CGA informations. Le compte-rendu de mission, c est grave docteur? La deuxième vie des téléphones portables

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CGA informations. Le compte-rendu de mission, c est grave docteur? La deuxième vie des téléphones portables"

Transcription

1 CGA informations 122 MARS 2011 Le compte-rendu de mission, c est grave docteur? La deuxième vie des téléphones portables Gagnant-gagnant avec ma banque Du cloud computing à l'économie dans les nuages Le compatriote à l heure de la dématérialisation AKS - Fotolia.com Bulletin d information des adhérents du centre de gestion agréé

2 CGA informations MARS AKS - Fotolia.com SOMMAIRE édito 3 Thème de réflexion Valeurs locatives évolution ou révolution? 4 En bref Actualités 5 CGA Plus Le compte-rendu de mission, c est grave docteur? 7 Société Des clics et des claques! 8 Métiers nouveaux La deuxième vie des téléphones portables 9 Finance Gagnant-gagnant avec ma banque 10 Economie Du cloud computing à l'économie dans les nuages 11 Tendance À t Or ou à raison 12 La page du compatriote Le compatriote à l heure de la dématérialisation Et si tout n était au fond qu un problème de confiance? Et si le numérique et la dématérialisation, au-delà d un choix technique, nous amenaient à des choix dits "de société"? S il ne s agissait que d authentification de signatures électroniques ou de transferts de fonds ou de données, le problème n existerait même pas. S il s agissait d économiser, globalement, de la matière, du temps, de l énergie, il suffirait de débrancher nos imprimantes. Mais il s agit de choisir un monde, un mode de vie, une manière aussi de conserver, au-delà de sa comptabilité, sa mémoire. Il s agit de déléguer à des techniques, que peu d entre nous maîtrisent suffisamment pour pouvoir se sentir avec elles en totale sécurité, un certain nombre d opérations qui nous engagent, et quelquefois très profondément. La dématérialisation, ce n est pas juste une simplification administrative ou une autre manière de travailler, ça peut aller jusqu à la mise au coffre virtuel de nos plus intimes secrets. Nous sommes déjà, via nos boîtes mail, au stade supérieur de la dématérialisation : le "cloud computing". Si nous voulons bien regarder ce qui s y passe, nous devons constater que dans ce domaine, c est le fournisseur qui est roi, et qu il est unique Occasion inespérée pour nous de retrouver, simplement, la sagesse. CGA infos 13 Chiffres clés Au 1 er janvier Le monde de Gudule Où tout est vrai, ou presque 15 Ex presse 16 La vie de votre centre CGA informations Bulletin d information publié par le CGA 74 11, rue Jean Jaurès - BP Annecy cedex Bulletin trimestriel - Dépôt légal à parution Directrice de la publication Marie-Joëlle TRIOMPHE (CGA 74 Annecy) Comité de rédaction CGA 05 : D. FACHE. CGA 13 : M. BES, B. DAULLÉ. CGA 41 : L. MAILLARD. CGAD 38 : B. CONRAD, D. CUS- TOT. CGA 74 : Ch. BRUNAS-CASSININ, J.-B. ROBINEAU. Assistance au comité de rédaction La belle idée. Infographie Trait de marque, Annecy. Imprimeur Imprimerie FERREOL, Meyzieu. N ISSN CGA informations MARS 2011

3 THÈME DE RÉFLEXION Valeurs locatives évolution ou révolution? Après les modifications dans le calcul de l ancienne taxe professionnelle (TP), devenue l an passé la contribution économique territoriale (CET), de nouveaux changements se profilent. Ils ont pour objectif de modifier la base de calcul des impôts locaux (donc de la CET), d abord des professionnels,puis plus tard des particuliers. Cette base d imposition qui sert au calcul des taxes locales, c est la valeur locative cadastrale. Elle intervient dans le calcul de la cotisation foncière des entreprises (qui remplace la TP), de la taxe foncière et de la taxe d habitation. Cette base est calculée par l Administration, avec le concours de commissions communales, pour l ensemble des immeubles. Pour les biens personnels, la valeur locative cadastrale correspond au "loyer théorique annuel que l on pourrait tirer d un bien en le louant dans des conditions normales". Ce loyer théorique n a pas de lien direct avec le loyer réel, la valeur utilisée est une valeur de 1970 pour le bâti! Le mode d évaluation de la valeur locative cadastrale d un logement résulte de l application de 9 paramètres dont 5 sont objectifs (surfaces, équipement, etc.) mais 4 tout à fait subjectifs et laissés à l appréciation de l administration. (situation générale et particulière de l immeuble, degré "d entretien", etc.). En plus du calcul assez opaque des bases, viennent s ajouter les taux d imposition variés des communes qui contribuent à rendre le système très complexe. La révision des valeurs locatives, prévue tous les 4 ans, n a jamais eu lieu, donc un logement neuf en 1970 est toujours considéré comme neuf en 2011! Les valeurs locatives sont simplement majorées annuellement au moyen de coefficients forfaitaires (+2,5% en 2009). Bon à savoir Pour comprendre comment est calculée la valeur cadastrale de votre bien ou pour toute réclamation,il faut vous adresser au Centre des impôts en demandant copie de la fiche de calcul qui est l imprimé 6675-M. Pour les biens professionnels, les valeurs locatives sont calculées en utilisant 3 méthodes : la comparaison avec des locaux types, le bail (rare, car fait référence à un loyer de 1970 ), l appréciation directe (valeur vénale du local). Le système atteint ses limites compte tenu de l évolution économique et sociale et leurs conséquences sur l immobilier des commerces et des bureaux en particulier. Système et calculs opaques, compliqués, inégalitaires Il est donc proposé de mettre en œuvre une révision des valeurs locatives des locaux professionnels (commerciaux et professions libérales) dans un premier temps. Les locaux industriels relevant de la méthode comptable (valeur des immobilisations au bilan de l entreprise) ne seraient pas concernés et pour les locaux privés, on verra un peu plus tard La révision reposerait sur des tarifs au mètre carré déterminés par catégorie de locaux et établis par secteurs de loyers. Les informations seront collectées en 2011 auprès des 3 millions de propriétaires des locaux. Il est prévu une mise à jour permanente avec la constitution dès 2012, de commissions départementales qui auront un rôle décisionnel pour ces opérations. L intégration des nouvelles valeurs pour le calcul des impôts locaux professionnels est prévue en Avec quels résultats? C est encore l inconnu. Mais les gains obtenus avec le changement de calcul de la TP risquent, à l horizon 2014, de n être plus qu un souvenir Daniel Fache MARS 2011 CGA informations 3

4 en bref en bref en bref en bref Chef d'entreprise dès 16 ans! A partir du 1 er janvier 2011, les mineurs de 16 à 18 ans pourront se lancer dans la création d entreprise en tant qu entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL). Ils devront d abord obtenir l accord de leur parent. Auto-entrepreneurs : rien à déclarer? La loi modifie le régime du micro-social en obligeant les auto-entrepreneurs à déclarer leur chiffre d affaires chaque mois ou au maximum chaque trimestre, y compris lorsque ce montant est nul. Régime micro : nouveaux seuils Pour 2011, les limites de chiffres d affaires HT sont relevées à pour les ventes de marchandises et pour les prestations de services, soit une hausse de 1,5 % des seuils. Factures aux particuliers Le seuil au delà duquel une facture doit être établie a été relevé à 25 TTC depuis le 15 juillet 2010 par un arrêté ministériel (au lieu de 15,24 précédemment). Désormais, toutes les prestations auprès d un particulier d un montant supérieur à 25 TTC doivent donner lieu à la remise d une facture. L inflation des diagnostics Diagnostics obligatoires toujours plus nombreux. En cas de vente d un bien immobilier ou de mise en location, gare aux diagnostics! Si vous vendez, pas moins de 7 diagnostics à prévoir : plomb, amiante, termites, gaz, état des risques naturels (ERNT), diagnostic de performance énergétique (DPE) et diagnostic électrique. Si vous louez, comptez-en 3 : ERNT, DPE et le diagnostic plomb. Télépaiement et télédéclaration : toujours plus! TVA : on va télédéclarer et télépayer de plus en plus! Depuis le 1 er octobre 2010, le seuil de chiffre d affaires est abaissé à au lieu de Les entreprises réalisant un chiffre d affaires supérieur à devront télédéclarer et télépayer leur TVA directement en ligne sur ou par l intermédiaire de leur cabinet comptable. L exercice de référence est l avant-dernier exercice clos. Une victoire pour les CGA Saisi de la question de la majoration de 25% du bénéfice professionnel des contribuables qui ne sont pas adhérents à un organisme de gestion agréé, le Conseil Constitutionnel a jugé que ce dispositif n était contraire à aucun droit ou liberté (Conseil d Etat juillet 2010). Le rôle et les avantages des organismes de gestion agréés dont bénéficient les adhérents de ces structures depuis 30 ans (centres et associations agréés) sont ainsi confirmés suite à cette QPC (question prioritaire de constitutionnalité). Le jugement du Conseil d Etat renforce la position des CGA. Plus-values mobilières : zéro seuil! En 2011, les plus values de cession de valeur mobilières sont imposables dès le premier euro de cession au taux de 19% soit un taux global de 31,3% avec les prélèvements sociaux. C est un retour à la case départ, car, après avoir été relevé pendant des années (pour atteindre jusqu à en 2010), le seuil d exonération des plus-values n existe désormais plus! La retraite en Europe En république tchèque, les femmes partent en retraite à 56 ans. Une étude sur la retraite portant sur 26 pays d Europe montre que presque la moitié des pays (12 pays) ont adopté un âge différent pour le départ en retraite selon le sexe des travailleurs. Les hommes partent en moyenne à 63 ans et les femmes à 59,5 ans. Pour les 14 pays ayant un âge identique de départ pour l homme et la femme, l âge moyen de départ est de 64 ans. Source Agirc-arrco (1 er trimestre 2009). Julien Tromeur / Tuya 66 - Fotolia.com 4 CGA informations MARS 2011

