Étude prospective sur les potentialités économiques liées à l utilisation de la carte d identité électronique et de la signature électronique.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude prospective sur les potentialités économiques liées à l utilisation de la carte d identité électronique et de la signature électronique."

Transcription

1 Étude prospective sur les potentialités économiques liées à l utilisation de la carte d identité électronique et de la signature électronique Etude

2

3 Etude prospective sur les potentialités économiques liées à l utilisation de la carte d identité électronique et de la signature électronique Rapport final: juin 2008

4 Vous trouverez cette étude: 2 > informations économiques > études Infoshop SPF Economie Rue du Progrès, 48 B-1210 Bruxelles Tél. : ouvert tous les jours ouvrables de 9h à 17h00 Bibliothèque Fonds Quetelet City Atrium - 2 ème étage Rue du Progrès, 50 B-1210 Bruxelles Tél. : Fax : ouvert tous les jours ouvrables de 8h30 à 16h30 La reproduction de données afin de les utiliser dans d autres études est autorisée à condition de mentionner clairement et précisément la source. Le contenu de cette étude reproduit l opinion de ses auteurs et non celle du SPF Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie. Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Rue du Progrès, 50 B BRUXELLES N d entreprise : tél Pour les appels en provenance de l étranger : tél Editeur responsable : Lambert VERJUS Président du Comité de direction Rue du Progrès, 50 B-1210 BRUXELLES Dépôt légal : D/2008/2295/

5 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Table des matières Management Summary 6 Introduction 7 Méthodologie 8 Sources et informations consultées 10 1 Contexte général de l eid La carte eid Les fonctionnalités de la carte eid Positionnement des différents SPF concernés 17 2 Contexte juridique de l eid Cadre légal de la carte d identité électronique La vie privée Cadre légal Traitement des données d identification (excepté le numéro de registre national) Accès direct aux informations du Registre national Utilisation du numéro de registre national Droits en tant que citoyen Carte pour étrangers Kids-ID Solutions futures pour la protection de la vie privée Signature électronique Cadre et valeur juridique de la signature Archivage et horodatage électronique Vol d identité Conclusions concernant le contexte juridique de l eid 36 3 Contexte technique de l eid Démystification de l eid Aspects techniques de l eid Aspects techniques de l utilisation de l eid Problèmes techniques de l eid Possibilités technologiques pour la prochaine génération de cartes Conclusions sur le contexte technique de l eid 56 4 Contexte économique de l eid Cadre économique L e-commerce (ou commerce électronique) Cadre général de l e-commerce (ou commerce électronique) L e-commerce (ou commerce électronique) en Europe Le commerce électronique en Belgique Motivations de l utilisation de l eid par les entreprises Opportunités et obstacles à l utilisation de l eid selon les modèles commerciaux Conclusions sur le contexte économique de l eid 75 5 Contexte psychologique de l eid Consultation des utilisateurs 76 3

6 4 5.2 Contacts avec les organisations de consommateurs Enquête auprès des entrepreneurs néerlandophones Résultats de l enquête Résultats des discussions avec les entrepreneurs Enquête auprès des entrepreneurs francophones Résultats de l enquête Conclusions sur la comparaison des enquêtes francophone et néerlandophone Enquête et forum de discussion chez les adolescents (Internet) Conclusions sur le contexte psychologique de l eid Contexte international de l eid Introduction Analyse des développements relatifs à l eid dans quelques pays L Estonie L Autriche La Finlande L Italie La Suède L Espagne Le Portugal Singapour Les Pays-Bas La France L Allemagne Le Royaume-Uni Tableau comparatif Analyse des applications de l eid Classification des applications de l eid Analyse des applications de l eid existantes Composants Applications prêtes à l emploi Personnalisation Suggestions pour les applications eid à venir Conclusions des applications eid Études de cas Étude de cas Mutualité chrétienne Étude de cas Partage de voitures Étude de cas Ethias Étude de cas idtv Étude de cas ebay Étude de cas «porte-monnaie électronique» Étude de cas Espaces de discussion sécurisés avec l eid Étude de cas Certipost Étude de cas Isabel Étude de cas Carte REAL Conclusions des études de cas Recherche scientifique relative à l eid Recherche dans des universités et des centres de recherche Recherche dans les écoles supérieures Description de deux projets : adapid et eidea Conclusions et recommandations Conclusions Recommandations 171

7 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Annexes 173 Annexe 1 : Terminologie 174 Annexe 2 : Sources consultées 183 Annexe 3 : Listes des personnes contactées 185 Annexe 4 : Quelques autorités de certification importantes 190 Annexe 5 : Questionnaire ateliers entrepreneurs 192 Annexe 6 : Présentation de quelques appareils mobiles 195 Annexe 7 : Fiches applications eid 196 5

8 Management Summary La carte d identité électronique (eid) a été introduite en Belgique en C était un des développements les plus prometteurs pour la promotion et l évolution de l e-gouvernement et un exemple pour d autres pays. Mais la carte n a pas connu le succès espéré ; les applications eid n ont été disponibles que très lentement, la population n était pas prête à installer le lecteur et le logiciel de communication/échange, toutes sortes de problèmes au niveau de la protection de la vie privée ont émergé, au niveau technique l infrastructure n était pas encore mise au point et il y avait des lacunes importantes au niveau juridique. La carte, avec ses fonctionnalités d identification, d authentification et de signature électronique, peut également être utilisée par l industrie et le secteur privé. Tant les grandes entreprises que les PME et les particuliers peuvent profiter de la disponibilité de cette technologie. Il y a beaucoup de possibilités : l automatisation des processus qui peut générer des gains de temps importants et des files d attente beaucoup plus courtes, etc. Il est clair qu il y a une marge de croissance importante du nombre d applications utilisant l eid. On se pose la question de savoir pourquoi, à présent, il n y a pas encore tellement d applications. 6 Dans notre étude nous avons recherché les obstacles et les stimulateurs au développement de l utilisation de la carte. Quelles étaient les raisons de nature psychologique, économique, technologique ou juridique à la base du refus de l utilisation de cette carte? En parallèle nous avons essayé de faire un inventaire des applications existantes, et nous avons exploré les éléments clé de leur succès ou de leur échec. Voici nos conclusions principales : un entrepreneur investira uniquement sur base d une analyse coûts-bénéfices positive et à condition que l environnement technique et juridique soit stable. Un projet basé sur l eid ne peut réussir que s il n y a pas trop d obstacles pour les utilisateurs finaux et si le projet optimise le processus dans sa totalité. Nos conseils s adressent au gouvernement et plaident pour une approche intégrée du projet eid. Il faut mettre en place un encadrement dont un plan de communication est une partie essentielle. Ce dernier doit se focaliser sur un message positif qui met en évidence les possibilités de l eid et de la signature électronique. Il faut un cadre juridique clair, complet et stable, afin que les entrepreneurs et les citoyens comprennent ce qui est autorisé et ce qui ne l est pas. Il faut prévoir un support technique qui facilite le passage vers l eid tant pour les entrepreneurs que pour les utilisateurs,. Un logiciel de communication/échange qui est adapté au besoins réels des entrepreneurs, un helpdesk qui est disponible au moment nécessaire, vont permettre à l entrepreneur de se sentir soutenu dans le développement des applications. Finalement un climat de confiance doit être créé. D une part par la mise en place d une campagne de communication bien réfléchie et d autre part par la mise en évidence des initiatives positives et par la stimulation de l utilisation de l eid. Une fois que les citoyens et les entrepreneurs auront expérimenté les avantages de l utilisation de la signature électronique et/ou de l eid, ils seront plus motivés pour utiliser la carte.

