Maintenance. Les généralistes de l industrie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maintenance. Les généralistes de l industrie"

Transcription

1 ILLUSTRATION MUZO Dossier Maintenance Les généralistes de l industrie La fonction maintenance a évolué plus vite que son image. Elle s est enrichie à grand renfort d analyses, de méthodes, informatiques, de démarche «lean», de «coût complet de possession», tout en conservant son identité de métier technique. Reste cependant à convaincre les candidats à ces missions de pousser les portes des formations spécialisées. Et à persuader les entreprises de «sanctuariser» les dépenses d une fonction qui joue un rôle majeur dans la productivité de l industrie. ILLUSTRATION MUZO - PHOTOS P2H GLOBAL/D. TRIBAL - DR La maintenance est-elle en crise? Désindustrialisation, réduction d effectifs, désintérêt des jeunes, manque d ambition pour valoriser ses métiers, le tableau paraît bien sombre. Pourtant, les professionnels de la filière restent optimistes. Et ils ont des raisons de l être. Certains secteurs ne peuvent pas se permettre de négliger l entretien de leurs outils de production et un nombre croissant d entreprises prennent conscience des enjeux économiques, voire associent la fonction maintenance à leurs choix d investissements. Quant aux ingénieurs et techniciens de maintenance, ils n ont aucun mal à trouver du travail grâce à leurs compétences techniques. D ailleurs, la maintenance elle-même évolue de la Li 78 Philippe Hinfray, fondateur de la société de conseil P2H Global: «Couper dans les dépenses de maintenance, tout le monde peut le faire, mais on finit toujours par le payer cher.» GMAO (1) vers la gestion des actifs industriels, preuve que les portes des directions techniques, voire du «board», ne lui sont plus inaccessibles. Pour les professionnels du secteur, maintenance ne rime pas avec coût. Elle doit être considérée comme une source d optimisation de l outil de production, voire un facteur de profits. Reste à en convaincre le top management «Cela redevient plus facile aujourd hui, estime Philippe Hinfray (Li. 78), fondateur de P2H Global, société de conseil en 26 - Arts&MétiersMag - Décembre 2014-Janvier 2015

2 optimisation de la fonction maintenance en entreprise. Il faut dire que les réductions de coûts sur ce poste ont été telles dans certains secteurs qu il était temps! Couper ces dépenses à court terme, tout le monde peut le faire, mais on finit toujours par le payer cher.» Les défaillances de personnels, de procédures ou même d organisations de la maintenance peuvent en effet être à l origine de catastrophes retentissantes, comme cela a été le cas de l accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge en Les réductions de coûts et d effectifs ont contribué à accroître la pression sur les responsables maintenance depuis de nombreuses années. «D où l idée d accompagner cette fonction, de prendre le temps de réfléchir à son organisation et à l optimisation de certains projets, ce qui peut être long, explique Philippe Hinfray. Il s agit d une sorte d intérim de haut niveau sur des projets précis, ou d assistance à la maîtrise d ouvrage.» Une fonction transversale très demandée P2H Global propose ainsi de s appuyer sur trois piliers : la GMAO, des procédures faisant appel aux techniques du «lean» et les ressources humaines. «Les hommes doivent être impliqués et convaincus par la démarche», soutient le consultant. Le facteur humain est d autant plus important que les aléas sont omniprésents. «Une procédure vous dira d extraire un boulon, mais pas ce qu il faut faire si celui-ci ne sort pas du premier coup, pointe Philippe Hinfray. Il faut souvent improviser, inventer, même si on essaie aujourd hui de gérer ces imprévus avec la maintenance préventive ou prédictive.» Sur le marché de l emploi, la maintenance souffre néanmoins d un déficit de candidats. «Sur 100 offres, on a peut-être 70 postulants disponibles qui correspondent au profil recherché», note Miroslav Li 90 Miroslav Lukic, cofondateur du site Emploimaintenance Industrielle.com : «Les professionnels de la maintenance, ce sont les médecins généralistes de l industrie. Ils doivent être capables de poser les bonnes questions pour établir un diagnostic pertinent.» (1) GMAO : gestion de la maintenance assistée par ordinateur Lukic (Li. 90), cofondateur du site Emploi-maintenanceIndustrielle. com et ancien élève du mastère spécialisé Management de la maintenance d Arts et Métiers Paris- Tech [lire page 38]. Et, pourtant, les compétences existent Mais aujourd hui, offre et demande peinent encore à se rencontrer : «D où l intérêt d un site spécialisé pour donner de la visibilité à ce segment de marché de l emploi», précise Miroslav Lukic. Lancé en septembre 2013, le site Emploi-maintenanceIndustrielle. com est uniquement dédié aux métiers de la maintenance industrielle et se positionne, pour les recruteurs, comme un outil de complément aux grands sites généralistes. À l opposé d une démarche sectorielle, «nous avons voulu nous focaliser sur la fonction en ellemême, qui est transversale, commune à tous les secteurs d activité», explique Miroslav Lukic. Depuis un an, plus de candidatures ont été renvoyées vers les recruteurs, parmi lesquels des groupes industriels tels que RTE, Fives Maintenance, Laboratoires Pierre Fabre, Elis ou Nataïs, le leader européen du maïs à pop-corn. Et le trafic affiche visiteurs par mois au dernier trimestre Le déficit de candidats, cumulé aux besoins réels des industriels, est une véritable aubaine pour ceux qui postulent : ils n ont en général aucune difficulté à trouver un employeur. À condition d être mobiles et bien informés des réalités du marché. «Que ce soit en agroalimentaire, en chimie ou sur un site aéronautique, les professionnels de la maintenance utilisent les mêmes méthodes pour travailler sur des compresseurs, des moteurs électriques, des pompes, préparer un arrêt d usine ou une grosse intervention. Ils sont ainsi d une plus grande adaptabilité que les autres», affirme Miroslav Lukic. Et Philippe Hinfray de confirmer : «Si un >>> Décembre 2014-Janvier Arts&MétiersMag - 27

3 >>> ILLUSTRATION MUZO - PHOTO AFIM Des échelons à gravir au sein de l entreprise Peu valorisée, comme nombre de métiers de l industrie, la fonction maintenance dans l entreprise regroupe pourtant une variété de compétences : technique, organisation, optimisation, analyse des flux, énergie, sécurité, normalisation, coût complet de possession, finance «C est en cela que le métier est intéressant, martèle Philippe Hinfray. Remplacer un moteur électrique à l identique, ce n est pas compliqué. Mais s il est dépassé, vous devez être en mesure de proposer une alternative, ce qui signifie connaître les normes, les coûts de l énergie et les exigences en termes de sécurité.» La maintenance a évolué : des prémices de l informatique, avec la MAO, à la GMAO intégrant l organisation, les coûts, les historiques et les méthodes de calcul, jusqu à la gestion des actifs, aujourd hui. «Désormais, quand une entreprise achète un équipement, elle doit prendre en compte le coût complet de possession, donc la main- >>> opérateur de haut-fourneau tenance, rappelle Philippe Hinfray. l Orientation organisées par les aura du mal à se recaser, car il maîtrise un métier très particulier qui peut gravir des échelons dans l en- faut faire connaître les métiers de Ce qui montre aussi que la fonction CCI, évoque Miroslav Lukic. Il n existe plus en France, ce ne sera treprise. Beaucoup d entre elles ont la maintenance, réussir à mobiliser les professionnels, qui sont en pas le cas d un technicien de maintenance.» la maintenance a son rôle, ce n est recherche de compétences, pour encore des directions techniques où Pour peu qu un employeur soit Ai plus un métier où l on est cantonné diffuser une image plus positive et suffisamment ouvert, recherche 65 à la réparation des équipements.» attirer plus de jeunes vers les formations dédiées.» un œil neuf «qui apporte parfois Mais la fonction a besoin de Claude Pichot, de nouvelles méthodes», glisse président de casser une image dégradée dans Des PME commencent aussi à se Miroslav Lukic, les professionnels l Association l opinion, chez les futurs candidats, mais pas seulement. «Ce besoin d un responsable technique structurer et ont de plus en plus de la maintenance peuvent passer française des d un secteur à l autre sans trop de ingénieurs et sont souvent les parents qui ont avec de vraies compétences en maintenance. Le bagage technique et responsables difficulté. Pour Philippe Hinfray, de maintenance une mauvaise image du métier. «c est un métier à part entière. (Afim): «Qui se On le voit sur des salons ou des les méthodes d analyse acquis dans Même si, dans le détail des opérations et des normes, les missions industriels sont souvient que les événements comme les Nuits de les cursus spécifiques et par l expépremiers robots sont plus ou moins spécifiques.» nés chez Renault, développés Il est impératif cependant d adapter les principes de la maintenance méthodes du par les services à l environnement de production constructeur, qui scrutaient et au contexte d utilisation réelle la production?» des équipements : une machine ne fonctionne pas de la même manière dans un milieu salin, un atelier émetteur de poussières, une salle ultra-propre ou près d une source de chaleur intense Arts&MétiersMag - Décembre 2014-Janvier 2015