5 CGA PLUS Le compte-rendu de mission c est grave docteur? À compter de 2011, tous les adhérents des organismes de gestion agréés reçoivent un compte-rendu de mission faisant la synthèse des examens de concordance, de vraisemblance et de cohérence de leurs déclarations fiscales (liasses et déclarations de TVA incluses). La nouveauté réside dans la communication du résultat aux intéressés et surtout aux services des impôts des entreprises. Que faut-il en attendre? Un compte-rendu de mission, c est quoi au juste? Une feuille A4 recto verso où figurent l identification de l organisme agréé et son numéro d agrément, les renseignements relatifs à l adhérent - SIRET et coordonnées de l entreprise, date d adhésion, nom et adresse du conseil ainsi que les coordonnées du service des impôts des entreprises compétent. Si l adhérent a été radié en cours d année, la date doit être portée sur ce document. Les renseignements relatifs aux déclarations examinées par l organisme agréé sont dans la deuxième partie du compte-rendu de mission avec la date de réception de la liasse qui va déterminer le début de la période impérative durant laquelle l organisme agréé va devoir d abord procéder à sa mission d examen de cohérence et de vraisemblance et ensuite, à l issue de celle-ci, envoyer le compte-rendu de mission à l adhérent, à son conseil et à l administration fiscale, pour ces deux dernières destinations, par voie dématérialisée. Le compte-rendu de mission doit comporter la mention de l année civile ou de date à date de la période faisant l objet de la déclaration. Supprimé depuis 1998 du contenu de l attestation d adhésion, le résultat déclaré doit être porté sur ce document. Faire figurer la date d établissement du compte-rendu de mission ou s il s agit d un compterendu de mission rectificatif. De même, indiquer si la comptabilité est tenue HT ou TTC et si l activité n est pas ou partiellement soumise à TVA. Enfin le montant de la TVA collectée doit aussi être inscrit dans le compterendu de mission. Dans la troisième partie du document, sont portées les conclusions de l examen de cohérence et de vraisemblance effectué par l organisme agréé. Chaque situation correspond à une case à cocher. Quatre d entre elles permettent d abord de conclure à la concordance, à la cohérence et à la vraisemblance des déclarations : absence d anomalies, absence d anomalie après question du CGA ou demande de renseignements complémentaires et réponse satisfaisante, l envoi d un courrier d information avec les remarques du CGA sur des points qui n exigent pas de réponse de l Adhérent et enfin la transmission d une déclaration rectificative à la demande de l organisme agréé. À l exception des demandes de rectification qui font apparaître la base d imposition avant et après rectification ainsi que le montant tant pour les déclarations de résultats que pour les NOUS SOMMES EN MESURE DE CONCLURE À LA CONCORDANCE, À LA COHÉRENCE ET À LA VRAISEM- BLANCE DES DÉCLARATIONS FAISANT L OBJET DU PRÉSENT COMPTE-RENDU DE MISSION. MARS 2011 CGA informations 5

6 CGA PLUS SEULE RESTRICTION LÉGALE : L ADHÉRENT NE DOIT PAS AVOIR FAIT L OBJET DE PÉNALITÉS AUTRES QUE LES INTÉRÊTS DE RETARD. taxes sur le chiffre d affaires, chacun de ces cas fait apparaître la déclaration finale de l organisme agréé en ces termes : Nous sommes en mesure de conclure à la concordance, à la cohérence et à la vraisemblance des déclarations faisant l objet du présent compte-rendu de mission. Trois cas sont également prévus qui font état de situations ne permettant pas de conclure la concordance, la cohérence et la vraisemblance des déclarations. Il s agit de l absence de réponse aux demandes de renseignements envoyées par l Organisme de Gestion Agréé, les réponses jugées incomplètes ou non satisfaisantes par l Organisme Agréé et le désaccord de l Organisme Agréé. Dans ces trois cas qui devront demeurer à l évidence exceptionnels, le Centre n étant pas en mesure de conclure à la concordance, la cohérence et la vraisemblance des déclarations devra en mentionner les motifs : soit absence de réponses ou réponses incomplètes ou non satisfaisantes et la formulation transmise aux différents destinataires fera état de la mise sous surveillance du dossier par l organisme agréé et compte tenu du manquement aux engagements pris en adhérant à l organisme agréé, celui-ci fera mention du risque de mise en œuvre d une procédure disciplinaire d exclusion. Avec le compte-rendu de mission, qu est-ce qu on gagne? La réduction de trois à deux ans du délai de reprise de l administration fiscale constitue à la fois l enjeu principal du compte-rendu de mission et une source de confusions diverses quant à sa portée, d où l adoption d un amendement à ce propos dans la loi de finances rectificative pour La situation paraît simple : chaque adhérent qui dépose pour chaque année ses déclarations auprès de l organisme agréé et dont le compte-rendu de mission établi par celui-ci atteste de la concordance, de la cohérence et de la vraisemblance des déclarations bénéficie de la réduction de 3 à 2 ans du délai de reprise. Seule restriction légale : l adhérent ne doit pas avoir fait l objet de pénalités autres que les intérêts de retard. La question se posait pour les pénalités au titre des années antérieures et qui pouvaient faire obstacle à la réduction de ce délai de reprise. La loi de finances rectificative pour 2010 a précisé qu il s agissait bien de pénalités encourues au titre des années pour lesquelles la réduction du délai de reprise s applique. Autre effet du compte-rendu de mission auquel l administration fiscale attache une importance particulière, c est la preuve qui en découle de l accompagnement de l adhérent par le centre de gestion agréé. Il s ajoute désormais à la simple attestation d adhésion qui continue de produire ses effets concernant le bénéfice de la non majoration de 1,25 pour l année en cours et au dossier de gestion et de prévention qui fait le point avec l adhérent sur l appréciation du centre à l égard des résultats produits par son entreprise. Alors qu est-ce qu on y gagne? Un nouvel airbag, en somme! Bertrand Daullé 6 CGA informations MARS 2011

7 SOCIÉTÉ Des clics et des claques! L ordinateur professionnel est-il un avatar* de la vie privée? Le monde professionnel et la vie privée ont trouvé, depuis la généralisation de l usage de l informatique dans l entreprise, un champ d affrontements sans cesse renouvelé. Deux affaires récentes mettent en évidence la nécessaire prudence que chacun se doit d observer dans l utilisation de l internet, lorsque le professionnel est en jeu : > soit lorsque des salariés toujours liés par le lien contractuel à leur entreprise expriment sans ambages sur un réseau dit social leur opinion à l égard de leur employeur et de leur hiérarchie ; > soit lorsque c est l utilisation personnelle par un salarié de l ordinateur professionnel qui laisse à l employeur en cas d incident une marge d action bien plus large qu on peut le croire. Les murs (de Facebook) ont des oreilles Le cas des deux salariés licenciés pour avoir tenu des propos jugés injurieux à l égard de leur hiérarchie sur Facebook a ému : moins parce qu il confirmait qu aller sur un réseau social, c est d abord pour être vu et donc qu en y affichant des opinions sans fard on prend le risque d un retour de bâton, que parce que l information / délation est parvenue à l employeur par un des amis qui participaient aux échanges de commentaires, en dehors des heures de travail et un samedi soir! La sanction prise par la société mise en cause a été confirmée en première instance par le Conseil de Prud hommes de Boulogne-Billancourt le 19 novembre 2010, qui a jugé fondée la décision de licenciement du fait que ce serait la multiplication des destinataires de propos tenus sur ce réseau social qui transformerait un échange privé en buzz public injurieux pour l entreprise en cause. À noter cependant que les voies de recours n étant toujours pas épuisées, la position officielle de la Cour de Cassation n est pas encore connue. Attention aux connexions pas nettes Chacun a droit au respect de sa vie privée : s il demeure incontestable, le principe posé par l article 9 du Code Civil a connu de nombreux aménagements lorsqu il s agit de l utilisation personnelle de l ordinateur professionnel : > Ainsi, le 2 février 2011, la Cour de Cassation, chambre sociale, a sanctionné l auteur d un mail envoyé pendant le temps de travail et sur son ordinateur de bureau à un autre salarié dans lequel il insulte son supérieur hiérarchique, le contenu du courriel évoquant l activité de son auteur était dès lors professionnel.** > La même chambre sociale de la Cour de Cassation avait déjà condamné le 18 octobre 2006 pour faute grave le salarié qui avait crypté volontairement et sans autorisation des données informatiques afin de faire obstacle à la consultation de ces données par l employeur. Dans ce cas la faute grave constituée ici du fait qu il y avait déjà eu sanction disciplinaire pour le même motif s analyse davantage comme une cause réelle et sérieuse pour justifier le licenciement. > Le 9 février 2010, la Cour de Cassation a sanctionné comme faute grave les connexions effectuées au bureau sur des sites pornographiques au motif que les connexions établies par un salarié sur des sites internet pendant son temps de travail grâce à l outil informatique mis à sa disposition par son employeur pour l exécution de son travail sont présumées avoir un caractère professionnel de sorte que l employeur peut les rechercher aux fins de les identifier hors de la présence du salarié. On est certes loin de la Convention européenne des droits de l homme qui garantissaient jusqu alors le respect de l intimité de la vie privée et du secret des communications. Mais au bureau, l ordinateur, reste un outil au service de l entreprise, alors avis aux imprudents : des Clics peuvent donner lieu à des claques! Bertrand Daullé LES VOIES DE RECOURS N ÉTANT TOUJOURS PAS ÉPUISÉES, LA POSITION OFFICIELLE DE LA COUR DE CASSATION N EST PAS ENCORE CONNUE * Avatar : Ce terme désigne à la fois l incarnation, la métamorphose et le tracas : au choix. ** Cité dans le N 1035 de la revue Entreprises et Carrières. MARS 2011 CGA informations 7

