Les intérêts protégés par le droit de la responsabilité civile (Synthèse) par. Geneviève VINEY Professeur émérite à l'université Paris 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les intérêts protégés par le droit de la responsabilité civile (Synthèse) par. Geneviève VINEY Professeur émérite à l'université Paris 1"

Transcription

1 Les intérêts protégés par le droit de la responsabilité civile (Synthèse) par Geneviève VINEY Professeur émérite à l'université Paris 1 En Europe continentale, la plupart des droits nationaux sont inspirés, en ce qui concerne la place faite en matière de responsabilité civile à la nature des intérêts protégés, par l'un ou l'autre des deux systèmes adoptés respectivement au début du 19 ème siècle par le code civil français et, au début du 20 ème, par le code civil allemand. Le modèle de code civil français part de l'idée que tout intérêt licite mérite la protection du droit. L'admission ou le rejet de l'action en responsabilité n'est donc pas déterminée par la nature de l'intérêt atteint, mais par la qualification du comportement qui a causé le fait dommageable. Les conséquences de cette position de principe sont importantes. D'abord, le dommage réparable est un concept très large et presque indéfiniment extensible puisqu'il s'agit de toute atteinte à un intérêt quelconque et que c'est au juge qu'il incombe d'apprécier, dans chaque cas particulier, si cette atteinte est prouvée, sans qu'il soit tenu de s'appuyer sur un texte. Ainsi, à propos de chaque affaire, il n'y a pas lieu de rechercher s'il y a correspondance entre l'intérêt atteint et un intérêt protégé par la loi. Le raisonnement tiré de ce qu'on appelle la «relativité aquilienne» est donc écarté. Par ailleurs, la définition du fait dommageable requis pour engager la responsabilité n'est pas influencée par l'importance objective de l'intérêt atteint, mais uniquement par les circonstances dans lesquelles s'est déroulée l'activité qui est à l'origine du dommage, notamment la difficulté de cette activité et les risques créés par elle. En principe, toute faute dommageable (la simple imprudence ou négligence) entraîne la responsabilité sauf si l'activité de l'auteur présentait des difficultés particulières, auquel cas le juge accepte parfois de soumettre la responsabilité à la condition d'une faute qualifiée (lourde ou intentionnelle). Quant à la responsabilité sans faute, qui se justifie essentiellement par la notion de risque créé, elle occupe une place de plus en plus importante en raison de la sensibilité croissante de l'opinion publique et des juges aux risques. Ce modèle a été adopté par tous les droits qu'a influencés le droit français : en Europe les droits belge et néerlandais ainsi que certains droits des pays d'europe centrale et, hors d'europe, le droit québécois et ceux de certains pays d'amérique latine. A ce modèle s'oppose trait pour trait le modèle germanique. Celui-ci part en effet de l'idée que seuls certains intérêts, énumérés par la loi, méritent d'être protégés par le droit de la responsabilité et qu'ils doivent l'être d'autant plus complètement qu'ils apparaissent plus importants. En conséquence, le dommage réparable, au moins en cas de simple négligence, est défini par la loi : il s'agit de l'atteinte à l'un des intérêts spécialement désignés par celle-ci comme dignes de protection, ce qui ne laisse aux juges qu'une marge d'appréciation assez réduite puisqu'ils 1

2 doivent se référer à la liste légale. Cheque fois qu'ils sont saisis d'une action en responsabilité, ils doivent vérifier que l'intérêt atteint est de ceux que la règle enfreinte avait pour objet de protéger et que la victime figure parmi les bénéficiaires de cette protection. En outre, le fait dommageable requis pour justifier la responsabilité dépend de l'importance de l'intérêt lésé. Si cet intérêt est placé par la loi parmi ceux qui sont les plus importants, la responsabilité sera admise pour toute faute, même de simple négligence ou imprudence. En revanche, une faute intentionnelle sera en principe exigée en cas d'atteinte aux intérêts qui ne figurent pas dans cette liste. Quant à la responsabilité sans faute, elle reste exceptionnelle et doit être admise par un texte spécial qui en réglemente la portée, notamment en limitant la réparation à certains types de dommages causés par l'activité visée. Autrement dit, le modèle germanique établit une hiérarchie entre les intérêts et postule que la protection assurée par le droit de la responsabilité doit être plus ou moins complète selon qu'ils sont considérés comme plus ou moins importants. Il en résulte un système assez casuistique qui ressemble beaucoup, dans ses résultats pratiques, au système anglais de «Torts» distincts. Ces modèles sont donc assez antinomiques et il n'est pas surprenant que les projets de réforme, qui, depuis quelques années, ont été proposés, soit à l'échelle nationale, soit par des groupes composés de juristes issus de plusieurs pays, se rattachent principalement à l'un ou à l'autre. Les deux projets ayant une ambition internationale, à savoir les «Principes du droit européen de la responsabilité civile» (que nous appellerons désormais projet du Groupe de Vienne qui a été mis au point en 2005) et le titre VI des «Principes et modèle pour un droit privé européen» publié en 2008 par le groupe d'étude sur un code civil européen en tant que projet de cadre commun de référence (que nous appellerons désormais «projet Cadre commun de référence») sont nettement inspirés du modèle germanique. Il en va de même, pour l'essentiel, de l'avant-projet de loi fédérale suisse portant «révision et unification du droit de la responsabilité civile», même si on trouve des traces, dans ce projet, de l'influence du modèle français comme d'ailleurs dans le projet de révision du code civil turc. C'est ce dernier modèle que reprend, sans surprise, l'avant-projet Catala de révision du droit français des obligations et de la prescription. Pourtant, dans la plupart de ces textes, on décèle certaines tendances communes qui sont de nature à rapprocher les différents systèmes juridiques, sinon dans leurs postulats de départ, qui restent très contrastés, du moins dans leurs résultats pratiques. Afin de mesurer ces chances de convergence, il importe d'examiner le rôle que ces projets assignent à la nature de l'intérêt lésé pour définir, d'une part, le périmètre de la responsabilité civile (I) et, d'autre part, le degré de protection assuré aux victimes par celle-ci (II). I. - La nature de l'intérêt lésé et la détermination du périmètre de la responsabilité civile Les deux notions qui délimitent ce périmètre sont le dommage et le comportement du responsable. Or, sur ces deux points, on constate que les projets perpétuent l'opposition entre les deux modèles - germanique et français - (A), ce qui appelle une réflexion critique sur la valeur de ces modèles et sur les possibilités de rapprochement entre les systèmes juridiques qui y sont soumis (B). 2

