Maintenance prédictive?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maintenance prédictive?"

Transcription

1 Maintenance prédictive? Journée «Maintenance» Club Automation Paris 20 mars 2007 Claude Pichot 1 Prédire l avenir des machines? En français selon la norme NF EN Predictive maintenance Condition based maintenance carried out following a forecast derived from the analysis and evaluation of the significant parameters of the degradation of the item. 7.5 Maintenance prévisionnelle Maintenance conditionnelle exécutée en suivant les prévisions extrapolées de l'analyse et de l'évaluation de paramètres significatifs de la dégradation du bien. Copyright 2006 Claude Pichot Club Automation 13/06/06 2 1

2 Objectifs de la maintenance prévisionnelle Recherche d une meilleure disponibilité Intervenir avant la panne Eviter les interventions préventives systématiques Réduire le nombre d interruptions de la production Copyright 2006 Claude Pichot Club Automation 13/06/06 3 Pour prévenir les pannes Nécessité de connaître les défauts susceptibles de survenir Les seuils limites acceptables Instrumenter capteurs Délivrer les alarmes pertinentes Précision Délai d anticipation Intervenir à temps Organisation des équipes Copyright 2006 Claude Pichot Club Automation 13/06/06 4 2

3 Difficultés et limites L AMDEC ne sera jamais qu un mode de représentation des données 50% des défaillances en fonctionnement ne sont pas identifiées par les concepteurs dans les AMDEC Scepticisme vis-à-vis d AMDEC conception incomplets Concurrence avec les démarches TPM Copyright 2006 Claude Pichot Club Automation 13/06/06 5 Améliorer la connaissance des défaillances futures Ce n est pas devant un écran que la connaissance des effets de la conception détaillée sur la fiabilité s apprend Réunir 3 parties autour de la conception de la machine en permanence: Concepteur Fabricant Maintenance Mais qui le pratique réellement? Copyright 2006 Claude Pichot Club Automation 13/06/06 6 3

4 Ne pas sous estimer l organisation Le beeee p de l alarme de niveau bas de carburant retentit La lecture du nombre de km restant à parcourir affiche 35 km Je remercie le concepteur car je sais que je vais tomber en panne sur l autoroute car je viens de dépasser une station service L information juste trop tard conduit à la maintenance juste trop tard Copyright 2006 Claude Pichot Club Automation 13/06/06 7 Quelle politique de maintenance prévisionnelle? Difficile pour le concepteur d une machine d imaginer dans quelles conditions sa machine sera exploitée Conduite Environnement Logistique Maintenance Intégrer ces données suppose des études d ingénierie et une réflexion conjointe Concepteur Fabricant Maintenance Logistique Qui fait des études d ingénierie dans ce domaine? Grands donneurs d ordres : aéronautique, transport ferroviaire voyageurs, automobile PME :?? Qui les paye? Copyright 2006 Claude Pichot Club Automation 13/06/06 8 4

5 Viser la simplicité Analyser les grandeurs électriques des moteurs avant d envisager de mesurer les effets vibratoires Détecter le bon remplissage en graisse des roulements vaut mieux que l analyse des chocs S intéresser en priorité aux dégradations difficiles à détecter en fonctionnement Prévoir un budget d améliorations Copyright 2006 Claude Pichot Club Automation 13/06/06 9 Mais la complexité est toujours au rendez-vous Quelle organisation mettre en place pour de grands parcs de machines? Dans les îlots productique, combien d intervenants de maintenance assistent faute de temps au passage de l alerte orange au rouge de l arrêt automatique? Comment gérer les alertes issues de dispositifs différents? Quelles informations donner aux intervenants? Quelles compétences sont nécessaires pour utiliser les outils de diagnostic? Copyright 2006 Claude Pichot Club Automation 13/06/

6 Prévenir, mais qui? Si les machines «parlent», les hommes interviennent toujours Comment les prévenir? Passage au point d appui Téléphone portable? Radio? Alertes visuelles? Qui prévenir? Tous? Le plus proche? Le plus compétent? Le mieux outillé? Ou se contenter de noter «information prise en compte» par l intervenant Et les pièces de rechange? Au magasin? (fermé à clé pour éviter les vols) Sur les lieux d intervention? Et la documentation de maintenance? Au bureau de préparation? Sur la machine et à jour? Un rêve? Copyright 2006 Claude Pichot Club Automation 13/06/06 11 Tenir compte des réalités Un intervenant de maintenance Réalise en moyenne 4 à 6 interventions de plus de 20 mn par poste de travail Change de lieu d intervention de 8 à 10 fois par poste Compétence en matière de mesures Formations complémentaires à prévoir Il faut passer du temps sur les machines pour savoir comment aller vite pour intervenir Qualité des documentations de maintenance Du mauvais anglais, japonais, etc. en traduction automatique devient du charabia Du mauvais français est aussi du charabia Copyright 2006 Claude Pichot Club Automation 13/06/

7 Et dans l industrie quelles politiques et quels effets? Secteur automobile avance le plus vite TPM Juste à temps Flux tirés Situations contrastées de la maintenance prévisionnelle Cimenteries : 10 à 11 % stable depuis 5 ans Aciérie filière fonte : 1% en 99, 5% en 2006 Raffinage : 6% en 99; 3% en 2006 Copyright 2006 Claude Pichot Club Automation 13/06/06 13 Données de synthèse industrie Chiffre d affaires 700 M en 97 -> 970 M en 2007 (+38,5%) Budget maintenance 24,5 Me en 97 -> 21,9 M en 2007 (-10,6%) Externalisation budget 25,4% en 97 -> 32,4% en 2007 (+27,6%) Marché de services 6,25 M en 97 -> 7,1 M en 2007 (+13,6%) Accidents industriels 1240 en 97 -> 1977 en 2005 (+59,4%) Copyright 2006 Claude Pichot Club Automation 13/06/

8 Conclusion Serions nous en passe d oublier que le développement durable repose sur 3 piliers Équipements Personnel Capitaux A force de scier les pieds des machines et du personnel, Les profits se lassent Les machines cassent Aurions nous déjà oublié AZF? 21 septembre morts 2 M de dégâts 100 ans de résultat net détruit Copyright 2006 Claude Pichot Club Automation 13/06/06 15 Restez au contact du terrain avec Copyright 2006 Claude Pichot Club Automation 13/06/

9 Club Automation La Maintenance prédictive Outil de fiabilisation David Flasseur 22 mars Motivations et contexte Opportunités : mise en exploitation d une nouvelle ligne Besoins immédiats Apprentissage de la ligne Fiabilisation et disponibilité Maîtrise des coûts directs de maintenance Anticiper les opérations de maintenance 2 1