8 MÉTIERS NOUVEAUX La deuxième vie des téléphones portables Alors que 100 millions de portables prennent la poussière dans nos tiroirs, le marché de l occasion est en train d émerger en France. Un bon moyen de valoriser des montagnes de déchets et un business florissant pour quelques entreprises spécialisées. SUR LE SITE INTERNET DE LA SOCIÉTÉ, VOUS ESTIMEZ LE PRIX DE VOTRE VIEUX PORTABLE, VOUS L ENVOYEZ AU FRAIS DU DESTINATAIRE ET VOUS RECEVEZ UN CHÈQUE SIGNÉ MISTER RECYCLE HIMSELF! Quelques chiffres pour commencer : on estime qu entre 80 et 100 millions de téléphones portables usagés sont conservés "au cas ou " par des particuliers en France. D un autre côté, plus de 24 millions sont achetés chaque année dans notre pays et utilisés, en moyenne, pendant 18 mois, alors que leur durée de vie est estimée entre cinq et sept ans! En se basant sur ces quelques chiffres quelques sociétés se sont spécialisées dans un nouveau business : la seconde vie des téléphones mobiles. Mister Recycle, créé par deux associés en avril 2010, figure parmi les acteurs les plus importants. Pour le particulier, le principe est simple : sur le site internet de la société, vous estimez le prix de votre vieux portable, vous l envoyez au frais du destinataire et vous recevez un chèque signé Mister Recycle himself! Vente aux enchères "Nous recyclons aujourd hui entre 300 et 500 téléphones par jour", estime Marc Thoumyre, directeur associé de la société parisienne. "Nous faisons remettre en état les téléphones par un réparateur français, puis, chaque semaine, nous constituons un lot de à portables que nous vendons aux enchères à des brokers (NDLR : courtiers) internationaux, bien que nous répondions aussi, à la demande, sur des modèles spécifiques. Nos clients écoulent ensuite les produits, principalement dans les pays émergents". Mais, alors que la technologie de recyclage existe depuis une quinzaine d années, l émergence d un véritable marché mondial de l occasion est le moteur de ce "business model" qui en fait rêver plus d un "La demande est colossale", poursuit Marc Thoumyre. "Tout l enjeu de notre société est de collecter, grâce à une incitation financière, des téléphones qui sont déjà vendus avant même que nous les réceptionnions Le marché est tellement important qu il y a encore de la place pour des nouveaux acteurs". Alors que Mister Recycle revendique un prix de rachat moyen au particulier de 75, ses dirigeants estiment n en être qu aux débuts de leur démarche. "Les accros du portable, ceux qui se débarrassent de leur téléphone dès qu un nouveau modèle sort, constituent encore l essentiel de notre clientèle. Nous n avons pas encore atteint le cœur du marché. En Grande Bretagne et aux Etats-Unis, le marché de l occasion est mûr. En France, nous n en sommes qu aux prémisses". Scott Maxwell - Fotolia.com Parlez dans l hygiaphone Comme on le fait en sortant des toilettes, faudra t-il apprendre à se laver les mains après avoir passé un coup de fil? Si l on en croit une étude britannique réalisée récemment, ce serait même plus important : un téléphone mobile contiendrait 500 fois plus de microbes au cm2 qu une cuvette de toilettes! Non contents de provoquer des accidents de la circulation, de bombarder nos cerveaux d ondes électromagnétiques et de parasiter toute vie sociale, ces appendices seraient en plus des vecteurs privilégiés de salmonelles, staphylocoques dorés et autres germes en tous genres Un véritable bouillon de culture maintenu à température idéale par la chaleur des batteries. Pour autant, l on sait qu un environnement complètement stérile n est ni possible ni souhaitable. Alors continuons d adapter aux nouvelles technologies ce qu on nous a appris étant petit en matière d hygiène : comme une brosse à dents, un portable ne se prête pas! Matthieu Massip La belle idée 8 CGA informations MARS 2011

9 FINANCE Gagnant-gagnant avec ma banque! Lorsque je demande à mon banquier quels sont les conseils qu il peut donner à toutes nos entreprises du CGA,il n a pas une hésitation: communiquez! Ne restez pas seul avec vos problèmes, mais parlez-en. Considérez votre banquier comme un partenaire ; l intérêt de tout le monde est d entretenir une relation gagnant-gagnant. Mais la faute est partagée. Mon conseiller reconnaît volontiers que les insuffisances de communication sont également à mettre au débit des banques. Elles n ont pas apporté et n apportent toujours pas, malgré des progrès, toutes les explications et la transparence souhaitables, d où une méconnaissance de notre métier. Et en particulier des frais, commissions et coûts considérés comme excessifs. Alors en avant pour un petit tour d horizon Les agios sont l ensemble des sommes prélevées par une banque pour le fonctionnement d un compte. Ils sont de deux sortes. Il y a les frais fixes liés à l utilisation courante d un compte, et les frais variables selon les divers incidents de trésorerie. Pour faire des économies, la tentation serait de ne pas ouvrir un compte professionnel (ce n est pas obligatoire). Outre le fait qu il est beaucoup plus clair et transparent de disposer d un compte séparé, il existe des services bancaires attachés à un compte pro (découvert, escompte, prêt, etc.). Le coût d un tel compte se situe autour de 45 par trimestre uniquement pour le fonctionnement (tous les chiffres avancés dans cet article sont variables selon les banques Faites jouer la concurrence!). Avec l ouverture de ce compte, le banquier va vous proposer, la plupart du temps, une convention de services avec carte de paiement, internet, virement etc. Cette convention est le plus souvent aujourd hui à la carte (on ne prend que ce dont on a besoin ) et permet une économie par rapport à des services qui seraient pris individuellement. Elle représente un coût d environ 50 par trimestre pour des services de base. Lorsque l entreprise et la banque se connaissent mieux, et avec un compte bancaire qui fonctionne correctement, il est fortement conseillé de négocier un découvert autorisé. Un incident de trésorerie peut arriver et il vaut mieux prévenir. Vous connaissez la suite La banque vous autorise un compte négatif, jusqu à un certain niveau et une certaine durée. Vous êtes donc sûrs que vos chèques ne seront pas rejetés. Les frais seront aussi moins élevés. Actuellement les taux d intérêts pour le découvert autorisé s établissent autour de 9 à 10%, c est près de 17% si le découvert n est pas autorisé ou lorsque le montant accordé est dépassé (et si la banque suit encore!). La méthode de calculs des agios est la méthode des nombres. Exemple : au 1 er trimestre 2011,votre compte est débiteur de du 10 au 25 janvier et de 500 du 1 er au 15 mars,le taux d intérêt est de 10% annuel. Le 1 er nombre débiteur en janvier est de x 15j soit et le 2 e nombre débiteur en mars est de 500 x 15j soit ; le total des nombres débiteurs du trimestre est donc de = Le montant des agios sera de : x 10% / 365j soit 6,16. Ces autorisations de découvert sont également facturées par la banque chaque année si elles ne sont pas intégrées dans la convention de compte. Le coût est différent selon les chiffres en jeu, mais sont à payer même si vous ne vous en servez pas La situation la plus critique survient lorsque vous devez dépasser le découvert autorisé, car en plus de frais financiers plus élevés, vous allez payer des commissions (la commission d intervention par écriture s élève autour de 8 par exemple ). Une négociation (sur les montants, les taux, la durée) est toujours possible avec la banque, et mieux vaut le faire quand tout va bien. Dans cette situation délicate, des solutions existent pour faire des dépassements de découvert autorisé, il faut en parler, me conforte mon banquier! Il vaut mieux, car si la situation se dégrade les frais augmentent fortement Une des solutions possibles consiste à transformer un découvert qui dure en un prêt moins couteux. Un des points d incompréhension entre banque et entreprise concerne l application des dates de valeurs et non des dates d opérations réelles pour le calcul des agios. Le décalage entre ces dates est défavorable au possesseur du compte, mais début 2010 une directive européenne a supprimé les plus gros écarts entre ces valeurs. Aujourd hui la date de valeur d'une opération de paiement par chèque,ne peut différer de plus d'un jour ouvré de la date retenue pour sa comptabilisation sur un compte. Un dépôt en espèces à votre banque le 10 janvier sera crédité en valeur le 11, et inversement un retrait le 10 janvier sera débité en valeur le 9. Les dates d opérations sont identiques mais il y a un décalage de deux jours entre les dates de valeurs, ce qui peut entrainer découvert et frais. C était pire auparavant, mais c est encore un casse-tête pour la gestion d un compte. Encore un effort monsieur le banquier! Conclusion : prenez rendez-vous régulièrement avec votre conseiller bancaire, n hésitez pas à revoir ensemble les clauses de votre partenariat. Un geste commercial est toujours possible de son côté. Le début d année est le bon moment de mieux comprendre l ensemble des frais que vous avez payés. Vous recevez désormais un relevé annuel qui récapitule les frais bancaires prélevés au cours de l'année écoulée au titre de la gestion de votre compte. C est à ce moment là également que vous prenez connaissance des tarifs des services et opérations de votre banque. À suivre sur : (code monétaire et financier). la gestion de la trésorerie dans le numéro de CGA info. Daniel Fache MARS 2011 CGA informations 9

10 ECONOMIE Du cloud computing à l économie dans les nuages Louer à la demande au lieu d acheter ce qu on n utilise pas à 100 % tous les jours: sur ce principe est né le "cloud computing", ou informatique dans les nuages. Un modèle qui bouleverse les stratégies des acteurs du secteur et qui devient une référence pour toute l économie. L IDÉE, C EST D EXTER- NALISER TOUS LES LOGICIELS ET LES DONNÉES DE L ENTRE- PRISE SUR DES SERVEURS DISTANTS. LE POSTE DE TRAVAIL N EST PLUS QU UN OUTIL D ACCÈS À CES RESSOURCES Sur la longue liste des concepts à la mode dans le monde informatique, le cloud computing occupe une place à part. "Il se caractérise par le fait que ce n est ni une technologie, ni l usage d une technologie mais un moyen de fournir des ressources informatiques", explique Nicolas Chavas, chef de projet à l Espace numérique entreprises (ENE, association pour la diffusion des technologies de l information et de la communication (TIC) dans les PME de Rhône-Alpes). L informatique dans les nuages, ou dématérialisée, consiste à accéder à la demande, via internet, à des ressources informatiques externalisées (serveurs offrant des capacités de calcul, stockage, logiciels, etc.), mutualisées et partagées avec d autres utilisateurs. Le tout étant payé à l usage, via un abonnement. "L idée, c est d externaliser tous les logiciels et les données de l entreprise sur des serveurs distants. Le poste de travail n est plus qu un outil d accès à ces ressources", précise Nicolas Chavas. Si le concept de mutualisation sur un même serveur des applications tournant sur des machines différentes date des années 1960 et que les messageries en ligne l utilisent depuis des années, c est le marchand en ligne Amazon qui a formaté une première offre purement commerciale, vers le milieu de la première décennie du 21 e siècle. Après avoir beaucoup investi dans des infrastructures performantes afin de lancer sa boutique en ligne, le cybermarchand américain s est vite aperçu qu en dehors des pics d activités des fêtes de fin d année, son monstre technologique était surdimensionné par rapport à ses besoins. Pourquoi, alors, ne pas rentabiliser ces équipements en louant de l espace de stockage et de la puissance de calcul à des clients? L informatique était entrée dans l ère du cloud, avec comme premier client le quotidien New York Times, utilisant l infrastructure d Amazon pour stocker ses archives en ligne. Le nuage s'étend Depuis, le nuage s est étendu : plus une semaine sans lancement d une nouvelle offre par un acteur majeur. Jusqu à bousculer les modèles économiques dominant. Ainsi, le 18 janvier dernier, un des principaux éditeurs français de logiciel pouvait claironner : "notre croissance à deux chiffres -19% en est le fruit à la fois de notre développement international et de notre passage d un modèle d éditeur en mode licence à un modèle cloud computing" (communiqué de Jean-Michel Bérard, président du directoire d Esker). En clair, l éditeur passe de la vente de son logiciel, installé une fois pour toutes sur les machines de son client, à la location de ce même logiciel auquel le client accède à la demande par internet. Le même logiciel tournant en permanence sur un serveur distant, tous les clients d Esker y ont également accès De la même manière qu un logiciel, le prestataire peut proposer aussi la fourniture de stockage voire même de toute une infrastructure informatique externalisée. Même le géant Microsoft, symbole du modèle économique de la licence vante désormais le "cloud power" en communiquant sur le thème "c est la puissance du cloud". Le nuage annonce t-il un grain sans conséquence ou la tempête du siècle? Si les fabricants de PC semblent devoir être les premiers touchés -un téléphone type smartphone, sans mémoire ni processeur très puissant suffit à accéder au cloud- d autres références pourraient aussi être bousculées. Vélib, auto-partage, téléphonie, voire logement : pourquoi acheter alors que tout est disponible à tout instant, selon nos besoins, dans le nuage? Matthieu Massip La belle idée Helder Almeida - Fotolia.com 10 CGA informations MARS 2011