9 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Introduction En septembre 2007, le SPF Economie nous a confié la réalisation d une étude sur les potentialités de la carte d identité électronique. Le titre de l étude, «Étude prospective sur les potentialités économiques liées à l utilisation de la carte d identité électronique et de la signature électronique», comporte de nombreux aspects. Ces aspects ont donné lieu à une recherche d informations sur les éléments essentiels suivants : Que recouvre le concept de «carte d identité électronique»? Quelles en sont les fonctionnalités? Quel est le matériel nécessaire pour pouvoir utiliser efficacement la carte? Quel est le cadre juridique? Existe-t-il une protection suffisante de la vie privée? Une signature électronique a-t-elle la même valeur juridique qu une signature manuscrite? Qu est-ce que l horodatage? Les entreprises peuvent-elles utiliser l eid? Qu est-ce que le vol d identité? Quelles sont les caractéristiques techniques de la carte? En quoi consistent les clés? En quoi consistent les certificats? Que faut-il pour sécuriser la carte? Qu est-ce que le cadre économique? En quoi consistent l e-commerce (ou commerce électronique) et l e-business? En matière d utilisation de la carte, quels sont les inhibiteurs et les stimulateurs? Quels modèles commerciaux pouvons-nous distinguer? Qu est-ce que le contexte psychologique? Quelle est la position des entrepreneurs par rapport à l utilisation de la carte? Observe-t-on une différence dans le comportement des jeunes et des adultes? Quels sont les développements au niveau international? Quelles applications peut-on déjà trouver sur le marché? Comment peut-on les répertorier? Existe-t-il des applications spécifiques méritant d être approfondies dans des études de cas? Quels sont les projets pour les prochaines générations de l eid? En quoi consistent la vision et la stratégie? Quelles sont les études menées dans les universités? 7 Avant de débuter l étude proprement dite, nous avons organisé un entretien personnel avec les membres du comité de pilotage (voir en annexe). Durant cet entretien, des idées concernant l objet de l étude ont été échangées. Nous avons pu ainsi brosser un aperçu de la problématique grâce aux différents angles d approche des personnes concernées. Ces entretiens nous ont amené à poser une série de constats et à établir une liste de sujets donnant lieu à étude complémentaire. Portée de l étude L étude se limite aux potentialités de l eid en dehors de l e-gouvernement. Nous nous sommes intéressés au monde des entreprises mais aussi aux organisations, associations et professions libérales. L objectif n est certainement pas de faire de cette étude un ouvrage de référence académique ni de dresser une liste exhaustive des applications de l eid. C est un instantané de la situation dans le domaine des inhibiteurs et des stimulateurs de l utilisation de l eid, qui vise à formuler des conseils pratiques pouvant aider à l exploitation du potentiel de la carte par le secteur privé.

10 Méthodologie Le contexte de notre sujet est à la fois juridique, psychologique, technologique et économique. Compte tenu de la dualité de l approche des différents mondes, avec d un côté, l imprécision et la marge d interprétation liées au monde juridique et psychologique, et d un autre côté, la précision et la rigueur de la technologie et de l économie, nous avons abordé l étude de la manière suivante : Informer : rassembler des faits, d une part, et des interprétations, d autre part Structurer et analyser Conclure Dans une première phase, lors des premiers entretiens, il est rapidement apparu que nous avions affaire à une matière complexe suscitant beaucoup de confusion, que la question était toujours considérée d un point de vue restreint, et que de nombreux préjugés subsistaient sur le sujet. Pour délimiter correctement la problématique, il importait de prendre en compte le point de vue et les préoccupations des diverses parties concernées. Les nuances dans les définitions et la terminologie faisaient obstacle à la communication. 8 Lors de la collecte des informations, nous avons consulté les différents départements des pouvoirs publics impliqués dans la réalisation de la carte eid, en organisant plusieurs interviews et entretiens individuels. Nous avons ensuite recherché les applications existantes en dehors de l e-gouvernement. Il s agit d un bon baromètre afin d évaluer le niveau d acceptation de la technologie eid dans l industrie. Nous sommes partis de la liste en ligne du Fedict publiée sur À nouveau, nous avons été rapidement confrontés à des préjugés et des obstacles techniques. À la suite de contacts établis avec plusieurs projets de recherche et dans le monde académique, nous avons découvert l importance des investissements et la perspective de résultats intéressants à court terme. Les utilisateurs ont également été consultés. Par le biais des organisations professionnelles, nous avons eu accès à une multitude d entreprises qui ont collaboré avec enthousiasme aux divers ateliers et enquêtes. Grâce à des recherches documentaires, nous avons défini les termes, concepts et tendances. Nous avons également analysé le mode d implémentation et l évolution de l utilisation de l eid à l étranger. Dans une deuxième phase, nous avons tenté d organiser la multitude d informations et de définir une structure efficace pour rapprocher les différentes applications. Nous avons cherché une structure pouvant aider les entreprises à déterminer si une solution est disponible à partir de leur problématique. Nous avons mené l analyse en groupe. Cette analyse comporte différents aspects : Le contexte juridique Le contexte technique Le contexte économique Le contexte psychologique Pour certaines applications, nous avons cherché une description plus détaillée. Il nous a semblé que la motivation et les alternatives à certains choix apportaient une contribution intéressante au contexte. Nous avons en partie utilisé les ateliers et les enquêtes comme caisse de résonance et confirmation de certaines tendances se dégageant de l analyse.

