomènes dont les explosions Evaluation des risques(drpe DU) Prise en compte de scénarios d exposition des travailleurs aux postes de travail Démarche analogue Evaluation des risques(edd) Prise en comptes des scénarios produisant des effets sur l environnement extérieur à l établissement, dont l explosion d ATEX Classementen3zonespourlesgaz et poussières des emplacements où des ATEX dangereuses peuvent se former(arr.du 8 juillet 2003) dimensionnement réaliste des zones, fondé sur la physique des phénomènes à l origine des ATEX Zonage différent Classement en 2 zones gaz (arr. du 31/3/80) ou 3 zones pous-sière (arrêté silo) des emplace-ments où des ATEX peuvent se former_ pour industrie pétrolière classement en 2 zones de type gaz(arrêtésde67,72et75) Dimensionnement forfaitaire Démarche probabiliste tenant compte des mesures de prévention de la formation et de l inflammation des ATEX Démarches différentes Démarche très déterministe: les mesures de prévention de l inflammation des ATEX ne sont pas toujours prises en compte

47 Merci de votre attention (Questions / Réponses) Raphaël CHEVALLIER DIRECCTE PACA Pôle Travail Cellule pluridisciplinaire

48 Quelques exemples d accidents Fabrication herbicides/antiseptiques Problème de refroidissement Eclatement du disque de rupture Contamination à la dioxine sur 10 Km2 des centaines de personnes évacuées; Plus tard maladie & fausses couches Seveso 10/07/1976 Ghislenghein 30/07/2004 Basse Goulaine 8/12/1994 Accidents majeurs Los Alfaques 11/07/1978 Bhopal 03/12/1984 L'ampleur du bilan humain et matériel conduit les Etats membres de l UE à à se doter d'une politique commune en matière de prévention des risques industriels majeurs : La Directive 96/82/CE dite «SEVESO» Toulouse (AZF) 21/09/2001 SEVESO = sites industriels présentant des risques d'accidents majeurs

49 Quelques exemples d accidents Camion citerne contenant du propylène liquéfié sous pression : Le camion heurte le mur d un camping; Inflammation du rejet gazeux d une fissure; Augmentation de la pression à première explosion qui entraîne une brèche brutale et une chute de pression; La citerne est alors entouré de flamme et il se produit un BLEVE; 216 morts et plus de 200 blessés Seveso 10/07/1976 Ghislenghein 30/07/2004 Basse Goulaine 8/12/1994 Accidents majeurs Los Alfaques 11/07/1978 Bhopal 03/12/1984 Toulouse (AZF) 21/09/2001

50 Quelques exemples d accidents Seveso 10/07/1976 Ghislenghein 30/07/2004 Basse Goulaine 8/12/1994 Accidents majeurs Los Alfaques 11/07/1978 Bhopal 03/12/1984 Toulouse (AZF) 21/09/2001 Fabrication pesticides De l eau se déverse dans un réacteur lors d un lavage (oubli de fermeture d une vanne) Explosion dégageant 40 Tonnes d isocyanate de méthyle dans la ville; morts la première nuit et un grand nombre par la suite; malades à cause de la catastrophe

51 Quelques exemples d accidents Seveso 10/07/1976 Ghislenghein 30/07/2004 Basse Goulaine 8/12/1994 Accidents majeurs Los Alfaques 11/07/1978 Bhopal 03/12/1984 Explosion d une chaudière: Intervention inadaptée par remplissage d eau froide sur corps de chauffe brûlant Corps de chauffe projeté à 150 m, un tube et ballon à 200 m; Le bâtiment de 200 m2 est soufflé 3 employés morts (dont 1 retrouvé à 150m et 3 blessés Toulouse (AZF) 21/09/2001

52 Quelques exemples d accidents Fuite de gaz naturel sur canalisation de transport : Explosion accompagnée d une boule de feu puis longue torchère (200 m de haut) ; 24 morts (salariés, pompiers, policiers); zone dévastée sur un rayon de 200 m (cartonnerie, station service, toitures, ); chaleur ressentie sur 2 Km; Débris retrouvés sur 6 Km. Ghislenghein 30/07/2004 Basse Goulaine 8/12/1994 Seveso 10/07/1976 Accidents majeurs Los Alfaques 11/07/1978 Bhopal 03/12/1984 Toulouse (AZF) 21/09/2001

