TECHNICIEN SUPERIEUR TERRITORIAL CONCOURS EXTERNE SESSION 2010 RAPPORT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TECHNICIEN SUPERIEUR TERRITORIAL CONCOURS EXTERNE SESSION 2010 RAPPORT"

Transcription

1 TECHNICIEN SUPERIEUR TERRITORIAL CONCOURS EXTERNE SESSION 2010 RAPPORT établi à partir d un dossier portant sur la spécialité au titre de laquelle le candidat concourt. Cette épreuve est destinée à apprécier les capacités d analyse et de synthèse du candidat. Durée : 3 heures Coefficient : 2 SPECIALITE : INGENIERIE, GESTION TECHNIQUE Vous êtes technicien supérieur territorial dans la commune de Naturaville. La Directrice générale des services techniques vous demande de rédiger à son attention, exclusivement à partir des documents ci-joints, un rapport sur la réglementation technique dans la gestion des bâtiments. Document 1 : «Les normes sont-elles obligatoires?» - Revue Architrave n octobre pages Document 2 : «Sécurité des bâtiments, un appel aux professionnels» - 2 pages Document 3 : «Qualification et certification : quels progrès dans le bâtiment?» - 4 pages Document 4 : «Une politique française basée sur un renforcement de la réglementation» - Actu environnement - 22/09/ pages Document 5 : Document 6 : Document 7 : «Fonctionnalités d une GMAO» - 4 pages «La réglementation ne supprime pas les dangers» - 5 pages «Les normes de sécurité renforcées imposent de gros frais aux habitants» - Libération - Tonino Serafini - 1 février pages Ce document comprend : un sujet de 1 page, un dossier de 23 pages. Certains documents peuvent comporter des renvois à des notes ou à des documents volontairement non fournis car non indispensables à la compréhension du sujet. Reproductions effectuées par le C.D.G. 56 avec l'accord du Centre Français d'exploitation du droit de copie.

2 TECHNICIEN SUPERIEUR TERRITORIAL CONCOURS EXTERNE SESSION 2010 Epreuve : Rapport SPECIALITE : INGENIERIE, GESTION TECHNIQUE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET Ce document comprend : un sujet de 1 page, un dossier de 23 pages. Vous ne devez faire apparaître aucun signe distinctif dans votre copie, ni votre nom ou un nom fictif, ni signature ou paraphe. Aucune référence (nom de collectivité, nom de personne, ) autre que celle figurant le cas échéant sur le sujet ou dans le dossier ne doit apparaître dans votre copie. Seul l usage d un stylo soit noir soit bleu est autorisé (bille, plume ou feutre). L utilisation d une autre couleur, pour écrire ou souligner, sera considérée comme un signe distinctif, de même que l utilisation d un surligneur. Le non-respect des règles ci-dessus peut entraîner l annulation de la copie par le jury. Les feuilles de brouillon ne seront en aucun cas prises en compte.

3 DOCUMENT 1 1

4 2

5 3

6 4

7 DOCUMENT 2 Sécurité des bâtiments : un appel aux professionnels Auteur Alain BEAUJARD Le commissaire Alain Beaujard souhaite que les maîtres d ouvrage, les architectes, les urbanistes et les entreprises de bâtiment se préoccupent plus de la sûreté de ce qu ils construisent. La violence urbaine a-t-elle changé de nature? Alain Beaujard. Nous assistons à une violence beaucoup plus manifeste que par le passé, et qui est le fait de jeunes, hommes et femmes âgés de quinze à vingt-cinq ans. Un exemple de ce changement? Avant, on volait une voiture. Aujourd hui, on agresse le conducteur pour voler la voiture. Pourquoi? Sûrement parce les voitures sont plus sécurisées qu avant, plus difficiles à dérober. On constate qu une trop grande sophistication de la protection peut transformer la délinquance qui s exerçait sur les biens en délinquance sur les personnes. Il est donc important de mettre au point des stratégies permettant d éviter la menace... en évitant aussi qu elle ne dégénère en raison même des mesures de protection. Une de vos missions consiste à réaliser des études pour sécuriser des bâtiments. Comment procédez-vous? Nous menons une étude ou une consultation en trois étapes. D abord, nous élaborons des typologies des actes déviants pouvant s exercer contre des personnes ou des bâtiments sous la réserve qu il s agisse d un ensemble public ou parapublic. Ensuite, nous déterminons quelle est la vulnérabilité potentielle de la cible que nous étudions par rapport aux vecteurs d attaque possibles avec évaluation des dommages directs ou collatéraux potentiels. Enfin, nous proposons une protection technique et humaine. Il s agit pour nous de mettre en lumière les moyens de dissuader l agresseur, ensuite de le bloquer ou, a minima, de le freiner et, en dernier recours, d alerter les forces de sécurité publiques ou privées. La normalisation européenne va jouer un rôle à l avenir sur les règles de sécurisation des bâtiments Oui. La normalisation européenne est en marche. Dans le cadre du Comité européen de normalisation, nous travaillons à la prévention de la malveillance par l urbanisme et la conception des bâtiments. Trois groupes de travail se consacrent respectivement à la terminologie, aux grands équipements urbains et à l habitation, aux commerces et aux bureaux. De nouveaux thèmes vont être proposés à l Union européenne : «La sécurité des grandes plates-formes industrielles et commerciales», parkings, entrepôts, commerces à succursales multiples, stations-service, etc., et éventuellement«enseignement et sécurité» et «Hôpitaux et sécurité». Nous espérons qu en mars 2002 sera adopté le projet de norme européenne sur la protection contre la malveillance dans les habitations, les commerces et les bureaux. Elle restera facultative pendant trois ans avant de s imposer, après d éventuelles modifications proposées 5

8 par les Etats membres. Le texte sur les grands équipements urbains fait l objet d une concertation très étroite entre les représentants des différents ministères intéressés (ministères de l Intérieur, de l Equipement, délégation interministérielle à la Ville) et les différentes professions concernées. A quoi servira la normalisation en pratique? Elle permettra à la maîtrise d ouvrage ainsi qu aux architectes de se référer à un corpus de règles, inévitable guide de bonnes pratiques, et d effectuer une réelle analyse du risque encouru pour tel ou tel bâtiment. Mais il y a un choix économique à opérer Nous travaillons beaucoup avec les assureurs. C est vrai que la question se pose de savoir s il faut intégrer la sécurité au moment de la construction, en première monte, ou le faire plus tard. Il y a là une dimension économique à prendre en compte. Vous trouvez que les professionnels de l immobilier ne se préoccupent pas assez de la sécurité des bâtiments? Oui, je souhaiterais que nos relations s intensifient avec les maîtres d ouvrage, les architectes, les urbanistes et les entrepreneurs du bâtiment. Nous engageons déjà des réflexions avec les gestionnaires affiliés à la Fnaim pour définir des règles de base, concernant notamment les accès aux immeubles. Dans les pays du nord de l Europe et au Royaume-Uni, les professionnels paraissent beaucoup plus mobilisés. Certains bâtiments vous semblent-ils poser plus de problèmes que d autres? Le vrai problème aujourd hui, c est celui de la protection de l immeuble collectif d habitation au niveau de sa conception, de sa construction et de sa gestion. Or il n y a pas de réponse unique : tantôt il faut particulièrement sécuriser les halls d entrée, tantôt il faut rendre étanches les parkings ou repenser l organisation des voies. Trop souvent, l erreur est d associer la sécurité à une alarme et une porte blindée. Ce n est pas forcément la seule bonne réponse! En fait, il manque en France une réflexion stratégique en matière de sécurisation des bâtiments qui serait du même ordre que celle qui a été menée pour la sécurité contre les incendies. Aujourd hui, on vend du matériel, mais on n aborde que rarement la dimension macrosécuritaire du bâti. 6