11 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Dans une troisième phase, nous avons recherché des modèles dans les différents contextes afin d établir une synthèse des recherches accomplies. Cela nous a conduit à formuler des conclusions et des recommandations. Guide de lecture Compte tenu de l importance de la terminologie et des définitions, nous présentons en annexe un aperçu des termes spécifiques utilisés dans ce rapport. Il peut être important pour le lecteur (la lectrice) de conserver la signification de ces termes en regard du texte pour une interprétation correcte du contenu. Notre objectif n est pas ici d asseoir la définition des termes. Nous souhaitons simplement communiquer avec clarté. La signification du terme authentification et les nuances entre signature numérique et électronique revêtent le plus d importance. Il nous faut signaler d emblée que nous avons toujours utilisé dans cette étude l expression «signature électronique» alors que le terme exact est «signature numérique». Nous avons opéré ce choix pour éviter toute confusion car la législation parle toujours de signature électronique. Eu égard à la complexité de la matière traitée, le chapitre 3 a été consacré à la démystification de la technologie. Nous voulions ainsi éviter de donner raison à ce professeur qui nous déclarait lors d un entretien : «quand on ne comprend pas, on invente». Nous tentons dans ce chapitre de présenter brièvement et dans un langage compréhensible les aspects techniques de l eid. 9 L analyse du contexte juridique, économique, psychologique et international nous fournit également une direction pour des analyses basées sur des faits (chapitres 2, 4, 5 et 6). Les annexes reprennent le détail des différentes applications actuelles ayant servi de base à nos recherches. Dans le chapitre 7, nous approfondissons les caractéristiques des différents groupes d applications et dans le chapitre 8, nous analysons quelques applications spécifiques sous la forme d études de cas. Dans le chapitre 9, nous présentons un aperçu des recherches scientifiques menées dans le domaine de l eid. Enfin, le chapitre 10 présente le résultat de cette étude, avec les conclusions et les recommandations. Rappelons à nouveau que cette étude n a nullement pour objectif d être un ouvrage de référence académique ni d établir des listes exhaustives d applications.

12 Sources et informations consultées Pour cette étude, nous avons consulté un large éventail de sources d informations et interrogé de nombreux acteurs. La liste complète des institutions, organisations et entreprises contactées figure en annexe. L interrogation des membres du comité de pilotage est un élément déjà abordé dans l introduction. Les résultats de ces entretiens nous permettent de délimiter la mission et de la situer dans un contexte plus vaste. En plus du SPF Economie, nous avons aussi contacté d autres institutions gouvernementales fédérales concernées par l eid, à savoir le SPF Intérieur, Fedict, le SPF Sécurité Sociale et l Agence pour la Simplification Administrative de la Chancellerie du Premier Ministre. Ils nous ont expliqué le contexte de la préparation, du planning et du lancement de l eid ainsi que toutes les problématiques qui y sont rattachées. Nous avons également recherché les synergies et les conflits au niveau européen. À cet effet, nous avons contacté des entreprises internationales, nous avons consulté nos collègues étrangers chez IBM et nous avons établi des contacts avec la Commission européenne. 10 Pour avoir un aperçu de la recherche scientifique, les principaux acteurs contactés furent les universités, les hautes écoles et autres centres de recherches en charge de l étude concernant l eid. Pour connaître le point de vue des entrepreneurs, nous avons contacté l Unizo, la FEB et un réseau wallon d universités et d entreprises (Infopole Cluster ICT). C est de cette manière que nous avons pu interroger les entreprises, à travers des enquêtes et des ateliers. De plus, bon nombre d autres acteurs concernés ont été interrogés, comme l organisation de consommateurs Test-Achats et le CRIOC (Centre de Recherche et d Information des Organisations de Consommateurs), Agoria, le VVSG, etc. Une série de sociétés et organisations qui intègrent l eid dans leur fonctionnement ont aussi été contactées, par exemple Ethias ou les Mutualités chrétiennes. Celles-ci ont été largement examinées dans les études de cas. Pour conclure, un grand nombre de fabricants d applications de l eid ont été questionnés.

13 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» 1 Contexte général de l eid 1.1 La carte eid La carte d identité électronique est la pièce d identité légale du Belge. A l heure actuelle, la vieille carte en papier est encore en train d être remplacée par la nouvelle carte électronique mais en 2009 chaque Belge âgé de douze ans et plus devrait en principe disposer d une eid. Comment est la carte? 11 Sur la nouvelle carte d identité électronique se trouvent les mêmes données que sur les vieilles cartes en papier ainsi que quelques données supplémentaires. Il y a toutefois beaucoup de malentendus au sujet de ce qui se trouve ou non sur la carte. Beaucoup de gens pensent que la carte comprend de l information sensible, comme le dossier médical, le casier judiciaire, etc. Ceci n est toutefois pas le cas. De manière à éclaircir ce qui se trouve réellement sur la carte, nous en faisons un relevé : Les données qui peuvent être lues à l oeil nu sont : Le nom Les deux premiers prénoms La première lettre du troisième prénom La nationalité Le lieu et la date de naissance Le sexe Le lieu de délivrance de la carte La date de début et de fin de validité de la carte La dénomination et le numéro de la carte La photo du détenteur Les signatures du détenteur et du fonctionnaire communal

14 Le numéro d identification du Registre national Un hologramme qui reprend la photo du détenteur et une partie de son numéro de registre national Les données qui peuvent être lues de manière électronique : 12 Le nom Les deux premiers prénoms La première lettre du troisième prénom La nationalité Le lieu et la date de naissance Le sexe Le lieu de délivrance de la carte La date de début et de fin de validité de la carte La dénomination et le numéro de la carte La photo du détenteur Le numéro d identification du Registre national Le lieu de résidence principal du détenteur Les clés d authentification et de signature (clés publiques) Les certificats d authentification et de signature La certification accréditée du prestataire de service L information nécessaire à l authentification de la carte et à la protection des données lisibles électroniquement reprises sur la carte, ainsi que les certificats qualifiés y afférents Les autres mentions imposées par la loi Les données qui se trouvent sur la carte, mais qui ne peuvent pas être lues, même pas de manière électronique : Les clés privées Le code pin Seules les autorités peuvent changer les données sur l eid. L eid refuse les adaptations qui ne sont pas signées par le Registre national. Les données qui ne se trouvent pas sur la carte : État civil Composition de famille Historique des lieux de résidence Informations au sujet de la profession et de la sécurité sociale Informations au sujet du permis de conduire, milice, élections Historique des consultations du dossier

15 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Ces données ne sont donc pas publiques mais peuvent bien être lues et contrôlées via l application «Mon dossier», qui est mis à disposition par les autorités (Fedict). Il s agit d une application de manière à consulter votre dossier personnel dans le Registre national. Chaque Belge peut lire ses données personnelles à l aide de l eid et vérifier les instances qui ont lu les données. Le but est, d une part, de créer une certaine forme de transparence, d autre part de donner aux gens la possibilité d identifier les erreurs et de communiquer la correction à la commune. Il y a seulement moyen de lire ces propres données, pas de les manipuler. Il est évident que les données des autres personnes sont inaccessibles. En quoi consiste la carte? La carte en tant que support physique de données a les caractéristiques suivantes : Sur la carte, une puce (microprocesseur) contenant toutes les données a été insérée, de manière à en permettre une lecture électronique. Matériau de la carte : polycarbonates pour l eid et PVC pour la Kids-ID. La Kids-ID est la carte d identité électronique pour les enfants de moins de douze ans, cette carte sera traitée dans le chapitre Contexte juridique de l eid. Soudure de la puce : la colle est adaptée au matériau. Dans la phase de démarrage, on utilisait un autre type de colle qui a généré des problèmes au niveau de la soudure de la puce. Surtout chez les hommes qui ont souvent leur portefeuille dans la poche arrière de leur pantalon, la puce se détachait de la carte, suite à quoi ils devaient demander une nouvelle carte. 13 De quoi a-t-on besoin pour utiliser la carte? Pour utiliser la carte de façon électronique, on a besoin des éléments suivants : Un lecteur de carte : une liste avec les points de vente des lecteurs de cartes est disponible sur le site web : Le software pour installer le lecteur de carte ainsi que celui pour utiliser les applications eid (middleware), peuvent être trouvés via le site web : 1.2 Les fonctionnalités de la carte eid L eid a trois fonctionnalités : l identification, l authentification et la signature électronique. Ces fonctionnalités peuvent être expliquées à un utilisateur à l aide de la figure ci-dessous.