4 rience permettent de passer sans trop de difficulté vers des fonctions de production, «l inverse étant beaucoup moins évident», fait remarquer Miroslav Lukic. Qualité et productivité sous garantie La curiosité et le savoir-être sont bien évidemment des qualités essentielles pour les professionnels de la maintenance. «Ce sont les médecins généralistes de l industrie, compare Miroslav Lukic. Ils doivent être capables de poser les bonnes questions pour établir un diagnostic pertinent.» Les services maintenance doivent aussi être en mesure de réaliser une enquête et ne pas suivre aveuglement les recommandations de la production ou du donneur d ordres. De même, quand il intervient en support de la fonction maintenance, Philippe Hinfray pose un préalable : «Rencontrer les différentes équipes, les faire parler de leur quotidien, de ce qu il faudrait améliorer, puis analyser la situation sur le terrain et la comparer aux souhaits de la direction avant de proposer de la GMAO, du lean ou encore une réorganisation.» La fonction réclame également de la disponibilité les machines ne se calent pas sur votre emploi du temps pour tomber en panne, de la souplesse et un esprit de service. «Les responsables maintenance doivent aussi travailler à leur propre disparition en quelque sorte, ironise Miroslav Lukic, en mettant en œuvre des process plus prédictifs que curatifs et en cherchant à améliorer la fiabilité des équipements.» Dans certains secteurs, comme l énergie, la chimie, la sidérurgie, le ferroviaire ou l aéronautique, la maintenance conserve une importance vitale et les services internes aux entreprises restent étoffés, même si la sous-traitance se développe. Une sous-traitance dont sont d ailleurs souvent exclues les PME et TPE, pour diverses raisons liées entre autres à leurs capacités financières, à des questions d assurance voire des compétences techniques trop faiblement représentées dans la structure. Le recours à des prestataires extérieurs ne doit pas rimer avec perte de compétences, avertissent les spécialistes. Certaines entreprises se retrouvent ainsi désarmées quand il s agit de départager des offres, ce qui peut provoquer un dérapage des coûts. «C est surtout le cas dans la construction, mais cela arrive aussi lors des travaux d arrêt dans l industrie, note Claude Pichot (Ai. 65), président de l Association française des ingénieurs et responsables de maintenance (Afim) [lire page 32]. Il faut avoir une bonne connaissance technique de son projet pour évaluer le sérieux des offres.» La qualité de la maintenance conditionne aussi la qualité des produits que l on fabrique, car il est essentiel de conserver un taux de disponibilité des équipements optimal pour assurer la compétitivité de sa production. Or, dans les usines, le taux d utilisation des capacités productives, lorsqu on le demande aux industriels, est un chiffre qui s obtient trop souvent «au doigt mouillé». «D ailleurs, le rendement des équipements de production s élève généralement avec le rang hiérarchique de la personne interrogée», sourit Claude Pichot. C est pourquoi il est indispensable d être au contact des machines et d observer les systèmes de production pour améliorer leur fonctionnement. «Qui se souvient que les premiers robots industriels sont nés chez Renault, développés par les services méthodes du constructeur, qui scrutaient la production?» interroge le président de l Afim. Ce n est pas parce qu on ne fabrique pas (ou plus) certaines technologies en France, qu il faut abandonner la maîtrise de leur fonctionnement. L avenir de notre industrie passe aussi par là. n Guillaume Arvault Décembre 2014-Janvier Arts&MétiersMag - 29

5 Dossier Chiffres Marché > Les travaux de l Observatoire Réseau maintenance permettent, depuis vingt-cinq ans, de mieux appréhender les contours de cette activité, qui n est pas reconnue comme un secteur économique à part entière. Une filière qui compte Depuis 1988, l Observatoire Réseau maintenance mis en place par l Association française des ingénieurs et responsables maintenance (Afim) [lire p. 32] scrute les dépenses de maintenance dans l industrie, le tertiaire et la construction. Et suit les évolutions d un secteur passé, au cours de ces vingt-cinq dernières années, d activités essentiellement internes aux entreprises à une externalisation croissante, majoritaire sur les segments hors industrie et en progression constante dans le domaine manufacturier. Dans un certain nombre de branches, les industriels se défaussent sur des prestataires de services de certaines activités qu elles ne considèrent plus comme stratégiques. La maintenance en fait partie. Le secteur emploie en France entre et personnes. Avec plus de 80 % des effectifs, les ouvriers y représentent l immense majorité des intervenants. La proportion de cadres et d ingénieurs dépasse à peine les 2,5 %, soit environ salariés selon les estimations de l Afim, alors que celle des techniciens et des agents de maîtrise s établit autour de 15 %. Les besoins annuels de la filière sont estimés à plus de diplômés par an. Les risques du métier Des travaux de l Afim ont mis en évidence la forte exposition des opérateurs de maintenance aux risques professionnels. L occurrence des accidents graves et mortels est en moyenne 2 à 2,5 fois plus élevée que pour la moyenne nationale des salariés et celle des maladies professionnelles 5 à 6 fois plus haute. Sur certaines pathologies, exposition à l amiante ou au benzène par exemple, les risques sont même plus importants. De même que 15 fois plus de surdités professionnelles sont détectées chez les opérateurs de maintenance que sur la moyenne des autres métiers. Au début des années 2000, des études menées avec le ministère du Travail avaient pointé que presque un accident grave ou mortel sur LE CHIFFRE 21,5 milliards d euros > C est le montant estimé par l Observatoire de l Afim des dépenses de maintenance dans le seul secteur de l industrie pour deux était lié à des activités de maintenance. La maintenance n étant pas identifiée comme un secteur économique dans les statistiques officielles, l Observatoire doit donc aller chercher les informations et données économiques auprès des entreprises. Globalement, les dépenses engagées cette année par les industriels, les entreprises du tertiaire et l ensemble de leurs sous-traitants s élèvent à plus de 40 milliards d euros. Après vingt-cinq ans d existence, l organisme affirme bien connaître les contours des frais de maintenance dans l industrie et leur évolution actuelle. En 2014, il en estime ainsi le montant à 21,5 milliards d euros (contre 21,2 milliards d euros en 2013), un chiffre qui devra être consolidé dans les prochains mois. Sur les secteurs du tertiaire et de l immobilier, où le travail de remontée des informations s avère plus complexe, le chiffre de 19 milliards d euros (17,6 milliards d euros en 2013) est avancé, avec plus de 60 % des dépenses liées à des bâtiments et infrastructures publics (État et collectivités locales). Un chiffre qu il faudra, là encore, affiner en ce début d année Dans l industrie, la part des dépenses internes reste majoritaire. Mais la sous-traitance des activités de maintenance absorbe malgré tout plus de 35 % des dépenses consenties par les entreprises en 2014, soit plus de 7,5 milliards d euros. Un chiffre en hausse par rapport à 2013 (33 % et 7,1 milliards d euros). Dans ses prévisions, l Observatoire Réseau maintenance avance une externalisation représentant 36 % des dépenses annuelles pour Dans le secteur tertiaire, la sous-traitance capte environ les trois quarts des dépenses de maintenance, avec 13,2 milliards d euros en 2013 et plus de 14 milliards en n GA ILLUSTRATION MUZO Décembre 2014-Janvier Arts&MétiersMag - 31