9 DOCUMENT 3 Qualification et certification : quels progrès dans le Bâtiment? Auteur Pierre CHEMILLIER Le travail artisanal est souvent assimilé à un travail de qualité. Mais alors que se multiplient partout les signes de la qualité sous la forme de certificats, marques, labels, logos, chartes... visant à donner confiance à la clientèle, il est intéressant d examiner plus précisément comment l artisanat du Bâtiment se situe par rapport à ce mouvement général. Les métiers et savoir-faire des artisans, derrière un ensemble de traits communs, présentent une très grande diversité. Les traits communs sont, par définition, la petite taille de la structure, des équipements réduits, une activité essentiellement de main-d œuvre avec forte implication du chef d entreprise qui prend part lui-même à l exécution des travaux, sa volonté de maîtriser l ensemble de l activité, des interventions sur mesure adaptées à chaque client, peu de moyens consacrés à la gestion administrative et financière et à la communication, ces tâches étant souvent remplies par la conjointe de l artisan. Diversité des métiers et savoir-faire A côté de ces points communs, il existe une grande diversité de métiers et de savoir-faire. Selon une étude effectuée par la Fédération Française du Bâtiment(1), on peut schématiquement distinguer deux types d artisan : l artisan «local» et l artisan «spécialiste». L artisan «local» opère dans une zone géographique réduite, souvent très inférieure au département. Il fournit à sa clientèle des services de proximité, cette clientèle étant très variée, incluant des particuliers, des commerçants, des services municipaux. Le travail demandé est d une technicité courante, mais couvrant un champ assez large puisqu un même artisan, à partir de son métier de base, peut prendre en charge des travaux connexes, soit en les réalisant lui-même, soit en les sous-traitant à des confrères. Ce type d artisan, qui est largement le plus répandu, doit avoir une grande disponibilité et une souplesse d intervention vis-à-vis de sa clientèle, ce qui pose des problèmes d organisation et de relations qui sont souvent mal résolus. L artisan «local» est, en général, en relation étroite avec le négoce de matériaux, souvent avec un négociant principal chez qui il s approvisionne régulièrement, qui lui accorde éventuellement des facilités de paiement, qui parfois lui reprend ses déchets de chantier, qui le tient informé des nouveautés techniques. Depuis quelques années, on observe que, tout en conservant leur indépendance à laquelle ils 2 sont très attachés, les artisans «locaux» se regroupent parfois en association, souvent dirigée par un maître d œuvre, prenant en charge à la fois l étude et la réalisation tous corps d état d un chantier. Une telle activité n interdit pas à l artisan de réaliser par ailleurs, seul, d autres travaux. 7

10 Une autre forme d intervention qui s est développée est celle qui consiste à opérer en relation avec une grande surface de distribution de matériaux qui vend à sa clientèle non seulement un produit mais sa pose. De même, certains artisans se sont intégrés dans des réseaux animés par de grandes organisations de vente. C est le cas, par exemple, de Camif Habitat, filiale de la Camif, qui propose à ses sociétaires d étudier et de réaliser leurs travaux d aménagement ou de rénovation de l habitat ou de construction de maison individuelle sur mesure, grâce à un réseau national de partenaires agréés qui sont des architectes, maîtres d oeuvre, artisans. L artisan «spécialiste» possède une technicité forte sur un créneau étroit. Son champ géographique d activité est large, il peut être appelé à intervenir loin de ses bases, là où sa forte technicité est requise. Sa clientèle est elle-même en général spécialisée, elle est constituée de professionnels, rarement de particuliers. Dans l exercice de son métier, l artisan «spécialiste» doit avoir une capacité de diagnostic des problèmes, de conseil et d expertise. On peut distinguer deux types d artisan «spécialiste», celui qui maîtrise des techniques à l ancienne et celui qui maîtrise des techniques avancées. Le premier type se rencontre dans la rénovation et l entretien des monuments historiques : taille de la pierre, charpentes en bois, couvertures, enduits de façade. Le problème majeur pour ce type d artisan est de conserver son savoir-faire très spécifique et donc de former ou faire former la main-d œuvre appropriée. Le second type opère dans des domaines tels que la climatisation, les installations frigorifiques, la sécurité au feu, l alarme, etc. Il tient sa force de sa connaissance des solutions techniques, ce qui l oblige à se tenir étroitement informé des innovations dans son domaine. En outre, étant dans un secteur généralement très réglementé pour des raisons d hygiène et de sécurité, il est tenu de bien connaître cette réglementation, ses contraintes et ses opportunités. Lorsqu il applique une technique bien spécifique correspondant à la mise en œuvre d un équipement donné, il bénéficie souvent d une formation et d une assistance technique de la part du fabricant de cet équipement, avec lequel il a parfois un contrat de partenariat au sein d un réseau d entreprises. Quels signes de qualité? Comment ces divers artisans se positionnent-ils par rapport aux signes de la qualité, c est-àdire aux procédures de reconnaissance de leur métier et de leur savoir-faire? Un bref rappel à propos de ces signes et procédures est nécessaire. Nous évoquerons rapidement certaines démarches qui ne sont pas dépourvues d intérêt, mais ne font pas intervenir d organisme tierce partie, indépendant, dans l appréciation du savoirfaire de l entreprise. Il s agit par exemple de label, évoqué plus haut, délivré par un fabricant de matériau à des entreprises ayant l habitude d utiliser celui-ci et à qui ce fabricant dispense 3 une sorte de formation continue, voire d assistance technique. Un autre exemple nous est donné par la démarche AB5 qui a été mise en place par la Capeb, par laquelle un artisan prend, vis-à-vis de son client, cinq engagements relatifs aux services qu il lui fournit : accueil, conseil, rapidité d intervention, respect du devis, vérification de la satisfaction du client. Mais les signes les plus reconnus sont ceux qui sont délivrés par un organisme tiers, lui-même officiellement habilité à remplir une telle mission. à cet égard, on peut distinguer deux démarches : la qualification professionnelle et la certification. 8

11 La qualification, pour reprendre la définition donnée dans une norme à paraître prochainement, «a pour objet, sur le fondement d informations contrôlées et régulièrement actualisées, d attester de la compétence et du professionnalisme d un fournisseur et de la présomption de sa capacité à réaliser une prestation dans une activité donnée». Dans le Bâtiment, les deux principaux organismes de qualification sont Qualibat qui intervient pour la plupart des types d activité et Qualifelec qui s intéresse aux équipements électriques. Qualibat, dans des domaines présentant certains risques tels que le désamiantage ou le traitement des charpentes en bois, a introduit l obligation d audits. En outre, lorsque l entreprise a suivi une formation appropriée, sa qualification peut être assortie de la mention «Patrimoine bâti» qui atteste de sa compétence à travailler sur des bâtiments anciens. La certification, quant à elle, est le constat par un tiers, à travers des audits, que l entreprise agit en conformité avec certaines règles définies dans un référentiel. Il y a deux certifications qui concernent l entreprise. L une est la certification de son système de management de la qualité en référence à la norme Iso 9001 ou à des référentiels particuliers, plus simples, tels que ceux qu utilise Qualibat. L autre est la certification de service qui reconnaît la qualité des services que fournit l entreprise à ses clients à l occasion de ses interventions : accueil, conseil, précision et respect du devis, ponctualité, propreté, etc. C est l objet de la certification NF Services Bâtiment, mise en place récemment par Afnor Certification. Plus ou moins d intérêt pour une qualification L attitude de l artisan vis-à-vis de ces signes de la qualité dépend évidemment de son activité. Pour l artisan «local», l intérêt d une qualification n est pas évident car il est connu sur son territoire. Toutefois, il peut être amené à se faire qualifier s il travaille dans une grande ville où la réputation s établit plus difficilement, ou s il veut aborder les marchés publics, ou parce que cela lui procure une réduction de sa prime d assurance. De même, peut-il être conduit à la qualification s il s intègre dans un réseau d artisans coordonné par une grande organisation de vente : par exemple, Camif Habitat, évoquée plus haut, a adopté un processus de certification de services où elle s engage sur la compétence des artisans sélectionnés, ce qui l a conduite à les inciter à la qualification. La certification du système de management de la qualité n a pas non plus un intérêt évident car elle est peu demandée par la clientèle et l artisan ne réalise pas toujours qu elle peut l aider à améliorer son efficacité. En revanche, la certification de service qui n en est qu à ses 4 débuts peut connaître un développement dans un marché «concurrentiel», parce qu elle apporte un plus aux clients. Dans tous les cas, la réticence de l artisan à l égard des dossiers et des formalités administratives est un obstacle à son adhésion à la qualification ou à la certification. Pour l artisan «spécialiste», les choses sont différentes. La qualification est pour lui pratiquement obligatoire pour obtenir des commandes et elle est, en outre, recherchée par lui comme reconnaissance des efforts qu il fait pour être et rester un spécialiste. Les deux formes de certification peuvent lui être aussi très utiles, surtout la certification du système de management de la qualité, car elles sont souvent exigées par des clients importants, pratiquant eux-mêmes ces certifications, notamment la certification Iso Des perspectives de changement Est-ce que ces relations complexes entre l artisan et les signes de la qualité sont susceptibles d évoluer au cours des prochaines années? Plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Tout d abord, la crise de main-d œuvre compétente : si la situation actuelle de pénurie en la matière 9