11 TENDANCE À t Or ou à raison Anton Vakhlachev - Fotolia.com L'or,métal le plus dense qui soit,matière première issue du centre de la terre il y a 4 milliards d'années suscite depuis près de ans respect, admiration, passion et parfois cupidité sans borne. Histoire d'or 5000 ans av. JC, les Sumériens ont commencé à utiliser l'or pour la réalisation d'objets funéraires. Les Egyptiens lui ont donné ses lettres de noblesse au travers des objets de culte et des parures les plus majestueuses. Puis la civilisation péruvienne, 1200 av. JC, a parachevé l'œuvre grâce à sa technicité lui permettant de mettre au point la feuille d'or et la poudre d'or utilisée dans la céramique. L or devenu symbole de richesse et de puissance a été l'une des raisons majeures des voyages de Christophe Colomb et de la découverte de l'amérique en Les richesses accumulées par l'espagne et le Portugal ont permis le décollage de l'europe d'alors et la frappe de monnaie d'or. Au 20 e siècle, il devient l'étalon de change exclusif définissant un certain poids d'or pour un dollar et des autres monnaies par rapport au dollar. En 1971, Richard Nixon suspend la convertibilité du dollar en or qui est démonétisé en Dès lors il devient une réserve nationale pour chaque pays et une matière première. L'or j'adore ou pas? Guillaume 22 ans a une relation toute particulière avec l or. Il le juge utile pour l'informatique et les nouvelles technologies mais même pour les bijoux il préfère l'acier voire l'or dit blanc et n'a pas du tout la fibre valeur refuge. Demain peut être, mais il reste dubitatif, l'or ne le fait pas rêver sauf pour la décoration en cuisine, là c'est sympa estime t-il. Du bijoutier à ma banquière les arguments en faveur du métal précieux et de sa possession sous quelque forme que ce soit se retrouvent curieusement là où on ne les attend pas. Le commerçant me fait partager sa passion de la beauté du bijou qui allie le savoirfaire du créateur et la noblesse de la matière. Un petit argumentaire sur la crise en me disant qu'en plus, le bijou d'aujourd'hui peut être la valeur refuge de demain et la boucle est bouclée et pour terminer il ajoute rien ne fait plus plaisir que d'offrir un bijou en or. A ma banquière, je lui demande conseil concernant l'achat éventuel d'or. Et là elle me fait comprendre qu'il convient d'adapter la fiscalité et la liquidité en se portant sur les pièces dites d'investissement comme le Napoléon, le Liberty 20$ américain et le Souverain britannique. La fiscalité est importante à la vente : il faudra choisir soit 8% sur le capital ou 28,1% sur la plus value en fonction de la durée de détention avec une exonération au bout de 12 ans. Mais il faut pour cela acheter auprès d'un organisme professionnel et ne pas sortir les pièces de leurs étuis. Au fil de l'interview qui s'est changée en une discussion conviviale, la confidence qui suit est à elle seule une conclusion pleine d'optimisme. Vous savez, me dit-elle, acheter un beau bracelet à votre femme, lui faire monter un Napoléon en bague ou en pendentif lui apportera certainement à elle et à vous plus de plaisir et de bonheur. C'est le bonh'or d'offrir. Didier Custot LES RICHESSES ACCUMULÉES PAR L'ESPAGNE ET LE PORTUGAL ONT PERMIS LE DÉCOLLAGE DE L'EUROPE D'ALORS ET LA FRAPPE DE MONNAIE D'OR. MARS 2011 CGA informations 11

12 LA PAGE DU COMPATRIOTE Le compatriote à l heure de la dématérialisation Simplification des charges administrative pesant sur les entreprises Les 3 mesures suivantes s inscrivent dans le cadre de la politique engagée au plan national afin de réduire le poids des charges administratives pesant sur les entreprises. 1. Mesure de simplification relative au rapport annuel économique et financier Le rapport économique et financier établi chaque année à l intention des membres du comité d entreprise est désormais tenu à la disposition de l inspecteur du travail ; jusqu à présent, il devait lui être transmis par l employeur. Cette modification du Code du travail a été introduite par la loi n du 12 mai 2009 de simplification et de clarification du droit et d allègement des procédures du droit ; elle s inscrit dans le cadre de la politique engagée au plan national afin de réduire le poids des charges administratives pesant sur les entreprises. 2. Mesure de simplification relative à la dématérialisation du bulletin de paie La loi n du 12 mai 2009 de simplification et de clarification du droit et d allègement des procédures autorise la dématérialisation des bulletins de paie, sous la double condition de l accord du salarié et de la garantie de l intégrité des données. Comme pour la version papier, les employeurs doivent conserver un double des bulletins de paie électroniques de leurs salariés pendant 5 ans. 3. Mesure de simplification portant sur la dématérialisation de la fiche annexe au bulletin de paie relative à la participation financière Le décret n du 30 mars 2009 portant diverses mesures en faveur des revenus du travail, prévoit la faculté pour les entreprises de dématérialiser la fiche remise par l employeur à un salarié bénéficiaire d une somme attribuée en application des accords de participation financière sous la double condition de l accord du salarié et de la garantie de l intégrité des données. Cette fiche demeure distincte du bulletin de paie. Services de renseignement du public > Travail Info Service Le Ministère en charge du Travail et de l Emploi met à votre disposition un service de renseignements téléphoniques sur la règlementation du Travail (hors fonction publique), les mesures en faveur de l emploi et la formation professionnelle. Travail Info Service (0,12 TTC/min depuis un poste fixe) Ce service est ouvert de 8h30 à 18h30, du lundi au vendredi. Il vous est également possible de contacter ce service par courriel. Par ailleurs, vous pouvez consulter les fiches pratiques du droit du travail ou la foire aux questions sur : > Le chèque emploi service universel (CESU) Pour toute question concernant le chèque emploi service universel, appelez le : > N indigo (0,12 TTC/min depuis un poste fixe) ou vous pouvez consulter le site internet de l Agence des services à la personne : > Info Ministère Santé En complément du site internet sante.gouv.fr, le ministère en charge de la Santé met à votre disposition ce service téléphonique qui vous informe sur : Les numéros utiles de l administration sanitaire et sociale, les numéros utiles dans le domaine de la santé (addictions, cancer, maladies rares, VIH, sexualité et contraception, etc.). La loi handicap du 11 février 2005 Les infections nosocomiales et le tableau de bord des infections nosocomiales L interdiction du tabac dans les lieux publics Les établissements de santé Le plan grand froid Ce portail d information est accessible au numéro suivant : > N indigo (0,12 TTC/min depuis un poste fixe) Ce service est ouvert du lundi au samedi de 9 heures à 19 heures. > Info Métiers Santé Le ministère en charge de la Santé met à votre disposition ce service qui donne des informations sur les modalités d accès, la formation et les établissements de formation, l exercice professionnel et les conditions de travail pour les métiers de la santé (médical, paramédical et administratif), les métiers du travail social et les métiers du grand âge. La ligne Info Métiers Santé informe également sur la mise en place de la Validation des Acquis de l Expérience (VAE) dans ces secteurs, ainsi que sur les modalités d accès et les diplômes concernés par la VAE, les démarches à faire, le déroulement des épreuves et les dossiers à constituer. Le service est accessible du lundi au samedi de 9 heures à 19 heures au : (0,15 TTC/min depuis un poste fixe) Sources : Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique Toutes les informations sur : Julien Tromeur - Fotolia.com 12 CGA informations DÉCEMBRE 2010