53 Quelques exemples d accidents Ghislenghein 30/07/2004 Seveso 10/07/1976 Explosion d un stock de nitrate d'ammonium : 31 morts et 2500 blessés ; Cratère de de 70 m de long et 40 m de largeur, et de 5 à 6 m de profondeur ; Détonation entendue à plus de 80 km; zones commerciales totalement détruites. De très nombreux logements, entreprises et équipements publics endommagés Accidents majeurs Los Alfaques 11/07/1978 L'ampleur du bilan humain et matériel et l'émotion soulevée par l'explosion ont entraîné la création d'une loi, dite loi Bachelot, du 30 juillet 2003 (no ) qui a constitué la Garantie des catastrophes technologiques Basse Goulaine 8/12/1994 Toulouse (AZF) 21/09/2001 Bhopal 03/12/1984

Marquage CE Mode d emploi SOMMAIRE : I. Les produits concernés

Marquage CE Mode d emploi SOMMAIRE : I. Les produits concernés Marquage CE Mode d emploi Août 2014 SOMMAIRE : I. Les produits concernés II. Les acteurs concernés a. Le fabricant b. Le mandataire c. L importateur d. Le distributeur III. La mise en conformité des produits

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER Adoptée par le Comité Technique National des industries de la Métallurgie (CTN A) le 09 octobre 2012,

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Carrefour ARRAS Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Page / 4 Site : Carrefour ARRAS Expertise Identité complète Responsable : M. Bidon Paul rue des Sachets 600 ARRAS Date d'audit : 06/05/00 Consultant

Plus en détail

RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95

RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95 RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95 PUBLIC CONCERNE Responsables, cadres technico-commerciaux, chefs de chantier «preneurs de permis» et chefs d équipe des entreprises ayant à intervenir dans

Plus en détail

Séminaire marquage CE

Séminaire marquage CE Séminaire marquage CE 17 mai 2011 Caroline Mischler Chef du bureau de la libre circulation des produits Sous-direction de la qualité, de la normalisation, de la métrologie et de la propriété industrielle

Plus en détail

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15)

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15) Préparations à l'habilitation électrique Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Initial Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Recyclage (1,5 jours) Non électricien exécutant B0 H0 Initial / Recyclage Non électricien

Plus en détail

Manuel d entretien. Présentation de votre chauffe-eau. Poignées de préhension (haut et bas) Protection intérieure par émaillage. Isolation thermique

Manuel d entretien. Présentation de votre chauffe-eau. Poignées de préhension (haut et bas) Protection intérieure par émaillage. Isolation thermique Présentation de votre chauffe-eau Poignées de préhension (haut et bas) Isolation thermique Protection intérieure par émaillage Canne de prise d eau chaude Doigt de gant du thermostat Anode magnésium Résistance

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES Durée : 6 jours Public : Plombiers, Electriciens, Chauffagistes Pré-requis : avoir suivi une formation climatisation

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Société française du pipeline du Jura

Société française du pipeline du Jura GENNES Société française du pipeline du Jura C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 1 L environnement immédiat du dépôt de Gennes C.L.I.C. du 16.10 2007, rév.: 1.2 2 L environnement du dépôt Pipeline SPSE Fos-Strasbourg

Plus en détail

Arrêté royal du 12 août 1993 concernant l'utilisation des équipements de travail (M.B. 28.9.1993)

Arrêté royal du 12 août 1993 concernant l'utilisation des équipements de travail (M.B. 28.9.1993) Arrêté royal du 12 août 1993 concernant l'utilisation des équipements de travail (M.B. 28.9.1993) Modifié par: (1) arrêté royal du 17 juin 1997 concernant la signalisation de sécurité et de santé au travail

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation 300028223-001-03

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation 300028223-001-03 FR Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL Notice d utilisation 300028223-001-03 Sommaire 1 Consignes de sécurité et recommandations...4 1.1 Consignes de sécurité...4 1.2 Recommandations...4

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. - Autorisation délivrée par le Wali ou le président de l APC pour l implantation des capacités de stockage GPL/C de la station.