10 Intégration de la fonction Maintenance Quel équipement peut tomber en panne si il ne fait pas l objet d une opération de maintenance? Quelle intervention doit être effectuée et dans combien de temps? Quelles pièces doit on commander et dans combien de temps? Quel est le bon dosage entre Maintenance préventive systématique et Maintenance conditionnelle 3 Intégration de la fonction Production Doit on apporter maintenant des modifications au process pour allonger la durée de vie des équipements critiques? Dans quelle mesure peut-on augmenter la production sans encourir un risque trop élevé de ralentissement, d indisponibilité, de problèmes de qualité ou d arrêts de sécurité? Quel est le risque lié à la production d une quantité X de produit la semaine prochaine avec un taux d utilisation projetée Y du process? 4 2

11 Analyse de la santé des équipements Quelles données sont vraiment anormales pour les conditions du process? (symptômes de l équipement) Quelle pourrait être la cause de cette anomalie? (diagnostic de l équipement) Comment et à quel moment l équipement tombera-t-il en panne si aucune action n est entreprise? (pronostic pour l équipement) Comment et à quel moment y aura-t-il une défaillance du process si aucune action n est entreprise? (pronostic pour le process) 5 Cahier des charges Organisation Pas de personnel spécialisé dans les techniques de maintenance conditionnelle Maintenance conditionnelle intégrée, capitale pour La détection Le diagnostic L aide à la décision La communication de l état de santé des équipements 6 3

12 Objectifs de la Surveillance Vibratoire Protection des sous-ensembles Enrouleuse / Dérouleuse Détecter en temps réel les balourds accidentels Intervenir sur le point de fonctionnement (marche dégradée) Tracer les imperfections de bobine pour l amélioration continue des matières premières. Surveillance des cylindres motorisés Systèmes d entraînement (moteurs à vitesse variable, réducteurs) Suivi des dérives des organes mécaniques Détection de points de fonctionnement «à éviter» Surveillance des cylindres de feuille Suivi des dérives des organes mécaniques (roulements des cylindres) Informations pour le re-engineering des paliers des cylindres Maîtrise des MTBF 7 La Surveillance Vibratoire Est-ce que ça marche? Première phase de surveillance des cylindres motorisés Mise en place de capteurs à demeure Contrainte d accès aux points de mesure Mesures périodiques par des prestataires extérieurs? Vérifier que la technique est adaptée? Évaluation en utilisant plusieurs prestataires Conclusions :? La technique rend les résultats escomptés? La périodicité n est pas adaptée aux vitesses de dégradations potentielles, donc nécessitée d une surveillance continue 8 4

13 Protection intégrée au système de contrôle commande Système de protection intelligent embarqué sur une bobineuse Mise en place de capteurs à demeure Contrainte : accès aux points de mesure. Machines prédisposée à recevoir les capteurs et le système de surveillance (action à la conception avec le fabriquant de la machine) Système de surveillance embarqué sur la partie mobile Contrainte : contacts tournants Diagnostics véhiculés par le réseau de terrain, vers l automate Conclusions :? Intégration au système de contrôle commande? Aide à la décision et au contrôle du point de fonctionnement 9 Déploiement de la solution Système de surveillance continue sur toute la machine Mise en place de capteurs à demeure 377 accéléromètres Système de surveillance réparti Limite les coûts de câblage Mise en réseau des systèmes de surveillance Optimisation du coûts d investissement par voie de mesure Intégration du logiciel de maintenance conditionnelle Communication directe avec la supervision Intégration directe à la base de données d historisation, de traçabilité et de calcul TRS. Intégration directe à la plateforme maintenance «Change Management» Audit trail, traçabilité des changements Authentification des utilisateurs Vérification des programmes automates en cours / programmes qualifiés Archivage centralisé et unique rapports 10 5

14 Architecture intégrée Ethernet Plant LAN Client RSView Maintenance Passerelle Emonitor* Emonitor Database ODBC OPC Client Emonitor Client RSMACC Asset Health Passerelle RSView RSView** DeviceNET Historian I.H.M. Process Etat de santé Contrôles et entraînements RSLinx, OPC DNET, ENET (internet) Diagnostics À distance Vitesse Key-Phasor Key* Optionel Moniteurs Vibration Vitesse Accéléromètres montés sur guides de rouleaux 11 Pérenniser la solution Déploiement progressif Investissement sur plusieurs années Maintient des compétences Sur le système, Premier niveau d analyse (pas de spécialisation interne) Maintenir les relations avec le fournisseur du système et prestataire de service Capacités du fournisseur Pérennité du système Capacité à diagnostiquer et interpréter en profondeur les mesures Possibilités de télédiagnostic Partenariat avec une approche métier Prescription pertinentes par rapport aux contraintes d exploitation et de conduite de ce type de machine. Force de propositions d amélioration 12 6

15 Questions? 13 7

16 D. Jaouen Voir la maintenance autrement autour des projets et des systèmes GTC de la Cité des Sciences Sommaire Préambule... La cité des Sciences et de l Industrie... La mission de la Cité... Organisation interne et installations... Le service SGTS... Les projets GTC... GTC des expositions (GTC/E)... Services de la GTC des Expositions... Organisation de la maintenance... Qualité et limites du modèle... Modèles et organisation de la maintenance des GTC... Rapprochement organisationnel... Trois modèles de maintenance sur trois systèmes différents... Rapprochement technique des systèmes... Développer le système d informations techniques... Schéma global du système GTC... Développer le système d informations techniques... Gestion de la complexité technique...