12 s aggrave, avec pour conséquence une dégradation de la qualité des prestations, les artisans ayant fait un effort pour conserver une main-d œuvre de qualité voudront que cet effort soit pris en compte dans la concurrence, ce qui les poussera à la qualification et à la certification. Ensuite, le nouveau contexte de la commande publique qui a accru la liberté, mais aussi la responsabilité des maîtres d ouvrage, devrait les inciter à mieux sécuriser leurs choix et donc à privilégier les entreprises qualifiées et/ou certifiées. Le probable développement de réseaux d artisans gérés par de grandes organisations de vente et la concurrence entre ces réseaux est également un facteur qui milite en faveur des qualifications et certifications. La croissance du marché de la maintenance et de l entretien qui fait intervenir beaucoup d artisans va accroître la concurrence entre eux et peut pousser les meilleurs à prendre un avantage sur leurs concurrents en faisant état de leur qualification ou certification, notamment de service. Enfin, l émergence de techniques nouvelles, tout comme l apparition de nouvelles exigences relatives à la santé, à la sécurité, à l environnement, à l énergie peuvent amener à créer de nouvelles qualifications ou à en renforcer certaines, donnant l occasion aux artisans d en faire état pour se placer sur de nouveaux marchés. 10

13 DOCUMENT 4 Une politique française basée sur un renforcement successif de la réglementation Outre les dispositions européennes, la France a mis en place sa propre réglementation relative à la performance énergétique des bâtiments. La première réglementation thermique dans ce domaine date de 1974 en France. Elle est la réponse au premier choc pétrolier et constitue une mesure d urgence visant à limiter la consommation des bâtiments neufs. Basée sur un renfort de l isolation et une meilleure maîtrise du renouvellement de l air, elle sera suivie par plusieurs autres textes qui étendront la notion d économie d énergie à tous les bâtiments. Viendront ensuite les premières réglementations visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et la RT Depuis 1975, cette politique a permis de diviser la consommation unitaire par m² des logements neufs de 50%. Désormais, un objectif de baisse de 40% des consommations unitaires en 2020 par rapport à la réglementation de 2000 est fixé. Il sera réalisé par des renforcements successifs de la réglementation tous les cinq ans. Réglementation thermique pour les bâtiments neufs (RT2005) La derrière réglementation thermique date de 2006 même si, pour le principe, elle se dénomme RT Elle repose sur le décret du 24 mai 2006 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des constructions et sur l arrêté du 24 mai 2006 relatif aux caractéristiques thermiques des bâtiments nouveaux et des parties nouvelles de bâtiments. Elle se fixe comme objectif principal une amélioration de la performance énergétique des bâtiments neufs d'au moins 15% par rapport à la RT 2000 ce qui correspond à une consommation de chauffage d environ 85 kwh/m2/an maximum. Cette réglementation est en vigueur depuis le 1er septembre La RT 2005 s'inscrit dans la continuité de la RT 2000 et en reprend la structure réglementaire ainsi que les principes qui permettent au maître d'ouvrage de choisir la solution la plus économique pour atteindre la performance exigée. En effet, pour chaque type de bâtiment et chaque zone climatique, la RT 2005 fixe une consommation totale en kwh/m2 à ne pas dépasser. À Paris par exemple, la consommation d électricité de référence ne doit pas dépasser 181 kwh/m2/an et la consommation de gaz est fixée à 98 kwh/m2/an maximum. Alors qu à Toulouse la consommation électrique de référence est fixée à 144 kwh/m2/an et celle de gaz à 79 kwh/m2/an. Liberté est donnée au maître d ouvrage de choisir les solutions qui permettront de respecter ces consommations. Il peut choisir de renforcer l isolation ou opter pour des installations de production d énergie renouvelables. Il peut même choisir de mettre la climatisation mais il devra compenser sur d autres postes. Il existe toutefois des exigences minimales sur certains matériaux et équipements. Par rapport à la RT 2000, la RT 2005 intègre désormais la construction bioclimatique et permet sa valorisation aussi bien pour diminuer les besoins de chauffage que pour assurer un meilleur confort d'été. Parallèlement, la RT 2005 améliore la prise en compte des énergies renouvelables, notamment en les introduisant dans les calculs de référence. Pour l'énergie solaire par exemple, une part de production d'eau chaude sanitaire est calculée en référence. Concrètement, une maison individuelle (utilisant aussi bien l'électricité que les combustibles fossiles) devra être théoriquement équipée de 2 m² de capteurs solaires et un logement collectif utilisant l'électricité devra être équipé de 1 m² de capteurs solaires. À défaut, le bâtiment devra économiser l'énergie équivalente grâce à un surcroît d'isolation ou des systèmes de chauffage plus performants. 11

14 Réglementation thermique pour les bâtiments existants Depuis 1975, date de la première réglementation thermique, les logements neufs consomment de moins en moins d'énergie. Cependant, sur les 30,2 millions de logements français, 19,1 millions, soit 63 % du parc, ont été construits avant Le potentiel d'économies d'énergie est donc très important. C est pourquoi, la rénovation bénéficie d'une toute nouvelle réglementation thermique spécifique à travers le décret du 19 mars Cette réglementation est applicable aux bâtiments de plus de m2 de surface hors œuvre nette (SHON) faisant l'objet de travaux de réhabilitation importants : plus de 25 % de la valeur du bâtiment hors foncier. Depuis le 1er avril 2008, les travaux de rénovation doivent atteindre des seuils de consommation d énergie pour le chauffage, la ventilation, le rafraîchissement et l eau chaude sanitaire en fonction des catégories de bâtiments. Ces seuils ont été fixés par l arrêté du 13 juin Par ailleurs, avant d engager une réhabilitation de surfaces supérieures à m2, le maître d ouvrage doit réaliser une étude de faisabilité technique et économique des diverses solutions énergétiques : recours aux énergies renouvelables, raccordement à un réseau de chauffage ou de refroidissement collectif, pompes à chaleur, chaudières à condensation, cogénération L arrêté du 18 décembre 2007 précise les modalités de cette étude. D autres exigences de performances minimales s'appliquent depuis le 1er novembre 2007, composant par composant et équipement par équipement, aux bâtiments de taille inférieure à m2. Par exemple, de simples vitrages doivent être remplacés par des doubles vitrages peu émissifs, les isolants thermiques doivent présenter une résistance thermique minimale, les équipements un niveau de performance énergétique minimal, etc. L arrêté du 3 mai 2007 précise ces obligations. L'objectif à terme est de faire disparaître du marché les produits de construction ou équipements techniques obsolètes en terme de performances énergétiques, afin de privilégier la diffusion la plus large possible, des meilleurs produits disponibles. Mesures complémentaires Le décret du 19 mars 2007 impose également d autres mesures : rappelons que depuis le 1 er juillet 2007, les systèmes de climatisation dans les locaux ne doivent être mis ou maintenu en fonctionnement que lorsque la température intérieure dépasse 26 C. D autre part, le diagnostic de performance énergétique doit être affiché dans les bâtiments occupés par une collectivité publique de plus de m2 (SHON) ainsi que dans les établissements recevant du public. Actu Environnement.com Publié le 22/09/