13 LES CHIFFRES CLÉ au 1 er janvier 2011 SMIC HORAIRE : 9 au 1 er janvier 2011 (8,86 auparavant) MINIMUM GARANTI : 3,36 depuis le 1 er janvier 2011 (3,31 auparavant) SMIC MENSUEL: 35 heures hebdomadaires = / 39 heures hebdomadaires = avec majoration de 25 % et avec une majoration de 10% PLAFOND DE SÉCURITÉ SOCIALE : par mois, 162 par jour, pour l année 2011 TAUX DE BASE BANCAIRE : 6,60 % depuis le 15 octobre 2001 TAUX EONIA (MARCHÉ MONÉTAIRE) : 0,4902% en décembre 2010 HAUSSE DES PRIX : sur les 12 derniers mois, en décembre 2010, indice Insee des prix harmonisés tous ménages : + 1,6% INTÉRÊT LÉGAL JUSQU AU 31 DÉCEMBRE 2010 : 0,65% REMBOURSEMENT DES FRAIS DE REPAS : hors des locaux de l entreprise (chantiers) = 8,30,dans les locaux (paniers): 5,80.Repas lors d un déplacement professionnel = 17,10 INDEMNITÉS DE GRAND DÉPLACEMENT (PAR JOUR) : logement et petit déjeuner: départements 75, 92, 93 et 94 = 61,20 et autres départements = 45,40 INDICE DU COÛT DE LA CONSTRUCTION INSEE (BAUX COMMERCIAUX) Année 1 er trimestre 2 e trimestre 3 e trimestre 4 e trimestre % sur 1 an + 1,20 % % sur 3 ans + 5,34 % % sur 9 ans + 32,75 % NOUVEL INDICE DE RÉFÉRENCE DES LOYERS IRL (À UTILISER À COMPTER DU 01/01/2008) Tableau des valeurs de l indice de référence des loyers Période Indice de référence des loyers Variation annuelle en % 4 e trimestre ,17 + 1,45 % 3 e trimestre ,70 + 1,10 % 2 e trimestre ,26 + 0,57 % 1 er trimestre ,81 + 0,09 % 4 e trimestre ,47 0,06 % 3 e trimestre ,41 + 0,32 % 2 e trimestre ,59 + 1,31 % BARÈME KILOMÉTRIQUE AUTOS 2008 (EXTRAIT, VOIR CONDITIONS D UTILISATION) D<=5 000 km D = de à km D> km 5 CV D x 0,512 (D x 0,287) D x 0,343 6 CV D x 0,536 (D x 0,301) D x 0,360 7 CV D x 0,561 (D x 0,318) D x 0,379 Pour en savoir plus demandez conseil à votre expert-comptable ou consultez le site du gourvernement : RÉDUCTION FILLON TPE À COMPTER DU 1 er JUILLET 2008 ENTREPRISES DE 1 À 19 SALARIÉS : C = (0,281 06) x [(1,6 x SMIC mensuel x nombre d heures rémunérées rémunération mensuelle brute) 1] C est plafonné à 0,281 Fotolia Imageteam RETRAITE : pour valider un trimestre, il faut cotiser sur une base égale à 200 fois le smic horaire soit 1 772,00 au 1 er janvier 2010 ; pour valider 4 trimestres en 2010, il faut cotiser sur sur l année. MARS 2011 CGA informations 13

14 LE MONDE DE GUDULE Où tout est vrai, ou presque Il existe, dans une région des plus reculées, une entreprise de plomberie avec laquelle on ne travaille que par Internet. Impossible? Ce qui suit montre que non. Monsieur X. a longtemps exercé son digne apostolat comme tous ses confrères : atelier, fourgonnette, savoirfaire, retards. Un jour, il en a assez d être toujours celui que l on attend. Il effectue un véritable audit, établit le plus élaboré des plannings et met en place la solution idéale. Seules limites, la nécessité pour ses clients d être reliés à Internet et de disposer d un minimum d équipement. La procédure est simple : côté client, on photographie et on scanne l ensemble de la zone concernée puis on envoie à un message court décrivant le problème, auquel on joint les fichiers générés par scanner et appareil photo. Dès réception, les éléments sont analysés et la solution élaborée et transmise au client sous forme dématérialisée : une fois les fichiers récupérés, il lui suffira de lancer son imprimante, dont pièces et outils nécessaires finiront par sortir. Un petit robot jouet légèrement trafiqué suffira à effectuer la partie autrefois purement manuelle de l opération. Passons sur les détails, qui ne feraient qu alourdir le propos, pour nous pencher sur la faisabilité de tout cela. Le seul pré requis, on l a vu, pour pouvoir travailler avec notre plombier virtuel, est de disposer d une liaison Internet fiable, si possible en haut débit (surtout pour les problèmes de fuite), d un scanner à main, d une imprimante 3D et d une caisse à jouets (pour le robot d exécution). On trouve tous ces matériels, qui ne sont jamais que la version domestique de ceux que l industrie utilise quotidiennement pour des opérations de prototypage rapide, à des prix très surprenants. On peut aujourd hui disposer de l ensemble pour moins de Ne toussez pas : souvenez vous que votre premier ordinateur et son imprimante, qui ne faisaient que vos courriers et devis, coûtaient aussi cher que votre fourgon. Il existe d ailleurs des solutions moins onéreuses encore et, pour peu que vous soyez un peu bricoleur, vous trouverez aisément sur le net plans et kits vous permettant de fabriquer tout le nécessaire pour 500. Vous objecterez sans doute que, un peu bricoleur, vous effectueriez vous-même la réparation. Ce n est pas le débat du jour. Monsieur X. tient à préciser que, s agissant de problèmes liés le plus souvent à l eau, les technologies utilisant sucre en poudre en couches minces ou papier machine ne conviennent pas. Vous l auriez deviné. Seule ombre possible au tableau, celle que projetterait une hypothétique panne de courant ou, plus invraisemblable encore, un bug informatique. Mais tout ça n arrive pas. Avant, vous attendiez le plombier. Aujourd hui, vous enregistrerez simplement dans vos favoris : et vous prendrez courage et patience, car on ne sait jamais. Gudule 14 CGA informations MARS 2011

15 de Pierre Gaby Rubrique issue d une sélection d articles lus dans la presse. EX PRESSE Fotolia Kati Molin CGA informations est diffusé aux adhérents de : CCGA Angoulême, CGA 74 Annecy, CGA 47 Agen, CGA Provence Aix-en-Provence, CGA de l arrondissement d Arles, CGA de l Yonne Auxerre, CGA 41 Blois, CGA2B Haute-Corse Borgo, CGAIBA Cesson-Sévigné, CGAS Chambéry, CENTREXPERT Chartres, CGAD Echirolles, CGA 05 Gap, CEDAGE Drôme-Ardèche Guilherand-Granges, CGA 52 Langres, CGA 02 Laon, CGA 13 Marseille, CEMOGEST Metz, CGA 06 Nice, CGA 30 Nîmes, CGAIB Rennes, CGA de la Réunion Saint-Denis, CGIA de la Manche Saint-Lô, GESTADOUR Saint-Paul-les-Dax, CGA Aisne Saint-Quentin, CGA Artisans Toulon. Le CGA 74 est propriétaire des articles et toute reproduction totale ou partielle est soumise à autorisation du directeur de publication. Les informations contenues dans les articles signés sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs. Le CGA Infos est imprimé sur papier écolabellisé et certifié PEFC, imprimé avec des encres végétales. LE MYSTÈRE DE L ET DE SES ORIGINES Ce sigle apparaissait dans le courrier des marchands vénitiens au XVI e siècle, il réapparait aux USA au XIX e siècle où il précédait le prix unitaire d un produit. Pour l informatique, il fut choisi en 1972 par M. Ray Tomlinson. On lui donne des noms parfois surprenants selon les pays : "queue de chat" en Finlande, "escargot" en Italie, etc. L'HISTOIRE UNE NOUVELLE MERVEILLE DU MONDE? Peut-être le futur pont sur le détroit de Méssine, (entre la Sicile et l Italie) avec des chiffres impressionnants : une travée centrale qui affichera m, 6 voies de circulation et 2 voies ferrées, une capacité de 6000 véhicules par heure et 200 trains par jour. L inauguration est prévue en LES ÉCHOS DES PORTIÈRES VÉGÉTALES Une entreprise japonaise a présenté un prototype de portière de voiture réalisée avec des composés végétaux. Une fois peinte, pas de différence, elle pèse toutefois 7 kg de moins qu'une portière métallique avec la même rigidité. Innovation! L AUTO JOURNAL LA PLUS GRANDE STATUE DU CHRIST Rio de Janeiro et son Christ du Corcovado est ainsi "détrôné» par la statue inaugurée ce 21 novembre dernier dans la cité de Świebodzin en Pologne: elle mesure 33 m et pèse 440 tonnes. MOINS DE VIN À CAUSE DES BABOUINS En tout cas à cause des babouins sud-africains qui vivent autour du domaine "la petite ferme" située vers Le Cap. Son gérant évalue jusqu à deux tonnes de raisins chardonnay par semaine dévorés par ces charmants animaux. Il estime perdre ainsi 40% de sa récolte! ÇA ULYSSE PAS TOUTE SEULE Notre galaxie compterait au moins 46 milliards de planètes d une taille similaire à notre terre! Une vraie pluie d étoiles. LE POINT L ANAMORPHOSE DE LOUIS XIV Le tunnel de l autoroute A86 près de Versailles prend des allures d œuvre d art avec une mosaïque monumentale de pâte vitrée parsemée de dorures et évoquant une allégorie du château et en particulier une tête d Apollon pour évoquer le Roi Soleil.Mais compte tenu de la vitesse des véhicules empruntant le tunnel, les conducteurs ne disposent que de 9 secondes pour la voir,aussi le visage stylisé a dû subir une déformation : il a été "étiré" de 400%! C est la technique de l anamorphose. LE FIGARO LES ANIMAUX CENTENAIRES Si l homme est centenaire à 100 ans (c est logique) le chat et le lapin atteignent cet âge très avancé à 14 ans, le cochon d Inde à 7 ans, la souris à 3 ans et le chinchilla à prés de 22 ans. 80 MILLIONS D'AMIS TRIER CERTES MAIS SURTOUT BIEN TRIER Le pourcentage d erreurs de tri s élève à 23% c est le constat fait par les centres de tri et de traitement. Le tri est un secteur d activité créateur d emplois: depuis 1992 la collecte, le tri, et le recyclage ont permis de créer emplois. 20 MINUTES NOSTALGIQUES? Le nombre de français qui utilisent encore le minitel s élève à environ deux millions! Fin 2009 on y trouvait encore services actifs. TGV MAGAZINE LES SANGLIERS : PARFOIS DANGER! , c est le nombre de collisions avec un sanglier qui ont été "comptabilisées" en 2009 en France. LA VOIX DU NORD LES TROIS MOMENTS D UN PARFUM Sa "vie aromatique" commence avec les "touches de tête" fraîches, immédiates, mais aussi très évanescentes, puis les "touches de cœur" caractéristiques par leur présence et leur consistance, et enfin les "touches finales" (ou de "fond") qui sont les touches profondes auxquelles on confie le souvenir. VIE ET MÉTIERS MARS 2011 CGA informations 15