6 Dossier Expert Claude Pichot (Ai. 65) > Le président de l Association française des ingénieurs et responsables maintenance (Afim) fait le point sur les enjeux du secteur : besoins en formation et recrutement, sécurité au travail et normalisation européenne. «Il faut sécuriser les person PHOTO AFIM AMM Comment voyezvous l avenir de la fonction maintenance en France? C est le premier pilier d un développement économique durable. Sans elle, la durée de vie des patrimoines industriel et immobilier serait fortement réduite. Sans parler du coût! Les décideurs qui n ont pas compris la nécessité de «sanctuariser» la maintenance en conservant un niveau d investissement régulier s exposent à de graves déconvenues. La pression est forte sur les responsables de cette fonction, car tout euro économisé sur ce poste est considéré à court terme comme un euro de résultat net en plus pour l entreprise Le constat concerne aussi bien les machines que les procédés et les bâtiments qui les abritent. Il faut également disposer des compétences associées : ce n est pas parce qu une entreprise achète, en Allemagne ou ailleurs, le centre d usinage 6 axes ou l éolienne qu elle exploite, qu elle est dispensée de maîtriser leur technologie afin de les maintenir en état. AMM Que préconisez-vous pour améliorer la formation des intervenants en maintenance? La maintenance, c est d abord une affaire humaine. La télémaintenance et le «machine-to-machine» ne pourront jamais tout régler. Les personnels doivent rester au contact des technologies. Nous avons des difficultés à susciter l intérêt des jeunes pour cette filière, et c est regrettable, car celles et ceux qui s y engagent témoignent globalement d une activité professionnelle satisfaisante. Et les plus de diplômés par an n ont aucun mal à trouver du travail. Nous avons néanmoins subi un recul du niveau technique à la suite de certaines réformes des formations professionnelles et de la disparition progressive des machines dans les collèges et lycées. Tout le Bio CLAUDE PICHOT Président de l Afim depuis 1987, il dirige également la commission générale de normalisation Maintenance à l Afnor et est membre du directoire de l association (1). En parallèle, il est le gérant, depuis 1993, de Défi Consultants. Titulaire d un DEA d électricité, Claude Pichot a débuté dans le nucléaire au sein de la Compagnie centrale d études industrielles (Cocei) comme ingénieur de projet. En 1972, il devient responsable des ateliers centraux de maintenance de la Société nationale de sidérurgie à Annaba (Algérie). Et, en 1977, intègre Séri Renault Ingénierie où il finit directeur technique et du développement. En 1985, il rejoint l Agence nationale pour l amélioration des conditions de travail. (1) est un standard national et international de description et classification des produits et services industriels conforme aux normes ISO/IEC. monde se plaint de la faiblesse du nombre d apprentis en France, par rapport à l Allemagne notamment, mais beaucoup d entreprises n en veulent pas chez elles. Nous aurions besoin d unités pédagogiques de production pour apprendre leur métier aux étudiants, comme cela se fait dans les restaurants pédagogiques ou les hôpitaux universitaires. Même les Campus Arts et Métiers ParisTech, mieux pourvus que d autres en équipements, ne sont pas tous en mesure de produire des prototypes. Un des problèmes actuels de la formation réside dans le fait que nombre d ingénieurs qui arrivent sur le marché du travail ne disposent pas d une bonne connaissance de la réalité des installations industrielles. Ils manquent de savoirfaire, faute d avoir été confrontés à certaines machines au cours de leur formation, alors même que leur métier consiste à créer ce qui n existe pas ou à améliorer ce qui existe. Nous devons développer pour les ingénieurs ce que nous appelons la «conception orien Arts&MétiersMag - Décembre 2014-Janvier 2015

7 nels et les procédures» (2) INRS : Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. (3) Interreg IV France-Wallonie- Vlaanderen est un programme européen de coopération transfrontalière doté d une enveloppe de l ordre de 276 millions d euros. tée maintenance» pour intégrer les éléments qui faciliteront par la suite la durabilité des produits et procédés. Pour attirer les plus jeunes, l Afim organise en 2015 la 8 e édition du Trophée Frontinus pour faire découvrir aux collégiens les technologies et les métiers de la maintenance en entreprise. Ils devront réaliser une vidéo valorisant la profession avec l aide d une société partenaire et d étudiants de BTS ou DUT, avec lesquels ils pourront dialoguer. Plus d infos sur dustrie et les formations en maintenance. Partenaire du dispositif depuis l origine, Essilor a réussi à diviser par deux l occurrence de ses accidents professionnels. AMM L accès aux documents techniques dans les usines vous paraît-il satisfaisant? Il est capital de conserver dans de bonnes conditions la documentation papier des machines et des bâtiments : on suit en effet plus facilement leur dégradation qu en se fiant aux supports numériques. D autant qu il faut être en capacité de relire lesdits supports des années plus tard. Dans quinze ans, «Sans documentation technique, il est illusoire de vouloir maintenir une technologie dans le temps» aura-t-on l application et le système d exploitation adéquats pour relire les informations contenues sur un DVD, un disque dur ou une clé USB? Et sans documentation technique, il est illusoire de vouloir maintenir une technologie dans le temps. Les questions sur l information et la continuité de la connaissance sont essentielles. Les branches de l aéronautique, de l énergie et de la défense, où les documentations techniques sont très suivies, l ont bien compris. Une tranche d EDF, par exemple, ce n est pas loin d un million de documents à gérer. Heureusement qu ils sont bien organisés! Mais si vous allez dans une usine pour demander combien de documents techniques définissent l installation et où ils sont conservés, vous aurez rarement une réponse satisfaisante. AMM Qu en est-il de la gestion des pièces de rechange? Depuis le début des années 2000, sous l impulsion de l industrie AMM La sécurité du personnel est l un des enjeux majeurs, comment la renforcer? Les opérateurs de maintenance sont en effet très exposés aux accidents du travail et maladies professionnelles. Pour ce qui est des accidents graves, on estime que la moitié d entre eux sont dus à des défauts de consignation d énergie ou à des condamnations de circuit erronées. C est la raison pour laquelle l Afim s est attachée avec l INRS (2) à la sécurisation des systèmes sur lesquels interviennent les personnels en prenant le parti de rendre visibles les éléments de dissipation des énergies. Il y aura toujours des risques liés aux activités de maintenance, mais il faut supprimer ceux qui sont attachés à la surprise d être confronté à une énergie résiduelle. Quand 500 machines fonctionnent sur un site, un opérateur doit pouvoir déterminer très vite où sont les dispositifs de consignation des énergies (vannes, interrupteurs, capteurs, disjoncteurs ), surtout les intervenants extérieurs qui ne connaissent pas les installations. C est le sens de la démarche Sécurafim qui a pour but d identifier les points de condamnations des énergies à l aide de cercles bleus. Elle fait l objet d un guide détaillé et d un logiciel accessible à tous, mis en place depuis deux ans dans l inallemande, le standard international a permis de limiter «l anarchie» en matière d identification et de description des produits utilisés en travaux neufs et maintenance. Or depuis 2007, l Afim est membre du directoire d et représente l association en France. Grâce à ses modèles, nous avons ainsi pu développer avec Renault, le e-catalogue L idée est de disposer d une plateforme numérique d échange de données techniques certifiées des produits et composants industriels, pour permettre à chacun d être sûr de parler de la même chose. Rien qu en France, plus de 10 millions de composants sont utilisés pour la conception et la maintenance des équipements de production. Et chacun d eux peut être défini différemment d une entreprise à une autre. est capable de fournir un descriptif technique et un lien vers la pièce lorsqu elle est intégrée dans un système complexe pour faciliter sa commande. AMM Et l Europe dans tout ça? L Europe commence à s intéresser à la maintenance. L Afim participe ainsi au projet «More 4 Core» ( ), piloté par les fonds Interreg IV (3), qui doit permettre une meilleure intégration des marchés de la maintenance dans l Europe du Nord-Ouest et une amélioration de l innovation de la filière pour offrir plus de compétitivité à l industrie dans ces régions. Un certain nombre d acteurs en Allemagne, en Belgique, aux Pays- Bas et en France sont amenés à réfléchir sur la normalisation des activités de maintenance, différentes selon les États, ou les spécialités de chacun en Europe. Une partie du programme concerne aussi l identification des dépenses et de l offre de services en maintenance dans les pays concernés. n Propos recueillis par GA Décembre 2014-Janvier Arts&MétiersMag - 33