15 DOCUMENT 5 Fonctionnalités d'une GMAO Une GMAO vise en premier lieu à assister les services maintenance des entreprises dans leurs missions. Rappelons qu'un service maintenance, selon la définition de l'afnor, cherche à maintenir ou rétablir un bien (équipement) dans un état spécifié afin que celui-ci soit en mesure d'assurer un service déterminé. Une GMAO peut également être un outil intéressant dans d'autres services de l'entreprise, comme la production ou l'exploitation (afin de fournir des informations sur l'état des équipements), ainsi que la direction financière ou générale de l'entreprise, en fournissant des indicateurs facilitant les prises de décisions en matière de renouvellement de parc, par exemple. Ainsi, les fonctions les plus courantes de ces progiciels sont : Gestion des équipements: inventaire des équipements, localisation, gestion d'information dédiée par type d'équipement (production, bâtiments, véhicules, réseaux, ordinateurs, etc.) Gestion de la maintenance : corrective (avec OT : ordre de travaux, ou BT : bon de travaux, ou ODM : ordre de maintenance), préventive (systématique, conditionnelle, prévisionnelle), etc. Ce module inclut souvent des fonctionnalités ouvertes à des utilisateurs au-delà du service maintenance, comme une gestion des Demandes d'intervention (DI), permettant à toute personne autorisée de l'entreprise de signaler une anomalie devant être prise en compte par la maintenance. Gestion des stocks : magasins, quantités minimum, maximum, de réapprovisionnement, analyse ABC, pick-lists, référencement et recherche, articles de rechange, catalogue fournisseurs, etc. Gestion des achats : de pièces détachées ou de services (sous-traitance, forfait ou régie), cycle devis / demande d'achat / commande / réception & retour fournisseur, facturation, etc. Gestion du personnel et planning : activités, métiers, planning de charge, prévisionnel, pointage des heures, etc. Gestion des coûts et budget : de main d'œuvre, de stocks, d'achat, de location de matériel, etc., préparation des budgets, suivi périodique, rapports d'écart, etc. KPI (Key Performance Indicators) : cockpit de pilotage ou tableau de bord pour le manager (requêtes de base de données concernant des statistiques, des alertes, etc.) D'autres fonctionnalités existent : gestion de l'inspection, métrologie, normes (transport, VRM, etc.), code-barres, lien avec un SIG, matériel mobile (PDA, pocket PC, etc.), télésurveillance (analyse vibratoire, infra-rouge, etc.). De plus, la GMAO est généralement la seule application de l'entreprise ayant une description complète et technique de l'ensemble des équipements de celle-ci. Ce constat a amené progressivement certaines GMAO à proposer des fonctionnalités s'appuyant sur cette connaissance des équipements, mais sortant du cadre des processus strictement maintenance. On peut citer par exemple le suivi de certaines réglementations (ATEX dans l'industrie, contrôle technique de véhicule, matériovigilance dans les hôpitaux, etc.), ou la gestion de certains processus métier liés aux équipements (suivi des consommations dans les transports, gestion des plans dans le bâtiment, etc.). L'ajout de ces fonctionnalités a amené les éditeurs à parler de plus en plus de logiciels d'asset Management (gestion des biens d'équipement) pour souligner que leurs applications avaient vocation à être utilisées bien au-delà du service maintenance. 13

16 Bénéfices attendus Les bénéfices attendus de la mise en place d'une GMAO sont potentiellement importants, bien que difficile à chiffrer car souvent indirects. On peut citer : Meilleure gestion et réduction des coûts (main d'œuvre, pièces détachées, traitement administratif, etc.), Amélioration de la fiabilité et de la disponibilité des équipements, Optimisation des achats (aide aux Appels d'offres, gestion des contrats de prestataires externes, etc.), Amélioration du REX : Retour d'expérience grâce notamment à l'historique des travaux de maintenance, Amélioration de la planification des interventions, Recherche du ratio préventif/correctif optimal en fonction des équipements gérés et des objectifs de disponibilité, Meilleur contrôle de l'activité des sous-traitants et prestataires externes, Amélioration de la gestion des stocks (meilleur contrôle des sorties, aide aux inventaires, optimisation du taux de rotation, etc.), Traçabilité des équipements, parfois pour répondre à des contraintes réglementaires (ATEX, 21CFR11, etc.), Participation à une démarche TPM, Aide à la décision grâce à la fourniture d'indicateurs plus objectifs, notamment les décisions de renouvellement de matériel. Secteurs d'activité concernés Tous les secteurs d'activité qui ont des équipements à maintenir sont potentiellement intéressés par l'exploitation d'un outil de GMAO. On peut ainsi citer les secteurs : de l'industrie (automobile, pharmaceutique, etc.) de la production, de la maintenance corrective et préventive de l'énergie (gaz, pétrole, électricité, etc.) des transports (routier, ferroviaire, aérien, transports publics, etc.) médical (hôpitaux, cliniques, etc.) de l'immobilier (HLM, locatif, d'entreprise et sièges sociaux, moyens généraux, etc.) de la grande distribution des collectivités locales (communauté urbaine, agglomération, aéroport, etc.) des travaux publics etc. En fonction du secteur d'activité concerné, des fonctionnalités ciblées peuvent exister sous la forme de solutions "verticales". Par exemple la signature électronique exigée par la FDA dans l'industrie pharmaceutique, la gestion des "assets linéaires" pour le monde pétrolier, la gestion de la calibration ou de la matériovigilance pour les équipements biomédicaux, des aspects sécurité et normes, etc. 14

17 Différentes appellations et familles de progiciels apparentées Les logiciels de Gestion de la maintenance assistée par ordinateur sont souvent désignés par l'abréviation GMAO. L'équivalent en anglais est "CMMS" pour "Computerized Maintenance Management System". Comme leur nom l'indique, ce sont des logiciels de gestion, destinés avant tout au monde de l'entreprise, et n'ayant que peu ou pas de fonctionnalités "temps réel". Plus récemment, est apparue en anglais l'appellation Enterprise Asset Management (EAM), qui a donné lieu à la traduction française Gestion des actifs. Cette traduction peut amener une confusion car le terme français "actif" a une connotation financière très marquée, alors que les outils d'eam ne s'intéressent qu'aux "actifs physiques", c'est-à-dire aux équipements et aux biens physiques gérés par l'entreprise. Cette nouvelle appellation traduit la volonté des logiciels EAM de dépasser le cadre des seuls services maintenance, en proposant des fonctionnalités intéressant les directions générales et financières de l'entreprise, ou en intégrant des processus métier sortant du cadre strict de la maintenance (gestion réglementaire, gestion de plans, suivi de consommation, etc.). En pratique, cette démarche concerne au moins autant la méthodologie de mise en oeuvre du logiciel dans l'entreprise que les fonctionnalités du logiciel lui-même. Intégration de la GMAO dans le système d'information de l'entreprise Une GMAO peut avoir un intérêt à s'interfacer avec d'autres logiciels existants de l'entreprise, et notamment : Une gestion des stocks : afin de gérer les stocks de pièce de rechange. En pratique, les spécificités de gestion d'un stock de pièces de rechange par rapport à un stock de production amènent souvent à utiliser les modules de gestion de stock proposés par les GMAO ellesmêmes. Une gestion d'achat : afin de gérer les achats de pièce de rechange ou de service. Des modules de gestion d'achat sont souvent proposés au sein des GMAO, mais il est souvent préférable d'utiliser le logiciel d'achat déjà en place dans l'entreprise. Une gestion budgétaire ou financière : la GMAO dispose de données de coûts qu'il peut être intéressant de consolider dans la gestion financière globale de l'entreprise. Une gestion électronique de document (GED) : notamment afin d'accéder à des archives de plans ou de documents techniques. Une gestion de patrimoine (dans le domaine immobilier) Un système temps réel de GTC/GTB : afin de générer automatiquement dans la GMAO des interventions en cas de survenance de certains évènements détectés par capteurs, ou afin de mettre à jour les valeurs de compteurs d'utilisation concernant certains équipements. GMAO dédiée ou ERP? La volonté d'intégrer de plus en plus la GMAO au sein du système d'information de l'entreprise a amené les éditeurs de progiciels de gestion intégré (ERP) à développer des modules GMAO au sein de leur offre. L'intérêt des ERP par rapport aux logiciels GMAO dédiés fait l'objet de débats. 15