FICHE TECHNIQUE. - Autorisation délivrée par le Wali ou le président de l APC pour l implantation des capacités de stockage GPL/C de la station. FICHE TECHNIQUE Intitulé du métier ou de l activité : Station de Service Codification NAA : GG 52 49 Codification ONS : 52 48 Codification CNRC : 604 611 Inscription de l activité : CNRC Type d autorisation

Plus en détail

P E T R O L I E R S. MASTER PARK - LOT N 60-116, Boulevard de la Pomme 13011 MARSEILLE. Tél. 04 91 60 36 18 Fax 04 91 60 31 61 CARACTÉRISTIQUES

P E T R O L I E R S. MASTER PARK - LOT N 60-116, Boulevard de la Pomme 13011 MARSEILLE. Tél. 04 91 60 36 18 Fax 04 91 60 31 61 CARACTÉRISTIQUES F2R EQUIPEMENTS P E T R O L I E R S MASTER PARK - LOT N 60-116, Boulevard de la Pomme 13011 MARSEILLE Tél. 04 91 60 36 18 Fax 04 91 60 31 61 FICHE TECHNIQUE N : F2R FT0066 Rev : 2 Date : 25/03/2014 Alarme

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Les conférences INERIS

Les conférences INERIS Les conférences INERIS Forum Risques & Management Environnemental Forum B (Déchets) Forum Industrie Durable Forum Qualité de l Air Forum Biogaz L INERIS vous accueille sur son stand - Hall 3 /F223 Mardi

Plus en détail

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu Extinction Choisissez votre système d extinction Qu'est-ce qu'un système d extinction? Dans un système de protection incendie, il ne suffit pas de détecter et de mettre en sécurité. Il est souvent nécessaire

Plus en détail

Instruction de montage avec notice d'utilisation et données techniques

Instruction de montage avec notice d'utilisation et données techniques BA 4.3 - M/NSK Boîtier de fin de course type NSK et MSK Instruction de montage avec notice d'utilisation et données techniques selon la directive CE relative à la basse tension 73/23/CEE selon la directive

Plus en détail

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18 CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15.- Les éléments mobiles de transmission d'énergie ou de mouvements des équipements de travail présentant des risques de contact mécanique pouvant entraîner des accidents doivent

Plus en détail

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de sécurité

Plus en détail

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE La nouvelle réglementation des installations de distribution de carburants & les aides financières du CPDC Véronique Poutas Responsable Environnement pour les 2 CCI de l Aude Pierre Vicart Secrétaire Général

Plus en détail

II 2G EEx ia IIC T6. Mode de protection

II 2G EEx ia IIC T6. Mode de protection Informations générales Selon la directive 94/9/CE, un appareil destiné à être utilisé en zone à atmosphère explosible ne doit être mis sur le marché que s il satisfait aux caractéristiques définies dans

Plus en détail

LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS

LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS F I C H E P R E V E N T I O N N 1 6 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS INTRODUCTION Dans le cadre d activités réalisées principalement par les services techniques

Plus en détail

Normes CE Equipements de Protection Individuelle

Normes CE Equipements de Protection Individuelle E. P. I D O C U M E N T D I N F O R M A T I O N Normes CE Equipements de Protection Individuelle Normes CE EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE Définitions : E.P.I : Tout dispositif ou moyen destiné

Plus en détail

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION Service Santé Sécurité au Travail Maison des Communes Cité Administrative Rue Renoir BP 609 64006 PAU Cedex

Plus en détail

Une dynamique à votre service

Une dynamique à votre service Une dynamique à votre service Spécialiste en Machines Electriques Créé en 1894 sous le nom de T.B.T.*, T-T ELECTRIC est un fabriquant de moteurs électriques à courant continu et alternatif de haute qualité