8 Dossier Innovation Ferroviaire > Outre-Manche, à Manchester, Alstom Transport teste sur des trains pendulaires le service HealthHub qui permettra bientôt de connaître, à titre préventif, l état de santé réel des pièces et équipements contrôlés. Alstom suit la voie de la maintenance prédictive PHOTOS ALSTOM Zéro panne. Ce fol objectif du département Services d Alstom Transport, constructeur de trains et de systèmes de signalisation ferroviaire, pourrait être atteint, sinon approché, grâce à la solution HealthHub. Celle-ci a fait basculer le groupe de la maintenance préventive à la maintenance prédictive. Ici, le changement n est pas que sémantique. En effet, si la maintenance préventive permet de planifier le changement d un composant ou d une machine à partir d une durée de vie théorique (nombre d heures de fonctionnement ou de kilomètres parcourus), la maintenance prédictive calcule la durée de vie résiduelle à partir d informations réelles obtenues par différents moyens (capteurs, caméras ) et analysées par des logiciels spécifiques. L es chercheurs et ingénieurs d Alstom Transport travaillent sur ce sujet depuis de nombreuses années et leurs tests grandeur nature ont débuté il y a un an environ. L annonce, fin septembre à Berlin, au salon mondial Inno- Trans, du lancement prochain de HealthHub, la nouvelle prestation d Alstom Transport Services, est donc l aboutissement d un long processus destiné à améliorer la disponibilité des équipements ferroviaires. Selon Laurent Fromont, vice-président du département Services d Alstom Transport, «l objectif est de réduire significativement les coûts liés à la gestion des flottes de trains en augmentant leur taux de disponibilité». Ici, l économie sur la gestion des matériels est estimée à 15 %. Il est évident qu un train tombé en panne sans prévenir est néfaste en termes financiers (et Laurent Fromont, vice-président du département Services d Alstom Transport. d image) pour la compagnie ferroviaire qui l exploite. Un inconvénient majeur que peut éviter la maintenance prédictive. Capturer des images pour les analyser Concrètement, le service Health Hub va permettre de connaître l état de santé de chaque «actif» (flotte, trains, composants) d un coup d œil sur un tableau de bord adaptable aux besoins des utilisateurs. L outil de maintenance prédictive s appuie sur Train Scanner, un portique sous lequel roulent les 56 trains pendulaires de la West Coast Main Line Franz-Jochim Wegner, responsable marketing du portefeuille maintenance au sein du département Services d Alstom Transport. exploitée par Virgin Trains, dont la plupart comprennent onze voitures. À chacun de leur passage, les images des roues, des plaquettes de frein et des bandes de carbone des pantographes sont capturées à l aide de scanners 3D à triangulation laser [lire encadré]. Ces images sont traitées pour analyser les paramètres clés de chaque équipement au centre de calcul d Alstom Transport. Les données, traduites en informations pertinentes, sont alors renvoyées aux équipes de maintenance de Manchester. Les logiciels d analyse, on le comprend, sont un élément impor Arts&MétiersMag - Décembre 2014-Janvier 2015

9 Traitement d images > Clé du dispositif prédictif HealthHub, le portique TrainScanner. Les trains de la compagnie britannique Virgin, rattachés au dépôt de Manchester (Grande-Bretagne), sont soumis au dispositif HealthHub depuis un an. Ce service permet de vérifier, à partir de milliers d informations collectées à chaque passage d une rame, l état d usure de ses pièces et équipements afin de les changer avant leur probable rupture. Les trains passés au scanner tant du système. Ils s appuient sur des algorithmes capables de prédire la durée de vie restante de chaque organe, individuellement, sur la base de l historique des mesures. Les résultats issus de ces algorithmes facilitent ainsi la planification des opérations de maintenance. Le processus est renouvelé à chaque passage des trains. On compare la nouvelle mesure à l ancienne. La prévision précédente peut dès lors évoluer. «La précision des mesures atteint 0,5 mm», une prouesse technique que souligne Franz-Jochim Wegner, responsable marketing DES MOYENS DE CONTRÔLE ADAPTÉS À CHAQUE ORGANE DU TRAIN 1 Roues : 2 systèmes de mesures, avec pour chacun 4 caméras 3D et 4 lasers. 2 Plaquettes de frein: 3 systèmes de mesure, avec pour chacun 2 caméras 3D, 2 lasers et 1 caméra 2D. Les images 2D permettent au contrôleur de premier niveau de détecter la présence ou l absence d une plaquette de frein. 3 Bandes de carbone des pantographes : 2 systèmes de mesure, avec pour chacun 2 caméras 3D et 4 lasers (2 lasers par caméra en raison de la grande zone de balayage). 4 Autres équipements : matériels de signalisation trappes latérales de maintenance, réservoirs des suspension, moteur de traction, boîte de transmission, portes et marches Au total, une trentaine d équipements contrôlés via 2 systèmes latéraux avec, pour chacun, 5 lasers et 3 caméras 3D. du portefeuille Maintenance chez Alstom Transport Services. Parallèlement au contrôle des roues, plaquettes de frein et bandes de carbone, les scanners 3D à triangulation supervisent le bon positionnement ou la bonne fermeture de divers éléments (vis, antennes, trappes ). D ici peu, HealthHub sera enrichi d un système dédié à la surveillance des voies ferrées (aiguillage, caténaires ). Plusieurs dispositifs de contrôle en synergie Parallèlement à cet arsenal de contrôle, Alstom Transport exploite le système TrainTracer. Opérationnel depuis 2006, ce dispositif de surveillance à distance des équipements s appuie sur un ordinateur, localisé à bord du train, qui pilote un grand nombre de soussystèmes, tels que la traction ou la climatisation. Les données collectées sont, elles, envoyées au centre de maintenance via le réseau de télécommunications adapté au monde ferroviaire, le GSM-R. L idée de tirer meilleur parti de ces informations en les intégrant à HealthHub est évidemment projetée. «In fine», l objectif est obtenir une radiographie complète de l état de santé d un train en temps réel. Cette nouvelle offre devrait donner à Alstom une certaine avance dans l univers peu médiatisé, mais très concurrentiel, de la sous-traitance de la maintenance des flottes de trains. Rappelons qu aujourd hui, le département Services d Alstom Transport gère plus de voitures à travers le monde, dont 20 % n ont pas été construites par l industriel. Ensemble, ces voitures parcourent chaque jour plus de 4 millions de kilomètres. n Djamel Khames Cette image du châssis d un train pendulaire prise depuis le sol par le TrainScanner restitue en 3D ses différents composants, avec un code couleurs qui varie selon leur distance au rail. Le portique TrainScanner est à la base du système de maintenance prédictive développé par Alstom Transport. Comment fonctionne-t-il? Lorsqu un train de la compagnie Virgin passe dessous, il est identifié grâce à un système RFID. On détermine ainsi de quelle rame il s agit et dans quel sens elle circule. Ces informations permettent aux scanners 3D à triangulation, qui associent lasers et caméras 3D posés sur le portique et au sol, d adapter leurs mesures. La caméra enregistre la position des points lumineux émis par une source laser ; les images prises sont donc constituées de nuages de points. Elles sont ensuite traitées en deux étapes. La première, réalisée par le soussystème de mesure situé dans le portique, crée un profil normalisé à partir du nuage de points. On en extrait les paramètres clés (épaisseur des plaquettes de frein, diamètre des roues ) qui sont ensuite transmis, dans un format XML, au serveur central («Data Processing Visualization and Repository System»). La seconde étape consiste à stocker ces paramètres dans une base de données structurée, afin d enrichir l historique des mesures. Intervient ensuite le calcul de l état de santé des équipements. Des algorithmes développés à cet effet permettent de connaître avec précision le niveau de dégradation des organes contrôlés et leur durée de vie résiduelle en mesurant les différences entre les derniers paramètres enregistrés et les précédents. Au final, ces informations sont envoyées au service de maintenance chargé des rames de la West Coast Main Line, qui peut planifier ainsi, avec une grande exactitude, les futures visites d atelier pour opérer les changements des composants trop usés. n DK Décembre 2014-Janvier Arts&MétiersMag - 35