18 Les partisans des ERP soulignent l'intérêt d'un produit unique en termes de cohérence dans la consolidation des informations (notamment les informations financières), mais également l'intérêt de disposer d'une interface utilisateur unifiée, de ne pas multiplier les compétences informatiques sur différents logiciels ou bases de données, de simplifier le projet en ne traitant qu'avec un seul intégrateur, d'éviter le développement d'interfaces spécifiques, etc. Les partisans des logiciels de GMAO dédiés soutiennent quant à eux que les modules GMAO des ERP apportent une vision plus financière que technique et ne satisfont donc que peu les utilisateurs maintenance, que les projets ERP sont d'une telle complexité que la partie maintenance est souvent négligée (les autres modules comme la production ayant priorité), qu'un outil de GMAO est en partie destiné à du personnel peu habitué à l'informatique et qu'il est essentiel dès lors de proposer une interface simple d'utilisation si l'on veut éviter au final un rejet des utilisateurs et une mauvaise utilisation du produit. Le marché de la GMAO dans le monde et en France Historique Historiquement, la notion de GMAO a émergé dans les années 1980, parallèlement à la Gestion de la production assistée par ordinateur (GPAO). Les tous premiers logiciels furent des développements spécifiques conçus pour répondre aux besoins de l'industrie, dans le cadre de la maintenance d'équipements de production. Les premiers progiciels (logiciels standards) datent en France de la fin des années 80 et eux aussi furent dans un premier temps destinés au milieu industriel. On compte à la fin des années 80 une dizaine de logiciels standards de GMAO proposés en France. Par la suite, les logiciels de GMAO ont trouvé des applications dans la maintenance de tous types d'équipements : biens immobiliers, véhicules, installations techniques (hôpitaux, centres de recherche, etc.), infrastructures de transport (autoroutes, aéroports, etc.). Face à cet élargissement des secteurs s'équipant en GMAO, les éditeurs ont réagi de manière diverse : certains éditeurs ont fait le choix de continuer à proposer un logiciel unique pour tous les secteurs, d'autres se sont spécialisés dans des domaines spécifiques et n'interviennent que dans ces domaines, d'autres enfin s'adressent à tous les domaines mais en proposant des versions pour chaque secteur d'activité particulier, développées à partir d'un "noyau" logiciel commun. En parallèle à cet élargissement des secteurs d'activité concernés, les logiciels de GMAO ont progressivement intégrés des fonctionnalités dépassant le cadre des besoins d'un service maintenance, en permettant une prise en charge plus globale des processus associés aux équipements. De fait, le marché de la GMAO est aujourd'hui indissociable de celui de l'asset Management (EAM), ou Gestion des Actifs physiques. 16

19 DOCUMENT 6 La réglementation ne supprime pas les dangers Auteur Fabien SQUINAZI Le citadin passe près de 90 % du temps à l intérieur de bâtiments (locaux de travail, écoles, crèches, domicile, locaux de loisirs, moyens de transport ). Alors que le bâtiment représente un symbole fort de protection et de refuge, les préoccupations de santé et de sécurité dans les édifices ont pris une grande place depuis quelques années pour leurs occupants et utilisateurs mais aussi pour les professionnels de la construction et de la maintenance, et les pouvoirs publics. Plusieurs textes réglementaires ont été publiés ces dernières années pour interdire des produits de construction, renforcer la protection des travailleurs et protéger les usagers des bâtiments. Les polluants et contaminants du bâtiment sont de nature chimique, physique ou biologique. On distingue les aller-gènes, les biocontaminants, les gaz (oxydes d azote, monoxyde de carbone, dioxyde de carbone, ozone, composés organiques volatils, radon ), les biocides, les fibres et particules, le plomb. Leurs sources sont multiples : l air extérieur, les matériaux de construction, d aménagement et de décoration, les appareils à combustion, les systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation, les activités humaines (vapeur d eau, tabagisme, produits domestiques, d entretien et de bricolage ). L impact de ces divers facteurs sur la santé des usagers du bâtiment peut se présenter sous deux formes cliniques : Des maladies spécifiques dont la cause peut être clairement identifiée (plomb, amiante, légionellose, allergène ). Elles se manifestent par des signes cliniques précis et/ou des résultats de tests ou d examens de laboratoire sans équivoque. Un ensemble de symptômes non spécifiques (oculaires, respiratoires, cutanés, maux de tête, difficultés de concentration ), d origine souvent multifactorielle. Ces symptômes, regroupés sous le terme de sick building syndrome, ou «syndrome des bâtiments malsains», disparaissent lorsque l usager quitte le bâtiment et ne correspondent pas à des critères cliniques de nature infectieuse, allergique ou toxique. Les facteurs de risque soumis à des textes réglementaires Le monoxyde de carbone L intoxication domestique par le CO constitue la première cause de mortalité par toxicité aiguë en France (300 décès par an). L intoxication légère ou modérée (maux de tête, vertiges, nausées, vomissements) est difficile à diagnostiquer. Le CO est produit lorsque la combustion est incomplète, quel que soit le combustible (charbon, bois, gaz, fioul, essence ). Sa présence est liée à un manque d aération ou à un mauvais entretien des appareils à combustion (chauffe-bain, poêles, chaudières ). Ces appareils sont soumis à l arrêté du 2 août 1997 relatif aux règles techniques et de sécurité applicables aux installations de gaz combustible et d hydrocarbures liquéfiés situées à l intérieur des bâtiments d habitation ou de leurs dépendances. 17

20 L amiante L amiante est une roche fibreuse qui a beaucoup servi dans la construction entre 1950 et 1980 pour ses diverses propriétés : solidité, résistance aux hautes températures et à la plupart des agents chimiques, isolation thermique et phonique. Les matériaux contenant de l amiante libèrent des fibres microscopiques lorsqu ils sont sciés, découpés, percés ou poncés ou lorsqu ils se dégradent. L inhalation de fibres d amiante peut entraîner des insuffisances respiratoires mais surtout induire un risque de cancer du poumon, de la plèvre et du péritoine. En milieu professionnel, le risque sanitaire est directement lié aux quantités souvent importantes de fibres inhalées. Dans les bâtiments où l exposition est faible, le risque est plus difficile à apprécier. La fabrication, l importation et la mise en vente de produits contenant de l amiante, notamment l amiante-ciment, ont été interdits par le décret n du 2 décembre Tous les immeubles bâtis construits avant le 1er juillet 1997 doivent avoir fait l objet d une recherche d amiante par un contrôleur technique ou un technicien de la construction, dans les flocages, calorifugeages, faux-plafonds, toitures, joints et dalles de sol en plastique (décret n du 13 septembre 2001 relatif à la protection de la population et des travailleurs contre les risques sanitaires liés à une exposition à l amiante). Les analyses de matériaux et produits sont réalisées par un organisme accrédité. Les propriétaires doivent constituer et tenir à jour un dossier technique «amiante», à la disposition des occupants de l immeuble, des services de santé et de toute personne effectuant des travaux dans l immeuble. Si les matériaux contenant de l amiante ne sont pas dégradés, on procède tous les trois ans à un contrôle de leur état de conservation. Si un début de dégradation est constaté, on pratique des analyses d air. Si le niveau d empoussièrement est supérieur à cinq fibres par litre, les propriétaires procèdent à des travaux de confinement (encapsulage par revêtement, imprégnation, encoffrement) ou de retrait de l amiante. L organisation du chantier par des entreprises qualifiées est soumise à des contraintes d hygiène et de sécurité spécifiques. Un contrôle périodique des travaux de confinement est obligatoire. Le plomb Les canalisations en plomb des réseaux publics, branchements et réseaux intérieurs d immeubles dégradent la qualité de l eau distribuée qui peut présenter un risque pour la santé des consommateurs. Leur emploi est interdit par le décret n du 7 avril La céruse, ou hydrocarbonate de plomb, a été utilisée jusqu au milieu du XXe siècle dans la fabrication des peintures et enduits pour une bonne protection des supports et une bonne tenue des peintures. Son accessibilité obtenue par une dégradation des revêtements ou une rénovation mal réalisée conduit à une intoxication des habitants et des travailleurs à la suite d inhalation ou d ingestion de poussières. Elle provoque des troubles réversibles, comme une anémie ou des symptômes digestifs, ou irréversibles par atteinte du système nerveux. La directive européenne n du 3 novembre 1998 demande d abaisser la valeur limite de plomb dans l eau à 25 μg par litre à fin 2003, puis à 10 μg par litre à fin Afin de respecter cette dernière valeur, les propriétaires devront assumer le remplacement ou le chemisage des raccords et canalisations contenant du plomb. Chaque matin ou après une absence de quelques heures, il est recommandé de faire couler l eau quelques minutes avant de la consommer. 18