Plus en détail

Alarme pour séparateur hydrocarbure /graisse Type : WGA 02

Alarme pour séparateur hydrocarbure /graisse Type : WGA 02 Notice technique Alarme pour séparateur hydrocarbure /graisse Type : WGA 02 WGA 02 (avec sonde WGA-ES4) Code Article : 265 0021 Sonde WGA-R6 (sonde seule) Code Article : 265 0027 Sonde WGA-ES4 (sonde seule)

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE

RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE FOOTHILLS PIPE LINES LTD. STATION DE DÉCOMPRESSION/RECOMPRESSION BP CANADA ENERGY COMPANY INSTALLATION DE TRAITEMENT DES LIQUIDES

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

Prévenir le risque d explosion

Prévenir le risque d explosion bouteilles d acétylène, d oxygène & de gaz inflammables : Prévenir le risque d explosion Transport en véhicule léger Stockage hors véhicule Association Française 14, rue de la République 92800 Puteaux

Plus en détail

INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521

INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521 INSTRUCTIONS D INSTALLATION MODÈLE 300521 WWW.BURCAM.COM 2190 Boul. Dagenais Ouest LAVAL (QUEBEC) CANADA H7L 5X9 TÉL: 514.337.4415 FAX: 514.337.4029 info@burcam.com Votre pompe a été soigneusement emballée

Plus en détail

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION Lieu de l intervention :... Service, local, secteur ou atelier :... Nature de l opération

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

Les textes et règlements

Les textes et règlements Réglementation applicable aux chapiteaux, tentes et Note : cette fiche est extraite pour l essentiel de l ouvrage «Organiser un événement artistique dans l espace public : Guide des bons usages», édité

Plus en détail

L HABILITATION EN ÉLECTRICITÉ Démarche en vue de l habilitation du personnel

L HABILITATION EN ÉLECTRICITÉ Démarche en vue de l habilitation du personnel Prévention et Gestion des Risques Professionnels Sécurité Sociale Caisse régionale d assurance maladie Alsace-Moselle L HABILITATION EN ÉLECTRICITÉ Démarche en vue de l habilitation du personnel Note Technique

Plus en détail

Page 1. Le Plan de Prévention

Page 1. Le Plan de Prévention Page 1 Le Plan de Prévention 01 LA REGLEMENTATION Rappel : Le document Unique d Evaluation des Risques Dans toute entreprise, le chef d entreprise a pour obligation d assurer la sécurité et la santé de

Plus en détail

STEAMY MINI. Nous vous félicitons pour l acquisition de l appareil «STEAMY - MINI», un appareil de grande qualité.

STEAMY MINI. Nous vous félicitons pour l acquisition de l appareil «STEAMY - MINI», un appareil de grande qualité. REITEL Feinwerktechnik GmbH Senfdamm 20 D 49152 Bad Essen Allemagne Tel. (++49) 5472/94 32-0 Fax: (++49) 5472/9432-40 Mode d emploi STEAMY MINI Cher client, Nous vous félicitons pour l acquisition de l

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DU PÔLE PETROCHIMIQUE DE BERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DU PÔLE PETROCHIMIQUE DE BERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DU PÔLE PETROCHIMIQUE DE BERRE 1 - DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE CONCERNEE Description donnée sur la base de l année de référence 2011 Raison sociale : Compagnie

Plus en détail

Entretien domestique

Entretien domestique VÉRIFICATION DU BON FONCTIONNEMENT Mettez l appareil sous tension. Si votre tableau électrique est équipé d un relais d asservissement en heures creuses (tarif réduit la nuit), basculez l interrupteur

Plus en détail

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Les marchés publics écologiques (MPE) constituent un instrument non contraignant. Le présent document récapitule les critères MPE de l UE mis au point

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

Style 7T. Afficheur température

Style 7T. Afficheur température Style 7T Afficheur température INSTRUCTIONS D INSTALLATION ET DE MISE EN SERVICE B.P. 1 49340 TRÉMENTINES FRANCE Tél. : 02 41 71 72 00 Fax : 02 41 71 72 01 www.bodet.fr Réf.: 606274 D S assurer à réception