10 Dossier Solution Métaux > La lutte contre la corrosion des ouvrages métalliques permet de prolonger leur durée de vie. Et limite les coûts de maintenance à long terme. Une affaire de spécialistes. À l instar de Contrôle et Maintenance, la PME de Denis Mondière (Cl. 91). Anticiper les problèmes pour éviter une explosion des coûts, ou pire des accidents industriels. C est à ce titre que la lutte contre la corrosion des ouvrages métalliques peut s avérer décisive. Une question critique lorsque ces ouvrages sont au contact d un milieu électrolytique : canalisations enterrées d eau ou de gaz, armatures du béton, structures soumises à un environnement salin La solution? La protection cathodique. Elle consiste à protéger la structure de l ouvrage reliée au pôle négatif (cathode) d une batterie, en réduisant la vitesse de corrosion grâce à l utilisation d un métal relié au pôle positif (anode), qui va se dégrader sous l effet du courant électrique. Des tuyaux et des fuites «La protection cathodique engendre des coûts relativement faibles par rapport aux risques encourus sur des éléments enterrés dont on ne voit pas l évolution et qui peuvent subir des dommages importants, donc beaucoup plus coûteux à long terme», avance Denis Mondière (Cl. 91), président de Contrôle et Maintenance, PME spécialisée dans les mesures La protection cathodique, gage de durabilité PHOTO CONTRÔLE ET MAINTENANCE électriques et la protection cathodique en particulier. Dans son rapport 2014 sur les performances des services publics de l eau et d assainissement, cité par «Les Échos» le 20 novembre, l Onema (1) évoque «un milliard de mètres cubes de fuites d eau par an dans les réseaux de distribution d eau potable en France, soit 20 % de l eau traitée et mise en distribution qui sont perdus». Un chiffre qui tend à se dégrader en raison d une baisse d investissement des collectivités locales dans la maintenance et le renouvellement des canalisations. Les grands donneurs d ordre soustraitent le plus souvent la maintenance de la protection cathodique, qui reste un domaine assez pointu, pour lequel le Centre français de l anticorrosion (Cefracor) peut servir de ressource aux ingénieurs. «Il est important de sensibiliser les industriels et les acteurs de la (1) Office national de l eau et des milieux aquatiques construction à la lutte contre la corrosion, notamment pour anticiper, dans les appels d offres, les mesures à prendre pour protéger les ouvrages», plaide Denis Mondière. Souvent oubliée dans la conception des systèmes, la protection pâtit ensuite d un mauvais choix initial de matériaux ou d assemblage d éléments, qui feront grimper les coûts de maintenance, voire mettront l ouvrage en danger. «Dans certains cas, avec une eau salée et 36 - Arts&MétiersMag - Décembre 2014-Janvier 2015

11 Dossier Focus Outil > Ces capteurs très sensibles utilisent le son pour mettre en évidence des dysfonctionnements de roulement avant qu il y ait dégradation mécanique. Denis Mondière (Cl. 91), président de Contrôle et Maintenance lors d une mesure de corrosion sur site gazier. Son entreprise, basée à Sens, intervient essentiellement pour sécuriser la production, le transport et le stockage de fluides (eau, gaz, produits pétroliers ) et d électricité mais voit dans les énergies marines renouvelables un important relais de croissance pour son activité. Mecason, le sonar des machines tournantes une configuration particulière, la corrosion peut endommager l ouvrage en quelques mois!» avertit Denis Mondière. Consulté suffisamment en amont, l ingénieur spécialisé en protection cathodique a un vrai rôle à jouer dans l optimisation des éléments. «Nous avons ainsi pu faire abaisser le coût d un projet en déterminant que certains éléments de protection cathodique préconisés à notre client n étaient pas nécessaires.» Le couple infernal sel-humidité Les futurs développements des énergies marines renouvelables [lire AMM déc. 13-jan. 14, p. 24] offrent de nouvelles perspectives à ce secteur, très important en environnement marin du fait de l accélération de la corrosion liée au couple sel-humidité. Les EMR pourraient servir de relais de croissance aux marchés traditionnels de la protection cathodique dans les réseaux de gaz, d eau, les pipelines, lignes à haute tension, stations de pompage, usine de dessalement, centrales nucléaires et autres zones portuaires, voire la protection interne de citernes ou de conteneurs. «Les énergies marines font partie de nos objectifs», confirme Denis Mondière, qui mise aussi sur un développement des activités portuaires mondiales et vient de décrocher un contrat pour la protection cathodique de l usine marémotrice de la Rance. Dans un contexte de préservation des ressources et des matières premières, l activité a sans doute un rôle à jouer, sachant que, selon les estimations, entre 100 et 158 millions de tonnes d acier disparaissent chaque année dans le monde sous forme de rouille. n GA Depuis près de vingt-cinq ans, Mecason propose des systèmes innovants de surveillance continue des machines tournantes critiques, comme alternative ou complément des analyses vibratoires périodiques. «L idée est d utiliser le bruit généré par les organes mécaniques plutôt que les vibrations pour détecter les anomalies de fonctionnement, rappelle son créateur Guy Duchamp (Ai. 69). Le capteur étant plus sensible, il repère les risques de défaillances avant que l endommagement soit irréversible. Ce qui est le cas des accéléromètres utilisés classiquement, comme l a confirmé dernièrement SKF, le leader mondial des roulements. La particularité majeure du dispositif est de réagir aux défauts de lubrification.» À l origine, les capteurs Mecason ont commencé à se diffuser dans les industries du pétrole, du traitement de l eau, la sidérurgie, la cimenterie, puis dans les équipements de transport par câble en montagne et, plus récemment, dans la petite hydroélectricité. Guy Duchamp connaît bien cette profession car il est lui-même exploitant d une petite centrale électrique qu il a entièrement rénovée, et sur laquelle il se plaît à dire que, «grâce à cette surveillance et aux appoints de Guy Duchamp (Ai. 69), patron de Mecason lors d une installation de capteurs sur les équipements (moteur et réducteur d entraînement) d un gros télésiège à Saint-Gervais (Haute-Savoie). graisse effectués, certains roulements affichent plus de heures au compteur.» Les capteurs Mecason invitent les utilisateurs à engager un contrôle de leurs machines par le déclenchement d alarmes. La maintenance est ainsi plus proactive et peut favoriser des changements de pratiques chez les industriels : «L un de nos plus anciens clients va désormais demander aux opérateurs de production, plus proches des machines, de prendre en charge le graissage des roulements quand le système déclenche une alarme.» Pour accompagner ses produits, Mecason propose des formations. En effet, Guy Duchamp, qui a été ingénieur d application des lubrifiants pour Total pendant dix ans, a découvert que la lubrification à la graisse des roulements est beaucoup plus aléatoire que ne le pense la majorité des gens. «Les industriels n imaginent pas les gains économiques potentiels qu ils pourraient obtenir s ils surveillaient mieux leurs équipements», conclut le patron de Mecason. Mais il est difficile de bousculer certaines habitudes, aussi Guy Duchamp est-il à la recherche de partage d expériences avec des experts en mécanique qui souhaiteraient mettre en œuvre ses approches. n GA Décembre 2014-Janvier Arts&MétiersMag - 37

12 Dossier École Spécialisation > Depuis 25 ans, Arts et Métiers ParisTech propose à Paris l une des rares formations françaises en management de la maintenance via un mastère spécialisé placé sous la direction du LCPI. Un cursus offrant d intéressants débouchés. «Formons managers en mai savoir-être et méthodes» PHOTOS DR - AMM/S. MEYER Destinée aux ingénieurs et cadres d entreprises, la formation dédiée au management de la maintenance est proposée depuis 1989 par le Laboratoire Conception de produits et innovation (LCPI) d Arts et Métiers ParisTech. Ce mastère spécialisé (MS) lie fortement les dimensions techniques et managériales pour développer les capacités de l ingénieur à prendre sur ce sujet des décisions cohérentes avec la politique économique et sociale de l entreprise. Tourné à l origine vers l industrie Le master spécialisé en management de la maintenance dispensé au LCPI, à Paris, accueille en moyenne une vingtaine d étudiants chaque année. La plupart sont issus d autres écoles d ingénieurs qu Arts et Métiers ParisTech, ont des formations universitaires, ou viennent de l étranger. Améziane Aoussat, directeur du Laboratoire Conception de produits et innovation (LCPI) de Paris. et la spécialisation des gadzarts, le mastère s est peu à peu ouvert au secteur tertiaire, mais aussi à d autres profils de candidats. D octobre à mars, la formation théorique propose près de 400 heures de cours qui s articulent autour de deux grands axes de sept modules chacun : le management de la maintenance (sûreté de fonctionnement, gestion des stocks, maintenance du patrimoine immobilier, qualité ) et les techniques et la gestion de la maintenance (ingénierie, gestion du comportement des composants, surveillance des installations, hygiène-sécuritéenvironnement ). «Cette formation est dispensée à 80 % par des professionnels issus de nos partenaires industriels comme EDF, Saipem, Vinci, Spie, Cegelec, Solvay ou GDF-Suez», pointe le directeur du LCPI Améziane Aoussat. La thèse professionnelle commence dès le début du mastère. Elle s échelonne sur trois fois une semaine pour élaborer le projet en entreprise, avant de passer à temps plein en mars, pour une soutenance en octobre. Les projets doivent impérativement intégrer une dimension managériale : «C est un critère de validation, on ne forme pas des techniciens mais des managers, rappelle Améziane Aoussat. Le savoir-être est notamment vérifié pendant la période de temps plein en entreprise.» Car pour faire de cette fonction une source de profits, «il faut des ingénieurs et de bonnes méthodes!» Il y a vingt-cinq ans, la création du MS Management de la maintenance répondait à une forte demande industrielle d EDF et Rhodia notamment pour recruter des ingénieurs spécialisés après leur 38 - Arts&MétiersMag - Décembre 2014-Janvier 2015