FICHE. La GMAO en quelques lignes OCTOBRE 2008 THÉMATIQUE. Vincent Drecq

FICHE. La GMAO en quelques lignes OCTOBRE 2008 THÉMATIQUE. Vincent Drecq FICHE OCTOBRE 2008 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La GMAO en quelques lignes La G.M.A.O. (Gestion de Maintenance Assistée par Ordinateur) est un logiciel spécialisé qui facilite la réalisation

Plus en détail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Destiné aux entreprises réalisant des travaux susceptibles d'être en présence d'amiante

Plus en détail

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES Fiche pratique DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE - ordonnance n 2005-655 du 8 juin 2005 : mise en place du dossier de diagnostic technique - décret n 2006-1114

Plus en détail

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments. Présentation aux CHSCT Septembre 2014

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments. Présentation aux CHSCT Septembre 2014 Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments Présentation aux CHSCT Septembre 2014 PLAN I - HISTORIQUE II - GESTION COURANTE DES BÂTIMENTS III - GESTION DES OPERATIONS DE TRAVAUX

Plus en détail

L amiante AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT

L amiante AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT L amiante De quoi s agit-il? De quoi parle-t-on? Où le trouve-t-on? Quelles sont les causes d apparition des risques? Quels sont les effets néfastes de l amiante sur la santé? La réglementation Comment

Plus en détail

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques Légionelles Présence dans les milieux aquatiques naturels ou artificiels Conditions favorables

Plus en détail

Prévention des intoxications Entretien des chaudières

Prévention des intoxications Entretien des chaudières Journée Information «Monoxyde de Carbone» 18 juin 2012 Clermont-Ferrand Prévention des intoxications Entretien des chaudières Textes réglementaires et pratiques des professionnels Ministère de l'écologie,

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) Nouvelle ordonnance adoptée le 07 juin 2007,publiée au Moniteur belge le 11 juillet 2007 entrée en vigueur prévue juillet 2008 1. POURQUOI

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 21 novembre 2006 définissant les critères de certification des compétences des personnes

Plus en détail

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification ISO 50001 Le cadre réglementaire évolue incitant aujourd hui les Grandes Entreprises à s engager vers une meilleure efficience énergétique.

Plus en détail

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France RT 2012 OBJECTIF : La règlementation thermique RT 2012 a pour objectif de protéger l environnement en favorisant les économies d énergie. Inspirée du concept des bâtiments basse consommation (BBC), elle

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments INTRODUCTION Nécessité d'une vigilance particulière dans la gestions des bâtiment depuis 1997, date de l'interdiction de l'amiante en

Plus en détail

de la formation des travailleurs à la prévention des risques liés à l amiante s applique.

de la formation des travailleurs à la prévention des risques liés à l amiante s applique. FORMATION DES TRAVAILLEURS A LA PREVENTION DES RISQUES LIES A L AMIANTE POUR LES INTERVENTIONS SUSCEPTIBLE DE PROVOQUER L EMISSION DE FIBRES D AMIANTE DES ACTIVITES DEFINIES A L ARTICLE R.4412-139 DU CODE

Plus en détail

Observatoire de la qualité de l air intérieur : Présentation de la campagne nationale dans les immeubles de bureaux

Observatoire de la qualité de l air intérieur : Présentation de la campagne nationale dans les immeubles de bureaux Observatoire de la qualité de l air intérieur : Présentation de la campagne nationale dans les immeubles de bureaux Club Bureaux, 13 novembre 2013 Pour toute information : corinne.mandin@cstb.fr L OQAI

Plus en détail

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Risques sanitaires liés aux légionelles Infections de type grippal Infections respiratoires graves Légionelloses - Symptômes : 2 à 10

Plus en détail

DOSSIER VENTE. ou par un technicien de la construction qualifié ayant contracté une assurance professionnelle pour ce type de mission.

DOSSIER VENTE. ou par un technicien de la construction qualifié ayant contracté une assurance professionnelle pour ce type de mission. DOSSIER VENTE Dossier de diagnostic technique L obligation de fournir un dossier de diagnostic technique s inscrit dans l obligation générale pesant sur le vendeur d informer l acquéreur sur les caractéristiques

Plus en détail

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement Légionelles Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement La bactérie: évaluation des dangers Bacille gram - : 50 espèces, 64 sérogroupes naturellement présentes dans

Plus en détail

OPAH VINCENNES CENTRE-ANCIEN. Les diagnostics dans l habitat

OPAH VINCENNES CENTRE-ANCIEN. Les diagnostics dans l habitat OPAH VINCENNES CENTRE-ANCIEN Les diagnostics dans l habitat Tableau récapitulatif 11 Contrat de risque d exposition au plomb Diagnostic de performance énergétique Etat mentionnant la présence ou l absence

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

Les signes de qualité des entreprises du bâtiment

Les signes de qualité des entreprises du bâtiment Les signes de qualité entreprises du bâtiment Partie 1 : Les Qualifications, les Appellations Les signes de reconnaissance de la qualité acteurs sont repères (marques de certification, de, appellations,

Plus en détail

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée Dalkia, le leader européen des services énergétiques Dalkia filiale de EDF et de Veolia Environnement, place les enjeux environnementaux au cœur

Plus en détail

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET SUJET NATIONAL POUR L ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS CONCOURS INTERNE ET DE TROISIEME VOIE DE TECHNICIEN TERRITORIAL SESSION 2012 EPREUVE Elaboration d un rapport technique rédigé à l aide

Plus en détail

Marie-Christine ROGER

Marie-Christine ROGER Réglementation thermique des bâtiments anciens : État actuel et perspectives Marie-Christine ROGER Chef du bureau de la qualité technique et de la réglementation technique de la Construction Direction

Plus en détail

85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015

85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015 L amiante 85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015 I. Définition L amiante est un composé d origine

Plus en détail

Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie

Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie Ingénierie Conseils en Maintenance, Etudes de Productivité et Benchmarking Energies Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie IMPACT DU DEVELOPPENT DURABLE SUR LA CONCEPTION

Plus en détail

Construire un logement en respectant la RT2012

Construire un logement en respectant la RT2012 Construire un logement en respectant la RT2012 Mise à jour décembre 2012 Introduction La règlementation Thermique 2012 est entrée en vigueur en octobre 2011 pour les logements situés en zone ANRU. Elle

Plus en détail

Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION. Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail. Localisation de l intervention :

Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION. Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail. Localisation de l intervention : Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail Entreprise utilisatrice (client) Raison sociale : Représentée par : Coordonnées : Téléphone : Entreprise

Plus en détail

Réglementation thermique de l'existant

Réglementation thermique de l'existant Réglementation thermique de l'existant Atiane energy Villa Kappas - 2, avenue de Carras - 06200 Nice Tel. 06 62 78 39 38 - contact@atiane-energy.com www.atiane-energy.com SARL au capital de 9 000 Euros

Plus en détail

Direction générale de la Santé

Direction générale de la Santé Présentation du décret d n n 2011-629 du 3 juin 2011 relatif à la protection de la population contre les risques sanitaires liés à une exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis Commission de l hygiène,

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 22 octobre 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 9 sur 170 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

Construire un logement en respectant la RT2012

Construire un logement en respectant la RT2012 Construire un logement en respectant la RT2012 Mise à jour août 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction La règlementation Thermique 2012 s applique à tous les logements

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011 CATALOGUE CATALOGUE 2011 1 SOMMAIRE Professionnelle de la prévention, de l éducation et de la sécurité incendie, toute demande de formation spécifique est envisageable dès lors qu elle entre dans le cadre

Plus en détail

le faire réaliser? le DPE, par qui Le diagnostiqueur Le coût du DPE

le faire réaliser? le DPE, par qui Le diagnostiqueur Le coût du DPE le DPE, par qui le faire réaliser? Le diagnostiqueur C est un professionnel du bâtiment dont les compétences doivent être certifiées par un organisme accrédité par le COFRAC (Comité français d Accréditation).