16 Par exemple un contrat Par exemple à la réception d une organisation Signatur e Signatur e Juridiquement contraignante (avec code pin) Par exemple accès sécurisé aux sites Web Identificati on (sans code pin) Exacte, facile, rapide Authenticati Authentification on (avec code pin) Haute protection 14 Identification : la présentation de l identité, donc montrer qui on est. Ceci se fait sans utiliser le code pin. Authentification : c est le processus au cours duquel on vérifie si une personne est celle qu elle prétend d être. En d autres mots, l authentification garantit l identité des individus ou des organisations avec lesquelles on communique. Pour l authentification, le code pin est nécessaire. Signature électronique : c est la signature des formulaires de façon électronique. Le code pin est utilisé ici. Quand on signe avec l eid, ceci a la même valeur juridique qu une signature manuscrite. Les fonctionnalités et leur processus sont expliqués ci-après et ultérieurement dans le rapport. Identification L identification est la fonctionnalité la plus simple. On utilise l identification pour la transmission correcte d informations, par exemple dans un hôtel, à la réception d une entreprise, etc. Le processus pour s identifier est facile et rapide. La seule chose à faire est de placer la carte dans un lecteur de carte. Toutes les données apparaissent alors automatiquement sur l écran du PC, dans une application spécialement conçue ou non. Authentification L authentification avec l eid permet de se connecter aux sites web protégés d une façon sécurisée. Le principe est expliqué dans le schéma 1 ci-dessous. 1 En réalité, le processus est fortement automatisé, de sorte que l utilisateur n a guère conscience de ces différentes étapes, tant et si bien que les étapes 5 à 8 sont parfaitement transparentes pour lui. L utilisateur ne sera en général confronté qu à des messages signalant si la signature est valable ou non.

17 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» 15 Source : mémoire «eid : qu est-ce que c est, comment ça marche et quelles sont les possibilités offertes?» (Alexander Goossens) Signature électronique Avec la signature électronique, on peut signer en toute sécurité des contrats électroniques, des factures, des s, etc. Comment apposer une signature électronique? Le principe d apposition d une signature électronique est expliqué dans le schéma ci-dessous.

18 Source : mémoire «eid : qu est-ce que c est, comment ça marche et quelles sont les possibilités offertes?» (Alexander Goossens) 16 Comment déterminer si une signature électronique est valable? Le contrôle de la validité d une signature électronique est expliqué dans le schéma ci-dessous. Source : mémoire «eid : qu est-ce que c est, comment ça marche et quelles sont les possibilités offertes?» (Alexander Goossens)

19 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» 1.3 Positionnement des différents SPF concernés Ci-dessous nous listons les différents organismes publics qui sont directement concernés par l eid. Nous trouvons ceci essentiel pour comprendre la chaîne de processus complète concernant la production, la diffusion et l utilisation de l eid et pour examiner si l harmonisation se fait de façon optimale. SPF Intérieur : Législation autour de la reconnaissance de la carte d identité électronique Administrateur du Registre national (les données) Éditeur de la carte ; la délivrance elle-même se fait par les communes Helpdesk pour les fonctionnaires publics (communes) Helpdesk (02/ /17) pour les cartes perdues/volées (citoyens) Éditeur de la kids-id Éditeur de la carte pour étranger 17 SPF Économie : Auteur de la reconnaissance (législation) de la signature électronique et tiers de confiance Engagement du point de vue «faire des affaires», plutôt que représentant des entreprises Reconnaissance des autorités de certification et de leur contrôle Le service de la protection des consommateurs, entre autres, au sujet du commerce électronique Fedict : Soutien technique lors de la réalisation de la carte et de la signature électronique Développement du middleware et des applications qui utilisent l eid et la signature électronique Soutien technique aux SPF pour le développement des applications qui utilisent l eid et la signature électronique Propriétaire du site web Helpdesk pour les questions techniques Chancellerie du Premier Ministre : ASA - Agence pour la Simplification Administrative : Stimuler la demande unique de données Coordonner l egov, stimuler la coopération entre les SPF pour aligner les processus de backoffice

20 SPF Sécurité sociale : Intégration de la carte SIS et de l eid Gérer la base de données des mandats pour les médecins et le personnel médical Est pour beaucoup d organisations l intermédiaire pour l obtention d informations du Registre national SPF Justice : Réglementation de l utilisation et de l abus de l eid et la signature électronique Le projet Phénix utilisera l eid pour identifier les personnes et leurs mandats de manière à ce qu elles obtiennent l accès à l information et aux applications accordées A côté des SPF, l Union européenne joue aussi un rôle important dans la création d un cadre législatif. Union européenne : 18 Réglementation : o Dirigeant : la réglementation doit être respectée par les États membres. La législation des différents États membres doit être conforme à cette réglementation. o Standardisant : un nombre de dispositions auxquelles les cartes et les données doivent satisfaire de manière à ce qu une forme minimale de conformité et de compatibilité soit présente. o Réglementaire : une économie de marché ouverte doit être possible. Après ce relevé des principaux acteurs participant activement à l eid, les contextes juridique, technique, économique et psychologique de l eid seront décrits dans les chapitres suivants.

LA CARTE D IDENTITE ELECTRONIQUE

LA CARTE D IDENTITE ELECTRONIQUE LA CARTE D IDENTITE ELECTRONIQUE HISTORIQUE Le Conseil des Ministres du 22 novembre 2000 a approuvé une note concernant une infrastructure PKI (Public Key Infrastructure) et l utilisation d une carte d

Plus en détail

Note d observations de la Commission nationale de l informatique et des libertés concernant la proposition de loi relative à la protection de l

Note d observations de la Commission nationale de l informatique et des libertés concernant la proposition de loi relative à la protection de l Note d observations de la Commission nationale de l informatique et des libertés concernant la proposition de loi relative à la protection de l identité Examinée en séance plénière le 25 octobre 2011 Depuis

Plus en détail

A- La licéité du traitement des données à caractère personnel de la santé.

A- La licéité du traitement des données à caractère personnel de la santé. Note juridique relative à la demande du Service Public Fédéral Santé Publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement d enregistrer dans les hôpitaux les patients traités pour des détresses

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e. S o m m a i r e EAUX DE BAIGNADE. BANQUE DE DONNéES CONCERNANT LES élèves

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e. S o m m a i r e EAUX DE BAIGNADE. BANQUE DE DONNéES CONCERNANT LES élèves MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 725 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 55 110 22 2 mai avril 2009 2013 S o m m a i r e S o m m a i r

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/11/070 DELIBERATION N 09/029 DU 2 JUIN 2009, MODIFIÉE LE 7 JUIN 2011, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE

Plus en détail

«Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.»

«Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Manuel BCE Select 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Table des matières Introduction... 4 1. Demande d accès...

Plus en détail

OBJET : Avis d initiative relatif à l organisation de la publicité cadastrale.

OBJET : Avis d initiative relatif à l organisation de la publicité cadastrale. N 32 / 2001 du 10 septembre 2001 N. Réf. : 10 / A / SE / 1997 / 011 OBJET : Avis d initiative relatif à l organisation de la publicité cadastrale. La Commission de la protection de la vie privée, Vu la

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

LA CARTE D IDENTITE ELECTRONIQUE

LA CARTE D IDENTITE ELECTRONIQUE LA CARTE D IDENTITE ELECTRONIQUE HISTORIQUE Le Conseil des Ministres du 22 novembre 2000 a approuvé une note concernant une infrastructure PKI (Public Key Infrastructure) et l utilisation d une carte d

Plus en détail

Instructions administratives relatives au site web CHECKDOC et à l application DOCSTOP

Instructions administratives relatives au site web CHECKDOC et à l application DOCSTOP Service public fédéral Intérieur Direction générale institutions et population Service Population et Cartes d identité Instructions administratives relatives au site web CHECKDOC et à l application DOCSTOP

Plus en détail

SITUATION DES PROJETS DU REGISTRE NATIONAL.

SITUATION DES PROJETS DU REGISTRE NATIONAL. SITUATION DES PROJETS DU REGISTRE NATIONAL. ETAT DE LA SITUATION DE QUELQUES PROJETS DU SERVICE DU REGISTRE NATIONAL. PRESENTATION AU COMITE DES UTILISATEURS DU R.N. LE 16 MARS 2007. Liste des projets.

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/128 DÉLIBÉRATION N 09/067 DU 3 NOVEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DES REGISTRES

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 7 mars 2006;

Vu le rapport d auditorat de la Banque-carrefour reçu le 7 mars 2006; CSSS/06/052 1 DELIBERATION N 06/020 DU 18 AVRIL 2006 RELATIVE A LA DEMANDE D ACCES AUX REGISTRES BANQUE CARREFOUR DE LA SECURITE SOCIALE DANS LE CHEF DU SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES DANS LE CADRE DE

Plus en détail

Le Registre national

Le Registre national E Le Registre national 34 2005 RAPPOR D ACTIVITES E.1. Description Le Registre national est un système de traitement d'informations qui assure, conformément aux dispositions de la loi du 8 août 1983 organisant

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques POLITIQUE SCIENTIFIQUE FEDERALE rue de la Science 8 B-1000 BRUXELLES Tél. 02 238 34 11 Fax 02 230 59 12 www.belspo.be Fiche de projet pour les institutions publiques Cette fiche est remplie par une institution

Plus en détail

Taxe sur les jeux et paris. Obligations fiscales

Taxe sur les jeux et paris. Obligations fiscales Taxe sur les jeux et paris Obligations fiscales 2014 Contenu Préambule... 3 1. A qui est destiné ce document?... 4 2. Par quelles dispositions législatives la taxe sur les jeux et paris estelle réglée?...

Plus en détail

PRIME À L EMBELLISSEMENT DES FAÇADES EN RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

PRIME À L EMBELLISSEMENT DES FAÇADES EN RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE PRIME À L EMBELLISSEMENT DES FAÇADES EN RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE FORMULAIRE DE DEMANDE Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 2 mai 2002 (MB du 25.06.2002), complété par l arrêté

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LA DÉCLARATION DOMICILIAIRE n LC 141 Novembre 2004 - 3 - LA DÉCLARATION DOMICILIAIRE Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DE LA CLÉ REAL ET DES CERTIFICATS ASSOCIÉS

CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DE LA CLÉ REAL ET DES CERTIFICATS ASSOCIÉS CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DE LA CLÉ REAL ET DES CERTIFICATS ASSOCIÉS 1 PRÉAMBULE ET OBJET Le Conseil Supérieur du Notariat (CSN) propose aux notaires et à leurs collaborateurs, une Clé Real dans

Plus en détail

AVIS N 37 / 2000 du 14 décembre 2000.

AVIS N 37 / 2000 du 14 décembre 2000. AVIS N 37 / 2000 du 14 décembre 2000. N. Réf. : 10 / A / 2000 / 036 OBJET : Projet d arrêté royal autorisant la Société du Logement de la Région de Bruxelles-Capitale et les sociétés immobilières de service

Plus en détail

Vu la demande d'avis technique et juridique adressée au Service public fédéral Intérieur en date du 26 novembre 2014 ;

Vu la demande d'avis technique et juridique adressée au Service public fédéral Intérieur en date du 26 novembre 2014 ; 1/10 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 21/2015 du 25 mars 2015 Objet: Autorisation générale d utilisation du numéro d identification du Registre national dans le cadre du recours

Plus en détail

Vu la loi du 15 janvier 1990 relative à l institution et à l organisation d une Banque- Carrefour de la sécurité sociale, notamment l article 15 ;

Vu la loi du 15 janvier 1990 relative à l institution et à l organisation d une Banque- Carrefour de la sécurité sociale, notamment l article 15 ; CSSS/07/045 DÉLIBÉRATION N 07/018 DU 24 AVRIL 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À LA SOCIÉTÉ FLAMANDE DES TRANSPORTS DE LIJN EN VUE DE LA DISTRIBUTION D ABONNEMENTS À CERTAINES

Plus en détail

la Directive «Services» 2006/123/CE

la Directive «Services» 2006/123/CE la Directive «Services» 2006/123/CE présentation du 22 février 2008 pour la Ville et les Communes de la Région de Bruxelles-Capitale Van De Sande J.M. SPF Economie DG Potentiel économique Président de

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

La coordination des soins de santé en Europe

La coordination des soins de santé en Europe La coordination des soins de santé en Europe Droits des personnes assurées et des membres de leur famille selon les règlements (CE) n 883/2004 et (CE) n 987/2009 La coordination des soins de santé en

Plus en détail

Cette directive doit encore être transposée dans le droit belge. Le délai de transposition expire le 30 avril 2006.