Plus en détail

Présentation CLIC. Compagnie de Distribution des Hydrocarbures Dépôt Pétrolier de Valence. Valence 8 décembre 2011

Présentation CLIC. Compagnie de Distribution des Hydrocarbures Dépôt Pétrolier de Valence. Valence 8 décembre 2011 Présentation CLIC Compagnie de Distribution des Hydrocarbures Dépôt Pétrolier de Valence Valence 8 décembre 2011 Coordonnateur HSEQ Logistique : Yves BLANC Vue aérienne du dépôt pétrolier de Valence Plan

Plus en détail

Annexe I b. Référentiel de certification

Annexe I b. Référentiel de certification Annexe I b Référentiel de certification Page 15 sur 45 CORRESPONDANCE ENTRE ACTIVITÉS ET COMPÉTENCES ACTIVITÉS ET TÂCHES A1. S ORGANISER, S INTEGRER à une EQUIPE A1-T1 Préparer son intervention et/ou la

Plus en détail

Atelier B : Maintivannes

Atelier B : Maintivannes Atelier B : Maintivannes BMA03 : Procédure de réglage de la vanne de régulation CAMFLEX BMA03 : Procédure de réglage de la vanne CAMFLEX Page 1 Buts de l exercice : - Réaliser la manutention d un élément

Plus en détail

Caractéristiques techniques

Caractéristiques techniques Marque de commande Caractéristiques Possibilité de positionner la tête du détecteur par rotations successives 40 mm, non noyable Fixation rapide Propre à l'emploi jusqu'à SIL 2 selon IEC 61508 Accessoires

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

Lecteur éditeur de chèques. i2200. Manuel utilisateur. Solutions de transactions et de paiement sécurisées

Lecteur éditeur de chèques. i2200. Manuel utilisateur. Solutions de transactions et de paiement sécurisées Manuel utilisateur Lecteur éditeur de chèques i2200 Solutions de transactions et de paiement sécurisées Ingenico 2200 Avant Propos Merci d avoir choisi le Lecteur Editeur de chèque nouvelle génération

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25.

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. V2 La société VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE (VPNN) est autorisée

Plus en détail

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02 FR Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 Notice d utilisation M002867-B 300029621-001-02 Sommaire 1 Introduction...4 1.1 Symboles utilisés...4 1.1.1 Symboles utilisés dans la notice...4 1.1.2

Plus en détail

Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours

Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours Objectif Être capable : - d'appliquer la réglementation relative au transport des marchandises dangereuses et au stockage. - de rechercher

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

Stockage et distribution de Liquides inflammables

Stockage et distribution de Liquides inflammables Contrôles périodiques des installations soumises à DC Stockage et distribution de Liquides inflammables 2009 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir des textes réglementaires

Plus en détail

NOTICE D INSTALLATION

NOTICE D INSTALLATION BALLON THERMODYNAMIQUE MONOBLOC EAU CHAUDE SANITAIRE NOTICE D INSTALLATION Lisez attentivement la notice d installation avant le montage de l appareil www.airtradecentre.com SOMMAIRE A. REMARQUES IMPORTANTES...

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

ENTRETIENS, CONTROLES ET VERIFICATIONS TECHNIQUES

ENTRETIENS, CONTROLES ET VERIFICATIONS TECHNIQUES ENTRETIENS, CONTROLES ET VERIFICATIONS TECHNIQUES 1 SOMMAIRE SOMMAIRE PAGE 1 INTRODUCTION PAGE 2 I ENTRETIEN CONTROLE ET VERIFICATION TECHNIQUES PAGE 3-4 II CLASSEMENTS ET CATEGORIES DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières Cahier des Clauses Techniques Particulières Curage hydrodynamique du réseau intérieur ORIGINAL SOMMAIRE 1. OBJET DU MARCHE 1 2. NATURE DES INSTALLATIONS 1 3. NATURE DES PRESTATIONS 2 3.1. Consistance des