17 D. Jaouen Cité des Sciences & de l industrie mars Préambule J essaye ici d apporter un autre point de vue sur la maintenance. Il ne s agit pas d opposer un point de vue à un autre mais de porter un regard complémentaire. Le sujet ne se situe pas sur le plan directement technique, au sens de maintenir tel ou tel organe dans tel ou tel domaine technique. Je dois d ailleurs vous avouer que je serais bien en peine d agir si l on me mettait avec une caisse à outil devant une armoire électrique ou un moteur J ai en fait commencé de travailler dans ce domaine sur un projet de rénovation de GTC (celle des expositions de la Cité des Sciences), comme informaticien. Il s agit aussi du domaine tertiaire et non pas industriel. Cela induit des points de vue et des logiques différentes. Il s agit de se placer sur le plan de la gestion globale de maintenance d un ensemble technique complexe. C'està-dire déterminer les conditions d un résultat satisfaisant, sinon parfait, à un coût économique que l entreprise réussit à assumer En bref il s agit de trouver un optimum. La cité des Sciences et de l Industrie (dénommée ensuite CSI) La mission de la Cité La Cité des Sciences et de l'industrie (CSI), située dans le parc de la Villette est un établissement public (EPIC) indépendant qui a pour vocation d'accueillir le plus grand nombre et qui a comme mission générale de diffusion et de vulgarisation des savoirs scientifiques et industriels. Il s agit d un centre culturel proposant de multiples activités à ses publics qui, par leur complémentarité et la diversité des moyens mis en oeuvre, sont à l'origine du message qu'elle cherche à transmettre : expositions, médiathèques, salles de cinéma, conférences, activités enfants Le bâtiment de la Cité est l œuvre de l'architecte Adrien Fainsilber. Il mesure 270 m de long, 90 m de large et 40 m de hauteur. La Cité, qui reçoit environ 3 millions de visiteurs par an. Quelques m² y sont consacrés aux expositions. Organisation interne et installations La CSI est structurée en directions ayant chacune un domaine d'activités précis, elles même divisées en départements. La Direction des Services Techniques, de la Sécurité et des Systèmes d Informations (DSTSSI) assure la maintenance et les évolutions du bâtiment et de ses installations techniques. C est en son sein qu agit le service que j anime. Les installations techniques sont à la dimension de ce très grand bâtiment dont le volume dépasse trois fois celui du centre Pompidou. Par exemple la GTC du bâtiment (GTC/B) gère l ensemble des lots techniques suivants : - Electricité HT/BT et Groupes électrogènes, TGBT, TBT - CVCD - Plomberie - production d énergie des groupes froids - certaines installations de sécurité concernant la sécurité des personnes ou la protection incendie (PIA, ventilateurs de désenfumage ) Pour l ensemble des bâtiments de la CSI (le bâtiment principal, la Géode et les bâtiments annexes administratifs et techniques). Il se compose pour l essentiel : d un réseau Hirschmann (7 sous-réseaux en boucle). en partie basse, de matériels Schneider Electric SA (48 API TSX Premium), Merlin Gérin (60 SEPAM), Honeywell (70 régulateurs Excel500) en partie haute, d une supervision CITECT (4 serveurs de communications, 2 serveurs d alarmes, 10 postes de supervision). Sur le plan technique le système gère environ : points externes (environ par liaison de communication, informations câblées) variables de supervision, trends synoptiques principaux

18 D. Jaouen Cité des Sciences & de l industrie mars Le service SGTS (Service des systèmes de gestion techniques et de sécurité) Mon rôle dans la Cité des Sciences est d animer le service qui a la charge de la maintenance des systèmes dits «courants faibles» du bâtiment. Ce service est naturellement positionné dans la direction technique. Ces systèmes couvrent deux grands types de fonctions : - les systèmes de sécurité incendie et les systèmes de sûreté (contrôle d accès, télésurveillance et vidéosurveillance) - les systèmes de gestion technique qui regroupent deux grands systèmes dédié l un au bâtiment, l autre aux expositions. Ils ont pour finalité d aider à l exploitation des installations techniques et des utilités. Le service n assure pas l exploitation mais seulement la maintenance. Les projets GTC GTC des expositions (GTC/E) Nous débattons ici de : - l organisation fonctionnelle du système : organisation du domaine et de l exploitation - l apport d une architecture et d un outil de configuration adapté : glissement de la maintenance système dans l exploitation courante La GTC/E remplit une fonction technique de gestion de la distribution BT, celles des éclairages des espaces d expositions et des éléments de présentations au public (éléments d expositions). Le système assure les fonctions usuelles des supervisions et la gestion calendaire des mise en et hors service. Organisation de l exploitation et de la maintenance GTC/E Deux fonctions particulières font l originalité du système. Ces deux fonctions analysées et prises en compte dès l origine ont justifié le développement d une architecture adaptée. 1) Les régies d expositions (unités autonomes gérant un ensemble d îlots thématiques) sont autonomes dans la conduite et la supervision de leurs expositions. Le système intègre l organisation hiérarchique de l exploitation et du domaine des expositions. Pour les interfaces graphiques de la supervision cela ne présentait pas de difficulté particulière. En revanche la structuration des informations imposait une base de données. Celle-ci permet en particulier la gestion des historiques et des calendriers dans la logique des utilisateurs, selon leur vocabulaire : régie, îlots, éléments thématiques etc. Domaine = Expositions de la C.S.I. Régie Générale Régies d Espace Îlots Éléments Équipements Infos GTC/E

19 D. Jaouen Cité des Sciences & de l industrie mars Mode d exploitation de la base : RC_EXPL LISTE DES DONNEES ARCHIVEES - EXTRACTION Identifiant Regie generale RDE Regie Direction des Expositions Libelle Regie d espace NORD Regie d espace Nord Ilot MATH Ilot Mathematique Element 1034 Esprit des maths Famille d equipement APC Famille APC Type d equipement 01 Type d equipement 1 Equipement APC011 Equipement 1 de l esprit des maths TBT TBT1 Tableau basse tension 1 Famille de point Point Date / heure de début 03/11/ :50 Date / heure de fin 03/11/ :00 Etats Apparition Type d information Evenement Acquittement Alarme priorite haute Disparition Alarme priorite moyenne Combiné avec les evenements systemes Alarme priorite basse Nombre d occurrences trouvées : 6 Lister Effacer Extraire Afficher Quitter Count:*0 v <Insert> 2) Nous avions une seconde contrainte : Le régisseur central qui maintient le système devait par ses propres moyens pouvoir paramétrer les nouvelles expositions de manière fiable et économique. Il devait pouvoir seul modifier jusqu à 20% du domaine annuellement (1200 points câblés, environ 250 éléments d expositions). Cela a justifié le développement d une architecture particulière. Les choix ont été les suivants : - Le système a été développé sur une base standard : automates Schneider, réseau Hirschmann, Supervision Cimplicity de GE Fanuc. - L intégrateur lui a adjoint un logiciel de configuration permettant de décrire tant le domaine que les raccordements à la GTC. Ce configurateur permet de charger à la fois la base de points de la supervision et celle des automates par des tables de paramétrage. - C est également la description du domaine et de l exploitation faite dans ce configurateur qui permet d extraire et de présenter les données historisées dans la logique de l exploitant des expositions. IHM Graphique Supervision BD Historique IHM Historiques Points SPV Organisation domaine Calendriers Configurateur Automates Traitements et points