16 CGA informations CENTRE DE GESTION AGRÉÉ DU DAUPHINÉ 7 rue du 19 mars Echirolles téléphone fax internet 16 CGA informations MARS 2011

LISTE DES DILIGENCES A EFFECTUER PAR LES ASSOCIATIONS AGREEES EN VUE DE LA DELIVRANCE DU COMPTE RENDU DE MISSION

LISTE DES DILIGENCES A EFFECTUER PAR LES ASSOCIATIONS AGREEES EN VUE DE LA DELIVRANCE DU COMPTE RENDU DE MISSION ANNEXE 5 LISTE DES DILIGENCES A EFFECTUER PAR LES ASSOCIATIONS AGREEES EN VUE DE LA DELIVRANCE DU COMPTE RENDU DE MISSION I - EXAMEN DE CONCORDANCE, DE COHÉRENCE ET DE VRAISEMBLANCE DE LA DECLARATION 2035

Plus en détail

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015 LE MANS LAVAL ALENCON Siège social 1 rue de la Paix Parc d activités du Londreau 126-128 rue de la Mariette CS 60506 BP 230 - Cerisé 72000 LE MANS 53005 LAVAL CEDEX 61007 ALENCON CEDEX Tel : 02 43 86 36

Plus en détail

BORDEREAU D ENVOI ET INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

BORDEREAU D ENVOI ET INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES BORDEREAU D ENVOI ET INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES À retourner obligatoirement au CGA74 avec la déclaration 2031 ou la 2065 NOUS VOUS RAPPELONS QUE VOUS NE DEVEZ PAS ENVOYER VOTRE DÉCLARATION BIC PAPIER

Plus en détail

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE?

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR En pratique, le régime de la micro-entreprise est un régime fiscal simplifié pouvant s appliquer à tous les exploitants individuels,

Plus en détail

INFOS IDENTIFICATION / OG ID 00

INFOS IDENTIFICATION / OG ID 00 INFOS IDENTIFICATION / OG ID Revenus de l'année LIBELLES REPONSE IDENTIFICATION DU DOSSIER COMPTABLE Forme juridique (A) Code Activité de la famille comptable Code Activité Libre Date de début exercice

Plus en détail

Bordereau de renseignements OG B.A. Millésime 2014

Bordereau de renseignements OG B.A. Millésime 2014 1, rue de la Paix - CS 60506-53005 LAVAL Cedex Tel : 02 43 59 24 00 Fax : 02 43 53 59 24 01 courriel : cga.mayenne@cgamayenne.org site Internet : http://www.cgamayenne.org NOM ADHERENT : N : Bordereau

Plus en détail

VEUILLEZ EGALEMENT JOINDRE LA BALANCE ET L ENSEMBLE DES DECLARATIONS DE TVA

VEUILLEZ EGALEMENT JOINDRE LA BALANCE ET L ENSEMBLE DES DECLARATIONS DE TVA BORDEREAU DE RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES VEUILLEZ EGALEMENT JOINDRE LA BALANCE ET L ENSEMBLE DES DECLARATIONS DE TVA Code adhérent : Nom et prénom / Raison Sociale : 0GID00 Informations Identification

Plus en détail

2014 INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00

2014 INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00 Adh. n Nom : Profession : 2014 INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00 Libellés IDENTIFICATION DU DOSSIER COMPTABLE Forme juridique Code Activité de la famille comptable Code Activité Libre PERIODE Date de

Plus en détail

FISCAL... SOCIAL... LES INDICES... p. 5

FISCAL... SOCIAL... LES INDICES... p. 5 Mars 2015 Votre réussite, notre satisfaction Bureau de Belleville : Bureau de Vonnas Bureau de Trevoux 11 RN6 38 Rue Grenette Chemin du clos 69220 BELLEVILLE 01540 VONNAS 01600 TREVOUX Tel. : 04 74 66

Plus en détail

INFOMATIONS GENERALES. Renseignements divers. Effectif exploitant non salarié (au prorata du temps consacré à l'entreprise)

INFOMATIONS GENERALES. Renseignements divers. Effectif exploitant non salarié (au prorata du temps consacré à l'entreprise) INFOMATIONS GENERALES OGBIC01 Généralités Nom de la personne à contacter sur ce dossier au sein du cabinet Mail du cabinet ou de la personne à contacter au sein du cabinet Renseignements divers L'adresse

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

Guide utilisateur français EDI-TDFC 2013 Date de mise à jour : 31 décembre 2012

Guide utilisateur français EDI-TDFC 2013 Date de mise à jour : 31 décembre 2012 Guide utilisateur français EDI-TDFC 2013 Date de mise à jour : 31 décembre 2012 Guide utilisateur français pour la transmission des informations de l entreprise 2015 EDI-TDFC Volume III B GUIDE DES FORMULAIRES

Plus en détail

(2015) INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00

(2015) INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00 Guide OG 2015 (2015) INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00 Libellés IDENTIFICATION DU DOSSIER COMPTABLE Forme juridique (A) Code Activité de la famille comptable (B) Code Activité Libre (C) PERIODE Date de

Plus en détail

Tableaux OG BIC Version 2013

Tableaux OG BIC Version 2013 Tableaux OG BIC Version 2013 Depuis la loi de finances 2008 précisée par la parution de l instruction 5 J-1-09 N 46 du 22 avril 2009 les adhérents des organismes agréés ont l obligation de dématérialiser

Plus en détail

Projet de loi de finances rectificative pour 2014

Projet de loi de finances rectificative pour 2014 Note d information du mois de Décembre 2014 Le cabinet sera fermé du 24/12/2014 au soir au 05/01/2015 au matin Projet de loi de finances rectificative pour 2014 Le projet de deuxième loi de finances rectificative

Plus en détail

OGA et Expert-Comptable

OGA et Expert-Comptable OGA et Expert-Comptable PRESENTATION GENERALE DES OGA 6 JANVIER 2011 Cyrille BOUSSEAU créé en 1976 sous le n 1 02 510 1200 adhérents créée en 2007 sous le n 2 04 510 150 adhérents LES «OGA» Les avantages

Plus en détail

Actualités Juridiques Avril 2011

Actualités Juridiques Avril 2011 . Actualités Juridiques Avril 2011 FISCALITE : La loi de finances rectificative pour 2012 : Principales dispositions TVA relèvement du taux normal L article 2V de la Loi prévoit à compter du premier octobre

Plus en détail

Auto-Entrepreneur. Un statut fait pour VOUS?

Auto-Entrepreneur. Un statut fait pour VOUS? Auto-Entrepreneur Un statut fait pour VOUS? 1 Plan de l intervention 1. Pourquoi s intéresser au régime de l autoentrepreneur? 2. Remplissez-vous les conditions pour bénéficier du statut? 3. Votre activité

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2 EXTRAITS DU N 51 mars 20145 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2 Parlons de révisions Autour du repas

Plus en détail

Liste d Informations Complémentaires (2014)

Liste d Informations Complémentaires (2014) Liste d Informations Complémentaires (2014) Régime fiscal : RN RS LIASSE FISCALE A RECEVOIR AU CGA PAR PROCEDURE TDFC : OUI NON Éléments indispensables : LIASSE FISCALE + L.I.C + BALANCE + DECLARATIONS

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES 2015 Joindre ce document à la liasse fiscale, accompagné de la balance générale

RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES 2015 Joindre ce document à la liasse fiscale, accompagné de la balance générale CGAIB N adhérent : N Cab. Comptable : Analyste : RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES 2015 Joindre ce document à la liasse fiscale, accompagné de la balance générale Nom de l'adhérent ou de la société : Nom

Plus en détail

Centre de Gestion Agréé d Indre et Loire

Centre de Gestion Agréé d Indre et Loire Centre de Gestion Agréé d Indre et Loire 20 rue Fernand Léger BP 62001 37020 TOURS CEDEX 1 Tel : 02.47.36.47.47 Fax : 02 47 38 70 90 cga37@cga37.fr http://www.cga37.fr N adhérent : Nom : Prénom : CP Ville

Plus en détail

Point de vue d experts

Point de vue d experts Point de vue d experts Cette lettre fiscale porte sur des mesures votées dans la 3 ème Loi de Finances Rectificative pour 2012 applicables à compter du 1er janvier 2014 prochain. Elle porte sur les nouvelles

Plus en détail

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015 Flash du RSI Bretagne aux experts comptables Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 15 décembre 2014 l

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS 30 JUIN 2015 N 12/2015 BÉNÉFICES NON COMMERCIAUX OBLIGATIONS DÉCLARATIVES ET DE PAIEMENT Les dates limites de déclaration et de paiement de certains impôts et taxes sont harmonisées

Plus en détail

Lettre Entreprise Info. N 14 / Février 2014. Lettre Entreprise Info

Lettre Entreprise Info. N 14 / Février 2014. Lettre Entreprise Info N 14 / Février 2014 Lettre Entreprise Info N 14 / Février 2014 Sommaire Social AGIRC-ARCCO : la clé de répartition des hausses de cotisations 2014-2015 est fixée : L objectif de la loi du 20 janvier 2014

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros EXTRAITS DU N 47 NOVEMBRE 2011 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 A apprécier Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros Vers

Plus en détail

DOSSIER CGA 2014. A nous retourner complété avant le 3 avril 2015. N Adhérent : Nom & prénom:... Adresse:...