3 A.- Le maintien d'une opposition entre les deux modèles, en ce qui concerne la définition du dommage réparable est patent à la simple lecture des projets soumis à notre examen. Elle est moins nette en ce qui concerne le comportement imputé au responsable Les projets qui se rattachent à la tradition germanique identifient en principe la notion de dommage à l'atteinte portée à certains intérêts définis par la loi. C'est le cas du projet du groupe de Vienne dont l'article dispose que «le préjudice consiste en une atteinte matérielle ou immatérielle à un intérêt juridiquement protégé», les intérêts protégés étant définis à l'article qui désigne «la vie, l'intégrité corporelle ou mentale et la liberté» (alinéa 2), les «droits de propriété» corporelle et incorporelle (alinéa 3) et enfin «les intérêts économiques et les relations contractuelles» (alinéa 3). Le projet «Cadre commun de référence» comporte un article intitulé «règle de base» qui soumet la responsabilité, qu'elle soit due à une faute intentionnelle, une négligence ou un fait non fautif, à la preuve d'un dommage déclaré réparable par la loi (Legally relevant damage). Or la signification de ce concept est précisée par l'article Celui-ci renvoie d'abord au chapitre 2 qui décrit minutieusement les principaux dommages figurant dans cette catégorie : il s'agit des atteintes corporelles et de certaines de leurs conséquences pécuniaires, de certains préjudices par ricochet en cas de dommage corporel, des atteintes à la dignité, à la liberté et à la vie privée, des pertes dues à la communication d'une fausse information sur autrui ou à la confiance placée dans un avis ou une communication incorrecte et de l'atteinte à l'activité économique ou professionnelle d'autrui ainsi que des charges assumées par l'état à la suite d'une atteinte à l'environnement et des pertes causées par une fausse déclaration frauduleuse ainsi que de l'encouragement à la nonexécution d'une obligation contractée par un tiers. A cette liste, l'article ajoute «la perte ou le préjudice résultant de la violation d'un droit conféré par une autre disposition légale» et «la perte ou le préjudice résultant d'un intérêt digne de la protection de la loi», mais il définit de façon assez étroite ces deux catégories (article (3)). La référence à l'intérêt protégé pour définir le dommage réparable est donc très explicite dans les deux projets élaborés par les groupes européens. Le projet de réforme du droit suisse comporte, quant à lui, un article 48 qui ressemble a priori comme un frère aux articles 1382 et 1383 du code civil français puisqu'il dispose que «la personne qui cause un dommage à autrui par son comportement fautif, soit intentionnellement, soit par négligence, est tenue de le réparer». Cependant, il ne faut pas s'y méprendre car la notion de «dommage» fait par ailleurs l'objet de précisions qui calquent cette notion sur le modèle germanique. En effet les articles 45a à 45e énumèrent limitativement les chefs de préjudice indemnisables tant au titre du dommage patrimonial que du dommage moral. Il s'agit de l'atteinte à la vie, à l'intégrité physique ou psychique, aux choses, à l'environnement et aux droits de la personnalité. 3

4 En revanche, l'avant-projet Catala confirme le modèle du code civil de L'article 1343 dispose en effet qu'est réparable «tout préjudice certain consistant dans la lésion d'un intérêt licite, patrimonial ou extra-patrimonial, individuel ou collectif». La volonté de consacrer une définition très large du dommage incluant toute atteinte à un intérêt quelconque est donc patente. Ainsi, quant à la définition du dommage réparable, les projets actuels maintiennent une opposition entre deux méthodes : celle qui réserve en principe au législateur le soin d'examiner les intérêts dont l'atteinte justifie une réparation et celle qui admet que l'indemnisation est due pour toute atteinte avérée à un intérêt quelconque et laisse au juge le soin d'apprécier si cette atteinte est réelle Pareille opposition se retrouve-t-elle à propos de la définition du standard de conduite requis du défendeur et dont l'inobservation justifie la responsabilité? Sur ce point, le plus germanique des projets soumis à notre examen - à savoir celui du groupe de Vienne - fait intervenir la nature de l'intérêt lésé dans cette définition. L'article cite en effet, parmi les facteurs pris en compte pour apprécier ce standard de conduite «la nature et la valeur de l'intérêt protégé». Toutefois, cette disposition reste assez vague et elle n'accorde pas à ce facteur un rôle prépondérant par rapport aux autres qu'elle signale également («la dangerosité de l'activité», «le savoir faire qui pouvait être attendu de la personne engagée dans cette activité", "la prévisibilité du dommage», «la relation de proximité ou de confiance particulière entre les personnes impliquées» ainsi que «la disponibilité et le coût des mesures de protection ou méthodes alternatives»). Quant au projet «Cadre commun de référence», il n'est pas explicite sur ce point. Cependant l'article définit la négligence soit comme une conduite qui ne respecte pas le standard prévu par une disposition légale dont le but est la protection de la personne lésée (a), soit comme une conduite qui n'est pas celle que l'on pouvait attendre d'une personne raisonnable et diligente (b). La première de ces deux variantes de la négligence fait donc référence à l'intérêt protégé. C'est une allusion à la méthode d'appréciation tirée de la théorie de la «relativité aquilienne». On peut également interpréter ainsi l'article 46 du projet suisse qui dispose, dans son alinéa 1 er qu'est «illicite le fait dommageable qui porte atteinte à un droit protégé par l'ordre juridique». Toutefois, l'alinéa 2 ampute d'une bonne partie de ses effets l'alinéa 1 er puisqu'il ajoute que «lorsque le fait dommageable consiste dans le comportement d'une personne, celui-ci est illicite s'il est contraire à une injonction ou à une interdiction de l'ordre juridique, au principe de la bonne foi ou à un devoir contractuel». Quant à l'avant-projet Catala, il ne fait aucune allusion aux intérêts protégés ni dans la définition de la faute (article 1352), ni dans celle des autres faits générateurs de responsabilité (fait de la chose, fait d'autrui, troubles de voisinage, activité anormalement dangereuse). Il semble donc qu'en ce qui concerne l'appréciation du standard de conduite exigé du défendeur, la principale différence entre les projets inspirés du modèle germanique et l'avantprojet Catala réside dans l'emploi de la méthode tirée de la relativité aquilienne à laquelle les premiers se réfèrent plus ou moins explicitement alors que le second n'y fait pas allusion. 4