20 D. Jaouen Cité des Sciences & de l industrie mars Qualité et limites du modèle GTC/E Le point faible est indubitablement d être tombé dans le travers du développement spécifique avec les inconvénients suivants : - un développement fastidieux - un faible degré d évolutivité L offre logicielle est aujourd hui plus étoffée. Aujourd hui pour atteindre la même cible nous utiliserions un progiciel objet adossé sur une base de données relationnelle (il en existe quelques uns de qualité ce qui n était pas le cas à l époque). A noter que cela ne permet pas de faire l impasse sur l analyse préalable et de la mise en forme systématisée des informations Le modèle avait en revanche quelques points forts : - son adaptation à l organisation du domaine et de l exploitation, - l interopérabilité au niveau des données clairement codifiées et rattachées aux entités exploitées et maintenues. - Le faible coût et la rapidité des évolutions du domaine, grâce à l effort fait en amont durant le projet. Modèles et organisation de la maintenance des GTC Rapprochement organisationnel de la maintenance des GTC (GTC/B, GTC/E et Télésurveillance) Le rapprochement des trois systèmes représente un objectif global à terme. Nous ne visons pas à les fusionner complètement mais à standardiser les choix techniques et à les rendre interopérables. Il comprend 1. le choix d une supervision unique pour la GTC/E et la GTC/B 2. l interopérabilité entre les systèmes se fera au travers d un protocole de communication OPC qui assurera l ensemble des communications entre les automates et les supervisions, 3. la banalisation et l interconnexion des réseaux des trois systèmes (couverture globale du site) 4. l usage d un même marché de câblages courants faibles pour la rationalisation de coûts 5. une seule équipe d exploitation - maintenance des systèmes GTC, avec une forte compétence interne pour assurer la maîtrise globale Trois modèles de maintenance sur trois systèmes différents La CSI a connu trois modèles de maintenance différents ayant des coûts économiques très différents. Modèle de la GTC/E : un système très adapté au contexte et qui est mis en œuvre de manière autonome. A chaque nouvelle expositions les matériels sont redéployés. Outre le salaire de la personne s en occupant, les coûts sont pratiquement restreints aux câblages (bus de terrain, raccordement capilaires). Modèle GTC/B (ancien système, jusqu à 1998) : maintenance externe dimensionnée à la taille du système, c'està-dire onéreuse. A long terme la CSI a tendance à perdre la maîtrise des installations. Modèle de la télésurveillance. Les évolutions sont assurées à l unité sur un marché à commande. Les coûts unitaires sont très élevés. Cela est aggravé par le choix d une solution «propriétaire». Implication du modèle sur les coûts Coûts en % Analyse Télésurveillance Capteurs 22 % Câblages 34 % Coffrets et automates 19 % Etudes 6 % Main d œuvre (raccordement, tests, paramétrages) 19 % Total 100 %

21 D. Jaouen Cité des Sciences & de l industrie mars Les coûts des extensions de la GTC/E sont réduites aux seuls travaux de câblage, trois fois moins élevées que celles de la Télésurveillance en transposant cette répartition. Malgré le regroupement des ressources la réduction de coûts ne pourra pas être aussi favorable que dans le cas de la GTC/E. L activité devra être adossée sur un marché de prestations externes (notamment les astreintes). Rapprochement technique des systèmes Les technologies présentes dans les différents systèmes. Nous rapprochons les systèmes de la Télésurveillance et du comptage public qui sont apparentés dans leur structure aux GTC. Il faut néanmoins remarquer que la GTC/B excède en taille et en diversité la totalité des autres systèmes. GTC/E COMPTAGES GTC/B TELESURVEILLANCE PARTIE HAUTE SUPERVISION RESEAUX CIMPLICITY X CITECT BABYLON HIRSCHMANN Réseau Face Public HIRSCHMANN Propriétaire : Babylon PARTIE BASSE AUTOMATES CABLAGES SCHNEIDER : TSX107 et Premium 57 Réalisés par INEO COM WAGO Réalisés par INEO COM SCHNEIDER : TSX Premium 57 Modifiés par INEO COM Propriétaire : Babylon Réalisés par OPTEOR Rapprochement en cours des environnements techniques GTC/E COMPTAGES GTC/B TELESURVEILLANCE PARTIE HAUTE SUPERVISION RESEAUX CIMPLICITY SUPERVISION + XSGBD commun CITECT BABYLON HIRSCHMANN OPC Réseau Face Public HIRSCHMANN Propriétaire : Babylon PARTIE BASSE AUTOMATES Développer le système d informations techniques CABLAGES Nous débattons ici de : SCHNEIDER : TSX107 et Premium 57 Réalisés par INEO COM WAGO SCHNEIDER : TSX Premium 57 Modifiés par MARCHE Réalisés CABLAGES par COURANTS FAIBLES INEO COM INEO COM Propriétaire : Babylon Réalisés par OPTEOR

22 D. Jaouen Cité des Sciences & de l industrie mars Gestion de la complexité : l inflation du nombre d informations, la difficulté de leur collecte et du suivi de leurs évolutions. Intrication des systèmes - Schéma global du système GTC - Développer le système d informations techniques, articulation des systèmes GMAO, GTC avec la documentation technique Schéma global du système GTC Services GTC DOMAINE TECHNIQUE & RESEAUX -Informations -Équipements -Installations - Synoptiques fonctions Auto surveillance techniques Infos système RESSOURCES & ENERGIE - Réseaux électriques - Autres ressources Rôles acteurs Droits d accès ORGANISATION GEOGRAPHIQUE ORGANISATION DE L EXPLOITATION Architecture physique du réseau GTC Services GTC DOMAINE TECHNIQUE & RESEAUX -Informations -Équipements -Installations - Synoptiques fonctions Auto surveillance techniques Infos système RESSOURCES & ENERGIE - Réseaux électriques - Autres ressources Rôles acteurs Droits d accès Ce à quoi peut se réduire une GTC lorsqu elle est bâtie à ORGANISATION partir : ORGANISATION DE GEOGRAPHIQUE - D un recueil d informations L EXPLOITATION trop informelles - De progiciels trop rustiques En pratique le développement de fonctions d exploitation riches (suivi des consommations, aide au diagnostic, aide à la maintenance) devient problématique Architecture physique du réseau GTC

23 D. Jaouen Cité des Sciences & de l industrie mars Développer le système d informations techniques La documentation technique, produite en général dans les phases études & projets, est le plus souvent constituée de plans et de schémas. Sous cette forme elle a quelques inconvénients difficiles à surmonter : La difficulté des mises à jours et du suivi les évolutions Les données ne sont pas facilement transférables dans les systèmes informatisés tels les GTC, la GMAO... Les coûts de la duplication et de la compilation des informations est à coup sûr important (il est en pratique difficile de les chiffrer) Les systèmes informatisés, y compris les GTC, nécessitent davantage d informations scripturales que graphiques Congruence des systèmes d informations techniques DOC TECHNIQUE STD, gammes opératoires Nomenclature Plans Organisation domaine Carnets câbles CODIFICATION machines & réseaux GTC GMAO Organisation exploitation Nécessité de changer les principes En pratique dans nos ensembles complexes la documentation technique est trop coûteuse, trop difficile à suivre, trop complexe à coordonner, difficilement transférable. Poser des principes pour mettre en place un système opérant : La recherche de l utilité avec le meilleur rendement au moindre coût, Fixer des objectifs atteignables d un niveau de complexité gérable. Orienter la documentation vers l exploitation Limiter le recours aux plans et aux grands formats En pratique déterminer l effort maximum qui peut être consacré, ensuite optimiser ce qui peut être obtenu dans cette limite.