Cette directive doit encore être transposée dans le droit belge. Le délai de transposition expire le 30 avril 2006. Date: 10-05-2006 M.B. : 26-05-2006 Circulaire relative au dépassement du délai de transposition de la directive 2004/38 relative au séjour des ressortissants U.E. et des membres de leur famille Prolongation

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique La loi Informatique et Liberté aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé La protection des données

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

PETER HUSTINX CONTRÔLEUR. Objet: avancée sur le paquet de mesures pour une réforme de la protection des données

PETER HUSTINX CONTRÔLEUR. Objet: avancée sur le paquet de mesures pour une réforme de la protection des données PETER HUSTINX CONTRÔLEUR Président du Conseil de l Union européenne Secrétariat général Conseil de l Union européenne Rue de la Loi 175 1048 Bruxelles, Belgique Bruxelles, le 14 février 2014 PH/ABu/mk/

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» CSSS/11/009 DÉLIBÉRATION N 11/006 DU 11 JANVIER 2011 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL NON CODÉES

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

F Architecte intérieur A04 Bruxelles, le 28.09.2007 MH/BL/JP A V I S. sur

F Architecte intérieur A04 Bruxelles, le 28.09.2007 MH/BL/JP A V I S. sur F Architecte intérieur A04 Bruxelles, le 28.09.2007 MH/BL/JP A V I S sur DEUX REQUETES EN PROTECTION DU TITRE D ARCHITECTE D INTERIEUR PRESENTEES PAR L ASSOCIATION DES ARCHITECTES D INTERIEUR DE BELGIQUE

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 septembre 2007 ;

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 septembre 2007 ; 1 CSSS /07/155 DÉLIBÉRATION N 07/054 DU 2 OCTOBRE 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES SOCIALES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR L OFFICE NATIONAL DE SÉCURITÉ SOCIALE À L OFFICE WALLON DES DÉCHETS EN VUE

Plus en détail

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK 1. OBJET DU RÈGLEMENT DU «SERVICE ZOOMIT ING» Le règlement du service Zoomit ING (ci-après dénommé le «Règlement») a pour objet de donner

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2013-129 DU 27 NOVEMBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DECLARATIONS DE TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES CONCERNANT

Plus en détail

Cartes électroniques. 1 décembre 2008

Cartes électroniques. 1 décembre 2008 Cartes électroniques 1 décembre 2008 Nécessité de modernisation Mobilité Lutte contre la fraude/criminalité Nouveaux besoins sociaux Simplification administrative Réglement (CE) nr. 1030/2002 du Conseil

Plus en détail

CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL

CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL Statistiques annuelles, 2010-2013 1. Données générales sur les premières cartes pour étrangers ou documents

Plus en détail

Études sur la traduction et le multilinguisme

Études sur la traduction et le multilinguisme Études sur la traduction et le multilinguisme Contrôle de la qualité de documents dans les administrations publiques et les organisations internationales Résumé 2/2013 Traduction Europe Direct est un service

Plus en détail

Délibération n 2008-190 du 15 septembre 2008

Délibération n 2008-190 du 15 septembre 2008 Délibération n 2008-190 du 15 septembre 2008 Sexe / Transsexualisme / Emploi privé / Rappel à la loi / Recommandations Les personnes transsexuelles sont souvent victimes de discrimination durant la période

Plus en détail

Pour une cyberadministration citoyenne : Propos pertinents et impertinents.

Pour une cyberadministration citoyenne : Propos pertinents et impertinents. Pour une cyberadministration citoyenne : Propos pertinents et impertinents. Y. Poullet Doyen de la faculté de droit des FUNDP Directeur du Crid y.poullet@fundp.ac.be http://www.crid.ac.be 1.Au moment où

Plus en détail

1. Procédure. 2. Les faits

1. Procédure. 2. Les faits Avis relatif à la notification en vue d un contrôle préalable reçue du délégué à la protection des données de la Banque européenne d investissement concernant l enregistrement des conversations téléphoniques

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 02/2014 du 15 janvier 2014

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; Avis n 02/2014 du 15 janvier 2014 1/8 Avis n 02/2014 du 15 janvier 2014 Objet: Avant-projet d arrêté du Gouvernement wallon modifiant certaines dispositions du Code réglementaire wallon relatives à l'intégration des personnes étrangères

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/14/137 DÉLIBÉRATION N 07/003 DU 9 JANVIER 2007, MODIFIÉE LE 2 FÉVRIER 2010, LE 5 JUILLET 2011 ET LE 7 OCTOBRE 2014,

Plus en détail

e-creabis Aide Avant Attribution d un numéro Bis Description générale

e-creabis Aide Avant Attribution d un numéro Bis Description générale e-creabis Avant de commencer Description générale Attribution d un numéro Bis 1 e-creabis est un service en ligne qui permet aux administrations communales de créer, dans le registre Bis, un numéro Bis.

Plus en détail

DELIBERATION N 2010-15 DU 3 MAI 2010

DELIBERATION N 2010-15 DU 3 MAI 2010 DELIBERATION N 2010-15 DU 3 MAI 2010 PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA COMPAGNIE DES AUTOBUS DE MONACO RELATIVE AU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

CONSEIL CONSULTATIF DE JUGES EUROPEENS (CCJE) ROUMANIE

CONSEIL CONSULTATIF DE JUGES EUROPEENS (CCJE) ROUMANIE Strasbourg, 27 Janvier 2011 CCJE-GT(2011)1 CONSEIL CONSULTATIF DE JUGES EUROPEENS (CCJE) QUESTIONNAIRE EN VUE DE LA PREPARATION DE L'AVIS N 14 SUR LA DEMATERIALISATION DU PROCESSUS JUDICIAIRE ET L'UTILISATION

Plus en détail

RECOMMANDATION N 01 / 2007 du 2 mai 2007

RECOMMANDATION N 01 / 2007 du 2 mai 2007 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacycommission.be COMMISSION

Plus en détail

DESCRIPTION DU COMPOSANT

DESCRIPTION DU COMPOSANT Gestion des utilisateurs et des accès Composant pour un Egov intégré Qu'est-ce qu'un composant? C est un élément indispensable à l intégration des systèmes e-gov des différents niveaux politiques. Cet

Plus en détail

Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS :

Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS : Royaume du Maroc Rabat, le 14 juin 2007 Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires 178 س 2 77 Etrangères et de la Coopération 11/ /08 CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS : - Les

Plus en détail

CONVENTION D'UTILISATION SERVICE E-PAYMENT

CONVENTION D'UTILISATION SERVICE E-PAYMENT CONVENTION D'UTILISATION SERVICE E-PAYMENT Objectif du document : Une convention d'utilisation est un contrat spécifique à un service qui stipule les conditions liées à l'utilisation d'un service spécifique

Plus en détail

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006)

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006) Bilan de l application de la recommandation de la Commission nationale de l informatique et des libertés du 29 novembre 2001 sur la diffusion de données personnelles sur Internet par les banques de données

Plus en détail

2. Accords généraux concernant la prescription

2. Accords généraux concernant la prescription 2. Accords généraux concernant la prescription INTRODUCTIon La prescription doit permettre au pharmacien de délivrer de manière adéquate le bon médicament. La prescription doit satisfaire à un certain

Plus en détail

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique 2008 Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique EASYPAY GROUP Juli 2008 Table des matières Introduction... 3 Simplification administrative... 3 Participation au développement durable...

Plus en détail

SECURITE SOCIALE ET TRAVAIL A L ETRANGER QUE FAIRE?