Plus en détail

Vannes 3 voies avec filetage extérieur, PN 16

Vannes 3 voies avec filetage extérieur, PN 16 4 464 Vannes 3 voies avec filetage extérieur, PN 6 VXG44... Corps en bronze CC49K (Rg5) DN 5...DN 40 k vs 0,25...25 m 3 /h Corps filetés avec étanchéité par joint plat G selon ISO 228/ Des raccords à vis

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Chauffe-eau électrique Chaffoteaux

Chauffe-eau électrique Chaffoteaux Chauffe-eau électrique Chaffoteaux Guide de montage Difficulté : Durée de l intervention : 1h30 à 2h00 Besoin d informations? Contactez-nous au 01 47 55 74 26 ou par email à Sommaire Introduction... 2

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements. Largeur totale cumulée. Effectif

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements. Largeur totale cumulée. Effectif CODE DU TRAVAIL Art. R. 232-12.- Les dispositions de la présente section s'appliquent à tous les établissements mentionnés à l'article L. 231-1 à l'exception de ceux qui constituent des immeubles de grande

Plus en détail

T.Flow Activ Modulo. Notice de Montage. Ballons de stockage d eau chaude sanitaire B200_T.Flow Activ Modulo et B300_T.Flow Activ Modulo. www.aldes.

T.Flow Activ Modulo. Notice de Montage. Ballons de stockage d eau chaude sanitaire B200_T.Flow Activ Modulo et B300_T.Flow Activ Modulo. www.aldes. Notice de Montage T.Flow Activ Modulo Ballons de stockage d eau chaude sanitaire B200_T.Flow Activ Modulo et B300_T.Flow Activ Modulo 11023718/A - RCS 956 506 828 - Imprimé en France/Printed in France

Plus en détail

CODEP-OLS-2010-059203 Orléans, le 29 octobre 2010

CODEP-OLS-2010-059203 Orléans, le 29 octobre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2010-059203 Orléans, le 29 octobre 2010 Monsieur le Directeur du Centre Nucléaire de Production d Electricité de BELLEVILLE SUR LOIRE BP 11 18240 LERE

Plus en détail

CHARTE QUALITE pour l installation de générateurs photovoltaïques sur les bâtiments agricoles

CHARTE QUALITE pour l installation de générateurs photovoltaïques sur les bâtiments agricoles CHARTE QUALITE pour l installation de générateurs photovoltaïques sur les bâtiments agricoles Lors de la réalisation d une installation de production d électricité par la pose de générateur photovoltaïques

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur;

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur; Arrêté royal du 4 décembre 2012 concernant les prescriptions minimales de sécurité des installations électriques sur les lieux de travail (M.B. 21.12.2012) Section I er. - Champ d'application et définitions

Plus en détail

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur.

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur. Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Secrétariat d Etat à l Industrie Direction de l action régionale et de la petite et moyenne industrie ----------------------------------------- Sous-direction

Plus en détail

ETUDE DE SÉCURITÉ 1.RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 2 2.CARACTÉRISTIQUES DES UTILISATEURS PRINCIPAUX 4 3.CARACTÉRISTIQUES EXTÉRIEURES 4

ETUDE DE SÉCURITÉ 1.RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 2 2.CARACTÉRISTIQUES DES UTILISATEURS PRINCIPAUX 4 3.CARACTÉRISTIQUES EXTÉRIEURES 4 ETUDE RELATIVE À LA PRÉVENTION DES INCENDIES ET DES EXPLOSIONS À JOINDRE À TOUTE DEMANDE DE PERMIS D URBANISME OU UNIQUE RELATIVE AUX BÂTIMENTS VISÉS À L ARTICLE 1 DU RÈGLEMENT COMMUNAL DU 25/05/2010 ENTRÉ

Plus en détail

Automobile & Mécanique agricole. Sources CNIDEP, IBGE

Automobile & Mécanique agricole. Sources CNIDEP, IBGE Automobile & Mécanique agricole Sources CNIDEP, IBGE I. Etapes de la fabrication (ou du service) et procédés utilisés L essentiel de l activité d une carrosserie consiste à réparer puis à remettre en peinture