24 D. Jaouen Cité des Sciences & de l industrie mars Recherche du minimum pratique Le suivi des évolutions du domaine et conjointement celles des systèmes qui aident à le gérer doit être clairement organisé. Il est difficile d imaginer un processus spontané. Une instance de coordination et de contrôle est nécessaire. Constituer le minimum qui permet d assurer la maîtrise global des installations et de construire les systèmes techniques qui les accompagnent (GTC, SSI, GMAO ) : Carnet de câbles Inventaire des équipements Codification des équipements & réseaux (référence GMAO) Localisation géographique Synoptiques fonctionnels /ou position hiérarchique dans les réseaux STD, gammes opératoires Gestion de la complexité technique Le point de vue «GTC», tout particulièrement dans le domaine tertiaire, induit des logiques différentes de celle des automatismes: - Il ne s agit pas d aller du bas vers le haut pour fédérer un ensemble d organes dans une même fonction de production globale. - Il s agit plutôt de procéder du haut vers le bas pour fournir des outils d aide à l exploitation dans une organisation et un domaine structurés (équipes, lots techniques, géographie ). L ensemble des installations constitue un ensemble technique complexe. Il s agit de trouver un optimum qui est à rechercher et à analyser sur différents plans : - La dimension même des installations - Les interdépendances entre les différents lots - La variété des métiers, c'est-à-dire faire la coopération et la coordination des équipes et des entreprises externes - Les évolutions dans le temps : les rénovations se font avec des acteurs, des entreprises et des rythmes différents. Dès lors il faut déterminer comment conserver la cohérence d ensemble. Mon expérience est que l entreprise comme les acteurs ont du mal à imaginer ce qu implique les changements de dimension et à mettre en place les moyens qu il faut. On a tendance à continuer de faire pour ou ce que l on fait pour 100 ou Nous sommes souvent mal «outillés» pour intégrer les implications des changements d échelle. Les architectures proposées en matière de GTC sont d ailleurs à peu près les mêmes pour et points. Le paramétrage des GTC nécessite de posséder les sources d information qui forment l image des installations supervisées. Pour mettre en œuvre de tels systèmes et plus généralement réaliser une maintenance de qualité il est nécessaire de disposer des sources d informations adaptées. Elles sont onéreuses et difficiles à créer, plus encore à maintenir à niveau dans le temps. Au plan économique il y a un véritable enjeu. Les entreprises aujourd hui recherchent dans leurs activités périphériques des gisements d économies. Depuis deux décennies les moyens logistiques ont été très optimisés. Les activités de maintenance aussi mériteraient des efforts de rationalisation. Mais cela suppose d avoir la réelle maîtrise des installations.

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont BBC RT2012 Passive Tenir compte de matériaux et procédés innovants Recherche de performance à anticiper en amont Obligations de résultats Eviter l apparition de nouveaux désordres Constat : aggravation

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

CONFÉRENCE HOPITECH 2011

CONFÉRENCE HOPITECH 2011 CONFÉRENCE HOPITECH 2011 Bénéfices attendus de l intégration GTC & GMAO ANIMÉE PAR : ARNAUD PICHARD, RESPONSABLE MARKETING CODRA LAURENT TRUSCELLO, RESPONSABLE PRODUITS ET SERVICES CARL Software Hopitech

Plus en détail

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER 1. INTRODUCTION Les maîtres d ouvrage ou propriétaires de patrimoine immobilier qui s engagent dans la construction ou la rénovation d installations climatiques veulent avoir la certitude d obtenir le

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance Les référentiels et les formations de la fonction Assurer le bon fonctionnement grâce à une préventive et curative performante en : - organisant les services techniques en conséquence, - encadrant l'entretien

Plus en détail

Journée IHF Agen Le mardi 29 septembre 2015. Schneider Electric

Journée IHF Agen Le mardi 29 septembre 2015. Schneider Electric Journée IHF Agen Le mardi 29 septembre 2015 Schneider Electric Les marques historiques de Schneider Electric : Merlin Gerin, Distrelec, Telemecanique, France Transfo Les marques historiques de la branche

Plus en détail

Chapitre I. Approche de la maintenance industrielle

Chapitre I. Approche de la maintenance industrielle Chapitre I Approche de la maintenance industrielle 1 Introduction à la maintenance industrielle 1.1 Définition de la maintenance La maintenance est l'ensemble de toutes les actions techniques, administratives

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle ACTIVITÉS ET TÂCHES PROFESSIONNELLES Les activités professionnelles décrites ci-après, déclinées à partir des fonctions

Plus en détail

Gestion active des bâtiments. Classification des niveaux d intégration de la sécurité

Gestion active des bâtiments. Classification des niveaux d intégration de la sécurité Gestion active des bâtiments Classification des niveaux d intégration de la sécurité L évaluation de la performance d un bâtiment tient compte de sa consommation énergétique et de son empreinte environnementale

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Module Projet Personnel Professionnel

Module Projet Personnel Professionnel Module Projet Personnel Professionnel Elaborer un projet personnel professionnel. Connaissance d un métier, d une entreprise ou d un secteur d activités. Travail individuel de recherche SUIO-IP Internet

Plus en détail

ONEPROD MVX. Maintenance conditionnelle des machines critiques. Brand of ACOEM

ONEPROD MVX. Maintenance conditionnelle des machines critiques. Brand of ACOEM ONEPROD MVX Maintenance conditionnelle des machines critiques Brand of ACOEM La fiabilité des machines critiques est essentielle à tout industriel. Le moindre arrêt imprévu entraîne des pertes de production

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE DE BUS DANS LA TECHNIQUE DE BÂTIMENT LES BUS DANS UN BÂTIMENT INTELLIGENT

LA TECHNOLOGIE DE BUS DANS LA TECHNIQUE DE BÂTIMENT LES BUS DANS UN BÂTIMENT INTELLIGENT Page 1 of 6 LA TECHNOLOGIE DE BUS DANS LA TECHNIQUE DE BÂTIMENT OU LES BUS DANS UN BÂTIMENT INTELLIGENT Table des matières 1. L introduction 2. L organisation et la topologie des systèmes MCR / AdB (Mesure,

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

VISUBAT Votre partenaire BIM

VISUBAT Votre partenaire BIM VISUBAT Votre partenaire BIM MODÉLISATION BIM - AUDIT DE STRUCTURE - BIM MANAGER - BIM COORDINATEUR - AMO BIM - ACCOMPAGNEMENT des entreprises - MISE À NIVEAU de projets - SERVICE D ANALYSE du modele BIM