SECURITE SOCIALE ET TRAVAIL A L ETRANGER QUE FAIRE? Office National de Sécurité Sociale SECURITE SOCIALE ET TRAVAIL A L ETRANGER QUE FAIRE? 1. Envoi dans des pays de l Union européenne (UE) Depuis le 1er mai 2010, le Règlement CE n 883/2004 détermine la

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/11/001 DÉLIBÉRATION N 11/001 DU 11 JANVIER 2011 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LA

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Prénom Nom : Signature : Date : Service : Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Ce texte, associé au règlement intérieur des entités, a pour objet de préciser la responsabilité

Plus en détail

Conditions d'utilisation de la plateforme Défi papiers

Conditions d'utilisation de la plateforme Défi papiers Conditions d'utilisation de la plateforme Défi papiers Préambule : La lecture et l acceptation des présentes conditions d utilisation, ci-après les «Conditions d Utilisation», sont requises avant toute

Plus en détail

Loi fédérale sur la libre circulation des avocats

Loi fédérale sur la libre circulation des avocats Loi fédérale sur la libre circulation des avocats (Loi sur les avocats, LLCA) 935.61 du 23 juin 2000 (Etat le 1 er janvier 2011) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 95 de la Constitution

Plus en détail

Vu la demande d'avis de la DG Office des Etrangers du SPF Intérieur reçue le 12/11/2015;

Vu la demande d'avis de la DG Office des Etrangers du SPF Intérieur reçue le 12/11/2015; 1/6 Avis n 01/2016 du 13 janvier 2016 Objet: Avis sur le projet d Arrêté royal modifiant l arrêté royal du 10 décembre 1996 relatif aux différents documents d identité pour les enfants de moins de 12 ans

Plus en détail

La Commission de la protection de la vie privée (ci-après, «la Commission») ;

La Commission de la protection de la vie privée (ci-après, «la Commission») ; 1/10 Avis n 07/2013 du 20 février 2013 Objet: Avant-projet d'arrêté royal portant exécution de l article 21 de la loi du 30 novembre 1998 organique des services de renseignement et de sécurité (CO-A-2012-044)

Plus en détail

ISMS. Normes Minimales. Version 2011. (Information Security Management System)

ISMS. Normes Minimales. Version 2011. (Information Security Management System) ISMS Normes Minimales Version 2011 Remarque : Ce document intègre les remarques formulées par un groupe de travail auquel ont participé les personnes suivantes: messieurs Bochart (BCSS), Costrop (Smals),

Plus en détail

Le dossier médical et le secret professionnel

Le dossier médical et le secret professionnel Le dossier médical et le secret professionnel Par Me Francis TEHEUX et Me Jean-François HENROTTE I. La tenue d un dossier médical L obligation de tenir un dossier médical pour chaque patient est à la fois

Plus en détail

conférence de la haye de droit international privé L ABC de l Apostille Garantir la reconnaissance de vos actes publics à l étranger

conférence de la haye de droit international privé L ABC de l Apostille Garantir la reconnaissance de vos actes publics à l étranger conférence de la haye de droit international privé L ABC de l Apostille Garantir la reconnaissance de vos actes Ap os til le publics à l étranger Cette brochure fournit des réponses pratiques aux questions

Plus en détail

La Cnil et le Chu de Poitiers. 15/02/2012 : Jean-Jacques Sallaberry Présentation CNIL - CHU Poitiers

La Cnil et le Chu de Poitiers. 15/02/2012 : Jean-Jacques Sallaberry Présentation CNIL - CHU Poitiers La Cnil et le Chu de Poitiers 15/02/2012 : Jean-Jacques Sallaberry Présentation CNIL - CHU Poitiers 1 La Cnil et le CHU de Poitiers Sommaire La Loi «Informatique et Libertés» La CNIL Les Mots clés Les

Plus en détail

Note de mise en œuvre

Note de mise en œuvre Note de mise en œuvre Objet : Tenue des données par les institutions appliquant l approche standard ou une approche de mesure avancée (AMA) Catégorie : Fonds propres N o : A & A-1 Date : Mai 2006 I. Introduction

Plus en détail

Déclaration électronique de votre système d alarme

Déclaration électronique de votre système d alarme Déclaration électronique de votre système d alarme La réglementation dans le secteur de la sécurité a été modifiée par l arrêté royal du 25 avril 2007 fixant les conditions d installation, d entretien

Plus en détail

La loi relative au commerce électronique

La loi relative au commerce électronique La loi relative au commerce électronique 1. Généralités L'objectif de la loi du 14 août 2000 relative au commerce électronique telle que modifiée est d'instituer au Grand-Duché de Luxembourg un cadre légal

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» CSSS/11/ DÉLIBÉRATION N 11/66 DU 20 SEPTEMBRE 2011 RELATIVE AU TRAITEMENT DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL RELATIVES À LA SANTÉ PAR

Plus en détail

Décision de dispense de déclaration n 3

Décision de dispense de déclaration n 3 Délibération n 2005-003 du 13 janvier 2005 décidant la dispense de déclaration des traitements mis en œuvre par les organismes publics dans le cadre de la dématérialisation des marchés publics Décision

Plus en détail

UN NOUVEAU DROIT POUR LES CITOYENS DE L UE VOUS FIXEZ LES PRIORITÉS! Guide de l initiative. citoyenne européenne. 2 e édition

UN NOUVEAU DROIT POUR LES CITOYENS DE L UE VOUS FIXEZ LES PRIORITÉS! Guide de l initiative. citoyenne européenne. 2 e édition UN NOUVEAU DROIT POUR LES CITOYENS DE L UE VOUS FIXEZ LES PRIORITÉS! Guide de l initiative citoyenne européenne 2 e édition Commission européenne Secrétariat général 1049 Bruxelles BELGIQUE Manuscrit rédigé

Plus en détail

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS CAAMI Service Relations internationales (iri.enquete@caami.be) www.caami.be Introduction La Caisse Auxiliaire d Assurance Maladie-Invalidité

Plus en détail

2.2 Objet du contrôle Il y a lieu de vérifier les points suivants de manière individuelle ou combinée.

2.2 Objet du contrôle Il y a lieu de vérifier les points suivants de manière individuelle ou combinée. Protection des données; examen périodique des applications informatiques; CONDITIONS GÉNÉRALES (également valables lors de recours à des sociétés d audit) 1 Quiconque souhaite charger une société d audit

Plus en détail

Traitements de données à caractère personnel

Traitements de données à caractère personnel I G 518 Avril 2008 I N S T R U C T I ON G E N E R A L E Traitements de données à caractère personnel Procédures préalables à la mise en service et droits d accès A D M I N I S T R AT I O N G É N É R A

Plus en détail

Vu les articles 225-1 à 225-3 ; 226-1 et 226-16 à 226-24 du Code pénal ;