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

Aide à l isolation de l habitat

Aide à l isolation de l habitat Aide à l isolation de l habitat Dans le cadre de l élaboration du Schéma Régional Climat Air Energie dit SRCAE, l état des lieux énergétique a mis en évidence la part du secteur du bâtiment dans le bilan

Plus en détail

Obligations des propriétaires et gestionnaires BÂTIMENTS À USAGE D'HABITATION

Obligations des propriétaires et gestionnaires BÂTIMENTS À USAGE D'HABITATION Obligations des propriétaires et gestionnaires BÂTIMENTS À USAGE D'HABITATION Édition février 2014 PROPRIÉTAIRES, GESTIONNAIRES DE PATRIMOINE IMMOBILIER, SOCOTEC VOUS AIDE À RÉPONDRE À VOS OBLIGATIONS

Plus en détail

LE RISQUE LEGIONELLOSE DANS L INDUSTRIE

LE RISQUE LEGIONELLOSE DANS L INDUSTRIE LE RISQUE LEGIONELLOSE DANS L INDUSTRIE Qu est-ce que la légionellose? La légionellose est une infection respiratoire provoquée par des bactéries appelées «legionella pneumophila» ou «légionelles». Ces

Plus en détail

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT Le Plomb dans l eau De quoi s agit-il? De quoi parle-t-on? Où le trouve-t-on? Quelle est son origine? Responsabilités Quels sont les effets néfastes du plomb dans l eau sur la santé? Comment les détecter?

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB) Dernière révision du document : juillet 2012 CONTEXTE La directive européenne 2002/91/CE sur la performance énergétique des bâtiments vise la réduction de

Plus en détail

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique ½ journée amiante Dreal Bourgogne Dijon, le 20 novembre 2014 La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique Énora PARENT, Cerema Ministère de l'écologie,

Plus en détail

exigences et RôLes de ChACUn des ACteURs A destination des : MAÎtRes d ouvrage MAÎtRes d ŒUVRe CooRdonnAteURs entreprises travailleurs intervenants

exigences et RôLes de ChACUn des ACteURs A destination des : MAÎtRes d ouvrage MAÎtRes d ŒUVRe CooRdonnAteURs entreprises travailleurs intervenants A destination des : MAÎtRes d ouvrage MAÎtRes d ŒUVRe CooRdonnAteURs entreprises travailleurs intervenants a exigences et RôLes de ChACUn des ACteURs Services de santé au travail que doivent faire Les

Plus en détail

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Jean Pascal Chirat Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Intervention Fnas Plan de l intervention Etat énergétique du parc des logements français selon les: Etiquettes

Plus en détail

Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments

Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments Division des bâtiments Office de l efficacité énergétique (OEE) Ressources naturelles Canada (RNCan) http://oee.nrcan.gc.ca/commerciaux/appuifinancier/existant/ameliorations/index.cfm?attr=20

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, EN CHARGE DES TECHNOLOGIES VERTES ET DES NÉGOCIATIONS SUR LE CLIMAT Arrêté du

Plus en détail

ACCORD DU 10 MARS 2010

ACCORD DU 10 MARS 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel DIAGNOSTIC TECHNIQUE DU BÂTI ACCORD DU 10 MARS 2010 RELATIF AU CHAMP D APPLICATION DE LA CONVENTION

Plus en détail

LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE DANS L IMMOBILIER. Présentation du 11 mars 2014 aux étudiants en BTS Professions Immobilières

LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE DANS L IMMOBILIER. Présentation du 11 mars 2014 aux étudiants en BTS Professions Immobilières LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE DANS L IMMOBILIER Présentation du 11 mars 2014 aux étudiants en BTS Professions Immobilières SOMMAIRE Le bâtiment et l énergie, un double enjeu L évolution et la valorisation

Plus en détail

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont BBC RT2012 Passive Tenir compte de matériaux et procédés innovants Recherche de performance à anticiper en amont Obligations de résultats Eviter l apparition de nouveaux désordres Constat : aggravation

Plus en détail

L évolution de la règlementation technique. Les «BREVES»

L évolution de la règlementation technique. Les «BREVES» L évolution de la règlementation technique Les «BREVES» Bruno de Baudouin Jean-Charles MASSON Rencontre BAT IM Club du 18 janvier 2011 URBANISME ET AMENAGEMENT Décret n 2010-304 du 22 mars 2010 Application

Plus en détail

L amiante. Evolution de la réglementation Rôle des diagnostics. Une gestion sous différents angles. Réglementation : une approche par polluants

L amiante. Evolution de la réglementation Rôle des diagnostics. Une gestion sous différents angles. Réglementation : une approche par polluants Une gestion sous différents angles de la réglementation r Rôle des diagnostics Joëlle Carmès (DGS) Richard Cayre (DGUHC) Des polluants identifiés Amiante CO FMA Radon Tabac D autres risques à déterminer

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Arrêté du 29 octobre 2012 relatif à l agrément de la demande de titre V relative à la prise en compte

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE EN 16247. Nour DIAB nour.diab@afnor.org 01.41.62.80.25 06.07.66.03.45

AUDIT ÉNERGÉTIQUE EN 16247. Nour DIAB nour.diab@afnor.org 01.41.62.80.25 06.07.66.03.45 AUDIT ÉNERGÉTIQUE EN 16247 Nour DIAB nour.diab@afnor.org 01.41.62.80.25 06.07.66.03.45 Une méthodologie pour des audits énergétiques de qualité dans des secteurs spécifiques Une norme en 5 parties EN 16247-1

Plus en détail

Diagnostic Gaz. Objectifs. Formation. Programme. Sessions 2014 Contactez-nous. Méthode pédagogique. Application du diagnostic selon les domaines :

Diagnostic Gaz. Objectifs. Formation. Programme. Sessions 2014 Contactez-nous. Méthode pédagogique. Application du diagnostic selon les domaines : Diagnostic Gaz Application du diagnostic selon les domaines : Tuyauteries fixes Organe de coupure supplémentaire GPL en récipient Robinet de commande d appareil Les lyres GPL Volume, Ouvrant Ventilation

Plus en détail

L amiante, un polluant fortement réglementé

L amiante, un polluant fortement réglementé L amiante, un polluant fortement réglementé Journée technique CoTITA «Prise en compte de la qualité sanitaire dans les 28/03/2014 bâtiments» 27 mars 2014 3 codes principaux Code de la santé publique Code

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 La Réglementation Thermique 2012 Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 1 Introduction Depuis le 1 er janvier 2013, une nouvelle réglementation thermique s applique à

Plus en détail

RT2012. News. News. www.samse.fr. Ensemble pour la. Ensemble pour la. www.samse.fr. Avec SAMSE et ses partenaires

RT2012. News. News. www.samse.fr. Ensemble pour la. Ensemble pour la. www.samse.fr. Avec SAMSE et ses partenaires Vous devez fournir les attestations de PC et de fin de travaux Attestation au depôt de pc : 1 Votre extension doit respecter les exigences de la élément par élément Attestation fin de travaux : Cette attestation

Plus en détail

Généralités sur les diagnostics et les diagnostiqueurs Le dossier de diagnostic technique et les compétences des diagnostiqueurs

Généralités sur les diagnostics et les diagnostiqueurs Le dossier de diagnostic technique et les compétences des diagnostiqueurs SOMMAIRE 5 Généralités sur les diagnostics et les diagnostiqueurs 5 1. Besoin de caractérisation des biens et produits 6 2. Apparition des diagnostics «obligatoires» 9 3. Documents d expertise ne pouvant

Plus en détail

Enéides propose, après analyse des besoins du client:

Enéides propose, après analyse des besoins du client: L énergie et le réchauffement climatique sont des enjeux majeurs du 21ème siècle. La disponibilité et le coût respectif des différentes énergies rendent nécessaire la maîtrise de nos consommations et un

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 APPLIQUABLE POUR LES PERMIS DE CONSTRUIRE DEPOSES A PARTIR DU 1 er JANVIER 2013. A compter du 1 er janvier 2013, seules les maisons répondant à la Réglementation Thermique

Plus en détail

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE :

REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : REFERENTIEL POUR L ATTRIBUTION DE LA MENTION RGE : RECONNU GARANT DE L ENVIRONNEMENT Date de mise en application : 20/02/2014 QUALIFELEC RE/0010 indice A 1 SOMMAIRE 1. DOMAINE D APPLICATION... 4 1.1 Objet...