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ANNEXE I a RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES - 7 - LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE. 1. LE MÉTIER Secteur d activités et entreprise. Le BTS Maintenance Industrielle donne accès au métier de technicien

Plus en détail

LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1

LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1 LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1 La rénovation de la voie professionnelle, filière du tertiaire administratif a conduit à la création du baccalauréat professionnel

Plus en détail

Votre Partenaire pour vos projets d Automatismes de bâtiments Tertiaires et Industriels

Votre Partenaire pour vos projets d Automatismes de bâtiments Tertiaires et Industriels Votre Partenaire pour vos projets d Automatismes de bâtiments Tertiaires et Industriels Spécialisée dans le domaine de la gestion technique des bâtiments tertiaires et industriels, notre société développe

Plus en détail

Introduction à la maintenance

Introduction à la maintenance 1/- Introduction : Le maintien des équipements de production est un enjeu clé pour la productivité des usines aussi bien que pour la qualité des produits. C est un défi industriel impliquant la remise

Plus en détail

Assistant administratif et comptable niveau 4

Assistant administratif et comptable niveau 4 LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Assistant administratif et comptable niveau 4 EVALUATION GDI DU SALARIE Assistant administratif et comptable niveau 4 NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule

Plus en détail

ORGANISER CP3 : Organiser et optimiser les activités de maintenance

ORGANISER CP3 : Organiser et optimiser les activités de maintenance CP3.1 : Définir et/ou optimiser la stratégie de La liste des biens Déterminer les indicateurs de Les indicateurs sont correctement disponibilité des biens déterminés La politique de Les données de production

Plus en détail

Meta Productique. Présentation. Industrie. Analyse & Optimisation de Production. www.metaproductique.com

Meta Productique. Présentation. Industrie. Analyse & Optimisation de Production. www.metaproductique.com Meta Productique Technopole - 18 rue de la télématique - 42000 St Etienne Tél. +33 4 77 79 31 31 Fax. + 33 4 77 79 47 81 commercial@metaproductique.com Meta Productique Présentation Analyse & Optimisation

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION A. LA PROBLEMATIQUE La mission de toute production informatique est de délivrer le service attendu par les utilisateurs. Ce service se compose de résultats de traitements

Plus en détail

La gestion des réseaux électriques HTA des usines du SIAAP avec la CEI 61850

La gestion des réseaux électriques HTA des usines du SIAAP avec la CEI 61850 La gestion des réseaux électriques HTA des usines du SIAAP avec la CEI 61850 Owner Bruno ANDRE Olivier BOULY Schneider Electric SIAAP Date Journée thématique Club Automation du 20/03/2012 Schneider Electric

Plus en détail

C2O, une plate-forme de gestion et d automatisation de process

C2O, une plate-forme de gestion et d automatisation de process C2O, une plate-forme de gestion et d automatisation de process AVANTAGE PRODUCTION Siège social : 15 rue ampère - 60800 Crépy en Valois Tel: + 33 (0)1 76 77 26 00 - info@avantageproduction.com SARL au

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

S8 : STRATÉGIE DE MAINTENANCE

S8 : STRATÉGIE DE MAINTENANCE S8 : STRATÉGIE DE MAINTENANCE FINALITÉ L enseignement de la stratégie de maintenance doit apporter à l étudiant les connaissances, les outils d analyse et les outils méthodologiques lui permettant de remplir

Plus en détail

1. L évolution de la compétitivité de l entreprise... 1. 2. Le contexte de la nouvelle gestion de production... 4

1. L évolution de la compétitivité de l entreprise... 1. 2. Le contexte de la nouvelle gestion de production... 4 Sommaire Chapitre 1 Introduction 1. L évolution de la compétitivité de l entreprise... 1 2. Le contexte de la nouvelle gestion de production... 4 3. La gestion de production et les flux... 5 4. Gestion

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

Génie Électrique Courant Fort & Faible. Une entreprise n a de richesses que d Hommes

Génie Électrique Courant Fort & Faible. Une entreprise n a de richesses que d Hommes Génie Électrique Courant Fort & Faible Une entreprise n a de richesses que d Hommes L énergie électrique au service du bâtiment intelligent Notre métier : Réaliser le déploiement de l'énergie électrique

Plus en détail

LA GESTION D ASTREINTE White Paper

LA GESTION D ASTREINTE White Paper LA GESTION D ASTREINTE White Paper GENERALITES SUR LA GESTION D ASTREINTE :... 2 POURQUOI METTRE EN PLACE UNE GESTION D ASTREINTE AUTOMATISEE?... 2 LA TRANSMISSION DE L INFORMATION, LE NERF DE LA GESTION

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité Aerospace Valley Performances Industrielles Formations Collectives (PIFOCO) Cahier des charges pour une offre de sessions de formation lean. N 271 Sommaire Sommaire... 2 1-Aerospace

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/24/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 10 JUILLET 2015 Comité du programme et budget Vingt-quatrième session Genève, 14 18 septembre 2015 RAPPORT FINAL SUR LE PROJET RELATIF AU RENFORCEMENT DES NORMES

Plus en détail

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2 sur la région Bourgogne Etude initiale 06.06.2013 V1.2 Contenu 1. Contexte...3 1.1. Objectifs...3 1.2. Descriptif de l existant...3 2. Etude des solutions...3 2.1. Solution n 1 : uniformisation du système

Plus en détail

Chef de projet informatique CHEF DE PROJET INFORMATIQUE

Chef de projet informatique CHEF DE PROJET INFORMATIQUE Direction des Ressources humaines Chef de projet informatique J CHEF DE PROJET INFORMATIQUE Direction : Systèmes d Information Service : Études et développement Pôle : Projet et gestion applicative POSITIONNEMENT

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

REDINGER ENERGIES. EURL REDINGER ENERGIES, Siège social 185 Allée Kennedy, 62110 Hénin-Beaumont,

REDINGER ENERGIES. EURL REDINGER ENERGIES, Siège social 185 Allée Kennedy, 62110 Hénin-Beaumont, REDINGER ENERGIES Votre partenaire pour une solution globale et durable en Gestion Technique des Bâtiments. Ingénierie en système de sécurité des biens et des personnes dans tous types de locaux, Domotique,

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Présentation de la Société

Présentation de la Société Présentation de la Société 1 Présentation Générale SOCIETE INDEPENDANTE d étude, de conseil et d ingénierie basée à Aix en Provence, à 15 minutes de l aéroport de Marseille Provence et à 3 heures de Paris

Plus en détail

C.1. COMMUNIQUER-S INFORMER. Conditions de réalisation

C.1. COMMUNIQUER-S INFORMER. Conditions de réalisation C.1. COMMUNIQUER- INFORMER avoir faire C.1.1. : Communiquer avec le client Écouter le client Questionner le client sur le dysfonctionnement constaté et les conditions d utilisation du véhicule, du sous-ensemble