13 ntenance avec formation initiale. Les gadzarts constituaient alors la majorité de la promotion. La situation a changé depuis : peu d ingénieurs Arts et Métiers choisissent désormais cette voie. «Nos étudiants proviennent d autres écoles d ingénieurs, de formations universitaires, et aussi de l étranger. Nous accueillons également des professionnels en reconversion ou pour un enrichissement de leurs compétences», indique Améziane Aoussat. Un accélérateur de carrière Le recrutement sur dossier et entretien s est donc adapté, avec la vérification de prérequis techniques pour les candidats extérieurs à l École, et de prérequis scientifiques pour les candidats professionnels en réorientation. Le nombre de candidats souffre cependant un peu de l image de la maintenance : «Ce domaine n est pas très vendeur pour nombre de jeunes. Certains ont encore l image du mécanicien, du bleu de travail et de la burette d huile! Il faut casser ces clichés et prendre le temps d expliquer la dimension managériale de ce métier via des actions de communication ciblées des écoles et des instances professionnelles», plaide le directeur du LCPI. Le MS accueille en moyenne une vingtaine d étudiants, 16 en 2014, contre 19 en 2013 et 20 en Il existe pourtant une forte demande industrielle sur des profils de managers avec des besoins précis en termes de compétences, «demande à laquelle nous ne pouvons pas répondre aujourd hui faute de candidats». Pas étonnant, donc, que sur la promotion 2013, 18 étudiants aient été embauchés dès leur diplôme en poche. Les mastériens trouvent des débouchés en tant que responsable maintenance, ingénieur qualité ou de maintenance, consultant ou chef de projet dans de grands groupes, en interne ou en sous-traitance. Parmi les principaux employeurs, on retrouve les partenaires du mastère parisien : EDF, Saipem, Vinci, Spie, Cegelec, Solvay ou encore la Direction générale de l armement (DGA). «Nous travaillons très peu avec des PME sur ce secteur», reconnaît Améziane Aoussat. Ce mastère spécialisé étant une formation alliant compétences terrain et compétences managériales avec un accompagnement très fort, dès la fin de l année, les étudiants sont opérationnels et aptes à prendre des responsabilités en entreprise. «Les témoignages d industriels dans le cadre de cette formation sont très importants. Ce sont essentiellement des synthèses d expériences, résume Améziane Aoussat. L un des principaux intervenants m a souligné que les ingénieurs y gagnaient au minimum trois ans en termes de maturité et d expérience!» Ils peuvent ainsi prétendre à des postes dont l évolution est différente de ce que l on pourrait proposer à un ingénieur sorti d école juste après sa formation initiale. Avec ce mastère spécialisé, «Arts et Métiers ParisTech joue à plein son rôle d ascenseur social», estime le directeur du LCPI, en permettant à d autres étudiants, issus d écoles moins prestigieuses ou de l université, de pousser la porte de grands groupes industriels pour décrocher des postes auxquels ils n auraient certainement pas pu prétendre sans cette formation au sein de l École. Nul ne s en plaindra. n GA Décembre 2014-Janvier Arts&MétiersMag - 39

La meilleure main-d œuvre d Europe pour les métiers de la production en salles blanches (pharma, chimie, agro-alimentaire )

La meilleure main-d œuvre d Europe pour les métiers de la production en salles blanches (pharma, chimie, agro-alimentaire ) Bientôt en Alsace : La meilleure main-d œuvre d Europe pour les métiers de la production en salles blanches (pharma, chimie, agro-alimentaire ) Création d une usine-école unique en Europe L Etat, dans

Plus en détail

Insertion des jeunes diplômés promotion 2013 Enquête CGE 2014

Insertion des jeunes diplômés promotion 2013 Enquête CGE 2014 Insertion des jeunes diplômés promotion 2013 Enquête CGE 2014 P a g e 1 INTRODUCTION Dans le cadre de l enquête sur l insertion des jeunes diplômés diligentée par la Conférence des Grandes Ecoles et réalisée

Plus en détail

son offre Executive Education

son offre Executive Education Destinée aux cadres supérieurs, dirigeants d entreprises et entrepreneurs menée en partenariat avec CentraleSupélecParis Lancée en Octobre 2015 Casablanca, le 2 juin 2015 L Ecole Centrale Casablanca annonce

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE

RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE FOOTHILLS PIPE LINES LTD. STATION DE DÉCOMPRESSION/RECOMPRESSION BP CANADA ENERGY COMPANY INSTALLATION DE TRAITEMENT DES LIQUIDES

Plus en détail

Solysmart, la surveillance en continu des ventilateurs

Solysmart, la surveillance en continu des ventilateurs www.howden.com Solysmart, la surveillance en continu des ventilateurs L expert du contrôle des ventilateurs Un système de surveillance rentable dès le premier arrêt imprévu. Des informations précieuses

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing et vente de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Ingénieur méthodeordonnancement Qualité

Plus en détail

bretagne Les rencontres emploi du maritime - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Dossier de presse

bretagne Les rencontres emploi du maritime - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Dossier de presse en partenariat avec Dossier de presse Les rencontres emploi du maritime bretagne 1 er salon du recrutement maritime en région - Mardi 10 mai 2011- Palais des congrès de Lorient (56) Contact presse : Alexandra

Plus en détail

L ÉLECTROCUTION Intensité Durée Perception des effets 0,5 à 1 ma. Seuil de perception suivant l'état de la peau 8 ma

L ÉLECTROCUTION Intensité Durée Perception des effets 0,5 à 1 ma. Seuil de perception suivant l'état de la peau 8 ma TP THÈME LUMIÈRES ARTIFICIELLES 1STD2A CHAP.VI. INSTALLATION D ÉCLAIRAGE ÉLECTRIQUE SÉCURISÉE I. RISQUES D UNE ÉLECTROCUTION TP M 02 C PAGE 1 / 4 Courant Effets électriques 0,5 ma Seuil de perception -

Plus en détail

FORMATION DIPLÔMANTE MANAGER DE PROJET INDUSTRIEL * «Accompagner les techniciens à fort potentiel vers des fonctions managériales orientées projet»

FORMATION DIPLÔMANTE MANAGER DE PROJET INDUSTRIEL * «Accompagner les techniciens à fort potentiel vers des fonctions managériales orientées projet» Le savoir-faire pédagogique au service de l entreprise FORMATION DIPLÔMANTE MANAGER DE PROJET INDUSTRIEL * * Titre de niveau II enregistré au RNCP Accessible par VAE «Accompagner les techniciens à fort

Plus en détail

PuBLi DOssieR. 10 conseils pour optimiser sa flotte automobile. le contexte économique pousse à la réduction des dépenses.

PuBLi DOssieR. 10 conseils pour optimiser sa flotte automobile. le contexte économique pousse à la réduction des dépenses. PuBLi DOssieR publi-information octobre 2013 10 conseils pour optimiser sa flotte automobile réalisation : - 01 43 20 10 49 / Photo : istockphoto.com le contexte économique pousse à la réduction des dépenses.

Plus en détail

Maîtriser les mutations

Maîtriser les mutations Maîtriser les mutations Avec UNE Supply chain AGILE La réflexion porte ses fruits www.cereza.fr TALAN Group Notre savoir-faire : maîtriser les mutations et en faire une force pour l entreprise Cereza,

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Conseiller-Gestionnaire de clientèle de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

Fonction maintenance. Gestion des pièces de rechange. Les leviers de l optimisation

Fonction maintenance. Gestion des pièces de rechange. Les leviers de l optimisation Fonction maintenance Gestion des pièces de rechange Les leviers de l optimisation Optimiser la gestion des pièces de rechange de maintenance : comment identifier les leviers permettant à la fois de réduire

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

Les métiers à la. Division Production Nucléaire

Les métiers à la. Division Production Nucléaire Les métiers à la Division Production Nucléaire 1 Les centres nucléaires de production d électricité en France En fonctionnement : 58 réacteurs nucléaires Construction d un EPR de 1600 MW 2 Principe de

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Finance de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

Bienvenue dans la Génération C

Bienvenue dans la Génération C Bienvenue dans la Génération C La chimie c est le monde d aujourd hui, mobile, connecté, ouvert mais aussi celui de demain, plus vert, plus beau et plus performant! L industrie chimique, c est un monde

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Science politique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Baromètre 2015 de l ouverture sociale : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire dans les grandes écoles

Baromètre 2015 de l ouverture sociale : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire dans les grandes écoles Baromètre 2015 de l ouverture sociale des grandes écoles, réalisé par la CGE et l association Passeport Avenir, en partenariat avec le cabinet Inergie et le mécénat de compétences des groupes Orange et

Plus en détail

Présentation du BTS Maintenance Industrielle SOMMAIRE. 1 Qu est ce que la maintenance? 2 Pourquoi le BTS Maintenance Industrielle?