Plus en détail

RC030/RC035 Appareil d aspiration de liquide à air comprimé (manuel) Instructions. Celui-ci peut être utilisé pour l aspiration de :

RC030/RC035 Appareil d aspiration de liquide à air comprimé (manuel) Instructions. Celui-ci peut être utilisé pour l aspiration de : RC030/RC035 Appareil d aspiration de liquide à air comprimé (manuel) Instructions Celui-ci peut être utilisé pour l aspiration de : Huile de moteur Huile de boîte de vitesses et du système de transmission

Plus en détail

Sécurité des machines CE neuves è Grille de détection d anomalies

Sécurité des machines CE neuves è Grille de détection d anomalies Sécurité des machines CE neuves Grille de détection d anomalies ED 4450 Document uniquement téléchargeable sur www.inrs.fr Afin de ne pas exposer les opérateurs à des risques d accident ou de maladie professionnelle,

Plus en détail

T A C O NOTICE DE MONTAGE. Kit de pose sur toiture et châssis pour 1,2 ou 3 capteurs verticaux. Cette notice concerne 4 types d installations :

T A C O NOTICE DE MONTAGE. Kit de pose sur toiture et châssis pour 1,2 ou 3 capteurs verticaux. Cette notice concerne 4 types d installations : NOTICE DE MONTAGE Kit de pose sur toiture et châssis pour 1,2 ou 3 capteurs verticaux 15-60 27% - 173% Cette notice concerne 4 types d installations : T A C O TUILES ARDOISES TUILES PLATES CHASSIS TOITS

Plus en détail

Aires de ravitaillement en GPL sur des sites non accessibles au public

Aires de ravitaillement en GPL sur des sites non accessibles au public GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, décembre 2007 ITM-SST 1708.1 Aires de ravitaillement en GPL sur des sites non accessibles au public Prescriptions de sécurité types Autre prescription à considérer :

Plus en détail

Mise en œuvre de la réglementation relative aux atmosphères explosives

Mise en œuvre de la réglementation relative aux atmosphères explosives Mise en œuvre de la réglementation relative aux atmosphères explosives Guide méthodologique L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

RÉSUMÉ NORME NFPA POUR L INSPECTION, L ENTRETIEN ET LE REMPLISSAGE DES EXTINCTEURS PORTATIFS ET BOYAUX D INCENDIE

RÉSUMÉ NORME NFPA POUR L INSPECTION, L ENTRETIEN ET LE REMPLISSAGE DES EXTINCTEURS PORTATIFS ET BOYAUX D INCENDIE RÉSUMÉ NORME NFPA POUR L INSPECTION, L ENTRETIEN ET LE REMPLISSAGE DES EXTINCTEURS PORTATIFS ET BOYAUX D INCENDIE 1.1 INSPECTION 1.1.1 Périodicité : Les extincteurs portatifs doivent être inspectés une

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom commercial : Argon N FDS : G004 Formule chimique : Ar 2. COMPOSITION / INFORMATIONS

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 TRANSPORT: Classement du produit pour le transporteur Le classement du produit Chemtane 2 pour le transporteur est le suivant:

Plus en détail

RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 15 JUIN

RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 15 JUIN " PRECIA " Société Anonyme à Directoire et à Conseil de Surveillance Au capital de 2 200 000 Siège social à VEYRAS - 07000 PRIVAS R.C.S. AUBENAS B. 386.620.165 (1966 B 16) RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL

Plus en détail

Plan de modernisation des installations industrielles

Plan de modernisation des installations industrielles Plan de modernisation des installations industrielles 1 Sommaire 1 - Contexte - Introduction 2 - Réglementation 3 - Périmètre 4 - Guides techniques 5 - Synthèse : périmètre-actions 2 1 Contexte - Introduction

Plus en détail

Cafetière. Mode d Emploi. 1Notice cafetière v1.0

Cafetière. Mode d Emploi. 1Notice cafetière v1.0 Cafetière Mode d Emploi 1Notice cafetière v1.0 SOMMAIRE 1 CONSIGNES DE SÉCURITÉ... 3 2INSTALLATION DE L APPAREIL EN TOUTE SÉCURITÉ...4 3PRECAUTION CONCERNANT L UTILISATION DE L APPAREIL...5 4DESCRIPTION