Plus en détail

Systèmes d information

Systèmes d information 11 Systèmes Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est de concevoir, développer, exploiter et entretenir des solutions (logicielles et matérielles) répondant aux besoins collectifs et individuels

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Dream Report. Dream Report vs Reporting Services

Dream Report. Dream Report vs Reporting Services Dream Report Dream Report vs Reporting Services Date : Mars 2015 A propos de Dream Report Dream Report est le 1 er logiciel d édition de rapport prêt à l emploi offrant aux utilisateurs la possibilité

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Ce document est destiné à suivre le parcours de formation d un candidat au CQP «Conduite de ligne de conditionnement», en intégrant :

Ce document est destiné à suivre le parcours de formation d un candidat au CQP «Conduite de ligne de conditionnement», en intégrant : Commission Paritaire Nationale de l Emploi des Industries de Santé CQP «Conduite de ligne de conditionnement» Livret de suivi de la formation en contrat de professionnalisation Nom et prénom du candidat

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

Ingénieur de recherche en statistique

Ingénieur de recherche en statistique Ingénieur de recherche en statistique E1D24 Statistique - IR Dans le cadre d une étude ou d un projet de recherche, l ingénieur de recherche en statistique conçoit le plan d analyse statistique et prend

Plus en détail

La Gestion Technique de Bâtiment Pour des bâtiments intelligents

La Gestion Technique de Bâtiment Pour des bâtiments intelligents La Gestion Technique de Bâtiment Pour des bâtiments intelligents Un levier important de la réduction des consommations d un bâtiment est la bonne gestion de ses équipements. En effet, la façon dont un

Plus en détail

Salon Progiciel Annecy ERP & manufacturing

Salon Progiciel Annecy ERP & manufacturing et Salon Progiciel Annecy ERP & manufacturing P. Reboud - 06.71.18.19.82 / D. Michallet 06 84 95 80 07 September 30 th, 2010 et Insert "IFS Offer, P. Reboud, 19/01/2010" 2 2010 Capgemini. All rights reserved

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

1/ Le patrimoine de l Entreprise :

1/ Le patrimoine de l Entreprise : Le directeur du service maintenance assume plusieurs responsabilités à savoir : - Une responsabilité technique du patrimoine qui lui est confié. A ce titre, il a : - Une connaissance approfondie des équipements

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2010 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france EVOLUTIONS DU LOGICIEL FINANCIER CORIOLIS

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

Informatique et codification Niveau 3

Informatique et codification Niveau 3 LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Informatique et codification Niveau 3 EVALUATION GDI DU SALARIE Informatique et codification NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule : Date de l'entretien :

Plus en détail

DÉPLOIEMENT D UN ERP. Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins

DÉPLOIEMENT D UN ERP. Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins 1 DÉPLOIEMENT D UN ERP Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins LA CONDUITE D UN PROJET ERP La conduite d un projet d ERP est différente

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification OBSERVATOIRE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Désignation du métier ou des composantes

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

Réussir l externalisation de sa consolidation

Réussir l externalisation de sa consolidation Réussir l externalisation de sa consolidation PAR ERWAN LIRIN Associé Bellot Mullenbach et Associés (BMA), activité Consolidation et Reporting ET ALAIN NAULEAU Directeur associé Bellot Mullenbach et Associés

Plus en détail

L ecoute, Le service, l echange,

L ecoute, Le service, l echange, L ecoute, Le service, l accompagnement, L assistance, l echange, la formation, le partenariat Acquérir nos solutions, ce n est pas seulement obtenir un outil informatique, c est également accéder à de

Plus en détail

LOT1 : Evaluation d un logiciel d inventaire et de gestion du parc OCS/GLPI (http://www.ocsinventory-ng.org/fr):

LOT1 : Evaluation d un logiciel d inventaire et de gestion du parc OCS/GLPI (http://www.ocsinventory-ng.org/fr): LOT1 : Evaluation d un logiciel d inventaire et de gestion du parc OCS/GLPI (http://www.ocsinventory-ng.org/fr): Présentation: GLPI est une application libre, distribuée sous licence GPL destine a la gestion

Plus en détail

La mutualisation des fonctions supports

La mutualisation des fonctions supports La mutualisation des fonctions supports Rappel des objectifs des expérimentations de mutualisation Expérimenter un traitement mutualisé de l assistance technique à la gestion du SNV2, des achats, de la

Plus en détail

Activités essentielles :

Activités essentielles : Localisation du poste : Université du Littoral Côte d Opale L opérateur logistique exécute un ensemble de tâches qui concourent au bon fonctionnement d un site dans les domaines suivants : entretien, prévention,

Plus en détail

GESTION DE VEHICULES. Tout système de gestion des clefs conduit à gérer ce à quoi elles donnent accès. GESTION DES CLEFS - GESTION DE VEHICULES

GESTION DE VEHICULES. Tout système de gestion des clefs conduit à gérer ce à quoi elles donnent accès. GESTION DES CLEFS - GESTION DE VEHICULES > GESTION DES CLEFS - GESTION DE VEHICULES 27 GESTION DE VEHICULES Tout système de gestion des clefs conduit à gérer ce à quoi elles donnent accès. > La première application naturelle qui s est imposée,

Plus en détail

Architecte d infrastructures informatiques

Architecte d infrastructures informatiques Architecte d infrastructures informatiques E1C23 Infrastructures informatiques - IR L architecte d infrastructures informatiques pilote la conception, le déploiement et la mise en oeuvre d'architectures

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

Chef de projet ou expert systèmes informatiques, réseaux et télécommunications

Chef de projet ou expert systèmes informatiques, réseaux et télécommunications Chef de projet ou expert systèmes informatiques, réseaux et télécommunications E1C23 Systèmes informatiques, réseaux et télécommunications - IR Le chef de projet ou l expert systèmes informatiques, réseaux

Plus en détail

FICHE METIER. «Technicien de maintenance vidéo» Technicien de maintenance audiovisuel APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Technicien de maintenance vidéo» Technicien de maintenance audiovisuel APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Technicien de maintenance vidéo Version 1 «Technicien de maintenance vidéo» APPELLATION(S) DU METIER Technicien de maintenance audiovisuel DEFINITION DU METIER Le technicien de maintenance est en charge

Plus en détail

2 GLOSSAIRE ET TERMINOLOGIE... 3 3 COMPOSITION DU SYSTÈME INFORMATIQUE... 3 4 ARCHITECTURE DU SYSTÈME INFORMATIQUE DE ROXANE... 4

2 GLOSSAIRE ET TERMINOLOGIE... 3 3 COMPOSITION DU SYSTÈME INFORMATIQUE... 3 4 ARCHITECTURE DU SYSTÈME INFORMATIQUE DE ROXANE... 4 Solution Roxane 1 SOMMAIRE 1 SOMMAIRE... 2 2 GLOSSAIRE ET TERMINOLOGIE... 3 3 COMPOSITION DU SYSTÈME INFORMATIQUE... 3 4 ARCHITECTURE DU SYSTÈME INFORMATIQUE DE ROXANE... 4 4.A ) L APPLICATION COMPO-MANAGER...