Présentation du BTS Maintenance Industrielle SOMMAIRE. 1 Qu est ce que la maintenance? 2 Pourquoi le BTS Maintenance Industrielle? SOMMAIRE 1 Qu est ce que la maintenance? 2 Pourquoi le BTS Maintenance Industrielle? 3 Les principales missions du technicien en maintenance 4 Les compétence du technicien en maintenance 5 Le contenu de

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

Dossier de sponsoring

Dossier de sponsoring Dossier de sponsoring Sommaire Le mot de l équipe Objectifs Organisation La Formula Student Descriptif technique Nous soutenir Budget Contact Le mot de l équipe «EstaCars est un projet pédagogique, sur

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

La mention complémentaire tuyauterie industrielle Niveau IV Une réponse à un métier en tension

La mention complémentaire tuyauterie industrielle Niveau IV Une réponse à un métier en tension 9 Décembre 2014 La mention complémentaire tuyauterie industrielle Niveau IV Une réponse à un métier en tension Objet : Proposition du SNCT pour une création de mention complémentaire tuyauterie industrielle

Plus en détail

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Introduction Les diplômés des universités et des collèges du Canada sont confrontés à des taux inacceptables

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

Dossier technique du CRTA. Dossier n 1 Les performances de vos machines

Dossier technique du CRTA. Dossier n 1 Les performances de vos machines Dossier technique du CRTA Dossier n 1 Les performances de vos machines CRTA Avignon 2003 Table des matières Mesurer le rendement des machines...3 1. Taux de rendement...3 2. Méthode de calcul...3 3. Taux

Plus en détail

Le diagnostic électrique obligatoire

Le diagnostic électrique obligatoire Tout ce qu il faut savoir sur le nouveau dispositif Le diagnostic électrique obligatoire e quoi s agit-il? À quoi sert-il? Que faire en cas d anomalie? Explications Vous envisagez de vendre ou d acquérir

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

Les types et niveaux de maintenance

Les types et niveaux de maintenance Les types et niveaux de maintenance Les types de maintenance La maintenance des équipements constitue une contrainte réglementaire pour les entreprises possédant des matériels sur lesquels travaillent

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. saintronic. rendre le complexe accessible

DOSSIER DE PRESSE. saintronic. rendre le complexe accessible DOSSIER DE PRESSE saintronic SOMMAIRE Saintronic, la mobilité verte 1 2 3 4 5 LES NOUVELLES BORNES SAINTRONIC, INTELLIGENTES ET CONNECTÉES ELECTROMOBILISONS-NOUS! SAINTRONIC, 40 ANS DE PERFORMANCE INDUSTRIELLE

Plus en détail

«Cofely Endel apporte la force d un groupe, leader sur le marché de la maintenance. Ses

«Cofely Endel apporte la force d un groupe, leader sur le marché de la maintenance. Ses CHIMIE Maintenance d un centre de stockage NUCLÉAIRE DÉFENSE NUCLÉAIRE PO Augmenter la disponibilité de ses équipements de stockage Avoir un interlocuteur unique sur les prestations de maintenance et capable

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation.

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation. chemise 20/02/07 16:49 Page 1 VEOLINK Votre contact : tout au long de votre projet VEOLINK Com VEOLINK Tech VEOLINK Advanced Control VEOLINK Star VEOLINK Data Base VEOLINK Maintenance VEOLINK Pro VEOLINK

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé d'affaires en contrôle des bâtiments de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

Prestations de services d application Solutions pour vos besoins en réparation des surfaces

Prestations de services d application Solutions pour vos besoins en réparation des surfaces Prestations de services d application Solutions pour vos besoins en réparation des surfaces Henkel Votre partenaire en solutions de réparation des surfaces Grâce à de nombreuses années d expérience dans

Plus en détail

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française Dossier de presse Octobre 2014 Après de trop longues années de crise, un léger vent d optimisme souffle enfin sur notre industrie automobile.

Plus en détail

L innovation disruptive,

L innovation disruptive, Octobre 2013 une nécessité pour l industrie aéronautique Les constructeurs aéronautiques font face à une compétition technologique et commerciale toujours plus intense dans un environnement de complexité

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

ANAC INDUS. Analyses d huile pour applications industrielles

ANAC INDUS. Analyses d huile pour applications industrielles ANAC INDUS Analyses d huile pour applications industrielles ANAC INDUS : l outil indispensable pour optimiser vos coûts d exploitation L huile en service au cœur de vos équipements recèle des informations

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Chapitre 6 La gestion des incidents Quelles que soient la qualité du système d information mis en place dans l entreprise ou les compétences des techniciens

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités?

Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités? Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités? Relations avec des Ingénieries pour mise en œuvre d une partie du plan de développement

Plus en détail

COMPTEZ AVEC LES NOUVEAUX DOCUMENTALISTES

COMPTEZ AVEC LES NOUVEAUX DOCUMENTALISTES PORTRAIT D UN NOUVEAU DOCUMENTALISTE NB : les réformes en cours (LMD) vont modifier la durée des études universitaires et l appellation des diplômes... Documentaliste Veilleur Gestionnaire de données ASSISTANT

Plus en détail

esi LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER UNIS www.groupe-esi.fr ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER

esi LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER UNIS www.groupe-esi.fr ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER esi ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER UNIS LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER www.groupe-esi.fr PROFIL 1 RE ÉCOLE-ENTREPRISE SPÉCIALISÉE DANS L IMMOBILIER L École Supérieure de l Immobilier (ESI)

Plus en détail

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES 1 LE BUS DU FUTUR EST SUISSE Grande première suisse et même mondiale, TOSA est un bus articulé à batterie rechargeable pour la desserte des villes. L'énergie de propulsion

Plus en détail

école management & société Manager de la chaîne logistique Alternance (bac+5)

école management & société Manager de la chaîne logistique Alternance (bac+5) école management & société Manager de la chaîne logistique Alternance (bac+5) Manager de la chaîne logistique Contexte Le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) travaille depuis toujours au

Plus en détail

SERVICES D INGENIERIE

SERVICES D INGENIERIE SERVICES D INGENIERIE Le Centre Technique PPS rassemble plus d une centaine d experts, chefs de projet, ingénieurs et techniciens expérimentés en recherche et développement, intégration produit et assistance

Plus en détail

Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités

Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités Chapitre 1 Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités La politique de maintenance, entre prévention et correction 25 f Qu est-ce que le «préventif» et le «correctif»?