5 B. - La constatation de ces différences amène donc à s'interroger sur la valeur respective des deux modèles dont se sont inspirés les auteurs des projets examinés et sur les chances d'éventuels rapprochements Il est clair que le modèle germanique repris par les projets européens est plus rigoureux que le modèle français et respecte donc mieux le principe de sécurité juridique, mais il est moins ouvert à l'évolution. Or on constate aisément que de nouveaux risques apparaissent constamment qui sont liés au changement des conditions de vie et des techniques utilisées tant par les particuliers que par les professionnels et qu'ils sont la source de nouveaux dommages dont il paraît juste de réparer les effets délétères. Or le modèle français permet plus facilement cette adaptation que le modèle germanique puisqu'il n'exige pas une intervention législative pour créer de nouveaux chefs de préjudice, laissant ce soin aux tribunaux. C'est ainsi que, dans les cas d'atteintes à l'intégrité physique de la personne, le système français a permis de justifier, sans appel au législateur, l'indemnisation de toutes les conséquences, tant patrimoniales qu'extra-patrimoniales, de ces atteintes, et ceci non seulement au profit de la victime directe, mais aussi des victimes par ricochet. Par ailleurs, l'indemnisation des préjudices purement économiques n'a jamais fait difficulté. Or on sait l'importance que peut revêtir ce type de dommage, notamment pour les entreprises : c'est le cas notamment des pertes d'exploitation et des conséquences d'une information défectueuse que facilite aujourd'hui le développement prodigieux des techniques de l'information. De même, l'accroissement des risques environnementaux dus au développement de l'industrie et des transports incite désormais à admettre l'indemnisation du préjudice écologique pur, ce que le modèle français permet par une simple évolution de la jurisprudence alors que le modèle germanique exige une intervention législative. Toutefois, la souplesse et la réactivité du modèle français ont un prix. Elles favorisent en effet une inflation du nombre des préjudices indemnisables qui risque, sous la pression des avocats des victimes, d'entraîner une dérive indemnitaire. Certains auteurs dénoncent aujourd'hui cet inconvénient Est-il alors possible d'envisager certains rapprochements que laisseraient éventuellement présager les projets soumis à notre examen? Quelques observations peuvent être faites en ce sens. Tout d'abord, il est certain que la sensibilisation à de nouvelles formes de dommages et à de nouveaux intérêts méritant la protection du droit est une tendance générale qui se fait sentir dans tous les pays d'europe quel que soit le modèle auquel leur droit est soumis. Cette sensibilisation est d'ailleurs favorisée par l'existence du droit communautaire qui pose aujourd'hui des règles contraignantes, notamment pour la protection du consommateur et celle de l'environnement. A cet égard, le projet «Cadre commun de référence» est d'ailleurs révélateur car la liste qu'il établit des dommages légalement réparables (Legally relevant damages) est nettement plus étendue que celle qui résulte du 823 du code civil allemand. En outre, on remarquera que ce 823 comportait déjà une soupape de sûreté puisqu'à côté des intérêts désignés explicitement comme dignes de protection (droit à la vie, à l'intégrité corporelle, à la santé, à la liberté et à la propriété), il ajoutait que devait être réparée également, en cas de faute intentionnelle ou de négligence, l'atteinte portée à «un autre droit d'autrui d'une manière contraire à la loi» et cette disposition a été utilisée par les tribunaux allemands pour 5

6 indemniser les atteintes aux droits réels, au droit de propriété industrielle et à l'ensemble des droits de la personnalité. Or le projet «Cadre commun de référence» comporte également une disposition comparable : il s'agit de l'article 2-101(1) qui dispose qu'est réparable «la perte ou le préjudice résultant de la violation d'un intérêt digne de la protection légale». On peut donc penser que, même si ce texte encadre assez étroitement le pouvoir du juge (voir les précisions apportées par l'article 2-101(2) et (3)), il laisse place aux évolutions nécessaires. Quant au modèle français, il n'est pas non plus imperméable à certains infléchissements qui pourraient en corriger les excès. D'abord, il importe de remarquer que, le dommage étant une notion de droit, son admission est soumise au contrôle de la Cour de cassation qui peut jouer un rôle modérateur en se fondant notamment sur le caractère incertain, éventuel ou hypothétique du préjudice ou sur le caractère illicite ou immoral de l'intérêt invoqué. Or si ce contrôle n'a pas été très énergique jusqu'à présent, il pourrait être exercé en face de prétentions jugées excessives. L'échec de la tentative récente de faire reconnaître un préjudice moral d'"impréparation" en cas de méconnaissance par le médecin de son obligation d'information sur un risque de l'opération ou du traitement (Civ.1, 6 décembre 2007, D., 2008 p.192, note SARGOS (P.), JCP 2008.I.125 obs. STOFFEL MUNCK (P.)) est un exemple qui, parmi d'autres, montre que la Cour de cassation n'est pas dépourvue de moyens pour endiguer les demandes qui ne paraissent pas justifiées. En outre, dans les domaines où la liste des chefs de préjudice indemnisables est affectée d'incertitude, rien n'empêche le législateur d'intervenir pour la clarifier. C'est ce qu'il devrait faire pour le dommage corporel où cette clarification pourrait être facilement obtenue par la légalisation de l'une des listes de préjudices indemnisables qui ont été établies par les deux commissions réunies récemment sous l'égide de Madame Lambert-Faivre et du Président Dintilhac. Ces deux listes sont en effet très proches l'une de l'autre et elles recueillent une approbation assez générale des magistrats, des justiciables et des praticiens. Enfin il nous semble que les droits obéissant au modèle français pourraient, dans cette même perspective de limitation du périmètre de la responsabilité civile, faire place au raisonnement tiré de la «relativité aquilienne» chaque fois que le manquement imputé à l'auteur du dommage réside dans la violation d'une disposition législative ou réglementaire ayant une finalité aisément décelable. Or aujourd'hui les réglementations ayant pour objet par exemple la sécurité de certaines personnes et de certains biens sont de plus en plus nombreuses et développées. Ainsi, malgré le maintien, par les projets examinés, de l'opposition de principe entre la méthode qui fait intervenir la nature de l'intérêt protégé dans la définition du dommage réparable et du standard de conduite requis du défendeur, et celle qui néglige en principe cette considération, toute possibilité de rapprochement n'est pas exclue. Mais la nature de l'intérêt lésé n'a pas pour seule fonction, dans les droits qui obéissent au modèle germanique, de définir le périmètre de la responsabilité. Elle intervient également pour nuancer le degré de la protection assurée aux victimes. 6