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS La gestion et la maîtrise des flux entrants et sortants du magasin nécessite la mise en œuvre d un dispositif à trois composantes : la classification

Plus en détail

LA télégestion L o u t i l p o u r l e con t rô l e et l a g e s t i on à d i s ta n ce de v o s i n s ta l l at i on s

LA télégestion L o u t i l p o u r l e con t rô l e et l a g e s t i on à d i s ta n ce de v o s i n s ta l l at i on s LA TÉLÉGESTION L o u t i l p o u r l e c o n t r ô l e e t l a g e s t i o n à d i s t a n c e de vos installations La télégestion : VOS BESOINS Sécurité des installations Etre alerté à tout moment d un

Plus en détail

Maintenance Industrielle

Maintenance Industrielle Maintenance Industrielle et Gestion des Risques Industriels Maintenance Industrielle Chapitre 2: Organisation de la fonction maintenance Dr. N.LABJAR Année universitaire 2013-2014 Processus de Production

Plus en détail

COLLOQUE NATIONAL de la PERFORMANCE INDUSTRIELLE

COLLOQUE NATIONAL de la PERFORMANCE INDUSTRIELLE COLLOQUE NATIONAL de la PERFORMANCE INDUSTRIELLE Analyse vibratoire expérimentale : outil de surveillance et de diagnostic Dr Roger SERRA ENIVL / LMR 1 Contexte (1/2) Première publication de la charte

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Insight Revendeur exclusif des solutions Masternaut a Maurice.

Insight Revendeur exclusif des solutions Masternaut a Maurice. Insight Revendeur exclusif des solutions Masternaut a Maurice. 1. Un pionnier sur un marché à fort potentiel Depuis sa création en 1996, Masternaut fait figure de pionnier. À ses débuts, le marché balbutiant

Plus en détail

B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes de production

B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes de production Toutes les actions sont à réaliser obligatoirement B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes de production du candidat Etablissement de formation / Ville Académie Épreuve E5 : Activités de maintenance Sous-épreuve

Plus en détail

FrontRange SaaS Service Management Self-Service & Catalogue de Service

FrontRange SaaS Service Management Self-Service & Catalogue de Service FrontRange SaaS Solutions DATA SHEET 1 FrontRange SaaS Service Management Self-Service & Catalogue de Service ACTIVATION DE LA PRESTATION DE SERVICE ET DE SUPPORT VIA L AUTOMATISATION Proposez des Opérations

Plus en détail

Le contrôle commande numérique (Résumé de l exposé d Emmanuel Besset lors de l4ag 2009)

Le contrôle commande numérique (Résumé de l exposé d Emmanuel Besset lors de l4ag 2009) expose_cnn.doc 1 Le contrôle commande numérique (Résumé de l exposé d Emmanuel Besset lors de l4ag 2009) o o o o o o o o o o o o o o o o o Rappel -Le Contrôle Commande : Il s agit des systèmes informatiques

Plus en détail

Surveillance et répartition des consommations multi-énergies

Surveillance et répartition des consommations multi-énergies LOGICIEL pour : Répartir et refacturer les dépenses énergétiques Télérelever les compteurs les consommations Surveillance et répartition des consommations multi-énergies Mesurer, analyse, économies, détecter,

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

N 2. Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales

N 2. Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales 82, bd des Batignolles - 75017 Paris - FRANCE Tél. : +33 (0)1 53 42 35 35 / Fax : +33 (0)1 42 94 06 78 Web : www.carrenoir.com N 2 Favoriser des partenariats concrets entre gares et collectivités locales

Plus en détail

DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN

DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN DEVENIR ANIMATEUR CERTIFIE DE LA DEMARCHE LEAN Certification CQPM réf : 2008 07 69 0272 Animateur de la démarche LEAN pour l amélioration de la performance et des processus. BUTS DE LA FORMATION : Etre

Plus en détail

ANNEXE I c LEXIQUE. 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels

ANNEXE I c LEXIQUE. 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels ANNEXE I c LEXIQUE 62 Baccalauréat professionnel Maintenance des équipements industriels Amélioration : Ensemble des mesures techniques, administratives et de gestion, destinées à améliorer la sûreté de

Plus en détail

BnF Systèmes d informatiques industrielles et GTC

BnF Systèmes d informatiques industrielles et GTC BnF Systèmes d informatiques industrielles et GTC Présentation club Automation 18 mars 2010 G. Lipari - BnF Y. Mirc Forclum Inf. & Systèmes Missions de la BnF Constituer et enrichir les collections Dépôt

Plus en détail

HUTCHINSON TUNISIE INGENIEUR ELECTRONIQUE

HUTCHINSON TUNISIE INGENIEUR ELECTRONIQUE HUTCHINSON TUNISIE FILIALE DU GROUPE MONDIAL HUTCHINSON, PARTENAIRE DE RÉFÉRENCE DES INDUSTRIES AÉRONAUTIQUE, INDUSTRIE, FERROVIAIRE ET AUTOMOBILE RECHERCHE POUR SON SITE BASÉ A SOUSSE. INGENIEUR ELECTRONIQUE

Plus en détail

jeudi 19 septembre 2013, Bournezeau Services et Solutions en Carrière

jeudi 19 septembre 2013, Bournezeau Services et Solutions en Carrière jeudi 19 septembre 2013, Bournezeau Services et Solutions en Carrière 1 Schneider Electric - le spécialiste mondial de la gestion de l énergie Des géographies équilibrées CA 2012 Milliards d euros de CA

Plus en détail

BEP Maintenance des produits et équipements industriels. Annexe I a. Référentiel des activités professionnelles. Page 4 sur 45

BEP Maintenance des produits et équipements industriels. Annexe I a. Référentiel des activités professionnelles. Page 4 sur 45 Annexe I a Référentiel des activités professionnelles Page 4 sur 45 Présentation Le diplôme du brevet d études professionnelles «Maintenance des produits et équipements industriels» (MPEI) valide un ensemble

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes éoliens

B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes éoliens Systèmes éoliens du candidat Établissement de formation / Ville Académie Épreuve E5 : Activités de maintenance Sous-épreuve E51 : Maintenance corrective d un bien Durée : 6 heures Coefficient 2 E51c Support

Plus en détail