Plus en détail

des opportunités de succès. L A B O R ATO I R E CO N C E P T I O N D E P RO D U I T S & I N N OVAT I O N L C P I

des opportunités de succès. L A B O R ATO I R E CO N C E P T I O N D E P RO D U I T S & I N N OVAT I O N L C P I L A B O R ATO I R E CO N C E P T I O N D E P RO D U I T S & I N N OVAT I O N L C P I Innover, c est rechercher une nouveauté utile, c est orienter son imagination vers des réalisations concrètes en utilisant

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Système télémétrique des équipements de protection cathodique des conduites métalliques enterrées

Système télémétrique des équipements de protection cathodique des conduites métalliques enterrées RECOMMANDATION PCRA 009 Juin 2010 Rév. 0 Commission Protection Cathodique et Revêtements Associés Système télémétrique des équipements de protection cathodique des conduites métalliques enterrées AVERTISSEMENT

Plus en détail

ÉTUDE IT FOCUS. Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI. En partenariat avec DÉCEMBRE 2012

ÉTUDE IT FOCUS. Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI. En partenariat avec DÉCEMBRE 2012 DÉCEMBRE 2012 ÉTUDE IT FOCUS Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI En partenariat avec SOMMAIRE INTRODUCTION IT FOCUS...4 MÉTHODOLOGIE...4 BUDGETS ET ORIENTATIONS...5 Disposez-vous d un budget qui vous

Plus en détail

Petit guide pratique de dépannage du système d alerte centralisée (modèles de 1980 à 1988)

Petit guide pratique de dépannage du système d alerte centralisée (modèles de 1980 à 1988) Petit guide pratique de dépannage du système d alerte centralisée (modèles de 1980 à 1988) Le système d alerte centralisée de la 928 est destiné a présenter au conducteur toute anomalie de fonctionnement

Plus en détail

PRO. Faculté de droit et science politique. Métiers de l assurance

PRO. Faculté de droit et science politique. Métiers de l assurance Licence PRO Faculté de droit et science politique Métiers de l assurance Carte d identité de la formation Diplôme Licence professionnelle Mention Métiers de l assurance En formation continue Professionnels

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion des flux internationaux des PME/PMI - Achats, vente, négociation internationale de l Université du Littoral

Plus en détail

Commission de Surveillance du Secteur Financier

Commission de Surveillance du Secteur Financier COMMUNIQUE DE PRESSE 13/20 PUBLICATION DU RAPPORT D ACTIVITES 2012 DE LA COMMISSION DE SURVEILLANCE DU SECTEUR FINANCIER (CSSF) Même si cela peut paraître surprenant par des temps aussi mouvementés, l

Plus en détail

Gestion et entretien des Installations Electriques BT

Gestion et entretien des Installations Electriques BT Durée : 5 jours Gestion et entretien des Installations Electriques BT Réf : (TECH.01) ² Connaître les paramètres d une installation basse tension, apprendre les bonnes méthodes de gestion et entretien

Plus en détail

Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux

Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux Make the most of your energy* Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux * Tirez le meilleur de votre énergie www.schneider-electric.fr Schneider Electric France Direction Communication

Plus en détail

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat Poursuites d études Le diplômé peut occuper un des métiers suivants : Ingénieur d affaires avant-vente Ingénieurs d étude Consultant ingénieur informatique Ingénieur informatique études / développement

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

Toujours pionnier, Opel fait progresser la mobilité électrique

Toujours pionnier, Opel fait progresser la mobilité électrique Toujours pionnier, Opel fait progresser la mobilité électrique MeRegioMobil : l illustration tangible de l énergie du futur Meriva électrique : stockage mobile pour le réseau intelligent d électricité

Plus en détail

DIX, école supérieure du numérique RAMBOUILLLET. 6 formations post bac, de Bac+1 à Bac+5 :

DIX, école supérieure du numérique RAMBOUILLLET. 6 formations post bac, de Bac+1 à Bac+5 : DIX, école supérieure du numérique RAMBOUILLLET http://ecole-superieure-du-numerique.fr http://dix-rambouillet.fr 6 formations post bac, de Bac+1 à Bac+5 : 3 formations de Bac+1 à Bac+3 aux métiers du

Plus en détail

Mission PSP Management

Mission PSP Management Mission Fondée en 2013, PSP Management Purchasing Sustainable Performance est une société de conseil qui développe une spécialisation forte et une logique d'excellence sur la fonction Achats: Audit et

Plus en détail

Les publicités Facebook pour le recrutement

Les publicités Facebook pour le recrutement Les publicités Facebook pour le recrutement Introduction Saviez-vous que 1 minute sur 7* du temps sur le web est passé sur Facebook? Aujourd hui, Facebook est le plus grand réseau social du monde en nombre

Plus en détail

ENQUÊTE DE SATISFACTION SUR LE RÉSEAU UNIVERSITAIRE ET PROFESSIONNEL DE L'UCP

ENQUÊTE DE SATISFACTION SUR LE RÉSEAU UNIVERSITAIRE ET PROFESSIONNEL DE L'UCP OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE ENQUÊTE DE SATISFACTION SUR LE RÉSEAU UNIVERSITAIRE ET PROFESSIONNEL DE L'UCP Étudiants et entreprises ANNÉE 2008 PLAN GÉNÉRAL INTRODUCTION p. 2 I. Étudiants p. 3 A. Statistiques

Plus en détail

MANAGER L OPTIMISATION DES FLUX ET DES RÉSEAUX

MANAGER L OPTIMISATION DES FLUX ET DES RÉSEAUX MANAGER L OPTIMISATION DES FLUX ET DES RÉSEAUX Mastère Spécialisé en MANAGEMENT GLOBAL des ACHATS et de la SUPPLY CHAIN www.audencia.com Préface Une année pour faire la différence sur le plan professionnel,

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique.

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique. Question de M. Michel PETIT, Conseiller Général du canton de Beaumetz-les-Loges, Président du groupe Union@ction.62, à M. Denis ROBIN, Préfet du Pas-de-Calais, sur les mesures en matière de soutien à l

Plus en détail

Efficacité des Modules Maintenance dans les ERP.

Efficacité des Modules Maintenance dans les ERP. Efficacité des Modules Maintenance dans les ERP. Les progiciels ERP (Entreprise Ressource Planning) proposent l ensemble des modules permettant de gérer une entreprise. Mais le module Maintenance est souvent

Plus en détail

ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES

ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES FC M1 Management 2012/2013 Projet individuel ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES (Manufacturing Execution System) FC M1 Management 2012_2013 / SYSTEMES D INFORMATION / ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Hôtellerie & Tourisme

Hôtellerie & Tourisme SALARY SURVEY 2014 & & Sélection et approche directe de cadres confirmés www.michaelpage.fr INTRODUCTION Michael Page & est une division de Michael Page, leader du conseil en recrutement, spécialiste de

Plus en détail

OBJECTIFS SPÉCIFICITÉS DE LA CONTENU

OBJECTIFS SPÉCIFICITÉS DE LA CONTENU Master Communication et mutation des organisations Spécialité Communication et ressources humaines formation continue OBJECTIFS Le Master de formation continue (proposé aussi en formation initiale et en

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Le Plan de Continuité d Activité (PCA / BCP)

Le Plan de Continuité d Activité (PCA / BCP) Le Plan de Continuité d Activité (PCA / BCP) Comment le mettre en œuvre et vérifier qu il restera opérationnel? Bruno KEROUANTON RSSI Clear Channel France - CISSP 16 juin 2004 - Paris Introduction, définitions

Plus en détail

Solutions Descartes. La gestion nouvelle génération des performances réelles par rapport aux performances planifiées.

Solutions Descartes. La gestion nouvelle génération des performances réelles par rapport aux performances planifiées. Solutions Descartes La gestion nouvelle génération des performances réelles par rapport aux performances planifiées. Si vous gérez une flotte commerciale ou des agents mobiles sur le terrain, il vous incombe

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

Monitoring & Support

Monitoring & Support Guide d évaluation de centre de données et points importants à vérifier Monitoring & Support 12 questions importantes à poser au fournisseur potentiel de co-implantation Partie 2 du Guide d évaluation

Plus en détail

SOLUTIONS ÉLECTRIQUES - AUTOMATIQUE INDUSTRIELLE

SOLUTIONS ÉLECTRIQUES - AUTOMATIQUE INDUSTRIELLE SOLUTIONS ÉLECTRIQUES - AUTOMATIQUE INDUSTRIELLE ÉLECTRICITÉ INDUSTRIELLE BÂTIMENT/INDUSTRIE ÉTUDES ET RÉALISATIONS ROBOTIQUE ET AUTOMATISME MISE EN CONFORMITÉ, CONTRÔLES THERMOGRAPHIQUES INFRAROUGE MAINTENANCE,

Plus en détail

UN MBA POUR QUI, POURQUOI?

UN MBA POUR QUI, POURQUOI? PARTIE 1 UN MBA POUR QUI, POURQUOI? L e MBA est une formation connue et reconnue dans le monde entier. Cependant, l appellation MBA n est pas un label déposé. Conséquence : l univers des MBA est un monde

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management des activités hôtelières de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Énergie Comportemental Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (4 H) 2.1.1 Organisation fonctionnelle d une chaîne d énergie Production d énergie électrique

Plus en détail

Les Services Managés appliqués à la Mobilité

Les Services Managés appliqués à la Mobilité LIVRE BLANC Les Services Managés appliqués à la Mobilité IBELEM - 5, boulevard des Bouvets - 92 741 Nanterre Cédex 01 55 17 45 75 www.ibelem.com Introduction Gain en productivité, augmentation du revenu,

Plus en détail