7 II. - La nature de l'intérêt lésé et le degré de protection assuré par la responsabilité civile Cette inégalité de la protection assurée aux victimes en fonction de l'importance de l'intérêt lésé est exprimée on ne peut plus explicitement par l'article du projet du groupe de Vienne. L'alinéa (1) dispose en effet. L étendue de la protection d'un intérêt dépend de sa nature. Plus sa valeur est élevée, sa définition précise et la nécessité de le protéger évidente, plus sa protection sera étendue. Suivent l'alinéa (2) qui admet que «la vie, l'intégrité corporelle ou mentale ou la liberté jouissent de la protection la plus étendue», l'alinéa (3) qui dispose que «les droits de propriété se voient accorder une protection étendue» et l'alinéa (4) aux termes duquel «la protection des intérêts économiques ou des relations contractuelles pourra être d'étendue plus limitée, en considération notamment de la proximité entre l'auteur et la personne menacée ou du fait que l'auteur avait conscience de causer un dommage alors que ses intérêts sont nécessairement de valeur inférieure à ceux de la victime». D'allure doctrinale, ce texte ne tire pas lui-même les conséquences pratiques de cette hiérarchie des intérêts. Or celle-ci pourrait a priori affecter, d'une part, la qualification du fait retenu pour justifier la responsabilité (A) et, d'autre part, le régime de la réparation (B). A. - Dans quelle mesure la nature de l'intérêt lésé influence-t-elle la qualification du fait exigé pour justifier la responsabilité? Dans la perspective ouverte par l'article du projet du groupe de Vienne, on pourrait imaginer que les intérêts jugés peu importants (intérêts économiques et relations contractuelles) ne soient protégés que contre la faute intentionnelle ou très grave tandis que les intérêts moyennement importants (droits de propriété) le seraient contre toute faute, y compris de négligence et que les plus importants (droit à la vie, à l'intégrité physique ou mentale et liberté) le seraient même sans faute, par un régime de responsabilité de plein droit. Or, on ne retrouve pas ce schéma dans les projets soumis à notre examen La place faite à l'exigence d'une faute intentionnelle pour engager la responsabilité de son auteur est, dans tous ces projets, réduite. Le projet du groupe de Vienne pose en principe, à l'article 4-101, que «toute personne qui viole, intentionnellement ou par négligence le standard de conduite requis, engage sa responsabilité pour faute». Le projet «Cadre commun de référence» pose le même principe d'assimilation de la faute intentionnelle et de la simple négligence à l'article 1-101(1) et si, parmi les exemples de dommages légalement réparables (Legally relevant damages) il en est certains qui ne sont indemnisés qu'en cas de mauvaise foi (articles 2-204, 2-205, 2-207), de fraude (article 2-210) ou d'intention (article 2-211), ces cas sont bien définis et de portée limitée. Dans les projets nationaux, on ne trouve pas non plus de disposition explicite de portée générale réservant la responsabilité pour faute intentionnelle aux atteintes à des intérêts jugés accessoires. Il semble donc qu'un certain consensus existe aujourd'hui en faveur de l'assimilation de principe de la faute de négligence et de la faute intentionnelle comme cause de responsabilité, quelle que soit l'importance de l'intérêt lésé. 7

8 2. - Mais la nature de cet intérêt n'entre-t-elle pas, en revanche, en ligne de compte pour définir le domaine et la portée de la responsabilité sans faute? On sait que dans sa célèbre thèse «De la responsabilité civile dans sa double fonction de garantie et de peine privée» publiée en 1947, Boris Starck a proposé de distinguer entre les atteintes à la personne et aux biens qui devraient donner lieu à garantie, c'est-à-dire à une responsabilité de plein droit, sans faute, et les atteintes à des intérêts moraux ou purement économiques qui ne seraient indemnisées qu'en cas de faute. D'ailleurs Starck s'est efforcé de présenter le droit français comme consacrant cette distinction. Pourtant, cette présentation était tendancieuse car, en droit français, le domaine de la responsabilité de plein droit se définit à partir de certains faits dommageables (fait d'autrui, fait des choses et des animaux) et ces faits justifient la réparation de l'intégralité des dommages causés sans distinction selon la nature des intérêts lésés. En revanche, le droit allemand soumet les principaux cas de responsabilité sans faute à des dispositions spécifiques qui généralement excluent la réparation de certains préjudices, en particulier des préjudices purement économiques ou moraux. Qu'en est-il des projets soumis à notre examen? Ceux qui obéissent au modèle germanique limitent de façon assez stricte le domaine et la portée de la responsabilité sans faute. Dans le projet «Cadre commun de référence», cette responsabilité n'est prévue que pour le fait des préposés et des représentants (article 3-201), les dommages causés par le mauvais état d'un immeuble (article 3-202), par les animaux (article 3-203), les produits défectueux (article 3-204), les véhicules automobiles (article 3-205), les substances ou émissions anormalement dangereuses (article 3-206) ainsi que pour les dommages liés à une autre source de danger si la loi nationale le prévoit (article 3-207). Mais, dans tous ces cas, les seuls préjudices réparés sont les atteintes à la personne et les pertes consécutives à ces atteintes ( personal injuries and consequential loss ). Le projet du groupe de Vienne limite la responsabilité sans faute aux conséquences des activités dangereuses, mais il ne restreint pas explicitement la réparation à certains types de dommages réalisant une atteinte à des intérêts essentiels, ce qui pourrait cependant être admis par les tribunaux sur le fondement de l'article précité. Le projet suisse fonde clairement la responsabilité sans faute sur le risque de l'activité (article 50) et il précise, à l'article 45, qu'«en matière de responsabilité pour risque et sauf disposition contraire, seul est réparable le dommage résultant d'une atteinte à la vie, à l'intégrité physique ou psychique, aux choses ou à l'environnement». En revanche, l'avant-projet Catala, qui admet une responsabilité de plein droit dans tous les cas de responsabilité du fait d'autrui et du fait des choses qu'elle définit largement ainsi que pour les troubles excessifs de voisinage, et les dommages causés par une activité anormalement dangereuse, ne limite pas la portée de cette responsabilité qui permet l'indemnisation de toute espèce de préjudice, y compris le préjudice purement économique et le préjudice moral. 8