Plus en détail

Procédure concernant l'approvisionnement sécuritaire en azote liquide

Procédure concernant l'approvisionnement sécuritaire en azote liquide 1. OBJECTIF La présente procédure concerne l approvisionnement en azote liquide afin d assurer la sécurité de la communauté de Polytechnique. Cette procédure vise à informer les personnes utilisant l azote

Plus en détail

Vannes à 2 ou 3 voies, PN16

Vannes à 2 ou 3 voies, PN16 4 847 Vannes 2 voies VVP47.-0.25 à VVP47.20-4.0 Vannes 3 voies VXP47.-0.25 à VXP47.20-4.0 Vannes 3 voies avec Té de bipasse VMP47.-0.25 à VMP47.15-2.5 Vannes à 2 ou 3 voies, PN16 VMP47... VVP47... VXP47...

Plus en détail

I. Etapes du service et procédés utilisés

I. Etapes du service et procédés utilisés I. Etapes du service et procédés utilisés Réception des vêtements Détachage des vêtements Nettoyage à sec des vêtements Lavage des vêtements Essorage des vêtements Séchage des vêtements Repassage des vêtements

Plus en détail

SCHEMATHEQUE 2004 Juin 2005

SCHEMATHEQUE 2004 Juin 2005 SCHEMATHEQUE 2004 Juin 2005 1 / 13 SOMMAIRE CLASSIFICATION DES APPAREILS 3 TUYAUTERIE 4 ACCESSOIRES ET ROBINETTERIE 5 APPAREILS DE SEPARATION 6 COLONNES ET REACTEURS 7 ECHANGEURS DE CHALEUR 8 MANUTENTION

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 La réglementation Chauffage PEB en Région de Bruxelles Capitale: aujourd hui et demain Helpdesk Chauffage PEB /EPB Verwarming 03/10/2013 2 Agenda Introduction

Plus en détail

Module de fonction. SM10 Module solaire pour EMS. Instructions de service 6 720 801 042 (2012/02) FR

Module de fonction. SM10 Module solaire pour EMS. Instructions de service 6 720 801 042 (2012/02) FR Module de fonction SM10 Module solaire pour EMS Instructions de service FR Sommaire 1 Sécurité.......................................3 1.1 Remarque...................................3 1.2 Utilisation conforme.............................3

Plus en détail

Manuel d utilisation

Manuel d utilisation ASPIRATEUR 40 LITRES FILTRAGE EAU 1400W Modèle: FAP1440 Manuel d utilisation FEIDER ZI 32, rue Aristide Bergès, 31270 Cugnaux, France IMPORTANT Veuillez lire attentivement ce manuel afin d en connaître

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

Présentation de l entreprise l postes de travail. Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d. Présentation des postes de travail: Bureau

Présentation de l entreprise l postes de travail. Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d. Présentation des postes de travail: Bureau Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d ou d explosiond Caroline Pirotte Ergonome Présentation de l entreprise l et des postes de travail Hôtel situé à Bruxelles Ville +/- 90 travailleurs +/-

Plus en détail

Directive Aération des cages d ascenseur

Directive Aération des cages d ascenseur Directive Aération des cages d ascenseur 1 OBJET DE CETTE DIRECTIVE Les installations d ascenseurs dans des immeubles chauffés provoquent souvent des pertes thermiques supplémentaires du fait de lacunes

Plus en détail

SONDES de DETECTION PF

SONDES de DETECTION PF L installation, la mise en service initiale et la maintenance des sondes de détection doivent être réalisées par un personnel qualifié. Si vous souhaitez que la mise en service des sondes de détection

Plus en détail

Nom du distributeur Adresse du distributeur

Nom du distributeur Adresse du distributeur Adresse du distributeur Numéro de licence R.B.Q. : MANUEL DE CONTROLE DE LA QUALITÉ Pour la vérification de l installation initiale et le contrôle de la corrosion de réservoir de propane sous terre conformément

Plus en détail