DOSSIER CGA 2014. A nous retourner complété avant le 3 avril 2015. N Adhérent : Nom & prénom:... Adresse:... DOSSIER CGA 2014 A nous retourner complété avant le 3 avril 2015 N Adhérent : Nom & prénom:... Adresse:... DOCUMENTS OBLIGATOIRES A FOURNIR : Déclarations fiscales Millésime 2015 (signée par le client)

Plus en détail

IDENTIFICATION DU DOSSIER COMPTABLE

IDENTIFICATION DU DOSSIER COMPTABLE 2014 OGID00 Forme juridique (A) Libellés IDENTIFICATION DU DOSSIER COMPTABLE Code Activité de la famille comptable (B) Code Activité Libre (C) PERIODE Date de début exercice N format 102 : SSAAMMJJ Date

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE EXTRAITS DU N 48 MARS 2012 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Question de bateaux IR : un barème gelé A noter Du crédit pour le bio Page 3 A table! Trois ans de plus Taxi

Plus en détail

FICHe nouveautés LIgNE PME JanVIeR 2015 www.ebp.com

FICHe nouveautés LIgNE PME JanVIeR 2015 www.ebp.com FICHE NOUVEAUTés Ligne PME JANVIER 2015 www.ebp.com SOMMAIRE Contexte légal DSN La Déclaration Sociale Nominative... 2 0Les grands principes... 2 0Calendrier légal... 2 0Phase intermédiaire... 3 0Anticiper

Plus en détail

NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX NEWSLETTER N 2 août/septembre 2009 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Cabinet NICOLAS & DENIZOTAssociés I / Etude Actualité sur les indices

Plus en détail

Tableaux OG BIC Millésime 2015 IDENTIFICATION Adhérent Activité Exercice Du Au Cabinet d'expertise comptable Tel : Fax : Merci de joindre la balance générale et les copies des déclarations de TVA CGA30-115

Plus en détail

Supplément spécial Loi de Finances

Supplément spécial Loi de Finances La Lettre #Supplément de janvier 2016 Supplément spécial Loi de Finances Pour vous, DUO Solutions a sélectionné dans la Loi de Finances pour 2016 et dans la Loi de Finances rectificative pour 2015 les

Plus en détail

(2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01

(2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01 3.5 Annexes Centres de Gestion Agréés (2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01 Tableau obligatoirement transmis pour la campagne fiscale 2015. Généralités Nom de la personne à contacter sur ce dossier au

Plus en détail

GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3

GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3 GUIDE DU MICROPORTEUR SUIVI BUDGETAIRE ET D ACTIVITE Mesure «appui aux microprojets» FSE 4-2.3 I. Contexte : Pourquoi, quand et comment réaliser le suivi budgétaire? II. Les modalités générales de prise

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries EXTRAITS DU N 45 NOVEMBRE 2010 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries Des

Plus en détail

VEHICULES UTILISES A TITRE PROFESSIONNEL (à remplir seulement en cas de déduction de frais réels) Mode de détention (*2)

VEHICULES UTILISES A TITRE PROFESSIONNEL (à remplir seulement en cas de déduction de frais réels) Mode de détention (*2) DEMANDE D ATTESTATION ET SES ANNEXES MODELE ADHERENT DOCUMENTS A NOUS ADRESSER OBLIGATOIREMENT SUR SUPPORT PAPIER OU EN DEMATERIALISATION EDI-TDFC Demande d attestation et renseignements complémentaires

Plus en détail

INITIATIVE PAYS DE BREST Dossier de demande de prêt d honneur

INITIATIVE PAYS DE BREST Dossier de demande de prêt d honneur INITIATIVE PAYS DE BREST Dossier de demande de prêt d honneur LE DEMANDEUR NOM DE L ENTREPRISE NOM(S) Prénom(s) du ou des demandeur(s) LA STRUCTURE D ACCOMPAGNEMENT Structure d accompagnement Nom Prénom

Plus en détail

BORDEREAU DE RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES Exercice :.../.../20... AU.../.../20... ou ANNEE 20...

BORDEREAU DE RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES Exercice :.../.../20... AU.../.../20... ou ANNEE 20... CPGA Centre Phocéen de Gestion Agréé Association Régie par la loi du 1 er Juillet 1901 30 rue Victor Leydet 13100 AIX en PROVENCE Tél. 04 42 26 55 26 Fax 04 42 26 99 66 www.cpga-asso.com Agrément par décision

Plus en détail

Nous restons à votre disposition pour vous apporter toute précision complémentaire.

Nous restons à votre disposition pour vous apporter toute précision complémentaire. Marseille, le 9 juillet 2014. Objet : obligations des employeurs Madame, Monsieur, Dans le cadre de notre mission de conseil, nous souhaitions vous rappeler certaines obligations incombant aux employeurs

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent :

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : - la simplification du régime des micro-entreprises, - les droits de mutation

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

L autoentrepreneur P005. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

L autoentrepreneur P005. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & aveclespme.fr Le nouveau site pratique de la Fédération Bancaire

Plus en détail

FRANCE GESTION. Professions Libérales ASSOCIATION AGRÉÉE

FRANCE GESTION. Professions Libérales ASSOCIATION AGRÉÉE FRANCE GESTION Professions Libérales ASSOCIATION AGRÉÉE Association agréée par l'administration fiscale A été créée à l initiative de membres de l Ordre des Experts-Comptables le 17 décembre 1977. Notre

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

AGA-PS.L Association de Gestion Agréée

AGA-PS.L Association de Gestion Agréée AGA-PS.L Association de Gestion Agréée des Professions de Santé et des Professions Libérales N SIRET : 314 136 250 000 29 NUMERO D'AGREMENT DE L'ASSOCIATION : 204 690 Date arrivée :... Date rejet :...

Plus en détail

NEWSLETTER 1/2015. Mesdames et Messieurs,

NEWSLETTER 1/2015. Mesdames et Messieurs, NEWSLETTER 1/2015 NEWSLETTER 1/2015 Mesdames et Messieurs, Nous revenons vers vous pour vous apporter un résumé des changements importants intervenus dans différents domaines de droit en début de l année

Plus en détail

LA FABRICATION DE VOTRE OFFRE ET LES RESSOURCES NECESSAIRES

LA FABRICATION DE VOTRE OFFRE ET LES RESSOURCES NECESSAIRES LA FABRICATION DE VOTRE OFFRE ET LES RESSOURCES NECESSAIRES Il s agit de déterminer comment vous allez fabriquer votre produit / service en envisageant toutes les solutions pour retenir la plus efficace.

Plus en détail

OGBNC00 DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE

OGBNC00 DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Nom, Prénom :... OGBNC00 DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Je soussigné(e), Identification du professionnel de la comptabilité Dénomination : N SIRET : Adresse : déclare que la comptabilité

Plus en détail

Choisir le régime de l autoentrepreneur

Choisir le régime de l autoentrepreneur MAI 2015 ENTREPRENEURS N 5 ENTREPRENDRE LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Choisir le régime de l autoentrepreneur Ce mini-guide vous est offert

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 18 MAI 2010 3 G-1-10

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 18 MAI 2010 3 G-1-10 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 18 MAI 2010 3 G-1-10 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE NON PERCUE RECUPERABLE (TVA NPR) APPLICABLE DANS LES DOM (C.G.I., art. 295 A ) NOR : ECE L 10 30014J

Plus en détail

La lettre de votre Expert-comptable

La lettre de votre Expert-comptable CABINET Marc Emmanuel PAQUET MARTINIQUE COMPTA FINANCE SARL La lettre de votre Expert-comptable Au sommaire : SOCIAL - ce qui a changé au 1 er janvier 2014 FISCALITE - ce qui a changé au 1 er janvier 2014

Plus en détail

Dispositif auto-entrepreneur : comment ça marche?

Dispositif auto-entrepreneur : comment ça marche? Dispositif auto-entrepreneur : comment ça marche? Salon Micro entreprise Octobre 2015 Le régime auto-entrepreneur Au sommaire Le dispositif, conditions, principes L adhésion Les cotisations, déclaration

Plus en détail

FRANCE GESTION. Commerçants et Artisans. CENTRE DE GESTION AGRÉÉ de membres de l Ordre des Experts-Comptables

FRANCE GESTION. Commerçants et Artisans. CENTRE DE GESTION AGRÉÉ de membres de l Ordre des Experts-Comptables FRANCE GESTION Commerçants et Artisans CENTRE DE GESTION AGRÉÉ de membres de l Ordre des Experts-Comptables Centre de gestion agréé par l administration fiscale A été créé à l initiative de membres de

Plus en détail

L AUTO - ENTREPRENEUR

L AUTO - ENTREPRENEUR L AUTO - ENTREPRENEUR Présenté par le CGAHDF Y. GRANIER et M. VILLERS 15 Avril 2009 Y.GRANIER - M. VILLERS 1 Qui peut le devenir? Tous les Français à titre principal ou accessoire Les salariés, les chômeurs,

Plus en détail

AUTO-ENTREPRENEUR ET PORTAGE SALARIAL L AUTO-ENTREPRENEUR

AUTO-ENTREPRENEUR ET PORTAGE SALARIAL L AUTO-ENTREPRENEUR AUTO-ENTREPRENEUR ET PORTAGE SALARIAL L AUTO-ENTREPRENEUR 1 LE REGIME C est un nouveau régime plus simplifié pour exercer une activité indépendante Ce n est pas un nouveau statut juridique car un auto-entrepreneur

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

Entreprendre avec la CCI de Bordeaux L AUTO ENTREPRENEUR

Entreprendre avec la CCI de Bordeaux L AUTO ENTREPRENEUR Entreprendre avec la CCI de Bordeaux L AUTO ENTREPRENEUR Actualisé le 06/01/2014 1 Sommaire Définition de l auto-entreprise Qui peut être auto-entrepreneur? Activités exclues du régime Seuils de chiffre

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

2222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222 Le 2222222222222222222222222222

2222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222222 Le 2222222222222222222222222222 LE CABINET E&R CONSULTANTS VOUS INFORME ET VOUS ACCOMPAGNE FACTURES ET CONDITIONS GENERALES DE VENTE Madame, Monsieur, La loi relative à la simplification du droit et à l'allégement des démarches administratives

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015 ***** DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015 ***** Nom de l association: Intitulé de l action : DOSSIER Á REMETTRE AU PLUS TARD LE 19 DECEMBRE 2014 Nous sommes là pour vous aider Association Loi du 1 er

Plus en détail

RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE

RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA RÉPARATION DE MATÉRIEL ÉLECTRIQUE ET ÉLECTRONIQUE...