9 Cet avant-projet perpétue donc la singularité du modèle français, beaucoup plus favorable que le modèle germanique à une responsabilité sans faute largement définie et conduisant à une indemnisation intégrale. D'ailleurs, cette orientation se trouve encore renforcée en France par une doctrine récente qui emprunte précisément à la méthode des intérêts protégés mais pour élargir encore le domaine de la responsabilité sans faute car elle propose de fonder le droit à réparation directement sur la méconnaissance de certains droits fondamentaux, sans passer par l'intermédiaire de la preuve d'une faute. Telle est, par exemple, la position qu'a développée Christophe Rade qui a proposé de fonder l'ensemble du système de réparation des dommages sur «le droit à la sûreté» (Réflexions sur le fondement de la responsabilité civile, Dalloz 1999 Ch. p. 313 et s., 324 et s.; Plaidoyer en faveur d'une réforme de la responsabilité civile, Dalloz 2003, p. 2247). Cette même idée apparaît, de façon plus nette encore, dans une étude publiée en 2005 par Olivier Lucas qui propose de faire du respect des droits de l'homme l'un des fondements de la responsabilité civile (La Convention européenne des droits de l'homme et les fondements de la responsabilité civile, JCP 2005 I., 286). Elle a été également exprimée avec force dans une thèse importante, celle de M. Marc Pichard intitulée «Le droit à : étude de législation française» (Economica 2006, préface M. Gobert). Cet auteur, après avoir souligné la portée, d'abord exclusivement politique et rhétorique de la mention des «droits à» dans les textes législatifs, a montré que certains d'entre eux sont devenus peu à peu de véritables «éléments du système juridique» dans la mesure où leur objet a été de mieux en mieux déterminé et leur effectivité de mieux en mieux garantie. Cherchant à apprécier l'utilité qu'ils présentent en droit privé, il analyse les conséquences qui pourraient être tirées notamment de l'affirmation d'un «droit au respect du corps» comme fondement spécifique de la réparation du dommage corporel et du «droit à un environnement sain» pour faciliter l'action en réparation du préjudice écologique. D'ailleurs, la jurisprudence n'a pas échappé à cette tendance qui s'est manifestée notamment dans le domaine des atteintes au droit de la personnalité que la Cour de cassation a parfois accepté de réparer sans exiger la preuve spécifique d'une faute (V. par exemple Civ.1, 5 novembre 1996, JCP 1997.II.22805, note Ravanas). Le droit français se singularise donc nettement, parmi les droits européens, par la place très large qu'il reconnaît à la responsabilité sans faute. B. - En revanche une certaine convergence se manifeste, à travers les projets examinés, quant à l'influence accordée à la nature de l'intérêt lésé sur le régime de la réparation. Cette influence est toute naturelle dans les systèmes qui se réclament du modèle germanique, mais elle l'est beaucoup moins dans ceux qui obéissent au modèle français. Or la plupart des textes examinés, y compris l'avant-projet Catala, privilégient nettement la réparation du dommage corporel, précisément parce qu'il réalise une atteinte à l'intérêt jugé universellement comme le plus essentiel (1) et ils consacrent des dispositions particulières à l'aménagement de la réparation des principaux types de dommages. 9

10 1. - Parmi les règles qui privilégient la réparation du dommage corporel, on peut citer d'abord l'hostilité aux clauses contractuelles restreignant cette réparation. Elles sont interdites par l'article 57 du projet suisse et par l'article et de l'avant-projet Catala ainsi que, à des conditions plus strictes, par l'article 5-401(2) du projet «Cadre commun de référence». Ajoutons que l'avant-projet Catala comporte d'autres dispositions qui marquent une faveur très nette à l'égard de l'indemnisation du dommage corporel. Cette tendance apparaît à l'article 1341 qui, dans son alinéa 2, autorise ces victimes à choisir le régime qui leur est le plus favorable, sans se heurter à la règle du non-cumul des responsabilités contractuelle et extra-contractuelle. On la retrouve également à l'article 1351 qui prévoit que, si elles ont commis des fautes en relation avec leur propre dommage, ces fautes ne seront retenues contre elles pour amputer leur droit à réparation que si elles sont «graves». Elle inspire encore l'article 1373 qui refuse au juge le pouvoir de réduire l'indemnisation en raison d'un refus de soins, même lorsque ceux-ci auraient été de nature à limiter les conséquences du dommage. 2.- En outre, ce qui est frappant c'est que plusieurs parmi les projets examinés, consacrent des dispositions particulières à l'indemnisation des atteintes aux intérêts les plus importants. C'est le cas du projet suisse aux articles 45a à 45e qui réglemente spécialement, en énumérant les chefs de préjudice réparables dans chaque cas, les atteintes à la vie (45a), à l'intégrité physique ou psychique (45b), aux choses (45c), à l'environnement (45d) et aux droits de la personnalité (45e). 57. On retrouve d'ailleurs des dispositions voisines dans le projet turc aux articles 53 à Quant au projet du groupe de Vienne, il distingue, pour énumérer les chefs de préjudice indemnisables, entre le dommage corporel (art ), l'atteinte aux biens (art ) et l'atteinte aux intérêts extra-patrimoniaux (article ). Et, sur ce point, l'avant projet Catala fait un pas très net dans la même direction en consacrant des dispositions particulières à «la réparation des préjudices résultant d'une atteinte à l'intégrité physique» (articles 1379 à ) et à celle des «préjudices résultant d'une atteinte aux biens» (articles 1380 à ). * * * On constate que la nature des intérêts protégés est une considération qui ne laisse indifférent aucun système juridique et qui est présente, à des degrés divers, dans tous les projets examinés. Cependant, elle l'est très inégalement et il serait vain, semble-t-il, d'attendre, dans 10

11 un avenir proche, l'effacement total de la différence d'approche entre les droits qui obéissent au modèle germanique et ceux qui relèvent du modèle français. Toutefois, on ne saurait pas non plus négliger les possibilités de rapprochement. En ce qui concerne la responsabilité pour faute notamment, on constate en effet que les projets qui sont inspirés du modèle germanique admettent que, des dommages nombreux justifient cette responsabilité, ce qui contribue à élargir son domaine d'application. A l'inverse, l'adoption par les droits qui s'inspirent du modèle français, du raisonnement tiré de la relativité aquilienne dans les cas où la faute réside dans la violation d'une réglementation dont la finalité est nettement affirmée pourrait jouer un rôle modérateur qui contribuerait également à ce rapprochement. En ce qui concerne la responsabilité sans faute, celui-ci s'avère a priori plus difficile car le libéralisme du droit français, qui isole celui-ci en Europe, est fortement appuyé par l'opinion publique et par les associations de consommateurs. Mais c'est surtout par le soin qu'ils apportent à la réglementation des principaux types de dommages - notamment des atteintes à la personne et aux biens - que ces projets peuvent contribuer à une certaine convergence des droits nationaux quant à la place faite à la nature et à l'importance des intérêts protégés par le droit de la responsabilité civile. 11

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Fiche d information juridique La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Mars 2011 Isabelle Joly, Lionel Parois, Patrice Pienkowski, Bruno Richard-Molard, René Laugier et la Commission Juridique

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières. A. Nature de la responsabilité

Textes de référence : Table des matières. A. Nature de la responsabilité L INDEMNISATION DES VICTIMES D ACCIDENTS LIES AUX ACTES MEDICAUX EN ALLEMAGNE Textes de référence :! 611 et suivants du Code civil allemand (BGB)! 823 et suivants du Code civil (BGB)! 223 al. 2 du Code

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES 1 A. RESPONSABILITE PENALE Article 121-2 Les personnes morales, à l'exclusion de l'etat, sont responsables pénalement,