Plus en détail

Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence"

Séminaire LCSQA Épisodes de pollution et mesures d urgence Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence" Jeudi 22 mai 2014 Messages sanitaires Marie FIORI (chargée du dossier Qualité de l air extérieur) Sous-direction de la Prévention des risques

Plus en détail

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Bureau d études créé en 2011 et axé sur l intégration du Développement Durable et de

Plus en détail

Vendredi 24 septembre 2010

Vendredi 24 septembre 2010 Vendredi 24 septembre 2010 HALL/PAVILLON 6 ATELIER 8 SALLE ORANGE - 10 h 15 / 11 h 00 Premiers enseignements de l entretien obligatoire des chaudières Premiers enseignements de l entretien obligatoire

Plus en détail

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 Novembre 2011 Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 La réglementation sur l amiante a fait l objet depuis de nombreuses années de plusieurs

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment)

Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment) FORMATION TECHNICIEN EN DIAGNOSTICS IMMOBILIERS Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment) Tél : 06 01 744 2 33 http:/ /www.

Plus en détail

Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments

Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments Ce dispositif s applique aux dossiers de demande d aide déposés auprès des services du Conseil régional. Les critères d éco-conditionnalité

Plus en détail

HOPITAL ET ECONOMIES D ENERGIES : UN CASSE-TETE?

HOPITAL ET ECONOMIES D ENERGIES : UN CASSE-TETE? HOPITAL ET ECONOMIES D ENERGIES : UN CASSE-TETE? Les dépenses publiques des hôpitaux ont augmenté de 50% en 10 ans et les hôpitaux ont une consommation d environ 400 kwh/m² d énergie finale (contre 100

Plus en détail

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-5 : LOGEMENT SOCIAL UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-5 : LOGEMENT SOCIAL UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS FICHE THEMATIQUE 4-5 : LOGEMENT SOCIAL Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 PRIORITE D INVESTISSEMENT

Plus en détail

DIAGNOSTICS IMMOBILIERS

DIAGNOSTICS IMMOBILIERS DIAGNOSTICS IMMOBILIERS Le dossier de diagnostic technique DDT permet à l acquéreur ou au locataire de mieux connaître les éléments essentiels du logement pouvant avoir des conséquences sur la sécurité

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

ANNEXE 1 AU RÈGLEMENT DE L APPEL À PROJETS

ANNEXE 1 AU RÈGLEMENT DE L APPEL À PROJETS ANNEXE 1 AU RÈGLEMENT DE L APPEL À PROJETS Acte d Engagements pour un accompagnement efficace du Maître d ouvrage pour la réalisation de son projet de rénovation énergétique document en vigueur au 10 mai

Plus en détail

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction l'image est endommagée. Redémarrez l'ordinateur, puis ouvrez à nouveau le fichier. Si le x rouge est toujours affiché, vous devrez peut -être supprimer l'image avant de la réinsérer. Obligations et rôles

Plus en détail

MAÎTRISE DE LA DEMANDE EN ÉNERGIE

MAÎTRISE DE LA DEMANDE EN ÉNERGIE DÉFINITION POURQUOI RÉDUIRE LA CONSOMMATION D ÉLECTRICITÉ CONTENU CO2 DE L ÉLECTRICITÉ MÉTHODES DE CALCUL CO2 QU EST-CE QUE LES CEE? PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE DÉFINITION Définition de l Ademe : «Pour réduire

Plus en détail

CERTIFICATION PATRIMOINE COPROPRIETE LA MARQUE DES RÉNOVATIONS DE QUALITÉ

CERTIFICATION PATRIMOINE COPROPRIETE LA MARQUE DES RÉNOVATIONS DE QUALITÉ CERTIFICATION PATRIMOINE COPROPRIETE LA MARQUE DES RÉNOVATIONS DE QUALITÉ Qu est-ce que la certification? La certification de produit est l'activité par laquelle un organisme, distinct du prestataire,

Plus en détail

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique Colloque Amiante mars 2015 Cadre réglementaire Décret du 3 juin 2011 relatif à la protection de la population

Plus en détail

Le rôle du maître d ouvrage.

Le rôle du maître d ouvrage. Le rôle du maître d ouvrage. Le maître d ouvrage peut être défini comme la personne morale ou physique pour laquelle l ouvrage est construit, il en est le responsable principal et, en tant que tel, est

Plus en détail

Catalogue des guides pratiques et des fiches téléchargeables. mars 2015

Catalogue des guides pratiques et des fiches téléchargeables. mars 2015 Catalogue des guides pratiques et des fiches téléchargeables mars 2015 Préambule : Certains guides et fiches non imprimés sont disponibles uniquement en ligne. L ensemble des guides et fiches (imprimés

Plus en détail

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Le Diagnostic de Performance Énergétique Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Édition : mars 2014 Le DPE, QUELS OBJECTIFS? Le diagnostic de performance

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 15 septembre 2006 relatif au

Plus en détail

Perrot - Doucet-Bon - Barrut

Perrot - Doucet-Bon - Barrut Kit Vendeur Les pièces obligatoires Pour préparer le compromis de vente de son bien immobilier, il faut dans tous les cas réunir : le titre de propriété le dernier avis de taxe foncière la liste des biens

Plus en détail

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Le Diagnostic de Performance Énergétique Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Édition : mars 2015 Être bien informés pour ÉCONOMISER L ÉNERGIE Vous

Plus en détail

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives TOURCOING 27 septembre 2013 Marie-Hélène LEFEBVRE Éléments de contexte depuis les 30 dernières années : augmentation de 20% de la consommation

Plus en détail

Le contrôle technique au service de la qualité de la construction

Le contrôle technique au service de la qualité de la construction Direction Départementale D des Territoires de la Savoie Éviter les non-conformit conformités s récurrentes r dans la construction neuve - Le contrôle technique au service de la qualité de la construction

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME

LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME LA RÉFORME DU CLASSEMENT DES MEUBLES DE TOURISME Direction de la réglementation des métiers du tourisme, des classements et de la qualité 18 août 2010 SOMMAIRE PRÉSENTATION DE ATOUT FRANCE 1. LES GRANDS

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET SUJET NATIONAL POUR L ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS CONCOURS INTERNE ET DE 3 ème VOIE DE TECHNICIEN PRINCIPAL TERRITORIAL DE 2 ème CLASSE SESSION 2012 EPREUVE Rédaction d un rapport technique

Plus en détail

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER OBJECTIFS Réaliser le dossier dans chaque domaine de diagnostique immobilier : amiante, plomb, diagnostic de performance énergétique, termites, gaz et installations intérieures électriques, mesurage des

Plus en détail

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES Introduction Les réglementations PEB régionales prennent en compte des consommations énergétiques pour le refroidissement. En outre, les réglementations d

Plus en détail

Exploitation maintenance

Exploitation maintenance Exploitation maintenance L exigence du service Air Climat en quelques mots Air Climat est un groupe indépendant, qui privilégie des valeurs essentielles : compétences des hommes, innovation et maîtrise

Plus en détail

REFERENTIEL DE QUALIFICATION

REFERENTIEL DE QUALIFICATION REFERENTIEL Pour l attribution et le suivi d une qualification d entreprise 11, rue de la Vistule 75013 PARIS tel 01 43 21 09 27 www.qualipropre.org Date d application : Avril 2013 1/7 SOMMAIRE 1. Objet

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien d intervention réseaux électriques monteur souterrain Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des fonctions en lien avec la qualification

Plus en détail

Manuel d installation et d utilisation. Ballon tampon PS V 1.0

Manuel d installation et d utilisation. Ballon tampon PS V 1.0 Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon PS V 1.0 TABLE DES MATIERES 1. Description du produit... 2 1.1 Type... 2 1.2 Isolation thermique... 2 1.3 Spécifications... 2 2. Généralités... 2 3.

Plus en détail

LE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Fiche juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

LE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Fiche juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire LE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Fiche juridique de la Sommaire ANALYSE DE LA CNL / Page 2 Le diagnostic de performance énergétique / Page 2 L état d installation intérieure de gaz et d électricité / Page 4 1 ANALYSE

Plus en détail