Plus en détail

Gestion de la Paie GESTION DE LA PAIE

Gestion de la Paie GESTION DE LA PAIE Gestion de la Paie GESTION DE LA PAIE Gestion de la Paie SOMMAIRE Quelles sont les différentes modes de traitement des salaires? p.4 Pourquoi faire appel à un gestionnaire de paie? p.6 A quoi sert un gestionnaire

Plus en détail

Espace FAQ du loueur en meublé

Espace FAQ du loueur en meublé Espace FAQ du loueur en meublé - Quels sont les avantages de l adhésion à un CGA? - Faut-il tenir une comptabilité? - Quelles sont les obligations suite à l adhésion à un CGA? - Comment bénéficier de la

Plus en détail

Le personnel Le salaire et les éléments de salaire Les contrats de travail La durée de travail et les jours ouvrables La rupture du contrat de travail

Le personnel Le salaire et les éléments de salaire Les contrats de travail La durée de travail et les jours ouvrables La rupture du contrat de travail INTRODUCTION : I Généralité 1 2 3 4 5 Le personnel Le salaire et les éléments de salaire Les contrats de travail La durée de travail et les jours ouvrables La rupture du contrat de travail Le traitement

Plus en détail

QUESTIONS FISCALES DIVERSES

QUESTIONS FISCALES DIVERSES N 41 - FISCAL N 5 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 26 mars 2004 QUESTIONS FISCALES DIVERSES Parmi les informations fiscales récentes relevées dans la jurisprudence, les bulletins officiels

Plus en détail

Fiscalité de la transmission d entreprise

Fiscalité de la transmission d entreprise Fiscalité de la transmission d entreprise Salon des entrepreneurs Février 2006 Fiscalité de la transmission d entreprise Introduction 1 Introduction Existe-t-il une fiscalité de la transmission d entreprise?

Plus en détail

entreprises certificat électronique Comptes bancaires au quotidien

entreprises certificat électronique Comptes bancaires au quotidien entreprises Comptes bancaires au quotidien certificat électronique Évoluez dans un environnement sécurisé et accédez aux téléprocédures de l Administration entreprises.societegenerale.fr On est là pour

Plus en détail

BORDEREAU D'ENVOI DU DOSSIER BIC

BORDEREAU D'ENVOI DU DOSSIER BIC 24 avenue Foch BP 80085 60304 SENLIS CEDEX Tél : 03 44 53 45 06 Fax : 03 44 60 03 90 BORDEREAU D'ENVOI DU DOSSIER BIC EXERCICE du au exercice provisoire déclaration rectificative (à remplir et à nous retourner

Plus en détail

Chapitre VII : Les écritures de régularisation

Chapitre VII : Les écritures de régularisation Chapitre VII : Les écritures de régularisation L ajustement des comptes de gestion Dans la pratique, il peut y avoir un décalage dans le temps entre le moment où l entreprise a effectué une opération génératrice

Plus en détail

DOCUMENTS A NOUS RETOURNER CAMPAGNE FISCALE 2012

DOCUMENTS A NOUS RETOURNER CAMPAGNE FISCALE 2012 DOCUMENTS A NOUS RETOURNER CAMPAGNE FISCALE 2012 Pour tous les adhérents sans conseil la déclaration fiscale n 2035 (sauf saisie en ligne) le tableau détaillé des immobilisations et des amortissements

Plus en détail

OG09 : Divers. OG11 : Renseignements complémentaires (ou balance) OG14 : Renseign. sur la prévention des difficultés

OG09 : Divers. OG11 : Renseignements complémentaires (ou balance) OG14 : Renseign. sur la prévention des difficultés Nom : C. G. A. F. N Adhérent : Clôture : Cabinet Compt : Collaborateur : ANNEXES A LA LIASSE FISCALE OG00 : Informations générales OG02 : Informations liées aux ECV OG04 : Renseignements économiques OG09

Plus en détail

DROIT FISCAL. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif

DROIT FISCAL. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DROIT FISCAL DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1-1- Régime d imposition - Quel est le régime d imposition à la de la SA Habitat? La SA Habitat réalise des ventes (menuiseries) et des prestations

Plus en détail

VENDRE SON ENTREPRISE. Quelle stratégie?

VENDRE SON ENTREPRISE. Quelle stratégie? VENDRE SON ENTREPRISE Quelle stratégie? PLAN DE L INTERVENTION 1 ère partie : Pierre Haenel CCI 49 bien connaitre son entreprise pour faire les bons choix les différents réseaux d intermédiaires Les facteurs

Plus en détail

Fiche conseil ENTREPRENEURS INDIVIDUELS : ET SI VOUS ADOPTIEZ LE NOUVEAU STATUT DE L EIRL

Fiche conseil ENTREPRENEURS INDIVIDUELS : ET SI VOUS ADOPTIEZ LE NOUVEAU STATUT DE L EIRL ENTREPRENEURS INDIVIDUELS : ET SI VOUS ADOPTIEZ LE NOUVEAU STATUT DE L EIRL Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables

Plus en détail

La location et la maintenance de 3 photocopieurs multifonctions

La location et la maintenance de 3 photocopieurs multifonctions Cahier des Charges pour La location et la maintenance de 3 photocopieurs multifonctions Date limite de remise des offres : 17/10/2014 1/7 1) Object de la consultation La présente consultation a pour objet

Plus en détail

Dossier de demande de

Dossier de demande de Nom de l association : Première demande Renouvellement d une demande Dossier de demande de 2016 subvention Document à retourner accompagné impérativement des pièces demandées avant le 31 octobre 2015.

Plus en détail

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition 2011

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition 2011 Artisans, commerçants et professionnels libéraux L'auto-entrepreneur Édition 2011 2 L auto-entrepreneur 3 Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce dispositif permet à toute personne de créer, avec des formalités

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

ADMINISTRATEUR DE BIENS

ADMINISTRATEUR DE BIENS ADMINISTRATEUR DE BIENS SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

Le secrétariat du médecin libéral

Le secrétariat du médecin libéral Le secrétariat du médecin libéral Patrice MARIE Le premier contact du patient avec votre cabinet aura lieu par téléphone. Ce premier accueil du patient est donc primordial puisque de sa qualité dépendra

Plus en détail

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir LE CHOIX DU STATUT JURIDIQUE Un choix à adapter à vos besoins Les questions à vous poser La volonté de s associer La capacité juridique La responsabilité

Plus en détail

CAMPAGNE FISCALE 2014 TABLEAUX OG BIC. (Cahier des charges EDI-TDFC 2014 Volume III B Annexes Organismes de Gestion Agréés) AVANT PROPOS -1-

CAMPAGNE FISCALE 2014 TABLEAUX OG BIC. (Cahier des charges EDI-TDFC 2014 Volume III B Annexes Organismes de Gestion Agréés) AVANT PROPOS -1- CAMPAGNE FISCALE 2014 TABLEAUX OG BIC (Cahier des charges EDI-TDFC 2014 Volume III B Annexes Organismes de Gestion Agréés) AVANT PROPOS -1- CONSIGNES IMPORTANTES -2- OGID00 : INFORMATIONS D IDENTIFICATION

Plus en détail

Le régime MICRO-ENTREPRENEUR

Le régime MICRO-ENTREPRENEUR Le régime MICRO-ENTREPRENEUR Françoise HARRIAGUE Pôle Guichet Unique Janvier 2015 Devient le MICRO-ENTREPRENEUR La loi relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises Du 18 juin 2014

Plus en détail

Les bases du modèle comptable

Les bases du modèle comptable Les bases du modèle comptable C H A P I T R E 25 16 SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE Le respect de la normalisation comptable va permettre : une comparaison dans l espace et dans le temps entre entreprises ;

Plus en détail

Vade-mecum de la comptabilité médecins généralistes

Vade-mecum de la comptabilité médecins généralistes Vade-mecum de la comptabilité médecins généralistes Cours du 15/06/2012 Guadeloupe Martinique Guyane Sommaire I. Préalable II. Les principes Généraux III. IV. Vous êtes étudiant Vous êtes remplaçant V.

Plus en détail

Fiche conseil gratuite

Fiche conseil gratuite COMPTABILITÉ, FISCALITÉ ET PAIE POUR LES PME Fiche conseil gratuite L autoliquidation de la TVA Obligations et formalités Référence Internet Disponible sur Internet + dans l ouvrage (cf. page 4) Saisissez

Plus en détail

Modalités de remboursement des frais de mission

Modalités de remboursement des frais de mission Modalités de remboursement des frais de mission PREAMBULE Le présent document a pour objet de décrire les règles et modalités pratiques de remboursement des frais dans le cadre des missions réalisées par

Plus en détail

Info «travailleur indépendant»

Info «travailleur indépendant» Info «travailleur indépendant» Quels sont les avantages et les inconvénients pour une structure (client) de faire appel à un travailleur indépendant? L équipe permanente est forcément limitée en nombre

Plus en détail

Bulletin de paie commenté

Bulletin de paie commenté EXTRAIT GRATUIT DU GUIDE PRATIQUE RESPONSABLE & GESTIONNAIRE PAIE Bulletin de paie commenté Le bulletin de paie des salariés en arrêt pour maladie non professionnelle Situation 2 : Salarié en arrêt-maladie

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie JUIN 2013 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SCI Bien gérer son patrimoine Huitième édition, 1998, 2001, 2004, 2008, 2010, 2012, 2013, 2014 ISBN : 978-2-212-55995-8

Plus en détail

LA PARTICIPATION DES SALARIES AUX RESULTATS & L INTERESSEMENT

LA PARTICIPATION DES SALARIES AUX RESULTATS & L INTERESSEMENT LA PARTICIPATION DES SALARIES AUX RESULTATS & L INTERESSEMENT Objectif(s) : o Evaluation et traitements comptables de la participation, o Affectation des fonds, o Provision pour investissement. Pré-requis

Plus en détail

«A R A P L de HAUTE NORMANDIE» Association déclarée, régie par la Loi du 1 er juillet 1901 ============ REGLEMENT INTERIEUR TITRE I

«A R A P L de HAUTE NORMANDIE» Association déclarée, régie par la Loi du 1 er juillet 1901 ============ REGLEMENT INTERIEUR TITRE I «A R A P L de HAUTE NORMANDIE» ASSOCIATION REGIONALE AGREEE DES PROFESSIONS LIBERALES de HAUTE NORMANDIE Association déclarée, régie par la Loi du 1 er juillet 1901 ============ REGLEMENT INTERIEUR TITRE

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AIDE AU TITRE DE LA CULTURE ET DU SPORT

DOSSIER DE DEMANDE D AIDE AU TITRE DE LA CULTURE ET DU SPORT DOSSIER DE DEMANDE D AIDE AU TITRE DE LA CULTURE ET DU SPORT A COMPLETER NOM DE L ASSOCIATION : Vous trouverez dans ce dossier tout ce dont vous avez besoin pour établir votre demande d aide auprès de

Plus en détail