Plus en détail

Conditions de l'indemnisation: dommage réparé par ailleurs

Conditions de l'indemnisation: dommage réparé par ailleurs Conditions de l'indemnisation: dommage réparé par ailleurs Article juridique publié le 30/06/2015, vu 973 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La Cour de cassation réaffirme constamment que le préjudice, pour

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC (Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC 1. Je souhaiterais, dans la présente Déclaration, expliquer les raisons pour lesquelles j ai voté contre l alinéa 18) du dispositif, au paragraphe

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

La réponse sociale adéquate L impératif de réparation

La réponse sociale adéquate L impératif de réparation La réponse sociale adéquate L impératif de réparation On constate l'existence d'un véritable impératif civil de réparation Y. Lambert-Faivre, L'éthique de la responsabilité, RTD civ. 1998, p. 5). X. Pradel,

Plus en détail

Synthèse de rapport. (Version française)

Synthèse de rapport. (Version française) www.fondation-droitcontinental.org Synthèse de rapport La protection contre l appropriation illicite des secrets d affaires et des informations commerciales confidentielles (Version française) Rapport

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2174. Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2174 Arrêt n 65/2002 du 28 mars 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 80, 2, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d assurances,

Plus en détail

Questions de droit international. Sommaire :

Questions de droit international. Sommaire : Version 2 du 21/05/2013 Questions de droit international Sommaire : I- La juridiction compétente...2 A-La juridiction compétente pour connaitre d'un litige entièrement national...3 1-Les règles de compétence

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Proposition de textes

Proposition de textes Proposition de textes CHAPITRE DES DÉLITS Article 1 Constitue un délit civil tout dommage illicitement causé à autrui. Tout fait qui cause à autrui un tel dommage oblige celui par la faute duquel il est

Plus en détail

LA CHARTE DE COVOITURAGE TICOTO 1. PREAMBULE 2. OBJET

LA CHARTE DE COVOITURAGE TICOTO 1. PREAMBULE 2. OBJET LA CHARTE DE COVOITURAGE TICOTO 1. PREAMBULE 2. OBJET 3. PROCEDURE D INSCRIPTION 4. RESPONSABILITE 5. GARANTIE 6. SINCERITE 7. UTILISATION DU SERVICE 8. SECRET DES INFORMATIONS TRANSITANT GRACE AU SITE

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX LA RÉFORME DE L ARTICLE 1843-4 DU CODE CIVIL : BRIS DE JURISPRUDENCE ET REGAIN DE LA LIBERTÉ CONTRACTUELLE

Plus en détail

Le régime de la responsabilité civile des enseignants

Le régime de la responsabilité civile des enseignants Le régime de la responsabilité civile des enseignants Document réalisé par le SE-UNSA 94 Octobre 2014 Complexité : tel est le maître mot du régime de la responsabilité des enseignants. Ses grands principes

Plus en détail

Chapitre préliminaire : Présentation générale du contrat

Chapitre préliminaire : Présentation générale du contrat 1 Année universitaire 2014-2015 «DROIT CIVIL : Les obligations» Droit des contrats Licence e 2 Semestre 4 Eva MOUIAL BASSILANA, Professeur Introduction générale au droit des contrats I. L HISTORIQUE DU

Plus en détail

EVALUATION DE L INDEMNITE D EVICTION DE L AGENT COMMERCIAL ET DOMMAGES ET INTERETS COMPLEMENTAIRES

EVALUATION DE L INDEMNITE D EVICTION DE L AGENT COMMERCIAL ET DOMMAGES ET INTERETS COMPLEMENTAIRES 1 st OCTOBER 2015 EVALUATION DE L INDEMNITE D EVICTION DE L AGENT COMMERCIAL ET DOMMAGES ET INTERETS COMPLEMENTAIRES Paul CRAHAY Avocat au Barreau de Liège Maître de conférences Hec-Ulg page 2 Section

Plus en détail

Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes -

Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes - Rapport Terré sur la Responsabilité civile - Proposition de textes - CHAPITRE DES DÉLITS Article 1 Constitue un délit civil tout dommage illicitement causé à autrui. Tout fait qui cause à autrui un tel

Plus en détail

Numéro du rôle : 3682. Arrêt n 33/2006 du 1er mars 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3682. Arrêt n 33/2006 du 1er mars 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3682 Arrêt n 33/2006 du 1er mars 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l'article 48 de la loi du 5 août 1992 sur la fonction de police, tel qu'il a été modifié

Plus en détail

Le montant potentiel des droits immatériels peut, par contre, être présenté un peu plus concrètement. Le barème médical à points en

Le montant potentiel des droits immatériels peut, par contre, être présenté un peu plus concrètement. Le barème médical à points en Résumé de l'expertise sur la clarification des droits éventuels découlant de la responsabilité en matière de médicaments pour les dommages dus à la thalidomide sur le territoire national Jusqu'en 1961,

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. Les conditions de mise en œuvre de la recherche biomédicale

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. Les conditions de mise en œuvre de la recherche biomédicale Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : Les conditions de mise en œuvre de la recherche biomédicale Code de la santé publique Dispositions

Plus en détail

Le stress au travail à travers la réglementation

Le stress au travail à travers la réglementation Le stress au travail à travers la réglementation 1 Depuis l Accord National Interprofessionnel du 2 juillet 2008, le stress est reconnu comme faisant partie des risques professionnels que l employeur a

Plus en détail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail Cette nouvelle forme de rupture de la relation contractuelle fait son entrée (par la petite porte) dans le Code du travail. Selon une

Plus en détail

JOURNÉE DROIT ET ESPACE LE PRÉJUDICE ÉCOLOGIQUE ET SA RÉPARATION

JOURNÉE DROIT ET ESPACE LE PRÉJUDICE ÉCOLOGIQUE ET SA RÉPARATION JOURNÉE DROIT ET ESPACE LE PRÉJUDICE ÉCOLOGIQUE ET SA RÉPARATION Maître Antoine Guiheux, Avocat au barreau de Paris. «Les cieux, les astres, la lumière, l air et la mer, sont des biens tellement communs

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

La Responsabilité de l éducateur sportif

La Responsabilité de l éducateur sportif La Responsabilité de l éducateur sportif I / Introduction La pratique sportive engendre des RISQUES et des ACCIDENTS. De nombreux procès surviennent afin de dégager la mise en jeu de la responsabilité

Plus en détail

Affaire A 2002/1 Jooris Patricia / Fonds commun de garantie automobile

Affaire A 2002/1 Jooris Patricia / Fonds commun de garantie automobile COUR DE JUSTICE BENELUX GERECHTSHOF ~ Affaire A 2002/1 Jooris Patricia / Fonds commun de garantie automobile Traduction des Conclusions de monsieur le premier avocat général J. du Jardin (pièce A 2002/1/6)