Vu les articles 225-1 à 225-3 ; 226-1 et 226-16 à 226-24 du Code pénal ; DÉLIBÉRATION N 03-034 DU 19 JUIN 2003 PORTANT ADOPTION D'UNE RECOMMANDATION RELATIVE AU STOCKAGE ET À L UTILISATION DU NUMÉRO DE CARTE BANCAIRE DANS LE SECTEUR DE LA VENTE À DISTANCE La Commission nationale

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

FICHE PRATIQUE. La Directive européenne «Services»

FICHE PRATIQUE. La Directive européenne «Services» FICHE PRATIQUE La Directive européenne «Services» Vous êtes un prestataire de service établi en France et vous souhaitez développer votre activité à l échelle européenne? Ce qui change pour vous depuis

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques POLITIQUE SCIENTIFIQUE FEDERALE rue de la Science 8 B-1000 BRUXELLES Tél. 02 238 34 11 Fax 02 230 59 12 www.belspo.be Fiche de projet pour les institutions publiques Cette fiche est remplie par une institution

Plus en détail

> Dossier 17 mars 2009

> Dossier 17 mars 2009 > Dossier 17 mars 2009 Le travail des étrangers en France Vous embauchez un étranger au sein de votre entreprise : ce que vous devez savoir. L embauche de personnels de nationalité étrangère est soumise

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE. (20 septembre 2012)

NOTE CIRCULAIRE. (20 septembre 2012) Protocole Privilèges et immunités (P1.1) NOTE CIRCULAIRE DISPOSITIONS BELGES EN MATIERE D'EXONERATION DE LA T.V.A. POUR LES POSTES CONSULAIRES DE CARRIÈRE EN BELGIQUE ET LEUR PERSONNEL Y ACCREDITE (20

Plus en détail

Introduction. 1 Voir Assemblée générale, résolution 428 (V) du 14 décembre 1950, A/RES/428(V), disponible sur:

Introduction. 1 Voir Assemblée générale, résolution 428 (V) du 14 décembre 1950, A/RES/428(V), disponible sur: Commentaires du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés au sujet de la proposition de loi 0443/014 du 23 février 2011 modifiant la loi du 15 décembre 1980 sur l accès au territoire, le séjour,

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» SCSZ/09/042 DELIBERATION N 09/030 DU 5 MAI 2009 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL PAR LA BANQUE

Plus en détail

CONTRAT D ACHEMINEMENT SUR LE RESEAU DE GRTGAZ

CONTRAT D ACHEMINEMENT SUR LE RESEAU DE GRTGAZ Page 1 sur 10 CONTRAT D ACHEMINEMENT SUR LE RESEAU DE GRTGAZ ANNEXE A3 MODELE DE CONVENTION DE PREUVE Page 2 sur 10 ENTRE : GRTgaz, Société anonyme au capital de 536 920 790 euros, immatriculée au RCS

Plus en détail

Demande d aide financière

Demande d aide financière Demande d aide financière Fonds d affectation spéciale des Nations Unies devant aider les États en développement, en particulier les pays les moins avancés et les petits insulaires en développement, à

Plus en détail

travaux d Hercule Les de la prochaine législature Dépendance, financement hospitalier, ehealth Dossier

travaux d Hercule Les de la prochaine législature Dépendance, financement hospitalier, ehealth Dossier Septembre 2014 N 19 Le magazine de l Union Nationale des Mutualités Libres trimestriel Ed. resp. : Xavier Brenez - Union Nationale des Mutualités Libres - Rue Saint-Hubert 19 1150 Bruxelles - Health Forum,

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006;

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006; CSSS/07/005 DÉLIBÉRATION N 07/003 DU 9 JANVIER 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES ORGANISMES ASSUREURS AUX DISPENSATEURS DE SOINS EN VUE DE LA DÉTERMINATION DU STATUT

Plus en détail

Vu la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l'égard des traitements de données à caractère personnel;

Vu la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l'égard des traitements de données à caractère personnel; AVIS N 07 / 2003 du 27 février 2003. N. Réf. : 10 / Se / 2003 / 005 / 009 / ACL OBJET : Utilisation des moyens de communication électroniques à des fins de propagande électorale. La Commission de la protection

Plus en détail

La Belgique bonne élève en matière de TIC selon le Baromètre de la société de l information 2015

La Belgique bonne élève en matière de TIC selon le Baromètre de la société de l information 2015 La Belgique bonne élève en matière de TIC selon le Baromètre de la société de l information 2015 Bruxelles, le 16 juillet 2015 Vous pouvez désormais consulter l édition 2015 du Baromètre annuel de la société

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/198 DÉLIBÉRATION N 08/075 DU 2 DÉCEMBRE 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CONTENUES

Plus en détail

30 SEPTEMBRE 2014. 30/09/2014 www.ulys.net - cathierosalie.joly@ulys.net - ULYS 2014 1

30 SEPTEMBRE 2014. 30/09/2014 www.ulys.net - cathierosalie.joly@ulys.net - ULYS 2014 1 30 SEPTEMBRE 2014 Me Cathie-Rosalie JOLY Avocat Associé Cabinet Ulys Docteur en droit et Avocat au barreau de Paris Avocat communautaire au barreau de Bruxelles (Liste E) Chargé d enseignement à l Université

Plus en détail

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Réf: Accom AVIS 2005/1 Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés Principaux éléments du dossier

Plus en détail

D o s s i e r d e c a n d i d a t u r e

D o s s i e r d e c a n d i d a t u r e Année académique 2013-2014 Entreprendre & réussir, au cœur d équipes multiculturelles photographie D o s s i e r d e c a n d i d a t u r e récente - Les dossiers incomplets ne sont pas considérés - Les

Plus en détail

ZOOMIT: CONDITIONS PARTICULIÉRES

ZOOMIT: CONDITIONS PARTICULIÉRES ZOOMIT: CONDITIONS PARTICULIÉRES Ces conditions particulières font partie intégrante des conditions générales relatives aux cartes de banque et aux services Telebanking et PC banking. Pour autant qu'elles

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la «LVP»), en particulier l'article 31bis ;

données à caractère personnel (ci-après la «LVP»), en particulier l'article 31bis ; 1/11 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 38/2015 du 17 juin 2015 Objet: Demande d autorisation émanant de la Direction de l'economie sociale du Département du Développement économique

Plus en détail

Les avis de la Chambre des Métiers

Les avis de la Chambre des Métiers Les avis de la Chambre des Métiers Projet de loi modifiant 1. la loi modifiée du 19 juin 2013 relative à l identification des personnes physiques ; 2. la loi électorale modifiée du 18 février 2003. Exposé

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets Protection de la propriété intellectuelle au Canada En cette période où la recherche scientifique, le domaine technique et les activités commerciales évoluent rapidement, il devient de plus en plus important

Plus en détail

En vue de simplifier les formalités administratives, certains proposent de supprimer l apostille et la légalisation.

En vue de simplifier les formalités administratives, certains proposent de supprimer l apostille et la légalisation. L Alliance pour un Nouveau Féminisme Européen est un Institut européen d analyses et de propositions sur l implication de la femme dans la vie familiale, sociale, professionnelle et politique. OBJET :

Plus en détail