Plus en détail

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE Les copropriétaires se demandent souvent que faire dans le cas où leur bien immobilier est affecté de malfaçons et que la garantie

Plus en détail

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Communication FSMA_2015_13 du 26/08/2015 Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Résumé/Objectifs: Par le biais de cette position, la FSMA souhaite tout d

Plus en détail

Code de la publicité écologique

Code de la publicité écologique Code de la publicité écologique Code de la publicité écologique: Préambule Une société saine construit un avenir durable. De plus en plus, le souci de l'homme pour son environnement en constitue un élément

Plus en détail

Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles. RC Base

Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles. RC Base Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles RC Base 1 Distinguer les différents types de responsabilité (responsabilité morale, civile et pénale) et préciser

Plus en détail

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 12/03/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 27 février 2013 N de pourvoi: 11-23228 ECLI:FR:CCASS:2013:C100166 Publié au bulletin Rejet M. Pluyette (conseiller doyen faisant

Plus en détail

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables Objectifs 01. La divulgation des informations financières repose sur les caractéristiques qualitatives prévues par le cadre conceptuel, notamment,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc.

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc. COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc. Avis du 19 mai 2010 L article 15 opère une distinction, sur la base du chiffre d affaires annuel, du total

Plus en détail

L Assurance en copropriété

L Assurance en copropriété L Assurance en copropriété Par Paul-André LeBouthillier et Richard Lavoie Avocats L assurance en copropriété Les obligations générales du Syndicat en matière d assurance? Comment réagir lors d un sinistre

Plus en détail

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN RESUME La responsabilité des dirigeants de sociétés anonymes en droit allemand et droit français Julia REDENIUS-HOEVERMANN La responsabilité civile des dirigeants de sociétés anonymes, tant en droit allemand

Plus en détail

Question Q 151. L'influence des mesures restrictives dans le domaine de la publicité sur les marques

Question Q 151. L'influence des mesures restrictives dans le domaine de la publicité sur les marques Question Q 151 L'influence des mesures restrictives dans le domaine de la publicité sur les marques Il s'agit d'une question nouvelle dans les travaux de l'aippi. L'AIPPI a depuis longtemps étudié les

Plus en détail

A. L évolution du risque dans la société

A. L évolution du risque dans la société Chap 6 : La notion de risque et l évolution de la responsabilité La responsabilité civile consiste dans l obligation de réparer le préjudice subi par autrui et dont on doit répondre personnellement. Le

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

0 - PROCEDURE DE RENOUVELLEMENT 1 - DECOMPTE DES CONGES

0 - PROCEDURE DE RENOUVELLEMENT 1 - DECOMPTE DES CONGES Guide Mémento Recueil - PC6 Congés de longue durée pour pensionnés de RENOUVELLEMENT DES CONGES PC 6.2 0 - PROCEDURE DE RENOUVELLEMENT Le fonctionnaire doit adresser une demande de prolongation de congé

Plus en détail

Il s'agit, dit la Cour de cassation, d'un chef de préjudice distinct de celui résultant de la rupture du contrat de travail.

Il s'agit, dit la Cour de cassation, d'un chef de préjudice distinct de celui résultant de la rupture du contrat de travail. L obligation de l employeur à la formation continue du salarié est-elle une obligation de résultat? par Me Akil HOUSSAIN Avocat au Barreau de la Seine-Saint-Denis Le droit du travail est une matière foisonnante

Plus en détail

La réforme de l assurance construction est maintenant une réalité. Elle clarifie le régime de l assurance décennale obligatoire.

La réforme de l assurance construction est maintenant une réalité. Elle clarifie le régime de l assurance décennale obligatoire. Titre : Référence : IP-Bât 05 008 REFORME DE L ASSURANCE CONSTRUCTION Date : 08.2005 La réforme de l assurance construction est maintenant une réalité. Elle clarifie le régime de l assurance décennale

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 23 mai 2013 N de pourvoi: 12-83677 ECLI:FR:CCASS:2013:CR02760 Publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan,

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 6 - La responsabilité civile

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 6 - La responsabilité civile Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 6 - La responsabilité civile Réponses aux questions 6.1 Le Code civil du Québec reconnait l'existence des

Plus en détail

Les principes de la responsabilité civile

Les principes de la responsabilité civile Les principes de la responsabilité civile S édition 2010 Patrice Jourdain agrégé des Facultés de droit professeur à l'université Panthéon-Sorbonne (Paris I) Introduction ; Première partie Vue d'ensemble

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

LA RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT EN DROIT FRANÇAIS

LA RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT EN DROIT FRANÇAIS LA RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT EN DROIT FRANÇAIS par le Professeur Michel FROMONT Université Paris I Panthéon-Sorbonne A l origine, il y a l irresponsabilité: le propre des pouvoirs publics est de ne pas

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 20

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 20 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 20 Commentaire de la décision n 2005-524/525 DC du 13 octobre 2005 Constitutionnalité d'engagements internationaux abolissant la peine de mort en toutes

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France Page 1 Document 1 de 1 Cour de cassation Chambre civile 1 2 Avril 2009 Cassation - renvoi Evry Sélectionné N 08-11.231 Société slg canal ce Société comité d'entreprise de la société dimension data France

Plus en détail

Cour de cassation. 17 novembre 2000. n 99-13.701 Publication :Bulletin 2000 A. P. N 9 p. 15. Citations Dalloz

Cour de cassation. 17 novembre 2000. n 99-13.701 Publication :Bulletin 2000 A. P. N 9 p. 15. Citations Dalloz Cour de cassation 17 novembre 2000 n 99-13.701 Publication :Bulletin 2000 A. P. N 9 p. 15 Citations Dalloz Codes : Code civil, Art. 1165 Code de la santé publique, Art. L. 2131-1 Revues : Revue de droit

Plus en détail

QUESTION 95. L'usage des marques d'autrui sans danger de confusion

QUESTION 95. L'usage des marques d'autrui sans danger de confusion QUESTION 95 L'usage des marques d'autrui sans danger de confusion Annuaire 1989/II, pages 290-294 Comité Exécutif d'amsterdam, 4-10 juin 1989 Q95 QUESTION Q95 L'usage des marques d'autrui sans danger de

Plus en détail

Affaire SUN WATER et le jugement du Tribunal d instance de Toulouse

Affaire SUN WATER et le jugement du Tribunal d instance de Toulouse Affaire SUN WATER et le jugement du Tribunal d instance de Toulouse Actualité juridique publié le 06/04/2014, vu 642 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat L affaire SUN WATER France et le jugement du Tribunal

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LES ACCIDENTS DE LA ROUTE ET LEUR INDEMNISATION

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LES ACCIDENTS DE LA ROUTE ET LEUR INDEMNISATION LES ACCIDENTS DE LA ROUTE ET LEUR INDEMNISATION Les accidents de la circulation Introduction Les accidents de la circulation sont régis par la loi du 5 juillet 1985 tendant à l'amélioration de la situation

Plus en détail

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE Prise de position de la Cour Sur l'admissibilité de la demande d'avis 1 Les gouvernements irlandais et du Royaume-Uni, mais aussi les gouvernements danois

Plus en détail

La responsabilité du sauveteursecouriste

La responsabilité du sauveteursecouriste Page 1 sur 5 La responsabilité du sauveteursecouriste du travail Les sauveteurs-secouristes du travail peuvent s'inquiéter de leur responsabilité e et civile s'ils pratiquent les premiers secours. Cependant,

Plus en détail

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7 La majorité, ses droits et ses devoirs chapitre 7 Si le 18 e anniversaire véhicule souvent l idée de plus d indépendance, il est aussi le moment de la majorité légale, assortie d un certain nombre de droits

Plus en détail

FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS

FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS Fabrication et vente de produits 49 FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS Règlements et normes de produits La Loi canadienne sur la sécurité des produits de consommation est entrée en vigueur en 2011. Cette

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

99-13.701 Arrêt du 17 novembre 2000 Cour de cassation - Assemblée plénière Cassation

99-13.701 Arrêt du 17 novembre 2000 Cour de cassation - Assemblée plénière Cassation CALENDRIER Assemblée plénière et Chambre mixte 2 ème trimestre 2004 Sections réunies des chambres Arrêts sélectionnés par la Cour de cassation 99-13.701 Arrêt du 17 novembre 2000 Cour de cassation - Assemblée

Plus en détail

MINISTERE DE LA JUSTICE PARIS. Avril 2004 JURISCOPE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA

MINISTERE DE LA JUSTICE PARIS. Avril 2004 JURISCOPE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA MINISTERE DE LA JUSTICE SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES SOUS-DIRECTION DE LA STATISTIQUE, DES ETUDES ET DE LA DOCUMENTATION PARIS Rapport de synthèse Le statut juridique des syndics

Plus en détail

Table des matières. Le chèque

Table des matières. Le chèque Le chèque Table des matières L utilisation...2 Le délai de validité...2 Les mentions obligatoires...2 Le montant :...2 La signature :...2 L'opposition...3 Les cas d'opposition :...3 La procédure :...3

Plus en détail

Avis concernant la publicité des rapports annuels des médiateurs

Avis concernant la publicité des rapports annuels des médiateurs 22 06 2012 SPF SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT --- DIRECTION GÉNÉRALE DE L ORGANISATION DES ETABLISSEMENTS DE SOINS --- COMMISSION FEDERALE «DROITS DU PATIENT» Avis concernant

Plus en détail

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE Présidence : Martine Behar-Touchais, professeur à l Université Paris Descartes (Paris V) Les clauses abusives à l épreuve de la

Plus en détail

COURS DE DROIT COMPTABLE INTRODUCTION

COURS DE DROIT COMPTABLE INTRODUCTION COURS DE DROIT COMPTABLE INTRODUCTION L entreprise ne peut vivre isolément et sont activité est essentiellement subordonnée au maintien et au développement des relations avec ses partenaires. Elle est

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 09-69829 Non publié au bulletin Rejet M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Me Le

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 17 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25265 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres

Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres Justitia et Pace Institut de Droit international Session de Lisbonne - 1995 Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres (Quinzième Commission, Rapporteur : M. Andreas Lowenfeld)

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 301 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 17 février 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à améliorer l'indemnisation des victimes de

Plus en détail

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources :

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources : 1 ALCOOL AU TRAVAIL Sources : http://www.service-public.fr/actualites/003191.html?xtor=epr-140 http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/f32177.xhtml L'employeur peut autoriser ses salariés à boire

Plus en détail

Fournisseur X République Française

Fournisseur X République Française Page 1 Cour d'appel Douai Chambre 1, section 1 6 Juin 2011 N 10/03790 Monsieur M. Fournisseur X République Française Au nom du Peuple Français COUR D'APPEL DE DOUAI CHAMBRE 1 SECTION 1 ARRÊT DU 06/06/2011

Plus en détail

Concours d assurances (RC-TRC)

Concours d assurances (RC-TRC) Concours d assurances (RC-TRC) 21 avril 2015 Hugo Keulers 1. Concours d assurances: quel contexte? La personne qui a subi un dommage peut se retourner potentiellement contre plusieurs assureurs en vertu

Plus en détail

Vente d un bien, fosse septique et vices cachés

Vente d un bien, fosse septique et vices cachés Vente d un bien, fosse septique et vices cachés Actualité juridique publié le 24/03/2014, vu 1446 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à l hypothèse, oh combien classique,

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 25 JANVIER 2010 C.09.0203.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0203.F 1. C. V., comte d. R., 2. GENERALI BELGIUM, société anonyme dont le siège social est établi à Bruxelles, avenue Louise, 149,

Plus en détail

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées?

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées? Direction générale de l'enseignement postobligatoire La fin du contrat d apprentissage A-t-on le droit de mettre fin à un contrat d apprentissage? Dans le présent document, le terme «apprenti» s entend

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

Association Nationale des Sociétés par Actions

Association Nationale des Sociétés par Actions Association Nationale des Sociétés par Actions 39 rue de Prony 75017 Paris Tél. : 01.47.63.66.41 Fax : 01.42.27.13.58 Internet : http://www.ansa.asso.fr E-mail : ansa@ansa.asso.fr Comité juridique Réunion

Plus en détail

SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.)

SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.) SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.) 02/03/2015 La société civile immobilière est une forme de société civile dont les opérations sont relatives aux immeubles. Cependant, il ne peut s'agir de toutes

Plus en détail

Décision n 2010-60 QPC 12 novembre 2010. M. Pierre B.

Décision n 2010-60 QPC 12 novembre 2010. M. Pierre B. Les Nouveaux cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-60 QPC 12 novembre 2010 M. Pierre B. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 15 septembre 2010 par la Cour de cassation d une

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2015-488 QPC du 7 octobre 2015 (M. Jean-Pierre E.) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 juillet 2015 par la Cour de cassation (première chambre civile, arrêt n 969 du même jour), dans

Plus en détail

ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011)

ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011) ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011) Le décret n 2011-48 du 13 janvier 2011 portant réforme de l arbitrage est entré en vigueur au 1 er mai 2011 sous réserves de dispositions

Plus en détail

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur L une des questions les plus importantes de l arbitrage commercial international

Plus en détail